Version classiqueVersion mobile

Des vestiges aux sociétés

 | 
Jeanne Brancier
, 
Caroline Rémeaud
, 
Thibault Vallette

Du matériel au territoire idéel : les vestiges comme témoin de la perméabilité des sociétés

Les dépôts non funéraires de l’âge du Bronze en Europe

Des pratiques votives, précieux témoins de l’histoire sociale

Hélène Blitte

Résumé

Depuis plus d’un siècle, les dépôts non funéraires de l’âge du Bronze européen (2200 av. J.-C.-800 av. J.-C.) interrogent les chercheurs. La fonction de ces ensembles d’objets métalliques, découverts pour la plupart hors de tout contexte identifiable, est à l’heure actuelle toujours problématique, en raison de la grande variabilité de leur contenu dans l’espace et le temps. L’étude de plus en plus approfondie des nombreux objets trouvés dans ces dépôts permet de mieux appréhender les sociétés de l’âge du Bronze : par exemple leur culture matérielle, leurs connaissances technologiques ou les contacts à plus ou moins longues distances qu’ils entretenaient. Les « trouvailles isolées » – des objets en bronze déposés seuls – ont longtemps été considérées comme de simples pertes accidentelles. Cependant, au regard de l’étude comparative menée ici sur le massif armoricain, ceci est peu probable. Ces trouvailles peuvent ainsi être rattachées à la pratique de dépôts non funéraires, qualifiée de « votive ». L’ethnographie apporte des hypothèses de travail intéressantes qu’il faut manipuler avec précaution, comme nous allons le voir avec la pratique du « potlatch », qui diverge sur plusieurs points de celle des dépôts non funéraires de l’âge du Bronze.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour appréhender les sociétés passées, l’archéologue dispose de différents types de vestiges : les objets bien sûr, mais également un certain nombre de structures, témoins d’habitats, de nécropoles, d’activités artisanales ou de stockage. La compréhension et l’interprétation de ces vestiges s’avèrent délicates, dans la mesure où l’approche archéologique se fait d’un point de vue étic, c’est-à-dire extérieur aux communautés dont nous étudions la culture matérielle. Le croisement des diverses données et la recherche interdisciplinaire sont donc nécessaires pour mieux cerner ces sociétés. Certains vestiges posent néanmoins plus de problèmes d’interprétation que d’autres, tels que les dépôts non funéraires datés de l’âge du Bronze (2200 av. J.-C.-800 av. J.-C.) mis au jour dans l’ensemble de l’Europe.

Fig.1. Carte des lieux mentionnés dans l’article

Image 10000000000002BD000001EBA1417C26.jpg

H. Blitte.

Type bien particulier de vestiges archéologiques, les dépôts non funéraires constituent un phénomène caractéristique de l’âge du B...

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 8215 : Trajectoires.
Sujet de thèse : De la richesse pour les dieux… et pour la reproduction sociale. Les dépôts non funéraires de l’âge du Bronze en Europe.
Directeurs de thèse : Patrice Brun et François Bertemes. Soutenance prévue en 2015.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search