Version classiqueVersion mobile

L’émergence d’un État à l’ombre d’un empire

 | 
Majid A. Majid

Quatrième Partie. Les relations irako-britanniques lors de la Deuxième Guerre Mondiale

Chapitre I. La rupture irako-britannique et la tendance de l’Irak à s’orienter vers les pays de l’Axe

Texte intégral

L’Allemagne et les Arabes durant l’entre-deux guerres

1Pour mieux cerner la nature des rapports entre l’Irak et la Grande-Bretagne pendant cette période, il conviendrait d’exposer les relations germano-irakiennes durant cette même période. Car le déclenchement et l’évolution de la Deuxième Guerre Mondiale engendrent en Irak deux tendances : la première, pro-anglaise, préconise la rupture des relations avec les pays de l’Axe et l’engagement aux côtés des Alliés. L’autre courant prêche pour sa part la neutralité et met en garde contre les dangers de la guerre. Cependant, les tenants de cette tendance finiront par adopter une position partiale en faveur de l’Allemagne. Cette attitude provoquera la guerre irako-britannique, l’occupation derechef de l’Irak par les troupes de Londres, et le retour au pouvoir à Bagdad de l’aile pro-anglaise.

  • 1 Du Traité de Versailles et de ses répercussions sur la vie politique en Allemagne, voir : J.B. Duro (...)

2Mais, revenons en arrière dans l’Histoire pour évoquer la Guerre de 14-18. Celle-ci, on s’en souvient, provoque la chute de l’Empire germanique et permet à l’opposition politique, conduite par le Parti Social-Démocrate, de prendre les rênes du pouvoir, se substituant à une monarchie déchue. A ce moment, les responsables de Berlin, politiques comme militaires, ont pour préoccupation principale la Conférence de Paix tenue à Paris. Une grande question s’impose obsessionnellement dans leur esprit : doivent-ils accepter ou refuser le Traité de Versailles que l’on entend imposer à l’Allemagne1.

3De ce dilemme naît dans le pays une anarchie qui atteint son point culminant lorsqu’une tentative de putsch militaire est menée dans le but de renverser le gouvernement, celui-là même qui s’est résigné à signer ledit traité. Mais, le coup de force militaire ayant échoué, les affaires reprennent leur cours normal et des élections législatives sont organisées dans le pays. Le traité, néanmoins, a créé un fort sentiment d’humiliation chez les Allemands, qui le ressentent d’autant plus amèrement qu’il implique des dommages à verser au moment même où le pays, obéré, surendetté, connaît une grave détérioration économique consécutive à la guerre.

  • 2 Ibid, pp. 69-70.
  • 3 Ibid, pp. 74-76.

4Les difficultés s’aggravent lorsqu’en 1923, la France et la Belgique prennent des mesures de répression dans la Rhur industrielle afin de contraindre le gouvernement allemand à régler les échéances impayées des indemnités2. Il en découle une inflation monétaire excessive qui amène la Grande-Bretagne et les Etats-Unis à intervenir. Pour tenter de redresser la situation économique, Washington et Londres soumettent le projet de Dawes qui fixe à un milliard de Deutsch Marks la somme que doit verser annuellement l’Allemagne en geste de dédommagement, et ce jusqu’en 1928-19293.

5La nouvelle conjoncture mondiale conduit à paralyser les activités économiques de l’Allemagne dans le pays arabe. Les investissements allemands sont liquidés dans ces pays, anciennes provinces de l’Empire ottoman. Les économies des pays arabes sont désormais subordonnées aux intérêts des deux puissances mandataires, la France et la Grande-Bretagne. Ainsi, l’Allemagne se préoccupe moins du renforcement de sa position économique et de l’extension de ses activités dans le monde arabe.

  • 4 Lukasz Hirszowics, L’Allemagne hitlérienne et le Machrek arabe, Traduction arabe d’Ahmed Abdul-Rahi (...)
  • 5 Lukasz Hirszowics, The Third Reich and the Arab East, Londres : Routledge ; Toronto : The Toronto U (...)

6En 1928-1929, les importations irakiennes en provenance d’Allemagne ne représentent plus que 4 % de la totalité des importations de l’Irak. Le taux des exportations irakiennes vers l’Allemagne pour la même période est équivalente : 4,2 % de l’ensemble des exportations de l’Irak. Mais, en 1929-1930, les importations irakiennes de l’Allemagne sont en hausse (5,1 %), tandis que les exportations irakiennes vers l’Allemagne baissent sensiblement (1,9 % de l’ensemble des exportations de l’Irak)4. Dans le même temps, les compagnies et les institutions financières allemandes se montrent désireuses de participer à l’exploitation du pétrole irakien. D’ailleurs, jusqu’en 1936, 12 % des actions de la British Oil Development Corporation seront détenues par des Allemands5.

7Après l’accession au pouvoir en 1933, du Parti National Socialiste Allemand (le nazisme), Hitler, mû par sa philosophie raciale, réserve aux Arabes la même condescendance et le même mépris qu’il a pour les autres peuples d’Orient. Les traductions arabes du "Mein Kampf" d’Hitler, parues avant la fin de la Seconde Guerre Mondiale, occultent soigneusement les allusions méprisantes de l’auteur à l’adresse des Arabes.

  • 6 Adolf Hitler, Mein Kampf, traduction arabe (Kifahi), Editions al-Maktaba Al-Ahliyya, Beyrouth, p. 2 (...)

8Pourtant, selon le dogme du Führer, c’est bel et bien la race d’un peuple qui fixe sa valeur. « En tant que raciste, dit-il, ce sont les races qui me servent de critères pour mesurer les valeurs humaines. Et je ne puis me permettre ne serait-ce que d’envisager de lier le sort d’un peuple comme celui d’Allemagne, au sort de peuples, qui dans l’échelle des races, occupent un ordre bas »6.

  • 7 Ibid, pp. 253-254.

9Quant à l’idée – prêchée par un des courants de son parti – de la nécessité de collaborer avec les peuples opprimés, Adolf Hitler la réfute en ces termes : « Des tentatives furent menées en vue d’établir des liens entre notre mouvement de libération et les autres, dans les autres pays. Des médiateurs ont proposé la constitution d’une "Société des Nations Opprimées". Et je me suis entretenu à maintes reprises avec des hommes qui prétendaient être des représentants de certains pays des Balkans, de l’Inde ou de l’Egypte. Ils m’ont exprimé leurs vœux de voir s’édifier une coopération solide entre les mouvements indépendantistes dans leur pays et notre mouvement national socialiste. Mais je n’ai accordé aucun crédit à leurs dires ni ne me suis soucié de leur requête. Car j’ai découvert en eux des prétentieux personnages, bavards, discoureurs égarés qui ne savent même pas ce qu’ils veulent »7.

  • 8 Charles-Robert Ageron, L’Algérie algérienne de Napoléon à De Gaulle, Paris, 1980, p. 186.

10De l’appel islamique au Jihad (guerre sainte), le chef nazi dit : « C’est un appel à l’alliance entre les impuissants. C’est une velléité qui ne mènera nullement à la création d’un état fort et conquérant... C’est une voix qui s’éteindra sous le feu des brigades de tirailleurs anglais » 8.

  • 9 A. Hitler, op. cit., p. 45.

11Malgré ce dédain, malgré cette condescendance vis-à-vis des Arabes, le gouvernement nazi s’efforce dès sa prise du pouvoir de ménager les Arabes et les Musulmans, reprenant en substance la voie tracée avant lui par la diplomatie allemande traditionnelle. La propagande nazie tente de ce fait de présenter l’Allemagne aux yeux des Arabes comme étant une puissance contre le colonialisme, cependant que Berlin ne cesse de revendiquer la "restitution" à l’Allemagne des colonies qu’elle a perdues à l’issue de la Grande Guerre ; Dans son "Mein Kampf", Hitler lui-même ne cache pas ses visées expansionnistes qui affirme : « Seule la conquête de terres nouvelles sauvera l’Allemagne de la faim »9. Les dirigeants des mouvements nationalistes et patriotiques arabes n’en ont pas moins pour l’Allemagne nazie une admiration grandissante, à la mesure de l’affermissement de sa puissance. Ils y voient un allié potentiel sur lequel ils pourraient compter pour appuyer leur lutte en vue d’obtenir la liberté, l’indépendance et l’unité.

12Mais l’admiration qu’ils vouent à cette Allemagne-là est aussi imputable à des facteurs dogmatiques et sentimentaux. Rappelons que, en effet, de nombreux officiers arabes ont été entraînés pour le compte de l’armée allemande par des instructeurs allemands, soit en Allemagne même, soit en terre ottomane. Ces militaires arabes sont, dans une large mesure, imprégnés de "germanophilie". Ils sont influencés par la culture et les sciences de l’Allemagne d’une façon générale et par la pensée nationaliste allemande plus particulièrement.

13Après la chute de l’Empire ottoman, ces officiers assumeront des postes de haute responsabilité dans leurs pays respectifs. Certains dirigeront les mouvements de résistance à l’hégémonie européenne et mèneront la lutte contre le dessein de démembrement qu’entendent imposer les puissances colonialistes à ces pays, notamment ceux du Machrek arabe.

14Fondé en 1931 à Bagdad par un groupe d’intellectuels, le "Cercle des Gens d’Irak" (Djamâat al Ahâly al Irâqiya) est la première organisation politique arabe à être "gagnée" par le national-socialisme à l’allemande. Il sera suivi dans cette voie par le Parti Nationaliste Syrien (al Hezb al Qawmi as Soûry), fondé à Beyrouth en 1932 par Antoine Saadé. En 1933, inspiré à son tour par le nazisme, Ahmed Hussein crée le mouvement "Jeune Egypte" (Masr al Fatât).

15D’autres mouvements, groupuscules ou milices paramilitaires seront créés dans un esprit semblable. Citons-en les "Chemises de Fer" (al Qomsân al Hadidiya) et les "Gardes nationaux" (al Harass al Watani) à Damas ; les "Scoots" (al Kesch chafa) à Alep ; les "Jeunes Arabes" (asch Chébâb al Arabi) à Homs ; les "Jeunes Nationalistes" (asch Chébâb al Watani) à Hama ; les "Unités libanaises" (al Wahadât al Loubnâniya) et les "Phalanges" (al Katâëb) au Liban ; les "Jeunes Eclaireurs" (al Futûwwa al Djawwâla) en Irak ; les "Chemises Bleues" (al Qomsân az Zorq), issues du Parti du Wafd égyptien ; et, enfin, l’"Organisation de l’Eclaireur Musulman" (Mounadhammât al Djawwâl al Moslem) en Palestine.

16Sur le plan "sentimental", par ailleurs, une affinité, sortie de l’Histoire, rapproche à ce moment les Arabes des Allemands : les deux peuples ont connu à l’issue de la Première Guerre mondiale une condition semblable, celle des vaincus. Tous deux victimes du Traité de Versailles, ils ressentent comme un déni cet accord ainsi que tous ceux qui seront tissés par les Alliés vainqueurs.

  • 10 Au sujet des rapports entre la Grande-Bretagne et le sionisme mondial, voir : Ali Al-Jboori, Les re (...)

17Aussi les Arabes pensent-ils alors avoir avec les Allemands des ennemis communs : Anglais, Français et Sionistes. D’autre part, l’aversion affichée du nazisme envers les Juifs contribue à gagner la sympathie des masses arabes, inquiètes de voir les Juifs émigrer massivement en Palestine (elles y pressentent un grave danger menaçant leur existence) et exaspérées par le soutien britannique au sionisme10.

18L’Allemagne, pour sa part, prend bien soin de n’accorder aucun soutien réel à aucun mouvement patriotique arabe et s’abstient soigneusement de formuler la moindre promesse précise.

  • 11 Yehoshua Porath, The Palestinian Arab National Mouvement : from Riots to Rebellion 1929- 1939, Lond (...)

19Au sujet de la cause palestinienne, un premier entretien a lieu en avril 1933 entre Muhammad Amin Al-Husseini, mûfti de la ville sainte de Qods (Jérusalem) et leader du mouvement nationaliste palestinien, d’une part, et le consul d’Allemagne, d’autre part. Le chef spirituel des Palestiniens transmet au diplomate allemand lors de la rencontre son vœu de voir la vague d’émigration de Juifs allemands endiguée par les autorités de Berlin. Mais la requête du leader palestinien sera ignorée : l’Allemagne, alors, n’inclut point dans ses véritables calculs et desseins, les revendications des Arabes11.

  • 12 Ibid, p. 140.

20Par ailleurs, un événement majeur provoque, en 1935, une "évolution psychologique" non négligeable chez les Arabes : l’invasion italienne de l’Abyssinie (l’Ethiopie). Si l’"installation" des troupes de Rome dans Adis Abeba illustre l’impuissance de la Société des Nations, elle incite certains Arabes à estimer le moment opportun d’agir contre Londres, qui vient de subir un revers mettant en cause la suprématie de la Grande-Bretagne et soulevant le doute quant à ses capacités à protéger ses colonies. L’espoir est d’autre part relancé chez les Arabes de Palestine lorsqu’en 1936, l’Allemagne reprend le contrôle de la région du Rhin12.

  • 13 A. A. PA, pol., Abt. VII po., SA Palestine, Bd. 1, Grobba an Auswaertinges Amt, Bagdad 17/ 7/1937. (...)

21En 1936, alors que la révolte fait rage en Palestine, le Premier ministre irakien convoque le ministre plénipotentiaire allemand à Bagdad. Il lui fait part de son désir de voir les autorités de Berlin contribuer, dans le cadre de la Société des Nations, à la lutte contre le projet de partage de la Palestine et contre le plan qui vise à greffer un état juif en terre palestinienne. Il lui confie également souhaiter entendre un haut responsable allemand prononcer publiquement une déclaration condamnant le projet de créer un état juif en Palestine13.

  • 14 Ibid, 20/7/1937.
  • 15 Ibid, Weizaecker an Grobba, Berlin 30/7/1937.

22Le chef d’Etat-major des forces armées irakiennes demande à son tour qu’une collaboration soit mise sur pied entre le consul général d’Allemagne à Genève et le représentant irakien dans le but de faire valoir le point de vue arabe auprès de la Commission permanente des mandats et du Conseil de la SDN14. Réponse allemande : « L’absence d’une position arabe commune rend impossible une déclaration favorable aux Arabes par une personnalité de collaboration entre notre consul et le représentant irakien à Genève, nous n’y trouvons aucun inconvénient »15.

23Les Arabes de Palestine, eux, ressentent une grande déception au sujet de l’Allemagne. Durant plus de trois années de révolution menée dans leur pays, ils n’ont, tout compte fait, reçu aucune aide financière, aucun soutien militaire de la part des Allemands.

  • 16 Note du ministère allemand des Affaires Etrangères en date du 25/1/1939 (A.A., PA ; Pol., Abt VII P (...)

24Et l’Allemagne, tardivement, se contente d’exprimer du bout des lèvres son opposition à la création d’un état juif en Palestine, invoquant laconiquement le « danger que représente pour l’Allemagne l’installation d’un état juif à l’instar de l’état du Vatican »16.

  • 17 Ageron, L’Algérie algérienne..., op. cit., p. 173.

25Cette réserve de l’Allemagne et son attitude jugée négative vis-à-vis des mouvements arabes de libération à l’époque en question sont à mettre sur le compte de certaines considérations politiques fondamentales. Hitler pense, en effet, que l’avenir du Reich se situe à l’Est de l’Europe ; les pays s’étendant au sud de la Méditerranée étant "du ressort" de l’allié italien, n’a-t-il pas affirmé, le 24/10/1936, que la Méditerranée était une « mer italienne », ajoutant : « toute modification de l’équilibre des forces dans le bassin méditerranéen doit être en faveur de l’Italie »17...?

Les Allemands posent des jalons en Irak (période d’avant la Deuxième Guerre Mondiale)

  • 18 F.O. 371/20010 (E 3561), 4 juin 1936. Rapport de l’ambassade de Grande-Bretagne à Bagdad adressé au (...)

26A la veille de la Deuxième Guerre Mondiale, l’Allemagne tente de défricher le terrain en Irak dans l’espoir d’un alignement prospectif de ce pays aux thèses allemandes. Ainsi la propagande allemande active ostensiblement à Bagdad les plans politique et commercial. Elle est diffusée notamment à travers des films cinématographiques destinés à faire apparaître l’Allemagne comme une puissance égale aux autres. « Mais une seule salle de cinéma diffuse volontiers ce genre de films, car cinq des six salles que compte la ville appartiennent aux juifs qui refusent de contribuer à la promotion des idéaux politiques allemands. Quant aux spectateurs, ce sont des invités conviés à assister aux projections par le ministre plénipotentiaire d’Allemagne, qui s’acquitte de l’équivalent de 20 à 30 Livres à chaque location de la salle »18.

  • 19 Ibid. Voir également : Antoine Fleury, op. cit., p. 225.

27La propagande commerciale est, elle aussi, diffusée dans une certaine mesure à travers des films vantant l’industrie allemande. Mais ceux-là ne se heurtent pas au boycottage des propriétaires juifs de salles de cinéma. Etayé d’un flot de prospectus, dépliants, tracts ou catalogues, ce mode de promotion commerciale s’avère payant. Les fonctionnaires irakiens sont séduits, surtout au ministère des Travaux publics. Mieux encore : les commerçants irakiens commencent à considérer les produits "Made in Germany" d’égale qualité que leurs concurrents fabriqués au Royaume-Uni. A telle enseigne que les responsables britanniques, inquiets, envisagent sérieusement une contre-mesure d’urgence : ils décident d’organiser une campagne "publicitaire" semblable19.

  • 20 F.O. 20020 (E 4772), 13 juillet 1936, op. cit.

28La représentation d’Allemagne à Bagdad s’efforce par ailleurs très activement d’inciter les Irakiens à se rendre en Allemagne à l’occasion des Jeux Olympiques. Ainsi plus de 150 000 Irakiens font le déplacement, profitant de frais réduits de voyage et de séjour sur place. La représentation allemande a su bien tirer profit de la volonté de milliers de jeunes Irakiens de "s’évader", de connaître d’autres horizons. Parmi ces touristes, nombreux sont des instituteurs « qui ne manqueront pas, sans doute, d’œuvrer pour une véritable éducation et apprendront favorablement (à leurs élèves) ce que le nazisme peut offrir... »20.

  • 21 Evénements d’Irak tels que décrits par le ministère britannique de la guerre et par Winston Churchi (...)

29Le Dr. Grobba, ministre plénipotentiaire allemand à Bagdad, est un homme doué, une personnalité charmante, affable et intelligente. Il est aussi généreux : le directeur irakien de l’enseignement se voit attribuer une invitation pour l’Allemagne par le diplomate allemand. Des commerçants influents, des médecins et autres ont le même "privilège". Leurs hôtes les accueillent avec faste, sans lésiner. Ils les "gavent" au passage d’informations sur les réalisations du IIIe Rèich et les reconduisent gracieusement, sans aucune contrepartie. De plus, les Allemands patronnent très généreusement la luxueuse salle de gymnase de Bagdad, offerte par l’Allemagne21.

30Nommé chargé d’affaires allemand en Irak en 1932, Fritz Grobba est promu ministre plénipotentiaire et représentant extraordinaire lorsque – à la faveur de l’entrée de l’Irak au sein de la SDN en cette même année – Berlin décide d’élever le niveau de sa représentation à Bagdad. Il connaîtra de près, ès qualité, d’importants événements survenus en Irak, de la mort tragique du roi Ghàzi au putsch militaire de Bakr Sidqî en passant par toutes les mutations dans le pays jusqu’en 1939, date à laquelle les relations diplomatiques entre les deux pays seront rompues à cause de l’éclatement de la Deuxième Guerre Mondiale. Mais, ces relations rétablies en 1941 (après le coup de force de Rachid Âli Al Gailàni de Mai 1941), Grobba revient à Bagdad en compagnie de nombreux fonctionnaires et d’experts. Mission : réouvrir la représentation allemande à Bagdad.

31Mais le retour de Grobba et son nouveau séjour dans la capitale irakienne sont marqués par des événements inhabituels, sans précédent dans l’histoire des relations officielles : démuni de lettres de créance, le représentant allemand n’en est pas moins traité comme un chef de mission accrédité. Plus étrange : il a pour domicile la propre demeure de Al Gailàni, Premier ministre et leader du “mouvement de mai 1941". Il s’agit là d’un précédent historique. Car – pour autant que nous sachions – les annales diplomatiques ne relatent pas de cas de chef de mission étrangère séjournant chez le chef du gouvernement de pays hôte, fût-ce provisoirement ! Ceci impliquerait de sérieuses altérations touchant l’essence du droit international et affectant les principes mêmes de l’échange diplomatique et ses règles. Car, stipule le droit international, le domicile d’un chef de mission étrangère est considéré comme faisant partie du territoire de son pays – ce qui lui octroie le droit, voire le devoir, d’élever le drapeau de son pays et d’inscrire ses armoiries.

  • 22 Fritz Grobba, Manner und Machte im Orient Musterschmdt – Verlag, Gottingen, Zurich, Berlin, Frankfu (...)

32Derechef, Grobba quitte Bagdad fin mai 1941, après l’avortement du "Mouvement de Mai" et la chute du gouvernement pour cause d’occupation anglaise. Consécutivement à la défaite de l’Allemagne, il sera arrêté par les autorités soviétiques qui le condamneront à 10 ans de prison pour espionnage. En décembre 1967, il publiera ses mémoires sous le titre "Les Hommes et les Forces en Orient – 25 années d’actions diplomatiques"22, dont nombreux chapitres sont consacrés à sa mission en Irak.

  • 23 Ibid. D’après la traduction arabe de N.F. Safwàt incluse dans son ouvrage, L’Irak à travers les Mém (...)

33Rappelons d’autre part qu’à la suite de la mort du roi Ghàzi, les Allemands sont accusés d’être les instigateurs des incidents anti-britanniques menés par le peuple irakien, dont notamment une manifestation organisée par les lycéens des classes supérieures au cours de laquelle des slogans sont scandés pour vilipender les Anglais et stigmatiser Nùri Al Saïd. Certains élèves arrêtés au cours de la manifestation avoueront, en effet, être des “nationaux-socialistes". Répercussion directe : Bagdad expulse le conseiller archéologique allemand de la Direction Générale des Vestiges et Sites Archéologiques. Les trente années de service passées en Irak ne suffiront pas à épargner le vieil expert germanique. De plus, l’expulsion de trois autres ressortissants allemands, enseignants d’allemand dans les écoles irakiennes, est sérieusement envisagée23.

34L’ambassadeur de Grande-Bretagne avouera avoir été l’artisan de l’expulsion de l’archéologue allemand et de ses compatriotes. « Mais, admettra-t-il, j’étais impuissant quant au cas de Grobba et de son épouse. je ne pouvais mieux faire que mettre en garde les Irakiens et les membres de ma communauté contre leurs agissements. Je ne manquais pas une occasion pour réitérer mes avertissements au sujet de Grobba. Seulement ces derniers, à toute occasion publique, à toute activité organisée par les communautés étrangères, prenaient bien soin de se montrer plus britanniques que les Britanniques eux-mêmes. Grobba nous rejoignait à chaque partie de chasse et, en compagnie de son épouse, s’asseyait à mes côtés durant les messes célébrées à l’Eglise anglicane, construite en souvenir de la Grand’Guerre et dont le superbe orgue est d’ailleurs un présent de la communauté allemande en Irak ».

  • 24 Maurice Peterson, Both Sides of the Curtain, Constable, Londres, 1950 (Traduction arabe de N.F. Saf (...)

35« Les agissements de l’épouse du Ministre plénipotentiaire d’Allemagne, ajoutera l’ambassadeur, étaient, à mon sens, plus pernicieux que l’activité même de son mari. Régulièrement, ou presque, elle se rendait chez tous les ressortissants britanniques ; se rendait au chevet de chaque malade britannique à Bagdad. Sa spécialité : recueillir toute rumeur pouvant toucher la communauté britannique, puis la transmettre aux milieux irakiens – non sans y apporter les aberrations d’usage – dans le but de porter tort aux relations entre les Irakiens et les Britanniques »24.

  • 25 Grobba, op. cit., (traduction de Safwàt), p. 145.

36Les milieux diplomatiques allemands à Bagdad, eux, indiquent que la campagne de propagande anti-allemande était orchestrée par les juifs. Ces derniers auraient, selon les mêmes sources, fait circuler une information prétendant que les tracts distribués par les étudiants et accusant les Anglais et leur protégé Nùri Al Saïd d’avoir assassiné le roi Ghàzi auraient été imprimés dans l’Institut Archéologique Allemand de Bagdad25.

37La campagne de séduction allemande en Irak touche également les très jeunes. Les Allemands visent, en effet, particulièrement la sympathie de la jeunesse irakienne. Ainsi, dans les écoles publiques, est créée une association appelée Al Futûwwa (Les Jeunes Cavaliers), nom emprunté à une secte de cavaliers arabes du XIIe siècle. Avec une tenue inspirée de l’uniforme militaire, le programme de cette association prêche la protection des grandes valeurs et comporte, pour les adhérents, une bonne dose d’entraînement paramilitaire. Rapidement, ce mouvement attire la plupart des jeunes. Même les élèves de l’école des pères missionnaires américains sont tentés et rejoignent à leur tour les Futûwwa pour un certain temps.

38Des représentants de cette association se voient rapidement accorder une invitation en Allemagne, où de visu, ils constateront – non sans être étroitement encadrés par les autorités – la manière dont la jeunesse allemande est entraînée et organisée. Le déplacement laissera chez eux une impression très marquante : très vite, les élèves de l’école des pères américains se retireront des Futûwwa.

  • 26 Paiforce, The Official Story of the Persia and Iraq..., op. cit., pp. 17-18.

39Ainsi, l’on parle de plus en plus des “vertus" et des "bienfaits" des Allemands. « Il n’est guère étonnant que des gens comme les Irakiens, disposant de peu de moyens de distraction et de loisirs, passent le plus clair de leur existence à discutailler, marivauder, et pourquoi pas comploter aussi »26. Je veux souligner ici mon étonnement et mon indignation du ton railleur et condescendant de cette "remarque". En lisant cet ouvrage, l’on ne peut, en effet, que ricaner face à l’esprit méprisant et désuet qu’il dénote vis-à-vis des peuples dont il est question. L’indignation est d’autant plus grande que le livre fut édité par un grand ministère d’une grande puissance.

40Mais, semble-t-il, l’auteur avait perdu de son équilibre et beaucoup de ce fameux flegme anglais. Sans doute la raison en est que l’inspirateur de l’ouvrage était, en 1941, un des Britanniques retenus lors des événements de Mai et qu’il aurait subi en détention des brimades de la part de ses geôliers, ravis de l’inversion des rôles entraînée par le "Mouvement de Mai 1941". Cela dit, de nombreuses références anglaises que nous avons eu l’occasion de découvrir emploient le même style sarcastique et rancunier et trahissent la même aversion primaire (livres, mémoires et même des communications officielles adressées à leurs supérieurs à Londres par des officiels britanniques de Bagdad).

41Les Irakiens sont donc convaincus que l’avenir appartient aux Allemands et que ces derniers partagent les sentiments des Arabes.

42C’est pourtant l’armée irakienne qui intéresse en premier lieu les Allemands. Le roi Ghàzi lui-même aspirait à la conclusion avec l’Allemagne d’un grand contrat d’armement. En 1936, la disposition du gouvernement issu du putsch militaire à traiter avec Berlin et Rome incite le monarque à espérer un grand essor des forces armées du pays : deux corps d’armée (quatre divisions) et 200 avions pour l’horizon 1940. Ainsi le roi établit avec Bakr Sidqî un plan consistant à contacter les Allemands dans le but de réaliser cette ambition.

  • 27 Dr Lotfi Jaafar Faraj, Le roi Ghàzi, son rôle dans la politique irakienne intérieure et extérieure (...)

43Le chef d’état-major portera sur lui les détails de ce plan au moment de sa mort le 11 août 1937 à Mossoul. Il se rendait – comme expliqué précédemment – en Turquie pour assister à des parades militaires et il était prévu qu’il allât ensuite en Allemagne afin d’ébaucher l’exécution du plan mis au point avec le roi Ghàzi. Ce dernier sera d’ailleurs très secoué par l’assassinat de Sidqi et, inquiet pour sa propre vie, ordonnera avec insistance que l’on dissimule soigneusement la serviette de Sidqî. Mais celle-ci disparaîtra mystérieusement suscitant de nombreuses interrogations. D’aucuns prétendront que le garde du corps de l’officier tué a remis aux Anglais son attaché-case. Le roi aurait répété à maintes reprises après la mort de Sidqî : « Je serai tué à mon tour car Bakr portait sur lui le plan de contacts avec l’Allemagne pour développer l’armée »27.

  • 28 F.O. 371 /23202, p. 233, The propagande indicate below & its influence in Iraq.

44En 1938, les Britanniques commencent à redoubler de vigilance et de méfiance vis-à-vis de l’orientation de l’Irak vers l’Allemagne. Pour Londres, le rapprochement germano-irakien ne signifie plus seulement la conclusion bilatérale de contrats d’armements destinés à augmenter les capacités de l’armée irakienne, mais aussi et surtout le risque d’engagement de l’Irak aux côtés de l’Allemagne dans la guerre qui menace d’éclater en Europe28. Les Anglais commencent donc à savoir que l’armée irakienne penche de plus en plus vers l’Allemagne. Touchés très profondément par la propagande allemande – qui a réussi à ancrer dans les esprits l’idée que l’Angleterre est une puissance décadente – les officiers irakiens regardent, en effet, en admiration et intérêt les réalisations allemandes. L’intérêt que portera durant la guerre l’opinion publique irakienne aux premiers succès des troupes d’Hitler témoigne, d’autre part, des bonnes performances de la propagande allemande en Irak.

  • 29 Ibid.

45Dans les cafés, les Irakiens applaudissent lorsque la radio annonce des nouvelles relatives à Hitler et à l’Allemagne29. En revanche, l’on accueille avec réserve et méfiance tout communiqué émanant de Londres ou de Paris. Certains milieux politiques irakiens inscrivent désormais la coopération avec Berlin dans la liste des revendications patriotiques et nationales. De son côté, le gouvernement de Bagdad ne peut point entraver les agissements allemands en Irak. D’un point de vue politique, il ne peut, en effet, agir de la sorte même s’il y est vivement invité par la Grande-Bretagne. Plusieurs raisons expliquent l’impuissance du gouvernement irakien face à la propagande allemande. En particulier : la Révolution palestinienne bat son plein en ce milieu de l’année 1938, au moment même où la crise atteint son acmé en Europe. Par ailleurs, les officiers nationalistes, nombreux dans les rangs de l’armée, exigent que l’Irak observe au moins la neutralité dans le conflit européen qui menace d’embraser le monde entier.

  • 30 Al-Hassani, Histoire politique..., op. cit., tome III, p. 183.
  • 31 Publié par le New Review anglais, ce rapport a été repris par le journal irakien Al Istiqlàl (L’Ind (...)

46De surcroît, la majorité des Irakiens espère sincèrement que l’Allemagne soutiendra les causes arabes. Dans ces conditions, toute politique officielle appelant à renforcer la coopération avec l’Allemagne serait très favorablement accueillie. Et l’attitude personnelle du roi paraît dans ce contexte d’une grande influence sur l’orientation politique générale en Irak. Ainsi, il reçoit à Bagdad le ministre allemand de la Jeunesse, qui manifeste de l’intérêt pour le mouvement al Futûwwa qu’il qualifie de « l’expression de la nouvelle jeunesse nationaliste arabe ». Il convie d’autre part une délégation de ce mouvement à visiter l’Allemagne durant les festivités du Parti Nazi30. Bien que le contenu de cette audience n’ait pas été rendu public, le ministre allemand indique, dans un rapport soumis à son collègue de la propagande, que les Arabes ont besoin de canons et de capitaux allemands. « Et tant que l’Allemagne est capable d’armer et de financer les Arabes, elle sera assurée de leur appui »31.

  • 1 Médecin syrien, fervent défenseur des causes arabes à l’époque, Amin Rûweiha est déjà de nationalit (...)

47On peut y voir en filigrane la réminiscence, à cette époque, des tentatives du roi destinées à réaliser le rapprochement avec l’Allemagne. Ceci est d’autant plus vraisemblable que, le 29 août de cette année 1938, une délégation des futûwwa irakiens composée d’une trentaine de membres part effectivement pour Berlin. L’on remarque également que le monarque entretient dorénavant des liens "réguliers" avec le ministre plénipotentiaire allemand à Bagdad, par le truchement de jeunes éléments nationalistes partisans de la politique de coopération avec l’Allemagne, notamment le Dr Amin Rûweiha1.

  • 32 Des échos de la visite de la délégation dans la presse, voir Az-Zamàn (Les Temps) 26-30 Septembre 1 (...)
  • 33 Le journal Al-Akhbàr (Les Nouvelles) du 29 septembre 1938.

48Les échos de la visite de la délégation des jeunes en Allemagne et de la réception que lui a accordée Hitler retentissent non seulement dans la presse irakienne32, mais aussi sur les ondes de la radio privée du roi, qui émet depuis son "Palais des roses" (Qasr az-Zuhoûr), transmettant les messages et les allocutions de la délégation des futûwwa et relayant les hymnes patriotiques diffusés par Radio Berlin33.

49Cette radiodiffusion, à l’évidence, ne manque pas d’exaspérer les Anglais, convaincus plus que jamais que la station royale est devenue un relais de la propagande allemande, d’autant plus que la radio particulière du roi vitupère de plus en plus véhémentement la politique de Londres.

  • 34 Seaton Williams, op. cit., p. 44.

50« La Grande-Bretagne et les fonctionnaires britanniques ont commis une grave erreur en laissant les Irakiens faire ce que bon leur semblait durant ces années d’avant-guerre : le pays offrait désormais un terrain propice à la promotion des thèses allemandes, et l’inimitié à l’encontre de l’Angleterre se raffermissait au fil des jours, surtout après la Révolution arabe en Palestine en 1936 »34.

51Cette vision des choses était tout à fait contraire au principe de l’indépendance accordée à l’Irak en 1932, même si, en fait, la politique du pays sur les plans politique et économique, à l’intérieur comme à l’extérieur, demeurait entièrement dépendante de la puissance britannique, et ce conformément aux dispositions du Traité de 1930.

L’attitude de l’Irak vis-à-vis des belligérants

  • 35 In le Journal Officiel de Transjordanie du 21/9/1939.
  • 36 A.A., P.A., Sts, Aegypten, note du Ministre plénipotentiaire égyptien à Berlin en date du 7/9/1939.
  • 37 Ottmàn Kéma Haddàd, Le mouvement de Rachid Âli Al-Gailàni, 1941. Saïda (Liban), date non précisée, (...)

52La Deuxième Guerre Mondiale déclenchée, les gouvernements arabes sous influence britannique ne tardent pas à rompre les relations diplomatiques avec l’Allemagne. Le gouvernement de Transjordanie décide de rompre le 3 et déclare la guerre le 16 septembre 1939 contre l’Allemagne35. L’Egypte pour sa part se contente de rompre ses relations diplomatiques avec Berlin le 4 de ce même septembre 193936. En Irak, Nùri Al Saïd prend l’initiative de rompre sans donner le moindre délai aux autres responsables politiques du pays de discuter sur une telle décision ou d’en peser les conséquences. Il livre en outre tous les ressortissants allemands se trouvant en Irak au gouvernement des Indes en tant que prisonniers de guerre37. La promptitude des décisions du chef du gouvernement de Bagdad s’explique par sa volonté de parer à toute polémique, de "clouer le bec" aux protestataires et de mettre le pays devant le fait accompli selon le principe "exécutons d’abord, discutons après".

  • 38 De la fuite du mufti vers l’Irak (en provenance du Liban), voir Ottmàn Kémal Haddàd, op. cit., pp.  (...)

53Mais l’évolution rapide de la guerre – en particulier les succès éclairs réalisés par l’Allemagne – engendre des réactions mitigées chez les milieux politiques arabes. L’Irak, devenu le carrefour de bien des dirigeants de mouvements nationalistes arabes, connaît une recrudescence de l’activité politique après la venue à Bagdad du grand mufti de Jérusalem, le cheikh Amin Al-Husseini38.

54Fin octobre 1939, le mufti de la ville sainte arrive, en effet, à Bagdad fuyant le Liban où il était réfugié depuis 1937. C’est Rachid Âli Al Gailàni, alors chef du cabinet royal, qui arrange l’entrée dans la capitale du chef palestinien à l’insu du régent et du chef du gouvernement. Le prince Abdul-Illâh et Nùri Al Saïd, eux, ne veulent pas de la présence de cet hôte plutôt embarrassant. Le leader palestinien gagne pourtant Bagdad, grâce à l’intervention du chef du cabinet royal qui a contacté Rattba, premier poste frontière irakien situé non loin des frontières avec la Syrie et la Transjordanie, et ordonné que l’on tolérât l’entrée du cheikh Al Husseini même sans passeport. Ainsi, ce dernier arrive clandestinement à Bagdad où il élit domicile chez un ami.

55Mais lorsque Nùri Al Saïd apprend la présence du chef spirituel, il "suggère" qu’il soit transféré dans une petite ville lointaine. Là, Al Gailàni intervient derechef et trouve un stratagème qui sauve le mufti de "l’exil" voulu par le Premier ministre : il lui adresse une invitation à la cour royale et lui réserve au cours de sa visite éclair un accueil fastueux, profitant de sa qualité de chef de cabinet royal. Après lui avoir fait apposer sa signature dans le registre des visiteurs de marque à la cour, il l’introduit auprès du régent. Dorénavant, le gouvernement se trouve dans l’obligation de considérer le cheikh avec tous les égards que l’on doit à un hôte officiel. Ainsi, il est logé dans une résidence toute proche du palais royal.

  • 39 Dr Mohamed Mûdhaffar Al Ad’hami, Dimensions nationales de la Révolution de mai 1941 en Irak, Bagdad (...)

56Celle-ci devient très rapidement un lieu où le chef spirituel organise ses très nombreux contacts. A tel point que les hommes d’état ou de l’armée, les politiciens, les écrivains ou les hauts fonctionnaires se rendent chez le mufti une fois leur visite à la cour terminée : le cheikh Al Husseini est devenu le confident de ses hommes39.

  • 40 F.O. 371 /24559/n0 31 (20 janvier 1940), Review of the General Attitude of Iraq during 1939, memora (...)
  • 41 Hirszowics, op. cit., pp. 109-110.

57Rien d’étonnant donc de voir l’ambassadeur britannique protester contre la présence dans Bagdad du mufti40. Le ministre plénipotentiaire américain à Bagdad écrit pour sa part : « Vu les résultats de mes investigations, je suis désormais convaincu que le mufti est aujourd’hui en Irak l’un des hommes les plus respectés et les plus influents, tant sur le plan religieux que sur la scène politique. En Syrie et en Palestine, il s’était rallié de nombreux partisans ; il réalise actuellement en Irak une performance semblable. Aussi est-il en passe de devenir une force avec laquelle il faudra compter dans le Monde arabe »41.

  • 42 Al Ad’hami, op. cit., p. 14.

58L’influence du leader palestinien s’affermit tellement que même le gouvernement n’ose plus prendre une décision ou observer une position relative à la cause palestinienne, sans prévoir la réaction du chef spirituel palestinien. Nùri Al Saïd est même contraint, sous les pressions du mufti et des nationalistes, d’ouvrir des négociations-tractations avec la Grande-Bretagne : le Premier ministre suggère à Londres la contribution de l’Irak aux efforts de guerre par l’engagement de deux divisions armées qui combattraient en Libye aux côtés des troupes anglaises ; en contrepartie, le gouvernement britannique approuverait et reconnaîtrait la constitution d’un gouvernement arabe en Palestine. Mais Londres refuse l’offre, évoquant sa volonté de ménager les sionistes et, par de-là, les Etats-Unis, en précisant que le gouvernement de Sa Majesté ne peut sacrifier les précieuses aides américaines pour deux modiques divisions armées42.

  • 43 Pour Hitler et les nationalistes de l’Orient, Voir : Antoine Fleury, op. cit., p. 77.

59Nombre de nationalistes et de patriotes irakiens estiment, à cette époque, que l’éclatement de la guerre mondiale offre aux Arabes une chance qu’ils se doivent de saisir afin d’obtenir l’indépendance totale et de réaliser l’unité nationale. Ce courant politique reproche aux Alliés – Français et Anglais – leur indifférence vis-à-vis des Arabes et leur négligence des causes arabes. Les tenants de ce courant pensent qu’il serait sage d’adopter une position de neutralité entre les deux blocs belligérants, non seulement pour éviter de s’attirer l’hostilité et l’inimitié des deux pays de l’Axe, mais aussi parce qu’une victoire des Anglais ne profiterait d’aucune manière aux Arabes, bien au contraire. En développant leur pensée, les partisans d’une telle attitude invoquent constamment l’amère expérience du chérif Hussein Ben Ali de la Mecque lors de la Première Guerre Mondiale et rappellent instamment comment ces mêmes alliés n’ont point honoré leurs engagements ni respecté leurs promesses faites aux Arabes43.

  • 2 Les officiers du "carré d’or" étaient : Salâheddine as-Sabbâgh, commandant du troisième bataillon, (...)

60Le mufti de Jérusalem devient donc un grand ami pour les pôles de ce courant de politiques irakiens qui comprend trois anciens Premiers ministres (Al Gailàni, Al Swaidi et Shawkât) ainsi que plusieurs officiers gradés de l’armée. Parmi ceux-ci, l’on retrouve notamment les quatre colonels connus sous le sobriquet du "Carré d’or"2. Ce quatuor militaire obtient, en effet, une telle influence politique qu’il va jusqu’à intervenir directement auprès du régent du Trône pour remanier les formations gouvernementales et contribuer au choix des ministres.

  • 44 Salàheddine As-Sabbagh, Les cavaliers de l’Arabité en Irak, Bagdad, 1956, pp. 97 et 276.
  • 45 Majid Khaddùri, Independent Iraq, 1932-1958. A Study in Iraq Politics. London, Oxford University Pr (...)

61Comme souligné au début de ce chapitre, les Irakiens sont alors divisés en deux groupes, celui décrit plus haut et celui qui, au contraire, prêche l’alignement aux côtés des Britanniques et des Alliés pour préserver les intérêts du pays. Et le torchon ne cesse de brûler entre les deux courants, Al Gailàni et Al Husseini reprochant sévèrement à Nùri Al Saïd d’avoir extradé les ressortissants allemands en Irak vers l’Angleterre par le gouvernement des Indes interposé. Ils considèrent l’acte du Premier ministre comme un défi lancé au peuple ; aux forces armées44. Rappelons que le ministre plénipotentiaire d’Allemagne à Bagdad a dénoncé cette extradition qu’il a qualifiée de transgression des lois internationales45.

  • 3 Signé en 1937 au Palais de Saadabâd à Téhéran, ce pacte réunissait l’Irak, l’Iran, la Turquie et l’ (...)

62Mais le fossé se creuse davantage au fur et à mesure qu’évolue la guerre entre partisans du "neutralisme" et adeptes du ralliement aux positions des Alliés. Les revers français face à la percée des Allemands ne laisse pas indifférents les "neutralistes" irakiens de plus en plus confiants dans la victoire "imminente" des Allemands. Ils jugent le moment propice pour entamer avec l’Allemagne des négociations sur l’avenir de la région arabe. C’est dans cet état d’esprit qu’en juin 1940 le ministre irakien de la Justice, accompagné de son collègue des Affaires Etrangères, arrive à Ankara pour mener le gouvernement turc à des négociations devant aboutir à une prise de position commune face au conflit mondial, l’Irak et la Turquie étant tous deux membres du Pacte de Saadabâd3.

  • 46 DGFP, séries D, vol. 10, n° 125, p. 134 et n° 200, pp. 261-262. Voir également : Nàji Shawkàt, Chro (...)
  • 4 Avant la formation par Al Gailàni du nouveau gouvernement, prévalait une idée maîtresse : la nécess (...)

63La délégation s’entretient par ailleurs avec l’ambassadeur d’Allemagne à Istanbul au sujet de la question arabe, de l’avenir de la Palestine et de la coopération entre Arabes et Allemands, notamment par la signature d’un traité d’amitié et de coopération. En guise de clôture pour cette rencontre, les deux parties sont convenues de poursuivre les contacts et les pourparlers bilatéraux par le truchement du chargé d’affaires irakien à Ankara, Kamel Al Gailàni, qui est le propre frère de Rachid Âli Al Gailàni, lequel sera nommé Premier ministre46.4

64L’ambassadeur allemand adresse par la suite à son gouvernement un rapport relatif à son entretien avec l’émissaire irakien. C’est au chef du bureau politique du ministère allemand des Affaires Etrangères qu’échoit la responsabilité d’étudier les détails de ce rapport en même temps que ceux développés dans un mémorandum établi par l’état-major des forces armées allemandes sur la situation militaire en Méditerranée et au Proche-Orient.

  • 47 ADAP, Vol. 5, 71 / 50686-7.

65Le fonctionnaire allemand soumet à son tour au ministre des Affaires Etrangères un rapport en date du 21/7/1940. Il y indique que l’Allemagne serait favorable à la création d’un état arabe septentrional à leadership irakien, à condition toutefois qu’il soit placé sous l’autorité conjointe et de l’Allemagne et de l’Italie. Il souligne d’autre part avec insistance la nécessité impérieuse de laisser à l’Italie priorité et prédominance dans la région arabe, rappelant que son pays a, certes, des intérêts économiques dans cette région, mais ils se résument à la protection des communications aériennes et au contrôle du pétrole irakien. Relevant à ce propos que les parties arabes qui contactent l’Allemagne se montrent hostiles à l’encontre de Rome, le responsable allemand met en garde contre le risque de "jouer le jeu des Arabes" et exhorte les autorités de son pays à ne pas laisser les pays arabes espérer obtenir de l’Allemagne une attitude hostile vis-à-vis de l’allié italien47.

  • 48 AA, PA, Sts., Arabian, Bd. 1 Kollen Auswertinges Amt. Tarabya, 31/7/1940.

66On retiendra que la rencontre d’Istanbul avec l’ambassadeur d’Allemagne constitue le point de départ de tractations clandestines entre le mufti Al Husseini et des dirigeants nationalistes irakiens, d’une part, et des représentants allemands, d’autre part. Ainsi Othmân Kemal Haddâd, secrétaire particulier du mufti, part pour Berlin pour transmettre les revendications arabes et soumettre un projet de communiqué officiel portant sur la politique des deux pays de l’Axe dans la région arabe48.

67L’envoyé du mufti aura pour interlocuteurs (du ministère des Affaires Etrangères d’Allemagne) le directeur de la section d’Orient ainsi que le secrétaire d’Etat. Parmi les revendications arabes qu’il exprime, figure en bonne place un projet de manifeste officiel que l’Allemagne et l’Italie sont invitées à adopter. Le projet comporte les points suivants :

  1. L’Allemagne et l’Italie reconnaissent l’indépendance totale aux pays arabes déjà indépendants, l’indépendance totale aux pays arabes sous mandat français (Syrie et Liban), l’indépendance totale aux pays arabes sous mandat britannique (Palestine et Transjordanie) et l’indépendance totale aux pays arabes, colonies ou protectorats britanniques (Koweit, Hadramaout et Mascate) ;
  2. L’Allemagne et l’Italie annoncent ne nourrir aucune convoitise colonialiste à l’adresse de l’Egypte et du Soudan et considérer ces deux pays entièrement indépendants ;
  3. L’Allemagne et l’Italie s’engagent à ne recourir à aucun des moyens biaisés ou camouflés dans le but de léser l’indépendance des Arabes, tel que le moyen de "mandat", cette supercherie inventée par la Société des Nations en connivence avec les démocraties pour voiler la voracité colonialiste de celles-ci ;
  4. L’Allemagne et l’Italie reconnaissent aux pays arabes leur droit à l’édification de leur unité nationale selon leur désir et la manière qu’ils jugent opportune pour y parvenir ; elles s’engagent à n’œuvrer d’aucune façon dans le but d’entraver cette unité ;
  5. L’Allemagne et l’Italie ont pour seul vœu l’espoir de voir la Nation arabe s’épanouir et occuper dans le monde la place historique qui lui revient, et ce pour le bien de l’humanité toute entière et sur la voie d’une coopération économique basée sur l’échange fructueux des intérêts ; les pays arabes s’engageant en contrepartie à respecter le statu quo en Palestine ou ailleurs en tout ce qui concerne les possessions des différentes églises ou missions chrétiennes et à préserver à tous les chrétiens, quelque soit leur culte ou confession, la liberté d’accomplir leurs rites religieux, d’entretenir des œuvres de bienfaisance (hôpitaux, orphelinats, refuges pour aveugles...) et d’exercer pleinement leur croyance ;
  6. L’Allemagne considère le "foyer national juif" comme une entité illégitime et reconnaît le droit des Arabes à résoudre ce problème en fonction des impératifs nationaux arabes49.

68L’émissaire discute également avec les responsables allemands des travaux du Comité Arabe que préside à Bagdad le mufti en personne et leur promet en son nom le rétablissement des relations diplomatiques avec l’Allemagne et la conclusion d’un accord bilatéral régissant l’exploitation par l’Allemagne des ressources naturelles irakiennes ; il leur assure que l’Irak interviendra auprès des autres pays arabes dans le but de les inciter à parvenir à des accords semblables avec les deux pays de l’Axe. L’envoyé du mufti promet aussi à ses hôtes allemands l’éviction de Nùri Al Saïd, chef de file des partisans du maintien de l’alliance avec les Anglais. Annonçant aussi le désir du Comité de faire propager les flammes de la révolte en Palestine et en Transjordanie dès que le moment sera propice, l’interlocuteur arabe suggère que l’organisation de cette révolution soit effectuée depuis la Syrie.

  • 50 Ali Mùhafzeh, Position de la France, de l’Allemagne et de l’Italie vis-à-vis de l’Unité Arabe, 1919 (...)

69Les révolutionnaires, ajoute-t-il, seraient armés par les dépôts des forces françaises stationnées en Syrie et placées sous l’autorité du comité italien d’armistice, l’Allemagne étant parfaitement capable d’exercer des pressions contre le gouvernement de Vichy pour qu’il accorde à la Syrie son indépendance. L’émissaire parle également finances, précisant que le budget prévu pour alimenter cette révolte serait de l’ordre de 20 000 Livres par mois, assuré pour un tiers par le Comité Arabe de Bagdad et le solde conjointement par l’Allemagne et l’Italie50.

  • 51 ADAP, vol. 10, 2281/481604 (note de Grobba en date du 30/09/1941).

70Les dirigeants arabes étudient donc à Bagdad la possibilité de tirer profit de la situation internationale pour accélérer l’indépendance des pays arabes. Ils envisagent même à cette fin, de tendre la main à l’Union Soviétique dans le but de forcer la main à l’Allemagne. Conscients du désir ardent des Russes d’atteindre les “eaux tièdes", ils savent pertinemment que les musulmans n’admettraient pas un régime communiste, mais n’en estiment pas moins que la création d’une république arabe pro-soviétique serait moins contraignante qu’une domination italienne dans la région. A l’issue de bien des tergiversations à ce sujet, ils décident de se mettre en contact avec l’Allemagne pour sonder la possibilité d’une coopération avec elle avant de procéder à des discussions réelles avec l’URSS51.

71Mais les revendications invoquées, peut-on remarquer, sont limitées aux seuls pays du Machrek arabe, ceux du Maghreb en étant totalement exclus. Ainsi, à l’exception de l’allusion faite à propos de l’indépendance de la Vallée du Nil (l’Egypte et le Soudan), les nationalistes arabes du Machrek n’apportent aucune modification, aucune amélioration aux revendications d’indépendance et d’unité par rapport à leurs prédécesseurs, les “pionniers" du nationalisme issus de la Première Guerre Mondiale.

72Soulignons d’autre part que les "requêtes" citées plus haut représentent le degré optimal des espoirs que fondent les nationalistes arabes sur un appui de la part des deux pays de l’Axe.

  • 52 AA, PA, Sts. Syrien Weizæcker an Mackensen, Berlin, 09/09/1940 ; et ADAP, vol. 10, 71/ 50692-700.

73Toujours est-il que les responsables allemands prennent en compte ces revendications et, après les avoir étudiées, concluent de l’impossibilité de les satisfaire pleinement en raison de la complexité de la situation qui prévaut, à cette époque, sur la scène internationale. A ce moment, l’Allemagne pense encore, en effet, qu’il est possible de parvenir avec la Grande-Bretagne à un arrangement pour se partager les zones d’influence en Europe et dans le monde. Berlin craint, d’autre part, d’éveiller les successibilités du gouvernement de Vichy par la publication d’un communiqué reconnaissant l’indépendance à la Syrie et au Liban – ce qui, de surcroît, risquerait d’affaiblir Vichy et inciterait par conséquent les Français à regarder davantage du côté de Londres, où siège le Comité de la France Libre, dirigé pa un certain Charles De Gaulle. L’Allemagne, par ailleurs, inclut dans ses calculs les convoitises expansionnistes que nourrit l’allié italien dans l’Est méditerranéen52.

  • 53 AA, PA, Sts. Arabien, op. cit.
  • 54 Grobba, Mænner und Mæchte im Orient, op. cit., p. 199 ; Voir également : George Eden Kirk, The Midd (...)

74Toutes ces considérations pesées, les responsables allemands finissent par rédiger un projet de communiqué commun n’exauçant que partiellement les vœux arabes et le soumettent aux Italiens pour consultation53. L’addition des réticences de Rome et de Berlin engendre un communiqué laconique où l’on peut notamment lire : « L’Allemagne et l’Italie reconnaissent l’indépendance des pays arabes et suivent avec intérêt et sympathie les efforts que fournissent les Arabes en vue de réaliser leur indépendance »54.

  • 55 Hirszowicz, The Third Reich, op. cit., p. 94 ; voir aussi : Younis Bahri, Secrets du Mouvement du 2 (...)
  • 56 Grobba, op. cit., p. 200.

75Diffusé simultanément le 23 octobre 1940 par Radio Berlin et Radio Rome, ce communiqué ne sera publié, curieusement, que le 5 décembre de la même année par la presse des deux pays. Parmi les Arabes, le communiqué suscite de vives réactions et provoque de grandes réserves chez de nombreux dirigeants55. Sur un autre plan, le ministère allemand des Affaires Etrangères met Bagdad en garde contre les conséquences d’un affrontement armé entre l’Irak et la Grande-Bretagne, mais assure que l’Allemagne soutiendra l’Irak en cas d’agression anglaise56.

  • 57 Faroq Salih Al Omar, Les traités irako-britanniques, leur influence sur la politique intérieure, 19 (...)

76D’autre part, si le gouvernement Al Gailàni poursuit ses contacts avec l’Allemagne et l’Italie, il n’interrompt pas pour autant les pourparlers avec la Grande-Bretagne, notamment dans le but de sonder les opinions quant à l’avenir de la Syrie et de la Palestine. Mais, à travers les débats de la Chambre des Communes, les dirigeants britanniques semblent louvoyer soucieux de n’accorder aux Arabes aucune promesse concrète concernant l’avenir de ces deux pays57.

  • 58 F.O. 371/24558, Political Situation in Iraq, Par. 34 (9 octobre 1940).

77C’est à partir de là que le fossé s’approfondit entre Bagdad et Londres dont les responsables voient d’un très mauvais œil l’esprit d’indépendance qui semble animer le nouveau gouvernement irakien, et sont très indisposés par l’odeur de coopération avec l’Axe, qui se dégage de l’action de cette formation58. Les Anglais jugent sans précédent et inadmissibilité la façon dont se comporte le gouvernement irakien : jamais auparavant ses prédécesseurs n’ont osé aller aussi loin.

  • 59 Sattie Al Hossari, Mes Mémoires en Irak, Tome II, Beyrouth, 1968.

78Ainsi, l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Bagdad manifeste-t-il une volonté flagrante de s’immiscer dans les affaires politiques de l’état irakien lequel, par l’intermédiaire de son représentant à Londres, s’en plaint auprès du gouvernement britannique. Celui-ci, bien que soucieux de ne pas intervenir excessivement dans les affaires intérieures irakiennes, est loin d’approuver la politique du nouveau Premier ministre. Mais, en même temps, Londres ne veut pas d’un conflit ouvert avec le gouvernement d’Irak. Aussi, les Etats-Unis, sur la requête des Britanniques, interviennent-ils auprès de Bagdad. Al Gailàni assure alors aux intervenants américains que l’Irak honore toujours les engagements qu’il a signés dans le cadre du Traité d’alliance, dans la lettre comme dans l’esprit59, et ce à un moment où la rumeur court que l’Irak entend rétablir les relations avec l’Allemagne.

79Un regard biographique s’impose à ce stade sur la personne de Rachid Âli Gailàni, étant donné le rôle primordial qu’il aura joué en cette phase délicate et houleuse des relations irako-britanniques.

80Né à Bagdad en 1893, c’est un descendant du fameux uléma musulman, cheikh Abdel-Qâder Al Gailàni, maître fondateur d’un courant soufi, le "qâderisme" (al-Qâdiriyya), très répandu parmi les musulmans du monde entier.

81Titulaire du diplôme de l’Ecole du Droit, il occupe sous les Ottomans le poste de Pachkateb (traduisez : "Directeur Général") de l’Office des Waqfs (biens religieux), et est membre de l’Association "Union et Progrès" (Djamiyyêt al-Ittihâd wat-taraqqi). Les Anglais occupant Bagdad, il se réfugie à Mossoul, au nord de l’Irak ; mais après la chute de celle-ci, il est nommé, sous l’administration britannique, Directeur des Waqfs.

82Ayant exercé la profession d’avocat, il est nommé en mai 1921, juge à la Cour de Cassation. Il cumule ensuite son mandat de juge et un statut de professeur à la Faculté de droit. Très apprécié des conseillers britanniques, il est nommé ministre de la Justice dans la formation Yassin Al Hàchimi, en 1924. Mais il en démissionne en mars 1925 pour protester contre la signature de la concession pétrolière au profit de la Turkish Oil Company (au sein du gouvernement, il était le plus fervent adversaire de cette concession).

83Dans le gouvernement de Mohsen Al Saadoun, il a un nouveau portefeuille, celui de l’Intérieur. Il en démissionne dès son élection à la présidence du Conseil des députés (novembre 1926 à janvier 1928). A l’issue des élections générales de 1930, il est réélu président du Conseil des députés. Nouvelle démission en mars 1931 : il entend cette fois protester contre la politique du gouvernement de Nùri Al Saïd.

84Il devient alors l’un des dirigeants les plus en vue du parti d’opposition "La Fraternité Nationale" (Hezb al-Ikhâa al Watani). L’instigation à la grève générale, en juillet 1931, dans le but d’ébranler le gouvernement de Nùri Al Saïd sera retenue comme l’action la plus marquante de sa vie politique en cette période.

85Un an plus tard, en juillet 1932, il est nommé chef du Cabinet royal, avant d’être Premier ministre (de mars à octobre 1933). En mars 1935, il prend part à l’organisation des grèves qui secouent la région de l’Euphrate et qui conduisent à la démission du gouvernement. Il participe ensuite en tant que ministre de l’Intérieur au nouveau gouvernement, formé par Al Hàchimi.

86En 1940, Al Gailàni est à la tête d’un gouvernement de coalition qui se heurte aux Anglais pour avoir refusé de rompre les relations diplomatiques avec l’Italie. Enfin, il dirige pour la dernière fois un gouvernement à la suite d’un coup d’Etat d’avril 1941. C’est à ce moment qu’il tient résolument tête aux Britanniques, ce qui lui vaudra d’être condamné à mort par coutumace. Mais, entre temps, il s’enfuit vers l’Iran, puis la Turquie d’où il gagne l’Allemagne. Il demeure à Berlin jusqu’à la fin de la guerre. Défaite de l’Allemagne, nouvel asile : l’Arabie Saoudite puis, à partir de 1954, l’Egypte.

87Al Gailàni ne rentre au bercail qu’à la faveur de la proclamation de la République irakienne, le 14 juillet 1958. Nouvelle peine capitale ; cette fois il est accusé d’avoir fomenté un complot visant le renversement du nouveau régime républicain. Sa peine commuée à la réclusion à perpétuité, il ne passe, en réalité, que trois années en prison puisque, le 14 juillet 1961, il est amnistié et libéré. Rachid Âli Al-Gailàni s’éteint à Beyrouth le 28 août 1965, à l’âge de 72 ans.

  • 60 F.O. 371/24559, E. 3010, B. Newton (Bagdad) to F.O. (6/12/1940). Voir également : Archives du minis (...)

88L’acuité de la crise intérieure, à l’époque des événements, conduit le régent à intervenir : il convoque le conseil des ministres à la Cour royale. Soulignant le « manque de cohérence et d’homogénéité au sein de l’équipe gouvernementale », il déclare préférer la reconsidération par le gouvernement de ses positions. Mais, surtout, le régent confie, lors de cette réunion, que la Grande-Bretagne insiste pour que le Premier ministre soit remplacé, pour "incompatibilité" avec la politique internationale britannique. Ainsi le régent envoie un émissaire, le chef du Cabinet royal, à Al Gailàni lui demandant de se démettre60.

89A partir de là, la crise interne éclate au grand jour, augurant d’un affrontement entre les antagonistes. Car le Premier ministre a pour lui la Constitution, qui stipule : « Le roi, exempt et non responsable (des actes du gouvernement) ne dispose pas du droit de dissoudre une formation gouvernementale ».

  • 61 F.O., op. cit., 29 novembre 1940, et Archives des Affaires Etrangères, Paris, op. cit., 10/ 06/40 e (...)

90Ce début des années 40, peut-on remarquer, est ainsi truffé de complications, d’intrigues et de crises politiques (quatre gouvernements se succèdent en 1940-41). Mais la crise atteint son point culminant lorsque Londres demande à l’Irak de rompre ses relations diplomatiques avec l’Italie, à la veille de l’entrée de celle-ci dans la guerre aux côtés de l’Allemagne. Le Premier ministre, Al Gailàni, opposant une fin de non-recevoir à la requête britannique, le chef de la diplomatie, Al Saïd, présente sa démission, suivi bientôt par plusieurs autres ministres61.

  • 5 Le propre frère de Yassin Hàchimi, l’ancien Premier ministre déchu par le coup d’Etat de 1936.

91De surcroît, le régent quitte la capitale et s’en va clôturer à Diwaniyah (ville située sur l’Euphrate, au sud de l’Irak). La "bouderie" de Son Altesse vise bien entendu à isoler davantage le chef du gouvernement. Ce dernier finit d’ailleurs par démissionner, et c’est Tàha Al Hàchimi5, ministre de la Défense du gouvernement sortant, qui est chargé de former une nouvelle équipe.

92Loin de constituer un épilogue, ce remaniement aggrave la situation. Car les quatre colonels, piliers du fameux "Carré d’or", n’ont pas dit leur dernier mot. Ils estiment que le retour d’Al Gailàni est une nécessité. Et lorsque l’un d’eux est muté hors de la capitale par arrêté du nouveau ministère de la Défense, ils pressentent qu’il s’agit là du premier acte d’un plan visant à scinder le groupe en éparpillant ses éléments.

93Les quatre chefs de l’armée décident alors de passer à l’action et perpètrent un mouvement militaire qui oblige la formation Al Hàchimi à démissionner, deux mois à peine après sa constitution. Al Gailàni revient au pouvoir en avril 1941, à la tête d’un "gouvernement de défense nationale".

  • 62 F.O. 371/27062, E. 1263, Cornwallis to F.O., 4 avril 1941. A propos de cette évasion, Cornwallis ra (...)

94Le régent s’enfuit, et non point par "bouderie" cette fois-ci. Il se réfugie à Habbâniya, à 100 km à l’ouest de Bagdad (toujours sur l’Euphrate) où se trouve une importante base militaire et aérienne anglaise. De là, il gagne Bassorah, au Sud, où il tente de transférer le siège du gouvernement. Mais l’encerclement de Bagdad par l’armée rend difficile et périlleuse toute velléité de sortir de la capitale62.

  • 63 F.O. 371/27063, E. 1377, Cornwallis to F.O., 10 avril 1941. Signalons que le gouvernement de Bagdad (...)

95Ces événements ont pour résultat la création d’un cabinet semi-militaire. Pour se conférer un aspect légitime et constitutionnel, le gouvernement convoque le Conseil des députés à une réunion extraordinaire au cours de laquelle le régent, le prince Abdul-Ilâh, est évincé et remplacé par le chérif Sharaf63. Ce dernier accepte la démission du cabinet Al Hàchimi et charge Al Gailàni de la formation d’un nouveau gouvernement.

96Le chérif Sharaf, âgé alors de 62 ans, est né à Taïf (près de la Sainte-Mecque) dont il sera prince. Ce cousin de Fayçal Ier se rallie au père de ce dernier, le chérif Hussein de la Mecque, lors du soulèvement arabe pendant la Grande Guerre. Il quitte sa ville de Taïf, en effet, pour rejoindre les détachements menés, plus au nord, par son cousin Fayçal, futur roi d’Irak. Le prince Sharaf s’illustre en étant le premier à entrer dans Médine, après son évacuation par le général turc Fakhri Pacha et ses troupes vaincues.

  • 64 A.A.E., Paris, Guerre 39-45, vol. 159, pp. 16-17.

97Le chérif Sharaf régnera à Taïf jusqu’en 1925. Mais, à cette date, le Hedjaz est occupé par les Wahhabites, adversaires de la dynastie chérifienne hachémite. Il se réfugie alors en Irak où il assure la régence (par intérim) une première fois à l’occasion de la maladie de son cousin, Fayçal Ier64.

  • 65 F.O. 371/72062, E. 1253/1/93, Newton (Bagdad) to F.O. (4 avril 1941).
  • 6 A propos de la sympathie des Arabes pour l’Allemagne et leur attitude vis-à-vis de la France et de (...)
  • 66 F.O. 371/27062, E. 1254, Cornwallis to F.O. (4 avril 1941). Voir également : Abdul-Sattèr Al Rubaïe (...)

98Le cabinet de défense nationale est désormais surnommé "le gouvernement des officiers" : c’est l’armée qui dirige le pays. Un certain Edmonds, conseiller du ministre de l’Intérieur, et qui est en étroite liaison avec Al Gailàni, suggère à Londres de n’entretenir aucun rapport officiel avec cette formation. Le gouvernement britannique adopte la proposition65 et considère le nouveau régime irakien comme allié de l’Axe, mettant en garde contre le danger qu’il représente6 66.

  • 67 F.O. 371/27062, E. 1260, op. cit., (5 avril 1941).

99Cependant, le nouveau cabinet ministériel annonce son attachement aux clauses du traité irako-britannique de 193067, sans doute une manœuvre visant à tâter les intentions de l’Allemagne et de l’Italie quant au soutien virtuel qu’elles accorderaient, son ampleur et la vitesse avec laquelle il serait effectué. Seulement, les auteurs de l’"opération" qui a enfanté le pouvoir ne sont guère d’accord sur une orientation politique bien déterminée : il est clair qu’un litige oppose civils et militaires. Ces derniers se targuent d’être à l’origine du mouvement et prétendent que cela leur vaut d’imposer leur point de vue. Les civils, eux, bien que ne l’entendant pas de cette oreille, sont loin d’être cohérents et homogènes, les uns saluant l’enthousiasme des militaires et admirant leur fougue, les autres rassérénés par une longue expérience politique, prêchant la modération et l’attentisme.

100La crise s’aggrave. D’autant plus que la Grande-Bretagne semble adopter une attitude des plus sévères, envisageant même d’intervenir militairement pour en venir à bout de ce gouvernement. Mais Londres entend d’abord tenter de trouver une solution qui exclut l’affrontement direct. Ainsi Cornwallis est nommé ambassadeur à Bagdad. Ancien conseiller du ministère irakien de l’Intérieur (1921-1935), il est l’homme de la situation, côté britannique. Mais ce choix n’est pas du goût du gouverneent irakien, d’autant que Gailàni lui-même, alors ministre de l’Intérieur, avait congédié Cornwallis en 1935. Pour la Grande-Bretagne pourtant, la nomination est judicieuse et prometteuse : l’homme connaît les impondérables de la vie politique à Bagdad et a de nombreuses relations parmi les vieux loups de la politique et, surtout, parmi les chefs des tribus et des clans, qui ont pour lui une singulière sympathie.

  • 68 F.O. 371/27064, E. 1414, Cornwallis to F.O. (12 avril 1941).

101Une des premières initiatives du nouveau chef de la mission diplomatique britannique est de demander à son gouvernement l’envoi rapide de renforts sans lesquels, soutient-il, l’Irak tomberait aux mains des Allemands. Très vite, néanmoins, il se ressaisit : l’envoi de troupes armées, affirme-t-il offrirait au nouveau gouvernement l’occasion de se consolider en attisant les sentiments anti-britanniques intérieurs, et en ralliant le suffrage populaire contre l’ennemi envahisseur. Non, pour Cornwallis le meilleur moyen serait un stratagème qui consisterait en ceci : informer le gouvernement irakien que la mauvaise posture militaire en Europe nécessite de la Grande-Bretagne de dépêcher des unités vers la Palestine via le territoire irakien, conformément aux clauses du traité bilatéral ; si le gouvernement Al Gailàni accepte, il serait toujours temps de trouver un moyen pour détourner la mission de ces troupes vers une maîtrise "intra-muros" de la situation militaire en Irak ; s’il refuse, « la Grande-Bretagne devra par tous les moyens atteindre l’objectif de mettre fin à la situation intérieure inquiétante en Irak »68.

  • 69 F.O. 371/27064, E. 1420, F.O. to Cornwallis (13 avril 1941).

102Ces dispositions traduisent, à l’évidence, autant de manque de confiance de la part des Britanniques envers le gouvernement de Bagdad qu’une transgression flagrante des dispositions du traité de 1930 conclu entre les deux parties. Le point de vue anglais ne laisse d’ailleurs aucun doute : le Premier ministre déclare que la conjoncture créée par la guerre mondiale n’offre aucune incertitude quant à la nécessité de préserver les intérêts britanniques69.

  • 70 Churchill W., The Second World War, op. cit., p. 230.
  • 71 John Connel, Wavell, Scholar & Solder to June 1941, Londres, 1964, p. 442. Egalement : A.A.E., Pari (...)

103Et le chef du gouvernement de Sa Majesté d’ajouter : « Il faut agir très rapidement en vue de mettre fin à la situation peu orthodoxe qui sévit en Irak »70. Mais Wavell, commandant en chef des forces britanniques au Moyen-Orient, est convaincu pour sa part de la nécessité de trouver une solution pacifique avec l’Irak. « Car, justifie-t-il, il y va de la position défensive des Alliés dans la région du Proche-Orient toute entière, les Alliés devant absolument consacrer la totalité de leurs contingents à la bataille de Suez »71.

  • 72 F.O. 371 /27564, E. 1423, F.O. to Cornwallis (12 avril 1941).

104Entre temps, le régent, Abd-ul-Ilâh, s’est installé à Bassorah, sous l’égide des Anglais qui lui offrent tout le soutien nécessaire pour recouvrer sa régence, et même l’"hospitalité" : il est logé, en toute quiétude à bord d’un navire britannique mouillant dans le Chatt-el-Arab. Le prince déchu a, entre autres avantages, la faculté de diffuser sur les ondes de la radio britannique du Port, des communiqués exhortant le peuple irakien à appuyer la famille hachémite et à « opter pour le droit constitutionnel en Irak »72.

  • 73 F.O. 371/27065, E. 1507, Cornwallis to F.O. (15 avril 1941).

105Mais Al Gailàni, assuré du soutien du parlement, achève de contrôler militairement la capitale. Comme expliqué précédemment, il n’en répète pas moins sa volonté d’honorer les engagements prévus dans le traité bilatéral de 1930, dans le but de gagner du temps en attendant d’hypothétiques aides allemandes et italiennes. A son grand dam, ses calculs n’échappent pas à la sagacité de l’ambassadeur britannique à Bagdad. Ce dernier, dès que son pays a obtenu l’autorisation de débarquer – une première fois – des troupes en Irak, avoue d’ailleurs : « Je ne fais point confiance à cet homme (Al Gailàni, s’entend) ; il serait très dangereux de lui laisser le temps d’affermir sa position »73.

  • 74 F.O. 371/27066, E. 1618 et E. 1635, Cornwallis to F.O. (22 avril 1941).
  • 75 F.O. 371/27067, E. 1782, Cornwallis to F.O. (28 avril 1941).

106L’ambassadeur est par ailleurs partisan d’un grand coup usant de l’effet de surprise dans le but de prévenir l’aggravation de la situation. Pour Cornwallis, le moment est d’autant plus opportun d’intervenir que le gouvernement irakien vient de montrer un signe de faiblesse en acceptant l’entrée sur son territoire d’unités armées anglaises et, surtout, en publiant un communiqué annonçant au peuple cette décision, ce qui a provoqué une grande confusion et désemparé l’opinion publique, sidérée par le choix du gouvernement. Le responsable diplomatique anglais estime qu’il serait astucieux de profiter de ce moment d’incertitude74. La Grande-Bretagne, cependant, ne pourra exploiter ce flottement interne, car ce manque d’unanimité sur la décision de Bagdad ne peut de toutes les manières profiter aux Anglais. C’est à tel point que certaines tribus soutenant au départ les Anglais, changeront de camp après l’affrontement armé et rallieront la partie irakienne75.

  • 76 W. Churchill, The Second World War, vol. III, op. cit., p. 228.
  • 77 J. Buttler, Grand Strategy, vol. II, "Sept. 1939 – June 1941", Londres, 1957, p. 46 ; et John Bagot (...)

107Cela dit, la Grande-Bretagne se résout à écraser le mouvement irakien dans les plus brefs délais. Churchill adresse au ministre des Indes une note où l’on peut lire : « La situation s’est trop dégradée en Irak ; il devient de notre devoir d’assurer la sauvegarde de Bassorah, car les Américains sont de plus en plus intéressés par la construction dans sa région d’une grande base aérienne » 76. Un accord du reste conclu entre Washington et Londres soulignant la nécessité de renverser le gouvernement de Bagdad afin de préserver les intérêts pétroliers de deux puissances dans la région, d’assurer le transport des unités britanniques des Indes vers l’Egypte, et de garantir la route de la Turquie pour assurer le maintien de sa neutralité77.

  • 78 F.O ; 371/27067, E. 1782, Cornwallis to F.O. (28 avril 1941).

108En application de ce plan, les forces anglaises quittent Karachi le 12 avril de cette année 1941 en direction de Bassorah. Le 17, l’ambassadeur britannique informe le gouvernement irakien de l’imminence de l’arrivée de ces troupes et du désir de son pays de les faire transiter par le territoire irakien pour qu’elles rejoignent et renforcent les armées alliées en Afrique du Nord. Mais Bagdad refuse l’entrée de forces supplémentaires avant que les unités précédemment arrivées et encore sur place n’évacuent le pays par ses frontières occidentales78.

  • 79 A.A.E. vol. 159, op. cit., 30/4/1941, p. 28.
  • 80 Ibid, 22/4/1941, p. 24 et 2/5/1941, p. 45.

109Le refus irakien s’inspire des clauses mêmes du traité de 1930, qui prévoient que le passage de nouvelles unités doit être précédé par la sortie des troupes déjà stationnées dans le pays. Mais la détermination du gouvernement irakien à maintenir sa position finira par provoquer l’affrontement armé79. Antérieurement à cette tension née du "non" irakien, Al Gailàni entend, semble-t-il, entretenir de bonnes relations avec les Anglais et éviter de les affronter. Simplement, en l’occurence, il s’en tient rigoureusement à un accord passé entre les deux parties le 21 juin 1940 sur les modalités de passage de troupes anglaises par l’Irak. « Aucun campement, dit ce texte, ne saurait être dressé pour ces troupes qui ne devraient pas séjourner en Irak »80.

110Par conséquent, l’accord entre les deux pays, établi selon les termes du traité, permet à Londres de débarquer ses troupes sur le territoire irakien en cas de besoin. Aucune disposition dans ledit traité ne s’oppose à cette prérogative (article 7 de l’annexe militaire au traité de 1930). Des documents français indiquent à ce sujet que les mesures citées n’étaient précisées que dans le cadre de l’accord de 1940. Le gouvernement britannique a donc le droit de mettre en application les dispositions du traité, dans la lettre comme dans l’esprit, sans se référer, pour autant, à l’accord des deux gouvernements en 1940.

  • 81 Ibid, 25/4/1941, p. 26.
  • 82 Ibid, 18/5/1941, p. 5.

111Si Al Gailàni est plutôt enclin, lui, à composer avec les Britanniques, les militaires, qui l’ont apporté au pouvoir, font pression et tentent de s’immiscer dans les affaires de l’Etat81. Mais eux ne sont pas "aguerris" à la vie politique et ses impératifs. « Il faut espérer que les militaires qui l’entourent et qui semblent manquer de sens politique, ne le pousseront pas à prendre des décisions irréfléchies qui, en l’état actuel des choses, seraient graves de conséquences »82.

  • 7 Les documents français parlent de 10 000 hommes (ibid, 18/4/1941), p. l.
  • 83 Churchill, op. cit., p. 225.

112Pendant ce temps, les unités britanniques continuent à affluer à Bassorah où 7 000 hommes sont débarqués des navires de guerre7. La ville de Bassorah est investie et la garnison proche de Chayba renforcée ainsi que sa base aérienne. Al Gailàni est pris au dépourvu, les affirmations apaisantes de l’ambassadeur britannique ayant incité Bagdad à n’anticiper aucune de ces mesures et, par conséquent, à n’envisager aucune contre-mesure. D’autre part, les troupes britanniques en Irak ayant été placées sous le commandement de l’état-major des forces armées britanniques en Inde, la politique de Londres ne tombe plus sous le coup du traité d’alliance de 1930 mais répond aux seules exigences de la guerre (mondiale) qui fait rage83.

  • 84 A.A.E., op. cit., p. 20.

113Pourtant, le premier contingent arrivé à Bassorah a été chaleureusement accueilli par les responsables irakiens, et l’on a même cru un instant que Londres allait se démarquer de l’ex-régent (qui a été prié d’aller à Amman) et tenter de trouver un compromis avec Bagdad. Des signes d’apaisement apparaissent en effet, notamment un contact avec l’ambassadeur britannique et le président du conseil au cours duquel les deux hommes évoquent la présentation probable des lettres de créance du diplomate à la lumière de la visite qu’il a effectuée au ministère des Affaires Etrangères, et envisagent une normalisation – qu’ils jugent possible – des relations bilatérales84.

  • 8 Le texte intégral du communiqué diffusé à cette occasion par Radio-Berlin se trouve à l’annexe n° 9 (...)
  • 85 Ibid. Le texte intégral du communiqué diffusé à cette occasion par Radio-Berlin se trouve à l’annex (...)

114Quant à la position des deux pays de l’Axe face à ces événements, elle consiste à considérer l’incursion des troupes anglaises comme une transgression de la souveraineté irakienne et un acte contre la volonté de l’état irakien8 85.

115Toujours est-il que la mission de ces unités est désormais du ressort du "commandement irako-iranien", appelé plus tard "Paiforce". Les instructions émanant de l’état-major des Indes à l’adresse de ces troupes, insistent sur l’urgence d’aménager et d’étendre le port de Bassorah, de façon à ce qu’il puisse accueillir l’ensemble des forces, que la guerre en cours peut nécessiter d’envoyer dans la région du Proche-Orient. Ce commandement est également chargé d’assurer la protection de tous les moyens de transport et de communications en Irak, y compris les aéroports.

  • 86 Paiforce..., op. cit., pp. 54-55.

116Ainsi, parmi les devoirs du commandement des forces débarquées, figure la création d’institutions qui contrôleraient les communications métropolitaines de Bagdad, et les lignes de transport s’étendant de la capitale jusqu’aux confins de la Transjordanie, à l’Ouest, et jusqu’à Mossoul, au Nord. Une des missions spéciales de ces forces consiste par ailleurs à défendre les installations de la Royal Air Force à Habbâniya et à Chayba, à protéger leurs effectifs, ainsi que les ressortissants britanniques à Bagdad ou ailleurs et, enfin, à assurer la défense des champs pétrolifères de Kirkouk et les oléoducs qui en découlent à destination de Haïfa, en Palestine86.

  • 87 Ibid, p. 59.

117L’arrivée du deuxième contingent britannique à Bassorah est émaillée de quelques accrochages et fusillades entre population et soldats britanniques. Des officiers anglais somment le sous-préfet de Bassorah d’interrompre tout lien avec les autorités centrales de Bagdad, mais le fonctionnaire n’obtempère pas et l’occupation de Asch-Châr, près de Bassorah, est poursuivie par les unités britanniques. Le commandant des forces anglaises diffuse aux habitants de la ville plusieurs communiqués où il annonce l’interdiction des rassemblements publics, l’obligation pour les fonctionnaires et les employés de reprendre le travail et la réouverture des banques et des commerces. Il menace également de peine capitale les auteurs de tout acte de pillage ou de vandalisme et décrète le couvre-feu entre 20 h et 5 h 30. L’officier britannique nomme d’autre part à l’administration de la localité de Asch-Châr un ancien président de tribunal, Lloyd, alors directeur général de l’Office des dattes de Bassorah. Ce dernier annonce pour sa part une série de mesures dont la prohibition du port d’armes et l’interdiction, sous peine de sévères sanctions, d’écouter les radios de l’Axe ou de Bagdad87.

  • 88 F.O. 371/27076, E. 3236, par. 17, Cornwallis to Eden (28 avril 1941).

118Pendant ce temps à Bagdad, le nouvel ambassadeur de Grande-Bretagne, bien qu’à son poste depuis un mois, s’abstient délibérément de présenter ses lettre de créance : il entend par cette attitude éviter de conférer au nouveau régime un semblant de légitimité et de crédibilité. De plus, il incite instamment les chargés d’affaires de Turquie, d’Egypte et d’Arabie Saoudite à ne pas reconnaître le nouveau pouvoir en place à Bagdad. Sur un autre plan, il prend l’initiative d’ordonner aux fonctionnaires britanniques, militaires ou civils, de quitter leur charge au sein des administrations irakiennes et de s’apprêter à plier bagage88.

  • 89 Se référer au rapport global de Cornwallis relatant les événements dès le début des opérations mili (...)

119Le gouvernement irakien, en représailles, annonce la fin des contrats des employés de nationalités britanniques... Bref, la situation s’envenime jusqu’à dégénérer en affrontement armé qui, initialement, éclate à Habbâniya (où se trouve une importante base aérienne anglaise) mais qui se généralise en une guerre inégale, entre deux états aux moyens trop disproportionnels89.

  • 9 Voir texte intégral de ce communiqué dans l’annexe n° 12.

120Lors de l’affrontement, l’ambassade britannique diffuse aux citoyens de Bagdad des tracts diffamatoires à l’encontre du gouvernement et, plus particulièrement, de la personne de Rachid Âli Gailàni. Ces écrits appellent la population à bannir le Premier ministre et dénoncent la partialité du gouvernement en faveur de l’Allemagne et de l’Italie. « Al Gailàni et sa clique, prétendent encore ces brochures, se sont laissé soudoyer avec de l’argent et sont à la solde de l’Allemagne et de l’Italie ».9

  • 90 F.O. 371/27077, op. cit., par. 16.

121Aussi le gouvernement irakien prend-il des mesures d’urgence et proteste contre les agressions britanniques, soulignant qu’ils enfreignent les clauses du traité d’alliance signé entre les deux pays. Bagdad déclare, d’autre part, qu’en cas d’agression anglaise contre les bâtiments publics et gouvernementaux irakiens, le gouvernement se trouverait dans une situation où il ne pourrait assurer la sécurité des étrangers hostiles au pays. Une déclaration qui inquiète Cornwallis quant au sort des ressortissants britanniques. Ces derniers se réfugient dans la base militaire de Habbâniya pour les uns, et dans l’ambassade américaine à Bagdad pour les autres90.

L’Allemagne nazie et le Gouvernement de Défense nationale irakien (1941)

  • 91 F.O. 371/27069, teleg. Lampson (Cairo) to F.O. (11 mai 1941). Lampson raconte : “Tahsin Al Askari, (...)
  • 92 F.O. 371/27069, E. 2234, Bird to F.O. (14 mai 1941) :
    Ibn Saoud informe l’ambassadeur britannique e (...)

122Pour ce qui est des relations de l’Irak en cette période avec l’Axe, force est de constater que les efforts sont dirigés davantage vers l’Allemagne, au détriment de l’Italie. Ces contacts officiels sont assurés par le chargé d’affaires irakien à Ankara, mandaté par Bagdad pour mener des négociations devant aboutir au rétablissement des relations diplomatiques avec Berlin. La Grande-Bretagne apprend l’existence de ces tractations par le chargé d’affaires irakien au Caire, lui-même ayant été informé par l’ambassadeur du Japon dans la capitale égyptienne91. Mais les Anglais en sont par ailleurs mis au courant par Ibn Saoûd, lui-même l’ayant appris de la bouche de Nâji Al-Swaidi, ministre irakien des Finances, lors d’une rencontre avec l’homme qui donna à l’Arabie son nom Saoudite. Le ministre irakien aurait informé Ibn Saoûd lors de leur entretien, des détails des contacts avec l’Allemagne par l’intermédiaire de l’ambassadeur japonais à Bagdad92.

  • 93 ADAP, Aufzeichnung Weizæcker, Berlin, 12/3/1941, D 71/50811-2.

123Auparavant, le ministre allemand des Affaires Etrangères déclare que la demande irakienne d’armement (portant sur l’équipement d’une division entière : 400 mitrailleuses MGS avec leurs recharges, 50 véhicules blindés légers, 10 batteries anti-aériennes avec leurs matériels et munitions et 100 000 masques anti-gaz) requiert une décision de Hitler. Si celle-ci est favorable, précise le ministre, il faudra assurer l’acheminement de ces armes vers l’Irak. Le chef de la diplomatie allemande annonce d’autre part, l’accord pour un soutien financier à l’Irak, matérialisé par l’offre d’un prêt destiné au remboursement du coût de ces armes, ajoutant que son pays aiderait l’Irak financièrement s’il devait entrer dans un conflit militaire avec l’Angleterre93.

124Mais pourquoi, peut-on s’interroger, cette volte-face de la position de l’Allemagne, qui daigne désormais accorder le soutien demandé alors que, jusque là, elle admettait l’idée que l’Est méditerranéen était "du ressort" de l’allié italien ? Pour mieux cerner les raisons de ce fléchissement, il est nécessaire de passer en revue la série d’événements militaires qui précèdent le revirement allemand.

125Nul n’ignore, en effet, que l’offensive italienne en Egypte n’a atteint aucun de ses objectifs. Le général Wavell, commandant en chef des forces britanniques au Moyen-Orient vient, à l’issue d’une contre-attaque, de faire reculer les bataillons italiens et même de les pourchasser derrière les frontières égyptiennes.

126Les Italiens, aux ordres du général Graziani, essuient là une cuisante défaite : dix-neuf de leurs généraux se rendant et 130 000 hommes avec. De plus, Barca est tombée aux mains des Anglais. Ces revers sidèrent Hitler que Rome appelle à la rescousse pour appuyer ses dispositifs en Libye (par le fameux "Afrikakorps") et en Grèce. Dès lors l’Allemagne est directement concernée par la région orientale du bassin méditerranéen : à nouvelle donne, nouvelle politique, à l’égard des Arabes, en l’occurence. L’Allemagne prend donc conscience à partir de là de la réalité arabe et décide d’appliquer des mesures adéquates.

127Pour en revenir à l’Irak, signalons qu’au lendemain du coup d’Etat perpétré à Bagdad, le ministre allemand des Affaires Etrangères demande à Woermann, vice-ministre, d’élaborer un rapport de la situation en Irak. Le 9 avril 1941, le numéro deux de la diplomatie allemande soumet à son chef le document en question. Il y fait état des négociations germano-nippones sur la possibilité de doter l’Irak d’armes japonaises. Woermann y fait également le point sur des pourparlers menés avec le ministre afghan de l’Economie au cours desquels il a accepté le transit par l’Afghanistan des armes allemandes destinées à l’Irak (via l’Iran).

  • 10 Abwehr, "défense". Service de renseignements de l’état-major allemand de 1925 à 1944. Dirigé par l’ (...)
  • 94 ADAP, DX 11, 71/50841-2 (il s’agit du mémorandum de Woermann du 9/4/1941).

128Le responsable allemand précise d’autre part, dans la note qu’il soumet à son ministre, que ces armes ne sont pas encore définies sur les plans quantitatif et qualitatif, et souligne que c’est au führer de prendre la décision définitive. Le mémorandum fournit par ailleurs quelques renseignements sur les activités du service d’intelligence allemand "Abwehr"10 en Irak, en Palestine et en Transjordanie. A la lumière des informations développées dans ce rapport, le ministre allemand des Affaires Etrangères décide de charger Woermann du poursuivi des événements du Proche-Orient et du Maghreb arabe et des décisions qui s’imposent en conséquence94.

  • 95 Note de Woermann du 12/4/1941, in : ADAP, DX 11, 83/6/57-8.

129Le gouvernement de Berlin, en accord avec Rome, demande d’autre part à son représentant à Bagdad de transmettre au Premier ministre irakien un message indiquant que les deux pays de l’Axe « suivent avec une extrême sympathie les événements que traverse l’Irak », et conseillent à son gouvernement d’éviter l’affrontement avec la Grande-Bretagne. Les deux alliés, affirme le message, exprimant leur disposition à aider l’Irak en armes et munitions, espèrent pouvoir bientôt surmonter les difficultés relatives à l’acheminement de cette aide et assurent qu’ils accorderont une aide financière dès qu’ils auront connu les désirs de l’Irak à ce sujet95.

130En Irak même, Al Gailàni convoque le chargé d’affaires italien le 18 avril 1941, et lui fait part de la volonté du gouvernement de défendre le pays. Le dirigeant irakien confie au représentant italien le désir de Bagdad d’apprendre par les pays de l’Axe :

  1. si l’armée irakienne peut compter sur un appui aérien des forces de l’air "axiales" (il précise que les bases aériennes irakiennes sont aptes à accueillir des escadres des pays de l’Axe) ;
  2. si l’armée irakienne peut recevoir les armes et les munitions attendues par voie aérienne, comme ce fut le cas lors des campagnes d’Abyssinie et de Norvège.
  3. si l’Irak sera doté des aides précédemment demandée à l’Axe, l’aide financière en particulier96.
  • 97 AA. PA., Iraq, Aufzeichnng Reichsausseminister, vom. 21/4/1941, et ADAP, n° 377, p. 494.

131Le gouvernement irakien et le ministre allemand des Affaires Etrangères apprendront par la suite, à leur grand désespoir, que les Anglais connaissent parfaitement le chiffre de l’ambassade d’Italie à Bagdad et sont par conséquent au courant des moindres détails des contacts irako-axiaux !97 Cependant, les documents britanniques soutiennent que ce fut par l’intermédiaire du gouvernement saoudien et du chargé d’affaires irakien au Caire, que Londres était renseignée sur les résultats des contacts entre l’Irak et les pays de l’Axe.

  • 98 AA. PA., Iraq, Aufzeichnung Ribbentrop Wien, 21/4/1941.

132Dans une note du 21 avril 1941, le ministre allemand des Affaires Etrangères informe Hitler de la triple interrogation d’Al Gailàni, précisant que la voie terrestre est la seule envisageable pour l’acheminement des armes demandées et que la seule route possible est celle qui traverse la Turquie (ou, sous réserve, par l’Afghanistan, puis l’Iran). La note, qui indique que le transport de telles armes devrait nécessiter plusieurs semaines, souligne que l’envoi d’armement japonais durerait en revanche plusieurs mois. Le ministre des Affaires Etrangères y confie par ailleurs, ne pas être absolument certain de la détermination du gouvernement irakien à résister au débarquement militaire britannique. Il prie également Hitler de bien vouloir prendre une décision relative à l’envoi par voie aérienne d’armes à l’Irak, soulignant la nécessité de collaboration à ce sujet avec Rome et Vichy98. Après avoir examiné cette note, Hitler entérine l’envoi d’armes à l’Irak.

133Au sujet de l’"intrusion" allemande en Irak et des événements de mai 1941, le ministère britannique de la guerre dit :

134« En vue d’arrêter définitivement leur plan, les Allemands devaient soigneusement arrêter le choix du moment de son exécution. C’était primordial. Pour ménager l’opinion mondiale (les nazis y accordaient encore alors quelque importance), il fallait faire éclater une révolte en Irak avant qu’il ne fût investi par des troupes allemandes. Mais il fallait aussi que le moment entre le déclenchement de cette révolte et l’intervention allemande ne fût point trop long. Car si l’aide allemande devait tarder plus de quelques jours à peine après le début de la révolte, cela pouvait donner au gouvernement légitime la possibilité d’écraser les révolutionnaires et de mater leur mouvement, cela signifiait pour les Allemands la perte à vau-l’eau de tant d’efforts ourdis derrière les coulisses et de tant de sacrifices financiers.

135« Bref, cette révolution ne devait pas s’enflammer avant que les Allemands n’eûssent une base aérienne d’où ils pourraient lancer leurs raids en Irak. La Syrie, acquise alors au contrôle allemand par gouvernement français de Vichy interposé, faisait l’affaire. Mais, en ce début de l’année 1941, la Syrie était trop éloignée des frontières de la maîtrise allemande, faute de bases aériennes proches et en raison des difficultés techniques à y construire rapidement des bases pour avions.

136« Il s’agissait donc en priorité de trouver un "relais" par lequel transiteraient les renforts allemands destinés à l’Irak via la Syrie. Il semblait que l’île de Crête – pour laquelle un plan d’invasion fut élaboré dans le cadre de l’avancée allemande vers les Balkans au printemps 1941 – pouvait offrir ce "relais". Or, la route de la Crête ne pouvait que passer par la Grèce. L’héroïsme légendaire de la Grèce a fait avorter les desseins des fascistes italiens dans le cadre de l’exécution des plans de l’Axe pour cette zone. Mais ni l’intrépidité d’une petite nation subissant toutes sortes de pressions, ni les règles de l’éthique internationale ne pouvaient faire face à la cruauté des armes allemandes, leur supériorité numérique et leur puissance de feu dévastatrice.

  • 99 Paiforce, op. cit., pp. 22-23.

137« En avril 1941, les Allemands purent s’emparer de la Grèce et franchirent ainsi le premier pas vers l’Irak »99.

  • 100 Winston Churchill, op. cit., p. 228.
  • 11 Les correspondances de Churchill relatives à ces événements avec ses ministres des Indes et des Aff (...)

138Winston Churchill dit à ce propos : « Avec l’effondrement de la France et l’arrivée en Syrie du comité d’armistice de l’Axe, l’influence de la Grande-Bretagne a baissé au plus bas degré. Cette situation n’a pas été sans provoquer en nous une vive inquiétude. Mais, très préoccupés ailleurs, il était pour nous hors de question de prendre des mesures militaires ; nous devions expédier les affaires au mieux que nous pussions. En mars 1941, une catastrophe allait empirer les choses : Rachid Âli Al Gailàni, qui était en contact avec les Allemands, est devenu Premier ministre »100.11

  • 101 ADAP, DX 11, Machkensen an Auswaertinges Amt, Rom. 25/4/1941, n° 401, p. 527, 83/ 61608-10.

139En Irak, pendant ce temps, le gouvernement est pressé. Le 23 avril de cette année 1941, le chef du gouvernement, Al Gailàni, et le mufti, Al Husseini, rencontrent le chargé d’affaires italien à Bagdad à qui ils font part de leur déception face aux atermoiements des pays de l’Axe et à leur tergiversation quant à la demande irakienne d’armement. Les deux hommes affirment au diplomate italien qu’en tout état de cause, l’Irak est décidé à se défendre et à affronter les forces anglaises. Ils suggèrent d’autre part la venue en Irak clandestinement, d’un officier de haut rang de l’état-major des forces armées de l’Axe. Ils demandent aussi à leur hôte la mobilisation de la radio arabe de Berlin pour qu’elle mette l’accent sur la détermination du peuple et de l’armée irakiens à défendre la souveraineté nationale coûte que coûte, et qu’elle souligne la volonté de l’Axe d’aider par tous les moyens le peuple arabe101.

  • 102 AA. PA., Irak, Aufzeichnung Woermann, vom. 24/4/1941, 61135-6.
  • 103 ADAP, DX 11, n° 415, 545 F/83/61139-40.

140Consécutivement à ces événements, Hitler donne son aval pour l’expédition d’armement vers l’Irak : 100 tonnes de matériel à acheminer par avions-cargos militaires et 600 tonnes à envoyer via le territoire iranien102. Si l’Allemagne consent à aider Bagdad, c’est parce qu’elle craint l’arrivée par l’Irak de troupes britanniques en Mer Méditerranée – ce qui mettrait en mauvaise posture les forces de l’Axe en Afrique du Nord. Le maintien des unités anglaises en Irak signifie d’autre part pour Berlin la mainmise de Londres sur son pétrole et, de surcroît, le risque de voir tomber aux mains des Alliés la Syrie, voire même la Turquie103.

  • 104 ADAP, DX 11, Telegram Ribbentrop 27/4/1941 et Telegram Kroll 28/4/1941, 83/6/614.

141Pour la mise au point des contacts germano-irakiens, le ministre allemand des Affaires Etrangères demande à son chargé d’affaires à Ankara, Kroll, d’avertir Bagdad, par l’intermédiaire de son représentant dans la capitale turque, de la nécessité de déléguer ce dernier lui-même, pour représenter son pays aux négociations sur l’aide militaire à accorder à l’Irak par l’Allemagne, ou de dépêcher à Ankara dans ce but un responsable digne de confiance en compagnie de deux experts militaires. Le ministre demande par ailleurs au diplomate de transmettre au gouvernement irakien que Berlin pourrait charger de cette mission son ministre plénipotentiaire à Bagdad, Grobba. Le chargé d’affaires répond le lendemain, indiquant avoir transmis le message à son homologue irakien, et précisant que ce dernier déconseille Ankara pour la tenue de ces négociations – estimant qu’il y serait impossible d’assurer une discrétion totale – et recommande plutôt Téhéran à cette fin104.

  • 105 ADAP, DX AA, n° 413, p. 543, 83/6/1615.

142Le ministre allemand des Affaires Etrangères avait, auparavant, demandé à son ambassadeur à Rome d’informer le gouvernement italien que l’Allemagne était « disposée à soutenir financièrement l’Irak », proposait d’investir d’une mission dans ce pays un officier du haut-commandement des forces armées et suggérait d’informer le gouvernement irakien, par le truchement du ministre plénipotentiaire italien à Bagdad, Gabrielli, que les deux pays de l’Axe « appuyaient le gouvernement et l’armée irakiens dans leur lutte contre les Anglais »105.

143Le gouvernement de Bagdad, réitérant sa disposition à laisser les bases aériennes situées près de la capitale et de Mossoul à la disposition des armées de l’air des pays de l’Axe, propose pour sa part que celles-ci bombardent les navires de guerre britanniques se trouvant dans le Golfe "persique" et à Bassorah, ainsi que les bases de Habbâniya et de Ch’ayba et les concentrations de troupes britanniques au sud de l’Irak.

  • 106 AA. PA., Sts., Irak, Notis Ribbentrop, 27/4/1941, 83/61158-62.
  • 107 AA. PA., RAM, Irak, Aufzeichnung en Grobba, 28/4/1941.

144Pour en revenir au "contrat" d’armement irako-allemand, soulignons que le matériel en question devrait être extrait des réserves de l’armée française en Syrie. Mais le gouvernement de Vichy exige en contrepartie de recevoir 7 sous-marins et 6 contre-torpilleurs (destroyers) ; des négociations sont menées entre les deux parties en vue de trancher cette affaire106. Le chef de la diplomatie allemande adresse dans ce but au chef d’état-major des armées, le général Keitel, un message proposant l’indemnisation des forces françaises, si elles puisent dans leurs dépôts en Syrie du matériel destiné à l’Irak, et acceptent l’utilisation des aéroports syriens par les appareils allemands et italiens en route vers l’Irak en vue du soutien aérien107.

  • 108 Voir à ce sujet : AAE, vol. 159, op. cit., Guerre, D.S.A. à commandant en chef-levant, 4/5/ 1941, p (...)

145Signalons à ce propos qu’en examinant les documents français relatifs à cette époque, nous n’avons trouvé nulle trace d’une telle condition imposée par le régime de Vichy. Les autorités françaises ont, au contraire, mis en garde contre le danger qu’aurait impliqué le refus de permettre aux forces allemandes, faisant route vers l’Irak, de transiter par la Syrie ou de survoler son espace aérien108. Pourtant, les archives politiques du ministère allemand des Affaires Etrangères soulignent bel et bien que Vichy a effectivement avancé cette condition (la réception, en contrepartie, de sous-marins et de contre-torpilleurs). Si tel était vraiment le cas, pourquoi, peut-on s’interroger, les archives du Quai d’Orsay relatives à la période en question, occultent-elles l’existence d’une telle condition ? Deux hypothèses peuvent être évoquées : ou les archives allemandes (de l’époque, bien entendu) ne sont pas dignes de foi, ou certains documents français se référant aux événements de l’époque ne sont pas encore accessibles au public.

Préparations militaires dans les deux parties (mai 1941)

  • 109 Winston Churchill, The Second World War..., Tome III, op. cit., p. 226.

146En 1941, lorsque le gouvernement irakien émet des conditions régissant le passage par son territoire des troupes anglaises, Londres ignore ces restrictions et fait débarquer au port de Bassorah un autre contingent, composé cette fois-ci de 3 500 hommes, le 30 avril 1941. Le 29 avril, le commandement des forces britanniques au Moyen-Orient avait ordonné à plusieurs escadres de la RAF basées en Egypte, de s’envoler vers la base de Habbâniya. Mission : venir à la rescousse des forces de Londres en Irak. Cette base anglaise aux portes de Bagdad compte désormais 82 avions et sa garnison de 3 000 combattants environ. D’autres unités, blindées ou d’infanterie, quittent par ailleurs la Palestine et la Transjordanie pour atteindre l’Irak. Pendant ce temps, à Bagdad, Al Gailàni s’entretient avec un responsable anglais, qui soutient que le traité d’alliance irako-britannique de 1930 permet à son pays d’ériger de nouvelles bases militaires en Irak en cas de nécessité et de protéger la route de transit passant par le territoire irakien109.

  • 110 Ibid.

147Les préparatifs d’ordre militaire ayant été achevés, l’ambassadeur britannique demande, fin avril, aux ressortissants de son pays de se retirer de leur fonction au sein de l’administration irakienne ou dans le cadre des activités des compagnies pétrolières. Il ordonne que les femmes et les enfants se dirigent sur le champ vers la base de Habbâniya et que les hommes se réfugient aux ambassades britannique et américaine. Curieusement, Al Gailàni, lui, ordonne de ne pas entraver les opérations d’évacuation des ressortissants britanniques !110

  • 111 Mahmoùd Ad-Dùrrah, La guerre irako-britannique de 1941, Beyrouth, 1969, p. 259.
  • 112 Ibid, p. 260.
  • 113 Le New-York Times, 01/05/1941.

148Ces mesures sèment la confusion au sein de la direction irakienne et font émerger une divergence des points de vue. Al-Gailàni estime pour sa part que la politique doit l’emporter sur le militaire et s’oppose à toute action offensive, ce qui constituerait une transgression des clauses du traité d’alliance. Il se contente de demander à l’armée de « prendre toutes les mesures défensives nécessaires pour parer à toute attaque venant de Bassorah ou de l’Ouest »111. Quelques dirigeants de l’armée partagent l’avis du Premier ministre et s’opposent à toute action militaire contre les forces anglaises stationnées à Habbâniya. Les quatre colonels (Le "Carré d’or") pensent qu’il faut, au contraire, assiéger la base de Habbâniya dans le but d’empêcher les Anglais d’occuper Bagdad112. Ils passent à l’action, dépêchant des troupes autour de la base en évoquant des manœuvres militaires. L’ambassadeur britannique lance une mise en garde et appelle au retrait des unités irakiennes de Habbâniya. « Leur présence, dit-il, peut entraîner des conséquences peu recommandables et c’est le gouvernement irakien qui en endossera toute la responsabilité »113.

149Le Premier ministre britannique raconte à ce sujet : « Le premier geste hostile de Al Gailàni était destiné contre Habbâniya, base d’instruction pour les forces aériennes britanniques. Le 29 avril 230 femmes et enfants parmi les ressortissants britanniques de Bagdad y avaient été évacués. Ainsi, se trouvaient là plus de 2 200 combattants et pas moins de 9 000 civils. Dans ces conditions, cette école de formation d’aviation devenait un centre d’une extrême importance. Chargé du commandement de cette base, le vice-amiral de l’air Smart prit immédiatement des mesures de précautions pour faire face à une situation des plus délicates. A la disposition de cette école de formation, se trouvait un type d’appareils valable pour l’instruction et l’entraînement à l’aviation de combat. Mais un certain nombre de chasseurs y arriva en provenance de l’Egypte, et les 82 avions dont disposait ainsi, au total, la base ont été répartis sur quatre escadres. Un bataillon britannique a, par ailleurs, été aéroporté vers Habbâniya le 29 avril. Quant aux moyens de défense terrestre du campement, long de 7 miles, ils se résumaient en une clôture de fils barbelés, ce qui, à l’évidence, ne représentait guère une protection adéquate.

  • 114 W. Churchill, op. cit., vol. III, pp. 228-229.

150« Le 30 de ce mois d’avril, les forces irakiennes, venant de Bagdad, sont apparues à peine à un mile de distance, sur la colline surplombant à la fois de camp et la piste d’aéroport. Elles devaient immédiatement être renforcées pour atteindre environ 9 000 hommes, disposant d’une cinquantaine de canons. Les deux jours qui suivirent furent marqués par des tractations oiseuses et des pourparlers infructueux. A l’aube du jour suivant, en mai, les combats éclatèrent »114.

  • 115 Walid M.S. Hamdi, Rachid Âli Al Gailàni, The Nationalist Mouvement in Iraq, 1939-1941, Londres, 198 (...)

151Dès le début de cette nouvelle menace, le général britannique Wavell émet de grandes réserves au sujet de l’ouverture d’un front supplémentaire en Irak. Ayant reçu de Londres l’ordre d’extraire une partie des forces présentes en Palestine pour l’envoyer en Irak, l’officier demeure sceptique, estimant qu’un tel amoindrissement affaiblirait d’autant plus gravement la présence anglaise en Palestine que le vent de la révolte y souffle déjà. « A maintes reprises, écrit-il au War Office (Ministère de la Guerre), j’ai attiré votre attention sur le fait que je me trouve dans une situation qui ne me permet pas, en l’état actuel des choses, d’offrir depuis la Palestine un renfort pour l’Irak. Je vous ai instamment recommandé d’éviter toute aggravation là-bas... Le déploiement des forces dont j’ai la charge a atteint un degré optimal et une omniprésence minimale. Autrement dit, je ne puis absolument prendre le risque d’envoyer une partie d’entre elles là où elles ne peuvent être d’aucune utilité »115.

  • 116 Ibid.

152Le 4 mai, le gouvernement britannique informe le général Wavell que "l’implication en Irak était inéluctable". « Il nous était indispensable, explique Londres à l’officier, d’édifier une base à Bassorah et d’achever de maîtriser son port afin de sauvegarder le pétrole iranien si la nécessité s’en fait ressentir. De plus, la ligne de communication transirakienne vers la Turquie s’avère plus cruciale que jamais, vu la suprématie aérienne des Allemands dans le ciel de la Mer Egée... Et si nous n’avions pas envoyé les unités qu’il fallait à Bassorah, une situation semblable à celle qui prévaut aujourd’hui à Habbâniya aurait, de toute façon, été provoquée par l’œuvre des pays de l’Axe eux-mêmes. Il n’y avait aucune raison d’accepter l’offre de médiation présentée par la Turquie : aucune concession ne nous était permise en la matière. Nous nous devons de déployer tout ce qui est en notre pouvoir dans le but de sauver Habbâniya et de sauvegarder les oléoducs qui s’étendent jusqu’en Méditerranée »116.

  • 117 Churchill, op. cit., pp. 229-230.

153Mais le général Wavell n’en a cure. Le 5 mai, il rétorque : « Votre message se soucie trop peu des réalités. Vous devez affronter la vérité ». Le gradé anglais est, en fait, très inquiet : les forces qu’il s’apprête personnellement à engager sont-elles suffisamment fortes pour venir en aide et sauver Habbâniya ? Celle-ci va-t-elle tenir jusqu’à l’arrivée de cette force, prévue pour le 12 du mois. « Il est de mon devoir, dit le général, de vous prévenir avec le ton le plus grave que si les combats devaient durer trop longtemps en Irak, cela mettrait en péril tout notre système de défense en Palestine et en Egypte. J’évite le mieux que je peux un malaise interne dans nos bases. Je vous conjure donc avec la plus extrême insistance de parvenir par les négociations à un règlement dans les plus brefs délais » 117.

  • 118 Ibid.

154Le Premier ministre britannique n’est pas convaincu. Il soumet donc l’affaire au Comité de Défense, lequel se réunit dans une ambiance tendue et grave. Au nom des chefs d’états-majors des armées, des instructions sont signifiées au général Wavell. Elles soulignent que le règlement négocié ne saurait être obtenu sans « mater les Irakiens". Les ordres du comité somment d’autre part l’officier d’envoyer de l’aide au vice-amiral de l’air Smart à Habbâniya, précisant qu’il doit – après avoir assuré la défense de l’Egypte – procéder à un maximum de soutien aérien aux mouvements militaires se déroulant en Irak118.

  • 119 Ad-Dùrrah, op. cit., pp. 274-275.

155Mais revenons au "champ de bataille" qu’est devenue la zone de Habbâniya. Les effectifs britanniques y sont déjà en état d’alerte, dans l’attente d’une offensive à mener contre les positions irakiennes. Le 30 avril, à 6 heures du matin, les forces irakiennes gagnent le plateau de Sinnal-Dhibbân, situé au sud de la base anglaise, et s’y déploient. Le matin même, Bagdad informe le "maître à bord" de la base, le vice-amiral Smart, de sa décision de « bloquer les mouvements des forces britanniques en Irak, sur terre comme dans le ciel ». L’ambassadeur de Grande-Bretagne met en garde le gouvernement irakien contre le danger qu’impliquent ces mesures et exige le retrait des troupes nationales à leur position de départ. Al Gailàni répond en affirmant que son cabinet, tout en étant attaché au traité d’alliance, ne permettra pas que les troupes anglaises fassent mouvement de Bassorah vers Habbâniya, et que celles-ci devraient se diriger vers la Transjordanie. Pendant ce temps, les unités de l’armée irakienne poursuivent le renforcement de leurs positions autour d’Habbâniya les 30 avril et 1er mai, et une brigade est dirigée vers Ramadi (à l’ouest de la capitale, non loin de Habbâniya) afin de protéger la route qui mène à la Transjordanie119.

156Mais ces forces se contentent de prendre des dispositions figées, sans procéder à des manœuvres ni mouvements. Cet immobilisme offre aux Britanniques le temps de préparer les opérations qui doivent briser "le siège" qui leur est imposé.

  • 120 Ibid. Voir également : Mahmùd Shabib, Des pages pliées de l’histoire de l’Irak, Beyrouth, 1981, p.  (...)

157A l’aube du 2 mai, en effet, à 5 heures plus précisément, les avions de la Royal Air Force entament leurs raids contre les troupes irakiennes stationnées près de Habbâniya. Les détachements irakiens se contentent d’ouvrir le feu, en guise de réponse aux attaques anglaises, mais sans la moindre coordination entre les différentes unités. Des communiqués militaires irakiens se succèdent, occultant presque totalement la vérité de la situation sur le terrain120.

158Plus au sud, les forces britanniques viennent d’occuper le port de Bassorah et d’asseoir leur maîtrise sur la route menant à Chayba. Mais leur avancée vers le nord est hypothétique, tant que les forces irakiennes contrôlent la voie ferroviaire et les routes terrestres conduisant à Bagdad. L’utilisation de la voie fluviale n’est pas non plus envisageable pour les militaires anglais, la baisse du niveau de l’eau rendant impraticable les fleuves irakiens pour des navires alourdis par des quantités de munitions et de matériel de guerre. Au nord, ce sont les forces de Bagdad qui tiennent la situation bien en main. Côté ouest, la seule position irakienne après Ramadi se trouve à Ruttba, à 125 km des frontières avec la Transjordanie, où stationne un petit détachement de police dont la mission consiste principalement à assurer la protection de l’oléoduc et de la route qui le longe.

  • 121 Glubb, British & The Arabs, op. cit., p. 241. Egalement : A.A.E. 19/5/1941, op. cit., p. 97.

159Des unités britanniques font d’autre part, route en provenance de la Palestine. En avant-garde, une formation de Bédouins de Transjordanie, appartenant à l’armée arabe jordanienne. Après le point "H4", à 85 km des frontières, ces unités occupent facilement Ruttba dont la garnison policière se rend sans opposer de résistance. Elles avancent ensuite vers Ramadi par la route principale121.

  • 122 Le New-York Times, 3/5/1941 ; le lendemain, le 4 mai, le quotidien américain écrit : "En raison de (...)

160A Washington, pendant ce temps, l’évolution de la situation en Irak est suivie avec un grand intérêt. Ces événements intéressent les Américains à double titre : d’une part, le Proche-Orient se situe sur la ligne navale britannique ; d’autre part, depuis le début de la guerre, les Russes sont tentés d’investir l’Iran122.

  • 123 ADAP, DX II, n° 432, p. 570, F/83/61152.

161Dès le déclenchement des hostilités, le ministre plénipotentiaire irakien à Ankara soumet au chargé d’affaires allemand une demande irakienne d’aide d’urgence et une invitation au retour de Bagdad de l’ex-représentant allemand, Grobba, en guise de premier pas sur la voie du rétablissement des relations diplomatiques irako-allemandes123.

  • 124 Mùhàzeh, op. cit., p. 177.

162C’est à ce moment seulement que – comme exposé précédemment – un accord est conclu entre Berlin et Vichy portant sur l’envoi en Irak d’une quantité d’armes et de matériel militaire à puiser dans les dépôts de l’armée française en Syrie, et sur l’autorisation aux appareils allemands et italiens de se poser dans les aéroports syriens124.

163Pour ce qui est de l’armement en provenance d’Allemagne même, la Turquie vient d’autoriser son passage à destination de la Mésopotamie via l’Iran. Mais Téhéran émet une condition à l’autorisation de ce transit : que l’Allemagne lui délivre l’armement précédemment demandé par le gouvernement iranien.

La médiation turque (entre l’Irak et la Grande-Bretagne)

164Peu après le coup d’Etat en Irak, la Grande-Bretagne demande au gouvernement turc d’entreprendre une mission de bons offices dès que des combats éventuels opposeraient Irakiens et Britanniques. Par cette initiative, Londres entend démontrer sa bonne foi, souligner sa volonté de paix et, surtout, semer la discorde parmi les dirigeants irakiens et les décourager de prendre de véritables mesures préventives contre les desseins militaires anglais. Ankara accueille favorablement l’idée : les Turcs estiment que la présence britannique en Irak constitue la meilleure garantie pour le maintien de la neutralité de la Turquie. Mais Bagdad invoque deux conditions : la reconnaissance par la Grande-Bretagne du gouvernement de défense nationale irakien et le retrait des troupes de Sa Majesté stationnées en Irak vers la Transjordanie. Londres rejette catégoriquement ces préalables.

  • 125 Ad-Dùrrah, op. cit., p. 306.

165Néanmoins, le ministre irakien de la Défense, Nâji Shawkât, part pour Ankara en vue d’étudier l’offre turque de médiation. Les propositions qu’il y entend formuler pour le règlement du conflit sont : le repli des contingents irakiens déployés autour de Habbâniya ; la reconnaissance britannique du nouveau gouvernement de Bagdad ; le départ des troupes britanniques bloquées à Bassorah pour les positions qui leur sont prévues ; l’assentiment du gouvernement irakien à augmenter l’effectif des forces britanniques dans les bases militaires prévues par le traité d’alliance bilatérale125.

  • 126 Ibid, p. 307.

166L’émissaire irakien télégraphie la teneur de cette offre et demande d’être officiellement délégué pour l’accepter au nom du gouvernement irakien. Mettant en garde contre les conséquences qui découleraient d’un refus de la part de Bagdad, il souligne : « C’est pour nous une occasion qui ne se représentera sans doute plus et qu’il ne faut pas laisser filer »126.

  • 127 Ibid. Voir également : Nàji Shawkàt, Cahiers de Nàji Shawkàt, Correspondances et Documents, Etude s (...)

167La réponse des Anglais aux mêmes propositions ne tarde pas à venir. « Procéder immédiatement, dit Londres, au transfert de nos forces stationnées en Irak et restreindre les garnisons chargées de la protection des aéroports serait contraire aux dispositions du traité d’alliance irako-britannique. D’autre part, le gouvernement de Sa Majesté émet quelques doutes au sujet des intentions que lui réserve l’actuel gouvernement irakien »127.

  • 128 Ad-Dùrrah, op. cit., pp. 308-309.

168Bien entendu, la dissension règne parmi les responsables irakiens au sujet de l’entremise turque. Le Premier ministre accepte pour sa part les propositions d’Ankara. Mais l’aile militaire du gouvernement les rejette, scandant que ce serait une haute trahison de les entériner. Les détracteurs de la médiation invoquent l’argument que l’Irak peut tenir deux mois, voire plus, et qu’il convient d’attendre l’issue de l’offensive allemande contre l’île de Crète qui pourrait déboucher sur l’occupation par l’Allemagne de la Syrie et du Liban et modifier en conséquence fondamentalement les données politico-stratégiques au Machrek arabe tout entier128.

169La médiation turque, tous comptes faits, n’aura pour effet que d’altérer l’appréciation qu’ont les Allemands de la situation en Irak. Car l’indécision du Cabinet Al Gailàni face à la Grande-Bretagne et son irrésolution finissent par rendre incrédule le gouvernement de Berlin quant à la "détermination" de Bagdad à aller jusqu’au bout de son combat contre les Anglais. Aussi les Allemands finissent-ils par adopter une attitude de réserve attentiste, préférant temporiser jusqu’à connaître les résultats concrets de l’épreuve de force entre Bagdad et Londres. Mais dès que Berlin apprend que les militaires sont fermement décidés à persévérer dans la voie belliqueuse et déclinent rigoureusement l’offre de médiation turque, le gouvernement allemand réitère sa disposition à aider l’Irak.

  • 129 A.A.E., vol. 159, op. cit., 6/5/1941, p. 59 ; et 7/5/1941, p. 77.
  • 130 Ibid.

170Consécutivement à l’échec de la tentative turque de bons offices, le gouvernement irakien renforce les mesures de guerre déjà prises. Les militaires se saisissent de la quasi-totalité des services publics et les chefs religieux accentuent une campagne de mobilisation exhortant leurs "ouailles" à la guerre sainte contre l’envahisseur anglais129. D’ailleurs, l’opinion publique est acquise contre les Britanniques qu’elle accuse de ne penser qu’à eux au détriment et au mépris des causes et des intérêts arabes130.

Les préparatifs du soutien aérien allemand à l’Irak

171L’arrivée à Bagdad du ministre plénipotentiaire allemand augure le rétablissement des relations diplomatiques germano-irakiennes. Venu dans une mission "Top Secret", le représentant allemand détient dans ses bagages 20 000 Livres d’or. Cependant – ironie du sort – lorsque son avion, escorté par un autre appareil, survole Mossoul (au nord du pays), les forces irakiennes ouvrent le feu, les prenant pour des avions ennemis, britanniques en l’occurence. Mais le diplomate allemand s’en sort indemne, les deux avions ayant réussi à atterrir sans trop de dégâts.

172Pendant ce temps en Allemagne, les préparatifs du soutien à l’Irak sont poursuivis de pied ferme. Une réunion est tenue au siège de l’état-major des armées entre représentants du ministère des Affaires Etrangères et de l’Armée. Ils décident de nommer le colonel de l’air Junck commandant en chef des forces aériennes allemandes en Irak et de mettre à sa disposition douze chasseurs "M 110" et une autre douzaine de bombardiers "Keinkel" (He III). Ces appareils devraient décoller de Rhodes vers l’Irak. Il est également décidé lors de la réunion qu’un escadron (12 avions) de transport aérien composé de "Junkers" (Ju 52) et quatre autre avions de type "Junkers 90" (Ju 90) assureraient la liaison entre la Grèce et l’Irak via la Syrie.

  • 131 Mùtiafzeh, op. cit., pp. 369-370.

173Les responsables allemands décident d’autre part à l’issue de cette réunion la création d’un commandement composé de 33 officiers dont la mission sera l’organisation et l’exécution de l’acheminement du matériel et des avions de guerre vers l’Irak. Ils chargent par ailleurs le major de l’air Rœdiger de la liaison à assurer entre le ministre plénipotentiaire à Bagdad et l’armée de l’air de l’Allemagne131.

  • 132 Ibid. Des versions différentes relatent les circonstances de la mort du pilote allemand.
    Si le comm (...)

174Le nouveau commandement désigné décide d’envoyer, le 9 mai, trois avions de combat allemands en Irak. Mission : examiner les possibilités d’atterrissage dans les aéroports irakiens, étudier les moyens disponibles de ravitaillement en carburant et, au passage, remonter le moral des troupes irakiennes. Mais dès que l’avion de Blomberg, titulaire de la mission, atteint le ciel de Bagdad, il est touché par des tirs. Blomberg est tué et sa mort assène un coup psychologique douloureux au moral des responsables irakiens et allemands132.

175Les armes et munitions n’en sont pas moins acheminées en Irak les 26 et 28 mai (on est toujours en 1941, bien entendu). Les trains de marchandises utilisés pour l’opération revenaient de Mésopotamie chargés de denrées alimentaires. Rudolf Rahn, ministre plénipotentiaire allemand en Syrie, chargé de superviser les opérations de transport de ces armes de Syrie jusqu’en Irak, indique que les autorités turques « se montraient coopératives, soit par solidarité avec l’Irak, soit moyennant des pots-de-vin ». Les quantités de ces armes et munitions, prélevées sur les réserves de l’armée française en Syrie, s’élèvent au total à :

  • 15 500 fusils ; 4 canons calibre 75 mm ; 8 canons 155 mm ; 200 mitrailleuses ; 354 revolvers ; 5 millions de cartouches pour armes légères (carabines et pistolets mitrailleurs) ; 657 ceintures de recharge (à raison de 24 cartouches par ceinture) ;
  • 999 obus pour canons 75 mm ; 6 000 obus pour canons 155mm ; 30 000 grenades ; 6 000 roquettes : 8 850 recharges de revolvers ; 4 véhicules de transport de munitions ; 32 camions ; 15 équipements de liaisons téléphoniques ; 30 km de câbles et 30 batteries électriques133.
  • 134 Dans les documents il y a des chiffres différents. Ainsi lors du procès Dentz donnait l’énumération (...)

176Lorsque le gouvernement britannique protesta plus tard auprès du gouvernement turc contre un deuxième transport, celui-ci prétendit que ceci était admis suivant l’article 10 de l’accord franco-turc de 1921134.

177De toute évidence, l’Irak ne pourra sortir vainqueur de ce combat inégal : 15 à 18 000 combattants manquant d’entraînement adéquat et de munitions suffisantes face à environ 12 000 soldats britanniques bien entraînés et disposant d’armes sophistiquées.

  • 135 Mûhafzeh, op. cit., pp. 371-372.

178Il est à signaler que l’aide militaire allemande avait été précédée d’un accord bilatéral portant sur un prêt à l’Irak d’environ 3,5 millions de Deutsch Marks destinés au remboursement du coût des armes et des munitions délivrées. Ainsi, dès la réception de la première partie des armes expédiées, Bagdad accepte de reprendre le pompage de pétrole vers le port de Tripoli (Liban)135.

  • 12 Voir le texte dans l’annexe n° 14.
  • 136 Hirsowics, op. cit., pp. 215-216. Voir aussi, Lipschits, op. cit., pp. 91-96.

179Ce "contrat" de fourniture d’armes à l’Irak est conclu entre la France et l’Allemagne dans le cadre de ce qui sera appelé "Protocole de négociations franco-allemandes"12, le 28 mai 1941. Mais le volet relatif à l’Irak et à la Syrie est connue dès le 23 mai, en vertu de quoi la France s’engage à fournir à l’Irak les trois quarts du matériel militaire dont dispose l’armée française en Syrie, à mettre une de ses bases à Alep à la disposition de l’armée de l’air allemande, et à autoriser l’utilisation des ports, des route et des chemins de fer syriens lors des opérations de transport de ces armes vers l’Irak. Les arrangements dits des "Protocoles de Paris" engagent également la France à entraîner des militaires irakiens à l’usage des armements français et à fournir à l’Allemagne des renseignements détaillés sur la présence militaire britannique au Moyen-Orient136.

  • 137 A.A.E., op. cit., 24/5/1941, p. 108.
  • 138 A.A.E., Guerre 39-45, Londres, pol. ext., op. cit., 7/5/1941, pp. 30-31. Le texte intégral de la le (...)
  • 13 Le texte intégral de la lettre se trouve dans l’annexe n° 15.

180Là encore, l’observateur est frappé par la contradiction entre les documents allemands et français. Ceux-ci soutiennent, en effet, que l’« aide allemande à l’Irak via la Syrie n’a pas été réellement réalisée »137. Pourtant, la lettre de démission du consul de France à Bassorah confirme l’existence d’une collaboration franco-allemande à ce sujet. « Je ne puis admettre, se plaint le diplomate français démissionnaire, de me dresser contre l’allié de naguère et ne puis adhérer à la nouvelle politique allemande de Vichy »138.13

  • 139 AA. PA., Telegram Rahn, 1/5/1941, op. cit.,

181Sur le plan stratégique, toutefois, l’on espère à ce moment à Bagdad une contribution efficace aux combats aériens de la part de l’armée de l’air allemande dans le but d’enrayer les nombreux raids des pilotes anglais contre les positions irakiennes et, par conséquent, de redresser l’équilibre des forces en faveur de l’Irak. Or, il n’en est rien. Car les avions engagés par Berlin pour participer aux combats en Irak se heurtent à de nombreuses difficultés, en particulier des défaillances techniques appelant des réparations urgentes. Or, les techniciens français des aéroports syriens, peu coopératifs, ne s’empressent guère à "dépanner" les pilotes allemands en difficultés139.

  • 140 AA. PA. RAM, Irak, Telegram Grobba, 19/5/1941.
  • 141 ADAP, DX 11, n° 552, p. 730 f.

182Par ailleurs, la pénurie de carburant en Irak et en Syrie n’arrange pas les choses. Les aviateurs allemands sont contraints d’attendre les arrivages de carburant en provenance de l’île de Rhodes, ce qui entraîne des délais plutôt défavorables au bon déroulement de leur mission. Ce problème d’énergie amène Irakiens et Allemands à s’adresser à Téhéran dans l’espoir d’obtenir du carburant140. Le chef du gouvernement iranien, Ali Mansûr, rétorque que la Grande-Bretagne pourrait, si elle l’apprenait, considérer une telle transaction comme un acte de casus belli et prendrait en conséquence des mesures militaires contre l’Iran, soulignant que son pays est, au contraire, soucieux de préserver sa neutralité dans la guerre141.

  • 142 A.A.E., Guerre 39-45, Vichy-Afrique-Levant, vol. 159, op. cit., 21 /5/1941, p. 101.

183Malgré ces difficultés de ravitaillement, des avions allemands portant les couleurs de l’armée irakienne bombardent, éphémèrement, des positions britanniques à Habbâniya et à Chayba (près de Bassorah). Après cette brève "performance", les appareils déguisés disparaissent du ciel irakien pour ne plus jamais y remettre les ailes142.

  • 143 ADAP, DX 11, 265/272850-52.

184D’autre part, l’Allemagne parvient à convaincre Ankara d’accepter le transit par l’Anatolie des armes destinées à l’Irak. Pourtant, son ambassadeur en Turquie, Von Papen, croyait fermement que la Turquie avait intérêt à voir cesser la guerre irako-britannique et qu’elle menait donc sincèrement et sérieusement sa tentative de médiation. Mais le refus opposé par la Grande-Bretagne aux conditions suggérées par la Turquie pour mettre fin aux hostilités incite Ankara à autoriser le transit des armes et munitions à destination de l’Irak143. Ainsi, lorsque l’ambassadeur d’Allemagne est reçu par le ministre turc des Affaires Etrangères, le 13 mai, ce dernier accepte sans hésitation la demande allemande que vient de lui transmettre son hôte.

  • 14 La Convention de Montreux (20/07/1936), abrogeant les clauses du Traité de Lausanne de 1923, autori (...)
  • 144 Ibid.

185De cet alignement favorable à Berlin, les dirigeants turcs espèrent obtenir un pacte de non-agression réciproque avec les Allemands et la remise en question des dispositions de la Convention navale de Montreux14. Ils escomptent aussi susciter une promesse allemande d’aider à la réalisation des convoitises que nourrit la Turquie au nord de la Syrie et en Caucasie. D’ailleurs, le chef de la diplomatie turque, lors de sa rencontre avec le chef de la mission allemande, dissimule à peine ces aspirations en assurant que son pays prendrait le parti de l’Axe si celui-ci devait entrer en guerre contre la Russie soviétique. Pourtant, à la suite d’une intervention britannique, le gouvernement turc fléchira sa position et cessera d’autoriser le transit des armements allemands pour l’Irak le 26 mai144.

  • 145 Grobba, op. cit., traduction de Najdàt Fathi Safwàt, p. 169.

186Sur le plan financier, le gouvernement irakien doit faire face à d’épineuses difficultés de trésorerie en cette deuxième moitié de mai 1941. Bagdad ne dispose même plus dans ses caisses de quoi régler le solde des militaires et le salaire des fonctionnaires. Ainsi, l’Allemagne décide d’envoyer, en trois "tempéraments", 640 kg d’or à Bagdad. Le premier avion, recelant le premier tiers de l’aide atterrit, en effet, dans la capitale grecque. Il y restera : la situation militaire se détériore lamentablement en Irak au détriment du gouvernement de défense nationale dont le chef, Rachid Âli Al Gailàni, vient de s’enfuir en Iran145.

Dégradation de la situation militaire (en faveur de l’Angleterre)

  • 146 Churchill, op. cit., pp. 235-237.

187Un détachement britannique arrive en Irak le 18 mai en provenance de la Palestine dans le but de prêter main forte aux unités déjà sur place. Baptisés “Force de Habbâniya", les renforts sont composés d’un bataillon mécanique dont la mission consiste à s’emparer du pont de Falloujah. Enjambant l’Euphrate, ce pont est situé à mi-chemin entre la base anglaise et la capitale. Les forces de Londres doivent donc le prendre en vue d’avancer vers Bagdad. Dans le même temps, les avions de la RAF terrassent les appareils allemands cloués au sol dans l’aéroport de Mossoul et entravent l’acheminement de matériels militaires par la voie ferroviaire transyrienne146.

  • 147 Ibid. Voir également : Ad-Dùrrah, op. cit., pp. 365-367.

188Face à cette dégradation, Hitler intime à Felmy l’ordre n° 30 du 23 mai. Chargeant Felmy du commandement de l’expédition militaire allemande en Irak, le Führer dit notamment dans sa communication : « Le mouvement de libération arabe au Proche-Orient est notre allié naturel contre l’Angleterre. Le déclenchement de la révolution en Irak revêt une importance toute particulière. Car une telle révolution aura des répercussions au-delà des frontières irakiennes. Elle apportera un soutien précieux aux forces anti-britanniques de la région, entravera les moyens de communication anglais et occupera les armées et les navires britanniques aux dépens des autres fronts. Pour ces raisons, j’ai décidé de transformer les opérations militaires au Moyen-Orient, en prenant l’initiative d’apporter un soutien à l’Irak »147.

  • 15 Le texte intégral du traité secret se trouve dans l’annexe n° 16.

189Cette ordonnance signée Hitler avait été précédée de la signature d’un traité secret entre d’une part l’Irak et d’autre part l’Allemagne et l’Italie. Signé sans être rendu public le 25 avril 1941, ce “pacte" prévoit une coopération militaire et économique entre les trois pays.15

  • 148 Churchill, op. cit.
  • 149 Le New-York Times, 31/5/1941. Dans le même numéro, le quotidien américain rapporte : "Les forces br (...)

190Mais l’ordonnance d’Hitler intervient trop tard. Les forces irakiennes n’ont réalisé aucun succès, sans aucun front. Les troupes britanniques entament leur marche vers Bagdad le 27 mai. Elles avancent sûrement mais lentement : couvrir d’aussi vastes terrains et se heurter à des ponts sabotés par les forces irakiennes avant leur repli, n’est évidemment pas pour accélérer l’avancée des soldats anglais. Les forces britanniques atteignent toutefois la banlieue de la capitale le 30 mai. L’épilogue de la crise est imminent148... en faveur de Londres. Le chef du gouvernement de défense nationale, Al Gailàni, le régent "substitutif" et le mufti de Jérusalem s’enfuient en Iran.149

191Auparavant, les bombardements qui s’abattaient sans discontinuer sur les différents quartiers de Bagdad avaient gravement entamé le moral de la population, tandis que le gouvernement promettait d’hypothétiques "aides étrangères". Dans les milieux modérés, on commence à évoquer la constitution d’un "conseil de notabilités" (majlis nûqabâ’a) en attendant la formation d’un nouveau gouvernement, cette fois sous l’égide des Anglais. Alors que ces derniers approchent de la capitale, les chefs militaires et certains membres du gouvernement s’expatrient en Turquie avec leur famille.

  • 150 A.A.E., Guerre 39-45, Vichy, Vol. 159, op. cit., pp. 80-108.

192Mais le Premier ministre et certains de ses collègues entendent poursuivre la lutte en se repliant dans le nord du pays pour y organiser la résistance. Dans le même temps, la loi martiale est décrétée à Bagdad, tandis qu’au nord, le cheikh Mahmûd (chef de la rébellion kurde depuis 1919) s’apprête à porter les armes "contre les Arabes"150.

  • 151 Ibid.

193La défaite est totale. Les troupes qui encerclaient le camp anglais de Habbâniya sont dispersées, les soldats se réfugiant dans les palmeraies pour échapper aux attaques aériennes. Les bédouins de la région de Ramadi, sentant le vent tourner, s’attaquent aux groupes de soldats isolés, leur volant armes et attirail. Plus à l’ouest, le groupe de volontaires se rendant en Transjordanie se heurte, à Ruttba à la résistance anglaise. Après un premier succès qui l’introduit à l’intérieur même du fortin de cette bourgade, le groupe, vaincu, bat en retraite dans le désert. Nombre de ses membres y périront d’inanition, de soif ou assassinés par... les bédouins151.

194Apprenant les revers de l’armée irakienne, le régent Abdul-Illâh quitte la Transjordanie pour Habbâniya en compagnie des siens. Un Comité de Sûreté Intérieure est constitué pendant ce temps à Bagdad. Il est présidé par le "secrétaire de la capitale", autrement dit le préfet (bien que chargé de gérer les affaires municipales de la ville, ce n’est pas un maire élu, mais un fonctionnaire nommé par l’état).

  • 152 F.O. 371/27073, n° 388, F.O. to Bagdad (1/6/1941).

195Ce dernier entreprend avec l’ambassade de Grande-Bretagne des négociations sur la conclusion d’une trêve avec l’armée anglaise. Un armistice certes inique, mais qui réserve à l’armée irakienne un minimum de dignité et de droits (comme celui de garder les armes et de réintégrer les casernes). Les prisonniers britanniques sont libérés, mais tous les ressortissants allemands et italiens sont emprisonnés, même ceux qui appartenaient à l’administration publique152.

196Le Comité de Sûreté Intérieure diffuse pendant ce temps aux habitants des communiqués annonçant le départ vers l’Iran des dirigeants civils et militaires du pays et instituant la dissolution des Kataëb et des Futûwwa (organisations paramilitaires de jeunesse créées dans les années 30 sur l’exemple des formations nées du national socialisme nazi en Allemagne).

197Le 1er juin, le régent Abdul-Illâh retourne à Bagdad (après une halte à Habbâniya, comme indiqué plus haut). La vie politique retrouve une certaine sérénité et l’occupation britannique se réinstalle dans le pays, comme au temps de la Première Guerre Mondiale. On peut mesurer l’amertume des nationalistes, civils ou militaires, eux qui espéraient ardemment obtenir par ce mouvement l’indépendance totale en Irak. Mais ils se berçaient d’illusions en pensant que l’Allemagne la leur accorderait. Pourtant, ils savaient pertinemment et préalablement que le IIIe Reich ne se préoccupait pas prioritairement de cette région et n’incluait pas l’Irak dans ses desseins stratégiques. Mais, semble-t-il, le soutien apporté sur le tard par Berlin au "Mouvement de Mai" était surtout destiné à créer pour la Grande-Bretagne de nouvelles sources d’inquiétude dans la région.

198Les stratèges nazis ne s’y trompaient pas : la perte de l’Irak aurait, en effet, sonné le glas pour la Grande-Bretagne dans la région et entraîné la perte d’autre pays. D’où son acharnement et sa détermination à "récupérer" ce pays. D’ailleurs cette deuxième occupation britannique de l’Irak confère à Londres des privilèges autrement plus avantageux et alléchants que cela ne l’était, même en vertu des dispositions du traité d’alliance. La présence britannique se poursuivra durant toute la guerre, en une sorte de semi-occupation.

  • 153 Seaton Williams, op. cit., p. 45.

199Exposant devant la Chambre des Communes le point de vue du gouvernement britannique au sujet des "événements de mai" en Irak, Eden affirme notamment : « La conduite anticonstitutionnelle de Rachid Âli Al Gailàni ne devait pas léser les droits du gouvernement de Sa Majesté, clairement définis dans le traité d’alliance bilatéral. Rien, non plus, ne justifiait l’attitude des dirigeants militaires irakiens : après avoir admis nos droits, clairement octroyés par le traité, ils lancent un défi bafouant ces mêmes droits ! Ce pays (l’Angleterre, s’entend) s’est forgé une réputation sans faille en ce qui concerne sa façon de traiter avec les peuples arabes, l’Irak en particulier. Nous, qui avons consacré et assis l’indépendance de l’Irak moderne, qui avons aidé ce pays, avons toujours honoré nos engagements à toutes occasions »153.

  • 154 A.A.E., vol. 159, op. cit., 14/6/1941, p. 160.

200Néanmoins, au moment où Eden parlait de l’indépendance de l’Irak, les soldats de son pays en occupaient encore les positions-clés !154

  • 155 Hoyyim D. Coban, The Anti-Jewish Farhud in Bagdad, 1941, paru dans "Middle Eastern Studies", vol. I (...)

201Les troupes britanniques prolongent, en effet, leur présence à Bagdad, prétextant l’absence de sécurité due au désordre né des événements et de la nécessité de mettre fin aux actes de pillage et de meurtres perpétrés par des particuliers. De tels actes sont effectivement signalés en raison d’une tension psychologique intérieure qui sévit chez la population comme parmi les troupes. Car les soldats irakiens, de retour dans la capitale vaincus et diminués, ont été raillés et persiflés par la communauté juive de Bagdad, qui fêtait ce jour-là une occasion religieuse. Plus tard, les membres de cette communauté accueilleront par les fleurs et les ovations les soldats britanniques de l’occupation. De cette attitude, peu loyale, naîtront une mise à sac et un pillage émaillés de quelques assassinats et qui dureront quelques jours155.

  • 156 F.O. 371/27078, E. 431, Cornwallis to Eden (11/7/1941).

202Le nouveau Premier ministre, Al Madfaïe, se penche essentiellement sur la situation interne qu’il tente de ramener à la stabilité. S’il réussit, effectivement, sur ce plan, son gouvernement connait un échec certain dans ses relations avec la Grande-Bretagne, à laquelle il se voit contraint d’accorder des privilèges supplémentaires, encore plus contraignants pour le pays que ceux prévus par le traité d’alliance de 1930. Parmi les nouvelles concessions, la remise aux Anglais de l’ancienne base militaire de Mossoul, l’extension de la base aérienne de Bassorah et l’octroi à Londres du droit de débarquer ses troupes à tout moment dans le port de Bassorah, sous prétexte de défendre l’Irak. D’autre part, le nouveau gouvernement entreprend, dès son installation, de rompre les relations diplomatiques avec l’Italie. Une rupture, à n’en pas douter, destinée à ménager les Britanniques156.

  • 157 C’est l’Angleterre même qui a jugé inopportune l’occasion au pouvoir de Nùri Al-Saïd immédiatement (...)

203Ainsi, Al Madfaïe, ayant apaisé les esprits et rassis la situation intérieure, défriche le terrain pour Nùri Al Saïd et prépare son retour au pouvoir, Al Saïd lui succède à la tête d’un nouveau cabinet157.

  • 158 Rapport du haut-commissaire français ; A.A.E., op. cit., 6 et 14/6/1941, pp. 158-160.

204Mais la tempête passée, la France se trouve dans une posture délicate à Bagdad : les Irakiens modérés et les Anglais lui reprochent d’avoir pris le parti de l’Allemagne dans cette crise. En Syrie, il semble clairement que les Britanniques commencent à favoriser les mouvements arabes, tandis que l’on sent une réminiscence des ambitions turques dans la région. Le tout auréolé d’une campagne de propagande anti-française158.

205La Grande-Bretagne, peut-on en déduire, était à ce moment décidée à imposer sa loi en Irak et à renverser le gouvernement de défense nationale coûte que coûte. A cela plusieurs raisons : l’importance stratégique de l’Irak, dont une chute aux mains des militaires de l’Axe aurait impliqué – côté britannique – de graves répercussions sur l’ensemble de l’ouest asiatique, et les champs pétrolifères de ce pays, "essentiels" pour le ravitaillement en carburant des armées britanniques en guerre. Pour y parvenir, les Britanniques ont habilement exploité les faiblesses de l’armée irakienne et l’irrésolution de l’Allemagne dont le soutien à Al Gailàni manquait de fermeté.

  • 16 Vieil adage arabe, faisant allusion aux impondérables et aux contretemps mettant en échec une entre (...)

206L’état-major allemand ne disposait guère de plans précis pour venir en aide militairement au gouvernement de défense nationale et n’a songé sérieusement à l’élaboration de tels plans qu’après l’occupation de Bassorah par les soldats britanniques. Quant à la force aérienne allemande envolée en Irak pour l’occasion, elle était trop limitée en nombre comme en efficacité. Car le plus gros de l’effectif aérien du IIIe Reich étant engagé dans les combats visant à prendre la Crète. L’armée irakienne était censée tenir jusqu’à la fin de ces opérations et donc à une plus grande disponibilité de l’armée de l’air allemande qui viendrait à la rescousse... Mais « le vent souffle parfois à l’encontre du gré des marins ».16 L’armée de défense nationale n’avait pas les moyens en forces de tenir tête aux forces anglaises. Ce déséquilibre des forces a même affecté l’attitude du peuple irakien qui, de façon générale, était plutôt réservé face au mouvement de mai 1941 parce qu’inquiet, comme tous les autres peuples de la planète, des affres de la guerre qui ravageait le monde.

207Les Irakiens appréhendaient dans leur majorité toute implication directe dans la guerre. De plus, l’opinion qui prévalait parmi les gens de la rue consistait à mettre en garde contre les dangers que représentait une épreuve de force pour un pays aussi faiblement armé que l’Irak contre un adversaire aussi redoutable que l’Angleterre. D’un autre côté, l’aile des nationalistes, partisane de la lutte, soutenait le mouvement de mai avec beaucoup d’ardeur. Les articles des journaux irakiens relevaient à ce moment davantage du slogan révolutionnaire mobilisateur que de l’information, de même les écrits des poètes et les prêches des religieux.

208Sur le plan arabe, les événements de mai 1941 en Irak ont été suivis avec un grand intérêt et une grande sympathie pour le gouvernement de défense nationale. Le roi Farouk d’Egypte a envoyé à Bagdad un émissaire pour transmettre ses félicitations au gouvernement dirigé par Al Gailàni. Al Atassi, chef de file du bloc nationaliste en Syrie a fait de même. Dans la plupart des grandes villes du Machrek arabe, des comités ont été créés pour collecter des dons à l’Irak, tandis que la plupart des dirigeants des partis nationalistes annonçaient leur soutien au gouvernement irakien. De jeunes nationalistes de Syrie, Liban, Palestine et Transjordanie ont saboté les oléoducs et les stations de pompage de l’I.P. C. dans leurs pays respectifs. En Egypte, les éléments favorables au mouvement irakien imprimaient les communiqués militaires irakiens et les diffusaient aux masses.

209Les artisans du mouvement ainsi que certains membres particulièrement actifs du gouvernement se sont enfuis, d’autres ont été arrêtés. Ceux-là ont été envoyés au pénitencier de Salisbury, en Afrique du Sud. Mais le nouveau régime irakien a rapidement demandé leur extradition en vue de les juger. A l’issue du procès, trois ont été condamnés à la peine capitale, deux à la prison et un sixième acquitté.

210Disons pour conclure cet épisode de l’histoire contemporaine de l’Irak que le mouvement de mai 1941 n’aura finalement fait que trancher entre deux courants opposés. Le premier appelait à l’alignement de l’Irak aux côtés des Alliés dans la guerre contre l’Axe et à leur accorder toute aide possible sur les plans, politique, militaire ou économique. Le deuxième courant, en revanche, était partisan de la neutralité, qu’il exigeait d’observer tant qu’elle n’affecterait pas les intérêts nationaux et tant qu’elle préserverait l’Irak des fléaux de la guerre. Les adeptes de cette tendance entendaient d’autre part profiter de la guerre en cours pour faire valoir les droits pour lesquels les Arabes avaient combattu durant la Grande Guerre.

Notes

1 Du Traité de Versailles et de ses répercussions sur la vie politique en Allemagne, voir : J.B. Duroselle, Histoire Diplomatique de 1919 à nos jours, Paris, 1978, pp. 21-24.

2 Ibid, pp. 69-70.

3 Ibid, pp. 74-76.

4 Lukasz Hirszowics, L’Allemagne hitlérienne et le Machrek arabe, Traduction arabe d’Ahmed Abdul-Rahim Mustapha, Le Caire, 1971, pp. 29-30.

5 Lukasz Hirszowics, The Third Reich and the Arab East, Londres : Routledge ; Toronto : The Toronto University Press, 1966, p. 29.

6 Adolf Hitler, Mein Kampf, traduction arabe (Kifahi), Editions al-Maktaba Al-Ahliyya, Beyrouth, p. 255.

7 Ibid, pp. 253-254.

8 Charles-Robert Ageron, L’Algérie algérienne de Napoléon à De Gaulle, Paris, 1980, p. 186.

9 A. Hitler, op. cit., p. 45.

10 Au sujet des rapports entre la Grande-Bretagne et le sionisme mondial, voir : Ali Al-Jboori, Les relations franco-irakiennes (de 1921 à 1974), thèse de doctorat, Université de Paris I – Panthéon – La Sorbonne, 1987, pp. 63 à 68, tome I.

11 Yehoshua Porath, The Palestinian Arab National Mouvement : from Riots to Rebellion 1929- 1939, London, New-York, 1977, p. 76.

12 Ibid, p. 140.

13 A. A. PA, pol., Abt. VII po., SA Palestine, Bd. 1, Grobba an Auswaertinges Amt, Bagdad 17/ 7/1937. Il s’agit de documents du ministère allemand des Affaires Etrangères auxquels nous nous référons par le truchement de leur traducteur arabe du Dr. Ali Mirhafzeh, Beyrouth, 1985, éditée par le "Centre des Etudes de l’Unité Arabe".

14 Ibid, 20/7/1937.

15 Ibid, Weizaecker an Grobba, Berlin 30/7/1937.

16 Note du ministère allemand des Affaires Etrangères en date du 25/1/1939 (A.A., PA ; Pol., Abt VII Politik II, Bd PO 36, Palestina).

17 Ageron, L’Algérie algérienne..., op. cit., p. 173.

18 F.O. 371/20010 (E 3561), 4 juin 1936. Rapport de l’ambassade de Grande-Bretagne à Bagdad adressé au Foreign Office sur la propagande allemande en Irak.

19 Ibid. Voir également : Antoine Fleury, op. cit., p. 225.

20 F.O. 20020 (E 4772), 13 juillet 1936, op. cit.

21 Evénements d’Irak tels que décrits par le ministère britannique de la guerre et par Winston Churchill dans ses mémoires. Traduit par Jaafar al Khayyàt, Beyrouth, 1954, p. 17. Ouvrage consacré à l’action du commandement militaire britannique en Irak et en Iran (Paiforce) de 1941 à 1946, édité par le ministère britannique de la guerre, Paiforce : The Official Story of the Persia & Iraq Command, 1941-1946. His Majesty’s Stationary Office (H.M.S.O.).

22 Fritz Grobba, Manner und Machte im Orient Musterschmdt – Verlag, Gottingen, Zurich, Berlin, Frankfurt, 1967.

23 Ibid. D’après la traduction arabe de N.F. Safwàt incluse dans son ouvrage, L’Irak à travers les Mémoires des diplomates étrangers (Seuls les chapitres relatifs à l’Irak dans le livre de Grobba ont été traduits par l’auteur). Bagdad, IIème édition, 1984, pp. 138-139.

24 Maurice Peterson, Both Sides of the Curtain, Constable, Londres, 1950 (Traduction arabe de N.F. Safwàt incluse dans son ouvrage, op. cit., pp. 201-202).

25 Grobba, op. cit., (traduction de Safwàt), p. 145.

26 Paiforce, The Official Story of the Persia and Iraq..., op. cit., pp. 17-18.

27 Dr Lotfi Jaafar Faraj, Le roi Ghàzi, son rôle dans la politique irakienne intérieure et extérieure de 1933 à 1939, Bagdad, pp. 231-232.

28 F.O. 371 /23202, p. 233, The propagande indicate below & its influence in Iraq.

29 Ibid.

30 Al-Hassani, Histoire politique..., op. cit., tome III, p. 183.

31 Publié par le New Review anglais, ce rapport a été repris par le journal irakien Al Istiqlàl (L’Indépendance) dans son numéro du 6/1/1938.

32 Des échos de la visite de la délégation dans la presse, voir Az-Zamàn (Les Temps) 26-30 Septembre 1938, 3-7 Octobre 1938, ainsi que Al-Akhbàr (Les Nouvelles) du 16 et du 25 au 28 septembre 1938.

33 Le journal Al-Akhbàr (Les Nouvelles) du 29 septembre 1938.

34 Seaton Williams, op. cit., p. 44.

35 In le Journal Officiel de Transjordanie du 21/9/1939.

36 A.A., P.A., Sts, Aegypten, note du Ministre plénipotentiaire égyptien à Berlin en date du 7/9/1939.

37 Ottmàn Kéma Haddàd, Le mouvement de Rachid Âli Al-Gailàni, 1941. Saïda (Liban), date non précisée, p. 14.

38 De la fuite du mufti vers l’Irak (en provenance du Liban), voir Ottmàn Kémal Haddàd, op. cit., pp. 5-6. Voir aussi : Lipschits, La politique de la France au Levant 1939-1945, Amsterdam 1962, p. 91.

39 Dr Mohamed Mûdhaffar Al Ad’hami, Dimensions nationales de la Révolution de mai 1941 en Irak, Bagdad 1980, dans la collection "Petite Encyclopédie", pp. 11-12.

40 F.O. 371 /24559/n0 31 (20 janvier 1940), Review of the General Attitude of Iraq during 1939, memorandum.

41 Hirszowics, op. cit., pp. 109-110.

42 Al Ad’hami, op. cit., p. 14.

43 Pour Hitler et les nationalistes de l’Orient, Voir : Antoine Fleury, op. cit., p. 77.

44 Salàheddine As-Sabbagh, Les cavaliers de l’Arabité en Irak, Bagdad, 1956, pp. 97 et 276.

45 Majid Khaddùri, Independent Iraq, 1932-1958. A Study in Iraq Politics. London, Oxford University Press, 1960, p. 146.

46 DGFP, séries D, vol. 10, n° 125, p. 134 et n° 200, pp. 261-262. Voir également : Nàji Shawkàt, Chronologie et Souvenirs de 80 ans, 1894-4974, IIIème édition, Beyrouth, 1977, pp. 392-400 ; l’auteur était alors ministre de la Justice et a participé aux négociations avec l’ambassadeur allemand à Istanbul, et F.O. 371/27061E, 58, Para 2, B. Newton To F.O., 4 janvier 1941.
Voir aussi : F.O. 371/27061 E, 58, par. 2, B. Newton to F.O., 4 janvier 1941.

47 ADAP, Vol. 5, 71 / 50686-7.

48 AA, PA, Sts., Arabian, Bd. 1 Kollen Auswertinges Amt. Tarabya, 31/7/1940.

49 AA, PA, Sts., Arabian Bd. 1 Aufzeichnung Grobba, Vom 27/8/1940 ; Aussi : DGFP, Text of the Déclaration Draft, Séries D, vol. 10, pp. 559-566.

50 Ali Mùhafzeh, Position de la France, de l’Allemagne et de l’Italie vis-à-vis de l’Unité Arabe, 1919-1945, Beyrouth, 1985, p. 342 ; également : Haddàd, op. cit., pp. 33-34.

51 ADAP, vol. 10, 2281/481604 (note de Grobba en date du 30/09/1941).

52 AA, PA, Sts. Syrien Weizæcker an Mackensen, Berlin, 09/09/1940 ; et ADAP, vol. 10, 71/ 50692-700.

53 AA, PA, Sts. Arabien, op. cit.

54 Grobba, Mænner und Mæchte im Orient, op. cit., p. 199 ; Voir également : George Eden Kirk, The Middle East in the War, London, New-York, Oxford U., 1953, p. 64.

55 Hirszowicz, The Third Reich, op. cit., p. 94 ; voir aussi : Younis Bahri, Secrets du Mouvement du 2 mai 1941 et de la guerre irako-britannique, Bagdad, 1968, p. 61 (à l’époque des événements, l’auteur dirigeait la section arabe à Radio Berlin).

56 Grobba, op. cit., p. 200.

57 Faroq Salih Al Omar, Les traités irako-britanniques, leur influence sur la politique intérieure, 1922-1948, Bagdad, 1977, p. 355.

58 F.O. 371/24558, Political Situation in Iraq, Par. 34 (9 octobre 1940).

59 Sattie Al Hossari, Mes Mémoires en Irak, Tome II, Beyrouth, 1968.

60 F.O. 371/24559, E. 3010, B. Newton (Bagdad) to F.O. (6/12/1940). Voir également : Archives du ministère des Affaires Etrangères à Paris (Quai d’Orsay), Guerre de 39-45, Londres, Politique Ext. – Irak, vol. 258, décembre 1940.

61 F.O., op. cit., 29 novembre 1940, et Archives des Affaires Etrangères, Paris, op. cit., 10/ 06/40 et 29/1/41.

62 F.O. 371/27062, E. 1263, Cornwallis to F.O., 4 avril 1941. A propos de cette évasion, Cornwallis raconte : "Me rendant à Bagdad assumer mes responsabilités de nouvel ambassadeur de Grande-Bretagne, j’ai rencontré à Habbàniyya le régent. Je l’ai informé qu’Al Gailàni maîtrisait entièrement la capitale, mais lui ai demandé de ne pas baisser les bras, lui suggérant d’aller à Bassorah et d’y former un autre gouvernement..."
Voir aussi : Archives des Affaires Etrangères, Paris, op. cit., 1 /2/1941.

63 F.O. 371/27063, E. 1377, Cornwallis to F.O., 10 avril 1941. Signalons que le gouvernement de Bagdad avait prié le prince Talàl de Transjordanie à venir à Bagdad pour assumer la régence du royaume ; mais la Grande-Bretagne avait "ordonné" au roi Abdullah de ne pas obtempérer.

64 A.A.E., Paris, Guerre 39-45, vol. 159, pp. 16-17.

65 F.O. 371/72062, E. 1253/1/93, Newton (Bagdad) to F.O. (4 avril 1941).

66 F.O. 371/27062, E. 1254, Cornwallis to F.O. (4 avril 1941). Voir également : Abdul-Sattèr Al Rubaïe, Le Mouvement National de Rachid Âli Al Gailàni en Irak, mémoire de D.E.A. ès-Sciences Politiques, Université de Paris II, 1979, p. 46. A propos de la sympathie des Arabes pour l’Allemagne et de leur attitude vis-à-vis de la France et de l’Angleterre, voir la correspondance du haut-représentant français à Beyrouth, annexe n° 11.

67 F.O. 371/27062, E. 1260, op. cit., (5 avril 1941).

68 F.O. 371/27064, E. 1414, Cornwallis to F.O. (12 avril 1941).

69 F.O. 371/27064, E. 1420, F.O. to Cornwallis (13 avril 1941).

70 Churchill W., The Second World War, op. cit., p. 230.

71 John Connel, Wavell, Scholar & Solder to June 1941, Londres, 1964, p. 442. Egalement : A.A.E., Paris, Guerre 39-45, Vichy, Afrique – Levant, Irak, vol. n° 156, 6/6/1941, p. 158.

72 F.O. 371 /27564, E. 1423, F.O. to Cornwallis (12 avril 1941).

73 F.O. 371/27065, E. 1507, Cornwallis to F.O. (15 avril 1941).

74 F.O. 371/27066, E. 1618 et E. 1635, Cornwallis to F.O. (22 avril 1941).

75 F.O. 371/27067, E. 1782, Cornwallis to F.O. (28 avril 1941).

76 W. Churchill, The Second World War, vol. III, op. cit., p. 228.

77 J. Buttler, Grand Strategy, vol. II, "Sept. 1939 – June 1941", Londres, 1957, p. 46 ; et John Bagot Glubb (dit Glubb Pacha), Britain and the Arabs : a study of fifty years, 1908-1958, Londres, 1959, p. 238.

78 F.O ; 371/27067, E. 1782, Cornwallis to F.O. (28 avril 1941).

79 A.A.E. vol. 159, op. cit., 30/4/1941, p. 28.

80 Ibid, 22/4/1941, p. 24 et 2/5/1941, p. 45.

81 Ibid, 25/4/1941, p. 26.

82 Ibid, 18/5/1941, p. 5.

83 Churchill, op. cit., p. 225.

84 A.A.E., op. cit., p. 20.

85 Ibid. Le texte intégral du communiqué diffusé à cette occasion par Radio-Berlin se trouve à l’annexe n° 9, voir également des extraits de presse dans les annexes n° 10 et 11.

86 Paiforce..., op. cit., pp. 54-55.

87 Ibid, p. 59.

88 F.O. 371/27076, E. 3236, par. 17, Cornwallis to Eden (28 avril 1941).

89 Se référer au rapport global de Cornwallis relatant les événements dès le début des opérations militaires, dans les deux documents suivants :
 – F.O. 371/27077, E. 3426, Cornwallis to Eden (6 juin 1941) ;
 – F.O. 371/31371, E. 2506, Cornwallis to Eden (8 mars 1942).

90 F.O. 371/27077, op. cit., par. 16.

91 F.O. 371/27069, teleg. Lampson (Cairo) to F.O. (11 mai 1941). Lampson raconte : “Tahsin Al Askari, le chargé d’Affaires irakien, a rencontrél’ambassadeur japonais le 8 mai 1941. Ce dernier lui aurait montré un télégramme en provenance de Tokyo au sujet des aides que l’Allemagne accorderait à l’Irak". L’ambassadeur de Grande-Bretagne au Caire suggère d’autre part que le chargé d’affaires irakien soit désigné par la lettre "x" dans les correspondances ultérieures.

92 F.O. 371/27069, E. 2234, Bird to F.O. (14 mai 1941) :
Ibn Saoud informe l’ambassadeur britannique en Arabie Saoudite de ses discussions avec le responsable irakien et dont il a déjà télégraphié la teneur à Londres ; il l’informe aussi des réponses données par le ministre irakien au monarque saoudien :
1. Je ne sais, ni n’ai pu m’assurer s’il existait déjà des liens entre Al Gailàni et l’Allemagne, mais sais assurément qu’actuellement, nous sommes en bons termes par le truchement de l’ambassadeur japonais à Bagdad, qui représente l’Axe ;
2. Nous sommes en contact avec les Allemands, qui nous offriront une aide en armes et en finances ;
3. Nous avons reçu des sommes d’argent, mais j’en ignore le montant ;
4. Les Allemands enverront également des forces militaires ;
5. Les forces allemandes arriveront par la Syrie, suite à un accord qui serait à conclure avec le gouvernement de Vichy, ou par la Turquie, qui – comme j’ai entendu dire avant de quitter Bagdad – aurait déjà autorisé le passage de troupes via Alexandrette (Antioche) ;
6. Si ni Vichy ni Ankara ne devait s’exécuter, ces forces seraient dépêchées par la Russie, puis l’Iran ;
7. En contrepartie, l’Irak offrirait une contribution en combattant les forces anglaises et en assurant le contrôle des champs de pétrole irakiens.

93 ADAP, Aufzeichnung Weizæcker, Berlin, 12/3/1941, D 71/50811-2.

94 ADAP, DX 11, 71/50841-2 (il s’agit du mémorandum de Woermann du 9/4/1941).

95 Note de Woermann du 12/4/1941, in : ADAP, DX 11, 83/6/57-8.

96 AA. PA., Iraq, Aufzeichnung Woerman, vom. 19/4/1941.

97 AA. PA., Iraq, Aufzeichnng Reichsausseminister, vom. 21/4/1941, et ADAP, n° 377, p. 494.

98 AA. PA., Iraq, Aufzeichnung Ribbentrop Wien, 21/4/1941.

99 Paiforce, op. cit., pp. 22-23.

100 Winston Churchill, op. cit., p. 228.

101 ADAP, DX 11, Machkensen an Auswaertinges Amt, Rom. 25/4/1941, n° 401, p. 527, 83/ 61608-10.

102 AA. PA., Irak, Aufzeichnung Woermann, vom. 24/4/1941, 61135-6.

103 ADAP, DX 11, n° 415, 545 F/83/61139-40.

104 ADAP, DX 11, Telegram Ribbentrop 27/4/1941 et Telegram Kroll 28/4/1941, 83/6/614.

105 ADAP, DX AA, n° 413, p. 543, 83/6/1615.

106 AA. PA., Sts., Irak, Notis Ribbentrop, 27/4/1941, 83/61158-62.

107 AA. PA., RAM, Irak, Aufzeichnung en Grobba, 28/4/1941.

108 Voir à ce sujet : AAE, vol. 159, op. cit., Guerre, D.S.A. à commandant en chef-levant, 4/5/ 1941, p. 38.

109 Winston Churchill, The Second World War..., Tome III, op. cit., p. 226.

110 Ibid.

111 Mahmoùd Ad-Dùrrah, La guerre irako-britannique de 1941, Beyrouth, 1969, p. 259.

112 Ibid, p. 260.

113 Le New-York Times, 01/05/1941.

114 W. Churchill, op. cit., vol. III, pp. 228-229.

115 Walid M.S. Hamdi, Rachid Âli Al Gailàni, The Nationalist Mouvement in Iraq, 1939-1941, Londres, 1987, p. 120 ; Churchill, op. cit., pp. 227-229.

116 Ibid.

117 Churchill, op. cit., pp. 229-230.

118 Ibid.

119 Ad-Dùrrah, op. cit., pp. 274-275.

120 Ibid. Voir également : Mahmùd Shabib, Des pages pliées de l’histoire de l’Irak, Beyrouth, 1981, p. 71.

121 Glubb, British & The Arabs, op. cit., p. 241. Egalement : A.A.E. 19/5/1941, op. cit., p. 97.

122 Le New-York Times, 3/5/1941 ; le lendemain, le 4 mai, le quotidien américain écrit : "En raison de la tension accrue du Moyen-Orient, 26 bâtiments de la marine américaine viennent d’arriver au Canal de Suez, chargés de matériels américains de guerre destinés à l’armée britannique en Egypte".

123 ADAP, DX II, n° 432, p. 570, F/83/61152.

124 Mùhàzeh, op. cit., p. 177.

125 Ad-Dùrrah, op. cit., p. 306.

126 Ibid, p. 307.

127 Ibid. Voir également : Nàji Shawkàt, Cahiers de Nàji Shawkàt, Correspondances et Documents, Etude sur l’Histoire contemporaine de l’Irak ; préface et enquête de Mùhammed Anis Hussein Az-Zùbaïdi, Bagdad, 1977, pp. 52-54.

128 Ad-Dùrrah, op. cit., pp. 308-309.

129 A.A.E., vol. 159, op. cit., 6/5/1941, p. 59 ; et 7/5/1941, p. 77.

130 Ibid.

131 Mùtiafzeh, op. cit., pp. 369-370.

132 Ibid. Des versions différentes relatent les circonstances de la mort du pilote allemand.
Si le communiqué officiel irakien évoque un combat aérien entre appareils irakiens et britanniques au moment du passage de l’avion allemand qui aurait ainsi été touché, des témoins occulaires allemands affirment que les obus ont été tirés par les forces irakiennes et que des funérailles officielles ont eu lieu à Bagdad pour l’aviateur allemand : A.A.E., op. cit., 13/5/1941, p. 93.

133 A. A. PA Sts., Syrien, Telegram Rahn, 11/5/1941.

134 Dans les documents il y a des chiffres différents. Ainsi lors du procès Dentz donnait l’énumération suivante : 15 000 fusils, 754 fusils mitrailleurs, 5 canons de 75 mm, 8 canons de 155 mm, 52 camions (London, Procès Dentz, p. 283).
Selon Soustelle : 600 tonnes d’armes environ, 2 batteries de 75, une batterie de 155, 70 camions d’essence d’aviation (Soustelle 1, p. 245).
Catroux parle de 800 tonnes de matériel de guerre.
Selon Laffargue Rahn exigea : 30 000 fusils, 800 mitrailleuses et 24 canons de 75. Le général Dentz sut ramener cette quantité à 15 000 fusils, 200 mitrailleuses et 4 pièces de 75. (Laffargue, pp. 63-66). Dans une note, rédigée fin Août 1945 dans sa cellule à Fresne le général Dentz dit : "... le général Dentz... a réduit de trois quarts la cession des armes à l’Irak, c’est ainsi que n’ont été cédés que 15 000 fusils au lieu de 50 000, 200 mitrailleuses au lieu de 800, 4 canons de 75 au lieu de 25, 50 camions au lieu de 600" (Laffargue, pp. 202-207). D’une lettre du général Doyen (Président de la Délégation française auprès de la Commission allemande d’Armistice) au général Vogl (Président de la Commission allemande d’Armistice), en date du 13 mai 1941 : "... En même temps, le général Dentz prenait toutes mesures pour envoyer à Tell-Kotchek, gare frontière de l’Irak, les quantités convenues de matériel et de munitions, à savoir : 15 000 fusils, 4 000 000 de cartouches pour fusils, 200 mitrailleuses, 1 000 000 de cartouches de mitrailleuses, 900 bandes de mitrailleuses, 4 pièces de 75,10 000 coups de 75". (Délégation française IV, p. 430).
Selon une déclaration que le général Dentz a fait lors de son procès, le premier train de matériel de guerre partit le 13 mai 1941, ce qui confirmerait l’assertion de Rahn qu’il avait les armes à la frontière turque dans un délai de 17 heures. Voir Lipschits, op. cit., p. 191.

135 Mûhafzeh, op. cit., pp. 371-372.

136 Hirsowics, op. cit., pp. 215-216. Voir aussi, Lipschits, op. cit., pp. 91-96.

137 A.A.E., op. cit., 24/5/1941, p. 108.

138 A.A.E., Guerre 39-45, Londres, pol. ext., op. cit., 7/5/1941, pp. 30-31. Le texte intégral de la lettre se trouve à l’annexe n° 15.

139 AA. PA., Telegram Rahn, 1/5/1941, op. cit.,

140 AA. PA. RAM, Irak, Telegram Grobba, 19/5/1941.

141 ADAP, DX 11, n° 552, p. 730 f.

142 A.A.E., Guerre 39-45, Vichy-Afrique-Levant, vol. 159, op. cit., 21 /5/1941, p. 101.

143 ADAP, DX 11, 265/272850-52.

144 Ibid.

145 Grobba, op. cit., traduction de Najdàt Fathi Safwàt, p. 169.

146 Churchill, op. cit., pp. 235-237.

147 Ibid. Voir également : Ad-Dùrrah, op. cit., pp. 365-367.

148 Churchill, op. cit.

149 Le New-York Times, 31/5/1941. Dans le même numéro, le quotidien américain rapporte : "Les forces britanniques sont arrivées aux portes de Bagdad, tandis que d’autres unités, venues de Bassorah, sont en train de remonter l’Euphrate et ont déjà occupé Ur … Le porte-parole britannique affirme que les forces irakiennes se sont effondrées. Si les forces britanniques, commente le journal, ont enfin nettoyé l’Irak (sic), c’était véritablement un dernier soubresaut, une ultime chance : la chute de la Crète semble imminente, ce qui approcherait Hitler des territoires arabes...".

150 A.A.E., Guerre 39-45, Vichy, Vol. 159, op. cit., pp. 80-108.

151 Ibid.

152 F.O. 371/27073, n° 388, F.O. to Bagdad (1/6/1941).

153 Seaton Williams, op. cit., p. 45.

154 A.A.E., vol. 159, op. cit., 14/6/1941, p. 160.

155 Hoyyim D. Coban, The Anti-Jewish Farhud in Bagdad, 1941, paru dans "Middle Eastern Studies", vol. III, n° 9 oct. 1966. L’auteur impute d’autre part ces événements aux "activités très marquées de certains ressortissants arabes venus d’autres pays que l’Irak" (voir pp. 7-11).
Voir également : A.A.E., Guerre 39-45, vol. 150, op. cit., 3/6/1941, p. 144.

156 F.O. 371/27078, E. 431, Cornwallis to Eden (11/7/1941).

157 C’est l’Angleterre même qui a jugé inopportune l’occasion au pouvoir de Nùri Al-Saïd immédiatement après la défaite d’Al Gailàni : "Il serait préférable, dit le rapport britannique, que le nouveau cabinet soit composé de membres acceptés par les Irakiens moyens. De ce point de vue, la candidature de Nùri Al Saïd ne semble pas judicieuse en l’état actuel des choses. Mieux vaut donc charger soit Jamil Al Madfaï, soit Ali Jawdet Al Ayyùbi de la direction de la nouvelle formation gouvernementale".
Voir : F.O. 371/27073, E. 2663, F.O. to Bagdad (28/5/1941).

158 Rapport du haut-commissaire français ; A.A.E., op. cit., 6 et 14/6/1941, pp. 158-160.

Notes de fin

1 Médecin syrien, fervent défenseur des causes arabes à l’époque, Amin Rûweiha est déjà de nationalité égyptienne lorsqu’il arrive en Irak en 1933. Il entre d’abord à la Direction de la Santé avant d’être muté dans les forces armées. En 1937, il devient Directeur de l’Hôpital Militaire de Bagdad. Après l’avortement du "Mouvement de mai 1941", il est capturé par les Anglais ainsi que quelques autres Irakiens ; tous sont ensuite exilés en Rhodésie.

2 Les officiers du "carré d’or" étaient : Salâheddine as-Sabbâgh, commandant du troisième bataillon, Kamel Shabib, commandant du premier bataillon, Fahmi Saïd, commandant des forces mécanisées et Mahmùd Salmàn, commandant de l’armée de l’air. Le quotidien irakien Ath-thawra paru le 2/5/1989, affirme que l’appellation "Carré d’or" est, à l’origine, un qualificatif inventé par les Anglais et à connotation péjorative, car faisant allusion aux convoitises des quatre colonels pour l’or allemand (l’appellation en anglais étant : "The Crowned Golden Square"). Mais, poursuit le journal irakien, les nationalistes irakiens ont délibérément adopté ce titre en soulignant le sens contraire à celui voulu par les "auteurs".

3 Signé en 1937 au Palais de Saadabâd à Téhéran, ce pacte réunissait l’Irak, l’Iran, la Turquie et l’Afghanistan. Il stipulait notamment l’engagement mutuel de non-ingérence dans les affaires intérieures, de non-agression et la garantie mutuelle des frontières communes entre les signataires.

4 Avant la formation par Al Gailàni du nouveau gouvernement, prévalait une idée maîtresse : la nécessité urgente de confier les affaires du pays à une équipe de nationalistes : Nùri Al Saïd s’est excusé de la diriger – prétextant de ne pas se permettre d’assumer la responsabilité d’exercer seul le pouvoir – mais a accepté d’y participer en tant que ministre des Affaires Etrangères.

5 Le propre frère de Yassin Hàchimi, l’ancien Premier ministre déchu par le coup d’Etat de 1936.

6 A propos de la sympathie des Arabes pour l’Allemagne et leur attitude vis-à-vis de la France et de l’Angleterre, voir la correspondance du haut-représentant français à Beyrouth, annexe n° 8 (A.A.E., Paris, Guerre 39-45, vol. 159, p. 27).

7 Les documents français parlent de 10 000 hommes (ibid, 18/4/1941), p. l.

8 Le texte intégral du communiqué diffusé à cette occasion par Radio-Berlin se trouve à l’annexe n° 9, voir également des extraits de presse dans les annexes n° 10 et 11.

9 Voir texte intégral de ce communiqué dans l’annexe n° 12.

10 Abwehr, "défense". Service de renseignements de l’état-major allemand de 1925 à 1944. Dirigé par l’amiral Canaris, puis par Himler, cet organisme joua un rôle essentiel dans la lutte contre la résistance dans l’Europe occupée. (Définition figurant dans Le Petit Robert, Noms propres.

11 Les correspondances de Churchill relatives à ces événements avec ses ministres des Indes et des Affaires Etrangères et avec les généraux de l’Etat-major se trouvent dans les annexes n° 13.

12 Voir le texte dans l’annexe n° 14.

13 Le texte intégral de la lettre se trouve dans l’annexe n° 15.

14 La Convention de Montreux (20/07/1936), abrogeant les clauses du Traité de Lausanne de 1923, autorisa la remilitarisation des détroits turcs du Bosphore et des Dardanelles.

15 Le texte intégral du traité secret se trouve dans l’annexe n° 16.

16 Vieil adage arabe, faisant allusion aux impondérables et aux contretemps mettant en échec une entreprise.

Table des illustrations

Titre CARTE N° 6
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/48338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search