Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en U.R.S.S.

 | 
Jean-Paul Depretto

Conclusion générale

Texte intégral

1Il est temps de mettre un point final à ce travail : nous tenterons de résumer les principaux acquis de notre recherche et d’en dessiner les prolongements éventuels.

  • 1 Nous reprenons une notion forgée par G. Bachelard.
  • 2 « L’État et les classes sociales en U.R.S.S. 1929-1933 », Actes de la recherche en sciences sociale (...)

2L’histoire de l’U.R.S.S. est encombrée de mythes qui constituent autant d’« obstacles épistémologiques1 » à une connaissance scientifique de ce pays ; il est urgent de s’en débarrasser. Ainsi, il est communément admis qu’à la fin des années vingt, les ouvriers se recrutaient avant tout parmi les moujiks : dans un article novateur, paru en 1976, M. Lewin écrivait ceci2 :

  • 3 Dans le même sens, cf. aussi M. Lewin, La formation du système soviétique : essais sur l’histoire s (...)

3« L’étude de la main-d’œuvre industrielle en 1929 montre que 42,6 % des travailleurs étaient alors d’origine paysanne et que 20,6 % d’entre eux avaient de la terre à la campagne3. »

  • 4 Problemy social’noj struktury rabočego klassa SSSR, M., 1970, p. 264.
  • 5 Trud v SSSR, M., 1930, p. 27.

4Cette affirmation s’appuyait sur un passage du livre de O.I. Škaratan intitulé Problèmes de la structure sociale de la classe ouvrière soviétique4 ; il suffit de se reporter à la page indiquée pour constater que les données citées ont été sélectionnées de façon tendancieuse. Le tableau suivant, tiré du recensement syndical de 1929, en témoigne5 :

Origine sociale des ouvriers d’industrie (en %)

Famille
d’ouvrier d’employé de paysan de commerçant, etc.
52,2 3,3 42,6 1,9

5Ces chiffres démentent le point de vue de M. Lewin : à la veille du Grand Tournant, les travailleurs de deuxième (ou troisième) génération étaient majoritaires dans les usines. Il faut ajouter qu’en ce domaine, les moyennes n’ont qu’une valeur relative, tant sont fortes les différences entre branches et entre régions : pour plus de détails, le lecteur est invité à se reporter au chapitre premier.

  • 6 Cf. les citations reproduites supra, chap. I, IV : « Portée du recensement de 1929 », 2 : « Intérêt (...)
  • 7 Sur cette peur, cf. L. Viola, qui s’appuie sur les archives des directions syndicales : A researche (...)
  • 8 Cf. chap. I, IV : « Portée du recensement de 1929 », 1 : « Réception en U.R.S.S. ».
  • 9 VCSPS, Perepis’ rabočix i služaščix 1929 goda, t. 1 : Metallisty SSSR (texte de A.G. Rašin, sous la (...)

6Moshe Lewin n’a pas été le premier à commettre cette erreur : en l’occurrence, il a adopté la thèse soutenue par deux chercheurs illustres, E.H. Carr et I. Deutscher6. Ces derniers accordaient une grande importance à la disparition de l’ancienne classe ouvrière russe telle qu’elle existait en 1917, car, selon eux, elle expliquait en partie l’échec de l’opposition trotskyste et l’ascension de Staline, bref l’évolution du régime soviétique. Il n’est pas très difficile de découvrir l’origine de ce mythe : comme cela arrive souvent, les historiens ont manqué de sens critique et ont répété les discours des dirigeants bolcheviques de toutes tendances (Boukharine, Rakovskij, Manuil’skij)2. Ces déclarations traduisaient en fait le sentiment d’isolement éprouvé par les communistes, gens des villes, parvenus au pouvoir dans un pays essentiellement agricole : à leurs yeux, le parti unique, faiblement implanté dans les campagnes, faisait figure de citadelle menacée par des moujiks qui pouvaient à tout moment devenir hostiles. Ils redoutaient que l’afflux de ruraux dans le prolétariat « contamine » celui-ci et le soumette à des « influences petites-bourgeoises »7. Le recensement syndical de 1929 n’a pas donné les résultats attendus par les autorités : il est venu infirmer leurs idées préconçues, créant ainsi un certain désarroi8 ; c’est sans doute pour cette raison que la publication détaillée des données a été interrompue après le premier tome, paru en 1930 et consacré aux métallurgistes9.

  • 10 Sh. Fitzpatrick, Voprosy istorii, 1990, n° 8, p. 20.

7Il faut dissiper un second mythe, d’ailleurs lié au premier : « À la fin de la NEP, moins de 10 % des ouvriers d’industrie étaient des cadres anciens, passés par l’école de la Révolution et de la guerre civile10. »

  • 11 Archives centrales d’État de la révolution d’Octobre, fonds 5451, inventaire 13, dossier 14 : sessi (...)
  • 12 Voici la phrase complète : « Il y a des documents de parade, et ils mentent, comme les gens. » Elle (...)

8Cette affirmation, datée du 12 avril 1929, émane d’un responsable syndical ; Sh. Fitzpatrick l’a trouvée dans les archives soviétiques11. Mais elle a oublié que « les documents mentent, comme les gens12 » : la déclaration qu’elle cite ne reflète pas fidèlement la réalité, mais exprime plutôt les craintes des gouvernants. Ici encore, le recensement de 1929 s’inscrit en faux contre les perceptions déformées : en réalité, 51 % des travailleurs étaient entrés dans l’industrie avant la révolution d’Octobre, et 60 % avant 1922.

  • 13 Lewin, La formation..., p. 433 (traduction rectifiée d’après l’édition originale) ; cf. aussi « L’É (...)
  • 14 Lewin, La formation..., p. 359. Cf. aussi Sh. Fitzpatrick, « L’usage bolchevique de la classe. Marx (...)

9Sh. Fitzpatrick et M. Lewin reprennent les mêmes thèmes à propos des années trente : « La majorité de la nouvelle classe ouvrière dans l’industrie, une bonne partie des fonctionnaires, les étudiants [...] allaient être recrutés parmi les paysans13 » ; « Il convient d’ajouter que le pourcentage de femmes parmi les ouvriers passa de 28,8 % en 1928 à 43 % en 1940 et qu’elles aussi étaient assez jeunes et en grande majorité campagnardes14. »

10Il n’est pas question de discuter ici de façon approfondie chacune de ces propositions ; notons cependant que les statistiques de l’enseignement supérieur montrent une prédominance des enfants d’ouvriers et d’employés. La part des paysans ne dépasse pas un cinquième :

  • 15 Schröder, op. cit., p. 64.

Origine sociale des étudiants de l’enseignement supérieur (en %)15

Ouvriers Paysans Employés
1928/29 30,3 22,4 41,4
1929/30 35,2 20,9 37,6
1930/31 46,6 20,1 33,3
1931/32 51,4 » »
1932/33 50,3 » »
  • 16 Profsojuznaja perepis’ 1932-1933 gg., M., 1934, tableau 2, p. 94-155.
  • 17 L’industrie cotonnière fait seule exception à la règle.

11Quant aux femmes, l’affirmation de M. Lewin est à la fois vraie et fausse, car tout dépend de la branche considérée16. Elle se vérifie dans l’extraction de la tourbe et des schistes, l’industrie du ciment et de la céramique, l’industrie alimentaire, la construction et l’économie communale. En revanche, dans cinq autres secteurs (sidérurgie, construction mécanique, électrotechnique, industrie papetière, coton), les travailleuses étaient le plus souvent issues d’un milieu ouvrier : on comptait même davantage de « prolétaires héréditaires » parmi elles que chez les hommes17. Leur entrée à l’usine a été stimulée par le manque de main-d’œuvre et la baisse du niveau de vie des familles.

  • 18 Cf. chap. III, III : « 1928-1940 : une marée paysanne ? ».
  • 19 Y. Lacoste, Unité et diversité du Tiers Monde, t. I, Maspéro, 1980, p. 113- 114.

12Il est exact que, de 1926 à 1937, les villages russes ont fourni 59 % des nouvelles recrues des entreprises et des bureaux18. Mais cette constatation d’ordre « macro-social » se situe à un tel niveau de généralité qu’en définitive elle ne nous apprend pas grand-chose sur les transformations consécutives au Grand Tournant. En vérité, il faut procéder ici à la façon des géographes, qui changent d’échelle en fonction du phénomène observé19 : en l’occurrence, les changements doivent être examinés au niveau de la branche et de la région. C’est ainsi que nous avons été conduit à distinguer trois grands types de classe ouvrière :

  1. Le premier se rencontrait à Moscou (industrie cotonnière), à Leningrad (construction mécanique) et dans l’Oural (sidérurgie) ; il se caractérisait par la prédominance des travailleurs de seconde génération ;
  2. Le bâtiment, les charbonnages (Donbass, Kuzbass) et le Combinat métallurgique de Kuzneck présentaient un autre profil : l’essentiel du personnel venait de la campagne ;
  3. Enfin, l’histoire sociale des années trente ne peut ignorer les réprouvés condamnés à l’exil ou envoyés dans les camps, que l’on ne saurait évidemment assimiler aux salariés libres. Malgré la présence d’autres catégories (prêtres, « spéculateurs », « spécialistes bourgeois »), les « colons spéciaux » et les zeki20 étaient avant tout des villageois expropriés ; ils étaient concentrés dans les branches qui employaient traditionnellement des paysans : bâtiment, mines, abattage et flottage du bois, extraction de la tourbe, etc.
  • 21 Bien entendu, ces remarques ne concernent pas les régions industrielles nées pendant le premier pla (...)
  • 22 Cf. chap. III, IV : « Quatre exemples régionaux ».

13Les particularités régionales que nous avons mises en évidence ne datent pas des années 1928-193221 : dans trois cas au moins (industrie cotonnière de Moscou, sidérurgie de l’Oural, houillères du Donbass), elles remontent à la fin du XIXe siècle22. Il serait intéressant d’approfondir l’analyse, en cessant de considérer la révolution d’Octobre comme une coupure absolue et en traitant la période 1890- 1940 comme un tout : une telle approche permettrait de mieux comprendre comment la Russie est entrée (avec quelles difficultés !) dans l’ère de la modernité industrielle et urbaine. Prenons un exemple : des recherches sur le Donbass menées dans cet esprit mettraient probablement en évidence des continuités dans plusieurs domaines :

  1. l’origine paysanne de la main-d’œuvre, recrutée dans les terres surpeuplées de Russie centrale, et l’ampleur des variations saisonnières de l’activité,
  2. la pénibilité du travail,
  3. les désastreuses conditions de logement,
  4. le taux élevé de rotation du personnel,
  5. la violence, en partie imputable à l’alcoolisme : des rixes éclataient fréquemment entre Russes et Tatars.
  • 23 L’origine sociale des ouvriers et leur forte mobilité.

14Certains de ces traits23 ne sont pas spécifiques à la Russie : ils caractérisent les mines, quel que soit le pays considéré.

  • 24 D. Granick, Soviet metal-fabricating and economie development : practice versus policy, The Univers (...)
  • 25 Ibid., p. 56-57. Sont considérées comme « vieilles » les entreprises qui existaient déjà avant le 1(...)
  • 26 Ibid., p. 119, 134 et 136.
  • 27 En outre, les frais d’embauche étaient réduits, puisqu’il n’y avait pas de voyages à payer, et la q (...)
  • 28 L. Haimson et E. Brian « Les grèves ouvrières en Russie impériale... », Le mouvement social, n° 169 (...)
  • 29 Granick, op. cit., p. 340.
  • 30 Ibid., p. 29.

15Une connaissance fine du monde ouvrier éclaire d’un jour nouveau l’histoire économique de l’U.R.S.S. : le cas de l’industrie des métaux illustre bien ce propos. Dans un livre remarquable, l’économiste américain D. Granick a étudié de près le développement de la construction mécanique pendant le premier plan24 ; il conclut que la forte croissance des années 1928/1929-1932 est due pour les quatre cinquièmes aux vieilles usines25. Autrement dit, l’extension et la modernisation du potentiel existant ont été des succès ; en revanche, les dépenses massives consenties pour édifier de nouvelles capacités sont difficiles à justifier d’un point de vue économique. On peut parler de gaspillage, ou d’investissements inutiles, dans la mesure où les résultats en termes de production ont été très décevants26. La réussite d’un centre comme Leningrad s’explique, nous semble-t-il, par ses atouts humains : les enfants de travailleurs, recrutés sur place, moins dépaysés que des migrants, s’adaptaient plus vite aux rythmes industriels et de ce fait formaient un personnel de meilleure qualité27. À la différence des nouvelles entreprises, créées ex nihilo, les établissements de l’ex-capitale bénéficiaient d’un héritage précieux, fruit d’une histoire déjà longue : des traditions industrielles, une classe ouvrière constituée, habituée à vivre en ville, et où l’analphabétisme faisait figure d’exception. Ici encore, il faut insister sur les phénomènes de continuité : entre 1914 et 1917, contrairement aux idées reçues, les grandes usines de guerre n’ont pas été « envahies » par les paysans ; elles ont continué à employer des hommes adultes, recrutés dans la population de Saint-Pétersbourg, et qui y travaillaient déjà avant 191428. Il est significatif qu’au début des années trente, Leningrad ait servi de laboratoire à tout le pays29 : on considérait que les innovations devaient être rodées sur les bords de la Neva, avant d’être adoptées en Ukraine ou dans l’Oural ; c’était rendre hommage à la haute qualification de la main-d’œuvre. Curieusement, D. Granick n’a pas prêté attention à ces caractéristiques régionales : il raisonne à l’échelle nationale, comme si l’espace soviétique était uniforme, et s’en tient à l’idée que les jeunes ruraux prédominaient dans le travail des métaux30.

  • 31 Sur cette polémique, cf. A.A. Barsov Balans stoimostnyx obmenov meždu gorodom i derevnej, M., Nauka (...)
  • 32 L.E. Mine, Trudovye resursy SSSR, M., 1975, p. 259-260.
  • 33 H.R. Knickerbocker, Les progrès du plan quinquennal, Valois, 1931, p. 120 et 133-134.
  • 34 Ibid., p. 16-18 ; sur le thème du « dumping soviétique » en France, cf. R. Girault, « Les relations (...)
  • 35 Knickerbocker, op. cit., p. 129.

16Les spécialistes ont discuté avec passion la contribution de la paysannerie au développement industriel des années trente. A. Nove soutient la thèse classique : Staline a pratiqué l’« accumulation socialiste primitive » au détriment de la paysannerie. J.R. Millar conteste ce point de vue en s’appuyant sur une étude de Barsov qui, à partir de données d’archives, a tenté d’estimer les transferts de valeur entre l’industrie et l’agriculture31. Ici encore, l’histoire sociale permet de porter un regard neuf sur un débat qui jusqu’à présent a surtout concerné les économistes. Il est notoire que pendant le premier plan, l’U.R.S.S. a payé ses importations de machines et d’équipements en vendant des matières premières à l’étranger. Ainsi, les exportations de bois ont connu un véritable bond à partir de 1928, où elles se situaient un peu au-dessous du niveau de 191332 : en volume, elles ont été multipliées par 2,7 entre 1928 et 1932 ; de 1932 à 1940, elles ont encore augmenté d’une fois et demie. Selon le journaliste américain H.R. Knickerbocker, le pays des Soviets est devenu dès 1930 le premier exportateur mondial de bois, alors qu’il occupait le quatrième rang en 1928, derrière la Finlande, la Pologne et les États-Unis33. Or, l’abattage et le flottage du bois étaient assurés par des paysans : salariés libres, « koulaks » exilés ou prisonniers des camps. Les exploitations forestières étaient notamment situées dans le grand Nord et dans l’Oural : le bois destiné à l’étranger transitait par les ports d’Arxangel’sk et de Novorossijsk. Ces ventes accrues ont donné lieu en Occident à une campagne contre le « dumping soviétique », étayée par des témoignages de marins qui avaient vu des détenus employés comme débardeurs34. Les dirigeants bolcheviques ont dû se défendre avec vigueur contre ces accusations, car la loi américaine interdisait d’importer les produits du travail forcé35. Dans l’industrie du bois, les ruraux ont payé un lourd tribut à l’accumulation du capital étatique : voilà qui donnerait plutôt raison à A. Nove. De ce point de vue, il serait intéressant d’étudier de plus près une autre activité tournée vers l’exportation, où les zeki jouaient également un grand rôle : l’extraction de l’or.

  • 36 Fitzpatrick « L’usage bolchevique de la classe... », art. cit., p. 74.
  • 37 Cf. chap. III, IV : « Quatre exemples régionaux », Introduction.
  • 38 Lewin, La formation..., p. 39.
  • 39 Voprosy istorii, 1988, n° 12, p. 11.

17Nous pensons avoir établi qu’il ne servait pas à grand-chose de répéter que dans les années 1928-1932, la classe ouvrière avait été « submergée par les nouvelles recrues paysannes36 », car cela ne fait pas beaucoup progresser la connaissance. Mais il faut se demander pourquoi cette affirmation est reprise par plusieurs historiens de grande valeur, occidentaux ou russes37 : le succès de cette thèse semble tenir au fait qu’elle rend d’éminents services. Elle fournit en effet une explication commode de l’évolution du régime vers une « autocratie capricieuse et meurtrière38 » : selon V.S. Lel’čuk, la naissance du « culte de la personnalité » serait due à la « paysannisation » de la classe ouvrière. Lors d’un colloque anglo-soviétique (Londres, mars 1988), J. Barber a émis une hypothèse analogue, liant l’ascension du tyran à l’afflux massif de moujiks dans les villes39 : « une population jetée hors de ses conditions de vie habituelles, et dans une grande mesure déclassée, cherche une forte personnalité ; Staline fut l’expression du désespoir et des espoirs de cette masse petite-bourgeoise ». Sans nier l’importance de ce facteur, V.P. Danilov a critiqué ce point de vue :

  1. Il s’agit d’un paradoxe, car la dictature se caractérisait par une nette « orientation antipaysanne » ;
  2. En 1928, quand la « révolution par en haut » a commencé, les migrations avaient encore une ampleur limitée ;
  3. Les masses rurales ont toujours eu une mauvaise opinion de Staline : les chants et les pièces d’amateurs qui le glorifiaient étaient apportés de l’extérieur par la presse et la radio. On a conservé par milliers des couplets populaires russes (častuski) des années vingt et trente : parmi ceux qui sont spontanés, aucun ne célèbre le Guide (vožd’). Voici par exemple une célèbre déclaration du despote40 et la réplique ironique qu’elle a suscitée41 : Žit’ stalo lučše, žit’ stalo veselee – Šeja stala ton’še, no zato dlinnee (« La vie est devenue meilleure, la vie est devenue plus joyeuse – Nous avons le cou plus mince, mais plus long »)42.
  • 43 Ici, nous nous séparons un peu de V.P. Danilov : il est incontestable que la majorité des villageoi (...)
  • 44 P. Avrich, La tragédie de Cronstadt 1921, Seuil, 1975.
  • 45 Cf. ses démonstrations, ibid., p. 89-92.
  • 46 Škaratan, op. cit., p. 255 ; cf. aussi p. 239-241, 243-244 et 256-257.
  • 47 Protokoly odinnadcatogo s"ezda RKP(b) : mart-aprel’ 1922 g., M., 1936, p. 40.

18En fait, il est vain de vouloir à toute force découvrir une classe (ou une catégorie) dont les intérêts et les conceptions auraient donné naissance à la dictature stalinienne. Comme nous l’avons montré, les ouvriers soviétiques n’avaient pas tous la même attitude à l’égard du pouvoir, et il en allait probablement de même pour les paysans43 ou les intellectuels. L’histoire sociale ou la sociologie ne peuvent à elles seules rendre compte des comportements politiques qui obéissent à une logique relativement autonome. À cet égard, l’héritage des marxistes russes, qui a beaucoup influencé les spécialistes de U.R.S.S., doit être soumis à un réexamen. Ils ont en effet constamment cherché à analyser les phénomènes d’opinion en termes de classe : plus exactement, ils ont accordé une grande vertu explicative à l’origine de classe. Cette grille de lecture a été si souvent utilisée à tort et à travers qu’il serait facile d’ironiser, tant les exemples abondent. Si les matelots de Cronstadt se sont révoltés contre les bolcheviks, affirme L.D. Trotsky, c’est que la composition de la flotte a changé entre 1917 et 1921 : les vétérans morts au cours de la guerre civile ont été remplacés par des bleus venus de la campagne ; ces moujiks étaient « politiquement attardés », voire ouvertement hostiles au pouvoir soviétique. Dans son livre classique44, le chercheur américain P. Avrich a fait justice de ces allégations45 : en réalité, les marins s’étaient toujours recrutés dans la paysannerie, en 1917 comme en 1905 ; cela ne les empêchait nullement de faire preuve d’extrémisme révolutionnaire, bien au contraire. La rébellion de Cronstadt avait été précédée de grèves qui témoignaient d’un regain d’influence des mencheviks à Petrograd : ces mouvements ont été imputés à des ouvriers déclassés et à des individus entrés à l’usine « par hasard46 ». Lénine a développé cette théorie au XIe Congrès du parti bolchevique (27 mars-2 avril 1922)47 :

  • 48 Traduction de l’expression russe « slucajnye èlementy ». À ce sujet, cf. aussi chap. III, IV, 3 : « (...)

Très souvent, quand on dit « ouvriers », on pense que cela signifie prolétariat industriel. Pas du tout. Chez nous, depuis la guerre, des gens qui n’ont rien de prolétaires sont venus dans les fabriques et les usines pour fuir la guerre. Est-ce que vraiment notre situation sociale et économique est telle que de vrais prolétaires viennent dans les fabriques et les usines ? Non. C’est vrai chez Marx, mais Marx n’écrivait pas sur la Russie, mais sur le capitalisme dans son ensemble, à partir du XVe siècle. Sur six cents ans, c’est juste, mais pour la Russie actuelle ce n’est pas vrai. Fréquemment, ceux qui viennent à la fabrique ne sont pas des prolétaires, mais des éléments fortuits de toute sorte48.

  • 49 Protokoly..., p. 109 ; pour Rjazanov, cf. p. 84-85.

19Ici, le tour de passe-passe est assez simple : dès que des ouvriers protestent contre la politique officielle, ils perdent le droit d’être considérés comme de « vrais ouvriers ». Il est juste de signaler que Rjazanov et Šljapnikov ont vigoureusement affirmé leur désaccord avec Lénine ; la réponse ironique de Šljapnikov est restée célèbre49 :

Vladimir Il’ič a dit hier que le prolétariat comme classe, au sens où Marx l’entendait, n’existait pas. Permettez-moi de vous féliciter d’être l’avant-garde d’une classe inexistante.

  • 50 Cité par Sh. Fitzpatrick, in M. Ferro et Sh. Fitzpatrick (dir.), Culture et révolution, Éd. de l’EH (...)
  • 51 Cf. chap. III, IV, 3 : « L’industrie des métaux de Leningrad ».
  • 52 « L’antisémitisme parmi les syndiqués » (février 1929). Cf. Schwarz, Antisemitizm..., p. 23.

20Pourquoi en 1921-1922 le personnel de l’usine d’armements de Tula est-il promenchevique ? La réponse est toute trouvée : les travailleurs ont des liens avec la terre ; ils sont donc « âpres au gain » et manifestent des aspirations « petites-bourgeoises »50. Le recours à cette théorie passe-partout permettait d’« expliquer » tous les comportements politiques condamnés par le pouvoir. Si le climat social s’est dégradé à la fin de la NEP, c’est la faute des nouvelles recrues originaires de la campagne51. En 1925-1930, les autorités s’inquiètent de la montée de l’antisémitisme dans les villes ; une « note de synthèse » émanant du Conseil moscovite des syndicats (1929)52 désigne les coupables :

  • 53 En fait, les femmes ne jouaient que très rarement un rôle actif dans les attaques antisémites rappo (...)

Les humeurs antisémites chez les ouvriers sont répandues, principalement, dans la partie arriérée de la classe ouvrière, liée à la paysannerie, parmi les femmes...53

  • 54 Avrich, op. cit., p. 51.
  • 55 Cf. J.-P. Depretto, « L’antisémitisme dans les villes soviétiques (1925- 1935) », Matériaux pour l’ (...)

21Dans ce cas, comment comprendre qu’au début de 1921, les Juifs de Petrograd aient craint un pogrome54, et que la judéophobie ait touché nombre de militants communistes55 ?

  • 56 S. Schwarz, Les ouvriers..., p. 62-65 ; L.S. Rogačevskaja, Likvidacija bezraboticy v SSSR, 1917-193 (...)
  • 57 L.I. Vas’kina, Rabočij klass SSSR nakanune socialističeskoj industrializacii, M., 1981, P- 180-182.

22En définitive, la paysannerie était tenue pour la source de tous les maux possibles et imaginables : ainsi, sous la NEP, les migrants qui quittaient leurs villages étaient rendus coupables de la croissance du chômage ; en conséquence, les autorités cherchaient à leur barrer l’accès aux Bourses du travail56. Cette politique reposait sur des données inexactes : le recensement de décembre 1926 a montré que 63,6 % des chômeurs étaient des citadins de longue date57.

  • 58 Lewin, La formation..., p. 355.
  • 59 Ibid., p. 315.
  • 60 Cf. chap. V, III : « Un mécontentement multiforme », 2 : « Les réactions de fuite : turnover et abs (...)

23On pourrait sans peine allonger la liste des méfaits des ruraux58. Citons un dernier exemple : pendant le premier plan, les « violations de la discipline du travail » (absentéisme, rotation du personnel) ont été généreusement attribuées à l’afflux de paysans dans les usines59 ; le lecteur sait déjà à quoi s’en tenir sur cette question60.

  • 61 Il est possible que l’hostilité à l’égard des cadres s’explique par « l’origine et les perspectives (...)
  • 62 Littéralement « manque de culture » : on pourrait traduire par le mot « rusticité ».
  • 63 Lewin, La formation..., p. 280, 417 et 431.
  • 64 Cf. par exemple la formule bien connue sur le « sac de pommes de terre » dans Le Dix-huit Brumaire (...)
  • 65 Cité par M. Heller, Histoire de la littérature russe (dir. E. Etkind, G. Nivat, I. Serman et V. Str (...)
  • 66 Van Regemorter, D’une perestroïka à l’autre, p. 92. Les ruraux étaient souvent qualifiés de « tëmny (...)

24Nous n’affirmons pas que les thèses citées ci-dessus soient toujours entièrement fausses, mais les historiens doivent les examiner soigneusement avant de les adopter61. Elles reposent en effet sur une vision méprisante de la paysannerie, souvent affublée de qualificatifs peu flatteurs (« arriération », nekul’tumost’)62 qui dispensent de tout effort pour saisir des mentalités bien mal connues. Pour des raisons politiques, les bolcheviks ont fabriqué une pseudo-sociologie d’inspiration ouvriériste, qui reprenait à son compte nombre de préjugés sur le monde rural ; la vérité oblige à dire que leurs frères ennemis, les mencheviks, étaient d’accord avec eux sur ce point. Ces idées toutes faites, que l’on peut trouver sous la plume de Lénine63, appartenaient à l’héritage intellectuel de la IIe Internationale ; elles pouvaient même s’autoriser de telle ou telle formulation de K. Marx64. Mais elles avaient aussi des racines proprement nationales : il suffit de songer au roman de I. Bounine Le village, publié à Moscou en 1909, ou à la haine de M. Gorki pour le moujik, « petit bourgeois au pire sens du terme, sans aucune culture, sans aucun sens de l’État65 ». Il est vrai que ces écrivains réagissaient contre l’idéalisation du paysan russe par les populistes, tout aussi fausse. À la fin des années vingt, l’idée que les citadins devaient « apporter la lumière dans le royaume des ténèbres était toujours vivace66 » : les autorités n’ont eu aucun mal à recruter 25 000 volontaires ouvriers, chargés de mener à bien la collectivisation. À ce moment-là, l’incompréhension à l’égard des gens de la campagne a eu des effets tragiques pour ces derniers, et pour la Russie.

25Les conceptions bolcheviques en matière de classes sociales ne se cantonnaient pas au pur domaine des idées : de 1918 à 1936, elles ont inspiré toute une législation, qui affectait la vie quotidienne et le statut des individus :

  • 67 Sh. Fitzpatrick, « L’identité de classe dans la société de la NEP », Annales E.S.C., 1989, n° 2, p. (...)

26« L’appartenance à une classe et l’origine sociale servaient de critères pour régler nombre de questions67 » : l’admission au Komsomol ou au parti communiste, l’entrée au lycée et à l’université, l’organisation du rationnement, l’attribution des logements par l’État, etc. La politique fiscale, qui frappait lourdement les paysans aisés et les entrepreneurs privés, obéissait au même principe.

  • 68 Fr.-X. Coquin, Des pères du peuple au père des peuples : la Russie de 1825 à 1929, SEDES, 1991, p.  (...)

27Les discriminations frappaient les « ennemis », tels qu’ils étaient définis par le régime : membres des anciennes élites possédantes ou dirigeantes, policiers de l’Ancien Régime et officiers de l’Armée blanche, prêtres, nepmen, rentiers, koulaks, etc. ; en revanche, les ouvriers étaient systématiquement favorisés au nom de la « dictature du prolétariat ». Même les tribunaux fonctionnaient selon ce principe : un criminel ayant une « bonne origine » était jugé avec indulgence ; être un « ci-devant » constituait une circonstance aggravante68.

  • 69 Cf. chap. V, I : « La baisse du niveau de vie ».
  • 70 En 1928, le salaire moyen dépassait de 15 % celui de 1913. Lewin, La formation..., p. 355.
  • 71 Ibid., p. 347-348.
  • 72 M.V. Reznickaja, in Problemy istoriografii i istočnikovedenija istorii SSSR, Dnepropetrovsk, 1979, (...)
  • 73 Cf. chap. V, I : « La baisse du niveau de vie ».
  • 74 Istorija SSSR, 1964, n° 3.
  • 75 P. Verley, La révolution industrielle, 1760-1870, MA Éditions, 1985, p. 177.
  • 76 E. Zaleski, La planification stalinienne, Economica, 1984, p. 637-640.
  • 77 L.A. Gordon, E.V. Klopov, Čto èto bylo ?, M., 1989, p. 124.

28Dans la société soviétique, la classe ouvrière occupait une position ambiguë, à la fois subalterne et « privilégiée ». Elle a été victime des exigences de l’accumulation du capital : en 1937, les salaires réels étaient tombés nettement au-dessous du niveau de 192869, et même de 191370. Au début des années cinquante, ils étaient toujours aussi faibles71 : il est vrai que la guerre était intervenue entre-temps. On comprend sans peine que ce sujet soit pratiquement tabou dans l’historiographie officielle : les études sont rares72 et la thèse de A.A. Tverdoxleb que nous avons utilisée dans le dernier chapitre n’a jamais été publiée73 ; il faut cependant signaler l’article de O.I. Škaratan sur Leningrad, paru en 196474. L’exploitation subie par les travailleurs rappelle les horreurs des débuts de la révolution industrielle, sauf sur un point capital : il était interdit d’employer des enfants ayant moins de seize ans. Les femmes et les hommes qui ont connu l’usine dans la période 1928-1953 peuvent être qualifiés de « génération sacrifiée » : le pouvoir d’achat a reculé plus fortement que dans la Grande-Bretagne des années 1780-1800, où la baisse est estimée à 20 %75 ; il est vrai que les spécialistes sont en désaccord sur le sens de l’évolution entre 1800 et 1840. Comme l’a bien montré E. Zaleski76, Staline a mené avec constance une politique d’austérité ; seul un régime despotique pouvait imposer à la population de telles privations sur une aussi longue durée77.

  • 78 M. Ferro, Les origines de la perestroïka, p. 21.
  • 79 Actuel Marx, n° 6, 2e semestre 1989, p. 152 ; P. Rutland, « Labor unrest and movements in 1989 and  (...)

29 La récente grève des mineurs (été 1989), qui a touché l’Ukraine (L’vov-Volhynie, Donbass), le bassin de la Pečora (Inta, Vorkuta), le Kuzbass et Karaganda, a mis clairement en évidence la réalité de la condition ouvrière dans une corporation qui passait pour privilégiée : les revendications avancées montrent que, soixante-dix ans après Octobre, les besoins humains les plus élémentaires ne sont pas satisfaits78. Le mouvement a démarré à Meždurečensk (Kuzbass) : c’est la disparition du savon dans les boutiques qui a joué le rôle de catalyseur. Les grévistes demandaient 800 g de savon par mois, alors que la norme en vigueur depuis 1923 leur donnait droit à 400 g seulement79. Les comités élus par les ouvriers et la presse, devenue plus libre, ont donné une masse d’informations qui révèlent un tableau affligeant :

  • Il est difficile d’obtenir des serviettes ;
  • La nourriture des cantines est détestable ; la viande, le sucre, les légumes frais manquent80 ;
  • À Vorkuta, plusieurs milliers de personnes vivent encore dans les anciens baraquements des camps81 ; viande et beurre y sont rationnés depuis plusieurs années, et le 1er juillet 1989 le rationnement a été étendu au thé et à l’alcool ;
  • Dans le Kuzbass, l’état de l’environnement est catastrophique ; de plus, la région est sous-équipée en crèches, hôpitaux, centres de repos et de cure, etc.82 ; les livraisons de seringues jetables sont insuffisantes pour faire face aux besoins. De tout cela, il résulte que l’espérance de vie est inférieure de dix ans à la moyenne nationale, pourtant basse : à Kemerovo, la moitié de la population souffre de maladies chroniques et 80 % des nouveau-nés présentent des anomalies physiques ou psychiques83. Un quart des mineurs sont logés dans des baraques ; un écriteau apposé par les grévistes à l’entrée de Novokuzneck résume bien leur perception de la situation : « Bienvenue dans l’âge de pierre ».
  • 84 Istorija SSSR, 1991, n° 4, p. 78-79 ; Otečestvennaja istorija, 1993, n° 1, p. 67 et 72 ; N. Werth, (...)

30Une équipe de sociologues a procédé à un sondage parmi les mineurs d’Ukraine, en leur demandant de classer les causes de la grève par ordre d’importance : 86 % des personnes interrogées ont placé en tête la « pénurie générale » ; malgré un contexte d’inflation, les salaires ne venaient qu’au second rang84. En Sibérie comme en Ukraine, les listes de revendications incluaient les trois points suivants :

  • amélioration de l’approvisionnement en produits alimentaires et en biens de consommation,
  • construction de logements,
  • abandon de projets menaçant l’environnement.

31Dans la longue durée de l’histoire soviétique, la classe ouvrière apparaît comme une classe dominée et exploitée. Mais cette vue doit être sérieusement nuancée, du moins pour les années 1928-1935 :

  1. Il existait en son sein d’importants clivages internes : udarniki et stakhanovistes échappaient dans une certaine mesure au lot commun, en raison de leurs salaires élevés et des divers avantages en nature dont ils bénéficiaient ;
  2. Comme A. Ciliga l’avait bien vu, la force du système ne résidait pas seulement dans la police secrète, mais aussi dans le fait qu’il réussissait « à faire entrer dans ses cadres dirigeants la partie la plus énergique de la jeunesse85 ». Ces possibilités de promotion expliquent l’adhésion d’une partie des travailleurs à la politique de Staline : pour eux, la « construction du socialisme » était synonyme d’ascension sociale ;
  3. Les ouvriers étaient officiellement considérés comme le principal soutien du régime : à la différence des « koulaks » ou des ingénieurs, par exemple, ils n’ont jamais été traités comme des ennemis. Certes, ce parti pris idéologique n’empêchait nullement des pratiques répressives, mais il comportait une conséquence bien réelle : à aucun moment, la classe ouvrière n’a occupé le dernier rang de la hiérarchie soviétique. Cette place revenait sans aucun doute aux moujiks, sans parler des zeki ; dans l’échelle des valeurs, les métiers de l’agriculture étaient les moins prisés de tous.

32En comparaison des villageois, les salariés de l’industrie faisaient figure de « privilégiés ».

33Les paysans ne bénéficiaient pas de la sécurité sociale et ne touchaient pas de retraite. Ils n’avaient pas droit au passeport intérieur, rendu obligatoire en décembre 1932 et ne pouvaient quitter le kolkhoze sans l’autorisation du directeur ; cette discrimination n’a été abolie qu’au milieu des années 1970. Léon Mouchebœuf, qui a vécu en U.R.S.S. de 1923 à 1941, a bien perçu ce statut inférieur des kolkhoziens :

  • 86 L. Mouchebœuf, 18 ans en U.R.S.S., 1923-1941, Éd. du Centre, 1942, p. 31- 32.

Le seul espoir qui leur reste de ne pas végéter comme des bêtes de somme mal nourries et mal soignées, c’est le travail en ville. [...] dans les villes, pour que la vie y soit possible et que le travail des usines [...] puisse s’effectuer, il faut une organisation moins défectueuse. Il faut procurer, malgré tout, l’indispensable aux ouvriers86.

  • 87 Les estimations varient d’un auteur à l’autre : deux à trois millions pour B.A. Anderson et R.D. Si (...)
  • 88 R.A. Bauer, A. Inkeles et C. Kluckhohn, How the Soviet System works, Cambridge, Harvard U.P., 1964, (...)
  • 89 V.P. Danilov, N.A. Ivnickij (dir.), Dokumenty svidetel’stvujut, M., 1989, p. 32 ; cf. aussi M. Fain (...)
  • 90 Pravda, 2 mars 1930 : « Le vertige du succès : problèmes du mouvement kolkhozien ».
  • 91 Viola, op. cit., p. 116.
  • 92 Lewin, La formation..., p. 220 ; I.E. Zelenin, Istoričeskie zapiski, 1965, n° 76, p. 44 ; Ju. A. Mo (...)

34Les ruraux ont été traités avec une cruauté inouïe lors de la famine de 1932-1933. Les autorités ont protégé les citadins dans la mesure du possible, et ont fait retomber le poids de la catastrophe (due en grande partie à leur politique) sur les paysans, à qui tout secours a été refusé : le nombre de morts atteint au moins deux ou trois millions87. Dans ces conditions, il est tentant de définir le système politique des années trente comme une dictature de la ville sur la campagne. C’est à juste titre que le moujik a été qualifié d’« homme en colère » de la société soviétique88. Il a donné aux dirigeants bien du fil à retordre : de janvier à mars 1930, par exemple, ont eu lieu 2 200 manifestations hostiles à la collectivisation, regroupant presque 800 000 personnes89 ; Staline a dû reculer temporairement et publier son célèbre article Le vertige du succès90 qui créa la débandade dans les kolkhozes. Dès l’automne 1929, la Sibérie avait été déclarée zone d’insécurité à cause du « banditisme » ; au début de 1930, la situation dans les montagnes du Nord Caucase rappelait le temps de la guerre civile91. À l’automne 1932, certains districts de l’Ukraine, du Nord Caucase et de la Basse Volga connaissaient des « manifestations anti-soviétiques » (émeutes, protestations et attaques contre des fonctionnaires)92. C’est bien des villages que sont venues les plus fortes résistances au pouvoir bolchevique.

Notes

1 Nous reprenons une notion forgée par G. Bachelard.

2 « L’État et les classes sociales en U.R.S.S. 1929-1933 », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, févr. 1976, p. 6.

3 Dans le même sens, cf. aussi M. Lewin, La formation du système soviétique : essais sur l’histoire sociale de la Russie dans l’entre-deux-guerres, Gallimard, 1987, p. 353-354.

4 Problemy social’noj struktury rabočego klassa SSSR, M., 1970, p. 264.

5 Trud v SSSR, M., 1930, p. 27.

6 Cf. les citations reproduites supra, chap. I, IV : « Portée du recensement de 1929 », 2 : « Intérêt historique ». 2 Ibid.

7 Sur cette peur, cf. L. Viola, qui s’appuie sur les archives des directions syndicales : A researcher’s guide..., p. 75, n. 24, et p. 82-83.

8 Cf. chap. I, IV : « Portée du recensement de 1929 », 1 : « Réception en U.R.S.S. ».

9 VCSPS, Perepis’ rabočix i služaščix 1929 goda, t. 1 : Metallisty SSSR (texte de A.G. Rašin, sous la direction de N.N. Evreinov), M., 1930, 233 p.

10 Sh. Fitzpatrick, Voprosy istorii, 1990, n° 8, p. 20.

11 Archives centrales d’État de la révolution d’Octobre, fonds 5451, inventaire 13, dossier 14 : session du Présidium du Conseil central des syndicats, 12 avr. 1929.

12 Voici la phrase complète : « Il y a des documents de parade, et ils mentent, comme les gens. » Elle est empruntée à Ju. N. Tynjanov (1894-1943), auteur de nouvelles et de romans historiques : Le disgracié (1925), La mort du Vazir-Moukhtar (1929), Le lieutenant Kijé (1930), Une majesté en cire (1931), Pouchkine (inachevé, 1936-1943). Cf. Jurij Tynjanov, M., 1966, p. 196.

13 Lewin, La formation..., p. 433 (traduction rectifiée d’après l’édition originale) ; cf. aussi « L’État et les classes sociales... », art. cit., p. 6.

14 Lewin, La formation..., p. 359. Cf. aussi Sh. Fitzpatrick, « L’usage bolchevique de la classe. Marxisme et construction de l’identité individuelle », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 85, nov. 1990, p. 74 : « Pendant la rapide expansion industrielle du premier plan quinquennal, la classe ouvrière avait été submergée par les nouvelles recrues paysannes qui constituèrent la majorité des travailleurs dans de nombreuses branches de l’économie dans les années trente. »

15 Schröder, op. cit., p. 64.

16 Profsojuznaja perepis’ 1932-1933 gg., M., 1934, tableau 2, p. 94-155.

17 L’industrie cotonnière fait seule exception à la règle.

18 Cf. chap. III, III : « 1928-1940 : une marée paysanne ? ».

19 Y. Lacoste, Unité et diversité du Tiers Monde, t. I, Maspéro, 1980, p. 113- 114.

20 Zeki : pluriel de zek (pour zaključënnyj : détenu).

21 Bien entendu, ces remarques ne concernent pas les régions industrielles nées pendant le premier plan quinquennal, comme le Kuzbass.

22 Cf. chap. III, IV : « Quatre exemples régionaux ».

23 L’origine sociale des ouvriers et leur forte mobilité.

24 D. Granick, Soviet metal-fabricating and economie development : practice versus policy, The University of Wisconsin Press, 1967.

25 Ibid., p. 56-57. Sont considérées comme « vieilles » les entreprises qui existaient déjà avant le 1er octobre 1928.

26 Ibid., p. 119, 134 et 136.

27 En outre, les frais d’embauche étaient réduits, puisqu’il n’y avait pas de voyages à payer, et la question du logement ne se posait pas. Cf. ibid., p. 28.

28 L. Haimson et E. Brian « Les grèves ouvrières en Russie impériale... », Le mouvement social, n° 169, 1994, p. 28, 31.

29 Granick, op. cit., p. 340.

30 Ibid., p. 29.

31 Sur cette polémique, cf. A.A. Barsov Balans stoimostnyx obmenov meždu gorodom i derevnej, M., Nauka, 1969 ; Soviet studies, juil. 1970, janv. et oct. 1971 ; Slavic review, déc. 1974 ; Problems of Communism, juil.-août 1976 ; Soviet studies, juil. 1978 ; octobre 1982 ; Ch. Bettelheim (dir.) L’industrialisation de l’U.R.S.S. dans les années trente, Éd. de l’EHESS, 1982 ; G. Erler, W. SüB (dir.), Stalinismus : Problème der Sowjetgesellschaft zwischen Kollektivierung und Weltkrieg, Frankfurt – New York, Campus Verlag – Ästhetik und Kommunikation, 1982.

32 L.E. Mine, Trudovye resursy SSSR, M., 1975, p. 259-260.

33 H.R. Knickerbocker, Les progrès du plan quinquennal, Valois, 1931, p. 120 et 133-134.

34 Ibid., p. 16-18 ; sur le thème du « dumping soviétique » en France, cf. R. Girault, « Les relations franco-soviétiques devant la crise économique de 1929 », repris dans Tsarisme, bolchevisme, stalinisme, Institut d’études slaves, 1990, p. 468-469.

35 Knickerbocker, op. cit., p. 129.

36 Fitzpatrick « L’usage bolchevique de la classe... », art. cit., p. 74.

37 Cf. chap. III, IV : « Quatre exemples régionaux », Introduction.

38 Lewin, La formation..., p. 39.

39 Voprosy istorii, 1988, n° 12, p. 11.

40 Discours prononcé en février 1935 lors du 2e Congrès des kolkhoziens de choc.

41 Voprosy istorii, 1988, n° 12, p. 11.

42 En russe, il existe une expression « être assis sur le cou de... » qui signifie à peu près « vivre aux crochets de... ». La traduction française ne peut pas rendre les rimes de l’original. Sur une manifestation d’opposition au début des années trente, cf. L. Viola, op. cit., p. 117 : dans un village ukrainien, des « koulaks » ont détruit des portraits de Lénine et de Staline.

43 Ici, nous nous séparons un peu de V.P. Danilov : il est incontestable que la majorité des villageois étaient hostiles à la collectivisation, mais les ouvriers agricoles qui n’avaient rien à perdre, et tout à gagner, ont sans doute soutenu les autorités.

44 P. Avrich, La tragédie de Cronstadt 1921, Seuil, 1975.

45 Cf. ses démonstrations, ibid., p. 89-92.

46 Škaratan, op. cit., p. 255 ; cf. aussi p. 239-241, 243-244 et 256-257.

47 Protokoly odinnadcatogo s"ezda RKP(b) : mart-aprel’ 1922 g., M., 1936, p. 40.

48 Traduction de l’expression russe « slucajnye èlementy ». À ce sujet, cf. aussi chap. III, IV, 3 : « L’industrie des métaux de Leningrad ».

49 Protokoly..., p. 109 ; pour Rjazanov, cf. p. 84-85.

50 Cité par Sh. Fitzpatrick, in M. Ferro et Sh. Fitzpatrick (dir.), Culture et révolution, Éd. de l’EHESS, 1989, p. 129.

51 Cf. chap. III, IV, 3 : « L’industrie des métaux de Leningrad ».

52 « L’antisémitisme parmi les syndiqués » (février 1929). Cf. Schwarz, Antisemitizm..., p. 23.

53 En fait, les femmes ne jouaient que très rarement un rôle actif dans les attaques antisémites rapportées par la presse (ibid., p. 24).

54 Avrich, op. cit., p. 51.

55 Cf. J.-P. Depretto, « L’antisémitisme dans les villes soviétiques (1925- 1935) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 19, avr.-juin 1990, p. 13-14.

56 S. Schwarz, Les ouvriers..., p. 62-65 ; L.S. Rogačevskaja, Likvidacija bezraboticy v SSSR, 1917-1930 g., M., 1973, p. 119-120. Les Bourses du travail étaient des offices de placement dépendant du commissariat au Travail.

57 L.I. Vas’kina, Rabočij klass SSSR nakanune socialističeskoj industrializacii, M., 1981, P- 180-182.

58 Lewin, La formation..., p. 355.

59 Ibid., p. 315.

60 Cf. chap. V, III : « Un mécontentement multiforme », 2 : « Les réactions de fuite : turnover et absentéisme », a) « Le turnover ».

61 Il est possible que l’hostilité à l’égard des cadres s’explique par « l’origine et les perspectives rurales » des travailleurs, mais cela reste à démontrer ; peut-être faut-il plutôt mettre en cause la « grande misère culturelle et matérielle ». Les deux points de vue coexistent chez M. Lewin, La formation..., p. 55-56 et p. 355.

62 Littéralement « manque de culture » : on pourrait traduire par le mot « rusticité ».

63 Lewin, La formation..., p. 280, 417 et 431.

64 Cf. par exemple la formule bien connue sur le « sac de pommes de terre » dans Le Dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte, Éditions sociales, 1984, p. 189.

65 Cité par M. Heller, Histoire de la littérature russe (dir. E. Etkind, G. Nivat, I. Serman et V. Strada), Le XXe siècle, t. 3 : Gels et dégels, Fayard, 1990, p. 72. Cf. aussi M. Gorki, Pensées intempestives, 1917-1918, coll. Pluriel, 1977.

66 Van Regemorter, D’une perestroïka à l’autre, p. 92. Les ruraux étaient souvent qualifiés de « tëmnye ljudi » (gens sans lumières).

67 Sh. Fitzpatrick, « L’identité de classe dans la société de la NEP », Annales E.S.C., 1989, n° 2, p. 251-252.

68 Fr.-X. Coquin, Des pères du peuple au père des peuples : la Russie de 1825 à 1929, SEDES, 1991, p. 385.

69 Cf. chap. V, I : « La baisse du niveau de vie ».

70 En 1928, le salaire moyen dépassait de 15 % celui de 1913. Lewin, La formation..., p. 355.

71 Ibid., p. 347-348.

72 M.V. Reznickaja, in Problemy istoriografii i istočnikovedenija istorii SSSR, Dnepropetrovsk, 1979, p. 89-97.

73 Cf. chap. V, I : « La baisse du niveau de vie ».

74 Istorija SSSR, 1964, n° 3.

75 P. Verley, La révolution industrielle, 1760-1870, MA Éditions, 1985, p. 177.

76 E. Zaleski, La planification stalinienne, Economica, 1984, p. 637-640.

77 L.A. Gordon, E.V. Klopov, Čto èto bylo ?, M., 1989, p. 124.

78 M. Ferro, Les origines de la perestroïka, p. 21.

79 Actuel Marx, n° 6, 2e semestre 1989, p. 152 ; P. Rutland, « Labor unrest and movements in 1989 and 1990 », Soviet economy, vol. 6, 1990, fasc. 3, p. 351 et 353.

80 Les Nouvelles de Moscou, 21-27 juil. 1989, p. 2-3 ; Rutland, art. cit., p. 353 et 356.

81 Actuel Marx, p. 101 ; Rutland, art. cit., p. 352.

82 Actuel Marx, p. 151 et 153 ; Rutland, art. cit., p. 355-356.

83 La Revue russe, Aix-en-Provence, 1991, n° 1, p. 81.

84 Istorija SSSR, 1991, n° 4, p. 78-79 ; Otečestvennaja istorija, 1993, n° 1, p. 67 et 72 ; N. Werth, Le débat, n° 67, nov.-déc. 1991, p. 68.

85 Ciliga, Dix ans..., p. 494 ; cf. aussi p. 87-90, 317-318 (un ancien menuisier devient ingénieur dans l’industrie du bois) et 338.

86 L. Mouchebœuf, 18 ans en U.R.S.S., 1923-1941, Éd. du Centre, 1942, p. 31- 32.

87 Les estimations varient d’un auteur à l’autre : deux à trois millions pour B.A. Anderson et R.D. Silver, trois à quatre millions selon S.G. Wheatcroft. Cf. V.P. Danilov, Voprosy istorii, 1988, n° 3, p. 120.

88 R.A. Bauer, A. Inkeles et C. Kluckhohn, How the Soviet System works, Cambridge, Harvard U.P., 1964, p. 188 et 217.

89 V.P. Danilov, N.A. Ivnickij (dir.), Dokumenty svidetel’stvujut, M., 1989, p. 32 ; cf. aussi M. Fainsod, Smolensk à l’heure de Staline, Fayard, 1967, p. 284.

90 Pravda, 2 mars 1930 : « Le vertige du succès : problèmes du mouvement kolkhozien ».

91 Viola, op. cit., p. 116.

92 Lewin, La formation..., p. 220 ; I.E. Zelenin, Istoričeskie zapiski, 1965, n° 76, p. 44 ; Ju. A. Moškov, Zernovaja problema v gody splošnoj kollektivizacii sel’skogo xozjajstva SSSR (1929-1932 gg.), M., 1966, p. 214-215.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search