Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en U.R.S.S.

 | 
Jean-Paul Depretto

Annexes

Ilya Ehrenbourg et S.M. Frankfur

Texte intégral

A. – Tableaux statistiques

I. – Croissance de la classe ouvrière, 1928-1940 (en milliers)

I. – Croissance de la classe ouvrière, 1928-1940 (en milliers)

1. Approximation. Sans apprentis ni personnel de service.
Annuaire Nar. xoz. SSSR v 1958 godu, M., 1959, p. 131, 532, 648. Voprosy truda v SSSR, M., Politizdat, 1958, 408 p., p. 20 (Publication de l’institut de recherche scientifique sur le travail auprès du Comité d’État aux questions de travail et de salaire).
N.B. Pour l’industrie, les chiffres excluent les membres des artels de coopération artisanale et les travailleurs des entreprises industrielles rattachées à des kolkhozes, ainsi que les ouvriers et employés d’une partie des petites entreprises auxiliaires.

Sources : Recueil statistique Dostiženija sovetskoj vlasti za sorok let v cifrax, M., 1957, p. 50 et 219.

IIa. – Personnel de l’industrie, 1928-1940 (en milliers)

IIa. – Personnel de l’industrie, 1928-1940 (en milliers)

1. Déduit par calcul.

IIb. – Part de chaque catégorie (en % du total)1

1928 1932 1937 1940
Personnel total 100 100 100 100
Ouvriers 83 75 78 76
Apprentis 4 7 4 3
Ingénieurs et techniciens 3 5 7 8,5
Employés 6 9 6 7
Personnel de service et sécurité 4 4 5 5,5

1. Les pourcentages sont arrondis.

Sources : Recueils statistiques Promyšlennost’ SSSR, M., 1957, p. 23, et Promyšlennost’ SSSR, M., 1964, p. 84-85. Les données n’incluent pas les travailleurs des entreprises industrielles rattachées à des kolkhozes ni les membres des artels de coopération artisanale ; elles ne comprennent pas non plus les ouvriers et employés d’une partie des petites entreprises industrielles auxiliaires dépendant de différents ministères et services.

III. – Classement des branches de la grande industrie en fonction du nombre d’ouvriers (apprentis compris), 1913-1936

III. – Classement des branches de la grande industrie en fonction du nombre d’ouvriers (apprentis compris), 1913-1936

N.B. N’ont été retenues ici que les quatre branches les plus importantes par leurs effectifs.
Reproduit d’après R.P. Dadykin, art. cit., p. 51.

Source : SSSR i kapitalističeskie strany, M., 1939, p. 140.

IV. – Croissance du nombre d’ouvriers (apprentis compris) de la grande industrie par régions, 1929-1933

IV. – Croissance du nombre d’ouvriers (apprentis compris) de la grande industrie par régions, 1929-1933

1. Pour 1929, la source ne détaille pas par régions à l’intérieur de l’Ukraine.
2. Pour le Tadjikistan, pas de données en 1929.

Source : Trud v SSSR, M., 1935, p. 6-11.

V. – Consommation mensuelle des familles ouvrières de Moscou (moyenne par personne)

V. – Consommation mensuelle des familles ouvrières de Moscou (moyenne par personne)

Source : A.A. Tverdoxleb, op. cit., tableau 54, p. 347 bis, d’après Archives historiques centrales de R.S.F.S.R., fonds 374 (Direction statistique centrale de R.S.F.S.R.).

VI. – Consommation mensuelle des familles ouvrières de Leningrad (moyenne par personne, en kg)

1928/29 1929/30 1931 19331
Pain2, farine2, gruaux, autres
produits céréaliers 16,3 17 18,9 18,9
Pommes de terre et autres
légumes 9,1 10,1 9,4 10
Viande et lard 4,3 3,7 2,9 1,2
Lait et prod. laitiers 4,3 4,5 3 1,7
Beurre 0,3 0,3 0,2 0,1
Poisson 1 1,4 1,4 1,1
Sucre et autres sucreries
(bonbons) 0,8 1,7 2 1,3

1. Inclut la nourriture prise hors de la maison.
2. Inclut à la fois seigle et froment.

Source : O.I. Škaratan, art. dans Istorija SSSR, 1964, n° 3, p. 17-44 (ici p. 40).

VII. – Turnover de la main-d’œuvre dans la grande industrie (1928-1933)

(1) Arrivées en % du nombre annuel moyen d’ouvriers (2) Départs en % du nombre annuel moyen d’ouvriers (3) Nombre moyen de mois entre deux changements d’emploi (calculé d’après la colonne 2)
1928 100,8 92,4 13
1929 121,9 114,8 10,4
1930 176,4 152,4 7,9
1931 151,7 136,8 8,8
1932 127,2 135,6 8,9
1933 123,6 122,4 9,8

Source : H.H. Schröder, op. cit., p. 293.

B. – Sources : les recensements

  • 1 Cf. O.I. Škaratan, Problemy social’noj struktury rabočego klassa SSSR, M., Mysl’, 1970, p. 173-176, (...)

1Pour étudier les transformations de la classe ouvrière pendant le premier plan quinquennal, nous disposons de divers recensements1.

  • 2 Publication des résultats dans Bjulleten’ po učëtu truda : itogi 1931 g., CUNXU SSSR, M., 1932, 254 (...)

2Vers le milieu de 1930, le Gosplan a mené une enquête par sondage portant sur 235 000 ouvriers dans des branches relevant en majorité de l’industrie légère : papier, imprimerie, chimie de base, verre, porcelaine-faïence, caoutchouc, confection, cuirs et peaux, chaussures, allumettes, travail du bois, industrie alimentaire. En décembre 1930, l’institut panukrainien du charbon a effectué un nouveau recensement des mineurs du Donbass : 32 900 ouvriers et apprentis sont concernés. Enfin, en mars-avril 1931, le secteur de statistique du travail du Gosplan a organisé un second recensement des ouvriers des métaux dans une série d’entreprises de la sidérurgie et de la construction mécanique : neuf à Leningrad (50 600 ouvriers et apprentis), sept en Ukraine (32 400 ouvriers et apprentis), deux dans l’Oural (4 200 ouvriers) et deux à Moscou (14 900 ouvriers et apprentis) ; l’industrie de Leningrad est donc la mieux représentée. Menées hélas en ordre dispersé, ces enquêtes de 1930-1931 couvraient un champ plus large que le recensement de 1929, limité à quatre branches, de première importance il est vrai : métaux, textiles, mines et bâtiment. Mais les programmes de rassemblement et de traitement des données étaient fort proches dans les deux cas2.

  • 3 Il s’agit de Bjulleten’ po učëtu truda : itogi 1931 g., CUNXU SSSR, M., 1932, 254 p., ; ce bulletin (...)
  • 4 À Leningrad, deux établissements (Krasnyj Putilovec et les chantiers de la Baltique) ont adopté le (...)

3Grâce à une publication « confidentielle » (c’est-à-dire réservée à l’usage interne des services) aujourd’hui accessible aux chercheurs3, nous sommes bien informés sur les méthodes utilisées par le Gosplan. Comme en 1929 et 1930, les ouvriers ont été interrogés dans l’entreprise au moment du repas ou de la relève des équipes ; pour noter leurs réponses, on a fait appel aux apprentis, aux employés de bureau, aux pointeaux et aux élèves du combinat d’enseignement de l’usine. Le questionnaire était assez compliqué : il fallait en moyenne 10 à 12 minutes pour le remplir, et ces formalités exigeaient un personnel important ; les opérations ont duré deux à trois mois. Elles ont été préparées par des entretiens dans les ateliers, le placardage d’affiches, des annonces à la radio, dans les clubs. Cependant, les résultats n’ont pas répondu à l’attente des autorités : contrairement au parti adopté en 1929-1930, il avait été décidé de ne plus procéder par sondages, mais de recenser tout le monde4. Cet objectif n’a pu être atteint : si, à Moscou, l’enquête a englobé 70-80 % des ouvriers, en Ukraine le pourcentage varie de 22 % à 49 % selon les endroits. Ces disparités ont empêché de dresser un bilan d’ensemble à l’échelle nationale : les données ont été publiées région par région, en distinguant sidérurgie et construction mécanique. Les difficultés rencontrées tiennent, semble-t-il, à deux facteurs :

  • le manque d’enthousiasme des cadres (syndicat, parti, direction), déjà accablés par une envahissante paperasserie,
  • la passivité ou la dérobade consciente (malgré des rappels) d’une partie des ouvriers, méfiants devant ces formulaires émanant du pouvoir, et qui pourraient bien être source d’ennuis. Ceux qui ont accepté de participer ont parfois omis de répondre sur certains points sensibles (le lien avec l’agriculture, par exemple). Pour tenir compte des critiques adressées à Rašin par B.L. Markus (cf. chap. I), on a demandé aux intéressés d’indiquer leur « origine de classe » : paysans pauvres, moyens, « groupes étrangers » (commerçants, koulaks, industriels, clergé, etc.) ; il est facile d’imaginer l’exactitude des réponses sur ce sujet à l’époque de la collectivisation en masse, et de la « liquidation des koulaks comme classe ».
  • 5 Lorsque le père est paysan, les données publiées ne précisent pas s’il s’agit d’un paysan riche, mo (...)
  • 6 « Novye kadry i zadači profsojuzov », Voprosy profdviženija, 1933, n° 5. L’article de I. Il’in « Li (...)
  • 7 La brochure publiée en 1933 concerne exclusivement la classe ouvrière ; elle laisse de côté la Fédé (...)

4En 1931, le Conseil central des syndicats a décidé de recenser les nouveaux adhérents de l’année. Le bulletin d’adhésion servait en même temps de formulaire de recensement : à côté des rubriques habituelles (nom de famille, année de naissance, nationalité, appartenance au parti), il comportait des questions sur la profession du père5, l’appartenance à un kolkhoze, le niveau de formation générale, l’âge à partir duquel l’intéressé a été salarié, le lieu de travail précédent, etc. L’enquête a englobé tous les syndicats du pays ; les données ont été analysées par le « secteur statistique » du Conseil central des syndicats et publiées dans une brochure intitulée Sostav novyx millionov členov profsojuzov (M., Profizdat, 1933). Elles ont été utilisées dans un article du rédacteur en chef de la revue Voprosy profdviženija, N.N. Evreinov6. En tout, il a été reçu et traité 1 151 000 questionnaires en 1931, 324 000 au premier semestre, 827 000 au second, qui se répartissent ainsi7 : 564 000 pour l’industrie, 178 000 pour le bâtiment, 114 000 pour les transports et communications, le reste pour les services, les professions intellectuelles et l’agriculture.

5Pour apprécier les résultats obtenus, il ne faut pas oublier qu’ils concernent les nouveaux adhérents du syndicat, et non l’ensemble du personnel embauché en 1931. Or, le taux de syndicalisation a baissé de 1928 à 1931, avant de remonter ensuite :

au 1er octobre, en % de l’ensemble des travailleurs

1928 86,4 1932 75,3
1929 84,3 1933 77,7
1930 74,7 1937 84,3
1931 69,7 1940 83,8

Source : Article de I.I. Belonosov dans le recueil collectif Rabočij klass i industrial’noe razvitie SSSR, M., Nauka, 1975, p. 230 (Archives du Conseil central des syndicats, département de statistique).

  • 8 Evreinov, « Novye kadry i zadači profsojuzov », art. cit.
  • 9 Gol’cman, « Sostav novyx rabočix », Udamik, 1932, n° 3-4, p. 74.

6Ce phénomène a été signalé, et dénoncé, par N.N. Evreinov en 19338. Il est probablement lié au nombre élevé d’ouvriers de fraîche date, souvent non syndiqués : en octobre 1931, dans l’industrie des métaux de Moscou, 60 % seulement des ouvriers arrivés en 1930 sont membres du syndicat ; la proportion descend à 42 % chez ceux qui sont arrivés en 19319.

7Ces restrictions faites, le recensement syndical de 1931 reste à notre connaissance la seule enquête massive qui ait été menée sur le personnel nouveau qui afflue dans les entreprises au début des années trente.

  • 10 Profsojuznaja perepis’ 1932-1933 gg., M., Profizdat, 1934, p. 65.

8En 1932, le présidium du Conseil central des syndicats a profité de la période de remise des cartes d’adhérents pour réaliser un nouveau recensement. L’opération a été conçue comme une campagne politique, annoncée par les journaux, à la radio, lors de réunions. Pour diriger le travail, des « brigades de recensement » ont été constituées auprès des comités syndicaux locaux ; des bénévoles ont été recrutés parmi les employés de bureau et les ouvriers les plus instruits, et ont reçu des instructions sur la façon de répondre au questionnaire. Tous les syndiqués devaient être recensés : chaque adhérent recevait sa carte lorsque le formulaire avait été rempli10.

  • 11 Ibid., p. 68-69.

9Le recours à des bénévoles a amené à simplifier les questions et à réduire leur nombre : elles devaient être à la portée de tout homme sachant lire et écrire, et les formalités ne devaient pas être trop longues. Ces exigences ont évidemment nui à la qualité et à l’intérêt du recensement. Toutes les difficultés n’ont pas été levées pour autant : l’obligation de répondre dans un code (non = 0, oui = 1) destiné au traitement mécanique des questionnaires semble avoir dérouté les recenseurs...11

  • 12 Ibid., p. 65-66.

10Des délais avaient été fixés aux entreprises et aux syndicats pour achever les opérations. Ils n’ont pas été respectés, pour diverses raisons. La campagne d’échange des cartes a traîné en longueur, à cause de l’importance des arriérés de cotisations accumulés : en effet, seul celui qui avait payé ses dettes pouvait obtenir sa nouvelle carte. Du fait de retards à l’impression, ces nouvelles cartes n’arrivaient pas toujours à temps, surtout dans les « républiques nationales » où elles étaient imprimées dans la langue locale. Finalement, le recensement s’est déroulé à des dates variables selon les branches : il s’est échelonné, pour l’essentiel, entre septembre-octobre 1932 et mars-avril 193312.

Le recensement syndical de 1932-1933

Le recensement syndical de 1932-1933

67.

Source : Profsojuznaja perepis’ 1932-1933 gg., op. cit., p.

  • 13 N’ont pas du tout participé au recensement les syndicats suivants : construction mécanique générale (...)
  • 14 Cas des métiers du poisson et des conserveries de viande.
  • 15 Chimie de base, verre-porcelaine. En Asie centrale, l’entreprise, commencée en 1933, a été stoppée (...)
  • 16 M.T. Gol’cman et L.M. Kogan, Starye i novye kadry proletariata, M., Profizdat, 1934 (sous la direct (...)
  • 17 Dans l’oblast’ de Moscou, il atteint 79 % ; à Leningrad, 85 % (tous syndicats réunis).

11Au départ, vingt-huit syndicats étaient concernés13. Mais tous n’ont pas mené le travail à bonne fin : difficultés financières dues à la mauvaise rentrée des cotisations, absence de statisticiens sur place, etc., expliquent qu’on ait parfois interrompu les opérations commencées14, ou renoncé à traiter tout ou partie des données recueillies15. Les résultats publiés portent sur treize syndicats : dix pour l’industrie, deux pour le bâtiment (constructions industrielles et logements, voies ferrées et routes), et un pour les services publics. Ils concernent uniquement les ouvriers et les apprentis, au nombre d’un million et demi environ, soit la moitié de l’effectif total des branches considérées, et 70 % des syndiqués16. Toutefois, le pourcentage de recensés varie d’une industrie à l’autre (cf. tableau « Le recensement syndical de 1932-1933 », supra) : il est élevé dans la sidérurgie, la construction mécanique, l’électrotechnique, le papier, la minoterie-boulangerie, les services publics (65 % à 75 %)17, médiocre dans le groupe ciment-céramique (46,4 %) ; il tombe aux environs d’un tiers dans le bâtiment et le groupe tourbe-schistes, en raison notamment d’un taux de syndicalisation inférieur à la moyenne : on peut alors, à bon droit, s’interroger sur la représentativité des informations obtenues. L’industrie cotonnière de la région moscovite constitue un cas à part : les organisateurs ont utilisé la technique du sondage, sans que l’on sache toutefois comment a été constitué l’échantillon de base.

  • 18 Au moment du recensement syndical de 1931, les syndicats étaient déjà divisés en branches très spéc (...)
  • 19 Il s’agit évidemment de grandes ou de très grandes entreprises.

12Le recensement syndical de 1932-1933 a été publié sous une forme peu maniable, qui ne simplifie pas la tâche de l’historien : outre le commentaire, 184 pages de chiffres, réparties en quatre tableaux seulement ! La longueur de ces tableaux s’explique par le parti pris adopté : au lieu d’être regroupées par grandes unités, les données sont présentées branche par branche18 et, dans chaque branche, région par région, et parfois entreprise par entreprise19. Un tel luxe de détails, s’il n’est pas toujours sans intérêt, rend plus difficile toute vue synthétique. En outre, si l’importance de facteurs comme l’âge et surtout l’ancienneté au travail est bien dégagée, il manque une série de tableaux du type « Influence de... sur... » qui aurait permis d’étudier les rapports réciproques entre les diverses variables en jeu. Enfin, on doit regretter que les ouvriers d’origine paysanne aient à nouveau été répartis par « origine de classe » (koulaks, etc.). Comme les matériaux originaux du recensement n’ont pas été conservés dans les archives, il faut se contenter de cette publication en l’état.

  • 20 L. Zinger, Nacional’nyj sostav proletariata v SSSR, M., Izd. Vlast’ Sovetov, 1934 (sous la directio (...)
  • 21 Ce phénomène est souligné par L. Zinger lui-même à deux reprises au moins (cf. p. 21,31).
  • 22 Initiales russes signifiant : Conseil central des syndicats pour toute l’Union.
  • 23 Voprosy profdviženija, 1935, n° 9, compte rendu par O. Kabakov et remarques de la rédaction p. 80-8 (...)

13En 1934, L. Zinger, connu pour ses travaux sur les Juifs soviétiques, a publié un livre intitulé La composition nationale du prolétariat en U.R.S.S.20. Cet ouvrage utilise les recensements syndicaux de 1931 et 1932 (surtout le premier) et des sources locales ; sa lecture déçoit, car sous la plume de l’auteur le terme « prolétariat » désigne l’ensemble des salariés (« ouvriers et employés ») ; de plus, la main-d’œuvre non russe a été, de toute évidence, sous-enregistrée, en raison de son faible taux de syndicalisation21. L’historien doit utiliser cette étude avec les plus extrêmes précautions, car sa qualité est controversée : en 1935, elle a été désavouée par l’organe des syndicats, pour s’être appuyée sur des « matériaux incomplets, reçus au hasard par le VCSPS22 de diverses régions », et qui « n’ont même pas été publiés en raison de leur caractère défectueux » ; la rédaction du journal a dénoncé « l’absence élémentaire d’honnêteté statistique, la spéculation sur la confiance du lecteur soviétique à l’égard du chiffre publié23 ».

  • 24 A.G. Rašin, Sostav fabrično-zavodskogo proletariata, M., 1930.
  • 25 Massovye istočniki, op. cit., p. 103 et 105 ; très sévère critique du recensement de 1932/1933 par (...)

14Concluons à propos des sources. Tous ces recensements du début des années trente fournissent pour l’essentiel les mêmes renseignements que l’enquête syndicale de 1929 : âge et sexe, ancienneté, origine sociale et profession antérieure ; lien avec l’agriculture ; niveau culturel : alphabétisation, formation ; comportement politique et social : appartenance au PC(b) et au Komsomol, participation à « l’émulation socialiste », etc. Pourtant, ils ne peuvent être comparés entre eux de façon systématique, car l’éventail des branches représentées et la définition même de ces branches ont varié. En outre, il faut souligner la dégradation intervenue entre 1929 et 1932/1933 : aucun de ces travaux ne peut être comparé en qualité au livre de A.G. Rašin24, il s’en faut de beaucoup ; c’est à juste titre que les historiens soviétiques soulignent la supériorité du recensement de 1929 sur ses successeurs25. On perçoit ici très nettement la dramatique baisse de qualité des statistiques soviétiques, consécutive au Grand Tournant.

C. – Les débuts d’AIexei Stakhanov26

  • 26 A.G. Stakhanov, Žizri šaxtërskaja, Kiev, 1975. Les extraits traduits ici figurent aux pages 16 et 2 (...)
  • 27 Ici, comme plus loin dans le texte, les guillemets sont de Stakhanov.

15Comme beaucoup d’autres paysans des provinces d’Orël et de Kursk [...], je suis parti pour le Donbass dans l’espoir de gagner un peu plus d’argent et de revenir au village avec mon cheval à moi. Ce fameux « cheval gris »27 était le rêve secret de tous les paysans dépourvus de chevaux. Pour lui, ils acceptaient, malgré leur grande peur, de descendre en « enfer » (c’est ainsi qu’ils voyaient la mine, au début). Pour lui, ils étaient prêts à tout endurer, à tout supporter, d’autant plus qu’ils envisageaient leur travail au fond comme de courte durée [...].

  • 28 Les parents de Stakhanov sont morts en 1922, à quelques mois d’intervalle.

16Je menais l’exploitation avec mes sœurs28. Mais, en dépit de tous nos efforts, nous n’arrivions pas à sortir de la misère. La vie restait la même, difficile, sans joie. De plus en plus souvent, je pensais : que sera l’avenir ? J’avais déjà vingt ans passés, et je ne pouvais même pas aller me promener avec les autres jeunes : je n’avais rien à me mettre. Après toutes ces années de travail, je n’avais ni complet ni bottes. J’avais honte de me montrer.

  • 29 Ce terme régional nous semble la meilleure traduction du mot russe zemljak (de zemlja, la terre).
  • 30 Laptis : chaussons de tille portés par les paysans russes.

17Alors, j’ai décidé de partir pour le Donbass. J’avais plusieurs pays29 qui travaillaient à Kadievka [...]. J’y suis arrivé en mars 1927. Je suis allé à la mine « Central’naja Irmino ». En laptis30, avec des bandes molletières, un coffre sur les épaules. Je demande à ceux que je rencontre : « Où habite Roman Stakhanov ? »

18Mon pays et homonyme Roman Stakhanov vivait avec sa mère. J’ai passé la nuit chez eux, et le matin je suis allé à la mine. Je ne le montrais pas, mais j’avais très peur ! Je me rappelais les paroles de mon grand-père : « La mine, c’est le bagne ! On s’y tue à la tâche et on y perd la santé... »

19Je pensais qu’on me prendrait aussitôt, mais tous les chefs de secteur – comme s’ils s’étaient donné le mot ! – répondaient : « On n’embauche pas ! » J’ai été trois jours sans rien faire, jusqu’à ce que je m’adresse à Tubolev, chef du secteur « Beral’-Ouest ». Il m’a examiné – j’étais un grand gars, solide – et m’a donné une feuille d’embauche.

20On m’a inscrit comme freineur – je faisais équipe avec Roman Stakhanov, qui était conducteur de chevaux. Je suis allé à la lampisterie, j’y ai reçu un numéro et la lampe dont j’avais rêvé durant toutes ces journées.

  • 31 En russe, desjatnik : chef d’une équipe de dix ouvriers.

21Je me dirige vers le chevalement ; sur les rails, je vois des wagonnets, poussés par des femmes adroites. Je prends la queue pour la cage et j’observe sans arrêt autour de moi. Toutes les trois minutes, la cage remonte, humide, rouillée. Le machiniste sonne, et aussitôt elle redescend. Le mot « enfer » tourne dans ma tête, la peur me prend. Ne ferais-je pas mieux de quitter cette queue en courant, pendant qu’il est encore temps ?... Mais je me suis repris et j’ai été me présenter au dizenier31.

22Tout à coup, j’entends qu’on rit autour, les rouleuses plus fort que les autres. Je regarde – c’est de moi qu’on rit. J’ai examiné ma tenue et j’ai compris : avec mon pantalon de toile blanche, mes laptis en chanvre et leurs longues ficelles, je détonnais dans la masse des ouvriers. De partout fusaient les plaisanteries du genre : « Monsieur est venu tout de blanc vêtu, il veut gagner de l’argent pour s’acheter une vache.... » J’étais vexé, mais je n’ai pas su répondre aux blagueurs.

23Je me suis enfin assis dans la cage. Le signal a sonné, et elle s’est mise à descendre. J’ai senti un froid dans le ventre. Recroquevillé, la tête courbée, j’attendais quelque chose de terrible. L’eau ruisselait sur le puits ; j’avais l’impression qu’un câble allait se rompre, et que le monte-charge allait tomber dans la fournaise. Mais on a vu apparaître une lumière, la cage s’est arrêtée. Une pensée joyeuse m’a traversé l’esprit : « C’est fini. » Je suis sorti et je ne me suis pas reconnu : mes habits blancs étaient tout noirs [...].

24Avec Roman, je suis entré dans l’écurie. J’y ai vu beaucoup de chevaux et aussitôt j’étais rassuré : me voilà en terrain de connaissance.

25Tout se serait bien passé, si ma lampe ne s’était éteinte toutes les cinq ou dix minutes. On utilisait alors des lampes « Wolff » antédiluviennes, et je ne savais pas encore m’en servir. J’ai dû changer de lampe à plusieurs reprises et, en courant dans la galerie obscure, je me cognais sans arrêt au toit [...].

26Le travail du freineur consistait en ceci : il devait ralentir le train de wagonnets lorsque celui-ci s’emballait. Il ne faut pas s’imaginer qu’il y avait des dispositifs mécaniques pour cela. On prenait des bâtons en bois ou des bouts de tuyau en fer, que l’on plaçait entre la roue et la caisse du wagonnet, pour éviter que le train ne heurte les jambes du cheval ou les berlines stationnées près du puits. Il suffisait que le freineur ne fasse pas attention, et tout le train déraillait. Les freineurs, malgré l’apparente simplicité de leur travail, avaient donc une lourde responsabilité. Il fallait ouvrir l’œil.

27À cette époque lointaine, on avait l’habitude dans les mines de se moquer des nouveaux. C’était parfois très méchant. On trouvait parmi les mineurs expérimentés des « farceurs » qui inventaient des tâches pour humilier les nouveaux, leur faire peur ou simplement souligner leur lenteur d’esprit....

28J’ai eu droit moi aussi à cette « initiation » à la mine [...].

29Lorsque des wagonnets déraillaient [...], le freineur et le conducteur de chevaux devaient les remettre en place. On procédait ainsi : on s’accroupissait à côté du wagonnet, on le soutenait avec le dos, et on le soulevait jusqu’à ce qu’il rentre dans les rails. Cela s’appelait « faire de la limonade ». Quand mon train a déraillé pour la première fois, on m’a donné l’ordre d’aller au puits et de « ramener de la limonade ». Ne sachant de quoi il s’agissait, j’ai couru voir le machiniste et lui ai demandé où je trouverais de la limonade. Celui-ci, après un instant de réflexion, m’a indiqué une énorme poutre [...]. Je suis revenu, j’ai dit que j’avais trouvé la limonade, mais qu’il me fallait deux hommes en renfort. La réponse à été un éclat de rire tel que l’on aurait cru que le toit de la taille allait s’effondrer. Les conducteurs de chevaux ont arrêté le travail, m’ont entouré et ont ri longtemps en se tenant le ventre. Est-il besoin de dire combien j’ai été vexé, quand j’ai appris ce qu’était en fait la « limonade ». Je me suis alors juré de ne jamais me moquer des nouveaux [...].

30J’ai été freineur pendant trois mois au total. Ma vie était difficile. Je gagnais peu et mon hôtesse, la mère de Roman, me demandait trente-cinq roubles par mois pour le gîte et le couvert. Je n’en touchais pas plus de cinquante. Ayant su que d’autres gars ne payaient que treize ou quinze roubles, j’ai quitté les pays qui m’avaient hébergé pour une autre famille de mineurs. Roman s’est fâché et a refusé de travailler avec moi. Mais je m’étais déjà habitué à la mine et j’ai fait équipe sans difficulté avec un autre conducteur de chevaux.

31Au bout de quinze jours, j’ai décidé que je pourrais conduire les chevaux moi-même. Mais, avant de donner son accord, le dizenier a voulu me mettre à l’épreuve dans le secteur « Beral’-Est ».

32Ce jour-là, j’ai travaillé de toutes mes forces, et non seulement j’ai exécuté la norme, mais je l’ai dépassée de beaucoup. Les conducteurs de chevaux faisaient cinq allers et retours par poste, j’en ai fait sept. Content de moi, le dizenier m’a nommé conducteur suppléant. Les absences étaient alors chose fréquente, et je devais remplacer les absents. Ensuite, on m’a à nouveau affecté au secteur « Beral’-Ouest », où je suis resté un an environ [...]•

33J’ai été conducteur de chevaux jusqu’à la fin de l’année 1930. Beaucoup de choses ont changé dans ma vie à cette époque. Je ne vivais pas dans un appartement, mais dans un foyer pour célibataires ; pendant les heures de liberté, j’allais au jardin public ou au bord de la rivière avec des camarades de travail. Nous invitions des filles, chantions au son de l’accordéon, dansions – en un mot, nous nous amusions comme tous les jeunes ouvriers en ce temps-là.

  • 32 Starosta en russe : responsable élu d’une communauté.

34Nous mangions au foyer. Nous élisions un « ancien32 » ; le jour de la paye, nous lui donnions l’argent pour la nourriture, et il payait la cuisinière. C’était une jeune femme vive, aux yeux noirs [...]. Nous nous sommes mariés en octobre 1929. On nous a donné un logement, et j’ai commencé une nouvelle vie...

  • 33 Il abattait le charbon au pic dans les endroits où la haveuse ne pouvait accéder. Cf. Šagni pervym, (...)

35Le Donbass se mécanisait [...]. Voyant cela, j’ai voulu aller sur les machines, mais on ne m’y a pas affecté tout de suite. J’ai d’abord été chargé d’achever le travail de la haveuse33 [...].

  • 34 Avant d’accéder à la fonction de piqueur, Stakhanov a exercé divers autres métiers (dont celui de b (...)

36En 1933, nous avons eu une fille, et j’ai pensé que je devais gagner plus, puisque la famille s’agrandissait [...]. Quand notre secteur a reçu des marteaux-piqueurs, j’ai obtenu de devenir piqueur34.

D. – Quatre « histoires de vie »

1. Egor Chouliaev35

  • 35 I. Ehrenbourg, Le deuxième jour de la création, Gallimard, 1933, p. 27-28, 183-185, 257, 259-261 et (...)

37Egor Chouliaev arrivait tout droit d’un kolkhoze. Il disait : – À la campagne, maintenant c’est plus une existence. Un jour c’est « fournis des pommes de terre », le lendemain « donne un coup de main pour la corvée rouge », une autre fois : « Dis donc, on va construire une étable collective ». On ne laisse pas les gens souffler. À l’automne dernier, on a dékoulakisé trente-huit maisons chez nous. Comme si on pouvait dire que Kloumnev est un koulak quand il n’avait que deux vaches de bien. Ici, au moins, on n’est pas tout le temps sur votre dos. Ta journée faite et ton billet de cantine touché, tu vas avaler tes chtchi [soupe aux choux], et si tu as l’idée d’aller faire un tour, personne n’ira contre.

  • 36 Salaire mensuel moyen sur le chantier du KMK : 92 roubles en 1931, 115 roubles en 1932.

38Egor Chouliaev possédait deux cents roubles36 en arrivant. Il avait amené sa femme à la Construction. Tous deux se firent embaucher comme terrassiers. Le soir, ils partaient à la recherche d’un toit. Au village, on disait que pour deux cents roubles on pouvait trouver un abri où il ne fait pas froid.

2. Les sœurs Kourganova

  • 37 Il s’agit en fait du célèbre article « Le vertige du succès » paru dans la Pravda du 2 mars 1930.

39Les trois sœurs Kourganova [...] habitaient le village de Ignatovka et vendaient du lait. Au début de la collectivisation, leurs vaches avaient été réquisitionnées. Puis ce fut la lettre37 de Staline sur le « vertige du succès ». On rendit les vaches. Ayant été mal soignées, les deux vaches des Kourganova crevèrent. Les jeunes filles essayèrent de travailler au kolkhoze mais, faute d’habitude, la tâche leur était rude.

  • 38 Unités conventionnelles qui servaient à calculer les gains des kolkhoziens.

40Elles totalisaient peu d’« unités de travail38 ». Alors, elles se décidèrent à s’en aller aux chantiers. Le halètement de l’excavateur les jeta dans une frayeur telle qu’elles s’enfuirent de tous côtés [...]. Mais Varvara, ayant jeté un coup d’œil dans une baraque, dit sur le ton du ravissement : – Ils boivent du vrai thé...

41Deux des Kourganova furent affectées comme manœuvres à la pose des briques. La troisième reçut un poste de femme de service à la baraque 218.

3. Valia

  • 39 Facultés ouvrières : ouvertes en septembre 1919 auprès des établissements d’enseignement supérieur, (...)

42La jeune fille parlait debout [...] : – Vous savez, je suis de Tchemychevka. Mon père, au début, était entré au kolkhoze. Puis il s’est disputé et il est parti. Mais il n’y avait toujours pas de pain. Le mari de ma sœur aînée travaillait à la Construction, à Kouznetsk. Il écrivit : « Que Valia vienne ici. Au moins elle mangera son content. » Et j’y suis allée. On me donna un emploi de femme de service dans les baraques. Et puis Grohlmann est passé par là et il a remarqué que c’était propre [...]. Et le lendemain matin on m’a fait appeler pour me dire que je serais affectée au wagon de service. Je fus d’abord très contente : dans le wagon c’est propre. Et puis le travail est facile [...]. Et c’est dans ce wagon que j’ai commencé à lire. Avant, je savais tout juste lire et écrire. Mais ceux qui voyageaient, ils laissaient des livres [...]. J’ai commencé à me fourrer dans la tête les mathématiques. En un été, j’ai fait beaucoup de progrès. Grohlmann est très gentil pour moi. Il a dit : « Pour commencer on te fera entrer à la Faculté Ouvrière39 [université de Tomsk], »

4. Grounia Zaïtsev

43Grounia arrivait droit de son village de Mikhaïlovskoié. C’était un vieux village sibérien [...]. Elle travaillait avec son père au kolkhoze Moissonneuse-Lieuse-Batteuse.la suite d’une querelle avec un dirigeant, le père quitte le kolkhoze et redevient exploitant individuel ; accusé d’avoir incendié des meules, il est interrogé, puis déclaré non coupable.] Zaitsev se prit de haine pour ses compatriotes. Il dit à sa femme : – Ce n’est plus une existence ici ! Et il porta en geignant son petit coffre à la gare. Zaitsev écrivait qu’il travaillait aux mines d’Ossinovka. Il ne demandait pas à sa famille de venir : « Je couche dans une baraque et le travail est dur. » La femme de Zaitsev demanda à rentrer au kolkhoze, mais on ne la prit pas. Alors elle dit à Grounia : – Pars ! Dieu aidant, je me tirerai d’affaire avec les petits ! Mais toi, tu es jeune. Pourquoi rester à mourir ici ? Ils te mettront en pièces.

44Et c’est ainsi que Grounia échoua à Kouznetsk.

45D’abord, elle fuyait les gens. Elle était habituée à voir dans les hommes des ennemis. Elle avait peur de ne rien pouvoir faire, et à la première faute qu’elle commettrait d’être envoyée devant le tribunal.

46Plus encore que les hommes, les machines la remplissaient de terreur. Elle ne comprenait pas à quoi elles servaient, ni comment les approcher. Sa tête était pleine de questions, mais parler avec quelqu’un, elle ne s’y décidait pas. Ce fut un vieux serrurier, Golovine, qui la tira d’affaire.

47Une fois, il regarda Grounia et lui dit en hochant la tête : – Allons, ma fille, n’aie pas peur ! [...].

48Grounia suivit les cours pour le perfectionnement de la qualification [...].

49Elle passait des jours difficiles [...]. Sa mère lui avait écrit que les enfants étaient mal portants, qu’il n’y avait ni pain, ni pommes de terre. Le père n’envoyait pas d’argent. La mère écrivait que la lettre de Grounia l’avait fait pleurer – pourquoi Grounia était-elle allée avec les komsomols. Grounia envoya vingt roubles à sa mère et ne répondit pas à la lettre.

E. – Les Kazakhs à Kuzneckstroj

  • 40 Extrait de Men and Steel : notes of a director of Soviet industry, M. – L., 1935, p. 136-138.

50Au printemps 193240 tout laissait supposer une récolte très médiocre au Kazakhstan et dans les steppes de Sibérie occidentale habitées par des nomades kazakhs. Il n’y avait pas de pluie, l’herbe avait été ratatinée par un soleil ardent, il n’y avait rien à manger, même pour le bétail. Les Kazakhs affluèrent à Kuzneckstroj. Au début, c’étaient nos agents qui les recrutaient, ensuite ils ont commencé à venir d’eux-mêmes. La majorité d’entre eux avait de grandes familles – huit à dix personnes à charge pour un travailleur.

51Il était très difficile de loger ces gens, surtout ceux qui avaient de grandes familles. Il était absolument impossible de leur donner la surface habitable nécessaire. Nous avons donné l’ordre à nos agents de n’engager que des personnes seules. Mais, une fois qu’elles étaient embauchées, toute la famille arrivait quelques jours après.

52Et les baraques ! On attribuait un lit de camp à un ouvrier kazakh : quelques jours après, on y trouvait une famille nombreuse – sur le lit, autour et en dessous.

  • 41 Peut-être s’agit-il de la fièvre typhoïde, qui faisait rage au Kazakhstan à cette époque, cf. Z.B. (...)

53Ils arrivaient sales et en haillons. Des épidémies41 ont fait leur apparition. Les médecins ont exigé le « traitement sanitaire » des nouveaux venus. Cela voulait dire : les envoyer au bain, leur enlever leurs vêtements crasseux, en loques, pleins de poux, et leur en distribuer de nouveaux après le bain.

54Les Kazakhs ont reçu l’ordre d’aller se laver. Ils refusaient. Les médecins insistaient, en expliquant que l’intérêt des autres ouvriers l’imposait. Les Kazakhs résistaient, se sauvaient. Il a fallu traîner beaucoup d’entre eux aux bains de force. Nous leur avons fourni des sous-vêtements propres, et aussi – pour certains – de nouveaux vêtements. Mais tout cela disparaissait bientôt et les Kazakhs remettaient leurs vieilles guenilles.

55Ils étaient environ dix mille sur le chantier – hommes et femmes, vieillards et enfants. Des éléments contre-révolutionnaires ont lancé le bruit que les Kazakhs « mangent de la chair humaine ». Comme d’habitude en pareil cas, il s’est trouvé des « témoins » pour raconter qu’un enfant avait disparu à tel endroit, à telle ou telle date et qu’ils « avaient vu de leurs propres yeux » des Kazakhs l’enlever. Un jour, un Kazakh revenait du marché avec de la viande de cheval dans son sac. Quelqu’un a lancé le bruit que le Kazakh transportait probablement le corps démembré d’un garçon qui avait disparu la veille. Une foule s’est rassemblée, des cris hostiles se sont élevés ; quand le sac a été ouvert, il est apparu qu’il s’agissait, à l’évidence, de viande de cheval ; malgré cela, on a essayé de tuer le Kazakh. Seule l’intervention de la milice l’a sauvé du lynchage.

56Il y avait beaucoup d’incidents de ce genre.

57Un groupe de hooligans est monté au bureau de la milice et a exigé que lui soit remis un Kazakh qui s’y cachait. Les leaders de cette populace ont été arrêtés : c’étaient des koulaks et des commerçants.

58Nos organisations sociales – parti, Komsomol, syndicat – ont eu beaucoup à faire pour mettre fin à cette hostilité à l’égard des Kazakhs, suscitée par l’agitation chauvine d’éléments contre-révolutionnaires.

59Les Kazakhs, surtout les vieillards et les femmes, ont eu du mal à s’adapter au travail. Leurs besoins étaient très limités. Ils ne demandaient pas beaucoup – le Kazakh, sa femme et les autres membres de sa famille se contentaient de gagner assez pour acheter leur pain et payer la cantine. Ils se souciaient donc peu, au début, de leur salaire et, par conséquent, de leur rendement.

60Aux endroits où les Kazakhs étaient censés travailler, on les voyait souvent assis sans rien faire, ni prêter la moindre attention aux ordres des contremaîtres, du personnel technique ou de l’ingénieur responsable. D’ordinaire, ils ne produisaient que le tiers, la moitié au plus, de la tâche prescrite.

61Il était très difficile de changer leur psychologie, d’obtenir d’eux une participation consciente au travail. Ils n’avaient ni habitudes ni traditions de travail. Sur le chantier, au début, beaucoup de choses leur échappaient. On pouvait voir un Kazakh marcher droit à la rencontre d’un camion ou d’une locomotive en mouvement, apparemment inconscient du danger. Il y a eu beaucoup d’accidents chez les Kazakhs à cause de cela.

62Les Kazakhs étaient utilisés à des travaux non qualifiés comme le transport de matériaux. Les plus jeunes et les plus forts maniaient le pic et la pelle. Au début, les Kazakhs travaillaient avec les Russes dans des brigades mixtes. Ensuite, nous avons commencé à créer des brigades composées exclusivement de Kazakhs et dirigées par l’un des leurs. Finalement, nous avons réussi à obtenir que des brigades kazakhes travaillent avec énergie et dévouement, et réussissent même à atteindre le rendement prescrit.

63Nous avons commencé un travail opiniâtre, assidu parmi les Kazakhs. Une partie d’entre eux a quitté le chantier. Les autres sont restés et se sont adaptés. À la fin de 1932, et surtout en 1933, leur niveau culturel s’était élevé au point qu’ils commençaient réellement à prendre une part active à la vie industrielle. Même leur apparence extérieure changeait. Ils abandonnaient leur incommode costume national pour mettre des chaussures et des vêtements de travail à l’européenne. En 1933, il y avait déjà des sections entières [...] où les Kazakhs dépassaient même les normes [de rendement]. Ils avaient appris à bien faire leur travail et à travailler comme des ouvriers de choc.

  • 42 La préface de l’ouvrage est datée du 1er décembre 1934.

64En 1933, sur proposition de notre organisation du Parti, on a mis des groupes de Kazakhs sur des machines. Là, les communistes – contremaîtres et ouvriers expérimentés – les ont pris sous leur aile et les ont formés à un travail qui était nouveau pour eux. À l’heure actuelle42, tous les départements de l’usine emploient des Kazakhs [...]. Certains d’entre eux ont appris à lire et à écrire en russe. Beaucoup suivent un enseignement technique. Nombreux sont ceux qui ont épousé des jeunes filles russes. Désormais, nous pouvons voir des Kazakhs aux réunions et au théâtre. Ils portent des vêtements européens [...].

65(Traduit de l’anglais)

Notes

1 Cf. O.I. Škaratan, Problemy social’noj struktury rabočego klassa SSSR, M., Mysl’, 1970, p. 173-176, et Massovye istočniki po social’no-èkonomičeskoj istorii sovetskogo obščestva, Izd. MGU, 1979, p. 102-107.

2 Publication des résultats dans Bjulleten’ po učëtu truda : itogi 1931 g., CUNXU SSSR, M., 1932, 254 p., tableaux 14-21, p. 34-61 (avec commentaires) ; Trud v SSSR, M., 1932, tableaux, p. 82-95 ; cf. aussi l’article de S. Iosefovič, « Sostav novyx popolnenij promyšlennogo proletariata », Narodnoe xozjajstvo SSSR, 1932, n° 1-2.

3 Il s’agit de Bjulleten’ po učëtu truda : itogi 1931 g., CUNXU SSSR, M., 1932, 254 p., ; ce bulletin peut être consulté à Moscou, à la bibliothèque de l’INION (Institut d’information scientifique sur les sciences sociales) ; je remercie chaleureusement la personne qui m’a autorisé à en photocopier des passages.

4 À Leningrad, deux établissements (Krasnyj Putilovec et les chantiers de la Baltique) ont adopté le « sondage mécanique à 50 % » (i.e. retenu un ouvrier sur deux).

5 Lorsque le père est paysan, les données publiées ne précisent pas s’il s’agit d’un paysan riche, moyen ou pauvre.

6 « Novye kadry i zadači profsojuzov », Voprosy profdviženija, 1933, n° 5. L’article de I. Il’in « Lico novyx popolnenij leningradskogo proletariata », ibid., 1933, n° 10, est fondé sur un recensement du même type réalisé par le conseil syndical régional de Leningrad à l’aide de 375 000 formulaires d’adhésion de 1932-1933.

7 La brochure publiée en 1933 concerne exclusivement la classe ouvrière ; elle laisse de côté la Fédération transcaucasienne et les républiques de Turkménie et de Tadjikistan.

8 Evreinov, « Novye kadry i zadači profsojuzov », art. cit.

9 Gol’cman, « Sostav novyx rabočix », Udamik, 1932, n° 3-4, p. 74.

10 Profsojuznaja perepis’ 1932-1933 gg., M., Profizdat, 1934, p. 65.

11 Ibid., p. 68-69.

12 Ibid., p. 65-66.

13 N’ont pas du tout participé au recensement les syndicats suivants : construction mécanique générale, industrie textile (sauf dans les fabriques de cotonnades de la région moscovite), charbonnages, chemins de fer et alimentation collective.

14 Cas des métiers du poisson et des conserveries de viande.

15 Chimie de base, verre-porcelaine. En Asie centrale, l’entreprise, commencée en 1933, a été stoppée à cause de grossières erreurs d’impression sur les cartes syndicales ; fin 1933-début 1934, l’échange des cartes a repris, mais sans recensement, les formulaires et instructions ayant été égarés.

16 M.T. Gol’cman et L.M. Kogan, Starye i novye kadry proletariata, M., Profizdat, 1934 (sous la direction de N.N. Evreinov), texte de M.T. Gol’cman et L.M. Kogan. Onze syndicats ont tenté de recenser également les ouvriers non syndiqués ; ce fut un échec : leur proportion ne dépasse pas 2 à 5 %. Quant aux publications annoncées sur les autres secteurs d’activité, sur les ingénieurs et techniciens, les employés, le personnel de service, elles n’ont jamais vu le jour.

17 Dans l’oblast’ de Moscou, il atteint 79 % ; à Leningrad, 85 % (tous syndicats réunis).

18 Au moment du recensement syndical de 1931, les syndicats étaient déjà divisés en branches très spécialisées (quatre pour la seule construction mécanique) ; cette division est calquée sur la structure des organes de gestion de l’industrie, cf. O.I. Škaratan, Problemy..., op. cit., p. 175.

19 Il s’agit évidemment de grandes ou de très grandes entreprises.

20 L. Zinger, Nacional’nyj sostav proletariata v SSSR, M., Izd. Vlast’ Sovetov, 1934 (sous la direction de S. Dimanstein).

21 Ce phénomène est souligné par L. Zinger lui-même à deux reprises au moins (cf. p. 21,31).

22 Initiales russes signifiant : Conseil central des syndicats pour toute l’Union.

23 Voprosy profdviženija, 1935, n° 9, compte rendu par O. Kabakov et remarques de la rédaction p. 80-85. La B.D.I.C. ne possède pas ce numéro ; nous citons d’après un article de M.T. Gol’cman paru dans le recueil collectif Formirovanie i razvitie sovetskogo rabočego klassa (1917-1961 gg.), M., Nauka, 1964, p. 398-399.

24 A.G. Rašin, Sostav fabrično-zavodskogo proletariata, M., 1930.

25 Massovye istočniki, op. cit., p. 103 et 105 ; très sévère critique du recensement de 1932/1933 par O.I. Škaratan, Problemy..., op. cit., p. 174-175, qui souligne que son ampleur n’est pas en soi une qualité : un sondage au quart ou au cinquième peut suffire pour obtenir des données représentatives.

26 A.G. Stakhanov, Žizri šaxtërskaja, Kiev, 1975. Les extraits traduits ici figurent aux pages 16 et 20-27.

27 Ici, comme plus loin dans le texte, les guillemets sont de Stakhanov.

28 Les parents de Stakhanov sont morts en 1922, à quelques mois d’intervalle.

29 Ce terme régional nous semble la meilleure traduction du mot russe zemljak (de zemlja, la terre).

30 Laptis : chaussons de tille portés par les paysans russes.

31 En russe, desjatnik : chef d’une équipe de dix ouvriers.

32 Starosta en russe : responsable élu d’une communauté.

33 Il abattait le charbon au pic dans les endroits où la haveuse ne pouvait accéder. Cf. Šagni pervym, M., Politizdat, 1985, p. 95-96.

34 Avant d’accéder à la fonction de piqueur, Stakhanov a exercé divers autres métiers (dont celui de boiseur) non mentionnés ici, mais la chronologie n’est pas très claire. Cf. son article « Trud-Rodine », Voprosy istorii, 1971, n° 3, p. 109.

35 I. Ehrenbourg, Le deuxième jour de la création, Gallimard, 1933, p. 27-28, 183-185, 257, 259-261 et 270. Nous avons repris tels quels les noms qu’Ehrenbourg a donnés à ses personnages.

36 Salaire mensuel moyen sur le chantier du KMK : 92 roubles en 1931, 115 roubles en 1932.

37 Il s’agit en fait du célèbre article « Le vertige du succès » paru dans la Pravda du 2 mars 1930.

38 Unités conventionnelles qui servaient à calculer les gains des kolkhoziens.

39 Facultés ouvrières : ouvertes en septembre 1919 auprès des établissements d’enseignement supérieur, elles dispensaient aux « masses prolétariennes » une formation accélérée pour les préparer à faire des études (surtout dans les sciences de la nature). Elles ont existé jusqu’en 1940/1941.

40 Extrait de Men and Steel : notes of a director of Soviet industry, M. – L., 1935, p. 136-138.

41 Peut-être s’agit-il de la fièvre typhoïde, qui faisait rage au Kazakhstan à cette époque, cf. Z.B. Abylxožin, M.K. Kozybaev et M.B. Tatimov, « La tragédie du Kazakhstan », Voprosy istorii, 1989, n° 7, p. 67.

42 La préface de l’ouvrage est datée du 1er décembre 1934.

Table des illustrations

Titre I. – Croissance de la classe ouvrière, 1928-1940 (en milliers)
Légende 1. Approximation. Sans apprentis ni personnel de service.Annuaire Nar. xoz. SSSR v 1958 godu, M., 1959, p. 131, 532, 648. Voprosy truda v SSSR, M., Politizdat, 1958, 408 p., p. 20 (Publication de l’institut de recherche scientifique sur le travail auprès du Comité d’État aux questions de travail et de salaire).N.B. Pour l’industrie, les chiffres excluent les membres des artels de coopération artisanale et les travailleurs des entreprises industrielles rattachées à des kolkhozes, ainsi que les ouvriers et employés d’une partie des petites entreprises auxiliaires.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre IIa. – Personnel de l’industrie, 1928-1940 (en milliers)
Légende 1. Déduit par calcul.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre III. – Classement des branches de la grande industrie en fonction du nombre d’ouvriers (apprentis compris), 1913-1936
Légende N.B. N’ont été retenues ici que les quatre branches les plus importantes par leurs effectifs.Reproduit d’après R.P. Dadykin, art. cit., p. 51.
Crédits Source : SSSR i kapitalističeskie strany, M., 1939, p. 140.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre IV. – Croissance du nombre d’ouvriers (apprentis compris) de la grande industrie par régions, 1929-1933
Légende 1. Pour 1929, la source ne détaille pas par régions à l’intérieur de l’Ukraine.2. Pour le Tadjikistan, pas de données en 1929.
Crédits Source : Trud v SSSR, M., 1935, p. 6-11.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre V. – Consommation mensuelle des familles ouvrières de Moscou (moyenne par personne)
Crédits Source : A.A. Tverdoxleb, op. cit., tableau 54, p. 347 bis, d’après Archives historiques centrales de R.S.F.S.R., fonds 374 (Direction statistique centrale de R.S.F.S.R.).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47861/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Le recensement syndical de 1932-1933
Légende 67.
Crédits Source : Profsojuznaja perepis’ 1932-1933 gg., op. cit., p.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47861/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search