Version classiqueVersion mobile

Stratégie soviétique et chute du pacte de Varsovie

 | 
Henri Paris

Chapitre X. La perestroïka et l’effondrement du pacte de Varsovie

Texte intégral

1L’absolue nécessité de réformes profondes était unanimement perçue en Union soviétique à la fin de la première moitié de la décennie quatre-vingt.

2Seul le concept militaire stratégique, pour sa part, quelles que soient les impasses dans lesquelles il s’était fourvoyé, avait été continuellement adapté à la réalité et correspondait aux objectifs redéfinis en permanence. L’URSS, à la tête du pacte de Varsovie, manifestait une puissance militaire et politique qui s’exprimait à la surface du globe et contrebalançait avec succès celle des Etats-Unis et de l’OTAN. La guerre, en Afghanistan, s’enlisait, mais l’URSS était en état de la supporter, tout comme ses alliés cubains soutenaient la lutte en Afrique au nom de leur devoir internationaliste. Bien plus, les œuvres vives des Etats-Unis, après avoir été entamées dans leur arrière-cour à Cuba, l’étaient maintenant au Nicaragua. Par contre, le répertoire des échecs ne cessait de s’allonger dans tous les autres secteurs d’activité, nationaux et internationaux, sans aucune exclusion.

3En effet, en dehors du domaine militaire et de ce qui pouvait s’y rattacher, comme la conquête de l’espace, le bilan était totalement négatif. Entre autres, la crise polonaise n’en finissait pas. Mais, surtout, l’économie soviétique piétinait ou régressait, de même que celle des autres pays du pacte de Varsovie. Chaque plan quinquennal promettait une augmentation du niveau de vie qui, certes, se produisait, mais avec un rythme inférieur à celui des pays à économie de marché. Loin de démontrer par les faits sa supériorité sur le capitalisme, le système du socialisme scientifique s’enfonçait dans le marasme. L’appareil et l’organisation des industries ne répondaient plus aux besoins. Le seul secteur soviétique performant était celui des armements et de l’espace, peu susceptible de provoquer une hausse du niveau de vie. Le constat de la situation, accablant, donnait une signification absurde et ridicule au défi tonitruant, lancé par Khrouchtchev dans les années soixante, de rattraper puis de dépasser en vingt ans les Etats-Unis.

4En termes de niveau de vie, la comparaison avec l’Ouest tournait au désastre par rapport aux espérances affichées à grand bruit par des médias, tous sous le contrôle absolu du Parti et de l’Etat. Or, l’herméticité à la communication en provenance de l’Ouest était largement battue en brèche dans le bloc formé par le pacte de Varsovie. D’une part, il était impossible de s’opposer valablement à la pénétration et à la diffusion des moyens d’information de masse dont disposaient désormais les médias occidentaux. D’autre part, l’Est était partiellement victime de son propre progrès : l’augmentation de la culture générale et d’une prospérité relative rendait les populations plus perméables à l’information et à la réflexion critique. Cela amenait ces populations à comparer leur situation à celle des Occidentaux, qu’elles prenaient en référence, et non à celle du Tiers monde. Dans ces conditions, la comparaison était sans conteste en défaveur du modèle soviétique. En outre, il y avait indéniablement usure du pouvoir. Enfin, en URSS, la justification de sacrifices perpétuellement réclamés, au nom de la lutte contre le capitalisme et du soutien aux mouvements de libération nationale, s’estompait largement plus de quarante ans après la victoire contre l’Allemagne, tandis que l’affrontement contre l’Ouest prenait de plus en plus figure de prétexte.

5A la fin de la décennie soixante-dix, le Secrétaire général du Parti, Brejnev, commençait à avoir la perception assez précise de la crise générale qui menaçait le système soviétique et en avait dénoncé les symptômes dans ses rapports politiques au XXVe et au XXVIe congrès du Parti. Son successeur, plus ou moins désigné, aurait dû être Tchernenko, son dauphin, mais celui-ci devra attendre la mort d’Andropov en 1984, qui prend la suite de Brejnev le 12 novembre 1982.

  • 1 Cf. communiqué de l’agence Tass sur la commémoration du 60e anniversaire de la fondation de l’URSS, (...)
  • 2 Cf. Arkhiv samizdata – Radio Liberté – Radio Free Europe. Materialy samizdata. Fascicule n° 35/83 – (...)

6Andropov a une vision encore plus claire de la menace d’une crise, mais il la voit principalement dans le problème des nationalités composant l’URSS. Il réaffirme la politique soviétique en la matière : plus que de rapprocher ces nationalités, il faut assurer leur fusion1. Par ailleurs, il engage une lutte acharnée contre la corruption. Mais la crise potentielle n’est pas circonscrite à ces seuls problèmes, selon Andropov. En fait foi, pour lui, toute une série d’études prescrites à plusieurs groupes d’experts, dont certaines du vivant même de Brejnev. Le rapport le plus achevé est le « Memorandum de Novosibirsk », établi sous la direction d’une économiste de l’Académie des sciences de l’URSS, Tatiana Zaslavskaja. Ce rapport, présenté à Moscou, en avril 1983, à un séminaire secret organisé par l’Académie des sciences de l’URSS et par les sections économiques du CC du PCUS et du Gosplan, constate les déficiences qu’allait prendre en compte le train de réformes engagé en 19862.

  • 3 En russe, « Institut Mirovoj Ekonomiki i Āeždunarodnykh Otnošenij » ou IMEMO, selon le sigle.
  • 4 Cf. A. Jakovlev. Ce que nous voulons faire de l’Union soviétique. Entretien avec Lilly Marcou. Pari (...)

7Toujours sous l’égide de l’Académie des sciences de l’URSS, un organisme, qui en dépendait, a eu un poids décisif dans l’élaboration du système de réformes qui allait secouer l’URSS et le pacte de Varsovie, en arrivant à la même analyse : toute réforme économique en profondeur passe par une réforme des structures politiques. Il s’agit de l’institut d’économie mondiale et des relations internationales3, dès qu’il eut pour directeur A. Jakovlev. M. Gorbatchev, en 1983, lors d’un voyage au Canada, fit la connaissance approfondie de Iakovlev qui y était comme ambassadeur d’URSS depuis 1973 et dont il allait faire plus tard l’un de ses principaux conseillers. Gorbatchev obtint d’Andropov le rappel de Jakovlev et sa nomination à la tête de l’IMEMO qui se transforma en laboratoire de recherche de la future perestroïka et qui prépara, par la suite, le plénum d’avril 1985 du CC du PCUS4, chargé de lancer les réformes.

  • 5 Cf. Izvestija du 3 octobre 1989. Intervention d’E. Chevardnadzé devant la Foreign policy associatio (...)
  • 6 Déclaration de M. Gorbatchev, Président de l’URSS, au IVe congrès des députés du peuple, le 20 déce (...)

8Membre titulaire du bureau politique depuis 1980, Mikhaïl Gorbatchev s’est penché sur l’état de l’URSS, a fait siennes les analyses du « Memorandum de Novosibirsk » et réuni autour de lui une équipe5, dont faisaient partie des personnalités telles que l’économiste A. Aganbeguian, membre de l’Académie des sciences de l’URSS, A. Jakovlev, directeur de l’IMEMO devenu chef du Département de la propagande du CC du PCUS et E. Chevardnadzé, un fonctionnaire du Parti. M. Gorbatchev restera toujours attaché à ces compagnons de la première heure. Il l’évoquera même publiquement lorsque Chevardnadzé se désolidarisera de lui par sa démission de son poste de ministre des Affaires étrangères en 1990, en rappelant que « cela fait 10 ans, que dans la situation que tout le monde sait, il a engagé la lutte avec certaines forces »6. Or, « lui comme moi, travaillant à nos anciens postes, puis ici, nous en sommes arrivés à la conclusion que, même avec les pouvoirs dont nous disposions, nous n’avions pas réussi à lancer à cent pour cent la rénovation. La vie a voulu que nous passions par toutes sortes d’épreuves et par d’âpres débats, avant de comprendre qu’il fallait utiliser cette chance pour tout changer. Il fait partie de ces hommes ».

9Le processus de rénovation va être engagé et, immédiatement, il échappe à ses auteurs. Les luttes internes accélèrent la dégradation d’une situation qui ne peut plus être maîtrisée, ce qui conduira à la mise à mort du pacte de Varsovie.

La perestroïka, la nouvelle pensée politique et le chaos

  • 7 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le (...)
  • 8 Rapport présenté par N. Rijkov, Président du Conseil des ministres de l’URSS, au XXVIIe congrès du (...)

10Dès le lendemain de la mort de Tchernenko, c’est avec le mandat implicite de procéder à des réformes en profondeur que, le 11 mars 1985, lors du plénum du Comité central du Parti réuni dans ce but, M. Gorbatchev accède au pouvoir suprême, au poste de Secrétaire général du Comité central du parti communiste de l’Union soviétique. Le mandat deviendra explicite au cours du plénum suivant, convoqué à cet effet le 23 avril 1985. Se plaçant résolument dans l’axe défini, M. Gorbatchev lance, en 1986, au XXVIIe Congrès du PCUS, le mot d’ordre d’« accélération » qui donne son titre au mouvement de réformes qu’il entend mener après l’avoir fait approuver par le Congrès. « En avançant à la session plénière d’avril la stratégie de l’accélération du développement social et économique du pays, le Comité central du PCUS a adopté une décision de portée historique »7. Le Secrétaire général dresse sans compromission un tableau réaliste de la situation ; il dénonce « les processus négatifs qui se sont manifestés dans les années soixante-dix et au début des années quatre-vingt ». De tels tableaux critiques avaient déjà été tracés, certes avec plus de nuances, lors des congrès précédents, notamment lors du XXVIe en 1981. La raison des échecs avait été attribuée à toute une série diffuse de facteurs laissant toujours le Parti en dehors des critiques. Or, au XXVIIe Congrès, M. Gorbatchev, de toute son autorité de Secrétaire général, désigne comme seul coupable du marasme le Parti, puisqu’il joue le rôle dirigeant au sein du système soviétique en bénéficiant dans ce but d’une reconnaissance constitutionnelle. En effet, « les actions pratiques des organismes du Parti et de l’Etat ont retardé sur les impératifs du temps, de la vie elle-même, et pas seulement en vertu de facteurs objectifs, mais avant tout pour des raisons subjectives ». Il s’agit donc de réformer au préalable le Parti, pour que puisse aboutir une quelconque action en matière d’économie comme dans tout autre domaine. Le Président du Conseil des ministres apporte un appui total au Secrétaire général en soulignant que c’est « dans un esprit créateur » que celui-ci « examine, avec une optique nouvelle, l’ensemble des questions de la vie du Parti, de l’Etat et de la société, définit de façon novatrice la stratégie et la tactique du perfectionnement du socialisme dans tous les domaines, la politique intérieure et extérieure du PCUS et de l’Etat soviétique »8. L’application concrète des réformes, au plan économique, se trouve dans « le projet des Grandes options du développement économique et social de l’URSS pour 1986- 1990 et jusqu’à l’an 2000 » dont « la conception de l’accélération, avancée à la session plénière d’avril du CC du PCUS, en constitue le pivot ».

11Les réformes consistent essentiellement à augmenter la productivité du travail en utilisant mieux le potentiel existant. Si, sur la base du centralisme démocratique, la planification et la centralisation de l’économie doivent être renforcées, les ministères et les directions doivent se dessaisir des trop fortes responsabilités administratives dont ils ont fait un usage outrancier, ce qui a engendré un bureaucratisme étouffant. Les reports de responsabilité sur les entreprises, avec un large système de délégation, permettront de rétablir l’initiative tant au niveau de l’appareil de production qu’à celui de l’individu. Le plein emploi des technologies de pointe relève également du même dessein : devenus pleinement responsables, entreprises et individus chercheront à utiliser ces technologies de pointe plutôt que de se cantonner dans la routine. Mais, sans contre-partie matérielle, une prise de responsabilité conduit au refus de l’assumer devant la crainte de la sanction. Or, « le mouvement égalisateur qui s’est renforcé ces derniers temps ainsi que les graves insuffisances observées dans le domaine de l’établissement des normes de travail et des rémunérations ont rabaissé le rôle stimulant du salaire, freinent l’essor de la productivité ». C’est pourquoi, « on ne saurait tolérer une telle situation. Le salaire de chaque travailleur doit correspondre rigoureusement aux résultats de son travail ». Il y a là un écart certain par rapport à l’idéal communiste dont continue à se réclamer le programme de réforme.

12Par ailleurs, l’option présentée par M. Gorbatchev en matière d’abaissement des tensions internationales, en se fondant sur l’impossibilité reconnue d’une guerre nucléaire, conduit à un arrêt de la course aux armements, à leur réduction même. Le désarmement devrait ainsi permettre « de réorienter d’énormes ressources matérielles et intellectuelles aux fins de la progression économique ».

  • 9 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la Session plénière du CC d (...)

13La mise en cause du système soviétique dépasse largement le cadre d’« une accélération du développement social et économique » pour promouvoir une véritable restructuration, une « perestroïka » de la société soviétique. Cette perestroïka donnera très vite son nom à la politique engagée dont l’objectif prend ainsi une dimension tout autre. « Cet objectif, dicté par la nécessité historique et par les conditions intérieures et internationales qui ont changé de façon radicale, consiste à conférer une qualité nouvelle à la société socialiste »9.

  • 10 Rapport présenté par N. Rijkov, Président du Conseil des ministres de l’URSS, au XXVIIe congrès du (...)

14La radicalisation de l’option réformiste est due à la nécessité de vaincre les résistances qui se déclarent et qui sont toutes issues de la seule force existante en URSS, le réseau enchevêtré formé par le parti soviétique avec ses ramifications dans les partis républicains. « Les faits témoignent qu’une tendance alarmante s’est dessinée : le retard de certaines organisations du Parti sur l’état d’esprit dominant, sur les processus dynamiques qui se déroulent dans la société »10. Afin de lutter contre les éléments conservateurs tous concentrés dans le Parti, les réformistes de M. Gorbatchev sont obligés de trouver des alliés ailleurs que dans l’aile progressiste du Parti, parce qu’elle est trop faible. Ils n’ont ainsi d’autre solution que l’appel à une opinion publique unanime dans sa critique, mais sans aucune structure. Les réformistes essaient donc de ressusciter les Soviets, ces Conseils dont la Révolution d’Octobre, à ses débuts, voulait faire la base d’un système imprégné d’auto-gestion. En outre, les réformistes favorisent, quand ils ne les suscitent pas, la création de « fronts », c’est-à-dire des associations informelles mues par des motivations disparates, mais possédant en dénominateur commun la volonté de soutenir la perestroïka.

  • 11 Cf. Pravda du 11 novembre 1990. Compte rendu de la réunion du Bureau politique du PCUS, tenue sous (...)

15Par voie de conséquence, M. Gorbatchev est amené à prôner une démocratisation croissante dans laquelle il voit en outre le moteur de l’initiative individuelle et collective qu’il s’agit d’encourager dans l’ensemble de l’appareil économique. Mais la démocratisation ne peut être sélective. Elle ne s’accom mode pas de la censure ni d’une main-mise sur les moyens d’expression. Il fallut donc procéder à la libération des médias de tout dirigisme, instituer la publicité de l’information et l’absence de censure, la « glasnost » selon le terme russe qui recouvre ce concept. Perestroïka et glasnost allaient de pair, quitte à accepter la contestation et même l’opposition, larvées et ouvertes, occultes et publiques ! La glasnost ne fut pas totale à l’origine, ce qui se révéla notamment lors de la catastrophe de la centrale nucléaire de Tchernobyl, le 26 avril 1986. En effet, d’une part les Soviétiques ne reconnurent l’accident que le 28 avril, d’autre part, ils cherchèrent à camoufler des défaillances11. Mais la réalité des faits et les répercussions, connues du monde entier – ne serait-ce que grâce à l’observation par satellites – imposèrent de lever tout secret, aussi bien à l’intérieur des frontières de l’URSS qu’à l’extérieur. Dès lors, la glasnost ne pouvait qu’être complète. Elle eut, entre autres, des résultats pervers comme celui de favoriser des débordements démagogiques ou plus simplement l’agitation sociale. Sans la glasnost, la grève des mineurs qui prend naissance dans le Kouzbass, le 10 juillet 1989, ne se serait pas étendue progressivement au Donbass, à la Petchora et au Karaganda, au point de toucher 180 000 mineurs. Et les revendications n’auraient pas acquis un caractère politique. La grève va ainsi s’intégrer dans le paysage politique soviétique. Un puissant mouvement de renouveau religieux profite également de la glasnost.

  • 12 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la Session plénière du CC d (...)

16M. Gorbatchev avait ouvert une boite de Pandore qu’il n’était pas prêt de pouvoir refermer ! Il avait beau proclamer que « la restructuration a commencé à l’initiative du Parti et s’effectue sous sa direction »12, puisqu’il en était le secrétaire général, il avait mis en branle un mouvement qui allait le dépasser, lui et le Parti, et même jeter à bas ce Parti en lui arrachant son monopole et donc son rôle dirigeant. M. Gorbatchev dans sa lutte contre les conservateurs sera condamné à museler le Parti, mais il trouvera toujours plus réformiste que lui.

  • 13 Discours de clôture de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la Session plénière du CC (...)

17Le système économique soviétique étant basé sur un plan quinquennal, « l’étape décisive de la restructuration fondamentale de la gestion de l’économie sera le 13e quinquennat »13. Or, d’évidence, le nouveau plan quinquennal marquait un tournant politique exceptionnel qu’il fallait faire entériner par le Parti, en abattant les résistances. De telles décisions ne pouvaient être prises que par un congrès. Comme la fréquence des congrès était d’un tous les quatre ou cinq ans et que le précédent datait de 1986, comme il s’agissait également de procéder à la mise en œuvre de mesures extraordinaires, le recours était la convocation d’une conférence du Parti. C’est ainsi qu’à la session plénière du Comité central de juin 1987, il fut « décidé de convoquer la XIXe Conférence du Parti. Ce sera un évènement politique considérable dans la vie du Parti et du pays. Pour nous, communistes, elle constituera, en fait, un examen politique dans la matière principale : la restructuration ».

18La XIXe Conférence du Parti, ouverte le 28 juin 1988, délimite le lieu de l’affrontement entre les réformistes groupés autour de M. Gorbatchev et les conservateurs entraînant à leur suite l’appareil du Parti, avec pour chef de file, pour un temps, E. Ligatchev. M. Gorbatchev a choisi le moment de l’attaque décisive en ayant conscience d’avoir avec lui la majeure partie de l’opinion publique soviétique qui attribue aux conservateurs la dégradation constante du système soviétique : dégradation de l’économie, du niveau de vie, du lien entre les différentes nationalités et ethnies qui constituent la fédération soviétique. Le but est d’abattre le Parti puisqu’il ne peut le conquérir comme il le voudrait en le rénovant.

19M. Gorbatchev a décidé de s’en prendre au Parti, parce qu’il a tiré les enseignements du Memorandum de Novosibirsk ainsi que ceux de la chute de Khrouchtchev. Celui-ci avait tenté une réforme économique durant les années soixante en engageant progressivement la responsabilité des entreprises par un calcul monétaire de leur rentabilité. Mais très rapidement, la réforme s’était heurtée à l’omniprésence du Parti et le conflit avait été ouvert. Affaibli, en outre, par l’échec relatif subi lors de la crise de Cuba, Khrouchtchev, mis en minorité, contraint à la démission, avait fini ses jours dans sa datcha. En s’inclinant devant son limogeage, sans qu’il y ait d’autres conséquences, Khrouchtchev, avec sa chute, inaugurait un changement dans la pratique soviétique de la purge : il n’y avait plus élimination physique. Mais ce n’en était pas moins une défaite politique qui mettait un point final au réformisme économique. Instruit donc par l’expérience, M. Gorbatchev comprend dès l’origine qu’il lui faut maîtriser le Parti afin de mener à bonne fin la réforme. Mais, le contrôle du Bureau politique et du Comité central ne sont pas suffisants : reste tout l’appareil du Parti et ses ramifications. C’est l’enjeu de la XIXe Conférence du Parti. Et puisqu’il est impossible de gagner cet appareil ou de le remplacer dans des délais compatibles avec la mise en train de la perestroïka, il ne reste plus qu’à l’abattre et lui substituer la seule autre institution qu’il soit possible de trouver, celle de l’Etat avec son administration.

20A la XIXe Conférence du Parti, en juin 1988, M. Gorbatchev fit adopter une réforme constitutionnelle établissant un système parlementaire à deux niveaux, basé sur un congrès des députés du peuple avec multiplicité des candidatures. En conséquence, les membres du Parti vont devoir se soumettre à la sanction des urnes et en cas de désaveu, non seulement ne seront pas élus du peuple, mais encore abandonneront leur responsabilité au sein du Parti. Les élections ainsi sanctionneront les conservateurs. Afin d’assurer la plénitude de son action, M. Gorbatchev prévoit également d’instituer à son profit un pouvoir de Président du Soviet suprême, puis en mars 1990, de Président de l’URSS.

21M. Gorbatchev, devant l’âpreté de la lutte, recherche un nouvel affaiblissement du Parti. Après avoir rejeté, en juin 1989, une proposition de l’académicien Sakharov visant l’abandon du rôle dirigeant du Parti, il fait admettre, aux plénums du CC en février et en mars 1990, une nouvelle révision constitutionnelle abrogeant l’article 6 par lequel était institué le rôle dirigeant du Parti. Le 14 mai 1990, le Congrès des députés opère la révision qui est entérinée par le XXVIIIe congrès du Parti, le dernier, en juillet 1990.

22C’est l’héritage même de Lénine qu’abat M. Gorbatchev, avec l’alignement obligatoire des partis alliés sur le parti soviétique. Désormais, les pays du Pacte sont invités à en faire de même, mais le Comité politique consultatif du Pacte perd toute signification puisque n’y siègent plus obligatoirement les Secrétaires généraux d’un parti omnipotent. Par ailleurs, le rôle dirigeant et fédérateur du Parti disparaît : le pouvoir présidentiel accru diminue d’autant la latitude des républiques. Prenant au pied de la lettre la faculté constitutionnelle de faire unilatéralement sécession, les républiques vont en jouer. Pour avoir voulu un pouvoir central trop fort, afin de réaliser sa perestroïka, sans avoir cherché un consensus légal conforme à un Etat de droit, M. Gorbatchev exacerbe et envenime une question nationale qui va mettre très vite en péril l’unité et l’indivisibilité de l’Union soviétique.

23M. Gorbatchev allait porter des coups encore plus meurtriers au marxisme-léninisme, aussi bien à l’institution sociale qu’à l’idéologie.

  • 14 Résolutions du XXVIIIe congrès du PCUS. 13 juillet 1990.

24L’acharnement du combat politique comme le constat de l’inefficacité de la mise en place des réformes, et le doute même sur la valeur de ces réformes en regard d’une situation d’ensemble qui tend au désastre, entraîne une radicalisation toujours plus poussée de la perestroïka. Le domaine crucial est celui de l’économie, dont dépend l’issue de la crise. Or, « le Congrès constate avec inquiétude que la situation économique se détériore, que le niveau de vie de la population baisse. La restructuration de la production s’opère trop lentement, la production de marchandises et de services indispensables à la population est en retard sur la croissance des revenus en espèces. Les pertes de temps, de travail et de ressources matérielles sont toujours importantes. L’économie demeure réfractaire aux réalisations modernes du progrès scientifique et technique. La dégradation du marché de la consommation entraînant des conséquences non seulement sociales mais aussi politiques, compromettant la confiance des masses dans la perestroïka, constitue l’expression concentrée des phénomènes de crise »14. Aux yeux des réformistes, la cause profonde de cette crise provient des dirigeants à tous les niveaux, et plus de leur irresponsabilité que de leur incompétence technique, ainsi que de la passivité du corps social. Il s’agit d’un état de fait dont est coupable le concept économique. Une économie totalement administrée, gérée et dirigée par l’Etat laisse place à toutes les dérives bureaucratiques. Le but de tout un chacun des responsables est d’exécuter impérativement le plan à son niveau, sans plus. L’initiative individuelle n’est pas de mise dans un système aussi rigide, quand elle n’est pas, même, malvenue. Afin d’améliorer les rendements industriels et plus généralement la productivité du travail, le concept de « l’émulation socialiste » avait été introduit, servant de substitut à la concurrence capitaliste. « L’émulation socialiste » avait eu, cependant, des résultats médiocres, car elle n’était pas basée sur des « stimulants matériels », à savoir des avantages financiers, dans le but de ne pas heurter de plein front l’égalitarisme érigé en dogme par le régime.

25Cherchant à tout prix à promouvoir l’initiative individuelle comme moyen de lutte principal contre le bureaucratisme, M. Gorbatchev avait réussi à faire admettre par la XIXe Conférence du Parti le principe d’une inégalité dans les rémunérations, en fonction du travail rendu. Le résultat fut nul en ce qui concerne la productivité : elle continua sa chute vertigineuse. D’une part, les mentalités étaient trop marquées par l’égalitarisme ouvriériste, d’autre part le Parti, insidieusement, freinait. Pour sortir du marasme, M. Gorbatchev fait approuver par le XXVIIIe congrès la plus hérétique des mesures : l’instauration de l’économie de marché.

26Passer à l’économie de marché ! Certes ! Mais, comment ? Quand ? Dans quels délais ! Par quel processus ? Afin de trouver une solution à la problématique qui s’imposait d’évidence, plusieurs cercles officiels et officieux se mettent au travail : il s’agit d’élaborer un projet. En l’absence de directives politiques précises, ces cercles se sont organisés fébrilement au gré des influences, en s’ignorant mutuellement, sans procéder donc à un quelconque échange de réflexions, en établissant des constructions théoriques qui n’ont que de lointains rapports avec la réalité du système économique et social soviétique, tel qu’il est, et en s’attachant encore moins à l’effet d’entraînement sur les pays alliés du pacte de Varsovie. Ces constructions théoriques, d’ailleurs, ne prennent pas plus en compte les expériences et les obstacles vécus par les économies occidentales au cours des temps.

27Le débat économique, dans toute son ampleur et son obscurité, est extrêmement mal jugé par l’opinion publique qui l’estime être un jeu de la classe politique, une palinodie, alors que la situation se détériore, alors que s’est institué un affrontement permanent entre le pouvoir central et les républiques fédérées.

28Le conflit interne touche à l’essence même de la perestroïka et est loin d’être circonscrit à la seule classe politique. Il concerne désormais l’ensemble de la population soviétique. La perestroïka devait faire aboutir des réformes économiques et restaurer une démocratie mise à mal par une gangue bureaucratique dont était incapable de se dépêtrer un parti unique omnipotent. Obligé de lutter contre le Parti afin de faire avancer ses projets de réforme, sans qu’aucun ne parvienne à passer dans la réalité, M. Gorbatchev se faisait doter de pouvoirs toujours plus étendus et avait fini par abattre le Parti. Mais ce faisant, il avait aussi détruit l’appareil du Parti. Or, il n’existait aucune solution de remplacement. L’Etat soviétique n’avait aucune administration, aucune courroie de transmission, aucun appareil gestionnaire. C’est le Parti qui avait tout en main. Lui abattu, plus rien ne subsistait. Le pouvoir central n’avait plus aucun moyen de faire appliquer ses directives ni plus simplement ses décrets. La fonction publique était inexistante en Union soviétique et ce n’est pas en quelque quatre à cinq ans qu’il était possible d’en créer une, à supposer encore qu’une volonté politique aille dans ce sens. Le slogan soviétique, « hors du Parti, point de salut ! », a eu une réalité tout à fait tangible de 1917 à 1986. Et encore plus après 1986, ce qui donna la démonstration par l’absurde. L’appareil de l’Etat est mort en 1917. La disparition du Parti ne ressuscite pas un appareil étatique auquel s’était substitué celui du Parti. Dans ces conditions, l’extension des pouvoirs du Président soviétique était sans portée pratique, l’action gouvernementale sans aucune efficacité.

29La réforme institutionnelle mise en œuvre conduit à donner le pouvoir aux Soviets locaux qui, en l’absence d’une administration de l’Etat, ont pu donner libre cours aux intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général. L’effondrement du Parti soviétique a laissé le champ libre aux partis républicains ou aux divers fronts populaires qui se sont transformés en autant de partis locaux. Les affrontements inter-ethniques, étouffés plus ou moins bien par le totalitarisme du Kremlin, ont été exacerbés par la montée des pouvoirs locaux et par la dilution du pouvoir central. La démocratisation de la vie publique soviétique a permis l’expansion, et bien souvent l’éclosion, de tous les indépendantismes. Le ciment idéologique qui effaçait les nationalités composant l’Union soviétique, l’internationalisme, s’est délité en même temps que le Parti avec son idéologie. La dégradation du pouvoir central s’est encore accélérée, entraînant le pays dans un cercle de plus en plus vicieux.

  • 15 Cf. rapport de I. Silajev, Premier ministre de la Fédération de Russie, au Soviet suprême de Russie (...)

30En 1990, pratiquement, les 3 républiques baltes, l’Arménie, la Géorgie et l’Azerbaïdjan se trouvent en état de sécession et ont ou sont en voie de proclamer unilatéralement leur indépendance. Cela ajoute à la confusion. Le recours à la force s’est déjà produit entre nationalités, notamment entre Arméniens et Azéris, mais aussi entre Gagaouzes et Moldaves, entre Meskhets et Ouzbeks, entre Caucasiens et Kazaks, entre Kirghizes et Ouzbeks. Afin de réduire la sécession de la Lituanie, le Kremlin ordonne son blocus économique, ce qui n’a résolu la question que temporairement. Le pouvoir central ne peut faire accepter un traité d’Union à des républiques fédérées qui se veulent souveraines et indépendantes. Mikhaïl Gorbatchev fait décréter que les déclarations unilatérales d’indépendance sont illégales parce qu’anticonstitutionnelles : les actes présidentiels sont contestés et, de toutes les manières, sont dénués d’application pratique. L’indépendantisme des républiques et des régions tendait à promouvoir une impossible autarcie qui se traduisait par un redoublement de la pénurie. C’est ainsi qu’afin de trouver une source de financement visant des importations massives, la Fédération de Russie compte créer une banque russe opérant en devises et utilisant, à cet effet, les réserves d’or et de diamants de la Yakoutie dans le Grand Nord15. Or, le problème de la création des banques ainsi que celui de la souveraineté sur les ressources de la Yakoutie sont objets d’un conflit non résolu entre la Fédération de Russie et l’Etat soviétique. La Yakoutie, de son côté, entend garder pour elle-même ses richesses et annonce unilatéralement, le 27 septembre 1990, qu’elle n’est plus une république autonome, mais une république socialiste soviétique de plein exercice, dotée d’une complète souveraineté, au même titre que toute autre république, ce que n’acceptent ni la Fédération de Russie ni l’Etat soviétique.

  • 16 Cf. I. Pogossov, vice-président du Comité d’Etat de l’URSS pour les statistiques, in L’union du 20  (...)
  • 17 Cf. rapport de I. Silajev, Premier ministre de la Fédération de Russie, au Soviet suprême de Russie (...)

31L’inflation augmente, passant à deux chiffres, dégradant le niveau de vie et favorisant un absentéisme déjà bien ancré dans les mentalités, tandis que la productivité individuelle, déjà faible, baisse encore. En 1990, il y a quelque 165 milliards de roubles aux mains des Soviétiques et qui ne sont pas couverts par des marchandises ou des services16. La réserve potentielle de hausse des prix due à ce facteur conjugué à celui de la pénurie, causée par la désorganisation des circuits de distribution, est donc gigantesque. Les mouvements sociaux sont alors inévitables. Passant outre au système officiel qui ne cesse de démontrer son incapacité, les entreprises, pour survivre, s’essaient à une économie de troc, « elles ne croient plus au rouble »17, détériorant ce qui restait des circuits d’échange.

32Les projets de reconversion des industries d’armement à des fins civiles augmentait encore le désordre en s’inscrivant en dehors de toute planification. La baisse constante de la production industrielle et plus généralement du produit national n’étaient jamais qu’un révélateur, sans qu’il soit possible d’établir la moindre quantification. Le climat social s’alourdissait. La hausse vertigineuse de la criminalité en était un indice tangible que ne pouvait expliquer la seule apparition du chômage. L’Union soviétique, éclatée, subissait désormais non plus seulement une crise économique majeure : la perestroïka dévoilait une crise de société. La guerre civile pointait à l’horizon.

33Après l’échec de tous les projets de réforme économique et l’instauration du chaos, Gorbatchev tente un rapprochement avec les conservateurs, dans les deniers mois de 1990. Cela se traduit, pour lui, par la défection de nombre de réformateurs, dont E. Chevardnazé et l’augmentation du désordre.

  • 18 Discours de M. Gorbatchev, Président de l’URSS, prononcé à Minsk, capitale de la Biélorussie, le 26 (...)
  • 19 Discours de M. Gorbatchev, Président de l’URSS, prononcé à Moguilev, en Biélorussie, le 28 février  (...)

34L’affrontement est exaspéré par la promulgation de la tenue d’un référendum, le 17 mars 1991, appelé à trancher sur le maintien de l’Union. Le texte sur lequel les Soviétiques sont invités à se prononcer, rédigé à la hâte, est ambigu, et sera modifié, sans plus de clarté, une semaine avant la date du référendum. Sur quinze républiques, six annoncent leur refus d’organiser le référendum. La République de Russie ajoute une question supplémentaire : celle de l’élection de son président au suffrage universel, ce qui doit conférer à B. Eltsine une légitimité populaire que n’aura pas M. Gorbatchev, élu par le Congrès des députés. La Lituanie qui a proclamé unilatéralement son indépendance le 11 mars 1990, suivie par l’Estonie et la Lettonie, annonce la tenue d’un référendum sur l’indépendance pour le 9 février, tandis que les deux autres républiques baltes en font autant le 3 mars. Les Baltes déclarent ainsi d’avance sans valeur le référendum du 17 mars. Comme Boris Eltsine, avec ses partisans prend fait et cause pour les Baltes, M. Gorbatchev avec force, lors d’un discours prononcé à Minsk, le 26 février, accuse l’opposition de mener le pays « vers la voie de l’affrontement et directement à la guerre civile »18. Un retard de 3 jours à la publication du discours dénonce l’hésitation de M. Gorbatchev à assumer sa déclaration de guerre qu’il tempère le 28 février par un nouveau discours où il préconise « une coalition des forces centristes »19, mais sous l’impulsion du PCUS qui doit, pour cela « dépasser les forces centrifuges en lui même et prendre ses distances à la fois du dogmatisme conservateur, qui veut un socialisme sans démocratie, et des forces libérales bourgeoises qui veulent la démocratie sans socialisme ».

35Boris Eltsine, en tant que président de la Fédération de Russie, demande la démission de M. Gorbatchev, mais est mis en minorité dans son propre parlement. Il organise alors des séries de manifestations de masse à Moscou, auxquelles les conservateurs répondent par des manifestations du même genre, avec l’appui de l’armée. Par ailleurs, des affrontements continuent à se produire, entre autres, à Vilnius, entre indépendantistes lituaniens et militaires soviétiques. Le sang a coulé.

36L’Union soviétique a quitté la sphère des luttes politiques internes pour aborder celle de la guerre civile.

  • 20 En russe, « Novoje političeskoje myšlenije ».
  • 21 Communiqué du Président de l’URSS, transmis par le porte-parole de M. Gorbatchev, M. Ignatenko, le  (...)
  • 22 Déclaration, d’A. Bessmertnykh, ministre des Affaires étrangères, devant le Parlement, le 16 janvie (...)
  • 23 In Izvestija du 2 janvier 1991.

37Aux crises de l’économie et de la société s’ajoute désormais une crise de régime. Cependant, n’est pas mise en question la « Nouvelle pensée politique »20, initiée par la perestroïka, qui sert d’axe directeur à la politique étrangère et à la stratégie de l’Union soviétique. En effet, proclame le Kremlin, « la politique étrangère de l’URSS ne changera pas, parce qu’elle n’est pas liée à un homme, mais à un choix politique »21. C’est ce que confirme, peu après devant le parlement, le nouveau ministre des Affaires étrangères, A. Bessmertnykh, car la politique développée par la « Nouvelle pensée politique » est celle qui « traduit au mieux les intérêts nationaux de l’URSS »22. Par contre, pour E. Chevardnadzé, après sa démission, « si la déstabilisation du pays continue ou si on suspend le processus de démocratisation, la poursuite du cours actuel de la politique étrangère soviétique deviendra impossible »23.

  • 24 Intervention de M. Gorbatchev au XXVIIIe congrès du PCUS sur le projet de nouveaux statuts du Parti (...)
  • 25 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le (...)

38M. Gorbatchev est parfaitement représentatif d’un courant humaniste du parti communiste soviétique, dont les nouveaux statuts adoptés au XXVIIIe congrès, en 1990, en font « une organisation politique qui se fixe pour objectif, en se fondant sur les valeurs humanitaires de toute l’humanité et sur l’idéal du communisme, de créer dans le pays un socialisme humain et démocratique »24. C’est sur ces valeurs que M. Gorbatchev base ou veut baser l’Union soviétique. « Les sources profondes du patriotisme soviétique résident dans le régime social, dans notre idéologie humaniste. Le patriotisme authentique consiste en une position civique active »25. Seulement, l’humanisme, porté comme valeur suprême s’inscrit dans la « Nouvelle pensée politique » et de ce fait entre en contradiction avec le concept de lutte de classes, clé de voûte du marxisme.

39Poursuivant dans leur approche économique, les théoriciens de la « Nouvelle pensée politique » sont portés par deux cheminements convergents à s’intéresser, au premier chef, à l’ordre international afin de réduire la confrontation Est-Ouest, voire à l’annihiler.

40L’un vise à faire profiter l’Union soviétique de la division internationale du travail et à lui faire donc intégrer le système économique mondial. Cela implique la conclusion de traités et d’accords avec des institutions telles que la Communauté économique européenne, le Fonds monétaire international et à envisager la convertibilité du rouble afin d’accéder librement au marché international. La création d’entreprises à capitaux mixtes, autorisant l’investissement étranger et le rapatriement libre des fonds, est un premier pas, que doit faciliter la mise en place d’un marché national.

  • 26 Aganbeguian. Perestroïka. Le double défi soviétique. Paris, 1987. p. 51.
  • 27 Ibidem, p. 236.
  • 28 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 321.
  • 29 Aganbeguian. Perestroïka. Le double défi soviétique. Paris, 1987. p. 238.
  • 30 In Kommunist de décembre 1989. Jazov. Le nouveau modèle de sécurité et les forces armées.
  • 31 In l’Etoile rouge du 26 octobre 1990. Intervention de M. Gorbatchev au Congrès des syndicats de l’U (...)
  • 32 Compte-rendu d’E. Chevardnadzé au XXVIIIe congrès du Parti, le 3 juillet 1990. Agence Tass.
  • 33 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le (...)

41L’autre cheminement a en vue, sinon la réduction des dépenses militaires, au moins d’empêcher leur augmentation voulue par la course aux armements. Or, en URSS, « les moyens énormes affectés au développement militaire l’ont été au détriment du développement social et de l’amélioration du niveau de vie des Soviétiques. La course aux armements provoquée par les Etats-Unis s’est accélérée pour gagner des domaines toujours nouveaux et son budget a augmenté en conséquence. Aujourd’hui, malgré tous les efforts entrepris par les dirigeants soviétiques au nom du peuple, elle menace de s’étendre à l’espace, ce qui compromettrait notre développement ultérieur »26. Cependant, comme il est hors de question de céder devant l’ennemi potentiel et d’abandonner les réformes indispensables, « la perestroïka ne sera pas arrêtée par une relance de la course aux armements, même si on doit exiger davantage des entreprises, des régions, des branches entières de l’économie »27. Faute de pouvoir l’emporter par une supériorité militaire, les Etats-Unis « nourrissent une politique qui vise à épuiser le socialisme par la course aux armements, pour mieux dicter sa loi ensuite »28. Or, « ce n’est pas dans ce domaine que l’URSS doit s’efforcer d’être le miroir du potentiel des Etats- Unis »29 dans sa recherche de la parité, la supériorité étant, de même, impossible à obtenir de son côté. L’objectif de la parité est indispensable à atteindre pour maintenir l’équilibre stratégique, garant de la prévention de la guerre, mais il pouvait l’être par des moyens différents de ceux qui consistaient à appliquer une contre-mesure à chaque mesure occidentale. Le ministre de la Défense devait confirmer l’erreur : « Aujourd’hui, on voit que certaines de nos avancées vers cet objectif auraient pu être différentes et non symétriques. Cela aurait pu éviter d’être entraîné dans la course aux armements »30. Pour avoir méconnu le choix d’une politique de défense appropriée, pour avoir succombé à l’instigation américaine poussant l’effet miroir, « nous avons l’une des économies les plus militarisées du monde »31, constate M. Gorbatchev. Et, « en consacrant un quart de notre budget aux dépenses militaires, nous avons ruiné le pays. Nous n’aurons plus besoin de défense, tout comme nous n’aurons plus besoin d’armée, si le pays est ruiné et le peuple est pauvre »32, assène le ministre des Affaires étrangères de la perestroïka. Mais, l’erreur majeure est de considérer un concept de défense uniquement sous l’angle d’un rapport de force militaire. Dans une telle situation, « la garantie de la sécurité apparaît toujours plus comme une tâche politique dont l’accomplissement n’est possible que par des moyens politiques »33, à condition de préserver la suffisance défensive du pays. Or, cette suffisance peut être abaissée, en engageant un processus de désarmement mutuel qui sauvegarde la parité. La situation stratégique n’en sera pas modifiée et des ressources supplémentaires seront dégagées pour l’économie. A ce sujet, la « Nouvelle pensée politique » rencontrera un plein succès.

  • 34 Appel du Congrès des députés du peuple de l’URSS aux peuples du monde, le 9 juin 1989. Agence Tass.
  • 35 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 203.
  • 36 Discours de M. Gorbatchev à l’ONU, le 7 décembre 1988. Agence Tass.

42La diminution de la tension internationale ne peut qu’être le résultat de l’affaiblissement, voire de l’abandon, d’une logique de confrontation entre l’Est et l’Ouest, et essentiellement entre l’URSS et les Etats-Unis. Dans ce cadre, « il est insensé de transformer les relations internationales en une arène de la guerre idéologique »34. En effet, « les différences idéologiques ne devraient pas être reportées dans la sphère des relations internationales, pas plus que la politique étrangère ne devrait leur être subordonnée, car les idéologies peuvent bien être aux antipodes, l’intérêt de la survie et la prévention de la guerre demeurent des buts universels et suprêmes »35. La « Nouvelle pensée politique » appelle les deux camps à un même effort, au nom de la prise en compte des réalités, sans pour autant demander un reniement. « L’abandon de l’idéologie dans les relations entre les Etats est un impératif de la nouvelle étape. Nous ne renonçons ni à nos convictions ni à notre philosophie ni à nos traditions, pas plus que nous n’appelons qui que ce soit à renoncer aux siennes »36. Cet abandon de l’idéologie est parfaitement cohérent avec celui du concept de la lutte des classes que n’admet plus la possibilité d’une guerre nucléaire. Mais en résultat, l’idéologie est bannie aux plans interne et externe. Le marxisme-léninisme cesse définitivement d’être la base conceptuelle de l’URSS. L’internationalisme prolétarien n’a plus aucune justification.

  • 37 Résolution adoptée par le XXVIIIe congrès du PCUS sur Les orientations principales de la politique (...)
  • 38 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 199.

43Cependant, « tant que ne sera pas garantie l’irréversibilité des changements positifs, le danger de guerre subsistera pour l’URSS »37, qui devra donc assurer sa sécurité. Un concept stratégique militaire rénové en fonction de la « Nouvelle pensée politique » est ainsi indispensable, mais cette sécurité doit se placer dans le cadre d’un système global international. A ce titre, l’Organisation des Nations Unies « constitue le forum le plus approprié pour rechercher un équilibre entre les intérêts des Etats, équilibre qui s’avère essentiel à la stabilité du monde »38. C’est pourquoi, désormais, la politique soviétique « pose la question du nouveau rôle de l’Organisation des Nations Unies » dont le Conseil de sécurité comporte, comme membres permanents, cinq nations nucléaires, ce qui leur donne une responsabilité particulière dans les affaires internationales. En conséquence, il « est nécessaire que les Etats procèdent à une certaine révision de leur attitude envers cet instrument unique qu’est l’Organisation des Nations Unies, sans laquelle il n’est plus possible d’imaginer la politique mondiale ».

  • 39 In Pravda du 28 mai 1990. Reprise d’un entretien de M. Gorbatchev avec le Time sur la problématique (...)

44Dès le début de la perestroïka, M. Gorbatchev avait formulé à Paris, en 1985, le projet de créer « une maison commune européenne ». Le projet est assez vague et imprécis pour que l’idée chemine sans rencontrer trop d’oppositions, mais sans plus avancer pour autant. Il en est de même pour le projet français de Confédération européenne, auquel les Soviétiques apportent leur assentiment. Le but poursuivi par la « Nouvelle pensée politique » est de dépasser la confrontation et les blocs militaires qui en découlaient pour intégrer l’URSS dans le concert international et notamment occidental. C’est ce que le Président de l’URSS exprime très clairement : « Je pense que l’idée de la maison commune européenne et l’appel du Président Bush à une Europe intégrée et libre se font écho. L’idée de Confédération européenne avancée par le Président Mitterrand nous est également proche. Récemment, à l’occasion du 45e anniversaire de la Victoire, j’ai donné mon sentiment sur la manière dont je vois la future Europe. Brièvement, cela peut se résumer ainsi : non seulement la confrontation militaire entre les blocs est en train de cesser, mais la coexistence même sur la base de blocs sera reléguée dans le passé. Le processus très prometteur d’intégration européenne et mondiale créera progressivement un espace économique commun. Politiquement, nous entrons déjà dans la troisième étape du processus d’Helsinki. Celle-ci se caractérisera par des structures permanentes de sécurité, qui remplaceront l’OTAN et le traité de Varsovie »39.

  • 40 Agence Reuter, le 17 octobre 1990.

45Dans le même axe, les Soviétiques vont s’efforcer de nouer des relations spécifiques avec l’ennemi principal d’hier, les Etats-Unis, voire d’aboutir à un condominium. « Il ne fait pas de doute que la politique soviétique a fondamentalement changé », déclarait le secrétaire d’Etat américain à la Défense, Dick Cheney, lors de l’une de ses visites à Moscou, le 16 octobre 199040. De ce point de vue, la « Nouvelle pensée politique » est une réussite incontestable en ce sens qu’elle a atteint son but : l’affrontement entre l’Est et l’Ouest a quitté la sphère militaire, s’est considérablement atténué, la méfiance réciproque s’est amoindrie, la guerre froide a cessé, de nouvelles relations internationales se sont nouées, l’URSS est bien entrée dans le concert des nations occidentales et elle peut consacrer à sa perestroïka des ressources potentielles autrefois dévolues à sa défense.

46Cependant, préoccupés par la perestroïka et par la déstabilisation interne qu’elle causait, acharnés à appliquer leur « Nouvelle pensée politique » au prix d’un abandon radical d’une idéologie qui était à la base même de la création de leur Etat, soucieux de construire vite un nouvel ordre international, les réformateurs soviétiques ont-ils prévus les conséquences de leur action sur le pacte de Varsovie ?

L’agonie du pacte de Varsovie

47Le pacte de Varsovie ne pouvait rester à l’écart de la tempête qui secouait l’Union soviétique.

48En mettant en question les bases économiques, sociales, politiques et idéologiques sur lesquelles était bâtie la société soviétique, la perestroïka faisait perdre leur modèle aux pays du Pacte. En abattant les concepts de base, qui servaient d’axe directeur à la stratégie militaire mise en œuvre par les forces armées soviétiques et alliées, la « Nouvelle pensée politique » enlevait sa justification au pacte de Varsovie et en sapait l’organisation.

49De même qu’après avoir mis en marche le mécanisme de l’accélération économique, M. Gorbatchev dut embrayer sur la perestroïka et fut incapable d’en maîtriser le mouvement, de même, avec la « Nouvelle pensée politique », il engagea, au sein du Pacte, un processus de désagrégation qu’il fut incapable de contrôler.

50Pourtant, la « Nouvelle pensée politique » dans ses projets de réforme n’envisageait nullement la décomposition unilatérale du Pacte autrement qu’en concomitance avec l’Alliance atlantique. La disparition de la confrontation et l’avènement d’un système de sécurité collective basé sur des organisations internationales – telles que l’ONU avec son Conseil de sécurité, la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe avec son Centre de prévention des conflits, la Maison commune européenne et d’autres constructions – devaient amener l’effacement progressif et simultané des blocs ainsi que de leurs organisations militaires. C’est d’ailleurs ce que prévoyait expressément l’article 4 du traité de Varsovie qui en fixait la cessation par la voie de l’ONU, « dès que le Conseil de sécurité aura adopté les mesures nécessaires pour le rétablissement et le maintien de la paix et de la sécurité internationale ». L’article 11 du traité était encore plus précis, puisque « en cas de création en Europe d’un système de sécurité collective, et de conclusion dans ce but d’un traité général européen sur la sécurité collective, ce à quoi tendront invariablement les efforts des parties contractantes, le présent traité perdra sa force dès le jour de l’entrée en vigueur du traité général européen ».

  • 41 Rapport d’activité du Comité central du PCUS, présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC (...)
  • 42 Rapport, présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la XIXe conférence du PCUS (...)
  • 43 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIIe congrès du PCUS, l (...)
  • 44 Discours de clôture prononcé par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIIe congrè (...)
  • 45 Résolution du XXVIIIe congrès du PCUS sur Les orientations principales de la politique militaire du (...)
  • 46 In Izvestija du 22 décembre 1990. Entretien avec le général d’armée Moissejev, chef de l’Etat-major (...)

51Or, dès l’origine des réformes, ses tenants les plus en flèche ne tiennent pas la menace militaire occidentale pour disparue : « Le monde du capital n’a pas renoncé à l’idéologie et à la politique d’hégémonie, ses dirigeants ne perdent pas encore l’espoir de prendre une revanche sociale, ils continuent à se bercer des illusions de la supériorité par la force »41. La situation n’a pas changé pour autant au plus fort de la perestroïka : « Le bloc militaire occidental, avec à sa tête les Etats-Unis, a adopté une attitude ouvertement agressive envers le socialisme. La menace militaire est devenue pour nous une donnée permanente. Et elle subsiste à ce jour »42. Par la suite, certes, « un tournant s’est opéré dans les rapports entre l’URSS et les Etats-Unis, passant de la confrontation et de la rivalité dans la course aux armements à une compréhension mutuelle et même, sur certains points, au partenariat »43. Les Occidentaux « ne considèrent plus l’Union soviétique comme leur ennemi »44 et « la guerre froide a pris fin ». Cependant, « tant que ne sera pas garantie l’irréversibilité des changements positifs, le danger de guerre subsistera pour l’URSS »45. C’est ce que confirme avec force le chef de l’Etat-major général en soulignant que « le danger de guerre est malheureusement toujours présent. L’organisation militaire de l’OTAN demeure pour l’instant inchangée »46.

  • 47 Rapport d’activité du Comité central du PCUS, présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC (...)
  • 48 Discours d’A. Dobrynine, Chef du département international du CC du PCUS, président de la Commissio (...)
  • 49 In Pravda du 12 juillet 1988. Discours de M. Gorbatchev à la Diète polonaise, le 11 juillet 1988.

52Les réformistes soviétiques étaient bien conscients de ce que le Pacte en soi ne fournissait qu’une armature de droit international et que son organisation reposait essentiellement sur le système idéologique, politique, militaire et social instauré par les traités bilatéraux, ainsi que sur le dispositif des forces soviétiques en Europe et sur la structure de leur commandement. Aussi, escomptaient-ils qu’une transformation interne des pays du pacte de Varsovie, parallèle à la perestroïka soviétique, permettrait le maintien du Pacte et de son organisation dans une configuration conforme à la « Nouvelle pensée politique ». C’est à cette signification que s’attache le Secrétaire général du Parti, lorsqu’il évoque, au XXVIIe congrès, en 1986, la « seconde naissance » qu’a reçue le pacte de Varsovie avec sa prorogation, car « l’interaction des partis communistes au pouvoir est toujours au cœur de leur coopération politique »47. Saisissant l’occasion du symbole qu’offre le trentième anniversaire de la revue « Problèmes de la paix et du socialisme », cet ultime vestige du Kominform, les Soviétiques en appellent au mouvement communiste international pour souligner que « de profonds changements sociaux » ont modifié le caractère du communisme, qu’« à l’étape actuelle de son développement, le socialisme n’a pas laissé voir à fond la totalité de ses avantages et n’a pas, pour le moment, donné aux masses des pays occidentaux d’exemple convaincant de démocratisation de la société et de solution radicale des problèmes économiques »48. En conséquence, « le sort de notre mouvement dépend de la manière la plus directe du dépassement de ce retard » et il ne peut y avoir de « succès dans la lutte de classe sans s’armer de slogans et d’objectifs humanistes universels », ce qui revient, derechef, à lancer un appel en faveur de l’adoption généralisée de la perestroïka et de la glasnost. S’adressant à la Diète polonaise, en 1988, M. Gorbatchev affirme être « pour une Pologne socialiste forte », pour la consolidation « des liens étroits unissant nos pays socialistes frères, les Soviétiques et les Polonais », pour « l’application de la stratégie du renouveau socialiste de la société »49. Quant aux indispensables réformes économiques, elles doivent être réalisées « dans le cadre des efforts collectifs des pays membres du Conseil d’aide économique mutuel, visant à créer un marché commun socialiste ». La régulation des tensions, pour sa part, doit être obtenue par la création d’« un centre européen pour la réduction du danger de guerre en tant qu’endroit de coopération entre l’OTAN et le traité de Varsovie ».

  • 50 Rapport, présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la XIXe conférence du PCUS (...)
  • 51 Communiqué adopté par le Comité politique consultatif de l’organisation du traité de Varsovie, le 8 (...)

53La même optique d’un internationalisme rénové, prenant en compte l’humanisme, se retrouve dans la phase la plus aiguë de la radicalisation de la perestroïka, alors que sont mises en cause les atteintes aux droits de l’homme opérées par le système soviétique. La solution n’apparait que dans un cadre socialiste international : « Le problème des droits de l’homme comporte aussi un important aspect international. Nous sommes profondément convaincus de la justesse de notre choix socialiste et nous avons fermement l’intention, en éliminant tous les excès et déformations, d’enrichir les droits de l’individu précisément sur une base socialiste, dans les limites et à l’aide des méthodes qui répondent à la nature de notre système »50. Des réflexions nourries et contradictoires aboutissent finalement à une nouvelle charte du Pacte, promulguée à l’issue de la conférence du Comité politique consultatif tenue à Bucarest les 7 et 8 juillet 1989. Les résolutions prises marquent une rupture absolue avec la doctrine Brejnev, elle-même héritée du Komintern. Désormais, chaque pays membre du Pacte « a le droit de choisir, lui-même, le système social, politique et économique, ainsi que la structure étatique, qu’il juge adéquats »51. Le modèle soviétique cesse d’être la référence, car « il ne peut y avoir de modèle unique pour l’organisation de la société », pas plus que « de modèle universel de socialisme ». En effet, « l’édification d’une société nouvelle est un processus créateur se réalisant dans chaque pays conformément aux traditions, aux conditions concrètes et aux nécessités de celui-ci ». Et sans condamner l’intervention de 1968 en Tchécoslovaquie, les pays membres du Pacte, implicitement, renoncent à utiliser à l’avenir ce genre de pression, puisque « aucun pays n’a le droit de décider du cours des événements dans un autre pays, de s’ériger en juge ou arbitre ».

  • 52 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIIe congrès du PCUS, l (...)

54Selon les réformateurs soviétiques, en embrassant la perestroïka, les pays socialistes doivent se trouver naturellement en convergence d’idée et d’intérêts. Et en fonction de la stratégie désormais déterminée par la « Nouvelle pensée politique », « ces intérêts concordent quant à la volonté de transformer le traité de Varsovie, ce qui a été convenu, il y a un mois »– à savoir en juin 1990 – à Moscou, à la réunion de son Comité politique consultatif52.

  • 53 In L’humanité du 27 décembre 1988. Déclaration de R. Leroy, directeur de L’humanité et membre du Bu (...)

55Bien au delà du pacte de Varsovie, les réformateurs s’adressent au Mouvement communiste et ouvrier international pour le faire adhérer à cette nouvelle conception d’un humanisme socialiste. L’accueil est mitigé. Le parti communiste français, pour sa part, dénonce ses erreurs, à savoir « le retard mis à comprendre la nécessité d’abandonner toute notion de modèle »53, mais il conforte sa ligne adoptée dès le début des années quatre-vingt avec « la dénonciation sans appel du stalinisme » et, dès qu’elle fut lancée, son « soutien naturel et total à la perestroïka ». Cette déclaration, néanmoins, si elle témoigne d’un alignement idéologique sur le PCUS, fait ressortir l’effritement d’un système mondialiste qui a perdu sa référence, le modèle soviétique, et que vient troubler le réformisme soviétique. Le parti communiste italien, pour sa part, avait largement dépassé la perestroïka dans la voie du pluralisme démocratique et s’était totalement détaché de Moscou.

  • 54 Déclaration de G. Husak, Secrétaire général du parti communiste tchécoslovaque, le 29 mars 1986. Ag (...)

56Le trouble était encore plus grand au sein des partis communistes au pouvoir qui craignaient l’évolution. Aux yeux des réformateurs soviétiques, le principal obstacle au maintien du pacte de Varsovie résidait dans l’intransigeance des régimes en place qui refusaient de s’engager sur la voie de la perestroïka. Ainsi pour le gouvernement tchécoslovaque, le mot d’ordre était de « ne pas copier mécaniquement l’expérience soviétique, mais en faire un usage créatif »54. Mais, sous la pression soviétique, le parti communiste tchécoslovaque dut en passer, en 1987, par l’adoption d’un « Programme de reconstruction du système économique » et par le remplacement de G. Husak, au pouvoir depuis la chute du Printemps de Prague de 1968, par M. Jakeš, avec une nouvelle équipe, adhérant à la perestroïka. La même année, la Bulgarie prend la même voie, suivie l’année suivante par les autres pays du Pacte.

  • 55 Parti Ouvrier Unifié Polonais, fondé en 1947, qui prend la succession du parti communiste polonais (...)
  • 56 « Sozialistische Einheitspartei Deutschlands », parti socialiste unifié allemand.
  • 57 Discours de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XIe congrès du SED, à Berlin-Est, l (...)
  • 58 Discours de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à l’occasion du 40e anniversaire de la (...)

57Seule, la République démocratique allemande se refuse à céder d’un pouce à la perestroïka, craignant d’enclencher le processus qui, en Pologne, avait fait perdre le pouvoir au POUP55 pour le donner à T. Mazowiecki, expression du syndicat anticommuniste « Solidarité ». Le Secrétaire général du Parti, du SED56, espérant l’appui des Soviétiques malgré tout, ne pouvait qu’inviter M. Gorbatchev au 40e anniversaire de la création de la RDA, en octobre 1989. Pourtant, au XIe congrès du SED, en 1986, M. Gorbatchev avait enjoint aux communistes allemands de suivre le parti soviétique, en s’inclinant devant « la nécessité de mieux mettre à profit les avantages du nouveau système social pour accélérer le progrès scientifique, technique, économique et social, pour enrichir davantage le mode de vie socialiste »57. Le 6 octobre 1989, M. Gorbatchev met le SED et son Secrétaire général, E. Honecker, au pied du mur en proclamant que « démocratisation, glasnost, Etat socialiste de droit, libre développement de tous les peuples » sont ce à quoi « nous aspirons, voilà les objectifs qui nous encouragent »58. Et M. Gorbatchev quitte Berlin, tandis que gronde l’émeute, abandonnant Honecker à son sort, mais pensant que le SED « saura trouver, en commun avec toutes les forces sociales, les réponses aux questions posées à l’ordre du jour par le développement de la République et qui font l’objet des soucis de ses citoyens ». Or, ces questions étaient cruciales : elles concernaient principalement la fuite massive des Allemands de l’Est qui, par centaines de milliers se précipitaient en RFA. Depuis l’ouverture de fait de la frontière austro-hongroise, conséquence de la perestroïka mise en œuvre par Budapest, les Allemands de l’Est avaient trouvé le moyen de tourner ainsi le mur qui séparaient les deux Allemagne ou s’entassaient dans les ambassades de la RFA, à Prague et à Varsovie, au point que Berlin-Est se trouvait devant une alternative : restaurer la procédure des visas à l’intérieur du pacte de Varsovie et transformer la RDA en bunker ou autoriser l’émigration. Le deuxième terme l’emportant, c’est par trains entiers que Berlin-Est dut se résoudre à organiser cette émigration qui privait la RDA de sa population active dans la force de l’âge. C’est pour empêcher une telle perte qu’en son temps avait été construit le mur de Berlin. Le résultat était effroyable et l’économie de la RDA ne pouvait supporter une telle hémorragie de force productive. L’absence de concertation au niveau du pacte de Varsovie est flagrante. Faute du soutien des Soviétiques, la chute d’E. Honecker était garantie. Elle se produisit, le 18 octobre 1989. Elle ne put, cependant, enrayer l’effondrement du SED, sous la forme de la démission du nouveau secrétaire général, E. Krenz, et du Bureau politique, le 8 novembre 1989. Le lendemain, le mur de Berlin tombait, sans que l’on sache exactement, dans la confusion qui régnait à Berlin-Est, quelle autorité en avait donné l’ordre. L’élection à la tête du gouvernement d’un communiste modéré et réformateur, H. Modrow, le 13 novembre, amena le train de réforme voulu par les Soviétiques et le 1er décembre, le rôle dirigeant du SED était supprimé.

  • 59 Discours de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, Président du Soviet suprême de l’URSS, (...)
  • 60 Cf. Chevarnadzé. L’avenir s’écrit liberté. Paris, 1991. p. 241.

58L’obstination d’E. Honecker et de son équipe à ne pas admettre qu’il leur était impossible de refuser de s’aligner sur les Soviétiques avait provoqué leur chute dans une ambiance insurrectionnelle. Le gouvernement soviétique en tira la conclusion sous forme d’oraison funèbre : « Quand on prend du retard sur les changements imminents, on doit inévitablement en payer les frais »59. Mais, un autre processus était encore en marche, dont les Soviétiques n’avaient pas pris conscience : la disparition de la RDA en tant qu’Etat, encore que le ministre des Affaires étrangères soviétique, en fonction de 1985 à 1990, prétende le contraire, pour sa part60.

59Les Soviétiques espéraient aussi faire valoir aux pays du Pacte un intérêt proprement national dans le maintien de l’alliance.

  • 61 Communiqué adopté à l’issue de la conférence de Varna des secrétaires des partis communistes, charg (...)
  • 62 Déclaration de G. Kotai, chef de la délégation hongroise à la conférence de Varna des secrétaires d (...)

60Comme ils avaient prôné l’abandon du rôle dirigeant du Parti et l’avènement d’un Etat socialiste de droit fondé sur un système pluraliste, les réformateurs soviétiques acceptaient implicitement la possibilité de l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement non communiste. Perdant alors son idéologie de base, le concept de la lutte des classes, un pays membre du pacte de Varsovie n’avait plus d’autre intérêt au maintien du Pacte que l’examen du rapport des forces en Europe et que la perception de l’éventualité d’une attaque à son encontre. Faute de ciment idéologique, il fallait au Pacte un ennemi ! Les Soviétiques pensent à dresser à nouveau l’image agressive de la République fédérale d’Allemagne. Il s’agit aussi de démontrer la solidarité du Pacte à la République démocratique allemande. Dans ce but, une conférence des secrétaires des partis communistes chargés des affaires internationales se réunit à Varna, sur la mer Noire, visant la dénonciation « du revanchisme, du néo-fascisme et du néo-nazisme dans certains pays »61. Comme la Hongrie opérait depuis plusieurs années un rapprochement avec l’Allemagne fédérale, le chef de la délégation hongroise se refusa à signer le communiqué adopté à l’issue de la conférence en expliquant que « cette déclaration se réfère clairement à la RFA et nous la rejetons »62, car « nous n’estimons pas que la politique du gouvernement de la RFA soit caractérisée par le revanchisme et le néo-nazisme ». Une brèche sérieuse restait ainsi ouverte dans le système du pacte de Varsovie.

  • 63 Déclaration de V. Perfiliev, porte-parole du ministère des Affaires étrangères de l’URSS, le 11 aoû (...)
  • 64 In Le Monde du 15 août 1989. Entretien avec A. Bentkowski, chef du groupe parlementaire du parti Pa (...)

61Une deuxième brèche devait être colmatée en cas d’arrivée au pouvoir d’un gouvernement non communiste qui chercherait à l’Ouest des garanties, de manière à suppléer celles données par le pacte de Varsovie qu’il quitterait. Le cas allait se poser avec la Pologne à la suite des élections du 18 juin 1989, ce qui avait pour effet le succès du syndicat « Solidarité » donnant à la Diète une majorité non communiste d’où découlait le problème de la formation d’un gouvernement de coalition excluant les membres du POUP. Les Soviétiques prirent position en faisant savoir que « toute tentative d’utiliser le processus de formation du gouvernement polonais afin de déstabiliser la situation dans le pays, de porter atteinte à ses obligations d’allié, en particulier dans le cadre du traité de Varsovie, et à la coopération soviéto-polonaise, ne répondrait pas aux intérêts de la stabilité en Europe »63. La solution est trouvée dans l’acceptation du POUP de renoncer au gouvernement, « à condition de laisser les deux ministères de l’intérieur et de la Défense à la disposition du président de la République, qui décidera lui-même à qui il doit les confier »64, c’est-à-dire à deux membres du POUP, ce qui représentera « une garantie pour nos voisins ». Avec cette solution, la Pologne est ainsi, en août 1989, le premier pays du pacte de Varsovie à se donner un gouvernement non communiste accepté par les Soviétiques.

  • 65 Discours de M. Gorbatchev, Président du Soviet suprême et Secrétaire général du CC du PCUS, au Sovi (...)

62Parallèlement, la direction soviétique avait adressé une mise en garde aux Occidentaux, et plus particulièrement aux Américains, qui multipliaient les voyages de leurs dirigeants dans les pays du pacte de Varsovie. Si les visites du Président des Etats-Unis en Hongrie et en Pologne ne soulèvent pas d’objections, par contre, les Occidentaux doivent réprimer « leur tentation de profiter des processus en cours dans les pays qui ont un système différent, pour les écarter du chemin qu’ils ont choisi. Cela aurait, certainement, des conséquences négatives pour l’Europe toute entière »65.

63La brèche, cependant, ne sera pas colmatée pour longtemps.

64Le pacte de Varsovie était incapable de survivre à l’amoncellement de contradictions qu’avait provoqué la perestroïka. Les Soviétiques ne pouvaient que prolonger son agonie et ils mirent bien du temps à s’en rendre compte.

  • 66 Appel du Congrès des députés du peuple de l’URSS aux peuples du monde. Moscou, 9 juin 1989. Agences (...)

65Au premier chef, la perestroïka avait tué l’internationalisme en tant qu’idéologie et la « Nouvelle pensée politique » l’avait achevé en tant que stratégie appliquée. Et s’« il est insensé de transformer les relations internationales en une arène de la guerre idéologique »66, – comme le proclame le Congrès des députés du peuple de l’URSS, en 1989 – parallèlement, se trouvent contredits les arguments justifiant le maintien des traités bilatéraux liant l’URSS à chacun de ses alliés. En effet, ces traités élaborés tous sur le même modèle, ont pour base, légitimant leur conclusion, l’existence d’une agression permanente de l’impérialisme contre le socialisme scientifique, en d’autres termes encore, l’existence d’une transposition de la lutte des classes dans l’arène internationale. A partir du moment où cette idéologie n’est plus de mise, la justification de ces traités conçus sur un mode idéologique s’effondre.

  • 67 Parti Socialiste Ouvrier Hongrois.
  • 68 Déclaration d’E. Chevardnadzé, ministre des Affaires étrangères de l’URSS, à propos du sommet de l’ (...)
  • 69 Cf. communiqué du 13 février des agences France-Presse et Reuter.

66Au plan pratique, l’organisme suprême du Pacte, le Comité politique consultatif, réunissait les dirigeants des Partis au pouvoir. A partir du moment où les Partis perdaient leur rôle dirigeant, où le pluralisme politique était admis, et, par voie de conséquence, était rendue possible l’accession au pouvoir d’un parti non communiste, une contradiction majeure apparaissait dans la composition du Comité politique consultatif. Allaient siéger en son sein des secrétaires généraux de partis au pouvoir et des chefs de gouvernement, non seulement adhérents à des partis non communistes, mais encore peut-être opposés au communisme. Le Comité politique consultatif était alors frappé d’inefficacité ou, pour le moins, devenait le champ clos d’une lutte interne. Or, c’est ce qui se produisit dès les derniers mois de 1989. En septembre 1989, en Pologne, était investi le gouvernement Mazowiecki. En octobre 1989, en Hongrie, le Parti, le PSOH67, procédait à sa propre dissolution et la République populaire de Hongrie fut abolie au profit d’une République de Hongrie, avec les amendements constitutionnels nécessaires à cet effet. Dans ces conditions, la décision prise, en 1990, par l’Union soviétique et ses alliés du Pacte « de transformer progressivement leur alliance en une union politique »68 était un véritable non-sens. En effet, une union politique, pour quelle politique commune ? Contre quel adversaire ? La Pologne est en désaccord avec Moscou sur le calendrier de retrait des forces soviétiques, ce qui éclate, qui plus est, non lors d’un sommet du Pacte, mais lors de négociations bilatérales, dont une session se termine à Varsovie le 13 février 199169. Des questions touchant aussi directement le Pacte que le retrait des forces soviétiques stationnées dans un pays membre du Pacte en vertu d’accords conclus au nom du Pacte sont discutées en dehors des institutions du Pacte. L’inefficacité du Comité politique consultatif ne pouvait être mieux soulignée.

  • 70 Communiqué de l’agence France-Presse du 14 février 1991.

67Qui plus est, les gouvernements tchécoslovaque et lituanien décident, le 14 février 1991, d’ouvrir à Prague un « Bureau d’information et des intérêts lituaniens » et de manière réciproque un office équivalent tchécoslovaque à Vilnius. Bien que, selon les Tchécoslovaques, « ces représentations n’auront pas de statut diplomatique ni ne rempliront des fonctions consulaires »70, il n’en demeure pas moins que le gouvernement tchécoslovaque prend ainsi une position diamétralement opposée à celle des Soviétiques qui contestent toute représentativité internationale aux Lituaniens. Le Kremlin serait même en droit de reprocher aux Tchécoslovaques une ingérence dans les affaires intérieures de l’URSS.

  • 71 Allocution prononcée par M. Gorbatchev, Président de l’Union des Républiques socialistes soviétique (...)

68Le Pacte était capable, à la rigueur, d’accueillir en son sein le représentant d’un gouvernement de coalition comprenant au poste clé du ministère de la Défense un communiste, mais pas celui d’un gouvernement qui rejetait en bloc toute représentation communiste. La situation devenait intenable dès lors que plusieurs gouvernements répudiaient totalement le système communiste. Quant à élaborer une politique commune à l’encontre d’un adversaire commun, encore faudrait-il que l’URSS ne se félicite pas de l’amélioration bilatérale de ses relations avec les Etats-Unis, au point qu’« aujourd’hui, l’Union soviétique et les Etats-Unis ne sont plus ennemis, mais partenaires »71 !

  • 72 In L’étoile rouge du 6 novembre 1990. Moissejev. Dialogues au quartier général de l’OTAN.
  • 73 In Pravda du 22 février 1990. Jazov. En défendant la sécurité du peuple.

69Le principe du Pacte et de son organisation était également fondamentalement miné par la mise en application des systèmes de sécurité collective qu’entendait promouvoir la « Nouvelle pensée politique ». Le concept de « Maison commune européenne » avancé par les réformateurs soviétiques relève de la même œuvre inconsciente de sape. En effet, si pour le chef de l’Etat-major général soviétique, en 1990, « l’OTAN devient une organisation sans but, une armée sans adversaire »72, et si l’avenir de l’Europe est donc « dans l’intégration d’une réunion d’Etats égaux avec des structures communes de sécurité et de coopération », avec pour but de « créer un système de sécurité collective en liquidant les blocs militaires », il y a, en soi, à la fois, condamnation du pacte de Varsovie comme de l’OTAN, d’ailleurs. Les Soviétiques ont de toujours proposé la dissolution simultanée des alliances militaires, comme le rappelle, en 1990, le ministre de la Défense soviétique, rejoint en cela par les Français, mais pas tellement par les autres membres de l’ Alliance atlantique : « Notre position de principe sur cette question est connue de tous : nous nous prononçons pour libérer l’Europe des blocs militaires, pour dissoudre simultanément les deux alliances, le traité de Varsovie et l’OTAN »73.

  • 74 Communiqué publié à l’issue de la session de Paris de la CSCE. Agence France-Presse. 21 novembre 19 (...)

70Le penchant prononcé des Soviétiques pour la dissolution des blocs et pour leur remplacement par des systèmes de sécurité collective agit ainsi comme un coefficient multiplicateur sur l’effondrement du pacte de Varsovie. Le rôle nouveau, plus efficace, donné par la « Nouvelle pensée politique » au Conseil de sécurité de l’ONU, constitue donc un ferment de désagrégation du Pacte, mais plus encore l’importance accrue que les Soviétiques voudraient accorder à la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe. En effet, la CSCE, à la différence du Conseil de sécurité de l’ONU, comprend tous les Etats du pacte de Varsovie et offre ainsi un forum politique où ces mêmes Etats peuvent faire entendre leur voix. Du 19 au 21 novembre 1990, les 34 membres de la CSCE se sont réunis à Paris pour signer l’accord de désarmement mis au point lors des négociations à Vienne. Mais, de simple instance de concertation, la CSCE s’est transformée en une nouvelle institution internationale qui veut se doter de structures permanentes, telles qu’un Conseil des ministres des Affaires étrangères, un Secrétariat établi à Prague, un Centre de prévention des conflits installé à Vienne. Le pacte de Varsovie peut donc être taxé d’être désormais une instance superfétatoire, d’autant plus que la CSCE adopte la Charte de Paris pour une nouvelle Europe, aux termes de laquelle les Etats signataires affirment que « l’ère de la confrontation et de la division en Europe est révolue »74 et qu’ils sont déterminés à « mettre au point des mécanismes de prévention et de résolution des conflits entre les Etats participants ». Après la désagrégation du Pacte et de l’URSS, la CSCE deviendra une coquille vide !

  • 75 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le (...)
  • 76 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la XIXe conférence du PCUS, (...)
  • 77 In Pravda du 12 juillet 1988. Discours de M. Gorbatchev à la Diète polonaise, le 11 juillet 1988.
  • 78 In Pravda du 14 mai 1990. Discours de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS et Président (...)
  • 79 Réponse d’A. Yakovlev aux questions des délégués au XXVIIIe congrès du PCUS, le 7 juillet 1991. Age (...)

71La cohésion générale des pays du pacte de Varsovie passait, pour une part déterminante, par l’imbrication de leurs économies que régulait et planifiait le Conseil d’aide économique mutuel. Et très concrètement, comme le montre l’analyse de l’organisation du Pacte, une relation institutionnelle était établie par une commission technique de liaison avec le CAEM, chargée de veiller à l’harmonisation des économies et des industries de guerre dans le cadre d’une planification supranationale. Conscients de ce facteur de cohésion, les réformateurs soviétiques entendaient bien conserver l’intégrité du CAEM, même si « l’activité du CAEM, état-major de l’intégration socialiste appelle aussi des changements »75. Comme premier changement, il s’agit d’abandonner, en tant que monnaie de compte, le rouble transférable au profit d’un rouble convertible dans le cadre d’une économie de marché, comme le prévoyait la perestroïka : « Nous envisageons, en perspective, le passage à la libre convertibilité du rouble, la formation d’un marché socialiste unique »76. Le Secrétaire général du parti soviétique devait le confirmer expressément à ses alliés du Pacte en évoquant l’intégration des économies « dans le cadre des efforts collectifs des pays membres du CAEM, visant à créer un marché commun socialiste »77. Mais ce faisant, en complète cohérence avec la perestroïka, le CAEM abandonnait la coordination des plans quinquennaux des pays membres et allait transformer ses rapports internes, dès 1990, selon les Soviétiques, « en conférant un caractère réaliste à ces rapports. Nous nous proposons de le faire avant tout, en transférant nos rapports économiques sur la base des prix mondiaux et de la monnaie convertible. Nous l’avons bien déclaré lors de la dernière réunion des membres du CAEM, et c’est dès janvier prochain que nous entamerons un tel transfert »78. On ne pouvait mieux dresser le constat de l’échec du CAEM conçu, en 1949, comme l’outil d’intégration économique et commerciale du monde marxiste voulu par les Soviétiques. L’abandon de la coordination des plans quinquennaux découlait brutalement de la disparition de ces plans quinquennaux dans les pays membres du CAEM. L’Union soviétique, elle même, procède à la dissolution du Gosplan, en avril 1991. Et quelles que soient les critiques des conservateurs, les réformateurs soviétiques ont beau jeu de constater que « les décisions du Comité central n’y peuvent rien si la production industrielle en Corée du Sud est dix fois supérieure à celle de la Corée du Nord et si le niveau de vie en Allemagne de l’Ouest est bien plus élevé qu’à l’Est »79.

  • 80 Déclaration d’A. Barcak, ministre du Commerce extérieur de Tchécoslovaquie. Communiqué de l’agence (...)
  • 81 Cf. Pravda du 11 janvier 1990. Le CAEM : face à un tournant brutal.

72A la 45e session du CAEM, tenue à Sofia au niveau des chefs de gouvernement, les 9 et 10 janvier 1990, les pays de l’Est ont pris acte de l’échec de leur coopération, mais en même temps, de la nécessité de l’existence du CAEM, puisque pour chaque pays de l’Est « la moitié de son économie en dépend »80. En effet, quel pays de l’Est peut envisager de se fournir en pétrole ou en gaz ailleurs qu’en Union soviétique en fonction des accords passés ? Cependant, en proposant l’abolition de la monnaie de compte du CAEM, le rouble transférable qui n’est pas une monnaie convertible81, les Soviétiques frappent d’incapacité le système basé sur des accords de troc. Le projet d’une convertibilité du rouble n’est pas viable à court terme : il s’agit en premier lieu de redresser une économie incapable de supporter la suppression du protectionnisme qu’offre le contrôle des changes sous forme de l’inconvertibilité de la monnaie. Or, en prenant comme monnaie de compte une devise convertible existante, le dollar ou le mark, le CAEM perd son dernier intérêt, puisque les exportations soviétiques devront être réglées en devises fortes sur la base des prix du marché international. Les jours du CAEM sont donc comptés.

  • 82 Cf. Le Monde du 11 janvier 1990. Entretien avec V. Klaus, ministre tchécoslovaque des Finances.
  • 83 Déclaration du président de la République fédérative de Tchécoslovaquie, V. Havel. Agence France-Pr (...)
  • 84 Cf. la déclaration du porte-parole de l’exécutif de la CEE, le 8 février 1991. Agence France-Presse

73Tandis que déjà lors de la réunion de Sofia de janvier 1990 se pose la question de la dissolution du CAEM, la Tchécoslovaquie, la Hongrie et la Pologne entament des pourparlers pour une coopération économique trilatérale dans le cadre d’« une Europe à géométrie variable »82. Ces trois pays radicaliseront leur position, lors de leur sommet de Višegrad en Hongrie, le 15 février 1991, en décidant de coordonner leurs efforts en vue d’une intégration à terme au sein de la CEE. « Nous ne voulons pas ouvrir un bureau de l’après-pacte de Varsovie, ou créer une passerelle entre l’URSS et l’Europe de l’Ouest, nous voulons intégrer les structures européennes et coordonner nos efforts dans ce sens »83 déclare le président de la République de Tchécoslovaquie à l’issue du sommet. La Commission européenne avait ouvert, le 8 février 1991, des discussions qui permettraient éventuellement à la Pologne, la Hongrie et la Tchécoslovaquie d’être associées au marché commun84.

  • 85 Communiqué des agences Tass et Novosti. 4 janvier 1991.

74Restait à dresser l’acte de décès du CAEM. Ce fut chose faite le 4 janvier 1991 : réuni à Moscou, le Comité exécutif du CAEM propose la disparition de l’institution au profit d’une « Organisation de la coopération économique internaionale »85, qui restera à l’état de projet sans consistance. Le CAEM a vécu et avec lui le rêve de l’internationalisme des économies du socialisme scientifique menant au communisme. La fin du CAEM illustre aussi le désintérêt des alliés européens de l’URSS pour une Communauté socialiste, dont le fleuron au delà des mers, Cuba, n’était perçue que comme un fardeau, de même que le soutien aux luttes de libération nationale.

75Subsistait l’hypothèque de l’irréversibilité de l’appartenance au pacte de Varsovie, sous peine d’une normalisation consécutive à une intervention militaire. La condamnation de l’intervention en Tchécoslovaquie de 1968 allait la lever.

  • 86 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la XIXe conférence du PCUS, (...)

76L’intervention du Pacte en Tchécoslovaquie avait laissé de profondes traces au sein du mouvement communiste et ouvrier international, ainsi qu’en dehors. En Tchécoslovaquie, l’opposition clandestine, puis ouverte, se réclamant de la Charte 77, critiquait l’intervention. En URSS même, à la XIXe conférence du Parti, les réformateurs, sans condamner expressément l’intervention, proclamaient la cohérence de la « Nouvelle pensée politique » avec le concept du libre choix politique : « Dans cette situation, essayer d’imposer de l’extérieur – par n’importe quel moyen, et à plus forte raison par des moyens militaires – un régime social, un mode de vie ou une politique revient à exhumer les dangereuses pratiques des années révolues »86.

77Les critiques de la Charte 77 en Tchécoslovaquie visaient un objet précis : le retrait des forces soviétiques. Mais ailleurs, et notamment en URSS, il s’agissait de déclarations de principe qui, avec l’évolution de la Pologne, prenaient une signification politique immédiate. En effet, les élections polonaises du 18 juin 1989 portaient au Sénat une majorité se réclamant du syndicat « Solidarité » ouvertement anticommuniste. Se posait alors la question de la formation du nouveau gouvernement et réapparaissait le spectre de l’intervention. Moscou allait transiger et accepter le gouvernement Mazowiecki avec une participation du POUP, notamment au ministère de la Défense, afin de préserver le pacte de Varsovie. Il n’en demeure pas moins que durant les négociations, du 18 juin au 12 septembre 1989, de la date des élections à celle de l’investiture du nouveau gouvernement, a plané la menace diffuse d’une intervention militaire.

  • 87 In Tribuna ludu, quotidien du POUP, du 12 août 1989.
  • 88 In La repubblica, daté des 13 et 14 août 1989. Entretien avec E. Ambatsumov, de l’institut de l’éco (...)
  • 89 In Nepszabadsag, quotidien du PSOH, du 11 août 1989.
  • 90 Communiqué du Comité politique exécutif du PSOH, du 16 août 1989.
  • 91 Agence France-Presse. 11 août 1989.
  • 92 Cf. Pravda du 3 décembre 1989. Les résolutions de la Chambre du peuple de la RDA.

78Le 11 août 1989, le Sénat polonais, composé à une exception près de membres de « Solidarité », vote à l’unanimité une résolution condamnant l’intervention de 1968 et exprimant ses regrets au peuple tchécoslovaque pour la participation polonaise. Le POUP, de son côté, amène une nuance, car, proclame-t-il, si cette intervention apparaît comme « une épine dans notre conscience » et laisse « un goût amer », dans « les circonstances de l’époque », la menace d’un retrait de la Tchécoslovaquie du pacte de Varsovie constituait alors une « menace directe contre les Etats socialistes d’Europe centrale et orientale, dont et surtout la Pologne »87. Les réformateurs soviétiques manifestent une position très exactement semblable à celle adoptée lors de la XIXe conférence du PCUS, en énonçant que « des évènements comme l’invasion de la Tchécoslovaquie et de l’Afghanistan ne pourront plus se reproduire, que ce chapitre est clos à jamais »88. La position hongroise s’accorde à celle des Soviétiques. Pour Imre Szokai, du département international du CC du PSOH, l’intervention était due à « une décision erronée »89 et, pour le Comité politique du PSOH, le Parti hongrois « ne s’identifie pas à l’intervention militaire en Tchécoslovaquie »90. Ces différentes prises de position ne sont pas sans mettre en difficulté le gouvernement tchécoslovaque de M. Jakeš, qui tout en s’engageant dans la voie des réformes de la perestroïka, a du mal à se désolidariser de l’héritage de G. Husak, arrivé au pouvoir au lendemain de l’intervention de 1968. En effet, à l’occasion du 21e anniversaire de l’intervention, l’opposition invite à éviter toute provocation marquée et appelle donc à observer deux minutes de silence dans la rue, afin de protester contre « la partie réactionnaire de la direction de l’Etat et du Parti qui rejette toutes les réformes démocratiques fondamentales avec ténacité et qui s’accroche au pouvoir seulement par la violence et l’intimidation »91. Qui plus est, cette direction « tire justement sa légitimité de l’intervention militaire d’il y a vingt et un an, même si les forces qui l’ont portée au pouvoir sont déjà tombées ». Cela explique pourquoi le gouvernement tchécoslovaque repousse la position hongroise. Il s’agissait cependant d’un combat d’arrière-garde voué à l’échec par le renversement du gouvernement Jakeš et par les nouvelles prises de position du Parti tchécoslovaque. L’Allemagne de l’Est, se joignit « in extremis » au concert, en présentant ses excuses au parlement tchécoslovaque pour la participation de ses troupes à l’invasion de 196892, juste avant que l’URSS, puis les cinq puissances, ne condamnent officiellement l’intervention.

  • 93 Déclaration du gouvernement soviétique. Agences Tass et Novosti, 4 décembre 1989.
  • 94 Déclaration des dirigeants de la Bulgarie, de la Hongrie, de la RDA, de la Pologne et de l’URSS. Ag (...)

79Le 4 décembre 1989, le gouvernement soviétique déclarait, entre autres, que « l’entrée des armées des cinq pays socialistes en Tchécoslovaquie, en 1968, n’était pas justifiée, et, qu’à la lumière de tous les faits rendus publics aujourd’hui, la décision adoptée alors était erronée »93. Une telle erreur « et l’ingérence dans les affaires d’un pays ami s’expliquaient, à cette époque, par une grave confrontation entre l’Est et l’Ouest ». Le même jour, solennellement, « les dirigeants de la Bulgarie, de la Hongrie, de la RDA, de la Pologne et de l’Union soviétique, réunis le 4 décembre à Moscou, ont déclaré que l’entrée de leurs troupes, en 1968, en Tchécoslovaquie, a été une ingérence dans les affaires intérieures de la Tchécoslovaquie souveraine et doit être condamnée »94.

80Rapportée à son cadre, la condamnation de l’intervention militaire, opérée par le Pacte en 1968, prend une signification politique qui dépasse le plan historique pour s’attacher aussi bien à l’actualité du moment qu’à l’avenir. Désormais, les pays membres du pacte de Varsovie, quel que soit leur régime socio-politique, avaient la certitude que l’irréversibilité de leur appartenance au Pacte avait cessé, que la possibilité de leur retrait du Pacte ou de la modification de leur système politique n’était plus soumise à la menace d’une intervention. Dès lors, la dernière barrière sauvegardant le Pacte avait disparu : la condamnation de l’interventionnisme du pacte de Varsovie portait condamnation du Pacte en lui-même.

81Le coup de grâce sera asséné au Pacte par l’URSS, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes, puisqu’elle cherchait à le préserver. La politique soviétique à l’égard de la réunification allemande en est la cause. Le processus de cette réunification s’est déroulé en trois phases et n’a pas plus été maîtrisé par les Soviétiques que celui de la perestroïka et de l’évolution des pays du pacte de Varsovie.

  • 95 Déclaration conjointe URSS-RFA publiée le 13 juin 1989, lors de la visite officielle de M. Gorbatch (...)
  • 96 Conférence de presse de M. Gorbatchev à l’issue de sa visite en RFA. Agences Tass et Novosti. 15 ju (...)
  • 97 Discours de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS à Berlin-Est, le 6 octobre 1989, à l’oc (...)
  • 98 Discours de M. Gorbatchev sur la politique extérieure au Comité central du PCUS, le 9 décembre 1989 (...)
  • 99 Conférence de presse conjointe de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS et Président du S (...)

82Lorsque la crise est-allemande arrive à son stade décisif avec la chute d’Honecker, la position soviétique consiste toujours dans le maintien de deux Etats allemands. Cette position avait, d’ailleurs, été clairement affichée, à nouveau, peu de temps avant l’ouverture de la crise, lors d’une visite de M. Gorbatchev en RFA, en juin 1989. C’est ainsi qu’en ce qui concerne les relations avec les Allemagne, « le traité de Moscou du 12 août 1970 constitue toujours le fondement de rapports bilatéraux »95 et le chef du gouvernement soviétique, faisant valoir l’intérêt de son projet de « Maison européenne », estime qu’« il n’est pas sérieux de dire que le mur de Berlin constitue le seul obstacle à l’édification de cette maison. Le mur pourra être abattu lorsque les prémisses qui sont à son origine auront disparu »96. A Berlin, en octobre 1989, tandis qu’il provoque la chute de E. Honecker en le désavouant pour ne pas avoir adopté la perestroïka, M. Gorbatchev réaffirme la position soviétique en rappelant qu’en Allemagne fédérale « des voix s’y sont fait dernièrement entendre en faveur du rétablissement de l’Allemagne dans ses frontières de 1937, on parle de nouveau de la Silésie polonaise »97, que « la RDA est un Etat souverain » et que « les questions relatives à la République démocratique allemande se règlent non pas à Moscou, mais à Berlin ». Cette position est encore proclamée sans ambages, en décembre 1989, devant le Parti soviétique où M. Gorbatchev souligne « avec la plus grande fermeté que nous n’abandonnerons pas la RDA, alliée stratégique et membre du traité de Varsovie. Il faut partir des réalités issues de la guerre : l’existence des deux Etats allemands, membres de l’ONU. L’oubli de ces réalités menace de déstabiliser l’Europe »98. Au plan international, M. Gorbatchev reprend la même optique : « Cette question n’est pas d’actualité »99.

  • 100 In Pravda du 21 février 1990. Entretien avec M. Gorbatchev.

83Dans une deuxième phase, l’URSS infléchit sa position pour reconnaître « le droit des Allemands à l’unité »100, ce qui « exclut, naturellement, toute atteinte aux frontières d’autres Etats ». Mais, en plus de « l’immuabilité des frontières établies à l’issue de la Seconde Guerre mondiale », la réunification allemande engage la responsabilité des quatre puissances, Etats-Unis, Grande-Bretagne, France et URSS. « Il n’existe pas encore de traité de paix avec l’Allemagne. Seul, un tel traité peut définir définitivement, en droit international, le statut de l’Allemagne au sein de la structure européenne ». En outre, l’équilibre entre les deux systèmes d’alliances est garant de la paix. « Par conséquent, la réunification de l’Allemagne doit prendre en compte ces circonstances, à savoir l’inadmissibilité d’une rupture de l’équilibre militaro-stratégique entre ces deux organisations internationales ».

  • 101 In Pravda du 31 janvier 1990, Rencontre amicale.
  • 102 In Pravda du 21 février 1990. Entretien avec M. Gorbatchev.
  • 103 Entretien accordé le 6 mars 1990 aux correspondants de l’agence Tass, de la télévision de la RDA et (...)
  • 104 In Pravda du 12 mars 1990. Entretien de V. Faline, chef du département international du CC du PCUS, (...)
  • 105 Discours de M. Gorbatchev, au Soviet suprême de l’URSS, sur sa visite aux Etats-Unis et au Canada. (...)

84Les Soviétiques se sont pris dans un engrenage et cela s’explique par toute une série de raisons. En premier lieu, la crise en Allemagne de l’Est s’approfondit. Egon Krenz, qui a pris la succession d’Erich Honecker, n’a pas plus réussi à juguler la crise et a dû céder la place à Hans Modrow, qui dresse, à Moscou, un constat accablant. « Le point principal, maintenant, dit H. Modrow, est de sortir le pays de la crise socio-politique et économique, de surmonter l’effondrement de la production provoquée par le départ à l’Ouest de centaines de milliers de personnes en âge de travailler, d’élever la productivité du travail et l’efficacité de l’économie nationale, d’accélérer l’introduction des réformes économiques »101. A cet effet, il est en faveur d’« un rapprochement des deux Etats allemands » comme « d’une avancée pragmatique vers une confédération ». En second lieu, l’entrevue de Malte avec les Américains, en décembre 1989, souligne l’amélioration constante des rapports soviéto-américains qui se concrétise par des réductions et des retraits de forces militaires. La rencontre des ministres des Affaires étrangères du Pacte et de l’OTAN, à Ottawa, en février 1990, s’inscrit dans la continuité et amène même les Soviétiques à proposer la réduction à 195 000 hommes, des troupes soviétiques et américaines en Europe centrale. Le but soviétique est de « rapatrier vers 1995-1996, toutes les troupes à l’intérieur des frontières nationales et de démanteler toutes les bases étrangères d’ici à l’an 2000. Des négociations sont déjà en cours avec les gouvernements de la Hongrie et de la Tchécoslovaquie sur le retrait de nos troupes de ces pays »102. Et effectivement, le gouvernement soviétique va donner son accord à l’évacuation complète de ses forces, aussi bien de Tchécoslovaquie que de Hongrie. En troisième lieu, il est prévisible que le gouvernement est-allemand, issu des élections de mars 1990, d’une part suivra l’exemple tchécoslovaque et hongrois, d’autre part, en ce qui concerne la réunification sera, pour le moins, autant en sa faveur que celui de H. Modrow. La prévision à ce sujet est exacte, mais, qui plus est, ce gouvernement, présidé par de Maizière, se réclame ouvertement de la droite parlementaire, de la CDU ouest-allemande ! Aussi, lors de l’entrevue à Moscou, en février 1990, entre M. Gorbatchev et H. Kohl, les Soviétiques donnent-ils leur accord de principe à une réunification allemande, mais se refusent-ils à une participation de l’Allemagne unifiée à l’OTAN. Leur refus à ce sujet est catégorique : « Nous ne pouvons pas donner notre accord. C’est totalement exclu »103. De même, les Soviétiques acceptent mal l’attitude ouest-allemande qui se refuse à prendre une option claire en matière de fixation des frontières, car, affirment-ils, « les manœuvres et le flou concernant des choses aussi fondamentales ne sont pas de mise dans une politique sérieuse ». Les Soviétiques vont renouveler leur prise de position, tant à l’égard de la participation à l’OTAN de l’Allemagne unifiée qui est « totalement exclue »104 qu’à celui d’un traité de paix qui doit consacrer « l’inviolabilité des frontières ». L’URSS estime possible un compromis sous forme d’une période transitoire. « L’Allemagne pourrait déclarer qu’au cours de cette période, elle respectera tous les engagements hérités de la RFA et de la RD A ; la Bundeswehr restera subordonnée à l’OTAN et les troupes de la RDA au gouvernement de l’Allemagne nouvelle. En même temps, des troupes soviétiques resteront en RDA »105.

  • 106 Déclaration du Comité politique consultatif des pays signataires du traité de Varsovie. Moscou, le  (...)

85La troisième phase va consister dans un nouvel infléchissement de la position soviétique sur l’appartenance de l’Allemagne unifiée à l’OTAN en échange de contreparties politiques et financières allemandes. Les pressions s’accentuent sur Moscou, car la situation continue à se détériorer dans les pays baltes qui bénéficient d’un soutien potentiel américain, certes rapidement affaibli par le besoin d’obtenir l’appui des Soviétiques dans la crise opposant la coalition occidentale à l’Irak, à partir du 2 août. Autre pression, le sommet du pacte de Varsovie, en juin 1990, juge « nécessaire de revoir le caractère et les fonctions du traité de Varsovie »106, en regard des évolutions rendant propice « la suppression d’un modèle de sécurité fondé sur les blocs ».

86Dès lors, les choses vont aller très vite.

  • 107 In Pravda du 17 juillet 1990.
  • 108 Article 3 du traité de bon voisinage, de partenariat et de coopération, signé à Bonn, le 9 novembre (...)

87Parallèlement aux négociations entre les quatre puissances majeures – Etats-Unis, Grande-Bretagne, France et URSS – et les deux Allemagne, dites négociations à deux plus quatre, se déroulent des négociations bilatérales entre Allemands de l’Ouest et Soviétiques qui sont d’un poids autrement plus fort. Les Allemands acceptent les frontières issues de la Seconde Guerre mondiale et donc la ligne de l’Oder-Neisse fixée à Potsdam qui comprend l’abandon de la Silésie et de la Poméranie à la Pologne ainsi que de la Prusse orientale à l’URSS. Ils acceptent également de verser des compensations financières importantes. En échange, les Soviétiques admettent l’entrée de l’Allemagne unifiée dans l’OTAN et s’engagent à évacuer leurs troupes du territoire de l’ex-RDA, avant 1994. L’accord est entériné, en principe, lors de l’entrevue de Stavropol, dans le Caucase, entre Kohl et Gorbatchev, du 14 au 16 juillet 1990. « Sur le plan conceptuel, ont été discutés les contours d’un traité très large entre l’URSS et la future Allemagne unifiée, traité appelé à couvrir tous les aspects principaux (politiques, économiques, culturels, humanitaires) des relations bilatérales et à créer une base sûre pour une compréhension future mutuellement avantageuse et une coopération étendue entre les peuples soviétique et allemand »107. L’accord donnera lieu à un traité en bonne et due forme, signé le 9 novembre 1990, établissant des règles de « partenariat et de coopération entre l’Union soviétique et la République fédérale d’Allemagne » prévoyant, entre autres, qu’« au cas où l’une des parties serait l’objet d’une agression, l’autre partie n’apportera à l’agresseur aucune aide militaire ou autre et prendra toutes les mesures nécessaires en vue de régler le conflit, en faisant appel aux principes et aux procédures de l’ONU et aux autres structures de sécurité collective »108. En somme, il s’agit d’un traité de non-agression qui ne veut pas dire son nom.

88Auparavant, la procédure à deux plus quatre avait été régularisée par un traité signé à Moscou, le 12 septembre 1990, et ratifié, le 4 mars 1991. Le délai que se donnent les Soviétiques pour la ratification fera, d’ailleurs, craindre aux Allemands une volte-face opérée par les conservateurs au Soviet suprême. Et le 13 septembre 1990, Soviétiques et Allemands se mettent d’accord pour le retrait total des forces soviétiques restantes, soit 380 000 hommes, de l’Allemagne unifiée, en échange d’un paiement de 12 milliards de marks et d’un crédit sans intérêt de 3 milliards de marks. Allemands de l’Ouest et de l’Est, le 31 août, avaient régularisé les problèmes pendants, dont celui de l’interruption de grossesse, et fixé la date des élections générales dans l’Allemagne unifiée au 2 décembre 1990, ce qui d’évidence assurait un triomphe au Chancelier de l’Allemagne fédérale, Kohl, grand artisan de la réunification. Ce n’est que par la suite que la popularité de Kohl baissera, surtout en Allemagne de l’Est, devant les difficultés économiques provoquées par la réunification.

89Le 2 octobre 1990, Allemands de l’Est et Soviétiques, signaient le retrait de la RDA du pacte de Varsovie, ce qui permettait le lendemain son entrée dans le giron de l’Allemagne et de l’OTAN.

90L’irréversibilité de l’appartenance au pacte de Varsovie avait vécu avec l’assentiment des Soviétiques qui avaient accepté le passage d’un pays du Pacte à l’OTAN. Certes, selon les clauses du traité, seules des forces allemandes non intégrées dans l’OTAN pouvaient stationner sur le territoire de l’ex-RDA, mais ce territoire était bel et bien passé dans la sphère de l’OTAN au titre de son intégration dans l’Allemagne unie.

91Le pacte de Varsovie, même formellement, même en tant que la coquille vide qu’il était devenu, ne pouvait survivre à de telles attaques. La structure politique était sans objet, puisqu’il était patent qu’elle ne servait même pas à régler des divergences intéressant manifestement le Pacte, telles que le retrait des forces soviétiques de Pologne ou leur transit par la Pologne. Polonais et Soviétiques préféraient des discussions bilatérales. Les retraits des forces soviétiques de Tchécoslovaquie, de Hongrie et d’Allemagne avaient été également négociés bilatéralement plutôt qu’au sein du Pacte. Quant à la structure militaire, le retrait des forces soviétiques la rendait sans objet.

92Après bien des tergiversations et des reports, le 25 février 1991, à Budapest, les six pays restants du Pacte signaient l’abolition des structures militaires du Traité de Varsovie. La liquidation de la structure politique, devenue inexistante par ailleurs, fut remise à une date ultérieure. L’évènement passa presque inaperçu, à l’exception des chancelleries, comme la fin du Komintern : l’attention de l’opinion publique mondiale était braquée sur la guerre du Golfe. Pour les mêmes raisons, la disparition du CAEM, dans le même laps de temps, n’attira pas plus l’attention. L’internationalisme était mort dans son application militaire, sociale, économique et politique.

  • 109 Agence France-Presse, le 1er juillet 1991.
  • 110 Cf. l’agence France-presse, le 29 octobre 1991.

93Le 1er Juillet 1991, tandis que le monde avait les yeux fixés sur la réunion de Londres où M. Gorbatchev tentait en vain d’obtenir des dirigeants des sept pays les plus industrialisés quelques crédits, le Comité politique consultatif du pacte de Varsovie tenait à Pragues sa XXIVe et dernière session au sommet, afin d’adopter le protocole solennel mettant définitivement fin à toute existence du Pacte. L’évènement passa derechef inaperçu, d’une part parce que la pierre tombale était déjà retombée sur les restes du Pacte, d’autre part parce que la réunion du G – 7 était d’une toute autre portée réelle et mobilisait l’attention internationale. Cependant, le président en exercice de la session, Vaclav Havel, en guise d’ultime oraison funèbre, lança dans son discours inaugural que « ce jour constitue la fin d’une ère de haine, de confrontation et de division de l’Europe en blocs et le début d’une époque historique fondée sur de nouvelles structures reposant sur des relations équilibrées entre les pays de l’ancien bloc soviétique »109. Le président de la Tchécoslovaquie avait-il conscience d’être sur un volcan : le séparatisme slovaque prêt à se déchaîner ? Il allait très vite être copieusement hué à Bratislava, où il était venu, le 28 octobre 1991, pour célébrer le 73e anniversaire de l’Etat tchécoslovaque, et obligé de faire retraite, sans pouvoir s’expliquer110. Après la signature du Protocole, le Président polonais, Lech Valesa, renchérit, avec une tonalité plus prémonitoire : « Je suis heureux d’être venu à cet enterrement. Mais parce que je n’aime pas les enterrements, je considère ce jour historique comme le début d’une nouvelle époque, mais je ne sais pas laquelle ».

***

94Aucun des dirigeants des pays du pacte de Varsovie, dans le courant de la deuxième moitié de la décennie quatre-vingt, ne souhaitait l’effondrement du système ni la disparition de l’internationalisme qui le garantissait. Le souhaitaient encore moins M. Gorbatchev et son équipe parce qu’ils étaient à la tête de l’URSS que son poids spécifique vouait à diriger le bloc. Parmi les anciens alliés des Soviétiques, Tchécoslovaques et Polonais auraient préféré le maintien d’un pacte de Varsovie, certes profondément modifié, mais dans lequel ils voyaient le garant de l’intangibilité de leurs frontières avec l’Allemagne quels que soient les accords qu’ils pouvaient conclure avec Bonn. Pour des raisons semblables, il n’en était pas autrement pour les Bulgares et surtout pour les Roumains. Cependant, une telle optique était en contradiction avec leur politique recherchant l’intégration dans la CEE et l’OTAN.

95En lançant la perestroïka et la glasnost qui en découlait, les réformateurs soviétiques ont déstabilisé les fondements de l’ensemble de leur système, aussi bien dans l’ordre interne que dans l’ordre international. C’est alors, par pans entiers, que le système s’est écroulé.

96Tirant les leçons des échecs de leurs prédécesseurs, les réformateurs ont refusé de se laisser dominer par l’appareil du Parti, ont engagé la lutte et obtenu la victoire. Il en a résulté l’incapacité à gouverner au fur et à mesure de l’affaiblissement de l’appareil du Parti, qui présentait la seule structure gouvernementale existante. L’URSS et son système ont, alors, glissé vers le chaos.

97Les mêmes causes ont produit des effets semblables dans la construction internationale mise sur pied sous l’égide des Soviétiques. Le parallèle entre la désagrégation du pacte de Varsovie, du Conseil d’aide économique mutuelle et celle de l’unité de la fédération soviétique va jusqu’à une simultanéité dans le temps. Les premières crevasses apparentes se manifestent avec la XIXe conférence du Parti et c’est à la fin de 1990 et au début de 1991 qu’officiellement s’effondrent le CAEM comme le pacte de Varsovie, tandis que la contestation de l’unicité de l’URSS fait douter du traité qui devait la sceller par un référendum organisé le 17 mars 1991.

98L’internationalisme, qu’a jeté à bas la perestroïka, était une idéologie qui cimentait non seulement les pays du Pacte entre eux, mais encore les différentes nationalités composant l’URSS. A en juger par les résultats, les premières lézardes dans le ciment internationaliste éclatent lors des soulèvements hongrois de 1956, tchécoslovaque de 1968 et polonais de 1981. Objectivement, sans porter de jugement de valeur, renforcé par les crampons d’acier que furent les interventions militaires, le ciment internationaliste du Pacte avait tenu bon et avait pu réfréner les forces centrifuges qui menaçaient l’unité du système. Cependant, les Soviétiques n’ont analysé ces soulèvements qu’en terme de confrontation avec les Occidentaux, sans prendre en compte leurs raisons endogènes, en n’y percevant que des manifestations offensives de l’OTAN. Aussi, lorsque la « Nouvelle pensée politique » eut amoindri le duel avec l’Ouest, les Soviétiques s’attendaient-ils à la disparition des facteurs sapant l’unité du Pacte. Ce ne fut absolument pas le cas. La disparition de l’internationalisme entraînant de surcroît celle de toute justification d’une intervention militaire, rien ne s’opposait plus à l’action des forces centrifuges qui ont finalement fait exploser le Pacte.

99Il n’en a pas été autrement en URSS même. N’étant plus tenues par le ciment internationaliste, les nationalités et les républiques n’avaient plus que des motifs de discorde. Les réformateurs soviétiques ont oublié que la dénomination de l’Union des Républiques socialistes soviétiques se référait à un contenu idéologique qu’ils ne pouvaient gommer aussi facilement par la perestroïka sans causer de catastrophe. Il eut fallu d’abord réformer le Parti, graduellement, et cette réforme, l’étendre au pays progressivement, ensuite. Pour sauver l’Union, Gorbatchev a été obligé de pratiquer une politique de bascule, de se rapprocher des conservateurs et de se séparer des réformateurs, ses compagnons, à commencer par son ministre des Affaires étrangères en décembre 1990.

100Entre temps, le pacte de Varsovie était mort.

101En Allemagne de l’Est, les forces soviétiques avaient dû assister à la dissolution, d’une armée alliée, celle de la RDA, dissolution prenant figure de débâcle. Leur moral ne pouvait qu’être touché au point qu’elles se comportent en armée battue. Et c’est ainsi que sur des étals en plein vent, à Prague comme à Berlin-Est, en 1990 et en 1991, on trouvait des pièces d’uniforme mises en vente par des soldats soviétiques démoralisés.

  • 111 Résolution, En faveur des droits démocratiques, contre les persécutions des communistes adoptée par (...)
  • 112 Déclaration de V. Čurkine, porte-parole du ministère des Affaires étrangères de l’URSS, le 15 mars  (...)

102Dans les pays relevant de ce qui avait été le pacte de Varsovie, l’appartenance au parti communiste devenait désormais une charge. Le parti soviétique n’avait d’autre ressource que d’élever une protestation platonique, exprimant « sa solidarité de camaraderie avec les communistes »111, afin que ne soit pas reportée « sur eux de responsabilité pour les actions des régimes répudiés par le temps ». Un procès est instruit à l’encontre de l’ancien Secrétaire général du parti communiste bulgare, T. Jivkov. Afin d’éviter le même sort à E. Honecker, l’ancien Secrétaire général du SED, les Soviétiques le firent transporter à Moscou, arguant de son âge avancé et de sa maladie : ultime manifestation du souvenir de ce que fut la solidarité internationaliste. Aux protestations allemandes, les Soviétiques répondirent que « le retour de Honecker est actuellement impossible. Nous espérons que la partie allemande prendra en considération l’aspect humanitaire de cette affaire »112. Et même sur cette question, les Soviétiques, en la personne de B. Elstine, finiront par céder, ils livreront Honecker aux Allemands.

103En Europe centrale, la disparition du pacte de Varsovie provoque un vide, une déstabilisation potentielle des Etats de la région. Après une courte euphorie, Polonais, Tchèques, Slovaques et Hongrois constatent que la chute du régime marxiste-léniniste n’apporte pas en soi la prospérité. Ils sont aussi en quête d’un système de sécurité collective.

Notes

1 Cf. communiqué de l’agence Tass sur la commémoration du 60e anniversaire de la fondation de l’URSS, 12 décembre 1982.

2 Cf. Arkhiv samizdata – Radio Liberté – Radio Free Europe. Materialy samizdata. Fascicule n° 35/83 – 26 août 1983 – A.S. n° 5042.

3 En russe, « Institut Mirovoj Ekonomiki i Āeždunarodnykh Otnošenij » ou IMEMO, selon le sigle.

4 Cf. A. Jakovlev. Ce que nous voulons faire de l’Union soviétique. Entretien avec Lilly Marcou. Paris, 1991. p. 90 et 91.

5 Cf. Izvestija du 3 octobre 1989. Intervention d’E. Chevardnadzé devant la Foreign policy association.

6 Déclaration de M. Gorbatchev, Président de l’URSS, au IVe congrès des députés du peuple, le 20 décembre 1990. Agence Tass.

7 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

8 Rapport présenté par N. Rijkov, Président du Conseil des ministres de l’URSS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 3 mars 1986.

9 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la Session plénière du CC du PCUS, le 25 juin 1987.

10 Rapport présenté par N. Rijkov, Président du Conseil des ministres de l’URSS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 3 mars 1986.

11 Cf. Pravda du 11 novembre 1990. Compte rendu de la réunion du Bureau politique du PCUS, tenue sous la présidence de V. Doguziev, vice-président du Conseil des ministres et président de la Commission d’Etat chargée des situations extraordinaires.
Cf. la résolution sur la catastrophe de Tchernobyl, adoptée par le XXVIIIe congrès du PCUS, le 13 juillet 1990. Agence Tass.

12 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la Session plénière du CC du PCUS, le 25 juin 1987.

13 Discours de clôture de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la Session plénière du CC du PCUS, le 26 juin 1987. Agence Tass.

14 Résolutions du XXVIIIe congrès du PCUS. 13 juillet 1990.

15 Cf. rapport de I. Silajev, Premier ministre de la Fédération de Russie, au Soviet suprême de Russie, sur L’état réel de l’économie de la Fédération de Russie. Agence Tass, 28 septembre 1990.

16 Cf. I. Pogossov, vice-président du Comité d’Etat de l’URSS pour les statistiques, in L’union du 20 juillet 1990, Le marché et le niveau de vie.

17 Cf. rapport de I. Silajev, Premier ministre de la Fédération de Russie, au Soviet suprême de Russie, sur L’état réel de l’économie de la Fédération de Russie. Agence Tass, 28 septembre 1990.

18 Discours de M. Gorbatchev, Président de l’URSS, prononcé à Minsk, capitale de la Biélorussie, le 26 février 1991. Agence Tass, le 1er mars 1991.

19 Discours de M. Gorbatchev, Président de l’URSS, prononcé à Moguilev, en Biélorussie, le 28 février 1991 et retransmis à la télévision le 1er mars 1991. Agence Tass.

20 En russe, « Novoje političeskoje myšlenije ».

21 Communiqué du Président de l’URSS, transmis par le porte-parole de M. Gorbatchev, M. Ignatenko, le 20 décembre 1990. Agence Tass.

22 Déclaration, d’A. Bessmertnykh, ministre des Affaires étrangères, devant le Parlement, le 16 janvier 1991. Agence Novosti.

23 In Izvestija du 2 janvier 1991.

24 Intervention de M. Gorbatchev au XXVIIIe congrès du PCUS sur le projet de nouveaux statuts du Parti, le 12 juillet 1990. Agence Tass.

25 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

26 Aganbeguian. Perestroïka. Le double défi soviétique. Paris, 1987. p. 51.

27 Ibidem, p. 236.

28 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 321.

29 Aganbeguian. Perestroïka. Le double défi soviétique. Paris, 1987. p. 238.

30 In Kommunist de décembre 1989. Jazov. Le nouveau modèle de sécurité et les forces armées.

31 In l’Etoile rouge du 26 octobre 1990. Intervention de M. Gorbatchev au Congrès des syndicats de l’URSS.

32 Compte-rendu d’E. Chevardnadzé au XXVIIIe congrès du Parti, le 3 juillet 1990. Agence Tass.

33 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

34 Appel du Congrès des députés du peuple de l’URSS aux peuples du monde, le 9 juin 1989. Agence Tass.

35 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 203.

36 Discours de M. Gorbatchev à l’ONU, le 7 décembre 1988. Agence Tass.

37 Résolution adoptée par le XXVIIIe congrès du PCUS sur Les orientations principales de la politique militaire du Parti, à l’étape actuelle, le 13 juillet 1990. Agence Tass.

38 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 199.

39 In Pravda du 28 mai 1990. Reprise d’un entretien de M. Gorbatchev avec le Time sur la problématique européenne

40 Agence Reuter, le 17 octobre 1990.

41 Rapport d’activité du Comité central du PCUS, présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

42 Rapport, présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la XIXe conférence du PCUS, le 28 juin 1988.

43 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIIe congrès du PCUS, le 2 juillet 1990.

44 Discours de clôture prononcé par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIIe congrès du PCUS, le 13 juillet 1990.

45 Résolution du XXVIIIe congrès du PCUS sur Les orientations principales de la politique militaire du Parti à l’étape actuelle. 13 juillet 1990.

46 In Izvestija du 22 décembre 1990. Entretien avec le général d’armée Moissejev, chef de l’Etat-major général.

47 Rapport d’activité du Comité central du PCUS, présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

48 Discours d’A. Dobrynine, Chef du département international du CC du PCUS, président de la Commission des Affaires étrangères du Soviet des nationalités, le 12 avril 1988, à Prague, à l’occasion du 30e anniversaire de la création de la revue Problèmes de la paix et du socialisme. Agence Tass.

49 In Pravda du 12 juillet 1988. Discours de M. Gorbatchev à la Diète polonaise, le 11 juillet 1988.

50 Rapport, présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la XIXe conférence du PCUS, le 28 juin 1988.

51 Communiqué adopté par le Comité politique consultatif de l’organisation du traité de Varsovie, le 8 juillet 1989, à l’issue de la Conférence de Bucarest. Agence Tass.

52 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIIe congrès du PCUS, le 2 juillet 1990.

53 In L’humanité du 27 décembre 1988. Déclaration de R. Leroy, directeur de L’humanité et membre du Bureau politique du PCF.

54 Déclaration de G. Husak, Secrétaire général du parti communiste tchécoslovaque, le 29 mars 1986. Agence CTK.

55 Parti Ouvrier Unifié Polonais, fondé en 1947, qui prend la succession du parti communiste polonais dissous.

56 « Sozialistische Einheitspartei Deutschlands », parti socialiste unifié allemand.

57 Discours de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XIe congrès du SED, à Berlin-Est, le 18 avril 1986. Agences Tass et Novosti.

58 Discours de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à l’occasion du 40e anniversaire de la RDA, à Berlin-Est, le 6 octobre 1989. Agence Novosti.

59 Discours de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, Président du Soviet suprême de l’URSS, au Comité central du PCUS, sur la politique extérieure de l’URSS, le 9 décembre 1989. Agences de presse Tass et Novosti.

60 Cf. Chevarnadzé. L’avenir s’écrit liberté. Paris, 1991. p. 241.

61 Communiqué adopté à l’issue de la conférence de Varna des secrétaires des partis communistes, chargés des affaires internationales, le 29 septembre 1989. Agence de presse hongroise MTI, repris par Le Monde du 2 octobre 1989.

62 Déclaration de G. Kotai, chef de la délégation hongroise à la conférence de Varna des secrétaires des partis communistes, chargés des affaires internationales. Agence de presse hongroise MTI, 29 septembre 1989, repris par Le Monde du 2 octobre 1989.

63 Déclaration de V. Perfiliev, porte-parole du ministère des Affaires étrangères de l’URSS, le 11 août 1989. Agence Tass.

64 In Le Monde du 15 août 1989. Entretien avec A. Bentkowski, chef du groupe parlementaire du parti Paysan, partisan d’une rupture avec le POUP.

65 Discours de M. Gorbatchev, Président du Soviet suprême et Secrétaire général du CC du PCUS, au Soviet suprême, le 1er août 1989. Agence Tass.

66 Appel du Congrès des députés du peuple de l’URSS aux peuples du monde. Moscou, 9 juin 1989. Agences Tass et Novosti.

67 Parti Socialiste Ouvrier Hongrois.

68 Déclaration d’E. Chevardnadzé, ministre des Affaires étrangères de l’URSS, à propos du sommet de l’OTAN. Moscou, 6 juillet 1990. Agence Tass.

69 Cf. communiqué du 13 février des agences France-Presse et Reuter.

70 Communiqué de l’agence France-Presse du 14 février 1991.

71 Allocution prononcée par M. Gorbatchev, Président de l’Union des Républiques socialistes soviétiques, à la séance d’ouverture du sommet de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, à Paris, le 19 novembre 1990. Agence Tass.

72 In L’étoile rouge du 6 novembre 1990. Moissejev. Dialogues au quartier général de l’OTAN.

73 In Pravda du 22 février 1990. Jazov. En défendant la sécurité du peuple.

74 Communiqué publié à l’issue de la session de Paris de la CSCE. Agence France-Presse. 21 novembre 1990.

75 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

76 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la XIXe conférence du PCUS, le 28 juin 1988.

77 In Pravda du 12 juillet 1988. Discours de M. Gorbatchev à la Diète polonaise, le 11 juillet 1988.

78 In Pravda du 14 mai 1990. Discours de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS et Président du Soviet suprême, devant les communistes de l’arrondissement de Frounzé de Moscou.

79 Réponse d’A. Yakovlev aux questions des délégués au XXVIIIe congrès du PCUS, le 7 juillet 1991. Agences Tass et Novosti.

80 Déclaration d’A. Barcak, ministre du Commerce extérieur de Tchécoslovaquie. Communiqué de l’agence Tass. 10 janvier 1990.

81 Cf. Pravda du 11 janvier 1990. Le CAEM : face à un tournant brutal.

82 Cf. Le Monde du 11 janvier 1990. Entretien avec V. Klaus, ministre tchécoslovaque des Finances.

83 Déclaration du président de la République fédérative de Tchécoslovaquie, V. Havel. Agence France-Presse, le 15 février 1991.

84 Cf. la déclaration du porte-parole de l’exécutif de la CEE, le 8 février 1991. Agence France-Presse.

85 Communiqué des agences Tass et Novosti. 4 janvier 1991.

86 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la XIXe conférence du PCUS, le 28 juin 1988.

87 In Tribuna ludu, quotidien du POUP, du 12 août 1989.

88 In La repubblica, daté des 13 et 14 août 1989. Entretien avec E. Ambatsumov, de l’institut de l’économie des systèmes socialistes, proche de M. Gorbatchev.

89 In Nepszabadsag, quotidien du PSOH, du 11 août 1989.

90 Communiqué du Comité politique exécutif du PSOH, du 16 août 1989.

91 Agence France-Presse. 11 août 1989.

92 Cf. Pravda du 3 décembre 1989. Les résolutions de la Chambre du peuple de la RDA.

93 Déclaration du gouvernement soviétique. Agences Tass et Novosti, 4 décembre 1989.

94 Déclaration des dirigeants de la Bulgarie, de la Hongrie, de la RDA, de la Pologne et de l’URSS. Agences Tass et Novosti, 4 décembre 1989.

95 Déclaration conjointe URSS-RFA publiée le 13 juin 1989, lors de la visite officielle de M. Gorbatchev en RFA. Agences Tass et Novosti.

96 Conférence de presse de M. Gorbatchev à l’issue de sa visite en RFA. Agences Tass et Novosti. 15 juin 1989.

97 Discours de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS à Berlin-Est, le 6 octobre 1989, à l’occasion du 40e anniversaire de la RDA. Agence Novosti.

98 Discours de M. Gorbatchev sur la politique extérieure au Comité central du PCUS, le 9 décembre 1989, Agences Tass et Novosti.

99 Conférence de presse conjointe de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS et Président du Soviet suprême de l’URSS, et de F. Mitterrand, Président de la République française, à Kiev, le 6 décembre 1989. Agences Tass et Novosti.

100 In Pravda du 21 février 1990. Entretien avec M. Gorbatchev.

101 In Pravda du 31 janvier 1990, Rencontre amicale.

102 In Pravda du 21 février 1990. Entretien avec M. Gorbatchev.

103 Entretien accordé le 6 mars 1990 aux correspondants de l’agence Tass, de la télévision de la RDA et de la RFA, à l’issue de la visite de travail effectuée en Union soviétique par une délégation gouvernementale de la RDA, conduite par H. Modrow, président du Conseil des ministres.

104 In Pravda du 12 mars 1990. Entretien de V. Faline, chef du département international du CC du PCUS, avec V. Mikhaijlov, journaliste spécialiste des questions allemandes.

105 Discours de M. Gorbatchev, au Soviet suprême de l’URSS, sur sa visite aux Etats-Unis et au Canada. Moscou, le 12 juin 1990. Agences Tass et Novosti.

106 Déclaration du Comité politique consultatif des pays signataires du traité de Varsovie. Moscou, le 7 juin 1990. Agences Tass et Novosti.

107 In Pravda du 17 juillet 1990.

108 Article 3 du traité de bon voisinage, de partenariat et de coopération, signé à Bonn, le 9 novembre 1990, entre l’URSS et la RFA.

109 Agence France-Presse, le 1er juillet 1991.

110 Cf. l’agence France-presse, le 29 octobre 1991.

111 Résolution, En faveur des droits démocratiques, contre les persécutions des communistes adoptée par le XXVIIIe congrès du PCUS, le 9 juillet 1990.

112 Déclaration de V. Čurkine, porte-parole du ministère des Affaires étrangères de l’URSS, le 15 mars 1991. Agences de presse Tass et Novosti.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search