Version classiqueVersion mobile

Des vestiges aux sociétés

 | 
Jeanne Brancier
, 
Caroline Rémeaud
, 
Thibault Vallette

Des témoins involontaires à la vocation sociale des vestiges

Architecture domestique et société dans la Syrie du Bronze ancien (IIIe millénaire av. J.-C.)

De l’approche méthodologique à l’interprétation socio-culturelle de l’habitat en Djézireh syrienne

Barbara Chiti

Résumé

Dans le milieu de l’archéologie proche-orientale, l’étude de l’architecture domestique s’est progressivement affirmée comme l’une des sources privilégiées pour la définition des caractères économiques, sociaux et culturels des civilisations de l’Orient ancien. La maison, en effet, se distingue des autres artefacts archéologiques par sa nature complexe et composite, ainsi que par sa capacité à changer au cours de son utilisation. Elle est certes le résultat des contraintes matérielles et techniques, des choix opérés par ses habitants, mais elle correspond plus précisément, à l’organisation d’un espace anthropique, social, culturel et idéologique.

Notre contribution se propose par conséquent de mener une réflexion fondée sur l’observation conjointe de ces différents aspects et vise à la compréhension approfondie de l’habitation, de la conception et de l’organisation de l’espace qu’elle inclut et, ainsi, à l’identification de quelques-uns des caractères de la société au sein de laquelle elle a été conçue. Plus particulièrement, notre article porte sur l’analyse de l’architecture domestique livrée par trois sites du Bronze ancien, situés dans la région de la Djézireh syrienne, notamment Tell Bderi, Tell Melebiya et Tell Chuera. Les objectifs principaux de notre travail consistent, d’une part, à définir le « concept » ou les « concepts » d’habitat propre à chacune de ces implantations et, d’autre part, à discuter la présence – ou l’absence – d’une tradition architecturale commune en Djézireh syrienne au IIImillénaire avant J.-C.

Entrées d'index

Mots clés :

Syrie, Djézireh, habitat, maison

Keywords :

Syria, Jezirah, dwelling, housing

Texte intégral

  • 1 Cette dénomination est inspirée et fait référence à la définition élaborée par V. G. Childe, en 195 (...)

1Dans le panorama du Proche-Orient ancien, le IIIe millénaire av. J.-C. se caractérise comme une période de grand développement économique, social et culturel. Ces changements constituent les fondements d’un processus de transformation dont témoignent, en Mésopotamie du Nord, l’émergence d’une plus grande complexité des implantations villageoises, la naissance des villes et l’apparition de l’État. Cette transformation est connue dans la littérature archéologique comme une « urbanisation secondaire1 ». Bien que ce phénomène soit attesté dans tout le Proche-Orient, les rythmes, les choix et les solutions qui ont mené à ce résultat semblent varier en fonction du milieu géographique et culturel. En Syrie, les recherches archéologiques conduites au cours des trente dernières années ont fourni une quantité extraordinaire d’informations concernant cette problématique. Ainsi, la compréhension des dynamiques et des mécanismes qui ont déterminé ce processus est devenue l’un des axes de recherche préférentiels poursuivis dans la région syrienne.

2Notre étude se propose d’aborder cette « transformation » selon une perspective architecturale, à travers l’examen de l’un des éléments le plus directement marqué par ce type de changement, c’est-à-dire la maison. Cette dernière est en effet un marqueur culturel majeur, se distinguant des autres « objets » archéologiques par sa nature complexe et composite, ainsi que par sa capacité à évoluer au cours de son utilisation. La maison est le résultat d’un projet architectonique tributaire de contraintes techniques (par exemple : matériaux disponibles, compétences techniques, etc.) et de choix opérés par ses habitants. Elle correspond également à l’organisation d’un espace anthropique délimité, et plus encore, à un lieu social, culturel et idéologique.

  • 2 R. Koldewey (Koldewey, 1911 ; Koldewey et Wetzel, 1931) et W. Andrae (Andrae, 1927 et 1930) sont le (...)
  • 3 Les premiers représentants majeurs de cette école, visant la compréhension profonde de la nature de (...)
  • 4 Poursuivant la tradition de l’école allemande, E. Heinrich élabora une classification typologique d (...)

3En partant de ce constat, nous avons voulu aborder l’étude de l’architecture domestique à partir d’une méthodologie d’analyse fondée sur l’observation conjointe de ces différents aspects. Elle vise à la compréhension de l’habitation elle-même, mais également de la société au sein de laquelle elle a été conçue. Plus précisément, la méthodologie employée propose une nouvelle approche des principes et des critères d’analyse mis au point par les deux principales écoles archéologiques qui se sont intéressées à l’architecture du Proche-Orient ancien, l’école allemande2 et l’école française3. La première, l’école allemande, s’est focalisée principalement sur l’étude planimétrique des constructions4. Au contraire, la seconde, l’école française, s’est concentrée, d’une part, sur les aspects proprement architecturaux (matériaux, techniques de constructions, restitution tridimensionnelle) et, d’autre part, sur l’approche ethnoarchéologique.

  • 5 B. Zevi est l’un des architectes italiens les plus célèbres du xxe siècle. Ses ouvrages Saper veder (...)

4Enfin, en accord avec l’idée de l’architecte Bruno Zevi5, pour qui le vrai protagoniste de l’œuvre architecturale est le « vide, l’espace interne » qu’elle contribue à créer (Zevi, 1959, p. 11), notre étude architecturale portera une attention particulière aux modes de délimitation et d’organisation de l’espace interne aux maisons. En effet, il nous semble que la conception de l’espace, plus que tout autre critère, fournit des informations importantes quant à la définition de la société concernée.

5En raison de l’ampleur et de la complexité du sujet abordé, nous limiterons, dans ce travail, notre horizon géographique à la seule région nord-orientale de la Syrie, la Djézireh, et plus particulièrement aux sites de Tell Melebiya, Tell Bderi et Tell Chuera. D’une part, ces trois implantations ont livré de nombreux vestiges domestiques. D’autre part, chacun de ces sites présente des caractéristiques différentes et spécifiques, ce qui permet à notre analyse de reposer sur un corpus suffisamment diversifié pour atteindre des résultats significatifs.

  • 6 À la différence de la pratique habituelle de classification, qui privilégie la forme et la planim (...)

6Le cadre limité de cet article ne nous permet de traiter que de certains aspects abordés dans notre recherche doctorale, tels que les éléments planimétriques, la circulation et l’organisation de l’espace. Ces axes constitueront les éléments de base d’une classification typologique des habitations6 qui vise, d’une part, à définir le « concept » de maison propre à chaque site et, d’autre part, à tenter de reconnaitre la présence d’une ou plusieurs traditions culturelles architecturales.

La Djézireh syrienne au IIIe millénaire av. J.-C.

  • 7 Au sens large du terme, la Djézireh correspond à la région située entre les fleuves de l’Euphrate (...)

7La région nord-orientale de la Syrie actuelle – ou Djézireh7 syrienne (fig. 1) – est caractérisée, d’un point de vue géomorphologique, par de vastes plaines steppiques semi-arides, traversées par les fleuves Balikh et Khabour et leurs affluents. Bien que cette région soit composée d’une mosaïque de « niches écologiques » perméables et interdépendantes, elle est essentiellement subdivisée en deux milieux géographiques principaux. L’un, situé au nord des Djebel Abd al-Aziz et Djebel Sinjar, est caractérisé par des pluies abondantes et récurrentes (> 250 mm/an) et permet donc une agriculture sèche. L’autre, étendu au sud des Djebels, est caractérisé par des pluies moins fréquentes (< 250 mm/an) et, par conséquent, est sujet à des pratiques d’irrigation. Ces caractères géo-environnementaux marquent la spécificité de cette région qui, par sa nature bipolaire entre agriculture sèche et irriguée, a été largement exploitée pour une production agricole intensive dès l’âge du Bronze.

Fig.1. Carte géographique de Syrie et emplacement des principaux sites du IIIe millénaire av. J.-C.

Fig.1. Carte géographique de Syrie et emplacement des principaux sites du IIIe millénaire av. J.-C.

B. Chiti.

  • 8 Les résultats des recherches menées en Djézireh ont permis aux spécialistes travaillant sur cette r (...)
  • 9 Pour une discussion approfondie des aspects chrono-culturels caractérisant la Djézireh au IIIemillé (...)
  • 10 Ce terme provient de la première identification, par Max Mallowan, de ce type de céramique au style (...)

8Durant la première moitié du IIIe millénaire av. J.-C. (EJ0-II) (fig. 2)8, la Djézireh syrienne est très faiblement peuplée. À quelques rares exceptions près (Tell Brak et Tell Chuera), la région est occupée par de petits centres villageois fondés sur une économie principalement agro-pastorale. Bien que ces agglomérations n’aient pas encore atteint un vrai statut urbain, plusieurs présentent un degré de développement assez avancé et des éléments précurseurs de l’urbanisation qui suivra. Des systèmes de fortifications (Tell Bderi), la planification des habitats, l’existence de bâtiments de nature publique identifiés comme des temples (Tell al-Raqa’i), un système primitif d’enregistrement administratif, les signes d’une différenciation sociale et l’affirmation d’élites en sont autant d’exemples. Pendant toute cette période, la région partage une culture matérielle composite9, les éléments les plus représentatifs étant la céramique dite Ninivite V10 et les sceaux-cylindres du type Piedmont Jemdet Nasr.

Fig.2. Tableau chrono-culturel de la Djézireh et des régions voisines au IIIe millénaire av. J.-C. (B. Chiti).

Datation

av. J.-C.

Syrie Ouest

Djézireh

Mésopotamie

2000

Bronze Ancien

/

Bronze Moyen

Early Jezirah V

Ur III

2100

Akkad

Bronze Ancien IVb

Early Jezirah IVb

2200

Bronze Ancien IVa

2300

Early Jezirah IVa

Dynastique

Archaïque III b

2400

Bronze Ancien III

Early Jezirah IIIb

Dynastique

Archaïque III a

2500

Early Jezirah IIIa

2600

Dynastique

Archaïque II

Bronze Ancien II

Early Jezirah II

2700

Early Jezirah I

Dynastique

Archaïque I

2800

2900

Jemdet Nasr

Bronze Ancien I

Early Jezirah 0

3000

3100

9Vers la moitié du IIIe millénaire av. J.-C. (fin EJ II), la région connaît un développement urbain important et assez rapide, qui atteint son apogée en EJ IIIb. On observe une augmentation remarquable du nombre et de la taille des agglomérations. Progressivement, elles se différencient et s’organisent selon un système hiérarchisé à plusieurs niveaux. Les centres urbains sont alors très bien organisés et fortifiés, l’architecture monumentale s’affirme en particulier sous la forme de temples et de palais. D’importants changements sont enregistrés également au niveau de la culture matérielle. Après une brève période de transition (EJ II final), une production beaucoup plus spécialisée et standardisée se substitue à la tradition céramique Ninivite V, connue sous le nom de céramique métallique. Les documents écrits se multiplient et attestent, alors, l’emploi d’un système d’écriture avancé, tandis que la découverte d’une quantité croissante d’objets de prestige ou de luxe témoigne de l’existence d’un système social hiérarchisé.

  • 11 La culture matérielle de ces sites est largement débitrice de la culture akkadienne. Cela porte à e (...)

10Ce cadre culturel persiste essentiellement jusqu’à la fin de la période EJ IV, où de nouveaux et importants changements ont été révélés par les fouilles. Pour des raisons encore largement débattues, la Djézireh devient de plus en plus instable ; la plupart des sites connaissent une période de « crise » et, pour la majeure partie d’entre eux, l’abandon. Nonobstant la persistance de l’occupation et la relative prospérité de rares sites, tels que Tell Brak et Tell Mozan11, cette région demeure en récession jusqu’au iiie siècle du IIIe millénaire av. J.-C. (début du Bronze moyen II).

Le site et l’habitat de Tell Melebiya

11Le site de Tell Melebiya est situé à environ 12 km au sud-est de la ville moderne de Hassake, sur l’une des terrasses de la rive droite du ­Khabour (fig. 1). Fortement érodé par l’action du fleuve, le tell a désormais une forme ovale irrégulière et couvre une superficie de 3,2 hectares. Les recherches archéologiques commencèrent en 1984, lors du lancement du programme de sauvegarde des sites archéologiques menacés par la construction du barrage du moyen Khabour, et se poursuivirent durant les cinq années suivantes. Les résultats fournis par la mission belge, dirigée par Marc Lebeau, permirent de définir la séquence chrono-­stratigraphique de l’établissement et d’identifier deux périodes d’occupation principales, l’une datant du Bronze ancien (périodes EJ II et EJ III) et l’autre de la période ayyoubide (Lebeau, 1993). Cependant, les informations relatives à l’implantation du Bronze ancien demeurent limitées, car les fouilles ont découvert exclusivement des quartiers d’habitations privées. En l’absence de témoins matériels révélateurs du statut de l’implantation – comme, par exemple, la présence d’un système défensif ou d’architecture monumentale – la nature du site ne peut pas être assurée. Toutefois, l’analyse de l’agencement du tissu et du réseau de circulation des quartiers d’habitation a porté M. Lebeau à estimer que Tell Melebiya était un centre urbain, pourvu d’un plan de type rayonnant et organisé selon un système de terrasses étagées (Lebeau, 1993, p. 41-49). Enfin, l’étude combinée des données géomorphologiques, topographiques et archéologiques a permis d’établir que, au moment de son expansion maximale durant l’EJ III, le site avait une forme circulaire et s’étendait sur environ 7 hectares.

12L’habitat de Tell Melebiya a été repéré principalement dans les chantiers B, C et G, situés sur la plateforme sommitale de la colline. Ici, les fouilles ont permis de distinguer les vestiges d’au moins seize habitations appartenant à deux niveaux architecturaux différents, l’un daté de la période EJ II, l’autre attribué à l’EJ III (fig. 2). L’étude typologique des habitations de Tell Melebiya a fait l’objet d’une première publication par le chercheur. Celui-ci identifie deux groupes de maisons, l’un à plan simple, l’autre à plan complexe pourvu d’un ou deux espaces centraux (Lebeau, 1993, p. 107-110). Contrairement à la classification établie par ce chercheur, l’analyse que nous avons pu mener sur les habitations de Tell Melebiya a mis en évidence la présence de trois types différents de maisons (fig. 3).

Fig.3. Typologie de l’habitat de Tell Melebiya

Fig.3. Typologie de l’habitat de Tell Melebiya

B. Chiti d’après Lebeau, 1993, pl. 14, 34, 44, 53, 61, 70, 76, 85, 92, 98.

13Type I – Le premier groupe est représenté par des constructions de forme carrée, s’étendant sur une superficie comprise entre 25 et 37 m². Elles sont composées de trois pièces : une grande pièce rectangulaire sur laquelle s’ouvre l’entrée principale et deux plus petites disposées à l’arrière. La position en retrait de ces deux pièces par rapport à l’entrée principale pourrait indiquer une nature plus privée. Les maisons B6, G2, C2, et probablement C6, font partie de ce type. Ce dernier correspond parfaitement au groupe à plan simple identifié par M. Lebeau.

  • 12 L’analyse architecturale menée sur la maison B1 nous a porté à estimer que le plan publié est en ré (...)
  • 13 Dans l’habitation G1, il s’agit de l’annexion de trois pièces attenant à l’entrée (2545, 2546 et 25 (...)
  • 14 En privilégiant une stratégie de fouille en extension, les vestiges mis au jour à Tell ­Melebiya on (...)

14Type II – Le deuxième groupe est caractérisé par des constructions à plan complexe, composées de 10 à 13 pièces et dont la superficie est comprise entre 80 et 130 m². De prime abord, les plans de ces constructions ne semblent pas se ressembler. Cependant, au niveau de l’organisation de l’espace intérieur, certains éléments spécifiques semblent se reproduire. En effet, dans chacune de ces maisons, on remarque la présence de deux ensembles de pièces. Plus précisément, le premier ensemble est composé d’un grand espace central de forme rectangulaire sur lequel s’ouvre l’entrée principale, ainsi que de deux rangées de petites pièces de forme quadrangulaire alignées sur deux de ses côtés. En revanche, le deuxième ensemble regroupe au moins trois pièces qui reproduisent le modèle des maisons à plan simple du Type I. L’emplacement de ces deux groupes de pièces semble suivre un projet précis puisque le premier est toujours situé dans la moitié frontale de la maison, plus facilement accessible depuis la rue, l’autre situé dans la partie la plus reculée et en conséquence plus privée. La maison B2 en représente le meilleur exemple, alors que les maisons B1sud12 et G1 en constituent des variantes, en raison de la présence de pièces supplémentaires13. Les différences, parfois importantes, d’un plan à l’autre pourraient être dues à des modifications, notamment des élargissements, du projet original de maisons dont nous ne connaissons pas le plan14.

  • 15 Cela explique la présence de doubles murs à l’intérieur des bâtiments.
  • 16 Dans ce dernier cas, la présence d’un sol en galets dans la pièce centrale (1348) confirme sa natur (...)

15Type III – Le troisième type regroupe les constructions qui ont une superficie supérieure à 130 m² et sont composées de 12 pièces ou plus. La taille et le nombre des pièces sont variables parce qu’elles résultent de la fusion de plusieurs maisons plus petites15. Toutefois, ce groupe de constructions se distingue par la présence d’un, voire deux, longs vestibules d’entrée équipés d’un sol dallé et d’une canalisation, donnant accès à une cour située dans la partie centrale de l’habitation. Ce type concerne les maisons B4, B7 et B516.

Le site et l’habitat de Tell Bderi

16Située sur la rive gauche du fleuve Khabour, à environ 3 km au sud-est de Tell Melebiya (fig. 1), la colline de Bderi a actuellement une forme semi-circulaire dont la superficie s’étend sur 4,6 hectares. Comme dans le cas précédent, l’étude archéologique du tell s’insère dans le programme de sauvegarde des sites de la moyenne vallée du Khabour. Les fouilles furent menées de 1985 à 1990 par une mission allemande, sous la responsabilité de Peter Pfälzner. Bien que les fouilles aient concerné seulement deux secteurs, situés sur les pentes nord et sud du tell, les données obtenues dans ces deux zones ont permis de mettre en évidence une séquence de vingt-cinq niveaux stratigraphiques datant de la période du Bronze ancien (intervalle EJ II-EJ IIIb) et de la fin du Bronze récent (fig. 2).

  • 17 Ces dimensions sont proches de celles que devait avoir Tell Melebiya à la période EJ III.
  • 18 Ce type de système défensif représente un cas unique pour la période de l’EJ II.

17En ce qui concerne l’établissement du IIIe millénaire (Pfälzner, 2001), la presque totalité des informations provient de la tranchée méridionale (secteur Südhang). La découverte d’un mur en briques crues large de 2 mètres et pourvu d’un glacis extérieur (niv. 25), a mis en évidence que, au moment de sa première implantation (EJ II), le centre était fortifié. Les caractéristiques morphologiques du tell et les informations relatives au tracé de cette enceinte ont conduit P. Pfälzner à conclure que l’établissement du Bronze ancien devait avoir une forme ovale, voire ronde, et qu’il devait s’étendre sur une superficie de cinq à six hectares17. À l’exception de ce système défensif, assez impressionnant pour l’époque18, aucune trace d’architecture monumentale n’a été repérée. L’ensemble des constructions mises au jour a été identifié par les archéologues comme de l’habitat. De fait, le secteur Südhang a livré les vestiges d’au moins quatorze maisons appartenant à neuf niveaux architecturaux successifs (niv. 21, 17, 14 et 13-8) et qui nous permettent de retracer l’évolution d’une partie de l’habitat de Tell Bderi durant la période EJ II- EJ IIIb.

  • 19 Grâce à un travail soigneux, les archéologues ont pu définir la succession des changements, réfecti (...)

18L’analyse architecturale de ces habitations fait apparaître la présence d’une grande variété des constructions, soit dans la taille, soit dans la forme. Malgré les nombreuses transformations subies par les bâtiments au cours de leur utilisation19 et la présence d’un grand nombre de variantes, il est pourtant possible de reconnaître trois types de maisons (fig. 4) :

Fig.4. Typologie de l’habitat de Tell Bderi

Fig.4. Typologie de l’habitat de Tell Bderi

B. Chiti d’après Pfälzner, 2001, Taf. 2, 6, 12-13, 15, 19-22.

  • 20 Nous nous référons aux pièces CM de la maison XIV, FL de la maison XVII et DJ de la maison XXI.

19Type I – Le premier groupe est représenté par des constructions assez simples, étendues sur une superficie comprise entre 42,3 et 52,2 m². Elles se composent essentiellement d’une large pièce, rectangulaire ou carrée20, située dans l’angle d’une vaste cour. Cette organisation d’origine est modifiée dans chacun des cas par l’ajout successif d’une ou deux pièces de petite taille, situées d’un coté ou de l’autre de la cour. Ce type apparaît dans les niveaux les plus anciens (niv. 21-14), attribués à l’EJ II, dans les maisons XIV, XVII, XXI.

20Type II – Le deuxième groupe est caractérisé par des constructions rectangulaires allongées, composées d’une seule pièce, vaste et ouverte, divisée en longueur en trois parties au moyen de deux couples de murets, situés l’un en face de l’autre. La courbure de la partie supérieure de certains de ces murets a conduit les fouilleurs à les interpréter comme des restes d’arches en ogive. Ces édifices s’étendent sur une superficie comprise entre 30 et 33 m² et sont parfois associés à une cour. Font partie de ce groupe les habitations III, V et VI, qui appartiennent toutes au niveau architectural 11.

21Type III – Le troisième groupe est composé d’unités d’habitation, c’est-à-dire de plusieurs édifices autonomes, de forme rectangulaire et disposés les uns à côté des autres, autour d’une cour. Chaque édifice se compose de deux pièces de forme et taille similaires, accolées par leur long côté. C’est le cas des habitations I (niv. 10-8) et XI (niv. 11).

  • 21 Les seules exceptions s’avèrent être la construction X du niv. 9e et l’habitation II. Cette dernièr (...)
  • 22 La séquence architecturale définie par P. Pfälzner (Pfälzner, 2001) est présentée et commentée en d (...)

22Il est important de souligner que ces trois types concernent exclusivement des édifices appartenant aux niveaux architecturaux les plus anciens. Plus précisément, le type I est présent dans les niveaux antérieurs au niveau 13, le type II est attesté dans les niveaux 12 et 11, tandis que le type III apparaît seulement dans le niveau 11. À partir du niveau 10 – et jusqu’à la fin de l’établissement de l’âge du Bronze ancien – quasiment aucune nouvelle construction n’est bâtie21. En effet, à quelques exceptions près, les édifices attestés dans les niv. 10-8, ne représentent rien d’autres que des modifications (adjonctions, partitions, etc.) des habitations bâties antérieurement, durant la période 11. Elles sont les résultats de changements continus et spontanés, qui suivent un rythme hétérogène et propre à chaque maison22. Il est donc impossible d’identifier des éléments communs et c’est pourquoi ces édifices ne peuvent être classifiés dans une typologie.

Le site et l’habitat de Tell Chuera

23Le site de Tell Chuera se situe au milieu d’une vaste plaine steppique, comprise entre les fleuves Balikh et Khabour, à environ 5 km au sud de l’actuelle frontière turque (fig. 1). Le site est de forme circulaire et son diamètre est de peu inférieur à 1 km. Sa morphologie est caractéristique des sites à couronne, ou kranzhügeln. Cette définition trouve son origine dans la comparaison du profil du site – formé par la présence d’une ville haute et d’une ville basse, les deux étant entourées d’une ligne de fortifications – avec une couronne. Le site s’étend sur une superficie d’environ 80 hectares. Ses dimensions considérables permettent de l’identifier comme l’un des centres majeurs de la région.

24Bien que le site ait été reconnu pour la première fois en 1913, les fouilles systématiques de l’établissement ne commencèrent qu’à la fin des années 1950. Actuellement, les recherches sont menées par une mission allemande dirigée par Jan-Walke Meyer. Les résultats des recherches conduites durant cette période ont mis en évidence une longue occupation du site qui s’étend, de manière discontinue, du Ve millénaire à la fin du IIe millénaire av. J.-C. La période d’occupation la plus importante et la plus étendue se situe au IIIe millénaire (fig. 2), alors que Chuera atteint son expansion maximale et semble avoir joué le rôle de capitale régionale. À cette période, la ville était entourée d’un mur de fortification massif, construit en briques crues et mesurant quatre mètres de large. Elle présentait, en outre, une architecture monumentale de nature religieuse et/ou administrative.

  • 23 Lors de notre étude architecturale des maisons de Tell Chuera, la publication relative aux résultat (...)

25En ce qui concerne l’habitat, les informations les plus significatives proviennent des chantiers H (Hauserviertel) et K (Kleiner Antentempel) (Moortgat, 1960 et 1967 ; Orthmann, Klein et Lüth, 1986 ; Moortgat et Moortgat-Correns 1976 ; Moortgat-Correns, 1988)23. Tous deux situés au sud du centre, ces secteurs témoignent de l’existence de deux quartiers d’habitation assez étendus et très bien organisés. Bien que les maisons identifiées soient nombreuses, leur état de conservation, parfois très fragmentaire, a limité l’objet de notre étude à vingt habitations : neuf sont situées dans le chantier H et onze dans le chantier K.

26L’analyse architecturale conduite sur ces habitations a mis en évidence la présence d’une « standardisation » des constructions du chantier H, tandis qu’au sein du chantier K, les maisons ont une taille et une forme variées. Dans le site, il est pourtant possible de reconnaître deux types principaux de maisons (fig. 5).

Fig.5. Typologie de l’habitat de Tell Chuera

Fig.5. Typologie de l’habitat de Tell Chuera

B. Chiti d’après Moortgat, 1960, Abb.1 ; Orthmann, Klein et Lüth, 1986, plan III ; Moortgat-Correns, 1988, plan III.

  • 24 Notamment les espaces 36 de la maison K III, 26d de la maison K IV, A de la maison H I, 3 de la mai (...)
  • 25 Cette pièce est généralement caractérisée par plusieurs banquettes situées le long des murs.

27Type I – Le premier groupe est représenté par des constructions ayant un plan très bien organisé, composé de sept ou huit pièces, s’étendant sur une superficie supérieure à 130 m². Ces habitations sont caractérisées par une vaste cour24 entourée de pièces sur deux de ses cotés et, plus rarement, sur trois. Leur entrée principale est toujours située dans une partie latérale de la façade. Les pièces situées dans la partie antérieure de la maison comprennent toujours un long vestibule d’entrée, équipé d’une canalisation, et une large pièce rectangulaire, la plus grande et la plus soignée du bâtiment. L’emplacement et l’aménagement interne de cette pièce marquent sa fonction « publique », ainsi que sa destination à la réception25. Les autres pièces, situées dans la partie postérieure de la maison, ont des dimensions plus réduites et s’organisent normalement le long d’un des côtés de la cour. Font partie de ce groupe les maisons H I, H IV, H V, H VIII du chantier H et, dans la variante pourvue d’une troisième pièce située dans la partie frontale, les maisons K III et K IV du chantier K. Ces dernières ont une superficie beaucoup plus réduite, d’environ 62 m².

28Type II Le deuxième groupe est caractérisé par des constructions composées de six à huit pièces, sur une superficie s’étendant jusqu’à 159 m². Bien que ces habitations soient également caractérisées par une vaste cour entourée de pièces sur deux de ses côtés, la disposition de la partie frontale de la maison est organisée d’une façon très différente. Elle se compose d’un vestibule d’entrée flanqué de part et d’autre de deux pièces de dimensions généralement équivalentes. Les autres pièces, au nombre de trois, voire quatre, se situent toutes le long d’un des côtés de la cour. L’entrée principale de ces maisons est toujours située dans la partie centrale de la façade. Les maisons H VI, H VII et H IX constituent les meilleurs exemples de ce type de construction.

Considérations finales

  • 26 Malgré son dégagement complet, on retrouve dans la partie avant de cette maison la présence des élé (...)

29À partir de la comparaison des types d’habitations reconnus dans les trois sites analysés (fig. 6), il apparaît très clairement que, au sein de chaque implantation, un « concept » spécifique de maison est adopté et développé au cours du temps. À l’exception de la maison B5 de Tell Melebiya26 – qui pourrait trouver une correspondance avec les habitations du type I de Tell Chuera –, en l’état des données, aucune des typologies établies ne se retrouve en dehors de l’établissement où elle a été conçue. Chaque site semble donc avoir sa propre « identité » culturelle architecturale.

Fig.6. Tableau comparatif des types de maisons (plans schématiques) reconnus à Tell Melebiya, Tell Bderi et Tell Chuera

Fig.6. Tableau comparatif des types de maisons (plans schématiques) reconnus à Tell Melebiya, Tell Bderi et Tell Chuera

B. Chiti.

30Sur le site de Tell Melebiya, cette identité est marquée principalement par la présence d’un modèle d’organisation spatiale très précis et composé d’un ensemble compact de trois pièces. Ce modèle correspond essentiellement aux maisons de type I. Toutefois, il est identifiable également dans la planimétrie des constructions de type II. Si, dans le premier cas, l’ensemble des pièces a une forme carrée et très compacte, dans le second cas, il est reproduit dans une variante plus allongée sur son axe longitudinal et est associé à un groupe ultérieur de pièces, disposées selon un plan tripartite. La présence de ce modèle – sous la forme d’une maison de type I – dans les deux niveaux architecturaux détectés à Tell Melebiya semble témoigner de l’importance et de la continuité de ce type dans la tradition architecturale du site.

31À Tell Bderi, l’élément le plus caractéristique des habitations consiste en la présence de la cour, qui d’ailleurs est récurrente dans chacune des maisons identifiées. Cette récurrence atteste, d’une part, le rôle essentiel joué par la cour dans l’organisation des maisons de Tell Bderi et, d’autre part, l’enracinement de cet élément dans la tradition architecturale du site, puisqu’il était répandu durant toute la période EJ II-EJ III.

32Plus ou moins étendue et parfois équipée d’une canalisation, la cour constitue un espace fondamental dans la conception des maisons de Tell Bderi. Toutefois elle n’est pas intégrée dans « le périmètre » de la maison, comme on peut l’observer dans d’autres sites. Il s’agit d’un espace adjacent, initialement destiné aux activités domestiques de plein air et par la suite utilisé pour la construction de pièces supplémentaires. Ces dernières sont bâties au fur et à mesure, dès qu’elles deviennent nécessaires, si bien que les habitations évoluent constamment et ont un caractère agglutinant.

33Enfin, l’identité architecturale de Tell Chuera est bien reconnaissable, soit dans l’existence d’une certaine standardisation de l’organisation de l’espace interne aux maisons, soit dans la planification de l’espace urbain destiné à l’habitat. Cet espace se compose essentiellement d’une vaste cour centrale, entourée d’un alignement de pièces sur deux, trois ou quatre de ses côtés. Cette standardisation est particulièrement évidente dans les habitations appartenant au type I, où l’organisation de l’espace semble reproduire un modèle préconçu. En outre, le fait que les maisons de Tell Chuera – en particulier celles du chantier K – aient des superficies proches permet de supposer que ces maisons ont été bâties sur des lots de terrain préalablement délimités. Le parcellaire aurait alors une largeur sur le front de la rue de neuf à quinze mètres (Pfälzner, 2001, p. 333-334, 345).

34Si la coexistence de plusieurs traditions architecturales au sein d’un même milieu géographique et chronologique n’est pas en soi inconcevable, la fragmentation architecturale que nous venons de mettre en évidence est plus inattendue puisque ces sites se caractérisent par une culture matérielle partagée, notamment une céramique aux traits communs (entre autres, Akkermann et Schwartz, 2003, p. 211-232 et 253-262). Cela paraît encore plus surprenant si l’on considère la distance réduite qui sépare les sites de Tell Melebiya et Tell Bderi (trois kilomètres seulement), leur taille relativement semblable et leur nature urbaine. Dès lors, quelles peuvent être les raisons d’une telle différenciation dans la conception de la maison et l’organisation de son espace ?

  • 27 À ce propos, voir l’ouvrage de D. Bolger et L. C. Maguire (Bolger et Maguire, 2010) et, plus précis (...)

35Tout d’abord, il est nécessaire de prendre en considération le degré de développement du site, ainsi que son rôle dans les réseaux économiques et politiques régionaux. En effet, durant la période de profonds changements que représente le IIIe millénaire, la nature des implantations s’avère extrêmement variée et mouvante27. Par conséquent, la définition du niveau de complexité d’un site et de son rôle dans un système hiérarchisé – plus ou moins étendu sur le territoire – demeure une opération très compliquée. En partant de ces considérations, on pourrait donc envisager que la nature et le degré de développement d’un site peuvent influencer la typologie de la construction. Dans le cas de Tell Bderi, par exemple, la disposition des constructions isolées autour d’une cour (unités d’habitations), ainsi que le rythme de développement agglutinant des maisons, pourrait être liée à l’économie rurale du site. À l’inverse, à Tell Chuera, la forte standardisation des habitations du chantier H et l’existence possible d’un parcellaire semblent associées à la présence d’une administration centralisée et à un véritable plan d’urbanisme.

36Par ailleurs, d’autres éléments, plus strictement liés à l’occupation des maisons par leurs habitants, doivent être pris en considération, à savoir les rapports sociaux, la composition de la famille ou le degré de sédentarité. De ce point de vue, l’existence et l’emplacement d’une pièce destinée à la réception pourraient, alors, refléter une vie sociale plus ou moins développée. Dans le cas de Tell Chuera, par exemple, cet espace est présent dans toutes les habitations de type I et se situe toujours à coté de l’entrée principale. Ce qui n’est pas le cas des édifices du type II. Par ailleurs, la multiplication des espaces destinés à une même fonction (par exemple : cuisson, réception, etc.) pourrait être l’indice de la présence d’une famille polynucléaire ou élargie, comme dans le cas de la maison B7 à Tell Melebiya. Ici, la présence de deux vestibules d’accès ainsi que de deux pièces destinées à la réception indiquerait la présence d’une famille élargie ou de deux nucleus familiaux, partageant la même habitation.

37Notre analyse met en évidence une situation architecturale complexe, qui reflète des traits culturels hétérogènes. Toutefois, comme nous l’avons souligné dans notre introduction, au cours du IIIe millénaire la région de la Djézireh syrienne est peuplée par des sociétés en voie de transformation. La présence de plusieurs traditions architecturales dans cette région répondrait à la nature variée des différents établissements, plus ou moins urbanisés. Elle correspondrait à différentes étapes des processus en cours et serait également un indice de l’importance de l’identité socio-culturelle des sociétés locales ainsi que de la richesse de leurs traditions.

Bibliographie

Akkermann P. M. M. G. et Schwartz G. M. (2003) – Archaeology of Syria. From Complex Hunter–Gatherers to Early Urban Societies (ca. 16 000-300 BC), Cambridge.

Andrae W. (1927) – Haus–Grab–Tempel in Alt Mesopotamien, OLZ, 30, p. 1033-1043.

Andrae W. (1930) – Das Gottes Haus und die Urformen des Bauens im Alten Orient, Berlin.

Aurenche O. (1977) – Dictionnaire illustré multilingue de l’architecture du Proche-Orient ancien, Lyon.

Aurenche O. (1981) – La maison orientale. L’architecture du Proche-Orient des origines au milieu du IVe millénaire, Paris.

Aurenche O. (1985) – Le dessin d’architecte dans le Proche-Orient des origines au milieu du IVe millénaire, dans Le dessin d’architecture dans les sociétés antiques. Actes du colloque de Strasbourg 26-28 janvier 1984, Leiden, p. 9-18.

Aurenche O. (1996) – Famille, fortune, pouvoir et architecture domestique dans les villages du Proche-Orient, dans K. R. Veenhof (éd.), Houses and Households in Ancient Mesopotamia : Papers read at the 40e Rencontre assyriologique internationale, Istanbul, p. 1-16.

Battini L. (1999) – L’espace domestique en Mésopotamie de la IIIe Dynastie d’Ur à l’époque paléobabilonienne, Oxford.

Bolger D. et Maguire L. C. (éd.) (2010) – The Development of Pre-State Communities in the Ancient Near East : Studies in Honour of Edgar Peltenburg, Oxford.

Callot O. (1994) – La tranchée « Ville Sud » études d’architecture domestique, Paris.

Castel C. (1992) – Habitat urbain néo-assyrien et néo-babylonien ; de l’espace bâti à l’espace vécu, Paris.

Castel C., Al-Maqdissi M. et Villeneuve F. (éd.) (1997) – La maison dans la Syrie antique du IIIe millénaire au début de l’Islam : pratiques et représentations de l’espace domestique, Beyrouth.

Childe V. G. (1950) – The Urban Revolution, Town Planning Review, 21, p. 3-17.

Cooper L. (2010) – States of Hegemony : Early Forms of Political Control in Syria during the 3rd Millennium BC », dans D. Bolger et L. C. Maguire (éd.), The Development of Pre-State Communities in the Ancient Near East : Studies in Honour of Edgar Peltenburg, Oxford, p. 87-98.

Forest J.-D. (1996) Mésopotamie. L’apparition de l’État, VIIe-IIIe millénaires, Paris.

Heinrich E. (1975) – Haus, B. Archäologisch, RLA, 4, p. 176-220.

Koldewey R. (1911) – Die Tempel von Babylon und Borsippa, Leipzig.

Koldewey R. et Wetzel F. (1931) – Die Königsburgen von Babylon. 1. Teil : Die Südburg, Leipzig.

Naumann R. (1971) – Architektur Kleinasiens von ihren Anfängen bis zum Ende der hethitischen Zeit, Tübingen.

Lebeau M. (1993) – Tell Melebiya. Cinq campagnes de recherches sur le Moyen-Khabour (1984-1988), Leuven.

Lebeau M. avec la collaboration de Pruβ A., Roaf M. et Rova E. (2000) – Stratified Archaeological Evidence und Compared Periodizations in the Syrian Jezirah during the Third Millennium BC, dans C. Marro et H. Hauptmann (éd.), Chronologies des pays du Caucase et de l’Euphrate aux IVe-IIIe millénaires, Paris, p. 167-192.

Lebeau M. (éd) (2011) – ARCANE : Associated Regional Chronologies for the Ancient Near East and the Eastern Mediterranean. vol. 1 : Jezirah, Turnhout.

Margueron J.-Cl. (1980) – Remarques sur l’organisation de l’espace architectural en Mésopotamie, dans L’archéologie de l’Iraq du début de l’époque néolithique à 333 avant notre ère : perspectives et limites de l’interprétation anthropologique des documents. Colloque international du CNRS, Paris 13-15 juin 1978, Paris, p. 157-169.

Margueron J.-Cl. (1982) – Recherches sur les palais mésopotamiens de l’âge du Bronze, Paris.

Margueron J.-Cl. (1986) – Quelques principes méthodologiques pour une approche analytique de l’architecture de l’Orient Antique, CMAO, 1, p. 261-285.

Margueron J.-Cl. (1997) – Les maisons syriennes du Néolithique au premier millénaire. Quelques remarques sur la documentation et son interprétation, dans C. Castel, M. Al-Maqdissi et F. Villeneuve (éd.), La maison dans la Syrie antique du IIIe millénaire au début de l’Islam : pratiques et représentations de l’espace domestique, Beyrouth, p. 3-8.

Moortgat A. (1960) – Tell Chuera in Nordost-Syrien : Vorläufiger Bericht über die Grabung 1958, Köln.

Moortgat A. (1967) – Tell Chuera in Nordost-Syrien : Vorläufiger Bericht über die fünfte Grabungskampagne 1964, Wiesbaden.

Moortgat A. et Moortgat-Correns U. (1976) – Tell Chuera in Nordost-Syrien : Vorläufiger Bericht über die siebte Grabungskampagne 1974, Berlin.

Moortgat-Correns U. (1988) – Tell Chuera in Nordost-Syrien : Vorläufiger Bericht über die neunte und zehnte Grabungskampagne 1982 und 1983, Berlin.

Naumann R. (1971) – Architektur Kleinasiens, Tübingen.

Novak M. (1994) – Eine Typologie der Wohnhäuser von Nuzi, BaM, 25, p. 341-446.

Orthmann W., Klein H. et Lüth F. (1986) – Tell Chuera in Nordost-Syrien :1982-1983, Berlin.

Pfälzner P. (1997) – Wandel und Kontinuität im Urbanisierungsprozeβ des 3. Jahrtunsends v. Chr. In Nordmesopotamien, dans G. Wilhelm (éd.), Die orientalische Stadt : Kontinuität, Wandel, Bruch, Saarbrücken, p. 239-266.

Pfälzner P. (1998) – Eine Modifikation der Periodisierung Nordmesopotamiens im 3. Jtsd. v. Chr., MDOG, 130, p. 67-69.

Pfälzner P. (2001) – Haus und Haushalt. Wohnformen des dritten Jahrtausends vor Christus in Nordmesopotamien, Mainz.

Porter A. (2010) From Kin to Class – and Back Again ! Changing Paradigms of the Early Polity, dans D. Bolger et L. C. Maguire (éd.), The Development of Pre-State Communities in the Ancient Near East : Studies in Honour of Edgar Peltenburg, Oxford, p. 72-78.

Wilkinsons T. J. (2003) – Archaeological Landscapes of the Near East, Tucson.

Zevi B. (1959) – Apprendre à voir l’architecture, Paris.

Notes

1 Cette dénomination est inspirée et fait référence à la définition élaborée par V. G. Childe, en 1950, pour désigner le processus de formation des premières sociétés urbaines de Mésopotamie méridionale et, notamment, la « révolution urbaine » (Childe, 1950).

2 R. Koldewey (Koldewey, 1911 ; Koldewey et Wetzel, 1931) et W. Andrae (Andrae, 1927 et 1930) sont les fondateurs et premiers représentants de cette école, successivement développée par R. Naumann (Naumann, 1971), E. Heinrich (Heinrich, 1975) et plus récemment par M. Novak (Novak, 1994) et P. Pfälzner (Pfälzner, 2001).

3 Les premiers représentants majeurs de cette école, visant la compréhension profonde de la nature de l’habitation sont O. Aurenche (Aurenche, 1977, 1981, 1985 et 1996), J.-Cl. Margueron (Margueron, 1980, 1982, 1986 et 1997) et J.-D. Forest (Forest, 1996). Leur approche novatrice fut ultérieurement développée par de nombreux spécialistes, parmi lesquels C. Castel (Castel, 1992), O. Callot (Callot, 1994) et L. Battini (Battini, 1999).

4 Poursuivant la tradition de l’école allemande, E. Heinrich élabora une classification typologique des maisons mésopotamiennes centrée exclusivement sur l’analyse planimétrique (Heinrich, 1975). Cette méthode, qui a rencontré un grand succès, a été reprise récemment par M. Novak (Novak, 1994).

5 B. Zevi est l’un des architectes italiens les plus célèbres du xxe siècle. Ses ouvrages Saper vedere l’architettura et Saper vedere l’urbanistica constituent l’une des contributions les plus importantes et novatrices à la réflexion moderne sur l’architecture et l’urbanisme.

6 À la différence de la pratique habituelle de classification, qui privilégie la forme et la planimétrie des habitations, notre répartition typologique vise prioritairement à identifier et regrouper les constructions ayant des éléments récurrents dans l’organisation de l’espace interne. À partir de ce principe, des constructions qui sont apparemment différentes, peuvent être réunies au sein d’un même groupe typologique.

7 Au sens large du terme, la Djézireh correspond à la région située entre les fleuves de l’Euphrate et du Tigre et comprend les plaines de l’Irak du Nord et la région sud-orientale de la Turquie. Pour une analyse détaillée du paysage géo-archéologique de cette région à l’âge du Bronze, voir Wilkinson, 2003, p. 109-122.

8 Les résultats des recherches menées en Djézireh ont permis aux spécialistes travaillant sur cette région d’élaborer une chronologie relative locale, subdivisé en six périodes : Early Jezirah 0-V (Pfälzner, 1997 et 1998 ; Lebeau et al., 2000 et Lebeau, 2011). Dans ce texte, cette périodisation sera indiquée selon la forme abrégée EJ 0-V.

9 Pour une discussion approfondie des aspects chrono-culturels caractérisant la Djézireh au IIIe millénaire, voir la récente publication du projet Arcane (Lebeau, 2011).

10 Ce terme provient de la première identification, par Max Mallowan, de ce type de céramique au style et à la décoration peinte et incisée particuliers, issue du niveau 5 du grand sondage que l’archéologue avait fait en 1931 sur le site de Ninive, en Irak septentrional. La grande diffusion de cette céramique en Djézireh syrienne entre 3100 et 2550 av. J.-C. a entraîné l’extension du terme de Ninivite V à la culture et la période qui ont généré ce type de céramique.

11 La culture matérielle de ces sites est largement débitrice de la culture akkadienne. Cela porte à envisager l’intégration de ces sites sous la sphère d’influence de l’empire ­d’Akkad, en expansion vers le nord. Cela pourrait être la raison pour laquelle ces sites ne semblent pas connaître de déclin.

12 L’analyse architecturale menée sur la maison B1 nous a porté à estimer que le plan publié est en réalité le résultat de la fusion de deux bâtiments différents, appartenant à deux phases successives. Cette idée se base essentiellement sur la différence altimétrique (environ 70 cm) existante entre le tiers septentrionale et le reste de la maison, ainsi que sur l’absence d’un dispositif de passage qui permettrait la circulation entre ces deux parties. Nous avons donc distingué les deux constructions en B1sud (pièces 186, 807, 809, 955, 1162, 1402, 956, 1034, 1033, 849, 844 et 856), et B1nord (pièces 1056, 1052, 1046 et 130). Appartenant à une phase plus ancienne du niveau architectural analysé, B1nord n’a pas été integrée dans notre étude. Nos conclusions sont développées plus en détail dans notre thèse en cours de rédaction.

13 Dans l’habitation G1, il s’agit de l’annexion de trois pièces attenant à l’entrée (2545, 2546 et 2557) et, dans le cas de la maison B1sud, de quatre pièces vers l’ouest (849, 1033, 1034 et 1162).

14 En privilégiant une stratégie de fouille en extension, les vestiges mis au jour à Tell ­Melebiya ont été dégagés principalement dans leur état final d’occupation.

15 Cela explique la présence de doubles murs à l’intérieur des bâtiments.

16 Dans ce dernier cas, la présence d’un sol en galets dans la pièce centrale (1348) confirme sa nature d’espace ouvert.

17 Ces dimensions sont proches de celles que devait avoir Tell Melebiya à la période EJ III.

18 Ce type de système défensif représente un cas unique pour la période de l’EJ II.

19 Grâce à un travail soigneux, les archéologues ont pu définir la succession des changements, réfections et variations subis par chacun des bâtiments mis au jour et arriver ainsi à définir leur évolution complète et à identifier les différents états d’occupation des habitations.

20 Nous nous référons aux pièces CM de la maison XIV, FL de la maison XVII et DJ de la maison XXI.

21 Les seules exceptions s’avèrent être la construction X du niv. 9e et l’habitation II. Cette dernière a été bâtie au début de la phase 8 sur une portion de l’établissement précédemment occupée d’une rue, orientée nord-sud.

22 La séquence architecturale définie par P. Pfälzner (Pfälzner, 2001) est présentée et commentée en détail dans notre travail de thèse.

23 Lors de notre étude architecturale des maisons de Tell Chuera, la publication relative aux résultats des fouilles 1998-2005 n’était pas encore parue. En conséquence, ces dernières découvertes ne sont pas prises en compte dans cet article. Celles-ci le seront, en revanche, dans notre travail de thèse.

24 Notamment les espaces 36 de la maison K III, 26d de la maison K IV, A de la maison H I, 3 de la maison H IV, 5 de la maison H V et 15 de la maison H VIII.

25 Cette pièce est généralement caractérisée par plusieurs banquettes situées le long des murs.

26 Malgré son dégagement complet, on retrouve dans la partie avant de cette maison la présence des éléments caractérisant les maisons du type I de Tell Chuera : un vestibule d’entrée traversé par une canalisation, une grande pièce équipée de banquettes et une grande cour pourvue d’un sol en cailloutis. L’organisation et l’emplacement de ces éléments dans l’espace reproduisent exactement le modèle défini à Tell Chuera.

27 À ce propos, voir l’ouvrage de D. Bolger et L. C. Maguire (Bolger et Maguire, 2010) et, plus précisément, les articles de A. Porter (Porter, 2010, p. 72-78) et L. Cooper (Cooper, 2010, p. 87-98).

Table des illustrations

Titre Fig.1. Carte géographique de Syrie et emplacement des principaux sites du IIIe millénaire av. J.-C.
Crédits B. Chiti.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Fig.3. Typologie de l’habitat de Tell Melebiya
Crédits B. Chiti d’après Lebeau, 1993, pl. 14, 34, 44, 53, 61, 70, 76, 85, 92, 98.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4811/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6M
Titre Fig.4. Typologie de l’habitat de Tell Bderi
Crédits B. Chiti d’après Pfälzner, 2001, Taf. 2, 6, 12-13, 15, 19-22.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4811/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig.5. Typologie de l’habitat de Tell Chuera
Crédits B. Chiti d’après Moortgat, 1960, Abb.1 ; Orthmann, Klein et Lüth, 1986, plan III ; Moortgat-Correns, 1988, plan III.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4811/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig.6. Tableau comparatif des types de maisons (plans schématiques) reconnus à Tell Melebiya, Tell Bderi et Tell Chuera
Crédits B. Chiti.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4811/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 : Archéologie et Sciences de l’Antiquité/Université de Pise (Italie). Sujet de thèse : Ville, maison, famille : espace public, espace privé et évolution socioculturelle dans la Syrie du IIIe millénaire avant J.-C.
Directrices : Christine Kepinski et Stefania Mazzoni. Soutenance prévue en 2015.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search