Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps de l’oeuvre

 | 
Gérard Monnier

Habitat 67 en chantier : l'heure de vérité ?

Hubert Beringer

Texte intégral

1Habitat 67 est un ensemble de cent-cinquante-huit logements de quinze types différents qui fut construit à l'occasion de l'exposition universelle de Montréal, en 1967. Il a été réalisé par empilement de trois cent cinquante quatre cellules d'habitation industrialisées de forme identique dans trois grappes alignées de douze niveaux. La combinatoire de superposition de ces unités en béton est complexe, variée et génère une forte animation plastique. Cette logique garantit à chaque appartement la jouissance d'au moins une terrasse et d'un minimum de trois orientations différentes des ouvertures. Les grappes sont stabilisées par une structure continue qui assure également la mise en réseau des modules par des circulations piétonnières, mécaniques et techniques, verticales et suspendues à l'horizontale.

  • 1 Nom officiel de l'exposition universelle de Montréal qui s'est tenue en 1967 pour marquer le centi (...)

2Cette description peut paraître complexe mais, en vérité, elle est extrêmement simpliste. Habitat 67 fut la première expérimentation à grande échelle d'une architecture-système. L'opération a été envisagée comme un test décisif des propositions de l'école de pensée qui dominait la recherche architecturale depuis la fin des années 1950. Les concepts de trame, de réseau, de grappe, de mégastructure, d'urbanisme spatial et d'industrialisation nouvelle devaient tous y prendre forme construite et faire la démonstration de leur validité dans la pratique architecturale. Les différentes versions du projet, développées par Moshe Safdie dans le cadre de la préparation d'Expo 671, ont connu une médiatisation internationale exceptionnelle. Le chantier et le bâtiment exposé en 1967 ont naturellement été les objets d'une attention plus poussée encore. Finalement, l'opération est restée sans suite évidente, ou presque, et est entrée dans les histoires de l'architecture presque instantanément, pour y rester durablement.

3Ce parcours qui mène de la théorie à l'abandon, en passant par la pratique, et de la médiatisation d'un projet à l'historicisation d'une opération, en passant par la surexposition d'un objet, est tout à fait exceptionnel. Cependant, il correspond très précisément à l'histoire des architectures-systèmes et mégastructures telle qu'elle est aujourd'hui écrite. Tout se passe comme si Habitat 67 pouvait incarner la période historique à laquelle il appartient, exactement comme l'ensemble du mouvement dont il est issu à été identifié à lui à l'époque de sa projection et de sa réalisation. Pour l'historien de l'architecture qui voudrait se débarrasser à bon compte d'une encombrante étape de recherche et d'expérimentation apparemment révolue et sans conséquences, Habitat 67 est un raccourci commode. Malheureusement, jusqu'à nos jours, c'est l'approche courante du phénomène : en amalgamant allègrement critique historique et histoire de la critique, on s'évite de pratiquer aucune des deux disciplines.

4La caricature du phénomène Habitat 67 sous la forme d'un processus d'auto-annulation contribue à enterrer toutes les questions auxquelles cette expérience devait répondre, comme si elles ne s'étaient jamais posées. Or, il apparaît que les images produites à l'appui des propositions d'architecture-système et autres mégastructures sont les instruments privilégiés de leur disqualification a posteriori, autant qu'elles furent, dans le contexte de leur apparition, leurs principaux arguments de séduction. En particulier, de tout temps, autour d'Habitat 67, la communication s'est faite essentiellement sur le mode visuel. La littérature sur le sujet est le plus souvent sommaire et stéréotypée. Sa forme expéditive semble pointer son illustration et indiquer que « les images parlent d'elles-mêmes »

  • 2 « Habitat and After », Architectural Forum, vol. 126, n° 4, mai 1967, p. 34.
  • 3 Frampton Kenneth, « Des vicissitudes de l'idéologie », L'Architecture d'Aujourd'hui, n° 177, janvi (...)

5Le problème, c'est que la même iconographie, à deux époques différentes, sert des thèses opposées. Jusqu'au début des années 1970, l'imagerie d'Habitat 67 figurait « une idée dont le temps est venu »2 et depuis le milieu de la même décennie, elle représente un « délire mystificateur de notre passé récent »3. Pour espérer démêler cet imbroglio temporel, il fallait absolument évaluer la dimension iconographique de l'énigme historique d'ensemble.

  • 4 Cf. Hubert Beringer, Habitat 67 : architecture d'images, images d'architecture, mémoire de DEA en (...)

6À ce jour, cette recherche sur l'image d'Habitat 67 dans la presse spécialisée et les livres d'architecture a porté sur un total de cent dix parutions illustrées d'un peu plus de mille images4. Pour donner la mesure de sa portée, on présentera ici quelques résultats obtenus grâce à l'analyse de l'imagerie d'une phase clé de l'opération : la construction.

7Avec la mise en chantier d'Habitat 67, en matière d'iconographie, un virage important s'opère : on quitte le territoire des architectures d'images pour entrer dans celui des images d'architecture. Bien que l'illustration des projets ait été, pour une large part, de nature photographique et illusionniste, le changement est fondamental. À ce stade, l'objet à représenter devient accessible. Moshe Safdie et l'équipe d'Expo 67 perdent la maîtrise de la production et du choix des documents mis à disposition des médias. Après un tel bouleversement de la relation entre les promoteurs et la presse architecturale, on s'attend naturellement à des évolutions sensibles de l'image publique d'Habitat 67.

Une illustration sommaire et calculée

8Pourtant, dès l'abord de ce corpus iconographique, on s'aperçoit que la diversification des images ne s'étend pas uniformément à l'ensemble des aspects du chantier. Un domaine important résiste très bien et se trouve imagé par seulement quelques clichés, dans tous les sens du terme.

  • 5 Moshe Safdie, For Everyone a Garden, M.I.T. Press, Cambridge, pp. 216-231.

9En effet, les méthodes de construction furent illustrées par des photographies fournies par l'organisation d'Expo 67. Moshe Safdie les a pleinement approuvées, comme l'indique le fait qu'on les retrouve dans le catalogue d'images du système Habitat que constitue son livre For Everyone a Garden5. Ainsi, tout ce qui concerne la préfabrication des modules en usine, leur finition et leur transport horizontal, de même que le levage et la mise en place de ces unités, est resté domaine protégé. Les photographes délégués par les revues n'ont pas documenté ces aspects.

10Une des photographies de chantier les plus répandues illustre la phase de finition des cellules habitables. Il s'agit d'un cliché saisi lors de la mise en place, dans un module standard, d'une salle de bain en matière plastique entièrement préfabriquée (fig. 1). La composition d'ensemble de l'image est très serrée. Un véhicule de transport et une unité préfabriquée barrent la moitié inférieure tandis que la partie supérieure est saturée de bras et câbles d'engins de levage.

Fig. 1. – La salle de bain volante : une figure de l'ère nouvelle de l'industrialisation du bâtiment

11Si l'on suit le sens naturel de lecture du document, soit de gauche à droite, on découvre tout d'abord, en arrière-plan, ce qui semble être un local ouvert. Le module architectural qui est au centre des opérations paraît en être fraîchement sorti, comme d'un moule. À la verticale de cet objet, suspendue à deux filins, apparaît une charpente dont l'inclinaison indique qu'elle est en déplacement, dans les airs. Il s'agit d'un toit provisoire qui protégeait les unités à leur sortie de l'usine de préfabrication et jusqu'à leur insertion dans la structure du complexe. Le caractère dynamique de la scène se prolonge et s'intensifie au centre de l'image ou se déroule l'installation dans la cellule d'une salle de bain finie, équipée, fermée et coulée en une seule pièce. L'opération est réalisée directement à partir de la plate-forme du camion qui a transporté l'objet et à l'aide d'un bras articulé qui fait partie du véhicule. Le niveau d'intégration des procédures apparaît très avancé et semble représenter d'énormes économies de temps et de main-d’œuvre. Enfin, à la droite de la composition, on découvre un troisième outil de levage. Cette structure, dont les dimensions sont à l'échelle de l'unité entière, appartient à la grande grue de chantier qui déposait les modules selon le schéma d'empilement. Le fait qu'elle vienne conclure la mise en scène suggère un enchaînement immédiat des phases. Ainsi, l'aspect compact de la composition diffuse l'idée d'une succession extrêmement rapide d'actions complexes et parfaitement coordonnées, malgré l'échelle colossale des objets manipulés. Le travail de chantier semble se résumer à un élégant balai de grues, fluide et irrésistiblement aérien.

  • 6 « Building a City with King Kong Blocks », Progressive Architecture, vol. 47, n° 10, octobre 1966, (...)

12Plus généralement, c'est l'ensemble de l'iconographie de la construction qui produit cette impression de légèreté, de souplesse et de maîtrise. Les revues ont aligné de petites photographies illustrant sommairement les étapes essentielles dans la vie d'une « boîte » d'Habitat 67. Ces séries comprennent, au plus, un cliché du moule de préfabrication articulé qui fut comparé à une « barge de débarquement »6, un autre illustrant le transport horizontal assuré par un appareil conçu pour l'occasion qui apparaît compact, trapu et malin, un troisième consacré à la finition des unités et un dernier qui met en vedette la grue géante - elle aussi imaginée spécialement pour ce chantier - soulevant une des « maisons » industrialisées. Prises individuellement, les photographies de ces suites se révèlent construites pour imposer une image de gigantisme, de propreté, de netteté et de planification intégrale des opérations de chantier. De plus, proposées l'une à la suite de l'autre, elles constituent un procédé narratif très efficace, comparable à celui mis en œuvre dans l'illustration de l'épisode de la salle de bain volante. Au travers du raccourci que représente cette documentation sommaire de l'ensemble des phases de construction, on retrouve le discours visuel qui insiste sur la vitesse d'exécution et la fluidité du processus.

La complicité des médias

13Le mythe du chantier propre et maîtrisé dans ces moindres détails prend forme. Tandis que l'outillage atteint des dimensions sans précédent, la production du bâti semble se réduire à une séquence accélérée et réglée comme une horloge de phases simples et hautement mécanisées. Les textes en rapport avec l'iconographie abondent dans ce sens et ignorent magistralement les signes divergents. Ainsi, deux photographies compromettantes furent publiées sans que ne soit relevé leur caractère troublant. On y découvre des files d'unités en attente. À des observateurs éveillés aux problématiques de la production industrielle et sincèrement critiques, ce détail aurait dû inspirer le doute car il laisse voir très clairement que les cadences de fabrication et de mise en place des unités n'étaient pas alignées, entraînant fatalement de fastidieuses manœuvres de stockage et de déplacement des unités sur le site. En fait, sans qu'il en soit fait mention dans les articles, ces documents contredisent la belle image de production en flux tendu organisée dans l'imagerie des promoteurs d'Habitat 67.

  • 7 « Building a City with King Kong Blocks », Progressive Architecture, vol. 47, n° 10, octobre 1966, (...)
  • 8 Ibid..

14Cette complaisance des médias se confirme dans le cas très révélateur d'un cliché illustrant la finition des unités. La photographie est prise à l'intérieur d'un module et montre trois ouvriers travaillant à l'isolation des murs d'enceinte. Il est clair que le morcellement du travail réapparaît ici et vient compromettre quelque peu l'image, jusque là bien lisse, d'un chantier à haut niveau de mécanisation et d'intégration des tâches. De plus, le toit provisoire qui recouvre cet espace déçoit forcément l'observateur : il indique l'existence d'une période d'attente et relativise donc la superbe continuité et la quasi instantanéité des opérations mises en scène dans l'enchaînement des autres photographies. De plus, dans le dispositif, cette représentation fait tâche car elle fait apparaître l'étape de la finition comme artisanale : on y voit des matériaux entassés en désordre, des détritus, des hommes qui exécutent des travaux manuels plutôt que de surveiller des robots. Cette photographie correspond parfaitement à une critique formulée dans le reportage de Progressive Architecture. On y précise qu'une « boîte » a été endommagée par les intempéries en raison de la durée de son entreposage à la sortie de l'usine et de l'inefficacité du toit provisoire7. Mais, même dans ce cas marginal, il ne s'agissait pas de remettre en question le bien-fondé de la préfabrication intégrale. Au contraire, l'auteur en profite pour évoquer l'avènement prochain de solutions radicales qui permettront d'éliminer définitivement les quelques parcelles d'incertitude résiduelles, pour atteindre enfin à la prévision totale. Ainsi, il indique complaisamment qu'il est « possible, mais pas facile, de couler une boîte à six faces » et cite Dave Firtzgerald, grand bétonnier d'Habitat 67, qui « suggère un moule gonflé » pour réaliser cet exploit technologique8. L'optimisme est de mise et le moindre doute est négligemment balayé du revers de la main.

15Au travers de cet exemple, transparaît une nette tendance à chercher dans l'illustration du chantier ce qu'on souhaite y voir. Cette logique déterministe s'ajoute à celle, tout aussi orientée, observée dans la mise en scène d'un machinisme élégant, processus propre, continu, fluide et presque instantané. Les médias accueillent très favorablement l'iconographie qui leur est proposée et ce qu'il faut retenir de cette étude, c'est avant tout l'existence d'une politique de communication, organisée de concert par Moshe Safdie et ses diffuseurs.

Une idée dont le temps était venu9

  • 9 Ce titre est formé à partir d'une assertion critique d'époque qui fut souvent reprise (voir note 2 (...)

16Pour comprendre ce qui a amené pareille collusion, il faut replacer ce moment clé de l'histoire des mégastructures et architectures-systèmes dans son contexte. Depuis 1961, Moshe Safdie défendait publiquement et bruyamment une doctrine de l'industrialisation du bâtiment qui dénonçait les limites étroites des modèles connus - tels les grands ensembles, les pavillons de banlieue produits en série et les maisons mobiles — et prônait l'intégration verticale de tous les acteurs de la filière de la construction dans des structures uniques capables de coordonner dans les moindres détails la conception, la fabrication et l'assemblage des éléments standardisés d'architectures-systèmes universelles. Fondée sur la notion de retard, en matière d'industrialisation, du secteur du bâtiment par rapport à d'autres domaines — l'automobile et l'aéronautique constituant les points de comparaison privilégiés, en particulier pour Moshe Safdie - cette théorie prétendait faire entrer la construction de plain-pied dans une ère technologique nouvelle, soit celle de la mécanique de précision, de la prévision totale, du contrôle intégral et automatique à partir de la planche à dessin de l'architecte. Selon cette vision doctrinale, le chantier était l'ennemi absolu. Il n'y avait pas de place pour sa saleté, ses nuisances, ses approximations, sa lenteur, ses retards systématiques et sa sensibilité aux intempéries, spécialement ridicule en ces temps de conquête spatiale. Par conséquent, le chantier et son univers de contingences devait disparaître ou tout du moins être réduit à sa plus simple expression : celle d'un assemblage quasi instantané et réalisé à sec, d'un emboîtement impeccable et sans douleur.

  • 10 On citera, à titre d'exemples les dossier de L'Architecture d'Aujourd'hui : « Industrialisation du (...)
  • 11 On citera, à titre d'exemples, quelques événements relatés par L'Architecture d'Aujourd'hui en 196 (...)
  • 12 Cf. Jantsch E., La prévision technologique, OCDE, Paris, 1967.

17Par ailleurs, le monde de l'architecture était précisément en plein débat sur l'industrialisation du bâtiment. La question accaparait les pages des revues10 et faisait l'objet d'un nombre impressionnant de colloques11. La frange contestataire de la génération d'architectes formée après le deuxième conflit mondial cherchait ainsi à imposer l'expérimentation des architectures-systèmes qu'elle proposait comme alternative aux grands ensembles. Par ailleurs, dans les institutions du monde industrialisé, la théorie du saut technologique12 faisait son chemin. Selon cette vision, dans le domaine du bâtiment, des structures obsolètes, sans rapport avec le niveau de développement technologique courant, se maintenaient en place par effet d'inertie et des interventions étatiques s'imposaient pour permettre une salutaire mise à niveau.

Une figure de l'ère nouvelle de l'industrialisation du bâtiment

18Dans un tel contexte, l'opération Habitat 67, investie du statut de première expérimentation en vraie grandeur et hautement médiatisée des possibilités de l'architecture-système, était condamnée à être convaincante. L'ensemble des promoteurs d'un renouveau industriel dans le secteur de la construction voulait en faire un exemple probant, capable de déclencher la mise en place de programmes publics d'encouragement. Sur le plan stratégique, c'était bel et bien l'heure de vérité. Pour le public des revues, ce fut plutôt le temps de la propagande visuelle concertée. Il est clair que l'architecte et ses diffuseurs partageaient pleinement l'ambition de se servir du chantier d'Habitat 67 pour former une figure de l'ère nouvelle de l'industrialisation du bâtiment qu'ils appelaient de leurs vœux. Pour ce faire, il leur fallait produire et imposer une image de chantier qui n'en est pas une ou l'image d'un chantier qui n'a rien d'un chantier. En ce qui concerne la documentation des opérations de construction, la presse s'est contentée de relayer une imagerie toute faite en gommant au passage ses rares imperfections.

19Il existe une autre catégorie d'illustrations qui domine largement dans l'intégralité des revues. Elle est composée de vues intérieures et extérieures du chantier dont les caractéristiques principales sont communes. Ces images sont toutes différentes et pourtant très similaires. Leur rayonnement frappe également l'analyste : chacune des publications en a imprimé au moins une, il en figure généralement plusieurs, la surface qu'elles occupent est toujours la plus généreuse qui ait été consentie dans l'ensemble du reportage et pour chacune des pages où elles apparaissent. Ce sont les vedettes incontestées d'une distribution dans laquelle les autres images occupent les seconds rôles.

20Que les photographies des opérations de chantier et, plus encore, les représentations du projet Habitat 67, soient reléguées à une fonction d'accompagnement peut paraître très logique. En effet, les vues intérieures et extérieures sont des documents plus généraux censés préfigurer l'aspect final du complexe et illustrer également sa méthode d'érection.

21On prendra ici pour repère une photographie qui représente très bien l'ensemble des images envisagées (fig. 2). On notera au passage que la première occasion de publier des prises de vues inédites qu'ont saisie les revues a donné lieu à la production d'une imagerie très uniforme. Certes, toutes les photographies proposent des cadrages uniques, des angles de vue originaux, des éclairages différents. En revanche, la sélection visuelle opérée fait toujours place aux mêmes éléments, exclusifs ou nettement dominants : l'imbrication tridimensionnelle des unités d'habitation et les bras des grues. La hiérarchie entre ces composantes est également fixe : l'empilement occupe un plan rapproché et le bas de l'image tandis que les membres articulés émergent de l'arrière-plan et zèbrent les cieux. Avec l'œil du simple lecteur de la presse spécialisée, cette iconographie fut certainement envisagée comme une bonne représentation synthétique, idéale pour accompagner un reportage sur un chantier, car capable d'exposer les modalités de la construction et de donner une image fiable du futur ensemble de logements.

  • 13 « Habitat 67, Montréal », l’Architecture d'Aujourd'hui, vol. 38, n° 130, février-mars 1967, p. 28.
  • 14 Harry Faulkner Brown, « Canada 1967 », Royal Institute of British Architects Journal, vol. 74, n°  (...)
  • 15 « Habitat'67 », Perspecta, n° 11, 1967, p. 192 et Alexander Pike, « Habitat'67 », Architectural De (...)

22Si l'on y regarde de plus près et qu'on s'intéresse spécifiquement à l'illustration proposée pour représenter le chantier, on s'aperçoit qu'il n'en est rien. Ce sont les mises en scène aux effets très appuyés réalisées par les photographes qui, les premières, éveillent les soupçons. Quatre revues ont fait paraître des images qui exploitent de séduisants objets flottants ou roulants qu'on rencontre dans les grands ports. Dans l’Architecture d'aujourd'hui, c'est un convoi ferroviaire qui traverse l'image13. Dans trois autres titres, ce sont des navires qui occupent le premier plan. C'est le cas du cadrage choisi par RIBA Journal14 et une photographie avec un bâtiment militaire amarré devant le chantier (fig. 2) a été retenue par deux revues15. Dans tous ces exemples, le complexe en construction est cerné par des engins automobiles à son échelle, ce qui laisse supposer que malgré son statut et ses dimensions, il est capable de performances comparables. L'effet produit est un renforcement de l'esthétique machiniste projetée par l'iconographie des opérations d'usine et de chantier.

Fig. 2. - Le chantier d'Habitat 67 comme figure de l'architecture de la nouvelle ère industrielle.
Photo : « Collection Centre Canadien d'Architecture ».

Le chantier justifie le chantier

23Dans l'ensemble, ce vers quoi tendait le chantier fut très mal exposé et on est en droit de penser que son objet, soit Habitat 67 en tant que complexe de cent cinquante huit logements exactement, était escamoté. La comptabilité des images révèle que face aux illustrations des articles consacrés au chantier d'Habitat 67, il était quasiment impossible de se faire une image correcte de ce qui était vraiment en construction. Dans tous les cas, le lecteur manquait cruellement de repères graphiques concernant le projet mis à exécution. Le chantier était traité pour lui-même et semble s'être justifié par lui-même.

  • 16 « Habitat 67, Montréal », L'Architecture d'Aujourd'hui, vol. 38, n° 130, février-mars 1967, p. 28.
  • 17 « Que faut-il penser d'Habitat 67 ? », Bâtiment, vol. 42, n° 5, mai 1967, p. 42.
  • 18 Idem, p. 43.
  • 19 « Habitat 67 », Arts and Architecture, vol. 84, n° 4, avril 1967, p. 11.
  • 20 « Building a City with King Kong Blocks », Progressive Architecture, vol. 47, n° 10, octobre

24Cet indicateur de politique éditoriale montre comment la presse a repris à son compte, visuellement, le discours des responsables du projet. En effet, celui-ci consistait, durant le chantier, à mettre en avant la portée universelle des enseignements de cette expérience et l'avancée technologique absolue qu'il représentait. Pour illustrer ce phénomène, on citera d'abord quelques exemples de la pénétration de ce discours dans les textes des reportages. L'Architecture d'Aujourd'hui de février-mars 1967 considère Habitat 67 comme une « importante démonstration qui donne la mesure des possibilités actuelles »16. Dans Bâtiment de mai 1967, on rapporte les propos d'Edouard Fiset, architecte en chef d'Expo 67 qui précise que « c'est surtout la recherche qui justifie Habitat »17 et que « sur le plan technique, Habitat constitue une démonstration d'une méthode de production en série, sur une grande échelle, adaptée à la discipline de la construction »18. Le discours de Moshe Safdie qui insiste sur la valeur de « système » universel d'urbanisation tridimensionnelle et de construction industrialisée est régulièrement repris par les auteurs ou cité in extenso, comme c'est le cas dans Arts and Architecture d'avril 196719 et Progressive Architecture d'octobre 196620.

25L'iconographie du chantier tend à renforcer le propos des textes qu'elle accompagne. On a montré comment les photographies des opérations de chantier proposaient une figure de la nouvelle ère de l'industrialisation du bâtiment. La notion récurrente de « démonstration » est ainsi devenue visuelle. De la même manière, les vues d'ensemble, plutôt que d'illustrer le chantier en lui-même, construisent une figure du concept de « système ». Ce n'est pas un état de l'avancement de la construction d'Habitat 67 qui est diffusé. Les images qui prédominent laissent totalement ouvertes les questions de la hauteur finale et de l'extension horizontale maximale prévue pour l'empilement. L'image du chantier ne fait pas référence au projet Habitat 67 mais plutôt au système Habitat, construction théorique qui le dépasse largement et l'englobe.

26Le seul aspect du chantier qui soit vraiment documenté par cet ensemble prépondérant de photographies est le principe d'empilement de modules. Or, il s'agit là d'une méthode d'érection d'un projet architectural et non du projet Habitat 67 en lui-même. Les amoncellements d'unités qui occupent le bas des images justifient la présence des grues dans le haut et inversement. Les moyens justifient les moyens et tiennent lieu de fin.

Une figure de l'architecture de la nouvelle ère industrielle

27La fonction de préfiguration d'un édifice fini paraît presque absente de cet ensemble iconographique. Après ce constat, l'idée selon laquelle ce dernier aurait, en son temps, donné une image fiable du futur complexe tout en illustrant son mode de construction est déjà caduque. Cette imagerie n'était pas synthétique. Mais représentait-il seulement correctement les modalités de construction ? La question se pose.

28Dans les faits, ce groupe d'image tient lieu d'illustration de la phase d'assemblage qui conclut le circuit de chaque unité sur le site. Cette étape n'est presque pas documentée autrement que par son résultat, soit l'empilement. Pourtant, le travail de chantier correspondant est loin de se réduire à un simple dépôt. Il comprend des tâches de raccordement aux réseaux de circulations techniques et piétonnières et, surtout, il est suivi d'une mise en tension à partir de la structure sans laquelle les « boîtes » seraient toutes parfaitement incapables d'en soutenir une autre et, pour la plupart, elles-mêmes instables. Sans post-tension, pas d'empilement, soit pas d'Habitat 67. Or, la collection d'images considérée ne fait jamais apparaître le moindre ouvrier occupé à cette tâche ou le plus petit fil d'acier destiné à l'assumer. Comme cet aspect n'est pas non plus documenté dans des images qui lui seraient spécifiquement dédiées, l'iconographie de l'assemblage se résume à celle de l'empilement et les vues d'ensemble ne participent pas à une documentation sincère des procédures de chantier. Dans la mesure où personne ne semble travailler sur le site d'élévation, le chantier semble se concentrer dans l'usine et les imbrications de cellules glissent du statut de chantier vers celui d'édifice. Dans l'image qu'on en propose, elles constituent un bâtiment stable sur le plan structurel mais pas sur le plan formel car les grappes paraissent prêtes à recevoir d'autres charges sans intervention aucune, si ce n'est celle d'une grue. Or, ces engins sont manifestement toujours à l'œuvre et semblent même définitivement intégrés au bâti : leur figuration à l'arrière-plan fait disparaître leurs assises indépendantes dans la masse construite.

  • 21 Formule empruntée à Marshall McLuhan, théoricien de la communication qui a marqué l'époque de la m (...)

29À présent, si l'on rassemble les conclusions partielles tirées de l'étude de cette imagerie principale du chantier, on s'aperçoit que c'est bel et bien un bâtiment sous forme d'empilement qu'elle représente, sans éclairer vraiment sa genèse technique ni la forme finie qu'il pourrait prendre. Il faut se résoudre à admettre qu'il s'agit d'une présentation de chantier qui n'en est pas une, d'une image qui ne se replace pas vraiment dans le cadre d'un projet architectural en construction et qui n'a en fait pour objet que de se figurer elle-même. « Le message, c'est le médium »21 et l'iconographie du chantier d'Habitat 67 constitue encore une architecture d'images plutôt qu'une image d'architecture. Dans une très large mesure, à titre d'illustration du chantier d'Habitat 67, c'est celle d'un autre projet, plus vaste et plus théorique qui fut diffusée. Ce que l'iconographie désigne vraiment, c'est elle-même, soit une création imaginaire, mais crédible, d'un chantier permanent à objet indéterminé ou d'un bâtiment capable de croître à tout moment, indéfiniment. La mise au point d'une architecture d'images de construction, s'insérant dans un contexte qui appelle des images d'une architecture en construction, a permis de former, visuellement, un prototype du bâtiment de l'ère industrielle nouvelle. Celui-ci apparaît hautement industrialisé, robotisé en lui-même, indéterminé, extensible, flexible. Or, comme on l'a montré, ce qui est ici flexible, ce n'est pas l'architecture, c'est son image.

30En matière d'illustration, le nouvel état d'Habitat 67 a été exploité plutôt qu'assumé, manipulé plutôt que respecté. Ce sont bien des photographies d'une architecture en construction qui entrent dans l'iconographie du chantier mais elles ont une valeur de témoignage extrêmement limitée. Elles servent essentiellement à composer une architecture d'images dans laquelle se réalise la révolution industrielle du secteur du bâtiment escomptée et un phantasme de bâtiment industriel révolutionnaire très répandu. En effet, il faut noter qu'au moment de la vague de médiatisation du chantier d'Habitat 67, la presse spécialisée faisait une large place aux images de mégastructures modulaires couronnées par des grues permanentes capables de révolutionner l'environnement urbain à tout moment en fonction de besoins toujours changeants et à partir de composants élémentaires standardisés. Comme en témoigne le succès international d'Archigram, cette projective architecturale fascinait et l'imagerie du chantier d'Habirat 67 semble avoir été calculée pour en conserver les séductions malgré le passage dans l'univers du bâti qui s'était opéré.

L'heure de vérité ?

31Finalement, si la construction du complexe représente une heure de vérité, c'est bien pour l'historien de l'architecture. Dans l'image publique du chantier, on découvre, exacerbées, les méthodes de manipulation qui ont permis de former une architecture d'image, à partir d'images d'architecture. Cette arme tactique fonctionnait sur le mode de la distorsion temporelle : elle faisait passer pour avéré et permanent ce qui n'était qu'expérimental et éphémère.

  • 22 Cf. Hubert Beringer, « Une image d'Habitat 67 en 1968 : c'est fini, donc ça s'écroule », l’image, (...)

32Quelques mois plus tard, privé de ses engins de chantier virils et ludiques, Habitat 67 commença à projeter l'image calme, rassurante et référentielle d'une ville historique des rivages méditerranéens qui se serait progressivement étagée à flanc de colline. Pour la critique la plus radicale du moment, soit celle d'Archigram, le futur sombrait déjà dans le passé22.

33Dans la première moitié des années 1970, les fondements de la critique après- CIAM se sont évanouis avec un déplacement radical des préoccupations urbanistiques vers les questions de rénovation des centres urbains existants. La crise pétrolière de 1973 est venue rappeler que croissance et prospérité économiques sont des données fragiles et, à partir de là, il fut plus souvent question de s'accommoder des villes anciennes que d'en créer de nouvelles de toutes pièces. La belle mécanique onirique du progrès technologique et social sans limites s'était enrayée et les images d'architecture d'anticipation perdirent ainsi leur actualité.

34L'iconographie de propagande d'Habitat 67 allait progressivement être récupérée pour servir une cause diamétralement opposée à celle qui l'avait engendrée. Prises au premier degré, les représentations futuristes d'un objet historique en accusent l'obsolescence. Il n'est rien de plus facile que de railler l'outil de promotion d'une idée périmée. Ce fut la stratégie de la critique dominante du milieu des années 1970 qui rejeta les « proliférants » pour mieux prendre leur place dans les circuits de la commande publique.

  • 23 Bien que son analyse soit parfois plus subtile, Reyner Banham est à l'origine de cette approche : (...)

35Il y a problème car cette position orientée dans un débat daté est passée à l'histoire et continue de se propager en s'appuyant sur les images d'époque d'Habitat 67. De la sorte, sans un travail d'analyse des phénomènes médiatiques et des procédés iconographiques qui les soutiennent, les jeux stratégiques sur la flexibilité du temps et de l'image de l'architecture se prolongent dans les approches historiques. Selon cette logique sommaire et approximative, tout s'expliquerait par le climat euphorique des trente glorieuses qui aurait permis à des élucubrations estudiantines parfaitement utopiques de se voir médiatisées et parfois même réalisées, en dépit du bon sens. C'est ainsi que la vision réductrice d'Habitat 67 comme « projet de thèse construit »23 a pu s'imposer. Peut-on s'en contenter plus longtemps ou ne serait-il pas préférable de construire un projet de thèse qui viserait à replacer le phénomène Habitat 67 dans une perspective moins partisane ?

Notes

1 Nom officiel de l'exposition universelle de Montréal qui s'est tenue en 1967 pour marquer le centième anniversaire de la fédération canadienne.

2 « Habitat and After », Architectural Forum, vol. 126, n° 4, mai 1967, p. 34.

3 Frampton Kenneth, « Des vicissitudes de l'idéologie », L'Architecture d'Aujourd'hui, n° 177, janvier-février 1973, p. 63.

4 Cf. Hubert Beringer, Habitat 67 : architecture d'images, images d'architecture, mémoire de DEA en histoire de l'architecture moderne et contemporaine, Université Paris 1, 1996.

5 Moshe Safdie, For Everyone a Garden, M.I.T. Press, Cambridge, pp. 216-231.

6 « Building a City with King Kong Blocks », Progressive Architecture, vol. 47, n° 10, octobre 1966, p. 235.

7 « Building a City with King Kong Blocks », Progressive Architecture, vol. 47, n° 10, octobre 1966, p. 235.

8 Ibid..

9 Ce titre est formé à partir d'une assertion critique d'époque qui fut souvent reprise (voir note 2).

10 On citera, à titre d'exemples les dossier de L'Architecture d'Aujourd'hui : « Industrialisation du bâtiment et habitat collectif », avril-mai 1965, p. 96-107 et « Habitat », février-mars 1967, pp. 1-31.

11 On citera, à titre d'exemples, quelques événements relatés par L'Architecture d'Aujourd'hui en 1965 et 1966 : le 8e congrès de l'ULA, les journées du bloc E.T.P., les colloques du groupe D.E.P.A.R.T, le colloque international d'architecture prospective de Folkstone organisé par le groupe Archigram, le 2e colloque international sur l'industrialisation du bâtiment à Belgrade.

12 Cf. Jantsch E., La prévision technologique, OCDE, Paris, 1967.

13 « Habitat 67, Montréal », l’Architecture d'Aujourd'hui, vol. 38, n° 130, février-mars 1967, p. 28.

14 Harry Faulkner Brown, « Canada 1967 », Royal Institute of British Architects Journal, vol. 74, n° 4, avril 1967, p. 155.

15 « Habitat'67 », Perspecta, n° 11, 1967, p. 192 et Alexander Pike, « Habitat'67 », Architectural Design, vol. 37, n° 3, mars 1967, p. 113.

16 « Habitat 67, Montréal », L'Architecture d'Aujourd'hui, vol. 38, n° 130, février-mars 1967, p. 28.

17 « Que faut-il penser d'Habitat 67 ? », Bâtiment, vol. 42, n° 5, mai 1967, p. 42.

18 Idem, p. 43.

19 « Habitat 67 », Arts and Architecture, vol. 84, n° 4, avril 1967, p. 11.

20 « Building a City with King Kong Blocks », Progressive Architecture, vol. 47, n° 10, octobre

1966, p. 226/231.

21 Formule empruntée à Marshall McLuhan, théoricien de la communication qui a marqué l'époque de la médiatisation d'Habitat 67 : titre d'un article paru dans Understanding média, McGraw-Hill, New York/Toronto, 1964.

22 Cf. Hubert Beringer, « Une image d'Habitat 67 en 1968 : c'est fini, donc ça s'écroule », l’image, n° 2, mai 1996, pp. 178-188.

23 Bien que son analyse soit parfois plus subtile, Reyner Banham est à l'origine de cette approche : Cf. « Habitat », Architectural Design, vol. 37, n° 7, juillet 1967, p. 347, Age of the Masters, Architectural Press, Londres, 1975, pp. 144-45 et Megastructure : Urban Futures of the Recent Past, Thames & Hudson, Londres, 1976, p. 106.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – La salle de bain volante : une figure de l'ère nouvelle de l'industrialisation du bâtiment
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/480/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Légende Fig. 2. - Le chantier d'Habitat 67 comme figure de l'architecture de la nouvelle ère industrielle.Photo : « Collection Centre Canadien d'Architecture ».
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/480/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 818k

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site