Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des vestiges aux sociétés

 | 
Jeanne Brancier
, 
Caroline Rémeaud
, 
Thibault Vallette

Les pratiques funéraires et le statut des individus

Au-delà de la gestuelle, l’analyse sociologique funéraire : aspects théoriques, limites et étude de cas

Le site villanoviano-étrusque de Verucchio (RN, Italie) entre la fin du premier âge du Fer et l’Orientalisant ancien

Ariane Huteau

Résumé

Trois variables scandent l’analyse funéraire : le temps, le lieu et le groupe humain. Si l’identification des deux premières fait appel à des méthodes reconnues de tous, en revanche, celles déployées pour appréhender le groupe humain divergent, reposant à la fois sur des horizons théoriques et des questionnements différents. S’interroger sur ce que l’on cherche à comprendre en étudiant des tombes et des nécropoles va, en déclenchant le passage à l’étape des interprétations archéologiques, orienter, par là même, les résultats. On se propose, ici, de dépasser les problématiques du « fait » et du « geste » afin de s’interroger plutôt sur le discours social véhiculé par les pratiques funéraires. En prenant appui sur l’étude des sépultures à crémation des espaces sépulcraux Moroni et Le Pegge de Verucchio, on cherchera à démontrer qu’en dépit de ses limites internes (détermination d’une classe d’âge, par exemple) et externes, comme l’intégrité des mobiliers, l’analyse sociologique funéraire est un exercice à même de proposer une lecture de l’idéologie funéraire et, au-delà, de révéler certains pans de l’organisation d’une société.

Funerary analysis is punctuated by three variables : time, place and the human group. If the identification of the above two points involves using selected well-known methods, on the other hand, the ones developed to grasp the group of people vary greatly. In fact, these methods are based on both different theoretical horizons and interrogations. Asking ourselves what we are trying to understand when studying tombs and necropolis, while leading to the archaeological interpretation, is thereby going to direct the results. This article aims to go beyond the “act ” and “gesture” issues in order to examine more precisely the social discourse conveyed by funerary practices. Basing ourselves on the case study of Verucchio’s cremation burials coming from the cemeteries of Le Pegge and Moroni, we will attempt to demonstrate, notwithstanding its internal (age group determination, for example) and external limits, like burials and grave-goods’ integrity, that social funerary analysis is an attempt able to offer a fine reading of funerary ideology and, beyond, to reveal some sides of the living’s community social organization.

Texte intégral

1Le passage des données brutes aux interprétations archéologiques est l’une des étapes clef de l’analyse archéologique sur laquelle on se propose de revenir dans le présent article. Puisqu’il n’est plus concevable, aujourd’hui, de se contenter des seules informations matérielles, comment peut-on alors passer de l’objet archéologique, donc d’un discours de type descriptif, à un discours explicatif ?

2Toute analyse se doit d’être guidée par une problématique posée, en amont, à un corpus et ce sont ces questionnements qui déclenchent la recherche d’un sens permettant d’ordonner et de comprendre la documentation archéologique.

3On cherchera ici à confronter les différents outils théoriques dont dispose l’archéologie funéraire pour répondre à la question que se posait déjà Jean-Pierre Vernant en 1977 lors du colloque d’Ischia (Italie) : « Comment faire parler cette masse de documents muets que fournissent tombes et nécropoles ? » (Vernant, 1982, p. 5). Toute production archéologique est imbibée – sciemment ou non – de théorie et la documentation ne s’étudie pas « à nu ». Puisque les différentes étapes de la recherche puisent leurs racines dans des apports théoriques hérités de diverses écoles, quelles sont les méthodes mais surtout les constructions intellectuelles, à notre disposition, pour appréhender une société à partir de l’étude de ses sépultures ?

4En dressant le cadre théorique dans lequel les études funéraires ont évolué, et se meuvent encore, on confrontera l’approche sociologique avec celle de l’anthropologie biologique pour mettre en évidence que c’est la grille des questions que l’on souhaite poser au monde des morts qui oriente, par là-même, les résultats et l’interprétation archéologique. Par la suite, on cherchera à démontrer à partir d’une étude de cas, celle du site protohistorique italien de Verucchio, comment une étude sociologique funéraire est possible sans données anthropobiologiques directes. Enfin, on s’attardera sur la conciliation nécessaire entre les deux grandes approches dans l’étude des ensembles funéraires en insistant sur la complémentarité des résultats, les données biologiques permettant d’enrichir la lecture sociologique des nécropoles.

L’analyse archéologique des ensembles funéraires : aspects théoriques

La construction sociale de l’analyse funéraire

  • 1 « L’archéologue ne saurait étudier l’histoire, ou le comportement d’individus ou de groupes humains (...)

5L’analyse funéraire est scandée au rythme de trois variables – le temps, le lieu et le groupe humain – qui sont identifiées progressivement1 par le biais de différentes méthodes.

  • 2 Il s’agit des objets mis en parallèle à des fins de comparaison.

6Le « lieu », ce qui renvoie à un espace géographique particulier, est appréhendé par l’étude du patrimoine matériel d’un site, donc des vestiges archéologiques. La typologie et les comparanda2 qui accompagnent cette construction sont des outils de travail permettant de mettre en évidence l’héritage matériel d’un site, en l’ancrant dans un espace géographique précis et/ou en soulignant des liens préférentiels entretenus avec d’autres régions (Giligny, 2005, p. 129-131). Ainsi, la typologie devrait mener à l’identification de l’appartenance d’un site à une culture matérielle (Ruby, 1995).

  • 3 « Les techniques de sériation [mise en évidence d’un phénomène sériel], en archéologie, ont pour bu (...)

7La variable « temps », à savoir l’organisation des sépultures en une succession chronologique, est recherchée, quant à elle, à l’aide de l’outil sériation3 : le matériau brut – le mobilier, les sépultures – est appréhendé et analysé dans sa dimension temporelle. À l’échelle de la nécropole, l’interprétation archéologique peut alors se faire diachroniquement ou synchroniquement.

8En revanche, l’identification de la troisième variable, le « groupe humain », c’est-à-dire ce qui relève de l’organisation de la société, est plus problématique. En effet, pour étudier les sociétés, à partir de la seule documentation archéologique funéraire, il n’existe pas d’outils ou de constantes mathématiques permettant d’ordonner les différents paramètres à prendre en considération.

9Ainsi, c’est à partir de cette étape-là de l’analyse funéraire que divergent grandement les théories et, par conséquent, les méthodes déployées. Alors, que cherche-t-on à comprendre en étudiant tombes et nécropoles ?

  • 4 « […] la pratique de l’enterrement procède d’une volonté de pérennité. Il s’agit de perpétuer un me (...)
  • 5 « […] si les funérailles étaient pour la famille et les amis le moyen de rendre hommage au défunt e (...)

10L’ouvrage La mort, les morts dans les sociétés anciennes (Gnoli et ­Vernant, 1982), offre une illustration de cette tradition anthropologique (Duday, 2006, p. 25)française qui, dans le domaine de l’archéologie, considère le rite funéraire comme un « fait social ». Plus récemment, ce sont les travaux de Patrice Brun portant sur le « discours social » véhiculé par les pratiques funéraires à l’âge du Bronze4ou ceux de Luc Baray sur les deux âges du Fer en Europe occidentale5, qui peuvent se rattacher à cette même tradition. Si cette perspective de recherches fait écho aux travaux d’histoire et d’historiographie de l’École des Annales (Bloch et Febvre, 1929), elle se relie surtout à ceux de la sociologie durkheimienne de la fin du xixe siècle.

11On doit, en effet, à Émile Durkheim (Durkeim, 1912) d’avoir reconnu que le rite funéraire serait bien plus destiné aux membres de la société, à ceux qui y assistent, qu’au mort lui-même. Il permet ainsi de dépasser le traumatisme de la mort biologique et fonctionne, au-delà, comme un garant de la continuité sociale puisque l’idéal communautaire s’y voit revivifié, parfois même réinventé.

12Ce sont les élèves d’É. Durkheim, R. Hertz et A. Van Gennep qui ont par la suite approfondi cette définition sociale et culturelle du rite funéraire. Pour A. Van Gennep, les rites funéraires servent à recomposer la fracture provoquée par la mort d’une personne dans la communauté. Ils rétablissent l’équilibre social tout en réaffirmant le statut social du défunt et donc du groupe ou de sa famille. Ainsi, les funérailles sont-elles comprises comme un rite de passage qui, en tant que tel, se voit scandé par les trois moments clé que sont la séparation, la mise à l’écart puis l’agrégation (Van Gennep, 1909).

13C’est donc sur cette approche sociologique que reposent les interprétations des cimetières proposées par certains archéologues (Demoule, 1982 ; d’Agostino et Schnapp, 1982 ; d’Agostino, 1985 et 1990 ; Brun, 2007 ; Baray, 2008). C’est à une véritable « politique de la mort » que l’on aurait affaire selon J.-P. Vernant, où le rituel funéraire se déroulerait selon des règles propres à chaque société. Ces différentes procédures se traduiraient ainsi dans la diversité des pratiques funéraires rencontrées, en particulier dans le traitement des restes du défunt (Vernant, 1982, p. 7).

14Aux côtés de cet apport théorique des études françaises au débat sur l’interprétation archéologique de la documentation funéraire, ce sont les recherches anglo-saxonnes qui, en adoptant cette approche anthropologique, se sont plus directement attachées aux problématiques méthodologiques ainsi qu’aux différentes modalités d’interprétation des données funéraires (Fulminante, 2003, p. 5-14 ; Marthon, 2005, p. 7-5).

  • 6 Ou social persona (Binford, 1972, p. 225).

15C’est partir des années 1960, avec la New Archaeology, que l’on commence à penser les pratiques funéraires comme une source d’informations renseignant sur la structure et l’organisation d’une société. Les travaux de Lewis Roberts Binford (Binford, 1972, p. 208-243), assortis de nombreux comparatismes ethnographiques, le conduisent à voir dans le degré de complexité rencontré dans les pratiques funéraires celui de la société étudiée ; autrement dit, plus une société serait complexe, plus les informations portant sur les différentes facettes sociales du défunt6 seraient nombreuses dans le rituel funéraire. Par ailleurs, en soulignant que l’âge, le sexe, la position et l’affiliation sociale d’un défunt (Binford, 1972, p. 226) peuvent générer des traitements funéraires différenciés, au-delà des circonstances, parfois particulières, de la mort, l’auteur parvient à la conclusion d’une relation directe entre le traitement funéraire et l’identité sociale du défunt.

16Ainsi, avec la New Archaeology, se développe l’idée qu’il existerait une certaine adéquation entre la réalité sociale et son reflet dans la cérémonie funéraire. C’est justement ce concept qui va être, dans les années 1980, durement critiqué et rejeté par les archéologues réunis au sein du nouveau courant post-processualiste.

17Dans leurs travaux, les post-processualistes (Hodder, 1985, p. 1-15 et 1986 ; Cuozzo, 1996 pour l’archéologie italienne) qui accordent une place considérable au monde idéel et symbolique dans l’étude des vestiges matériels, considèrent que les pratiques funéraires sont ambigües et mettent en œuvre un agencement de symboles intimement lié au contexte historico-social. De ce fait, le rituel funéraire, en tant que système complexe de représentation d’une société donnée, ne reflèterait pas l’ordre ni la réalité sociale. Lorsqu’une pensée religieuse et ses tabous, par exemple, entrent en jeu, ils peuvent alors engendrer des modes de représentation équivoques dans les pratiques funéraires où certains aspects de la société des vivants vont être mis en lumière et/ou déformés, travestis, cachés, voire inversés.

18Pour autant, et malgré cette distorsion, l’étude de l’idéologie funéraire, en l’occurrence, l’interprétation des stratégies sociales en œuvre dans le rituel funéraire, devrait permettre de révéler certains pans de l’organisation sociale, politique et économique d’une communauté.

L’anthropobiologie ou la lecture biologique des ensembles funéraires : apports et désaccords

  • 7 Au sujet de l’histoire de la discipline voir Leroi-Gourhan et al., 1962.

19L’anthropobiologie, en prenant pour principal objet d’étude les restes du défunt, cherche à restituer des « faits » et des « gestes » funéraires. Cette discipline qui utilise donc des éléments de sciences naturelles pour comprendre la gestion des morts et, indirectement, le monde des vivants, s’est développée en concomitance avec l’affirmation de l’archéologie préventive (Guy et Richier, 2012)7.

  • 8 « Recrutement : terme employé par les anthropologues francophones pour évoquer l’origine d’un échan (...)

20L’approche anthropobiologique (Parker Pearson, 1999, p. 3) renseigne bien plus sur le comportement d’une société face à ses morts et sur la vie des individus que sur la mort, les croyances et les rites funéraires. Par le biais de trois domaines d’étude imbriqués (Fig. 1), on accède aux différentes modalités de déposition des défunts, aux traitements effectués autour et sur le cadavre, donc aux pratiques funéraires. L’analyse des sépultures permet également de se questionner sur l’organisation et le recrutement8 funéraire d’un cimetière d’un point de vue biologique et génétique. Par la suite, certaines données tirées de l’examen des squelettes renseignent sur la biologie des populations du passé, leurs modes de vie ou encore leurs pratiques médicales et peuvent, au-delà, apporter des éléments de compréhension pour l’histoire du peuplement (Crubézy, 2007, p. 10-11).

Fig.1. Schématisation des trois domaines d’étude de l’anthropobiologie

Fig.1. Schématisation des trois domaines d’étude de l’anthropobiologie

D’après Crubézy, 2007, p. 26-55.

21Pour étudier « le monde des morts », l’archéologue ne pourrait saisir que des « faits » pour reconstruire des « gestes ». Cette démarche, propre aux sciences exactes, n’intègre donc pas l’idée que les vestiges funéraires puissent permettre de déboucher sur des problématiques rituelles, religieuses, idéologiques donc culturelles et sociales. L’objectif principal de l’anthropobiologie est de reconstituer des gestes funéraires, en étudiant minutieusement la sépulture et les restes osseux. La recherche du discours social ou religieux qui accompagne la sépulture serait vaine étant donné que celui-ci ne laisse pas de traces (Crubézy, 2007, p. 15). Savoir qui a été enterré, et comment, dans tel ensemble funéraire est ainsi au cœur des interrogations anthropobiologiques.

22La documentation funéraire vue par le prisme de l’anthropobiologie permet d’accéder à trois sphères d’interprétation (Fig. 2), dont la première devrait conduire à l’établissement d’une typologie des gestes reconnus dans une sépulture. Une fois agencées en classes ou en catégories, ces informations pourront être corrélées avec la détermination ostéologique du sexe et de l’âge à la mort du défunt. Enfin, on cherchera à déceler d’éventuelles associations significatives en passant, de la sorte, des données brutes aux interprétations archéologiques.

23C’est donc vers l’individu et le squelette que s’orientent les dernières propositions théoriques pour reconstituer, à travers les vestiges funéraires, la société des vivants. Mais que fait-on alors de tous ces sites pour lesquels on ne dispose pas, ou plus, de données anthropobiologiques ? Que fait-on également des nécropoles à crémation pour lesquelles le taux de détermination du sexe et de l’âge chute par rapport aux inhumations puisque l’étude des restes osseux dépend du degré de conservation des os après leur passage au feu et de la température atteinte par ce dernier ?

Fig.2. Schéma présentant les méthodes et objectifs des trois sphères d’interprétation du monde des morts par l’étude anthropobiologique et mise en perspective avec le corpus étudié.

Fig.2. Schéma présentant les méthodes et objectifs des trois sphères d’interprétation du monde des morts par l’étude anthropobiologique et mise en perspective avec le corpus étudié.

24Il semble que c’est l’approche sociologique qui, quel que soit l’état de la documentation, est la plus à même d’apporter des éléments d’interprétation pour comprendre les sociétés disparues. Et ces sociétés devraient rester au cœur des interrogations de l’archéologue.

25Si diverses études pourraient appuyer ces propos, celle de Verucchio se prête particulièrement bien à l’exercice puisque ce site protohistorique concentre un certain nombre de traits peu propices à une étude de type anthropobiologique. En effet, la documentation funéraire est composée des seules sépultures secondaires à crémation pour lesquelles la conservation des restes osseux est beaucoup trop fragmentaire pour être analysée de manière fiable.

Étude de cas. Verucchio, une proposition de lecture sociologique de deux ensembles funéraires

  • 9 L’étude du site de Verucchio a été amorcée lors d’un travail de master à l’université Paris 1 Panth (...)

26Le site de Verucchio9 se situe en Italie, sur le versant adriatique, à l’extrême sud-est de l’Émilie-Romagne. Historiquement, ce site s’insère dans le cadre du premier âge du Fer italien et de la période orientalisante (Fig. 3).

Fig.3. Mise en parallèle des chronologies européennes de l’âge du Fer

Fig.3. Mise en parallèle des chronologies européennes de l’âge du Fer

En italique, les périodes qui ne débutent ou ne se concluent pas avec les marges chronologiques du tableau. L’échelle chronologique fournie est celle traditionnelle.

27Verucchio appartient à la culture villanovienne qui est le précédent direct de celle étrusque. Si cette culture se développe en Étrurie, elle a également la particularité d’être attestée dans des régions périphériques, au nord ainsi qu’au sud de la péninsule, parfois autour de sites isolés et ancrés dans un contexte culturel différent (Fig. 4).

Fig.4. L’aire de diffusion de la culture villanovienne au début du premier âge du Fer et les principaux sites villanoviano-étrusques

Fig.4. L’aire de diffusion de la culture villanovienne au début du premier âge du Fer et les principaux sites villanoviano-étrusques

D’après Pallottino, 1984, p. 64, fig. 1.

  • 10 Pour les sépultures étudiables, voir Tamburini-Müller, 2006 ; Gentili, 1985 et 2003.

28Au premier âge du Fer, le site de Verucchio se présente avec un habitat et des zones d’activités artisanales implantés sur les hauteurs de la colline tandis que près de six cents sépultures secondaires à crémation mises au jour depuis la fin du xixe siècle se répartissent sur quatre nécropoles qui s’étendent sur les pentes environnantes de la colline (Fig. 5). Ces dernières constituent la principale source de connaissance sur la communauté villanovienne installée à Verucchio10.

Fig.5. Plan général du site de Verucchio (RN, Italie)

Fig.5. Plan général du site de Verucchio (RN, Italie)

Carte retravaillée d’après Gentili, 2003, p. 14, fig. 1.

  • 11 Aucune information relative à l’état de conservation, la coloration ou le poids total des ossements (...)

29En l’attente de données anthropobiologiques complètes et détaillées11, seule l’analyse des « objets » – les sépultures et leur mobilier funéraire – permet d’accéder à la société sous-jacente. En cherchant à déceler l’organisation sociale, économique et politique de la communauté de Verucchio, la problématique de travail invite, en même temps, à s’interroger sur les pratiques funéraires et le discours social qu’elles sous-tendent.

30L’ensemble du mobilier archéologique déposé dans les 378 sépultures étudiables et retenues dans le corpus, a été classé et ordonné pour produire une typologie fonctionnelle.

  • 12 Pour les récipients céramiques, les affinités les plus grandes se manifestent avec Bologne (plats, (...)

31C’est cette analyse qui permet d’appréhender l’héritage matériel du site. Il est alors possible d’avancer que les affinités entre ­Verucchio et les sites villanoviens, comme Bologne mais aussi ceux d’Étrurie, sont grandes12. Par ailleurs, certaines catégories et types de mobilier témoignent d’un ancrage solide du site dans son contexte géographique et culturel environnant (la culture picénienne), tandis que d’autres font état d’une production originale, autonome et spécialisée, notamment dans le travail de l’ambre.

Fig.6.

Fig.6.

Plan de la nécropole Moroni et répartition des sépultures en fonction du sexe archéologique (plan retravaillé d’après Gentili, 1985, p. 16-17, fig. 7. Aucune échelle n’est fournie).

32L’étape suivante consiste à proposer un encadrement chronologique en utilisant l’outil sériation. Pour ce faire, le corpus a été resserré à un échantillon de soixante-trois sépultures, issues des nécropoles Moroni (Fig. 6) et Le Pegge (Fig. 7) et la méthode de l’analyse factorielle des correspondances a été employée pour faire ressortir un phénomène sériel. L’échantillon étudié semble être chronologiquement homogène et les sépultures peuvent être datées, en s’appuyant sur l’encadrement typo-chronologique des différents objets déposés dans les tombes, entre le milieu du viiie siècle et le début du viie siècle av. n.è. L’interprétation, à l’échelle de la nécropole, est donc synchronique et l’analyse sociologique permet de mettre en évidence un certain nombre d’oppositions exacerbées par le rituel funéraire.

Fig.7.

Fig.7.

Plan de la nécropole Moroni et répartition des sépultures en fonction du sexe archéologique (plan retravaillé d’après Gentili, 2003, p. 34, fig. 2).

La différenciation horizontale de la communauté enterrée dans les nécropoles Moroni et Le Pegge

33Le premier niveau de lecture s’attache à la détermination archéologique du sexe et de l’âge à la mort des défunts.

34Les indicateurs du sexe archéologique doivent être pris en considération en fonction de la culture que l’on étudie, d’où l’importance de définir, au préalable, l’appartenance d’un site à une culture matérielle.

  • 13 À l’exception des haches à ailettes (non fonctionnelles : riche décor imprimé, parfois associé à de (...)
  • 14 Tombes 24, 25 et 26.

35Pour Verucchio, et les autres sites villanoviens, ce sont les instruments de tissage et/ou de filage ainsi que certaines parures corporelles qui ont été retenus comme indiquant un genre féminin, tandis que, très classiquement, les armes13 ont été considérées comme les principaux indicateurs du sexe archéologique masculin. L’analyse de ces marqueurs démontre que le recrutement funéraire, en fonction du genre des défunts, est homogène et équilibré : 33 % des sépultures sont masculines, 41 % féminines, 22 % ont une double connotation de genre et 4 % sont de genre indéterminé. Ce résultat est valable aussi bien à l’échelle des deux nécropoles que des différents groupements de tombes identifiés au sein de chaque nécropole, à l’exception d’un petit groupe de trois sépultures, exclusivement féminines, de la nécropole Moroni14. L’association « instruments de tissage/défunt féminin » ou « armes/défunt masculin » a été mise en évidence dans plusieurs sites villanoviens où l’inhumation a rendu possible la diagnose sexuelle, à Véio ou à Tarquinia par exemple (Pacciarelli, 2006, p. 243, fig. 131 et p. 262-263, fig. 139).

  • 15 Par individus « immatures » on entend les périnataux, les enfants et les adolescents. Le mobilier f (...)
  • 16 Il s’agit des sépultures multiples Moroni 25 et 32, Le Pegge 3 et de la sépulture individuelle Moro (...)
  • 17 La question du diamètre des bracelets sera détaillée plus en avant.
  • 18 La miniaturisation de certaines catégories d’objets est un trait caractéristique des sépultures à c (...)

36En revanche, pour le recrutement funéraire en fonction de l’âge des défunts, l’analyse archéologique semble montrer un rapport disproportionné en fonction des classes d’âge. Sans que l’on puisse parler ici d’une exclusion généralisée, les sépultures d’enfants apparaissent comme singulièrement rares. En effet, la présence d’individus immatures15 n’est décelable que dans quatre sépultures16. Cette détermination s’appuie sur le diamètre des bracelets17en bronze déposés dans la tombe et/ou sur la présence d’un mobilier miniaturisé : fusaïoles, bobines, fibules a sanguisuga, disques-boucles d’oreilles en ambre et ossuaire. En effet, la miniaturisation n’est pas un trait caractéristique du mobilier funéraire à Verucchio où les objets déposés dans la sépulture sont de taille semblable et fonctionnelle, contrairement aux sépultures de la culture latiale18. Par ailleurs, il semblerait que la présence de ces enfants soit intrinsèquement liée au statut des individus adultes auxquels ils sont systématiquement associés.

L’identification des marqueurs de rang

37Si les armes désignent les défunts masculins comme des guerriers, les instruments de tissage/filage reflètent, eux, le rôle particulier endossé par certains défunts féminins ayant accès à cette sphère d’activités prestigieuse. À titre d’exemple, certaines quenouilles sont entièrement ornées de petits tubes d’ambre, incisés à l’intérieur pour faire ressortir un décor. Ces instruments ne devraient donc pas être considérés comme « fonctionnels » mais c’est plutôt sur leur valeur symbolique qu’il conviendrait d’insister.

  • 19 À propos du prestige particulier enveloppant la sphère d’activité du travail de la laine, la déposi (...)

38Au sein du corpus, la présence d’armes et d’instruments de tissage/filage étant une pratique amplement attestée voire quasi-généralisée, il fallait rechercher d’autres indicateurs de statut et/ou de niveaux hiérarchiques, en travaillant sur les assemblages de types. Pour les défunts masculins, ce sont les différentes combinaisons d’armes associées, ou non, à des récipients métalliques et/ou des pièces de char qui peuvent être particulièrement significatives ; pour les défunts féminins, celles d’instruments de tissage/filage19, de parures en ambre, de vaisselle métallique également mais aussi d’éléments de char. C’est ainsi qu’une hiérarchisation devient perceptible puisque seule une petite poignée de sépultures, féminines et masculines, confondent signes de richesse et d’autorité : ces sépultures signaleraient probablement la présence de défunts appartenant au groupe social dominant.

39Pour autant, l’étroitesse du corpus ne permet pas encore de faire coïncider une certaine association de mobilier avec une fonction ou un rang particulier assumé par le défunt de son vivant. Ainsi, les analyses archéologiques à venir s’appuieront sur un corpus élargi.

Des nécropoles pour qui ?

40L’étude du mobilier funéraire, en mettant en évidence le marquage exacerbé, tant sexuel que social, des sépultures invite à s’interroger sur les modalités de recrutement des défunts dans les nécropoles Moroni et Le Pegge : s’agit-il d’espaces funéraires réservés à un groupe social privilégié ? Autrement dit, quelle partie de la société est ici représentée ?

  • 20 À Campo del Tesoro, boucliers, casques et quenouilles sont absents tandis que les objets en ambre s (...)

41C’est un changement d’échelle qui permet de vérifier, au niveau du site dans un premier temps puisque Verucchio compte deux autres grandes nécropoles, que les autres espaces funéraires avec des sépultures contemporaines ne présentent pas une telle concentration de marqueurs sexuels et de statut, en particulier la nécropole Campo del Tesoro20. Dans la nécropole Sotto-la-Rocca, si le nombre de défunts connotés comme des « guerriers » paraît élevé, il n’atteint pas pour autant les pourcentages obtenus pour les nécropoles Moroni et Le Pegge. En effet, d’après l’étude préliminaire d’Angiola Boiardi et Patrizia von Eles, environ 20 % des sépultures seraient caractérisées par la déposition d’armes, contre 30 % dans les nécropoles étudiées ici (Bentini et Boiardi, 2002, p. 135-136). Par ailleurs, près de 70 % des sépultures qu’elles définissent archéologiquement comme masculines posséderaient une ou plusieurs armes (Boiardi et von Eles, 1997, p. 35).

42Trois hypothèses, pouvant d’ailleurs se combiner, permettraient d’expliquer l’exceptionnelle concentration de sépultures signant une appartenance à un groupe dominant et déployant, notamment pour les sépultures féminines, une richesse ostentatoire. Il pourrait s’agir, d’une part, d’une vision biaisée par les recherches archéologiques qui n’auraient pas mis au jour des secteurs où l’ostentation est moindre. Par ailleurs, cette vision pourrait être liée à la courte durée d’utilisation des deux ensembles funéraires. Enfin, d’un point de vue historique et social cette fois-ci, un groupe socialement privilégié aurait pu manifester la nécessité d’enterrer ses morts dans un espace particulier. Cette dernière hypothèse incite alors à envisager, à partir du milieu du viiie siècle av. n.è., une compétition entre des groupes privilégiés prétendant accéder à l’exercice du pouvoir, à un moment où la société serait en plein processus de stratification.

43Ce phénomène de stratification progressive de la société affecte, au même moment, les sites villanoviens du versant tyrrhénien. Il aboutit alors, à la toute fin du viiie siècle av. n.è., à l’établissement d’une « stratification sociale permanente » (Bietti Sestieri, 2009, p. 45) et à l’émergence d’une nouvelle forme d’aristocratie où l’Orientalisant devient progressivement la culture des princes.

44À Verucchio, la « Tombe du Trône » tout comme la sépulture féminine Moroni 26, dotée elle aussi d’un grand trône en bois orné de motifs figuratifs, pourraient marquer cette concentration du pouvoir entre les mains d’un seul individu, homme ou femme, avec le début de la période orientalisante.

Au-delà de la gestuelle : l’anthropobiologie au service des interprétations sociologiques

45La lecture sociologique et l’anthropobiologie diffèrent dans leurs problématiques de travail. Alors que la première s’intéresse à l’idéologie et aux stratégies sociales en œuvre dans les pratiques funéraires, la seconde, en observant des faits et en reconstituant des gestes, dresse une typologie des pratiques funéraires et aborde le monde des vivants à travers les différents paramètres biologiques issus de l’examen du squelette. Ainsi, c’est donc bien la grille des questions que l’on souhaite poser au monde des morts qui oriente les interprétations funéraires. Chacune de ces deux approches comporte des limites propres qu’il est important de garder à l’esprit lorsque l’on interprète la documentation funéraire.

Analyse sociologique et anthropobiologie : les limites

  • 21 L’étude anthropobiologique a permis d’identifier dans l’urne un seul individu (Onisto, 2002, p. 288 (...)

46L’analyse sociologique présente des limites internes et des limites externes. Ses limites internes ont trait, principalement, à la détermination de l’âge des défunts. En effet, seules des classes d’âge génériques peuvent être proposées, à savoir « enfant » ou « adulte » voire « nouveau-né » lorsque l’on étudie des sépultures à inhumation. Par ailleurs, pour les crémations en particulier, la reconnaissance de deux individus de même genre dans une sépulture pose un véritable problème d’identification. À Verucchio par exemple, la duplication de la panoplie de guerrier (deux épées, deux casques, deux boucliers, etc.) ne dénote pas forcément la présence de deux individus masculins. Dans la « Tombe du Trône » par exemple, les armes autour de l’urne ont été interprétées comme des marqueurs du « statut » du défunt21, alors que celles déposées à l’intérieur de l’urne seraient plutôt en rapport avec son « rôle » de guerrier (Boiardi, 2002, p. 27-29).

47Les limites externes sont celles posées par l’intégrité des mobiliers, la nature du corpus ou encore la surface fouillée. Ces différents aspects peuvent alors perturber voire biaiser la vision que l’on a de la communauté des morts et, par conséquent, de la société.

48L’analyse anthropobiologique rencontre ses principales limites dans la détermination ostéologique de l’âge à la mort et du sexe du défunt où elle est confrontée à un certain nombre de problèmes méthodologiques internes (Marthon, 2005, p. 8-9).

49Pour l’étude des inhumations, là où le squelette est complet et/ou si certains os « stratégiques » comme les coxaux sont bien conservés, l’anthropobiologie est d’une grande aide pour déterminer l’âge des jeunes individus et le sexe des adultes. À l’inverse, les résultats sont moins fiables pour déterminer le sexe des jeunes individus et l’âge des adultes. En ce qui concerne la crémation, cette pratique déforme et fragmente considérablement les os privant, de ce fait, l’anthropobiologie de son matériel d’analyse de prédilection : le squelette. La crémation exclue donc, d’emblée, toute diagnose sexuelle réalisée à partir des coxaux, à moins que cet os n’ait été parfaitement conservé. La détermination du sexe est également trop aléatoire si l’on s’appuie sur le poids total des ossements déposés dans un ossuaire (Onisto, 2002, p. 283, fig. 134).

La nécessaire intégration des données anthropobiologiques à une lecture sociologique des ensembles funéraires

  • 22 « Par thanatologie, on fait ici référence à la science qui étudie la mort dans ses différentes comp (...)

50La définition du nouveau concept d’« archéothanatologie », telle qu’exprimée par Bruno Boulestin et Henri Duday22, dénote un souci d’association des deux domaines d’étude en matière d’archéologie funéraire.

51Selon H. Duday, une nécropole délivrerait, en général, un reflet précis mais pas toujours objectif de l’histoire d’une société. L’image même que la communauté des vivants se donnerait à travers l’organisation de son espace funéraire reflèterait alors un aspect culturel extrêmement significatif de la société de référence dont « l’importance dépasserait largement la contribution fournie par l’anthropologie “de terrain” [anthropobiologie]. La participation directe des données biologiques à l’analyse des ensembles funéraires constitue, sans doute, un des progrès les plus récents en matière d’archéologie funéraire » (traduction A. Huteau : Duday, 2006, p. 150).

52Ainsi, l’identification des « enfants » dans les sépultures à crémation de Verucchio repose, en partie, sur le diamètre des bracelets. Cette méthode prend directement appui sur les résultats issus des études anthropobiologiques combinées aux interprétations archéologiques, menées sur les squelettes des sépultures à inhumation de la nécropole villanovienne de Quattro Fontanili à Véio où les sépultures d’enfants de moins de six ans pouvaient contenir des bracelets dont le diamètre était toujours inférieur à 5 cm tandis que dans les sépultures d’adolescents ou d’adultes le diamètre était toujours supérieur à 7 cm (Pacciarelli, 2006, p. 265-266).

  • 23 Véio, Osteria dell’Osa, Tarquinia, Torre Galli en particulier.

53Par ailleurs, ce sont à nouveau les études anthropobiologiques qui ont permis de mettre en évidence, dans un certain nombre de sites italiens23, que les armes, les rasoirs, les instruments de tissage ou encore les parures de collier ne devaient pas être considérés a priori comme les marqueurs d’une classe d’âge clairement définie.

54L’archéologie est une science humaine qui en tant que telle, dans le domaine funéraire en particulier, ne saurait se contenter des faits et des gestes. Si la lecture sociologique, idéologique ou symbolique devrait rester au cœur de l’analyse funéraire, il est dorénavant indispensable d’intégrer, lorsque cela est possible, les données anthropobiologiques afin d’affiner les études et, au-delà, les interprétations.

Bibliographie

Baray L. (2008) – Dimension socio-économique et symbolique des dépôts funéraires aristocratiques protohistoriques d’Europe occidentale (viiie-ier s. av. J.-C.), dans M. Bailly et H. Plisson (dir.), La valeur fonctionnelle des objets sépulcraux. Actes de la table ronde d’Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 25-27 oct. 2006, Aix-en-Provence, p. 183-208.

Bentini L. et Boiardi A. (2002) – Insegne ceremoniali ed armi, dans P. von Eles (dir.), Guerriero e sacerdote. Autorità e communità nell’età del ferro a ­Verucchio. La tomba del Trono, Florence, p. 132-151.

Bietti Sestieri A. M. (2009 [1992]) – The Iron Age Community of Osteria dell’Osa. A Study of Socio-political Development in Central Tyrrhenian Italy, Cambridge.

Binford L. R. (1972) – Mortuary Practices : Their Study and Their Potential, dans L. RBinford, An Archaeological Perspective, New York/Londres, p. 208-243.

Bloch M. et Febvre L. (1929) – À nos lecteurs, Annales d’histoire économique et sociale, 1, p. 1-2.

Boiardi A. (2002) – La rappresentazione simbolica del defunto, dans P. von Eles (dir.), Guerriero e sacerdote. Autorità e communità nell’età del ferro a Verucchio. La tomba del Trono, Florence, p. 22-29.

Boiardi A. et von Eles P. (1997) – La necropoli Lippi di Verucchio. Ipotesi preliminari per una analisi delle strutture sociali, Archeologia dell’Emilia Romagna, I, 1, p. 23-40.

Boulestin B. et Duday H. (2005) – Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire », dans C. Mordant et G. Depierre (dir.), Les pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France. Actes de la table ronde de Sens-en-Bourgogne (Yonne), 10-12 juin 1998, Paris, p. 17-35.

Brun P. (2007) – Les pratiques funéraires de l’âge du Bronze en Europe : quel reflet sociologique ?, dans L. Baray, P. Brun et A. Testart (dir.), Pratiques funéraires et sociétés. Nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale. Actes du colloque interdisciplinaire de Sens, 12-14 juin 2003, Dijon, p. 115-132.

Ciezar P. G. (1990) – Sériation de la nécropole wisigothique de Duratón ­(Ségovie, Espagne), Histoire & Mesure, 5, 1-2, p. 107-144.

Crubézy É. (2007 [2000]) – L’étude des sépultures, ou du monde des morts au monde des vivants. Anthropobiologie, archéologie funéraire et anthropologie de terrain, dans É. Crubézy, É. Lorans, C. Masset, F. Perrin et L. Tranoy (dir.), L’archéologie funéraire, Paris, p. 8-60.

Crubézy É., Lorans É., Masset C., Perrin F. et Tranoy L. (2007 [2000]) – L’archéologie funéraire, Paris.

Cuozzo M. (1996) – Prospettive teoriche e metodologiche nell’interpretazione delle necropoli : la Post-Processual Archaeology, AION, 3, p. 1-38.

d’Agostino B. (1985) – Società dei vivi, communità dei morti : un rapporto difficile, Dialoghi di archeologia, 1, p. 47-58.

d’Agostino B. (1990) – Problemi d’interpretazione delle necropoli, dans R. Francovich et D. Manacorda (dir.), Lo scavo archeologico : dalla diagnosi all’edizione, Florence, p. 401-420.

d’Agostino B. et Schnapp A. (1982) – Les morts entre l’objet et l’image, dans G. Gnoli et J.-P. Vernant (dir.), La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Paris, p. 17-25.

Demoule J.-P. (1982) – L’analyse archéologique des cimetières et l’exemple des nécropoles celtiques, dans G. Gnoli et J.-P. Vernant (dir.), La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Paris, p. 319-337.

Dhennequin L. (2005) – L’armement au premier âge du Fer en Europe tempérée, thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Duday H. (2006) – Lezioni di archeotanatologia. Archeologia funeraria e antropologia di campo, Rome.

Durkheim É. (1912) – Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris.

Fulminante F. (2003) – Le sepolture principesche nel Latium Vetus. Tra la fine della prima età del Ferro e l’inizio dell’età Orientalizzante, Rome.

Gardin J.-C. (1979) – Une archéologie théorique, Paris.

Gentili G. V. (1985) – Il villanoviano verucchiese nella Romagna Orientale ed il sepolcreto Moroni, Studi e Documenti di Archeologia, 1, p. 1-130.

Gentili G. V. (2003) – Verucchio villanoviana. Il sepolcreto in località Le Pegge e la necropoli al piede della Rocca Malatestiana, Rome.

Giligny F. (2005) – De la fouille à l’interprétation : le traitement des données, dans J.-P Demoule, F. Giligny, A. Lehoërff et A. Schnapp (dir.), Guide des méthodes de l’archéologie, Paris, p. 129-186.

Gleba M. (2008) – Textile production in pre-Roman Italy, Oxford.

Gnoli G. et Vernant J.-P. (1982) – La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Paris.

Guidi A. et Piperno M. (1992) – Italia preistorica, Rome.

Guy H. et Richier A. (2012) – Anthropologie biologique et archéologie : regards croisés ?, Archéopages, h.s. 3, p. 25-29.

Hodder I. (1985) – Postprocessual Archaeology, Advances in Archaeological Method and Theory, 8, p. 1-25.

Hodder I. (1986) – Reading the Past. Current Approaches to Interpretation in Archaeology, Cambridge.

Huteau A. (2010) – Verucchio. Une proposition de lecture sociologique des espaces sépulcraux Moroni et Le Pegge, mémoire de master 2, université Paris 1 ­Panthéon-Sorbonne.

Kristiansen K. (2000), Europe before History, Cambridge.

Leroi-Gourhan A., Bailloud G. et Brézillon M. (1962) – L’hypogée II des Mournouards (Mesnil-sur-Oger, Marne), Gallia-Préhistoire, 5, p. 23-133.

Marthon V. (2005) – La question de l’identité à travers l’étude des pratiques funéraires, Les petits cahiers d’Anatole, 19, p. 1-14 (http://citeres.univ-tours.fr/doc/lat/pecada/pecada_19.pdf, consulté le 2 mai 2011).

Müller-Karpe H. (1959) – Beiträge zur Chronologie der Urnenfelderzeit nördlich und südlich der Alpen, Berlin.

Onisto N. (2002) – Analisi morfologica e metrica dei resti ossei umani, dans P. von Eles (dir.), Guerriero e sacerdote. Autorità e communità nell’età del ferro a Verucchio. La tomba del Trono, Florence, p. 277-289.

Pacciarelli M. (2006 [2001]) – Dal villaggio alla città. La svolta protourbana del 1000 a.C. nell’Italia tirrenica, Florence.

Pallottino M. (1984) – Storia della Prima Italia, Milan.

Parker Pearson M. (1999) – The Archaeology of Death and Burial, Phoenix Mill.

Reinecke P. (1965) – Mainzer Aufsätze zur Chronologie der Bronze- und Eisenzeit, Bonn.

Ruby P. (1995) – Le crépuscule des marges. Le premier âge du Fer à Sala Consilina, Rome-Naples.

Tamburini-Müller M.-E. (2006) – La necropoli Campo del Tesoro-Lavatoio di Verucchio (RN), Bologne.

Van Gennep A. (1909) – Les rites de passage, Paris.

Vernant J.-P. (1982) – Introduction, dans G. Gnoli et J.-P. Vernant (dir.), La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Paris, p. 5-15.

Notes

1 « L’archéologue ne saurait étudier l’histoire, ou le comportement d’individus ou de groupes humains particuliers, H, s’il n’a pas isolé tout d’abord les vestiges matériels qui présentent les attributs L[ieu] et T[emps] distinctifs de H » (Gardin, 1979, p. 159).

2 Il s’agit des objets mis en parallèle à des fins de comparaison.

3 « Les techniques de sériation [mise en évidence d’un phénomène sériel], en archéologie, ont pour but d’ordonner, selon une séquence chronologique relative, des ensembles clos de vestiges (habitats, fosses, silos, sépultures) par l’analyse des associations d’objets rencontrés » (Ciezar, 1990, p. 107).

4 « […] la pratique de l’enterrement procède d’une volonté de pérennité. Il s’agit de perpétuer un message délivré au travers de la mise en scène des funérailles. Et ce message traduit vraisemblablement une conception de la place du défunt dans sa communauté, mais aussi une conception de la société tout entière. Ces conceptions constituent plus une représentation que l’expression fidèle de la réalité sociale » (Brun, 2007, p. 128).

5 « […] si les funérailles étaient pour la famille et les amis le moyen de rendre hommage au défunt et de clore leur deuil, la mort d’un proche était aussi l’occasion pour les vivants d’une stratégie de valorisation sociale ou collective  » (Baray, 2008, p. 194).

6 Ou social persona (Binford, 1972, p. 225).

7 Au sujet de l’histoire de la discipline voir Leroi-Gourhan et al., 1962.

8 « Recrutement : terme employé par les anthropologues francophones pour évoquer l’origine d’un échantillon de squelettes provenant d’un ensemble funéraire, par exemple et le plus souvent à partir de sa distribution par âge et par sexe. Un exemple souvent cité est celui du recrutement du type des “cimetières militaires”, à partir d’un échantillon constitué essentiellement de jeunes adultes masculins […] » (Crubézy et al., 2007, p. 243).

9 L’étude du site de Verucchio a été amorcée lors d’un travail de master à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction de Pascal Ruby (Huteau, 2010). Cet article présente une synthèse de ces premiers résultats.

10 Pour les sépultures étudiables, voir Tamburini-Müller, 2006 ; Gentili, 1985 et 2003.

11 Aucune information relative à l’état de conservation, la coloration ou le poids total des ossements brûlés conservés dans un ossuaire n’est fournie dans les catalogues de tombes. Une étude ostéologique a été menée sur 152 tombes de la nécropole Sotto-la-Rocca. Les résultats globaux sont délivrés dans Onisto, 2002, p. 277-290.

12 Pour les récipients céramiques, les affinités les plus grandes se manifestent avec Bologne (plats, cruchons, tasses à anse basse) mais aussi avec l’Étrurie tyrrhénienne (tasses à deux anses surmontantes verticales). Les formes vasculaires liées à la pratique crématoire – l’ossuaire biconique – sont documentées dans l’ensemble du monde villanovien, ou presque. Dans la catégorie des outils et instruments en bronze, les mors de cheval, les quenouilles ainsi que les rasoirs témoignent d’une étroite proximité matérielle entre Verucchio et Bologne, les différents types étant également bien attestés en Étrurie. Les fibules suivent un même schéma : celles serpentiformes à expansions rhomboïdales et apophyses à bâtonnet ou celles à quatre paires d’apophyses à bâtonnet seraient originaires d’Italie centroméridionale et diffusées, dans la région centroseptentrionale, principalement à Bologne.

13 À l’exception des haches à ailettes (non fonctionnelles : riche décor imprimé, parfois associé à des anneaux insérés sur le tranchant) et des couteaux qui appartiennent à la catégorie des armes ainsi qu’à celle des outils, pour préparer les viandes par exemple ; leur association à la sphère militaire n’est donc pas systématique.

14 Tombes 24, 25 et 26.

15 Par individus « immatures » on entend les périnataux, les enfants et les adolescents. Le mobilier funéraire de Verucchio ne permet pas de définir des classes d’âge plus précises au sein des « immatures ».

16 Il s’agit des sépultures multiples Moroni 25 et 32, Le Pegge 3 et de la sépulture individuelle Moroni 28.

17 La question du diamètre des bracelets sera détaillée plus en avant.

18 La miniaturisation de certaines catégories d’objets est un trait caractéristique des sépultures à crémation du Latium à l’âge du Fer (Bietti Sestieri, 2009, p. 87).

19 À propos du prestige particulier enveloppant la sphère d’activité du travail de la laine, la déposition de bobines – les poids pour le métier à tisser vertical utilisé pour réaliser le liseré des tissus de Verucchio – et de fusaïoles dans un nombre restreint de riches sépultures impliquerait que « seules les femmes qui appartenaient à l’élite possédaient le droit exclusif d’utiliser ces instruments pour la confection d’habits cérémoniels » (traduction A. Huteau : Gleba, 2008, p. 200).

20 À Campo del Tesoro, boucliers, casques et quenouilles sont absents tandis que les objets en ambre sont numériquement peu nombreux dans les tombes (Tamburini-Müller, 2006, p. 55).

21 L’étude anthropobiologique a permis d’identifier dans l’urne un seul individu (Onisto, 2002, p. 288-289).

22 « Par thanatologie, on fait ici référence à la science qui étudie la mort dans ses différentes composantes, biologiques et sociales » (traduction A. Huteau : Boulestin et Duday, 2005, p. 17-35 ; Duday, 2006, p. 25).

23 Véio, Osteria dell’Osa, Tarquinia, Torre Galli en particulier.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Schématisation des trois domaines d’étude de l’anthropobiologie
Crédits D’après Crubézy, 2007, p. 26-55.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig.2. Schéma présentant les méthodes et objectifs des trois sphères d’interprétation du monde des morts par l’étude anthropobiologique et mise en perspective avec le corpus étudié.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4845/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig.3. Mise en parallèle des chronologies européennes de l’âge du Fer
Crédits En italique, les périodes qui ne débutent ou ne se concluent pas avec les marges chronologiques du tableau. L’échelle chronologique fournie est celle traditionnelle.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4845/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig.4. L’aire de diffusion de la culture villanovienne au début du premier âge du Fer et les principaux sites villanoviano-étrusques
Crédits D’après Pallottino, 1984, p. 64, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4845/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig.5. Plan général du site de Verucchio (RN, Italie)
Crédits Carte retravaillée d’après Gentili, 2003, p. 14, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4845/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig.6.
Légende Plan de la nécropole Moroni et répartition des sépultures en fonction du sexe archéologique (plan retravaillé d’après Gentili, 1985, p. 16-17, fig. 7. Aucune échelle n’est fournie).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4845/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig.7.
Légende Plan de la nécropole Moroni et répartition des sépultures en fonction du sexe archéologique (plan retravaillé d’après Gentili, 2003, p. 34, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4845/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 465k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 : Archéologie et Sciences de l’Antiquité. Sujet de thèse : Du Villanovien à l’Étrusque : la part des « influences » orientales dans l’évolution des sociétés d’Italie centrale (viiievie siècle av. n.è.).
Directeur : Patrice Brun, tutorat Pascal Ruby. Soutenance prévue en 2015.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540