Version classiqueVersion mobile

Stratégie soviétique et chute du pacte de Varsovie

 | 
Henri Paris

Chapitre III. La perception soviétique de l’ennemi et la définition de l’ennemi principal

Texte intégral

1Pour les Soviétiques, toute stratégie, dont découle logiquement un appareil militaire, est déterminée en fonction d’une perception de l’adversaire qui se trouve ainsi la donnée de tête de la réflexion en la matière. En cela, les Soviétiques et leurs alliés du pacte de Varsovie n’ont innové en rien. De fait, le poids déterminant des Soviétiques au sein des instances politiques et militaires du Pacte a conduit leurs alliés à s’aligner sur leur analyse de l’ennemi. Il en résulte qu’il est plus approprié de se référer à une perception soviétique de l’ennemi plutôt qu’à une analyse établie en commun. Il n’en sera pas de même quant à l’application de l’alliance. L’étude du système du pacte de Varsovie montrera, en effet, les positions propres des alliés de l’URSS en ce qui concerne les modalités de leur engagement, surtout hors d’Europe.

2Lors de l’effondrement définitif du Pacte en 1991, les Soviétiques n’avaient pas modifié fondamentalement leur perception de l’ennemi, et encore moins de l’ennemi principal, les Etats-Unis, à l’encontre de qui, ils estimaient devoir concentrer les efforts, conformément à un raisonnement que leur avait dicté leur idéologie marxiste-léniniste. Cependant, parallèlement, avec une nouvelle vision en matière de stratégie militaire et de relations internationales, s’établissait le concept d’un partenariat avec cet ennemi principal. Il n’en demeure pas moins que durant des décennies, les Soviétiques étaient d’autant plus portés à l’analyse d’un ennemi tout naturellement désigné – l’impérialisme – qu’ils voyaient en lui la source intrinsèque de toute guerre. Leur réflexion stratégique en a ainsi été profondément marquée et conditionnée. Quelle que soit l’évolution de l’Union soviétique ou des nationalités qui la composaient, cette perception de l’ennemi a laissé et laissera des traces indélébiles.

  • 1 Jiline. La politique de blocs militaires de l’impérialisme. Moscou, 1980. p. 5.
  • 2 Rapport politique présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS au XXVIIe congrès du (...)
  • 3 Rapport politique présenté par L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC de PCUS au XXVIe congrès du P (...)

3Au cours de la deuxième moitié du xxe siècle, dans l’optique soviétique, la nation impérialiste, par excellence, s’est révélée être les Etats-Unis, tandis qu’augmentait « la tendance à la création de blocs militaires impérialistes dirigés contre le socialisme, en liaison avec l’approfondissement de la crise générale du capitalisme et l’affaiblissement de sa force »1. En effet, selon les marxistes-léninistes, le capitalisme pousse à l’augmentation de la productivité, ce qui provoque la surproduction, d’une part faute d’une régulation de l’économie, d’autre part par manque de moyens d’acquisition des biens produits, puisque les masses prolétariennes exploitées sont démunies de tout pouvoir d’achat conséquent. Comme les trusts et cartels pratiquent une concentration horizontale et verticale des moyens de production à l’échelle planétaire, ils acquièrent une situation de monopole à la même échelle. Ainsi, dans son plein exercice, le capitalisme en est à son achèvement, ce qui l’amène à l’exacerbation de la concurrence, à sa plus grande contradiction donc, et il n’a d’autre solution que de s’ouvrir des marchés par la force afin de résorber la crise qu’il a lui-même engendrée. Le capitalisme, selon la formule de Lénine, est alors à son stade suprême, l’impérialisme, et a comme ennemi principal le socialisme qui s’oppose à sa domination mondiale. La création du premier Etat prolétarien en 1917, la Russie soviétique, abolissant la propriété privée des moyens de production, est concomitante à cette crise générale du capitalisme et y a contribué en établissant par son existence même une contradiction supplémentaire à l’ordre capitaliste. Et « le capitalisme a accueilli la naissance du socialisme comme une erreur de l’histoire qui doit être corrigée »2. La crise générale du capitalisme ne se déroule pas en un moment de l’histoire, mais selon un processus. Aussi n’est-il pas anormal qu’en 1981 comme en 1986, les secrétaires généraux du Parti en constatent « l’aggravation3 et « l’approfondissement » en usant d’une formulation identique, mais sans en préciser l’échéance finale. L’impérialisme, pour sa part, « cherche à arrêter par la force le cours de l’histoire », qui mène inéluctablement le capitalisme à sa ruine.

4Nombre d’analystes occidentaux réfutent la vision globale philosophique et politico-militaire que les Soviétiques se font de leur adversaire. L’argument avancé consiste à ne considérer dans le marxisme – léninisme qu’un habillage idéologique dissimulant une volonté de puissance. Mais, il s’agit là d’un jugement de valeur qui peut trouver sa source dans le scepticisme général que l’Occident éprouve à l’égard de toutes les idéologies dans le dernier quart du xxe siècle. Par ailleurs, il est nécessaire de remarquer que, si les Etats-Unis incarnent aux yeux des Soviétiques l’impérialisme dominateur et hégémonique par excellence, en retour, le Président Reagan, fort des tendances moralisatrices américaines, n’a pas résisté à qualifier en permanence, dans le courant des années quatre-vingt, le système soviétique d’« Empire du Mal », suivant en cela une propension déjà bien partagée par ses prédécesseurs à la Maison Blanche. Ainsi, à une perception idéologique répond une autre perception idéologique tout aussi manichéenne.

  • 4 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 11
  • 5 Rapport politique présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès d (...)

5Quoiqu’il en soit, pour les Soviétiques, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, « la position de leader au sein du camp capitaliste à été occupée par les Etats-Unis d’Amérique »4, devenus de ce fait l’ennemi principal, à la tête d’une coalition militaire, l’OTAN, axée contre le camp socialiste en Europe, et animant d’autres coalitions dans le monde, notamment en Extrême-Orient, également dressées contre le camp socialiste. Ainsi, « les trois principaux centres de l’impérialisme contemporain que sont les Etats-Unis, l’Europe occidentale et le Japon »5 sont-ils représentés par autant de coalitions militaires animées par les états-majors américains.

6Les Etats-Unis ne furent pas toujours l’ennemi principal. Ce rôle en fonction du rapport des forces, des circonstances et des conditions historiques, fut tenu par l’Allemagne nationale – socialiste, comme par la Grande-Bretagne et la France. L’appréhension de la perception qu’ont les Soviétiques de leurs ennemis ne peut se contenter d’une étude du problème cantonnée au dernier quart du xxe siècle. Il est nécessaire d’embrasser toute la période de l’affrontement avec les Occidentaux, c’est-à-dire depuis la création de l’URSS, période qui livre la clé des raisons et des modalités de cet affrontement. En outre, dans leur étude de l’ennemi, les Soviétiques ont réservé aux Français une place spécifique.

7La détermination de l’ennemi principal est primordiale dans la pensée militaire soviétique parce que c’est en se basant sur cette étude que l’URSS élabore sa stratégie, définit ses axes d’effort et établit sa vision de l’ennemi secondaire. C’est pourquoi, la démarche porte en tout premier lieu sur la perception de la menace américaine depuis le milieu des années quarante, époque à laquelle, aux yeux des Soviétiques, les Etats-Unis sont devenus l’ennemi principal. L’étude englobe donc brièvement l’analyse soviétique de l’ennemi américain dans son ensemble planétaire, c’est-à-dire également les blocs militaires et politiques qu’il dirige et suscite. Par la suite, l’examen s’attachera plus longuement à l’ennemi français et au nouveau centre de puissance qu’il cherche à promouvoir en Europe.

L’ennemi américain et ses alliés

  • 6 Dictionnaire encyclopédique militaire. Moscou, 1984. p. 712.

8Selon les Soviétiques, avec les années quatre-vingt, l’administration Reagan s’est engagée dans une voie encore plus agressive que dans des décennies précédentes, voie qui « a trouvé son expression dans une stratégie qualifiée de « confrontation directe » entre les Etats-Unis et l’URSS à une échelle globale et régionale »6. La nouvelle stratégie américaine est le résultat de l’évolution d’une société américaine capitaliste recherchant dans la confrontation une issue, tant à ses propres contradictions qu’à celles du monde occidental. Dans cette configuration, la stratégie de « confrontation directe » est appelée à perdurer bien au delà de l’administration Reagan.

  • 7 Qui menace la paix. Moscou, 1982. p. 58.
    Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1 (...)
  • 8 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 67.
  • 9 « Ustrašenijé » in Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1979. T. 7, p. 563.
  • 10 Ibidem, « Sděrživanijé ».
  • 11 Ibidem, « Stratégija s pozicij sily ».
  • 12 Ibidem, « Polytika s pozicij sily ».

9La dénomination de la stratégie américaine en tant que « nouvelle stratégie, stratégie de confrontation directe » est attribuée par les Soviétiques au secrétaire à la Défense Weinberger7 et caractérise la volonté des Etats-Unis de rompre la parité approximative des forces réalisée dans le courant des années soixante-dix afin de rétablir une supériorité américaine dans tous les domaines, notamment militaires. « Les dispositions concrètes de cette stratégie des Etats-Unis sont formulées dans le document du Pentagone, Directives dans le domaine de la défense pour les années 1984-1988 »8. Le point essentiel mis en jeu dans ce document est d’assurer aux forces stratégiques des Etats-Unis la capacité de porter à l’URSS par surprise « une frappe en premier désarmante et de se préparer simultanément à une guerre de longue durée aussi bien nucléaire que conventionnelle dans n’importe quelle région du monde où surgirait la fameuse « menace » envers les intérêts vitaux des Etats-Unis ». Les Soviétiques n’ont jamais cru à la stratégie de dissuasion, à savoir que, dans le but de dissuader une agression, les armes nucléaires avaient pour finalité la menace de leur emploi et non leur emploi et qu’ainsi le maniement de la menace conduisait à l’obligation de l’évaluation du risque et de l’enjeu, ce qui interdisait tout stratégie d’emploi de part et d’autre et donc toute attaque. Ils ont été tellement peu convaincus de la véracité de la stratégie de dissuasion qu’ils veulent même en ignorer la dénomination occidentale. Pour eux, le terme anglais de « deterrence » ou de « dissuasion » se traduit par « intimidation par la terreur »9 ou « endiguement actif »10, au service d’une « stratégie à partir de positions de force »11, elle-même découlant d’une « politique à partir de positions de force »12. Or, le russe est une langue suffisamment riche pour permettre une traduction exacte et le mot français ou anglais de « dissuasion » a bien son équivalent russe avec exactement le même sens. La traduction que donnent les Soviétiques du terme de dissuasion est symptomatique de la perception qu’ils se font de la stratégie américaine : il s’agit d’une stratégie d’emploi visant à faire céder l’adversaire à défaut de son anéantissement.

10Et, pour les Soviétiques, les Américains ont toujours eu cette stratégie d’emploi avec pour finalité d’assurer leur puissance, dans la guerre par écrasement de l’ennemi, dans la paix par intimidation et chantage. La hantise soviétique est la possibilité qu’auraient les Américains de leur porter une frappe nucléaire en premier, douée d’une capacité désarmante. En d’autres termes, les Soviétiques créditent les Américains de la volonté permanente d’arriver à se doter d’un potentiel nucléaire offensif leur permettant d’anéantir par une première frappe l’ensemble des systèmes nucléaires soviétiques offensifs de telle sorte que l’URSS ne puisse avoir de capacités de représailles, de frappe en second. L’URSS serait ainsi contrainte à la reddition sans conditions. En cas de refus, une nouvelle série de frappes viendrait anéantir la population soviétique, tandis que les forces aéroterrestres et navales de la coalition occidentale parachèveraient l’anéantissement du camp socialiste en procédant à l’invasion de son territoire et à la destruction de ses forces résiduelles. La finalité profonde des Etats-Unis serait d’atteindre leur but en faisant l’économie d’une guerre. Il suffirait, en effet, à la Maison Blanche de posséder indiscutablement une capacité de frappe en premier à capacité désarmante, de le faire constater à l’URSS et d’obtenir de ce fait une capitulation permanente. C’est ainsi que la stratégie de dissuasion américaine dissimule la réalité immuable d’une volonté politique d’hégémonie en procédant au chantage.

  • 13 In L’étoile rouge, du 12 mai 1982, déclaration du maréchal Oustinov, ministre de la défense de l’UR (...)
  • 14 In L’étoile rouge du 8 août 1980, Semejko. L’enjeu sur un potentiel de première frappe.
  • 15 Koulikov. La défense collective du socialisme. Moscou, 1982. p. 52.
  • 16 Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou, 1982. p. 44.
  • 17 Rapport politique présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès d (...)

11L’ambition américaine de réaliser un bouclier spatial défensif antimissile, ambition concrétisée par l’Initiative de défense stratégique lancée par le Président Reagan en 1983, participe de la même intention. Comme il est extrêmement difficile de supprimer par une seule frappe toutes les possibilités de tirs de rétorsion, le bouclier défensif devrait permettre d’annuler les capacités résiduelles soviétiques qui auraient échappé au tir en premier américain. Une victoire sans risques serait ainsi assurée aux Américains. A l’abri de leur puissance spatiale défensive, brandissant la menace d’anéantir le camp socialiste, les Américains pourraient instaurer leur suprématie mondiale en menant éventuellement des guerres limitées, avec ou sans usage des armements nucléaires, guerres de courte ou de longue durée, mais en gardant toujours leur territoire à couvert d’une attaque soviétique en représailles. Cette stratégie américaine provoque une course aux armements, dont la spirale est infinie, parce que l’Union soviétique, ne pouvant accepter l’alternative de la capitulation ou de l’anéantissement, de toujours « a pris et continuera de prendre les mesures nécessaires pour maintenir au niveau approprié sa capacité défensive, la puissance et la capacité opérationnelle de ses forces armées »13. La volonté américaine de « créer une capacité de frappe désarmante et de l’utiliser au moment opportun est restée une ambition inchangée »14, que ce soit dans le cadre « de la directive 59 qui envisage directement la possibilité d’une frappe américaine par des missiles nucléaires sur des objectifs militaires de l’Union Soviétique »15, dans le cadre de l’installation en Europe de systèmes de missiles de portée intermédiaire qui serviraient « d’armes de première frappe »16 ou encore dans le cadre d’« autres scénarios d’attaques nucléaires »17.

  • 18 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 16.

12La « stratégie de confrontation directe » a repris les concepts fondamentaux de la « stratégie de l’intimidation réaliste par l’épouvante », précédemment adoptée en 1971 et auxquels l’administration Reagan, au début des années quatre-vingt, a ajouté « deux concepts, celui d’opposition active et celui d’escalade géographique »18.

  • 19 En russe, « gibkogo reagirovanija strategija », en anglais, « flexible response ».
  • 20 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 68.
  • 21 In la revue Les Etats-Unis : économie, politique, idéologie n° 3, de mars 1984. Moscou. Bogdanov et (...)
  • 22 FOFA, sigle de « Forces – On – Follow Attack ».
  • 23 In la revue Les Etats-Unis : économie, politique, idéologie n° 9, de septembre 1985. Moscou. Kokoši (...)

13Le concept « d’opposition active » prévoit plusieurs variantes de guerres nucléaires, depuis un emploi massif intercontinental jusqu’à des frappes sélectives de faibles envergures, en passant par l’usage d’armes tactiques de champ de bataille. Les précédentes stratégies américaines dont celle de « réaction flexible »19 comportaient des barreaux fixés dans une échelle montante de l’ampleur des moyens utilisés, barreaux formant donc autant de paliers marqués par un type de guerre. Le concept « d’opposition active » reprend ces paliers, mais à l’état de variantes interchangeables, flexibles, qu’il est possible de choisir en s’abstenant de la nécessité d’une montée progressive de la violence. La possibilité d’une guerre limitée est ainsi admise, avec comme sans emploi de l’arme nucléaire sur des théâtres pouvant embrasser l’Europe et l’URSS au premier chef. Le but poursuivi est de pouvoir mener ces guerres limitées à l’abri qu’offrirait la puissance spatiale et nucléaire face à toute riposte de l’URSS dirigée contre le territoire des Etats-Unis rendu ainsi invulnérable. C’est de cette manière que les Américains visent à déclencher, « en Europe, une guerre nucléaire qualifiée de limitée, utilisant leurs forces nucléaires stratégiques uniquement en tant que menace potentielle »20. Le concept implique donc le développement de systèmes nucléaires stratégiques intercontinentaux ainsi que des systèmes de théâtre à portée intermédiaire du type « Pershing-2 » implantés en Europe et des systèmes tactiques de champ de bataille dotant les composantes aéroterrestres et aéronavales. Parallèlement, l’IDS, en fournissant un bouclier spatial même partiel, augmente la valeur d’impunité de la première frappe et, par ses retombées technologiques, permet le progrès qualitatif des armements nucléaires et conventionnels. L’IDS représente donc bien un changement de stratégie21. En effet, les Etats-Unis mettent tout en œuvre pour se mettre à couvert d’une guerre nucléaire qui ravagerait leur territoire. Ils inclinent donc à une guerre nucléaire limitée au sol européen et sont même très circonspects quant au déclenchement de ce type de guerre, de peur d’une extension au niveau intercontinental. Dans cette ligne directrice, cela conduit les Américains à vouloir retarder autant que possible l’intervention des armes nucléaires en Europe et même à ne pas être opposés à un démantèlement des potentiels nucléaires. C’est dans ce cadre que les Soviétiques situent les concepts « FOFA »22 et « Airland Battle » préconisés par le général Rodgers, commandant les forces de l’OTAN en Europe dans la première moitié des années quatre-vingt, concepts qui visent à s’en prendre au 2e échelon ou aux réserves des forces du pacte de Varsovie par des actions conventionnelles réparties dans toute la profondeur de leur dispositif, sans en arriver donc à ouvrir un conflit nucléaire même au niveau tactique. Cependant, cette nouvelle stratégie « ne signifie pas une quelconque modification cardinale dans la politique nucléaire de l’OTAN et des Etats-Unis vis-à-vis de l’Europe, notamment en ce qui concerne l’utilisation de l’arme nucléaire par les Etats-Unis, utilisation qui sera effective dès qu’ils l’estimeront nécessaire »23.

14Le concept « d’escalade géographique » a pour but d’ouvrir simultanément plusieurs théâtres d’opérations, là où le camp socialiste sera le plus vulnérable, là où les intérêts estimés vitaux des Etats-Unis seront engagés. Dans le cas d’une guerre en Europe, notamment, le concept « d’escalade géographique » conduit à ouvrir un théâtre d’opérations à revers contre l’URSS, par exemple en Extrême-Orient.

  • 24 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1979. T. 7, p. 74.
    Dictionnaire encyclopédique militaire.(...)

15Trois concepts ou principes d’actions hérités de « la stratégie de l’intimidation réaliste par l’épouvante » ont été repris par « la stratégie de confrontation directe ». Il s’agit des principes de « la force », du « partenariat », de « la négociation »24.

  • 25 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1979. T. 7, p. 555.

16Le principe de « la force » vise la réalisation du « concept de la suffisance stratégique »25, c’est-à-dire la possession d’une puissance stratégique nucléaire d’une efficacité suffisante non seulement pour porter une frappe en premier à visée désarmante, mais encore pour déclencher une seconde frappe de représaille, cette fois, en réponse au tir soviétique qui suivrait la première frappe et qui utiliserait des capacités résiduelles ayant échappé à cette première frappe. Ce concept se base sur le perfectionnement qualitatif et quantitatif des systèmes offensifs nucléaires.

  • 26 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 81.
    Dictionnaire militaire encyclopédique.(...)

17Le principe du « partenariat » consiste à transférer sur les alliés, notamment ceux de l’OTAN, le maximum du poids des charges militaires au nom d’un « concept de la totalité des forces »26. Le concept vise la préparation d’une guerre totale par mobilisation de toutes les forces d’active et de réserve et de l’ensemble des ressources économiques et scientifiques des Etats-Unis comme des autres pays capitalistes. En maintenant leur suprématie au sein des alliances et des blocs militaires dont il font partie, les Etats-Unis font de leurs alliés des vassaux dont le potentiel militaire et économique est asservi au profit de la stratégie américaine. La présence militaire américaine dans le monde, et plus particulièrement sur le territoire des pays de l’OTAN, est le garant d’une emprise économique qui complète un système de domination monopoliste. C’est ainsi que le déficit permanent de la balance des paiements extérieurs des Etats-Unis est absorbé par le système monétaire international parce que la monnaie américaine sert, de fait, d’étalon à ce système et n’est pas mise en cause par les principaux pays capitalistes que sont la République fédérale d’Allemagne, la Grande-Bretagne et le Japon. Ces pays, surtout l’Allemagne de l’Ouest acceptent par là même l’exportation de l’inflation américaine et il y a transfert de la charge à leur encontre. Son hégémonie financière permet donc à la Maison Blanche de financer une forte part de sa puissance militaire avec des ressources européennes et japonnaises, en dehors d’une politique de pillage systématique des richesses du Tiers monde. C’est encore dans ce cadre que les Etats-Unis ont fait pression sur leurs alliés afin de les amener à participer à leur Initiative de défense stratégique, ce qui a pour résultat un transfert sans réciprocité de savoir-faire scientifique et de technologie en direction des Etats-Unis.

  • 27 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1979. T. 7, p. 74.

18« Le principe de « la négociation » suppose la conduite de négociations « à partir de positions de force » dans le but d’obtenir des concessions unilatérales de la part de l’Union soviétique et des autres pays socialistes »27. Ce principe entre d’une manière globale dans la stratégie de dissuasion – d’intimidation par l’épouvante selon la terminologie soviétique – au service d’une politique basée sur la conservation de la suprématie militaire et donc de la négation de la parité stratégique.

19Dans leur perception, les Soviétiques voient une longue continuité dans la stratégie américaine, basée sur la possession de l’arme nucléaire depuis 1945. S’il y a eu plusieurs modifications dans cette stratégie, c’est parce que les Américains y ont été contraints, d’abord par l’accession des Soviétiques à la puissance nucléaire, puis par la montée progressive en puissance de la force militaire de l’URSS et du pacte de Varsovie, cherchant à se garder d’une agression.

  • 28 Cf. Dictionnaire encyclopédique militaire. Moscou, 1984. p. 64.
  • 29 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1976. T. 2, p. 542.

20En effet, le 29 août 1949, le monopole nucléaire américain fut brisé par l’explosion de la première bombe atomique soviétique, suivie, le 12 août 1953, de l’accession de l’URSS à la puissance thermonucléaire. Cela conduisit les Américains à passer d’une stratégie d’« emploi massif » avérée à la stratégie d’« intimidation par l’épouvante », celle que les Occidentaux appellent la dissuasion nucléaire. La première variante de cette stratégie était l’application d’un « châtiment massif », correspondant à la dénomination américaine de « représailles massives ». Mais, le 4 octobre 1957, date historique, le premier satellite lance un signal triomphant : c’est Spoutnik I et il est soviétique. Et, le 26 août 1957, avait retenti un coup de tonnerre sur l’océan Pacifique : ce jour-là, les missiliers soviétiques ont réussi leur premier tir balistique intercontinental, c’est-à-dire à une portée supérieure à 6 500 Km, selon la définition soviétique, alors qu’elle est de 5 500 Km pour les Occidentaux28. Cette différence dans les définitions n’est pas sans importance, car elle se retrouve dans les négociations sur le désarmement ! Le 26 août 1957 donc, a cessé l’invulnérabilité du territoire américain. Désormais, les Etats-Unis sont sous le feu de l’ennemi. Désormais, les villes américaines peuvent connaître le sort de Nagasaki, de Hambourg, de Dresde, d’Hiroshima, des villes soviétiques... En conséquence, les Américains adoptent graduellement la stratégie de « réaction flexible ». Cette stratégie ne fut admise officiellement qu’en 1967, du fait « de l’absence aux Etats-Unis d’une défense antimissile efficace et en conséquence de la disparition de la garantie de leur invulnérabilité »29.

  • 30 Dictionnaire encyclopédique soviétique. Moscou, 1984. p. 190.

21La stratégie de « réaction flexible » se caractérisait « par la place centrale qu’occupait en elle une guerre nucléaire généralisée, mais en admettant cependant un emploi dosé de l’arme nucléaire et par la possibilité d’une guerre limitée avec des moyens conventionnels »30. Cette stratégie amena « un puissant accroissement des forces et des moyens basés à l’avant et déployés en Europe ». Le but était de préserver le sol américain des frappes soviétiques. La stratégie de « réaction flexible » correspond à la « flexible response », selon la terminologie américaine, et allait faire douter de l’engagement nucléaire américain au profit des Européens.

22La décennie soixante-dix est marquée par le constat de la parité, ce qui amène les Américains à négocier des traités de limitation des armements tels que les traités SALT 1 et 2 et ABM.

  • 31 « Réalističeskogo ustrašenija stratégija » ; stratégie d’intimidation réaliste par l’épouvante.
    « Ré (...)
  • 32 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 15.

23Cependant, les Soviétiques estimaient que, dans la poursuite de leur supériorité, les Américains ne pouvaient admettre la parité. Et c’est « ce qui contraignit la direction de la Maison Blanche à revoir ses opinions précédentes et à adopter une nouvelle stratégie – la stratégie d’intimidation réaliste par l’épouvante31 – ou encore l’endiguement réaliste selon une deuxième terminologie usitée essentiellement par le ministère des Affaires étrangères – qui se basait sur la garantie de la supériorité qualitative de tout le système d’armements stratégiques »32. Faute d’obtenir une supériorité quantitative permettant d’assener une frappe en premier réellement désarmante, les Américains ont transposé la course aux armements stratégiques dans le domaine qualitatif. Les points forts de cette recherche de la supériorité furent la mise en service accélérée de missiles à ogives multiples, chacune indépendamment guidée sur son objectif, ainsi que d’un nouveau type d’armement, les missiles de croisières à grand rayon d’action basés à terre, sur avion, à bord d’un navire de surface comme d’un sous-marin.

24Les forces conventionnelles américaines renforcées, notamment au plan qualitatif, servent d’appoint à la stratégie nucléaire. Il en est de même des alliés réunis au sein de blocs dont le plus dangereux est l’OTAN regroupant 16 pays dans le courant de la décennie quatre-vingt. L’OTAN n’est, cependant, pas le seul bloc que les Américains ont réussi à susciter, mais il est le plus dangereux. Les forces armées des pays membres sont intégrées à l’exception de celles de la France et de la Grèce. L’essentiel de la puissance de l’OTAN, en dehors des forces américaines, provient de l’Allemagne en premier lieu, puis de la Grande-Bretagne, alliée inconditionnelle des Etats-Unis. La puissance nucléaire britannique est matériellement dépendante des Etats-Unis, ce qui n’est pas vrai de la France. L’ensemble que forme l’OTAN, concourt avec les autres blocs périphériques à l’encerclement du camp socialiste.

  • 33 Cf. les rapports présentés par L.I. Brejnev. Secrétaire général du CC du PCUS aux XXVe et XXVIe con (...)
  • 34 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le (...)

25De tous les systèmes de blocs périphériques, deux ont toujours été considérés comme majeurs par les Soviétiques, parce qu’ils étaient susceptibles d’avoir une action directe sur leur propre frontière : l’un centré sur l’Extrême-Orient et l’océan Pacifique ; l’autre sur le Proche et le Moyen-Orient. Longtemps, les Soviétiques ont estimé prioritaires le Proche et le Moyen-Orient, tant à cause de la présence américaine dans la zone, en Iran, dans le Golfe arabo-persique, entre autres, qu’en fonction de leur soutien aux mouvements de libération nationale et de leurs alliances avec des pays arabes. Telle était encore la situation dans le courant des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt, malgré l’affrontement opposant l’URSS à la Chine33. Dans le courant des années quatre-vingt, la priorité s’est modifiée, car « la portée des secteurs asiatiques et du Pacifique se renforce »34, ont estimé les Soviétiques.

  • 35 Jiline. La politique de blocs militaires de l’impérialisme. Moscou, 1980. p. 295.
  • 36 Organisation du Traité de l’Asie du Sud-Est.

26Au total, dans la zone englobant l’Asie et le Pacifique, Washington parvint à créer trois blocs et constitua une alliance de fait avec la Chine. Les Etats-Unis, dans ces trois blocs, jouaient un rôle dirigeant, soit en tant que la plus puissante des parties prenantes, soit par l’intermédiaire d’alliances militaires bilatérales conclues avec les Etats membres et avec la Corée du Sud, Taïwan et le Japon. Les Américains ainsi installèrent une série de bases. « Dans les trois blocs se retrouvaient les petits Etats impérialistes que sont l’Australie, et la Nouvelle-Zélande »35. Le plus puissant des trois blocs, jouant un rôle central, l’OTASE36, se définissait comme « le bastion principal de la stratégie anticommuniste militaire et politique en Extrême-Orient ». Progressivement, ces blocs se sont délités et, en définitive, au début des années quatre-vingt, les Américains peuvent compter sur une coalition composée essentiellement du Japon, de la Chine et de la Corée du Sud.

  • 37 CENtral Treaty Organization.
  • 38 Dictionnaire encyclopédique militaire. Moscou, 1984. p. 519.

27Au Proche et au Moyen-Orient, les Soviétiques ont estimé jusqu’à la fin des années soixante-dix que l’essentiel de la menace dirigée à leur encontre était représenté par un bloc militaire, le CENTO37, établi comme l’OTASE sur le modèle de l’OTAN. Créé à l’origine, en 1955, par la Grande-Bretagne, ce bloc, sous le nom de Pacte de Bagdad, comprenait outre donc la Grande-Bretagne, la Turquie, l’Irak, l’Iran et le Pakistan. Les Etats-Unis avec un statut d’observateur « avaient en fait la direction de son activité »38. La Turquie était déjà membre de l’OTAN comme la Grande-Bretagne, et le Pakistan était membre de l’OTASE : ainsi, un système de lignes de forces croisées assurait la cohérence de la stratégie de l’OTAN, de l’OTASE et du CENTO. Dans la vision soviétique, le CENTO avait fondamentalement pour but de lutter contre les mouvements de libération nationale, plutôt que de s’en prendre directement à l’URSS ou à ses alliés. Le Pacte de Bagdad, victime des contradictions internes de ses membres, fut atteint par la défection de l’Irak, en 1958. Sa réorganisation en CENTO ne le sauva pas de la désagrégation qui intervint définitivement en 1979.

28Tout en étant conscients de leurs propres déboires, entre autres dans leur stratégie d’alliance avec l’Egypte, les Soviétiques soulignent la contradiction fondamentale des Américains, soutenant d’une part Israël et donc adoptant des positions antipalestiniennes, et alliés d’autre part avec les pays arabes qui, par solidarité islamique, se doivent d’aider la cause palestinienne.

29Au bilan, au milieu des années quatre-vingt, l’URSS et le pacte de Varsovie avaient comme ennemis notoires, selon eux, les Etats-Unis et l’OTAN alliés aux Chinois et aux Japonais. Les autres coalitions avaient été désagrégées. D’autres orages montaient, cependant, à l’horizon.

L’ennemi français

30Dans l’esprit des Soviétiques, il est d’une absolue logique que la France appartienne à l’Alliance atlantique, puisqu’il s’agit d’un pays relevant fondamentalement de l’économie de marché bien qu’existent de larges secteurs nationalisés. Et quel que soit la couleur du gouvernement, en son essence même, le système socio-politique n’est pas modifié dans ses structures.

  • 39 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1976. T. 2, p. 74.
  • 40 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 324.

31La France a cependant dans ses tréfonds une vieille tradition révolutionnaire qui provient de son histoire et notamment de la « Grande Révolution française » de 1789 qui « eut une énorme influence non seulement sur l’histoire ultérieure de la France, mais encore sur le destin historique de beaucoup d’autres peuples dans le monde »39. La vocation révolutionnaire française s’est encore retrouvée, en 1871, dans « la Commune de Paris, le premier gouvernement de dictature du prolétariat dans l’histoire », mais cette vocation, conduisant au socialisme, a été étouffée et passa en Russie avec le parti bolchévique, car « la bourgeoisie, s’appuyant sur l’aide des interventionnistes allemands, écrasa les Communards »40, démontrant ainsi au passage le caractère transnational du capitalisme.

  • 41 Dictionnaire militaire encyclopédique. Moscou, 1984. p. 785.
  • 42 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 324.

32La logique de la lutte des classes ne pouvait donc que conduire la France capitaliste à entrer en lutte avec l’URSS, expression étatique de l’idéologie communiste, dès l’origine, dès 1917 donc. En effet, « à la limite des xixe et xxe siècle, le capitalisme français entra dans le stade de l’impérialisme »41. En conséquence, d’une part, la France s’engagea dans un bloc de pays capitalistes en lutte avec un autre bloc de même nature en fonction des contradictions internes issues de l’impérialisme. D’autre part, les Français, avec les autres pays capitalistes, mêmes ennemis, se lançèrent dans une stratégie d’interventions directes et indirectes afin d’anéantir la Révolution d’Octobre. C’est ainsi qu’à l’aurore du xxe siècle, « dans l’arène mondiale, avaient pris position deux blocs en confrontation : l’alliance militaro-politique de la France, de la Russie et de la Grande-Bretagne (l’Entente) et la triple alliance de l’Allemagne, de l’Autriche-Hongrie et de l’Italie. La croissance des contradictions impérialistes conduisit à la Première Guerre mondiale, de 1914-1918 »42. Les rigueurs de la guerre favorisèrent le développement de mouvements révolutionnaires dans tous les pays en lutte et particulièrement parmi ceux où les contradictions sociales étaient les plus fortes, notamment donc en Russie impériale. A la chute du gouvernement tsariste, son remplacement par celui de la bourgeoisie de Kérensky ne put enrayer le processus révolutionnaire et la prise de pouvoir par les Soviets.

  • 43 Ibidem, p. 322.

33En dehors des raisons structurelles dues à l’antagonisme irréductible entre les systèmes socio-politiques, l’opposition de la France au régime soviétique provient d’un facteur conjoncturel, mais tout aussi prépondérant. Dans le contexte du fardeau de plus en plus lourd de la guerre qui se prolongeait, « l’influence des événements révolutionnaires en Russie a renforcé le mécontentement des travailleurs en France et appelé une fermentation dans l’armée. La Grande Révolution socialiste d’Octobre en Russie a fortement influencé la croissance de l’état d’esprit révolutionnaire et antimilitariste du peuple français. Le gouvernement français a renforçé la répression interne et commença alors à mener une politique antisoviétique »43.

  • 44 Jiline. La politique de blocs militaires de l’impérialisme. Moscou, 1980. p. 57.

34Les Français avaient une position dominante au sein de l’Entente et leur gouvernement, avec Clémenceau à sa tête, fit preuve d’un acharnement extrême dans la conduite de la guerre contre l’Allemagne afin d’atteindre les buts impérialistes fixés. A cet effet, dès avant l’ouverture des hostilités, ils avaient déployé les plus grands efforts afin de soutenir en Russie les partisans de la guerre à outrance et entretenu de fortes délégations diplomatiques et militaires. En 1917, « notamment, la mission militaire française en Russie, dirigée par le général Nissel »44, anima l’action. Cette mission, lors des pourparlers de paix de Brest-Litovsk, contrairement aux intérêts de la Russie, « s’engagea dans une voie afin de ne pas lui permettre de sortir de la guerre ». L’action des Français consista à soutenir indistinctement tous les adversaires des Soviets, qu’ils soient de tendance monarchique ou bourgeoise, proches ou non du gouvernement déchu de Kerensky. Les Français donc ne pouvaient que se montrer en accord objectif avec Trotsky et les communistes de gauche lorsqu’à leur instigation les négociations d’armistice furent interrompues. L’antisoviétisme de Clémenceau et de son gouvernement trouva dans la paix de Brest-Litovsk un aliment supplémentaire. C’est là que réside l’explication de l’interventionnisme réclamée à la Roumanie en flattant ses penchants antisoviétiques et nationalistes antirusses, alors que ses visées se résumaient à annexer la Bessarabie. Les Britanniques et les Américains se joignirent aux Français. C’est ainsi qu’« une activité particulière de propagande fut développée par les cercles de droite de l’Entente dans le but de rompre les pourparlers de paix ». Cherchant à influencer l’opinion publique, l’ambassade de France et la mission militaire subventionnèrent largement une campagne d’affichage et de distribution de tracts appelant à la poursuite de la guerre aux côtés des alliés. Et répondait au même but de propagande la publication des quatorze points du Président américain Wilson, préconisant l’instauration d’une paix sans annexions avec autodétermination des populations habitant les régions contestées.

35Bien qu’elle ait dû encore soutenir une longue période de combats diffus à ses confins, la Russie soviétique avait gagné la paix, mais elle sortait exsangue de six ans de guerre étrangère et civile et elle rendait responsable au premier chef la France, tête de file de l’Entente. La France était l’ennemi principal, surtout parce que dans les dernières phases de la guerre, en 1920 notamment, elle avait été l’appui essentiel de l’armée blanche de Wrangel et avait même reconnu son gouvernement. Vis-à-vis de la Pologne, la France avait été plus qu’un appui. Outre des livraisons massives d’armes et d’équipements, la mission militaire française, auprès du gouvernement polonais, ne s’était pas contentée de conseiller le commandement polonais, elle avait été jusqu’à détacher, directement au niveau des formations, un nombre considérable d’officiers qui renforcèrent l’encadrement proprement polonais. Aux yeux des Soviétiques, leur échec devant Varsovie était donc dû, pour une part prépondérante, aux Français.

  • 45 Ibidem, p. 50.

36La guerre achevée, faute de pouvoir écraser la Révolution, les Français cherchèrent à l’isoler, à la cloisonner, et entrainèrent dans ce but leurs Alliés de l’Entente. A cet effet, « les gouvernements des pays de l’Entente se mirent d’accord avec la proposition du Président français Clémenceau de créer autour de l’Etat soviétique un cordon sanitaire »45, cordon sanitaire constitué d’Etats antisoviétiques situés dans la périphérie immédiate de l’URSS, tels que la Roumanie, la Bulgarie, la Pologne, les républiques baltes, la Finlande... Ce n’est qu’avec beaucoup de peine que les Soviétiques parvinrent à forer une brèche dans ce front par les accords soviéto-allemands de Rappalo, en 1922.

37La perception soviétique d’une France, tête de la coalition occidentale, violemment hostile dès l’origine à l’Etat issu de la Révolution d’Octobre, est de la plus haute importance, car cette perception va influer sur une vision qui ne peut que se perpétuer dans un système de pensée érigeant la continuité historique en science absolue. L’école stratégique soviétique prenant donc en compte une situation initiale sera toujours naturellement portée à retrouver chez les Français les mêmes concepts que ceux qui leur ont été attribués en première analyse.

38L’erreur des Soviétiques sur les causes initiales d’une hostilité acharnée à leur égard des Français, et de l’Entente d’une manière plus générale, est issue du manque de nuances avec lequel avait été analysé le concept de la lutte des classes qui pose le capitalisme en adversaire fondamental. La France, capitaliste mais aussi républicaine, dirigée par Clémenceau qui fut proche de la Commune, aurait pu considérer avec faveur l’abolition d’un régime autocratique amenant la Russie à rejoindre le clan des démocraties et, logiquement, à devenir une alliée encore plus sûre face à l’Allemagne. Les Soviétiques ont mésestimé le nationalisme français par une appréciation subjective de la situation internationale à travers le prisme de leur idéologie. Ils n’ont pas saisi que la paix de Brest-Litovsk fut considérée par les Français comme une véritable trahison qui précipitait sur eux une avalanche de forces allemandes libérées par la fin de la guerre à l’Est.

  • 46 Ibidem, p. 90.

39L’analyse soviétique détermina que la France ne devait pas longtemps conserver la prééminence que lui avait apportée sa victoire de 1918 contre l’Allemagne. « En 1919 encore, recherchant l’hégémonie, la France exigeait de l’Allemagne la cession de territoires sur la rive gauche du Rhin et la formation d’une république indépendante rhénane »46. Mais, très vite, les Français durent abandonner leurs prétentions, car ils se trouvèrent en but aux entreprises des Britanniques et des Américains qui leur disputaient le rôle dirigeant non seulement dans le monde, mais en Europe même. Les contradictions internes du capitalisme continuaient à se développer, ce qui devait aboutir notamment à la crise de 1929, et les Français ressentirent le choc des impérialismes.

  • 47 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 324.
  • 48 Jiline. La politique de blocs militaires de l’impérialisme. Moscou, 1980. p. 85.

40Afin de consolider ses succès de 1918 et d’amoindrir les mécomptes de la paix de Versailles, la France recherchait un système d’alliances. « Mais, parallèlement la France est sortie affaiblie de la guerre, a perdu son rôle de banquier mondial et s’est transformée en débiteur des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne »47, alors qu’avant la guerre, elle était créditrice des Etats-Unis. Les Américains étaient entrés en guerre très tard, après trois années de durs combats sur les fronts français, russe, italien et d’Orient. Ils avaient été les fournisseurs de tous les belligérants et ne s’étaient résolus aux hostilités contre l’Allemagne qu’à la suite d’erreurs stratégiques de cette dernière.48

  • 49 Naročnikov. Les traditions léninistes de la politique étrangère de l’Union soviétique. Moscou, 1977 (...)

41Recherchant, à l’est, des alliances de revers, les Français s’efforcèrent de mettre sur pied une Petite Entente, réunissant sous son égide, la Yougoslavie, la Roumanie et la Tchécoslovaquie. La Petite Entente ne pouvait remplacer l’alliance russe de 1914 et « l’antisoviétisme, en empêchant la France de nouer des contacts amicaux avec l’URSS, détruisit sa position comme grande puissance et en fin de compte l’entraîna dans le lit de la stratégie anglo-américaine dirigée vers la résurrection du militarisme allemand »49. C’est ainsi que la France cessa d’être considérée par les Soviétiques comme l’ennemi principal, au profit de la Grande-Bretagne au premier chef, puis des Etats-Unis, estimés avoir désormais également un rôle dirigeant au sein de la coalition occidentale. Les efforts devaient donc être principalement concentrés contre ces deux pays.

  • 50 Jiline. La politique de blocs militaires de l’impérialisme. Moscou, 1980. p. 89.
  • 51 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 20.
  • 52 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 9.
  • 53 Naročnikov. Les traditions léninistes de la politique étrangère de l’Union soviétique. Moscou, 1977 (...)

42Cependant, en 1933, le militarisme allemand prit une autre dimension avec la prise de pouvoir d’Hitler et les Soviétiques dans le courant des années trente le définirent comme leur ennemi principal au lieu et place des démocraties occidentales. Toutes les tentatives de désarmement avaient échoué, malgré les efforts que les Soviétiques estiment avoir développé sans cesse. En France, malgré leur antisoviétisme viscéral, une partie des milieux politiques de droite « se rendait compte de la menace sur leur pays en provenance de l’Allemagne », ce qui portait la politique française à adhérer au principe avancé par les Soviétiques de l’organisation d’un traité d’assistance mutuelle régionale. « En 1935, fut signé un accord avec la France prévoyant entre les parties prenantes une aide mutuelle immédiate en cas d’attaque par surprise de la part de n’importe quel Etat européen ». Restait à rendre effectif cet accord par un système coordonnant l’action des forces armées. Il n’y eut aucune suite militaire parce que les Français de peur d’être coupés de leur allié britannique retombèrent entièrement sous son influence. Or, c’est « le gouvernement de la Grande-Bretagne qui a montré la plus grande activité dans l’organisation de l’entente antisoviétique des puissances occidentales »50, et en cela les Britanniques ne ménagèrent pas les pressions, entraînant derrière eux les Etas-Unis et les Européens. « Aveuglés par une haine ardente contre le socialisme et ne voulant pas comprendre que les efforts expansionnistes de la clique hitlérienne représentaient aussi une menace pour leurs propres pays et leurs propres peuples, les cercles de droite des puissances occidentales, en menant la fameuse politique de l’« apaisement » et de la « non-intervention », essayaient par tous les moyens de diriger l’agression fasciste vers l’Est, vers l’URSS »51. Dans cette suite logique, « l’évènement culminant à la veille de la Seconde Guerre mondiale fut, comme on le sait, l’accord de Munich (1938), dont le résultat de fait fut la trahison de la Tchécoslovaquie par les gouvernements français et anglais qui l’ont livrée aux barbares fascistes pour qu’ils la dépècent »52. Ainsi, de fait, en ce qui concerne leurs relations précises avec Hitler, Français et Britanniques « ont conclu avec lui des pactes de non-agression »53. L’intention des Occidentaux était encore de libérer les Allemands de toute menace à l’ouest pour qu’ils puissent attaquer l’Union soviétique. L’accord franco-soviétique sur l’aide mutuelle du 2 mai 1935 était devenu sans objet du fait exclusif des Français.

  • 54 Ibidem, p. 130.
  • 55 Ibidem, p. 128.
  • 56 Narocnikov. Les traditions léninistes de la politique étrangère de l’Union soviétique. Moscou, 1977 (...)

43Cependant, très vite, les Occidentaux se rendirent compte que les nationaux-socialistes allemands s’étaient joués d’eux. Poursuivant leur stratégie de conquêtes fractionnées, en 1939, les Allemands posèrent de nouvelles revendications territoriales à l’encontre de la Pologne, ce qui revenait à détruire l’un des derniers pans du traité de Versailles. L’URSS ne venait qu’après les démocraties occidentales dans les plans d’attaque allemands. Les Français, entraînant les Britanniques cette fois, ont repris leur projet d’alliance militaire avec l’URSS, mais en réalité les Alliés persévéraient dans la même stratégie : détourner vers l’est l’attaque allemande. C’est pourquoi les négociations traînèrent en longueur de mai à août 1939, d’autant plus que les gouvernements français et britannique « envoyèrent à Moscou une mission militaire disposant de peu de pouvoirs »54 ce qui la contraignait à se référer sans cesse à ses autorités. En fait, Français et Britanniques n’envisageaient de convention militaire avec l’URSS que « sans lui promettre un quelconque soutien ou une aide »55 et, en synthèse, « sans accepter de prendre de responsabilités concrètes »56. En somme, Français et Britanniques demandaient aux Soviétiques de s’engager offensivement contre les forces allemandes à l’est, tandis qu’eux-mêmes à l’ouest adopteraient une prudente expectative : il s’agissait toujours de la même stratégie, amener l’Allemagne à combattre l’Union soviétique, tandis que les Alliés resteraient en dehors du conflit.

  • 57 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 28.
  • 58 Naročnikov. Les traditions léninistes de la politique étrangère de l’Union soviétique. Moscou, 1977 (...)

44De même qu’ils s’étaient refusés à s’engager massivement dans la guerre d’Espagne afin de préserver leurs forces au vue d’une guerre inéluctable avec l’Allemagne reconnue tardivement comme l’ennemi principal, les Soviétiques conclurent avec l’Allemagne un pacte de non-agression, tandis que piétinaient les négociations avec les Français et les Britanniques. « Dans la situation d’une menace de guerre croissante, l’Union soviétique fut contrainte, en août 1939, d’accepter les propositions réitérées de l’Allemagne et de conclure avec elle un accord de non-agression. En avril 1941 fut signé un pacte de neutralité avec le Japon. Cela permit à notre pays de gagner du temps pour renforcer sa défense et éviter le choc simultané des forces unifiées de l’impérialisme à partir de l’ouest et de l’est »57. Les Soviétiques ne cessent de souligner qu’ils auraient préféré conclure avec les Français et les Britanniques une convention militaire établissant avec précision une action coordonnée contre les armées allemandes en cas de guerre. Ils n’ont signé, répètent-ils invariablement, le pacte de non-agression avec les Allemands que pour une unique raison : « Les négociations militaires avec la France et l’Angleterre étaient entrées dans une impasse »58.

  • 59 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 9.

45Libérées de toute hypothèque soviétique, le 1er septembre 1939, les forces armées allemandes envahirent la Pologne. Cela précipita les Français et les Britanniques dans la guerre. Ainsi commença la Seconde Guerre mondiale dont la première phase ne se déroula « nullement selon les scénarios des stratèges de Londres, de Paris et de Washington. Sa première victime ne fut pas l’Union soviétique, mais les pays capitalistes d’Europe »59. Les Etats-Unis, comme durant la Première Guerre mondiale restèrent neutres, aussi longtemps qu’ils le purent et pour les mêmes raisons.

46Le 17 septembre 1939, les forces soviétiques pénétrèrent en Pologne et occupèrent une zone qui allait correspondre avec les territoires rattachés à l’URSS en 1945. Les Soviétiques expliquent cette attaque contre la Pologne par la nécessité de pousser le plus à l’ouest, autant que faire se pouvait, leur dispositif défensif en prévision de la guerre inévitable à terme avec l’Allemagne.

  • 60 Ehrenbourg. La chute de Paris. Paris, 1945. p. 9.

47En juin 1940, la France subissait une défaite sans précédent dans son histoire. Les Soviétiques furent abasourdis par l’étendue et la rapidité d’un désastre militaire aussi total, par l’effondrement général de la nation. Leur jugement sans appel en rend responsable le système socio-politique dont était issue une classe dirigeante égoïste et sans aucune valeur, particulièrement durant les années trente, parce que les tensions sociales avaient été exacerbées par les luttes internes. « La France était gouvernée par des hommes de rien qui craignaient tout à la fois les pays voisins et leur propre peuple »60. Aux yeux des Soviétiques, la France avait cessé d’exister en tant que puissance, même de second ordre : elle avait accepté la défaite et la colonisation allemande alors que vingt ans auparavant elle était en voie d’imposer sa loi à l’Europe, alors que durant des siècles, elle avait dominé la scène mondiale.

48Pour tenter d’établir un bilan définitif de la perception soviétique de la France lorsqu’intervient la défaite de 1940, doit nécessairement être pris en compte le jeu de dupes auxquels se sont livrés Occidentaux et Soviétiques vis-à-vis de la menace allemande. Soviétiques et Français avaient pleine conscience de ce qu’ils étaient adversaires et qu’ils avaient affaire à un ennemi commun, l’Allemagne. Les deux parties cherchaient une alliance de revers à qui faire supporter le poids du premier choc, à défaut de retarder l’ouverture des hostilités ou de diriger totalement l’agressivité ennemie sur l’autre partie. Ce jeu de dupes, les Soviétiques le gagnèrent en concluant un pacte de non-agression contre nature avec l’Allemagne nationale-socialiste ce qui leur permit, ainsi qu’ils l’expliquent – ou en font l’aveu – de gagner du temps afin d’améliorer leur système de défense et de signer un traité de neutralité avec les Japonais. Les Soviétiques ainsi évitèrent une guerre sur deux fronts et la retardèrent autant que possible, mais il leur en fallut payer le prix : s’accomoder avec l’idéologie. En ce qui concernait leur propre logique, il y avait accord : ils traitaient avec un ennemi de classe, les Allemands nazis, au détriment d’un autre ennemi de classe, les Français démocrates et capitalistes, dans un système de raisonnement semblable à celui qui a prévalu pour négocier à Brest-Litovsk. Mais, si les Soviétiques avaient sauvé la patrie de la Révolution, en échange ils avaient condamné à mort le Komintern. A la différence du traité de Brest-Litovsk qui ne concernait directement que Soviétiques et Allemands, le pacte de non-agression mettait en jeu le Komintern sous la forme des partis communistes européens à qui il était difficile de faire admettre cette alliance contre nature au nom de ce qu’il fallait bien appeler une raison d’Etat. Tous les schismes au sein du système communiste international éclatent en ce jour du 23 août 1939, où Ribbentrop et Molotov signent ce pacte de non-agression.

49Profitant de la décadence de la France et des contradictions du capitalisme, les Soviétiques avaient obtenu gain de cause. La victoire allemande faisait disparaître l’adversaire français, autrefois tant redouté. L’effondrement de la France, surprenant par sa rapidité et son ampleur, ne pouvait avoir pour Moscou qu’une seule explication : le sort inéluctable de la chute de l’ennemi capitaliste en proie à ses contradictions internes.

50Au 22 juin 1941, lorsque les Soviétiques durent supporter l’attaque allemande, leur perception de la France était totalement négative. La France de Vichy, parce que profondément anticommuniste et antisoviétique, à leurs yeux, contribuait directement et indirectement à alimenter la machine de guerre allemande. La collaboration de Vichy avec l’Allemagne leur paraissait logique et s’expliquait tout à fait par le concept de la lutte des classes. Le problème était donc de neutraliser Vichy et c’est ce à quoi s’attachait désormais le parti communiste français dans la stratégie de front national héritée de l’avant-guerre en s’alliant à tous les mouvements de résistance, quelles que soient leurs idéologies. Quant à l’autre France, celle de Londres, la France Libre, elle était assimilée à un gouvernement en exil, à l’instar de la Belgique ou des Pays-Bas, disposant d’une crédibilité d’autant plus faible qu’elle était contrebalancée par celle de Vichy, et n’existant qu’en fonction des subsides britanniques. La France Libre, surtout, ne pouvait engager que des forces militaires restreintes dont l’incidence dans le déroulement des opérations était faible. Par la suite, le volume des forces françaises libres combattantes augmentera certes, mais Staline à Yalta, en 1945, fera encore remarquer à Churchill que les Français avaient moins de formations combattantes que les Polonais, ce qui était exact en prenant en compte l’ensemble des forces polonaises opérant tant au sein des armées soviétiques que britanniques. Par ailleurs, il n’y a jamais eu de collaboration polonaise avec l’Allemagne. Leur appréciation avait donc amené les Soviétiques à estimer que le désastre de 1940 avait marqué les Français libres au point de leur enlever toute signification militaire et qu’ils ne représentaient qu’un maigre appoint aux mains de la Grande-Bretagne.

  • 61 Cf. Molšanov. Le Général de Gaulle – Biographie. Moscou, 1980. 2e édition.
  • 62 Rakhmaninov. Le problème de la sécurité européenne. Moscou, 1979. p. 143.
  • 63 Ibidem, p. 144.

51L’optique soviétique va très rapidement évoluer sous l’influence de l’action du chef de la France Libre. La stature du général de Gaulle a impressionné les Soviétiques et au premier chef leurs dirigeants successifs dont Staline en premier. Ils ont reconnu en de Gaulle un adversaire de classe, issu d’une famille bourgeoise, nourri à l’origine de la pensée de Maurras, officier de carrière, ancien membre du gouvernement de Paul Reynaud qui avait maintenu la mise hors la loi des communistes français prononcée par le précédent gouvernement d’Edouard Daladier. Mais, ils ont aussi admiré le penseur politico-militaire, le stratège, avec ses vues à court et à long terme et son pragmatisme politique. Ils ont respecté le patriotisme intransigeant de de Gaulle et ont été frappés par son sens de la grandeur qu’il voulait incarner par sa personne et rendre à la France61. En outre, les démêlés de la France Libre avec les Etats-Unis, l’opposition qui s’est faite jour très rapidement entre Roosevelt et de Gaulle et qui allait se retrouver par la suite au sein de l’Alliance atlantique, pour les mêmes raisons, ont par certains aspects servi les intérêts de l’Union soviétique en introduisant des fissures dans les rangs de la coalition occidentale. La France Libre a aussi été admirablement servie par son représentant à Moscou, l’ambassadeur Garreau, dont la profonde connaissance de l’Union soviétique datait des années vingt, époque à laquelle il avait été en poste à Moscou. C’est ainsi que « le 26 septembre 1941, le gouvernement soviétique a reconnu de Gaulle chef de tous les Français libres et annonça sa décision de garantir le complet rétablissement de l’indépendance et de la grandeur de la France »62. Les Soviétiques n’avaient pas pour autant perdu leurs préventions à l’égard des Britanniques et des Français fussent-ils libres, puisqu’il s’agissait de capitalistes, d’adversaires de classe donc, que seul le poids des circonstances contraignait à devenir les alliés de l’URSS. Nécessité donc faisant loi, « le réalisme politique a été montré même par les dirigeants de la Grande-Bretagne et de la France qui comprenaient que la situation, telle qu’elle se présentait, dictait impérativement une coopération indispensable avec l’Union soviétique dans la lutte contre l’ennemi commun qui leur apportait la menace de l’esclavage »63.

  • 64 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 324.

52La France Libre ne tarda pas à manifester concrètement, dans l’optique soviétique, sa volonté d’indépendance en voulant être militairement présente sur tous les champs de bataille de la guerre contre l’Allemagne. C’est ainsi, qu’en pleine bataille de Stalingrad, à l’heure de nouveau revers soviétiques, alors que les avant-gardes allemandes avaient atteint le Caucase, « à la fin de 1942, arriva en URSS un groupement d’aviateurs français qui prit part aux opérations militaires sur le front soviéto-allemand »64. Ce groupement devenu le régiment Normandie-Niemen intégré dans une division aérienne soviétique fut la seule troupe occidentale à combattre dans les rangs de l’Armée Rouge. Les Soviétiques furent sensibles au symbole, compte tenu des faibles moyens de la France Libre. La conduite au feu des aviateurs français contribua à redorer l’image de marque de la France militaire.

53Du point de vue soviétique, l’absence des Français aux grandes conférences de Téhéran, de Yalta, comme de Potsdam, est parfaitement justifiée, car leur participation à l’effort de guerre commun a été trop faible et leur puissance recouvrée trop peu significative pour qu’il en soit tenu compte. Par contre, les Soviétiques ne s’opposeront pas aux Britanniques lorsque ceux-ci appuieront les demandes françaises de participer matériellement à l’occupation de l’Allemagne vaincue et d’être ainsi placés au même rang que les Américains, les Soviétiques et les Britanniques, à condition que les zones françaises d’occupation, en Allemagne et à Berlin, soient distraites des zones dévolues par accord aux Occidentaux. Les Soviétiques partagent avec les Britanniques un souci commun : équilibrer la puissance américaine en soutenant les Français dont les relations avec les Américains continuent à être orageuses. C’est dans cet esprit que dès qu’un gouvernement provisoire de la République française a pu être instauré, le territoire français n’étant d’ailleurs pas encore totalement libéré, ce gouvernement a été reconnu par les Soviétiques, le 23 octobre 1944, et un traité d’alliance signé, le 10 décembre 1944.

  • 65 Rakhmaninov. Le problème de la sécurité européenne. Moscou, 1979. p. 171.
  • 66 Rakhmaninov. Le problème de la sécurité européenne. Moscou, 1979. p. 156.

54Dans cette même logique, « le gouvernement soviétique a repoussé fermement la proposition du gouvernement des Etats-Unis concernant les principes d’une administration de la France libérée conduisant de fait à l’établissement d’une occupation militaire du pays »65, ce à quoi a grandement contribué la reconnaissance du gouvernement provisoire français. Le gouvernement de de Gaulle a pu ainsi restaurer rapidement la pleine souveraineté française, notamment en matière de circulation fiduciaire en remplaçant la monnaie spécialement émise par les Américains pour la France libérée par de la monnaie française. De même, en 1945, la France s’est appuyée sur le traité d’alliance avec l’URSS, pour négocier à San-Francisco sa position au sein de l’Organisation des Nations unies en train d’être créée, « voyant en elle, comme on le remarquait déjà, la garantie de son statut de grande puissance »66.

55L’optique soviétique vis-à-vis de la France, telle qu’elle s’est établie ainsi au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, n’a plus été modifiée dans son principe, quelles que puissent être les évolutions des différents gouvernements français. En de Gaulle s’est incarnée la France de la fin du siècle, avec des inflexions certes, mais avec aussi une permanence marquée par son régime capitaliste. Par ailleurs, toujours selon les Soviétiques, les Français n’ont jamais abdiqué leur volonté d’indépendance ni leur tendance à fédérer l’Europe occidentale sous leur égide.

  • 67 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 325.
  • 68 Rakhmaninov. Le problème de la sécurité européenne. Moscou, 1979. p. 201.

56Dans cette logique complexe, « la bourgeoisie française craignant l’amplitude du mouvement démocratique a cherché le soutien des cercles impérialistes des Etats-Unis »67. Cela a amené les Français à adopter, en 1948, le plan Marshall, plan qui permit de restaurer une économie capitaliste, en échange d’une politique pro-américaine qui les conduisit à s’inféoder dans l’Alliance atlantique et son organisation militaire intégrée en 1949. Cependant, tout en « menant une politique dans les intérêts des monopoles français, de Gaulle appréciait dans le même temps sainement la situation internationale, telle qu’elle était et s’efforçait de suivre un cours indépendant en politique extérieure ». Ce cours indépendant a été principalement marqué par des vues communes franco-soviétiques sur la démilitarisation de l’Allemagne et le démantèlement de la région Ruhr-Rhénanie au lendemain de la guerre. Les mêmes vues se retrouvent dans le rejet, en 1954, de la Communauté européenne de Défense, organisation militaire intégrée comprenant les Allemands, parce que les Français craignaient que « l’Allemagne de l’Ouest ne tienne dans la CED le rôle de la nation qui dirige et contrôle, dans le même temps que la France aurait un rôle de deuxième ordre »68. En effet, empêtrés à l’époque dans leurs guerres coloniales, notamment en Indochine, les Français étaient incapables de développer une puissance militaire suffisante pour faire pièce au potentiel allemand. Et la guerre d’Algérie succéda à celle d’Indochine, tandis que l’URSS soutenait les guerres de libération nationale menées par les peuples vietnamiens et algériens contre les Français.

  • 69 Jiline. La politique de blocs militaires de l’impérialisme. Moscou, 1980. p. 238.
  • 70 Cf. in la revue La vie internationale n° 7, Moscou, juillet 1963. Vladimirov. Les conséquences fune (...)
  • 71 Efremov. L’Europe : l’arme nucléaire. Moscou, 1972. p. 108.

57L’élément le plus significatif de la volonté d’indépendance de la France, la sortie du commandement intégré de l’Alliance atlantique en 1966, est due à une analyse globale de la situation établie objectivement par les Français : « La modification de la corrélation des forces dans l’arène internationale en faveur du socialisme et le renforcement des positions des puissances ouest-européennes par rapport aux Etats-Unis, à la fin des années cinquante et au début des années soixante, ont provoqué la croissance des contradictions et des divergences au sein de l’OTAN »69. En effet, la maîtrise soviétique des portées intercontinentales des missiles stratégiques avait induit la conviction française d’une incapacité de l’OTAN à garantir la sécurité de la France. En corrolaire, apparaît la nécessité de développer en priorité une force nucléaire indépendante nationale70. La sortie de l’OTAN affirmait l’indépendance française, mais posait des questions au plan de la stratégie militaire dans le contexte de la course aux armements que les Français ne pouvaient soutenir. La position stratégique française visait à contraindre les Etats-Unis à s’engager avec toute leur puissance nucléaire en se basant sur le fait « qu’une petite puissance nucléaire peut jouer le rôle de détonateur ou de catalyseur et, par son action, contribuer à engager dans une guerre un puissant allié nucléaire »71, ce qui offre un double danger. D’une part, la stratégie française se fondant principalement sur l’atome, il en découle une coupure entre les forces stratégiques nucléaires et la composante aéroterrestre, qui, quoique en aient prétendu les Français, est toujours restée liée à l’OTAN. D’autre part, la France contribue au déclenchement possible d’une guerre apocalyptique, d’autant plus qu’elle s’est toujours refusée à prendre l’engagement de ne pas porter en premier une frappe nucléaire. Dans ces conditions, le potentiel français peut servir de première frappe.

  • 72 Rakhmaninov. Le problème de la sécurité européenne. Moscou, 1979. p. 251.

58Parallèlement, « la conception gaullienne contenait en soi aussi bien des éléments concordant avec la conception de la sécurité européenne qui se rapprochaient des Etats socialistes que des éléments de différence »72 Parmi les éléments concordants, il est possible de noter une commune volonté de détente et plusieurs accords de coopération, ainsi que le refus de l’hégémonisme américain. Quant aux éléments de différence, ils ont trait à la nature intrinsèque du régime capitaliste français qui amène la France à être partie prenante – non sans heurts dus au choc des impérialismes – au bloc que forme l’Alliance atlantique.

  • 73 In la revue L’économie mondiale et les relations internationales n° 8. Moscou, août 1978. Vorontsov (...)
  • 74 In La Russie soviétique du 13 avril 1984. Arsenjev, La France et la perfidie des vents froids.
  • 75 In Pravda du 4 mai 1987.
  • 76 In L’étoile rouge du 29 janvier 1985, conférence de presse à Paris du Secrétaire général du CC du P (...)
  • 77 In Pravda du 4 mai 1987.

59Avec les successeurs du Général de Gaulle, « par différenciation, au cours des années soixante-dix, se produisit une série de signes bien connus d’un rapprochement entre Washington et Paris »73, se manifestant, entre autres, par des liens de plus en plus étroits avec l’OTAN. Cette tendance s’est poursuivie durant les années quatre-vingt avec le gouvernement socialiste français. C’est ainsi que « tout en déclarant que la France ne ferait pas retour dans l’organisation militaire unifiée de l’OTAN, le gouvernement français a pris simultanément une série de mesures introduisant de nouvelles facettes dans sa politique » telles que « la création de forces d’action rapide », le renforcement de la composante aéroterrestre « par les nouveaux missiles nucléaires tactiques Hades dont la portée de 450 à 500 kilomètres leur permettra d’effectuer des frappes sur le territoire des pays socialistes »74. Il y a ainsi conformité à « la stratégie de l’Alliance atlantique d’une bataille sur les lignes de l’avant », tandis que « la France continue le développement et les essais des armes à neutrons ». La France a définitivement abandonné « la défense tous azimuts » de de Gaulle au profit d’un alignement sur la stratégie de Washington tournée « uniquement vers l’Est »75. A ce sujet, à la fin des années quatre-vingt, il y a pratiquement une totale identité de vue de toutes les familles politiques françaises, à l’exception du parti communiste. Et encore, le parti communiste français – les Soviétiques n’oublient pas de le faire remarquer – a participé au gouvernement socialiste durant quelque trois années. Donc, par cela même, il a apporté un soutien implicite à la politique française de rapprochement de l’OTAN. Quant aux relations avec l’URSS, un temps privilégié dans le cycle ouvert par de Gaulle, elles ont subi parallèlement une dégradation constante. « Le soutien français au déploiement des nouveaux missiles a conduit à rendre les choses plus difficiles »76, en ce qui concerne le démantèlement des systèmes intermédiaires à courte et à longue portée, proposé par les Soviétiques. Les positions, françaises, telles qu’elles ont été énoncées en 1986 et en 1987 ne sont pas de nature à réchauffer ces relations. En effet, à défaut de soutenir activement les propositions de M. Gorbatchev, la France, « si elle ne les appuie pas ouvertement, alors au moins qu’elle ne cherche pas à entraver leur réalisation »77 et même « à entraîner avec elle ses alliés européens, allemands et britanniques », ce qui, entre autres, ouvre la question de la vocation européenne que les Français veulent avoir.

  • 78 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 8.
  • 79 Lukine. Les centres de forces : concepts et réalité. Edition, Les relations internationales. Moscou (...)

60Dans l’optique soviétique, cette vocation européenne de la France représente une autre constante de sa politique et de sa stratégie. Malgré tous leurs déboires au lendemain de leur victoire de 1918, malgré leur désastre de 1940, les Français n’ont pu se résoudre à abandonner l’ambition d’établir leur prépondérance en Europe. A cet effet, s’appuyant d’une part sur « le mythe de la menace soviétique perpétuellement agité par les Occidentaux »78, d’autre part sur des tendances opposées à l’hégémonisme américain qu’ils ont cherché à développer ou à faire naître chez leurs partenaires européens, les Français se sont efforcés de créer « un centre de puissance ouest-européen »79 débouchant sur un système de défense qui puisse satisfaire leur but. Cette politique militaire antisoviétique a pris diverses formes et a été menée par tous les gouvernements français dans le courant de la deuxième moitié du xxe siècle.

  • 80 Rakhmaninov. Le problème de la sécurité européenne. Moscou, 1979. p. 187.
  • 81 Jiline. La politique de bloc militaire de l’impérialisme. Moscou, 1979. p. 218.

61Dès 1945, « chez de Gaulle existaient des vues sur le développement d’après-guerre de l’Europe qui différaient de l’approche de l’Union soviétique »80. Dans ce cadre, de Gaulle, dans une déclaration au journal britannique « Times », dès le 10 septembre 1945, « s’est exprimé en faveur de la création sous direction française d’une Union des Etats de l’Europe de l’Ouest incluant la zone ouest de l’Allemagne ». La France des années cinquante, génée dans la restauration de sa puissance militaire par ses guerres coloniales, craignait qu’une Allemagne de l’Ouest remilitarisée ne lui dispute la prépondérance en Europe. Pourtant, cette remilitarisation était indispensable afin d’élever le potentiel de l’OTAN. Les Français pensèrent à l’origine trouver une solution avec la Communauté européenne de Défense créant une armée européenne dans laquelle seraient intégrés les contingents allemands. « L’impérialisme français voyait dans la CED une forme d’alliance avec la RFA telle qu’elle assurerait l’utilisation des ressources de l’Allemagne de l’Ouest dans l’intérêt de la politique commune du bloc tout en la laissant dans le rang des puissances de second ordre. Par cela même se renforcerait la position de la France, force prédominante dans l’Europe de l’Ouest capitaliste »81. La CED fut finalement rejetée par les Français eux-mêmes, inquiets de la dilution de leur armée dans un ensemble européen dans lequel les Allemands occuperaient une position forte et, de plus, inévitablement sous commandement américain. La remilitarisation de l’Allemagne, plus conforme aux vœux des Français, fut réalisée, en 1954, par une extension du traité d’alliance militaire de Bruxelles de 1948 en un traité de l’Union de l’Europe occidentale signé à Paris et incluant la RFA dans le groupement des Etats européens membres de l’OTAN. Dès lors, périodiquement, les Français s’efforcèrent de donner de l’importance à l’UEO, tandis que les Américains, qui n’en n’étaient pas partie prenante, et leurs alliés les plus fermes cherchaient à vider de sa substance l’UEO au profit de l’OTAN.

  • 82 Zorine. La politique étrangère des pays capitalistes. Moscou, 1983. p. 109.
  • 83 Cf. Slavenov. La politique extérieure de la France. Moscou, 1981.
  • 84 Sulickaja. La Chine et la France, 1974-1981. Moscou, 1983. p. 135.

62L’échec du plan Fouchet, avancé par de Gaulle en 1961, préconisant un directorat à trois – Etats-Unis, Grande-Bretagne et France – visant un commandement partagé d’une force nucléaire, s’il conduisit à terme la France à sortir de l’Organisation militaire intégrée de l’Alliance atlantique, dans l’immédiat renforça le concept d’une défense proprement européenne. Les Français dans ce but, s’adressèrent alternativement aux Britanniques et aux Allemands. C’est du côté allemand qu’ils obtinrent le plus de succès, ce qui se concrétisa par le traité de l’Elysée de 1963. Tous les successeurs de de Gaulle poursuivirent cette même politique militaire centrée sur « une coopération européenne indépendante »82 dans laquelle l’axe Paris-Bonn joue un rôle essentiel83. Ce rapprochement impliquait une modification du concept militaire français vers « une sanctuarisation élargie »84, modification rendue d’ailleurs possible par l’augmentation du potentiel nucléaire français. En son essence, tant au plan nucléaire qu’au plan conventionnel, la défense française se plaçait sur une ligne de défense avancée au delà des frontières du pays et avait tendance ainsi à rejoindre la stratégie voulue par les Allemands au sein de l’OTAN.

  • 85 In Pravda du 1er juin 1983, Mythes et réalité.
  • 86 Cf. L’étoile rouge du 18 mai 1984, Nikanorov, L’indulgence du militarisme.
  • 87 Lukine. Les centres de puissance : concepts et réalité. Moscou, 1983. p. 87.
  • 88 Ibidem, p. 88
  • 89 In Izvestija du 4 mars 1984.

63Le concept n’a cessé d’évoluer dans le même sens visant à « étendre la notion d’intérêts vitaux de la France en dehors du territoire national »85, abolissant ainsi les principes affirmés par de Gaulle d’une défense tous azimuts limitée à la France seule. L’appui français à l’Allemagne ne s’est pas démenti lorsque, mises à part les armes nucléaires, ont été finalement levées, en 1984, les dernières restrictions qu’imposait à l’Allemagne, en matière d’armements, le traité de l’UEO de 195486. Peu à peu, l’influence française a joué en Europe ainsi que la chute progressive de la garantie nucléaire américaine. Ainsi, parmi les Européens, « s’est constitué un consensus relativement large pour que les problèmes militaro-stratégiques soient inclus dans un centre de puissance ouest-européen »87, bien que la solution de ces problèmes soit « considérablement en retard par rapport à la coordination politique et institutionnelle, ainsi que par rapport à l’intégration économique »88. Ce consensus va à l’encontre des intérêts américains, puisqu’il y a « un élément de l’alliance Bonn-Paris dont la portée affaiblit de toute évidence la domination américaine dans le bloc atlantique »89. Certes, la coopération spécifique franco-allemande a connu toute une série d’avatars due aux contradictions provoquées par le mode de production capitaliste qui pousse à la concurrence.

  • 90 In Pravda du 23 juin 1987.
  • 91 Conférence de presse du vice-ministre des Affaires étrangères de l’URSS, Wladimir Petrovsky, assist (...)

64Le traité de l’Elysée de 1963 qui devait fonder le pilier d’une alliance militaire franco-allemande est resté lettre morte durant une vingtaine d’année, parce que les Allemands répugnaient à un rapprochement avec les Français au prix de la protection américaine et parce que, de leur côté, les Français se refusaient à tout engagement militaire supplémentaire au profit de la RFA. Le gouvernement socialiste français, reprenant la politique mise en œuvre par le général de Gaulle, s’est efforcé de ranimer le traité de l’Elysée, ce qui a donné lieu, entre autres, à l’établissement d’un protocole Mitterrand-Kohl, en 1986, instaurant une procédure de consultation préalable en matière de tir nucléaire pré-stratégique appliqué par les Français sur le territoire ouest et est-allemand. Dans ce même cadre, les manœuvres communes se sont multipliées. Le 20 juin 1987, les Français se sont déclarés favorables à une idée allemande de créer une Grande Unité intégrée franco-allemande de la valeur d’une brigade. Ce projet visait à symboliser la relance effective du traité de l’Elysée. Les Soviétiques ne s’y sont pas trompés : au plan purement opérationnel, la brigade intégrée franco-allemande ne serait pas un bien grand apport de force d’autant plus que ses éléments constituants seraient à prendre dans le potentiel existant. Mais, « le symbole de la coopération entre la RFA et la France que représente la création d’une brigade franco-allemande n’a été inventé que pour dissimuler le véritable état des choses »90. Ce que redoutent les Soviétiques, c’est une coopération militaire franco-allemande débouchant sur l’établissement de plans de tir nucléaire français au profit des troupes allemandes, voire même sur des cessions d’armes nucléaires. C’est pourquoi, de tels projets, estiment les Soviétiques, « n’aboutiront pas à une réduction de la confrontation militaire en Europe, mais au contraire à une augmentation de la tension »91. En outre, aux yeux des Soviétiques, la qualification de pré-stratégiques, que les Français donnent à leurs armes nucléaires à courte et à moyenne portée, les systèmes Pluton et Hadès, ne fait que très mal dissimuler la réalité d’un emploi tactique visant l’anéantissement des forces adverses sur le champ de bataille.

  • 92 Cf. la revue Le communiste des forces armées N° 5. Moscou, mars 1985, Rosupine, Pour solde de tout (...)
  • 93 In le quotidien ouest-allemand Bild du 2 mai 1987, entretien avec M. Strauss.

65Les mêmes lenteurs, avec des avatars analogues, se sont retrouvées dans les relations franco-britanniques. Pourtant, la dégradation de la protection américaine a fait surgir en Allemagne de l’Ouest une reflexion favorable à une défense nucléaire proprement européenne, basée sur le couple franco-britannique, ce à quoi les Soviétiques sont extrêmement attentifs92. C’est ce que confirment les milieux de droite ouest-allemands qui estiment qu’« il serait temps de créer un potentiel européen commun d’armes nucléaires. Les discussions entre Français et Britanniques à ce sujet pourraient en être le commencement »93.

  • 94 Cf. Izvestija du 9 août 1985.

66La position française en matière d’IDS va également dans le même sens, car si les socialistes français se sont montrés opposés au projet américain de bouclier spatial – les milieux de droite d’ailleurs beaucoup moins, pour évoluer par la suite une fois arrivés au pouvoir en 1986 – c’est pour éviter une course aux armements dont le soutien serait difficile et qui risquerait d’amoindrir l’efficacité des forces nucléaires françaises. En outre, les Français ont proposé aux Européens leur contre-projet « Eurêka » qui vise à créer un espace technologique éventuellement compatible avec l’IDS94.

  • 95 In la revue Economie mondiale et relations internationales » n° 10. Moscou, 1984. Kudrijavcev, La F (...)
  • 96 Kudrijavcev. La France et le programme américain de guerre des étoiles. Agence de presse Novosti, 1 (...)

67Désormais, la politique et la stratégie françaises sont déterminées, dans l’optique soviétique, jusqu’à la fin du siècle. La France a pour priorité de renforcer la coopération spécifiquement européenne dans tous les domaines en incluant les questions militaro-stratégiques. « Cela s’inscrit dans un vaste dessein visant à renforcer les positions du centre de puissance ouest-européen dans le monde, à conserver la possibilité de réaliser ses propres intérêts spécifiques qui sont loin de correspondre totalement aux aspirations du puissant allié d’outre-Atlantique »95. De ce point de vue, les changements politiques qui peuvent affecter les gouvernements français n’ont aucune importance, car il ne s’agit que de nuances dans un système capitaliste. « Paris, cela n’est un secret pour personne, est décidé à s’assurer le rôle de chef de file de la « Petite Europe » en s’appuyant sur ses propres forces nucléaires. Ainsi que l’affirme, notamment un document mis au point par le Comité exécutif du parti socialiste, le passage de 100 à 500 charges permettra de confier une double fonction à la force de frappe, la défense du territoire national et l’élargissement de la dissuasion, dans la mesure où sa puissance meurtrière et sa souplesse d’emploi (souligné par l’auteur) seront accrues »96.

  • 97 Jiline. La politique de blocs militaires de l’impérialisme. Moscou, 1979. p. 395.
  • 98 Cf. Lukine. Les centres de puissance : concepts et réalité. Moscou, 1983.

68Les Français conservent également une vocation impérialiste à l’égard du Tiers monde avec des zones d’engagement qui rélèvent de leur ancien empire colonial. C’est ainsi qu’à partir « du milieu des années soixante-dix, la France a activé son action militaire en Afrique en ayant encore une influence significative dans ses anciennes colonies »97. Dans ce domaine, il y a partage des tâches avec les Américains, sans que cela offre le moindre problème de répartition. Par ailleurs, les Français s’efforcent de faire admettre aux Européens qu’ils ont un rôle d’intervention extérieure à jouer dans le Tiers monde au profit de l’Europe98.

  • 99 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 44.
  • 100 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 21.
  • 101 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 326.
  • 102 In Le journal économique n° 22. Moscou, mai 1987. Jurjev. Des résultats peu encourageants.
  • 103 Agence Tass, le 27 avril 1987.

69La vision soviétique de la stratégie proprement militaire et de la structure des forces françaises est la traduction de la doctrine militaire attribuée aux Français, ou selon la terminologie occidentale, de leur politique de défense. Les Soviétiques estiment que la stratégie nucléaire et les forces qui la servent constituent un pôle indépendant. Par contre, les forces conventionnelles, de fait, ont glissé vers l’intégration dans l’OTAN. Le jugement global technique porté sur la stratégie française continue à être assez négatif dans la suite de celui émis pour la période précédent le deuxième conflit mondial. « A ce sujet, l’absence d’approche dialectique, la stagnation de la pensée militaire française peuvent même être observées de nos jours. En particulier, cela se révèle par une surestimation de l’impénétrabilité du parapluie nucléaire développé autant qu’il était possible par la France durant les années quatre-vingt, ce qui dans une mesure donnée est analogue au fétichisme de l’état-major général français vis-à-vis de la toute-puissance de la fameuse ligne Maginot des années trente »99. Cette force nucléaire française « accroît le potentiel nucléaire commun des Etats ouest-européens et de l’OTAN dans son ensemble »100. En 1979, « les forces stratégiques comprenaient : les fusées atomiques des sous-marins nucléaires, les missiles de portée moyenne basés à terre, l’aviation de bombardement »101. La majeure partie de l’effort militaire a été consacrée en permanence à l’amélioration des forces nucléaires stratégiques. C’est ainsi qu’en 1987, « la loi de programmation militaire, adoptée pour cinq ans, lors de la session parlementaire de printemps, coûtera 474 milliards de francs, ce qui porte la part des dépenses militaires à 3,8 % du produit intérieur brut. Il est prévu de construire des sous-marins atomiques de nouvelle génération équipés de lanceurs M-5, de fabriquer l’arme à neutrons et de produire des armes chimiques »102. Le but stratégique français s’affirme ainsi jusqu’à la fin du siècle : « Paris étend sa zone de responsabilité en Europe et remplace les missiles Pluton d’une portée de 120 kilomètres par des missiles Hadès capables d’atteindre des cibles en Tchécoslovaquie et en RDA. Le nombre d’ogives nucléaires dont sont équipés les missiles français basés à terre et en mer atteindra six cents unités en 1992 »103. Les Soviétiques ne manquent d’ailleurs pas d’humour pour rajouter que « comme l’a dit un journaliste américain, si la force de frappe française est une blague, elle est de moins en moins drôle ».

  • 104 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 326.
  • 105 Cf. Military balance. Institut international d’études stratégiques. Londres.
  • 106 In L’étoile Rouge du 3 janvier 1990. Selon la même conception.

70En 1979, « les forces terrestres (près de 324 000 h.) comptaient 8 divisions blindées, 5 divisions d’infanterie, 1 division aéroportée et 1 division alpine, 5 régiments (30 lanceurs) de missiles tactico-opératifs avec des charges nucléaires et 5 régiments de missiles antiaériens »104. En volume, les forces terrestres n’ont subi aucune modification dans le courant des années quatre-vingt. La création de la Force d’action rapide a provoqué une réorganisation qui a touché la répartition des forces et non leur capacité d’une manière générale. Dans leur estimation de la composante aéroterrestre, comme de la marine et de l’aéronavale, les Soviétiques se réfèrent aux mêmes données que celles publiées par les organismes officiels français et les instituts internationaux105. Par contre, leur appréciation de la tactique française vis-à-vis d’un conflit en Centre-Europe diffère totalement de la présentation qu’en font les Français ; elle n’a pas changé tout au long des années quatre-vingt et n’est pas destinée à subir une modification par la suite. Même les réductions de forces conventionnelles opérées à la fin des années quatre-vingt ne modifieront en rien cette appréciation. D’une part, les forces nucléaires ne sont pas concernées par les réductions, bien au contraire. D’autre part, il s’agit « d’utiliser à plein, avec le maximum d’efficacité pour la sécurité du pays et pour la résolution des problèmes à venir, les moyens très limités, dont dispose le ministère de la Défense »106.

  • 107 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1978. T. 5, p. 663.

71Pour les Soviétiques, les forces françaises ne sont pas en second échelon de l’OTAN, puisqu’ils ne reconnaissent qu’un seul champ de bataille centre-européen. La tactique française s’intègre dans les concepts américains FOFA et AirLand Battle par une défensive basée sur « la manœuvre et des actions d’endiguement-fixation » préparant un système de frappes nucléaires dans toute la profondeur tactique et opérative du dispositif des forces du pacte de Varsovie. Les Soviétiques ne voient dans l’armement nucléaire français pré-stratégique que des armes de champ de bataille. Les troupes françaises recherchent essentiellement la dispersion, mais « dans une mesure telle qu’elle garantisse à temps la concentration des efforts sur les directions menaçantes, afin de fixer l’ennemi en offensive et afin ensuite de lui porter des contre-attaques consécutives à des frappes nucléaires sur ses groupements qui ont entamé les positions »107.

72Dans l’appréciation soviétique, la puissance militaire française repose fondamentalement sur les armements nucléaires stratégiques, ce qui fait de la France la troisième puissance nucléaire mondiale, mais loin en arrière des Etats-Unis et de l’URSS. La composante aéroterrestre, bien que dotée d’armements nucléaires avec un perfectionnement constant de ses équipements, n’offre pas des capacités comparables à celles des forces ouest-allemandes qui forment l’épine dorsale de l’OTAN.

  • 108 Kolker. L’Afrique et l’Europe occidentale : les relations politiques. Moscou, 1982.

73L’attention des Soviétiques est concentrée sur les systèmes de forces aptes à intervenir sur un théâtre d’opérations européen, c’est-à-dire contre eux. Les forces destinées à l’intervention outre-mer ne les intéressent que médiocrement parce qu’ils les jugent inaptes à combattre en Europe faute d’équipements et d’armements assurant la polyvalence de leur action. L’impact de ces forces, de la marine notamment, avec le soutien que lui procure plusieurs bases, permet à la France de jouer un rôle important en Afrique et au Proche-Orient. Cependant, il n’en demeure pas moins que ce sont des théâtres secondaires par rapport à l’Europe108.

  • 109 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 327.

74Les études de sociologie politique, engagées par les Soviétiques sur l’armée française ont abouti à la conclusion que « le corps des officiers se recrute essentiellement à partir de représentants de la bourgeoisie »109 issus de grandes écoles militaires, tandis que « parmi les militaires du contingent restent très fortes les traditions républicaines et démocratiques du peuple français ». D’une manière générale, « le personnel des forces armées françaises est soumis à un travail idéologique intensif, dont le but est l’éducation du militaire français dans un esprit de dévouement au pouvoir bourgeois ».

75L’entraînement des forces est jugé correct, périodiquement « mené en commun avec les forces armées intégrées de l’OTAN ».

76Les Français, en synthèse, vivent dans un faisceau permanent de contradictions.

77La première et la plus grave des contradictions françaises réside dans son appareil militaire. D’une part, les forces nucléaires servent une stratégie indépendante et distincte de celle des Américains. D’autre part, la composante aéroterrestre, avec sa capacité nucléaire tactique, est de fait intégrée dans l’OTAN. Or, les stratégies française et américaine ne coincident pas. La position française est ainsi condamnée à une perpétuelle ambiguité.

78Autre contradiction, les Français se veulent en dehors de l’OTAN, mais membres de l’Alliance atlantique et contre toute hégémonisme américain. Or, les Français ont soutenu l’implantation en Europe au titre de l’OTAN des missiles américains à portée intermédiaire. Ils ont été aussi, avec les Britanniques, les plus réticents vis-à-vis d’un accord américano-soviétique prévoyant le démantèlement de ces mêmes missiles.

79Dans le domaine économique, les différents pays de l’OTAN sont en concurrence acharnée et les Européens ont à faire face au tandem que forment les Etats-Unis et le Japon. A cette contradiction, pour la France, s’en ajoute une autre, spécifique, à l’égard de l’Allemagne de l’Ouest. Celle-ci vise la réunification par absorbtion de la RDA et ensuite à recouvrer ses frontières de 1937, à l’encontre de l’acte final d’Helsinki de 1975 déclarant intangibles les frontières issues de la Seconde Guerre mondiale. Or, les Français souhaitent l’alliance allemande, mais ne partagent pas les buts de la RFA dont l’accomplissement la conduirait à être la puissance dominante en Europe occidentale, ce qu’elle est déjà au plan économique.

80En définitive la France, aux yeux des Soviétiques a joué un rôle positif en étant un contre-pouvoir opposé aux Américains dans l’Alliance atlantique. En revanche, elle se révèle avoir une position négative en s’efforçant de créer un « centre de puissance » européen, sous son égide, qui à terme peut devenir un adversaire redoutable, voire l’ennemi principal, s’il se dote de capacités nucléaires effectives.

81Tant que ce « centre de puissance » n’aura pas d’existence autonome, avec un potentiel apte à contre-balancer les forces du pacte de Varsovie, la France restera un adversaire secondaire, dont les armements nucléaires s’additionnent à ceux des Etats-Unis et dont les forces armées sont inférieures à celles de l’Allemagne fédérale.

82La France joue encore un deuxième rôle négatif, corollaire du premier. En s’efforçant de créer ce « centre de puissance », elle entraîne l’Allemagne fédérale et empêche la constitution d’un espace dénucléarisé en Europe centrale. En d’autres termes, la France freine les tendances neutralistes allemandes.

83La critique de l’analyse soviétique, telle qu’elle a été établie pour le dernier quart du xxe siècle vis-à-vis de la politique de défense et de la stratégie de la France, exige en première approche d’être soumise à la méthodologie qui a présidé à son élaboration. En effet, il s’agit de vérifier la cohérence des conclusions tirées de cette analyse et du concept stratégique qui y répond : à cette fin, la même méthodologie doit donc être employée. Dans une deuxième approche, il sera possible d’employer un autre système de raisonnement pour aboutir à une appréciation globale.

84Les Soviétiques fondent leur conception de l’antagonisme qui les oppose aux Français sur l’appartenance de la France par son système socio-politique au bloc occidental. En se plaçant dans la rationalité marxiste-léniniste, le point n’est pas contestable, puisqu’il s’intègre dans le concept même d’une dialectique de la lutte des classes démontrant que cette lutte des classes se traduit dans l’arène internationale par l’existence de coalitions militaires représentatives des deux systèmes socio-politiques, le capitalisme et le socialisme réel, en affrontement perpétuel. Par contre, lorsque les Soviétiques avancent le « mythe d’une menace soviétique » inventée de toute pièce à laquelle ont adhéré les Français, ce qui explique leur antisoviétisme, le point est beaucoup plus contestable. En effet, en dehors d’intentions agressives prêtées à l’URSS et aux pays membres du traité de Varsovie, les Français furent bien soumis à une menace soviétique très concrète. En 1956, lors de l’expédition de Suez, les gouvernements français et britannique furent mis dans l’obligation d’arrêter l’avance de leurs forces et d’évacuer la zone du canal par un ultimatum soviétique qui s’appuyait sur une menace de frappes nucléaires à l’encontre des troupes débarquées. En restant toujours dans la rationalité soviétique, il est possible de contester le bien fondé de l’expédition franco-britannique comme d’expliquer le manque de soutien, voire l’hostilité des Américains à l’égard de leurs alliés de l’OTAN par les contradictions internes inhérentes au choc des impérialismes. Il n’en demeure pas moins qu’il y a eu menace et ultimatum, ressentis comme tels par les Français dont la réaction a été d’accélérer leur programme militaire nucléaire. Et le souvenir de cette menace n’a pas été sans jouer dans la formation du concept et du système de forces nucléaires stratégiques mis au point à l’origine par le gouvernement du général de Gaulle, puis amélioré en permanence par tous ses successeurs. Ce point démontre une faiblesse dans l’analyse soviétique pour ne pas avoir suffisamment pris en compte la réaction de l’adversaire.

  • 110 In Le monde du 9 mai 1987.

85Cependant, même en abandonnant la démarche marxiste, force est de constater que les positions françaises ne sont pas exemptes d’ambiguités, mais pour des raisons qui amènent à nuancer fortement l’analyse soviétique. A la fin des années soixante, pour asseoir leur concept d’indépendance, les Français ont proclamé que leur dissuasion était tous azimuts, c’est-à-dire qu’ils ne se reconnaissaient pas d’ennemis et se montraient prêts à défendre par l’arme nucléaire leur indépendance contre quiconque la menacerait. Parallèlement, tout en sortant du commandement intégré de l’OTAN, les Français restaient partie prenante aux traités instituant l’Alliance atlantique et l’Union de l’Europe occidentale, traités expressément dirigés contre le pacte de Varsovie. En outre, l’appareil militaire stratégique français n’était efficace que contre l’Union soviétique et ses alliés du fait du rayon d’action des bombardiers nucléaires. De plus, la composante aéro-terrestre était aussi axée contre les forces du Pacte, avec une implantation partielle maintenue en Allemagne. Durant la décennie quatre-vingt, il en sera de même. L’amélioration quantitative et qualitative des systèmes nucléaires a conduit à faire reposer la dissuasion française sur des systèmes basés sur des sous-marins et à terre. Les zones de croisières des sous-marins et la portée de leurs missiles indiquent sans ambages que les plans de frappe concernent l’URSS. L’ennemi est encore mieux désigné avec les systèmes sol-sol du plateau d’Albion dont les portées ne permettent d’atteindre que l’URSS, tandis que les systèmes tactiques ou pré-stratégiques confirment entièrement cette désignation. L’ambiguité, toute formelle, a été finalement levée avec la loi de programmation militaire adoptée en 1983, désignant nettement l’URSS comme l’ennemi de la France. Mais, il a fallu que l’ambiguité soit à nouveau introduite, entre autres, en 1987, lors d’un voyage du Premier ministre à Moscou : à une question brutale du représentant soviétique demandant contre qui étaient braqués les systèmes nucléaires français, le porte-parole du Premier ministre répondit qu’ils l’étaient « tous azimuts, depuis de Gaulle »110.

  • 111 Déclaration du maréchal Akhromeev, le 28 février 1987. Agence Tass.

86De leur côté, les Soviétiques n’ont jamais caché qu’ils comptabilisaient les forces nucléaires françaises, tout comme celles des Britanniques avec les américaines, tant au plan opérationnel qu’au plan du désarmement, dont « le processus en cours devra, à un stade ou à un autre inclure la France et la Grande-Bretagne »111. Pour les Soviétiques donc, il n’y a aucun doute.

  • 112 Déclaration du Premier ministre, Pierre Mauroy, à l’institut des hautes études de Défense nationale (...)
  • 113 Déclaration du Premier ministre, Jacques Chirac, à l’institut des hautes études de Défense national (...)

87Les équivoques françaises planent également dans les rapports franco-allemands. Longtemps, les Français se sont félicités de ce que la géographie les plaçait pour la première fois de leur histoire en seconde position face à leurs ennemis, derrière la RFA. Les Français, depuis 1963, ont recherché par tous les moyens à renforcer une alliance spécifique franco-allemande, ne serait-ce que pour éviter que l’Ostpolitik allemande et l’affaiblissement relatif de la protection américaine ne conduise l’Allemagne dans la voie d’une dérive neutraliste qui amènerait la ligne de front à se situer sur le Rhin. Or, l’Allemagne fédérale place comme impératif une défense de l’avant afin d’éviter l’invasion et propose aux Français de démontrer concrètement que leur défense se situe non à la hauteur du Rhin mais de l’Elbe. En 1981, le gouvernement français semblait s’acheminer vers une telle solution en déclarant que « l’agression contre la France ne commence pas lorsqu’un ennemi pénètre sur le territoire national »112. Six années plus tard, alors qu’il était question d’un démantèlement des systèmes nucléaires intermédiaires en Europe, ce qui mettait en péril le concept américain de dissuasion flexible, le gouvernement français, tout en assurant qu’il était indispensable de rechercher « les voies et les moyens d’un renforcement de la dissuasion en Europe »113 maniait toujours l’incertitude en affirmant que « si la survie de la nation se joue aux frontières du pays, sa sécurité, elle se joue aux frontières de ses voisins ». L’équivoque demeurait totale sur le degré d’engagement de la France en faveur de l’Allemagne.

88D’aucuns, parmi les stratèges français avancent que l’incertitude est facteur de dissuasion parce que l’adversaire ignorant les intentions ne peut agir en conséquence. Les Allemands ne voient dans ces allégations qu’un prétexte, puisque le concept français affirme clairement la mise en œuvre de ses moyens nucléaires stratégiques en cas d’atteinte aux intérêts vitaux de la nation, à savoir une attaque majeure directe contre le territoire national. La perception allemande est claire : en cas de défaite des troupes de l’OTAN sur le sol allemand, l’engagement total français ne se produirait que pour défendre la ligne du Rhin avec pour but l’application d’une frappe nucléaire pré-stratégique qui vaudrait signification d’ultime avertissement avant le déclenchement de la frappe stratégique. Dans ce cadre, le territoire allemand serait donc ravagé en premier lieu par la bataille de l’OTAN et en second lieu par la bataille des Français avec tir nucléaire. Les Allemands ainsi ne peuvent accepter que les Français considèrent l’Allemagne comme un glacis de la forteresse « France ».

  • 114 Mitterrand. Réflexions sur la politique extérieure de la France. Paris 1986. p. 96.

89Quant à la question de l’élargissement de la dissuasion nucléaire française au territoire allemand, elle se place également sous le signe de l’équivoque. Les Français allèguent que les Allemands n’ont jamais posé une telle demande, ce qui est exact. Mais, dans certains milieux en Allemagne, on fait remarquer qu’il n’y a jamais eu de propositions nettes faites par la France en ce sens, ce qui est tout aussi exact. La position française s’explique par la conviction que la dissuasion nucléaire n’est crédible qu’en cas d’atteinte au sanctuaire national, intérêt vital du pays, l’appréciation relevant du seul chef de l’Etat. Ainsi, « l’Allemagne ne demande pas à notre pays ce qu’il ne peut donner »114, tant pour une raison conceptuelle donc que pour une raison de crédibilité matérielle : les capacités des systèmes nucléaires français devraient être augmentées pour couvrir par leur puissance dissuasive non seulement la France, mais de fait l’Europe occidentale. Le concept français évoqué, celui d’une dissuasion qui ne peut être que nationale, parce que relevant d’un risque suprême, condamne la crédibilité de la couverture de l’Europe par la dissuasion américaine et transpose donc à l’Allemagne de l’Ouest et à la France la mise en doute faite par la France à l’égard de l’engagement nucléaire américain en faveur de l’Europe. Seul élément de différence, mais il est de taille : la largeur du Rhin n’est pas celle de l’Atlantique et l’intérêt vital de la France semble bien résider dans la survie et l’indépendance de la RFA.

90La proposition du chancelier Kohl émise en 1987 et acceptée par les Français de créer une brigade intégrée franco-allemande a valeur de symbole. Mais ce symbole, en dehors de sa portée politique et militaire, met en lumière les difficultés pratiques de la coopération militaire franco-allemande. En conséquence des accords de Paris de 1954, les troupes ouest-allemandes sont intégrées dans l’OTAN et donc subordonnées au commandement suprême des forces alliées en Europe qui est américain. Afin de tourner la difficulté, les unités allemandes de la brigade ont été prélevées sur les forces territoriales qui restaient sous commandement national. Le même genre de difficultés se retrouve en 1993 lors de la formation de l’Eurocorps, mais avec une ampleur plus grande puisque la contribution allemande atteint une division blindée.

91Pour les Soviétiques, le symbole de la brigade intégrée franco-allemande ne peut prendre sa pleine valeur que par l’acquisition d’une capacité nucléaire, ou par le débouché sur « le centre de puissance » européen sous égide française. Le concept soviétique d’ennemi principal dans la détermination des priorités demande alors impérativement à être révisé.

***

92L’analyse soviétique de la doctrine militaire française ne fait pas exception à une méthodologie qui s’appuie sur la continuité historique pour éclairer, vérifier le bien-fondé de conclusions tirées sur le présent et l’avenir.

93Selon les Soviétiques le développement militaire n’est que le reflet d’une économie et conditionne les possibilités d’une politique qui elle-même détermine les capacités allouées aux forces armées. Dans ce contexte, la France dans l’ Alliance atlantique n’est pas l’adversaire prioritaire immédiatement après les Américains, ce sont les Allemands de l’Ouest.

94Néanmoins, la situation historique dans laquelle s’inscrit le contexte est condamnée à une modification inéluctable. A l’origine de cette modification se trouve le changement du rapport des forces intervenu dans le courant des années soixante-dix : d’une infériorité qui allait en s’amenuisant, les Soviétiques, selon eux, sont passés à l’égalité avec les Américains, ce qui a rompu la crédibilité de la garantie de ces derniers à l’égard des Européens. La valeur de la doctrine française établie par de Gaulle a donc été confirmée aux yeux des Français, ce qui explique pourquoi le gouvernement socialiste s’y est rallié. Une seconde modification du contexte historique, dans le même sens, a encore radicalisé l’évolution : le lancement américain, sans consulter les Européens, d’un programme d’initiative de défense stratégique a pour objectif déclaré la remise en cause de la dissuasion nucléaire, garante aux yeux des Français et des Européens de leur sécurité. Dans ces conditions, l’acceptation de l’hégémonie américaine, déjà contestée par les Français, devient sans objet pour les Européens et il ne peut en découler que des tensions au sein du camp occidental. Mais la force nucléaire française prend alors d’autant plus de valeur.

  • 115 Rapport politique du CC du PCUS, présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au X (...)

95Le concept soviétique établit l’existence de blocs. Il nie catégoriquement la possibilité d’une puissance totalement indépendante du type français, surtout s’il ne s’agit pas d’une superpuissance. La France, pour les Soviétiques, à des degrés divers certes, est intégrée dans le bloc OTAN. La modification du contexte historique amenant une rupture du bloc OTAN entre Américains et Européens, il ne peut en dériver que deux solutions. L’une est un effondrement des Européens glissant vers le neutralisme, les Français et les Britanniques en dernier ; l’autre réside dans le fait « que de nouveaux centres de forces impérialistes feront leur apparition »115 et notamment « un centre de puissance » européen prenant en charge la sécurité proprement européenne, ce qui s’assimile à la création d’un nouveau bloc, hostile par ailleurs aux Soviétiques, dégagé de l’hégémonisme américain et bâti autour des Français et des Allemands auxquels pourraient se joindre les Britanniques. Alors, ce bloc, au plan militaire sous la prépondérance nucléaire française, conduirait à une révision de la définition de l’ennemi principal qui, en Europe, ne serait plus les Etats-Unis dominant l’OTAN, mais ce « centre de puissance » européen animé par les Français grâce à leur puissance nucléaire et spatiale. Un tel bloc serait rival du tandem Etats-Unis-Japon, mais, en Europe, il deviendrait pour le pacte de Varsovie l’ennemi principal, la France nucléaire au premier chef.

96L’examen de la suite historique, depuis 1917 et même avant, démontre que l’ambition constante de la France a été de retrouver le rôle prépondérant, en Europe, qui fut le sien au xixe siècle. Cependant, depuis 1918, l’autre constante historique de la France est de refuser de s’engager à l’est en premier. Cette constante, après avoir conduit, entre autres, les Français à la défection de Munich, les a freinés durant les années quatre-vingt dans une prise de responsabilité majeure vis-à-vis de leur alliance militaire avec l’Allemagne.

97L’évolution des relations soviéto-françaises est placée sous le signe d’une dégradation permanente. La politique gaulliste dans un souci de balancement des alliances avait établi des relations privilégiées entre l’URSS et la France, relations privilégiées par rapport à celles qu’entretenait l’URSS avec les Occidentaux. La politique gaulliste trouva en correspondance le réalisme soviétique. Par la suite, que ce soit dû à un atlantisme de plus en plus prononcé ou à la volonté de constituer un « centre de puissance » autonome, l’antisoviétisme français gagna sans cesse du terrain.

  • 116 In Le monde du 16 mai 1987.

98Aux yeux des Soviétiques, le gaullisme a disparu et c’est ce qui amena le Secrétaire général du Parti à interpeler brutalement le Premier ministre français en 1987 : « Alors, vous vous prétendez toujours gaulliste ? »116.

  • 117 Agence Tass, le 8 mai 1987.
  • 118 In La Russie soviétique du 20 mai 1987, Babenko, Il était une fois...

99L’antisoviétisme français a surtout progressé durant les années quatre-vingt. Il s’est notamment signalé par l’opposition de la France au démantèlement des installations de missiles à portée intermédiaire implantées en Europe, par la convergence des politiques extérieures de la Chine et de la France dans leur hostilité à l’égard de l’URSS et par un soutien aux résistants afghans, qui « consiste en une poursuite, et même une escalade, des actions agressives contre l’Afghanistan »117, exprimé, entre autres, lors de la rencontre du ministre français des Affaires étrangères avec les chefs de la rébellion afghane, à Islamabad en mai 1987. Mais, l’antisoviétisme a surtout été répandu dans l’ensemble de la population à la suite d’un long travail de propagande. C’est ainsi qu’un observateur soviétique, après avoir remarqué que « les antisoviétiques de tout poil s’efforcent de gommer toute référence à l’URSS dans les manuels scolaires », note : « Mon travail en France m’amène à rencontrer des élèves de classe de terminale. Je suis souvent frappé de voir combien leurs connaissances sur notre pays, sur son histoire, et encore plus sur ses acquis, ses soucis, ses problèmes, sont peu nombreuses, imprécises, confuses »118.

100Traditionnellement, par souci de réalisme politique, les Soviétiques ont préféré les gouvernements de droite français à ceux de gauche, surtout ceux des socialistes, les éternels « socio-traîtres ». A la fin des années quatre-vingt, les Soviétiques ne font plus de différence : le réalisme gaulliste a disparu au profit d’une franche hostilité caractérisée.

101Le démantèlement des systèmes soviétiques et américains à portée intermédiaire et à plus courte portée, SS-20 et Pershing II, devenu effectif à la suite des accords conclus en décembre 1987, a eu pour conséquence de laisser, comme seules forces nucléaires basées en Europe, les systèmes français et britanniques. Pour les Soviétiques, les Britanniques, totalement liés aux Américains, ont des forces nucléaires sans indépendance réelle, totalement contrôlées par les Américains. Il en découle que les forces nucléaires françaises gagnent une puissante valeur ajoutée : leur indiscutable indépendance leur fait perdre le rôle d’un simple potentiel additionnel à celui des Américains pour leur conférer donc une importance d’autant plus forte qu’est prise en compte l’hypothèse d’un conflit limité à l’Europe, sans intervention nucléaire américaine par crainte de représailles soviétiques sur le sol des Etats-Unis. Le découplage des défenses nucléaires de l’Ancien et du Nouveau Continent conforte ainsi les Soviétiques à hisser la France au rang de leur ennemi principal en Europe en lieu et place de l’Allemagne fédérale.

102L’incidence sur la stratégie militaire soviétique, et sur l’impasse à laquelle elle a abouti, fait partie intégrante de l’étude spécifique en la matière.

103Avec la fin de la guerre froide et le passage du concept de confrontation à celui du partenariat au début de la décennie quatre-vingt-dix, les Soviétiques ne recherchent pas pour autant la France comme partenaire principal en Europe, à l’image de leur démarche à l’égard des Etats-Unis. En effet, si les Etats-Unis, d’ennemi principal à l’échelon du monde, sont devenus le partenaire principal, c’est parce que s’additionnait à leur capacité militaire celle de la première puissance économique mondiale. La supériorité de la France, par rapport à l’Allemagne, n’existe que dans le domaine nucléaire, pas dans celui des forces conventionnelles et encore moins en économie. Dès que cesse la confrontation militaire entre l’Est et l’Ouest, le potentiel nucléaire de la France perd de sa valeur. Pour les Soviétiques, l’Allemagne, avec sa puissance économique, devient alors leur partenaire principal en Europe. Il en découle tout ce que cela comporte de conséquences politiques.

104Seule une instabilité en Europe, ramenant au premier plan la suprématie de la puissance militaire, est susceptible d’amener Moscou à modifier son point de vue, à moins encore que l’économie française ne devienne le pivot de l’Europe. Cependant, la France reste inquiétante à un autre point de vue : elle s’est trouvée une vocation européenne, elle cherche à faire de l’Europe un centre de puissance.

105Le rejet du marxisme-léninisme et le nouvel ordre international né de l’effondrement du pacte de Varsovie et de l’URSS ne supprime pas la perception d’une menace, même militaire, aussi bien au niveau de l’Alliance atlantique que de l’Europe et de la France. Cette perception devient moins aiguë, moins brutale, s’inspire inévitablement d’un héritage marxiste-léniniste, mais procède également, désormais, d’une classique analyse géopolitique qui préconise le maintien des équilibres militaires. C’est ce qu’illustre le très sec refus opposé, le 23 janvier 1992, à la proposition émise à Moscou par le ministre français des Affaires étrangères d’une aide française au démantèlement des systèmes nucléaires pris en charge par la Russie en échange de l’annulation de la dette soviétique et d’un appui économique. Le même refus, auparavant, avait été signifié à des propositions semblables américaines et britanniques. La Russie prend l’héritage de la défunte Union soviétique.

106Ses capacités nucléaires indépendantes et son programme spatial font de la France le noyau prépondérant d’un centre de puissance militaire proprement européen qui représente désormais une menace essentielle incontournable. A moins que les rapports de force n’arrivent à être bannis des relations internationales !

Notes

1 Jiline. La politique de blocs militaires de l’impérialisme. Moscou, 1980. p. 5.

2 Rapport politique présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

3 Rapport politique présenté par L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC de PCUS au XXVIe congrès du PCUS, le 23 février 1981.

4 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 11

5 Rapport politique présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

6 Dictionnaire encyclopédique militaire. Moscou, 1984. p. 712.

7 Qui menace la paix. Moscou, 1982. p. 58.
Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 15.

8 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 67.

9 « Ustrašenijé » in Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1979. T. 7, p. 563.

10 Ibidem, « Sděrživanijé ».

11 Ibidem, « Stratégija s pozicij sily ».

12 Ibidem, « Polytika s pozicij sily ».

13 In L’étoile rouge, du 12 mai 1982, déclaration du maréchal Oustinov, ministre de la défense de l’URSS.

14 In L’étoile rouge du 8 août 1980, Semejko. L’enjeu sur un potentiel de première frappe.

15 Koulikov. La défense collective du socialisme. Moscou, 1982. p. 52.

16 Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou, 1982. p. 44.

17 Rapport politique présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

18 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 16.

19 En russe, « gibkogo reagirovanija strategija », en anglais, « flexible response ».

20 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 68.

21 In la revue Les Etats-Unis : économie, politique, idéologie n° 3, de mars 1984. Moscou. Bogdanov et Podberezkin. Notes sur la course qualitative aux armements.

22 FOFA, sigle de « Forces – On – Follow Attack ».

23 In la revue Les Etats-Unis : économie, politique, idéologie n° 9, de septembre 1985. Moscou. Kokošine. Le plan de Rodgers, concepts alternatifs de la défense et de la sécurité en Europe.

24 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1979. T. 7, p. 74.
Dictionnaire encyclopédique militaire. Moscou, 1984. p. 602.

25 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1979. T. 7, p. 555.

26 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 81.
Dictionnaire militaire encyclopédique. Moscou, 1984. p. 747.

27 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1979. T. 7, p. 74.

28 Cf. Dictionnaire encyclopédique militaire. Moscou, 1984. p. 64.

29 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1976. T. 2, p. 542.

30 Dictionnaire encyclopédique soviétique. Moscou, 1984. p. 190.

31 « Réalističeskogo ustrašenija stratégija » ; stratégie d’intimidation réaliste par l’épouvante.
« Réalističeskogo sděrživanija stratégija » : stratégie de l’endiguement réaliste.

32 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 15.

33 Cf. les rapports présentés par L.I. Brejnev. Secrétaire général du CC du PCUS aux XXVe et XXVIe congrès du PCUS, les 24 février 1976 et 23 février 1981.

34 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

35 Jiline. La politique de blocs militaires de l’impérialisme. Moscou, 1980. p. 295.

36 Organisation du Traité de l’Asie du Sud-Est.

37 CENtral Treaty Organization.

38 Dictionnaire encyclopédique militaire. Moscou, 1984. p. 519.

39 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1976. T. 2, p. 74.

40 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 324.

41 Dictionnaire militaire encyclopédique. Moscou, 1984. p. 785.

42 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 324.

43 Ibidem, p. 322.

44 Jiline. La politique de blocs militaires de l’impérialisme. Moscou, 1980. p. 57.

45 Ibidem, p. 50.

46 Ibidem, p. 90.

47 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 324.

48 Jiline. La politique de blocs militaires de l’impérialisme. Moscou, 1980. p. 85.

49 Naročnikov. Les traditions léninistes de la politique étrangère de l’Union soviétique. Moscou, 1977. p. 121.

50 Jiline. La politique de blocs militaires de l’impérialisme. Moscou, 1980. p. 89.

51 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 20.

52 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 9.

53 Naročnikov. Les traditions léninistes de la politique étrangère de l’Union soviétique. Moscou, 1977. p. 125.

54 Ibidem, p. 130.

55 Ibidem, p. 128.

56 Narocnikov. Les traditions léninistes de la politique étrangère de l’Union soviétique. Moscou, 1977. p. 129.

57 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 28.

58 Naročnikov. Les traditions léninistes de la politique étrangère de l’Union soviétique. Moscou, 1977. p. 138.

59 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 9.

60 Ehrenbourg. La chute de Paris. Paris, 1945. p. 9.

61 Cf. Molšanov. Le Général de Gaulle – Biographie. Moscou, 1980. 2e édition.

62 Rakhmaninov. Le problème de la sécurité européenne. Moscou, 1979. p. 143.

63 Ibidem, p. 144.

64 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 324.

65 Rakhmaninov. Le problème de la sécurité européenne. Moscou, 1979. p. 171.

66 Rakhmaninov. Le problème de la sécurité européenne. Moscou, 1979. p. 156.

67 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 325.

68 Rakhmaninov. Le problème de la sécurité européenne. Moscou, 1979. p. 201.

69 Jiline. La politique de blocs militaires de l’impérialisme. Moscou, 1980. p. 238.

70 Cf. in la revue La vie internationale n° 7, Moscou, juillet 1963. Vladimirov. Les conséquences funestes du chantage atomique.

71 Efremov. L’Europe : l’arme nucléaire. Moscou, 1972. p. 108.

72 Rakhmaninov. Le problème de la sécurité européenne. Moscou, 1979. p. 251.

73 In la revue L’économie mondiale et les relations internationales n° 8. Moscou, août 1978. Vorontsov, Les relations américano-françaises, p. 27.

74 In La Russie soviétique du 13 avril 1984. Arsenjev, La France et la perfidie des vents froids.

75 In Pravda du 4 mai 1987.

76 In L’étoile rouge du 29 janvier 1985, conférence de presse à Paris du Secrétaire général du CC du PCUS C. Tchernenko.

77 In Pravda du 4 mai 1987.

78 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 8.

79 Lukine. Les centres de forces : concepts et réalité. Edition, Les relations internationales. Moscou, 1983.

80 Rakhmaninov. Le problème de la sécurité européenne. Moscou, 1979. p. 187.

81 Jiline. La politique de bloc militaire de l’impérialisme. Moscou, 1979. p. 218.

82 Zorine. La politique étrangère des pays capitalistes. Moscou, 1983. p. 109.

83 Cf. Slavenov. La politique extérieure de la France. Moscou, 1981.

84 Sulickaja. La Chine et la France, 1974-1981. Moscou, 1983. p. 135.

85 In Pravda du 1er juin 1983, Mythes et réalité.

86 Cf. L’étoile rouge du 18 mai 1984, Nikanorov, L’indulgence du militarisme.

87 Lukine. Les centres de puissance : concepts et réalité. Moscou, 1983. p. 87.

88 Ibidem, p. 88

89 In Izvestija du 4 mars 1984.

90 In Pravda du 23 juin 1987.

91 Conférence de presse du vice-ministre des Affaires étrangères de l’URSS, Wladimir Petrovsky, assisté des généraux Červov et Garejev de l’Etat-major général des Forces années de l’URSS, le 22 juin 1987. Agence Tass.

92 Cf. la revue Le communiste des forces armées N° 5. Moscou, mars 1985, Rosupine, Pour solde de tout compte : les forces nucléaires de l’Angleterre et de la France.

93 In le quotidien ouest-allemand Bild du 2 mai 1987, entretien avec M. Strauss.

94 Cf. Izvestija du 9 août 1985.

95 In la revue Economie mondiale et relations internationales » n° 10. Moscou, 1984. Kudrijavcev, La France et la construction européenne.

96 Kudrijavcev. La France et le programme américain de guerre des étoiles. Agence de presse Novosti, 13 décembre 1985.

97 Jiline. La politique de blocs militaires de l’impérialisme. Moscou, 1979. p. 395.

98 Cf. Lukine. Les centres de puissance : concepts et réalité. Moscou, 1983.

99 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 44.

100 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 21.

101 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 326.

102 In Le journal économique n° 22. Moscou, mai 1987. Jurjev. Des résultats peu encourageants.

103 Agence Tass, le 27 avril 1987.

104 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 326.

105 Cf. Military balance. Institut international d’études stratégiques. Londres.

106 In L’étoile Rouge du 3 janvier 1990. Selon la même conception.

107 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1978. T. 5, p. 663.

108 Kolker. L’Afrique et l’Europe occidentale : les relations politiques. Moscou, 1982.

109 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1980. T. 8, p. 327.

110 In Le monde du 9 mai 1987.

111 Déclaration du maréchal Akhromeev, le 28 février 1987. Agence Tass.

112 Déclaration du Premier ministre, Pierre Mauroy, à l’institut des hautes études de Défense nationale, le 14 septembre 1981.

113 Déclaration du Premier ministre, Jacques Chirac, à l’institut des hautes études de Défense nationale, le 12 septembre 1987.

114 Mitterrand. Réflexions sur la politique extérieure de la France. Paris 1986. p. 96.

115 Rapport politique du CC du PCUS, présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

116 In Le monde du 16 mai 1987.

117 Agence Tass, le 8 mai 1987.

118 In La Russie soviétique du 20 mai 1987, Babenko, Il était une fois...

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search