Version classiqueVersion mobile

L’émergence d’un État à l’ombre d’un empire

 | 
Majid A. Majid

Quelques précisions et renseignements concernant les documents britanniques

Texte intégral

1Nous devons apporter ici certaines précisions concernant ces documents, qui peuvent éventuellement servir de base à des études ultérieures.

2Les documents du Public Record Office portent sur les procès-verbaux du Conseil des Ministres ainsi que de nombreux autres ministères comme ceux des Affaires Etrangères, des Colonies, de la Guerre, de l’Aviation, de la Justice et de l’Education. Il s’agit, en effet, de documents qui couvrent une période de trois cent cinquante années, conservés dans les plus grands édifices. Le principal établissement, le plus moderne et le plus important en l’occurence, se situe dans la région de Kew, à proximité de la capitale britannique. Ces documents occupent des placards répartis par une longueur de 25 km sur les onze étages du bâtiment.

3Quant aux documents du ministère des Indes – autorité de tutelle dont dépendait le commandement britannique durant la période d’occupation – ceux-là sont conservés dans une bibliothèque qui porte aujourd’hui le nom de India Office Library and Records – Foreign and Commonwealth Office.

4Les documents du ministère des Affaires Etrangères sont parmi les plus importants, les plus volumineux et les mieux indexés. Ce sont les correspondances de l’ambassade britannique à Bagdad – depuis que le représentant de la Grande-Bretagne en Irak ne portait plus le titre de "haut-commissaire" mais plutôt celui d’"Ambassadeur" – à partir de l’année 1932, et notamment depuis que le ministère des Indes – autorité de tutelle du haut-commissaire – abandonna ses compétences au ministère des Affaires Etrangères. Ces correspondances comportent les rapports confidentiels établis par l’ambassade de Grande-Bretagne à Bagdad sur la situation politique, sociale, économique et militaire de l’Irak ainsi que sur l’étendue du pouvoir de la Grande-Bretagne dans l’orientation de la politique de ce pays et de ses hommes politiques.

5Les documents du ministère de l’Air (Air Ministry) portent sur les correspondances des forces aériennes britanniques en Irak chargées, à la place de l’armée de terre, d’assurer la protection des intérêts de la Grande-Bretagne en Irak. En vertu d’une décision prise lors de "la Conférence du Caire", l’armée de l’air disposait de ses propres services de renseignements indépendamment de ceux de l’ambassade ou de l’armée britannique.

6Enfin les documents du Conseil des Ministres "Cabinet Papers" qui comportent les procès-verbaux des réunions du conseil et des discussions au sujet de la politique britannique aussi bien en Irak qu’ailleurs. Les principales décisions adoptées, les opinions émises par les différents ministres concernés et les échanges entre la présidence des ministres et les organes de l’Etat y sont aussi rassemblés.

7Tous ces documents, et tout particulièrement les rapports confidentiels constituent une matière dont la lecture passionnerait plus d’un chercheur en raison des renseignements restés au secret total dans la plupart des cas. Ils concernent une période toute récente de l’histoire d’un pays ou d’un autre. Leur lecture est d’autant plus passionnante que certains de leurs contemporains sont encore de ce monde. Nous estimons que ces documents permettront en effet, d’avoir une idée plus précise de cette période, de la compléter ou de rectifier certaines données.

8La tradition au sein du ministère des Affaires Etrangères exigeait que la correspondance parvienne au ministère ; le responsable des Affaires irakiennes au département oriental la remettait à son supérieur accompagnée de ses notes et remarques ; il proposait parfois la formulation de la réponse qui devait être faite. Cette correspondance était remise ensuite au chef du département oriental qui pouvait la traiter immédiatement s’il s’agissait d’une question relevant de sa compétence. Sinon la correspondance passait au secrétaire général adjoint du ministère responsable des Affaires du département oriental. Celui-ci pouvait soit la régler, soit la renvoyer accompagnée de ses notes et remarques au secrétaire général permanent capable de la traiter. S’il s’agissait d’une question hautement importante, le ministre des Affaires Etrangères décidait lui-même.

9Les notes, remarques et commentaires apposés au bas de chaque document revêtent une importance toute particulière si l’on veut connaître le processus de prise des décisions. Dans beaucoup de cas, ces remarques sont plus révélatrices que les correspondances elles-mêmes sur la politique menée par la Grande-Bretagne en Irak.

10C’est pourquoi nous avons jugé utile de faire ici une présentation des personnalités les plus importantes qui se manifestent derrière ces documents.

Archibal Clark Kerr (1882-1951)

11Né en Australie, il fit des études en Allemagne et fut affecté au corps diplomatique en 1905 pour être muté l’année d’après à Berlin puis à Rome. En 1914, il fut affecté à Téhéran et c’est là qu’il fit ses premiers pas dans le labyrinthe de la diplomatie orientale. En 1916, il retourna à Londres pour travailler au ministère des Affaires Etrangères. Il s’engagea dans l’armée pendant la Première Guerre Mondiale, puis une fois celle-ci terminée, revient à la diplomatie. Il fut nommé Premier secrétaire de la représentation britannique à Tanger pour occuper plus tard, en 1922, le poste de Conseiller au Département du Haut Commissaire au Caire. Il va ensuite partir pour Santiago puis Stockholm et sera nommé ambassadeur à Bagdad avec le titre de Sir en 1936.

Cecil, Edmonds, J. (1889-1979)

12Une personnalité particulière se révèle dans ces documents et son nom y est relaté à maintes reprises. Il s’agit en effet du grand kurdologue Edmonds, C.J. qui a occupé le poste de Conseiller au ministère de l’Intérieur irakien en 1935.

13Il était paraît-il un homme distingué, poli et calme. Ces qualités lui ont permis de nouer de larges relations avec tous les milieux qui composaient à l’époque la société irakienne et particulièrement avec les chefs de tribus arabes et kurdes. Il jouissait de ce fait de l’estime et de la confiance de nombreuses personnalités irakiennes qui le consultaient sur beaucoup de questions et sondaient à travers lui, la tendance de l’ambassade britannique. La plupart des ambassades britanniques comptaient sur son expérience et sa connaissance du pays pour réussir leur passage à Bagdad. Eux aussi recherchaient ses conseils dans beaucoup de situations et s’en servaient pour sonder à leur tour la tendance des hommes politiques irakiens. Tout cela lui donnait une influence beaucoup plus importante que ne le conférait sa fonction effective. Nombreux étaient ceux qui croyaient qu’il était plus influent que l’ambassadeur britannique lui-même et plus puissant que les ministres irakiens. De simples esprits recouraient à son intervention pour faire avancer leurs doléances ou faire prévaloir leurs revendications quand les ministres eux-mêmes ne donnaient pas satisfaction à leurs demandes.

14Il arriva en Irak en 1915. Il allait y passer plus d’une trentaine d’années. Il servit tout d’abord comme collaborateur personnel de Percy Cox à Bagdad. De 1922 à 1925, il exerça comme Conseiller politique et administratif à Kirkouk et Souleymaniyat. En 1925 il fit partie de la délégation irako-britannique constituée à l’occasion de l’enquête ordonnée par la Société des Nations pour la question de Mossoul. Ensuite, il fut nommé collaborateur du conseiller du ministère de l’Intérieur irakien, M. Comwallis qui, plus tard, allait être appelé à occuper le poste d’ambassadeur de Grande-Bretagne à Bagdad. En 1932, Cecil Edmonds est nommé arbitre, du côté britannique, chargé de prendre part à l’enquête effectuée par la Société des Nations concernant les frontières syro-irakiennes.

  • 1 F.O. 371/24559, E – 488, Mr Mc Dugall to Mr Begallay 7/1/1940.

15En 1935, il est nommé conseiller auprès du ministère de l’Intérieur irakien. De 1932 à 1939 il avait pris l’habitude d’accompagner la délégation irakienne à la Société des Nations en qualité d’expert, malgré la présence d’un conseiller britannique détaché du Foreign Office, M. Mc Dugall. Ce dernier voyait d’un très mauvais œil la confiance accordée par Nùri Al Saïd à Edmonds à propos des affaires étrangères. On trouve la trace de ce dissentiment dans un rapport rédigé par Mc Dugall à l’attention du Foreign Office à l’occasion de son départ de l’Irak1.

  • 2 CJ. Edmonds, Kurdes, Turks and Arabs, London, Oxford University Press, 1957.

16Dès son arrivée dans la région kurde, comme en Irak et en Iran, Edmonds manifesta un vif intérêt pour les questions kurdes sur lesquelles ses écrits feront plus tard autorité. Il apprit la langue kurde, la maîtrisa parfaitement et se consacra après sa mise en retraite, en 1949, aux études et disciplines kurdes. C’est ainsi qu’il sera de 1951 à 1967 maître de conférence spécialisé dans la langue kurde à "l’Institut des études orientales et africaines" de Londres, écriva un livre intitulé : "Kurds, Turks and Arabs" 2 et participera en 1966 à la composition d’un dictionnaire kurde-anglais.

17Les rapports rédigés par lui pendant sa présence en Irak révèlent sa parfaite connaissance de la situation intérieure de l’Irak ainsi que son rôle prééminent et pacifique qui permit le règlement à l’amiable d’un grand nombre de problèmes et contribua à réduire les divergences entre Bagdad et Londres.

Georges Rendel (1889-1979)

  • 1 Son collaborateur J.C. Ward assistait Rendel dans sa mission. Ward était directement responsable de (...)
  • 3 Sir Georges Rendel, The Sword and the Olive, London, 1957.
    Les diplomates britanniques portaient un (...)

18Chef du département oriental au Foreign Office dans les années 1930 et responsable des affaires irakiennes1. Il entra dans le corps diplomatique en 1913 pour être muté à Berlin l’année suivante, puis à Athènes où il assista à la longue lutte qui opposait le roi Constantin à Vénizélos. Rendel décrit merveilleusement cette lutte dans ses mémoires consacrées au Corps Diplomatique et aux événements de son vivant et intitulées "L’Epée et le Rameau" 3.

  • 4 Najdat Fathi Safwat, L’Irak dans les documents britanniques.

19Après son passage à Rome, Lisbonne et Madrid, il fut nommé en 1930 chef du "Département oriental", poste qu’il occupa pendant huit ans. Cela lui permit de marquer de son empreinte les relations de la Grande-Bretagne avec les pays arabes, notamment avec l’Irak et l’Arabie Saoudite. Cette dernière était, en effet, apparue pendant cette période, comme un nouvel Etat arabe. D’autre part, Rendel voyagea beaucoup dans les pays arabes et noua des liens amicaux avec un grand nombre d’hommes politiques irakiens comme Nùri Al Saïd, Ali Jawdet... etc...4

Notes

1 F.O. 371/24559, E – 488, Mr Mc Dugall to Mr Begallay 7/1/1940.

2 CJ. Edmonds, Kurdes, Turks and Arabs, London, Oxford University Press, 1957.

3 Sir Georges Rendel, The Sword and the Olive, London, 1957.
Les diplomates britanniques portaient un uniforme particulier au col fermé par une cravate sur laquelle étaient brodés en fils d’or des rameaux d’olivier, symbole de la mission diplomatique qui recherche la paix – A cet uniforme était jointe une épée qu’on accrochait à la ceinture. Le titre de ce livre se réfère à cette épée.

4 Najdat Fathi Safwat, L’Irak dans les documents britanniques.

Notes de fin

1 Son collaborateur J.C. Ward assistait Rendel dans sa mission. Ward était directement responsable des rapports et correspondances envoyés au Foreign Office depuis Bagdad. Ses propositions et ses remarques servaient toujours de base aux mesures et démarches adoptées par la suite.

Table des illustrations

Titre CARTE N° 1
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/48283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search