Version classiqueVersion mobile

Stratégie soviétique et chute du pacte de Varsovie

 | 
Henri Paris

Chapitre V. Le concept stratégique de l’Union soviétique et du pacte de Varsovie

Le concept militaire offensif

Texte intégral

1La période qui s’ouvre avec la décennie soixante et s’étend jusqu’au milieu des années quatre-vingt est, pour l’Union soviétique et le pacte de Varsovie, celle de tous les triomphes.

2A la tête d’un camp socialiste solidement structuré au sein de l’organisation du pacte de Varsovie, l’Union soviétique met alors en œuvre une stratégie désormais planétaire. Elle est une superpuissance qui contrebalance efficacement les Etats-Unis. De nombreux pays du Tiers monde se réclament hautement de l’alliance soviétique. Le marxisme-léninisme apparaît comme une idéologie conquérante, non en Europe où il y a indéniablement déclin, mais en Asie, en Afrique, comme en Amérique latine. Avec l’appui des Soviétiques, le Viêt-nam inflige aux Etats-Unis la première défaite militaire de leur histoire, puis tient tête à la Chine. Evénement encore plus déterminant, les Soviétiques sont présents sur le continent américain, à Cuba comme au Nicaragua, aux portes des Etats-Unis.

  • 1 Acte final de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe. Helsinski, 1er août 1975.

3Le découpage de l’Europe que voulaient les Soviétiques, celui que préfiguraient largement les conférences de Yalta et de Potsdam, reçoit une consécration internationale à la conférence d’Helsinki, en 1975. Désormais, tous les Etats impliqués dans le remaniement des frontières issues de la Seconde Guerre mondiale « tiennent mutuellement pour inviolables toutes leurs frontières ainsi que celles de tous les Etats d’Europe et s’abstiennent donc, maintenant et à l’avenir, de tout attentat contre ces frontières. En conséquence, ils s’abstiennent aussi de toute exigence ou de tout acte de mainmise sur tout ou partie du territoire d’un autre Etat participant »1. A l’image du soulèvement de Budapest, en 1956, toutes les atteintes à l’intégrité du pacte de Varsovie continuent à être écrasées, par l’invasion comme en Tchécoslovaquie en 1968, ou par la simple intimidation comme en Pologne en 1981, lorsque le gouvernement a été incité à proclamer l’état de siège, ce qui a évité l’intervention armée.

  • 2 Romanov. Les problèmes méthodologiques de la théorie militaire et de la pratique. Moscou, 1966. p.  (...)

4La modification du concept stratégique militaire de l’URSS et du pacte de Varsovie s’inscrit dans l’ordre normal du système soviétique qui se veut rationnel, objectif et prend en compte les facteurs tels qu’ils se présentent. En effet, « la doctrine militaire n’est pas un dogme, ne relève pas d’une espèce éternelle, immuable. Elle change en fonction du développement de l’Etat et de ses forces armées. Le contenu de la doctrine, après avoir cessé de répondre aux buts politiques et aux possibilités matérielles et techniques de l’Etat, est renouvelé ou remplacé par un nouveau »2.

5Les Soviétiques élaborent ainsi, à partir de plusieurs éléments interdépendants, une réponse unique aux nouveaux défis perçus à la fin des années cinquante, en fonction cependant des constantes qui ont imprégné leur stratégie depuis la mise sur pied du concept originel.

6La première des menaces résultait de la mise sur pied par les Américains d’une série de pactes militaires complétant l’OTAN. Il y avait là un nouvel encerclement qui venait ressusciter la hantise – un temps suspendue – de la lutte à mort sur plusieurs fronts. Les Soviétiques reprennent leur stratégie de dissociation. Ils vont même pouvoir aller plus loin et viser la fragmentation de l’Alliance atlantique.

7Cependant, ils éprouvent, dans un premier temps, des difficultés à reprendre une stratégie de bascule, semblable à celle employée avant la Seconde Guerre mondiale. La constitution du camp socialiste, le blocus de Berlin et la guerre de Corée ont soudé la coalition occidentale dans une peur partagée de l’expansionnisme soviétique. Il faudra attendre l’adoption du concept de coexistence pacifique pour que les craintes occidentales s’apaisent un peu et que les infléchissements de la stratégie américaine amènent les Européens à une moindre confiance dans la couverture procurée par l’arsenal nucléaire des Etats-Unis. Alors, apparaîtront des divergences dans l’Alliance atlantique. Par contre, les Soviétiques ont désormais la possibilité de relancer une stratégie esquissée au début des années vingt et dont la mise en œuvre, à l’époque, avait été impossible faute de moyens : le soutien aux mouvements de libération nationale.

8Le défi principal est d’essence purement militaire. Il s’agit d’obtenir une capacité de défense apte à répondre victorieusement à toute hypothèse de conflit, notamment celle majeure caractérisée par une alliance du camp occidental et de la Chine. Le schisme chinois, déjà prévisible bien avant la victoire communiste de 1949, prend appui sur le refus opposé au concept de coexistence pacifique et intervient ouvertement à la fin des années cinquante. Désormais, les Soviétiques estiment avoir un adversaire irréductible en Extrême-Orient, allié de fait de la coalition occidentale, ce qui les contraint donc à posséder un appareil militaire en conséquence.

9La capacité de défense doit également répondre à deux autres objectifs : en premier lieu, aider au maintien de l’intégrité du camp socialiste ; en second lieu, soutenir une politique qui n’est plus cantonnée au seul espace européen.

10Dorénavant, l’atome militaire ne peut plus être considéré comme un simple système d’appui, à l’instar de l’aviation stratégique américaine durant la Seconde Guerre mondiale, mais comme l’arme principale susceptible de foudroyer l’URSS. En outre, l’atome militaire a fait également son apparition sur le champ de bataille avec la mise en service, en 1954, de la première pièce d’artillerie américaine à capacité nucléaire.

  • 3 In Pravda du 30 octobre 1989. Akhromejev. L’URSS est pour le dialogue et la coopération.

11La menace prononcée par l’arsenal nucléaire américain est unilatérale à l’origine, puisque les Soviétiques ne possèdent pas de bases équivalentes à celles des Américains, à proximité suffisante des cibles. « En réponse aux actions des Etats-Unis (et parfois en premier) l’Union Soviétique prit des mesures militaires. Elle n’avait pas la possibilité de mettre en œuvre une menace militaire identique à celle qu’avaient établie les Etats-Unis à l’encontre de l’URSS. La direction soviétique avait alors assez de bon sens pour ne pas engager une course avec les Etats-Unis dans la création d’une flotte de guerre et d’une aviation stratégique. L’URSS et ses alliés européens avancèrent sur une autre voie. Ils déployèrent sur leur territoire, en Europe, un puissant groupement de troupes terrestres, principalement formé de chars, et constituèrent (en réponse à la menace américaine) une menace militaire pour les alliés des Etats-Unis en Europe occidentale »3. En conclusion, il résultait de la situation que « l’Union soviétique et ses alliés n’étaient pas protégés contre une agression provenant des océans et des mers. Mais, les alliés européens des Etats-Unis les retenaient, à leur tour, de l’agression militaire. S’était mise en place une situation de dissuasion mutuelle militaire, en particulier nucléaire ».

12La finalité du concept stratégique soviétique ne fut pas modifiée pour autant. Se défendant toujours d’être agressive, l’URSS, entraînant à sa suite le pacte de Varsovie, en réponse à la menace occidentale, mit au point une stratégie politique et militaire basée sur l’offensive. Le but, triple, était de promouvoir le concept du socialisme scientifique par le soutien aux mouvements de libération nationale dans le Tiers monde, de maintenir l’intégrité du système formé par les pays du pacte de Varsovie et, en cas d’attaque occidentale, d’anéantir l’ennemi à jamais.

13C’est donc, à partir de cette situation initiale, que la stratégie soviétique met en œuvre deux arguments principaux, jusque dans le milieu des années quatre-vingt : l’un neuf, le concept du soutien aux mouvements de libération nationale, l’autre rénové, le concept militaire.

Le concept de soutien aux mouvements de libération nationale

14Sur le front occidental, en Europe la situation est gelée et ne peut être dénouée que par l’ouverture d’un conflit armé dont aucune des deux coalitions ne veut.

15Faute de pouvoir dissocier la coalition adverse, les Soviétiques vont chercher à la tourner hors d’Europe et à percer des brèches dans le dispositif américain qui les encercle. A cet effet, ils mettent en œuvre une stratégie de soutien aux mouvements de libération nationale.

16Le soutien aux mouvements de libération nationale fut proclamée au XXe Congrès du PCUS, en 1956. En fait, il s’agissait de la résurrection des résolutions du Congrès des peuples de l’Orient de 1920 et du IVe Congrès du Komintern, résolutions restées sans effet à l’époque, faute de moyens et de volonté politique.

  • 4 Résolution du XXe Congrès du PCUS sur le rapport d’activité du CC du PCUS. 24 février 1956.

17Le XXe Congrès du PCUS, en même temps qu’il proclamait la coexistence pacifique et la déstalinisation, soulignait l’exacerbation des luttes de libération nationale. « Au cours des dix dernières années, la lutte de libération nationale des peuples coloniaux et semi-coloniaux a été couronnée par de grandes victoires : plus d’un milliard deux cents millions de personnes, presque la moitié de la population du globe, se sont affranchies de la dépendance coloniale et semi-coloniale. A l’ordre du jour, figure le problème de la suppression complète du système colonial. Dans l’histoire du monde est arrivée une nouvelle période, prévue par le grand Lénine, où les peuples d’Orient prennent une part active au règlement des destinées du monde, deviennent un nouveau et puissant facteur dans les relations internationales »4.

  • 5 Article 28 de la Constitution de 1977, non amendée en 1988.

18Leur analyse du contexte international confirmait totalement les Soviétiques dans leur vision. En effet, la guerre d’Indochine s’était terminée pour les Français par une défaite militaire et un échec politique retentissant. Le Nord-Viêt-nam, après avoir conquis son indépendance, rejoignait le camp socialiste. La France s’enlisait dans sa guerre d’Algérie. L’Egypte de Nasser, après s’être libérée de la tutelle britannique, avait nationalisé le canal de Suez et défiait l’alliance franco-britannique. D’autres dirigeants charismatiques du Tiers monde, Nehru, N’Krumah, Sekou Touré, faisaient montre d’un nationalisme largement teinté de socialisme et étaient susceptibles de rejoindre le camp socialiste, tout comme Ho – Chi-Minh. Le processus se déroulait donc conformément à la théorie marxiste et dans la ligne proclamée par le Congrès des peuples d’Orient de Bakou en 1920. La coexistence pacifique n’excluait nullement la lutte de classe et maintenait donc intégralement l’affrontement entre l’Est et l’Ouest. Par ailleurs, une différence marquante existait désormais en regard de 1920 : l’URSS n’était plus le seul Etat socialiste, elle dirigeait un camp socialiste dont la victoire s’affirmait. Qui plus est, l’URSS, dotée de l’arme nucléaire, bientôt avec une capacité de tir intercontinental, possède une puissance militaire apte à contrebattre les Occidentaux. Donc, les mouvements de libération nationale peuvent, désormais, être soutenus avec efficacité, puisqu’« existe un puissant camp socialiste épris de paix, dans lequel les forces pacifiques trouvent non seulement des moyens moraux, mais aussi matériels pour prévenir l’agression ». L’URSS ira jusqu’à se faire une obligation constitutionnelle « du renforcement des positions du socialisme mondial, du soutien de la lutte des peuples pour leur libération nationale et leur progrès social »5.

19Les Soviétiques usèrent de toute la gamme des moyens politiques et militaires.

20C’est ainsi que, en 1956, les Soviétiques assénèrent un ultimatum nucléaire aux Français et aux Britanniques dont les forces débarquées en Egypte étaient en train de tailler en pièces les troupes de Nasser. Paris et Londres, isolés et privés de l’appui américain, voire même en but à l’hostilité de Washington marquée par des manœuvres de la 6e flotte, sans aucune capacité nucléaire à l’époque devant la menace d’une attaque nucléaire à l’encontre de leurs troupes débarquées, durent céder. La défaite de Nasser se transformait en triomphe éclatant grâce à l’action des Soviétiques dont le prestige monta brutalement au zénith dans le Tiers monde. Simultanément, la terre entière n’avait plus qu’à prendre conscience de la puissance militaire de l’URSS.

21Les Soviétiques avaient enregistré un double succés, car, en même temps, l’événement démontrait l’évidence d’une faille dans la solidarité entre alliés occidentaux.

22Français et Britanniques, frappés par le même échec, réagirent différemment, ce qui ne fut pas sans conséquences lourdes vis-à-vis des stratégies qu’ils développèrent par la suite. Le souvenir des manœuvres inamicales de la flotte américaine, au large de l’Egypte, n’était pas prêt de s’éteindre dans l’esprit des Français, d’autant plus que leur gouvernement, à ce moment, était d’une gauche modérée. En effet, de très larges fractions de la gauche française non communiste prirent l’habitude de la méfiance à l’égard des Etats-Unis et de l’OTAN. Les socialistes français héritèrent de cet état d’esprit. Une fois au pouvoir, cela les amena à poursuivre une politique indépendante dans une continuité gaullienne et à doter la France des moyens militaires correspondants. A l’inverse, les Britanniques s’inclinèrent et estimèrent désormais impossible d’agir hors de l’Alliance atlantique. Les Français, conscients de ce à quoi ils avaient été contraints de faire face, seuls, à l’encontre d’une menace nucléaire, prirent la décision d’accélérer le développement de leur capacité nucléaire militaire. Dix ans après, ils pouvaient sortir de l’organisation intégrée du commandement de l’OTAN, parce qu’ils détenaient, en toute indépendance, une capacité nucléaire opérationnelle. Au plan français, l’expédition de Suez signifie l’amorce du lent rapprochement des conceptions en matière de défense entre la gauche et le gaullisme. Au plan international, l’expédition de Suez introduisit un coin dans l’Alliance atlantique. Les Soviétiques ne pouvaient manquer de considérer l’événement comme un deuxième succès ouvrant la porte à la dissociation de l’alliance adverse.

  • 6 Sigle de « South-East Asia Treaty Organisation ».
  • 7 Sigle de « CENtral Treaty Organisation ».

23La stratégie soviétique de soutien aux mouvements de libération nationale enregistrera encore d’autres succès du même ordre dans le Tiers monde et contribuera, ainsi, à démanteler partiellement l’édifice d’alliances militaires construit par les Américains. C’est ainsi que disparurent, en 1977, le SEAT06 et, en 1979, le CENT07 qui avait pris la succession du pacte de Bagdad.

  • 8 Résolution du XXe Congrès du PCUS sur le rapport d’activité du CC du PCUS. 24 février 1956.
  • 9 Résolution du XXe Congrès du PCUS sur le rapport d’activité du CC du PCUS. 24 février 1956.
  • 10 Ponomarev. Lenin and the world Revolutionnary Process. Moscou, 1980. p. 36.

24La rupture de l’encerclement restera l’un des objectifs majeurs du soutien aux mouvements de libération nationale, mais très vite, il s’en adjoindra un autre, tout aussi primordial : l’extension du camp socialiste. Rompant avec une ligne jusque là bien définie, déterminant l’accession d’un pays au socialisme scientifique par différents stades comprenant celui de la dictature du prolétariat sous la direction unique d’un parti communiste, le XXe Congrès, en 1956, sous l’influence de Khrouchtchev posa qu’« il est absolument normal que les formes de passage des pays au socialisme soient de plus en plus variées »8. Il fallait s’abstraire du modèle soviétique, parce que les circonstances changent, parce que les rapports de force ne sont plus les mêmes. A cet effet, « le parti communiste de l’Union soviétique s’inspire de la thèse léniniste selon laquelle toutes les nations viendront au socialisme, cela est inévitable ; mais elles y viendront d’une façon non pas identique : chacune apportera ce qu’elle a d’original dans telle ou telle forme de la démocratie, dans telle ou telle variété de la dictature du prolétariat, dans tel ou tel rythme de transformation socialiste des différents aspects de sa vie sociale »9. C’est ce que soulignera derechef B. Ponomarev, en tant que Secrétaire du Comité central et membre du Bureau politique, en affirmant que la construction du socialisme doit être réalisée « sur la base des lois communes établies par l’enseignement marxiste-léniniste avec la prise en compte de l’apport des spécificités nationales de chaque pays »10.

25La prise du pouvoir par Fidel Castro à Cuba ne tardera pas à illustrer les thèses adoptées par le XXe Congrès.

26Fidel Castro, à la fin des années quarante et au début des années cinquante, prit la tête d’une opposition universitaire contre la dictature de Batista soutenue par les Américains. Son action, taxé d’« aventuriste » par le parti communiste cubain, évolua vers une lutte armée qui se concrétisa, le 26 juillet 1953, par l’échec de l’attaque de la caserne de la Moncada, à la Havane. Arrêté, puis relâché à la faveur d’une amnistie en 1955, Fidel Castro engagea une guérilla en 1956, à la tête du « mouvement du 26 juillet », toujours critiqué par le parti communiste cubain. Le 1er janvier 1959, Batista s’enfuit tandis que Fidel Castro accédait au pouvoir, sans que les communistes cubains y participent autrement qu’individuellement et en très faible nombre. Dès lors, les événements se précipitèrent dans un cycle accéléré d’actions et de réactions.

  • 11 In Pravda du 10 juillet 1960.
  • 12 Cf. Discours prononcé par Fidel Castro devant les Comités de défense de la Révolution à la Havane, (...)

27En mars 1960, le gouvernement américain autorisa la formation en groupements armés d’exilés cubains. Comme l’escalade des mesures prises de part et d’autre donnait une consistance supplémentaire à la menace d’une intervention armée américaine, l’URSS se décida à prendre fait et cause ouvertement en utilisant la puissance que lui donnait ses nouveaux armements nucléaires intercontinentaux. Khrouchtchev adressa une mise en garde sans ambages au gouvernement américain : « Il faudrait ne pas oublier que les Etats-Unis ne sont plus à une distance inaccessible de l’Union soviétique. Pour faire image, si cela s’avérait nécessaire, les artilleurs soviétiques sont susceptibles d’apporter un soutien au peuple cubain avec le feu de leurs missiles, au cas où les forces agressives du Pentagone oseraient intervenir contre Cuba »11. En 1990, Fidel Castro précisera n’avoir jamais demandé aux Soviétiques de lancer une attaque nucléaire contre les Etats-Unis, contrairement aux affirmations de Nikita Khrouchtchev dans ses Mémoires12. Mais, quoi qu’il en soit, il y a bien eu menace nucléaire soviétique à l’encontre des Etats-Unis pour la défense de Cuba.

28C’était la deuxième fois que Moscou brandissait la menace nucléaire. La première fois, il s’agissait de faire céder les Français et les Britanniques à Suez et c’était déjà en faveur d’un mouvement de libération nationale. La décision soviétique s’explique par la nécessité de rester conforme aux résolutions du XXe congrès, en passant des paroles aux actes pour ne pas laisser prise à l’accusation de n’accorder qu’un soutien verbal aux mouvements de libération nationale. Mais, deux autres facteurs supplémentaires entraient en ligne. D’une part, l’Union soviétique était engagée dans un duel avec les Occidentaux dont Berlin était l’un des enjeux. D’autre part, la Chine critiquait avec force le concept de coexistence pacifique réaffirmé lors du XXe congrès, le taxait de trahison et disputait à l’URSS le rôle dirigeant au sein du Mouvement communiste et ouvrier international.

29Le cas de Cuba dépassait son problème propre. Le parti soviétique procéda à la mobilisation des partis communistes d’Amérique latine : Cuba devint à l’échelle du continent ce qu’avait été la Russie des Soviets à ses origines, un « bastion révolutionnaire ». Restait à lier le castrisme au socialisme, à l’englober dans le système prolétarien mondial, à justifier le soutien – par les armes éventuellement – d’un gouvernement dirigé par une bourgeoisie nationale, voire nationaliste, certes anti-impérialiste, mais difficilement assimilable à un parti communiste structuré. Ce qui serait admis pour Cuba, pourrait être étendu à tous les mouvements de libération nationale.

  • 13 Cf. Ponomarev. Sur l’Etat de démocratie nationale. In Kommunist n° 8, 1961.

30Ce fut l’objet de la conférence de Moscou, tenue en novembre 1960, réunissant les partis communistes, entre autres, d’Amérique latine et du Tiers monde. Les résolutions prises déterminèrent que le capitalisme était entré dans la troisième phase de sa crise générale. Le dynamisme de l’Union soviétique et du camp socialiste constituait désormais l’accélérateur de l’histoire, succédant ainsi à la fonction jusqu’alors remplie par la guerre, qui avait, dans une première phase, donné naissance à l’Etat des Soviets, et qui avait abouti dans une deuxième phase, marquée par le Second Conflit mondial, à la création du camp socialiste. La troisième phase de la crise générale du capitalisme avait pour conséquence directe la chute du colonialisme et du néo-colonialisme sous les coups de boutoir des mouvements de libération nationale. Ainsi, s’ouvrait un immense champ d’action à l’expansion du camp socialiste. Pour s’y engouffrer, la conférence adopta le concept d’« Etat de démocratie nationale », préfiguration d’une orientation socialiste, afin de qualifier les pays dont le régime estimé transitoire se situait entre capitalisme et socialisme, sans en être au stade de la dictature du prolétariat qui pouvait être exclu de la transition vers le socialisme. L’Etat de démocratie nationale devait être soutenu13 et Cuba était le premier Etat de ce type.

31Ce n’est qu’après de longs débats que furent adoptées les résolutions de la conférence, débats qui se prolongèrent tout au long des années soixante et soixante-dix et dans lesquels le parti soviétique prit une part déterminante. Ce genre de travaux paraît incompréhensible, surtout au pragmatisme anglo-saxon, mais est indispensable aux tenants du marxisme-léninisme qui se réclament d’un socialisme scientifique dont il s’agit de dégager les lois. De là découle une norme qui sous-tend une ligne stratégique : la théorie conduit la pratique.

32La reconnaissance de l’accession de Cuba au stade socialiste commence par entraîner de la part des Soviétiques les plus grandes réticences, tant pour des motifs idéologiques que politiques. En effet, le régime castriste se révèle un allié compliqué dont l’alignement sur la stratégie soviétique demande des négociations parfois difficiles. Cependant les Soviétiques tirèrent des dividendes inespérés de son aide, surtout en ce qui concerne leur action en Afrique.

  • 14 In Pravda du 3 janvier 1961.
  • 15 Cf. Clissod. Soviet relations with Latin america, 1918-1968. Oxford University Press. Londres, 1970 (...)
  • 16 In Pravda du 21 septembre 1961.
  • 17 In Pravda du 10 septembre 1961.

33La rupture des relations diplomatiques entre Cuba et les Etats-Unis, intervenue le 4 janvier 1961, signifiait que l’épreuve de force entre dans une nouvelle phase. Le soutien soviétique à Cuba, allant jusqu’à brandir la menace nucléaire, place le gouvernement américain devant l’extrême gravité des décisions à prendre. Une intervention militaire directe contre Cuba, en se combinant avec la tension en Europe engendrée par la crise de Berlin, pouvait aboutir au déclenchement d’une guerre non voulue. En effet, Khrouchtchev avait publiquement énoncé qu’« il ne peut y avoir d’espoir qu’un conflit demeure isolé, qu’une guerre locale menée par les impérialistes réchauffe uniquement leurs mains, sans les brûler »14. Les Américains préférèrent agir par l’interposition à peine voilée d’une force d’exilés cubains qu’ils avaient équipée en conséquence. Le 15 avril 1961, des avions américains, qu’un coup de peinture avait tranformé en appareils cubains et pilotés par des exilés, tentèrent un raid pour détruire l’aviation castriste. L’échec du raid fut complet, mais le gouvernement cubain y vit à juste titre le premier acte d’une invasion et proclama socialiste la révolution cubaine15. Le but de cette proclamation était, dans la circonstance, de forcer l’entrée du camp socialiste et d’obtenir ainsi sa protection militaire. En réaction, les Soviétiques, s’ils renouvelèrent bien l’affirmation de leur soutien à Cuba, se gardèrent de toute déclaration laissant conclure que leur solidarité était due à la nature socialiste de Cuba. L’échec de l’intervention, lancée le 17 avril 1961 dans la Baie des Cochons et le triomphe castriste qui en découla, ne modifia en rien l’attitude soviétique quant à l’accession au socialisme de Cuba qui n’était pas confirmée, sinon réfutée. Les Soviétiques avaient agi dans le cadre de leur duel avec les Occidentaux et du soutien à un mouvement de libération nationale. Un communiqué conjoint soviéto-cubain devait corroborer implicitement la position soviétique en faisant savoir que « Cuba a réalisé une révolution en toute indépendance et a choisi en toute liberté la voie d’un développement socialiste »16 ; en d’autres termes, Cuba avait pris une orientation socialiste, mais n’avait pas accédé au socialisme. En ce qui concerne le critère principal établissant le caractère socialiste d’un Etat – le rôle dirigeant du parti communiste – il était loin d’être rempli, puisque le mouvement du 26 juillet coexistait avec le parti communiste cubain qui, en tant que tel, n’avait pas pris part à la révolution. Bien plus, d’après Khrouchtchev répondant à une question lors d’un entretien, « pour autant que nous le sachions, Castro n’est pas membre du parti communiste »17.

  • 18 In Pravda du 5 décembre 1961.

34Dans le but de mettre les Soviétiques au pied du mur, Castro, le 1er décembre 1961, prononça un discours en forme de profession de foi – que la « Pravda » dut bien reprendre – par lequel il annonçait à la face du monde d’une part, qu’il était « un marxiste-léniniste et le serait jusqu’au dernier jour de sa vie »18, d’autre part, qu’allait être créé un parti unifié de la révolution socialiste par fusion du mouvement du 26 juillet avec le parti communiste cubain. « Le rôle du parti unifié de la révolution socialiste est d’organiser et de diriger le peuple par les organisations de masse, par ses cellules, en conformité avec les normes du marxisme-léninisme ». Le 31 janvier 1962, à la conférence des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation des Etats américains tenue à Punta del Este, la Maison Blanche obtint l’exclusion de Cuba de l’Organisation à cause du caractère marxiste-léniste du gouvernement cubain et de son alignement sur Moscou.

  • 19 In Pravda du 11 avril 1962.
  • 20 In Pravda du 15 avril 1962.

35Les Soviétiques n’avaient plus qu’à s’incliner, quitte à réfréner le romantisme révolutionnaire de Castro et à lui conseiller fermement d’adopter une direction collective susceptible d’éviter des prises de décision aventureuse. En avril 1961, le parti soviétique reconnaissait que Cuba « était à l’étape des transformations socialistes »19 et « s’était engagée sur la voie de la construction du socialisme »20.

  • 21 In Pravda du 20 février 1962.

36Il fallait assurer la défense de Cuba, d’autant plus que les Américains appuyaient l’exclusion de Cuba de l’Organisation des Etats américains par des manœuvres navales et de débarquement de grande ampleur en mer des Caraïbes, qui préfiguraient une nouvelle intervention, mettant cette fois directement en jeu les forces américaines. Moscou avait déjà solenellement averti que « si le gouvernement des Etats-Unis menace Cuba, qu’il en tire la conclusion en ce qui concerne les pays où sont installées les bases militaires des Etats-Unis »21. L’avertissement visait des bases de missiles américains situées en Turquie, mais il était insuffisant. La décision d’implanter des missiles à moyenne portée à Cuba fut prise et reçut un commancement d’exécution. Outre la défense de Cuba, les Soviétiques poursuivaient encore deux autres buts : marquer un point significatif dans leur duel avec les Américains, contrer les Chinois qui accusaient Moscou d’utiliser les pays du Tiers monde à des fins hégémoniques sans se risquer jusqu’à l’engagement militaire.

37Les Américains ne pouvaient tolérer une telle menace si près des côtes de Floride. En automne 1962, ils procédèrent au blocus naval de Cuba. Forcer le blocus était en dehors des possibilités soviétiques et de toutes les manières revenait à ouvrir les hostilités. Les Soviétiques estimèrent nécessaire d’accepter d’ouvrir une négociation bilatérale. Aux termes de l’accord, le site cubain de missiles nucléaires devait être démantelé de même que les installations américaines correspondantes en Turquie. Par ailleurs, les Américains s’engageaient à ne pas intervenir militairement contre Cuba, directement ou par exilés interposés, ce qui les laissait libres de maintenir un blocus économique, et ils conservaient leur base navale cubaine de Guantanamo.

38Au niveau international, le revers soviétique est clairement perçu : les Soviétiques ont reculé. L’Alliance atlantique a même été renforcée, car les Français dès l’origine de la crise des missiles ont assuré les Américains de leur soutien. Le résultat est donc à l’inverse de celui de la crise de Suez. Au plan stratégique en revanche, le retrait de Cuba de leurs missiles à moyenne portée ne pénalisait pas tellement les Soviétiques. En effet, la stratégie soviétique pouvait compenser la perte de cet avantage par le développement des capacités de tir intercontinental.

39La perception de la crise des missiles restera, cependant, vivace dans l’esprit des Soviétiques. En premier lieu, dans l’immédiat, l’échec est porté au discrédit de Krouchtchev, taxé d’aventurisme, et contribuera fortement à sa chute. En second lieu, ultérieurement, lorsque s’engagera la crise des euromissiles – eux aussi, à portée intermédiaire – les Soviétiques se sentiront dans la position des Américains de l’automne 1962. Ils ne comprendront pas, alors, que les Occidentaux ne saisissent pas combien la situation est intolérable pour eux, comme elle l’avait été pour les Américains en 1962.

40Tout en soulignant le recul soviétique, l’accord était équilibré et préservait les intérêts cubains. Le gouvernement de Fidel Castro accuse, cependant, sévèrement le coup, car il n’avait pas participé aux négociations. Il y voit une atteinte à sa souveraineté perpétrée par les Soviétiques. Les Cubains accusent d’autant plus fortement le coup que le jour même où Krouchtchev acceptait de retirer les missiles, le 28 octobre 1962, ils présentaient leurs exigences : abandon du blocus, arrêt de toute subversion et des attaques des exilés, suspension des vols de reconnaissance au-dessus de Cuba et évacuation de la base de Guantanamo. La déception est à la hauteur des exigences et laisse le champ libre aux Chinois qui ne se privent pas de dénoncer l’hégémonisme de Moscou et son manque de soutien à ses alliés.

  • 22 In Pravda du 18 mars 1965.

41Tenté un temps par les Chinois, Fidel Castro fut finalement excédé par leur activisme et leurs efforts de propagande, ce qui l’amena à les rejeter : « Que personne ne s’imagine pouvoir nous donner des leçons de conduite révolutionnaire »22. Le rapprochement avec les Soviétiques était, par ailleurs, inéluctable, parce que Cuba avait trop besoin d’une aide pour mener à bonne fin un ambitieux programme d’industrialisation et qu’il fallait bien une compensation au blocus économique américain.

42La tenue de la conférence tricontinentale à la Havane, en 1966, concrétisa le rapprochement soviéto-cubain. A côté de l’organisation de solidarité des peuples afro-asiatiques, maintenue en dépit des Soviétiques, fut créee une organisation latino-américaine de solidarité. Ces deux organisations devaient joindre leurs efforts au sein d’une instance tricontinentale. Cuba condamna la Chine, qui commençait à s’enfoncer dans sa révolution culturelle, et manifesta, par ailleurs, le plus ferme soutien au Viêt-nam, critiquant, en termes voilés, la passivité soviétique à l’égard des bombardements américains qui pilonnaient le Viêt-nam. En cela, les castristes défendaient leur propre cause, estimant inacceptable que l’URSS ne s’engage pas plus avant matériellement aux côtés d’un pays socialiste, même si celui-ci n’était pas membre du pacte de Varsovie. A partir de là, Fidel Castro reprend le thème d’une lutte armée étendue à l’échelle de l’Amérique latine, ce qui constituait, selon lui, le seul moyen d’assurer la sécurité de Cuba aussi vulnérable que le Viêt-nam. A cet effet, profitant de l’engagement américain en Indochine, il fallait « créer deux, trois, plusieurs Viêt-nam », pour reprendre la formule qu’avait employée Che Guevara dans un message adressé au Secrétariat de la Tricontinentale.

  • 23 In Pravda du 31 janvier 1974.

43Devant cet activisme, le désenchantement soviétique resta mesuré dans ses manifestations et, si Cuba et l’URSS campèrent sur leurs positions, un nouveau rapprochement était rendu inévitable par les circonstances et les besoins de Cuba. En 1968, Cuba approuve l’intervention des forces du Pacte en Tchécoslovaquie. Il y a, ensuite, partage avec Moscou de l’analyse des raisons qui ont amené l’écrasement de l’Unité populaire au Chili, en 1974 : Allende n’a pas su construire un parti structuré disposant de milices armées. En 1972, Cuba devenait membre du CAEM. La consécration du rapprochement fut la visite de Brejnev en 1974. Celui-ci ne pouvait qu’être entendu par Fidel Castro lorsqu’il annonça que « Cuba est le premier pays socialiste de l’hémisphère occidental. C’est son rôle et sa responsabilité historique »23. Il ajouta également : « Nous ne sommes pas des pacifistes, nous ne sommes d’aucune manière pour la paix à n’importe quel prix et, bien entendu, nous ne sommes pas pour le gel des processus sociaux et politiques qui se produisent dans plusieurs pays ». Fidel Castro répondit par une critique allusive de la Chine. L’URSS accéléra encore l’aide au développement économique cubain qui, par ailleurs, profitait de la reprise des relations diplomatiques et commerciales opérée avec plusieurs pays sud-américains.

44L’URSS allait être payée de retour, plus qu’elle ne pouvait l’espérer. Etat révolutionnaire du Tiers monde, Cuba prend fermement des positions favorables à l’Union soviétique au sein du mouvement des non-alignés. Dans la deuxième moitié des années soixante-dix, Cuba envoit en Afrique, en Angola et en Ethiopie, des contingents qui totaliseront quelque 70 000 hommes.

45Au début des années soixante-dix, tirant le plus grand bénéfice de l’expérience, la stratégie soviétique de soutien aux mouvements de libération nationale a abouti à un corps de doctrine bien défini.

  • 24 In La revue militaire historique n° 3, mars 1975. Savrov. Les guerres locales et leur place dans la (...)
  • 25 Kulis. La force des armes et les relations internationales. Moscou, 1972.

46Le Tiers monde est « une zone de conflit où les intérêts vitaux des puissances marquantes ne sont pas directement exposés. Il en découle qu’un dérapage sur une guerre générale est peu probable ou tout du moins que le dérapage peut être maîtrisé »24 et qu’il est « possible d’en rester à une guerre locale »25. Cette analyse est partagée par l’Académie de l’Etat-major général. En revanche, le nationalisme anti-occidental de nombre de dirigeants du Tiers monde, tels Nasser, N’Krumah, affaiblit certes l’Occident, mais ne conduit pas nécessairement au socialisme. L’exemple de Nasser est patent à ce sujet.

  • 26 In Kommunist n° 7, 1980. Ponomarev. La grande force de vie du léninisme.

47Au début des années quatre-vingt, traçant le bilan des luttes de libération nationale, les Soviétiques estiment avoir obtenu des résultats extrêmement satisfaisants. « Les années soixante-dix témoignent d’une avance nouvelle et significative du mouvement anti-impérialiste dans plusieurs régions du monde. C’est la victoire du peuple vietnamien et l’unification du Viêt-nam, le renforcement du pouvoir populaire au Laos, la liquidation du régime de Pol-Pot au Kamputchéa. L’Ethiopie, l’Angola, le Mozambique ont obtenu leur libération du joug de l’impérialisme, leurs peuples ont mené des réformes sociales et apparaissent comme les avant-postes de l’orientation socialiste en Afrique. Le Sud-Yémen joue un rôle important dans cette étape. Le régime dictatorial a été renversé au Nicaragua. Un choc a été porté à l’impérialisme par la révolution en Afghanistan, par la liquidation de la monarchie du Schah en Iran, par la victoire des patriotes du Zimbabwé »26. Ces succès sont dus à la combinaison de la crise générale du capitalisme, qui affaiblit les Occidentaux, et de l’action de l’Union soviétique alliée à celle du camp socialiste.

48Le bilan est, certes, positif pour les Soviétiques, mais mérite d’être nuancé, car il préfigure des déconvenues. Par ailleurs, en Afrique, notamment, aucun des résultats n’est stable. Les luttes engagées vont se poursuivre tout au long des années quatre-vingt. Pourtant, les Soviétiques y ont conduit la même stratégie qu’à Cuba, en Extrême-Orient et au Moyen-Orient : le soutien aux mouvements de libération nationale.

49Les Soviétiques ont mésestimé l’Afrique, ignoré le tribalisme, n’ont pas compris que l’instauration d’un parti unique concrétisait plus souvent la prédominance d’une ethnie qu’une marque du marxisme-léninisme. Le seul succès véritablement notable réside dans leur duel avec les Chinois qui s’est terminé par leur éviction d’Afrique. Et encore, faudrait-il déterminer dans quelle mesure les Chinois ne se sont pas mis hors jeu, d’eux-mêmes, avec leur révolution culturelle et la série de troubles internes qui a suivi !

50Les Soviétiques en premier, puis leurs alliés, ne ménagèrent pas leur soutien aux mouvements de libération nationale. Aucun domaine ne manque à leurs efforts : économie, culture, idéologie, coopération militaire, formation des cadres civils et militaires... En URSS, fut créée une université « Patrice Lumumba » destinée à accueillir spécifiquement, à une grande échelle, les futurs cadres du Tiers monde. A l’image, les Tchécoslovaques firent de même. L’Union soviétique devint le fournisseur d’armes de toutes les guérillas et de toutes les forces en lutte contre les Occidentaux et leurs alliés. Si les axes d’effort du pacte de Varsovie sont bien connus, leur quantification financière est plus malaisée à établir. Les Américains s’y sont risqués et ont établi une évaluation discutable. Les Soviétiques auraient ainsi dispensé, de 1955 à 1980, une assistance militaire d’un montant de 50 milliards de dollars, épaulés par leurs alliés à hauteur de 4,3 milliards de dollars. A cette aide en matière de défense s’ajoutaient des aides économiques, qui, en s’étendant sur plusieurs décennies, ont revêtu des formes diverses allant de prêts et de dons en devises – convertibles ou non – à des allocations massives en nature, sans oublier des achats à des taux préférentiels, tels celui du sucre cubain. L’aide économique est orchestrée en 1980 par quelque 33 000 conseillers affectés à des postes de responsabilités allant de l’assistance directe auprès d’un gouvernement à celle auprès d’une petite coopérative agricole.

51L’aide militaire, quant à elle, a nécessité spécifiquement des conseillers spécialisés : quelque 20 000 en 1980, selon les Américains, répartis en 28 pays où ils jouent un rôle central dans l’organisation, l’entraînement et le commandement des forces. De 1955 à 1980, de l’ordre de 52 000 militaires du Tiers monde ont été formés essentiellement dans les écoles soviétiques, et dans une moindre mesure dans les écoles des pays du pacte de Varsovie. Les Soviétiques ont agi très prudemment dans l’envoi de leurs conseillers militaires, évitant soigneusement de les placer dans des situations telles qu’ils soient directement engagés contre des forces occidentales, que ce soit au Viêt-nam, au Moyen-Orient ou en Afrique. La prudence soviétique s’explique par la crainte qu’une confrontation directe, même réduite, n’aboutisse à l’ouverture d’hostilités à la suite d’un processus incontrôlable d’escalade.

52Jusqu’à l’intervention de leur corps expéditionnaire en Afghanistan, les Soviétiques se sont défendus d’avoir envoyé hors de leurs frontières des unités constituées ou même des éléments organisés participer aux opérations. Deux motifs les guidaient dans leur démarche. Le premier avait donc trait au refus d’une confrontation possible avec les Occidentaux dans des circonstancs imprévisibles. Le second était, au plan externe comme vis-à-vis de leur propre opinion publique, de ne pas donner prise à l’accusation d’interventionnisme. Ainsi, pouvaient-ils reprocher aux Américains leurs interventions directes au Viêt-nam, à Saint-Domingue, au Liban…

  • 27 Cf. L’étoile rouge du 12 octobre 1989. Entretien avec le général Sidorov.

53En fait, des contingents soviétiques ont bien combattu directement aux côtés de leurs alliés, et ce, dès la guerre de Corée où des unités aériennes ont été engagées. Et il en a été de même, entre autres, lors de la guerre du Kippour. Glasnost aidant, les Soviétiques ont fini par le reconnaitre27, tout en se refusant à l’admettre officiellement.

  • 28 Entre autres :
    Cf. Le communiste des forces armées n° 13 de juillet 1978. Osipov. VI. Lénine, le PCU (...)

54Pour appuyer leur stratégie de soutien aux mouvements de libération nationale, il fallait aux Soviétiques des capacités de projection de force. Le problème a été étudié sous toutes ses facettes28. C’est ainsi qu’en octobre 1973, pendant la guerre israëlo-arabe, la 103e division parachutiste de la Garde avait été mise en état d’alerte aux fins d’une action. Mais, la souplesse et la rapidité d’intervention des troupes aéroportées ne dispense pas de l’instrument permettant de laisser planer la menace permanente qu’est une capacité navale. L’insuffisance de la marine de guerre, par ailleurs, avait été durement ressentie, en 1962, au large de Cuba. Cela explique l’expansion de la flotte soviétique qui s’intégrait, par ailleurs, dans le nouveau concept stratégique militaire.

55Le 11 mars 1985, lorsque Mikhaïl Gorbatchev accède au pouvoir, l’évaluation objective qui peut être faite des résultats de la stratégie de soutien aux mouvements de libération nationale offre un bilan beaucoup plus contrasté que celui qu’avait dressé Ponomarev en 1980. Certes, les Occidentaux ont subi de durs revers. Les Américains ont été battus au Viêt-nam, Cuba est un bastion socialiste qui subsiste intégralement et auquel est en train de s’adjoindre le Nicaragua, l’Afrique est un continent disputé, alors que dans les années cinquante la présence soviétique hors d’Europe et d’Asie était quasi inéxistante. Cependant, des ombres importantes tachent le tableau. Aucun des pays d’orientation socialiste du Tiers monde n’a atteint le stade du socialisme développé. Certes, le camp socialiste s’est bien élargi des pays du pacte de Varsovie à ceux de la Communauté socialiste, mais les échecs sont patents. L’économie vietnamienne reste celle d’un pays en voie de dévelopement. Pas un problème pendant n’est réglé : pas plus celui du Cambodge que celui de l’Angola et de l’Ethiopie où continuent les affrontements. La crise du Proche-Orient est une plaie pour les Américains qui soutiennent à bout de bras Israël, mais les Soviétiques n’ont pu réaliser leur grand dessein d’une conférence internationale de Genève qui élaborerait une solution et leur reconnaîtrait un statut de grand arbitre. Le conflit afghan s’enlise.

56En s’engageant profondément dans le Tiers monde, l’Union soviétique n’avait-elle pas surestimé ses forces ?

  • 29 Rapport politique du CC du PCUS, présenté par L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XX (...)
  • 30 Ponomarev. Histoire de la politique extérieure de l’URSS. Moscou, 1971, p. 23.
  • 31 In Kommunist n° 1, 1981. Ponomarev. Le caractère irrésistible du mouvement de libération.
  • 32 Rapport politique du CC du PCUS, présenté par M.S. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au (...)

57L’accusation d’interventionnisme, d’une reprise du concept d’exportation armée de la révolution et de son application au Tiers monde, a été durement ressentie par les Soviétiques. En effet, cette accusation faisait d’eux des bellicistes, adversaires de la détente qu’ils prônaient, ruinant ainsi leur concept de coexistence pacifique. Au plan politique, interne et idéologique, ce qui était au moins tout aussi grave pour les dirigeants soviétiques, il était inacceptable de se voir accoler une telle image qui se confondait avec celle de l’aventurisme trotskyste. C’est pourquoi, en 1981, solennellement, le Secrétaire général du Parti déclare : « Nous sommes contre l’exportation de la révolution, mais nous ne pouvons pas, non plus, accepter l’exportation de la contre-révolution »29. L’argumentation soviétique a de toujours avancé que le soutien aux mouvements de libération nationale était dicté par la solidarité de classe. « Cette solidarité se manifeste, non par l’exportation de la révolution, mais par la lutte contre l’ingérence des puissances impérialistes dans les affaires intérieures des peuples, c’est-à-dire contre l’exportation de la contre-révolution »30. L’ordre ancien devient de plus en plus insupportable parce que la crise générale du capitalisme conduit à une exploitation de plus en plus forte des peuples colonisés ou néo-colonisés. La situation est alors marquée par le cycle d’actions et de réactions qui détermine l’engrenage de la violence. « Pour qu’il y ait révolution, en d’autres termes, il est indispensable qu’existe une situation révolutionnaire qui ne peut être créée artificiellement et, qui plus est, par une action d’origine extérieure »31. En 1986, tout aussi solennellement, le Secrétaire général du Parti, bien que lançant la pérestroïka, retrouvera la même argumentation pour souligner que « aujourd’hui aussi, nous sommes fermement convaincus qu’il est inutile et inadmissible de stimuler les révolutions de l’extérieur et, à plus forte raison, par des moyens militaires »32.

58L’argumentation soviétique exige des nuances sérieuses. Il est tout à fait exact qu’une situation révolutionnaire ne peut être créée artificiellement. En revanche, elle peut être exploitée. Par ailleurs, les Soviétiques en soutenant les mouvements de libération nationale cherchaient bien à les conduire dans le sens d’une orientation socialiste, d’une transformation des régimes socio-politiques à leur image, ainsi que le prévoyait le XXe congrès, ainsi que le démontrent les faits.

59Un second constat s’impose également. Les Soviétiques ont bien utilisé la force armée, soit indirectement en octroyant une aide militaire, soit directement par leur intervention, soit encore en menaçant d’intervenir même au plus haut niveau, ce qui fut le cas, entre autres, lors des crises de Suez et de Cuba.

Les impasses d’une stratégie militaire basée sur l’emploi de l’arme nucléaire

60Tout comme dans la période précédente, la clé de voûte du concept stratégique reste l’argument militaire qui subit cependant un remaniement fondamental : il atteint une dimension planétaire et se base fondamentalement sur une capacité nucléaire diversifiée.

61En modifiant le rapport des forces en leur faveur, les Soviétiques ont pu adopter la stratégie de coexistence pacifique repoussant le caractère inéluctable d’une guerre généralisée au profit d’une probabilité. Mais en cas de guerre, c’est toujours une victoire sur les champs de bataille qu’il s’agit de remporter et, aux yeux des Soviétiques, c’est leur très forte capacité d’obtenir cette victoire qui rend improbable l’engagement d’un conflit, en retenant l’ennemi occidental d’attaquer. Le concept militaire soviétique reste donc basé sur l’emploi. Cependant, avec les années soixante, la recherche de la victoire militaire, au lieu d’être cantonnée au seul théâtre de guerre européen va s’étendre aux Etats-Unis et aux autres théâtres. Cette stratégie a été rendue possible par l’arme nucléaire qui quitte donc le domaine de l’appui à la composante aéroterrestre en Europe au profit d’un emploi stratégique et tactique décisif, autour duquel s’ordonnent les opérations à l’échelle de la planète.

62Le concept militaire soviétique rénové par sa dimension nucléaire sera ainsi maintenu durant les années soixante et la première moitié des années soixante-dix, puis avec de faibles modifications jusque dans la deuxième moitié des années quatre-vingt.

63Confrontée à une dialectique permanente avec les stratégies occidentales, la stratégie soviétique commencera par enregistrer des succés indéniables jusque dans la première moitié des années soixante-dix. Puis, toujours à la recherche de sa finalité qu’est le concept de victoire, cette stratégie cherchera, alors, à se dégager d’une série d’impasses, entre autres, par une propension à l’adoption d’un concept de guerre limitée, ce qui se traduira par la crise des euromissiles. Elle ne parviendra cependant pas à échapper à une dernière impasse, devra modifier sa finalité et entamer, en conséquence, sa restructuration. La perestroïka militaire précède ainsi la perestroïka du Parti, et l’a provoquée même pour une large part. C’est à ces différents aspects que s’attache l’examen.

64A la maîtrise des portées intercontinentales atteintes par leurs missiles stratégiques, le 21 août 1957, les Soviétiques ajoutent un effort inlassable en vue de se doter d’une panoplie d’armes nucléaires comprenant tous les systèmes de lanceurs, aussi bien à partir du sol que des sous-marins, des bâtiments de surface et des avions supersoniques. Les portées recherchées, quel que soit le vecteur, atteignent des distances tant intercontinentales qu’intermédiaires, c’est-à-dire en ce qui concerne ces dernières ne dépassant pas 5 500 km, et donc adaptées à l’ensemble de la profondeur des théâtres d’opérations terrestres et maritimes. Jusqu’à quelque 150 km, il s’agit de tirs tactiques, au delà et jusqu’à un millier de km de tirs opératifs, selon la terminologie soviétique.

  • 33 Romanov. Les problèmes méthodologiques de la théorie militaire et de la pratique. Moscou, 1966. p.  (...)

65L’adoption d’un concept nucléaire d’emploi généralisé a été réalisée dès que les Soviétiques en ont eu la possibilité. « L’Union soviétique dispose maintenant d’un armement nucléaire porté par missiles et d’autres matériels militaires les plus avancés. Tout cela a obligé au réexamen de beaucoup de positions de notre doctrine militaire »33. Une nouvelle période prend donc date.

  • 34 Dictionnaire militaire encyclopédique. Moscou, 1986. p. 621.
  • 35 Romanov. Les problèmes méthodologiques de la théorie militaire et de la pratique. Moscou, 1966. p.  (...)

66C’est ainsi que, réorganisant leurs forces à l’aube des années soixante, « conformément à une disposition prise, en décembre 1959, par le Conseil des ministres »34, les Soviétiques ont créé une armée spécifique, « les Troupes de fusées stratégiques, type des Forces armées de l’URSS, dotées de fusées nucléaires (des fusées à longue portée) et prévues pour remplir des missions stratégiques ». La caractéristique de ces troupes est qu’elles peuvent remplir leur mission aussi bien en coordination avec les forces nucléaires des autres types de forces armées qu’indépendamment. Les particularités des troupes de fusées stratégiques sont leur énorme puissance de destruction, leur haute aptitude opérationnelle et la précision des frappes nucléaires sur les objectifs adverses, la portée pratiquement illimitée du tir, leur capacité d’asséner des frappes simultanément sur de nombreux objectifs, de surmonter avec succès la défense antiaérienne et antimissile, de remplir les missions assignées dans les plus courts délais, la possibilité d’une large manœuvre des frappes et l’indépendance de l’emploi par rapport aux conditions météorologiques et temporelles ». Cette création soviétique est originale : les missiles stratégiques sol-sol constituent donc une composante distincte, non intégrée dans un autre type de forces, dans l’armée de l’air, par exemple, comme chez les Français et les Américains. Cela souligne toute l’importance donnée à ce système par les Soviétiques assénant le feu nucléaire stratégique, en cas de guerre entre l’Est et l’Ouest. En effet, « notre doctrine estime que les Troupes de fusées stratégiques joueront le rôle décisif dans une telle guerre »35.

67En cohérence avec leur concept d’emploi de l’arme nucléaire, les Soviétiques ne ménagent pas leurs efforts dans le renforcement d’une puissante défense antiaérienne, antimissile et antisatellite afin d’empêcher une frappe à leur encontre. Et avec la même cohérence, ils développent une défense passive stratégique, marquée par un système de défense civile.

  • 36 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 353.
  • 37 Ibidem, p. 194.
  • 38 Sokolovsky. Stratégie militaire. Moscou, 1968. Paris, 1984. p. 366.
  • 39 Ibidem, p. 374.
    Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 345.

68L’arme nucléaire, doublée du vecteur intercontinental et de l’électronique, a totalement bouleversé les caractéristiques de la guerre qu’entendaient mener éventuellement les Soviétiques, en étendant le théâtre d’opérations à l’ensemble de la planète et en supprimant donc l’invulnérabilité des Etats-Unis, l’adversaire principal. Seul le vecteur à portée intercontinentale a permis un tel résultat, car sans lui, il eut été impossible de porter la guerre sur le territoire américain, alors que la réciproque n’était pas vraie, puisque les implantations nucléaires offensives américaines en Europe – à elles seules – rendaient possibles des frappes au cœur de l’URSS. L’arme nucléaire avec son vecteur, principal instrument de la stratégie, permet ainsi d’« obtenir immédiatement la décision qui auparavant ne pouvait être emportée que par la somme des succès tactiques »36. Par ailleurs, puisque l’ascension à l’extrême de la violence est une loi inéluctable de la guerre, puisque les adversaires en présence possédent également l’arme nucléaire et puisque cette arme répond par excellence aux exigences d’une guerre totale, le futur conflit « sera mené essentiellement par les moyens nucléaires stratégiques : fusées balistiques intercontinentales sol-sol, aviation stratégique, sous-marins nucléaires lanceurs d’engins »37. En tant que modalité, « à l’ère moderne, une frappe nucléaire contre les centres vitaux en même temps que contre les moyens de combat de l’adversaire sera la façon la plus rapide et la plus certaine de remporter la victoire »38. Les frappes devront être délivrées sur l’ensemble des pays de la coalition adverse possédant un potentiel militaire important. Les objectifs à atteindre, d’une manière générale, comprennent en priorité « les moyens stratégiques nucléaires d’attaque », puis « les centres de production des industries de guerre », « les systèmes de décision gouvernementaux et militaires », ainsi que « les groupements de forces aéroterrestres et la flotte »39.

69Les Etats-Unis demeurent à l’abri de toute action de la composante aéroterrestre, car un débarquement sur leurs rivages demeure toujours impossible. Mais, l’arme nucléaire et le vecteur intercontinental permettent de s’affranchir des obstacles géographiques. L’artillerie nucléaire stratégique ouvre la porte de la victoire !

  • 40 Ibidem, p. 195.
  • 41 Romanov. Les problèmes méthodologiques de la théorie et de la pratique militaires. Moscou, 1966. p. (...)
  • 42 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 49.

70L’ensemble de l’appareil militaire soviétique reste donc axé, plus que jamais, sur le concept d’une victoire définitive, « sur l’écrasement décisif et total de l’adversaire ». C’est pourquoi, il est nécessaire de procéder à l’anéantissement de la composante aéroterrestre adverse, notamment en Europe. Cet anéantissement rend loisible la conquête du territoire et, par là, la chute du gouvernement, laissant le champ libre à l’installation d’un autre régime politique. Or, les forces nucléaires stratégiques ne peuvent, à elles seules, aboutir à un tel résultat, car, « si considérable que soit le rôle des moyens nucléaires stratégiques, ils ne sont pas à même de résoudre tous les problèmes de la guerre »40. L’obtention de la victoire sur le terrain est donc dévolue aux forces aéroterrestres et aéronavales. « En simultanéité avec les frappes nucléaires par missiles ou dans leur foulée, les autres types et genres de forces armées développeront leurs actions sur terre, sur mer et dans l’air »41. Aussi longtemps que le concept d’emploi visant l’obtention de la victoire demeure en vigueur, « il y a perfectionnement constant des forces terrestres qui possèdent les effectifs les plus nombreux et sont, au fond, le type de forces qui forme la base de nos Forces armées. Leur puissance de feu est constituée à l’heure actuelle de missiles d’artillerie à vocation tactique et opérativo-tactique aptes à détruire des objectifs à des distances s’étageant de dizaines à des centaines de kilomètres »42.

  • 43 Cf. Sokolovsky. Stratégie militaire. Moscou, 1968. Paris, 1984. Chapitre V et VI.
    Cf. Gretchko. Les (...)

71Encore à ce niveau, les moyens nucléaires revêtent donc une priorité fondamentale : la puissance de feu principale des forces aéroterrestres réside dans l’emploi des armes nucléaires tactiques conjugué avec le feu conventionnel. La super-artillerie nucléaire tactique et opérative doit frayer la route aux formations blindées ou être l’élément essentiel de l’anéantissement des poches de résistance43.

  • 44 Dictionnaire militaire encyclopédique. Moscou, 1986. p. 621.

72C’est ainsi qu’en totale concordance avec la création des Troupes de fusées stratégiques, ont été formées les Troupes de fusées et d’artillerie des Forces terrestres, « au début des années soixante, sur la base de l’artillerie des Forces terrestres et de l’introduction dans les forces de la fusée. Avec leur moyen principal qu’est le feu nucléaire et conventionnel, les Troupes de fusées et d’artillerie peuvent anéantir les moyens nucléaires d’attaque ennemis, les groupements de forces, l’aviation sur les aérodromes et les sites de défense antiaérienne ; porter des frappes sur les réserves, les postes de commandement des troupes (des forces) ; détruire les dépôts, les nœuds de communication et d’autres objectifs importants »44. Il s’agit d’une artillerie nucléaire, apte à remplir ses missions dans la profondeur du champ de bataille par « toute sorte de feux et l’application de frappes massives, groupées et isolées ». La création de cette artillerie nucléaire de théâtre souligne, s’il le fallait, l’importance donnée désormais à l’arme nucléaire dans le déroulement d’une bataille qui peut se prolonger, ne serait-ce qu’en fonction de la résistance adverse.

  • 45 Sokolovsky. Stratégie militaire. Paris, 1984. p. 385.
  • 46 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 40.

73La composante aéroterrestre conserve son rôle indispensable à la victoire. « Les opérations militaires sur les théâtres terrestres seront de vaste envergure malgré l’emploi d’engins nucléaires à longue portée. Il revient aux forces terrestres d’anéantir définitivement les armées de l’ennemi, de s’emparer de son territoire, d’établir l’ordre et de trouver la solution pacifique des problèmes que posera l’après-guerre »45. Il y a donc lieu de prévoir qu’« avec les moyens actuels de destruction, les armées peuvent subir au cours des opérations de grandes pertes en matériel et en armement »46. Il en découle que « dans ces conditions, c’est une importance particulière qu’acquiert aussi le travail des arrières du pays qui doit, dans des délais très courts, combler les pertes d’une grande quantité de matériel et d’armement sans lesquels il serait impossible, en pratique, de maintenir au niveau exigé la capacité de combat des forces armées ».

  • 47 Sokolovsky. Stratégie militaire. Paris, 1984. p. 326.

74Il en est très exactement de même en ce qui concerne les effectifs. Aussi, dans une guerre future, il en résulte que « les pertes élevées occasionnées par les frappes nucléaires exigent des réserves considérables pour reconstituer les effectifs et rétablir leur capacité de combat »47. Cela conduit à l’exigence d’une armée nombreuse et donc au maintien de la conscription.

75Une victoire totale, aussi rapide que possible, sur les théâtres de guerre continentaux, en Europe comme en Asie, demande l’interdiction de l’acheminement de renforts en provenance des Etats-Unis. Il s’agit d’encadrer, d’isoler ces théâtres de guerre : la Marine devrait y pourvoir. Autres missions, non moins essentielles, à la charge de la Marine, les protections rapprochées et éloignées des rivages des pays du pacte de Varsovie ainsi que la sécurité de la force nucléaire offensive sous-marine.

76Le concept stratégique militaire soviétique, avec les moyens qui lui sont alloués, se caractérise ainsi par son aptitude à répondre à l’hypothèse majeure retenue : mener victorieusement une guerre nucléaire généralisée, à l’échelle de la planète, contre une coalition ennemie groupant non seulement l’OTAN, mais encore, en Extrême-Orient et au Moyen-Orient, des alliés estimés objectivement être ceux des Etats-Unis, tels que la Chine, le Japon, le Pakistan... L’Union Soviétique a construit un système global dans lequel le pacte de Varsovie n’intervient que partiellement contre l’OTAN, il est vrai, l’ennemi principal. A ce concept correspond une organisation des forces, réparties en grands commandements, dont la centralisation longtemps proposée, ne fut rendue effective qu’avec les années quatre-vingt.

77La recherche de la victoire totale est une constante du concept soviétique, mais elle n’est pas la seule. A cette fin, d’autres constantes stratégiques, telles que la surprise, l’offensive, l’initiative, sont intégralement maintenues avec une priorité d’autant plus accrue que l’utilisation de l’atome militaire leur donne désormais une importance absolument vitale, aux yeux des Soviétiques.

  • 48 Ibidem, p. 371.
  • 49 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 60.
  • 50 Sokolovsky. Stratégie militaire. Paris, 1984. p. 364.
  • 51 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 328.

78La clé de voûte de ces constantes est le maintien de la prépondérance donnée au facteur de la surprise stratégique. Les Soviétiques ne cessent d’insister sur « la signification décisive de la phase initiale de la guerre et de la surprise »48. En plus d’un concept jugé rationnel, les Soviétiques ont la hantise permanente d’un renouvellement de la surprise stratégique de 1941. Ses conséquences seraient encore plus désastreuses, à l’ère nucléaire marquée par le caractère instantané du tir des missiles. « L’élément de surprise a déjà joué un rôle déterminant durant la Seconde Guerre mondiale. Maintenant, il est devenu le facteur d’une portée stratégique primordiale »49. Cela souligne très précisement une double nécessité : le maintien permanent d’une aptitude opérationnelle totale des forces de défense antiaérienne et antimissile et des forces nucléaires ainsi que la primauté de l’offensive. « La phase initiale pendant laquelle les deux adversaires utiliseraient les fusées nucléaires accumulées en temps de paix pourrait être décisive quant à l’issue du conflit. C’est pourquoi, il est indispensable que les forces armées soient déployées en permanence sur pied de guerre pour infliger des représailles immédiates à l’ennemi »50. En aucun cas, il ne saurait être question de retomber dans les erreurs qui ont précédé la Seconde Guerre mondiale. « Notamment, on avait estimé à tort qu’une période de mobilisation et de déploiement stratégique des forces armées devait obligatoirement précéder les opérations militaires d’envergure ; on n’avait pas tenu compte suffisament de la possibilité d’un déploiement secret de l’armée ennemie et de son attaque par surprise ; on avait sous-estimé l’importance de la défense stratégique de nos troupes »51.

  • 52 Cf. Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 292.
    Cf. Sidorenko. L’offensi (...)

79La loi de la primauté de l’offensive est plus que jamais immuable, quelles que soient les caractéristiques du combat et de la guerre. Seule l’offensive permet de sauvegarder l’initiative et d’imposer sa volonté à l’adversaire, donc d’obtenir la victoire52.

  • 53 Encyclopédie soviétique militaire. Moscou, 1977. T. 3, p. 229.

80La défensive n’est pas pour autant bannie, mais elle n’est acceptée qu’à titre de recours temporaire imposé par les nécessités opérationnelles. La doctrine militaire soviétique, « en plus de l’offensive, en tant qu’aspect décisif des opérations, reconnait le caractère conforme aux lois de la guerre de la défensive à l’échelle stratégique, opérative et tactique. Cependant, la défensive dans la doctrine militaire soviétique est considérée comme un genre d’opération temporaire et obligée qui peut être adopté principalement sur les directions stratégiques dans des conditions telles que les forces et les moyens sont insuffisants et qu’il est indispensable de gagner du temps pour les amasser et pour créer les conditions du passage ultérieur à une offensive décisive »53.

81Surprise, offensive et importance de la phase initiale de la guerre se combinent alors, en tant que paramètres de l’équation stratégique, avec le concept nucléaire et posent le problème de la frappe en premier.

  • 54 Cf. Volkogonov. La guerre et l’armée. Moscou, 1977. p. 19.
  • 55 In Pravda du 19 janvier 1977.
  • 56 Koulikov. La défense collective du socialisme. Moscou, 1982. p. 37.

82L’Union Soviétique ne se veut pas agressive. Elle continue de se référer à la rationalité, ainsi qu’à Marx et à Engels, pour démontrer l’absence de contradiction entre, d’une part, l’offensive, qu’elle soit stratégique ou tactique, et, d’autre part, le caractère résolument défensif d’une guerre que mènerait l’URSS54. Le Secrétaire général du CC du PCUS, Brejnev, renforçait la démonstration par des déclarations d’intention solennelles : « Notre pays ne prendra jamais la voie de l’agression et ne lèvera jamais le glaive contre d’autres peuples »55. L’Union soviétique, en accord avec ses alliés, affiche un concept de prévention de la guerre depuis la fin des années cinquante. « Ainsi, la Conférence des représentants des partis communistes et ouvriers des pays socialistes, en 1957, a apporté son appui à la conclusion définissant la possibilité de la prévention d’une nouvelle guerre mondiale et le caractère indispensable de l’union des forces pacifiques pour la défense du socialisme et de la paix dans le monde entier. Au titre de la prescription légale la plus importante de la révolution socialiste et de la construction du socialisme, a été renforcée la position concluant au caractère indispensable de la défense des conquêtes socialistes face aux ennemis intérieurs et extérieurs »56. Ces positions et conclusions resteront totalement en vigueur jusqu’à la fin des années quatre-vingt.

  • 57 Marx et Engels. Œuvres complètes. Moscou, 1977. T. 17, p. 275.

83Objectivement, en effet, « une guerre défensive n’exclut nullement des opérations offensives dictées par le cours des événements militaires »57. De fait, il est totalement inutile d’être marxiste pour adhérer à cette optique qu’ont faite leur, Foch, Clausewitz et Eisenhower, entre autres. Cependant, il s’agit de s’entendre sur le sens donné au terme agression. Il est nécessaire de considérer l’ambiguité que renferme le concept de défense des acquis du socialisme qui a conduit aux interventions en Tchécoslovaquie comme en Afghanistan. Se pose aussi la question suprême : faut-il attendre l’agression ennemie pour contre-attaquer ? Ne faut-il pas prendre les devants ? Par ailleurs, il faut bien reconnaître qu’un concept offensif, avec une organisation militaire adéquate, permet l’agression, tandis que la défensive, sans l’interdire absolument, la rend plus difficile à réaliser. Cela explique la méfiance des Occidentaux et le doute jeté sur les intentions soviétiques. Dans ce cadre, la perspective d’une guerre nucléaire généralisée pose le problème crucial de la frappe en premier, en soulevant la question de la prime à l’agression. Ce problème amena un débat acharné traitant du déclenchement d’une guerre préventive à laquelle l’URSS ne souscrivait pas, tout en accusant les Etats-Unis de la préparer, et d’une frappe préemptive qui ne ferait que devancer une attaque adverse jugée rationnellement imminente.

84La résolution du problème de l’attaque en premier, extrêmement complexe au plan technique, était capitale, car était apparue la capacité virtuelle de mettre en œuvre une frappe à visée désarmante. Il s’agissait de porter une frappe massive sur les systèmes nucléaires adverses avec une précision telle que le potentiel ennemi, faute d’être totalement anéanti, soit pour le moins suffisamment amoindri. Ainsi, deviendrait impossible, par absence de moyens résiduels suffisants, une riposte nucléaire dont l’ampleur serait trop faible pour empêcher une troisième frappe anéantissant définitivement tout reste de puissance nucléaire. Alors, la partie victime de la frappe en premier à visée désarmante serait condamnée à la capitulation sans conditions ou à l’anéantissement. La perspective de l’obtention d’une capacité de frappe en premier à visée désarmante a induit, entre Soviétiques et Américains, une course effrénée aux armements nucléaires. Et cette capacité de frappe en premier est devenue pour les Soviétiques, comme pour les Américains d’ailleurs, une hantise de plus. C’est dans ce fait qu’il faut rechercher l’explication des sur-capacités nucléaires, l’« overkill » selon la terminologie américaine, en possession de l’URSS comme des Etats-Unis.

  • 58 Encyclopédie soviétique militaire. Moscou, 1979. T. 7, p. 564.

85Prenant en compte l’escalade que prévoyait la « flexible response » avec ses différentes gradations, les Soviétiques infléchissent leur concept à la fin des années soixante-dix afin d’engager un conflit par une phase conventionnelle et non plus d’emblée par des opérations au niveau nucléaire stratégique, comme ils l’avaient défini durant la décennie soixante. Le but est d’obtenir la victoire en cherchant à éviter les inévitables dommages consécutifs aux frappes nucléaires. Il y a là, en germe, l’acceptation du concept de guerre limitée. « La stratégie militaire soviétique admet qu’une guerre mondiale puisse commencer à être conduite durant un temps déterminé avec le seul emploi des armes conventionnelles. Cependant, l’extension des opérations peut amener le processus de sa transformation en une guerre nucléaire généralisée, dont le moyen principal de conduite est l’arme nucléaire, surtout l’arme nucléaire stratégique »58. Donc, limiter le conflit au niveau conventionnel, quelle que soit la perspective catastrophique d’une guerre nucléaire, paraît difficile.

  • 59 In Aujourd’hui, hebdomadaire croate, n° 352, du 15 novembre 1988, entretien avec le général Jazov, (...)
  • 60 In Kommunist de décembre 1989. Jazov. Le nouveau modèle de sécurité et les forces armées.

86La course à la suprématie nucléaire passe du domaine quantitatif au domaine qualitatif. Le traité SALT-1, conclu en 1972, concrétisait une parité instaurée de part et d’autre et visait à geler cette parité quantitative par limitation du nombre des vecteurs. Un différentiel du nombre de têtes nucléaires, face aux sur-capacités de destruction détenues par chacun des deux camps, n’avait aucune signification militaire. C’est ce que devait rétrospectivement confirmer, en 1988, le ministre de la Défense de l’URSS. « Un équilibre stratégique entre l’URSS et les Etats-Unis a été établi au début des années soixante-dix, lorsque l’Union soviétique, veillant au renforcement de sa sécurité, créa un potentiel nucléaire qui peut être comparé à celui des Etats-Unis. Plus tard, les deux parties ont, à plusieurs reprises, confirmé l’existence d’une parité dans le domaine de l’armement nucléaire stratégique »59. L’URSS n’avait pas ménagé ses efforts à cet effet et le sens fondamental de ces mesures consistait à atteindre une parité militaro-stratégique avec les Etats-Unis d’Amérique »60. Mais une fois cette parité atteinte et établie, la course aux armements stratégiques, de quantitative se porta donc essentiellement sur le qualitatif. Il s’agissait de parfaire la précision de tir, de rechercher la survie des têtes lors de leur rentrée dans l’atmosphère, d’acquérir l’invulnérabilité des lanceurs, soit en leur conférant une mobilité qui rendait difficile la détection, soit en les enfouissant en des sites fixes. La poursuite de l’augmentation du nombre des vecteurs et des têtes n’a pas diminué pour autant, dans les limites autorisées par les traités.

  • 61 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 89.

87Les Soviétiques ont déduit du constat de l’augmentation des potentiels nucléaires des deux superpuissances une règle de portée générale. Il y avait désormais existence d’un paradoxe essentiel : si, d’une part, les capacités d’anéantissement croissent dans l’absolu, d’autre part, « encore plus nettement se réduit la possibilité pour un agresseur de porter une frappe qualifiée de « désarmante » sur l’adversaire principal »61. En effet, la puissance des arsenaux nucléaires et des systèmes antimissiles interdit « d’anéantir en totalité les moyens analogues de l’adversaire par une seule frappe ». Les Etats-Unis redeviennent invulnérables vis-à-vis des systèmes nucléaires soviétiques, mais l’URSS l’est tout autant vis-à-vis des systèmes américains.

  • 62 In Par la voie de Lénine – Discours et articles. Moscou, 1978. T. 6, p. 284. L.I. Brejnev. L’exploi (...)
  • 63 Cf. Foreign Affairs, vol-60, n° 4. Printemps 1982.

88Cependant, la situation, de ce fait, jouait également à l’encontre de la défense de l’Europe, qui se trouvait découplée sans rémission des systèmes centraux américains. La stratégie soviétique de dissociation de la coalition adverse obtenait un succès notable. Au plan stratégique, en regard de l’arme nucléaire, le théâtre de guerre « Europe » était ainsi cloisonné, encadré. Les Soviétiques pouvaient même se permettre très réellement de ne pas vouloir asséner une frappe en premier et d’invoquer à cet effet la rationalité comme preuve de leurs intentions. En effet, « les affirmations comme quoi l’URSS va plus loin que ce qui lui est suffisant pour sa défense, comme quoi elle s’efforce d’acquérir la suprématie en ce qui concerne l’armement dans le but de porter le premier coup s’avèrent futiles et tout à fait dénuées de fondements »62. Les Soviétiques renouvelleront très officiellement et très solennellement cette déclaration à la tribune de l’ONU, le 15 juin 1982. Ils furent confortés dans leur optique par un fort courant de pensée américain préconisant le « no first use » et animé en 1982 par des personnalités aussi marquantes que Mc Bundy, Mc Namara, Kennan et Smith, qui toutes avaient tenu des responsabilités considérables dans l’appareil de défense des Etats-Unis63.

  • 64 Sigle de « Anti-Ballistic Missile ».

89En perspective, l’inefficacité d’une frappe à visée désarmante est encore accentuée par la création d’un bouclier spatial antimissile, qu’il s’agisse du programme américain ou de son pendant soviétique. Les deux projets ont d’ailleurs été initiés, à l’origine, à peu près simultanément dans la première moitié des années soixante, ainsi qu’en attestent les programmes américain « Saveguard » et « Sentinell » et soviétique « Galosh » de même que la signature du traité ABM64 de 1972 qui n’interdisait pas la continuation des recherches. Faute d’être totalement étanche, un système de bouclier antimissile diminuerait pour le moins l’efficacité d’une frappe et rend donc encore plus hypothétique sa capacité désarmante.

  • 65 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 88.
  • 66 In La vie internationale n° 12, 1961. p. 19.

90Dans la continuité de la réflexion stratégique soviétique, aucune puissance nucléaire intercontinentale n’étant désormais capable d’emporter la décision à l’encontre des Etats-Unis comme de l’URSS, seul le suicide pouvant résulter d’une attaque, le maréchal Ogarkov, chef de l’Etat-major général en a conclu, en 1985, « qu’il est criminel de considérer une guerre thermonucléaire comme un moyen rationnel, et presque conforme à une loi, de la continuation de la politique »65. Il mettait ainsi en question un principe de base établi, l’une de ces lois de la guerre, sur lequel était bâtie la pensée militaire soviétique depuis la Révolution d’Octobre : la guerre est la continuation de la politique avec d’autres moyens. Cette définition avait été empruntée par Lénine à Clausewitz et avait été mise en doute, à la fin des années cinquante, par le général Tallensky, entraînant à sa suite le Premier ministre Malenkov. Il estimait que l’atome militaire en tant que moyen de combat transcendait et s’imposait à la politique, en enlevant à la guerre son caractère de « simple continuation de la politique »66. La thèse du général Tallensky frisait l’hérésie en s’attaquant à une référence léniniste fondamentale et avait été rejetée pour « subjectivisme ».

91Les Soviétiques voyaient dans le constat ainsi établi l’impossibilité d’une guerre mondiale nucléaire, et donc le découplage définitif entre le Vieux et le Nouveau continent, ce qui ouvrait le chemin d’une victoire en Europe.

  • 67 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le (...)

92Moins de trois ans après, Mikhaïl Gorbatchev, devenu Secrétaire général du Parti et chef de l’Etat va reprendre à son compte la conclusion hérétique du chef de l’Etat-major général pour l’étendre et déterminer que toute guerre entre l’Est et l’Ouest est désormais irrationnelle. En effet, « l’arme nucléaire recèle une trombe susceptible de balayer le genre humain de la surface de la Terre »67. Engager un conflit nucléaire est donc absurde. Aucun gain politique ne peut être obtenu d’une victoire impossible. « Or, cela signifie réaliser qu’il n’est plus possible de l’emporter ni dans la course aux armements ni dans la guerre nucléaire, elle-même ».

  • 68 Wardak. The Voroshilov lectures. T. 1. Issues of Soviet military strategy. Washington DC, 1989. p.  (...)
  • 69 In Par la voie de Lénine – Discours et articles. Moscou, 1978. T. 6, p. 284. L.I. Brejnev. Discours (...)

93L’origine du constat que fait le Secrétaire général du Parti se trouve au niveau militaire. C’est bien le chef de l’Etat-major général qui ouvre une réflexion dont la conclusion définitive est donnée par l’instance politique suprême. De fait, les stratèges soviétiques n’avaient pas attendu la décennie quatre-vingt pour estimer qu’une guerre nucléaire ne pouvait être gagnée. Dès 1973,l’Académie de l’Etat-major général avait abouti à la même conclusion, mais sans la rendre publique. Après avoir analysé en détail les conséquences d’une guerre nucléaire prévisible, l’Académie en déduisait que « la description précédente des caractéristiques d’une guerre nucléaire nous amène à conclure que dans une guerre nucléaire, il ne peut y avoir de vainqueur ou de vaincu »68. Aucune solution militaire n’étant possible, le problème était renvoyé au niveau politique, l’excellence du système socialiste devant malgré tout procurer la victoire, mais, sans guerre. L’effort gigantesque exigé par la course aux armements fut donc maintenu et même accentué. Cependant en 1977, le Secrétaire général du Parti dénonçait l’inanité de la course aux armements et définissait le niveau que devait avoir la capacité militaire de l’Union soviétique : « Le potentiel défensif de l’URSS doit être suffisant pour que personne ne se risque à violer notre vie pacifique. Notre politique n’est pas de chercher la supériorité sur le plan de l’armement, mais de chercher à réduire, à affaiblir la confrontation militaire »69. Le principe de la suffisance raisonnable des capacités de défense, adopté par le concept stratégique soviétique dans la deuxième moitié de la décennie quatre-vingt se trouve donc en germe, en 1977. Mais la suffisance est établie par rapport à l’arsenal adverse et non pas intrinséquement.

  • 70 In Pravda du 24 juin 1981.
  • 71 Tchernenko, membre du Bureau politique du PCUS et futur Secrétaire général du Parti. Discours prono (...)

94Brejnev ira encore plus loin en posant que toute aspiration à la victoire dans une guerre nucléaire est « une folie dangereuse »70 et sera suivi par Tchernenko jugeant les armes nucléaires comme « une menace pour la civilisation toute entière »71.

95Le terrain avait donc été largement préparé aux positions que prendra M. Gorbatchev. Il n’en demeure pas moins que ces positions découlent d’un constat graduellement établi à la suite de l’impasse à laquelle avait abouti le concept stratégique soviétique.

96Recherchant une issue à l’impasse stratégique dans laquelle les enfermait la parité des forces nucléaires, les Soviétiques, tout comme les Américains, envisagèrent l’adoption d’un concept de guerre limitée à l’Europe. Il s’agissait d’utiliser des moyens nucléaires, dont la portée réduite, les distingant radicalement des systèmes centraux à portée intercontinentale, n’était pas susceptible d’engendrer une confusion qui conduirait au déclenchement de tirs apocalyptiques et suicidaires sur les sanctuaires nationaux, sur les territoires américains et soviétiques. La nécessité de l’emploi des forces conventionnelles demeurait inchangée, pour l’Est comme pour l’Ouest, suivant le concept particulier adopté par chacun des camps.

97Le critère de la portée était en effet essentiel. En effectuant, ou en menaçant d’effectuer un tir avec un système dont la portée était incapable de frapper le sol adverse, Soviétiques et Américains affichaient très clairement, sans confusion possible, leur intention de ne pas engager l’apocalypse suprême, le suicide mutuel. Sous la couverture nucléaire intercontinentale offerte par les deux systèmes stratégiques centraux, les deux adversaires pensaient restaurer la validité de leur concept respectif : pour les Soviétiques, l’obtention d’une victoire militaire ; pour les Américains, le succès de la stratégie de riposte graduée, de la « flexible response ».

98Deux options apparaissaient en déduction. L’affrontement décisif restant impossible, la confrontation subsisterait tout autant avec un cortège de guerres locales s’étendant au théâtre d’Extrême-Orient notamment, à moins que le conflit limité ne s’y déroule simultanément à celui en Europe. Finalement, refoulés dans leur île-continent, vaincus et isolés, les Américains n’auraient plus qu’à se débattre avec les problèmes internes que générerait inévitablement leur défaite, avec la croisade que lanceraient contre eux les latino-américains excédés de leur domination. Le déclin des Etats-Unis aboutirait à leur lente disparition. Autre terme de l’alternative, une innovation technologique, une percée spectaculaire et unilatérale dans la course aux armements nucléaires, offensifs ou défensifs, du type de l’établissement d’un bouclier spatial étanche, viendrait rompre l’équilibre stratégique en donnant un avantage décisif à l’un des camps. Alors, l’autre devrait capituler ou encourir l’anéantissement. Comme les deux solutions pouvaient très bien se combiner, les Soviétiques estimaient ne pas devoir relâcher l’effort dans la recherche scientifique appliquée au domaine militaire.

99Le concept de guerre limitée entrait pleinement dans le cadre de la « flexible response » adoptée par les Américains et l’OTAN dans le courant des années soixante et en constituait les barreaux intermédiaires dans l’échelle des ripostes. Par contre, pour les Soviétiques, il s’agissait du retour à la stratégie en vigueur avant les années soixante avec la variante essentielle que représentait désormais la prédominance de l’armement nucléaire.

100Les armements nucléaires mis en jeu par les deux partis dans le concept de guerre limitée concernaient des systèmes se caractérisant donc par une portée réduite des vecteurs. Selon la norme soviétique, il s’agissait de systèmes qualifiés de portée intermédiaire, c’est-à-dire aptes à effectuer un tir entre 1 000 et 5 500 km et incapables d’atteindre les Etats-Unis.

101La norme américaine, partagée par l’OTAN, était quelque peu différente, dictée tant par la stratégie que par la portée des armes, mais en fonction d’une géographie qui prenait une autre signification puisque les Américains disposaient de bases à la périphérie des pays du pacte de Varsovie. Les Américains distinguaient ainsi les armes stratégiques avec des portées intercontinentales supérieures à 5 000 km, les portées intermédiaires ou moyennes de 1 000 km, les courtes portées de 500 à 1 000 km. En deçà de 500 km, il s’agit de très courtes portées tactiques. L’ouverture des négociations sur la réduction des armements nucléaires allaient donner à ces questions de nomenclatures catégorielles la plus grande importance.

  • 72 RSD-10, sigle de « Raketa Srédnoj Dalnosti » ou « missile de portée intermédiaire ».
  • 73 In Pravda du 3 novembre 1981, entretien avec L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC du PCUS, repris (...)

102La mise en place, en 1977, d’un nouveau type de missile à portée intermédiaire, le SS-20 selon la terminologie de l’OTAN ou RSD-10 selon la terminologie soviétique72, apportera une pleine confirmation de l’adoption du concept soviétique de guerre limitée. Ce missile d’une portée de 5 000 km, à trois têtes guidées indépendamment, monté sur un lanceur mobile, représente un saut technologique considérable par rapport aux SS-4 et 5. Les Soviétiques ont proclamé qu’il s’agissait d’une modernisation de ces derniers systèmes visant leur remplacement progressif. « La situation n’a pas changé après que l’URSS eût entrepris de remplacer les missiles SS-4 et SS-5, qui avaient fait leur temps, par les fusées SS-20 plus perfectionnées. Quand nous mettons en place un nouveau missile, nous démontons une ou deux fusées anciennes pour les envoyer, avec leurs rampes de lancement, à la ferraille »73.

  • 74 Cf. The military balance 1979-1980. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 118.
  • 75 Cf. The military balance 1980-1981. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 118.
  • 76 Cf. The military balance 1984-1985. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 17.
  • 77 Cf. The military balance 1987-1988. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 205.
  • 78 Cf. The military balance 1988-1989. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 215.
  • 79 Cf. The military balance 1989-1990. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 220.

103Effectivement, en 1979, les déploiements réalisés s’élevaient à 120 SS-20, 500 SS-4 et 90 SS-574, tandis qu’en 1980, on comptait 160 SS-20, 380 SS-4 et 60 SS-575. En 1984, on comptait 378 SS-20 dont la moitié braquée en direction de l’ouest, le reste vers le sud et l’Extrême-Orient et 224 SS-4, les SS-5 ayant disparu76. En juillet 1987, furent dénombrés 441 SS-20 pour 112 SS-477. Et en juin 1988, 509 SS-20 dont 104 non déployés pour 72 SS-4 dont 9 non déployés78. Les absences de déploiement correspondaient aux exigences du traité sur la réduction des armements nucléaires intermédiaires signé en 1987. Cependant, la même tendance se retrouve encore l’année suivante avec 340 SS- 20 et 43 SS-479 et la décroissance générale est en accord avec le traité de 1987.

104Il s’agissait donc bien d’une modernisation de systèmes incapables d’intervenir sur le sol des Etats-Unis. L’époque de la conception du SS-20, une dizaine d’année avant sa sortie, soit donc dans le courant des années soixante et l’étagement dans le temps des déploiements confirme que l’URSS avait de toujours envisagé la possibilité d’un conflit limité. L’option avait pris toute sa force dans le courant de la deuxième partie de la décennie soixante-dix, lorsqu’il s’est absolument avéré que la parité stratégique interdisait un tir intercontinental. D’autres systèmes d’armes de portée semblable, tels que des missiles de croisière ou des avions à capacité nucléaire étaient déployés et renforçaient la crédibilité de l’option.

  • 80 Cf. The military balance 1979-1980. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 86 et (...)

105Le déploiement des SS-20 conférait à l’URSS une supériorité régionale incontestable en Europe. La parité stratégique découplait la défense de l’Europe de celle des Etats-Unis. A l’abri de ce découplage, les Soviétiques avaient désormais un avantage indiscutable par rapport aux systèmes américains Pershing 1 d’une portée de quelque 750 km, monotêtes, et installés en sites fixes, à raison, en 1979, de 108 sur des bases américaines et de 72 sur des bases ouest-allemandes sous double clé germano – américaine80. Les premiers déploiements de ces systèmes avaient été effectués en 1962 et à l’époque, ils avaient pris la succession des systèmes « Thor » et « Jupiter » implantés à la périphérie de l’URSS, puis démantelés tant pour cause d’obsolescence qu’à la suite des accords consécutifs à la crise de Cuba.

106La mobilité des SS-20 leur donnait une invulnérabilité relative, mais de toutes les manières largement supérieure à celle des systèmes américains implantés en sites fixes. Quant à rétablir l’équilibre à l’aide de systèmes embarqués sur des plate-formes maritimes, de surface ou sous-marines, l’opération était extrêmement risquée, puisqu’il y avait ambiguïté sur ces plate-formes qui pouvaient être assimilées à des systèmes centraux. Le découplage était donc bien établi et la supériorité soviétique sur le théâtre européen acquise.

  • 81 Discours du chancelier Helmuth Schmidt, le 28 octobre 1977, à l’institut international d’études str (...)

107La réaction des Occidentaux sera diffuse et longue, parce que seuls les Américains sont en état d’opposer une contre-mesure. Or, ceux-ci sont occupés à négocier le traité SALT-2 sur les armements nucléaires stratégiques, c’est-à-dire qu’ils prennent en compte la parité établie et cherchent à mettre leur territoire à l’abri : de fait, ils acceptent le découplage. En 1977, le chancelier de la République fédérale allemande déclare que si « les négociations SALT fixent l’équilibre stratégique entre l’URSS et les Etats-Unis », si « SALT neutralise les potentiels nucléaires stratégiques des Etats-Unis et de l’Union soviétique », en revanche, il y a une disparité potentielle en Europe et « l’ Alliance doit donc être prête à se donner les moyens de soutenir sa stratégie actuelle »81. L’optique allemande est partagée par les Français, puis admise par les Américains. Au sommet de la Guadeloupe, en janvier 1979, réunissant les dirigeants américain, allemand, français et britannique, est prise la double décision qui sera adoptée par l’OTAN le 12 décembre 1979 : moderniser les forces nucléaires de théâtre à longue portée de l’OTAN par le déploiement en Europe de systèmes américains basés à terre ; en second lieu, il s’agit de proposer à l’URSS de commencer des négociations visant à inclure les armements à moyenne portée dans le processus de négociation bilatérale soviéto-américain.

  • 82 Cf. The military balance 1987-1988. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 202.

108Les systèmes que l’OTAN se proposait de déployer en Europe, en réponse au SS-20, étaient le Pershing-2, un missile monotête d’une portée de 1 800 km, monté sur un lanceur mobile, comme le SS-20, et un missile de croisière, BGM- 109G ou « Tomahawk », monotête, d’une portée de 2 500 km. Le « Tomahawk », équipé d’un système Tercom, était capable de se diriger de façon indépendante sur une cible, en volant à une altitude de 80 mètres82. Les premiers déploiements étaient prévus pour 1983.

  • 83 In MEIMO, sigle russe de Economie mondiale et relations internationales de février 1981. Ivanov, La (...)

109Si ces missiles entraient bien dans la catégorie des systèmes à portée intermédiaire, inférieure à 5 000 km, et si leur implantation sur le sol européen les distinguait des systèmes centraux, il n’en demeurait pas moins qu’ils pouvaient frapper de toute leur puissance des cibles situées en URSS. Par les cibles donc, il n’y avait pas parité avec les SS-20 incapables de toucher les Etats-Unis. Un conflit limité à l’Europe laisserait donc les Etats-Unis intacts et porterait ses ravages nucléaires jusqu’en URSS. La situation était inégale. L’introduction des euromissiles américains de nouvelle génération brisait, au profit des Américains, l’équilibre stratégique définis par le traité SALT-2, « en cassant les plafonds »83, de fait.

110Un deuxième point d’importance capitale mérite d’être souligné. Avec des déploiements prévus pour s’étendre de 1983 à 1988, les conceptions du Pershing- 2 et du « Tomahawk » se placent au tout début des années soixante-dix, voire dans la deuxième partie des années soixante, en parallèle avec les SS-20, donc bien avant la sortie de ces derniers. Les Américains avaient ainsi prévu la modernisation des systèmes à moyenne portée, à l’instar des Soviétiques. L’étude poussée de cette modernisation n’est donc en aucun cas, du côté américain, une réponse à la sortie des SS-20, mais le résultat d’une politique visant à acquérir la supériorité dans un conflit limité en Europe. Les nouveaux systèmes américains répondaient parfaitement au concept de la directive 59 du président Carter visant à asséner des frappes chirurgicales de grande précision sur des objectifs militaires dans le cadre d’une « flexible response » rénovée.

  • 84 Une menace pour l’Europe, par un collectif. Moscou, 1981, p. 29.

111Au début de la décennie quatre-vingt, la situation devenait d’autant plus critique pour les Soviétiques qu’à l’application de la double décision de l’OTAN s’adjoignait une deuxième menace : les Américains après avoir maîtrisé la technologie de l’arme à rayonnement renforcé – la bombe à neutrons – se préparaient à en doter leurs forces en Europe. Ainsi, non seulement une guerre limitée à l’Europe aurait pour conséquences des frappes nucléaires sur le sol soviétique, sans qu’il en soit de même à l’égard des Américains, mais la victoire de la composante aéroterrestre devenait douteuse avec la perspective de l’emploi, par les forces de l’OTAN, d’un armement aussi adapté au champ de bataille que l’était l’arme à neutrons. Les Soviétiques étaient à nouveau dans une impasse. Pour eux, « en d’autres termes, l’Europe de l’Ouest devrait servir de paratonnerre à l’Amérique. Les euromissiles sont précisément le moyen militaro-technique permettant de mener une guerre eurostratégique »84.

  • 85 Wardak. The Voroshilov lectures. Washington DC, 1989. T. 1, p. 74.
  • 86 In Pravda du 3 novembre 1981, reprenant intégralement un entretien avec L.I. Brejnev, Secrétaire gé (...)

112Dès 1973, les Soviétiques avaient eu des doutes sur la validité d’un concept de guerre nucléaire limitée. L’enseignement délivré à l’Académie de l’Etat-major général s’en était fait l’écho, posant que « s’il y a usage d’armes nucléaires à une échelle limitée, la possibilité de l’emploi de l’arsenal nucléaire tout entier, y compris les armes nucléaires stratégiques, ne peut être exclu, dès que les belligérants estimeront nécessaire de procéder à des frappes massives »85. Avec la mise en place, en Europe, de systèmes d’armes nucléaires à portée intermédiaire mais aptes à frapper le territoire soviétique dans sa profondeur, tous les doutes étaient levés. Pour les Soviétiques, comme pour les Européens, mais pas pour les Américains, la guerre serait totale. Afin de sortir de l’impasse, les Soviétiques n’avaient pas d’autre choix que de porter la guerre nucléaire sur le sol américain. Cela revenait à abandonner tout concept de guerre limitée. C’est ce qu’ils firent en 1981, proclamant qu’« il ne peut y avoir en général aucune guerre limitée. Si une guerre nucléaire éclatait, en Europe ou ailleurs, elle prendrait inévitablement et immanquablement un caractère mondial. Telle est la logique de la guerre même, du caractère des armements contemporains et des relations internationales à l’époque actuelle »86. Quant aux Américains, l’avertissement était sans ambages, ils n’échapperaient pas à l’apocalypse : « Que ceux qui comptent peut-être incendier la poudrière nucléaire et rester eux-mêmes à l’écart, n’aient pas d’illusions ». La guerre nucléaire n’épargnerait certes pas les Européens, « pour eux, ce serait une mort, une catastrophe qui anéantirait des peuples entiers avec leurs civilisations séculaires ». Une mise en garde particulière était lancée aux Allemands qui, les premiers, avaient soulevé le problème des SS-20 et sur le territoire desquels devaient être stationnés les Pershing-2. En réponse, « plusieurs charges à neutrons suffiraient pour exterminer toute la vie dans une ville comme, disons, Hambourg », car « mettre au point l’arme neutronique n’est pas un problème ».

113La mise en service de systèmes d’armes à portée intermédiaire susceptibles d’atteindre la profondeur du territoire soviétique rompait l’équilibre et la parité qu’avaient définis les traités SALT-1 et 2.

  • 87 In MEIMO d’avril 1978, Kovalev, Au sujet de quelques aspects des doctrines stratégiques militaires (...)

114Face à l’infériorité estimée, les Soviétiques n’avaient qu’une alternative, en combinant dans un premier temps les deux termes : soit se lancer dans une nouvelle course aux armements, dont la spirale s’annonçait sans fin, soit par la négociation obtenir l’absence du déploiement des nouvelles armes occidentales à portée intermédiaire. Dans ces armements occidentaux à portée intermédiaire, les Soviétiques comprenaient les systèmes français et britanniques, surtout français, parce que leur efficacité potentielle ne cessait de croître. Les Français qualifiaient leur armement de stratégique, ne prenant en compte la portée qu’en fonction de la situation géographique de la France, ce que les Soviétiques reconnaissaient comme d’ailleurs le caractère indépendant de la stratégie nucléaire française87. Il n’en demeurait pas moins que la France était partie prenante de l’Alliance atlantique et que son arsenal se comptabilisait du côté occidental. Cela était encore plus vrai de la Grande-Bretagne, membre intégré, à part entière de l’OTAN.

  • 88 In Pravda du 3 novembre 1981, entretien de L.I. Brejnev avec Der Spiegel.
  • 89 In L’étoile rouge du 12 mai 1982, compte-rendu du rapport, présenté par le maréchal Oustinov, minis (...)

115La relance de la course aux armements était dans le domaine des possibilités, mais au détriment de l’économie générale et du niveau de vie. Cependant, selon le Secrétaire général du Parti, « s’il le faut, le peuple soviétique trouvera les possibilités d’entreprendre tout effort complémentaire, de faire tout le nécessaire pour assurer la défense solide de son pays »88. L’appareil de défense soviétique poussait dans le même sens et était conscient des sacrifices exigés de la population, car « c’est une nécessité terrible dictée par l’accroissement de la menace militaire émanant des Etats impérialistes »89. Les déploiements des systèmes SS-20 furent donc maintenus, la course technologique militaire accélérée. Cette politique de relance de la course aux armements se révéla une forte contribution au délabrement de l’économie soviétique et au constat dont découla la perestroïka de M. Gorbatchev.

  • 90 Discours de L.I. Brejnev, à Berlin-Est, le 6 octobre 1979. Agence Tass.

116Le deuxième terme de l’alternative se plaçait dans la continuité des traités SALT-1 et 2 sur la limitation des armements stratégiques. Il s’agissait de passer aux armements à portée intermédiaire. Dès 1979, le Secrétaire général du Parti s’était déclaré prêt à faire « réduire le nombre des vecteurs nucléaires déployés dans les parties occidentales de l’URSS par rapport au niveau actuel. Mais cela n’aura lieu, bien entendu, que s’il n’y a pas mise en place supplémentaire de tels vecteurs en Europe occidentale »90. En signe de bonne volonté, un retrait unilatéral de forces soviétiques stationnées en Allemagne accompagnait la proposition. La portée du signe était assez faible, car le retrait s’inscrivait dans une restructuration de la composante aéroterrestre.

  • 91 In Pravda du 7 juillet 1980.

117Après avoir posé en préalable l’annulation ou la suspension de la double décision de l’OTAN, puis y avoir renoncé, les Soviétiques adoptèrent une nouvelle position élaborée par le Bureau politique, le 4 juillet 1980. Il y avait accord « pour une discussion des problèmes relatifs aux armements à moyenne portée, avant même la ratification de SALT-2. En même temps, les discussions doivent englober non seulement les missiles à moyenne portée, mais les systèmes avancés américains. Ces deux problèmes doivent être discutés simultanément et en liaison organique »91. C’était, en germe, le contenu de l’accord de 1987, éliminant toutes les armes soviétiques et américaines à portée intermédiaire et à plus courte portée. Les discussions préliminaires s’ouvrirent à Genève et devaient durer sept ans.

  • 92 Rapport de L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC du PCUS, présenté au XXVIe congrès du PCUS, le 23 (...)

118Dans leur logique, les Soviétiques proposèrent « un moratoire sur le stationnement en Europe des nouvelles armes nucléaires de moyenne portée des pays de l’OTAN et de l’URSS, c’est-à-dire de geler quantitativement et qualitativement le niveau actuel de ces armes, y compris bien entendu les moyens nucléaires avancés des Etats-Unis rentrant dans cette catégorie »92. Estimant que le moratoire revenait à geler une infériorité occidentale, les Américains et l’OTAN s’y refusèrent et maintinrent leur position. Propositions et contre-propositions allaient se succéder sans discontinuer. Les Soviétiques pouvaient espérer que les Américains renonceraient aux déploiements projetés devant le refus des gouvernements européens, troublés par les réactions d’une opinion publique effrayée à la perspective de voir le sol européen pris pour théâtre d’une guerre nucléaire. Après l’acceptation allemande du stationnement des missiles à portée intermédiaire, fortement appuyée par une intervention du Président de la République française lors d’un discours au Bundestag en 1983, entre autres, les Soviétiques devaient perdre cet espoir. Par contre, les Américains abandonnèrent leur projet d’arme à neutrons.

  • 93 Discours de François Mitterrand, Président de la République française devant le Bundestag, le 20 ja (...)

119L’inquiétude des Européens, exprimée notamment par les Français, résidait dans le découplage qui se concrétiserait par l’absence d’armes nucléaires américaines en Europe. « L’arme nucléaire, qu’on le souhaite ou qu’on le déplore, demeure la garantie de la paix »93. C’est pourquoi, « quiconque ferait le pari sur le découplage entre le continent européen et le continent américain mettrait, selon nous, en cause l’équilibre des forces et donc le maintien de la paix ».

120Après avoir tenté de joindre la question de l’IDS au problème des missiles à portée intermédiaire, les Soviétiques reprirent l’option « zéro », l’élimination de tous les systèmes intermédiaires soviétiques et américains, présentée en son temps par les Américains et l’élargirent même aux missiles à plus faible portée de 500 à 1 000 km. Ils acceptaient également de ne pas inclure les armements français et britanniques. Le 7 décembre 1987, à Washington, Soviétiques et Américains signaient un traité éliminant de leur arsenal ce genre d’armement et organisant des procédures de vérification. Il est vrai que la perestroïka de M. Gorbatchev avait commencé son œuvre et que le concept stratégique militaire soviétique était en voie de modification.

121Les Soviétiques étaient donc sortis de l’impasse, mais pour entrer dans une autre. Il leur avait fallu reconnaître l’inanité d’une guerre limitée en Europe. En effet, lorsque fut pris en compte la perspective d’une option « zéro » et qu’il fut clair que la France se refuserait au démantèlement de ses armements nucléaires, d’évidence, le conflit éventuel ne pouvait rester à un niveau non nucléaire.

  • 94 Sigle de « Follow-On-Forces Attack ».
  • 95 Cf. Garejev. M.V. Frounzé, le théoricien militaire. Moscou, 1985. p. 241.
    Cf. Kirjan. Le progrès tec (...)
  • 96 C’est-à-dire Ouest-81 ; l’appelation des manœuvres est suffisament éloquente en soi.
  • 97 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie » Moscou, 1982. p. 70.

122Une troisième impasse, non plus au niveau nucléaire stratégique mais à celui de la composante aéroterrestre, était apparue au milieu de la décennie soixante-dix. En effet, le problème d’une victoire rapide en Europe, résolu durant les années soixante, a commencé à se reposer. Les performances des armements antichars occidentaux, l’élaboration de la stratégie américaine FOFA94, les études de l’« AirLand battle », battaient en brèche l’application du concept soviétique d’opérations offensives dans la profondeur du dispositif occidental. La solution fut trouvée par la mise en service de nouvelles armes conventionnelles dont les qualités permettaient de s’affranchir des armes nucléaires tactiques95 dans un combat extrêmement mobile où l’étroite imbrication des forces amies et ennemies rendait impossible le recours à l’arme nucléaire tactique. Au plan opérationnel, l’impasse trouva son issue, au début de la décennie quatre-vingt, avec la réussite des manœuvres « Zapad-81 »96, au cours desquelles « le potentiel de combat des Forces armées soviétiques se présente comme un solide alliage d’équipements de haute technicité, de savoir-faire militaire et de force morale indestructible »97. Ces manœuvres ont servi de support concret aux études engagées sous l’égide du maréchal Ogarkov, à l’époque chef de l’Etat-major général. En recherchant la mobilité, la puissance de feu instantanée et la rapidité de réaction, dans le cadre du concept « des opérations en profondeur », le maréchal Ogarkov ouvrait la voie à des réformes privilégiant la primauté de la qualité sur la quantité dans la composition des forces aéroterrestres.

  • 98 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 78.

123L’impasse disparaissait donc, mais intervenait alors un autre obstacle insurmontable qui ramenait aux impasses précédentes. L’assurance d’une victoire de la composante aéroterrestre en Europe se heurtait au problème posé par les potentiels nucléaires français et britanniques. Ces potentiels, surtout le français par son caractère radicalement indépendant tant technologique que conceptuel, rendaient vaine une victoire tactique ou opérative sur les forces de l’OTAN. Le conflit ne pouvait rester à un niveau limité. La doctrine française de l’ultime avertissement, quelle qu’en soit la perception soviétique qui avait tendance à la confondre avec un concept d’emploi sur le champ de bataille, impliquait une montée inéluctable aux extrêmes, même sans intervention de l’arsenal américain. Or, le potentiel nucléaire français, dans l’immédiat comme en devenir, était suffisant pour hausser le niveau du conflit à une échelle apocalyptique. « La conduite d’opérations actives, décisives avec emploi de la puissance militaire de l’Etat et de ses Forces armées jusqu’à l’effondrement complet de l’agresseur, s’il s’avisait de porter atteinte à notre pays »98, ainsi que l’envisageait Etat-major général, aboutissait inévitablement aux extrêmes. L’impasse se renouvelait.

* *

  • 99 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le (...)

124En définitive, la stratégie militaire soviétique d’emploi était dans une impasse totale. Graduellement, les Soviétiques avaient dû abandonner leur concept de victoire, but clairement défini dans la décennie soixante, pour adopter une finalité visant la prévention de la guerre. Faute de suprématie, les Soviétiques en furent réduits à maintenir un potentiel leur permettant de ne pas être l’objet d’une pression militaire américaine. Le soutien de cette course aux armements, cependant, n’allait pas sans grever de plus en plus lourdement des ressources qu’une économie dégradée rendait insupportable à la population. Une convergence des crises politiques, sociales et économiques rendait inévitable le réexamen de la politique militaire. Les instances politiques renvoyaient la responsabilité de la course aux armements aux Occidentaux, aux « forces impérialistes » : « Ce n’est pas nous, mais ces forces qui, en jetant des centaines de milliards dans le précipice sans fin des préparatifs militaires, sont les initiateurs de l’inflation des budgets militaires »99. La prolongation de la situation était, cependant, intenable.

  • 100 In Westfalische Nachrichten du 25 juin 1985, entretien avec le général Rogers, commandant suprême d (...)

125Du côté américain, l’essoufflement était également sensible. Quelle que soit l’augmentation du budget de la défense, les capacités des Etats-Unis touchaient leurs limites et imposaient des choix. C’est ainsi qu’en 1985 le commandement suprême de l’OTAN déclarait que « nos ressources en matière de défense sont limitées et la facture de l’IDS sera probablement lourde. Nous devons nous assurer que, si l’IDS se révèle réalisable et si elle est mise en œuvre, elle n’engloutira pas les fonds nécessaires pour moderniser et améliorer nos forces classiques »100.

126L’impasse dans laquelle étaient engagés Soviétiques et Américains fut reconnue de part et d’autre. Plutôt que de poursuivre une course aux armements organisant un équilibre dynamique par le haut, autant rechercher un équilibre statique par le bas. A partir de cette donnée, très normalement, le Secrétaire général du PCUS, Mikhaïl Gorbatchev, le 15 janvier 1986, pouvait proposer un plan de désarmement complet, y compris nucléaire.

127Cependant, l’atome militaire soviétique, faute d’être capable d’anéantir les Etats-Unis, avait au moins rempli un objectif essentiel de la stratégie soviétique : le découplage, la césure entre la défense des Etats-Unis et celle de l’Europe, amenant en termes militaires l’isolement du théâtre de guerre européen. Pourtant, afin d’arriver à faire de ce théâtre de guerre un champ clos où s’affronteraient les seules composantes aéroterrestres de l’Alliance atlantique et du pacte de Varsovie, il faudrait résoudre le problème posé par les forces nucléaires françaises et britanniques, soit en obtenant leur retrait, soit encore en acceptant d’engager un échange apocalyptique en Europe. Dans ce dernier cas, l’URSS devrait conserver un potentiel nucléaire suffisamment puissant pour continuer à contrebalancer avec efficacité les capacités américaines intercontinentales. Cela soulève la question du seuil à maintenir en matière de désarmement. Autre facteur jouant dans le même sens, le maintien d’un potentiel nucléaire chinois et plus généralement le problème de la prolifération nucléaire rendait illusoire le désarmement nucléaire complet, à moins d’arriver à traiter la question à l’échelle du monde.

128Au niveau politique, la procédure des négociations sur le désarmement ouvrait aux Soviétiques un avantage en maintenant un dialogue bilatéral avec les Américains et donc en sauvegardant leur statut de superpuissance. Dans le cas d’une poursuite de la confrontation militaire, le découplage entre la défense du Vieux et du Nouveau Continent accentuait la formation d’une identité européenne de défense, d’un môle européen militaire prenant de plus en plus d’importance, au point de pouvoir en prospective contrebalancer la puissance soviétique et s’affranchir de la protection américaine, avec tout ce qu’implique en tant qu’enjeu politique de telles conséquences militaires.

129Khrouchtchev, à l’orée des années soixante avait promis aux Soviétiques de rattraper les Américains. Trois décennies plus tard, la promesse ne s’est avérée vraie que dans le domaine de la stratégie militaire. Mais, alors que l’enjeu réel était le dépassement, la suprématie, les Soviétiques n’ont obtenu que la parité.

130Pour soutenir sa stratégie militaire et le soutien aux mouvements de libération nationale, l’URSS a besoin de toujours plus de ressources, alors que s’agrandit le domaine de la compétition qu’est l’espace. Or, l’URSS ne peut obtenir ces ressources ni sur sa propre substance ni sur celle de ses alliés du Pacte. Elle n’a pas à sa disposition le fantastique volant qu’est pour les Etats-Unis leur capacité d’accepter un déficit du budget et de la balance des paiements extérieurs, déficit qui, par l’intermédiaire du dollar, monnaie de réserve internationale, est financé par le monde entier.

131Les rapports d’activités aux congrès du Parti, depuis le début de la décennie soixante-dix, sont tous éloquents : l’économie manque de productivité, le problème des nationalités reste ouvert.

132Le concept militaire d’emploi soviétique, en dehors de son échec partiel, contribue à une faillite. Le constat ouvre la porte à une restructuration de la pensée militaire, ce qui s’ajoute au bilan contrasté du soutien aux mouvements de libération nationale.

Notes

1 Acte final de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe. Helsinski, 1er août 1975.

2 Romanov. Les problèmes méthodologiques de la théorie militaire et de la pratique. Moscou, 1966. p. 85.

3 In Pravda du 30 octobre 1989. Akhromejev. L’URSS est pour le dialogue et la coopération.

4 Résolution du XXe Congrès du PCUS sur le rapport d’activité du CC du PCUS. 24 février 1956.

5 Article 28 de la Constitution de 1977, non amendée en 1988.

6 Sigle de « South-East Asia Treaty Organisation ».

7 Sigle de « CENtral Treaty Organisation ».

8 Résolution du XXe Congrès du PCUS sur le rapport d’activité du CC du PCUS. 24 février 1956.

9 Résolution du XXe Congrès du PCUS sur le rapport d’activité du CC du PCUS. 24 février 1956.

10 Ponomarev. Lenin and the world Revolutionnary Process. Moscou, 1980. p. 36.

11 In Pravda du 10 juillet 1960.

12 Cf. Discours prononcé par Fidel Castro devant les Comités de défense de la Révolution à la Havane, le 28 septembre 1990. Agence de presse Reuter.

13 Cf. Ponomarev. Sur l’Etat de démocratie nationale. In Kommunist n° 8, 1961.

14 In Pravda du 3 janvier 1961.

15 Cf. Clissod. Soviet relations with Latin america, 1918-1968. Oxford University Press. Londres, 1970. p. 263.
Cf. Thomas. Cuba or the pursuit of freedom. Eyre and Spottiswood. Londre, 1971. p. 1312.

16 In Pravda du 21 septembre 1961.

17 In Pravda du 10 septembre 1961.

18 In Pravda du 5 décembre 1961.

19 In Pravda du 11 avril 1962.

20 In Pravda du 15 avril 1962.

21 In Pravda du 20 février 1962.

22 In Pravda du 18 mars 1965.

23 In Pravda du 31 janvier 1974.

24 In La revue militaire historique n° 3, mars 1975. Savrov. Les guerres locales et leur place dans la stratégie globale de l’impérialisme.

25 Kulis. La force des armes et les relations internationales. Moscou, 1972.

26 In Kommunist n° 7, 1980. Ponomarev. La grande force de vie du léninisme.

27 Cf. L’étoile rouge du 12 octobre 1989. Entretien avec le général Sidorov.

28 Entre autres :
Cf. Le communiste des forces armées n° 13 de juillet 1978. Osipov. VI. Lénine, le PCUS et le caractère international de la défense des conquêtes du socialisme.
Cf. Gorškov. La puissance maritime de l’Etat. Moscou, 1978.

29 Rapport politique du CC du PCUS, présenté par L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIe congrès du PCUS, le 23 février 1981.

30 Ponomarev. Histoire de la politique extérieure de l’URSS. Moscou, 1971, p. 23.

31 In Kommunist n° 1, 1981. Ponomarev. Le caractère irrésistible du mouvement de libération.

32 Rapport politique du CC du PCUS, présenté par M.S. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

33 Romanov. Les problèmes méthodologiques de la théorie militaire et de la pratique. Moscou, 1966. p. 86.

34 Dictionnaire militaire encyclopédique. Moscou, 1986. p. 621.

35 Romanov. Les problèmes méthodologiques de la théorie militaire et de la pratique. Moscou, 1966. p. 88.

36 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 353.

37 Ibidem, p. 194.

38 Sokolovsky. Stratégie militaire. Moscou, 1968. Paris, 1984. p. 366.

39 Ibidem, p. 374.
Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 345.

40 Ibidem, p. 195.

41 Romanov. Les problèmes méthodologiques de la théorie et de la pratique militaires. Moscou, 1966. p. 88.

42 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 49.

43 Cf. Sokolovsky. Stratégie militaire. Moscou, 1968. Paris, 1984. Chapitre V et VI.
Cf. Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 102.
Cf. Sidorenko. L’offensive. Moscou, 1970.

44 Dictionnaire militaire encyclopédique. Moscou, 1986. p. 621.

45 Sokolovsky. Stratégie militaire. Paris, 1984. p. 385.

46 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 40.

47 Sokolovsky. Stratégie militaire. Paris, 1984. p. 326.

48 Ibidem, p. 371.

49 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 60.

50 Sokolovsky. Stratégie militaire. Paris, 1984. p. 364.

51 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 328.

52 Cf. Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 292.
Cf. Sidorenko. L’offensive. Moscou, 1970.

53 Encyclopédie soviétique militaire. Moscou, 1977. T. 3, p. 229.

54 Cf. Volkogonov. La guerre et l’armée. Moscou, 1977. p. 19.

55 In Pravda du 19 janvier 1977.

56 Koulikov. La défense collective du socialisme. Moscou, 1982. p. 37.

57 Marx et Engels. Œuvres complètes. Moscou, 1977. T. 17, p. 275.

58 Encyclopédie soviétique militaire. Moscou, 1979. T. 7, p. 564.

59 In Aujourd’hui, hebdomadaire croate, n° 352, du 15 novembre 1988, entretien avec le général Jazov, ministre de la Défense de l’URSS.

60 In Kommunist de décembre 1989. Jazov. Le nouveau modèle de sécurité et les forces armées.

61 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 89.

62 In Par la voie de Lénine – Discours et articles. Moscou, 1978. T. 6, p. 284. L.I. Brejnev. L’exploit des défenseurs de Toula. Discours prononcé lors de la réunion solennelle du 18 janvier 1977, consacrée à la remise de la médaille « L’étoile d’or » à la ville-héros de Toula.

63 Cf. Foreign Affairs, vol-60, n° 4. Printemps 1982.

64 Sigle de « Anti-Ballistic Missile ».

65 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 88.

66 In La vie internationale n° 12, 1961. p. 19.

67 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

68 Wardak. The Voroshilov lectures. T. 1. Issues of Soviet military strategy. Washington DC, 1989. p. 72.

69 In Par la voie de Lénine – Discours et articles. Moscou, 1978. T. 6, p. 284. L.I. Brejnev. Discours de Toula.

70 In Pravda du 24 juin 1981.

71 Tchernenko, membre du Bureau politique du PCUS et futur Secrétaire général du Parti. Discours prononcé pour la commémoration de l’anniversaire de Lénine, le 22 avril 1981. Agence Tass.

72 RSD-10, sigle de « Raketa Srédnoj Dalnosti » ou « missile de portée intermédiaire ».

73 In Pravda du 3 novembre 1981, entretien avec L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC du PCUS, repris intégralement à partir de la publication effectuée par la revue Der Spiegel, le 2 novembre 1981.

74 Cf. The military balance 1979-1980. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 118.

75 Cf. The military balance 1980-1981. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 118.

76 Cf. The military balance 1984-1985. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 17.

77 Cf. The military balance 1987-1988. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 205.

78 Cf. The military balance 1988-1989. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 215.

79 Cf. The military balance 1989-1990. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 220.

80 Cf. The military balance 1979-1980. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 86 et p. 90.

81 Discours du chancelier Helmuth Schmidt, le 28 octobre 1977, à l’institut international d’études stratégiques de Londres.

82 Cf. The military balance 1987-1988. Institut international d’études stratégiques. Londres, p. 202.

83 In MEIMO, sigle russe de Economie mondiale et relations internationales de février 1981. Ivanov, La restructuration des relations internationales : les problèmes globaux.

84 Une menace pour l’Europe, par un collectif. Moscou, 1981, p. 29.

85 Wardak. The Voroshilov lectures. Washington DC, 1989. T. 1, p. 74.

86 In Pravda du 3 novembre 1981, reprenant intégralement un entretien avec L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC du PCUS, publié par la revue ouest-allemande Der Spiegel, le 2 novembre 1981.

87 In MEIMO d’avril 1978, Kovalev, Au sujet de quelques aspects des doctrines stratégiques militaires françaises.

88 In Pravda du 3 novembre 1981, entretien de L.I. Brejnev avec Der Spiegel.

89 In L’étoile rouge du 12 mai 1982, compte-rendu du rapport, présenté par le maréchal Oustinov, ministre de la Défense, lors de la conférence des secrétaires des organisations de base du Parti dans les Forces armées.

90 Discours de L.I. Brejnev, à Berlin-Est, le 6 octobre 1979. Agence Tass.

91 In Pravda du 7 juillet 1980.

92 Rapport de L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC du PCUS, présenté au XXVIe congrès du PCUS, le 23 février 1981.

93 Discours de François Mitterrand, Président de la République française devant le Bundestag, le 20 janvier 1983. Agence France-Presse.

94 Sigle de « Follow-On-Forces Attack ».

95 Cf. Garejev. M.V. Frounzé, le théoricien militaire. Moscou, 1985. p. 241.
Cf. Kirjan. Le progrès technico-militaire et les Forces armées de l’URSS. Moscou, 1982. p. 315.

96 C’est-à-dire Ouest-81 ; l’appelation des manœuvres est suffisament éloquente en soi.

97 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie » Moscou, 1982. p. 70.

98 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 78.

99 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

100 In Westfalische Nachrichten du 25 juin 1985, entretien avec le général Rogers, commandant suprême des forces de l’OTAN en Europe.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search