Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en U.R.S.S.

 | 
Jean-Paul Depretto

Chapitre V. Les ouvriers et le régime : une classe divisée

Texte intégral

1Le chapitre que l’on va lire tente d’analyser les rapports entre les ouvriers et le pouvoir pendant le premier plan quinquennal.

2Dans un pays comme la France, il est relativement facile d’étudier l’opinion ouvrière : les sources ne manquent pas. Il est possible de confronter des documents émanant des divers acteurs sociaux en présence : rapports de police, journaux syndicaux et politiques, publications patronales.

3C’est que nous vivons sous un régime démocratique, où les principales libertés publiques sont assurées et où le pluralisme de la société peut s’exprimer. Il n’en va pas de même dans l’U.R.S.S. des années 1928-1932 où toute la grande industrie appartient à l’État, et où n’existent ni presse indépendante, ni syndicalisme véritable, de sorte que l’historien se trouve fort démuni.

4Toutes ses sources émanent en effet d’un foyer unique, l’État-parti, et jamais de la société civile : les périodiques sont soumis à la censure et reflètent les vues, changeantes, du pouvoir. Ils ne sont autorisés à émettre des critiques que si ces dernières entrent dans le cadre d’une campagne lancée par les autorités contre tel ou tel ennemi. Quant aux syndicats, ils se préoccupent avant tout d’inciter les ouvriers à produire davantage et ont perdu toute autonomie, fût-elle minime, à partir de 1929 ; au terme de cette évolution, ils ont été intégrés dans les organismes gouvernementaux (1933). Il existe bien des autobiographies de stakhanovistes, mais elles ont été soigneusement revues avant publication par des « rédacteurs » dépendant des maisons d’édition ; leur conformisme politique les rend à peu près inutilisables pour des études d’opinion.

  • 1 Le courrier socialiste, organe des mencheviks.
  • 2 Le Bulletin de l’opposition, mensuel trotskyste.

5Pour toutes ces raisons, nous nous appuierons fréquemment sur les témoignages d’étrangers qui ont travaillé en U.R.S.S., et sur la presse russe d’émigration (Socialističeskij vestnik 1 et Bjulleten’ oppozicii2).

6Au cours de ce chapitre, il ne faudra pas oublier que les ouvriers ne pouvaient s’exprimer librement sur leur lieu de travail : la police politique était en effet présente dans toutes les entreprises de quelque importance, et sur les grands chantiers. Elle employait à la fois des collaborateurs permanents et des mouchards recrutés dans le personnel, en premier lieu parmi les communistes. On notera que les dirigeants ne se cachaient nullement d’encourager la délation ; ils en faisaient même une vertu civique. En 1935, S. Frankfurt écrivait dans ses Mémoires :

  • 3 Frankfurt, Men and Steel..., p. 103. Le chef de la police politique, Anastasenko, est arrivé à Kuzn (...)

Les ouvriers qui se consacraient honnêtement à leur travail ont commencé à se rendre plus souvent au GPU et à l’aider. C’était assurément magnifique d’entendre, lors de l’anniversaire du GPU, avec quelle émotion les ouvriers parlaient de leur GPU, qui défendait leur travail contre l’ennemi de classe3.

7Ces pratiques avaient évidemment pour résultat de diviser les salariés :

  • 4 J. Scott, Au-delà de l’Oural, Lausanne, Marguerat, 1945, p. 149 (1935) et p. 86. Nous avons rectifi (...)

Le développement de la « vigilance » était une tâche majeure du parti. Tous ses adhérents devaient sans cesse être à l’affût du sabotage, de l’espionnage, de la propagande de l’ennemi de classe, de la contre-révolution, et autres phénomènes similaires. Les membres du parti manifestaient un intérêt assez anormal pour les affaires des autres et les « commérages » continuels ; il en résultait suspicion et méfiance, surtout dans le personnel de l’administration4.

8Une enquête sur l’opinion ouvrière menée dans ces conditions laisse souvent le chercheur insatisfait, car il ne saisit guère que des indices indirects : il peut décrire des comportements, mais leur signification n’est pas toujours évidente. La tâche est encore compliquée par le fait que la classe ouvrière n’est pas homogène : il est probable qu’un métallurgiste de Leningrad ne réagissait pas comme un mineur du Donbass, ou un « constructeur » de Kuzneck. Mais nous manquons d’éléments pour étayer cette intuition, et il faudra encore bien des recherches pour voir clair sur le sujet. Aussi le présent chapitre se présente-t-il comme une première tentative pour défricher un domaine mal connu ; il doit beaucoup à des travaux récents parus à l’étranger. Le dossier devra être repris lorsque s’ouvriront les archives de la police politique.

9Nous sommes parti de l’idée que les attitudes ouvrières à l’égard du régime ont été largement déterminées par des facteurs d’ordre matériel. Aussi commençons-nous par traiter du niveau de vie dans ses principales composantes : la nourriture et le logement.

I. La baisse du niveau de vie

  • 5 Nous nous appuyons ici sur H.H. Schröder, Industrialisierung und Parteibürokratie in der Sowjetunio (...)

10La situation matérielle des ouvriers soviétiques s’est sensiblement dégradée pendant le premier plan quinquennal5.

  • 6 J. Barber, The standard of living of Soviet industrial workers, 1928-1941, Communication à la table (...)

11Sous la NEP, le niveau de vie des travailleurs de l’industrie avait constamment augmenté. Entre 1921/1922 et 1927, abstraction faite des fluctuations saisonnières, le salaire réel moyen n’a cessé de s’accroître : en 1926/1927, le niveau de 1913 était atteint, voire dépassé, dans la plupart des branches. La consommation ouvrière s’est modifiée en conséquence : davantage de viande et de produits laitiers, progression du pain blanc au détriment du pain noir, thé et café au lieu d’ersatz. L’ouvrier russe se nourrissait probablement mieux qu’il ne l’avait jamais fait : à Moscou, sa ration quotidienne représentait 3 819 calories en octobre 1925, contre 3 400 en 1913 et 2 411 en octobre 1921, la norme admise étant de 3 300-3 500 calories pour un homme effectuant un travail manuel pénible6.

12Vers la fin des années 1920, la situation s’est retournée : les premières pénuries sont apparues à l’automne 1927 et se sont aggravées en 1928, avec la crise des collectes. Les prix de détail ont grimpé de plus en plus vite :

  • 7 Calculé sur la base d’enquêtes portant sur les budgets ouvriers.

Indice des prix, 1928-19307

Octobre-décembre 1928 100
Octobre-décembre 1929 115,5
Octobre 1930 188,7

13Les autorités ont cherché à camoufler la situation : après 1930, elles ont cessé de publier l’indice du coût de la vie. De plus, les théoriciens officiels ont expliqué qu’il fallait tenir compte de la disparition du chômage et du développement des « fonds sociaux de consommation » (santé, éducation).

  • 8 A.N. Malafeev, Istorija cenoobrazovanija v SSSR, 1917-1963 gg., M., 1964, p. 163, 401 sq.

14La hausse des prix n’a pas cessé de 1927 à 1932 ; même l’indice recalculé dans les années 1960 par l’économiste A.N. Malafeev la sous-estime8:

  • 9 Trud v SSSR, 1932, p. 130 ; pour 1932, ibid., 1935, p. 96 sqq.

15Salaires et prix 1927-19329 (indices)

16La comparaison des deux indices montre qu’à partir de 1930 (en réalité, dès avant cette date), les salaires ont couru derrière les prix : le recul du salaire réel ne fait pas de doute ; la baisse est très marquée en 1931 et surtout en 1932. Cette hausse du coût de la vie résulte de la dégradation catastrophique de l’approvisionnement. Le retour aux réquisitions pendant la crise des collectes et la collectivisation forcée ont eu pour résultat une forte baisse de la production agricole. Le cheptel a été décimé et, sauf en 1930, la production agricole est tombée au-dessous du niveau de 1928.

  • 10 A. Bergson, The structure of Soviet wages : a study in socialist economics, Cambridge, Harvard U.P. (...)

17La population urbaine avait déjà connu le rationnement pendant la guerre civile ; il avait été supprimé sous la NEP : il a fallu le réintroduire. L’Ukraine a été la première région touchée : à Odessa, il y eut des cartes de pain dès le second trimestre de 1928 ; Mariupol’, Xerson, Kiev, Dnepropetrovsk ont suivi. Au début de 1929, le pain était rationné dans toutes les villes d’U.R.S.S., y compris les deux capitales, Leningrad et Moscou. Très vite, ce système s’est étendu à presque tous les produits alimentaires (gruau, viande, hareng, graisses, sucre, thé, œufs, etc.) et à de nombreux objets d’usage courant (vêtements, bottes)10. Il a finalement été aboli en trois étapes :

  • le 1er janvier 1935 pour le gruau, la farine et le pain,
  • le 25 septembre 1935 pour les pommes de terre, la viande, les graisses, le poisson, le sucre,
  • le 1er janvier 1936 pour les tissus de coton et de lin, les chaussures11.

18Tant que le rationnement a été en vigueur, il a impliqué un triple système de prix :

  • des prix bas, fixés par l’État, pour le commerce rationné,
  • des prix beaucoup plus élevés, évoluant en fonction de l’offre et de la demande, sur les marchés privés (à partir de mai 1932, il s’agit des fameux « marchés kolkhoziens »),
  • des prix dits « commerciaux », pratiqués par les magasins d’État, et se situant entre ces deux extrêmes. Ces prix « commerciaux » ont disparu avec l’abolition du rationnement.

19L’organisation de ce dernier était très complexe. Elle n’est pas née d’un seul coup, selon un plan préétabli : les autorités, confrontées à des difficultés d’approvisionnement croissantes, ont tâtonné, à la recherche d’un système qui serve au mieux leur politique d’industrialisation. Finalement, en janvier 1931, tous les salariés ont été classés selon un double principe : leur appartenance sociale et leur lieu d’habitation. Ce classement donnait droit à des rations alimentaires différenciées en fonction des priorités fixées par l’État. Il existait trois listes de villes, plus une « liste spéciale » qui fin 1934 incluait les principales entreprises de Moscou, de Leningrad, de Bakou, les mineurs de charbon du Donbass, de Karaganda, de Sibérie orientale, d’Extrême-Orient, du Kuzbass, les métallurgistes du Donbass, de Dnepropetrovsk, de Magnitogorsk, de Kuzneck, des usines de guerre et quelques chantiers. La « liste spéciale » était toujours servie la première et bénéficiait du meilleur ravitaillement. Sur chaque liste, la population était subdivisée entre ouvriers et autres salariés, avec une gradation parmi les ouvriers :

  • groupe « A » : ouvriers d’industrie,
  • groupe « B » : autres personnes accomplissant un travail physique12.
  • 13 Osokina, eod. loc.
  • 14 Tverdoxleb, Material’noe blagosostojanie rabočego klassa..., op. cit., p. 342- 343.

20Il ne faut certes pas exagérer la cohérence et l’efficacité de cette organisation. En province, les autorités locales négligeaient souvent les directives venues de Moscou ; l’approvisionnement variait d’un moment à l’autre, en fonction des denrées disponibles, et les rations officielles n’étaient pas toujours honorées, en particulier pour la viande et les graisses : à cet égard, jusqu’en 1932-1933, la situation n’a cessé de se dégrader. Il reste que l’objectif poursuivi est clair : il s’agissait avant tout de protéger les travailleurs des secteurs prioritaires, qui relevaient d’abord de l’industrie lourde. Les ouvriers des autres branches (verre-porcelaine, allumettes, papier, briques, imprimerie) figuraient sur les listes 2 et 3 et mangeaient moins bien13. Le rendement individuel constituait un facteur supplémentaire d’inégalité. À Moscou, dans les grandes usines, les « travailleurs de choc » (udarniki) avaient des cantines spéciales ; là où ce n’était pas possible, on leur offrait des salles séparées dans les cantines générales14.

  • 15 À Moscou, en octobre 1933. Ibid., p. 355-356.

21En 1930, ils avaient seuls le droit de manger de la viande pendant les dix « journées végétariennes » [sic] décrétées chaque mois. Les instructions officielles indiquaient : « Par leur qualité et leur teneur en calories, les repas des udarniki doivent être très supérieurs aux autres ; ils doivent être vendus au même prix que les autres. » À l’usine automobile de Moscou, les udamiki recevaient chaque jour un repas de trois plats avec viande, et des petits déjeuners chauds à meilleur marché ; à l’usine « Faucille et Marteau » (sidérurgie), dans l’atelier de laminage des tôles, on leur payait chaque jour une dotation en argent de 1,50 rouble. Les udarniki avaient aussi droit à des magasins spéciaux, qui leur garantissaient l’accès à des marchandises rares. Ce titre d’udarnik, attesté par la délivrance d’une carte, était en principe attribué par les ouvriers eux-mêmes : il pouvait être retiré en cas d’absentéisme ou de retard, de mauvais travail, de faible militantisme, etc. Pour compliquer encore un peu les choses, il existait quatre catégories d’udarniki15.

22Autrement dit, le rationnement était utilisé comme un moyen de stimuler la main-d’œuvre.

  • 16 Tverdoxleb, Material’noe blagosostojanie rabočego klassa..., op. cit.

23Chaque année, la Direction statistique centrale menait des enquêtes sur les budgets ouvriers ; à partir de 1930, la publication des résultats a cessé, mais les matériaux de base ont été conservés dans les archives. Un historien moscovite, A.A. Tverdoxleb, a eu accès à ces archives dans les années 1960 ; le tableau V (cf. Annexe A) est extrait de sa thèse inédite, soutenue en 197016. Il montre comment a évolué la consommation ouvrière mensuelle à Moscou entre 1929 et 1932 ; les pourcentages ont été calculés à partir de données exprimées en poids, et non en calories. Ils représentent des moyennes et ne distinguent pas entre udarniki et autres ouvriers ; ils font aussi abstraction des différences entre branches. En quantité, la ration individuelle a légèrement augmenté, passant de l’indice 100 à l’indice 111, mais sa qualité s’est sérieusement détériorée : le pain et les produits d’origine céréalière y occupent une place croissante, ainsi que les pommes de terre ; en revanche, la viande, les œufs, le lait, le beurre, en bref les produits d’origine animale, riches en calories, sont en net recul. Le tableau VI (cf. Annexe A), qui concerne Leningrad, provient d’un article déjà ancien de O.I. Škaratan. La liste des produits n’est pas tout à fait semblable ; il indique des quantités absolues, et non des pourcentages, mais la tendance générale est la même : la ration ouvrière s’est appauvrie en qualité pendant le premier plan quinquennal ; pain et pommes de terre en constituent la base. On peut donc conclure que, pour l’ouvrier ordinaire, le rationnement garantissait un strict minimum ; or, les deux capitales, Moscou et Leningrad, figuraient parmi les villes les mieux loties de l’U.R.S.S., puisqu’elles étaient considérées comme prioritaires pour l’approvisionnement.

  • 17 Barber, op. cit., p. 6 : témoignages tirés du fonds « American engineers in Russia » des archives H (...)

24Le tableau qui se dégage des travaux de O.I. Škaratan et de A.A. Tverdoxleb confirme les témoignages des ingénieurs américains présents en U.R.S.S.17 :

  • « Le pain noir est la nourriture principale. Ajoutez à cela un peu de poisson en conserve et quelques légumes à la saison. Viande et produits laitiers étaient presque inconnus » ;
  • « Dans beaucoup d’aciéries du Donbass, et dans plusieurs usines du Nord de l’Oural, j’ai trouvé des communautés qui n’avaient que du pain noir, du poisson séché et du thé » ;
  • Dans une mine du Kazakhstan, en 1930-1931, « il y a eu deux ou trois périodes [...] où pendant plusieurs jours on ne pouvait même pas obtenir de pain noir dans les coopératives [...] le midi, le restaurant de la mine ne servait que de la soupe et du pain ».
  • 18 Scott, op. cit., p. 80-81. Cf. aussi p. 43 et 48.

25Il est clair qu’à la fin du premier plan, les ouvriers connaissaient souvent la sous-alimentation : cela ressort nettement des souvenirs de J. Scott sur Magnitogorsk18 :

Les denrées alimentaires [...] étaient aussi difficiles à obtenir que le matériel technique [...]. En 1932, une carte d’ouvrier donnait droit mensuellement à :

Pain 30 kg Lait 15 litres
Viande 3 kg Beurre 0,500 kg
Sucre 1kg Gruau 2 kg

Pommes de terre – selon les quantités disponibles.

Cependant, au cours de l’hiver 1932-1933, les ouvriers ne reçurent ni viande ni beurre, presque pas de sucre et de lait. Ils n’obtinrent que du pain et un peu de gruau. Ils pouvaient acheter sans carte [...] des parfums, du tabac, du café – de l’ersatz – et, à l’occasion, quand il y en avait, du savon, du sel, du thé et des bonbons. Mais ces produits ne se trouvaient presque jamais en magasin. S’il en arrivait, les ouvriers quittaient leur travail ; l’outil à la main, ils se frayaient un chemin de haute lutte pour une demi-livre de caramels durs comme de la pierre. [À la coopérative ouvrière, ] le pain était la seule denrée qu’on était à peu près sûr d’obtenir plus ou moins régulièrement. Parfois même, il manquait pendant plusieurs jours. En prévision de ces disettes, chacun se ménageait une petite provision de croûtes de pain.

  • 19 Ibid., p. 48. Cf. aussi p. 89.

26En revanche, les spécialistes étrangers, les responsables de la police politique pouvaient obtenir caviar, vins du Caucase, denrées importées, chaussures, vêtements, dans les magasins réservés. Les ingénieurs, les directeurs russes possédaient leurs entrées au magasin des techniciens où ils pouvaient acheter du pain, parfois de la viande, du beurre, du poisson et divers objets manufacturés19.

27À la même époque, les campagnes soviétiques étaient frappées par une terrible famine qui fit plusieurs millions de morts...

28En raison de la pénurie, et de la mauvaise organisation de la distribution, les ouvriers faisaient la queue partout : dès octobre 1929, dans le Donbass,

  • 20 Trud, 25 oct. 1929. Cité par D. Filtzer, Soviet workers and Stalinist industrialization, Londres, P (...)

Il y a la queue dans chaque coopérative, dans chaque boutique, dans toutes les mines. Il faut attendre pendant des heures pour acheter n’importe quoi, et pas seulement des marchandises déficitaires... Quelques faits. À la mine Lidievka, l’unique boutique ne réussit pas à fournir le pain. Il y a toujours la queue. Et à côté se trouve un stand qui ne débite que de la bière. Mais, s’il distribuait du pain, les queues disparaîtraient.
À la mine n° 27 (district Čistjakov), on vend le pain à midi, et non à six heures du matin. C’est pourquoi les mineurs doivent souvent aller au travail le ventre vide, ou s’absenter sans permission20.

29Une lettre provenant de la ville minière de Šaxty abondait dans le même sens :

  • 21 Ibid.

Les boutiques de pain ouvrent quand les queues se sont déjà formées, ou bien elles ferment au bout de deux ou trois heures. Dans une ville de 50 000 habitants, il n’y a qu’une boutique qui vende du pétrole lampant. Même chose pour le lait. À la mine Artem, la population ouvrière atteint 15 000 personnes et chaque matin l’unique boutique de lait connaît une queue de 200 à 300 personnes. Nul n’a pensé à distribuer le lait en plusieurs points21.

  • 22 Ibid., p. 94.

30Le système de rationnement faisait alors ses premiers pas, mais la situation de la distribution ne s’est pas améliorée avant 1934. À Šaxty, en 1931, les enfants de mineurs ne recevaient ni lait ni viande. En 1932, à Rostov-sur-le-Don, il fallait se lever à deux ou trois heures du matin si l’on voulait obtenir du pain22.

  • 23 Schröder, op. cit., p. 297 ; Scott, op. cit., p. 35 et 38.
  • 24 Tverdoxleb, op. cit., p. 343-344.

31Il en allait de même dans les cantines rattachées aux entreprises. En République de Russie, le nombre de repas servis par jour est passé de 730 000 en 1929 à 15 400 000 à la fin de 1932. Mais le rythme des constructions n’a pas suivi, et les locaux étaient à la fois sales et surpeuplés. Le menu était monotone, la nourriture pleine de mouches, et souvent il était impossible d’obtenir des plats chauds. À Nižnij Novgorod, en 1931, la soupe quotidienne était si mauvaise que les ouvriers l’appelaient « la pâtée ». À Magnitogorsk, en 1932-1933, on manquait de réfectoires, de tables, de chaises, de cuillères. Le repas prenait en tout quinze à vingt minutes, mais la queue était telle qu’au total il fallait compter une heure et demie : derrière chaque personne assise à table, un camarade attendait son tour et les chaises ne restaient pas longtemps vides23. Nul ne semblait capable de faire quoi que ce fût pour remédier à la situation : les autorités se contentaient de s’en prendre à des subalternes. Entre janvier et septembre 1931, l’inspection ouvrière et paysanne du quartier Bauman (Moscou) a mené des investigations dans quarante-huit cantines. Elle a découvert des vols de produits, des denrées en train de pourrir, un manque d’hygiène dans les cuisines. En septembre 1932, dans un autre district de Moscou, a eu lieu une enquête du même type : la situation était aussi mauvaise. À chaque fois, les dirigeants de ces cantines ont été sanctionnés, et leurs dossiers transmis à la Justice24. Mais, de toute évidence, ce genre de mesures répressives ne réglait rien.

  • 25 Barber, op. cit., p. 8.

32Si la situation alimentaire s’était améliorée pendant la NEP, il n’en alla pas de même des conditions de logement. La Première Guerre mondiale et la guerre civile avaient causé de nombreuses destructions, que la construction neuve ne parvenait pas à compenser ; de surcroît, la population urbaine augmentait rapidement. Entre 1923 et 1929, la surface habitable par personne est tombée de 6,4 m2 à 5.9 m2, alors que la « norme sanitaire » était estimée à 8,25 m2 ; les familles ouvrières disposaient d’une surface habitable inférieure à la moyenne (5 m2). Ce chiffre de 5 m2 cachait de très fortes disparités entre villes : 4,3 m2 à Moscou et 5,9 m2 à Leningrad, mais 2 m2 dans l’Oural. Les inégalités étaient tout aussi fortes à l’intérieur de chaque ville : à Leningrad, en 1928, 8 % des ouvriers avaient moins de 3 m2 par personne, 37 % plus de 8 m2 ; à Ivanovo Voznesensk, en 1929, 7.9 %% des ouvriers du textile avaient moins de 2 m2, 11,7 % moins de 3 m2, 12,7 % plus de 10 m2. Dans le Donbass, 40 % des mineurs et des sidérurgistes avaient moins de 2 m2, 11,7 % moins de 3 m2. Il est clair qu’à la fin des années vingt, beaucoup d’ouvriers d’industrie étaient logés dans des baraques ou des foyers, et ne disposaient guère que d’un lit25.

33Le premier plan quinquennal aurait dû, en principe, améliorer la situation : il prévoyait pour 1933 une surface habitable moyenne de 6,3 m2 ; pour les familles ouvrières, le chiffre devait même s’élever à 6,6 m2. En réalité, le rythme de la construction n’a pu suivre l’accroissement de la population urbaine, et la surface disponible a encore diminué ; la baisse a été particulièrement accentuée à Leningrad, jusqu’alors relativement favorisée. Nous n’avons pas de données concernant l’évolution de la surface habitable dans les familles ouvrières : il est probable qu’elle est restée inférieure à la moyenne générale.

  • 26 Filtzer, op. cit., p. 95.
  • 27 Eod. loc.

34En 1929 et en 1930, la presse soviétique a consacré beaucoup de place à cette crise du logement. Elle n’a pas cherché à cacher la pénurie croissante : en république de Russie, en 1929, la demande de la population urbaine dépassait de 4,5 fois le montant de la construction en cours26. En fait, une partie des ouvriers n’avait pas de logement du tout : aux aciéries d’Alapaevsk et de Nadeždinsk (Oural), les nouveaux ouvriers devaient dormir dans les ateliers ou à la gare. À l’usine de tracteurs de Stalingrad, le programme de construction était si en retard qu’à l’automne 1931, 4 500 ouvriers étaient menacés de devoir passer l’hiver dehors27.

  • 28 Eod. loc.

35La réduction de la surface disponible n’est pas seule en cause : les locaux étaient mal entretenus et dépourvus de tout confort. Aux aciéries de Nikopol’ (Ukraine), en 1931, les dortoirs n’avaient pas d’électricité ; les draps étaient changés une fois par mois au mieux, alors que les ouvriers travaillaient en plusieurs équipes et y dormaient à tour de rôle ; la vermine était partout. À Magnitogorsk, en 1934- 1935, les baraques n’avaient pas été désinfectées depuis deux ans : la saleté y régnait, les punaises y grouillaient ; dans certains secteurs, les toilettes ne fonctionnaient pas ; verre cassé et détritus traînaient par terre. Il en allait de même dans les infirmeries, les écoles et les crèches, souvent dépourvues d’égouts et de sanitaires28.

  • 29 Ibid., p. 96.

36La crise du logement était encore aggravée par le fait que le bâtiment était sujet aux mêmes maux que le reste de l’industrie soviétique. Les capitaux alloués étaient souvent utilisés de façon médiocre et inefficace ; la construction inachevée atteignait une grande ampleur. À l’usine de tracteurs de Čeljabinsk (Oural), aucun immeuble n’a été terminé pendant les huit premiers mois de 1932 ; les seize immeubles achevés en 1931 avaient déjà besoin de réparations importantes moins d’un an plus tard29. De telles situations étaient monnaie courante dans toute l’U.R.S.S.

  • 30 Scott, op. cit., p. 204.

37Les Soviétiques n’ont pas publié de statistiques concernant la ségrégation sociale en matière de logements. Mais nous possédons le témoignage de J. Scott sur Magnitogorsk, qui en l’occurrence décrit la situation de 1938. Selon lui, l’élite administrative, technique et politique (environ 2 % de la population) vivait dans les grandes maisons du quartier Beretzki ou à l’Hôtel Central. Contremaîtres, brigadiers et ouvriers qualifiés, instituteurs, médecins et employés (15 % de la population) habitaient le district Kirov. Ces immeubles neufs, bien que surpeuplés (3,34 m2 en moyenne par individu)30, étaient tous équipés de l’électricité, du chauffage central et de l’eau courante. La moitié de la population, cependant, vivait encore dans des logements temporaires primitifs (baraques et maisons provisoires en bois) : « Les meilleurs avaient le chauffage central, l’eau courante et les égouts. Mais c’était l’exception. » Les 25 % restants, « manœuvres, ouvriers des catégories inférieures et leurs familles [...] en majorité des Bachkirs, des Tatars et des Kirghizes », s’entassaient dans les zemljanki du district « Shanghaï » :

  • 31 Ibid., p. 225-226

C’était un amas de huttes en terre, improvisées, jetées pêle-mêle dans un ravin qui donnait sur les voies du chemin de fer [...]. Les toits, généralement faits de vieux déchets de métal, étaient parfois recouverts de gazon ou de chaume. Une même maison abritait la famille, les poules, les cochons ou la vache s’il y en avait une31.

  • 32 Op. cit., p. 331 et 333.

38Pendant le premier plan quinquennal, le niveau de vie s’est effondré dans tous les domaines : alimentation, logement ; les achats de chaussures et de vêtements ont également diminué. À Moscou, selon les calculs de A.A. Tverdoxleb32, le salaire réel des ouvriers d’industrie a évolué de la façon suivante :

1928 100
1932 53
1937 63,3
  • 33 N.R. Korovin, Rabočij klass SSSR, 1933-1937 gg : voprosy istoriografii, Ivanovo, 1991, p. 26.
  • 34 Planification de la croissance et fluctuations économiques en U.R.S.S., t. 1 : 1918-1932, SEDES, 19 (...)

39Malgré l’amélioration survenue pendant le second plan quinquennal, le niveau de 1928 n’était toujours pas retrouvé en 1937 : N.R. Korovin, qui s’est intéressé au cas d’Ivanovo, est parvenu à la même conclusion33. Compte tenu des incertitudes inhérentes à ce genre de calculs, ces résultats sont assez proches des estimations de E. Zaleski34 qui portent sur tout le personnel de l’industrie :

1927-1928 100
1932 45,5
1937 56,1

40La baisse du salaire réel apparaît sous un jour un peu moins défavorable si l’on tient compte des deux correctifs suivants :

  1. Les comparaisons entre 1928 et 1932 (ou 1937) portent sur les personnes ayant un emploi : or, en 1928, le chômage était important ; en 1932 (ou en 1937), on manquait de main-d’œuvre.
  2. L’emploi féminin s’est accru : le nombre d’actifs par famille ouvrière a donc augmenté35 :
1928/29 1929/30 1931 1932
1,2 1,3 1,4 1,4
  • 36 Citées par A.M. Panfilova, Formirovanie rabočego klassa v gody pervoj pjatiletki, 1928-1932 gg., M. (...)

41La diminution du pouvoir d’achat n’a pas touché tous les ouvriers de façon égale ; elle a affecté en premier lieu ceux qui travaillaient déjà à l’usine en 1928. Les nouvelles recrues venues de la campagne pendant le premier plan ont probablement moins souffert de cette évolution, car à la fin de la NEP, les revenus des ruraux étaient très nettement inférieurs à ceux des citadins ; les données suivantes36, qui proviennent de la commission gouvernementale sur l’imposition, en témoignent :

Revenu annuel moyen en 1926/27

Paysan pauvre 127,8 roubles
Paysan moyen 174,6 roubles
Ouvrier 338 roubles

42Malgré le recul de leur niveau de vie, les ouvriers soviétiques semblaient favorisés en comparaison des paysans : en effet, à la différence de ces derniers, ils étaient protégés, dans une certaine mesure, par le rationnement. Cette situation suscitait de l’opposition entre les deux catégories, entretenue par la propagande officielle :

  • 37 Rapport de B. Attolico, ambassadeur d’Italie à Moscou, 26 mars 1932. Cf. A. Graziosi, « Lettres de (...)
  • 38 Rapport du vice-consul italien à Kharkov (22 juin 1933), ibid., p. 70. Cf. aussi p. 73 (10 juillet  (...)

Un fait est caractéristique : ces paysans [fils de koulaks] devenus des travailleurs parlent des ouvriers comme d’une classe supérieure, privilégiée, qui leur témoigne de l’inimitié ou pour le moins de l’hostilité37.
Les ouvriers [ukrainiens] mangent encore et s’ils mangent moins et vivent dans des conditions de gêne supérieures à la moyenne russe, ils ne se plaignent pas encore, tout au plus s’en prennent-ils au paysan qui depuis des mois et des mois est traité de « koulak », « koulakisé », « contaminé par le koulakisme »38.

43Dans ses Mémoires, E. Olitskaïa note aussi ce ressentiment :

  • 39 Ekaterina Olitskaïa, Le sablier : mémoires, Deux Temps Tierce, 1991, p. 308.

À l’époque, la paysannerie n’avait que du dédain pour la ville et les citadins. Les paysans venaient vendre leurs produits au marché mais demandaient des prix incroyables.
 – Qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse de vos papiers, disaient les marchands. Qu’est-ce que tu peux acheter avec ça ? Allez donc acheter à bouffer dans vos magasins avec vos tickets et vos cartes [...].
Les citadins râlaient souvent contre les paysans mais les gens qui avaient des liens avec la campagne pensaient autrement39.

  • 40 Dix ans au pays du mensonge déconcertant, rééd., Champ Libre, 1977. L’ouvrage se compose de deux pa (...)

44Comment les travailleurs soviétiques réagissaient-ils à la dégradation de leurs conditions de vie ? Nous disposons sur ce sujet des témoignages d’étrangers qui ont travaillé en U.R.S.S. à cette époque ; les souvenirs du communiste croate Ante Ciliga40 sont sans doute les plus précieux pour l’historien.

  • 41 Ibid., p. 86 et 204.
  • 42 Ibid., p. 85-86.
  • 43 Ibid., p. 89.
  • 44 Ibid., p. 115. Sur le mécontentement à Leningrad, cf. aussi p. 225.

45A. Ciliga a résidé à Leningrad d’octobre 1929 à mai 1930, date de son arrestation pour appartenance à l’opposition trotskyste41. Il dispensait des cours aux militants communistes d’usine ; ses camarades yougoslaves s’étaient embauchés comme ouvriers42. Il était donc bien placé pour s’informer sur l’état de l’opinion dans les entreprises. Ses élèves, responsables de cellules du PC(b) et du Komsomol, lui disaient souvent : « La vie des ouvriers est intenable, leur patience est à bout, notre propagande rencontre dans leur milieu de grands obstacles43. » Un vieil ouvrier qualifié lui confiait : « Nous vivons actuellement plus mal qu’au temps des capitalistes44. »

  • 45 Ibid., p. 118-119.
  • 46 Ibid., p. 118.
  • 47 Eod. loc.

46Les travailleurs de l’usine « Aurore rouge », qui fabriquait des téléphones, étaient si mécontents de la vie chère, de la pénurie et des bas salaires que le bureau de la cellule communiste craignait une grève45. Pourtant, la situation était très complexe, car l’attitude des ouvriers à l’égard des initiatives de Staline était fort loin d’être uniforme46. Par exemple, les uns exprimaient des « sentiments paysans », c’est-à-dire une hostilité déclarée envers la collectivisation forcée : « Qu’est-ce que cette politique nous apporte ? La faim...47 ».

  • 48 Ibid., P. 117-118. Les membres des brigades qui partaient collectiviser les campagnes gardaient leu (...)
  • 49 Ibid., p. 89.
  • 50 Elle appartenait à une famille d’ouvriers du textile et travaillait elle aussi dans cette industrie

47D’autres, au contraire, soutenaient le nouveau cours et s’enrôlaient parmi « les vingt-cinq mille » ; il est vrai qu’ils étaient parfois animés par le désir de gagner davantage48. Ces divergences se retrouvaient au sein du Komsomol. A. Ciliga cite le cas de deux jeunes filles d’origine ouvrière qui défendaient des positions strictement opposées49 : la première « considérait l’univers du point de vue des journaux du parti, des résolutions de meetings et des manuels officiels » ; quant à la seconde, « à tout propos elle parlait de la vie difficile des ouvriers. Elle citait avec la plus grande simplicité les faits angoissants qu’elle avait pu observer quotidiennement à l’usine et en famille50 ».

  • 51 Smith, op. cit., p. 38.
  • 52 Il ne précise pas ses raisons exactes (ibid., p. 252-261, fin 1933 ou début 1934). Sur les plaintes (...)

48Le communiste américain A. Smith a travaillé de 1932 à 1935 dans l’entreprise Èlektrozavod (Moscou). Il fait état de protestations contre les taux de salaire aux pièces51 et du vif mécontentement d’un groupe de travailleurs membres du PC(b)52. Il a pu visiter la région de la Volga au moment de la grande famine (1933) et s’entretenir avec des ouvriers.

  • 53 Ibid., p. 179. Pour des réponses analogues, cf. p. 163-164 (Saratov, usine de machines agricoles). (...)

49À la conserverie de poisson d’Astrakhan, une femme s’est plainte en ces termes53 :

On nous donne du poisson à manger, mais c’est toujours celui de rebut. Il n’est pas frais. Ce qu’on nous sert au restaurant n’est pas conservé dans la glace et est couvert de mouches et d’insectes. De plus, nous n’avons pas assez de pain. Le poisson ne le remplace pas. On ne peut en vivre exclusivement.

  • 54 Scott, op. cit., p. 49 (trad. rectifiée d’après l’original en langue anglaise).
  • 55 Espace réservé à la propagande, orné de portraits de Lénine et de Staline : des journaux et des bro (...)

50On retrouve l’obsession de la nourriture dans le livre de J. Scott sur Magnitogorsk, où il a travaillé de septembre 1932 au début de 193854 : « Les conditions alimentaires formaient le thème constant des discussions lors des petits meetings spontanés que l’on tenait au Coin rouge55 de la baraque avant ou après le repas. »

  • 56 Ibid.., p. 47 ; cf. aussi p. 35 (« 200 grammes de pain, ce n’est pas assez ») et p. 231 sur les dîn (...)

51La pénurie de sucre était particulièrement ressentie ; certaines ouvrières, surtout les plus âgées, ne se satisfaisaient pas des explications officielles (mauvaise récolte, nécessité d’exporter pour acheter des machines à l’étranger)56 : « On ne peut pas boire son thé sans sucre [...]. Elles avaient toujours eu du sucre, sauf pendant la guerre. On n’était plus en guerre, donc il devait y avoir du sucre ! »

  • 57 Ibid., p. 24 (trad. rectifiée).
  • 58 Ibid., p. 44.

52J. Scott mentionne d’autres motifs de mécontentement : ainsi, les soudeurs insultaient copieusement leur contremaître, « à cause de l’insécurité des échafaudages ou des bas salaires57 ». Les aberrations du commerce soviétique étaient aussi source de grogne58 : « Sale boutique ! fit Popov. En été, ils n’ont que des pelisses, en hiver, rien que des mouchoirs de soie ! »

  • 59 Ciliga, op. cit., p. 395-396.

53Les trois témoignages que nous venons de citer attestent qu’une partie au moins des ouvriers ressentait amèrement la dégradation des conditions de vie ; malgré la présence pesante de la police politique, les travailleurs exprimaient leurs griefs à haute voix, lorsque l’occasion leur en était offerte59. Cette insatisfaction débouchait-elle sur des luttes collectives, sur une mise en cause du régime ? C’est ce que nous allons examiner maintenant, en commençant par étudier le rôle des syndicats.

II. L’évolution des syndicats

54Au sortir de la guerre civile, les bolcheviks ont débattu avec vivacité de la fonction des syndicats. Trois plates-formes étaient en présence. Trotsky, rejoint par Boukharine, proposait d’intégrer les syndicats à l’appareil d’État, en les chargeant de la production et, par conséquent, de la productivité et de la discipline du travail. Hostile aux responsables syndicaux qu’il juge « trade-unionistes », c’est-à-dire trop attachés à la défense d’intérêts professionnels étroits, il souhaitait la promotion d’éléments ouvriers nouveaux, plus préoccupés d’augmenter la production que de soutenir des revendications ; à ses yeux, seule l’étatisation permettait la participation des travailleurs à la discussion et à la direction de l’économie. Trotsky et Boukharine ne voyaient pas la nécessité d’une protection des ouvriers contre un « État ouvrier ». À l’inverse, l’« opposition ouvrière » (Chliapnikov, Kollontaï) dénonçait violemment la militarisation et la bureaucratisation ; elle prônait le « contrôle ouvrier », exercé par les syndicats dans les entreprises et par un congrès des producteurs à l’échelle du pays.

55Lénine s’est donné beaucoup de mal pour garder une position médiane qui puisse rallier à la fois Boukharine et Tomskij (dirigeant des syndicats) : lors du Xe Congrès (8-16 mars 1921), ses thèses l’emportent par 336 voix contre 50 à celles de Trotsky et 18 à l’« opposition ouvrière » (Chliapnikov, Kollontaï). Elles sont exposées dans une résolution intitulée « Sur le rôle et les tâches des syndicats » ; l’année suivante, le XIe Congrès est revenu sur la question et a adopté une nouvelle résolution intitulée « Le rôle et les tâches des syndicats dans les conditions de la NEP ». Ces deux textes devaient rester le credo officiel du mouvement syndical russe jusqu’en 1929. Ils s’articulent autour de trois idées principales :

  1. La suprématie du parti sur le syndicat : « Comme avant, les organisations centrales et locales du Parti communiste de Russie orientent sans conteste toute l’activité idéologique des syndicats60. » Cette direction s’exerce par le biais des « fractions » communistes présentes dans les syndicats ; elle doit indiquer la « ligne générale » et éviter toute « tutelle mesquine », toute « ingérence abusive dans le travail quotidien des syndicats » ;
  2. Le souci de la production : « Le congrès estime nécessaire de souligner que la lutte contre la ruine économique ne connaîtra d’importants succès qu’à condition que les syndicats s’occupent des tâches économiques davantage qu’ils ne l’ont fait jusqu’à présent, et participent de très près à l’organisation et à la gestion de l’industrie61. »
  3. La défense des salariés : l’adoption de la NEP signifie que désormais les entreprises d’État doivent être rentables ; il leur faut donc augmenter la productivité du travail. De plus, les services gouvernementaux ont des intérêts spécifiques et manifestent un zèle exagéré. « Tout cela engendre forcément une certaine opposition d’intérêts, quant aux conditions de travail à l’usine, entre la masse des ouvriers et les directeurs, les responsables des entreprises d’État ou les administrations dont elles relèvent62. » La tâche des syndicats consiste à prévenir les conflits « par une politique prévoyante tendant réellement et dans tous les domaines à défendre les intérêts de la masse des ouvriers63 ». Si une grève éclate, ils sont tenus de contribuer à une solution rapide « par des mesures visant à éliminer les injustices et les désordres réels, à satisfaire les revendications légitimes et réalisables, et à exercer une influence politique sur les masses ». Il est bien précisé que les avantages accordés à un groupe d’ouvriers ne doivent pas « porter préjudice à d’autres catégories ni faire de tort à l’État ouvrier et à l’ensemble de son économie... »
  • 64 Ibid., p. 485.

56En somme, les autorités tiennent les syndicats pour les garants de la paix sociale dans l’entreprise. Le droit de grève est étroitement limité : « Le recours à la grève, dans un État où le pouvoir politique appartient au prolétariat, ne peut s’expliquer et se justifier que par des déformations bureaucratiques de l’État prolétarien et par toutes sortes de survivances du passé capitaliste dans ses institutions, d’une part, ainsi que par le manque de maturité politique et l’arriération culturelle des masses laborieuses, de l’autre64. »

  • 65 Il s’agit de l’année économique qui commence le 1er octobre et se termine le 30 septembre.
  • 66 Tout ce passage s’appuie sur une publication du Bureau international du travail intitulée Le mouvem (...)
  • 67 Vos’moj s"ezd professional’nyx sojuzov SSSR, 10-24 dekabrja 1928 g., Polnyj stenografičeskij otčet, (...)

57Pour être considérée comme légale, la grève doit avoir reçu l’aval du syndicat. Aucune organisation syndicale ne peut déclarer la grève dans un district sans l’approbation de l’instance syndicale immédiatement supérieure. Les décisions du Comité central d’un syndicat en matière d’arrêt ou de reprise du travail sont obligatoires ; tout organe local qui ne s’y conforme pas peut être dissous. La réalité ne correspondait guère à ce schéma théorique : ainsi, en 1922-192365, sur 330 grèves enregistrées dans les entreprises industrielles de l’État, onze seulement avaient été autorisées par le syndicat. Cela n’a pas été sans influer sur les résultats obtenus : 45 % des 146 000 participants ont vu leurs demandes repoussées entièrement ; les grévistes se heurtant à la fois à la direction de l’usine et au syndicat, leur mouvement pouvait difficilement aboutir. En revanche, les grèves du printemps 1925 ont été victorieuses : en général, les ouvriers étaient mécontents du fait qu’à chaque renouvellement de convention collective, les tarifs aux pièces étaient considérablement abaissés au point d’entraîner parfois une diminution des salaires, malgré le relèvement incontestable de la production. Ces arrêts de travail ont duré en moyenne un jour ; les plus longs se sont prolongés pendant cinq jours. Il s’agissait en fait de manifestations visant à hâter l’aboutissement de négociations qui traînaient exagérément, du fait probablement de l’apathie des syndicats. Ces derniers durent tenir compte du mécontentement et les contrats collectifs conclus à l’été 1925 assurèrent aux ouvriers de forts relèvements de tarifs66. En réalité, les grèves « sauvages » n’ont pas cessé pendant la NEP ; selon Tomskij, elles résultaient des défauts de l’activité syndicale : « attention insuffisante aux besoins des masses [...] et mépris pour les “petits détails” de la vie ouvrière ». Il demandait de véritables élections dans les syndicats et ajoutait que les ouvriers n’osaient pas exprimer leurs critiques, par peur d’être traités de mencheviks ou de contre-révolutionnaires67.

  • 68 L. Greyfié de Bellecombe, Les conventions collectives de travail en Union soviétique, Paris – La Ha (...)

58Si les débrayages spontanés n’ont pas disparu dans les années vingt, il reste néanmoins que le nombre de grévistes a diminué régulièrement entre 1921/1922 et 1928. Pour les autorités, la grève n’était légitime que dans le secteur privé ; dans les entreprises d’État, elle faisait figure d’anomalie68.

59Les syndicats soviétiques n’étaient pas des organisations de combat ; il était impensable qu’ils s’opposent à l’État-parti. Il serait pourtant hâtif d’en conclure qu’ils ne jouaient qu’un rôle de figurants dans les années vingt : en effet, ils négociaient les conventions collectives et participaient aux commissions paritaires chargées de régler les conflits du travail.

  • 69 Les conventions collectives, Genève, B.I.T., 1936, p. 259-260.

60Dans la Russie tsariste, les contrats collectifs étaient extrêmement rares. Au lendemain de la révolution de février 1917, avec la légalisation des syndicats, la tendance à la conclusion de conventions collectives commença à se généraliser : ainsi, le syndicat des métallurgistes a signé 21 contrats collectifs locaux portant sur les taux de salaire et embrassant 600 000 ouvriers : 3 contrats pour la région de Petrograd, 8 pour la région de Moscou, 6 pour le Donbass et 4 pour la région de la Volga69. Mais, après octobre 1917, les conventions collectives ont perdu toute raison d’être, car les syndicats fixaient unilatéralement les « tarifs » de salaire. Le retour à la pratique des contrats collectifs date de la période de la NEP (1922).

  • 70 Code du travail, art. 15, traduit dans Les codes de la Russie soviétique (II), Paris, Marcel Giard, (...)
  • 71 Ibid., art. 16.

61Le Code du travail (novembre 1922) définit la convention collective comme « un accord conclu par le syndicat professionnel [...], en tant que représentant des ouvriers et des employés, d’une part, et par l’employeur, d’autre part, lequel accord fixe les conditions du travail et de l’embauchage pour les entreprises, établissements, exploitations pris individuellement ou pour un groupe de ceux-ci [...], et détermine le contenu des futurs contrats individuels d’embauchage70 ». Comme les syndicats soviétiques sont organisés par branche d’industrie, et non par profession, il existe un seul contrat par entreprise. Ses dispositions s’appliquent à tous les membres du personnel, qu’ils soient syndiqués ou non71.

62Cependant, en pratique, les adhérents du syndicat jouissent de certains avantages : ils sont embauchés en priorité ; en revanche, en cas de licenciements, les non-syndiqués sont les premiers touchés.

  • 72 S. Zagorsky, Les salaires et la réglementation des conditions du travail dans l’U.R.S.S., Genève, B (...)
  • 73 Code du tavail, art. 17, cf. Les Codes de la Russie soviétique, p. 9-10.

63La conclusion de conventions collectives n’avait rien d’obligatoire, mais elle s’est rapidement généralisée. Entre 1925 et 1928, le nombre des contrats et des salariés couverts s’est accru régulièrement ; en 1928, ils englobaient en moyenne 97,8 % des travailleurs dans l’industrie (99,3 % dans le textile, 99 % dans la chimie). Cette situation était conforme aux vœux émis par les syndicats lors de leur Ve Congrès (septembre 1922), et répétés ensuite à maintes reprises : « La convention collective est la forme d’accord qui convient le mieux aux conditions particulières des diverses branches de l’industrie et des différentes entreprises industrielles72. » Il existait deux types de contrats collectifs73 :

  • Les contrats généraux, valant pour toutes les entreprises d’une même branche industrielle ; ils étaient signés entre le Comité central du syndicat et l’administration supérieure du trust (groupement d’usines) ;
  • Les contrats locaux, qui ne s’appliquaient qu’à un district ou à une région : ils étaient conclus entre les comités régionaux du syndicat et la direction d’une entreprise.
  • 74 Zagorsky, op. cit., p. 62-63.

64Soulignons au passage que les organisations syndicales de base (comités d’usine) n’avaient pas le droit de signer la convention : seules les instances nationales et régionales étaient habilitées à le faire74.

  • 75 Le Vesenkha (Conseil suprême de l’économie nationale) gérait les entreprises industrielles apparten (...)
  • 76 Trud, 10, 16 et 25 nov. 1928.
  • 77 Zagorsky, op. cit., p. 69.

65Les responsables de l’industrie préféraient les contrats généraux, car ils tenaient davantage compte des possibilités financières des entreprises et permettaient de limiter les hausses de salaires : c’est ainsi qu’en 1927 le Vesenkha75 prit un arrêté où il déclarait que la conclusion de conventions locales était inadmissible ; il récidiva en 1928. Mais cette position se heurta à une vive résistance des syndicats, qui insistèrent sur la nécessité de contrats locaux plus particulièrement consacrés au bien-être culturel et matériel des travailleurs76. C’est ce point de vue qui l’a emporté ; les ouvriers se répartissaient de la manière suivante entre les deux types de conventions (en %)77 :

1925 1926 1927 1928
générales 33,4 34,7 32,7 27,5
locales 66,6 65,3 67,3 72,5
  • 78 Ibid., p. 58-59 ; Le mouvement syndical..., op. cit., p. 154-155.

66Les contrats collectifs avaient une durée de validité d’un an. Ils ont subi de sérieuses modifications à partir de 192678 : à compter de cette date, en effet, l’État a fixé des limites aux augmentations de salaire.

  • 79 Trud, 3 nov. 1928.
  • 80 Le mouvement syndical..., op. cit., p. 155.

67Dès lors, le Vesenkha et le Conseil central des syndicats ont publié chaque année des directives à l’usage des organisations professionnelles locales. Ces directives comportaient des dispositions précises sur les demandes à formuler en matière de conditions de travail : taux de salaire, normes de rendement individuel, dépenses des entreprises pour le logement et la santé, relèvement de la productivité. Les pourparlers entre dirigeants de l’industrie et syndicats ne pouvaient commencer qu’après la publication de ces instructions, ce qui limitait sensiblement la liberté des parties contractantes79. Certains syndicalistes ont vu dans cette politique un retour à la fixation autoritaire des salaires, telle qu’elle se pratiquait sous le communisme de guerre. M. Tomskij s’est défendu énergiquement contre ces accusations : selon lui, l’État détermine suivant ses ressources ce qui peut être attribué au relèvement des salaires ; il s’agit ensuite de savoir qui doit en profiter : « Cela devient alors l’affaire des syndicats80. »

  • 81 M. Dogadov, Sed’moj S"ezd professional’nyx sojuzov SSSR, M., 1927, p. 89.
  • 82 Professional’nye sojuzy SSSR, 1924-1926, otčet k VII S"ezdu, M., 1926, p. 195.
  • 83 Sed’moj S"ezd..., op. cit., p. 784.
  • 84 Trud, lôjanv. 1929 ; Èkonomičeskaja žizn, 13janv. 1929.

68Les négociations précédant la signature des contrats collectifs étaient en général fort longues : elles duraient parfois trois, quatre et même cinq mois81. En 1925, il est même arrivé que les pourparlers aboutissent après l’expiration du délai de validité de la convention82 ! En décembre 1926, le VIIe Congrès des syndicats a estimé que la durée des discussions ne devait pas excéder 15 à 30 jours83. Mais ces directives ont été souvent ignorées et en 1927 presque tous les contrats collectifs ont été conclus bien après les délais fixés. En 1929, la presse soviétique constatait toujours les mêmes retards, malgré les rappels à l’ordre émanant du Vesenkha et du Conseil central des syndicats84. Cette situation résultait de deux facteurs :

  1. l’esprit bureaucratique, source de lenteur et d’atermoiements,
  2. les innombrables disputes entre les deux parties.
  • 85 4 août 1927.
  • 86 Zagorsky, op. cit., p. 76-78.
  • 87 En principe, on ne devait recourir au tribunal d’arbitrage qu’à titre d’exception, une fois épuisés (...)
  • 88 Compte rendu de l’activité du commissariat au Travail en 1927-1928, présenté au VIIIe Congrès des s (...)

69Les désaccords portaient fréquemment sur des dizaines et même des centaines de questions. Selon l’organe syndical Trud85, il n’était pas rare que le nombre de litiges dépasse le nombre de paragraphes d’une convention. En 1929, les conflits prirent des dimensions exceptionnelles : les pourparlers entre le syndicat des ouvriers métallurgistes et le trust métallurgique de l’U.R.S.S. révélèrent 72 points de friction ; les négociations entre le syndicat des ouvriers métallurgistes et le trust de l’industrie mécanique durèrent vingt jours, à raison de seize heures par jour, et n’aboutirent à rien86. Les deux parties avaient tendance à renvoyer tous les cas litigieux devant les tribunaux d’arbitrage au lieu de faire appel aux chambres locales de conciliation, ce qui contribuait encore à augmenter les retards87. Cette pratique a persisté au fil des années : sur l’ensemble des contrats ayant comporté des litiges, 79 % furent soumis aux tribunaux d’arbitrage en 1924, 87 % en 1925, 88 % en 1926 et 79 % en 192788.

  • 89 M. Tomskij, Les syndicats professionnels à une nouvelle étape, M., 1923, cf. Zagorsky, op. cit., p. (...)
  • 90 KPSS v rezoljucijax i rešenijax..., t. 4, M., 1984, p. 453.
  • 91 Le VIIe Congrès des syndicats s’est tenu en décembre 1926, le VIIIe en décembre 1928.
  • 92 Trud, 29 sept. 1929.

70En principe, les projets de conventions devaient être discutés par les ouvriers réunis en assemblée générale. Cette recommandation était en fait bien souvent oubliée. En 1923, M. Tomskij notait que la conclusion des contrats collectifs se résumait « à une discussion entre les représentants du syndicat et le représentant de l’administration qui, dans le silence d’un cabinet de travail, signaient un accord dont les ouvriers n’avaient pas connaissance89 ». Deux ans plus tard, la résolution du XIVe Congrès du PC(b) « Sur le travail des syndicats » constatait que la situation n’avait guère changé : la majorité des syndicats continuaient à souscrire des contrats sans les avoir soumis au préalable à la base, et sans connaître les véritables exigences des ouvriers et des employés90. Le VIIe et le VIIIe Congrès des syndicats ont fait état de progrès dans ce domaine91 ; pourtant, en septembre 1929, le quotidien Trud pouvait écrire ceci : « Les faits que nous avons notés l’année dernière, où les ouvriers n’étaient pas du tout renseignés sur la marche des pourparlers [...], ne doivent plus se répéter cette année92. »

  • 93 Ibid., 13 déc. 1928 ; 13 janv. 1929 ; 12 et 13 nov. 1929 ; Sed’moj S"ezd..., p. 784.
  • 94 Trud, 14 déc. 1928 (VIIIe Congrès des syndicats).

71Les clauses des conventions collectives étaient loin d’être toujours observées par leurs signataires93. De nombreuses dispositions affectant le bien-être matériel des ouvriers n’étaient pas respectées par les employeurs ; il arrivait que les salaires soient payés avec retard. Quant aux syndicats, ils faisaient également preuve de négligence, comme le reconnaissait M. Tomskij dans un discours prononcé en 192894 :

Une fois que le contrat collectif est signé, le syndicat doit exiger que tout ce qui a été signé soit réellement exécuté. Seulement, lorsque nous parlons ainsi, nous autres syndicalistes, nous sommes tentés de l’interpréter de cette façon : exigeons des dirigeants de l’industrie qu’ils remplissent strictement les obligations qu’ils ont assumées en signant le contrat collectif. Nous ne disons pas que nous, de notre côté, nous devons également remplir nos engagements, comme si nous le faisions réellement, alors que malheureusement ce n’est pas le cas.

72Jusqu’à présent, nous avons analysé l’activité syndicale vue d’en haut, car la signature des conventions collectives relevait exclusivement des directions nationale et régionales ; tournons-nous maintenant vers les organisations de base (comités d’usine).

  • 95 Pour rascenočno-konfliktnaja komissija.
  • 96 Code du travail (1922), cf. Les Codes de la Russie soviétique, Marcel Giard, 1926, p. 55.
  • 97 Ibid., p. 56.
  • 98 Ibid., p. 48 (art. 47).
  • 99 Trud, 14 juin 1924.

73Les comités d’usine étaient chargés de resoudre les conflits sur le lieu de travail afin de prévenir les grèves. Dans cette perspective, un rôle central revenait aux « commissions de tarification et de conciliation » (abréviation russe RKK)95, composées sur une base paritaire de représentants de la direction et de syndicalistes. Ces commissions examinaient « uniquement les litiges en matière d’application des contrats collectifs et des contrats individuels de travail... » (article 172 du Code du travail)96 ; « les litiges visant le fond du contrat collectif, la demande de modification de différentes parties de ce contrat, ainsi que la demande de conditions nouvelles ou complémentaires à inclure dans le contrat collectif » échappaient à leur compétence97. Les RKK tranchaient par accord des parties ; à défaut de cet accord, il était possible de porter l’affaire devant un autre organisme paritaire : chambre de conciliation ou tribunal arbitral. En principe, un ouvrier ne pouvait être licencié pour inaptitude au travail ou violation de la discipline qu’avec l’accord préalable de la RKK98, ce qui donnait au syndicat un droit de veto sur les décisions de la direction. Les commissions intervenaient aussi dans la fixation des salaires, car elles étaient chargées d’établir les normes de rendement. La presse syndicale se montrait critique à leur égard ; elle se plaignait de la lenteur de la procédure : « Dans les grandes entreprises, les affaires traînent fréquemment deux semaines et plus, ce qui provoque des récriminations parfaitement justifiées99. » L’attitude des représentants syndicaux était mise en cause :

  • 100 Ibid., 16 juin 1925.

Que peuvent penser les ouvriers de leur syndicat quand leurs représentants dans la RKK, au lieu de défendre les intérêts des ouvriers, sont occupés à les licencier et à leur infliger des amendes ? Quelle confiance l’ouvrier peut-il avoir dans son comité d’usine quand celui-ci [...] confirme sans aucune justification la baisse des taux de salaire ou l’élévation des normes de rendement ?100

  • 101 KPSS v rezoljucijax..., t. 3, M., 1984, p. 452.

74De son côté, le XIVe Congrès du parti bolchevique (décembre 1925) dénonçait « l’alliance monstrueuse entre certains syndicats et les organes économiques [...], qui conduit le syndicat à oublier sa principale fonction : représenter et défendre les intérêts économiques des ouvriers101 ».

  • 102 Le mouvement syndical..., op. cit., p. 171. Le 28 nov. 1926, le quotidien Trud notait la persistanc (...)

75De tels comportements affaiblissaient l’autorité des commissions paritaires, à tel point que les travailleurs préféraient parfois s’adresser directement à l’administration de l’entreprise plutôt que de saisir la RKK102.

  • 103 KPSS v rezoljucijax..., t. 4, M., 1984, p. 436 : résolution du plénum conjoint du Comité central et (...)
  • 104 Ibid., p. 434.

76Sous la NEP, les syndicats disposaient d’une marge de manœuvre, certes étroite, qui leur permettait de défendre les intérêts des salariés. Avec le Grand Tournant, ils vont perdre le peu d’autonomie qui leur restait ; leur rôle va être redéfini dans le sens d’une soumission absolue au parti-Etat et aux directeurs d’usine. Depuis 1917, ils étaient dirigés par M. Tomskij ; en 1928, soucieux de limiter les sacrifices imposés aux travailleurs par l’industrialisation, ce dernier prit tout naturellement position en faveur des thèses de Boukharine. Dès lors, son destin politique était scellé : lorsque Staline élimina l’opposition « de droite », M. Tomskij perdit son poste (avril 1929)103 et fut remplacé par N. Švernik. Le plénum du Comité central qui prit cette décision adopta une résolution où l’on pouvait lire ceci104 :

  • 105 « Trade-unionisme » : ce terme est toujours péjoratif dans le vocabulaire officiel ; il désigne une (...)

Dans la question des syndicats, Boukharine, Rykov et Tomskij opposent dangereusement les syndicats au parti, adoptent en fait une politique visant à affaiblir la direction du mouvement syndical par le parti, masquent les défauts du travail syndical, dissimulent les tendances « trade-unionistes105 » et la rigidité bureaucratique d’une partie de l’appareil syndical et décrivent la lutte du parti contre ces défauts comme une manière trotskyste de « secouer » les syndicats.

  • 106 26 juin-13 juillet 1930.
  • 107 En russe, le mot « reconstruction » n’a pas le même sens qu’en français : il signifie en fait restr (...)

77Un an plus tard, le XVIe Congrès du PC(b)106 votait un texte consacré aux « tâches des syndicats dans la période de reconstruction107 », qui reprenait les mêmes accusations contre « l’ancienne direction opportuniste de droite » :

  • 108 En décembre 1928.
  • 109 KPSS v rezoljucijax..., t. 5, M., 1984, p. 182. Nous avons modifié la traduction donnée par T. Lowi (...)

L’appareil syndical qui s’est constitué au fil des années a eu des mérites sérieux en organisant les masses ouvrières, mais, en même temps, il a accumulé une série d’éléments négatifs que l’ancienne direction du mouvement syndical n’a pas combattus avec l’esprit de décision bolchevique. L’appareil syndical participait peu à la vie politique active ; il n’était pas assez lié aux masses ouvrières, parfois même il en était coupé et s’enfermait dans des intérêts étroitement professionnels : ceci a créé les conditions de développement de l’apolitisme, et a conduit ensuite – au moment du VIIIe Congrès108 – à des tentatives visant à opposer l’appareil syndical au parti109.

78Le XVIe Congrès a défini avec précision la nouvelle doctrine syndicale ; celle-ci tenait en deux points :

  1. « Les organisations du parti doivent améliorer et renforcer la direction concrète110 du travail des organisations syndicales en pénétrant dans l’essence de l’activité des syndicats, en les aidant à corriger leurs défauts et leurs erreurs... et en se souciant de renforcer systématiquement les effectifs des cadres syndicaux111 » ;
  2. Les syndicats doivent se préoccuper avant tout d’augmenter la production : « Le XVIe Congrès du parti souligne résolument que le maillon décisif, fondamental, pour vivifier et améliorer toute l’activité des syndicats et pour entraîner les larges masses ouvrières vers la gestion de la production, est l’émulation socialiste et son prolongement immédiat – le travail de choc...112 ».
  • 113 En décembre 1925, la résolution du XIVe Congrès du PC(b) « sur le travail des syndicats » avait con (...)
  • 114 Jan Abel, chef de la Section des salaires au Conseil central des syndicats, in Les conventions coll (...)

79La résolution est muette sur la défense des salariés ; il est significatif que les mots « grève » et « lutte économique » n’y figurent pas113. Il est désormais entendu qu’il ne saurait y avoir de contradiction, même passagère, entre les intérêts des ouvriers et ceux de l’État soviétique : c’est là précisément ce qui distingue l’U.R.S.S. des pays capitalistes114. Il en découle que le recours à la grève ne saurait être admis, bien qu’aucune loi ne l’ait expressément interdit.

  • 115 Les syndicats soviétiques étaient organisés par branche ; chaque fédération d’industrie était dirig (...)
  • 116 R.W. Davies, The Soviet economy in turmoil, 1929-1930, Londres, Mac Millan, 1989, p. 278 (d’après S (...)
  • 117 Pravda, 7 mars 1929.
  • 118 Les Codes de la Russie soviétique, p. 22.
  • 119 S. Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, M. Rivière, 1956, p. 443-445.
  • 120 Cité par Schwarz, Les ouvriers..., p. 447.

80Les effets de la nouvelle politique n’ont pas tardé à se faire sentir. Après la destitution de M. Tomskij, l’appareil syndical a fait l’objet d’une purge à tous les niveaux : au 1er avril 1930, 59 % des membres du Conseil central avaient été chassés ; pour les comités centraux115 et les comités d’usine, les chiffres s’élevaient respectivement à 67 % et 68 %116. Cette élimination des « éléments droitiers » a sans aucun doute renforcé l’autorité des directeurs d’usine. Leurs pouvoirs avaient déjà été accrus par le décret du 6 mars 1929117, qui les autorisait à licencier pour infraction à la discipline sans l’accord préalable de la RKK : les ouvriers ne pouvaient désormais faire appel à la commission paritaire qu’après coup, et la décision de cette dernière serait définitive. Les RKK ont vu leur rôle amoindri dans un autre domaine : la fixation des normes. L’article 56 du Code du travail (1922) stipulait : « Les normes de rendement sont établies par accord entre l’administration de l’entreprise [...] et le syndicat ou l’organe syndical correspondant118. » Ces accords étaient passés dans le cadre de la RKK ; si celle-ci ne parvenait pas à l’unanimité, les parties pouvaient faire appel à la chambre de conciliation ou au tribunal arbitral. En principe, le calcul des normes prenait en considération les possibilités de « l’ouvrier moyen » ; l’administration des entreprises et les syndicats interprétaient cette notion de façon assez différente, à en juger par les nombreux conflits qui les ont opposés de 1924 à 1929. Au début des années trente, la détermination des normes passa graduellement entre les mains des bureaux de normalisation, les RKK se bornant à confirmer leurs propositions ; c’était désormais le rendement des « travailleurs de choc » (udarniki) qui devait servir de base pour le calcul. Le dépassement des normes, qui ne donnait lieu jusque-là qu’à des majorations proportionnelles du salaire, était mainnant encouragé par un système de rémunération progressive. Inversement, l’ouvrier qui n’atteignait pas le rendement exigé perdait toute garantie d’un salaire minimum et risquait des sanctions disciplinaires. Enfin, en 1933, le présidium du Conseil central des syndicats fit savoir que dorénavant l’établissement des normes relèverait de la compétence exclusive des directions d’entreprise. Les représentants des ouvriers avaient pour seule tâche de faire connaître les normes au personnel et de veiller à ce qu’il les respecte ; ils ne pouvaient saisir la RKK que lorsque les normes étaient « défectueuses » ou en contradiction avec la convention collective119. L’administration mit aussitôt à profit ses nouvelles prérogatives pour augmenter les normes, ce qui provoqua de vives tensions, dont témoigne l’article suivant, publié par le journal syndical, Trud (6 avril 1933)120 :

La révision des normes vers le haut s’est heurtée à une notable résistance des éléments de classe hostiles, des profiteurs et des fainéants. On a eu à signaler de nombreuses attaques des ennemis de classe cherchant à empêcher l’exécution du plan de productivité du travail. Ces attaques sont diverses. Tantôt ce sont des menaces contre les employés des bureaux de normalisation, tantôt c’est un habile fléchissement du rendement, le sabotage des contrôles de temps, l’agitation contre la révision des normes, ou des tentatives pour organiser la résistance de certains groupes de travailleurs.

  • 121 Ibid., p. 441-442.
  • 122 À partir de 1930, les conventions collectives étaient conclues dans chaque entreprise entre le synd (...)

81Avec l’adoption du premier plan quinquennal, on pouvait s’attendre à voir disparaître les contrats collectifs : la négociation entre syndicats et direction n’avait-elle pas perdu son sens, dès lors que dans tous les domaines de leur activité, les entreprises recevaient des ordres détaillés des instances supérieures ? En fait, les conventions collectives ont subsisté pendant quelques années, mais leur fonction s’est profondément modifiée : elles cessèrent d’être un moyen de défendre les intérêts des ouvriers et devinrent un instrument de politique économique visant à élever la production121. Il n’était plus question de définir les droits des salariés, ni les devoirs de l’employeur ; désormais, en signant ces textes, le comité d’usine et l’administration122s’engageaient conjointement à remplir le plan en matière de production, de productivité, de salaires, de coûts de revient, etc. Chaque année, la conclusion du contrat collectif donnait lieu à une grande campagne de propagande autour des décisions gouvernementales ; dans ce contexte, les syndicats assumaient une triple tâche : mobiliser les volontés pour atteindre les objectifs planifiés, aider à l’organisation du travail en vue d’un meilleur rendement, ajuster le salaire au travail fourni. Cette redéfinition des devoirs du syndicat aboutissait à une véritable inversion des rôles, ainsi qu’on peut en juger par l’exemple des salaires.

82En théorie, l’évolution des salaires était planifiée par le pouvoir central ; en pratique, les directeurs d’usine jouissaient d’une large autonomie en la matière. Pour garder la main-d’œuvre, ils accordaient des hausses de salaire supérieures aux prévisions gouvernementales, qui ne tenaient pas compte de l’inflation. Sur ce point, ils se heurtaient souvent à l’opposition des syndicats, qui se posaient en défenseurs de la « discipline financière » et dénonçaient la majoration des feuilles de paie au-delà des limites tracées par le plan. En 1932, le Conseil central de la Fédération des ouvriers de la construction mécanique s’attaqua aux « augmentations de salaire dépassant largement la feuille de paie autorisée, alors que ni le plan de production ni le plan d’accroissement de la productivité n’étaient respectés » ; le syndicat demandait au Parquet d’entamer des poursuites criminelles contre des chefs d’entreprise qui avaient relevé les salaires. La même année, à une réunion du présidium du Conseil central, le secrétaire chargé des questions de salaire, Gabriel Weinberg, déclarait : « Dans beaucoup d’usines, il y a une tendance à excéder les feuilles de paie autorisées. Nous devons nous souvenir que les syndicats sont tenus pour responsables du dépassement des feuilles de paie autorisées. Il nous faut prendre des mesures pour remédier à cette situation aussi vite que possible. » En janvier 1933, le Conseil central convoqua une conférence spéciale sur la politique salariale ; la position officielle fut de nouveau exposée par G. Weinberg :

  • 123 Ces trois déclarations sont citées par Schwarz, Les ouvriers..., p. 440-441.

Dans les rangs syndicaux, on entend parfois des murmures du genre de celui-ci : « Convient-il à des syndicats de s’opposer à des avantages salariaux qui sont accordés par les dirigeants de l’industrie ? Si nous le faisons, de quoi aurons-nous l’air devant les ouvriers ? » C’est méconnaître grossièrement les devoirs syndicaux, c’est du pur trade-unionisme...
Une semblable « défense des intérêts des ouvriers » doit être combattue sans merci123.

  • 124 Il s’agit de l’année économique (1er oct. 1929 – 30 sept. 1930).
  • 125 Il s’est élevé à 1 169 contre 2 745 l’année précédente. Cf. N. Vasilev, Voprosy truda, 1930, n° 3, (...)
  • 126 Voprosy profdvizenija, 1933, n° 3, p. 3-12.
  • 127 Greyfié de Bellecombe, op. cit., p. 90.
  • 128 Trud, 10 mars 1934.
  • 129 Greyfié de Bellecombe, op. cit., p. 102-105.
  • 130 Elle avait été précédée d’un débat dans la revue syndicale Voprosy profdviženija, 1937, n° 7-8 (S. (...)
  • 131 Cette convention est analysée en détail par Pogrebnoj, ibid., 1938, n° 13.
  • 132 Le Conseil économique, créé fin 1937, était une commission permanente du Conseil des commissaires d (...)
  • 133 Les conventions collectives ne ressuscitèrent qu’après la guerre (1947).
  • 134 H.J. Berman, Justice in Russia : an interprétation of Soviet law, Cambridge, Mass., Harvard U.P., 1 (...)
  • 135 Voprosy profdviženija, 1940, n° 4-5.

83Ainsi, le rôle de l’organisation professionnelle devait se borner à faire respecter le plan émanant du pouvoir central, fût-ce au détriment des travailleurs. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les syndicats se soient montrés peu combatifs lors des négociations avec l’administration : dès 1929/1930124, le nombre des conflits a diminué de plus de moitié125. Les directives officielles ont eu pour effet de le réduire encore au cours des années suivantes, sans parvenir à une élimination complète, car certains comités d’usine continuaient à défendre les intérêts des salariés : en 1933 encore, la presse syndicale fait allusion à l’existence de conflits126, mais elle ne donne aucun chiffre. Vu le comportement des syndicats, on comprend sans peine qu’ils n’aient guère réussi à mobiliser les ouvriers sur le thème des conventions collectives127. Ces dernières perdaient de plus en plus leur justification, car elles se contentaient bien souvent de reproduire la réglementation en vigueur : elles faisaient donc double emploi avec la législation du travail, qui au fil des ans gagnait en précision. Les années 1934-1935 virent le brusque déclin, puis la disparition des contrats collectifs. En mars 1934, le journal Trud annonça la campagne de renouvellement des conventions128, mais, au cours des semaines suivantes, il cessa brusquement d’aborder le sujet, sans fournir d’explications. Pour 1935, il y eut encore des contrats collectifs, sur la base de décrets spéciaux du gouvernement, dans quelques branches de l’économie (transports fluviaux, industrie forestière et flottage du bois, commerce) ; ils disparurent ensuite sans cérémonie129. En mai 1937, le VIe plénum du Conseil central des syndicats se prononça pour leur réintroduction générale, mais cette décision ne fut pas suivie d’effet130 ; elle aboutit à l’élaboration d’une convention-type131, appelée à servir de modèle pour toute l’industrie, qui fut approuvée le 1er septembre 1938 par le Conseil économique132, mais demeura à l’état de projet133. Des manuels de droit du travail parus en 1938 et en 1944 ne mentionnaient même pas les contrats collectifs134 ; pour en justifier après coup l’abandon, N. Švernik se borna à déclarer qu’ils avaient fait leur temps comme forme de régulation du salaire135.

  • 136 Izvestija, 24 juin 1933 ; Pravda, 4 juil. 1933.
  • 137 Kalinine était chef de l’État, Molotov chef du gouvernement.

84Tous les changements que nous venons de décrire vont dans le même sens : ils ont augmenté les pouvoirs des chefs d’entreprise ; les syndicats ont perdu toute capacité de défendre les intérêts des travailleurs. La loi du 23 juin 1933136 tira les conséquences logiques de cette évolution ; signée de Kalinine, Molotov137 et Svernik, elle était libellée comme suit :

Adoptant les propositions des organisations professionnelles, et en vue d’une meilleure exécution des tâches dont est chargé le Commissariat au travail, le Comité exécutif central, le Conseil des commissaires du peuple et le Conseil central des syndicats décident :
1 – d’effectuer la fusion du commissariat au Travail et de tous ses organes locaux, y compris ceux des assurances sociales, avec l’appareil du Conseil central des syndicats au centre et en province, en confiant au Conseil des syndicats la réalisation des tâches du Commissariat au travail ;
2 – de proposer au Conseil central des syndicats de présenter au Conseil des commissaires du peuple, dans un délai d’un mois, un projet contenant les mesures concrètes à prendre pour exécuter la présente décision.

85Les syndicats devenaient donc ouvertement des organismes gouvernementaux. En pratique, ce décret a eu pour effet de remettre entre leurs mains les sommes affectées aux assurances sociales, les sanatoriums, maisons de repos, instituts scientifiques, etc., dont disposait le commissariat au Travail. Le Conseil central fut chargé de gérer les assurances sociales, réorganisées sur la base des fédérations d’industrie. Enfin, le contrôle de l’application des lois sur le travail passa entièrement aux mains des organisations professionnelles.

  • 138 Lowit, op. cit., p. 313 (le mot « absence » est souligné dans le texte).

86C’est ainsi qu’est né le syndicalisme « de type soviétique », qui a été ensuite imité dans les démocraties populaires, et que T. Lowit a très justement défini comme « une absence de syndicalisme138 ». Dans ses moments d’« autocritique », le quotidien Trud reconnaissait que les syndicats ne se souciaient guère des salariés. On pourrait multiplier les citations :

  • 139 Déclaration du président de la Fédération des cheminots lors d’une réunion du présidium du Conseil (...)

Les permanents syndicaux ont perdu tout sens de la misère ouvrière. Ils en sont arrivés à considérer qu’il était de mauvais goût et peut-être même opportuniste de se préoccuper des besoins vitaux des travailleurs. Dans les usines de tracteurs, les organisations sont devenues une excroissance maligne des directions, elles ont perdu tout caractère syndical139.

  • 140 Trud, 9 sept. 1931, cité par Schwarz, ibid.

Lorsque, au cours de discussions sincères et amicales avec les représentants syndicaux à l’échelon inférieur, nous leur avons demandé pourquoi jusque-là ils ne s’étaient pas élevés avec insistance contre les insuffisances sociales et culturelles [...], qui exigeaient des remèdes urgents, étant donné que leur réticence affectait de façon certaine et déplorable l’exécution du plan de production, nous avons reçu des réponses du genre de celle-ci : « Nous sommes en retard, le plan n’est pas rempli, et quand on soulève des questions comme celle de la situation à la cantine, on est accusé d’opportunisme. » On constate actuellement que des remarques parfaitement justifiées et raisonnables des ouvriers concernant le mauvais fonctionnement des coopératives [...], la crasse dans les cantines, les punaises dans les logements, etc., sont stigmatisées sans examen comme des incitations au désordre, et leurs auteurs comme des agents de la classe ennemie140.

  • 141 Schwarz, Les ouvriers..., p. 449.

87Du texte que nous venons de citer, il ressort que « l’autocritique » de la presse syndicale procédait de la crainte que les mauvaises conditions de vie ne finissent par compromettre le rendement de la main-d’œuvre141. Il ne semble pas qu’elle ait changé grand-chose sur le terrain : le témoignage de J. Scott sur Magnitogorsk montre qu’en 1932-1933 le syndicat ne rencontrait qu’indifférence et désaffection ; les ouvriers n’assistaient même pas aux réunions :

  • 142 Scott, op. cit., p. 39-40.

Le comité d’atelier ne représentait pas grand-chose aux yeux des travailleurs... Il était en pleine léthargie. Il ne faisait rien pour protéger les ouvriers des bureaucrates, des administrateurs trop zélés, ni pour veiller au respect des lois sur le travail. Par exemple, les soudeurs les plus habiles faisaient régulièrement deux quarts par jour, parce qu’on manquait de monde pour constituer les équipes [...]. Cela était en contradiction flagrante avec les règlements, mais le comité d’atelier n’agissait pas142.

88Selon J. Scott, la situation se serait améliorée en 1934-1935 :

  • 143 Ibid., p. 41.

Ensuite, les syndicats se réorganisèrent. Ce regain d’activité leur valut l’appui de nombreux adeptes. Ils édifièrent des homes de vacances, veillèrent à l’observation des règlements du travail, même si la besogne devait en être ralentie ; ils distribuèrent des billets de théâtre, organisèrent des écoles et de nombreux cours, envoyèrent maints travailleurs dans des sanatoriums avec leur femme et leurs enfants143.

  • 144 Pravda, 11 déc. 1935 : article de V. Polonskij sur l’audience accordée par Staline aux cinq secréta (...)
  • 145 Smith, op. cit.
  • 146 Cf. les pages 61-63, 209-217, 261-272, 280-283.
  • 147 Abréviation russe désignant l’animateur d’un groupe syndical de base.
  • 148 Smith, op. cit., p. 66-67 : c’est l’unique allusion au syndicat dans tout l’ouvrage.

89Les progrès observés à Magnitogorsk reflètent-ils une tendance générale dans le pays ? Il est permis d’en douter, car en 1935, au dire de Staline lui-même, « l’ouvrier moyen apercevait et ressentait le mauvais travail fait par les syndicats et demandait parfois : – Avons-nous du tout besoin de syndicats ?144 ». Ce n’est pas un hasard si le livre d’Andrew Smith J’ai été ouvrier en U.R.S.S. (1932-1935)145 est pratiquement muet sur l’organisation professionnelle, alors qu’il accorde une large place aux réunions de la cellule communiste146. Lors d’une conférence tenue à Moscou en 1937, N. Švernik déclarait ceci : « Les syndicats ont cessé de s’occuper de la protection et de la sécurité des ouvriers [...]. L’activité syndicale parmi les masses est en état de complète décomposition » (Trud, 26 mars 1937). Il faut toutefois se garder de caricaturer la situation, car le comportement des responsables syndicaux de base, en contact direct avec les travailleurs, n’était pas uniforme : il variait selon les lieux et les moments. Certains se faisaient remarquer par leur zèle à exercer des fonctions disciplinaires : tel ce proforg147 d’Èlektrozavod qui, en 1934, s’empresse de convoquer une assemblée d’atelier pour faire voter une motion demandant à la direction de licencier un tourneur, connu pour son esprit critique, sous le prétexte qu’il était arrivé plusieurs fois en retard au travail148. Mais il arrivait aussi que les syndicalistes prennent la défense des ouvriers : par exemple, au début de 1930, dans l’industrie mécanique de Moscou, les comités d’usine ont résisté aux tentatives menées pour relever les normes de rendement ; le journal Za industrializaciju, qui exprimait le point de vue des chefs d’entreprise, s’en plaignait en ces termes :

  • 149 Qui venait d’être « purgé » des partisans de Tomskij.
  • 150 Za industrializaciju, 14 févr. 1930. Cf. aussi ibid., 16 févr. 1930.

Il a fallu la pression du comité syndical régional149 et des organes du parti pour que les comités d’usine commencent à signer des accords sur un calendrier de révision des normes et des taux de salaire au début de février150.

  • 151 Kon’junktura narodnogo xozjajstva za sentjabr’ i 12 mesjacev 1929/30 g., non daté [1930], p. 8, cit (...)

90Au même moment, un rapport du Gosplan sur l’industrie de la construction notait que les essais pour surmonter le manque de main-d’œuvre en recourant aux heures supplémentaires se heurtaient à « l’opposition d’une partie des ouvriers et de certaines organisations syndicales de base, malgré des augmentations de salaire allant de 25 % à 50 % ; la plupart du temps, le motif donné à ce refus était le manque de nourriture151 ».

  • 152 Cf. les exemples cités par Filtzer, op. cit., Pluto Press, 1986, p. 201-203 (d’après Trud et Za ind (...)

91Quelques années plus tard, en pleine campagne stakhanoviste, on vit des syndicalistes prendre parti de diverses manières contre ce mouvement encouragé par les plus hautes autorités du pays : ils supprimaient les privilèges attribués aux « héros du travail », manifestaient leur solidarité aux travailleurs qui persécutaient les « hommes de marbre », ou encore refusaient l’accélération des cadences. Il est vrai qu’ils n’étaient pas seuls à adopter cette attitude : certains permanents du PC(b), une partie des cadres subalternes (chefs d’équipe, contremaîtres) agissaient de même152.

  • 153 Code du travail (nov. 1922), chap. XVI, art. 168 et 169. Cf. Les Codes de la Russie soviétique, op. (...)

92Un second facteur contribue à nuancer le sombre tableau dressé plus haut : c’est que les ouvriers pouvaient faire appel aux tribunaux du travail lorsqu’ils s’estimaient lésés. Ces instances judiciaires étaient constituées, au premier échelon, par des audiences spéciales des tribunaux populaires, les « sessions du travail153 ». À la fin de 1930 et au début de 1931, elles furent réorganisées en « sessions du tribunal populaire pour la protection du travail et de la production » ; en 1933, elles furent appelées « tribunaux du peuple pour les affaires concernant la production et le travail ».

  • 154 Les tribunaux du travail : étude internationale des systèmes judiciaires en vigueur pour le règleme (...)

93Les changements de dénomination intervenus correspondent à un élargissement des compétences de ces chambres. Elles pouvaient désormais connaître non seulement de tous les conflits de droit et de toutes les affaires pénales en matière de protection du travail, mais aussi des actes criminels entravant l’exécution des plans de production, des vols commis au préjudice de la « propriété socialiste », etc. Elles se composaient du président (juge permanent) et de deux assesseurs choisis sur des listes établies ad hoc ; ces listes comportaient des noms de hauts fonctionnaires des organes économiques, d’ouvriers, de spécialistes. Les ouvriers et les employés conservaient leur salaire moyen pour toute la durée de leur activité en qualité d’assesseurs. Les jugements pouvaient faire l’objet, dans les quinze jours, d’un recours en cassation auprès du tribunal régional, de la part des parties intéressées ou du procureur154.

  • 155 Ibid., p. 219.
  • 156 Berman, Justice in Russia..., p. 264.
  • 157 Les tribunaux du travail, op. cit., p. 224 : la statistique porte sur un total de 21 906 litiges.

94Les travailleurs pouvaient se faire représenter devant le tribunal soit par un avocat, soit par un délégué fondé de pouvoir du syndicat. Ces délégués devaient être en possession d’un mandat écrit de l’organisation professionnelle ; en revanche, il n’était pas obligatoire qu’ils aient une procuration du syndiqué partie au litige155. Les ouvriers qui portaient plainte étaient exemptés du paiement des taxes judiciaires et autres frais de procès ; les services juridiques de l’avocat du syndicat étaient gratuits156. Il semble que les tribunaux soviétiques défendaient avec énergie les droits des travailleurs dans les causes qui venaient devant eux. Le tableau suivant157, qui récapitule les types de litiges examinés par les tribunaux populaires de Moscou en 1935, et les solutions intervenues, en témoigne :

A : Salaire dû.
B : Paiement des heures supplémentaires.
C : Demandes de réintégration des travailleurs congédiés, et compensation pour congédiement injustifié.
D : Compensations diverses.
E : Modification des motifs de congédiement.
F : Divers.

95Ces données ne sont pas aussi détaillées qu’on pourrait le souhaiter : nous ne savons pas, par exemple, ce que regroupe l’importante catégorie « Divers » ; il reste que, dans plus d’un cas sur deux, les demandeurs ont obtenu entière satisfaction. Il est remarquable aussi que les pourcentages soient assez voisins dans les différentes colonnes : les demandes de réintégration de travailleurs licenciés, qui portent sur le domaine sensible de l’autorité des chefs d’entreprise, aboutissent presque aussi souvent que les réclamations portant sur les salaires.

  • 158 Berman, Justice in Russia..., p. IX-X et 265.

96Rien ne prouve que ces chiffres reflètent une tendance générale dans le pays, mais ils sont corroborés par les souvenirs de deux hommes de loi soviétiques, réfugiés aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale158. Le premier, Boris Konstantinovskij, a été pendant onze ans avocat général du principal trust de pain d’Odessa ; à ce titre, avec cinq autres avocats sous ses ordres, il a traité des centaines d’affaires avant que les Allemands ne l’évacuent d’Odessa en 1942. Il se plaint que, dans les conflits du travail, les tribunaux soviétiques fassent tout leur possible pour décider en faveur de l’ouvrier. Son témoignage est confirmé par Boris Syssoev, qui, lui, représentait les syndicats lors des procès.

III. Un mécontentement multiforme

97L’absence de syndicats dignes de ce nom n’a pas empêché les ouvriers de protester contre la dégradation de leurs conditions de vie. Ils sont parfois allés jusqu’à faire grève, mais, dans le contexte politique de l’époque, le recours à ce type de lutte collective ne pouvait être qu’exceptionnel. Le plus souvent, le mécontentement s’exprimait de façon indirecte, par des conduites de fuite, telles que le turnover et l’absentéisme. Nous commencerons par décrire les formes de résistance ouverte (grève, freinage) ; dans un second temps, nous examinerons les manifestations détournées de la mauvaise humeur.

1. Les grèves

  • 159 Sh. Fitzpatrick, « A closed city and its secret archives : notes on a journey to the Urals », The j (...)
  • 160 Le numéro de Trud daté du 11 juin 1933 fait exception à cette règle.
  • 161 Trud, 21 juil. 1931 ; cf. aussi ibid., 13 avr. 1931 et 7 sept. 1931.
  • 162 Kuzneckstroj : istorija Kuzneckstroja v vospominanijax, Novosibirsk, 1934, p. 70-74, cité par H. Ku (...)
  • 163 I.P. Bardin, Žizn inženera, M., 1938, p. 154.

98Nous ne possédons pas de statistiques sur les grèves pendant le premier plan quinquennal, car après 1928 les autorités ont cessé de publier tout chiffre à ce sujet. Dans les archives soviétiques, les rapports consacrés à ces mouvements sont classés parmi les dossiers « secrets159 ». La presse restait en général160 muette sur les grèves ; elle mentionnait parfois des « conflits du travail » sans indiquer clairement s’il s’agissait ou non de débrayages. Ainsi, sur un chantier de Xar’kov, de mars à juin 1931, on a enregistré cent vingt cas de litige ; l’écrasante majorité a été résolue en faveur des ouvriers161. Ici ou là, on trouve des allusions à des grèves dans des écrits officiels. Un recueil de souvenirs sur Kuzneckstroj162 raconte qu’en 1930 des terrassiers d’origine paysanne recrutés dans la région de Juxnov (oblast’ de Kaluga) ont cessé le travail pour obtenir une augmentation de salaire ; selon I.P. Bardin, cette action s’est soldée par un échec163. Certains « meneurs » étaient membres du PC(b) et du syndicat, dont ils furent exclus en représailles.

  • 164 WKP 250, p. 47 (« top secret »), et WKP 300, p. 47-48.
  • 165 C’est à D. Filtzer que revient le mérite d’avoir découvert cette source (op. cit., p. 81-88).
  • 166 Ciliga, op. cit., p. 188 ; E. Olitskaïa, Le sablier, p. 143 et p. 230 ; Socialističeskij vestnik (d (...)
  • 167 N. Werth « Une source inédite : les svodki de la Tchéka-OGPU », Revue des études slaves, t. LXVI, 1 (...)

Les Archives de Smolensk fournissent de précieuses données sur les grèves de 1929 dans le Donbass et la région Ouest164. Mais la principale source de renseignements sur les protestations ouvrières est l’organe des mencheviks émigrés, Socialističeskij vestnik (Le Courrier socialiste)165. Ce journal a été fondé en février 1921, au moment où le parti menchevique, accusé d’avoir fomenté les grèves de Petrograd, était définitivement déclaré hors-la-loi ; sa rédaction était installée à Berlin, qu’elle dut quitter pour Paris après l’arrivée au pouvoir des nazis. Il subsistait en U.R.S.S. des organisations mencheviques clandestines, qui assuraient la diffusion des numéros parvenus dans le pays en déjouant la vigilance de la police166 : leurs adhérents et sympathisants, ouvriers ou autres, envoyaient des informations à Berlin. Le journal publiait aussi des témoignages d’étrangers ayant séjourné en U.R.S.S. : ingénieurs allemands, ouvriers communistes, voyageurs américains, etc. Le lecteur se demandera légitimement si les mencheviks n’ont pas exagéré à des fins de propagande l’ampleur du mécontentement ouvrier ; depuis l’ouverture des archives soviétiques, nous savons qu’il n’en est rien : elles confirment, par exemple, qu’Ivanovo a bien été le théâtre de graves troubles en 1932. Si notre source pèche, c’est plutôt dans le sens de la sous-estimation167.

99La lecture du Courrier socialiste permet une saisie qualitative des grèves ; en revanche, toute analyse statistique est exclue. Malheureusement, les correspondances en provenance d’U.R.S.S. se raréfient après 1934, pour disparaître presque complètement en 1937-1939 : il faut sans doute y voir l’effet d’une répression accrue. C’est sur la base de cette documentation que nous allons maintenant raconter les grèves dans l’ordre chronologique.

100À Moscou, au printemps 1929, les ouvriers de l’usine Krasnyj Fakel (construction mécanique) ont cessé le travail pour protester contre une réduction des salaires, résultant de la nouvelle convention collective. En mars, les travailleurs de Krasnyj Putilovec (ex-Putilov) avaient fait grève pour le même motif : leur mouvement a duré un jour et demi et s’est terminé par une victoire. Des débrayages ont également été signalés à Sormovo (près de Nižnij Novgorod) et à Orexovo-Zuevo (oblast’ de Moscou, industrie cotonnière), où sont apparus des slogans hostiles aux communistes ; les revendications portaient sur deux questions :

  1. la situation alimentaire,
  2. l’intensification du travail et la baisse des salaires liées aux campagnes pour l’émulation socialiste.

101Les autorités ont réagi en améliorant l’approvisionnement.

102Dans une imprimerie de Moscou, la direction voulait introduire un nouveau système de salaire visant à intensifier le travail et à diminuer les taux. Les ouvriers se sont défendus en recourant au freinage (ital’janka, en russe : la « grève italienne ») : cette forme d’action diminuait les risques de répression.

  • 168 SV, 25 mai 1929, p. 20-21 ; 12 avr. 1929, p. 22 ; 14 juin 1929, p. 14 ; 21 nov. 1929, p. 16.

103À la fin de l’année, la capitale a été le théâtre d’une étonnante manifestation de mécontentement : un meeting a réuni plusieurs centaines de personnes dans un quartier populaire (Krasnaja Presnja). Pendant une heure, des orateurs ont vigoureusement critiqué la politique gouvernementale ; quand les assistants ont voulu défiler dans le centre ville, ils ont été dispersés par la milice. La presse n’en a soufflé mot168.

  • 169 M. Reiman, Die Geburt des Stalinismus, Frankfurt/Main, Europäische Verlagsanstalt, 1979, p. 104.
  • 170 Tout ce qui suit s’appuie sur la « lettre d’information » de Stroganov, déjà citée supra (WKP 250, (...)

104À la fin de 1927 et en 1928, le Donbass avait connu une agitation presque ininterrompue169. Les relations entre mineurs d’un côté, administration, ingénieurs et techniciens de l’autre étaient très tendues. En 1929, les charbonnages ont subi trois grèves (9 mai, 27 juin, 2 juillet)170. Le 9 mai, à six heures du matin, à la fosse 5 de la Direction des mines de Budenovsk, la première équipe d’ouvriers n’est pas allée au travail ; à midi, les deux équipes des fosses 4 et 5 ont fait de même. Ces débrayages avaient trois causes :

  1. l’élévation des normes de production de 11,7 %, qui une fois sur deux a conduit à une forte réduction du salaire (jusqu’à 30-40 %),
  2. la mauvaise qualité et la cherté des pommes de terre à la coopérative ouvrière,
  3. le grand nombre d’incidents techniques.

105À la suite de ce mouvement, le directeur a été révoqué ; le comité syndical et le bureau de la cellule communiste ont été dissous.

106Le 27 juin, à six heures du soir, une grève a éclaté à la fosse « Italija » de la Direction des mines de Makeevka ; elle a touché deux équipes de piqueurs, soit une centaine de personnes, et a duré douze heures. Le mécontentement résultait d’un changement intervenu dans la taille des wagons, dont la capacité avait augmenté. Il fallait donc produire davantage de charbon ; or, la « commission de tarification et de conciliation » avait relevé les taux de salaire de 10 % seulement. Les mineurs exigeaient un réexamen des normes de rendement et des taux de salaire ; le 26 juin, quelques-uns d’entre eux ont réclamé la convocation d’une assemblée générale. Le syndicat n’a pas répondu à cette demande ; un de ses représentants a lancé aux ouvriers : « Vous ne voulez pas travailler, vous pouvez déguerpir. » Une telle réponse ne pouvait qu’accroître la colère des travailleurs, qui ont débrayé le lendemain ; le blâme public infligé aux grévistes par des délégués nommés en accord avec le comité local du PC ukrainien les a laissés indifférents. Le mouvement était mené par sept piqueurs, dont deux communistes et un membre du Komsomol.

107Enfin, le 2 juillet à midi, toute une équipe (quatorze personnes) de la fosse n° 17 de la Direction des mines de Rutčenko a refusé de travailler. Le secrétaire de cellule, le président du comité syndical et le directeur, aussitôt présents sur les lieux, n’ont pu obtenir que les mineurs changent d’avis ; le soir, cependant, seule la moitié de l’équipe a débrayé. Notre source n’est pas très claire sur les causes de ce débrayage : la firme Thyssen, qui avait conclu un contrat pour le fonçage avec le trust Donugol’, offrait, semble-t-il, des salaires inférieurs à ceux de son homologue russe ; de plus, l’ingénieur allemand voulait transférer arbitrairement des ouvriers d’un travail à l’autre.

108Nous ignorons les résultats de ces trois mouvements ; nous ne savons pas davantage si le pouvoir a recouru à la répression. Stroganov, secrétaire local du Parti, termine son rapport en soulignant les conclusions qui, selon lui, se dégagent des grèves :

  • On n’a pas assez expliqué aux mineurs qu’il est inadmissible de cesser le travail, alors qu’existent des procédures de conciliation ;
  • Les organisations (PC, syndicat) sont coupées de la masse des ouvriers ; elles n’ont rien fait pour éviter que les conflits aboutissent à des débrayages.

109Ces trois actions peuvent sembler d’une ampleur bien limitée, mais elles sont probablement l’indice d’un mécontentement largement répandu ; en tout cas, elles inquiétaient suffisamment les dirigeants pour que Stroganov ait pris la peine de les analyser en détail dans un document secret.

  • 171 WKP 300, p. 47-48.

110Un rapport d’origine syndicale, conservé dans les Archives de Smolensk171, signale sept grèves dans la Région Ouest au premier semestre 1929. Elles ont impliqué 718 participants dont 88 % de saisonniers ; les salaires figuraient au premier plan des revendications, mais dans deux entreprises le conflit est né d’une protestation contre un licenciement :

  • Trois ouvriers de la verrerie Tomskij (arrondissement de Roslavl’) ont débrayé après le renvoi d’un instructeur dont la présence facilitait leur travail ;
  • À Černjatinskij, trente maîtres verriers se sont mis en grève pendant dix ou quinze minutes et ont menacé le directeur technique : ils demandaient la réintégration d’un de leurs camarades, chassé de l’usine parce qu’il avait enfreint l’interdiction de détruire les verres soufflés défectueux.
  • 172 Dnevnik « Velikogo Pereloma » (mars 1928-août 1931), postf. Wl. Berelowitch, Paris, YMCA-Press, 199 (...)

111Dans son Journal (20 juillet 1930), l’historien moscovite I.I. Šite rapporte que les cheminots de Leningrad ont refusé de charger des denrées alimentaires destinées à l’exportation : ils auraient été remplacés par une équipe du Komsomol172. Les transports ferroviaires fonctionnaient très mal : pour redresser la situation, les autorités ont fait appel à des ingénieurs japonais et américains. L’introduction de nouvelles méthodes a aggravé les conditions de travail : sur quelques lignes, dont celle de Vladikavkaz, le personnel a riposté en ralentissant la cadence ; la désorganisation en fut encore accrue. Fin juillet, des grèves ont éclaté dans plusieurs usines d’Odessa, notamment dans des fabriques de jute ; les ouvriers de l’ancienne entreprise Gêna, principalement des femmes, ont défilé dans les rues avec drapeaux et banderoles pour réclamer à manger. Le cortège, précédé d’un portrait de Lénine, a été rejoint par les travailleurs d’autres établissements ; arrivé au pont, il s’est heurté aux miliciens à cheval, dont les brutalités ont causé plus de trente victimes, femmes en majorité. En réponse, les manifestants se sont attaqués aux machines et aux toiles de jute en fabrication. Dix-huit « meneurs » ont été déportés vers le Nord ; les grévistes ont exigé le retour des exilés. On ignore s’ils ont obtenu gain de cause, mais l’approvisionnement a été amélioré. Au début d’août, dans le district de Sokol’niki (Moscou), plusieurs centaines de femmes excédées ont saccagé des boulangeries : le pain n’avait pas été livré et, malgré toutes leurs tentatives, elles n’avaient pu obtenir d’explications à ce sujet. La foule, qui grossit très vite, se rendit au soviet local, mais fut dispersée par la police.

  • 173 SV, 27 sept. 1930, p. 22 ; 30 août 1930, p. 11 ; 11 oct. 1930, p. 14 ; 25 oct. 1930, p. 16.

112C’est encore la pénurie alimentaire qui explique l’effervescence des mineurs d’Aleksandro-Gruševsk (Donbass) : les dirigeants locaux prétendaient les fixer sur place et les empêcher de quitter leur emploi, alors que le ravitaillement en pain n’était même pas assuré. Peu après, d’autres ouvriers du Donbass ont débrayé pour protester contre la mauvaise nourriture et les conditions de vie en général. Pour briser la grève, le pouvoir fit appel à des Allemands, à qui il accorda divers avantages (c’était là une pratique courante à l’égard des étrangers). Cependant, en plusieurs endroits, les Allemands refusèrent de se prêter à ce jeu et demandèrent que les Russes soient placés sur un pied d’égalité avec eux. Au même moment, des dockers de Leningrad, Arxangel’sk et Odessa ont refusé de charger des céréales et du bois, tant qu’ils n’auraient pas reçu à manger. Le gouvernement soviétique a dû payer des indemnités aux propriétaires des navires étrangers immobilisés ; cette fois, pour remplacer la main-d’œuvre défaillante, il a mobilisé des « cols blancs » (enseignants, comptables) privés d’emploi par les purges173.

  • 174 Schröder, op. cit., p. 303.

113L’industrie textile de Moscou a été également touchée par l’agitation ; à Kaluga, le mécontentement s’est même propagé parmi les communistes174.

  • 175 SV, 28 nov. 1931, p. 15.

114Le courrier socialiste affirme qu’en 1931 les « petites grèves » et le freinage sont devenus « un phénomène tout à fait ordinaire »175. Les ouvriers tentaient de se protéger de la répression en négociant collectivement avec les autorités et en choisissant des porte-parole « politiquement irréprochables ». En général, ces mouvements prenaient fin sans que les revendications soient satisfaites : ils aboutissaient le plus souvent à la destitution d’un responsable accusé de « déviation » et « d’excès ». En voici quelques exemples :

  • Le Donbass était agité de conflits si fréquents que la presse soviétique ne pouvait pas toujours les passer sous silence : les jeunes y jouaient un grand rôle et il n’était pas rare que le Komsomol prenne la tête de ces actions. A Gorlovka (usine de coke et de benzène), le travail a cessé pendant trois jours : les grévistes exigeaient d’être nourris et logés ;
  • En mai, à Sormovo, les peintres ont déserté le chantier naval durant une semaine, pour obtenir la distribution de bleus ;
  • À l’usine Petrovskij (Dnepropetrovsk), le personnel des hauts fourneaux et de la chaudronnerie a débrayé douze heures pour protester contre la mauvaise qualité du pain. Le président de la coopérative ouvrière centrale a été limogé, et sept ouvriers arrêtés176 ;
  • À Moscou, les grèves avaient pour motifs les retards dans le paiement des salaires, amputés de surcroît par des retenues, liées notamment aux emprunts d’État177.
  • 178 SV, 30 avr. 1932, p. 14 ; 9 juil. 1932, p. 16 ; 10 déc. 1932, p. 16.

115L’année 1932 a été marquée par l’obsession de la nourriture, dans des villes au bord de la famine, même si les citadins souffraient moins que les paysans. Les ouvriers mangeaient si mal qu’ils étaient épuisés : il arrivait qu’ils s’évanouissent près de leur machine et doivent être évacués en ambulance ! Leur faiblesse physique diminuait leur productivité et accroissait l’absentéisme, perturbant sérieusement le fonctionnement des entreprises, contraintes de ralentir ou d’interrompre leur activité : le freinage ne relevait pas toujours d’une volonté délibérée ; il pouvait résulter de la sous-alimentation178.

  • 179 SV, 13 févr. 1932, p. 16 ; 23 juil. 1932, p. 16 ; sur les conflits de 1932, cf. aussi Bjulleten’ op (...)

116À Leningrad, à Nižnij Novgorod, dans l’Oural, les autorités ont été confrontées à de « grandes grèves » : pour ramener le calme, il a fallu envoyer de toute urgence des trains de nourriture ; des dirigeants de haut niveau se sont rendus sur place179.

117Mais c’est à Ivanovo-Voznesensk que les événements ont pris la tournure la plus grave ; on assista à plusieurs reprises à des troubles et à des rassemblements de la faim :

  • 180 SV, 26 nov. 1932, p. 16 ; cf. aussi 15 oct. 1932, p. 16. Le district textile de Jaxroma (N. de Mosc (...)

Après le 1er mai, les ouvriers des fabriques textiles et d’autres entreprises d’Ivanovo-Voznesensk ne sont pas allés travailler, parce que, ces derniers temps, on ne leur a donné aucune nourriture, et que leurs familles (et toute la population) mouraient littéralement de faim. À partir du 3 mai, le mécontentement commença à se manifester ouvertement, avec l’exigence d’augmenter les rations alimentaires. La milice, qui était intervenue, fut impuissante à arrêter le mouvement, et son action accrut encore l’indignation des ouvriers. Cependant, on n’en vint pas à une confrontation ouverte avec les « maîtres ». Les ouvriers, connaissant toute la brutalité des prétoriens, ne le voulurent pas. Bientôt, on se mit à distribuer de la nourriture, des marchandises industrielles. On commença à arrêter de nombreux travailleurs. Les ouvriers continuèrent leur grève, exigeant la libération des personnes emprisonnées. Le 7 mai, ils obtinrent satisfaction sur ce point. Il faut cependant s’attendre à une revanche du GPU et à des règlements de compte avec les travailleurs180.

  • 181 SV, 11 juin 1932, p. 23.

118C’est Kaganovitch qui fut chargé d’aller « éteindre l’incendie ». Ce mouvement figure sans doute parmi les raisons qui ont poussé Staline à autoriser les marchés kolkhoziens, dans l’espoir d’améliorer le ravitaillement181.

  • 182 Ces rapports ont pour titres « Grèves et incidents dans le district d’Ivanovo » et « Rumeurs d’agit (...)
  • 183 Ciliga, Dix ans..., p. 234-235.

119L’exactitude des informations du Courrier socialiste est confirmée par deux autres témoignages. Les archives du ministère italien des Affaires étrangères conservent deux rapports de juin 1932, consacrés à ces événements182. Dans ses Souvenirs, A. Ciliga écrit à ce sujet183 :

  • 184 Oblast’ d’Ivanovo.
  • 185 L’expression peut surprendre, mais elle s’explique facilement : dans le paragraphe précédent, A. Ci (...)
  • 186 Il s’agit de l’« isolateur » de Verxneural’sk.

... après la « marche de la faim » organisée par les ouvriers de plusieurs usines textiles de la région d’Ivanovo-Voznesensk, de Vičuga184 et d’ailleurs, on se borna185 à exiler deux ouvriers dont l’un était secrétaire de cellule du Komsomol, et l’autre sans-parti, et à en enfermer une vingtaine d’autres dans un camp de concentration. Au préalable on avait pris la précaution de satisfaire les revendications ouvrières. Les Izvestija publièrent un feuilleton « démasquant » les calomnies du journal anglais qui avait osé parler d’une marche de la faim à Ivanovo-Voznesensk. Deux mois plus tard, nous eûmes à accueillir dans notre prison186 des camarades qui venaient d’exil et qui y avaient vu de leurs yeux les malheureux, condamnés pour avoir participé à cette même marche...

  • 187 SV, 25 juil. 1933, p. 14.

120Un an plus tard, l’agitation reprit à Ivanovo-Voznesensk parce que les travailleurs avaient été nourris de poisson pourri pendant une semaine et n’avaient reçu ni sucre, ni graisses, ni légumes. L’affaire prit un tour si sérieux que Moscou dut envoyer une commission spéciale qui destitua les responsables locaux de l’approvisionnement et traîna même certains d’entre eux devant les tribunaux187.

  • 188 Osokina, art. cit., p. 47-48 ; Tverdoxleb, op. cit., p. 284-285.
  • 189 SV, 10 déc. 1932, p. 15-16 ; 24 déc. 1932, p. 14 ; 27 janv. 1933, p. 23 ; 13 févr. 1933, p. 15.

121En décembre 1932, les autorités décidèrent de modifier le système d’approvisionnement dans les usines : sa responsabilité fut confiée aux directeurs d’entreprise, qui devaient l’utiliser pour renforcer la « discipline du travail188 ». Désormais, c’était l’administration qui délivrait les cartes de rationnement : elle pouvait donc sanctionner l’absentéisme ou le mauvais rendement en affamant les coupables. De plus, cette réforme fournit l’occasion de réviser dans un sens restrictif les listes d’ayants droit, sous prétexte que « des parasites et des âmes mortes » y avaient été indûment inscrits : les radiations furent nombreuses. Les auteurs de ces mesures ont été plutôt mal inspirés : ils ont suscité le mécontentement parmi les ouvriers et ont exposé les directeurs à une pression accrue de leur base, qui les rendait dorénavant responsables de toutes les difficultés de ravitaillement189.

  • 190 SV, 13 févr. 1933, p. 15.

122C’est dans ce contexte que se situe le conflit des usines Putilov, qui ont débrayé pendant quatre heures parce que la ration de tabac n’avait pas été distribuée : Kirov, chef du parti à Leningrad, s’est rendu sur place et s’est adressé aux grévistes, mais ces derniers n’ont repris le travail qu’après avoir obtenu satisfaction. Ils avaient une seconde revendication : souvent, lors de la révision des listes, leurs femmes et leurs enfants avaient perdu tout droit aux cartes de rationnement : « La protestation des ouvriers a été si unanime que les nouvelles dispositions furent modifiées. Il est intéressant de noter que beaucoup de communistes ont pris une part active à l’action190. »

123Des mouvements analogues ont eu lieu à Moscou, dans la région de Gor’kij, dans l’Oural et en Ukraine, parfois à l’initiative d’udarniki. Là encore, c’est la pénurie alimentaire qui est en cause : elle était d’autant plus mal supportée que les directeurs punissaient toute baisse de rendement en diminuant les rations. Cette pratique créait un sentiment d’injustice, car les ouvriers étaient pénalisés même si leur responsabilité n’était pas engagée : comment remplir les normes lorsque les matières premières manquent, ou que l’électricité tombe en panne ?

  • 191 Graziosi, art cit., p. 29.

124Dans un rapport daté du 11 novembre 1932, le vice-consul d’Italie décrit les grèves à Xar’kov191 :

  • 192 G.I. Petrovskij (1878, Xar’kov – 1958) n’était pas le fils d’un pope, mais d’un tailleur. Il a été (...)

Depuis quelques semaines, des protestations de caractère assez marqué éclatent tantôt dans un établissement tantôt dans un autre, suite à la très mauvaise distribution des vivres. Les ouvriers et les employés se rassemblent avant de commencer le travail et tiennent un meeting, protestant contre l’action des organisations préposées à la distribution des vivres et la critiquant. Ils déplorent principalement la pénurie de lait, de pain et de viande. Les choses ont pris dans plusieurs cas des formes si graves que pour calmer les ouvriers et les pousser à reprendre le travail il a fallu faire intervenir le président Petrovskij. Mais, dans un cas au moins, il semble que l’accueil qui lui a été fait n’a pas révélé un enthousiasme excessif parmi les masses. À ses explications, ses exhortations et ses promesses, certains ouvriers ont répondu en l’invectivant textuellement de la façon suivante : « Tu ferais mieux de la boucler. Qui veux-tu qui te croie ? Après tout, tu es le fils d’un prêtre192 et tu ne vaux pas mieux qu’un pope pour tromper le peuple. »

  • 193 Cf. par exemple SV, 10 juil. 1933, p. 16 ; 25 juil. 1933, p. 16 et 10 oct. 1933, p. 16.
  • 194 SV, 10 oct. 1933, p. 16 ; 25 oct. 1933, p. 16.

125En 1933, les informations du Courrier socialiste sur les débrayages se raréfient et perdent en précision ; la répression semble s’être renforcée193. Pendant l’été, l’agitation a repris aux usines Putilov, mais cette fois les autorités n’ont pas cédé : un comité de grève élu a pu négocier avec l’administration, mais ses quatre membres ont disparu sans laisser de traces. À Minsk, des jeunes filles ont cessé le travail en réclamant du pain : les « meneuses » furent arrêtées par des « tchékistes » armés et emmenées en prison dans des camions194.

  • 195 SV, 10 oct. 1933, p. 15.

126Le journaliste américain G. Lang affirme que Xar’kov connaissait des grèves « presque sans arrêt », mais ne donne aucune précision à leur sujet195. L’ambassadeur d’Italie à Moscou mentionne bien des troubles, mais il s’agit de désordres devant les boulangeries (avril 1933) : « Dans l’un des faubourgs, 3 500 personnes ont attaqué la police qui cherchait à les disperser ; dans un autre, on a assailli deux boulangeries, pris la farine et saccagé les lieux, avant que la force puisse intervenir. »

127On ignore qui sont les acteurs de ces manifestations ; il y avait probablement des ouvriers (et des ouvrières) parmi eux, mais le comportement des autorités suggère qu’il s’agissait pour une part de paysans fuyant la terrible famine qui ravageait alors l’Ukraine :

  • 196 Graziosi, art. cit., p. 49.

Pour empêcher de tels incidents de se reproduire, la police a recouru au système des arrestations massives. Un matin, vers les 4 heures, la force publique a condamné à l’improviste les issues des rues latérales et encerclé une foule de 1 500 personnes, rassemblées devant une boulangerie en attendant l’ouverture, et elle les a poussées à coups de bâton dans une des cours du poste de police le plus proche d’où elles ont été acheminées à la gare, embarquées sur des trains et refoulées à la campagne196.

  • 197 SV, 10 févr. 1934, p. 15.

128L’année 1933 s’est terminée sur une série de conflits à Jaroslavl’, à Sormovo et dans le Donbass : ils ont été provoqués par des interruptions dans l’approvisionnement197.

129Les derniers mouvements signalés par Le courrier socialiste ont eu lieu en 1934. Fin février, une grève a éclaté à Stalingrad pour exiger le paiement des salaires en retard et l’amélioration des repas dans les cantines. La police a enfermé les « meneurs » à l’isolateur de Verxneural’sk, mais la protestation s’est terminée par une victoire. Selon la même correspondance,

  • 198 SV, 10 juin 1934, p. 15

En avril et en mai, l’Oural et le Donbass ont vu quelques cas d’agitation ouvrière nés de diminutions des taux de salaire et de refus de verser aux ouvriers l’intégralité de leur paie lors d’arrêts de la production dont ils n’étaient pas responsables. Les directions affirmaient agir sur ordre du pouvoir central. La situation est devenue si grave que dans l’Oural, il y a eu des tentatives pour saccager les entreprises, cependant que dans le Donbass plusieurs cadres communistes ont été attaqués. Les arrestations ont été nombreuses198.

  • 199 Ciliga, Dix ans..., p. 414.
  • 200 Smith, op. cit., p. 237. Maria Smith tenait ses informations des femmes de service de l’hôtel.
  • 201 Ville située dans l’oblast’ de Moscou.
  • 202 Ibid. Maria Smith ne précise pas la date de ces événements.

130Faut-il conclure que les débrayages ont disparu à partir de 1935, ou que Le courrier socialiste était moins bien informé ? Il n’existe que de minces éléments de réponse à cette question. A. Ciliga signale un arrêt de travail dans une usine de Krasnojarsk (Sibérie), mais la date est incertaine : 1934 ou 1935199. Maria Smith, femme d’Andrew Smith, qui était soignée au sanatorium de Feodosija (Crimée), a entendu parler d’une « grande grève provoquée par la famine » en 1935 ; les chefs de cette « insurrection locale », au nombre de vingt-sept, auraient été passés par les armes, à titre d’exemple200. Une voisine de Moscou lui a raconté que les habitants de Puškino201 « avaient refusé de travailler à moins que la ration de pain qui leur était allouée ne fût augmentée, et qu’ils avaient menacé de brûler la ville. Trois régiments avaient été expédiés à Puškino. Les meneurs avaient été exécutés et nombre de leurs partisans jetés en prison. Les journaux de Moscou ne soufflèrent pas un mot de l’affaire, bien entendu202 ».

131Dans l’état actuel de la documentation disponible, rien ne permet de confirmer ou d’infirmer ces récits.

132Comme nous l’avons déjà souligné, il est impossible de procéder à une étude statistique des grèves. À de rares exceptions près, nous ne connaissons ni le nombre de participants, ni la durée exacte du débrayage ; il est donc exclu de calculer le nombre de journées perdues, qui de toute façon doit être minime. Essayons cependant de dégager les principales caractéristiques des mouvements qui viennent d’être évoqués.

  • 203 Filtzer, op. cit., p. 81. Cf. la pertinente critique de ce préjugé par L. Van Rossum, « Western stu (...)

133On est frappé par la vivacité des traditions de lutte aux usines Putilov, mais il faut souligner que les grèves touchent aussi bien les travailleurs d’origine paysanne (bâtiment, mines du Donbass) que les ouvriers de seconde génération (construction mécanique de Leningrad, industrie textile de Moscou). Ce fait donne un démenti à D. Filtzer, pour qui les recrues paysannes sont incapables de conduire une action autonome et doivent apprendre du prolétariat urbain comment lutter collectivement203. Dans quelques cas au moins, les membres du PC(b) ou du Komsomol ont pris position contre les autorités, pour leurs camarades de travail, en participant au débrayage, parfois en tant que « meneurs » ; leur carte du parti ne les protégeait nullement contre la répression.

134Les revendications présentées sont très révélatrices de la condition ouvrière dans l’U.R.S.S. de cette époque : elles n’étonneront guère qui a lu le premier paragraphe de ce chapitre, consacré à la baisse du niveau de vie. Elles portaient sur deux thèmes prédominants. Le premier, le salaire, est classique dans les conflits du travail depuis les débuts de l’industrialisation : il s’agissait de réclamer une augmentation, de s’opposer à une diminution ou à des prélèvements indus, d’obtenir le paiement d’un arriéré ; le combat contre l’élévation des normes de rendement participait du même souci. En revanche, le second thème, la situation alimentaire, plonge l’historien dans un monde dominé par le souci de la subsistance, à la manière des sociétés d’Ancien Régime en Europe occidentale. En instaurant le rationnement, les dirigeants avaient promis d’assurer aux travailleurs le pain quotidien ; mal nourris, les ouvriers réclament leur dû à l’État, qui n’a pas tenu ses engagements envers eux.

135Le plus souvent, nos sources ne précisent pas l’issue du conflit. Elles mentionnent cependant quelques victoires, qui montrent que parfois les travailleurs arrivaient à obtenir satisfaction ; contraints de céder, les dirigeants n’en frappaient pas moins lourdement les protestataires. À l’occasion, ils offraient des responsables locaux en pâture à la colère populaire.

  • 204 Nous reprenons ici l’heureuse formule de H.H. Schröder, op. cit., p. 305.

136Les grèves analysées ci-dessus gardaient toujours un caractère strictement local ; de surcroît, elles étaient très brèves ; dans nombre de cas, le terme de « freinage » serait plus approprié. Les ouvriers ne pouvaient ni organiser ni soutenir des actions de longue durée : l’hétérogénéité de la main-d’œuvre, l’absence d’organisation syndicale indépendante et l’ampleur de la répression empêchaient tout mouvement de grande ampleur. L’existence même de ces débrayages spontanés méritait néanmoins d’être signalée, car ils montrent qu’il existait chez les travailleurs un « important potentiel de mauvaise humeur204 », imputable à la dégradation des conditions de vie. Il est remarquable que ce mécontentement se soit exprimé ouvertement en dépit des risques importants encourus par les grévistes.

2. Les réactions de fuite205 : turnover et absentéisme

a) Le turnover

137Avant d’en venir au vif du sujet, il est nécessaire d’expliquer brièvement la terminologie utilisée en U.R.S.S. Pour désigner le turnover, on emploie deux termes différents :

  • dviženie rabočej sily (ou oborot rabočej sily)206, qui prend en considération à la fois les arrivées et les départs d’ouvriers pour une année donnée : c’est à peu près l’équivalent de l’anglais « labor turnover »,
  • tekučest’ rabočej sily, qui se réfère uniquement aux départs, qu’ils soient volontaires ou qu’ils résultent d’un licenciement pour atteinte à la discipline du travail ; l’expression a en général une connotation péjorative207.

138Nous avons adopté la convention suivante : dviženie (oborot) sera traduit par « turnover », tekčest’par « fluidité ».

  • 208 Davies, op. cit., p. 279, n. 230.

139Mesurer le turnover était une tâche complexe : en 1930, il existait dix indicateurs différents208. Le tableau VII (cf. Annexe A) reproduit l’un d’entre eux : il montre que, dans la grande industrie, la « fluidité » du personnel a augmenté de plus de moitié entre 1928 et 1930, avant de diminuer à nouveau de 1931 à 1933 ; en 1933, elle reste nettement au-dessus du niveau de 1928. Le maximum se situe en 1930 : à ce moment-là, un ouvrier soviétique change d’emploi tous les huit mois. Ces moyennes cachent de grandes inégalités selon les branches :

  • L’industrie pétrolière et, plus encore, l’industrie cotonnière se caractérisent par la relative stabilité de leur main-d’œuvre ;
  • En revanche, la mobilité atteint des taux maxima de 300 % environ dans les charbonnages (1930) et la construction (1932)209 : ce chiffre signifie que le personnel se renouvelle trois fois au cours de l’année. Cette constatation n’a rien d’étonnant, car les mines et le bâtiment utilisaient de nombreux saisonniers qui cumulaient travail industriel et activités agricoles.

140On doit cependant souligner que la « fluidité » des ouvriers a augmenté dans tous les secteurs.

  • 210 Schrôder, op. cit., p. 298.

141Pour comprendre ce phénomène, il faut se souvenir qu’au cours de ces années le chômage a fait place à une pénurie aiguë de main-d’œuvre : celui qui quittait son emploi était assuré d’en retrouver un autre aussitôt. De leur côté, les directeurs d’usine étaient prêts à augmenter les salaires pour attirer les travailleurs dont ils avaient besoin. Ces hausses non planifiées ont engendré des disparités énormes entre entreprises de la même branche ou de la même région. Le cas des métallurgistes illustre bien cette réalité210 :

Salaire horaire en roubles (1930)

1. Outilleurs 6e échelon 7e échelon 8e échelon
Usine Max Hölz 1,03 1,41 1,63
Estampage mécanique 1,31 1,55
« Vulkan » 1,48 1,90
« Znamja truda » n° 3 0,84 1,06 1,19
« Skoroxod » 0,87 1,08
2. Serruriers-réparateurs 5e échelon 6e échelon 7e échelon
Estampage mécanique 1,08 1,43 1,76
« Krasnyj treugol’nik » 1,02 1,17 1,43
« Krasnyj Oktjabr’ » 0,74 0,86 1,01
« Znamja truda » n° 2 0,73 0,91 1,00
  • 211 Greyfïé de Bellecombe, Les conventions collectives de travail..., p. 96-97.
  • 212 Voprosy truda : sbomik, L., 1932, p. 90, cité par Filtzer, op. cit., p. 53.

Un outilleur classé au 6e échelon chez « Vulkan » gagnait mieux sa vie que son camarade du 7e échelon à l’usine « Znamja truda » ; au 7e échelon, chez « Vulkan », un outilleur était mieux rémunéré que son collègue de « Znamja truda » au 8e. La situation était semblable chez les serruriers. À qualification égale, la paie de ces spécialistes pouvait varier de 1 à 1,8 ; on retrouvait des différences analogues dans un même établissement, voire un même atelier. Ces écarts considérables, dénoncés en 1930 comme une des principales causes de l’instabilité du personnel, subsistent en 1934 ; il arrive que les manœuvres touchent davantage que les gens qualifiés, les auxiliaires plus que ceux qu’ils assistent, ou que les contremaîtres211. À partir de 1931, le régime dénonce le « nivellement » (uravnilovka) des revenus ; pourtant, « en fait, nous n’avons même pas d’égalitarisme dans le paiement du travail, mais des inégalités totalement injustifiées dans les gains, une absence de toute loi, un complet chaos212 ».

  • 213 Schröer, op. cit., p. 297-298.

142Ce désordre tenait en partie au mode de fixation des normes de rendement : peu qualifiés, les « calculateurs » se fiaient à leur inspiration. En 1930, par exemple, il n’existait de « normes techniques » que dans 10 % des entreprises de l’Oural ; ailleurs, elles « tombaient du plafond », selon l’expression imagée des travailleurs, c’est-à-dire qu’elles étaient établies de façon tout à fait arbitraire213. Tantôt, elles étaient trop élevées pour laisser à l’ouvrier l’espoir d’un salaire supérieur ou égal à celui du travail au temps ; tantôt, au contraire, elles permettaient des gains sans proportion avec l’effort fourni. A. Smith a très bien décrit les effets de cet état de choses :

  • 214 Smith, op. cit., p. 37.

Au début, je trouvai qu’après une semaine entière, j’avais gagné 140 roubles, tandis que d’autres camarades de l’équipe n’avaient pu arriver qu’à dix roubles. Quand je signalai le fait à Ilyine, le chef de service, nous nous aperçumes après enquête que le « calculateur » avait fixé cinq minutes pour un alésage qui demandait bien une heure et demie, et quinze minutes pour un autre qui n’en nécessitait que trois214.

  • 215 Za industrializaciju, 9 mars et 24 mai 1933.

143Les charbonnages offrent une autre illustration de ces disparités215 : pour les boiseurs et les conducteurs de chevaux, les tâches assignées ne variaient guère d’une mine à l’autre ; aussi ces catégories étaient-elles relativement stables. En revanche, les rendements exigés des piqueurs et des chargeurs différaient beaucoup selon les endroits : en conséquence, la « fluidité » de la main-d’œuvre était élevée.

144Dans un contexte où le recours à la grève était très difficile, les ouvriers protestaient à leur manière ; ils quittaient les emplois mal payés pour des travaux mieux rémunérés. De même, ils partaient dès qu’une autre entreprise leur offrait mieux en matière de logement ou de cantine :

  • 216 Témoignage d’un ingénieur américain cité par J. Barber, Labor discipline in Soviet industry, 1928-1 (...)

La rotation de la main-d’œuvre était incroyable... les gens étaient toujours en mouvement, continuellement à la recherche d’un endroit où ils pourraient obtenir quelque chose à manger... Toute rumeur concernant un meilleur approvisionnement ailleurs provoquait sur-le-champ une migration dans cette direction... L’annonce qu’il y avait plus à manger, plus d’habits ou de meilleures conditions de logement provoquait immédiatement un exode de travailleurs... La situation alimentaire était la cause principale du turnover... Les hommes et leurs familles parcouraient le pays, allant de boulot en boulot... en quête de plus de nourriture et de meilleures conditions de logement216.

  • 217 Cela vaut surtout pour les régions de Moscou et d’Ivanovo ; la mobilité était plus grande à Leningr (...)
  • 218 Shiokawa, art. cit., p. 78-79.

145L’industrie cotonnière constitue un bon exemple de ces conduites de fuite. Dans les années vingt, elle se caractérisait par la stabilité de son personnel, qui tenait à la convergence de plusieurs facteurs. Le développement de cette branche était lent : on y embauchait donc peu de nouvelles recrues. Beaucoup d’ouvriers vivaient dans des villages situés à proximité des fabriques ; ils y possédaient une maison et une parcelle de terre217. Le travail du coton représentait une tradition familiale : il n’était pas rare que père, mère et enfants soient employés dans la même entreprise. La présence de femmes en grand nombre contribuait à réduire le turnover : sans que l’on sache pourquoi, il est avéré que les femmes bougeaient moins que les hommes218. Pendant le premier plan, le taux de « fluidité » de la main-d’œuvre s’est accru de 2,3 fois ; il restait toutefois moins élevé que dans les autres branches.

  • 219 Trild, 20 oct. 1932.

146Les salaires étaient particulièrement bas, même en comparaison du reste de l’industrie légère219 :

Salaire mensuel moyen au 1er semestre 1932 (en roubles)

Coton 77,4
Travail du cuir 125
Industrie alimentaire 96,87
Habillement 81
  • 220 Voprosy truda, 1932, n° 7, p. 5.
  • 221 Izmenenija v čislennosti i sostave sovetskogo rabočego klassa, M., 1961, p. 45-46 (A.G. Rašin).
  • 222 Voprosy truda, 1930, n° 12, p. 10-12.
  • 223 Za industrializaciju, 15 mai 1930.
  • 224 Ibid., 17 juil. 1931.

147Les travailleurs qualifiés étaient moins bien payés que les manœuvres de la métallurgie ou d’autres branches relevant du groupe A. Dans les villes offrant des activités diversifiées, comme Leningrad, ils abandonnaient le coton pour aller s’embaucher dans la métallurgie ou la chimie ; à l’usine Krasnyj Treugol’nik (chaussures en caoutchouc), en 1932, « des centaines d’ouvriers qualifiés refusaient obstinément de retourner dans l’industrie textile220 ». Dans la région d’Ivanovo, où le coton jouissait traditionnellement d’une position de monopole, l’installation de nouvelles entreprises (métallurgie, chimie) permettait aux travailleurs du textile, et surtout à leurs enfants, de trouver un emploi ailleurs221. Pour comprendre cet exode, il faut garder présent à l’esprit le fait que, dans leurs ateliers de réparation, les fabriques textiles utilisaient un certain nombre de métallurgistes : ajusteurs, tourneurs, forgerons, etc. Les professions exercées par ces métallurgistes étaient qualifiées de « transversales » (skvoznye professii), car diverses branches pouvaient faire appel à leur compétence. C’est dans l’industrie cotonnière qu’ils étaient le plus mal rémunérés222 : aussi, en 1930, sept cents d’entre eux étaient-ils disposés à abandonner la manufacture des Trois Montagnes (Moscou)223. En 1931, un journal estimait qu’un ajusteur travaillant dans le textile pouvait augmenter son salaire de 60 % à 75 % en partant s’embaucher dans un autre secteur ; le même article signalait que tous les ajusteurs formés par l’école d’apprentissage de l’usine Livers avaient réussi à quitter l’industrie textile224.

  • 225 XVII konferencija VKP(b), M., 1932, p. 66 ; Trud, 26 oct. 1932.
  • 226 Voprosy truda, 1933, n° 1, p. 24.

148Un second facteur a contribué à augmenter la « fluidité » du personnel : il s’agit de l’introduction de la funkcionalka. Ce système visait à faciliter la formation des jeunes et à élever la productivité. Il consistait à diviser rigoureusement les tâches effectuées auparavant de façon simultanée par un ouvrier et à attribuer une seule fonction à chaque opérateur ; en revanche, chaque tisseur (ou fileur) devait surveiller un plus grand nombre de métiers (ou de broches). Pour les travailleurs expérimentés, cette innovation signifiait sans conteste une déqualification ; de surcroit, les rendements n’ont pas augmenté, ils ont même parfois diminué, ce qui s’est répercuté sur le niveau des salaires. Profondément mécontents, découragés, beaucoup de vétérans qualifiés ont abandonné l’industrie où ils avaient peiné durant des années225 ; partout, les départs ont pris des proportions menaçantes226. À cause de ses résultats négatifs, la funkcionalka a été abolie à l’automne de 1932.

  • 227 Cf. Filtzer, op. cit., p. 56-57.
  • 228 P. Vasil’ev et Ja. Lejpunskij, Voprosy oboračivaemosti rabočego sostava v legkoj promyšlennosti : p (...)

149L’hémorragie d’ouvriers qui frappait le secteur du coton résultait de la politique officielle, qui délaissait systématiquement les branches produisant des biens de consommation. Le régime a pu ainsi effectuer une redistribution de la main-d’œuvre en accord avec ses priorités économiques. Cette redistribution est allée si loin qu’elle a entraîné une véritable régression dans l’industrie légère, comme le montre une enquête réalisée à Leningrad en 1932-1933227. En 1932, à Leningrad-ville, les trusts du coton, de l’habillement, du fil et du cuir perdaient plus d’ouvriers qu’ils n’en recrutaient ; un grand nombre de départs était imputable au manque de logements et à la pauvreté des équipements (crèches, jardins d’enfants, etc.). La situation était encore plus dramatique dans la région (oblast’) de Leningrad, où usines de porcelaine, de verre, d’allumettes employaient en 1932 à peine la moitié des effectifs qu’elles avaient en 1930. Il s’agissait d’industries rurales, mais le personnel qualifié provenait d’un prolétariat héréditaire, où les professions se transmettaient de parents à enfants depuis des générations. Les travailleurs non qualifiés venaient plutôt de la paysannerie ; leurs métiers étaient physiquement pénibles, alors que les entreprises ne pouvaient leur fournir de la nourriture en quantité suffisante. Le turnover parmi ces ruraux était tel que les manufactures de porcelaine, par exemple, ne pouvaient atteindre leurs objectifs de production parce qu’elles n’avaient pas de manœuvres pour mettre leurs fours en marche. Si déplorables qu’aient été ces pertes, l’exode de la main-d’œuvre qualifiée était encore plus inquiétant. Il témoignait des « conditions de vie et de travail hautement défavorables qui se sont développées ces dernières années dans les usines de la région228 ». Les écoles d’apprentissage ne parvenaient plus à recruter sur place parmi les enfants d’ouvriers ; elles devaient aller chercher leurs élèves dans des régions agricoles. Les apprentis ainsi formés ne restaient pas dans l’industrie légère, mais s’embauchaient dans d’autres secteurs où les salaires étaient plus élevés.

  • 229 Littéralement « les ouvriers du cadre ».
  • 230 Construction mécanique et travail des métaux sont regroupés en une seule branche.

150Les autorités soviétiques imputaient constamment l’accroissement du turnover pendant le premier plan à l’afflux de nouvelles recrues d’origine paysanne, dépourvues de toute expérience du travail à l’usine. Cette thèse implique à contrario que les ouvriers qualifiés constituaient un personnel stable (kadrovye rabočie en russe229). Nous avons vu qu’il n’en était rien dans les entreprises du groupe B ; quelle était la situation dans l’industrie lourde ? Nous tenterons de répondre à cette question à partir de deux exemples : les charbonnages et la construction mécanique230.

151Dans les années vingt, la « fluidité » des mineurs était déjà fort élevée ; en 1930, elle atteignit le taux record de 295 %, qui plaçait les houillères en tête de toutes les branches industrielles. Cette mobilité était le produit de deux facteurs :

  1. De nombreux mineurs possédaient des parcelles de terre : selon une enquête menée en 1929 dans le Donbass, 14 % à 20 % des piqueurs rentraient chez eux pour les travaux agricoles231 ; en 1930, les craintes provoquées par la collectivisation ont amplifié ces retours ;
  2. Au moment de ces départs, les mines connaissaient une grave pénurie de main-d’œuvre ; elles s’arrachaient les ouvriers restants. Pour les garder ou les attirer, les directeurs rivalisaient à qui offrirait les meilleurs salaires. Les travailleurs qualifiés étaient les plus recherchés, car ils étaient rares ; de ce fait, contrairement aux idées reçues, ils étaient plus mobiles que le personnel non qualifié232. La configuration géographique du Donbass facilitait ces déplacements d’un puits à l’autre.

152Il existait donc une étroite relation entre les migrations mine-village et les mouvements internes au Donbass.

153Dans la construction mécanique, le tableau est beaucoup plus contrasté. À la fin des années vingt, il existait une corrélation positive entre la qualification et l’ancienneté dans le dernier emploi : plus la qualification était élevée, plus faible était la mobilité :

  • 233 A.G. Rašin, Sostav fabrično-zavodskogo proletariata, M., 1930, p. 81 (recensement syndical de 1929)

Ancienneté moyenne dans le dernier emploi (en années)233

  • 234 Gubernija en russe.
1. Leningrad
Ouvriers hautement qualifiés 9,6
qualifiés 7,4
semi-qualifiés 4,9
non qualifiés 2,6
2. Province234 de Moscou
Ouvriers hautement qualifiés 8,9
qualifiés 7,4
semi-qualifiés 5,6
non qualifiés 3,7
3. R.S.S. d’Ukraine.
Ouvriers hautement qualifiés 9,9
qualifiés 8,1
semi-qualifiés 5,8
non qualifiés 3,1
  • 235 Za industrializaciju, 15 juin 1930.
  • 236 Pravda, 9 déc. 1932.
  • 237 Dans le même sens, à propos de l’industrie des métaux à Leningrad et à Moscou (en 1930), cf. Davies (...)
  • 238 Trud, 7 déc. 1930.
  • 239 Les départs volontaires sont également inclus.
  • 240 Planovoe xozjajstvo, 1933, n° 5-6, p. 65.

154Un tournant s’est produit en 1930-1931 : partout, le personnel qualifié manquait ; aussi sa « fluidité » a-t-elle augmenté. À l’usine Krasnoe Sormovo, en 1930, tourneurs, raboteurs, perceurs et fraiseurs représentaient 63 % des départs235 ; en 1932, les travailleurs qualifiés avaient un taux de « fluidité » supérieur à la moyenne236. À partir de l’été 1930, le turnover s’est accru à Leningrad ; cependant, on notait encore une corrélation négative entre le niveau de turnover et l’ancienneté dans la production237. Ainsi, sur 2 000 ouvriers qui ont quitté l’entreprise Èlektrosila, 67 % travaillaient dans l’industrie depuis six mois ou moins238 ; aux établissements K. Marx, 64 % des 1.600 personnes récemment embauchées ou congédiées239 avaient une expérience égale ou inférieure à un an. Une enquête menée à Kolomna (région de Moscou) a montré que l’instabilité touchait avant tout la main-d’œuvre non qualifiée240.

  • 241 Komsomol’skaja pravda, 6 avr. 1930.
  • 242 Trud, 24 sept. 1931.
  • 243 Voprosy profdviženija, 1933, n° 1-2, p. 30.

155Les exemples que nous venons de citer sont tous empruntés à des usines qui existaient déjà en 1928 ; il faut maintenant examiner le cas des entreprises qui ont vu le jour pendant le premier plan. À Stalingrad (fabrication de tracteurs), 70 % à 75 % des travailleurs n’avaient jamais été salariés dans l’industrie241 ; un article publié à l’automne 1931 indique que le taux mensuel de « fluidité » atteignait 20 %242. En septembre 1932, il était tombé à 10,9 %, mais les chiffres étaient plus élevés pour le personnel qualifié243 :

Raboteurs 12,9 %
Monteurs-ajusteurs 12,5 %
Tourneurs 11,8 %
Monteurs-électriciens 11 %
  • 244 Za industrializaciju, 1er nov. 1932.

156Ces départs étaient attribués au mécontentement provoqué par le nivellement des salaires (uravnilovka) et les mauvaises conditions de vie244.

  • 245 Voprosy profdviženija, 1933, n° 1-2, p. 30.
  • 246 Date du démarrage de la production.
  • 247 Za industrializaciju, 14 mai 1934.

157Selon une revue syndicale245, 968 ouvriers hautement qualifiés de Moscou, Leningrad, etc., avaient été transférés à Gor’kij (construction automobile) en janvier 1932246 ; le 1er septembre, il n’en restait plus que 165, soit 17 %. Cependant, la main-d’œuvre non qualifiée était la plus mobile247 :

  • 248 Il s’agit des échelons de la grille salariale.

Taux248 de « fluidité » (1932)

Échelon 11 778 %
Échelons 2-3 209 %
4-5 81,7 %
6-8 32,8 %

158Une enquête menée à Uralmašzavod (Sverdlovsk) a montré que le personnel était formé en majorité de fils ou de filles d’ouvriers vivant avec leur famille. À priori, cette situation semblait un gage de stabilité ; en fait, la « fluidité » était importante. Une grande partie des travailleurs qualifiés venus de Moscou ou de Leningrad avait quitté l’usine au bout de quelques semaines, pour deux raisons :

  1. Les établissements qui les envoyaient ne leur fournissaient pas assez d’explications et les choisissaient selon le principe : « Nous allons vous donner ceux qui ne nous servent à rien » ;
  2. Les nouveaux arrivants n’étaient pas utilisés selon leurs compétences. On manquait de logements pour les accueillir et les conditions de vie étaient mauvaises. Un « constructeur » fraîchement issu de la campagne remarquait : « Nous sommes venus de villages, nous avons grandi dans \es forêts. Nous n’y avons jamais vu de vie décente, et nos exigences sont très modestes. Mais les gens de Leningrad qui sont habitués à la vie dans les grandes villes s’en vont dès qu’ils voient notre misère249. »

159Ces ouvriers qualifiés étaient censés assurer la formation sur le tas ; après leur départ, un certain nombre de travailleurs dépourvus d’expérience se sont trouvés privés de toute aide et, découragés, ont abandonné l’atelier.

  • 250 Ce terme désigne les entreprises qui fonctionnaient déjà avant le premier plan.
  • 251 Shiokawa, art. cit., p. 77-78.

160Sur la base des indications fragmentaires fournies supra, il est possible, semble-t-il, de conclure ceci à propos de la construction mécanique : dans les vieilles usines250, la mobilité des ouvriers qualifiés s’est sensiblement accrue, mais il subsistait en général un petit noyau stable de vétérans attachés à leur emploi ; c’est précisément ce noyau qui faisait défaut aux entreprises nées pendant le premier plan251.

161Les directeurs d’usine employaient tous les moyens dont ils disposaient pour retenir les travailleurs qualifiés. Aussi ces derniers devaient-ils violer délibérément la discipline pour obtenir d’être congédiés :

  • 252 Z. Morduxovič (Moxov), Na bor’bu s tekučest’ju rabočej sily, M. – L., 1931, p. 39, cité par Filtzer (...)

Des données récentes montrent que le licenciement pour atteinte à la discipline du travail est habituellement une forme de départ volontaire. C’est particulièrement vrai du groupe des ouvriers qualifiés et expérimentés... L’explication est tout à fait simple... Ceux qui désirent quitter l’entreprise et en sont empêchés par la direction violent consciemment la discipline, sont renvoyés pour cela, et atteignent ainsi leur but par des moyens indirects.... II est clair que le directeur empêche les travailleurs hautement qualifiés de s’en aller de leur propre chef, mais se voit ensuite contraint de les chasser pour infraction à la discipline252.

  • 253 Shiokawa, art. cit., p. 85.

162Dans le Donbass, nombreux étaient les mineurs qui préféraient partir sans avoir reçu leur arriéré de salaire, car pour demander son compte il fallait passer par une procédure fastidieuse ; or, ils étaient pressés de rentrer chez eux à temps pour la récolte. Aussi s’absentaient-ils sans autorisation afin d’être mis dehors : parfois, ils désertaient tout simplement la mine sans prévenir la hiérarchie253.

  • 254 Sur ces commissions, cf. supra, chap. V, II : « L’évolution des syndicats ».
  • 255 Voprosy truda, 1931, n° 7, p. 32.

163On aboutissait ainsi à des situations paradoxales : le personnel faisait preuve d’indiscipline et la direction feignait de ne rien remarquer, ou n’infligeait qu’une sanction bénigne. Les ouvriers faisaient alors appel à la « commission de tarification et de conciliation »254 et déposaient une plainte contre l’administration, coupable d’avoir ignoré le Code du travail en ne les congédiant pas malgré des infractions délibérées ! Selon l’Office du travail de Leningrad, la plupart des actions intentées venaient de travailleurs qualifiés qui n’avaient pas d’autre moyen d’obtenir leur licenciement255.

  • 256 Ibid., juin 1930, p. 22-25, cité par Schwarz, Les ouvriers..., p. 120.

164Les chefs d’entreprise ne se contentaient pas de chercher à retenir leur main-d’œuvre ; ils débauchaient volontiers celle de leurs collègues, contribuant ainsi à aggraver le turnover. À Moscou, le directeur de l’usine Dynamo (matériel électrique) se vantait ouvertement de sa « compétition » avec AMO (construction automobile) : chacun envoyait des ouvriers recruter chez l’autre. Les responsables de Krasnyj Putilovec se plaignaient : « Nous sommes infestés de recruteurs, surtout dans l’atelier de tracteurs. Des gens viennent dans le cadre d’une visite organisée, se promènent partout et en profitent pour demander aux travailleurs s’ils ne voudraient pas aller s’embaucher ailleurs256. » Le directeur adjoint du trust Arma utilisait la technique suivante :

  • 257 Schwarz, Les ouvriers..., p. 119-120.

Il va dans les entreprises voisines..., soi-disant pour voir comment le trust exécute ses commandes. En réalité, il débauche de la main-d’œuvre : il va trouver des ouvriers qualifiés et des contremaîtres, et leur offre du travail. Quant à la paye : « Ne vous faites pas de souci, vous serez satisfaits. »257.

De ce fait, les directeurs d’usine étaient devenus fort méfiants à l’égard des visites guidées, qui favorisaient l’exode du personnel.

  • 258 Ibid., p. 120-121.
  • 259 Filtzer, op. cit., p. 60.

165Pour combattre ce fléau, les autorités adoptèrent de sévères mesures258. En mars 1930, la Cour suprême de Russie décréta que le débauchage constituerait désormais un délit, passible des peines punissant l’abus de pouvoir. Toutefois, cette décision n’était applicable qu’en cas de débauchage massif ou de promesses fallacieuses. Au départ, le bâtiment était seul concerné, mais en novembre 1930 l’interdiction fut étendue à toute l’industrie259. Il est impossible de dire dans quelle mesure ces dispositions juridiques ont eu des effets pratiques.

  • 260 Nous empruntons cette formule à H.H. Schröer, Industrialisierung und Parteibürokratie..., p. 298.

166Il est temps de conclure sur le turnover. Les autorités rendaient les nouvelles recrues paysannes responsables des difficultés croissantes (mobilité de la main-d’œuvre, absentéisme) auxquelles se heurtaient les entreprises. Cette vision de la situation ne peut être entièrement recusée : les ruraux qui s’embauchaient pour la première fois à l’usine devaient effectivement acquérir la discipline exigée par le travail industriel, et cet apprentissage nécessitait un temps d’adaptation plus ou moins long. Mais nous croyons avoir montré que la « fluidité » du personnel est un phénomène complexe, qui résiste à toute tentative d’explication trop simple, et obéit à des motifs divers : elle n’était nullement le monopole des manœuvres du bâtiment ou des ouvriers spécialisés de l’automobile, mais touchait aussi les travailleurs qualifiés. Assurément, le turnover ne représentait pas un signe de résistance consciente, mais il peut être considéré comme une « échelle graduée260 » du mécontentement suscité par la dégradation des conditions de vie. C’est dans le même esprit que nous allons maintenant aborder la question de l’absentéisme.

b) L’absentéisme

  • 261 R. Trempé, Les trois batailles du charbon, 1936-1947, Paris, 1989, p. 189.

167« L’absentéisme est une manière de protester difficile à sanctionner, car difficile à assimiler à un acte délibéré d’entrave à la production. Contrairement à la grève, c’est une forme passive de défense et de rébellion [...]261. » Souvent associé au turnover comme indicateur d’indiscipline, il s’est fortement accru pendant le premier plan (Filtzer, op. cit., p. 52) :

Nombre annuel moyen de jours d’absence non autorisée (par ouvrier)

1929 4,09
1930 4,49
1931 5,96
1932 5,96
  • 262 Schwarz, Les ouvriers..., p. 133-135.

168Pour lutter contre l’absentéisme, les autorités ont modifié le Code du travail dans un sens plus contraignant. À l’origine, le droit russe en la matière était éminemment libéral. D’après le Code du travail de 1927 (article 47), le licenciement sans préavis pour absence injustifiée était soumis à la condition que le travailleur ait manqué sans raison valable pendant trois jours consécutifs, ou six jours en tout au cours d’un même mois. Cette disposition a été abrogée en août 1927 et le licenciement sans préavis autorisé en cas d’absence totalisée de trois jours dans le mois. La législation a été ensuite modifiée à deux reprises (27 août 1929 et 17 décembre 1930) dans le sens du durcissement. Mais le véritable tournant a eu lieu en 1932 : l’article 47 fut révisé par décision du Comité exécutif central et du Conseil des commissaires du peuple en date du 15 novembre. Dorénavant, l’employeur était tenu de licencier sans préavis quiconque s’absentait un seul jour. Le licenciement s’accompagnait obligatoirement du retrait des cartes de rationnement et de l’expulsion du logement fourni par l’entreprise. L’exécution, ajoutait le Commissariat au travail dans l’arrêté d’application (26 novembre 1932), devait être immédiate et englober la famille, sans tenir compte de l’absence éventuelle d’autres possibilités de logement, « à n’importe quelle saison », et même « sans qu’on fournisse de moyens de transport ». Le 27 juin 1933, la rigueur du texte fut encore accrue : une décision du Comité exécutif central et du Conseil des commissaires du peuple précisa que l’expulsion n’aurait pas lieu seulement lorsque le logement appartenait à l’entreprise : elle devait aussi intervenir quand le travailleur vivait dans une maison d’une coopérative de construction ou de logement, et que son appartement lui avait été attribué en vertu d’un accord entre l’entreprise et la coopérative. Cela n’excluait qu’une faible proportion des habitations accessibles au personnel de l’industrie soviétique262.

  • 263 Tout ce paragraphe s’appuie sur Filtzer, op. cit., p. 52, 99 et 111-115.

169Le décret du 15 novembre 1932 est resté en vigueur, pour l’essentiel, jusqu’en décembre 1938 : à cette date, le régime a pris des mesures qui aggravaient encore les sanctions disciplinaires contre l’absentéisme. À s’en tenir aux statistiques disponibles, cette législation draconienne a eu un effet immédiat : le nombre de journées de travail perdues pour absence injustifiée est tombé de 5,96 en 1932 à 0,93 en 1933. Dans un contexte de sous-alimentation, les ouvriers ne pouvaient qu’être sensibles à la menace de perdre tout droit aux rations alimentaires. Cependant, il est probable que les données officielles surestiment beaucoup la baisse de l’absentéisme263. En effet, une partie des directeurs d’usines ont refusé d’obéir à cet ordre : ils ont invoqué pour justification la pénurie de main-d’œuvre, surtout pour les emplois exigeant une qualification. La presse soviétique a dénoncé cette réaction ; elle en a cité de nombreux cas, dans diverses branches :

  • mines du Donbass,
  • métallurgie de l’Oural,
  • construction mécanique (Leningrad, Xar’kov),
  • textile d’Ivanovo, de Bakou,
  • dépôt de tramways (Bakou).
  • 264 En fait, les poursuites judiciaires ont été relativement rares, sauf dans les chemins de fer (janvi (...)

170En principe, cette violation délibérée de la loi exposait ses auteurs à des sanctions administratives ou à des poursuites judiciaires264. Mais les responsables pouvaient aussi s’arranger pour contourner le décret, en comptant des absences comme des jours de congé légal, voire en falsifiant les registres de présence. Il s’est ainsi créé une connivence entre le personnel et la hiérarchie pour se défendre contre une décision gouvernementale gênante, tout en feignant de l’appliquer. Un ingénieur américain, qui a travaillé en U.R.S.S., décrit encore une autre façon de résister aux exigences de l’État, sans aller jusqu’à l’affrontement direct avec les autorités :

  • 265 Cité par J. Barber, Labor discipline in Soviet industry, 1928-1941, p. 12.

Agitation et peur se sont repandues comme une traînée de poudre. Ensuite, en silence, subtilement, les Russes se sont comportés comme ils le faisaient dans leur terrible passé face à des obstacles apparemment insurmontables. On se donna le mot : obéir scrupuleusement au décret pendant quelques semaines. Après quoi, comme toujours en Russie, tout redeviendrait comme avant. C’est exactement ce qui s’est passé. Moins de deux mois après la publication du décret, la pression s’était relâchée. L’apathie l’emportait de nouveau265.

171Pour des raisons qui tiennent à la documentation disponible, nous avons choisi de nous attarder sur le turnover et l’absentéisme, mais il existait d’autres formes de protestation sociale. Leur étude se heurte à de sérieux obstacles, car les comportements ouvriers sont parfois difficiles à interpréter. Il en va ainsi, par exemple, pour deux phénomènes liés entre eux : les dommages causés aux machines et la production massive de rebut (brak en russe).

  • 266 Partijnoe stroitel’stvo, 1933, n° 9, p. 34.
  • 267 Il s’agit de l’année économique ; le premier semestre 1930 correspond donc à la période qui va du 1(...)
  • 268 Chr. Rakovsky, « The five year plan in crisis », Critique, Glasgow, n° 13 (1981), p. 19.

172Pendant le premier plan, la qualité du travail a connu une baisse dramatique, rendant en partie fictifs les indices quantitatifs de croissance ; la presse officielle fournit de nombreuses données à ce sujet. Au combinat électrique de Moscou, vingt pour cent des lampes fabriquées étaient inutilisables266 ; quant aux autres, leur durée de vie ne dépassait pas 400-500 heures (contre 800-900 selon le plan). Dans la sidérurgie, au premier semestre 1930267, la situation se présentait de la façon suivante268 :

Usines Produits % de rebut
Dzeržinskij Fer pour chaudières 32
Dzeržinskij et Petrovskij Produits semi-finis en acier 40
Lopaevskij Fer pour toitures 40
Nadeždinskij Acier de haute qualité 30
Marty Acier 32
  • 269 Ibid.

173La teneur en cendres du charbon atteignait parfois 18 % ; vingt pour cent des briques seulement pouvaient supporter les poids prévus. L’industrie légère était aussi touchée, le textile battant des records en la matière269 :

% de rebut

  • 270 Il est question ici du rebut dans la production qui a subi avec succès le contrôle de qualité.
Textile 50 (moyenne)270
Couture 30
Chaussures 13
Caoutchoucs 14
  • 271 Schröder, op. cit., p. 301.
  • 272 Scott, op. cit., p. 165.
  • 273 Schröder, op. cit., p. 301.
  • 274 Partijnoe stroitel’stvo, 1933, n° 7-8, p. 53.

174Les entreprises subissaient aussi des pertes provenant des pannes et de l’usure précoce des machines. À l’usine sidérurgique de Zlatoust, en 1932, l’équipement de la forge était immobilisé pendant 45 % du temps de travail ; pour les fours Martin, le pourcentage était de 30 %271 ; en 1936, à Magnitogorsk, il atteignait 25 %272. Il en allait de même dans les charbonnages de l’Oural : en novembre 1932, une mine a cessé toute activité à quinze reprises, car les transports ne fonctionnaient pas273. Dans une fabrique textile de Kiev, le matériel – en grande partie neuf – avait déjà perdu 30 % à 35 % de sa valeur274.

175Divers facteurs peuvent expliquer ces difficultés :

  • La mauvaise qualité des matières premières se répercutait sur les produits finis ;
  • Le retard dans les livraisons pouvait contraindre à mettre le personnel au chômage temporaire ;
  • Sans doute faut-il incriminer aussi les carences de la gestion et de l’organisation, ainsi que la faible qualification de l’encadrement technique.

176Cependant, il semble bien qu’il faille aussi mettre en cause le comportement de la main-d’œuvre ; ici, trois interprétations différentes sont possibles :

  1. On peut invoquer l’ignorance de paysans mis pour la première fois en présence de machines perfectionnées, souvent importées des pays capitalistes développés ;
  2. Ou bien la besogne est gâchée parce que les salariés sont obligés d’accélérer les cadences pour parvenir à gagner leur vie. L’intensification du travail est alors tenue pour responsable du déclin de la qualité : c’est la conception que défend Chr. Rakovsky275 ;
  3. Il faut y voir une intention délibérée, autrement dit une forme de sabotage qui exprime la colère des ouvriers.

177Les deux premières explications ne sont pas vraiment contradictoires, elles seraient plutôt complémentaires. En revanche, les hypothèses n° 2 et n° 3 sont plus difficiles à concilier ; elles ont toutes deux été émises par des témoins des événements et coexistent parfois chez le même auteur. Seule une enquête d’histoire orale menée en U.R.S.S. permettrait de savoir quel sens les intéressés donnaient à leur conduite.

  • 276 Smith, op. cit., p. 58 ; cf. aussi p. 59, p. 61-62 et p. 211.

178A. Smith a très bien décrit les effets de la course aux records276 :

Quelque temps après, je remarquai un ouvrier travaillant à un étau-limeur... Mais au lieu de faire des entailles de cinq millimètres, l’ouvrier en découpait de dix millimètres, de sorte que la machine s’arc-boutait, ébranlée par l’effort à donner, et il était clair que dans un temps relativement court, elle serait hors d’usage.
 – Te rends-tu compte, dis-je, que tu éreintes cette machine ? En la forçant ainsi, tu portes un préjudice à l’Union soviétique.
Sa réponse fut une série d’explications ridicules qu’on peut résumer en ces quelques mots.
 – Que veux-tu ? Je n’y peux rien. Comment veut-on que je puisse arriver à faire le travail qui m’est fixé si je ne fais que des mortaises de cinq millimètres ? Ma tâche doit être achevée en vingt minutes d’après le règlement.

  • 277 Ibid., p. 91 ; cf. aussi p. 88.
  • 278 Ciliga, Dix ans..., p. 401.

En revanche, dans un autre passage de ses Souvenirs, A. Smith affirme que « le sabotage commis à l’usine était l’effet du mécontentement des travailleurs277 ». A. Ciliga soutient le même point de vue278 :

Le forgeron avait réparé la voiture du chef de telle façon que celle-ci, au lieu d’une révision annuelle, avait besoin d’aller toutes les semaines à l’atelier de réparation. La résistance passive, le silencieux et perpétuel sabotage, sont des phénomènes usuels en Russie et représentent d’ailleurs la seule possibilité de réponse des masses ouvrières, privées d’organisation syndicale réelle, à la pression de l’appareil bureaucratique.

  • 279 Scott, op. cit., p. 181.

179J. Scott rapporte des actes dont la signification ne fait pas de doute à ses yeux279 :

Quelques jours plus tard, on trouva une grosse clé anglaise dans une grande turbine à gaz importée d’Allemagne. Le cadre de la machine s’était brisé ; tout l’appareil était anéanti. Il devait en coûter plusieurs dizaines de milliers de roubles, ainsi qu’une perte considérable de travail. On arrêta bientôt le contremaître. Il avoua et écopa huit ans de prison.

  • 280 Ibid., p. 182.

Après avoir cité un second cas, il conclut280 :

Les « koulaks » cherchaient à passer leur rancune sur les machines, qui étaient à leurs yeux le symbole de cette puissance toute neuve, responsable de la confiscation de leurs propriétés et de leur déportation dans la steppe où ils devaient préparer leur mortier.

  • 281 Ibid., p. 159 et 161.

Ailleurs, il critique les résultats du mouvement stakhanoviste281 :

Au point de vue technique, on pouvait craindre de payer cher certains succès, dans un avenir plus ou moins lointain. Les machines étaient surmenées. On négligeait certains travaux d’entretien... Les moteurs étaient brûlés tous les quinze jours. Personne ne calcula jamais ce qu’il en coûta pour les remplacer.

  • 282 Partijnoe stroitel’stvo, n° 7-8, p. 47, 49 et 53.

180En 1933, une publication officielle signale que des ouvriers qualifiés perturbaient la production et luttaient contre l’intensification du travail282. À Kiev, des mécaniciens faisaient sciemment preuve de négligence lorsqu’ils effectuaient des réparations ; dans une mine de l’Oural, un groupe d’électriciens a laissé tomber en panne les installations d’extraction afin de freiner le rythme. Un inconnu a démoli les machines d’une fabrique de papier en introduisant du sable et des clous dans les engrenages et les parties mobiles. Mais peut-être ne faut-il pas prendre ces informations pour argent comptant, car depuis le procès de Šaxty (1928) le sabotage était devenu un prétexte commode pour condamner des innocents ; il est vrai que ce chef d’accusation visait avant tout les spécialistes, en particulier les ingénieurs.

181L’exemple du sabotage réel ou supposé montre, à notre avis, combien il importe d’être prudent dans l’interprétation des comportements ouvriers : l’absence de témoignages émanant directement des travailleurs se fait ici cruellement sentir, et l’historien court le risque de prêter arbitrairement aux attitudes qu’il observe un sens qu’elles n’avaient nullement pour les individus concernés.

IV. Les ouvriers et le Parti : la promotion des communistes

  • 283 Ciliga, Dix ans..., p. 282 et p. 529.

182Les attitudes répandues de protestation sociale n’ont jamais constitué une véritable menace pour le régime : elles se sont rarement transformées en lutte politique consciente contre le pouvoir en place283. Le système de parti unique et la dureté de la répression contraignaient les oppositions à la clandestinité ; nos sources donnent quelques exemples de résistance active, et l’ouverture des archives policières permettrait sans doute d’enrichir ce tableau.

  • 284 WKP 250, déjà cité supra, cf. chap. V, III, 1 : « Les grèves ».
  • 285 Ce courant partisan du « centralisme démocratique » est né en 1920 autour de V. Smirnov, Ossinsky e (...)
  • 286 WKP 250, p. 46.
  • 287 Ibid. A. Ciliga fait allusion à l’existence d’un groupe « déciste » dans le Donbass en 1929 (Dix an (...)

183Un rapport secret du 10 juillet 1929 conservé dans les Archives de Smolensk284 signale la présence dans l’okrug (arrondissement) de Stalino (Donbass) de deux catégories d’opposants : les trotskystes et les « décistes285 ». Des tracts trotskystes ont fait leur apparition dans les entreprises après la célébration du onzième anniversaire de la révolution d’Octobre ; la police politique a pu établir que ces tracts émanaient d’un groupe de neuf personnes créé par trois étudiants en vacances à Stalino. Ce cercle comprenait quelques communistes qui dans les réunions publiques affirmaient leur soutien à la politique officielle : lorsqu’ils eurent été découverts, ils furent bien entendu exclus286. À l’usine métallurgique de Makeevka, deux ouvriers « décistes », chassés du PC(b) en raison de leurs désaccords, avaient fondé une organisation comptant dix membres, dirigée par une « troïka » élue ; elle était financée par les cotisations de ses adhérents et par des souscriptions. Elle avait des liens avec l’entreprise « Vek » (Xar’kov) ; son activité, qui consistait à diffuser des écrits critiquant les autorités, à duré jusqu’en juillet 1928, date à laquelle le pouvoir y a mis bon ordre287.

  • 288 WKP 250, p. 45.
  • 289 Cf. supra, chap. V, III, 1 : « Les grèves ».

184À la fin de 1928, le GPU de Stalino a arrêté vingt-quatre personnes, en majorité des paysans originaires des régions frontalières, qui s’étaient embauchés assez récemment dans les mines288. Ces gens étaient accusés de travailler pour le Deuxième Bureau de l’État-major polonais, qui les aurait chargés d’exciter le mécontentement au sein du personnel, afin de préparer une insurrection armée ; ils devaient aussi organiser des attentats contre des bâtiments industriels. À la lecture de ces accusations, on soupçonne aussitôt la police d’avoir fabriqué une affaire afin de montrer sa vigilance. Mais il semble raisonnable d’en conclure qu’à cette époque, les mineurs manifestaient une certaine agitation : cette hypothèse est confortée par d’autres sources.289

  • 290 Ciliga, Dix ans..., p. 166.
  • 291 Ibid.

185En prison à Leningrad (1930), A. Ciliga a rencontré des membres du Komsomol qui venaient de la papeterie Zinoviev. Ils avaient décidé de créer « en secret un cercle de discussion où l’on pourrait parler et réfléchir en toute liberté... Mais le GPU eut vent de cette initiative peu orthodoxe » et ils furent tous arrêtés290. Il a aussi croisé des ouvriers de l’usine « Vulcain » qui avaient osé faire part de leurs doléances : deux ou trois des « meneurs » étant socialistes-révolutionnaires, la police se hâta « de faire le procès de l’organisation socialiste-révolutionnaire291 ». Enfin, lors de la promenade, il a pu s’entretenir avec des métallurgistes, accusés de trotskysme :

  • 292 Ibid.

... quelques-uns en effet en étaient teintés, mais la plupart étaient de simples ouvriers sans parti. Ils affirmaient que les ouvriers des Chantiers navals avaient, sans demander l’avis de personne, saboté l’emprunt du plan quinquennal, afin de protester contre l’aggravation continuelle de leur situation matérielle292.

186La même année, avant son transfert à Verxneural’sk, A. Ciliga a fait la connaissance d’un nouveau compagnon :

  • 293 Ibid., p. 191.

C’était un jeune ouvrier électricien, qui travaillait à Tchélia-binsk et y dirigeait une imprimerie anarchiste, illégale bien entendu. Cela lui valut cinq ans d’isolateur... L’imprimerie éditait des textes anarchistes étrangers en nombre relativement considérable293.

  • 294 Smith, op. cit., p. 252-261 et 272-278.
  • 295 Ciliga, Dix ans..., p. 413.

187Au cours des années suivantes, les manifestations d’opposition n’ont pas disparu. A. Smith294 raconte deux meetings clandestins qui se sont tenus dans les bois aux environs de Moscou : le premier a eu lieu fin 1933 ou début 1934, le second en avril 1934. Les participants étaient des travailleurs communistes de l’usine Èlektrozavod ; leur « ligue » avait des liaisons dans l’Armée rouge. Lors de son exil en Sibérie (1934-1935), A. Ciliga a été témoin de la lutte consciente menée par quelques individus isolés295 :

Dans l’une des principales usines de Krasnoïarsk, un ouvrier faisait, à lui tout seul, une active propagande révolutionnaire et antigouvernementale dans un groupe de son atelier comprenant plus de trente personnes. Ils tenaient en commun des réunions illégales, en dehors de la ville, l’été, et l’hiver dans la maison de l’un ou de l’autre. Il lui arrivait d’intervenir au cours d’assemblées officielles. Ces ouvriers munissaient les clandestins de faux papiers pour leur éviter de se faire prendre, etc.

  • 296 Ibid., p. 395 et 410.

188À cause des risques qu’il impliquait, ce type de contestation ne pouvait toucher qu’une minorité fort restreinte ; pour la grande masse des Soviétiques, il était impossible de sortir ainsi des cadres fixés par le régime. Le parti bolchevique, seul habilité à s’exprimer, prétendait tenir sa légitimité de la classe ouvrière, et la propagande officielle affirmait que les travailleurs étaient « les maîtres du pays296 ». Nous allons maintenant tenter de saisir la réalité des rapports entre les ouvriers et le parti unique, pièce centrale du système politique. Au préalable, une remarque s’impose : au cours de cet examen, il ne faudra pas oublier combien la vie était difficile dans l’U.R.S.S. de cette époque. La satisfaction des besoins quotidiens demandait de tels efforts qu’elle absorbait une grande part de l’énergie de la population, en particulier des femmes, surtout si elles avaient des enfants à charge : il suffit de penser au temps perdu dans les queues. Cela laissait bien peu de loisir pour s’intéresser à la politique.

  • 297 T.H. Rigby, Communist Party membership in the USSR, 1917-1967, Princeton U.P., 1968, p. 115 ; M. Fa (...)
  • 298 KPSS v rezoljucijax..., t. 5 : 1929-1932, M., 1984, p. 440.

189Le PC(b) a connu une croissance remarquable de 1924 à 1933 : en neuf ans, ses effectifs, « candidats » compris, furent multipliés par 7,5 : ils passèrent de 472 000 à 3,5 millions, chiffre le plus élevé des années trente297. Le 10 décembre 1932, le Comité central décida de cesser tout recrutement298. De 1933 à 1938, les épurations successives réduisirent de 46 % le nombre d’adhérents, mais en 1940 on comptait presque autant de communistes qu’en 1933.

  • 299 Rigby, op. cit., p. 158-163.

190Nous disposons d’informations sur la composition sociale du PC(b), mais leur traitement exige d’extrêmes précautions299. Les statistiques distinguent deux notions :

  • la « position sociale », c’est-à-dire le métier exercé avant l’adhésion,
  • la « profession actuelle ».

191Le recensement national du Parti (10 janvier 1927) constitue une source de bonne qualité, dont il n’existe pas d’équivalent pour les années trente. Pour analyser les résultats, ses organisateurs se sont appuyés sur les catégories élaborées par l’administration pour classer la population dans son ensemble ; or, les statistiques courantes, qui reposaient sur les renseignements émanant des comités locaux, utilisaient d’autres méthodes d’analyse. Il en résulte que les données fournies diffèrent sensiblement :

« Profession actuelle » (en pourcentage)

Statistiques courantes Recensement du Parti
Ouvriers (industrie et transports (1.1.1927)
36,8
(10.1.1927)
30
Paysans individuels 10,9 8,4
Cols blancs 35,2 42,8
  • 300 V.S. Tjažefnikova, Social’naja struktura VKP(b) vo vtoroj polovine 20-x godov : opyt količestvennog (...)

192Dans l’année qui suivit le recensement, la définition du « prolétaire » fut modifiée dans le sens de l’élargissement. Ce changement entraîna une réduction du pourcentage de paysans ; il est permis de se demander s’il n’avait pas pour objectif d’affaiblir l’opposition de gauche, qui critiquait la « capitulation » de Staline devant les « koulaks ». Tous ces chiffres doivent donc être utilisés avec prudence ; à partir de 1928, leur qualité s’est dégradée et en janvier 1930, la section statistique rattachée au Secrétariat du Comité central fut liquidée300.

193En 1917, toutes les catégories sociales bénéficiaient des mêmes conditions d’accès au PC(b) ; pendant la guerre civile, ouvriers et paysans furent mis sur un pied d’égalité.

  • 301 KPSS v rezoljucijax..., t. 2 : 1917-1922, M., 1983, p. 504 (XIe Congrès, mars-avril 1922).
  • 302 Ibid., p. 574-575.
  • 303 Ibid., t. 3 : 7922-7925, M., 1984, p. 475-476 (XIVe Congrès, déc. 1925).
  • 304 Ibid., t. 7 : 1938-1945, M„ 1985, p. 95-97.

194Mais, dès les débuts de la NEP, les dirigeants se soucièrent de limiter l’admission d’« éléments non purement prolétariens301 » : ces restrictions visaient avant tout les cols blancs. En revanche, les adhésions d’ouvriers étaient encouragées ; à cette fin, les nouveaux statuts adoptés par la XIIe Conférence (août 1922) modifièrent les règles existantes302. En 1925, ces statuts furent encore révisés en faveur des travailleurs de l’industrie303 ; les discriminations entre ouvriers, paysans et « intellectuels » ne furent abolies qu’en 1939304.

  • 305 Ibid., t. 3, p. 158.
  • 306 Ibid., p. 184 (plénum des 29 et 31 janv. 1924).
  • 307 Il s’agit d’ouvriers de l’industrie ou des transports travaillant réellement de leurs mains.
  • 308 Rigby, op. cit., p. 116 et p. 127.

195La politique de recrutement constituait un enjeu des conflits de pouvoir au sein de la direction. En janvier 1924, la XIIIe Conférence décida de fermer le Parti à « tous les éléments non prolétariens » pendant un an305 ; le Comité central lança une campagne de trois mois dans les usines afin d’enrôler au moins 100 000 « prolétaires de souche306 ». L’objectif fixé fut dépassé : le nombre de nouveaux adhérents venus « de la production307 » s’éleva à 200 000 environ. Comme Lénine venait de mourir, ils reçurent le nom de « promotion Lénine » ; un an après, une seconde « promotion Lénine » apporta 300 000 « candidats » de plus. Au total, en 1924-1925, les effectifs totaux du PC(b) ont plus que doublé308. La « troïka » (Staline, Zinoviev, Kamenev) a mis à profit le recrutement massif d’ouvriers pour combattre la « déviation petite-bourgeoise » de Trotsky :

  • 309 KPSS v rezoljucijax..., t. 3, p. 211 (résolution du XIIIe Congrès, mai 1924).

Le parti a noté plus d’une fois l’insuffisante homogénéité de sa composition et la lenteur de la croissance de sa composante prolétarienne [...].
Une plus grande homogénéité du parti, l’augmentation du pourcentage de prolétaires en son sein peuvent constituer une des meilleures garanties contre la pénétration d’influences petites-bourgeoises dans le parti et, en même temps, la plus sûre garantie de son indestructible unité sur la base du léninisme309.

  • 310 Rigby, op. cit., p. 119 et 130-131.

196Les partisans de Trotsky ont été submergés par l’afflux de nouvelles recrues malléables et dépourvues d’expérience politique. Pendant toute la seconde moitié des années vingt, Staline s’est servi de cette arme, chaque fois qu’il a rompu avec ses anciens alliés et qu’il les a contraints à entrer dans l’opposition310.

  • 311 KPSS v rezoljucijax..., t. 3, p. 212.
  • 312 Ibid., p. 365 ; Rigby, op. cit., p. 165 et p. 173.
  • 313 KPSS v rezoljucijax..., t. 4 : 1926-1929, M., 1984, p. 393.
  • 314 Rigby, op. cit., p. 184 etp. 192-194 ; Fainsod, op. cit., p. 188-189.

197Le XIIIe Congrès (mai 1924) déclara que d’ici un an, les ouvriers « de la production » devraient former plus de la moitié des effectifs du PC(b)311 ; la même ambition fut réaffirmée en avril 1925 et en octobre 1926312. En novembre 1928, le plénum du Comité central condamna « la déviation de droite et les tendances conciliatrices » (Boukharine) ; il reprit aussi l’objectif fixé en 1924, en indiquant une date ferme : décembre 1930313. Bien qu’il ait encore été cité en février 1930 et en mars 1931, ce chiffre de 50 % ne fut jamais atteint, mais on en approcha le 1er juillet 1930 (48,8 %) ; dès septembre 1931, cette politique a été abandonnée de fait, sans que cela soit officiellement reconnu314.

  • 315 Vsesojuznaja partijnaja perepis’ : recensement national du Parti.

198À la fin de la NEP, le PC(b) était bien implanté dans l’industrie, comme en témoignent les chiffres suivants, tirés du recensement de 1927315 :

  • 316 Schröder, op. cit., p. 129.

Pourcentage de communistes dans l’industrie316

Moyenne Ouvriers Employés
Toute l’industrie 11,6 10,5 21,3
Travail des métaux 13,8 13,6 17,6
Mines 10,5 9,1 25,3
Industrie textile 7,3 6,2 24
Industrie chimique 13,6 13,4 17,1
  • 317 Elle englobait tous ceux qui n’étaient pas ouvriers : personnel de bureau, techniciens, ingénieurs.
  • 318 N. Semenov, Lico fabričnyx rabočix proživajuščix v derevnjax i politpro-svetrabota sredi nix, L., 1 (...)

199Sa présence était beaucoup plus forte chez les employés que chez les ouvriers ; bien que la catégorie « employés » soit un fourretout317, il est permis d’émettre l’hypothèse que cela résulte de la préférence donnée aux communistes pour l’attribution des postes de responsabilité. On note d’importantes différences selon les branches : le travail des métaux vient en tête, ce qui n’est pas surprenant, vu le rôle politique que les métallurgistes ont joué en 1917. Le textile tient le dernier rang, probablement parce que la main-d’œuvre féminine y prédominait ; les mines, qui employaient de nombreux saisonniers d’origine paysanne, occupent une place intermédiaire. Les trois quarts des communistes vivaient en ville. Le parti bolchevique apparaît avant tout comme une organisation de citadins ; une enquête menée en 1927-1928 dans trois entreprises de la Région industrielle centrale le montre bien318 :

Pourcentage de communistes dans le textile

Provinced’Ivanovo-Voznesensk Province de
Vladimir
Province de
Moscou
Moyenne 5,8 5,8 4,6
Ouvriers vivant dans la localité où est située la fabrique 9,4 16,4 8,5
au village
Part (en %) des ouvriers vivant
1,2 2,3 1,1
au village :
dans le personnel 39,8 77 52
parmi les communistes 11,5 29,4 30,5

200Les longs trajets, le temps pris par les travaux agricoles et l’éloignement des centres industriels constituaient autant d’obstacles aux activités politiques.

201Le nombre d’adhérents du PC(b) s’est accru avec une grande rapidité pendant le premier plan ; au total, entre 1927 et 1933, il a triplé :

  • 319 Schröder, op. cit., p. 122 : tableau établi à partir d’un grand nombre de sources diverses.

Effectifs du PC(b) 1927-1933319

Année Membres et candidats Indice (1927= 100) Croissance annuelle(%)
10.1.1927 1 147 074 100
1.1.1928 1 304 471 113,7 13,7
1.1.1929 1 532 347 133,6 17,5
1.1.1930 1 677 910 146,3 9,5
1.1.1931 2 212 225 192,6 31,8
1.4.1931 2 258 908 196,9
1.1.1932 2 883 161 251,3 30,3
1.7.1932 3 117 119 271,7
1.1.1933 3 555 338 309,9 23,3
  • 320 Rigby, op. cit., p. 194-195.
  • 321 Fainsod, op. cit., p. 197.

202Le taux de croissance, qui se situait aux environs de 13-17 % au début de la période, a atteint le chiffre record de 30 % en 1930 et 1931, avant de diminuer en 1932. En trois ans (1.1.1930-1.1.1933), 1 877 428 personnes sont venues grossir les rangs du parti unique ; sous la pression des instances supérieures, les comités locaux recrutaient à tour de bras, par ateliers entiers. L’assimilation de ces nouveaux venus, leur éducation politique se heurtaient à de graves difficultés ; dès le second semestre de 1931, les autorités ont exprimé la crainte que le gonflement des effectifs n’entraînât une baisse de la qualité des adhérents320. En effet, pour remplir le plan, les organisations de base avaient tendance à se montrer moins exigentes sur la formation politique des postulants à l’entrée dans le Parti. Finalement, les dirigeants ont réagi à ce danger en cessant d’admettre des candidats et en procédant à une purge (1933). Cette opération visait à restaurer la position et le statut des communistes vis-à-vis de leurs collègues « sans-parti » : pour cela, il fallait réduire leur nombre et améliorer leur qualité. Le régime cherchait aussi à reprendre en main ses troupes, à un moment où il se heurtait à un vif mécontentement populaire né de la crise économique et de la famine. L’épuration frappa lourdement les kolkhoziens, qui résistaient aux réquisitions de grain ; les vieux centres industriels (Leningrad, Moscou) furent moins touchés321.

  • 322 Rigby, op. cit., p. 166-167.
  • 323 Schröder, op. cit., p. 124-125.

203L’enrôlement des nouvelles recrues ne se faisait pas au hasard : dans la période 1927-1932, les dirigeants ont constamment donné la priorité aux ouvriers. En 1927, le Comité central prit des mesures pour augmenter leur pourcentage dans le PC(b) : à l’occasion du dixième anniversaire de la Révolution, il organisa une grande campagne d’adhésions322. Ce fut la « promotion d’Octobre », comptant environ 100 000 candidats, venus pour 80 % « de la production ». On élabora un plan : entre le 1er octobre 1927 et le 1er janvier 1930, il fallait admettre 545 000 personnes, dont 80 % de prolétaires ; ce dernier pourcentage ne fut pas atteint. Mais plus de 600 000 travailleurs reçurent leur carte entre décembre 1927 et avril 1930323.

  • 324 G. Meyer, Sozialstruktur sowjetischer Industriearbeiter, Ende der zwanziger Jahre, Marburg, 1981, p (...)

204Le recensement syndical de 1929 fournit de nombreuses données sur l’implantation du parti bolchevique, qui à la fin de la NEP regroupait 12 % de la main-d’œuvre industrielle324 :

  • 325 Les bolcheviks étaient déjà bien implantés à Bakou avant 1917.

Pourcentage de communistes parmi les ouvriers325

Pourcentage de communistes parmi les ouvriers325

205Dans la mesure où les chiffres peuvent être comparés, les résultats obtenus sont semblables à ceux de 1927 : si l’on excepte le pétrole, absent du tableau en 1927, la hiérarchie des différentes branches est restée la même : la construction mécanique figure en tête, devant les mines et le textile.

206Les informations provenant du recensement permettent de dégager les principales caractéristiques du PC(b) à cette époque :

  1. Il est beaucoup mieux représenté chez les hommes que chez les femmes ; seule l’industrie des métaux fait exception à cette règle, mais les femmes y sont très minoritaires (8,3 % des effectifs)326 ;
  2. C’est parmi les ouvriers entrés à l’usine entre 1914 et 1917 que le pourcentage d’adhérents est le plus élevé327 ; cela vaut pour toutes les branches d’activité. Chez les nouvelles recrues des années 1918-1928, la présence du parti bolchevique diminue régulièrement à mesure que l’ancienneté décroît ;
  3. La place centrale de la « génération de 1917 » est confirmée par les statistiques portant sur l’âge des communistes328 : sauf dans les charbonnages, c’est la catégorie des 23-29 ans qui est la mieux intégrée au PC(b) ; il s’agit de gens qui étaient adolescents au moment de la révolution ;
  4. Quelle que soit l’industrie considérée, les membres du parti bolchevique sont moins liés à l’agriculture que la moyenne du personnel329 : ils possèdent plus rarement de la terre ;
  5. Les communistes sont avant tout des travailleurs « qualifiés » ou « très qualifiés »330, ce qui n’a rien d’étonnant, car dans les entreprises soviétiques le niveau de qualification dépendait fortement de l’ancienneté331.
  • 332 Il suffit de penser, par exemple, au P. C.F. dans la période du Front populaire.

207En somme, la composition du PC(b) présentait des traits tout à fait classiques, que l’on retrouverait sans peine dans le mouvement ouvrier d’Europe occidentale332 : forte implantation parmi les métallurgistes et prédominance des hommes, des jeunes, des professionnels.

  • 333 Rigby, op. cit., p. 183-184.
  • 334 Ibid., p. 116 et p. 199 : il s’agit de la profession, non de l’origine sociale.

208En 1930-1931, le recrutement d’ouvriers de l’industrie et des transports se poursuivit à un rythme record333 : plus d’un million d’entre eux furent admis au Parti durant ces deux années. Au total, la politique de « prolétarisation » a remporté un certain succès334 :

Composition sociale du PC(b) au 1er janvier (en %)

Ouvriers Paysans Employés et autres
1927 39,4 13,7 46,9
1928 40,8 12,3 46,9
1929 44 13 43
1930 46,3 12 41,7
1931 44,1 16,3 39,5
1932 43,8 18,5 37,6
1.7.1932 43,5 18,3 38,2
  • 335 Profsojuznaja perepis’, 1932-1933 gg., M., 1934, p. 157, 167, 175, 179, 185, 199.

209En 1929-1932, par sa composition sociale, le parti unique était avant tout une organisation d’ouvriers : ils étaient plus nombreux que les cols blancs. Le recensement syndical de 1932-1933 montre que, dans leur écrasante majorité, ils avaient adhéré pendant le premier plan335 :

Sont entrés en 1930-1932 (en %)

Construction mécanique :
Machines de transport
Machines agricoles
68
75
Sidérurgie
Électrotechnique
73
63
Automobiles, tracteurs, avions 68 Industrie cotonnière 70

Ils n’avaient donc pas vécu les débats internes des années 1920.

  • 336 Schröder, op. cit., p. 132 ; Profsojuznaja perepis’, 1932-1933 g., M., 1934, p. 59 sqq. et 156 sqq.

Pourcentage de communistes parmi les ouvriers336

1.1.1930a 1.1.1931a 1.4.1931a 1932/1933b
Industrie pétrolière 19,6 19,7 20,5
chimique 14,9 15,6 16,3
textile du papier 9,8
11,7
12,2
12,1
14,2
13,1
9,8c
12,9
Houillères 7,9 8,9 8,6
Industrie des métaux /
Construction mécanique
15,9 16,3 17,3 18,5d
17e
14,2f
16,9g
Transports 16,3 14,5 10,8
Énergie électrique 8,5 11,2 7,5
Sidérurgie 15,6

a) Grandes entreprises seulement.
e) Machines agricoles.
b) Sans les apprentis.
f) Constr. automobile et aéronautique.
c) Travail du coton (région de Moscou).
g) Électrotechnique.
d) Machines de transport.

210Sauf dans les houillères, les transports et l’énergie électrique, la croissance, qui peut être qualifiée de modérée, présente une remarquable régularité ; elle ne varie guère en fonction de la taille de l’entreprise. Malgré un déclin en chiffre absolu, l’industrie pétrolière reste en tête, suivie de la construction mécanique et de la chimie. Par rapport à 1929, les différences entre branches se sont amenuisées : le textile a rattrapé son retard, et passe nettement devant les charbonnages. Peut-être est-ce dû à la relative stabilité de la main-d’œuvre : c’est dans le coton que la « fluidité » du personnel était la plus basse.

211Les mines, qui recrutaient massivement dans la paysannerie, battaient au contraire des records en matière de turnover.

212Dans le tableau ci-dessus, nous avons fait figurer des données tirées du recensement syndical de 1932/1933 ; il n’est, hélas, pas certain qu’elles puissent être comparées à celles des années 1930- 1931. Quoi qu’il en soit, pour les trois secteurs où elles sont disponibles (textile, papier, construction mécanique), elles indiquent plutôt une tendance à la stagnation ou à la baisse : faut-il y voir un résultat de la « purge » de 1933 ? Il est impossible de répondre à cette question, car la date exacte du recensement est inconnue.

  • 337 Il en allait de même sur les grands chantiers (Partijnoe stroitel’stvo, 1931, n° 17, p. 38 sq.\
  • 338 Schröder, op. cit., p. 133.

213En 1927, le PC(b) bénéficiait déjà d’un solide enracinement dans la classe ouvrière ; il s’est sensiblement renforcé pendant le premier plan, tout en gardant ses bastions des années vingt (pétrole, construction mécanique, chimie, métallurgie). Dans ces quatre branches, un travailleur sur cinq ou sur six était membre du parti bolchevique, ce qui représente une proportion vraiment impressionnante. Il faut toutefois noter que les nouvelles recrues entrées dans l’industrie en 1931-1932 étaient fort mal intégrées337 ; c’est parmi les ouvriers dont l’ancienneté remontait à 1918-1921 ou à 1922-1925 que le pourcentage d’adhérents atteignait son plus haut niveau : il dépassait partout 20 %, sauf dans l’industrie cotonnière. Comme en 1929, le PC(b) était mieux implanté dans le personnel qualifié : à l’usine « Faucille et Marteau » (sidérurgie, Moscou), il regroupait 53 % des tréfileurs, 70 % des soudeurs et des formeurs (moyenne de l’entreprise 20 %) ; chez Putilov, le taux d’encadrement se situait à 19 %, mais il montait à 38 % dans l’atelier de mécanique et à 60 % dans celui des tracteurs. On signale cependant des exemples contraires : ainsi, à l’usine « Chimiste rouge », le parti bolchevique ne comptait aucun ouvrier professionnel de la chimie dans ses rangs, alors que 60 % des terrassiers, un tiers des charpentiers et des fumistes étaient communistes338.

  • 339 P. Dale, « The instability of the infant vanguard : worker Party members, 1928-1932 », Soviet studi (...)

214La politique de « prolétarisation » ne peut être séparée du contexte politique des années 1927-1932 : brouillé avec son ancien allié Boukharine, Staline voulait éliminer l’influence de la droite, jugée trop favorable à la paysannerie. Les bolcheviks cherchaient aussi à renforcer leurs liens avec la population ouvrière et à l’impliquer le plus possible dans la campagne d’industrialisation accélérée : à cette fin, ils devaient s’assurer le soutien d’une « avant-garde » active dans les usines, et capable de discipliner, organiser, mobiliser, éduquer et motiver la masse du personnel339.

  • 340 Rigby, op. cit., p. 221-231.
  • 341 KPSS v rezoljucijax..., t. 6 : 1933-1937, M., 1985, p. 134-136.
  • 342 Fainsod, op. cit., p. 198-199 et p. 201 ; H.H. Schröder cite des chiffres qui vont dans le même sen (...)
  • 343 Fainsod, op. cit., p. 205 et 209.
  • 344 Otečestvennaja istorija, 1994, n° 2, p. 129 (D. Beyrau).

215Les autorités n’ont pas publié de statistiques nationales détaillées sur la composition sociale du PC(b) après 1932, mais les données fragmentaires dont nous disposons montrent qu’en matière de recrutement, le « parti pris prolétarien », dominant depuis 1921, a été complètement abandonné340. Il avait pourtant été réaffirmé avec vigueur dans les nouveaux statuts adoptés par le XVIIe Congrès (janvier-février 1934)341. Mais le poids des ouvriers dans le Parti a diminué : de 1937 à juin 1941, ils ne constituèrent que 24 % des nouvelles recrues ; la part des paysans a, semble-t-il, connu une baisse similaire. Ce recul des couches populaires a bénéficié aux cols blancs et à l’intelligentsia, qui donnèrent plus de 70 % des nouveaux adhérents en 1939-1941. Désormais, le parti unique représentait surtout les nouvelles élites sociales formées par le régime, « les meilleurs », selon la formule officielle : techniciens, ingénieurs, administrateurs, chercheurs, etc., auxquels il faut ajouter chefs d’atelier, contremaîtres et stakhanovistes342. L’idéal d’une organisation prolétarienne, comptant une forte majorité d’ouvriers et assurant leur promotion, était bien loin... Pendant la Seconde Guerre mondiale, « on cesse momentanément de s’intéresser au recrutement de l’intelligentsia343 » : le pourcentage de travailleurs manuels (industrie et agriculture) s’accrut. Mais cette tendance ne dura pas : la paix revenue, les cols blancs reprirent le dessus et consolidèrent leur position dominante. Ce mouvement s’est poursuivi jusqu’au début des années 1980 : à ce moment, c’est parmi les professions intellectuelles que le PCUS était le mieux implanté344.

216Après avoir constaté la forte présence du PC(b) au sein du prolétariat industriel, il faut se demander ce qu’elle signifiait, autrement dit quelles étaient les motivations de ceux qui demandaient à y entrer. C’est là que les difficultés commencent, car nous ne possédons aucun témoignage (autobiographie, journal intime, etc.) émanant directement des intéressés ; seules des sources de ce type pourraient nous éclairer véritablement sur ce sujet. Force est donc de se contenter d’indices indirects, dont l’interprétation peut toujours être contestée. Avant d’en venir à ces indices, une remarque préalable s’impose : c’est que le parti bolchevique différait profondément des organisations ouvrières occidentales, pour deux raisons au moins :

  1. Il détenait le monopole absolu du pouvoir, et se confondait en fait avec l’État ;
  2. Il n’était pas ouvert à quinconque souhaitait y adhérer : le nouveau venu devait être recommandé par plusieurs communistes, qui se portaient garants de ses qualités personnelles et de son dévouement au régime. Il lui fallait alors subir un stage de « candidat », à condition que son dossier ait été agréé, ce qui n’était pas acquis d’avance, même pour les prolétaires : en 1928 (janvier-octobre), l’organisation de Leningrad-ville a écarté 18 % des demandes émanant d’ouvriers ; entre le 1er janvier 1929 et le 1er avril 1930, le nombre de refus a diminué (14 %)345. Voici quelques exemples des motifs avancés : « origine sociale », « formation politique faible », « activité sociale346 peu satisfaisante », « besoin de meilleures références », « ancienneté dans la production insuffisante ». Le stage achevé, le postulant pouvait devenir membre de plein droit : un second tri s’opérait alors. Cette procédure d’adhésion variait selon les catégories sociales. Les statuts adoptés par le XIVe Congrès (décembre 1925) distinguaient quatre groupes347 :
    1. les ouvriers salariés permanents de l’industrie,
    2. les autres ouvriers, les soldats de l’Armée rouge d’origine ouvrière ou paysanne, les ouvriers agricoles,
    3. les paysans, les artisans n’exploitant pas le travail d’autrui,
    4. les employés.

217Les conditions d’entrée au Parti étaient les suivantes :

Groupes Nombre de « parrains » Ancienneté de ces parrains dans le PC Durée minimale du stage probatoire
a) 2 1 an 6 mois
b) 2 2 ans 6 mois
c) 3 2 – 1 an
d) 5 5 – 2 ans
  • 348 Fainsod, op. cit., p. 471.

218Ainsi, les dirigeants régulaient à leur gré la composition du PC(b) en fonction de leur politique du moment : tantôt ils accueillaient massivement les postulants, tantôt ils se montraient très sévères dans la sélection des recrues ; suivant les périodes, ils mettaient l’accent sur telle ou telle catégorie sociale. Il va de soi que les « ennemis de classe » (anciens propriétaires fonciers, koulaks, marchands, policiers de l’Ancien Régime, prêtres et autres) étaient rejetés. Les épurations périodiques (1929-1930, 1933-1934) montrent bien que l’évolution des effectifs du parti bolchevique, et de sa composition, dépendait dans une large mesure de la volonté des autorités : elles se fixaient précisément pour objectif, entre autres, de chasser « les adversaires infiltrés dans nos rangs ». Lors de la première purge, les partisans de Boukharine constituaient la cible implicite ; en 1933, les expulsions ont frappé les « éléments de classe étrangers et hostiles », qui avaient dissimulé leur origine pour être admis au Parti, les « dégénérés » accusés de mollesse envers la bourgeoisie et les koulaks, etc.348.

  • 349 Ciliga, Dix ans..., p. 33 : témoignage d’un vieil ouvrier de Bakou (fin des années vingt) ; SV, 3 m (...)
  • 350 M. Zalcman, La véridique histoire de Moshé ouvrier juif et communiste au temps de Staline, Encres – (...)
  • 351 V.A. Kravchenko, J’ai choisi la liberté !, rééd. Olivier Orban – Nouvelles Éditions Baudinière, 198 (...)

219Le parti-État pouvait offrir à ses adhérents d’importants avantages : meilleur salaire, possibilités de formation, perspectives de promotion professionnelle ou de carrière politique349. Ces avantages comportaient aussi un coût pour les intéressés : ils supposaient un minimum d’engagement et d’activité ; en outre, face à ses camarades de travail, le militant communiste devait se montrer solidaire de la politique officielle et de ses conséquences. Il reste que dans la société soviétique, la carte du PC(b) ouvrait bien des portes : c’est à juste titre que M. Zalcman l’a qualifiée de « sésame350 ». C’est pourquoi l’exclusion était vécue comme un véritable drame. Ne nous hâtons pas pour autant de conclure que tous les communistes étaient des cyniques, uniquement soucieux d’arriver ; les Mémoires de V. Kravchenko et de L. Kopelev attestent que chez certains, notamment les jeunes, la foi dans le régime était bien réelle351.

  • 352 Pervye itogi čistki partii : sbomik statej, M., 1934, p. 11.

220En fait, les adhérents du parti bolchevique n’étaient pas tous actifs, comme le montre le chiffre suivant : lors de la « purge » de 1933-1934, 37,5 % des ouvriers exclus l’ont été pour « passivité352 ». On peut alors se demander ce qu’impliquait l’appartenance au PC(b) pour un travailleur, dans quelle mesure elle se traduisait par une participation accrue à la vie publique, bref, ce qui distinguait un communiste d’un sans-parti.

221Une enquête menée en 1930 s’est donné pour but d’étudier l’emploi du temps des familles ouvrières ; elle offre d’intéressants aperçus sur la vie quotidienne dans ce milieu. Elle met clairement en évidence la persistance du rôle traditionnel des femmes : celles-ci assumaient la plus grande part des corvées (ménage, achats).

222L’écrasant travail domestique leur laissait peu de liberté ; elles dormaient moins longtemps que les hommes :

  • 353 Trud v SSSR, 1932, p. 172.

La division du travail dans les familles ouvrières353 (en heures par personne et par jour)

La division du travail dans les familles ouvrières353 (en heures par personne et par jour)

223Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les études et la politique soient restées dans une large mesure un privilège masculin ; les ouvriers y consacraient deux fois plus de temps que les ouvrières :

  • 354 Schröder, op. cit., p. 282.

Culture et politique dans les familles ouvrières354 (en heures par personne et par jour)

Hommes Femmes
Formation continue, études 1,79 0,83
« Activité sociale » 0,9 0,4

224Si l’on compare communistes et sans-parti, la différence apparaît avec une grande netteté :

  • 355 Trud v SSSR, 1932, p. 171 ; Voprosy profdviženija, 1933, n° 8, p. 50.

Budgets-temps des familles ouvrières : communistes et sans-parti355 (en heures par personne et par jour)

Budgets-temps des familles ouvrières : communistes et sans-parti355 (en heures par personne et par jour)

225Les membres du parti bolchevique étaient beaucoup plus actifs que les autres : ils passaient en moyenne une heure et demie par jour à militer, ce qui est considérable. Ils se distinguaient aussi par un second trait : leur intérêt particulier pour la formation continue. Il leur restait donc moins de temps pour les travaux domestiques et le repos ; au total, leur emploi du temps différait sensiblement de celui des non-communistes. L’enquête de 1930 permet ainsi d’esquisser le portrait des ouvriers appartenant au PC(b) :

  1. Ils étaient bien intégrés dans les organisations de masse qui encadraient la population ;
  2. Ils manifestaient un grand appétit de savoir.

226Examinons un instant ce second point, très éclairant sur les changements sociaux survenus pendant le premier plan. La Russie de la NEP manquait déjà de personnel d’encadrement (ingénieurs, techniciens, etc.) ; le passage à l’industrialisation forcée a encore accru les besoins en la matière. Rien n’avait été prévu, car le Grand Tournant relevait plus de l’improvisation que d’une politique mûrement réfléchie : aussi a-t-il fallu former ces cadres sous la pression de l’urgence. Pour ce faire, les autorités ont cherché à rapprocher l’enseignement de la production : le commissariat à l’Instruction publique a perdu le contrôle des écoles techniques supérieures, qui relevaient désormais du Conseil suprême de l’économie nationale (Vesenkha). La durée des études fut diminuée et les programmes modifiés : ils devinrent plus spécialisés et mieux adaptés aux besoins immédiats de l’industrie. En quelques années, le nombre d’étudiants a presque triplé ; la croissance a été particulièrement forte dans le technique, où les effectifs ont été multipliés par cinq :

  • 356 Sh. Fitzpatrick, Education and social mobility in the Soviet Union 1921- 1934, Cambridge U.P., 1979 (...)

Nombre d’étudiants dans l’enseignement supérieur356 Toutes catégories

  • 357 VUZ = Vysšee učebnoe zavedenie : établissement d’enseignement supérieur ; VTUZ – Vysšee texničeskoe (...)
(VUZy et VTUZy)357 VTUZy uniquement
1927/28 159 800 45 200
1928/29 166 800 52 300
1929/30 191 100 62 800
1930/31 272 100 130 300
1931/32 394 000 197 300
1932/33 469 800 233 400
  • 358 Schrôder, op. cit., p. 59.

227Ces chiffres traduisent l’orientation pratique donnée à l’enseignement supérieur : à la fin du premier plan, un étudiant sur deux choisissait de devenir ingénieur (contre un sur quatre en 1927-1928). La politique des dirigeants soviétiques ne visait pas uniquement la formation de spécialistes compétents dans leur domaine : à leurs yeux, il importait beaucoup que le régime puisse compter sur la loyauté politique des cadres. C’est pourquoi il fallait les recruter dans la classe ouvrière et parmi les communistes : à partir de 1928, le PC(b) et les syndicats ont organisé à plusieurs reprises des campagnes de « mobilisation » destinées à réaliser ce projet358. De fait, ils ont dans une grande mesure réussi à élargir l’accès aux études supérieures, en particulier aux instituts techniques :

  • 359 Fitzpatrick, op. cit., p. 187-189.

Origine sociale des étudiants : % d’ouvriers359

VUZy et VTUZy VTUZy uniquement
1927/28 25,4 38,3
1928/29 30,3 43,1
1929/30 35,2 46,4
1930/31 46,4 61,7
1931/32 51,4 63,7
1932/33 50,3 64,6

228Ce tableau appelle toutefois deux remarques :

  1. Le pourcentage d’ouvriers est sans aucun doute gonflé : pour être admis à l’université, certains candidats camouflaient leur véritable origine sociale ; préoccupés avant tout d’atteindre le quota imposé de travailleurs, les responsables des VUZy et des VTUZy fermaient les yeux ;
  2. Ces données incluent à la fois des adultes venus des usines et des enfants d’ouvriers arrivant directement de l’école. La répartition par âges des étudiants témoigne de la prédominance des premiers.

229La « prolétarisation » de l’enseignement supérieur s’est accompagnée d’un renforcement du parti bolchevique et des jeunesses communistes :

  • 360 Schröder, op. cit., p. 65.

Pourcentage d’adhérents du PC(b) et du Komsomol parmi les étudiants (1928-1933)360

Pourcentage d’adhérents du PC(b) et du Komsomol parmi les étudiants (1928-1933)360

230À la fin du premier plan, un étudiant sur cinq était membre du parti unique ; dans le technique, qui comptait un plus grand nombre d’ouvriers, la proportion montait presque à un sur trois. Si l’on ajoute le Komsomol, les chiffres deviennent vraiment impressionnants, mais l’appartenance au mouvement de jeunesse a-t-elle une grande signification politique ? Il est permis d’en douter.

  • 361 Fitzpatrick, op. cit., p. 187-188. Dans cette période, 110 000 communistes ont été admis dans l’ens (...)

231Nos sources n’indiquent pas combien d’ouvriers sont entrés dans les écoles supérieures pendant le premier plan ; l’historienne américaine Sh. Fitzpatrick a cependant tenté une estimation. Selon ses calculs, ils seraient au nombre de 100 000 environ, dont 55,5 % de communistes.361

  • 362 Du verbe vydvigat’« promouvoir ».
  • 363 Dans les années trente, le terme de vydviženie désignait uniquement la promotion sur le tas (Schröd (...)
  • 364 Schröder, op. cit., p. 66.
  • 365 Tjažel’nikova, op. cit., p. 19-20 ; Rigby, op. cit., p. 164.

232Malgré leur forte expansion, les instituts techniques ne parvenaient pas à fournir assez de diplômés pour couvrir les besoins. Aussi les dirigeants ont-ils recouru à une pratique connue sous le nom de vydviženie362 : la nomination d’ouvriers et de paysans à des postes de responsabilité sans formation préalable363. Il ne s’agit pas d’une innovation liée au Grand Tournant ; cette politique remonte en fait aux débuts du régime : en 1927, sur les 438 000 membres du PC(b) employés dans les administrations, 184 000 (42 %) étaient issus du prolétariat364. Le recensement de janvier 1927 indique à la fois l’origine sociale et le métier des adhérents : il permet donc de suivre leur trajectoire professionnelle365. Ses résultats font apparaître qu’un communiste sur deux a changé de profession depuis son adhésion ; le plus souvent, c’était pour devenir « employé » : il s’agissait donc d’une promotion à un poste administratif. Pour les bolcheviks enregistrés comme ouvriers (« origine sociale »), ce passage dans le groupe des cols blancs s’effectuait presque aussitôt après l’admission au Parti ; en 1927, ils exerçaient les activités suivantes :

Travail manuel : 50 %
Fonctionnaires (gouvernement, PC, syndicats, etc.) 29 %
Emplois de bureau subalternes
Étudiants
2,5 %
5 %
Armée rouge 7 %
  • 366 Tjažel’nikova, op. cit., p. 17.
  • 367 Dale, art. cit., p. 514.
  • 368 Schröder, op. cit., p. 69.
  • 369 Fitzpatrick, op. cit., p. 202.
  • 370 Schröder, ibid.

233Grâce à leur appartenance au Parti, les communistes bénéficiaient d’une « intense mobilité sociale366 » : celle-ci profitait, aussi, aux paysans. Entre 1924 et 1927, chaque année, environ 20 000 prolétaires ont ainsi quitté la production367. À partir de 1928/29, ce mouvement d’ascension s’est élargi : en 1929, 12 % des ouvriers communistes ont quitté l’atelier pour l’administration ; en 1930, a eu lieu une nouvelle ponction de 12 %368. Dans l’industrie, le vydviženie correspondait à ce que nous appelons promotion interne : un travailleur qualifié devenait contremaître, le contremaître à son tour pouvait accéder au statut de technicien ou d’ingénieur369. Dans les années 1931- 1934, plus du tiers des nouveaux ingénieurs, et bien plus de la moitié des nouveaux techniciens ont été recrutés de cette façon : ces cadres dépourvus de diplômes correspondant à leur fonction étaient appelés praktiki (« praticiens »). Dans la construction mécanique, entre le 1er octobre 1929 et le 1er novembre 1933, le nombre de praktiki a augmenté de 342,8 % : leur proportion dans le personnel non ouvrier est passée de 43 % à 69 %370.

  • 371 Dale, art. cit., p. 508 et p. 514.

234D’après les estimations de P. Dale, au total, de 1928 à octobre 1933, environ 750 000 travailleurs communistes ont été promus dans le cadre de la politique de vydviženie : ce chiffre représente 91 % de la hausse du nombre d’adhérents dans les ateliers371.

  • 372 Formé sur vydviženie : littéralement des « promus ».
  • 373 Schröder, op. cit., p. 273 ; Industrializacija Severo-Zapadnogo rajona v gody vtoroj i tret’ej pjat (...)

235Pendant le premier plan, les ouvriers soviétiques ont, semble-t-il, bénéficié de possibilités d’ascension sociale plus larges que sous la NEP : de ce point de vue, il importe peu qu’ils soient passés par l’enseignement supérieur ou qu’ils aient été des vydvižency372. Quittant leur milieu d’origine, les heureux élus échappaient à la condition ouvrière : ils obtenaient des emplois plus prestigieux et mieux payés, ainsi que divers avantages en nature : par exemple, ils étaient mieux logés373.

  • 374 Dale, art. cit., p. 517-518 et p. 511.

236La « construction du socialisme » et l’industrialisation leur apportaient des avantages tangibles, qui donnaient une certaine crédibilité aux proclamations officielles sur la « dictature du prolétariat ». Le régime, à qui ils devaient beaucoup, pouvait compter sur leur loyauté : les gouvernants étaient d’ailleurs conscients des effets intégrateurs de ce vaste mouvement de promotion. Un travailleur capable et ambitieux avait des chances sérieuses de s’élever dans la hiérarchie, surtout s’il appartenait au parti bolchevique. L’écrémage de la classe ouvrière a eu pour conséquence de priver cette dernière d’éléments dynamiques, de guides potentiels, qui auraient pu organiser la protestation contre la dégradation des conditions de vie. Il comportait aussi des aspects négatifs pour le régime, car il créait une grande instabilité au sein des cellules d’entreprises. Ces dernières connaissaient un taux de rotation élevé, comme le montrent les calculs de P. Dale374 :

Ouvriers communistes en 1928-1932. Pertes

En % du nombre de nouvelles recrues En % de l’effectif moyen
1928 27 9
1929 17 6
1930 59 33
1931 43 5
1932 89 34
  • 375 Ibid., p. 514-515.

237Les organisations de base du PC(b) étaient entraînées dans le même tourbillon que le reste de la société ; cette forte mobilité n’épargnait pas les secrétaires de cellule, qui changeaient sans cesse. Les pertes nettes sont estimées à un million de personnes environ, soit 53,5 % du nombre total des nouvelles recrues ouvrières (1 991 227). Elles proviennent pour les trois quarts de promotions hors des ateliers375 ; le quart restant se répartit entre diverses causes :

  • départ volontaire, ou expulsion,
  • décès,
  • service militaire,
  • changement d’emploi ou de résidence.
  • 376 J’emprunte cette hypothèse à Dale, art. cit., p. 506, 510-512, 514-515, 517, 520-521.

238Les administrations, qui ont connu une énorme croissance pendant le premier plan, exigeaient sans cesse de nouveaux vydvižency, accélérant ainsi la rotation des communistes. Cette dernière explique, dans une large mesure, que le régime n’ait pu créer dans les ateliers l’avant-garde stable, susceptible d’appuyer sa politique à la base. La promotion des éléments les mieux formés retentissait négativement sur la qualité des cellules d’usines ; comme en outre les organisations locales se montraient peu exigeantes pour l’admission au Parti, le rôle d’avant-garde que les bolcheviks étaient censés jouer se trouvait sérieusement compromis. De plus, la rapide dégradation de la condition ouvrière ne facilitait pas leur tâche auprès de leurs camarades de travail : la baisse du niveau de vie n’incitait guère à consentir le surcroît d’efforts auquel appelait sans relâche la propagande officielle. Les tentatives de mobilisation politique du personnel de l’industrie ont donc finalement échoué : les cellules d’atelier n’ont pas réussi à guider et à discipliner la main-d’œuvre. Aussi, au cours des années trente, . les autorités ont-elles recouru de plus en plus à des moyens coercitifs, par exemple en durcissant la législation du travail376.

  • 377 Nous reprenons le mot utilisé par M. Ferro, La révolution de 1917, t. II, Aubier – Montaigne, 1976, (...)
  • 378 Fitzpatrick, op. cit., p. 242 et 245-246 ; Schrôder, in Stalinism : its nature and aftermath, p. 16 (...)
  • 379 Établissement d’enseignement secondaire technique.
  • 380 Fitzpatrick, op. cit., p. 248-249.

239L’ascension des plébéiens377 pendant le premier plan a eu également un impact politique à long terme. Ceux qui avaient obtenu un diplôme de l’enseignement supérieur dans les années 1928-1937 n’ont été que peu touchés par la répression de 1936-1938 : ils en ont même bénéficié, dans la mesure où ils ont remplacé les responsables mis en accusation378 ; les principales victimes furent les « vieux » bolcheviks, qui avaient adhéré au PC(b) avant 1920 et dont un grand nombre occupaient de hautes fonctions dans le Parti, l’État, l’économie ou l’armée. Certains représentants de la nouvelle génération sont entrés au gouvernement, après avoir dirigé une entreprise industrielle : ainsi, A.N. Kosygin est sorti de l’institut du textile (Leningrad) en 1935, à l’âge de trente et un ans, puis a été nommé à la tête d’une usine (1937) avant de devenir commissaire du peuple à l’industrie textile (1939). Les recrues du premier plan ont poursuivi leur carrière après la guerre : en 1952, elles représentaient 36 % du Comité central et 50 % du gouvernement. Parmi elles, on compte un des futurs dirigeants de l’U.R.S.S. : L.I. Brežnev. Né en 1906, ce dernier fut élève d’un texnikum379 agronomique sous la NEP ; il travailla ensuite comme arpenteur et fonctionnaire de soviet. En 1931, il fut admis à l’institut métallurgique de sa ville natale, Dneprodzeržinsk, et adhéra au PC(b) ; il exerça le métier d’ingénieur pendant deux ans (1935-1937), après quoi il devint apparatčik, responsable de la région de Dnepropetrovsk. La prépondérance des vydvižency dans les plus hautes fonctions est bien illustrée par les statistiques suivantes380 :

  1. En 1941, 71 % des ministres de l’industrie et de la Construction avaient une formation d’ingénieur : la date moyenne de fin d’études était 1931. Chez les nouveaux ministres des années 1940- 1950, la proportion montait à 100 %381 ;
  2. En 1978, le Bureau politique du PCUS comptait quatorze membres : sept d’entre eux (Brežnev, Kosygin, Kirilenko, Ustinov, Gromyko, Kunaev et Pelše) étaient des « promus » du premier plan ; un seul (Kunaev) n’était pas d’origine populaire. Tous étaient passés par les VTUZy où ils avaient obtenu un diplôme d’ingénieur ; seuls Gromyko et Pelše faisaient exception à cet égard. C’est précisément cette génération qui a quitté la scène après l’arrivée de M. Gorbačev : M. Ferro a pu parler à ce sujet de « déplébéianisation » du pouvoir382.

240Ces données montrent que l’étude de la promotion sociale des années 1928-1932 constitue une clé importante pour la compréhension de l’histoire soviétique.

V. Quelques pistes pour la recherche...

241Dans les pages qui précèdent, nous ne prétendions pas dresser un tableau complet et définitif des rapports entre la classe ouvrière et le régime soviétique : la documentation est trop lacunaire et les études consacrées à ce problème ne sont pas assez nombreuses. Nous voudrions maintenant signaler quelques thèmes de recherche, qui n’ont pu être traités en détail ici, mais qui mériteraient à notre avis des recherches plus approfondies : ils relèvent notamment de l’histoire des mentalités.

  • 383 Formulation empruntée à un éminent spécialiste du nazisme : I. Kershaw, Qu’est-ce que le nazisme ?  (...)
  • 384 Cette femme voulait troquer les boutons contre du lait pour un enfant malade ; elle a été inculpée (...)
  • 385 Ce mot est emprunté au vocabulaire de la médecine : il désigne une sorte d’imperméabilité, ou encor (...)
  • 386 Kershaw, op. cit., p. 284.

242L’historien qui veut étudier l’opinion dans l’U.R.S.S. des années trente se heurte à un obstacle sérieux : comment définir le domaine du politique ? On se trouve en effet devant une situation paradoxale : d’une part, il n’existe pas d’espace public pour un libre débat, donc pas de vie politique ; de l’autre, les gouvernants cherchent à politiser « tous les aspects de l’existence sociale383 », et de ce fait voient dans n’importe quel « phénomène négatif » un défi conscient à l’autorité de l’État. Ainsi, un ouvrier qui brise une machine ou travaille mal sera facilement accusé de sabotage délibéré ; une femme qui vole huit boutons dans une usine de vêtements est condamnée à quatre ans de camp pour « atteinte à la propriété socialiste384 ». Dans ces conditions, il est bien difficile d’interpréter les comportements ; le chercheur court le risque de rester prisonnier des conceptions officielles, parce qu’il utilise des sources qui en général n’émanent pas directement des intéressés. Pour apprécier correctement les dispositions à l’égard du pouvoir, il faut sans doute se garder de réduire leur complexité à l’alternative soutien/contestation : le lecteur se souvient, par exemple, que les grèves étaient assez fréquemment dirigées par des communistes ou des udarniki. Ici, le concept de Resistenz385 élaboré par des historiens du nazisme pourrait se révéler précieux : il permet « d’étendre les investigations à ces zones grises et brouillées où, lorsque la réalité impose des ajustements et des accommodements avec le régime, se mêlent collaboration et opposition, conformisme et anticonformisme…, adhésion et refus386 ».

243Les Mémoires de Nadežda Mandel’štam montrent bien la complexité de la question ; racontant son séjour à Kalinin en 1937-1938, elle évoque ses hôtes en ces termes :

Tatiana Vassilievna vivait avec son mari, un ouvrier métallurgiste [...]. Les parents et les grands-parents de nos logeurs avaient déjà travaillé en usine. Tatiana Vassilievna déclarait non sans fierté : « Nous sommes des prolétaires de père en fils. » [...] Tous deux condamnaient catégoriquement les procès. [...] Pour lui, les événements étaient l’expression de la « lutte pour le pouvoir de la clique dirigeante » ; le fait que tout cela portait le nom de dictature de la classe ouvrière les rendait furieux tous les deux : « On vous en a bourré le crâne, de notre classe », disaient-ils, ou bien : « On dit que notre classe est au pouvoir, mais essayez un peu d’intervenir dans quelque chose, et on vous montrera où est votre place » [...]. Tous deux savaient ce qu’était la conscience de classe prolétarienne, et ils ne voulaient pas y renoncer.

244Pourtant, ces gens n’approuvaient aucune forme de combat politique et jugeaient toute résistance inutile et même fallacieuse :

  • 387 N. Mandelstam, Contre tout espoir : souvenirs, Gallimard, 1972, p. 349-352.

En lisant les comptes rendus des procès, notre hôte disait : « Qu’est-ce qu’ils avaient besoin de se fourrer là-dedans ? Ils touchaient pourtant un bon salaire ! » Il soupçonnait les victimes des procès d’avoir quand même eu une activité répréhensible quelconque, tandis que nous, nous étions horrifiés à l’idée que personne n’avait levé le petit doigt pour empêcher Staline de prendre le pouvoir [...]. Mais notre hôte se rappelait comment ces gens-là « étaient autrefois », et c’est pourquoi il pensait qu’ils ne devaient pas être totalement innocents387.

245Aussi Tatiana Vassilievna et son mari sont-ils allés voter dès six heures du matin, comme on leur en avait donné l’ordre à l’usine, tout en sachant que ces élections n’étaient qu’une comédie...

  • 388 Kravchenko, op. cit., p. 268-272 et 297-298.

246Les logeurs de Nadežda Mandel’štam étaient assez âgés pour avoir connu le temps des tsars, il leur était d’ailleurs arrivé de cacher des militants pourchassés par la police ; à la différence des jeunes, ils disposaient de points de comparaison pour évaluer le régime bolchevique. Mais ils ne pouvaient exprimer leurs idées que dans un cercle restreint d’intimes, loin des oreilles indiscrètes du pouvoir. Dans ses Souvenirs, V.A. Kravchenko rapporte une conversation de ce genre qu’il eut en 1935 (ou 1936) avec son père, ouvrier, vétéran de 1905 : ce dernier se livrait à une attaque en règle contre la politique officielle388. Pour lui, l’U.R.S.S. souffrait à la fois de la tyrannie politique et de l’oppression économique exercée par de « nouveaux exploiteurs » ; la situation était même pire qu’avant 1917 :

  • Les conditions d’existence des travailleurs s’étaient dégradées et le salaire réel avait baissé ;
  • La médecine de qualité et les maisons de repos étaient réservées à des privilégiés (directeurs d’entreprises, permanents du Parti, stakhanovistes de marque, etc.) ;
  • « L’absolutisme d’alors, pour dur qu’il fût, semble extrêmement libéral dès qu’on le compare à la “liberté” dont nous jouissons aujourd’hui. » Les prisonniers politiques sont beaucoup plus nombreux ; la police secrète est toute-puissante. Les syndicats et la presse ont perdu toute indépendance à l’égard de l’État-parti ; la liberté de confession a disparu, ainsi que le droit d’émigrer.

247Ces deux exemples attestent qu’il existait en U.R.S.S. des hommes et des femmes capables de formuler une critique globale du système soviétique. Mais ces opinions ne pouvaient trouver de débouché politique et, par la force des choses, restaient confinées dans le domaine privé.

  • 389 M. Debouzy, Travail et travailleurs aux États-Unis, La Découverte, 1984 ; E.P. Thompson, La formati (...)
  • 390 Ce métallurgiste travaillait dans l’industrie textile d’Ivanovo-Voznesensk.

248Nous avons montré que la classe ouvrière soviétique présentait des profils très différents selon les régions et les branches ; elle n’avait rien d’un tout uni, possédant une « mentalité collective » et réagissant de manière massive et unanime. Elle était fractionnée en groupes distincts par leur origine sociale, leur sexe, leur âge, leur ancienneté, leur qualification, leur appartenance ethnique, etc. ; cette hétérogénéité n’est pas propre à l’U.R.S.S., il s’agit d’un phénomène universel, également observable aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou en France389. La politique du pouvoir n’avait pas les mêmes effets sur les diverses catégories de travailleurs : les uns gagnaient, les autres perdaient. Prenons l’exemple de la campagne pour « l’émulation socialiste », lancée en 1929 : elle entraînait une accélération des cadences, et seuls les jeunes parvenaient à suivre le rythme, comme l’explique très bien un vieux riveur nommé E. Gožev390, dans une lettre adressée au journal syndical Trud :

  • 391 Il s’agit du nombre de machines surveillées simultanément.
  • 392 Trud, 3 juil. 1929, cité par Filtzer, op. cit., p. T1-T &. Le lendemain, la rédaction s’est désolid (...)

Camarade, les succès affichés par tous ces udamiki n’ont pas grande valeur ! Supposons que l’un d’eux augmente sa production et propose de relever la norme. Cela semble spectaculaire, mais c’est dépourvu de fondement. Qui voyons-nous parmi les udamiki ? Des membres du Komsomol, des jeunes dans la force de l’âge, pleins d’ardeur, avec qui, naturellement, on peut soulever des montagnes. Des adultes exaltés, qui dans leur enthousiasme battent aussi des records, peinent à les suivre. Mais combien de temps cet entrain peut-il durer ? On peut travailler de cette façon un mois, deux mois, mettons six mois, et ensuite l’énergie s’épuise. Pourtant, nous, les ouvriers de la base, nous devons rester à l’établi pendant des années.
Je me fonde sur des faits. Il y a un mois, je suis allé voir ma femme au sanatorium de Ščelkovo... Il y avait un tisserand, un petit vieux, un camarade de l’usine Lancuckij. Il a été entraîné dans la compétition du meilleur tisserand, est passé à quatre métiers au lieu de trois391, et a travaillé ainsi pendant deux mois. Ses mains ont commencé à trembler, ses nerfs étaient détraqués...392

  • 393 Il faut cependant noter que les responsables locaux ont appliqué ces mesures avec un zèle très inég (...)
  • 394 Cette formule n’a pas ici le sens que lui prêtait Lénine dans L’impérialisme, stade suprême du capi (...)
  • 395 À la fabrique « IIIe Congrès du Komintern », des ouvrières disaient : « On veut simplement nous arr (...)
  • 396 Schwarz, Les ouvriers..., p. 507-508.
  • 397 Severnyj rabočij, 3 avr. 1930, cité par Filtzer, op. cit., p. 79.
  • 398 Texte lu par L.M. Kaganovič au XVIe Congrès du parti bolchevique : XVI S"ezd VKP(b) : stenografičes (...)

249D’une manière générale, les autorités aggravaient les divisions au sein de la classe ouvrière ; il est difficile de dire s’il s’agissait ou non d’une stratégie consciente, mais au total cela importe peu, car c’est le résultat qui compte. Les faveurs accordées aux udamiki, la différenciation des salaires393, accrue à partir de 1931, ont créé une couche de privilégiés, qui peut être qualifiée, si l’on veut, d’« aristocratie ouvrière394 » ; à partir de 1935, le mouvement stakhanoviste agira dans le même sens. Ce sont probablement ces « aristocrates » qui ont le plus profité du mouvement d’ascension sociale décrit plus haut, en parcourant l’itinéraire suivant, typique de cette époque : participation à « l’émulation socialiste » – admission au PC(b) – promotion ; c’est sans doute parmi eux que le régime trouvait ses soutiens les plus fermes. Ceux qui ne voulaient pas ou ne pouvaient pas battre des records manifestaient leur colère de diverses manières : protestations verbales395, menaces et voies de fait396. À l’usine Krasnyj Perekop (Jaroslavl’), un travailleur déclara : « Vous usez de mesures administratives contre nous et nous vous casserons la g... » ; il fut soutenu par une partie des communistes présents397. Dans une fabrique textile, deux ouvrières « de choc » reçurent la lettre suivante398 :

Mixeeva et Sizova ! Vous nous tuez le travail et vous faites beaucoup de bruit autour de l’émulation socialiste... Vous avez été les premières à radoter sur l’intensification du travail... Si vous ne cessez pas, cela ira mal pour vous. Ou nous vous casserons la g..., ou nous vous donnerons une correction du diable, mais de toute façon nous ne vous laisserons pas travailler...

  • 399 Severnyj rabocij, 9 mars et 3 sept. 1929, d’après Filtzer, op. cit., p. 79.
  • 400 Proletarij (journal de Xar’kov), numéro du 8 janv. 1930. Cf. ibid.
  • 401 A.M. Panfilova, Formirovanie rabočego klassa SSSR v gody pervoj pjatiletki (1928-1932), M., 1964, p (...)
  • 402 Trud, 25 juin et 2 juil. 1931 ; Bol’sevik, 1931, n° 19-20, p. 53.
  • 403 Trud, 18 juin 1931 ; 4 et 5 janv. 1933.
  • 404 Sudebnaja praktika RSFSR, 1931, n° 13, p. 2.

250Ces avertissements étaient parfois suivis de passage à l’acte. En 1929, à Jaroslavl’, des contremaîtres furent attaqués et des udarniki furent harcelés verbalement399 ; des ouvriers « de choc » furent assassinés à Ščerbinovka400, à Dneprodzeržinsk401 et à Magnitogorsk402. Dans ce dernier cas, la justice eut la main lourde : le principal responsable fut condamné à mort et ses trois complices envoyés dans un camp de travail. En 1931 et en 1933, on signale encore des agressions à Leningrad, Magnitogorsk, Xar’kov, Novosibirsk et Stalingrad, sans qu’il y ait eu mort d’homme403. La situation devait être assez grave, puisque le 6 août 1931 la Cour suprême de la République russe publia des instructions spéciales sur les poursuites contre « les éléments arriérés et les ennemis de classe » accusés de persécuter les udarniki ou de se livrer à des attaques allant jusqu’au meurtre404.

  • 405 Schwarz, Les ouvriers..., p. 511-512 ; Filtzer, op. cit., p. 200-205.

251On constate sans surprise que, pendant le second plan quinquennal, la campagne officielle en faveur du stakhanovisme a provoqué les mêmes tensions entre travailleurs405.

252La classe ouvrière soutenait-elle le régime ? Il est impossible d’apporter une réponse simple à cette question, dont l’intitulé même prête à contestation, car ce singulier confère à la classe une unité qu’elle ne possédait pas. En fait, les attitudes étaient très diverses, allant de la participation enthousiaste à l’opposition ouverte : les gouvernants avaient leurs favoris, qui font figure de grands « vainqueurs » de cette époque, et dont la presse parlait abondamment ; mais, comme dans toute histoire, il y avait aussi des « vaincus », qui n’avaient évidemment pas droit à la même publicité.

253Les destinées individuelles ont été pour le moins contrastées : pour s’en tenir à des cas extrêmes, tel travailleur a été promu directeur d’entreprise, s’intégrant ainsi à la bureaucratie ; tel autre, qui a commis un petit vol, va connaître l’enfer des camps, aux côtés des paysans dékoulakisés.

  • 406 Ciliga, op. cit., p. 409-410.

254La mauvaise humeur était bien réelle ; les ouvriers soviétiques ressentaient vivement la barrière qui séparait « eux » (les dirigeants) et « nous » (les exécutants). L’humour populaire retournait les slogans officiels406 :

En Sibérie, j’ai entendu des ouvriers qui disaient carrément : « Maintenant, nous ne sommes plus des ouvriers mais des patrons. Les ouvriers, ce sont Staline, Kaganovitch, Molotov, Ovtchinikov (le dictateur de Krasnoiarsk)... » Les cheminots de Krasnoiarsk, en reprenant cette conception, avaient inventé quelques expressions fort caractéristiques. Par exemple, à l’arrivée du Transsibérien qui ne transportait que des bureaucrates, des spécialistes, les membres de leur famille, le nouveau gratin, les cheminots disaient : « Le train ouvrier est en gare. » Et quand arrivait le train ouvrier, sale, bondé, avec des gens sur les marchepieds, ils disaient solennellement : « Le train des patrons est arrivé. »

255Mais la protestation diffuse ne s’est jamais transformée en front uni contre le pouvoir ; la répression, qu’il ne faut certes pas sous-estimer, n’en est que partiellement responsable. Les réactions d’opposition restaient à un niveau « infrapolitique » : les mécontents s’en prenaient à des cibles dispersées et déversaient leur colère sur des boucs émissaires, en qui ils voyaient la cause de tous leurs malheurs. Tantôt combattues, tantôt favorisées par les autorités, ces attaques, verbales ou physiques, visaient les catégories les plus diverses : nouveaux venus dans les usines (femmes, paysans, minorités nationales), étrangers, ingénieurs et bureaucrates.

  • 407 Trud, 10et29janv. 1928.
  • 408 B. Marševa, A. Isaev, E. Stejnbax, Ženskij trud v mašinostroenii, M., 1933, p. 109-110 ; Filtzer, o (...)
  • 409 Frankfurt, op. cit., 1935, p. 169.
  • 410 Cf. supra, chap. III, IV, 3 : « L’industrie des métaux de Leningrad ».
  • 411 Trud, 30 sept, et 2 oct. 1931.

256Reprenons successivement chacun de ces points. Les hommes ont fort mal pris l’entrée des femmes dans des domaines qui leur étaient réservés jusqu’alors. En 1928, dans une entreprise de Moscou, les ouvrières ont été chassées par la force407 ; on entendait assez souvent des commentaires du genre : « Le seul emploi pour une femme, c’est de laver les fenêtres et de nettoyer les wagons408. » Dans ses Mémoires, S. Frankfurt signale qu’il fallait « une grande fermeté » à une contre-maîtresse nommée Samsonova pour se faire respecter et obéir par les hommes ; ces derniers disaient : « C’est une femme, mais elle connaît son affaire409. » De telles réactions n’étaient nullement l’apanage des travailleurs issus de la paysannerie ; elles se rencontraient aussi à Leningrad, dans la construction mécanique410. D’une façon générale, il semble que les nouvelles recrues étaient accueillies fraîchement par les « anciens », surtout là où la crise du logement était particulièrement aiguë. Dans les charbonnages du Donbass, des kolkhoziens récemment embauchés étaient en butte à des humiliations et à des moqueries411 :

  • 412 Cette phrase fait allusion au turnover très élevé : certains travailleurs s’en allaient dès qu’ils (...)

Imbéciles, gobe-mouches, pourquoi avez-vous rappliqué dans les mines, attendez, demain nous vous montrerons comment on court après les bleus de travail412.

  • 413 C’est ainsi que la presse les qualifiait.
  • 414 Sur l’orgnabor, cf. chap. III, IV, 4 : « Les charbonnages du Donbass ».
  • 415 Dizenier : responsable d’une équipe de dix personnes.
  • 416 Trud, 17 nov. 1931 ; Panfilova, op. cit., p. 155.
  • 417 Cf. infra, Annexe C.
  • 418 Cf. supra, chap. III, IV, 2 : « La sidérurgie de l’Oural ».
  • 419 Cf. supra, chap. V, I : « La baisse du niveau de vie ».

257Le geste était joint à la parole : à la mine n° 19/20 (Gorlovka), les « hooligans413 » firent volontairement tomber des morceaux du toit sur leurs victimes qui, blessées, ne se présentèrent pas le lendemain ; au puits Artem (Gorlovka), un conducteur de chevaux roua de coups un nouveau. Partout furent organisées des assemblées du personnel : les résolutions adoptées affirmaient que ces agressions visaient à saboter les directives officielles concernant le « recrutement organisé » (orgnabor414; elles exigeaient des poursuites judiciaires et un châtiment rigoureux. La justice fit diligence et infligea des peines sévères ; le journal local Kočegarka (« La Chaufferie ») et le conseil syndical du district avaient délégué des accusateurs publics. Apparemment, ce procès qui se voulait exemplaire n’a pas eu l’effet de dissuasion espéré : quelque temps après, à Makeevka, des enquêteurs du Commissariat au travail découvrirent d’autres cas de violences, imputables à deux dizeniers415 ; l’un des souffre-douleur ayant résisté, il fut licencié pour « violation du règlement intérieur416 ». L’un des coupables avait déjà comparu devant un tribunal pour des faits semblables ; pourtant ni le parti, ni le syndicat, ni la direction ne réagirent. Le mauvais accueil réservé aux nouveaux arrivants relève peut-être de traditions propres aux houillères ; c’est en tout cas ce que suggère la lecture d’un passage des Souvenirs de A. Stakhanov417. Les autorités attribuaient ces agissements aux « koulaks » ou à leurs « suppôts » ; en fait, il semble bien qu’ils reflétaient un antagonisme assez répandu entre ouvriers des villes et paysans, surtout lorsque ces derniers appartenaient à des familles dékoulakisées. Nous en avons d’autres témoignages : souvenons-nous des sobriquets méprisants donnés aux ruraux à Nižnij Tagil418, du témoignage de E. Olitskaïa et des notations des diplomates italiens419.

  • 420 S. Schwarz, Antisemitizm v Sovetskom Sojuze, New York, Izd. im. Čexova, 1952, p. 104-105.
  • 421 Velikoderžavnyj šovinizm : c’est le terme officiel.
  • 422 Pour les heurts entre Russes et Tatars, cf. supra, chap. III, IV, 4 : « Les charbonnages du Donbass (...)
  • 423 Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 95.

258Pendant le premier plan, la composition nationale de la classe ouvrière s’est modifiée : la part des minorités non russes (Kazakhs, Ouzbeks, Tatars, Tchouvaches, Mariis, etc.) a augmenté420. Ces peuples se heurtaient au « chauvinisme de grande puissance421 », c’est-à-dire au racisme des Russes ; nous avons déjà évoqué les tensions ethniques dans les mines du Donbass et du Kuzbass422. Les sources soviétiques en donnent d’autres exemples : ainsi, dans Le deuxième jour de la création, I. Ehrenbourg aborde brièvement cette question423 :

Quatre constructeurs de l’atelier des briques réfractaires avaient roué de coups le Kirghize Kaïrakov. Ils criaient :
 – Vaches de Kirghizes ! C’est pire que les Juifs. C’est nous qui travaillons, et eux, ils sont là à bâfrer dans la cantine des oudamiks.

  • 424 Frankfurt, op. cit, p. 137 ; cf. infra, Annexe E.

259Dans ses Mémoires, S.M. Frankfurt évoque les agressions commises contre des Kazakhs424 :

  • 425 Ces rumeurs rappellent étrangement un thème antisémite traditionnel : le vol d’enfants pour fabriqu (...)

Des éléments contre-révolutionnaires ont lancé le bruit que les Kazakhs « mangent de la chair humaine ». Comme d’habitude en pareil cas, il s’est trouvé des « témoins » pour raconter qu’un enfant avait disparu à tel ou tel endroit, à telle ou telle date et qu’ils « avaient vu de leurs propres yeux » des Kazakhs l’enlever425. Un jour, un Kazakh revenait du marché avec de la viande de cheval dans son sac. Quelqu’un a lancé le bruit que le Kazakh transportait probablement le corps démembré d’un garçon qui avait disparu la veille. Une foule s’est rassemblée, des cris hostiles se sont élevés ; quand le sac a été ouvert, il est apparu qu’il s’agissait, à l’évidence, de viande de cheval ; malgré cela, on a essayé de tuer le Kazakh. Seule l’intervention de la milice l’a sauvé du lynchage.
Il y avait beaucoup d’incidents de ce genre.

  • 426 Bol’sevik, 1931, n° 19-20, p. 53.
  • 427 Trad, 20,21 et 22 juil. 1931.

260En 1931, la revue Bol’ševik426 signale qu’à plusieurs reprises des travailleurs appartenant aux minorités nationales ont été rossés sur le chantier de Magnitogorsk. La même année, le journal des syndicats427 rapporte le cas suivant : l’industrie pétrolière de Bakou a recruté dans les campagnes cinq cents personnes d’origine turque ou juive ; employées aux travaux les plus sales et les plus pénibles, elles ont fait l’objet de persécutions et de railleries offensantes de la part d’ouvriers qualifiés et de contremaîtres, qui bénéficiaient de la complaisance d’une partie des responsables syndicaux et des cadres.

  • 428 Cf. notre article « L’antisémitisme dans les villes soviétiques (1925-1935) », Matériaux pour l’his (...)

261Le « chauvinisme » était puni par la loi : l’article 83 du Code criminel de 1922 réprimait « l’agitation et la propagande visant à exciter la haine et les querelles nationales428 ». En fait, cette disposition était rarement utilisée ; les agressions contre les individus tombaient sous le coup des articles 74 (« hooliganisme »), 146 (coups) ou 159 (injure). Les publications consacrées aux questions judiciaires fournissent des informations sur les manifestations de racisme qui ont donné lieu à des poursuites ; malheureusement, nous n’avons pu trouver d’article portant sur une grande région industrielle.

  • 429 Sovetskaja justicija, 1931, n° 19, p. 16-19 (F. Makarov).
  • 430 Bouillie de céréales.

262La revue Sovetskaja justicija raconte des incidents survenus à Rostov-sur-le-Don en 1929 et 1930. Soixante-neuf personnes en provenance du Caucase avaient été envoyées à l’usine « Krasnyj Aksaj » (construction mécanique) pour y recevoir une formation ; elles ont été soumises à des moqueries et à des humiliations systématiques, voire à des violences physiques429. Ces violences se produisaient souvent dans les queues à la cantine ou à la coopérative ; elles ne provoquaient aucune réaction des organisations officielles (syndicat, parti) et les victimes n’avaient plus qu’une solution : s’enfuir. À bout de nerfs, elles ont fini par s’adresser directement aux autorités régionales ; une enquête a été ouverte. Les coupables ont été condamnés à deux ans d’emprisonnement, assortis de cinq ans d’exil et d’interdiction légale. La situation n’était pas meilleure à l’école d’apprentissage de la minoterie : au dortoir, des élèves russes persécutaient leurs condisciples venus des montagnes ; des membres du Komsomol participaient activement à ces brimades. Le tribunal a infligé des peines égales ou supérieures à deux ans de prison, aggravées d’un exil dont la durée n’est pas précisée. À Taganrog, en 1931, des Ossètes ont été assaillis au cri de : « Tue-les, ils ont envahi l’État, et nous, nous mangeons de la kacha430. » Au même moment, on déplore des faits comparables dans une usine de la ville : les chefs d’atelier n’ont pour les « allogènes » que grossièretés et railleries, quand ils ne les ignorent pas. Ici encore, syndicat et parti laissent faire : un jeune responsable communiste figure au premier rang des fauteurs de troubles.

  • 431 Ibid., 1932, n° 19, p. 18-19 (V. Pomerancev). Le kraj de Basse-Volga comprenait à cette époque des (...)

263Dans le kraj de Basse-Volga, le « chauvinisme » frappait toutes les minorités nationales431 : il s’attaquait en premier lieu aux Kalmouks et aux Kazakhs ; cependant, dans les agglomérations urbaines, les Juifs étaient les premiers touchés. Ensuite venaient les Tatars, puis les Allemands et les Russes pris à tort pour des non-Russes (sic !) ; ces deux derniers groupes ne subissaient que des attaques isolées. Citons au passage les insultes racistes : « renards pouilleux » pour les Kazakhs, « g... de Tatar », et bien sûr « youpins ». Les heurts se produisaient en général sur le lieu de travail :

47 % sur les chantiers et dans les sovkhozes
34 % dans les pêcheries
6 % dans d’autres entreprises
4 % dans les écoles
9 % divers (immeubles coopératifs, rue, marché).

264Les ouvriers condamnés étaient des jeunes : 58 % d’entre eux (dont 6 % d’adolescents) avaient moins de vingt-cinq ans ; 73 % étaient entrés à l’usine depuis moins de deux ans. 16 % des cas considérés relevaient du harcèlement systématique et raffiné, 8 % de « l’agitation chauvine ». Il s’agissait parfois d’actes sadiques : ainsi, sur un chantier de construction, les accusés avaient placé des bouts de papier entre les doigts de pieds de leurs victimes endormies et y avaient mis le feu, causant une incapacité de plusieurs jours. Les affaires rapportées pouvaient aussi exprimer des frustrations sexuelles : sur un autre chantier, des hommes ont enlevé la couverture d’une femme kalmouke, l’ont déshabillée, ont lâché des moustiques sur elle, etc.

265Apparemment, « l’agitation chauvine » visait surtout les Juifs : dans une cantine, un travailleur expliquait aux autres que « les youpins » étaient responsables des queues : « si on les enlevait, tous les désordres seraient liquidés, mais le pouvoir est lié aux youpins ». Si les salaires sont versés avec retard, dit un autre, c’est que « les communistes sont tous des youpins : ils gardent l’argent des ouvriers et font du trafic avec ».

  • 432 Schwarz, Antisemitizm...
  • 433 Pour une brève discussion de la thèse de S. Schwarz, cf. notre article cité « L’antisémitisme dans (...)

266Les minorités nationales servaient donc de boucs émissaires au mécontentement ; dans un livre paru en 1952432, S. Schwarz soutient qu’à partir de 1930, le « chauvinisme de grande puissance » a pris le relais d’un antisémitisme en perte de vitesse. Le dernier exemple cité incite fortement à mettre en doute cette affirmation433, mais l’échantillon est trop restreint pour permettre des conclusions générales.

267C’est de la même logique que procède le développement de la xénophobie, noté par plusieurs observateurs de l’époque :

  • 434 Ciliga, op. cit., p. 41 ; cf. aussi p. 60.

268– À la fin des années vingt, une jeune ouvrière demande à A. Ciliga434 :

Au fait, pourquoi êtes-vous venu ici pour manger le pain de l’ouvrier russe ? Voyez comme vous êtes bien vêtu. Vous autres étrangers vivez ici comme des barines, tandis que notre ouvrier doit se contenter de pain sec. Pourquoi ne faites-vous pas la révolution chez vous, au lieu d’accourir ici où la table est toute servie ?

  • 435 Frankfurt, op. cit., p. 103 ; cf. aussi infra, Conclusion générale.

269– À Kuzneck, les maisons des ingénieurs américains et allemands ont été incendiées pendant l’hiver 1931-1932435 ; les auteurs de ces attentats ont été arrêtés par la police politique ;

  • 436 Smith, op. cit., p. 69-70 ; p. 22, 46-47 et 129 (Américains traités de « pourceaux »).

270– A. Smith revient à plusieurs reprises sur ce sujet436 : « Je découvris bientôt que moi aussi j’étais l’objet de la haine de bien des ouvriers à cause des privilèges dont je jouissais à titre de spécialiste étranger ».

  • 437 Toutefois, l’hostilité à l’égard des paysans fait exception à cette règle : elle était largement al (...)
  • 438 J.-L. Van Regemorter, D’une perestroïka à l’autre, SEDES, 1990, p. 116.

271Les comportements que nous venons de décrire avaient un caractère spontané437 : ils étaient en général désapprouvés, voire activement combattus par les autorités. Mais il arrivait aussi que le régime montre du doigt des coupables afin de détourner le mécontentement causé par sa politique ; il semble que cette stratégie ait eu quelque succès. Deux catégories en particulier ont été « victimes de cette conjonction entre les froids calculs du pouvoir et la vindicte populaire438 » : les ingénieurs et les bureaucrates.

  • 439 L’enquête a été ouverte à la suite d’une démarche de quelques ouvriers auprès des organes locaux de (...)
  • 440 « Hommes de Šaxty » ; « hommes du Donbass ».
  • 441 M. Reiman, Die Geburt des Stalinismus : die UdSSR am Vorabend der « zweiten Revolution », Frankfurt (...)
  • 442 Trois Allemands figuraient parmi les accusés.
  • 443 Le Donbass connaissait en effet de nombreux accidents du travail.

272En organisant le procès de Šaxty (Donbass, 1928), Staline a utilisé sciemment les tensions latentes entre les mineurs et les cadres. L’affaire a donné lieu à une vaste campagne de presse, et à des meetings de masse dans les entreprises. L’unanimité de ces assemblées est évidemment suspecte, mais il est certain que de nombreux ouvriers ont manifesté ainsi leur antipathie pour les « spécialistes bourgeois439 ». Ingénieurs et techniciens ont été affublés de sobriquets tels que « šaxtincy » et « donbassovcy »440 : il régnait une véritable atmosphère de pogrom441. Au tribunal, des travailleurs ont témoigné contre les inculpés ; les chefs d’accusation retenus étaient les suivants : contre-révolution économique, sabotage, liens avec les anciens propriétaires des mines, espionnage442 et préparation d’une intervention armée contre l’U.R.S.S. Très habilement, on y avait ajouté d’autres griefs : corruption, mépris des règles de sécurité443, grossièreté à l’égard des subordonnés.

  • 444 Témoignage d’un émigré, cité par Davies, op. cit., 1989, p. 112.
  • 445 E. Zaleski, Planification de la croissance et fluctuations économiques en U.R.S.S., 1.1 : 1918-1932(...)
  • 446 Reiman, op. cit., p. 113.

273Ce procès spectaculaire avait été forgé de toutes pièces : le « sabotage » imputé aux ingénieurs des mines n’avait aucune réalité, même si certains d’entre eux critiquaient amèrement les dirigeants soviétiques444 ; il y eut néanmoins cinq exécutions capitales445. Le procureur n’avait guère pour « preuves » que les « aveux » publics arrachés à des innocents par des méthodes promises, hélas, à un bel avenir : interrogatoires « à la chaîne », brimades et mauvais traitements, menaces et action psychologique, pressions sur les malades446.

  • 447 Bjulleten’oppozicii, n° 19, mars 1931, p. 18.
  • 448 Impressionné par ces réactions, l’auteur conclut que la classe ouvrière est encore animée d’un « au (...)
  • 449 Ciliga, op. cit., p. 215.

274Les poursuites engagées contre le prétendu « Parti industriel » de Moscou ont donné lieu à une mise en scène analogue (novembre-décembre 1930). Même le Bulletin de l’Opposition, publié à Paris par les trotskystes, ne s’est pas aperçu du truquage447. Son correspondant clandestin à Moscou rapporte que les ouvriers exigeaient la peine de mort pour les principaux accusés ; quand cette sentence fut commuée en dix ans de prison, ils ne purent comprendre ce « pardon448 ». Le témoignage de ce militant est confirmé par A. Ciliga449 :

  • 450 Le 25 novembre, jour de l’ouverture du procès, plus de 500 000 personnes ont défilé à Moscou, avec (...)
  • 451 Leonid Ramzin était professeur à la Faculté des sciences de Moscou et directeur de l’institut therm (...)
  • 452 Sur Šaxty et le « Parti industriel », cf. K.E. Bailes, Technology and society under Lenin and Stali (...)

Le gouvernement stalinien avait réussi à provoquer parmi les masses, d’ailleurs énervées par la faim, la plus âpre indignation contre les « ingénieurs ». Les démonstrations d’ouvriers à Moscou, que le gouvernement sut organiser avec ampleur450, ne manquaient pas d’une certaine sincérité : les manifestants exigeaient la mort des « traîtres », des « saboteurs » et des « espions ». Mais lorsque les coupables « confondus » s’en furent tirés avec des peines relativement légères et que le héros du procès, Ramzin451, eut été remis en liberté, les masses, selon les observations de nos informateurs, ne cachèrent pas leur amertume : « On se moque de nous, on nous joue la comédie », tel était le sentiment du peuple452.

  • 453 V.V. Ermilov, Sčast’e trudnyx dorog, M., 1972, p. 132. Référence fournie par Kuromiya, A researcher (...)

275En 1972, un ancien ouvrier de l’usine « Krasnyj Proletarij » (Moscou) écrit dans ses Mémoires, à propos de cette période : « Il est risible de se rappeler que les ingénieurs [...] étaient considérés comme des représentants et des mercenaires de la bourgeoisie453. » Cela semble impliquer que, dans les années vingt et trente, notre homme ne trouvait pas cette méfiance ridicule...

276Le procès de Šaxty et l’affaire du Parti industriel s’insèrent dans la « révolution culturelle » des années 1928-1931, vaste offensive lancée contre les intellectuels formés avant la Révolution. L’objectif de Staline était double :

  1. Intimider les « spécialistes bourgeois », et leur montrer qu’ils n’avaient d’autre choix que de prendre publiquement parti pour la « ligne générale » : « qui n’est pas avec nous est contre nous454 » ;
  2. Créer une intelligentsia soviétique, « prolétarienne », devant tout au régime : d’où la promotion des vydvižency.
  • 455 Ils estimaient le nombre total d’ingénieurs formés avant 1917 à 35 000. Ibid., p. 116-117.
  • 456 D’après un chercheur soviétique, qui a eu accès aux archives, cité par Bailes, op. cit., p. 150.
  • 457 Pour une mise au point sur cette question, cf. Davies, op. cit., p. 111-117 et p. 119.
  • 458 Fleishman, Boris Pasternak v 30-e gody, chap. 1.
  • 459 Littéralement : « le fait de manger (edat’) les spécialistes (specy) ».
  • 460 Cité par M. Ferro, Les origines de la perestroïka, p. 62.
  • 461 Davies, op. cit., p. 117.

277Cette politique a touché toutes les branches de l’économie : transports, extraction de l’or et du platine, construction navale, industrie de guerre, commerce. Le nombre exact de cadres arrêtés en 1929 et 1930 n’est pas connu : selon un historien soviétique, parmi les 30 000 ingénieurs formés sous le tsarisme, on ne comptait pas plus de deux ou trois mille « saboteurs », mais les mencheviks émigrés donnent un chiffre beaucoup plus élevé (7 000)455. Les autorités ont fait preuve d’une sévérité particulière dans le Donbass : en 1931, la moitié des ingénieurs et des techniciens se trouvaient en prison456, alors que les mines manquaient cruellement de personnel qualifié ! Aucune catégorie n’a été épargnée : économistes et planificateurs, chercheurs scientifiques, historiens, académiciens ukrainiens, écrivains, officiers même ont été frappés par cette vague de répression457. C’est avec raison que Lazar Fleishman a qualifié 1930 d’« année noire » pour l’intelligentsia russe458. Le speceedstvty459 flattait le ressentiment des classes populaires contre les « gens qui savent, cette racaille » (M. Gor’kij)460 : au total, 35 000 ouvriers et 25 000 paysans ont participé activement à la purge des administrations461.

  • 462 Scott, op. cit., 1945, p. 49.

278La lutte contre les bureaucrates procédait de la même recherche de boucs émissaires. Spontanément, la population avait tendance à s’en prendre aux responsables qu’elle voyait agir chaque jour, plutôt qu’aux autorités centrales ; J. Scott en donne un excellent exemple lorsqu’il évoque les discussions entre travailleurs de Magnitogorsk462 :

Belyakov, directeur des approvisionnements au trust des hauts fourneaux, n’était qu’un bureaucrate. Nul n’avait assez d’injures à son adresse. Avoir les mains gelées ou manquer de sucre, c’était dur sans doute... mais ces inconvénients provenaient de raisons majeures telles que le climat ou la politique nationale ; tandis que supporter ce bureaucrate de Belyakov, un type qui ne rêvait qu’à se conduire comme un gendarme ou un seigneur féodal, ça, c’était vraiment trop fort !

  • 463 Ibid., p. 231.

279L’entreprise avait une troupe permanente d’acteurs professionnels, fondée en 1932, et composée de jeunes ouvriers mis en disponibilité. Le répertoire, conçu dans l’esprit du Komsomol, exploitait les tensions de la vie quotidienne463 :

  • 464 Abréviation de narodnoe pilante : alimentation populaire.

À la suite de ces spectacles, certains administrateurs et bureaucrates se sentaient obligés de mieux travailler. Par exemple, une pièce en vers signée par... un des membres de la troupe donna une telle publicité au conflit survenu entre les travailleurs des hauts fourneaux et la NARPIT464 (administration des réfectoires) que le directeur de cette organisation fut révoqué ; on supprima les dîners froids, si pénibles aux ouvriers.

280En dénonçant tel ou tel cadre de niveau intermédiaire, ces représentations avaient un effet cathartique : elles évitaient d’analyser les causes réelles des difficultés. Elles fournissaient ainsi un exutoire commode à la mauvaise humeur et mettaient la politique gouvernementale à l’abri de la contestation.

281Telles sont, à notre sens, quelques-unes des pistes qu’il conviendrait d’explorer afin de mieux comprendre les attitudes politiques des ouvriers soviétiques dans les années trente : la récente ouverture des archives permettra de mener cette enquête dans de meilleures conditions.

  • 465 O.V. Xlevnjuk, 1937-j : Stalin, NKVD i sovetskoe obščestvo, M., Respublika, 1992. Cf. notre compte (...)

282En 1992, un jeune historien russe, O.V. Xlevnjuk, a publié un ouvrage qui donne un premier aperçu de la richesse de ces archives465. Il confirme l’ampleur du mécontentement ouvrier à la fin du premier plan :

  • 466 Xlevnjuk, op. cit., p. 13-14 (chemins de fer d’Ukraine, début 1933).

Au village, on prend le blé aux paysans jusqu’au dernier grain. C’est un véritable pillage.
Assez de poudre aux yeux. Le peuple a faim. La classe ouvrière voit très bien tout ce qui se passe et ne vous suivra plus466.

  • 467 Ibid., p. 15 (1932 ou 1933).

283À Moscou, une ouvrière de la confection, « candidate » du PC(b), faisait circuler dans son atelier la célèbre « Lettre au congrès », où Lénine critique Staline, et ajoutait ce commentaire : « Voilà pourquoi ils ont mené le pays à la famine467. »

  • 468 Ibid., p. 52-53 (cheminots, début 1935) et p. 55.

284Après l’assassinat de Kirov (1er décembre 1934), les autorités ont organisé des meetings à sa mémoire dans les usines, mais l’apparente unanimité de ces assemblées ne doit pas tromper, comme en témoignent ces quelques réactions468 :

Il ne suffit pas d’en tuer un, il fallait en tuer davantage.
On a tué Kirov, il faut tuer Staline.
On a tué cette canaille de Kirov, il reste cette canaille de Staline.

285En outre, Staline est accusé d’avoir ordonné ce meurtre, en raison de ses désaccords politiques avec Kirov.

  • 469 Ibid., p. 54.

286Les falsifications de l’histoire officielle se heurtaient à une mémoire bien vivante de la Révolution et de la guerre civile : ainsi, le cheminot S. Barbotin, membre du Komsomol, déclarait à ses collègues : « Le camarade Trotsky est un révolutionnaire éminent et il a autant d’autorité que Lénine. Peu connu, Staline n’était pas une autorité pour le Parti469. »

  • 470 Ibid., p. 148-149.

287Le premier procès de Moscou (août 1936) a suscité d’ardentes approbations, mais aussi de sérieux doutes. En septembre, Ordžonikidze a reçu une carte postale signée de quatre ouvriers, en vacances à Kislovodsk470 :

Cher Sergo ! Nous, ouvriers, nous sommes indignés qu’on n’ait pas exécuté Rykov et Boukharine, ces traîtres à double face [...] en même temps que les trotskystes. Ici, on les défend, mais nous les exécuterons. Nous le comprenons : il faut tuer tous ceux qui agissent, qui parlent même contre Staline, il faut leur enfoncer un pieu dans la gorge et ailleurs [...].

  • 471 Ibid., p. 146-147 (un membre du PC(b) et un « candidat »).

288D’autres, en revanche, ne cachaient pas leurs doutes, ou leur opposition471 :

Dites les faits et la date des liens entre les trotskystes-zinoviévistes et la Gestapo.
Je plains beaucoup ces hommes – Kamenev et Zinoviev, qui souffrent alors qu’ils ne sont pas coupables.

  • 472 Ibid., p. 67. La traduction respecte la construction de la phrase originale, dont la syntaxe est in (...)

289D’aucuns osaient même réclamer des droits politiques : en 1935 ou 1936, un communiste de Vičuga (région d’Ivanovo) fut arrêté pour avoir tenu des propos imprudents472 :

La situation de la classe ouvrière en U.R.S.S. est semblable à celle des ouvriers dans l’Allemagne fasciste, si en U.R.S.S. on admettait la liberté de la parole, de la presse pour les partis petits-bourgeois, cela donnerait la possibilité de critiquer davantage les dirigeants du PC(b), qu’en U.R.S.S. on n’admet pas l’existence de partis autres que le PC, parce que l’U.R.S.S. sent sa faiblesse.

  • 473 Ibid., p. 258-260.

290Lors de la préparation du XVIIIe Congrès (mars 1939), la Pravda et le Comité central ont reçu de la base des lettres fort critiques, qui en général n’ont pas été publiées dans les journaux473. Elles exigeaient, par exemple, l’instauration du suffrage direct, à bulletins secrets, pour tous les actes importants de la vie du Parti : exclusion d’un adhérent, élection des délégués au Congrès, des dirigeants et même du secrétaire général...

Notes

1 Le courrier socialiste, organe des mencheviks.

2 Le Bulletin de l’opposition, mensuel trotskyste.

3 Frankfurt, Men and Steel..., p. 103. Le chef de la police politique, Anastasenko, est arrivé à Kuzneck au printemps 1930.

4 J. Scott, Au-delà de l’Oural, Lausanne, Marguerat, 1945, p. 149 (1935) et p. 86. Nous avons rectifié la traduction d’après l’original en langue anglaise (Behind the Urals, Cambridge, Mass., The Riverside Press, 1942). Sur la police politique et la délation, cf. aussi A. Smith, J’ai été ouvrier en U.R.S. S (1932-1935), Plon, 1937, p. 92, 259-260, 286 ; p. 281 (appel à « la vigilance » lancé par un responsable communiste après l’assassinat de Kirov).

5 Nous nous appuyons ici sur H.H. Schröder, Industrialisierung und Parteibürokratie in der Sowjetunion : ein sozialgeschichtlicher Versuch über die Anfangsphase des Stalinismus (1928-1934), Berlin 1988, p. 99-107, qui utilise des travaux inédits de U. Weissenburger.

6 J. Barber, The standard of living of Soviet industrial workers, 1928-1941, Communication à la table ronde, « L’industrialisation de l’U.R.S.S. dans les années 1930 », organisée par Ch. Bettelheim, déc. 1981, p. 3.

7 Calculé sur la base d’enquêtes portant sur les budgets ouvriers.

8 A.N. Malafeev, Istorija cenoobrazovanija v SSSR, 1917-1963 gg., M., 1964, p. 163, 401 sq.

9 Trud v SSSR, 1932, p. 130 ; pour 1932, ibid., 1935, p. 96 sqq.

10 A. Bergson, The structure of Soviet wages : a study in socialist economics, Cambridge, Harvard U.P., 1946, p. 36-43 ; E.A. Osokina, article dans Otečcestvennaja istorija, 1992, n° 5, p. 45-49.

11 A.A. Tverdoxleb, Material’noe blagosostojanie rabočego klassa Moskvy v 1917-1937 gg., thèse dactyl., M., 1970, p. 304.

12 Osokina, art. cit., p. 46 ; Tverdoxleb, Material’noe blagosostojanie rabočego klassa..., op. cit., p. 281.

13 Osokina, eod. loc.

14 Tverdoxleb, Material’noe blagosostojanie rabočego klassa..., op. cit., p. 342- 343.

15 À Moscou, en octobre 1933. Ibid., p. 355-356.

16 Tverdoxleb, Material’noe blagosostojanie rabočego klassa..., op. cit.

17 Barber, op. cit., p. 6 : témoignages tirés du fonds « American engineers in Russia » des archives Hoover (Stanford).

18 Scott, op. cit., p. 80-81. Cf. aussi p. 43 et 48.

19 Ibid., p. 48. Cf. aussi p. 89.

20 Trud, 25 oct. 1929. Cité par D. Filtzer, Soviet workers and Stalinist industrialization, Londres, Pluto Press, 1986, p. 92-93.

21 Ibid.

22 Ibid., p. 94.

23 Schröder, op. cit., p. 297 ; Scott, op. cit., p. 35 et 38.

24 Tverdoxleb, op. cit., p. 343-344.

25 Barber, op. cit., p. 8.

26 Filtzer, op. cit., p. 95.

27 Eod. loc.

28 Eod. loc.

29 Ibid., p. 96.

30 Scott, op. cit., p. 204.

31 Ibid., p. 225-226

32 Op. cit., p. 331 et 333.

33 N.R. Korovin, Rabočij klass SSSR, 1933-1937 gg : voprosy istoriografii, Ivanovo, 1991, p. 26.

34 Planification de la croissance et fluctuations économiques en U.R.S.S., t. 1 : 1918-1932, SEDES, 1962, p. 358.

35 Schröder, op. cit., 106.

36 Citées par A.M. Panfilova, Formirovanie rabočego klassa v gody pervoj pjatiletki, 1928-1932 gg., M., Izd. MGU, 1964, p. 12.

37 Rapport de B. Attolico, ambassadeur d’Italie à Moscou, 26 mars 1932. Cf. A. Graziosi, « Lettres de Kharkov : la famine en Ukraine et dans le Caucase du nord à travers les rapports des diplomates italiens », Cahiers du monde russe et soviétique, t. 30, 1989, fasc. 1, p. 23.

38 Rapport du vice-consul italien à Kharkov (22 juin 1933), ibid., p. 70. Cf. aussi p. 73 (10 juillet 1933) et p. 82-83 (16 août 1933).

39 Ekaterina Olitskaïa, Le sablier : mémoires, Deux Temps Tierce, 1991, p. 308.

40 Dix ans au pays du mensonge déconcertant, rééd., Champ Libre, 1977. L’ouvrage se compose de deux parties : Au pays du grand mensonge (Gallimard, 1938) et Sibérie, terre de l’exil et de l’industrialisation (Éd. des îles d’Or. 1950).

41 Ibid., p. 86 et 204.

42 Ibid., p. 85-86.

43 Ibid., p. 89.

44 Ibid., p. 115. Sur le mécontentement à Leningrad, cf. aussi p. 225.

45 Ibid., p. 118-119.

46 Ibid., p. 118.

47 Eod. loc.

48 Ibid., P. 117-118. Les membres des brigades qui partaient collectiviser les campagnes gardaient leur salaire ; ils étaient nourris et recevaient en outre un traitement en espèces.

49 Ibid., p. 89.

50 Elle appartenait à une famille d’ouvriers du textile et travaillait elle aussi dans cette industrie.

51 Smith, op. cit., p. 38.

52 Il ne précise pas ses raisons exactes (ibid., p. 252-261, fin 1933 ou début 1934). Sur les plaintes d’un tourneur à propos des conditions de travail, des salaires insuffisants et du manque de nourriture, cf. p. 66-67 (1934).

53 Ibid., p. 179. Pour des réponses analogues, cf. p. 163-164 (Saratov, usine de machines agricoles). Sur les privilèges des hauts fonctionnaires, cf. p. 186.

54 Scott, op. cit., p. 49 (trad. rectifiée d’après l’original en langue anglaise).

55 Espace réservé à la propagande, orné de portraits de Lénine et de Staline : des journaux et des brochures y étaient mis à la disposition des ouvriers.

56 Ibid.., p. 47 ; cf. aussi p. 35 (« 200 grammes de pain, ce n’est pas assez ») et p. 231 sur les dîners froids, « si pénibles aux ouvriers ».

57 Ibid., p. 24 (trad. rectifiée).

58 Ibid., p. 44.

59 Ciliga, op. cit., p. 395-396.

60 KPSS v rezoljucijax i rešenijax..., t. 2, M., 1983, p. 347.

61 Ibid., p. 349.

62 Ibid., p. 484-485.

63 Ibid., p. 486.

64 Ibid., p. 485.

65 Il s’agit de l’année économique qui commence le 1er octobre et se termine le 30 septembre.

66 Tout ce passage s’appuie sur une publication du Bureau international du travail intitulée Le mouvement syndical dans la Russie des Soviets, Genève, 1927, p. 152 et 163-177.

67 Vos’moj s"ezd professional’nyx sojuzov SSSR, 10-24 dekabrja 1928 g., Polnyj stenografičeskij otčet, M., 1929, p. 24 et p. 38.

68 L. Greyfié de Bellecombe, Les conventions collectives de travail en Union soviétique, Paris – La Haye, Mouton, 1958, p. 47 et 55.

69 Les conventions collectives, Genève, B.I.T., 1936, p. 259-260.

70 Code du travail, art. 15, traduit dans Les codes de la Russie soviétique (II), Paris, Marcel Giard, 1926, p. 9.

71 Ibid., art. 16.

72 S. Zagorsky, Les salaires et la réglementation des conditions du travail dans l’U.R.S.S., Genève, B.I.T., 1930, p. 56-57.

73 Code du tavail, art. 17, cf. Les Codes de la Russie soviétique, p. 9-10.

74 Zagorsky, op. cit., p. 62-63.

75 Le Vesenkha (Conseil suprême de l’économie nationale) gérait les entreprises industrielles appartenant à l’État ; il faisait figure de commissariat à l’industrie.

76 Trud, 10, 16 et 25 nov. 1928.

77 Zagorsky, op. cit., p. 69.

78 Ibid., p. 58-59 ; Le mouvement syndical..., op. cit., p. 154-155.

79 Trud, 3 nov. 1928.

80 Le mouvement syndical..., op. cit., p. 155.

81 M. Dogadov, Sed’moj S"ezd professional’nyx sojuzov SSSR, M., 1927, p. 89.

82 Professional’nye sojuzy SSSR, 1924-1926, otčet k VII S"ezdu, M., 1926, p. 195.

83 Sed’moj S"ezd..., op. cit., p. 784.

84 Trud, lôjanv. 1929 ; Èkonomičeskaja žizn, 13janv. 1929.

85 4 août 1927.

86 Zagorsky, op. cit., p. 76-78.

87 En principe, on ne devait recourir au tribunal d’arbitrage qu’à titre d’exception, une fois épuisés tous les moyens de conciliation.

88 Compte rendu de l’activité du commissariat au Travail en 1927-1928, présenté au VIIIe Congrès des syndicats, M., 1928, cf. Zagorsky, op. cit., p. 78

89 M. Tomskij, Les syndicats professionnels à une nouvelle étape, M., 1923, cf. Zagorsky, op. cit., p. 64.

90 KPSS v rezoljucijax i rešenijax..., t. 4, M., 1984, p. 453.

91 Le VIIe Congrès des syndicats s’est tenu en décembre 1926, le VIIIe en décembre 1928.

92 Trud, 29 sept. 1929.

93 Ibid., 13 déc. 1928 ; 13 janv. 1929 ; 12 et 13 nov. 1929 ; Sed’moj S"ezd..., p. 784.

94 Trud, 14 déc. 1928 (VIIIe Congrès des syndicats).

95 Pour rascenočno-konfliktnaja komissija.

96 Code du travail (1922), cf. Les Codes de la Russie soviétique, Marcel Giard, 1926, p. 55.

97 Ibid., p. 56.

98 Ibid., p. 48 (art. 47).

99 Trud, 14 juin 1924.

100 Ibid., 16 juin 1925.

101 KPSS v rezoljucijax..., t. 3, M., 1984, p. 452.

102 Le mouvement syndical..., op. cit., p. 171. Le 28 nov. 1926, le quotidien Trud notait la persistance du mécontentement parmi les ouvriers « malgré une amélioration dans l’activité des commissions paritaires ».

103 KPSS v rezoljucijax..., t. 4, M., 1984, p. 436 : résolution du plénum conjoint du Comité central et de la Commission centrale de contrôle (16-23 avril 1929). À l’époque, ce texte n’a pas été publié dans la presse.

104 Ibid., p. 434.

105 « Trade-unionisme » : ce terme est toujours péjoratif dans le vocabulaire officiel ; il désigne une conception apolitique et étroitement corporative du syndicalisme.

106 26 juin-13 juillet 1930.

107 En russe, le mot « reconstruction » n’a pas le même sens qu’en français : il signifie en fait restructuration.

108 En décembre 1928.

109 KPSS v rezoljucijax..., t. 5, M., 1984, p. 182. Nous avons modifié la traduction donnée par T. Lowit, Le syndicalisme de type soviétique, A. Colin, 1971, p. 340.

110 La direction « concrète » (au jour le jour) s’oppose à la direction « générale », qui se contente de fixer les grandes lignes de la politique à suivre.

111 KPSS v rezoljucijax..., t. 5, p. 183.

112 Ibid., p. 174 (« Face à la production »).

113 En décembre 1925, la résolution du XIVe Congrès du PC(b) « sur le travail des syndicats » avait consacré un paragraphe entier aux grèves.

114 Jan Abel, chef de la Section des salaires au Conseil central des syndicats, in Les conventions collectives, Genève, 1936, p. 271.

115 Les syndicats soviétiques étaient organisés par branche ; chaque fédération d’industrie était dirigée par un comité central.

116 R.W. Davies, The Soviet economy in turmoil, 1929-1930, Londres, Mac Millan, 1989, p. 278 (d’après S.V. Kul’čickij, Vnutrennie resursy socialističeskoj industrializacii (1926-1937), Kiev, 1979, p. 74).

117 Pravda, 7 mars 1929.

118 Les Codes de la Russie soviétique, p. 22.

119 S. Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, M. Rivière, 1956, p. 443-445.

120 Cité par Schwarz, Les ouvriers..., p. 447.

121 Ibid., p. 441-442.

122 À partir de 1930, les conventions collectives étaient conclues dans chaque entreprise entre le syndicat et la direction (Trud, 17 déc. 1930).

123 Ces trois déclarations sont citées par Schwarz, Les ouvriers..., p. 440-441.

124 Il s’agit de l’année économique (1er oct. 1929 – 30 sept. 1930).

125 Il s’est élevé à 1 169 contre 2 745 l’année précédente. Cf. N. Vasilev, Voprosy truda, 1930, n° 3, et ibid., 1930, n° 9, p. 109.

126 Voprosy profdvizenija, 1933, n° 3, p. 3-12.

127 Greyfié de Bellecombe, op. cit., p. 90.

128 Trud, 10 mars 1934.

129 Greyfié de Bellecombe, op. cit., p. 102-105.

130 Elle avait été précédée d’un débat dans la revue syndicale Voprosy profdviženija, 1937, n° 7-8 (S. Trubnikov et L. Kudrjavcev).

131 Cette convention est analysée en détail par Pogrebnoj, ibid., 1938, n° 13.

132 Le Conseil économique, créé fin 1937, était une commission permanente du Conseil des commissaires du peuple ; comme son nom l’indique, il était chargé de l’examen de tous les problèmes économiques : cf. E. Zaleski, La planification stalinienne, Economica, 1984, p. 16-17.

133 Les conventions collectives ne ressuscitèrent qu’après la guerre (1947).

134 H.J. Berman, Justice in Russia : an interprétation of Soviet law, Cambridge, Mass., Harvard U.P., 1950, p. 257.

135 Voprosy profdviženija, 1940, n° 4-5.

136 Izvestija, 24 juin 1933 ; Pravda, 4 juil. 1933.

137 Kalinine était chef de l’État, Molotov chef du gouvernement.

138 Lowit, op. cit., p. 313 (le mot « absence » est souligné dans le texte).

139 Déclaration du président de la Fédération des cheminots lors d’une réunion du présidium du Conseil central consacrée à l’usine de tracteurs de Stalingrad, Trud, 15 août 1931, cf. Schwarz, Les ouvriers..., p. 448.

140 Trud, 9 sept. 1931, cité par Schwarz, ibid.

141 Schwarz, Les ouvriers..., p. 449.

142 Scott, op. cit., p. 39-40.

143 Ibid., p. 41.

144 Pravda, 11 déc. 1935 : article de V. Polonskij sur l’audience accordée par Staline aux cinq secrétaires du Conseil central (mai 1935). Les élections aux comités d’usine, commencées quelques semaines auparavant, s’étaient soldées par un échec éclatant en raison du manque d’intérêt manifesté par les ouvriers ; elles furent interrompues sur ordre de Staline.

145 Smith, op. cit.

146 Cf. les pages 61-63, 209-217, 261-272, 280-283.

147 Abréviation russe désignant l’animateur d’un groupe syndical de base.

148 Smith, op. cit., p. 66-67 : c’est l’unique allusion au syndicat dans tout l’ouvrage.

149 Qui venait d’être « purgé » des partisans de Tomskij.

150 Za industrializaciju, 14 févr. 1930. Cf. aussi ibid., 16 févr. 1930.

151 Kon’junktura narodnogo xozjajstva za sentjabr’ i 12 mesjacev 1929/30 g., non daté [1930], p. 8, cité par Davies, op. cit., p. 362. Dans le même sens, cf. aussi Trud, 3 nov. 1930.

152 Cf. les exemples cités par Filtzer, op. cit., Pluto Press, 1986, p. 201-203 (d’après Trud et Za industrializaciju, années 1935-1938).

153 Code du travail (nov. 1922), chap. XVI, art. 168 et 169. Cf. Les Codes de la Russie soviétique, op. cit., p. 53-54. Les « sessions du travail » n’existaient que dans les régions industrielles.

154 Les tribunaux du travail : étude internationale des systèmes judiciaires en vigueur pour le règlement des conflits du travail, Genève, B.I.T., 1938, p. 212-225 : U.R.S.S., monographie due à I.S. Vojtinskij.

155 Ibid., p. 219.

156 Berman, Justice in Russia..., p. 264.

157 Les tribunaux du travail, op. cit., p. 224 : la statistique porte sur un total de 21 906 litiges.

158 Berman, Justice in Russia..., p. IX-X et 265.

159 Sh. Fitzpatrick, « A closed city and its secret archives : notes on a journey to the Urals », The journal of modem history, déc. 1990, p. 780.

160 Le numéro de Trud daté du 11 juin 1933 fait exception à cette règle.

161 Trud, 21 juil. 1931 ; cf. aussi ibid., 13 avr. 1931 et 7 sept. 1931.

162 Kuzneckstroj : istorija Kuzneckstroja v vospominanijax, Novosibirsk, 1934, p. 70-74, cité par H. Kuromiya, A researcher’s guide to sources on Soviet social history in the 1930s (éd. Sh. Fitzpatrick et L. Viola), New York – Londres, M.E. Sharpe, 1990, p. 252 (n. 43).

163 I.P. Bardin, Žizn inženera, M., 1938, p. 154.

164 WKP 250, p. 47 (« top secret »), et WKP 300, p. 47-48.

165 C’est à D. Filtzer que revient le mérite d’avoir découvert cette source (op. cit., p. 81-88).

166 Ciliga, op. cit., p. 188 ; E. Olitskaïa, Le sablier, p. 143 et p. 230 ; Socialističeskij vestnik (désigné désormais par le sigle SV), 10 oct. 1933, p. 16 ; 10 oct. 1934, p. 15 ; 10 sept. 1935, p. 12.

167 N. Werth « Une source inédite : les svodki de la Tchéka-OGPU », Revue des études slaves, t. LXVI, 1994, fasc. 1, p. 26 ; J.-P. Depretto « L’opinion ouvrière (1928-1932) », ibid., p. 57-58.

168 SV, 25 mai 1929, p. 20-21 ; 12 avr. 1929, p. 22 ; 14 juin 1929, p. 14 ; 21 nov. 1929, p. 16.

169 M. Reiman, Die Geburt des Stalinismus, Frankfurt/Main, Europäische Verlagsanstalt, 1979, p. 104.

170 Tout ce qui suit s’appuie sur la « lettre d’information » de Stroganov, déjà citée supra (WKP 250, p. 47).

171 WKP 300, p. 47-48.

172 Dnevnik « Velikogo Pereloma » (mars 1928-août 1931), postf. Wl. Berelowitch, Paris, YMCA-Press, 1991, p. 204.

173 SV, 27 sept. 1930, p. 22 ; 30 août 1930, p. 11 ; 11 oct. 1930, p. 14 ; 25 oct. 1930, p. 16.

174 Schröder, op. cit., p. 303.

175 SV, 28 nov. 1931, p. 15.

176 SV, 26 sept. 1931, p. 15 ; 2 juil. 1931, p. 23 ; 12 sept. 1931, p. 15 ; 3 avr. 1931, p. 20.

177 La souscription aux emprunts d’État destinés à financer l’industrialisation était en principe volontaire ; en pratique, elle était quasiment obligatoire. Cf. aussi Šite, Dnevnik..., p. 306.

178 SV, 30 avr. 1932, p. 14 ; 9 juil. 1932, p. 16 ; 10 déc. 1932, p. 16.

179 SV, 13 févr. 1932, p. 16 ; 23 juil. 1932, p. 16 ; sur les conflits de 1932, cf. aussi Bjulleten’ oppozicii, 1932, n° 29-30, p. 13, et n° 32, p. 92.

180 SV, 26 nov. 1932, p. 16 ; cf. aussi 15 oct. 1932, p. 16. Le district textile de Jaxroma (N. de Moscou) a connu peu après des protestations analogues.

181 SV, 11 juin 1932, p. 23.

182 Ces rapports ont pour titres « Grèves et incidents dans le district d’Ivanovo » et « Rumeurs d’agitation dans les masses ouvrières » ; cf. A. Graziosi, art. cit., p. 104 (n. 4).

183 Ciliga, Dix ans..., p. 234-235.

184 Oblast’ d’Ivanovo.

185 L’expression peut surprendre, mais elle s’explique facilement : dans le paragraphe précédent, A. Ciliga a évoqué la déportation en masse de paysans lors de la collectivisation.

186 Il s’agit de l’« isolateur » de Verxneural’sk.

187 SV, 25 juil. 1933, p. 14.

188 Osokina, art. cit., p. 47-48 ; Tverdoxleb, op. cit., p. 284-285.

189 SV, 10 déc. 1932, p. 15-16 ; 24 déc. 1932, p. 14 ; 27 janv. 1933, p. 23 ; 13 févr. 1933, p. 15.

190 SV, 13 févr. 1933, p. 15.

191 Graziosi, art cit., p. 29.

192 G.I. Petrovskij (1878, Xar’kov – 1958) n’était pas le fils d’un pope, mais d’un tailleur. Il a été président de l’exécutif des soviets d’Ukraine de 1919 à 1937. Cf. Dejateli SSSR i Oktjabr’skoj Revoljucii (encyclopédie Granat), rééd., M., 1989, p. 581, et P. Broué, Le parti bolchevique, Ed. de Minuit, 1977, p. 612.

193 Cf. par exemple SV, 10 juil. 1933, p. 16 ; 25 juil. 1933, p. 16 et 10 oct. 1933, p. 16.

194 SV, 10 oct. 1933, p. 16 ; 25 oct. 1933, p. 16.

195 SV, 10 oct. 1933, p. 15.

196 Graziosi, art. cit., p. 49.

197 SV, 10 févr. 1934, p. 15.

198 SV, 10 juin 1934, p. 15

199 Ciliga, Dix ans..., p. 414.

200 Smith, op. cit., p. 237. Maria Smith tenait ses informations des femmes de service de l’hôtel.

201 Ville située dans l’oblast’ de Moscou.

202 Ibid. Maria Smith ne précise pas la date de ces événements.

203 Filtzer, op. cit., p. 81. Cf. la pertinente critique de ce préjugé par L. Van Rossum, « Western studies of Soviet labour during the thirties », International review of social history, 1990, n° 3, p. 447 (n. 31).

204 Nous reprenons ici l’heureuse formule de H.H. Schröder, op. cit., p. 305.

205 Nous empruntons cette expression à H.H. Schröder, op. cit., p. 291-292.

206 Le mouvement (ou le roulement) de la main-d’œuvre.

207 Sur cette distinction, cf. N. Shiokawa, « Labor turnover in the USSR, 1929- 1933 : a sectorial analysis », Annals of the Institute of social science, University of Tokyo, n° 23, 1982, p. 65.

208 Davies, op. cit., p. 279, n. 230.

209 Dans les mines de fer également (1930).

210 Schrôder, op. cit., p. 298.

211 Greyfïé de Bellecombe, Les conventions collectives de travail..., p. 96-97.

212 Voprosy truda : sbomik, L., 1932, p. 90, cité par Filtzer, op. cit., p. 53.

213 Schröer, op. cit., p. 297-298.

214 Smith, op. cit., p. 37.

215 Za industrializaciju, 9 mars et 24 mai 1933.

216 Témoignage d’un ingénieur américain cité par J. Barber, Labor discipline in Soviet industry, 1928-1941, Twelfth AAASS Convention, Philadelphia, 5- 8 nov. 1980, p. 6.

217 Cela vaut surtout pour les régions de Moscou et d’Ivanovo ; la mobilité était plus grande à Leningrad.

218 Shiokawa, art. cit., p. 78-79.

219 Trild, 20 oct. 1932.

220 Voprosy truda, 1932, n° 7, p. 5.

221 Izmenenija v čislennosti i sostave sovetskogo rabočego klassa, M., 1961, p. 45-46 (A.G. Rašin).

222 Voprosy truda, 1930, n° 12, p. 10-12.

223 Za industrializaciju, 15 mai 1930.

224 Ibid., 17 juil. 1931.

225 XVII konferencija VKP(b), M., 1932, p. 66 ; Trud, 26 oct. 1932.

226 Voprosy truda, 1933, n° 1, p. 24.

227 Cf. Filtzer, op. cit., p. 56-57.

228 P. Vasil’ev et Ja. Lejpunskij, Voprosy oboračivaemosti rabočego sostava v legkoj promyšlennosti : po materialam leningradskoj legkoj promyšlennosti, M., 1933, p. 129-130, cité par Filtzer, op. cit., p. 57.

229 Littéralement « les ouvriers du cadre ».

230 Construction mécanique et travail des métaux sont regroupés en une seule branche.

231 Pravda, 7 févr. 1930.

232 Voprosy truda, 1929, n° 9, p. 77-79.

233 A.G. Rašin, Sostav fabrično-zavodskogo proletariata, M., 1930, p. 81 (recensement syndical de 1929).

234 Gubernija en russe.

235 Za industrializaciju, 15 juin 1930.

236 Pravda, 9 déc. 1932.

237 Dans le même sens, à propos de l’industrie des métaux à Leningrad et à Moscou (en 1930), cf. Davies, op. cit., p. 279-280.

238 Trud, 7 déc. 1930.

239 Les départs volontaires sont également inclus.

240 Planovoe xozjajstvo, 1933, n° 5-6, p. 65.

241 Komsomol’skaja pravda, 6 avr. 1930.

242 Trud, 24 sept. 1931.

243 Voprosy profdviženija, 1933, n° 1-2, p. 30.

244 Za industrializaciju, 1er nov. 1932.

245 Voprosy profdviženija, 1933, n° 1-2, p. 30.

246 Date du démarrage de la production.

247 Za industrializaciju, 14 mai 1934.

248 Il s’agit des échelons de la grille salariale.

249 Ibid., 8 juil. 1933.

250 Ce terme désigne les entreprises qui fonctionnaient déjà avant le premier plan.

251 Shiokawa, art. cit., p. 77-78.

252 Z. Morduxovič (Moxov), Na bor’bu s tekučest’ju rabočej sily, M. – L., 1931, p. 39, cité par Filtzer, op. cit., p. 54-55.

253 Shiokawa, art. cit., p. 85.

254 Sur ces commissions, cf. supra, chap. V, II : « L’évolution des syndicats ».

255 Voprosy truda, 1931, n° 7, p. 32.

256 Ibid., juin 1930, p. 22-25, cité par Schwarz, Les ouvriers..., p. 120.

257 Schwarz, Les ouvriers..., p. 119-120.

258 Ibid., p. 120-121.

259 Filtzer, op. cit., p. 60.

260 Nous empruntons cette formule à H.H. Schröer, Industrialisierung und Parteibürokratie..., p. 298.

261 R. Trempé, Les trois batailles du charbon, 1936-1947, Paris, 1989, p. 189.

262 Schwarz, Les ouvriers..., p. 133-135.

263 Tout ce paragraphe s’appuie sur Filtzer, op. cit., p. 52, 99 et 111-115.

264 En fait, les poursuites judiciaires ont été relativement rares, sauf dans les chemins de fer (janvier-mars 1933).

265 Cité par J. Barber, Labor discipline in Soviet industry, 1928-1941, p. 12.

266 Partijnoe stroitel’stvo, 1933, n° 9, p. 34.

267 Il s’agit de l’année économique ; le premier semestre 1930 correspond donc à la période qui va du 1er octobre 1929 au 31 mars 1930.

268 Chr. Rakovsky, « The five year plan in crisis », Critique, Glasgow, n° 13 (1981), p. 19.

269 Ibid.

270 Il est question ici du rebut dans la production qui a subi avec succès le contrôle de qualité.

271 Schröder, op. cit., p. 301.

272 Scott, op. cit., p. 165.

273 Schröder, op. cit., p. 301.

274 Partijnoe stroitel’stvo, 1933, n° 7-8, p. 53.

275 Rakovsky, art. cit., p. 21.

276 Smith, op. cit., p. 58 ; cf. aussi p. 59, p. 61-62 et p. 211.

277 Ibid., p. 91 ; cf. aussi p. 88.

278 Ciliga, Dix ans..., p. 401.

279 Scott, op. cit., p. 181.

280 Ibid., p. 182.

281 Ibid., p. 159 et 161.

282 Partijnoe stroitel’stvo, n° 7-8, p. 47, 49 et 53.

283 Ciliga, Dix ans..., p. 282 et p. 529.

284 WKP 250, déjà cité supra, cf. chap. V, III, 1 : « Les grèves ».

285 Ce courant partisan du « centralisme démocratique » est né en 1920 autour de V. Smirnov, Ossinsky et Sapronov : il dénonçait « la centralisation excessive, l’abus des méthodes d’autorité ». Cf. Broué, Le Parti bolchevique, p. 139.

286 WKP 250, p. 46.

287 Ibid. A. Ciliga fait allusion à l’existence d’un groupe « déciste » dans le Donbass en 1929 (Dix ans..., p. 226).

288 WKP 250, p. 45.

289 Cf. supra, chap. V, III, 1 : « Les grèves ».

290 Ciliga, Dix ans..., p. 166.

291 Ibid.

292 Ibid.

293 Ibid., p. 191.

294 Smith, op. cit., p. 252-261 et 272-278.

295 Ciliga, Dix ans..., p. 413.

296 Ibid., p. 395 et 410.

297 T.H. Rigby, Communist Party membership in the USSR, 1917-1967, Princeton U.P., 1968, p. 115 ; M. Fainsod, Comment l’U.R.S.S. est gouvernée, Éd. de Paris, 1957, p. 196-198.

298 KPSS v rezoljucijax..., t. 5 : 1929-1932, M., 1984, p. 440.

299 Rigby, op. cit., p. 158-163.

300 V.S. Tjažefnikova, Social’naja struktura VKP(b) vo vtoroj polovine 20-x godov : opyt količestvennogo analiza, Avtoreferat dissertacii, M., 1991, p. 11-12.

301 KPSS v rezoljucijax..., t. 2 : 1917-1922, M., 1983, p. 504 (XIe Congrès, mars-avril 1922).

302 Ibid., p. 574-575.

303 Ibid., t. 3 : 7922-7925, M., 1984, p. 475-476 (XIVe Congrès, déc. 1925).

304 Ibid., t. 7 : 1938-1945, M„ 1985, p. 95-97.

305 Ibid., t. 3, p. 158.

306 Ibid., p. 184 (plénum des 29 et 31 janv. 1924).

307 Il s’agit d’ouvriers de l’industrie ou des transports travaillant réellement de leurs mains.

308 Rigby, op. cit., p. 116 et p. 127.

309 KPSS v rezoljucijax..., t. 3, p. 211 (résolution du XIIIe Congrès, mai 1924).

310 Rigby, op. cit., p. 119 et 130-131.

311 KPSS v rezoljucijax..., t. 3, p. 212.

312 Ibid., p. 365 ; Rigby, op. cit., p. 165 et p. 173.

313 KPSS v rezoljucijax..., t. 4 : 1926-1929, M., 1984, p. 393.

314 Rigby, op. cit., p. 184 etp. 192-194 ; Fainsod, op. cit., p. 188-189.

315 Vsesojuznaja partijnaja perepis’ : recensement national du Parti.

316 Schröder, op. cit., p. 129.

317 Elle englobait tous ceux qui n’étaient pas ouvriers : personnel de bureau, techniciens, ingénieurs.

318 N. Semenov, Lico fabričnyx rabočix proživajuščix v derevnjax i politpro-svetrabota sredi nix, L., 1929, p. 9,54.

319 Schröder, op. cit., p. 122 : tableau établi à partir d’un grand nombre de sources diverses.

320 Rigby, op. cit., p. 194-195.

321 Fainsod, op. cit., p. 197.

322 Rigby, op. cit., p. 166-167.

323 Schröder, op. cit., p. 124-125.

324 G. Meyer, Sozialstruktur sowjetischer Industriearbeiter, Ende der zwanziger Jahre, Marburg, 1981, p. 169.

325 Les bolcheviks étaient déjà bien implantés à Bakou avant 1917.

326 Meyer, op. cit., p. 170, et Rašin, Sostav..., p. 8.

327 Meyer, op. cit., p. 171-173.

328 Ibid., p. 174.

329 Ibid., p. 176.

330 Ces classements correspondent à l’échelon occupé sur la grille des salaires.

331 Ibid., p. 175.

332 Il suffit de penser, par exemple, au P. C.F. dans la période du Front populaire.

333 Rigby, op. cit., p. 183-184.

334 Ibid., p. 116 et p. 199 : il s’agit de la profession, non de l’origine sociale.

335 Profsojuznaja perepis’, 1932-1933 gg., M., 1934, p. 157, 167, 175, 179, 185, 199.

336 Schröder, op. cit., p. 132 ; Profsojuznaja perepis’, 1932-1933 g., M., 1934, p. 59 sqq. et 156 sqq.

337 Il en allait de même sur les grands chantiers (Partijnoe stroitel’stvo, 1931, n° 17, p. 38 sq.\

338 Schröder, op. cit., p. 133.

339 P. Dale, « The instability of the infant vanguard : worker Party members, 1928-1932 », Soviet studies, oct. 1983, p. 520-521.

340 Rigby, op. cit., p. 221-231.

341 KPSS v rezoljucijax..., t. 6 : 1933-1937, M., 1985, p. 134-136.

342 Fainsod, op. cit., p. 198-199 et p. 201 ; H.H. Schröder cite des chiffres qui vont dans le même sens pour la région de Leningrad, cf. Stalinism : its nature and aftermath (dir. N. Lampert, G.T. Rittersporn), Londres, Mac Millan, 1992, p. 179.

343 Fainsod, op. cit., p. 205 et 209.

344 Otečestvennaja istorija, 1994, n° 2, p. 129 (D. Beyrau).

345 Dale, art. cit., p. 516.

346 En U.R.S.S., ce terme désignait le militantisme dans les organisations officielles : Parti, Komsomol, syndicat, soviets, associations diverses.

347 KPSS v rezoljucijax..., t. 3, p. 475-476.

348 Fainsod, op. cit., p. 471.

349 Ciliga, Dix ans..., p. 33 : témoignage d’un vieil ouvrier de Bakou (fin des années vingt) ; SV, 3 mai 1928, p. 32 (mines du Donbass).

350 M. Zalcman, La véridique histoire de Moshé ouvrier juif et communiste au temps de Staline, Encres – Recherche, 1977, p. 124 et 126.

351 V.A. Kravchenko, J’ai choisi la liberté !, rééd. Olivier Orban – Nouvelles Éditions Baudinière, 1980 ; L. Kopelew, Und schuf mir einen Götzen, Munich, DTV, 1986.

352 Pervye itogi čistki partii : sbomik statej, M., 1934, p. 11.

353 Trud v SSSR, 1932, p. 172.

354 Schröder, op. cit., p. 282.

355 Trud v SSSR, 1932, p. 171 ; Voprosy profdviženija, 1933, n° 8, p. 50.

356 Sh. Fitzpatrick, Education and social mobility in the Soviet Union 1921- 1934, Cambridge U.P., 1979, p. 188.

357 VUZ = Vysšee učebnoe zavedenie : établissement d’enseignement supérieur ; VTUZ – Vysšee texničeskoe učebnoe zavedenie : établissement d’enseignement technique supérieur.

358 Schrôder, op. cit., p. 59.

359 Fitzpatrick, op. cit., p. 187-189.

360 Schröder, op. cit., p. 65.

361 Fitzpatrick, op. cit., p. 187-188. Dans cette période, 110 000 communistes ont été admis dans l’enseignement supérieur, soit 10 % des effectifs du PC(b) au 1erjanvier 1929 (« candidats » exclus) ; 50 % d’entre eux étaient d’anciens ouvriers. Les deux tiers environ ont choisi de poursuivre leurs études dans le technique. Il faut aussi tenir compte du facteur temps : un élève qui a commencé sa scolarité en 1932 n’a obtenu son diplôme d’ingénieur que sous le second plan.

362 Du verbe vydvigat’« promouvoir ».

363 Dans les années trente, le terme de vydviženie désignait uniquement la promotion sur le tas (Schröder, op. cit., p. 40, n. 147) ; pourtant, Sh. Fitzpatrick y inclut aussi les travailleurs envoyés dans l’enseignement supérieur.

364 Schröder, op. cit., p. 66.

365 Tjažel’nikova, op. cit., p. 19-20 ; Rigby, op. cit., p. 164.

366 Tjažel’nikova, op. cit., p. 17.

367 Dale, art. cit., p. 514.

368 Schröder, op. cit., p. 69.

369 Fitzpatrick, op. cit., p. 202.

370 Schröder, ibid.

371 Dale, art. cit., p. 508 et p. 514.

372 Formé sur vydviženie : littéralement des « promus ».

373 Schröder, op. cit., p. 273 ; Industrializacija Severo-Zapadnogo rajona v gody vtoroj i tret’ej pjatiletok (1933-1941 gg.), L., 1969, p. 327.

374 Dale, art. cit., p. 517-518 et p. 511.

375 Ibid., p. 514-515.

376 J’emprunte cette hypothèse à Dale, art. cit., p. 506, 510-512, 514-515, 517, 520-521.

377 Nous reprenons le mot utilisé par M. Ferro, La révolution de 1917, t. II, Aubier – Montaigne, 1976, p. 441 ; cf. aussi id., Les origines de la perestroïka, Ramsay, 1990, chap. 3 (« La plébéianisation du pouvoir »).

378 Fitzpatrick, op. cit., p. 242 et 245-246 ; Schrôder, in Stalinism : its nature and aftermath, p. 168, 172-175.

379 Établissement d’enseignement secondaire technique.

380 Fitzpatrick, op. cit., p. 248-249.

381 Date moyenne de sortie de l’école : 1932/33.

382 Ferro, Les origines de la perestroïka, chap. 6 (« La déplébéianisation du pouvoir ») ; Le débat, sept.-oct. 1989, p. 55-65.

383 Formulation empruntée à un éminent spécialiste du nazisme : I. Kershaw, Qu’est-ce que le nazisme ? : problèmes et perspectives d’interprétation, Gallimard (Folio-Histoire), 1992, p. 82-83.

384 Cette femme voulait troquer les boutons contre du lait pour un enfant malade ; elle a été inculpée en vertu de la loi du 7 août 1932, qui prévoyait des châtiments très sévères (pouvant aller jusqu’à la peine de mort). Cf. Zalcman, Histoire véridique de Moshé..., op. cit., p. 98-100.

385 Ce mot est emprunté au vocabulaire de la médecine : il désigne une sorte d’imperméabilité, ou encore d’immunité, plutôt qu’une opposition militante et idéologiquement motivée (Widerstand).

386 Kershaw, op. cit., p. 284.

387 N. Mandelstam, Contre tout espoir : souvenirs, Gallimard, 1972, p. 349-352.

388 Kravchenko, op. cit., p. 268-272 et 297-298.

389 M. Debouzy, Travail et travailleurs aux États-Unis, La Découverte, 1984 ; E.P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, École des hautes études en sciences sociales – Gallimard – Seuil, 1988 ; G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française XIXe-XXe siècle, Seuil (Points / Histoire), 1986 ; A. Dewerpe, Le monde du travail en France, 1800-1950, A. Colin (Cursus), 1989.

390 Ce métallurgiste travaillait dans l’industrie textile d’Ivanovo-Voznesensk.

391 Il s’agit du nombre de machines surveillées simultanément.

392 Trud, 3 juil. 1929, cité par Filtzer, op. cit., p. T1-T &. Le lendemain, la rédaction s’est désolidarisée de cette protestation et a laissé entendre à l’auteur que « l’ennemi de classe se cachait derrière son dos ».

393 Il faut cependant noter que les responsables locaux ont appliqué ces mesures avec un zèle très inégal. Cf. Schröder, op. cit., p. 310.

394 Cette formule n’a pas ici le sens que lui prêtait Lénine dans L’impérialisme, stade suprême du capitalisme (fraction corrompue du prolétariat, bénéficiaire des miettes du festin impérialiste). Cf. F. Poirier, « L’école historique anglaise : développement capitaliste et mouvement ouvrier », Les aventures du marxisme, Syros, 1984, p. 72-73.

395 À la fabrique « IIIe Congrès du Komintern », des ouvrières disaient : « On veut simplement nous arracher la peau », Partijnoe stroitel’stvo, 1930, n° 6, p. 39.

396 Schwarz, Les ouvriers..., p. 507-508.

397 Severnyj rabočij, 3 avr. 1930, cité par Filtzer, op. cit., p. 79.

398 Texte lu par L.M. Kaganovič au XVIe Congrès du parti bolchevique : XVI S"ezd VKP(b) : stenografičeskij otčët, M. – L., 1931, p. 61 (nous n’avons reproduit que des extraits).

399 Severnyj rabocij, 9 mars et 3 sept. 1929, d’après Filtzer, op. cit., p. 79.

400 Proletarij (journal de Xar’kov), numéro du 8 janv. 1930. Cf. ibid.

401 A.M. Panfilova, Formirovanie rabočego klassa SSSR v gody pervoj pjatiletki (1928-1932), M., 1964, p. 152-153.

402 Trud, 25 juin et 2 juil. 1931 ; Bol’sevik, 1931, n° 19-20, p. 53.

403 Trud, 18 juin 1931 ; 4 et 5 janv. 1933.

404 Sudebnaja praktika RSFSR, 1931, n° 13, p. 2.

405 Schwarz, Les ouvriers..., p. 511-512 ; Filtzer, op. cit., p. 200-205.

406 Ciliga, op. cit., p. 409-410.

407 Trud, 10et29janv. 1928.

408 B. Marševa, A. Isaev, E. Stejnbax, Ženskij trud v mašinostroenii, M., 1933, p. 109-110 ; Filtzer, op. cit., p. 80.

409 Frankfurt, op. cit., 1935, p. 169.

410 Cf. supra, chap. III, IV, 3 : « L’industrie des métaux de Leningrad ».

411 Trud, 30 sept, et 2 oct. 1931.

412 Cette phrase fait allusion au turnover très élevé : certains travailleurs s’en allaient dès qu’ils avaient reçu les combinaisons distribuées par l’entreprise. En montrant du doigt les paysans « avides », ces mineurs reprennent un thème de la propagande officielle.

413 C’est ainsi que la presse les qualifiait.

414 Sur l’orgnabor, cf. chap. III, IV, 4 : « Les charbonnages du Donbass ».

415 Dizenier : responsable d’une équipe de dix personnes.

416 Trud, 17 nov. 1931 ; Panfilova, op. cit., p. 155.

417 Cf. infra, Annexe C.

418 Cf. supra, chap. III, IV, 2 : « La sidérurgie de l’Oural ».

419 Cf. supra, chap. V, I : « La baisse du niveau de vie ».

420 S. Schwarz, Antisemitizm v Sovetskom Sojuze, New York, Izd. im. Čexova, 1952, p. 104-105.

421 Velikoderžavnyj šovinizm : c’est le terme officiel.

422 Pour les heurts entre Russes et Tatars, cf. supra, chap. III, IV, 4 : « Les charbonnages du Donbass » ; chap. IV consacré au Kuzbass, III : « Les mineurs ».

423 Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 95.

424 Frankfurt, op. cit, p. 137 ; cf. infra, Annexe E.

425 Ces rumeurs rappellent étrangement un thème antisémite traditionnel : le vol d’enfants pour fabriquer du pain azyme.

426 Bol’sevik, 1931, n° 19-20, p. 53.

427 Trad, 20,21 et 22 juil. 1931.

428 Cf. notre article « L’antisémitisme dans les villes soviétiques (1925-1935) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 19, avr.-juin 1990, p. 13.

429 Sovetskaja justicija, 1931, n° 19, p. 16-19 (F. Makarov).

430 Bouillie de céréales.

431 Ibid., 1932, n° 19, p. 18-19 (V. Pomerancev). Le kraj de Basse-Volga comprenait à cette époque des territoires situés des deux côtés de la Volga, de l’oblast’ de Saratov à la mer Caspienne ; il englobait l’oblast’ autonome des Allemands de la Volga et l’oblast’ des Kalmouks ; à l’est, il était frontalier de la république autonome kazakhe.

432 Schwarz, Antisemitizm...

433 Pour une brève discussion de la thèse de S. Schwarz, cf. notre article cité « L’antisémitisme dans les villes soviétiques (1925-1935) ».

434 Ciliga, op. cit., p. 41 ; cf. aussi p. 60.

435 Frankfurt, op. cit., p. 103 ; cf. aussi infra, Conclusion générale.

436 Smith, op. cit., p. 69-70 ; p. 22, 46-47 et 129 (Américains traités de « pourceaux »).

437 Toutefois, l’hostilité à l’égard des paysans fait exception à cette règle : elle était largement alimentée par les diatribes de la presse contre les « koulaks ».

438 J.-L. Van Regemorter, D’une perestroïka à l’autre, SEDES, 1990, p. 116.

439 L’enquête a été ouverte à la suite d’une démarche de quelques ouvriers auprès des organes locaux de la police politique.

440 « Hommes de Šaxty » ; « hommes du Donbass ».

441 M. Reiman, Die Geburt des Stalinismus : die UdSSR am Vorabend der « zweiten Revolution », Frankfurt/Main, Europäische Verlagsanstalt, 1979, p. 108.

442 Trois Allemands figuraient parmi les accusés.

443 Le Donbass connaissait en effet de nombreux accidents du travail.

444 Témoignage d’un émigré, cité par Davies, op. cit., 1989, p. 112.

445 E. Zaleski, Planification de la croissance et fluctuations économiques en U.R.S.S., 1.1 : 1918-1932, SEDES, 1962, p. 106.

446 Reiman, op. cit., p. 113.

447 Bjulleten’oppozicii, n° 19, mars 1931, p. 18.

448 Impressionné par ces réactions, l’auteur conclut que la classe ouvrière est encore animée d’un « authentique enthousiasme révolutionnaire ».

449 Ciliga, op. cit., p. 215.

450 Le 25 novembre, jour de l’ouverture du procès, plus de 500 000 personnes ont défilé à Moscou, avec pour mots d’ordre « Mort aux agents de l’impérialisme » et « Fusiller les saboteurs ». Cf. L. Fleishman, Boris Pasternak v 30-e gody, Jeusalem, The Hebrew University, 1984, p. 22.

451 Leonid Ramzin était professeur à la Faculté des sciences de Moscou et directeur de l’institut thermotechnique ; l’accusation le donnait pour le chef du « Parti industriel ». Il « avoua » tout et fut réhabilité ; il est mort en 1948. Cf. Ciliga, Dix ans..., p. 214 et 216 ; Zaleski, op. cit., p. 107 (n. 8).

452 Sur Šaxty et le « Parti industriel », cf. K.E. Bailes, Technology and society under Lenin and Stalin, Princeton U.P., 1978, chap. 3 et 4.

453 V.V. Ermilov, Sčast’e trudnyx dorog, M., 1972, p. 132. Référence fournie par Kuromiya, A researcher’s guide..., p. 241 et p. 251 (n. 25).

454 Cf. les discours de Kržižanovskij (déc. 1929) et de Kujbyšev (janv. 1930) ; Molotov avait déjà développé ce thème en septembre 1929. Davies, op. cit., p. 91 et 114.

455 Ils estimaient le nombre total d’ingénieurs formés avant 1917 à 35 000. Ibid., p. 116-117.

456 D’après un chercheur soviétique, qui a eu accès aux archives, cité par Bailes, op. cit., p. 150.

457 Pour une mise au point sur cette question, cf. Davies, op. cit., p. 111-117 et p. 119.

458 Fleishman, Boris Pasternak v 30-e gody, chap. 1.

459 Littéralement : « le fait de manger (edat’) les spécialistes (specy) ».

460 Cité par M. Ferro, Les origines de la perestroïka, p. 62.

461 Davies, op. cit., p. 117.

462 Scott, op. cit., 1945, p. 49.

463 Ibid., p. 231.

464 Abréviation de narodnoe pilante : alimentation populaire.

465 O.V. Xlevnjuk, 1937-j : Stalin, NKVD i sovetskoe obščestvo, M., Respublika, 1992. Cf. notre compte rendu, Revue des études slaves, t. LXV, 1993, fasc. 1, p. 213-216.

466 Xlevnjuk, op. cit., p. 13-14 (chemins de fer d’Ukraine, début 1933).

467 Ibid., p. 15 (1932 ou 1933).

468 Ibid., p. 52-53 (cheminots, début 1935) et p. 55.

469 Ibid., p. 54.

470 Ibid., p. 148-149.

471 Ibid., p. 146-147 (un membre du PC(b) et un « candidat »).

472 Ibid., p. 67. La traduction respecte la construction de la phrase originale, dont la syntaxe est incorrecte.

473 Ibid., p. 258-260.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende A : Salaire dû.B : Paiement des heures supplémentaires.C : Demandes de réintégration des travailleurs congédiés, et compensation pour congédiement injustifié.D : Compensations diverses.E : Modification des motifs de congédiement.F : Divers.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47851/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Pourcentage de communistes parmi les ouvriers325
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47851/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre La division du travail dans les familles ouvrières353 (en heures par personne et par jour)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47851/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Budgets-temps des familles ouvrières : communistes et sans-parti355 (en heures par personne et par jour)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47851/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Pourcentage d’adhérents du PC(b) et du Komsomol parmi les étudiants (1928-1933)360
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47851/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search