Version classiqueVersion mobile

Stratégie soviétique et chute du pacte de Varsovie

 | 
Henri Paris

Chapitre I. Pensée militaire soviétique et coexistence pacifique

Texte intégral

1La prépondérance de l’Union Soviétique modèle tous les domaines au sein du bloc qu’elle forme avec ses alliés. Au premier plan, son idéologie fait de l’Union Soviétique une véritable théocratie marxiste dont le magistère conduit, entre autres, tout à la fois la pensée militaire comme la norme en matière de relations internationales, norme qui se traduit dans la deuxième partie du xxe siècle par le concept de « coexistence pacifique ».

2Ces deux éléments en se combinant étroitement forment la base du système soviétique, allant jusqu’à structurer profondément l’organisation sociale et économique du bloc de l’Est. C’est sur eux que porte l’examen qui est de première importance.

L’essence et la nature de la guerre

3Dès l’origine, l’Etat des Soviets fut confronté au problème de la guerre étrangère et civile, puis au duel qui l’opposa d’abord à l’Allemagne nazie, ensuite aux Occidentaux. Les dirigeants soviétiques étaient donc condamnés à se plonger dans les problèmes stratégiques. Cependant, outre la pratique, la théorie marxiste incitait les Soviétiques à étudier minutieusement les rapports de force et donc leur aboutissement éventuel sous forme d’affrontements armés. Ainsi, l’étude de la guerre fait partie intrinsèquement du marxisme qui se veut une science et que développa notamment Lénine, en continuation de Marx et d’Engels.

4Pour les marxistes, le moteur de l’histoire est la lutte des classes dont la transposition dans l’arène internationale est la guerre, qu’elle soit civile ou étrangère. La guerre, en tant que phénomène social, ne peut disparaître donc qu’en conséquence de l’extinction de la lutte des classes, c’est à dire avec la victoire inéluctable du socialisme scientifique sur le capitalisme, ce qui permettra l’instauration définitive du communisme à l’échelon planétaire. S’il n’y a pas guerre, la menace n’en subsiste pas moins due à la nature même du capitalisme, essentiellement agressive, qui cherche à surmonter ses contradictions internes en déclenchant des conflits.

5La guerre, comme tout phénomène social, répond à une science qui obéit à des lois, dont la découverte, grâce à la méthodologie marxiste-léniniste permet d’assurer la victoire.

6Penser la guerre vise à la prévoir, soit pour la prévenir, soit pour la mener. L’école de pensée soviétique en matière militaire s’est efforcée de créer un modèle normatif qui puisse répondre à toutes les interrogations et servir de cadre aussi bien à la réflexion qu’à l’action. A cet effet, les Soviétiques ont procédé à l’établissement d’une classification des guerres et ont, parallèlement, organisé toutes les disciplines relevant de la question militaire en deux grands ensembles étroitement liés l’un à l’autre, la doctrine militaire et la science militaire.

7La classification des guerres ne se cantonne pas à la théorie et à l’abstraction : elle est surtout un instrument prévisionnel appliqué à la pratique et se veut en prise avec la réalité. Les critères retenus se rapportent à quatre grands domaines : d’abord l’appréciation de la légitimité du conflit, puis son ampleur, ensuite son caractère technico-militaire et enfin, ce qui donne l’ossature de la classification marxiste-léniniste des guerres, sa nature socio-historique et socio-politique.

  • 1 Cf. Marx et Engels. Œuvres complètes. Moscou, 1970. T. 38, p. 337.
  • 2 Volkogonov. La guerre et l’armée. Moscou, 1977. p. 80.

8Le critère de légitimité d’une guerre se réfère intégralement à une distinction des guerres d’après leur caractère juste ou injuste opéré par Marx et reprise par Lénine1. Ce serait cependant un très grave contresens que de considérer le caractère d’une guerre définie par les Soviétiques comme juste ou injuste en terme de valeur morale. Il s’agit d’une appréciation politique obtenue par une analyse dialectique qui vise à définir un critère permettant de classer le conflit intrinsèquement, en fonction de son intérêt pour les causes confondues de l’Union soviétique et du prolétariat. C’est ainsi que « la compréhension des catégories de guerre englobe les différentes guerres justes et injustes selon un contenu politique concret en soi »2. Le critère de classification retenu implique logiquement que l’une des deux parties qui mène la guerre est un allié virtuel de l’URSS parce que son action favorise la cause soviétique à court ou à long terme.

9Le critère de l’ampleur vise à déterminer l’échelle d’une guerre reprenant une distinction opérée par Engels entre guerres mondiale et locale. La distinction porte essentiellement sur le théâtre d’opération concerné, qui est géographiquement limité, en cas de guerre locale, et s’étendant à la planète en cas de guerre mondiale. Un type de guerre locale a été fourni par les conflits vietnamien, coréen, des Malouines et d’Afghanistan. La limitation porte sur l’aire géographique touchée et non sur les armements.

10Le caractère technico-militaire de la guerre conduit à un troisième critère de discrimination qui, par bien des aspects, rejoint celui de l’ampleur de la guerre. Ce critère a essentiellement trait aux moyens militaires utilisés qui impriment leur marque distinctive au conflit en combinaison avec l’environnement.

  • 3 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 13.

11La méthodologie soviétique appliquée à cette réflexion l’a traduite en une loi de la montée inéluctable aux extrêmes stipulant que, les intérêts vitaux d’une partie étant en cause, la partie ne peut qu’utiliser tous les moyens militaires à sa disposition et notamment l’arme nucléaire, sans aucune restriction, si elle la possède, ne serait-ce que dans le but de sa survie. La possibilité de l’emploi de l’arme nucléaire est donc le critère technico-militaire fondamental. Et une escalade vers l’extrême de la violence est tout à fait concevable dans un processus analogue à celui qui transforme une guerre locale en guerre mondiale. En effet, « il n’est pas exclu qu’une guerre commençant localement ne puisse se transformer en guerre mondiale, comme ce fut le cas avec la Seconde Guerre mondiale, et une guerre avec emploi des armes conventionnelles en une guerre avec utilisation de l’arme nucléaire3.

  • 4 Cf. Lénine. Œuvres complètes. Moscou, 1970. T. 49, p. 118, 369 et 370 ; T. 32, p. 80.

12L’ossature de la classification des guerres est donnée par les critères socio-historique et socio-politique établis par Marx et Engels, puis repris par Lénine qui évidemment n’y avait pas porté les caractéristiques qu’ouvrait l’ère nucléaire. Cependant, les quatres types de guerre distingués ont été maintenus4.

13Le premier type concerne l’affrontement entre les deux systèmes sociaux opposés. Ce sera inéluctablement une guerre de coalition opposant les Etats, expressions du socialisme et du capitalisme, guerre qui prendra obligatoirement la forme d’une guerre mondiale nucléaire, puisqu’il y va de la survie de l’un des camps et que ces Etats sont en possession d’armes nucléaires. Le camp perdant cessera d’exister en tant que structure sociale organisée.

  • 5 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 348.
  • 6 Cf. L’étoile rouge du 15 mars 1980.

14Le deuxième type de guerre codifie « les guerres civiles entre le prolétariat et la bourgeoisie ou les masses populaires et les forces réactionnaires soutenues par les impérialistes d’autres pays »5. Le conflit afghan répond, entre autres, à ce type de guerre dans laquelle l’URSS et le camp socialiste se doivent de soutenir les forces se réclamant du socialisme, au nom du concept de l’internationalisme prolétarien6, ce qu’elles ont fait militairement à partir de décembre 1979. L’engagement soviétique fut, cependant, reconnu par la perestroïka comme une erreur.

15Troisième type de guerre, les guerres de libération nationale qui mettent aux prises les peuples dominés luttant contre des invasions perpétrées par des Etats impérialistes. Se classent dans ce type de guerre, entre autres, les guerres engagées par les Français contre les Espagnols en 1807 et contre les Russes en 1812, comme l’intervention des forces de l’Entente contre les Soviétiques en 1918 et la lutte des Français contre les Allemands de 1940 à 1945. A l’époque contemporaine, ce type de guerre est surtout représenté par les conflits menés par les Etats colonialistes ou néo-colonialistes. Les guerres de libération nationale n’opposent pas nécessairement le prolétariat à l’impérialisme, notamment en ce qui concerne les guerres coloniales. Si l’impérialisme est toujours partie prenante, son adversaire peut très bien être une bourgeoisie nationaliste ; en ce cas intervient avec force la nécessité de déterminer le caractère juste ou injuste d’une telle guerre. C’est ainsi que se pose aux Soviétiques le problème de la Libye dans le courant des décennies soixante-dix et quatre-vingt, car il est établi que le dirigeant libyen, Khadaffi, n’est en rien marxiste-léniniste.

16Dernier type de guerre, les affrontements entre impérialistes, entre nations capitalistes, n’ont pas disparu. Cette catégorie de conflits, la plus fréquente dans l’histoire, a été illustrée notamment par les Première et Seconde Guerre mondiales opposant les coalitions dirigées d’une part par l’Entente comprenant la Russie impériale et par l’Allemagne, puis par le Royaume-Uni et la France et par l’Allemagne nationale-socialiste en 1939.

17L’ossature procurée par les critères socio-politique et socio-historique forme une véritable matrice qui permet l’interaction de la combinaison des autres critères.

18Le danger qu’offre cette classification codifiée des guerres est un automatisme qui amène un engagement mécanique dans un conflit. Pour une large part, c’est ce type d’approche qui conduisit l’URSS à entrer dans la guerre d’Afghanistan.

19Toutes les questions relevant du domaine militaire, de près ou de loin, sont incorporées dans un ensemble de disciplines, de systèmes rigoureusement codifiés. Ce grand ensemble se subdivise en deux sous-ensembles : la doctrine militaire et la science militaire.

  • 7 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1977. T. 3, p. 225.
  • 8 Cf. Dictionnaire encyclopédique militaire. Moscou, 1984. p. 240.
    Cf. Ogarkov. L’histoire enseigne la (...)
  • 9 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 346.
  • 10 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 345

20Par doctrine militaire, les Soviétiques entendent « un système de points de vue, qu’adopte l’Etat en un temps donné, sur les buts et le caractère de la guerre potentielle, sur sa préparation par le pays et les forces armées, et aussi sur les modalités de la mener »7. Quelles que soient les formulations employées, la définition ne diffère que par des détails infimes et détermine le même concept et la même unité dans la pensée8. Il s’agit d’un corps de doctrine résolument prévisionnel. Tout Etat, qu’il soit capitaliste ou marxiste, a une doctrine militaire, mais « ce qui constitue la pierre angulaire de la doctrine militaire de tout Etat, c’est la conception qu’elle comporte de l’essence de la guerre »9. Les questions essentielles que pose la doctrine militaire et auxquelles elle apporte une réponse relèvent de la détermination de l’ennemi et, en cas d’une coalition, de l’ennemi principal dont le traitement demande la concentration des efforts, du caractère de la guerre potentielle et de ses objectifs comme des problèmes qu’elle soulève, des caractéristiques et du volume des forces armées nécessaires pour résoudre les problèmes posés, de la préparation à la guerre des armées et du pays et des moyens indispensables pour mener la guerre jusqu’à son aboutissement victorieux. Toute une série de paramètres, en interaction perpétuelle, compose la doctrine militaire, ce qui fait que « la doctrine militaire soviétique, surtout dans sa partie militaire, ne reste pas immuable »10.

21La transformation essentielle intervenue à partir de la perestroïka de 1986 réside dans le but premier assigné à la doctrine militaire : prévenir la guerre et non plus obtenir la victoire. Ce n’est qu’en cas d’échec de la prévention de la guerre que la victoire est l’objectif primordial. Et encore, la victoire se définit-elle théoriquement par le rejet de l’agression et non plus par l’anéantissement de l’ennemi.

  • 11 Ibidem, p. 344
  • 12 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 58.

22Cette doctrine se divise « en deux groupes de questions liés réciproquement, politiques et militaires »11, formant « deux parties étroitement unies et interdépendantes, à savoir les domaines socio-politique et militaro-technique »12.

  • 13 Ibidem, p. 59

23« Cependant la partie socio-politique occupe une position dirigeante, déterminante »13, car elle étudie au premier chef les buts politiques de la guerre, la base économique et sociale de la nation et de l’ennemi, ce qui détermine le potentiel dans lequel s’inscrit la constitution et le maintien au niveau voulu des forces armées.

24Les aspects militaro-techniques de la doctrine militaire soviétique s’attachent plus précisément à l’édification de l’appareil militaire dans sa globalité, à la constitution des forces armées comme à leur dotation en moyens et aux procédés de préparation et de conduite éventuelle des opérations.

25La doctrine militaire soviétique pose ainsi des bases intangibles à partir desquelles la science militaire doit s’élaborer. En premier lieu, l’URSS ne se veut pas agressive. En second lieu, s’il y a guerre, le but est non seulement de repousser l’agression, mais encore d’anéantir l’adversaire par une victoire militaire totale, ce qui ne peut être obtenu que par l’offensive. A ce sujet, il est nécessaire de souligner qu’il n’y a aucune contradiction en termes militaires entre une doctrine défensive, non agressive, et une stratégie offensive. Reste à définir exactement ce qu’est l’agression par contre ! La perestroïka définit l’agression par l’attaque. Mais peut-on attendre cette attaque sans la prévenir, avec toutes les erreurs d’appréciation que comporte un tel concept ? Dernier point, la surprise joue un rôle primordial.

  • 14 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1976. T. 2, p. 183.
    Dictionnaire encyclopédique militaire (...)
  • 15 Cf. Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 313. Cf. Ogarkov. L’histoire (...)

26La science militaire est « un système de connaissances sur le caractère et les lois de la guerre, la préparation des forces armées et du pays à la guerre et les procédés de sa conduite »14. Tous les stratèges soviétiques s’appuient sur le même concept15 pour établir une division de la science militaire en deux grandes branches ou rameaux. En premier lieu, il s’agit de l’étude et de la réalisation concrète de l’organisation du pays en vue de la guerre, tant en ce qui concerne les aspects économiques que politiques et les institutions proprement militaires telles que la mobilisation, la défense civile, les transports, l’esprit de défense... La deuxième branche a trait à la théorie et à l’exécution de la conduite de la guerre et des opérations militaires. Il s’agit de « l’art militaire » qui se subdivise en trois disciplines, stratégie, art opératif et tactique, qui toutes trois englobent des procédés de conduite, de commandement, d’instruction et d’éducation des troupes. Il s’agit bien ici d’art, puisqu’intervient le facteur humain. La connaissance des lois de la guerre et de ses principes d’application n’est pas suffisante, encore faut-il une application correcte et la détermination opportune des circonstances à l’occasion desquelles jouent d’une manière précise ces lois de la guerre. Le talent et l’expérience du stratège, de l’homme de guerre, opèrent donc pour une partie non négligeable.

  • 16 Sokolovsky. Stratégie militaire. Moscou, 1968. Traduction française, Paris, 1984. p. 25.
  • 17 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 349.
  • 18 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 58.

27La stratégie « occupe la première place dans l’art militaire »16, « en représente le domaine supérieur »17. « Partie constituante de l’art militaire et son domaine supérieur, elle embrasse la théorie et la pratique de la préparation des troupes à la guerre »18.

  • 19 Dictionnaire encyclopédique militaire. Moscou, 1984. p. 514.
  • 20 Cf. Guibert. Essai général de tactique. Paris, 1803. Réédition partielle, édition Copernic. Paris, (...)

28L’art opératif découle de la stratégie et « occupe une place intermédiaire entre la stratégie et la tactique »19. Il traite des opérations des différentes armées, des groupements importants de forces sur des théâtres d’opérations considérés isolément. Cette conception recouvre celle qu’avait un penseur militaire français du xviiie siècle, Guibert, lorsqu’il parlait de « grande tactique »20.

  • 21 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 354.
    Rezničenko. La tactique. Mos (...)

29De même que l’art opératif est subordonné à la stratégie, la tactique l’est à l’art opératif en englobant « la théorie et la pratique du combat des unités, formations et Grandes Unités »21 dont le niveau se situe à celui de la division et au dessous, c’est-à-dire concernant le commandement d’une dizaine de milliers de combattants et moins.

  • 22 Cf. Beaufre. Introduction à la stratégie. Paris, 1964.

30En cherchant une comparaison avec les concepts occidentaux et à condition de faire abstraction de la méthodologie comme de l’existence de lois de la guerre, le concept soviétique de doctrine militaire recouvre à peu près la compréhension qu’ont les Occidentaux, et notamment les Français, du contenu de la politique de défense allié à celui d’une polémologie prévisionnelle. Quant à la stratégie militaire, pour reprendre la définition occidentale utilisée par le général Beaufre22, elle est l’art de combiner les forces en vue d’obtenir le résultat déterminé par une politique de défense. Et dans cette conception, la tactique est l’art de combiner les armes et les armées en vue d’atteindre un objectif concret déterminé par la stratégie militaire. Pour les Soviétiques, stratégie militaire et tactique combinent bien les mêmes éléments, mais la combinaison en question ne relève pas d’un art : elle est une science qui impose à l’homme de guerre d’appliquer des lois donnant la victoire.

31Le concept soviétique, rigoureusement codifié, d’une massive cohérence, sera nécessairement moins sujet à des contingences que ses homologues occidentaux. De ce fait, il est marqué du sceau de la continuité, mais aussi de la lourdeur.

32L’architecture de la pensée militaire soviétique dans son agencement, sa méthodologie et sa codification présente un hermétisme impénétrable sans l’appréhension de ses fondements marxistes. L’école de pensée militaire soviétique se veut scientifique, pétrie de certitudes, fait référence à des lois qui imposent leur déterminisme, procède à la découverte de nouvelles lois appliquées encore plus directement au domaine militaire, renforçant ainsi ce déterminisme au point d’enserrer tout concept, quel que soit son niveau, dans un système clos et rigoureusement codifié. Le mérite de la démarche est de promouvoir une absolue cohérence et le désavantage une rigidité indéniable à laquelle les Occidentaux ne sont pas habitués et les déroute.

33Bien souvent, les Occidentaux, ayant tendance à prêter à leurs adversaires leurs propres concepts ou à créditer l’ennemi d’une stratégie qu’ils voudraient lui voir utiliser et non de celle qu’il a, rejettent les fondements marxistes du système militaire soviétique, parce qu’ils leur paraissent relever d’une idéologie totalement inutile en la matière. La rigidité de la pensée militaire soviétique la rend alors d’autant plus obscure.

  • 23 In Pravda du 12 juin 1981.
  • 24 Lénine. Œuvres complètes. Moscou. T. 45, p. 409.

34Le marxisme-léninisme est peut-être un habillage, mais sa langue, sa méthodologie, sa façon de raisonner ont imprégné la société soviétique au point de lui donner une nouvelle nature, un nouveau vocabulaire, une nouvelle manière de s’exprimer. Lénine est devenu une référence normale au point de n’être plus ressentie comme telle. Lorsque dans sa lettre au Comité central du Parti polonais, le Comité central du Parti soviétique, traitant de la situation polonaise, en 1981, reprend en conclusion les paroles du Secrétaire général du CC du PCUS au XXVIe congrès – « Nous ne laisserons pas porter atteinte à la Pologne socialiste et n’abandonnerons pas au malheur un pays frère »23 – les Soviétiques et même Brejnev sont-ils conscients qu’il y a là répétition d’une formulation de Lénine prononcée dans des circonstances semblables alors que les forces contre-révolutionnaires blanches marchaient sur Petrograd, à savoir, « Nous ne nous abandonnerons pas au malheur »24 ? Par contre, il est certain que le Secrétaire général Gorbatchev avait parfaitement conscience qu’il reprenait la même démarche que Lénine, avec son décret sur la paix de 1917 adressé aux peuples du monde par dessus les gouvernements, en s’adressant le 15 janvier 1986 aux opinions publiques mondiales avec son plan de désarmement. Les deux démarches, d’ailleurs, eurent le même insuccès. Qu’il y ait depuis les années soixante une baisse de la ferveur idéologique à l’Est, et que l’URSS n’y fasse pas exception, est un point acquis dont le constat a été dressé par les différents congrès du parti communiste sans faire mention de l’effondrement des partis communistes intervenus parmi les alliés du pacte de Varsovie, dans le courant de l’été 1989. Et chaque congrès a été l’occasion d’appeler le Parti à retrouver et à répandre une rigueur marxiste, à faire preuve de militantisme. Quoi qu’il en soit, la baisse de l’idéologie ne met pas en cause les comportements acquis et surtout les systèmes de raisonnement dans lesquels baigne toute réflexion en Union soviétique, entre autres, la réflexion stratégique. Les Soviétiques, quant à eux, considèrent leur concept militaire et leur raisonnement stratégique comme des instruments hors pair, ce qu’a démontré leur victoire de 1945.

  • 25 Marx et Engels. Œuvres complètes. Moscou, 1977. T. 7, p. 509.
  • 26 Ibidem, p. 510.

35L’école de pensée militaire soviétique a gagné les pays du pacte de Varsovie et régit l’ensemble de leurs forces armées. Cette pensée militaire est un produit du marxisme, dont la valeur est attestée par la réussite en la matière des Soviétiques, et se distingue radicalement de ce que peuvent concevoir les Occidentaux, à la lumière des prévisions d’Engels écrivant que l’Etat prolétarien « aura son expression particulière dans l’art militaire et créera sa méthode particulière nouvelle »25. Toute la vision historique du Pacte se retrouve dans cette conception, puisque, suivant Engels toujours, « la nouvelle science militaire sera un produit des rapports sociaux nouveaux, aussi nécessaire que la science de la guerre créée par la Révolution et Napoléon et qui était un résulat inévitable des nouveaux rapports engendrés par la Révolution »26. Les mêmes causes produisant les mêmes effets dans des circonstances semblables, le concept militaire marxiste-léniniste doit être le gage de la victoire ou de l’absence de guerre.

  • 27 Appel du Congrès des députés du peuple de l’URSS aux peuples du monde. Moscou, 9 juin 1989. Agences (...)
  • 28 Conférence de presse de M. Gorbatchev, chef de l’Etat soviétique et Secrétaire général du CC du PCU (...)
  • 29 Cf. Déclaration conjointe URSS-USA, 15 juin 1989. Agences TASS-APN.

36Le nouveau mode de pensée politique de la perestroïka, a, cependant, introduit un nouvel élément de taille. Contrairement à un concept établi, depuis 1917, uniquement sur un rapport de forces militaires, « la sécurité de l’URSS doit être garantie en premier lieu par des moyens politiques comme partie intégrante d’une sécurité générale et égale dans le processus de démilitarisation, de démocratisation et d’humanisation des relations internationales, en s’appuyant sur le prestige et les possibilités des Nations unies »27. C’est « l’analyse sérieuse de la conjoncture internationale qui a conduit l’URSS à adopter un nouveau mode de pensée »28. Il n’en demeure pas moins que les moyens politiques garantissant la paix ne sont pas exclusifs de moyens militaires suffisants assurant une défense efficace29.

37En tout état de cause, la perestroïka ne pouvait pas manquer d’influer profondément sur la pensée militaire soviétique, non seulement dans son application, mais également dans son essence même.

La définition du concept de coexistence pacifique

38Le concept de coexistence pacifique initié par Staline, mis en œuvre par Khrouchtchev dans le courant des années cinquante, a été progressivement affiné par la suite. La formulation définitive a été arrêtée à la suite des XXIVe et XXVe congrès du Parti, en 1971 et en 1976, et depuis lors, les instances dirigeantes soviétiques s’y sont constamment référées sans aucune remise en cause de fond. C’est cette même formulation qui a été reprise par la Constitution de 1977, devenant ainsi loi fondamentale de l’Etat soviétique.

39Le point de départ instituant une coexistence pacifique entre pays à régimes socio-politiques différents est la prise en compte d’une situation internationale et d’un équilibre du rapport des forces permettant, aux yeux des Soviétiques, d’éviter l’affrontement suprême entre l’Est et l’Ouest. La guerre n’est donc pas inéluctable, mais reste possible.

  • 30 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1978. T. 5, p. 319.
  • 31 Rapport de L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXIVe congrès du PCUS, le 30 mars 197 (...)

40La validité du concept de coexistence pacifique exige l’instauration de principes mutuellement acceptés qui comprennent notamment, à la base, celui « de relations entre Etats à régimes sociaux différents supposant le refus de l’emploi de la force militaire ou de la menace de son emploi comme moyens de résoudre les questions internationales en litige »30. Dès l’énoncé du principe de base apparaît ainsi une opposition avec l’Ouest, car par « menace d’emploi de la force militaire », les Soviétiques entendent l’application de la stratégie de dissuasion et notamment du concept de « flexible response » américain prévoyant toute une gradation de ripostes, perçues comme autant de menaces. Les litiges doivent être réglés par le canal de négociations, mais en aucun cas à l’aide « de tentatives visant à promouvoir une politique à partir de positions de forces »31, qualificatif soviétique de la stratégie de dissuasion.

41Les autres bases sont la prise en compte réciproque des intérêts, le droit reconnu à chaque Etat de résoudre ses questions internes sans ingérence, d’où découle la stricte observation de la souveraineté et de l’égalité des droits de chaque Etat. Sont stipulées de même l’intégrité territoriale des Etats et l’inviolabilité de leurs frontières. La concrétisation de cette partie du concept a été réalisée par les clauses de la première partie de l’acte final de la conférence d’Helsinki, en 1975, proclamant l’intangibilité des frontières issues de la Seconde Guerre mondiale. D’une manière plus générale, cette conférence d’Helsinki devait être le triomphe de la coexistence pacifique.

42A partir d’une renonciation commune à la force et d’une acceptation mutuelle de régimes socio-politiques différents, il est possible d’établir une coopération économique, technologique et culturelle, avantageuse pour toutes les parties. Ce dernier point intéressait particulièrement les Soviétiques, car il permettait des transferts de technologie occidentale afin de combler les créneaux que la planification de la recherche scientifique et technique pouvait ainsi, sciemment ou non, laisser ouverts. La deuxième partie de l’acte final d’Helsinki, ce que les Occidentaux appellent la deuxième corbeille, a prévu l’extension des échanges économiques, tandis que la troisième corbeille avait trait aux échanges culturels et à la libre circulation de l’information et des idées.

43L’instauration de la coexistence pacifique, surtout après la signature du traité d’Helsinki, amena effectivement une augmentation des relations commerciales avec l’Est, malgré les entraves que posait une règlementation spécifique éditée par l’OTAN et interdisant le transfert de technologies de pointe susceptibles de favoriser l’effort de défense de l’Est. L’OTAN voyait dans cet aspect de la coexistence pacifique un système permettant aux Soviétiques de pallier leurs déficiences.

  • 32 Boutenko. Le système socialiste mondial et l’anticommunisme. Moscou, 1972. p. 218.
  • 33 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 385.

44De leur côté, les Soviétiques estiment qu’il convient de « délimiter strictement deux problèmes étroitement liés, mais toutefois distincts : celui de la coexistence du socialisme et du capitalisme et celui de la coexistence pacifique des pays socialistes et capitalistes »32. La distinction est fondamentale, car la coexistence pacifique n’intéresse que les relations inter-étatiques. En effet, « dans le domaine idéologique, il ne peut y avoir de coexistence pacifique. Aucun compromis n’est possible entre les idéologies communiste et bourgeoise et la lutte entre elles est inévitable »33. Ceci est d’autant plus vrai qu’aux yeux des Soviétiques, l’ennemi mène une action subversive permanente en s’appuyant sur la troisième corbeille d’Helsinki, en violant donc la règle de non-ingérence.

  • 34 Rapport présenté par L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVe congrès du PCUS, le 24 (...)

45Le refus soviétique de transiger avec le marxisme-léninisme marque donc qu’il n’est pas question d’un amoindrissement du conflit avec le capitalisme, mais de son règlement par des moyens pacifiques. La coexistence pacifique mène à la détente dans le domaine international, mais « il est, en effet, parfaitement clair que la détente et la coexistence pacifique concernent les rapports entre Etats »34. Le conflit demeure dans sa totalité parce que « la détente n’abolit et ne peut abolir ou modifier en aucune façon les lois de la lutte des classes ». Les Soviétiques n’acceptent pas plus de se renier qu’ils ne modifient leur vision sur les causes permanentes du conflit, dues selon eux à l’existence même du capitalisme. « Personne ne peut escompter qu’en raison de la détente les communistes accepteront l’exploitation capitaliste ou que les représentants des monopoles deviendront partisans de la révolution ». Les réformes introduites par Gorbatchev, à partir de 1985, n’ont en rien modifié cette optique de base, mais vont aboutir à une perversion du système.

  • 35 Programme du PCUS. Moscou, 1976. p. 59.
  • 36 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 200.
  • 37 Ibidem, p. 201.
  • 38 Ibidem, p. 208.
  • 39 Ibidem, p. 210.

46La coexistence pacifique pose un état de non-guerre entre l’Est et l’Ouest, entre le socialisme et le capitalisme. « La coexistence pacifique sert de base à la compétition pacifique entre le socialisme et le capitalisme à l’échelle internationale et se révèle une forme spécifique de la lutte des classes entre eux »35. Ce dernier élément de définition de la coexistence pacifique perçue comme une forme spécifique de la lutte des classes devait perdre sa validité au cours des années quatre-vingt sans cependant gommer le conflit inhérent à l’existence des deux systèmes socio-politiques. En effet, prenant de plus en plus en compte l’aspect suicidaire que représenterait une guerre nucléaire généralisée, le nouveau cours politique initié par la perestroïka du Secrétaire général, M. Gorbatchev, a déterminé une limite à l’affrontement entre l’Est et l’Ouest. La guerre n’est pas inéluctable, mais reste toujours possible. Cependant, cette possibilité de guerre, estiment les Soviétiques, dans le courant des années quatre-vingt, ne peut rationnellement aller jusqu’à la conflagration nucléaire générale sous peine d’un saut suicidaire dans l’inconnu que représente l’éventualité de l’anéantissement de l’humanité. Peut-il être donc encore question de vainqueur à l’issue d’un tel conflit ? Il existe donc un seuil à ne pas franchir dans l’affrontement, celui de la guerre nucléaire généralisée, même en tant qu’éventualité. C’est pourquoi, « classique en son temps, le précepte de Clausewitz selon lequel la guerre est la poursuite de la politique par d’autres moyens est devenu irrémédiablement démodé »36. Il en découle une nouvelle dialectique de la force et de la sécurité qui « se déduit de l’impossibilité d’une solution guerrière – ou plutôt nucléaire – aux différends internationaux »37. Implicitement, M. Gorbatchev met partiellement en cause la pensée de Lénine qui reprenait la démonstration sur les liens de la continuité entre guerre et politique de Clausewitz. Certes, Lénine donnait un sens plus général et marxiste à l’optique de Clausewitz, mais il n’en demeure pas moins que la continuation de la politique par la guerre se heurte au fait nucléaire, si l’aboutissement doit être l’affrontement suprême. Le but politique poursuivi par une guerre nucléaire généralisée est irrationnel en ayant comme conséquence l’anéantissement des vainqueurs et des vaincus. C’est pourquoi, « des changements, dans l’esprit de cette nouvelle perspective, ont été introduits dans la dernière édition du programme du PCUS adopté lors du XXVIIe congrès du Parti. En particulier, nous n’estimons désormais plus possible d’y retenir la définition de la coexistence pacifique entre Etats dotés de systèmes sociaux différents comme une forme spécifique de la lutte des classes »38, à la différence du programme du Parti de 1976. Il n’en demeure pas moins que la première définition du programme du Parti de 1976 reste valable : la coexistence pacifique continue à servir de base au conflit entre le socialisme et le capitalisme. Cependant, ce conflit, au lieu d’être armé, se traduit par une compétition pacifique dans tous les domaines. « La compétition idéologique, économique et politique entre les pays capitalistes et socialistes est inévitable »39. Et le garant de la coexistence pacifique, aux yeux des Soviétiques, dans une première version, reste une puissante capacité défensive apte à anéantir les Occidentaux ! Dans une deuxième version, adoptée à la fin des années quatre-vingt, ce garant est une capacité rationnellement suffisante pour repousser une attaque !

47En interdisant l’affrontement direct généralisé de bloc à bloc, la coexistence pacifique laisse planer l’éventualité beaucoup plus crédible de conflits limités, de guerres locales selon la terminologie soviétique, dont le champ d’action européen ne peut être exclu. En outre, la réalité des faits atteste l’existence de ces conflits limités.

  • 40 Sokolovsky. Stratégie militaire. Paris, 1984. p. 82.
  • 41 In Pravda du 25 octobre 1979, Oustinov, La détente militaire, un impératif du temps.
  • 42 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1978. T. 5, p. 319.

48Pour l’URSS, il ne saurait y avoir qu’une seule alternative dont les termes ne varient pas, « coexistence pacifique ou guerre catastrophique : c’est l’unique choix offert par l’histoire »40, autrement dit, désormais, « il n’y a pas d’alternative raisonnable à la coexistence pacifique »41. Or, comme l’adversaire se refuse à rejeter l’emploi ou la menace d’emploi de la force, il reste à imposer la coexistence pacifique. « C’est pourquoi, l’une des plus importantes conditions de la mise en exécution de la coexistence pacifique se révèle être la consolidation de la puissance de l’économie et de la défense des pays de la communauté socialiste »42. L’autre terme de l’alternative, trouvé par les réformistes de M. Gorbatchev, à la fin des années quatre-vingt, consistera à créer des conditions politiques convenables au règlement pacifique des conflits. Cependant, jamais il ne sera question d’un désarmement unilatéral allant au dessous d’un seuil garantissant la défense certaine de l’URSS. B. Eltsine, à la tête de la Russie, héritière de l’URSS, n’adoptera pas une autre option.

49Tant qu’ils se refusent à renoncer au soutien à l’expansion du « mouvement révolutionnaire mondial », selon leurs propres termes, les Soviétiques, objectivement, provoquent des craintes et des réactions qui, du côté occidental, peuvent aller jusqu’à des interventions armées susceptibles de dégénérer en des conflits plus larges. Il ne peut en découler qu’un regain de tension, même en posant en préalable que les Soviétiques ne sont pas à l’origine des soulèvements dans le Tiers monde. Le concept de coexistence pacifique contient ainsi en son sein une première série de ferments de contradiction.

  • 43 Volkogonov. La guerre et l’armée. Moscou, 1977. p. 49.
  • 44 Rapport politique du CC du PCUS présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XX (...)

50Une deuxième série de ferments de contradiction s’inscrit dans les relations même que prévoit la coexistence pacifique avec les Etats à économie de marché. Sachant la victoire finale du communisme inévitable, l’Union soviétique repousse la guerre générale comme moyen de règlement du conflit et vise donc à maintenir une paix dont, selon elle, le principal garant est sa puissance militaire. « Le fait que sur notre planète n’ait pas éclaté une guerre de missiles nucléaires est dû avant tout à l’existence de l’Union soviétique, de l’amitié des Etats socialistes et de leur puissance capable d’arrêter l’agresseur »43. La compétition pacifique entre les deux systèmes socio-politiques peut dégénérer en guerre ouverte, pour peu que le camp socialiste baisse sa garde. Il y a là un procès d’intention que les Soviétiques assoient sur leur analyse marxiste-léniniste estimée scientifiquement fondée. Mais, les Occidentaux, parce qu’ils ne sont pas marxistes-léninistes, ne peuvent les suivre dans cette logique, par définition. Il en résulte que la seule solution à la situation marquée par une confrontation armée sans guerre serait le désarmement. Celui-ci est limité d’une part par la gigantesque méfiance réciproque qui amène les deux camps à dresser l’un contre l’autre des réquisitoires, d’autre part par l’existence des guerres de libération nationale. Cependant, d’après les Soviétiques, la coexistence pacifique conduit à des accords de limitation des armements, tels ceux conclus, dans le courant des années soixante-dix, sous la forme des traités ABM, SALT-1 et SALT-2, par prise en compte de l’intérêt réciproque des parties, dès qu’elles ont admis l’inanité d’une course aux armements ne pouvant rompre une parité instaurée. De même, est possible un abaissement du niveau des armements, à savoir donc l’engagement d’un processus de désarmement, tel celui concrétisé par le traité de Washington de 1987 sur le démantèlement des systèmes nucléaires à portée intermédiaire. Dans ce cadre, il s’avère « qu’il n’est plus possible de l’emporter ni dans la course aux armements ni dans la guerre même »44. Il en découle « qu’en ce siècle, une véritable sécurité, égale pour toutes les parties, est garantie non par le niveau maximum, mais par le niveau minimum de la balance stratégique dont il est nécessaire d’exclure entièrement l’arme nucléaire et les autres types d’armes de destruction massive ». La coexistence pacifique reste donc un rapport conflictuel dans tous les domaines, y compris celui du désarmement, puisqu’il s’agit au premier chef de persuader l’adversaire qu’il ne peut être le plus fort. A cette effet, « la puissance défensive de l’URSS se maintient à un niveau qui permet de défendre de façon sûre le travail pacifique, la vie pacifique des Soviétiques ». Les forces armées de l’URSS et de ses alliés du pacte de Varsovie restent donc, quoiqu’il en soit, le garant de la coexistence pacifique.

  • 45 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 37.
  • 46 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 37.
  • 47 Cf. Le Monde du 13 décembre 1987, Henri de Bresson, Restucturer les normalisés…

51En tout état de cause, la coexistence pacifique n’a pas apporté aux Soviétiques tous les fruits qu’ils en escomptaient. La conférence d’Helsinki de 1975 devait en être un parachèvement. Or, la troisième corbeille, celle des droits de l’homme, a amené l’ouverture de manœuvres occidentales jugées subversives. Aux droits socialistes de l’homme, tels que les conçoivent les Soviétiques, axés sur la satisfaction de besoins collectifs et sociaux, s’oppose la conception individualiste des Occidentaux qui rejette toute entrave à la liberté politique et d’expression et repousse donc catégoriquement jusqu’au principe d’un parti unique ou ayant un rôle dirigeant. Les Soviétiques, entre autres, mettent en exergue la liberté économique de l’homme, la garantie d’un emploi sans laquelle, selon eux, le mot même de liberté est vidé de tout sens et établissent la comparaison avec les sociétés occidentales où le chômage est admis. Or, en Union soviétique, le chômage est inconnu. « L’Etat s’inquiète d’assurer le plein emploi. Même une personne licenciée pour paresse ou manquement à la discipline du travail doit se voir offrir un autre travail »45. Dans un autre registre, l’échelle des revenus est beaucoup plus resserrée à l’Est qu’à l’Ouest, ce qui amène une plus grande égalité. C’est pourquoi, « l’égalisation des salaires reste également une constante de notre vie quotidienne »46. Au total, la société soviétique bénéficie d’un degré élevé de protection sociale inconnu chez les Occidentaux, degré de protection qui va jusqu’à ce que « les enfants du dernier des parasites ne seront pas abandonnés à leur destin ». Il n’en demeure pas moins qu’en mettant en avant leur concept individualiste des droits de l’homme et en s’appuyant sur la troisième corbeille du traité d’Helsinki, les Occidentaux ont provoqué dans les pays de l’Est des remous. C’est ainsi qu’en URSS et dans les pays du pacte de Varsovie se sont créés « des comités pour le respect du traité d’Helsinki » qui ont reçu un soutien occidental et dont la simple existence était une contestation du régime socio-politique de l’Est. La question des droits de l’homme a même permis de cristalliser une opposition. C’est ainsi que, le 10 décembre 1987, à l’appel du mouvement tchécoslovaque « Charte 77 », un millier de personnes a manifesté publiquement dans les rues de Prague afin de célébrer la journée des droits de l’homme des Nations unies47.

52La question du plein emploi et de l’égalitarisme sera au centre de la contestation envers le régime instauré par B. Eltsine en 1992.

  • 48 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 130.

53Point positif, la tension diminuant, la détente avait conduit à une normalisation des relations avec l’Allemagne fédérale, marquée par une série de traités et par la conclusion des accords sur Berlin. En revanche, c’est dans le domaine des échanges de technologie que les Soviétiques estimèrent avoir subi l’échec le plus fort dans la pratique de la coexistence pacifique. La deuxième corbeille du traité d’Helsinki prévoyait expressément une augmentation des échanges, ce à quoi avaient tenu tout spécialement les Soviétiques. Ils en espéraient le rattrapage de plusieurs retards dans les technologies avancées où les Occidentaux étaient particulièrement compétitifs. Des secteurs de recherche avaient été totalement abandonnés : « Nous avons même renoncé à certaines de nos recherches et de nos développements technologiques dans l’espoir que, grâce à la division mondiale du travail, il serait moins onéreux d’acheter certains matériels que de les fabriquer nous-mêmes »48. Or, cette « naïveté a été durement sanctionnée ». Les Occidentaux et l’OTAN, sous influence américaine notamment, renforcèrent la règlementation « COCOM » qui interdisait le transfert à l’Est de produits sensibles intéressant de près ou de loin la défense ou les technologies avancées.

54La relance de la course aux armements, intervenue au début de la décennie quatre-vingt, ne devait pas mettre en question la coexistence pacifique, les deux camps se gardant bien de tout geste trop hostile qui puisse provoquer l’ouverture d’une guerre apocalyptique.

55La coexistence pacifique traduit bien ainsi un état de non-guerre, caractérisé par la persistance du conflit qui prend diverses formes avec une amplitude plus ou moins grande. Cette situation s’explique parfaitement par la genèse de la coexistence pacifique dans ses différentes phases.

La genèse de la coexistence pacifique : l’exportation armée de la révolution et le socialisme dans un seul pays

56Dès avant leur prise de pouvoir, les révolutionnaires marxistes, au sein du parti ouvrier social-démocrate de Russie, partisans de la ligne de Trotsky comme partisans de la ligne de Lénine, jugeaient inévitable une lutte armée les opposant à leurs adversaires de classe : non seulement dans le cadre d’une guerre civile après une prise de pouvoir qui ne pouvait se produire que par la violence, mais encore dans l’arène internationale contre les Etats capitalistes cherchant à étouffer par la force la première traduction étatique du socialisme. Un deuxième élément d’analyse rendait inévitable le conflit armé, conformément à la classification des guerres établies par Marx et Engels. Le marxisme-léninisme prouve que l’exacerbation des contradictions internes au système capitaliste le pousse à son stade suprême, l’impérialisme. Celui-ci n’a d’autre ressource pour surmonter la concurrence internationale à laquelle sont obligées de se livrer les nations capitalistes que de provoquer la guerre, soit contre une autre nation capitaliste, soit contre un Etat socialiste, soit contre les deux. Quel que soit le cas de figure et l’approche de l’analyse, la guerre était donc inévitable. Le parti ouvrier social-démocrate de Russie, après son VIe congrès de juillet 1917 et avec son accession au pouvoir devenu le parti communiste bolchévique de Russie, conserve entièrement son point de vue.

  • 49 Rapport présenté par Lénine au VIIIe congrès du parti communiste bolchévique de Russie, en mars 191 (...)
  • 50 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 69.

57C’est cette analyse qui devait amener Lénine à énoncer, en 1919, que « tant que le capitalisme sera aux côtés du socialisme, ils ne pourront vivre en paix, l’un des deux devra écraser l’autre »49. L’échec des propositions de paix contenues dans le « décret sur la paix » promulgué en novembre 1917, comme la guerre civile et l’intervention étrangère, tendaient à confirmer aux yeux des Soviétiques la justesse de leur analyse sur le caractère inévitable de la guerre tant qu’existerait le capitalisme. La conclusion de la paix de Brest-Litovsk, le 3 mars 1918, toute désastreuse qu’elle fut pour la Russie des Soviets, visait à obtenir une suspension d’armes, un armistice momentané, qui puisse permettre de renforcer le premier Etat socialiste lors de la phase de son éclosion. L’analyse soviétique à ce sujet n’a jamais varié. Dans le courant des années quatre-vingt, les Soviétiques estimaient toujours que « les termes de ce traité, tel que l’Allemagne nous l’imposait, étaient pour nous, comme Lénine l’a dit, honteux et ignobles »50. Malgré toutes les oppositions, le traité fut signé sur l’insistance de Lénine à qui les Soviétiques donnent toujours raison, « car il avait été guidé par une vision à long terme, plaçant ce qui était essentiel au dessus de ce qui était transitoire. La Révolution fut sauvée ».

58La signature du traité de Brest-Litovsk ne fut donc, en aucun cas, la concrétisation de la volonté de paix affirmée par le « décret sur la paix » de novembre 1917, mais une manœuvre circonstancielle dictée par le poids des événements, en l’occurrence l’accentuation d’une défaite militaire irrémédiable qui ne pouvait être évitée autrement. D’ailleurs, dès que cela leur fut possible, les Soviétiques dénoncèrent le traité de Brest-Litovsk et ils n’attendirent à cet effet que deux jours après la signature, à Rethondes sur le front français, de l’armistice consacrant la défaite de l’Allemagne : le 13 novembre 1918, unilatéralement, les Soviétiques déclarèrent nulles et non avenues les cessions territoriales auxquelles ils avaient dû consentir par le traité de Brest-Litovsk ! Devant l’ampleur de leur défaite à l’ouest et devant la désagrégation de leur armée minée par des mouvements révolutionnaires, les Allemands n’eurent d’autre solution que de s’incliner.

59Les Soviétiques ne modifièrent leur concept sur le caractère inévitable de la guerre qu’à la suite des deux étapes historiques que constituèrent pour eux les guerres contre la Pologne de 1919 à 1920, puis contre l’Allemagne nationale-socialiste de 1941 à 1945, ce qui les amena à adopter le concept de la coexistence pacifique.

  • 51 Le PCUS et les Forces armées de l’Union soviétique-Documents. 1917-1981. Moscou, 1981. p. 25.

60La guerre étant inévitable, la tentation de l’exportation armée de la révolution devait se faire jour dès que la situation pouvait s’y prêter. L’éventualité avait été expressément prévue dès l’accession au pouvoir des Soviets, par Lénine notamment lorsqu’il signa, en tant que président du Conseil des commissaires du peuple, le 15 janvier 1918, le décret portant création de l’« Armée rouge des ouvriers et des paysans ». En effet, aux termes du décret, l’Armée rouge « sera le rempart du pouvoir des Soviets dans le présent, la base pour remplacer l’armée permanente par le peuple entier en armes dans un futur immédiat et elle servira de soutien à la prochaine révolution socialiste en Europe »51. Cette position de principe que la théorie avait conduit à établir ne pouvait être suivie d’aucune réalisation concrète en 1918. Bien plus, il avait même fallu signer le traité de Brest-Litovsk !

61Cependant, l’analyse que les Soviétiques tirèrent de la situation générale, telle qu’elle se présentait en Europe, en mai 1920, leur indiquait qu’ils se trouvaient face à une possibilité historique qu’il fallait saisir. En effet, tout espoir de révolution mondiale prolétarienne venait de s’évanouir. Durant l’année 1919, avait été écrasée l’insurrection spartakiste en Allemagne, tout comme avaient été anéanties les républiques soviétiques de Hongrie et de Bavière. Par contre, l’Armée rouge avait battu les Blancs de Dénikine et ce qui restait des troupes contre-révolutionnaires russes s’était retranché en Crimée. La guerre contre les républiques baltes et la Finlande, avec des hauts et des bas, aboutissait à des séries de traités reconnaissant leur indépendance : l’effort essentiel de la puissance militaire soviétique pouvait être tourné contre l’ennemi principal, la Pologne ressuscitée par le traité de Versailles. Pour avoir voulu recouvrer à tout prix leurs frontières de 1772, celles d’avant les partages, les Polonais avaient accepté une lutte sur deux fronts : à l’ouest une guerre non déclarée contre les Allemands qui agissaient essentiellement avec leurs corps francs, à l’est contre les Soviétiques. Les Polonais refusant catégoriquement le tracé des frontières proposé par les Soviétiques, les négociations de paix avaient abouti à l’impasse. Après quelques succès initiaux importants, marqués par la prise de Minsk et de Kiev, ils avaient subi de lourdes défaites. L’Armée rouge attaquant sur deux axes, marchait sur Varsovie et sur Lvov. La chute de la Pologne signifiait l’irruption des soldats rouges en Allemagne et ainsi le nouvel embrasement d’un foyer révolutionnaire mal éteint.

62La situation de la Pologne était désespérée. Au plan militaire, l’armée polonaise essayait de maintenir à l’ouest un front défensif contre les Allemands, front qu’elle dégarnissait autant qu’elle le pouvait pour s’efforcer d’enrayer le désastre à l’est, où les troupes en déroute refluaient en arrière de la Vistule. Au plan politique, la Pologne ne pouvait compter que sur le seul appui français au sein de l’Entente.

63Politiquement isolés, à l’exception du soutien français, les Polonais l’étaient aussi en matière militaire. En effet, Allemands, Autrichiens et Tchécoslovaques s’opposaient radicalement à laisser transiter par leur territoire l’armement et la logistique que les Français envoyaient aux Polonais. Les Français avaient également expédié une forte mission militaire dont le général Weygand, l’ancien chef d’état-major du maréchal Foch, avait fini par prendre pratiquement la tête, mission qui comptait dans ses rangs le capitaine Charles de Gaulle, et dont l’ampleur s’apparentait plus à de l’encadrement qu’à une simple coopération technique. Les approvisionnements et les renforts français devaient donc emprunter la voie maritime et être débarqués à Dantzig. L’isolement polonais fut total lorsque l’offensive soviétique coupa la voie ferrée joignant Dantzig à Varsovie.

64Les négociations des Soviets avec la Lettonie, dernière république balte avec laquelle ils étaient encore en guerre, s’acheminaient vers un traité dont la signature intervint le 11 août 1920. La paix avec la Lettonie, non seulement levait la dernière hypothèque d’une menace sur le flanc nord de l’Armée rouge, mais encore libérait un corps d’armée qui pouvait utilement participer aux opérations en second échelon. L’ensemble des forces rouges opérant contre la Pologne comptait quelque 400 000 hommes divisés en deux groupements. Celui du « Centre », le groupement principal, appelé aussi front « Ouest », avait pour objectif Varsovie et était sous le commandement de Thoukhatchevsky, ancien officier de l’Armée impériale, qui s’était déjà distingué contre les Blancs et les Baltes. Le deuxième groupement, avec pour objectif Lvov, était commandé par Egorov, également ancien officier de l’armée impériale, et avait comme adjoint politique Joseph Djougachvilli, un révolutionnaire de longue date, qui deviendra par la suite célèbre sous le pseudonyme de Staline. Ce groupement, le front « Sud-Ouest », comprenait, entre autres, la 1ère armée de cavalerie sous les ordres de Boudienny, qui commettra la faute majeure de mal assurer la liaison avec le groupement « Centre ».

  • 52 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1977. T. 3, p. 18.
  • 53 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1976. T. 2, p. 18.
  • 54 Cf. Malaparte. Technique du coup d’Etat. Paris, 1931.

65L’état-major de Thoukhatchevsky, pas plus que celui de Trotsky, commissaire du peuple à la guerre, n’avait eu le temps d’élaborer le plan de l’ultime offensive que devait être l’opération de Varsovie. Aussi, le commandement de l’Armée rouge avait-il sorti des archives l’idée de manœuvre utilisée en septembre 1831 par le maréchal Paskïevitch pour la prise de la ville, ce qui avait mis fin à l’insurrection polonaise. Il s’agissait d’un concept originaire de l’école stratégique allemande, toujours inspiré par la manœuvre d’Hannibal à Cannes : l’enveloppement par les ailes avec le renforcement d’une aile battante jouant le rôle d’une faux pivotant sur le centre du dispositif. La victoire des Rouges ne semblait pas faire de doute, d’autant plus que le général Broussiloff, qui s’était illustré par la dernière offensive victorieuse menée par l’armée impériale russe, avait appelé tous les Russes à lutter contre l’ennemi de toujours, la Pologne. Le problème qui se posait aux Soviets était d’ordre politique et idéologique. Les dirigeants soviétiques avaient formellement reconnu l’indépendance de la Pologne le 28 août 1918 et la situation dans laquelle celle-ci se trouvait dans les derniers jours de juillet 1920 permettait aux Soviets de reprendre les négociations dans un cadre qui leur était favorable. L’autre solution était d’attaquer : la prise de Varsovie et la destruction de l’Etat polonais signifiait l’exportation armée de la Révolution. Trotsky était très en faveur de cette dernière solution, Lénine ne s’y opposa pas. « Le 23 juillet, les dispositions du commandement du front Ouest donnaient ordre d’encercler Varsovie au plus tard le 12 août »52. Thoukhatchevsky lança ainsi l’opération de Varsovie en proclamant à ses troupes que « le chemin de l’incendie mondial passe sur le cadavre de la Pologne ». Il porta le centre de son dispositif sur Varsovie et entama la bataille dans les faubourgs de la ville, Praga, située à l’est de la Vistule qui fut forcée au nord par l’aile droite. Les avant-gardes soviétiques, à l’ouest de la Vistule, entreprirent de se rabattre alors et engagèrent « le combat pour Radimine à 23 km de Varsovie »53, dont la population, éperdue, s’était précipitée dans les églises54. Certains de leur victoire, les Rouges n’essayèrent même pas de susciter le moindre mouvement parmi leurs partisans. Le corps diplomatique occidental, à de rares exceptions près en dehors des Français, avait abandonné Varsovie.

  • 55 Pilsudski. Du révolutionnaire au chef d’Etat. 1893-1935. Œuvres, discours et ordres. Paris, 1935. p (...)

66La direction politique et militaire de la Pologne était assurée par Joseph Pilsudski, un personnage qui allait entrer dans la légende. De petite noblesse, issu des confins polono-lithuaniens, catholique pratiquant mais méfiant à l’égard du Saint-Siège parce que le Pape, en 1831, avait condamné l’insurrection polonaise contre les Russes au nom de l’ordre établi de la Sainte-Alliance, Pilsudski avait adhéré au parti socialiste polonais après avoir, selon ses propres dires, commencé « à céder à l’influence des conceptions logiquement construites de Marx »55. Il fut impliqué avec Oulianov, le frère aîné de Lénine, dans un complot contre le Tsar Alexandre III, ce qui lui valut la déportation en Sibérie et à Oulianov une condamnation à mort. A son retour d’exil, Pilsudski bascula dans la clandestinité, fut arrêté et emprisonné à Saint-Petersbourg d’où il s’évada pour proposer, en 1904, aux Japonais de fomenter un soulèvement en Pologne contre les Russes, leurs adversaires communs. Après l’échec de la révolution de 1905 en Russie et en Pologne, Pilsudski avait estimé que la solution de l’indépendance polonaise passait par une alliance avec l’Autriche-Hongrie. A cette fin, fut constitué un corps de volontaires, les Légions, dont il prit le commandement et qui combattit contre les Russes en Galicie. Les Allemands durent cependant enfermer Pilsudski, lorsqu’il s’avéra que les promesses d’indépendance polonaise restaient sans suites réelles de la part de Berlin comme de Vienne. Libéré par la défaite allemande, il prit la tête du Conseil de régence à Varsovie avec l’appui de ses Légions.

  • 56 Weygand. Mémoires. Mirages et réalité. Paris, 1957. T. 2, p. 152.

67Paderewsky, homme d’Etat et pianiste prestigieux, chef du Comité national polonais de Paris, arriva à convaincre Millerand et Clémenceau de l’intérêt que représentait Pilsudski révolutionnaire et socialiste bien qu’ex-allié des Allemands. Aux Légions de Pildsudski fut alors amalgamée la Légion polonaise formée en France, en 1917, qui avait combattu contre les Allemands : ce n’est pas le moindre des paradoxes qu’offraient la Pologne et Pilsudski. Autour de ce noyau dur avait été constituée une armée polonaise mal entraînée, mal armée et issue d’une levée en masse des paysans. Les Soviets étaient donc aux prises avec des forces polonaises réellement nationales et populaires, ainsi qu’avec un gouvernement dont l’un des chefs avait été compagnon de lutte du frère de Lénine ! Pilsudski eut des rapports compliqués avec la représentation française à Varsovie, notamment avec le général Weygand, qui lui reprochait une « vanité soupçonneuse et maladive »56, tout en lui reconnaissant « une énergie passionnée ».

  • 57 Ibidem, p. 106.
  • 58 Pilsudski. Du révolutionnaire au chef d’Etat. 1893-1935. Œuvres, discours et ordres. Paris, 1935. p (...)
  • 59 Cf. Weygand. Mémoires. Mirages et réalité. Paris, 1957. T. 2, p. 145.
  • 60 Cf. Babel. Œuvres choisies – L’armée de cavalerie. Moscou, 1966. Traduction en français sous le tit (...)

68Pilsudski avait étudié la stratégie et la tactique comme tous les révolutionnaires russes. Il était aussi passé par les écoles militaires autrichiennes et frappait les esprits « dans le domaine militaire par son intuition, son sens de la manœuvre et de l’action »57. Comme il s’était « amouraché de Napoléon »58, devant la manœuvre de Thoukhatchevsky, l’enveloppement par les ailes, il reprit le concept d’Austerlitz : la contre-attaque sur le centre. Le 15 août 1920, assumant personnellement le commandement direct des forces d’attaque59, Pilsudski lança ses Légions avec comme mot d’ordre : « A bas l’aigle à deux têtes peint en rouge » ! A une idéologie répondait une autre. La force de choc polonaise, les Légions, était appliquée au centre stratégique du dispositif des Rouges, à la jonction des groupements de Thoukhatchevsky et de Egorov, sur l’axe Brody-Byalistock. La contre-attaque polonaise enfonça les lignes soviétiques, se rabattit sur le flanc gauche de Thoukhatchevsky, anéantit son groupement, puis se retourna contre Boudienny. L’enthousiasme polonais était à son comble. Pour les Rouges, la retraite s’opéra dans l’abattement et la ruine des illusions60. Staline n’oublia jamais l’expérience malheureuse de la guerre de Pologne ni la vision des paysans polonais poursuivant des soldats soviétiques en fuite.

  • 61 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1976. T. 2, p. 19.
  • 62 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1977. T. 3, p. 18.

69Les Soviets tirèrent les raisons de l’échec, tant au plan militaire que politique. Dans le domaine militaire, il y avait eu « supériorité de l’ennemi en forces, absence de coopération entre les fronts, utilisation malheureuse des forces du front Ouest, erreurs du commandement des fronts et du commandement suprême dans l’appréciation de l’ennemi, absence de réserves, faiblesse dans l’approvisionnement des troupes en armement et en logistique »61. Le catalogue de ces fautes militaires, dressé à la suite d’une défaite totale de l’Armée rouge, représente une première leçon que les stratèges soviétiques étudient inlassablement. Les erreurs politiques n’étaient pas moins graves aux yeux des Soviétiques et indissociables du domaine militaire. Au sujet de la guerre de Pologne, « dans sa déclaration, Lénine souligna que l’échec de l’offensive de l’Armée rouge devait être cherché aussi bien dans le domaine politique que de la stratégie militaire. Il provenait d’une surestimation de l’aptitude révolutionnaire des travailleurs polonais et aussi d’une surestimation des forces de l’Armée rouge sur la direction principale d’attaque. En même temps, l’activité de Trotsky à la tête du département militaire fut soumise à la critique »62.

70La victoire polonaise, ce « miracle de la Vistule » de 1920, selon l’appellation que retint l’Histoire pour faire un pendant au « miracle de la Marne » de septembre 1914, eut des conséquences capitales, tant pour la Russie des Soviets que pour l’instauration d’une nouvelle situation en Europe.

71La défaite soviétique était irrémédiable. La retraite de l’Armée rouge s’effectua dans les pires conditions. Par ailleurs, les Blancs de Wrangel, sans vouloir lier leurs mouvements aux Polonais qu’ils considéraient par nationalisme comme leurs ennemis aussi bien que les Rouges, avaient entamé des séries d’opérations en Russie méridionale avec à l’appui un projet politique consistant essentiellement en un système de distribution de la terre aux paysans. Le danger était donc d’importance, d’autant plus que les Polonais pouvaient devenir le fer de lance d’une croisade antisoviétique sous égide française et continuer leur contre-offensive. La République des Soviets se résolut à signer la paix de Riga qui rétablissait donc la Pologne dans ses frontières de 1772. Et l’Armée rouge déferla sur la Crimée, sous le mot d’ordre de « Tous contre Wrangel ! ».

  • 63 Cf. Lénine. Le programme militaire de la révolution prolétarienne. Œuvres complètes. T. 19. Moscou, (...)

72La première conclusion à tirer de la défaite était qu’elle confortait entièrement les thèses développées par Lénine, en 1916, sur l’inégalité du développement du capital dans les pays à économie de marché et donc sur la possibilité d’instaurer le socialisme dans un seul pays sans attendre une révolution mondiale63. Les thèses de Trotsky, prônant le contraire, venaient donc de recevoir un démenti formel par les faits. En effet, la défaite des Soviets fermait la route à l’exportation armée de la Révolution, au moins momentanément, mais la paix de Riga ouvrait la possibilité de construire le socialisme dans un seul pays, en l’occurrence la Russie des Soviets. Le problème qui se posait dépassait le cas polonais.

  • 64 Cf. Pilsudski. Biboula. Paris, 1932.

73En ce qui concerne la Pologne, la cause était entendue : le prolétariat polonais dirigé par Pilsudski non seulement ne s’était pas levé aux côtés de l’Armée rouge, mais s’était dressé contre elle. Quant à son chef, Pilsudski, il était indiscutablement un dirigeant du parti socialiste polonais, ancien rédacteur du « Robotnik », un journal socialiste polonais clandestin64, qui, à ce moment, ne pouvait être accusé d’être un mercenaire au service du capitalisme. Le problème réel était de déterminer si, au delà du cas polonais, il convenait de préparer la Russie des Soviets à une reprise de l’exportation armée de la révolution ou de concentrer les efforts en vue de la construction du socialisme dans un seul pays, tout en se tenant prêt à repousser une attaque des pays capitalistes, attaque jugée toujours inévitable. L’autre terme de l’alternative était de reprendre les thèses de Trotsky sur la nécessité de la révolution mondiale pour instaurer le communisme, faute de quoi le socialisme dans un seul pays ne pouvait que s’affadir et se dénaturer.

  • 65 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 fé (...)

74Après bien des débats, la question fut définitivement tranchée par l’abandon du concept d’exportation armée de la Révolution. Jamais les Soviets ne revinrent sur cette question. C’est donc à très juste titre qu’aux différents congrès du Parti, et notamment en 1986, il fut affirmé que les dirigeants soviétiques étaient « fermement convaincus qu’il est inutile et inadmissible de stimuler la révolution de l’extérieur et, à plus forte raison, par des moyens militaires »65. Cependant, la formulation employée par les Soviétiques dans le courant des années soixante-dix et quatre-vingt demande à être nuancée sur un point qui est loin d’être mineur ! En effet, les Soviétiques énoncent que « le socialisme n’a jamais, de son propre gré, lié son avenir aux règlements militaires des problèmes internationaux » et que « cela a été confirmé par la première grande discussion qui s’est développée dans notre parti après la victoire du Grand Octobre ». Or, à ce sujet, par « Grand Octobre », il est indispensable de comprendre la période englobant la guerre contre la Pologne, guerre qu’il est difficile d’assimiler à la guerre civile, puisque aucun Russe blanc ne se trouvait du côté polonais. Bien au contraire même, certains d’entre eux avaient rejoint l’Armée rouge à l’appel de Broussiloff. La grande discussion en question s’est bien déroulée après le Grand Octobre, mais après la défaite des Rouges sous Varsovie lorqu’il s’agissait de signer la paix de Riga, c’est-à-dire postérieurement à août 1920, soit quelque trois ans après la Révolution d’Octobre.

  • 66 Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou, 1982. p. 18.

75Lénine avait pris parti contre les thèses trotskystes, mais sa position ne s’affirma que devant le choc provoqué par l’événement que fut la défaite. Cependant, la position adoptée par Lénine, en 1918, n’allait pas jusqu’à s’opposer à l’offensive de l’Armée rouge dans un but qui, en août 1920, n’avait plus rien à voir avec la défense de la Révolution. Il s’agissait bien de son expansion armée à l’extérieur et certes non d’une stimulation d’un mouvement interne à la Pologne, mouvement d’ailleurs très faible, puisque toutes les énergies révolutionnaires avaient été accaparées par le parti socialiste polonais dont le dirigeant était Pilsudski. Aussi, lorsqu’un ministre de la défense soviétique affirme, en 1982, que « l’Union soviétique a toujours été et est toujours contre l’exportation de la Révolution »66, il commet une erreur manifeste : l’Union soviétique n’a pas toujours tenu cette position !

76Cependant, si le concept de l’exportation armée de la révolution était désormais condamné, La guerre n’en était pas moins jugée inévitable avec les pays capitalistes, en fonction de l’agressivité inhérente de leur système socio-politique. Faute d’avoir pu l’emporter en Pologne, les Soviets s’estimaient contraints à préparer une guerre défensive qui ne pouvait donc manquer d’éclater. La solution résidait dans la préparation correcte de cette guerre inévitable, ce qui touchait essentiellement les domaines économiques et militaires. Il s’agissait de fournir aux armées rénovées une base économique ferme qui puisse leur procurer l’assise indispensable afin de remporter la victoire dans une lutte à mort prévisible. Ainsi, la question militaire – maintien intégral du concept du caractère inévitable de la guerre et abandon de celui de l’exportation armée de la révolution – renforçait la thèse de la construction du socialisme dans un seul pays qui sera définitivement adoptée sous l’impulsion de Staline, lors du plénum du Comité central du Parti, le 1er août 1927.

  • 67 Résolutions du XVe congrès du Parti. Cité notamment par Gretchko, Les forces armées de l’Etat sovié (...)
  • 68 Cf. Trotsky. L’art de la guerre et le marxisme. Paris, 1975.

77Le premier acte de l’édification des bases économiques de l’Etat socialiste consistait à doter le pays d’une industrie lourde, ce qui rejoignait une préoccupation essentiellement militaire : donner au pays des moyens lui permettant de produire l’armement indispensable. La priorité à l’effort de défense dans le cadre du plan quinquennal fut réaffirmée au XVe congrès du Parti en décembre 1927 : « Prenant en compte la possibilité d’une attaque militaire des Etats capitalistes contre l’Etat socialiste, lors de l’élaboration du plan quinquennal, il est indispensable d’accorder l’attention maximale au développement le plus rapide des branches de l’économie nationale en général et de l’industrie en particulier auxquelles incombe le rôle primordial d’assurer la défense et la stabilité économique du pays en temps de guerre »67. Parallèlement, un intense travail d’organisation et de réflexion fut mené par toute une série de théoriciens alliant des compétences militaires et politiques. Frounzé et Thoukhatchevsky, notamment, s’illustrèrent dans ces études. Parmi les thèses défendues par Trotsky68, se trouvait celle d’une armée de milice, fondée sur le principe d’une levée en masse et de l’absence de forces permanentes. La condamnation des thèses générales de Trotsky et son élimination permirent à Frounzé de faire rejeter le principe de l’armée de milice, bien qu’il ait été prôné par Engels. L’Armée rouge reçut donc une structure d’armée permanente basée sur la conscription qui n’était d’ailleurs pas universelle : certaines couches sociales n’étaient pas admises au service armé. Parce que d’origine bourgeoise, elles étaient estimées peu sûres dans une lutte inéluctable mettant en jeu des concepts idéologiques et, en ce qui les concerne, le service armé était remplacé par des travaux d’utilité collective.

  • 69 « Mirnojé sožitelstvo ».

78L’abandon du concept d’exportation armée de la révolution ne signifiait donc absolument pas l’adoption de celui de la coexistence pacifique tel qu’il est compris par les Soviétiques à partir des années cinquante. Le terme même est ignoré dans les décennies vingt, trente et quarante : il n’est question, et encore rarement, que de cohabitation pacifique69, étant entendu que l’affrontement armé est inévitable. La seule question qui se pose est de définir l’ennemi principal et le délai dont dispose la Russie des Soviets pour se préparer à la guerre.

79Lénine, pourtant, est bien le premier artisan de la coexistence pacifique, parce que notamment dans ses thèses d’avril 1917, il estimait la cessation du conflit indispensable à l’instauration durable d’un pouvoir prolétarien en Russie. Cette même optique prévaudra, en 1920, après l’échec de Pologne. Cependant, en aucun cas, Lénine n’a établi le concept dans sa formulation des années cinquante : bien au contraire, il estimait la guerre inévitable entre pays se réclamant de systèmes socio-politiques différents.

La genèse de la coexistence pacifique : l’instauration du concept

  • 70 Cf. Pravda du 3 juillet 1941.

80Le passage du Niemen par les Allemands, à l’aube du 22 juin 1941, démontra aux Soviétiques la justesse de leur conception sur le caractère inévitable de la guerre. Pour eux, en effet, le national-socialisme allemand n’était qu’une expression du capitalisme. « Notre parti avait prévu le caractère inévitable de l’affrontement militaire avec les forces de l’impérialisme et avait préparé le pays et le peuple à la défense »70. Pourtant, le choc fut durement ressenti au point même que Staline dans un premier temps resta muet. Puis le 3 juillet 1941, en pleine débâcle de l’ Armée rouge, il lança aux « peuples et à tous les citoyens de l’Union soviétique » un appel aux armes annonçant qu’il s’agissait d’une lutte inexpiable du socialisme soviétique et de la Russie de toujours contre le national-socialisme et l’Allemagne. Staline faisait appel à l’idéologie communiste comme au patriotisme russe, invoquait Alexandre Nevsky, canonisé par l’église orthodoxe, Souvoroff et Lénine ! Il s’agissait de la Grande Guerre Patriotique qui ne pouvait se terminer autrement que par l’anéantissement de l’un des deux camps, ce qui n’était jamais que la réaffirmation d’un concept déjà déterminé depuis vingt ans.

81L’attaque allemande aurait dû trouver les Soviétiques prêts et aptes à la repousser. Après la défaite française, la Grande-Bretagne fut seule à soutenir la guerre contre l’Allemagne durant une année, ce qui laissait aux Soviétiques le temps nécessaire à une analyse exhaustive des enseignements à tirer des campagnes de Pologne et de France. Or, après avoir écrasé les forces yougoslaves, puis grecques, en liaison avec les Italiens, l’armée allemande se tourna contre les Soviétiques et leur infligea une série de défaites retentissantes. La raison de ces défaites, d’après l’analyse soviétique, ne provient pas d’une quelconque supériorité des Allemands en matière d’armement ou de stratégie générale, qualifiée, pour sa part, d’aventureuse, mais d’une succession d’erreurs commises tant par le commandement suprême et la direction du pays que par l’Armée rouge. Il y a lieu de souligner ce point, parce qu’il est particulièrement représentatif de la réflexion stratégique soviétique : les causes d’une défaite sont recherchées en premier lieu par les Soviétiques dans leurs propres fautes. En d’autres termes, il y a là application du principe de l’autocritique.

82Les Soviétiques ont ressenti d’autant plus durement leurs erreurs que les événements ont, à leurs yeux, démontré l’absolue justesse du concept marxiste-léniniste sur le caractère inévitable de la guerre. L’attaque allemande était donc prévisible et prévue. C’est dans le domaine de la stratégie et de la tactique que furent accumulées des fautes de raisonnement.

  • 71 Chtemenko. L’Etat-major général soviétique en guerre. Moscou, 1976, p. 556-557.
  • 72 Chtemenko. L’Etat-major général soviétique en guerre. Moscou, 1976, p. 556 557

83L’erreur essentielle relevée par les Soviétiques concerne la surprise dont ils furent victimes, surprise à deux niveaux : la date de l’offensive allemande et la rapidité avec laquelle fut menée cette offensive. « L’opinion du commandement suprême soviétique et de Staline en personne quant à la date de l’agression de Hitler contre l’Union soviétique constitue un exemple déplorable de grave erreur »71. Les Soviétiques estimaient invraisemblable une attaque en juin 1941. « On considérait comme possible le déclenchement de l’agression allemande à une date bien plus éloignée. On tâchait d’ailleurs d’ajourner cette échéance, en prenant à cet effet les mesures les plus diverses (pacte de non-agression avec l’Allemagne, désir d’éviter les provocations, tentative de conclusion d’une alliance militaire avec l’Angleterre et la France). Mais ces intentions ne purent être réalisées et l’agression s’accomplit »72. Les Soviétiques prévoyaient l’ouverture des hostilités pour 1943.

  • 73 Sokolovsky. Stratégie militaire. Paris, 1984. p. 200.
  • 74 Ibidem, p. 201.
  • 75 Ibidem, p. 201 et 202.

84L’Armée rouge, en se préparant à une guerre qu’elle estimait inévitable avait basé sa stratégie sur l’offensive. « Le concept d’une guerre offensive active fut amplement souligné dans nos directives et instructions, de même que dans nos plans opérationnels et nos manœuvres »73. Le but de l’offensive était de mener à des séries de batailles d’anéantissement visant la destruction complète des forces ennemies, ainsi que l’avaient très expressément prévu les règlements de manœuvre élaborés en 1939 et en vigueur en 1941 : « Les opérations de l’Armée rouge auront pour but d’anéantir totalement l’ennemi »74. Les Soviétiques s’attendaient bien à une attaque surprise allemande, mais pensaient pouvoir procéder à la mobilisation et au déploiement de leurs troupes à l’abri des forces de couverture, ensuite passer à l’offensive et engager les opérations décisives sur le sol ennemi. « On était d’avis que dans les temps modernes l’attaque surprise serait de règle, sans déclaration de guerre officielle. Toutefois, aucune conclusion ne fut tirée sur le caractère et la nature de la période initiale intermédiaire entre le début des opérations militaires et l’engagement massif des forces armées ». La surprise stratégique fut ainsi totale, car « il n’était donc prévu que des opérations limitées en ce début de conflit. Cette vue erronée sur la période initiale a eu des effets négatifs sur la préparation de nos forces armées »75. Les armées allemandes qui avaient achevé leur concentration sur leurs axes d’effort lorsqu’elles passèrent à l’attaque, se saisirent de l’initiative, et livrèrent des séries de batailles offensives mobiles, selon le principe de la « guerre-éclair », contre des forces soviétiques contraintes d’adopter en catastrophe un dispositif défensif non planifié.

85Les Soviétiques s’étaient également trompés sur les capacités allemandes de mobiliser l’ensemble des ressources nécessaires au maintien de l’effort de guerre. Il y avait eu mésestimation de ces capacités, notamment de la part du commandement suprême, de Staline donc, sur la base d’une analyse faite par l’Etat-major général des forces.

  • 76 Chtemenko. L’Etat-major général soviétique en guerre. Moscou, 1985. p. 345.

86Autre lacune extrêmement grave qui se révéla avec les opérations, les états-majors manquaient de l’efficacité indispensable à la conduite des troupes dans une guerre de mouvement trop rapide pour eux. « Il fallut quelques mois amers pour acquérir l’expérience, dominer les événements, après quoi déjà le Grand quartier général du Commandement suprême et son appareil – l’Etat-major général – furent en mesure, le plus souvent, d’analyser en temps utile la situation, de proposer et prendre à temps les décisions »76.

  • 77 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 43.

87Dernière erreur majeure, lourde de conséquences : à la suite de « conclusions erronées concernant l’emploi des chars, tirées sur la base de l’expérience limitée des opérations en Espagne »77, durant la guerre civile de 1936-1939, l’Armée rouge considérait les chars uniquement comme un appui direct de l’infanterie. Les corps blindés autonomes avaient donc été dissous. C’est en pleine guerre qu’il fallut les reformer et entreprendre la réalisation d’une coopération interarmes et interarmées qui faisait de même défaut.

  • 78 In Pravda du 25 mai 1945, allocution de Staline lors de la réception au Kremlin, le 24 mai 1945, de (...)

88Les Soviétiques, Staline le premier, n’ont jamais dissimulé les erreurs commises et n’ont pas attendu la destalinisation entreprise après le XXe congrès, en 1956, pour les mettre en lumière. C’est ainsi qu’en 1945, deux semaines après la capitulation allemande, lors d’une réception des principaux chefs militaires, au Kremlin, Staline a reconnu ses défaillances ouvertement : « Notre gouvernement a commis beaucoup d’erreurs. Nous nous sommes trouvés parfois dans des situations désespérées en 1941-1942 quand notre armée reculait, abandonnait nos villes et nos villages bien-aimés d’Ukraine, de Biélorussie, de Moldavie, de la région de Léningrad, des côtes de la Baltique, de la République carélo-finnoise et qu’elle les abandonnait parce qu’il n’y avait pas d’autres solutions »78. Cependant, les conclusions tirées des erreurs, ainsi que la confiance que les Soviétiques mettaient dans leur système gouvernemental et socio-politique, ont permis le redressement. « Un autre peuple aurait pu dire au gouvernement : vous ne vous êtes pas montrés dignes de notre attente, allez-vous en, nous installerons un autre gouvernement qui concluera la paix avec l’Allemagne et nous assurera la tranquillité. Mais, le peuple russe ne l’a pas fait, car il avait confiance dans la politique de son gouvernement et il s’est sacrifié pour assurer la défaite de l’Allemagne. Et cette confiance du peuple russe dans le gouvernement soviétique s’est révélée être la force décisive qui a permis la victoire historique sur l’ennemi de l’humanité, sur le fascisme ».

  • 79 Chtemenko. L’Etat-major général soviétique en guerre. Moscou, 1976. p. 540.
  • 80 In L’étoile rouge du 9 mai 1984, Ogarkov, La défense du socialisme : l’expérience de l’histoire et (...)
  • 81 Staline. Œuvres. Volume 3. Stanford, USA, 1967. p. 7.
  • 82 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 11.

89L’autocritique de Staline était, de plus, extrêmement habile puisque par la même occasion, elle permettait de rappeler qu’en dépit des erreurs, la volonté populaire n’avait pas rejeté le gouvernement soviétique et lui avait gardé sa confiance. En conséquence, Staline était lavé de ses fautes. Et effectivement, si les fautes reconnues de Staline sont à porter à son débit, la victoire dans sa totalité doit également lui être comptée. « Staline fut, durant la guerre, Président du Comité d’Etat de la Défense et Commandant suprême des Forces armées de l’URSS, et ses hautes qualités de chef militaire se manifestèrent à ces postes »79 C’est bien lui qui conduisit à la victoire en assumant l’ensemble des responsabilités. « Un grand rôle en ce qui concerne l’obtention de la victoire sur l’ennemi a été joué par le haut niveau d’organisation et d’activité pratique du Grand quartier général avec à sa tête J.V. Staline et ses adjoints G.K. Joukov et A.M. Vassilievsky et aussi par l’organisme fondamental de direction du Grand quartier général qu’est l’Etat-major général »80. Pour sa part, Staline, outre la grandeur du peuple soviétique et en fin de compte la valeur du commandement militaire, attribuait la victoire au système socio-politique, ce qui lui conférait sa pleine légitimité : « Notre victoire signifie que notre système social a vaincu »81. Le résultat de la Seconde Guerre mondiale fut un renversement de la corrélation des forces, « la corrélation des forces dans l’arène internationale s’est modifiée d’une manière fondamentale en faveur du socialisme »82.

  • 83 In L’étoile rouge du 9 mai 1984, Ogarkov, La défense du socialisme : l’expérience de l’histoire et (...)

90Au plan militaire les leçons des échecs initiaux de la guerre n’ont jamais été oubliées et les Soviétiques n’ont cessé de souligner le rôle essentiel de concepts fondamentaux tels que la surprise, la prise de l’initiative opérationnelle, la coopération des types et des catégories de forces, l’importance des arrières : « Juin 1941 ne se répètera pas »83 !

91Avec le changement du rapport des forces apparu au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la question du caractère inévitable de la guerre devait irrémédiablement se poser en d’autres termes.

92D’une part, l’URSS était victorieuse. En dehors de l’élimination totale de l’adversaire principal, le national-socialisme, la victoire avait amené la constitution d’un camp socialiste. L’URSS n’était plus le seul Etat prolétarien : l’accroissement de force du socialisme était indiscutable. D’autre part, le capitalisme, demeurait et était même renforcé avec la montée en puissance des Etats-Unis, devenus l’ennemi principal à la place de l’Allemagne. La parenthèse de l’alliance avec les démocraties occidentales ouverte par la guerre contre l’Allemagne se refermait avec la chute de cette dernière, au même titre que s’était ouverte et refermée la parenthèse constituée par le pacte de non-agression Ribbentrop-Molotov. Le problème d’avant-guerre de la construction du socialisme dans un seul pays se transposait désormais dans celui de la construction du socialisme dans le camp socialiste.

93En aucun cas, il n’était question de revenir sur le concept de l’abandon de l’exportation armée de la révolution, c’est-à-dire d’engager la lutte par les armes avec les Occidentaux. Mais le nouveau rapport des forces, marqué par la puissance accrue du socialisme, faisait-il de la guerre la seule solution dans le conflit permanent qui l’opposait au capitalisme ?

  • 84 Voir à ce sujet, Romer, La notion de crise générale du capitalisme dans l’idéologie soviétique. Thè (...)
  • 85 Cf. Varga. Les changements dans l’économie du capitalisme au bilan de la Seconde Guerre mondiale. M (...)
  • 86 Cf. Staline. Les problèmes économiques du socialisme. Moscou, 1952. Stanford University Press. Stan (...)
  • 87 In Pravda du 26 décembre 1952 et in Stalin Works, T. 3 (XVI), Hoover Institution on war and peace, (...)

94La question fut introduite par Eugène Varga, un économiste d’origine hongroise, fondateur de l’« Institut de l’économie mondiale et des relations internationales » créé sous l’égide de l’Académie des Sciences de l’URSS84. Varga posa que les guerres entre Etats impérialistes n’étaient plus inévitables et qu’il en était de même entre Etats impérialistes et socialistes85. Les thèses de Varga battaient en brèche les positions que Lénine avaient fait admettre au début des années vingt et qui n’avaient jamais été mises en cause. Sur son premier point, l’absence de caractère inévitable de la guerre entre Etats impérialistes, Varga fut désapprouvé, notamment par Staline et fit une autocritique. Et en effet, bien des conflits entre Etats relevant de l’économie de marché se sont déroulés depuis 1946. Par contre, Staline admit d’abord avec nuance, puis plus franchement, le second point : la guerre entre le camp capitaliste et le camp socialiste n’était plus inévitable, tout en demeurant possible86. L’URSS et le camp socialiste avaient acquis une puissance générale telle qu’ils étaient aptes à décourager l’agression de la coalition impérialiste arrivée même à son plus haut degré de contradiction, donc au plus haut degré de bellicisme. Le chemin était, alors, ouvert à la possibilité d’une coexistence pacifique entre les deux systèmes sociaux opposés et c’est ce qui fut admis au XIXe congrès du PCUS en 1952. Staline lança un appel aux Américains à ce sujet peu de temps avant sa mort. « Je continue à croire, a-t-il dit, que la guerre entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Union soviétique ne doit pas être estimée inévitable, que nos pays peuvent à l’avenir vivre en paix »87. Cependant, en dépit d’une confirmation répétée par tous les successeurs de Staline – la première en date est du 9 mars 1953, faite par Malenkov à l’occasion de son discours lors des funérailles de Staline – la coexistence pacifique ne sera réellement prise en compte par les Occidentaux qu’à la suite du XXe congrès du PCUS, en 1956, et de la publication du rapport secret de Khrouchtchev.

  • 88 Hoffmann. Detent in The making of America’s soviet policy. Yale University Press, USA, 1984. p. 232

95Sans se fonder sur une analyse du concept soviétique, Eisenhower a pressenti, en avril 1953, la possibilité d’une ouverture liée dans son esprit à la disparition de Staline. « Le 16 avril 1953, il dénonça la course aux armements, il demanda à la nouvelle direction soviétique d’ouvrir les yeux sur le risque de guerre et il fit une offre précise de désarmement universel »88. Eisenhower renchérit quelques mois plus tard en proposant devant l’ONU la création d’une Agence mondiale de l’énergie atomique et lança un programme « Atome pour la paix ».

96Du côté soviétique, une tendance au sein du PCUS, opposée à la nouvelle ligne, subsista jusqu’en 1957 avec Molotov à sa tête, jusqu’à ce que celui-ci, en minorité, soit d’abord déchu de son poste de ministre des Affaires étrangères, en 1956, puis l’année suivante exclu du Comité central du Parti.

  • 89 Rapport présenté par Khrouchtchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXe congrès du PCUS, le 14  (...)

97La nouvelle ligne stratégique, la coexistence pacifique, fut ainsi définitivement sacralisée en 1956, en déterminant une position qui allait au delà de la simple absence de guerre puisqu’il fut affirmé par les Soviétiques que « les pays ayant différents systèmes sociaux ne peuvent simplement exister côte à côte. Il faut aller plus loin, améliorer les rapports, raffermir la confiance entre eux, assurer la coopération »89. Parallèlement, le Secrétaire général du CC du PCUS annonçait l’exacerbation des luttes de libération nationale dans les nouvelles conditions historiques qui avaient permis l’instauration de la coexistence pacifique.

98La nouvelle ligne stratégique avait été donc établie sur la base de la perception d’un nouveau rapport de force. La modification de la perception soviétique tire son origine essentiellement de quatre points. Lors de la crise de Berlin, en 1947 et en 1948, l’URSS a estimé avoir démontré une parité des forces avec les Occidentaux, sa suprématie en forces conventionnelles compensant l’infériorité due à la possession unilatérale de l’arme nucléaire par les Etats-Unis : si les Américains se sont refusés à forcer les barrages terrestres soviétiques interdisant l’accès à Berlin, les Soviétiques n’ont pas plus tenté d’utiliser la force pour interrompre le pont aérien. La guerre de Corée a démontré la même parité de forces entre les deux camps, outre le fait que les Occidentaux ont reculé devant l’emploi de l’arme nucléaire. La technologie soviétique a permis l’obtention de l’arme nucléaire en 1949 et thermonucléaire en 1953, ce qui a établi une parité de principe en ce domaine. Dernier point capital, la conclusion du pacte de Varsovie, en 1955, a institutionnalisé l’organisation des deux systèmes socio-politiques opposés en deux coalitions militaires.

99Inattendue à l’origine, la coexistence pacifique allait cependant alimenter l’affrontement entre la Chine et l’URSS, tandis que les Occidentaux la percevaient, bientôt, comme une machine de guerre permettant aux Soviétiques de prononcer une offensive en direction du Tiers monde.

***

100Toute l’ambigüité contenue dans le concept de coexistence pacifique se retrouve dans le rapport de Khrouchtchev au XXe congrès ainsi que dans le rapport secret sur la destalinisation.

101Khrouchtchev adopte une nouvelle ligne stratégique dans la continuité qui s’est ouverte à Bandoeng en 1955, où l’URSS n’était pas partie prenante. L’absence de l’URSS à ce premier sommet tiers-mondiste tenu sous l’influence prépondérante de la Chine indiquait aux Soviétiques une nouvelle orientation dans les relations internationales, orientation qui les dépassait. Jusque là, suivant Lénine et Staline, l’URSS s’était axée sur l’Europe et son duel avec le capitalisme occidental. Le rapport des forces gelait la situation dans cette partie de la planète. Mais, ailleurs, l’émergence de la Chine à Bandoeng signifiait sans ambages une poussée du Tiers monde orchestrée par les Chinois et non par les Soviétiques qui perdaient ainsi leur rôle dirigeant, au moins partiellement, dans la coalition anti-occidentale. Il devenait urgent pour les Soviétiques de s’adapter aux nouvelles conditions. C’est ainsi que le XXe congrès réaffirma avec force le concept de coexistence pacifique, ce qui contribuait à geler encore plus la situation sur le front européen anti-occidental et permettait un transfert de forces en direction du Tiers monde. Au XXe congrès, donc, Khrouchtchev, en tant que Secrétaire général du PCUS, insista sur la coexistence pacifique et parallèlement énonça un soutien accru aux mouvements de libération nationale. Cette nouvelle ligne stratégique se concrétisa par un appui à l’Egypte de Nasser comme à la révolution cubaine de Fidel Castro.

102En Europe, la coexistence pacifique matérialise une situation figée. Les blocs Est et Ouest campent sur leurs positions respectives. L’accession de l’URSS, en octobre 1957, à la maîtrise des missiles à portée intercontinentale souligne cette situation figée. Le domaine prioritaire de 1917 à 1956, qu’est l’adversaire occidental, le reste, mais il cesse d’être le seul. La vision de Staline, uniquement centré sur l’Europe est abandonnée. Plus exactement, les Soviétiques adjoignent le Tiers monde comme deuxième axe d’effort au premier, la lutte contre l’OTAN, qui reste prioritaire.

  • 90 « Protivo-Vozdušnaja Oborona strany ».

103Au plan militaire, d’une manière générale, face aux Occidentaux, les Soviétiques ne procèdent à aucun redéploiement de leurs forces. Ils les adaptent par contre aux nouvelles conditions que leur procure l’accroissement de leur puissance nucléaire. C’est ainsi que sont créées les Troupes des fusées stratégiques nucléaires, en tant que catégorie d’armée indépendante. C’est ainsi qu’est également créée de la même manière une autre catégorie d’armée, la PV090, la « Défense antiaérienne nationale », et que le corps de bataille est doté d’un armement nucléaire dont les portées correspondent à toutes les conditions prévisibles d’une bataille. Par contre, en ce qui concerne leurs forces navales, fait nouveau, les Soviétiques se lancent dans une expansion permanente. Un effort considérable est consenti en faveur de la flotte. Il s’agit d’une part d’améliorer les performances des moyens dirigés directement contre les Occidentaux : sous-marins à propulsion nucléaire lanceurs de missiles intercontinentaux, sous-marins d’attaque chargés de lutter aussi bien contre les sous-marins nucléaires adverses que contre les bâtiments de surface. Mais, d’autre part, la marine de surface bénéficie d’un fort développement. Il s’agit à la fois de disputer la maîtrise des mers aux Occidentaux, notamment aux Américains, et d’une projection de forces apte à participer au soutien des mouvements de libération nationale.

104Le soutien aux mouvements de libération nationale conduit également les Soviétiques à impliquer dans l’action leurs alliés européens. Cependant, les Soviétiques prendront toujours grand soin à ce que leurs forces ou celles de leurs alliés du pacte de Varsovie ne soient jamais engagées directement contre des formations occidentales : le respect du concept de coexistence pacifique comporte l’absence d’affrontement armé avec les pays de l’OTAN.

105Au plan économique, les alliés du Pacte seront également mis fortement à contribution afin de participer au soutien des mouvements de libération nationale. Le CAEM offrira le cadre nécessaire.

  • 91 Voir The sino-soviet conflict. A global perspective. University of Washington Press, USA, 1982.

106Le concept de coexistence pacifique, avec son prolongement tiers-mondiste, sera appliqué sans aucune modification jusque dans le courant des années quatre-vingt et l’ère brejnévienne s’est inscrite dans la suite de celle de Khrouchtchev. Les Occidentaux, dans leur perception de la coexistence pacifique, n’enregistreront que des pertes de position, sans pour autant prendre en compte que le fardeau soviétique du soutien aux luttes de libération nationale s’alourdissait, non seulement au plan économique, mais encore politique et militaire. En effet, sur ces deux derniers plans, l’adoption du concept de coexistence pacifique provoqua la rupture de l’alliance sino-soviétique91 et même l’affrontement. En dehors des oppositions idéologiques, la question en jeu était un duel entre Chinois et Soviétiques pour prendre le rôle dirigeant dans la lutte du Tiers monde contre les Occidentaux.

107Bien que constamment réaffirmée, la coexistence pacifique subira une série d’altérations allant pratiquement jusqu’à une accentuation de la guerre froide avec la mise en place des missiles soviétiques SS-20 à portée intermédiaire et celle correspondante en Europe des missiles américains Pershing II et de croisière, ainsi que les interventions des Soviétiques en Afghanistan, des Américains à Grenade, l’annonce de l’Initiative de défense stratégique américaine.

108La relance de la coexistence pacifique intervint dans la seconde moitié de la décennie quatre-vingt et est due à l’initiative des Soviétiques. Le programme de désarmement proposé par M. Gorbatchev a abouti au traité de Washington de 1987 qui représente une donnée totalement nouvelle dans l’histoire des relations Est-Ouest. En effet, pour la première fois, a été conclu un accord qui dépasse une limitation des armements puisqu’il s’agit d’une réduction. Le concept de coexistence pacifique a pris un nouveau cours avec les infléchissements que lui a donnés la direction de M. Gorbatchev. Dans une première approche, la priorité à l’axe européen et anti-occidental, donnée immuable de la stratégie soviétique, a été intégralement maintenue. Par contre, le deuxième axe d’effort, le soutien aux mouvements de libération nationale des ères khrouchtchevienne et brejnévienne est passé en troisième priorité au profit du Pacifique érigé en deuxième priorité. La coexistence pacifique, dans sa nouvelle forme, s’inscrit dans la perestroïka, cette révolution dans la Révolution, dont M. Gorbatchev attend qu’elle accélère le processus de réforme de la société soviétique dans le sens de l’efficacité sans s’écarter le moins du monde des voies socialistes. Dans une deuxième approche, le concept de coexistence pacifique va interférer avec celui de la « Nouvelle pensée politique » et afin de ne pas être en contradiction avec lui, il lui faudra subir des adaptations. L’axe tiers-mondiste disparaîtra totalement : l’URSS et la Russie s’en dégageront totalement, les affaires internes ayant toute priorité.

  • 92 Cf. Libermann. Moyens d’élever la responsabilité des entreprises socialistes. Moscou, 1956.

109La coexistence pacifique a eu des répercussions dans la vie sociale des pays de l’Est, certes moins bien perçues en Occident que le domaine international. Lorsqu’il en a initié le processus, Staline n’avait certainement pas mesuré toutes les conséquences au plan interne. En posant que la guerre avec les Occidentaux n’était plus inéluctable, mais possible, il était tout à fait logique d’adopter en conséquence le concept de coexistence pacifique. Par contre, il était hors de la norme de pouvoir maintenir un état de tension interne dont la justification était la situation de forteresse assiégée du camp socialiste, forteresse assiégée condamnée à vaincre dans une guerre d’anéantissement imminente déclenchée par les Occidentaux. Avec la disparition de cette justification de la tension, la même logique commandait de suspendre l’état d’exception dans lequel se trouvait l’URSS depuis 1917 et le camp socialiste depuis 1946 : la déstalinisation mise en œuvre par le XXe congrès de 1956 devait inévitablement être approfondie. En corollaire, le conflit permanent avec le capitalisme subsistant, mais prenant une autre forme, l’importance de l’économie ne pouvait que croître et il en a résulté une mise en question de l’efficacité de l’économie soviétique. En ce qui concerne l’économie, un constat de carence fut dressé dès 1956 et, sous l’influence de l’économiste Libermann92, il fut proposé un assouplissement de la planification centralisée et une restauration de la norme du profit dans les entreprises, sans pour autant mettre en question, aussi faiblement que ce soit, la propriété collective des moyens de production. La réforme préconisée fut appliquée à titre expérimental dans une entreprise de confection, puis généralisée dans l’industrie légère, au cours des années soixante, et finalement pratiquement abandonnée. La perestroïka de Gorbatchev relança le problème, mais à une échelle autrement plus grande, puisqu’il s’agissait là de s’attaquer à la source estimée des défauts, à savoir les comportements mêmes des agents économiques dans leur ensemble. D’une réforme économique partielle proposée par Libermann, Gorbatchev passait à un problème de société, mais en voulant conserver, à l’origine, une donnée intangible : le maintien intégral du système socialiste.

110La référence à Lénine, en ce qui concerne la naissance du concept de coexistence pacifique, perpétuellement rappelée par les différents dirigeants soviétiques, y compris par Gorbatchev, souligne l’ambiguïté du concept. En effet, il est très difficile, historiquement, d’attribuer ce concept à Lénine qui ne lui a consacré ni débat ni œuvre magistrale. Par contre, c’est bien Lénine qui a signé, le 15 janvier 1918, le décret portant création de l’Armée rouge des ouvriers et des paysans qui devait servir « de soutien à la prochaine révolution en Europe ». C’est bien d’exportation armée de la Révolution qu’il s’agissait et Lénine n’avait jamais perdu sa vision mondialiste d’une extension de la Révolution, par les armes éventuellement.

111La question militaire est au centre du problème de la coexistence pacifique. C’est l’évolution de la perception raisonnée de l’éventualité d’une guerre générale qui a permis l’émergence du concept de coexistence pacifique. Le point capital, le tournant, dans l’adoption du concept, n’est en aucun cas le XXe congrès de 1956 : ce serait plus l’acceptation par Staline au XIXe congrès d’une partie des thèses de Varga.

  • 93 Discours de M. Gorbatchev, lors de sa rencontre avec des hommes d’affaires américains à l’ambassade (...)

112La coexistence pacifique conserve son caractère conflictuel, y compris avec M. Gorbatchev jusqu’à l’abolition progressive du concept directeur de la lutte des classes. L’explication réside dans les ambiguïtés originelles du concept de coexistence pacifique, parce qu’il découle d’une analyse du rapport des forces militaires. Les dirigeants soviétiques en ont bien conscience et n’en font pas mystère. C’est ce que déclare M. Gorbatchev en s’adressant à des hommes d’affaires américains lors de la signature du traité de Washington de 1987, portant sur le démantèlement des missiles à portée intermédiaire : « Il est probable que vous voudriez bien vous débarrasser de l’Union soviétique afin qu’elle ne vous gène plus. Il est tout aussi probable que certains d’entre nous voudraient se débarrasser de l’Amérique, pour qu’elle ne gène plus »93. Cependant, « cette tournure d’esprit est irréaliste » du fait du caractère suicidaire d’une guerre nucléaire intercontinentale et de l’inanité de la course aux armements. Il en découle qu’il faut bien prendre en compte que « l’Amérique et l’Union soviétique sont de grandes réalités de notre époque. Par conséquent, il nous faut vivre ensemble et coexister ».

113Le développement de la perestroïka et de la Nouvelle pensée politique va mettre à mal le socle idéologique sur lequel est bâtie l’Union soviétique. Le concept de coexistence pacifique n’y échappera pas.

114La coexistence pacifique était une justification plus politique qu’idéologique à l’abandon de la démonstration léniniste sur le caractère inéluctable de l’affrontement entre les systèmes marxiste-léniniste et capitaliste. En faisant transcender cet affrontement par une valeur supérieure, un humanisme socialiste que leur dictait une nouvelle pensée politique, les réformateurs soviétiques, dans les dernières années de la décennie quatre-vingt, vidaient la coexistence pacifique de toute substance. Elle n’avait pas plus de raison d’exister que le marxisme-léninisme.

115Les réformateurs soviétiques souhaitaient passer à un nouvel état des relations internationales caractérisé par un partenariat avec leurs ennemis déclarés. Il en résulte, de leur part, une dégradation du concept de la lutte des classes, qui était la raison première de la confrontation. Mais, ce faisant, poussant la coexistence pacifique dans une ultime étape, les réformateurs érodaient le noyau idéologique du marxisme de même qu’ils ôtaient toute signification idéologique au duel qu’avait soutenu l’Union soviétique contre les Occidentaux. Pire, le duel n’avait plus de justification, apparaissait comme une erreur et les sacrifices encourus devenaient, par voie de conséquence, inutiles. Dans son ultime étape, la coexistence pacifique, conduisant au partenariat, condamnait le marxisme.

Notes

1 Cf. Marx et Engels. Œuvres complètes. Moscou, 1970. T. 38, p. 337.

2 Volkogonov. La guerre et l’armée. Moscou, 1977. p. 80.

3 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 13.

4 Cf. Lénine. Œuvres complètes. Moscou, 1970. T. 49, p. 118, 369 et 370 ; T. 32, p. 80.

5 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 348.

6 Cf. L’étoile rouge du 15 mars 1980.

7 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1977. T. 3, p. 225.

8 Cf. Dictionnaire encyclopédique militaire. Moscou, 1984. p. 240.
Cf. Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 57.
Cf. Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 340.

9 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 346.

10 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 345

11 Ibidem, p. 344

12 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 58.

13 Ibidem, p. 59

14 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1976. T. 2, p. 183.
Dictionnaire encyclopédique militaire. Moscou, 1984. p. 136.

15 Cf. Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 313. Cf. Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 58.

16 Sokolovsky. Stratégie militaire. Moscou, 1968. Traduction française, Paris, 1984. p. 25.

17 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 349.

18 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 58.

19 Dictionnaire encyclopédique militaire. Moscou, 1984. p. 514.

20 Cf. Guibert. Essai général de tactique. Paris, 1803. Réédition partielle, édition Copernic. Paris, 1977.

21 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 354.
Rezničenko. La tactique. Moscou, 1984. p. 7.

22 Cf. Beaufre. Introduction à la stratégie. Paris, 1964.

23 In Pravda du 12 juin 1981.

24 Lénine. Œuvres complètes. Moscou. T. 45, p. 409.

25 Marx et Engels. Œuvres complètes. Moscou, 1977. T. 7, p. 509.

26 Ibidem, p. 510.

27 Appel du Congrès des députés du peuple de l’URSS aux peuples du monde. Moscou, 9 juin 1989. Agences TASS-APN.

28 Conférence de presse de M. Gorbatchev, chef de l’Etat soviétique et Secrétaire général du CC du PCUS, à l’issue de sa visite en RFA, 13 juin 1989. Agences TASS-APN.

29 Cf. Déclaration conjointe URSS-USA, 15 juin 1989. Agences TASS-APN.

30 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1978. T. 5, p. 319.

31 Rapport de L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXIVe congrès du PCUS, le 30 mars 1971.

32 Boutenko. Le système socialiste mondial et l’anticommunisme. Moscou, 1972. p. 218.

33 Gretchko. Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 385.

34 Rapport présenté par L.I. Brejnev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVe congrès du PCUS, le 24 février 1976.

35 Programme du PCUS. Moscou, 1976. p. 59.

36 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 200.

37 Ibidem, p. 201.

38 Ibidem, p. 208.

39 Ibidem, p. 210.

40 Sokolovsky. Stratégie militaire. Paris, 1984. p. 82.

41 In Pravda du 25 octobre 1979, Oustinov, La détente militaire, un impératif du temps.

42 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1978. T. 5, p. 319.

43 Volkogonov. La guerre et l’armée. Moscou, 1977. p. 49.

44 Rapport politique du CC du PCUS présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

45 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 37.

46 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 37.

47 Cf. Le Monde du 13 décembre 1987, Henri de Bresson, Restucturer les normalisés…

48 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 130.

49 Rapport présenté par Lénine au VIIIe congrès du parti communiste bolchévique de Russie, en mars 1919.

50 Gorbatchev. Perestroïka. Paris, 1987. p. 69.

51 Le PCUS et les Forces armées de l’Union soviétique-Documents. 1917-1981. Moscou, 1981. p. 25.

52 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1977. T. 3, p. 18.

53 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1976. T. 2, p. 18.

54 Cf. Malaparte. Technique du coup d’Etat. Paris, 1931.

55 Pilsudski. Du révolutionnaire au chef d’Etat. 1893-1935. Œuvres, discours et ordres. Paris, 1935. p. 22.

56 Weygand. Mémoires. Mirages et réalité. Paris, 1957. T. 2, p. 152.

57 Ibidem, p. 106.

58 Pilsudski. Du révolutionnaire au chef d’Etat. 1893-1935. Œuvres, discours et ordres. Paris, 1935. p. 17.

59 Cf. Weygand. Mémoires. Mirages et réalité. Paris, 1957. T. 2, p. 145.

60 Cf. Babel. Œuvres choisies – L’armée de cavalerie. Moscou, 1966. Traduction en français sous le titre de Cavalerie rouge. Paris, 1930.

61 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1976. T. 2, p. 19.

62 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1977. T. 3, p. 18.

63 Cf. Lénine. Le programme militaire de la révolution prolétarienne. Œuvres complètes. T. 19. Moscou, 1929.

64 Cf. Pilsudski. Biboula. Paris, 1932.

65 Rapport présenté par M. Gorbatchev, Secrétaire général du PCUS, au XXVIIe congrès du PCUS, le 25 février 1986.

66 Oustinov. Nous servons la patrie, la cause du communisme. Moscou, 1982. p. 18.

67 Résolutions du XVe congrès du Parti. Cité notamment par Gretchko, Les forces armées de l’Etat soviétique. Moscou, 1975. p. 178.

68 Cf. Trotsky. L’art de la guerre et le marxisme. Paris, 1975.

69 « Mirnojé sožitelstvo ».

70 Cf. Pravda du 3 juillet 1941.

71 Chtemenko. L’Etat-major général soviétique en guerre. Moscou, 1976, p. 556-557.

72 Chtemenko. L’Etat-major général soviétique en guerre. Moscou, 1976, p. 556 557

73 Sokolovsky. Stratégie militaire. Paris, 1984. p. 200.

74 Ibidem, p. 201.

75 Ibidem, p. 201 et 202.

76 Chtemenko. L’Etat-major général soviétique en guerre. Moscou, 1985. p. 345.

77 Ogarkov. L’histoire enseigne la vigilance. Moscou, 1985. p. 43.

78 In Pravda du 25 mai 1945, allocution de Staline lors de la réception au Kremlin, le 24 mai 1945, des principaux chefs militaires des Forces armées soviétiques.

79 Chtemenko. L’Etat-major général soviétique en guerre. Moscou, 1976. p. 540.

80 In L’étoile rouge du 9 mai 1984, Ogarkov, La défense du socialisme : l’expérience de l’histoire et l’époque contemporaine.

81 Staline. Œuvres. Volume 3. Stanford, USA, 1967. p. 7.

82 Ogarkov. Toujours prêt à la défense de la patrie. Moscou, 1982. p. 11.

83 In L’étoile rouge du 9 mai 1984, Ogarkov, La défense du socialisme : l’expérience de l’histoire et l’époque.

84 Voir à ce sujet, Romer, La notion de crise générale du capitalisme dans l’idéologie soviétique. Thèse de doctorat de 3e cycle. Université de Paris, Sorbonne, 1976.

85 Cf. Varga. Les changements dans l’économie du capitalisme au bilan de la Seconde Guerre mondiale. Moscou, 1946.

86 Cf. Staline. Les problèmes économiques du socialisme. Moscou, 1952. Stanford University Press. Stanford. USA.

87 In Pravda du 26 décembre 1952 et in Stalin Works, T. 3 (XVI), Hoover Institution on war and peace, Stanford, USA, 1967. Staline, réponses aux questions posées par le correspondant diplomatique du New York Times, James Reston, le 21 décembre 1952.

88 Hoffmann. Detent in The making of America’s soviet policy. Yale University Press, USA, 1984. p. 232.

89 Rapport présenté par Khrouchtchev, Secrétaire général du CC du PCUS, au XXe congrès du PCUS, le 14 février 1956.

90 « Protivo-Vozdušnaja Oborona strany ».

91 Voir The sino-soviet conflict. A global perspective. University of Washington Press, USA, 1982.

92 Cf. Libermann. Moyens d’élever la responsabilité des entreprises socialistes. Moscou, 1956.

93 Discours de M. Gorbatchev, lors de sa rencontre avec des hommes d’affaires américains à l’ambassade de l’URSS, à Washington, le 10 décembre 1987. Agences Tass et Novosti.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/48646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search