Version classiqueVersion mobile

Des vestiges aux sociétés

 | 
Jeanne Brancier
, 
Caroline Rémeaud
, 
Thibault Vallette

Des témoins involontaires à la vocation sociale des vestiges

Les fistulae estampillées VASSEDO. VF : réflexion critique sur la valeur et la fonction d’un nom

Laurence Brissaud

Résumé

Cinq fragments de fistules gallo-romaines estampillés VASSEDO. VF, rattachés à des lieux de découverte disséminés le long de l’axe Rhône-Saône, sont conservés depuis le xixe siècle dans divers musées français. Tous ont été fabriqués par la même personne exerçant à Vienne. C’est ce qu’atteste la mention VF (Vienna Fecit). La répartition des productions de cet artisan apparaît exceptionnelle en regard de la diffusion des tuyaux en plomb qui sont marqués aux noms de soixante-dix autres fabricants viennois recensés à ce jour. Les ambiguïtés pesant sur les origines des fragments suggèrent que tous proviennent en réalité d’une même conduite découverte en 1837 au sein des thermes publics du Palais du Miroir, à Saint-Romain-en-Gal (Rhône). Au xixe siècle, l’intérêt porté à l’épigraphie, au nom, au signe rendant l’objet remarquable, a masqué le rôle premier des fistules estampillées, celui de leur appartenance à un réseau urbain structuré, complexe et réglementé. Ainsi, le nom inscrit ne pouvait-il être que celui de l’individu ayant fabriqué et posé la conduite.

Mais qui était donc Vassedo ? Un artisan ayant installé la canalisation, un fabricant de fistules ou bien encore un fonctionnaire œuvrant pour la ville, au sein d’un service des eaux ? Les fouilles menées durant trente ans sur le site archéologique de Saint-Romain-en-Gal ont fourni de nombreux exemples d’utilisation qui permettent aujourd’hui de nourrir et de renouveler la réflexion sur la signification de ce type de marque.

Texte intégral

1En 1934, Albert Vassy, conservateur du musée de Vienne (Isère), dresse un bilan des tuyaux estampillés qui ne figurent alors plus dans les collections. Parmi eux se trouve un fragment de conduite pourvu de la marque VASSEDO. VF. Informé que plusieurs musées français possèdent des estampilles similaires, il tend à penser que « […] certains plombarii exportaient en dehors de leur ville le produit de leur industrie » (Vassy, 1934, p. 175-176).

2Mettant en doute les lieux de découverte présumés de ces fragments sciés, André Cochet et Jørgen Hansen ont, en 1986, estimé à l’inverse que ceux-ci devaient être issus d’une seule conduite trouvée à Vienne dont les portions estampillées avaient dû être dispersées au xixe siècle (Cochet et Hansen, 1986, p. 69-70).

3Ainsi, sur la base d’objets portant le même nom, deux interprétations opposées proposant des images différentes de la production et du commerce des objets en plomb pouvaient être émises.

4En nous interrogeant sur la valeur informative réelle de chacun, nous nous proposons de préciser les informations susceptibles d’expliquer la présence, le sens et la valeur patrimoniale de la marque VASSEDO. VF.

Les thermes du Palais du Miroir : iconographie et sources écrites anciennes

5Les ruines du « Palais du Miroir » situées à hauteur de Vienne en rive droite du Rhône (Fig. 1 et 2), sur la commune de Saint-Romain-en-Gal (Rhône), sont demeurées ancrées dans le paysage depuis l’Antiquité. Les restes des murs en élévation, dont certains sont encore aujourd’hui conservés sur plus de six mètres de hauteur (Fig. 3), ont ainsi suscité l’intérêt constant des érudits locaux puis celui des archéologues, architectes et conservateurs de musée.

Fig.1. Plan général de Vienne à la fin du iie siècle après J.-C.

Fig.1. Plan général de Vienne à la fin du iie siècle après J.-C.

1. site archéologique de Saint-Romain-en-Gal, 2. thermes du Palais du Miroir, 3. maison d’Amour et Pan, 4. enceinte, 5. forum et temple de Rome et d’Auguste, 6. théâtre, 7. sanctuaire de Pipet, 8. odéon, 9. entrepôts, 10. maisons des Nymphéas, 11. fanum, 12. cirque, 13. aqueducs, 14. Stade.

Conception : A. Le Bot-Helly, SRA ; DAO : Cl. Marcellin, INRAP ; plan complété par L. Brissaud, département du Rhône, 2012.

Fig.2. Les thermes du Palais du Miroir au sein du quartier gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal à la fin du iie siècle après J.-C.

Fig.2. Les thermes du Palais du Miroir au sein du quartier gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal à la fin du iie siècle après J.-C.

1. thermes du Palais du Miroir, 2. tronçon de voie romaine mis au jour en 1879, 3. ensemble monumental, 4. îlot artisanal, 5. rue des Thermes.

DAO : L. Brissaud, département du Rhône, 2012.

Fig.3. Vue générale des thermes du Palais du Miroir après restauration

Fig.3. Vue générale des thermes du Palais du Miroir après restauration

P. Veysseyre, 2002, département du Rhône.

6Dès le début du xviie siècle, Martin Zeiller, s’inspirant de l’aquarelle originale d’Étienne Martellange datée de 1606, qui représente « Vienne prise des hauteurs de la rive droite » (Jaillet, 1971, p. 97-110), les suggère partiellement dans l’angle inférieur gauche de sa vue cavalière de la ville publiée en 1657 (Zeiller, 1957, pl. 176 ; Pelletier, 1980, p. 49). Des gravures postérieures, reproduisant plus ou moins habilement le même point de vue, ont pérennisé leur présence (Lauxerois, 1988, p. 15).

  • 1 Une synthèse relative à l’historique des découvertes effectuées à l’emplacement des thermes du Pala (...)
  • 2 L’existence des « monastères griniens » est mentionnée pour la première fois par Sidoine Apollinair (...)

7La monumentalité des vestiges, les statues et le mobilier lapidaire exceptionnels mis au jour ont par ailleurs été abondamment évoqués dans les sources écrites1. En 1659, l’érudit Nicolas Chorier mentionne, dans son ouvrage consacré aux Recherches sur les antiquités de la ville de Vienne (Chorier, 1828, p. 159 ; Collectif, 2004, p. 14), l’existence de ruines d’édifices romains sur lesquelles serait établi un monastère grinien2. Il relègue la tradition qui, sans indices fondés, voulait voir en ce lieu le palais de Pompée, signale l’existence de fouilles menées quelques années auparavant et insiste sur l’abondance des fragments de marbre et d’éléments d’architecture découverts.

8En 1826 et 1827, Luc Michoud, propriétaire des parcelles situées à l’emplacement du Palais du Miroir, mène des fouilles et découvre (Fig. 4a) (Anonyme, 1829, p. 385‑386) :

« […] des tuyaux de chaleur en terre cuite et l’ensemble d’un hypocauste ou foyer qui la conduit dans deux salles de bains, revêtues de marbre blanc ; là étaient des gradins, des débris de cuves de porphyre. Il paraît que ces précieux restes d’antiquités ont appartenu à des thermes magnifiques […]. Parmi les morceaux les plus marquants de cette découverte, on distingue […] une Vénus Genitrix accroupie, et une Hygie debout, plus grande que nature […] » (Lavagne, 2003, n° 060, Vénus accroupie, p. 28-29, pl. 66-67 et n° 079, Hygie, p. 39-40, pl. 89).

Fig.4. Planche 4 du rapport daté du 27 juin 1837 sur les antiquités découvertes à Sainte-Colombe

Fig.4. Planche 4 du rapport daté du 27 juin 1837 sur les antiquités découvertes à Sainte-Colombe

Plan au trait des vestiges mis au jour en 1826‑1827, complété par le report des vestiges dégagés en 1936 (Dessin au crayon et à la plume d’A.-M. Chenavard). 4b. Planche 9c du rapport. Fragment de fistule estampillée VASSEDO. VF découvert dans les thermes du Palais du Miroir (Dessin au crayon d’A.-M. Chenavard). Bibliothèque municipale de Lyon, Ms 6453.

Crédits photographiques : J.‑L. Bouchier.

9L’hypothèse d’un édifice thermal est alors esquissée. Étienne Rey, qui a quitté ses fonctions de conservateur du musée de Vienne depuis quatre ans (Brissaud, 2011b, p. 10-13 et fig. 4) et qui occupe un poste de professeur à l’école des Beaux-Arts de Lyon, se rend sur les fouilles afin d’expertiser les vestiges avec Antoine-Marie Chenavard, architecte du département du Rhône, des diocèses de Lyon et Belley, enseignant lui aussi à l’école des Beaux-Arts de Lyon (Mathianet al., 2003, p. 46, 63-64). Le plan des vestiges est dressé le 1er juillet 1827 (Rey et Chenavard, 1837, pl. 3). É. Rey fera mention de cette première étude et du relevé réalisé par A.-M. Chenavard dans son recueil de planches lithographiées sur l’archéologie et les monuments viennois publié en 1831 avec Jean-Baptiste-Eugène Vietty (Rey et Vietty, 1831, 3e partie, p. 83, note 3, plan de Vienne, IIe partie, pl. 1, p. 38) :

« Un pont suspendu réunit Vienne à son ancien faubourg, Sainte-Colombe. Sa tour, son église et une partie de la belle habitation de M. Michoud (note 3), terminent le tableau fidèle de cette intéressante cité. Note 3 : […] Nous avons cité cette localité à propos des découvertes qui y furent faites en divers temps. Mais, en 1827, son riche propriétaire, amateur éclairé, […] entreprit des fouilles qui furent couronnées du plus grand succès. Elles mirent au jour une salle de bain revêtue en marbre, avec l’indication des sièges de même matière et plusieurs dépendances de cette salle. Parmi des fragments nombreux, on distingue un torse colossal de femme nue, auprès de laquelle était un enfant formant groupe, et une figure drapée, de grandeur naturelle. […] M. l’architecte Chenavard […] a bien voulu nous communiquer le travail qu’il fit alors sur cette matière […]. »

Les circonstances de la découverte de la fistule estampillée VASSEDO. VF

10Le 27 mars 1836, Aîné Mermet, correspondant de la Société royale des antiquaires de France, adresse une lettre au préfet du Rhône pour lui signaler que Pierre Garon, propriétaire à Sainte-Colombe, mène des fouilles dans une vigne voisine de la parcelle du Clos Michoud (Fig. 5). Il est en train d’y découvrir une grande quantité de fragments d’architecture, des marbres, des voûtes (Leblanc, 1880c, p. 486) :

Fig.5.

Fig.5.

Plan des vestiges du Palais du Miroir achevé le 13 août 1906, cumulant les relevés antérieurs et recelant en outre les limites et noms des propriétaires des parcelles du secteur au xixe siècle.

Plan au trait réalisé d’après le relevé original de J. Formigé ; DAO, L. Brissaud.

« […] et enfin, une longue série de tuyaux de fontaine en plomb portant tous le nom du fabricant VASSEDO. VF, nom inconnu jusqu’à présent dans l’archéologie de nos pays » (Cochet et Hansen, 1986, 62b, p. 156).

11P. Garon a mis au jour à l’ouest du bassin nord du frigidarium dégagé en 1827 une pièce sur hypocauste et, accessibles au moyen d’un escalier, quatre galeries voûtées d’axe nord-sud dont trois, parallèles entre elles, atteignent 24 mètres de longueur (Rey et Chenavard, 1837, p. 3).

12Le préfet demande à l’Académie royale des sciences, belles lettres et arts de Lyon de constituer un rapport sur ces fouilles. É. Rey et A.-M. Chenavard, membres de l’Académie, sont chargés d’effectuer ce travail en juin 1837. Ils se rendent donc à nouveau sur les lieux, complètent le plan des vestiges (Fig. 4a) (Rey et Chenavard, 1837, pl. 1, 2 et 6), élaborent des élévations de grande qualité (Rey et Chenavard, 1837, pl. 4-5, 12-13) et dessinent les fragments de statues et les éléments d’architecture issus des fouilles qui ont été déposés 400 mètres au sud-est de la parcelle, dans la Tour de Valois appartenant à P. Garon (Rey et Chenavard, 1837, p. 3 ; Pelletier, 1980, fig. 1, p. 104). Parmi eux se trouve l’un des fragments de fistulae estampillées décrits en 1836 par A. Mermet. A.-M. Chenavard s’attache à positionner dans le détail l’inscription sur le tuyau, auquel il associe une vue en coupe (Fig. 4b) (Rey et Chenavard, 1837, pl. 9c). Il ne peut néanmoins figurer précisément l’élément de conduite sur le plan des vestiges puisque celui-ci, prélevé par le découvreur, a été coupé de son contexte archéologique. Le dessin est joint au rapport. Une note indique que l’objet, « tiré des ruines d’un édifice romain à Ste Colombe » (donc du bâtiment), est une « portion de tuyau en plomb ayant servi à la conduite des eaux. Ce tuyau porte l’empreinte du nom de son fabriquant “Vassedo”. Inconnu dans l’archéologie de notre contrée, car il est suivi de deux lettres réunies VF que l’on peut interpréter ainsi : VIENNENSIS FECIT ».

13De nos jours, VF est supposé transcrire la formulation Viennae Fecit. Quel que soit le développement effectif de l’abréviation, les épigraphistes considèrent que la lettre précédant le F renvoie à un lieu : V pour Vienna, AR pour Arelate ou L pour Lugdunum (Cochet et Hansen, 1986, p. 69-71 ; Brissaud, 2011a, p. 125-166 ; Rémy et al., 2011a, p. 174).

14Le relevé, précis et réaliste, révèle les spécificités de l’estampille. Celle-ci, placée au sein d’un cartouche rectangulaire constitué d’un filet perlé marqué, possède une graphie particulière. Les lettres de forme sensiblement cursive sont disposées à des intervalles irréguliers. On notera en particulier la proximité des deux S et l’espace important entre le D et le O.

15La découverte des éléments de fistulae en plomb, associés à la nature des vestiges mis au jour en 1827, incite Rey et Chenavard à retenir ­l’hypothèse d’un bâtiment thermal :

« […] nous serions autorisés à penser que ces ruines sont celles de thermes et non d’un palais, les tuyaux de plomb qui y ont été trouvés, la multitude des canaux, les bassins pratiqués dans le sol et revêtus de marbre découverts dans la propriété Michoud, que nous avions déjà reconnus en 1826, justifieraient cette opinion […]. »

La dispersion des fragments

16Nous savons que l’un des fragments de la fistule estampillée VASSEDO. VF a été déposé en rive gauche, au musée de Vienne (Isère) alors situé dans le temple antique d’Auguste et Livie. Thomas-Claude Delorme, avocat, bibliothécaire, dresse et publie en 1841 l’inventaire du mobilier antique déposé au musée de Vienne, dont il est le conservateur. Il regroupe sous le n° 153 plusieurs tuyaux de plomb dont l’un porte l’estampille VASSEDO. VF (Delorme, 1841, p. 182-183). Il n’en précise pas les provenances mais sa formulation laisse penser que toutes les marques inédites qu’il cite proviennent d’une fouille qu’il a dirigée à Vienne en 1831, près de la Halle-Neuve. Or ce n’est pas le cas puisque les découvertes des estampilles SENECIO ET MATVSO F et TAT POP VF, faisant partie du lot, avaient déjà été signalées vers 1824 (Cochet et Hansen, 1986, n° 6, p. 97-98, n° 45a, p. 137, n° 51a, b, p. 145-146). Par ailleurs, les inscriptions VASSEDO VF, trouvées en 1837, étaient alors inédites pour A. Mermet.

17Nous ne pouvons dire si le fragment de fistule recensé par ­Th.-Cl. Delorme était celui qui figurait sur le dessin de A.-M. Chenavard. Nous n’avons, pour cette époque, trouvé aucun commentaire sur le devenir des autres estampilles découvertes en 1837.

18Dans son Inventaire des inscriptions antiques de Vienne élaboré en 1875-1876, Auguste Allmer signale bien la présence du fragment au musée de Vienne (alors partagé entre l’église Saint-Pierre et l’Hôtel de Ville) et, pour ce qui concerne le lieu de découverte, se réfère à Th.-Cl. Delorme (Allmer et de Terrebasse, 1875-1876, p. 12, n° 816, pl. 27bis, 213.24 de l’atlas). Dans le Corpus des Inscriptions Latines (Hirschfeld, 1888, p. 802, n° 5701 b), Otto Hirschfeld indique qu’en 1876, lors de sa venue au musée de Vienne, la conduite ne s’y trouvait plus.

19L’estampille VASSEDO. VF a physiquement disparu du musée depuis au moins trois ans lorsque la XLVIe Session du congrès archéologique de France se tient à Vienne, en 1879. Les participants évoquent justement en introduction le statut et le devenir du mobilier issu des fouilles locales (Leblanc, 1880a, p. 17-18) :

« En 1841, M. Delorme […] publiait le catalogue du musée des antiquités de la ville de Vienne. Il avait soin d’indiquer les lieux où avaient été découverts les objets […]. Depuis cette époque, des fouilles archéologiques ont été faites chaque année […]. Parmi les objets découverts, les uns sont devenus propriété du musée, soit comme trouvaille, soit comme don, soit comme acquisition, d’autres sont restés entre les mains des propriétaires qui les ont trouvés, et enfin, d’autres sont allés enrichir les musées de différentes villes […]. »

20Dans le compte rendu des travaux édité en 1880, Joseph Leblanc, bibliothécaire et conservateur du musée de Vienne, présente une synthèse sur les découvertes récentes effectuées dans les thermes du Palais du Miroir (Leblanc, 1880b, p. 105-112). Les fouilles menées par la Société topographique historique dans la parcelle Garon viennent de révéler la présence d’une voie dallée romaine d’axe nord-sud pourvue d’un collecteur public, à moins de 60 mètres à l’ouest des thermes du Miroir. Des liens entre les réseaux viaires et d’évacuation des eaux usées du secteur et l’édifice sont alors établis (Brouchoud, 1880, p. 84-86). L’auteur accompagne son texte d’un plan figurant les nouveaux vestiges. Il publie en outre le rapport de É. Rey et A.-M. Chenavard demeuré inédit jusqu’alors, mais ne joint ni les illustrations correspondantes, ni l’extrait de la lettre de A. Mermet au préfet recelant la description de l’estampille VASSEDO. VF (Leblanc, 1880c, p. 486-494). N’étant pas évoqué dans le texte, le rattachement de cette dernière au bâtiment thermal sera dès lors occulté.

Les fouilles et la reprise des données au xxe siècle

21En 1934, Albert Vassy énonce clairement que la fistule déposée au musée de Vienne a disparu mais attire l’attention sur l’existence de trois fragments similaires conservés au musée des Antiquités nationales à Saint-Germain-en-Laye ainsi qu’aux musées de Marseille et de Chalon-sur-Saône.

22Privés de la présence locale des éléments de la conduite en plomb et de sa représentation, les chercheurs ont délaissé, jusqu’aux années 1980, la question de l’alimentation en eau sous pression du bâtiment. En 1938, Joseph Cottaz rédige un article de synthèse sur les thermes du Miroir (Cottaz, 1952, p. 22. pl. I, conduits E). Il réactualise les élévations et le plan des vestiges des thermes du Palais du Miroir à partir des relevés établis à l’issue des fouilles de 1837, 1906, et de 1919-1922 (fouilles de Jules Formigé). Il ne signale pas l’existence de la fistule VASSEDO. VF. En revanche, il décrit les « petits aqueducs » mis antérieurement au jour dans le secteur ouest du bâtiment qui, selon lui, acheminaient l’eau jusqu’aux piscines d’eau froide (Fig. 5 : secteur des piscines dallées de marbre) :

« Le frigidarium était dallé de marbre, ses murs étaient eux-mêmes revêtus de plaques de marbre. […] Le petit aqueduc, chargé d’amener l’eau à chaque piscine, court de chaque côté, derrière une plinthe de cipolin de 0,045 m d’épaisseur. Un autre aqueduc, traversant le passage, met en communication les précédents. Ces aqueducs sont revêtus d’un béton de tuileau très soigneusement poli ; ils ont 0,43 m de large et 0,46 m de haut : E. »

23Les hypothèses de J. Cottaz seront reprises et synthétisées par Albert Grenier en 1960 dans son Manuel d’archéologie gallo-romaine (Grenier, 1960, p. 268, note 1 et fig. 85, p. 269). Dans sa thèse publiée en 1982, André Pelletier consacre un chapitre à l’étude de la distribution de l’eau dans Vienne et joint à son texte un tableau regroupant l’ensemble des tuyaux en plomb de petit et de gros diamètres recensés à Vienne, Saint-Romain-en-Gal et Sainte-Colombe. La conduite estampillée VASSEDO. VF n’y figure pas (Pelletier, 1982, p. 144-145). Dans un chapitre relatif à l’étude des thermes publics mis au jour sur les deux rives, il décrit les thermes du Palais du Miroir (Pelletier, 1982, p. 159-164). Là encore, l’auteur qui relate les fouilles des années 1828, 1836 et 1837, n’évoque pas l’existence de la fistule VASSEDO. VF dessinée par A.-M. Chenavard. Il décrit en revanche les « petits aqueducs » mentionnés par J. Cottaz et suit ses hypothèses.

24Il faut attendre 1986 et l’ouvrage de synthèse novateur de A. Cochet et J. Hansen, Conduites et objets de plomb gallo-romains de Vienne (Isère), pour disposer d’un inventaire exhaustif et réactualisé de la collection des fistulae. Les auteurs reprennent alors avec Roger Lauxerois, conservateur des musées de Vienne, l’étude bibliographique détaillée des tuyaux estampillés VASSEDO. VF et tentent d’en retrouver les traces. Ils signalent la marque figurée dans l’inventaire de Th.-Cl. Delorme, présentent les trois fragments signalés par A. Vassy (Cochet et Hansen, 1986, p. 155-158 et pl. XI) et assimilent un quatrième élément conservé dans les collections de la Société archéologique de Montpellier au fragment perdu du musée de Vienne, sans en donner la raison. A. Cochet se demande si l’ensemble des tuyaux ne pourrait provenir de Vienne. Manquant d’informations sur les lieux de découverte, il ne l’affirme pas avec certitude. J. Hansen fournit les dimensions des fragments. Il ne représente pas la fistule proprement dite, ne dessine le plus souvent qu’une estampille sur deux et publie un cliché des conduites conservées. Les marques ne sont pas replacées à l’échelle sur les différents tuyaux qui se révèlent, de fait, difficilement comparables.

25En 1993, Claire Marcellin évoque dans son mémoire de DEA, L’eau à Vienne dans l’Antiquité (Marcellin, 1994, p. 64, fig. 3), l’existence de la fistule VASSEDO. VF 62b recensée par A. Cochet et J. Hansen (Cochet et Hansen, 1986, p. 155-156), en reprenant le descriptif des auteurs :

« Dans une vigne qui jouxte les thermes du Palais du Miroir (Saint-Romain-en-Gal), un tuyau de plomb estampillé VASSEDO VF mis au jour en 1836 (n° 3). »

26Sur le plan de répartition des découvertes joint au mémoire, le numéro de localisation correspondant au lieu de découverte est bien situé à l’emplacement du Palais du Miroir mais trop à l’est, dans un secteur qui, en 1826 et 1837, n’avait pas encore été dégagé.

27En 2003, Alain Bouet présente dans le catalogue de l’ouvrage intitulé Les thermes privés et publics de Gaule Narbonnaise, tiré de sa thèse, une synthèse sur les thermes du Palais du Miroir (Bouet, 2003, p. 246-249, fig. 172-174) mais ne mentionne pas la découverte du tuyau estampillé VASSEDO. VF. La référence bibliographique la plus ancienne est celle de l’article de J. Cottaz (1952) qui, nous l’avons vu, ne faisait pas allusion à la conduite en plomb. A. Bouet fournit un plan réactualisé du bâtiment thermal privilégiant à juste titre la nature et l’organisation des espaces. Les aqueducs acheminant l’eau jusqu’aux piscines, signalés par J. Cottaz et A. Grenier, ne sont pas représentés et l’auteur ne dispose plus des indices qui lui permettraient de nourrir la question de l’organisation du réseau hydraulique au sein du bâtiment.

28En 2006, Odile Faure-Brac évoque l’existence de tuyaux en plomb découverts en 1826-1828 dans le secteur des thermes du Palais du Miroir (Faure-Brac, 2006, p. 496) en se référant à un article de 1829 (Anonyme, 1829, p. 385) mais commet une erreur d’interprétation. L’auteur, anonyme, mentionne en effet uniquement la présence de tuyaux de chaleur en terre cuite (tubuli) et d’un hypocauste conduisant dans deux salles de bains revêtues de marbre blanc. O. Faure-Brac n’intègre donc pas la conduite VASSEDO. VF dans son inventaire général du mobilier en plomb.

La reprise de l’inventaire des conduites estampillées viennoises

29Le travail universitaire que nous menons sur la voirie viennoise et les infrastructures associées nous a amenée à identifier sur le site gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal de nombreux réseaux d’adduction d’eau s’échelonnant de la fin du ier siècle avant J.-C. au début du iiie siècle après J.-C. Cette recherche nous a permis de participer à la relecture du dossier des fistules estampillées de Vienna et de la cité des Allobroges initiée par Bernard Rémy et Nicolas Mathieu (Brissaud, 2011a).

  • 3 Nous remercions chaleureusement Mmes H. Chew, conservateur en chef chargée des collections gallo-ro (...)
  • 4 Professeur d’histoire romaine à l’université Pierre Mendès-France de Grenoble, CRHIPA, CNRS, L’Anné (...)

30Durant la phase de travail préparatoire, nous nous sommes rendue dans les musées recelant les fragments de fistules 62a-d, inventoriés par A. Cochet et J. Hansen. Nous avons photographié, dessiné chaque objet de manière détaillée, avons cherché d’éventuels points de comparaison avec l’élément dessiné par A.-M. Chenavard et avons enfin tenté de préciser le ou les lieux de découverte en consultant les dossiers d’œuvres3. Cette recherche a été menée en collaboration avec N. Mathieu4 qui s’est rendu au musée Vivant Denon de Chalon-sur-Saône, nous a accompagnée au musée d’Archéologie nationale et a assuré la comparaison épigraphique des différentes estampilles.

Fig.6.

Fig.6.

Marseille, musée d’Archéologie méditerranéenne, Réserve Borély : a. POPPO F, n° musée : 2408 ; b. VASSEDO VF, n° musée : 2410 (inv. CH : 62a ; inv. RMB : 68) ; c. SACRAPO L.F, n° musée : 2409 ; Montpellier, musée Languedocien ; d. POPPO F, anc. n° musée : 1089 ; e. VASSEDO.VF, anc. n° musée : 1087 ; nouv. n° musée : 865.001.002 (inv. CH : 62b ; inv. RMB : 68)

Dessins : L. Brissaud ; inv. CH : Cochet et Hansen, 1986 ; inv. RMB : Rémy, Mathieu, Brissaud, 2011a.

31Le fragment estampillé VASSEDO. VF conservé au musée d’Archéologie méditerranéenne de Marseille (Fig. 6b) apparaît en 1897 dans le Catalogue des Antiquités grecques et romaines de W. Frœhner sous le n° 910 (Frœhner, 1897, p. 177-178). Signalé dans cet ouvrage comme provenant de Trinquetaille (Arles), il fait partie d’un lot de cinq conduites en plomb enregistrées simultanément. Trois d’entre elles, portant respectivement les estampilles L.AN.CHARITHONIANVS.A.F. (906), POPPO F (908) et SACRAPO L.F (909), proviendraient également d’Arles (Fig. 6a et c). La cinquième, signée CASSIANVS FEC (907), est issue de l’ancienne collection de l’abbé Greppo, à Lyon (Frœhner, 1897, p. 178). Si la mention Arelate Fecit de la première est effectivement en adéquation avec le lieu de découverte, il n’en va pas de même pour les deux autres.

32Ainsi, les estampilles SACRAPO L.F et VASSEDO. VF indiquent que les fistules ont été produites à Lugdunum et Vienna. Cette origine est confirmée par la découverte à Lyon d’une estampille SACRAPO L.F, signalée en 1854 par A. de Boissieu et demeurée unique jusqu’à ce jour :

« SACRAPOLis Faciebat. Tuyau découvert dans un jardin derrière Four-vière. Il appartient à M. Thibaud » (de Boissieu, 1846-1854, p. 449, n° 6. A).

33Or le fragment de conduite correspondant n’est jamais entré dans les collections des musées de Lyon et A. Cochet n’en a pas retrouvé la trace lorsqu’il a réalisé son recensement des fistules estampillées lyonnaises (Cochet, 2000, p. 218-219, n° 8). Nous pouvons dès lors envisager que celui-ci a intégré une collection privée (telle que celle de l’abbé Greppo). L’objet a pu changer plusieurs fois de propriétaire avant d’être acquis par le musée de Marseille. Un parcours similaire peut être envisagé pour l’estampille VASSEDO. VF, d’autant que W. Frœhner rapproche cette marque, qu’il pense provenir de Trinquetaille, d’autres éléments de conduites estampillées découverts à Vienne et à Sainte-Colombe :

« […] Provenant de Trinquetaille. D’autres exemplaires ont été trouvés à Vienne et à Ste‑Colombe » (Frœhner, 1897, p. 178).

34La conduite estampillée VASSEDO. VF conservée au musée Languedocien à Montpellier présente les mêmes caractéristiques que celle qui se trouve à Marseille (Fig. 6b et e). Elle est également signalée comme étant issue d’Arles. Il en va de même pour un fragment de fistule portant la marque POPPO F, en tout point comparable à l’exemplaire marseillais (Fig. 6a et d). La confrontation des dessins de ces conduites révèle bien que les quatre éléments proviennent de tuyaux pourvus des mêmes caractéristiques techniques (diamètres des fragments, formes des cartouches, inscriptions similaires) et qu’ils appartiennent vraisemblablement à deux conduites tronçonnées et dispersées à la même époque. On observe les mêmes défauts de fabrication pour les fragments estampillés VASSEDO. VF : empreintes longitudinales sur les tuyaux en dessous des cartouches et, comme sur le dessin de A.-M. Chenavard, rapprochement des deux S et intervalle important entre le D et le O (Fig. 4b, 6b et e).

35La conduite présentée au musée d’Archéologie nationale émane d’une collection particulière mise en vente en 1923 (Fig. 7a). Connue de J. Déchelette en 1913, elle est indiquée comme provenant de Varois-et-Chaignot (près de Dijon). Si la découverte de plusieurs morceaux de tuyaux en plomb est effectivement attestée en 1868 dans cette commune au lieu-dit l’Étang (Provost et al., 2009, p. 235-236), il n’est pas fait mention de l’existence d’estampilles sur les tronçons mis au jour (Collectif, 1867-1868, 7, p. 107-108). La provenance de cette conduite demeure donc incertaine.

36Quant au fragment conservé à Chalon-sur-Saône, il provient d’un don effectué en 1868 par un ingénieur des Ponts et Chaussées (Fig. 7b). L’inventaire indique que l’objet a probablement été découvert à l’occasion de travaux publics effectués localement. On ne fournit néanmoins aucune précision sur le lieu de sa découverte (Cochet et Hansen, 1986, p. 157-158). Sa date de dépôt dans une collection publique se révèle par ailleurs postérieure à la date de mise au jour des éléments de fistule issus des thermes du Miroir. Ce phénomène s’observe aussi pour les fistules VASSEDO. VF conservées à Marseille, Montpellier et Saint-Germain-en-Laye.

Fig.7.

Fig.7.

7a. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale : VASSEDO.VF, n° musée : 71446 (inv. CH : 62c ; inv. RMB : 68) (Dessin : L. Brissaud).
7b. Chalon-sur-Saône, musée Dominique Vivant-Denon : VASSEDO.VF, n° musée : 491 (inv. CH : 62c ; inv. RMB : 68)

Clichés : musée Vivant-Denon.

37Ainsi, il n’existe pas de preuve irréfutable de découverte d’une conduite estampillée VASSEDO. VF hors du territoire de la cité de Vienne. Nos observations nous incitent à croire, au contraire, que nous nous trouvons en présence des derniers vestiges des tuyaux en plomb mis au jour en 1837 dans la vigne Garon. Par ailleurs, rien ne permet d’exclure que l’un des fragments recensés soit celui qui a disparu du musée de Vienne dans la seconde moitié du xixe siècle.

Regards croisés sur le passage des données archéologiques à la société sous-jacente

38Tous ces éléments de fistule sciés et dispersés sont donc à notre sens issus des thermes publics du Palais du Miroir. Confiés ou cédés à des collectionneurs privés ainsi qu’à des musées dans la seconde moitié du xixe siècle, plusieurs fois déplacés et rattachés finalement à d’autres sites archéologiques, ils ont été coupés de leur contexte : leur appartenance au lieu d’origine s’est peu à peu estompée jusqu’à ce que nous en perdions la trace au fil des écrits. Dans le cas présent, ce sont bien les dessins de A.-M. Chenavard, l’inventaire technique des conduites et objets de plomb de A. Cochet et J. Hansen, les dossiers d’œuvres constitués au sein des différents musées visités et le travail, encore en cours, du nouvel inventaire de la collection des fistulae estampillées viennoises qui ont permis de retrouver le lieu de découverte des objets et de reconstituer partiellement la conduite VASSEDO. VF.

39Il aurait été difficile de mettre en lumière les informations livrées par cette adduction sans porter au préalable un regard sur le sens, lui même sous-jacent, de la perception de l’objet, de l’approche du terrain et de la recherche archéologique viennoise (du xixe au xxie siècle), sans tenter de déceler les orientations qui furent tour à tour privilégiées.

Interprétation des indices

Essais de restitution

40En 1826, A. Mermet signalait, après avoir effectué la description des découvertes, que P. Garon venait de découvrir :

« […] une longue série de tuyaux de fontaine en plomb portant tous le nom du fabricant VASSEDO. VF, nom inconnu jusqu’à présent dans l’archéologie de nos pays ».

41Cette phrase recèle de nombreuses informations. À l’époque de cette découverte, seules huit fistulae estampillées sont connues dans l’agglomération viennoise (Brissaud, 2011a, p. 156-166). A. Mermet, magistrat à Vienne et correspondant de la Société royale des antiquaires de France, qui connait les collections des musées viennois et lyonnais, attire donc l’attention du lecteur sur le caractère novateur et répétitif de cette inscription. Il ne fournit pas de renseignements sur la configuration et le cheminement de ces tuyaux mais précise néanmoins qu’ils sont longs et qu’ils sont pourvus d’estampilles identiques, ce qui renforce l’hypothèse d’un réseau cohérent.

42P. Garon était-il en présence d’une ou de plusieurs adductions ? Outre l’élément de fistule dessiné par A.-M. Chenavard en 1837, nous avons retrouvé quatre fragments issus des thermes du Palais du Miroir pourvus d’une double marque VASSEDO. VF, de dimensions et de facture similaires. Or, une adduction en plomb mise au jour dans les années 1970 sur le site de Saint-Romain-en-Gal dans le secteur nord de la rue des Thermes a fourni des indices précieux sur le rythme de pose des marques (Fig. 2). Sous le sol de circulation du portique de façade est de l’îlot artisanal, ce long tronçon de plus de cinq mètres comportait un tuyau complet, long de 2,96 mètres (dix pieds) recélant quatre estampilles identiques (C.M.P), regroupées par deux et disposées de part et d’autre du conduit. Placées à environ 40 cm des raccords de la conduite, pourvue de soudures en olive, elles étaient distantes les unes des autres d’environ deux mètres. L’amorce d’un second tronçon, conservé sur 1,50 mètre de longueur, était aussi dotée d’une estampille double similaire, placée à 40 cm du raccord. La conduite et ses estampilles, datées de la fin du iie ou du début du iiie siècle après J.-C., ont été dessinées et décrites par A. Cochet et J. Hansen (Cochet et Hansen, 1986, n° 23a et b, p. 113-114, pl. III 51). L’étude a été complétée à la lumière des découvertes récentes (Brissaud, 2011a, p. 147-150 ; Rémy et al., 2011a, p. 177-178 ; Mathieu et Brissaud, 2011).

43Par comparaison, nous pourrions envisager au sein des thermes du Palais du Miroir l’existence d’un tronçon de conduite équivalent, pourvu de tuyaux de dix pieds munis d’estampilles doubles (soit quatre marques) à chaque extrémité. Ainsi pour obtenir quatre marques doubles, nous pourrions considérer que deux tuyaux complets ont été découverts. Cette hypothèse nous inciterait à restituer une adduction atteignant une longueur de six mètres (Fig. 8a). Le même nombre d’estampilles pourrait par ailleurs être obtenu en prenant en compte un tuyau complet relié à deux autres tronçons, fragmentaires, rompus au-delà des emplacements des estampilles. Dans ce cas, la longueur minimale de la fistule atteindrait environ cinq mètres (Fig. 8b). Nous ne pouvons néanmoins exclure le fait que P. Garon ait mis au jour plusieurs segments discontinus issus d’une même conduite courant sur une grande distance.

Fig.8. Restitutions de conduites en plomb permettant de disposer d’au moins quatre doubles estampilles

Fig.8. Restitutions de conduites en plomb permettant de disposer d’au moins quatre doubles estampilles

a. assemblage de deux tuyaux complet, b. association d’un tuyau complet et de deux conduites fragmentaires

Dessin : J.-L. Prisset.

Fonction des éléments de la fistule

44La majorité des fistulae de la collection viennoise découvertes durant le xixe siècle ont été sciées pour ne conserver que les marques ­(Brissaud, 2011a, fig. 2, p. 130 ; Rémy et al., 2011a, p. 167-170) donnant ainsi, comme l’avait déjà noté A. Cochet, une image édulcorée de la réalité (Cochet et Hansen, 1986, p. 53-54 ; Burdy et Cochet, 1992, p. 94-95).

45Le dessin de A.-M. Chenavard montre bien une conduite coupée à moins de 10 cm de part et d’autre des marques. Les quatre autres fragments dessinés présentent aussi des traces de sciage et des longueurs très proches (19,2 cm à 31 cm) (Brissaud, 2011a, p. 163 : CH. 62a à e ; Cochet et Hansen, 1986, p. 69-70). Nous pouvons donc penser que le découvreur a dégagé la (ou les) conduite(s) et qu’il l’a (ou les a) ensuite régulièrement coupée(s) afin de n’en conserver que les estampilles, comme ce fut très souvent le cas jusque dans les années 1980. Les fragments restants et les éventuels raccords, dépourvus d’inscription, ont probablement été vendus pour être refondus.

46L’intérêt porté à l’épigraphie, au signe distinctif rendant l’objet remarquable et précieux a ainsi masqué la signification première des fistules estampillées, celle de leur appartenance à un réseau urbain, structuré et ramifié. Les longueurs réelles des tuyaux, l’agencement des raccords mixtes (plomb-bois), l’organisation des réseaux et leur répartition au sein des parcelles et de l’espace public étaient alors totalement méconnus. Les conduites antiques mises au jour étaient rarement replacées dans un contexte plus large et ne figuraient quasiment jamais sur les plans des vestiges. S’ils avaient été conservés in situ le temps de l’observation et du report sur le plan de fouilles, les éléments de la fistule VASSEDO. VF auraient probablement permis d’appréhender une partie de l’organisation hydraulique des thermes du Palais du Miroir.

47A. Mermet fait allusion à des « tuyaux de fontaine ». Fait-il simplement une comparaison avec son époque, où l’eau est encore essentiellement fournie par les fontaines publiques, ou bien cherche-t-il à renforcer leur caractère remarquable en leur attribuant une fonction et en les associant, par déduction, aux installations luxueuses découvertes (thermes, bassins, tuileau, fragments de placages de marbre) ? En 1894, deux éléments de statues-fontaines en marbre ont été découverts dans les thermes du Palais du Miroir (de Villefosse, 1907, p. 18­23 ; Lavagne, 2003, n° 049, pl. 50).Il s’agissait de la représentation d’un satyre à la coquille, issu de la piscine sud du frigidarium des thermes, et d’un fragment de tronc d’arbre de 0,70 mètre de hauteur percé d’un trou de part en part. En 1906, un second morceau de tronc d’arbre en marbre fut retrouvé. Tous ces éléments pourvus de trous permettant le passage d’une fistule de petit diamètre nécessitaient, dans l’environnement proche, la présence de raccords à des adductions en plomb de diamètre supérieur. Or, les éléments de la conduite VASSEDO. VF ont été mis au jour non loin des piscines et des statues. Le plan de A.-M. Chenavard cumulant les fouilles de L. Michoud en 1827 et celles de P. Garon en 1837, a en effet permis de préciser la zone de découverte. Nous ne pouvons affirmer que ce réseau hydraulique acheminait l’eau sous pression jusqu’aux fontaines et aux piscines du frigidarium mais pouvons néanmoins constater qu’il a été retrouvé à proximité.

Datation du réseau

48En 2003, A. Bouet précisait qu’il était difficile de retrouver les traces in situ de la circulation hydraulique dans les pièces de bains et dressait la liste des rares édifices thermaux ayant livré des éléments de conduites en plomb (Bouet, 2003, volume I, p. 221-224).

49Les fragments du réseau estampillé VASSEDO. VF se révèlent donc exceptionnels. Ils constituent en effet aujourd’hui un indice de datation essentiel lié à un bâtiment thermal qui n’a fait l’objet que de fouilles anciennes et pour lequel nous ne disposons pas de lecture stratigraphique directe.

50La fistule fournit le nom d’un fabricant que nous pouvons comparer aux autres estampilles reconnues depuis 1968 sur le site de Saint-Romain-en-Gal, in situ, en connexion avec des vestiges datés et dont l’existence est attestée à partir de la fin du ier siècle après J.-C., ou au début du iie siècle après J.-C. (Brissaud, 2011a, p. 142-144). Par ailleurs, la soudure longitudinale des tuyaux VASSEDO. VF est du type I qui prédomine au iie siècle (Cochet et Hansen, 1986, p. 28-34). L’aménagement hydraulique des thermes interviendrait donc au cours du iie siècle, confirmant ainsi les datations stylistiques fournies par les décors architecturaux et confortant la chronologie relative d’apparition des bâtiments constituant le vaste ensemble monumental dont ce bâtiment fait partie (Prisset, 2007, p. 92-94).

Signification de la marque VASSEDO. VF

51La présence de conduites en plomb au sein des établissements de bain de Vienna était jusqu’alors suggérée par les empreintes lacunaires que celles-ci avaient pu laisser dans les mortiers. Nous ne pouvions déterminer ni les diamètres, ni la disposition des raccords, ni la présence, le nombre et la répartition des estampilles. Replacés dans leur contexte, même relatif, les éléments de fistule estampillés VASSEDO. VF nous ont donc permis d’obtenir pour la première fois des informations concrètes sur un réseau hydraulique destiné à l’alimentation en eau sous pression de thermes publics.

52En regard de la diversité des adductions stratigraphiquement mises au jour depuis quarante ans sur le site de Saint-Romain-en-Gal, de la complexité de l’évolution urbaine du quartier, de la variété des noms recensés, la signification même de ces marques pose question. Il ressort actuellement de l’étude des estampilles sur les objets en plomb qu’un nom suivi de la mention VF tend à désigner le fabricant de tuyaux plutôt que le plombier qui a posé le réseau.

53La signification du sigle VF s’avère elle-même sujette à discussion. On considère traditionnellement qu’un nom suivi des lettres VF peut être traduit de la façon suivante : « cette personne a fait à Vienne ». Cette interprétation découle de la présence, en fin de marque, du sigle F ou FEC, désignant habituellement celui qui a conçu ou qui a fait fabriquer l’objet estampillé, tuyau en plomb ou vase en céramique sigillée. Pourtant, la mention de la cité d’origine d’une céramique n’est jamais apposée sur un vase. Nous pouvons donc nous demander si l’abréviation VF ne pourrait plutôt être traduite ainsi : « a fait pour Vienne ». Nous aurions alors affaire à une production de fistules commanditée par les autorités de la ville et destinée à un équipement hydraulique public réalisé dans la capitale ou dans l’une des agglomérations secondaires de la cité.

54De leur côté, les noms qui ne sont pas associés à la mention VF pourraient mentionner les propriétaires de parcelles que ces conduites alimentaient ou les commanditaires ayant financé, de manière plus collective, l’établissement de réseaux d’adduction publics ou privés.

55L’interprétation de la signification d’une estampille se révèle donc fortement conditionnée par le contexte de découverte des différents tuyaux (espace public, parcelle privée), et ce même si nous avons affaire à une seule et même conduite. Des réparations peuvent en effet intervenir en tout point d’une adduction préexistante et être réalisées au moyen de sections de tuyaux issues de la production d’un autre fabricant (Mathieu et Brissaud, 2011, p. 26 et 31) ou d’éléments de fistules réemployés (Brissaud, 2011a, p. 144).

56Quelle peut être la signification de ces marques soignées, placées après chaque raccord de conduite (à environ 50 cm des extrémités de chaque tuyau) et pourtant destinées à être cachées ? Elles apparaissent sur le site de Saint-Romain-en-Gal à partir de la fin du ier siècle après J.-C. et se développent au iie siècle, à l’époque où l’occupation du quartier se densifie et où le cumul des réseaux d’adduction d’eau sous pression rend complexe la gestion des conduites. Leur existence était donc sans doute liée au besoin d’identifier les réseaux publics et privés ainsi que les propriétaires fonciers des bâtiments raccordés.

57Ces marques pourraient fort bien répondre à une contrainte administrative imposée par la ville, comme la nécessité d’identifier les intervenants afin d’établir au mieux les responsabilités au sein d’un espace urbain qui s’étend et évolue. Elles rendent peut-être aussi compte du développement de la place de l’individu au sein de la société, de son désir de reconnaissance professionnelle ou commerciale.

58Nous ne pouvons enfin oublier que les estampilles viennoises apparaissent sensiblement à l’époque où Frontin réorganise à Rome la gestion de l’eau et insiste sur la nécessité de contrôler les gabarits des tuyaux se raccordant au réseau public (Dessales, 2008, p. 55-65). Ainsi, ces noms apposés pourraient répondre à un besoin d’identification du fabricant mais peut-être aussi à un souci de normalisation, de certification du produit, de contrôle de fabrication. Si tel était le cas, le nom estampillé pourrait désigner la personne en charge de cette fonction (Rémy et al., 2011b, 239-243).

59La marque Vassedo pourrait donc qualifier le nom du producteur de la fistule ou celui de la personne ayant en charge, au nom de la collectivité, la vérification de la conformité de la conduite. Le travail de relecture des estampilles engagé par N. Mathieu et B. Rémy ne manquera pas d’apporter des réponses à ce questionnement.

Bibliographie

Allmer A. et Terrebasse A. de (1875‑1876) – Inscriptions antiques et du Moyen Âge de Vienne en Dauphiné, IIV et Atlas, Vienne.

Anonyme (1829)Chroniques, dans Archives historiques du département du Rhône, 9, p. 385‑386.

Boissieu A. de (1846-1854) – Inscriptions antiques de Lyon, Lyon.

Bouet A. (2003) – Les thermes privés et publics en Gaule Narbonnaise, Volume II, Paris.

Brissaud L. (2011a) – Évolution et organisation des réseaux d’adduction d’eau en rive droite de Vienna, capitale des Allobroges (ier siècle av. J.-C.-iiie siècle apr. J.-C.), dans Ph. Leveau, N. Mathieu et B. Rémy (éd.), L’eau dans les Alpes romaines, usages, risques (ier siècle av. J.-C.-v e siècle apr. J.-C.), Grenoble, p. 125‑166.

Brissaud L. (2011b) – L’évolution spatiale et temporelle des ponts de Vienne. Permanence et mutation : le sens du lieu, Bulletin de la Société des Amis de Vienne, 106/2, p. 2-26.

Brouchoud Cl. (1880) – Des voies de communication entre Vienne et Lyon dans l’Antiquité, Congrès archéologique de France, XLVIe session, Vienne, Paris-Tours, 1880, p. 84-86.

Burdy J. et Cochet A. (1992) – Une date consulaire (213 après J.C.) sur un tuyau de plomb viennois, Gallia, 49, p. 94-95.

Chorier N. (1828) – Recherches sur les Antiquités de la ville de Vienne, métropole des Allobroges, capitale de l’empire romain dans les Gaules et des deux royaumes de Bourgogne, Lyon, p. 159-166.

Cochet A. (2000) – Le plomb en Gaule romaine. Technique de fabrication et produits, Montagnac.

Cochet A. et Hansen J. (1986) – Conduites et objets en plomb gallo-romains de Vienne (Isère), Paris.

Collectif (1867-1868) – La Bourgogne, 1868, Compte rendu des travaux de la commission départementale des Antiquités de la Côte-d’Or, 7, p. 107-108.

Collectif (2004) – Les dieux du Palais du Miroir, plaquette d’exposition, musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal – Vienne.

Cottaz J. (1952) – Notes relatives aux thermes romains de Sainte-Colombe-Lès-Vienne (France) au lieu-dit « Palais du Miroir », Bulletin de la Société des Amis de Vienne, 34 à 46, p. 22.

Delorme T.-C. (1841) – Description du Musée de Vienne (Isère), précédée de recherches historiques sur le temple d’Auguste et de Livie, Vienne.

Dessales H. (2008) – Le prix de l’eau dans l’habitat romain : une étude des modes de gestion à Pompéi, dans E. Hermon (dir.), Vers une gestion intégrée de l’eau dans l’empire romain, Rome, p. 55-65.

Faure-Brac O. (2006) – Carte archéologique de la Gaule, Le Rhône, 69/1, Paris.

Frœhner W. (1897) – Catalogue des antiquités grecques et romaines du musée de Marseille, Paris.

Grenier A. (1960) – Manuel d’archéologie gallo-romaine. 4e partie. Les monuments des eaux. Aqueducs-Thermes, Les thermes du Palais du Miroir, Paris.

Hirschfeld O. (1888) – C.I.L, XII. Inscriptiones Galliae Narbonensis Latinae, Berlin.

Jaillet Ch. (1971) – Les dessins sur Vienne d’É. Martellange, S. J. (1606 et 1619), Bulletin de la Société des Amis de Vienne, 66, p. 97‑110.

Lauxerois R. (1988) – Vienne, Rennes.

Lavagne H. (dir.) (2003) – Nouvel Espérandieu, tome I, Recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule, Vienne (Isère), Paris.

Leblanc J. (1880a) – Les découvertes faites à Vienne depuis l’année 1841 jusqu’à ce jour, Congrès archéologique de France, XLVIe session, Vienne, 1879, Paris-Tours, p. 17-60.

Leblanc J. (1880b) – Fouilles au Palais du Miroir, Congrès archéologique de France, XLVIe session, Vienne, 1879, Paris-Tours, p. 105-111.

Leblanc J. (1880c) – Fouilles au Palais du Miroir en 1836 et 1837. Rapport de l’Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Lyon (É. Rey et A.-M. Chenavard), sur les antiquités découvertes à Sainte-Colombe, Congrès archéologique de France, XLVIe session, Vienne, 1879, Paris-Tours, p. 486-494.

Le Bot A., Helly B., Marcellin Cl. et FaureBrac O. (2006) – Saint-Romain-en-Gal, Zone 3 : Quartier du Tryé, n° 28, dans O. Faure-Brac, Carte archéo-logique de la Gaule, Le Rhône, 69/1, Paris, p. 486‑497.

Marcellin Cl. (1994) – L’eau à Vienne dans l’Antiquité, mémoire de DEA, université de Provence Aix-Marseille I.

Mathian N., Hallereau I., Ferriol C. et Van Reeth B. (dir.) (2003) – Sur les traces de Mérimée, naissance d’un sentiment patrimonial, Lyon.

Mathieu N. et Brissaud L. (2011) – CMP, CMPC, CMSCM. Des marques différentes sur une fistula en plomb de Saint-Romain-en-Gal, Bulletin de la Société des Amis de Vienne, 107/4, p. 24-32.

Pelletier A. (1980) – Histoire de Vienne et de sa région. Ste-Colombe, St-Romain-en-Gal, Roanne.

Pelletier A. (1982) – Vienne antique, de la conquête romaine aux invasions alamaniques, Roanne.

Prisset J.L. (2007) – Les thermes des Lutteurs à Saint-Romain-en-Gal. Les bains d’un gymnase viennois, Les Dossiers d’Archéologie, 323, p. 92-94.

Provost M. et al. (2009) – Carte archéologique de la Côted’Or, 21/3, Paris.

Rémy B., Mathieu N. et Brissaud L. (2011a) – Les noms de personnes inscrits sur les tuyaux de plomb de la cité de Vienne, dans Ph. Leveau, N. Mathieu et B. Rémy (éd.), L’eau dans les Alpes romaines, usages, risques (ier siècle av. J.-C.-v e siècle apr. J.-C.), Grenoble, p. 167‑212.

Rémy B., Brissaud L., Mathieu N. et Prisset J.-L. (2011b) – Un service officiel des eaux (cura aquarum) à Vienne. Le témoignage d’un tuyau en plomb découvert à Saint‑Romain‑en‑Gal (Rhône), Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 179, p. 239-243.

Rey É. et Chenavard A.-M. (1837) Rapport de l’Académie royale des sciences et belles lettres des arts de Lyon, sur les antiquités découvertes à Sainte-Colombe, rapport manuscrit daté du 27 juin 1837, rédigé à Lyon, Ms 6453, Bibliothèque municipale de Lyon.

Rey É. et Vietty J.-B.-E. (1831) – Monuments romains et gothiques de Vienne en France, Paris.

Vassy A. (1934) – Découverte de deux estampilles de plombiers romains et estampilles du musée de Vienne, Rhodania, 16, p. 159-177.

Villefosse H. de (1907) – Le Palais du Miroir à Ste-Colombe-lez-Vienne, CRAI, p. 18-23.

Zeiller M. (1957) – Vue de Vienne, dans M. Mérian, Topographia Galliae, III, Francfort.

Notes

1 Une synthèse relative à l’historique des découvertes effectuées à l’emplacement des thermes du Palais du Miroir figure dans la Carte archéologique du Rhône (Le Bot et al., 2006, p. 486-497).

2 L’existence des « monastères griniens » est mentionnée pour la première fois par Sidoine Apollinaire dans l’une de ses lettres (Lettres, VII, 17). L’origine de l’appellation n’y est pas précisée. Elle n’a pas été évoquée ensuite dans les autres sources les mentionnant.

3 Nous remercions chaleureusement Mmes H. Chew, conservateur en chef chargée des collections gallo-romaines au musée d’Archéologie nationale, J. Barbarin, directrice du musée Vivant-Denon, B. Vigié, attachée de conservation chargée des collections de protohistoire et de la réserve Borély au musée d’Archéologie méditerranéenne, S. ­Conedera, assistante de conservation du musée Languedocien, D. Tisserand, bibliothécaire au musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, M. L. Deguara, président de la Société archéologique de Montpellier, S. Gosselin et R. Lauxerois, anciens conservateurs des musées de Vienne, H. Savay-Guerraz, directeur du musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, S. ­Bordelais et P. Chillon, bibliothécaires au musée d’Archéologie méditerranéenne et au musée d’Archéologie nationale, pour leurs accueils attentifs et leur disponibilité.

4 Professeur d’histoire romaine à l’université Pierre Mendès-France de Grenoble, CRHIPA, CNRS, L’Année épigraphique, Paris.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Plan général de Vienne à la fin du iie siècle après J.-C.
Légende 1. site archéologique de Saint-Romain-en-Gal, 2. thermes du Palais du Miroir, 3. maison d’Amour et Pan, 4. enceinte, 5. forum et temple de Rome et d’Auguste, 6. théâtre, 7. sanctuaire de Pipet, 8. odéon, 9. entrepôts, 10. maisons des Nymphéas, 11. fanum, 12. cirque, 13. aqueducs, 14. Stade.
Crédits Conception : A. Le Bot-Helly, SRA ; DAO : Cl. Marcellin, INRAP ; plan complété par L. Brissaud, département du Rhône, 2012.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig.2. Les thermes du Palais du Miroir au sein du quartier gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal à la fin du iie siècle après J.-C.
Légende 1. thermes du Palais du Miroir, 2. tronçon de voie romaine mis au jour en 1879, 3. ensemble monumental, 4. îlot artisanal, 5. rue des Thermes.
Crédits DAO : L. Brissaud, département du Rhône, 2012.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig.3. Vue générale des thermes du Palais du Miroir après restauration
Crédits P. Veysseyre, 2002, département du Rhône.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig.4. Planche 4 du rapport daté du 27 juin 1837 sur les antiquités découvertes à Sainte-Colombe
Légende Plan au trait des vestiges mis au jour en 1826‑1827, complété par le report des vestiges dégagés en 1936 (Dessin au crayon et à la plume d’A.-M. Chenavard). 4b. Planche 9c du rapport. Fragment de fistule estampillée VASSEDO. VF découvert dans les thermes du Palais du Miroir (Dessin au crayon d’A.-M. Chenavard). Bibliothèque municipale de Lyon, Ms 6453.
Crédits Crédits photographiques : J.‑L. Bouchier.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4822/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig.5.
Légende Plan des vestiges du Palais du Miroir achevé le 13 août 1906, cumulant les relevés antérieurs et recelant en outre les limites et noms des propriétaires des parcelles du secteur au xixe siècle.
Crédits Plan au trait réalisé d’après le relevé original de J. Formigé ; DAO, L. Brissaud.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4822/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre Fig.6.
Légende Marseille, musée d’Archéologie méditerranéenne, Réserve Borély : a. POPPO F, n° musée : 2408 ; b. VASSEDO VF, n° musée : 2410 (inv. CH : 62a ; inv. RMB : 68) ; c. SACRAPO L.F, n° musée : 2409 ; Montpellier, musée Languedocien ; d. POPPO F, anc. n° musée : 1089 ; e. VASSEDO.VF, anc. n° musée : 1087 ; nouv. n° musée : 865.001.002 (inv. CH : 62b ; inv. RMB : 68)
Crédits Dessins : L. Brissaud ; inv. CH : Cochet et Hansen, 1986 ; inv. RMB : Rémy, Mathieu, Brissaud, 2011a.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4822/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig.7.
Légende 7a. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale : VASSEDO.VF, n° musée : 71446 (inv. CH : 62c ; inv. RMB : 68) (Dessin : L. Brissaud).7b. Chalon-sur-Saône, musée Dominique Vivant-Denon : VASSEDO.VF, n° musée : 491 (inv. CH : 62c ; inv. RMB : 68)
Crédits Clichés : musée Vivant-Denon.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4822/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig.8. Restitutions de conduites en plomb permettant de disposer d’au moins quatre doubles estampilles
Légende a. assemblage de deux tuyaux complet, b. association d’un tuyau complet et de deux conduites fragmentaires
Crédits Dessin : J.-L. Prisset.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4822/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Auteur

Attachée de conservation, musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal – Vienne.
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 : Archéologie et Sciences de l’Antiquité. Sujet de thèse : Le franchissement du fleuve à Vienne (Isère).
Directrice  : Françoise Dumasy. Thèse soutenue le 17 mai 2014.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search