Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des vestiges aux sociétés

 | 
Jeanne Brancier
, 
Caroline Rémeaud
, 
Thibault Vallette

Du matériel au territoire idéel : les vestiges comme témoin de la perméabilité des sociétés

Image de soi en préhistoire

Essais sur les enjeux de la représentation humaine pour les sociétés magdaléniennes

Oscar Fuentes

Résumé

La figuration de l’être humain dans l’art paléolithique est une thématique particulière. Moins présente que celle des animaux, elle nous renvoie sans conteste à la manière dont les sociétés se représentaient, donc se pensaient. S’intéresser à ce corpus souvent qualifié de marginal, permet d’aborder des dialectiques de l’image variées, nous renvoyant autant aux mentalités sociales paléolithiques qu’à la façon dont nous regardons ces images. Reposant sur une étude basée à la fois sur des critères graphiques et anatomiques (choix formels) avec des données extrinsèques (associations, technique), nous nous sommes efforcés d’analyser les représentations attribuées au Magdalénien du grand Sud-Ouest français (Vienne-Aquitaine-Pyrénées). Après avoir discuté sur la manière d’identifier un être humain représenté, nous proposons un modèle de lecture de ces images afin de cerner des modes de représentation. Cette étude porte donc sur les enjeux de la représentation humaine pour les sociétés magdaléniennes et tente de mettre en avant des structures élémentaires à ces formes graphiques. Comme des sortes d’avatar, la silhouette humaine dans l’art pourrait se poser comme marqueur identitaire pour ces sociétés et révéler des dynamiques territoriales, construisant ainsi des géographies sociales au cours du Magdalénien.

Depiction of human figures in Palaeolithic art is an unusual theme. Less common than that of animals, it unquestionably reflects the way in which societies depicted themselves, and hence how they thought of themselves. Examining this corpus, so often described as marginal, allows us to tackle a variety of dialectics of imagery, and involves Palaeolithic social mentalities as well as the way in which we regard these images. In a study based on both graphic and anatomical criteria (formal choices) with extrinsic data (associations, technique), we have endeavoured to analyse the depictions attributed to the Magdalenian in Southwest France (Vienne-Aquitaine-Pyrenees). After discussing the method of identifying a depicted human being, we propose a model for reading these images in order to determine the mode of depiction. The aim of this formal analysis is to try and see if the modes of depiction reveal anything of the ways in which these people thought of themselves, and hence expressed identities. Like a kind of avatar, the human outline in art could be seen as an identity marker for these societies. Placed within their dynamic and territorial contexts, these images could probably reveal social geographies in the Magdalenian. The Magdalenian method of depiction provides a tremendous area for reflection on the social complexities expressed through these images. Depicting oneself implies a wish to take an interest in one’s outline, its peculiarities, but also to fit into the form, the way of seeing oneself as an individual and as a group.

Texte intégral

1La représentation du corps humain dans l’art n’est pas une aventure qui concerne seulement les époques historiques, qui inscrirait ce thème dans une histoire de l’art classique. Celui-ci existe également en nombre, dans divers contextes d’art rupestre, ce qui pose l’importance de ce thème. De ce fait, les représentations humaines sont présentes dans l’art pléistocène européen, notamment à l’époque magdalénienne (environ 18000-11000 BP). C’est à cette période que les représentations du corps, sur parois ou sur supports mobiliers, connaissent un essor tant dans leur nombre que dans la variété technique et formelle. À la différence des cultures antérieures, les Magdaléniens vont explorer leur image dans toutes les formes, la modeler, la déformer, la rendre accessible, visible. L’apparition de nouvelles thématiques, avec par exemple la représentation du visage isolé du reste du corps, marque une volonté de se confronter à sa propre image. Quel est le sens que véhiculent ces représentations humaines ? Peut-on appréhender la manière dont les sociétés magdaléniennes tentent de se percevoir en se représentant ? Quelle est l’implication du traitement de cette image dans le tissu social et territorial ? C’est l’ensemble de ces points que nous proposons de débattre au sein de cet article.

L’humain, une histoire de formes et de types

2Les représentations humaines au Magdalénien présentent diverses formes. Celles-ci peuvent être rattachées à des types qu’il faut bien discerner pour tenter de rendre intelligible des groupes formels. Souvent elles se mêlent, se croisent et se mélangent, rendant difficile la lecture des images. La pluralité des termes pour les qualifier montre bien, par ailleurs, la difficulté sémantique que ce thème pose.

3Par une élaboration de critères anatomiques, une conceptualisation de leur agencement et une analyse des caractéristiques de l’image, nous avons pu déterminer sept types de représentation des sujets, déterminant autant d’horizons formels. Ces familles typologiques s’appuient d’une part sur l’analyse visuelle, et d’autre part, sur les travaux de nos prédécesseurs qui se sont attachés à rendre intelligible les manières de se représenter dans l’art paléolithique (Luquet, 1910 ; Saccasyn della Santa, 1947 ; Pales et Tassin de Saint-Pereuse, 1976 ; Archambeau, 1984 ; Leroi-Gourhan, 1992 ; Duhard, 1996). En reprenant l’approche de l’image de A. Leroi-Gourhan, basée sur le terme de « figuratif » (Leroi-Gourhan, 1992), nous avons établi des familles de représentation exprimant le « figuratif réaliste », le « figuratif non réaliste » et le « figuratif stylisé ». C’est au sein de ces trois familles que nous proposons de détailler nos types afin de proposer un modèle théorique qui soit à la fois descriptif et analytique, qui permette d’homogénéiser les manières d’aborder le corpus, mais qui tende aussi à montrer ces familles dans un continuum figuratif. Les images peuvent ainsi « glisser » d’une norme à une autre.

4Pour l’ensemble du Magdalénien, tous supports et techniques confondus, nous avons comptabilisé 413 silhouettes, ce qui au regard du corpus iconographique magdalénien, comme le rappelle G. Tosello et C. Fritz, reste relativement faible (Tosello et Fritz, 2005).

Représentations humaines préhistoriques  : les contours d’une image

5Aborder une image en préhistoire pose toujours la question de sa détermination en se basant uniquement sur le lien entre l’observateur et l’œuvre en elle-même. Il s’agit dans une grande mesure, de la rencontre intellectuelle entre l’image mentale et la figure observée (Clottes, 1998). Il se peut alors que les moyens d’interprétation soient empreints d’une certaine subjectivité et comme le précise J. Clottes  : « La caractérisation immédiate est donc un processus instinctif d’une valeur à proprement parler relative » (Clottes, 1998, p. 175). Nous sommes conscients que nous sommes immergés dans nos codes culturels d’appréhension des images et de leur lecture.

6Cette prise de conscience de la dialectique de l’image pose la question des limites méthodologiques (savons-nous regarder ces images ?). L’autre question touche à la définition de l’humain. À partir de quels éléments pouvons-nous dire qu’une image représente le corps humain ? Cette question est tout aussi importante car elle délimite le cadre de notre étude. Nombreux sont les préhistoriens à s’être aventurés dans cette tentative, outre les chercheurs déjà cités, nous pouvons rappeler les travaux de P. Ucko et A. Rosenfeld (Ucko et Rosenfeld, 1972), de H. Delporte (Delporte, 1989), D. Vialou (Vialou, 1981 et 1985), de M. et Cl. Archambeau (Archambeau et Archambeau, 1991), de J.-P. Duhard (Duhard, 1996). Par ailleurs, l’identité d’un humain peut-elle seulement être appréhendée uniquement par la forme de sa représentation ? ­(Godelier et Panoff, 1998).

7Nous considérons qu’une image représente un être humain à partir du moment où celle-ci adopte une posture qui induit une attitude humaine et si, par ailleurs, elle renferme au moins un caractère typiquement humain, un caractère basique.

8Ces « caractères basiques » sont  : bras et jambes placés le long du corps ; port de tête ; forme circulaire de l’extrémité céphalique ; ligne dorso-lombaire rectiligne quelle que soit la posture de la figure.

9Nous ajoutons à cette base de reconnaissance formelle des critères anatomiques basiques et complémentaires qui permettent de complexifier l’image et de rendre compte des déformations de celle-ci (Tableau 1).

Tableau 1 : Critères anatomiques basiques et complémentaires de la représentation humaine

Critères anatomiques basiques

Critères anatomiques complémentaires

Tronc

Fessier ; poitrine ; seins ; pénis ; vulve ; ligne dorso-lombaire ; épaule ; hanches ; nombril

Membres supérieurs (bras)

Coude ; poignet ; mains ; doigts

Membres inférieurs (jambes)

Genoux ; mollet ; cheville ; pied ; orteils

Courbure crânienne

Cou, nuque ; cheveux ; mèche frontale

Ligne fronto-nasale

Nez dos-courbe

Aile nasale ; sous cloison nasale

Face

Bouche ; moustache

Menton

Barbe

Œil

Sourcil ; cils ; caroncule lacrymale ; pupille

10Les critères basiques sont ceux que nous retrouvons presque systématiquement dans la construction de la figure humaine. Les critères complémentaires regroupent des éléments de détail du corps qui ne sont pas régulièrement ou systématiquement présents. Ils participent donc à jouer sur le niveau de détail et montrent la volonté ou non, de la part de l’artiste, de mettre en avant un individu par sa singularité.

  • 1 Lussac-les-Châteaux, Vienne.
  • 2 Lussac-les-Châteaux, Vienne.
  • 3 Saint-Marcel, Indre.
  • 4 Angles-sur-l’Anglin, Vienne.

11La création d’une « typologie » formelle ne peut se faire sans prise en compte d’autres facteurs d’analyse, comme la technique, les supports, le territoire. La donnée territoriale, si importante dans une problématique identitaire, est difficile à aborder. Nous sommes limités par les datations des sites concernés et il est difficile de donner un contexte chrono-culturel précis. Si certains gisements ayant livré de nombreuses silhouettes humaines, comme La Marche1, les Fadets2, La Garenne3 ou bien le Roc-aux-Sorciers4, nous donnent des cadres assez fins quant au contexte archéologique, il n’en est pas toujours ainsi. Lorsque les figures ne sont pas retrouvées dans un contexte archéologique suffisant, il est difficile d’aborder la question de la contemporanéité et des échanges ou influences. Peut-être pouvons-nous accepter qu’une image ait une charge symbolique d’une durée de vie différente que les gestes techniques par exemple. Par ailleurs un contexte de contact de proche en proche pour des sociétés mobiles qui ont besoin d’échange, facilite peut-être la permanence des images sur des temps plus étendus que la durée de vie d’une génération (Guy, 2010, p. 54-55).

Le cadre formel des silhouettes humaines magdaléniennes

12La modélisation typologique s’est faite en partant d’un idéal iconographique qui n’existe pas en préhistoire, c’est-à-dire la représentation d’un corps humain d’un « réalisme photographique ». En partant de cette base, nous avons déterminé deux axes de déformation. L’un des axes marque une recherche de réalisme, parfois un réalisme intellectuel (Luquet, 1923) allant jusqu’à la géométrisation normée de formes, et l’autre est caractérisé par une déformation du corps par diverses modalités de traitement des critères anatomiques. Cet axe définit le « non-réalisme paléolithique ». Pour chaque tendance, les figures traversent des stades iconographiques, caractérisés par la « simplification », la « schématisation », la « stylisation » dans le cadre des silhouettes réalistes, et par la « caricature » et l’« animalisation » des critères pour les silhouettes non réalistes (Fig. 1).

Les silhouettes humaines de type figuratif réaliste

13Le premier groupe formel réunit les images réalistes, le « figuratif expressif ». Les silhouettes humaines n’ont pas été réalisées avec le naturalisme iconographique (avec ses conventions) que peuvent revêtir les images animalières. Néanmoins, les silhouettes très détaillées de ce premier type montrent des agencements anatomiques corrects et une multiplication des détails anatomiques. Ces figures soulignent la volonté délibérée de l’artiste à cerner les contours de la silhouette humaine sans la déformer. Ces représentations peuvent être, à notre sens, considérées comme réalistes.

14Ces images caractérisent le Magdalénien moyen de la zone centre, surtout à l’est de la Vienne. C’est le cas des silhouettes humaines gravées sur des plaquettes ou des dalles calcaires découvertes à La Marche (Pl. 1a) (Pales et Tassin de Saint-Pereuse, 1976) et aux Fadets (Pl. 1c). Ce type se retrouve également dans le site du Roc-aux-Sorciers (Saint-Mathurin, 1973 ; Iakovleva et Pinçon, 1997 ; Auzanne et Fuentes, 2003), gravé ou sculpté sur la paroi (Pl. 1b). Ces deux gisements du Magdalénien moyen dit de « Lussac-Angles » sont donc très proches culturellement par le traitement graphique des formes humaines (Fuentes, 2010).

  • 5 Ariège.
  • 6 Saint-Cirq-du-Bugue, Dordogne.
  • 7 Eyzies-de-Tayac, Dordogne.
  • 8 Meyrals, Dordogne.

15Ces formes sont aussi présentes ailleurs, même si le niveau de réalisme n’est pas aussi marqué, notamment à Bedeilhac5 (Pl. 1d), Saint-Cirq6 (Pl. 1e), Les Combarelles7 (Pl. 1f), Sous-Grand-Lac8 (Pl. 1g). Il s’agit des figures de type « figuratif simplifié ». Les déformations sont minimes, et l’exactitude anatomique est manifeste, la plupart du temps, mais le nombre de critères anatomiques s’amenuise.

Les silhouettes humaines de type figuratif schématique

16Une autre tendance de cette famille typologique concerne les silhouettes dites « figuratif schématique » qui englobent toutes les représentations humaines qui présentent une plus forte simplification des traits, une économie des critères anatomiques, tout en préservant les critères basiques de représentation sans déformation typique. L’image se concentre sur des éléments essentiels d’identification, notamment la posture générale bipède, associée à un port de tête dans la continuité du corps, la présence d’un cou suite à la ligne dorso-lombaire sans tout autre ajout de détail. Le contour des formes peut être sommaire, comme un résumé.

  • 9 Pyrénées-Atlantiques.
  • 10 Eyzies-de-Tayac-Sireuil, Dordogne.
  • 11 Chancelade, Dordogne.
  • 12 Tarn-et-Garonne.

17Le site d’Arancou9 a livré de nombreuses pièces décorées, dont l’une nous montre une suite de petits personnages représentés uniquement à partir de leurs contours céphaliques et corporels (Pl. 1h). Très schématiques, ces figures pourraient passer inaperçues si ce n’est que cette tendance à la schématisation se retrouve dans de nombreux autres sites datés du Magdalénien. C’est le cas du site du Château-des-Eyzies10 qui a livré un fragment de côte gravé sur une face, des silhouettes humaines en enfilade très schématiques, portant peut-être un objet, et se déplaçant vers un bison (Pl. 1i). Le site de Raymonden11 a également livré un groupe d’humains très schématiques, portant eux aussi un objet possible, et entourant un bison incomplet. Cette série schématique montre des formes humaines très homogènes  : les corps et les extrémités céphaliques sont systématiquement traités à partir de tracés simples. À ­Bruniquel12, un fragment d’os plat présente un personnage gravé de face ou de dos, avec sa tête, son corps et ses membres. Le visage est dépourvu de détail, les yeux souvent représentés mais totalement anonymes.

  • 13 Haute-Garonne.
  • 14 Eyzies-de-Tayac-Sireuil, Dordogne.

18Également présentes sur les parois des grottes ornées, ces formes réduites à l’extrémité céphalique sont communément appelées « fantômes ». Les sites de Marsoulas13 ou bien des Combarelles14 en contiennent quelques exemples. Il s’agit ici essentiellement de la représentation presque circulaire du contour céphalique, la plupart du temps dépourvu de détails du visage, excepté les yeux. L’œil devient alors l’élément principal de reconnaissance associé au contour de la face.

Les silhouettes humaines de type figuratif géométrique

  • 15 Saint-Marcel, Indre.
  • 16 Prignac-et-Marcamps, Gironde.
  • 17 Vilhonneur, Charente.

19D’autres figures, bien qu’elles expriment un certain schématisme, montrent une autre tendance graphique  : « le figuratif stylisé ». La codification des critères anatomiques par une géométrisation des traits, provoque des rythmiques récurrentes dans les contours. Le nombre des critères anatomiques reste encore très faible, mais la systématisation des tracés géométriques leur confère un rythme formel très répétitif. Telle une signature, ces humains sont réalisés au travers d’une stylisation des tracés. C’est le cas de nombreuses représentations humaines en contexte archéologique dit Magdalénien « à Navettes » (Allain et al., 1985 ; Allain et Trotigon, 1973). En effet, ce faciès du Magdalénien moyen a livré de nombreuses représentations de ce genre comme à La Garenne15, au Roc de Marcamps16 et au Placard17. La tête est toujours représentée de face, les yeux sont obtenus par des traits obliques ou des cupules, le contour est fait de traits géométriques. La forme humaine paraît alors très systématique, très rythmée dans ses récurrences, et caractérise un faciès culturel (Allain et Trotigon, 1973 ; Fuentes, 2009).

  • 18 Feldkrichen, Rhénanie-Palatinat, Allemagne.
  • 19 Eyzies-de-Tayac.
  • 20 Montcabrier, Lot.
  • 21 Lalinde, Dordogne.

20Le corps de la femme a aussi été traité de la sorte, notamment à travers les fameuses figurations féminines dites schématiques, qui relèvent en réalité du style géométrique. Elles ont été reconnues à Gönnersdorf18 (Bosinski, 1970) (Pl. 2a), puis identifiées aux Combarelles19 (Pl. 2b), à Pestillac20 (Sentis, 2000) (Pl. 2c), et surtout à la Gare de Couze21 (Pl. 2d). Sur support mobilier ou pariétal, ces formes féminines sont caractérisées par une figuration du profil, un fessier très marqué et parfois les seins. Elles sont surtout attribuées au Magdalénien supérieur (Bosinski, 2011). Des variantes peuvent être observées, comme les corps lardés de traits sur certaines figures de Gönnersdorf, ou bien le fessier marqué d’une croix aux Combarelles.

21La fragilité de certains types de représentation vient du fait que nous sommes là dans les marges de la reconnaissance du thème humain. La plupart de ces images se résument à des agencements de lignes non intelligibles. Sans un contexte figuratif plus vaste et avec des pièces très révélatrices du visage humain ou du corps géométrisé, ces formes échapperaient à toute identification.

Déformations et imaginaire, une idée de l’humain

22Au contraire de ces images dites « réalistes », il existe des représentations humaines montrant des déformations généralisées du corps. Il s’agit d’une imbrication de formes créant des images « non réalistes ». Ces figures sont souvent qualifiées de grotesques, caricaturales, bestialisées. Les formes humaines sont totalement pensées et figurées de manière déformée.

23Nous devons rester prudents dans l’utilisation des qualificatifs peut-être empreints de subjectivité (grotesque, maladroit, bonshommes, bestialisé) car bien souvent, ils déterminent non pas une volonté de l’artiste paléolithique, mais plutôt le jugement de celui qui regarde.

  • 22 Tursac, Dordogne.
  • 23 Saint-Martin-d’Arberoue, Pyrénées-Atlantiques.
  • 24 Ornolac-Ussat-les Bains, Ariège.
  • 25 Massat, Ariège.

24L’imbrication de formes imaginaires ou animales est visible sur certaines pièces d’art mobilier osseux trouvées à la Madeleine22 (Pl. 2e), à Isturitz23 (Pl. 2f), mais aussi sur les parois des grottes comme à Fontanet24, ou Massat25 (Pl. 2g). Il s’agit d’images de type « figuratif bestialisé ».

25Il est clair que l’animal est une source de déformation caractéristique. L’homme et l’animal s’imbriquent pour donner à voir une humanité idéalisée, reflétant peut-être une manière de se représenter le monde par les populations magdaléniennes.

26Pour ces figures, il est envisageable de voir, par ces déformations volontaires, la traduction que les populations se faisaient de leur lien avec l’environnement et des animaux qui les entouraient. L’identité des êtres était certainement complexe et multiple, mêlant des entités non-humaines (animales) dont ces corps animalisés en sont peut-être la matérialisation. Ces êtres imaginaires décrivent probablement le lien symbolique existant entre les humains et des entités autres, issues du monde du vivant ou naturel, surtout animal.

Les figures humaines de type composite

  • 26 Montesquieu-Avantès, Ariège.
  • 27 Sourzac, Dordogne.

27Le « figuratif composite » marque avec force le lien culturel et immatériel entre les animaux et les hommes. Le terme composite concerne les figures réalisées à partir de la juxtaposition de formes différentes (Tymula, 1995). Ainsi, une figure peut être composée de détails anatomiques animaliers et humains, parfaitement identifiables. Il s’agit d’imbrication des formes, de juxtaposition au sein d’une seule entité dont la structure est humaine, tel le fameux « sorcier » des Trois-Frères26 (Pl. 2h). Son corps est humain, mais la tête et les membres sont constitués de différents détails anatomiques animaliers. Dans la grotte des Trois-Frères et dans celle du Gabillou27 (Pl. 2i) en particulier, nous rencontrons toute une série d’humains composites.

  • 28 Tursac, Dordogne.

28Ces êtres renvoient à une métaphysique qui caractérise la représentation humaine pyrénéenne au cours du Magdalénien. Ces entités imaginaires donnent à voir des sortes « d’humains augmentés », aux capacités extraordinaires, pourvus de cornes de bison, yeux de chouettes, mains palmées, bois de cervidés, etc. Par le passé, ces humains ont été décrits comme représentant des êtres déguisés, portant des masques, comme pour les deux figures gravées sur un galet percuteur de la Madeleine28. Aujourd’hui, cette hypothèse de port de masque ou de déguisement doit, à notre sens, être replacée dans son cadre historique, car il n’y a pas réellement de preuve figurée d’un humain portant un masque, ni un déguisement, sauf peut-être l’être composite du Gabillou. Cette idée a pris naissance dans la première moitié du xxe siècle à travers les articles de W. Deonna (Deonna, 1914) et de H. Breuil et H. Bégoüen (Breuil et Bégoüen, 1930).

L’application de la méthodologie  : approche territoriale des types figuratifs au Magdalénien

29Notre étude encore en cours à ce jour nous a conduits à proposer une modélisation des différentes manières de « se représenter » au Magdalénien (Fig. 1). Cette modélisation est une base de discussion et se veut la plus ouverte possible.

Fig.1. Modélisation typologique des silhouettes humaines magdaléniennes

Fig.1. Modélisation typologique des silhouettes humaines magdaléniennes

O. Fuentes.

30Sur un axe horizontal, nous proposons une typologie dynamique des différentes catégories schématisant les mécanismes de déformation. Nous avons réalisé une répartition statistique de l’ensemble des figures magdaléniennes étudiées (Fig. 2).

Fig.2. Répartition statistique des types de représentation humaine durant le magdalénien

Fig.2. Répartition statistique des types de représentation humaine durant le magdalénien

O. Fuentes.

31Globalement, et dans l’état actuel des connaissances, les silhouettes humaines sont d’avantage de type « réaliste » plutôt que « non réaliste » au cours du Magdalénien. Les formes qui dominent sont les silhouettes de type « figuratif simple », « schématique » et « géométrique », montrant plutôt une tendance à épurer les formes plutôt qu’à les déformer. Les silhouettes non réalistes qui dominent sont les représentations de type « figuratif caricatural ». Ceci nous indique que les populations magdaléniennes tendent à déformer leur apparence sans pour autant y insérer l’animal. Les deux familles formelles les plus rares au sein de notre corpus sont les êtres de type « figuratif expressif » et « figuratif composite ». Ces formes figuratives, à l’opposé l’une de l’autre, montrent des tendances uniques à traiter l’image du corps.

32Si, à présent, nous tentons d’appliquer cette modélisation typologique dans un cadre territorial, des particularismes apparaissent.

33Les silhouettes humaines de type réaliste occupent essentiellement la zone Centre du grand Sud-Ouest, surtout autour des gisements de l’est de la Vienne (Fig. 3).

Fig.3. Modélisation typologique des silhouettes humaines magdaléniennes pour la zone Centre

Fig.3. Modélisation typologique des silhouettes humaines magdaléniennes pour la zone Centre

O. Fuentes.

34La zone Aquitaine montre un rééquilibrage des formes, avec l’apparition des « composites ». Les formes schématiques et géométriques dominent (Fig. 4).

Fig.4. Modélisation typologique des silhouettes humaines magdaléniennes, zone Aquitaine

Fig.4. Modélisation typologique des silhouettes humaines magdaléniennes, zone Aquitaine

O. Fuentes.

35La zone Aquitaine s’organise entre le nord Périgord jusqu’au Tarn. Le gisement le plus important est celui des Combarelles avec trente-huit silhouettes humaines. Nous pouvons noter la forte domination des silhouettes de type « figuratif géométrique » (figures féminines de type Lalinde-Gonersdorf) et de l’apparition des êtres composites (Le Gabillou).

Fig.5. Modélisation typologique des silhouettes humaines magdaléniennes, zone Pyrénéenne

Fig.5. Modélisation typologique des silhouettes humaines magdaléniennes, zone Pyrénéenne

O. Fuentes.

36La zone pyrénéenne consacre la silhouette humaine non réaliste, où les modes de représentation imaginaires semblent être une des caractéristiques identitaires fortes (Fig. 5). Les caractéristiques des modes de représentation de la silhouette humaine ici sont proches de celles démontrées pour la zone Aquitaine. Ceci démontre que, sur le plan des manières de se concevoir, nous pouvons considérer des liens d’influence entre ces deux ensembles géographiques comme envisageables. Mais des particularismes caractérisent cette aire. C’est tout d’abord la forte progression des silhouettes de type non réaliste, au détriment des silhouettes réalistes. Nous constatons ensuite la très faible présence des silhouettes de type « figuratif expressif » et « stylisés », alors qu’elles sont très présentes dans les espaces aquitains. Enfin, nous voyons qu’ici une des représentations qui caractérise la reproduction du corps humain, sont les êtres composites (« figuratif composite »). Ainsi, l’aire pyrénéenne se caractérise par une approche non réaliste dans la réalisation de la silhouette, et l’expression par l’imaginaire, de notre image.

37À l’issue de cette étude typologique, nous proposons pour le Magdalénien des territoires différents selon la manière de se représenter. D’une part, nous notons le réalisme recherché pour la zone Centre caractérisé également par une totale absence des modes composites de figuration, d’autre part, nous voyons une tendance à la simplification et au schématisme pour la zone Aquitaine. Enfin, la tendance marquée pour le « non-réalisme » et le « composite » pour l’aire pyrénéenne est marquée par une totale absence du figuratif expressif (Fig. 6). Il y a donc des mécanismes de diffusion et de non diffusion des modalités formelles de représenter le corps humain.

Fig.6. Carte de répartition des types formels réaliste/non réaliste/stylisés

Fig.6. Carte de répartition des types formels réaliste/non réaliste/stylisés

O. Fuentes d’après fond cartographique Wikipedia. D’après http://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:France_relief_location_map.jpg (Eric Gaba – Wikimedia Commons user : Sting).

Les figures humaines et le réalisme  : l’approche de l’individu au Magdalénien

38Pour certaines représentations humaines, le terme de réaliste, voire de portrait, a été utilisé dans la recherche (Saint-Mathurin, 1973). Ces figures concernent notre type « figuratif expressif ».

39Il faudrait s’abstenir d’uniformiser le genre du portrait dans une catégorie unique. À chaque époque, chaque civilisation dans laquelle il s’insère, le portrait assume des fonctions différentes, de même que se modifie sa nature, suivant les milieux sociaux au service desquels il se met. Mais malgré des différences attachées aux contextes, il demeure des points communs au genre du portrait. Il s’agit de son rattachement à l’idée de la mort et de la survie, de l’expression particulière, à destination des « autres », de transmettre un souvenir. Il n’y a pas de perte d’identité, mais plutôt le désir de léguer ses traits à la postérité, surpasser l’éphémère qu’est la vie (Fuentes, 2010).

40Le lien du portrait avec les conceptions sociales régissant la collectivité en terme de représentativité (hiérarchie, statut), permet à ce genre de matérialiser l’idée que se font les représentants des différentes couches sociales, du rapport existant entre le portrait et son modèle.

41Selon nous, il n’est pas impensable d’appliquer la notion de portrait pour qualifier les silhouettes humaines de la zone Centre de type « figuratif expressif ». La série provenant de La Marche et du Roc-aux-Sorciers nous touche au plus profond de nous-mêmes. Exactement à l’opposé des figures très déformées qui nous renvoient à un évitement de notre image, ces figures réalistes nous mettent en face de notre propre image, celui de notre propre mise en scène, nos postures, nos sourires, nos mouvements. Il ne s’agit plus d’images déformées, mais de notre propre fragilité.

42Ces figures sont aussi l’expression de traditions culturelles et sociales très fortes, imprégnées de règles et de croyances qui régissent le type même du « figuratif expressif ». Comme le remarquait déjà M. Raphaël dans les années 1940, représenter son image, c’est aussi, quelque part, mettre en danger le groupe, son équilibre (Raphaël, 1986, p. 31). Les humains s’organisent en groupes dont les tâches sont peut-être réparties selon des divisions sociales, mais dont chaque élément dépend de l’autre, de la solidarité (Sahlins, 1976 ; Testart, 1982). La prédominance des figures anonymes, schématiques, montrerait la volonté de ne pas figer l’individu, mais plutôt, de préserver l’identité du groupe. À l’inverse, les portraits de La Marche et du Roc-aux-Sorciers mettent en avant l’interprétation de l’individu, des individus au sein de la collectivité.

43Si un groupement de gisements datés du Magdalénien moyen (La Marche, les Fadets, le Roc-aux-Sorciers) rassemble une certaine codification réaliste de la manière de se percevoir, est-il possible de parler de l’apparition de l’individu dans la représentation humaine ?

44Comme le précise T. Todorov (Todorov, 2004), l’art représentatif correspond à l’âge de l’individu. Ce qui fait la caractéristique de ce mouvement c’est l’introduction de l’individu dans l’image, dans la représentation humaine. Au cours du Magdalénien, les sujets s’individualisent et s’extirpent des images stéréotypées, ce qui n’est pas apparent de manière récurrente pour les périodes anté-magdaléniennes.

45Dans un certain contexte culturel et social, l’avènement de la représentation humaine représente à la fois le positionnement de l’image comme objet et comme sujet de la représentation.

46L’art magdalénien du Roc-aux-Sorciers, tout comme celui des sites du lussacois, exprime à cette époque une certaine révolution dans l’image, une expression sociale forte, celle de montrer les individus  : « Une troisième forme d’affirmation de l’individu consiste à ne pas se soumettre à la tradition régnante » (Todorov, 2004, p. 232).

Quels enjeux pour l’étude des silhouettes humaines au Magdalénien ?

47Nous nous concentrerons ici sur une typologie formelle particulière, celle de traiter l’image du corps humain de manière réaliste, détaillée et non déformée. Ce réalisme exprimé par notre regard contemporain nous renvoie donc à une interprétation de ces silhouettes. Si nous devons analyser l’enjeu des images humaines pour les populations magdaléniennes, alors nous devons accorder à ces figures un rôle, celui de véhiculer des sens, des codes partagés. Même si nous ne connaissons pas les « ontologies » régissant les manières de voir le monde et les rapports entre les vivants durant le Magdalénien (Descola, 2005), la manière de représenter le corps des humains dans l’art peut probablement nous renseigner sur les conceptions des humains sur eux-même.

48Comment expliquer que l’individualisation de la représentation humaine semble apparaître dans certains territoires magdaléniens ? Quelles sont les conditions sociales et culturelles qui permettent l’apparition de l’expression de l’individu ?

49Comme le rappelle T. Todorov, le mode symbolique révélé par l’art représentatif autorise l’individualisation. L’introduction de l’individu transforme la pensée sociale, les structures familiales et politiques. L’art représentatif est toujours l’éloge de ce qu’il montre, sinon il ne s’y intéresserait pas. Représenter c’est donc s’intéresser et représenter l’humain, c’est donc s’y intéresser. Reste à discuter de la nature de cet « intérêt » et s’il serait possible, en croisant les autres données archéologiques, de discuter des « ontologies paléolithiques ». Les groupes magdaléniens de l’est de la Vienne ont revendiqué un intérêt envers leur propre existence. À l’inverse, représenter l’humain de manière assujettie à une symbolique (de type iconique), c’est évoquer une forme au service d’un symbole et non l’humain directement. Dans ce mouvement conceptuel, l’humain est un moyen, et non une finalité.

50En préhistoire, l’introduction de l’individu comme objet de représentation est donc la preuve que les sociétés magdaléniennes se sont intéressées à leur image, à leur identité. Ces images signifient-elles qu’il y a eu changement dans la signification du corps lui-même au sein de ces sociétés ? Le corps, représentant de la « physicalité de l’individu » (Descola, 2005), permet probablement l’insertion codifiée des êtres dans la communauté réelle comme symbolique. Mais ce processus ne signifie pas non plus que seul d’un coup l’individu compte. Il ne s’agit pas du renoncement du sens commun, mais plutôt la permanence des symbolismes enrichis par l’apparition de l’individu, à certains endroits.

51L’introduction de l’individu et la revendication forte qui l’accompagne peut être permise à la suite de conditions particulières. L’expression d’une libération est éventuellement autorisée, ou en tout cas nourrie par le contexte social dont nous pouvons peut-être trouver des traces dans certains gisements archéologiques. Ainsi, la frise sculptée monumentale du Roc-aux-Sorciers exprime l’aboutissement d’un projet collectif, porté par le savoir-faire de quelques-uns, de véritables artistes tailleurs de pierre. Cette frise est probablement la matérialisation de la complexité sociale et des conditions dans lesquelles l’individu peut émerger dans sa représentation. Comme l’ont démontré les études récentes sur les abris sous-roche ornés et habités (Pinçon, 2010 ; Bourdier, 2010), les abris sous-roche, en plus de donner un contexte archéologique privilégié (puisque l’art se retrouve en contexte archéologique), permettent de concevoir de véritables géographies sociales.

52L’essai que nous tentons de mettre en place se concentre sur l’application d’un modèle théorique à l’étude des représentations humaines au Magdalénien. Ce modèle se veut une proposition, un outil à destination de tentatives d’études territoriales des phénomènes culturels et artistiques au cours du Tardiglaciaire européen.

53Si le terme de « réalisme » ou de « portrait » peut être appliqué à l’étude des formes humaines, il permet alors de mieux visualiser ses implications sur l’individu, mais aussi sur le groupe. S’il s’agit de l’expression d’une certaine manière de se concevoir à une époque particulière, nous sommes en face de l’expression d’une identité sociale forte. Au Magdalénien, nous constatons non seulement une explosion numérique, sur tous les supports et toutes les techniques, mais aussi un affranchissement des règles et des idéalisations fortes, qui restent malgré tout présentes. La mise en place progressive de la culture magdalénienne en Europe s’accompagne de cette revendication de l’individu que nous avons présentée. La représentation de la silhouette humaine et les choix formels exprimés, peuvent aider, ou en tout cas participer, à mieux approcher les mécanismes sociaux et culturels des populations pléistocènes en Europe.

54Les représentations humaines se posent comme un témoin particulier, une empreinte indélébile de leur « existence passée ». Comme le dit Y. Calméjane, « Mais que savait ce sapiens ? Quand homo sapiens a-t-il su qui il était ? Quand a-t-il compris qu’il était un homme ? Quand avons-nous compris ? » (Calméjane, 2006, p. 19).

Bibliographie

Allain J. et Trotignon Fr. (1973) – La place des figurations humaines dans le Magdalénien à navettes, dans M. Sauter (dir.), L’Homme, hier et aujourd’hui. Recueil d’étude en hommage à André Leroi-Gourhan, Paris, p. 235-240.

Allain J., Debrosses R., Kozlowski K., Rigaud A., Jeannet M. et Leroi-­Ghouran A. (1985) – Le Magdalénien à navettes, Gallia Préhistoire, 28, p. 37-124.

Archambeau M. (1984) – Les figurations humaines pariétales périgourdines. Étude d’un cas  : les Combarelles, thèse de 3e cycle, université Aix-Marseille I.

Archambeau M. et Archambeau Cl. (1991) – Les figurations humaines de la grotte des Combarelles, Gallia Préhistoire, 33, p. 53-81.

Auzanne I. et Fuentes O. (2003) – Le sorciers du Roc-aux-Sorciers à Angles-sur-l’Anglin (Vienne, France)  : nouveaux éléments d’analyse, Antiquités Nationales, 35, p. 41-54.

Bosinski G. (1970) – Magdalenian Anthropomorphic Figures at Gönnersdorf (Western Germany), Boll. del Centro Comuno di Studi Prehist., 5, p. 57-97.

Bosinski G. (2011) – Femmes sans tête. Une icône culturelle dans l’Europe de la fin de l’époque glaciaire, Paris.

Bourdier C. (2010) – Paléogéographie symbolique au Magdalénien moyen. Apport de l’étude des productions graphiques pariétales des abris occupés et sculptés de l’Ouest français (Roc-aux-Sorciers, Chaire-à-Calvin, Reverdit, Cap Blanc), thèse de doctorat, université de Bordeaux I.

Breuil H. et Begoüen H. (1930) – Nouvelles gravures d’homme masqué de la caverne des Trois-Frères (Montesquieu-Avantes, Ariège), CRAI, p. 5-8.

Calméjane Y. (2006) – Histoire de moi-histoire des autoportraits, Paris.

Clottes J. (1998) – La détermination des figures humaines et animales dans l’art paléolithique européen, dans J. Clottes (dir.), Voyage en préhistoire. L’art des cavernes et des abris, de la découverte à l’interprétation, Paris, p. 153-188.

Delporte H. (1989) – L’homme et son image, dans J.-P. Mohen (dir.), Le temps de la préhistoire, Paris, p. 152-156.

Descola Ph. (2005) – Par-delà nature et culture, Paris.

Deonna W. (1914) – Les masques quaternaires, L’Anthropologie, 25, p. 107-113.

Duhard J.-P. (1996) – Réalisme de l’image masculine paléolithique, Paris.

Fuentes O. (2009) – L’homme schématisé. L’apport des représentations humaines à la caractérisation du Magdalénien à navettes, dans J. Despriée, S. Tymula et A. Rigaud (dir.), Données récentes sur le Magdalénien de La Garenne (Saint-Marcel, Indre). La place du Magdalénien à navettes en Europe, Saint-Marcel, p. 166-179.

Fuentes O. (2010) – Les représentations humaines au Magdalénien en Poitou-Charentes, dans J. Buisson-Cattil et J. Primault (dir), Préhistoire entre Charente et Vienne. Hommes et société du Paléolithique, Chauvigny, p. 383-396.

Godelier M. et Panoff M. (dir) (1998) – La production du corps. Approches anthropologiques et historiques, Amsterdam.

Guy E. (2010) – Préhistoire du sentiment artistique. L’invention du style, il y a 20 000 ans, Paris.

Iakovleva L. et Pinçon G. (1997) – Angles-sur-l’Anglin. La frise sculptée du Roc-aux-Sorciers, Paris.

Leroi-Gourhan A. (1992) – L’art pariétal. Langage de la préhistoire, Paris.

Luquet G. H. (1910) – Sur les caractères des figures humaines dans l’art paléolithique, Anthropologie, 21, p. 409-423.

Luquet G. H. (1923) – Le réalisme dans l’art paléolithique, Anthropologie, 33, p. 17-48

Pales L. et Tassin de Saint-Péreuse M. (1976) – Les gravures de La Marche II- Les humains, Paris.

Pinçon G. (2010) – Le Roc-aux-Sorciers (Angles-sur-l’Anglin, Vienne)  : un habitat orné, dans J. Buisson-Cattil et J. Primault (dir.), Préhistoire entre Charente et Vienne. Hommes et société du Paléolithique, Chauvigny, p. 407-440.

Raphaël M. (1986) Trois essais sur la signification de l’art pariétal paléolithique, Paris.

Saccasyn della Santa E. (1947) – Les figures humaines du Paléolithique supérieur eurasiatique, Anvers.

Saint-Mathurin (de) S. (1973) – Bas-relief et plaquette de l’homme magdalénien d’Angles-sur-l’Anglin, Antiquités Nationales, 5, p. 12-19.

Sahlins M. (1976) – Âge de pierre, âge d’abondance. L’économie des sociétés primitives, Paris.

Sentis J. (2000) – La grotte ornée de Pestillac (Lot), mémoire de maîtrise, université Toulouse le Mirail.

Testart A. (1982) – Les chasseurs cueilleurs ou l’origine des inégalités, Paris.

Todorov T. (2004) – Éloge de l’individu. Essai sur la peinture flamande de la Renaissance, Paris.

Tosello G. et Fritz C. (2005) – La « Vénus et le Sorcier ». Les figurations humaines pariétales au Magdalénien, Préhistoire, Art et Sociétés, revue de la Société Préhistorique de l’Ariège-Pyrénées, LX, p. 7-24.

Tymula S. (1995) – Figures composites de l’art paléolithique européen, Paleo, 7, p. 211-248.

Ucko P.-J. et Rosenfeld A. (1972) – Anthropomorphic Representations in Palaeolithic Art, dans Santander Symposium, Actas des Symposium internacional de arte rupestre, Santander, p. 149-215.

Vialou D. (1981) – La figuration humaine au Paléolithique supérieur, dans D. Ferembach (dir.), Les processus de l’hominisation. L’évolution humaine. Les faits. Les modalités, Paris, p. 133-139.

Vialou D. (1985) – Les images humaines paléolithiques, Revue Phréatique, 33, p. 1-16.

Notes

1 Lussac-les-Châteaux, Vienne.

2 Lussac-les-Châteaux, Vienne.

3 Saint-Marcel, Indre.

4 Angles-sur-l’Anglin, Vienne.

5 Ariège.

6 Saint-Cirq-du-Bugue, Dordogne.

7 Eyzies-de-Tayac, Dordogne.

8 Meyrals, Dordogne.

9 Pyrénées-Atlantiques.

10 Eyzies-de-Tayac-Sireuil, Dordogne.

11 Chancelade, Dordogne.

12 Tarn-et-Garonne.

13 Haute-Garonne.

14 Eyzies-de-Tayac-Sireuil, Dordogne.

15 Saint-Marcel, Indre.

16 Prignac-et-Marcamps, Gironde.

17 Vilhonneur, Charente.

18 Feldkrichen, Rhénanie-Palatinat, Allemagne.

19 Eyzies-de-Tayac.

20 Montcabrier, Lot.

21 Lalinde, Dordogne.

22 Tursac, Dordogne.

23 Saint-Martin-d’Arberoue, Pyrénées-Atlantiques.

24 Ornolac-Ussat-les Bains, Ariège.

25 Massat, Ariège.

26 Montesquieu-Avantès, Ariège.

27 Sourzac, Dordogne.

28 Tursac, Dordogne.

Table des illustrations

Titre Planche 1.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Planche 2.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig.1. Modélisation typologique des silhouettes humaines magdaléniennes
Crédits O. Fuentes.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4883/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig.2. Répartition statistique des types de représentation humaine durant le magdalénien
Crédits O. Fuentes.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4883/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig.3. Modélisation typologique des silhouettes humaines magdaléniennes pour la zone Centre
Crédits O. Fuentes.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4883/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig.4. Modélisation typologique des silhouettes humaines magdaléniennes, zone Aquitaine
Crédits O. Fuentes.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4883/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig.5. Modélisation typologique des silhouettes humaines magdaléniennes, zone Pyrénéenne
Crédits O. Fuentes.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4883/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig.6. Carte de répartition des types formels réaliste/non réaliste/stylisés
Crédits O. Fuentes d’après fond cartographique Wikipedia. D’après http://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:France_relief_location_map.jpg (Eric Gaba – Wikimedia Commons user : Sting).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4883/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 509k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 ArScAn  : Ethnologie préhistorique. Titre de la thèse  : La forme humaine dans l’art magdalénien et ses enjeux. Approche des structures élémentaires de notre image et son incidence dans l’univers symbolique et artistique des groupes paléolithiques.
Directrice  : Nicole Pigeot. Thèse soutenue le 4 mars 2013.

© Publications de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable