Version classiqueVersion mobile

Stratégie soviétique et chute du pacte de Varsovie

 | 
Henri Paris

Conclusion

Texte intégral

1Le pacte de Varsovie en action, dans sa confrontation avec l’Alliance atlantique, a monopolisé l’Histoire au point de la figer. Suspendue à cette confrontation, la marche du monde s’est arrêtée : tout problème relevant des relations internationales s’encastrait dans une bipolarité régissant un ordre mondial devenu immuable, semblait-il.

2L’existence formelle du Pacte s’est déroulée sur trente six années, mais, dans sa réalité, le Pacte s’inscrit en continuité du Komintern et du Kominform pour être la forme institutionnelle de l’internationalisme prolétarien. L’organisation militaire du Pacte avait, tout au plus, l’intérêt d’une Inspection générale des forces coalisées, puisque les traités bilatéraux réglaient les modalités de l’alliance militaire du bloc et le commandement soviétique en assurait la mise en œuvre. L’élément moteur du Pacte, sa raison d’être, était le Comité politique consultatif chargé de coiffer les politiques de Défense comme celles des Relations extérieures des partis ayant le monopole du pouvoir dans les pays de l’Est, au nom de l’internationalisme prolétarien. Et c’est à ce titre que le Pacte s’est effondré. En effet, représentation matérielle d’une idéologie en croisade, il ne pouvait survivre à la chute de cette idéologie.

3A la chute du Pacte, l’Histoire a repris son cours. Tous les problèmes internationaux en suspens ont simplement cessé d’être occultés et englobés dans une confrontation que l’Est comme l’Ouest, d’un mutuel accord, ne voulaient pas faire parvenir au stade suprême de l’apocalypse nucléaire. La question balkanique a retrouvé toute l’acuité que n’avait pu éteindre le règlement de 1918 et qui avait causé la destruction de la Double monarchie austro-hongroise. En Afrique noire, les coups d’Etat ont continué à se succéder, mais désormais, sans être parés d’une quelconque teinte idéologique, sans que les Occidentaux y voient la main occulte de la subversion communiste ou que les Soviétiques dénoncent les menées des forces réactionnaires de l’Alliance atlantique. Le pacte de Varsovie disparaît le 25 février 1991, en pleine guerre du Golfe, ce qui est tout à fait significatif : d’un système mondial clairement ordonnancé, les relations internationales ont basculé dans l’instabilité d’où découlent des affrontements, armés ou non.

4Au regard de l’Histoire, une telle situation n’a rien de nouveau. La fin du xviiie siècle et le début du xixe siècle ont connu le même genre de bipolarité. Le 21 avril 1792, la déclaration de guerre de l’Assemblée nationale française à l’Empire germanique ouvre une période qui s’achève le 18 juin 1815 à Waterloo. Durant ces vingt-trois années, la France, devenue très vite républicaine puis impériale, a soutenu un duel contre l’Europe des monarchies légitimes, figeant les relations internationales du continent, le monde d’alors, autour de l’issue de ce duel, auquel ne manquait pas la dimension idéologique, toute chose étant égale. En effet, le système français, qu’il fut républicain ou impérial, était issu de la Révolution et à ce seul titre inadmissible pour l’Europe des rois. Waterloo marque la fin de la bipolarité dans les relations internationales qui retrouvent leur instabilité, ce qui se traduit par des séries de conflits locaux et des révolutions en chaîne.

5La bipolarité appose derechef son sceau à l’ordre mondial avec la confrontation armée ouverte, le 2 août 1914, entre l’Entente cordiale et les Empires centraux. La dimension idéologique n’y manque pas plus : l’Entente soutient qu’elle mène la guerre du Droit. La Révolution d’Octobre en Russie n’apparaît aux yeux des contemporains que comme un épisode qui influe momentanément sur le rapport des forces puisque l’afflux des troupes américaines doit bientôt corriger la défection de l’armée impériale russe. Le refus américain de signer le traité de Versailles met en lumière la fin de la bipolarité et la reprise des conflits locaux.

6Le retour à un système mondial bipolaire attendra l’affrontement entre l’Est et l’Ouest, après la défaite allemande de 1945. Entre temps, avec des fortunes diverses, l’Allemagne, que ce soit celle de Weimar ou celle de Hitler, et l’Italie fasciste utiliseront les divergences entre les démocraties occidentales comme l’opposition entre ces démocraties et l’URSS. L’instabilité mondiale fera éclore à l’envie des guerres civiles, comme celle d’Espagne, des conflits limités, comme celui d’Ethiopie, et des crises, comme celle de Munich.

7Il faudra une erreur d’appréciation gigantesque pour que l’Allemagne nationale-socialiste reconstitue, à son encontre, de 1941 à 1945, une bipolarité. Avant cela, elle se servira avec un art consommé de l’antagonisme entre les démocraties libérales et les Soviétiques en jouant, tour à tour, de la menace et de la persuasion, faisant espérer aux démocrates qu’il leur fallait gagner du temps et détourner vers l’URSS la fureur germanique. Parallèlement, les Soviétiques se persuadaient de ce que l’abandon occidental à Munich était une machination dressée à leur encontre, n’ayant pour but effectivement que de lancer les Allemands contre eux, en échange du sacrifice de la Tchécoslovaquie et d’une paix illusoire.

8La bipolarité qui prévaut de 1945 à 1991 se distingue, cependant, des précédentes, en ce sens qu’elle a préservé la zone géographique où elle s’exerçait principalement, l’Europe, de tout conflit ouvert. A plusieurs reprises, on fut au bord du gouffre, mais le rapport équilibré des forces militaires s’imposait et figeait la situation. Il y a eu, ainsi, arrêt sur image du film que déroulait l’Histoire et stagnation à l’intérieur du bloc socialiste. Faut-il en déduire que rien ne se produisait, que la perestroïka est le seul évènement marquant qui éclate comme un coup de tonnerre dans un ciel calme et jette à bas l’édifice du pacte de Varsovie ? Il est pernicieux d’abuser des comparaisons historiques et surtout d’en tirer des conclusions péremptoires. Elles ont cependant un mérite : celui d’aider à soulever un problème et donc de chercher une explication. La stagnation sociale et politique telle qu’elle est perçue au sein des pays du pacte de Varsovie peut ainsi être rapprochée de celle qui existait en Occident au moyen âge.

9Le moyen âge ne fut certes pas sans Histoire. Bien au contraire, il est rempli de tumulte des batailles, des soulèvements, de guerres internationales et civiles, de jacqueries. Mais les contemporains ne pensaient pas que les techniques et les mentalités puissent être modifiées. L’ordre social et politique leur paraissait immuable. Et à distance, dans ce domaine, l’optique que l’on en a n’est pas différente ; il s’agit d’une longue période de stagnation. Les contemporains, donc, n’avaient pas l’impression d’un mouvement en cours et, avec le recul, on ne l’a pas plus, à moins de se plonger dans l’étude des profondeurs. Alors, on discerne ces lames de fond, ces forces profondes, invisibles en surface qui préparent l’avenir. Il a fallu le recul du temps pour apprécier l’anachronisme qu’était l’adoubement de François 1er par Bayard au soir de Marignan, alors que l’introduction progressive de l’arme à feu individuelle a déjà sonné le glas de la chevalerie avec l’art de la guerre et l’ordre social qu’elle représente. Et c’est encore le recul du temps qui donne une valeur significative – celle de la fin d’un monde – à la mort des preux que furent Bayard et le Connétable de Bourbon, tous deux, dernières figures représentatives d’un moyen âge chevaleresque égarées au xvie siècle, abattus en Italie par la balle d’un obscur arquebusier inconnu qui n’avait rien de noble. Au delà du lent et inéluctable progrès des techniques, le moyen âge a été aussi empreint de la longue maturation des idées et des mentalités : Roscelin, Guillaume de Champeaux et Abélard annoncent Savonarole, Erasme et Luther avec la Réforme et les conséquences sociales et politiques qu’elle entraîna.

10Au lendemain de 1945, les dirigeants des partis communistes au pouvoir ont eu pour objectifs d’organiser le camp socialiste nouvellement édifié et de lui assurer une capacité militaire apte à vaincre l’Occident dans une guerre qu’ils jugeaient d’abord inéluctable puis possible. Le bloc socialiste a ainsi vécu durant des décennies dans l’ambiance d’un camp retranché, dans la crainte de l’Occident. La perception permanente de ce danger de guerre avait tendance à figer la situation interne et à faire apparaître toute opposition comme au service de l’ennemi. Il n’en demeure pas moins que les mentalités et les idées évoluaient. Au plan politique, le Parti n’avait jamais été monolithique. Dans le cas contraire, il n’aurait jamais connu de purges. Après la disparition de Staline, la pratique change : il n’y a plus de procès et la brutalité des évictions s’atténue. Les discussions et les oppositions n’en subsistent pas moins et ne sont pas toutes dues à la seule conquête du pouvoir. La perestroïka se prépare. Des évènements comme les soulèvements hongrois de 1956 et tchécoslovaque de 1968, comme la chute de Khrouchtchev en 1964, ne sont pas isolés et sans liens. Ils sont la partie émergée de l’iceberg et la manifestation visible de ces forces profondes qui secouent le pacte de Varsovie. L’Histoire reprend son cours apparent avec la perestroïka, non sans surprise pour l’observateur occidental qui, de prime abord, n’a pas perçu la portée d’une crise générale, touchant aussi bien le parti soviétique que les partis frères, aussi bien la société soviétique que celle des pays alliés. L’effondrement du pacte de Varsovie, s’il s’agit d’un événement qui pouvait être prévu, au moins à partir de 1985 et encore plus du XXVIIe congrès du PCUS en 1986, reste un cas relativement isolé dans l’Histoire. En effet, il est rare qu’une coalition disparaisse pour des motifs internes, sans action de l’ennemi et surtout sans que cet ennemi s’évanouisse. Or, c’est ce qui s’est produit pour le pacte de Varsovie.

11La modification de la situation à l’Est, sous la forme d’un renversement des alliances, va au delà de la disparition du Pacte, l’encre des paraphes la consacrant étant à peine séchée. En effet, à l’exception de la Bulgarie et de la Roumanie, les anciens alliés se positionnent en adversaires de l’Union soviétique. Dans le traité qu’elle a conclu avec la Tchécoslovaquie, le 3 octobre 1991, l’URSS renonce à inclure la clause restrictive qu’elle s’efforçait d’obtenir, interdisant à son ancienne alliée d’appartenir à une alliance susceptible de menacer sa sécurité. Moscou avait dû adopter la même attitude vis-à-vis de la Pologne et de la Hongrie. Seule la Roumanie avait accepté une telle clause. Le 8 octobre 1991, Tchécoslovaques et Allemands signent à Prague un traité d’amitié, quatre mois après que des accords semblables aient été conclus entre Polonais et Allemands. Pour cela, de part et d’autre, il a fallu abandonner toutes revendications territoriales et demandes d’indemnisation. Le problème, cependant, ne peut être écarté. Il surgira à nouveau en février 1992 lorsque le Chancelier d’Allemagne, H. Kohl, se rendra à Prague, pour signer un accord rendant nul et non avenu le traité de Munich de 1938. Mais revient alors à la surface, derechef, la question de l’indemnisation par les Tchécoslovaques des Sudètes d’origine allemande expulsés en 1945. Sans solution ! La question reste ainsi pendante. L’Histoire ne se laisse pas enterrer !

  • 1 Déclaration conjointe de MM. Havel, Walesa et Antall, à l’issue du sommet de Cracovie, le 6 octobre (...)
  • 2 In Libération du 18 juillet 1991. V. Havel, Président de la république tchécoslovaque, La meilleure (...)

12Cependant les craintes des Soviétiques étaient fondées, car Tchécoslovaques, Polonais et Hongrois cherchaient à se rallier à l’Alliance atlantique, en repoussant, par ailleurs, un projet de confédération européenne avancé par les Français. Afin de ne pas envenimer les relations avec l’Union soviétique et afin de ne pas se charger d’un poids trop lourd, les Américains écartèrent l’idée de donner aux pays d’Europe centrale un statut de membres associés à l’OTAN, prélude à une intégration, ainsi que l’avait suggéré le président tchécoslovaque. Conjointement avec les Allemands, ils proposèrent d’institutionnaliser des liens avec ces pays au sein d’un Conseil de coopération de l’Atlantique nord. En réponse à cette proposition américano-allemande, le 6 octobre 1991, réunis en sommet à Cracovie, les chefs d’Etat de la Pologne, de la Tchécoslovaquie et de la Hongrie adoptent une déclaration commune, visant non seulement à renforcer leur coopération régionale, mais encore à formaliser « leurs relations avec l’Alliance atlantique, dans l’esprit des initiatives récentes américaine et allemande »1, ainsi qu’avec l’Union de l’Europe occidentale, les deux organisations militaires contre lesquelles avait lutté le pacte de Varsovie ! De fait, les trois pays d’Europe centrale, sans trop saisir les difficultés de l’Alliance atlantique ni les problèmes soulevés par la construction européenne, recherchaient à tout prix une garantie des Etats-Unis, l’ennemi d’hier ! Et il en est de même des trois républiques baltes qui, dès leur indépendance reconnue au lendemain du coup d’Etat avorté d’août 1991 en URSS, envoyèrent des représentants participer, à titre d’observateurs, à la session annuelle de l’OTAN, ouverte en octobre 1991 à Madrid. La position de la Lettonie, entre autres, est dictée par sa faiblesse militaire. Elle ne dispose que d’une force permanente de 6 000 hommes, passant à 20 000 hommes avec la proclamation de la levée en masse ! Le président tchécoslovaque avait précédemment très clairement exprimé ses vues à ce sujet : « La présence américaine sur le continent est depuis quarante ans la colonne vertébrale de la défense de la liberté et de la démocratie, et elle reste, à mon avis, nécessaire »2. Compte tenu des réminiscences de l’abandon de la Tchécoslovaquie par les Français et les Britanniques à Munich en 1938 et de l’invasion par les Soviétiques en 1968, la position du président tchécoslovaque s’explique. L’Histoire a déjà connu des renversements d’alliance. Et si le pacte de Varsovie est mort, il n’y a rien de paradoxal à ce que les Tchécoslovaques frappent un cadavre !

13Ils ne seront pas les seuls, en définitive, car les différents Etats souverains issus de la désagrégation de l’Union soviétique les rejoindront au sein de ce Conseil de coopération de l’Atlantique Nord.

14L’internationalisme prolétarien était le ciment liant les alliés du pacte de Varsovie, mais aussi les différentes nationalités composant l’Union soviétique. Ce ciment ayant disparu, le Pacte s’est effondré et les mêmes raisons ont conduit à la désagrégation de l’Union. Les deux phénomènes se sont d’ailleurs déroulés simultanément dans un seul et même processus.

  • 3 Gorbatchev. Le Putsch d’août. Paris, 1991. p. 72.
  • 4 Ibidem, p. 73.

15L’on ne saurait trop rappeler que l’Etat soviétique était multinational, comprenant plus de 110 peuples et groupes éthniques inégalement répartis sur les territoires de 15 républiques fédérées, souveraines, socialistes et soviétiques, elles-mêmes englobant des républiques et des territoires autonomes. A une mosaïque de peuples se superposait une marqueterie de divisions administratives et politiques sans grand souci de cohérence, autre que circonstancielle, puisqu’un pouvoir politique central, fort et indiscuté, régulait l’ensemble. Chaque république fédérée reproduisait à son échelon le système de l’Union, y compris celui d’un parti communiste national ayant le monopole du pouvoir qu’il assumait à la place d’un appareil étatique disparu depuis 1917. A une exception près, significative : la république de Russie n’avait pas de Parti, son parti était le parti communiste de l’Union soviétique ayant compétence générale à l’échelle de l’Union et se superposant, ainsi, aux partis républicains. Les divisions politiques et administratives de l’Union, telles que les avait conçues le système stalinien n’avaient donc pas d’autre sens que de donner satisfaction aux aspirations nationales sans mettre en péril l’unicité d’un système étroitement centralisé par le Parti. En conséquence, avant l’effondrement du pouvoir central, « autrefois, on prêtait peu d’attention aux problèmes nationaux et l’on rattachait une région tantôt à une république, tantôt à une autre, avec l’idée que puisqu’il s’agissait d’un même Etat, cela n’avait pas d’importance »3. L’incertitude la plus grande régnait sur la délimitation exacte des frontières internes : « 70 % d’entre elles étaient fixées par les soviets de villages, d’arrondissements ou de villes »4. Quant au droit de faire sécession que possédait constitutionnellement chaque république fédérée, il restait une abstraction des plus théoriques, tant qu’existait un Parti unique, omnipotent, qui fédérait l’Union au nom de l’internationalisme.

16L’on ne saurait encore trop rappeler que dans l’esprit de son fondateur, Lénine, l’Union soviétique était une première pièce étatique appelée à incorporer d’autres nationalités qui, toujours au nom de l’internationalisme, devaient la rejoindre pour former, à terme, une république mondiale des Soviets. Ce concept était peut-être une utopie, mais n’avait rien de théorique. L’internationalisme, en ce qui concerne l’Etat soviétique était la réponse aux problèmes que posait son caractère multinational. L’empire russe, selon Lénine, était la prison des peuples, imposait son impérialisme aux nationalités subjuguées et cherchait à les assimiler à la Russie, de gré ou de force. De fait, le régime impérial était centralisateur, développait le panslavisme, mais laissait aux régions une large autonomie et pratiquait la tolérance religieuse. Par contre, les cultures nationales, y compris linguistiques, étaient étouffées, tant parce que le régime impérial menait une politique d’assimilation que parce que l’influence russe prévalait intrinsèquement. Staline et ses successeurs poursuivirent la politique de sauvegarde des nationalités mise en œuvre par Lénine, ce qui se traduisit, entre autres, par l’instauration du système fédéré de républiques et de régions autonomes. C’est ainsi qu’un bon nombre de cultures nationales minoritaires ne dut sa survie qu’à l’aide constante apportée par le pouvoir central. Si le russe était la langue administrative de la fédération, l’enseignement des langues nationales restait préservé dans les établissements scolaires sans que cela aille jusqu’à l’université où le russe était de règle, à l’exception de sections spécialisées. Le bilinguisme, donc, était accepté et n’était combattu que par le poids spécifique du russe, valorisé par son universalité sur le territoire de l’Union et par l’étendue de la culture dont il était le vecteur linguistique.

17L’Union soviétique était la traduction administrative, politique et sociale d’une idéologie assise sur l’internationalisme, tout comme le pacte de Varsovie, avec ce que cela comporte d’utopie et de dysfonctionnement. En abandonnant son rôle dirigeant et le monopole du pouvoir, le PCUS faisait perdre à l’Union l’appareil fédérateur qu’il représentait, sans être remplacé par un appareil étatique inexistant. En s’effondrant, le PCUS privait l’Union de l’idéologie qui la cimentait – l’internationalisme au service de la marche vers le communisme – au profit d’un concept de démocratie parlementaire qui admet le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, c’est-à-dire le développement de toutes les forces centrifuges.

18Le constat démontre que le ciment fédéraliste n’a jamais pris que là où un groupe national était exclusif ou suffisamment dominant pour réaliser l’union avec un certain degré d’assimilation institutionnelle. L’histoire des Etats anglo-saxons et germaniques en est un exemple probant. Le cas le plus démonstratif est certainement celui de l’Allemagne et « a contrario » celui de l’Autriche. Le nationalisme québécois montre les limites du fédéralisme canadien.

19Les terres russes et russifiées ont eu comme ciment la fidélité à la couronne impériale ou au Parti. Il y avait donc un internationalisme tsariste, puis prolétarien : lui disparu, l’adjuvant qu’est la démocratie libérale, qui reste d’ailleurs à être explicitée, est incapable de jouer le même rôle. La Constitution soviétique de 1936 qui donne la possibilité de sécession aux républiques fédérées – ce qui en pratique procurait à l’URSS deux voix supplémentaires, ukrainienne et biélorusse, lors d’un vote à l’Assemblée générale de l’ONU – était une fiction, tout comme le fédéralisme de la Constitution de 1977 et l’égalité en droit des membres du Comité politique consultatif du pacte de Varsovie dominé par le parti soviétique. Le Komintern, en ce qui le concerne, ne s’embarrassait pas de cette fiction, parce qu’à l’époque de sa création, personne n’avait le temps de négocier. L’entité russe, à elle seule, n’est pas capable de jouer le rôle suffisamment dominant dans une Union affaiblie. Au début de la décennie quatre-vingt-dix, à Kiev, rôde à nouveau le fantôme nationaliste de Mazeppa, accompagné de ceux de Makhno, de Chevtchenko, de Petlioura. Le parlement ukrainien proclame l’indépendance et prévoit de faire adopter comme base des armoiries de l’Etat le trident, l’emblème du nationaliste Stepan Bandera qui, durant la Seconde Guerre mondiale, leva des troupes pour combattre l’Armée Rouge aux côtés des Allemands et tint la campagne, après la défaite allemande, jusqu’en 1950. Et pourtant, Kiev fut la mère des villes russes et la capitale du premier Etat russe ! Et pourtant, l’Ukraine est la terre du « Dit du prince Igor », la chanson de Roland des Russes ! Mais, étymologiquement, Ukraine vient du vieux russe « U Krajna », ce qui se traduit par « la marche », « la terre de la frontière », « les confins » ! De quoi ? Des terres russes ! L’Histoire reprend ses droits et son cours !

  • 5 Cf. l’agence Novosti.
  • 6 Agence Tass, le 22 novembre 1991.

20La conclusion, à l’arraché, le 18 octobre 1991, d’un traité d’union économique interfédéral n’entraîne que huit anciennes républiques, auxquelles se joignent, le 6 novembre, après d’âpres controverses, l’Ukraine et la Moldavie, n’offrant ainsi qu’un très pâle reflet de ce que fut l’Union soviétique. Et encore, le traité, s’il spécifie la conservation et le renforcement du rouble en tant que monnaie commune, autorise-t-il les républiques signataires à mettre en circulation des monnaies nationales5 ! Les républiques se dotent d’une armée propre, d’une monnaie propre, d’un appareil propre chargé des affaires étrangères et instaurent un pouvoir législatif et exécutif propre, c’est-à-dire qu’elles s’emparent de tous les attributs réels de la souveraineté pleine et entière et réduisent l’Union à néant. A la date du 30 octobre 1991, des quinze anciennes républiques soviétiques, seules la Russie et le Kazakhstan n’ont pas proclamé leur indépendance. Passant outre au traité, les 16 et 17 novembre 1991, le président de la Russie, B. Eltsine, fait publier unilatéralement un train de décrets établissant une réforme économique portant entre autres, sur la libération des prix, la création d’un marché libre par privatisation généralisée, la libéralisation du commerce extérieure et la semi-convertibilité du rouble, bien qu’il subisse une inflation de quelque 20 % par semaine. Pratiquant la surenchère vis-à-vis de B. Eltsine qui, pourtant, cumulait les pouvoirs de président et de chef du gouvernement, le parlement russe, le 22 novembre, s’arroge le contrôle de l’émission monétaire par une disposition enjoignant à la Banque d’Etat de Russie de se saisir de « toutes les bases matérielles et techniques de la Banque d’Etat de l’URSS »6. Les républiques sont donc acculées soit à conserver le rouble et à accepter d’abandonner leur indépendance financière au profit de la seule Russie, soit à créer leur monnaie et à affirmer leur indépendance financière. A peine conclu, le traité d’union économique vole en éclats.

  • 7 Conférence de presse tenue à Moscou par le Président M. Gorbatchev, le 14 novembre 1991. Agences Ta (...)

21Un traité d’union politique, groupant sept républiques, paraphé le 14 novembre 1991, d’une valeur restreinte puisque les Ukrainiens avaient notamment refusé d’y adhérer, reste l’ultime trace des efforts de M. Gorbatchev pour préserver l’Etat unitaire que fut l’URSS, en fondant une « Union d’Etats souverains, un Etat confédéral démocratique »7. Et encore, s’agit-il d’un projet élaboré par le Conseil d’Etat qui doit être soumis au vote des parlements des républiques qui ne manqueront pas d’y apporter des amendements ! L’encre du traité était à peine séchée que le président russe négociait unilatéralement avec les Allemands et concluait, le 21 novembre 1991, un accord avec eux, se posant en seul héritier de l’ancienne URSS, en lieu et place du gouvernement central habilité, pourtant, à traiter au nom de l’Union. Ainsi, le président russe, de même que le parlement de Russie, développent une action qui contribue à désagréger ce qui reste de l’Union. Il ne s’arrêteront pas en chemin.

  • 8 Discours de B. Eltsine, Président de la République de Russie, au congrès des députés de Russie, le  (...)

22Les vieilles rancœurs nationalistes, venant du fond des siècles, que ne font plus taire une idéologie commune et un pouvoir central désormais affaibli, se sont réveillées : les Azéris, imprégnés de traditions islamiques mal éteintes, ont ouvert le cycle des affrontements armés en s’en prenant aux Arméniens, de culture chrétienne et soutenus par leur diaspora. Géorgiens et Russes retrouvent le chemin des combats décrits par Lermontov au Caucase en campant « Un héros de notre temps » durant la première moitié du xixe siècle. L’unité de la République de Russie est elle-même contestée par ses minorités qui prennent les armes. Les dirigeants de la République de Russie, après avoir accepté l’indépendance des républiques baltes, étaient en contradiction avec eux-mêmes pour refuser celle des autres républiques et celle de ses propres minorités. Le président russe se fait menaçant en avertissant qu’« il y a une limite qui ne sera en aucun cas dépassé, celle de l’intégrité territoriale de la Russie »8. Il n’hésite pas à évoquer l’usage de la force pour maintenir les minorités au sein de la fédération russe : « Nous ne permettrons en aucun cas le démantèlement de la Russie, son morcellement en des dizaines de fiefs dressés les uns contre les autres » 8. B. Eltsine récuse donc l’élection d’un président et la proclamation d’indépendance de la république autonome des Tchétchénes et des Ingouches, dont le territoire est partie intégrante de la République de Russie. B. Eltsine agit par décret proclamant l’état d’urgence, fait envoyer des troupes pour appliquer son décret, mais est désavoué par son propre parlement, le 11 novembre 1991. Il n’a plus qu’à s’incliner, ce qu’il fait plutôt que de tenter un coup de force, victime de ses propres contradictions. Le même processus se déroule dans d’autres républiques. Les Moldaves réclament leur indépendance, mais la refusent à leurs minorités gagaouze et russe, les Géorgiens rejettent l’indépendance de leur minorité ossète. L’Union soviétique part en lambeaux.

  • 9 Cf. la déclaration adoptée par le parlement ukrainien, le 24 octobre 1991. Agence France-Presse.

23A travers ces indépendances qui éclosent, se pose le problème international de la dévolution des armements nucléaires implantés sur le sol soviétique. Il en est jusqu’au désarmement qui désormais soulève un problème. En effet, les républiques fédérées, l’Ukraine entre autres, sur le territoire de laquelle sont déployés des dispositifs nucléaires stratégiques, entendent bien avoir leur propre politique en matière de désarmement et être donc engagées dans les négociations avec les Américains9. Précédemment, la République de Russie, par la voix de son président, avait même avancé l’intention d’être partie prenante dans la décision d’emploi du feu nucléaire, puis y avait renoncé devant les alarmes occidentales craignant les conséquences désastreuses de l’émiettement d’un tel pouvoir, alors que l’URSS existait encore. Par contre, le problème du feu nucléaire tactique à la disposition de la composante aéroterrestre reste entier : que se passerait-il en cas de guerre civile avec des forces armées qui se diviseraient en fonction des camps ?

24Parallèlement, tous les indicateurs économiques continuent à être en baisse, tandis qu’une inflation galopante fait du rouble une monnaie sans valeur et que le taux de la criminalité croît. Le pouvoir central n’a plus qu’une représentativité externe, bien discutable, que les Occidentaux veulent soutenir parce qu’ils sont inquiets du chaos soviétique qui précipite dans l’inconnu.

  • 10 In Izvestija du 26 septembre 1991. Déclaration de Boris Pankine, ministre des Affaires étrangères d (...)
  • 11 Déclaration de M. Gorbatchev, Président de l’URSS au quotidien Al-Chark al Awsat, reprise par l’age (...)

25Au début des années quatre-vingt-dix, les Soviétiques ont la conscience amère d’avoir perdu leur statut de superpuissance quoiqu’en dise leur ministre des Affaires étrangères qui assure que « tout le monde comprend bien que le sort du monde entier dépend de l’Union soviétique »10. Pour lui, il est clair « qu’il y aura une Union d’Etats souverains qui, par conséquent, conservera sa place au Conseil de sécurité », ce qu’infirme, entre autres, la série de sécession des républiques fédérées avec le problème nucléaire qu’elle pose. Le président soviétique reprend la même position pour affirmer à la veille de la conférence de Madrid, en octobre 1991, que « tous les racontars sur un déclin de notre rôle dans la politique mondiale sont démentis par les faits »11. M. Gorbatchev visait le fait que l’Union soviétique était coprésidente, avec les Etats-Unis, de la conférence qui allait s’ouvrir en rapprochant Israëliens et Arabes. Cette conférence, effectivement, aurait pu être un succès, puisqu’elle représentait le but auquel tendait la politique soviétique depuis la fin des années soixante et la coprésidence soviétique n’avait été possible que parce que Moscou avait rétabli ses relations diplomatiques avec Israël, le 18 octobre 1991, ce qui était, sans conteste un acquis de la « Nouvelle pensée ». Par contre, il restait à déterminer si le maintien de cette coprésidence n’était pas due au seul respect par les Américains des termes finaux de l’accord Start du 31 juillet 1991, prévoyant de tout mettre en œuvre pour la tenue d’une conférence de paix entre Israël et le monde arabe sous une coprésidence américano-soviétique. Par ailleurs, les Etats-Unis cherchaient à conforter la position personnelle de M. Gorbatchev parce qu’ils avaient besoin de l’existence d’un pouvoir central en Union soviétique.

  • 12 In Pravda du 28 octobre 1991.

26En fait, l’URSS affaiblie n’est plus un acteur des relations internationales, autrement que selon un mode passif. Tout un chacun des protagonistes de Madrid le comprend et les Soviétiques, ne faisant pas exception, constatent que « l’URSS est coprésidente, mais elle peut difficilement être qualifiée d’organisatrice et Mikhaïl Gorbatchev n’aura à Madrid qu’un rôle purement symbolique à jouer »12. De fait, la conférence manifesta d’une manière éclatante la place prédominante, à l’échelle de la planète, qu’occupaient, seuls, les Etats-Unis.

27Désormais, le processus de dislocation de l’URSS va connaître une accélération redoublée.

28Dès les premières négociations engagées entre la Fédération de Russie et le gouvernement fédéral central sur le contenu du traité d’union, il avait été acquis que l’Union des Républiques ne conserverait pas les qualificatifs de « socialistes soviétiques » dans sa nouvelle appellation. C’est ce qui ressort sans ambages d’une rencontre réunissant M. Gorbatchev et B. Eltsine, le 12 mai 1991, et donnant lieu entre les deux chefs de file à un accord momentané sur la forme que devrait prendre le traité. Il s’agit d’abolir tout rappel à l’idéologie marxiste-léniniste et dans ce but, il est prévu de retenir le terme d’Union des Républiques souveraines, ce qui, malgré tout, comporte un renvoi à l’internationalisme en maintenant l’absence de référence à une entité géographique et l’existence d’un pouvoir central fédéral.

  • 13 Texte de l’accord de Minsk diffusé par l’agence Tass, le 8 décembre 1991.

29Mais tout espoir de conclure un traité d’Union sous la forme préconisée par M. Gorbatchev ne peut résister à la sécession de l’Ukraine. Or, c’est chose faite le 1er décembre 1991 et l’appel dramatique de M. Gorbatchev à la sauvegarde de l’Union, lancé le 3 décembre, n’y changera rien. Le 8 décembre 1991, à Minsk, les dirigeants de la République de Biélorussie, de la Fédération de Russie et de l’Ukraine, signent un accord portant sur la création d’une Communauté des Etats indépendants. Le terme même employé en russe pour traduire le concept de communauté, « sodružestvo », exclut toute idée d’un Etat pour se référer à un contenu associatif. Dans son préambule, l’accord indique que les trois Etats signataires, « en tant qu’Etats fondateurs de l’URSS ayant signé le traité de l’Union de 1922, appelés ci-dessous hautes parties contractantes, constatons que l’URSS en tant que sujet du droit international et réalité géopolitique, n’existe plus »13. L’accord ne laisse subsister comme compétences communes que la coordination des politiques extérieures et la reconnaissance de l’existence d’un espace économique commun. « La ville de Minsk est choisie comme le lieu de l’installation des organes de coordination ». Et encore, cette coordination est assujettie à la conclusion d’accords qui restent à négocier. Par contre, « il est décidé de conserver un commandement unifié de l’espace commun militaro-stratégique et un contrôle commun des armes nucléaires ». Le respect des engagements internationaux souscrits par l’URSS est garanti par la Communauté des Etats indépendants qui s’ouvre aux autres Républiques qui entraient dans la composition de l’Union soviétique.

  • 14 Cf. les agences Tass et Interfax.

30A la date du 8 décembre 1991, formellement, treize républiques sur les quinze républiques soviétiques ont proclamé leur indépendance, mais seule l’indépendance des trois républiques baltes est reconnue au niveau international. L’Union soviétique est encore en sursis jusqu’à ce que d’autres républiques demandent à se joindre à l’accord de Minsk. Le sursis tombe le 21 décembre 1991 à Alma-Ata. Onze républiques entérinent la fondation de la Communauté des Etats indépendants. Manquent à l’appel les trois républiques baltes et la Géorgie ravagée par la guerre civile. Six textes ont été signés par les représentants de ces onze républiques, instituant une structure commune comprenant des conseils de chefs d’Etat, de gouvernement et un comité de supervision générale. Un accord sur les arsenaux nucléaires donne la décision du déclenchement du tir à la Russie sous le contrôle de l’Ukraine, de la Biélorussie et du Kazakhstan, républiques où sont stationnés les armements stratégiques nucléaires. La Russie hérite du siège de l’URSS au Conseil de sécurité de l’ONU14.

31B. Eltsine somme M. Gorbatchev de démissionner. Celui-ci s’exécute le 25 décembre 1991. Dans la nuit qui tombe, le drapeau soviétique, le drapeau rouge frappé de la faucille et du marteau, est amené au Kremlin. Il avait été hissé sur le Reichstag, à Berlin, en avril 1945. L’Union soviétique a cessé d’exister.

  • 15 In Nězavissimaja gazeta du 28 décembre 1991.

32Les questions pendantes sont repoussées à un prochain sommet, le 30 décembre. Elles ne sont pas réglées. Les Républiques craignent trop la prédominance de la Russie. Elles veulent se doter de forces armées propres, qu’il s’agisse de garde nationale, de milice ou d’armée comme l’Ukraine. Le seul accord conclu est celui sur les armes nucléaires qui reprend les termes de l’arrangement du 8 décembre. L’armée soviétique unifiée disparaît comme l’URSS. En fait, « la nouvelle Communauté n’a guère qu’un bouton nucléaire en commun »15, c’est le seul point d’entente. L’ancien ministre de la Défense soviétique, le maréchal Chapochnikov, nommé commandant en chef provisoire des forces le 21 décembre, est confirmé dans ses fonctions, mais chaque Etat indépendant se voit reconnaître le droit d’avoir ses propres forces. Les Ukrainiens vont immédiatement réclamer la flotte de la mer Noire et constituer une armée nationale. Les Russes ne tarderont pas à contester la constitutionnalité du rattachement de la Crimée à l’Ukraine, en 1954, au mépris des accords de Minsk statuant sur l’intangibilité des frontières existantes.

33Les tableaux qu’offrent les pays qui furent les alliés de l’URSS au sein du pacte de Varsovie n’atteignent pas le même degré de décomposition, mais n’en sont pas moins extrêmement troublés. La même contagion a gagné la Yougoslavie, dont le régime fédéral d’inspiration marxiste explose et préfigure avec l’URSS la voie sur laquelle se sont engagés les Etats autrefois membres du pacte de Varsovie.

34La fédération yougoslave, née des traités de Neuilly et de Saint-Germain en 1919 et en 1920, fruit de l’imagination de Wilson, n’a existé qu’avec l’appui des Français. La fédération yougoslave de Tito n’a tenu que par la dictature du Parti qu’était la Ligue des communistes et non sans qu’une guerre civile ait interféré avec la guerre étrangère de 1941 à 1945. La Yougoslavie, non membre du pacte de Varsovie, offre un modèle réduit avancé de l’URSS de 1991. Elle explose entre ses différentes nationalités que ne retient plus le tissu fédérateur du Parti.

35Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le 27 octobre 1991, la Pologne a connu des élections législatives libres. Le tableau qui ressort du résultat est accablant et augure mal de la naissance de cette IIIe République polonaise sortie des urnes de la démocratie. Au premier plan surgit, d’une manière indubitable, le désenchantement de la population à l’égard du nouveau système socio-économique échafaudé sur les ruines du régime marxiste-léniniste. C’est ce qu’atteste le taux d’abstention du corps électoral à hauteur de 60 % et que confirment à la fois la désagrégation du mouvement « Solidarité » dont les restes, en tant que tels, ne dépassent pas 4,5 % des votes et les deux partis qui se réclament d’un héritage communiste pour atteindre l’un quelque 11,5 %, l’autre quelque 9 %, ce qui les amène à être en deuxième position au parlement par ordre d’importance. La dérision s’en mêle et souligne les désillusions du corps électoral à l’égard du nouveau régime, puisqu’un « Parti des buveurs de bière » a pu obtenir un résultat somme toute honorable avec une vingtaine de députés.

36La compétition électorale met aux prises plus de cent listes, dont une liste du « Bloc des minorités », ce qui fait que la Pologne se trouve face à un problème virtuel de minorités nationales rappelant en filigrane le cauchemar des années vingt et trente. Dix millions d’Allemands, dont deux millions de Silésiens avaient été expulsés en 1945, afin de fournir à la Pologne l’homogénéité nationale qui lui avait tant manqué. Une très faible part de la minorité allemande, déjà plus ou moins assimilée, de religion catholique en outre, avait été laissée en place, notamment dans la voïvodie d’Opole – Opeln en allemand – en Haute-Silésie. C’est cette minorité qui s’est réveillée sous l’aimant de la prospérité allemande, agitée par la perspective de la réunification des deux Allemagne et partant à la recherche d’une vieille culture que l’assimilation polonaise avait fait oublier. L’activisme des associations d’expatriés allemands a également joué dans ce réveil qu’institutionnalise le traité d’amitié polono-allemand, conclu en 1991, et qui, plus particulièrement, en échange de la reconnaissance de la frontière de l’Oder-Neisse, garantit ses droits culturels à la minorité d’origine allemande. Au total, deux cent mille Polonais d’origine allemande sont inscrits dans diverses associations qui se répartissent dans la partie occidentale de la Pologne et qui, fédérées, sont intervenues, en tant que telles, dans le corps électoral. Une alliance a été conclue au niveau national avec les autres minorités, notamment avec la plus importante, la minorité ukrainienne, représentant deux millions de personnes, émue par les revendications à l’indépendance de la République d’Ukraine.

37Le « Bloc des minorités » sera donc représenté au parlement polonais. Le danger n’est pas comparable à celui des années trente. Le fait n’en demeure pas moins : l’existence de cette minorité organisée bat en brèche la politique d’assimilation et d’expulsion menée par les Polonais depuis 1945 et fournit un aliment à un courant nationaliste allemand réclamant le retour des provinces perdues ou des indemnisations. L’irrédentisme ukrainien dépend de l’évolution de ce que fut l’Union soviétique. Au bilan, la Pologne n’échappe pas plus que les autres pays de l’Est au problème des minorités nationales.

  • 16 Ou « lustration » en français, de la même racine, euphémisme employé afin d’éviter le terme d’« épu (...)

38Le constat de la situation polonaise traduit l’échec du passage à peine entamé à l’économie de marché comme à un système politique pluraliste, dans lequel la population a perdu confiance. C’est ce qui explique le fort taux d’abstention et le retour en force d’un parti communiste, discrédité tant par sa collusion avec les Soviétiques que par ses échecs économiques et par l’hostilité que lui voue l’Eglise catholique. Le cas n’est pas unique : il s’était déjà produit lors des premières élections municipales libres en Bohème et en Moravie. Afin de contrer un possible renouveau communiste, les formations parlementaires de droite libérale, après plusieurs étapes intermédiaires visant l’exclusion des communistes de la fonction publique et la restitution des biens acquis par le parti communiste, font voter en décembre 1991, une loi d’exclusion qui n’a qui de lointains rapports avec les libertés politiques, dans le cadre de la campagne de « lustrace »16. Au terme de l’article 260 de cette loi, « toute personne soutenant ou impulsant un mouvement ouvertement destiné à supprimer les droits de l’homme et les libertés des citoyens, ou prônant la haine nationale, raciale, de classe ou religieuse, par exemple le fascisme ou le communisme, sera punie de un à cinq ans de prison ferme ». Sont également poursuivis ceux qui ont de près ou de loin approché la police politique. Une telle loi est évidemment susceptible de toutes les dérives et s’applique, entre autres, aux protagonistes du « Printemps de Prague » dont A. Dubcek et J. Hajek qui fut ministre des Affaires étrangères en 1968.

39Le pluralisme politique et l’économie de marché ne se décrètent pas aussi simplement. Quant aux Polonais, naïvement, ils espéraient dans l’instauration du libéralisme économique une élévation immédiate de leur niveau de vie. Le contraire s’est produit, ne serait-ce que parce que la privatisation s’est heurtée au problème des droits des anciens propriétaires dont les biens avaient été collectivisés. Aucune décision légale n’ayant résolu le problème, le rachat des entreprises, grandes ou petites, par des personnes privées a marqué le pas et l’expectative a multiplié les causes de marasme. Par contre, l’abandon du monopole de l’Etat sur le commerce a précipité une spirale inflationniste non suivie, et de loin, par l’augmentation des salaires.

40En réalité, c’est un problème de mentalité qui est en question, le même que celui des Soviétiques. Constatant l’échec économique du marxisme-léninisme, dirigeants et populations se sont jetés dans un processus de réformes économiques libérales, dont ils attendaient un miracle imminent. Il en est résulté qu’après avoir démoli l’ancien système, ils ont cumulé les désavantages d’une économie dirigée, étroitement administrée, avec ceux du libéralisme. Parallèlement, tous les avantages sociaux que fournissait le marxisme-léninisme, et qui représentaient de l’ordre du tiers d’un revenu moyen, ont disparu, frappant à peu près uniformément toutes les couches de la population puisqu’il y avait un écrasement des salaires. Circonstance aggravante, les anciens alliés de l’URSS au sein du Pacte espéraient obtenir des Occidentaux une aide massive en donnant pour gage leur retournement contre l’URSS : c’est encore la manifestation d’une mentalité d’assistés. Or, quittant le Pacte, ces pays cessaient d’être des acteurs de l’Histoire, même mineurs, pour ne représenter que leur valeur militaire, économique et politique, c’est-à-dire d’une envergure faible que diminuait encore leur désunion.

41La fiction fédérale réapparait en Tchécoslovaquie, elle aussi construction française des lendemains de la Première Guerre mondiale qui prétendait effacer l’Histoire qu’est la frontière entre la Cisleithanie et la Transleithanie. A Bratislava, la vieille Presbourg allemande, en 1991, le souvenir de Monseigneur Josef Tiso et de son Etat indépendant slovaque allié aux Allemands, de 1939 à 1945, a retrouvé droit de cité. Il s’insurge violemment contre la formulation retenue dans le traité d’amitié germano-tchécoslovaque, paraphé le 8 octobre 1991, précisant que le dépeçage de la Tchécoslovaquie, en 1938, était nul et non avenu et qu’il y avait donc continuité juridique de l’Etat tchécoslovaque depuis 1918. De ce fait, l’Etat slovaque n’a aucune existence légale. Or, le nationalisme slovaque prend cet Etat de monseigneur Tiso comme précédent, bien qu’il ait été tenu sur des fonts baptismaux nazis.

42L’agonie des industries d’armement slovaques, centrées sur Martin, berceau de l’indépendantisme slovaque, alimente la revendication nationaliste. Afin de rééquilibrer les niveaux de vie et la production industrielle, les gouvernements communistes étaient arrivés à implanter prioritairement en Slovaquie, notamment dans la région de Martin, les industries d’armement dont se dotaient la Tchécoslovaquie. Avec la chute du Pacte et du CAEM, les débouchés ont disparu. En outre, la collaboration avec les bureaux d’étude soviétiques a cessé, ce qui fait que la production ne peut se renouveler en fonction des progrès qualitatifs attendus. Quant à la recherche de nouveaux débouchés, elle se heurte à la concurrence occidentale et à l’absence du vecteur politique qui régit les ventes d’armes au niveau international. La reconversion est donc une nécessité et a été ordonnée par Prague. Sans effet, autre que la fermeture lente du consortium d’armement slovaque et des mises au chômage massives avec une montée parallèle de la criminalité !

43Au même moment, la Lituanie, à peine indépendante, redécouvre le problème de sa minorité polonaise, à hauteur de 7 % de la population, centrée sur la capitale de l’Etat, Vilnius, ou Vilna en russe, ou encore Wilno en polonais, patrie de Džerjinski, le fondateur de la Tcheka ancêtre du KGB, et de Pilsudski qui écrasa les Soviétiques sous les murs de Varsovie, en 1920. Et s’il faut s’en tenir à la dénonciation du pacte Ribbentrop-Molotov qui donne naissance à l’indépendance lituanienne en 1991, alors Wilno est à la Pologne, puisque c’est en conséquence de ce pacte que l’Union soviétique sépare Vilna de la Pologne pour la rattacher à la Lituanie soviétique !

44La Bulgarie et la Roumanie offrent des tableaux semblables avec les mêmes problèmes insolubles de minorités, qu’elles soient d’origine turque ou hongroise, de crise économique et d’instabilité politique.

45Seule la Hongrie, sans échapper au marasme économique, présente des structures politiques internes stables. Elle n’a, en effet, aucun problème de minorités, car ses frontières, après 1945, sont revenues aux limites fixées par le traité de Trianon de 1920. La Hongrie est homogène. Par contre, pas plus que les autres pays du défunt pacte de Varsovie, elle n’échappe aux luttes politiques partisanes. En outre, elle a tendance au révisionnisme avec des revendications latentes de recouvrer les territoires où sont implantées des minorités hongroises en Slovaquie, en Yougoslavie et en Roumanie, ce qui ajoute à la précarité de la situation en Europe centrale.

46La chute de l’internationalisme prolétarien a libéré, puis exacerbé tous les nationalismes rampants qui existaient aussi bien parmi les peuples composant les pays du pacte de Varsovie que ceux formant l’Union soviétique et la Yougoslavie. Au début des années quatre-vingt-dix, les combats opposant Azéris et Arméniens, Géorgiens et Ossétes, Russes et Tchétchènes, Serbes et Croates, et bien d’autres... sont de la même nature que la confrontation entre Tchèques et Slovaques. L’internationalisme a cédé la place au chaos chronique et institutionnalisé.

47Quelles que soient les erreurs d’appréciation des anciens alliés de l’URSS, celles des responsables soviétiques sont sans commune mesure. Leur aveuglement fut permanent, alors que pour le moins, non seulement la dégradation de la situation interne comme le délitement du Pacte auraient dû les alerter.

  • 17 Agence Tass, le 7 juillet 1987.
  • 18 In Pravda du 17 novembre 1989.
  • 19 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 180.
  • 20 Cf. l’agence Novosti.

48La prospective, scientifiquement conçue, comme les études prévisionnelles en stratégie et en politique, tant à l’honneur en Union soviétique, ont déserté les cerveaux des dirigeants, les amenant à commettre des erreurs grossières, à se laisser balloter au gré de l’événement. En 1987, à propos de la réunification allemande dont lui fait mention Von Weizsäcker, Président de la République fédérale d’Allemagne, M. Gorbatchev rétorque que « c’est à l’histoire de décider de ce qui adviendra dans cent ans. Aucune autre approche n’est acceptable »17. Cette cécité politique est extraordinaire et persiste jusque devant le fait presque accompli. Lors d’une conférence à des représentants des étudiants, alors qu’E. Honecker avait déjà été limogé de son poste de secrétaire général du Parti est-allemand, alors que s’effondrait le mur de Berlin, M. Gorbatchev, interrogé sur les Allemagne de l’Ouest et de l’Est, répond que « ces deux Etats sont membres de l’ONU. Ils entrent dans des formations politiques : l’OTAN et le pacte de Varsovie, le CAEM et le Marché commun. C’est la réalité et il faut partir de cette réalité. Comment l’histoire en disposera par la suite, nous verrons. Je ne pense pas que la réunification de ces Etats soit aujourd’hui une question d’actualité »18. Le défaut de perspective dans l’ordre interne n’est pas moins saisissant. En effet, en 1987 encore, pour M. Gorbatchev, l’adoption de la perestroïka consolide les positions du Parti : « Aussi bien dans l’armée que dans le Conseil de sécurité de l’Etat et que dans chacun des départements du gouvernement, le Parti détient la plus haute autorité et sa voix est politiquement décisive. L’adoption de la perestroïka n’a fait que consolider la position du Parti, ajoutant une nouvelle dimension à son rôle politique et moral au sein de la société et de l’Etat »19. Dans moins de quatre ans, après avoir perdu son rôle dirigeant, le Parti aura cessé d’exister ! Le 21 juin 1991, intervenant devant le Soviet suprême de l’URSS, M. Gorbatchev qualifie « d’enfantillage politique » les tentatives de certains journaux de l’opposer au président de la Russie, B. Eltsine20, alors qu’il l’a ouvertement attaqué lors de la XIXe Conférence du Parti, en juin 1988, pour ses professions de foi trop réformatrices. Et lorsque, le 11 novembre 1987, Eltsine est dépossédé de son poste de premier secrétaire du Parti pour Moscou, puis, le 18 février 1988, de sa suppléance au Bureau politique et qu’une enquête est ouverte par décision du plénum des 15 et 16 mars 1989 sur ses propos concernant le multipartisme, il sait qu’il le doit aux attaques de Gorbatchev, enveloppé de toute sa puissance de secrétaire général du CC du PCUS. B. Eltsine n’a plus alors qu’à démissionner du Parti, ce qu’il fera le 2 juillet 1990, mais après avoir rebondi dans la nouvelle voie ouverte par la perestroïka : hors du Parti. Le 26 mars 1989, il est élu au Congrès des députés du peuple avec plus de 85 % des voix à Moscou et dès qu’il est élu président du parlement de la Fédération de Russie, le 29 mai 1990, il réclame la souveraineté de cette dernière. Le personnage qu’est Eltsine sait rebondir, il le prouve, et son opposition à Gorbatchev est fondamentale. Que Gorbatchev ne l’ait pas pris en compte à temps est derechef de la cécité politique !

49La même cécité politique a libre cours au sein du pouvoir central après le putsch d’août 1991. Ce pouvoir central est réduit à l’impuissance statutairement. Avant le putsch, le pouvoir central n’avait pas les moyens de faire appliquer ses décisions. Après le putsch, de manière institutionnelle, il ne lui reste que les affaires étrangères. Les organisations centrales fédérales brassent du vide : le Conseil d’Etat que préside M. Gorbatchev et qui tient lieu d’exécutif est paralysé par le droit de veto que détient chaque président de république acceptant de participer à ses travaux. Et même ses décisions, quand elles sont prises, ne reçoivent aucune application. Les opposants à M. Gorbatchev ont alors beau jeu de dénoncer son impuissance, son désir frénétique de se cramponner à un pouvoir inexistant et son projet de traité d’union vide de sens concret.

50Les erreurs commises ne sont pas moins importantes en matière d’économie politique. Naïvement, la plupart des réformateurs soviétiques associent la démocratie à l’économie de marché, parce qu’elles vont de pair en Occident. Et pour asseoir l’une, ils veulent mettre en place l’autre au lieu d’un plan, certes unanimement reconnu comme trop rigide, que l’on rejette immédiatement en bloc. Aucun d’entre eux ne s’est demandé pourquoi l’économie de marché s’accomodait-elle du national-socialisme allemand, pourquoi les dictatures du Tiers monde étaient-elles compatibles avec le libéralisme économique ? Constatant une faillite indéniable de leur modèle économique, entraînés par leur perpétuelle démarche de normalisateur, les Soviétiques ont voulu substituer aux lois marxistes-léninistes celles du marché, mais en adoptant toujours le même système dirigiste. Ils cherchent à imposer une économie de marché comme ils avaient imposé une économie totalement administrée, sans s’interroger sur les raisons du désordre qu’ils provoquent. La tendance d’Eltsine, en cela, ne diffère guère de celle de Gorbatchev qui s’en était pris, d’une manière semblable, à l’appareil du Parti, voulant le remplacer par un appareil de l’Etat, sans se rendre compte que ce dernier n’existant pas, il aurait fallu le construire au préalable. « Faites moi de bonne politique et je vous ferai de bonnes finances. », disait déjà le baron Louis, ministre des Finances du roi Louis-Philippe, apostrophant le Conseil des ministres en 1830, bien avant donc que le marxisme et le libéralisme économique aient, tous deux, posé en principe fondamental la nécessité de l’ordre politique pour mener une économie saine.

51L’erreur déterminante, cependant, à laquelle succombèrent les dirigeants soviétiques, fut celle d’une lutte politique acharnée visant la conquête du pouvoir. L’histoire de l’Union soviétique est parsemée de telles luttes, sans qu’il soit possible de discriminer exactement les buts poursuivis, conquête intrinsèque du pouvoir par ambition personnelle ou promotion d’un programme politique ou encore mélange des deux motivations. Le Parti n’a jamais été exempt de luttes internes malgré toutes les bruyantes proclamations à ce sujet, et la manifestation extérieure en a été les procès de Moscou des années trente, dont il est trop simple d’attribuer la raison à la seule folie sanguinaire de Staline : il y avait des tendances multiples et des courants au sein du Parti. La terreur stalinienne a occulté ces tendances, mais n’a pu les faire disparaître. Glasnost aidant, elles éclatent au grand jour à partir de 1985 et pour bien les saisir, il faut se plonger dans l’histoire du Parti. La perestroïka, ouvrant l’ère des réformes en profondeur, exigeait la paix civile et la coordination des efforts. Or, il n’en fut rien, bien au contraire.

  • 21 Sobtchak. La marche au pouvoir. Moscou, 1991. Traduit en français sous le titre de Chronique d’une (...)

52Tous les acteurs de la vie politique soviétique, y compris les protagonistes de la perestroïka qui vont intervenir dans l’affrontement s’achevant par la disparition de l’Union soviétique, sont issus du même moule, les écoles de formation du Parti, et étaient des membres de son appareil dirigeant. La dissidence interne ou l’émigration aurait pu permettre l’émergence d’autres personnalités, en sus de celle d’Andreï Sakharov disparu en décembre 1989, et leur intervention dans le débat crucial qui s’ouvre en 1990. Ce ne fut pas le cas. Qu’il s’agisse de Gorbatchev, d’Eltsine, de Bourboulis, de Chevardnadzé, de Jakovlev, de Routskoï, du maire de Moscou, Popov, de ceux qui vont devenir présidents des Républiques comme Kravtchouk, Kebitch, Moutalibov, Ter Petrossian, Nazarbaiev, Nabijev, Gamsakhourdia, Snegur, Karimov, Akajev… et des autres, tous ont occupé des fonctions de direction soit au niveau du parti communiste de l’Union soviétique, soit au niveau des partis communistes républicains. Une seule exception, Anatoli Sobtchak, le maire de Saint-Pétersbourg, en 1991, n’a pas été apparatchik, et encore ! Universitaire, il adhère au Parti, en 1988, à l’âge de 51 ans, donc assez tard, pour répondre à l’appel à la mobilisation civique lancé par Gorbatchev à la XIXe Conférence du Parti, « et lorsque ces paroles furent confirmées par des actes, quand Gorbatchev annonça le retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan, je décidai d’adhérer au parti communiste, ce qui à l’époque était déjà fort mal vu »21, écrit-il. Elu député et maire de Saint-Pétersbourg, il se range d’abord du côté de Gorbatchev, puis avec le coup d’Etat d’août 1991, il rejoint Eltsine.

  • 22 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 369.
  • 23 Gorbatchev. Le putsch. Paris, 1991. p. 170. Moscou, 1991. p. 89.

53Tous, après août 1991, lorsque la lutte pour le pouvoir se radicalisera et que le Parti sera aboli, renieront leur appartenance passée ou éviteront d’en parler, à une exception : Gorbatchev. En 1987, il affirmait se ranger parmi ceux qui étaient « mus par les idées de la Révolution d’Octobre 1917, les idées de Lénine, les intérêts du peuple soviétique »22. En 1991, même après que le parti communiste dissous eût à supporter le discrédit dû au coup d’Etat raté, il n’abjurera pas plus son idéal, soulignant qu’« il est important de ne pas perdre nos points de repère, de rester fidèles à la perspective socialiste et d’aller de l’avant, malgré les difficultés et les erreurs »23.

54Les multiples querelles qui opposaient entre eux les responsables du Parti éclatent au grand jour avec la glasnost et surtout avec l’instauration du parlementarisme faisant de l’opinion publique un témoin, ce à quoi nul n’était habitué en URSS. Il en découle une agitation politique permanente, avivée par la montée de la crise économique. La population exaspérée cherche des responsables et en trouve en la personne du principal tenant de la perestroïka, M. Gorbatchev, puisque cette perestroïka non seulement n’apporte pas l’augmentation du niveau de vie tant espéré, mais sa dégradation.

55A partir du début de 1991, d’évidence, la lutte politique se cristallise autour du duel auquel se livrent M. Gorbatchev et B. Eltsine. L’enjeu est le pouvoir suprême. B. Eltsine a ouvert les hostilités en demandant publiquement à la télévision, le 19 février 1991, la démission de M. Gorbatchev, mais en vain. C’est dans cette perspective que s’ordonnancent les positions de tous les responsables, non sans qu’interviennent des défections et des passages d’un clan à l’autre.

  • 24 Déclaration de François Mitterrand, à Latché, le 30 octobre 1991, lors de l’entretien commun, avec (...)

56M. Gorbatchev s’appuie sur la popularité dont il jouit en Occident. En effet, pour les dirigeants occidentaux, malgré ses faiblesses, M. Gorbatchev reste l’initiateur de la perestroïka, un réel démocrate et le partisan acharné d’un pouvoir central, aussi fort que possible, dont ils ne souhaitent pas la désagrégation. C’est que la dislocation de l’Union soviétique débouche sur l’aventurisme des Républiques, la possibilité d’une guerre civile et l’absence de contrôle sur son fantastique arsenal nucléaire. En ce qui concerne cet arsenal, le président de la République française est net pour affirmer qu’il continuait « de croire qu’il y a quand même un sens des responsabilités dans les Républiques et qu’il y en a un très fort à la tête de l’Union et qu’il ne peut pas être question de disperser les centres de commandement dans une matière aussi grave que celle de l’armement nucléaire »24.

  • 25 Sobtchak. Chronique d’une chute annoncée. Paris, 1991. p. 191.
  • 26 Ibidem, p. 223.

57Par contre, l’image de marque de M. Gorbatchev est détestable en URSS où il a la réputation d’être un vélléitaire. Le marasme économique et le chaos politique sont imputés totalement à son indécision et à son incapacité à gouverner, à sa trop forte propension à s’occuper des affaires étrangères au mépris des problèmes internes. « Manœuvrier de génie au sein de l’appareil du Parti »25, M. Gorbatchev l’est beaucoup moins face à une opinion publique. A la différence d’Eltsine, il sait mal rebondir. Pourtant, il « sait écouter, et son attention encourage l’interlocuteur à détailler ses propos »26. En fait, il est plus homme de parti qu’homme d’Etat. Il est meilleur tacticien que stratège.

  • 27 Ibidem, p. 217.

58« Les intellectuels de Moscou et de Léningrad n’ont jamais eu beaucoup d’affection pour Boris Eltsine. Or, on a découvert tout d’un coup que cet homme, qui s’était entouré d’une équipe intelligente, était capable de profiter de ses propres erreurs et de celles de Gorbatchev pour apprendre »27. C’est ce qui explique ses facultés de rebondissement politique après chaque échec. Il commet des erreurs, mais ne les répète jamais. Il se révèle meilleur stratège que tacticien : l’inverse de M. Gorbatchev. Cependant, B. Eltsine est suspect en Occident où on lui reproche des tendances au populisme pouvant conduire à la dictature. Comme il défend la cause de l’indépendance de la Russie, les Occidentaux lui prêtent l’idée de vouloir sacrifier l’Union et donc d’amener le chaos politique et, par là, la dissémination des armements nucléaires soviétiques. Auprès de la vertueuse opinion publique américaine, il passe pour ivrogne, ce qui est rédhibitoire, mais pas pour les Russes. Ceux-ci vantent son esprit de décision et surtout sont à l’affût de l’homme providentiel qui les sortira de la crise.

59Le coup d’Etat manqué d’août 1991 marque une double victoire pour B. Eltsine : l’élimination définitive des conservateurs et un avantage décisif sur M. Gorbatchev, faute de sa mort politique immédiate.

60Bien des obscurités demeurent sur le déroulement de ce coup d’Etat comme de son élaboration et la commission d’enquête qui fut instituée afin de l’étudier et de déterminer exactement les responsabilités dès le mois d’août, n’avait toujours pas rendu de rapport final au 1er janvier 1992. En mai 1993, le procès est encore ajourné. Il y a là un élément supplémentaire d’interrogation.

  • 28 Ibidem, p. 299.
  • 29 Gorbatchev. Le putsch d’août. Les raisons et les conséquences. Moscou, 1991. Traduit sous le titre (...)
  • 30 Gorbatchev. Le putsch d’août. Moscou, 1991. p. 1.

61La relation des événements, faite par les acteurs eux-mêmes contribue à soulever des questions. Le maire de Saint-Pétersbourg se fait l’écho « de ceux qui épiloguent sur le caractère étrange et peu sérieux de ce putsch »28. Il est relayé en cela par M. Gorbatchev qui souligne, dans son adresse au lecteur d’un ouvrage qu’il a écrit au lendemain du putsch29, paru en septembre 1991, que « de sérieuses tentatives sont faites d’analyser le déroulement et le sens de ce qui s’est passé, les causes et les conséquences. Malheureusement, il y a aussi des tentatives d’un autre genre visant la transformation de ces événements en objet de spéculations futiles afin d’exciter de vils sentiments et des états d’esprit malsains »30.

  • 31 Gorbatchev. Le putsch. Paris, 1991. p. 45.
  • 32 Gorbatchev. Le putsch d’août. Moscou, 1991. p. 21.
  • 33 Gorbatchev. Le putsch. Paris, 1991. p. 41.
  • 34 Gorbatchev. Le putsch d’août. Moscou, 1991. p. 22.
  • 35 Gorbatchev. Le putsch. Paris, 1991. p. 47 et 48.
  • 36 Gorbatchev. Le putsch d’août. Moscou, 1991. p. 23.

62L’ouvrage de M. Gorbatchev a posé problème non seulement en Union soviétique, mais aussi en France, où sa traduction a ouvert une polémique. En effet, la version française est approximative, voire infidèle. Par exemple, entre autres, le traducteur fait dire au général commandant la région militaire de Leningrad, s’adressant au maire de Léningrad lors du déclenchement du coup d’Etat : « Soyez tranquille, les chars n’entreront pas dans la ville »31. Or, dans le texte russe le général dit : « Soyez tranquille, il n’y aura pas de troupes dans Léningrad »32, phrase dont la portée est plus ample, plus complète, puisque le terme de troupe concerne la force militaire dans son ensemble et non seulement des unités de chars. Il y a donc ainsi altération du sens que l’auteur donne à son propos. A titre de deuxième exemple, dans la version française, après que M. Gorbatchev ait fait mention de ce que « la communauté internationale a opposé un non ferme aux putschistes et refusé toute collaboration avec eux »33, un paragraphe rapporte la liste des dirigeants étrangers avec qui, à son retour à Moscou, il s’est entretenu à ce sujet. Or, ce même paragraphe, dans le texte originel en russe, ne se trouve pas à la place que lui assigne la version française, mais après un long développement concernant ceux qui se sont opposés ou ralliés au coup de force, en tête d’un passage relatant son effondrement34. Le cheminement de la pensée de l’auteur est ainsi dénaturé, puisque c’est sciemment qu’il plaçait les dirigeants occidentaux en soutien premier de son action. Cependant, les erreurs de la traduction française dépassent le stade de l’infidélité lorsqu’il s’agit d’une modification pure et simple du texte mettant en cause le Président de la République française. Dans la version française, M. Gorbatchev, alors que les communications venaient d’être rétablies dans la datcha de Foros où il était détenu, explique l’une de ses premières démarches : « De Foros, j’ai eu une conversation avec le Président Bush. François Mitterrand devait m’appeler. Il ne l’a pas fait et je le regrette encore aujourd’hui. Dès mon retour à Moscou, j’ai demandé que l’on me mette en communication avec lui »35. Or, le texte russe est totalement différent : « De Foros, j’ai eu une conversation avec le Président Bush. Je devais appeler ma mère. Mais cela n’a pas pu se faire. Jusqu’à maintenant, j’en souffre. Mais à Moscou, avec Raïssa Maximovna, nous sommes immédiatement entrés en communication et avons parlé avec nos deux mères, Maria Pantelejevna et Alexandra Petrovna »36. Aux fins d’explication, on a évoqué une confusion possible entre le mot de « mère » en russe, « materi », dont la consonnance est proche de « Mitterrand », confusion due à la hâte avec laquelle le texte russe a été traduit. On a évoqué la version anglaise, qui d’ailleurs ne comporte pas la même erreur. Cela ne résiste pas à un examen même sommaire, puisque la traduction en français est établie à partir du russe ainsi qu’indiqué en page de garde, puisque le texte russe spécifie les noms patronymiques de Madame Gorbatchev, ainsi que ceux de sa mère et de celle de M. Gorbatchev. Erreur involontaire ou machination visant à laisser penser que François Mitterrand abandonnait M. Gorbatchev, le démocrate, et qu’il se rangeait aux côtés des putschistes ?

63La conduite et le déroulement du coup d’Etat présentent des points d’interrogation encore plus marqués. Le simple énoncé des faits, dans sa brutale sécheresse, est éloquent.

  • 37 Agence Tass, le 19 août 1991.
  • 38 Gorbatchev. Le putsch d’août. Moscou, 1991. p. 13.
  • 39 Déclaration du Comité d’Etat pour l’état d’urgence, signée par G. Ianajev, V. Pavlov et O. Baklanov (...)
  • 40 Appel au peuple soviétique signé par le Comité d’Etat pour l’état d’urgence, en date du 18 août 199 (...)

64Le 18 août 1991, un Comité pour l’état d’urgence est constitué sous la direction du vice-président de l’URSS, Guennadi Ianajev, comprenant notamment le Premier ministre, les ministres de l’intérieur et de la Défense, le vice-président du Conseil de Défense et le président du KGB. Le même jour, G. Ianajev adresse un message aux chefs d’Etat et de gouvernement et au secrétaire général des Nations unies explicitant la nouvelle situation et annonçant que « les mesures d’urgence temporaires ne changeront en rien les obligations internationales de l’URSS aux termes des traités et accords en vigueur »37. A 16 h 50, une représentation du Comité pour l’état d’urgence, conduite par O. Baklanov, vice-président du Conseil de Défense, est introduite chez M. Gorbatchev dans sa datcha de Foros, en Crimée, où il est en vacances et travaille à un discours qu’il doit prononcer le 20 août, à l’occasion de la signature du traité d’union par six Républiques. Tous les moyens de liaison de M. Gorbatchev sont coupés. Parmi les membres de la représentation du comité se trouve le général Varennikov, le chef de l’ Etat-major de l’armée de terre. Selon M. Gorbatchev, il « fut celui qui se conduisit le plus grossièrement »38 pour lui enjoindre de démissionner ou de légaliser par décret la création du Comité pour l’état d’urgence. Comme M. Gorbatchev s’y refusa, il resta dans sa datcha en détention avec sa famille et son personnel de protection, sous la garde d’un élément armé. Le 19 août, vers 6 heures, tandis que les troupes du coup d’Etat font leur entrée dans Moscou, est diffusée une déclaration instaurant l’état d’urgence et le transfert des pouvoirs présidentiels au vice-président Ianajev, « devant l’impossibilité de Mikhaïl Sergueïevitch Gorbatchev d’assumer ses fonctions de président de l’URSS pour raisons de santé »39 ainsi qu’un appel au peuple soviétique, proclamant, entre autres, que « notre grande patrie est menacée d’un danger mortel »40. Dans la matinée, B. Eltsine, rassemble le parlement russe dans ses locaux, « la Maison blanche », à proximité immédiate du Kremlin où les conjurés ont leur quartier général. Il est rejoint par la majorité des réformateurs et par le général Chapochnikov, le chef de l’Etat-major des forces aériennes. B. Eltsine dénonce le coup d’Etat, souligne le caractère inconstitutionnel de la déclaration de l’état d’urgence qui a besoin d’être approuvée par les deux tiers des députés du Soviet suprême, appelle à une grève générale qui sera médiocrement suivie et à une manifestation de masse sur la place du Manège devant la Maison blanche. A. Loukianov, le président du Soviet suprême se désolidarise de M. Gorbatchev en ne convoquant pas le Soviet suprême. La foule commence à se rassembler place du Manège, mais lentement, sans atteindre le caractère massif – 300 à 400 000 personnes – auquel sont habitués les Moscovites. Vers 16 heures, les conjurés tiennent une conférence de presse. Les troupes, qui ont pris position, ne font rien pour faire respecter l’état d’urgence, pour interdire les rassemblements, se laissent approcher par les manifestants et les assurent qu’elles n’ouvriront pas le feu. A l’appui de leurs dires, des soldats montrent à la foule le chargeur de leur arme individuelle non approvisionné en cartouches. Au soir, la Maison blanche est mise en état de défense sommaire. Le 20 août, le parlement de Russie continue à siéger sans discontinuer, tandis que la manifestation devant la Maison blanche se densifie, que B. Eltsine prononce harangue sur harangue. Il s’est notamment hissé sur un véhicule de combat d’infanterie qui stationne non loin de la Maison blanche afin d’avoir une tribune. L’équipage demeure passif, sans pour autant se rallier. En dehors de Moscou, d’une manière générale, autorités et population restent dans l’expectative. A Léningrad, cependant, le maire, A. Sobtchak, qui a regagné sa ville la veille, prend résolument fait et cause pour B. Eltsine et obtient du général Samsonov commandant la région militaire, qu’il n’engage pas ses troupes. Vers 22 heures, une colonne de véhicules blindés, qui fait mouvement sur les boulevards périphériques de Moscou, s’engage dans un tunnel routier. Elle est prise à partie par des manifestants qui dressent des barricades de camions à l’entrée et à la sortie du tunnel. Du haut du pont, une bâche est lancée sur un véhicule de combat aveuglant le pilote. Celui-ci affolé, cherche à se dégager et écrase trois manifestants qui auront des funérailles nationales. La colonne finit par s’ouvrir une brèche dans les barricades, poursuit sa route. Aucun coup de feu n’a été tiré. Seul le chef du véhicule blindé assailli, repoussant la bâche, a laché en l’air des coup de pistolet signaleur. Les défenses de la Maison blanche sont renforcées en prévision d’une attaque qui ne se produira pas. Y règnent une agitation permanente, un va-et-vient de députés, de personnalités politiques et de gens armés qui donne une impression d’insurrection. Le 21 août, l’échec du coup d’Etat est patent. Des pourparlers ont été engagés entre les dirigeants russes et les conjurés dont une délégation se rend à Foros auprès de M. Gorbatchev, où les liaisons gouvernementales sont alors rétablies. Peu après, arrive également à Foros une délégation de la Fédération de Russie, avec à sa tête son vice-président, le colonel Routskoï. M. Gorbatchev ressaisit les rênes du pouvoir, entre en communication, entre autres, avec le général Moissejev, le chef de l’Etat-major général, resté à son poste durant les événements mais sans prendre publiquement de position, pour lui faire savoir qu’il révoquait le ministre de la Défense et lui confiait la fonction. Par ailleurs, M. Gorbatchev donne ordre de renvoyer les troupes dans leurs cantonnements. Leur mouvement commence immédiatement. Le putsch est terminé. Le 22 août, M. Gorbatchev est à Moscou et accepte tous les remaniements gouvernementaux que lui suggère avec insistance B. Eltsine. Les conjurés sont arrêtés. Le général Moissejev à peine nommé ministre de la Défense est remplacé dans ses fonctions par le général Chapochnikov.

  • 41 Gorbatchev. Le putsch d’août. Moscou, 1991. p. 19.
  • 42 Sobtchak. Chronique d’une chute annoncée. Paris, 1991. p. 301.

65Aussi bien l’entourage de Gorbatchev que celui d’Eltsine fournissent des explications trop sommaires de l’échec du coup d’Etat. Certes, la perestroïka a profondément modifié les mentalités « et c’est en cela que les putschistes se sont trompés, ils n’ont pas pris en compte que la société maintenant n’est absolument plus ce qu’elle était quelques années auparavant »41. Les conjurés étaient coupés de la population. De plus, « c’était une poignée de pâles aventuriers : Pavlov, avec sa réforme financière douteuse et son retrait de la circulation des gros billets, Krioutchkov et le système de délation et de filatures qu’il incarnait, Ianajev enfin, une nullité notoire, un ivrogne et un triste coureur de jupons »42. L’armée, représentative du peuple, dans ce cadre, s’est comportée comme lui et n’a que très modérément soutenu les putschistes et pas au point de franchir le seuil qui consistait à ouvrir le feu.

  • 43 Communiqué de l’agence France-Presse, le 19 août 1991

66Ces explications ne dissipent pas les incohérences qui éclatent dans le déroulement du coup d’Etat. Tout d’abord, « l’état d’urgence est proclamé sur tout le territoire soviétique pour une durée de 6 mois à partir du lundi 01 h 00 GMT »43, c’est-à-dire dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 août 1991. Or, le premier acte illégal concret des conjurés date du 18 août 1991, vers 17 heures, lorsqu’ils font irruption chez M. Gorbatchev pour lui poser un ultimatum. Et les troupes chargées de faire appliquer l’état d’urgence à Moscou ne font leur entrée dans la ville que dans les premières heures de la matinée du 19 août, laissant donc plusieurs heures à la mise en place d’une riposte éventuelle. Que les conjurés soient d’une triste nullité est possible, mais refuser de courir de tels risques relève du plus élémentaire bon sens !

  • 44 Cf. Gorbatchev. Le putsch d’août. Moscou, 1991. p. 64.

67Les troupes, à Moscou, n’ont rien tenté pour faire respecter l’état d’urgence. Elles ne se sont pas essayées à disperser le moindre attroupement. Il était clair qu’elles n’ouvriraient pas le feu : les soldats l’ont dit et en étaient même incapables, puisque leurs armes n’étaient pas approvisionnées, puisque les canons des chars avaient les couvre-bouches enfilés sur la gueule de la pièce, ainsi que cela apparaît très distinctement, entre autres, sur les photos illustrant l’ouvrage de M. Gorbatchev sur le putsch, notamment la photo d’un char en position sur la place Rouge, le 19 août à 12 h 50, ce qu’atteste l’horloge du Kremlin en arrière-fond44, ainsi que celle de manifestants face à un char et lui faisant obstacle de leur corps. Il suffisait au char d’avancer, quitte à écraser un manifestant ou à lâcher une rafale de mitrailleuse. Ces troupes, appartenant à des divisions d’élite, la division blindée « Kantemir », la division de fusiliers motorisés « Taman » et la division de parachutistes de Toula, sont parfaitement disciplinées : elles sont entrées dans Moscou à l’heure prévue et elles n’ont pas tiré, conformément aux ordres reçus. C’est donc au niveau des ordres donnés qu’il faut s’intéresser. Dans une armée aussi centralisée et disciplinée que l’est l’armée soviétique, l’échelon de commandement incontournable, sans lequel rien ne peut se faire et par qui tout se fait, est celui de l’Etat-major général, dont le chef était le général Moïssejev. C’est donc de lui qu’émanent les ordres, ou leur aval, interdisant l’ouverture du feu et planifiant le mouvement des troupes sur Moscou. Il est exclu que le général Moïssejev ait agi par inadvertance. C’est un chef dont la réputation de compétence est établie. Nommé ministre de la Défense par M. Gorbatchev, en remplacement du maréchal Jasov destitué, le général Moïssejev fut rapidement remplacé par le général Chapochnikov qui, dès l’origine du putsch, s’était rangé aux côtés de B. Eltsine. Détail cocasse, le remplacement du général Moïssejev fut d’ailleurs annoncé par les Américains plusieurs heures avant les Soviétiques !

68Les limites de l’incompréhension sont dépassées par un autre point crucial : les conjurés n’ont pas esquissé la moindre tentative pour faire arrêter leurs opposants à Moscou, alors que la possibilité de le faire était entièrement ouverte, sans risque aucun, dans la nuit du 18 au 19 août ou, très rationnellement, en simultanéité avec l’ultimatum posé à M. Gorbatchev. Or, des opposants comme B. Eltsine, G. Popov, E. Chevardnadzé, A. Jakovlev, A. Sobtchak qui est resté à Moscou jusqu’au 19 dans la matinée, étaient parfaitement localisés.

  • 45 Cf. Izvestija du 26 décembre 1991.

69Au bilan, le déroulement du coup d’Etat entraîne un constat indubitable : tout s’est passé comme si l’échec avait été voulu et préparé afin de mettre en relief une opposition dont le rôle politique désormais affirmé pourrait être politiquement exploité. Les conjurés ont été manipulés. Certains, comme le ministre de l’intérieur se suicident, ce qui va entraver l’enquête. Le maréchal Akhromejev, conseiller de M. Gorbatchev, se suicide aussi, mais par pendaison, ce qui ne correspond pas tellement à un tempérament de soldat. L’enquête sur les circonstances de la mort des trois victimes du putsch sera très vite classée45. Le général B. Gromov, vice-ministre de l’intérieur, que le suicide de son chef mettait à l’abri, sera très vite promu adjoint au chef de l’Etat-major général et il sera question, en décembre, d’une amnistie pour le général Varennikov, celui que M. Gorbatchev avait trouvé si grossier, le 18 août 1991. Des rumeurs portent la charge de la manipulation à l’encontre de M. Gorbatchev. Elles ne résistent pas à l’examen, puisque, d’évidence, B. Eltsine est le vainqueur, par qui M. Gorbatchev a été libéré, l’homme fort, providentiel, le sauveur de la démocratie.

  • 46 In Rabočaja tribuna du 14 janvier 1992.

70Un rapport partiel du bureau du procureur général de Russie disculpera, d’ailleurs, officiellement M. Gorbatchev de toute charge en se référant à une déclaration du directeur adjoint des accusations publiques, Evgueni Lissov, soulignant qu’il avait acquis la conviction de l’innocence absolue de M. Gorbatchev : « Il n’y a pas une seule indication qui puisse faire penser qu’il ait pu encourager les ambitions anticonstitutionnelles des putschistes, mais d’un autre côté, leurs relations anciennes avec le Président pouvaient leur laisser espérer un soutien présidentiel au régime instauré »46. M. Gorbatchev est un innocent qui a été joué. Son image de marque d’homme d’Etat n’en sort pas confortée ! En outre, finalement, l’inculpation de quatorze putschistes, dont celle du général Varennikov, est prononcée par décret du procureur général de Russie, le 14 janvier 1992. Après plus de quatre mois d’enquête, alors que les faits sont établis !

  • 47 Jakovlev. Ce que nous voulons faire de l’Union soviétique. Paris, 1991. p. 95 et p. 96.

71Le coup d’Etat n’a pas été une surprise, le bruit en courait depuis janvier 1991. Le même genre de bruit courait en son temps lors de la chute du gouvernement de Jakeš en Tchécoslovaquie, de Jivkov en Bulgarie et de Ceausescu en Roumanie, rapportant qu’il y avait eu manipulation47. Une manipulation de plus n’aurait rien d’extraordinaire !

72Concrètement, l’échec du coup d’Etat provoque trois conséquences majeures. En premier lieu, M. Gorbatchev est déconsidéré. Le sauveur de la démocratie est le Président de la Russie, B. Eltsine, désormais consacré l’homme fort. En second lieu, les conservateurs sont hors jeu et M. Gorbatchev ne pourra plus opérer sa politique de bascule en s’appuyant sur eux. En troisième lieu, les indépendantistes ont le vent en poupe et le projet de traité d’union caressé par Gorbatchev est caduc devant les proclamations d’indépendance des Républiques. Il lui faut se remettre sur sa copie et admettre immédiatement l’indépendance des pays baltes, ce qui encourage à d’autres indépendances.

  • 48 Entretien donné par le Président de la Russie, B. Eltsine, le 7 septembre 1991, aux chaînes de télé (...)
  • 49 Statut du Komsomol fondé le 29 octobre 1918.

73Exploitant immédiatement son triomphe, B. Eltsine fait incriminer M. Gorbatchev de faiblesse et de compromissions avec les comploteurs par E. Chevardandzé et par A. Jakovlev, ce qui est une excellente manière de ne pas être soi-même soupçonné, voire accusé de manipulation. Il signe un décret suspendant le parti communiste en Russie, le temps de l’enquête – cette si longue enquête – visant à définir son rôle dans la préparation et la réalisation du coup d’Etat. « S’il s’avère que ce parti est impliqué dans le coup d’Etat, un tel parti ne doit plus exister », rappelera B. Eltsine48. Lui emboîtant le pas, le Soviet suprême de l’URSS suspend les activités du Parti dans l’ensemble du pays. Poussé devant le parlement de Russie et allant au delà des souhaits de B. Eltsine, le 24 août 1991, M. Gorbatchev prononce l’auto-dissolution du parti communiste soviétique et abandonne donc son poste de secrétaire général du CC du PCUS, sans même attendre les premiers résultats de l’enquête qui vient à peine d’être diligentée. Ainsi donc, en quelques heures, le Parti de Lénine a cessé d’exister. Sa chute sera parachevée à la fin du mois de septembre : le Komsomol, l’organisation chargée « d’inculquer au jeunes une conception marxiste-léniniste du monde »49, l’organisation qui avait permis à Gorbatchev d’entamer son ascension, se dissout d’elle-même. Restent ses biens et ceux du parti communiste dont la dévolution va faire l’objet d’une âpre lutte.

74Gorbatchev a donc perdu l’un de ses deux postes majeurs : il ne lui reste plus que la présidence de l’URSS, le dernier obstacle à l’avènement au pouvoir suprême pour B. Eltsine.

75Une tentative de reconstituer un nouveau parti communiste se déroule les 7 et 8 septembre à Moscou. Un comité d’organisation se réunit faisant valoir le caractère antistatutaire d’une dissolution proclamée en dehors d’un congrès, par une direction discréditée qui plus est. La réunion est réputée illégale et n’aura pas de suite, si ce n’est qu’elle démontre la persistance d’une opposition communiste, aussi bien à Gorbatchev qu’à Eltsine.

76Sur l’insistance presque outrageante d’Eltsine, Gorbatchev se sent obligé d’accepter qu’en cas d’empêchement, la présidence de la République soviétique soit automatiquement exercée par le président de la Fédération de Russie. La disposition vise l’éventualité d’un nouveau coup d’Etat et est au bénéfice du président russe car elle ouvre la voie à un cumul possible. La réciproque est vide de sens.

  • 50 Compte-rendu des débats du Soviet suprême. Agence Tass.

77Le triomphe de B. Eltsine n’est cependant pas complet. Son adversaire n’est pas achevé. Le 26 août, devant une session extraordinaire du Soviet suprême de l’URSS, M. Gorbatchev est contraint à l’auto-critique publique. Il lui faut reconnaître qu’il s’était fourvoyé avec son équipe, que « nos intentions, nos buts affichés et nos projets n’ont pas été réalisés »50. En ce qui concerne le complot qui couvait, « au lieu d’actions énergiques, nous avons fait preuve de libéralisme et d’indulgence, et je parle en premier lieu de moi-même », ce qui permet d’accréditer la thèse d’une compromission avec les auteurs du complot. Quant aux forces armées, elles « se sont trouvées hors du contrôle constitutionnel nécessaire. Mais les conspirateurs n’ont pas réussi à réaliser jusqu’au bout leur dessein criminel : lancer l’armée contre son peuple ». M. Gorbatchev ne pouvait mieux souligner son incapacité à assumer sa charge constitutionnelle de chef des armées. Il poursuit en assurant que, désormais, « il n’y aura plus de compromis avec ceux avec qui il est inadmissible de chercher un accord », et ainsi il lui est difficile de refuser la dissolution du Parti. Pourtant, il ne peut se résoudre à abandonner son œuvre qu’est le traité d’union dont il rappelle la nécessité tout en opérant un retrait sur le centralisme économique contenu dans le projet : « Il est nécessaire de déplacer résolument le centre de gravité vers les Républiques, ne réservant à l’Union que la réglementation de l’espace économique commun, de revenir à l’idée d’un comité économique inter-républicain ». Cette proposition du comité économique, qui va dans le sens voulu par B. Eltsine, sera retenue dans les nouvelles structures étatiques, dites de transition, élaborées au lendemain du putsch, en attendant la signature du traité d’union comportant l’énoncé des structures définitives. Se trouvant sur son terrain favori, M. Gorbatchev tente alors de contrer B. Eltsine, qui prône l’adoption immédiate de la libération des prix, pour lancer qu’il « faut se défaire du populisme économique et concentrer l’attention sur les principales questions de la protection sociale des travailleurs dans les conditions du passage au marché : l’emploi et le maintien du niveau de vie, surtout des personnes faiblement rémunérées ».

  • 51 Communiqué de la présidence de la Fédération de Russie, le 26 août 1991. Agence Tass.
  • 52 Conférence de presse tenue par le vice-président de la Russie, le colonel Routskoï à Moscou, le 26  (...)

78M. Gorbatchev sera sauvé par deux fautes majeures de B. Eltsine. Celui-ci a organisé un gigantesque train de limogeages, avec ou sans l’aval de M. Gorbatchev, plaçant aux postes clés de l’Union des responsables de la Fédération de Russie qui lui sont tout acquis. Les dirigeants des Républiques sont alarmés par cette main-mise russe sans précédent qui les conforte dans leur indépendantisme. Les Ukrainiens, les plus virulents, avec à leur tête, L. Kravtchouk, soulèvent la question de leur indépendance immédiate, ne serait-ce que pour stopper de nouvelles prises de fonction de Russes à des postes stratégiques. Un communiqué de la présidence russe traduit brutalement la réaction de B. Elstine : « La Fédération de Russie ne met pas en doute le droit de chaque Etat et de chaque peuple à l’autodétermination. Toutefois, le problème des frontières se pose. On ne peut admettre que ce problème ne soit réglé que s’il existe des relations d’allié fixées par un traité adéquat. Si ces relations sont rompues, la Fédération de Russie se réserve le droit de poser la question d’une révision des frontières »51. De plus, le vice-président de la République de Russie, le colonel Routskoï, demande que les armes nucléaires stratégiques, dont celles stationnées en Ukraine, « ne puissent être utilisées sans le consentement du Président de la Russie »52. La tempête fait rage, et pour la calmer plutôt que d’en venir aux mains, Russes et Ukrainiens décident de négocier. Eltsine ne peut se permettre un affrontement avec les Républiques dans les circonstances présentes. Ce serait faire le jeu de Gorbatchev. Il cède donc.

  • 53 Communiqué commun soviéto-ukrainien. Agence Tass, le 29 août 1991.

79Déclenchée le 26 août par le communiqué péremptoire de la présidence russe menaçant de remettre en cause les frontières des Républiques sortant de l’Union, la crise est momentanément achevée le 29 août, à l’issue de négociations qui confirment le maintien des frontières existantes. En revanche, dans l’accord, s’il prévoit « une réforme des forces armées de l’URSS »53 et un « système de sécurité collective » qui reste à définir, la question des forces nucléaires positionnées sur le territoire des deux républiques n’est pas tranchée : « Après des discussions animées sur les questions de défense, nous sommes tombés d’accord pour ne pas prendre de décisions unilatérales sur les questions militaires stratégiques ». Ce problème non tranché va encore nourrir l’inquiétude des Occidentaux quant à une dissémination nucléaire.

80Un « modus vivendi » doit bien être instauré entre les présidents de l’URSS et de la Russie. B. Eltsine ne pouvait réclamer la déchéance de M. Gorbatchev, puisqu’il avait mené la résistance au coup d’Etat au nom d’une légalité constitutionnelle que le Président Gorbatchev représentait. En outre, Eltsine est momentanément affaibli par la querelle sur les frontières qui l’a opposé aux Ukrainiens. Les modalités de ce « modus vivendi » sont réglées, le 5 septembre 1991, par un arrêté du Congrès des députés du peuple instituant une loi « sur les organes du pouvoir d’Etat et de gestion pendant la période transitoire » en attendant la signature d’un traité de l’Union des Etats ayant composé l’URSS, à l’exception des pays baltes dont l’indépendance est reconnue.

81L’apaisement n’est cependant que de façade. La première phase du duel est achevée, la seconde commence plus feutrée.

  • 54 Compte-rendu de l’enquête diligentée par Nikolaj Fjodorov, ministre de la Justice de la Russie, et (...)
  • 55 Déclaration de A. Gračev, porte-parole de M. Gorbatchev, le 23 octobre 1991. Agence Tass.
  • 56 Agence France-Presse, le 23 décembre 1991.

82Si politiquement, B. Eltsine multiplie les déclarations sur la coopération constructive qu’il a avec le président de l’URSS, il n’empêche pas ses collaborateurs, à moins qu’il ne les pousse, à plonger M. Gorbatchev dans l’embarras en mettant en lumière ses activités illégales en tant que dirigeant suprême du défunt Parti. C’est ainsi qu’en octobre 1991, le rapport d’enquête sur les implications du parti communiste soviétique dans le putsch révèle, parmi ses « activités criminelles »54, son soutien financier aux partis frères, dont le parti français, mais aux frais de l’Etat soviétique. A l’appui, est citée une lettre en date du 26 avril 1990, par laquelle Valentin Faline, chef du Département international du CC du PCUS, s’adresse à M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS et Président de l’URSS, afin de lui demander de régler à la société française d’import-export Interagra une somme de 136 millions de dollars, dont une partie doit être reversée au parti communiste français, faute de quoi « nous serions dans l’obligation de prélever sur le budget du Parti les ressources nécessaires au soutien des partis amis ». Face à l’opinion publique, un clou de plus est enfoncé dans le cercueil du Parti, tandis qu’est mis en cause M. Gorbatchev. Celui-ci doit reconnaître le fait : « Oui, une telle pratique a existé, cela n’a jamais été un secret. Cette forme d’activité était considérée comme une action de soutien politique aux forces politiques amies, comme on les appelait à l’époque »55. Dans la même suite, lors de sa visite à Rome, les 19 et 20 décembre 1991, B. Elstine a demandé au gouvernement italien son aide pour obtenir la restitution des fonds versés par le parti communiste soviétique au parti frère italien. La réponse du ministre italien de l’intérieur a été dilatoire car il lui faut déterminer « ce qui est de notre compétence »56.

83M. Gorbatchev cherche à reprendre l’initiative sur son terrain favori : les relations internationales. En réponse aux mesures de désarmement nucléaire proposées par le Président Bush, le 28 septembre, et allant plus loin que le traité Start signé le 31 juillet, Gorbatchev, le 5 octobre 1991, déclare suivre le Président américain et même le précéder quelque peu dans les réductions.

  • 57 Agence Tass, le 12 novembre 1991.

84Une nouvelle erreur de B. Eltsine, prenant en novembre 1991, un décret inapplicable instituant l’état d’urgence en Tchéchéno-Ingouchie, fournit à Gorbatchev l’occasion d’asséner un coup à son rival. Les autorités russes récusent l’élection du général Doudajev comme président de la République de Tchétchéno-Ingouchie tant parce que les minorités russes et autres n’ont pas pris part au vote que parce que les Tchétchènes proclament leur indépendance et sortent de la Fédération de Russie. Le 7 novembre 1991, B. Eltsine, conseillé par le vice-président Routskoï, décrète l’état d’urgence, ce que le Parlement russe condamne par une résolution, le 11 novembre. Plaidant pour son projet de traité de l’union que B. Eltsine accepte mal, M. Gorbatchev remarque qu’on ne peut « avoir deux attitudes différentes pour ce qui concerne la Fédération de Russie et l’Union »57. Il termine par une dernière critique sur la libération des prix que veut instituer B. Eltsine.

  • 58 Agence France-Presse, le 21 novembre 1991.

85B. Eltsine ne se tient pas pour battu et choisit immédiatement un autre champ de bataille pour attaquer. Il veut d’une part continuer à affaiblir le gouvernement fédéral et d’autre part conforter sa stature internationale, en étouffant la diplomatie du gouvernement de l’Union, l’atout principal qui reste aux mains de Gorbatchev, au profit de celle de la Russie. C’est ainsi que, le 5 novembre 1991, lors d’une réunion du Conseil d’Etat statuant sur le fonctionnement du Comité économique inter-républicain, nouvellement créé afin d’assurer une partie des fonctions détenues par le gouvernement soviétique, il soutient la proposition – à moins qu’il n’en soit l’initiateur – de la suppression de quelque quatre-vingts ministères fédéraux, notamment ceux des Finances, des Relations économiques extérieures, de la Santé et de la Justice et de la dévolution de leurs compétences soit au comité économique inter-républicain, soit aux Républiques. Le ministère des Affaires étrangères soviétique, pour sa part, doit céder une partie de ses attributions aux Républiques, puisqu’elles sont souveraines et change sa dénomination en « ministère des Relations extérieures ». Le 20 novembre 1991, B. Eltsine, en Allemagne, se pose en interlocuteur privilégié, président d’une Russie héritière de l’ancienne Union soviétique. Il signe deux déclarations communes avec les Allemands prévoyant des consultations régulières, la création d’une république des Allemands de la Volga et l’établissement de relations financières. Pressé publiquement à prendre position sur l’extradition demandée d’E. Honecker, B. Eltsine affirme son accord, tout en énonçant que la compétence est du ressort de M. Gorbatchev qui manifeste son refus. C’est pour B. Eltsine l’opportunité toute trouvée de souligner publiquement l’affaiblissement politique de Gorbatchev : « Je ne me suis pas occupé de ce problème. Je croyais qu’il relevait de la compétence de M. Gorbatchev. Je lui en ai déjà tellement pris que je ne voulais pas lui en enlever une de plus »58.

  • 59 Déclaration de M. Gorbatchev, lors de l’entretien en commun avec le Président de la République fran (...)

86La seule logique de la lutte pour le pouvoir continue à l’emporter. La question de l’extradition d’E. Honecker est un sujet supplémentaire de discorde entre les présidents de l’Union soviétique et de la Russie. Rapatrié d’Allemagne, très discrètement par l’Armée soviétique, E. Honecker, octogénaire, ancien dirigeant du parti communiste allemand et communiste historique, compromis de toujours avec les Soviétiques, pensait trouver un asile en URSS. La justice de Bonn l’inculpe d’homicide pour avoir donné l’ordre d’abattre ceux qui tenteraient de franchir la frontière interallemande et demande son extradition. M. Gorbatchev s’y refuse toujours aussi hostile à toute « chasse aux sorcières »59 contre les communistes et respectueux du droit d’asile. Il estimait avoir un devoir de fidélité à observer et ne se départira donc pas de son attitude.

  • 60 In Die Zeit du 14 novembre 1991, entretien avec la rédaction.
  • 61 Cf. l’agence Interfax, le 14 novembre 1991.

87B. Eltsine rejette bruyamment tout héritage du communisme, ce qui est une manière supplémentaire de déstabiliser M. Gorbatchev. C’est pourquoi, il acquiesce à la demande allemande, mais déclare son impuissance, car E. Honecker « est sous la protection de Gorbatchev »60. Le ministre russe de la Justice annonce, le 16 novembre 1991, que l’expulsion a été décidée, la veille, au cours d’une réunion de cabinet présidée par B. Eltsine61. Finalement, E. Honecker demandera l’asile au Chili, sans succès, puis à la Corée du Nord sans plus de succès. Arrivé au pouvoir, B. Eltsine livrera Honecker aux Allemands qui le feront passer devant un tribunal pour le relâcher constatant qu’il est à la dernière extrémité de la vie. Quoi qu’il en soit, Moscou n’est plus une terre d’élection marxiste-léniniste !

88La chasse aux symboles du communisme relève de la même pensée politique. D’une part, en perspective à long terme, il s’agit de détruire tout reste d’un parti dont B. Eltsine s’est séparé en démissionnant à grand fracas et qui pourrait éventuellement retrouver une force politique alors qu’il est clair que la lutte va se poursuivre après l’avènement au pouvoir suprême de B. Eltsine, puisque les jours sombres de la crise économique ne sont pas près de cesser. D’autre part, en perspective à court terme, il s’agit de continuer à discréditer le président soviétique en l’attaquant à travers son image de secrétaire général du Parti.

  • 62 Cf. l’agence France-Presse, le 6 novembre 1991.
  • 63 Entre autres, in Le Figaro du 21 novembre 1991.

89C’est ainsi qu’au lendemain du putsch, toujours sans attendre les résultats d’une enquête prouvant la collusion du Parti avec les comploteurs, les réformateurs de la tendance d’Eltsine s’en prennent au symbole suprême : Lénine. Ses statues sont déboulonnées. Il est à nouveau question d’enlever sa dépouille du mausolée de la place Rouge à Moscou, pour l’enterrer auprès de sa mère au cimetière Volkov à Léningrad, en excipant d’un testament de Lénine qui ferait état d’une telle volonté. Anatoli Sobtchak, le maire de Léningrad, adversaire déterminé des putschistes d’août 1991, se lance à son tour dans la chasse aux symboles. En premier lieu, il décide d’installer ses bureaux à l’institut Smolny, là où, en 1917, Lénine avait dirigé l’assaut contre le Palais d’Hiver et proclamé le Pouvoir soviétique. Ensuite, il décide de débaptiser sa ville, non sans que de longues discussions aient eu lieu à ce sujet et qu’un vote de la population ait tranché en faveur de la proposition du maire. Très symboliquement, le jour anniversaire de la Révolution d’Octobre, le 7 novembre 1991, est choisi pour fêter le retour de Léningrad à sa dénomination pré-révolutionnaire de Saint-Pétersbourg. Afin de rehausser la symbolique, le maire de Saint-Pétersbourg avait invité l’héritier du trône des Romanov, le grand-duc Vladimir Kirilovitch à assister aux festivités. Le grand-duc est sensible à la grandeur de la Maison des Romanov, mais au moins autant à ses intérêts pécuniaires, puisqu’il réclame 900 000 francs à une télévision française pour couvrir l’événement qu’est sa présence sur le sol de ses ancêtres et que des journalistes de la presse écrite se sont vus demander 80 000 francs pour accompagner le grand-duc62. Les propositions princières sont déclinées, ce qui fait que le retentissement médiatique de l’événement est faible en dehors de quelques remarques ironiques dont veut se défendre ce qui reste de la noblesse russe en exil. Dans ce but, cette noblesse, rassemblée en une association, l’Union de la noblesse russe, multiplie les communiqués et les encarts dans les journaux63 afin de préciser qu’elle n’est en aucun cas partie prenante au voyage du grand-duc.

90M. Gorbatchev se décide à développer une riposte à l’encontre du Président de la Russie. A cet effet, il veut exploiter les dissensions qui s’approfondissent parmi les tenants de B. Eltsine, dissensions qui ont pour objet l’instauration d’une économie de marché – et très concrètement la libération des prix prévue pour le 2 janvier 1992 – comme l’organisation de l’Etat qui doit succéder à la moribonde Union soviétique.

  • 64 In Komsomolskaja pravda du 27 décembre 1991.

91Le vice-président de la Russie, Alexandre Routskoï, militaire de carrière, en son temps, a apporté à Eltsine le soutien d’une partie de l’armée, mais estime que l’avènement d’une économie de marché doit être réalisé par étapes, en réunissant les conditions de la concurrence et en approvisionnant le marché au préalable. Il est unitaire : c’est lui qui a conseillé à B. Eltsine de décréter l’état d’urgence en Tchétchéno-Ingouchie et de faire preuve d’autorité pour réduire la sécession. Il rappellera qu’« en 1984, l’URSS était une grande puissance et son armée un élément de stabilité mondiale »64. Il est rejoint sur les questions économiques par des personnalités comme le maire de Saint-Pétersbourg, A. Sobtchak, et celui de Moscou, G. Popov, ainsi que par le Mouvement pour les réformes démocratiques créé en juillet 1991 par E. Chervadnadzé auquel s’est associé A. Jakovlev.

92S’oppose à A. Routskoï, une autre tendance, « le groupe de Sverdlovsk », dirigée par G. Bourboulis, le premier vice-premier ministre. Celui-ci plaça ses alliés aux postes principaux de responsabilité du gouvernement et, entre autres, Egor Gaïdar, l’économiste que les Occidentaux auraient voulu voir accompagner M. Gorbatchev à la réunion du G – 7 à Londres, en juillet 1991. E. Gaïdar, âgé de quelque 35 ans, reçut ainsi un grand ministère de l’Economie et des Finances et s’entoura d’une équipe aussi jeune que lui, « les jeunes Turcs », tous issus d’instituts d’économie prestigieux, connus pour leur élégance vestimentaire recherchée et pour leur option libérale les ayant amenés à élaborer le projet avorté dit « des cinq cents jours ». Cela ne les avait d’ailleurs pas empêchés d’adhérer activement au parti communiste soviétique, la clé d’une carrière réussie, en son temps. En ce qui concerne la succession de l’Union, « les jeunes Turcs » sont aussi radicaux qu’en économie : ils veulent débarrasser la Russie du poids d’un gouvernement fédéral comme de celui des Républiques, incapables d’équilibrer leur budget. Quant à la masse monétaire excédentaire et à l’inflation, ils voient leur réduction par la vérité des prix, quitte à précipiter les plus démunis dans une misère absolue.

93La riposte de M. Gorbatchev consiste à attirer à lui les opposants de G. Bourboulis. A cet effet, oubliant toute rancune à l’égard de Chevardnadzé, tant pour sa démission de décembre 1990 du poste de ministre des Affaires étrangères que pour son rapprochement avec Eltsine et pour les accusations de faiblesse ainsi que les insinuations de collusion avec les putschistes qu’il ne lui a pas ménagées. Il lui rend son poste de ministre des Relations extérieures par décret du 19 novembre 1991. Le titulaire du poste, B. Pankine, proche d’Eltsine, est démis sans préavis et expédié à Londres comme ambassadeur.

  • 65 In Le Figaro du 5 décembre 1991, reprise d’un article de Vitali Tretiakov, rédacteur en chef de Nez (...)
  • 66 Agence Tass, le 4 décembre 1991, repris par les agences France-Presse et Reuter.
  • 67 In Trud du 14 décembre 1991. Entretien de B. Eltsine avec la rédaction.

94Chevardnadzé fait donc son retour sur la scène politique en redevenant ministre des Relations extérieures de l’URSS, parce que « homme d’ambition, Edouard Chevardnadzé aurait calculé la possibilité d’un déclin imminent de la carrière politique de Mikhaïl Gorbatchev, déclin qui pourrait subitement laisser vacant le poste de président de la nouvelle Union (qui finira par se constituer sous une forme ou sous une autre) »65. Et si les conditions pour occuper un tel poste sont multiples, « aujourd’hui, il n’y a que la candidature de Chevardnadzé qui répond à toutes ces conditions ». La déclaration d’indépendance de l’Ukraine, reconnue par la Russie le 3 décembre 1991, créant une situation nouvelle vis-à-vis du traité d’Union que Chevardnadzé dans ses nouvelles fonctions s’efforce de promouvoir, il se décide à avoir un entretien avec le président russe, en accord avec M. Gorbatchev, et en retire l’impression que B. Eltsine « était complètement d’accord avec le traité »66 et qu’il se prononçait donc « sans équivoque pour un accord confédéral ». Bien que le Soviet de l’Union ait adopté le texte du traité, l’indépendance reconnue de l’Ukraine pose problème et c’est afin de résoudre ce problème que, pour Chevardnadzé, B. Eltsine se prépare à rencontrer à Minsk, le 8 décembre, les présidents ukrainien et biélorusse. Or, Eltsine a joué Chevardnadzé. Il se rend à Minsk pour signer un traité créant une Communauté des trois républiques slaves élargie à Alma-Ata, le 21 décembre, à huit autres républiques, sans laisser la moindre place à une présidence centrale, donc à Gorbatchev et à Chevardnadzé. B. Eltsine reconnaîtra sa manœuvre, en admettant avoir averti M. Gorbatchev de la signature possible d’un accord économique avec la Biélorussie et de discussions avec les Ukrainiens, mais sans plus. Donc, si la rencontre entre les dirigeants des trois républiques n’est pas inattendue, cela « n’est pas le cas du document final qui a vu le jour à Bélovějskaja Pušča »67, lieu près de Minsk où a été signé le traité, devra publiquement avouer B. Eltsine.

  • 68 Déclaration de Boris Eltsine, Président de la Russie, à la télévision centrale soviétique, le 20 no (...)

95Dans la nouvelle Communauté, la place fondamentale revient à la Russie, donc à B. Eltsine, qui n’a jamais caché son ambition, proclamant, entre autres, que « la Russie doit prendre ses responsabilités et guider les autres républiques »68. Le président russe supplante ainsi M. Gorbatchev, et coupe les ailes à Chevardnadzé.

96Entre le 8 et le 21 décembre 1991, M. Gorbatchev a tenté une ultime contre-attaque. Il s’efforce de contenir B. Eltsine en avançant une synthèse entre son projet de traité sur l’Union et la Communauté des Etats indépendants. Il est soutenu par A. Jakovlev qui lui apporte l’appui du congrès du Mouvement pour les réformes démocratiques et par la tendance que conduit Routskoï. Il y a crise ouverte chez les partisans de B. Eltsine. Le 15 décembre 1991, entre autres, G. Popov, le maire de Moscou a démissionné de son poste à la suite d’un désaccord complet avec son conseil municipal, allié au gouvernement russe, qui a annulé un décret pris en faveur de la privatisation du petit commerce et de la cession gratuite des logements moscovites, afin de minimiser le choc de la libération des prix. En définitive, G. Popov aura gain de cause, reprendra sa démission et le conseil municipal sera remanié.

97Rien n’y fait. La synthèse est impossible, car elle achoppe sur l’obstacle insurmontable qu’est l’existence d’un gouvernement central, même très réduit, préconisé par le projet de traité d’Union corrigé à l’extrême et son absence radicale prévue par les accords de Minsk. C’est la pression américaine qui impose un commandement unique, et donc russe, des forces nucléaires stratégiques. M. Gorbatchev s’appuyait sur les Occidentaux en s’affirmant leur interlocuteur en tant que président et multiplie les interventions auprès d’eux, mais le sol se dérobe sous ses pieds lorsque le Secrétaire d’Etat américain J. Baker, annonce dans les premières semaines de décembre 1991, peut-être trop vite, certainement en contradiction avec le soutien offert à M. Gorbatchev, que l’URSS n’existe plus.

98L’accord d’Alma-Ata est donc conclu le 21 décembre 1991 : le gouvernement central soviétique n’existe plus et avec lui l’Union soviétique. M. Gorbatchev a définitivement perdu la partie. Il ne lui reste plus qu’à démissionner, ce qu’il fait le 25 décembre 1991, après une protestation platonique sur le caractère anticonstitutionnelle de la procédure. Il aurait fallu, en effet, pour rester dans la norme, que la disparition de l’Union soviétique soit entérinée par un vote du Congrès des députés du peuple.

99B. Eltsine est le vainqueur, avec comme symbole de sa puissance le pouvoir de déclencher le tir stratégique nucléaire, mais il lui reste à prendre la tête d’une communauté d’Etats qui se veulent pleinement indépendants et souverains et qui se font reconnaître comme tels par les pays étrangers. Il demeure ainsi, plus que jamais, aux prises avec les nationalismes et, en outre, avec une opposition interne russe. Le temps des troubles n’est pas fini. B. Eltsine s’y est préparé : alors que le KGB a été dissous le 12 octobre 1991, il accepte la proposition de G. Bourboulis de créer, par décret du 19 décembre 1991, un grand ministère de l’intérieur et de la Sécurité, confié à un policier éminent, V. Barannikov. Mais, B. Eltsine essuie à ce sujet un revers cuisant, car la Cour constitutionnelle de Russie annule, le 14 janvier 1992, le décret du 19 décembre 1991 pour non conformité à la Constitution : les Russes se méfient d’un nouveau totalitarisme !

  • 69 Entretien de M. Gorbatchev, Président de l’URSS et de B. Eltsine, Président de la Russie, avec un g (...)

100Au delà des raisons fondamentales que sont la Nouvelle pensée politique conjuguée avec des fautes politiques et des erreurs humaines provoquant l’effondrement de l’internationalisme et, par là, la désintégration du pacte de Varsovie et de l’Union soviétique, cette désintégration a une cause originelle encore plus fondamentale, entraînant toutes les autres : la faillite du communisme aussi bien en tant qu’idéologie qu’en tant que politique appliquée. Le 6 septembre 1991, M. Gorbatchev et B. Eltsine, assis côte à côte, en posture d’accusés, au Kremlin, face à la télévision américaine, dialoguaient en direct avec un groupe d’Américains, eux aux Etats-Unis. A la question, « qu’en était-il du communisme ? », B. Eltsine répondit que « c’était une tragédie » et M. Gorbatchev « un échec »69. La lutte pour le pouvoir amenait les deux protagonistes, pratiquant la surenchère, à rechercher la caution morale et financière des Etats-Unis, mais ils n’en n’avaient pas moins raison l’un et l’autre. Le communisme était un échec se soldant par une tragédie.

101Les pères de la Révolution d’Octobre, les bolcheviks, ont échoué dans leur œuvre. La Révolution devait façonner un homme nouveau, un homme social abolissant l’individualisme, pétri de collectivisme, s’identifiant au bien commun et c’est en cela qu’elle a échoué fondamentalement. Le Soviétique s’en est remis à la société, à l’Etat, mais pris entièrement en charge, il ne s’en est pas pour autant identifié à l’entité sociale. Il a acquis une mentalité d’assisté à l’inverse de l’esprit d’entreprise. La société soviétique s’est ainsi caractérisée par sa lourdeur, son immobilisme, la stagnation de l’économie. Il a fallu essayer de trouver des stimulants individuels qui puissent s’insérer dans un système collectiviste. C’est ainsi que fut lancé le stakhanovisme, mais une telle recette a des limites, celles que marque le degré d’avancement d’une économie. Le stakhanovisme est valable dans les industries d’extraction, en sidérurgie, pas dans l’industrie électronique. Une plaisanterie éculée en Union soviétique traduit bien l’échec de l’entreprise collectiviste : ils font semblant de nous payer, et nous, nous faisons semblant de travailler !

102Parallèlement, le Parti, qu’il s’agisse de celui de l’Union ou de ceux des Républiques, n’a pas échappé à une bureaucratisation inévitable. Il s’est transformé en un organisme de gestion sans autre finalité. La dérive qu’est la corruption était alors tout aussi inévitable que la bureaucratisation et à la mesure d’un pouvoir sans partage, et donc sans contrôle. Il serait pernicieux de faire de la corruption une spécificité soviétique. Mais, une démocratie, par définition, possède des systèmes de contrôle qu’il est difficile d’étouffer, ce qui empêche la généralisation de la corruption. Si cette généralisation s’est produite en Union soviétique, c’est pour les mêmes raisons que dans certains pays d’Afrique subsaharienne : l’existence d’un parti unique, du totalitarisme, gommait toute efficience des organismes de contrôle. Andropov en son temps avait établi le diagnostic, décelé le mal, engagé la lutte contre la corruption et commencé à démanteler les maffias locales. Trop tôt disparu, Andropov n’avait pu poursuivre la lutte et son successeur, Tchernenko, l’eut-il voulu, était incapable de reprendre à son compte la même lutte puisqu’il avait été soutenu par l’appareil brejnévien. Dans les pays alliés de l’URSS au sein du pacte de Varsovie, sans que la généralisation de la corruption soit aussi étendue que dans l’appareil soviétique, elle n’en existait pas moins. Le discrédit frappant le système soviétique, par contagion, contaminait les autres partis et a donc joué un rôle non négligeable dans la désaffection à l’égard d’une idéologie officiellement proclamée.

103En fin de compte, la seule réussite inscrite au bilan du Pacte est celle qui s’encadre dans une aventure collective, dans une croisade impliquant l’engagement d’une communauté : l’acquisition d’une puissance militaire égale ou supérieure à celle des Etats-Unis et la conquête spatiale qui se place dans la même sphère d’intérêt et qui nécessite les mêmes qualités.

104La République démocratique allemande et l’Union soviétique ont été deux laboratoires particuliers de la construction du communisme. L’échec est patent. L’Allemagne de l’Est a été bâtie sur les ruines du IIIe Reich, tout comme la République fédérale d’Allemagne. Plus de quatre décennies après la naissance des deux Allemagne et malgré l’existence d’un mur de séparation entre elles, l’Est n’a pu résister à la comparaison avec l’Ouest. L’Union soviétique a été enfantée sous le feu du canon de la guerre civile, alors que les nations qui composaient l’ancien empire russe proclamaient leur indépendance. Plus de sept décennies après, l’Union soviétique disparaît alors que menace la guerre civile et que les mêmes nations proclament à nouveau leur indépendance.

  • 70 Cf. Soljénitsyne. Comment réaménager notre Russie ?, Paris, 1990.

105L’effondrement du système soviétique laisse en place le chaos politique, économique et social. Mais, il y a encore plus grave : le vide idéologique. La dissidence soviétique n’a produit aucune solution de remplacement. Aucun parti politique, un tant soit peu structuré, ne s’est constitué en exil. Dans les années trente, il y avait bien les trotskystes, mais ils ont fait faillite. Les monarchistes ne proposent pas autre chose que la personne d’un empereur, mais pas de programme social. Il est caractéristique que des figures de proue de la dissidence, telle que celle de Soljenitsyne, n’ont pas d’autres propositions que de revenir à un système qu’avait tenté de mettre en place Stolypine au début du siècle70 et qui avait été marqué par l’échec. Le vide idéologique pourrait être comblé par une aspiration démocratique. C’est extrêmement douteux parce qu’une telle œuvre nécessite la durée, l’absence de troubles plus qu’une aide massive des Occidentaux.

106Or, les sociétés occidentales sont également fragiles, rongées par l’inégalité sociale, par une crise économique endémique que traduit le chômage avec son cortège d’exclusions. La démocratie est malade, et paradoxe, elle perd l’un de ses ciments les plus efficaces : la lutte contre le totalitarisme du pacte de Varsovie. Si le modèle occidental n’est pas capable de remplir le vide idéologique laissé par l’effondrement du marxisme-léninisme, alors toutes les aventures nationalistes et totalitaires sont possibles à l’Est.

107Dans le chaos régnant sur les terres où flottait le drapeau rouge, au début des années quatre-vingt-dix, surnage une seule institution à peu près stable : l’armée. Une armée qui s’est voulue celle de la Communauté des Etats indépendants et non celle de la seule Russie. Elle arrive à se suffire à elle-même avec son organisation, sa hiérarchie et ses valeurs. Elle est pleine d’amertume en s’estimant trahie, en percevant que l’héritage glorieux de la victoire de 1945 a été galvaudé. Elle a reçu une éducation politique. Face à une Russie à la dérive, c’est-à-dire à l’échelle d’un continent euro-asiatique, l’armée, héritière, gardienne et nostalgique d’une unité nationale forgée au cours des siècles, n’a aucun mal à se persuader qu’elle représente l’ultime recours. Il n’est pas dans les traditions russes et soviétiques de mettre en place un pouvoir militaire. L’armée ne se perçoit pas comme une finalité politique, mais comme un moyen, largement déjà utilisé, pour rétablir un pouvoir politique fort, gage de l’unité et de la grandeur d’un Etat qui fut toujours multinational. L’armée, alors, s’incarne dans le mysticisme des peuples de la Russie.

108Si les Occidentaux se montrent incapables d’appuyer une transition démocratique en Russie par une aide massive, morale, politique et économique, alors le résultat, à terme, est inévitable : après bien des convulsions, les terres russes se donneront un pouvoir fort et unitaire avec tous les risques de totalitarisme que cela comporte. Ce sera l’échec des Européens qui n’auront pas su s’unir à temps et encore plus des Américains que leur victoire, au début de la décennie quatre-vingt-dix, amène à revendiquer le rôle de gendarme du monde. Or, il est des échecs irréparables en matière politique : ils sont à la mesure des enjeux et le rôle de gendarme du monde demande à être assumé.

Notes

1 Déclaration conjointe de MM. Havel, Walesa et Antall, à l’issue du sommet de Cracovie, le 6 octobre 1991. Agence France-Presse.

2 In Libération du 18 juillet 1991. V. Havel, Président de la république tchécoslovaque, La meilleure façon de nous aider, c’est d’aider l’Union soviétique.

3 Gorbatchev. Le Putsch d’août. Paris, 1991. p. 72.

4 Ibidem, p. 73.

5 Cf. l’agence Novosti.

6 Agence Tass, le 22 novembre 1991.

7 Conférence de presse tenue à Moscou par le Président M. Gorbatchev, le 14 novembre 1991. Agences Tass et Interfax.

8 Discours de B. Eltsine, Président de la République de Russie, au congrès des députés de Russie, le 28 octobre 1991. Agence Tass.

9 Cf. la déclaration adoptée par le parlement ukrainien, le 24 octobre 1991. Agence France-Presse.

10 In Izvestija du 26 septembre 1991. Déclaration de Boris Pankine, ministre des Affaires étrangères de l’URSS.

11 Déclaration de M. Gorbatchev, Président de l’URSS au quotidien Al-Chark al Awsat, reprise par l’agence Tass, le 20 octobre 1991.

12 In Pravda du 28 octobre 1991.

13 Texte de l’accord de Minsk diffusé par l’agence Tass, le 8 décembre 1991.

14 Cf. les agences Tass et Interfax.

15 In Nězavissimaja gazeta du 28 décembre 1991.

16 Ou « lustration » en français, de la même racine, euphémisme employé afin d’éviter le terme d’« épuration ».

17 Agence Tass, le 7 juillet 1987.

18 In Pravda du 17 novembre 1989.

19 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 180.

20 Cf. l’agence Novosti.

21 Sobtchak. La marche au pouvoir. Moscou, 1991. Traduit en français sous le titre de Chronique d’une chute annoncée. Paris, 1991. p. 13.

22 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 369.

23 Gorbatchev. Le putsch. Paris, 1991. p. 170. Moscou, 1991. p. 89.

24 Déclaration de François Mitterrand, à Latché, le 30 octobre 1991, lors de l’entretien commun, avec M. Gorbatchev, donné à la chaîne de télévision française A2.

25 Sobtchak. Chronique d’une chute annoncée. Paris, 1991. p. 191.

26 Ibidem, p. 223.

27 Ibidem, p. 217.

28 Ibidem, p. 299.

29 Gorbatchev. Le putsch d’août. Les raisons et les conséquences. Moscou, 1991. Traduit sous le titre Le putsch. Paris, 1991.

30 Gorbatchev. Le putsch d’août. Moscou, 1991. p. 1.

31 Gorbatchev. Le putsch. Paris, 1991. p. 45.

32 Gorbatchev. Le putsch d’août. Moscou, 1991. p. 21.

33 Gorbatchev. Le putsch. Paris, 1991. p. 41.

34 Gorbatchev. Le putsch d’août. Moscou, 1991. p. 22.

35 Gorbatchev. Le putsch. Paris, 1991. p. 47 et 48.

36 Gorbatchev. Le putsch d’août. Moscou, 1991. p. 23.

37 Agence Tass, le 19 août 1991.

38 Gorbatchev. Le putsch d’août. Moscou, 1991. p. 13.

39 Déclaration du Comité d’Etat pour l’état d’urgence, signée par G. Ianajev, V. Pavlov et O. Baklanov, en date du 18 août 1991. Agence Tass, le 19 août 1991.

40 Appel au peuple soviétique signé par le Comité d’Etat pour l’état d’urgence, en date du 18 août 1991. Agence Tass, le 19 août 1991.

41 Gorbatchev. Le putsch d’août. Moscou, 1991. p. 19.

42 Sobtchak. Chronique d’une chute annoncée. Paris, 1991. p. 301.

43 Communiqué de l’agence France-Presse, le 19 août 1991

44 Cf. Gorbatchev. Le putsch d’août. Moscou, 1991. p. 64.

45 Cf. Izvestija du 26 décembre 1991.

46 In Rabočaja tribuna du 14 janvier 1992.

47 Jakovlev. Ce que nous voulons faire de l’Union soviétique. Paris, 1991. p. 95 et p. 96.

48 Entretien donné par le Président de la Russie, B. Eltsine, le 7 septembre 1991, aux chaînes de télévision américaine, britannique, française et japonaise, ainsi qu’à la télévision de Russie. Agences Tass et Novosti.

49 Statut du Komsomol fondé le 29 octobre 1918.

50 Compte-rendu des débats du Soviet suprême. Agence Tass.

51 Communiqué de la présidence de la Fédération de Russie, le 26 août 1991. Agence Tass.

52 Conférence de presse tenue par le vice-président de la Russie, le colonel Routskoï à Moscou, le 26 août 1991. Agence Tass.

53 Communiqué commun soviéto-ukrainien. Agence Tass, le 29 août 1991.

54 Compte-rendu de l’enquête diligentée par Nikolaj Fjodorov, ministre de la Justice de la Russie, et par Valentin Stepankov, procureur général de Russie, sur Les activités criminelles du PCUS, publié le 22 octobre 1991. Agence Tass.

55 Déclaration de A. Gračev, porte-parole de M. Gorbatchev, le 23 octobre 1991. Agence Tass.

56 Agence France-Presse, le 23 décembre 1991.

57 Agence Tass, le 12 novembre 1991.

58 Agence France-Presse, le 21 novembre 1991.

59 Déclaration de M. Gorbatchev, lors de l’entretien en commun avec le Président de la République française donné à Latché, le 30 septembre 1991, à la chaîne de télévision française A2.

60 In Die Zeit du 14 novembre 1991, entretien avec la rédaction.

61 Cf. l’agence Interfax, le 14 novembre 1991.

62 Cf. l’agence France-Presse, le 6 novembre 1991.

63 Entre autres, in Le Figaro du 21 novembre 1991.

64 In Komsomolskaja pravda du 27 décembre 1991.

65 In Le Figaro du 5 décembre 1991, reprise d’un article de Vitali Tretiakov, rédacteur en chef de Nezavissimaja Gazeta, intitulé L’Ukraine et Chevardnadzé.

66 Agence Tass, le 4 décembre 1991, repris par les agences France-Presse et Reuter.

67 In Trud du 14 décembre 1991. Entretien de B. Eltsine avec la rédaction.

68 Déclaration de Boris Eltsine, Président de la Russie, à la télévision centrale soviétique, le 20 novembre 1991, reprise par l’agence Tass.

69 Entretien de M. Gorbatchev, Président de l’URSS et de B. Eltsine, Président de la Russie, avec un groupe d’Américains, enregistré en direct par la chaîne de télévision américaine ABC, au Kremlin, le 6 septembre 1991.

70 Cf. Soljénitsyne. Comment réaménager notre Russie ?, Paris, 1990.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search