Version classiqueVersion mobile

L’émergence d’un État à l’ombre d’un empire

 | 
Majid A. Majid

Troisième Partie. L’instabilité politique et ses conséquences sur les relations irako-britanniques

Chapitre II. Les courants politiques et leur influence sur les relations irako-britanniques

Texte intégral

1A l’issue de la candidature du prince Fayçal au trône d’Irak, les citoyens concernés par la politique, anciens membres de partis et autres, soulèvent la nécessité de former des partis politiques qui seraient l’expression de la volonté du peuple et œuvreraient pour atteindre les objectifs d’unité nationale et d’indépendance totale.

2Mais le futur roi n’est pas partisan de l’idée de création de partis politiques qui, selon lui, pourraient semer la discorde entre les Irakiens et causer des clivages sociaux. Cette attitude entraîne une réaction négative parmi les hommes politiques désireux de constituer des formations nouvelles (la "nouveauté", en l’occurence, est entendue eu égard à l’ancien régime ottoman).

3Cette étude sur les activités partisanes sera divisée en deux volets : les partis sous le mandat britannique et les partis sous l’indépendance.

Les partis sous le mandat britannique

  • 1 Les Wahhabites : Adeptes d’un mouvement islamique puritain fondé par Muhammad ibn Abd Al Wahhâb (17 (...)
  • 1 Centre des Archives, Bagdad, dossier n° 5/5 de l’année 1922.

4Après l’intronisation du prince Fayçal roi d’Irak, la nécessité de créer des partis politiques devient une revendication populaire que nourrissent et amplifient plusieurs événements survenus en Irak. Parmi ceux-là, un des plus marquants est sans doute le "raid" effectué en territoire irakien par les Wahhabites1. Cette attaque a, en effet, laissé d’inoubliables plaies, notamment dans les villes saintes comme Karbalà1 à majorité chiite, et causé une grande exaspération parmi leurs habitants.

  • 2 Centre des Archives, Bagdad, dossier n° 3/3 B de l’année 1922.
  • 3 Mohammed Mehidi Kùbbah, op. cit., p. 21.

5D’autres relations expliquent ce besoin de partis politiques, en particulier les déclarations du gouvernement britannique au sujet du mandat, qui déchaînent tant de mécontentement que le peuple manifeste, présente des pétitions et adresse des télégrammes de protestation à Fayçal Ier et au gouvernement britannique2. D’aucuns vont jusqu’à appeler à la scission de Bassorah qui deviendrait selon eux une province indépendante de l’Irak ayant son propre Conseil de Gestion Publique3.

6Le désordre et la turbulence sociale engendrés par tous ces événements accentuent chez les Irakiens le sentiment que la création d’organisations politiques est désormais une nécessité. Ainsi, des réunions sont tenues et des débats organisés. Mais le gouvernement louvoie et temporise, sans répondre de façon nette à cette revendication.

  • 4 Majid Khadduri, Système du pouvoir en Irak, traduction arabe de Fayçal Najmeddine Al Attraqtchi, Ba (...)

7Les hommes politiques s’orientent par conséquent vers la formation de partis clandestins. De cette tendance, naissent le Parti National (Al Hezb al-Watani) et l’Association de la Renaissance Irakienne (Djamiyyêt an-Nahda al-Irâqiya). A l’exception de quelques points subsidiaires, les programmes politiques de ces deux formations ne diffèrent pas fondamentalement, dans la mesure où ils aspirent en premier lieu à l’indépendance de l’Irak. Les deux organisations poursuivent leur action dans la clandestinité durant quelques mois, mais le gouvernement sera enfin contraint de les autoriser, ainsi que les autres partis, en raison de la promulgation de la loi du 2 juillet 1922 sur le statut des associations4.

8Le Parti National compte parmi ses membres des "anciens" de la Révolte de 1920 qui, sous l’occupation britannique (1917-1920), militaient au sein de deux associations, "Les Gardiens de l’Indépendance" (Haress al-Istiqlâl) et "le Serment" (Al-’Ahd). Un certain nombre d’officiers et d’avocats y adhèrent également.

  • 5 Abdùl-Emir Hàdi Al Aggàm, Le Mouvement Nationaliste en Irak, 1975, p. 451.

9Les deux paris, National et Renaissance, entretiennent d’autre part des liens de coopération et leurs dirigeants tiennent de nombreuses réunions communes dans le but de s’accorder sur une politique unifiée en vue de la réalisation de leurs objectifs partisans. Ils parviennent à gagner la sympathie de certains journaux. Ainsi Al-Mûfid (L’utile) et Ar-Râfidaïn (La Mésopotamie) appuient leur politique d’opposition au gouvernement dirigé par Al Naqîb et soutiennent les autres revendications que les deux partis appellent de leurs vœux. Parmi celles-ci figurent notamment l’ajournement des négociations sur le (premier) traité irako-britannique jusqu’après la réunion du Conseil Constitutif, l’accélération du processus d’élections devant aboutir à la formation de ce conseil, et la lutte contre le mandat britannique5.

  • 6 Ar-Raïhàni, op. cit., pp. 120-121.

10Les deux formations organisent une importante manifestation lors de la célébration du premier anniversaire de l’intronisation de Fayçal Ier, roi d’Irak. Le cortège atteint les environs du palais royal, et des allocutions sont prononcées qui, sous de vives acclamations, jettent l’anathème sur le mandat britannique. Les termes très blessants empruntés par les orateurs indisposent le haut-commissaire, représentant de Sa Majesté d’Angleterre, qui dépose une protestation officielle. Le monarque se trouvera dans l’obligation de présenter des excuses6.

  • 7 In le Journal Al-Awqàt (Les Temps), Bagdad, 26 Août 1922.

11Deux jours plus tard, le roi, ulcéré, subit une opération chirurgicale de l’appendicite. Le représentant suprême de Londres saisit l’occasion pour "régner" en maître absolu ! Sa première action : la dissolution des deux partis et l’exil de leurs dirigeants à l’île de Hindjâm, dans le Golfe7.

  • 8 Al Aggàm, op. cit., p. 454.

12Après ce revers, les membres des deux partis jugent astucieux de fusionner avec l’Association Nationaliste (Al-Djamiya al-Wattaniya) qui, elle, est autorisée. Ils espèrent par ce biais poursuivre légalement l’action en attendant un retour à part entière sur la scène politique du pays. En 1928, le ministère de l’Intérieur réautorisera, un effet, les activités du Parti National. Sa répartition intervient à point nommé : l’opposition officielle, représentée par le Parti du Peuple (Hezb asch-Chaab) commençait à s’amenuiser, nombre de ses dirigeants ayant intégré le pouvoir en devenant ministre ou fonctionnaire de haut rang8.

  • 9 Dans Sada al-Istiqlàl (L’Echo de l’Indépendance), Bagdad, 26 Octobre 1930. Ce journal était l’organ (...)

13Le Parti National, observant une position ferme et intransigeante vis-à-vis du gouvernement, refuse d’y participer afin de souligner son opposition sans faille au mandat. Se faisant le défenseur des causes arabes, notamment la cause palestinienne, sa devise est : "liberté, indépendance, souveraineté totale", autant d’objectifs qui lui valent de gagner la confiance de la population. Il boycotte les élections organisées par Nùri Al Saïd, à l’issue desquelles il diffuse un communiqué s’en prenant au gouvernement et l’accusant d’avoir falsifié le scrutin9.

  • 10 Ibid. Ce communiqué n’affectera en rien la ratification du traité.

14Le chef du gouvernement, Nùri Al Saïd, avait formé un parti, le Parti du Serment (Hezb al-Ahd), pour étayer sa propre politique jusqu’à ce que fut ratifié le Traité irako-britannique de 1930. Aussi le Parti National a-t-il pris l’initiative d’adresser aux pays d’Europe et à la SDN un communiqué soulevant la fraude électorale et demandant aux destinataires de considérer par conséquent comme nul et non avenu tout traité ou accord ou concession signé ou accordé par le gouvernement irakien10.

  • 11 Dans le journal Nidàa asch-Schaab (L’Appel du Peuple), 23 Novembre 1930, Bagdad.
  • 12 Dans le magazine al-Alêm al-Arabi (Le Monde Arabe), 10 Juin 1933, Bagdad.
  • 13 Centre des Archives, Bagdad, dossier n° C/1, 1932-1936.

15Le Parti National s’emploie par ailleurs à faire converger les efforts des différentes forces patriotiques pour les rendre plus efficaces contre le cabinet Al-Saïd et le Parti du Serment qui en est issu. Dans cette perspective, des concertations ont lieu entre ses dirigeants et ceux du Parti de la Fraternité Nationale (Hezb al-Ikhâ al-Watani) sur l’unification de leur action et la conjugaison de leurs efforts11. Les deux partis resteront unifiés jusqu’en 1933, date à laquelle le Parti de la Fraternité entre au gouvernement, le premier dirigé par Rachid Âli Al Gailàni ; ce dernier ayant annoncé son engagement à honorer le traité d’alliance irako-britannique de 1933. Or l’un des plus importants dénominateurs communs entre les deux formations était, précisément, le refus d’entériner cet accord. Aussi le PN décide-t-il de dénoncer son accord, action commune avec le PFN12, avant de cesser définitivement ses activités en 1935 à la suite de la décision du gouvernement portant sur l’arrêt des actions politiques partisanes13.

  • 14 Al Aggàm, op. cit., p. 460.

16Le Parti de la Renaissance, lui, marque son retour sur la scène politique en 1924. Il institue même les fédérations à Bassorah, Samawa, Karbalâ’a, Najaf et Mossoul. Mais son échec dans les élections organisées cette même année 1924, plonge le parti dans une quasi-léthargie et incite nombre de ses adhérents à s’en désister moins d’un an après sa restructuration. Il n’en survit pas moins jusqu’en 1927 et son organe, An-Nahda (La Renaissance) est liquidé le 22 novembre 1927 par le ministère de l’Intérieur pour avoir violemment critiqué les pourparlers, alors en cours, sur le traité de 1927 avec la Grande-Bretagne. Le parti, comme depuis sa naissance, continuera à lutter contre un affaiblissement chronique qui sera d’autant plus aigü que des partis parlementaires seront créés. Ce parti disparaîtra de la scène politique irakienne14.

  • 15 Al Hassani, Histoire Politique de l’Irak, op. cit., tome III, p. 229.
  • 16 Dans le journal Al Iràaq (L’Irak), 4 septembre 1922.

17Le haut-commissaire britannique ne se contente pas de réprimer le mouvement nationaliste depuis l’incident de la cour royale du 23 août 1922. Se mêlant directement de politique, il ordonne à Mahmûd Al Naqîb, fils du Premier ministre, de former un parti dont le rôle sera d’appuyer le gouvernement de son père. Le représentant de Sa Majesté prend bien soin de demander à ses compatriotes, conseillers, fonctionnaires ou cadres dans les provinces ou dans la capitale, d’inciter les chefs de tribus et des clans à adhérer à ce parti15. Ainsi naît le Parti Libéral Irakien (Hezb al-Hûrr al-Irâqi) le 3 septembre 192216.

18Cette nouvelle organisation politique comprend essentiellement des membres du pouvoir en place, des politiciens qui ont pour principale occupation de ménager les Anglais et de contribuer à la réalisation de leurs objectifs en Irak. La plupart des éléments hostiles au mouvement nationaliste et, naguère, opposés à la Révolte de 1920 entrent à leur tour dans ce parti d’inspiration britannique. Dès sa création, le parti appelle à la conclusion du traité irako-britannique.

  • 17 Archives du ministère irakien de l’Intérieur : Les Associations Politiques, dossier n° 51/ 34, p. 3 (...)

19Mais, après la chute du cabinet Al Naqîb, le PLI s’affaiblit rapidement et ses membres se dispersent. De longs mois durant, il ne joue plus aucun rôle, ne laisse aucune trace. Sous le gouvernement Al Saadoun, qui annonce l’organisation d’élections, le parti réapparaît en publiant un communiqué où il annonce sa décision de participer aux élections de l’Assemblée constituante17. Peu après cependant, il annonce sa volonté de boycotter ce même suffrage, protestant contre le découpage électoral. Celui-ci intègre des zones tribales à des zones urbaines, ce qui, selon le parti, constitue une entrave à la loi, les tribus ayant leur propre interprétation des lois et règles. Malgré cela, les noms de certains dirigeants du PLI figurent sur les listes des candidats, et malgré l’élection de quelques-uns d’entre eux, le parti sombre dans l’oubli avant de disparaître.

20Durant cette période, les partis politiques ne sommeillent pas : dès qu’une cause se dissipe, une autre qui préoccupe la nation voit le jour. L’inauguration de l’Assemblée constituante marque à cet égard un tournant important dans l’histoire des institutions politiques nationales. Car il s’agit de la première assemblée représentative du peuple et d’un premier pas dans la voie démocratique. Les jeunes nationalistes indépendants saisissent l’occasion pour enjoindre les membres de ladite assemblée d’œuvrer en vue d’obtenir l’indépendance du pays, objectif suprême à leurs yeux, et pour leur rappeler la nécessiter de rédiger une constitution.

  • 18 Al Alêm al-Arabi (Le monde arabe), 11 avril 1924.
  • 19 Idem, 12 avril 1924.

21Les jeunes nationalistes déposent pour l’occasion une demande d’autorisation pour la tenue d’un grand meeting au cinéma "Royal" à Bagdad. Ils y convient tous les députés de l’Assemblée constitutive ainsi que des avocats et des notables de la ville. Ils entendent rendre hommage aux nouveaux élus et célébrer les prémisses d’une vie politique parlementaire et constitutionnelle18. Mais, alors que les invitations sont parties, le ministère de l’Intérieur interdit la tenue de ce rassemblement, ce qui irrite l’opposition au sein de l’Assemblée et l’amène à dénoncer les agissements du gouvernement contre cette célébration. Le gouvernement finit par plier et donne son accord. Cette attitude des députés de l’opposition, conduits par Yassin Al Hàchimi (alors leader de l’opposition) leur vaut la sympathie des jeunes indépendants, organisateurs de la réunion, dont certains entendent profiter pour "basculer" dans l’opposition en adressant à ces députés un télégramme de reconnaissance pour "la noble position" qu’ils ont observée vis-à-vis de leur cause19.

  • 20 Farùq Sàlih Al Omar, Partis politiques en Irak de 1921 à 1932, Bagdad, 1978, pp. 128-129.

22La réunion se tient le 17 avril de cette année 1924. C’est un véritable rassemblement patriotique où les orateurs, se succédant, critiquent fermement le traité de 1924 qui doit immédiatement être soumis au Conseil constitutif. Cela ne manque pas de trouver des échos favorables chez les masses. A la fin du meeting, Al Hàchimi prend la parole pour faire l’apologie de ce genre de réunions et appeler à en organiser d’autres dans l’avenir, ce qui lui vaudra d’être taxé d’instigateur de ce rassemblement20. Cette "étiquette" n’est pas dénuée de fondement, puisque l’intéressé cherche effectivement, au moment des faits, des appuis populaires pour étayer sa carrière politique.

23On retiendra qu’après une longue accalmie sur le front politique, depuis la cessation des activités des partis National et de la Renaissance, cette réunion aura relancé positivement le débat politique dans le pays et laissé une grande influence sur l’opinion publique à un moment où n’existait aucun parti défenseur des causes patriotiques et nationalistes.

  • 21 Al-Alêm al-Arabi (Le monde arabe), Bagdad, 25 avril 1925.

24Mais le meeting a aussi pour effet d’exacerber les ressentiments contre les partisans de la ratification du traité avec les Anglais. Ainsi deux des députés de l’Assemblée constituante, élus par des tribus et connus pour leur position ouvertement favorable à la conclusion du traité, sont victimes d’une tentative d’assassinat. L’un d’eux est grièvement blessé. Cette agression terrorise les autres membres de l’assemblée, dont plusieurs présentent leur démission, invoquant de prétendues raisons de santé21. D’aucuns parleront ironiquement d’une étrange "épidémie politique" semblant frapper les députés.

25Cet attentat exaspère Dâr al-Itimâd (littéralement : "La Maison de l’Accréditation", qui est le siège des autorités britanniques du mandat à Bagdad), dont la principale mission consiste alors à faire ratifier le traité et le faire entériner par le conseil des ministres. C’est la raison pour laquelle le Premier ministre, Jaafar Al Askari, prend rapidement des mesures de répression : les journaux connus pour leur opposition à la signature du traité sont interdits et certains avocats propulsés sur le devant de la scène politique à l’occasion du rassemblement du cinéma "Le Royal" sont arrêtés pour tentatives d’assassinat.

  • 2 Après avoir vivement protesté contre l’attitude de l’Assemblée constituante (globalement hostile au (...)
  • 22 Al Omar, op. cit., p. 130. Voir également : Al Bazzàz, op. cit., p. 154.

26Le courant hostile à la conclusion du traité continue cependant à se manifester, notamment hors des séances de l’Assemblée constituante. La controverse retarde sensiblement les délibérations devant aboutir à la ratification du traité par ladite assemblée, ce qui met le gouvernement dans l’embarras et incite un grand nombre de membres à opter pour une attitude de rejet du traité. Mais le ministre de l’Intérieur, Ali Jawdet Al Ayyoûbi, entame des contacts avec les leaders de l’opposition membres de l’Assemblée constituante, notamment avec leur chef de file, Al Hàchimi. Organisant des rencontres entre eux et le roi, il réussit à rapprocher les points de vue dans l’intérêt de la nation en évoquant surtout les menaces proférées par le haut-commissaire britannique2. La ratification du traité finit par être votée à l’issue d’une séance qui dure jusqu’à minuit, le 11 juin 192422.

  • 23 Ministère irakien de l’Intérieur, Les Associations, dossier n° 6/24, p. 3.

27Pour ce qui est des avocats écroués pour tentative de meurtre, ils sont défendus lors du procès par de nombreux confrères : tous sont acquittés. L’épreuve rapproche entre eux ces avocats dont quelques-uns décident de créer un “Parti de la Nation" (Hezb al-Ummah). Début juillet 1924, ils disposent au ministère de l’Intérieur une demande d’autorisation dans ce sens, y joignant le programme du parti et ses statuts23.

  • 24 Ibid, p. 5.

28Mais le commissaire général adjoint de la police, un certain major Cox (un Anglais) juge d’autant plus inopportun l’accord d’un permis de fonder ce parti, que les demandeurs sont soupçonnés d’implication dans l’affaire du meeting du cinéma "Le Royal", voire celle de l’agression contre les deux députés24. La requête demeure ainsi ignorée jusqu’à la démission du cabinet Al Askari. Après sa nomination au poste de chef de gouvernement, Al Hàchimi, le leader de l’opposition de la veille, autorise naturellement la création de ce parti, qui naît le 20 août 1924. Le nouveau Premier ministre ayant été l’inspirateur du parti, celui-ci voit en lui son président d’honneur. Sa décision d’autoriser ce parti à ce moment précis, est d’ailleurs à mettre sur le compte de sa volonté de constituer un bloc favorable à sa politique et de son espoir de gagner une majorité relative au sein de l’assemblée des députés à l’issue des élections législatives prochaines.

29Surnommé le "Parti des jeunots" (la plupart de ses adhérents étant des avocats et juristes nouvellement diplômés de la faculté de droit), cette formation est loin de faire l’unanimité parmi les milieux politiques. Les "vétérans" estiment, en effet, que l’exercice de la politique exige une maturité forgée par de nombreuses années d’expérience et par un long passé de militantisme. D’où l’entrée au sein de ce nouveau parti, sous l’intervention de Yassin Al Hàchimi, de quelques éléments d’âge mûr dans le but de conférer au parti une apparence de sérénité qui l’aiderait à jouer un rôle significatif durant les élections à venir.

  • 25 Ibid, pp. 8,10,15.

30Le parti ébauche ses activités dans la confusion et l’instabilité dont témoignent les nombreux remaniements et démissions à son sommet. Deux mois à peine après sa fondation, des éléments nouveaux entrent dans le comité central du parti tandis que l’un de ses fondateurs s’en désiste25. Des chrétiens adhèrent également au parti. Ayant des notions du français, ils seront un atout pour le parti lors de la venue d’une délégation de la SDN dans le but de régler le contentieux frontalier irako-turc et la question de la province de Mossoul. La présence dans ses rangs d’éléments chrétiens assurera également au parti une impression positive aux yeux des membres de cette commission internationale, puisqu’elle souligne que la communauté chrétienne jouit des mêmes droits, y compris celui d’adhérer à un parti politique.

  • 26 Ibid, p. 9.

31Ce parti débute son action en exigeant du pouvoir politique la proclamation de la constitution irakienne en vue de l’organisation d’élections législatives26.

32Si ces ramifications atteignent rapidement plusieurs provinces, ses fédérations départementales ne sont actives que par la présence à leur tête de personnalités influentes ou de leurs protégés ; Ainsi, par exemple, la section de Najaf (ville sainte du Sud) est, après celle de Souq asch-Schiyûk (autre ville du Sud), la plus forte "filiale" du parti dans les provinces : leurs présidents respectifs sont, chacun de leur côté, à la tête d’une grande tribu. L’adhésion, peut-on déduire, n’est rarement motivée par des convictions idéologiques mais souvent liée à des parentés avec des personnalités influentes. L’esprit tribal et de clan demeure prédominant.

33L’une des premières questions qui se posent devant le parti est celle de Mossoul, à laquelle nous faisions allusion plus haut. Une délégation de la Société des Nations étant attendue à Bagdad pour tenter d’élucider ce problème, le gouvernement mobilise toutes les forces du pays, le peuple comme les partis, ne lésinant pas devant les dépenses, en vue d’impressionner la mission internationale. Car cette province du nord a une importance particulière, non seulement sur le plan territorial mais aussi économique, la région recelant d’importants gisements pétroliers.

  • 27 Dans le journal Al-Istiqlàl (L’Indépendance), Bagdad, 26 janvier 1925.

34Le Parti de la Nation concentre donc ses efforts sur cette cause, élabore et publie des études et des manifestes concernant Mossoul. Il soumet à la Commission Internationale des Frontières un rapport démontrant le droit historique et géographique de l’Irak sur cette province ainsi qu’une carte remontant à 1272. Celle-ci, agréée auparavant par le gouvernement turc comme référence de délimitation des provinces de l’empire ottoman, rattache Bassorah et Mossoul à la wilaya de Bagdad et colorie de façon identique ces trois provinces27.

35Le parti argumente qu’il s’agit là d’une preuve supplémentaire de l’appartenance de Mossoul à l’Irak.

  • 28 De la cause de Mossoul, voir :
     – SDN, 1925, C 382, M.126, C402, M. 140, LON-C : Question de la fron (...)

36La question de la concession pétrolière est également soulevée durant la visite de la commission internationale, la Grande-Bretagne exerçant des pressions pour lier les deux affaires : le maintien de Mossoul au sein de la souveraineté irakienne est subordonnée à l’octroi de cette concession pétrolière. Cela ne manque pas d’influencer les décisions de la commission, puisque la concession est consentie avant même le départ de la délégation internationale28. Et c’est là qu’apparaissent les raisons pour lesquelles le gouvernement retardait délibérément la proclamation de la Constitution : surseoir à l’organisation des élections législatives et, par conséquent, différer les débats sur la concession dans le cadre des activités parlementaires. Mais l’attitude du gouvernement cause des clivages internes qui conduisent deux ministres à démissionner, rejoignant une vive campagne de presse contre cette concession.

37Mais cette campagne de presse anti-concession est de courte durée : le gouvernement prend rapidement l’initiative de promulguer la "Loi Constitutive" (la Constitution) et fixe une date pour les élections législatives. Les journaux changent ainsi de cap : priorité est désormais donnée à la bataille électorale, au détriment de la campagne contre le gouvernement.

38Soulignons que celui-ci n’a accordé la concession que dans le souci de préserver Mossoul, province riche en gisements pétroliers. Bagdad seule ne pouvait rien contre des convoitises autant turques que françaises, puisque, en vertu des accords de Sykes-Picot, la grande ville septentrionale de l’Irak et sa région étaient placées dans la zone d’influence française. Le gouvernement irakien n’avait donc pas de choix : se plier à la volonté de Londres en consentant la concession demandée ou perdre Mossoul...

  • 29 Al Iràq (L’Iraq), Bagdad, 25 mai 1925. Voir également Percy COx & Henry Dobes, La structure du pouv (...)

39Le Parti de la Nation bénéficie, comme exposé plus haut, du soutien du Premier ministre, ce dernier espérant obtenir une majorité parlementaire à l’issue des élections. Mais le chef du gouvernement n’y parviendra pas, notamment en raison de la présence de son ministre de l’Intérieur, Abdel Mohsen Al Saadoun qui, lui, bénéficie du soutien des autorités britanniques de Dâr al-Itimâd. La rivalité à peine voilée entre les deux hommes se manifeste par journaux interposés. Al-Irâq (L’Irak), quotidien proche d’Al Saadoun, s’en prend ainsi violemment au gouvernement, lui reprochant le retard dans la démission pure et simple du gouvernement, accuse d’autre part son chef, Al Hàchimi, de fraude électorale en faveur du Parti de la Nation. Celui-ci est même qualifié par le journal de « ramassis d’abrutis irresponsables »29.

  • 30 Entre Al Hàchimi et Al Saadoun, le désaccord dégénère et se répercuta dans l’enceinte du Conseil de (...)

40Ainsi, au lendemain des élections, le cabinet Al Hàchimi démissionne, répercussion directe du conflit qui, au sein même de cette formation, en opposait le chef à un de ses ministres. Car les autres membres de l’équipe gouvernementale voyaient mal comment, dans de telles conditions, ils pourraient présenter un semblant de cohérence devant les élus du Conseil de la Nation30.

41Sa défaite aux élections incite par ailleurs un grand nombre d’éléments du Parti de la Nation à quitter ses rangs, préférant des fonctions au sein de l’Etat qui a besoin de leurs compétences. Le parti s’évapore. Sa disparition appelle deux remarques : d’une part le dogmatisme politique, la foi partisane sont plutôt faibles, et d’autre part, les intérêts personnels, axés sur le carriérisme, sont largement dominants.

42En 1924, parallèlement à ce Parti de la Nation, naît un autre groupement politique : le Parti de l’Indépendance (Hezb al-Istiqlâl). Pour ce parti comme pour de nombreuses autres formations et associations politiques fondées en cette période, la cause de Mossoul constitue le moteur de l’action, voire la raison même d’être. Al-Ahd (Le Serment), organe de ce parti, consacre la plupart de ses articles à l’affaire mossuliote, publiant notamment des études historiques, géographiques ou sociologiques prouvant "l’irakité" de cette province. Le gouvernement encourage ce parti tandis que le roi Fayçal se montre large à son égard, lui offrant de généreuses subventions qui assureront la pérennité de ses activités.

  • 31 Al Aggàm, op. cit., p. 466.

43Une des premières actions menées par le parti pour la cause de Mossoul consiste à soumettre à la Commission Internationale, lors de son passage à Mossoul, un rapport détaillé qu’il publie par ailleurs sous forme de prospectus. Ce document, qui relate les relations irako-britanniques dès leur commencement à la fin de la Première Guerre Mondiale, fournit des preuves géo-historiques et militaires de l’arabité de Mossoul31. Certains membres du parti employant leurs connaissances du français, le "courant" passe relativement bien entre leur organisation et les membres de la commission de la SDN.

44Le départ de celle-ci de Mossoul, marque d’ailleurs un début de léthargie des activités partisanes dans cette région. Mais, à la faveur d’élections législatives ultérieures, l’action du parti est ravivée par la candidature de certains de ses éléments à la députation. La résolution de la SDN, annoncée le 16 décembre 1925, de maintenir Mossoul sous la souveraineté irakienne insuffle au parti un élan nouveau, et ses dirigeants, qui saluent vivement la décision de l’organisation internationale, le font savoir par télégramme aux responsables de la Société des Nations.

45Plus tard, le parti se trouve un autre cheval de bataille : l’opposition au traité (irako-britannique) de 1926. Face aux remous que créent les nombreux manifestes publiés par le parti contre la signature de cet engagement, le ministère de l’Intérieur se trouve contraint d’interdire l’organe du parti. Et c’est à ce moment que nombre de ses adhérents "apostasient" pour rejoindre des partis parlementaristes de Bagdad. Nouveau gel, puis dégel en 1928 à l’occasion, encore une fois, d’élections législatives. Le parti écrit alors à tous les responsables de Bagdad pour dénoncer l’immixtion du pouvoir dans le déroulement de ce suffrage. Après une brève collaboration durant cette période avec le PN, ce parti définitivement de la vie politique dès le lendemain de ces élections.

  • 32 Dans le journal al-Alêm al-Arabi (Le monde arabe) des 8 août et 7 novembre 1925.

46Aux côtés de l’Association de Défense Nationale (Djamiyât ad-difaa al-Watani), le PN poursuit la défense des mêmes idéaux que ceux prêchés par le précédent Parti de l’Indépendance (Hezb al-Istiqlâl). Car, en 1925, l’action politique, focalisée sur l’affaire de Mossoul durant la présence de la Commission Internationale, tente un certain nombre d’amateurs d’éclat d’émerger sur le devant de la scène. De cette tentation naît, en cette année 1925, une nouvelle organisation, le Parti National. En plus de la cause mossuliote, ce parti défend rigoureusement la cause palestinienne et l’arabité de la Palestine. Son comité général dénonce ainsi auprès de la SDN les pratiques sionistes en Palestine et proteste contre les agissements de la « puissance mandatée d’occupation en Syrie »32. Le parti revendique également que « les droits de la Nation soient préservés dans toute négociation future avec la Grande-Bretagne ».

47Cependant, comme de nombreux autres partis fondés en cette période, celui-ci est voué à la disparition dès la dissipation de la cause pour laquelle il a vu le jour. Ainsi, dès la fin des recherches menées par la SDN sur l’affaire de Mossoul et sa résolution (prise, il est vrai, sous l’impact de l’intervention de Londres) favorable à l’Irak, ces partis s’amenuisent avant de se désagréger, leurs adhérents s’éparpillant dans les autres organisations politiques. Car d’autres partis, plus parlementaristes que militants, sont présents et disposent de nombreux sièges au Conseil des députés. L’inauguration, le 16 juillet 1925, du Conseil de la Nation, marque, en effet, un tournant décisif dans l’orientation des deux partis politiques : c’est désormais l’obtention d’un maximum de sièges possible à l’assemblée qui commande l’action de chaque parti, et la constitution de blocs parlementaires, opposés ou favorables au gouvernement en place, qui en modifie la politique.

48Le premier parti ainsi créé dans le pays dans un esprit de parlementarisme est le Parti du Progrès (Hezb at-Taqaddûtn). Son action politique, force est de le constater, s’étend sur deux périodes bien distinctes.

  • avant et pendant sa coalition avec le Parti du Peuple (Hezb asch-Schaab) et leur partage du pouvoir au sein d’un gouvernement de coalition ;
  • la période d’après cette action commune, en tant donc que Parti indépendant.
  • 33 Premier ministère d’Al Hàchimi : du 24 Août 1925 au 20 Juin 1925.
  • 34 Georges Lenozowski, The Middle East in World Affairs, New-York, 1956, p. 238.

49C’est sous le premier cabinet Al Hàchimi que les premières élections du premier conseil de députés en Irak ont lieu33. Al Saadoun, qui officie dans ce même gouvernement comme ministre de l’Intérieur, y obtient – comme souligné précédemment – une majorité de députés favorables. Celle-ci devient par la suite un bloc parlementaire portant le nom de Parti du Progrès. Bien qu’autorisé après les élections par le ministre de "tutelle", celui de l’Intérieur, ce parti exerçait en réalité bien avant son homologation officielle sur le principe de la loyauté à son président, Al Saadoun. Ce dévouement s’intensifie par la suite et l’emporte sur les principes mêmes du parti34.

  • 3 Depuis l’Empire ottoman, les Al Saadoun étaient un grand clan très influent.

50Car, fortement soutenu par la majeure partie des tribus de la partie méridionale du Moyen-Euphrate3, Al Saadoun bénéficie en plus de l’approbation des autorités britanniques du mandat, qui voient en lui la plus forte personnalité propulsée sur la scène politique irakienne depuis l’extinction de l’étoile de l’ancien Premier ministre, Abdel Rahmàn Al Naqîb.

51Ainsi l’intensité du Parti du Progrès est consacrée grâce à la personne de son idole, qui influe magistralement sur ses principes, tant sur le plan idéologique, dogmatique que dans le domaine de la politique intérieure ou extérieure. Un regard s’impose donc sur la vie de ce maître de la politique irakienne de cette époque afin de mieux cerner l’action de l’appareil politique dont il fut le fondateur et le leader, le Parti du Progrès.

52Né en 1879 à Al-Mùntafik (au sud de l’Irak), Abdel Mohsen Al Saadoun est, à 13 ans, envoyé par son père, Fahd Pacha, à Istanbul afin d’y suivre des études dans l’école spécialement fondée par le sultan ottoman pour les enfants de dignitaires des tribus. Il entre ensuite à l’Ecole Militaire et, à l’issue d’une formation sanctionnée par le diplôme de cette école, devient officier dans l’armée ottomane. S’il participe aux élections du Parti de l’Union et du Progrès (Hezb al-Ittihâd wat-Taraqqi), il se garde d’adhérer aux associations arabes fondées à cette époque.

53Sa carrière politique en Irak commence en 1922, lorsqu’il est nommé ministre de l’Intérieur dans le troisième cabinet Al Naqîb. Mais il en démissionne en raison d’un désaccord avec le Premier ministre au sujet de la politique à adopter vis-à-vis de l’opposition, Al Saadoun demeurant un farouche partisan de la fermeté, voire de la répression en la matière. Son attitude ferme et hostile à l’encontre de l’opposition lui vaut d’attirer l’attention de ces Messieurs de Dâr al-Itimâd, représentants de Sa Majesté britannique, qui trouvent en lui la personnalité parfaite, forte et inflexible, qui convienne à l’exécution de leurs desseins. Ainsi, après la démission du gouvernement Al Naqîb, vers la fin 1922, c’est lui qui est chargé de diriger le nouveau cabinet. Et c’est encore lui qui est élu président de l’Assemblée constituante à l’issue de sa première séance. Al Saadoun aura donc connu en peu de temps, l’exercice du pouvoir exécutif et le prestige du législatif.

54Et c’est à quatre reprises, en 1922, 1925, 1928 et 1929, qu’il se trouve à la tête du gouvernement. Ses trois derniers cabinets sont soutenus par son appareil politique, le Parti du Progrès, qu’il fonde au début de sa carrière parlementaire et dont les activités se poursuivent jusqu’au suicide du maître, en 1929.

55La politique anglaise d’Al Saadoun connaît deux périodes. La première, de 1922 à 1928, est celle de la collaboration avec les Britanniques (« Les frontières Nord et Est de l’Irak, soutient-il sans cesse, ne sont pas sûres, et l’Irak seul ne peut en garantir l’intégrité »), La seconde, de fin 1928 jusqu’à son suicide en 1929, est celle du désaccord avec les Anglais au sujet des droits de l’Etat irakien. Les frontières de l’Irak, peut-on ainsi résumer sa pensée alors, étant désormais sûres et ses relations avec ses voisins étant bonnes, le poids britannique doit moins peser pour ne pas dire se dissiper totalement.

56Le Parti du Progrès est créé sous le deuxième cabinet Al Saadoun, alors qu’il vient d’obtenir une majorité parlementaire. Mais la composition du gouvernemnt s’inspirait des données des blocs parlementaires et non de considérations partisanes, le parti n’étant pas encore officiellement autorisé par le ministère de l’Intérieur.

  • 35 Ministère irakien de l’Intérieur, Associations, dossier n° 6/22, statuts du Parti du Progrès, artic (...)

57Tous ses membres sont des députés, l’adhésion à ce parti étant l’apanage des élus35. Certains avaient appartenu à d’autres partis, d’autres avaient pris part à la révolte irakienne de 1920 (ceux-là sont fort influents dans la région du Moyen-Euphrate, à Karbala et à Najaf, notamment) ; d’autres encore sont des chefs kurdes. Bref, l’état-major du parti reflète la toute-puissance du tribalisme. Si la représentation au sein du parti couvre l’ensemble des races, ethnies, communautés religieuses, tribus ainsi que toutes les régions du pays – nord, centre, sud – le parti est loin de recueillir une grande adhésion populaire : c’est un parti gouvernemental.

58Le parti, d’autre part, ne dispose pas de ramifications organisées ni ne tient des réunions régulières ; il ne cherche pas à gagner politiquement les masses ; mais il bénéficie de l’appui de quelques journaux, comme Al-Alêm al-Arabi (Le monde arabe) et Al-Irâq (L’Irak), puis fonde son propre organe, d’abord Al-Liwaâ (Le drapeau), puis At-Taqaddûn (Le Progrès), qui cessera de paraître après le suicide du président du parti, Al Saadoun.

59Dans les pays démocratiques, les règles constitutionnelles exigent l’existence de partis d’opposition pour freiner l’arbitraire gouvernemental. A cette fin se réunit nombre d’hommes politiques, Yassin Al Hàchimi en tête. Après bien des débats et d’épineuses tractations, il est décidé, en cette fin de l’année 1925, de créer une organisation politique au nom du Parti du Peuple. Le comité directeur de ce parti réunit des personnes aux idées trop hétérogènes pour être cohérentes. L’un des officiants était un membre influent du Parti National, un autre est issu du Parti Libéral, un troisième membre fondateur du Parti de la Nation. D’autres encore sont des anciens des associations et des partis fondés naguère à Mossoul, ou venu du Parti du Serment.

  • 36 Procès-verbaux du Conseil des Députés pour l’année 1926, p. 129.

60Ce Parti du Peuple n’en mène pas moins une opposition contre le Parti du Progrès au pouvoir, que ce soit dans le cadre du parlement ou sur les autres terrains. Même si la majorité “progressiste" ne juge pas sérieuse cette opposition, l’antagonisme s’installe bel et bien, se manifestant tantôt avec acuité, tantôt en douceur. Le roi, comme le haut-commissaire britannique, se dissimulent d’autant plus volontiers derrière cette émulation que ce parti “d’opposition" commence à se frayer un chemin parmi les notables : les députés, les chefs de tribus et les jeunes instruits. Le parti parvient même, en 1926, à damer le pion au gouvernement à l’occasion d’élection du président du Conseil des députés, son candidat, Rachid Âli Al Gailàni, l’emportant au détriment du prétendant soutenu par le pouvoir36.

  • 37 H.M.S.O. Report Britain on the Administration of Iraq for the Year 1926, London, 1927, p. 8.

61Si son échec dans cette élection contraint le deuxième gouvernement Al Saadoun à la démission, il plonge dans l’anémie le Parti du Progrès et augure de sa fin. Et c’est Jaafar Al Askari qui forme la nouvelle équipe gouvernementale, dans laquelle il inclut « la crème des partis présents au Parlement »37. Du Parti du Peuple, il "prend" le leader, Yassin Al Hàchimi. Du bloc du centre, allié au précédent, il enrôle Rachid Âli Al Gailàni. Et du Parti du Progrès, il engage Nùri Al Saïd.

62Les journaux se déchaînent à cette occasion contre le Parti du Peuple, lui reprochant de participer à un gouvernement dont le chef et les principaux piliers sont issus du Parti du Progrès après avoir asséné à ce même parti un coup douloureux lors de l’élection du président de l’Assemblée parlementaire. Le Parti du Peuple sera définitivement "achevé" à la suite de sa fusion avec le Parti du Progrès et sa participation, en 1928, au dernier cabinet Al Saadoun.

63Le Parti inclut dans son action l’appel à l’entrée du pays à la SDN. Il revendique également l’application d’une politique culturelle, que ce soit parmi la population ou dans les domaines de l’administration, de l’économie, de l’éducation ou de l’agriculture. La promotion des principes de solidarité entre les citoyens constitue aussi un des thèmes principaux défendus par le parti.

64Mais, là encore, étant donné le poids de la personne du président de ce parti, Yassin Al Hàchimi, une brève biographie s’impose sur cet homme qui aura marqué plusieurs phases de la vie politique en Irak.

65Né à Bagdad en 1884, Al Hàchimi fait d’abord son apprentissage dans les écoles coraniques (chez les kûttâb, maîtres instructeurs qui, en enseignant le Saint Coran, apprennent aux élèves à lire et à écrire), puis termine des études secondaires en Irak. Il gagne ensuite Istanbul où il suit une formation militaire. En 1905, il est officier diplômé de l’Ecole Militaire d’Istanbul. Il entre à ce titre, au service de l’Etat ottoman dans différentes régions, de Mossoul jusqu’en Autriche, en passant par l’Anatolie et la Syrie.

66Lors de la révolte arabe, durant la Première Guerre Mondiale, Yassin Al Hàchimi se trouve en Palestine puis en Transjordanie, où il commande le 8e corps d’armée. Entre-temps, il avait noué des contacts avec Fayçal Ibn Al Hussein, ce qui lui vaudra d’être nommé chef d’état-major des armées arabes dans le gouvernement de Fayçal en Syrie. Dans ce pays, il encourage, voire organise, la formation de factions armées qui œuvrent pour empêcher l’occupation de la Syrie par les forces armées françaises.

  • 38 Dans le journal Al Istiqlàl (L’Indépendant), 15 mai 1922.

67De retour au bercail en 1922, il est chaleureusement accueilli par les jeunes Irakiens, tandis que l’Institut Scientifique organise une fastueuse réception en son honneur38. Sur proposition du roi, il est nommé préfet du département d’Al Mûntafik. Pour expliquer cette nomination, l’on invoque à Bagdad la persistance de troubles chroniques dans cette région du sud de l’Irak. Mais il s’agit en réalité d’éloigner le troublant officier du centre de la vie politique. D’ailleurs, il ne demeure pas longtemps à Al Mûntafik en raison des nombreux heurts qui l’opposent aux délégués administratifs britanniques de la région.

  • 39 Nidàa asch-Schaab (L’Appel du Peuple), numéros 21 et 22, Première année, 1926.

68Il rentre donc à Bagdad où il prend une part active à la bataille électorale de l’Assemblé constituante, à l’issue de laquelle il est élu représentant de la ville de Bagdad. Dès lors, il dirige l’opposition, de même qu’il la dirigera au Conseil des députés. Président d’honneur du Parti de la Nation (Hezb al-Ummah), Al Hàchimi adopte une ligne politique maîtresse qui peut se résumer en une phrase : l’alliance avec la Grande-Bretagne est une nécessité mais ne doit subir aucune sorte de rapports de domination. « Il faut, soutient-il, que ce soit une alliance d’égal à égal et non de maître à valet ni de mandataire à mandaté »39.

69Soulignons enfin qu’Al Hàchimi ne fut pas Seulement un homme d’opposition mais aussi, au moins autant, un homme d’Etat conscient des impératifs de la sécurité : il ne laissait jamais l’opposition s’endurcir au point de menacer la sécurité nationale ou d’ébranler les structures de l’Etat. Plusieurs fois ministre, il fut également à maintes reprises Premier ministre sous la monarchie en Irak.

Les partis de l’indépendance

70Les partis et groupements jouent un rôle prépondérant dans l’orientation de la vie politique du pays durant les années trente, exacerbant les conflits et aiguisant les rivalités. La plupart adoptent pour thème principal la définition, pour chaque groupe ou force en présence, d’une attitude face à la présence britannique en Irak. Ainsi naît un courant pro-anglais dont certains tenants soutiennent que le pays est encore jeune et faible et, par conséquent, encore tributaire de l’aide et de la tutelle britannique pour qu’il se développe jusqu’à devenir un Etat indépendant et moderne.

71Les membres de cette tendance ne sont point liés par un dogme politique constant commun. Leur seul lien de parenté politique n’est autre que l’unanimité sur la nécessité de coopérer avec la Grande-Bretagne. Tel est le cas du Parti du Serment (Hezb al-Ahd), du Parti Socialiste de la Nation (Hezb al-Ummah al-Ischtirâki) et du Parti Constitutionnaliste de la Nation (Hezb al-Ummah ad-destouri). Le roi Fayçal lui-même estime être contraint de collaborer avec Londres en vue d’obtenir l’indépendance.

72En face, les nationalistes font bloc. Opposés au régime, ils adoptent une attitude ferme contre l’influence britannique qu’ils tentent d’annihiler par tous les moyens. Bien que peu nombreux, malgré leur manque de moyens et en dépit des mesures destinées à contrecarrer leur action (interdiction de leurs journaux, fermetures des sièges de leurs partis ou de leurs clubs), ces irréductibles parviennent à forger l’opinion publique dans le sens de l’hostilité à la présence anglaise et de la revendication de l’indépendance totale. Devenue ainsi le porte-parole des aspirations d’un peuple souffrant de sous-développement politique, économique et social, l’opposition nationaliste jouit d’une grande popularité.

73Il y a enfin "l’opposition maison", qui adopte une forme d’opposition occasionnelle contre le régime : tant qu’elle est en dehors du pouvoir, elle condamne la présence britannique et proteste contre la signature de traités d’alliance ; mais dès lors qu’elle est conviée à participer au gouvernement, elle obtempère et fond dans le système qu’elle dénonçait la veille.

74En 1930, Nùri Al Saïd forme son premier cabinet. Sa première tâche consiste à conclure un nouveau traité avec la Grande-Bretagne. La première mesure qu’il adopte est la dissolution du Conseil des députés et l’organisation de nouvelles élections législatives. Vainqueur de ce suffrage, il fonde une nouvelle formation politique appuyée sur la nouvelle majorité parlementaire. Ainsi naît le Parti du Serment, qui a pour mission de soutenir la politique d’Al Saïd et de faire ratifier le traité d’alliance avec la Grande-Bretagne. Certaines personnalités de ce parti sont issues du Parti de la Nation, d’autres le sont également mais ont, entre-temps, fait une escale au Progrès.’

75A la tête de son parti, Al Saïd passe pour un maître dans l’art de semer la discorde parmi les forces nationalistes, adoptant le cynique principe “diviser pour régner". Il parvient ainsi à leur asséner un grand coup en réussissant à convaincre l’un de leurs piliers. M’zahem Pâchatchi, de participer à son équipe en tant que ministre de l’Economie. Ce dernier entre au gouvernement, adhère au Serment et retourne complètement sa veste pour devenir le plus fervent détracteur de l’opposition, du Parti National et du Parti de la Fraternité Nationale (Hezb al-Ihâil-Watani). Ce fructueux “recrutement" témoigne de l’habileté et du tact politique du Premier ministre, incontestablement le chef de gouvernement le plus fort de toute la monarchie irakienne.

  • 4 Le rapport britannique sur l’administration de l’Irak fait un trait d’esprit sur la création du Par (...)

76Sous la houlette d’un autre homme politique en vue, Rachid Âli Al Gailàni, le Parti de la Fraternité Nationale poursuit une action d’opposition pendant qu’Al Saïd et son parti exercent le pouvoir. Mais le PFN concentre ses efforts sur la seule cause du nationalisme, acceptant le principe d’une indépendance par étapes et soulignant la nécessité de maintenir la liberté d’opinion et d’œuvrer dans le but de modifier avantageusement les dispositions du Traité d’alliance de 19304.

  • 40 Khaddùri, Système politique..., op. cit., p. 48.
  • 41 Kùbbah, op. cit., p. 51.

77Constatant que le Parti du Serment brigue une majorité écrasante au sein du Conseil des députés, les dirigeants du PFN se résignent à admettre une conclusion amère : à eux seuls, ils ne peuvent pratiquement rien contre la puissance d’al-Ahd 40. Alors ils décident de collaborer avec le Parti National. Et les deux formations de fonder un front uni. Très sérieusement appréhendée par le pouvoir, la fraternisation entre les deux parties conduit le gouvernement à prendre des mesures de précautions et à placer leurs réunions sous haute surveillance par ces Messieurs de la Sûreté Intérieure41.

78Dans une tentative visant à sceller un rapprochement entre le PFN et la majorité du Serment conduite par Nùri Al Saïd, le roi Fayçal Ier nomme l’un des pôles du PFN, Al Gailàni, au poste de chef du Cabinet royal. Cette nomination n’est pas du goût de la coalition PFN-PN, qui estime que l’entrée de l’un de ses artisans et doyens dans les sphères du pouvoir constitue quasiment un acte d’apostasie et un reniement des principes du parti et de la charte de fraternisation. (Rappelons que la position de ces deux partis vis-à-vis du Traité de 1930 a déjà été évoquée dans ce livre, plus précisément dans le chapitre consacré à la situation politique en Irak au lendemain de la signature du traité).

  • 42 Journal Officiel Irakien (Al-Waqàï Al-Iràqiyya), 14 novembre 1932.

79Après l’adhésion de l’Irak à la SDN, en 1932, le gouvernement dirigé par Nùri Al Saïd démissionne et, tandis que le Conseil des députés est dissout, c’est Nâji Shawkât qui forme un nouveau cabinet42. Or la dissolution de l’assemblée prive le Parti du Serment de la majorité qu’il y déposait et c’est le PFN qui, à l’issue des nouvelles élections, devient majoritaire. Au cours de l’année qui suit, 1933, Al Gailàni se trouve à la tête d’un gouvernement qui, de gré ou non, se déclare désireux d’honorer les engagements pris en vertu du Traité d’alliance irako-britannique de 1930. Le Parti National, qui continue de condamner ce traité et revendique vivement sa modification, se trouve contraint de dénoncer son union fraternelle avec le PFN.

80Les partis politiques en Irak, peut-on constater, naissaient en cette période de façon spontanée, dans le but de réaliser des objectifs conjoncturels et, de ce fait, provisoires. Instabilité et précarité constituaient donc les caractéristiques principales de ces formations qui, dépourvues de programmes socio-économiques globaux traduisant une philosophie sociale bien définie, ne reflétaient pas d’orientation de masses ni n’exprimaient de façon déterminée des aspirations précises. Ce flottement, cette irrésolution n’étaient pas seulement sources de faiblesse pour ces partis, mais entraînaient aussi leur disparition irrémédiable. Le Parti de la Fraternité Nationale n’échappait pas à ces caractéristiques. Mais, de surcroît, il présentait une classe bien particulière et comptait dans ses rangs un grand nombre de politiciens soucieux exclusivement de gravir les marches du pouvoir à n’importe quel prix.

  • 43 F.O. 371/16903/22 mars 1933.

81Soulignons à ce sujet le commentaire de l’ambassadeur britannique à Bagdad consigné dans une communication adressée au Foreign Office le 22 mars 1933. « Ici, dit le diplomate anglais, dès que l’homme politique accède à un poste de responsabilité, il ne se sent plus tenu d’appliquer les principes qu’il défendait lorsqu’il était dans l’opposition »43.

  • 44 Guide Officiel Irakien, Bagdad, 1936, p. 829.

82Aux côtés des formations purement politiques déjà citées, le "Groupe des Gens" (Djamâat al-Ahâly) mène une action réformatrice. Sous la bannière de leur journal qui porte le même nom (Al-Ahâly), paru pour la première fois au début de l’année 1932), les "gens" de ce groupe appellent à une réforme globale de l’ensemble des institutions sociales et politiques du pays. Leur cheval de bataille est l’enseignement. A toutes occasions, le groupe exige du gouvernement l’augmentation du budget alloué au ministère de l’Education et ne cesse d’exhorter les pouvoirs publics à œuvrer pour diminuer l’analphabétisme dans le pays. Mais, face au mutisme du gouvernement, le groupe dépose au ministère de l’Intérieur une demande d’autorisation pour fonder l’Association d’Action contre l’Analphabétisme, qui sera effectivement autorisée en 193344. Les membres du groupe invitent les jeunes gens à rejoindre l’association et à contribuer à l’action d’alphabétisation qu’elle entend mener.

  • 45 Al-Ahàly (Les Gens), n° du 10 juillet 1933.

83Mais les membres du groupe, tout en poursuivant leurs activités associatives et journalistiques, ne sont pas résignés à en rester là ; ils envisagent aussi la création d’un Cercle de Bagdad. Depuis la parution du premier numéro de leur journal, Al-Ahâly, les "gens" de cette association n’ont cessé de s’adresser à la jeunesse, d’interpeller les jeunes dans leurs aspirations les plus profondes et de cerner les causes qui leur tiennent le plus à cœur. Rien d’étonnant lorsqu’on sait que l’Etat-major du quotidien est composé uniquement de jeunes éléments. Ainsi, le groupe tente de viser le plus grand nombre de jeunes, qu’il invite à s’organiser en associations ou clubs où l’échange des points de vue devrait là, aboutir à l’élaboration de programmes politiques, telle une action antiréactionnaire45.

84L’appel trouvant un écho suffisamment favorable parmi la jeunesse, les clubistes déposent la demande d’autorisation officielle pour la création de ce Cercle de Bagdad, dont les activités sociales et didactiques seront menées par la tenue de rencontres, de colloques, de conférences et autres tables rondes sur des thèmes d’actualité ou politiques. Dans le même temps, l’Association d’Action contre l’Analphabétisme poursuit son action, ouvrant des branches dans les différentes provinces du pays ainsi qu’une section féminine à Bagdad.

85Ces deux organisations, d’apparence sociale, servent en réalité de paravent à l’action politique que visent leurs fondateurs. Cependant, elles n’offrent pas les possibilités de contacts à large échelle avec les masses ni les moyens de mobiliser celles-ci sur les plans de l’organisation et de la pensée. Car ouverte à des milieux cultivés, donc déjà réceptifs, ces deux organisations s’adressent quasi exclusivement à une "caste" qui diffère peu ou prou de celle dont sont issus les membres du Groupe des Gens eux-mêmes. Certains d’entre eux, en effet, ont suivi des études à l’Université Américaine de Beyrouth, d’autres en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis. D’aucuns sont imprégnés des principes de la Révolution française de 1789, d’autres sont plutôt marxistes.

86De cette dualité, voire multiplicité, des parentés politiques et idéologiques au sein du groupe, naît une rivalité entre deux courants, l’un socialiste-marxiste, l’autre réformateur-conservateur. Mais de façon globale, le groupe ne s’est pas laissé tenter par l’adoption d’une philosophie socialiste ou communiste, ses géniteurs se contentant d’engendrer une nouvelle conception qu’ils baptisent asch-schabiya (que nous traduirons ici par le mot "populisme" dans le cadre de cette voie "populariste", le groupe se fixe dans son programme des objectifs tel que, sur les plans arabes et internationaux, l’appel à une action visant à ancrer des relations d’amitié entre l’Irak, ses voisins et les pays du monde, à traiter avec eux sur un pied d’égalité, et, sur le plan interne, à laisser s’exprimer toutes les idées de liberté de tous les mouvements démocratiques du pays. Dans le domaine de l’économie, le groupe se montre partisan de l’interventionnisme, en appelant à la mise en application d’une politique économique et financière garantissant le contrôle par l’Etat des grands travaux et des projets d’envergure.

87Pour essayer de réaliser ces objectifs, les membres du "cénacle" décident de créer une formation plus adaptée que les deux organisations déjà citées. Mais, certains d’entre eux étant des fonctionnaires de l’Etat, donc privés du droit d’appartenir à des partis politiques, il n’est pas question de fonder un parti public qui, de toute évidence, serait voué à l’opposition. Ils optent donc pour la fondation d’une organisation clandestine à laquelle ils donnent le nom d’Association du Popularisme (Djamiyât asch-Schabiya).

  • 46 Kàmil Al Jàderji, Mémoires & Histoire du Parti National Démocratique, Beyrouth, 1970, pp. 29-30.

88Ce terme de "popularisme" ne fait pas l’unanimité parmi les adhérents du groupe. Malgré ce désaccord d’ordre terminologique, quelques vétérans de la politique irakienne se joignent au groupe. Parmi eux, le libéral Kâmel Al Jâderji. L’un des pères fondateurs du PFN, Al Jâderji s’en désolidarise lorsque Al Gailàni, nommé chef du gouvernement, annonce son intention de respecter le Traité d’alliance irako-britannique de 1930. Dans le même temps, Muhammad Jaafar Abou Al Timmèn, leader du Parti National Irakien (Al-Hezb al-Watani al-Irâqi), se retire des activités partisanes à la suite d’un désaccord avec ses camarades à la direction du parti et en raison de sa déception de l’attitude de ses anciens amis du Parti de la Fraternité Nationale. Abou Al Timmèn manifeste une certaine admiration pour le mouvement "populariste". « Il soulignait, dit de lui Al Jâderji, être avant tout un musulman profondément croyant, Or, soutenait-il, l’Islam est fondé sur des bases démocratiques et socialistes et les principes dont il est question (ceux du "popularisme", s’entend) sont plus proches du socialisme que de toute autre doctrine. Ces mêmes principes, Abou Al Timmèn les appellera plus tard "le socialisme non-extrêmiste" dont il déclarait admettre volontiers tout ce qui n’enfreindrait pas les véritables préceptes de l’Islam »46.

89Parmi les autres personnalités politiques ayant adhéré ou soutenu ce courant réformiste "populariste", citons enfin Hekmet Sûlimân, qui – comme déjà exposé dans ce livre – sera nommé Premier ministre à la suite du putsch militaire de 1936.

90L’appui apporté au Groupe des Gens par le ralliement de personnalités politiques notoires constitue un tournant décisif dans son parcours. Car les membres originels entretenaient des idées proches de l’idéalisme, n’aspirant qu’à des réformes globales à long terme sans "tremper" dans la politique politicienne ni se préoccuper des affaires de la cité. Voilà que les prémisses de la mésintelligence gagnent le groupe, comme expliqué plus haut. La dissension oppose, d’une part, l’aile gauche du groupe et, d’autre part, l’aile réfractaire à toute pensée progressiste ou révolutionnaire au sein de la rédaction d’Al-Ahâly. Il y a par ailleurs un courant radical qui réclame la reconversion du groupe en un parti politique reconnu par l’Etat.

91D’autres encore sont partisans de contacts élargis touchant non seulement des éléments civils mais aussi militaires.

92Ainsi Hekmet Sûlimân entame des discussions avec des officiers de l’armée dont le général Bakr Sidqî (le chef du coup d’Etat de 1936). De cette manière, le groupe commence à exercer une certaine influence dans les forces armées.

93Il est donc logique que quelques noms d’éléments appartenant au Groupe des Gens figurent sur la liste des ministres du gouvernement formé par Hekmet Sûlimân après le putsch de Bakr Sidqî de 1936. D’autre part, le groupe envisage, après ce changement, de fonder une association qui serait l’expression de ses aspirations et, dans ce but, dépose une demande d’autorisation pour la création de "l’Association de la Réforme Populaire". Et c’est la naissance de celle-ci (Jamiyyêt al-Islâh-ach-chaabi) qui débute de la crise entre les militaires et les membres du groupe "populariste". Bakr Sidqî et ses alliés sont, en effet, hostiles aux idées réformistes de l’association dont ils mettent en doute la bonne foi, allant même jusqu’à taxer ses membres de communistes. Les ministres réformistes, excédés, démissionnent collectivement du cabinet Sûlimân. Et Al-Ahâly cesse de paraître.

94L’influence du Groupe des Gens, peut-on conclure, n’aura donc pas été des plus marquantes sur la société irakienne, car elle n’aura pas touché massivement. A cela plusieurs raisons : d’une part l’aversion que les politiques de la vieille génération vouaient aux idées "popularistes" véhiculées par le groupe. D’autre part, les habituelles détractions de nationalistes, qui estimaient que la schabiya (popularisme) ne se distinguait que par le nom de la schiyûiya (communisme) et que ce mouvement se dressait par conséquent contre les traditions du nationalisme arabe et nuisait aux valeurs de l’Islam.

95Mais des facteurs internes ont également contribué à l’affaiblissement du groupe et à son éclatement. Il s’agissait de l’hétérogénéité qui, à l’instar de la collégialité turque sous Mustafa Kamal Atatürk, rassemblait des hommes de tous bords – marxistes, bourgeois libéraux, réformistes etc...– mais en l’occurence, rendait incohérente la direction du mouvement. Cependant, la djamâa (groupe) a eu le mérite d’offrir une bonne école sur les bancs de laquelle ont fait leur apprentissage plusieurs futurs leaders qui seront à la tête de partis politiques créés au lendemain de la guerre de 39-45.

  • 5 Youssouf Salmân, alias Fahd, est né à Bagdad en 1911 dans une famille de la communauté chaldéenne ((...)

96De son côté, le Parti Communiste Irakien débute son action en 1932 lorsque son pionnier, Youssouf Salmân, plus connu sous son nom de guerre Fahd5, constitue la première cellule communiste irakienne dans la fabrique de glaçons où il travaillait à An-Nassiriyah, au sud du pays. C’est là qu’il commence à promouvoir parmi les ouvriers les principes du communisme et diffuse, écrit de sa main, un tract constituant en quelque sorte le "manifeste" du PCI. Intitulé "Prolétaires et Pays de Tous les Pays Arabes, Unissez-vous", le tract évoque la situation politique en Irak, la présence des Anglais et leurs immixtions dans ses affaires intérieures et extérieures, l’exploitation qu’ils font de ses richesses.

  • 47 Laith Al Zùbaidi, La Révolution Irakienne du 14 Juillet 1958, mémoire de magistère, Université de B (...)

97En 1934 se tient à Bagdad une réunion constitutive des communistes irakiens à laquelle participent des délégués venus de certaines provinces. Ils décident l’unification de leurs groupuscules en une seule organisation centrale sous le nom de Comité contre le Colonialisme et l’Exploitation (Ladjnât Mûkâfahat al-istimâr wal-Istaglal). Fahd devient membre du Comité Central de cette organisation47.

  • 48 Batatu, op. cit., p. 491.
  • 49 Zeki Khaïri, Pensées et Souvenirs, publié dans "L’Union du Peuple" (Ittihàd asch-Sch’b), Bagdad, 26 (...)

98Un an plus tard, en 1935, le Comité prend le nom de Parti Communiste Irakien et publie son premier journal clandestin, "La lutte du Peuple, Organe du PCI" (kifâh asch-Schab, Lisân Hâl al-Hezb asch-Schiyûi al-Irâqi 48. Al Gailàni, alors ministre de l’Intérieur au gouvernement Al Hàchimi, parvient à localiser et à saisir l’imprimerie du Parti, raflant au passage quelques-uns de ses membres49.

99En 1936, le PCI apporte son soutien au coup d’Etat militaire de Bakr Sidqî et organise à Bagdad une grande manifestation de solidarité avec le nouveau régime. Celui-ci accorde une certaine marge de liberté aux mouvements patriotistes, réautorisant notamment les journaux interdits précédemment par le gouvernement Al Hàchimi et tolérant la circulation de livres imprimés en Irak ou à l’étranger et jugés auparavant subversifs. Ainsi le PCI trouve une certaine marge de manœuvre et commence à se propager parmi la population.

100Cependant, après la crise gouvernementale qui conduit quatre ministres apparentés à la gauche à démissionner pour protester contre le comportement de Bakr Sidqî, le régime se retourne contre les mouvements nationaux de façon générale et contre le Parti Communiste en particulier. Les choses s’empirent à la suite de l’assassinat de Sidqî et la formation par Al Madfaïe d’un nouveau cabinet. Le PCI subit alors une répression sans précédent, plusieurs de ses dirigeants étant traduits devant la justice. Les tribunaux les condamnent à des peines diverses, prison, déchéance de la nationalité irakienne ou encore exil à l’étranger.

  • 50 Journal Officiel Irakien (Djaridat al-Waqàï al-Waqà al-Iràqiya), n° 1633, 9 mai 1938.

101Malgré cette répression, le PCI continue son ascension partout dans le pays. Ce qui conduit le gouvernement à adopter la loi 51 de l’année 1938 qui prohibe l’adhésion au PCI. L’article premier, alinéa 1, de celle-ci stipule : « Sera condamné aux travaux ou à l’emprisonnement pour une période de sept ans au plus, ou à verser une amende, ou aux deux peines cumulées, quiconque se sera livré à la promotion ou à l’apologie de quelque façon de propagation que ce soit l’une des doctrines socialiste, bolcheviste, anarchiste ou libératoire »50.

  • 51 Batatu, op. cit., p. 512.

102De ce fait, les activités du parti sont gelées. Et le PCI ne réapparaît sur la scène politique que pendant la Deuxième Guerre Mondiale. Les forces nationalistes sont alors en prison, accusées de nazisme après l’échec du mouvement de mai 1941 de Rachid Âli Al Gailàni qu’elles ont appuyé. Les communistes, en revanche, bénéficient d’une sorte de trêve de la part des autorités à la faveur de l’alliance de l’URSS avec les Alliés. Le PCI renforce alors ses ramifications parmi les travailleurs et les étudiants, trouvant une audience particulièrement favorable chez les minorités ethniques ou religieuses (comme les Assyriens, les Kurdes ou les Iraniens résidant en Irak). Ces années quarante sont marquées par plusieurs tentatives de scission à l’intérieur du parti, jusqu’à la tenue de son premier congrès, en mars 1944, au cours duquel est votée la Charte Nationale du Parti. En 1945, le deuxième congrès est organisé, à l’occasion de voter le "règlement intérieur" du Parti51.

  • 52 Ibid, pp. 530-531.

103Lorsque, en 1946, le gouvernement décide d’autoriser la formation de partis politiques, le PCI dépose une demande d’autorisation pour la création d’un certain Parti de Libération Nationale (Hezb at-Taharrûr al-Watani), non sans avoir recommandé à ses troupes d’y adhérer. Mais le ministère de l’Intérieur, qui vient d’autoriser cinq autres partis politiques, refuse cette requête-là. Les autorités prennent au contraire des mesures draconiennes pour limiter les activités très étendues des communistes, privant notamment de leur permis de pratiquer deux partis de gauche noyautés par les communistes par le biais de l’entrisme. Il s’agit du Parti du Peuple (Hezb asch-Schab) et du Parti de l’Union Nationale (Hezb al-Ittihâd al-Watanï)52.

104C’est en 1948 que l’activisme du PCI atteint son point culminant. C’est lui qui, cette année-là, joue un rôle de premier ordre dans la mobilisation des forces et des autres partis patriotistes pour faire annuler le "Traité de Portsmouth" (Traité irako-britannique dit de "Jabr-Beven"). En janvier 1948, une grande manifestation des masses, organisée essentiellement par le Parti Communiste, doit en effet faire culbuter le traité.

105Mais l’action du PCI ne durera pas longtemps. En 1949, il subit la plus grande adversité de son histoire : Fahd, son secrétaire général, est exécuté par les autorités ainsi que deux membres du bureau politique, Zeki Bassim et Hussein Al Shabibi. Dans le même temps, plusieurs de ses cadres sont jetés en prison.

106Malgré cette perte douloureuse pour le parti, quelques cadres ayant réussi à échapper à la vigilance du pouvoir, parviennent à se réunir et à former le Comité Central du Parti.

107Le PCI qui avait prôné la coopération et le rapprochement entre les Arabes pour obtenir l’indépendance et la souveraineté arabe de la Palestine, change d’attitude après l’annonce du projet de partage de la Palestine : il appelle dorénavant à la création d’un Etat palestinien dans la "seule" partie arabe de la Palestine. Mais il continue à appeler à l’indépendance totale de l’Irak, au renforcement de la souveraineté nationale et à la modification du traité irako-britannique de façon à en supprimer toutes les clauses portant atteinte à la souveraineté du pays (notamment la présence de troupes ou de bases militaires anglaises sur le sol irakien). Ainsi, dans un premier temps, le PCI s’aligne sur la position qui prévaut dans les états-majors des autres partis politiques les rapports avec la Grande-Bretagne. A partir de 1950, il se démarque des autres formations en annonçant le refus de tout traité liant le pays à l’Angleterre, et ce dans le cadre d’une politique globale de refus de toute alliance ou obédience.

Les partis politiques après la Deuxième Guerre Mondiale

108Après le déclenchement de la Deuxième Guerre Mondiale, les Alliés promettent à leurs peuples et à ceux de leurs colonies, le retour de la démocratie et du bien-être au cas où la guerre sera gagnée. Or, l’Irak entre en guerre aux côtés des Alliés en janvier 1943. La classe dirigeante promet donc, elle aussi, au peuple le retour de la vie démocratique et l’amélioration des conditions de vie.

  • 53 Swat Al-Ahàly (La Voix des Gens), Bagdad, 28 décembre 1945.

109Cependant, l’issue de la guerre, favorable aux forces démocratiques, n’a rien changé de la politique du gouvernement irakien, qui ne semble guère enclin à procéder à des mesures progressistes. Et les lois qui sévissaient durant la guerre sont maintenues. La revendication d’un changement significatif s’en trouve renforcée. Ce qui amène le Régent à annoncer « la détermination du gouvernement à débloquer les libertés publiques, à autoriser la formation de partis politiques et à fonder la politique du pays sur des bases démocratiques réelles »53.

110Il semble que c’est la conjoncture internationale prévalant à ce moment qui ait incité le Régent à prendre cette mesure. Celle-ci, en effet, est en harmonie avec la propagande sur fond de démocratie orchestrée par les Alliés dans la guerre qu’ils livrent aux dictatures nazie et fasciste.

  • 54 Kùbbah, Mes Mémoires..., op. cit., pp. 159-160.
  • 55 Abdùl-Emir Al Aggàm, Histoire du Parti de l’Indépendance Irakien 1946-1958, Bagdad, 1986, p. 33.

111Parmi les partis autorisés en cette période, le Parti de l’Indépendance (Hezb al-Isticqlâl) représente le courant nationaliste aux aspirations socialistes. Ce Parti appelle à la résiliation du traité de 1930 avec la Grande-Bretagne et à son remplacement par un autre qui stipulerait l’évacuation de l’armée anglaise du territoire irakien et la déchéance des contrats de tous les fonctionnaires étrangers (les Britanniques ont imposé le renouvellement des contrats de leurs concitoyens engagés par le ministère irakien de la justice bien que l’accord judiciaire doit prendre fin en 1942). Le Parti de l’Indépendance revendique également la dissolution des Levies54 (unités de l’armée britannique recrutées parmi la minorité irakienne chrétienne assyrienne), et exhorte à la sauvegarde de la Palestine en tant que pays arabe en combattant le sioniste et en déjouant toute tentative visant à y établir « un foyer national juif »55.

112Ce parti s’affirme comme l’un des plus hostiles à toute collaboration avec la Grande-Bretagne. A cela une explication, la plupart des personnalités figurant dans les rangs ont pâti des représailles anglaises après l’échec du mouvement de mai 1941 de Al Gailàni (détention, exil, tracasseries administratives, etc...).

  • 56 Salàh Al Aqqàd, Le Machrek Arabe, Le Caire, p. 34.

113Le dogmatisme nationaliste du Parti de l’Indépendance apparaît clairement par sa revendication systématique de l’unité arabe (étant entendu que "nationalisme" – qawmiyah – est, ici, pris au sens interarabe englobant l’ensemble de la Nation Arabe). Le Parti demande d’autre part sans cesse le raffermissement des bases constitutionnelles et le respect du droit du peuple à jouir pleinement de sa souveraineté par une réforme fondamentale des lois électorales dans le but de rendre effectivement représentatives les assemblées des élus du peuple. Dans le domaine socio-économique, c’est la réforme agraire qui prédomine les revendications du parti. Viennent ensuite la nécessité de laisser à l’Etat la charge des grands projets industriels, d’autoriser la constitution de syndicats ouvriers, d’élaborer sur législation sur le régime de la retraite, d’indemniser les accidents de travail et de garantir à tous le droit au travail56.

114A travers les principes qu’il défend, on peut donc voir en filigrane que le Parti de l’Indépendance est le porte-drapeau du courant nationaliste. La tendance socialo-démocratique modérée, elle, est plutôt du ressort du Parti National Démocratique, du Parti du Peuple et du Parti de l’Union Nationale.

115Le PND (qui est une sorte de prolongation politique du "Groupe des Gens") a pour terrain fondamental d’activité la démocratie, parlementaire en l’occurence. Son but suprême est la constitution d’un système démocratique parlementariste fondé sur le suffrage direct par le peuple d’une assemblée d’élus qui ferait engager la responsabilité du gouvernement.

  • 57 Fàdhil Hussein, Histoire du Parti National Démocratique, op. cit., pp. 277-278.

116La démocratie restera à la base des principes du parti jusqu’en 1950. Le 16 novembre de cette année, son IVe congrès prend une résolution admettant le socialisme démocratique (socio-démocratie) comme doctrine politique et socio-économique. Ainsi l’objectif principal du Parti National Démocratique est défini comme « une réforme générale de tous les aspects de la vie économique, sociale et culturelle en Irak selon une planification scientifique coordonnée et globale qui puise ses fondements dans les principes du socialisme démocratique »57.

117Les nationalistes démocrates considèrent en outre, la société irakienne comme faisant partie intégrante de l’ensemble des Etats arabes avec lesquels ses liens doivent être basés sur un système commun ou sur une approche fédéraliste qui, sous l’égide d’une administration commune, tienne compte de tous les intérêts communs tout en laissant à chaque Etat le monopole de l’administration locale. Autrement dit, le PND croit en l’unité arabe mais – selon lui – la forme constitutionnelle qu’elle doit revêtir serait une union fédérale garantissant à chaque Etat une marge assez large d’autonomie en matière d’affaires intérieures.

  • 58 Al Hassani, Histoire des Ministères Irakiens..., op. cit., tome VII, pp. 27-29.

118Sur le plan économique, le parti est partisan de l’interventionnisme de l’Etat en matière de gestion de la superstructure publique, les services publics devant – selon lui – être la propriété de l’Etat. Il demande d’autre part la redistribution aux paysans des terres possédées par l’Etat, l’organisation des travailleurs en syndicats qui protègent leurs droits, et l’augmentation de leur niveau de salaire et de vie, afin qu’ils deviennent une force vive et constructive dans la vie économique du pays58.

119Le PND, peut-on déduire, constitue l’aile modérée de la gauche en Irak, étant lui-même constitué de l’aile modérée du "Groupe des Gens". Celui-ci désignait un ensemble disparate de jeunes Irakiens ayant fait des études supérieures en Irak, au Liban en Angleterre ou aux Etats-Unis, et dont certains furent les précurseurs dans le pays des doctrines démocratiques, socialiste ou marxiste.

120En raison de leur niveau culturel élevé, ces "gens" du groupe – dont la PND est largement imprégné – se préoccupaient beaucoup, dès les origines de leur mouvement de la question de l’éducation. Ils continuent donc, au sein du Parti, d’appeler à l’institution de l’enseignement primaire obligatoire et gratuit, à l’application d’un plan global de lutte contre l’analphabétisme, à la promotion de la culture générale – par l’ouverture de bibliothèques publiques supplémentaires par exemple – au développement de l’édition et de la traduction, à l’encouragement des beaux-arts et de l’enseignement privé et à la revalorisation du métier d’instituteur, par l’amélioration des conditions de travail et le renforcement des moyens susceptibles de promouvoir le niveau du corps enseignant sur les plans salarial, éducatif et culturel.

  • 59 Ghàanim Mùhammad Sàlih, Régime politique en Irak de 1948 à 1958, thèse de magistère, Faculté de l’E (...)

121Le Parti du Peuple et le Parti de l’Union Nationale revendiquent pour leur part que le système démocratique soit le moteur de l’exercice du pouvoir comme moyen de parvenir au socialisme. Le Parti du Peuple se fixe pour objectif l’indépendance totale de l’Irak dans le but de parachever sa souveraineté, d’instituer les libertés et de réaliser un développement socio-économique global. Pour le parti, qui souligne la nécessité de reconsidérer les bases des rapports entre l’Irak et la Grande-Bretagne, la totalité de l’indépendance devrait également ouvrir la voie vers un développement des relations diplomatiques et économiques avec tous les pays démocratiques du monde. Le parti estime d’autre part que l’influence britannique est la raison directe de tous les maux de la société irakienne et le facteur principal de la corruption de l’appareil dirigeant, du maintien du féodalisme et de toutes les entraves au progrès du pays59.

122Pour ces raisons, le Parti du Peuple, qui affichait des objectifs jugés trop à gauche et qui – de surcroît – comprenait parmi ses membres des dissidents du Parti Communiste Irakien, n’avait pu obtenir en 1943 l’autorisation qu’il réclamait et dut attendre, dans la clandestinité, jusqu’en 1946 pour profiter de l’aubaine – l’ouverture déjà cité – que le gouvernement entend appliquer.

123A l’intérieur du Parti du Peuple, deux courants se distinguent : l’un, marxiste, prêche la lutte pour la prise du pouvoir afin de réaliser les revendications des travailleurs, l’autre, modéré, estime qu’il convient de ménager le pouvoir en place en vue d’obtenir quelques acquis, dont la participation à l’exercice du pouvoir. Mais cette rivalité intestine n’a pas le temps de causer une véritable dissension entre les deux courants : le parti ne survit guère longtemps, les autorités pourchassant les tenants de l’une et de l’autre de ses deux tendances en retirant son autorisation à la formation.

124Le Parti de l’Union Nationale, dont les principes ne diffèrent pas beaucoup de ceux du précédent, connaît le même sort et se voit annuler son autorisation par le régime. Avant la décision du gouvernement, en 1946, d’autoriser la création de partis politiques, des tentatives avaient d’ailleurs été menées dans le but de faire fusionner ces deux partis de gauche. Non seulement les Partis du Peuple et de l’Union Nationale se rencontraient sur le plan des orientations politiques, semblables ou similaires pour la plupart, mais ils se ressemblaient jusque dans leurs effectifs : la classe des travailleurs offrait la base et la direction de l’un comme l’autre.

125Ces tentatives, cependant, n’ont pas abouti, le Parti du Peuple tenant à conserver sa personnalité. Il se considérait comme un parti indépendant, se suffisant à lui-même, ayant sa propre structure et son identité.

126A travers ces événements, force est de constater que les partis politiques qui, alors, incarnaient la tendance socio-démocrate modérée, concentraient leurs efforts sur l’établissement d’un système démocratique sain, fondé sur l’interventionnisme en matière de grands travaux, sur le respect des droits des travailleurs et des paysans (en garantissant l’opportunité du travail aux uns et, aux autres, l’appropriation de terres arabes) et enfin sur la nécessité de mettre un terme à la présence étrangère en Irak.

  • 60 Abdùl-Razzàq Al Hassan, Histoire des Partis Politiques Irakiens, Bagdad, 1980, p. 185.

127Mais ces deux partis ne survivent pas longtemps, du moins publiquement. Le 29 septembre 1947, le gouvernement publie un communiqué accusant les deux formations de « focaliser et de promouvoir des idées destructrices, d’inciter à la révolte, de créer la turbulence et de tenir des allégations diffamatoires à l’encontre des responsables de l’Irak »60. Instructions sont alors données aux services de l’ordre d’en arrêter les dirigeants et de les traduire devant la justice. Les adeptes des deux partis du Peuple et de l’Union Nationale s’éparpillent. Certains rejoignent le PCI clandestin.

  • 61 Al Hassani, Histoire des ministères irakiens..., op. cit., p. 23.

128Un troisième courant prend corps à cette époque, celui des conservateurs, représenté notamment par le Parti des Libéraux, où évoluent un certain nombre d’anciens hommes politiques ainsi que de grands noms féodaux et de propriétaires terriens. Ce parti appelle à une coopération avec les gouvernements arabes en vue de réaliser les objectifs de la Ligue des Etats Arabes, et à tendre la main aux pays arabes non encore indépendants dans le but de les aider à obtenir leur indépendance61.

  • 62 Ibid.

129Dans le domaine économique, le Parti des Libéraux prône la petite propriété pour les agriculteurs, lotis par l’Etat de terres domaniales. Il préconise également l’incitation à la modernisation de l’agriculture, à la création à cette fin d’entreprises et de coopératives agricoles62.

130L’action politique de ce parti libéral fait long feu et il disparaît peu de temps après sa naissance. Son extinction passe d’ailleurs inaperçue, ne laissant aucune trace sur la place publique.

131Après cette revue des grandes orientations des forces politiques organisées non-clandestines durant cette période en Irak, une interrogation se pose : les partis qui ont bénéficié de l’autorisation d’exercer une action politique, l’ont-ils effectivement et durablement exercée ou ont-ils été, peu de temps après leur émergence, dépossédés de ce droit ? L’histoire nous apprend que la précarité de ces formations est due soit à la répression (c’est le cas, par exemple, du Parti du Peuple et du Parti de l’Union Nationale, interdits par le gouvernement, qui évoque « leurs sources inconnues de financement », soit à des décisions volontaires de gel d’activités, voire de retrait définitif des affaires politiques (c’est le cas, par exemple, du Parti des Libéraux et du Parti National Démocratique).

  • 6 Cette question sera étudiée dans un prochain chapitre.

132La période en question précède d’importants bouleversements politiques dans le monde arabe, le drame de la Palestine en 1948, les coups d’Etat successifs que connaît la Syrie en 1949 – et qui relancent le débat sur une éventuelle unité ou union entre l’Irak et la Syrie – les projets de défense occidentaux pour la région arabe, les relations avec le bloc de l’Ouest et la Révolution égyptienne du 23 juillet 1953. Or, la situation intérieure irakienne est profondément modifiée par ces événements, autant que par une évolution interne (notamment le soulèvement de janvier 1948 et ses répercussions6).

133La vie politique en Irak s’en trouve marquée par des phénomènes politiques nouveaux. Parmi ceux-ci, le plus significatif est la tendance du pouvoir à fonder des "partis maisons" qui, autorisés, s’efforcent d’étayer la politique officielle. Parallèlement, des forces partisanes nouvelles voient le jour. Mais, interdites de cité, elles sont contraintes d’œuvrer dans la clandestinité.

134Cette nouvelle donne politique appelle une revue des partis relevant de l’une ou de l’autre de ces deux "catégories". Ainsi seront étudiés, en guise d’exemples de formations pro-gouvernementales, le Parti de l’Union Constitutionnelle (Hezb al-Ittihâd ad-Destouri) et le Parti Socialiste de la Nation (Hezb al-Ummah al-Ischtirâki). Dans la catégorie des clandestins, nous proposerons une étude sur la genèse du Parti Baath Arabe Socialiste (Hezb al-Baath al-Arabi al-Ischtirâki), qui naît et entame en cette période un militantisme voué à la clandestinité, ainsi que l’attitude du Parti Communiste Irakien lors de l’après-guerre.

Action politique publique

135C’est le Parti de l’Union Constitutionnelle (Hezb al-Ittihâd ad-Destoûri), fondé par Nùri Al Saïd vers la fin des années 40, qui retient le plus l’attention dans cette catégorie de partis exerçant publiquement leurs activités à l’époque.

136Car lorsque Nùri Al Saïd forme son dixième cabinet, le pays est envahi par une prise de conscience généralisée. Le chef du gouvernement estime alors qu’il serait sage de ménager les susceptibilités et de s’aligner sur la conjoncture internationale en tentant de trouver aux problèmes qui se posent au pays des remèdes familiers et qui seraient par conséquent favorablement perçus par les citoyens. Il annonce donc son désir d’élaborer une charte d’action nationale qui vise à rassembler les rangs, à unir les tendances et « à combattre le communisme et le sionisme ».

137Dans ce sens, des tractations et des consultations sont menées entre Al Saïd et le Président du Parti de l’indépendance. Sans résultat. Car la personnalité charismatique de Nùri Al Saïd et son influence sont trop grandes pour être liées, enchaînées au dogmatisme figé d’un quelconque parti politique. Il est par ailleurs de notoriété publique que l’exécution de sa politique repose principalement sur l’appui des conservateurs et des chefs de tribus membres du parlement. Les partis politiques l’accusent d’ailleurs sans cesse de favoriser les féodalistes et de faire montre d’une collaboration excessive avec la Grande-Bretagne.

  • 63 Al Hassani, op. cit., tome VIII, pp. 84-90.

138Ainsi, après l’échec des négociations avec le Parti de l’Indépendance et dans une période de marasme politique qui semble frapper le pays après l’interdiction de certains partis ou la léthargie de certains autres, Nùri Al Saïd fonde son parti. Il porte le titre d’Union Constitutionnelle. Il comprend nombre de propriétaires féodaux, des patrons et des chefs d’entreprises, quelques affairistes et autres arrivistes et opportunistes s’apprêtant à briguer les postes-clés de l’appareil de l’Etat. Entre eux et leurs détracteurs, au sein du Conseil des députés comme en dehors, de vives altercations dégénèrent parfois en vulgaires invectives. Le journal du PUC taxe de "prostitution politique" l’action du Parti de l’Indépendance63.

  • 7 Il ne s’agit pas, en l’occurence, de liquidation corporelle, mais de ces tracasseries (poursuites, (...)

139Le Parti de l’Union Constitutionnelle insiste dans son discours sur sa volonté de dénoncer et de combattre toutes les "opinions destructrices" (i.e. le Parti Communiste et tous les partis d’inspiration marxiste). Sur le plan arabe, le PUC appelle au raffermissement des liens de fraternité et à l’entente entre les pays arabes. Son président-fondateur étant effectivement le chef de l’exécutif, le parti tente sérieusement de réaliser ces aspirations, insistant sur la lutte contre l’"activisme destructeur". Mais celle-ci sert aussi de prétexte pour liquider7 l’ensemble des forces patriotiques et annihiler l’action des éléments politiques opposés aux idéaux du parti de Nùri Pacha. Aussi le PUC se trouve-t-il plongé dans une sorte de réclusion politique, boycotté par les masses.

  • 64 Georges Lenzowsk, The Middle East in the World Affairs, op. cit., p. 354.

140Et si, au niveau de la théorie, le PUC défend le principe de la limitation de la propriété terrienne, il n’en est strictement rien dans la pratique. Car son fondateur lui-même s’est toujours farouchement opposé à toute mesure visant à limiter l’acquisition de terres ou à exproprier les grands féodaux d’une partie de leur vaste seigneurie en vue de redistribution au profit de petits agriculteurs. A cela il préconise la réalisation de grands projets d’irrigation et de bonification des terres qui, soutient-il, résoudrait spontanément une foule de problèmes urgents64.

  • 8 Nous reparlerons du soulèvement de Novembre 1952 (Intifadhat Teschrin), conséquence directe de la d (...)

141Mais le Parti de l’Union Constitutionnelle se trouve dans une bien mauvaise posture lorsque, en octobre 1952, la situation turbulente à Bagdad se détériore à un tel point que le chef d’Etat-major des armées est chargé de former un gouvernement censé sauver le pouvoir8. Les manifestants sont en ébullition contre le PUC. Sur l’entrée de la plus notoire des maisons de tolérance de Bagdad, ils posent une enseigne portant l’inscription "Siège du Parti de l’Union Constitutionnelle", dans l’intention bien entendu d’avilir le parti et ses adeptes.

142Ce parti manquant gravement de bases populaires et bénéficiant du seul soutien des chefs de tribus et des grands propriétaires terriens, c’est son fondateur lui-même, Nùri Al Saïd, qui le dissout en 1954 au moment où il s’apprête à former son douzième cabinet.

143Parmi les autres partis favorables au régime à cette époque, citons le Parti Socialiste de la Nation (Hezb al-Ummah al-Ischtirâki), formé par Sâlah Jabr sur les conseils et les encouragements discrets du régent, qui entend créer un contre-poids à la puissance politique du vétéran Nùri Al Saïd.

144Sâlah Jabr est un "self made-man" qui s’est érigé une place au plus haut niveau à force de ténacité, d’ambition et de compétence. De gouverneur, il devient député, puis administrateur, puis ministre, puis membre du Conseil des Notables, puis leur président, avant de devenir Premier ministre. Il est aussi inconditionnel des Anglais que Nùri Al Saïd. Tous deux sont convaincus que les Arabes ne peuvent prétendre à la renaissance ni n’atteindront leurs objectifs sans s’appuyer sur la Grande-Bretagne...

  • 65 Articles 3 et 4 du programme des statuts du PSN.

145En 1948, le gouvernement que dirigeait Sâlih Jabr ne parvenait pas à faire admettre le Traité de Portsmouth qu’il venait de conclure avec l’Angleterre. Contraint à la démission, il fonde le Parti Socialiste de la Nation. Les objectifs du parti, au niveau intérieur comme extérieur, sont explicités dans son programme. Il s’agit de la nécessité d’adopter le système d’élections directes et de limiter la redistribution des terrains exclusivement domaniaux aux seuls candidats à la petite propriété. Le parti prône dans ce domaine la définition d’un plafond de ce qu’un citoyen pourra, dans l’avenir, posséder comme terres. Il appelle au raffermissement de l’indépendance de l’Irak et à l’adoption pour ses relations extérieures du principe de l’amitié et des intérêts réciproques. Le PSN préconise de plus l’organisation des relations avec les autres pays arabes sur un système d’union fédérale, à condition que le moyen d’y parvenir soit exclusivement la Ligue des Etats Arabes65.

146Le PSN n’a été créé en réalité qu’en raison de rivalités personnelles et sur l’encouragement de la Cour royale, représentée par le régent, pour contrecarrer l’influence prédominante du président du Parti de l’Union Constitutionnelle. L’opposition affichée par le Parti Socialiste de la Nation n’est donc que de pure forme, puisque ne relevant pas de contradictions idéologiques mais motivées uniquement par de simples démêlés politicards, de cyniques intrigues de palais...

147Quant à la dénomination "socialiste" que prétend s’attribuer ce parti, elle est indiscutablement abusive. Car l’attitude du PSN au sujet de la propriété privée est infailliblement celle d’un parti conservateur et ne présente aucun écart essentiel par rapport à celle du PUC. Le Parti Socialiste de la Nation sera dissout en 1954 à la suite d’un décret de Nùri Al Saïd stipulant la suspension de tous les partis, associations ou cercles politiques.

Militantisme clandestin

148Nous abordons dans ce cadre deux autres modèles d’activisme politique. Le premier, le Parti Baath Arabe Socialiste (Hezb al-Baath al-Arabi al-Ischtirâki) est d’inspiration nationaliste ; le second, le PCI, représentant la lutte des classes. Mais nous nous bornerons, ici, au rôle du Parti Communiste Irakien durant l’après-guerre.

149Le Parti Baath ("Renaissance" ou "Résurrection") vit sa genèse en Syrie à l’aube des années quarante. Il n’est alors qu’une mouvance sous le nom de Mouvement de la Renaissance Arabe (Harakat al-Baath al-Arabi). Sa devise, "une seule nation arabe au message éternel", reflète la nature de la situation que connaît alors la nation arabe. Jusqu’en 1945, ce mouvement, encore en phase embryonnaire, ne possède qu’une base limitée d’étudiants et d’intellectuels ainsi qu’un très petit nombre de professions libérales et de fonctionnaires. Ses activités sont concentrées à Damas.

150Le Mouvement de la Renaissance Arabe ne dispose, jusqu’en avril 1947, d’aucun document officiel ratifié par une autorité partisane régulière qui soit issue d’une base bien précise et qui caractérisent ses orientations théoriques et ses objectifs politiques, sociaux et économiques. Il n’a pas non plus de statuts définissant la nature de sa direction, les institutions du mouvement et sa discipline interne. Pour seul patrimoine théorique, le mouvement ne dispose que de quelques articles publiés çà et là.

  • 66 Shafik AI Sammaraïe, Le Parti Ba’ath Arabe Socialiste, 1976, Madrid, 1982, pp. 43-45.

151Au printemps 1947, tous les membres du mouvement (quelques centaines au total) sont convoqués à un congrès constitutif tenu à Damas du 4 au 6 avril de cette année 1947. Les quelques 200 personnes assistant les différentes régions de Syrie ainsi que nombre de Jordaniens, de Libanais, d’intellectuels et d’étudiants de l’Université syrienne. Le communiqué final est annoncé le 7 avril. Il consacre la ratification de la constitution du mouvement, qui devient officiellement un parti politique, annonce l’adoption de statuts et de règlements internes, l’élection du doyen Michel Aflak et d’un comité exécutif de trois membres66.

152En Irak, les ramifications du Baath sont ébauchées par les étudiants ou les instituteurs syriens résidant dans le pays. La première cellule du parti en Irak est créée en 1949. La liaison entre Bagdad et la direction du parti à Damas est assurée par un étudiant syrien. Voilà, en bref, ce qu’il en est, alors, de la tendance nationaliste.

153Quant au courant représentant la lutte des classes, il est incarné par le Parti Communiste Irakien qui, sévèrement réprimé par les autorités, est contraint de militer clandestinement ou – parfois – à travers des partis de gauche fondés après la Deuxième Guerre Mondiale.

  • 67 Charte nationale du PCI et statuts de 1945, article 3, p. 5.
  • 68 Programme interne du PCI – Avril 1946, articles 2 et 3, p. 3.

154Telle que définie dans son programme de 1944, la notion qu’a le PCI du pouvoir politique consiste en une démocratie, fondée sur une assemblée parlementaire et des conseils municipaux élus par le peuple et le représentant effectivement67. Sur le plan économique, le parti préconise la protection des ouvriers contre l’exploitation, la libération des paysans et leur protection contre les spoliations et les spéculations des grands marchands de denrées agricoles, le développement de la vie scientifique, culturelle et sociale du pays en élargissant l’enseignement et en garantissant l’accès aux établissements supérieurs à toutes les catégories du peuple sans distinction68.

155Cette revue très générale, mais non exhaustive, de l’ensemble des forces partisanes irakiennes au lendemain de la guerre permet de déceler un certain nombre d’observations qui, grosso modo, dépeignent la réalité des partis politiques à cette période :

  1. Manque d’envergure et d’influence politiques des partis fondés officiellement dans les années quarante ou au début des années cinquante. Ces forces ne sont pas parvenues à mobiliser les travailleurs et les paysans, leur rayonnement ne touchant que les milieux estudiantins ou des classes instruites dans les seules grandes villes du pays ;
  2. Manque d’organisation solide de ces partis officiels (l’on entend les partis autorisés et non clandestins). La plupart d’entre eux sont mal organisés et souffrent d’indiscipline partisane. Cet aspect se reflète clairement par la non-popularité de ces formations et leur incapacité à diriger et à orienter efficacement l’opinion publique ;
  3. Certains de ces partis manquent visiblement de doctrine. Par leur propre approche politique, la majeure partie des formations dont il est question dans cette étude ne disposent nullement d’une vision théorique digne de ce nom ;
  4. Un grand nombre de professionnels de la politique ont perverti l’action politique en faisant un métier lucratif, en particulier sous le mandat britannique et au début de l’indépendance. Les partis, de surcroît, sout souvent fondés sur des liens personnels entre leurs adhérents ; dès que ces rapports s’effondrent, à la moindre brouille opposant tel ou tel dirigeant, le parti s’enfonce ou disparaît et, parfois, quelques-uns de ses membres s’allient au gouvernement contre lequel ils s’opposaient la veille.

156Il est vrai que, avant la Deuxième Guerre Mondiale, le cheminement des partis politiques était très lié à la psychologie de l’individu irakien, tiraillé entre deux loyautés ambivalentes. D’un côté il était mû par la volonté d’indépendance et de liberté, d’un autre côté enchaîné à une forme d’allégeance à l’égard de la famille, du clan ou de la tribu. Ainsi, il se trouvait sciemment ou non, enclin à soutenir toute formation susceptible de répondre à ces aspirations mais, en même temps, celle-ci devait avoir dans ses rangs des personnes pour qui il avait une estime ou une loyauté inspirées de considérations d’ordre personnel.

  • 9 Né à Bagdad, Mûhammad Jaafar Abou Al Timmén y suit des études dans les écoles religieuses de la com (...)

157Cependant, dans ce cadre général, le respect qu’inspirait telle ou telle personnalité n’était pas toujours imputable à des liens de parenté ou de tribalisme. Si Muhammad Jaafar Abou Al Timmén9, par exemple, bénéficiait d’une large estime, c’était en signe de gratitude pour le rôle qu’il avait joué dans la résistance contre l’occupation et dans l’action pour l’indépendance. Malgré cela, le Parti National (al-Hezb al-Watani), qu’il dirigeait, ne s’identifiait pas à sa seule personne. Simplement, son rôle dans le mouvement nationaliste assurait à son parti une base populaire confortable. A l’opposé, Mahmûd Al Naqîb, secrétaire du Parti Libéral Irakien (al-Hezb al-Hûrr al-Irâqi) et fils du chef du gouvernement provisoire institué par les Britanniques juste après l’occupation du pays, représentait l’archétype du parti basé sur les liens personnels et les loyautés d’ordre social ou religieux. Là, on peut affirmer que le PLI s’identifiait au nom d’Al Naqîb. D’où l’étroitesse de sa base populaire. Mais ce phénomène de personnalisation des partis n’était pas le monopole du Parti Libéral ; il touchait aussi les partis du Progrès (at-Taqaddûnt), du Peuple (asch-Schaab) et du Serment (al-Ahd).

158Sans exception, les Premiers ministres successivement à la tête du gouvernement irakien se considéraient davantage comme des leaders politiques que des chefs de l’exécutif. Tous ont fondé un parti politique, non point porteur d’un message politique idéologique visant à rassembler et à mobiliser les citoyens (comme c’est le cas dans les démocraties), mais destiné à assurer une victoire électorale bien définie ou, après l’accession au pouvoir, à appuyer la politique du fondateur. Ainsi, ces formations occasionnelles se dispersaient dès que leur leader était évincé du pouvoir. Cette règle s’applique au Parti du Progrès fondé par Abdel Mohsen Al Saadoun : le suicide de ce dernier met aussi un terme final à son organisation politique. Il en va de même pour le Parti du Peuple ; fondé par Yassin Al Hàchimi, alors Premier ministre (en 1924/1925), afin de s’assurer une majorité palementaire pour appuyer sa politique, le Parti s’évapore dès que son “maître" quitte le pouvoir. Le Part du Serment (Hezb al-Ahd) n’échappe pas à la règle. Créé par Nùri Al Saïd dans le but de le soutenir dans l’affaire de la signature du traité d’alliance irako-britannique de 1930 (tant décrié dans le pays), le Serment n’existe plus après la chute du gouvernement Al Saïd en 1932. Idem pour le Parti de la Fraternité Nationale. Fondé par le même Al Hàchimi, ce dernier décide délibérément de le dissoudre en 1935 alors qu’il est, à nouveau, chef du gouvernement.

159L’on constate donc que les partis politiques nés à l’époque en question étaient soit issus du gouvernement en place (alors que, dans un régime parlementaire habituel, c’est le contraire qui se fait), soit destinés à défendre une cause du moment bien précise (le maintien de Mossoul au sein de l’Irak, par exemple, ou simplement briguer le pouvoir). Même le Parti National n’était pas exempt, puisque nombre de ses dirigeants ont préféré l’abandonner pour devenir députés ou ministres.

160Malgré ces aspects négatifs dans la vie des partis en Irak durant cette période, c’était là bel et bien une forme d’exercice démocratique non négligeable pour un Etat si jeune n’ayant que quelques années à peine d’existence.

161Il est à noter d’autre part que, sur le plan économique, les programmes de ces tarifs insistaient sur le secteur de l’agriculture, l’Irak étant un pays essentiellement agricole. Ainsi le Parti National revendiquait le développement de l’agriculture et des secteurs directement liés (creusement de canaux d’irrigation, déblayage des cours d’eau, ouverture de banques de crédit agricole, organisation de stages pour former les paysans à l’utilisation des moyens modernes en agriculture...).

162Exception faite du PCI, la notion de planification économique faisait généralement défaut à ces partis, préoccupés qu’ils étaient par l’aspect politique de la vie nationale et par ses priorités (la revendication d’indépendance et la cession du mandat britannique). Ces formations ne commençaient à s’intéresser à la cause du pétrole qu’au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale. La région connaissait alors un sursaut sensible, qui incitait un grand nombre de partis à revendiquer la nécessité de faire valoir les droits nationaux en matière d’exploitation pétrolière, certains allant même jusqu’à exiger la nationalisation des compagnies pétrolières étrangères.

163D’autres partis, enfin, se sont intéressés à l’éducation, soulignant l’importance de l’enseignement primaire obligatoire et gratuit, appelant l’augmentation du nombre de bourses d’études à l’étranger et préconisant l’engagement d’enseignants étrangers pour relever le niveau pédagogique dans le pays.

Notes

1 Centre des Archives, Bagdad, dossier n° 5/5 de l’année 1922.

2 Centre des Archives, Bagdad, dossier n° 3/3 B de l’année 1922.

3 Mohammed Mehidi Kùbbah, op. cit., p. 21.

4 Majid Khadduri, Système du pouvoir en Irak, traduction arabe de Fayçal Najmeddine Al Attraqtchi, Bagdad, 1946, p. 100.

5 Abdùl-Emir Hàdi Al Aggàm, Le Mouvement Nationaliste en Irak, 1975, p. 451.

6 Ar-Raïhàni, op. cit., pp. 120-121.

7 In le Journal Al-Awqàt (Les Temps), Bagdad, 26 Août 1922.

8 Al Aggàm, op. cit., p. 454.

9 Dans Sada al-Istiqlàl (L’Echo de l’Indépendance), Bagdad, 26 Octobre 1930. Ce journal était l’organe du PN ; fermé à cause de cette diatribe, le Parti fonde un autre journal, Sada al Watan (L’Echo de la Patrie).

10 Ibid. Ce communiqué n’affectera en rien la ratification du traité.

11 Dans le journal Nidàa asch-Schaab (L’Appel du Peuple), 23 Novembre 1930, Bagdad.

12 Dans le magazine al-Alêm al-Arabi (Le Monde Arabe), 10 Juin 1933, Bagdad.

13 Centre des Archives, Bagdad, dossier n° C/1, 1932-1936.

14 Al Aggàm, op. cit., p. 460.

15 Al Hassani, Histoire Politique de l’Irak, op. cit., tome III, p. 229.

16 Dans le journal Al Iràaq (L’Irak), 4 septembre 1922.

17 Archives du ministère irakien de l’Intérieur : Les Associations Politiques, dossier n° 51/ 34, p. 3 de l’année 1923.

18 Al Alêm al-Arabi (Le monde arabe), 11 avril 1924.

19 Idem, 12 avril 1924.

20 Farùq Sàlih Al Omar, Partis politiques en Irak de 1921 à 1932, Bagdad, 1978, pp. 128-129.

21 Al-Alêm al-Arabi (Le monde arabe), Bagdad, 25 avril 1925.

22 Al Omar, op. cit., p. 130. Voir également : Al Bazzàz, op. cit., p. 154.

23 Ministère irakien de l’Intérieur, Les Associations, dossier n° 6/24, p. 3.

24 Ibid, p. 5.

25 Ibid, pp. 8,10,15.

26 Ibid, p. 9.

27 Dans le journal Al-Istiqlàl (L’Indépendance), Bagdad, 26 janvier 1925.

28 De la cause de Mossoul, voir :
 – SDN, 1925, C 382, M.126, C402, M. 140, LON-C : Question de la frontière entre la Turquie et l’Irak ;
 – Abid A. Al Marayati, Ph. D.A Diplomatie History of Modem Iraq, New-York University, 1959, pp. 48-53.

29 Al Iràq (L’Iraq), Bagdad, 25 mai 1925. Voir également Percy COx & Henry Dobes, La structure du pouvoir national en Irak, traduction de Bachir Farjou, Mossoul (Irak), 1951, p. 88.

30 Entre Al Hàchimi et Al Saadoun, le désaccord dégénère et se répercuta dans l’enceinte du Conseil de la Nation par partis politiques interposés.

31 Al Aggàm, op. cit., p. 466.

32 Dans le journal al-Alêm al-Arabi (Le monde arabe) des 8 août et 7 novembre 1925.

33 Premier ministère d’Al Hàchimi : du 24 Août 1925 au 20 Juin 1925.

34 Georges Lenozowski, The Middle East in World Affairs, New-York, 1956, p. 238.

35 Ministère irakien de l’Intérieur, Associations, dossier n° 6/22, statuts du Parti du Progrès, article 2.

36 Procès-verbaux du Conseil des Députés pour l’année 1926, p. 129.

37 H.M.S.O. Report Britain on the Administration of Iraq for the Year 1926, London, 1927, p. 8.

38 Dans le journal Al Istiqlàl (L’Indépendant), 15 mai 1922.

39 Nidàa asch-Schaab (L’Appel du Peuple), numéros 21 et 22, Première année, 1926.

40 Khaddùri, Système politique..., op. cit., p. 48.

41 Kùbbah, op. cit., p. 51.

42 Journal Officiel Irakien (Al-Waqàï Al-Iràqiyya), 14 novembre 1932.

43 F.O. 371/16903/22 mars 1933.

44 Guide Officiel Irakien, Bagdad, 1936, p. 829.

45 Al-Ahàly (Les Gens), n° du 10 juillet 1933.

46 Kàmil Al Jàderji, Mémoires & Histoire du Parti National Démocratique, Beyrouth, 1970, pp. 29-30.

47 Laith Al Zùbaidi, La Révolution Irakienne du 14 Juillet 1958, mémoire de magistère, Université de Bagdad, 1979, pp. 49-80.

48 Batatu, op. cit., p. 491.

49 Zeki Khaïri, Pensées et Souvenirs, publié dans "L’Union du Peuple" (Ittihàd asch-Sch’b), Bagdad, 26 octobre 1960.

50 Journal Officiel Irakien (Djaridat al-Waqàï al-Waqà al-Iràqiya), n° 1633, 9 mai 1938.

51 Batatu, op. cit., p. 512.

52 Ibid, pp. 530-531.

53 Swat Al-Ahàly (La Voix des Gens), Bagdad, 28 décembre 1945.

54 Kùbbah, Mes Mémoires..., op. cit., pp. 159-160.

55 Abdùl-Emir Al Aggàm, Histoire du Parti de l’Indépendance Irakien 1946-1958, Bagdad, 1986, p. 33.

56 Salàh Al Aqqàd, Le Machrek Arabe, Le Caire, p. 34.

57 Fàdhil Hussein, Histoire du Parti National Démocratique, op. cit., pp. 277-278.

58 Al Hassani, Histoire des Ministères Irakiens..., op. cit., tome VII, pp. 27-29.

59 Ghàanim Mùhammad Sàlih, Régime politique en Irak de 1948 à 1958, thèse de magistère, Faculté de l’Economie et des Sciences Politiques, Le Caire, 1971, pp. 38-40.

60 Abdùl-Razzàq Al Hassan, Histoire des Partis Politiques Irakiens, Bagdad, 1980, p. 185.

61 Al Hassani, Histoire des ministères irakiens..., op. cit., p. 23.

62 Ibid.

63 Al Hassani, op. cit., tome VIII, pp. 84-90.

64 Georges Lenzowsk, The Middle East in the World Affairs, op. cit., p. 354.

65 Articles 3 et 4 du programme des statuts du PSN.

66 Shafik AI Sammaraïe, Le Parti Ba’ath Arabe Socialiste, 1976, Madrid, 1982, pp. 43-45.

67 Charte nationale du PCI et statuts de 1945, article 3, p. 5.

68 Programme interne du PCI – Avril 1946, articles 2 et 3, p. 3.

Notes de fin

1 Les Wahhabites : Adeptes d’un mouvement islamique puritain fondé par Muhammad ibn Abd Al Wahhâb (1703-1792), dans le Nedjd (région centrale d’Arabie). Adopté en 1744 par la famille des Saoud, ce mouvement se confond historiquement avec la dynastie Saoudite. Quand ’Abd al-Aziz fonda le royaume sa’ûdite (1932), la théorie des Wahhabites devint doctrine d’Etat. Fondé essentiellement sur les enseignements d’Ibn Taymiya et d’Ibn Hanbal, cette théorie prône la croyance dans l’absolue unité divine (ses secteurs se dénomment Muwahhidûn, les "Unitaires", le mot "wahhabite” les désignant seulement en Occident) et abolit toute croyance susceptible de rappeler le polythéisme (visites de tombes, vénération de saints, etc...). Elle condamne toute innovation par rapport à l’enseignement originel de l’islam fondé sur le coran et le hadith. La foi y est inséparable de la pratique religieuse. La nature du coran étant primordiale et incréée, son interprétation doit être absolument littérale. La croyance dans la prédestination y est obligatoire, tout acte ou point de vue non-orthodoxe doit être condamné et combattu (rejet du mysticisme, soufisme, chiisme, etc...). L’Etat musulman doit fonctionner exclusivement selon les principes de la Loi religieuse. (Petit Robert 2, Noms propres, Op. Cit., p. 1897).

2 Après avoir vivement protesté contre l’attitude de l’Assemblée constituante (globalement hostile au traité), les autorités britanniques recourent ouvertement au chantage. Le haut-représentant soumet, en effet, au roi la note suivante : "Le gouvernement de Sa Majesté, vu les circonstances, ne peut tolérer la poursuite de la situation actuelle qui est susceptible de déboucher sur de graves atteintes à la sécurité intérieure comme extérieure de l’Irak. Les derniers débats de l’Assemblée constituante, menés ce jour, ne font apparaître aucune évolution vers un accord ni ne laissent aucun espoir d’une prise de décision franche et nette. Aussi ai-je été chargé d’attirer l’attention de Votre Majesté sur le fait qu’il faut impérativement que vous preniez la décision immédiate – condition sine qua non pour la poursuite du soutien du gouvernement de Sa Majesté britannique – d’amender en concertation avec votre Conseil des ministres et par son intermédiaire, la loi de l’Assemblée constituante vous octroyant le droit de censurer cette assemblée à tout moment dans les quatre mois suivant l’inauguration de ses séances ; et que vous ordonniez, en vertu de cet amendement la dissolution de l’Assemblée à partir de minuit de la nuit du 10/11 juin".
Le conseiller du ministère de l’Intérieur, un Britannique, élabore effectivement le projet d’amendement de la loi sur l’Assemblée constituante. Des contacts urgents et différentes tentatives sont menés pour sortir de l’impasse, les autorités britanniques insistant obstinément sur la nécessité de convoquer l’Assemblée pour une séance nocturne. 68 membres se réunissent en effet de nuit contre 32 absents. Le quorum étant atteint, les portes de l’Assemblée sont verrouillées et les forces de l’ordre en interdisent l’accès. Le président de l’Assemblée ouvre cette séance inhabituelle en annonçant à l’auditoire : "Sa Majesté le roi m’a informé que Son Honneur le Haut-Commissaire avait exposé à Sa Majesté le fait que les débats ne sauraient être reportés à demain, car cela équivaudrait à un refus du traité ; je vous ai donc convoqué à une réunion cette nuit". Le traité est ensuite entériné par 37 voix pour, 24 contre et 8 abstentions (voir à ce sujet : Eamest, op. cit., p. 85). Il convient de souligner que l’opposition au traité visait essentiellement les textes soumettant l’armée irakienne au commandement d’officiers britanniques et l’administration au contrôle de fonctionnaires britanniques ainsi que leurs salaires trop élevés.

3 Depuis l’Empire ottoman, les Al Saadoun étaient un grand clan très influent.

4 Le rapport britannique sur l’administration de l’Irak fait un trait d’esprit sur la création du Parti de la Fraternité Nationale. "Le bloc de la nouvelle opposition au Conseil, dit le document anglais, a décidé – pour des raisons diverses inhérentes essentiellement aux volontés des personnalités en présence et aux données de la politique locale – de fonder un nouveau parti, au lieu de s’intégrer au Parti National Irakien. Ce choix s’explique sans doute aussi par le désir d’éviter de mettre du vin nouveau dans de vieilles bouteilles" ! ("not putting new wine into old bottles"). Voir : H.M.S.O. "Report, 1931..." Op-Cit, p. 4.

5 Youssouf Salmân, alias Fahd, est né à Bagdad en 1911 dans une famille de la communauté chaldéenne (al-kaldâniyûn, minorité chrétienne d’Irak). Au début de la guerre de 14-18, sa famille émigre à Bassorah, port du Sud, en quête de travail. Son père y est engagé comme marin pour le compte d’une société anglaise de transport maritime, sur des navires faisant la traversée entre Bassorah et Karachi, au Pakistan. Fahd suit des études à l’Ecole Missionnaire Américaine de Bassorah (The Americain Mission School), où il apprend l’anglais.
Employé plus tard comme clerc à la Direction du Travail, il renforce ses connaissances de l’arabe et de l’anglais. Séduit par la politique, il se met à étudier l’Histoire des Arabes, celles des mouvements de libération, l’économie et la philosophie. Lui et sa famille s’installent ensuite à An-Nassiriyah où il gère, avec ses frères, une petite fabrique de blocs de glace achetée à la garnison britannique lorsqu’elle quitta la ville. Fahd appartient à ce moment au Parti National. Après la revente de la fabrique, Fahd touche ses parts et se rend en Union Soviétique. A Moscou, il suit des études partisanes à l’Université des Prolétaires de l’Est, connue en URSS sous le signe "KUTV’). Après trois années d’études dans cet établissement, il rentre en Irak, en 1938. Et, en 1944, il devient Secrétaire du PCI. Condamné à la peine capitale, Fahd est exécuté en 1949 pour appartenance au communisme. Il était connu pour sa fermeté, son intransigeance et sa profonde foi dans le communisme. C’est aussi une personnalité très forte, un rhéteur persuasif et un homme qui imposait le respect.

6 Cette question sera étudiée dans un prochain chapitre.

7 Il ne s’agit pas, en l’occurence, de liquidation corporelle, mais de ces tracasseries (poursuites, arrestations, ...) qui ont pour but d’anémier jusqu’à l’épuisement de tel ou tel mouvement jugé "indésirable".

8 Nous reparlerons du soulèvement de Novembre 1952 (Intifadhat Teschrin), conséquence directe de la dégradation de la situation politique et économique en Irak.

9 Né à Bagdad, Mûhammad Jaafar Abou Al Timmén y suit des études dans les écoles religieuses de la communauté chiite. Issu d’une famille de commerçants, il est "unioniste" sous le régime ottoman (relativement au Parti de l’Union et du Progrès, Hezb al-Ittihâd wat-Taraqqi, ) qui, en 1908, proclame la Constitution ottomane à la suite d’un coup d’Etat qu’il avait conduit. Abou Al Timmén est nommé membre du Conseil Municipal formé pour la ville de Bagdad par les autorités britanniques d’occupation durant la Première Guerre Mondiale. Il prend ensuite une part active à la révolte irakienne de 1920 contre les Anglais. Après l’avortement de ce soulèvement, il se réfugie à Hedjaz puis rentre en Irak après l’intronisation de Fayçal 1er roi d’Irak. Le 15 avril 1922, il est nommé ministre du Commerce, poste qu’il occupe jusqu’à sa démission le 26 juin de la même année. Le 2 août, toujours en 1922, il obtient l’autorisation de fonder le Parti National (al-Hezb al-Watani). Il est alors le plus fervent opposant politique.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search