Version classiqueVersion mobile

L’émergence d’un État à l’ombre d’un empire

 | 
Majid A. Majid

Deuxième Partie. Les différents aspects des relations irako-britanniques

Chapitre II. L’aspect économique : La Grande-Bretagne et le pétrole irakien

Texte intégral

  • 1 Abbass bdul Majid, OU Diplomacy in the Bear East, Ph. D. Thesis. (Thèse de doctorat) University of (...)

1Jusqu’au XIXe siècle, la Grande-Bretagne n’a guère de politique pétrolière bien définie. Même au début de ce siècle, sa flotte est propulsée par l’énergie du charbon. Mais c’est Lord John Fisher qui, le premier, décèle l’importance du pétrole comme carburant pour l’armada de Sa Majesté. Entre 1904 et 1911, alors "First Sea Lord" ("Premier amiral"), Fisher s’acharne à attirer l’attention du gouvernement de Londres sur la nécessité d’utiliser le pétrole pour mouvoir les bâtiments de guerre1.

  • 2 Ministère des Affaires Etrangères. Paris. Série E. Levant 1930-1940, p. 46.

2Il forme ensuite une commission chargée de rechercher des sources régulières d’approvisionnements pétroliers pour la marine anglaise. Cette instance recommande l’intervention du ministère de la Marine en faveur d’Arcy et contre les intérêts pétroliers allemands, hollandais et américains. Car ce même d’Arcy – qui, en 1901, avait obtenu du Chah de Perse une concession pour 60 ans2 – est à ce moment au bord de la faillite, tant sont onéreuses et globales les prospections qu’il a faites. Il négocie donc la revente de sa concession au profit d’une compagnie pétrolière. En accord avec lui, le ministère de la Marine ordonne à la firme britannique British Oil Company (BOC) d’œuvrer le rachat de cette concession.

  • 3 Benjamin Shawdran, The Middle East OU and Great Powers, Jérusalem, 1973, p. 17. Voir aussi : Thobie (...)

3Grâce à cette intervention, d’Arcy, devenu directeur général de la BOC, parvient à parfaire ses prospections jusqu’à la découverte, en 1908, de gisements pétrolifères contenant des quantités de pétrole suffisantes pour une exploitation rentable. Le 14 avril 1909, sur une proposition du ministère de la Marine et sous son contrôle, est née l’Anglo Persian Oil Company (APOC)3.

4Ultérieurement, de 1912 à 1915, Churchill est à la tête du ministère de la Marine. Il adopte l’idée de Lord Fisher et c’est sous son ministère que la Royal Navy passe de l’"ère" du charbon à l’époque du pétrole. Il dépêche durant son "règne" une mission d’experts en Perse pour étudier de près les potentialités de l’APOC.

  • 4 Marian Kent, OU and Empire, British Policy and Mesopotamian Oil, 1900-1920, Londres, 1976, p. 48.

5A l’issue de la visite qu’elle a effectuée dans la région, la mission conclut dans son rapport que ses réserves pétrolières suffisent à subvenir aux besoins de la marine britannique4.

6Mais la Grande-Bretagne entend élargir la concession de l’Anglo-Persian de manière à couvrir des territoires irakiens. Elle veut en l’occurence profiter du contentieux frontalier entre la Perse et l’Empire ottoman. Il est en effet prévu que certains territoires persans doivent passer sous la souveraineté ottomane. Londres œuvre pour accélérer et consolider ce transfert dans l’espoir de trouver en Irak un point d’appui pétrolier.

  • 5 Ministère des Affaires Etrangères, Paris, op. cit., p. 46.

7Le 17 novembre 1913, un protocole d’accord sur le tracé des frontières est signé entre les deux empires. En vertu de cet engagement, une petite partie du territoire persan visé par la concession d’Arcy est annexée à l’Empire ottoman. D’une superficie totale d’environ 800 miles carrés, cette bande de terrain sera appelée "territoire transféré" (transferred territories). Le protocole stipule que la concession d’Arcy, exploitée par l’APOC, sera maintenue en vigueur sur cette zone5.

  • 6 Les motivations de l’accord pétrolier entre le gouvernement et l’APOC, article paru dans le journal (...)

8La commission élabore une annexe au protocole selon laquelle le gouvernement ottoman reconnaît la légalité de la concession d’Arcy, son maintien en vigueur sur le territoire transféré, et s’engage à n’octroyer aucune autre concession pétrolière sur cette zone à aucune personne, physique ou morale. Cette annexe accorde par ailleurs au gouvernement ottoman les mêmes droits et redevances accordés auparavant au gouvernement persan sur ce même territoire en vertu de la concession d’Arcy. Le gouvernement ottoman reconnaîtra également à la compagnie le droit d’installer un oléoduc reliant ce territoire transféré au Golfe6. Cette situation octroyant des droits à l’APOC dans des territoires ottomans, celle-ci revendiquera l’obtention d’actions au capital de la Compagnie Turque des Pétroles (Turkish Petroleum Company).

La Grande-Bretagne et la Compagnie Turque des Pétroles

  • 7 Bouda Etemad, Pétrole et développement, Irak, Vénézuela, Iran, 1900-1973. Université de Genève (col (...)
  • 8 André Nouschi, Luttes pétrolières au Proche-Orient, Paris, 1970, pp. 24-25.

9Au début du siècle, des ingénieurs allemands obtiennent l’assistance de leur gouvernement au développement qu’ils entreprennent des champs pétrolifères irakiens. La Société du Chemin de Fer Ottoman d’Anatolie, filiale de la Deutsche Bank, élabore un projet qui consiste à desservir ces champs par des moyens de communication. En 1903, cette compagnie signe avec le gouvernement ottoman un accord sur la construction et l’exploitation d’une voie ferrée entre Konya et Bassorah via Bagdad. Selon cet accord la firme allemande se réserve le droit d’exploiter toute mine qui serait découverte dans une bande large de 20 km de chaque côté du chemin de fer7. Et, en 1904, l’entreprise signe avec le Trésor Spécial – (il s’agit du fonds particulier du sultan Abdul-Hamid) – un contrat par lequel elle s’engage à effectuer les prospections primaires des champs pétrolifères des wilayas de Bagdad et de Mossoul en l’espace d’une année. Si, à cette échéance, elle désire exploiter le fruit de ses recherches, le contrat stipule qu’elle le pourra, mais au terme d’un accord spécial à conclure le cas échéant, avec le Trésor Spécial qui, selon ce contrat, devra contrôler une telle exploitation8.

10La Grande-Bretagne, évidemment, pressent la menace que constitue le projet allemand pour ses intérêts politico-économiques au Golfe, en Perse du Sud et en Inde. Mais les réformateurs du mouvement “Jeunes Turcs", qui prennent le pouvoir en 1908, se montrent plus réceptifs aux thèses anglaises. Grâce à cette bienveillance, Londres parvient à occuper une place de premier ordre sur le plan commercial en pays ottomans. Ainsi, en 1910, la Banque Nationale Turque (The National Bank of Turkey) voit le jour avec des capitaux anglais et la bénédiction du gouvernement britannique.

  • 9 Abdel-Fattah Ibrahim, Sur la route des Indes, Bagdad, 1935, p. 179.

11Cette réalisation est due en particulier aux efforts d’un financier anglais d’origine allemande, Sir Ernest Cassel, qui, avec l’aide de son collaborateur Gulbenkian, s’emploie à encourager les investissements britanniques dans l’Empire ottoman. Tous deux réalisent qu’il n’est point de solution acceptable au problème de la multiplicité des prétentions et des convoitises sur le pétrole irakien à moins de "composer" avec les intérêts allemands, représentés par la Deutsche Bank.9

  • 10 Ibrahim Yuzbek, Le pétrole, esclavagiste des peuples, Beyrouth, 1934, p. 90.

12Sur ordre du gouvernement britannique, des négociations sont entamées entre celle-ci et la Banque Nationale Turque. Elles se terminent en 1911 par la création d’une Société britannique appelée The African and Eastern Concessions Limited Company. Le capital de 50 000 Livres de cette société, basée à Londres, appartient pour 25 % à la Deutsche Bank et 75 % à la Banque Nationale Turque. En 1912, la compagnie est rebaptisée The Turkish Petroleum Company (TPC) et son capital augmenté à 80 000 Livres10, et les proportions du capital changent au détriment de Sir E. Cassel et de Gulbenkian et au profit des intérêts britanniques (45 %).

  • 11 Nouschi, Luttes pétrolières, op. cit., p. 53.

13Elle subira par la suite de grandes pressions de la part du gouvernement britannique qui entend la contrôler par l’achat massif de ses actions. De longs pourparlers déboucheront sur "l’accord du Ministère des Affaires Etrangères" (The Foreign Office Agreement) qui consacrera le contrôle britannique sur la TPC11.

  • 12 Arnold T. Wilson, La Mésopotamie entre eux loyautés. Traduction arabe de Fouàd Jamil, Bagdad, 1969, (...)

14Le déclenchement de la Première Guerre Mondiale rend nécessaire pour la Grande-Bretagne la protection des installations pétrolières en Perse afin de parer à tout danger éventuel du côté des Turcs ou des Allemands. A cette fin, Londres dépêche à Barhein un détachement venu des Indes avec pour mission la défense de ces installations en cas d’alerte. Mais, alors que la guerre vient d’être déclarée entre la Grande-Bretagne et la Turquie, ces unités prennent l’initiative d’occuper Bassorah, puis continuent leur progression pour investir l’ensemble du territoire irakien. Lors de l’armistice de 1918, ces forces n’occupent pas encore la ville de Mossoul, au nord de l’Irak. Cependant l’intérêt croissant du pétrole – constat confirmé par les impératifs de la guerre qui vient de s’achever – incite vivement le commandement de ce détachement à poursuivre son avance vers Mossoul malgré l’armistice, car le gouvernement britannique est déterminé à étendre son autorité sur un maximum de territoires recèlant des richesses pétrolières, dont la wilaya de Mossoul. Ainsi les forces britanniques investissent Mossoul non seulement en dépit de l’armistice déjà signé mais aussi en violation de l’accord franco-anglais de Sykes-Picot qui prévoit la soumission de cette province à l’influence française12.

  • 13 Khorshid Mohammed AI Naqîb, Abrégé géologique de la zone Sud-Kirkuk. Deuxième congrès arabe du pétr (...)
  • 14 Arnold T. Wilson, op. cit., Tome I, p. 135.

15Le pétrole, on le sent, joue donc un rôle moteur dans la politique irakienne de la Grande-Bretagne qui, dès le début de ce siècle, fait prospecter les potentialités pétrolifères du sol irakien par des experts britanniques13. Même la composition de l’expédition anglaise trahit une volonté d’hégémonie sur les champs de pétrole d’Irak : elle comprend nombre de géologues et de fonctionnaires de l’APOC et de SHELL14.

  • 15 Salim Taha Al Tikrîti, La bataille pétrolière en Irak, Bagdad, 1952, pp. 70-73.
  • 16 F.O. 371/10085, pp. 82-85, Mesopotamia Geological Surveys Carried out by Captain Noble and Captain (...)

16Durant et après la grande guerre, certains de ces cadres ont le statut d’officier de l’armée britannique. Après avoir entrepris des prospections exhaustives dans différentes régions en Irak, quelques-uns seront chargés de missions politiques, d’autres désignés gouverneurs administratifs dans les régions pétrolières afin de leur permettre de mieux les étudier15. Ceux-là jouiront alors d’avantages et de facilités particuliers, arguant de leur statut de fonctionnaires au service des autorités locales ; les autorités britanniques leur accorderont toutes sortes de permis et de sauf-conduits, tandis que les activités des agents des compagnies américaines seront largement entravées, voire interdites16.

  • 17 Centre National des Archives, Bagdad, Telegram from Churchill to Cox, 20/08/1921. Numéro 1/1 aux do (...)

17La conjoncture internationale, cependant, empêche la Grande-Bretagne de mettre en application son dessein de briguer l’exclusivité sur le pétrole irakien. Londres doit, en effet, ménager à la fois Paris – en contrepartie de sa renonciation à la province septentrionale de Mossoul – et Washington, qui proclame la politique de "la porte ouverte". Ainsi, lors de la constitution de l’Etat irakien en 1921, le gouvernement britannique ordonne à son haut-commissaire à Bagdad d’obtenir du roi Fayçal l’engagement écrit d’accepter une formule définitive du traité irako-britannique, qui permette à l’Angleterre d’honorer ses engagements internationaux et qui garantisse l’égalité des chances commerciales en Irak pour tous les pays étrangers17.

  • 18 Centre National des Archives, Bagdad, dossier n° Z/2,1926, feuillets 15-16.
  • 19 Ireland : "Iraq...", op. cit., p. 268.

18Le premier traité irako-britannique, élaboré ultérieurement, inscrit l’octroi de concessions pétrolières dans le cadre de compétences du haut-commissaire anglais, alors que l’article 4 exhorte le roi d’Irak d’émettre des orientations et des recommandations sur tout ce qui concerne les engagements et les intérêts internationaux et financiers du gouvernement britannique. L’octroi de concessions, estime-t-on alors à "Dar el-Itimad" (le siège du haut-commissariat britannique à Bagdad), relève des dispositions de cet article, exception faite des concessions jugées tout à fait mineures. Le haut commissariat se réserve par conséquent le droit d’être consulté à propos de toute requête soumise au gouvernement irakien en matière de concession18. Mais les pressions exercées par le gouvernement des Etats-Unis auront pour conséquence l’élaboration de l’article 11 qui confirmera "l’égalité totale" sur le plan économique en Irak pour tous les ressortissants des pays membres de la SDN, y compris les entreprises19.

Premier accord pétrolier avec le gouvernement irakien en 1925

19Cet accord engage initialement la TPC à verser en guise de royalties à l’Irak 20 % des bénéfices nets de l’exportation de la concession. Mais ces redevances seront modifiées : 4 shillings or par tonne exportée de pétrole. Sur le plan des limites géographiques, la concession, en vertu de cet accord, englobe l’ensemble du territoire irakien à l’exception du territoire transféré (voir carte n° 3) et de la région de Bassorah, au Sud.

  • 20 Khalîl kenna, L’Irak, entre le passé et l’avenir, mémoires de K. Kenna, ancien ministre irakien, Be (...)

20La compagnie s’engage d’autre part à entamer les forages dans un délai de trois ans et à choisir, durant les 32 mois suivant la signature de l’accord, 24 zones d’exploitation de 8 miles carrés chacune. Elle doit par ailleurs, au nom du gouvernement irakien proposer 24 autres sites à acquérir par voie de surenchères par les compagnies qui le désirent. Il s’agit là d’ouvrir la voie devant les Etats-Unis, qui prônent la politique de "la porte ouverte", et de permettre aux compagnies américaines d’accéder à l’exploitation du pétrole d’Irak20.

  • 21 Ministère des Affaires Etrangères, Paris, op. cit., p. 46.

21Le gouvernement irakien, par cet accord, reconnaît les droits de la TPC sur le territoire irakien jusqu’au 27 mai 199621.

22Mais, malgré la conclusion de l’accord et l’ébauche des forages par la compagnie, les parties concernées ne semblent manifester aucun intérêt à la répartition de leur quota. A cela une raison : il convient, juge-t-on dans les états-majors des compagnies pétrolières occidentales candidates à l’exploitation du pétrole irakien, d’attendre jusqu’à ce qu’un statut définitif soit conféré à la wilaya de Mossoul.

23Après l’annexion de celle-ci définitivement à l’Irak, les actions sont, en effet, réparties ainsi :

  • 23,75 % pour la d’Arcy Company ;
  • 23,75 % pour l’Anglo-Saxonne ;
  • 23,75 % pour la Compagnie Française des Pétroles ;
  • 23,75 % pour la Near East Development Corporation (Etats-Unis)
  • 5 % pour les Participations and Investments Limited, une entreprise appartenant à Gulbenkian22.

CARTE N° 3

CARTE N° 3

La concession des régions

  • 23 Ministère des Affaires Etrangères, Paris, op. cit., p. 47.
  • 24 Khalil Kenna, op. cit., p. 139.

24En 1929, la TPC est rebaptisée IPC. Sa direction est aux mains des Anglais23. Les actionnaires étant d’accord sur leur quote-part et la concurrence définitivement exclue, la Compagnie, réalisant l’existence de quantités gigantesques de gisements dans la zone de concession, entreprend de revendiquer la modification de celle-ci. Il s’agit pour la Société d’obtenir l’abrogation de la clause restrictive (qui impose le choix de sites bien définis) et d’étendre en conséquence la concession sur la totalité du territoire. Elle y parviendra en 193124.

Le conflit franco-britannique sur le tracé de l’oléoduc reliant l’Irak à la Méditerranée

  • 25 Correspondance du Directeur Général de la Compagnie en Irak au secrétaire du roi Fayçal, en date du (...)
  • 26 F.O. 371 E/14503 (15/1/1930). De Cadman (alors président de la compagnie) au sous-secrétaire d’Etat (...)

25Comme précisé précédemment dans ce chapitre, la TPC, change de nom. Elle devient le 8 juin 1929, l’IPC25. Le ministère anglais des colonies (Colonial Office) prône des mesures à prendre lors de l’élaboration du nouveau traité (celui de 1930), en vue de préserver les intérêts britanniques. Il appelle également à ce sujet, au maintien de l’esprit et du contenu des clauses du traité de 1922 touchant ces intérêts26.

  • 27 De l’IPC au Ministre irakien des Communications et des Travaux Publics, en date du 30 décembre 1929 (...)

26Le 30 décembre 1930, le ministère britannique soumet un projet pour un nouvel accord dans le but de modifier la concession pétrolière. Ce projet annule toute possibilité de concurrence et abroge la clause stipulant l’engagement par la compagnie à construire une ligne de chemin de fer parallèle au futur oléoduc27 (les gouvernements irakien et britannique préconisent Haïfa, en Palestine, comme terminal de cette ligne de chemin de fer, tandis que le gouvernement français veut qu’elle traverse les territoires qu’il domine pour se terminer à Tripoli, au Liban).

  • 28 F.O. 371 E/5000/51/93 (16/9/1930). Pour le pipe-line voir aussi : Hussain Mohamed, La politique bri (...)

27Londres, peut-on constater, entend donc impérativement éviter le passage du pipe-line dans les territoires placés sous l’influence française afin de parer à toute répercussion éventuelle de la politique pétrolière de Paris sur le fonctionnement de l’oléoduc28. “Le Journal" du 4 octobre 1930 commentera : « Le gouvernement britannique a ouvert un prêt en faveur d’une entreprise spécialisée pour mener des études sur la construction d’une voie ferrée entre Bagdad et Yafa (alias Jaffa, en Palestine ; mais il s’agit d’une erreur du journal qui a substitué Yafa à Haïfa)...

28Cette ligne de chemin de fer devra traverser les territoires sous mandat britannique, c’est-à-dire le désert, puis bifurquera vers la Jordanie au sud avant de remonter vers Haïfa.

29On peut donc s’interroger sur le sens de cette curieuse sinuosité, ces étranges méandres. Il s’agit en réalité de faire en sorte que cette ligne ne traverse pas les territoires sous protection française. Car, en fait, cette ligne de chemin de fer cache une voie d’acheminement du pétrole de Mossoul vers la Méditerranée. C’est là la question qui intéresse la France.

  • 29 F.O. 371 E/5452/51/93 (9/10/1930).
    Voir également : André Nouschi, Pipe-lines et politiques au Proc (...)

30« La France, poursuit Le Journal, considère que cette trop longue ligne de 2000 km pourrait être écourtée de moitié en la faisant traverser par la Syrie avec pour terminus Tripoli. Notre pays détient 25 % du pétrole de Mossoul. Ceci suffit amplement à revendiquer le passage de la ligne par les territoires d’obédience française... Nous aurons notre mot à dire lorsque l’Irak sera candidat à l’adhésion à la SDN, et notre voix pèsera sur les décisions » 29.

  • 30 F.O. 371 /14510/E1718 (20/2/1930) From the Minister of Communications and Work to the Council of Mi (...)

31Sur le conseil d’un des conseillers de l’IPC, le ministre irakien des Communications et Travaux publics invite son gouvernement à s’en tenir à l’accord originel. Car, argue-t-il, les nouvelles propositions ne méritent pas de supplanter la politique d’ouverture ni d’abandonner les efforts en vue d’aplanir les difficultés survenues. Et, surtout, l’Irak n’a aucun intérêt à ce que ses ressources pétrolières soient monopolisées par une seule compagnie30.

  • 31 F.O. 3716/14510/E 940 (23/1/1930) Note on possible alignement of transdesert pipe-line System from (...)

32Cependant, le président Cadman est soucieux d’exaucer les vœux du gouvernement de son pays (la Grande-Bretagne), mais ne peut prendre de mesures en sa faveur. C’est pour le chef de l’IPC, un dilemme d’autant plus embarrassant que les experts de la Compagnie viennent d’établir qu’une ligne méridionale (vers Haïfa) serait bien plus coûteuse qu’une ligne septentrionale (vers Tripoli). Aussi, le 23 janvier 1930, le président Cadman appelle-t-il le gouvernement britannique à accepter l’idée d’une ligne vers Tripoli et à s’en assurer la maîtrise par d’autres moyens. Il invite Londres également à s’appuyer sur la position qu’elle occupe en Irak pour trouver une solution globale qui servirait ses objectifs stratégiques au Proche-Orient : il s’agit d’accélérer le processus de l’indépendance de l’Irak, ce qui, par ricochets, aiderait la Syrie à obtenir la sienne dans la perspective de l’unité avec l’Irak sous le règne du roi Fayçal. Car, estime-t-il, il est indispensable que, le cas échéant, les Syriens ne s’empressent pas à leur tour de revendiquer leur indépendance à l’instar des Irakiens, surtout que plus de la moitié des fonctionnaires arabes occupant des postes clés à Bagdad sont soit d’origine syrienne, soit liés à la Syrie31.

33En guise de prémisses dans cette voie, Cadman invite le gouvernement britannique à œuvrer afin de faire conclure un traité entre l’Irak, d’une part et, d’autre part, les pays par où passera l’oléoduc pour assurer sa protection contre d’éventuelles attaques des tribus arabes, irréductibles et difficiles à dompter par les gouvernements locaux. Ceci, pense le président de l’IPC, apporterait un appui diplomatique à la compagnie qui, en cas de besoin, pourrait offrir son assistance aux gouvernements irakien et britannique. Parallèlement, Paris et Londres entameraient des discussions sur l’élaboration d’un accord global en vue de régler tous les problèmes en suspens entre l’Irak, la Syrie et la Palestine. Pour Cadman, la conclusion d’un tel accord devrait constituer un préalable à l’entrée de l’Irak au sein de la SDN.

TABLEAU n ° 1 LA COMPOSITION DE L’IRAQ PETROLEUM COMPANY GROUP

TABLEAU n ° 1 LA COMPOSITION DE L’IRAQ PETROLEUM COMPANY GROUP

34Cet accord comprendrait :

  1. La construction d’une ligne de chemin de fer entre Tikrît (en Irak) et Homs (en Syrie), et qui relierait Beyrouth à Haïfa (en Palestine).
  2. La construction d’un pipe-line parallèle à la voie ferrée, relierait Tikrît à Tripoli, sur la Méditerranée.
  3. La codification des questions de commerce, de transit et d’extradition de criminels32.
  • 33 F.O. 371/14510/E 1475 (20/3/1930) from Cadman to Arthur Henderson (Foreign Office).

35Cadman estime par ailleurs que cette foie ferrée constituerait le fil conducteur, la colonne vertébrale d’un tel règlement puisque, destinée à relier entre elles l’Irak, la Syrie et la Palestine, elle aboutirait avec le temps à l’unité de ces trois pays – ce qui permettrait d’atteindre "certains objectifs" et résoudrait bien des problèmes politiques33.

  • 34 F.O. 371/14510/E 1587 (27/3/1930). Au sujet du pipe-line voir aussi S.H. Longrigg, Oil in The Middl (...)

36Mais le Colonial Office n’accueille guère favorablement ces suggestions et n’entend point démordre de l’idée de Haïfa comme terminal de l’oléoduc ; au cas où ce serait irréalisable, au moins la construction de deux lignes, l’une vers Haïfa, l’autre vers Tripoli. Malgré la dépense faramineuse que nécessiterait un tel embranchement, le ministère britannique pense pouvoir compter sur le gouvernement irakien pour qu’il contraigne la compagnie à l’admettre. Car, prévoit-on au ministère des Colonies, une simple allusion à l’adresse de Bagdad l’informant que l’IPC est décidée à opter pour Tripoli comme terminal de l’oléoduc, suffirait à inciter le gouvernement irakien à refuser la modification définitive (réclamée par la compagnie) de la concession de 192534.

Nùri Al Saïd et les intérêts pétroliers britanniques en Irak

37La Grande-Bretagne est désormais en quête d’une personnalité capable de conduire la nouvelle politique de l’Irak, celle de l’après 1930. Elle choisit Nùri Al Saïd auquel mission est confiée à la fois de réaliser l’indépendance irakienne et de veiller aux intérêts britanniques politiqués et économiques en Irak. Au début de cette année 1930, Nùri Al Saïd forme son premier gouvernement. Comme déjà développé au précédent chapitre de ce livre, la première formation Al Saïd a pour tâche principale la conclusion du nouveau traité irako-britannique qui devrait régler les relations bilatérales.

  • 35 Mémorandum on the pipe-line and the railway between Iraq and Mediterranean. F.O. 371 E/14511/1930.

38La modification de l’accord pétrolier sur de nouvelles bases figure également dans la liste des priorités de ce gouvernement. Dans le même temps, une des questions considérées comme vitales par la Grande-Bretagne est la protection des puits de pétrole, des propriétés et des installations de la compagnie, et surtout les oléoducs qu’il est prévu de construire35.

CARTE N° 5

CARTE N° 5

EGYPTE – PALESTINE – JORDANIE

Champs de pétrole et oléoducs

39Mais le seul danger qui, à cette époque, puisse menacer les intérêts britanniques dans la région provient de la présence française en Syrie. Or, la protection de régions désertiques aussi vastes ne peut être assurée sans le concours de l’aviation. Pour cette raison, la présence aérienne anglaise en Irak constituera un point d’achoppement et nécessitera de longues tractations lors des négociations préparatoires du traité du 30 juin 1930.

  • 36 Archives du Conseil des Ministres d’Irak. Communication de Nùri Saïd à Jaafar Al Askari, 5 avril 19 (...)
  • 37 Centre National des Archives, Bagdad. Communication de Jamil Al Rawi à Nùri Al Saïd, 13 mai 1930. D (...)

40Dans l’intérêt de la Compagnie et pour permettre à Cadman de prendre une décision en faveur de la Grande-Bretagne, Nùri Al Saïd ordonne la constitution d’une commission composée de ministres de la Défense, des Communications et des Travaux publics. La commission est chargée d’étudier les nouvelles propositions de la Compagnie et de cerner les problèmes nés de l’application de la concession de 1925 afin de les éviter lors de la mise au point du nouvel accord proposé36. Sur recommandation d’Al Saïd, la commission suggère la concession en faveur de la compagnie, de vastes étendues à l’Est du Tigre, dans les régions de Bagdad et de Mossoul, le gouvernement irakien se réservant le droit de disposer à sa guise du reste du territoire. En contrepartie, la compagnie devra verser une patente annuelle forfaitaire et commencer l’œuvre du pipe-line Irak-Méditerranée37.

  • 38 F.O. 371/14511/2473 (19/05/1930) Minutes by G.W. Rendel (Foreign Office).
    Voir aussi : Bouda Etemad (...)

41Mais, Cadman n’ayant par réussi à infléchir la position du groupe français, le Colonial Office recommande au gouvernement britannique de "détourner" son appui en faveur d’une autre société anglaise, la BOD. Le ministère conseille également de ménager Allemands et Italiens, qui possèdent des actions au capital de cette entreprise. Le Foreign Office s’oppose fermement à ces propositions qui, selon lui, sont de nature à créer pour la Grande-Bretagne d’épineux problèmes avec la France et les Etats-Unis38.

  • 39 F.O. 371/14511/2406 (7/5/1930).
    Notons qu’outre la divergence des points de vue sur le tracé du pip (...)

42Le Colonial Office s’emploie à dresser le gouvernement irakien contre l’idée de construire une ligne vers Tripoli pour qu’il contraigne la compagnie à en construire deux, l’une vers Haïfa, l’autre vers Tripoli. Le ministère britannique demande donc, le 7 mai 1930, à son haut-commissaire à Bagdad de transmettre ces propositions au gouvernement irakien et de s’efforcer de savoir si celui-ci désire négocier avec les Français un accord global, qui résoudrait le problème frontalier avec la Syrie et qui engagerait Paris à ne pas s’opposer à l’admission de l’Irak au sein de la SDN, en contrepartie du consentement de Bagdad à la construction d’un oléoduc et d’un chemin de fer transyriens vers Tripoli39.

  • 40 F.O. 371/14511/2468 (13/5/1930).
  • 41 Centre National des Archives, Bagdad, Dossier 21/1/, 1922-1930. 16/5/1930, feuillet 138.

43Mais les intérêts du roi Fayçal se recoupent plutôt, dans une large mesure, avec ceux des Anglais, en raison de son aversion envers les Français qui l’ont délogé de Syrie en 1920. Aussi lui-même et Nùri Al Saïd refusent-ils l’idée d’un terminal tripolitain et menacent d’interrompre les négociations avec l’IPC si les intérêts de l’Irak n’y sont pas garantis40. L’affaire de l’oléoduc sera maintenue en suspens dans le but d’obliger la France à accepter l’adhésion de l’Irak à la SDN41.

  • 42 C.O. 730/146/68354, Pat III, (12/8/1929).
  • 43 Centre National des Archives, Bagdad, Décisions du Conseil des Ministres au 17 au 24 juin 1930. Dos (...)

44Le Colonial Office décide de transférer à Londres, en sa faveur, la question de l’oléoduc et de rendre caduc le système de la concurrence42. Consécutivement à cette décision, le Conseil des Ministres irakien désigne, le 17 juin 1930, le Premier ministre pour qu’il se rende dans la capitale britannique afin de négocier avec la compagnie la modification de la concession, et la solution des problèmes en suspens entre les gouvernements irakien et britannique43.

  • 44 F.O. 371 E/14512/3842 (16/7/1930) Iraq – Mediterranean pipe-line and oil negotiations by Mr Rendel.

45Mais avant même que ne soient entamées les discussions entre le chef du gouvernement irakien et le président de l’IPC, l’affaire est étudiée lors de deux réunions au sein du Colonial Office. Les participants sont, d’un côté, le haut-commissaire en Irak et des délégués du ministère du Pétrole. Il est décidé à l’issue de ces deux réunions que le gouvernement britannique s’abstiendra de toute intervention directe afin d’éviter de provoquer les Français, et que le haut-commissaire n’usera dorénavant que modérément de son influence à Bagdad si cela est nécessaire. Il est également décidé que l’on peut compter sur Cadman pour garantir les intérêts britanniques. Le président de l’IPC, qui assiste à la deuxième réunion, indique que l’Irak n’a pas le droit d’exiger Haïfa comme terminal de l’oléoduc mais que le groupe américain est désireux de lui apporter son soutien44.

  • 45 F.O. 371 E/14512/ pp. 40-42 (15/7/1930). Note of discussion with the Iraq Prime Minister held at th (...)

46Les négociations pétrolières ont ensuite lieu à Londres, et l’on convient au cours de ces pourparlers que l’Irak renoncera à certains de ses droits aux termes de la concession, en contrepartie de son indépendance et en vue de satisfaire les intérêts non-britanniques et de convaincre leurs détenteurs de l’idée d’un oléoduc se terminant à Haïfa45.

47Ainsi que précisé précédemment, le Colonial Office parvient à obtenir l’accord du gouvernement d’Irak sur le principe d’accorder à la compagnie certaines concessions pour appâter Français et Américains afin qu’ils acceptent l’idée de construire non un oléoduc, mais deux. Le ministère britannique des Colonies entend d’autre part garantir pour l’Irak des ressources financières fixes que devrait assurer la compagnie (en attendant l’exportation effective du pétrole). Ces ressources, espère-t-on au ministère, devraient aider l’Irak à consolider ses forces militaires – ce qui allégerait les charges subies par la Grande-Bretagne dans ce domaine et à réunir les sommes nécessaires à la construction du tronçon irakien du chemin de fer Bagdad-Haïfa.

48Le haut-commissaire propose alors que la compagnie en contrepartie des concessions requises, verse à l’Irak une rente forfaitaire de 200 000 Livres sterling par an et un prêt d’un montant égal. Le directeur de la compagnie acceptera le chiffre de 300 000 Livres (rente + prêt) et conviendra avec le gouvernement irakien de soumettre au conseil d’administration de la compagnie les propositions suivantes :

  1. Le gouvernement (irakien) entame la construction d’un ou plusieurs conduits pétroliers vers un ou plusieurs ports situés sur la Méditerranée et dont le choix se fera avec son accord, dans la perspective d’exporter le pétrole irakien ;
  2. La compagnie se voit octroyer le droit absolu d’exploiter les champs pétrolifères situés à l’Est du Tigre dans les wilayas de Bagdad et de Mossoul ;
  3. La compagnie versera au gouvernement, jusqu’au début de l’exportation effective 300 000 Livres (rente forfaitaire + prêt) ;
  4. La compagnie consentira un rabais d’un montant total de 100 000 Livres sur les quantités de pétrole qui seront vendues en Irak même ;
  5. La compagnie sera exonérée de l’impôt sur le revenu et de tout impôt ou taxe sur ses bénéfices réalisés en dehors de l’Irak, comme stipulé par l’article 27 de l’accord du 24 mars 192546.
  • 47 Ibid, 3/9/1930, feuillet 43.

49Accord est également conclu, officieusement, entre les deux parties qui maintient à la disposition permanente du gouvernement irakien une bande de 30 miles carrés situé à Gayyarah, au Sud de Mossoul. But de l’opération : empêcher les autres compagnies de s’emparer de cette riche zone pétrolière qui, en vertu de cet accord, doit demeurer "réserve nationale" à la disposition du Gouvernement irakien47.

  • 48 New-York Times, du 30/09/1930.

50Le roi Fayçal, désireux d’augmenter le revenu national, est conscient de la possibilité de pouvoir y parvenir efficacement au moyen de l’exploitation pétrolière. Il effectue, en compagnie de son Premier ministre, une tournée dans les capitales européennes afin de trouver des réponses définitives à ses interrogations48.

  • 49 Centre National des Archives, Bagdad, dossier n° K/1/1/, 1930, feuillet 31 (Communication du roi Fa (...)

51A Paris, les discussions ont, dès le début, pour but de convaincre la partie française d’accepter les propositions convenues entre le gouvernement irakien et le directeur de l’IPC. Mais les Français sont déterminés à s’opposer à l’idée de construire l’oléoduc vers Haïfa et à entraver l’indépendance de l’Irak si son gouvernement ne se résigne à admettre le choix de Tripoli comme terminal de la ligne49.

  • 50 Ibid, dossier 5/3/2,1930, feuillets 39-41.

52Cadman ne trouve donc guère le moment propice pour soumettre au conseil d’administration de la compagnie les propositions formulées en commun accord entre lui et le Premier ministre irakien. Le moment s’y prête d’autant moins que Cadman n’est pas certain que les Américains lui seront favorables. Il propose alors au gouvernement irakien de faire preuve de fermeté à l’encontre de la compagnie en vue d’obtenir les sommes qu’il exige. Il serait préférable, confie-t-il, que la compagnie se voie adresser une mise en garde par le gouvernement irakien la sommant d’accepter ses conditions avant fin septembre. Il faudrait également, selon Cadman, faire croire à la compagnie que le gouvernement irakien a l’intention d’annoncer une offre publique d’adjudication si l’IPC n’obtempère pas. Mais il souligne qu’un tel ultimatum viserait simplement à impressionner la compagnie50.

  • 51 F.O. 371 E/14513/5025 (12/9/1930).

53Le roi Fayçal met effectivement en garde la compagnie et la somme de mettre un terme au louvoiement et à la tergiversation en acceptant, dans un délai d’une semaine, les conditions déjà proposées. Faute de quoi, il se sentirait entièrement libre d’octroyer la concession à une ou plusieurs autres compagnies. Et Cadman, avec le concours de Gulbenkian, de se servir de cet avertissement pour nuire aux intérêts français et américains, en prétendant craindre ce qu’il appelle "des actes insensés" de la part du roi dépité à l’encontre de la compagnie51.

  • 52 Ibid, feuillet 53. De Nùri Saïd à la représentation irakienne à Londres, feuillet 53.

54Dès son retour à Bagdad, le Premier ministre se heurte à des difficultés dans sa tentative de convaincre ses ministres de mettre à la disposition de la compagnie de vastes étendues à l’est du Tigre. Il lui est encore plus ardu de les convaincre d’accepter les 300 000 Livres proposées. Il annonce donc que si, dans un délai d’une semaine, il ne reçoit pas une répone qui le sorte de cette impasse, il sera dans l’obligation de publier un communiqué annonçant la fin des négociations52.

  • 53 F.O. 371 E/16042/697 (11/2/1932), Mémorandum on Assurances Given by H. M’s Government to the French (...)
  • 54 F.O. 371 E/14513/4032 (1/8/1930). Memorandum Communicated t the French Embassy (London) by the Fore (...)

55Le gouvernement français, pour sa part, proteste auprès du Foreign Office britannique contre ce qu’il qualifie d’immixions du gouvernement irakien pour des raisons politiques dans les affaires de la compagnie53. Paris affirme également détenir des rapports sûrs concluant que Cadman exercera sur l’IPC des pressions pour l’obliger à admettre le port palestinien de Haïfa comme terminal de l’oléoduc Irak-Méditerranée54.

  • 55 Centre National des Archives, Bagdad, Communication du Ministre (irakien) de l’Intérieur au Conseil (...)
  • 56 F.O. 371 E/14513/5036 (14/8/1930), Mémorandum on the Pipe-lines Negotiations and Anglo-French Relat (...)
  • 57 Centre National des Archives, Bagdad. Lettre de Hubert Young à Ja’afar Al Askari, 15/8/ 1930, feuil (...)

56Mais Londres s’emploie à provoquer délibérément pour la France des problèmes au Proche-Orient et à exacerber la tension sur la frontière irako-syrienne. Dans ce but, les clans de la tribu Shammar sont dressés les uns contre les autres sur chaque côté de la frontière55 et Bagdad se voit encourager par le gouvernement britannique à revendiquer véhémentement l’annexion de la zone frontalière de Sindjar (au Nord-Ouest d’Irak). Le gouvernement de Sa Majesté réclamera la soumission de cette affaire au Conseil de la SDN56 et, le 15 août 1930, il acceptera de consentir une subvention de 55 000 livres pour financer les études de ratissage des tronçons transjordanien et palestinien du futur chemin de fer Irak-Haïfa, afin d’accélérer l’ébauche des travaux57.

  • 58 F.O. 371 E/14512/E 4418 (14/8/1930), l’article 14 du traité irako-anglo-turc engageait Bagdad à ver (...)
  • 59 F.O. E/14512/4418 (28/8/1930).

57Quant au gouvernement français, il réussit aussi à obtenir le soutien de la Turquie qui, par le truchement de son ambassade à Londres, exprime au gouvernement britannique son inquiétude et son appréhension face aux négociations visant à modifier les termes de la concession, ainsi que sa crainte de voir retarder la réception de sa part de pétrole58. Le Foreign Office lui répond en affirmant qu’il n’y a aucune volonté délibérée de freiner l’application de l’accord, mais que la construction d’un oléoduc, indispensable à l’exploitation, nécessite des millions de Livres et, en conséquence, ne peut être entamée à moins que ne soit établie avec certitude l’existence de quantités de pétrole suffisamment abondantes pour amortir un tel investissement59.

58Il convient de souligner à ce sujet que les Anglais qui, alors, disposent de plus de pétrole qu’il ne leur en faut, sont d’autant plus enclins à ajourner l’exploitation du pétrole irakien que la production mondiale est croissante. Parallèlement, les Français, dépendants de l’Angleterre et des Etats-Unis en matière d’approvisionnements pétroliers, ont des raisons d’espérer une exploitation rapide du pétrole irakien.

Gulbenkian intervient pour arrêter le conflit et le gouvernement irakien menace de soumettre la compagnie à l’impôt sur le revenu

59Gulbenkian prend l’initiative d’user de son influence personnelle pour résoudre le différend. Il distribue dans cette perspective aux membres du conseil d’administration une circulaire qui dénonce – pour la première fois d’une manière solennelle – les tentatives ourdies par l’APOC, la Royal Dutch-Shell et le cartel américain pour limiter la production mondiale du pétrole et, dans ce but, reporter le début de l’exploitation du pétrole irakien. Il explique dans cette note, que l’APOC a intérêt à entraver le plus longtemps possible la construction de l’oléoduc Irak-Méditerranée afin d’empêcher le brut irakien de concurrencer le pétrole déjà produit en Perse.

  • 60 Archives du Conseil irakien des Ministres. Circulaire du Gilbenkian. Septembre 1930, dossier 3. Ega (...)
  • 61 Ibid, dossier 5/3/2/-1930, feuillet 168.

60Gulbenkian révèle d’autre part que l’obstination à diriger l’oléoduc irakien vers Haïfa est motivée par la volonté d’augmenter les coûts de production du pétrole irakien et, en cas de besoin, de l’amoindrir au profit de la production du pétrole persan. Il souligne aussi l’intérêt qu’ont les groupes anglais, américain et hollandais à empêcher la CFP d’obtenir des quantités élevées de brut : il s’agit de s’assurer le contrôle du marché français. Et le magnat arménien du pétrole de proposer une solution qui concilie les intérêts contradictoires et qui satisfait les antagonistes : construire un oléoduc vers Tripoli pour acheminer la part de la France et embrancher à la hauteur d’Albu-Kamal (localité syrienne sur l’Euphrate proche de la frontière avec l’Irak) une ligne secondaire vers Haïfa répondant aux vœux des Britanniques60. (La Grande-Bretagne, rappelons-le, avait formulé déjà des propositions semblables). Mais, sous prétexte qu’il porte la signature de la France, le gouvernement irakien n’accueillera pas favorablement le projet de Gulbenkian61.

  • 62 Ibid, pp. 92-93.
  • 63 F.O. 371 E/14513/5708 (15/10/1930) De Cadman à Nùri Al Saïd.

61En revanche, le conseil d’administration de l’IPC accepte les conditions déjà convenues entre Cadman et Nùri Al Saïd sous l’œil bienveillant du Colonial Office. Le conseil d’administration de la compagnie ratifie par ailleurs le projet de construire deux oléoducs d’une capacité annuelle de deux millions de tonnes chacun. Il explique dans son rapport que le choix de Tripoli pour la première branche est dicté par des considérations économiques tandis que la terminaison à Haïfa pour la deuxième est une réponse à l’attente du gouvernement irakien62. Et, après avoir admis l’idée de dédoubler le pipe-line, la compagnie adresse au gouvernement irakien le cadre d’accord entériné par son conseil d’administration, stipulant comme condition pour commencer la construction de la ligne vers Haïfa, la ratification de cet accord par le parlement irakien avant le 31 décembre de cette année 193963.

  • 64 In le journal Az-Zamàn (Les temps) du 20/10/1930.

62Cependant, ce cadre d’accord, bien que comportant les mêmes conditions acceptées à Londres par Nùri Al Saïd, sera refusé par le chef du gouvernement irakien qui exige 400 000 Livres (rente forfaitaire + prêt) et non 300 000 comme proposé. Le Premier ministre conteste également la disposition qui consiste à exonérer l’IPC de l’impôt sur le revenu. Et, dans l’espoir d’obtenir une majorité favorable à ses thèses, il publie le jour-même du début des élections législatives, un communiqué où il affirme s’être efforcé à Londres « d’apaiser les difficultés financières du pays », et d’y être parvenu en trouvant un revenu fixe (de 400 000 Livres par an) et en faisant baisser les prix du pétrole qui sera vendu à l’intérieur64.

  • 65 Procès-verbal de la session du Parlement irakien, p. 2,1930.
  • 66 F.O. 371 E/14513/5872 (31/10/1930).

63Le roi Fayçal déclare pour sa part dans son discours du trône, le 1er octobre 1930, que « la patience du gouvernement est à bout » et qu’il est « exclu de renoncer à nos droits dans cette affaire de pétrole »65. Si, face à cette exaspération, le Colonial Office propose d’obliger Bagdad à admettre l’idée du dédoublement de l’oléoduc, le Foreign Office, lui, n’apprécie guère cette suggestion, arguant que c’est l’Angleterre elle-même qui, dès le départ, a incité l’Irak à s’en tenir fermement à Haïfa comme terminal du pipe-line. Et l’on convient finalement de signaler le message au gouvernement irakien en douceur et sans pression ni brusquerie66.

  • 67 Procès-verbal du Conseil irakien des Ministres, séance du 21/11/1930. Dossier 3.
  • 68 Centre National des Archives, Bagdad, De Humphrys au roi Fayçal, 1/3/1931, pp. 26-27.

64Par ailleurs, le gouvernement irakien refuse la modification de l’article 27 de la concession de 1923. L’amendement requis – déjà accepté à Londres par Nùri Al Saïd – consiste à exonérer l’IPC de l’impôt sur le revenu pour l’ensemble de ses activités à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Irak67. Le haut-commissaire britannique en Irak demande par conséquent au roi Fayçal d’entériner l’amendement de cet article 27 dont « l’ambiguïté peut conduire en cas d’application à de graves complications diplomatiques qui seraient un désastre pour le pays ». Le représentant anglais met également en garde le monarque irakien contre « tout acte préjudiciable aux intérêts du pays »68.

  • 69 F.O. 371 E/15305/1105 (2/3/1931). Tel. front High Commissioner to the S/S Colonies.

65Lors de ses contacts avec Cadman et avec le haut-commissaire britannique, le Premier ministre irakien indique que son gouvernement ne peut renoncer à son droit de légiférer sans expliquer au peuple et au parlement que la modification de la concession pétrolière compensera les effets d’une telle renonciation. Il indique aussi en avoir consulté les dirigeants de l’opposition, et craindre donc d’être accusé d’avoir accepté une modification qui constitue un recul par rapport à l’ancienne concession, certains ministres considérant même celle-ci meilleure que la nouvelle telle que suggérée par l’amendement. Le chef du gouvernement conclut ces arguments en affirmant que s’il ne sort pas blanchi de cette affaire de l’article 27, il ne pourra jamais convaincre le parlement de ratifier le nouvel accord69.

  • 70 Kamel Al Samarraïe, Lois relatives au pétrole, Bagdad, 1969, pp. 40-56.

66Ces tractations aboutissent à une solution qui, tout en protégeant les intérêts de la compagnie, satisfait le souverain irakien et son Premier ministre et préserve le gouvernement des critiques de l’opposition. Ce compromis consiste à ce que la compagnie verse une somme forfaitaire annuelle qui se substitue à tous les impôts et taxes lui incombant. Le montant est fixé à 9000 Livres or par an pour remplacer l’impôt sur le revenu et tous les autres impôts ou taxes ; 60 000 Livres or pour les quatre premiers millions de tonnes de pétrole produit ; et 20 000 Livres or par million de tonne de pétrole produit par la suite70.

L’attitude de l’opinion publique

  • 71 Irt les journaux al-istiqlàl (L’Indépendance) du 6 février et du 2 mars 1931, et as-Siyassah (La po (...)
  • 72 The New-York Times, 18/5/1931.

67Le Premier ministre est vivement critiqué pour son rôle dans l’élaboration de cette concession. La campagne contre Nùri Al Saïd s’étend à la presse et au parlement, notamment chez les élus du Parti de la Fraternité Nationale (Hezb al-Ikhàa al-Watani) et le Parti National Irakien (al-Hezb al-watani al-Iràqi). Ces deux formations réclament l’annulation pure et simple de la concession et le recours à l’arbitrage71... et « orchestrent une campagne implacable contre le gouvernement, l’accusant publiquement de voler la seule ressource du pays. Mais les hommes d’affaires soutiennent le gouvernement et l’incitent à ratifier la concession »72.

  • 73 Chambre des Députés, Bagdad, session 1930/1931, pp. 1002-1012.

68Lors de leurs discussions consacrées au nouvel accord, les députés soulignent son caractère inéquitable et dénoncent le préjudice qui portera à l’Irak son application. Certains affirment que la Grande-Bretagne a obligé l’Irak à le signer. L’accord n’en est pas moins ratifié par la majorité des parlementaires73.

  • 74 Conseil des Notables. Session 1930/1931, pp. 496-505.

69Le lendemain, ce sont les notables qui dénigrent le nouvel accord sur la concession. Lors de la session de leur conseil, certains notables exigent la dénonciation de la concession et le recours à l’arbitrage. Ils soulignent l’ambiguïté de l’accord et relèvent, non sans ironie, qu’aucun gouvernement n’a accepté auparavant une somme annuelle forfaitaire au lieu des impôts fixés par les lois. L’accord n’en sera pas moins ratifié par la majorité des notables74.

  • 75 In le journal al-alêm al-Arabi (Le monde arabe), 23 mai 1931.

70Quant aux deux partis réunis (Parti de la Fraternité National et Parti National Irakien), ils condamnent l’accord parce qu’il octroie à la compagnie tous les terrains exploitables et – monopole oblige – annihile toute possibilité de pratiquer la « politique de la porte ouverte »75.

71Ces événements sont à l’origine de la démission de certains parlementaires et de deux ministres : celui de l’Economie et celui des Communications.

72En résumé, l’IPC est, originellement, née en 1911 sous l’appellation de "The African and Eastern Concessions Limited", avant d’être rebaptisée "Turkish Petroleum Company", nom qu’elle gardera jusqu’en 1929, date à laquelle elle devient l’IPC. Elle obtient du gouvernement irakien une concession lui accordant le droit de prospecter les gisements, d’extraire le pétrole, de construire des raffineries et autres installations, le tout accompagné de l’installation d’un oléoduc reliant l’Irak à la Méditerranée.

73L’accord entre l’Irak et la TPC signé en 1925 constitue l’archétype des arrangements pétroliers conclus après la Première Guerre Mondiale. Il s’agit d’une association multinationale où, par le truchement d’une compagnie travaillant sur le terrain, plusieurs états produisent le pétrole et s’en partagent le bénéfice selon leurs quotas respectifs. Le système appliqué dans le cas de l’Irak est basé sur des royalties forfaitaires par tonne produite. C’est la première fois au monde qu’un tel système est appliqué.

74Le pétrole est, en réalité, la motivation principale de la mainmise britannique en Irak. C’est le pétrole qui motivera le désir de Londres d’imposer le système du mandat en Irak. C’est encore le pétrole qui, en filigrane, constituera le souci principal des auteurs des traités bilatéraux irako-britanniques. Même les frontières au nord de l’Irak seront, jusqu’à nos jours, tracées par des considérations pétrolières. Car jusqu’en 1916, il était prévu que la wilaya de Mossoul soit subordonnée à l’influence française. Mais le pétrole jouera un rôle moteur dans la solution (en faveur de l’Irak) de cette question de Mossoul en 1926. Le pétrole, qui tranchera plusieurs autres affaires frontalières entre l’Irak et ses voisins, sera également à l’origine de bien des événements, de bien des évolutions économiques, sociales ou politiques que l’Irak aura vécus de la fin de la Première Guerre à la Révolution du 14 juillet 1958.

La concurrence entre Britanniques et Américains pour la concession du pétrole au sud de l’Irak

75Les prévisions des sociétés pétrolières sur les réserves de pétrole dans la zone méridionale de l’Irak suscitent une pléthore d’offres de service par des compagnies ou des particuliers qui désirent briguer la concession sur les gisements de la région de Bassorah, au sud du pays. La concurrence bat son plein entre compagnies américaines et anglaises. Une émulation qu’exacerbe la recrudescence des activités allemandes en Irak qui s’explique par l’hostilité que manifestent les forces nationales irakiennes contre la Grande-Bretagne. Cette dernière, appréhendant que les Allemands n’arrachent cette concession, veut coûte que coûte que l’IPC en devienne propriétaire.

  • 76 Décisions du Conseil des Ministres Irakien du 21/4/1937. Dossier 4, p. 2.

76Mais le gouvernement irakien n’est pas favorable à l’inclusion du pétrole du Sud dans la concession déjà accordée à cette compagnie. Il considère que l’IPC a obtenu sa concession sous le mandat et que, désormais, il serait nécessaire d’accorder les nouvelles concessions par voie d’adjudication sans tenir compte de la nationalité du mieux offrant. Le Conseil des Ministres, cependant, décide – sur une proposition de l’IPC – d’ajourner la prise de décision définitive dans cette question. Cette rétroaction provoque la démission de quelques ministres76.

  • 77 F.O. 371 E/20800/1449 (24/2/1937).
  • 78 Al Hassani, Histoire des Ministères..., op. cit., Tome V, p. 41.

77A cette époque, en 1937, la BOD négocie, avec le gouvernement irakien, la baisse des royalties de 4 à 2 shillings par tonne et l’annulation de la part en nature qui revient de droit à l’Irak (20 % de la production), arguant que la qualité du pétrole découvert n’est pas adéquate. Elle demande par ailleurs l’obtention de la concession de Bassorah77. Mais, cette même compagnie ayant refusé auparavant de consentir un prêt à Bagdad, le gouvernement irakien oppose à son tour une fin de non-recevoir à la requête de l’entreprise78.

  • 79 Ibid, p. 7.
  • 80 Centre National des Archives, Bagdad, Dossier S/3,1938-1941, pp. 3-6.
  • 81 Procès-verbaux du Conseil des Notables (Bagdad). Session extraordinaire de 1939, pp. 52-53.

78Parmi les concurrents désirant briguer la concession du pétrole de Bassorah figurent en bonne position des compagnies américaines qui proposent au gouvernement irakien un projet d’offre. Celui-ci prévoit de verser au gouvernement 4 shillings par tonne de brut produite et 20 % des bénéfices nets79. L’IPC se hâte alors à soumettre une offre présentant des conditions semblables pourvu que toutes les concessions soient unifiées : le territoire irakien, y compris Bassorah, deviendrait dans ce cas une seule et unique zone d’exploitation pétrolière. Sur les trois zones (Mossoul, Bassorah et Kirkouk), seule la région de Kirkouk demeurerait soumise au principe de « l’exportation minimale requise ». La compagnie s’engage par ailleurs dans ses propositions à exporter au moins 6 millions de tonnes de brut par an, installer un nouvel oléoduc, consentir au gouvernement irakien un prêt sans intérêts de 3 millions de Livres80, et à augmenter la capacité de pompage de la branche tripolitaine du pipe-line Irak-Méditerranée, au détriment du terminal palestinien. Deux raisons expliquent cette dernière mesure : d’une part la distance est plus courte entre l’embranchement de la ligne et le terminal de Tripoli et, d’autre part, la révolution arabe sévit en Palestine depuis l’année précédente, 1936 ; ainsi la branche de l’oléoduc se terminant à Haïfa a été la cible de plusieurs attentats81.

  • 82 F.O. 371 E/21847/1008 (2/3/1938). De l’ambassade de Grande-Bretagne (à Bagdad) au Foreign Office(...)

79Cela dit, la Grande-Bretagne sait pertinemment que, en tout état de cause, l’obtention de la concession du pétrole de Bassorah est acquise d’avance pour l’Iraq Petroleum Company. Le sens de toutes ces tractations, de pure forme, consiste en réalité à préparer le terrain pour accorder la concession à l’IPC en parant à toutes sortes de heurts ou de protestations sur le plan populaire comme au niveau officiel82. Aussi Londres ne semble-telle guère se soucier de cette concurrence qui a pourtant toute l’apparence d’une émulation acharnée.

  • 83 Al Abbas, Documents pétroliers..., op. cit., Tome I, p. 11.

80Et, pour parfaire l’opération, une filiale de l’IPC et de la BOD est créée à Londres le 29 juillet 1938. Nom de baptême de la jeune entreprise : Bassorah Petroleum Company (BPC)83. Ainsi, l’IPC s’empare du monopole du pétrole irakien pour 75 ans. La concession comprend l’ensemble du territoire : le sol, les plans d’eau, les eaux territoriales et la partie irakienne de la Zone Neutre (située entre l’Irak et l’Arabie Séoudite).

  • 84 Al Samarraïe, Lois relatives..., op. cit., pp. 181-210.

81La compagnie s’engage à entamer les forages dans un délai de trois ans à compter de la signature de l’accord, exporter un million de tonnes par an dans un délai de sept ans et demi, et verser au gouvernement irakien une rente s’élevant à 200 000 Livres or annuellement, à partir du début 1939 jusqu’à l’exportation effective. La part du gouvernement est fixée à 4 shillings or par tonne et 20 % de pétrole brut produit84.

82Les journaux irakiens critiquent vivement l’accord et dénoncent l’extrême discrétion qui a marqué les pourparlers préparatoires. Or, tandis que le parlement s’apprête à discuter cet accord lors d’une séance prévue pour le 10 novembre 1938, d’impressionnantes manifestations condamnent dans les rues de Bagdad cet arrangement. L’opposition, bien entendu, exprimera son indignation avec plus de véhémence que jamais, soulignant en particulier l’occultation des négociations préliminaires. Les détracteurs affirment que les conditions de cette concession « vont à l’encontre de l’indépendance politique et économique ».

  • 85 F.O. 371 E/23215/1097 (2/3/1939).

83Cette protestation populaire, dont l’ampleur des manifestations reflète l’importance, conjuguée à la fermeté de l’opposition, fait éclore dans les rangs de l’armée un début de malaise contre le gouvernement de Jamil Al Madfaïe, très ébranlé par ces événements. C’est le Conseil des ministres qui intervient pour trancher avant que la situation ne dégénère gravement. Il décide de destituer le gouvernement. Nùri Al Saïd forme son troisième ministère. Il annonce son refus du projet d’unification des concessions et de l’ensemble des dispositions de l’accord auquel est parvenu le gouvernement précédent avec la compagnie. Et le Premier ministre, qui juge inique cet accord, exige de la compagnie en février 1939, qu’elle honore les deux conditions suivantes :85

  1. Une augmentation rapide de la production l’élevant au niveau de celle de l’Anglo-Persian Oil Company en Iran ;
  2. Le plafond définitif de production de la Compagnie devra atteindre 15 puis 20 millions de tonnes par an. Une fois ce niveau atteint, il ne sera plus nécessaire que la production nationale suive l’évolution de la production iranienne.

84Cette exigence inquiète d’autant plus les actionnaires de l’IPC qu’elle est formulée à un moment où la tension internationale redouble d’acuité et où, de surcroît, les activités économiques allemandes gagnent du terrain en Irak.

85Parallèlement, la situation économique en Irak est affectée par les répercussions de la crise internationale. En mai 1939, les réserves monétaires de l’état manquent désespérément, à telle enseigne que le ministre des Finances est obligé de retirer les allocations prévues pour le budget des municipalités, des métropoles du pays (Bagdad, Bassorah et Mossoul) afin de pouvoir régler 50 % des salaires au comptant (le solde étant réglé par des chèques payables six mois plus tard).

  • 86 F.O. 371 E/23215/4085 (3/5/1939).

86C’est dans cette conjoncture délicate que le projet d’accord est soumis au Conseil des ministres le 25 mai. Plusieurs membres du gouvernement s’y opposent vigoureusement. Parmi eux le ministre de l’Economie à qui, précisément revient la charge de signer l’accord avec la compagnie. Pour y remédier, le Conseil des ministres autorise le Premier ministre en personne à accomplir cette mission86 (il s’agit, en l’occurence, de signer l’accord qui a provoqué la chute du gouvernement prédécesseur). Le gouvernement se trouve en effet dans l’obligation de faire des concessions dans la perspective d’obtenir le prêt promis par la compagnie (trois millions de Livres sans intérêts).

  • 87 Mémoires de Tàha Al Hashimi 1919-1943, par Khaldoun Satti Al Hussari. Beyrouth, 1967, pp. 449-450.
  • 88 Na’amàn Sheet, Une page de la révolution de Mai 1941, (ouvrage non imprimé), feuillets 4-5.
  • 89 Centre National des Archives, Bagdad, du ministère (irakien) des Affaires Etrangères à l’ambassade (...)

87Or, l’hostilité des nationalistes irakiens à l’encontre des Britanniques les incite, en 1940, à composer avec Allemands et Italiens, ennemis de leurs ennemis, à qui ils promettent de les substituer à l’IPC et de leur accorder sa concession, pourvu que Berlin et Rome les aident à déloger les Anglais et les Français et reconnaissent l’indépendance des pays arabes. Le Mouvement de mai 1941 débouche, à cette même date, sur la prise de pouvoir par les dirigeants de cette tendance. Une des mesures prioritaires prises par le nouveau gouvernement consiste à assurer le contrôle des champs pétrolifères dans la perspective d’annuler la concession pour l’octroyer aux Allemands87. Une autre aile au sein de la nouvelle équipe préfère une exploitation directe (par les Irakiens eux-mêmes) des gisements pétroliers du pays. Les Allemands, eux, n’y sont guère favorables, convaincus – à ce moment –88 que l’Angleterre n’abandonnera jamais à l’Axe, les champs pétrolifères sans avoir totalement détruit puits, matériels et installations89.

L’après-guerre

88Avant la Deuxième Guerre Mondiale, l’opinion publique irakienne est concentrée contre l’emprise britannique directe, contre le mandat et contre les traités d’alliance irako-anglais. Durant cette période, le sujet du pétrole, des concessions et des politiques monopolistiques des trusts ne mobilise pas les gens autant que pendant et, surtout, après la guerre, périodes marquées par de nombreuses manifestations et protestations.

89Car, les feux de la guerre éteints, la situation internationale est secouée par de profondes mutations et des mouvements de libération nationale voient le jour dans bien des parties du monde. En Irak des voix se lèvent pour revendiquer la liquidation des compagnies pétrolières et la libération du pays de leur mainmise. D’aucuns vont jusqu’à réclamer la nationalisation du pétrole et l’adoption sur-le-champ du principe de partage des bénéfices à parts égales en attendant l’accomplissement total de la nationalisation.

  • 90 F.O. 371 E/52456/6544 (16/7/1946).

90Cet état d’esprit provoque chez les travailleurs de l’IPC un militantisme ouvrier actif. Ils revendiquent une augmentation salariale pour contrecarrer les effets de l’inflation accrue depuis la fin de la Guerre Mondiale. Ils réclament également l’amélioration des services sociaux et l’arrêt des licenciements arbitraires. La compagnie ignorant ces revendications, les travailleurs observent ce qui sera la plus grande grève que l’industrie pétrolière en Irak ait jamais connue : la grève de Kawour-Baghi (du 3 au 16 juillet 1946). L’ambassade de Grande-Bretagne accusera le gouvernement irakien d’avoir pris dans cette affaire le parti des grévistes et soutenu leurs revendications90.

91Durant tout ce temps, les royalties de l’Irak sont attribuées selon les conditions de l’accord de 1925 en 1931 : 4 shillings or par tonne produite de brut pour les vingt premières années de production ; redevance à réajuster en hausse ou en baisse pour chaque décennie suivante, proportionnellement à l’évolution des bénéfices réalisés par l’IPC. (Article 10 de l’amendement de 1931).

  • 91 Documentation française. INF-EC, 29 décembre 1945-1946.
  • 92 M.S. Hassan, Bagdad and Oil Talks in the Economist, London 28/4/1951, p. 977.

92Et malgré les difficultés d’acheminement et de raffinage, la production augmente vers le milieu des armées quarante en Irak, en Arabie Saoudite et au Bahrein91. Mais toutes proportions gardées, la production irakienne accuse un retard sensible, incompatible avec la "largesse" de la concession – qui englobe l’ensemble du territoire – et avec une "ancienneté" de près de 20 ans (le début de la production remontant à 1927). Si la production globale du pays stagne à cette époque à environ 5 millions de tonnes par an, c’est à cause du report sans cesse renouvelé de l’exploitation des régions de Bassorah et de Mossoul92. Les Français, Gulbenkian, les compagnies américaines et le gouvernement irakien, eux, réclament l’augmentation de la production par la mise en exploitation de ces deux zones.

93En 1948, le gouvernement irakien exprime son désir d’ouvrir avec la compagnie des négociations en vue de modifier les termes de la concession en égard des points suivants :

  1. La participation de l’Irak au capital des compagnies.
  2. La réévaluation de la part du gouvernement aux bénéfices (royalties + pourcentage sur la production) de manière à ce qu’elle soit égale à celle en vigueur dans les pays voisins.
  3. Le règlement de la part gouvernementale sur la base du prix réel de l’or sur le marché monétaire.
  4. La formation et l’embauche de ressortissants irakiens au sein des compagnies.
  5. La réhabilitation du poste de Directeur irakien au sein du directoire intersociétaire (Conseil des Directeurs des compagnies formant le Trust) de manière à octroyer davantage de compétences au représentant du pays dans cette instance.
  6. Imposer à la Khanaqîn Oil Company de commencer rapidement l’exportation de pétrole.
  7. Reconsidérer la question d’imposer les revenus des compagnies (exonérées jusque là de l’impôt sur le revenu).
  8. Augmenter la production globale à au moins 25 millions de tonnes par an93.

94L’Irak fait face à cette époque à de graves difficultés économiques. La Guerre de Palestine aggrave les charges financières de l’Etat, tandis que ses ressources subissent une baisse consécutive à l’arrêt du pompage vers le terminal de Haïfa. Le gouvernement n’a d’autre recours que d’augmenter les impôts et les taxes douanières. Il suspend également l’exécution ou les travaux de plusieurs projets de développement. L’IPC propose alors à Bagdad la reprise de l’exportation par Haïfa comme premier pas vers l’ouverture des négociations souhaitées par l’Irak. Mais le gouvernement irakien refuse afin d’éviter de permettre à Israël de profiter du pétrole irakien.

95En réalité, la réactivation de la branche de Haïfa de l’oléoduc Irak-Méditerranée ne présente aucun véritable intérêt pour la compagnie. Car elle a la possibilité d’augmenter la capacité du tronçon tripolitain et d’accélérer les travaux d’installation de la nouvelle branche (de 16 pouces de diamètre, toujours vers Tripoli) qui traînent depuis 1946 déjà. En formulant une telle suggestion, la compagnie entend au fond exercer des pressions sur le gouvernement irakien pour l’amener à assouplir sa position quant aux exigences sus-mentionnées.

96Dans le même temps, des négociations sont menées entre Anglo-Iranian Oil Company (AIOC, l’ex-Anglo-Persian Oil Company) et le gouvernement iranien. Celui-ci tient résolument à ce que soit appliqué le principe du partage des bénéfices à parts égales entre lui et le Groupe. Mais la compagnie n’accepte que de consentir une hausse de royalties l’élevant à 6 shillings or par tonne produite.

97L’IPC veut seulement emboîter le pas à sa consœur d’Iran : elle se déclare disposée à envisager une revalorisation des royalties à 6 shillings or par tonne (à l’instar des récents arrangements entre Téhéran et l’AIPC), mais décline les sept autres exigences formulées par Bagdad. En revanche, elle exige à son tour les conditions suivantes en contrepartie de l’augmentation proposée des royalties.

  1. La renonciation (par le gouvernement irakien) à l’idée d’indexer les royalties au cours de l’or sur la place financière.1
  2. L’unification des trois concessions (celles de l’IPC, de la BPC, et de la MOC).
  3. La réouverture sur le champ de la ligne de Haïfa (du pipe-line Irak-Méditerranée)94.

98Notons que dès le début des négociations entre l’Iran et l’Anglo-Iranian Petroleum Company, cette dernière s’efforce de lier entre elles les questions pétrolières en Irak et en Iran. Elle souhaite également que les concessions respectives soient modifiées dans les deux pays de manière à égaliser les royalties par tonne produite perçues par l’un ou l’autre des deux gouvernements.

  • 95 In le Journal Liwàa Aal-Istiqlàl (L’Etendard de l’Indépendance) des 9, 20 et 25 mars 1949.
  • 96 Transférer les négociations à Londres ne favorise nullement l’Irak, article par Mohammed Hadît (anc (...)

99Mais Nùri Al Saïd refuse la réactivation de la ligne de Haïfa. Aux yeux de l’opposition irakienne, une telle mesure serait très bénéfique pour l’industrie israélienne et offrirait des emplois aux ouvriers de la jeune entité sioniste. L’opposition réclame avec détermination le détournement de cette branche vers tout autre port arabe95 (rappelons qu’à Haïfa, avait été construit une des plus grandes raffineries de la région). Les négociations seront transférées à Londres afin d’éviter l’influence de l’opinion publique et d’obtenir le soutien direct du gouvernement britannique. La délégation irakienne qui se rendra dans la capitale du Royaume-Uni comprendra un certain Monsieur Pritchard, président alors de la Cour de cassation de Bagdad, qui participera aux discussions en tant que conseiller juridique de la délégation96.

  • 97 Dossiers du Conseil Irakien des Ministres. Procès-verbal des négociations, séance du 27/6/1949. Dos (...)
  • 98 Great Britain, Parlementary Debates, House of Commons. Fifth Series, 1949, p. 27.

100A Londres, les délégués de l’IPC refusent d’ouvrir les débats avant que ne soit réouverte la ligne de Haïfa (de l’oléoduc Irak-Méditerranée). Mais la délégation irakienne refuse à son tour une telle mesure97. Les députés travaillistes lancent une campagne contre le gouvernement de Sa Majesté auquel ils réclament d’intervenir pour obliger l’Irak à accepter de réouvrir les robinets de la branche de Haïfa du pipe-line98.

  • 99 Ibid.
  • 100 In le journal égyptien al-Ahràm (Les Pyramides), Le Caire, 27/4/1950.

101Le Parti du Travail exige également le libre passage des pétroliers par le Canal de Suez en direction de Haïfa comme conditions préalables à toute vente d’armements à l’Irak et à l’Egypte99. De son côté, Washington demande à son ambassadeur à Bagdad de poursuivre ses efforts pour convaincre les responsables irakiens d’accepter la réactivation du terminal de Haïfa100.

  • 101 Dossiers d’Archives du Conseil Irakien des Ministres, op. cit., 5/7/1949.
  • 102 Ibid, procès-verbal d’une réunion tenue à l’ambassade d’Irak à Londres, 6/7/1949.

102Le gouvernement irakien menace alors d’interrompre les négociations et d’envisager une solution qui préserve les droits de l’Irak101. L’ambassadeur d’Angleterre à Bagdad – qui se trouve à Londres au moment des pourparlers – intervient pour demander la poursuite des négociations, promettant que le Foreign Office va entamer des contacts avec la compagnie à ce sujet102.

  • 103 Centre National des Archives, Bagdad. Rapport du ministère des Finances, 9/7/1949, dossier C/1/7.

103Pendant ce temps, en Irak, la crise financière atteint son point culminant. Le gouvernement, dans ses tentatives de rééquilibrer le budget, prend des mesures urgentes et extraordinaires : souscription d’emprunts près des banques et du Comité National Monétaire pour assurer le paiement des salaires ; réduction du nombre de fonctionnaires ; suspension de l’embauche et des promotions salariales ; annulation des allocations de certains salariés du secteur public103.

  • 104 Dossier d’Archives du Conseil Irakien des Ministres, op. cit.

104Le gouvernement britannique profite de cette conjoncture pour exercer des pressions sur l’Irak dans le but de l’amener à faire des concessions en faveur de l’IPC. Londres demande au passage l’accueil par l’Irak d’un grand nombre de réfugiés palestiniens, en contrepartie d’un prêt financier au profit de Bagdad104. La Grande-Bretagne souhaite en effet que le problème des réfugiés palestiniens soit résolu par leur "relogement" dans les pays arabes.

105La "part" de l’Irak serait alors de 200 000 réfugiés selon les vœux du gouvernement de Sa Majesté, qui souhaite par ailleurs que Bagdad autorise les juifs d’Irak à émigrer vers la Palestine.

  • 105 Procès-verbal d’une réunion tenue à l’ambassade d’Irak à Londres le 19/7/1949, ibid.

106Lors de ces négociations de Londres, la représentation irakienne compte au départ sur la médiation du Foreign Office auprès de la compagnie. Mais, réalisant l’inutilité des bons offices du ministère anglais, les interlocuteurs irakiens demandent que l’affaire soit soumise à la Cour Internationale de Justice ou à une instance d’arbitrage105. Une requête, conforme à l’article 40 de la concession amendée en 1931 prévoit le recours à l’arbitrage en cas de différend entre la compagnie et le gouvernement.

107Le gouvernement britannique lui, avait formulé les opinions différentes sur le litige entre l’Irak et l’IPC et qui se résument ainsi :

  1. Le meilleur moyen de résoudre le problème du port d’Haïfa serait d’en faire une zone internationale libre ("duty-free"), mais qu’il (le gouvernement britannique) ne dispose pas des moyens adéquats pour y parvenir.
  2. Le gouvernement britannique espère que, lorsqu’il aura levé l’embargo sur les ventes d’armes à l’Egypte, celle-ci ne s’opposera plus au passage par le Canal de Suez des pétroliers à destination d’Haïfa – ce qui faciliterait au gouvernement irakien la réouverture du tronçon se terminant à Haïfa du pipe-line Irak-Méditerranée.
  3. Le gouvernement britannique veut que les négociations soient poursuivies entre l’Irak et la compagnie106.

108A n’en pas douter, Nùri Al Saïd fait manquer à l’Irak, en l’occurence, une précieuse occasion : s’il avait opté pour la solidarité avec l’Iran qui parlemente de son côté avec “ses compagnies – le chef du gouvernement irakien aurait sûrement obtenu de bien meilleurs résultats. Mais voilà qu’au lieu de s’en remettre à la volonté du peuple, il compte sur l’Angleterre pour faire valoir les droits de l’Irak !

109La question de pomper le pétrole irakien vers Israël enferme Nùri Al Saïd dans un dilemme délicat qui le met à rude épreuve. En effet, malgré ses penchants notoires pour l’Angleterre, le Premier ministre irakien est conscient que toute irrévérence envers les sentiments nationaux arabes attiserait contre lui le courroux des masses, non seulement en Irak mais partout dans les pays arabes ; que ce serait d’autant plus inadmissible que son gouvernement est censé œuvrer pour sauver la Palestine. Et, sondant l’opinion de certains de ses ministres sur l’idée que les impératifs budgétaires contraindraient sans doute le pays à reprendre le pompage vers le terminal d’Haïfa, il les entend déclarer qu’ils préféreraient démissionner plutôt que de subir une telle flétrissure.

110Il choisit alors lui-même l’issue évoquée par ces ministres : la démission. Constatant l’impasse dans laquelle se sont enlisées les négociations avec l’IPC, las d’espérer en vain un appui du gouvernement britannique – lui qui, trente ans durant de vie politique, n’a cessé de servir les intérêts anglais en Irak – Nùri Al Saïd se trouve forcé de démissionner.

  • 107 Ces articles seront évoqués par les journaux Liwà’a al-Istiqlàl (L’Etandard de l’indépendance) du 1 (...)

111La presse britannique multiplie pendant cette période la publication d’articles évoquant le préjudice que l’Irak seul, parmi les pays arabes, subit à cause de l’arrêt de ses exportations pétrolières par Haïfa. Soulignant "l’absurdité" de cette situation, les journaux anglais expliquent que, tout compte fait, ce n’est point Israël qui en pâtira puisque, bon gré mal gré, la raffinerie de Haïfa fonctionnera avec du pétrole américain ou vénézuélien107.

  • 108 Archives du Conseil Irakien des Ministres. Dossier 5. Procès-verbal d’une réunion tenue le 22/6/195 (...)

112L’Iraq Petroleum Company subit entre-temps des pressions accrues de la part de ses actionnaires français et américains qui, avec Gulbenkian, réclament l’augmentation de la production pétrolière des gisements irakiens (ils sont d’ailleurs favorables au point de vue de l’Irak à propos de la nécessité de transférer le terminal de Haïfa à un autre port arabe méditerranéen). Par ailleurs, le Grande-Bretagne commence à ce moment à saisir les difficultés de parvenir rapidement à un accord avec l’Iran. Elle se tourne donc vers l’Irak comme alternative probable au cas où, à la suite d’un affrontement avec Téhéran, le pétrole iranien manquerait au marché international. Par conséquent, Londres commence à édulcorer sa politique irakienne108.

113En 1950 débutent les travaux de construction de la branche de l’oléoduc se terminant à Banias, en Syrie (30 pouces de diamètre). Auparavant, une nouvelle ligne Kirkouk-Tripoli avait été inaugurée. Ainsi, la reprise du fonctionnement du terminal de Haïfa n’a plus aucune importance. Mais des facteurs politiques ont largement contribué à provoquer et à pérenniser ce problème.

  • 109 Ibid, 30/6/1950.

114Cependant, des problèmes demeurent en suspens entre l’Irak et la compagnie :109

  1. Le désaccord sur le calcul du prix de l’or ;
  2. L’augmentation de la part du gouvernement irakien aux bénéfices.

115Ces deux différends conduisent le gouvernement irakien à entamer enfin une action en justice contre l’IPC auprès de la Haute Cour de commerce de Londres.

La revendication de nationaliser le pétrole en Irak

  • 110 Conseil Irakien des Députés (Parlement). Session ordinaire de 1951, pp. 398-408.
  • 111 In le journal Sadà al-Ahàly (L’Echo des Gens), 1er, 2,3 et 6 avril 1951, Bagdad.

116En mars 1951, Mossadegh, alors Premier ministre en Iran, annonce la nationalisation du pétrole de son pays. Cette mesure entraîne des répercussions en Irak, où l’opposition, redoublant d’acrimonie envers les trusts monopolistiques, revendique la nationalisation du pétrole irakien, à l’instar du voisin iranien. Les députés du Parti de l’Indépendance (Hezb al Istiqlàl), bientôt rejoints par d’autres élus, présentent au parlement un projet de loi sur la nationalisation des compagnies pétrolières opérant en Irak110. Le peuple est très largement favorable à une telle entreprise ; les étudiants signent des pétitions à l’adresse du Conseil des députés et du Conseil des ministres dans lesquelles ils revendiquent la nationalisation du pétrole111.

  • 112 Khalîl Kenna, L’Irak entre le Passé et l’Avenir, op. cit.

117Mais le gouvernement s’y oppose, arguant que la nationalisation n’est qu’un leitmotiv communiste visant à appauvrir le pays et à aggraver le chômage ; que le pétrole est la propriété de l’état et, donc, de facto nationalisé ; que les compagnies ne sont que des "locataires" qui seraient remplacés par d’autres s’ils enfreignaient les conditions de "bail"...112

  • 113 In le journal Az-Zamàn (Le temps) du 6/4/1951.
  • 114 Ali Haïdar Salmàan, La nationalisation du pétrole iranien et ses répercussions sur la vie en Irak, (...)

118Les milieux officiels américains, pendant ce temps, critiquent la politique britannique au Moyen-Orient depuis l’Après-guerre. Les milieux américains, qui estiment cette politique à l’origine de l’ébullition dans la région, sont favorables à l’application du partage à parts égales des bénéfices du pétrole afin de ménager les nationalistes et d’enrayer la tendance à la nationalisation113. Ils expriment par ailleurs leur inquiétude de voir l’Iran et l’Irak devenir le théâtre de turbulences et de violences, susceptibles de provoquer l’intervention de l’URSS114.

  • 115 Archives du Ministère irakien du Pétrole. Communication du ministère des Affaires Etrangères au Min (...)

119D’autre part, les Etats-Unis oeuvrent secrètement à inciter l’Irak à revendiquer l’application du principe de partage à parts égales des bénéfices. Ainsi l’ARAMCO confie à l’ambassade irakienne à Londres que l’Irak dispose là d’une précieuse occasion pourvu qu’il insiste sur l’obtention de ses droits et persévère dans cette voie115.

  • 116 In le journal al-Goumhoùr al-Masry (Le public égyptien), Le Caire, citant "al-Alêm al-Arabi" (Le mo (...)

120Les cartels américains proposent, pour leur part, à Bagdad de dénoncer la concession de la Basrah Petroleum Company en vue de la leur confier. Eux s’engageraient le cas échéant à :116

  1. Verseï à l’Irak 51 % des bénéfices nets ;
  2. Produire plus de 20 millions de tonnes par an ;
  3. Honorer tous dédommagements ou indemnisations éventuels à la BPC et se charger des frais de justice, au cas où celle-ci entamerait une procédure contre l’IPC pour dénonciation de contrat.
  • 117 Archives du Conseil Irakien des Ministres. Dossier 5,4/4/1951.

121L’évolution de la situation en Irak fait planer la menace d’une interruption probable de la production iranienne et accentue la revendication de nationaliser le pétrole irakien. Cette incertitude a pour résultat d’accélérer la reprise des négociations entre le gouvernement irakien et l’IPC. Celle-ci se déclare en l’occurence disposée à accepter que la part du pays aux bénéfices ne soit pas inférieure à celle des pays voisins (Iran et Arabie Séoudite) et que le total des exportations des trois compagnies (Kirkouk, Mossoul et Bassorah) s’élève au minimum à 25 millions de tonnes par an117.

  • 118 Archives du Ministère Irakien du Pétrole, op. cit., n° 3/109, 31 /07/1951.

122Suit à cette reprise des négociations, le gouvernement retire sa plainte contre la compagnie (au sujet du prix de l’or) contre une somme de 5 millions de Dinars que la compagnie s’engage à lui verser118.

  • 119 Centre National des Archives, Bagdad, dossier C/1/8,1951, pp. 33-34.
  • 120 Archives du Conseil Irakien des Ministres. Dossier 5, 20/8/1951. "From the IPC to the Prime Ministe (...)

123L’Irak obtient en outre la nomination d’administrateurs irakiens aux conseils d’administration des compagnies ; l’attribution de bourses d’études aux différentes institutions de l’enseignement supérieur en Grande-Bretagne pour des étudiants irakiens aux frais de la compagnie ; la création à Kirkouk (au nord du pays) d’un institut de formation aux professions pétrolières ; et, enfin, l’obligation d’informer le ministère irakien de l’Economie avant l’engagement au sein de la compagnie de tout ressortissant étranger119. Les deux parties fixent le 1er mars 1952 comme date limite pour la ratification de ces dispositions par le parlement irakien120.

  • 121 In les journaux Ach-Chaab (Le Peuple) du 6/9/1951 et Sadà al-Ahàly (L’Echo des Gens) du 24/6/1951.

124La promptitude avec laquelle cet accord est conclu est en réalité destinée à altérer le cours des négociations à Téhéran et à impressionner le gouvernement iranien qui persiste dans sa fermeté en matière de pétrole. Londres, en effet, met au point un dessein qui consiste à utiliser le territoire irakien comme base logistique pour une épreuve de force virtuelle avec l’Iran de Mossadegh. Dans cette perspective, des bâtiments de guerre anglais arrivent dans les eaux territoriales irakiennes, tandis que les agences de presse rapportent que le détachement de la Royal Air Force britannique basé à Habbaniyyah (à environ 90 km au Nord-Ouest de Bagdad) s’apprête à effectuer des raids aériens contre l’Iran. Les forces nationalistes en Irak condamnent alors véhémentement l’utilisation du territoire national comme base pour une agression contre un pays voisin et qualifient cette entreprise de violation caractérisée de la souveraineté nationale et une agression contre l’Irak lui-même121.

  • 122 In le journal An-Naba’à (La Dépêche), 8/2/1952, Bagdad.

125Nùri Al Saïd, qui vient de former son onzième gouvernement, annonce le 7 février 1952 la signature officielle de l’accord avec la compagnie pétrolière. Il promet que les bénéfices supplémentaires que le pays percevra en vertu des nouvelles dispositions seront consacrés à la réalisation de projets de développement, notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la culture. Le Premier ministre compare dans une déclaration à la presse, la situation en Irak et le statu quo chez le voisin iranien. « Le gouvernement actuel d’Iran, dit-il, n’a pas réussi à trouver avec la compagnie une solution comparable avec l’accord auquel nous sommes parvenus. Pourtant le litige dure depuis un an en Iran... » 122.

126Cependant, l’opinion publique en Irak est très largement favorable à une nationalisation du pétrole irakien. A l’exception du Parti constitutionnel (al Hezb ad-Destouri) – qui est au pouvoir – les formations politiques et la presse de l’opposition sont unanimes pour rejeter cet accord.

  • 123 In le journal Al-Jabha Ach-Chà’abiya (Le Front Populaire), 17/2/1952, Bagdad.

127Et les partis politiques, les syndicats ouvriers et les corporations professionnelles ne se contentent guère de s’indigner ou de publier des communiqués condamnant l’accord. Ils appellent à une grève générale pour le 29 février de cette année 1952 pour protester contre « cette braderie à vil prix des intérêts du pays »123.

  • 124 In le journal Sa’dà al-Ahàly (L’Echo des Gens), 14/2/1952.

128Les autorités craignent que la grève ne dégénère en soulèvement général (Intifàdha), surtout après la fin des vacances scolaires du printemps et le retour des élèves et des étudiants à leurs établissements. Aussi le ministère de l’Education nationale prend-il l’initiative de prolonger les vacances d’une semaine pour les écoles secondaires et intermédiaires (les collèges) de l’académie de Bagdad et de deux semaines pour les facultés et les instituts de l’enseignement supérieur124.

129Malgré ces mesures, la grève gagne Bagdad puis les autres grandes villes. De violents affrontements opposent manifestants et forces de l’ordre, tandis que le parlement vient de ratifier l’accord ; Nùri Al Saïd présente sa démission : une initiative destinée à absorber la colère de la rue.

Notes

1 Abbass bdul Majid, OU Diplomacy in the Bear East, Ph. D. Thesis. (Thèse de doctorat) University of Chicago, 1939, pp. 4-5.

2 Ministère des Affaires Etrangères. Paris. Série E. Levant 1930-1940, p. 46.

3 Benjamin Shawdran, The Middle East OU and Great Powers, Jérusalem, 1973, p. 17. Voir aussi : Thobie "Ali et les 40 voleurs", op. cit., pp. 73-74.

4 Marian Kent, OU and Empire, British Policy and Mesopotamian Oil, 1900-1920, Londres, 1976, p. 48.

5 Ministère des Affaires Etrangères, Paris, op. cit., p. 46.

6 Les motivations de l’accord pétrolier entre le gouvernement et l’APOC, article paru dans le journal Al-Alêm al-Arabi (Le Monde Arabe) du 1er janvier 1926.

7 Bouda Etemad, Pétrole et développement, Irak, Vénézuela, Iran, 1900-1973. Université de Genève (collection des thèses), p. 41.
Voir aussi Antoine Fleury, La pénétration allemande au Moyen-Orient 1919-1939 : le cas de la Turquie, de l’Iran, et de l’Afghanistan, Genève 1977, pp. 19-20.

8 André Nouschi, Luttes pétrolières au Proche-Orient, Paris, 1970, pp. 24-25.

9 Abdel-Fattah Ibrahim, Sur la route des Indes, Bagdad, 1935, p. 179.

10 Ibrahim Yuzbek, Le pétrole, esclavagiste des peuples, Beyrouth, 1934, p. 90.

11 Nouschi, Luttes pétrolières, op. cit., p. 53.

12 Arnold T. Wilson, La Mésopotamie entre eux loyautés. Traduction arabe de Fouàd Jamil, Bagdad, 1969, Tome I, pp. 33-38.

13 Khorshid Mohammed AI Naqîb, Abrégé géologique de la zone Sud-Kirkuk. Deuxième congrès arabe du pétrole, Beyrouth, Octobre 1960, Vol. II, p. 54.

14 Arnold T. Wilson, op. cit., Tome I, p. 135.

15 Salim Taha Al Tikrîti, La bataille pétrolière en Irak, Bagdad, 1952, pp. 70-73.

16 F.O. 371/10085, pp. 82-85, Mesopotamia Geological Surveys Carried out by Captain Noble and Captain Evans during 1919-1920.

17 Centre National des Archives, Bagdad, Telegram from Churchill to Cox, 20/08/1921. Numéro 1/1 aux dossiers d’archives pp. 15-17.

18 Centre National des Archives, Bagdad, dossier n° Z/2,1926, feuillets 15-16.

19 Ireland : "Iraq...", op. cit., p. 268.

20 Khalîl kenna, L’Irak, entre le passé et l’avenir, mémoires de K. Kenna, ancien ministre irakien, Beyrouth, 1966, p. 138.

21 Ministère des Affaires Etrangères, Paris, op. cit., p. 46.

22 Qassem Ahmed Al Abbassi, Documents pétroliers en Irak, Bagdad, 1975, Tome I, p. 123. Voir également Bouda Etemand, Pétrole et Développement, op. cit., p. 45.

23 Ministère des Affaires Etrangères, Paris, op. cit., p. 47.

24 Khalil Kenna, op. cit., p. 139.

25 Correspondance du Directeur Général de la Compagnie en Irak au secrétaire du roi Fayçal, en date du 18 juin 1929. Dossiers du Centre National des Archives, Bagdad. Dossier 3/1, 1929-Feuillet 20.

26 F.O. 371 E/14503 (15/1/1930). De Cadman (alors président de la compagnie) au sous-secrétaire d’Etat aux Colonies.

27 De l’IPC au Ministre irakien des Communications et des Travaux Publics, en date du 30 décembre 1929. Centre National des Archives, Bagdad, Dossier n° 3/2-1930, feuillet 2.

28 F.O. 371 E/5000/51/93 (16/9/1930). Pour le pipe-line voir aussi : Hussain Mohamed, La politique britannique en Irak (1914-1933). Thèse pour le Doctorat d’Etat. Université de Poitiers, 1984, pp. 473-477.

29 F.O. 371 E/5452/51/93 (9/10/1930).
Voir également : André Nouschi, Pipe-lines et politiques au Proche-Orient dans les années 1930. Article dans Relations internationales n° 19, Automne 1979, p. 281-282.

30 F.O. 371 /14510/E1718 (20/2/1930) From the Minister of Communications and Work to the Council of Ministers.

31 F.O. 3716/14510/E 940 (23/1/1930) Note on possible alignement of transdesert pipe-line System from Iraq to the Mediterranean (draft), by Cadman.
 Voir également Nouschi, Pipe-lines, op. cit., p. 285.

32 Ibid.

33 F.O. 371/14510/E 1475 (20/3/1930) from Cadman to Arthur Henderson (Foreign Office).

34 F.O. 371/14510/E 1587 (27/3/1930). Au sujet du pipe-line voir aussi S.H. Longrigg, Oil in The Middle East, Oxford University Press 1954, pp. 179-182.

35 Mémorandum on the pipe-line and the railway between Iraq and Mediterranean. F.O. 371 E/14511/1930.

36 Archives du Conseil des Ministres d’Irak. Communication de Nùri Saïd à Jaafar Al Askari, 5 avril 1930, dossier n° 3.

37 Centre National des Archives, Bagdad. Communication de Jamil Al Rawi à Nùri Al Saïd, 13 mai 1930. Dossier S/3/2/1930, pp. 24-27.

38 F.O. 371/14511/2473 (19/05/1930) Minutes by G.W. Rendel (Foreign Office).
Voir aussi : Bouda Etemad, op. cit., p. 46.
Le New-York Times du 30/09/1930 dira à ce sujet : « Une des plus graves controverses pétrolières internationales s’est développée depuis la fin de la Grande Guerre. Son éclatement au grand jour est prévu pour les semaines à venir. L’enjeu : les riches champs pétrolifères d’Irak non encore exploitée. Les antagonistes sont les actuels détenteurs de la concession gouvernementale. La Grande-Bretagne, les Etats-Unis, la France, la Hollande, le Groupe arménien de Gulbenkian, mais aussi un trust pétrolier tout à fait nouveau, dirigé par un génie nommé Benito Mussolini... On croit savoir que le roi Fayçal a reçu de la part des Italiens des promesses d’appuyer financièrement et politiquement son jeune pays pourvu qu’il daigne détourner la concession sur le pétrole irakien en faveur de ce nouveau groupe que l’on nomme British OU Development Company et que l’on dit acquis à Rome ». Le même New-York Times, le 22/10/ 1930, mettra en garde contre « les activités d’un nouveau groupe pétrolier international contrôlé par l’Allemagne et l’Italie ». Il convient de souligner également à cette occasion que ces intérêts pétroliers étaient à l’origine des réticences italiennes devant l’adhésion de l’Irak à la SDN (le New-York Times du 14/01/1930).

39 F.O. 371/14511/2406 (7/5/1930).
Notons qu’outre la divergence des points de vue sur le tracé du pipe-line, il y a, à ce moment, entre la France et l’Angleterre un autre conflit relatif au tracé de la ligne de chemin de fer. « D’après les Français, le dessein de la Grande-Bretagne consiste à construire une voie ferrée parallèle à l’oléoduc. Les officiels britanniques prétendent que c’est le seul moyen de défendre le conduit pétrolier contre d’éventuelles attaques menées par les tribus. Or, selon Paris, la véritable raison est la volonté de mettre sur pied une nouvelle ligne stratégique de communication : cette voie ferrée est destinée à servir de succédané dans le cadre des communications avec l’Inde au cas où une guerre future rendrait impraticable le canal de Suez... Il apparaît clairement que les Anglais entendent faire assumer aux compagnies pétrolières le coût de construction d’un chemin de fer qui, en réalité, servirait les impératifs de l’Empire de Sa Majesté britannique ». (New-York Times, 5/2/1931).

40 F.O. 371/14511/2468 (13/5/1930).

41 Centre National des Archives, Bagdad, Dossier 21/1/, 1922-1930. 16/5/1930, feuillet 138.

42 C.O. 730/146/68354, Pat III, (12/8/1929).

43 Centre National des Archives, Bagdad, Décisions du Conseil des Ministres au 17 au 24 juin 1930. Dossier C/2/6-1930, feuillets 20-71.

44 F.O. 371 E/14512/3842 (16/7/1930) Iraq – Mediterranean pipe-line and oil negotiations by Mr Rendel.

45 F.O. 371 E/14512/ pp. 40-42 (15/7/1930). Note of discussion with the Iraq Prime Minister held at the Colonial Office.

46 Centre National des Archives, Bagdad, dossier n° S/3/2/, 1931, feuillets 37-38.

47 Ibid, 3/9/1930, feuillet 43.

48 New-York Times, du 30/09/1930.

49 Centre National des Archives, Bagdad, dossier n° K/1/1/, 1930, feuillet 31 (Communication du roi Fayçal de Paris, à l’adresse de Humphrys, 18/8/1930).

50 Ibid, dossier 5/3/2,1930, feuillets 39-41.

51 F.O. 371 E/14513/5025 (12/9/1930).

52 Ibid, feuillet 53. De Nùri Saïd à la représentation irakienne à Londres, feuillet 53.

53 F.O. 371 E/16042/697 (11/2/1932), Mémorandum on Assurances Given by H. M’s Government to the French Government.

54 F.O. 371 E/14513/4032 (1/8/1930). Memorandum Communicated t the French Embassy (London) by the Foreign Office.

55 Centre National des Archives, Bagdad, Communication du Ministre (irakien) de l’Intérieur au Conseil des Ministres au 9/05/1929. Dossier C/5/12,1929, feuillets 30-32.

56 F.O. 371 E/14513/5036 (14/8/1930), Mémorandum on the Pipe-lines Negotiations and Anglo-French Relations in the Near-East.

57 Centre National des Archives, Bagdad. Lettre de Hubert Young à Ja’afar Al Askari, 15/8/ 1930, feuillets 125-128.

58 F.O. 371 E/14512/E 4418 (14/8/1930), l’article 14 du traité irako-anglo-turc engageait Bagdad à verser à Ankara 10 % des royalties obtenues de la Turkish Oil Company et de ses filiales qui seraient constituées pour exploiter la concession, et ce pour une durée de 25 ans (Treaty between United Kingdom, Iraq and Turkey, Cmd 2676).

59 F.O. E/14512/4418 (28/8/1930).

60 Archives du Conseil irakien des Ministres. Circulaire du Gilbenkian. Septembre 1930, dossier 3. Egalement : New-York Times du 6/1/1931.

61 Ibid, dossier 5/3/2/-1930, feuillet 168.

62 Ibid, pp. 92-93.

63 F.O. 371 E/14513/5708 (15/10/1930) De Cadman à Nùri Al Saïd.

64 In le journal Az-Zamàn (Les temps) du 20/10/1930.

65 Procès-verbal de la session du Parlement irakien, p. 2,1930.

66 F.O. 371 E/14513/5872 (31/10/1930).

67 Procès-verbal du Conseil irakien des Ministres, séance du 21/11/1930. Dossier 3.

68 Centre National des Archives, Bagdad, De Humphrys au roi Fayçal, 1/3/1931, pp. 26-27.

69 F.O. 371 E/15305/1105 (2/3/1931). Tel. front High Commissioner to the S/S Colonies.

70 Kamel Al Samarraïe, Lois relatives au pétrole, Bagdad, 1969, pp. 40-56.

71 Irt les journaux al-istiqlàl (L’Indépendance) du 6 février et du 2 mars 1931, et as-Siyassah (La politique) du 4 février 1931.

72 The New-York Times, 18/5/1931.

73 Chambre des Députés, Bagdad, session 1930/1931, pp. 1002-1012.

74 Conseil des Notables. Session 1930/1931, pp. 496-505.

75 In le journal al-alêm al-Arabi (Le monde arabe), 23 mai 1931.

76 Décisions du Conseil des Ministres Irakien du 21/4/1937. Dossier 4, p. 2.

77 F.O. 371 E/20800/1449 (24/2/1937).

78 Al Hassani, Histoire des Ministères..., op. cit., Tome V, p. 41.

79 Ibid, p. 7.

80 Centre National des Archives, Bagdad, Dossier S/3,1938-1941, pp. 3-6.

81 Procès-verbaux du Conseil des Notables (Bagdad). Session extraordinaire de 1939, pp. 52-53.

82 F.O. 371 E/21847/1008 (2/3/1938). De l’ambassade de Grande-Bretagne (à Bagdad) au Foreign Office (à Londres).

83 Al Abbas, Documents pétroliers..., op. cit., Tome I, p. 11.

84 Al Samarraïe, Lois relatives..., op. cit., pp. 181-210.

85 F.O. 371 E/23215/1097 (2/3/1939).

86 F.O. 371 E/23215/4085 (3/5/1939).

87 Mémoires de Tàha Al Hashimi 1919-1943, par Khaldoun Satti Al Hussari. Beyrouth, 1967, pp. 449-450.

88 Na’amàn Sheet, Une page de la révolution de Mai 1941, (ouvrage non imprimé), feuillets 4-5.

89 Centre National des Archives, Bagdad, du ministère (irakien) des Affaires Etrangères à l’ambassade de Grande-Bretagne (à Bagdad). 18/8/1940. Dossier S/3-1938-1940, p. 41.

90 F.O. 371 E/52456/6544 (16/7/1946).

91 Documentation française. INF-EC, 29 décembre 1945-1946.

92 M.S. Hassan, Bagdad and Oil Talks in the Economist, London 28/4/1951, p. 977.

93 Dossiers du Conseil Irakien des Ministres. Dossier 4, 18/7/1948 et 22/8/1948. (La région de Khanaqîn est située au Nord-Est de Bagdad, près de la frontière avec l’Iran).

94 Dossier du Conseil Irakien des Ministres, dossier 5,1950.

95 In le Journal Liwàa Aal-Istiqlàl (L’Etendard de l’Indépendance) des 9, 20 et 25 mars 1949.

96 Transférer les négociations à Londres ne favorise nullement l’Irak, article par Mohammed Hadît (ancien ministre du Budget) publié dans le journal al-Ahàly (Les Masses), 21/6/ 1949.

97 Dossiers du Conseil Irakien des Ministres. Procès-verbal des négociations, séance du 27/6/1949. Dossier 4.

98 Great Britain, Parlementary Debates, House of Commons. Fifth Series, 1949, p. 27.

99 Ibid.

100 In le journal égyptien al-Ahràm (Les Pyramides), Le Caire, 27/4/1950.

101 Dossiers d’Archives du Conseil Irakien des Ministres, op. cit., 5/7/1949.

102 Ibid, procès-verbal d’une réunion tenue à l’ambassade d’Irak à Londres, 6/7/1949.

103 Centre National des Archives, Bagdad. Rapport du ministère des Finances, 9/7/1949, dossier C/1/7.

104 Dossier d’Archives du Conseil Irakien des Ministres, op. cit.

105 Procès-verbal d’une réunion tenue à l’ambassade d’Irak à Londres le 19/7/1949, ibid.

106 Dossiers d’Archives du Conseil Irakien des Ministres. Procès-verbal de la séance du 22/7/1949. Dossier 4.

107 Ces articles seront évoqués par les journaux Liwà’a al-Istiqlàl (L’Etandard de l’indépendance) du 15/9/1949 et Sadà al-Ahàly (L’Echo des Gens) du 29/9/1949, Bagdad. La perte subie par l’Irak à cause de l’interruption des activités du Terminal d’Haïfa est évaluée à plus de 2 millions de dinars irakiens par an.

108 Archives du Conseil Irakien des Ministres. Dossier 5. Procès-verbal d’une réunion tenue le 22/6/1950 au siège de l’IPC à Londres.

109 Ibid, 30/6/1950.

110 Conseil Irakien des Députés (Parlement). Session ordinaire de 1951, pp. 398-408.

111 In le journal Sadà al-Ahàly (L’Echo des Gens), 1er, 2,3 et 6 avril 1951, Bagdad.

112 Khalîl Kenna, L’Irak entre le Passé et l’Avenir, op. cit.

113 In le journal Az-Zamàn (Le temps) du 6/4/1951.

114 Ali Haïdar Salmàan, La nationalisation du pétrole iranien et ses répercussions sur la vie en Irak, in le journal az-Zamàn, Aer avril 1951.

115 Archives du Ministère irakien du Pétrole. Communication du ministère des Affaires Etrangères au Ministère de l’Economie. 17/4/1951 (relative à la procédure judiciaire sur le calcul du prix de l’or), n° 1 /107.

116 In le journal al-Goumhoùr al-Masry (Le public égyptien), Le Caire, citant "al-Alêm al-Arabi" (Le monde arabe) des 25 mars et 1er avril 1951.

117 Archives du Conseil Irakien des Ministres. Dossier 5,4/4/1951.

118 Archives du Ministère Irakien du Pétrole, op. cit., n° 3/109, 31 /07/1951.

119 Centre National des Archives, Bagdad, dossier C/1/8,1951, pp. 33-34.

120 Archives du Conseil Irakien des Ministres. Dossier 5, 20/8/1951. "From the IPC to the Prime Minister".

121 In les journaux Ach-Chaab (Le Peuple) du 6/9/1951 et Sadà al-Ahàly (L’Echo des Gens) du 24/6/1951.

122 In le journal An-Naba’à (La Dépêche), 8/2/1952, Bagdad.

123 In le journal Al-Jabha Ach-Chà’abiya (Le Front Populaire), 17/2/1952, Bagdad.

124 In le journal Sa’dà al-Ahàly (L’Echo des Gens), 14/2/1952.

Notes de fin

1 La compagnie calculait une valeur de l’or inférieure à celle pratiquée sur le marché financier, au gré des vicissitudes des spéculations – ce qui explique le désir de Bagdad de calculer le prix réel de l’or tel qu’annoncé au jour le jour.

Table des illustrations

Titre CARTE N° 3
Légende La concession des régions
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/48313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre CARTE N° 4
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/48313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre TABLEAU n ° 1 LA COMPOSITION DE L’IRAQ PETROLEUM COMPANY GROUP
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/48313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre CARTE N° 5
Légende EGYPTE – PALESTINE – JORDANIE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/48313/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Champs de pétrole et oléoducs
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/48313/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search