Version classiqueVersion mobile

L’émergence d’un État à l’ombre d’un empire

 | 
Majid A. Majid

Troisième Partie. L’instabilité politique et ses conséquences sur les relations irako-britanniques

Chapitre I. La montée des courants nationalistes hostiles à la politique de la Grande-Bretagne

Texte intégral

1Après l’adhésion de l’Irak à la Société des Nations, le gouvernement entreprend de faire passer dans la conscience collective des citoyens, l’idée que le pays vient d’entrer dans une ère nouvelle ; qu’il a délaissé cette immaturité qu’est la soumission à un mandat pour atteindre cet âge de la raison internationale qu’est l’indépendance ; et que son représentant siégera bientôt dans les tribunes de la "Société", aux côtés des délégués des grandes nations.

2Ainsi le gouvernement investit une délégation spéciale de la mission d’assister pour la première fois aux séances de la SDN. Ce jour est déclaré fête officielle, et des célébrations solennelles sont organisées où les citoyens s’adonnent à une liesse populaire, dansent et chantent. Une ambiance d’entrain inventée officiellement afin de marquer l’événement.

3Mais d’aucuns, plus conscients de la réalité, ne sont guère satisfaits, jugeant que, malgré les apparences, la situation n’a pas réellement changé en Irak. Aussi le roi est-il décidé à changer de gouvernement pour souligner la différence entre deux phases, l’avant et l’après SDN. Des divergences de points de vue naissent entre le souverain et son Premier ministre, Nùri Al Saïd. Le roi Fayçal, semble-t-il, estime que – l’Irak ayant enterré le mandat pour jouir du statut nouveau de pays indépendant – il est indispensable d’ériger à un niveau équivalent la vie politique intérieure : nommer un nouveau gouvernement et élire une nouvelle assemblée parlementaire.

  • 1 Al Bazzàz, L’Irak, de l’Occupation à l’Indépendance, op. cit., p. 217.

4Dans cette perspective, le monarque tente de convaincre Yassin Al Hàchimi, le chef de l’opposition, d’assumer le pouvoir. Mais Al Hàchimi et son parti posent comme condition l’annonce, dans leur programme, d’action gouvernementale de la modification du traité irako-britannique, entré en vigueur depuis à peine quelques mois1.

  • 2 F.O. 371/16049, E.5692 (31/10/1932).

5Mais les Britanniques, sceptiques, voient d’un mauvais œil le choix par le monarque d’une telle personnalité politique à la tête du gouvernement2.

  • 3 Ibid.
  • 4 F.O. 371/16049 E.5726 (1/11/1932).

6 Inquiets de la détermination du roi à changer de régime, les politiques de Londres adressent à Fayçal une invitation royale le conviant à se rendre en visite officielle en Grande-Bretagne au cours de l’année suivante, 19333. Le but escompté de ce déplacement consiste à raffermir la position du roi tout en le rendant plus proche de la politique britannique. Car Londres craint en effet que Fayçal ne se dessine une voie qui lui soit propre et qui nuise aux intérêts anglais dans la région. Pour cette raison, plusieurs politiques britanniques sont unanimes sur la nécessité d’évincer de la tête du gouvernement le leader de l’opposition, connu pour ses prises de position hostiles à la Grande-Bretagne4.

7Cette crise est dénouée par la formation d’un gouvernement transitoire (marquant le passage de l’état de mandat à l’état d’indépendance), qui ne durera que quatre mois. Et c’est à Rachid Âli Al Gailàni, une des figures de proue de l’opposition et du Parti de la Fraternité Nationale (Hezb al-Ikhà’a al-Watani) que revient désormais la tâche de former un nouveau gouvernement.

  • 5 Al Hassani, Histoire des ministères irakiens, op. cit., Vol. III, p. 98.

8Celui-ci annonce donc son programme « le respect des engagements internationaux et l’attachement à la réalisation des espérances nationales »5.

9Or ce texte est en contradiction avec la position de principe du parti du nouveau chef de gouvernement vis-à-vis du traité (irako-britannique) de 1930. Le parti de la Fraternité Nationale (PFN) avait, en effet, vivement condamné cet engagement qu’il avait qualifié « d’inique et pourri » et appelé à le dénoncer. Le Parti National (Hezb al-Watani) prend pour sa part – conséquence de ce désistement – l’initiative de mettre un terme à la "fraternisation" entre lui et le PFN.

10Cependant, le ministère Al Gailàni tente d’apporter quelque amendement aux clauses du traité. Mais la Grande-Bretagne estime que le moindre recul de principe affectera négativement dans l’avenir sa politique de défense.

11Des événements surgissent qui mettent la nouvelle formation gouvernementale à rude épreuve et qui entament la réputation du pays. Il s’agit d’une épreuve de force entre le pouvoir central et la communauté minoritaire assyrienne. Les Assyriens (athoùriyoùn), de religion chrétienne, entendent en effet occuper une bande de territoire du Nord de l’Irak afin d’y fonder leur propre entité politique. Mais, face à cette tentative de scission, le gouvernement opte pour la fermeté répressive et mate militairement le mouvement. Bakr Sidqî, qui a dirigé les opérations militaires sur le terrain, connaît dans le pays une notoriété et une gloire l’érigeant au rang de héros national. Ces événements provoquent en Europe une indignation très critique à l’égard de Bagdad que l’on accuse de vouloir "liquider" les minorités chrétiennes d’Irak.

  • 6 F.O. 371/20013/E.6818 (2/11/1936).

12 Les capitales occidentales vont jusqu’à considérer les Assyriens comme un peuple déporté, tandis qu’au sein de la SDN l’Irak est d’autant plus vivement mis sur la sellette qu’il avait signé des engagements au sujet de la protection des minorités. La crise menace par ailleurs les relations irako-britanniques6.

  • 7 F.O. 371/16924/E.5519 (Oct. 1933).

13Une autre épreuve va bientôt ébranler le ministère AI Gailàni : la mort soudaine du roi Fayçal 1er le 8 septembre 1933 à Berne (Suisse). Malgré la maladie cardiaque dont souffrait le monarque d’Irak, sa disparition suscite bien des doutes et soulève bien des interrogations. A telle enseigne que l’ambassade britannique à Berne évoque dans son rapport l’hypothèse de l’empoisonnement à la suite d’une brouille entre le roi défunt et la dame avec qui il vivait une aventure passionnelle. L’autre hypothèse mentionnée dans le rapport de la mission anglaise en confédération helvétique, se résume ainsi : le roi aurait été supprimé à l’instigation d’occultes agents politiques. Le cas échéant, il serait sans doute possible d’établir un lien entre cette mort suspecte et la volonté des Assyriens de se venger du gouvernement irakien7.

  • 8 F.O. 371/16924/E.2595 (9/9/1933).
  • 9 F.O. 371/17870/E.1422 paragraphes 8 à 11 (5/3/1934).
  • 10 F.O. 371/17858/E.1832 (20/3/1934).

14Après la mort de son père, le roi Ghàzi monte sur le trône. Il se hâte d’informer l’ambassadeur britannique à Bagdad de son intention de poursuivre la politique de son père, basée sur l’amitié et l’alliance avec la Grande-Bretagne8. Mais une situation nouvelle est en train de prendre corps en Irak : chez les jeunes, enthousiasmés par l’avènement d’un nouveau roi, jeune comme eux, des idées nouvelles naissent. Cette mutation rend la force de la jeunesse bien plus redoutable pour Londres que l’insurrection menée par les tribus à cette même époque. L’état-major britannique est ainsi amené à mettre au point des plans pour assurer la protection des ressortissants anglais en Irak, plans axés sur l’intervention des forces aériennes britanniques basées en Irak, notamment à Bagdad, Bassorah, Mossoul et Kirkouk, où se trouve 80 % de la communauté britannique. Pour ce qui est de la protection des oléoducs (Irak-Méditerranée), Londres fait appel aux tribus de bédouins qui nomadisent autour des pipe-lines9. Mais, en quelques mois, l’hostilité à l’encontre de la Grande-Bretagne redouble d’intensité dans le pays10.

15A l’origine des inquiétudes britanniques, la grève générale qui sévit à Bagdad, dont les habitants boycottent la Compagnie d’éclairage – qui fournit l’électricité – jugeant ses tarifs exorbitants. La grève dure environ un mois qui plonge la capitale dans la pénombre, faute d’illumination. Il est évident que cette grève a une essence politique. La participation active des étudiants et des jeunes constitue un des aspects du fondement politique de ce mouvement qui, chez le peuple, est dans sa phase constitutive. C’est également durant cette période que les activités du Parti Communiste Irakien connaissent leur genèse.

  • 11 Ministère Irakien des Affaires Etrangères, Récapitulatif de l’ensemble des traités et accords concl (...)

16 Tous ces facteurs incitent les milieux officiels à Londres, à pressentir une détérioration de la situation en Irak. Durant cette période, le gouvernement change à trois reprises, tandis que les activités de l’opposition – incarnée par le Parti de la Fraternité Nationale – sont grandissantes et gagnent les tribus. Des mémorandums sont échangés au cours de cette période entre Bagdad et Londres à propos du rôle de la mission militaire britannique en Irak. Le ministère irakien des Affaires Etrangères (du gouvernement Al Gailàni) évoque, en effet, le réajustement des traitements et des allocations des officiers de la mission consultative à l’occasion du renouvellement de leur contrat de service. Le ministère irakien stipule d’autre part le règlement de ces salaires en dinars irakiens, et le droit du gouvernement de mettre un terme à tel ou tel contrat sous réserve d’un préavis de trois mois à adresser au fonctionnaire concerné. La soumission de ces traitements à l’impôt sur le revenu figure également dans la liste des conditions nouvelles suggérées par les responsables de la diplomatie irakienne qui, par ailleurs, fixent de nouveaux délais de validité de contrat. Ce mémorandum et ses annexes annuleront et remplaceront l’accord conclu en 1924 sur le statut des fonctionnaires et coopérants britanniques en Irak11.

  • 12 Du nom d’un quartier de Bagdad, as-Selaîkh, où habiteraient Rachid Âli Al Gailàni et Hikmêt Suleïma (...)

17Parallèlement, les tendances nationalistes s’activent en cette période et multiplient la tenue des réunions politiques, notamment par des leaders comme Rachid Âli Al Gailàni, Hikmêt Suleïman ou Yassin Tàha Al Hàchimi. Ces meetings, auxquels les chefs des tribus du Moyen-Euphrate apportent leur soutien, seront connus sous le nom de "Conférences de Selaîkh" (Moatamaràt as-Selaîkh)12.

  • 13 Al Hassani, op. cit., p. 47.

18Ils déboucheront sur une charte de politique intérieure portant sur le respect de la loi et la loyauté envers le roi. Une clause supplémentaire sera par ailleurs adjointe à cette charte. Due aux pressions de chefs de tribus ou proposée par les politiques afin de "gagner" ces chefs et de les lier à la vie politique civile, cette clause prévoit le recours au code et aux traditions tribales pour résoudre les conflits entre tribus, sans intervention gouvernementale13.

  • 14 F.O. 371/18945/E.3731 paragraphe 3 (17/6/1935).
  • 15 Dr Fadhel Hussein, Histoire du Parti Nationaliste Démocratique, Bagdad, 1963, p. 10.

19Ces événements débouchent sur la rébellion des tribus du Moyen-Euphrate et provoqunt la chute du gouvernement Al Ayyoùbi. C’est la première fois depuis la Révolte de 1920 que les tribus jouent un rôle déterminant dans la vie politique du pays14. Le roi Ghàzi est par conséquent contraint de changer de Premier ministre. Il convoque Al Hàchimi qu’il charge de former le nouveau gouvernement. Bien que les membres de la nouvelle formation soient en majorité issus du Parti de la Fraternité (Hezb al-Ikhaà), de personnalités telles que Jaafar Al Askari (pour la Défense) et Nùri Al Saïd (pour les Affaires Etrangères) y participent15.

  • 16 F.O. 371 /20010/E.851/93, Annual Report, 1935, paragraphe 2 (30 janvier 1936).

20 Un rapport de l’ambassade de Grande-Bretagne à Bagdad sur cet épisode dit : « Al-Hàchimi, qui s’opposa naguère aux traités (irako-britanniques), regrette aujourd’hui ses attitudes passées qu’il qualifie d’erreurs. Il est désormais disposé à œuvrer avec les autres pour l’avenir et le progrès du pays ». « Nous avons, ajoute le rapport, un nouvel ami actuellement en Irak, un ami qui, hier, était un ennemi. Nous aurons de ce fait moins de souci à l’intérieur du pays »16.

  • 17 Al Hassani, op. cit., Vol. IV (texte intégral de l’accord) pp. 160-162.
  • 18 Ibid.

21Le gouvernement Al Hàchimi résout la question des chemins de fer, restée en suspens depuis la signature de l’accord financier en 1930. Un nouvel accord est conclu qui reconnaît à l’Irak la totalité des droits sur la propriété des chemins de fer17. Parmi les autres actions de ce gouvernement figurent la constitution de "gardes d’aéroports" composées uniquement de forces irakiennes, et l’adoption de la loi de la défense nationale qui institue le service militaire obligatoire18.

22Deux éléments principaux, relativement nouveaux jusqu’alors, marquent la situation politique du pays durant cette période. Il s’agit d’abord de l’extinction de l’influence de la cour royale. Très marquante sous le règne de l’ex-roi Fayçal, l’influence royale connaît désormais un déclin qui, en l’absence d’alternative, provoque un déséquilibre dans la vie politique du pays.

23Deuxième élément : l’émergence des tribus en tant que force politique. Le défunt roi avait tenu habilement à l’écart les différents clans des affaires du pays. Or maintenant, à l’instigation de certains politiciens, les tribus veulent investir le domaine de la politique d’où jusque là, elles étaient évincées.

  • 19 F.O. 20010, op. cit., de barnes (à Bagdad) à Eden (à Londres).

24Pour ces raisons, l’état tout entier en Irak traverse à ce stade un virage décisif : naguère, la force ou la faiblesse des gouvernements successifs étaient hypothéquées à la volonté du souverain ; désormais c’est le peuple qui décide19.

25Mais, face au soulèvement tribal du Moyen-Euphrate, il semble que le chef du gouvernement, Yassin Al Hàchimi, préfère la voie de la sagesse à celle de la violence. Ainsi, il parvient à saper rapidement et efficacement la turbulence. Et, sans perdre de temps, il prend une mesure apaisante : l’annonce d’une amnistie générale.

  • 1 Les Yazîdiyeh, secte religieuse considérée comme hérétique (bien qu’issue de l’Islam) dans la mesur (...)
  • 20 Ibid.

26Le malaise, cependant, persiste. La loi martiale est décrétée quatre fois durant cette année 1935. Et, toute l’agitation dans la région centrale de l’Euphrate, le Kurdistan apporte – comme de coutume – sa "part" annuelle de problèmes. A Qorna (au sud de l’Irak, à l’affluence du Tigre et de l’Euphrate) l’enrôlement de la première "promotion" de jeunes appelés – dans le cadre du service militaire obligatoire – engendre des remous ; des opérations militaires de petite envergure sont menées pour rétablir l’ordre. Au nord-ouest, dans la région de Sindjar (près de la frontière syro-irakienne), les tribus Yazidi1 s’opposent à leur tour à l’embrigadement obligatoire. Mais leur résistance est matée d’une manière très implacable20.

  • 21 F.O. 371/20015/E.2605 (5/5/1936).
  • 22 F.O. 371/20015/E.2853 (14/5/1936).

27C’est le commandement des forces armées de cette province, Bakr Sidqî, qui est investi de la mission de réprimer ces turbulences21. Le gouvernement traite celles-ci de la même façon qu’il a traité deux ans auparavant, en 1933, l’insurrection des Assyriens22 (Athoùriyyine).

28Un autre écueil survient à ce moment : la "fugue" de la princesse Azzah. La sœur du roi Ghàzi s’enfuit, en effet, avec un employé italien d’un hôtel grec. Les deux amoureux se cachent quelque part en Italie. Les journaux européens publient la dérobade de la princesse, photos à l’appui. Il s’en faut de peu pour que cet esclandre ne renverse le roi Ghàzi, voire la monarchie irakienne toute entière.

  • 23 F.O. 371/20017/E.4057/3089/93, (19/6/1936), paragraphes 8-19.

29Dans cette affaire, c’est Nùri Al Saïd en personne qui se montre le plus virulent et le plus critique à l’encontre du roi Ghàzi. L’ancien chef du gouvernement exige même l’abdication du roi et propose déjà le nom de Yassin Al Hàchimi comme candidat à la régence.23

30Le ministre de la Défense, Jaafar Al Askari, suggère pour sa part que la princesse pécheresse soit occise selon le rite traditionnel tribal ("laver l’honneur"). Mais l’ambassadeur de Grande-Bretagne s’oppose à cette suggestion, invoquant l’atteinte que susciterait une telle pratique à la réputation du pays sur la scène internationale. Le chef de la mission britannique à Bagdad n’est pas favorable non plus à l’idée de découronner le roi Ghàzi.

  • 24 Ibid, paragraphes 12,18 et 24.

31Le gouvernement finit par prendre la décision de priver Son Altesse fugitive du titre princier, de la faire renier par la famille royale et de la considérer comme aliénée mentale. De plus, le gouvernement irakien, par le truchement de son ministre plénipotentiaire à Rome, entreprend des démarches auprès du roi d’Italie pour qu’il intervienne en vue d’annuler le récent mariage entre la princesse déchue (de ses titres) et l’élu de son cœur (qui est de nationalité italienne). Mais le gouvernement italien ne se montre guère complaisant à l’égard des vœux de Bagdad24.

32Retenons qu’à la suite de cette affaire, le Premier ministre resserre l’étau sur le roi, le faisant épier de près, restreignant ses amitiés et réduisant le nombre de ses domestiques. Très mécontent de ce traitement sévère, le roi souhaite la disparition du gouvernement en place par tous les moyens. Jusqu’au jour où le général Bakr Sidqî fomente son coup d’Etat militaire. Pour le monarque, c’est l’occasion de voir renverser un gouvernement qui l’a humilié.

  • 25 F.O. 371/20010, Annual Report 1935, op. cit., paragraphe 10.

33 Les relations irako-britanniques se caractérisent à cette période, par un calme qu’aucune véritable crise n’est venue troubler. La sérénité des rapports bilatéraux est d’autant plus constante à ce moment, que l’ambassadeur britannique a réussi à réconcilier le Premier ministre (Al Hàchimi) et le ministère des Affaires Etrangères (Al Saïd). Les réunions entre les trois hommes, tenues surtout à l’ambassade britannique, deviennent régulières et, la plupart du temps, se passent sans heurts25.

1936 : le coup d’Etat de Bakr Sidqî

  • 26 Hanna Battatu, The Old Social Classes and the Revolutionnary Movements of Iraq, New Jersey, 1970, p (...)

34Cependant, sous l’apparence de calme qui marque cette période, un phénomène particulier est en train de germer et qui occupera une place prépondérante dans l’histoire contemporaine de l’Irak. Il s’agit de la volonté de l’armée d’envahir la scène politique nationale. Car le recours répétitif à l’armée pour éteindre les flammes des rébellions tribales ou des mouvements séparatistes engendre chez les militaires l’idée que "leur" armée est susceptible de devenir une force d’expression politique. L’idée fait d’autant plus inexorablement son chemin que les forces armées du pays sont de plus en plus puissantes26 et que la preuve est désormais irréfutablement faite de l’inefficacité de l’appui des tribus comme moyen pour gravir l’échelle qui mène au pouvoir : le soutien tribal pèse finalement peu face au poids et à la puissance de l’armée.

  • 2 Bakr Sidqî est né en 1890 de parents kurdes. Ce fut à l’Ecole militaire turque à Istanbul (alors ca (...)

35Ce sentiment est renforcé par le malaise grandissant chez les officiers, qui supportent de moins en moins la limite de la mission de l’armée à la seule répression des citoyens. Mus par ces ressentiments, quelques officiers ambitieux, à la tête desquels se trouve le général Bakr Sidqî, décident de profiter de la force de l’armée pour perpétrer un coup d’Etat contre le gouvernement Al Hàchimi. Menée le 29 octobre 1936, leur action portera le nom du "coup d’Etat de Bakr Sidqî"2.

36Très tôt ce jour (le 29 octobre 1936), des avions de la Force Aérienne Royale d’Irak déversent sur Bagdad des tracts portant la signature de Bakr Sidqî qui y déclare avoir été "chargé" de la mission de renverser le gouvernement. Plus tard dans la matinée, une lettre co-signée par Sidqî et par les commandants des autres divisions de l’armée parvient à la Cour royale. Les auteurs de la missive enjoignent le roi de démettre le gouvernement en place dans un délai de trois heures et de nommer Hikmêt Suléïman à la tête d’une nouvelle formation. Faute de quoi, l’armée avancerait vers la capitale.

  • 27 F.O. 371 /20013/E.6783, (29/10/1936).
  • 28 F.O. 371 /20013/E.6784, (29/10/1936). Voir également le New-York Times du 30/10/ 1936.
    A propos de (...)

37Le roi Ghàzi se hâte alors de convoquer à la Cour l’ambassadeur britannique pour sonder son opinion. Ce dernier lui conseille d’obtempérer, arguant que toute résistance serait oiseuse27. Comme par ailleurs le siège du gouvernement est endommagé par quatre bombes, celui-ci annonce sa démission et le roi demande à Hikmêt Suléïmàn de former un nouveau gouvernement. Le roi, précisément, peut « avoir été préalablement informé du coup d’Etat. Car il était très importuné par la surveillance rapprochée qu’imposait sur sa vie privée Yassin Pacha (Al Hàchimi, Premier ministre) et était en "interférence" constante avec l’armée »28.

38Contrairement aux gouvernements précédents – tous dominés par une majorité arabe sunnite brandissant la devise de "l’unité arabe" – le moins que l’on puisse dire du nouveau gouvernement, issu du pronunciamiento, est qu’il n’est pas un pur produit de l’arabisme. Du moins ses trois piliers : Hikmêt Suléïmàn, le Premier ministre, est d’origine turque ; Jaafar Abou Al Timmèn, le ministre des Finances, serait – selon la rumeur publique – d’origine iranienne ; Bakr Sidqî, artisan du coup d’Etat et chef d’Etat-major de la nouvelle équipe, est kurde.

39Il est par conséquent normal que le nouveau gouvernement insiste sur l’égalité des droits entre toutes les races, ethnies et religions du pays. Rien n’est plus naturel que la nouvelle formation gouvernementale concentre son action sur le renforcement de l’Irak au détriment de la politique panarabe.

40Bakr Sidqî, qui aspire à atteindre pour le pays le même degré de progrès que chez les deux voisins turc et iranien, sera taxé de communisme pour s’être opposé à l’octroi de terres domaniales aux ministres, notables et autres dignitaires. A ceux-là, qui y font construire de superbes demeures fastueuses, Sidqî préfèrera la distribution de ces terres aux paysans démunis. Il a, par ailleurs, pour ambition la création d’un état kurde indépendant, rassemblant les habitants kurdes d’Irak, d’Iran et de Turquie.

41De lui, l’ambassade britannique à Bagdad dit qu’il est « sévère, obstiné, téméraire et intelligent. Sa réputation avec les femmes est très mauvaise ; il compte de nombreux ennemis parmi les officiers de l’armée en raison de ses intrigues avec leurs femmes. Il offre table ouverte, copieusement garnie, avec des boissons peu courantes dans son pays. Passionné de chiens, amateur de peinture à l’eau, il s’essaie à l’aquarelle. Hospitalier, généreux, d’agréable compagnie, il a l’art et la manière de raconter les anecdotes et de narrer les histoires. Outre l’arabe, le kurde et le turc, il parle couramment l’anglais, l’allemand et le français ».

42« Sur le plan militaire, affirme l’ambassade anglaise, Sidqî est rigoureux et use de l’effet de surprise. A 100 % ses collègues de l’armée le craignent, mais 10 % l’apprécient ».

  • 3 Atatürk : surnom (père des Turcs) donné à Mustafa Kamal.

43« Malgré l’ampleur de son ambition, dit encore l’ambassade, il n’y a aucune raison de croire qu’il ne pense qu’à sa propre personne ; son patriotisme sincère l’incite sans doute à lier étroitement ses espérances subjectives à celles, collectives, de son pays. Sans doute se prend-il pour un Atatürk3, un Reza Shah ou autre Mussolini. Mais il est absolument exclu de croire qu’il n’aurait ourdi le coup d’Etat que dans le seul but de devenir chef d’Etat-major des forces armées : ce poste, il l’aurait de toute façon brigué dans un délais raisonnable si le statu quo politique avait été maintenu dans le pays ».

  • 29 F.O. 371/20015 E.7627/1419/93, (26/11/1936).

44La note de l’ambassade de Grande-Bretagne souligne, par ailleurs, que Sidqî “avait beaucoup de respect, voire de l’estime sincère, pour la Grande-Bretagne ; du respect aussi pour l’Allemagne. Seulement il fut amèrement vexé après que le gouvernement britannique lui ait décliné à deux reprises, en 1934 et en 1936, deux demandes de se rendre en Angleterre. Il comptait beaucoup sur ces visites et estime inique et injustifié le refus britannique. C’est probablement cette attitude qui l’a incité à avoir des penchants pour l’Allemagne. N’a-t-il pas déclaré en août 1934 : « Je n’ai pour la Grande-Bretagne et la France ni sympathie ni respect... »29.

  • 30 Ibid, le 11/12/1936.

45L’ambassade anglaise qualifiera ultérieurement Sidqî de « personnalité ayant un fond noble et généreux avec les caractéristiques d’un chef de mercenaires du temps des Conquêtes... »30.

  • 31 F.O. 371/20013 E.6784, op. cit.

46Elle exprimera par ailleurs son inquiétude sur la tournure des événements. « Le bombardement du siège du gouvernement, estimera l’ambassade britannique, est susceptible d’envenimer les rapports anglo-irakiens. D’autre part, le gouvernement (sortant) avait suivi une politique "arabe" soutenue par l’amitié britannique tandis que le pouvoir (actuel) est plutôt d’obédience turque. Il est donc à craindre que l’Irak musulman ne soit tenté de pratiquer les méthodes de la Turquie contemporaine. L’armée irakienne, quant à elle, s’est toujours montrée hostile à la Grande-Bretagne et a toujours incarné la “menace la plus grave pour le pays"... »31.

  • 32 Abdel Rahmàn Al Bazzàz, L’Irak, de l’Occupation à l’Indépendance, op. cit., p. 252.

47Londres constate, en effet, avec une inquiétude croissante la politique de plus en plus militariste appliquée par le nouveau gouvernement qui aspire à donner à l’armée une véritable force. Ainsi les nouveaux dirigeants parviennent à obtenir des armements d’autres pays européens, dont entre autres, un escadron d’avions de combats italiens. Le développement relatif de sa force aérienne constituera d’ailleurs l’une des fiertés principales du nouveau régime32.

  • 33 F.O. 371/20013 E.6797, (30/10/1936).

48Notons que l’ex-ministre de la Défense Jaafar Al Askari, est tué au premier jour du coup d’Etat. Il trouve la mort en se rendant au quartier général des putschistes pour leur remettre un message du roi leur demandant de renoncer à leur dessein d’avancer vers Bagdad33. Or, le ministre assassiné était le gendre de Nùri Al Saïd. Ce dernier, sans nul doute, n’en aura que plus d’aversion envers le nouveau régime, qu’il tentera de changer par tous les moyens.

49Par ailleurs, l’admiration que voue le leader du jeune régime à Kamal Atatürk et à son gouvernement est perçue avec appréhension du côté de la Tamise. Londres craint en effet que Sidqî ne tente d’obtenir le soutien turc en accordant à Ankara des facilités au nord du pays qui pourraient nuire aux minorités chrétiennes et aux intérêts pétroliers britanniques. Les Anglais appréhendent également l’attitude de l’Iran qui, estiment-ils, pourrait profiter de l’anarchie qui prévaut en Irak pour affermir sa position dans le litige frontalier irako-iranien.

  • 34 F.O.E.6784, op. cit. Voir également : Great-Britain Naval Intelligence Division, Iraq..., op. cit., (...)
  • 35 New-York Times, 15/8/1937.

50Les pays arabes, pour leur part, n’accueillent guère favorablement le nouveau régime de Bagdad34. Dans une déclaration à la presse à propos de l’intérêt que porte l’Irak aux affaires des pays arabes voisins, le Premier ministre affirme : « Je dois d’abord m’occuper des affaires de mon propre pays ; si après cela je dispose d’un peu de temps, peut-être songerai-je à m’intéresser aux questions touchant mes voisins arabes »35.

  • 36 F.O. 371/20014 E.7201, (4/11/1936).
  • 37 Times, Londres, 2/11/1936. Le journal prévoit également pour Sidqî un avenir de dictateur semblable (...)

51Après le coup d’Etat, l’ambassade de Grande-Bretagne multiplie les contacts avec le nouveau chef du gouvernement. Ce dernier, d’ailleurs, exprime son désir de maintenir ces contacts, soulignant les bonnes relations entre l’Irak et la Grande-Bretagne, et exprimant la volonté de son gouvernement de respecter ses engagements notamment le traité de 193036. Néanmoins, ce qui inquiète la Grande-Bretagne c’est une "ambivalence" du pouvoir en place : si le Premier ministre, Hikmèt Suleïman, est censé détenir les rênes du pouvoir, celui-ci est discrètement exercé par le chef d’Etat-major des forces armées, Bakr Sidqî37. Et, tandis que l’ambassadeur britannique limite ses contacts au chef du gouvernement, son homologue allemand, lui, multiplie les siens avec Bakr Sidqî. Par ce biais, l’Allemagne aura joué un rôle actif et important lors de cette période. Reste à signaler sauf que durant les premiers jours du règne du nouveau régime, la rue est dominée par la gauche modérée.

  • 38 A propos du rapport entre le Parti Communiste Irakien et le coup d’Etat, voir Hanna Battatu, op. ci (...)

52L’apparition de quelques drapeaux rouges indique la participation des communistes aux manifestations de rue pendant cette période38.

  • 39 F.O. 371/20014 E.6815, (29/10/1936).

53Parallèlement, le ministère britannique de la Guerre ordonne à l’Etat-major des forces armées britanniques basées en Egypte de maintenir en état d’alerte deux bataillons d’infanterie dans la perspective d’un éventuel transfert de ces troupes vers l’Irak par voie aérienne39.

  • 40 Najdat Fathï Safwat, L’Irak à travers les mémoires des diplomates étrangers, op. cit., pp. 101-102  (...)

54Quelques jours seulement après le coup d’Etat, une manifestation organisée par le gouvernement défile dans les rues de Bagdad pour célébrer la liesse populaire face au changement du régime. Des tracts exprimant les désirs du peuple sont distribués. Le ton de ces tracts rappelle manifestement celui des éditoriaux du quotidien Al Ahàly (Les gens), porte-parole des milieux ouvriers. L’un des rédacteurs de ce journal, qui est également un de ses fondateurs, n’est autre que le ministre de l’Economie et des Communications, Kamel Al Jaderji. Des banderoles sont, d’autre part, brandies qui portent des slogans communistes, "Vive le Front Populaire" ou "A bas le fascisme"...40.

55Le gouvernement tente, sur le plan politique intérieur, de constituer un parti officiel qui serait celui du pouvoir. Ainsi naît le Parti de la Réforme Populaire (Hezb al-Islàh ach-Chaabi). Mais la nouvelle formation est, dès sa naissance, chétive : plusieurs ministres de gauche démissionnent peu de temps après la constitution du nouveau gouvernement.

  • 41 F.O.E.6797, op. cit.

56De son côté, l’ambassade de Grande-Bretagne à Bagdad fait preuve de grande prudence vis-à-vis du régime né du coup d’Etat. Elle juge que « la Constitution démocratique instaurée dans ce pays du temps du mandat est, de facto, annihilée par une révolution militaire qui ressemble détestablement à celle d’Espagne »41.

  • 42 F.O. 371/20013 E.6906, (31/10/1936).

57Tel qu’exposé par le Premier ministre à l’ambassadeur britannique à Bagdad, le programme d’action du nouveau gouvernement consiste à42 :

  1. Libérer les prisonniers condamnés par les tribunaux militaires du précédent gouvernement ;
  2. Parcelliser les grands domaines de terres loués aux chefs des tribus en vue de les distribuer aux paysans ;
  3. Lutter contre la discrimination raciale entre les différentes ethnies en Irak ;
  4. Rétablir la liberté de la presse ;
  5. Saper le népotisme et le favoritisme.

58Le nouveau chef du gouvernement, lors de ses rencontres avec le chef de la mission britannique, assure à ce dernier à maintes reprises son souci de préserver des relations cordiales avec l’Angleterre. Il lui confie également être pertinemment conscient de la gravité du rôle joué par l’armée dans sa venue au pouvoir, et être parfaitement au courant du danger potentiel que suppose une telle situation.

59Le Premier ministre affirme, d’autre part, à son interlocuteur anglais, être décidé à remettre l’armée à sa place sans perdre de temps.

  • 43 F.O. 371/20013 E.6814, (30/11/1936).

60Il condamne également lors de ces entretiens le meurtre de Jaafar Al Askari – (la Grande-Bretagne, soulignons-le, avait vivement critiqué l’assassinat, au premier jour du pronunciamento, de l’ex-ministre de la Défense) – et promet de faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les responsables du gouvernement précédent43. Promesse tenue : ce sera principalement grâce à lui et au roi Ghàzi qu’Al Hàchimi et Al Gailàni pourront s’exiler en Syrie, et Nùri Al Saïd en Egypte.

61On peut s’interroger à ce stade sur l’avenir que réserve la nouvelle conjoncture politique intérieure irakienne du traité de 1930 et sur la nature des rapports que Londres puisse entretenir avec le gouvernement militaire. En effet, comment serait-il possible de pérenniser l’application des dispositions de cet engagement si, du côté irakien, l’armée devait effectivement prendre les rênes du pouvoir ? Les fondements de ce traité ne sont-ils pas l’amitié, la coopération et la concertation bilatérale au sujet des grandes questions ? Or, les dispositions qui réglementent la présence et les activités des unités de l’armée de l’air britannique en Irak, ne prévoient pas l’avènement dans ce pays d’un régime inamical vis-à-vis de l’Angleterre. Aucune clause spécifique n’est prévue pour parer aux malentendus pouvant découler d’une telle éventualité.

62Pire encore, que deviendrait-il de la concertation sur les affaires extérieures telle que celle stipulée par le traité de 1930, sachant que seule cette concertation garantisse l’application des engagements britanniques à défendre l’Irak en cas d’agression extérieure ? Et quand on sait que la Grande-Bretagne a déjà sérieusement envisagé, en 1933, de reconsidérer sa politique irakienne à la suite de la crise assyrienne (au nord du pays), on comprend aisément que la démission forcée d’un gouvernement constitutionnellement nommé, constitue une évolution qui ne peut qu’exacerber les inquiétudes et les réticences britanniques.

Politique intérieure et extérieure du gouvernement issu du coup d’Etat, rapprochement avec l’Allemagne en particulier

  • 44 F.O. 371/20006 E.5962/375/93. Extrait du procès-verbal de la réunion du Conseil des Ministres (brit (...)

63Au lendemain du coup de force de Bakr Sidqî, la Grande-Bretagne estime que l’influence allemande et, à un degré moindre, italienne, a contribué à l’arrivée au pouvoir en Irak d’une formation gouvernementale hostile à Londres. Déjà le gouvernement précédent avait annoncé son désir d’acquérir des canons et des munitions de fabrication allemande, à défaut de pouvoir de les procurer en Angleterre44.

  • 45 F.O. 371/20013 E.6945, (6/11/1936).

64De plus, les activités culturelles et économiques allemandes en Irak connaissent, après le putsch, une recrudescence qui, avec les tentatives entreprises par la mission allemande à Bagdad, de nouer des liens solides avec l’armée irakienne, incite les Britanniques à surveiller de près et avec la plus grande vigilance les activités des Allemands en Irak. Pour le gouvernement de Sa Majesté, en effet, tout relâchement dans les contacts avec l’Irak serait autant d’encouragement pour l’Allemagne. Cette dernière parviendrait ainsi à s’emparer de la maîtrise des affaires irakiennes grâce à sa politique commerciale (Berlin tente déjà d’attirer l’attention de Bagdad sur les avantages du système de troc) et grâce à l’influence morale que pourrait exercer l’Allemagne hitlérienne sur les nouveaux dirigeants irakiens, sensibles aux thèses militaristes. Enfin, toujours selon Londres, si les Allemands devaient réussir à occuper la position de fournisseurs principaux des forces armées de l’Irak, cela placerait l’Angleterre dans une posture fort embarrassante en cas de crise en Europe45.

  • 46 Ibid, 10/11/1936.

65Les Anglais soupçonnent même le général Bakr Sidqî de s’être rendu en Allemagne avant le coup d’Etat et d’y avoir secrètement établi des liens avec l’armée allemande, grâce à sa "personnalité sournoise" et avec le concours du ministre plénipotentiaire d’Allemagne à Bagdad. En tant qu’ancien officier de l’armée turque, le chef des putschistes, estime-t-on à Londres, pourrait avoir déjà eu des connaissances parmi les militaires allemands46.

66Pour sa part le nouveau gouvernement irakien est désireux de développer la coopération avec l’Allemagne sur les plans scientifique et culturel, et dans le domaine des grands travaux. Le ministère de la Défense entame des négociations avec des sociétés allemandes en vue de doter l’armée de nouveaux matériels. Un plan de renforcement des forces armées ayant été prévu, et en l’absence de toute offre britannique pour répondre aux besoins ainsi créés de l’armée irakienne, Bakr Sidqî se voit contraint de se tourner vers l’Allemagne et l’Italie. Des représentants de l’industrie militaire en Allemagne sont conviés à Bagdad dans la perspective de conclure des contrats d’armements.

  • 47 Najdat Fathi Safwat, op. cit., pp. 113-116.

67Le général Sidqî demande en outre au chargé d’affaires allemand de faire venir en Irak un officier d’Etat-major de son pays à qui serait confié la mission de mettre au point un plan de défense du Kurdistan irakien dans l’éventualité d’une occupation anglaise de Bagdad. Sidqî nourrit, en effet, l’ambition de créer un état kurde indépendant47.

  • 48 F.O. 371/20010 E.7605, (21/11/1936).

68Après le coup d’Etat, le ministre allemand de l’Economie, le Dr Schacht – également directeur de la Banque du Reich (Reichbank) – se rend à Bagdad pour examiner les relations commerciales bilatérales. Il explique que son pays peut aider l’Irak commercialement par l’ouverture de lettres de crédit. Le ministre irakien des Finances expose son point de vue : l’Allemagne doit accroître ses importations de matières premières en provenance de l’Irak et accélérer le paiement des matières effectivement achetées48.

69Le ministre allemand "dévoile" alors les convoitises de son pays au sujet du pétrole irakien en expliquant qu’il est facile aux Anglais d’effectuer immédiatement le règlement de leurs importations dans la mesure où les bénéfices qu’ils réalisent grâce à ce pétrole leur permettent une telle rapidité de paiement. « Si, dit-il, l’Allemagne trouve en Irak des domaines d’investissements rémunérateurs, les commerçants allemands pourront alors régler leurs échéances aussi vite que leurs homologues anglais ».

  • 49 Ibid.

70De son côté, le ministre irakien réfute cette "thèse", arguant que le pétrole n’a aucun lien avec les manières des commerçants anglais ; que la compagnie pétrolière (IPC) est une entreprise indépendante ; et que, de toute façon, plus elle exporte de pétrole, plus le gouvernement perçoit de royalties. Dans un tout autre domaine, l’Allemagne se montre disposée à contribuer à l’agrandissement du réseau ferré en Irak, en fournissant raids et matériel d’arasement à des prix compétitifs et un crédit à long terme49.

  • 50 F.O. 371/20014 E.7131, (13 et 19/11/1936). Cette "information" est contestable. Al Ahàly paraissait (...)

71Les Russes, quant à eux, se montrent plus actifs en Irak après le coup d’Etat. Al Ahàly qui, selon des sources anglaises, est un journal "à l’âme communiste", serait même financé par des capitaux soviétiques50.

72Sur le plan de politique intérieure, une des évolutions consécutives au coup d’Etat est la création d’un parti politique pro-gouvernemental. Baptisé "Association de la Réforme Populaire" (jam’ïyyêt al-Islàh ach-Cha’abt), le nouveau parti compte parmi ses fondateurs Abdel-Qàder Ismaël (Al Bustàni) – connu pour ses sympathies communistes – et Mohammed Sàleh Al Qazzàz, le leader des mouvements ouvriers. L’objectif de cette association consiste à favoriser l’application d’une grande réforme politique, sociale et économique dont les effets, bénéfiques à l’ensemble de la population, devraient aider à détruire toute forme d’exploitation. Son programme se résume ainsi :

I. Politique extérieure

73Rapprochement entre les pays arabes. Renforcement des liens entre les instances et organisations arabes. Renforcement des liens d’amitié entre l’Irak et ses voisins, d’une part, et d’autre part, entre l’Irak et les états étrangers. L’égalité et la réciprocité doivent être à la base de ces rapports (entretenir des relations d’égal à égal).

II. Politique intérieure

  1. Affermissement de l’entité nationale intérieure par : le renforcement de l’armée et de la force aérienne, le développement de l’esprit volontariste et du sens civique parmi les membres des organisations populaires, et enfin la réforme du corps de la police. Ces mesures devraient rendre l’ensemble de toutes ces forces capables de défendre le pays contre toute agression étrangère ;
  2. Donner aux opinions et aux idées libres, l’occasion de s’exprimer ;
  3. Diffuser la culture et l’éducation de façon équitable entre l’ensemble des catégories du peuple.

III. Politique économique

74Parvenir au bien-être du peuple en rendant le niveau de vie suffisamment élevé pour garantir à chaque individu la capacité de subvenir à ses besoins – matériels, spirituels – de première nécessité en tant que minimum ; puis la possibilité de satisfaire les besoins complémentaires dans la mesure où le permet la prospérité collective. Les moyens d’assurer une telle garantie devraient être les suivants :

  1. Soumettre au monopole de l’Etat l’exploitation des moyens de communication et de transport, de l’adduction d’eau domestique, de l’éclairage public et de l’énergie électrique. L’Etat doit également entreprendre la réalisation de projets industriels nécessaires à la santé économique nationale, et doit prendre en charge tout projet, toute activité touchant au bien-être et au confort des citoyens ;
  2. Créer une banque d’Etat qui puissent contrôler efficacement et effectivement les finances nationales ;
  3. Limiter les crédits agricoles, immobilier et autres, aux seules banques du secteur public afin de débarrasser les emprunteurs de l’usure abusive. Arrêter des lois qui sanctionnent toute personne et toute institution financière pratiquant des taux d’intérêts excessifs en matière de crédit ;
  4. Imposer de façon proportionnellement croissante les revenus, les fortunes et les héritages. Cette mesure devrait rapporter à l’Etat des recettes supplémentaires permettant la réalisation des réformes publiques nécessaires ;
  5. Bonifier les terres arabes non-cultivées (notamment par le dessalage) en vue de les distribuer aux paysans qui les exploiteraient directement. Promouvoir parmi les agriculteurs le principe de la mutualité par la création de coopératives agricoles ;
  6. Construire des "villages modernes" (des fermes-pilotes). Assainir les régions marécageuses et assécher les marais (au sud-est du pays, notamment) afin d’offrir aux paysans de ces régions de meilleures conditions d’exploitation ;
  7. Abolir les lois et les règles iniques pratiquées dans le domaine de l’agriculture. Leur substituer des dispositions qui, imposées par la force de loi, garantissent le progrès rural et le développement agricole, augmentent le pouvoir d’achat des paysans et les protègent des grands exploitants ;
  8. Réduire les traitements excessivement élevés des grands fonctionnaires au profit des fonctionnaires et salariés de petits échelons.

IV. Enseignement

75Rendre obligatoire l’enseignement du cycle primaire. Lutter contre l’analphabétisme par la création d’institutions culturelles et éducatives, de bibliothèques publiques, de troupes de théâtre et de musique et par l’ouverture de salles de cinéma. Promouvoir l’esprit sportif par la création de clubs et d’équipes sportifs. Aider les plus démunis à poursuivre les études. Accorder une attention particulière aux écoles vespérales et généraliser les cours du soir (pour ceux qui travaillent le jour).

V. Santé

  1. Faire de la surveillance sanitaire une tâche essentielle. Multiplier partout dans le pays les établissements hospitaliers. Augmenter le nombre de jardins publics et jardins pour enfants ;
  2. Garantir un habitat salubre et un environnement sain par :
  1. l’adoption de plans d’urbanisme tenant compte des impératifs de la santé publique ;
  2. la lutte contre l’alcoolisme et les effets néfastes des spiritueux ;
  3. l’encouragement au mariage.

VI. Travail

76Adopter des lois qui protègent les travailleurs, garantissent leurs droits et incitent à leur promotion. Aménager le temps de travail et le limiter à 8 heures par jour maximum. Encourager la création d’associations et de syndicats ouvriers. Définir un salaire minimum interprofessionnel garanti.

VII. Rapports sociaux

  1. Adopter, pour la réglementation de l’état-civil et du code civil, des lois compatibles avec les nécessités de la vie et de la civilisation modernes ;
  2. Libérer la femme dans la mesure du possible, tout en préservant les valeurs de famille.

77Les autorités britanniques estiment qu’une bonne partie des clauses de ce programme sont teintées de rouge (d’inspiration collectiviste). Mais Londres, décelant de nombreux paradoxes dans ce plan d’action, juge que le nouveau gouvernement ne sait pas exactement quelles sont ses orientations et végète dans la contradiction. D’où la difficulté pour les officiels britanniques d’établir un pronostic fiable sur l’avenir politique du pays.

  • 51 F.O. 371/20014E.7315, (20/11/1936).

78Il est, en effet, difficile de mettre au diapason politique des hommes aussi hétéroclites que Bakr Sidqî, le soldat ambitieux, et Hikmêt Suleïmàn, le "républicain voltairien". De plus, les représentants britanniques à Bagdad doutent sérieusement de la capacité du nouveau régime à réaliser cet escadron de réformes modernes qui requièrent davantage d’expérience et de savoir-faire.51

  • 52 Ibid.

79Les plans du Premier ministre sont, eux, bien moins ambitieux. La première mesure qu’il a l’intention d’appliquer consiste à "expérimenter" les théories relatives à la distribution de terres aux paysans, avec le concours de la Banque Agricole (qui assurerait les crédits). Il appelle également au développement de la scolarisation des jeunes filles52.

  • 53 Ibid.

80L’ambassade britannique à Bagdad estime ces objectifs dignes de respect. Elle pense que les responsables irakiens feraient mieux de mesurer les difficultés réelles qui surgiraient de l’application de leurs plans par un empirisme pragmatique sur le terrain, au lieu d’entraver leur propre entreprise par l’adoption d’un volume excessif de projets épars53.

81La conjoncture commerciale est alors plutôt satisfaisante. Les pluies abondantes déversées en cette saison laissent augurer une récolte pléthorique. Le pouvoir d’achat des classes rurales est en hausse. L’importation de produits commerciaux est en augmentation elle aussi. Le secteur du bâtiment et celui des travaux publics sont maintenus à un niveau encourageant. Le coup d’Etat n’aura eu pour effet que de provoquer une rupture éphémère des activités commerciales. Mais les milieux du commerce accorderont rapidement leur confiance au nouveau chef du gouvernement et à son ministre des Finances, Jaafar Abou Al Timmèn, qui était et est encore président de la Chambre de commerce de Bagdad.

  • 54 F.O. 371/20013 E.8008/1393/93, (10/12/1936). Rapport sur la situation générale du commerce en Irak (...)

82Ce n’est pas le cas des fonctionnaires britanniques au sein du gouvernement qui, eux, ne partagent pas cette confiance au nouveau ministre et n’apprécient son honnêteté dans les affaires et pas davantage son génie financier. Les juifs, pour leur part, estiment que le nouveau régime est meilleur pour eux que son prédécesseur, dans la mesure où il se montre plus attentif aux minorités ethniques et religieuses du pays. Le nouveau gouvernement achève de redonner confiance aux milieux commerciaux en annonçant l’abandon d’un projet – un temps envisagé sous le gouvernement précédent – qui accorderait à quelques commerçants de la capitale le monopole de l’importation et de la diffusion des vêtements en coton de fabrication japonaise. Il gèle également les activités de la Bourse, jugée "inutile et sans objet", il restreint par ailleurs le champ d’action de la Banque Agricole. Celle-ci, sans doute remaniée dans une formule nouvelle ayant le statut d’une "banque nationale", pourrait être appelée à jouer un rôle de premier ordre dans les efforts de construction que déploie le gouvernement de la réforme54.

  • 55 Ibid.
  • 56 F.O. 371/20014 E.7318, (15/11/1936).

83La vie politique est sereine après le coup d’Etat et la vie suit paisiblement son cours. Les crédits financiers sont suffisants pour garantir la bonne marche des transactions commerciales courantes. La position financière du gouvernement, fondé sur un budget équilibré est, a priori, très solide. « Cependant, la situation politique proprement dite demeure instable et imprévisible. Il y aura probablement une nouvelle période de confusion. Mais cette éventualité n’est pas suffisament probable pour la laisser influencer le comportement des institutions commerciales britanniques qui commercent avec l’Irak »55. D’ailleurs, l’ambassade britannique à Bagdad avait déjà télégraphié au Foreign Office de Londres l’informant du « calme heureux, global et réel qui prévaut en Irak après le coup d’Etat ».56

  • 57 Ibid.

84Sur un autre plan, le gouvernement libère 370 prisonniers qui avaient été condamnés par les tribunaux militaires d’exception de l’ancien régime. Le Premier ministre, qui s’engage à remettre l’armée à sa place, manifeste son désir de maintenir avec la Grande-Bretagne des rapports aussi cordiaux que ses prédécesseurs. Manifestement, il tient à demander conseil à l’ambassade de Grande-Bretagne à Bagdad57.

85Pour ce qui est de l’attitude de Sidqî vis-à-vis de la Cour, relevons que le coup d’Etat a engendré une nouvelle donne politique qui s’oppose diamétralement aux aspirations et à la personnalité même du roi Ghàzi. Car, dans le cadre des priorités du gouvernement, les réformes d’ordre purement intérieur l’emportent très nettement sur le reste. Le roi, lui, est un apôtre des plus fervents des causes arabes nationales, notamment la cause palestinienne.

  • 4 Il s’agit de Salàheddine as-Sabbagh, Fahmi Saïd, Kamel Chebîb et Mahmoud Salman. Le quatuor se form (...)
  • 58 Najdat Fathi Safwat, op. cit., p. 128. Entretien du Docteur Saêb Chawkat, Président du "Club Nation (...)

86D’autre part, Sidqî procède au grand dam du roi, à l’éviction systématique des éléments de l’armée soupçonnés de faillir à la règle de loyauté absolue à l’égard du chef d’Etat-major. Ce sont en particulier les adeptes d’un courant nationaliste panarabe au sein de l’armée fondé par le "Groupe des Quatre Officiers"4. Le "patron" des forces armées favorise excessivement les officiers kurdes au détriment des éléments arabes. A tel point que « lors des opérations d’enrôlement, les officiers interrogent les jeunes aspirants sur leur province et leur langue : s’ils sont arabes, on les prie gentiment de rentrer chez eux ; s’ils sont kurdes, ils sont admis. Le taux des élèves-officiers d’origine kurde à l’Ecole militaire de Bagdad s’élèvera à 70 %... »58.

87Dans le même temps, les jeunes officiers de l’entourage de Sidqî mènent dans les cabarets des fêtes tapageuses au cours desquelles ils dépensent des fortunes. De nombreux scandales éclatent. Pour ces raisons, les sympathisants de gauche et les nationalistes s’écartent de plus en plus de Sidqî. Quant au Premier ministre, il est considéré comme un patriotique irakien et non comme un nationaliste arabe (dans le sens où l’entendent les nationalistes panarabistes, "al-qawmiyoùn”). Selon toute vraisemblance, il n’est pas au courant des desseins de son ami Sidqî.

88La tendance anti-arabiste au sein de l’armée incite à se coaliser les officiers nationalistes (panarabistes), qui souhaitent se débarrasser de Bakr Sidqî. Ce dernier est effectivement tué en compagnie du commandant en chef de l’armée de l’air, le 11 août 1937. Au moment de son assassinat, il se trouve à Mossoul, au Nord, et s’apprête à partir en Turquie, qui l’avait convié pour assister à la démonstration commémorative de ses forces armées.

89Sidqî disparu, le gouvernement en place n’a plus aucune raison d’être. Inéluctablement, ce ministère se démet. Une nouvelle équipe est formée. Les membres de cette formation – qui se conformera à une politique de profil bas connue plus tard sous le nom de la "Politique de baisse du rideau" – sont recrutés en dehors des membres du gouvernement démissionnaire et de celui qui l’avait précédé.

90Une telle situation aurait pu être envisageable et possible dans d’autres circonstances que celles que connaît l’Irak à ce moment. Les événements qui viennent de se dérouler auront immanquablement des répercussions sur la vie politique du pays. Nul ne peut prétendre effacer irrémédiablement le passé récent pour ouvrir une nouvelle page entièrement vierge... Rien donc de plus normal que de voir ressurgir les adversaires du régime militaire disparu, de voir leur puissance renaître de ses cendres et les voir, eux, revenir en force à Bagdad, dont ils avaient été bannis.

91Le plus actif parmi ces "revenants" n’est autre que Nùri Al Saïd. Avec le concours de ses amis officiers, il contraint l’éphémère "gouvernement-tampon" à démissionner et forme un autre gouvernement.

La mort du roi Ghàzi

92Dans le chaos, dans cette complexité, la popularité du roi Ghàzi ne cesse de croître. Elle atteint même des sommets après qu’il eût installé une radio particulière. Entièrement destinée à la diffusion de ses discours et réflexions, cette radio émet directement du "Palais des Roses" (Qasr az-Zouhour), résidence du roi qui, sur les ondes, fustige Anglais et Français. Ghàzi reproche notamment à Londres et à Paris de persister à imposer le mandat à la Syrie, au Liban et à la Transjordanie, et dénonce véhémentement les Britanniques pour avoir "livré" la Palestine aux Sionistes. Dans le même temps, le roi œuvre pour faire annexer à l’Irak l’émirat du Koweit, dont le cheikh entretient de solides liens avec la Grande-Bretagne.

93Le troisième gouvernement Nùri Al Saïd fait une annonce affligeante le 4 avril 1939 à 9 heures du matin : le roi Ghàzi vient de décéder dans la collision de sa voiture personnelle, qu’il conduisait lui-même, contre un pylône électrique.

94Cadet des enfants du roi Fayçal Ier d’Irak et son seul fils, Ghàzi est né à la Mecque en 1911. En 1923, il arrive à Bagdad en compagnie de sa mère et de ses sœurs. C’est une préceptrice anglaise qui, dans un premier temps, est chargée de l’éducation du jeune Ghàzi. Il est ensuite envoyé à Londres où il suit des études au collège de Harrow. De retour en Irak, il rejoint l’Ecole militaire de Bagdad. A l’issue de ses études dans cette institution, Ghàzi est un bon cavalier et un vaillant pilote de l’air. Mais il n’est pas très brillant en Sciences militaires.

95Alors, il devient l’alter ego de son père qu’il accompagne partout. Lorsque le monarque est en déplacement, il devient son représentant personnel, roi par intérim en quelque sorte. Il monte sur le trône en 1933 après la mort du roi Fayçal. Marié avec l’aînée du roi du Hedjaz, Ghàzi devient père en 1935. L’enfant porte le prénom de son grand-père : Fayçal.

96A son intronisation, Ghàzi supporte des responsabilités trop lourdes pour un néophyte de la politique. Il apprend vite, non sans amertume, que la situation politique qu’il vient d’hériter lui impose de passer sous les fourches caudines (anglaises, en l’occurence !) dès lors qu’il s’agit de décider de la politique étrangère de l’Irak.

97L’avis de Londres est, en effet, impératif avant toute décision de politique extérieure. Car les compétences du roi d’Irak en cette matière sont restreintes par le traité (irako-britannique) du 30 juin 1930.

98L’article premier de cette alliance stipule qu’entre les rois d’Irak et d’Angleterre « une concentration franche et totale doit, seule, décider des questions de politique étrangère touchant à leurs intérêts communs ». La disposition engage d’autre part les deux souverains à ne pas prendre dans un pays tiers une attitude incompatible avec leur alliance ou susceptible de provoquer des difficultés pour l’autre partie.

  • 59 In le journal Al-Mùstaqbal (L’Avenir), du 8 avril 1939, Bagdad.

99Or ces restrictions heurtent les objectifs du roi Ghàzi et lèsent la Majesté de ses aspirations : vaincre toute influence étrangère afin de jouer le rôle national (panarabe) qu’il estime de son ressort. Ghàzi est, en effet, convaincu d’être investi d’une mission nationale qui consiste à aider les pays arabes à se libérer de l’hégémonie étrangère et à s’unifier. A ses proches il confie : « Avec le secours du Seigneur, avec l’aide de mon peuple et de mon armée, je réaliserai l’unité arabe et serai le premier à porter son drapeau. Je n’oublie pas le vœu le plus cher à mon père et à mon grand-père ; je l’exhausserai, Dieu me vienne en aide, même si cela doit me coûter mon sang »59.

100Par ailleurs, son attachement à une politique extérieure privilégiant le rapprochement entre l’Irak et les deux "pôles" de l’Axe (l’Allemagne et l’Italie) ne fait qu’exacerber la négativité réciproque des positions qu’observent Ghàzi et l’Angleterre l’un vis-à-vis de l’autre.

101Cependant, jusqu’en 1937, le jeune souverain ne manifestera aucune volonté véritable de libérer la politique étrangère irakienne des contraintes du traité (irako-britannique) de 1930. Malgré l’admiration que le roi Ghàzi porte à l’Allemagne et à l’Italie ; malgré son appréciation favorable des "acquis" apportés par le nazisme et le fascisme (promotion de l’esprit nationaliste et développement militaire) ; malgré ses souhaits de compenser les réticences britanniques en matière de coopération militaire par un développement substantiel des contrats d’armement avec Berlin et Rome (Londres feignant souvent d’ignorer les demandes pressantes formulées par Bagdad dans le domaine des ventes d’armes), le roi n’annoncera clairement et sans ambages son désir de rapprochement avec l’Allemagne que deux ans avant sa disparition.

102Une telle orientation, à l’évidence, ne peut qu’exaspérer les Anglais. Bien que considérant l’achat d’armes à l’Allemagne et à l’Italie comme une transgression des dispositions de l’annexe militaire du traité (irako-britannique) de 1930, les Anglais ne font pas incomber au roi la responsabilité de ce "dérapage". Pour eux, le véritable artisan de la tendance pro-allemande n’est autre que l’auteur du putsch (mot d’origine germanique !) du 29 octobre 1936. Bakr Sidqî est, aux yeux des Anglais, la force occulte, l’éminence grise qui, dans l’ombre, exerce la plus grande influence sur le roi, le gouvernement, le parlement et l’armée.

103En réalité, le roi d’Irak n’est pas moins enclin que son chef d’Etat-major à tendre la main aux Allemands et aux Italiens en vue de renforcer une armée qu’il souhaite forte et décemment équipée.

  • 5 Abdallah était le grand-père de l’actuel roi de Jordanie, Hussein.
  • 60 Ma’an Hamdàn Ali, Mort de Ghàzi, Deouzem roi d’Irak in la revue "Al-Balàgh" (Le Manifeste), n° 5, p (...)

104Après sa mort, les masses dubitatives, susurrent immédiatement : ce sont les services de renseignements anglais qui, avec la complicité de Nùri Al Saïd, ont ourdi l’assassinat de Ghàzi. Les Irakiens, de plus en plus incrédules, exigent la réouverture du cercueil où repose feu le roi : la décision de fermer le sarcophage a été prise avec une promptitude inhabituelle bien que l’émir Abdullah, prince de la Transjordanie et oncle de Ghàzi5, ait expressément demandé que l’on attende son arrivée à Bagdad avant de sceller la bière de son neveu60.

105Le courroux des masses laisse augurer que l’état d’ébullition peut dégénérer en explosion. Pressentant le danger, le gouvernement et l’ambassade de Grande-Bretagne ordonnent au ministère de l’Intérieur de renforcer les mesures de sécurité, de ne pas lésiner sur le nombre de policiers et de militaires de l’armée chargés d’assurer l’ordre, lors des funérailles du roi.

106Les ponts sur le Tigre sont barrés sur ordre du ministère afin d’empêcher les habitants de l’autre rive de Bagdad de continuer à affluer vers le Palais Royal.

  • 61 Dr Lotfi Jaafar Faraj, Le roi Ghàzi, pp. 244-245, Bagdad, 1987.

107Le peuple n’est point convaincu de la véracité du rapport médico-légal qui confirme la thèse de l’accident et impute à la fatalité et à la providence la disparition prématurée du roi. Le rapport de la commission d’enquête ne trouve pas davantage d’écho auprès des citoyens, qui réclament la formation d’une autre commission d’enquête composée de vrais patriotes. Les gens demandent aussi des éclaircissements sur le sort du valet du roi et du préposé à l’émission de la radio particulière du roi (installée au palais). Le serviteur et le technicien ont, en effet, disparu dans la nature depuis l’accident, alors que le rapport de la Commission d’enquête affirme que tous deux étaient assis aux côtés du roi dans son automobile au moment de la collision61.

  • 62 The Evening News, 5/4/1939.
  • 63 Najdat Fathi Safwat, op. cit., p. 137 (Mémoires du chargé d’affaires allemand à Bagdad). Voir aussi (...)

108Les obsèques ont lieu au cimetière royal au matin du 5 avril 1939. Le cortège funèbre se fraie un passage au milieu des sanglots d’une foule éplorée estimée à 100 000 âmes62. Les soldats, alignés sur chaque côté des rues, ont peine à résister aux flots des gens massés derrière eux, et qui tentent de trouver une brèche dans le mur de soldats dans le but, semble-t-il, de molester les invités anglais. Ces derniers, d’ailleurs, seront obligés à l’issue des cérémonies d’emprunter des voies secondaires et de biaiser pour regagner leur domicile ou leur lieu de résidence63.

  • 6 Le New-York Times du 15/8/1939 révélera que le gouvernement irakien aura accepté de verser à la veu (...)

109Quant à Nùri Al Saïd, il est reparti comme il était venu : par le fleuve, à bord d’une vedette. Pendant ce temps, à Mossoul les gens prennent d’assaut le consulat britannique : la rumeur publique selon laquelle la mort du roi est l’œuvre de Londres a gagné le nord du pays. Le consul anglais est tué dans l’attaque.6

110Le chargé d’affaires britannique en Irak donne une description édifiante du déroulement des funérailles. « Les artères et les places principales, dit le diplomate anglais, étaient bondées. L’affliction de l’assistance était telle qu’au passage du cortège funèbre, les gens s’effondraient en sanglots, se tapaient sur la poitrine et s’arrachaient les cheveux. Les hommes pleuraient, comme les femmes et les enfants. Tous répétaient inlassablement l’histoire de l’implication des Anglais dans la mort du roi. Ils désignaient Nùri Al Saïd à la vindicte publique, scandant : « C’est toi, ô Nùri, le responsable du sang de Ghàzi... » Certains restaient debout, immobiles, la figure couverte de larmes et nous regardaient fixement en silence. Quant aux femmes, certaines se sont laissé entraîner dans un état de lamentation hystérique, déchirant leurs vêtements et se barbouillant de boue le visage et la poitrine ».

  • 64 F.O. 371/23201 E.2820, (11/4/1939), Despatch British Embassy, Bagdad. Voir aussi : The New-York Tim (...)

111« Le plus curieux, poursuit-il, était de voir les policiers et les soldats pleurer comme des enfants. A maintes reprises, le danger nous a paru imminent de voir la foule réussir à briser la ceinture humaine de protection pour parvenir jusqu’à nous... Je n’avais jamais vu pareille fièvre collective. Ce que j’ai vu pendant ces obsèques me permet d’imaginer comment le consul britannique a été tué à Mossoul. C’est également ce qui m’a incité à insister auprès du Premier ministre pour qu’il prenne davantage de mesure dans le but d’endiguer les graves dangers qui pouvaient surgir de ces funérailles démentielles » 64.

  • 65 The Daily Mail, 5/4/1939.

112Bagdad méritera le qualificatif de "Cité des larmes"65. A la suite de cela, le gouvernement décrète la loi martiale dans le pays.

  • 66 F.O. 371/23276 E.2496, (5/4/1939).
  • 67 In le journal As-Sijill (Le Registre), 5/4/1939.

113L’annonce de la mort du roi d’Irak est accueillie avec émotion dans les pays arabes en général, et dans les pays de la Grande Syrie en particulier. En Syrie, au Liban et en Palestine, des manifestations défilent dans les rues accusant les Anglais d’avoir supprimé Ghàzi et demandant au gouvernement irakien de publier un rapport circonstancié sur l’accident qui a mis fin aux jours du roi. La colère populaire atteint un degré tel que les autorités françaises se trouvent contraintes de renforcer les mesures de sécurité autour des représentations britanniques66. La presse syrienne qualifie le roi disparu de "martyr" et déplore vivement sa mort qu’elle considère comme une infortune dramatique pour la Syrie. Car, dit un éditorialiste de Damas « Ghàzi était pour la Syrie un soutien et pour les Arabes un espoir »67.

  • 68 Abbàs Attîya Jabbàr, L’Irak et la cause palestinienne, 1932-1949, thèse de doctorat, p. 233. Facult (...)

114En Palestine, toutes les villes sont en deuil. Des éloges funèbres sont psalmodiés dans les lieux saints et la prière du mort est prononcée à la Mosquée Al Aqsa à Quds (Jérusalem). Celle-ci, comme les autres villes palestiniennes, est paralysée par la grève68.

  • 69 Dr Lotfi Jaaafar Faraj, op. cit., p. 249.
  • 70 Najdat Fathi Safwat, op. cit., p. 138 (Mémoires du chargé d’affaires allemandes en Irak).

115Deux stations de radio – l’une allemnde l’autre italienne – émettant en arabe, accusent : la mort du roi Ghàzi est un meurtre ; les régicides sont les Anglais69. A Bagdad, ces derniers répliqueront en affirmant que c’est la propagande allemande qui a engendré l’hostilité et dressé les Irakiens contre les Anglais70.

  • 71 F.O. 371/24559 E.500/93, (5/2/1940), Rapport intitulé Review of General Iraq Attitude During 1939.
  • 72 F.O. 371/23276, op. cit.

116Pour ces derniers précisément, la disparition du roi Ghàzi est plutôt bénéfique dans la mesure où, durant les derniers mois de son règne, les relations entre les deux pays s’étaient gravement détériorées71. Le roi mort, sa radio particulière (à travers laquelle il couvrait les Anglais d’invectives, fustigeait leur politique et galvanisait les esprits), tombe aux mains du gouvernement. Le soutien aux mouvements révolutionnaires koweïtiens. Des rapports britanniques concluent même que la mort de Ghàzi à ce moment précis constitue un grand coup asséné aux intérêts arabes en général72.

  • 73 The Manchester Guardian, 5/4/1939.
  • 74 London, Times, 5/4/1939.
  • 75 F.O. 371/20014 E.7389, (25/11/1939).

117Certains journaux britanniques, relatant la mort du roi Ghàzi, se montrent très sévères avec le roi défunt, le qualifiant d’extravagant insensé et estimant sa disparition comme la meilleure solution pour les Irakiens73. Si d’autres organes de presse anglais jugent au contraire la mort de Ghàzi comme une perte pour l’Irak et les pays arabes74, un responsable britannique n’hésite pas à déclarer qu’il « était une migraine plutôt qu’un être vraiment utile »75.

  • 76 F.O. 371/20017 E.3984, (20/7/1936) (Possible Alternative to the Présent King oflraq).
  • 77 F.O. 371/23200 E.2449, (3/1/1938) (Note on the Recent Change of Government in Iraq).

118D’autre part, un regard rétrospectif sur les intentions qu’avaient avant sa mort les Anglais et Nùri Al Saïd à l’égard du roi Ghàzi, peut inciter à douter sérieusement du caractère fatal de l’accident qui a causé sa perte. Dès 1936, les responsables du Foreign Office envisageait le découronnement de Ghàzi76. Mais la réapparition sur la scène politique en 1938 de Nùri Al Saïd, l’adversaire le plus acharné du roi, n’incite paradoxalement guère Londres à relancer le projet de l’alternance du règne Ghàzi. Les Anglais décident au contraire de ne pas approuver toute entreprise qui serait menée par le Premier ministre dans le but de détrôner Ghàzi. Car ils n’ignorent pas à quel point le chef du gouvernement déteste le monarque, essentiellement par réaction vindicative : Al Saïd voit en Ghàzi l’instigateur suprême du coup d’Etat de 1936. Or cet événement a causé la mort de Jaafar Al Askari, ami intime et gendre de Nùri Al Saïd77.

  • 78 F.O. 371/20014 E.7147, (4/11/1936).
  • 79 F.O. 371/20795 E.66, (23/12/1936).

119Ce dernier est, au dire des Anglais, « un homme implacable qui ignore le pardon »78. C’est aussi « un petit satan, rusé et perpétuellement angoissé »79.

  • 80 F.O. 371/23200 E.448, (11/1/1939).
  • 81 F.O. 371/21847 E.7905, (27/12/1938.

120Aussi, dès sa nomination à la tête du gouvernement, évoque-t-il avec les Britanniques la possibilité de nommer l’un des membres de la famille royale, le prince Zeïd, au poste de conseiller du roi. Mais le Premier ministre entend conférer à cette charge des compétences qui permettent à son titulaire de surveiller et d’orienter subrepticement le roi80, ainsi que d’assurer la liaison entre lui et le gouvernement d’une part et l’ambassade britannique, d’autre part81. Les Anglais apprécient l’idée. Le prince Zeïd, en revanche, décline l’offre, refusant de devenir le larbin du Premier ministre.

121Celui-ci sollicite alors une autre altesse : le prince Abd-ul-Ilah, cousin du roi et frère de la reine (Il sera le prince régent durant la minorité de son neveu, Fayçal II, fils de Ghàzi Ier).

122L’émir Abd-ul-Ilah vient à Bagdad en 1926 en compagnie de son père, le roi du Hedjaz, Ali Ben el-Hussein. C’est la rivalité sanglante qui sévit en Péninsule arabique entre leur famille hachémite (dont sont issues les monarchies d’Irak et de Transjordanie) et le clan d’Ibn Saoud (qui l’emportera) qui est à l’origine de cette expatriation forcée.

123Abd-ul-Ilah est envoyé ensuite en Angleterre pour étudier. Mais il n’y reste pas longtemps, trouvant les études trop difficiles. De retour en Irak, il vit paisiblement comme membre de la famille royale, percevant, ès-qualité, un traitement confortable assuré par l’Etat. Mais, réputé pour son élégance, sa courtoisie et son savoir-vivre, il est nommé attaché auprès du ministère des Affaires Etrangères, après une longue période d’inactivité où il consacrait le plus clair de son temps à jouer aux courses hippiques et à pratiquer du sport.

  • 82 Voir Batatu, op. cit., p. 344.
  • 83 The New-York Times, 9/4/1939.

124Le roi, lui, n’apprécie guère ce beau-frère de cousin qu’il prend pour responsable des problèmes qui surviennent entre lui et son épouse, la reine Alia82. Aussi, après la mort suspecte de Ghàzi, le futur régent et Nùri Al Saïd sont-ils soupçonnés d’y avoir mêlé leur grain de sel, si ce n’est pas d’avoir été les "parrains" de l’assassinat. Cela dit, Abd-ul-Ilah devenu régent, Al Saïd, son ami et complice, ne se heurte plus à aucune opposition du côté de la cour royale en menant à sa guise les affaires gouvernementales83.

  • 84 Parmi les documents "disparus" mais dont les références figurent dans des documents "maintenus", on (...)

125D’autres éléments étayent la thèse selon laquelle la disparition du roi Ghàzi est le fruit d’une conspiration. Parmi ces éléments la curieuse disparition de documents officiels britanniques. Il s’agit de notes de service et de télégrammes échangés entre l’ambassade de Grande-Bretagne à Bagdad et le Foreign Office à Londres durant la période de l’occident. Bien que ces correspondances aient disparu du "Public Record Office" de Londres ("Registres du ministère des Affaires Etrangères", Foreign Office), leurs numéros ou leurs références figurent bel et bien sur d’autres documents parfaitement accessibles. On peut donc aisément en déduire que le gouvernement britannique, jugeant ces documents ultra-secrets, ait préféré définitivement les occulter devant les chercheurs84.

126Dans cet imbroglio de versions contradictoires de la mort de Ghàzi, on ne peut qu’en exclure celle que relate le communiqué officiel, c’est-à-dire la thèse de l’accident fatal. Car tous les événements qui avaient précédé indiquent que la fin du monarque était imminente. Ces positions tant sur le plan irakien que sur le plan national (arabe) inquiétaient fortement les Anglais et certains politiciens irakiens.

127Son éviction, ou mieux, sa disparition devenait donc d’autant plus "souhaitable" pour ses nombreux adversaires et détracteurs que la guerre menaçait de se déclencher avec les pays de l’Axe. Il leur fallait donc anticiper les événements et mettre en place des éléments loyaux et totalement acquis à l’Angleterre. Ghàzi, lui, n’entrait pas dans cette catégorie. C’est le moins que l’on puisse dire...

128Toujours est-il que la Couronne échoit à son seul fils unique, le prince héritier Fayçal, qui n’a que 4 ans. Son oncle, l’émir Abd-ul-Ilah, devient donc le régent. Mais revenons en arrière pour rappeler qu’à la suite de la mort du roi Fayçal Ier, la monarchie cesse de jouer un rôle primordial dans la conduite de la politique irakienne, intérieure comme extérieure. Et le jeune roi Ghàzi ne parvint pas – comme le faisait son père – à assumer le rôle modérateur d’arbitre entre les forces et les intérêts nationaux et patriotiques, d’une part, et d’autre part, l’ambassade britannique et ses partisans (forces politiques ou groupes sociaux pro-britanniques).

129Sans doute faut-il imputer à ce "flottement" de la Cour royale la recrudescence des troubles et turbulences sous Ghàzi (1933-1939) : agitation, soulèvements tribaux successifs et même putsch militaire. Cet événement singulier a pour effet l’émergence massive des militaires sur la scène politique qu’à maintes reprises, ils accaparent. Si les tenants du coup d’Etat militaire s’inspirent d’idées libérales, constitutionnelles et humaines, ils sont fortement impressionnés par les progrès réalisés en Turquie et en Iran.

130Ainsi leur orientation politique est-elle quelque peu imprégnée des idées de Mustafa Kamal Atatürk. Cela veut dire, sur le plan économique, tenter d’améliorer l’industrie nationale et, dans le domaine de l’agriculture, améliorer les conditions de vie des paysans. Le développement des communications constitue aussi, dans cet esprit, l’une des priorités.

L’affaire assyrienne

  • 85 Yusuf Malek, Le Drame Assyrien, Genève, 1934, pp. 11-14.

131Les Assyriens sont un groupe ethnique issu des Assyriens de l’Antiquité. Après la chute de l’Empire assyrien en 606 avant J.C., un grand nombre d’entre eux s’installe au nord de la capitale, Ninive. C’est durant la deuxième moitié du premier siècle de notre ère qu’ils embrassent le christianisme. Ainsi naît l’Eglise orientale, appelée de nos jours Eglise nestorienne85.

  • 86 Abdul Jabbar Jaid, La vie politique en Irak, 1920-1941, pp. 166-167. D’après "L’Asie française", n° (...)

132Au Xe siècle, ils sont scindés en deux groupes : les Nestoriens et les Jacobites. Les premiers, catholiques, sont appelés "Chaldéens", les seconds – qui se convertiront plus tard à la même foi – se sont dit "Syriens catholiques". Ce peuple parle un dialecte sémitique86. Plus précisément, ils parlent l’araméen, langue sémite.

  • 87 Vernier, op. cit., pp. 86-89.

133D’aucuns affirment que les Assyriens ont, au XVIe siècle, des divergences profondes au sujet de la succession du patriarcat. La tradition veut que cette dignité, qui confère à son détenteur le pouvoir d’être à la tête de la communauté, soit transmise au neveau, le fils aîné de la sœur du patriarche. Ils se réunissent donc à Rome en 1552 et fondent l’Eglise chaldéenne. Quant aux Jacobites, ce sont les adeptes de Saint-Jacques, Jacques Barabée ayant été le fondateur de l’ordre en 54387. (A titre personnel, nous optons volontiers pour cette deuxième version dans la mesure où elle présente une chronologie qui concorde avec les dates citées par plusieurs des références que nous avons trouvées).

134Une partie des Nestoriens (ainsi nommés par les Irakiens, et Assyriens par les Occidentaux. Les deux appellations sont valables) s’installe dans la région des Montagnes de Hakkiari, au sud du Lac de Van, en Turquie. Après le déclenchement de la Première Guerre Mondiale, ils se coalisent avec les Alliés contre la Turquie dans l’espoir d’obtenir, dans leurs montagnes de Hakkiari, l’autonomie que les Anglais leur avait promise.

  • 88 Ibid. Voir aussi : The New-York Times, 20/8/1933. Voir aussi : The British Betraval of the Assyrian (...)

135La guerre terminée, 40 000 Assyriens s’installent au nord de l’Irak et un grand nombre parmi eux s’engagent dans l’armée britannique, plus précisément au sein d’unités particulières appelées Levies (chargées de maintenir l’ordre dans la région et de mater les mouvements kurdes). Les Assyriens n’en seront pas moins déçus : le règlement du différend frontalier irako-turc sous l’égide de la SDN tranche en faveur de la Turquie la question de la souveraineté des montages de Hakkiari88.

  • 89 Malek, op. cit., pp. 20-22.
  • 90 Documents de la SDN, C 400 M.147,1925, VII, p. 90. Voir aussi AAE, Guerre 1939-1945, Vichy, Levante(...)

136La Grande-Bretagne leur affirme cependant avoir obtenu du gouvernement irakien, lors des négociations avec la Turquie sur le problème des frontières, des garanties concernant l’avenir de la minorité assyrienne stipulant notamment qu’une zone du territoire lui soit réservée au nord de l’Irak89. La SDN promet de son côté aux Assyriens une autonomie au nord de l’Irak90.

137Pendant ce temps, les affrontements armés, souvent sanglants opposent les membres assyriens des Levies (unités de l’armée britannique) d’une part à la population de la région et, d’autre part, aux tribus kurdes (les Kurdes étant leurs parents par le sang).

138Néanmoins, force est de constater que la signature du traité du 30 juin 1930 entre la Grande-Bretagne et l’Irak, l’entrée de celui-ci à la SDN en 1932 et la consécration de son indépendance contre le seul engagement signé de protéger les minorités ethniques et confessionnelles, constituent la preuve que les Anglais n’ont pas respecté leurs promesses aux Assyriens. Car, peut-on s’interroger, si ces derniers n’ont pas obtenu l’autonomie promise, au moment où l’Irak était sous mandat britannique et directement soumis à l’administration anglaise, comment serait-il concevable qu’ils l’obtiennent alors que le pays est désormais indépendant ?

  • 91 Edith et E.F. Penrose, Iraq : International Relations and National Development, Londres 1978, pp. 8 (...)

139Les Anglais sont en réalité d’accord avec le gouvernement irakien pour dire qu’il n’y a pas de place pour laisser les Assyriens au nord de l’Irak et y fonder leur état91.

  • 92 Malek, op. cit., p. 34.
  • 93 Vernier, op. cit, , pp. 87-88.

140Le 17 juin 1932, une pétition signée des chefs Assyriens et des Levies est adressée à la SDN et à la puissance mandataire en vue d’obtenir une protection spéciale « avant qu’il ne soit trop tard »92. Et les Levies se soulèvent durant l’été 1932. La révolte est rapidement matée, avec l’aide des Britanniques. Et la Commission Permanente des Mandats de la SDN adopte une résolution qui laisse au gouvernement de Bagdad le soin de régler à sa convenance le sort de ces citoyens irakiens93.

141Ces protestations présentent une signification pour le patriarche de la communauté, Mar Cham’oun (qui signifie "Père Simon"). Le chef spirituel des Assyriens considère en effet que mutineries et désobéissances des soldats assyriens, à l’intérieur des camps et casernes britanniques, constituent des moyens de pression pour amener Londres à satisfaire les revendication assyriennes.

  • 94 Ibid.

142« En 1933, dit Vernier, le ministre de l’Intérieur demande à Mar Cham’oun de renoncer à son autorité temporelle, à défaut de quoi il lui serait interdit de quitter la capitale, Bagdad »94.

  • 95 Al Bazzàz, op. cit., p. 228.
  • 96 Malek, op. cit., p. 53 (Il convient de signaler que l’auteur, Yusuf Malek, est d’origine assyrienne (...)

143En réalité, le gouvernement irakien, qui avait déjà reconnu le patriarcat de Mar Cham’oun, l’invite à Bagdad dans le but de discuter avec lui du projet prévu par les autorités pour la construction de logements destinés aux Assyriens95. Autre objectif escompté de cette convocation : faire signer au patriarche un document attestant sa loyauté au roi, au lendemain de l’indépendance du pays, à l’instar des autres sujets de Sa Majesté. Mais Mar Cham’oun, qui refuse de signer un tel document, refuse également d’obtempérer à la demande des autorités de renoncer à son pouvoir temporel. On lui interdit alors de regagner Mossoul96 : il est résolu à ce que son autorité temporelle soit maintenue, au même titre que son autorité spirituelle ;

144Le refus manifesté par le patriarche de jurer loyauté au monarque et sa séquestration en conséquence à Bagdad, compliquent gravement le problème. Des affrontements armés sont signalés entre ses correlégionnaires et des forces armées du pouvoir central. Le chef des Assyriens est ensuite exilé et déchu de sa nationalité irakienne.

145Car Londres entendait se servir de ces derniers comme d’un moyen de pression contre Bagdad et les avait toujours considérés comme ses forces non-régulières dans la région. Or l’acuité de la divergence entre Mar Cham’oun et le gouvernement incite un grand nombre de ses partisans à exprimer leurs vœux de quitter l’Irak pour les territoires placés sous mandat français, la Syrie plus précisément.

146Cependant, plusieurs centaines d’entre eux rebroussent chemin et traversent le Tigre le 4 août 1933 pour retourner en Irak. Ils annoncent leur intention de déposer les armes. La petite garnison militaire irakienne qu’ils rencontrent ne semble guère vouloir les désarmer par la force. Elle n’en est pas moins prise à partie par les Assyriens de retour et anéantie par eux. Le lendemain, un nombre plus important d’Assyriens traversent le Tigre et prennent d’assaut un camp militaire irakien.

  • 97 The New-York Times, 10,17 et 28/08/1933.

147C’est alors que Bakr Sidqî, commandant des forces armées au Nord, prend la direction des opérations. Il anéantit les assaillants et fait exécuter leur prisonniers capturés par sa police kurde paramilitaire. Devenu maître de la situation, Sidqî est promu au grade de colonel (amîd), qui implique le titre honorifique de Pacha97.

  • 98 The New-York Times, 17,18/08/1933.

148La Grande-Bretagne juge la situation très préoccupante. Et Mac Donald interrompt ses vacances écossaises pour rentrer à Londres, afin de traiter en personne la situation "honteuse" née du "massacre" de centaines d’Assyriens à Simel au nord de l’Irak. L’ambassadeur britannique regagne à son tour son poste dans la capitale irakienne, accompagné de deux conseillers militaires, après s’être entretenu à Londres avec le Premier ministre, Mac Donald et le ministre des Affaires Etrangères, Anthony Eden. Le roi Fayçal, lui aussi, interrompt son séjour en Suisse où il était soigné98.

  • 7 Joseph Yacoub, lui-même d’origine assyrienne, rapporte à ce propos que “dans la nuit du 4 au 5 août (...)

149Le gouvernement irakien accuse les autorités françaises de Syrie (alors sous mandat français) d’être à l’origine des troubles, en réarmant 500 des Assyriens qui s’étaient déjà expatriés en Syrie. Un accord est conclu avec les autorités françaises mandataires qui sont, aux termes de l’accord, chargées de désarmer les combattants assyriens. Auparavant, le général Nùri Pacha Al Saïd, ministre irakien des Affaires Etrangères, s’était rendu à Damas en vue de discuter avec les Français des modalités de l’application de l’accord.7

  • 99 The New-York Times, 10/08/1933. Voir également : Malek, op. cit., p. 53.

150La SDN, pour sa part, adopte une résolution relative aux Assyriens leur assurant l’installation en Irak et l’octroi de terres à ceux d’entre eux qui n’en possèdent pas. Quant au gouvernement irakien, il loue les services d’un expert, le major Thomson, à qui il débloque les crédits nécessaires pour entamer les travaux de construction de logements destinés aux Assyriens. Mais Mar Cham’oun, chef spirituel et politique du groupe, refuse l’appel lancé par le major Thomson à collaborer avec lui en vue d’accélérer les travaux. Certains de ses partisans forment même une bande armée pour entraver l’exécution des travaux de construction. Cependant la majeure partie des personnalités assyriennes admet la résolution de la SDN et accepte le programme du gouvernement irakien. Seul le groupe armé persiste dans son refus et préfère passer aux territoires placés sous mandat français99.

  • 100 The New-York Times, 27/08/1933.

151En quinze ans de présence en Irak, on le voit, les Assyriens se permettent de devenir les outils de l’exploitation étrangère. Mais, dès l’éviction de Mar Cham’oun, ils seront désireux de s’installer dans le pays. Ce sont des travailleurs et des industriels qui, débarrassés de l’emprise et de l’exploitation étrangère, n’auront plus aucune raison de ne pas être des citoyens pacifiques et utiles100.

  • 101 F.O. 371/20014 E.7131, (31/10/1936).

152« L’armée irakienne, dotée d’armements britanniques et formée par une mission militaire britannique, est en conflit avec les Assyriens chrétiens dont nous nous sommes servis durant douze ans pour assurer la garde de nos aéroports car nous ne pouvions compter sur une armée arabe. De sang froid, ils en ont tué plusieurs centaines »101.

153Le point de vue des Anglais sur cette affaire est aussi simple que cela ! Pourtant, il y a bel et bien une rébellion armée qui menace la sécurité dans la région du nord. Un groupe social revendique par esprit séparatiste la partition du pays nouvellement indépendant. Si cette minorité dispose vraiment du droit à l’autonomie, cela ne signifierait-il pas le démembrement de l’Irak en dizaine de petits états pour chacune des minorités qui existent (jusqu’à nos jours d’ailleurs) dans le pays ?

154Et même si la question des Assyriens a été une question douloureuse à bien des égards, il n’en demeure pas moins que le principal artisan de leur drame sont les Britanniques qui leur ont fait miroiter tant d’espoirs mais les ont abandonnés en cours de route.

  • 102 F.O. 371/20010 E.851/93 (30/1/1936). Rapport officiel sur l’Irak pour l’année 1935 (Les Assyriens). (...)

155Une idée se répand ensuite : installer les Assyriens en Guyane française. Pourtant, les Britanniques peuvent leur trouver une place dans l’une de leurs nombreuses colonies. De toute façon, les Français indiquent qu’il n’y a pas de place pour les Assyriens en Guyane et soulignent que c’est un projet irréalisable sur le plan pratique. En revanche, disent les responsables français, il serait préférable d’expatrier les Assyriens vers les territoires sous mandat français. Mais la France refuse de participer aux frais que nécessite une telle opération de relogement. Ce sont finalement les gouvernements irakien et britannique qui se partageront ces frais102.

156Pourtant, les Assyriens avaient beaucoup fait pour les Alliés lors de la Première Guerre Mondiale. Ils en ont même perdu leur patrie d’origine (aujourd’hui, ils vivent pour la plupart en Irak et au Liban). Car jusqu’à cette guerre, la patrie séculaire des Assyriens n’est autre que la Turquie. Ils émigrent pour la Perse avant d’être tentés par les Britanniques à venir en Irak. Leurs hommes sont de bons guerriers et sont pour cette qualité rapidement enrôlés au sein des Levies de l’armée britannique. L’armée britannique s’en sert pour mater les agitations, garder les bases militaires anglaises et, de façon générale, faire valoir l’autorité et le prestige britanniques en Irak. Pour ces raisons, les Assyriens, à n’en pas douter sont à cette époque loin d’être "populaires" en Irak.

157C’est lors de la Conférence de paix de Versailles que les Assyriens, dont le nombre est alors évalué à 30 000, nourrissent l’ambition de se constituer un état indépendant. C’est un rêve qui, à l’évidence, est voué à la désuétude tant il est chimérique et peu réaliste. Il n’en est pas moins ancré dans la tête de nombreux dirigeants assyriens. Cette aspiration inspire bien entendu aux Assyriens le refus de s’intégrer dans la société irakienne. Et, la différence linguistique aidant, la communauté assyrienne n’est pas encline à devenir un élément utile et efficace au sein de la Société. Cela rend, bien sûr, les autres Irakiens méfiants et suspicieux vis-à-vis de cette minorité.

158Avant l’adhésion de l’Irak à la SDN, les Assyriens adressent au Conseil de cette instance une "doléance" dans laquelle ils protestent contre la fin du mandat britannique, par conséquent contre l’indépendance du pays, qui estiment-ils, est de nature à les exposer au danger. Cette attitude ne manquera pas, bien entendu, d’outrer et d’indigner profondément les Irakiens.

159Ainsi, la question de l’installation définitive des Assyriens se révèle être un problème épineux et compliqué. Les autorités irakiennes font de leur mieux en collaboration avec les Britanniques en vue de trouver une terre susceptible d’accueillir les Assyriens ; une terre qui soit à la fois "disponible" et montagneuse pour que ses nouveaux occupants ne se sentent pas trop dépaysés ; Ainsi, entre 1927 et 1932, quelques milliers d’Assyriens sont "sédentarisés". Notons que le projet avait au préalable reçu l’aval des responsables de la Société des Nations.

160Mais le projet a avorté par suite de l’attitude des Assyriens, inspirés des enseignements de leur chef, le patriarche Mar Cham’oun. L’écueil principal auquel se heurte le projet d’installation des Assyriens, c’est la question de savoir si les zones destinées à leur relogement doivent s’imbriquer entre elles pour ne constituer qu’une seule région unie, ou s’il faut les installer dans des zones éparses et disséminées, là où la situation démographique s’y prête.

161Or, le premier "scénario" – qui exaucerait les vœux des Assyriens eux-mêmes – est exclu, dans la mesure où il n’existe pas en régions montagneuses des zones inhabitées suffisamment vastes pour accueillir des milliers de personnes. Une telle perspective nécessiterait l’évacuation et la déportation de milliers de Kurdes dans le but d’adjoindre leur terrain à la future zone assyrienne unifiée ; Ceci aurait des conséquences d’autant plus regrettables que, déjà des affrontements sanglants opposent Kurdes et Assyriens çà et là.

162Ainsi le rêve de ces derniers se dissipera à jamais, basé qu’il est sur une promesse de la Grande-Bretagne, celle-là même qui avait promis aux Arabes le grand royaume arabe uni.

Notes

1 Al Bazzàz, L’Irak, de l’Occupation à l’Indépendance, op. cit., p. 217.

2 F.O. 371/16049, E.5692 (31/10/1932).

3 Ibid.

4 F.O. 371/16049 E.5726 (1/11/1932).

5 Al Hassani, Histoire des ministères irakiens, op. cit., Vol. III, p. 98.

6 F.O. 371/20013/E.6818 (2/11/1936).

7 F.O. 371/16924/E.5519 (Oct. 1933).

8 F.O. 371/16924/E.2595 (9/9/1933).

9 F.O. 371/17870/E.1422 paragraphes 8 à 11 (5/3/1934).

10 F.O. 371/17858/E.1832 (20/3/1934).

11 Ministère Irakien des Affaires Etrangères, Récapitulatif de l’ensemble des traités et accords conclus entre l’Irak et la Grande-Bretagne, Vol. IV, p. 149.

12 Du nom d’un quartier de Bagdad, as-Selaîkh, où habiteraient Rachid Âli Al Gailàni et Hikmêt Suleïman, et où ont eu lieu ces réunions.

13 Al Hassani, op. cit., p. 47.

14 F.O. 371/18945/E.3731 paragraphe 3 (17/6/1935).

15 Dr Fadhel Hussein, Histoire du Parti Nationaliste Démocratique, Bagdad, 1963, p. 10.

16 F.O. 371 /20010/E.851/93, Annual Report, 1935, paragraphe 2 (30 janvier 1936).

17 Al Hassani, op. cit., Vol. IV (texte intégral de l’accord) pp. 160-162.

18 Ibid.

19 F.O. 20010, op. cit., de barnes (à Bagdad) à Eden (à Londres).

20 Ibid.

21 F.O. 371/20015/E.2605 (5/5/1936).

22 F.O. 371/20015/E.2853 (14/5/1936).

23 F.O. 371/20017/E.4057/3089/93, (19/6/1936), paragraphes 8-19.

24 Ibid, paragraphes 12,18 et 24.

25 F.O. 371/20010, Annual Report 1935, op. cit., paragraphe 10.

26 Hanna Battatu, The Old Social Classes and the Revolutionnary Movements of Iraq, New Jersey, 1970, p. 27.

27 F.O. 371 /20013/E.6783, (29/10/1936).

28 F.O. 371 /20013/E.6784, (29/10/1936). Voir également le New-York Times du 30/10/ 1936.
A propos de cette question (le roi savait-il ou non ?), un témoignage sera apporté bien plus tard par un vieillard encore vivant de nos jours. Abboud Al Dujaili était préposé à la centrale téléphonique de Bagdad le jour du coup d’Etat. Il affirmera qu’une heure environ après le bombardement du Sérail (le siège du gouvernement), Bakr Sidqî, appelant “d’un endroit situé quelque part entre Bagdad et Kirkuk, obtient une communication avec "le Palais des Roses" (Qasr az-Zohhoir, le palais royal) et demande à parler au roi en personne. Al Dujaili serait alors resté à l’écoute (en raison, dira-t-il pour justifier cette intrusion acoustique, de la gravité de la situation dans le pays ce jour-là) et aurait enendu Sidqî dire au roi :
"Seigneur, nous n’avons rien contre la couronne, Que Votre Majesté soit donc rassurée. Tout ce que nous voulons c’est débarrasser le pays de la corruption et de l’aliénation à l’étranger".
Le témoignage de l’employé des téléphones confirme donc les thèses des historiens qui excluent que le roi Ghàzi ait été informé d’avance du coup d’Etat de Sidqî (voir Nadjdêt Fathi Safouêt : Méditations et Paroles sur l’Histoire, Bagdad, 1983, en marge de la page 95). Pour sa part, le docteur Sinderson, médecin à cette époque de la famille royale, raconte dans ses mémoires s’être rendu le matin du putsch dans les appartements du roi. "Je l’ai trouvé, dit le docteur, arpentant la terrasse dans un état d’extrême colère et de grande nervosité. Il était ceint d’une ceinture à fourreau d’où dépassait ostensiblement un revolver. Je n’avais jamais vu le roi porter une arme à l’intérieur-même du palais, à l’exception d’une seule fois..."
Sinderson ajoute qu’en auscultant le cœur du roi à l’aide du stéthoscope, il l’entendit palpiter bien plus rapidement que d’habitude. "Je n’avais jamais douté, dit le médecin, que le roi savait d’avance pour le coup d’Etat. Je pensais que son seul tracas était d’appréhender une contre-mesure défavorable. Ma femme, qui m’avait accompagné, prenait le café avec la reine Alia et les autres dames de la famille royale. J’ai rejoint plus tard l’aile des femmes et eu la très nette impression que la reine Alia (confidente très intime de son mari, le roi Ghàzi, qui lui confiait tous ses secrets, y compris ses aventures amoureuses qu’elle pardonnait avec générosité) était parfaitement au courant du coup d’Etat. Bien qu’elle ait dissimulé ses émotions, moi qui connaissais bien ses humeurs et ses états d’âme, j’ai deviné son angoisse..." (In Sinderson Pasha, Sir Harry, Ten Thousand and One Nights, Londres, 1973, p. 157).
La conclusion du docteur Sinderson semble donc basée sur des déductions intuitives inspirées de faits virtuellement stochastiques. Peut-être a-t-il raison. Peut-être qu’il se trompe. Nul ne le saura, car il n’existe aucune preuve qui établit sans l’ombre d’un doute que le roi savait pour le coup d’Etat, ni aucune preuve du contraire.

29 F.O. 371/20015 E.7627/1419/93, (26/11/1936).

30 Ibid, le 11/12/1936.

31 F.O. 371/20013 E.6784, op. cit.

32 Abdel Rahmàn Al Bazzàz, L’Irak, de l’Occupation à l’Indépendance, op. cit., p. 252.

33 F.O. 371/20013 E.6797, (30/10/1936).

34 F.O.E.6784, op. cit. Voir également : Great-Britain Naval Intelligence Division, Iraq..., op. cit., p. 303.

35 New-York Times, 15/8/1937.

36 F.O. 371/20014 E.7201, (4/11/1936).

37 Times, Londres, 2/11/1936. Le journal prévoit également pour Sidqî un avenir de dictateur semblable à celui d’Atatürk.

38 A propos du rapport entre le Parti Communiste Irakien et le coup d’Etat, voir Hanna Battatu, op. cit., pp. 439-449.

39 F.O. 371/20014 E.6815, (29/10/1936).

40 Najdat Fathï Safwat, L’Irak à travers les mémoires des diplomates étrangers, op. cit., pp. 101-102 (mémoires de Fritz Grobba, chargé d’affaires puis ministre plénipotentiaire d’Allemagne en Irak, de 1933 à 1939 et en mai 1941).

41 F.O.E.6797, op. cit.

42 F.O. 371/20013 E.6906, (31/10/1936).

43 F.O. 371/20013 E.6814, (30/11/1936).

44 F.O. 371/20006 E.5962/375/93. Extrait du procès-verbal de la réunion du Conseil des Ministres (britannique) du 18/9/1936.

45 F.O. 371/20013 E.6945, (6/11/1936).

46 Ibid, 10/11/1936.

47 Najdat Fathi Safwat, op. cit., pp. 113-116.

48 F.O. 371/20010 E.7605, (21/11/1936).

49 Ibid.

50 F.O. 371/20014 E.7131, (13 et 19/11/1936). Cette "information" est contestable. Al Ahàly paraissait déjà depuis de nombreuses années et avait obtenu des gouvernements précédents l’autorisation de publier.

51 F.O. 371/20014E.7315, (20/11/1936).

52 Ibid.

53 Ibid.

54 F.O. 371/20013 E.8008/1393/93, (10/12/1936). Rapport sur la situation générale du commerce en Irak en cette fin de l’année 1936.

55 Ibid.

56 F.O. 371/20014 E.7318, (15/11/1936).

57 Ibid.

58 Najdat Fathi Safwat, op. cit., p. 128. Entretien du Docteur Saêb Chawkat, Président du "Club Nationaliste al-Mùtanabbi", au chargé d’affaires allemand à Bagdad.

59 In le journal Al-Mùstaqbal (L’Avenir), du 8 avril 1939, Bagdad.

60 Ma’an Hamdàn Ali, Mort de Ghàzi, Deouzem roi d’Irak in la revue "Al-Balàgh" (Le Manifeste), n° 5, p. 48, Bagdad 1976.

61 Dr Lotfi Jaafar Faraj, Le roi Ghàzi, pp. 244-245, Bagdad, 1987.

62 The Evening News, 5/4/1939.

63 Najdat Fathi Safwat, op. cit., p. 137 (Mémoires du chargé d’affaires allemand à Bagdad). Voir aussi : F.O. 371/23201 E.2820, (11/4/1939).

64 F.O. 371/23201 E.2820, (11/4/1939), Despatch British Embassy, Bagdad. Voir aussi : The New-York Times, 5/4/1939.

65 The Daily Mail, 5/4/1939.

66 F.O. 371/23276 E.2496, (5/4/1939).

67 In le journal As-Sijill (Le Registre), 5/4/1939.

68 Abbàs Attîya Jabbàr, L’Irak et la cause palestinienne, 1932-1949, thèse de doctorat, p. 233. Faculté des Lettres, Université de Bagdad, 1979.

69 Dr Lotfi Jaaafar Faraj, op. cit., p. 249.

70 Najdat Fathi Safwat, op. cit., p. 138 (Mémoires du chargé d’affaires allemandes en Irak).

71 F.O. 371/24559 E.500/93, (5/2/1940), Rapport intitulé Review of General Iraq Attitude During 1939.

72 F.O. 371/23276, op. cit.

73 The Manchester Guardian, 5/4/1939.

74 London, Times, 5/4/1939.

75 F.O. 371/20014 E.7389, (25/11/1939).

76 F.O. 371/20017 E.3984, (20/7/1936) (Possible Alternative to the Présent King oflraq).

77 F.O. 371/23200 E.2449, (3/1/1938) (Note on the Recent Change of Government in Iraq).

78 F.O. 371/20014 E.7147, (4/11/1936).

79 F.O. 371/20795 E.66, (23/12/1936).

80 F.O. 371/23200 E.448, (11/1/1939).

81 F.O. 371/21847 E.7905, (27/12/1938.

82 Voir Batatu, op. cit., p. 344.

83 The New-York Times, 9/4/1939.

84 Parmi les documents "disparus" mais dont les références figurent dans des documents "maintenus", on peut citer, en guise d’exemples :
 – Despatch (British Embassy-Bagdad to Viscount Halifax), Date 16/1/1939, n° 16. ;
 – Telegram (F.O.) to (Iraq), n° 38 : Warning to General Nùri ;
 – Telegram (A4. Peterson to F-O.), n° 56.
 – Telegram (British Embassy-Bagdad to Viscount Halifax) date 22/3/1939, n° 32 ;
 – Telegram (Mr Houstoun Boswall to F.O.) 4/4/1939, n° 108 : Political Situation in Iraq.

85 Yusuf Malek, Le Drame Assyrien, Genève, 1934, pp. 11-14.

86 Abdul Jabbar Jaid, La vie politique en Irak, 1920-1941, pp. 166-167. D’après "L’Asie française", n° 115, 1919, p. 190. Thèse de Doctorat, Université de Paris III, 1988.

87 Vernier, op. cit., pp. 86-89.

88 Ibid. Voir aussi : The New-York Times, 20/8/1933. Voir aussi : The British Betraval of the Assyrians, pp. 158-160.

89 Malek, op. cit., pp. 20-22.

90 Documents de la SDN, C 400 M.147,1925, VII, p. 90. Voir aussi AAE, Guerre 1939-1945, Vichy, Levante, n° 161. Assyriens d’Irak.

91 Edith et E.F. Penrose, Iraq : International Relations and National Development, Londres 1978, pp. 83-84.
Voir également : Pierre Rondot, The changing patters of the Middle East, New-York, 1961, p. 84.

92 Malek, op. cit., p. 34.

93 Vernier, op. cit, , pp. 87-88.

94 Ibid.

95 Al Bazzàz, op. cit., p. 228.

96 Malek, op. cit., p. 53 (Il convient de signaler que l’auteur, Yusuf Malek, est d’origine assyrienne).

97 The New-York Times, 10,17 et 28/08/1933.

98 The New-York Times, 17,18/08/1933.

99 The New-York Times, 10/08/1933. Voir également : Malek, op. cit., p. 53.

100 The New-York Times, 27/08/1933.

101 F.O. 371/20014 E.7131, (31/10/1936).

102 F.O. 371/20010 E.851/93 (30/1/1936). Rapport officiel sur l’Irak pour l’année 1935 (Les Assyriens). Voir également Joseph Yacoub, op. cit., p. 116.

Notes de fin

1 Les Yazîdiyeh, secte religieuse considérée comme hérétique (bien qu’issue de l’Islam) dans la mesure où elle défie son fondateur, Yazîd. La communauté est établie au nord de l’Irak.

2 Bakr Sidqî est né en 1890 de parents kurdes. Ce fut à l’Ecole militaire turque à Istanbul (alors capitale de l’Empire ottoman) qu’il apprit les sciences martiales. Dès la constitution de l’Etat irakien, il rejoignit l’armée irakienne. Il fut à la tête de l’expédition militaire qui, en 1933, fut chargée de mater la rébellion des Assyriens venus s’installer en Irak en provenance de la Syrie (on lui prête d’ailleurs d’avoir organisé un massacre d’Assyriens à Samil). Deux ans plus tard, en 1935, il réprima l’insurrection des tribus du Moyen-Euphrate.

3 Atatürk : surnom (père des Turcs) donné à Mustafa Kamal.

4 Il s’agit de Salàheddine as-Sabbagh, Fahmi Saïd, Kamel Chebîb et Mahmoud Salman. Le quatuor se forme en 1928 et sera rejoint par de nombreux autres officiers jusqu’en 1933, grâce, notamment, à la promotion des quatre fondateurs. Ces derniers occuperont en effet des postes leur permettant d’exercer une influence grandissante sur les autres hommes, en particulier dans l’enseignement et la formation militaire. L’organisation établit un programme d’action appelé "Charte Nationaliste Arabe". Ce manifeste est fondé sur la libération de l’Irak et des autres pays arabes de toute influence étrangère et sur l’unification des pays arabes. "Panarabe” (c’est-à-dire relativement à la Nation Arabe), par opposition à "patriotique", relativement à la patrie.

5 Abdallah était le grand-père de l’actuel roi de Jordanie, Hussein.

6 Le New-York Times du 15/8/1939 révélera que le gouvernement irakien aura accepté de verser à la veuve du consul tué à Mossoul la somme de 20 000 livres sterling (environ 93 600$).

7 Joseph Yacoub, lui-même d’origine assyrienne, rapporte à ce propos que “dans la nuit du 4 au 5 août, revenant en Irak chercher leur famille, ils trouvèrent les Assyriens. La route barrée par l’armée irakienne à Faishabour. Des fusillades éclatent. Du 7 au 15 août des massacres sont perpétrés par les troupes du colonel Békir Sidqî”. Voir Joseph Yacoub, La question assyro-chaldéenne, les puissances européennes et la Société des Nations, dans Guerres mondiales et Conflits contemporains, n° 151, p. 115, Paris, Juin 1988.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search