Version classiqueVersion mobile

Stratégie soviétique et chute du pacte de Varsovie

 | 
Henri Paris

Chapitre VI. Le concept stratégique de l’Union soviétique et du pacte de Varsovie

Le concept défensif

Texte intégral

1L’année marquante, amenée par la perestroïka qui ouvre une nouvelle période dans l’histoire de l’URSS et du monde, est 1991, année jalonnée par la chute du pacte de Varsovie et par la disparition de l’URSS en tant qu’entité étatique.

2La perestroïka et la « Nouvelle pensée politique », qui en est issue, eurent un impact tout aussi direct sur le soutien aux luttes de libération nationale et plus généralement sur l’ensemble du concept militaire soviétique. Il n’y a là qu’un processus très normal de cause à effet, puisque un concept militaire se doit d’être l’application d’une stratégie générale. Dépassant le constat d’une guerre nucléaire, perçue désormais comme un suicide collectif, la « Nouvelle pensée politique » était conduite logiquement à abolir tout concept stratégique offensif, dans tous les domaines, aussi bien dans les conflits régionaux qui, dans le Tiers monde, opposaient indirectement l’Est et l’Ouest, qu’en Europe, où persistait le face à face militaire.

3L’élaboration et la mise en œuvre de ce nouveau concept stratégique ont été faites graduellement, non sans tâtonnements, non sans provoquer des débats passionnés, tout comme la perestroïka. Entre la « Nouvelle pensée militaire » et la « Nouvelle pensée politique », rejaillissant sur la perestroïka, s’est instauré un système d’action et de réaction qui a aussi fortement contribué à nourrir les luttes politiques internes à l’Union soviétique.

  • 1 In Pravda du 18 décembre 1989. Intervention du général d’armée Moissiejev au Congrès des députés du (...)

4Parfaitement conscients des impasses et des blocages auxquels s’était heurtée la stratégie militaire de l’Union soviétique et du pacte de Varsovie, les dirigeants militaires se montrèrent à l’origine de fervents adeptes de la perestroïka. Ils y étaient d’autant plus enclins qu’en marxistes-léninistes convaincus, ils étaient imprégnés de l’enseignement d’Engels dont l’un des points forts démontrait qu’une industrie d’armement performante, indispensable à l’équipement des armées, était inséparable d’une puissante économie générale développée. C’est ce que ne cessait de souligner, entre autres, le chef de l’Etat-major général : « Rien ne dépend autant des conditions économiques que l’armée et la marine. L’armement, l’organisation, la tactique, la stratégie dépendent avant tout du niveau de la production atteint à un moment donné et des moyens de communication. La puissance de combat de l’armée, les victoires et les défaites dépendent des conditions économiques et matérielles, du matériau humain et des armes, donc de la qualité et de la quantité de la population et du matériel. Ces paroles sont de F. Engels »1. Or, l’économie soviétique ne cessait de se dégrader, sans que puissent être mises en cause d’autres raisons qu’internes. La réforme était donc indispensable à leurs yeux et l’amplitude du problème nécessitait d’évidence une modification de structure touchant le cadre social de l’Etat.

5Les militaires soviétiques ne deviendront réticents à l’égard de la perestroïka que lorsqu’ils auront la perception qu’elle est à l’origine d’un désordre croissant, sans pour autant apporter de solution aux problèmes qui se posaient à l’économie soviétique.

6Par contre, l’abandon du soutien aux mouvements de libération nationale n’entraîne chez les Soviétiques, quel que soit le courant de pensée auquel ils se réfèrent, aucune réticence. Ils sont devenus sceptiques quant à l’internationalisme appliqué au Tiers monde. Cuba et le Viêt-nam n’en finissaient pas de devoir être soutenus et à la guerre en Afghanistan s’ajoutaient les interventions en Afrique et les ponctions opérées au profit du Nicaragua. L’internationalisme coûtait cher et devenait un fardeau contribuant à faire du Conseil d’aide économique mutuel un échec ressenti par les Soviétiques, comme par leurs alliés du pacte de Varsovie.

  • 2 lakovlev. Ce que nous voulons faire de l’Union soviétique. Entretien avec Lilly Marcou. Paris, 1991 (...)

7Il y a donc accord généralisé sur ce point, ce qu’exprimera l’un des plus proches collaborateurs de M. Gorbatchev, en emportant un assentiment qui ne sera pas démenti par les plus farouches conservateurs. Ainsi, avec la mise en place de la « Nouvelle pensée politique », « les relations avec les pays du Tiers monde ne sont plus soumises à l’orientation politique des pays concernés. Les aides qui ont été accordées à ceux qu’on dénommait à l’époque de Brejnev « les pays à orientation socialiste » l’ont été à tort »2. C’est que, si encore pour Cuba et le Viêt-nam, le soutien se justifiait au plan idéologique, s’il était plus discutable pour le Nicaragua, ce soutien était désormais ressenti comme une erreur profonde pour les pays d’Afrique. Les dirigeants de ces pays à orientation socialiste ne se réclamaient du socialisme que pour obtenir une aide, « leurs labels ne cachaient, dans la plupart des cas, que la lutte pour le pouvoir ».

8Le concept stratégique de l’Union soviétique, drainant derrière lui celui du pacte de Varsovie, est ainsi en complète mutation à la fin des années quatre-vingt. La ligne qu’a définie la « Nouvelle pensée politique »– réduire l’affrontement direct et indirect entre l’Est et l’Ouest – sera imperturbablement poursuivie, marquée par l’abandon du soutien aux luttes de libération nationale et par l’adoption d’une stratégie militaire défensive.

L’abandon du soutien aux luttes de libération nationale

  • 3 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 258.

9La clé de voûte de la « Nouvelle pensée politique » est d’instaurer une sécurité collective grâce notamment à l’Organisation des Nations unies et de son Conseil de sécurité dans lesquels les Soviétiques voyaient désormais le mécanisme de régulation du système international. Selon leur perception, le rôle accru de l’ONU devait offrir le cadre d’un réglement négocié des conflits se substituant à l’affrontement. En ce qui concerne les conflits dans le Tiers monde, il n’en est pas autrement : « Les Nations unies sont le meilleur forum pour en débattre »3. L’URSS donna la démonstration la plus spectaculaire de la mise en œuvre de sa nouvelle politique avec son désengagement militaire d’Afghanistan.

  • 4 Ibidem, p. 257.
  • 5 Iakovlev. Ce que nous voulons faire de l’Union soviétique. Paris, 1991. p. 84.
  • 6 In Komsomolskaja pravda du 19 juin 1988. Entretien avec l’historien V. Dašičev.

10La confrontation avec les Occidentaux avait connu une envolée indiscutable en 1979 avec l’intervention soviétique en Afghanistan. Tout en soulignant que cette intervention avait été réalisée à la demande des dirigeants afghans qui, « à onze reprises, se sont adressés à nous avant que nous consentions à faire entrer dans ce pays un contingent militaire limité »4, les Soviétiques comprenaient bien que cette intervention était perçue comme un expansionnisme armé, aussi bien par les Occidentaux que par les Chinois et par les nations islamiques. Pour la première fois depuis 1945, l’armée soviétique était entrée en campagne, hors du territoire du pacte de Varsovie. Outre la crainte qu’ils inspiraient, les Soviétiques devaient bien reconnaître un échec relatif, en ce sens qu’ils ne pouvaient écraser la résistance. A l’intervention soviétique répondait une ingérence du Pakistan qui offrait son territoire en base arrière à la résistance bénéficiant, par ailleurs, du soutien des monarchies arabes et des Etats-Unis. Les Soviétiques avaient cru à la possibilité d’une action militaire rapide visant à asseoir un régime progressiste en but à des féodaux et à des fondamentalistes religieux. Au bout de plusieurs années d’une guerre qui n’en finissait pas, ils percevaient bien qu’ils étaient tombés dans le guêpier de luttes tribales, aussi bien en ce qui concernait leurs adversaires que leurs partisans. Vivant dans la hantise d’un conflit, l’opinion publique soviétique ressentait très mal une intervention armée déclenchée par l’URSS. « Dans le passé, les Soviétiques ont eu très peur de la guerre. Et l’intervention en Afghanistan fut un grand traumatisme pour tous »5. Dans le domaine économique et social, l’erreur n’allait pas se révéler moins lourde. Les responsables de l’intervention armée en Afghanistan « n’en ont pas évalué les conséquences. Alors que les problèmes sociaux et économiques, qui s’amoncelaient dans notre pays, exigeaient le calme sur le plan international, ils ont placé le pays sous le fardeau d’une guerre »6.

11Un moment, les Soviétiques ont espéré profiter des dissensions au sein de la résistance qui se partage en autant de fractions qu’il y a de chefs de guerre et de courants religieux, sans compter les partis politiques ayant pignon sur rue au Pakistan.

12Néanmoins, impulsées par les Soviétiques réformateurs, à partir de 1985, les négociations de Genève entre Islamabad, défendant la cause de la résistance en sus de sa propre influence, et le régime de Kaboul prennent un tour nouveau avec une volonté affirmée d’aboutir. Parallèlement à ces négociations indirectes, Soviétiques et Américains multiplient les échanges de vues. Les Soviétiques continuent à placer l’ensemble des consultations sous la médiation de l’ONU.

  • 7 Agence Tass, 8 février 1988.
  • 8 Agence Tass, 8 février 1988.

13Le 8 février 1988, l’URSS opère un coup de théâtre. A condition qu’un accord intervienne entre Islamabad et Kaboul avant le 15 mars, l’URSS se déclare prête à évacuer l’Afghanistan en 10 mois, sans lier désormais, cette évacuation à l’établissement d’un gouvernement de coalition qui, tout comme la politique de réconciliation nationale, « est purement une question interne pour l’Afghanistan »7. La seule condition posée à ce « désengagement volontaire » est l’arrêt des « interférences extérieures »8. L’URSS est prête à accepter, quel qu’en soit le régime, un Etat voisin « indépendant », « non-aligné » et « neutre » et se félicite de ce que « le nœud afghan dénoué, l’impact sera considérable sur les autres conflits régionaux ». La première phase du retrait est fixée au 15 mai.

  • 9 Cf. Le Monde du 23 juin 1988.
  • 10 Agence Tass, 13 juin 1988.
  • 11 Cf. le communiqué soviéto-indien publié le 11 février 1988, à l’issue des consultations entre M. Go (...)

14Désespérant d’obtenir l’assentiment de la résistance, Islamabad se résigne à signer, le 14 avril 1988 à Genève, un accord bilatéral avec Kaboul portant règlement politique et rejetant désormais tout interventionnisme. L’accord est garanti par l’ONU, comme par Moscou et Washington. L’accord est, cependant, à peine conclu que toutes les parties s’accuseront de le violer. A la date du 13 juin 1988, les Pakistanais auront déposé une cinquantaine de plaintes auprès de l’ONU et, pour leur part, Soviétiques et Afghans, dix-huit9. Constatant « les violations de l’accord de Genève par l’administration pakistanaise », Gorbatchev et Najibullah, le dirigeant communiste afghan, menaceront « de prendre les mesures de représailles les plus résolues »10, mais ne remettront jamais en cause le retrait ni sa date définitive. De leur côté, les Américains, sans suspendre leur aide à la résistance, ne gêneront pas l’action des Soviétiques. L’Inde, imperturbablement, maintiendra son soutien à Moscou, en conséquence de ses divergences fondamentales avec le Pakistan soutenu par les Etats-Unis11.

  • 12 Cf. Le Monde du 31 janvier 1989.

15Le retrait soviétique, dirigé par le général Gromov, le futur vice-ministre de l’intérieur nommé en 1990, est réalisé à la date prévue du 15 février 1989 et s’est déroulé dans un ordre parfait. Une ambiance de panique règne dans la capitale afghane évacuée en hâte par les représentations diplomatiques, au point que la bannière étoilée est amenée, le 30 janvier au matin, à l’ambassade des Etats-Unis12. Les diplomates occidentaux craignent tour à tour des combats de rue, un coup d’Etat perpétré par les désespérés du régime et, dans tous les cas, une sanglante épuration à laquelle ne manqueront pas de se livrer les mouvements de résistance victorieux. La chute du régime de Kaboul était donnée comme certaine.

  • 13 Déclaration du ministère des Affaires étrangères de l’URSS, à l’occasion du 3eanniversaire du retra (...)

16Contrairement à toutes les prévisions, le retrait militaire soviétique n’a pas eu pour conséquence la chute du régime communiste afghan. Celui-ci, en 1991, est encore en place. Par contre, le pays reste plongé dans la guerre civile. Selon les Soviétiques, « cela s’explique surtout par la politique obstructionniste d’une partie des forces engagées dans le conflit afghan, en particulier du Pakistan. Loin de cesser, l’ingérence dans les affaires intérieures de l’Afghanistan et l’aide importante que ce pays accorde à l’opposition afghane depuis le territoire pakistanais ont tendance à augmenter »13. La seule solution demeure un règlement politique qui est possible, « si l’opposition afghane et ses tenants renoncent à exiger du gouvernement afghan, sous la forme d’un ultimatum, qu’il se retire de la scène politique, et s’ils renoncent aux méthodes de force qu’ils pratiquent à son encontre ». Et les Soviétiques maintiennent intégralement leur soutien à Kaboul jusqu’à la chute du régime communiste, en 1992, ce qui n’amènera pas pour autant la fin de la guerre civile.

  • 14 Cf. Le Monde du 15 septembre 1989. Krauze. Washington s’interroge sur ses erreurs avec référence au (...)

17A l’inverse, les Américains ralentissent considérablement leur aide à la résistance, d’autant plus qu’ils se fatiguent de la voir se dissiper, pour une part au profit du Pakistan chargé de la répartir, ou se diluer aussi, pour une autre part, dans des trafics divers auxquels se livrent les mouvements de résistance14. Le Pakistan, persistant à vouloir se doter d’un armement nucléaire, s’attire aussi l’hostilité de Washington. La résistance afghane cherchant les faveurs américaines a beau envoyer un contingent symbolique participer à la guerre du Golfe, en 1990, aux côtés des Occidentaux, la position américaine ne sera pas infléchie. La guerre civile en Afghanistan a quitté la scène internationale.

18Le résultat, globalement, est paradoxal : l’évacuation militaire soviétique d’Afghanistan a d’abord renforcé la légitimité de Kaboul. Cela aurait pour tendance de confirmer l’erreur que fut l’intervention armée des Soviétiques. La région n’en reste pas moins un foyer de tensions. Quelque 5 millions de réfugiés afghans continuent de vivre au Pakistan et en Iran, en 1991.

  • 15 Cf. Le Monde du 15 septembre 1989. Krauze. Washington s’interroge sur ses erreurs avec référence au (...)
  • 16 In Le Monde du 25 août 1988. Entretien avec le Secrétaire général de l’ONU, Perez de Cuellar.

19Au bilan donc, le désengagement militaire soviétique s’est révélé un succès de la « Nouvelle pensée politique ». La formule adoptée, négociations bilatérales doublées d’une recherche de l’égide des Nations unies, corrobore donc la justesse du modèle employé et, surtout, la validité de l’importance des Nations unies, aussi bien dans la politique de désengagement que dans la construction d’un système de sécurité collective. Cette politique est clairement appréhendée par le Secrétaire générale de l’ONU, pour qui, à l’occasion du conflit afghan, « les Soviétiques ont découvert brusquement que les Nations unies sont un champ d’activité diplomatique très important et non pas simplement un lieu de propagande. Ils ont vu que les Américains tournent le dos aux Nations unies et ils en profitent. Ils veulent utiliser ce mécanisme »15. Les limites de l’action de l’ONU, en ce qui concerne toujours le conflit afghan, sont, cependant, lucidement reconnues par l’institution elle-même : « Je serai honnête : nous avons été utilisés par les superpuissances. Notre rôle a été important. Nous avons préparé le terrain, mais c’est grâce à la détermination de Moscou et de Washington de mettre fin à la guerre que nous avons réussi »16.

20Les Soviétiques vont donc généraliser ce modèle dans leur politique à l’égard du Tiers monde, quitte à distendre, voire à renier de vieux liens, comme ceux qu’ils avaient avec Cuba.

21Les Soviétiques se sont engagés en Afghanistan au nom de l’internationalisme. Ils s’en désengagent, mettant leur allié de Kaboul devant le fait accompli. Le pacte de Varsovie est à peine présent dans le processus, entérinant la politique voulue par Moscou dans toutes ses évolutions. L’abandon des autres soutiens aux luttes de libération nationale ne s’embarrassera même plus d’une référence au pacte de Varsovie, aussi vague soit-elle.

22Le désengagement vis-à-vis de Cuba, s’il fut moins éclatant que celui de l’Afghanistan – et donc moins médiatisé – présentait pour les Soviétiques un problème d’une complexité autrement plus redoutable. En effet, à la question intrinsèque de Cuba, historiquement premier Etat du Tiers monde à avoir dépassé le stade de l’orientation socialiste pour être reconnu comme socialiste et, à ce titre, membre du Conseil d’aide économique mutuel ainsi que de la Communauté socialiste, s’ajoutait celle de Cuba, plate-forme stratégique de l’internationalisme prolétarien axée aussi bien vers le continent américain qu’africain. Cuba était donc la clé majeure d’une solution aux conflits régionaux dans lesquels les Soviétiques étaient impliqués, tant dans le Sud-Ouest africain qu’en Ethiopie et au Nicaragua. Faire partager au régime castriste les vues de la perestroïka et de la « Nouvelle pensée politique » allait se révéler une entreprise beaucoup plus compliquée que pour l’Afghanistan.

  • 17 Discours prononcé par M. Gorbatchev, le 4 avril 1989, à la session solennelle de l’Assemblée nation (...)
  • 18 Agence Tass, 16 juin 1991.
  • 19 Discours prononcé par M. Gorbatchev, le 4 avril 1989, à la session solennelle de l’Assemblée nation (...)

23Cuba, en butte à l’hostilité militante des Etats-Unis, « a bénéficié d’un soutien invariable de la part de la Communauté socialiste »17, ne subsistant économiquement que grâce à l’aide de l’URSS et des pays du pacte de Varsovie et sous la protection des accords soviéto-américains des années soixante, en vertu desquels les Etats-Unis continuaient à s’abstenir de toute action directe visant sa déstabilisation. Au plan interne, Cuba maintient une stricte orthodoxie, manifestant les plus grandes réticences envers la perestroïka, et « est très circonspect à l’égard du pluralisme d’opinion dans les médias soviétiques »18, au point d’interdire, en 1989 comme en 1991, toute une série de publications soviétiques. Au plan externe, Fidel Castro et ses tenants expriment une franche opposition envers la « Nouvelle pensée politique » qui les obligeait à abandonner leur vocation de champion de l’internationalisme, tant au sein du Mouvement des non-alignés que par l’influence qu’ils prétendaient exercer auprès des révolutions sur le continent américain et africain. La pression soviétique, prenant forme d’ultimatum, est particulièrement nette, lorsque M. Gorbatchev, saisissant l’occasion de la signature d’un traité d’amitié et de coopération, conclu à La Havane le 4 avril 1989, leur intime « sans ambages que nous sommes catégoriquement contre toute les théories et les doctrines qui justifient l’exportation de la révolution ou de la contre-révolution, contre toutes les formes d’ingérence étrangère dans les affaires d’Etats souverains. C’est seulement sur cette base qu’il est possible de régler les conflits régionaux existants et d’empêcher l’apparition de nouveaux conflits »19. Quant aux corps expéditionnaires cubains en Afrique, la position soviétique est tout aussi sans ambages : alors qu’ils connaissaient de réels succès militaires, les Cubains n’ont plus qu’à les rapatrier, notamment d’Angola, puisque « cette noble mission historique touche aujourd’hui à sa fin ».

  • 20 In Pravda du 6 avril 1989. Conférence de presse conjointe, tenue à La Havane le 4 avril 1989, par M (...)
  • 21 Cf. Le Monde des 21 et 22 avril 1991.

24Les Soviétiques tiennent à préciser, de même, leur position en matière de coopération. Evoquant le poids économique que représente Cuba, M. Gorbatchev impose un effort de rigueur, soulignant qu’« il est absolument nécessaire d’être plus sévère et plus discipliné pour que les engagements mutuellement contractés soient bien remplis, et en temps utile ». En effet, persiste, entre autres, la question de la dette cubaine. Or, selon l’aveu même de Fidel Castro, « l’échéance des dettes était reportée, ou le paiement des intérêts était tout simplement annulé »20 et la situation ne pouvait perdurer. La seule ressource de Cuba est son sucre que Moscou acceptera encore de lui payer au double du cours mondial, en 1991, lui procurant ainsi 2,2 milliards de dollars, soit 80 % des recettes cubaines en devises convertibles21.

  • 22 Discours prononcé par M. Gorbatchev, le 4 avril 1989, à la session solennelle de l’Assemblée nation (...)
  • 23 Article 7 du traité d’amitié et de coopération entre l’Union des républiques socialistes soviétique (...)

25Les relations soviéto-cubaines étaient assez tendues lors de la signature du traité de 1989 pour que M. Gorbatchev tente de minimiser le désaccord, affirmant qu’« on prétendait que notre rencontre avec le camarade Castro serait non pas une rencontre d’amis de longue date, ce qu’elle est effectivement, mais une rencontre d’ennemis, ou peut s’en faut. Ce sont là des élucubrations ». Il n’en demeure pas moins que le traité ne comporte aucune clause d’alliance ou de soutien militaire. Bien plus, les Soviétiques spécifient très explicitement que « l’Union soviétique ne possède pas et n’a aucune intention d’installer en Amérique latine des bases navales, aériennes et de missiles »22. Ils s’en tiennent strictement à l’accord soviéto-américain sur Cuba, ne se proposant « d’y déployer ni d’armes nucléaires ni d’autres types d’armes d’extermination massive ». Par contre, le traité fait obligation aux parties de contribuer « à promouvoir la mise en place d’une sécurité internationale globale »23, comme « au règlement politique des conflits régionaux et à l’élimination des foyers de tension par voie de négociation, sur la base du respect de la souveraineté et du droit des peuples à l’autodétermination et au libre choix, sans aucune ingérence étrangère, de leur régime politique et social ». La croisade internationaliste est bien finie !

26Isolés, les Cubains n’ont d’autre ressource que de s’incliner : ils évacuent leurs forces d’Afrique. De leur côté, les Soviétiques rapatrient leurs coopérants militaires. Parallèlement, les négociations ouvertes directement ou indirectement par les Soviétiques, sous l’égide ou non de l’ONU, aboutissent à des séries de règlements.

27Au Nicaragua, les Américains imposent aux Contras, qu’ils soutiennent, de cesser la lutte armée, tandis que les Soviétiques amènent le régime sandiniste à accepter des élections générales qu’il perdra, le 25 février 1990, face à une coalition hétéroclite conduite par Violeta Barrios de Chamorro. La démobilisation des combattants contras et sandinistes s’effectue sous le contrôle d’un groupe d’observateurs militaire de l’ONU.

28Dans le Sud-Ouest africain, après plusieurs tentatives avortées, finalement, à l’issue de négociations quadripartites mêlant l’Angola, Cuba, l’Afrique du Sud et les Etats-Unis, un accord de cessez-le-feu est conclu, le 8 août 1988, entre l’Afrique du Sud, l’Angola et Cuba. Le 22 décembre 1988, deux accords de paix sont signés à New York sur l’indépendance de la Namibie et le retrait des Cubains d’Angola. L’attitude de Moscou à l’égard de Luanda et de Kaboul relève de la même méthode politique.

  • 24 In Le Monde du 29 mai 1991.

29En Ethiopie, le retrait progressif des Cubains accompagné de celui des quelque 4 000 conseillers militaires soviétiques, en mars 1990, a pour but de faire pression sur le régime de Mengistu afin de l’amener à négocier. L’opération est un échec. Les tentatives éthiopiennes de se rapprocher des Etats-Unis n’avaient eu pour résultats que des accords avortés de cessez-le-feu et une ultime négociation avec la rébellion, sous arbitrage américain, qui eut son épilogue à Londres, le 27 mai 1991. Le Secrétaire d’Etat adjoint américain aux Affaires africaines annonce, clairement, son dessein politique : « Le gouvernement américain recommande que les forces du Front révolutionnaire démocratique du peuple éthiopien pénètrent dans la ville pour aider à la stabilisation de la situation »24. C’est ainsi qu’Addis Abeba, assiégée, tomba le lendemain, aux mains des Tigréens pro-islamiques, avec la bénédiction américaine.

30Moscou ne voulait pas cela et préférait une négociation réussie donnant l’indépendance à l’Erythrée, l’autonomie au Tigré et l’instauration d’un régime modéré éthiopien. L’ensemble de ces facteurs devait procurer la stabilité à la région. Or, le système que les Américains ont décidé de promouvoir conduit à terme à l’instabilité. En effet, leur erreur d’analyse est de taille ! Pour les besoins de la cause, les Tigréens se sont délivrés un brevet de démocratie que Washington, dans sa méconnaissance de l’Afrique, a accepté.

31L’initiative américaine introduisait de nouveaux germes de guerre civile. Si l’URSS s’efface, la corne nord-est de l’Afrique n’a gagné ni la paix ni la stabilité : elle reste à la merci de tous les interventionnismes. Avec l’épisode éthiopien s’achève le soutien aux luttes de libération nationale apporté par l’URSS en coopération avec Cuba, aussi bien en Afrique qu’en Amérique latine.

32Le désengagement soviétique d’Asie est tout aussi prononcé, mais s’opère avec des résultats moindres encore que dans les autres régions du monde. L’URSS, en effet, s’y heurte à une conjonction de forces contraires plus forte que sur les continents africain et américain : la Chine, le Japon, les Etats-Unis, tandis que l’allié, le Viêt-nam, est encore plus difficile à manier que Cuba.

  • 25 Cf. Chevardnazé. L’avenir s’écrit liberté. Paris, 1991. p. 288.

33Très activement poursuivies depuis 1985, les négociations sino-soviétiques aboutissent à une normalisation et à une identité de vue. Les conditions mises par les Chinois à la normalisation ont été remplies, entre autres par le retrait militaire d’Afghanistan et la réduction notable du niveau des forces armées en Asie. Cependant, dans les relations soviéto-chinoises telles qu’elles s’établissent dans le courant de la décennie quatre-vingt et au début des années quatre-vingt-dix, « le problème clé, c’est le Cambodge et la présence militaire vietnamienne dans ce pays »25. Or, les Soviétiques ont le plus grand mal à persuader leur allié vietnamien de cesser de soutenir militairement le régime de Pnom-Penh. Ils y arrivent, mais ce n’est pas pour autant que disparaissent les diverses factions en présence. La guerre civile persiste, sous le regard des forces de l’ONU.

34Le désengagement des Soviétiques est réussi, en ce sens qu’il y a disparition de l’affrontement avec la Chine et les Etats-Unis, mais au prix de l’effacement. L’URSS n’est désormais présente en Asie que par sa masse sibérienne, ce qui se révèle insuffisant pour lui permettre de rester dans le concert régional en tant qu’acteur déterminant.

  • 26 Déclaration de M. Gorbatchev. Secrétaire général du CC du PCUS, le 9 avril 1988, lors de la visite (...)
  • 27 Cf. Déclaration d’E. Chevardnadzé, ministre des Affaires étrangères de l’URSS, à l’ONU, le 9 juin 1 (...)
  • 28 Cf. Communiqué commun soviéto-égyptien, publié, le 21 mai 1988, à l’issue de la visite à Moscou du (...)

35Le rapprochement avec Israël a été entamé, en 1987, par l’installation d’une délégation consulaire soviétique à Tel-Aviv et, en 1988, par la réciproque israélienne à Moscou, ainsi que par l’objurgation faite à Yasser Arafat de « tenir compte des intérêts de sécurité d’Israël »26 en exhortant l’Organisation de libération de la Palestine à reconnaître l’Etat hébreu. Cependant, le ministre des Affaires étrangères soviétique déclarait, parallèlement, à l’ONU que la normalisation des relations n’interviendrait qu’avec l’acceptation israélienne du principe d’une Conférence internationale sur le Proche-Orient, tenue sous l’égide de l’ONU27. Ce même principe entraînait une convergence de vue entre l’URSS et l’Egypte, en 198828. Lors de la guerre du Golfe, l’URSS défendait encore ce principe d’une Conférence internationale, auquel adhérait la France et auquel se refusait toujours Israël soutenu par les Etats-Unis et, en mai 1990, la fusion – si ce ce n’est l’absorbtion – de la République démocratique populaire du Yémen avec son voisin du nord souligne l’effritement des positions soviétiques dans la région. La République démocratique populaire du Yémen avait signé avec l’URSS un traité d’amitié et de coopération englobant des clauses militaires, en 1979, et était liée au CAEM. A ce titre, elle relevait de la catégorie des Etats d’orientation socialiste. Pourtant, durant les huit années de guerre entre l’Irak et l’Iran, l’Union soviétique avait réussi le tour de force de préserver ses liens avec les deux belligérants, tout en établissant des relations diplomatiques avec le Sultanat d’Oman, l’Emirat des Etats arabes unis et le Qatar. L’URSS finira par établir des relations diplomatiques avec Israël en octobre 1991, quelques jours avant la tenue de la Conférence internationale de Madrid, à laquelle participent Israéliens et Arabes, dont des Palestiniens, mais pas sous l’égide de l’ONU, ce qui constitue un nouvel effacement de la position soviétique.

  • 29 Primakov. Missions à Bagdad. Histoire d’une négociation secrète. Paris, 1991. p. 46.
  • 30 Ibidem, p. 33.

36La crise et la guerre du Golfe, ouverte le 2 août 1990, par l’invasion irakienne du Koweit, sont une conséquence directe de la « Nouvelle pensée politique ». En effet, Saddam Hussein ne perçoit pas les modifications de l’ordre international dues à la fin de l’affrontement entre l’Est et l’Ouest. De ce fait, il ne peut plus compter sur un appui soviétique même tacite. Le ministre des Affaires étrangères irakien, Tarek Aziz, en fera amèrement le reproche, en octobre 1990, au vice-ministre des Affaires étrangères, Evguéni Primakov, accusant, d’autre part, la partie soviétique de ne pas se comporter conformément à l’accord de coopération conclu entre l’Irak et l’URSS. La réponse d’Evguéni Primakov fut cinglante : « Pourquoi vous, la seconde partie contractante de l’accord, avez vous omis de signaler à Moscou votre intention, puis votre décision, d’envahir le Koweit ? »29. Le soutien quasi automatique des Soviétiques à un ennemi de Washington et de ses alliés appartenait à une période révolue. Saddam Hussein ne l’avait pas compris, tandis que les Soviétiques se souvenaient de « la répression brutale contre les communistes irakiens »30 qu’il avait déchaînée.

  • 31 In Pravda du 23 février 1991. Nous servons l’Union soviétique ! Notre interlocuteur est le Ministre (...)
  • 32 Déclaration télévisée du Président Gorbatchev sur le conflit dans le Golfe, le 17 janvier 1991. Age (...)
  • 33 Déclaration conjointe du Secrétaire d’Etat américain J. Baker et du ministre des Affaires étrangère (...)

37Prônant l’intangibilité des frontières, les Soviétiques ne pouvaient admettre l’annexion du Koweit par l’Irak à la suite de l’invasion du 2 août 1990, perpétrée par surprise à l’encontre d’un Etat reconnu par l’ONU et par l’URSS. Que cet Etat, aux yeux des Soviétiques, soit éminemment critiquable, tant en raison de son régime alliant un principe monarchique lié au capitalisme des pétro-dollars que de ses alliances séoudiennes et américaines traditionnelles et de ses positions en faveur de la résistance lors du conflit afghan, était secondaire par rapport aux options nouvellement défendues. Le ministre de la Défense soviétique rappelle à ce sujet qu’« on ne saurait disculper Saddam Hussein. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises agressions. Une agression reste une agression »31. De plus, l’intangibilité des frontières représente un fondement de toujours de la politique soviétique, défendu, entre autres, lors de la conférence d’Helsinki en 1975, et auquel s’étaient ralliés les réformateurs. Le refus de l’usage de la violence armée, directement issu de la « Nouvelle pensée politique », quelle qu’en soit la justification, au profit de la négociation et d’une recherche de solution politique, fournissait aux Soviétiques un deuxième motif pour leur interdire d’entériner le coup de force irakien, faute de se déjuger radicalement. « Dès le début de l’agression irakienne, l’URSS a fait tout ce qui dépendait d’elle pour résoudre pacifiquement ce grave conflit international »32 avec pour but « de restituer au Koweit son indépendance par des moyens politiques ». Les Soviétiques n’avaient donc plus qu’à se joindre aux Américains et de convenir avec eux « que le retrait de l’Irak du Koweit doit rester le but de la communauté internationale »33.

  • 34 In Soveckaja Rossija du 31 janvier 1991.
  • 35 Cf. l’entretien accordé par le général Moissejev, chef de l’Etat-major général des Forces armées so (...)
  • 36 Déclaration d’A. Belogonov, vice-ministre des Affaires étrangères de l’URSS, le 18 janvier 1991. Ag (...)
  • 37 In Pravda du 23 février 1991. Nous servons l’Union soviétique ! Notre interlocuteur est le maréchal (...)

38L’unanimité, néanmoins, ne règne pas chez les Soviétiques, loin s’en faut. Les conservateurs accusent le gouvernement de suivisme à l’égard des Américains, surtout après le déclenchement des opérations aériennes qui donnent lieu à « un véritable génocide du peuple irakien »34. Le parti communiste demande à « la Direction soviétique d’entreprendre des démarches auprès du Conseil de sécurité et de la communauté internationale de façon à éviter l’effusion de sang et à proclamer un cessez-le-feu ». L’Iran ne tardera pas à adopter une position semblable, qu’observeront également les pays du Maghreb, ce qui amena les conservateurs suivis par les armées, puis par le gouvernement, à craindre une extension du conflit35. C’est cette même crainte qui conduit l’URSS à s’élever contre les tirs de missiles Scud opérés par les Irakiens contre Israël durant la guerre. « Cet acte a pour but, cela est parfaitement clair, d’essayer de transformer le problème du Koweit en un affrontement régional global, d’allumer l’incendie de la guerre dans tout le Proche-Orient »36. A toutes fins utiles, la zone des combats n’étant pas tellement éloignée des frontières méridionales de l’URSS, le ministre de la Défense fit « renforcer la permanence opérationnelle, la surveillance aérienne et spatiale, le dispositif de guerre électronique. La reconnaissance spatiale agissait sur un mode omnidirectionnel. Il n’était pas indispensable d’élever à un degré supérieur la disponibilité opérationnelle des troupes et des forces de la flotte »37.

39Les Américains, pour leur part, soutenus par les Occidentaux, entendaient se placer sous la caution de l’ONU pour contraindre les Irakiens à résipiscence. En effet, froidement déterminés à prendre la tête d’une coalition militaire composée de forces occidentales et arabes et à engager massivement leurs propres troupes, les Etats-Unis ressentaient l’impérieuse nécessité de l’aval moral qu’exprimait un mandat des Nations unies : l’enjeu était de rétablir le droit international violé par l’annexion du Koweit, mais aussi de restaurer, et même d’affermir, la stabilité dans la région du Golfe. Or, cette stabilité, marquée du sceau de la prépondérance des Etats-Unis, était la seule apte à assurer la sauvegarde de l’intérêt vital que représentaient pour eux les ressources pétrolières de la région. A ces raisons, s’ajoutait celle, inavouée, de prendre leur revanche sur leur défaite au Viêt-nam. L’armée américaine devait donc conduire la croisade du Droit ! Et au nom du Droit, défiler, victorieuse, à New York ! Et en outre, briser l’accession des Irakiens à la puissance nucléaire, ce qui rencontrait l’assentiment de Moscou.

  • 38 Agence Tass, le 28 novembre 1990.
  • 39 Cf. les agences Novosti et France-Presse, le 28 novembre 1990.

40Quant aux Soviétiques, ils étaient d’autant plus enclins à porter la question koweïtienne devant le Conseil de sécurité de l’ONU qu’agir autrement eut été condamner la « Nouvelle pensée politique ». Face au négativisme irakien à l’égard des résolutions du Conseil de sécurité, il ne leur restait qu’à se ranger aux côtés des Américains. L’alignement des Soviétiques tenait également à leur recherche du partenariat économique américain et de la sphère sous son contrôle. Le président soviétique, le 27 novembre 1990, relate38 avoir apostrophé la veille le ministre des Affaires étrangères irakien, Tarek Aziz, pour lui signifier : « Gardez bien à l’esprit que nous ne reculerons pas. C’est une affaire de principe pour nous ». Certes, une affaire de principe ! Mais, qui s’accomode parfaitement des intérêts moraux et matériels de ce qui reste de l’URSS : le 27 novembre 1990, un entretien avec le ministre séoudien des Affaires étrangères a été conclu par l’octroi d’un prêt de 4 milliards de dollars à l’URSS39. En d’autres circonstances, ce prêt eut été impossible ! Par ailleurs, les 4 milliards de dollars séoudiens ont disparu dans le tonneau des Danaïdes soviétique !

  • 40 Cf. L’humanité du 10 septembre 1990

41Gorbatchev avait misé sur une aide massive occidentale, et notamment américaine, pour soutenir le plan de redressement – un de plus – qu’il élaborait et pour insérer l’économie soviétique, plus malade que jamais, au sein du système mondial. A l’horizon, se profilait la réunion du G-7, le groupe des sept pays les plus industrialisés et donc les plus riches, qui devait se tenir à Londres, en juillet 1991, et auquel le président soviétique espérait être invité ! Le gouvernement soviétique avait également besoin d’une neutralité américaine dans les démêlés qui l’opposaient à ses républiques en mal de nationalisme ! Les positions soviétiques expliquent ainsi l’identité de vue soviéto-américaine sur le réglement de la crise du Golfe, intervenue lors du sommet Bush-Gorbatchev d’Helsinki, le 9 septembre 1991, ce qui n’est pas sans provoquer la réprobation du parti communiste français40. Il en est de même de l’accord soviétique à l’ONU, le 25 septembre 1990, sur un recours éventuel à la force des armes, ce que Moscou cherche à placer sous l’autorité de l’ONU en proposant d’activer un comité des chefs d’état-major prévu par la Charte. Ce fut en vain, les Américains tenaient trop à assurer le commandement effectif des forces multinationales.

  • 41 Primakov. Missions à Bagdad. Paris, 1991. p. 9.

42Cependant, se refusant à abdiquer son statut de superpuissance, l’URSS entendait jouer un rôle conforme à son statut dans le règlement de la crise et poussait en avant la solution qu’elle avait toujours défendue. Pour elle, « la crise du Golfe persique a mis à l’ordre du jour une nécessité urgente : la recherche d’une structure régionale fiable, que l’on ne saurait édifier sans régler tous les conflits qui déchirent cette zone et, en premier lieu, le conflit israélo-arabe »41. Utilisant son rapprochement avec Israël, l’URSS s’efforce d’amener à ses vues les Etats-Unis. Elle accepte ainsi l’optique irakienne qui conditionne le réglement du problème du Koweit à celui de la Palestine, trouve des points d’accord avec les Français et se heurte à l’intransigeance des Israéliens, des Britanniques et « in fine » des Américains, bien décidés à imposer une solution militaire.

  • 42 Ibidem, p. 150.
  • 43 Cf. la déclaration du porte-parole de la Maison-Blanche, le 19 février 1991. Agence France-Presse.
  • 44 Message sur l’état de l’Union, prononcé par le Président Georges Bush devant le Congrès des Etats-U (...)

43S’efforçant de promouvoir une solution politique, comme de se saisir d’une position de médiateur en accord avec le rôle qu’il voulait jouer dans le concert international, le gouvernement soviétique confie au vice-ministre des Affaires étrangères, Evguéni Primakov, la charge de mener des négociations spéciales auprès des Irakiens. Le préalable passe par l’application de la résolution 660 du Conseil de sécurité exigeant le retrait irakien du Koweit. Après bien des palabres et des acceptations entremêlées de discours propagandistes, sur l’insistance des Soviétiques, à la veille de l’ultimatum posé par l’ONU, les Irakiens finirent par s’incliner. Le 23 février à 12 h 05, au centre de presse du ministre des Affaires étrangères de l’Union soviétique, Tarek Aziz « rendait publique la décision du gouvernement irakien de retirer immédiatement et inconditionnellement toutes ses troupes du Koweit et se référait explicitement à l’ensemble du plan élaboré à Moscou »42. Gorbatchev entreprit sur le champ le ballet des consultations avec les représentants des puissances présentes au Conseil de sécurité et sur le terrain. Il s’agissait de soumettre les propositions irakiennes à une session extraordinaire du Conseil de sécurité convoqué à cet effet et, pour cela, de suspendre le déclenchement de l’offensive occidentale aéroterrestre fixée au 24 février 1991. Les Américains s’y refusèrent arguant d’une dernière manœuvre dilatoire irakienne. Les Britanniques, hantés par le souvenir de la zone d’influence qu’avait été pour eux la région du Golfe et plus précisément l’Irak, poussèrent les Américains à l’intransigeance : la Maison-Blanche fit savoir que les opérations militaires seront poursuivies selon le calendrier prévu43. L’obtention d’une victoire totale permettait, entre autres, de donner une réalité concrète au rôle dirigeant que le président des Etats-Unis promettait à son pays dans son message sur l’état de l’Union : « Aujourd’hui, dans un monde en évolution rapide, le rôle dirigeant des Etats-Unis est indispensable »44. Le temps, alors, manqua pour que l’acceptation irakienne puisse prendre corps. Le 24 février, à l’aube, les forces terrestres occidentales passaient massivement à l’attaque, conduisant l’Irak à capituler, en se soumettant inconditionnellement à toutes les résolutions de l’ONU.

  • 45 Cf. la déclaration du gouvernement soviétique du 24 février 1991. Agence Tass.
  • 46 Primakov. Missions à Bagdad. Paris, 1991. p. 153.
  • 47 In Komsomolskaja pravda du 26 février 1991.

44Les Soviétiques auraient pu concevoir de l’amertume à l’égard des Américains à la suite de l’échec de leur médiation. Et ils en conçurent effectivement45. Si Saddam Hussein avait trop tardé avec ses vains marchandages, ne comprenant pas que l’annexion pure et simple du Koweit, Etat souverain, était inacceptable dans le nouveau contexte, par contre les Américains avaient fait preuve de rigidité en ne repoussant pas la date de l’ultimatum, ce qui aurait permis une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité, l’acceptation du plan d’évacuation du Koweit élaboré à Moscou et aurait évité l’assaut terrestre. En fait, les Américains voulaient absolument une guerre victorieuse, non seulement pour rétablir la stabilité dans le Golfe, telle qu’ils l’entendaient, mais aussi pour affermir leur prédominance dans la région et leur rôle dirigeant dans le concert international. Ils n’étaient pas prêts de se laisser ravir leur victoire par une médiation soviétique, ce qui aurait, de plus, contribué à la rémanence du statut de superpuissance de l’URSS. Cela n’est pas sans conséquences, car, pour les Soviétiques comme pour bien d’autres, « la solution militaire du conflit par une opération de guerre démonstrative et massive menée par les Etats-Unis exercera une influence négative sur les événements futurs »46. Quant au partenariat soviéto-américain, il est sérieusement mis à mal par cette même intransigeance guerrière qui pose, même pour les réformateurs soviétiques, un terme à la confiance entre les deux pays et « aux rêves romantiques de leur coopération en vue de l’établissement d’un nouvel ordre mondial »47.

  • 48 Déclaration de V. Ignatenko, porte-parole de M. Gorbatchev, le 26 février 1991. Agence Tass.

45Il était, cependant, hors de la portée des Soviétiques de manifester concrétement leur amertume. En effet, « la compréhension soviéto-américaine reste la base stratégique des deux pays »48. Les Soviétiques étaient empêtrés dans leur chaos politique et économique interne. Leur ministre des Affaires étrangères, Chevardnadzé, venait juste de démissionner dans les derniers jours de décembre 1990, tandis que son successeur, Bessmertnykh, était à peine en place. Leur effacement de l’arène internationale ne leur permettait pas de prendre parti contre le marché américain autorisant la Syrie à occuper le Liban en échange de son appui dans la guerre du Golfe. Et pas plus d’intervenir en faveur des soulèvements kurde ou chiite qui suivirent la guerre du Golfe, soulèvements que les Américains avaient considérablement contribué à promouvoir avec leurs appels à renverser Saddam Hussein et son régime baassiste.

  • 49 Conférence de presse de M. Gorbatchev, Président de l’URSS, au Soviet suprême, le 12 juillet 1991. (...)

46M. Gorbatchev ne tira que de médiocres dividendes de sa politique dans le Golfe et plus généralement de sa recherche du partenariat américain. Invité à l’issue du sommet du G – 7 de Londres, auquel il se rendit, comme il le déclara non « pour se mettre à genoux et supplier »49 – ce qui traduit bien un état d’esprit – mais pour proposer « une nouvelle coopération économique », il quitta la capitale britannique, le 19 juillet 1991, sans avoir reçu l’aide financière escomptée. Tout au plus avait-il obtenu un succès d’estime lorsque, par un discours-fleuve précédé de l’envoi d’une longue lettre en 10 points, il avait expliqué aux Sept son projet de redressement de l’économie soviétique et son désir de la faire entrer dans le concert des pays à économie de marché. Mais aussi, il lui avait fallu s’entendre répéter par les Japonais que le problème des Kouriles restait incontournable. Il lui avait fallu se laisser intimer par les Américains la cessation de tout soutien en faveur de Cuba pour prix de la promesse d’une insertion de l’URSS dans l’économie mondiale. Date avait été prise avec le président américain pour un tout prochain sommet donnant lieu à la signature des accords START sur la réduction des armements nucléaires stratégiques, non sans que l’URSS accepte de fortes concessions. Seul résultat positif marquant, le président soviétique était invité au sommet suivant du G-7, à Munich, par le Chancelier Kohl qui l’organisait et qui songeait à une « Ostpolitik » de nouvelle manière. Et le Secrétaire d’Etat américain James Baker parcourait le Moyen et le Proche-Orient, en passant par Damas et Jérusalem, afin d’y instaurer sa paix américaine.

  • 50 Prestation télévisée conjointe de M. Gorbatchev et de B. Elstine à la chaîne ABC, le 6 septembre 19 (...)
  • 51 Cf. la conférence de presse du maréchal Chapochnikov, ministre de la Défense de l’URSS, le 20 septe (...)

47Cuba, la marxiste, représente pour les Américains une hernie insupportable au flanc de leur continent et le rappel de l’insoutenable humiliation de l’échec de la baie des Cochons. Le nouvel affaiblissement de l’Union soviétique, consécutif au coup d’Etat raté d’août 1991, donnait aux Américains la possibilité de rompre les liens entre Moscou et La Havane, en faisant pression sur Gorbatchev et sur Eltsine qui se disputaient le soutien de Washington. C’est ainsi que le président de l’URSS et celui de la Russie, comparaissant ensemble en accusés devant les téléspectateurs américains, se plièrent au diktat. « Je dois dire aux Américains que nos relations avec Cuba sont en train de changer qualitativement et qu’elles ressembleront davantage à celles que nous avons avec d’autres pays, fondées sur des bénéfices pour chaque partie »50, assura M. Gorbatchev, sachant qu’il condamnait à mort Cuba par asphixie. De son côté, B. Eltsine n’est pas en reste : « Je crois que le processus amorcé en Europe doit se poursuivre à Cuba. Nous devons continuer à retirer des troupes ». Le ministre de la Défense soviétique devait confirmer qu’une force de 5 à 10 000 hommes était stationnée à Cuba et qu’il était prêt à entrer en négociation avec La Havane sur un retrait partiel ou total51. L’Union soviétique renie ses engagements militaires envers Cuba !

48L’influence soviétique dans le Tiers monde était essentiellement déterminée par sa puissance militaire et par celle du pacte de Varsovie. La disparition de son aide militaire, sans qu’il soit possible de lui trouver un substitut, conduit à un effacement de l’URSS et, par voie de conséquence, à un amoindrissement de son influence dans le monde. Quant au modèle dirigiste socio-économique soviétique, il avait fait faillite dans le Tiers monde comme en Europe. Il ne pouvait servir d’exemple.

49La fin de l’affrontement Est-Ouest dans le Tiers monde, tout comme la fin du colonialisme, faisait réapparaître les vieux antagonismes qui n’avaient été que mis entre parenthèses. Le parallèle avec la situation en Europe est frappant où la disparition du pacte de Varsovie a fait ressurgir tous les conflits qui préexistaient à l’organisation institutionnelle de l’internationalisme.

L’adoption du concept militaire stratégique défensif

  • 52 Cf. Garejev. Frounzé, le théoricien militaire : les vues de Frounzé et la théorie militaire actuell (...)

50Les impasses auxquelles avait abouti la stratégie militaire soviétique furent ouvertement reconnues en 1985. En conséquence logique, le concept d’une guerre nucléaire mondiale, conduisant à la victoire, tel qu’il avait été prôné par le maréchal Sokolovsky durant les années soixante fut catégoriquement abandonné52.

  • 53 In L’étoile rouge du 10 février 1989. Moissejev. A partir des positions d’une doctrine défensive

51Le chef de l’Etat-major général des Forces armées soviétiques devait en apporter une confirmation éclatante. Après avoir rappelé que les Forces d’armées étaient entrées dans une nouvelle phase de leur édification, il estima nécessaire de considérer « comme terminée l’étape précédente que nous avons liée à la révolution dans les affaires militaires par l’introduction massive des missiles nucléaires. Depuis les années 1985-1986, a commencé une nouvelle étape liée à une doctrine militaire défensive et à une diminution progressive des armements »53.

  • 54 Intervention du général d’armée Moissejev, chef de l’Etat-major général des Forces armées soviétiqu (...)

52Le processus engagé est ainsi en parfait accord avec le raisonnement marxiste qui veut que « le régime social et la politique de l’Etat ont une influence déterminante sur le contenu de la doctrine militaire et sur son développement. Telles sont la nature sociale et politique de l’Etat, telle est sa doctrine militaire »54.

  • 55 En russe, « prevraščenije vojny ».

53Il s’agissait donc de mettre le concept stratégique en cohérence avec la « Nouvelle pensée politique », ce qui rejoignait une préoccupation purement militaire. En effet, puisque la guerre ne pouvait être gagnée et puisque la menace d’une guerre ne pouvait être politiquement utilisée, faute de la démonstration d’une supériorité dont la recherche, par ailleurs, plongeait dans le cycle infernal de la course aux armements, il n’y avait plus qu’à mettre sur pied un concept d’interdiction de la guerre, une stratégie de prévention de la guerre55. Ainsi à une doctrine militaire, toujours défensive mais rénovée, notamment dans son contenu militaro-technique, allait correspondre une stratégie désormais défensive.

  • 56 Cf. Vojennaja mysl n° 12 de 1988. Salmonov. La doctrine militaire soviétique et quelques considérat (...)

54Outre le gain économique qu’offrait le passage à une stratégie défensive en permettant de redéployer les investissements par la réduction d’une armée de masse – et donc de ses frais de fonctionnement – indispensable pour conduire une offensive victorieuse, il en découlait un avantage stratégique militaire qu’avait plus particulièrement étudié l’Académie de l’Etat-major général, à la fin des années quatre-vingt. La perception d’une attaque potentielle du pacte de Varsovie conduite par les Soviétiques, ainsi que la course aux armements, soudent artificiellement la coalition adverse. L’atténuation de cette perception, voire sa disparition, et la transformation de la course quantitative aux armements en une course qualitative sont de nature à introduire des ferments de dislocation chez l’ennemi potentiel, au sein de l’OTAN, par la mise en exergue d’intérêts différents, aussi bien dans les domaines politiques que stratégiques et industriels56.

55L’élaboration de la nouvelle doctrine militaire est essentiellement le fait des Soviétiques qui la firent adopter par le pacte de Varsovie, lors des réunions de son comité politique consultatif à Berlin, en 1987, et à Bucarest, en 1989. Cette décision souligne encore une fois l’alignement perpétuel en matière militaire qu’avait institué l’Union soviétique à l’égard de ses alliés.

  • 57 In Izvestija du 31 mai 1987.

56L’essentiel du travail de la session du Comité politique consultatif, l’instance suprême du Pacte, lors de sa session de mai 1987, à Berlin, résida dans l’élaboration et l’approbation d’un document « sur la doctrine militaire des Etats membres du traité de Varsovie »57. Dans ce document, véritable déclaration de programme, le Pacte traitait substantiellement d’un nouvel aspect militaro-technique de la doctrine militaire, ce qui conduisait en conséquence à une modification capitale de la stratégie militaire. Les Occidentaux n’apprécièrent pas plus cette modification qu’ils ne la saisirent, bien que la première phrase du texte ne puisse être plus explicite : « Dans la situation actuelle, acquiert une importance croissante la signification de la compréhension exacte des buts et des intentions des Etats et des alliances politico-militaires quant aux domaines militaires qu’incarne leur doctrine militaire ».

57Or, le texte se place dans la ligne directe de la « Nouvelle pensée » pour préciser que la doctrine militaire « a pour but d’éviter la guerre »– et non de vaincre – ce qui est d’une nouveauté absolue. « Le recours à des moyens militaires pour résoudre tout litige est, dans les circonstances actuelles, inadmissible ». Les Etats du Pacte s’engagent à ne pas utiliser, « en premier, l’arme nucléaire », n’ont « aucune prétention territoriale » et sont déterminés à n’avoir qu’un « niveau de défense suffisant qui leur permettrait de riposter à une agression éventuelle ». La parité militaire existante, restant « le facteur décisif pour empêcher une guerre », cette parité est à rechercher au plus bas niveau possible par le canal du désarmement nucléaire, chimique et conventionnel. Il est proposé de porter les réductions à un seuil qui interdise « les moyens d’attaquer l’autre partie par surprise, comme de développer des opérations offensives en général ». Outre un contrôle strict du désarmement, il est préconisé « de démanteler les bases militaires appartenant respectivement aux alliances et installées sur le territoire d’Etat tiers, le retrait des troupes aux frontières nationales », comme la diminution des forces « jusqu’à un niveau minimal, convenu par les deux parties ».

58La réunion du Comité politique consultatif du Pacte à Bucarest, les 7 et 8 juillet 1989, ne fera que confirmer les décisions prises précédemment à Berlin en mai 1987, en prenant acte du traité sur la liquidation des armements nucléaires à moyenne et à plus courte portée basés sur le sol européen ainsi que les réductions unilatérales de forces auxquelles venaient de procéder les Soviétiques. Ce sont ces deux aspects, très concrets, qui amenèrent les Occidentaux à percevoir, non sans interrogation, des modifications dans la stratégie soviétique.

  • 58 In L’étoile rouge du 9 juillet 1989.

59Cette dernière réunion du Comité politique consultatif donna lieu, comme à l’accoutumée, à la production d’un document58 intitulé « Pour une Europe stable et sûre, sans armes nucléaires et chimiques, pour une réduction substantielle des forces armées, des armements et des dépenses militaires ». Le titre, en soi, indique largement le but recherché dans l’optique des Soviétiques et de leurs alliés. En substance, le Pacte se prononce derechef pour un concept de sécurité réciproque « par le maintien de l’équilibre militaire à un niveau minimal, strictement suffisant pour la défense et excluant la possibilité de lancer une attaque surprise ou de mener une offensive d’envergure ». Le désarmement doit être mené dans cette optique avec pour but supplémentaire « d’empêcher la prolifération des armes nucléaires, ainsi que des technologies de missiles militaires ». L’OTAN est condamnée pour son obstination « à ne pas démordre de sa politique de position de force et de sa stratégie de dissuasion nucléaire », alors que l’URSS est prête à l’éradication totale de l’arme nucléaire. Le principe de l’ intangibilité des frontières issues de la Seconde Guerre mondiale est proclamé à nouveau, ce qui n’est pas sans susciter rétrospectivement une certaine ironie puisque la disparition de la RDA n’est pas tellement éloignée. L’équilibre militaire recherché à un niveau toujours plus bas « ne peut pas ne pas prendre en considération les forces navales », dans la procédure des négociations engagées à Vienne, ce à quoi se refusent les Occidentaux sachant que les Américains disposent dans ce domaine d’une nette supériorité et arguant que l’objet des négociations s’applique aux forces implantées sur le sol européen. En dernier lieu, les pays du Pacte « réaffirment leur position de principe en faveur de la dissolution des deux alliances militaro-politiques ».

60Le communiqué, publié à l’issue de la réunion et élaboré en commun, reprend les termes de la déclaration précédente en insistant sur « l’anachronisme dangereux » que reste « la dissuasion nucléaire, réaffirmée par la récente session du Conseil de l’OTAN ». D’autres points sont mis en exergue : la nécessité de trouver un règlement aux conflits régionaux dans le Tiers monde, le rôle croissant qui doit être dévolu à l’ONU et surtout le refus désormais du recours à la force dans le cadre d’un devoir de non-ingérence. Ce dernier point concerne plus spécialement les rapports internes au pacte de Varsovie et pour être encore plus clair, il est précisé qu’« il n’existe pas de modèle socialiste universel. Personne ne détient le monopole de la vérité ». L’interventionnisme du Pacte dans les affaires internes des pays membres n’est plus de mise. Cela préfigure l’avenir du Pacte.

61Cette session du comité politique consultatif du Pacte corrobore ainsi le nouveau cours de la stratégie militaire adopté par la session de mai 1987. Cette session est aussi la dernière à réunir en majorité, comme chefs des délégations, les premiers responsables des partis communistes au pouvoir. Déjà parmi les participants, dans les rangs hongrois et polonais, se trouvent des membres qui n’appartiennent pas au parti communiste. Le pacte de Varsovie vit ses derniers jours !

  • 59 En russe, « razumnaja dostatočnost ».

62L’architecture du nouveau concept stratégique militaire sera édifiée progressivement, toujours par les Soviétiques, en vue de la prévention de la guerre et non plus de l’obtention d’une victoire par anéantissement des forces armées adverses, donc dans une optique strictement défensive conduisant à l’adoption d’un niveau de « suffisance raisonnable »59 des forces. Très vite, ce concept cessera d’être celui du pacte de Varsovie pour devenir celui de la seule URSS, au fur et à mesure de la rapide désagrégation de l’organisation du Pacte, puis de sa disparition.

63Les concepts de « prévention de la guerre » et de « suffisance raisonnable » forment ainsi deux sous-ensembles sur lesquels est fondé le nouveau concept de la stratégie militaire de l’URSS que l’examen aborde successivement.

  • 60 Intervention du général d’armée Moissejev, chef de l’Etat-major général des Forces armées soviétiqu (...)

64La prévention de la guerre est le but assigné aux forces armées dont le système organisationnel et le niveau qualitatif et quantitatif doivent démontrer à un adversaire potentiel l’impossibilité de vaincre. C’est ainsi que la doctrine militaire soviétique est désormais « orientée non pas sur la préparation de la guerre, mais sur sa prévention, et le renforcement de la sécurité internationale »60.

65La Défense concourt à la sécurité et occupe, certes, une place essentielle, mais conjointement avec les actions politiques qui priment. « Les problèmes internationaux en litige doivent être résolus pacifiquement, avec des moyens politiques. La guerre, en tant que moyen d’atteindre des objectifs politiques, est, dans les conditions actuelles, devenue complétement caduque, inacceptable et inadmissible ». L’URSS s’interdit d’entamer, « la première, des actions militaires contre un Etat quel qu’il soit » et « considère sa sécurité comme partie intégrante de la sécurité égale universelle ». Les Soviétiques estiment donc indispensable de participer activement à toutes les instances internationales, au premier rang desquelles figurent l’ONU et la CSCE. Il s’agit, en corollaire, de prévoir un rôle accru pour ces instances et de donner force exécutoire impérative aux résolutions qu’elles sont amenées à prendre. De là découle, dans la vision soviétique, l’importance attribuée au partenariat soviéto-américain et la transformation du Conseil de sécurité de l’ONU en une sorte de directoire mondial chargé de régir les affaires de la planète.

66La guerre du Golfe, la première intervenue après l’adoption du nouveau concept soviétique et à laquelle a été mêlée l’Union soviétique au niveau politique, suscite une interrogation, voire une contradiction dans cette vision. En effet, la guerre n’est pas devenues complètement caduque puisque la capitulation de l’Irak, c’est-à-dire son acceptation inconditionnelle de toutes les résolutions de l’ONU, n’a été obtenue qu’à la suite d’opérations militaires. Certes, l’URSS n’a pas participé à ces opérations et s’efforçait de trouver une solution par la négociation. Néanmoins, c’est bien l’argument de force qui a prévalu.

  • 61 In Pravda du 30 octobre 1989. Akhromejev. L’URSS est pour le dialogue et la coopération. Et les Eta (...)

67Le rejet de la guerre comme argument politique, l’exclusion de « tout emploi de la force pour atteindre des objectifs politiques »61 selon le conseiller militaire du Président de l’URSS, revient à frapper derechef de caducité la définition de la guerre comme continuation de la politique avec d’autres moyens qu’en avait donnée Clausewitz et qu’avait reprise Lénine en l’élargissant dans une optique marxiste. Et, l’URSS comme ses alliés ne considèrent plus « aucun Etat et aucun peuple comme leur ennemi ». Il y a ainsi application de l’abandon de l’idéologie dans le domaine militaire, comme dans celui des relations internationales, conformément à la « Nouvelle pensée politique ». Ne se connaissant plus d’ennemis déterminés, l’URSS très logiquement repousse le concept de lutte des classes comme moteur de l’histoire.

  • 62 Cf. Nezavissimaja gazeta du 23 juillet 1991.
    Cf. le projet de programme présenté par M. Gorbatchev, (...)

68La contradiction intervient lorsque les armées se refusent à dissoudre leur direction politique, qui continue à agir en leur sein pour promouvoir l’idéologie marxiste-léniniste du Parti. Ce refus a été exprimé notamment aussi par le Parti, lors de son XXVIIIe Congrès en 1990, bien qu’il ait accepté de résilier son rôle dirigeant de la société. Il est vrai que le Parti, lui-même, remet en cause le concept de lutte des classes dans son projet de programme adopté lors du plénum de son Comité central, en juillet 199162. Reste à faire entériner le projet par un XXIXe Congrès et, le Parti renonçant à être l’organisation politique de la classe ouvrière, il en sera de même de sa représentation au sein des armées. Une nouvelle révolution culturelle attend les militaires ! Le XXIXe Congrès n’aura jamais lieu : le Parti sera suspendu avant la fin de 1991 !

  • 63 Cf. Kommunist, n° 8, 1986. Jakovlev, Les acquisitions de la nouvelle situation qualitative de la so (...)
  • 64 Intervention du général d’armée Moissejev, chef de l’Etat-major général des Forces armées soviétiqu (...)
  • 65 Cf. Académie de l’Etat-major général – Histoire des ordres militaires de Lénine et de Souvorov et l (...)
  • 66 Cf. Kommunist vooružennykh sil n° 9, de 1988. Serebrjannikov. La sécurité de l’Etat au siècle nuclé (...)

69Le concept militaire de prévention de la guerre reste basé sur l’emploi, tout comme celui qui appelait à une victoire63. En effet, il vise à assurer non seulement « la préparation de la défense du pays et des forces armées de l’URSS au refoulement d’une agression, mais également aux moyens de mener une lutte armée pour la défense de la Patrie soviétique »64. Le maintien de l’intégrité territoriale du pays et l’absence d’atteinte à son encontre peuvent être obtenus par une stricte défensive dont les vertus ont été longtemps occultées par des conceptions offensives, parce qu’elles avaient pour but la victoire comprise comme l’anéantissement de l’ennemi. La valeur de la défensive n’a eu droit de cité qu’à la suite d’une lente maturation de la pensée stratégique soviétique. L’exemple de la bataille de Koursk, en 1943, sert souvent à cet effet de référence65. En conséquence, « les opérations défensives seront l’aspect fondamental des actions des forces armées soviétiques ». Les Soviétiques sont bien conscients que, de ce fait, ils s’enlèvent toute possibilité d’attaque préemptive et acceptent de laisser la prise de l’initiative à l’adversaire. Ils ont la très claire perception qu’ainsi, ils se mettent « sciemment, dès le début d’une agression, dans une position plus complexe, la position de celui qui se défend ». Par contre, ils ne peuvent plus être taxés d’agressivité, de provocation et toute tentative d’accusation ou tout soupçon de vouloir mener une guerre d’agression doit être voué à l’échec. Il n’empêche que la défensive absolue est presque un contre-sens stratégique, en ce sens que l’attaquant peut renouveler son action en cas d’échec, tandis que le défenseur est structurellement condamné à subir les initiatives répétées de l’ennemi. Le caractère intolérable de ces hypothèses n’échappe pas aux Soviétiques et nourrit des discussions acharnées, d’autant plus que la dimension nucléaire du problème ne peut être éludée66. Après avoir donc admis le passage à une stratégie défensive, avec une organisation militaire correspondante, les Soviétiques estiment nécessaire de ménager des capacités de contre-offensive, apte à refouler l’ennemi au delà des frontières de l’URSS. Le problème qui se pose alors est de définir jusqu’où et comment repousser l’ennemi. S’agit-il de le rejeter hors des frontières de l’URSS et à quelle distance ou de briser sa force vive afin qu’il ne puisse reprendre l’attaque et donc de le poursuivre ?

70Le concept militaire de défense appliqué à la prévention de la guerre se distingue fondamentalement de celui de la dissuasion, aux yeux des Soviétiques. Non seulement parce qu’il s’agit d’un concept d’emploi, tandis que la dissuasion se veut relever du non emploi – essentiellement d’ailleurs dans l’acception française du concept – mais surtout parce que la dissuasion, moyen d’une stratégie militaire, a une finalité politique. Pour les Soviétiques, la dissuasion reste un système de menaces visant à faire pression sur l’adversaire afin d’obtenir un avantage, de lui inculquer l’épouvante afin de l’amener à céder, sans guerre si possible. Ceci est particulièrement vrai de la dissuasion telle que la mettent en œuvre les Etats-Unis et l’OTAN, sous la forme diversifiée de la « flexible response », à laquelle Washington n’a pas renoncé à l’aurore de la décennie quatre-vingt-dix, ne serait ce qu’en qualifiant l’arme nucléaire de dernier recours – « last resort »– à la conférence de Londres de l’OTAN en 1990. Le concept de dissuasion représente ainsi une politique et une stratégie opératoire à partir des positions de force que sont les barreaux de l’escalade.

71Très logiquement, le concept de prévention de la guerre prend en compte le désarmement, qu’il soit nucléaire ou conventionnel, et les négociations à ce sujet font partie intégrante de la stratégie soviétique. En effet, au dessous d’un certain seuil calculable de la capacité des forces armées, toute attaque devient impossible, et la guerre est donc interdite faute de moyens. A l’extrême, l’idéal à atteindre est d’aboutir au désarmement total universel. Cette théorie à le mérite de la simplicité, voire du simplisme, car elle ne prend pas en compte la relativité des seuils d’interdiction. En effet, l’atteinte d’un seuil d’interdiction d’une attaque et donc du déclenchement de la guerre ne s’adresse qu’à un adversaire déterminé, mais pas à l’encontre d’un autre, potentiel, disposant d’un seuil plus faible, rendant ainsi possible l’attaque. En fait, la validité de la théorie s’applique correctement dans un cadre bilatéral et suppose donc l’existence de deux adversaires, qu’il s’agisse de deux pays ou de deux blocs militaires. La complexité intervient avec la multilatéralité. Or, en ce qui concerne le rapport des forces intéressant l’Union soviétique, à l’origine, le cadre était bien bilatéral, puisqu’il mettait en jeu l’OTAN et le pacte de Varsovie. Avec les disparitions de la dernière organisation, la détermination des seuils d’interdiction de la guerre est remise en cause et devient infiniment plus compliquée, d’autant plus que les Etats tiers extérieurs à la CSCE, et donc non impliqués par les procédures de négociation, prennent une importance relative plus forte.

72Autre élément de complication, les arsenaux des parties concernées ne sont pas semblables puisque élaborés en fonction de stratégies différentes. Il s’agit donc, au préalable de définir un facteur commun.

73Dernier élément, le plus important, rendant le problème pratiquement insoluble, le calcul d’un seuil d’interdiction de la guerre ne peut être cantonné à une quantification du volume des forces, quel que soit le critère retenu, nombre d’hommes, de chars, de canons, de missiles, de têtes nucléaires... Il est indispensable d’intégrer le paramètre qualitatif des forces et ce, encore, en fonction de stratégies différentes. En effet, en ce qui concerne le nucléaire, la précision d’un missile est d’une première importance si la cible visée est ponctuelle et se place dans le cadre d’une stratégie anti-forces, d’une importance bien moindre si la cible visée est étendue dans le cadre d’une stratégie anti-cités. De plus, les vérifications sont assez aisées lorsqu’elles s’appliquent à des quantités, beaucoup plus difficiles et sujettes à controverses lorsqu’elles s’appliquent au domaine qualitatif, puisqu’il y a toujours comparaison. Or, la recherche qualitative permet de contourner tous les accords laborieusement mis au point. Cela était déjà vrai de l’accord de limitation des armements navals de Washington, en 1920 !

  • 67 Cf. Kokošine. En quête d’une issue. Moscou, 1989.
  • 68 Cf. Economie mondiale et relations internationales, n° 12 de 1989. Blagovoline. Encore un pas et en (...)

74Le premier point sur lequel se sont axés les Soviétiques concernait les armements nucléaires. Leur plan de désarmement publié le 15 janvier 1986 allait jusqu’à prévoir l’éradication complète et universelle de l’arme nucléaire pour l’an 2000. Tant que les négociations touchaient bilatéralement les Soviétiques et les Américains, des progrès, bien que lents, conduisaient à la possibilité de la conclusion d’un accord en 1991 sur une réduction laissant quelque 8000 charges aux Soviétiques pour quelque 10000 aux Américains : l’accord START. Plusieurs plans, préconisant la poursuite des négociations au delà de l’accord START en impliquant des Etats tiers, ont été élaborés par les Soviétiques avec pour but ultime de bannir totalement l’arme nucléaire67. En premier lieu, les théoriciens tenaient pour acquis que les Etats tiers accepteraient de se joindre aux négociations en admettant un seuil consenti aux deux superpuissances qui leur laisserait une supériorité considérable. En second lieu, ils n’avaient pas pris en considération le problème de la prolifération nucléaire et balistique, dont l’Irak a fourni l’un des meilleurs exemples, bien qu’il ait signé le traité de non-prolifération. Aussi, les Soviétiques ont-ils fini par faire montre d’un scepticisme certain quant à l’éradication complète et universelle de l’arme nucléaire68.

  • 69 Žurkine, Karaganov, Kortunov. La suffisance raisonnable et la nouvelle pensée politique. Moscou, 19 (...)
  • 70 In Pravda du 27 juin 1990. Entretien avec le maréchal Jazov, ministre de la Défense de l’URSS.

75Autre cause de scepticisme, les multiples analyses, auxquelles se sont livrés les Soviétiques, les ont conduits à estimer que l’évolution de leur concept de défense comme l’amélioration des relations Est-Ouest a pour source la parité dans les rapports de force. Cette optique est assez commune et trouve des défenseurs parmi des réformateurs affirmés qui, sous l’égide de l’Académie des Sciences, dirigent les instituts d’analyse préparant la décision gouvernementale concurremment avec les états-majors politiques et militaires. C’est ainsi que pour eux, « l’atteinte par l’URSS de la parité militaro-stratégique avec les Etats-Unis fut en fin de compte l’un des plus importants facteurs favorisant le renforcement de tendances réalistes dans la politique des pays impérialistes marquants et entraînant le processus de la détente de la tension internationale »69. Quant aux responsables des états-majors militaires, ils sont encore plus nets. Pour le ministre de la Défense, il y avait danger d’un conflit ouvert au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : « Pour prévenir une nouvelle guerre, maintenir la paix, il fallait obtenir une parité militaro-stratégique avec les Etats-Unis. Nous avons accompli cette tâche difficile »70. Cette parité est donc à l’étude en tant que moyen essentiel de prévenir la guerre.

  • 71 Cf. Pravda du 26 juillet 1988.
  • 72 In Argumenty i fakty n° 37 de 1988.

76La parité, pour la « Nouvelle pensée politique », ne signifie en aucun cas l’égalité, voire la supériorité, avec l’ensemble uni des adversaires de l’Union soviétique et du pacte de Varsovie. La stratégie offensive, visant l’obtention de la victoire, exigeait des forces comparables ou supérieures à la totalité de la coalition ennemie dans laquelle entrent les Etats-Unis, l’OTAN et le Japon. Selon le ministre des Affaires étrangères, E. Chevardnadzé, M. Gorbatchev jugeait, dès mai 1986, une telle optique inconsistante et génératrice d’une course aux armements ruineuse71. Précisant sa pensée, E. Chevardnadzé déclarait publiquement, le 25 juillet 1988, que « l’idée selon laquelle l’Union soviétique pourrait être aussi puissante que n’importe quelle coalition d’Etats adverses est absolument indéfendable »72. Une telle idée est d’autant moins défendable qu’elle ne correspond pas à la parité voulue par une stratégie défensive qui ne nécessite pas un niveau de forces aussi élevé que précédemment. Reste à établir ce nouveau niveau : c’est l’objet du concept de suffisance raisonnable.

77Le concept de la suffisance raisonnable des forces définit le niveau des capacités militaire qui procure une défense assurée, sans permettre l’agression. Le concept découle directement de celui de la prévention de la guerre qui établit des seuils au-dessous desquels le potentiel militaire disponible est radicalement inapte à engager une attaque et donc au déclenchement d’une guerre.

  • 73 Intervention du général d’armée Moissejev, chef de l’Etat-major général des Forces armées soviétiqu (...)
  • 74 In Vojennaja mysl, numéro spécial de décembre 1990. Moissejev. La doctrine militaire de l’URSS.

78Au début de la décennie quatre-vingt-dix, les Soviétiques distinguent une suffisance nucléaire et une suffisance conventionnelle. La suffisance nucléaire concerne essentiellement les armements stratégiques offensifs et « signifie un équilibre approximatif de ces armements entre l’URSS et les Etats-Unis. Leur structure peut être différente, mais les capacités militaires potentielles, à n’importe quel niveau de réduction, doivent être comparables »73. La suffisance nucléaire prend donc comme critère une référence externe, en l’occurrence le potentiel américain. Par contre, « pour les forces armées conventionnelles, la suffisance défensive suppose une composition de combat telle que les parties soient capables de repousser une agression potentielle, mais en même temps ne possèdent pas les possibilités de réaliser une attaque et de mener des opérations offensives à grande échelle ». En d’autres termes encore, « la suffisance dans le domaine des armements et des forces armées conventionnelles est appréciée en tant que quantité minimale indispensable pour garantir une défense certaine, mais insuffisante pour rendre possible la conduite d’opérations offensives de grande envergure »74. Il s’agit donc là d’un niveau de suffisance établi intrinsèquement, sans rapport étroit avec un critère qui prendrait en référence première les forces ennemies.

79Il en découle que « le premier échelon stratégique est constitué par les troupes des Régions militaires frontières et les formations de la Marine. Les troupes des Régions militaires intérieures composent la réserve stratégique. Il est totalement exclu que les forces armées soviétiques portent un premier choc préventif. Au début d’une agression, la défensive est la forme essentielle des opérations. Les opérations ultérieures des forces armées de l’URSS sont déterminées par la nature des opérations adverses et dépendent des moyens et des procédés employés ». Le dispositif prévu est ainsi en totale cohérence avec le concept de suffisance raisonnable, mais une conclusion fondamentale s’impose : le commandement soviétique ne prend plus en compte les alliés du pacte de Varsovie, pas plus que ses forces encore implantées sur leur territoire, puisque son premier échelon stratégique est constitué au niveau des Régions militaires frontières. Pour le commandement soviétique, le passage à une stratégie défensive amène la disparition du pacte de Varsovie devenu militairement une charge, voire un danger. En effet, avec l’évolution politique des anciens alliés du pacte de Varsovie, telle qu’elle se dessine à la fin des années quatre-vingt, les plus forts doutes peuvent être émis quant à leur loyauté. Polonais, Tchécoslovaques et Hongrois surtout cherchent un rapprochement avec les Occidentaux, quelle que soit l’influence que peuvent avoir les Soviétiques auprès de leurs cadres militaires qui, par ailleurs, sont frappés par une épuration. Or, la sécurité des arrières est un postulat de la stratégie soviétique. Cette sécurité des arrières prend une importance encore plus forte dans un dispositif défensif. Dans ces conditions, l’impératif militaire commande de ramener le dispositif aux frontières de l’URSS.

  • 75 Entre autres, cf. L’étoile rouge des 26 janvier et 5 mars 1991.

80Des stratèges soviétiques vont se livrer à des critiques acerbes contre les concepts de stratégie défensive et de suffisance raisonnable75. Ils s’élèveront contre une compréhension trop passive de la défensive et contre la perte d’initiative qu’elle implique. Les critiques porteront leur fruit : la défensive devra être active avec une combinaison incluant des contre-offensives dans le cadre d’une stratégie adéquate. Cependant aucune critique ne porte sur la perte de capacité qu’occasionne la chute du pacte de Varsovie. Au plan technique, le passage à la défensive rend superfétatoire l’existence d’un glacis considéré comme une base de départ offensive. Sous cet aspect, le pacte de Varsovie est mort avant la lettre ! Les regrets concernant la chute du Pacte n’interviendront qu’au niveau politique ou en considérant la crainte d’une transformation des territoires des ex-alliés en bases avancées de l’OTAN.

  • 76 Žurkine, Karaganov, Kortunov. La suffisance raisonnable et la nouvelle pensée politique. Moscou, 19 (...)
  • 77 Cf. Gorbatchev. Discours choisis et articles. Moscou, 1987. T. II. p. 461.
  • 78 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le (...)

81Les réformateurs soviétiques attribuent à M. Gorbatchev et à sa direction la paternité du concept de suffisance. Selon eux, « ce concept, avancé en premier lieu lors de la visite du Secrétaire général du CC du PCUS, M. S. Gorbatchev, en France en octobre 1985, argumenté dans le rapport politique du CC du PCUS du XXVIIe Congrès, fut ensuite développé dans une série de hautes interventions et déclarations des dirigeants soviétiques »76. Effectivement, M. Gorbatchev fait état de suffisance, lors de sa visite en France en octobre 1985, mais il est extrêmement ambigu77. Par contre, il est beaucoup plus clair dans le rapport politique qu’il présente au XXVIIe Congrès du PCUS, en 1986, où il propose de « créer un système global de sécurité internationale » dont les fondements dans le domaine militaire comporteraient, entre autres, « une réduction strictement contrôlée des niveaux des potentiels militaires des Etats jusqu’à un niveau suffisant raisonnable »78. Il n’est, cependant, pas question, à cette époque, d’adopter unilatéralement le concept de suffisance raisonnable.

82Le concept de suffisance bénéficie, cependant, d’une double antériorité par rapport au premier énoncé qu’en a fait M. Gorbatchev.

83La première en date provient des Français lorsqu’ils cherchèrent à définir le volume de leurs forces nucléaires dans la première moitié de la décennie soixante-dix. Ils décidèrent alors de s’en tenir à une suffisance rationnelle que, conformément à leur stratégie de dissuasion du faible au fort, ils estimèrent en fonction de l’enjeu que représentaient leurs intérêts vitaux. Au début de la décennie quatre-vingt-dix, les Français maintenaient toujours la même définition dans laquelle n’intervient aucun critère externe. Le volume de leurs forces nucléaires n’est pas calculé par rapport aux potentiels étrangers, à la différence du concept soviétique.

  • 79 Brejnev. Par la voie de Lénine. Discours et articles. Moscou, 1978. T. VI, p. 294.
  • 80 Gorbatchev. Discours choisis et articles. Moscou, 1985. T. II. p. 461.

84La deuxième antériorité est d’origine soviétique et sa paternité publique revient à Brejnev, lors de son discours à Toula, le 18 janvier 1977. Après s’être insurgé contre les accusations occidentales selon lesquelles les armements nucléaires soviétiques dépassaient le niveau de suffisance dans le but d’appliquer une frappe en premier, Brejnev formula l’approche adoptée : « Le potentiel défensif de l’Union soviétique doit être d’une suffisance telle que nul ne se risque à porter atteinte à notre vie paisible »79. C’est cette formulation que reprend Gorbatchev en octobre 1985, en France : « Nous sommes suffisamment forts pour opposer une riposte écrasante à n’importe quelle tentative de porter atteinte à la sécurité et au labeur pacifique de notre peuple »80. La formulation de Brejnev avait échappé en son temps aux Occidentaux, mais elle est présente à l’esprit des Soviétiques, et des réformateurs comme des autres.

  • 81 Rapport de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la XIXe Conférence du PCUS, le 28 jui (...)
  • 82 Résolutions du XXVIIIe congrès du PCUS sur les orientations principales de la politique du Parti à (...)

85M. Gorbatchev part d’une analyse politique pour définir un concept de défense rénové qui privilégie un aspect défensif avec un critère qualitatif. Il envisage encore, en 1988, le concept de défense au niveau du pacte de Varsovie. Pour lui, la Nouvelle pensée politique « détermine également l’édification de notre défense dont l’efficacité doit désormais être assurée par des paramètres essentiellement qualitatifs, qu’il s’agisse du matériel, de l’art militaire ou des effectifs. Elle doit garantir efficacement la sécurité de l’Etat soviétique et de ses alliés, s’accomplir en conformité rigoureuse avec notre doctrine défensive »81. L’approche est retenue dans ses résolutions par la XIXe conférence du Parti. En 1990, cependant, le concept de défense n’est envisagé que sous le seul angle soviétique : il n’est plus question des alliés dans les résolutions du XXVIIIe congrès sur les orientations de la politique militaire. Le concept de suffisance est rappelé, car, face à la persistance d’un danger de guerre, il y a nécessité « du renforcement et du maintien de la capacité de défense et de la sécurité du pays à un niveau de suffisance fiable et raisonnable »82. Le but est « d’assurer la prévention de la guerre, l’inviolabilité des frontières d’Etat de l’URSS, la protection contre toute atteinte à la souveraineté de la patrie et, en cas d’agression de l’extérieur, une riposte garantie, l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Etat, le rétablissement d’une paix équitable » Afin de mettre l’institution militaire en cohérence avec les nouveaux concepts et de régler les problèmes qui l’affectent, il y a exigence de la réalisation « par étapes d’une réforme militaire en se référant aux lois de l’URSS ». Un corps de doctrine est ainsi constitué, mais il reste à l’appliquer.

86Le concept de suffisance raisonnable donne lieu à des controverses encore plus acharnées que celui de prévention de la guerre qui ne prête plus qu’à des discussions de détail. C’est que les implications sont beaucoup plus profondes et se traduisent par une restructuration des forces armées qui va bien au delà des réductions unilatérales d’effectifs annoncées par l’URSS à la fin des années quatre-vingt. Il en découle un problème social et politique interne : la reconversion de tous les militaires de carrière rendus à la vie civile, la forme et la durée du service militaire et la place dans la nation d’une institution militaire inquiète des réformes.

  • 83 Les opérations militaires dans le golfe persique – un examen analytique. Info-Tass, Asonti. Moscou, (...)
  • 84 Ibidem, p. 16.

87La clé de voûte de la controverse portait sur la référence à la parité que devait respecter la suffisance raisonnable, surtout en matière d’armement nucléaire stratégique. Il serait nécessaire d’orienter les capacités nucléaires soviétiques vers une dissuasion minimale qui s’apparente au concept français de la dissuasion du faible au fort. Quant aux composantes conventionnelles, leur système a toujours été profondément différent de celui des Occidentaux : parler à leur sujet de parité est un non-sens. Le format des armées soviétiques doit être réduit avec un critère qualitatif qui désormais l’emporte définitivement sur le critère quantitatif. Les leçons de la guerre du Golfe de 1991 démontrent, s’il le fallait, la prédominance de ce critère qualitatif, point sur lequel convergent toutes les opinions. Encore que les leçons de la guerre du Golfe prêtent aussi à controverse ! En effet, dans la guerre contre l’Iran, si « la tactique de l’armée irakienne en défense a été élaborée selon le modèle soviétique »83, en ce qui concerne la guerre du Golfe, d’une part la défense irakienne s’est figée dans un dispositif statique « conforme au principe de la ligne Maginot »84 à l’inverse de la défensive active préconisée par les Soviétiques, d’autre part les Irakiens n’ont pas exploité toutes les analyses tirées du conflit avec l’Iran. Notamment, les forces irakiennes « ne correspondaient pas aux forces du nouvel adversaire qui leur ont été opposées, ni par le niveau ni par l’aptitude à remplir les missions ».

  • 85 In Pravda du 27 juin 1990. Entretien avec le maréchal Jazov, ministre de la Défense de l’URSS.

88En regard de la diminution du format des forces armées, l’adoption de la prédominance du critère qualitatif entraîne l’unanimité. « Il n’y a qu’une seule solution : donner la priorité à la qualité, aussi bien dans la construction défensive en général qu’au sein des forces armées, dans leurs effectifs, structures, matériels comme dans la recherche militaire et la résolution des problèmes sociaux et culturels »85. En ce qui concerne les matériels et les armements, l’adoption de ce critère qualitatif entraîne une politique clairement définie. Par contre, il soulève le problème du personnel militaire. Quel type d’armée faut-il ? De conscription, de milice, de métier ?

  • 86 Žurkine, Karaganov, Kortunov. La suffisance raisonnable et la nouvelle pensée politique. Moscou, 19 (...)
  • 87 In Revue militaire soviétique n° 9 de 1989. Les dilemmes de la doctrine défensive. Reprise d’un art (...)

89Le poids relatif de la défense militaire, et donc des forces armées, par rapport aux actions politiques est diversement apprécié. Les réformateurs privilégient les mesures de confiance et le dialogue politique. Par contre l’unanimité se retrouve pour estimer que « les dimensions du potentiel militaire doivent être conditionnées avant tout par les intérêts politiques propres et ensuite par les actions de l’autre partie »86. Il en résulte qu’est corroborée radicalement une option qu’avait faite leur, même les réformateurs, à la fin de la décennie quatre-vingt : « Si la suffisance défensive est la limite minimale de la puissance militaire d’un Etat, limite qui garantit celui-ci contre une agression, il est tout à fait évident que cette limite n’est pas suspendue dans le vide, mais dépend des forces de l’autre partie »87. La suffisance raisonnable soviétique doit donc s’établir par rapport aux Etats-Unis pour le moins, par rapport à l’OTAN, à la Chine et au Japon, pour le mieux, puisque le pacte de Varsovie disparaît et que demeure seule l’URSS.

  • 88 Entretien de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS avec la rédaction de l’Unita, organe d (...)

90Les Soviétiques ont toujours condamné l’arme nucléaire et proposé son abolition par entente internationale. La « Nouvelle pensée » n’y manque pas et manifeste son opposition à la dissuasion nucléaire comme à l’équilibre de la terreur. Deux faisceaux de raisons militent à cet effet et placent la « Nouvelle pensée » dans la continuité de la politique soviétique. En premier lieu, les réformateurs avancent une position de principe, quasi philosophique, qui découle de leur humanisme et que l’on aurait tort de mésestimer. Il y a là tout un courant de pensée qui tire son origine de la pensée populiste russe et qui fut illustré par Tolstoï. La paix ne peut provenir de la terreur nucléaire : « Nous n’accepterons jamais que l’arme nucléaire soit considérée comme un moyen efficace de sauvegarde de la paix. Nous sommes persuadés que de puissants mécanismes politico-juridiques de règlement des rapports internationaux doivent être créés et fonctionner dans un monde dénucléarisé »88. En second lieu, l’abolition de l’arme nucléaire mettrait l’URSS en position favorable en Europe puisque le rapport des forces conventionnelles est sans conteste à son avantage. La stratégie militaire soviétique s’était efforcée d’annihiler l’atome militaire et son rôle égalisateur en Europe en réalisant à l’encontre des Américains et des Européens un découplage des défenses de l’Ancien et du Nouveau Continent : devant la perspective dévastatrice d’un tir sur leur territoire, les Américains étaient dissuadés d’utiliser l’arme nucléaire pour la défense de l’Europe. La dénucléarisation généralisée aboutit au même résultat et réglerait aussi le problème de la force nucléaire française.

  • 89 Discours de M. Gorbatchev, lors de sa visite en RFA, au diner offert à Bonn par H. Kohl, le 12 juin (...)

91Après plusieurs tentatives toutes avortées, mais cherchant toujours à obtenir une renonciation générale à l’arme nucléaire, en dernier ressort, les Soviétiques pensent amener les Allemands à leurs vues, en jouant de leur sensibilité particulière à ce sujet due aussi bien à leur situation géographique qu’au fait qu’ils se sont interdits par les traités de Paris et de non-prolifération d’accéder aux armements nucléaires. A cet effet, une fois de plus, M. Gorbatchev condamne, auprès des Allemands, « le désir de perpétuer la politique de dissuasion nucléaire et, par là même, la menace nucléaire. La paix en Europe nécessite non pas la dissuasion nucléaire, mais la dissuasion de l’arme nucléaire elle-même et, mieux encore, sa liquidation »89. Fondant leur défense sur leur intégration au sein de l’OTAN et, dans une moindre mesure, sur les liens issus du traité de l’Elysée qu’ils ont avec les Français, les Allemands se refusent à suivre l’argumentation de M. Gorbatchev.

  • 90 In Pravda du 13 juin 1990. Intervention de M. Gorbatchev à la 3e session du Soviet suprême de l’URS (...)
  • 91 Cf. Kommunist vooružennykh sil, n° 2 de 1988. Rezničenko. Les forces armées soviétiques dans la pér (...)

92Les Soviétiques, en définitive, se résolvent à un amer constat : l’éradication de l’arme nucléaire comme ils le souhaitaient ne peut être réalisée. Au refus occidental de l’engagement de ne pas utiliser en premier l’arme nucléaire s’ajoute une prolifération nucléaire et balistique qui ne peut être que freinée, pas arrêtée. A preuve, en 1990, « il faut savoir qu’au moins 13 Etats sont en passe de posséder l’arme nucléaire »90. Mais intervient, en outre, une nouvelle considération déjà mise en lumière à la fin de la décennie quatre-vingt : la plage commune, occupée par les armes conventionnelles relevant des technologies émergentes et par les armes nucléaires du bas de la gamme de puissance, continuera de s’étendre91. La guerre du Golfe confirme entièrement l’analyse. La difficulté de concurrencer valablement les Etats-Unis dans tout le domaine des technologies militaires émergentes induit la tentation de préserver le recours aux armes nucléaires tactiques afin de compenser une infériorité générale dans les systèmes conventionnels hypersophistiqués. Par ailleurs, il est incontestable que, pour un effet déterminé de destruction, une arme nucléaire tactique réclame un investissement moindre que celui appliqué à une technologie émergente. Il en découle chez les Soviétiques une tendance lourde, en renversement d’une optique précédemment toujours défendue : le maintien des armements nucléaires.

  • 92 Cf. Pravda du 13 mars 1989. Moissejev La doctrine militaire soviétique et la réalisation de son ori (...)

93Afin de ne pas être épuisé par une nouvelle course qualitative aux armements, à laquelle sera inévitablement incitée l’URSS, et contre laquelle mettait déjà en garde le chef de l’Etat-major général à la fin de la décennie quatre-vingt92, il sera nécessaire de soigneusement définir les créneaux dans lesquels axer les efforts. Il s’agit des créneaux reconnus d’excellence où il est possible de l’emporter. Celui des lasers est de ceux-ci.

94L’adoption d’une stratégie défensive avec un dispositif ancré aux frontières de l’URSS prive le commandement de toute profondeur stratégique autre que le territoire de l’URSS même, puisque les Soviétiques s’interdisent toute initiative dans l’ouverture des opérations et encore plus toute contre-attaque préemptive visant à prévenir l’offensive adverse.

95Il en découle plusieurs exigences nouvelles et en premier lieu l’accroissement de toutes les capacités d’alerte et de détection, afin de ne pas être pris par surprise. Les moyens spatiaux font partie de la panoplie : les Soviétiques ne sont pas mal placés dans ce domaine. La composante nucléaire stratégique prend également une importance nouvelle, car elle se révèle l’un des meilleurs moyens d’une riposte instantanée et foudroyante. Mais la validité et la fiabilité des moyens nucléaires stratégiques posent la question des contre-mesures élaborées et ramènent au problème de l’Initiative de défense stratégique américaine.

  • 93 Levykine. La fortification ; passé et présent. Moscou, 1987.
  • 94 Rapport de N. Rijkov, Président du conseil des ministres de l’URSS, présenté à la première session (...)

96Au niveau de la composante aéroterrestre et aéromaritime, la défensive implique un accent spécial porté sur la mobilité et sur la disponibilité opérationnelle des unités. En effet, la défensive offre bien plusieurs avantages. D’une part, le défenseur peut épuiser l’attaquant, notamment grâce aux armes de haute technologie et grâce à un système de fortifications judicieusement disposé93, avant de passer à la contre-attaque. D’autre part, la défensive permet l’économie des forces, ce qui entre parfaitement dans les vues soviétiques. Par contre, elle amène le défenseur à prévoir des contre-attaques sur des axes qu’il ne peut prédéterminer, puisqu’il n’a pas, à l’origine, l’initiative des opérations. Aux fins de ces contre-attaques, il est indispensable d’exécuter des concentrations d’unités qui deviendront autant de cibles vulnérables aux frappes adverses de haute précision assénées massivement. Les leçons de la guerre du Golfe de 1991 en font foi. La contre-mesure réside dans la mobilité accrue des forces et en particulier des réserves stratégiques. Les concentrations d’unités devront donc être réalisées, encore plus qu’auparavant, en cours de déplacement, en marchant. Concentration et mobilité vont de pair. Cette mobilité accrue entraîne une logistique plus puissante intégrée dans les unités de combat afin de préserver leur autonomie. Etant bien obligé désormais de prendre en compte, plus sérieusement qu’auparavant, l’hypothèse désastreuse d’une attaque surprise à leur encontre, obsession de toujours, le commandement soviétique s’attache donc à améliorer la disponibilité opérationnelle dès le temps de paix. Par ce biais est à nouveau posé le problème du complètement des unités par la mobilisation et le caractère même de l’institution militaire basée sur la conscription. On retrouve le sujet du débat sur la réforme militaire. Et, il est donc entièrement confirmé que « bien entendu, le principe de la suffisance raisonnable doit être étayé par le rééquipement technique des forces armées sur une nouvelle base qualitative »94.

97C’est sans objection majeure que le Comité politique consultatif adopta les changements de doctrine militaire comportant le passage à une stratégie défensive, ainsi qu’ils avaient été présentés par les Soviétiques lors des sessions de Berlin, en 1987, et de Bucarest, en 1989. Autant les Soviétiques éprouvèrent des difficultés, rédhibitoires finalement, à faire adopter à leurs alliés leurs vues sur la perestroïka et à les maintenir dans le camp socialiste, autant l’adoption d’une nouvelle stratégie militaire ne suscita aucun obstacle. Il n’en demeure pas moins que l’adoption de cette nouvelle stratégie défensive contribua à miner la validité du Pacte parce qu’elle mettait en exergue la moindre importance dévolue désormais aux alliés.

98Les armées alliées du Pacte alignèrent donc leur stratégie sur celle des Soviétiques et entamèrent la restructuration de leurs forces sur le modèle soviétique. Les Hongrois avaient, d’ailleurs, déjà donné l’exemple. C’est ainsi que lors du séminaire de Vienne, en janvier 1990, réunissant les chefs d’états-majors des deux blocs, les alliés du Pacte énoncèrent une doctrine militaire qui ne s’écartait que de très peu de celle des Soviétiques. Mais désormais, les options des alliés du Pacte n’avaient plus qu’une importance restreinte et le Pacte lui-même agonisait.

  • 95 Agence Novosti, 21 juin 1991.

99La position soviétique sur le désarmement illustre le cheminement de l’élaboration du nouveau concept stratégique soviétique et les controverses auxquelles donne lieu la définition de la suffisance raisonnable. Après la signature, en 1987, du traité sur les euromissiles, celle, le 31 juillet 1991, du traité START amène les Soviétiques à consentir des réductions plus importantes que celles des Américains. Effectivement, le traité START, un document de quelque 600 pages qui a demandé neuf ans de négociation, prévoit une réduction des potentiels nucléaires stratégiques offensifs, mais à raison de 35 % pour les Soviétiques et de 25 % pour les Américains. L’acte de décès de la guerre froide a été signé, ce qui représente une victoire historique pour la « Nouvelle pensée politique » et pour son promoteur, M. Gorbatchev. Cela valait bien quelques sacrifices, d’autant plus qu’il avait fallu passer sous les fourches caudines du G – 7 quelques jours auparavant. Ces concessions avaient donné lieu à des séries d’attaques à l’encontre du gouvernement soviétique, attaques qui se sont concrétisées lors de la session du Soviet suprême, le 21 juin 1991, et qu’il s’agissait de réfuter, puisque la signature du traité allait être soumise à une ratification qui n’était pas acquise automatiquement dans le nouveau contexte démocratique. M. Gorbatchev « a souligné, en réponse à un intervenant, que les accords passés avec les Etats-Unis sur la réduction des armements ne signifiaient pas une capitulation, mais des relations d’égal à égal. L’équilibre stratégique n’a pas été rompu »95. Effectivement avec les surcapacités restantes, la réduction plus importante pour les Soviétiques que pour les Américains ne remet pas en cause une parité globale. Elle n’obère pas plus la poursuite de l’amélioration qualitative de l’arsenal.

100Pour les Américains, l’avantage est évident : la signature à Moscou du traité START consacre l’effacement politique de l’URSS et le statut de première puissance des Etats-Unis.

  • 96 Cf. l’agence Novosti, 14 juin 1991.

101Le traité FCE sur la réduction des armements conventionnels signé à Paris en décembre 1990 ne portait pas plus atteinte à la suffisance raisonnable quel que soit le niveau que l’on veut lui donner à travers toutes les controverses. Par contre, les plafonds déterminés par le traité concernaient l’URSS au sein du pacte de Varsovie : l’effondrement du Pacte laissera l’URSS seule en situation de déséquilibre, mais les Soviétiques avaient déjà défini au début des années quatre-vingt qu’il y avait erreur à vouloir posséder un potentiel militaire répondant à toutes les hypothèses sur toutes les directions stratégiques. En adoptant une stratégie défensive, les plafonds qu’autorise le traité vont bien au delà de la suffisance. Les Soviétiques, ont voulu contourner le traité, plus l’armée d’ailleurs que le gouvernement. Dans ce but, ils ont évacué au delà de l’Oural, donc hors de la zone couverte par le traité, des forces et du matériel qui autrement étaient voués à la dissolution et à la destruction. Dans la zone couverte par le traité, en Europe donc, ils ont également transféré des unités à l’infanterie de marine, relevant des forces navales, et aux troupes de missiles stratégiques, catégories de forces non prises en compte par le traité. Les Occidentaux ont protesté : un difficile compromis a finalement été trouvé, lors d’une session extraordinaire réunissant à Vienne, le 14 juin 1991, les représentants des 22 pays signataires de l’accord FCE96. En fait, pour l’armée soviétique, il s’agissait plus de soulever le problème d’une inclusion de la marine dans le processus de réduction des forces, ce à quoi se refusent obstinément les Américains, suivis par les Occidentaux, désireux de conserver leur avantage. Le paradoxe, à un moment, était que les négociateurs ont été dépassés par les réductions unilatérales auxquelles procédaient les différentes parties prenantes.

102Les traités de réduction, START comme FCE, laissent tout loisir de moderniser les forces, de lancer une nouvelle course aux armements axées prioritairement sur l’aspect qualitatif. C’est là le nouvel enjeu et il est dicté en ce qui concerne les Soviétiques par leur avenir politique, en ce qui concerne conjointement les Soviétiques et les Américains par la nouvelle configuration internationale ouverte par la fin de l’affrontement Est-Ouest, l’explosion des nationalismes dans le monde, les déséquilibres entre pays industrialisés développés et pays en voie de développement et la prolifération nucléaire et balistique.

103Dans ces conditions, il est bien inutile de donner une suite aux traités sur le désarmement. De toutes les manières, le volume des forces va décroître au profit de leur valeur qualitative. La suffisance raisonnable s’inscrit donc en termes qualitatifs et non quantitatifs.

***

104Le statut de superpuissance de l’URSS lui venait d’une idéologie conquérante et de la puissance de ses armes. Avec ces deux arguments, l’Union soviétique avait pu asseoir l’organisation institutionnelle de ses alliés qu’était le pacte de Varosvie et établir son influence dans le Tiers monde.

105Ces deux arguments étaient bien les seuls à pouvoir être mis en œuvre. En effet, au plan économique, il était patent que les pays du pacte de Varsovie ne pouvaient rivaliser avec les Occidentaux. Quant à l’expansion culturelle, les pays de l’Est n’en avaient pas le monopole.

106Décidant, pour des raisons économiques, d’arrêter l’affrontement Est-Ouest sur tous les terrains afin de se consacrer prioritairement à une restructuration économique et sociale, le gouvernement soviétique ne pouvait qu’abandonner le soutien aux luttes de libération nationale et adopter un concept stratégique militaire défensif. C’est ainsi que l’URSS a dû subir un effacement de l’arène mondiale et céder la première place aux Etats-Unis, ce que devait inscrire dans les faits la guerre du Golfe de 1991.

  • 97 Déclaration d’A. Bessmertnykh, ministre des Affaires étrangères de l’URSS, sur les doccuments adopt (...)
  • 98 Discours télévisé de M. Gorbatchev, le 14 octobre 1986. Agences Tass et Novosti.

107Les accords sur le désarmement sont en totale cohérence avec l’adoption du concept stratégique militaire défensif, tout commme avec l’abandon du soutien aux luttes de libération nationale et se placent dans leur suite. En signant les accords START, à Moscou le 31 juillet 1991, le président américain met dans l’un des plateaux de sa balance une aide économique, dans l’autre l’abandon par l’URSS des Kouriles et du soutien à Cuba. Comment mieux souligner l’effacement soviétique ? La perte des Kouriles a deux significations. En premier lieu, la remise en question au détriment de l’URSS du principe de l’intangibilité des frontières, principe accepté par les Occidentaux, lors du traité d’Helsinki de 1975 et déjà mis à mal par la disparition de l’Allemagne de l’Est. Pourquoi alors ne pas remettre en cause l’appartenance d’autres territoires ? C’est ce que rappelle indirectement le ministre des Affaires étrangères soviétiques en prenant position sur la crise yougoslave arrivée à un premier paroxysme en juin 1991 : « L’Union soviétique continue de préconiser avec cohérence l’unité et l’intégrité territoriale de la Yougoslavie, l’intangibilité de ses frontières, frontières intérieures comprises, le droit des peuples de la Yougoslavie »97. Que les peuples de la Yougoslavie décident eux-mêmes de leur sort, peut-être, mais dans les structures institutionnelles d’un Etat unitaire ! Les Soviétiques, eux-mêmes, se débattent avec des problèmes similaires. En second lieu, les Kouriles ont une signification proprement stratégique et leur abandon éventuel par les Soviétiques modifie le rapport des forces dans la grande zone de l’Asie-Pacifique. Or, le soutien américain à la revendication japonaise vise cet abandon. Comme l’ont toujours fait ressortir les Soviétiques, l’importance de ces îles en matière militaire est grande : en les possédant en temps de guerre, le Japon aurait donc la possibilité de bloquer leur flotte du Pacifique dans les eaux de la mer d’Okhotsk et de la mer du Japon et, par là, de lui interdire l’accès à l’Océan Pacifique. Le président américain a-t-il raison, en même temps qu’il vient signer à Moscou un traité sur le désarmement, de le contourner en posant un problème de nature à déséquilibrer le rapport des forces à son avantage, d’autant plus que les Etats-Unis refusent toute négociation sur les forces navales ? A-t-il plus raison de pousser le gouvernement soviétique dans ses ultimes retranchements en lui réclamant avec insistance l’abandon de Cuba, le dernier Etat à revendiquer son appartenance au « socialisme scientifique » et le premier Etat à avoir rejoint le camp socialiste, trois décennies auparavant ? En octobre 1986, revenant du sommet de Reykjavik, M. Gorbatchev, faisant preuve de glasnost, avait voulu expliquer lors d’une allocution télévisée les raisons de l’échec de son entrevue avec le Président Reagan. A cette occasion, M. Gorbatchev rapporte que le président américain « a essayé d’aborder des problèmes idéologiques au cours des débats, en manifestant une entière incompétence et une incompréhension de ce qu’est le monde socialiste et de ce qui s’y passe »98. Et pourtant, l’URSS va devoir se résoudre à l’abandon de Cuba très rapidement.

  • 99 In Pravda du 13 juin 1990.

108L’accord START, lui même, comporte bien des défauts, au détriment de l’Union soviétique, dont M. Gorbatchev était conscient au préalable, mais qu’il avait résolu d’accepter. Il avait tenu, cependant, à s’en expliquer, dès 1990, lors de la 3e session du Soviet suprême. C’est ainsi qu’évoquant l’absence de barrières à une augmentation qualitative des systèmes nucléaires non touchés par les réductions, le président soviétique a précisé qu’« a été conservée la voie visant à poursuivre le perfectionnement et même l’accroissement des arsenaux nucléaires stratégiques dans le cadre de la stratégie générale de l’OTAN. Il faudra encore s’atteler sérieusement à cette question »99. Par contre, les négociateurs soviétiques avaient exprimé leur refus catégorique des transferts américains de technologie nucléaire en faveur de la Grande-Bretagne et c’est ce qu’avait répété M. Gorbatchev au Soviet suprême : « En un mot, céder sans limitation aux Anglais l’arme nucléaire et les moyens de sa modernisation est pour nous une formule inacceptable ». Et pourtant, il avait fini par l’accepter.

  • 100 Discours de M. Gorbatchev, Président de l’URSS, lors de sa visite aux Etats-Unis, à l’Université de (...)

109L’une des idées répétées à satiété par les réformateurs est qu’« il ne peut y avoir de vainqueurs dans la guerre froide, comme dans la guerre nucléaire »100, ainsi que l’avait déclaré M. Gorbatchev, en 1990, aux Américains, à l’université de Stanford. Si l’assertion est exacte en ce qui concerne une guerre nucléaire, puisqu’elle serait suicidaire et donc sans vainqueur, par contre, elle est inexacte quant à la guerre froide. Celle-ci a bien un vainqueur : les Américains et l’OTAN. Et un vaincu : l’URSS, avec pour preuve son effacement relatif.

  • 101 In Izvestija du 5 avril 1991. Moissejev. Les problèmes de sécurité : la nécessité de peser l’approc (...)
  • 102 In Pravda du 23 février 1991. Jazov. Nous servons l’Union soviétique.

110L’assertion est, en outre, démentie brutalement par le chef de l’Etat-major général des Forces armées soviétiques, le général Moissejev, celui-là même qui sera en fonction lors de la tentative de coup d’Etat du 19 août 1991. Il se réfère à l’acte de dissolution du pacte de Varsovie et « aux dires du secrétaire d’Etat américain à la Défense, D. Cheney : l’Occident a obtenu un succès stratégique immense sur le plan du renforcement de son influence sur les pays européens »101. Le Chef de l’Etat-major général en tire comme conclusion que « nous restons seuls face à l’OTAN, sans alliés ». Les faits sont incontournables, l’OTAN subsiste intégralement : elle est un bloc. L’URSS est seule face à ce bloc et, en conséquence, il lui faut « de toute évidence prévoir maintenant, non une sécurité illusoire sans bloc, mais l’organisation d’une défense autonome du pays dans les limites des frontières nationales ». En ce qui concerne les pays anciennement membres du Pacte, il s’agit de faire en sorte que « quelle que soit l’évolution des événements, le territoire de ces pays ne serve pas à installer des forces, des bases et des sites militaires étrangers ». Le danger est d’autant plus redoutable que, selon le ministre de la Défense, l’un des auteurs du coup d’Etat du 19 août 1991, les anciens alliés, « ceux qui, il y a peu encore, étaient dans notre bloc, sont prêts à passer de l’autre côté »102. Au plan militaire, l’URSS est ramenée, comme à la veille de la Seconde Guerre mondiale, à la position d’une forteresse assiégée avec la circonstance aggravante de troubles internes, voire même d’une guerre civile.

111L’adoption d’un concept défensif et l’évacuation des pays de l’Est comme du Tiers monde traduisent un affaiblissement politique certain. Certes, la part principale de cet affaiblissement est due à la détérioration constante de la situation sociale et économique de l’URSS, mais l’effondrement du système stratégique militaire, sans contrepartie, lié à la crainte d’une désagrégation de l’Union semblable à celle du Pacte jouèrent un rôle prépondérant dans l’esprit des responsables militaires qui se décidèrent au coup d’Etat. Le résultat de la tentative avortée fut de faire le lit politique du président de la Russie, B. Eltsine, au détriment du gouvernement central, et donc de mener à un nouvel affaiblissement de l’Union soviétique.

Notes

1 In Pravda du 18 décembre 1989. Intervention du général d’armée Moissiejev au Congrès des députés du peuple, le 16 décembre 1989.

2 lakovlev. Ce que nous voulons faire de l’Union soviétique. Entretien avec Lilly Marcou. Paris, 1991. p. 105.

3 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 258.

4 Ibidem, p. 257.

5 Iakovlev. Ce que nous voulons faire de l’Union soviétique. Paris, 1991. p. 84.

6 In Komsomolskaja pravda du 19 juin 1988. Entretien avec l’historien V. Dašičev.

7 Agence Tass, 8 février 1988.

8 Agence Tass, 8 février 1988.

9 Cf. Le Monde du 23 juin 1988.

10 Agence Tass, 13 juin 1988.

11 Cf. le communiqué soviéto-indien publié le 11 février 1988, à l’issue des consultations entre M. Gorbatchev et Chandra Pant, ministre indien de la Défense.

12 Cf. Le Monde du 31 janvier 1989.

13 Déclaration du ministère des Affaires étrangères de l’URSS, à l’occasion du 3eanniversaire du retrait des troupes soviétiques. Agence Novosti, 14 mai 1991.

14 Cf. Le Monde du 15 septembre 1989. Krauze. Washington s’interroge sur ses erreurs avec référence au Washington post.

15 Cf. Le Monde du 15 septembre 1989. Krauze. Washington s’interroge sur ses erreurs avec référence au Washington post.

16 In Le Monde du 25 août 1988. Entretien avec le Secrétaire général de l’ONU, Perez de Cuellar.

17 Discours prononcé par M. Gorbatchev, le 4 avril 1989, à la session solennelle de l’Assemblée nationale de la république de Cuba. Agence Novosti.

18 Agence Tass, 16 juin 1991.

19 Discours prononcé par M. Gorbatchev, le 4 avril 1989, à la session solennelle de l’Assemblée nationale de la république de Cuba. Agence Novosti.

20 In Pravda du 6 avril 1989. Conférence de presse conjointe, tenue à La Havane le 4 avril 1989, par M. Gorbatchev et F. Castro.

21 Cf. Le Monde des 21 et 22 avril 1991.

22 Discours prononcé par M. Gorbatchev, le 4 avril 1989, à la session solennelle de l’Assemblée nationale de la république de Cuba. Agence Novosti.

23 Article 7 du traité d’amitié et de coopération entre l’Union des républiques socialistes soviétiques et la république de Cuba, conclu le 4 avril 1989 à La Havane.

24 In Le Monde du 29 mai 1991.

25 Cf. Chevardnazé. L’avenir s’écrit liberté. Paris, 1991. p. 288.

26 Déclaration de M. Gorbatchev. Secrétaire général du CC du PCUS, le 9 avril 1988, lors de la visite du chef de l’OLP à Moscou. Agence Tass.

27 Cf. Déclaration d’E. Chevardnadzé, ministre des Affaires étrangères de l’URSS, à l’ONU, le 9 juin 1988. Agence Tass.

28 Cf. Communiqué commun soviéto-égyptien, publié, le 21 mai 1988, à l’issue de la visite à Moscou du vice-premier ministre et ministre égyptien des Affaires étrangères, M. Esnat Abdel Meguid. Agences Tass et France-Presse

29 Primakov. Missions à Bagdad. Histoire d’une négociation secrète. Paris, 1991. p. 46.

30 Ibidem, p. 33.

31 In Pravda du 23 février 1991. Nous servons l’Union soviétique ! Notre interlocuteur est le Ministre de la défense de l’URSS, le maréchal de l’Union soviétique, D. Jazov.

32 Déclaration télévisée du Président Gorbatchev sur le conflit dans le Golfe, le 17 janvier 1991. Agence Tass.

33 Déclaration conjointe du Secrétaire d’Etat américain J. Baker et du ministre des Affaires étrangères soviétique A. Bessmertnykh, publiée par le Département d’Etat américain. Washington, le 29 janvier 1991.

34 In Soveckaja Rossija du 31 janvier 1991.

35 Cf. l’entretien accordé par le général Moissejev, chef de l’Etat-major général des Forces armées soviétiques, au Washington Post et repris par l’International Herald Tribune du 28 septembre 1990.

36 Déclaration d’A. Belogonov, vice-ministre des Affaires étrangères de l’URSS, le 18 janvier 1991. Agences Tass et Novosti.

37 In Pravda du 23 février 1991. Nous servons l’Union soviétique ! Notre interlocuteur est le maréchal de l’Union soviétique, D. Jazov.

38 Agence Tass, le 28 novembre 1990.

39 Cf. les agences Novosti et France-Presse, le 28 novembre 1990.

40 Cf. L’humanité du 10 septembre 1990

41 Primakov. Missions à Bagdad. Paris, 1991. p. 9.

42 Ibidem, p. 150.

43 Cf. la déclaration du porte-parole de la Maison-Blanche, le 19 février 1991. Agence France-Presse.

44 Message sur l’état de l’Union, prononcé par le Président Georges Bush devant le Congrès des Etats-Unis. Washington, le 29 janvier 1991.

45 Cf. la déclaration du gouvernement soviétique du 24 février 1991. Agence Tass.

46 Primakov. Missions à Bagdad. Paris, 1991. p. 153.

47 In Komsomolskaja pravda du 26 février 1991.

48 Déclaration de V. Ignatenko, porte-parole de M. Gorbatchev, le 26 février 1991. Agence Tass.

49 Conférence de presse de M. Gorbatchev, Président de l’URSS, au Soviet suprême, le 12 juillet 1991. Agence Tass.

50 Prestation télévisée conjointe de M. Gorbatchev et de B. Elstine à la chaîne ABC, le 6 septembre 1991.

51 Cf. la conférence de presse du maréchal Chapochnikov, ministre de la Défense de l’URSS, le 20 septembre 1991. Agence Novosti.

52 Cf. Garejev. Frounzé, le théoricien militaire : les vues de Frounzé et la théorie militaire actuelle. Moscou, 1985. p. 239 et p. 240.

53 In L’étoile rouge du 10 février 1989. Moissejev. A partir des positions d’une doctrine défensive

54 Intervention du général d’armée Moissejev, chef de l’Etat-major général des Forces armées soviétiques, lors du séminaire de la CSCE sur les doctrines militaires. Vienne, le 16 janvier 1990.

55 En russe, « prevraščenije vojny ».

56 Cf. Vojennaja mysl n° 12 de 1988. Salmonov. La doctrine militaire soviétique et quelques considérations sur le caractère de la guerre dans la défense du socialisme.

57 In Izvestija du 31 mai 1987.

58 In L’étoile rouge du 9 juillet 1989.

59 En russe, « razumnaja dostatočnost ».

60 Intervention du général d’armée Moissejev, chef de l’Etat-major général des Forces armées soviétiques, lors du séminaire de la CSCE, sur les doctrines militaires. Vienne, le 16 janvier 1990.

61 In Pravda du 30 octobre 1989. Akhromejev. L’URSS est pour le dialogue et la coopération. Et les Etats- Unis ?.

62 Cf. Nezavissimaja gazeta du 23 juillet 1991.
Cf. le projet de programme présenté par M. Gorbatchev, au plénum du CC du PCUS, le 25 juillet 1991. Agence Tass.

63 Cf. Kommunist, n° 8, 1986. Jakovlev, Les acquisitions de la nouvelle situation qualitative de la société et les sciences sociales.
Cf. Vojenno-istoričeskij žurnal, n° 7, 1987. Jazov, La perestroïka dans le travail des cadres militaires.
Cf. Jazov, Veiller au socialisme et la paix. Moscou, 1987.

64 Intervention du général d’armée Moissejev, chef de l’Etat-major général des Forces armées soviétiques, lors du séminaire de la CSCE sur les doctrines militaires. Vienne, le 16 janvier 1990.

65 Cf. Académie de l’Etat-major général – Histoire des ordres militaires de Lénine et de Souvorov et les degrés de l’Académie générale des Forces armées de l’URSS K.E. Vorochilov. Moscou, 1985.
Cf. Economie mondiale et relations internationales n° 8 de 1987. Kokošine et Larionov. La bataille de Koursk à la lumière de la doctrine défensive contemporaine.

66 Cf. Kommunist vooružennykh sil n° 9, de 1988. Serebrjannikov. La sécurité de l’Etat au siècle nucléaire.

67 Cf. Kokošine. En quête d’une issue. Moscou, 1989.

68 Cf. Economie mondiale et relations internationales, n° 12 de 1989. Blagovoline. Encore un pas et encore...

69 Žurkine, Karaganov, Kortunov. La suffisance raisonnable et la nouvelle pensée politique. Moscou, 1989. p. 12.

70 In Pravda du 27 juin 1990. Entretien avec le maréchal Jazov, ministre de la Défense de l’URSS.

71 Cf. Pravda du 26 juillet 1988.

72 In Argumenty i fakty n° 37 de 1988.

73 Intervention du général d’armée Moissejev, chef de l’Etat-major général des Forces armées soviétiques, lors du séminaire de la CSCE sur les doctrines militaires. Vienne, le 16 janvier 1990.

74 In Vojennaja mysl, numéro spécial de décembre 1990. Moissejev. La doctrine militaire de l’URSS.

75 Entre autres, cf. L’étoile rouge des 26 janvier et 5 mars 1991.

76 Žurkine, Karaganov, Kortunov. La suffisance raisonnable et la nouvelle pensée politique. Moscou, 1989. p. 4.

77 Cf. Gorbatchev. Discours choisis et articles. Moscou, 1987. T. II. p. 461.

78 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

79 Brejnev. Par la voie de Lénine. Discours et articles. Moscou, 1978. T. VI, p. 294.

80 Gorbatchev. Discours choisis et articles. Moscou, 1985. T. II. p. 461.

81 Rapport de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, à la XIXe Conférence du PCUS, le 28 juin 1988.

82 Résolutions du XXVIIIe congrès du PCUS sur les orientations principales de la politique du Parti à l’étape actuelle. 13 juillet 1990.

83 Les opérations militaires dans le golfe persique – un examen analytique. Info-Tass, Asonti. Moscou, 1991. p. 13.

84 Ibidem, p. 16.

85 In Pravda du 27 juin 1990. Entretien avec le maréchal Jazov, ministre de la Défense de l’URSS.

86 Žurkine, Karaganov, Kortunov. La suffisance raisonnable et la nouvelle pensée politique. Moscou, 1989. p. 50.

87 In Revue militaire soviétique n° 9 de 1989. Les dilemmes de la doctrine défensive. Reprise d’un article d’A. Arbatov, collaborateur de l’institut d’économie mondiale et des relations internationales.

88 Entretien de M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS avec la rédaction de l’Unita, organe du PC italien, le 18 mai 1987, repris par l’agence Tass.

89 Discours de M. Gorbatchev, lors de sa visite en RFA, au diner offert à Bonn par H. Kohl, le 12 juin 1989, Agences Tass et Novosti.

90 In Pravda du 13 juin 1990. Intervention de M. Gorbatchev à la 3e session du Soviet suprême de l’URSS.

91 Cf. Kommunist vooružennykh sil, n° 2 de 1988. Rezničenko. Les forces armées soviétiques dans la période d’après-guerre.

92 Cf. Pravda du 13 mars 1989. Moissejev La doctrine militaire soviétique et la réalisation de son orientation défensive.

93 Levykine. La fortification ; passé et présent. Moscou, 1987.

94 Rapport de N. Rijkov, Président du conseil des ministres de l’URSS, présenté à la première session du Soviet suprême de l’URSS. Moscou, le 27 juin 1989. Agences Tass et Novosti.

95 Agence Novosti, 21 juin 1991.

96 Cf. l’agence Novosti, 14 juin 1991.

97 Déclaration d’A. Bessmertnykh, ministre des Affaires étrangères de l’URSS, sur les doccuments adoptés par les parlements de Croatie et de Slovénie, le 26 juin 1991. Agence Tass.

98 Discours télévisé de M. Gorbatchev, le 14 octobre 1986. Agences Tass et Novosti.

99 In Pravda du 13 juin 1990.

100 Discours de M. Gorbatchev, Président de l’URSS, lors de sa visite aux Etats-Unis, à l’Université de Stanford, San Francisco, le 4 juin 1990. Agences Tass et Novosti.

101 In Izvestija du 5 avril 1991. Moissejev. Les problèmes de sécurité : la nécessité de peser l’approche.

102 In Pravda du 23 février 1991. Jazov. Nous servons l’Union soviétique.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search