Version classiqueVersion mobile

Des vestiges aux sociétés

 | 
Jeanne Brancier
, 
Caroline Rémeaud
, 
Thibault Vallette

Introduction

Archéologie et sociologie, les biais d’un débat

Pascal Butterlin

Texte intégral

1Ce nouveau volume d’Archéo.Doct, le septième de la série, est consacré à une thématique large qui témoigne de la vitalité d’approches multiples centrées sur les sciences sociales, dans le cadre des activités de l’École doctorale d’archéologie (ED 112) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. La réunion, sixième du genre, qui s’est tenue en mai 2010, a offert une tribune à de jeunes chercheurs soucieux de développer des approches construites autour de problématiques faisant le lien entre sciences sociales et archéologie. Cette préoccupation n’est assurément pas nouvelle, elle fut l’une des grandes ambitions de l’archéologie processuelle et de ses différentes écoles, dès les années 1960.

2Nous sommes loin aujourd’hui de l’optimisme des pionniers de ces disciplines qui ont rencontré des problèmes méthodologiques tels que leur apport aux sciences sociales ou à l’anthropologie a été considéré comme négligeables voire insignifiants, au moins par les anthropologues. C’est que l’immense écart entre l’objet du sociologue ou de l’anthropologue et celui de l’archéologue tient pour une large part à la valorisation de données radicalement dissemblables, rendant tout dialogue extrêmement difficile comme le soulignait encore récemment Testart. Nous ne travaillons tout simplement pas sur les mêmes objets, les vestiges valorisés par les archéologues ne sont que rarement l’objet de l’attention de l’ethnologue ou du sociologue.

3Dès lors, une réflexion sur les limites de ce que peut apporter l’archéologie s’impose, de concert avec la définition de nouvelles méthodes. On retrouvera dans ce volume le souci de forger de nouvelles approches avec une extrême prudence à l’égard des idées reçues, et une évidente méfiance face à des modèles monolithiques de sociétés ou de « cultures » censées être des agents historiques.

4Ce volume intitulé Des vestiges aux sociétés. Regards croisés sur le passage des données archéologiques à la société sous-jacente comprend des études groupées en quatre grands thèmes, sur un très large éventail chronologique et spatial, du Paléolithique à la période médiévale, dans un espace qui s’étend de la Mésoamérique au Moyen-Orient. Les quatre thèmes retenus sont: « Des témoins involontaires à la vocation sociale des vestiges », « Les pratiques funéraires et le statut des individus », « Du matériel au territoire idéel: les vestiges comme témoins de la perméabilité des sociétés » et « Du territoire archéologique au territoire de l’archéologue: prédictibilité et échelle de confiance ».

5Le trait commun aux dix communications réunies ici est assurément le souci d’une méthodologie clairement assumée et définie, dont les présupposés sont exposés très soigneusement. On appréciera surtout la qualité graphique de ces approches nourries par des outils modernes assurément mais aussi par une réflexion sur leur usage et leur biais. Le souci notamment de définir et articuler des concepts comme celui de prédictibilité et d’indice de confiance est devenu une priorité, tant les archéologues tendent à extrapoler allègrement des conclusions à partir de données ponctuelles, statistiquement souvent insuffisantes. L’archéologue, fondamentalement, construit son objet. Cette construction ne saurait se faire naïvement, c’est l’ambition précisément de cette formation de permettre aux doctorants d’acquérir ce recul indispensable à l’ouverture de domaines de recherches féconds.

Paris, septembre 2014
Pascal Butterlin

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search