Version classiqueVersion mobile

Des vestiges aux sociétés

 | 
Jeanne Brancier
, 
Caroline Rémeaud
, 
Thibault Vallette

Du territoire archéologique au territoire de l’archéologue : prédictibilité et échelle de confiance

La mobilité dans la tradition Teuchitlán : un vestige de l’interaction régionale dans l’Occident du Mexique

Armando Trujillo

Résumé

Parmi les manifestations culturelles de l’Occident du Mexique, la tradition ­Teuchitlán est l’une des plus anciennes, ses débuts remontant à la période Préclassique (1000 av. J.-C. à 200 apr. J.-C.). Son extension régionale et son organisation dans l’espace ont permis de mettre en place des méthodes d’analyse spatiale au moyen de systèmes d’information géographiques (SIG). L’objectif de ce travail est de présenter un panorama général des dynamiques de mobilité et du probable réseau de chemins qui sillonnait le paysage de la vallée de Tequila (état du Jalisco, Mexique). Pour ce faire, nous avons utilisé des outils propres aux SIG. Notre travail s’est centré sur la recherche de chemins de moindre coût (least-cost path, LCP ), en nous appuyant sur les images satellites et les modèles numériques de terrain (MNT). Cette étude fournit des informations sur la façon dont les habitants de la tradition Teuchitlán géraient l’espace qu’ils occupaient, grâce à leurs voies de circulation.

Texte intégral

Cette recherche s’inscrit dans le programme doctoral financé par le Conseil national pour la science et la technologie (CONACYT) du Mexique. Je remercie tout particulièrement David Wheatley et Patricia Murrieta pour leur aide précieuse, durant la réalisation des expérimentations sur la mobilité lors de mon séjour à l’université de Southampton. Je remercie également toute l’équipe du projet archéologique Guachimontones dirigé par le Dr Phil Weigand, de même que le Dr C. Beekman pour les informations qu’il m’a fournies. Mes remerciements vont également à Brigitte Faugère pour l’intérêt constant qu’elle a porté à mon travail de recherche.

1Le paysage archéologique reflète de plusieurs manières les activités laissées par les hommes, mais aussi leurs idées, leur culture matérielle et leurs actions culturelles, de l’art et la religion à la science et l’organisation sociale. La lecture du paysage et de l’environnement actuel permet de retracer certaines actions de l’homme et d’entrevoir aussi certains épisodes de son histoire.

2Les chemins, éléments omniprésents dans des paysages façonnés par l’homme, constituent indéniablement des indicateurs de l’organisation économique et sociale. Ces éléments du paysage acquièrent leur forme en fonction de l’occupation de l’espace et du passage du temps, leur utilisation et l’intensité de leur fréquentation évoluant au cours du temps. Ils ont une morphologie variable selon leur importance sur le plan religieux, économique et/ou militaire. Ils constituent donc une importante source d’information pour les archéologues, d’abord parce qu’ils sont susceptibles d’offrir des informations sur leur fonction, et également parce qu’ils matérialisent les liens entretenus par les occupants des sites qui jalonnent leur itinéraire.

3Au sein du paysage, les chemins constituent l’expression fondamentale de la mobilité. Malheureusement, ils se manifestent souvent de manière intangible et ne laissent que peu de traces identifiables lors des fouilles archéologiques. C’est pourquoi l’utilisation de nouvelles techniques permettant de créer une abstraction de la réalité susceptible d’être caractérisée et étudiée comme partie d’un paysage est particulièrement utile en Mésoamérique, aire pour laquelle l’absence d’utilisation de la roue a des implications spécifiques pour la création et la manifestation des voies de circulation.

4Dans ce travail, notre objectif est d’entreprendre, par l’analyse de ces chemins, l’étude de la mobilité et de l’interaction des habitants au sein de la vallée de Tequila (état de Jalisco). L’application de méthodes d’analyses issues des systèmes d’informations géographiques (SIG)apportera une lecture nouvelle du paysage archéologique régional et nous éclairera sur différents points  : quel est le rôle du relief naturel et du cours des fleuves dans l’établissement des schémas de mobilité entre les sites archéologiques de la zone d’étude ? Existe-t-il une relation entre l’importance des sites archéologiques et leur niveau d’interaction ? Comment analyser les chemins « informels » dans la distribution du schéma d’établissement ?

  • 1 En anglais, least-cost path. L’objectif de chemin de moindre coût est déterminé après pondération d (...)
  • 2 Un modèle numérique de terrain (MNT) est une représentation 3D de la surface d’un terrain ou d’une (...)

5Pour répondre à ces questions, nous avons créé un « réseau de chemins de moindre coût » (LCP)1 que nous avons analysé en exploitant les SIG, et utilisé les possibilités qu’offrent ces outils pour modéliser des surfaces de coût et de friction à partir de modèles numériques de terrain (MNT)2.

6Les analyses des chemins de moindre coût ont pris de l’importance en archéologie. L’idée sous-jacente est que le mouvement d’un point à un autre génère un coût ; l’objectif est de sélectionner un chemin au coût minimum ou, tout au moins, un chemin dont le coût en termes d’énergie et/ou de temps est le plus bas.

La tradition Teuchitlán

7La tradition Teuchitlán s’est développée dans l’État de Jalisco au Mexique entre la fin du Préclassique et le Classique (200 av. J.-C. à 400 apr. J.-C.). Les premières reconnaissances eurent lieu dans les années 1970, quand le Dr Weigand réalisa les premières prospections archéologiques (Weigang, 1993). Celles-ci fournirent une grande quantité d’informations qui permit de définir la tradition Teuchitlán, mais ce ne fut que dans les années 1990 que débutèrent les travaux de fouilles et de restauration dans certains sites archéologiques.

8Ces recherches avaient été précédées par quelques travaux (Corona Nuňez, 1954 et 1955 ; Kelly, 1947 et 1980 ; Gifford, 1950 ; Long ­Stanley, 1966 et 1967 ; Meighan, 1969) mais elles suscitèrent un véritable démarrage des études sur la culture Teuchitlán elle-même en démontrant qu’elle constituait l’une des sociétés complexes les plus précoces de l’Occident du Mexique. Au cours des périodes allant du Préclassique ancien aux débuts du Classique récent (300 av. J.-C.-200 apr. J.-C.), son dynamisme social à l’échelle régionale permit la prolifération d’établissements comptant une série d’éléments distinctifs, notamment un style architectural se caractérisant par ses structures circulaires, mais aussi l’exploitation de gisements d’obsidienne et l’utilisation de l’environnement à des fins agricoles de la vallée de Tequila.

9Cette tradition occupe un espace assez étendu  : elle embrasse la zone lacustre de l’altiplano du Jalisco, les terrasses supérieures du ravin du Río Grande de Santiago et le ravin de Bolaños, de sorte qu’elle occupe le sud-est de l’état du Nayarit, le nord-ouest de l’état du Jalisco jusqu’au sud de Zacatecas en entrant par le Canyon de Bolaños. Les établissements se concentraient néanmoins plutôt au bord des lacs et sur les premières terrasses, où l’espace avait été intentionnellement nivelé de façon à permettre l’agriculture et la construction de groupes d’habitation (Weigand, 1993) (fig. 1).

Fig.1. Localisation de la vallée de Tequila, état du Jalisco, Mexique

Fig.1. Localisation de la vallée de Tequila, état du Jalisco, Mexique

A. Trujillo.

10Les bassins lacustres fermés et les vallées entourant le volcan de Tequila forment une aire riche en ressources. La combinaison de cendres volcaniques et de sols alluviaux lacustres ont permis la formation d’un espace privilégié pour l’agriculture, d’autant plus que la zone reçoit de 900 à 1 600 mm de pluie par an (Weigand, 1993).

11Les ressources minérales sont, elles aussi, abondantes ; autour du volcan de Tequila près de cinquante-deux gisements d’obsidienne ont été localisés, dont à peu près la moitié montrent des traces anciennes d’activités minières (Weigand et al., 2008).

12Cette tradition culturelle est organisée autour du site archéologique de Guachimontones qui constitue un centre compact autour duquel se développe une zone d’influence aux contours bien définis. Selon ­Weigand, son organisation sociale se fonderait sur l’existence d’un état qui reposerait davantage sur l’hégémonie rituelle que sur un pouvoir politique réel (Weigand et Beekman, 1998).

13Le site Guachimontones se situe au centre-ouest du Jalisco, dans la région lacustre des Hautes Terres et de ses vallées adjacentes autour du volcan de Tequila. Il s’étend sur une superficie d’environ 20 hectares, où sont principalement édifiées dix constructions circulaires monumentales. Ces dernières, appelées guachimontones, comprennent une pyramide circulaire ceinte d’un patio circulaire qui est à son tour entouré d’une haute banquette. Ainsi, la forme générale du groupe monumental s’organise autour de trois cercles concentriques. Sur la banquette périphérique se trouvent de huit à seize plates-formes, qui portent chacune un temple sur leur partie supérieure, tandis que sous certaines d’entre elles (généralement sous les cercles les plus modestes) sont placées des tombes à puits (Weigand et Beekman, 1998) (fig. 2).

Fig.2. Site archéologique Guachimontones

Fig.2. Site archéologique Guachimontones

A. Trujillo.

14La plus forte densité de sites de la tradition Teuchitlán se concentre dans une zone nucléaire située dans la vallée de Tequila. Les sites qui comptent les plus grandes zones d’habitation sont Ahualulco (28), Huitzilapa-A (43), Santa Quiteria (50), Las Pilas (41) et San Juan de los Arcos (24) (Weigand, 1985).

15Les fonctions des sites sont multiples. Certains, proches des gisements d’obsidienne, comportaient des ateliers, d’autres consistaient en des zones d’habitation, les plus grands utilisés par l’élite de la société. Pour ce travail, nous avons examiné soixante-deux établissements aux fonctions distinctes (fig. 3).

16Pour réaliser la collecte et l’analyse des données, nous avons utilisé des outils SIG qui nous ont permis de systématiser l’information de façon rapide et précise.

Fig.3. La zone nucléaire de la tradition Teuchitlán

Fig.3. La zone nucléaire de la tradition Teuchitlán

A. Trujillo.

Les SIG et les analyses de coût de surface

  • 3 On entend par « révolution quantitative » la période d’évolution du champ disciplinaire de la géogr (...)

17L’application des SIG en archéologie remonte aux années 1970. Au départ, il s’agit de modèles géographiques venus de ce que l’on appelle la « révolution quantitative3 ». Ces procédés d’analyse spatiale ont été repris par les archéologues car ils s’avèrent adaptés aux problématiques sociales.

18Parallèlement à l’application des modèles spatiaux, les SIG furent utilisés de deux façons  : d’abord, pour gérer et manipuler des données culturelles ; ensuite, pour mettre en place des modèles prédictifs. Dans les deux cas, ces modes d’utilisation étaient fondamentalement destinés à des échelles régionales.

19De nos jours, les fonctions que les SIG offrent à l’archéologie sont multiples, si bien que les études s’étendent désormais de l’application de modèles prédictifs à l’analyse de mobilité dans des MNT. Notre travail participe de ce dernier type d’analyse. Nous nous intéressons effectivement à la dynamique des mobilités dans la région étudiée, en examinant les rapports des chemins les plus courts avec la surface de coûts dans le déplacement.

20L’analyse du coût de surface est une technique qui découle de l’application de modèles géographiques à l’archéologie. Elle consiste à rechercher la représentation géographique digitale la plus proche de la réalité, en procédant à la modification des traits topographiques naturels au moyen de modèles mathématiques – connus sous le nom de surfaces de friction – de façon à simuler les coûts de déplacement en termes de distance, de temps et/ou d’énergie.

21L’avantage qu’offre l’utilisation de surfaces de friction réside dans la possibilité de pondérer la distance parcourue d’un point à un autre en considérant le temps, l’énergie et/ou la distance, à la différence de ce qui était pratiqué antérieurement à partir de la distance euclidienne, qui ne représente pas une distance réelle au sein du paysage.

22L’importance de la distance comme caractéristique spatiale est bien connue  : elle peut influer directement sur les relations entre deux cultures, voire plus. En ce sens, l’environnement s’affirme comme le théâtre où se déroulent les processus culturels. Les données qui y ont trait, se conjuguent pour créer des relations statistiquement significatives, qui permettent à la description géographique d’aboutir à une prédiction des modèles d’association entre nature et culture.

Sources d’information

  • 4 Université du Colorado, Denver.

23La base de données archéologique ici abordée est constituée d’informations en provenance principalement des archives du Dr Phil Weigand. Nous y avons également ajouté des informations issues des archives de la Dirección de Registro Público de Monumentos y Zonas Arqueológicas del Instituto Nacional de Antropología e Historia (DRPMZA-INAH). Nous avons confronté cet ensemble de données et nous l’avons complété avec les éléments obtenus durant la campagne de prospection que nous avons réalisée en 2009. Par ailleurs, nous avons pu vérifier plus récemment l’emplacement d’autres sites grâce aux données fournies par le Dr Christopher Beekman4.

24Dans le cadre de la présente étude, les soixante-deux sites archéologiques enregistrés dans la vallée de Tequila (état du Jalisco) ont été pris en compte.

Données environnementales

  • 5 Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática.

25Les données intégrées proviennent essentiellement de l’INEGI5 et sont à l’échelle 1 :50 000. L’obtention de ces couches de données apporte des informations partielles pour le modèle. Les images satellites utilisées ont été obtenues à partir du satellite WorldView II et ont été concédées par l’entreprise GTT Imaging México.

  • 6 Un algorithme est « un procédé qui offre une solution à un problème et consiste en un ensemble de r (...)

26La méthodologie adoptée est celle définie par Murrieta dans son analyse des chemins de moindre coût (Murrieta, 2011, p. 96). Dans un premier temps, nous avons commencé par concevoir l’analyse susceptible d’expliquer la création de chemins entre les sites archéologiques, en partant du principe que, pour se déplacer, les habitants de la vallée de Tequila accordaient une place plus importante à l’économie d’énergie qu’au temps de parcours. En outre, cette analyse devait permettre de prendre en considération les obstacles naturels, par exemple les rivières et les plans d’eau. De cette façon, les chemins créés devaient d’abord tenir compte de la variable « relief naturel » puis, dans un deuxième temps, de l’existence de rivières et de plans d’eau devant être traversés ou évités, de sorte que l’algorithme6 utilisé a été basé sur une estimation de valeurs.

27Afin d’effectuer l’analyse des chemins de moindre coût, il a fallu utiliser des données de type raster. Ces dernières sont une abstraction du monde réel, dans laquelle les données spatiales adoptent la forme d’une matrice de cellules ou de pixels. Avec un tel modèle, les données spatiales n’apparaissent pas continues, mais divisées en unités discrètes, ce qui les rend aptes à ce type d’opération.

Les étapes à suivre pour la réalisation de chemins de moindre coût  :

  1. Création du MNT à partir des courbes de niveau de la zone étudiée.

  2. Création des couches de pente et de la direction de pente grâce au MNT.

  3. Analyse du coût de surface à l’aide du MNT, de la pente et d’un algorithme d’estimation du coût de surface.

    • 7 Il existe deux types de friction  : isotropique et anisotropique. Les algorithmes isotropes prennen (...)

    Création de la friction anisotropique7.

  4. Élaboration de chemins de moindre coût entre sites archéologiques.

  5. Analyse de la densité linéaire.

28La collecte d’informations tant culturelles que naturelles a permis de jeter les bases d’une plateforme systématisée, à partir de laquelle pourraient découler des sous-produits informatiques destinés à rassembler l’information nécessaire à l’étude. Ces sous-produits furent créés sur deux plates-formes d’analyse, en fonction des nécessités  : ArcGis 10 et Idrisi Kilimanjaro.

Création du MNT à partir des courbes de niveau de la zone étudiée

29Le MNT est une représentation raster de champs continus qui se réfèrent habituellement à la surface terrestre. Cette représentation synthétise de manière digitale les phénomènes topographiques et les stocke dans des cellules ou des pixels interconnectés et porteurs de l’information caractéristique de cette partie de l’espace.

Création des couches de pente et de la direction de pente grâce au MNT

30Ce MNT a permis de créer les couches ultérieures suivantes  : le modèle de pentes (slope) et le modèle d’orientation de pentes (aspect).

31Le modèle de pentes (slope) représente une caractéristique du relief qui peut être déterminé à partir d’un modèle numérique d’altitude par le biais d’opérations mathématiques. Le calcul de la pente se base sur la mise en évidence d’indices de changement d’altitude maximum entre une cellule et ses voisines. Le procédé qu’exécute le système consiste à utiliser les courbes de niveau et à mesurer une distance qui inclut plusieurs courbes. Cette dernière se calcule de la façon suivante  : %P = (nC/DE) • 100, où n représente le nombre de courbes de niveau, C l’équidistance entre elles, D la distance mesurée sur la carte et E l’inverse de l’échelle. Ce modèle de pentes dérive de la résolution obtenue dans le MNT, et sa projection est du même type.

32En ce qui concerne l’orientation de la pente, elle est estimée à partir de la géométrie de ses cellules voisines et elle est habituellement calculée en degrés, qui vont de 0 à 360, ce dernier représentant le nord. Bien souvent, elle est réorganisée en degrés (ou radians), correspondant à huit directions principales (N, NE, SE, SO, O et NO) (Wheatley et ­Gillings, 2002, p. 108).

Analyse du coût de surface à l’aide du MNT, de la pente et d’un algorithme d’estimation du coût de surface

33L’analyse du coût de surface est l’application de modèles mathématiques qui sont également connus sous le nom de surfaces de friction. Ce sont ces surfaces qui définissent les routes tracées. L’application de modèles mathématiques peut varier en fonction du type d’algorithme, selon qu’il est isotrope ou anisotrope.

34L’algorithme isotrope intègre la distance nécessaire pour voyager d’un lieu à un autre, en ajoutant un coût relatif basé sur des éléments quantifiables du paysage, comme la pente (Bell et Lock, 2000, p. 86). Tandis que l’algorithme anisotrope intègre non seulement la distance et le coût en termes de friction requis pour se déplacer d’un endroit à un autre, mais aussi la direction du mouvement (Wheatley et Gillings, 2002, p. 138).

35Dans le cadre de cette recherche, nous avons décidé d’appliquer un algorithme anisotrope qui exprimera le mouvement entre les sites en fonction de sa direction. De cette façon, il est possible d’évaluer l’importance de la localisation de certains sites dans les parties élevées ou sur les versants des montagnes.

Création de la friction anisotropique

  • 8 Le rapport entre la pente et la friction se représentera sous la forme d’une courbe et peut se trad (...)

36La friction anisotropique se définit d’après les différences en termes de dépense d’énergie selon le degré de la pente parcourue. Par exemple, la quantité d’énergie utilisée n’est pas la même lorsque l’on parcourt une plaine, lorsque l’on traverse un ravin ou lorsque l’on gravit une montagne. Les observations empiriques d’Anaya montrent que, sur une surface plane, une personne peut parcourir 5 km en une heure environ (Anaya Hernández, 2001, p. 35). Quand on emprunte un chemin ascendant dont la pente augmente progressivement, la friction s’accroît également de façon non linéaire, si bien que pour une pente de vingt degrés, la friction sera treize fois plus importante (fig. 4)8.

Fig.4. Modèle d’élaboration de friction anisotropique

Fig.4. Modèle d’élaboration de friction anisotropique

A. Trujillo.

Élaboration de chemins de moindre coût entre sites archéologiques

37La friction anisotropique constitue la première étape pour pouvoir créer les chemins de moindre coût. C’est la base à partir de laquelle le mouvement sera quantifié. Pour rendre cette friction plus réaliste, nous avons ajouté les couches des rivières et des plans d’eau qui, dans une certaine mesure, influent sur la direction prise par les chemins, puisqu’il est bien souvent plus facile de contourner les rivières et les lagunes que de les traverser. De ce fait, nous avons attribué des valeurs estimées à ces couches, afin qu’elles soient prises en compte dans le déplacement.

38L’étape suivante a consisté à réaliser les surfaces de friction pour chaque site archéologique. Pour l’analyse du coût, nous avons utilisé la fonction VARCOST du software Idrisi. Cette fonction a permis d’obtenir la surface de friction pour chaque site, laquelle a ensuite permis de réaliser les chemins allant d’un site vers tous les autres, et ainsi de suite pour les soixante-deux sites (fig. 5 et 6).

Fig.5. Schéma des chemins de moindre coût

Fig.5. Schéma des chemins de moindre coût

A. Trujillo.

Fig.6. Carte 3D d’une section de la zone étudiée

Fig.6. Carte 3D d’une section de la zone étudiée

A. Trujillo.

Analyse de la densité linéaire

39Afin de pouvoir effectuer l’analyse de la densité linéaire, nous avons utilisé un outil du programme ArcGis 10. Cette analyse montre la confluence des chemins qui partagent un même espace, autrement dit elle illustre graphiquement les niveaux de convergence des éléments linéaires qui représentent les chemins de moindre coût.

40L’analyse consiste à exporter tous les chemins entre sites archéologiques créés dans le programme Idrisi, pour ensuite appliquer l’outil de densité linéaire (Line Density). Ceci fournit une carte des différents niveaux de confluence, lesquels sont représentés par des tons différents en fonction de leur degré d’interaction.

41Cette analyse donne à voir les zones les plus employées de la région étudiée, ce qui permet de comparer la hiérarchie du patron d’installation pour savoir s’il existe un rapport avec les dynamiques de mobilité (fig. 7).

Fig.7. Carte d’analyse de densité

Fig.7. Carte d’analyse de densité

A. Trujillo.

Résultats

42Le paysage qui a retenu notre attention dans cet exercice était principalement composé de trois variables qui modifiaient la façon de s’y déplacer. Ces variables (relief naturel, rivières et plans d’eau) influencèrent les déplacements, mais – d’après les résultats obtenus – elles ne furent pas déterminantes, parce que les sites archéologiques étudiés se situent surtout dans les parties basses de la vallée de Tequila. En conséquence, le déplacement des personnes se déroulait dans les zones planes de la vallée et le relief naturel ne joua pas un rôle clé dans la mise en place des axes de circulation. Nous sommes ainsi face à ce que l’on pourrait appeler des « espaces ouverts de mobilité », ce que reflète aussi l’unité dans le modèle d’établissement. Celui-ci permet de confirmer l’absence de conflits ou tensions militaires entre les sites qui n’avaient donc pas besoin de systèmes de défense et se trouvaient répartis plutôt près des terres arables.

43En ce qui concerne les rivières, nous pouvons voir sur les cartes que ces dernières ont légèrement modifié la direction prise par les chemins, mais elles ne furent cependant pas déterminantes. Cela s’explique par le fait que si la région compte un vaste réseau hydraulique, ses composantes ne sont pas de grande taille, si bien qu’elles peuvent être traversées sans difficulté durant la saison sèche comme pendant la saison des pluies.

44Pour ce qui est des plans d’eau, la région n’en recense que deux d’importance. Il s’agit, d’une part, de l’actuelle retenue d’eau formée par le barrage La Vega, qui se situe au sud de la localité de Teuchitlán et où les études paléoenvironnementales ont indiqué l’existence d’une lagune naturelle, et d’autre part de la lagune proche de la localité Antonio Escobar. Toutes deux se situent à des endroits qui ne sont pas traversés par les chemins qui connectent les sites.

45L’objectif poursuivi avec l’application d’une technique comme celle du chemin de moindre coût a été de tracer des chemins qui existèrent probablement par le passé. Les résultats obtenus nous fournissent des informations concernant les zones où converge le plus grand nombre de chemins, ce qui permet d’envisager que ces zones sont celles où la mobilité était la plus importante de la région. Les résultats obtenus suggèrent que les sites importants de la tradition Teuchitlán – par exemple, ­Guachimontones (1), Loma Alta (2), Arroyo de los Lobos (3) et La Estanzuela (5) – étaient ceux qui se situaient dans la zone de plus grande mobilité, ce qui expliquerait aussi la densité des résidences retrouvées dans cette même zone.

46Les données archéologiques et les traitements informatiques réalisés permettent ainsi de définir cette région comme un espace au sein duquel la circulation était relativement facile. La faible ampleur des chemins et le faible coût en énergie pour entrer en contact prouvent qu’existaient des rapports fluides entre les sites et entre sites et ressources naturelles.

47En conclusion, ce premier exercice d’analyse spatiale au moyen de SIG dans la tradition Teuchitlán aide à mieux comprendre la configuration spatiale de la zone étudiée. Ce travail ouvre de vastes perspectives de recherche à exploiter dans le futur, lesquelles fourniront progressivement de plus grandes quantités de données pour appréhender la culture Teuchitlán.

Bibliographie

Anaya Hernández A. (2001) – Site Interaction and Political Geography in the Upper Usumacinta Region during the Late Classic : a GIS Approach, Oxford.

Beekma C. et Weigand C. (2000) – La Cerámica Arqueológica de la Tradición Teuchitlán, Jalisco. Tipología Análisis Petrográfico y Cronología, Zamora.

Bell T. et Lock G. (2000) – Topographic and Cultural Influences on Walking the Ridgeway in Later Prehistoric Times, dans G. Lock (éd.), Beyond the Map : Archaeology and Spatial Technologies, Oxford, p. 85-100.

Berry B. J. et Marble D. (1968) – Spatial Analysis : a Reader in Statistical Geography, Englewood Cliffs.

Butzer K. W. (1982) – Archaeology as Human Ecology, New York.

Corona Nuñez J. (1954) – Diferentes tipos de tumbas prehispánicas en Nayarit, Yan, 3, p. 46-50.

Corona Nuñez J. (1955) – Tumba de El Arenal, Etzatlán, Jalisco, México.

Christaller W. (1972) – How I Discovered the Theory of Central Places : A report about the Origin of Central Places, dans P. W. English et R. C. Mayfield (éd.), Man Space and Environment  : Concepts in Contemporary Human Geography, Oxford, p. 601-610.

Clarke D. (éd.) (1968) – Analytical Archaeology, Londres.

Clarke D. (1972) – Models and Paradigms in Archaeology, dans D. Clarke, Models in Archaeology, Londres, p. 47-52.

Clarke D. (1977) – Spatial Information in Archaeology, dans D. Clarke, Spatial Archaeology, Londres, p. 1-32.

Gifford E. W. (1950) – Surface Archaeology of Ixtlan del Rio, Nayarit, Berkeley.

Hagget P. (1965) – Locational Analysis in Human Geography, Londres.

Hodder L. et Orton C. (1976) – Spatial Analysis in Archaeology, Cambridge.

Kelly I. (1947) – Excavations at Apatzingán, Michoacán, New York.

Kelly I. (1980) – Ceramic Sequence in Colima : Capacha an Early Phase, Tucson.

Long Stanley V. (1966) – Archaeology of the Municipio de Etzatlán, Jalisco, Ph.D. dissertation, University of California.

Long Stanley V. (1967) – Formas y distribución de Tumbas de Pozo con Camara Lateral, Revista de la Universidad de los Andes, 1, p. 73-87.

Longley P., Michael F., Goodchild D., Maguire J. et Rind D. W. (2004) – Geographic Information Systems and Science, West Sussex (2e edition).

Meighan C. (1969) – Cultural Similarities Between Western Mexico and the Andean Regions, Mesoamerican Studies, 4, p. 11-25.

Murrieta P. (2011) – Travelling Through Past Landscapes : Analysing the Dynamics of Movement during Late Prehistory in Southern Iberia with Spatial Technologies, Ph.D. dissertation, University of Southampton.

Schneider K. et Robbins P. (1995) – Mitigating Topographic Effects in Satellite Imagery, Unitar Explorations in GIS Technology, GIS and Mountain Environnements, vol. 5, Genève.

Weigand P. C. (1985) – Evidence for Complex Societies during the Western Mesoamerican Classic period, dans M. S. Foster et P. C. Weigand (éd.), The Archaeology of West and Northwest Mesoamerica, Boulder, p. 47-92.

Weigand P. C. (1993) – Evolución de una civilización prehispánica : Arqueología de Jalisco, Nayarit y Zacatecas, Zamora.

Weigand P. et Beekman C. (1998) – The Teuchitlán Tradition : Rise of as Statelike Society, dans R. F. Townsend, Ancient West México : Art and Archaeology of the Unknown Past, Chicago, p. 35-52.

Weigand P., Beekman C. et Esparza R. (éd.) (2008) – La Tradición Teuchitlán, Zamora.

Wheatley D. et Gillings M., (2002) – Spatial Technology and Archaeology. The Archaeological Applications of GIS, Londres.

Notes

1 En anglais, least-cost path. L’objectif de chemin de moindre coût est déterminé après pondération d’une surface du trajet le moins coûteux pour aller d’un point à un autre.

2 Un modèle numérique de terrain (MNT) est une représentation 3D de la surface d’un terrain ou d’une planète, créée à partir des données d’altitude du terrain. Le MNT ne prend pas en compte les objets comme les plantes et les bâtiments.

3 On entend par « révolution quantitative » la période d’évolution du champ disciplinaire de la géographie, suite à l’application de propositions nouvelles et plus analytiques. Cette initiative déboucha sur ce que Clarke définit comme l’« archéologie spatiale » (Clarke, 1968, 1972 et 1977), dont les principaux tenants sont Berry et Marble (1968), Butzer (1982), Christaller (1972), Hagget (1965), Hodder et Orton (1976).

4 Université du Colorado, Denver.

5 Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática.

6 Un algorithme est « un procédé qui offre une solution à un problème et consiste en un ensemble de règles claires qui définissent une séquence finie d’opérations » (Longley et al., 2004, p. 342).

7 Il existe deux types de friction  : isotropique et anisotropique. Les algorithmes isotropes prennent en compte le coût du transport à travers une surface, mais ils ne considèrent pas la direction du mouvement, tandis que les algorithmes anisotropes prennent en compte les deux facteurs (Wheatley et Gillings, 2002, p. 152).

8 Le rapport entre la pente et la friction se représentera sous la forme d’une courbe et peut se traduire par l’équation binomiale suivante  : Y = [.031 X²] + [–.025X+ 1], où Y = la friction, X = la pente, et.031 et -.025 les constantes qui dérivent de l’ajustement de la courbe aux valeurs obtenues grâce aux observations empiriques (Schneider et Robbins, 1995).

Table des illustrations

Titre Fig.1. Localisation de la vallée de Tequila, état du Jalisco, Mexique
Crédits A. Trujillo.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4893/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig.2. Site archéologique Guachimontones
Crédits A. Trujillo.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4893/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig.3. La zone nucléaire de la tradition Teuchitlán
Crédits A. Trujillo.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4893/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig.4. Modèle d’élaboration de friction anisotropique
Crédits A. Trujillo.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4893/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Fig.5. Schéma des chemins de moindre coût
Crédits A. Trujillo.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4893/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig.6. Carte 3D d’une section de la zone étudiée
Crédits A. Trujillo.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4893/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig.7. Carte d’analyse de densité
Crédits A. Trujillo.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4893/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 8096  : Archéologie des ­Amériques. Sujet de thèse  : Étude régionale de la culture Teuchitlán, Jalisco, Mexique.
Directrice  : Brigitte Faugère. Soutenance prévue en 2015.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search