Versione classicaVersione mobile

L’émergence d’un État à l’ombre d’un empire

 | 
Majid A. Majid

Conclusion

Testo integrale

1A l’issue de la guerre 14-18, la Grande-Bretagne récolte trois mandats (la Palestine, la Transjordanie, l’Irak et un protectorat, l’Egypte). La fin du conflit mondial consacre donc la déception des dirigeants arabes, auxquels le gouvernement de Sa Majesté avait promis la constitution du Grand Etat Arabe.

2L’Etat irakien, lui, est fondé en 1920, après trois ans d’administration anglaise directe, jugée trop coûteuse pour le contribuable britannique et, de surcroît, très fortement contestée par les Irakiens. Le Prince Fayçal jugé indésirable par les Français, quitte Damas pour Bagdad : c’est à lui qu’échoit l’honneur de porter la couronne du nouveau royaume.

3Cette genèse de l’Etat irakien marque un tournant dans l’histoire des relations anglo-irakiennes, placées désormais sous le signe d’iniques traités successifs. Chacun inaugurera une étape nouvelle bien distincte dans la vie politique en Irak.

4Avec le premier de ces traités, l’on passe – mutatis mutandis – d’un mandat déclaré à un mandat déguisé. Cependant, ne l’oublions pas, le pays parvient durant cette période à instaurer un rudiment de progrès, sur le plan intérieur, et de relations internationales, sur le plan extérieur. Londres n’y est pas étranger, qui lui prodigue, alors, conseils et directives pour qu’il puisse assumer graduellement les responsabilités qu’implique l’exercice du pouvoir.

5La deuxième étape coïncide avec la période d’incertitude (et d’inquiétude) au sujet du traité des frontières nord du pays et de l’avenir de la province septentrionale de Mossoul, objet de litige avec la Turquie depuis huit ans. Cette seconde phase dans les rapports irako-britanniques est caractérisée par la signature d’un nouvel engagement : le traité de 1926, portant sur une durée de 25 ans.

6Le rattachement définitif de Mossoul à l’Irak et la détermination de ses frontières nord, ébauchent une orientation nouvelle chez les Britanniques : l’octroi d’une indépendance dite "totale" de l’Irak et le soutien de sa candidature à l’adhésion à la Société des Nations.

7 Dans ce contexte, la conclusion du traité de 1930 ouvre l’accès à une troisième étape où l’Irak se voit transformer en une vaste base militaire britannique au Proche-Orient. L’opposition ironise : « Est-ce là de l’occupation, ou de l’indépendance ?! »

8Cependant, les années suivantes sont paradoxalement marquées par une progression notable de l’administration irakienne et l’émergence d’une génération de fonctionnaires et de cadres nationaux de haut niveau. L’assistance britannique et la volonté du roi Fayçal Ier expliquent cette mutation.

9Sous le règne du roi Ghàzi (1933-1939), l’influence anglaise s’amenuise, tandis que Bagdad entreprend directement des contacts avec les différents pays du monde allant même jusqu’à concocter des accords militaires bilatéraux ou à importer de l’armement d’Allemagne et d’Italie. L’indépendance totale de toute forme de mainmise étrangère devient – à cette époque – un leitmotiv, et le soutien aux causes arabes une revendication. Mais l’Irak n’est pas encore paré pour subvenir aux exigences d’une orientation patriotique, sur le plan irakien, ou nationaliste, sur le plan arabe.

10Non seulement acculé à des finances dérisoires et doté d’une administration nationale encore embryonnaire (malgré un progrès rudimentaire en la matière), le pays se heurte plus que jamais aux néfastes effets engendrés par les vieilles rivalités politiques. Celles-ci plongent le royaume dans une telle turbulence que le jeune monarque n’a pas le temps d’enrichir son expérience de souveraineté. Son ambition est entravée par une édification nationale devant passer, selon son dessein, par le renforcement de l’armée et la formation des jeunes.

11Dans ce climat, le roi Ghàzi jouit d’une popularité incontestable, ses propres ambitions (ou désirs) étant intimement inspirées des souhaits de l’opinion publique irakienne et arabe. Aussi est-il naturel que sa politique s’échappe des intérêts des Anglais ; une antinomie qui sera d’autant plus incoercible que le roi, par l’intermédiaire de sa radio privée, jouera bientôt un rôle caractérisé d’instigation anti-britannique au Koweit et en Palestine.

12En 1939, année de sa mort, il est en passe de devenir le catalyseur du patriotisme et du nationalisme, non seulement en Irak mais aussi en Syrie, en Palestine et au Koweit. On décèle dans son comportement les prémices d’efforts visant à resserrer les rangs arabes en unifiant ces pays sous l’égide de l’Irak. Par ailleurs, voulant profiter de la situation internationale à cette époque – caractérisée par la crise qui préfigure l’éclatement de la Deuxième Guerre Mondiale – il entend servir les causes d’indépendance et d’unité auxquelles aspirent les Arabes... Tout laisse augurer que le roi Ghàzi pourrait bien s’aligner sur l’Axe en cas de déclenchement du conflit mondial prévisible.

13 Une crise surgit en mai 1941 qui achève de rendre circonspecte la position de la Grande-Bretagne vis-à-vis des gouvernements successifs en place à Bagdad. Retour, donc, des forces britanniques en Irak. Motif invoqué : les impératifs de guerre à l’issue du mouvement mené par Al Gailàni.

14Ce dernier, qui vient de briguer le pouvoir, pense – et ne craint pas de le proclamer – que les Arabes n’ont aucun espoir d’obtenir un soutien réel à leurs aspirations d’indépendance et d’amitié de la part des deux puissances dominant alors la région (la France et la Grande-Bretagne). Le seul moyen d’y parvenir, estime-t-il, serait, au contraire, de briser la mainmise de ces deux pays, en comptant sur l’appui des régimes européens émergés après la Première Guerre Mondiale (i.e. l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste).

15Ainsi, le courant mené par Al Gailàni est-il tombé dans un piège étrangement semblable à celui auquel il voulait échapper ! D’une part la vision qu’avaient de l’avenir les partisans de cette tendance, et d’autre part, l’idéologie de leurs adversaires favorables à l’Angleterre, s’inspiraient en réalité d’une même et unique argumentation : « Les Arabes ne peuvent, seuls, atteindre leurs objectifs d’indépendance totale et d’unité ». Les deux camps étaient convaincus de la nécessité d’obtenir l’appui des puissances occidentales sur les plans financier, économique et militaire, qui représentait, à leurs yeux, le seul moyen d’accéder à l’indépendance et l’unité de leur pays.

16Très éloquente est, à ce sujet, la mise en parallèle des tentatives menées par les uns ou par les autres à l’aube de la guerre. Les projets d’unité et d’indépendance soumis aux Britanniques par l’émir Abdullah Ibn Al Hussein, prince de Transjordanie, les contacts entrepris avec eux par Nùri Al Saïd, Premier ministre d’Irak, présentent plus d’un point commun avec les appels à "l’alliance" lancés à l’adresse de l’Axe par un Amin Al Husseini, mufti de la Palestine, ou un Rachid Âli Al Gailàni, éphémère chef du gouvernement irakien pendant le mouvement de mai 1941.

17On peut aisément affirmer que les deux camps ont visé les mêmes objectifs (l’indépendance et l’unité des Arabes d’Asie occidentale), misé sur les mêmes moyens (d’hypothétiques appuis étrangers) et invoqué les mêmes arguments (la jeunesse politique de la région nécessite le "parrainage" d’expériences occidentales pour paracheverr la genèse de la nation).

18Pour "couronner" le tout, les deux parties ont tout autant échoué amèrement. Aucun n’a obtenu la moindre promesse formelle de la part des Alliés, ni la moindre velléité de soutenir l’unité entre deux ou plusieurs pays arabes.

19Le seul "bilan", modique, de toutes ces entreprises consiste en un assentiment britannique à la création de la Ligue des Etats Arabes... Un résultat trop insignifiant pour exaucer les vœux ambitieux de la majeure partie des fidèles de l’un ou de l’autre courant.

20Dans le même registre, l’alignement du gouvernement irakien aux côtés de l’Axe au printemps de 1941, s’explique par les espoirs de Bagdad de voir se rallier le pouvoir de Berlin aux causes arabes d’indépendance et d’unité. Mais le IIIe Reich ne s’en préoccupait guère plus que dans la stricte mesure où les répercussions de ces revendications pouvaient virtuellement soit étayer, soit – a contrario – entraver les efforts de guerre allemands. L’attitude des Allemands s’en trouvait d’autant plus mitigée qu’ils tenaient alors, en priorité, à honorer leurs engagements à l’égard du gouvernement de Vichy et à ménager l’allié italien.

21Aussi l’Allemagne s’est-elle bien gardée de concéder à ses "amis" parmi les nationalistes arabes une quelconque reconnaissance de l’unité ou de l’indépendance prospectives tant espérées. Pour les stratèges nazis, en effet, une telle orientation pouvait négativement altérer la "neutralité" bienveillante de Vichy, et exaspérer Rome. Car l’Italie, rappelons-le, avait obtenu de l’Allemagne la promesse de considérer la région arabe comme « faisant partie de son espace vital ».

22Un autre facteur, non négligeable, explique la réserve allemande au sujet des aspirations arabes : la neutralité de la Turquie. Berlin y tenait autant qu’à la satisfaction du régime de Vichy ou à l’amitié avec l’Italie.

23Ces aspirations nationalistes arabes furent le cheval de bataille des dirigeants du mouvement de mai 1941 en Irak. L’affrontement entre forces armées irakiennes et britanniques fut alors inéluctable. Résultat : le retour au pouvoir à Bagdad de l’aile politique favorable à la Grande-Bretagne. Eux, estimaient que l’instauration de bonnes relations avec Londres constituait un gage pour le progrès du pays et l’affermissement de la région.

24Soulignons à ce stade que, depuis la fin de la guerre de 14-18, l’analyse de la position du Royaume-Uni et de certaines autres puissances démontre une constance fondamentale : un véritable progrès arabe-économique, culturel ou politique – serait incompatible avec les intérêts des grandes puissances. Car l’essor de n’importe quel Etat arabe serait synonyme de concurrence pour les grands de ce monde, tant la région recèle de "richesses stratégiques" (ressources humaines, matières premières, situation géographique privilégiée... etc). Ajoutons que la réalisation d’un tel objectif demeure pour les Arabes, encore aujourd’hui, sujette à leur seule volonté, leurs propres pugnacité et détermination. C’est eux qui, en premier et en dernier lieux, sont intéressés par leur destin. Or pour eux, l’avenir ne fleurira qu’à la mesure de leur épanouissement, seul garant de sécurité, de stabilité et de progrès. Le déclinement, le démembrement qu’ils vivent aujourd’hui ne conduira qu’à aggraver la faiblesse, la turbulence et à les reléguer en marge de l’Histoire.

25 Cette parenthèse fermée, il convient de noter qu’au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale, les politiques irakiennes estiment obsolète le traité de 1930, eu égard à la nouvelle donne sur la scène internationale. D’autant que l’Irak est un des pays signataires de la Charte des Nations-Unies – ce qui devrait lui conférer le statut d’Etat entièrement indépendant. D’où la naissance d’une orientation nouvelle, visant à modifier les rapports avec la Grande-Bretagne sur des bases au goût du jour, plus compatibles donc avec la situation mondiale qui prévaut alors.

26Ainsi est inaugurée la quatrième phase des rapports entre l’Irak et la Grande-Bretagne. Bagdad souhaite alors l’évacuation des soldats anglais stationnés dans le pays et la prise en charge des bases militaires britanniques. Mais Londres réussit à convaincre le gouvernement irakien d’accepter une forme de "participation" à la gestion de ces bases tout en admettant le maintien de leur contrôle par les Britanniques.

27Durant cette quatrième étape, peut-on constater que l’heure n’est plus aux traités auxquels se sont plutôt substitués des blocs régionaux. L’Irak est désormais lié à des alliances militaires conclues entre certains pays de la région et la Grande-Bretagne. Autre caractéristique de cette période : la signature d’accords militaires avec les Etats-Unis.

28Sur le plan économique, le pétrole fut toujours le moteur principal de la politique d’hégémonie menée par la Grande-Bretagne vis-à-vis de l’Irak.

29L’Or noir fut, effectivement, à l’origine de nombreux traités entre les deux parties. La définition géographique même de l’Irak, telle que délimitée par l’actuel tracé frontalier, fut inspirée de la volonté de répartir les gisements pétrolifères de la région selon un dessein stratégique. La province de Mossoul, par exemple, située au nord du pays, était – jusqu’en 1916 – destinée à passer prospectivement sous influence française. Mais la découverte de quantités abondantes de pétrole dans son sous-sol, devait déboucher sur son rattachement définitif à l’influence anglaise.

30La Grande-Bretagne a réussi par ailleurs à s’emparer de l’essentiel des richesses pétrolifères irakiennes par le biais d’accords et de traités négociés avant et après la guerre de 14-18. Dans cet esprit, Londres avait obstinément exigé l’insertion, dans les Accords de San Remo de 1920, d’une clause stipulant l’octroi aux intérêts irakiens de 20 % des actions de toute compagnie pétrolière qui serait créée pour exploiter les gisements irakiens. En briguant cette part, directement ou par le truchement de ses sujets, le gouvernement de Sa Majesté entendait s’assurer un contrôle exclusif des compagnies candidates. Dans cette même perspective (le contrôle hermétique du pétrole irakien), Londres tenait constamment à s’assurer une présence solide, sous forme de protectorat déguisé en traité.

31 Sur le plan politique intérieur, constatons la faiblesse de structure des partis politiques irakiens de cette période. Car ces formations s’appuyaient, dans leur cheminement, davantage sur le charisme et la force de caractère de certains de leurs éléments, que sur de véritables bases de principes politiques bien définis.

32Si, traditionnellement, la fin pour un parti politique consiste à réaliser un idéal de société, à appliquer des principes auxquels il croit – le moyen d’y parvenir étant la prise du pouvoir – les partis irakiens suivaient à cette époque, pour la plupart, un raisonnement inverse : la fin était pour eux l’accès au pouvoir ; le moyen était d’inventer des pseudo principes auxquels, souvent, ils ne croyaient guère ! Aussi demeuraient-ils actifs tant que leur chef restait au pouvoir, mais s’éteignaient rapidement dès qu’il démissionnait ou était destiné ou renvoyé ou déplacé.

33Cependant, un phénomène politique jusqu’alors inédit en Irak commençait à émerger au lendemain de l’indépendance, en 1932 : le recours par l’opposition à la force pour renverser les gouvernements en place. Cela s’est traduit tantôt par la sédition des tribus du Moyen-Euphrate, tantôt par le putsch de 1936... ou encore le mouvement militaire de 1941.

34Il convient de souligner que – malgré toutes ces lacunes et en dépit de toutes les critiques que l’on peut formuler à leur adresse – ces partis ont bel et bien vivement contribué à forger une conscience patriotique en Irak à travers leurs journaux et publications, autorisés ou clandestins. Ils ont également pris une part active à la réalisation de certaines revendications nationales durant l’après-guerre. Disons à leur décharge que des partis évoluant dans un état d’indépendance encore embryonnaire ne pouvaient être comparés aux formations politiques d’autres pays reposant sur des expériences partisanes plus anciennes et plus structurées.

35Notons enfin que, durant la période en question, les Anglais ne jouissaient d’aucune popularité en Irak, ils inspiraient plutôt l’antipathie en particulier parmi la jeunesse. A cela une raison majeure : les rênes du pouvoir étaient, alors, tenues – toujours ou presque – par une clique de "vieux renards" de la politique trop marqués par leur inféodation à la Grande-Bretagne. Les jeunes patriotes, mus par la volonté de diriger les affaires du pays, étaient par conséquent tentés de rallier l’opposition ou, à défaut, de faire preuve d’inertie dans le but de dénigrer un régime qui ne répondait pas à leurs aspirations profondes.

36Ainsi les responsables britanniques ont fait preuve de manque de clairvoyance en confiant leurs intérêts aux seules mains d’un cercle de doyens intransigeants, plus soucieux de leur carrière et de leurs intérêts personnels que de l’avenir du pays.

37 Jusqu’après la Deuxième Guerre Mondiale, la Grande-Bretagne continuera à appuyer les classes politiques dirigeantes en Irak comme dans d’autres pays arabes : ces gens, acquis à Londres, étaient plus facilement influençables en cas de nécessité.

38A partir de cet instant, il apparaissait clairement que le régime approchait de sa fin, surtout après le retour du régent et de sa cour de politiciens traditionnels, sous l’égide des Anglais, à la suite de l’échec du mouvement de mai 1941. Un échec qui sera suivi d’amères défaites, elles-mêmes consacrant la banqueroute des régimes arabes. Parmi celles-ci, figurait très particulièrement le drame de la Palestine et la naissance de l’entité sioniste. Les armées arabes, dont celle de l’Irak, battront en retraite de la terre usurpée, ployant sous le poids de l’amertume et jurant de renverser les régimes qui venaient de causer cette défaite. Durant toutes les années qui vont suivre, cet événement constituera la pierre angulaire de toutes les évolutions politiques dans l’ensemble du monde arabe.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search