Version classiqueVersion mobile

Stratégie soviétique et chute du pacte de Varsovie

 | 
Henri Paris

Chapitre IX. L’organisation du commandement et des forces armées de l’Union soviétique et du pacte de Varsovie

Le service militaire en crise

Texte intégral

1Quels que soient les stratégies, les tactiques et les systèmes d’armes, il est bien une évidence, mais souvent perdue de vue : l’homme reste la mesure suprême de toute organisation militaire. C’est l’homme qui est le concepteur et le combattant.

2Si, à l’origine des civilisations, la fonction de combattant, de défenseur de la cité pouvait se confondre avec celle de tout autre citoyen, dès que l’organisation sociale et les techniques eurent acquis un tant soit peu de complexité, la spécialisation se révéla une exigence absolue. Alors, le professionnel de la guerre, le soldat de métier, devint indispensable au moins pour diriger et encadrer les troupes, parce qu’il était le seul à posséder la maîtrise des techniques militaires et l’expérience du commandement. Le principe fut universellement admis. Par contre, le recrutement des combattants du rang, qu’il a fallu instituer, a donné lieu à de multiples conceptions en fonction des temps, comme des structures sociales et étatiques. C’est ce qui a amené la création d’armées régulières ou non, permanentes ou non, basées sur différents systèmes : engagés volontaires, mercenaires étrangers, miliciens volontaires ou non levés pour la durée d’un conflit, conscrits enrôlés institutionnellement pour un temps donné, ou encore une combinaison de ces systèmes. D’une manière générale, au xviiie ou au xixe siècle, les Etats européens continentaux ont tous adopté le principe d’un service militaire obligatoire plus ou moins universel, tandis que les Britanniques restaient fidèles au système d’une armée de métier complétée, en cas de besoin, par l’instauration de la conscription. Le Royaume-Uni a été suivi dans cette voie par les Etats-Unis.

3L’URSS, et à sa suite les pays du pacte de Varsovie, a institué une armée régulière permanente avec un corps de militaires professionnels encadrant des troupes alimentées par un service militaire obligatoire et universel. Comme dans bien d’autres pays, ne partageant d’ailleurs pas la même idéologie, le service militaire soviétique a une fonction sociale en dehors de son rôle premier et utilitaire qui est de fournir des effectifs aux forces armées. Cela fait que l’institution reflète parfaitement la société dont elle est issue. Le système peut même servir d’indicateur et par ses perturbations, ses convulsions ou ses mises en cause, révéler les crises potentielles ou effectives de la société.

  • 1 Volojanine. Le service militaire en URSS. Agence de presse Novosti. 15 février 1989.
  • 2 Compte-rendu des débats du 3 juillet 1989 au Congrès des députés du peuple. Agence Tass, repris par (...)

4A la fin des années quatre-vingt, indéniablement, l’institution militaire, en URSS, subit une crise qui est portée sur la place publique. « La stagnation des années soixante-dix et du début des années quatre-vingt n’a pas épargné l’armée. L’interdiction de critiquer la politique de défense a contribué à créer l’illusion que l’armée ignorait les problèmes et les conflits »1. La mise en cause du service militaire se place dans une critique globale de l’armée et touche plus particulièrement le manque de démocratie en son sein, l’utilisation des effectifs à des tâches économiques et le mépris affiché par le haut-commandement à l’égard des problèmes éprouvés par les officiers et les soldats dans leur vie quotidienne. La critique, assenée au nom de la perestroïka, émane de jeunes officiers à qui leur députation au Congrès des députés du peuple donne une tribune publique qui leur permet d’incriminer directement le ministre de la Défense. C’est ainsi que le 3 juillet 1989, le lieutenant-colonel V. Podzeruk s’en prend au général Jazov qui « n’a pas de conception réaliste sur la perestroïka dans l’armée »2. Comme il s’agissait de confirmer le général Jazov dans son poste de ministre de la Défense au sein du nouveau gouvernement, M. Gorbatchev, qui présidait les débats a dû jeter tout son poids politique dans la balance pour obtenir un vote positif qui n’a cependant été acquis qu’avec 256 voix sur les 434 députés présents. Dans sa déclaration, M. Gorbatchev a affirmé que le ministre de la Défense « défend des positions progressistes » et que « sa contribution à la perestroïka dans les forces armées est très sérieuse ».

5Cependant, la crise, latente, couvait depuis les années soixante-dix, non sans que l’alarme en soit donnée par les chefs militaires les plus haut placés dans la hiérarchie et pas toujours rénovateurs, d’ailleurs. La pesanteur du système fit que les mesures prises ne furent que partielles et se heurtèrent au poids de l’immobilisme. Il fallut la conjonction de la guerre d’Afghanistan, des réformes provoquées par la perestroïka et la vague de contestation qu’elle fit naître pour que l’opinion publique soviétique mette ouvertement en cause le service militaire.

6Les alliés du pacte de Varsovie ressentaient des symptômes semblables, mais avec un degré d’acuité beaucoup plus faible. Leur modèle était une copie conforme du système soviétique, donc parfaitement adapté au Pacte et à sa stratégie, cependant ne se posa pour eux qu’un problème d’organisation après la chute du Pacte. La crise qui les frappe est d’origine politique et a des contrecoups sur l’institution militaire, à la différence des Soviétiques qui doivent faire face également à une crise politique, mais aussi interne aux armées, ce qui n’est jamais que le reflet du séisme qui bouleverse l’Union soviétique. C’est donc bien sur le service militaire, tel qu’il existe dans l’armée soviétique, qu’il convient de focaliser l’attention.

7Afin de déterminer, aussi exactement que possible, les tenants et les aboutissants auxquels est confronté le service militaire en Union soviétique, l’examen s’attachera en premier lieu à son organisation, puis à sa mise en cause ainsi qu’au débat et aux arguments développés.

L’organisation du service militaire

8En Union soviétique, le service militaire, dans son histoire, a connu plusieurs modalités portant sur sa durée, l’âge d’appel des conscrits et même sur des formules aussi fondamentales qu’un système mixte faisant appel à des milices ainsi qu’à des forces permanentes. L’Union soviétique, en la matière, ne tranche pas sur les autres nations qui ont adapté le recrutement des forces aux besoins et aux possibilités, mais aussi aux conceptions de l’ordre social établi.

  • 3 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1977. T. 3, p. 379.

9Depuis sa création, l’Union soviétique a connu plusieurs lois sur les obligations militaires qui ont établi différents régimes du service militaire. Après le décret de création de l’Armée rouge des ouvriers et des paysans pris en 1918, la loi de 1925 fût la première qui institua, à l’échelle fédérale, un service militaire obligatoire et universel. Cependant, afin de conserver son caractère de classe à l’Armée rouge, le service armé ne s’appliquait qu’aux travailleurs, à savoir donc les ouvriers et les paysans. Les « éléments non-travailleurs », les représentants des classes bourgeoises, « étaient assujettis à d’autres obligations militaires »3, telles que des travaux d’utilité générale intéressant les armées comme la construction de fortifications. La loi imposait une obligation de service de 19 à 40 ans comprenant une préparation militaire, un service actif et un service dans les réserves. Le système d’armée adopté était partiellement celui d’une milice, composée d’unités territoriales permanentes avec des formations dites « de cadres ». Il s’agissait, en fait, d’unités permanentes dont certaines étaient à effectifs pleins, tandis que d’autres devaient être complétées par la mobilisation. L’implantation des unités de cadres était régie par les nécessités de la couverture des frontières, à l’abri de laquelle devait s’effectuer la mobilisation et le déploiement des armées. L’âge d’appel au service était fixé à 21 ans, après 2 ans de préparation militaire. La durée du service actif était de 5 ans dans les unités de cadres, avec des permissions de longue durée de 2 à 3 ans, et de 8 à 12 mois dans la milice territoriale ; autrement dit, il s’agissait d’un service réduit.

10Une série de lois suivit celle de 1925, dont celle de 1939, qui abolit définitivement toute trace d’armée de milice au profit d’une armée permanente et supprima toute discrimination pour l’accomplissement du service armé. La société soviétique était réputée être une société sans classe grâce à la dictature du prolétariat. L’armée s’alignait donc. De ce fait, les Soviétiques étaient revenus sur les principes qui avaient présidé à la création de l’Armée rouge. La perception d’un danger de guerre imminent n’était pas étrangère à cette prise de position. Par ailleurs, les militaires soviétiques, qu’ils soient de métier ou appelés, dès 1945, bénéficiaient de tous les droits et devoirs d’un citoyen : en particulier, ils avaient le droit de vote, étaient éligibles et pouvaient avoir une activité politique pleine et entière dans le cadre d’un système assurant le rôle dirigeant au parti communiste. Cette activité politique était vivement encouragée afin de renforcer le caractère politique de l’Armée rouge. Avec l’organisation d’une armée permanente de conscription encadrée par un corps d’officiers de métier, la loi de 1939 élaborait une législation sur le service militaire qui n’allait désormais plus connaître que de faibles modifications. Le principe de deux types de forces allait notamment être intégralement maintenu : l’un d’active à effectif plein, avec une aptitude opérationnelle instantanée ; l’autre de réserve demandant la mobilisation pour remplir en totalité les tableaux d’effectif.

  • 4 In Pravda du 13 octobre 1967.
  • 5 Cf. Mazur. Les textes législatifs de référence à l’usage des officiers de l’Armée soviétique et de (...)
  • 6 Article 5 de la loi du 12 octobre 1967.
  • 7 Article 13 de la loi du 12 octobre 1967.

11C’est ainsi qu’à la fin des années quatre-vingt, l’organisation du service militaire se conformait toujours à la loi promulguée le 12 octobre 1967, et immédiatement publiée4, puis complétée par plusieurs décrets pris par le Soviet suprême, de 1976 à 19855. Aux termes de la loi, tous les citoyens soviétiques de sexe masculin sont assujettis à un service militaire actif, sans aucune exclusive. « Le service militaire se décompose en un service militaire actif et en un service dans les réserves au sein des Forces armées de l’URSS »6. La durée du service militaire actif est de deux ans dans l’Armée de terre, de 3 ans dans la Marine et pour certains spécialistes7. Les différences de durée sont dues à la nécessité d’obtenir une rentabilité maximale qui est fonction d’une instruction plus ou moins longue selon les affectations opérationnelles. Le service militaire soviétique est donc diversifié, ce qui aboutit à une véritable inégalité, sans pour autant, que celle-ci soit compensée par un avantage quelconque au profit des défavorisés.

  • 8 Article 62 de la Constitution de 1977 inchangé dans les amendements de 1988.
  • 9 Article 63 de la Constitution de 1977 inchangé dans les amendements de 1988.

12Cette discrimination dans la durée du service, voulue par la loi, est justifiée par la Constitution qui dispose que « la défense de la Patrie socialiste est le devoir sacré de tout citoyen de l’URSS »8 et que « le service militaire dans les rangs des Forces armées de l’URSS est un devoir d’honneur »9.

13En dehors du service militaire actif, les Soviétiques sont assujettis à un service dans les réserves, avec des périodes de rappel en fonction de plusieurs classes d’âge s’étendant jusqu’à 50 ans. Le recensement est fait à 17 ans, l’appel sous les drapeaux à 18 ans, des sursis sont possibles. L’instruction prémilitaire est obligatoire.

14Le service est réduit à 1 an et demi dans l’armée de terre, à 2 ans dans la marine, pour les conscrits ayant une instruction supérieure. Ces jeunes gens deviennent, en règle générale, sous-officiers ou officiers. Cependant, ils sont astreints à de longues périodes d’instruction prémilitaires durant les vacances universitaires ainsi qu’à des rappels fréquents dans les réserves. La durée totale des services effectifs, non compris celle réalisée dans les réserves, s’évalue à plus de 2 ou 3 ans. La réduction vise à rétablir une égalité pour prendre en compte la durée des périodes avant l’exécution du service actif, mais n’en introduit pas moins une deuxième source de différence, qui a comme justification la nécessité de la rentabilité.

15Fondée sur la conscription, l’armée soviétique ne connaît pas le système des engagés volontaires, sauf en ce qui concerne l’encadrement officier et une faible partie des sous-officiers. L’engagement du personnel non-cadre n’est possible qu’à l’issue du service actif obligatoire et en vue d’accéder à une école d’officiers ou de sous-officiers. Le personnel sous-officier, en nombre très faible, est composé d’appelés, à de rares exceptions près. L’armée soviétique offre ainsi une originalité par rapport aux autres systèmes militaires en vigueur, entre autres, chez les Américains ou les Européens de l’Ouest. Cette originalité existe déjà dans l’armée impériale, en son principe, depuis Pierre le Grand. Par ailleurs, si la monarchie russe faisait volontiers appel à des étrangers pour son personnel de commandement, cela ne fut jamais le cas en ce qui concerne la troupe, à la différence, par exemple, de la France ou de la Prusse.

  • 10 Article 4 de la loi du 12 octobre 1967.

16Cet attachement des Soviétiques à la conscription, au refus absolu d’une armée de métier, va jusqu’à des extrêmes difficilement compréhensibles en Occident. C’est ainsi que les troupes du KGB, les formations de gardes frontières sont constituées d’appelés qui y effectuent leur service militaire10, alors que des unités analogues lorsqu’elles existent en Occident sont composées de professionnels. Le choix est encore plus caractéristique en ce qui concerne les forces du maintien de l’ordre qui dépendent du ministère de l’intérieur et dont le recrutement est également fourni par la conscription. Un tel système est absolument inimaginable en Occident. L’idée, par exemple, en France, de constituer des unités de gendarmerie mobile ou des compagnies républicaines de sécurité autrement que par appel à des professionnels, n’a purement et simplement jamais été évoquée. Il ne faut pas en déduire que le KGB ou le ministère de l’intérieur ne comportent que du personnel appelé. Le renseignement, notamment en ce qui concerne le KGB, est traité par des professionnels spécialement formés à cet effet. Quant au ministère de l’intérieur, son personnel est issu de la fonction publique. C’est la force armée, quelle qu’en soit la destination, qui a recours à la conscription.

17Il est cependant nécessaire de remarquer qu’il ne s’agit pas d’une spécificité soviétique ou du pacte de Varsovie. En effet, la Corée du Sud connaît un système analogue. Ses forces de police, chargées du maintien de l’ordre et qui sont intervenues notamment dans le courant des années quatre-vingt, aux fins de réprimer les manifestations estudiantines, étaient composées de conscrits, versés indifféremment dans ces forces de police ou dans l’armée.

18L’explication du choix soviétique tient à la longue tradition russe née de la volonté de Pierre le Grand de doter son empire d’une armée populaire et nationale. Il eût maille à partir avec le corps des professionnels que furent les « Streltsy », ce qui se solda par une révolte noyée dans le sang. Pierre le Grand institua, alors, un service militaire obligatoire et universel n’exemptant pas même les moines. Le clergé ne sera astreint au service militaire en France qu’en 1905 ! L’armée russe devint un exceptionnel instrument de promotion sociale, et le seul d’ailleurs, car le serf accomplissant son service pouvait s’élever dans la hiérarchie militaire jusqu’à devenir officier et être libéré du servage. Comme le recrutement était local, il n’était par rare de trouver un jeune noble, appelé au service, sous les ordres d’un de ses serfs. L’institution subit plusieurs dérives au cours des temps : des exemptions touchant des catégories sociales vinrent en altérer notamment le caractère général. Mais, à l’aube du xviiie siècle, l’armée russe fut la première au monde à être recrutée sur la base de la conscription. C’est cette situation que les Bolcheviques trouvèrent en 1917.

19Il était donc d’une logique absolue de se référer à un système qui, somme toute, avait donné satisfaction. Le choix soviétique tient aussi à des raisons idéologiques. Engels a longtemps prôné une armée de milice. L’Armée rouge, créée pour remplacer l’ancienne armée permanente intégrait l’idée d’une milice ou de volontaires levés pour la durée des hostilités. Ce n’est qu’après de multiples débats et au fil de l’évolution que les Soviétiques finiront par se résoudre à admettre la nécessité d’une armée permanente, en temps de paix comme en temps de guerre. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils acceptèrent l’existence de militaires professionnels au delà de ce qui était indispensable à l’encadrement. Le concept de la nation en armes restait enraciné dans les mentalités et débouchait logiquement sur celui du Parti en armes, de l’idée qui avait trouvé ainsi des baïonnettes.

20L’absence d’un corps de sous-officiers de carrière, impliquait que les fonctions qu’ils tiennent dans d’autres armées, sont remplies par des officiers ou un corps de sous-officiers issus de la circonscription. Ces sous-officiers possèdent une instruction générale suffisante qui leur a permis d’assimiler un enseignement militaire spécialisé. C’est pour cela que leur recrutement est essentiellement réalisé à partir des étudiants. Il en est de même pour les officiers de réserve. La proportion d’officiers de carrière est relativement plus élevée dans l’armée soviétique que dans les armées occidentales traditionnelles. Mais, au total, la proportion de personnel de carrière, officier et sous-officier, n’atteint pas celle des armées occidentales, où l’encadrement professionnel est toujours plus important.

  • 11 Cf. Le Monde Diplomatique de mai 1988, Antoine Sanguinetti, vice-amiral d’escadre, L’URSS détient-e (...)

21Un tel système, avec un corps restreint de sous-officiers de carrière, ne va pas sans faiblesses. Souvent, les sous-officiers de carrière sont un puissant facteur de cohésion des unités. En outre, ils sont des techniciens spécialistes dont la fonction devient primordiale dans les forces équipées de matériels de plus en plus sophistiqués. Ces faiblesses ont été relevées par plusieurs analystes occidentaux notamment dans le domaine de la marine. Même s’ils effectuent un service de trois ans, à la différence de leur camarades de l’armée de terre, ce sont des appelés qui composent la quasi-totalité des équipages des navires. La conséquence en est un niveau de qualification plus bas que dans les grandes marines occidentales. Ce manque de qualification n’est pas compensé par les officiers mariniers de carrière (l’équivalent des sous officiers de l’armée de terre, selon la terminologie française) qui représentent 8 % de la totalité des effectifs contre 30 % dans la marine française, par exemple11. Ce bas niveau technique expliquerait en partie le faible taux de présence à la mer des bâtiments soviétiques comparé à celui des Occidentaux.

  • 12 En russe, « praporčik ».
  • 13 En russe, « mičman ».
  • 14 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1978. T. 6, p. 498.

22Les Soviétiques se sont aperçus de cette déficience. S’inclinant devant la nécessité, ils ont dérogé à leurs principes pour instituer un corps de sous-officiers de carrière à partir de 1972, en vertu d’un décret du Présidium du Soviet suprême du 18 novembre 1971. Ils ont ainsi ressuscité, dans les forces terrestres, le grade de porte-enseigne12 de l’ancienne armée impériale et celui de midship ou de garde-marine13 de la marine impériale. Il s’agit de volontaires âgés de moins de 35 ans qui signent un premier engagement de 5 ans au moins, renouvelable par période, dont chacune ne peut être inférieure à 3 ans. Porte-enseignes et midships, « par leur position dans le service, leurs devoirs et leurs droits, occupent une place proche des officiers subalternes, sont leur plus proches collaborateurs et sont des chefs pour les soldats, les matelots et les sous-officiers, avec lesquels ils forment corps »14. Statutairement, il s’agit bien d’un corps de sous-officiers de métier dont le grade n’est attribué qu’à l’issue d’une instruction dans une école spéciale. Ils déchargent donc les officiers d’une partie du commandement direct des troupes pour leur permettre de se consacrer davantage aux tâches de direction. Mais, comme ce ne sont pas des techniciens spécialistes, l’insuffisance numérique de ces derniers laisse subsister le problème d’un manque de technicité, particulièrement dans la marine.

  • 15 Cf. la Revue internationale de défense. Genève, 1986. N° 11/1986. p. 1598.

23Le système a été étendu à l’ensemble des forces du pacte de Varsovie. Par erreur, certains analystes occidentaux y ont vu l’effet d’une crise de recrutement au niveau des officiers15, alors qu’en fait, il s’agissait d’une généralisation du système soviétique.

  • 16 Article 3 de la loi du 12 octobre 1967.

24Dernier élément de la conscription, celle-ci ne s’adresse obligatoirement aux femmes âgées de 19 à 40 ans, en temps de paix, que si elles ont une formation civile médicale ou para-médicale16. Dans tous les autres cas, le service des armes n’est ouvert aux femmes que sur le mode du volontariat, ce qui en URSS n’est pas vide de sens. En effet, aux heures sombres de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, le patriotisme a amené la constitution d’unités combattantes composées uniquement de femmes. La loi de 1967 prévoit qu’en temps de guerre, la population féminine peut être « appelée dans les Forces armées de l’URSS afin d’y rendre un service auxiliaire ou spécialisé ». En règle générale, il s’agit essentiellement d’une mobilisation de la population féminine qui vise à assurer le plein emploi dans les industries de guerre. L’appel sous les drapeaux, en temps de paix, des femmes médecins s’explique par la féminisation généralisée de la profession en URSS. Il y a ainsi une confirmation supplémentaire du caractère diversifié, mais aussi inégalitaire, du service militaire. Ce phénomène de féminisation de la profession médicale en Union soviétique est dû, comme dans l’enseignement, à la faiblesse des rémunérations et à la possibilité de n’exercer qu’à temps partiel. Une tendance semblable, quoique nettement moins prononcée, a pu être décelée en Europe occidentale.

  • 17 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1977. T. 3, p. 381.
    Article 3 de la loi du 12 octobre 196 (...)
  • 18 Article 17 de la loi du 12 octobre 1967.
  • 19 Article 2 de la loi du 12 octobre 1967.

25La loi ne se contente pas d’imposer le service actif armé « à tous les citoyens soviétiques de sexe masculin, quelles que soient leur race et leur nationalité, leur religion, leur instruction, leur domiciliation, leur situation sociale et de fortune »17 : elle rend obligatoire la préparation militaire, sans plus de distinction. « Jusqu’à l’appel au service militaire actif, les adolescents, d’âge précédant celui de la conscription et incluant celui de la conscription, suivent partout une préparation militaire élémentaire sans abandonner l’exercice de leurs professions et de leurs études »18. Cette préparation militaire élémentaire est menée par l’Association d’aide volontaire à l’Armée et à la Flotte, la DOSAAF, dans les établissements d’enseignement primaire, secondaire et supérieur, ainsi que dans des centres isolés spéciaux à l’usage de ceux qui sont entrés dans la vie active. L’enseignement prémilitaire comprend l’instruction en matière de défense civile. Cet enseignement obligatoire préfigure la prestation d’un serment militaire qui lie chaque recrue par l’acceptation du châtiment en cas de « trahison envers la Patrie, le crime le plus grave à l’égard du peuple »19. La préparation militaire a ainsi vocation à incorporer des effectifs qui ont reçu une instruction militaire individuelle avec une connaissance des actes élémentaires du combattant.

  • 20 En russe, « rajony ».
  • 21 Cf. Recueil des lois de l’URSS et des décrets du Présidium du Soviet suprême de l’URSS. 1938-1975. (...)
  • 22 Cf. l’article 34 de la loi du 12 octobre 1967.

26Le recensement à la charge des commissariats militaires d’arrondissements20, ruraux ou urbains, est également obligatoire. L’appel sous les drapeaux se fait dans le courant de la dix-huitième année d’âge en deux fractions, en mai-juin et en novembre-décembre, avec une exception – avril et octobre – concernant les unités stationnées en des lieux éloignés21. Le sursis d’incorporation, possible jusqu’à 27 ans, peut conduire à ne pas accomplir de service actif armé et à être versé dans les réserves avec les obligations qui en découlent, notamment en ce qui concerne les rappels. Outre ceux dont les études se prolongent, ont droit à un sursis les jeunes gens présentant le cas social d’avoir des personnes à charge. La loi prévoit ainsi un sursis au bénéfice de celui dont les ascendants directs sont âgés de plus de 60 ans en ce qui concerne le père, de plus de 55 ans en ce qui concerne la mère, ou sont invalides. Le même bénéfice s’étend à celui qui a au moins deux enfants ou une épouse invalide, ou encore une mère, célibataire ou veuve, avec deux enfants de moins de 8 ans, ou encore des frères et sœurs invalides âgés de moins de 16 ans, s’il est leur seul soutien22.

27Deux causes fondamentales donnent lieu à exemption du service militaire : la réforme médicale et l’infamie. La réforme médicale n’entraîne pas de conséquences, le jeune homme est réputé libéré de ses obligations militaires. Par contre, l’infamie provient d’une peine de droit commun ou de l’engagement d’une procédure judiciaire entraînant un sursis d’incorporation jusqu’au jugement. En cas de condamnation, il y a indignité à porter les armes.

  • 23 Cf. L’étoile rouge des 22 et 23 octobre 1987.
  • 24 In Revue militaire soviétique, n° 7, juillet 1989. Badourkine. Commuer la privation de liberté…
  • 25 Cf. l’Encyclopédie soviétique militaire. Moscou, 1977. T. 3, p. 200.

28En fonction de la raison de la condamnation, crime ou délit, et de la longueur de la peine, le condamné est versé dans une « colonie de travail militaire » ou dans un bataillon disciplinaire23. Dans l’un et l’autre cas, il accomplit des travaux forcés selon le régime commun des camps de travail, ceux du « goulag ». Mais, à la colonie de travail, le condamné ne revêt pas l’uniforme, il a comme habillement « des vestes ouatées noires avec le nom de l’homme et le numéro de l’équipe. Et la façon de s’adresser au commandement n’est pas la même que dans l’armée. Ici on dit : citoyen chef »24. Les bataillons disciplinaires sont des unités de l’armée, le condamné porte l’uniforme et en sort avec un casier judiciaire vierge. Il bénéficie, ainsi que sa famille, de tous les droits réservés aux militaires servant dans les Forces armées. Le système des unités disciplinaires a été institué, en 1878, par l’armée impériale, repris en 1919 par l’Armée rouge, aboli en 1934 et rétabli en 1940. Le même système a été introduit dans les armées du pacte de Varsovie dès leur création. La loi soviétique prévoit l’envoi d’un condamné dans ces unités pour une durée de 3 mois à 3 ans25. Le temps passé à purger la peine n’est pas comptabilisé dans la durée du service. L’existence de ces bataillons disciplinaires a été mise en question à la fin des années quatre-vingt.

  • 26 Dictionnaire encyclopédique militaire. Moscou, 1986. p. 262.

29Des modifications visant des adaptations circonstancielles interviennent périodiquement afin de renforcer la validité du système. C’est ainsi qu’« un décret, du 30 juillet 1985, a augmenté la responsabilité des citoyens en cas de violation de la réglementation du recensement militaire »26. Ce dernier décret a été promulgué, d’évidence, afin de parer à l’échappatoire recherchée par de jeunes Soviétiques qui omettaient de se faire recenser à leur commissariat militaire, afin de se soustraire à une incorporation dans une unité servant en Afghanistan.

30Les Soviétiques sont ainsi soumis à leurs obligations militaires de 17 à 55 ans et les femmes jusqu’à 50 ans. L’instruction dans les réserves est pratiquée par des périodes de rappel dont la durée est diversifiée de telle sorte, qu’en fait, tout un chacun passe un délai semblable dans les armées. Les réservistes, tant en fonction de leur âge que de la durée de leur période d’instruction, sont placés en différentes catégories qui correspondent à un stade de complètement des unités lors d’une mobilisation partielle ou totale.

31Le refus du service militaire, quelle qu’en soit la raison, n’est pas admis. C’est ainsi que toute forme d’objection de conscience est radicalement exclue : elle est réputée relever d’un comportement asocial et contraire à la mentalité de « l’homme nouveau » que doit forger la société soviétique au niveau d’avancement atteint.

32Avec des différences faibles, les armées alliées du pacte de Varsovie se sont alignées sur le modèle soviétique. Les différences les plus notables ont trait à la durée du service militaire et à l’existence d’un corps de sous-officiers.

La mise en cause

33Le service militaire, dans sa pratique, n’est pas vécu sans critiques assenées tant par les appelés que par les autorités militaires comme par le Parti. Ces critiques ont eu tendance à devenir plus virulentes avec les réformes de la perestroïka entreprises à partir de 1985, mais elles s’étaient faites jour dès la fin des années soixante-dix.

  • 27 Cf. Izvestija du 22 avril 1988.
  • 28 Cf. Komsomolkaja pravda du 30 mars 1989, déclaration de Guennadi Koucev, vice-président du comité d (...)

34La première mise en cause qui eut le plus de retentissement public est d’origine universitaire et concernait la préparation militaire et le régime des sursis. La critique a atteint, en 1988, le niveau de la protestation violente à l’université de Tartu, en Estonie, et de Tomsk, en Sibérie27. La part impartie à l’enseignement militaire obligatoire dans le cadre des emplois du temps universitaires était de l’ordre de 20 %. En outre, cet enseignement militaire était critiqué sur le fond pour sa lourdeur et son inefficacité pédagogique. Un second problème a provoqué l’émoi du monde étudiant : la suppression des sursis. Les opérations en Afghanistan ont amené l’Etat-major général à maintenir à leur pleine capacité opérationnelle les unités qui y participaient, sans pour autant vouloir dégarnir le dispositif initialement déployé en Europe et en Asie. Il en est résulté la nécessité d’avoir des effectifs en surnombre par rapport à la situation qui prévalait avant l’ouverture des hostilités en Afghanistan. Ce surnombre annuel était équivalent à la quantité de réservistes mobilisés pour l’occasion, en 1979, et qu’il a fallu libérer à l’issue d’un temps déterminé pour les remplacer par des appelés effectuant leur service militaire. Le corps expéditionnaire en Afghanistan comptant quelque 120 000 hommes, répartis en unités, toutes de catégorie C à l’origine, à l’exception de la division parachutiste de catégorie A, le passage à la catégorie A de l’ensemble demandait de l’ordre de 80 000 hommes supplémentaires au plus. Mais, pour les trouver, et compte tenu du cadre fixé, le dilemme était le suivant : prélever la ressource sur les forces non combattantes – troupes de Construction ou de Chemin de fer – ou utiliser le volant que représentaient les sursitaires. Dans le but de ne modifier en rien le système en place, le choix se porta sur la suppression des sursis, en 1982, ce qui finit par provoquer les réactions des étudiants, les seuls, pratiquement, à être sursitaires, et servit de détonateur à la contestation publique de l’enseignement de la préparation militaire. Devant l’ampleur de la protestation et la perspective du désengagement en Afghanistan, dès la fin de 1987, la mesure fût rapportée graduellement jusqu’au rétablissement intégral du système des sursis à partir de l’automne 198928.

35Le thème des sursis a servi de catalyseur à une contestation du système qui, à l’origine, ne mettait pas en cause l’institution du service militaire, considérée comme un dogme établi, mais ses modalités d’application. La contestation n’émanait d’ailleurs pas seulement des milieux universitaires : elle avait été révélée par des déclarations publiques en provenance de l’Armée et du Parti.

36Les insuffisances incriminées dans la préparation militaire initiale, comme d’ailleurs dans l’instruction des réserves, se retrouvent intégralement dans le service militaire actif. Ces insuffisances sont reconnues par les instances de l’Armée et du Parti et relèvent de deux ordres : les unes sont inhérentes à l’institution militaire, les autres concernent plus des problèmes de génération et de société. Les solutions, mises en œuvre ou proposées, ont fait l’objet de débats multiples, voire d’affrontements, entre conservateurs et réformateurs militaires, comme dans tous les domaines intéressant la Défense, bien avant qu’il ne fût question de la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev.

  • 29 Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou, 1982. p. 94.
  • 30 Ibidem, p. 85.
  • 31 Ibidem, p. 115.
  • 32 Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou, 1982. p. 116.

37La principale des accusations retenue à l’encontre de l’institution militaire touchait directement le commandement, dont le ministre de la Défense proclamait, au début des années quatre-vingt, qu’il s’agissait d’en « augmenter l’efficacité »29. Fait patent, « le rôle décisif dans le maintien à un niveau nécessaire de la disponibilité opérationnelle des troupes et des forces de la flotte revient aux cadres officiers. Ils organisent et dirigent le processus d’instruction et de formation, le service sous les armes du personnel »30. Or, « malheureusement, on rencontre encore des officiers particuliers qui s’en tiennent à ce qu’ils possèdent comme niveau idéologique et professionnel, qui se contentent d’un bagage de connaissances acquis en des temps lointains »31. De plus, « apprendre à organiser correctement son travail et le travail des subordonnés n’est pas simple. Un rôle tout à fait marquant dans la résolution de cette mission appartient aux institutions chargées de l’instruction militaire ». Le constat porte donc sur des insuffisances aussi bien morales, idéologiques, que proprement techniques. C’est la routine et le conservatisme qui sont dénoncés. En outre, il est radicalement nécessaire de prendre conscience d’un facteur général qui conditionne toute l’instruction et l’intérêt que lui portent les recrues : l’élévation du niveau culturel moyen des Soviétiques. En conséquence, il n’y a plus de correspondance avec les méthodes et la pédagogie pratiquées. Il appartient aux cadres officiers de se perfectionner. La clé de la réussite se veut dans l’enseignement délivré par le marxisme-léninisme, par son système de réflexion et donc, concrètement, dans l’appui procuré par les organisations du Parti dans les armées. En particulier, le commandement se doit de « donner l’exemple personnel d’une participation active dans la vie et les affaires des organisations du Parti, d’encourager le développement de la critique et de l’autocritique »32 et plus généralement d’utiliser toutes les ressources du marxisme-léninisme.

  • 33 Epichev. Fidèles aux idées du parti. Moscou, 1981. p. 42.
  • 34 Ibidem, p. 89.
  • 35 Ibidem, p. 79.

38Cependant, le recours aux organisations militaires du Parti pose également problème, car les mêmes déficiences y sont constatées par le chef de la Direction politique principale. « En liaison avec cela, il faut souligner la nécessité d’amener avec plus d’efficacité les commandants de formations et les travailleurs politiques à assumer leur responsabilité personnelle dans le domaine des études militaire et politique du personnel »33. Il s’agit d’améliorer la qualité de l’enseignement idéologique en prenant en compte prioritairement, encore une fois, l’élévation du niveau culturel moyen. Le facteur idéologique est déficient alors qu’il doit contribuer à renforcer la discipline militaire. « Une conduite disciplinée est obligatoirement liée à la nécessité de savoir à n’importe quel moment rejeter des intérêts personnels au profit des intérêts sociaux »34. Se retrouve, alors, une fois de plus, le travail en profondeur du Parti dans les armées. Il dépend de l’éducateur politique de faire assimiler aux troupes les exigences de la société soviétique et donc celles de la discipline qui, de ce fait, doit être consentie. Or, l’action des éducateurs politiques est par trop routinière, l’enseignement délivré est d’un autre âge et n’a pas été adapté à un personnel de niveau culturel élevé. « En fait, tous les appelés ont reçu une instruction secondaire, complète ou incomplète, et une partie significative d’entre eux vient au service militaire avec une instruction supérieure »35.

  • 36 Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou. 1982, p. 106.

39L’esprit de parti et le partage de l’idéal marxiste-léniniste, s’ils étaient plus développés encore, devraient promouvoir des liens de camaraderie entre supérieurs et subordonnés, augmenter la confiance réciproque et, loin de nuire à la discipline, la renforcer. Or, « il est dommage que certains commandants d’unités et chefs aient tendance à estimer que l’obtention du succès impose de maintenir une sorte de distance entre eux et leurs subordonnés, de faire valoir à leur égard une exigence fondée exclusivement sur des considérations de subordination »36.

  • 37 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 110, citant Lénine. Œuvres compl (...)

40La critique est d’autant plus accusée que, de toujours, les Soviétiques ont prêté la plus grande attention au moral des troupes. Il est même rare, par comparaison avec les armées des autres nations, qu’un tel souci ait été mis aussi fortement en relief. C’est ainsi qu’une tradition propre à l’Armée rouge, puis à l’armée soviétique, a été forgée en s’appuyant sur le passé glorieux illustré par les victoires remportées durant la guerre civile et la guerre contre l’Allemagne. Le patriotisme soviétique a été exalté et continue à l’être avec une représentation le rendant non seulement parfaitement conciliable avec l’internationalisme, mais encore en l’y intégrant. A ce sujet, les plus hauts responsables militaires soviétiques se réfèrent à Lénine et n’hésitent pas à le citer à satiété : « Nous sommes pour la défense nationale depuis le 25 octobre 1917. Nous sommes pour la défense de la patrie. Mais cette guerre patriotique, que nous acceptons, est celle de la guerre pour la patrie socialiste, pour le socialisme comme patrie, pour la République soviétique en tant que détachement de l’armée mondiale du socialisme »37. Le patriotisme soviétique revêt ainsi une forme mystique, une croisade qui se perpétue à travers les générations. Avec le temps, la haine révolutionnaire pour le passé militaire impérial s’est tempérée. Elle a même disparu lorsqu’il est question d’événements jugés positifs au plan politique et qui, d’autre part, magnifient les capacités de résistance d’une armée présentée comme celle du peuple russe. Dans les unités, sont périodiquement organisées « des soirées de gloire militaire » qui offrent l’occasion de rappeler un haut fait par lequel s’est particulièrement illustrée l’unité. Dans les locaux, un espace est réservé au souvenir de Lénine fréquemment associé à celui d’un héros qui a servi dans l’unité et dont la mémoire, ainsi perpétuée, vise à fournir un exemple.

  • 38 Lomov. Le progrès scientifique et technique et la révolution dans les affaires militaires. Washingt (...)
  • 39 Ibidem, p. 158.
  • 40 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 242.

41Les moyens et l’attention consacrés au facteur humain rendent encore plus acerbes les critiques parce que le constat de la déficience avait déjà été formulé au début des années soixante-dix. A cette époque, il avait été déterminé que la technicité accrue nécessaire au service d’un système d’armes, alliée à la complexité d’une action de combat dans un cadre éventuellement nucléaire, posait en préalable l’exigence d’une meilleure qualification du soldat. « Dans le présent, la formation militaire et technique des soldats, matelots, sous-officiers et officiers mariniers doit être, de règle, au niveau du spécialiste et même du technicien, tandis que celle des officiers et de certains porte-enseignes et midships doit se situer au niveau de l’ingénieur »38. La valeur individuelle n’est pas suffisante. La discipline bien comprise et consentie doit assurer la cohésion et l’initiative intelligente, car « la nature du combat moderne augmente de façon cruciale l’importance de l’indépendance des actions des groupes, équipages et sous-unités de tous les types de forces et de toutes les catégories de troupes »39. Il en découle donc toute une série d’exigences qui reposent sur le commandement. Celui-ci ne doit pas être déficient, il doit épouser son temps. « A notre époque, où se produit un processus incessant et rapide du développement des armes et des matériels de combat, ainsi que des modifications des formes et des procédés des actions de combat, seul l’officier qui étudie avec persévérance, complète en permanence ses connaissances et les applique habilement, est capable de marcher avec son époque »40.

  • 41 Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou, 1982. p. 107.
  • 42 En russe « glasnost ».
  • 43 Cf. Orgakov. L’histoire enseigne la viligance. Moscou, 1985.

42La mise en cause de la responsabilité du commandement dans les insuffisances constatées, telle qu’elle s’est manifestée à la fin des années quatre-vingt, avait donc déjà été faite tout au long de la quinzaine d’années qui avait précédé. Les incitations mises en œuvre pour faire sortir les cadres officiers et politiques de la routine reprochée n’avaient pas abouti à un succès notable. C’est pourquoi, au début des années quatre-vingt, le ministre de la Défense se proposait d’introduire un nouveau et « puissant moyen », « inscrit dans la nature socio-politique de nos forces armées. Il s’agit de l’émulation socialiste »41, autrement dit, la mise en concurrence des cadres officiers en fonction des résultats obtenus. Cette émulation socialiste devait être « organisée en correspondance avec les principes léninistes de transparence publique42, de comparaison des résultats ». Dès 1982, donc, le ministre de la Défense, avec des réformateurs comme Ogarkov, réclamait l’application dans les armées des principes essentiels sur lesquels allait se baser la restructuration, la perestroïka, de Mikhaïl Gorbatchev. Allant plus loin, mettant en cause plus directement le commandement et les aptitudes générales des cadres officiers, c’est à une restructuration du système de réflexion dans les armées qu’appelera le maréchal Ogarkov en 198543.

  • 44 Communiqué de l’agence France-Presse du 1er avril 1989. L’étoile rouge ou le « lobby » des forces a (...)

43La routine n’est pas la seule des imperfections relevées à être mise en cause. Certains chefs militaires ont tendance à abuser de leur autorité et à se comporter en potentats avec des exigences allant bien au delà des nécessités réclamées par le service. Il en résulte des critiques que reprennent avec un large écho, non seulement l’opinion publique, mais encore la presse militaire depuis l’apparition de la perestroïka. C’est ainsi que le général Panov, rédacteur en chef de « L’étoile rouge », le quotidien des armées, se félicite publiquement, en 1989, d’avoir lancé « certaines campagnes » sur des fautes de commandement ou « des abus de pouvoir dans les armées », ce qui a provoqué des enquêtes et « donné des résultats »44. Le fait notable dans ce domaine n’est certes pas qu’il y ait des abus de pouvoir dans l’armée soviétique. Toutes les armées du monde ont encouru les mêmes reproches avec plus ou moins d’acuité. Par contre, il est beaucoup plus rare que ce soit l’institution militaire, elle-même, qui dénonce ce genre d’erreur plutôt que de chercher à l’étouffer.

44Les armées ne pouvaient être tenues pour seules responsables des troubles mis en évidence dans le fonctionnement du service militaire. Intervenaient également des phénomènes sociaux et de génération, ce qui, d’ailleurs, aggravait la situation en compliquant la recherche d’une solution inévitablement complexe.

  • 45 Rapport présenté par L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIe congrès du PCUS, le 2 (...)
  • 46 Cf. Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou, 1982. p. 66.
  • 47 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 65.

45Fait notable au début des années quatre-vingt, signalé par la plus haute instance du Parti et de l’Etat, L.I. Brejnev, sans, cependant, qu’elle en tire toutes les conséquences, « ce sont déjà les fils et petits-fils des héros de la Grande guerre patriotique qui se trouvent aujourd’hui dans les rangs des défenseurs de la Patrie. Ils n’ont pas connu les rudes épreuves qui avaient échu à leurs pères et grands-pères, mais ils sont fidèles aux traditions héroïques de notre armée, de notre peuple »45. Et si, à la même époque, le ministre de la Défense fait la même remarque46, il ne va pas plus jusqu’au bout du raisonnement. Le chef de l’Etat-major général d’alors, le maréchal Ogarkov, va être, encore une fois, la figure de proue des réformateurs. Pour lui, les jeunes Soviétiques qui effectuent leur service militaire, au début des années quatre-vingt, n’ont pas connu la guerre ni les privations consécutives à la reconstruction. « La paix pour eux, c’est l’état de la société auquel ils sont habitués. Certains pensent que sa continuation et son renforcement n’exigent d’eux aucun effort personnel. Et c’est pourquoi, ils ne ressentent pas et sous-estiment le danger d’une guerre, qui n’a cessé d’être la sévère réalité de nos jours »47. De là découle aussi un comportement irresponsable vis-à-vis du travail, d’une manière générale. Ayant été élevée dans un relatif confort, dans un système prônant l’égalitarisme, la jeunesse des années quatre-vingt a désappris la vertu de l’effort au profit de l’insouciance, de l’indifférence politique et de la quiétude. La guerre d’Afghanistan, en ne mobilisant que des effectifs relativement faibles, n’est pas de nature à modifier les états d’esprit, d’autant plus que les enjeux apparaissent discutables, que le conflit s’éternise. Il y a même extension de ce phénomène dangereux et porteur de lourdes conséquences à l’ensemble de la société soviétique. Il s’agit de faire effort sur toutes les catégories de la population, d’autant plus que l’hypothèse majeure retenue est celle d’une guerre totale. Le problème qui réapparaît est celui du Parti, ossature de la société et de l’Etat.

  • 48 Ibidem, p. 63.

46Une autre faiblesse caractéristique de la jeunesse soviétique rejaillit sur la qualité des troupes : sa condition physique, dégradée par rapport aux générations précédentes. L’urbanisation croissante en URSS, alliée à l’automatisation des travaux ruraux, réduit le volume des efforts physiques demandés par le travail. Cela se traduit par une moindre robustesse des jeunes générations, moins aptes donc à supporter les rigueurs de la vie militaire. Le développement du sport devrait y remédier. Mais, s’il est beaucoup fait dans ce domaine, notamment par l’intermédiaire de l’association sportive fédérale « Prêt au travail et à la défense de l’URSS », « malheureusement, ce n’est pas encore partout qu’une telle pratique a reçu une large expansion. Dans nombre d’endroits, on préfère travailler seulement avec ceux qui possèdent déjà une haute classe sportive et on ne manifeste pas l’intérêt qui est dû au travail sportif militaire de masse, à la préparation de ceux qui, pour la défense de notre Patrie, doivent avoir une bonne trempe physique »48. A ce niveau, la déficience touche directement la préparation militaire initiale. Mais, le problème est plus vaste : il s’étend à l’ensemble de la population et concerne donc les réservistes. « C’est pourquoi, il a été remarqué, avec juste raison, au XXVIe congrès du Parti, qu’à côté des remarquables performances des sportifs soviétiques, le sport reste seulement un spectacle pour la majorité des gens et qu’une telle situation devait être redressée »48.

  • 49 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 64.

47Autre problème qui relève encore de l’ordre social, la question de la langue du commandement n’a toujours pas trouvé de solution. Elle prend même encore plus d’acuité avec l’accentuation du poids démographique des populations originaires d’Asie centrale. En effet, en URSS, mosaïque de nationalités, le russe est la langue véhiculaire, alors que chaque nationalité a droit à l’emploi de sa langue propre comme au développement de sa culture. L’enseignement dans les républiques fédérées est donc réalisé aussi bien en russe qu’en langue nationale. En ce qui concerne les populations slaves, ne serait-ce que parce que les langues nationales sont issues de la même famille que le russe, il y a bilinguisme réel et le russe l’emporte même très souvent. Dans les républiques baltes, le russe est connu aussi bien par tradition que parce que les liens avec la Russie remontent à plusieurs siècles. Par ailleurs, la taille de ces républiques ne leur a jamais permis de s’affranchir de leur puissant voisin avec lequel elles ont toujours été liées. La revendication à s’exprimer en langue nationale dans ces républiques est d’ordre nationaliste, non par ignorance du russe. Il n’en reste pas moins que les progrès du russe ont été arrêtés au profit des langues baltes nationales qui connaissent un renouveau certain. En revanche, le problème du bilinguisme ne pouvait être appréhendé de la même manière en Asie centrale par les populations de religion musulmane ou même en Transcaucasie par les Géorgiens et les Arméniens. Le russe a eu beaucoup plus de difficulté à s’imposer comme langue véhiculaire dans ces régions. Il s’est heurté, en effet, à des langues, reflet d’une culture séculaire. La langue véhiculaire couramment et naturellement parlée demeure donc la langue nationale et non le russe, perçu comme une langue importée de fraîche date, et qui reste l’apanage de la haute administration dans ses relations avec Moscou. Cependant, le russe est la seule langue pratiquée par le commandement. C’est aussi la seule langue possible, puisqu’il y a brassage des recrues de différentes origines lors de leur service militaire et puisqu’il faut bien une langue commune. Donc, « en examinant le problème de la préparation des jeunes gens au service militaire, il convient de noter particulièrement l’importance de leur connaissance correcte de la langue russe. Malheureusement, beaucoup de jeunes gens arrivent maintenant à l’armée avec de faibles connaissances en langue russe, ce qui complique sérieusement leur formation militaire »49. Le problème réside non seulement dans la transmission des ordres, mais encore dans l’assimilation de l’instruction et dans la maîtrise des armements et des matériels. La montée démographique des populations non slaves, particulièrement en Asie centrale, tend à aggraver le problème.

  • 50 Epichev. Fidèles aux idées du parti. Moscou, 1981. p. 75.

48La raison d’être du service militaire est de fournir aux forces armées des effectifs instruits. C’est là une fonction primordiale, mais ce n’est pas la seule, le service militaire a également une mission éducative. « Notre armée et notre flotte, cela se comprend, ne sont pas créées spécialement pour l’éducation de la jeunesse. Elles sont les outils de la défense de la Patrie socialiste contre n’importe quelle agression »50. Cependant, le service militaire donne l’occasion d’inculquer ou de renforcer toute une série de valeurs morales et civiques, éventuellement même de fournir un apprentissage professionnel. « Dans ce sens, il est question du rôle éducatif de l’Armée soviétique et de la Flotte de guerre, du service qui y est accompli comme une école de la vie, de l’éducation ».

49La première valeur morale et idéologique que le service militaire doit faire acquérir est celle de l’internationalisme appliqué aux différentes nationalités qui entrent dans la composition de l’URSS. Cet internationalisme doit se traduire par l’existence d’un patriotisme soviétique qui transcende l’appartenance à une république fédérée.

  • 51 Ibidem, p. 63.

50Deux dispositions ont ainsi été adoptées. En premier lieu, le Commissariat militaire réalise un brassage des recrues afin de mélanger les ressortissants des différentes nationalités et les amener ainsi à mieux se connaître mutuellement durant la vie commune passée sous les drapeaux. Ce système, de prime abord, nuit à la cohésion des unités, mais l’inconvénient peut être dépassé lorsque l’unité, par ses traditions et son caractère compact, offre le creuset social dans lequel peuvent se fondre les particularismes. A cet effet, le commandement et les organismes politiques militaires jouent un rôle directeur dans le processus d’intégration. « Le PCUS a lutté et luttera toujours résolument contre des phénomènes aussi étrangers à la nature du socialisme que le chauvinisme et le nationalisme, contre n’importe quelle dérive nationaliste, fût ce, disons le, comme l’antisémitisme ou le sionisme »51. L’aveu de l’existence de tels phénomènes – surtout l’antisémitisme – dans la société soviétique était difficile à énoncer avant la perestroïka. Et pourtant, cela fut fait donc et, qui plus est, par le chef de la Direction politique principale de l’armée, l’expression suprême du Parti au sein des Forces armées !

  • 52 Epichev. Fidèles aux idées du parti. Moscou, 1981. p. 80.

51La deuxième disposition mise en œuvre consiste à expatrier les recrues. « Les militaires exécutent leur service, de règle, en dehors des limites de leur république, de leur département, de leur canton. Les commandants d’unité, les organismes politiques militaires, les organismes locaux du Parti et du Komsomol s’efforcent de faire en sorte que les contacts du personnel des unités et des bateaux avec les peuples frères, que la connaissance de leur culture, de leur mode de vie, de leurs habitudes et de leurs traditions, aident à former la conscience internationaliste des militaires »52.

  • 53 In Les nouvelles de Moscou du 17 avril 1989 reprenant le texte d’une déclaration du Premier ministr (...)

52L’affirmation des nationalismes au sein de l’Union soviétique, à la fin des années quatre-vingt, n’allait pas manquer de contester le brassage des recrues et leur affectation systématique hors du territoire de leur république d’origine. Il est bien certain que le service militaire, en éloignant les conscrits de leur milieu d’origine, se révèle un puissant facteur d’assimilation, même s’il en découle un fort mécontentement pour les intéressés arrachés à leur entourage. La troupe dans ces conditions est, par ailleurs, beaucoup moins réceptive aux sollicitations locales. L’absence de censure chère à Mikhaïl Gorbatchev a permis à la revendication nationaliste de s’exprimer à ce sujet, et, même d’une manière détournée, de réclamer l’organisation d’une force armée au niveau des républiques, ce qui est contraire à la Constitution. C’est ainsi qu’en avril 1989, le Premier ministre de l’Estonie, Indrek Toome, posait une série de revendications au gouvernement soviétique. Il réclamait, « au nom des droits du gouvernement d’une république fédérée souveraine »,53 l’affectation des conscrits préférentiellement dans les républiques baltes. Quant à l’état-major de la région militaire dont faisait partie l’Estonie, il était invité à régler le problème du stationnement des troupes en s’adressant au gouvernement estonien plutôt que de suivre, impérativement et sans concertation, les directives de la hiérarchie militaire. Dernier point et non des moindres, le Premier ministre à repris les critiques formulées à l’encontre de « la militarisation de l’enseignement » dont il demandait la cessation. Sous ce chapitre, le gouvernement estonien réclamait donc l’arrêt des cours de préparation militaire dans les établissements scolaires et universitaires, et non leur amélioration, ce qui portait un coup sévère à l’ensemble du système militaire soviétique.

  • 54 In Pravda du 2 avril 1990. Moissejev. L’appel de printemps.

53La poussée nationaliste amenait les gouvernements républicains à ne pas poursuivre les recrues qui refusaient d’obéir aux ordres d’appel, voire à les inciter à ne pas rejoindre les corps d’affectation. C’est ainsi qu’en 1990, le chef de l’Etat-major général en fait l’amer constat : « Dans les pays baltes, par exemple, sur les 259 hommes qui ont refusé le service l’année dernière, seuls 2 ont été condamnés, en Transcaucasie un 1 sur 1146. Bien plus, les organes du pouvoir d’une série de républiques ont adopté des actes législatifs anticonstitutionnels, qui incitent pratiquement les jeunes hommes à se soustraire au service, à déserter »54.

  • 55 In Pravda du 17 avril 1989.

54La situation ainsi dégradée était intolérable aussi bien pour le gouvernement soviétique que pour les réformateurs de la tendance de Mikhaïl Gorbatchev. Aussi, en ce qui concerne la revendication estonienne à l’égard de la conscription, l’Armée fût-elle chargée d’entreprendre un travail indispensable d’explication, « dans le respect des opinions divergentes »55. Le gouvernement soviétique et le Parti, en plein accord sur ce sujet, par la voix de l’organe de presse du Parti, invitaient les autorités militaires responsables en Estonie à d’abord réformer leur système, puis à engager une campagne d’explication, tout en se gardant bien de mesures de force du genre de celles adoptées en Géorgie qui n’avaient fait qu’encourager la montée du nationalisme.

  • 56 Epichev. Fidèles aux idées du parti. Moscou, 1981. p. 28.
  • 57 Ibidem, p. 47.
  • 58 Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou, 1982. p. 121.
  • 59 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 50.

55L’acquisition et l’assimilation d’un esprit internationaliste et du patriotisme soviétique, pour importants qu’ils soient, s’inscrivent dans une ambition plus large assignée globalement au service militaire. Le passage de la totalité de la population masculine dans les armées est l’occasion de parachever une œuvre morale éducative initiée dès le plus jeune âge dans le système mis en place par le pouvoir des Soviets : il s’agit de former l’« homme nouveau », imprégné de l’idéal marxiste-léniniste. Le soldat soviétique doit être parfaitement représentatif de sa génération, une génération montante, nouveau palier d’une société qui se veut en marche vers le communisme. L’armée est une excellente école, car elle dépasse même la société sans classe. En effet, « maintenant, dans n’importe quelle collectivité militaire, il est déjà difficile de distinguer, en fonction de leur instruction générale et de leur culture, les représentants de la classe ouvrière, de la paysannerie kolkhozienne et de l’intelligentsia »56. L’armée offre donc le milieu par excellence qui doit permettre la formation de cet homme nouveau, formation qui « continue de rester au centre de l’attention du parti »57. Le problème rejoint, d’ailleurs, une préoccupation militaire fondamentale : répondre aux caractéristiques d’un conflit moderne, marqué par l’idéologie et, au plan technique, par un rythme élevé. En effet, tout conflit dans lequel serait engagée l’URSS ne peut avoir pour base qu’un affrontement d’idées, l’opposition irrémédiable entre le capitalisme et le communisme. Le moral des combattants et plus précisément leur conviction de lutter pour une juste cause jouent donc un rôle capital. « Ce n’est pas par hasard que l’on appelle le front idéologique le front de la conquête de l’intelligence et du cœur des hommes »58. En second lieu, les conditions d’une guerre moderne, que dominent la menace de l’emploi de l’arme nucléaire et la rapidité de l’action due à la mécanisation généralisée des forces, réclame du soldat de pouvoir surmonter une tension permanente. En conséquence, « le caractère et les particularités de la guerre moderne avec emploi de missiles nucléaires imposent de se montrer plus exigeant dans l’instruction militaire, morale, politique et psychologique du personnel de l’armée et de la flotte »59.

56De 1917 à la fin des années quatre-vingt, près de trois générations de Soviétiques se sont succédées et ont toutes accompli un service militaire. L’ensemble de la population masculine soviétique vivante à la fin de la décennie quatre-vingt a été ainsi concerné. L’institution est donc tout à fait stabilisée et a eu largement le temps nécessaire pour atteindre les objectifs idéologiques qui lui ont été posés. Il est donc possible d’essayer de tracer un bilan objectif de son action, au moment où il s’avère publiquement qu’elle est en crise.

57Le premier élément d’appréciation porte sur la valeur du service militaire en tant que facteur d’intégration des nationalités. Il est patent que le brassage total des recrues à l’incorporation n’est pas réalisé. En effet, les Troupes de Construction et les Troupes de Chemin de fer comportent une proportion de non slaves, originaires des républiques méridionales ou d’Asie centrale beaucoup plus importante que les forces formant les Troupes de Fusées stratégiques, la Défense antiaérienne nationale, l’Armée de Terre, l’Aviation et la Marine. Cette disproportion se retrouve même dans des unités techniques, comme les Troupes de l’ Arrière, dont la vocation n’est pas spécifiquement combattante. La raison de cette discrimination réside dans la volonté du commandement d’avoir dans les troupes de mêlée le maximum d’éléments de haut niveau culturel et connaissant le russe. Le Commissariat militaire, dans sa politique de répartition des effectifs pose ainsi des critères prioritaires, dont celui du brassage des nationalités, est loin d’être le premier. Or, il se révèle que le niveau culturel moyen est plus bas parmi les populations de Transcaucasie et d’Asie centrale que dans les républiques peuplées de Slaves ou de Baltes. La connaissance du russe va de pair. Il en résulte la relative concentration d’un contingent d’origine musulmane surtout, à un moindre degré géorgienne et arménienne, dans les Troupes de Construction et les Troupes de Chemin de fer parce qu’il s’agit d’unités employées essentiellement comme force de travail manuel. L’application de la mesure prévoyant l’expatriation des recrues a, alors, un effet pervers. Les soldats se sentent isolés dans un milieu inconnu, dont ils comprennent mal la langue et les coutumes. Pour peu que l’encadrement ne soit pas assez proche et qu’il comprenne une proposition très forte de Slaves, pour peu qu’il y ait inaction ou multiplicité de tâches répétitives sans grand intérêt, alors l’unité se transforme en bouillon de culture revendicative.

  • 60 Cf. Rand note. N-1486-NA. Mai 1980. Wimbush et Alexeiev. The ethnic factor in the Soviet armed forc (...)
  • 61 In L’étoile rouge du 17 novembre 1985.

58Cependant, même dans les unités de mêlée, où se trouve le meilleur encadrement, les relations entre soldats de diverses nationalités ne sont pas sans poser de sérieux problèmes. Slaves, et Russes en particulier, utilisent à l’égard de leurs camarades asiatiques, transcaucasiens et juifs toute une série de qualificatifs péjoratifs et injurieux60 qui ne font que traduire des relents de racisme. L’encadrement a du mal à apaiser ces tensions, car le problème revient à réformer les mentalités. La pression du haut-commandement sur l’encadrement est constante : il emploie tour à tour les sanctions ou la louange lorsque les difficultés dans une unité sont surmontées au nom de la « solidarité internationaliste » qui doit lier toutes les nationalités de l’Union soviétique61.

59Le fait que la majorité de l’encadrement soit d’origine slave ne contribue pas, par la vertu de l’exemple, à régler les problèmes ethniques. La source de la faiblesse du recrutement en cadres asiatiques et transcaucasiens n’est certes pas à rechercher dans une volonté délibérée du commandement. Bien au contraire, il y a un effort particulier pour estomper la disparité. L’absence de racisme est certes généralement partagée dans la mesure où il n’y a pas le sentiment d’une supériorité raciale, mais où existe le reproche diffus de ne pas avoir assimilé la langue et le mode de vie des Russes et des Slaves plus généralement. En somme, la troupe n’admet que difficilement le droit à la différence. Est-ce du racisme ou une manifestation de nationalisme pro-slave ?

  • 62 Cf. La Revue internationale de défense. N° 4/1986. Genève, 1986. p. 406.

60Les tensions ethniques au sein des unités peuvent aboutir à une détérioration telle qu’il y a affrontement larvé et même mutinerie. En attestent des témoignages multiples, dont a fait état la presse occidentale62. Les Soviétiques sont extrêmement discrets à ce sujet, ce qui d’ailleurs ne les différencie pas des autres armées, occidentales ou non, qui répugnent profondément à reconnaître une mutinerie et sa répression, événement de nature à affecter globalement le moral des troupes.

  • 63 In Pravda du 10 juin 1988.
  • 64 Agence Tass, le 21 avril 1989.
  • 65 Déclaration d’Edouard Chevarnadzé, ministre des Affaires étrangères de l’URSS, rapportée par l’agen (...)
  • 66 Déclaration de Guivi Goumbaridzé, Premier secrétaire du CC du PC de Géorgie, rapportée par l’agence (...)
  • 67 In L’étoile rouge du 22 avril 1989.

61La situation dans les armées reflète celle qui prévaut en Union soviétique et, dans cette mesure, il est très difficile d’apprécier la valeur du facteur d’intégration des nationalités que pourrait représenter le service militaire. A la fin des années quatre-vingt, loin de diminuer, les pulsions nationalistes n’ont fait qu’augmenter. En Transcaucasie, Arméniens et Azéris s’affrontent. Le Haut – Karabakh, région de l’Azerbaïdjan, a vécu en juin 1988 une véritable insurrection, marquée par des grèves et une lutte armée. « Les organisations du Parti n’y dominent plus la situation »63. Plus grave encore, dans la nuit du 8 au 9 avril 1989, Tbilissi, la capitale de la Géorgie, a vécu une manifestation nationaliste réprimée par la force armée au prix de plusieurs dizaines de morts. La violence de la répression, réprouvée par les réformateurs, provoqua l’ouverture d’une enquête diligentée par la Procurature et supervisée par le parquet général de l’URSS, « afin d’en assurer l’objectivité et la profondeur », selon une décision du Bureau politique64. Sont mis en question les moyens employés, en l’occurrence des moyens chimiques qui ont causé la mort de plusieurs manifestants, et plus généralement la volonté des autorités d’opérer par la force plutôt que de chercher à disperser la manifestation dans le calme. L’opinion publique soviétique y a décelé un épisode du duel opposant les réformateurs aux conservateurs. Cette optique a été accréditée par l’accusation qu’ont portée les réformateurs et précisément le ministre des Affaires étrangères E. Chevarnadzé, d’origine géorgienne : « Un coup dans le dos porté à la perestroïka »65, déclare-t-il. La thèse a pris d’autant plus de consistance que le Premier secrétaire du CC du PC de Géorgie a dû quitter son poste. Pour son remplaçant, de telles « actions irréfléchies ont porté un coup dur à la perestroïka, au processus de démocratisation et de transparence dans notre pays »66. L’armée a été ainsi mise en accusation : « Que les militaires s’expriment... »67.

62Un autre phénomène permanent se mêle aux tensions ethniques et dégrade les relations sociales au sein des armées, phénomène qui n’apparaît en toute lumière à la fin des années quatre-vingt qu’à la suite de multiples scandales et à la faveur de la « glasnost », la transparence, instaurée par les réformes. Il s’agit de brimades auxquelles se livrent les soldats ayant atteint une relative ancienneté dans les deux ou trois années de leur service militaire à l’égard des recrues nouvellement incorporées. Ces pratiques qui pourraient être assimilées à du « bizutage », sont pudiquement appelées, en termes administratifs, « des rapports non réglementaires ». Le conformisme ambiant dans les armées avait tendance à occulter le problème jusqu’à la fin des années quatre-vingt.

63Le problème est spécifique à l’armée soviétique et porte le nom de « dědovčina », pratiquement intraduisible. L’ancien, le « děd », le « grand-père », au lieu de se comporter en frère aîné faisant bénéficier le jeune incorporé de son expérience, lui inflige des brimades qui deviennent insupportables. Ce jeune incorporé, non habitué au système militaire est contraint de subir, car il ne peut faire face à la cohésion du groupe social que forment les anciens. Le phénomène se perpétue, car à son tour, le jeune incorporé, devenu ancien, adopte la pratique. Le commandement, plutôt que de s’attaquer au problème, préfère l’ignorer et ferme les yeux.

  • 68 In Kommunist n° 3 de février 1989. Lizicěv. L’armée : discussion sur l’essentiel.
  • 69 Millet, envoyé spécial de l’Agence France-Presse. Entretien avec le lieutenant-général Panov, rédac (...)

64Les armées occidentales ont connu le même phénomène, lorsque la durée du service relativement longue s’y prêtait. L’armée française, entre autres, n’a pas été épargnée, mais il faut remonter à la fin du xixe siècle, ou au début du xxe siècle, pour y distinguer ce phénomène qui n’a jamais atteint une ampleur comparable à celui de l’armée soviétique dans la deuxième moitié du xxe siècle. Au plan sociologique, ce phénomène militaire est un avatar du culte des anciens et n’a strictement aucune autre explication. Il est contraire à la discipline militaire et à la camaraderie qui veulent qu’un ancien mette son expérience au service d’un plus jeune. C’est aussi un phénomène qui n’existe que dans une armée en temps de paix. Au combat, les distinctions entre anciens et jeunes disparaissent face au péril commun. Ce type de brimades est devenu intolérable dans l’armée soviétique avec l’évolution des mœurs, pour ne prendre en compte que cet aspect. « Il faut dire que la dědovčina est un phénomène social, et qu’elle est la répercussion à un autre niveau des processus négatifs qui se sont renforcés dans la société pendant la période de stagnation »68, autrement dit, la période brejnevienne. Et, « dans tous les cas, arrivait dans l’armée une jeunesse connaissant déjà aussi bien la dictature des plus anciens que l’illégalité et l’arbitraire dans la fonction ». Les brimades, qu’elles soient le fait des gradés ou des soldats, ne peuvent exister que s’il y a des fautes de commandement. « Certaines campagnes » sur ces fautes de commandement, ou sur des « abus de pouvoir dans les armées », ont été lancées par le quotidien de l’Armée, « L’étoile rouge », et ont « donné des résultats »69.

65La pratique des brimades à l’égard des jeunes recrues, si elle est distincte des tensions inter-ethniques dans les unités, tend cependant à les exacerber. En effet, les jeunes recrues tout comme les anciens, ont une propension normale à se regrouper par ethnies et à exprimer leur rancœur dans les cercles ainsi constitués. La démission du commandement, qui laisse faire, va à l’encontre de l’assimilation recherchée.

66Dernier élément qui met directement encore plus en cause le commandement, le taux d’accident, conduisant à mort d’homme durant le service militaire, émeut l’opinion publique. Une association des mères de conscrits a fini par se former pour mener une campagne de presse à ce sujet.

67Ramené à un contexte plus général, un constat s’impose : le service militaire, après soixante-dix années de fonctionnement, n’est pas parvenu à être le facteur décisif de l’intégration des nationalités au sein de la citoyenneté soviétique. Il n’est pas plus le creuset où se forge l’homme nouveau, le Soviétique pétri d’un esprit collectiviste, rejetant tout intérêt particulier au profit de la communauté, ce qui supprimerait radicalement toute tentation de l’exploitation de l’homme par l’homme. Au niveau des armées, la responsabilité échoit toujours au Parti, sous la forme de la Direction politique principale.

  • 70 Cf. l’agence France-Presse, repris par Le Monde du 19 septembre 1987.
  • 71 Agence France-Presse, repris par Le Monde des 19 et 20 juin 1988.

68Le même constat peut être dressé à l’échelon du pacte de Varsovie. Les Etats multinationaux, comme la Tchécoslovaquie et la Roumanie, ressentent des tensions ethniques qui se retrouvent dans les unités où servent ensemble des Tchèques et des Slovaques ou des Roumains de Valachie et des Roumains de Transylvanie d’origine hongroise. La solidarité internationaliste est encore moins parvenue à créer un soldat socialiste admettant le rôle prédominant de l’URSS au sein du Pacte. C’est ainsi qu’en septembre 1987, en Pologne, les militants du mouvement interdit, « Liberté et Paix », ont publiquement critiqué le serment que devaient prêter obligatoirement les conscrits, parce que celui-ci comportait la mention explicite d’un service militaire effectué dans le cadre de l’alliance entre la Pologne et l’URSS70. « Liberté et Paix » a finalement eu gain de cause : le 17 juin 1988, la Diète a adopté a l’unanimité un nouveau texte du serment militaire élaguant toute référence particulière à l’URSS. D’après l’ancienne formulation, le soldat polonais jurait « de veiller fermement au maintien de la paix dans le cadre de l’alliance fraternelle avec l’armée soviétique et les autres armées alliées ». Désormais, ce maintien de la paix s’accomplit « dans le cadre de la fraternité d’armes avec les armées alliées »71.

  • 72 In Liternaturnaja gazeta du 6 mai 1987.
  • 73 Cf. la Revue internationale de Défense. N° 10/1987. Genève, 1987. p. 1306.
  • 74 Cf. Le Monde du 19 septembre 1987.
  • 75 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 68.

69Le pacifisme n’a pas radicalement disparu dans les pays du Pacte, pas plus que l’objection de conscience. En URSS, le sous-chef de la Direction politique principale a souligné publiquement combien « il importait de tenir compte que le pacifisme et la lutte pour la paix ne sont absolument pas la même chose. Le pacifisme est un courant politique végétarien »72. Il a été relayé par le ministre de la Défense tchécoslovaque qui s’inquiétait de l’extension des tendances pacifistes parmi les recrues73. A Bydgoszcz, dans le nord de la Pologne, en septembre 1987, des objecteurs de conscience ont déclenché une grève de la faim dans une église74. « La défense de la patrie socialiste est l’affaire de chaque citoyen soviétique, l’affaire du peuple tout entier »75, reste un mot d’ordre que le service militaire ne parvient pas plus à ancrer universellement dans les esprits soviétiques que tchécoslovaques ou polonais.

70Que ce soit en réaction contre les nationalismes locaux ou par un effet pervers du service militaire accompli lors de la guerre d’Afghanistan, le nationalisme russe s’est réveillé de son côté. Le contingent accomplissant son service militaire en Afghanistan peut être évalué à 80 000 ou 90 000 hommes, au plus, par an, sur la totalité des 115 000 ou 130 000 hommes engagés dans le conflit. A l’issue de la guerre, lorsqu’à commencé le repli des forces soviétiques, près de 500 000 militaires du contingent avaient participé à la guerre d’Afghanistan de 1979 à 1989. Ces jeunes gens ont acquis le statut de « vétéran », à l’instar des anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale, ce qui procure des avantages très réels, surtout dans les domaines du logement, de la formation professionnelle et de l’emploi. Cependant, nombre de ces jeunes « vétérans » ont rejoint les courants nationalistes russes qui se sont manifestés sous différentes formes dans le courant de la décennie quatre-vingt.

  • 76 Cf. Conte. Extrême droite et néo-fascisme en Union Soviétique – Mythe ou réalité ? Travaux. Univers (...)
  • 77 In Leningradskaja pravda du 11 juillet 1987.

71Ce nationalisme russe, exacerbé par la guerre d’Afghanistan se retrouve dans des mouvements nationalistes, tel « Pamiat »– « La mémoire »– qui, à l’origine se préoccupait du sauvetage des monuments historiques, ont bénéficié, de ce fait, de l’appui des autorités. Puis, ils ont été ressentis comme un danger parce qu’ils servaient de support à des tendances xénophobes, pan-slaves, antisémites, voire fascistes et même nazies76. Cela peut paraître paradoxal dans la patrie de la révolution marxiste-léniniste, qui a payé un si lourd tribut à la victoire sur le national-socialisme allemand, mais ce n’en est pas moins la réalité ! La presse s’est faite l’écho, entre autres, de la fondation d’un « Parti ouvrier russe national-socialiste »77. Au nationalisme des républiques répond donc le nationalisme de la Russie et l’armée apparaît comme au service de la Russie. Cela renforce les tendances autonomistes à former des forces proprement républicaines.

Le débat et les arguments

  • 78 In L’étoile rouge du 3 juin 1990. Jazov. La réforme militaire.
  • 79 In Pravda du 27 juin 1990. Jazov. La responsabilité du destin de la Patrie.

72D’évidence, le service militaire soviétique était en crise et ce n’était que l’expression de la crise générale qui frappait le système soviétique. Une réforme militaire était indispensable, d’autant plus qu’il y avait modification de la stratégie soviétique en 1987. L’annonce de la réforme militaire « a été, en fait, déterminée dès le printemps de l’année 1985, lorsque le plénum d’avril du CC du PCUS a pris la décision d’un renouvellement de la société soviétique »78. Mais son élaboration se heurta à un climat passionnel et, surtout, à la désagrégation de l’Etat soviétique. En effet, il s’agissait, entre autres, selon les termes du ministre de la Défense « de constituer une base législative à l’édification de la Défense et au fonctionnement de l’armée et de la marine en phase avec les besoins de l’Etat socialiste de droit. Il faut aussi créer un système efficace de protection juridique et sociale pour les militaires et leurs familles »79. L’effacement, puis la disparition du Parti, ne serait-ce que ce problème, provoquait une tempête rendant inéluctable un travail législatif afin d’asseoir le nouveau statut des forces armées.

73Les critiques adressées aux modalités du déroulement du service militaire, dès les années soixante-dix, appelaient des solutions. La réforme se devait d’aller au delà du simple rétablissement des sursis en faveur des étudiants. En outre, les modifications du concept de défense et la réduction du volume des forces annoncées, en décembre 1987, à hauteur d’un demi-million d’hommes, se combinaient aux imperfections reconnues pour poser d’une autre manière la question du service militaire en soulevant le problème plus général du système de défense de l’Union soviétique. Le débat ainsi ouvert depuis plus d’une décennie se concrétisait avec la perestroïka et quittait le cercle de l’institution militaire pour aller sur la place publique.

  • 80 In L’étoile rouge du 3 février 1989.

74Le chef de la Direction politique principale, le général d’armée Lizičev, résumait le débat, en février 1989, en énonçant que « dans la presse écrite, à la radio et à la télévision, il y a toute une série de discours concernant notre édification militaire. La conscience publique, peut-on dire, s’est partagée en deux approches différentes envers les réformes dans les Forces armées. La première propose de perfectionner le système actuel. La seconde s’oriente vers la modification des principes de base sur lesquels est construite l’armée. Il est affirmé, en particulier, qu’il devient nécessaire de passer à la formation d’une armée basée sur un principe de milices territoriales. D’autres proposent d’avoir une armée de métier. Il y a même des propos concernant, d’après ce qu’on dit, la volonté de chaque république fédérée de posséder son armée, ses formations militaires nationales »80.

  • 81 In Moskovskije Novosti n° 45, 1988. Savinkine. De quelle armée avons-nous besoin ?
  • 82 In Moskovskije Novosti n° 2, 1989. Khrapko. Soldat, c’est une profession.
  • 83 In Pravda du 14 avril 1989, reprenant une dépêche de l’agence Tass.

75La détente apparue à la suite de la perestroïka n’était pas sans analogie avec la période de la Nouvelle politique économique, la NEP, des années vingt, dont la conséquence au plan militaire, fût une réduction massive des forces armées, passant, en 1924, de 5 millions à 562 000 hommes. A l’époque, Lénine avait avancé le concept d’une armée de professionnels et de miliciens, concept qui fut retenu et partiellement mis en œuvre par les réformes de Frounzé en 1925. L’abandon de ce système par Staline, une fois de plus critiqué, serait l’une des causes des défaites de 194181. La conscription en soi est critiquable, car elle n’emporte pas plus l’adhésion des conscrits que de l’encadrement qui se plaint de la mauvaise qualité physique et morale des appelés. Or « la puissance d’une armée repose sur le soutien du peuple ». Allant plus loin, d’autres thèses critiquent le système du brassage des recrues comme inefficace au plan moral et coûteux en termes économiques, pour s’attacher à la formation « d’une armée de métier avec engagement libre fondé sur le principe régional »82. Cela aboutissait à donner satisfaction aux républiques fédérées qui souhaitaient avoir des formations composées de troupes strictement nationales. En fait, le Premier ministre estonien violait la Constitution soviétique en exigeant la formation d’une armée nationale républicaine sous le mot d’ordre : « A chaque république, son armée ! »83.

76Point notable qu’il est indispensable de souligner, l’ouverture d’un débat sur le service militaire n’avait rien de bien extraordinaire. En effet, de multiples débats, très ouverts, avaient déjà eu lieu dans l’armée soviétique sur des questions de tactique, de stratégie ou d’institution. Par contre, fait nouveau, ce débat donna lieu à une véritable campagne d’explications argumentées à laquelle se livrèrent les principaux responsables militaires, favorables au maintien du système. La raison était claire : le problème était, certes, de convaincre, mais aussi d’entraîner l’adhésion non seulement des militaires de carrière et des conscrits, mais encore de l’ensemble de la population soviétique. Comment avoir autrement une armée nationale soutenue par l’indispensable élan populaire ?

  • 84 Cf. L’étoile rouge du 1er janvier 1989. Čičko. Redresser les épaules.
  • 85 In Izvestija du 26 juin 1989. Entretien avec Valdimir Lapiguine, président du comité du Soviet supr (...)

77Un autre argument couramment avancé en faveur d’une armée de métier rappelle la nécessité d’une instruction qu’il faut indéfiniment reprendre en fonction de l’appel de nouveaux conscrits. L’exemple de l’armée des Etats-Unis, composée de professionnels, est pris en compte pour illustrer le moyen de pallier cet inconvénient84. Les partisans d’une armée de métier se recrutaient en dehors de tous les clivages politiques, aussi bien parmi de jeunes officiers réformistes que parmi des membres conservateurs du Parti. Ils trouvèrent, en 1989, leur plus ferme soutien au sein du comité du Soviet suprême pour les questions de Défense et de Sécurité d’Etat. L’institution créée par le nouveau parlement, en mai 1989, avait pour tâche de contrôler l’Armée et le KGB. Sa composition avait donné lieu à de violentes critiques car elle était jugée trop favorable au haut-commandement, farouche partisan du maintien de la conscription. Cependant, paradoxe, le président du comité, Vladimir Lapiguine, avait pris fait et cause pour une armée de métier en se référant à son expérience de spécialiste des engins spatiaux et des missiles balistiques intercontinentaux. D’après lui, « une armée professionnelle serait plus forte que celle d’aujourd’hui »85. En effet, « le matériel militaire devient de plus en plus compliqué et les conscrits tout juste sortis de l’école ne sont pas à même de le manier. En ce qui concerne l’aviation, la flotte de sous-marins nucléaires, les missiles, dans les principaux secteurs décisifs, il n’y a simplement rien à faire pour une personne non qualifiée ». A l’argument soulevant l’inefficacité des conscrits s’ajoute celui du moyen de surmonter ainsi les tendances des républiques à se doter de forces propres. Le recrutement d’une armée de métier relève de la seule capacité de l’Union. Quant à l’opposition manifestée par le haut-commandement à l’idée d’une armée de métier, le président Lapiguine la repousse : « Je ne suis pas d’accord avec ceux qui appellent à rejeter cette idée du professionnalisme uniquement parce qu’elle n’est pas du goût de tel ou tel chef militaire ».

  • 86 In L’étoile rouge du 26 février 1989. Verbickij. Les questions militaires dans le programme du cand (...)

78Sans toucher au système de la conscription, le dernier thème retenu est la réduction de la durée du service militaire, pouvant passer à un an. En regard des déficiences reconnues dans l’instruction, tant de l’aveu de l’encadrement qu’à partir « des récits des appelés assujettis au service militaire, il s’avère que les soldats, en deux ans, perdent beaucoup de temps d’une manière improductive. Il est donc certain que l’on pourrait raccourcir la durée du service »86. La proposition a été soutenue, entre autres, par le vice-président du Conseil des ministres de la République socialiste soviétique de Lettonie, Alfred Kazimirovitch Tchepanis.

  • 87 In L’étoile rouge du 10 février 1989. Moïssejev. A partir des positions d’une doctrine défensive.
  • 88 In L’étoile rouge du 3 février 1989. Entretien avec le général d’armée Lizičev. L’homme est au cent (...)

79Si le débat sur le service militaire a été et reste bénéfique, certaines propositions sont hors de toute réalité. « Avec cela, est ignoré le fait que le système des milices est absolument irréel, compte tenu de la complexité croissante des moyens actuels de lutte, tandis que le passage à une armée de métier est lié à une brutale augmentation des dépenses de son entretien, au moins de 5 à 8 fois »87. En fait, le seul système militaire que n’ait pas connu l’URSS est celui d’une armée de métier, auquel s’oppose catégoriquement, entre autres, l’argument économique. En revanche, l’armée soviétique, « durant les soixante-dix années de son existence, est passée aussi bien par un système de milices territoriales, avec un recrutement non territorial et international (mélangé) des troupes, et par des formations nationales dans le cadre d’une armée unique »88. Elle a donc pu expérimenter tous les systèmes et en tirer les conclusions et les leçons. Or, le système d’une armée de cadres fondée sur la conscription « a soutenu les épreuves aussi bien de la guerre civile que de la Grande Guerre patriotique. C’est l’argument principal en défense du système existant ». Au plan humain, la composition brassée de l’armée assure la défense des intérêts de la fédération des républiques qu’est l’URSS et reflète les populations de l’Union. En outre, « pas une seule nation ou nationalité n’eût pu, à elle seule, créer indépendamment une telle armée qui eût su sauvegarder victorieusement les conquêtes de la révolution socialiste, en se trouvant encerclée par les gouvernements impérialistes les plus puissants au plan militaire ». Avec ce dernier argument, la cause était entendue, le système de la conscription avait eu la sanction de la victoire. Il était aussi la personnification de l’unité de l’URSS, elle-même première ébauche de l’internationalisme. Par ailleurs, le système plongeait dans le vieux fond russe ; la Russie, depuis Pierre le Grand n’avait jamais connu d’autre système. En fin de compte, l’armée milicienne, prônée en son temps par Engels qui en était aussi revenu, était synonyme d’inefficacité et d’anarchie. A l’image de l’Union soviétique, Etat fédéral mais centralisé, l’armée se devait être de la même essence. Il est remarquable que l’argument constitutionnel n’ait pas été évoqué. En effet, la Constitution dispose que la Défense est une prérogative du pouvoir central. Mais la loi est faite pour les hommes, prescrit la perestroïka, et non les hommes pour la loi. L’argument mis en avant n’est pas vraiment le respect de la loi voulue par l’homme, mais plutôt l’efficacité du système défensif.

  • 89 Agence Tass, le 7 juin 1989.

80Les propositions de créer une armée fondée sur un recrutement par nationalité, voire de créer des armées nationales, émises essentiellement par les Baltes, ne font en réalité que transcrire les tensions interethniques que subit l’URSS à la fin du xxe siècle. Ces tensions, d’ailleurs, ont toujours existé, mais la perestroïka les a mises en lumière et les a même exacerbées : il y a eu affrontements armés et pas seulement entre Arméniens et Azeris. En juin 1989, en Ouzbekistan, la population locale s’est lancée dans la chasse aux Turcs Meshkets, minorité déportée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Les débordements ont fait des victimes, au point « qu’il n’y avait plus assez de médecins pour soigner les blessés, plus assez d’endroits pour permettre aux gens de se réfugier »89. Il a fallu instaurer le couvre-feu le 4 juin 1989, faire intervenir les troupes du ministère de l’intérieur. Le calme n’a été rétabli qu’à grand peine, le 7 juin 1989. A Ferghana, après l’intervention des forces, néanmoins, « des coups de feu ont encore été entendus dans plusieurs quartiers de la ville la nuit dernière. Des véhicules blindés sont postés à chaque carrefour. Des hélicoptères survolent les rues ». Dans ce contexte, l’irrédentisme balte n’a jamais été éteint. Il n’est donc pas surprenant que ce soit des Baltes qui réclament la formation d’armées distinctes par républiques fédérées et il ne s’agit là que d’une revendication nationaliste à rejeter. Le problème du service militaire vient ainsi très exactement refléter une situation interne soviétique.

  • 90 Décret du 8 avril 1989.
  • 91 Ibidem, article 7.
  • 92 Ibidem, article 11.
  • 93 Cf. la déclaration du général Moïssejev, chef de l’Etat-major général, lors de la conférence de pre (...)

81En dehors de ce rejet, des mesures d’ordre institutionnel ont été prises. C’est ainsi que des amendements ont été apportés par un décret90 à la loi « sur la responsabilité pénale pour crime contre l’Etat et certains autres actes législatifs de l’URSS ». Sont rappelées ou aggravées les condamnations à l’encontre « des appels publics à renverser le régime étatique et social soviétique, à le changer par tout moyen contraire à la Constitution de l’URSS... »91. De même, est fermement condamné « tout acte prémédité d’incitation à la haine nationale ou raciale ou à la discorde... »92. Et très explicitement de lourdes peines frappent ceux qui se livreraient à « des appels publics à trahir la Patrie, à accomplir des actes terroristes ou de subversion ». Cependant, une satisfaction partielle a été donnée aux revendications portant sur l’affectation des soldats : une partie des conscrits originaires des pays baltes et du Caucase allait désormais être affectée dans la région de leur domicile, comme le demandaient certains mouvements politiques dans les républiques concernées93.

  • 94 In L’étoile rouge du 1er janvier 1989. Cičko. Redresser les épaules.
  • 95 In Politique internationale n° 43, printemps 1989. Entretien avec le maréchal Akromejev, chef de l’ (...)

82Quant à l’armée de métier, elle est en dehors de tout esprit national, ce qui conduit à en repousser le principe par définition, indépendamment des questions de coûts. Ce système militaire a été adopté par les Etats-Unis, mais ne correspond pas aux nécessités soviétiques. Ce serait, donc, une profonde erreur de le copier. « Quoique l’on dise ou écrive sur l’armée, nous n’avons toujours pas besoin de supermen porteurs d’épaulettes, mais de jeunes gens en bonne santé prêts à remplir leur devoir aussi bien de militaire que de citoyen. Et dans ce sens, l’armée (compte tenu de toutes ses imperfections et insuffisances actuelles) donne cette trempe, accomplit son œuvre »94. En dehors de ces considérations, certes fondamentales, on en revient toujours à un argument idéologique que les marxistes ne sont pas seuls à partager. En effet, le volontariat, tels que l’entendent les Américains, basé sur une solde importante, établit une discrimination, dissimule peu le principe du mercenariat et nuit à l’esprit de défense. « Le volontariat constitue, d’une certaine façon, une violation de la justice sociale, dans la mesure où tous les citoyens doivent être préparés à défendre la patrie »95. Le problème budgétaire ne peut pas plus être mésestimé, car, évidemment, « une armée de métier alourdirait considérablement notre budget militaire. Ce point ne doit pas être négligé ».

  • 96 In Kommunist n° 3 de février 1989. Lizičev, L’Armée : discussion sur l’essentiel.

83Outre son rôle dans la défense, l’armée de conscription reste le creuset de l’unité transnationale, « l’université du peuple soviétique » selon le vieux mot d’ordre qui reste toujours en vigueur. Elle donne l’entraînement physique indispensable à une jeunesse désormais urbaine et est donc facteur de la santé publique. L’armée de conscription procure un brassage irremplaçable des recrues qui fonde le patriotisme soviétique. Les forces armées répondent à la menace extérieure, mais, « il y a l’aspect intérieur du problème : la fonction des armées comme écoles d’éducation de la responsabilité du citoyen, du courage, de la conviction idéologique et du patriotisme, de l’énergie physique. A la XIXe conférence du PCUS, il a été souligné que le service dans les forces armées devait devenir une authentique école de l’internationalisme »96.

  • 97 In L’étoile rouge du 1er janvier 1989. Čičko. Redresser les épaules.

84Afin d’améliorer le rendement du corps des officiers, des stimulations avaient été prévues et mises en place progressivement, quitte à passer outre à un égalitarisme voulu par l’idéologie marxiste-léniniste. Les résultats se sont avérés décevants, parce qu’existe une catégorie d’officiers, figés dans leur immobilisme, dénués de toute ambition. En outre, les stimulations que sont l’avancement, l’attribution de décorations, restent sujettes à des procédés n’excluant pas le favoritisme et le clientélisme. Le remède réside dans la création de commissions de qualification chargées d’établir une évaluation personnelle de l’officier : « Et voilà le résultat qui est le tien, l’évaluation qui s’attache à toi, ta récompense et ta perspective. Mais si l’évaluation est mauvaise, alors il s’agit de cesser de jouer à l’imbécile, ou de céder la place à un autre »97. En effet, « sans amélioration radicale de tout le travail des cadres, il ne fallait pas attendre de changements particuliers ». Il s’agissait avant tout « d’extirper du travail le protectionnisme, l’obséquiosité, la flagornerie, instaurer dans les relations entre le chef et le subalterne l’intransigeance léniniste, la justice sociale, la netteté ». Outre les commissions de qualification, des tribunaux d’honneur rendent des jugements préparés par des officiers à l’égard de leurs pairs. Le commandement, en la personne du « ministère de la Défense, de l’Etat-major général et du Haut-commandement politique, s’occupe à présent des problèmes en question. Des garanties démocratiques ont été élaborées qui pourront prévenir le mauvais emploi du pouvoir ». La réduction de 500 000 hommes décidée en décembre 1988, conduit à la nécessité d’éliminer leur encadrement, soit de l’ordre de 100 000 officiers, des cadres actifs de l’armée. Il en découle le volume numérique qui permet aux « paramètres qualitatifs » de jouer dans l’ensemble du corps des officiers.

  • 98 In Kommunist n° 3 de février 1989. Lizičev, L’Armée : discussion sur l’essentiel.
  • 99 In L’étoile rouge du 10 février 1989. Moïssejev. A propos des positions d’une doctrine défensive.
  • 100 Cf. la Revue militaire soviétique, n° 7, juillet 1989. Badourkine. Commuer la privation de liberté.

85Autre problème, les brimades infligées par les anciens aux jeunes recrues : il s’agit des « relations non réglementaires, et en particulier de sa manifestation monstrueuse qu’est la dědovčina »98. La pratique remonte au moins à 1961, puisqu’à cette époque le problème avait été abordé lors d’une rencontre interarmées des membres des Komsomols. Sans résultats ! En premier lieu, de telles pratiques existent parce qu’il y a faillite du commandement : « Nous, et seulement nous, les commandants d’unités et les travailleurs politiques, sommes responsables devant le peuple et notre conscience ». En dehors de la nécessité d’éliminer les officiers incapables, le remède consiste dans l’application de nouveaux règlements, adaptés à la situation. « Cela exige, à partir de nouvelles positions, d’apprécier de façon plus réelle les situations de la vie militaire qui ont perdu leur signification et qui ne répondent pas aux nouvelles conditions, et d’achever plus rapidement la préparation et la mise en place des nouveaux règlements interarmées. Avec cela, il ne faut tolérer ni la démagogie ni l’atteinte à la discipline, c’est-à-dire tout ce qui fait la force de l’armée »99. En conséquence, sans attendre la sortie des nouveaux règlements, les contrevenants seront sévèrement poursuivis. Les condamnations à l’envoi dans les colonies de travail ou dans les bataillons disciplinaires recevront désormais la plus grande publicité par voie de presse, à des fins dissuasives100. Reste la question de la durée du service militaire. A des propositions de réduction, s’opposent les arguments de la nécessité d’une instruction des recrues plus complexe, tant dans les domaines physiques qu’intellectuels en relation avec les nouveaux paramètres qualitatifs et la norme pratiquée par le pacte de Varsovie.

86Les réductions d’effectifs inévitables, liées aux négociations sur le désarmement comme à l’indispensable augmentation qualitative des forces, provoquent la nécessité d’une restructuration des armées, notamment des forces terrestres. C’est ainsi que les Soviétiques s’acheminent, entre autres, vers une diminution du volume numérique dans les Grandes Unités et vers la suppression des formations de catégorie C et de mobilisation.

  • 101 Harangue de Ā. Červonopiskij, député, agence Tass, 2 juin 1989.
  • 102 In L’étoile rouge du 3 juin 1989.

87Le débat sur le service militaire n’a pas tardé à prendre un tour passionné. En effet, les problèmes techniques abordaient inévitablement des domaines aussi cruciaux que la montée des nationalismes en URSS avec la menace d’un éclatement de l’Union. De même, il était impossible de traiter du service militaire sans évoquer son application durant la guerre d’Afghanistan. Mettre en doute l’efficacité du service militaire revenait aussi à ouvrir une controverse sur le bien-fondé de l’intervention mais encore sur la valeur du combattant soviétique et sur la signification des pertes encourues. L’atteinte en ce domaine porte au plus profond de la sensibilité soviétique et entraîne inévitablement une violente réaction, car il y a identification du service militaire, de l’armée, du système social et de la patrie. Par ailleurs, nul ne peut admettre sans émotion qu’il a été blessé au combat inutilement ou qu’un de ses proches a été tué sans raison valable. C’est ainsi que lors d’une séance du Congrès des députés du peuple, nouvellement élu en 1989, l’un des représentants, officier de réserve et invalide de la guerre d’Afghanistan, apostropha violemment l’académicien Sakharov, bien connu pour ses opinions réformistes, voire opposées au régime soviétique, en l’accusant de propager « des calomnies insultantes » à l’égard de l’armée, puis prononça l’éloge de « la patrie et du communisme »101. Sakharov avait accusé un officier soviétique d’avoir volontairement ouvert le feu sur des soldats, plutôt que de les voir tomber en captivité, lors d’un combat en Afghanistan. Un autre député, une femme ouzbek, renchérit : « Camarade académicien, vous avez d’un pas effacé tous vos mérites antérieurs. Vous avez insulté toute l’armée, toute la nation, tous nos morts et je vous déclare tout notre commun dégoût »102. Evoquant la même séance, le quotidien de l’armée accusa résolument Sakharov, en demandant « qui lui a donné le droit d’insulter notre armée et nos enfants ? ». Il faut, certes, faire la part de la lutte politique que se livraient conservateurs et rénovateurs et Sakharov faisait figure de proue du mouvement progressiste. Cependant, M. Gorbatchev se garda bien de le soutenir et mêla ses applaudissements à ceux des attaquants. Sakharov avait eu tort de s’en prendre à un sujet aussi sensible. Ses contradicteurs avaient d’autant plus de poids que les Occidentaux avaient prédit la chute inéluctable du régime de Kaboul dès le départ du dernier soldat soviétique. Or, au moment où Sakharov s’en prend à l’action de l’armée en Afghanistan, plus de quatre mois s’étaient passés après le retrait complet des forces soviétiques et les communistes afghans étaient toujours au pouvoir. Qui plus est, les forces gouvernementales avaient brisé l’encerclement de Jallalabad et infligé une défaite militaire sévère à la résistance qui prenait de plus en plus figure d’un mouvement rétrograde intégriste. A posteriori, l’intervention soviétique trouvait sa justification !

  • 103 In L’étoile rouge du 24 mai 1991. Makašov. Une vie digne pour la Russie.

88Le débat ne quitta plus le domaine passionnel, précipitant les personnalités politiques et militaires dans des controverses acharnées pour ou contre l’armée. C’est ainsi qu’en 1991, le général Makašov, candidat à la présidence de la Russie, en opposition avec B. Eltsine, proclamait que la défense des militaires l’inquiétait. « Il faut, disait-il, défendre les hommes en pattes d’épaule contre les offenses, contre la pression psychologique exercée par ces forces qui tentent de présenter l’armée comme la principale menace éventuelle pour la démocratie »103.

  • 104 Cf. Alexiev. Inside the Soviet army in Afghanistan. The Rand Corporation. The Arroyo Center. Santa (...)

89Au delà du tour passionné pris par le débat, à s’en tenir aux critiques, établies tant par les Soviétiques que par les Occidentaux, sur le fonctionnement du service militaire et au constat de la montée des nationalismes en URSS104, la déduction conduirait à estimer que l’armée soviétique, à la fin des années quatre-vingt-dix, est sur le point de se désagréger à la suite de près d’une décennie de guerre en Afghanistan, guerre qui se termine par une évacuation. Or, l’examen objectifs des faits, tels qu’ils apparaissent durant le conflit afghan, indique que l’armée soviétique y a manifesté une excellente tenue au combat. Il n’en ressort aucun indice permettant de conclure à un effondrement du moral des troupes.

  • 105 Cf. l’agence France-Presse, 20 mai 1988.

90La presse occidentale a relaté des cas de concussion, de soldats vendant du matériel militaire, de soldats usant de la drogue105. Certes ! Mais toutes les armées ont des faiblesses et les Soviétiques ne font pas exception. Des cas de ce genre pourraient être relevés à l’encontre de n’importe quelle armée au fil des âges. La drogue a fait des ravages dans les rangs américains au Viêt-Nam.

91Le rapport des pertes au combat à l’effectif engagé, et les conséquences qui s’en dégagent, permettent de cerner assez exactement la vérité.

  • 106 Cf. Pravda du 17 août 1989. Izgarcev. La douleur afghane.

92Le chiffre exact des pertes subies en Afghanistan, de décembre 1979 au 16 février 1989, date du retrait des forces, n’a été communiqué par l’Etat-major général soviétique qu’en août 1989106. Il est de 13 833, dont 11 381 tués au combat. Les évaluations couramment admises et confirmées expérimentalement indiquent qu’à 1 tué correspondent 2,5 blessés. Le nombre de militaires ainsi hors de combat au total en Afghanistan s’élève à 48 463, soit donc en moyenne annuelle à 5 211. Rapportée aux 115 000 hommes présents en permanence, cette moyenne annuelle correspond à 4,53 % de mise hors de combat. Ces chiffres de pertes décrivent une situation de combat de moyenne amplitude, inférieure par sa violence à celle qui prévalait lors de la Seconde Guerre mondiale sur le front de l’est, mais tout à fait semblable à celle des guerres de Corée et du Viêt-nam, du côté américain. A titre indicatif, lors de la guerre d’Algérie, le rapport des pertes françaises, en regard des effectifs engagés, a été beaucoup plus faible. Les faits traduisent donc l’âpreté de la lutte qu’ont soutenue les Soviétiques en Afghanistan. Le rapport des pertes au combat des officiers en regard de la totalité des effectifs engagés, soit 15,42 % illustre la prédominance des officiers dans l’encadrement des troupes soviétiques et aussi leur présence sur la ligne de feu.

  • 107 Agence Tass, 13 juin 1988.
  • 108 In Pravda du 17 août 1989. Izgarcev. La douleur afghane.

93Un deuxième rapport doit être pris en compte et comparé au premier, afin d’avoir une indication essentielle sur le moral des troupes engagées en Afghanistan : celui qui se réfère au nombre des déserteurs et des prisonniers. En ce qui concerne les déserteurs, leur nombre, du moins celui de ceux passés dans les pays occidentaux et donc exactement recensés, est infime. Avec ceux qui seraient restés au Pakistan ou en Iran – mais on se demande pourquoi ? – le nombre des déserteurs, de décembre 1979 à février 1989, c’est-à-dire tout au long de la guerre, reste inférieur à la centaine, soit moins d’une quinzaine par an. Le nombre de soldats soviétiques qui se sont rendus est tout aussi faible. Moins d’une trentaine d’hommes, au total, pris par la résistance afghane, ont été remis à la Croix-Rouge et acheminés en Occident, où certains ont obtenu le statut de réfugiés politiques et d’autres, la majorité, ont finalement demandé leur rapatriement vers l’URSS. Par ailleurs, selon une réclamation présentée par le Premier vice-ministre soviétique des Affaires étrangères à l’ambassadeur du Pakistan en URSS, sur 311 militaires soviétiques portés disparus depuis 1979 en Afghanistan, un tiers aurait péri et deux tiers seraient retenus en territoire pakistanais dans « les camps militaires de l’opposition afghane »107. D’après les informations communiquées par l’Etat-major général soviétique, en 1989, le total des disparus et des prisonniers encore détenus s’élève « pour toute la période à 330 hommes dont 21 officiers »108. En admettant encore que des prisonniers soviétiques puissent rester aux mains de la résistance en territoire afghan, à la date de cette réclamation, le total de ces prisonniers ne dépasse pas 500 hommes en 9 ans de guerre, soit un pourcentage annuel insignifiant au regard des effectifs engagés. La période qui s’étend de juin 1988 au 16 février 1989, date qui marque l’évacuation complète des forces soviétiques hors d’Afghanistan, n’amène pas de modification. Aucune unité soviétique constituée n’a capitulé, toutes les redditions furent individuelles.

94Les faits parlent d’eux-mêmes : le pourcentage extrêmement faible des prisonniers, comme des déserteurs, par rapport aux pertes par mise hors de combat, confirme d’une part la rudesse du conflit, sa sauvagerie, mais aussi l’excellente tenue au combat du corps expéditionnaire soviétique composé d’appelés dont beaucoup provenaient des républiques méridionales de l’URSS. Si le même genre de raisonnement devait être établi pour l’armée des Etats-Unis lors de son intervention au Viêt-nam, la comparaison pourrait être en faveur des Soviétiques.

  • 109 In Le Monde du 17 mai 1988.

95A l’occasion du départ du premier contingent qui suivit les accords du désengagement soviétique en Afghanistan, conclus en 1988, une centaine de correspondants de presse, dont une majorité d’Occidentaux, furent invités à visiter les cantonnements soviétiques à Kaboul. « La visite des chambrées ne sera guère instructive, celles-ci étant assez semblables à celles de toutes les armées du monde. Avec cette différence : dans l’un des dortoirs, un lit était situé à l’écart, barré d’un large ruban noir. Sur les draps, un béret, sur l’oreiller, une photo d’un jeune soldat : tué à Khost »109. Lorsqu’une armée, en son sein comme à l’égard de l’extérieur, ne cherche pas à cacher ses pertes, mais au contraire célèbre ostensiblement la mémoire des soldats tombés au combat, c’est qu’elle glorifie le culte du héros et que son moral n’est pas mauvais ! Autre chose est de s’interroger sur l’utilité du conflit !

96Le service militaire soviétique a certes des défauts, il n’en demeure pas moins qu’il donne satisfaction au plan opérationnel : les troupes sont de bonne qualité. Quant à dénoncer ses défauts, c’est plutôt une démarche qui, lorsqu’elle émane des milieux militaires, vise à l’amélioration, et doit être portée au crédit de l’institution.

97Il n’en demeure pas moins qu’il y a bien chute du moral des troupes, mais c’est pour d’autres raisons. En premier lieu, le retrait d’Afghanistan souligne une erreur politique, celle du bien-fondé de l’engagement. Il en découle que l’armée a perdu confiance dans la direction politique du pays qui a ordonné cet engagement, ce qui l’amène à suivre les réformistes. Et il en a bien été ainsi jusqu’à ce qu’il s’avère que la nouvelle direction politique, celle de M. Gorbatchev, était incapable d’empêcher le délitement du pays et les luttes intestines.

98La vacance du pouvoir éclatera, lorsqu’à la fin des années quatre-vingt, l’agitation nationaliste aboutira à la désagrégation de l’URSS, ce qui interviendra en même temps que la chute du pacte de Varsovie et s’accompagnera du retrait des forces stationnées dans les pays anciennement alliés. Le moral des troupes tombera alors, d’autant plus que des difficultés matérielles considérables attendent les militaires lors de leur retour dans ce qui fut l’URSS, notamment en ce qui concerne les casernements et les logements.

99A ce moment, les désertions se multiplieront, tout comme les refus d’obéir aux ordres d’appel sous les drapeaux. De leur côté, les républiques, en passe de devenir indépendantes, inciteront leurs ressortissants à ne pas accepter le service militaire dans les rangs de l’armée de l’Union soviétique, puis de la Communauté des Etats indépendants. Dans l’état de déliquescence où plonge l’URSS, il est hors de question d’engager des poursuites contre les déserteurs. Le constat montre que les désertions et refus de rejoindre ne diminueront pas après la désagrégation de l’URSS, aussi bien en Russie que dans les autres républiques.

100Il y a lieu de considérer, cependant, que la chute du moral des troupes n’est pas à l’origine de l’effondrement du pacte de Varsovie et de l’URSS, mais lui est consécutive. Par ailleurs, au début des années quatre-vingt-dix, le constat de la décomposition de la Russie n’est plus à faire, il s’impose. Dans ce désordre, néanmoins, les Forces armées restent la seule institution stable qui subsiste, avec le moins d’altération.

***

101Les Soviétiques mirent une vingtaine d’années, de 1917 à 1939, pour dépasser toute considération idéologique, et, au nom de l’efficacité, abandonner le concept d’une armée milicienne prôné par Engels. Leur évolution, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, avait abouti à la constitution d’une armée de conscription permanente avec un encadrement de métier, à l’instar de l’armée impériale. Les Soviétiques ont ainsi intégralement repris l’héritage de Pierre le Grand qui, au xviie siècle, avait été le premier à instituer en Europe et dans le monde une armée permanente et nationale. Cela marque la continuité d’une longue tradition nationale : le refus du soldat de métier comme d’étrangers, autrement que dans le cadre d’officiers, au point de repousser la création d’un corps de sous-officiers de carrière. Sous le poids de la nécessité, un corps de sous officiers – sous contrat et non de carrière – a été crée en 1972 avec le seul grade de porte-enseigne ou de midship. Le nombre en est cependant restreint : ce n’est pas la clé de voûte de l’organisation militaire soviétique. Le service militaire obligatoire et universel, institution nationale, est diversifié – 2 ans dans l’armée de terre, 3 ans dans la marine, 1 an pour les sous-officiers de réserve – comme dans l’ancienne armée impériale. Cette absence d’égalitarisme est partiellement gommée par un système de rappel et de préparation militaire.

102L’armée d’active a deux fonctions : en premier lieu fournir des forces en état de disponibilité opérationnelle immédiate ; en deuxième lieu, mobiliser et rendre opérationnelle l’armée de réserve par complètement d’unités à partir d’un recrutement local. En ce domaine encore, l’armée soviétique a retrouvé un héritage de l’Empire qu’elle a combiné avec le principe d’Engels sur la milice.

  • 110 In L’étoile rouge du 3 juin 1989.

103Cependant, en s’amplifiant, les réductions d’effectifs ne permettent pas de conserver à la conscription son caractère universel. L’Union soviétique ne peut échapper à une révision fondamentale de l’organisation du service militaire. Qu’il s’agisse d’abaisser la durée du service ou d’augmenter le volume des forces non combattantes, et de ce fait d’accentuer profondément le fossé existant entre troupes combattantes et non combattantes, tous les éléments constitutifs nécessitant un remaniement fondamental sont en place à l’aurore de la décennie quatre-vingt-dix. Tous les prodromes d’une crise sont donc réunis, prodromes qui ne sont pas sans rappeler la crise de 1960, consécutive à la baisse des effectifs à l’époque, crise conduisant au renversement de Khrouchtchev. « Ne faudra-t-il pas, demain tracer une analogie avec l’année 1960, lorsque 1 200 000 militaires ont été touchés par une réduction d’effectifs ? Car pour nombre d’entre eux, l’écho des vexations sociales résonne toujours »110.

104L’état d’une armée, et singulièrement l’organisation du service militaire, n’est jamais que le reflet très exact de la société dont elle est issue. Le système soviétique confirme le fait.

  • 111 In Pravda du 27 juin 1990. Jazov. La responsabilité du destin de la Patrie.

105La réforme militaire si longtemps attendue et promise n’a toujours pas vu jour au moment où disparaît le pacte de Varsovie. La décomposition de l’Union soviétique prend même de vitesse cette réforme militaire qui reste à élaborer au niveau de ce qui est désormais l’armée russe. Les grandes lignes s’en font jour au travers des discussions et des querelles : maintien de la conscription, diminution de la durée d’un service militaire égal pour tous, création aussi massive que possible de postes d’engagés volontaires par contrat afin d’aboutir à une armée « dont le recrutement se fera sur la base mixte de volontaires et d’appelés »111 conformément au modèle occidental européen, statut des objecteurs de conscience versés dans un service civil.

  • 112 Décision gouvernementale du 30 novembre 1992.

106L’effondrement très rapide du système étatique russe et, en correspondance, la disparition de son administration va amplifier le problème : seuls de 20 à 25 % des appelés en Russie obéissent effectivement aux ordres d’incorporation, en 1992. Le ministère russe de la Défense se résout à préciser les modalités d’engagement des volontaires visant à créer « une armée de militaires volontaires sous contrat »112 sans pour autant abandonner le principe de la conscription. Il s’agit de maintenir ce qui peut l’être, en ménageant l’avenir.

107L’armée soviétique se voulait internationaliste et reflétait plus ou moins la composition multinationale de l’Union soviétique. L’élément russe y était, cependant, prédominant. L’héritage de cette armée soviétique comporte la nostalgie de la grandeur d’une force gardienne de l’intégrité d’une superpuissance faisant pièce aux Etats-Unis. L’histoire de la Russie n’est pas terminée avec la chute du pacte de Varsovie et de l’Union soviétique. L’armée représente une force politique potentielle.

Notes

1 Volojanine. Le service militaire en URSS. Agence de presse Novosti. 15 février 1989.

2 Compte-rendu des débats du 3 juillet 1989 au Congrès des députés du peuple. Agence Tass, repris par l’agence France-Presse.

3 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1977. T. 3, p. 379.

4 In Pravda du 13 octobre 1967.

5 Cf. Mazur. Les textes législatifs de référence à l’usage des officiers de l’Armée soviétique et de la Flotte de guerre. Moscou, 1988. p. 27.

6 Article 5 de la loi du 12 octobre 1967.

7 Article 13 de la loi du 12 octobre 1967.

8 Article 62 de la Constitution de 1977 inchangé dans les amendements de 1988.

9 Article 63 de la Constitution de 1977 inchangé dans les amendements de 1988.

10 Article 4 de la loi du 12 octobre 1967.

11 Cf. Le Monde Diplomatique de mai 1988, Antoine Sanguinetti, vice-amiral d’escadre, L’URSS détient-elle une supériorité navale et chimique ?

12 En russe, « praporčik ».

13 En russe, « mičman ».

14 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1978. T. 6, p. 498.

15 Cf. la Revue internationale de défense. Genève, 1986. N° 11/1986. p. 1598.

16 Article 3 de la loi du 12 octobre 1967.

17 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1977. T. 3, p. 381.
Article 3 de la loi du 12 octobre 1967.

18 Article 17 de la loi du 12 octobre 1967.

19 Article 2 de la loi du 12 octobre 1967.

20 En russe, « rajony ».

21 Cf. Recueil des lois de l’URSS et des décrets du Présidium du Soviet suprême de l’URSS. 1938-1975. Moscou, 1975. T. 2, p. 309 à p. 335.
Cf. La loi de l’URSS sur le service militaire obligatoire. Moscou, 1974.

22 Cf. l’article 34 de la loi du 12 octobre 1967.

23 Cf. L’étoile rouge des 22 et 23 octobre 1987.

24 In Revue militaire soviétique, n° 7, juillet 1989. Badourkine. Commuer la privation de liberté…

25 Cf. l’Encyclopédie soviétique militaire. Moscou, 1977. T. 3, p. 200.

26 Dictionnaire encyclopédique militaire. Moscou, 1986. p. 262.

27 Cf. Izvestija du 22 avril 1988.

28 Cf. Komsomolkaja pravda du 30 mars 1989, déclaration de Guennadi Koucev, vice-président du comité d’Etat pour l’éducation.

29 Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou, 1982. p. 94.

30 Ibidem, p. 85.

31 Ibidem, p. 115.

32 Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou, 1982. p. 116.

33 Epichev. Fidèles aux idées du parti. Moscou, 1981. p. 42.

34 Ibidem, p. 89.

35 Ibidem, p. 79.

36 Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou. 1982, p. 106.

37 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 110, citant Lénine. Œuvres complètes. T. 36, p. 82.

38 Lomov. Le progrès scientifique et technique et la révolution dans les affaires militaires. Washington, 1980. p. 157.

39 Ibidem, p. 158.

40 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 242.

41 Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou, 1982. p. 107.

42 En russe « glasnost ».

43 Cf. Orgakov. L’histoire enseigne la viligance. Moscou, 1985.

44 Communiqué de l’agence France-Presse du 1er avril 1989. L’étoile rouge ou le « lobby » des forces armées soviétiques, par l’envoyé spécial de l’AFP, Christian Millet.

45 Rapport présenté par L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIe congrès du PCUS, le 23 février 1981.

46 Cf. Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou, 1982. p. 66.

47 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 65.

48 Ibidem, p. 63.

49 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 64.

50 Epichev. Fidèles aux idées du parti. Moscou, 1981. p. 75.

51 Ibidem, p. 63.

52 Epichev. Fidèles aux idées du parti. Moscou, 1981. p. 80.

53 In Les nouvelles de Moscou du 17 avril 1989 reprenant le texte d’une déclaration du Premier ministre du gouvernement estonien publiée dans la presse locale le 14 avril 1989, citée par Le Monde du 20 avril 1989.

54 In Pravda du 2 avril 1990. Moissejev. L’appel de printemps.

55 In Pravda du 17 avril 1989.

56 Epichev. Fidèles aux idées du parti. Moscou, 1981. p. 28.

57 Ibidem, p. 47.

58 Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou, 1982. p. 121.

59 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 50.

60 Cf. Rand note. N-1486-NA. Mai 1980. Wimbush et Alexeiev. The ethnic factor in the Soviet armed forces : preliminary findings. Santa Monica – California-USA. Repris et complété par Rand report n° 2787/1 – Juillet 1982. Santa Monica – California – USA.

61 In L’étoile rouge du 17 novembre 1985.

62 Cf. La Revue internationale de défense. N° 4/1986. Genève, 1986. p. 406.

63 In Pravda du 10 juin 1988.

64 Agence Tass, le 21 avril 1989.

65 Déclaration d’Edouard Chevarnadzé, ministre des Affaires étrangères de l’URSS, rapportée par l’agence de presse Novosti, le 18 avril 1989.

66 Déclaration de Guivi Goumbaridzé, Premier secrétaire du CC du PC de Géorgie, rapportée par l’agence de presse Novosti, le 18 avril 1989.

67 In L’étoile rouge du 22 avril 1989.

68 In Kommunist n° 3 de février 1989. Lizicěv. L’armée : discussion sur l’essentiel.

69 Millet, envoyé spécial de l’Agence France-Presse. Entretien avec le lieutenant-général Panov, rédacteur en chef de L’étoile rouge. Agence France Presse. Moscou. 1er avril 1989.

70 Cf. l’agence France-Presse, repris par Le Monde du 19 septembre 1987.

71 Agence France-Presse, repris par Le Monde des 19 et 20 juin 1988.

72 In Liternaturnaja gazeta du 6 mai 1987.

73 Cf. la Revue internationale de Défense. N° 10/1987. Genève, 1987. p. 1306.

74 Cf. Le Monde du 19 septembre 1987.

75 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 68.

76 Cf. Conte. Extrême droite et néo-fascisme en Union Soviétique – Mythe ou réalité ? Travaux. Université de Paris IV. Paris, 1988.

77 In Leningradskaja pravda du 11 juillet 1987.

78 In L’étoile rouge du 3 juin 1990. Jazov. La réforme militaire.

79 In Pravda du 27 juin 1990. Jazov. La responsabilité du destin de la Patrie.

80 In L’étoile rouge du 3 février 1989.

81 In Moskovskije Novosti n° 45, 1988. Savinkine. De quelle armée avons-nous besoin ?

82 In Moskovskije Novosti n° 2, 1989. Khrapko. Soldat, c’est une profession.

83 In Pravda du 14 avril 1989, reprenant une dépêche de l’agence Tass.

84 Cf. L’étoile rouge du 1er janvier 1989. Čičko. Redresser les épaules.

85 In Izvestija du 26 juin 1989. Entretien avec Valdimir Lapiguine, président du comité du Soviet suprême pour les questions de Défense et de sécurité d’Etat.

86 In L’étoile rouge du 26 février 1989. Verbickij. Les questions militaires dans le programme du candidat.

87 In L’étoile rouge du 10 février 1989. Moïssejev. A partir des positions d’une doctrine défensive.

88 In L’étoile rouge du 3 février 1989. Entretien avec le général d’armée Lizičev. L’homme est au centre de la perestroïka.

89 Agence Tass, le 7 juin 1989.

90 Décret du 8 avril 1989.

91 Ibidem, article 7.

92 Ibidem, article 11.

93 Cf. la déclaration du général Moïssejev, chef de l’Etat-major général, lors de la conférence de presse organisée à Moscou, le 20 juin 1989, à l’issue de la visite de l’amiral W. Crowe, chef d’Etat-major interarmées américain, à Mikhaïl Gorbatchev.

94 In L’étoile rouge du 1er janvier 1989. Cičko. Redresser les épaules.

95 In Politique internationale n° 43, printemps 1989. Entretien avec le maréchal Akromejev, chef de l’Etat-majorgénéral conduit par L. Ivanov, journaliste au quotidien moscovite Soveckaja Rossija.

96 In Kommunist n° 3 de février 1989. Lizičev, L’Armée : discussion sur l’essentiel.

97 In L’étoile rouge du 1er janvier 1989. Čičko. Redresser les épaules.

98 In Kommunist n° 3 de février 1989. Lizičev, L’Armée : discussion sur l’essentiel.

99 In L’étoile rouge du 10 février 1989. Moïssejev. A propos des positions d’une doctrine défensive.

100 Cf. la Revue militaire soviétique, n° 7, juillet 1989. Badourkine. Commuer la privation de liberté.

101 Harangue de Ā. Červonopiskij, député, agence Tass, 2 juin 1989.

102 In L’étoile rouge du 3 juin 1989.

103 In L’étoile rouge du 24 mai 1991. Makašov. Une vie digne pour la Russie.

104 Cf. Alexiev. Inside the Soviet army in Afghanistan. The Rand Corporation. The Arroyo Center. Santa Monica. USA. Mai 1988.

105 Cf. l’agence France-Presse, 20 mai 1988.

106 Cf. Pravda du 17 août 1989. Izgarcev. La douleur afghane.

107 Agence Tass, 13 juin 1988.

108 In Pravda du 17 août 1989. Izgarcev. La douleur afghane.

109 In Le Monde du 17 mai 1988.

110 In L’étoile rouge du 3 juin 1989.

111 In Pravda du 27 juin 1990. Jazov. La responsabilité du destin de la Patrie.

112 Décision gouvernementale du 30 novembre 1992.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search