Version classiqueVersion mobile

L’émergence d’un État à l’ombre d’un empire

 | 
Majid A. Majid

Quatrième Partie. Les relations irako-britanniques lors de la Deuxième Guerre Mondiale

Chapitre II. La situation de l’Irak au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale

Texte intégral

Les nouveaux engagements de l’Irak

  • 1 F.O. 371/31371, E. 2596, Par. 13, Comwallis to Eden, 27 avril 1942.
    Voir aussi : Mahmoùd Ad-Dùrrah, (...)

1Al Saïd quitta le gouvernement, au lendemain de la guerre, après que la situation fut acquise pour la paix dans le monde, notamment à la suite de la défaite essuyée par les puissances de l’Axe. Il siégea, en effet, au sein de trois cabinets pour trois années consécutives. Il put ainsi rendre des services au gouvernement britannique aussi bien sur le plan interne qu’externe. A l’intérieur du pays, il s’attaqua tout d’abord à l’armée qui subit alors une purge élargie, sous prétexte de nazisme ; cela lui permit de se débarrasser des éléments patriotiques, source d’angoisse pour le gouvernement britannique1. Quant au reste de l’institution militaire, il fut occupé par les émeutes lourdes au nord du pays, et dont le moment de déclenchement avait été, à notre sens, minutieusement calculé par la Grande-Bretagne pour qu’elle puisse asseoir sa domination au centre, au sud et au nord du pays.

2Pour rendre sa tâche plus facile, Al Saïd ordonna l’arrêt de toutes les personnalités civiles et militaires qui avaient soutenu le mouvement d’Al Gailàni, sous prétexte d’appartenance au mouvement nazi. Sur le plan international, il déclara la guerre à l’Allemagne et rompit les relations diplomatiques avec le gouvernement de Vichy et le Japon.

  • 2 Al Hassani, Histoire des Ministères..., op. cit., Tome 6, p. 201 : voir texte de la lettre envoyée (...)

3L’arrivée de Hamdi Patchatchi en 1945 pour remplacer Nùri Al Saïd à la tête du gouvernement, suscita l’espoir que ce dernier ait été transitoire pour lever les contraintes imposées par l’éclatement de la guerre. Néanmoins, il se heurta à de nombreuses difficultés du fait de l’intransigeance de la Grande-Bretagne et sa volonté de vouloir affaiblir l’armée irakienne. Ainsi la délégation militaire britannique demanda la réduction des effectifs des forces armées irakiennes, proposa qu’on supprime deux divisions, qu’on en garde qu’une seule, plus une autre pour l’entraînement. Devant le rejet catégorique exprimé par le ministre de la Défense, Tahsin Ali, le régent dut intervenir en personne pour dégager une solution de compromis consistant à maintenir deux divisions entières et une troisième pour l’entraînement. Mais lors de la mise en application de cette solution, on constata l’existence de quelques 400 officiers dont on n’allait pas avoir besoin. Certains ministres, comme Salah Jabr, ministre de l’Intérieur, et Arshad Omari, ministre des Affaires Etrangères, proposèrent leur mise en retraite et devant le refus du ministre de la Défense, une crise gouvernementale éclata. Le cabinet tout entier démissionna et le chef du gouvernement procéda à la formation d’un nouveau cabinet en prenant soin d’en exclure le bouillonnant ministre de la Défense2.

4Cela témoignait, encore une fois, de l’ingérence flagrante de la Grande-Bretagne dans les affaires intérieures du pays. Ingérence accrue depuis les événements de mai 1941 qui avaient éveillé les soupçons du gouvernement britannique à l’égard de l’armée irakienne : il persista à vouloir l’affaiblir pour éviter qu’elle ne se relève à nouveau.

5Les relations anglo-irakiennes que nous venons de décrire, étaient établies sur la base des dispositions contenues dans le traité de 1930. Bien que celui-ci ait mis fin au mandat britannique dans le pays et permis son adhésion à la Société des Nations, néanmoins, les clauses qui lui étaient adjointes permettaient à la Grande-Bretagne d’assurer la prééminence de son hégémonie politique et économique en Irak.

6La fin de la Seconde Guerre Mondiale, son issue favorable aux Alliés et l’adoption en 1945 de la Charte des Nations-Unies par la communauté internationale amenèrent l’Irak à réclamer davantage l’abolition du traité de 1930 jugé incompatible avec l’esprit de ladite chartes ; Pour leur part, les forces politiques de l’opposition réclamaient la conclusion d’un nouveau traité garantissant à l’Irak toute sa souveraineté sur son territoire. Parallèlement, la Grande-Bretagne était, elle aussi, désireuse de conclure avec ses alliés dans la région, un nouveau traité qui prendrait en considération la nouvelle donne internationale, et tout particulièrement les prémices de la menace soviétique sur les pays de la région.

  • 3 Washington Post, 31 janvier 1948.
  • 4 The Daily Telegraph, 16 janvier 1948.

7Après la refonte du paysage politique interne, notamment en autorisant à agir de nombreux mouvements politiques et partis d’opposition, le gouvernement irakien entama son action véritable pour mettre en œuvre ce qu’on avait baptisé "Projet du Moyen-Orient". Ce projet consistait en la formation d’un pacte militaire, regroupant à la fois les Etats arabes et ceux du Pacte Saadabâd. Des traités bilatéraux furent ainsi conclus avec la Turquie et la Jordanie, et le succès réalisé par le gouvernement dans ce domaine l’incita à persévérer sur la voie de la conclusion d’un nouveau traité avec l’Irak. Ce qui eut lieu en 1948 et fut baptisé Traité de Portsmouth. Par ce dernier, le gouvernement britannique entendait bien protéger ses intérêts pétroliers au Moyen-Orient et faire face à "l’expansionnisme soviétique"3, suggérer le modèle suivant lequel d’autres traités bilatéraux devaient être conclus avec les pays du Moyen-Orient, qui aboutiraient, en fin de compte, à lier l’ensemble de ces pays par un système de défense commun4.

  • 5 Voir texte du discours fait par le régent le 27 décembre 1945 in Al-Hassani, Histoire des Ministère (...)

8Nul n’est censé ignorer que l’Union Soviétique a pactisé avec les Alliés contre les pays de l’Axe durant la Seconde Guerre Mondiale. Cependant, ses victoires, la main-mise sur les pays de l’Europe de l’Est, le soutien accordé aux mouvements qui lui sont alliés pour prendre le pouvoir dans ces pays, ont suscité à son égard l’hostilité des Alliés. C’est ainsi qu’ils décidèrent d’entamer une nouvelle politique en accordant aux petits pays qui les avaient soutenu davantage d’autonomie et de liberté, tout en continuant d’assurer leur protection contre les "convoitises" soviétiques. Ils recommandèrent aussi aux gouvernements de ces pays d’adopter une démarche démocratique, de pratiquer une politique sociale et de faire participer les générations de jeunes à l’exercice des responsabilités pour faire face à la propagande et aux menées de "l’expansionnisme" soviétique. Par conséquent, et dans un discours adressé lors de la réunion commune de la Chambre des Représentants et de l’Assemblée des notables (une sorte de sénat) le régent insista sur les points suivants5.

  1. Lutter contre le chômage des actifs, améliorer le niveau de vie des travailleurs et des paysans, garantir une meilleure santé et un niveau d’instruction aux nécessiteux, préserver la dignité et la décence de vie de l’individu. Le régent considéra, en outre, ces exigences comme étant une sorte de "prévention sociale", base fondamentale de toute politique de réforme et d’assainissement. Ce fut d’ailleurs la première fois que de tels propos étaient tenus à un niveau aussi élevé.
  2. Suppression de toute discrimination de race ou de confession, déploiement de tous les efforts pour éviter tout ce qui est susceptible d’engendrer des disparités, et faire du peuple un bloc uni à même de promouvoir et d’assurer le développement du pays.
  3. Permettre aux jeunes d’accéder aux différentes responsabilités gouvernementales.
  4. Préparer le pays à la tenue d’élections libres qui verront la compétition et la concurrence entre les différents partis politiques.

9Ce discours avait préparé les esprits à un remaniement ministériel. C’est ainsi que Swaidi arriva à la tête du gouvernement en février 1946 et établit une démarche gouvernementale à la lumière des points énoncés dans le discours du régent. Cette requête porta sur des questions politiques fondamentales comme l’autorisation de formation de partis politiques sur le plan intérieur, et la modification du Traité irako-britannique de 1930, sur le plan extérieur.

10Les pourparlers commencèrent en Grande-Bretagne pour envisager la conclusion d’un nouveau traité reliant la politique des deux pays. Ces contacts connurent une accélération notoire avec la nomination de Salah Jabr à la tête du gouvernement. Le passage de celui-ci – Salah Jabr – coïncide avec une période de tumultes, d’instabilité et de colère émotionnelle dues au problème palestinien. De plus, le pays traversait une situation économique très difficile, caractérisée par une récolte fort maigre et une inflation faramineuse, notamment en ce qui concerne les prix des denrées alimentaires. L’opposition ne manqua évidemment pas cette occasion pour dénoncer l’irresponsabilité et l’incompétence du gouvernement, et la conclusion du traité irako-britannique en 1948 constitua le point culminant dans la crise qui provoqua la démission du cabinet Salah Jabr.

11Les Anglais étaient désireux que le nouveau traité soit conclu, du côté irakien par une autre personne que Nùri Al Saïd. Celui-ci était considéré par l’opinion publique comme responsable de tous les traités non-équilibrés conclus avec la Grande-Bretagne dans le passé. De plus, ils souhaitaient vivement que la personne en question soit un notable chiite. C’est ainsi que Salah Jabr fut élu pour cette mission, soutenu par Al Saïd.

  • 6 Le journal Al-Nabaà (La Dépêche), n° du 28 janvier 1952 (texte des mémoires de Saleh Jabr).

12La préparation du nouveau traité commença lorsque le régent convoqua au palais le gouvernement et quelques hommes politiques irakiens pour discuter du besoin d’un nouveau traité et des bases qu’ils jugeaient saines et valables pour sceller cette alliance6.

13La réunion eut lieu six jours avant le départ pour Londres de la délégation chargée de négocier les termes du nouveau traité avec les pouvoirs britanniques. Une vingtaine d’hommes politiques parmi les plus proches du palais avait été appelés à prendre part à cette réunion. Les partis politiques n’ayant pas été invités à venir exprimer leur avis, la plupart des participants tombèrent d’accord pour préparer la conclusion d’un nouveau traité avec la Grande-Bretagne. Cependant, des divergences apparurent quant aux termes et clauses que devrait comporter un tel traité. Certains proposèrent, comme point de départ, le retrait total des troupes britanniques du territoire irakien. Mais le régent leur opposa que la Grande-Bretagne estimait que l’Irak était incapable de prendre en charge la gestion des deux bases de Habbâniya et de Chayba. Néanmoins, le courant modéré était, pour sa part, favorable au maintien des techniciens chargés d’assurer la gestion desdites bases et au départ de toutes les autres forces britanniques.

  • 7 Ibid.

14Quant à lui, Tawfik Swaidi, ex-chef du gouvernement, était opposé à toute forme de présence des forces armées britanniques en Irak, y compris les techniciens car l’Irak devrait, estimait-il, assumer pleinement ses responsabilités et la coopération entres les deux pays devrait avoir pour base un pacte de défense commune. Pour sa part, Nùri Al Saïd optait pour l’engagement de négociation car le Traité de 1930 ne devait prendre fin qu’en 19577.

15Au terme de la réunion, l’ensemble des participants étaient pour la modification du traité (1930) sur les bases suivantes :

  1. Levée de l’obligation de consultation quant aux questions politiques de relations extérieures et se limiter à un engagement mutuel de non-pratique d’une politique hostile à l’une quelconque des deux parties.
  2. Remettre à l’Irak les deux bases aériennes de Habbâniya et de Ch’ayba.
  3. Non présence de forces armées britanniques sur le territoire irakien en temps de paix.
  4. Annulation de la clause d’exclusivité, quant à l’emploi de spécialistes en Irak.
  5. Abandon de la convention relative aux chemins de fer au port.
  6. Nécessité de doter l’armée et les forces aériennes irakiennes des mêmes armes que les forces armées britanniques.
  7. Levée des limites relatives à la représentation diplomatique contenues dans le Traité de 19308.

16La composition de la délégation chargée de mener les négociations avec la partie britannique fut, par la suite, entérinée par le Conseil des ministres. Pour sa part, le Conseil des notables accepta de mandater Nùri Al Saïd et Tawfik Swaidi pour accompagner la délégation en question. Celle-ci quitta Habbâniya pour Londres le 5 janvier 1948.

17Cela étant dit, peu de temps avant cette période, les forces britanniques des Indes effectuèrent un retrait total du territoire irakien. Seules les forces de l’air (britanniques) demeurèrent sur place (dans leurs bases) conformément au Traité de 1930.

18Les points établis par la partie irakienne comme base de négociation avec le gouvernement britannique correspondaient bien aux souhaits et aspirations du peuple irakien. Mais la partie britannique allait-elle laisser les Irakiens libres de définir les fondements de leurs rapports avec elle ? C’est ce à quoi nous essaierons de répondre dans la suite de la présente étude.

Début des négociations du nouveau traité

  • 1 La délégation égyptienne présidée par Abdul Hamîd Badawi, ministre des Affaires Etrangères, tenta, (...)

19L’article 11 du Traité de 1930 stipulait que celui-ci prendrait fin 25 ans à compter de la date de sa conclusion. Celle-ci étant intervenue en 1932, le Traité ne devait donc prendre fin qu’en 1957. Toutefois le même article ajoutait que les parties contractantes pouvaient revoir les textes du traité ou procéder à sa modification cinq ans avant la date de son extinction, soit en 1952. Néanmoins, la fin de la guerre, la proclamation de la Charte des Nations-Unies et les différents changements qui ont eu lieu dans le monde ont rendu nécessaires, voire impératives, la révision des relations entre les différentes parties et leur restructuration sur de nouvelles bases. Les divergences étaient de taille. Alors que les pays faibles aspiraient à l’indépendance et la souveraineté entière sur leurs destinées, les grands pays étaient d’un tout autre avis et se souciaient davantage des changements qui avaient lieu sur le plan du rapport de forces idéologiques-militaires entre grandes puissances.1

20La Seconde Guerre Mondiale s’est soldée par la victoire des Alliés avec, entre autres, l’Angleterre. Bien que sortie vainqueur de la guerre, celle-ci demeurait fragile sur le plan économique. Elle ne pouvait plus supporter les dépenses impliquées par la gestion du gigantesque empire qui était le sien. D’ailleurs, la Seconde Guerre Mondiale fut à cet égard l’une des principales causes de la perte d’influence britannique dans le monde au profit des Etats-Unis d’Amérique.

  • 9 C.M. Woodhouse, British Foreign Policy since The Second World War, London, 1961, p. 21.
  • 10 Earl Attlee, A Prime Minister Remembers, London 1961, p. 177.

21Parallèlement à cela, le gouvernement britannique opéra ces changements dans sa politique à l’égard des régions qui étaient sous influence, et ce à la lumière de la nouvelle donne nationale et internationale. Porté au pouvoir au lendemain de l’après-guerre, le parti travailliste proposa une nouvelle formule pour lier les petits pays aux grandes puissances mondiales. Il s’agit des accords de sécurité régionale qui relient entre eux plusieurs pays voisins aux grandes puissances mondiales, formant ainsi une unité militaire9. Le secrétaire au Foreign Office de l’époque, Mr Bevin, considérait la région du Moyen-Orient comme un seul bloc, d’où sa volonté de modifier les traités avec l’Egypte, l’Irak et la Jordanie. Mais sa tentative ne fut guère couronnée de succès qu’avec la Jordanie10.

22Quant aux négociations entre l’Irak et la Grande-Bretagne, elles commenceront avec l’arrivée du Premier ministre irakien, Salah Jabr. En effet, des pourparlers avaient eu lieu avec le gouvernement britannique, afin d’entamer les négociations le plus vite possible et renouveler les liens entre l’Irak et la Grande-Bretagne sur de nouvelles bases.

23Les négociations entre les deux parties connurent plusieurs phases. On peut toutefois les synthétiser en deux phases principales : les rounds de Bagdad et ceux de Londres. En effet, les négociations avaient plutôt débuté à Bagdad pour se clore à Londres et Portsmouth. Entre ces deux phases, les responsables irakiens durant faire plusieurs fois la navette entre Londres et Bagdad, surtout le régent et le ministre des Affaires Etrangères irakien, M. Fadhel Jamali.

  • 11 Salah Jabr a publié en 1952 les procès-verbaux, des négociations qui ont mené à la conclusion de ce (...)

24Le Premier ministre irakien, Salah Jabr, était convaincu que la nouvelle donne internationale devait contribuer au succès des négociations, et craignait beaucoup l’Union Soviétique et ses visées dans le Sud-Est asiatique, hostile d’après lui, à la paix dans le monde. Il craignait aussi, sinon davantage, les menées des partis communistes – destructeurs à son avis – dans la région du Moyen-Orient11.

25Pour lui, le remède consistait en deux points :

  • L’alliance avec la Grande-Bretagne dans le cadre d’un nouveau traité qui permettrait l’amélioration des relations entre les deux pays.
  • Assurer l’exploitation des ressources nationales du pays de façon à améliorer le niveau de vie des gens, notamment les masses déshéritées, celles qui sont les plus touchées par la propagande communiste et constituent de ce fait la cible privilégiée de ses agents et meneurs12.

26Ainsi remarque-t-on le poids de la psychose de menace soviétique chez le chef du gouvernement irakien en cours de négociation du nouveau traité. Il appréhendait aussi bien la puissance militaire des Soviétiques que leur "contagion" idéologique. Il voyait dans le sous-développement, notamment dans sa composante socio-économique, le « noyau dur de la propagande et de l’expansionnisme communistes en Irak ». De plus, il considérait que le Traité de 1930 avait sensiblement limité la marge de manœuvre de l’Irak empêchant que son indépendance soit, de ce fait, totale et entière d’où l’opposition virulente, à son égard, du peuple irakien.

27Rappelons ici que les griefs, exprimés cette fois-ci par la personnalité la plus éminente du gouvernement irakien envers le Traité de 1930, étaient ceux-là même mis en avant, dix-huit ans plus tôt par la plupart des partis politiques accusés à l’époque, par le gouvernement, de faire le jeu de l’un ou l’autre bloc.

28Le chef du gouvernement s’appliqua ainsi à exhorter les éléments patriotiques pour ne pas laisser échapper l’occasion de se retrouver autour d’un projet dans l’intérêt des deux partis.

Les tractations de Bagdad

  • 2 La délégation irakienne se composait des personnalités suivantes qui étaient selon l’ordre : le rég (...)

29Sous la pression de l’insistance de la partie irakienne, la Grande-Bretagne accepta d’ouvrir les négociations. Elle dépêcha une délégation militaire pour étudier les fondements pertinents à une coopération militaire entre les deux pays (projet de défense commune). Ce projet constituait en fait la colonne vertébrale du Traité de 1948. Le régent Abdul-Ilah présidait la délégation irakienne2 tandis que la délégation britannique était conduite par Air Vice Marchai, Beker.

  • 13 Le journal Oumah (La Nation), n° du 30 janvier 1952.

30La première séance débuta le 8 mai 1948 sur une intervention du régent qui insista sur la nécessité de coopération entre les deux pays et émit l’espoir de les voir parvenir à un accord dans l’intérêt des deux13. Le chef du gouvernement lui succéda et évoqua les problèmes auquel l’Irak faisait face et qui devaient faire l’objet, selon ses dires, d’un règlement dans le cadre du nouveau traité. Ces problèmes étaient, de deux sortes :

  • Les problèmes de croissance socio-économique sur lesquels il insista peu, tant son intention était de dire que la Grande-Bretagne devait aider son pays dans ses efforts de développement, pour qu’il ne soit pas la cible privilégiée de la propagande communiste.
  • Les questions de défense auxquelles le chef du gouvernement accorda la plupart de son temps de parole. Il insista beaucoup sur la nécessité de moderniser l’armée irakienne en la dotant d’un matériel moderne et sophistiqué, pour qu’elle soit à même de remplir son rôle en cas de guerre en attendant l’arrivée des renforts britanniques14. Il était évident que ce projet nécessitait un budget hors de la capacité de l’Irak. En effet, le budget de l’armée représentait déjà 24 % du budget total ; mais ce qui était fort paradoxal, c’est que malgré cette revendication, le Premier ministre irakien entendait réduire le budget de la défense à 10 % du budget total de l’Etat pour, expliquait-il, promouvoir le développement du pays dans les autres domaines.
  • 15 Le journal Oumah (La Nation), op. cit.

31D’autre part, le chef du gouvernement irakien critique la Grande-Bretagne à cause du manque de soutien qu’elle avait manifesté à l’égard de l’armée (irakienne bien entendu) dans le passé ; cela avait laissé une mauvaise impression dans la population. Celle-ci estimait que « la Grande-Bretagne, faisait exprès de maintenir l’armée dans une situation de faiblesse et de fragilité, laquelle manœuvre fut à l’origine du mouvement de mai 1941. La persistance, jusqu’à nos jours, de cette mauvaise impression, ajoutait-il, pousse le peuple à réclamer le changement de la politique britannique dans ce domaine en œuvrant pour la modernisation de l’armée, en assurant son encadrement technique et logistique, également en aidant l’Irak sur le plan économique pour que le gouvernement puisse gagner le soutien du peuple qui ne croit plus aux promesses et engagements » 15.

32Après ce fut au tour du ministre de la Défense de prendre la parole. Celui-ci insista à nouveau sur la nécessité et l’urgence pour la Grande-Bretagne de procéder à la modernisation et l’encadrement technique et logistique de l’armée irakienne afin, comme l’avait rappelé le chef du gouvernement, que l’Irak soit à même de faire face à tout danger ou à toute menace d’agression.

33La mise au point faite par le chef du gouvernement irakien et par son ministre de la Défense, révèle qu’ils pensaient encore que la politique de la Grande-Bretagne demeurait basée sur la donation. Ainsi la délégation irakienne fut grandement surprise quand les représentants du gouvernement britannique indiquèrent d’emblée que leur pays traversait une situation économique très difficile à cause des dégâts occasionnés par la guerre d’une part, et qu’il ne possédait ni armements ni avions modernes du fait de la transformation des usines de guerre en fabrique de production de biens courants d’autre part.

  • 16 Sabih Misconi, Le statut international de l’Irak depuis la Première Guerre Mondiale jusqu’à la Révo (...)

34Concernant la question de défense commune, les responsables britanniques indiquèrent que la position de neutralité revendiquée par certains pays ne constituait guère un gage de paix. Ils estimèrent nécessaire l’union des Etats arabes et leur collaboration avec la Grande-Bretagne. En effet, celle-ci souhaitait la mise en place d’un système de défense commune le plus rapidement possible16 et entendait, par l’union de la région arabe sous son autorité, abréger le chemin.

  • 17 Khadduri, op. cit., p. 262.

35Après tous ces préludes, la délégation britannique entra dans le fond du sujet. Les responsables indiquèrent alors que leur pays était incapable d’assurer à l’Irak une meilleure défense à moins qu’on veuille autoriser ses forces aériennes à traverser son territoire en cas de besoin. D’où leur insistance au sujet des deux bases aériennes de Habbàniya et de Chayba et leur importance stratégique capitale. Dans le même sens, la Grande-Bretagne songeait à construire des aérodromes spéciaux à l’usage des forces irakiennes dans lesdites bases17.

  • 18 Le journal Oumah (La Nation), n° du 30 janvier 1952.
  • 19 Commager H.S., Documents of American History, vol. 2, p. 630.

36Par cette proposition, la délégation britannique entendait convaincre les Irakiens et leur faire d’emblée connaître les exigences de leur pays quant à ces deux bases. De plus, la même délégation proposa la création d’une nouvelle base aérienne à Bassorah18. Mais cela n’était guère une nouveauté, les Etats-Unis avaient eux aussi prévu, durant la guerre, de construire une grande base américaine à Bassorah19.

  • 20 Le journal Oumah (La Nation), op. cit.

37La partie britannique, en outre, préconisait la constitution d’une commission de défense commune, présidée par les chefs d’Etat-Major respectifs des deux pays et assistée par une autre commission composée d’officiers de rang inférieur. Les réunions seraient mensuelles et la commission disposerait d’un secrétariat permanent dont le siège se trouverait à Bagdad. Quant à ses compétences, elles devaient porter sur l’étude de toutes les questions relatives à la défense de l’Irak. Cependant, elle ne jouissait d’aucun pouvoir exécutif et ne pouvait que faire des recommandations aux deux pays20.

38Les Anglais étaient en somme porteurs de trois points principaux qu’on peut ainsi récapituler :

  1. La modernisation de l’armée irakienne pour accroître son efficacité même si (pour le moment) la Grande-Bretagne était incapable de prendre en charge cette opération en raison des dégâts matériels subis, durant la guerre ;
  2. L’Irak continuera d’avoir besoin de la Grande-Bretagne, et ce quelque soit la nature du matériel dont sera dotée l’armée irakienne. De plus, la Grande-Bretagne ne pourra assurer son aide que par ses forces aériennes, d’où la nécessité de maintenir en place les bases de Habbàniya et de Chayba.
  3. Il est nécessaire de mettre en place une grande base aérienne (extensible en cas de besoin) au sud de l’Irak21.

39La position du gouvernement irakien était ainsi fort délicate à cause des exigences britanniques. Alors que l’Egypte et la Syrie œuvraient activement pour s’affranchir des contraintes politiques et militaires qui leur étaient imposées, la Grande-Bretagne, remarque-t-on, voulait à tout prix, maintenir ses bases à nouveau en Irak. Cela ne devait certainement pas manquer, appréhendaient les responsables irakiens, d’attiser l’opposition non seulement à l’intérieur du pays mais aussi de la part des Etats arabes. Le Premier ministre irakien proposa alors que la nouvelle base soit construite à Koweït au lieu de Bassorah mais le gouvernement britannique n’apprécia guère cette idée.

  • 22 Le journal Oumah (La Nation), n° du 30 janvier 1952 (réunion du 15 mai 1947).

40La deuxième séance des réunions était consacrée à la question de modernisation de l’armée irakienne. Mais les responsables britanniques réitérèrent que leur pays pouvait difficilement fournir un matériel moderne, du fait que la production n’en avait pas été encore entamée. La partie irakienne demanda alors qu’on lui fournisse ne serait-ce que des voitures ou des blindés (moyens parmi les plus simples qu’utilise toute armée modernisée ou en voie de l’être). Mais la réponse demeura négative et on proposa à la place quelques voitures et véhicules d’occasion dans le parc désuet de la base de Chayba22. Ainsi, l’armée irakienne dut vivre des ruines des troupes britanniques, du matériel abandonné après le retrait de l’armée britannique et qui était vendu à l’Irak dans le cadre de la coopération entre les deux pays. De plus, les Britanniques s’offraient le luxe de céder gratuitement à l’armée irakienne le matériel hors d’usage.

41Au terme de ces délibérations on synthétisa les points "d’accord" qui allaient constituer, par la suite, le projet initial du traité. Ces points étaient les suivants :

  1. L’objet des tractations est d’établir l’inventaire des difficultés et des besoins de chacune des deux parties pour soumettre un rapport détaillé, en ce sens, à l’Etat-major des armées britanniques.
  2. L’Irak occupe une position stratégique au regard de la défense du Moyen-Orient, et celle-ci ne serait guère efficace à moins qu’il n’y ait une collaboration étroite entre l’Irak et la Grande-Bretagne d’une part, et de cette dernière avec les autres pays arabes d’autre part.
  3. La défense du Moyen-Orient ne sera pas pratique s’il n’y a pas de bases aériennes sûres pour y transporter les troupes en cas de mouvements militaires.
  4. Le rôle de l’armée irakienne consiste à :
    1. Défendre l’Irak contre les agressions dont il pourrait être l’objet de la part des pays voisins.
    2. Collaborer avec les forces britanniques stationnées en Irak contre toute agression dont ferait l’objet la Grande-Bretagne de la part d’un autre pays.
    3. Préserver l’ordre et la sécurité.
  5. Situer à court-terme comme à long-terme les actions à mener pour assurer la modernisation de l’armée irakienne. Toutefois, cela doit figurer dans une annexe à part pour préserver le caractère confidentiel des renseignements militaires.
  6. Se mettre d’accord sur la création d’un organe d’état-major commun pour assurer la consultation mutuelle entre les deux pays et étudier les questions stratégiques de défense qui concernent l’Irak et la Grande-Bretagne.
  • 23 Ibid, réunion du 17 mai 1947.

42L’Irak étant lié aux Etats arabes par la Charte de la Ligue Arabe qui interdit à tout Etat arabe de négocier à titre individuel avec un autre Etat, la Grande-Bretagne devait tout d’abord contacter ces Etats pour les amener à accepter ce système de défense. Cela permit au chef du gouvernement irakien de spéculer, en quelque sorte, sur ce principe. Il manifesta ainsi sa disposition à traiter individuellement cette question, à condition que les deux bases soient remises à l’armée irakienne. L’Irak, indiqua-t-il, s’engageait à assurer tout l’entretien nécessaire pour que les aéroports soient capables d’accueillir, en cas de besoin, les avions de la Royal Air Force23. Mais le Premier ministre irakien oublia d’annoncer comment il avait l’intention de s’y prendre pour assurer l’entretien en question sans l’apport des techniciens britanniques. Il aurait peut être mieux fait de réclamer la gestion administrative desdites bases tout en conservant les techniciens et experts britanniques pour en assurer l’entretien. En effet, lors de la dernière réunion du premier round, Salah Jabr rentre en totale contradiction avec lui-même quand il affirma que l’armée irakienne accusait beaucoup de défaillances du point de vue technique, en raison du défaut de modernisation et du manque de matériel nouveau.

43La plupart des officiers militaires irakiens n’étaient guère persuadés de l’incapacité de la Grande-Bretagne ni du manque de matériel militaire moderne dans ses usines. Le sentiment des Irakiens que la Grande-Bretagne ne voulait pas leur fournir l’armement moderne nécessaire allait susciter chez eux une réaction virulente et affecter ainsi tout accord pouvant offrir aux Britanniques une facilité quelconque.

Entretiens à Londres du régent

44Le régent Abdul-Ilah quitta l’Irak à la mi-août (1947) pour aller passer l’été à Londres, comme à l’accoutumée. L’invitation britannique devait être adressée au chef du gouvernement irakien, dans la même période, pour venir à Londres effectuer les entretiens en la présence du régent. Mais étant très occupé, à l’époque, par la réunion des ministres des Affaires Etrangères européens autour du plan Marshal, ainsi que par la question de la Palestine, le secrétaire au Foreign Office, Bevin préfèra reporter son invitation au chef du gouvernement irakien. Ce dernier souhaitait, pour sa part, effectuer les entretiens pendant les congés des parlementaires irakiens pour pouvoir soumettre le texte du traité à la rentrée, dès l’ouverture de la nouvelle session et ainsi l’entériner. A cet égard, il faut rappeler que cette assemblée était la même, élue sous le dernier cabinet d’Al Saïd et devait, de ce fait, permettre à Salah Jabr d’accomplir sa besogne sans grandes difficultés.

45Le régent entama ses entretiens à Londres dès son arrivée. Il saisissait ainsi l’occasion pour mieux expliquer la position irakienne, et adressa à Salah Jabr au moins trois lettres pour le mettre ainsi au courant du déroulement des entretiens avec les Britanniques, et porter à sa connaissance le point de vue de ces derniers dans les articles suivants :

46a) Conclure un traité à long terme.

47b) Prendre connaissance des revendications irakiennes.

483) Accorder aux négociations de Londres un caractère confidentiel.

  • 24 Ibid, télégramme adressé par le régent au chef du gouvernement le 19/8/1947.

49Un entretien réunit en effet pendant ce moment le régent et le ministre des Affaires Etrangères britanniques, durant lequel le premier évoqua les propositions irakiennes de modification de l’ancien traité et de suppression des bases britanniques sur le territoire irakien. Mais le haut responsable britannique était, pour sa part, porteur de proposition qu’il n’avait pas présentées au régent lors du premier entretien, car il n’avait pas encore obtenu l’aval de l’Etat-Major et du Conseil des ministres britannique24. Quand cela eut lieu, Bevin les soumit lors de sa dernière réunion avec le régent ; elles portaient sur les points suivants :

  1. Refus de la Grande-Bretagne de procéder au démantèlement des bases.
  2. Maintenir les aérodromes de Chayba et de Habbàniya sous administration britannique.
  3. Utilisation simultanée des deux aérodromes par les deux pays en la présence des forces des deux parties.
  4. Sous réserve de l’acceptation par le gouvernement irakien des conditions sus-mentionnées, la Grande-Bretagne est disposée à engager des négociations pour conclure un nouveau traité25.
  • 26 In Al Chaâb le 27/1/1952, Télégramme par le régent à son Premier ministre le 11/10/ 1947.

50Considérant le caractère sine qua non des conditions énoncées par la partie britannique, le régent tenta en vain de mettre en avant le rôle de l’Irak. C’est ainsi qu’il proposa que le commandement de la force commune soit assurée (3e point) par des Irakiens ; Bevin esquiva délicatement cet avis en affirmant qu’« il était nécessaire de gérer avec efficacité les deux aérodromes, et que dans le cas où le commandement en serait laissé à des Irakiens, il craignait fort que les lieux subissent une nouvelle dégradation. Il ajouta qu’il était, catégoriquement opposé à la divulgation des secrets militaires britanniques et que la présence de forces britanniques dans les deux bases se justifiait par le souci de la Grande-Bretagne de défendre aussi bien l’Irak que la Grande-Bretagne, qu’enfin l’intérêt international même impliquait le maintien des forces aériennes britanniques en Irak »26.

  • 27 Télégramme adressé par le Premier ministre (à Bagdad) au régent (à Londres), le 17/ 10/1947.

51A cet égard, faut-il rappeler que ces arguments (prétextes) étaient ceux-là même qui avaient amené les responsables irakiens à souscrire au Traité de 1930. Cependant, le régent ne voulut pas trancher avant de consulter le gouvernement irakien seul responsable, à ses yeux, de la conclusion d’un tel traité. Quant à Salah Jabr, il estimait que son gouvernement ne pouvait engager des négociations sur ces bases car, pensait-il, ce n’était pas du tout l’intérêt de l’Irak de se laisser enliser dans des négociations pareilles27.

  • 28 Ahmad Fawzy, 12 premiers ministres, Histoires politiques et journalistiques, Bagdad, 1984, p. 260.
    (...)

52Le rejet des propositions irakiennes par la partie britannique conduisit Salah Jabr à donner sa démission de son cabinet au régent, dès son retour de Londres. Mais celui-ci le pria de patienter pour lui laisser le temps d’en informer le chargé d’affaires britannique et de connaître ainsi la position de la Grande-Bretagne sur ce sujet28.

53Peu de temps après, le chargé d’affaires britannique adressa une note au gouvernement irakien contenant ainsi le point de vue du gouvernement britannique :

  1. La situation au Moyen-Orient étant fort explosive et comme l’Irak occupait une position stratégique dans la région, il était impératif de prendre toutes les mesures nécessaires pour défendre le pays et préserver la situation dans la région toute entière. Par conséquent, il était désormais obligatoire que l’Irak et la Grande-Bretagne coopèrent et collaborent en tant que pays amis et alliés, et ce, dans leurs propres intérêts tout d’abord, comme celui de la région dans son ensemble.
  2. Les deux bases aériennes en Irak doivent forcément, considérant le paragraphe précédent, être en bon état et fonctionner efficacement. Il est également dans l’intérêt de l’Irak, de prendre les mesures nécessaires pour construire le noyau d’une base aérienne en cas de besoin.
  3. Utiliser communément toutes les facilités disponibles dans les deux bases et soumettre les troupes britanniques à un commandement anglais ainsi que les troupes irakiennes. De plus, la Grande-Bretagne est disposée à prendre en charge l’ensemble des dépenses de fonctionnement desdites bases et si le gouvernement irakien était d’accord, des responsables seraient dépêchés à Bagdad pour effectuer des négociations secrètes.
  4. La Grande-Bretagne est d’accord pour examiner la demande de l’Irak, quant à la création d’une organisation d’action commune permanente et aux mesures nécessaires à prendre pour assurer l’équipement et l’encadrement des forces armées irakiennes.
  5. Les responsables dépêchés ne seront porteurs d’aucune instruction et seraient uniquement disposés à écouter, discuter et débattre toutes questions ayant un lien quelconque avec la défense de l’Irak.
  6. Le gouvernement britannique est prêt à accorder aux forces aériennes irakiennes toute facilité dans n’importe quelle base aérienne britannique selon le choix du gouvernement irakien.
  7. La Grande-Bretagne est désireuse que le nouveau traité puisse contribuer, s’il est conclu, à la mise en place d’un système de défense global de la région du Moyen-Orient et auquel se joindront tous les pays désireux de le faire.
  8. Si les négociations de Bagdad sont couronnées de succès, il serait pertinent que le chef du gouvernement irakien vienne à Londres pour signer le traité définitif29.

54Ces fondements constitueront les traits généraux du dernier accord, baptisé Traité de Portsmouth comme on le verra plus tard.

La seconde partie des négociations de Bagdad

55Le deuxième round des tractations de Bagdad débutèrent à l’ambassade de Grande-Bretagne. La partie britannique se composait en exclusivité d’experts militaires tandis que la délégation irakienne ne comptait, en son sein, que des responsables civils. D’emblée, le chef du gouvernement irakien réaffirme à nouveau la souveraineté de l’Irak à l’intérieur de ses frontières régionales. Cette mise au point préliminaire entendait que toutes les facilités accordées à la Grande-Bretagne doivent se baser sur ce postulat. Le Premier ministre irakien voulut insister sur ce point pour deux raisons principales :

  1. L’Irak était membre à part entière de l’Organisation des Nations-Unies, il se trouvait de ce fait sur un pied d’égalité avec la Grande-Bretagne au sein de cette instance internationale.
  2. Le gouvernement irakien entendait ainsi se prémunir et se défendre contre les critiques venant aussi bien de l’intérieur que de certains pays arabes, qui accusaient l’Irak de n’être qu’un Etat fantoche, dépendant et à la solde de la Grande-Bretagne.

56Par ailleurs, le Premier ministre irakien fit, comme à l’accoutumée, allusion à l’existence d’un "ennemi commun" aux deux pays : l’Union Soviétique. Par conséquent, estimait-il, il était important, non seulement pour l’Irak mais aussi pour l’ensemble des Etats arabes, de conclure des traités de défense avec l’Angleterre comme avec les Etats-Unis d’Amérique.

57Pour sa part, le chef de la délégation britannique, le maréchal Foster indiqua qu’il était le représentant de l’Etat-Major et que toutes propositions émises par lui, dans ces négociations étaient le fruit d’études et d’examens minutieusement effectués par des experts militaires à la compétence indiscutable. Cela mettait d’emblée la partie irakienne en garde contre toute objection car entendait-il dire, ses propositions étaient l’opinion définitive de son gouvernement.

58Ensuite, la partie britannique présenta quatre points de base considérés comme nécessaires dans tout nouveau traité :

  1. Les intérêts communs de défense.
  2. La garantie du maintien de facilités nécessaires aux forces britanniques.
  3. Formuler le traité de telle sorte que les difficultés politiques soient évitées, objet de plaintes incessantes de la part du Premier ministre irakien, à savoir, la réaffirmation de la souveraineté nationale de l’Irak.
  4. Réaffirmer l’objet du traité, la consolidation et le maintien de la coopération irako-britannique30.
  • 31 Ibid, deuxième réunion du 25 novembre 1947.

59Avec vigueur, le négociateur britannique porta à la connaissance du chef du gouvernement irakien que le ministre des Affaires Etrangères britannique n’avait admis le principe de la conclusion d’un nouveau traité, qu’après avoir estimé que cela pouvait conduire au dégel des problèmes politiques intérieurs de l’Irak. Néanmoins, cela n’empêcha pas le chef du gouvernement irakien de lui opposer qu’il n’était guère disposé à se présenter devant le parlement avec un tel traité sous la main31.

60Foster tenta alors de mettre en avant un autre aspect de la question, en exhibant l’épouvantail de la "menace" soviétique. Il indiqua ainsi que tout pays n’ayant pas de soutien, voire de protection, serait purement et simplement anéanti par les grandes puissances ; au cas où la Grande-Bretagne veillerait à la protection de l’Irak, celui-ci serait à l’abri de tout péril. Pertinent (tant la phobie du responsable irakien à l’égard de l’Union Soviétique était grande) la démarche du responsable britannique sembla avoir porté ses fruits, puisque Salah Jabr acquiesça et ne commenta même pas cet argument. Il passa immédiatement après, à la question du Conseil de Défense commun et souleva les problèmes de sa composition et ses obligations. Les deux parties décidèrent alors de mettre en place une commission composée à égalité de membres (experts militaires spécialisés) des deux côtés et baptisée « commission commune de défense anglo-irakienne ». Son action devait porter sur :

  1. Etablir des plans et des parades pour faire face à toute situation susceptible de porter atteinte à la sécurité de l’Irak en particulier, et de l’ensemble de la région du Moyen-Orient en général.
  2. Consultation immédiate en cas de menace de guerre.
  3. Coordination des démarches pour permettre à la Grande-Bretagne, en sa qualité d’alliée, de porter assistance à l’Irak.
  4. Consultation quant aux questions de l’encadrement et des équipements nécessaires aux forces armées irakiennes32.
  • 33 Ibid.

61On examina, ensuite, le problème de la base à construire au sud de Bassorah ; le Premier ministre irakien indiqua que cela pouvait être laissé à la libre appréciation de la Commission de Défense commune. Constatant une certaine souplesse du côté irakien, Foster ne laissa pas échapper l’opportunité de considérer la nouvelle base à construire comme une installation complémentaire et nécessaire à la base de Chayba, cela en raison des équipements variés et sophistiqués qu’elle comporterait. Par conséquent, estimait-il, la question devait faire l’objet d’un examen direct par les chefs des délégations britanniques et irakiennes33.

  • 34 Le journal Oumah (La Nation), n° du 1er février 1952, la troisième réunion du 27/11/ 1947.

62Dans une réunion ultérieure, le chef du gouvernement irakien revint à nouveau à la charge sur la question des bases. Il indiqua qu’il y avait deux options possibles : le choix et l’obligation. « Dans une situation de paix, expliqua-t-il, les forces aériennes pourraient être dépêchées dans les bases en cas de besoin, et ce serait là le principe du choix. Par contre, dans une situation de guerre, il était impératif d’appeler lesdites forces à se servir des bases, c’était là le principe de l’obligation ». Ainsi, le Premier ministre irakien entendait-il insister, encore une fois, sur le retrait des forces britanniques des bases en cas de paix, sinon, pensait-il, l’opinion publique interne finirait par voir en la situation actuelle une occupation pure et simple. La partie britannique ne souscrivit guère à cet avis indiquant que la modification du Traité de 1930 était intervenue à la demande de l’Irak, cinq années avant la date conventionnelle. Par conséquent, ajouta-t-il, le gouvernement n’avait qu’à arranger ses affaires intérieures tout seul et expliquer au peuple sa véritable position internationale. De plus, elle exprima son manque de foi dans les gouvernements irakiens à l’avenir, en rappelant les événements de 1941, les considérant comme une crise de… traité et tint à noter clairement et nettement tous les points. Puis, elle interpella les responsables irakiens, leur demandant si leur pays était à même de se défendre tout seul contre les agressions venant de l’extérieur. Lorsque la réponse fut, à l’évidence, négative, la partie britannique réitéra qu’on ne pouvait assurer correctement la défense de l’Irak à défaut de l’utilisation permanente des deux bases. Pour sa part, le chef du gouvernement irakien réitéra lui aussi sa doctrine consistant à distinguer entre les situations de guerre et celles de paix, mais la partie britannique lui opposa que l’écoulement de trois années après la fin de la guerre ne signifiait pas la disparition du danger34.

63L’Irak était d’avis que les forces aériennes britanniques puissent procéder à l’encadrement des forces irakiennes dans les deux bases pour leur permettre de prendre en charge la direction de ces installations. Cependant, l’interlocuteur britannique démontra que les pays qui disposaient d’une force aérienne, en bonne et due forme, étaient les Etats-Unis d’Amérique, l’Union Soviétique et la Grande-Bretagne. Quant à l’Irak, ajouta-t-il, il ne pouvait honorer cet engagement sans le soutien militaire britannique effectif.

  • 35 Ibid, troisième réunion.

64En s’opposant au maintien des forces armées britanniques sur le territoire irakien, Salah Jabr entendait, surtout, montrer au peuple que le pays était vide d’armées étrangères et qu’il ne s’agissait que d’une instance technique chargée de la gestion des deux bases. Devant la persistance de la position irakienne, l’interlocuteur britannique demanda qu’on lui accorde un délai pour lui permettre de contacter Londres et de l’informer de la position irakienne35.

65A la réunion suivante, la partie britannique présenta un nouveau texte avec des modifications relatives aux questions de défense et des bases. En effet, ces deux questions avaient constitué le principal objet sur lequel les négociations entre les deux pays avaient achoppé. Pendant cette réunion, la délégation irakienne émit une objection sur laquelle elle avait accordé son consentement auparavant. Il s’agissait de la préparation et la formation de techniciens britanniques chargés d’assurer le fonctionnement et l’entretien des bases. Les actions de défense aérienne constituaient une opération technique fort complexe nécessitant, de ce fait, les cadres les plus compétents et les plus rigoureux. Egalement, les forces de l’air britanniques devaient, en vertu des dispositions du traité lui-même, prendre part à la défense de l’Irak, elles ne pouvaient donc le faire qu’avec leurs propres unités. Quant à placer ces unités sous les ordres d’un commandement irakien, cela ne pouvait nullement être admis par les Britanniques. C’était la Grande-Bretagne qui supporterait les charges financières inhérentes au fonctionnement de ces bases et jouissait, de ce fait, du droit de décider du meilleur moyen à utiliser en la matière.

  • 36 Quatrième réunion, le 3 décembre 1947.

66Finalement, les deux parties convinrent de laisser l’examen de ces questions à une autre réunion qui se tiendrait à un niveau supérieur36. Les autres questions évoquées durant cette réunion portaient surtout sur la durée du nouveau traité fixé pour 25 ans, par les Britanniques, avec possibilité de révision après l’écoulement de 20 ans à compter de la date de sa conclusion. On évoqua aussi les questions subsidiaires concernant quelques centaines d’installations et d’équipements que la Grande-Bretagne ne pouvait déplacer et voulait offrir gratuitement à l’Irak.

67Au terme de ces réunions, une étape importante des négociations avait été franchie ; ce furent les dernières tractations de Bagdad pour établir les volets principaux du nouveau traité avec l’accord des deux parties. Quant aux points qui avaient fait l’objet de divergence, leur examen fut reporté jusqu’aux négociations qui devaient avoir lieu dans la capitale britannique.

Les négociations de Londres II

68Les réunions à Londres s’ouvrirent sur l’accueil de la délégation irakienne par le secrétaire au Foreign Office qui indiqua, dans son discours d’ouverture, que les deux guerres mondiales avaient forgé et scellé davantage les liens d’amitié entre son pays et les pays arabes et appela, de ses vœux, le rapprochement des vues des deux délégations.

69Dans son intervention le Premier ministre irakien évoqua d’emblée, la question de la présence des troupes britanniques sur le territoire irakien. En effet, il s’agissait là d’un point fondamental dans les préoccupations de la délégation irakienne qui espérait que l’issue serait à la mesure de ses aspirations, pour pouvoir bénéficier de la crédibilité et de la confiance du peuple. Il indiqua alors que les facilités, réclamées par le gouvernement britannique, pour ses forces armées en Irak, devaient être négociées sur les bases suivantes :

  1. En situation de guerre ou de menace.
  2. En période d’instabilité (il entendait la situation internationale de l’époque où jusqu’alors aucun traité de paix n’était encore conclu).
  3. En temps de paix.
  • 37 Le journa Oumah (La Nation), n° du 4 février 1952, Première réunion, 7 janvier 1948.
  • 38 Ibid.

70Il ajouta que l’Irak était disposé à offrir toutes les facilités à la Grande-Bretagne dans les deux premiers cas. Mais le secrétaire au Foreign Office précisa que la conclusion de l’armistice avec l’Axe ne signifiait guère l’instauration certaine de la paix. Celle-ci n’interviendrait, qu’une fois adoptées les démarches effectives d’armistice par l’Organisation des Nations-Unies. En attendant, ajoutait-il, son pays jugeait nécessaire le maintien des accords de défense commune37. La partie britannique demanda en outre l’inclusion d’un nouveau paragraphe stipulant : « Le retrait des Alliés des pays antérieurement ennemis constitue une condition sine qua non pour la proclamation d’une paix réelle ». Cependant la délégation irakienne voulut insister sur les troupes britanniques et non pas sur celles des Alliés, car le traité concernait l’Irak et la Grande-Bretagne en toute exclusivité et en dehors de tout autre pays38. Cela ne modifia guère l’attitude de la Grande-Bretagne qui ne bougea pas d’un yota sur sa position concernant l’inclusion dudit paragraphe ; ce qui eut effectivement lieu.

71A côté de la commission principale chargée d’assurer l’encadrement des négociations, il y avait une commission secondaire consacrée, elle, à l’examen de la question de la ligne des chemins de fer. L’Irak considérait cette affaire comme étant liée au traité de 1930, l’affaire en question était elle aussi, et par voie de conséquence, considérée comme nulle et non avenue. Par contre, la partie britannique était d’un tout autre avis et estimait, de ce fait, qu’il n’y avait aucun lien entre les deux affaires. Pour sa part, Fadhel Jamali, ministre des Affaires Etrangères irakiennes, précisa que l’affaire des chemins de fer comportait trois aspects :

  1. Financier ; et dont le règlement est tout à fait possible.
  2. Administratif ; et l’Irak n’avait, à cet égard, aucune volonté de réduire le nombre de fonctionnaires britanniques dans son pays, voire tout à fait l’inverse.
  3. Politique ; et c’est l’aspect le plus important de l’affaire car tout le peuple irakien voulait voir la souveraineté nationale s’appliquer à ses lignes de chemins de fer (38).

72Cette affaire connut un dénouement au terme de plusieurs entretiens avec le ministre des Affaires Etrangères britannique. L’Irak obtint ainsi l’abolition de la convention en question mais il dut, pour ce faire, céder sur une grande partie de ses exigences.

73La durée du nouveau traité avait elle aussi fait l’objet de nombreux et laborieuses tractations. Comme nous l’avons déjà souligné, la Grande-Bretagne proposait un délai de 25 ans. Cela n’arrangeait guère les affaires du gouvernement irakien, qui avança alors un délai de 15 ans réductible à 10 ans si entre temps la paix mondiale, évoquée à l’article 43 de la Charte des Nations-Unies, était établie.

74Les deux parties se mirent d’accord sur le texte final. L’Irak entendait au départ faire prévaloir quelque peu son opinion, mais comme on a pu le remarquer, la Grande-Bretagne était tout à fait indifférente à ces préoccupations. Il lui importait peu qu’un nouveau traité soit conclu tant qu’un autre était toujours en vigueur et qui, de plus, ne différait guère du second.

75Après que le texte définitif du traité ait été entériné par le Conseil des ministres britannique, les deux parties se retrouvèrent à nouveau pour en établir la formulation. La dernière réunion commença avec une intervention du ministre des Affaires Etrangères britannique qui passa en revue l’ensemble des articles et dispositions formant le nouveau traité. Bien que celui-ci ait déjà été accepté par les deux parties, les Irakiens ne manquèrent pas, tel un ultime soubresaut, de tenter d’arracher quelques acquis pour compenser une infime partie des avantages colossaux qu’ils devaient consentir à leurs interlocuteurs. C’est ainsi qu’ils demandèrent que l’Irak soit dispensé du paiement des dépenses inhérentes aux frais de l’encadrement militaire. Ebauchant une solution de compromis, Bevin proposa de les réduire de moitié tout en portant la durée de cet encadrement de deux à quatre ans. Cette question et tant d’autres (abolition de la Convention régissant les chemins de fer et transfert gratuit de certaines installations de la base de Chayba au profit de l’Etat irakien... etc) firent l’objet d’une note à part, distincte du traité. Enfin on signa l’accord de principe sur le projet du traité à Londres, la signature officielle devant avoir lieu à Portsmouth sur invitation de Bevin au quartier général de l’Etat-Major des forces marines britanniques.

76Avant la levée de séance, on inclut certains points importants à titre de notes explicatives du traité. Il s’agissait, en fait, des points suivants :

  1. Non-utilisation des bases aériennes de Chayba et de Habbàniya pour des activités civiles, uniquement sur recommandation du Conseil de Défense commune.
  2. La Grande-Bretagne ne supportera aucune autre dépense supplémentaire concernant l’utilisation de territoires irakiens, des bases et autres installations.
  3. En cas de leur affranchissement par les Britanniques, les forces de la garde des aérodromes (Levies) seront susceptibles d’intégration au sein de l’armée irakienne.
  4. Soumettre à délibération par les gouvernements des deux pays toute proposition de création de nouvelles installations dans les deux bases, faite par le Conseil de Défense commune.39
  • 40 Tawfiq Suweidi, Mes mémoires, op. cit, p. 471.

77Le 15 janvier 1948, les deux parties se retrouvèrent, comme prévu, à Portsmouth, Bevin proclama alors l’abolition du traité de 1930, l’avènement du nouveau traité et émit l’espoir que cela puisse être l’amorce d’un processus qui conduirait à la conclusion de traités identiques avec les autres pays arabes40.

78Le nouveau traité comportait sept articles de base accompagnés d’une annexe explicative en une dizaine d’articles avec plusieurs paragraphes et des notes échangées entre les deux parties.

79Ce traité constituait un traité de défense, en bonne et due forme, et ses principaux volets étaient bien ceux qui portaient sur les questions militaires. De plus, il était établi sur de nouvelles bases tenant en considération des données internationales du moment. En outre, le nouveau traité reprenait textuellement certains articles du traité de 1930, entre autre le préambule et la fin.

80La partie principale du nouveau traité se trouvait cependant dans l’annexe. Celle-ci portait sur les questions de défense et tout particulièrement sur celles relatives aux bases aériennes. En situation de guerre l’Irak devait consentir toutes les facilités qui figuraient dans l’ancien traité. Mais la nouveauté consistait cette fois en ce que les forces aériennes britanniques, aux activités des bases de Chayba et de Habbàniya, et ce sous réserve de la participation de l’Irak à leurs frais de garde et d’entretien.

81Chaque pays est responsable de ses propres forces, néanmoins toutes sont soumises à l’autorité de la Commission de Défense commune composée des représentants de deux forces en question.

82De plus, il était dit que l’Irak pouvait, en cas de besoin, utiliser les aérodromes britanniques en Angleterre ou dans tout territoire qui lui est soumis. Cela allait dans le sens d’obtenir la persuasion de la partie irakienne. Un tel cas de figure relevait en effet de la pure forme, puisqu’il n’y avait aucune raison qui puisse conduire l’Irak à utiliser les aérodromes britanniques sauf en cas de guerre, et cela impliquait l’entrée effective de l’Irak en guerre.

83Après l’écoulement d’une longue période depuis la conclusion du traité de 1930, on s’attendait à ce que soit réalisé le départ des forces britanniques du pays car telle était la première revendication du peuple irakien. Bien qu’il n’en fut rien, on peut tout de même relever que le nouveau traité avait affranchi l’Irak de plusieurs contraintes contenues dans le traité de 1930. Tel est par exemple le cas de l’obligation de consulter la puissance britannique quant aux questions de politique extérieure du pays (article 1) et cela constitue un signe évident que le pays avait retrouvé sa souveraineté extérieure. De même on avait affranchi l’Irak, dans le nouveau traité, de l’engagement à entretenir et protéger en permanence les communications britanniques. Bien que cette obligation persiste toujous, et ce d’une manière implicite, dans plusieurs articles du nouveau traité (articles 2, 5 et 6 de l’annexe militaire), néanmoins, cela apparaissait avec moins de flagrance que dans l’ancien traité.

  • 41 Projet du Traité de 1948, Article 1 de l’annexe.

84Quant à la question des bases aériennes militaires, son règlement était différent dans les deux traités. Alors que dans celui de 1930, la Grande-Bretagne avait obtenu, en contrepartie, de son retrait des bases de Mossoul et de Henaidy, de nouvelles bases à Chayba et Habbàniya (respectivement situées dans les régions de Bassorah et de l’Ouest-Euphrate) ; le nouveau traité a, lui, confié la responsabilité desdites bases à une direction collégiale communément assurée par Irakiens et Britanniques ensemble (et ce en attendant le retrait total et définitif des forces alliées du territoire des pays antérieurement ennemis, et que les traités d’armistice soient entrés en vigueur de plein effet)41.

  • 42 Le journal Oumah (La Nation), n° du 29 janvier 1952.

85Ces deux conditions signifiaient purement et simplement le maintien (pour une durée indéterminée) des forces britanniques dans le pays, car la présence des troupes alliées en Allemagne allait durer encore longtemps. Malgré cela, et contre toute évidence, Salah Jabr considéra cette formulation comme étant la preuve intangible du retrait imminent des troupes britanniques du territoire irakien et la soumission des deux bases à sa souveraineté nationale42.

  • 43 Ibid.

86Les termes du nouveau traité n’étaient guère différents de ceux de 1930, à la seule exception que la durée avait été fixée cette fois à 20 ans, alors qu’il était de 25 ans dans l’ancien traité. De même on a envisagé la possibilité de révision en fonction de l’évolution des questions de défense commune et ce pour préserver les intérêts communs aux deux parties. En ce qui concerne l’emploi de fonctionnaires britanniques dans l’appareil d’Etat qui faisait jadis l’objet d’une obligation pour l’Irak, suite aux critiques faites à son égard par le Premier ministre irakien, elle a été purement et simplement supprimée43. Mais cela ne collait guère, à notre avis, à la réalité car Salah Jabr avait, dès son entrée en fonction, procédé lui-même à l’emploi de quelques 450 fonctionnaires britanniques nouveaux dans les différents appareils de l’Etat.

87La mise en place du comité consultatif commun permanent chargé d’assurer la coordination des questions de défense en plus de la formation et de l’encadrement des forces armées irakiennes avait, de facto, besoin d’officiers britanniques pour remplir pleinement sa mission. Ainsi, peut-on remarquer que les devoirs qui incombaient à la mission militaire britannique dans le cadre du traité de 1930 persistaient toujours, éclatés en quelque sorte, parmi les différents articles contenus dans l’annexe du nouveau traité. De plus, les dépenses assumées par le Trésor britannique concernant le fonctionnement des deux bases, en dépit de leur transfert (nominal certes) sous l’autorité irakienne, prouvaient encore une fois le maintien, de plein effet, de la présence britannique là-bas. En effet, il est inconcevable qu’un pays puisse supporter les dépenses colossales sans en tirer un intérêt bien déterminé à la mesure des efforts, consentis.

  • 44 En effet, les masses d’étudiants et d’intellectuels manifestèrent en Egypte contre le traité, manif (...)

88Le gouvernement britannique œuvrait laborieusement pour terminer ce traité baptisé "Jabr-Bevin" et souhaitait vivement pouvoir l’afficher au grand jour ; ce traité ressemblait fort au projet de Traité "Sidqî-Bevin" qui ne put être mené à terme à cause de l’opposition intérieure en Egypte44.

89L’un des griefs formulé à l’égard du nouveau traité, concernait le niveau de représentation de la délégation irakienne par rapport à celui de 1930. En effet, tandis que Fayçal, assisté par Nùri Saïd, avait joué un rôle principal dans les négociations de 1930, la délégation irakienne conduite en 1948 par Abdul-Ilah, à Londres, et Salah Jabr, à Bagdad, étaient d’un niveau peu consistant.

90Justifiant son attitude, Abdul-Ilah avançait qu’il ne jouissait pas du statut d’observateur durant les négociations, soutenant en ce sens, que "le roi règne et ne gouverne pas". Mais, cet adage ne s’appliquait guère à son cas, car il était réputé par sa volonté de s’ingérer dans toutes les affaires, même celles qui ne relevaient pas du tout de sa compétence. En effet, il s’était trop soucié de compromis durant ces négociations. Il ne pouvait oublié les services rendus par la Grande-Bretagne, lui qui avait dû son retour en Irak à l’intervention britannique durant la crise de 1941. Quant à Salah Jabr, il avait prouvé par son comportement qu’il n’était pas la personne idéale pour engager de telles négociations.

  • 45 Ismaêl Sidqî, Mes mémoires, Le Caire, 1950, p. 62.

91De son côté, la délégation britannique, notamment lors des négociations de Bagdad, ne répondait pas au niveau de représentation nécessaire à de tels entretiens. Alors qu’en Egypte, Ismaël Sidqî (Premier ministre) refusa catégoriquement de traiter avec la délégation désignée initialement par la Grande-Bretagne, estimant qu’elle était d’un niveau moindre que celui de la délégation égyptienne (composée en grande partie d’anciens chefs de gouvernement)45.

  • 46 Ibid.

92Sidqî avait refusé alors de traiter avec cette délégation composée pour la plupart de fonctionnaires, de l’ambassade britannique au Caire et contraignit, de ce fait, le gouvernement britannique à constituer une délégation d’un niveau éminent conduite par Bevin, représentée par le ministre de l’Air britannique, ainsi que plusieurs hauts responsables politiques britanniques fins connaisseurs de la région du Moyen-Orient : Cornwallis, ancien ambassadeur de la Grande-Bretagne en Irak et le chef d’Etat-Major du Moyen-Orient46. Les interlocuteurs britanniques du gouvernement irakien étaient tous des officiers militaires de grades moyens tandis que la délégation irakienne était présidée par le régent lui-même qui était à l’époque la personnalité importante du pays.

93Toutefois, les négociations de Londres étaient plus consistantes car conduites du côté britannique par le secrétaire au Foreign Office, lui-même.

94Néanmoins, le gouvernement irakien n’avait formulé aucun grief quant à la composition de la délégation britannique lors des négociations de Bagdad. En effet, à l’inverse du gouvernement égyptien qui craignait fort la réaction de l’opinion publique égyptienne conduite par des partis politiques puissants, et forts du soutien des masses, la vie politique en Irak, partisane n’existait presque plus à la suite de l’interdiction pure et simple, des partis de gauche. Quant aux partis modérés, ils ne jouissaient guère du soutien des masses.

La situation politique intérieure au lendemain de la conclusion du traité et des alliances régionales jusqu’à la dénonciation du traité de 1930

95Les forces politiques intérieures ont progressé parallèlement à l’évolution politique que l’Irak a connue. Les milieux intellectuels, notamment ceux politisés, virent leur rôle s’accroître dans les questions de politique intérieure ; cette transformation n’était pas sans lien avec le développement de la classe ouvrière et l’affirmation du mouvement étudiant.

96L’autorisation de constituer les partis avec des organes de presse qui leur soient propres, et le principe de faire participer les nouvelles générations à la pratique des responsabilités politiques, avaient été le fruit de la victoire des Alliés et de la démocratie. Ils étaient aussi guidés par le souci de diminuer le rayonnement des partis communistes, en tant qu’organisations clandestines dirigées contre le colonialisme et la réaction d’une part, et favorables à la classe des ouvriers et des prolétaires d’autre part. Ces objectifs qui avaient trouvé un terrain fertile dans un climat caractérisé par l’absence de démocratie et de liberté d’expression ainsi que la prééminence de l’ancienne génération connue par son style archaïque dans la direction des affaires. De nouveaux partis politiques virent ainsi le jour parallèlement à une forte relative liberté de la presse, alors que les forces de l’ancienne génération ne cessaient de se réduire. Celles-ci, fort mécontentes de cette évolution, agirent de toutes leurs forces pour retrouver la situation antérieure où elles détenaient l’ensemble des leviers de commande dans le pays.

97Ces forces archaïques profitèrent de la démission du gouvernement Al Swaidi (30 mai 1946) – dont le cabinet avait autorisé la formation des partis – et l’arrivée du gouvernement d’Arshad Omari qui, en interdisant la vie partisane, porta un coup rude à la démocratie dans le pays. Mais les forces nationales ne tardèrent pas à se regrouper quand elles prirent conscience que, dans sa démarche hostile à l’opposition, le gouvernement préparait quelque chose d’ambigu au départ, mais qui ne tarda pas à s’éclaircir par la suite, surtout avec l’avènement du gouvernement Salah Jabr pour négocier un nouveau traité.

  • 47 Le journal Liwal Al-Istiqlâl, 4 janvier 1948.
  • 48 Farouq Salah Al-Oumar, Les traités irako-britanniques, op. cit., p. 437.

98Lesdites forces nationales n’étaient pas au courant des tractations effectuées au sujet du traité ! Que ce soit au niveau du palais royal ou au niveau de l’ambassade britannique à Bagdad. La réunion convoquée par le palais à laquelle furent appelés les hommes politiques qui lui étaient favorables et ce, avant le départ de la délégation irakienne pour Londres, allait sonner le début de la confrontation entre le gouvernement et le peuple. Les partis politiques protestèrent pour n’avoir pas été convoqués, contre aussi la réunion organisée par le palais avec des hommes politiques de l’ancienne génération en la présence du régent qui avait insisté un jour pour que l’on passe le relais à la nouvelle génération. A la fin des années 1940, l’Irak n’était plus, sans aucun doute, ce qu’il était au début des années 1930. Le pays avait, en effet, traversé entre temps, des crises politiques et économiques aiguës que vint couronner la grande crise mondiale. Par conséquent, la période qui avait vu naître le traité de 1930 était, malgré toutes ses péripéties, tout à fait différente de celles des années 40. En effet, étaient apparus des partis politiques de nature différente de ceux de jadis, et ce en raison de l’expansion de l’enseignement, notamment les académies et les instituts universitaires, en plus du développement de la conscience politique parmi les milieux ouvriers et estudiantins. Toutes ces forces étaient désormais prêtes à l’action politique sous la direction de partis ou d’organisations politiques, publiques ou clandestines. La première action publique lancée par les partis à travers leurs organes de presse, se cristallisa dans la dénonciation de la réunion organisée par le palais. Les étudiants de la faculté de droit furent les premiers à y souscrire, suivis par l’ensemble des facultés. Leur indignation portait aussi bien sur ladite réunion que sur les déclarations faites par le ministre des Affaires Etrangères irakien à l’Agence d’Informations Arabe à Londres, notamment en ce qui concerne la nécessité de conclure un nouveau traité avec la Grande-Bretagne47. Des manifestations grandioses eurent alors lieu à Bagdad, et le gouvernement réagit violemment, en faisant arrêter beaucoup d’étudiants. Les partis National Démocratique, l’Indépendance et les Libéraux, présentèrent une vive protestation pour le mauvais traitement réservé aux citoyens irakiens soucieux de s’exprimer sur une question qui engageait le sort de leur pays48.

  • 49 Souàd Khayri, Le sursaut de janvier et la défaite, la revue "Al-Iaqafah Al-Jadidah", juin 1973, p.  (...)

99Par cette action, le gouvernement entendait calmer le jeu et pensa que les choses allaient marcher comme au "bon vieux temps". Ce fut tout à fait le contraire, ces événements donnèrent lieu dans tout le pays à des manifestations qui se poursuivirent pendant le mois de janvier 1948. La plupart des manifestants étaient des ouvriers et des étudiants49. Certains chefs de partis y avaient aussi pris part, ce qui leur donna plus de vigueur sans parler de la synergie qui s’était installée parmi l’ensemble des hommes politiques de l’opposition.

  • 50 Le journal Al-Yaqathah, 1er janvier 1948.
  • 51 Lenczowsk, The Middle East in World Affairs, op. cit., p. 228.
  • 52 Les Archives du ministère de l’Intérieur irakien, Bulletin d’enquêtes extraits de procès verbaux, p (...)
  • 53 Les Archives du ministère de l’Intérieur, lettre de la police de Bagdad, p. 82, 31/1/ 1948 ; même d (...)

100Dans ces conditions graves, le gouvernement publia un communiqué en janvier 1948, dans lequel il expliquait les raisons de l’annulation du traité de 1930 (il indiqua qu’il avait apposé sa signature de principe sur le projet du nouveau traité et que la signature définitive devait intervenir en fin de semaine)50. Les forces politiques étaient impatientes d’apprendre les termes du nouveau traité après que la situation intérieure eût connu un certain répit. La publication du texte du nouveau traité par le gouvernement sur les colonnes de la presse irakienne, annonça le début d’un second mouvement de masse, conjointement aux déclarations de protestation faites par les partis de l’opposition. Ces derniers, tout en dénonçant le traité et ses signataires (du côté irakien), réclamaient la chute du gouvernement. Par ailleurs, la plupart des partis étaient du même avis quant à la question de défense commune qu’ils considéraient comme une obligation à l’Irak de s’engager dans la guerre au côté de la Grande-Bretagne, alors que dans l’ancien traité, il n’en était nullement question. Il s’agissait en effet uniquement d’octroi de facilités intérieures aux troupes britanniques51. Ce fut une grande révolte populaire, massive, proclamant la révolution et l’instauration d’une république populaire pour assainir la situation économique, politique et sociale du pays52. Le gouvernement la qualifia de “Révolution" et de "Colère folle"53.

101Les manifestations se poursuivirent dans tout le pays avec plus d’acuité et d’intensité, ce fut l’un des mouvements populaires les plus forts que l’Irak ait connu depuis l’avènement du pouvoir national. Toutes les forces nationales y avaient pris part ; pour la première fois, on releva la participation de l’élément féminin d’une manière nette et efficace.

  • 54 Bernard Verrier, op. cit., p. 50.

102A l’occasion d’une grève à la raffinerie d’Abadan, l’envoi par Londres de troupes britanniques dans la région de Bassorah, provoqua une autre série de manifestations. A cela s’ajoutait une disette qui aigrissait d’autant plus les esprits que les grands négociants et propriétaires d’Irak vendaient à l’étranger leurs stocks de grains54.

  • 55 La documentation française, n° 1501 du 7 juillet 1951, p. 12.

103La réaction contre le traité en Irak fut brutal et inattendu même pour les observateurs britanniques. « Il semble, écrit l’Economiste (n° du 31/01/ 1948), que comme en 1941, le Foreign Office ait sous-estimé la force du sentiment antibritannique des Irakiens » 55.

  • 56 The Times, 23 janvier 1948, Salah Jabr y avait déclaré que la plupart des citoyens irakiens étaient (...)
  • 57 Al-Suweidi, op. cit., p. 474.
  • 58 Al-Jadirji, op. cit., p. 174.

104En raison de ces manifestations, les agences d’informations commencèrent à rapporter des nouvelles de Bagdad56 qui inquiétèrent beaucoup les autorités britanniques, ce qui amena Bevin à réclamer des explications au Premier ministre irakien. Celui-ci l’informa alors qu’il ne s’agissait que de « quelques incidents sans importance, œuvre de groupuscules destructifs »57. Mais la volonté du responsable irakien de minimiser les incidents en question, irrita la partie britannique qui le somma de retourner immédiatement à Bagdad pour expliquer au peuple les termes du traité. Salah Jabr s’envola alors pour Habbàniya et rentra incognito, avec l’ensemble de la délégation irakienne, à Bagdad et ce après qu’il eut appris que la colère du peuple risquait de frôler le soulèvement populaire58.

  • 59 Sabih Misconi, Les relations de l’Irak avec le Royaume-Uni depuis 1932, Mémoire de Diplôme d’Etudes (...)

105Le 21 janvier, le régent – qui, quelques jours auparavant, avait adressé au roi d’Angleterre le message suivant « Je suis sûr que ce traité servira les intérêts de nos deux pays et consolidera encore l’amitié qui nous lie » – réunit à Bagdad le Conseil de la Couronne ; ce dernier reconnaissait que le nouveau traité « ne satisfait pas les aspirations nationales du pays et ne constitue pas un instrument susceptible de consolider les liens d’amitié entre la Grande-Bretagne et l’Irak »59.

  • 60 Al Suweidi, op. cit., p. 477.
  • 61 Souad Khayri, op. cit., p. 110 ; voir aussi The Times, 5/2/1948.

106Salah Jabr ne parut pas se soucier outre mesure du mécontentement populaire et voulut utiliser la force armée, mais Nùri Al Saïd s’y opposa, bien que celui-ci eut toujours admis rétablir l’ordre par tous les moyens. D’autre part, Al Swaidi demanda au régent de faire démettre le gouvernement car, expliqua-t-il, « le peuple n’avait plus confiance en Salah Jabr, notamment les communistes »60. Le chef du gouvernement publia alors un communiqué menaçant à l’attention du peuple, après que la colère eut atteint son apogée. Les masses réclamaient la chute du gouvernement, l’annulation du traité, la libération des prisonniers et l’amélioration de leur situation économique. C’est ainsi qu’eut lieu l’incident du pont qui se traduit par plusieurs victimes à la suite d’un affrontement avec les forces de polices61.

107En conséquence, le président de l’Assemblée nationale démissionna ainsi que l’ensemble du bloc constitutionnaliste sous la pression d’hommes politiques influents. Cela amena le régent à demander à Salah Jabr de donner sa démission.

  • 62 Longrigg, op. cit., p. 345.

108Longrigg raconte au sujet des derniers jours du gouvernement Jabr : « Le retour à Bagdad du chef du gouvernement n’apaisa en rien la tension ; Jabr pensait toujours que cela était l’œuvre de quelques provocateurs et du public mal informé et mal orienté. En effet, même sa propre sécurité avait été assurée par l’envoi de gardes sur la terrasse de sa résidence pour le préserver d’un mauvais coup. La presse et le public chargeaient sévèrement le chef du gouvernement, ni les fusils de la police ni l’arrestation des meneurs n’avaient pu en venir à bout. De plus, le communiqué (de Jabr) sur un ton de confiance et de sérénité quelque peu démesurées, ne trouva guère de bons entendeurs. Les émeutes connurent leur apogée le 27 janvier, des morts et des blessés graves furent signalés. Le public réclama au Palais la démission du gouvernement et l’exécution de son chef. Celui-ci dut alors abdiquer », et alla s’abriter dans son domaine situé sur la vallée de l’Euphrate pour fuir par la suite en Jordanie et retrouver enfin l’Angleterre62.

109Les émeutes de janvier conduisirent ainsi au rejet du traité de Portsmouth et au décès de quelques 28 personnes parmi les manifestants. Muhammed Al Sadar arriva alors à la tête du gouvernement pour plusieurs considérations. La première d’entre elles est qu’il s’agissait de l’un des chefs religieux de la communauté chiite en Irak qui, de surcroît, bénéficiait d’une place notoire au sein de la société irakienne. Sa nomination était aussi due à des considérations de politique intérieure. En effet, certaines régions d’Irak estimaient que la chute de Salah Jabr était due à son appartenance chiite. En nommant un chef spirituel chiite, on avait voulu ainsi couper court à ces dires, mais sur un autre plan, peu d’hommes politiques furent disposés à prendre le risque de diriger l’exécutif du pays dans ces conditions.

110Al Sadar réussit, au prix d’une alliance gouvernementale avec le parti de l’indépendance, à rejeter le traité. Une commission naquit alors pour examiner le traité et préciser les raisons de son rejet, permettant ainsi au gouvernement d’avoir une argumentation juridique vis-à-vis de la Grande-Bretagne. L’annulation de ce traité signifiait le retour du plein effet de celui de 1930.

111Mais la colère du peuple se poursuivit à l’égard de certains dirigeants en général, et envers les Anglais tout particulièrement. Cependant, l’éclatement des hostilités en Palestine permit au gouvernement de donner un coup d’arrêt aux actions et au dynamisme du mouvement national par la proclamation de la loi martiale.

  • 63 Jamil Arfli, Séquences de souvenirs, Beyrouth, 1971, p. 91.

112Certains responsables parmi les signataires du traité de 1948, diront plus tard que la cause du rejet dudit traité se trouvait dans le sionisme, le communisme et leurs agents, du fait du lien intime du traité avec la question de la Palestine. Cette question a été évoquée pour la première fois lors de la réunion secrète organisée par le conseil des notables et l’assemblée au sujet de la question palestinienne, sous le gouvernement M’zahem Pàtchatchi qui avait succédé au cabinet d’Al Sadar. Salah Jabr saisit alors l’occasion pour préciser quelques points du traité de Portsmouth. Il évoqua ainsi les promesses faites par Bevin, d’un règlement de la question de la Palestine en faveur des Arabes. Il avait en effet promis d’armer l’armée irakienne pour lui permettre de se déployer en Palestine immédiatement après le retrait des forces britanniques. Les opérations devaient se poursuivre ainsi jusqu’à ce que l’armée irakienne ait mis la main sur l’ensemble des territoires palestiniens63.

  • 64 Fadhel Al-Jamalî, L’Irak moderne, Beyrouth, non daté, p. 24.

113A ce propos, Fadhel Jamalî (Ministre des Affaires Etrangères irakien lors de la signature du traité) indiqua qu’après Portsmouth, ils se réunirent eux-mêmes, le chef du gouvernement et Nùri Al Saïd avec Bevin, à l’Hôtel Claridge qui servit de siège à la délégation irakienne chargée des négociations. Ils évoquèrent la question de la Palestine et décidèrent d’armer quelques cinquante mille hommes parmi les Arabes de la Palestine, ainsi que l’armée irakienne pour lui permettre de se substituer aux forces britanniques après leur retrait64.

  • 3 Bevin s’était mis d’accord avec le roi Abdallah sur le fait que celui-ci allait intégrer à son terr (...)

114Ces propos n’ont pas été étayés par des documents écrits. Il s’agissait uniquement de déclarations faites par ces responsables irakiens basées sur des conversations avec des responsables britanniques.3

115L’arrivée de Nùri Al Saïd comme chef du dixième gouvernement en 1949 avait suscité de vives inquiétudes du côté des forces nationales. Il commença en effet par malmener les éléments patriotiques, et tout particulièrement les communistes, pour se venger de leur hostilité à son égard et envers le traité de Portsmouth. Ainsi, en plus de l’orientation répressive qui caractérisa l’action de ce gouvernement, on fit exécuter trois hauts responsables du Parti Communiste Irakien, Fahd (Secrétaire Général du P. C.I.), Zaki Bassim et Hussein Shabibi (membres du bureau politique), ce qui porta un coup rude à la force de ce parti. D’autre part, Nùri Al Saïd profita de la position de l’Union Soviétique, qui avait reconnu l’Etat d’Israël, pour porter atteinte à l’image et à la réputation des communistes irakiens.

116Après Al Saïd, plusieurs personnalités publiques lui succédèrent au poste de chef du gouvernement. Leur passage à la tête de l’exécutif masqua la vie politique du pays par une certaine monotonie et une certaine routine. Les partis politiques ne tardèrent pas alors à reprendre leurs activités petit à petit, et leur position se manifesta plus nettement durant l’année 1952, qui se caractérisa par les événements suivants :

  1. Le roi Fayçal II atteignit sa majorité et devait par conséquent prendre ses fonctions en tant que roi à part entière sans obligation de régence.
  2. Les partis politiques et l’ensemble des forces nationales réclamèrent la modification de la loi régissant l’organisation des élections législatives.
  3. L’avènement de la Révolution du 23 juillet 1952 en Egypte et les inquiétudes qu’elle suscita chez les régimes monarchiques de la région. Ceci à l’inverse des sentiments favorables qu’elle provoqua chez l’ensemble des peuples arabes.

117Le retour de la vie politique partisane conduisit à l’apparition d’un mouvement de réclamation de réformes à tous les niveaux. C’est ainsi qu’on demanda la nationalisation des secteurs économiques stratégiques du pays, la réforme du système politique par la restauration des libertés publiques, l’instauration d’une loi d’élections au suffrage direct, l’adoption d’une législation concernant les régimes d’assurance sociale, l’abolition des régimes tribaux, le désarmement des tribus et l’instauration de l’égalité de l’homme et de la femme dans les élections.

  • 65 Dossiers du ministère de l’Intérieur, Police de Bagdad, S 3735, 24/11/1952. Dossier Manifestations (...)

118Le rejet des revendications populaires a conduit les partis politiques et leurs journaux à intensifier leurs campagnes de propagande pour la réalisation de réformes et l’apuration du pouvoir d’éléments "inféodés à des Etats étrangers". Dans ce climat de troubles politiques, la grève des facultés de pharmacie et de chimie eut lieu le 26 octobre 1952. Elle provoqua des émeutes populaires qui s’étendirent à tout le pays ainsi que des affrontements avec les forces de police, qui se traduisirent par 23 morts dans les rangs des manifestants et 4 dans ceux des forces de l’ordre65.

  • 66 Ibid.

119Durant ces manifestations, des slogans appelant à la chute de la monarchie, à l’instauration de la République, à la constitution d’un gouvernement national sous la direction de Kamel Al Jaderji – chef du Parti National Démocratique – à la nationalisation du pétrole et à la fermeture de centres culturels étrangers se firent jour. On releva aussi deux faits notoires : l’unité des groupes qui caractérisa l’ensemble des composantes du mouvement national, et l’apparition d’une certaine forme de violence "révolutionnaire" dirigée contre les commissariats de police, la maison des relations américaines et les sièges du journal Iraq Times et du Parti Constitutionnel – celui de Nùri Al Saïd en l’occurence66.

120Les troubles persistèrent malgré la démission du gouvernement et la constitution d’un cabinet présidé par le général Nour Al Dîn Mahmûd, chef d’Etat-major de l’armée irakienne. Celui-ci fit instaurer d’emblée la loi martiale à Bagdad, en évoquant l’article 120 de la constitution qui donne au roi – après consultation et approbation du Conseil des Ministres – le droit de proclamer la loi martiale pour une durée déterminée dans toute région de l’Irak en cas de troubles ou d’instabilité. Cela s’accompagna de la fermeture de certains journaux et de nombreuses arrestations dans les rangs de l’opposition, dans toutes ses composantes.

121Lorsque le gouvernement baptisé à cet effet "cabinet de crise" réussit à rétablir l’ordre dans le pays, il adopta le décret d’élection directe qui portait modification du code des élections en vigueur depuis les années 1920. En 1953, des élections législatives eurent lieu conformément aux dispositions de ce décret.

  • 4 Pacte de Bagdad : Accord signé entre la Turquie et la monarchie hachémite d’Iraq (février 1955) et (...)
  • 67 L’article 51 de la Charte des Nations-Unies évoque le droit naturel des pays individuellement ou co (...)

122Quand Fayçal II fut proclamé roi d’Irak, un nouveau gouvernement vit le jour préparer le pays et permettre au jeune roi de recouvrer ses droits constitutionnels. On évoqua sous ce gouvernement la question de la défense extérieure, surtout que l’année 1952 devait en principe voir s’amorcer des consultations entre l’Irak et la Grande-Bretagne, avant que le traité de 1930 ne soit venu à terme. Mais la situation globale en Irak ne permettait guère l’engagement de telles négociations. Malgré cela, la question fut évoquée dans le cadre d’une conception plus large, à savoir le Pacte de Bagdad4. En effet, les responsables irakiens déclaraient de temps à autre que 1’ère des traités bilatéraux était révolue en raison de l’avènement de la Charte des Nations-Unies, qui permettait la naissance de groupements régionaux comme ceux du Pacte Atlantique et de la Ligue Arabe, par exemple67.

  • 68 Charles D. Cremeans, The Arabs and the World, London, 1963, p. 139.

123Pendant cette période, l’Irak poursuivait avec un grand intérêt les négociations entre l’Egypte et la Grande-Bretagne ; le souci de cette dernière était de lier son retrait du territoire égyptien au profit de défense de toute la région du Moyen-Orient. En effet, les tractations s’étaient finalement soldées par l’accord de l’Egypte, de laisser les troupes britanniques stationner au Canal de Suez pour assurer la défense de la région en cas de guerre68.

124Pendant ce temps, des élections législatives eurent lieu en Irak dans le cadre des nouvelles dispositions précitées. Le Parti de l’Union constitutionnel remporta la majorité, ce qui aida Nùri Al Saïd à revenir aux affaires dans cette période sensible que l’Irak et toute la région du Moyen-Orient traversaient.

  • 69 Voir à cet égard les textes desdits décrets in Hassani, Histoire des gouvernements iakiens, Tome IX (...)

125Sur le plan intérieur, Nùri Al Saïd prépara le terrain pour amorcer des négociations régionales. Il fit ainsi amender le Code Pénal en y incluant un paragraphe qui prévoyait de sévères sanctions pour toute organisation cherchant à servir les objectifs "du communisme et de l’anarchisme". Puis il fit adopter le décret dessaisissant de sa nationalité irakienne toute personne qui se serait rendue coupable de tels délits, comme il prit aussi un décret permettant au Conseil des ministres, sur proposition du ministre de l’Intérieur, d’interdire tout syndicat capable de porter atteinte à l’ordre public69.

  • 70 R. Bullard, Britain and the Middle East, London, 1964, p. 157.

126Sur le plan de la politique extérieure, l’Irak signa, à titre de phase préliminaire, un traité de coopération avec la Turquie constituant la base même du Pacte de Bagdad. La seconde étape consistait à amener les pays voisins, à intégrer ce traité en l’occurence l’Iran et le Pakistan. Ceux-ci demeurèrent réticents pour un certain temps, mais l’entrée de l’Angleterre en lice incita tous les autres à faire de même70.

127En effet, la Grande-Bretagne jugea qu’il était plus intéressant pour elle de prendre part au traité de coopération commune irako-turque, comme substitut au traité de 1930 d’autant plus que celui-ci arrivait à terme.

  • 71 Hassan Al-Dajîlî, Le pacte de Bagdad, Bagdad 1956, pp. 106-118, (texte de l’accord et des deux note (...)

128Par conséquent, l’Irak et la Grande-Bretagne conclurent un accord spécial (Spécial Agreement) le 4 avril 1955, accompagné de deux annexes et au terme duquel on décide de mettre fin au traité de 193071.

129Cet accord confia au gouvernement irakien la responsabilité de défendre l’Irak. Mais en cas de menace ou d’agression armée dont le territoire irakien serait la cible, la Grande-Bretagne recouvre le droit de retourner dans les bases sur demande de l’Irak et pour la défendre. De plus l’aviation militaire de chacun des deux pays aura des facilités de passage, d’atterrissage et de décollage dans l’autre pays. La Grande-Bretagne s’engage aussi à fournir aide militaire et savoir-faire à l’Irak selon son besoin et sur sa demande.

130En vertu de cet accord, les troupes britanniques devaient se retirer sur une période d’un an, successivement, des bases aériennes en Irak et ce, à compter de la date de signature dudit accord, avec maintien de certains experts et techniciens. D’autre part, le gouvernement britannique renonça, sans contrepartie, à certaines installations militaires, en faveur de l’armée irakienne.

131L’accord spécial conclu entre l’Irak et la Grande-Bretagne était en fait un pacte de défense en forme miniaturisée (du Pacte de Bagdad). Son objet principal consistait à assurer le maintien de la présence et des intérêts britanniques en Irak, d’autant plus que le traité de 1930 venait à échéance, et l’accord était considéré comme effectif à partir de la date d’adhésion de la Grande-Bretagne au Pacte.

132Cet accord dit spécial, différerait du projet de texte du traité de 1948. Le commandement des bases militaires y était confié au gouvernement irakien alors que dans ledit projet il revenait à une commission consultative commune (premier article). Mais, si l’on approfondit l’examen de certains articles de l’accord spécial, on relève la participation active de la Grande-Bretagne à la direction des bases. La présence d’éléments britanniques dans les bases était en effet considérée comme une assistance apportée aux forces armées irakiennes dans les domaines de l’instruction, du fonctionnement et de l’entretien du matériel nécessaire au service des avions. De plus, le commandement de ces installations devait impérativement être assuré par des Britanniques et sous la responsabilité de leur gouvernement. Enfin, l’officier britannique le plus ancien devait être en liaison avec l’officier irakien le plus ancien (article 2 de la première annexe). On peut dire que la commission de défense commune du traité de 1948 était de ce fait représentée dans une série de paragraphes de l’article 2, de l’annexe de l’accord.

133Ainsi, celui-ci avait, sous une forme ou sous une autre, lié l’Irak à l’OTAN, en insistant sur les facilités accordées aux membres de ce dernier dans les territoires de chacun des deux pays (article 3 de la première annexe).

134Sur le plan financier, la deuxième annexe du même accord prévoyait la remise gratuite de certaines installations situées à proximité de la base de Chayba, par la Grande-Bretagne en faveur de l’Irak (article 1 de la deuxième annexe).

  • 72 John Kemche, op. cit., p. 36 ; le traité de retrait des troupes britanniques a été signé en Egypte (...)

135L’accord conclu par Nasser avec la Grande-Bretagne (traité du retrait de 1954) avait sans doute incité Nùri Al Saïd à vouloir conclure, lui aussi, un accord pareil. Cela constituait à ses yeux une sorte de soupape de sécurité au regard de l’influence et du charisme dont jouissait le souverain égyptien dans la région arabe. La similitude entre les deux textes est grande, notamment en ce qui concerne le retrait des troupes britanniques des bases, et leur potentiel retour en cas de danger ou de menace pour la sécurité de la région. Il s’agissait en effet d’une question des plus importantes et à la base même des deux accords72.

136A côté de ces accords, alliances et pactes de tous genres, un autre accord fut signé entre la Turquie et le Pakistan, avant leur adhésion au Pacte de Bagdad, suivi par la signature d’accords de coopération militaire entre l’Irak et les Etats-Unis d’une part, le Pakistan et les Etats-Unis d’autre part.

  • 73 Dossier du ministère des Affaires Etrangères irakiennes, rapport de la représentation de l’Irak à N (...)

137Les années cinquante ont connu la conclusion et la signature d’une série de traités britanniques et américains dans le seul but de garantir les intérêts stratégiques des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne dans la région du Moyen-Orient, et ce, par le biais de projets défense commune. Mais toutes ces tentatives furent couronnées par un échec total et par l’aggravation de la colère envers l’Occident dans les pays arabes. Ce constat d’échec fut confirmé par Foster Dallas, secrétaire d’Etat américain quand il déclara, au terme d’une visite en Irak et dans un nombre de pays du Moyen-Orient, que le concept de défense du Moyen-Orient était plus valable dans l’avenir qu’au présent, et que les pays voisins de l’Union Soviétique étaient désireux de voir naître une organisation de sûreté générale sous réserve que sa naissance ne soit pas imposée de l’extérieur73.

Notes

1 F.O. 371/31371, E. 2596, Par. 13, Comwallis to Eden, 27 avril 1942.
Voir aussi : Mahmoùd Ad-Dùrrah, La guerre irako-britannique, op. cit., p. 420. Il y est indiqué qu’Al Saïd avait mis en retraite anticipée quelques 2 879 officiers et réduit de moitié les effectifs de l’armée, alors que le budget de la défense avait cru de 50 % par rapport au budget précédent.

2 Al Hassani, Histoire des Ministères..., op. cit., Tome 6, p. 201 : voir texte de la lettre envoyée à l’auteur par ledit ministre de la Défense.

3 Washington Post, 31 janvier 1948.

4 The Daily Telegraph, 16 janvier 1948.

5 Voir texte du discours fait par le régent le 27 décembre 1945 in Al-Hassani, Histoire des Ministères, op. cit., Tome VI, p. 312.

6 Le journal Al-Nabaà (La Dépêche), n° du 28 janvier 1952 (texte des mémoires de Saleh Jabr).

7 Ibid.

8 Abdul Aziz Qassab, De mes souvenirs, Beyrouth, 1962, p. 315.

9 C.M. Woodhouse, British Foreign Policy since The Second World War, London, 1961, p. 21.

10 Earl Attlee, A Prime Minister Remembers, London 1961, p. 177.

11 Salah Jabr a publié en 1952 les procès-verbaux, des négociations qui ont mené à la conclusion de ce traité, au Journal Oumah ainsi qu’au Journal Nabaà, ces procès furent également publiés au Journal Chaâb. Par conséquent ces journaux, notamment Oumah, seront la référence principale aux négociations.

12 Le journal Oumah (La Nation), n° du 29 janvier 1952.

13 Le journal Oumah (La Nation), n° du 30 janvier 1952.

14 Khadduri, Independent Iraq, op. cit., pp. 262-267.

15 Le journal Oumah (La Nation), op. cit.

16 Sabih Misconi, Le statut international de l’Irak depuis la Première Guerre Mondiale jusqu’à la Révolution du 14 juillet 1958, Université de Paris, 1962, p. 70.

17 Khadduri, op. cit., p. 262.

18 Le journal Oumah (La Nation), n° du 30 janvier 1952.

19 Commager H.S., Documents of American History, vol. 2, p. 630.

20 Le journal Oumah (La Nation), op. cit.

21 Khadduri, op. cit.

22 Le journal Oumah (La Nation), n° du 30 janvier 1952 (réunion du 15 mai 1947).

23 Ibid, réunion du 17 mai 1947.

24 Ibid, télégramme adressé par le régent au chef du gouvernement le 19/8/1947.

25 Khadduri, Télégramme du régent le 10/10/1947, op. cit., p. 262.

26 In Al Chaâb le 27/1/1952, Télégramme par le régent à son Premier ministre le 11/10/ 1947.

27 Télégramme adressé par le Premier ministre (à Bagdad) au régent (à Londres), le 17/ 10/1947.

28 Ahmad Fawzy, 12 premiers ministres, Histoires politiques et journalistiques, Bagdad, 1984, p. 260.
Voir aussi Gerald de Gaury, Three Kings in Bagdad 1921-1958, London, 1961, sachant que l’auteur était attaché militaire britannique à Bagdad pendant cette période.

29 Le journal Oumah (La Nation), op. cit.

30 Le journal Oumah (La Nation), n° du 30 janvier 1952, première réunion.

31 Ibid, deuxième réunion du 25 novembre 1947.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Le journal Oumah (La Nation), n° du 1er février 1952, la troisième réunion du 27/11/ 1947.

35 Ibid, troisième réunion.

36 Quatrième réunion, le 3 décembre 1947.

37 Le journa Oumah (La Nation), n° du 4 février 1952, Première réunion, 7 janvier 1948.

38 Ibid.

39 Troisième réunion, 10 janvier 1941.

40 Tawfiq Suweidi, Mes mémoires, op. cit, p. 471.

41 Projet du Traité de 1948, Article 1 de l’annexe.

42 Le journal Oumah (La Nation), n° du 29 janvier 1952.

43 Ibid.

44 En effet, les masses d’étudiants et d’intellectuels manifestèrent en Egypte contre le traité, manifestations qui avaient été interprétées par Ismaêl Sidqî (Premier ministre égyptien) comme manipulées par les éléments communistes dans le pays, voir Mémoires de Mohammad Hussein Haykal, op. cit., p. 321.

45 Ismaêl Sidqî, Mes mémoires, Le Caire, 1950, p. 62.

46 Ibid.

47 Le journal Liwal Al-Istiqlâl, 4 janvier 1948.

48 Farouq Salah Al-Oumar, Les traités irako-britanniques, op. cit., p. 437.

49 Souàd Khayri, Le sursaut de janvier et la défaite, la revue "Al-Iaqafah Al-Jadidah", juin 1973, p. 101.

50 Le journal Al-Yaqathah, 1er janvier 1948.

51 Lenczowsk, The Middle East in World Affairs, op. cit., p. 228.

52 Les Archives du ministère de l’Intérieur irakien, Bulletin d’enquêtes extraits de procès verbaux, p. 266 (24/1/1948), Dossier Manifestations et grèves, n° 17/Bagdad/l/4.

53 Les Archives du ministère de l’Intérieur, lettre de la police de Bagdad, p. 82, 31/1/ 1948 ; même dossier précédent.

54 Bernard Verrier, op. cit., p. 50.

55 La documentation française, n° 1501 du 7 juillet 1951, p. 12.

56 The Times, 23 janvier 1948, Salah Jabr y avait déclaré que la plupart des citoyens irakiens étaient favorables au traité.

57 Al-Suweidi, op. cit., p. 474.

58 Al-Jadirji, op. cit., p. 174.

59 Sabih Misconi, Les relations de l’Irak avec le Royaume-Uni depuis 1932, Mémoire de Diplôme d’Etudes Supérieures de Sciences Politiques, Université de Paris, 1964, p. 42 ; Voir aussi Stephen Hemsley Longrigg, Iraq, 1900 to 1950, A political, social and economic history, Oxford University Press, London, 1953, pp. 344-345.

60 Al Suweidi, op. cit., p. 477.

61 Souad Khayri, op. cit., p. 110 ; voir aussi The Times, 5/2/1948.

62 Longrigg, op. cit., p. 345.

63 Jamil Arfli, Séquences de souvenirs, Beyrouth, 1971, p. 91.

64 Fadhel Al-Jamalî, L’Irak moderne, Beyrouth, non daté, p. 24.

65 Dossiers du ministère de l’Intérieur, Police de Bagdad, S 3735, 24/11/1952. Dossier Manifestations du 26/11/1952, n° B 36/Bagdad/17.

66 Ibid.

67 L’article 51 de la Charte des Nations-Unies évoque le droit naturel des pays individuellement ou collectivement, à se défendre si une force armée attaque l’un de ses pays membres de l’ONU...

68 Charles D. Cremeans, The Arabs and the World, London, 1963, p. 139.

69 Voir à cet égard les textes desdits décrets in Hassani, Histoire des gouvernements iakiens, Tome IX, p. 133 et suivantes.

70 R. Bullard, Britain and the Middle East, London, 1964, p. 157.

71 Hassan Al-Dajîlî, Le pacte de Bagdad, Bagdad 1956, pp. 106-118, (texte de l’accord et des deux notes qui lui sont annexées).

72 John Kemche, op. cit., p. 36 ; le traité de retrait des troupes britanniques a été signé en Egypte le 19 octobre 1954. Il stipulait le retrait des troupes britanniques du Canal de Suez le 18 juin 1956 ainsi que l’annulation du traité de 1936. Le nouveau traité, celui de 1954, pemettait à la Grande-Bretagne et à ses alliés de revenir dans les territoires égyptiens au cas où l’un des pays membres de la Ligue Arabe ou la Turquie eut été l’objet d’un danger quelconque. Enfin le traité s’étendait sur une période de sept ans.

73 Dossier du ministère des Affaires Etrangères irakiennes, rapport de la représentation de l’Irak à New-York, S 233 le 25/6/1955, Dossier de La politique du gouvernement américain et le projet de défense du Moyen-Orient, n° 2/2646.

Notes de fin

1 La délégation égyptienne présidée par Abdul Hamîd Badawi, ministre des Affaires Etrangères, tenta, en vain, à la Conférence de San Francisco d’inclure dans la charte un texte portant annulation des traités incompatibles avec les principes de la charte ; voir : Mohammed Hussein Haykal, Mes mémoires sur la pratique égyptienne, Tome 2, Le Caire, 1953, p. 312.

2 La délégation irakienne se composait des personnalités suivantes qui étaient selon l’ordre : le régent Abdul-Ilah, le chef du gouvernement, Salah Jabr, le ministre de la Défense, Shakir Wadi, le chef d’Etat-Major, Salah Saeb et Abbas Ali Ghaleb (comme secrétaire et interprète).

3 Bevin s’était mis d’accord avec le roi Abdallah sur le fait que celui-ci allait intégrer à son territoire la partie arabe définie dans le projet de partage de la Palestine établi par l’ONU ; voir à cet égard : John Kimche, The Second Arab Awakening, London 1970, p. 167 et suivantes.

4 Pacte de Bagdad : Accord signé entre la Turquie et la monarchie hachémite d’Iraq (février 1955) et auquel adhérèrent la Grande-Bretagne, l’Iran, le Pakistan. Ce pacte était essentiellement dirigé contre l’influence de l’URSS dans cette partie du monde et rencontra l’hostilité de l’Egypte et de la Syrie. Après la révolution de juillet 1958 qui mit fin à la monarchie hachémite, l’Irak quitta le pacte (1959). Celui-ci continua toutefois à être appuyé par les Etats-Unis (sous le nom de CENTO : Central Treaty Organisation) .

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search