Version classiqueVersion mobile

L’émergence d’un État à l’ombre d’un empire

 | 
Majid A. Majid

Avant-propos

Texte intégral

1L’étude de l’Histoiré moderne de l’Irak est laborieuse. Elle oblige inéluctablement à remonter jusqu’aux origines de l’influence britannique dans ce pays et à son évolution.

2Déjà au XVIe siècle nous retrouvons un amorce de relations entre la Grande-Bretagne et l’Irak. En 1583, un commerçant anglais, Ralph Fich s’était rendu dans le Croissant Fertile, à Bagdad puis à Bassorah pour des transactions commerciales.

3L’intérêt manifesté par la Grande-Bretagne à l’égard du territoire irakien remonte donc, bien avant la Première Guerre Mondiale. Sa position géographique, le croisement et la proximité de ses frontières avec la partie Sud du territoire iranien, les différentes principautés et émirats arabes situés sur la rive occidentale du Golfe, faisaient de l’Irak un objet de convoitise pour les Anglais. Ajoutons les richesses pétrolières que recèle le sous-sol de ces régions.

4A la fin du XVIIIe siècle, les compagnies britanniques avaient noué des relations solides avec Süleyman Pasha, le wali de Bagdad. La Compagnie Orientale des Indes fut un des maillons originels de la chaîne des intérêts commerciaux que Londres devait savamment tisser en vue de prendre pied sur le sol mésopotamien. Les compagnies avaient soutenu activement le wali et lui permirent ainsi de l’emporter sur ses adversaires. En signe de reconnaissance, Süleyman Pasha accorda beaucoup d’avantages au résident britannique à Bagdad. Ce dernier prit largement part à la direction de la politique intérieure du pays, jouant à la fois le rôle de conseiller auprès du wali et accélérant la percée des Anglais au sein de la population irakienne, parmi les tribus ou dans les centres urbains. A la veille du XIXe siècle, Bagdad devient ainsi l’un des centres les plus en vue de l’influence britannique en Irak, ce qui resserra ses liens avec l’Inde.

5Les représentants britanniques en Irak faisaient alors figure de politiques accréditées, auprès d’un Etat indépendant, et non de résidents étrangers dans un territoire de l’Empire ottoman. D’ailleurs, la tension qui a marqué les relations entre le gouvernement ottoman et la Grande-Bretagne au début de ce siècle n’avait pas affecté la situation des représentants britanniques en Irak ; le résident de la Grande-Bretagne à Bagdad était presque devenu le deuxième homme fort du pays après le wali.

6A partir de 1830, les intérêts de l’Angleterre en Irak commencèrent à revêtir une nouvelle forme. Une délégation militaire arrivée de l’Inde pour se charger de l’encadrement de l’armée en Irak. Peu avant, des médecins britanniques étaient venus s’y installer. Le nombre des Anglais et autres (entrés en Irak soit en leur qualité de commerçants ou de membres de commissions internationales chargées de certaines affaires comme la délimitation des frontières entre l’Irak et l’Iran par exemple) connaît ainsi un accroissement sensible dans la seconde moitié du XIXe siècle.

7Déjà au XIXe siècle le "marchand anglais" est devenu un résident politique. Il revendique des avantages et même une certaine forme de protectorat non déclaré.

8Trois facteurs principaux ont favorisé le renforcement de l’influence britannique en Irak. L’occupation de certaines régions iraniennes et ottomanes par la Russie en 1828-1829 a amené la Grande-Bretagne à consolider sa présence dans cette partie du Moyen-Orient pour parer au danger de l’expansionnisme russe qui lui semblait de plus en plus grand.

9Le second facteur réside dans l’importance de l’Euphrate. En effet, certains chercheurs anglais avaient effectué des études et des expériences dans le but de faire de l’Euphrate une voie maritime plus courte vers l’Inde. Ces expériences ont permis l’étude de ce fleuve dans tous ses aspects, y compris des renseignements sur les tribus qui vivent sur ses bords, un plan élaboré du fleuve, de ses embouchures et dérivés.

10Ces plans ont d’ailleurs servi à l’armée britannique pour l’occupation de Bagdad au lendemain de la Première Guerre Mondiale. Les différents voyages effectués à ce sujet ont également favorisé la naissance d’une société de transport britannique qui prendra plus tard une grande importance dans l’Histoire Moderne de l’Irak.

11Le troisième facteur renvoie à la chute du pouvoir mamelouk (mamlûk) en Irak (1750-1831) et à nouveau le retour du pays sous la coupe ottomane. Cette situation politique a permis aux diplomates britanniques détachés à Istanbul d’obtenir de nouveaux avantages en faveur de leurs compatriotes en Irak directement auprès du sultan lui-même.

12En plus de leur influence commerciale, les Britanniques vont chercher dans la seconde moitié du XIXe siècle, de nouvelles formes pour consolider leur présence en Irak. C’est ainsi que des centres de postes "hindous-britanniques" sont installés à Bagdad et à Bassorah.

13Ces centres ont pu exercer leurs activités pendant plus de dix ans sans aucune opposition officielle. En 1878, l’adhésion du gouvernement ottoman à la convention internationale des postes, des lignes de télégraphe ont été également établies, reliant l’Inde à l’Angleterre à travers l’Irak.

  • 1 Ce rapport a été traduit en 1937 en arabe par la Direction Générale de l’Irrigation.

14A l’avènement du XXe siècle et à la suite de la révolte des Jeunes Turcs de 1908, la diplomatie britannique connaît un regain d’activité à Istanbul ; et le nombre d’experts britanniques détachés auprès du gouvernement ottoman va sensiblement augmenter. Parmi ces derniers, l’accent est mis sur les experts appelés par le gouvernement ottoman en 1909 pour effectuer des projets d’irrigation en Irak. Après deux ans et demi de travaux, les experts ont établi des cartes et des plans pour les différents points d’irrigation nécessaires. Ils ont pu soumettre en 1911 au gouvernement ottoman un rapport détaillé sur ces travaux et le budget à prévoir1.

15L’un des derniers acquis obtenus par la Grande-Bretagne peu de temps avant la Première Guerre Mondiale a été l’accord consenti par le Sultan. Ce dernier offrit à la Grande-Bretagne la concession portant sur l’éclairage du Chatt-el-Arab et l’installation dans ses eaux de bouées pour faciliter la navigation.

16Les responsables politiques britanniques commencent alors à s’intéresser à cette région, prenant ainsi le relais des commerçants. A cet égard, Lord Curzon indique : « Les relations entre la Grande-Bretagne et le Golfe sont passées des livres de comptes des marchands aux valises diplomatiques des hommes politiques ».

17Tout chercheur se penchant sur l’évolution de l’influence britannique dans cette région ne peut passer sous silence le nom de Lord Gurzon ainsi que ses efforts qui ont pour objectif de promouvoir la domination britannique. Lord Curzon représentait Sa Majesté en Inde et était Ministre des Affaires Etrangères de Grande-Bretagne.

18Cette entreprise, aussi grandiose soit-elle, était motivée au début par le souci de préserver la route des Indes des convoitises russes, sans parler des richesses pétrolières énormes que recèle le sol de cette région. C’est ainsi que tout en suscitant l’enthousiasme de ses compatriotes, Lord Curzon s’interroge : « Sommes-nous disposés à renoncer à notre domination sur le Golfe persique ? Sommes-nous prêts à faire des projets de construction de la ligne de chemin de fer de l’Euphrate ou de n’importe quel autre projet de ce genre, une chose impossible pour l’Angleterre et un fait réel pour la Russie ? Bagdad sera-t-elle une nouvelle capitale russe au Sud ? Enfin, serons-nous satisfaits d’avoir un port situé à quelques jours de Karachi, capable de bombarder Bombay ? » De plus, le même Lord Curzon déclare en 1911 devant le Conseil des Lords : « qu’on a tout à fait tort de croire que les intérêts politiques de la Grande-Bretagne s’arrêtent au Golfe ou à Bassorah, ils s’étendent jusqu’à Bagdad elle-même ».

19 Cet intérêt pour l’Irak éclaire un peu les tentatives effectuées par les Britanniques durant et après la Première Guerre Mondiale en vue de rattacher l’Irak à l’administration anglaise en Inde. De même, les différents accords et traités seront conclus secrètement entre la Grande-Bretagne, la France et la Russie afin d’assurer le partage des territoires arabes de l’Empire Ottoman. L’accord de Sykes-Picot en fut la meilleure illustration dès le déclenchement de la Grande Guerre. L’intérêt des Alliés se cristallisa sur les pays arabes du Levant qui, du fait de la guerre, étaient d’une importance stratégique de premier plan.

  • 2 Howard Marly Sachar, The Emergence of the Middle East, 1914-1924, London 1970, p. 158.
    Voir aussi : (...)

20La Grande-Bretagne va donc déployer des trésors de diplomatie pour sonder les véritables intentions des Arabes d’Orient, et tout particulièrement celles de leur chef spirituel, l’Emir de la Mecque, Hussein Ibn Ali. Celui-ci jouissait de l’estime et de la confiance des chefs de file du mouvement arabe. Hussein Ibn Ali accorda un soutien effectif à la Grande-Bretagne pendant la guerre, contre l’engagement de reconnaître l’indépendance de l’Etat arabe. La Grande-Bretagne va informer la France de ses contacts avec Hussein et le gouvernement français voit en cela la volonté de l’Angleterre de mettre en place un empire arabe destiné à servir de couverture à ses visées d’expansionnisme dans la région du Proche-Orient. La France juge donc nécessaire la conclusion d’un arrangement franco-britannique sur la question orientale, notamment à la suite de succès militaires remportés par l’armée russe à l’automne 1915 et la tentative de la Russie de fomenter un coup d’Etat militaire à Istanbul2.

21Le gouvernement britannique demande alors à son homologue français de désigner son représentant pour l’élaboration d’un accord entre les deux pays au sujet de la question orientale. Acquiesçant à la demande, la France nomme le premier secrétaire de son ambassade à Londres, François Georges Picot (ancien Consul de France à Beyrouth), et la Grande-Bretagne, le secrétaire général du Ministère des Affaires Etrangères, Arthur Nicolson, remplacé, peu de temps par Mark Sykes.

22L’importance de ce sujet réside dans le fait que les premières relations internationales de l’Irak avec l’étranger furent avec la Grande-Bretagne, lors de la Première Guerre Mondiale. Même avec l’accroissement de l’influence des autres grandes puissances au Moyen-Orient, la Grande-Bretagne demeura le principal partenaire et allié de l’Irak jusqu’en 1958.

23Le déclenchement de la Grande Guerre permit à l’aviation britannique d’achever, entre 14 et 18, en quatre ans ce que le négoce et la diplomatie avaient ébauché trois cent ans auparavant.

24Invoquer alors, estimait-on à Londres, le fameux "droit de conquête" pour placer l’Irak directement sous la férule de Sa Majesté britannique allait inéluctablement se heurter au "droit d’autodétermination" que les Alliés, durant la guerre avaient promis de faire valoir. De surcroît, jugeait-on toujours à Londres, une telle entreprise lesterait certainement les contribuables britanniques d’un poids fiscal supplémentaire.

25Aussi la Grande-Bretagne a-t-elle opté pour un subterfuge : contraindre le "Conseil Suprême des Alliés" à placer l’Irak sous protectorat britannique, ce qui fut fait lors de la séance tenue par cette instance à San Remo le 25 avril 1920 conformément à l’alinéa 4 de l’article 22 de la Charte de la Société des Nations.

26Mais constatant l’exaspération des Irakiens face au statut de protectorat et notant amèrement leur volonté inébranlable de s’opposer à toute hégémonie étrangère, la Grande-Bretagne fit élire pour l’Irak un monarque : Fayçal Ben El-Chérif Hussein Ben Ali, sacré Fayçal Ier, roi d’Irak, le 23 août 1921. Par ce biais, elle instaura un protectorat déguisé en une série de traités (les traités irako-britanniques de 1922,1926 et 1927).

27Cependant les efforts du peuple irakien, conjugués à ceux de certains membres des gouvernements successifs et du souverain lui-même, ont abouti à une indépendance "formelle" de l’Irak, consacrée par la conclusion du Traité irako-britannique de 1930 et complété, en 1932, par l’adhésion de l’Irak à la S.D.N.

28Cet ouvrage se décompose en quatre parties indépendantes :

29La première partie évoque la situation de l’Irak de 1914 à 1918, période dite d’occupation. Nous aborderons ensuite dans la même partie les facteurs et les événements qui ont conduit à placer l’Irak sous mandat britannique, la naissance de l’Etat irakien en 1920, la proclamation de Fayçal, roi d’Irak le 23 août 1921. Nous passerons également en revue, mais très brièvement, les différents traités conclus entre les deux pays (ceux de 1922, 1926 et 1927) qui ont assuré à la Grande-Bretagne la garantie de ses intérêts en Irak et la mise en application des principes contenus dans le régime du mandat.

30Les deuxième et troisième parties constituent une étude globale et détaillée des négociations qui ont réuni les deux pays en vue de la conclusion du traité de 1930 et l’attitude du peuple irakien. Seront abordés ensuite les rapports de l’Irak avec la Société des Nations et son adhésion à cette instance internationale en 1932, sans oublier de parler de l’instabilité qui a caractérisé la vie politique du pays après l’indépendance et l’avènement du phénomène de coups d’Etat et autres putschs militaires.

31Nous essaierons aussi de mettre en lumière les organisations politiques qui ont vu le jour dans le pays. Nous évoquerons l’attitude donnée par les doctrines nationalistes ainsi que l’idéologie internationaliste et leurs positions respectives à l’égard des gouvernements irakien et britannique. Nous étudierons plus en détails les intérêts pétroliers britanniques en Irak et les rivalités franco-britanniques au sujet du pétrole irakien. En effet, le gouvernement français s’était rendu acquéreur des parts de l’Allemagne dans le capital de TPC en vertu des accords de Long-Béranger et Greenwood-Béranger. Un conseil d’administration de la TPC se trouva dès 1928 devant un problème au sujet de la construction d’un pipe-line. La Grande-Bretagne voulait que le pipe-line débouche dans le port de Haïfa en Palestine alors que les Français désiraient que ce soit dans un port de Syrie ou du Liban, sans oublier la rivalité anglo-américaine à ce sujet.

32Dans la quatrième partie de ce livre, nous évoquerons d’abord la détérioration des relations irako-britanniques à la suite de l’avènement en Irak d’un gouvernement issu du mouvement militaire de 1941, gouvernement largement acquis aux thèses des puissances de l’Axe, tout particulièrement l’Allemagne nazie. Cette situation provoqua un affrontement armé avec l’armée britannique qui dut alors envahir l’Irak pour la seconde fois, renverser le gouvernement et remettre au pouvoir ses hommes de confiance.

33Nous étudierons enfin la période d’après-guerre, l’ouverture qui a caractérisé la situation politique en Irak avec une nouvelle autorisation des partis. Ceux-ci vont revendiquer la révision des relations entre l’Irak et la Grande-Bretagne, d’où la conclusion du traité de 1948. Cette période, comme les précédentes, a eu, elle aussi, sa part de manifestations et d’émeutes populaires, réclamant des réformes et des changements socio-économiques.

34Pour ce livre, nous avons fait usage de documents britanniques, irakiens, français et allemands (traduits en arabe), mais aussi de documents américains et de ceux des Nations-Unies. Les différents journaux, revues, magazines, bulletins irakiens, arabes et étrangers aussi bien confidentiels que publiés et les périodiques irakiens représentant toutes les tendances pro et anti pouvoir, nous ont été, à cet effet, d’un apport non négligeable. Nous avons également essayé de mettre à profit les mémoires écrites de certaines personnalités des pouvoirs irakien et britannique et de certains éléments du mouvement national. Cela constitue en effet des jugements et des témoignages personnels sur les événements d’un grand intérêt pour le chercheur.

35Enfin, nous avons fouillé et examiné une grande partie des ouvrages arabes et étrangers, nombre de thèses et d’études universitaires relatives à l’Histoire de l’Irak. Néanmoins une partie de ces livres comporte des erreurs historiques, ce qui nous a obligé à comparer incessamment les différentes données et vérifier la validité ou l’authenticité de certains faits et événements, par rapport aux documents étrangers.

36Que tous ceux qui nous ont aidé, de près ou de loin, à l’accomplissement de ce travail modeste, trouvent ici l’expression de nos sincères remerciements, de notre reconnaissance et gratitude.

Notes

1 Ce rapport a été traduit en 1937 en arabe par la Direction Générale de l’Irrigation.

2 Howard Marly Sachar, The Emergence of the Middle East, 1914-1924, London 1970, p. 158.
Voir aussi : Henry Bidou, A. Gauvain, Ch. Seignobos, Histoire de la France contemporaine depuis la révolution jusqu’à la paix de 1919, Tome 9, Paris 1922, p. 353.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search