Version classiqueVersion mobile

Des vestiges aux sociétés

 | 
Jeanne Brancier
, 
Caroline Rémeaud
, 
Thibault Vallette

Les pratiques funéraires et le statut des individus

Du dépôt animalier au système de représentation d’une société

Une réflexion méthodologique sur l’interprétation des pratiques funéraires à travers l’exemple des sépultures dites « de chevaux » et « de cavaliers » de la période avare (Bassin des Carpates, fin vie s.- milieu ixe s. apr. J.-C.)

Ilona Bede

Résumé

L’étude présentée ici propose une réflexion méthodologique sur le dépôt animalier à partir du corpus particulier que constituent les tombes dites « de cavaliers ». Ce type d’inhumations généralement associé à une présence équine, peut toutefois prendre des formes très diverses. Nous avons donc repris le vocabulaire concernant les dépôts animaliers utilisé par les archéologues mais également les anthropologues et ethnologues, afin de reconsidérer le sens de chaque expression et de le confronter à nos données. L’objectif annoncé est celui de lire le dépôt animalier comme un acteur du rite : l’archéologue doit donc rechercher les indices de son rôle au sein du rite, des gestes qui lui sont associés. Il est aussi question de comprendre ce rôle et de saisir la charge symbolique liée à l’animal dans les pratiques funéraires, et par extension dans le système de représentations d’une société donnée. Dans le cas présent, il s’agit de comprendre l’image que représentait le cheval pour la société de la période avare en Europe centrale, et l’idée motrice de la pratique funéraire qui lui est liée.

Texte intégral

1Les dépôts animaliers en contexte funéraire font l’objet d’interprétations très diverses par les archéologues : dépôts alimentaires, offrandes funéraires, objets de sacrifices, voire morts d’accompagnement, animaux psychopompes ou simplement biens personnels des défunts. Ces diverses déterminations se recoupent et un même dépôt peut en accepter plusieurs. Ainsi, différentes interprétations peuvent émaner de réalités archéologiques semblables et, à l’inverse, des faits archéologiques très distincts peuvent faire l’objet d’une même interprétation. C’est précisément ce que nous avons remarqué pour les sépultures de la période avare (premier Moyen Âge, Bassin des Carpates), dites « de cavalier ».

  • 1 Les auteurs byzantins (Théophilacte Simocatta, Théophanes, Ménandre) ont décrit l’arrivée des Avars (...)

2La présence de chevaux dans les tombes de cette aire culturelle a souvent été interprétée, du moins nommée, « tombe de cavalier » ou « tombe de cheval ». Ce phénomène est toujours apparu comme une évidence puisque les Avars étaient un peuple nomade cavalier originaire d’Asie centrale1. Or ces dénominations recouvrent de très diverses réalités archéologiques. A contrario, certaines sépultures de cette période contenant des restes équins ne sont pas considérées de la même manière, et ce sans véritable argumentation.

3Les « tombes de chevaux et de cavaliers » ont déjà été amplement traitées dans la littérature archéologique. Elles ont fait l’objet d’études ostéologiques et archéozoologiques (Bökönyi, 1974 ; Ambros et Müller, 1980), de typologies (Kiss, 1962 ; Makoldi, 2008), ont servi à diverses reconstitutions du harnachement (Kiss, 1996a), ou permis l’identification d’une élite guerrière (Szentpéteri, 1993 et 1994 ; Zábojník, 1995), et en corollaire des variations économiques (Garam, 1995) ou des phases d’occupation territoriale (Makoldi, 2008). Si cette énumération est certes réductrice, il nous a toutefois semblé qu’un élément essentiel avait été omis, à savoir la signification que donnait la population de la période avare tardive à l’inhumation du cheval, la raison de cette pratique, le processus funéraire qui lui était lié, et finalement la représentation que cette population se faisait du cheval : le rôle qu’il jouait dans la société, son rapport avec la mort, autrement dit la charge de signifiant qu’il portait dans le système de représentation des Avars d’Europe centrale du premier Moyen Âge (Fig. 1).

Fig.1. Emprise du territoire avar à la période tardive (d’après Visy et Nagy 2003, p. 282) et localisation des sépultures citées et présentées en illustration

Fig.1. Emprise du territoire avar à la période tardive (d’après Visy et Nagy 2003, p. 282) et localisation des sépultures citées et présentées en illustration

Carte : I. Bede.

4Plus encore que pour le reste du mobilier trouvé dans les tombes, se pose la question du rapport que le défunt entretenait de son vivant avec l’animal, de sa façon d’être vis-à-vis de lui, si nous considérons que c’est ce que reflète la sépulture. Plus largement, il est question des rapports que la société des vivants – et celle des morts – entretenait avec tel ou tel animal. Ceux-ci pouvaient par ailleurs être sous-tendus par un système de représentations conférant un rôle ou un sens particulier à ce même animal. Sa présence en contexte funéraire a pu illustrer un caractère sacré ou encore une réalité socio-économique, une organisation particulière de la société.

5Il s’agit donc de comprendre les pratiques funéraires liées au cheval, et ainsi le rôle qui lui a été conféré, qu’il a joué dans le rite funéraire et, par extension, le signifiant attaché au cheval et la représentation mentale de son image pour les membres de la société avare. Pour cela, il nous a fallu identifier les critères archéologiques et les indices disponibles permettant de poursuivre une telle étude.

6Le présent article ne propose pas ici une analyse sur un corpus précis et déterminé mais plutôt une réflexion sur le dépôt animalier et une proposition méthodologique à travers l’exemple particulier des pratiques funéraires avares. Cette proposition s’appuie sur les nombreux travaux déjà réalisés par les chercheurs spécialistes de cette période, principalement hongrois et slovaques, ainsi que sur les résultats obtenus lors de nos travaux de master (Bede, 2010).

7Nous proposons de cadrer cette réflexion par la définition de concepts théoriques utilisés par les spécialistes lors de l’analyse des dépôts funéraires. Ceci nous permettra d’orienter plus exactement les questions posées aux faits archéologiques ; de connaître les outils et reconnaître les indices qui nous permettront de les interpréter. Ces derniers seront ensuite examinés successivement, et ce, en s’appuyant sur l’exemple des sépultures dites de cavaliers de la période avare.

Un cadre théorique

  • 2 De ce fait, nous n’incluons pas sous la dénomination « dépôt » les présences animales dans les sépu (...)

8Les dépôts animaliers en contexte funéraire peuvent prendre de nombreuses formes et couvrir diverses fonctions, autrement dit, jouer différents rôles au sein du rite. Ils sont évidemment – et c’est là que le terme « dépôt » prend tout son sens – le fait d’actes volontaires, le résultat d’intentions de la part de la société inhumante2. Or ces intentions mues en actes – désignés par gestes funéraires – découlent de codes établis, de conceptions de la mort, de symboles. Le dépôt funéraire – et ici animalier – n’est pas présent dans la tombe pour lui-même mais parce qu’il est porteur de sens.

9En premier lieu, il s’agit de déterminer si le mobilier contenu dans la sépulture est mobilier personnel ou funéraire, autrement dit, si c’est un bien du défunt ou pas. Il est question de reconnaître le propriétaire originel du bien, ainsi qu’une éventuelle translation vers un nouveau bénéficiaire. D’après Alain Testart (Testart, 2004, p. 29-40), reprenant lui-même les écrits de Marcel Mauss et Henri Hubert sur le sacrifice (Hubert et Mauss, 1899), nous avons reconnu trois types de dépôts (Bede, 2014) :

  • L’offrande funéraire, impliquant un don en principe à destination du défunt (le défunt n’est donc pas le propriétaire initial mais le nouveau bénéficiaire).

  • Le sacrifice, étant nécessairement une offrande mais passant par une translation et une destruction effective ou symbolique de la chose sacrifiée (le sacrifice est en principe offert à une puissance surnaturelle, le destinataire ne peut dans ce cas être le défunt).

  • Le bien personnel du défunt, lui appartenant durant sa vie et continuant de lui appartenir dans la mort, dans un rapport duel immuable (il n’y a donc pas de transfert de bien dans ce cas).

Ces trois notions nous amènent à nous interroger sur la vocation du dépôt.

10La présence animale peut, par exemple, avoir une fonction alimentaire, part du défunt au repas funéraire ou viatique pour le voyage vers l’au-delà ; psychopompe, accompagnant l’âme du défunt dans l’autre monde ; apotropaïque, protégeant le défunt des mauvais esprits, ou les vivants contre le retour de l’âme du défunt. Elle peut être un cadeau au(x) dieu(x) ou au défunt, ou encore un bien que le défunt emporte avec lui dans l’autre monde et qui, éventuellement, ne doit pas lui survivre, ni servir à ses successeurs. Cette liste ne se veut pas être exhaustive mais souligne la diversité des fonctions que peut revêtir un même mobilier funéraire au sein de la sépulture.

11La question du rôle du dépôt funéraire introduit le problème de la fonction du rite funéraire en lui-même. Nous avons identifié le destinataire du rite, dont le dépôt fait partie, comme l’un des éléments pouvant refléter la « raison d’être » de la cérémonie funéraire. D’après les diverses analyses faites par les anthropologues et archéologues du funéraire, quatre possibles destinataires sont discernables :

  • Le défunt comme ancien vivant : dans ce cas le rite a pour vocation d’honorer un être cher, d’exprimer un lien affectif avec les survivants, mais également de rappeler le statut qu’a eu l’individu durant son existence.

  • Le mort en son monde : le défunt entre dans le monde des morts, et il faut l’y accompagner. Le rite a ici une vocation psychopompe et sert à intégrer le défunt dans son rôle de futur ancêtre.

  • Les vivants : le rite est un support à la mémoire, au souvenir pour ceux qui continuent de vivre sans le défunt. Il permet également une séparation entre le monde des vivants et celui des morts. Enfin, il sert à réaffirmer les rapports sociaux préexistants entre les membres de la société inhumante.

  • La (ou les) puissance(s) surnaturelle(s) : le rite funéraire est une réaffirmation d’un lien établi entre les survivants et un ou plusieurs dieux, à travers le passage du défunt d’un monde à l’autre.

12L’énumération de ces différentes vocations du rite montre que celles-ci ne s’excluent pas entre elles. De même que le dépôt, la cérémonie funéraire peut avoir plusieurs fonctions, peut être l’expression de nombreux arrière-plans idéels sous-jacents et partagés par la communauté inhumante.

13Le dépôt funéraire – et plus largement la cérémonie et ses agents dans leur ensemble – revêt une signification partagée par les acteurs du rite. La signification du rite émane d’un système de représentations. Elle est issue de conceptions idéelles collectives, elles-mêmes émanant d’un système techno-économique et d’un système de valeurs communs à l’ensemble culturel qu’ils forment. L’appellation « société inhumante » peut ainsi être comprise à différentes échelles. Il s’agit aussi bien de la société au sens le plus large dictant les principaux codes funéraires, partagés au sein d’une aire géographique et temporelle relativement vaste, et formant une culture archéologique. Ces codes funéraires trouvent cependant des spécificités au sein d’ensembles culturels plus restreints, tels une région, une communauté villageoise, voire une famille, ou encore un groupe économique, social.

14La signification donnée au dépôt funéraire diffère donc d’un groupe culturel à l’autre, et la grille de lecture de ces divergences peut avoir plusieurs échelles. Ainsi, a priori, plus la grille de lecture est large, plus les différences sont importantes. Dès lors, un même type de dépôt peut revêtir des significations très diverses. Ainsi, les inhumations de moutons entiers et parés de Kerma (entre autres Chaix, 2000) ne sont pas lues avec le même regard que les chevaux scythes de la culture de Pazyryk (entre autres Schiltz, 1994 et 2009 ; Lebedynsky, 2003 ; Francfort et al., 2000 ; Francfort et Lepetz, 2010), également inhumés intégralement et richement harnachés. Inversement des dépôts de types très variés peuvent recouvrir un même symbole, une même intention originelle, une même fonction dans le rite funéraire. Les sépultures dites « de chevaux et de cavaliers » de la période avare illustrent particulièrement bien ce dernier schéma.

Les présences équines dans les sépultures avares

  • 3 60 000 à 70 000 à l’heure actuelle. Contribution orale de Tivadar Vida, université Loránd Eötvös de (...)

15Comme nous l’avons évoqué plus haut, nous proposons ici une réflexion méthodologique et non pas une étude sur un corpus donné. Nous ne citerons donc pas tous les exemples connus pour chaque phénomène puisque ce n’est pas l’objectif du travail présenté ici. À titre indicatif, le corpus des sépultures fouillées ou répertoriées pour l’ensemble de la période avare s’élève à plusieurs dizaines de milliers3, celui des tombes de cavaliers à quelques 5 000 occurrences.

16Afin de déterminer le type du dépôt funéraire et sa fonction, et donc plus largement de comprendre son rôle et sa signification dans le rite, nous avons distingué trois axes d’analyse retraçant la chaîne opératoire du processus funéraire, autrement dit l’enchaînement des choix et gestes opérés par les inhumants :

  • L’identification de la population animale concernée et son traitement péri-mortem, ainsi que l’observation du dépôt, soit l’application de l’analyse archéozoologique classique.

  • L’observation du traitement funéraire de l’animal, soit la place qui lui est conférée au sein de l’espace funéraire, les gestes et attentions qui lui ont été adressés directement, soit une analyse traditionnelle aux contextes funéraires.

  • L’examen de la relation établie avec le(s) défunt(s) humain(s), leur position l’un par rapport à l’autre, et la population humaine concernée, soit une analyse du dépôt en tant que mobilier funéraire.

17Le cheval ou son attribut – ce qui le représente dans la sépulture – est ainsi envisagé comme un individu à part entière, qui devait figurer dans le rituel funéraire et y jouer un rôle, sans néanmoins oublier que le premier destinataire de la tombe reste, dans la majorité des cas, l’être humain.

Du pré à la tombe… le traitement péri-mortem

18L’identification de la population animale concernée par le rite passe par la détermination de l’espèce concernée, de l’âge, du sexe et des pathologies éventuelles de l’individu. La mise à mort d’un animal pour le déposer dans une sépulture nécessite le renoncement à ce même animal. Le choix n’est donc a priori pas fortuit. Si la raison économique peut inciter à se défaire plutôt de tel animal que de tel autre, plutôt d’animaux âgés et impotents que jeunes et encore utiles, la raison spirituelle, les codes établis par le rite, le rôle et la signification que doit avoir l’animal au sein de la cérémonie et dans l’espace funéraire peuvent conduire à d’autres choix, et désigner par exemple de jeunes individus.

  • 4 Hongrois: ; allemand: Pferd; anglais: Horse, etc.

19Hors la morphologie des ossements, le mobilier qui accompagne le squelette animal et la particularité de son traitement funéraire permettent généralement d’identifier le genre Equus dès la fouille. Cependant il n’est question que du cheval alors que, comme le suggère László Bartosiewicz (Bartosiewicz et Gyöngyössy, 2006), il ne serait pas inenvisageable de compter des ânes parmi les équidés inhumés de la période avare. En l’absence de données plus précises sur le sujet, nous continuerons ici d’utiliser le terme « cheval » conformément au vocable employé dans la littérature4.

20Les trois études présentant des résultats synthétiques sur de vastes corpus indiquent que dans la grande majorité des cas, ce sont des individus mâles entiers (non castrés) qui sont inhumés avec les défunts, alors que les juments et hongres n’apparaissent qu’à travers quelques individus au sein des corpus. Les chercheurs actuels doutent cependant de la fiabilité de ces résultats sur le plan ostéologique : la distinction du hongre est assez problématique et dépend grandement de l’âge de l’individu au moment de la castration. Il n’y a pas, semble-t-il, de lien entre le sexe du défunt et celui de l’animal. Les animaux inhumés présentent par ailleurs une très grande diversité d’âges. Il est toutefois intéressant de souligner que les trois-quarts des individus sont âgés de moins de dix ans. Ils sont donc encore en pleine capacité motrice (Ambros et Müller, 1980, p. 83 ; Bökönyi, 1974, p. 268-269).

21Un très grand nombre de chevaux de la période avare portent des traces de pathologies, notamment des traces d’exostose sur les vertèbres et les extrémités des membres indiquant qu’ils ont été montés régulièrement, y compris les jeunes individus. Seule une faible proportion est marquée par des traces de pathologies lourdes. La plupart des individus concernés ont été gardés en vie alors qu’ils n’étaient plus viables. István Vörös évoque une question de nécessité (Vörös, 2000, p. 367), à l’inverse Sándor Bökönyi envisage la possibilité de chevaux de chamanes (Bökönyi, 1974, p. 290-292). Un cas d’inhumation d’une jument de plus de vingt ans portant un poulain déjà bien formé (Ambros, 1987, p. 374, Abb. 6 : Komárno-Schiffswerft, Sép. 81), montre que, quelle que soit la situation, l’animal ne pouvait échapper à son sort.

22L’identification du traitement péri-mortem de l’animal permet de mettre en évidence l’objectif visé par les inhumants. Cet objectif est la forme que doit prendre le dépôt animalier et qui lui donnera son sens. Pour un dépôt alimentaire, une pièce de viande sera découpée et choisie selon les codes et critères en vigueur, alors que l’on préservera l’intégrité d’un animal de compagnie par exemple.

  • 5 Détermination du bois par Eva Hajnalová.
  • 6 Depuis la remise du manuscrit, nous avons relevé plusieurs occurrences de tels seaux dans des tombe (...)
  • 7 Contributions orales de divers chercheurs dont Gergely Csiky de l’Institut d’archéologie de l’Acadé (...)

23Le mode de mise à mort de l’animal permet déjà d’avoir une idée du traitement de l’animal avant de le mettre en terre. Étant donné la rareté de traces observables sur le squelette, l’hypothèse la plus courante est celle d’un coup porté directement au cœur, dans le flanc de l’animal, ne laissant ainsi aucune trace sur les ossements. Dans certains cas cependant, de fines incisions ont été observées à plusieurs reprises entre l’atlas et l’axis, voire sur les condyles occipitaux. Cette technique permet de trancher la moelle épinière (Ambros, 1987). Elle nécessite une bonne connaissance de l’animal et un geste précis, mais implique aussi l’exigence de ne pas faire couler de sang et de conserver l’intégrité de l’animal. D’autre part, Cyril Ambros a émis la possibilité d’un empoisonnement des chevaux à l’aide de seaux en bois d’if (Taxus ­baccata) trouvés à proximité des crânes de chevaux dans la nécropole de Komárno-­Schiffswerft (Fig. 2). La toxicité de cet arbre semblerait particulièrement efficace sur les chevaux, entrainerait un brusque effondrement et une mort rapide (Ambros, 1987)5. Cette mise à mort a pu permettre de conserver l’intégrité de l’animal et d’éviter un geste violent à son encontre6. Deux autres techniques de mise à mort du cheval sont notamment connues par l’ethnologie : l’étouffement ou encore l’arrachage manuelle de l’aorte après ouverture de l’abdomen. La volonté de conserver l’intégrité de l’animal est un phénomène qui se retrouve régulièrement chez les populations nomades d’Asie centrale et peuvent avoir existé dans le système de représentations avar7. L’hypothèse d’animaux morts naturellement, notamment lorsqu’ils sont inhumés seuls, peut également être envisagée mais reste très difficile à démontrer. Celle-ci engagerait un tout autre regard sur la signification du dépôt : il ne s’agirait plus là d’animaux pour les hommes, mais d’animaux pour eux-mêmes.

Fig.2. Komárno-Schiffswerft/Komárom-Hajógyár (Slovaquie), sépulture 114

Fig.2. Komárno-Schiffswerft/Komárom-Hajógyár (Slovaquie), sépulture 114

D’après Trugly, 2008, modifiée par I. Bede.

  • 8 Ce qui les distingue des Magyars des ixe et xe siècles qui pratiquaient également l’inhumation part (...)

24Dans le cas des inhumations partielles de chevaux, la pratique consistant à conserver la tête et les membres éventuellement reliés par la peau, préserve l’image d’un animal entier et le distingue en cela d’un morceau de viande. Cependant les membres des chevaux sont tranchés au niveau du radius et du tibia (Fig. 3)8. Il est évident que l’exigence liée à l’intégrité du corps de l’animal n’est ici pas la même que pour les chevaux entiers.

Fig.3. Szegvár-Oromdűlő (Hongrie), sépulture 1

Fig.3. Szegvár-Oromdűlő (Hongrie), sépulture 1

Les ossements de faunes sont pochés d’après leurs profondeurs relatives : plus foncé = plus profond.

D’après Lőrinczy, 1992, modifiée par I. Bede.

25Pour les dépôts dits alimentaires, du moins sans ordre anatomique, le manque d’études archéozoologiques ne nous permet pas d’avoir une idée des gestes opérés sur l’animal ayant préparé et précédé l’inhumation, ce qui rend l’analyse difficile. Pour ce qui est des petits os appelés amulettes nous disposons parfois de la détermination de l’os, mais pas de mention concernant d’éventuelles traces de découpe ou d’usure sur ces ossements.

26Vient ensuite la constitution de l’ensemble lui donnant la forme qu’il prendra dans la sépulture. L’observation que nous pouvons en faire consiste à reconnaitre sa composition. En substance, s’agit-il d’un animal entier ou partiel ? Peut-on reconnaître des connexions anatomiques entre les os ? S’il s’agit d’une inhumation partielle, quelle a été la partie déposée ?

  • 9 Aucune étude ostéologique n’a été effectuée sur les ossements de ce type de dépôt animalier, aussi (...)

27À travers les sépultures de la période avare, les dépôts équins présentent une variété importante de cas de figures. Les chevaux entiers en position anatomique forment la majorité du corpus (Fig. 2, 4, 7 et 8). Les inhumations dites partielles, contenant le crâne et les extrémités des membres, éventuellement avec la peau, ou le crâne seul de l’animal sont également fréquentes. Il existe quelques rares cas de chevaux entiers sans ordre anatomique (Fig. 4)9. Les sépultures contenant d’autres types de dépôts partiels ne sont généralement pas appelées « tombes de cavalier ». Il s’agit souvent de parties anatomiques considérées comme des dépôts alimentaires, ou de petits os isolés, tels le calcanéum, l’astragale ou une dent, généralement interprétés comme des amulettes ou attributs du défunt.

Fig.4. Orosháza-Béke Tsz. homokbánya (Hongrie), sépulture 142 (Juhász, 2000)

Fig.4. Orosháza-Béke Tsz. homokbánya (Hongrie), sépulture 142 (Juhász, 2000)

28Une « inhumation symbolique de cheval » est la manifestation de l’animal par un attribut, à la période avare, généralement les éléments du harnachement (Fig. 5). L’étude des caractéristiques de ce type de dépôt funéraire rejoint les études typologiques classiques du mobilier. De la même façon que les caractéristiques du dépôt faunique, elles renseignent sur la composition de l’ensemble par les inhumants, choix toujours mû par l’idée du rôle que doit jouer l’objet au sein du rite, et la signification qu’il doit porter. La présence symbolique du cheval peut également être suggérée à travers la mise en forme de l’espace funéraire. Celle-ci fait écho aux aménagements observés pour les dépôts équins classiques. L’intention initiale fut donc vraisemblablement identique.

Fig.5. Szarvas-Grexa téglagyár (Hongrie), sépulture 209 (Juhász, 2000).

Fig.5. Szarvas-Grexa téglagyár (Hongrie), sépulture 209 (Juhász, 2000).

Un traitement funéraire spécifique… pour un individu particulier

29Une fois que ce qui n’est pas encore un dépôt funéraire a été choisi et préparé, il est amené jusqu’au lieu funéraire. C’est à ce moment là qu’il prend sa qualité de dépôt. La manière dont l’ensemble est positionné dans la sépulture est un indice des gestes opérés par les inhumants pendant la cérémonie. L’observation des indices taphonomiques est également primordiale pour déceler les éléments disparus et les évènements qui ont marqué l’histoire de la sépulture, entre la mise en terre et l’intervention archéologique.

30Concernant le mobilier faunique, il s’agit non plus ici de regarder les parties anatomiques mais de savoir si elles ont été disposées dans un ordre spécifique, organisé, ou simplement jetées dans la tombe, d’observer l’enchaînement des différents gestes et donc des différentes intentions qui ont entraîné le dépôt.

  • 10 Nous pensons ici à l’exemple donné par les fouilles fines d’incinérations: l’observation de la posi (...)

31Les dépôts de chevaux entiers sans connexions anatomiques par exemple pourraient faire l’objet d’observations taphonomiques fines permettant de restituer d’une part l’enchainement des gestes qui l’ont généré, et d’autre part les déplacements qui ont suivi le dépôt afin de pouvoir reconstituer la forme initiale de ce dernier10. Dans le cas des inhumations partielles, les études réalisées jusqu’à présent montrent que les ossements (tête et extrémité inférieure des membres) ont pu être placés sans la peau dans la sépulture, les uns à côté des autres, ou avec la peau, soit étendue, soit empaillée, soit enroulée sur elle-même (Lőrinczy, 1992, p. 110-111).

  • 11 L. Bartosiewicz (communication personnelle).

32Les chevaux inhumés entiers en position anatomique posent moins de problèmes. Ils sont presque tous sur le ventre. Les membres sont généralement repliés sous le ventre, ou légèrement dépliés sur le côté. Il est intéressant de noter que ces grands animaux sont souvent placés dans un espace très étroit, et parfois assez profond. Se pose alors la question de la technique employée pour mettre en terre l’animal. Certains archéozoologues pensent qu’il a pu être inséré vivant dans la tombe11, alors que d’autres réfutent cette idée (Ambros et Müller, 1980, p. 14 ; Ambros, 1987, p. 375). Il est également possible d’envisager un pourrissement du cadavre avant le dépôt, afin de pouvoir le compresser à l’intérieur de cet espace. Des études paléo-entomologiques et palynologiques permettraient de répondre aux questions de pourriture ou d’embaumement éventuels du cadavre. Ce qui nous semble intéressant du point de vue du rite, c’est l’énergie et le soin apportés à ces inhumations. Il s’agit de toute évidence d’une attention particulière.

33L’étude morphologique et taphonomique de la structure funéraire nous livre des informations sur son organisation. Or, certaines observations montrent la présence d’aménagements spécifiquement liés au cheval, comme s’il était un individu à part entière. Parmi ceux-ci notons les sépultures individuelles de chevaux à trous de poteaux, ou encore à cercueil ou chambre funéraire (Fig. 6 : sépultures 1062 et 1146). Il est intéressant de noter que le cheval bénéficiait alors d’un soin accordé seulement à certains êtres humains. Dans certaines sépultures a été remarquée la présence de tâches noires – peut-être les restes d’un matériau organique – sous les membres inférieurs des chevaux (Fig. 2). Dans les tombes mixtes, il arrive que le cheval soit encore positionné sur une marche spécialement aménagée à cet effet. Comme nous l’avons remarqué plus haut, la place de l’animal revêt un caractère tellement spécifique qu’elle peut dans certains cas refléter sa présence même s’il est absent de la tombe. L’animal est donc véritablement « individualisé » au sein du rite funéraire (Bede, 2014).

Fig.6. Tiszafüred-Majoros (Hongrie), sépultures 40, 503, 1062 et 1146 (Garam, 1995)

Fig.6. Tiszafüred-Majoros (Hongrie), sépultures 40, 503, 1062 et 1146 (Garam, 1995)

34Il est également un autre élément qui témoigne de cette individualisation, ce sont les éléments de mobilier associés à l’animal. Comme nous l’avons mentionné en introduction, les dépôts peuvent être soit personnels, soit funéraires. Or, le mobilier du vêtement est généralement considéré comme bien personnel du défunt. Dans le cas du harnachement du cheval, l’individu est inhumé avec son habit : mors, selle, étriers, harnais décoré d’appliques. Dans certains cas, l’ensemble est très simple, sans décor et en matériau commun, dans d’autres, des pièces non utilitaires, parfois en matériaux précieux, s’ajoutent aux éléments de base (appliques décoratives, pièces damasquinées, plaquées d’or, etc.). Le cheval est donc harnaché, de la même façon que l’homme est habillé (Fig. 2 et 8).

35L’association d’armes aux inhumations de chevaux est particulièrement fréquente. La présence de pointes de lance ou de haches de combat dans les tombes individuelles de chevaux souligne encore le caractère individuel de l’animal défunt (Fig. 6 : sépultures 40 et 503). L’arme lui est associée et non pas à l’humain qui l’utilisait. Dans les tombes conjointes de cheval et de cavalier, il arrive que l’armement soit du côté de l’animal plutôt que de l’humain (Fig. 7). Notons que pour la population avare, le cheval était lui-même une arme pour le combattant ­(Szentpéteri, 1993 et 1994).

Fig.7. Bernolákovo/Cseklész (Slovaquie), sépulture 53 (Kiss, 1996b)

Fig.7. Bernolákovo/Cseklész (Slovaquie), sépulture 53 (Kiss, 1996b)

36Comme nous l’avons mentionné plus haut, des restes de seaux ont été associés à des inhumations de chevaux entiers, bien que trouvés dans des sépultures mixtes. Il s’agit là encore d’une individualisation frappante de l’animal recevant son auge, que celle-ci s’avère mortelle ou pas. Des inhumations partielles de bovinés (bœuf) ou de caprinés (mouton/chèvre) ont également été retrouvées immédiatement au-dessus ou au-dessous d’inhumations de chevaux entiers et partiels (Fig. 2 et 3).

Jusqu’à la mort… la relation homme-cheval

37Ces tombes sont celles de cavaliers : la relation entre l’homme et le cheval dans le système funéraire doit donc être analysée afin de comprendre le lien que les inhumants ont voulu établir entre eux, et le rôle qu’ils ont voulu donner à l’animal. La position du dépôt funéraire vis-à-vis du ou des défunts renseigne quant à elle sur la relation que les inhumants ont voulu créer entre les individus dans l’espace funéraire.

38Il est intéressant de noter que dans les pratiques d’inhumation chez les Avars, si certaines positions du cheval par rapport à l’homme sont plus fréquentes que d’autres, la variabilité reste très importante. Nous avons en effet relevé plus d’une dizaine de positions différentes au sein de six cimetières seulement (Bede, 2010). Certaines similitudes entre les positions sont toutefois discernables. Ilona Kovrig et Attila Kiss (Kovrig, 1957, p. 121 ; Kiss, 1962, p. 158) avaient par exemple déjà remarqué que les positions « à droite du défunt en sens opposé » et « à gauche du défunt dans le même sens » étaient identiques du point de vue du cheval : le cavalier est à gauche, placé du côté de la monte. Différents types de positionnement des individus dans la sépulture peuvent ainsi avoir un arrière-plan idéel communs et établir un même rapport entre le défunt et le dépôt funéraire. Les inhumations de chevaux placées « en amont », « au-dessus » ou « à la tête » de l’humain posent par exemple le même problème. Il est ici important de remarquer que le cheval, s’il ne repose pas au même niveau, est systématiquement inhumé moins profondément que le défunt.

39La présence ou l’absence de séparation des individus dans l’espace est également importante à prendre en compte. Comme nous l’avons remarqué plus haut, les tombes individuelles de chevaux ont souvent été reliées à des tombes humaines par la proxémique et le type de mobilier que ces dernières contenaient. Si nous considérons ce type de dépôt funéraire non pas comme tombe individuelle mais comme une partie de la sépulture du défunt, il faut reconnaître dès lors une distinction radicale des espaces d’inhumation. Par ailleurs, plusieurs sépultures présentent des aménagements spécifiques (cercueil, planche, différence de niveau, etc.), qui séparent le défunt du cheval (Fig. 2 à 4 et 6 à 8). Cette division instaure nécessairement une place différente de l’animal par rapport à l’humain, et confère un rôle particulier au cheval. Il faut toutefois noter que dans un même cimetière, des sépultures suivant le même rite peuvent présenter ou non cette séparation. Dans ces cas là, ce n’est pas tellement le rôle du dépôt funéraire qui varie mais vraisemblablement la position du défunt au sein de la société, tout au moins le geste funéraire qui lui est accordé diffère et le distingue des autres.

  • 12 La première étude de ce type qui reste aujourd’hui encore la référence en la matière a été publiée (...)

40Le dépôt funéraire peut enfin prendre une signification particulière selon la population humaine à laquelle il est associé dans la mort. L’association avec un individu adulte de sexe masculin est la plus fréquente. C’est l’un des éléments qui a conduit naturellement à l’appellation « tombe de cavalier » (Garam, 1985 ; Szentpéteri, 1993 et 1994 ; Zábojník, 1995). Cependant les analyses anthropologiques ont permis de montrer plusieurs cas d’associations avec des femmes d’âges divers et des enfants, pouvant être relativement jeunes12. Plusieurs occurrences de tombes multiples sont également connues. Ces exceptions soulignent que le cheval n’est pas systématiquement associé au cavalier-soldat, mais peut également être l’attribut d’une autre symbolique.

41La population humaine qui bénéficie d’un tel dépôt funéraire ne peut donc être définie simplement par les âges et sexes des défunts mais également par les autres éléments qui caractérisent le geste funéraire. Il peut s’agir par exemple de la forme de la structure funéraire et son aménagement. Les tombes mixtes associant un humain et un cheval l’un à côté de l’autre présentent une certaine monumentalité de la structure funéraire, visible lors de la cérémonie funéraire et par la suite pour peu qu’un signe extérieur marque l’emplacement de la sépulture. D’autre part, un type spécifique de structure funéraire associé à un type de dépôt équin particulier peut être mis en évidence. Lívia Bende a ainsi corrélé les tombes à galerie et les inhumations symboliques de harnachement de cheval (Bende, 2000, p. 253-254, fig. 18) (Fig. 5).

Fig.8. Lukácsháza-Hegyaljadűlő (Hongrie), sépulture 8 (Kiss, 1996a)

Fig.8. Lukácsháza-Hegyaljadűlő (Hongrie), sépulture 8 (Kiss, 1996a)

42Le mobilier associé au dit cavalier est depuis longtemps un élément déterminant de l’analyse de ce rite funéraire. En effet, tous ceux qui se sont penchés sur le sujet ont constaté une association évidente entre la présence du cheval et les tombes d’individus armés possédant une ceinture ornée (Szentpéteri, 1993 et 1994 ; Zábojník, 1995). Le trio arme-ceinture ornée-cheval n’est pas systématique, toutefois il est fréquent de le rencontrer, de même que les variantes contenant deux des éléments cités. Il est ainsi compréhensible que l’historiographie ait été marquée par l’interprétation « tombe de chef guerrier-cavalier ». Cependant la réalité est plus complexe, puisque certaines sépultures d’individus dits de haut rang ne sont pas associées à un cheval, et d’autres, relativement pauvres en mobilier ou en termes de complexité architecturale, le sont. Par ailleurs, le mobilier des tombes de femmes et d’enfants ne correspond pas à ce schéma classique.

43Le contexte funéraire plus large de la présence du cheval et du défunt auquel il est associé doit être également considéré. Il est notamment important de noter que beaucoup de nécropoles ne sont pas concernées par ce rite, et que les sépultures associées à un cheval ne représentent en moyenne que 5 % de la population des cimetières qui le sont. L’analyse des phases chronologiques et la topographie du cimetière rappellent que toutes les tombes ne sont pas contemporaines. Ainsi seuls quelques individus bénéficiaient de ce rite au sein de chaque génération. De la même façon, une occurrence unique dans une nécropole ne revêt pas la même signification qu’une nécropole avec 40 % de tombes contenant une présence équine. Les populations concernées ne sont, de toute évidence, pas comparables.

Pour conclure

44Les inhumations de chevaux entiers et harnachés pour lesquels une place privilégiée est aménagée dans la sépulture sont les plus nombreuses, elles ont donc un poids important dans les résultats de l’analyse. Toutefois, les inhumations partielles semblent répondre aux mêmes caractéristiques, si ce n’est que le traitement corporel du cheval est bien distinct. Les petits os appelés « amulettes » et les dépôts d’ossements non structurés manquent cruellement d’analyses pour que nous puissions les faire parler. Cependant, une amulette peut être considérée comme le bien propre du défunt. Il en va de même pour les dépôts de harnachement. Or, il nous semble que les chevaux entiers et partiels peuvent également être considérés comme tels. Tués à des âges divers, parfois malades depuis longtemps voire même avant la mise-bas, leur sort fut inévitable, comme si personne d’autre que leur maître ne pouvait les monter. Les artefacts que constitue le harnachement montrent une certaine individualisation mais aussi un lien matériel avec l’humain qui n’est pas observable chez les autres espèces animales enterrées dans les sépultures des nécropoles avares. Le cheval a donc une place spécifique dans le rite et dans son rapport à l’être humain qui le distingue des autres animaux. C’est l’hypothèse que nous posons et que nous développerons sur un corpus non seulement plus vaste mais géographiquement plus cohérent que celui du master, à savoir le sud de la Transdanubie orientale.

45Une conclusion sur la place du cheval dans le système de représentations des Avars n’est donc pas encore envisageable. Les traits culturels asiatiques sont essentiels pour comprendre les pratiques des populations avares d’Europe centrale, mais ce ne sont vraisemblablement pas les seuls. La persistance de ce phénomène jusqu’au milieu du ixe siècle, et plusieurs générations après la sédentarisation sur ce territoire et le métissage avec les populations locales, pose bien d’autres questions sur la charge symbolique que portait le cheval dans l’Europe du premier Moyen Âge.

Bibliographie

Ambros C. (1987) – Tierbeigaben in den Gräbern von Komárno-Schiffswerft, Slovenská Archeológia, XXXV-2, p. 365-380.

Ambros C. et Müller H.-H. (1980) – Frühgeschichtliche Pferdeskelettfunde aus dem Gebiet der Tschechoslowakei, Bratislava.

Bartosiewicz L. et Gyöngyössy M. (2006) – The Khan’s Mule, dans S. L. Olsen, S. Grant, A. M. Choyke et L. Bartosiewicz (éd.), Horses and Humans : The Evolution of Human-Equine Relationships, Oxford, p. 289-299.

Bede I. (2010) – La place du cheval dans la société des Avars tardifs du Bassin des ­Carpates. Étude comparative des sépultures de chevaux et de cavaliers des cimetières de Tiszafüred-Majoros ; Orosháza Bónum-téglagyár ; Orosháza Béke ­TSz-homokbánya ; Szarvas Grexa-téglagyár ; Komárno-Schiffswerft et Košice-Šebastovce, mémoire de master 2, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Bede I. (2014) – Le cheval dans les rites funéraires de la période avare : une forme d’individuation ? (fin vie-début ixe siècle après J.-C. ; Bassin des ­Carpates), dans I. Bede et M. Detante (dir.), Rencontre autour de l’animal en contexte funéraire : actes de la 4e Rencontre du Groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire, Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), 30-31 mars 2012, Saint-­Germain-en-Laye, p. 211-225

Bende L. (2000) – Fülkesírok a pitvarosi avar kori temetőben. Adatok a fülkés és lószerszámos temetkezések kronológiájához (Stollengräber im awarenzeitlichen Gräberfeld von Pitvaros. Angaben zur Chronologie der Stollengräber und Bestattungen mit Pferdegeschirr), dans L. Bende, G. Lőrinczy et Cs. Szalontai (éd.), Hadak útján. A népvándorláskor fiatal kutatóinak konferenciája, Szeged, p. 241-280.

Bökönyi S. (1974) – History of Domestic Mammals in Central and Eastern Europe, Budapest.

Chaix L. (2000) – Les animaux et les morts à Kerma (Soudan) entre 2500 et 1500 avant J.-C. Faits archéologiques et interprétations, dans L. Bodson (éd.), Ces animaux que l’homme choisit d’inhumer. Contribution à l’étude de la place et du rôle de l’animal dans les rites funéraires. Journée d’étude, Université de Liège, 20 mars 1999, Liège, p. 15-39.

Čilinska Z. (1990) – Die awarenzeitlichen Frauengräber mit Pferdbestattung in der Slowakei, Wosinsky Mór Múzeum Évkönyve, 15, p. 135-146.

Francfort H.-P., Ligabue G. et Samashev Z. (2000) – La fouille d’un kourgane scythe gelé du ive siècle av. notre ère à Berel, dans l’Altaï ­(Kazakhstan), Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 144année, n° 2, p. 775-806.

Francfort H.-P., et Lepetz S. (2010) – Les chevaux de Berel’ (Altaï). Chevaux steppiques et chevaux achéménides : haras et races, dans A. Gardeisen, E. Furet et N. Boulbes (dir.), Histoire d’équidés des textes, des images et des os : Actes de la table-ronde organisée par l’UMR 5140, Montpellier, 13-14 mars 2008, Lattes, p. 57-104.

Garam É. (1985) – Pferde- und Reiterbestattungen in der Spätawarenzeit (8.- 9. Jahrhundert), dans H. Wolfram et A. Schwarcz (éd.), Die Bayern und ihre Nachbarn II : Berichte des Symposiums der Kommission für Frühmittelalter-forschung, Stift Zwettl, 25-28 octobre 1982, Vienne, p. 123-128.

Garam É. (1995) – Das awarenzeitliche Gräbenfeld von Tiszafüred, Budapest.

Grousset R. (2001 [1939]) – L’Empire des steppes, Payot, Paris.

Hubert H. et Mauss M. (1899) – Essai sur la nature et la fonction du sacrifice, L’Année sociologique, 2, p. 29-138.

Juhász I. (2000) – Avar lovas sírok Békés megye északi területén, Békés Megyei Múzeum Közleményei, 21, p. 63–99.

Kazanski M. (1999) – Les Slaves. Les origines (ier-viie siècle après J.-C.), Paris.

Kiss A. (1962) – Az avarkori lovastemetkezés szokásának vizsgálata, Janus Pannonius Múzeum Évkönyve, p. 153-162.

Kiss G. (1996a) – A lukácsházi avar temető 8. számú lovassírja. A késő avar tausírozott vas falerák (Reitergrab 8. des awarenzeitlichen Gräberfeldes Lukácsháza-Hegyalja dűlő. Die spätawarenzeitlichen tauschierten Eisenphaleren), Savaria, 22.3, p. 107-143.

Kiss G. (1996b) – Die Mitbestattung von Pferden bei den Awaren, dans F. Daim, K. Kaus et P. Tomka (éd.), Hunnen + Awaren – Reitervölker aus dem Osten, Begleitbuch und Katalog zur burgenländischen Landesaustellung, Eisenstadt, p. 387-390.

Kovrig I. (1957) – Kora avarkori sírok Törökbálinton, Folia Archaeologica, IX, p. 119-133.

Lebedynsky I. (2003) – Les Scythes. La civilisation nomade des steppes, viie-iiie av. J.-C., Paris.

Lőrinczy G. (1991) – A szegvár-oromdűlői kora avarkori temető 1. sírja (Das Grab 1 des frühawarenzeitlichen Gräberfeldes von Szegvár-Oromdűlő), Móra Ferenc Múzeum Évkönyve, 1984/85-2, p. 126-154.

Lőrinczy G. (1992) – Vorläufiger Bericht über die Freilegung des Gräberfeldes aus dem 6.-7. Jahrhundert in Szegvár-Oromdűlő – Weitere Daten zur Interpretierung und Bewertung der partiellen Tierbestattungen in der frühen Awarenzeit, Communicationes Archaeologicae Hungariae, p. 81-124.

Makoldi M. (2008) – Adatok a Hernád–völgyi avar lovas sírok temetkezési szokásaihoz (Burial customs of the Avars in the Hernád Valley), Hermann Ottó Múzeum Évkönyve, 47, p. 113–146.

Pohl W. (2002 [1988]) – Die Awaren, ein Steppenvolk in Mitteleuropa-567-822 n. Chr., München.

Schiltz V. (1994) – Les Scythes et les nomades des steppes : viiie siècle avant J.-C.-ier siècle après J.-C. Paris.

Schiltz V. (2009) – Les tombes gelées de Pazyryk, Dossiers d’Archéologie, 259, p. 70-73.

Szádeczky-Kardoss S. (1998) – Az avar történelem forrásai, Szeged.

Szentpéteri J. (1993) – Archäologische Studien zur Schicht der Waffenträger des Awarentums im Karpatenbecken I., Acta Archaeologica Academiae Scientiarum Hungaricae, 45, p. 165-246.

Szentpéteri J. (1994) – Archäologische Studien zur Schicht der Waffenträger des Awarentums im Karpatenbecken II., Acta Archaeologica Academiae Scientiarum Hungaricae, 46, p. 231-306.

Testart A. (2004) – Les morts d’accompagnement, La servitude volontaire 1, Paris.

Trugly S. (2008) – A Komárom-hajógyári avar temető és telep, Budapest.

Visy Zs. et Nagy M. (éd.) (2003) – Hungarian Archaeology at the Turn of the Millennium, Budapest (Version en ligne : http://regeszet.org.hu/images/angol/a_000.pdf, consulté le 31 octobre 2014).

Vörös I. (2000) – Az algyői honfoglalás kori temető archaeozoológiai vizsgálata (Die archäozoologische Untersuchung des landnahmezeitlichen Gräberfeldes von Algyő), Móra Ferenc Múzeum Évkönyve – Studia Archaeologica, 6, p. 357-401.

Zábojník J. (1995) – Soziale Problematik der Gräberfelder des nördlichen und nordwestlichen Randgebietes des awarischen Khaganats, Slovenská archeológia, XLIII-2, p. 205-344.

Notes

1 Les auteurs byzantins (Théophilacte Simocatta, Théophanes, Ménandre) ont décrit l’arrivée des Avars en Europe et les assimilent aux Scythes et aux Huns (Grousset, 2001 (1939); Pohl, 2002 (1988); Kazanski, 1999). Le Strategikon de Maurikios décrit également leurs techniques de guerre à cheval (Szádeczky-Kardoss, 1998).

2 De ce fait, nous n’incluons pas sous la dénomination « dépôt » les présences animales dans les sépultures n’ayant pas fait l’objet d’un acte intentionnel, soit les présences fortuites (animaux fouisseurs, nécrophages, etc.), toute la difficulté étant de démontrer l’intention originelle.

3 60 000 à 70 000 à l’heure actuelle. Contribution orale de Tivadar Vida, université Loránd Eötvös de Budapest.

4 Hongrois: ; allemand: Pferd; anglais: Horse, etc.

5 Détermination du bois par Eva Hajnalová.

6 Depuis la remise du manuscrit, nous avons relevé plusieurs occurrences de tels seaux dans des tombes humaines d’autres nécropoles avares. Par ailleurs, la teneur en toxine du bois de l’if (contrairement aux feuilles et à la graine) est assez faible. Ces éléments semblent donc contredire cette hypothèse.

7 Contributions orales de divers chercheurs dont Gergely Csiky de l’Institut d’archéologie de l’Académie des sciences de Hongrie (Budapest) et François Poplin du Museum national d’histoire naturelle (Paris) que je remercie ici tous deux grandement pour leurs idées et remarques toujours riches et stimulantes. Les parallèles ethnographiques sont très nombreux et ne peuvent malheureusement pas trouver leur place ici.

8 Ce qui les distingue des Magyars des ixe et xe siècles qui pratiquaient également l’inhumation partielle de chevaux, et coupaient les membres au niveau de l’articulation (Lo˝rinczy, 1991, p. 132; Lo˝rinczy, 1992, p. 110).

9 Aucune étude ostéologique n’a été effectuée sur les ossements de ce type de dépôt animalier, aussi il est difficile d’en avoir une idée précise.

10 Nous pensons ici à l’exemple donné par les fouilles fines d’incinérations: l’observation de la position des os calcinés a permis de restituer les gestes ayant déplacé les os du bûcher à l’urne funéraire, ainsi que la présence d’éléments en matériaux organiques disparus.

11 L. Bartosiewicz (communication personnelle).

12 La première étude de ce type qui reste aujourd’hui encore la référence en la matière a été publiée par Zlata Čilinskailinska, 1990).

Table des illustrations

Titre Fig.1. Emprise du territoire avar à la période tardive (d’après Visy et Nagy 2003, p. 282) et localisation des sépultures citées et présentées en illustration
Crédits Carte : I. Bede.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig.2. Komárno-Schiffswerft/Komárom-Hajógyár (Slovaquie), sépulture 114
Crédits D’après Trugly, 2008, modifiée par I. Bede.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Fig.3. Szegvár-Oromdűlő (Hongrie), sépulture 1
Légende Les ossements de faunes sont pochés d’après leurs profondeurs relatives : plus foncé = plus profond.
Crédits D’après Lőrinczy, 1992, modifiée par I. Bede.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig.4. Orosháza-Béke Tsz. homokbánya (Hongrie), sépulture 142 (Juhász, 2000)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig.5. Szarvas-Grexa téglagyár (Hongrie), sépulture 209 (Juhász, 2000).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4861/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig.6. Tiszafüred-Majoros (Hongrie), sépultures 40, 503, 1062 et 1146 (Garam, 1995)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4861/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fig.7. Bernolákovo/Cseklész (Slovaquie), sépulture 53 (Kiss, 1996b)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4861/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Fig.8. Lukácsháza-Hegyaljadűlő (Hongrie), sépulture 8 (Kiss, 1996a)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4861/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 840k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 8167 : Orient et Méditerranée. Sujet de thèse : La place du cheval dans la société avare du Bassin des Carpates.
Directeurs : Michel Kazanski et Tivadas Vida. Soutenance prévue en 2015.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search