Version classiqueVersion mobile

Stratégie soviétique et chute du pacte de Varsovie

 | 
Henri Paris

Introduction

Texte intégral

1Le pacte de Varsovie, en action durant ses trente-six années d’existence, a matérialisé la coalition militaire qu’a formée le camp socialiste. Créé en pleine guerre froide, le 14 mai 1955, le pacte de Varsovie a disparu, le 1er juillet 1991, avec la guerre froide et avec le camp socialiste. Une telle disparition a déconcerté, car elle était encore imprévue un an avant sa date et n’a été préparée que par un étiolement progressif, mais très rapide, de l’organisation du Pacte.

2Durant donc un tiers de siècle, le Pacte a soutenu le duel qui opposait le camp socialiste aux Occidentaux. En fait, ce duel avait commencé bien avant la création du Pacte et bien avant la constitution d’un camp socialiste : il avait commencé avec la Révolution d’Octobre, le 7 novembre 1917, qui instaurait un système étatique, politique et social, opposé à celui des Occidentaux, et avec des visées expansionnistes. C’est ainsi que les trente-six années d’existence du pacte de Varsovie exigent d’être situées dans un affrontement de plus de soixante-dix ans, affrontement qui surgit brutalement en toute clarté, le 3 mars 1918, lorsque les forces des Empires centraux, engagées à l’est et libérées par la paix séparée de Brest-Litovsk, basculent à l’ouest pour déferler sur l’Entente. L’affrontement se termine, le 31 juillet 1991, lorsque les présidents des Etats-Unis et de l’Union soviétique signent le traité Start à Moscou. Mais s’agit-il d’une paix définitive ou d’un armistice ?

3Dans son duel avec les Occidentaux, l’Union soviétique, d’abord seule, puis renforcée par le camp socialiste à partir de 1945, avait besoin d’instruments. L’instrument militaire fut fourni par l’Armée rouge, puis par les armées des Etats, membres du pacte de Varsovie. Mais l’Union soviétique, dès sa création, disposa encore d’autres moyens. Elle eut le soutien du Komintern puis du Kominform, qui sans être des organisations militaires, n’en furent pas moins militantes et se réclamaient de l’internationalisme prolétarien dont elles se voulaient une expression institutionnalisée. L’Union soviétique et plus particulièrement Staline ont été accusés d’avoir dévoyé le Komintern, de lui avoir fait perdre sa finalité internationaliste au profit de l’intérêt d’Etat de l’Union soviétique. Le même reproche peut d’ailleurs être fait à l’égard de Lénine, père fondateur à la fois de l’Union soviétique et du Komintern. Cela posait le problème de la nature exacte du Komintern comme de l’Armée rouge. S’agissait-il d’organisations au service de l’internationale marxiste-léniniste ou au profit des seuls intérêts de l’Union soviétique qui n’était alors qu’un Etat comme les autres, avec une propension à l’expansionnisme ne trouvant de limite que dans l’expansionnisme des autres Etats ? Y-a-t-il là continuité avec le pacte de Varsovie ? Quelle est alors la nature profonde du pacte de Varsovie ? Coalition militaire visant à mener la lutte des classes sous une forme armée ou système politico-militaire cherchant à conforter l’hégémonie soviétique au sein du camp socialiste ou encore alliance militaire traditionnelle visant à la satisfaction d’intérêts étatiques communs, ce qui n’exclut pas le terme précédent ?

4Le pacte de Varsovie, contrairement à presque toutes les alliances militaires qui se sont succédées au long des siècles, a eu un destin rare : son action, tout comme celle de son adversaire spécifique qu’était l’Alliance atlantique, n’a pas débouché sur une guerre et, s’il a disparu, ce n’est pas à la suite d’une défaite militaire. Par quoi s’explique cette absence de guerre ? Par la volonté de l’une ou de l’autre des coalitions ou encore des deux, de ne pas engager le conflit ? Par une paralysie mutuelle ? Le Pacte s’est effondré tandis que l’Alliance atlantique a perduré. La recherche des causes et du processus de cette chute, qui ne concerne que l’une des alliances, devrait apporter un éclaircissement sur la raison d’être du Pacte, sur sa nature même.

5Toute alliance développe une stratégie militaire particulière, après avoir pris en compte la menace. Et c’est de cette stratégie que doivent découler directement l’organisation et la structure des forces armées dans une étroite cohérence. L’examen approfondi de ces forces armées, comme de la stratégie militaire, renseigne donc sur la pensée politique qui se trouve à l’origine et qui fonde l’alliance. La stratégie militaire et la structure des forces armées de l’Union soviétique ont été adoptées par le pacte de Varsovie pour des raisons tout à fait naturelles et évidentes qui n’ont jamais prêté à discussion : d’une part, les armées des pays de l’Est ont été constituées, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à partir de contingents qui avaient été intégrés dans l’Armée rouge durant la guerre ; d’autre part, l’Union soviétique était incontestablement la force dominante au sein du Pacte et bénéficiait de l’immense prestige conféré par sa victoire de 1945. L’examen doit donc porter sur le modèle qu’a adopté le Pacte, à savoir donc la stratégie militaire de l’Union soviétique à travers ses différentes évolutions, et sur l’organisation de ses forces. Mais l’examen ne peut en rester là. En effet, il s’agit de déterminer le système d’application du modèle soviétique au sein du Pacte et l’étendue du contrôle que pouvait avoir le haut-commandement soviétique sur les forces alliées.

6L’ensemble de la problématique qu’offre le pacte de Varsovie en action aboutit à la question clé de son essence même. Le pacte de Varsovie est-il une construction idéologique répondant à une finalité marxiste-léniniste, donc d’une nature particulière, ou une simple coalition comme bien d’autres ? De la réponse découle, d’ailleurs, une seconde question qui a déjà été posée à d’autres occasions : qu’en est-il de l’URSS et du camp socialiste ? S’agit-il, en toute cohérence, d’un Etat et d’une alliance d’un type particulier ? De l’interrogation dépend l’avenir.

7Afin de répondre à la problématique ainsi posée, l’étude s’attache à mettre en lumière les fondements idéologique, politique et militaire qui ont présidé à l’élaboration de la stratégie du Pacte de Varsovie. Puis, l’examen traite du concept stratégique soviétique, tant dans ses évolutions que dans ses applications au niveau des Forces armées de l’URSS et du pacte de Varsovie. La conclusion est centrée sur les causes profondes de l’effondrement du Pacte ainsi que de l’Union soviétique et ouvre sur une prospective.

8L’ouvrage est issu d’une thèse de doctorat, « Le pacte de Varsovie en action », sous la direction de Monsieur René Girault, soutenue en 1993, à l’Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne.

9La méthode, qu’utilise l’étude, repose essentiellement sur des textes originaux soviétiques et, dans une moindre mesure, en provenance du camp socialiste, en recoupant les données ainsi acquises par d’autres sources, notamment occidentales, ainsi que par l’analyse critique des évènements tels qu’ils se sont produits.

10L’intérêt d’une telle approche est de s’efforcer de cerner au mieux la vérité en remontant aux prémisses même des concepts qui sous-tendaient le pacte de Varsovie, dans sa genèse comme dans son action et son effondrement. Il est bien certain que des études sur ce sujet ont été menées en Occident, plus aux Etats-Unis qu’ailleurs, en tout état de cause, mais avec un refus de prendre pour base les textes originaux. L’approche choisie évite donc ce travers, mais risque de tomber dans une erreur semblable en succombant aux déformations de l’Est. L’étude doit donc être critique. Enfin, cette approche est rare en Occident et prétend être novatrice.

11L’obstacle majeur qui s’oppose communément à la prise en compte préférentielle de données en provenance du camp socialiste est le secret généralisé dont s’est entouré le système. Certes, les Soviétiques ont toujours beaucoup écrit et publié sur les sujets les plus divers. Les questions militaires et de relations internationales ne font pas exception. Et ce, même avant que ne soit abolie la censure officielle avec l’instauration des réformes qui ont marqué la vie soviétique dans le courant de la deuxième moitié des années quatre-vingt. Cependant, aucun pays n’a instauré un système de secret aussi étanche que ne l’a fait l’Union soviétique, notamment dans le domaine militaire et à ce qui peut s’y rattacher. Il y a ainsi un paradoxe apparent entre la masse de publications touchant même des sujets sensibles et le secret institutionnel dans lequel se complaisait l’Union soviétique. Une première approche consisterait donc à estimer que les sources soviétiques sont inutilisables, car les données communiquées par ces canaux sont soigneusement expurgées, à l’excès même, pour ne livrer qu’une vérité officielle, transmise, qui plus est, par l’intermédiaire de ce qu’il est convenu d’appeler « la langue de bois ». En somme, ainsi, en provenance d’Union soviétique, ne seraient accessibles que des éléments de propagande ou de désinformation, livrés de surcroît à l’aide d’un jargon fastidieux dont le but est de dissimuler l’indigence du discours.

12En effet, les Soviétiques ont toujours eu la manie maladive du secret poussée au paroxysme. Les éléments les plus anodins étaient couverts par un secret qu’ils cherchaient à rendre le plus rigoureux qu’il soit et qui, à l’aide d’un appareil étatique omnipotent et omniprésent, régentait jusqu’aux actes les plus simples de la vie sociale, voire privée, des habitants de l’Union. Le système a été étendu au camp socialiste. Et s’il est un domaine que doit recouvrir le secret, c’est bien le domaine militaire qui fait l’objet de mesures spéciales de protection dans tous les pays.

13Cette manie du secret a plusieurs causes. En tout premier lieu, le parti communiste soviétique, avant son arrivée au pouvoir en 1917, avait des activités révolutionnaires qui l’ont amené à exister dans la clandestinité et à subir des poursuites. Il en fut ainsi en Russie impériale et, après 1917, dans bien des pays, le parti communiste continua à être interdit et à avoir des activités souterraines. A ce premier héritage s’adjoint celui de l’histoire russe. En dehors des multiples complots révolutionnaires qui, au xixe siècle entre autres, coûteront la vie à l’empereur Alexandre II, la lutte pour le pouvoir est perpétuelle en Russie. Le nombre d’empereurs ou de prétendants au pouvoir suprême, y compris les faux et vrais tsarévitchs, qui apparaissent ou disparaissent à la suite de complots et périssent de mort violente ou sont enfermés dans des couvents, n’a été égalé que par l’histoire de Byzance d’où la Moscovie puis l’Empire russe tirent, pour une part, leur tradition. L’Union soviétique ne déroge pas à cette tradition. Le Parti au pouvoir connaît en permanence des luttes d’influence. Il n’a jamais été monolithique : à preuve, les purges qui parsèment son histoire. L’ambiance de suspicion, de prudence et de secret est encore entretenue par la guerre incessante, ouverte ou larvée, que soutient l’Union soviétique, d’abord seule puis rejointe par le camp socialiste, contre le monde capitaliste. Le secret est inhérent à la mentalité de forteresse assiégée qui est celle de l’Etat des Soviets depuis sa création.

14En contrepartie, fondée sur une idéologie marxiste-léniniste, la société soviétique a besoin d’explications raisonnées des décisions prises et d’une démonstration permanente de la justesse de la cause défendue, ne serait-ce que pour faire accepter les sacrifices exigés. Par ailleurs, il existe bien une vérité officielle doublée d’un cloisonnement étroit qui coupe le camp socialiste du reste du monde. Mais, ce cloisonnement ne peut être total et l’Occident va s’employer à rendre perméables les murailles de fer par la diffusion de sa propre vérité : c’est, entre autres, le but de « Radio Liberté ». Autre point et non des moindres, les luttes d’influence au sein du Parti se traduisent par des interprétations différentes des évènements comme par des visions politiques prospectives dissemblables. Il en résulte des séries de déclarations explicatives, de discussions qui ont pris une forme écrite ou verbale et qui reflètent exactement une situation et une politique en s’appuyant sur des faits. Les discours-fleuves que représentent les rapports politiques des secrétaires généraux du Comité central du parti communiste de l’Union soviétique en sont le meilleur exemple. Fondé en 1898, avec le Parti, le Comité central a totalisé quatre-vingt-treize années d’existence ininterrompue jusqu’à sa dissolution le 23 août 1991, dont soixante-treize années au pouvoir. Cela s’est traduit par vingt-huit congrès et dix-neuf conférences du Parti, au cours desquels, donc, les différents secrétaires généraux ont prononcé quarante-sept rapports faisant le point de la situation, des discussions et de la politique qu’allait suivre le Parti pour conquérir le pouvoir, le garder, l’étendre. Ces rapports ont été critiqués à des degrés divers, mais d’une manière générale, d’une part n’ont jamais été repoussés jusque et y compris celui du dernier congrès, le XXVIIIe, en 1990, alors que le secrétaire général était déjà considérablement affaibli, d’autre part ont eu toujours force de loi. Or, il fallait bien publier ces rapports pour les faire connaître afin que nul n’ignore la ligne du Parti, ne serait-ce qu’à l’intention des millions de membres chargés de répercuter cette ligne au niveau national et international. En d’autres termes, la ligne du Parti et les discussions auxquelles elle avait donné lieu tombaient dans le domaine public. Le secret a ses limites.

  • 1 In Kommunist, n° 3/1973 de mars 1973.

15Il est donc tout à fait possible de suivre l’évolution de la pensée stratégique soviétique à travers le temps, comme d’en établir le constat à un moment donné et de le comparer au constat dressé à un autre moment donné. C’est ainsi que dans « Kommunist », la très officielle revue d’étude du parti communiste soviétique, G.A. Arbatov, déjà conseiller écouté en matière de stratégie et directeur de l’institut des Etats-Unis et du Canada de l’Académie des sciences de l’URSS, écrivait, au début des années soixante-dix, que « les relations avec les Etats-Unis, comme celles avec les capitalistes, resteront, dans le sens de l’histoire, des relations de lutte, peu importe le succès du processus de normalisation et de détente »1. L’auteur établissait donc le constat de base qui sous-tendait la stratégie de l’URSS et du pacte de Varsovie à ce moment donné et énonçait une prospective : « La lutte entre les deux systèmes va continuer. Elle est historiquement inévitable. La question à poser est celle de la forme que cette lutte prendra ». Plus de quinze ans après, le même Arbatov, conseiller de M. Gorbatchev et apôtre très influent de la perestroïka, prenait des positions diamétralement opposées en affirmant que la lutte des classes n’était plus le moteur de l’Histoire, que les relations entre l’Union soviétique et les Etats-Unis devaient s’inscrire non dans un processus conflictuel mais de partenariat. Au delà d’une expression personnelle énoncée officiellement, ce qui intéresse au premier chef est la traduction de la ligne stratégique adoptée par l’Etat à deux moments donnés et leur comparaison.

16Le secret militaire soviétique a également des limites beaucoup plus lâches qu’on ne le pense en Occident, et certainement plus étendues que celles du secret politique, ce qui encore une fois n’est pas le moindre des paradoxes. En tout premier lieu – et il est indispensable d’insister sur ce point – l’établissement d’une stratégie militaire, dans le mode de raisonnement marxiste-léniniste, ne peut être édifié qu’à l’issue d’une discussion. Tous les points de vue doivent s’affronter dans une dialectique soigneusement entretenue. Or, les marxistes-léninistes ont le culte de la chose écrite qui permet, plus que le verbe, de suivre le cours d’un raisonnement généralement long parce qu’il réclame perpétuellement la démonstration rigoureuse de chaque conclusion partielle, avant de passer à une nouvelle proposition. Les questions militaires n’y échappent pas, ce qui leur vaut une floraison de publications dont le nombre, en définitive, n’a pas été égalé à l’Ouest, ce qui encore peut sembler un paradoxe. C’est que les Soviétiques ont encouragé la discussion et la critique, qui ont été tout à fait libres, à condition de rester à l’intérieur de rambardes fixées par le marxisme-léninisme. Mais, en matière militaire, ces rambardes, au bilan, définissent un ennemi, donnent un but, et déterminent un mode de raisonnement : elles ne concernent donc pas le contenu, ainsi susceptible de remises en cause. La discussion et la critique portent sur des sujets de haute stratégie comme sur des problèmes de tactique au plus bas niveau. Ainsi, au début des années soixante-dix, l’armée soviétique, jusqu’à l’échelon des commandants d’unités élémentaires, a été invitée à ouvrir une réflexion afin de déterminer à quelle distance de l’objectif les fantassins devaient débarquer des véhicules de transport blindés pour donner l’assaut. Une telle discussion, allant jusqu’à la polémique, avait eu lieu, par exemple, dans l’armée française, mais pas avec la même ampleur et, certainement pas, avec une pression s’apparentant à une obligation, qui conduisait tous les officiers à y participer : il s’agissait d’amener tout un chacun à s’exprimer, à nourrir ainsi le débat et à en tirer, au moment fixé par le commandement, une conclusion définitive clôturant ce débat.

17Afin de favoriser l’émulation et la diffusion concernant la recherche en matière de stratégie militaire, le Conseil des ministres de l’URSS décida, le 26 mars 1965, de récompenser officiellement le meilleur ouvrage sur la théorie militaire ou sur l’histoire militaire par l’attribution d’un prix littéraire spécifique, le « prix Frunzé ». C’est ainsi que la troisième édition du livre du maréchal Sokolovsky, « Stratégie militaire », fut présentée à ce prix en 1968. On ne peut mieux inciter un écrivain à produire une œuvre traitant de stratégie et à la livrer à un public le plus large possible !

18Discussions et critiques sont menées par des militaires à titre personnel ou institutionnel, mais le cadre déborde très largement celui des armées. Un officier soviétique est appelé à exprimer individuellement ses réflexions d’une façon volontaire : cela démontrera qu’il s’intéresse à la question et servira sa carrière. Le stimulant est efficace. Mais aussi, l’officier sera contraint de conduire une réflexion, car, dans le courant de sa carrière, il devra suivre des cours aussi bien dans une académie militaire, dont le principe de formation est calqué sur celui de l’université, qu’à l’université même, dont les diplômes, très prisés par l’institution militaire, favorisent le déroulement heureux de sa carrière. Il est exigé du futur diplômé de faire œuvre personnelle et d’apporter sa contribution en matière de recherche. Le résultat pratique en est la soutenance de mémoires et de thèses dont la publication et la diffusion sont assurées par les institutions chargées de la formation.

19La réflexion stratégique est menée également en dehors du cadre militaire, ne serait-ce donc qu’à l’université et au parti communiste, mais aussi au sein d’autres instances. L’introduction des civils dans le débat stratégique n’est pas une nouveauté de la perestroïka, qui a cependant contribué à lui donner une plus grande publicité. Ce débat, mêlant civils et militaires dans une même organisation ou uniquement des civils, est conduit spécifiquement par des instituts spécialisés en matière de relations internationales, comme de stratégie. Ces instituts, d’une manière générale, ont vu le jour à la fin des années cinquante, sous l’égide plus ou moins étroite de l’Académie des sciences de l’URSS, institution prestigieuse en Russie impériale comme en Union soviétique, fondée par Pierre le Grand. Parmi ceux-ci, entre autres, l’institut de l’économie mondiale et des relations internationales et l’institut des Etats-Unis et du Canada jouent un rôle semblable à celui d’organismes équivalents américains, qui regroupent les « intellectuels de la défense ». Ainsi, durant les années soixante-dix et quatre-vingt, entre autres, ont très largement participé au débat stratégique, en URSS comme dans les pays du pacte de Varsovie, des personnalités telles que Žurkine, Karaganov, Kortunov, Kokošine et Arbatov, père et fils, tous de l’institut des Etats-Unis et du Canada. Cependant, à la différence de leurs homologues américains, les instituts soviétiques ont une mission précise – concourir à la prise de décision – ce qui les diffère radicalement, par exemple, de l’Université d’Harvard ou de la Rand Corporation, dont les travaux ne sont pas sans influence, mais sans pour autant avoir obligation de préparer la décision de la Maison-Blanche, du Pentagone ou du Département d’Etat. Dernier élément qui prend un relief puissant, le parti communiste, tant qu’il détient le rôle dirigeant et que l’Etat se confond avec lui, possède un département spécialisé dans les questions militaires. Rien ne doit échapper au Parti, et pas plus les questions stratégiques qu’autre chose, puisqu’il doit donner non seulement l’impulsion, mais encore régir tous les aspects de la vie de la Nation. La décision est arrêtée au niveau de son instance suprême, le Bureau politique, ce qui fait que toute la réflexion converge vers cette instance. Ainsi, loin d’être confinée dans des cercles restreints et confidentiels, la réflexion stratégique est largement diffusée, ce qui entraîne une abondance de publications, nécessairement ouverte à un large public.

20Quant à la stratégie arrêtée, elle ne peut rester dans le domaine du secret. En effet, il s’agit d’appliquer cette stratégie militaire tant à l’échelon de l’Union soviétique que des pays du pacte de Varsovie. Il en découle qu’elle ne peut être ignorée des forces armées, au premier chef, dont l’effectif total permanent a approché d’une dizaine de millions de combattants dans le courant des années soixante-dix et quatre-vingt, comme, en outre, d’une très large tranche de la population, se chiffrant à plusieurs dizaines de millions de personnes, puisque le pacte de Varsovie avait adhéré à l’hypothèse d’une guerre totale. Or, dans ces conditions, il fallait bien instruire non seulement les forces armées composées aux quatre cinquièmes de conscrits dont la masse était en perpétuel renouvellement, mais encore la population civile dans le cadre aussi bien d’une préparation militaire généralisée et obligatoire s’adressant aux futurs conscrits que d’une défense civile visant à pallier les conséquences d’une attaque nucléaire. Comme la stratégie militaire du Pacte était une stratégie d’emploi, c’est-à-dire celle d’un concept destiné à déboucher, en cas de guerre, sur une action tangible, en l’occurrence sur une victoire militaire et non à faire peser une menace virtuelle, ainsi qu’en avait décidé la stratégie de dissuasion de l’Alliance atlantique, il fallait bien que l’instruction et la formation menées au sein du Pacte soient suffisamment précises et complètes pour entraîner les résultats escomptés. Un faisceau de raisons converge donc vers la nécessité de faire connaître et de rendre compréhensibles à la population non seulement tous les aspects de la stratégie militaire adoptée, mais encore la tactique dans ses moindres détails. Très logiquement, alors, en regard des masses humaines à instruire en permanence, il était hors de question de pouvoir maintenir un secret militaire bien étroit.

21Quant à estimer, comme l’ont fait des analystes occidentaux, que les Soviétiques, principalement, diffusaient largement de fausses études et organisaient de faux débats dans le but d’intoxiquer leurs adversaires, cela relève de l’ineptie ! En effet, comment influencer l’ennemi par l’intermédiaire de sa propre population, sans induire en erreur en même temps cette population et les armées et, par là, mettre en péril la réalisation de concepts stratégiques appelés à une application directe basée sur l’emploi des forces ?

22Les services soviétiques chargés de la protection du secret, le KGB notamment, étaient bien conscients de la situation, de cet état de fait. Aussi ont-ils toujours cherché la sauvegarde du secret dans le cloisonnement vis-à-vis de l’Ouest, en empêchant toute divulgation du dispositif militaire, en déclarant zone interdite aux Occidentaux des portions entières de leur territoire, par exemple la région de Vladivostock, l’un des ports d’attache de leur flotte du Pacifique. Pour eux, le but était principalement de garder secret le lieu de stationnement des forces et, à défaut, l’état et la valeur de ces forces.

23Or, rendre convenablement étanches les frontières de l’URSS et des pays du pacte de Varsovie, au point d’empêcher la propagation à l’extérieur de toute nouvelle, de tout écrit, réputés dangereux pour la sécurité, relevait de la gageure. On sait depuis la découverte de l’imprimerie que débats et écrits ne peuvent rester circonscrits dans les limites d’un quelconque rempart. A fortiori, au siècle de la communication de masse ! Comme les Soviétiques s’y essayaient malgré tout, cela explique pour une partie leur psychose d’espionnage. Sans autre résultat que d’instaurer un régime policier insupportable à la longue ! Un dispositif militaire, marqué sur le terrain par le stationnement des unités peut être plus ou moins gardé secret tant que les moyens d’investigation s’apparentent à l’œil humain. Dès que ces moyens s’adressent, entre autres, à des satellites employant des systèmes optiques, infrarouges, radars et d’écoute électronique, toute opacité tombe. Le secret n’existe plus de fait. Ne demeurent que des imprécisions sur les intentions, sur la manière d’engager une manœuvre, non sur l’implantation des forces. L’interrogation occidentale, celles des Américains en réalité puisqu’ils étaient les seuls à posséder l’ensemble de la panoplie nécessaire au renseignement, portait donc sur ce qu’allaient faire les forces et non sur ce qu’elles faisaient. Dans l’art de la guerre, la différence n’est pas sans prix, puisque la dissimulation d’une intention de manœuvre permet d’enlever à l’ennemi la capacité de réagir convenablement à temps. Cependant, dans le cadre d’une étude conceptuelle, l’intention de manœuvre, au niveau de son exécution, n’a d’intérêt que si elle se révèle possible, sans plus, et non comment elle est réalisée avec la traduction concrète des hypothèses et des sous-hypothèses. En d’autres termes, l’étude du dispositif et de l’état des forces n’intéresse qu’afin de vérifier l’adéquation des moyens au concept. De là se déduit la planification stratégique de l’emploi des forces. L’exécution proprement dite échappe à l’analyse, par définition, puisqu’il faut attendre un début d’action pour l’entamer. Et en ce qui concerne le pacte de Varsovie, ce début d’action n’a jamais eu lieu : les forces du Pacte ne sont jamais entrées en campagne contre l’OTAN ! Par contre, l’intervention des forces du Pacte en Tchécoslovaquie, en 1968, et de l’armée soviétique en Afghanistan, en 1979, a été riche d’enseignements en démontrant qu’il y avait adéquation absolue entre la théorie et l’application sur le terrain !

24L’état des forces du pacte de Varsovie, ainsi que celui des autres nations, a fait l’objet de toute une série de publications occidentales qui, à des détails près, ne diffèrent guère les unes des autres. On n’a que l’embarras du choix. L’information provient pour une large part des ministères de la Défense des différents pays ou d’organisations internationales. Les données communiquées se sont révélées exactes. Jusqu’à la fin des années quatre-vingt, les Soviétiques et les Etats du Pacte ne fournissaient que très peu de communications à ce sujet. Aussi, l’état des forces armées du Pacte avait-il comme source essentielle les services américains du Pentagone. La discussion et le débat, voire la polémique, sur la valeur quantitative et qualitative de ces forces ont porté non sur l’information brute, mais sur son interprétation plus ou moins tendancieuse. Il y a lieu de remarquer que des interprétations du même genre ont également porté sur les forces des autres pays avec la même arrière-pensée tendancieuse visant à conforter une thèse politique ou corporatiste. En définitive, le résultat le plus paradoxal de la recherche absolue du secret militaire opérée par les Soviétiques est là : le domaine sur lequel les Soviétiques ont consacré le plus d’effort – le dispositif et la valeur des forces armées – est le moins étanche qui soit, au point d’être tombé dans le domaine public en Occident. Par contre, le secret à ce sujet reste effectif dans les pays du Pacte : au bilan, il y a moins de Soviétiques que d’Occidentaux à connaître l’implantation et les capacités des Grandes Unités des forces armées du pacte de Varsovie !

  • 2 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1978. T. 8, p. 228.

25Dans le but de ne pas alourdir inutilement l’étude par de multiples repères concernant les niveaux des forces qui tous concordent, il a été jugé préférable de se référer principalement à la publication, « The military balance », qu’édite annuellement l’institut international d’études stratégiques créé à Londres. Le choix de s’y référer principalement a été amené pour deux raisons essentielles. D’une part, il y avait obligation de se rapporter à une évaluation chiffrée du niveau des forces qui vienne éclairer le débat stratégique. Or, cette évaluation, la seule disponible, est de source occidentale et les travaux de l’institut international d’études stratégiques de Londres font partie de ce fonds disponible, sans aucune contre-indication. D’autre part, la recherche d’une garantie sérieuse conduisait à prendre en compte un organisme dont les études n’étaient pas récusées par les Soviétiques. Or, c’est le cas de l’institut international d’études stratégiques de Londres. En effet, le jugement qu’en émettent les Soviétiques est assez positif, en ne mettant pas en cause les données communiquées. En effet, selon l’Encyclopédie militaire soviétique, l’institut international d’études stratégiques « s’occupe de l’étude du potentiel militaro-économique, des doctrines militaires et de la situation des forces armées des pays du monde, des problèmes internationaux militaro-politiques et militaires et aussi d’une série d’autres question »2. Si l’institut est une émanation « des Etats du système capitaliste (pour l’essentiel d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord) », la garantie du sérieux des études provient de ce qu’il est contrôlé par un Conseil composé de 30 experts représentants de 15 pays. Et, « dans les études scientifiques de l’institut international d’études stratégiques, prennent une part active plus de 120 organisations de 21 pays et près de 700 personnes qui se révèlent être des collaborateurs de l’institut ».

26Au bilan général, le secret qui recouvre le domaine stratégique en Union soviétique, comme dans l’ensemble du camp socialiste, avant qu’il ne soit touché par la perestroïka, n’est pas plus étanche qu’à l’Ouest. Il l’est peut-être même moins, parce que le débat, à l’Est, concernait au total plus d’organismes divers, parce que la stratégie affichée exigeait plus d’explications afin de mobiliser la population et de l’amener ainsi à consentir à un effort incomparablement plus fort qu’à l’Ouest, au détriment de son niveau de vie. De plus, point essentiel, cette stratégie devait être en accord avec une idéologie, le marxisme-léninisme, beaucoup plus précise que celles des Occidentaux. Dès que survenait un début de contradiction entre idéologie et stratégie, naissait, alors, un débat qui secouait le camp socialiste et ne pouvait rester secret.

27Dernier paradoxe, avec la perestroïka va surgir la fin de la censure officielle, la disparition des rambardes édifiées par le marxisme-léninisme, et donc une débauche d’informations découlant d’un débat acharné. Il sera alors encore plus difficile, dans ce désordre, de discriminer une opinion irresponsable sur un problème passé, présent ou à venir, d’une réflexion engageant ou ayant engagé réellement la puissance militaire de l’Etat soviétique et de ses alliés du pacte de Varsovie.

28En résultat global, il se révèle donc que le secret, pourtant instauré par un régime qui s’est avéré l’un des plus policiers que le monde ait jamais connu, n’est pas l’obstacle le plus conséquent opposé à l’analyse de la stratégie de l’Union soviétique et des pays du pacte de Varsovie. Les difficultés majeures d’une telle analyse relèvent d’une autre nature que du secret.

29Pour l’Occident, la résistance principale à tout voyage au pays des Soviets, demeure la langue et la culture, non seulement russe ou slave, mais encore marxiste. C’est d’un problème de compréhension, de simple compréhension, dont il s’agit.

30Les analystes en matière de relations internationales et de stratégie, possédant une maîtrise suffisante d’une langue slave, font figure de spécialistes et, du fait de leur très faible nombre, échappent à une critique qui ne peut leur être dispensée que par leurs pairs. Or, il est bien clair que, pour une très large part, la connaissance est affinée par des apports divers, par l’affrontement des idées. Les Soviétiques, de leur côté, ont fait traduire et publier des textes traitant de questions politiques et stratégiques, soit sous l’égide de l’Agence de presse Novosti, soit par sa filiale que sont les éditions du Progrès. Mais, il s’agit, d’une part, de publications en faible nombre, d’autre part, très souvent, de textes à caractère spécifiquement théorique. La perestroïka et les bouleversements qu’elle a entraînés ont provoqué un regain d’intérêt pour les questions soviétiques, ce qui a conduit en Occident à la parution de traductions d’ouvrages des réformateurs soviétiques, tels que Gorbatchev, Chevardnadzé, Iakovlev. Mais encore, leur faible nombre ne reflète que médiocrement le bouillonnement de pensée apparu à l’Est.

31Les Occidentaux reprochent aux Soviétiques, et d’une manière générale au bloc de l’Est dominé par le système du parti unique, de s’exprimer dans « une langue de bois » qui rend le discours incompréhensible. Par ailleurs, cette « langue de bois », un jargon idéologique, ne sert qu’à masquer la pauvreté du contenu du discours. Il y aurait là un obstacle majeur à l’utilisation de sources en provenance de l’Est, car l’étude des textes ne procurerait d’autres avantages que la sempiternelle relecture de banalités idéologiques écrites dans une langue lourde difficilement assimilable par un esprit à la recherche d’une démonstration logique et concrète. Une telle approche est pernicieuse parce qu’elle se refuse à accepter un fait incontournable : l’existence du marxisme-léninisme qui a pénétré les mentalités au point de les façonner.

  • 3 Soljénitsyne. Une journée d’Ivan Denissovitch. Paris, 1963.
  • 4 Soljénitsyne. L’Archipel du goulag. Paris, 1975 T.I et II ; Paris, 1976 T. III.
  • 5 Soljénitsyne. Comment réaménager notre Russie ?, Paris, 1990.

32Que le marxisme-léninisme soit une science, comme l’ont avancé les appareils des partis communistes au pouvoir ou non et bien des philosophes et des analystes, ou qu’il s’agisse d’une théorie socio-politique et économique comme une autre, il est indéniable qu’il a été la doctrine officielle de l’URSS depuis 1917, et du bloc de l’Est à partir de la fin des années quarante, et ce, jusqu’à la fin des années quatre-vingt. A ce titre, plusieurs générations ont été élevées et formées dans la logique du marxisme qui faisait l’objet d’un enseignement de base dans tous les établissements scolaires et universitaires. Le système de raisonnement marxiste, avec son vocabulaire spécifique, a donc imprégné les cerveaux d’autant plus profondément qu’il n’était soumis à aucune critique, à aucun libre-arbitre. L’idéologie marxiste-léniniste dominait sans concurrence et modelait un homme particulier, distinct de l’homme occidental. Il est caractéristique de retrouver ce système de raisonnement, lent et processionnel mais d’une rigueur absolue, jusque dans les démonstrations critiquant le régime soviétique, établies par des dissidents, tels que Soljénitsyne. « Une journée d’Ivan Dénissovitch »3 ou « L’Archipel du goulag »4 en sont des exemples types. Et même dans un ouvrage aussi succinct que « Comment réaménager notre Russie ? »5, dans lequel Soljénitsyne préconise un système remplaçant celui des Soviets et celui que cherche à mettre en place la perestroïka, les traducteurs ont jugé indispensable d’y adjoindre un index, un lexique, facilitant la compréhension du lecteur occidental. A sa manière, tout en étant un dissident, réfugié aux Etats-Unis qui plus est, Soljénitsyne reste marqué par la formation marxiste-léniniste reçue durant la première partie de sa vie.

33L’accusation portée par les analystes occidentaux à l’encontre de la « langue de bois » cache, en réalité, une méconnaissance de la culture des pays de l’Est et plus encore l’ignorance du marxisme-léninisme avec tout ce qu’il comporte, y compris un vocabulaire spécifique. On ne s’improvise pas analyste ou chercheur dans des domaines tels que la politique ou la stratégie de l’URSS. Il est indispensable d’acquérir une culture de base. La lecture du « Capital » de Karl Marx est difficile, ne peut être assimilée à celle d’un roman. Le style et le vocabulaire employés sont spécifiques et indéniablement dépourvus d’élégance. Pourtant, le contenu n’est pas creux et il faut bien admettre que la vision marxiste du monde a créé une révolution dans tous les sens du terme.

34Aussi, la compréhension correcte d’un texte soviétique exige-t-elle au préalable de s’immerger dans le système marxiste-léniniste. Alors, l’analyse minutieuse permettra de saisir les nuances que l’auteur a conçues au détour d’une phrase, de mettre en lumière l’évolution de la pensée et les prémisses d’un raisonnement qui conduit à la modification d’un concept. Une lecture rapide, superficielle, fera perdre un point essentiel. C’est ainsi que le rapport politique du Secrétaire général du parti communiste soviétique, N. Khrouchtchev, au XXe congrès du Parti, en 1956, a bien fait ressortir les critiques contre Staline et l’instauration de la coexistence pacifique. Mais peu d’analystes occidentaux ont perçu que, parallèlement, l’URSS allait mettre effectivement en place un puissant soutien aux luttes de libération nationale ; en d’autres termes, se lancer dans un offensive stratégique en direction du Tiers monde.

35Dernier élément à ce sujet, le même phénomène existe à l’Ouest, certes sous d’autres formes. Les Occidentaux n’ont pas conscience du style de bien des déclarations officielles, dont ce qu’il est convenu d’appeler « les petites phrases » provoquent des interprétations diverses et des exégèses infinies. Que penser, en effet, d’une déclaration de l’OTAN qualifiant l’arme nucléaire de « last resort », d’« ultime recours », sans plus ? Le dernier recours vis-à-vis de quoi, en quel cas, par rapport à quoi ? Que comprendre du champ d’application de la dissuasion française lorsqu’il est dit qu’elle joue par constat au-delà du territoire national ? Jusqu’où, quand, dans quelle configuration ? Que comprendre exactement lorsque Dieu est invoqué dans chaque discours annuel sur l’état de l’Union que prononce le président des Etats-Unis dans le courant de la deuxième moitié du xxe siècle, alors que la société américaine se prétend tolérante et laïque ? S’agit-il d’une idéologie d’origine divine ? Quelle signification convient-il de donner au terme de « symétrie négative » employé par les diplomates américains, lorsqu’ils traitent, en 1991, de l’abandon de fournitures d’armes à Kaboul, tant par eux que par les Soviétiques, mais se refusent à inclure dans l’accord les Pakistanais et les Séoudiens ? La langue de bois n’est pas seulement l’apanage des Soviétiques !

36L’herméticité du système soviétique et du pacte de Varsovie, tout en étant fortement exagérée et causée, dans une très large mesure, par l’inculture et le parti pris des Occidentaux, n’en comporte pas moins des plages très réelles d’opacité ostensiblement mises en place par les appareils gouvernementaux. Le caractère visible, presque provoquant, des barrières dressées contre l’information est dû à l’existence d’une censure comme à l’absence de toute opposition légale qui aurait pu élever une protestation, ce qui contribuait à détériorer l’image de marque du bloc formé par le pacte de Varsovie.

  • 6 Entre autres, Kommunist du 29 septembre 1987.
  • 7 Cf. Le Monde du 30 septembre 1987.

37Les Soviétiques, notamment, en étaient bien conscients et, avec la perestroïka et la glasnost, leur presse s’en est faite l’écho6, relayée immédiatement par celle des Occidentaux7. Les pages d’opacité que les Soviétiques s’efforcaient principalement de préserver concernaient les axes de la recherche nucléaire et spatiale ainsi que le domaine des intentions stratégiques. Relève de ce dernier point ce qu’avec la perestroïka les Soviétiques ont appelé « les taches blanches ». Il s’agit, plus que de falsification ou d’interprétation manipulée d’un fait historique, d’omissions qui rendent inintelligible un évènement passé ou récent, qui pourrait faire comprendre la stratégie employée avec sa prospective. Par ailleurs, il s’agit également de justifier en regard du marxisme-léninisme cette même stratégie afin de ne pas porter atteinte au moral de la population et des forces. L’un des dogmes à sauvegarder à tout prix était celui de la pureté et de la crédibilité du parti communiste : les individus sont faillibles, y compris Staline et Brejnev, non le Parti, gardien du dogme, qui doit préserver la possibilité de se régénérer et d’accomplir sa mission historique.

38C’est ainsi que les Soviétiques ont gardé secret, autant qu’ils l’ont pu, les accords occultes conclus avec les Allemands à la suite du pacte de non-agression de 1939, comme les raisons exactes de leur engagement militaire en Afghanistan en 1979. La perestroïka n’a d’ailleurs que médiocrement interrompu la pratique, mais avec d’autres finalités que la sauvegarde du Parti.

  • 8 Churchill. Mémoires sur la Deuxième Guerre mondiale. L’étau se referme. De Téhéran à Rome. Paris, 1 (...)

39Il est absolument nécessaire de souligner que les Soviétiques n’ont pas le monopole de l’introduction de pages blanches dans leur histoire. Les Occidentaux se livrent aussi à des falsifications historiques pour des motifs politiques encore moins importants. Ainsi, Churchill rapporte que lors de la conférence de Téhéran en 1943, au cours d’un dîner réunissant Staline, Molotov, Roosevelt, Hopkins, Harriman, Clark Kerr, Eden et lui-même, ils furent rejoints par le fils du président américain, Elliot Roosevelt qui « parut à la porte et quelqu’un lui fit signe d’entrer. Il prit donc place à notre table, intervint même dans la conversation et il a fait depuis un récit très coloré et remarquablement fallacieux de ce qu’il entendit »8. L’un des sujets abordés portait sur une proposition de Staline de faire fusiller 50 000 officiers et techniciens allemands, après la victoire des Alliés, afin de détruire à jamais les capacités militaires de l’Allemagne. La proposition soviétique, énoncée sur un mode plaisantin, n’en comportait pas moins un aspect sérieux pour que Churchill la prit au pied de la lettre et ne s’en offusqua de même que du soutien que lui apportaient les Américains et notamment Elliot Roosevelt qui le nia plus tard. La relation de ces conversations qu’en fit par la suite Elliot Roosevelt est-elle réellement fallacieuse ou est-ce celle de Churchill ? Il en découle évidemment une appréciation différente sur la croisade pour les droits de l’homme que menaient les Alliés durant la Seconde Guerre mondiale.

40Toute étude exige donc une approche critique éclairée en outre par une analyse minutieuse des faits, par la prise en compte de témoignages provenant d’horizons différents, voire opposés. Il est nécessaire aussi d’avoir présent à l’esprit que l’élimination de toute subjectivité est difficile. Si l’éloignement dans l’Histoire apaise les passions, il n’élimine pas les traces qu’ont déposées ces passions et la discrimination demeure toujours indispensable. De plus l’Histoire s’inscrit dans la continuité. Le pacte de Varsovie et son système ont disparu, mais leurs suites sont bien présentes et modèlent l’Histoire à venir. L’idéologie qui servait de fondement au pacte de Varsovie s’est dissipée, mais n’a-t-elle pas laissé des traces, n’a-t-elle pas dicté sa loi en son temps dans les pays du bloc de l’Est et profondément marqué les méthodes de référence à l’Ouest ? En 1991, les statues élevées à la mémoire de Lénine sont abattues à Leningrad, qui retrouve son nom de Saint-Petersbourg. Ce n’est pas pour autant que l’ébranlement du monde qu’a causé le marxisme-Léninisme a cessé. Une vision objective du pacte de Varsovie a donc des limites dont il faut avoir nécessairement conscience. On ne peut que tendre à la vérité au plus près, tant au profit de la connaissance intrinsèque que de la prospective, puisque l’avenir prend ses racines aussi bien dans le passé lointain que récent.

41L’étude sur le pacte de Varsovie n’a donc pas la prétention d’être définitive. En se basant, au premier chef, sur des données d’origine soviétique, en les recoupant par les faits comme par l’analyse critique de la vision occidentale de ces mêmes faits et des intentions de l’Est, cette étude n’a pas d’autre ambition que de s’efforcer de cerner la vérité et de déterminer, notamment, la part d’idéologie et de politique qui a guidé l’action du pacte de Varsovie, ainsi que sa succession laissée en déshérence.

42La majeure partie de la documentation qui a servi de base à l’étude est en langue russe et les traductions en français ou en anglais sont peu nombreuses. Cependant, afin de faciliter au lecteur la consultation de la référence, lorsqu’une traduction existe et qu’elle a été estimée suffisamment fidèle, l’étude s’y rapporte préférentiellement.

43La transcription des termes et des noms propres russes a été réalisée avec le système de translittération de l’alphabet cyrillique, largement inspiré de l’alphabet tchèque avec ses signes diacritiques. Cependant, afin de ne pas causer de surprise, la transcription d’usage, telle qu’elle est communément employée dans les textes en français, a été conservée pour les noms propres connus du grand public. Il en est ainsi, par exemple, de Gorbatchev ou Brejnev.

***

44Une étude du pacte de Varsovie ne peut s’abstraire de prendre en compte, notamment, les motivations de ses fondateurs, les Soviétiques. En effet, que recherchaient-ils exactement en mettant sur pied une coalition et pourquoi la création formelle du Pacte n’intervient-elle que si tard, en 1955, quelque six années après celle de l’Alliance atlantique ? Certes, des études extrêmement sérieuses ont été réalisées dans les pays occidentaux durant les années soixante-dix, et quatre-vingt sur le pacte de Varsovie. Mais, d’une part, quand ces études prennent en considération les positions adoptées par le bloc de l’Est, elles s’attachent à présenter la situation à partir d’une vision strictement occidentale. Il en découle inévitablement une approche partisane de la question. Le cycle d’une action engendrant une réaction suivie d’une nouvelle action n’est alors absolument pas étudié et les conclusions sont faussées. En d’autres termes, le pacte de Varsovie n’est pas analysé en action, mais à un moment précis déterminé ou durant un laps de temps circonscrit, sans examen des causes conduisant à la genèse des évènements ni de leurs conséquences. D’autres part, ces mêmes études sont fragmentaires : l’accent est placé soit sur l’aspect politique et encore sans que le concept originel ait été mis en exergue, soit sur l’aspect militaire et encore sans autre analyse qu’un rapport de force centré sur l’armée soviétique.

45Pour une part, l’explication de la lacune est perpétuellement donnée par l’impossibilité d’avoir accès aux sources soviétiques, par le secret dont s’entourait le monde de l’Est. Or, l’exactitude de cette explication est tout a fait relative, ainsi que cela a été précédemment rapporté. Le secret de défense est tourné par les Soviétiques eux-mêmes, de par la force du système qu’ils ont instauré, au point que le dispositif des troupes se lisait sur le terrain et que les idées de manœuvre comme les intentions politiques qui les commandaient apparaissaient très clairement dans de multiples publications tombées dans le domaine public.

  • 9 Cf. Survival, septembre/octobre 1991, volume XXXIII, n° 5, Institut international d’études stratégi (...)

46Avec la disparition de la République démocratique allemande et dans le désordre qui a présidé à cette disparition, les archives est-allemandes ont été saisies par les Allemands de Bonn. C’est ainsi que, par ce canal, en 1991, les Occidentaux ont eu connaissance de la planification militaire des armées de la RDA, de leur rôle en cas d’une guerre en Europe et de la manœuvre offensive que les forces du Pacte s’apprêtaient à mener jusqu’à la fin des années quatre-vingt. Entre autres, Lothar Rühl, correspondant de la publication ouest-allemande à fort tirage « Die Welt » et secrétaire général du très influent « Forum für Deutschland », consacre à ce sujet une étude très précise dans la revue « Survival » publiée par l’institut international d’études stratégiques de Londres9. Or, les données que révèlent la saisie des archives est-allemandes et l’étude de Lothar Rühl n’ont rien d’inédit. Les publications soviétiques dont il a déjà été fait mention en traitaient ouvertement depuis plusieurs décennies. Tout au plus, la saisie de ces archives confirme-t-elle l’exactitude avec laquelle le sujet avait été publiquement abordé par les Soviétiques, ce qui n’est certes pas négligeable.

47En réalité, le défaut de l’analyse occidentale, comme le secret dont s’est toujours enveloppé le monde de l’Est, proviennent de la négligence des Occidentaux à tenter une approche rationnelle autrement qu’à partir de leurs vues propres. Plus que par ignorance profonde de la Russie, de l’Union soviétique, du marxisme, d’une stratégie militaire différente et de ses causes, les Occidentaux pèchent par égocentrisme. Ainsi, le pacte de Varsovie a-t-il été mal apprécié dans son existence, avec ses tenants et aboutissants, et donc dans les conséquences qu’entraîne son effondrement.

48C’est à cette carence que s’efforce de remédier cette étude du pacte de Varsovie en action, clé de l’avenir de la Russie et de l’Europe de l’est.

Notes

1 In Kommunist, n° 3/1973 de mars 1973.

2 Encyclopédie militaire soviétique. Moscou, 1978. T. 8, p. 228.

3 Soljénitsyne. Une journée d’Ivan Denissovitch. Paris, 1963.

4 Soljénitsyne. L’Archipel du goulag. Paris, 1975 T.I et II ; Paris, 1976 T. III.

5 Soljénitsyne. Comment réaménager notre Russie ?, Paris, 1990.

6 Entre autres, Kommunist du 29 septembre 1987.

7 Cf. Le Monde du 30 septembre 1987.

8 Churchill. Mémoires sur la Deuxième Guerre mondiale. L’étau se referme. De Téhéran à Rome. Paris, 1952. Tome V, p. 47.

9 Cf. Survival, septembre/octobre 1991, volume XXXIII, n° 5, Institut international d’études stratégiques. Rühl. Offensive defence in the Warsaw Pact.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search