Version classiqueVersion mobile

L’émergence d’un État à l’ombre d’un empire

 | 
Majid A. Majid

Première Partie. Aperçu historique des relations irako-britanniques

Chapitre II. L’Irak motivé

Texte intégral

L’Institution d’un régime monarchique en Irak

  • 1 Abdel Razzaq Al Darraji, Jaafar Aboul Timmen et son rôle dans le Mouvement National, Bagdad, 1980, (...)

1Le mandat de Sir Wilson en tant que gouverneur civil général adjoint s’achève à la fin septembre 1920. Sir Percy Cox arrive le 11 octobre à Bagdad où il est nommé premier haut-commissaire. Pour lui, l’Irak est une vieille connaissance : en novembre 1914, déjà, il avait accompagné les forces anglaises qui occupaient l’Irak, avant d’être nommé gouverneur civil, poste qu’il avait occupé jusqu’au printemps 19181.

  • 2 Dr Badià Al Sharif et Dr Zeki Mahassen, Etudes historiques sur la renaissance arabe moderne, Le Cai (...)

2Dès son arrivée, il entreprend des démarches en vue de former un gouvernement provisoire qui, placé sous sa houlette et suivant strictement ses propres instructions, serait chargé d’expédier les affaires courantes de l’administration en attendant la réalisation de progrès plus significatifs dans la création d’institutions nationales. Au poste de Premier ministre, il choisit Abdel Rahman Al Naqîb, chef des notables de Bagdad, qui jouit d’une position religieuse et sociale de premier ordre. Un gouvernement est donc formé, comprenant, outre le Premier ministre, les ministres de l’intérieur, des Finances, de la Justice, des Waqfs (biens religieux), de l’Education, de la Santé, des Travaux publics, du Commerce et de la Défense, ainsi que d’autres ministres sans portefeuilles2.

  • 3 Ministère des Affaires Etrangères, Paris, Série E Levant, Irak, n° 60 (1920-1930), pp. 158 à 160.

3Le ministère français des Affaires Etrangères, dans son rapport relatant la formation de ce premier gouvernement arabe en Irak, insiste sur le portefeuille de la Défense. « C’est Jaafar Pasha Al Askari qui assume ce ministère », nous apprend le rapport diplomatique français, qui ajoute que les réglementations et les méthodes de l’armée irakienne sont semblables à celles de l’armée britannique ; que le volontariat est à la base du recrutement des armées : deux ans et demi pour les unités montées, deux à quatre ans pour les autres qui, au terme de leur engagement, ont la possibilité de le renouveler. La première école militaire irakienne est créée en juillet 19213.

4On retiendra que le premier gouvernement arabe en Irak depuis les Abbassides est constitué le 25 octobre 1920.

  • 4 Al Hassani, op. cit., p. 194.

5Le conseil des ministres de ce gouvernement tient sa première séance le 2 novembre 1920 chez le Premier ministre qui, gravement handicapé par la maladie, ne peut quitter son domicile. Percy Cox, haut-commissaire britannique y assiste4.

6L’opinion publique irakienne, cependant, demeure sceptique et incrédule. Les Irakiens accusent, en effet, Londres d’avoir mis en place un gouvernement fantoche et factice.

7En fait, Londres n’a pas le choix : l’épreuve de force signifierait pour la Grande-Bretagne d’énormes dépenses et serait une provocation à l’égard de l’opinion publique irakienne – et même anglaise –, cette politique ayant déjà conduit à la révolte irakienne. Il n’est pas non plus question d’abandonner la partie purement et simplement : un tel retrait menacerait gravement et les intérêts et le prestige de la Grande-Bretagne. Il s’agit donc, en toute logique et par pragmatisme, de rechercher une alternative, en l’occurence la formation de ce gouvernement provisoire.

8Mais celui-ci ne trouve, non plus, aucun écho favorable auprès du peuple. Le gouvernement britannique parvient donc, en ultime recours, à trouver un compromis garantissant ses intérêts et, en même temps, réduisant les dépenses. D’où le retour à la politique originelle, déjà proposée en 1918, qui consiste à satisfaire une fraction – même minoritaire – du mouvement pour l’indépendance, dans une manœuvre qui ressemble à s’y méprendre à une répartition de l’influence.

  • 5 Propos tenus par Churchill dans un télégramme adressé au Premier ministre (F.O. 371 /6350), le 31 m (...)

9Le prince Fayçal, qui vient de perdre la couronne à Damas, est le meilleur candidat dans cette perspective. La Syrie vient, en effet, de tomber aux mains des Français et il n’y dispose plus d’avenir. Churchill, lui-même, affirme : « Fayçal représente la meilleure chance de trouver la solution la plus adéquate et la moins coûteuse »5.

  • 6 F.O. 371/5229.
  • 7 F.O. 371 /5228.

10Lord Montagu, du ministère des Indes, analyse pour sa part la situation en Irak en affirmant que "la seule manière de vaincre les extrêmistes obstinés consiste à soutenir les nationalistes pro-britanniques". Il suggère que tout soit mis en œuvre dans le but de créer un parti national qui soit apte à prendre le pouvoir tout en restant loyal à l’Angleterre6. Dautres politiciens britanniques spécialistes des affaires arabes imputent le déclenchement de la révolution aux erreurs et aux égarements de la politique de leur pays, appelant à une certaine collaboration avec les nationalistes modérés7.

  • 8 Lady Bell, Letters..., op. cit., le 30 janvier 1921.

11Miss Gertrude Bell dit en la matière : « Cette propagande "nationaliste" est la seule cause du déclenchement de la révolte. Car les meneurs et les instigateurs principaux étaient sincèrement mus par un esprit et une foi nationalistes. Certes, ils auraient dû y ajouter le facteur islamique avant de galvaniser les masses ; certes aussi que les tribus n’y ont pris part que dans l’espoir de se débarrasser définitivement des impôts, mais aucune de ces motivations n’aurait pu être mobilisatrice si les nationalistes n’avaient appelé à brandir les armes »8.

  • 9 F.O. 371/6351/6831.

12Sir Percy Cox écrit ensuite à Churchill l’informant que le gouvernement britannique ne peut accepter indéfiniment les mesures actuelles. Le haut-commissaire exclut d’autre part la possibilité de proclamer une république en Irak, ou de nommer un prince turc. Il exclut également l’idée de séparer Bassorah du reste du pays. Il suggère, en revanche, la candidature de Fayçal, soulignant l’importance de la collaboration anglo-hachémite, collaboration en laquelle Fayçal lui-même croit fermement9.

13Il considère donc comme politiquement impératif de ménager les nationalistes irakiens, ou du moins, une partie d’entre eux. Aussi, Fayçal – qui a le double avantage d’être un allié de l’Angleterre et d’entretenir de bons rapports avec certains nationalistes et patriotes – représente-t-il le meilleur “poulain" pour Londres.

  • 10 Rapport établi par le gouvernement de Sa Majesté du Royaume-Uni et d’Irlande du Nord à l’adresse de (...)

14Il convient par ailleurs de souligner le rôle de l’opinion publique en Grande-Bretagne dans ce fléchissement de la politique irakienne de Londres. Les Anglais, en effet, réclament l’évacuation de l’Irak dans le but de réduire les dépenses qui, tous "comptes faits", sont à la charge des contribuables... Les sujets de Sa Majesté ne cessent de réclamer la réduction au strict minimum des charges financières des engagements extérieurs, à condition toutefois de préserver absolument les intérêts britanniques généraux10.

  • 11 Amine Al Rayhani, Fayçal Premier, Beyrouth, 1934, p. 40.

15Le 14 février 1921, Winston Churchill est muté du poste de ministre de la Guerre à celui de ministre des Colonies chargé de rechercher les moyens susceptibles de réduire les dépenses, il crée un service spécial au sein du ministère, le "Middle East Department", qui "centralise" l’ensemble des intérêts et des responsabilités au Moyen-Orient11. Rappelons que, le 17 mai 1920, M. Montagu, ministre des Indes, avait déjà soumis au gouvernement une proposition consistant à conclure avec l’Irak un traité qui définisse les grandes lignes des relations entre les deux parties, qui établisse clairement les dispositions du mandat et ses principes, dans le but de dissiper l’ambiguïté de ces relations et d’institutionnaliser un pouvoir totalement loyal et fidèle à la tutelle anglaise. Mais le ministre du Foreign Office de l’époque avait ignoré cette suggestion, qui était alors tombée dans les oubliettes.

  • 12 Ireland ʺIraq...̏, op. cit., pp. 311-312.

16Churchill, lui, exhume le dossier dès sa nomination à la tête du ministère des Colonies. Responsable à ce titre de la politique irakienne du gouvernement, il est convaincu qu’un dirigeant arabe à la tête de l’Irak saura faire accepter le pouvoir exécutif et gagner un appui massif et franc de la part de la population. Lié par la gratitude, il sera le garant de la conclusion d’un traité où les dispositions du mandat seront reformulées et les intérêts britanniques généraux préservés : ce dirigeant arabe, en signe de reconnaissance, y veillera lui-même et y parviendra mieux qu’une administration anglaise directe, lourde pour les contribuables et génératrice d’aversion et d’acrimonie à l’encontre des autorités dirigeantes12.

  • 1 Outre les responsables britanniques, deux ministres du gouvernement provisoire d’Irak – ceux, en l’ (...)
  • 13 Eléonor H. Tejirian, Iraq, 1932-1963. Colombia University, New-York, p. 15.

17Churchill, pour exaucer les espoirs placés sur son expérience et son habileté, décide de convoquer les représentants militaires et civils britanniques au Proche-Orient1 à une réunion qu’il préside au Caire le 12 mars 1921. Mission de ce comité : « Réduire les dépenses et reconsidérer la politique britannique dans cette partie du monde ». Fayçal est officiellement choisi pour la couronne irakienne lors de la réunion13.

  • 14 T.W. Lawrence, Seven Pillars of Wisedom, op. cit., p. 283.

18Sacrer le prince hachémite roi d’Irak signifie pour la Grande-Bretagne non seulement honorer ses engagements pris lors de la guerre 14-18, mais aussi parfaire l’emprise anglaise sur le roi et sur son père, le chérif Hussein, qui éprouve encore quelque amertume vis-à-vis de la Grande-Bretagne. Lawrence décrit cet épisode en ces termes : « Le ministère, embarrassé, confie donc à M. Winston Churchill la mission de régler l’affaire du Moyen-Orient. En quelques semaines, à l’issue de cette réunion du Caire, il y parvient et trouve des solutions qui – à mon sens – sont conformes autant que possible à l’esprit et à la lettre de nos engagements ; et ce sans aucunement sacrifier un quelconque intérêt de notre Empire, ni ceux d’un quelconque peuple concerné »14.

19Au terme de cette assemblée du Caire, l’on convint également de rechercher les moyens adéquats pour faire apparaître que ce sera bien l’Irak qui aura choisi son roi. En d’autres termes offrir aux Irakiens l’opportunité de mander la venue du prince. A titre de précautions, le calendrier suivant est proposé :

  • Le 18 avril 1921 : Arrivée à Bagdad du haut-représentant
  • 18-21 avril : Annonce par le ministre des Colonies de la ratification par le gouvernement britannique de la candidature du prince Fayçal au trône d’Irak. Cette annonce devra être accompagnée d’un communiqué d’amnistie générale qui sera lu publiquement par le haut-commissaire.
  • Le 23 avril : Le prince Fayçal télégraphiera à MM. Nùri Al Saïd et Taleb Al Naqîb ainsi qu’au naqîb (chef des notables) de Bagdad – qui, rappelons-le, est en même temps chef du gouvernement provisoire – les informant de sa "candidature" et leur exprimant son souhait d’obtenir leur appui.
  • 23 avril – 8 mai : Nùri Al Saïd et d’autres Irakiens adresseront à Fayçal des télégrammes le conviant à se rendre en Irak en tant que futur monarque.
  • 8 mai – 8 juin : Le prince se rendra à Bagdad ou se fera représenter, à condition que son arrivée ou celle de ses représentants personnels s’effectue vers la mi-mai. Un grand accueil spectaculaire sera réservé au prince et à ses représentants15.
  • 16 Eléonor Tejirian, op. cit., p. 44.

20Le 11 juillet 1921, le gouvernement naqîbite provisoire se réunit en conseil des ministres et ratifie à l’unanimité le choix de Fayçal comme futur roi d’Irak pourvu que son futur gouvernement soit constitutionnel, parlementaire, démocratique et lié par la loi. Cette ratification stipule l’organisation d’un référendum général. Le résultat du suffrage est éloquent : 96 % des Irakiens sondés adoptent Fayçal pour roi16.

21Le 23 août de cette année 1921, le prince hachémite, désormais Fayçal Ier, est officiellement sacré roi d’Irak et la monarchie proclamée. Elle durera jusqu’à la révolution du 14 juillet 1958.

22Dans son premier discours royal, Fayçal Ier annonce que sa première action sera de faire procéder à l’élection du conseil constitutionnel auquel sera confiée la mission d’établir une constitution permanente, de définir les bases de la vie politique et sociale future du pays, et d’entériner le traité prévu avec la Grande-Bretagne dans la perspective de définir clairement la nature et les fondements des rapports bilatéraux.

Les traités irako-britanniques de 1922,1926 et 1927

  • 2 Sa Majesté le roi Fayçal entendait abolir définitivement le mandat et le remplacer par un traité d’ (...)

23Le haut-représentant à Bagdad écrit au gouvernement de Sa Majesté lui demandant de substituer au mandat britannique en Irak un traité d’alliance. Londres accepte, mais il lui faut d’abord en informer le conseil de la SDN2. M. Fisher, représentant britannique au conseil, prend la parole pour exposer les difficultés auxquelles se heurte son pays dans l’application du mandat. Il demande que les liens irako-britanniques soient définis par un traité d’alliance.

  • 17 Rapports relatifs à l’application sur le cas de l’Irak des principes de l’article 22 de la Conventi (...)

24Le traité tant attendu est élaboré en 1922. Ses dispositions dont l’objet de divergences. En 1923, un protocole y est annexé, et le conseil constitutionnel irakien accepte enfin de ratifier le traité. Lord Parmove, au nom de l’Angleterre, expose les faits devant le conseil de la SDN lors d’une séance tenue le 20 septembre 1924. Il réitère la requête de remplacer le mandat par un traité d’alliance, soulignant que celui-ci garantit l’application des principes mêmes du mandat. Le conseil de la SDN accepte, une semaine plus tard, le 27 septembre, et ratifie le traité à condition qu’il soit conforme à l’article 22 de sa charte et que la Grande-Bretagne continue, comme de coutume, à soumettre à la SDN un rapport annuel sur son administration de l’Irak17.

  • 18 SDN, Question des frontières entre l’Irak et la Turquie C-400, M.147,1925, pp. 88-89.

25Les hommes politiques irakiens ne sont pas, loin s’en faut, satisfaits pour leur part des dispositions du traité de 1922 qu’ils estiment contraignantes. Ils pensent que le document n’est autre qu’une formule revue et corrigée du mandat que la Grande-Bretagne avait soumis à la SDN. Mais le différend frontalier entre l’Irak et la Turquie émerge à ce moment précis, ce qui conduit – conformément à une proposition de la Commission des Frontières – à proroger la durée du mandat pour ving-cinq nouvelles années,18 en vertu du traité de 1926.

  • 19 Eléonor Tejirian : "Iraq…", op. cit., pp. 48-49.
    Voir également :
     – Jacques Thobie, op. cit., pp. 6 (...)
  • 20 J. Stoyamovsky, Le Statut International de l’Irak (Extrait de la Revue Générale du Droit Internatio (...)

26L’Angleterre, en effet, exige ce renouvellement en contrepartie de son soutien à l’Irak dans l’affaire de Mossoul, province du Nord de l’Irak revendiqué par la Turquie19. Mais les Irakiens contestent derechef. Ils réclament la fin du mandat et jugent excessive la durée proposée pour la prorogation, soit un quart de siècle. Ceci débouche sur une réouverture des négociations en vue d’élaborer un projet de traité pour 1927. Mais la Grande-Bretagne ne semble guère, alors, disposée à abroger le mandat. C’est de nouveau l’affrontement, et le traité de 1927 est rejeté20.

  • 21 Rapport du gouvernement de Sa Majesté au conseil de la SDN sur l’administration britannique de l’Ir (...)

27Cet incident marque le début d’une crise. Les Irakiens comme les Britanniques constatent clairement qu’il est très aléatoire et difficile de prodiguer conseils et directives par cette forme de régence nommée mandat. Ceci conduit la Grande-Bretagne à exposer sans détours les difficultés d’administrer en vertu d’un mandat ; explication figurant dans son rapport à la SDN pour l’année 1928. Ce rapport, en toute franchise, fait état de cette ambiguïté et de ce paradoxe, car « l’Irak, malgré sa souveraineté nationale, est sous mandat ; ses ministres, bien que responsables devant le Parlement, sont liés à l’influence des conseillers anglais... »21.

  • 22 Q. Wright, The Government of Iraq, publié in "The American Political Science Review’’, Vol. 20, Nov (...)

28Dans une telle conjoncture, les institutions politiques des pays ne peuvent nullement évoluer, tisser des traditions et tracer des lignes de conduite. Non que la Grande-Bretagne fasse preuve de carence dans l’application des principes de mandat – car elle est sans doute le pays mandataire qui a le "mieux réussi" un mandat, en l’occurence celui de l’Irak22 – mais ceci est plutôt imputable à la nature même d’un mandat : le paradoxe entre la nécessité de conseiller et d’orienter sans s’immiscer dans les affaires touchant à la souveraineté du mandant, d’une part et, d’autre part, la responsabilité du mandataire qui doit répondre des résultats du mandat vis-à-vis de la SDN...

29Il convient à ce stade, et avant d’aborder l’évolution des relations entre les deux pays en 1930, d’évoquer brièvement les problèmes politiques les opposant à propos du traité de 1927, les tentatives de le modifier qui ont conduit à la conclusion du traité de 1930 et à l’adhésion de l’Irak à la SDN en 1932.

30Le traité de 1927, comme souligné précédemment, est rejeté, se heurtant à une forte opposition de la part des Irakiens. Le troisième gouvernement d’Abdel Mohsen Al Saadoun, formé le 11 octobre 1928, tente vigoureusement d’apporter une modification aux accords militaires et financiers : que le gouvernement d’Irak assume à part entière la responsabilité de la défense ; que soit retirée au commandant en chef des troupes britanniques la compétence d’instaurer la loi martiale ; que soit annulé l’article qui confère à l’Angleterre la défense navale de l’Irak, ses côtes maritimes n’étant pas suffisamment longues pour justifier une telle disposition et, enfin, que l’échéance de l’accord militaire soit ramenée à quatre ans.

31Pour ce qui est de l’accord financier, la modification suggère que les affaires financières soient entièrement du ressort du gouvernement irakien ; que celui-ci n’assume plus les charges financières du haut-représentant et du personnel de son cabinet ; que l’affaire des chemins de fer soit tranchée par leur rachat par l’Irak. La partie britannique décline ces propositions.

32Chacune des deux parties s’en tient à sa position et les négociations traînent en longueur sans que l’on parvienne à un résultat. Le Premier ministre, Abdel Mohsen Al Saadoun, est contraint de démissionner. Son abandon n’est pas dû exclusivement à cet échec ; il est également l’effet des critiques virulentes formulées à son endroit par les partis politiques qui lui reprochent d’être revenu sur ses positions et de manquer de fermeté dans sa politique anglaise.

  • 23 Centre National des Archives, Procès-verbaux du parlement, session 1929/1930, pp. 15-16, Bagdad.

33Il est amené à exposer sa politique devant le parlement, soulignant l’embarras des gouvernements irakiens successifs et l’oppression qu’ils subissent à cause de l’arbitraire de la politique britannique, d’une part, et la fierté du peuple irakien, d’autre part. « Une nation qui veut l’indépendance, déclare-t-il, doit s’y préparer... car l’indépendance s’obtient par la force et le sacrifice ». Il s’en prend ensuite aux orateurs qui viennent de critiquer le gouvernement qui, selon eux, est ravi et satisfait de sa politique. « Non Messieurs, dit-il, un gouvernement dans ce pays n’a jamais le loisir d’être ravi ou satisfait, car il est constamment soumis, à tort ou à raison, aux plus véhémentes critiques... Depuis qu’un gouvernement existe en Irak, les ministères n’ont cessé de tenter l’impossible pour faire valoir les droits du pays, mais les circonstances n’ont point été favorables »23.

34Cependant, mandé par le roi, Al Saadoun forme à nouveau un cabinet. Mais il constate amèrement que le fond du problème demeure tel quel, que les députés sur lesquels il comptait se sont dressés contre lui, que Dar-el-Itimad (terme utilisé à l’époque pour désigner le siège du pouvoir mandataire) offre aux délateurs et détracteurs une tribune pour proférer à son adresse des propos diffamatoires. Il y entend des blâmes iniques que son orgueil ne supporte pas. Il préfère alors disparaître plutôt que de vivre humilié, et se suicide le 13 novembre 1929. Il laisse à son fils, Ali Al Saadoun, un testament émouvant qui le rend plus grand. Voici le texte de cette ultime lettre :

35« Pardonne-moi, mon fils, pour l’acte que j’entends accomplir. Car je n’ai que faire de cette vie qui ne me procure ni joie, ni goût de vivre, ni honneur. La nation attend de moi un service et les Anglais ne suivent pas. Je n’ai plus ni appui ni soutien. Les Irakiens sont des demandeurs d’indépendance mais sont faibles, impuissants et très éloignés de l’indépendance. Ils sont capables d’apprécier à leur juste valeur les conseils des gens consciencieux comme moi. Ils pensent que je suis un traître, un larbin des Anglais... Quelle calomnie infâme ! Quel fléau ! Moi, le soldat le plus fidèle à ma patrie, j’ai enduré toutes sortes d’humiliations, subi toutes les injustices, tous les mépris pour servir cette terre bénite où avaient vécu mes ancêtres et aïeux dans le bonheur et la dignité.

  • 24 Al Hassani, op. cit., Tome II, p. 212.
    En hommage à cet homme accablé à tort, une grande et prestig (...)

« Ma dernière recommandation à toi, mon fils :
1. que tu sois bon pour tes frères cadets, que tu respectes ta mère, et... que tu demeures fidèle à ta patrie ;
2. que tu jures fidélité et loyauté absolues au roi Fayçal et à sa descendance. Pardonne-moi, Ali mon fils.
Abdel Mohsen Al Saadoun »24.

  • 25 Ministère des Colonies de Grande-Bretagne, Politique en Irak, mémorandum rédigé par le secrétariat (...)

36Le 21 novembre 1929, le ministre britannique des Colonies fait une déclaration relative à la situation politique en Irak annonçant que la candidature de celui-ci à l’adhésion à la SDN sera prochainement présentée et que des négociations seront bientôt ouvertes en vue d’élaborer un nouveau traité basé sur les principes de liberté25.

37Ces négociations sont entamées à Bagdad au début avril 1930 et débouchent, le 30 juin, sur la signature du traité par Nùri Al Saïd et Sir Francis Humphreys. Il est stipulé que le traité, d’une validité de 25 ans, prendra effet à dater du jour où l’Irak sera admis comme membre de la SDN. Le traité stipule en conclusion la condition “de liberté totale, d’égalité et d’indépendance".

Notes

1 Abdel Razzaq Al Darraji, Jaafar Aboul Timmen et son rôle dans le Mouvement National, Bagdad, 1980, p. 124.
Voir également : Vernier, L’Irak…, op. cit., p. 38.

2 Dr Badià Al Sharif et Dr Zeki Mahassen, Etudes historiques sur la renaissance arabe moderne, Le Caire (ouvrage non daté), pp. 305 et 306.

3 Ministère des Affaires Etrangères, Paris, Série E Levant, Irak, n° 60 (1920-1930), pp. 158 à 160.

4 Al Hassani, op. cit., p. 194.

5 Propos tenus par Churchill dans un télégramme adressé au Premier ministre (F.O. 371 /6350), le 31 mars 1921.

6 F.O. 371/5229.

7 F.O. 371 /5228.

8 Lady Bell, Letters..., op. cit., le 30 janvier 1921.

9 F.O. 371/6351/6831.

10 Rapport établi par le gouvernement de Sa Majesté du Royaume-Uni et d’Irlande du Nord à l’adresse de la Société des Nations sur l’Administration de l’Irak pour les années 1920- 1922. Imprimeries Nationales Coloniales de Sa Majesté, Londres 1923.
(Report by H.M. Government in the United Kingdom of Great Britain and Nothern Ireland to the Council of the League of Nations, on the administration of Iraq for the years 1920-1922. Colonial this Majesty’s Stationery Office, London, 1923).

11 Amine Al Rayhani, Fayçal Premier, Beyrouth, 1934, p. 40.

12 Ireland ʺIraq...̏, op. cit., pp. 311-312.

13 Eléonor H. Tejirian, Iraq, 1932-1963. Colombia University, New-York, p. 15.

14 T.W. Lawrence, Seven Pillars of Wisedom, op. cit., p. 283.

15 Ireland : op. cit., p. 304.

16 Eléonor Tejirian, op. cit., p. 44.

17 Rapports relatifs à l’application sur le cas de l’Irak des principes de l’article 22 de la Convention de la Société des Nations. Cmd 2317, Imprimeries Nationales Royales, Londres, 1925, pp. 3, 4, 7 et 8.

18 SDN, Question des frontières entre l’Irak et la Turquie C-400, M.147,1925, pp. 88-89.

19 Eléonor Tejirian : "Iraq…", op. cit., pp. 48-49.
Voir également :
 – Jacques Thobie, op. cit., pp. 62-63.
 – Pour ce qui concerne l’affaire de Mossoul voir : SDN, 1925, C-382, M-126, C-402, M- 140, LON-C (90 pages).

20 J. Stoyamovsky, Le Statut International de l’Irak (Extrait de la Revue Générale du Droit International), Paris 1931, pp. 6-7.
Voir également, pour de plus amples détails sur ce traité, les négociations qui l’ont précédé et la manière dont il a été rejeté, l’ouvrage d’Amine Al Rayhani, Fayçal Ier, pp. 115-125.

21 Rapport du gouvernement de Sa Majesté au conseil de la SDN sur l’administration britannique de l’Irak en 1928. Rubrique "colonies", Imprimeries Nationales Royales, n° 44, Londres 1929.

22 Q. Wright, The Government of Iraq, publié in "The American Political Science Review’’, Vol. 20, Nov. 1926, pp. 747-751.

23 Centre National des Archives, Procès-verbaux du parlement, session 1929/1930, pp. 15-16, Bagdad.

24 Al Hassani, op. cit., Tome II, p. 212.
En hommage à cet homme accablé à tort, une grande et prestigieuse avenue en plein centre de Bagdad porte encore son nom avec, à une de ses extrémités, un monument le représentant.

25 Ministère des Colonies de Grande-Bretagne, Politique en Irak, mémorandum rédigé par le secrétariat d’Etat aux colonies, H.M.S.O., 1929, CMD-3440.
Département du Commerce d’Outre-Mer, Conditions économiques en Irak, Rapport de 1933.

Notes de fin

1 Outre les responsables britanniques, deux ministres du gouvernement provisoire d’Irak – ceux, en l’occurence, de la Défense et des Finances – ont été conviés à assister à la réunion en tant que membres consultants (qui seraient invités de nouveau à l’avenir, chaque fois que les participants jugeraient utile d’entendre leurs avis et conseils).

2 Sa Majesté le roi Fayçal entendait abolir définitivement le mandat et le remplacer par un traité d’alliance. Le texte original du premier traité, celui de 1922, a irrité Sa Majesté dans la mesure où il imposait des subordinations semblabes à celles du mandat.
Voir à ce sujet Les lettres de Miss Bell, Tome II, p. 206, ainsi que les propos de Sir Percy Cox cités par Miss Bell dans ses lettres, Tome II, p. 536.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search