Version classiqueVersion mobile

Stratégie soviétique et chute du pacte de Varsovie

 | 
Henri Paris

Chapitre IV. Le concept stratégique de l’Union soviétique et du pacte de Varsovie

Les prémices du concept militaire offensif

Texte intégral

1Le terme de concept stratégique, dans l’acception que lui donnent les Occidentaux, n’est pas d’un usage courant chez les Soviétiques. Ceux-ci, en effet, avec leur approche scientifique et strictement normalisée, ont scindé en plusieurs disciplines ce que les Occidentaux perçoivent comme un concept global. L’examen de ce concept stratégique doit donc reprendre les conclusions que les Soviétiques tirent de leurs analyses en matière de politique intérieure et extérieure, de doctrine militaire, de science militaire, d’art militaire et de stratégie. L’interdépendance et l’étroite subordination qui lient ces disciplines entre elles aboutissent à un résultat d’une redoutable cohérence, exempt de contradictions certes, mais non de lourdeurs.

2C’est ainsi qu’à la fin des années quatre-vingt, les analyses menées par les Soviétiques en politique générale concluaient à la nécessité d’un arrêt de la course aux armements. A cet effet, il leur fallait l’accord des Occidentaux et particulièrement des Américains. Or, leurs adversaires étaient inquiets de ce qu’ils appréhendaient comme un concept stratégique offensif, alors que les Soviétiques proclamaient que leur doctrine militaire était défensive avec une stratégie offensive. Traduit en termes occidentaux, le concept soviétique voulait très exactement exprimer que l’URSS ne se livrerait pas à une agression militaire à l’encontre des Occidentaux, mais que si un conflit armé devait éclater, déclenché donc par l’adversaire, elle passerait à l’offensive dans le but d’obtenir une victoire militaire aboutissant à l’anéantissement de l’ennemi. Les Soviétiques durent modifier leur stratégie militaire dans un sens défensif. A cet effet, il leur fallait aussi saisir les niveaux subordonnés à la stratégie, à savoir donc l’art opératif et la tactique, puisque l’une des exigences occidentales était un abaissement du potentiel conventionnel à un seuil tel que l’offensive devint impossible. Le système soviétique, dans ce genre de démarche, s’est révélé un avantage. Effectivement, de proche en proche, en abordant successivement les unes après les autres les disciplines subordonnées, la logique du désarmement voulue au plus haut niveau politique s’est imposée en entraînant l’adhésion des concepteurs comme des praticiens, non sans réticences, mais le but fut atteint avec une rapidité étonnante.

3Dans son acception occidentale, le terme de concept stratégique a certainement un contenu moins précis et moins restrictif que celui que lui donnent les Soviétiques. La correspondance réelle s’établirait plutôt avec ce que les Soviétiques appellent leur doctrine militaire. Dans l’approche occidentale, il y a, cependant, tout autant convergence des réflexions menées indépendamment à l’origine, mais sans que l’une soit subordonnée à l’autre. En s’efforçant de trouver une définition liminaire, on pourrait avancer que les Soviétiques aboutissent à un ensemble conceptuel comme résultat d’une dialectique, tandis que les Occidentaux, d’une part, font plus œuvre de pragmatisme et d’intuition, d’autre part, utilisent des séries de compromis. Ceci est particulièrement vrai des Américains, moins des Français qui se veulent plus cartésiens.

4L’examen retient le terme de concept stratégique dans la signification globale que lui donnent les Occidentaux, tout en prenant garde à bien intégrer les différentes disciplines sur lesquelles se fonde la démarche soviétique.

5Un concept stratégique global ne naît pas spontanément dans une version définitive. Il est le fruit de la lente maturation d’une réflexion rarement individuelle et vise à faire triompher une politique. Pour ce faire, au moment de son établissement, il doit largement faire œuvre d’anticipation afin d’élaborer des hypothèses auxquelles il faudra ensuite répondre. De plus un concept est essentiellement construit en fonction de son homologue adverse, ce qui amène au premier chef à étudier les intentions et les réactions potentielles de l’ennemi. Ces considérations générales sont universellement partagées, mais les Soviétiques les appliquent avec la méticulosité acharnée que leur dicte leur méthodologie processionnelle et scientifique. Il en résulte au sein de l’appareil de conception des controverses nombreuses mettant aux prises les analystes des différentes disciplines interférant dans l’élaboration du concept. Et ce n’est pas le moindre des paradoxes qui apparaît : concept et discussions tombent pratiquement dans le domaine public, alors qu’en aucun pays le secret militaire et le secret d’Etat ne sont autant protégés qu’en Union soviétique, encore que la perestroïka et la glasnost aient amené indéniablement une plus grande transparence encore. Un examen attentif des textes et des déclarations des dirigeants a toujours permis de reconstituer le concept stratégique dans son ensemble. Cette donnée est vérifiée tout au long de l’histoire de l’Union soviétique, aussi bien à la fin du xxe siècle que durant les années trente sous le gouvernement de Staline.

6Afin d’embrasser tous les aspects du concept stratégique soviétique, il faut en étudier l’évolution historique. En effet, il n’y a pas eu de modification brutale, ne serait-ce que parce que tout concept est tributaire d’une stratégie des moyens. Or, ces moyens, étant eux-mêmes le résultat de l’application d’une stratégie, n’apparaissent donc que dans la durée.

7Par ailleurs, les Soviétiques, au nom du matérialisme historique, intègrent les leçons d’un passé scientifiquement étudié. L’étude de l’histoire se veut, certes, objective, mais dans l’optique marxiste, elle n’est pas neutre. Tout échec commence par remettre en cause l’enseignement tiré d’une base historique, parce que cet échec est la manifestation tangible d’une erreur. Il y a donc lieu de procéder au réexamen de la base historique afin de déceler si la cause de l’erreur ne se trouve pas déjà à ce premier niveau. La « nouvelle pensée politique » de Mikhaïl Gorbatchev a produit en toute cohérence un nouveau concept stratégique réputé totalement défensif à la différence du précédent. Il apparaît ainsi que l’étude du concept en vigueur à l’aube de la décennie quatre-vingt-dix ne peut s’abstraire de celui appliqué par la direction de Léonide Brejnev qui, lui-même, prenait en compte les acquis de Nikita Khrouchtchev et les précédents.

8Une dernière donnée de portée générale s’impose sans ambages. Superpuissance à la tête d’une coalition militaire, l’Union soviétique a fait partager, voire dicter, son concept à tous ses alliés du pacte de Varsovie. Etudier donc le concept stratégique soviétique revient à étudier celui du pacte de Varsovie. En l’occurrence, l’Union soviétique n’est certes pas une exception : l’influence américaine est prépondérante au sein de l’OTAN, mais ce n’est pas sans négociations que la Maison Blanche est parvenue à faire prévaloir ses vues. L’implosion du Pacte à la fin des années quatre-vingt n’est pas la résultante de divergences sur le concept, mais l’effet d’une politique, la perestroïka, qui dès qu’elle est admise, ruine la justification de base de l’alliance qu’est l’internationalisme opposé à la coalition réunie par les Occidentaux.

9L’évolution du concept stratégique soviétique, tel qu’il apparaît dans les années quatre-vingt-dix, conduit à distinguer trois grandes étapes. La première s’étend de la fin de la guerre de Pologne, en 1920, au début des années soixante et comprend l’élaboration du concept avec une application militaire offensive basée sur l’emploi des armes conventionnelles. La seconde, avec une application militaire tout aussi offensive, va jusqu’au milieu des années quatre-vingt et est centrée sur la prédominance de l’utilisation du feu nucléaire. La troisième voit une évolution qui repousse l’emploi des forces armées au profit d’un concept qui se rapproche de celui prôné par les Occidentaux avec la dissuasion.

10La première période est cardinale, non seulement parce qu’elle voit la naissance du concept et son application durant la Seconde Guerre mondiale, mais surtout parce que les axes dominants élaborés alors resteront inchangés. Par la suite, il n’y aura qu’adaptation en fonction des moyens militaires nouveaux, l’arme nucléaire notamment, et des situations différentes.

11Il est donc nécessaire de consacrer une analyse à cette première période avec les deux démarches interdépendantes mises en œuvre par les Soviétiques : la dissociation de la coalition adverse couplée à un concept militaire offensif.

La dissociation de la coalition adverse

  • 1 In Pravda du 3 mars 1989, Ilyne, Lénine et le Kommintern.

12L’abandon des concepts de « révolution mondiale » et de « guerre civile dans le monde entier », consécutif à la malheureuse campagne de Pologne de 1920 et au reflux de la vague révolutionnaire en Europe, fut définitivement entériné, le 1er juillet 1921, lors du IIIe Congrès du Komintern1. En termes stratégiques, l’URSS rejetait, au moins momentanément, l’interventionnisme armé. Les Soviétiques n’avaient alors d’autre solution que d’imaginer un nouveau concept stratégique afin de faire face à un conflit qu’ils jugeaient inévitable. Deux séries de problèmes se posaient à eux. En premier lieu, ils redoutaient la constitution d’une coalition des pays opérant à leur encontre « l’encerclement capitaliste ». Cette hantise découlait du conflit de 1917 à 1920, au cours duquel ils avaient dû s’opposer à l’offensive allemande, puis à l’intervention des troupes de l’Entente, et de ses alliés. Les Soviétiques dirigeront donc tous leurs efforts dans le but de briser, de dissocier, de fragmenter la coalition adverse que devait souder, selon eux, le capitalisme. L’examen s’attache, ainsi, à ces deux aspects fondamentaux du concept stratégique soviétique qui restera en vigueur jusqu’à la fin des années cinquante.

13Dans la perception soviétique, le début des années vingt est la période de tous les échecs.

14Un traité de paix désastreux consacre l’indépendance de la Pologne en prenant la suite des traités donnant l’indépendance aux Etats baltes et à la Finlande. La Russie des Soviets a dû accepter d’amputer largement le territoire hérité de l’Empire. La paix totale n’a pas été gagnée pour autant. En Asie centrale couve depuis 1916 une révolte avec un arrière-fond islamique qui va dégénérer en une insurrection basmatche. En Extrême-Orient, une guérilla incessante oppose les Rouges à des partisans, reste des armées blanches, et le relais sera pris par des bandes relevant des Seigneurs de la Guerre chinois, puis par les Japonais.

  • 2 Sigle de Novaja Ekonomiceškaja Politika (Nouvelle politique économique).

15La marche vers le communisme fait faillite. Partout, dans le monde, les révolutions prolétariennes sont jugulées, les révoltes coloniales abattues. L’Armée rouge a dû se retourner contre les plus fermes défenseurs des Soviets, les marins de Cronstadt, qu’il a fallu écraser par les armes. Le communisme de guerre est un échec retentissant dans un pays ravagé par six ans de guerre atroce, étrangère et civile. Mesure effroyable par sa contradiction idéologique, il a fallu se résoudre à instaurer la NEP2.

  • 3 In La vie internationale de mai 1989 : Politique étrangère – les leçons du passé.

16La Russie des Soviets, isolée, est une forteresse assiégée que seul l’épuisement de l’Entente victorieuse met momentanément à l’abri d’une nouvelle attaque. « La situation internationale complexe de l’Etat soviétique, la réelle menace extérieure se sont superposées à la tendance bureaucratique stalinienne pour transformer tout le pays en un camp assiégé, pour donner un caractère absolu à l’animosité du monde environnant, pour analyser chaque événement sous l’angle d’une confrontation de classe intransigeante »3.

17Au stade où ils en sont de leur pensée militaire, les Soviétiques estiment la guerre inéluctable avec les puissances capitalistes. Ils ne changeront d’optique qu’au début des années cinquante pour adopter la politique et la stratégie de « coexistence pacifique » et le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale a conforté les Soviétiques dans la justesse de leur analyse. La seule solution envisagée par les Soviétiques, dans le courant des années vingt, est de profiter du répit pour se préparer à briser l’agression qu’ils vont subir.

18L’étude d’un concept stratégique va donner lieu à des séries de controverses passionnées mettant aux prises le personnel dirigeant. Les lignes de clivage scinderont ce personnel en fonction des tendances qui se feront jour à l’intérieur du Parti et non des origines ou des spécialités. Les militaires, dont beaucoup ont servi dans l’ancienne armée impériale et sont diplômés de ses académies, se révèlent avant tout hommes du Parti, se répartissent dans toutes les tendances et apportent leur expérience. Pour une très large part, il n’y a pas eu d’improvisation en ce sens que l’Armée rouge a compté dans ses rangs, dès le début de son existence, un très grand nombre d’officiers de valeur et de haut niveau, contrairement à une légende qui fait rejoindre à tous les officiers les rangs de l’Armée blanche ou de l’émigration.

  • 4 Korotkov. Histoire de la pensée militaire soviétique. Moscou, 1980, p. 117.

19Le premier travail a été de définir l’ennemi potentiel et ses modalités d’action prévisibles. Les Soviétiques ont pris comme point de départ la liste de leurs adversaires de 1917 à 1920, « les interventionnistes » selon leur terminologie. Il s’agit des Français, des Britanniques, des Américains, des Roumains, des Tchécoslovaques, des Polonais et des Japonais, auxquels pourraient se joindre les Allemands. Ces adversaires potentiels peuvent se grouper en une coalition et opérer à partir de la périphérie de l’Union soviétique en fonction d’une planification établie en commun. L’URSS serait attaquée sur toutes ses frontières. De plus, l’adversaire pourrait compter sur les débris émigrés des armées blanches formés en corps de volontaires de même que sur une opposition interne au régime soviétique susceptible de provoquer une insurrection, ou pour le moins des troubles. « La direction militaire, tirant les conclusions de la situation menaçante, estimait qu’il convenait de prévoir une attaque sur presque tous les secteurs de notre immense frontière d’Etat »4.

  • 5 In Pravda du 7 décembre 1930.

20L’ennemi principal était représenté à l’époque par la France. « En 1930, l’Etat-major général français avait achevé l’élaboration d’un plan d’agression contre l’URSS en Europe mettant en œuvre les forces d’un bloc militaire comprenant la France, l’Angleterre, l’Allemagne, la Pologne, la Roumanie et les restes des différentes unités de gardes blancs qui s’abritaient sur le territoire de ces pays ». La France, en ce qui la concerne, « s’était engagée à jeter en ligne trois corps d’armée »5. Ce n’est que par la suite, à partir de la deuxième moitié des années vingt, que la Grande-Bretagne et les Etats Unis relaieront la France dans son rôle d’ennemi principal. La priorité d’un danger allemand ne sera reconnu que sur le tard, bien après l’accession d’Hitler au pouvoir, et pratiquement, pour ce faire, il faudra la signature du pacte anti-Komintern entre les Allemands, les Italiens et les Japonais. Ce ne sera pas la seule erreur d’analyse que feront les Soviétiques.

21Cette analyse de situation, induisant une véritable fièvre obsidionale, sera maintenue plus d’un demi-siècle, certes avec les modifications amenées par des changements d’ennemis. La perception de l’URSS, puis du camp socialiste, forteresse assiégée, date de cette époque et imprègnera les esprits soviétiques même lorsqu’interviendra la perestroïka. Il en découlera l’obsession de construire un système global de défense qui puisse faire face victorieusement à l’hypothèse majeure, tant redoutée, d’une attaque généralisée de l’ensemble de la coalition.

22Il est nécessaire de saisir que l’analyse soviétique avait des bases tangibles. Très effectivement, l’Entente et les Allemands avaient mené des opérations sur le sol russe ! Très effectivement, Japonais et Américains étaient intervenus en Extrême-Orient à partir de 1918 ! Très effectivement, en 1939 et en 1945 les forces soviétiques eurent à mener des opérations contre les Japonais ! Très effectivement, les Allemands de 1941 à 1945 trouvèrent des partisans sur le sol russe et levèrent mêmes des forces, dites « Armée russe de libération », sous le commandement d’un transfuge, le Général Vlassov !

23La représentation de la guerre inévitable que les Soviétiques auraient à soutenir renvoie à l’étude de leur pensée militaire et à son évolution ainsi qu’à celle de la coexistence pacifique. Pétris d’idéologie et d’études théoriques marxistes que, selon leur optique, les faits confortaient, les Soviétiques ne conçoivent pas la guerre future autrement que comme un moyen politique visant leur anéantissement. La guerre ne sera donc pas à l’image d’un conflit entre pays capitalistes se soldant par l’amputation d’une province ou d’une colonie ou encore la perte d’un marché extérieur quelconque, mais l’affrontement suprême d’où découlera la victoire et la survie du communisme. L’interprétation des faits, encore une fois, confortera l’analyse marxiste des Soviétiques. En effet, l’Allemagne nationale-socialiste attaquera l’Union soviétique en 1941 au nom d’une croisade anticommuniste dans le but proclamé de la détruire en tant qu’Etat. La victoire de l’URSS et des Alliés, en 1945, aura pour conséquence l’anéantissement complet de l’entité étatique qu’était le III Reich et avec lui de son régime socio-politique.

24Staline, en énonçant son mot d’ordre, « le socialisme dans un seul pays », poursuivait deux buts. En premier lieu, abandonner toute idée d’exportation de la Révolution et concentrer tous les efforts pour établir le socialisme en URSS. En second lieu, préparer le pays à la guerre. L’industrialisation rapide exigeait la constitution d’une base d’industrie lourde indispensable, par ailleurs, pour la fabrication des armements. La recherche militaire fut lancée parallèlement et devait aboutir à des résultats remarquables tels que le char T-34 et le lance-roquettes multiple. Là encore, l’URSS ne partait pas de rien, elle héritait d’une industrie de guerre et de bureaux de recherches légués par l’Empire. L’industrie aéronautique russe était, par exemple, florissante avant 1917. L’ingénieur et constructeur d’avions Sikorsky avait produit des appareils renommés comme le « Vitiaz russe » et l’« Illya Mourometz ». S’il émigra en 1919 aux Etats-Unis pour y fonder une firme qui se spécialisa dans la fabrication d’hélicoptères mondialement connus, il laissa une équipe que les Soviétiques s’empressèrent de regrouper.

25L’instauration de la dictature du prolétariat visait à étouffer toute velléité d’opposition à la construction du socialisme, mais permettait, en même temps, de bander toutes les énergies en vue de la préparation du pays à la guerre.

26L’obsession d’attaques convergentes et généralisées sur tous les fronts devait tout naturellement conduire les Soviétiques à rechercher les moyens de dissocier la coalition adverse. Cette ligne d’action n’innove d’ailleurs en rien, en ce sens que tout Etat, lorsqu’il a affaire à une coalition s’efforce de faire valoir les intérêts contradictoires de l’alliance adverse en combinaison avec la force des armes pour jeter la division dans les rangs ennemis. A défaut de dissocier la coalition adverse, la politique soviétique allait susciter des ennemis particuliers à une composante de cette coalition dans le but de n’en aborder les parties constituantes qu’une à une, successivement.

27La Russie avait été confrontée à des périls de ce genre. En 1914, il avait fallu ouvrir un front contre l’Allemagne et un second contre l’Autriche-Hongrie. Mais, il s’agissait d’un théâtre de guerre commun situé en Centre-Europe et il était possible de coordonner les opérations sans grande difficulté. L’ouverture d’un troisième front en Transcaucasie, contre les Turcs, était beaucoup plus gênante, car l’éloignement de ce théâtre des deux premiers empêchait le renforcement mutuel des fronts par des mouvements rapides de troupes. C’est pourquoi, le commandement russe n’avait pas activé outre mesure le front de Transcaucasie, se contentant en général de tenir un dispositif défensif en réservant tous les efforts pour les opérations en Europe. La puissance de la coalition potentielle à laquelle risquaient de faire face les Soviétiques était sans commune mesure avec celles du passé. Les leçons et l’expérience tirées de l’histoire devaient donc être adaptées et non transposées.

28Les dirigeants soviétiques exagéraient néanmoins le danger. Aucune alliance formelle ne liait l’ensemble des adversaires potentiels de l’URSS. Bien plus, des oppositions fondamentales les divisaient, sans que les Soviétiques aient lancé la moindre manœuvre.

  • 6 Dictionnaire militaire encyclopédique. Moscou, 1986. p. 846.

29La même hantise d’une attaque généralisée restera au centre des préoccupations soviétiques dans le courant des années soixante et soixante-dix, mais avec des motifs autrement plus puissants. L’OTAN, alors, regroupait bien les Occidentaux dans un commandement intégré, tandis que le Japon s’était lié aux Etats-Unis par un traité militaire en bonne et due forme. Quant à la Chine, après les affrontements armés avec l’URSS sur les frontières de l’Oussouri et de l’ Amour, elle avait toute une série de raisons pour se joindre militairement à la coalition occidentale. C’est ainsi que, passant outre à des haines séculaires, elle avait conclu, sous l’égide des Etats-Unis, un traité « de paix et d’amitié » avec le Japon, dont « la signification antisoviétique était nette »6.

30Dans les années trente, la dissociation, voire la désagrégation de l’ensemble de la coalition adverse supposée va devenir l’objectif premier de la stratégie soviétique. A cet effet, tous les moyens seront employés avec un remarquable esprit de suite et de convergence. En temps de paix, comme en temps de guerre, toutes les manœuvres, tous les procédés militaires, politiques, économiques et autres seront utilisés afin de mettre en opposition les parties prenantes adverses et de disjoindre le front ennemi. Cet objectif de la stratégie soviétique, adopté durant les années vingt, sera désormais maintenu en permanence et subsiste intégralement à la fin du siècle.

31A l’appui de leur stratégie de dissociation, durant les années vingt et trente, les Soviétiques disposaient essentiellement de deux arguments majeurs : le poids de leur Etat, de sa diplomatie et de ses forces armées, et le Komintern.

  • 7 Ibidem, p. 623.
  • 8 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 69.

32Les Soviétiques remportèrent un premier succès considérable en signant avec les Allemands le traité de Rapallo en 1922. Ce traité « signifiait la rupture du blocus économique et politique de la Russie soviétique, contribuait à la liquidation de l’isolement international de l’Allemagne et au renforcement de la paix en Europe »7. Soviétiques et Allemands renonçaient mutuellement à toutes leurs prétentions sur une quelconque dette ou dommage de guerre, ce qui empoisonnait particulièrement les relations franco-allemandes et franco-soviétiques. De plus, les Allemands reconnaissaient, de fait, l’annulation du traité de Brest-Litovsk, dont les termes imposés ont toujours été considérés par les Soviétiques, comme Lénine l’a dit, « honteux et ignobles »8, et qu’il avait pourtant bien fallu accepter en son temps. Par ailleurs, des clauses militaires organisaient une coopération germano-soviétique qui permettait à l’Allemagne de tourner les interdictions édictées par le traité de Versailles, particulièrement en ce qui concerne les chars et l’aviation. Cette coopération militaire soviéto-germanique se poursuivit jusqu’à l’accession au pouvoir de Hitler. Elle joua un grand rôle dans l’établissement du concept d’offensive dans la profondeur des Soviétiques comme dans celui du « Blitzkrieg » allemand, tous deux fondés sur l’utilisation massive et mobile de forces blindées alliée à celle de l’aviation d’assaut. Il y avait désormais très peu de chances pour que l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne puisse se retrouver unies au sein d’une même coalition militaire contre l’URSS.

33Dans la même continuité, visant toujours la fragmentation de la coalition ennemie, qu’elle soit effective ou potentielle, l’URSS obtint un succès marquant contre le Japon. Après une courte campagne victorieuse, qui se termina le 16 septembre 1939, les Soviétiques imposèrent aux Japonais la conclusion d’un armistice et un engagement de neutralité qui fut respecté. Ainsi, était réduit à néant le pacte anti-Komintern signé en 1936 par le Japon avec l’Allemagne. L’URSS, de la sorte, éloignait la menace qui pesait sur elle en Extrême-Orient et pouvait opérer la concentration de ses forces sur le théâtre européen. Elle maintint, cependant, par précaution, des contingents importants en Extrême-Orient et ne les dirigea sur le front allemand qu’à l’heure du péril suprême pour permettre le déclenchement de la contre-offensive de novembre 1941, afin de dégager Moscou. Staline avait agi adroitement, car il s’agissait de traiter simultanément, mais séparément, avec les Allemands et les Japonais pour les dissuader d’établir un front commun contre l’URSS. En somme, Staline était arrivé à jouer les Allemands et les Japonais, des alliés, les uns contre les autres.

34Parallèlement, utilisant un jeu de bascule semblable, les Soviétiques réussissent à dévier sur la coalition franco-britannique la menace allemande par la signature, le 23 août 1939, quelques jours avant le début de la Seconde Guerre mondiale, du pacte Ribbentrop-Molotov de non-agression. Ce succès ne sera pas durable, car ils ne sauront pas profiter du répit, et de plus, l’image de marque internationaliste de l’Union soviétique en sera très gravement ternie. Le calcul se révéla, en effet, mauvais : lors de l’attaque allemande de juin 1941, les Soviétiques se retrouvèrent seuls face aux Allemands renforcés par tout le potentiel qu’ils pouvaient tirer de leurs conquêtes et de leurs alliés italiens, roumains, bulgares, hongrois et finlandais.

  • 9 In L’étoile rouge du 27 septembre 1989. Le sceau du secret est levé.

35La signature du pacte Ribbentrop-Molotov reste l’objet de controverses multiples en URSS, d’autant plus que le pacte a été accompagné de protocoles secrets délimitant des zones territoriales d’influences respectives, d’un second traité et d’accords commerciaux. Ces controverses n’ont pas seulement une valeur historique qui jette une ombre lourde sur la pratique de l’internationalisme socialiste de l’Union soviétique : en s’accommodant plus que de mesure avec la raison d’Etat, le premier aboutissement en a été une alliance contre nature avec le national-socialisme allemand. Mais, en conséquence plus lointaine, à près de quarante ans de distance, jaillit la question du rattachement à l’URSS des républiques baltes et de la Moldavie. En 1989, à l’occasion du cinquantenaire de la signature du pacte Ribbentrop-Molotov, les nationalistes baltes, à qui la glasnost a donné la parole, ont contesté la légalité de ce rattachement en se fondant sur le caractère contraire au droit international des traités soviéto-allemands de 1939. Or, ces traités faisaient partie des « tâches blanches » de l’histoire, de ce qu’il convenait de passer sous silence, voire de nier jusqu’à la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev. L’opacité à ce sujet était rendue encore plus épaisse par l’absence de documents, soit que ces documents aient disparu lors de l’évacuation précipitée de Moscou, en 1941, des administrations soviétiques et lors de l’effondrement allemand de 1945, soit qu’ils restent enfouis dans les archives des chancelleries à l’Est comme à l’Ouest. En ce qui concerne les Soviétiques, « le secret, qui pesait sur plus de deux cents décrets du ministère de la Défense de l’URSS, datés du 11 janvier 1937 au 20 juin 1941, a été levé »9.

  • 10 Simonov. Le cinquantenaire du conflit le plus sanglant de l’histoire. Agence de presse Novosti, 6 s (...)
  • 11 In Pravda du 18 août 1989. Entretien avec M. Yakovlev, membre du Bureau politique, secrétaire du CC (...)

36Les Soviétiques expliquent la conclusion du pacte germano-soviétique par la méfiance que suscita en eux la capitulation franco-britannique à Munich, l’année précédente, ce qui n’est certes pas sans fondement objectif. En effet, d’après eux, « la Grande-Bretagne et, plus tard, la France ont préféré la politique de « pacification » du nazisme allemand au rapprochement avec l’URSS sur une plate forme antinazie. Les accords de Munich reflètent parfaitement cette politique »10. En fait, en 1939, les alliés français et britanniques maintenaient la même ligne politique : « trouver le moyen de détourner la menace de l’agression allemande et diriger l’énergie du nazisme sur l’expansion à l’est. Comment était-il possible d’aider la Pologne à repousser le danger d’asservissement qui la guettait, alors que ses dirigeants ne voulaient pas entendre parler de quelque collaboration que ce fût, directe ou non, avec l’Union soviétique et ses forces armées ? »11.

  • 12 In Le Monde du 8 août 1989.
  • 13 In Revue militaire soviétique, n° 7, de juillet 1989. Août 1939 : événements et enseignements.
  • 14 In La vie internationale d’octobre 1989. Télégramme de l’ambassadeur de France en Pologne, L. Noël, (...)
  • 15 Compte-rendu d’un débat télévisé. Faline, docteur en histoire, membre du Département international (...)
  • 16 In Pravda du 18 août 1989. Entretien avec A. Yakovlev.
  • 17 Katine. Le pacte germano-soviétique de non-agression : 50 ans après. Agence de presse Novosti. 28 j (...)

37Il est exact que de nombreux groupes d’influence français, entraînés par leur antisoviétisme et leur opposition au Front populaire, misaient sur l’Allemagne. C’est ainsi qu’au lendemain de la main-mise allemande sur l’Autriche, le 12 avril 1938, le professeur Joseph Barthelemy, le futur garde des Sceaux de Vichy, publia dans le « Temps » un article retentissant où il assurait que le traité d’assistance franco-tchécoslovaque était caduc12. En août 1939, il s’agissait de négocier une alliance militaire qui s’inscrive dans la suite du traité de 1935 et, à cet effet, une mission franco-britannique était partie pour Moscou. Mais, d’une part, cette mission ne bénéficiait pas de pouvoirs adéquats. D’autre part, « tout en acceptant, en paroles, le principe de l’entraide proposé par l’URSS, les délégations anglaise et française empêchaient dans les faits sa matérialisation »13. Par ailleurs, bien que fortement pressé par les Français et les Britanniques, « le gouvernement polonais répugnait toujours à autoriser l’entrée des troupes russes sur son territoire »14. Ce n’est qu’après « avoir reçu une communication à ce sujet, le persuadant qu’un accord avec l’Angleterre et la France était impossible et que les pourparlers n’étaient menés que dans le but de les faire traîner en longueur, que Staline accepta la proposition de Hitler »15. La motivation britannique avait pour fondement réel la recherche d’un accord avec l’Allemagne. « Lors de négociations secrètes qui eurent lieu à la mi-août, Londres et Berlin étaient convenus que, le 23 août, Goering, le second du Troisième Reich, se rendrait secrètement dans les îles britanniques pour y rencontrer Chamberlain. A en juger par les documents, les deux empires se préparaient à élaborer un compromis historique global ignorant l’intérêt non seulement de l’URSS, mais aussi de la Pologne et de plusieurs autres pays de l’Europe orientale, et même de la France »16. N’ayant pas réussi à faire de la France et de la Grande-Bretagne ses alliées, « l’URSS n’avait plus qu’à trouver le moyen de ne pas être emportée par le flot de la guerre ». En l’occurrence, il s’agissait de répondre favorablement aux discrètes avances allemandes visant « la mise en scène d’un nouveau Rapallo » ou la réanimation « du traité de neutralité de 1926 ou de conclure un traité de non-agression et de délimiter les intérêts soviéto-allemands de la Baltique à la mer Noire ». Un dernier élément poussaient les Soviétiques à traiter avec l’Allemagne : ils étaient en guerre avec les Japonais et, avec les succès militaires obtenus en Extrême-Orient, la conclusion de l’accord avec les Allemands « a exercé une forte action psychologique sur le Japon qui a signé à son tour un traité de neutralité avec l’URSS et qui ne l’a pas violé pendant toute la guerre »17. En effet, l’armistice avec le Japon interviendra en septembre 1939.

  • 18 Borissov. La France pouvait-elle éviter la défaite ?, Agence de presse Novosti, 6 octobre 1989.

38L’analyse du rapport des forces a aussi été pris en compte par les Soviétiques. Ils connaissaient bien l’armée allemande et estimaient que les alliés étaient incapables de leur apporter une aide tant militaire que politique. Pétrifiée par la stratégie et la tactique défensives qu’imposait le concept de sa ligne Maginot, l’armée française n’avait aucune capacité offensive et donc d’intervention sur le cours des événements à l’est. Quant à l’armée britannique, elle était trop faible pour jouer un quelconque rôle. Effectivement, à la déclaration de guerre, en septembre 1939, elle n’enverra que deux divisions sur le continent ! Mais surtout, la coalition franco-britannique, même après son entrée en guerre, comptait encore sur un conflit entre l’Union soviétique et l’Allemagne, d’où « la drôle de guerre » qui n’eut rien de drôle et « n’avait pour but que de calmer les hitlériens et de gagner du temps dans l’attente d’une guerre entre l’Etat soviétique et le Troisième Reich »18. Les Français et les Anglais, dans cette perspective, à l’abri de la ligne Maginot, pouvaient attendre l’épuisement de leurs adversaires allemands et soviétiques, puis dicter leurs conditions de paix.

  • 19 In Le Monde du 1er août 1989. Tatu. Le pacte germano-soviétique et ses protocoles secrets. Comment (...)
  • 20 Agence Tass, 19 juillet 1989.
  • 21 In Pravda du 18 août 1989. Entretien avec A. Yakovlev.

39Cependant, la thèse soviétique devient moins défendable à la lumière de l’étude de l’ensemble des accords germano-soviétiques et de la série des protocoles secrets qui les accompagnaient19. Il apparaît ainsi que Soviétiques, Français et Britanniques se sont tous livrés à un jeu de dupes et qu’ils ont tous perdu. Les gagnants ont été les Allemands ! Les Soviétiques ont commencé par mettre en doute l’authenticité des protocoles secrets dont il n’a été retrouvé que des copies de copies. Une commission, présidée par A. Jakovlev, membre du Bureau politique, constituée en 1989, a été chargée d’étudier « les documents publiés à cette époque et retrouvés récemment »20. En tout état de cause les événements se sont déroulés en conformité avec ces documents, comme s’ils étaient authentiques. Très effectivement, les Soviétiques ont occupé une partie du territoire polonais, assenant le coup de grâce à une armée polonaise déjà vaincue par les Allemands, de même qu’ils ont envahi la Bessarabie, la Finlande et annexé les Etats baltes, sans que les Allemands manifestent le moindre désaccord ! Très effectivement, les Soviétiques ont procédé à des livraisons de matières stratégiques aux Allemands jusqu’à ce que ceux-ci les attaquent en 1941 ! Aussi les Soviétiques ont-ils cessé de nier l’existence et l’authenticité des protocoles secrets. « Bien que l’original de ce protocole secret n’ait pas été découvert, son existence ne laisse pas de doute, vu les différents documents retrouvés, y compris ces derniers mois. D’ailleurs, les troupes allemandes et soviétiques dans leurs déplacements ultérieurs se sont orientés vers cette ligne de démarcation fixée par ce protocole et par celui du 28 septembre de la même année »21.

40Pour finir, le Congrès des députés du peuple, lors de sa session de décembre 1989, a déclaré « nuls et non avenus » les protocoles secrets signés, en 1939 et en 1940, entre l’URSS et l’Allemagne nationale-socialiste. L’URSS reconnaît ainsi officiellement l’existence de ces protocoles, tandis que la proclamation de leur nullité n’est pas sans incidences politiques quant au rattachement des républiques baltes à l’URSS.

  • 22 In La vie internationale d’octobre 1989, L’accord de crédit entre l’Union des républiques socialist (...)
  • 23 In La vie internationale d’octobre 1989. Lettre du Secrétaire du CC du PC (b) de l’URSS, J. Staline (...)

41Les dirigeants soviétiques, Staline à leur tête, se méfiaient, vraisemblablement à juste titre, des Français et des Britanniques. Mais, eux aussi, avaient cherché à détourner l’agressivité allemande sur leurs alliés occidentaux potentiels en utilisant les même méthodes. En effet, un accord de commerce soviéto-allemand avait été signé le 19 août 1939, après de longues négociations qui se déroulaient simultanément aux pourparlers soviéto-franco-britanniques. L’accord portait sur des échanges de matières stratégiques qui, indéniablement, favorisaient l’effort de guerre allemand22. Le fait, en soi, indiquait que les Soviétiques se prêtaient parfaitement à un jeu de dupes à l’égard des Occidentaux. Mais, ils n’en restèrent pas là : l’accord commercial préfigurait largement le pacte. La responsabilité soviétique est donc totalement établie, d’autant plus que Staline répondit à Hitler, le 21 août, avant donc la rupture des pourparlers avec les Occidentaux, en espérant que « l’accord de non-agression germano-soviétique provoquera un tournant vers une amélioration sérieuse dans les relations politiques entre nos pays »23.

  • 24 In La vie internationale d’octobre 1989. Protocole secret annexe, p. 86.
  • 25 Ibidem, p. 87 à 92.

42Outre le souci de détourner l’attaque allemande, les dirigeants soviétiques poursuivaient aussi un deuxième dessein. Il s’agissait de récupérer les territoires qui avaient fait partie intégrante de l’Empire russe une vingtaine d’années auparavant. Les Soviétiques justifient leur occupation de la Pologne et de la Bessarabie, prévue très explicitement par le protocole secret annexé au traité de non-agression24, par la nécessité de pousser le plus à l’ouest possible leur dispositif défensif. Si l’explication tient en ce qui concerne la Pologne, aucune justification d’ordre militaire n’a pu être invoquée à l’égard de la Bessarabie, qui fera partie des républiques soviétiques de Moldavie et d’Ukraine. Il en est de même à l’égard de la Lituanie, de l’Estonie et de Lettonie dont l’appartenance à la sphère des intérêts soviétiques a été fixée par le traité germano-soviétique sur « l’amitié et les frontières entre l’URSS et l’Allemagne » signé le 28 septembre 1939, ainsi que par une série de protocoles annexes secrets25.

  • 26 In Revue militaire soviétique, n° 10, octobre 1989. Une guerre qu’on aurait pu éviter.
  • 27 In Les nouvelles de Moscou du 14 décembre 1989. Edition en français. Sokolov. Le prix de la guerre (...)
  • 28 In Revue militaire soviétique, n° 10, octobre 1989. Une guerre qu’on aurait pu éviter.

43Après des pourparlers avortés, l’attaque contre la Finlande, réalisée le 30 novembre 1939, répond à la même politique : la volonté de reprendre une ancienne province russe. Le but affiché par les Soviétiques était de repousser la frontière trop proche de Léningrad, ce qui était susceptible d’offrir une base d’attaque aux Allemands en passe de s’allier aux Finlandais. Or, d’une part, les Allemands n’avaient pas tellement besoin d’une base offensive finlandaise, puisqu’ils étaient déjà à pied d’œuvre à partir de la Prusse orientale. D’autre part, « le 1er décembre 1939, en territoire occupé par les troupes soviétiques, au lieu dit Terioki, fut formé un gouvernement qui proclama la République démocratique de Finlande. Son chef était le révolutionnaire émigré, secrétaire du Komintern, Otto Kuusinen. Ce gouvernement fut reconnu le même jour par le gouvernement soviétique »26 qui, signa avec lui le lendemain, « le 2 décembre, un traité d’assistance mutuelle et d’amitié »27. Si donc, les Soviétiques ne visaient qu’une rectification de frontière éloignant la menace de Léningrad, pourquoi favoriser, voire susciter, la formation d’un gouvernement qui, par définition, a pour vocation de gouverner ? Et gouverner dans quel sens, si ce n’est dans celui du traité conclu immédiatement et, au delà, dans celui de demander l’adhésion à l’Union des républiques socialistes soviétiques ? Quelle signification pouvait avoir « la formation du corps de l’Armée populaire finnoise »28, si ce n’est de constituer le premier attribut de la nouvelle puissance étatique ? « Après la signature du traité de paix en 1940, ce gouvernement s’est dissout de lui-même », c’est-à-dire que l’objectif n’ayant pas été atteint, à savoir l’effondrement de la Finlande, le gouvernement Kuusinen n’avait plus d’utilité. Et l’objectif n’a pas été atteint parce que l’Armée rouge a subi des revers non prévus à l’origine. La leçon ne sera pas perdue : en 1944, l’URSS acceptera un armistice suivi d’un traité de paix prévoyant la neutralité finlandaise.

  • 29 In Les nouvelles de Moscou du 14 décembre 1989. Edition en français. Sokolov. Le prix de la guerre (...)

44Outre des revers militaires, l’URSS dut subir une condamnation internationale. « Sitôt après le début de la guerre, le 14 décembre 1939, l’URSS fut expulsée de la Société des nations et reconnue comme agresseur »29. La rectification de frontière fut cependant obtenue lors du traité de paix en 1940. Il reste à savoir dans quelle mesure cela ne poussa pas les Finlandais à se joindre aux Allemands en juin 1941. L’armée finlandaise « atteignit assez vite l’ancien tracé de la frontière sur l’isthme de Carélie et le dépassa même ce qui, contrairement à l’argument justifiant la guerre soviéto-finlandaise de 1939-1940 par la nécessité de créer une sorte de glacis de sécurité, n’a pas provoqué la chute de Léningrad ». La défense de Léningrad en fut, cependant, rendue plus compliquée.

45A tous les points de vue, l’aventure finlandaise se révélait une erreur. Les Allemands en tirèrent comme conclusion que l’Armée rouge était réellement affaiblie, entre autres par les purges, et qu’elle n’avait que des capacités opérationnelles restreintes. Cela contribua à précipiter la décision d’Hitler d’attaquer l’URSS en juin 1941. Cependant, de leur côté, Staline et l’Etat-major soviétique, frappés par l’échec militaire, s’efforcèrent de réorganiser l’Armée rouge et d’adapter son système au concept d’offensive dans la profondeur basé sur l’emploi des blindés. C’est au cours de ce travail de réorganisation qu’ils furent surpris par l’offensive allemande.

  • 30 In Les nouvelles de Moscou du 2 août 1989, Les secrets de la forêt de Katyn.
  • 31 Communiqué de Radio-Moscou du 12 avril 1990, citant l’agence de presse Tass.

46La question controversée du massacre de plusieurs milliers d’officiers polonais dans la forêt de Katyn, située dans la région de Smolensk, relève de la même volonté soviétique de récupérer des territoires ayant appartenu à l’Empire russe ou de favoriser l’éclosion d’une république populaire de Pologne. Les Soviétiques se défendent d’avoir perpétré le massacre de ces milliers de prisonniers et l’imputent aux Allemands. Les Polonais sont d’un avis contraire et ont insisté pour obtenir la création, en 1987, d’une commission d’enquête mixte chargée d’établir la vérité sur un sujet, objet de polémiques acharnées depuis que les Allemands ont découvert les traces de ce massacre en 1943. La Croix-Rouge, appelée par les Allemands à l’époque, avait conclu au terme de son enquête à une date du massacre se situant au printemps de 1941, ce qui implique la responsabilité des Soviétiques puisque les Allemands n’ont occupé la région de Smolensk où se trouve Katyn qu’en septembre 1941. Les dénégations soviétiques, en dehors de l’enquête de la Croix-Rouge, se heurtent à des séries de témoignages rapportées même par la presse soviétique et il paraît établi qu’elles ne reflètent pas la vérité30. Les Soviétiques ont fini par admettre officielement que « l’addition des preuves montre que la Direction de l’époque, au département du NKVD, est responsable de ce crime. La partie soviétique exprime ses profonds regrets pour cette tragédie, qu’elle juge comme l’un des pires crimes staliniens »31. Ont été ainsi exterminés des officiers faits prisonniers par l’Armée rouge en septembre 1939. Le seul but possible de ce massacre, organisé méthodiquement et de sang froid, était de liquider physiquement des élites polonaises que l’on savait anti-soviétiques. Le rattachement de la partie orientale du territoire polonais à l’URSS en aurait été facilité, rattachement d’ailleurs réalisé en 1945. Il faut bien admettre, également, que les Américains et les Britanniques savaient la vérité, dès l’origine, mais ont préféré se taire afin de ne pas contrarier leur alliance avec les Soviétiques durant la guerre.

  • 32 In Pravda du 18 août 1989. Entretien avec M. Yakovlev.
  • 33 In le Trimestre du monde. 3e trimestre 1989. Paris. Déclaration de R. Eddé, ancien ministre, député (...)

47La perestroïka en réprouvant le culte de la personnalité et les entorses à la démocratie se devait de condamner le stalinisme et les pratiques de la diplomatie secrète. Cela amène les Soviétiques, en 1989, à porter un jugement négatif sur leur action en 1939. C’est ainsi qu’ils affirment être « tout d’abord en présence d’une entorse aux principes léninistes de rupture avec la diplomatie secrète, ainsi que d’une révision de la ligne stratégique visant à une sécurité collective »32. Mais, les Soviétiques n’oublient également pas de préciser que « les accords ou avenants secrets annexés aux traités étaient une pratique courante dans la période d’avant-guerre ». Certes, en effet, pour en rester au domaine historique, afin de ne pas ouvrir des polémiques, mais sans aller trop dans le passé, sans devenir anecdotique, il faut bien reconnaître que les accords occultes, voire secrets, cependant en bonne et due forme, organisant le partage de zones d’influence et de souveraineté, sont d’une pratique courante au xxe siècle. Les Soviétiques et les Allemands sont loin d’en avoir le monopole. Il suffit, à titre d’exemple, de citer l’accord « Sikes-Picot » de 1916. C’est ainsi que les Britanniques ont obtenu la Mésopotamie, la Palestine et la Jordanie ; les Français, la Syrie et le Liban33.

48Les Soviétiques prétendaient créer un monde nouveau avec des pratiques nouvelles dans les relations internationales ; il n’en fut rien. A leur décharge, ils avaient à lutter pour leur survie pure et simple. Les rapports de forces ont dicté leur conduite, en 1939, sans souci d’une morale internationale.

49Les Allemands, par la signature du pacte Ribentrop-Molotov, ont alléché les Soviétiques en leur permettant à peu de frais des annexions et, dans ce jeu de dupes engagé en 1939, ils furent les gagnants. Les grands perdants furent les Français et les Britanniques. La cécité politique et militaire des Polonais, refusant l’alliance soviétique face au danger allemand est extraordinaire. Surtout à la lumière des événements ultérieurs ! A terme, Staline a obtenu un succès qu’il faut bien reconnaître : l’URSS n’a pas eu à lutter simultanément contre les Allemands et les Japonais. A l’heure du péril suprême, en novembre 1941, la contre-offensive victorieuse qui dégagea Moscou a été rendue possible par la neutralité japonaise rendant disponibles des renforts en provenance d’Extrême-Orient.

50Par la suite, les Soviétiques ne reprirent leur stratégie de dissociation de la coalition adverse que dans le courant des années soixante. Il s’agissait alors de découpler la défense de l’Europe de celle des Etats-Unis. Mais, dans le courant des années vingt et trente, cette stratégie de dissociation pouvait également être mise en œuvre par le Komintern.

51Faisant fi de l’internationalisme de la Révolution mondiale, l’URSS utilisa le Komintern à son profit propre, toujours au nom du mot d’ordre « le socialisme dans un seul pays » !

52Le Komintern, en tant que tel, ne fut pas l’outil de dissociation espéré. Non seulement, il ne parvint pas à porter un seul parti communiste national au pouvoir, mais il se révéla même être un frein. Il apparut comme un système de subversion au profit de l’URSS et dressa contre elle aussi bien les démocraties que les dictatures. Pour une très large part, la France et la Grande-Bretagne ne s’engagèrent pas aux côtés de l’URSS contre l’Allemagne à cause de la méfiance qu’engendra le Komintern. Quant au pacte anti-Komintern qui lia l’Allemagne, l’Italie et le Japon, il permit la constitution d’une coalition ! Le Komintern se déjugea en suivant la politique que lui imposa l’URSS et qu’il fit partager aux partis communistes nationaux.

  • 34 In Revue militaire soviétique n° 8 d’août 1989, édition en français. Kizune, L’armée socialiste : s (...)

53Le Komintern aurait pu saisir l’opportunité qui lui était offerte par la guerre d’Espagne pour démontrer sa vocation internationaliste en s’opposant à une dictature soutenue par le national-socialisme allemand et le fascisme italien. Cette même opportunité pouvait jouer afin de susciter l’accession au pouvoir du parti communiste espagnol. Pour cela il eut fallu un engagement massif du Komintern et en premier lieu de l’URSS. Il n’en fut rien. Si, de source soviétique même, « plus de 3 000 volontaires soviétiques combattirent dans les brigades internationales de l’armée républicaine espagnole »34, il faut bien reconnaître que ce chiffre est inférieur à celui des volontaires antifascistes allemands qui ne disposaient pas du support d’un Etat et sans commune mesure avec les 30 000 Italiens fascistes, dans l’autre camp.

54La stratégie suivie par les dirigeants soviétiques ne fut pas sans conséquences : ils furent accusés de trahir leur devoir internationaliste. Staline, désormais, se méfia des kominterniens, surtout de ceux qui avaient participé à la guerre d’Espagne. Les purges qui les frappèrent avant et après la Seconde Guerre mondiale s’expliquent également en partie par cette méfiance. Conséquence négative également, mais à plus long terme, les communistes espagnols n’oublièrent pas le semi-abandon dans lequel les avait tenu la direction soviétique. C’est une des raisons de la position favorable adoptée par le parti communiste espagnol à l’égard de l’euro-communisme, dans le courant des années soixante-dix.

55En Extrême-Orient, les Soviétiques firent jouer au Komintern un rôle semblable, assujetti à leurs intérêts nationaux propres. L’entreprise obtint un succès relatif dans l’immédiat, mais se révéla désastreuse par ses conséquences à long terme, dans le courant des années cinquante. Le but soviétique en Extrême-Orient était de dissocier le Japon de toute coalition européenne quelle qu’elle soit et, au mieux, de l’annihiler en lui suscitant le maximum d’ennemis. Les Soviétiques étaient donc tout naturellement conduits à intervenir dans les affaires chinoises, puisque les Japonais s’y étaient profondément impliqués. Sur l’échiquier chinois, les dirigeants soviétiques avaient affaire aux Japonais, aux nationalistes du Kuomintang et aux communistes. Ils adoptèrent une stratégie qui consistait en un soutien modéré des communistes par l’intermédiaire du Komintern tout en ménageant le Kuomintang. Le dessein des Soviétiques était d’unir les deux forces contre les Japonais, plutôt que de prendre radicalement parti pour les communistes. Se retrouve là, une version de la stratégie de « front contre front ». Les Soviétiques étaient confortés en cela par leur analyse du mouvement communiste chinois qui s’était développé de façon autonome, à l’écart des marxistes d’Europe centrale. Les dirigeants chinois avaient essentiellement fréquenté Paris, où Deng Xiao Ping fera la connaissance de Chou En Laï en 1920, et non Moscou. Mao Zedong fera bien plusieurs visite en URSS, et même un stage, mais ce sera après la fondation du parti communiste chinois, en 1921, à Shanghaï.

  • 35 Cf. Bodard. Les grandes murailles. Paris, 1987.

56Le Kuomintang et le PCC poursuivaient des buts différents de ceux de Moscou. Ils s’estimaient mutuellement adversaire principal l’un de l’autre et non des Japonais35. Dans un premier temps, les Soviétiques arrivèrent à obtenir une alliance antijaponaise et soutinrent principalement les communistes. C’est dans ce cadre que furent envoyées les missions « Borodine » et « Gallen », et que fut créée l’école des cadets de Whampoa dont Chou En Laï fut le commissaire politique. Les arrière-pensées du Kuomintang et des communistes n’en subsistaient pas moins et se concrétisèrent par le retournement du Kuomintang qui procéda au massacre des communistes à Shanghaï en 1927. Les survivants n’eurent plus qu’à entamer la Longue Marche, éviter les affrontements avec les Japonais et se consacrer à la lutte contre le Kuomintang qui se termina victorieusement en 1949. De son côté, le Kuomintang, même après l’attaque massive des Japonais, en 1937, réserva l’essentiel de ses efforts à la lutte contre les Rouges, même après l’entrée en guerre des Etats-Unis. Quelles que soient les péripéties, les Soviétiques maintinrent intégralement leur stratégie, obtenant de force, en 1936, une nouvelle alliance de Tchang Kaï Chek avec les communistes, malgré l’arrière-fond d’hostilité réciproque qui n’allait pas tarder à réapparaître.

57Participe de la même stratégie, le traité de neutralité signé avec les Japonais en 1940. Ce traité obéit à la même pensée que celui signé avec l’Allemagne en 1939 : dévier l’agressivité de l’ennemi, en l’occurence contre les Etats-Unis, et en décembre 1941, les Japonais les attaquent à Pearl Harbor. Après la victoire de la Chine communiste, en 1949, le soutien soviétique lui fut acquis, mais non sans que la vieille méfiance entretenue durant une trentaine d’années ne demeure intégralement. A la fin des années cinquante, la rupture fut consommée par les Chinois. Ils reprochaient aux Soviétiques leur refus de les aider à obtenir la maîtrise de l’arme nucléaire, leur déniait la prédominance au sein du mouvement communiste international et s’opposaient à eux sur l’adoption du concept de coexistence pacifique impliquant que le conflit armé avec le capitalisme n’était plus inéluctable. Les communistes chinois reviendront sur leurs positions idéologiques, mais la rupture avec Moscou subsistera. Ils établiront même des liens avec les Américains et signeront un traité de coopération avec les Japonais.

58Dans le court terme, la stratégie soviétique s’est révélée positive. Les Japonais ont été trop occupés par le Kuomintang et les communistes, pour donner la priorité à la campagne menée contre les Soviétiques en 1939 ou pour la reprendre. Dans le long terme, la méfiance engendrée par le double jeu d’un Komintern inféodé à Moscou amènera Mao Zedong et ses successeurs à se détacher des Soviétiques. Toutes les manifestations de bonnes intentions de Moscou, y compris en 1955 la rétrocession sans réserve de Port Arthur – l’enjeu de la guerre de 1904 ! – avec toutes ses installations militaires intactes, resteront sans effet.

59Les Soviétiques disposaient encore d’un moyen, non pour dissocier la coalition adverse, mais pour l’affaiblir indirectement : l’aide aux luttes de libération nationale. Ils ne s’en servirent pas avant le courant des années cinquante.

60Dans la foulée de la création du Komintern, en 1919, sous l’égide du parti soviétique fut réuni à Bakou, en 1920, un Congrès des peuples de l’Orient. Les résolutions adoptées condamnaient le colonialisme et prescrivaient d’apporter l’aide du Komintern et de l’URSS aux peuples colonisés en lutte, même si cette lutte était dirigée par les bourgeoisies nationales, A l’époque était particulièrement visée la domination britannique sur le sous-continent indien. Au niveau de la stratégie, il s’agissait d’appuyer l’insurrection conduite par des bourgeois nationalistes – donc non communistes et ennemis de classe – contre les colonisateurs.

61Obnubilés par les problèmes européens et japonais, les Soviétiques négligèrent d’intervenir au profit de ce qui allait être bientôt dénommé le Tiers-monde. Les résolutions du Congrès des peuples de l’Orient restèrent lettres mortes. Le désintérêt des Soviétiques et du Komintern à l’égard du Tiers-monde alla jusqu’à ne pas chercher à implanter des partis communistes ou à ne pas soutenir ceux qui avaient pris naissance spontanément. Le marxisme, de la sorte, ne toucha dans les pays islamiques qu’une faible partie de la population, en l’occurrence les élites intellectuelles déjà occidentalisées. Le terrain fut ainsi laissé libre à l’expansion d’idéologies nationalistes qui ne prenaient pas pour modèles la Révolution d’Octobre. Les Soviétiques se heurteront à cette situation, lorsqu’ils reprendront effectivement leur stratégie de soutien aux luttes de libération nationale.

62Au bilan, la stratégie de dissociation entreprise par les Soviétiques a été payante en Europe. Son principal succès a consisté à rendre de pure forme l’alliance germano-nippone. Cette stratégie sera poursuivie imperturbablement : au lendemain de la guerre, Staline, en aidant les Polonais à fixer leur frontière occidentale sur l’Oder-Neisse, construit un système qui devait empêcher à jamais l’Allemagne de s’entendre avec la Pologne contre l’URSS. Le Komintern a servi d’appoint, mais il ne fut jamais l’élément moteur et n’a été qu’un moyen. Cela renferme en soi les germes de l’effondrement du concept d’internationalisme prolétarien. A l’égard du Tiers-monde, faute de capacités mais aussi de grand dessein, de projet, les Soviétiques se montrèrent réservés.

63Avec l’augmentation de puissance que lui donna sa victoire de 1945, l’URSS put donner un autre élan à sa stratégie de dissociation et la mettre en œuvre à une nouvelle échelle à partir de la fin des années cinquante.

L’élaboration d’un concept militaire résolument offensif

64En URSS, pays dont toutes les forces sont tendues vers la préparation de la guerre, le concept militaire est d’une importance éclipsant toute autre priorité. Or, il y a insuffisance de capacités, et cette insuffisance explique, entre autres, la faiblesse des moyens mis à la disposition du Komintern. Par contre, la Défense ne manquera jamais de moyens. Il y a là une constante définie au début des années vingt qui se maintiendra jusque dans le courant de la décennie quatre-vingt. Quel que soit l’état de pénurie dans laquelle se trouve l’Union soviétique, et il est extraordinairement profond dans les années vingt et trente, les moyens dispensés à la Défense n’auront pour limites que les ressources humaines disponibles et les capacités technologiques et industrielles du pays. L’appareil de propagande politique du Parti et du gouvernement sera mobilisé en permanence pour faire accepter à la population les sacrifices qu’exige la situation.

65Simultanément, seront lancées les études visant la détermination d’un concept militaire, l’organisation de l’Armée rouge, les recherches et la production industrielle à des fins militaires. La mise en œuvre parallèle de ces trois actions offre bien des inconvénients et génère des distorsions ainsi que des gaspillages. En effet, la logique prônée par la pensée militaire soviétique voudrait que soit établie une suite déductive entre un concept qui gouverne la stratégie, l’art opératif et la tactique et son application sous forme d’organisation des forces armées et de leur dotation en matériel. Les dirigeants soviétiques, sous l’impulsion de Staline, passent outre aux désavantages, dont ils sont conscients, car ils se sentent pressés par le temps, l’imminence de la guerre. Cette suite déductive ne sera effective qu’au lendemain de la victoire de 1945.

66L’étude d’un concept militaire mobilisa toutes les énergies du personnel politique et militaire. Les instances du Parti et les académies militaires devinrent des laboratoires d’idées, car il était clair, au début des années vingt, que l’Armée rouge était une armée de guerre civile, incapable d’affronter victorieusement des forces régulières, entraînées, correctement armées et bien commandées, ainsi que l’avaient démontré les enseignements de la défaite de Pologne.

67Le premier élément à définir était le caractère général que devait prendre le concept, à savoir offensif ou défensif. Il était bien entendu que la doctrine militaire devait être défensive, c’est-à-dire que l’Armée rouge ne devait pas préparer une guerre d’agression, puisque le concept d’exportation armée de la Révolution était abandonné. Mais, la nature défensive de la doctrine militaire ne préfigurait pas le caractère offensif ou défensif de l’art militaire et de ses composantes – la stratégie, l’art opératif et la tactique – prises dans leur ensemble ou indépendamment.

68Le problème de l’adoption d’une stratégie et d’une tactique offensives ou défensives avait été au cœur du débat lors de la Première Guerre mondiale. Russes, Allemands, Autrichiens, Français et Britanniques étaient partis en guerre, en 1914, après de nombreuses études théoriques et pratiques, avec des conceptions offensives. La réalité et le constat avaient obligé à reconnaître que les vagues d’assaut les plus braves, les mieux commandées, étaient brisées par le feu de l’infanterie et de l’artillerie.

69Les Allemands avaient été les premiers à en tirer les enseignements et à établir des lignes de tranchées. Ces tranchées, sur le front français, ils les bétonnaient même et en faisaient des positions inexpugnables. Même lorsqu’au prix de pertes terribles, l’assaillant arrivait à forcer la première et la deuxième ligne de tranchées, il se trouvait face à de nouvelles lignes. La lenteur de l’avance permettait aux défenseurs d’acheminer des réserves pour colmater les brèches et rejeter les assaillants épuisés par des contre-attaques lancées par des troupes fraîches maintenues en réserve. L’entrée en lice des chars d’assaut, passé le moment de surprise, n’offrait pas plus le moyen d’une rupture intéressante du dispositif défensif, parce qu’il était difficile aux chars de surmonter des obstacles tels que les tranchées et parce que le feu de l’artillerie dissociait l’infanterie des chars.

70A la fin de la guerre, sur le front occidental, les Français avaient fini par obtenir la victoire en mettant au point une nouvelle stratégie. Il s’agissait d’établir des séries de lignes défensives dans la profondeur du dispositif, sans esprit de résistance à outrance, de manière à user l’adversaire jusqu’à ses réserves qu’il était obligé d’engager pour soutenir son offensive. Par ailleurs, des môles de résistance ferme canalisaient l’attaque ennemie. En somme, les Français avaient prévu de céder du terrain en échange de la fonte des effectifs adverses et de la préservation de leurs forces. Au moment rationnellement prévu, et vérifié par l’observation, où l’adversaire avait épuisé ses réserves et donc lorsque l’offensive s’enlisait, brutalement les Français lançaient une contre-offensive massive avec des troupes réservées. Après avoir ainsi infligé aux Allemands une défaite décisive, plutôt que de se lancer dans de grandes attaques, les Français avaient procédé à une multitude ininterrompue de petites offensives avec des objectifs limités. Sitôt l’objectif atteint, ils s’établissaient défensivement et brisaient par leur feu la contre-attaque dont le but était de les rejeter sur leurs positions de départ.

71Sur le théâtre d’Orient, l’armée française avait renoncé aux attaques de front cherchant à tourner les positions défensives de l’adversaire pour s’enfoncer aussi loin que possible dans la profondeur du dispositif. C’est ainsi que les Bulgares avaient capitulé et que les avant-gardes françaises menaçaient les approches de Budapest.

72Au bilan, il apparaissait que les conceptions totalement offensives du début de la guerre avait dû céder le pas à un système basé sur une combinaison d’actions défensives et d’offensives limitées. En aucun cas, l’attaque en masse de l’infanterie ne semblait possible. En regard même de l’augmentation de la puissance du feu due à la généralisation de l’armement automatique des troupes terrestres et de l’introduction de l’aviation d’observation qui permettait de régler rapidement des tirs d’artillerie précis, se posait désormais la question intrinsèque du bien-fondé de l’offensive.

73L’interrogation avait une portée universelle. Les Français y répondirent par le concept d’une défensive assise sur la ligne Maginot, les Allemands par la guerre éclair, le « Blietzkrieg ». Les Soviétiques adoptèrent un concept offensif en prenant pour base de leur réflexion les conclusions qu’ils avaient tirées de leur pensée militaire, d’une manière générale, et plus précisément de leur doctrine militaire. Cette adoption ne se fit pas sans une controverse qui s’étendit tout au long des années vingt et trente et que l’on retrouve au début des années quatre-vingt-dix.

  • 36 Cf. Garejev. Frounzé, le théoricien militaire. Moscou, 1985.

74D’emblée, Lénine, Staline, Trotsky, de même que des théoriciens militaires comme Frounzé, Chapochnikov, Thoukhatchevsky, Triandafillov, étaient partisans de l’offensive. Seule celle-ci, selon eux, était susceptible d’aboutir à une bataille d’anéantissement, but de la guerre36. Ils se référaient notamment à Engels, pour conforter leur point de vue en signalant qu’il y avait une absolue cohérence entre un concept offensif et la théorie marxiste. L’offensive, en outre, impliquait la prise d’initiative, donc le moyen d’imposer sa volonté à l’adversaire, ce qui était la clé de la victoire. En revanche, la défensive obligeait à attendre, voire à subir les initiatives adverses. Même en cas de rejet de l’attaque, le défenseur était l’objet d’une nouvelle initiative de l’ennemi qui avait tout loisir de regrouper ses forces, de lever des troupes fraîches, d’obtenir de ses industries le renouvellement du matériel de guerre détruit. L’expérience historique indiquait qu’aucun système défensif fondé sur des fortifications n’avait à lui seul apporté la victoire, pas plus à Sébastopol pourtant magnifiquement défendue par Totleben de 1853 à 1856, contre les Français et les Britanniques, qu’à Moukden en 1905 contre les Japonais, bataille au cours de laquelle le commandement russe s’était pourtant montré à la hauteur. Même les enseignements de la Première Guerre mondiale allaient finalement dans le même sens : la victoire avait penché du côté de l’Entente, après que les Alliés aient pris l’offensive. Restait à trouver les procédés qui permettaient de mettre en œuvre cette offensive et très précisément d’éviter les hécatombes subies par les vagues d’assaut de la Première Guerre mondiale et l’enlisement dans une guerre de position coûteuse en hommes.

  • 37 Cf. Dictionnaire militaire encyclopédique. Moscou, 1986. p. 691.

75Sous l’impulsion de Triandaffilov et de Thoukhatchevsky, l’échec de l’offensive franco-britannique sur la Somme, en 1916, fut particulièrement étudié37. Tirant les enseignements de ces études, les Soviétiques élaborèrent le concept de « l’offensive dans la profondeur », à la charge de la composante aéro-terrestre. En substance, il s’agissait de prononcer, par surprise, une attaque de grande envergure sur l’ensemble du dispositif adverse dans toute sa profondeur. A cet effet, sur un très large secteur, l’ennemi est vigoureusement engagé de manière à ce qu’il ne puisse déterminer les axes d’attaque principaux. Sur ces axes, la rupture du dispositif est obtenue conjointement par des attaques soutenues et par des feux d’artillerie massifs. La brèche, sitôt pratiquée, est instantanément livrée à des groupements blindés auxquels la mobilité permet de s’engouffrer dans la profondeur du dispositif et de réaliser des séries de manœuvres en tenaille amenant l’anéantissement des forces ennemies irrémédiablement coupées de leurs arrières. Ce concept, avec des variantes, était encore en vigueur dans le courant des années quatre-vingt.

  • 38 Entre autres :
    La guerre en montagne. Recherches tactiques en fonction de l’expérience de la guerre (...)
  • 39 Cf. Thoukhatchevsky. Contre les théories rétrogrades sur le front scientifique militaire : critique (...)

76Le concept de base de l’offensive a été controversé, non sans arguments tout à fait fondés. Cette même controverse rebondira, d’ailleurs, à la fin des années quatre-vingt et au début des années quatre-vingt-dix. Le chef de file des tenants de la défensive était A.A. Svěčin, ancien officier de l’armée impériale, breveté en 1897 de l’institut d’artillerie Mikhailovsky et en 1903 de l’Académie de l’Etat-major. Général major en 1916, il avait rallié les Soviets dès novembre 1918. C’était un personnage de poids, tant par son expérience du combat et du commandement que par les travaux entrepris aussi bien dans l’Armée impériale que dans l’Armée rouge38. Professeur, puis directeur de l’Académie de l’Etat-major général de l’Armée rouge, président de la commission d’étude de la Première Guerre mondiale, dans ses travaux, il définit la théorie de l’art militaire comme étant une partie de la science militaire et démontra que son évolution se faisait en relation avec le processus économique et socio-politique. Il contribua ainsi à l’établissement de la science militaire soviétique. Svěčin, se basant sur les enseignements de la Première Guerre mondiale et sur le développement futur des moyens de feu, notamment de l’artillerie, était partisan d’une guerre défensive d’attrition. Afin de promouvoir ses théories, Svěčin se rapportait aux travaux de Clausewitz, également partisan de la défensive, référence de premier ordre pour un marxiste, qu’il opposait donc à celle d’Engels. Svěčin, en définitive, ne fut pas suivi. Les tenants de l’offensive l’emportèrent après de très vives discussions menées spécifiquement contre lui par Thoukhatchevsky39.

77Les Soviétiques voyaient donc l’Entente opérer contre eux à partir de la Pologne et de la Roumanie avec des actions possibles de débarquement. Quant au Japon, il disposait d’une base opérationnelle en Mandchourie. La menace maritime, certes réelle, était donc secondaire par rapport à la menace continentale. La menace maritime perdra encore de son acuité dans le courant des années trente lorsque l’Allemagne apparaîtra aux Soviétiques comme l’ennemi principal et que toutes leurs énergies seront concentrées pour éviter une guerre menée simultanément en Europe et en Extrême-Orient, c’est-à-dire une guerre continentale sur deux fronts. Une coalition militaire de l’ensemble de leurs ennemis potentiels, se traduisant par des opérations d’ensemble étroitement combinées, restait toujours la hantise des Soviétiques.

78Sans être totalement négligée, la marine soviétique ne dépassa pas le stade de celle d’une puissance côtière jusqu’à la fin des années cinquante, époque d’une modification profonde du concept stratégique qui détermina, entre autres, l’expansion de la marine.

79En juin 1940, au moment de l’effondrement de la France, le concept stratégique soviétique est arrêté dans ses grandes lignes. Le bilan qui en est dressé est satisfaisant. L’URSS est à l’écart du conflit et bénéficie d’un répit qui doit lui permettre de continuer l’amélioration de ses forces armées en prenant en compte les enseignements qu’il s’agit de tirer des derniers conflits. Le travail à ce sujet est engagé. La réorganisation de l’armée soviétique est en passe d’effacer les conséquences négatives des purges de 1937 et de 1938 qui ont décimé le corps des officiers. Désormais, Staline et la direction politique estiment disposer d’un corps d’officiers compétents et fidèles à la ligne du Parti qu’ils sont les seuls à définir sans discussions : le centralisme démocratique a fini par être rigoureusement appliqué dans le dernier bastion qui lui restait à prendre, l’Armée.

80Le concept militaire qui va être sévèrement mis à l’épreuve est fondé sur l’offensive générale de la composante aéro-terrestre, tandis que la marine en liaison avec les troupes terrestres doit s’efforcer de défendre les côtes. Fidèles à leur concept de bataille d’anéantissement, clé de la victoire, les Soviétiques ne se sont pas dotés d’une aviation de bombardement à long rayon d’action. Ils réfutent les théories de Douhet et de Liddel Hart pour lesquels la victoire doit être obtenue préférentiellement par l’arme aérienne.

81Tous les efforts soviétiques ont porté sur la composante aéro-terrestre. L’aviation a pour mission d’appuyer directement les troupes terrestres. Les enseignements de la guerre d’Espagne ont conduit à dissocier les Grandes Unités autonomes de chars prévues pour être lancées en exploitation lointaine dans le cadre du concept d’opérations dans la profondeur. En effet, durant la guerre d’Espagne, les unités autonomes de chars ont été défaites faute de soutien d’infanterie et d’artillerie et faute d’une logistique qui n’arrivait pas à suivre. Les Soviétiques, en conséquence, prévoient l’attaque générale du dispositif ennemi par les chars, l’infanterie et l’artillerie, tandis que les groupements mobiles opératifs chargés de l’exploitation et des manœuvres en tenaille dans la profondeur seront formés à partir de divisions de cavalerie. Au moment du combat, les cavaliers abandonnent les chevaux et se battent en fantassins avec la coopération d’unités de chars faibles en nombre. L’aviation appuie l’ensemble des opérations.

  • 40 Dictionnaire militaire encyclopédique. Moscou, 1986. p. 730.

82Ainsi, « à la fin des années trente, les formations de groupements de chars d’action lointaine furent estimées irrationnelles »40 et donc supprimées au profit d’un appui direct de l’infanterie, conformément à « l’instruction provisoire sur l’emploi des chars au combat » de 1928 qui a été remise en vigueur.

  • 41 Encyclopédie soviétique militaire. Moscou, 1979. p. 661.

83Les campagnes de Pologne et de France des Allemands démontrent la valeur des Grandes Unités blindées et du couple composé par le char et l’avion d’assaut. L’étude de ces campagnes a été immédiatement entreprise par les Soviétiques, ce qui les a amenés à revenir sur le concept d’emploi des Grandes Unités blindées. Cependant, le passage d’une théorie, même correctement assimilée, à la pratique exige de longs délais. « Au début de la Grande Guerre patriotique, l’armée soviétique comptait 58 divisions blindées entrant dans la composition de corps mécanisés et 3 divisions blindées autonomes ; qui plus est, la majorité d’entre elles en était à un stade de formation, antérieur à celui du complètement »41, autrement dit, elles étaient très loin d’être opérationnelles. Selon l’enseignement tiré, une division blindée revêtait une composition interarmes et comprenait « deux régiments de chars, d’infanterie motorisée et de mortiers, un groupement d’artillerie antiaérienne, des unités et des éléments des troupes spéciales et de l’arrière », c’est-à-dire chargées de la logistique.

84L’attaque allemande du 22 juin 1941 est une surprise stratégique terrible qui met brutalement à jour les imperfections du système militaire. Cependant, l’édifice n’est pas jeté à bas, ce qui témoigne de sa solidité.

85Le succès de la stratégie de dissociation de la coalition adverse permet aux Soviétiques d’éviter la guerre sur deux fronts, de ne laisser face à l’ennemi japonais qu’un faible rideau défensif et de concentrer toutes leurs forces à l’ouest. Par contre, bien qu’il soit persuadé du caractère inéluctable d’une guerre à laquelle il se prépare depuis le début des années vingt et malgré les informations qui lui sont parvenues sur l’imminence d’une attaque généralisée, le Haut commandement soviétique n’a pratiquement pris aucune mesure. La responsabilité personnelle de Staline est totale : il ne croyait pas en la possibilité d’une attaque allemande, se reposait sur les traités signés avec les Allemands et jusqu’à l’aube du 22 juin prescrivit de remplir les obligations découlant des traités, notamment la fourniture de matières premières stratégiques, afin de ne pas tomber dans ce qui pourrait être pris pour une provocation par les Allemands !

  • 42 In Revue militaire soviétique, n° 5 de mai 1989, édition en français. Novikov, Bulletin de renseign (...)

86Admettre l’imminence de l’attaque allemande, c’était aussi accepter de reconnaître l’échec de la politique de rapprochement avec l’Allemagne, avouer que le pacte Ribbentrop-Molotov avait permis de gagner moins de temps qu’espéré. La veille de l’attaque allemande, le 21 juin 1941, Beria signait une résolution prescrivant de destituer les collaborateurs « qui se laissent prendre à des provocations impudentes et sèment la panique »42, qui ont pour but de « nous brouiller avec l’Allemagne ». Désormais, les Soviétiques auront deux hantises : la guerre sur plusieurs fronts et la surprise.

  • 43 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 63.

87Les Soviétiques expliquent l’attaque allemande, dont ils furent l’objet en 1941, et non en 1943 comme ils le prévoyaient, par le fait que les Allemands, tout en estimant le conflit inéluctable « se rendaient compte de ce qu’une guerre, qui se prolongerait, pourrait se terminer pour eux en catastrophe. C’est pourquoi, ils mirent au point le concept stratégique du « Blitzkrieg ». En l’appliquant, ils comptaient mener une guerre victorieuse dans les délais les plus courts, par l’emploi de puissants groupements de chars et de troupes mécanisées, de l’aviation et de la flotte, avant encore le complet déploiement des forces armées et du potentiel économique militaire de l’adversaire »43. Les calculs allemands furent déjoués par la victoire soviétique de Moscou en novembre 1941, ce qui anéantissait l’espoir allemand d’une guerre courte et permettait aux Soviétiques de mettre en œuvre l’ensemble de leur machine de guerre. Les conceptions allemandes étaient donc aventuristes, parce qu’elles ne prenaient pas en compte la possibilité d’une guerre longue. Il en a été de même pour les Japonais qui ne pouvaient tabler sur un potentiel les autorisant à mener une guerre longue. La leçon tirée donnera sa marque à la stratégie soviétique des années soixante et soixante-dix : être apte à faire face à toutes les hypothèses y compris à celle d’une guerre mondiale, sur tous les fronts, qui se prolongerait, faute d’une victoire initiale complète.

88Durant la première phase de la guerre de 1941-1945, les Soviétiques subirent une série de désastres dus à des erreurs conceptuelles. Les armées soviétiques formées et entraînées en fonction d’un concept offensif furent contraintes à la défensive par les forces allemandes dont le concept également offensif avait l’avantage de bénéficier de l’initiative. Les premiers succès allemands entraînaient les autres, sans que les Soviétiques puissent se reprendre parce qu’ils étaient dépassés par la rapidité et la mobilité des troupes blindées allemandes.

89L’occupation de la partie orientale de la Pologne se révéla être une très lourde faute stratégique. En effet, le gain de territoire avait amené les forces de couverture soviétique à abandonner leurs fortifications construites à la hauteur de l’ancienne frontière soviéto-polonaise pour se porter en avant en rase campagne. Or, c’est à l’abri de ces forces de couverture que devaient être réalisés la mobilisation et le déploiement offensif des armées.

  • 44 In Temps nouveaux, n° 52, de décembre 1949, Issajev, Le génie militaire de Staline.
  • 45 Sokolovsky. Stratégie militaire. Paris, 1984. p. 201.
  • 46 In Economie mondiale et relations internationales, n° 8, d’août 1989, Kokošine et Larijonov, La bat (...)

90Immédiatement après la guerre, les Soviétiques cherchèrent à dissimuler les erreurs commises. A cet effet, Staline fut comparé à Kutusov qui, en 1812, avait commencé par battre en retraite afin d’user l’ennemi par une défensive active pour passer à la contre-offensive, puis à l’offensive44. En réalité, la surprise stratégique fut d’autant plus forte pour les Soviétiques que leur concept était indubitablement offensif. Leur règlement du service en campagne de 1939, toujours en vigueur en 1941, précisait sans ambages : « Nous mènerons une guerre offensive que nous porterons en territoire ennemi »45. Les forces soviétiques n’étaient donc pas préparées à soutenir défensivement le choc offensif du « Blitztrieg » allemand. Et elles n’y étaient pas préparées parce que le concept de l’offensive se traduisait par un dogme n’acceptant l’engagement d’opérations que sur le territoire adverse, d’emblée, dès l’ouverture du conflit. « Cette idée, non fondée scientifiquement, ne tenant pas compte de la situation ni des calculs opérationnels, obnubilait tellement certains dirigeants politiques et chefs militaires que la possibilité de mener les opérations sur son propre territoire était pratiquement exclue. Cela se répercutait négativement sur la préparation non seulement de la défense, mais aussi des théâtres d’opérations dans la profondeur de notre pays »46. Un tel dogmatisme stratégique n’est pas sans exemple. L’école stratégique française, avant la Première Guerre mondiale, avait nourri le culte de l’offensive à outrance à un point tel qu’elle n’avait pas tiré les leçons de ses défaites lors de la bataille des frontières et avait donc répété le même genre d’aberration sur la Somme en 1916.

  • 47 Sokolovsky. Stratégie militaire. Paris, 1984. p. 201

91L’attaque allemande, en juin 1941, fit voler en éclats le dispositif soviétique, parce que, entre autres, le haut commandement n’eut pas le temps de le remanier. Circonstance aggravante, une deuxième faute conceptuelle apparut. Les Soviétiques avaient bien prévu une attaque surprise, sans déclaration de guerre selon les normes diplomatiques. « Toutefois, aucune conclusion ne fut tirée sur le caractère et la nature de la période initiale intermédiaire entre le début des opérations militaires et l’engagement massif des forces armées »47. Cette période initiale, estimée à une vingtaine de jours, devait permettre le déploiement des forces de couverture à l’abri desquelles seraient réalisées la mobilisation et la concentration des forces. Ensuite serait lancée l’offensive. Or, les Allemands n’eurent pas besoin de préparation pour leur premier échelon : il était en état de disponibilité opérationnelle totale et permanente et son stationnement était adapté à son dispositif de combat. Les renforts allemands furent acheminés une fois l’attaque déclenchée. La leçon ne fut pas perdue. Désormais, les Soviétiques ne cesseront de souligner l’exigence permanente de la disponibilité opérationnelle des forces au contact.

  • 48 In Pravda du 20 juin 1989, critique et extrait de l’ouvrage de Volkogonov sur Staline, Le triomphe (...)

92Les Soviétiques ont entièrement reconnu leurs erreurs par la suite. L’Armée rouge a subi un désastre, ses débris furent contraints à une retraite précipitée et la faute en incombe bien à Staline, à son refus d’admettre la réalité. « Du moment qu’il n’était pas prêt à la guerre, on ne pouvait pas la lui imposer »48. Cette impréparation ne trouve aucune circonstance atténuante, car « il est difficile de trouver dans l’histoire mondiale un précédent où l’on ait vu l’un des deux adversaires s’affaiblir lui-même autant à la veille d’un combat mortel ». Dans son rapport sur le culte de la personnalité, au XXe congrès, Khrouchtchev accable Staline et le rend entièrement responsable de l’impréparation du pays et de l’armée à la guerre.

93Cependant, il est nécessaire de ne pas sacrifier à une mode et de nier toute valeur à Staline. Il resta à Moscou durant les pires heures. Symboliquement, son bureau du Kremlin était éclairé en permanence de manière à ce que la population le voit bien, tandis que l’ennemi approchait de la capitale. Et c’est bien lui qui prit la décision de rameuter les forces, de préparer et de lancer, par surprise, la contre-offensive victorieuse de novembre 1941 qui imposa un coup d’arrêt à l’armée allemande et la contraignit, à son tour, à la retraite. Le rôle de Staline dans cette contre-offensive a été également controversé. Afin d’y donner une conclusion, on pourrait appliquer à Staline ce qu’avait dit le maréchal Joffre lorsqu’on lui reprochait de n’avoir eu qu’un rôle mineur dans la conduite de la bataille de la Marne en septembre 1914. Le maréchal Joffre rétorquait qu’il ne savait pas très bien qui avait gagné la bataille, mais qu’il savait, par contre, très bien à qui l’on aurait attribué la défaite.

94En revanche, l’organisation soviétique montra ses mérites : la mobilisation, malgré la rapidité de l’avance allemande et la surprise, fut correctement réalisée. De même, les industries nécessaires à l’économie de guerre furent démontées à temps et transférées à l’est de l’Oural. En pleine guerre, les Soviétiques affinèrent leurs concepts opérationnels, mais ce n’est qu’en 1943 qu’ils arrivèrent réellement à mettre en application ce qu’ils avaient imaginé en théorie durant les années vingt et trente, notamment » l’opération dans la profondeur ».

95Le tournant de la guerre sera la bataille de Koursk, la plus gigantesque bataille de chars à ce jour. La bataille de Koursk s’inspire de la deuxième bataille de la Marne livrée victorieusement par les Français en 1918. Elle commence par une phase défensive sciemment acceptée suivie d’une contre-attaque générale prenant les groupements blindés allemands en tenaille, puis les anéantissant. Mais ce n’est qu’à la fin de la guerre, en 1945, que le commandement soviétique aura la plénitude de la maîtrise de son concept stratégique militaire de « l’opération dans la profondeur ». C’est alors la réalisation des opérations modèles « Vistule-Oder », « Lac Balaton » et surtout celles menées contre les Japonais en août 1945. Face aux Allemands, qui avaient été contraints d’adopter une stratégie défensive, fondée à l’origine sur des centres de résistance puis sur une et enfin sur plusieurs lignes de résistance avec de puissants moyens de contre-attaque, les Soviétiques affinèrent leur concept. Le problème qu’ils avaient à résoudre était celui du déploiement en vue de l’attaque contre une défense fermement établie. Cela consistait à échelonner leurs forces au mieux, c’est-à-dire à les structurer en profondeur de manière à exercer une pression irrésistible et à engouffrer dans la brèche créée des groupements autonomes chargés de l’exploitation. Les éléments échelonnés alimentaient la bataille. Cette expérience fut extrêmement utile aux Soviétiques, lorsque, plus tard, dans le courant des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt, ils eurent à parfaire leur concept afin de surmonter la stratégie de l’OTAN de la bataille défensive de l’avant accompagnée de frappes dans la profondeur sur les formations de deuxième échelon.

  • 49 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1977. T. 3, p. 228.

96Leur victoire de 1945 apporta aux Soviétiques la démonstration éclatante du bien-fondé de leur concept stratégique. « La guerre a confirmé la justesse de la doctrine militaire soviétique »49. L’enfantement du premier Etat socialiste, l’Union soviétique, s’est produit en tout point conformément aux lois du matérialisme historique : au travers de la Première Guerre mondiale et de la guerre civile, manifestations brutales de la crise générale du capitalisme. L’élargissement de l’Union soviétique au camp socialiste est dû à la nouvelle manifestation brutale de la crise générale du capitalisme qu’a été la Seconde Guerre mondiale commençant par un affrontement entre capitalistes, les Franco-Britanniques contre les Allemands. La chute du national-socialisme dans son expression étatique termine la guerre et aussi referme la parenthèse de l’alliance des Occidentaux capitalistes avec le camp socialiste. La guerre entre le socialisme et le capitalisme reste inéluctable. L’issue de cette guerre verra une nouvelle avancée du camp socialiste, voire son triomphe définitif, toujours selon les lois du matérialisme historique. Les atermoiements des Occidentaux à ouvrir un second front durant la guerre dans le but estimé par les Soviétiques de provoquer leur épuisement, le discours de Churchill à l’université de Fulton, l’affrontement de Berlin, la naissance et le développement de la guerre froide confortent, s’il le fallait, la conviction des Soviétiques.

97Le concept militaire, affiné durant la guerre est intégralement maintenu : c’est un concept d’emploi offensif fondé, plus que jamais, sur l’attaque du fort au fort dans l’intention d’anéantir les forces armées de l’adversaire. Il bénéficie de la puissance accrue de l’armée soviétique renforcée par ses alliés. Les armées de l’Est et de l’Ouest sont en contact en Europe, comme durant les années vingt et trente, mais au lieu que ce soit sur la frontière polonaise, c’est sur l’Elbe.

  • 50 Déclaration de Staline à Alexandre Werth, correspondant du journal Sunday Times de Londres, le 17 s (...)

98Aux yeux des Soviétiques, l’atome militaire et sa possession, d’abord unilatérale par les Américains, n’ont pas modifié fondamentalement les stratégies. « Les bombes atomiques sont destinées à intimider les nerfs faibles, mais elles ne peuvent décider de l’issue d’une guerre, parce qu’elles ne suffisent pas pour ce but »50, affirme Staline, en 1946. Cette conception sera maintenue jusque dans le courant des années cinquante, mais ne freinera pas, bien au contraire, la recherche nucléaire soviétique. L’URSS procédera à sa première explosion nucléaire en août 1949 et maîtrisera opérationnellement la puissance thermonucléaire en 1953.

99Prenant en compte leur héritage stratégique, comme la situation d’ensemble, les Soviétiques eurent durant les années quarante et cinquante la conception d’un armement nucléaire servant d’appui indirect à une offensive victorieuse de la composante aéro-terrestre en Europe, appliquant le concept opératif de « l’opération dans la profondeur ».

  • 51 Lomov. Le progrès scientifique et technique et la révolution dans le domaine militaire. Moscou, 197 (...)

100Dans la vision des Soviétiques, la capitulation du Japon en 1945 découle plus de la victoire écrasante de leurs forces remportée sur l’armée japonaise du Kwantung forte de plus de un million d’hommes que des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki, opérés par les Américains. Donc, « la cause de cet acte barbare n’a pas résidé dans une quelconque nécessité militaire »51, mais dans la volonté américaine « d’intimider l’Union soviétique et de faire pression sur elle pour résoudre les problèmes d’après-guerre ». Il s’agissait ainsi pour les Américains de réaliser un chantage, de mettre en œuvre une politique à partir d’une démonstration de supériorité militaire : en quelque sorte, les prémices de la dissuasion nucléaire, telle que l’ont perçue les Soviétiques. Quant aux effets opérationnels des bombardements nucléaires, ils se plaçaient dans la continuité des raids aériens massifs multipliés à l’encontre de l’Allemagne et du Japon durant la Seconde Guerre mondiale, raids visant à terroriser et à abattre le moral de la population ainsi qu’à détruire l’économie. Dans l’optique américaine, cette stratégie devait amener l’affaiblissement de l’adversaire, voire son effondrement, de toutes les manières contribuer pour une part privilégiée à la défaite de ses forces armées.

  • 52 Cf. Le progagandiste et l’agitateur, n° 24 de décembre 1949, Vasilenko, L’idéologie militaire sovié (...)
  • 53 Sokolovsky. Stratégie militaire, Paris, 1984. p. 359.

101Le concept soviétique, situé à l’inverse absolu de celui des Américains, recherchait en priorité une victoire totale sur le champ de bataille52, et en cela ils n’ont pas varié jusqu’à la fin de la décennie quatre-vingt. C’est ainsi que la production aérienne a été axée non sur des bombardiers, mais sur la réalisation d’avions d’appui des troupes au sol et sur la chasse. Pour les Soviétiques, les bombardements massifs réalisés sur les villes allemandes et japonaises n’ont pas emporté la décision : le moral de la population n’a pas été terrassé, bien au contraire, il s’est raidi. Quant à la production militaire, à la fin de la guerre, elle était plus importante qu’au début. Les Allemands à la fin de la guerre ne manquaient pas d’avions, mais de pilotes ! L’Allemagne fut bien ravagée, « mais les raids de l’aviation stratégique anglo-américaine n’eurent aucune influence décisive sur la victoire »53. La décision ne pouvait être obtenue que par des batailles du type de celles de Stalingrad, Koursk, El Alamein, Vistule-Oder et Berlin. L’arme nucléaire, aux mains des Américains ne modifiait pas l’ordre des choses : compte tenu des capacités de leur aviation stratégique à long rayon d’action basée à la périphérie de l’URSS, en Grande-Bretagne et en Allemagne notamment, elle augmentait la consistance des raids aériens massifs, sans pour autant être l’arme de la décision absolue.

102Durant les années quarante et cinquante, les Soviétiques ont conservé la même optique. La victoire finale sur les Occidentaux devait être obtenue par des actions conjuguées de la composante aéro-terrestre en Europe. L’aviation de bombardement stratégique était sans possibilités de frappes de représailles à l’encontre du territoire américain parce qu’elle ne disposait pas de bases similaires à celles des Américains à une distance compatible avec le rayon d’action des appareils. Ses formations, y compris celles dotées de l’arme nucléaire, avaient pour mission de s’en prendre à des objectifs ponctuels militaires liés à la bataille au sol ou directement en correspondance avec l’effort de guerre, comme des usines produisant du matériel militaire. Ses objectifs étaient donc situés dans la zone des opérations ou dans les lointains arrières. Les Etats-Unis, du fait des trop larges fossés constitués par l’Atlantique, le Pacifique et l’Arctique, restaient invulnérables à toute invasion et aucun débarquement n’a été envisagé sur les rivages américains. En effet, la maîtrise des mers appartenaient aux Américains et la flotte soviétique, même avec un programme d’expansion, était contrainte de conserver une mission de défense côtière. En outre, un débarquement supposait une concentration de forces peu mobiles qui en faisait un objectif idéal pour un bombardement nucléaire. Arromanches, en 1944, appartient définitivement à l’ère pré-nucléaire ! La victoire devait donc provenir de la défaite totale des forces occidentales sur le sol européen, défaite obtenue le plus rapidement possible afin de réduire l’action des bombardements nucléaires et conventionnels que l’aviation américaine ne manquerait pas d’infliger aux villes soviétiques. La protection de ces villes, par ailleurs, reposait tant sur une défense antiaérienne en développement continu que sur une défense civile, organisée à l’échelon du pays et de son immensité.

  • 54 In L’étoile rouge du 29 septembre 1989.

103S’ils ne lui attribuaient pas un caractère opérationnel décisif dans le déroulement d’une guerre, les Soviétiques ne négligeaient pas pour autant l’arme nucléaire. Ils concevaient parfaitement son emploi non seulement au plan stratégique, sur des objectifs fixes situés dans la profondeur du pays et du dispositif ennemis, mais aussi sur le champ de bataille. Ils entraînaient les troupes en conséquence. C’est ainsi qu’en 1954, notamment, au cours de manœuvres, ils firent exploser une bombe atomique dans le sud de l’Oural. « Il s’agissait d’étudier l’effet de l’explosion et la capacité des troupes à évoluer en terrain contaminé »54. L’instruction au combat de l’armée soviétique intégra désormais le fait nucléaire, tant au plan théorique que pratique. Afin d’habituer les troupes au combat nucléaire et de les placer dans des conditions aussi réalistes que possible au cours des manœuvres, faute de pouvoir en permanence opérer des tirs réels, le commandement organisait des simulations avec des fumigènes élevant des champignons en vrai grandeur.

104Une victoire soviétique sur le continent européen ne signifiait certainement pas la fin de l’affrontement Est-Ouest. En effet, l’anéantissement des forces américaines stationnées en Europe ne mettait pas en jeu la survie des Etats-Unis sur le territoire desquels les Soviétiques étaient donc bien incapables de porter la guerre. Mais, à l’inverse, les Américains auraient dû se résoudre à considérer l’Europe comme faisant partie de la sphère soviétique et tout retour en force leur aurait été interdit par la puissance militaire de l’URSS et de ses alliés. Dans ces conditions, le conflit aurait pris une nouvelle dimension, se serait peut-être étendu aux autres continents ou aurait connu une pause sous forme d’une paix armée plus ou moins longue.

105Les Soviétiques ne pouvaient donc envisager rationnellement qu’un conflit en Europe serait décisif dans l’affrontement entre les deux systèmes socio-politiques. Il en découle qu’une telle base de raisonnement a dû jouer un très grand rôle dans l’adoption du concept de coexistence pacifique au début des années cinquante.

106A la fin des années cinquante, le concept stratégique soviétique va être radicalement modifié sous l’influence d’une série de facteurs. En premier lieu, il y a adoption du concept de coexistence pacifique posant désormais le caractère non inéluctable mais seulement possible d’une guerre entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Union soviétique, entre le camp occidental et le camp socialiste. Ensuite, les Américains sont arrivés à installer, en sus de leur implantation européenne, à la périphérie de l’URSS, des sites de missiles à têtes nucléaires braqués contre elle. Un dense réseau de bases aériennes, maritimes, de stations d’écoute et d’observation complète le dispositif qui a été rendu possible par la conclusion d’accords avec les pays hôtes. Les Américains sont arrivés également à conclure des traités d’alliance au Moyen et au Proche-Orient ainsi qu’en Extrême-Orient qui parachèvent le système de l’OTAN. L’URSS retrouve sa première hantise, le complexe obsidional et la crainte d’une guerre sur plusieurs fronts, qui vient se rajouter à l’obsession qui ne l’a pas quittée depuis juin 1941 : celle d’une attaque par surprise que rend désormais plus effroyable l’arsenal nucléaire américain. Mais, en 1957, les Soviétiques ont obtenu un succès qui épouvante l’opinion publique américaine : ils ont envoyé dans l’espace le premier satellite artificiel, ce qui témoigne d’une manière éclatante du haut niveau qu’ils ont atteint en matière de propulsion de missile, et réussi leur premier tir de missile intercontinental. Désormais, les Etats-Unis ont perdu leur invulnérabilité, ils sont sous le feu direct de l’ennemi.

107Le concept stratégique soviétique se refuse à être agressif, en partant du postulat que la guerre ne peut être déclenchée que par l’adversaire de classe. L’offensive reste la clé de la victoire, mais il reste désormais à l’organiser avec d’autres moyens et à prendre en compte la prédominance du feu nucléaire.

  • 55 Cf. Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 28.
  • 56 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 209.

108Suivant les enseignements d’Engels55, une nouvelle guerre mondiale, opposant l’Est à l’Ouest, même si le territoire des Etats-Unis reste à l’écart du conflit, provoquera un épuisement général et donc la création des conditions favorables à la victoire définitive de l’URSS, patrie de la classe ouvrière et du socialisme scientifique. En effet, l’URSS est bien née sur les décombres de la Première Guerre mondiale et l’URSS s’est bien agrandie du camp socialiste sur les ruines de la Seconde Guerre mondiale ! « Une troisième guerre mondiale, si elle était déclenchée par l’impérialisme, déboucherait sur de nouveaux bouleversements sociaux qui mettraient pour de bon un terme au système capitaliste, apportant ainsi au monde la paix globale »56.

***

109Une évaluation objective du concept soviétique de stratégie globale, tel qu’il a été établi et appliqué du début des années vingt à la fin des années cinquante, se heurte à bien des obstacles. La période, en effet, est dominée, écrasée, par la personnalité de Joseph Vissarionovitch Staline, personnalité qui suscite toujours des controverses ardentes, amplifiées encore par la perestroïka de la fin des années quatre-vingt. Objet, en son temps, d’une adulation sans limites dont le souvenir ne s’est pas perdu, puis d’une répulsion passionnée qui laisse bien des traces, le personnage de Staline n’arrête pas de déteindre sur son époque, de fausser les jugements. Or, il faudrait s’en abstraire, ne considérer en première démarche que les résultats par rapport aux intentions.

110L’évaluation porte nécessairement, de prime abord, sur le caractère offensif ou non du concept stratégique soviétique. L’affirmation réitérée à satieté, dès cette époque, par tous les dirigeants soviétiques, soulignait l’aspect défensif de la doctrine militaire que complétait une stratégie offensive. Ces deux aspects ne sont certes pas incompatibles et expriment l’absence d’agressivité de l’URSS, sa volonté de n’engager en aucun cas les hostilités. Mais, contrainte à une guerre non provoquée, elle mènera des opérations offensives dans le but de repousser l’invasion et de remporter la victoire. La détermination de la véracité des déclarations soviétiques revêt une importance primordiale, puisque ce concept, dans sa philosophie et même dans ses grandes lignes, restera inchangé jusque dans le milieu des années quatre-vingt. L’évaluation en est certainement moins spéculative durant la période considérée que par la suite. En effet, le concept soviétique a reçu la sanction d’une guerre mondiale, alors que dans la période postérieure, du début des années soixante au milieu des années quatre-vingt, aucun conflit d’une telle ampleur n’a éclaté. La question mérite un examen d’autant plus attentif qu’une stratégie offensive, avec les moyens dont elle est dotée en toute cohérence, permet l’adoption d’une doctrine également offensive, le camouflage des intentions agressives, alors qu’une stratégie défensive implique nécessairement une doctrine également défensive.

111Or, l’évaluation objective des faits laisse planer un doute très sérieux quant à la crédibilité des affirmations soviétiques. Il est indubitable que l’URSS a subi l’attaque allemande après avoir mis en œuvre tous les moyens pour l’éviter. La question devient litigieuse lorsque l’on aborde l’avance soviétique en territoire polonais, en septembre 1939. Les Soviétiques l’expliquent par la nécessité de gagner un espace stratégique en repoussant le plus à l’ouest possible la ligne de contact avec les forces allemandes. L’absorption des républiques baltes pose le même genre d’interrogations et reçoit le même genre de réponses. Par contre, en ce qui concerne la campagne de Finlande, aucune explication ne peut dissimuler la réalité d’une agression caractérisée. La création, dès les premiers jours de la guerre, d’un gouvernement provisoire aligné sur Moscou prouve, à elle seule, la volonté d’une annexion que ne peut justifier une considération stratégique. L’URSS, pour avoir cédé, au moins dans le cas de la Finlande incontestablement, à la tentation d’obtenir un gain territorial par la violence armée, a ainsi introduit une ambiguïté considérable dans la perception pacifique qu’elle voudrait donner. Inévitablement, surgit le souvenir de la première formulation du concept soviétique, l’exportation armée de la Révolution, qui n’a été abandonnée qu’à la suite du désastre de Pologne, en 1920, et qui pourrait très bien être reprise, l’opportunité se présentant.

112La mise en équation des composantes du concept stratégique soviétique et son rapprochement contradictoire avec les objectifs poursuivis donnent un résultat final positif.

113Malgré d’incontestables erreurs, la stratégie de dissociation de la coalition adverse fut un remarquable succès. A l’heure suprême de l’offensive allemande, les Soviétiques furent certes seuls, mais n’eurent à mener qu’une seule guerre, à combattre que sur un front. Les Britanniques étaient trop affaiblis pour procurer la moindre aide. Les Américains ne sont intervenus dans la guerre qu’avec l’attaque japonaise sur Pearl Harbour, le 7 décembre 1941, et, à cette date, les Soviétiques avaient gagné la bataille de Moscou. De plus, les Allemands étaient privés de leur allié oriental, le Japon qui a respecté le pacte de non-agression conclu avec l’URSS. Les Soviétiques ont su dissocier toute action conjointe des Allemands et des Japonais, avoir une vision planétaire de la situation et se retourner contre le Japon, une fois la victoire totale obtenue en Europe. L’URSS avait joué sa survie et l’avait emporté.

114S’il était relativement aisé de disjoindre une coalition potentielle contre nature entre les démocraties occidentales et les puissances de l’ Axe, cela était nettement moins vrai d’une alliance militaire effective entre l’Allemagne et le Japon. C’est en cela que le succès est remarquable. C’est grâce à cela que l’URSS victorieuse, d’isolée avant la guerre, à l’issue de celle-ci se retrouve à la tête d’un camp. Sa puissance lui permet alors, malgré la reconstruction, d’engager un duel avec les Etats-Unis, dont l’économie intacte a même été considérablement renforcée par la guerre, et tête de file d’une coalition regroupant les pays virtuellement les plus développés. Le duel a pour enjeu l’hégémonie mondiale.

115Les erreurs soviétiques ont été multiples et non sans conséquences à long terme. Elles ont toutes pour origine une appréciation erronée de la situation internationale que générait la lutte des classes. Les Soviétiques ont craint que le cordon sanitaire, instauré à leur encontre au lendemain de la Première Guerre mondiale, se transforme en alliance effective, que d’une collusion due à la peur de la contagion révolutionnaire, les Occidentaux – Allemands compris – passent à une coalition militaire offensive. Pour rester dans leur optique, les Soviétiques ont mésestimé le contentieux issu du traité de Versailles de 1919. Ils ont vu dans l’Allemagne nationale-socialiste l’avant-garde armée du capitalisme et non l’adversaire principal des démocraties. Prenant enfin conscience du fait, ils ont alors cherché à exploiter les contradictions du capitalisme. Ce fut la signature du pacte Ribbentrop-Molotov, fantastique erreur diplomatique, idéologique et militaire qui les priva d’alliés sur le continent, sans que le gain d’un délai puisse permettre le renforcement adéquat des armées et de leur dispositif. Bien plus, le rattachement des pays baltes et de la Moldavie, qu’autorisaient les protocoles secrets, couronna l’erreur et lui donna une pérennité totalement inutile. En effet, sans le pacte Ribbentrop-Molotov, ce rattachement, repris de toutes les manières dans la foulée de la victoire de 1945, n’eut pas alors été taxé d’illégitimité.

116La stratégie militaire fut en totale cohérence avec le concept global, ce qui est son premier mérite. Le second, et certes le principal, fut de se révéler juste. Elle conduisit les Soviétiques à la victoire. Après la guerre, elle fut le seul moyen dont ils disposaient pour soutenir le duel engagé avec les Occidentaux, alors que leur économie et celle de leur camp était délabrée et le restera ou ne supportera pas la comparaison avec celle du camp occidental.

117L’Union soviétique, forteresse assiégée, s’était préparée à la guerre, avait réuni les ressources morales et matérielles nécessaires pour encaisser le choc énorme de l’invasion, pour effacer les premières défaites. Obligée de passer brutalement d’un concept offensif à un concept défensif, l’armée soviétique sut s’adapter et reprendre l’offensive, selon le système élaboré précédemment, dès que l’opportunité se présenta. Le concept militaire fut sans cesse perfectionné et encore amélioré après la guerre.

118Le fait nucléaire méthodiquement analysé sous ses aspects stratégiques et tactiques devait nécessairement conduire à un remaniement du concept en procurant de nouveaux moyens. C’est ce qui se produisit à la fin des années cinquante à la suite de patients efforts.

119Jaugeant globalement leur concept, les Soviétiques avaient tout lieu de le considérer comme positif. Indéniablement, militairement, face à l’Allemagne, ils n’ont pas été agressifs et ont encaissé le choc de l’attaque. C’est donc bien alors dans un cadre général défensif qu’ils ont appliqué un concept basé sur une stratégie militaire offensive extrêmement prudente. Cette même prudence se retrouvera face aux Occidentaux, lors du blocus de Berlin. Ils se refuseront à interrompre le pont aérien par la force, ce qui aurait pu ouvrir les hostilités.

120Il s’agissait, cependant, de corriger les erreurs décelées. C’est pourquoi, ils maintinrent leur stratégie de dissociation de la coalition adverse ; mais en s’entourant d’études préalables approfondies, en ne se lançant dans l’action qu’après des examens multiples et en recherchant de nouveaux moyens.

121La stratégie militaire élaborée durant les années vingt et trente sera complétée par les leçons tirées. Deux conclusions principales vont être gravées sur les tables d’airain des lois de la guerre. En premier lieu, les Soviétiques mirent en exergue la surprise stratégique, dont leur dispositif devait désormais les mettre à l’abri. Il en a découlé le souci appuyé de disposer en permanence de forces armées dans le plus grand état de disponibilité opérationnelle. En second lieu, la composante aéro-terrestre ordonnance définitivement son action autour de la manœuvre des feux, à laquelle concourent dans un ensemble intégré l’artillerie – qu’il s’agisse de tubes ou de missiles – et l’aviation.

122Plus que jamais le concept militaire devait être basé sur l’offensive, seule susceptible de procurer la victoire, but affiché d’une guerre non voulue et non provoquée, selon les Soviétiques.

Notes

1 In Pravda du 3 mars 1989, Ilyne, Lénine et le Kommintern.

2 Sigle de Novaja Ekonomiceškaja Politika (Nouvelle politique économique).

3 In La vie internationale de mai 1989 : Politique étrangère – les leçons du passé.

4 Korotkov. Histoire de la pensée militaire soviétique. Moscou, 1980, p. 117.

5 In Pravda du 7 décembre 1930.

6 Dictionnaire militaire encyclopédique. Moscou, 1986. p. 846.

7 Ibidem, p. 623.

8 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 69.

9 In L’étoile rouge du 27 septembre 1989. Le sceau du secret est levé.

10 Simonov. Le cinquantenaire du conflit le plus sanglant de l’histoire. Agence de presse Novosti, 6 septembre 1989.

11 In Pravda du 18 août 1989. Entretien avec M. Yakovlev, membre du Bureau politique, secrétaire du CC du PCUS, président de la commission chargée de l’étude des documents relatifs au pacte de non-agression.

12 In Le Monde du 8 août 1989.

13 In Revue militaire soviétique, n° 7, de juillet 1989. Août 1939 : événements et enseignements.

14 In La vie internationale d’octobre 1989. Télégramme de l’ambassadeur de France en Pologne, L. Noël, au ministre des Affaires étrangères de France G. Bonnet. Documents diplomatiques français, 1932-1939, 2e série, F.XVIII, p. 354-355.

15 Compte-rendu d’un débat télévisé. Faline, docteur en histoire, membre du Département international du CC du PCUS. Agence de presse Novosti, le 23 août 1989.

16 In Pravda du 18 août 1989. Entretien avec A. Yakovlev.

17 Katine. Le pacte germano-soviétique de non-agression : 50 ans après. Agence de presse Novosti. 28 juin 1989.

18 Borissov. La France pouvait-elle éviter la défaite ?, Agence de presse Novosti, 6 octobre 1989.

19 In Le Monde du 1er août 1989. Tatu. Le pacte germano-soviétique et ses protocoles secrets. Comment Hitler et Staline se partagèrent l’Europe de l’Est.
In La vie internationale d’octobre 1989. Il y a 50 ans l’Europe entrait en guerre. Autour du pacte de non-agression.

20 Agence Tass, 19 juillet 1989.

21 In Pravda du 18 août 1989. Entretien avec A. Yakovlev.

22 In La vie internationale d’octobre 1989, L’accord de crédit entre l’Union des républiques socialistes soviétiques et l’Allemagne, p. 102.

23 In La vie internationale d’octobre 1989. Lettre du Secrétaire du CC du PC (b) de l’URSS, J. Staline, au Chancellier du Reich allemand, A. Hitler, p. 112.

24 In La vie internationale d’octobre 1989. Protocole secret annexe, p. 86.

25 Ibidem, p. 87 à 92.

26 In Revue militaire soviétique, n° 10, octobre 1989. Une guerre qu’on aurait pu éviter.

27 In Les nouvelles de Moscou du 14 décembre 1989. Edition en français. Sokolov. Le prix de la guerre d’hiver.

28 In Revue militaire soviétique, n° 10, octobre 1989. Une guerre qu’on aurait pu éviter.

29 In Les nouvelles de Moscou du 14 décembre 1989. Edition en français. Sokolov. Le prix de la guerre d’hiver.

30 In Les nouvelles de Moscou du 2 août 1989, Les secrets de la forêt de Katyn.

31 Communiqué de Radio-Moscou du 12 avril 1990, citant l’agence de presse Tass.

32 In Pravda du 18 août 1989. Entretien avec M. Yakovlev.

33 In le Trimestre du monde. 3e trimestre 1989. Paris. Déclaration de R. Eddé, ancien ministre, député du Liban et président du Bloc national libanais, Pour comprendre la tragédie libanaise.

34 In Revue militaire soviétique n° 8 d’août 1989, édition en français. Kizune, L’armée socialiste : son essence et sa destination.

35 Cf. Bodard. Les grandes murailles. Paris, 1987.

36 Cf. Garejev. Frounzé, le théoricien militaire. Moscou, 1985.

37 Cf. Dictionnaire militaire encyclopédique. Moscou, 1986. p. 691.

38 Entre autres :
La guerre en montagne. Recherches tactiques en fonction de l’expérience de la guerre russo-japonaise. T. 1 et 2. Saint-Petersbourg, 1906 et 1907.
Les leçons tactiques de la guerre russo-japonaise. Saint-Petersbourg, 1912.
Histoire de l’art militaire. Moscou, 1923.
La stratégie. Moscou, 1927.
L’évolution de l’art militaire. T. 1 et 2. Moscou, 1927. Léningrad, 1928.
Clausewitz. Moscou, 1935.
La stratégie du xxe siècle à la première étape. Moscou, 1937.

39 Cf. Thoukhatchevsky. Contre les théories rétrogrades sur le front scientifique militaire : critique des vues stratégiques et historico-militaires du professeur Svěčin. Moscou, 1931.

40 Dictionnaire militaire encyclopédique. Moscou, 1986. p. 730.

41 Encyclopédie soviétique militaire. Moscou, 1979. p. 661.

42 In Revue militaire soviétique, n° 5 de mai 1989, édition en français. Novikov, Bulletin de renseignements n° 8.

43 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 63.

44 In Temps nouveaux, n° 52, de décembre 1949, Issajev, Le génie militaire de Staline.

45 Sokolovsky. Stratégie militaire. Paris, 1984. p. 201.

46 In Economie mondiale et relations internationales, n° 8, d’août 1989, Kokošine et Larijonov, La bataille de Koursk à la lumière de la doctrine défensive actuelle.

47 Sokolovsky. Stratégie militaire. Paris, 1984. p. 201

48 In Pravda du 20 juin 1989, critique et extrait de l’ouvrage de Volkogonov sur Staline, Le triomphe et la tragédie.

49 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1977. T. 3, p. 228.

50 Déclaration de Staline à Alexandre Werth, correspondant du journal Sunday Times de Londres, le 17 septembre 1946, retransmise par Radio-Moscou, le 24 septembre 1946.

51 Lomov. Le progrès scientifique et technique et la révolution dans le domaine militaire. Moscou, 1973. Traduction américaine, p. 34.

52 Cf. Le progagandiste et l’agitateur, n° 24 de décembre 1949, Vasilenko, L’idéologie militaire soviétique.

53 Sokolovsky. Stratégie militaire, Paris, 1984. p. 359.

54 In L’étoile rouge du 29 septembre 1989.

55 Cf. Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 28.

56 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 209.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search