Version classiqueVersion mobile

L’architecture : la réception immédiate et la réception différée

 | 
Gérard Monnier

Le concours de Berlin capitale (1958-2000)

L’espace-temps de la réception

Aymone Nicolas

Texte intégral

  • 1 À cette occasion, un volumineux catalogue a été publié par Helmut Geiser, Doris Haneberg, Carola H (...)

1Le concours d’idées pour l’aménagement de Berlin capitale de 1958 est l’un des rares concours de la période à avoir fait l’objet de recherches historiques approfondies1. Les commissaires de l’exposition de 1991 entendaient contribuer aux débats provoqués par la chute du mur de Berlin en 1989. Épisode de la guerre froide, ce concours présente également un intérêt majeur pour l’histoire de l’urbanisme des années 1950 : il intervient au moment de la dissolution des CIAM et de la création du groupe Team X. Ses représentants, en particulier Alison et Peter Smithson, mais aussi d’autres héritiers de Le Corbusier, utilisèrent ce concours comme tribune en vue de renouveler les idées de leurs aînés.

2Néanmoins, une question paraît centrale dans l’analyse de cette compétition, celle de la réception. Cette notion s’impose avec évidence au sujet des concours : procédure publique par définition, le concours d’architecture ou d’urbanisme est un vecteur non seulement de projets politiques, sociaux ou commerciaux, mais aussi de doctrines architecturales ou urbaines. Dans le cas d’un édifice, il constitue la phase initiale de sa vie publique, antérieure à sa construction, à son usage, à sa transformation ou à sa destruction. Reste à savoir si un édifice issu d’un concours est accueilli de façon plus favorable par ses usagers, le voisinage et l’opinion publique que ceux qui sont issus d’une commande directe. Une simple comparaison entre deux projets parisiens de la décennie Mitterrand, le musée du Louvre et l’opéra Bastille, suffit pour renoncer à une règle générale. Néanmoins, l’analyse de la réception dans ses dimensions géographiques et temporelles livre de précieuses conclusions, même dans le cas d’un concours d’urbanisme.

  • 2 Wolfgang Schäche, « Der Haupstadtwettbewerb 1957/1958, Entwürfe gegen die Vergangenheit », in Arch (...)

3Aussi, faut-il chercher les traces de la réception de ce concours d’idées soi-disant « jeté aux oubliettes »2, au-delà de son écho immédiat dans la presse de l’époque. L’exposition organisée en 1990 par la Berlinische Galerie nous y invite. Une analyse menée sur la durée, de 1955 à 1999 (du lancement du projet au dernier article en date publié sur le concours), permet de reconstituer les différents modes et phases de réception. Croisée avec l’analyse chronologique, l’approche géographique met non seulement en lumière les réactions locales, mais aussi la dimension proprement internationale de ce concours.

4Cette double étude du concours de Berlin passe donc par une reconstitution fine de la chronologie qui précède la présentation des acteurs en présence. L’examen des projets primés ou rejetés a été réduit au profit d’une analyse de quatre moments de réception : le concours-miroir organisé à Berlin-Est en 1959, les aménagements urbains réalisés dans les années 1960, l’exposition de 1990 et le plan directeur de 1998-1999.

Chronologie d’une stratégie

  • 3 En 1948, un nouvel ordre monétaire fut introduit à l’Ouest après le blocus de Berlin. La zone trip (...)

5L’histoire générale et urbaine de Berlin se confondant souvent avec les soubresauts de la guerre froide, la chronologie de ce concours s’y trouve étroitement liée. Le concours de Berlin fut lancé par l’État fédéral ouest-allemand et par le Sénat de Berlin-Ouest le 30 mars 1957, après presque cinq années de préparation. Dès 19523, les autorités berlinoises proposèrent l’organisation d’un double concours en vue de la reconstruction de Berlin, en réponse au premier grand programme de reconstruction lancé à l’Est : l’avenue magistrale de la Stalinallee.

  • 4 Le plan en bande de la ville paysage de Scharoun prévoyait la séparation de la surface urbaine en (...)

6Repoussée par frilosité, l’initiative de 1952 fut remise à l’ordre du jour de l’Assemblée fédérale le 15 avril 1954. À l’origine, deux concours étaient prévus : l’un visait la reconstruction du bâtiment du Reichstag et l’autre, l’implantation des futures institutions politiques, économiques et culturelles de la capitale. La mise en place de ces concours devait s’effectuer rapidement afin d’imposer les réserves foncières nécessaires et de diriger les premières opérations de logements. Grâce aux déclarations apaisantes de Nikita Khrouchtchev en 1954, l’Assemblée approuva le projet au printemps 1955 et vota les budgets respectifs de 60 000 DM et de 350 000 DM. Cependant, dès octobre 1956, le soulèvement durement réprimé en Hongrie réduisit les espérances de rapprochement en fumée. Les services municipaux de Berlin s’étaient pourtant mis au travail dès 1955. La rédaction de documents préparatoires avait débuté sur la base du plan de 1946 dirigé par l’architecte Hans Scharoun et celui plus modéré de Paul Bonatz en 19494. Afin d’éviter de donner dès le départ un caractère trop utopique à ce concours, le comité organisateur mit beaucoup de soin à livrer des données exactes et chiffrées, bien que 80 % de la zone du concours se trouvât à Berlin-Est. La base des documents était constituée par le plan d’occupation des sols adopté en 1957, qui prévoyait non seulement la répartition des différentes fonctions, mais aussi la construction d’un réseau d’autoroute se croisant en quatre échangeurs. Aucune alternative ne fut proposée.

  • 5 La cité de Weissenhof près de Stuttgart (1927) et l’exposition du bâtiment de Berlin (1931).
  • 6 Sur cette remarquable contribution à l’architecture du logement des années 1950 — réalisation de 1 (...)

7Parallèlement, privé de l’Exposition internationale de 1951 (qui eut lieu à Hanovre), le Sénat de Berlin-Ouest lança dès 1953 l’idée d’une exposition internationale du bâtiment sur le modèle de celles de 1927 ou de 19315. Si la reconstruction modèle du quartier du Hansa Viertel constituait certes l’attraction majeure de cette démonstration des techniques les plus modernes du bâtiment, elle trahissait par ailleurs des positions politiques6. Prévue pour l’été 1956, l’Exposition accueillit en fait de juillet à septembre 1957 plus d’un million de visiteurs. Retardés eux aussi, les résultats du concours ne purent être présentés lors de la grande exposition didactique intitulée « La ville de demain ». Seuls les documents préparatoires y figuraient.

  • 7 Le 23 décembre 1957, le sénateur Schwedler écrivit au secrétaire général de l’UIA : « Nous avons r (...)

8L’exposition et le concours étaient étroitement liés. À la tête des deux événements se trouvaient les mêmes personnalités berlinoises. La majeure partie du comité préparatoire de l’exposition siégeait dans le jury. De même, plusieurs architectes étrangers, invités à construire un immeuble dans le Hansa Viertel (Alvar Aalto, Walter Gropius, Pierre Vago, Van der Broek et Bakema) participèrent-ils au concours, soit en tant que jurés, soit en tant que candidats. Lancé en mars 1957, le concours devait se clore huit mois plus tard7. La commission de pré-examen examina les 151 projets envoyés, dont deux variantes. Le jury se réunit du 10 au 19 juin.

  • 8 . Conférence « Das Ergebnis des Wettbewerbes Hauptstadt-Berlin », Interbauwochen 7-12 septembre 19 (...)
  • 9 Wolfgang Schäche, op. cit., p. 252.
  • 10 « Das Ergebnis des Wettbewerbes Haupstadt-Berlin », Der Architekt, n° 10, 1958 ; Vago Pierre, « Le (...)

9Contrairement à ce qu’affirme Wolfgang Schäche, le concours de Berlin ne tomba pas immédiatement aux oubliettes. Le Sénat de Berlin organisa tout d’abord une exposition de tous les projets dans le hall de la tour de télévision à Charlottenburg, du 29 juin au 13 juillet. Puis en septembre 1958, lors de la Semaine du bâtiment, et en présence des architectes primés, se tint un colloque suivi par un public attentif. Les projets furent publiés dans une luxueuse brochure en trois langues, datée de 19608. Cette documentation complète (les projets sont accompagnés des schémas de circulation, de croquis, de textes explicatifs et de plans d’ensemble et de détail) fait figure d’exception parmi les concours de la même période. Elle ne peut alors être vue comme « une nécrologie involontaire de ce concours »9. À cela s’ajoutent tous les articles parus dans la presse étrangère, surtout au cours de l’année 195810.

10Si l’on additionne les différentes phases d’organisation, de réalisation et de réception de ce concours, on voit qu’elles s’étendent sur plus de cinquante ans, à travers des documents d’urbanisme, des publications et deux expositions ouvertes au grand public. Instrument au service d’intérêts divergents, ce concours eut de multiples répercussions auprès d’acteurs très divers, qu’il s’agisse de l’administration fédérale ou municipale organisatrice, des jurés allemands et étrangers, des participants ou du public. Ainsi, en distinguant les trois niveaux : local (Berlin-Ouest et Berlin-Est), national (les deux Allemagne) et international (les experts, les architectes), on mesure la réception géographique, c’est-à-dire la production de sens dans l’espace d’un tel événement.

Les forces en présence

  • 11 « Comme vous le savez peut-être, nous préparons, en vue de l’aménagement du centre-ville de Berlin (...)

11Tout comme l’exposition du Hansa Viertel, qui fut inaugurée par le Président de la République, Théodor Heuss, le concours bénéficia d’appuis officiels. Le sénateur s’entoura très tôt de personnalités allemandes — les architectes en chef des villes bombardées : Werner Hebebrand (Hambourg), Rudolf Hillebrecht (Hanovre), Herbert Jansen (Kiel) ou Edgar Wedepohl et Hans Stephan (Berlin-Ouest) et surtout du professeur Otto Bartning. président du comité exécutif de l’exposition Interbau. Soucieux de se conformer aux règles de l’UIA fraîchement adoptées par l’Unesco, Otto Bartning proposa à son ami Pierre Vago de faire partie du jury. En fait, l’architecte français s’engagea personnellement dans le déroulement de ce concours. En tant que secrétaire de l’UIA, il pesa sur la rédaction du règlement, et en tant que juré, tenta de minimiser les enjeux politiques du concours. Il insista en outre sur la composition du jury. En effet, le comité préparatoire, fort de l’idée d’organiser un concours international11, forma paradoxalement un jury essentiellement allemand. Quelques étrangers aux noms prestigieux — le Finlandais Alvar Aalto ; le Hollandais, Cornelis Van Eesteren ; et l’Américain Walter Gropius — apportèrent leur caution. Au dernier moment, Gropius fut remplacé par l’architecte de la reconstruction de Kiel, Herbert Jansen. À l’exception de Van Eesteren, Aalto, Gropius et Vago avaient reçu la commande d’un bâtiment à l’Exposition de 1957. Les problèmes de Berlin leur étaient connus et tous parlaient l’allemand ; ce qui facilita la communication lors des séances du jury.

12Nommer des jurés étrangers prestigieux ne suffisait pas à asseoir cette entreprise diplomatique : plusieurs architectes de renom, de tendances très différentes, furent donc invités afin d’attirer la participation de concurrents étrangers. Des contacts personnels permirent de gagner par exemple Le Corbusier, qui terminait son Unité d’habitation de Berlin ; l’Autrichien Roland Rainer ; le Norvégien Sverre Pedersen ; l’Italien Luigi Piccinato ; et enfin le Zurichois, Albert Heinrich Steiner. Le choix de l’architecte anglais fut plus difficile. Le comité se décida finalement pour sir Robert Hogg Matthew, architecte du London County Council et du Royal Festival Hall de Londres (1951), et membre de l’UIA.

13Toutefois, la portée internationale de ce concours fut quelque peu limitée par le Rideau de fer. Au début de 1957, Hanns Hopp, président de l’Union des architectes de la RDA, exigea un accord sur les documents du programme avant leur publication. Il demanda également qu’un membre du jury représentât la RDA. Devant l’opposition des organisateurs, et la neutralité de l’UIA, les autorités est-allemandes décidèrent d’interdire le concours à leurs concitoyens et d’inciter les architectes des pays de l’Est à respecter ce boycott. Pourtant, afin de ne pas aggraver les relations avec l’Est, le comité d’organisation avait invité le directeur de la reconstruction de Varsovie, Adolf Ciborowski, à faire partie du jury. Celui-ci déclina l’invitation, invoquant l’imprécision du programme qui selon lui ne reposait sur aucune donnée économique, politique et sociale fiable.

  • 12 Le catalogue de l’exposition de 1990 comporte de précieux renseignements, dont la liste de tous le (...)

14Du côté des participants, le concours de Berlin Capitale suscita un grand intérêt. En accord avec l’UIA, le concours était « ouvert à tous les architectes européens, au sens large, et aux architectes étrangers nés en Allemagne ». Grâce au questionnaire de l’UIA, on sait que sur les 149 équipes, 72 étaient allemandes. Les 77 projets étrangers couvraient 17 pays répartis sur 4 continents12. Soulignons la présence d’un architecte brésilien, de seize équipes françaises (dont Roger Gagès, André Wogensky, Édouard Menkès, Roger Dabat), onze Anglais, deux Yougoslaves, une architecte américaine, et un Turc. On peut donc affirmer que l’ampleur géographique de ce concours dépassa les limites européennes. Ce qui n’est pas le cas du palmarès, dont le choix frileux suscita quelques critiques.

15Le premier prix fut décerné à une jeune équipe d’architectes de Hambourg et Hanovre, menée par Friedrich Spengelin. Les 2e prix allèrent à Egon Hartmann/ Walter Nickerl, ainsi qu’à Hans Scharoun/Wils Ebert. Les trois 3e prix allèrent à deux équipes berlinoises et aux anglais Alison et Peter Smithson (seul projet étranger récompensé). En revanche, on trouve parmi les mentions des projets italien (équipe de Lucino Baldassini), français (la jeune équipe de Marion Tournon-Branly) et autrichien (Wilhelm Holzbauer). Faut-il chercher dans la composition majoritaire allemande du jury l’explication du jugement ? Ce serait allé trop vite en besogne. Si le concours de Berlin servit des visées de politique internationale, il favorisa aussi une réflexion théorique très riche. La division de la ville qui empêchait toute exécution des plans à court terme, ne découragea pas les architectes. Le caractère d’émulation de la procédure fonctionna une fois encore.

Visions pragmatiques ou idéales d’une capitale métropole

  • 13 « Une certaine divergence de principe devait se manifester aussi, fatalement au sein du jury, dont (...)

16Plusieurs commentateurs, Pierre Vago en tête, soulignèrent l’ambiguïté du programme (et donc des résultats)13. Celui-ci débutait par l’assertion suivante : « La reconstruction du centre de Berlin est l’objet matériel du concours. Sa “mise en forme”, afin d’en exprimer visiblement la fonction de capitale et de métropole moderne, en est la tâche spirituelle. » Dans ce texte rédigé par Rudolf Hillebrecht, on trouve une comparaison avec le Capitole de Rome, la place du marché au Moyen Âge, Paris (capitale et métropole), mais aussi Ankara, Washington (capitale non métropole). Curieusement, le programme ne mentionne pas la nouvelle capitale du Brésil, dont les plans de Lucio Costa primés au concours brésilien de 1956 furent évoqués par les architectes lauréats. Un examen global des projets atteste de l’éminence des problèmes fonctionnels — en particulier du trafic et de la répartition des fonctions administratives — sur les préoccupations symboliques ou politiques. Les candidats se conformèrent généralement aux prescriptions du programme qui fixait l’emplacement du quartier gouvernemental, dans la boucle de la Spree et décidait de conserver quatre-vingts bâtiments historiques.

Ill. n° 1 — Hans Scharoun, Wettbewerbe Berlin Haupstadt, Lageplan, Entwurfsvariante, 1958.

  • 14 « La négation consciente de l’histoire comme dimension constitutive de la ville semblait être le d (...)

17Ce concours servit sans doute de tribune à différents modèles de ville, aujourd’hui regroupés sous le terme d’urbanisme fonctionnel ou international, ou encore placés sous le dénominateur commun « d’un rejet de l’histoire »14. Pourtant, une grande diversité se dégage des projets reçus à Berlin. Les jeunes lauréats de Hambourg rejetèrent nettement les projets de ville idéale et proposèrent une cité démocratique à échelle réduite où « l’ancien ne devait pas être isolé, muséographié, séparé du neuf, mais juxtaposé, provoquant des contrastes vivants ». À l’inverse, Hans Scharoun (ill. n° 1), tout comme Alison et Peter Smithson ou Le Corbusier, en profitèrent pour développer leurs conceptions respectives : paysage constitué d’unités de voisinage, réseau organique à double niveau structuré par une « gigantesque terrasse et un mur plastique de 100 m de haut » et ville radieuse en trois dimensions, synthèse de la doctrine CIAM. Les autres projets déclinèrent diverses théories urbaines contemporaines : la ville cellulaire et désagrégée (Hubert Hoffman, Walter Schwagenscheidt), la ville en bande (Peter Friedrich, Arthur Korn), la ville-structure monumentale (Van der Broek et Bakema, Georges Philippe/Henri Colboc — ill. n° 2). Les interprétations plus classiques d’un plan axé ponctué d’édifices monumentaux (Albert Steiner, ou la jeune équipe de Marion Tournon-Branly) furent rejetées par le jury au profit de visions plus pragmatiques. En raison de la nature du concours d’idées et du contexte politique, aucun des projets ne fut réalisé. Cependant, nombre des propositions marquèrent le développement urbain de Berlin, malgré la construction du mur de Berlin en 1961, et ceci jusqu’aux années 1990. Parmi les réactions de nature et d’intensité inégale que provoqua cette compétition, quatre nous ont parues significatives.

Ill. n° 2 — Henri Colboc, Georges Philippe, Pierre Dalidet, Gabril Duvillard, Concours Berlin, capitale 1958, Esquisse, perspective de la place centrale.

Quatre exemples de réception dans le temps et dans l’espace

Le concours pour l’aménagement du centre-ville de Berlin-Est (1959)

  • 15 « Concours pour la remodélation du centre-ville de Berlin-Est », L’Architecture d’aujourd’hui, (...)
  • 16 Les deux projets hors concours de Hopp et Henselmann présentent des points communs avec des projet (...)

18La réaction des autorités est-allemandes ne se limita pas à un boycott du concours. Au lendemain du jugement de juin 1958, lors du Ve congrès du SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands), le gouvernement de la RDA lança un plan quinquennal de reconstruction du centre-ville. Ce plan prévoyait la prolongation de la Stalinallee, l’aménagement du Marx-Engel-Forum avec la construction de l’Assemblée du peuple, et la reconstruction de l’avenue des Tilleuls (Unter den Linden). Il comprenait également l’organisation d’un concours d’idées « international ». Ouvert aux architectes et étudiants de la RDA et à quelques invités des autres pays de l’Est, ce concours s’intitulait : « Concours national d’idées pour l’aménagement socialiste du centre-ville de la capitale de la RDA. » La zone choisie se limitait donc aux frontières administratives de l’ex-zone soviétique. Trois prix et cinq mentions, d’un montant équivalent à ceux du concours rival, étaient prévus. Évidemment, l’équivalence était toute symbolique, étant donné la différence de cours entre les deux monnaies. Le jury comptait 17 experts. Afin de se démarquer du caractère irréalisable du concours de l’Ouest, les organisateurs rassemblèrent une volumineuse documentation et planifièrent un second degré. Aux plans techniques de la circulation, des niveaux, de l’utilisation des surfaces s’ajoutait par exemple un schéma intitulé « Espaces de célébration des jours fériés ». Il indiquait les emplacements de tribune et les lieux de rassemblement politique15. Les 58 projets reçus, dont 11 des pays de l’Est, furent exposés, puis abondamment publiés. Les travaux d’un nouveau schéma de circulation, menés par les urbanistes municipaux P. Schweizer et G. Schulz, en furent écartés. Leurs analyses minutieuses des quartiers anciens ne correspondaient pas à la vision monumentale du premier secrétaire du Parti Walter Ulbricht, qui souhaitait montrer la puissance de la nouvelle république en aménageant un axe central et en édifiant des bâtiments représentatifs de grande hauteur. Les projets primés, ainsi que celui d’Henselmann d’une tour de télévision16, correspondent à cette volonté démonstrative, rejetée par le jury du concours de l’Ouest. En revanche, les projets issus du second degré et les réalisations concrètes présentent davantage de points communs avec les conceptions émises par le Sénat de Berlin-Ouest, comme le montre l’article de Dorothea Tscheschner dans le catalogue de 1990.

Projets d’aménagements d’Est en Ouest (1960-1970)

19De part et d’autre du Mur, plusieurs propositions émises par les candidats des deux concours trouvèrent une application dans les projets d’aménagement urbain des années 1960. Les services municipaux s’inspirèrent par exemple du système de tangentes proposé par Hans Scharoun. L’aménagement de grandes voies d’accès au centre-ville prit la forme de quatre grandes voies est-ouest/nord-sud. D’autre part, la reconstruction de l’avenue des Tilleuls, préconisée aussi par l’Ouest, débuta par la reconstitution à l’identique des églises et des palais baroques avec le maintien du gabarit et de l’alignement historique. Parallèlement, la séparation des fonctions devint le leitmotiv des urbanistes est-allemands. Les édifices culturels, gouvernementaux et commerciaux furent regroupés le long de l’axe historique est-ouest ; des zones de nouveaux logements s’élevèrent en périphérie et au centre. La seconde tranche de la Stalinallee, proche de l’Alexan-derplatz, débuta ainsi en 1962. Ce quartier de logements de 8 000 habitants, à la densité très faible de 500 hb./ha, inaugura l’emploi des procédés de plaques de béton préfabriquées. Ses barres disséminées dans la verdure témoignent aujourd’hui de façon exemplaire du concept de ville désagrégée, prôné en 1958. En raison de tensions politiques et surtout économiques, la puissance de la RDA ne s’incarna pas, comme à Varsovie ou Moscou, dans un gratte-ciel socialiste surplombant le forum, mais dans une tour de télévision à l’esthétique futuriste construite de 1966 à 1969. Toutefois, ce qui semble aujourd’hui le plus révélateur de la doctrine fonctionnaliste, est l’ensemble architectural et urbain de l’Alexanderplatz. La séparation stricte des piétons et de la circulation automobile au niveau de la rue, la superposition des flux (deux niveaux de métro, trois tunnels piétonniers, un tunnel autoroutier et un viaduc ferroviaire), la construction de bâtiments « solitaires » et d’un centre commercial surmonté des 35 étages du Forum Hotel, illustrent certains projets de 1958.

20La réception du concours de 1958 à l’Est s’est donc effectuée au travers du concours-miroir de 1959 et d’une mise en œuvre ponctuelle de certains principes urbanistiques et architecturaux. À l’Ouest, ses répercussions doivent être recherchées dans les détails. D’une part, comme nous l’avons dit en préambule, la préparation des documents du concours permit de financer des études statistiques, utiles par la suite aux services municipaux de Berlin-Ouest. D’autre part, de nombreuses décisions furent arrêtées à cette période au sujet du futur visage de Berlin : les grandes lignes du plan d’occupation des sols de 1957 ; les réserves foncières gouvernementales dans la boucle de la Spree ; la concentration des ambassades au sud du Tiergarten, l’implantation d’un nouveau forum de la culture à l’ouest de la Potsdamerplatz. Seule une des deux tangentes de la zone occidentale prévues dans le programme du concours fut réalisée au sud en direction est-ouest. La tangente nord/sud passant sous le Tiergarten fut abandonnée à la fin des années 1960. Elle vient d’être réalisée de façon souterraine.

Ill. n° 3 — Alison et Peter Smithson, « Berlin Hauptstadt wettbewerb 1958 ‘Die chinesiche Mauer’ », die Platform, Bleistift auf Transparent.

21La pérennité des solutions de 1958 réside dans le choix de l’emplacement des bâtiments gouvernementaux lors du récent concours du Spreebogen (1991). Si le projet lauréat d’Axel Schultes et Charlotte Frank ne reprend en apparence aucune des idées émises en 1958, on peut tout de même rapprocher cette bande est-ouest de 100 m de large, 22 m de haut et 1,8 km de long, de la « muraille de Chine » naguère dessinée par les Smithson (ill. n° 3). À l’inverse, la vision du centre de la capitale a énormément évolué entre 1958 et 1989. L’exposition IBA de 1984-1987 n’a-t-elle pas été le fer de lance d’un retour affirmé à la densité et au parcellaire en bloc ? Ces deux aspects constituent le leitmotiv du schéma directeur de 1996-1999. Les commissaires de l’exposition de la Berlinische Galerie avaient certainement pressenti le caractère unilatéral qu’allait prendre la « seconde reconstruction de Berlin ». L’analyse historique, qui nécessita un travail considérable de rassemblement des projets éparpillés dans les archives des concurrents, devait d’abord enrichir le débat. L’exposition et son catalogue n’en constituent pas moins un important moment de réception.

L’exposition historique de la Berlinische Galerie (1989-1990)

  • 17 Les résultats du concours d’idées « Berlin Morgen, Ideen für das Herz einer grossen Stadt » furent (...)

22L’exposition de 1990 se voulut une réaction rapide aux visions propagées par les revues d’architecture et la presse, dans les premiers mois qui suivirent la chute du mur, en particulier celles de l’opération médiatique orchestrée par le directeur du Musée allemand d’architecture de Francfort, Vittorio Lampugnagni17. L’exposition rassemblait de nombreuses esquisses originales, des témoignages et des documents d’archives. La comparaison des deux concours rivaux de 1958 et 1959 est particulièrement fructueuse. Ce travail alimenta sans nul doute les débats d’après 1989. Mais les efforts du ministère de l’Urbanisme pour proposer un plan directeur du centre de Berlin virent le jour tardivement, bien après les concours des grands investisseurs (Alexanderplatz, Potsdamerplatz). Le schéma directeur, âprement discuté entre 1996 et 1999, entretient des rapports étroits avec le concours de 1958, tout en en prenant le contre-pied. C’est aussi le cas de la dernière réception en date du concours, l’article critique que lui a consacré Wolfgang Schäche en 2000.

Le plan d’aménagement concerté de « seconde reconstruction » (1996-1999)

  • 18 W. Schäche, op. cit., p. 256 : « Dans le dilemme des résultats du concours se reflète la défaite g (...)
  • 19 Hans Stimann, « Planwerk Innenstadt, Identitäts, Permanenz und Modernisierung », Stadtforum, 23 no (...)

23Cet article résume les positions prises par les autorités élues en 1996, invoquant la nécessité d’une « seconde reconstruction », en opposition explicite avec les idées de « première reconstruction ». Selon ce professeur d’histoire de l’architecture et de l’urbanisme, le concours fut un échec : désastre sur le plan théorique, défaite politique, méprise et aveuglement des experts sur la terminologie, ignorance des spécificités berlinoises, et surtout incapacité des différents projets à proposer un modèle de « ville durable ». Sur un ton polémique, l’article s’appuie sur une analyse des conditions du concours et des projets rendus, qui ne sont pas exempts de contradictions internes. Le résultat désastreux résulte, selon l’auteur, des conditions de lancement, notamment l’entâchement par les intérêts politiques. L’ignorance des données locales constituerait la principale explication, bien que les propositions les plus utopiques aient été rejetées au profit de projets plus pragmatiques. Si Wolfgang Schäche ne fait pas partie des quatre auteurs du schéma directeur présenté en 1996, le modèle qui se dégage en négatif de sa critique du concours de 1958 est bien celui d’une métropole orientée autour d’un centre urbain, riche d’une mixité des fonctions centrales, et octroyant de surcroît davantage de place aux piétons qu’aux véhicules18. Il existe néanmoins un point commun entre les fonds de plans de 1958 et le schéma directeur de 1996 : une délimitation arbitraire d’un centre, qui « recousu », « remodelé », « réparé », devrait devenir le cœur de la nouvelle capitale allemande. C’est cette volonté d’effacement de la bipolarité née de la partition de 1949 qui suscita les plus vives critiques. Dans ses grandes lignes, à l’aide de méthodes différentes de celles d’un concours international, le Planwerk Innenstadt visait « une reconstruction critique » définie comme modernité, « qui ne repose pas sur la rupture mais sur des expérimentations avec la ville européenne traditionnelle »19. Dans les publications officielles de ce schéma directeur, il était fait explicitement référence au concours initial de 1958. Mais les projets publiés servaient ici de repoussoir.

Conclusion

24Rappelons tout d’abord que la réception du concours de Berlin reste exemplaire par sa durée (cinquante ans) et par son étendue géographique, tant au niveau local, auprès des administrations municipales de l’Ouest et de l’Est et des architectes, qu’au niveau national et international. À ces deux dimensions, s’ajoute une autre, quantitative, issue d’une comparaison avec d’autres concours internationaux de la même époque. En effet, si l’on dénombre les acteurs (émetteurs, médiateurs ou récepteurs) d’une telle confrontation, on totalise une centaine de fonctionnaires responsables du programme, 390 équipes inscrites, autrement dit si l’on compte trois à cinq collaborateurs par agence, 1 500 architectes en 1958. Un autre chiffre vient grossir ce nombre, celui du public des deux expositions de 1958 et 1990, les lecteurs des revues et des centaines d’étudiants en architecture ayant eu entre les mains l’album des projets publiés en 1960. Le décompte devient alors impossible. Toutefois, en analysant les données de lancement du concours et son instrumentalisation par le politique notamment, cette étude révèle la production de sens d’un édifice ou d’un ensemble, avant même son édification.

25D’autre part, les visions idéales de ville proposées à l’occasion du concours de 1958 révèlent l’appropriation des principes fondateurs de l’urbanisme international (séparation des flux, vision organique de la ville cellulaire organisée en unité d’habitation, composition volumétrique des édifices verticaux marquant le centre-ville) par les architectes de différents pays. La juxtaposition de compositions axiales et monumentales de Roland Steiner ou des projets lauréats du concours de Berlin-Est atteste d’oppositions fortes, justifiées parfois a posteriori par les théories politiques du communisme dans le cas les chantiers de la période stalinienne. Les projets des jeunes équipes françaises (Tournon-Branly, Philippe et Colboc) ainsi que ceux des membres du Team X (les Smithson ou Jacob Bernd Bakema) préfigurent les expériences urbanistiques à grande échelle des années 1960. Même si Pierre Vago put regretter en 1958 l’accès d’humilité qui transparaît du palmarès dressé par un jury majoritairement ouest-allemand, le concours de Berlin capitale suscita un intérêt international considérable et permit par là même de redonner confiance à un grand nombre d’architectes et hommes politiques allemands.

Notes

1 À cette occasion, un volumineux catalogue a été publié par Helmut Geiser, Doris Haneberg, Carola Hein, Hauptstadt Berlin, Katalog der Austellung der Berlinische Galerie, 3 novembre 1990-6 avril 1991, Berlin, 1990, pp. 53-54.

2 Wolfgang Schäche, « Der Haupstadtwettbewerb 1957/1958, Entwürfe gegen die Vergangenheit », in Architektur der Stadt, Stadt der Architektur, catalogue de l’exposition au Neues Museum, juillet 2000, Berlin, Nicolaï Verlag, pp. 251-258.

3 En 1948, un nouvel ordre monétaire fut introduit à l’Ouest après le blocus de Berlin. La zone tripartite alliée devint la République fédérale allemande et on renonça à réinstaller le Parlement à Berlin le 3 novembre 1949. Bonn fut nommée capitale provisoire. Coupée en deux par une ligne de démarcation, puis par le Mur le 13 août 1961, Berlin resta sous la tutelle théorique du conseil interallié quadripartite jusqu’au 2 octobre 1990. Le traité d’unification des deux Allemagne de juin 1990 prévoit l’intégration des cinq Länder de l’Est à la RFA, l’Union monétaire et le statut de capitale pour Berlin. Le vote légendaire du 20 juin 1991, qui devait décider de faire de Berlin le siège du Parlement (réclamé par les Berlinois de l’Ouest depuis 1949) se conclut à 18 voix près en faveur de Berlin.

4 Le plan en bande de la ville paysage de Scharoun prévoyait la séparation de la surface urbaine en unités de voisinage de 5 000 habitants par de grandes voies de circulation, tangentes ou perpendiculaires entre elles.

5 La cité de Weissenhof près de Stuttgart (1927) et l’exposition du bâtiment de Berlin (1931).

6 Sur cette remarquable contribution à l’architecture du logement des années 1950 — réalisation de 1 183 logements, dont 527 dans l’Unité d’habitation de Le Corbusier — se référer à la monographie de Gabi Dolff-Bonekämper et Franziska Schmidt, Das Hansa Viertel, internationale Nachkriegsmoderne in Berlin, Verlag Bauwesen, Berlin, 1998, 196 p.

7 Le 23 décembre 1957, le sénateur Schwedler écrivit au secrétaire général de l’UIA : « Nous avons reçu 393 demandes du programme dont 209 Allemands, 184 de l’étranger provenant de 25 pays. Le pré-examen débutera le 1er février 1958 et durera quatre mois, donc on peut prévoir le jugement entre le 10 et le 16 juin. Une visite des lieux en voiture est prévue le premier jour du jugement », archives UIA, Paris, Concours de Berlin, boîte I/7 : correspondances.

8 . Conférence « Das Ergebnis des Wettbewerbes Hauptstadt-Berlin », Interbauwochen 7-12 septembre 1958, Senatsverwaltung für Bau und-Wohnungswesen Berlin, 1959, pp. 99-112. Album : das Ergebnis des Wettbewerbes Hauptstadt-Berlin, Senatsverwaltung für Bau und-Wohnungswesen, Berlin, 1960, 60 p.

9 Wolfgang Schäche, op. cit., p. 252.

10 « Das Ergebnis des Wettbewerbes Haupstadt-Berlin », Der Architekt, n° 10, 1958 ; Vago Pierre, « Le concours de Berlin capital », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 80, octobre-novembre 1958, pp. 8-9 ; Pierre Vago, « Concours Berlin capitale 1958 », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 81, pp. 41-42 ; Anonyme, « Haupstadt Berlin competition », The Architect and Building News, 9 juillet 1958, New York, pp. 40-45, etc.

11 « Comme vous le savez peut-être, nous préparons, en vue de l’aménagement du centre-ville de Berlin, un “concours européen” valable de l’Oural à Gibraltar », lettre d’Otto Bartning à Pierre Vago, 22 novembre 1956, archives UIA.

12 Le catalogue de l’exposition de 1990 comporte de précieux renseignements, dont la liste de tous les participants par pays.

13 « Une certaine divergence de principe devait se manifester aussi, fatalement au sein du jury, dont plusieurs membres berlinois avaient d’autres critères de jugement, que ceux qui attendaient avant tout de ce concours d’idées des solutions intéressantes au problème du Centre du “cœur” d’une métropole moderne. Aussi trouve-t-on à côté des projets primés, très sages (presque trop sages et trop poussés dans le détail) d’autres qui peuvent paraître utopiques, mais qui apportent des idées nouvelles », Pierre Vago, L’Architecture d’aujourd’hui, n° 80, octobre 1958, pp. 41-42.

14 « La négation consciente de l’histoire comme dimension constitutive de la ville semblait être le dénominateur commun de toutes les propositions », Wolfgang Schäche, op. cit., p. 251.

15 « Concours pour la remodélation du centre-ville de Berlin-Est », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 88, février-mars 1960, p. 7.

16 Les deux projets hors concours de Hopp et Henselmann présentent des points communs avec des projets du concours de 1958. Pour le premier, il s’agit de l’aménagement d’un bassin bordant le forum qui se rapproche du projet lauréat de Spengelin et Eggeling. Le projet d’Henselmann lui, peut être apparenté à la variante proposée par Jean Faugeron de l’équipe Tournon-Branly, d’une tour pointue surmontée d’une sphère, placée au centre d’une place circulaire monumentale.

17 Les résultats du concours d’idées « Berlin Morgen, Ideen für das Herz einer grossen Stadt » furent publiés dans le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, puis rassemblés dans un catalogue traduit en plusieurs langues.

18 W. Schäche, op. cit., p. 256 : « Dans le dilemme des résultats du concours se reflète la défaite générale de l’urbanisme moderne développé depuis la première guerre mondiale. L’espoir, l’ambition, de créer une architecture adéquate au présent et de proposer et d’appliquer une vision radicalement autre de la ville, si signifiante sur le plan théorique, et si fascinante, dans le cas présent, se solde par un désastre. Le modèle urbain de la ville européenne médiévale, modèle complexe créateur d’urbanité au sens le plus fort du terme avec ses différentes trames sédimentées, a survécu à toutes les évolutions et apparaît extraordinairement résistant et adaptable. »

19 Hans Stimann, « Planwerk Innenstadt, Identitäts, Permanenz und Modernisierung », Stadtforum, 23 novembre 1996, p. 14.

Table des illustrations

Légende Ill. n° 1 — Hans Scharoun, Wettbewerbe Berlin Haupstadt, Lageplan, Entwurfsvariante, 1958.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/490/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Ill. n° 2 — Henri Colboc, Georges Philippe, Pierre Dalidet, Gabril Duvillard, Concours Berlin, capitale 1958, Esquisse, perspective de la place centrale.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/490/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Ill. n° 3 — Alison et Peter Smithson, « Berlin Hauptstadt wettbewerb 1958 ‘Die chinesiche Mauer’ », die Platform, Bleistift auf Transparent.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/490/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search