Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en U.R.S.S.

 | 
Jean-Paul Depretto

Chapitre IV. Naissance d’une classe ouvrière : le Kuzbass

Texte intégral

1Le chapitre précédent porte exclusivement sur des zones industrielles déjà existantes en 1928. Or, nous savons que, pendant le premier plan quinquennal, le territoire soviétique s’est couvert de grands chantiers qui ont permis la mise en valeur de régions jusqu’alors essentiellement agricoles. Les pages qui suivent étudient le développement d’un de ces fronts pionniers : le Kuzbass.

  • 1 Toutes les données sur le Kuzbass sont empruntées à deux ouvrages : H. Chambre, Union soviétique et (...)

2Dans le bassin du Kuzneck1, comme dans toute la Sibérie, l’industrie existant avant 1914 était entièrement fondée sur les matières premières locales, surtout agricoles. En 1897, on se mit à exploiter la houille de la région de Sudžensk pour répondre aux besoins des transports transsibériens ; en 1913, dans le Kuzbass, on extrayait environ 773 000 tonnes de charbon, soit 2,6 % de la production nationale. Les chemins de fer utilisaient ce charbon en quasi-totalité, ce qui ne favorisait pas la création de nouvelles activités. Le faible niveau de développement de la Sibérie a persisté au cours des dix premières années du pouvoir soviétique. En 1925-1928, les investissements de l’État en Sibérie n’ont constitué qu’une très faible fraction des investissements prévus pour l’ensemble du pays ; ils ont été orientés en priorité vers l’agriculture, les transports et l’habitat. Les investissements industriels, effectués pour la plus grande part en Sibérie occidentale, n’ont représenté qu’un dixième environ du total : en fait, dans cette région, l’artisanat l’emportait sur la grande industrie et l’investissement était pratiqué par les artisans eux-mêmes (plutôt que par l’État), avec les moyens du bord, échappant ainsi au recensement et au contrôle des autorités.

3 Le premier plan quinquennal modifie profondément la politique officielle. La structure des investissements change : l’industrie l’emporte désormais sur l’agriculture. Le XVIe Congrès du PC(b) (26 juin- 13 juillet 1930) décide la création du combinat Oural-Kuzneck seconde base sidérurgique de l’Union. Aux deux extrémités de ce combinat qui s’étend sur plus de 2 000 km d’ouest en est, la sidérurgie jouera le rôle d’industrie motrice dans les deux bassins ; le Kuzbass va devenir un pôle de développement pour une grande partie de la Sibérie occidentale, qui subit son impulsion. L’extraction de la houille connaît un vif essor dans le Kuzneck : elle s’accroît de 6,4 fois entre 1927/1928 et 1938, passant ainsi de 7 % à environ 13 % de la production nationale. En 1931-1932, se crée une industrie sidérurgique locale, pratiquement inexistante en 1930 ; en dépit de grandes difficultés, la part du Kuzbass dans la sidérurgie soviétique s’est accrue considérablement jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Mais ses produits souffrent d’une trop grande spécialisation : en effet, l’accent a été mis, avant tout, sur les gros profilés (rails, poutrelles, tôles épaisses).

4En 1935, les autorités ont procédé à un recensement industriel en Sibérie occidentale ; les résultats ont été publiés à Novosibirsk en 1936. Les agglomérations du Kuzneck présentent deux traits majeurs :

  1. Le pourcentage d’activités « relevant de l’Union », c’est-à-dire du pouvoir central, est très élevé (de 70 % à 95 %) ;
  2. Cette industrie centralisée est en général représentée par une seule grosse entreprise. Citons du nord au sud de ce « Pays Noir » (cf. carte n° 2, ci-contre) :
    • Le trust houiller Kuzbassugol’ à Leninsk-Kuzneckij ;
    • La fonderie de zinc de Belovo, qui commence à produire en 1931 ;
    • La vieille usine métallurgique de Gur’evsk, de dimensions modestes, reconstruite dans cette période ;
    • La ville minière de Prokop’evsk pourrait être considérée comme une exception, car la proportion d’activités centralisées y est plus faible que dans le reste du bassin ; en fait, cette apparente anomalie s’explique par la présence d’une industrie alimentaire assez développée, dépendant du kraj de Sibérie occidentale (minoterie) ;
    • C’est à Stalinsk que la production industrielle atteint la valeur la plus élevée (207 millions de roubles) ; sur ces 207 millions, 190 proviennent du Combinat métallurgique du Kuzneck (KMK : Kuzneckij metallurgičeskij kombinat imeni Stalina) qui représentait la plus grande entreprise de la région. La construction de ce géant a commencé au printemps 1929 ; la première tranche a été mise en service en 1932. Avant la Deuxième Guerre, le KMK était le seul producteur de fonte, d’acier et de laminés en Sibérie occidentale, dans la mesure où l’usine de Gur’evsk a été incorporée au combinat. En outre, toute la région était un immense chantier de construction : puits de mine, installations sidérurgiques, voies ferrées, logements, etc.

5Bien que située à l’écart du gisement houiller, la cité de Novosibirsk en dirige en fait l’exploitation et s’affirme en même temps comme capitale régionale de toute la Sibérie occidentale. L’industrie, plus diversifiée que dans le Kuzbass, occupe une place importante, mais le pourcentage d’activités rattachées à l’Union ne dépasse pas 43 % : il s’agit d’entreprises dispersées, de taille moyenne, généralement de constructions mécaniques relevant du commissariat à l’industrie lourde. Le secteur artisanal et coopératif joue un grand rôle.

I. Une urbanisation accélérée

  • 2 A.S. Moskovskij et V.A. Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija Sibiri (1926-1939 gg.), Novosibi (...)

6L’industrialisation du Kuzbass a entraîné une énorme croissance des villes. Il faut s’arrêter un peu sur ce phénomène, car l’étude de l’urbanisation est riche d’enseignements pour l’histoire sociale. Les Soviétiques ont accumulé un énorme retard dans ce domaine, mais la Sibérie fait figure d’exception à la règle grâce aux recherches réalisées par une équipe de Novosibirsk qui a largement puisé dans les archives. Les pages qui suivent doivent beaucoup à ces travaux2.

7Dans la période intercensitaire 1926-1939, les villes soviétiques ont plus que doublé leur population :

Nb d’habitants (en millions) Croissance
Absolue
1926-1939
En %
Taux d’urbanisation
17.12.1926 26,3 17,9 %
17.1.1939 55,9 + 29,6 + 112,3 32,8

D’après F. Lorimer, The population of the Soviet Union : history and prospects, Geneva, League of Nations, 1946, 289 p., p. 147.

  • 3 C.D. Harris, Cities of the Soviet Union, Association of American Geographers, 1972, 2e éd., 484 p., (...)

8C’est la plus forte croissance urbaine qu’aient jamais connue la Russie et l’U.R.S.S. : + 6,5 % par an pendant douze ans et un mois, soit + 87 % en dix ans. Elle constitue un record mondial, qui n’a été dépassé que par les États-Unis dans la décennie 1840-1850, mais les pourcentages américains portent sur des valeurs absolues beaucoup plus faibles3. En Sibérie, les villes se sont développées plus vite encore que dans le reste du pays ; le taux d’urbanisation, très bas en 1926, s’est rapproché de la moyenne nationale en 1939 :

Population urbaine de la Sibérie

Population urbaine de la Sibérie

D’après A.S. Moskovskij et V.A. Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija Sibiri (1926-1939), Novosibirsk, Nauka, 1984, 168 p., p. 29.

  • 4 R.A. Lewis et R.H. Rowland, « Urbanization in Russia and the U.S.S.R. : 1897-1966 », Annals of the (...)

9Le rôle majeur de l’industrialisation dans cette explosion urbaine a été maintes fois souligné ; les travaux de R.A. Lewis et R.H. Rowland le confirment4. Les villes offrent de nombreux emplois et exercent de ce fait une forte attraction ; le croît naturel est faible et le gonflement de la population s’explique avant tout par l’immigration. Ce phénomène, général en U.R.S.S., s’accentue en Sibérie :

  • 5 Ce point nécessite une explication. En France, la notion de ville répond à un critère statistique s (...)

Composantes de la croissance urbaine 1926-1939 5

Composantes de la croissance urbaine 1926-1939 5

Sources : pour l’U.R.S.S. entière, calculs du statisticien P. I. Popov, publiés en 1939 ; pour la Sibérie, diverses publications et articles. Reproduit d’après Moskovskij et Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija..., p. 57.

10C’est dans ce contexte général que le Kuzbass devient une zone de forte concentration urbaine :

  • 6 Dans les frontières actuelles de l’oblast’ de Kemerovo (Novosibirsk exclue).

Villes du Kuzbass6

Villes du Kuzbass6

D’après Moskovskij et Isupov, op. cit., p. 148.

Tableau n° 1

Tableau n° 1

a) Formée en 1928 par fusion d’Anžerka et de Sudženka.
b) Sčeglovsk jusqu’en 1932.
c) Kol’šugino jusqu’en 1925, puis Lenino.
d) Gur’evskij zavod.
e) Prokop’evskij rudnik.
f) Kuzneck (1617-1932) et Novokuzneck (1929-1932) fusionnent en 1932 pour former Stalinsk (1932-1961), rebaptisée Novokuzneck lors de la déstalinisation.
g) Gusevka (1894-1903) ; Novonikolaevsk (1903-1925).
N.B. Nous avons indiqué entre parenthèses, après le nom de la ville, l’année où les autorités lui ont accordé le statut d’agglomération urbaine. En 1929, par exemple, Anžero-Sudžensk, Prokop’evsk, Stalinsk qui dépassent 10 000 habitants ne sont pas encore considérées comme des villes.

Sources : pour 1926 et 1939, Soviet geography, mai 1970, n° spécial dû à C.D. Harris, Population of cities of the Soviet Union (1897, 1926, 1939, 1959, 1967) ; pour 1929 et 1933, Moskovskij et Isupov, op. cit., Annexe, p. 145-146, tableau établi à partir de diverses publications et de données d’archives.

  • 7 Tous les chiffres ont été arrondis : leur exactitude absolue est en effet douteuse. En principe, il (...)

11En 1926, le taux d’urbanisation dépassait de peu la moyenne sibérienne ; les campagnes dominaient de manière écrasante. Douze ans après, plus d’une personne sur deux réside en ville : le Kuzbass constitue à cet égard une exception en Sibérie. L’urbanisation a surtout progressé entre 1929 et 1933, pour se ralentir ensuite. Le tableau n° 1 (supra) regroupe les données disponibles7 sur les principaux centres industriels de la région ; nous y avons joint Novosibirsk, située à l’écart du gisement houiller, mais qui de fait en dirige l’exploitation. Les taux de croissance varient fortement d’un centre à l’autre, mais, dans la majorité des cas, la population a au moins triplé. Même les vieilles agglomérations ont grandi très vite : la capitale régionale Novosibirsk, seule grande ville en 1926, conserve sa prééminence, bien que Kemerovo, Prokop’evsk et Stalinsk dépassent désormais 100 000 habitants ; le bassin compte quatre villes « nouvelles », c’est-à-dire qui n’existaient pas lors du recensement de 1926. Ici, le terme galvaudé de « cités-champignons » (ou de boom cities, expression employée par F. Lorimer) ne semble pas exagéré.

  • 8 Les résultats ont été publiés à Novosibirsk en 1931.
  • 9 Outre le livre paru en 1984, cf. deux articles : A.S. Moskovskij, « Rost gorodskogo naselenija Sibi (...)

12Dans un livre déjà cité, deux historiens sibériens, A.S. Moskovskij et V.A. Isupov, ont étudié la formation de la population urbaine dans le Kuzbass. Ils ont utilisé pour cela un recensement réalisé en janvier 1931, sur instruction du comité exécutif du kraj de Sibérie occidentale ; ce recensement fournit des informations sur la structure sociale, la répartition par sexe et par âge, les migrations8. Nous résumons ci-dessous les résultats ainsi obtenus9. La population urbaine du Kuzbass présente deux traits caractéristiques des fronts pionniers industriels :

  • 10 Population urbaine uniquement.

131) Elle compte un pourcentage de jeunes particulièrement élevé10:

  • 11 Qui s’observe aussi en Sibérie orientale, en 1926 et en 1939.

142) Elle connaît un déséquilibre entre les sexes11 : en 1931, on a recensé 140 300 hommes et 122 400 femmes (46,6 %). Ce déséquilibre s’accuse dans les villes nouvelles : 43,2 % de femmes à Novokuzneck ; 28,6 % dans la cité ouvrière de Barzas. Il n’existait pas dans la période antérieure :

% de femmes parmi les citadins

1923 1926
Districts (uezdy) de Ščeglovsk
(Kemerovo) et de Kuzneck 50,3
Arrondissement (okrug) de Kuzneck 50,4

15À la fin des années 1930, la prédominance masculine a disparu ; la situation s’est même inversée :

% de femmes en 1939
Anžero-Sudžensk, Novokuzneck 52,6
Kemerovo 52,7
Barzas 50,9
  • 12 Moins nombreuses que les hommes au début des années trente, les femmes trouvaient plus facilement à (...)

16L’excédent d’hommes n’a donc pas duré ; il s’agit d’un phénomène passager, lié à la période initiale de l’urbanisation, dans une région industrielle très spécialisée. Mines et sidérurgie font surtout appel à une main-d’œuvre masculine, même si le travail féminin s’y répand. Dans un second temps, les femmes trouvent davantage à s’embaucher grâce au développement de l’industrie légère et alimentaire, et des services12.

  • 13 D’autres facteurs ont pu jouer, comme l’extension du travail féminin (liée au plein emploi) ou la b (...)

17Le grand nombre d’hommes jeunes et le plein emploi expliquent en partie13 l’augmentation du taux d’activité dans tous les milieux :

Nombre de personnes à charge/travailleur

Diminution entre 1926 et 1931 :
tous groupes sociaux – 23,4 %
dont ouvriers – 32,3 %
employés – 22,6 %
artisans – 16,5 %

18La structure sociale des villes a évolué de la façon suivante :

Composition de la population active (en %)

Groupes sociaux 1926 1931
Ouvriers 53,6 58,2
Employés 21,4 27,4
« Maîtres » (xozjaeva)a avec leurs familles 13,2 3,7
Artisans travaillant seuls 3,5 0,3
Chômeurs 3,6 »
Autres 4,7 10,4

a) Commerçants, rentiers propriétaires de maisons, artisans employant de la main-d’œuvre.

  • 14 Cette analyse s’appuie implicitement sur une comparaison avec des données couvrant des zones plus v (...)

19Ce tableau reflète la prédominance de l’industrie dans la région : dès 1926, et plus encore en 1931, la classe ouvrière y est majoritaire ; le pourcentage relativement faible d’employés correspond probablement à un certain sous-développement des services14. Mais la prudence s’impose : pour aller plus loin, il faudrait connaître la répartition par branches ; de plus, les catégories utilisées sont trop larges : la notion d’« employés » inclut à la fois personnel de bureau, ingénieurs et techniciens, enseignants, médecins, etc. En revanche, ces chiffres mettent bien en évidence deux changements brusques, liés au Grand Tournant :

  • la liquidation du chômage,
  • l’élimination presque complète d’un secteur privé déjà réduit : commerçants et artisans dont la plupart, en 1926, n’employaient aucun salarié15.

20Les travailleurs du Kuzbass résident dans les villes du bassin depuis peu de temps : seulement 8 % d’entre eux étaient déjà présents lors du précédent recensement (décembre 1926) ; plus des deux tiers sont arrivés dans les années 1928-1930 ; pour les ouvriers, le pourcentage atteint presque 75 % :

Durée de présence (en %) de la population active dans les villes du Kuzbass (1931)

Durée de présence (en %) de la population active dans les villes du Kuzbass (1931)
  • 16 Moskovskij et Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija..., p. 151 (oblast’ de Novosibirsk et kraj (...)

21Les migrants de fraîche date représentent donc l’essentiel des actifs : cette simple constatation montre déjà l’ampleur de l’immigration qu’a connue le Kuzbass pendant le premier plan. Encore notre tableau la minimise-t-il : par définition, il ne retient que les immigrants qui sont restés et ignore l’émigration. Or, nous savons qu’en 1929-1932 les villes de Sibérie occidentale ne « fixaient » que 51,5 % des nouveaux venus16.

22Les recenseurs ont demandé à tous les immigrants récemment installés (1928-1930) d’indiquer :

  1. Dans quelle région de l’U.R.S.S. se trouvait leur domicile permanent antérieur ;
  2. S’ils habitaient en ville ou à la campagne.

23Sur ce dernier point, les réponses n’ont rien d’inattendu : les trois quarts des migrants sont issus de zones rurales. Quant à la première question, en revanche, les résultats réservent une surprise de taille :

Origine des personnes vivant dans les villes du Kuzbass depuis 0-3 ans

Origine des personnes vivant dans les villes du Kuzbass depuis 0-3 ans
  • 1
  • 18 Note explicative du commissariat au Travail de l’U.R.S.S., tirée des Archives centrales de la révol (...)

24Plus de huit personnes sur dix sont d’origine sibérienne ; les régions européennes de l’U.R.S.S. (Oural compris) tiennent une place très réduite (6 %) et envoient beaucoup de citadins ; Kazakhstan et Extrême-Orient jouent un rôle négligeable. La conclusion s’impose : ce sont des paysans17 sibériens qui ont peuplé le Kuzbass, plus que des colons venus d’au-delà de l’Oural. Un rapport officiel portant sur la « balance-travail » de 1932 souligne le fait : « Ces derniers temps, la Sibérie occidentale satisfait ses besoins en main-d’œuvre en comptant sur ses propres ressources18. » La portée de cette constatation dépasse la Sibérie occidentale en 1931-1932 : la même situation prévaut dans toute la Sibérie entre 1926 et 1939, comme le montrent les évaluations de Moskovskij et Isupov :

Solde migratoire de la population urbaine de Sibérie (1926-1939)

  • 19 Chiffres surestimés : ils ont été obtenus en supposant arbitrairement que les migrants venant des r (...)
En milliers En %
Total 2 168,7 100
dont : régions non sibériennes de l’U.R.S.S.19 460,4 21,2
campagnes sibériennes 1 708,3 78,8

25Les villes de Sibérie occidentale ont entièrement absorbé l’excédent naturel des campagnes ; la population rurale est restée à peu près constante :

1926 1939
F. Lorimer 6 721 000 6 354 000 – 5 %
Moskovskij-Isupov 6 455 000 6 346 000 – 1,7 %

26Si les campagnes sibériennes ont pu satisfaire des besoins en main-d’œuvre aussi importants, c’est que le croît naturel y dépassait la moyenne soviétique, en 1940 comme en 1926 : la région connaissait une natalité particulièrement élevée, la mortalité se situant aux alentours du niveau national.

  • 20 Slavgorod et Kamen’-sur-Ob’ n’ont pas été touchées par la croissance urbaine de cette période : leu (...)
  • 21 Moskovskij et Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija..., p. 68-69.
  • 22 Thèse soutenue ibid., p. 69.
  • 23 Kraj (« pays ») de l’Altaj (1937) : 261 600 km2. Oblast’ d’Omsk (1934) : 1 440 500 km2.

27La documentation existante ne permet pas d’étudier de façon concluante les migrations internes à la région. L’Altaj a fourni de la main-d’œuvre à la province (oblast’) de Novosibirsk (dont le Kuzbass fait partie jusqu’en 1943) ; il est probable que, pour une part, ces migrations vers le Nord s’opéraient en deux temps : de petites cités de l’Altaj dépourvues d’industrie, comme Slavgorod ou Kamen’-sur-Ob’20, servaient de relais entre les villages et les centres industriels. Mais, cet exemple mis à part, nous ne savons pas grand-chose : les quelques chiffres accessibles21 indiquent que, le plus souvent, en Sibérie occidentale, les ruraux ne franchissaient pas les frontières de leur province (oblast’). Doit-on en conclure qu’ils se déplaçaient sur de faibles distances et préféraient s’installer dans des villes proches de leur lieu de naissance22 ? Rien n’est moins sûr : les oblasti sibériennes constituent des entités trop vastes pour offrir de bonnes bases d’analyse : en 1937, par exemple, la province de Novosibirsk a une superficie de 588 600 km2, soit davantage que la France23 ! Ces paysans sibériens, récemment arrachés à leur village par la dékoulakisation et la collectivisation, sont le plus souvent des Russes : il n’existe pas de données sur la nationalité des migrants, mais les recensements de 1926 et 1939 ne laissent guère place au doute sur cette question :

Composition nationale de la population urbaine en Sibérie 1926-1939

1926 1939
Biélorusses 0,4 0,4
Peuples parlant des langues turques
(Tatars, Altaïens ou Oïrotes, Yakoutes) 2,4 1,9
Bouriates 0,1 0,4
Autres 7,2 3,3
Total 100 100

Source : Moskovskij et Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija..., p. 116.

  • 24 F. Lorimer constitue à cet égard une exception, cf. The population of the Soviet Union, p. 163-164  (...)
  • 25 Miklasz, op. cit., p. 225-242 : « L’attraction démographique du Kuznetsk ».
  • 26 Cf. à ce sujet les pertinentes remarques de M. Lewin, La grande mutation soviétique, Paris, La Déco (...)

28La place, déjà écrasante, des Russes, et des Slaves en général, s’est encore renforcée ; les peuples sibériens de langue turque ne représentent qu’une infime minorité dont le poids relatif a diminué, bien que ses effectifs absolus aient augmenté. Nous avons déjà noté (cf. supra) combien ces résultats sont inattendus : il est en effet communément admis24 que la croissance urbaine en Sibérie s’explique avant tout par un afflux de population en provenance de Russie d’Europe. De nombreux historiens soviétiques soutiennent cette thèse : ils avancent aussi des estimations du nombre de migrants pour la période 1926-1939, mais le seul fait qu’elles varient du simple au double selon les auteurs (de 2,4 à 5 millions !) suffirait à les rendre suspectes. En 1960, un article de C. Miklasz paru dans les Cahiers de l’I.S.E.A.25développait la même idée à propos des villes du Kuzneck : selon lui, entre 1926 et 1935, la population russe de la région aurait été noyée par le flot des colons. Il n’est pas sans intérêt d’examiner la démarche de l’auteur : C. Miklasz s’est intéressé à l’activité du Comité national pour les transferts de population, qui a d’abord envisagé une colonisation classique (agricole) de la Sibérie. En 1928 se produit un tournant dans la politique des autorités : le Conseil des ministres promulgue deux décrets (18 janvier, 15 décembre) organisant la colonisation industrielle : ils prévoient des migrations planifiées en fonction du développement de l’industrie et des transports. Mais, parvenu à ce point de son exposé, C. Miklasz ne s’est même pas demandé si le gouvernement avait obtenu les résultats souhaités : il est parti du postulat (implicite) que dans le système soviétique, les déplacements de la population obéissent strictement aux injonctions de l’État. Commettant une erreur fréquente chez les spécialistes de l’U.R.S.S., il a raisonné comme si l’administration réussissait à plier la société à tous ses désirs. La volonté de tout réglementer existait bel et bien, d’où l’inflation de résolutions, instructions, circulaires, etc., mais la confrontation des intentions proclamées et de la situation réelle montre que, dans ce maquis de textes, bon nombre de dispositions restaient lettre morte26.

  • 27 Livre cité, p. 61-64.

29La presse soviétique des années trente a consacré d’innombrables articles aux jeunes communistes qui, à l’appel du PC(b), partaient pour les chantiers de l’Est : des ouvriers qualifiés, des techniciens et des ingénieurs de l’Oural, d’Ukraine, de Leningrad, de Moscou, etc., ont initié les paysans sibériens aux métiers de l’industrie ; ils ont sans aucun doute apporté une aide décisive. Mais, du point de vue démographique, les travailleurs venus de Russie d’Europe n’ont joué qu’un rôle limité dans le développement des villes sibériennes ; l’échec de la colonisation industrielle semble patent. Comment expliquer que les mouvements de population n’aient pas suivi les directions attendues ? Moskovskij et Isupov27 avancent trois hypothèses :

  1. L’industrie des régions européennes de l’U.R.S.S., manquant de personnel, absorbait l’essentiel de la main-d’œuvre disponible à la campagne. Pourquoi aller « à la recherche du bonheur » dans la lointaine Sibérie, alors qu’il est possible de trouver du travail près de chez soi ?
  2. La Sibérie présentait d’autant moins d’attrait que le niveau de vie y était inférieur à la moyenne soviétique. Cette constatation s’impose, quel que soit l’indicateur retenu :
    • En 1936, comme en 1927-1928, les salaires nominaux des ouvriers et employés étaient plus bas qu’à l’Ouest de l’Oural, alors que les prix des principales denrées (nourriture, habillement, combustible) étaient plus élevés ;
    • En 1931, selon des enquêtes sur les budgets familiaux menées par le Gosplan, les ouvriers du Kuzbass mangeaient moins que ceux du Donbass : farine et pain – 17 % ; légumes – 80 % ; poisson – 75 % ; beurre – 57 % ; œufs – 65 % ; sucre – 43 % ;
    • Enfin, la crise du logement (entassement et inconfort) prenait ici une gravité particulière.
  3. Les déplacements sur de longues distances grevaient le budget de l’État : le tableau ci-dessous indique les dépenses occasionnées par le transport d’un ouvrier vers les chantiers de Sibérie occidentale :

Région de départ

Terres Noires centrales 134,1 roubles
Volga moyenne 133
Campagnes de Sibérie occidentale 19,3

30Ces chiffres ne portent que sur les migrations organisées, seules prises en charge par les autorités ; or, jusqu’en 1932 au moins, la plupart des migrations n’avaient aucun caractère planifié : spontanées (en russe stixija, samotëk), elles échappaient à tout contrôle. Mais les contraintes financières ne disparaissaient pas pour autant : le coût des voyages a dû freiner aussi les départs individuels vers la Sibérie.

  • 28 Anna Larina Boukharina, Boukharine ma passion, Gallimard, 1990 ; Gourguen Mahari, Les barbelés en f (...)

31Le livre de Moskovskij et Isupov apporte incontestablement beaucoup de données nouvelles, mais comporte une sérieuse limite : en raison de la censure, les auteurs raisonnent comme si la mise en valeur du Kuzbass avait été assurée uniquement par des travailleurs libres ; ce n’est, hélas, pas le cas. Il existait dans le Kuzbass tout un réseau de camps autour de Mariinsk (cf. carte n° 2) ; sur ce sujet, nous disposons des témoignages de deux anciens déportés, A. Larina, veuve de Boukharine, et G. Mahari, écrivain arménien28. Leurs récits portent sur la fin des années trente. Évoquant l’année 1938, A. Larina, qui fut prisonnière à l’« isolateur » de Mariinsk, écrit ceci :

  • 29 Larina Boukharina, op. cit., p. 148.

Autour de Mariinsk, une petite ville située non loin de Kemerovo, était alors concentrée une grande quantité de camps : Tchistiounka, Orlovo-Rozovo, lourga, laia, Antibès, Novo-Ivanovski, etc.. Par la suite, il me fut donné de connaître mon bonheur dans plusieurs d’entre eux. Ils étaient regroupés sous l’appellation de Système des camps de Mariinsk. Ce système avait un centre, une « capitale », dénommée « Centre de tri de Mariinsk » d’où les détenus étaient répartis dans tel ou tel camp, en fonction des besoins en main-d’œuvre29.

  • 30 La résolution du 30 janvier 1930 « Sur les mesures pour l’élimination des exploitations de koulaks (...)
  • 31 Dokumenty svidetel’stvujut 1927-1932, dir. V.P. Danilov et N.A. Ivnickij, M., Politizdat, 1989, p.  (...)

32Nous ne savons pas quand ce système a été créé, ni combien de personnes il renfermait. Outre les zeks, il faut mentionner les « colons spéciaux » (specpereselency en russe) : ce terme désignait les paysans expulsés de leur maison lors de la dékoulakisation30 et envoyés dans des zones éloignées du pays où ils vivaient à l’écart des autres, dans des colonies spéciales (specposëlki). Selon des données rendues publiques en 1989, les colons spéciaux étaient au nombre de 1 400 000 (environ) en janvier 1932 et se répartissaient de la façon suivante31 :

  • 32 N. Ja. Guščin et V.A. Il’inyx, Klassovaja bor’ba v sibirskoj derevne, Novosibirsk, 1987, 332 p., p. (...)
  • 33 Ibid., N.A. Ivnickij, auteur de cette estimation, ne précise pas si elle inclut les familles.

33C’est ainsi qu’en 1930-1931 environ 200 000 personnes sont venues peupler le kraj de Narym (Sibérie occidentale, au Nord de Tomsk), multipliant presque par trois le nombre de ses habitants : là, les moujiks exilés ont reçu de la terre à défricher en pleine taïga, sur le cours moyen de l’Ob’, à hauteur des rivières Vasjugan, Parabel’ et Ket’. Tout était à faire : avant de pouvoir se consacrer à des activités agricoles (et artisanales), il fallait d’abord abattre des arbres, tracer des chemins, construire des isbas32. Plus au Sud, les entreprises du Kuzbass (mines de charbon d’Anžerka, KMK, etc.) employaient 25 000 « colons spéciaux » au milieu des années trente33.

34Il est donc attesté que, pour une part, le développement du Kuzbass reposait sur une main-d’œuvre de parias. Malheureusement, nous ignorons comment les statistiques officielles traitaient ces travailleurs : étaient-ils mélangés aux salariés libres ? Où étaient-ils classés lors des recensements de la population ? Les camps étaient-ils considérés comme des agglomérations urbaines ? Sur tous ces points, rien ne permet de trancher. Les « colons spéciaux » venaient, pour les uns de Sibérie, pour les autres de Russie d’Europe, mais nous ne savons pas dans quelles proportions respectives.

35Du fait de ces inconnues, notre connaissance de l’histoire démographique du Kuzbass (et de toute l’U.R.S.S.) reste sujette à beaucoup d’incertitudes.

36À cette réserve près, les données exposées ci-dessus permettent d’affirmer que les villes du Kuzbass ont dû leur croissance accélérée à l’afflux massif de paysans sibériens, russes pour la plupart ; les colons venus des régions européennes de l’U.R.S.S. n’ont joué qu’un rôle secondaire. Les ouvriers constituant 58 % de la population active en 1931, il en résulte que la paysannerie a dû tenir une place primordiale dans la formation de la classe ouvrière, que nous allons maintenant examiner, en commençant par la présentation de quelques données chiffrées.

II. Évolution des effectifs ouvriers

  • 34 Nous reprenons ici l’analyse critique de A.S. Moskovskij, Formirovanie i razvitie rabočego klassa S (...)

37L’historien qui veut analyser l’évolution des effectifs ouvriers en Sibérie rencontre une série d’obstacles34 :

  1. Dans certains cas, les statistiques englobent toute l’industrie ; dans d’autres, elles se limitent à la grande industrie.
  2. La répartition entre branches d’activité n’est pas toujours indiquée : parfois, les entreprises sont classées en fonction de critères plus administratifs qu’économiques (industrie relevant de l’Union, du kraj ou de l’oblast’, rattachée aux autorités locales). Enfin, dans les années trente, les informations concernant les usines d’armement ou la production d’or relèvent du secret d’État.
  3. Le découpage administratif de la Sibérie a été remodelé à plusieurs reprises (en 1930, 1934, 1937 et 1943)35 : à chaque fois, on a modifié les frontières des unités administratives (kraj, oblast’). C’est pourquoi les données fournies par les recueils statistiques ne sont pas comparables dans le temps ; les démographes qui souhaitent reconstituer l’histoire de la population sibérienne se heurtent aux mêmes difficultés.
  • 36 Cf. son article paru dans le recueil collectif Formirovanie i razvitie sovetskogo rabočego klassa ( (...)

38A.V. Volčenko, chercheur soviétique, s’est attaché à décrire la croissance du personnel employé dans l’industrie du Kuzbass, de 1926 à 193736 : en fait, cet intéressant travail se limite à l’industrie lourde et ignore, par exemple, l’industrie alimentaire, sans parler du bâtiment. Nous résumons ci-dessous ses principaux résultats.

Chiffres absolus %
Charbonnages 9 216 84,8
Chimie (coke) 1 199 11
Sidérurgie (usine de Gur’evsk) 452 4,2
10 867 100

39Les mineurs bénéficiaient donc d’une prédominance écrasante. Entre 1928/29 et 1937, les effectifs annuels moyens ont augmenté comme suit :

Mineurs Sidérurgistes
1928/1929 11 639 636 usine de Gur’evsk
1929/1930 13 228 ?
1930 12 888 ?
1931 15 290 ?
1932 22 547 4 687 à partir de 1932
1933 25 319 13 110 usine de Gur’evsk
1934 29 181 14 491 + combinat de Kuzneck
1935 33 578 18 072 (abréviation russe KMK)
1936 33 203 18 797
1937 35 687 16218

40En 1937, l’équilibre entre branches s’est sensiblement modifié :

Croissance en chiffres Part dans le total (en %)
absolus 1926-1937 1937
Charbonnages x 3,9 65,6
Chimie (coke) x 2,1 4,6
Sidérurgie x 35,9 29,8
100

41À cette date, la grande industrie du Kuzbass compte environ 100 000 ouvriers ; ces trois secteurs réunis en emploient 54 000, soit plus de la moitié. Nos données statistiques laissent, hélas, dans l’ombre les autres activités du Kuzbass ; pour l’industrie alimentaire, par exemple, ou la construction, les seuls chiffres disponibles englobent toute la Sibérie :

Industrie alimentaire (ouvriers, en milliers) 1927/1928 1932 1937
17,1 39,2 53,8
Construction (ouvriers + employés, en milliers) 1928 1932 1.4.1936
18,3 ≅ 250 150,6

D’après Moskovskij, Formirovanie i razvitie rabočego klassa..., op. cit., p. 78 et 81-82.

  • 37 A.V. Volčenko, in Novokuzneck v prošlom i nastojaščem, Novokuzneck, 1971, p. 112, d’après Archives (...)

42En dépit de nos efforts, nous n’avons pu reconstituer l’évolution des effectifs sur le chantier du KMK entre 1929 et 1940 ; notre information se limite aux années 1929-193137 :

Nombre d’ouvriers (moyenne annuelle)

1929 1 556
1930 6 862
1931 ≅ 21 000

43On notera au passage qu’en 1931 ce grand chantier utilise plus de main-d’œuvre que toutes les mines du Kuzbass réunies.

44Au total, l’étude statistique fait apparaître une région dominée par trois corporations : les mineurs, dont la présence remonte à l’Ancien Régime, les métallurgistes et les ouvriers du bâtiment. Nous commencerons par étudier les mineurs.

III. Les mineurs

  • 38 En fait, en Sibérie, le recensement de 1929 s’était limité aux mineurs ; cela ne doit pas étonner, (...)

45Sur les mineurs, l’historien est assez mal loti ; en 1929, ils avaient été intégrés dans le recensement syndical38, mais en 1932-1933 ils ont été exclus, sans que l’on sache pourquoi.

46Dans les années vingt, le nombre de mineurs a augmenté plus lentement dans le Kuzbass que dans le Donbass : les autorités donnaient alors la priorité au relèvement économique des régions occidentales. Le personnel se renouvelait peu : en 1929, l’ancienneté moyenne dans la production atteint presque dix ans (contre neuf dans le Donbass) ; 40 % des ouvriers sont entrés à la mine avant la Révolution (un tiers dans le Donbass). L’ancienneté moyenne dans l’entreprise diffère peu d’une région à l’autre : cinq ans environ ; 31 % des mineurs travaillent au même endroit depuis six ans ou plus. Comme on pouvait s’y attendre, la main-d’œuvre provient en majorité de la paysannerie, mais le phénomène est un peu moins accentué que dans le Donbass ; corollaire logique, les enfants d’ouvriers et d’artisans tiennent une place un peu plus grande (tableau n° 2 infra). Grâce aux données « primaires » du recensement de 1929, tirées des archives par A.S. Moskovskij, nous connaissons l’activité exercée avant l’embauche à la mine :

Dernier emploi avant l’entrée dans la production (en %)

Dernier emploi avant l’entrée dans la production (en %)

D’après Moskovskij, Formirovanie i razvitie rabočego klassa..., op. cit., p. 72.

47Si l’agriculture l’emporte, il s’agit surtout de salariés (batraki) ; moins d’un travailleur sur cinq cultivait une terre qui lui appartenait. Tous secteurs confondus, les salariés constituent 56 % du total. Cette situation rend compte en partie d’un apparent paradoxe : les mineurs du Kuzbass, malgré leurs origines paysannes, n’ont pratiquement aucun lien avec l’agriculture : seulement 2,5 % d’entre eux possèdent une exploitation (26 % dans le Donbass). A.S. Moskovskij suggère une explication complémentaire : selon lui, le Kuzbass aurait accueilli des réfugiés de la Volga, victimes de la famine de 1921. En 1929, les mineurs représentaient la plus importante communauté ouvrière du Kuzbass : déjà ancienne, assez stable, elle fait un peu figure d’« isolat », se détachant nettement du milieu rural environnant. Cette impression est confirmée par les statistiques concernant l’appartenance politique : le pourcentage de membres du PC(b) s’élève à 16 %, pour une moyenne nationale de 12 % (9 % dans le Donbass).

  • 39 R. Trempé, Les trois batailles du charbon 1936-1947, Paris, 1989, p. 101- 102 et p. 123-124.

48Sur les années qui suivent, il faut, hélas, se contenter de maigres données. Les effectifs ont crû très vite, nous l’avons vu ; en 1932, les nouveaux venus prédominent : les deux tiers du personnel comptent entre 0 et 3 ans d’ancienneté dans la production (40 % entre 0 et 1 an !). Parmi ces nouvelles recrues, les femmes sont nombreuses : les chiffres disponibles ne permettent pas d’aller au-delà de cette simple constatation. Le poids de la paysannerie dans le recrutement a encore augmenté : en 1932, les deux tiers (presque) des ouvriers ont un père paysan ; la part de la classe ouvrière a reculé d’autant. Quant aux enfants d’artisans, il est difficile de conclure, car en 1932 les statistiques mélangent artisans, commerçants et employés (cf. tableau n° 2). La main-d’œuvre se renouvelle d’autant plus vite que le turn-over est très élevé : en 1932, pour sept mineurs sur dix, l’ancienneté dans l’entreprise ne dépasse pas un an ! En 1931, dans le bassin de Prokop’evsk-Kiselevsk (surnommé « la perle du Kuzbass » : 41 % de la production en 1934), le personnel change quatre fois dans l’année : les travailleurs « s’enfuient », après avoir reçu les vêtements spéciaux fournis par la direction ! La similitude avec les mineurs du Donbass est frappante : même origine sociale, mêmes comportements. Ici comme là, si la mobilité est forte, c’est que les conditions de vie sont très rudes. On retrouve une situation classique dans les bassins houillers : « rotation rapide des ouvriers en activité », « déperdition considérable des effectifs recrutés » ; il faut embaucher beaucoup d’hommes pour en garder peu39. Afin de fixer leur main-d’œuvre, les entreprises devaient d’abord la loger.

Tableau n° 2 Mineurs du Kuzbass

Tableau n° 2 Mineurs du Kuzbass

a) Oural et Sibérie
– Pour 1926, 1932 et 1934, Volčenko, art. cit., in Formirovame i razvitie...

Sources : – Recensement syndical de 1929 : les chiffres cités portent en principe sur toute la Sibérie, mais à l’évidence il s’agit essentiellement du Kuzbass : à cette époque, les mines de Cernogorsk et de Ceremxovo n’ont qu’une importance secondaire.

  • 40 Zaleski, art. cit., Cahiers de l’I.S.E.A., p. 127 et 156-157.

49Le trust du charbon (Kuzbassugol’) a donc beaucoup construit et le « fonds d’habitation » appartenant aux houillères s’est rapidement accru40 :

50Les dépenses consacrées au logement ont évolué de la façon suivante :

Investissements dans l’industrie charbonnière du Kuzbass (1925-1940)

Total des investissements (1925= 1) Part du logement et des services (en %)
1925 1 30,4
1926 3 40,6
1927 5,3 30,6
1928 4,7 35,5
1929 5,1 22,2
1930 18,6 22
1931 47 37,3
1932 66,4 30,1
1933 65 24,9
1934 61,3 27,7
1935 50,2 24,2
1936 26,7 19,4
1937 28,5 11,6
1938 31,3 13,3
1939 45,8 16,1
1940 50 21,4

a) Établissements de bains, cantines, etc.

Calculé d’après A.V. Volčenko, « Le développement industriel du Kuzbass en 1926-1940 », Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1965), fasc. II, Kemerovo, 1966, p. 62 (citant les Archives du Parti de l’oblast’ de Novosibirsk, fonds 4).

  • 41 Ibid., p. 127, et tableau n° 15, p. 136-137 (à partir d’autres sources).

51Bien que l’auteur ne le précise pas, il s’agit visiblement de prix courants, ce qui empêche toute appréciation de la croissance réelle, vu l’ampleur de l’inflation à cette époque. L’examen du tableau fait apparaître de sensibles fluctuations d’une année sur l’autre, dont nous ignorons les causes ; il montre aussi que le logement a reçu une part considérable des investissements globaux, qui baisse cependant régulièrement41 :

Moyenne 1925-1940 25,1 %
1925-1927 33,8 %
1928-1932 31,3 %
1933-1937 23,2 %
1938-1940 17,5 %
  • 42 Ibid., p. 157 : à la veille de la guerre, la progression annuelle ne dépassait pas 40 000 à 60 000  (...)
  • 43 V.I. Isaev, Byt rabočix Sibiri 1926-1937 gg., Novosibirsk, Nauka, 1988, p. 41. Remarque d’ordre gén (...)
  • 44 Ibid., p. 42. L’histoire officielle de la classe ouvrière sibérienne cite des chiffres qui indiquen (...)

52Pourtant, la situation de l’habitat est restée précaire42. Avec 4,8 m2 disponibles par personne (moyenne nationale 5,9 m2), les villes sibériennes figuraient en 1926 parmi les plus mal loties d’U.R.S.S.43 ; dans les régions houillères, la crise du logement était si aiguë qu’au printemps 1928 la conférence régionale du PC(b) a adopté une résolution spéciale à ce sujet. Une famille ouvrière (quatre personnes, en moyenne) devait souvent se contenter d’une pièce pauvrement meublée : dans le bassin de Čeremxovo (Sibérie orientale), 90 % des mineurs étaient dans ce cas. L’offre ne parvenait pas à suivre l’augmentation de la population urbaine : si en 1923 chaque habitant disposait de 5,4 m2, en 1928 ce chiffre était tombé à 4,6 m244.

  • 45 Ibid., p. 296.

53Pendant le premier plan, selon les historiens soviétiques, « le logement ouvrier en Sibérie n’a pas connu d’amélioration substantielle, et s’est même détérioré à certains endroits45 ». Il est impossible de reconstituer des séries chiffrées continues et cohérentes à ce sujet, mais, au vu des données disponibles, il faudrait plutôt parler de dégradation générale :

Surface habitable par personne (en m2)

Surface habitable par personne (en m2)

a) Début 1932.
b) Régions européennes de l’U.R.S.S. : 4,4 m2.
c) Au 1.10.1930 (Donbass : 3,8 m2).
d) Au 1.1.1931.

Sources : Isaev, Byt rabočix Sibiri..., p. 44-46 (d’après archives) ; Rabočij klass Sibiri..., p. 297 ; A.S. Moskovskij, Formirovanie i razvitie rabočego klassa..., p. 168-169 ; Moskovskij et Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija Sibiri..., p. 63 ; Zaleski, art. cit., p. 125-127.

  • 46 Ibid., p. 302 : le pourcentage cité vaut pour le deuxième plan, les auteurs ne précisent pas pour q (...)

54La baisse est continue en Sibérie occidentale, et le deuxième plan ne paraît pas l’avoir stoppée ; l’aggravation de la crise du logement est générale en U.R.S.S., mais la Sibérie reste défavorisée par rapport à la Russie d’Europe, en 1936 comme en 1926. Les régions industrielles, comme le Kuzbass, sont les plus touchées par l’entassement : à Prokop’evsk et à Novokuzneck, le phénomène prend des allures de catastrophe ; il est atténué là ou l’industrie connaît un développement plus lent (de 3,4 à 3,9 m2 pour Omsk, Barnaul, Irkutsk en 1931-1932). Les travailleurs de Kuzbassugol’ disposaient, par personne, de 2,9 m2 en 1930, de 4,3 m2 en 1934, mais ces chiffres excluent une partie des mineurs, car le trust ne logeait que 58 % de sa main-d’œuvre46.

  • 47 Isaev, op. cit., p. 46 : il semble que ce chiffre porte sur l’ensemble des mineurs. En 1934, un qua (...)
  • 48 Du mot russe zemlja, qui signifie « la terre ».
  • 49 Cité par I. Ehrenbourg, Le deuxième jour de la Création, Gallimard, 1933, p. 52.
  • 50 Ibid., p. 52 et 54, à propos de Novosibirsk ; cf. aussi p. 187 pour Sverdlovsk (Oural). Le terme es (...)

55Ces moyennes, étonnamment basses, signifient que la population urbaine, déjà à l’étroit dans les années 1920, a dû se serrer encore plus. De surcroît, la qualité des locaux à usage d’habitation a baissé à un point qui dépasse l’imagination. Pendant le premier plan, on a édifié peu d’immeubles en dur : confrontées à l’afflux des migrants, les autorités cherchaient à bâtir vite et à bon marché, en utilisant les ressources locales ; les briques, le ciment manquaient. C’est ainsi que sont apparues les constructions dites « de type allégé », baraques en planches ou cabanes en torchis, totalement inadaptées aux rudes hivers sibériens. Il s’agissait en principe d’une solution provisoire, mais le recours à cet expédient s’est prolongé pendant le second plan ; en 1937, chez les mineurs du Kuzbass, ces logements au rabais constituaient encore 48 % de la surface habitable47. Ceux qui n’avaient pu trouver de place dans les baraques bondées en étaient réduits à creuser des zemljanki48 (abris souterrains), comme cela se pratiquait dans le Donbass avant 1914 : il en existait 2 000 à Prokop’evsk en 1936 ; la surface de ces tanières ne dépassait pas 2 m2. « En Amérique, ce sont les gratte-ciel, chez nous ce sont les gratte-terre », ironisait un journaliste soviétique49. Cabanes et abris ont donné naissance, dans le plus grand désordre, à des quartiers surnommés naxalovki (les « Tribus du Toupet »)50.

  • 51 Op. cit., p. 47.

56Selon l’historien V.I. Isaev51, des progrès sont intervenus, dans les années 1933-1937, au profit des udamiki (ouvriers « de choc ») et des stakhanovistes. Mais, faute d’indications plus précises, il est impossible de mesurer l’ampleur du phénomène.

57Ce triste tableau est difficile à concilier avec les statistiques citées plus haut, qui font état d’importants investissements en faveur du logement. Comment expliquer cette contradiction ? À notre avis, elle tient à deux facteurs :

  1. Les besoins augmentaient plus vite que les dépenses ;
  2. Les sommes figurant dans la comptabilité des entreprises sous la rubrique « logement » étaient en partie détournées de leur destination, au détriment du personnel ouvrier ; l’argent ainsi soustrait servait à financer la production ou... à améliorer le bien-être des cadres. Cette hypothèse, que nous émettons avec toute la prudence nécessaire, nous a été suggérée par le passionnant témoignage d’un Américain, John Scott, qui a travaillé à Magnitogorsk de septembre 1932 au début de 193852 ; elle exige quelques éclaircissements.

58En théorie, les investissements étaient rigoureusement planifiés par les autorités centrales ; en pratique, les directeurs d’usine jouissaient d’une assez large autonomie, surtout dans les régions situées loin de Moscou. Ils pouvaient, notamment, utiliser les ressources disponibles à des fins autres que leur affectation d’origine ; ces transferts s’opéraient dans un seul sens : les dépenses sociales étaient chaque fois les premières sacrifiées, au profit des investissements « productifs », toujours plus coûteux que prévu. Nous savons, par exemple, qu’en février 1936, A.P. Zavenjagin, « patron » de Magnitogorsk, a couvert un déficit de quatre millions de roubles en puisant dans l’argent réservé à la construction de la cité ouvrière ; il s’est probablement arrangé pour que cela n’apparaisse pas dans les comptes...

59Les privilèges croissants que s’octroyaient les cadres pesaient lourdement sur le budget des entreprises. Sur ce point, laissons la parole à J. Scott :

  • 53 Il s’agit de deux ingénieurs condamnés pour « sabotage », puis libérés et réintégrés.
  • 54 Scott, op. cit., p. 224- 225 : le passage cité se rapporte à l’année 1938. Sur les abus des cadres, (...)

[...] Zavenjagin avait fait édifier une douzaine de grandes maisons pour lui-même et ses assistants les plus importants... Les villas se trouvaient sur une colline. Elles possédaient chacune un grand jardin. Dans certains cas, des camions avaient amené la terre, prise fort loin. Comparée aux habitations soviétiques, la maison de Zavenjagin était un palais. Les trois étages en brique revêtue de stuc comprenaient quatorze pièces : une salle de billard, une chambre de jeux pour les deux petits-fils du locataire, un salon de musique, un grand studio. Derrière la maison se trouvait un petit parc à biches tandis que, de l’autre côté, s’étendait un jardin magnifique, entouré d’un haut mur que surmontait une barrière. Un milicien gardait toujours l’entrée. L’ingénieur en chef, les chefs de divers départements, le responsable du parti, le responsable du N.K.V.D. et deux des anciens prisonniers spécialistes53 occupaient les autres villas. Moins spacieuses que celle de Zavenjagin, elles étaient néanmoins très confortables et même luxueuses. Toutes étaient meublées des meilleurs modèles de la fabrique de Kharkov. L’ameublement de la maison de Zavenjagin avait coûté 170 000 roubles, alors que le bâtiment lui-même en avait coûté 80 000. [...] En se basant sur un amortissement en vingt ans, le loyer dû par Zavenjagin eût été de 12 000 roubles par année... Or Zavenjagin gagnait un peu plus de 2 000 roubles par mois... Ses voisins étaient à peu près dans la même situation. L’administration de l’usine trouva une solution : elle porta la valeur de ces immeubles dans les comptes du département des logements. Cela revenait à dire que l’amortissement en était partagé entre tous les ouvriers qui occupaient les nombreux immeubles appartenant à la fabrique... Malgré cette répartition, des locataires tels que Zavenjagin auraient dû encore payer un loyer très élevé si l’on avait tenu compte de la surface de leur appartement. On trouva un nouvel arrangement : l’usine paierait leur loyer et porterait la somme au compte des frais généraux54.

  • 55 Chambre, art. cit., Cahiers de l’I.S.E. A, p. 306-307.

60Il est possible, après tout, que le Kuzbass n’ait pas connu ce genre d’abus ; quoi qu’il en soit, les mineurs étaient logés dans des conditions désastreuses, qui expliquent, en partie, le taux élevé de turnover. Rotation accélérée du personnel, afflux massif de travailleurs sans connaissances techniques ont encore ajouté aux graves difficultés que connaissait le bassin du Kuzneck : manque de cadres, de matériel, retards dans l’achèvement des chantiers55.

  • 56 Revue du soviet des nationalités du CIK SSSR et de l’Académie communiste : le n° 1 a paru en mai 19 (...)
  • 57 Abréviation utilisée à cette époque pour désigner les individus appartenant à des « minorités natio (...)
  • 58 Coin consacré à la propagande politique, orné d’un portrait de Lénine, où les ouvriers peuvent lire (...)

61À propos des mineurs, nous devons évoquer un dernier point : la composition nationale de la main-d’œuvre. Les informations détaillées manquent à ce sujet, mais en 1932 le mensuel Revoljucija i nacional’nosti56 signale la présence dans le Kuzbass de « minorités nationales » (c’est-à-dire non russes) ; il s’agit essentiellement de Tatars, de Tchouvaches et de Mordves : ainsi à Leninsk-Kuzneckij, dans le district (rajon) de Prokop’evsk, à Kemerovo, à Anžero-Sudžensk. Visiblement, ce phénomène ne date pas du premier plan : l’article mentionne des nacmen57 ayant 15, 20 et même 30 ans d’ancienneté à la mine. Pour d’évidentes raisons linguistiques, on a créé des brigades de travail regroupant les ouvriers de même nationalité (tatars, par exemple) sous la direction d’un de leurs compatriotes. Le PC(b) avait réussi à s’implanter dans ce milieu, du moins chez les Tatars ; des nacmen ont été promus secrétaires de « collectifs » du parti. Pourtant, l’auteur de l’article déplore des manifestations de « chauvinisme de grande puissance » (velikoderžavnyj šovinizm) ; les non-Russes ne sont même pas correctement recensés. À Kemerovo, le permanent chargé de l’« éducation politique » ignore que la mine possède depuis 1928 un club tchouvache et un « coin rouge58 » tatar. Sur le chantier d’Energostroj, le président du comité syndical s’oppose à une brigade ouvrière qui demandait l’organisation d’un « coin rouge » dans les baraques kazakhes ; il veut que les autorités du district envoient un « instructeur » spécialement chargé des « minorités nationales ». Les rapports entre Russes et Tatars ne vont pas sans frictions :

  • 59 Revoljucija i nacional’nosti, 1932, n° 4, p. 59-60. Le même article note que les jardins d’enfants (...)

Je travaille à la mine pour la 26e année, j’aime la mine. Notre brigade tatare travaille bien [150 roubles de prime] [...]. Il nous arrive parfois de nous heurter aux ouvriers russes, contaminés par le chauvinisme de grande puissance, qui manquent d’égards envers notre brigade nacmen et abîment même parfois les couches de charbon dans notre secteur (Busygin, chef de la brigade de choc « Troisième Internationale », Sudženka, mine n° 5-7)59.

IV. Naissance d’un géant : le Combinat métallurgique de Kuzneck

1. « L’Amérique en Sibérie »

62Le 15 mai 1930, le Comité central du parti bolchevique a adopté une résolution où l’on pouvait lire ceci :

  • 60 KPSS v rezoljucijax..., t. 5 : 1929-1932, M., 1984, p. 112.

Dans la période qui vient, l’industrialisation du pays ne peut s’appuyer uniquement sur la base charbonnière et métallurgique du Sud [i.e. de l’Ukraine, J.-P.D.]. La création à l’Est d’un second centre charbonnier et métallurgique [...] est une nécessité vitale pour l’industrialisation rapide du pays60.

  • 61 Les études sur ce sujet ont commencé dès 1893, cf. F.D. Holzman, The quarterly journal of economics(...)
  • 62 Thèse défendue par R.W. Davies, The Soviet economy in turmoil, 1929- 1930, Londres, MacMillan, 1989 (...)
  • 63 S. Frankfurt, Men and Steel : notes of a director of Soviet industry, M. – L., (Cooperative publish (...)

63Ce texte fut ensuite approuvé par le XVIe Congrès (26 juin- 13 juillet 1930), où Staline prononça un discours allant dans le même sens. Ce faisant, les autorités politiques prenaient définitivement parti en faveur de la construction du combinat Oural-Kuzbass, associant le minerai de fer de Magnitogorsk au charbon du Kuzbass ; elles tranchaient ainsi les controverses qui opposaient depuis 1927 partisans et adversaires de ce projet, déjà évoqué sous l’Ancien Régime61. Les ingénieurs ukrainiens, notamment, avaient émis des critiques virulentes, soulignant les coûts élevés de transport qu’impliquait la navette minerai de fer-charbon sur 1 500 km ; ils craignaient non sans raisons que l’opération ne se fit au détriment de leur région et plaidaient pour le développement du Donbass et de Krivoj Rog. Les arguments d’ordre stratégique ont sans doute joué un rôle dans la décision prise62 : l’Ukraine est exposée aux invasions, alors que l’Oural et la Sibérie sont à l’abri de toute attaque. Dès mai-juin 1930, le chantier de Kuzneck a été considéré comme prioritaire pour l’attribution de fonds, de matériaux, de machines et de personnel qualifié63. Il a joué dès ses débuts un rôle décisif dans le développement de la région au point d’en devenir en quelque sorte le symbole. Pour une bonne part, les problèmes qu’il a rencontrés caractérisent l’ensemble du Kuzbass, d’où la nécessité de commencer par une présentation de cette gigantesque entreprise.

  • 64 Davies, op. cit., p. 498 (tableau 6) et 201-202 : le chiffre retenu correspond à la capacité standa (...)
  • 65 E. Zaleski, in Soviet investment for planned industrialisation, 1929-1937 : policy and practice, éd (...)

64En 1913, la production de fonte en Sibérie occidentale était négligeable ; la région n’avait donc hérité d’aucune tradition industrielle en la matière. Les dirigeants soviétiques ont voulu profiter de cette table rase pour installer d’emblée les techniques les plus modernes ; pour cela, ils ont fait appel à l’aide des États-Unis. C’est un bureau d’études américain, la firme Freyn de Chicago, qui a dessiné les plans de l’usine de Kuzneck ; ses représentants ont travaillé avec les spécialistes russes de Gipromez (Institut d’État pour la conception des usines de métaux). La maison Freyn a envoyé des ingénieurs sur le chantier ; ils ont à la fois participé à la construction et aidé au lancement de la production sidérurgique. Le choix du « modèle américain » impliquait une option résolue en faveur de la très grande entreprise, comme le montrent les objectifs fixés en juin 1930 : la production de fonte devait s’élever à un million de tonnes par an, contre six cent mille pour la plus importante unité construite avant la Révolution64. Dès 1931, la capacité prévue a été révisée à la hausse et fixée à un million deux cent mille tonnes ; en réalité, la production n’a atteint ce niveau qu’en 193565.

  • 66 Article paru en 1930 dans le Bulletin du Gipromez, cité par Davies, The Soviet economy..., p. 203.

65Selon un ingénieur russe66, l’imitation des meilleures réalisations américaines n’a pas commencé pendant le premier plan quinquennal ; les spécialistes l’ont pratiquée en Ukraine dès 1910 et elle a continué dans les vingt années qui ont suivi. Le transfert de ces techniques en Sibérie constituait, en revanche, un phénomène nouveau ; pour les autorités, il prenait valeur de symbole :

  • 67 Cité par I.P. Bardin, Žizn’ inženera, M., 1938, p. 128 (propos tenus en 1929). Même référence aux É (...)

L’Amérique rencontrera la Sibérie. Herzen en rêvait déjà il y a cent ans. Et voilà que cette rencontre, nous l’organisons, nous, les bolcheviks... Naturellement, construire en Sibérie, y créer une Amérique socialiste sera difficile (Kujbyšev)67.

66En somme, il s’agissait de montrer que les bolcheviks étaient capables d’arracher la vieille Russie à son arriération et à son indolence, en y acclimatant l’efficacité et la vitesse américaines.

  • 68 M.K. Kurako (1872-1920) – célèbre ingénieur russe qui a dirigé le département des hauts fourneaux d (...)
  • 69 L’usine d’Enakievo appartenait à la Société Russo-Belge, qui s’appuyait sur la Société Générale de (...)
  • 70 Les citations qui suivent sont extraites du recueil de souvenirs publié par l’institut de métallurg (...)

67Au début de 1929, un ingénieur en chef a été nommé à Kuzneck : le choix des autorités s’est porté sur Ivan Pavlovič Bardin, alors directeur de l’usine métallurgique Dzeržinskij (Ukraine). Il vaut la peine de s’arrêter un instant sur cet étonnant personnage. Bardin est né en 1883, dans un village de la gubernija de Saratov ; ses études à l’institut polytechnique de Kiev une fois achevées, il a émigré aux États-Unis pour y chercher du travail et s’est embauché comme ouvrier dans diverses entreprises, notamment à Gary (Steel Corporation). Revenu dans sa patrie, il est entré à l’usine métallurgique de Juzovka : là, il fit la connaissance de Mixail Konstantinovič Kurako68, spécialiste des hauts fourneaux, alors très connu en Ukraine, et devint son adjoint, avant de le suivre à Enakievo69. Toute sa vie, il a exprimé sa reconnaissance à Kurako et s’est présenté comme l’un de ses « disciples » : dès sa nomination à Kuzneck, il s’est entouré d’une équipe de collaborateurs formés à la même école. Nous possédons de nombreux témoignages sur Bardin, émanant entre autres d’ingénieurs qui ont fait leurs débuts sous sa direction : il faut sans doute s’en méfier un peu, car ils ont tendance à verser dans l’apologie, mais tous soulignent sa passion pour le progrès technique et sa remarquable connaissance des réalisations étrangères en la matière ; il était d’ailleurs surnommé « l’Américain70 » : « Ivan Pavlovič s’intéressait beaucoup à la mécanisation et aimait les machines » ; « Sa table de travail était encombrée de revues scientifiques et techniques publiées à l’étranger » ; « Il avait une mémoire étonnante. Il pouvait dire : “Il y a quinze ans, une revue américaine a publié un article sur la question qui vous intéresse, il vous aidera !” ».

  • 71 C’est l’expression qu’il emploie dans son autobiographie, Žizn inženera, op. cit., p. 121.
  • 72 Ibid., p. 187-188.
  • 73 La ressemblance entre les deux biographies ne laisse aucun doute sur ce point : A. Bek n’a modifié (...)

68Bardin était donc tout désigné pour organiser la rencontre entre l’Amérique et la Sibérie. À quarante-six ans, cet ingénieur non communiste commençait ainsi une « seconde vie71 », au moment où tant de ses pairs, parfois anciens compagnons et amis, étaient accusés de sabotage : le procès de Šaxty date de mai 1928, et les persécutions contre les « spécialistes bourgeois » se sont poursuivies jusqu’en 1931. En 1932, il a été élu membre actif de l’Académie des sciences, où il devait diriger un département de « Sciences techniques » nouvellement créé : en réalité, de son propre aveu, il n’avait pas écrit le moindre ouvrage scientifique72, mais les autorités voulaient le récompenser pour sa participation à la construction du KMK. En 1937, il a quitté Kuzneck pour prendre la direction technique du comité ministériel chargé de gérer toute la métallurgie soviétique ; jusqu’à sa mort, survenue en 1960, à l’âge de soixante-dix-sept ans, il est resté l’un des principaux responsables de ce secteur industriel : c’est à ce titre qu’il figure dans le roman de A. Bek, La nouvelle affectation, sous les traits de l’académicien V.D. Čelyšev73. De son vivant, il n’a cessé d’accumuler les honneurs : prix Staline, prix Lénine, multiples décorations. Cet ingénieur hors pair a joué un rôle si important que les Soviétiques le considéraient comme l’un des pères fondateurs de la sidérurgie nationale : il a beaucoup contribué au développement de la recherche appliquée et formé un grand nombre de jeunes. Ce qui frappe dans cette longue carrière, c’est sa continuité : commencée en Ukraine avant 1914, dans des entreprises appartenant à des sociétés occidentales, elle s’est terminée sous Khrouchtchev ; ni la révolution de 1917, ni les tournants successifs de la politique soviétique ne l’ont interrompue.

  • 74 Frankfurt, Men and Steel..., p. 23. Il est possible que Frankfurt ait eu une formation d’ingénieur (...)
  • 75 D. Granick, Management of the industrial firm in the USSR, New York, Columbia U.P., 1954, chap. III
  • 76 Récits convergents des deux protagonistes : Bardin, op. cit., p. 159-160, et Frankfurt, Men and Ste (...)
  • 77 Novokuzneck v prošlom i nastojaščem, Novokuzneck, 1971, p. 130. Fils de paysan, d’abord ouvrier à T (...)

69À Kuzneck, Bardin occupait le second rang dans la hiérarchie officielle : en tant qu’ingénieur en chef, il était le bras droit du directeur, Sergej Mironovič Frankfurt. Frankfurt a été nommé à ce poste en mai 1930 ; il succédait à F.T. Kolguškin, dont nous ne savons rien. Bolchevik depuis 1904, il avait vécu en France avant la Révolution ; de son propre aveu, il n’avait qu’une « notion très superficielle » de la métallurgie74 : il travaillait auparavant dans l’industrie textile. Le chantier avait donc, en fait, un état-major à deux têtes, un technicien et un « politique » : c’était une pratique générale à cette époque, comme l’a bien montré D. Granick75. Cette dualité du pouvoir n’allait pas sans frictions et, au début, les rapports entre les deux hommes semblent avoir été tendus : dès son arrivée, Frankfurt a licencié plusieurs ingénieurs recrutés par Bardin, provoquant les protestations de ce dernier76. Il n’est resté à Kuzneck que quatre ans : en 1934, le rendant responsable des difficultés du combinat, Ordžonikidze l’a « libéré » de ses fonctions et nommé directeur d’un chantier moins prestigieux (Orsk-Xalilovo, dans l’Oural) ; il a eu pour successeur I.P. Butenko, qui venait du Donbass77.

  • 78 Si Frankfurt a été accusé d’être un espion français (plutôt que japonais ou allemand), c’est sans d (...)
  • 79 Bardin, op. cit., p. 159.
  • 80 Texte reproduit dans Ju. V. Feofanov, O vlasti i prave, M., 1989, p. 376-382.

70La vie de Frankfurt s’est terminée tragiquement : accusé d’être un espion français78, il a été arrêté à Orsk en décembre 1936 et isolé à la prison d’Orenburg. Les bourreaux du NKVD l’ont torturé jusqu’à ce qu’il signe l’acte d’accusation, mais devant le tribunal il est revenu sur ses aveux, déclarant qu’ils lui avaient été arrachés par la force ; condamné à mort, il a été fusillé en octobre 1937. Considéré désormais comme un « ennemi du peuple », il a été rayé de l’histoire : dans ses Mémoires, parus en 1938, Bardin raconte les conflits qu’il a eus avec lui, mais ne mentionne pas son nom : il est seulement question du « nouveau directeur » arrivé en 193079... Sa famille a été entraînée dans sa chute : son fils, alors adolescent, est mort sous les tortures après avoir refusé de désavouer ses parents et de devenir un mouchard du NKVD ; sa femme a été envoyée dans un camp de concentration. C’est elle qui, après sa libération, a entrepris des démarches auprès de la Justice et obtenu la réhabilitation post mortem (en 1956) du père et du fils ; à cette occasion, elle a pu avoir accès au dossier de son mari. En juin 1988, à la faveur de la glasnost, cette vieille dame, devenue aveugle, a raconté ses souvenirs dans une lettre poignante adressée au journal Izvestija, et à laquelle nous avons beaucoup emprunté80.

  • 81 Soit autant que les modèles américains les plus avancés, cf. Davies, op. cit., p. 203.
  • 82 9,1 % de l’acier et 8,6 % des laminés, cf. A.S. Moskovskij, Promyšlennoe osvoenie Sibiri v period s (...)

71Bardin a donné pour titre à ses Mémoires La vie d’un ingénieur ; en écrivant ce livre, il voulait encourager les jeunes Soviétiques à choisir ce métier. Trois ans auparavant, en 1935, Frankfurt avait publié un récit, Hommes et acier, où il racontait son expérience à Kuzneck. Ces deux textes permettent de reconstituer dans ses grandes lignes la naissance de l’entreprise. Sa construction a été fort longue : entamée en 1929, elle a été menée en deux temps. La première tranche a été terminée en trois ans et demi : en 1932, deux hauts fourneaux de 820 m3, deux fours Martin, un blooming géant et un laminoir ont été mis en service ; Kuzneck a commencé à produire de la fonte, de l’acier et des rails. La seconde tranche a duré davantage et a permis d’édifier des installations encore plus puissantes : ainsi, les deux hauts fourneaux allumés en 1934 avaient 1 160 m3 de capacité81. Selon l’historien soviétique A.S. Moskovskij, le combinat a été achevé « pour l’essentiel » en 1937 : il fournissait alors 10 % de la fonte soviétique82. En 1929, Kuzneck n’avait que 12 700 habitants ; en quelques années, elle est devenue un grand centre industriel : dès 1933, sa population atteignait 159 500 habitants ; elle ne s’est plus guère accrue jusqu’en 1939.

  • 83 Nous traduisons le terme russe stroiteli, qui désigne l’ensemble des travailleurs du bâtiment (ouvr (...)
  • 84 Frankfurt, Men and Steel..., p. 183 et 188.
  • 85 Ibid., p. 132.
  • 86 En poste à Magnitogorsk de l’automne 1933 au début de 1937.
  • 87 Scott, op. cit., p. 83.
  • 88 Rien ne prouve que tout le personnel ait été recensé.

72À partir de 1932, sidérurgistes et « constructeurs83 » ont vécu côte à côte à Kuzneck. Cette coexistence n’allait pas sans frictions, l’usine gênant le chantier, et inversement : des montagnes de déblais rendaient difficile l’accès aux hauts fourneaux ; la première section de la centrale électrique fonctionnait au milieu des échafaudages en bois, avec tous les risques d’incendie que cela comportait84. Du point de vue administratif, l’usine et le chantier formaient une seule entité, appelée en russe Kuzneckstroj ou Kuzneckij metallurgičeskij kombinat (KMK) ; l’autorité de Frankfurt s’exerçait sur l’un comme sur l’autre. Au-delà de l’entreprise, elle s’étendait en fait sur toute la « ville nouvelle » née du combinat85, car celui-ci a assuré le financement et la réalisation de toutes les constructions : bâtiments industriels, logements, édifices publics, etc. ; il était en effet seul à disposer de l’argent et du personnel nécessaires. Une telle situation n’avait rien d’exceptionnel : pour des raisons semblables, il en allait de même à Magnitogorsk, où le directeur A.P. Zavenjagin86 « contrôlait les fournitures, toute l’administration, la construction et l’entretien de la cité ouvrière, les services publics, la construction des écoles, le service de santé et celui des transports. Plusieurs de ces fonctions (le commissariat à la santé publique, la cité soviétique, le commissariat à l’éducation, etc.) avaient été usurpées à d’autres organisations87 ». Les soviets locaux ne pesaient pas lourd face à de grandes entreprises bénéficiant d’une position de monopole qui rappelle singulièrement l’emprise du patronat sur les « villes-usines » du XIXe siècle, en France (La Grand-Combe, Decazeville, Le Creusot, Mulhouse, Dombasle, Pont-à-Mousson, Le Cateau, Anzin), en Allemagne (Ruhr, Silésie) ou en Belgique (Le Grand-Hornu, dans le bassin houiller du Borinage). Le recensement syndical de 1932-1933 a eu lieu à peu près au moment où s’achevait la première tranche de travaux : il a dénombré 13 103 ouvriers du bâtiment et 10 349 sidérurgistes88. Les pages qui suivent s’attachent à décrire la formation de ces deux communautés ouvrières, constituées ex nihilo : à vrai dire, nous sommes beaucoup mieux renseigné sur la première que sur la seconde, car nos sources éclairent surtout la période 1929-1933. Kuzneck a d’abord été un immense chantier : nous commencerons donc par les « constructeurs ».

2. Les bâtisseurs

  • 89 D’après M. Ju. Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1965), fasc. II, Kemerovo 1966, (...)

73Le faible niveau de mécanisation a obligé Kuzneckstroj à embaucher en masse : les archives du service du personnel ont conservé des « dizaines de milliers89 » de dossiers individuels, mais ces documents n’ont pas encore été exploités systématiquement ; les seules statistiques disponibles pour l’instant proviennent du recensement syndical de 1932-1933.

74Les tableaux n° 3 et n° 4 rassemblent l’essentiel des résultats connus ; essayons d’en dégager les principaux enseignements.

Tableau n° 3 Kuzneckstroj 1932/1933 : ouvriers du bâtiment

Ea Fb
Personnes recensées (milliers) 13103 2387
% de femmes 18,2
% d’apprentis ?
Âge moyen (années) 27 24
Répartition par groupes d’âge (en %)
: 20 ans 25,6 38,2
20-29 ans 44,8 43
30-39 ans 17 13,5
40-49 ans 9 4,7
50 ans et plus 3,6 0,6
Ancienneté dans la production.
Moyenne (années) 2,3 1,3
Répartition par ancienneté (en %)
0-2 ans 70 92,3
3-5 ans 20,5 4,4
6-10 ans 5,6 2,4
11-15 ans 1,8 0,8
> 15 ans 2,1 0,1
Issus de familles (en %)
d’ouvriers 24,2 21,9
de paysans 74 76,4
d’employés d’artisans, commerçants, etc. 0,9
0,9
1,1
0,6
Ont un lien avec l’agriculture(%) 34,2 34,7

a) Hommes et femmes (apprentis inclus).
b) Femmes.

Tableau n° 4. Kuzneckstroj 1932/1933 : ouvriers du bâtiment Dernier emploi exercé avant l’entrée dans la production (en %)

Ea Fb
Agriculture, dont 82,4 82,5
à son compte 70,3 67,7
comme salarié 12,1 14,8
Artisans et membres d’artels 0,5
Travail salarié non agricole, 9,4 7,7
dont
Personnel de maison 0,3 1,6
Industrie 5,8 3,6
Autres branches 3,3 2,5
Travail domestique 0,7 3,5
Reviennent de l’armée 0,6
Études 5,6 5,2
Chômeurs, retraités, personnes à charge 0,8 1,1

a) Hommes et femmes (apprentis inclus).
b) Femmes.

  • 90 Voici les chiffres exacts pour l’ensemble de l’U.R.S.S. : construction industrielle-communale de lo (...)

75Le premier trait, qui frappe d’emblée, c’est l’extrême jeunesse : 70 % des travailleurs n’ont pas trente ans ; la moitié a moins de vingt-quatre ans. Les « vétérans » (cinquante ans et plus) constituent une infime proportion de la main-d’œuvre (4 %). L’âge moyen ne dépasse pas vingt-sept ans (vingt-neuf ans pour l’ensemble de l’U.R.S.S.)90. Les ouvriers jouissant d’une longue expérience sont rares et les nouvelles recrues prédominent : 90 % des « constructeurs » ont déclaré une ancienneté inférieure à six ans ; 2 % seulement travaillaient déjà avant la Révolution. Les indices d’ancienneté se situent en dessous des moyennes soviétiques correspondantes.

76Le pourcentage de femmes s’est accru au fil des années, mais cette évolution ne doit pas être exagérée : au total, leur part reste inférieure à 20 %. Là aussi, jeunesse et inexpérience dominent, plus encore que chez les hommes : l’âge moyen s’établit à vingt-quatre ans ; huit femmes sur dix n’ont pas trente ans. La très faible ancienneté des ouvrières (un an) atteste que l’entrée des femmes dans la production est toute récente.

77Dans leur grande majorité, ces nouveaux venus proviennent de la paysannerie : nés de parents paysans, ils ont eux-mêmes cultivé la terre avant de venir à Kuzneck, soit sur l’exploitation familiale, soit pour le compte d’autrui (12 % de salariés agricoles) ; une personne sur trois a gardé des liens avec la terre. Les enfants d’ouvriers représentent toutefois une minorité non négligeable : presque un quart du total. Les statistiques ne mettent pas en évidence de différences majeures entre hommes et femmes, quant à l’origine sociale : les femmes aussi, pour plus de moitié, ont travaillé dans l’agriculture.

78Le combinat de Kuzneck a donc été construit par des jeunes venus de la campagne ; l’enquête de 1932-1933 confirme tout à fait les résultats obtenus à partir d’une autre source : le recensement des villes du Kuzbass en 1931 (cf. supra notre analyse de la croissance urbaine).

  • 91 En Sibérie, le travail saisonnier était peu répandu dans le bâtiment : en revanche, il était pratiq (...)

79Les syndicats n’ont pas cherché à connaître l’origine géographique de ces migrants. Selon S.M. Frankfurt, il faudrait distinguer deux périodes. Kuzneckstroj a d’abord fait appel à la main-d’œuvre traditionnelle du bâtiment : les otxodniki (du mot russe otxod : le départ), c’est-à-dire les ouvriers saisonniers (maçons, charpentiers...) de Russie centrale91, qui, chaque année, quittaient leur village pour aller s’embaucher sur les chantiers. Mais, très vite, les besoins en personnel sont devenus tels que leur nombre s’est révélé insuffisant :

  • 92 Slavgorod et Barnaul dans l’Altaj ; Barabinsk dans l’actuelle oblast’ de Novosibirsk, à l’ouest de (...)
  • 93 Frankfurt, Men and Steel..., p. 35-36. Cf. aussi p. 32 : « Il nous faut des dizaines de milliers d’ (...)

Ensuite, des nouveaux se mirent à arriver : des Sibériens, des jeunes pour la plupart. En partant pour le Kuzneckstroj, beaucoup d’entre eux prenaient le train pour la première fois. Les premiers jours, ils étaient stupéfiés par le chantier, ils avaient peur du fracas et du bruit des machines, jetaient des regards timides de côté et se sauvaient à l’arrivée des véhicules. Mais cela ne dura pas longtemps. Des milliers de personnes, originaires de Slavgorod, Barnaul, Barabinsk92 – des gens solides, trapus, débrouillards – s’habituèrent vite au travail93.

  • 94 Novokuzneck v prošlom i nastojaščem, p. 114-115 (A.V. Volčenko, qui se réfère à des fonds d’archive (...)

80Les données fragmentaires fournies par un historien soviétique94 vont dans le sens des affirmations de Frankfurt : jusqu’à plus ample informé, la Sibérie a constitué la principale aire de recrutement de Kuzneckstroj.

  • 95 Povest’ : récit intermédiaire, par sa longueur, entre la nouvelle et le roman.
  • 96 On notera au passage la place prédominante des jeunes filles.

81Sur ces migrants, l’historien a la chance de disposer d’un témoignage intéressant : la povest’95 d’Ilya Ehrenbourg intitulée Den’vtoroj, fruit de son voyage à Kuzneck en 1932. Sous les apparences de la fiction, il s’agit en fait d’un véritable reportage sur la construction du KMK : les personnages mis en scène s’inspirent étroitement de modèles réels. L’Annexe D reproduit, parfois sous une forme résumée, des extraits de cet ouvrage : l’écrivain-journaliste y raconte quatre « histoires de vie », qui tirent leur substance d’entretiens avec des ouvriers96 de Kuzneckstroj ; nous invitons le lecteur à s’y reporter.

82Les six héros de ces récits ont un point commun : ils ont tous quitté leur village pour échapper à une situation matérielle et morale devenue insupportable : pénurie des produits alimentaires de base (pain, pommes de terre, lait), travail mal rémunéré dans les kolkhozes, arbitraire et répression. Les actes de résistance individuelle se sont révélés vains : il ne restait donc plus qu’à partir pour les mines ou les chantiers, parfois à l’incitation d’un parent. Ce nouvel univers imposait de pénibles adaptations, mais offrait aussi des possibilités de promotion sociale par les études.

83Ces textes donnent une vision fort sombre des campagnes sibériennes, mais tout ce que nous savons aujourd’hui de la collectivisation montre qu’Ilya Ehrenbourg n’a nullement noirci le tableau. Il vaut la peine de s’arrêter un instant sur ce point.

  • 97 Sur ces catégories, cf. supra, p. 201, n. 2.
  • 98 B. Kerblay, « Le paysan sibérien de la première moitié du XXe siècle (sur quelques travaux récents (...)
  • 99 Leur nombre s’élèverait à une centaine en deux mois et demi (de janvier à la mi-mars 1930), d’après (...)
  • 100 En 1930, en Sibérie occidentale, la police politique a « liquidé » 537 bandes armées ; ces révoltes (...)

84Dans toute l’U.R.S.S., c’est la dékoulakisation qui a forcé les paysans à entrer en masse dans les kolkhozes. Mais l’offensive contre la « bourgeoisie rurale » a été particulièrement sévère en Sibérie : même les « koulaks » classés en catégorie 11197 ont été déportés. De plus, les autorités locales ont opté pour la collectivisation intégrale et confisqué tout le bétail privé (chevaux, vaches, moutons, porcs) ; officiellement condamnée en mars 1932, cette politique n’en a pas moins persisté, car le pouvoir central exigeait d’importantes livraisons de viande98. Les paysans ont riposté en procédant à des abattages massifs d’animaux ; leur mécontentement s’est exprimé avec vigueur, sous diverses formes, allant de la simple manifestation99 à la jacquerie100.

  • 101 Ibid., p. 291-294.
  • 102 Tableau établi à partir des sources suivantes : Krestjanstvo Sibiri... (1917- 1937), p. 292 (qui ne (...)

85À la fin du premier plan, le bilan est lourd pour la Sibérie : sa part dans la production agricole nationale a reculé. C’est une des régions où le cheptel a le plus souffert de la collectivisation ; l’élevage, qui en 1928 jouait un rôle important dans l’économie locale, a été ruiné pour longtemps101. Les années 1931 et 1932 ont été très mauvaises pour les céréales : la production est tombée nettement au-dessous du niveau de 1928102 :

  • 103 La Sibérie occidentale a été frappée par la sécheresse en 1931.
Sibérie U.R.S. S
1928 = 100
1931103 63,7 94,8
1932 75,2 95,3
  • 104 Krest’janstvo Sibiri... (1917-1937), p. 292 (Archives centrales d’État de l’économie nationale, fon (...)
  • 105 Ont été touchées, outre la Sibérie, les régions suivantes : Ukraine, Don et Nord Caucase, Basse et (...)
  • 106 V.P. Danilov, art. cit., p. 26 : il en allait de même en Ukraine, au Nord Caucase, dans la région d (...)

86Les prélèvements de l’État ont pesé très lourdement sur les récoltes amoindries de 1931 et 1932 : les collecteurs ont en effet emporté un grain sur trois104. C’est la lourdeur des livraisons obligatoires imposées à une agriculture très affaiblie qui explique en définitive la famine de 1932-1933105, mais, si la mémoire populaire a surtout retenu les souffrances de l’année 1933, les campagnes sibériennes connaissaient déjà de graves difficultés alimentaires pendant l’hiver 1931- 1932, et la famine commençait à sévir par endroits106. En 1989, deux chercheurs soviétiques ont publié une lettre inédite adressée à Ordžonikidze en avril 1932 ; son auteur, un dirigeant communiste, décrit ce qu’il a vu lors d’une tournée dans le district de Barabinsk (Sibérie occidentale, à l’ouest de Novosibirsk) :

  • 107 Le terme de contrats ne doit pas induire en erreur : en fait, le montant des livraisons était fixé (...)
  • 108 Extraits d’une lettre de V.G. Fejgin, membre de la commission centrale de contrôle du PC(b), à Ordž (...)

[...] Les paysans sont de très méchante humeur. À cause de la faim et parce qu’on leur confisque leur dernière vache pour exécuter les contrats107 de livraisons – le résultat, c’est que le kolkhozien n’a ni pain ni lait. J’ai vu tout cela de mes propres yeux et je n’exagère pas. Les gens ont faim, ils essayent des ersatz, ils sont affaiblis et, naturellement, dans ces conditions, leur humeur [à notre égard] est loin d’être bienveillante. Il y a longtemps que je n’ai vu un tel mécontentement à la campagne [...]108.

  • 109 Aktual’nye problemy istorii sovetskoj Sibiri, p. 162.

87Pour mesurer pleinement la portée de ce document, il faut savoir que sous la NEP ce district était réputé pour la qualité de son beurre, en partie exporté à l’étranger !109

  • 110 Krest’janstvo Sibiri... (1917-1937), p. 280 ; en Sibérie orientale, la population rurale n’a diminu (...)
  • 111 Il faudrait aussi tenir compte de l’augmentation de la mortalité.
  • 112 Kuzneckstroj a aussi servi de refuge à tous ceux qui, pour des raisons diverses, cherchaient à se f (...)

88Dans ces conditions, on s’explique mieux l’ampleur de l’exode rural, dans une région qui ne connaissait pas l’énorme surpopulation agraire de la Russie centrale : en deux ans (1931 et 1932), les villages de Sibérie occidentale ont vu leur population diminuer de 12 %, soit 893 000 habitants110. Ces migrations massives111 résultent à la fois des violences liées à la collectivisation, et de la dégradation catastrophique du niveau de vie à la campagne. Il ya Ehrenbourg a bien vu l’essentiel, et les itinéraires qu’il a décrits peuvent être considérés comme typiques du destin de milliers d’individus : les paysans expropriés qui ont pris le chemin de Kuzneck cherchaient avant tout à manger à leur faim (cf. Annexe D, « histoire de vie » n° 3) : les ouvriers du chantier bénéficiaient en effet du système de rationnement mis en place par l’État, alors que les ruraux en étaient exclus112. C’est ainsi que l’on peut comprendre un passage à première vue surprenant des Mémoires de S.M. Frankfurt :

  • 113 Ibid., p. 5. Il est vrai que le terme de Klondike doit également être pris au sens propre : certain (...)

Tous les trains étaient remplis d’ouvriers. Ils allaient au nouveau Klondike-Kuzneck. On pouvait entendre les conversations les plus fantastiques sur les conditions de vie merveilleuses et les hauts salaires113.

  • 114 À ce sujet, cf. V. Monteil, Les Musulmans soviétiques, Seuil, 1982, p. 140- 144, et I.E. Zelenin, I (...)

89Ces conclusions valent a fortiori pour les Kazakhs qui affluent à Kuzneck en 1932 : ils fuient leur pays natal, car la politique de dénomadisation forcée114 menée à partir de 1931 les a brutalement privés de leurs moyens de subsistance traditionnels. S.M. Frankfurt a laissé une description saisissante de ces hommes en guenilles, victimes du racisme des Russes (cf. traduction en Annexe E).

  • 115 Frankfurt, Men and Steel..., p. 173 ; I. Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 15.
  • 116 Chantier et usine réunis.
  • 117 Il représente une limite maximum, car il inclut aussi les travailleurs venus en mission ou dans le (...)
  • 118 Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1965), fasc. II, Kemerovo, 1966, p. 154. Ici encore, le (...)

90Jusqu’à présent, il n’a été question que de la main-d’œuvre libre, mais il est certain que, comme beaucoup d’autres chantiers à cette époque, Kuzneckstroj a eu recours au travail forcé. Il s’agissait, soit de détenus des camps115, soit de « colons spéciaux ». Les premiers étaient probablement employés au coup par coup, en fonction des besoins ; nous ne savons rien d’eux. Selon A.V. Volčenko, sur 308 000 ouvriers embauchés en huit ans (1930-1934, 1936, 1938- 1939) par le KMK116, les anciens « koulaks » envoyés en « rééducation » seraient au nombre de 25 000 environ, soit 8,4 % du total : ce chiffre117 a été établi à partir des rapports que la direction envoyait chaque année aux instances supérieures. Le sondage effectué par Ju. M. Xazina dans le fichier du personnel a donné des résultats qui relèvent du même ordre de grandeur118 :

91Ils vivaient dans des « colonies », placées sous la surveillance directe de l’OGPU (police politique) ; pendant le premier hiver (1930- 1931), ils ont eu pour tout abri des huttes et des tentes faites de branches et de couvertures :

  • 119 Frankfurt, Men and Steel..., p. 126-127.

Beaucoup d’ouvriers, koulaks déportés à Kuzneckstroj, étaient laissés sans logement. Nous avons commencé à imaginer des moyens de réchauffer les tentes. On utilisait deux épaisseurs de toile, on les couvrait de terre, on construisait des portes et on mettait des poêles. Deux mille personnes ont vécu tout l’hiver rigoureux de 1930-1931 dans la colonie de tentes119.

92Dans Den’ vtoroj, I. Ehrenbourg dépeint ainsi leur situation en 1932 :

  • 120 En fait, les « colons spéciaux » ne venaient pas tous de Russie d’Europe : il y avait aussi des Sib (...)
  • 121 Les déportés étaient transportés dans des wagons à bestiaux.
  • 122 Ces habitations creusées à même le sol sont appelées en russe zemljanki (de zemlja, la terre).
  • 123 Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 49.

On les amenait de loin : c’était des paysans de Riazan ou de Toula120. On les amenait avec leurs familles et ils ne savaient pas pourquoi on les faisait venir. Un voyage de dix jours121. Puis le train s’était arrêté. Au-dessus d’une rivière se dressait une colline. On leur avait dit qu’ils allaient vivre là. Les petits criaient et les femmes leur enfonçaient dans la bouche un sein étique et blanchâtre. Ils avaient l’air de sinistrés [...]. Ils se mettaient à creuser la terre : ils bâtissaient leurs abris122. Il y faisait sombre. On y était à l’étroit [...]. Les dékoulakisés aussi construisaient l’usine, mais ils la construisaient tristement et hargneusement. Séparément, ils n’étaient coupables de rien. Mais ils appartenaient à cette classe qui était coupable de tout123.

  • 124 Frankfurt, Men and Steel..., p. 143-144.
  • 125 V.P. Danilov et S.A. Krasil’nikov (dir.), Specpereselency v Zapadnoj Sibiri : vesna 1930-načalo 193 (...)

93À partir du printemps 1932, on a commencé à leur bâtir des maisons en dur ; ils pouvaient cultiver un potager pour leurs besoins personnels et élever du bétail124. Cependant, la situation s’est améliorée très lentement : en septembre 1932, seuls 5 % des « colons spéciaux » jouissaient d’une surface habitable normale ; tous les autres devaient se contenter de « locaux provisoires » (abris souterrains, baraques)125. L’approvisionnement était très mal organisé, de sorte que les déportés souffraient d’une pénurie de nourriture. Les rations officielles n’étaient guère honorées que pour la farine et, à l’occasion, le poisson ; toutefois, dans les cantines, les travailleurs de force bénéficiaient d’une priorité pour la distribution des plats chauds.

  • 126 Ibid., p. 149-150, 428-249 et 306-307. À propos de la surmortalité, cf. aussi le témoignage de la v (...)

94Installé dans des tentes, l’hôpital manquait de couvertures, de draps, de médicaments et de personnel qualifié. De telles conditions de vie engendraient des épidémies : ainsi, la diphtérie en 1931. Il est impossible de chiffrer la surmortalité totale, mais sa réalité ne fait pas de doute. Elle touchait en premier lieu les enfants de 0 à 3 ans : 49 d’entre eux ont disparu en juillet 1932, 56 au mois d’août126.

  • 127 Frankfurt, Men and Steel..., p. 141-142.
  • 128 V.N. Eliseeva, Iz istorii central’no-černozëmnyx oblastej, t. 63, Voronež, 1967, p. 65-66.
  • 129 Frankfurt, Men and Steel..., p. 64-65.

95En avril 1930, une commission spéciale dirigée par V.V. Šmidt (vice-président du Conseil des commissaires du peuple) avait décidé que les dékoulakisés toucheraient les mêmes salaires que les autres ouvriers ; en pratique, cette clause n’était pas toujours respectée et S.M. Frankfurt a dû intervenir à la suite de plaintes émanant des intéressés127. Une instruction du commissariat au Travail (23 décembre 1930) précisait que les personnes privées de droits civiques devaient être employées aux travaux physiques les plus pénibles128 : ainsi, c’est par un froid de – 50° C que les « colons spéciaux » de Kuzneck ont installé la conduite destinée à pomper l’eau dans la rivière Tom’129. Ces réprouvés étaient toujours plus ou moins suspects de sabotage :

  • 130 Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 96.

Le constructeur Pétrov, récemment arrivé d’un kolkhoze, avait essayé de baisser un levier. Le levier n’avait pas cédé. Alors la rage avait pris Pétrov. Il décida qu’il aurait le dessus contre la machine [...]. Il pesa sur le levier et le levier céda. Mais la machine était abîmée. À l’atelier travaillait un colon spécial, Voronkov. Le soupçon tomba sur lui [...]. Pétrov regardait hargneusement Voronkov : il était persuadé que c’était Voronkov qui avait abîmé la machine. Il le traita de « vermine » [...]130.

  • 131 Op. cit., p. 65, 139-140, 142 et 144 ; cf. aussi Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 15.

96S.M. Frankfurt note le mécontentement des déportés, leur air sombre et leur désarroi, mais il souligne que malgré la présence de « brebis galeuses », beaucoup exécutaient leur tâche consciencieusement : « costauds, accoutumés au froid », ils savaient travailler. On trouvait même parmi eux des gens qualifiés dans les spécialités les plus diverses (cuisiniers, potiers, fabricants de brosses, ouvriers des métaux) : il s’agissait d’anciens artisans privés, soumis au même traitement que les « koulaks »131. Un rapport de l’OGPU (août 1931) signale cependant des refus de travailler et des cas de fuite ; il note la présence d’« humeurs négatives » résumées par cette plainte : « cet hiver, il nous faudra tous périr de froid, on oblige des gens affamés à travailler, tous les enfants mourront bientôt ». Le même document rapporte des propos tenus par des « colons spéciaux », dont il donne le nom :

Viendra un temps où nous réglerons nos comptes avec ceux qui nous ont déportés ici. D’autres puissances attaqueront l’U.R.S.S. et la battront en un clin d’œil. Ils feront un raid sur Moscou et Leningrad et à ce moment, dans le pays, le peuple se révoltera, y compris les ouvriers.
De tout ce qui se passe maintenant, il doit sortir quelque chose et si maintenant il se trouve un héros et qu’il prenne la parole, tous se rallieront à lui [...].
Il y a quelques jours, ici à Kuzneckstroj, des proclamations ont été lancées d’un aéroplane : « Prenez soin de Kuzneckstroj, un danger menace, quatre puissances sont intervenues contre nous. »

  • 132 Specpereselency v Zapadnoj Sibiri..., op. cit., p. 147 et 150-151.

97La police ne se bornait pas à surveiller les conversations : elle sévissait dès qu’apparaissait quelque manifestation collective. Ainsi, le 8 août 1931, au marché, deux déportés ont critiqué la dékoulakisation, cause de famine : une foule s’étant formée autour d’eux, les participants ont été arrêtés et une instruction a été ouverte132.

  • 133 Tout le passage qui suit doit beaucoup à Anne D. Rassweiler, The generation of power : the history (...)
  • 134 M.T. Gol’cman in Izmenenija v čislennosti i sostave sovetskogo rabočego klassa, M., 1961, p. 180 et (...)
  • 135 Souvenirs cités (d’après les archives) par M. Ju. Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (19 (...)
  • 136 À ce sujet, cf. les conclusions de l’enquête menée sur le chantier de l’usine de tracteurs de Xar’k (...)
  • 137 Une version antérieure, parue à Novosibirsk en 1936, disait : « L’Amérique en Sibérie – c’est tout (...)
  • 138 Ici, la version de 1936 comportait une phrase qui a été omise en 1938 : « Regardez, ils portent des (...)
  • 139 Bardin, Žizn inženera, p. 166. Pour d’autres déclarations allant dans le même sens, cf. Frankfurt, (...)

98Résumons-nous133. De tout ce qui précède, il ressort que Kuzneckstroj a puisé l’essentiel de sa main-d’œuvre à la campagne. Cela n’a rien d’étonnant : en Russie, les paysans ont toujours joué un rôle important dans le bâtiment. Lors du recensement de 1929, ils prédominaient nettement parmi les ouvriers de cette branche ; trois ans plus tard, à la fin du premier plan, il en allait toujours de même134. Mais cette continuité en matière de recrutement ne doit pas cacher les changements intervenus. Dans les années vingt, les ruraux venaient s’embaucher librement ; à partir de 1930, une partie d’entre eux a été amenée de force sur les chantiers. Sous la NEP, la construction avait conservé son aspect traditionnel d’activité saisonnière, limitée aux beaux jours ; désormais, elle offre des emplois toute l’année. Cela ne signifie pas, toutefois, que la pluriactivité paysanne et les migrations qui lui sont liées aient disparu du jour au lendemain : dans ses Souvenirs, A. Adon’eva insiste sur la présence de saisonniers à Kuzneck135. Enfin, et surtout, il s’est produit une rupture d’ordre qualitatif : les investissements industriels ont changé d’échelle, et les effectifs du bâtiment ont augmenté si fortement que l’écrasante majorité des nouvelles recrues n’avait ni ancienneté, ni qualification136. À Kuzneck, ce phénomène était encore accentué par le fait que les gens de métier étaient rares dans les villages sibériens : maçons, charpentiers, etc., venaient en général de Russie d’Europe ; trop peu nombreux, ils ne pouvaient suffire à la tâche. C’est pourquoi les consultants américains se montraient très sceptiques sur l’avenir du combinat ; le représentant de la firme Freyn, Everhard, déclarait à Bardin : « L’Amérique en Sibérie – c’est tout simplement un miracle137 ! Nous considérons qu’il est absolument impossible de construire chez vous des fours Martin de cent cinquante tonnes, des hauts fourneaux et un laminoir aussi puissants que ceux que vous avez projetés. Vous comprenez, c’est qu’en Amérique nous commençons seulement à édifier de telles usines. Que ferez-vous donc sans expérience, sans machines, avec vos gens sans formation ?138 C’est ridicule !139 ». S.M. Frankfurt souligne que beaucoup d’ingénieurs russes pensaient de même et désespéraient de voir jamais l’entreprise achevée :

  • 140 Dmitriev, arrivé à Kuzneck au printemps 1930, était ingénieur civil en chef. Il avait vingt ans d’e (...)
  • 141 Frankfurt, Men and Steel..., p. 32. Cf. aussi p. 36 : « Les nouveaux venus étaient regardés de trav (...)

Dmitriev140 [...] voulait de « vrais » maçons de Kaluga, de « vrais » charpentiers de Kostroma et de Jaroslavl’ C’était un sujet de discussions sans fin entre nous.
« Vous devez comprendre, lui disais-je, qu’il nous faut des dizaines de milliers d’ouvriers. Nous ne pouvons espérer trouver en Sibérie autant d’ouvriers expérimentés, ayant la qualification nécessaire. Nous devons travailler avec la main-d’œuvre existante. Notre tâche est de former les Sibériens [...]. » Mais Dmitriev [...] ne pouvait l’accepter. Chaque fois que nous faisions ensemble une tournée d’inspection sur le chantier, il me montrait des jeunes sans expérience et disait avec ironie : « Là, regardez ces “charpentiers de l’ancien temps” qui ne savent pas manier une hache ! Et ces “maçons de l’ancien temps” qui construisent un mur aussi tordu qu’une corne de bélier... »141.

  • 142 Frankfurt, Men and Steel..., p. 36 ; p. 169 (« Les femmes sibériennes travaillaient particulièremen (...)
  • 143 Ju. M. Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1967), fasc. III, Kemerovo, 1968, p. 46.
  • 144 A.S. Moskovskij, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1963), fasc. I, Kemerovo, 1965, p. 60.

99Ces remarques caustiques incitent à s’interroger sur la politique de Kuzneckstroj en matière de formation du personnel. Tant qu’il s’agissait de manier le pic et la pelle, les paysans sibériens faisaient très bien l’affaire, grâce à leur force physique et à leur endurance au froid ; le soir, après le travail, un ingénieur leur fournissait quelques explications techniques sur les terrains où ils devaient creuser142. Mais, une fois le terrassement achevé, la suite des opérations (bétonnage, pose des briques, plâtres, etc.) exigeait un minimum de qualification. À l’été 1929, l’école d’apprentissage de Tomsk a envoyé une centaine de jeunes ouvriers, qui se sont ajoutés aux gens de métier (otxodniki) déjà présents143 ; il ne pouvait toutefois s’agir que d’un apport marginal. L’entreprise a dû recourir aux services d’un organisme spécialisé dans la formation professionnelle, le trust « Ustanovka »144 ; née en 1927, cette société par actions, qui jouissait de l’autonomie financière, était chargée de diffuser dans l’industrie les méthodes de l’institut central du travail (abréviation russe : CIT).

  • 145 Nous simplifions : en fait, A.K. Gastev avait créé dès 1920 un Institut du travail ; ce dernier est (...)

100De quoi s’agit-il ? Le CIT, rattaché au Conseil central des syndicats soviétiques, a été fondé en 1921145 par une personnalité hors pair, A.K. Gastev, ouvrier qualifié, poète et théoricien, qui l’a animé pendant dix-huit ans ; en 1938, Gastev a été arrêté et son institut liquidé. Fort connu à l’époque, Gastev était un partisan convaincu de l’organisation scientifique du travail, très influencé par les idées de F.W. Taylor et de son disciple F. Gilbreth ; il a même entretenu une correspondance régulière avec H. Ford dans les années vingt. Selon lui, il est possible d’énoncer des règles de base au nombre de seize qui valent pour n’importe quelle activité :

  • 146 Istorija sovetskoj psixologii truda (textes), Izd. MGU, 1983, p. 276 (extrait de Kak nado rabotat’, (...)

Que nous travaillions à un bureau, que nous limions dans un atelier d’ajustage, ou enfin que nous labourions la terre, partout il faut créer une maîtrise de soi et en faire peu à peu une habitude146.

  • 147 K.E. Bailes, « Alexei Gastev and the Soviet controversy over taylorism, 1918-24 », Soviet studies, (...)
  • 148 M. Anstett, La formation de la main-d’œuvre qualifiée en Union soviétique, M. Rivière, 1958, p. 227
  • 149 Dans le rapport d’activité présenté par Gastev en 1930, la « formation du personnel » figure en pre (...)

101Chaque profession, si complexe soit-elle, peut être décomposée, de proche en proche, en éléments simples : c’est à cette tâche que se consacraient les laboratoires du CIT à Moscou ; ils utilisaient pour cela les techniques d’analyse des « Temps et Mouvements » (le chronométrage, par exemple)147. Ils ont ainsi pu montrer que tous les travaux industriels reposent sur une même « base étroite », qui se réduit à deux gestes, « frapper » et « appuyer », auxquels correspondent deux opérations simples : « buriner » et « limer »148. Ces recherches expérimentales permettaient de mettre au point des méthodes d’apprentissage accéléré : c’était là, visiblement, un objectif prioritaire pour les équipes du CIT149.

  • 150 Autobiographie publiée dans Dejateli SSSR i revoljucionnogo dviženija Rossii, t. 41 du Dictionnaire (...)
  • 151 Notons au passage que ce thème était déjà présent dans les poèmes de Gastev écrits avant 1914 : « n (...)
  • 152 « Trudovye ustanovki », Organizacija truda, 1924, n° 1, reproduit in U istokov NOT, Izd. LGU, 1990, (...)
  • 153 Ibid., « machinisation » est un calque du néologisme russe mašinizirovanie.
  • 154 Vestnik inženerov, 1925, n° 4, cité in U istokov NOT, p. 25. Cf. aussi les « thèses » du CIT (1928) (...)

102Gastev a présenté les premiers résultats obtenus dans un livre publié en 1924, et qu’il tenait pour son « principal ouvrage scientifique150 » ; il lui a donné un titre significatif : Les réglages du travail (Trudovye ustanovki). La notion de « réglage » tient une place centrale dans la pensée de Gastev, et revient sans cesse sous sa plume (« réglage de la production », « réglage de la main-d’œuvre ») ; elle a donné son nom au trust créé par le CIT en 1927. L’apprentissage doit « régler » le corps humain, considéré comme une machine151 (un moteur) ; si tout travail peut être ramené à un ensemble de mouvements standardisés, l’instructeur, rebaptisé « régleur », a pour mission d’inculquer à ses élèves un « maximum d’automatisme152 » musculaire et nerveux. Cette « machinisation de l’homme lui-même153 » ne diminuera pas ses capacités de création, bien au contraire ; elle donnera plus de force à sa pensée. En définitive, déclarait Gastev au Ve Congrès panrusse des ingénieurs, tout « se résume à une question unique – la création d’une nouvelle habileté du travail, qu’il s’agisse de l’ouvrier ou de l’ingénieur154 ».

  • 155 « Trudovye ustanovki », art. cit., p. 47.

103L’apprentissage devient alors un « système particulier d’entraînement155 », où la gymnastique joue un grand rôle ; lors d’un voyage d’étude en U.R.S.S., en 1932 ou 1933, Georges Friedmann a vu ces théories en application :

  • 156 G. Friedmann, Problèmes du machinisme en U.R.S.S. et dans les pays capitalistes, Paris, Éditions So (...)

Je me souviens de n’avoir pas été peu surpris, en entrant pour la première fois dans l’école d’apprentissage de l’usine « Roulement à billes » (Moscou), à la vue des rangées de garçons et filles qui exécutaient avec ensemble des mouvements ordonnés par leurs instructeurs. Tenant à la main un long bâton, le corps bien d’aplomb sur les jambes écartées, ils faisaient le geste de frapper en fléchissant le poignet. Exercices d’assouplissement, répandus dans la plupart des FZU [écoles d’apprentissage industriel], qui ont été étudiés spécialement pour préparer les apprentis à accomplir correctement et avec le minimum de fatigue un certain nombre de gestes industriels tels que la frappe au marteau, le maniement des leviers, etc.156

  • 157 Sur les critiques précoces de A. Bogdanov, théoricien du Proletkult, cf. Bailes, art. cit., p. 379- (...)

104Gastev a fait l’objet de nombreuses critiques157, portant principalement sur deux points :

  1. La personnalité du travailleur, sa psychologie sont négligées ;
  2. L’apprentissage se transforme en dressage, au détriment de la formation générale.

105A.V. Lunačarskij, alors commissaire à l’Instruction publique, a très bien résumé ces griefs en 1928 :

  • 158 Archives du Comité central du Komsomol, fonds de la commission économique, 1928, dossier 23, f. 7, (...)

Notre principal désaccord avec le CIT provient d’une interprétation foncièrement différente de la notion de « qualification » et « d’ouvrier qualifié ». Le CIT, lorsqu’il parle de « qualification », n’a en vue qu’une certaine habileté, des habitudes mécaniques de comportement, un ensemble de mouvements passés au stade d’habitudes, ignorant complètement la formation théorique, l’importance de la conscience dans le processus de travail. C’est une humiliation, une sorte de fatalité, une conception bourgeoise du rôle de l’ouvrier (appendice de la machine)158.

  • 159 En 1924, il fallait débourser 2 400 roubles pour former un ouvrier hautement qualifié en trois ou q (...)

106Malgré ces oppositions, les méthodes du CIT ont gagné du terrain à la fin des années vingt ; elles ont rencontré un accueil particulièrement favorable auprès des directeurs de grands chantiers. Elles satisfaisaient en effet leur exigence d’une formation rapide, peu coûteuse159 et adaptée aux besoins immédiats de l’entreprise.

  • 160 Anstett, op. cit., p. 229. En fait, à Kuzneck, la durée des études était de un ou deux mois (Moskov (...)
  • 161 Archives centrales d’État de la révolution d’Octobre, fonds 5469, inventaire 14, dossier 300, f. 92 (...)

107Que faut-il penser de cette politique, et de ses résultats ? Dans son livre La formation de la main-d’œuvre qualifiée en Union soviétique, M. Anstett s’est montré très sévère à ce sujet : « [...] l’expérience même du Tsit [CIT] confirme qu’il n’y a pas de méthode miraculeuse, et qu’il faut plus de trois mois pour former un professionnel qualifié160. » Les quelques données que nous avons pu rassembler à ce sujet confirment le bien-fondé d’un tel jugement. Lors d’une conférence tenue en mai 1930, à l’initiative du syndicat des métaux, le représentant de « Krasnyj Putilovec » (Leningrad) se plaignait en ces termes : « Nous avons reçu du personnel préparé à la hâte, des gens qui, à leur arrivée dans l’atelier, travaillaient comme des manœuvres sans formation spéciale, qui aurait regardé faire les autres. Voilà les nouvelles formes d’apprentissage rapide du CIT161. »

  • 162 Voprosy truda, 1931, n° 6, p. 83-90 ; nous n’avons pas trouvé d’étude comparable sur Kuzneckstroj.
  • 163 Il ne faut guère s’en étonner : la rationalisation coûte cher et exige du personnel qualifié. Aujou (...)
  • 164 Voprosy truda, art. cit., p. 90. Pour une appréciation similaire, cf. Rassweiler, The generation of (...)
  • 165 Trop peu nombreux, les « régleurs » étaient souvent rappelés par leur « base » de rattachement, qui (...)

108Il en allait de même, semble-t-il, dans le bâtiment. En 1931, la revue du commissariat au Travail a publié les résultats d’une enquête menée l’année précédente sur le chantier de l’usine de tracteurs de Xar’kov162 ; l’article est, hélas, assez confus. Il en ressort que l’organisation du travail est restée fidèle aux schémas traditionnels : aucune rationalisation n’a eu lieu163. Les recrues du CIT doivent donc accomplir des tâches complexes, alors qu’elles ont été formées dans une perspective taylorienne : « Faute d’expérience pratique et d’habitude, elles donnent une productivité du travail extraordinairement basse, ce qui nuit à la construction et discrédite en même temps la méthode du CIT164. » Elles sont incapables de se débrouiller sans leurs « régleurs », dont le départ provoque une débandade immédiate165 ; le personnel technique, mécontent, refuse parfois de les utiliser : il préfère les vieux ouvriers.

  • 166 En 1935, elles n’ont formé que 2 154 jeunes, d’après N.V. Miljakov, Načal’nyj ètap formirovanija in (...)
  • 167 Ibid., p. 116-118 et 129-134.
  • 168 Op. cit., p. 84-85 et 198 ; cf. aussi p. 68, 188 et 196-197.
  • 169 À propos du travail inachevé, on parlait aussi d’« extrémités lâches », ibid., p. 96.

109On a donc le sentiment que le CIT dispensait un enseignement au rabais : en fait, il formait des manœuvres à peine dégrossis, qui apprenaient le métier sur le tas. Il existait bien des écoles d’apprentissage du bâtiment, mais elles n’offraient qu’un nombre de places très réduit166 ; aussi les véritables ouvriers qualifiés étaient-ils rares sur les chantiers des années 1930167. Cette pénurie de main-d’œuvre spécialisée explique en partie la mauvaise qualité de la construction, que S.M. Frankfurt déplore à maintes reprises dans ses Mémoires168 : « Nous avions à peine éliminé un défaut [...] que nous en découvrions d’autres » ; « Il y avait beaucoup d’expédients temporaires et de détails inachevés » ; « Sur le chantier, on employait couramment [...] l’expression : “le travail est terminé ‘pour l’essentiel’”. Il circulait une blague à ce sujet : deux ouvriers transportent une planche. Arrivés à mi-chemin, ils la posent par terre et s’assoient pour fumer. Alors, l’un des ouvriers dit à son compagnon : “Eh bien, Vania ! ce n’est pas la peine d’aller plus loin, le travail est fait pour l’essentiel...”169. »

  • 170 Il s’agissait souvent de primes en nature (un kilo de sucre, un coupon de tissu), cf. I. Ehrenbourg (...)
  • 171 Frankfurt, Men and Steel..., p. 56 ; cf. aussi p. 69-70.
  • 172 Ibid., p. 193 ; sur le contrôle technique, cf. p. 51 et p. 56.
  • 173 Bardin, Žizn’ inženera, op. cit., p. 178-179. Cf. aussi Frankfurt, Men and Steel..., p. 86-88, 218  (...)

110La course aux records « de choc », stimulée par les primes offertes170, aggravait encore le mal : « Les briques étaient posées de biais, la quantité de mortier était insuffisante [...] on manquait de temps pour mélanger le gravier et le ciment, et cela avait des effets sur la qualité du béton171. » Cette dégradation avait pris une telle ampleur qu’il a fallu instaurer un sévère contrôle technique, qui a permis de redresser la situation : ainsi, le haut fourneau n° 3 a été mis à feu en janvier 1934 sans ennui grave172. Il n’empêche que les défauts de construction ont compliqué la mise en route de l’usine sidérurgique ; j’en citerai un exemple, parmi d’autres. Le 2 avril 1932, Kuzneck a produit sa première fonte ; l’événement a été célébré bruyamment par toute la presse soviétique. Sur place, il a donné lieu à une véritable fête173 :

C’était un spectacle solennel, et les gens n’ont pas quitté le haut fourneau d’un pas. Les constructeurs étaient venus avec leurs femmes et leurs enfants pour voir la naissance du géant sibérien. [...]. C’était la nuit, une nuit sibérienne d’avril. Les hommes qui servaient le haut fourneau n’avaient pas dormi pendant plusieurs nuits ; heureux et excités, ils s’étreignaient. Transportés de joie, ils criaient « hourra ! » [...] La première plaque de fonte [...] fut envoyée au grand Staline – inspirateur et créateur du géant sibérien. [Il s’agissait d’un bas-relief à son effigie, réalisé par un membre du Komsomol.]

111Mais, très vite, il a fallu arrêter le haut fourneau, car l’installation d’épuration du gaz était inondée, une canalisation ayant éclaté :

  • 174 Bardin, ibid., p. 189.

Très peu de gens étaient au courant de la panne. La situation était masquée par la fumée de la centrale électrique, très semblable à celle qui s’échappe lorsque fonctionne un haut fourneau. Notre première devise était de ne pas créer de panique174.

  • 175 Ibid., p. 189-191 ; Frankfurt, Men and Steel..., p. 180 ; I.P. Bardin v vospominanijax sovremenniko (...)
  • 176 Les pimy sont des bottes en cuir de renne.

112Les causes de cette mauvaise surprise ont été découvertes sans trop de mal : le tuyau en question n’avait pas été monté correctement : les ouvriers, n’ayant pas sous la main de raccord en T, avaient bricolé un dispositif de fortune175. Pour désigner ces pratiques, les « constructeurs » parlaient de travail « sur des bottes » (na pimax)176 : selon I.P. Bardin, ils faisaient ainsi allusion aux mauvaises habitudes de certains Sibériens, qui laissaient traîner leurs bottes dans les endroits les plus incongrus.

3. Les sidérurgistes

  • 177 Ces transferts ont touché 9 275 personnes en 1934, 2 262 en 1935 et 4 128 au premier trimestre 1936 (...)

113Dans la France du XIXe siècle, les compagnies ferroviaires recrutaient leurs agents permanents parmi les maneuvres des chantiers de la voie, venus en général de la campagne. Le plus souvent, le Combinat de Kuzneck n’a pas procédé autrement : au fur et à mesure que les travaux avançaient, les ouvriers de la construction ont été transférés à l’exploitation et sont devenus sidérurgistes177. Aussi les deux corporations présentaient-elles à peu près les mêmes caractéristiques : extrême jeunesse, faible ancienneté, origine paysanne prédominante, place réduite des femmes (tableaux 5 et 6 infra). Au vu de ces données, une conclusion s’impose : les sidérurgistes du KMK ne ressemblaient guère à ceux de Nižnij Tagil, où existait une vieille tradition ouvrière (cf. le chapitre précédent). Toutefois, la présence des apprentis, qui constituaient 12 % des effectifs totaux, diminuait un peu le poids de la paysannerie : ces adolescents, dont l’âge moyen se situait autour de dix-sept ans, étaient issus pour moitié (49 %) de la classe ouvrière. Plus des deux tiers venaient directement de l’école et n’avaient jamais exercé d’activité professionnelle, salariée ou non.

114Les travailleurs transférés de la construction à l’exploitation étaient en général dépourvus de qualification ; l’usine sidérurgique employait certes de nombreux manœuvres, mais elle ne pouvait fonctionner sans main-d’œuvre spécialisée :

  1. Hauts fourneaux, fours Martin et laminoirs exigeaient la présence d’un personnel expérimenté ;
  2. Ces installations, très perfectionnées, devaient être entretenues et réparées ; ces tâches étaient dévolues aux « départements auxiliaires », qui jouaient en fait un rôle essentiel178 : fonderie, forge, mécanique, chaudronnerie, électricité.
  • 179 A.S. Moskovskij, lz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1963), p. 60.
  • 180 Frankfurt, Men and Steel..., p. 204 : « Lors d’un voyage à Moscou, je demandai au Comité central de (...)

115C’est pour faire face à ces nécessités qu’en avril 1931 l’entreprise a créé un « combinat de formation ouvrière » (initiales russes KRO) qui devait fournir ingénieurs, techniciens et ouvriers qualifiés179. Ce combinat était dirigé par un jeune ingénieur communiste, nommé Zlotnikov, venu de Moscou, où il était chercheur à l’École technique supérieure180 ; il incluait :

  • un établissement d’enseignement supérieur, l’institut sibérien de la métallurgie, transféré de Tomsk à Kuzneck afin de mettre les élèves en contact direct avec la production ; le jury de fin d’études était présidé par I.P. Bardin181,
  • un texnikum (école secondaire),
  • une école d’apprentissage industriel FZU,
  • divers cours de formation accélérée,
  • un bureau d’enseignement par correspondance182.

116Pour une part, le corps professoral était constitué d’ingénieurs de Kuzneckstroj.

  • 183 Rassweiler, The generation of power, op. cit., p. 158-160.

117L’appellation de « combinat » ne doit pas faire illusion : il régnait ici la même pénurie que sur le chantier de Dneprostroj183 (la grande centrale hydroélectrique du Dniepr) :

  • 184 Frankfurt, Men and Steel..., p. 205.

Il y avait un nombre énorme de gens qui voulaient étudier. Et il n’y avait pas assez de salles de classe. On utilisait les bureaux de la direction, des contremaîtres. On organisa deux, trois « équipes » [qui se succédaient dans la journée, J.-P.D.]. Mais on manquait toujours de place184.

  • 185 Eod. loc.
  • 186 Quant aux statistiques sur la formation accélérée, elles se contredisent totalement : selon le rece (...)
  • 187 Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1967), p. 52-53.

118À partir de l’été 1931, les écoles ont pu disposer de leurs propres locaux, des « bâtiments en bois recouverts de toile et de sacs d’emballage. Ils étaient exposés à tous les vents et les élèves étaient trempés quand il pleuvait185 ». Il est difficile de se prononcer sur les résultats obtenus, car nous manquons de données fiables sur le nombre de diplômes délivrés186. Quoi qu’il en soit, les fruits de ces efforts ne pouvaient être recueillis immédiatement : la première promotion d’ouvriers qualifiés n’est sortie du centre d’apprentissage qu’en 1933187. En attendant, le KMK avait un pressant besoin de travailleurs compétents et expérimentés : il a fait appel à de la main-d’œuvre venue de l’étranger ou des régions industrielles de Russie d’Europe.

  • 188 M. Ju. Xazina, Iz. istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1963), Kemerovo, 1965, p. 239-243 ; mêm (...)
  • 189 Situation similaire à Magnitogorsk, cf. Scott, Au-delà de l’Oural, op. cit., p. 92-93.
  • 190 Cf. le dossier de l’ajusteur-réparateur Franz Putscher (qui est resté à Kuzneck d’octobre 1931 à no (...)
  • 191 Ibid., p. 240-241 : souvenirs de V.T. Sinicyn, qui a fait son apprentissage dans cet atelier en 193 (...)

119Le nombre d’ouvriers étrangers ne dépassait pas « quelques dizaines », mais ils occupaient des positions stratégiques, car ils étaient concentrés dans les services d’entretien et de réparation188. Il s’agissait en majorité d’Allemands ou d’Autrichiens, le plus souvent communistes ou sympathisants189 ; visiblement, leur présence était très appréciée des responsables de l’entreprise, qui voyaient en eux à la fois des gens politiquement sûrs et d’excellents travailleurs190. Les quarante ou cinquante tourneurs employés au département de mécanique manifestaient une telle maîtrise dans leur spécialité qu’ils étaient classés au huitième échelon, alors que la grille salariale n’en comportait que sept. Au modelage, « la propreté, l’exactitude et la beauté » des pièces réalisées par les cinq Autrichiens suscitaient l’admiration des apprentis russes ; l’un de ces Autrichiens était chargé de contrôler la qualité de la production : il examinait les modèles en fin de parcours, et décidait s’ils devaient être gardés ou mis au rebut191.

Tableau n° 5 Combinat métallurgique de Kuzneck (1932/1933) Sidérurgistes

Eadont Fb Ac
Personnes recensées (milliers) 10 349 1415 1 213
% de femmes 13,7
% d’apprentis 11,7
Âge moyen (années) 27 23,6 17,4
Répartition par groupes d’âge (en %)
: 20 ans 25,9 40,2 95,1
20-29 ans 44,6 42,5 4,9d
30-39 ans 16,8 11,4
40-49 ans 8,7 5
50 ans et plus 4 0,8
Ancienneté dans la production :
Moyenne (années) 3,9 2 1,4
Répartition par ancienneté (en %)
0-2 ans 66,7 85,5 97,7
3-5 ans 12,4 7,6 2
6-10 ans 10,2 4,6 0,3
11-15 ans 4,8 1,7
> 15 ans 5,9 0,6
Issus de familles (en %)
d’ouvriers 35,6 38,6 49
de paysans 60,4 52,1 41,3
d’employés 2,9 7,4 9
d’artisans, commerçants, etc. 1,1 1,9 0,7
Ont un lien avec l’agriculture (%) 17,5 15,7 16,9

a) Hommes et femmes (apprentis inclus)
b) Femmes.
c) Apprentis.
d) 20-23 ans.

Tableau n° 6 Combinat métallurgique de Kuzneck (1932/1933) Sidérurgistes Dernier emploi exercé avant l’entrée dans la production (en %)

Tableau n° 6 Combinat métallurgique de Kuzneck (1932/1933) Sidérurgistes Dernier emploi exercé avant l’entrée dans la production (en %)

a) Hommes et femmes (apprentis inclus)
b) Femmes.
c) Apprentis.
d) Commerçantes : 0,1 %

  • 192 Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1967), p. 44-45 et 50- 53 ; N.K. Ziza et Z.G. L (...)
  • 193 En fait, certains sont restés définitivement à Kuzneck.
  • 194 Frankfurt, Men and Steel..., p. 216-217 ; G.K. Ordžonikidze, Stat’i i reči, t. 2, M., 1956, p. 677  (...)
  • 195 Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1967), p. 51-52 (mise en service du train de la (...)
  • 196 Selon l’historien soviétique A.V. Volčenko, ils auraient concerné, au total, « plus d’un millier d’ (...)

120À partir de 1931, le service du personnel de Kuzneck a envoyé à plusieurs reprises des agents recruteurs en Ukraine et dans l’Oural, mais aussi à Moscou et à Leningrad192. Ces agents avaient pour mission d’embaucher des ouvriers de métier pour une durée déterminée : à l’expiration de leur contrat, les intéressés devaient en principe193 revenir dans leur usine d’origine ; au fur et à mesure de leur départ, ils étaient remplacés par de jeunes Sibériens frais émoulus de l’école FZU. Sur place, ces ouvriers étaient choisis en accord avec les services locaux du personnel et les organisations du parti. Les vieilles usines se trouvaient ainsi dépouillées de leurs meilleurs éléments, et cela provoquait de vives réactions ; G.K. Ordžonikidze a dû intervenir plus d’une fois pour mettre fin à leurs protestations194. Les communistes (et les membres du Komsomol) étaient nombreux parmi les élus, car, comme toujours à cette époque, le recrutement pour Kuzneck prenait l’allure d’une mobilisation : partir pour la Sibérie afin de participer à la mise en route de la nouvelle entreprise était un devoir civique. Nous ignorons, malheureusement, quelle a été l’ampleur de ces transferts, qui se pratiquaient encore en 1935195 ; il semble que leur importance ne doive pas être exagérée196 : les possibilités en la matière n’étaient pas illimitées, car partout on manquait de main-d’œuvre qualifiée.

  • 197 Frankfurt, Men and Steel..., p. 85 ; l’Oural a fourni des spécialistes des matériaux réfractaires.
  • 198 Praktik, en russe : désigne un cadre qui n’a pas de diplôme et doit sa promotion à son expérience.
  • 199 Frankfurt, Men and Steel..., p. 190-191 et 194 ; Ziza et Lixolobova, op. cit., p. 61 ; Xazina, Iz i (...)
  • 200 Les transferts de main-d’œuvre ne suffisaient pas à satisfaire les besoins d’une entreprise gigante (...)
  • 201 Le parrain peut aussi être un contremaître, voire un ingénieur ; il a la charge d’une ou deux perso (...)
  • 202 I. Kuz’minov, Problemy èkonomiki, 1935, n° 5, p. 44. Ici encore, les chiffres diffèrent selon les s (...)

121C’est dans ces conditions que des ajusteurs-électriciens et des bobineurs de Dnepropetrovsk et de Dneprodzeržinsk ont constitué le noyau de l’atelier de réparation électrique ; au département de mécanique, des ajusteurs de Moscou et de Leningrad côtoyaient les ouvriers allemands. L’équipe du haut fourneau n° 1 venait en grande partie de l’Oural et du Donbass197 ; elle était placée sous la direction d’un contremaître en chef nommé L.K. Rovenskij, un « praticien198 » communiste, dont l’ancienneté remontait avant 1917199. C’est probablement la présence de ces gens de métier qui explique qu’en 1932- 1933 le complexe sidérurgique ait compté 36 % d’ouvriers de seconde génération, contre 24 % seulement pour le chantier (cf. tableaux n° 3 et n° 5). Qu’ils fussent allemands, russes ou ukrainiens, tous ces travailleurs qualifiés200 ont joué un rôle important dans la formation des paysans sibériens à qui ils ont transmis leurs tours de main, leur connaissance du matériau et de ses réactions. En octobre 1933, treize cents nouvelles recrues étaient ainsi parrainées (c’est le terme officiel : šefstvo en russe) par un ouvrier plus ancien201 ; une fois dégrossi, le parrainé devenait à son tour parrain : « On est en présence, en quelque sorte, d’une chaîne de transmission de l’expérience202. » En voici un exemple : en 1932, L.V. Selickij, terrassier sur le chantier, a été affecté par le Komsomol au département des hauts fourneaux ; en décembre 1933, il raconte comment Fedorov, fondeur au creuset, lui a appris le métier :

  • 203 Nous traduisons ainsi le mot russe nepoladki (littéralement « à-coups ») qui désigne toutes les int (...)
  • 204 Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1967), p. 54 (tiré des Archives du parti de l’o (...)

Je lui posais des questions, il me répondait et me montrait [comment procéder, J.-P.D.]. Maintenant, je forme les aides-fondeurs. Je m’entretiens avec les ouvriers avant le travail, pendant et après. Si nécessaire, je les convoque, je leur parle des arrêts et des pannes203, et je leur explique comment les liquider. J’examine leur travail, je montre, j’explique les causes des pannes204.

  • 205 Voici quelques points de repère sur la biographie de N.A. Izotov : né dans une famille paysanne de (...)

122Cette pratique du parrainage a reçu le nom de « mouvement izotoviste », du nom d’un mineur du Donbass, N.A. Izotov (1902- 1951)205, qui est censé en avoir pris l’initiative en 1932, avant de devenir stakhanoviste en 1935.

  • 206 Ce système faisait partie intégrante du KRO (combinat de formation ouvrière).
  • 207 Le Conseil du travail et de la défense était un comité restreint du Conseil des commissaires du Peu (...)
  • 208 C’est-à-dire du matériel coûteux, souvent importé de l’étranger, et qui devait être protégé des mai (...)
  • 209 Moskovskij, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1963), p. 61 sqq. ; G. Friedmann, De la sai (...)
  • 210 Kuz’minov, art. cit., p. 45 ; fin 1935, 797 050 ouvriers avaient subi l’examen avec succès, d’après (...)
  • 211 Novokuzneck v prošlom i nastojaščem, p. 129.
  • 212 Nous citons un slogan de cette époque : « Na šturm krepostej texniki ! »
  • 213 C’est le discours prononcé par le secrétaire général lors de la Conférence des dirigeants de l’indu (...)
  • 1 Cf. les discours prononcés par N.M. Švernik (secrétaire du Conseil central des syndicats) et A.M. C (...)
  • 214 Résolution du plénum du Vesenkha et du Conseil central des syndicats (20 septembre 1931) ; l’indust (...)

123La formation sur le tas était complétée par tout un système de cours206 visant à élever la qualification, et qui portaient des noms divers (cercles, groupes, consultations) ; l’enseignement y était assuré par des ouvriers qualifiés, des contremaîtres, des techniciens ou des ingénieurs. Le développement de ces cours a été fortement stimulé par un décret du Conseil du travail et de la défense207 (30 juin 1932) ; ce texte a instauré l’examen de « minimum technique » : tous les ouvriers servant des installations « complexes208 » devaient, au bout d’un an, passer des épreuves théoriques et pratiques portant sur leur travail et leur machine209. Environ un million de personnes étaient soumises à cette obligation, dans 255 professions de l’industrie lourde210 ; seuls étaient dispensés ceux qui étaient passés par une école d’apprentissage FZU, à condition qu’ils atteignent le rendement requis. À Kuzneck, l’examen a commencé en juin 1933, à l’initiative du Komsomol211 ; à cette époque, la formation était devenue une des principales préoccupations des communistes de l’usine, partis « à l’assaut des forteresses de la technique212 ». Les ouvriers recalés n’avaient plus le droit de servir des équipements « complexes » ; ils étaient transférés à des travaux impliquant moins de responsabilités, donc moins bien payés. En revanche, les reçus pouvaient être promus à un échelon supérieur. Ces mesures d’incitation à l’étude seraient d’autant plus efficaces, espérait-on, que, depuis 1931, la politique officielle allait dans le sens d’une différenciation accrue des salaires : condamné par Staline213, l’égalitarisme (uravnilovka, littéralement le « nivellement ») était désormais cloué au pilori1. En septembre 1931, la grille salariale de la métallurgie a été mise en conformité avec la nouvelle orientation : à l’avenir, les taux de base devaient varier de 1 à 3,7, contre 1 à 2,8 avant la réforme214.

  • 215 Moskovskij, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1963), p. 66, d’après le journal d’usine (B (...)

124Les seules données disponibles sur le « minimum technique » à Kuzneck portent sur l’année 1935 : elles indiquent des taux élevés de réussite à l’examen (autour de 80 %)215. Mais de tels chiffres ne signifient pas grand-chose : tout dépend évidemment du niveau exigé par les jurys.

  • 216 Frankfurt, Men and Steel..., p. 221. Durant l’hiver 1932-1933 (où la température est descendue jusq (...)
  • 217 Où il recevait les directeurs d’usines métallurgiques. Cf. I.V. Stalin, Sočinenija, t. I (XIV), 193 (...)
  • 218 Scott, op. cit., p. 144 (train de laminoir « 500 ») et p. 163-166 (fours Martin).
  • 219 C’est le terme officiel (osvoenie, en russe).
  • 220 G.K. Ordžonikidze, Stat’i i reči, t. 2, M., 1956, p. 587-588 (20 sept. 1934) et p. 676 (12 mai 1935 (...)
  • 221 Nous utilisons ce terme dans le sens que lui donnent les ergonomes : « par incident, on entend tous (...)
  • 222 Les résultats ont été publiés dans le recueil Voprosy organizacii i ozdorovlenija truda v martenovs (...)

125La politique que nous venons de décrire a-t-elle permis au KMK de former des ouvriers qualifiés en nombre suffisant ? Il semble que la situation soit restée très difficile dans ce domaine au moins jusqu’en 1934-1935, si l’on en juge par les performances de l’entreprise. Certes, des progrès ont été enregistrés : l’hiver 1933-1934 a été moins pénible que le précédent, les pannes moins fréquentes216 ; la technique des hauts fourneaux a pu être maîtrisée. En revanche, les difficultés ont persisté pour la production et la transformation de l’acier (fours Martin et laminoirs), au point que S. Frankfurt a été démis de ses fonctions par Ordžonikidze et remplacé en juin 1934 par K.I. Butenko (cf. supra). Mais l’allocution prononcée par Staline le 26 décembre 1934 lors d’une réception au Kremlin217 montre que les problèmes rencontrés à Kuzneck (et à Magnitogorsk)218 n’avaient rien d’exceptionnel : dans toute la sidérurgie, l’« assimilation219 » des nouvelles capacités était laborieuse. Le commissariat du peuple à l’industrie lourde s’en inquiétait vivement, comme en témoignent les discours réunis dans les œuvres choisies d’Ordžonikidze publiées à Moscou en 1956220. À sa demande, une équipe de psychologues, dirigée par Ju. I. Spigel’, a étudié le travail des aciéristes et de leurs aides ; V.V. Čebyševa s’est intéressée en particulier aux « incidents221 » qui perturbaient la marche des fours Martin. L’analyse, réalisée en collaboration avec des ingénieurs, a porté sur cent cas222 ; voici ses principales conclusions :

  1. Le plus souvent, l’incident a pour origine une erreur ou une négligence du personnel : les instructions n’ont pas été respectées ;
  2. Ces fautes peuvent être dues à un manque de conscience professionnelle ; cependant, V.V. Čebyševa insiste beaucoup sur le rôle de l’« ignorance technique » : confrontés à des tâches trop difficiles pour eux, certains ouvriers s’affolent et commettent de fausses manœuvres ;
  3. Le partage des responsabilités entre l’aciériste et le contremaître n’est pas assez clairement défini : leurs rôles se chevauchent.

126L’auteur conclut qu’il faut libérer l’aciériste des travaux manuels qui peuvent être accomplis par ses aides ; surtout, elle souligne la nécessité d’améliorer la formation : ainsi, les équipes des fours Martin sauront déceler à temps les anomalies et pourront intervenir de façon à prévenir pannes et accidents.

  • 223 Frankfurt, Men and Steel..., p. 196 et 215.
  • 224 Cf. les thèmes récemment développés à partir de l’examen des accidents survenus dans l’industrie ch (...)

127Bien entendu, les difficultés de la sidérurgie ne s’expliquent pas uniquement par la pénurie de main-d’œuvre qualifiée ; de nombreux autres facteurs interviennent : mauvaise organisation de la production, médiocre qualité des matières premières, irrégularités dans la livraison des pièces détachées, et autres plaies familières de l’industrie soviétique223. Mais l’approche très moderne de V.V. Čebyševa, qui à beaucoup d’égards évoque l’ergonomie contemporaine224, nous paraît mettre l’accent sur un point essentiel.

Conclusion

128Dans l’esprit de Staline, la construction du KMK devait incarner la modernité triomphante au pays des Soviets (« l’Amérique en Sibérie »). Elle présentait tous les traits d’un transfert de technologie : achat à grands frais de matériel importé, appel au savoir-faire d’ingénieurs étrangers (Américains, mais aussi Allemands, Anglais, Français et Italiens). Ces experts dirigeaient l’installation des équipements fournis par les pays capitalistes et contribuaient en même temps à la formation d’une masse d’ouvriers d’origine paysanne.

  • 225 E.M. Poljanskaja, article dans le recueil collectif Novokuzneck v prošlom i nastojaščem, Novokuznec (...)
  • 226 V.I. Isaev, Byt rabočix Sibiri 1926-1937 gg., Novosibirsk, Nauka, 1988, p. 44 : Archives d’histoire (...)

129Cet apprentissage de la main-d’œuvre s’est opéré dans les pires conditions. Nous avons déjà dit un mot du logement, mais il faut y revenir. Le 1er octobre 1930, la population de Kuzneckstroj s’élevait à 40 000 personnes : un quart vivait dans des zemljanki ; un petit nombre réussissait à louer dans des localités proches ; l’écrasante majorité se casait tant bien que mal dans des baraques225. Entassement et promiscuité y régnaient : des locaux prévus pour quarante personnes en accueillaient le double ; on occupait aussi les annexes destinées en principe à d’autres usages (séchage du linge, bain) ; les couples cohabitaient avec les célibataires. Le mobilier était réduit au strict minimum : la pièce était équipée d’un poêle pour le chauffage ; on manquait de tables, de tabourets ; les gens dormaient sur des châlits, souvent sans matelas (ne parlons pas des draps). Les désinfections périodiques à la chaux n’empêchaient pas les insectes (poux, puces, punaises, blattes) de pulluler. Cette description s’appuie sur des données tirées des archives226 qui confirment entièrement le saisissant témoignage de I. Ehrenbourg :

  • 227 Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 8.
  • 228 Ibid., p. 12 et 32-33.

À la baraque 28, comme dans les autres baraques, les gens avaient vidé les paillasses de leur foin et se coulaient maintenant dans les sacs rayés. Les flancs grattés à vif cuisaient227.
La famille entière dormait sur un seul lit de sangle. Les gens se grattaient, s’étreignaient, se multipliaient dans cette exiguïté. On suspendait autour des couchettes des haillons pourris et malodorants pour essayer de protéger ses nuits contre les yeux des voisins.
Kolka examinait chagrinement la baraque [...]. Il se demanda pourquoi il était venu [...]. Vraiment, est-ce qu’on peut vivre dans une étable pareille ? Toujours sur le même journal, Kolka lut : « Nous construisons un Géant. » Il sourit, incrédule : il ne voyait autour de lui que des gens las et malheureux228.

  • 229 Le passage qui suit s’appuie sur Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 14, 218, 300 ; Isaev, op. cit.(...)

130Tout le cadre de vie était à l’image du logement : empreint d’une extrême pauvreté229. Il n’y avait ni rues, ni trottoirs, ni réverbères : faute de transports en commun, les gens se déplaçaient à pied, en essayant d’éviter tranchées et fondrières. L’absence d’arbres aggravait la pollution (poussière noire, odeurs désagréables) due aux activités minières et sidérurgiques ; le manque d’espaces verts était d’ailleurs général dans les villes de Sibérie occidentale (2 m2 par habitant en 1931, pour une « norme sanitaire » estimée à 10 m2). Jusqu’en 1932, les dirigeants ont concentré tous leurs efforts sur le démarrage du combinat ; l’aménagement urbain a été négligé à un point tel que nous hésitons à parler de ville à cette époque : un voyageur français, Pierre Frédérix, a pu qualifier Novokuzneck de « camp ». Si l’Amérique doit servir de référence, c’est à la conquête de l’Ouest qu’il faut penser, et non aux États-Unis de 1930.

131Le second plan a été marqué par de gros efforts en matière d’urbanisme et d’équipement : la circulation a été facilitée par la construction de larges avenues asphaltées et de trottoirs ; la première ligne de tramway a été mise en service au mois de novembre 1933. Les aménagements réalisés (construction d’un réseau d’égouts, par exemple) ont sans conteste bénéficié à la population en améliorant son cadre de vie, mais les progrès, réels, ne doivent pas être surestimés. Trop de projets répondaient à des considérations de prestige ou servaient avant tout les intérêts des privilégiés : ainsi l’hôtel de cinq étages édifié dès 1933. Le style monumental prôné par le régime coûtait cher : les ouvriers de la sidérurgie avaient leur Palais de la Culture, mais la majorité d’entre eux vivait encore dans des baraques. Novokuzneck a certes changé de visage, mais en 1937 seul le centre (la « Ville socialiste ») était construit en dur ; selon Pierre Frédérix, dont le voyage date de l’été 1933, la construction y était de mauvaise qualité, les immeubles mal entretenus :

  • 230 P. Frédérix, Machines en Asie : Oural et Sibérie soviétiques, Plon, 1934, p. 63 et p. 69-70.

Dans celui où je venais de pénétrer, la cage de l’escalier montrait un sol en terre battue. À chaque marche, des plaques de ciment étaient crevées. Des châssis de fenêtres pendaient arrachés à leurs embrasures. [...].
Les chambres sont crépies à la chaux ; si l’on plante un clou, une longue fissure s’ouvre. Doubles fenêtres. Beaucoup de carreaux cassés. [...]. Dans toutes les pièces, la lumière électrique. Les radiateurs sont posés, mais l’eau n’y arrive pas encore. Pour se laver, une cuvette et un seau que remplit chaque jour la « femme d’étage » installée avec son samovar au bout du couloir. Pas de water-closets230.

132Dans ses Mémoires, V.A. Kravchenko décrit la ville telle qu’elle lui apparut en 1939 :

  • 231 Kravchenko, J’ai choisi la liberté !, p. 429.

Derrière les superbes locaux administratifs et les maisons neuves destinées aux ouvriers qualifiés, se trouvaient les taudis puants que l’on appelait « shanghaïs » et qui étaient, en effet, aussi infects que les plus infectes tanières d’Extrême-Orient.
D’innombrables baraquements avaient poussé comme des champignons autour de la vieille ville [...] des milliers de familles vivaient dans des abris suintants, creusés à même la terre [...]. Ces taudis mesuraient en général 5 à 6 mètres de long, 2,5 m à 3,5 m de large et 2 mètres à 2,75 m de profondeur ; on y logeait deux personnes. Ces « abris » avaient des toits de planches sur lesquels on disposait des branchages, de la paille, de la boue [...]. Les plus chanceux arrivaient à se procurer quelques planches supplémentaires dont ils garnissaient les murs et le sol boueux231.

133Nous venons de décrire l’état effroyable des logements et de l’environnement « urbain » ; dans tous les domaines de la vie quotidienne, l’historien retrouve difficultés et privations. Le travail s’effectuait dans des conditions très pénibles :

  • fortes gelées en hiver, d’autant plus redoutables pour la santé (pieds gelés, etc.) que l’on manquait de bottes et de chaussures fourrées,
  • nombreuses heures supplémentaires, y compris la nuit, pour terminer une tâche considérée comme urgente,
  • techniques primitives et improvisation, entraînant de graves accidents : aucun chiffre n’a été rendu public à ce sujet, mais I. Ehrenbourg l’aborde à plusieurs reprises232 :

Les échafaudages se rompirent et les hommes tombèrent dans le four en construction où ils furent asphyxiés. On les enterra solennellement [...]. Quatre terrassiers furent pris sous un éboulement [...]. À l’atelier des briques réfractaires, un wagonnet dérailla et écrasa six constructeurs.

  • 233 Poljanskaja, art. cit., p. 103.

134Or, en 1930, l’unique hôpital disposait de 170 lits, alors que les besoins étaient estimés à 300 ; deux médecins seulement assuraient les tournées dans la population233.

  • 234 Ibid, (données pour 1930).
  • 235 Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 17, 149, 255-256, 333, 361 ; p. 44 : « Les chtchi du réfectoire (...)
  • 236 Ibid., p. 34 et 37 ; p. 16 et 350.
  • 237 Scott, Au-delà de l’Oural, passim.

135Après un dur travail, les ouvriers devaient faire la queue pour se laver : le chantier n’avait qu’un établissement de bains, d’une capacité de 70 personnes à l’heure ; les « travailleurs de choc » (udarniki) passaient hors file ! Conçues pour 13 000 repas par jour, les cuisines en préparaient 28 000 en moyenne234. La nourriture laissait beaucoup à désirer, en quantité et en qualité, surtout pour des terrassiers astreints à des efforts physiques exténuants : viande, sucre et lard manquaient ; le café était remplacé par des succédanés235. Par deux fois, I. Ehrenbourg va jusqu’à parler de faim ; il fait aussi allusion aux ravages du typhus236. L’absence de données statistiques empêche d’aller au-delà de ces quelques notations ; il s’en dégage un tableau très sombre, mais les souvenirs de J. Scott sur Magnitogorsk ne disent pas autre chose237.

136Et pourtant... malgré le chaos régnant sur le chantier, malgré les sacrifices imposés aux ouvriers, la construction du KMK a pu être menée à bien : situé loin du front, le combinat Oural-Kuzneck a largement contribué à la victoire de l’Armée rouge en 1945. Comment expliquer ce succès, obtenu il est vrai à un coût matériel et humain fort élevé ?

  • 238 Frédérix, op. cit., p. 67, et M. Ribardière, U.R.S.S. 1933, Malakoff- Paris, Théo Brugière, 83 p., (...)

137Les difficultés à vaincre étaient si nombreuses que l’on est tenté de parler de miracle ; en fait, il ne faut pas raisonner selon les critères ordinaires d’une période de paix. Les hommes vivaient « comme à la guerre » : c’est ce qu’avaient bien compris deux voyageurs français des années trente, P. Frédérix et M. Ribardière ; dans son roman consacré aux grands chantiers, Boris Pilniak revient sans cesse sur ce thème238 : « En vérité, si l’on avait institué un uniforme pour les corporations de bâtisseurs, la Russie eût été toute d’armées en marche. »

  • 239 Souligné par l’auteur, cf. O. Lange, « The role of planning in a socialist economy », conférence pr (...)

138L’expérience du combinat de Kuzneck donne des arguments de poids en faveur des thèses d’Oskar Lange : l’économie soviétique des années trente « peut être décrite, au fond, comme une économie de guerre sui generis239 ». La construction du KMK s’est apparentée à une véritable bataille : les autorités ont su mobiliser les énergies en utilisant deux stimulants : la peur et l’enthousiasme.

  • 240 Frankfurt, Men and Steel..., p. 102-104.
  • 241 I.P. Bardin v vospominanijax sovremennikov, M., Nauka, 1985, p. 32.

139La police politique était omniprésente sur le chantier, considéré comme une entreprise d’intérêt national240 : elle employait à la fois des fonctionnaires à plein temps et des délateurs occasionnels, recrutés parmi les ouvriers ; dès qu’elle avait vent du moindre mécontentement, elle menait une enquête. Les protestations prenaient parfois des formes violentes : ainsi, à l’hiver 1931-1932, les logements des spécialistes américains et allemands ont été ravagés par une série d’incendies. On sait que dans les campagnes russes, de tradition, l’incendie était la forme suprême de la vengeance : au même moment, nombre de kolkhozes sibériens étaient victimes d’attaques du même genre venant de paysans expropriés. Si pesante qu’ait été la répression, il ne faut pas caricaturer la situation : les dirigeants étaient parfois obligés de faire des concessions. Ainsi, au printemps 1930, des maçons ont refusé de travailler parce qu’ils étaient employés comme terrassiers, et donc payés comme des ouvriers non qualifiés : la direction du syndicat a organisé une réunion pour mettre fin à la grève, sans résultats. Le conflit n’a cessé que lorsque les ouvriers eurent obtenu satisfaction241. Un passage de I. Ehrenbourg suggère qu’il ne s’est pas agi d’un cas isolé :

  • 242 Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 97.

Le riveteur Parchine monta la tête aux copains : ils n’allèrent pas travailler. Ils criaient :
 – Aboulez les combinaisons de travail. (Nous traduisons le mot russe specovka (specodežda) qui désigne les vêtements distribués aux ouvriers par les entreprises.)
Le partisan Egorov dit à Parchine :
 – Camarade Parchine, le pays a besoin d’acier. Est-ce que nous avons versé notre sang sur tous les fronts pour rouscailler maintenant à cause d’une combinaison de travail ?
Parchine ne se troubla pas. Il se tut un instant puis, sans regarder Egorov, il se remit à crier :
 – Aboulez les combinaisons de travail.
Trois jours plus tard, il recevait la combinaison de travail et partait immédiatement pour Karaganda242.

140Les jeunes constituaient l’écrasante majorité du personnel (cf. supra) ; sans eux, le chantier du KMK n’aurait pu être mené à bien : seuls des jeunes pouvaient supporter des conditions de travail aussi dures. Frankfurt a su s’appuyer sur eux et faire appel à leur enthousiasme, à leur zèle pour l’étude, à leur goût du record, à leur volonté de se dépasser : pour eux, « l’émulation socialiste » était une forme de sport. Il a su leur faire confiance : la construction de la fonderie, par exemple, a été confiée aux membres du Komsomol.

  • 243 Frankfurt, Men and Steel..., p. 163-168.

141Elle a eu lieu dans des conditions qui nous paraissent à peine croyables aujourd’hui : les bâtisseurs ont fait des heures supplémentaires le samedi (subbotniki) par – 40 °C. La fonderie achevée, beaucoup de postes de responsabilité (contremaîtres, techniciens et même ingénieurs) ont été confiés à des jeunes243. Les analyses psychologiques de Jules Romains, qui concernent la bataille de Verdun, gardent toute leur pertinence à Kuzneck :

  • 244 J. Romains, Les hommes de bonne volonté, t. XVI : Verdun, Paris, 1938, p. 203-204.

Ce qu’on oublie souvent, quand on essaie de comprendre cette guerre, c’est qu’elle est faite en moyenne par des gens très jeunes [...]. Les êtres jeunes s’accommodent de la saleté, de la grossièreté, du manque de confort. Ils ne pensent pas à l’avenir. Ils n’ont pas la pitié facile. Ils savent être féroces en rigolant244.

142Ces jeunes gens venaient le plus souvent de Sibérie : cette communauté d’origine a sans doute facilité leur adaptation sur le chantier.

Notes

1 Toutes les données sur le Kuzbass sont empruntées à deux ouvrages : H. Chambre, Union soviétique et développement économique, Aubier – Montaigne, 1967, p. 105-148, et Cahiers de l’I.S.E.A., série G, n° 100, avr. 1960 (en particulier les articles de H. Chambre, J.-M. Collette et E. Zaleski).

2 A.S. Moskovskij et V.A. Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija Sibiri (1926-1939 gg.), Novosibirsk, Nauka, 1984, 168 p. ; cf. aussi V.V. Alekseev et V.A. Isupov, Naselenie Sibiri v gody Velikoj Otečestvennoj Vojny, Novosibirsk, Nauka, 1986, 232 p.

3 C.D. Harris, Cities of the Soviet Union, Association of American Geographers, 1972, 2e éd., 484 p., p. 239-240 : pour la population urbaine de l’U.R.S.S. en 1939, Harris donne 56,1 millions d’habitants, soit 200 000 de plus que F. Lorimer.

4 R.A. Lewis et R.H. Rowland, « Urbanization in Russia and the U.S.S.R. : 1897-1966 », Annals of the Association of American geographers, déc. 1969, p. 791. Ces deux géographes ont calculé les corrélations de rang entre urbanisation et industrialisation pour dix-neuf grandes régions économiques. Ils ont utilisé les recensements de 1897, 1926 et 1959 (en ne retenant que les agglomérations de 15 000 habitants et plus) et des données sur la main-d’œuvre industrielle en 1897, 1926 et 1961 ; pour la période 1926-1959-1961, le coefficient atteint 0,794, soit une corrélation statistique significative. On ne constatait rien de tel en 1897 (coeff. : 0,416).

5 Ce point nécessite une explication. En France, la notion de ville répond à un critère statistique simple (plus de 2 000 habitants agglomérés au chef-lieu). En U.R.S.S., comme dans l’empire tsariste, c’est l’administration qui établit la liste des agglomérations considérées comme urbaines. Cette liste a été révisée avant le recensement de 1939 ; en 1937-1938, le nombre total de villes et « peuplements à caractère urbain » s’est ainsi accru de 764 unités (52 en Sibérie). La population urbaine a gagné 3,6 millions d’habitants de ce seul fait. Cf. Moskovskij et Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija..., p. 56.

6 Dans les frontières actuelles de l’oblast’ de Kemerovo (Novosibirsk exclue).

7 Tous les chiffres ont été arrondis : leur exactitude absolue est en effet douteuse. En principe, ils sont de meilleure qualité en 1926 et en 1939, car ils proviennent de recensements généraux ; on note cependant des divergences entre C.D. Harris et F. Lorimer pour 1939. Quant aux deux années intercensitaires (1929 et 1933), les données résultent de calculs qui intègrent trois composantes : naissances, décès, et migrations de population. Forcément approximatives, et à prendre comme telles, elles permettent seulement de dégager les grandes tendances.

8 Les résultats ont été publiés à Novosibirsk en 1931.

9 Outre le livre paru en 1984, cf. deux articles : A.S. Moskovskij, « Rost gorodskogo naselenija Sibiri v gody pervoj pjatiletki », Izvestija Sibirskogo otdelenija AN SSSR, Serija obšč. nauk, 1966, n° 5, fasc. 2, et A.S. Moskovskij et V.A. Isupov, « Istočniki formirovanija gorodskogo naselenija Sibiri v period soc. rekonstrukcii nar. xoz. », ibid., 1982, n° 1, fasc. 1.

10 Population urbaine uniquement.

11 Qui s’observe aussi en Sibérie orientale, en 1926 et en 1939.

12 Moins nombreuses que les hommes au début des années trente, les femmes trouvaient plus facilement à se marier : ces mariages ont sans doute diminué leur mobilité et favorisé leur installation définitive en ville.

13 D’autres facteurs ont pu jouer, comme l’extension du travail féminin (liée au plein emploi) ou la baisse de la natalité.

14 Cette analyse s’appuie implicitement sur une comparaison avec des données couvrant des zones plus vastes (Sibérie occidentale, ou Sibérie entière) que le lecteur trouvera chez Moskovskij et Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija..., p. 105-106 et 160.

15 Signalons au passage une inconnue : où sont classés les artisans coopérateurs en 1931 ? Apparemment parmi les ouvriers.

16 Moskovskij et Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija..., p. 151 (oblast’ de Novosibirsk et kraj de l’Altaj). Ce taux est supérieur à la moyenne soviétique (22,5 %, ibid., p. 55, ou 27 % selon l’article de 1966, p. 76).

Pour le Kuzbass, nous ne connaissons pas la répartition des migrants par catégories sociales ; à titre indicatif, voici quelques données concernant toute la Sibérie occidentale :
17

Image

Image

D’après Archives centrales de l’économie nationale, tonds 1562, citées par Moskovskij et Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija..., p. 87.

18 Note explicative du commissariat au Travail de l’U.R.S.S., tirée des Archives centrales de la révolution d’Octobre (f. 5515), et citée par Moskovskij et Isupov, ibid., p. 65.

19 Chiffres surestimés : ils ont été obtenus en supposant arbitrairement que les migrants venant des régions non sibériennes se sont tous installés dans des agglomérations urbaines.

20 Slavgorod et Kamen’-sur-Ob’ n’ont pas été touchées par la croissance urbaine de cette période : leur population a même diminué.

21 Moskovskij et Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija..., p. 68-69.

22 Thèse soutenue ibid., p. 69.

23 Kraj (« pays ») de l’Altaj (1937) : 261 600 km2. Oblast’ d’Omsk (1934) : 1 440 500 km2.

24 F. Lorimer constitue à cet égard une exception, cf. The population of the Soviet Union, p. 163-164 et p. 174.

25 Miklasz, op. cit., p. 225-242 : « L’attraction démographique du Kuznetsk ».

26 Cf. à ce sujet les pertinentes remarques de M. Lewin, La grande mutation soviétique, Paris, La Découverte, 1989, 208 p., p. 49-50.

27 Livre cité, p. 61-64.

28 Anna Larina Boukharina, Boukharine ma passion, Gallimard, 1990 ; Gourguen Mahari, Les barbelés en fleurs, Messidor, 1990. Ces deux témoignages ont été publiés en U.R.S.S. en 1988, à la faveur de la glasnost ; le roman de G. Mahari avait paru à Beyrouth, en arménien, dès 1971-1972.

29 Larina Boukharina, op. cit., p. 148.

30 La résolution du 30 janvier 1930 « Sur les mesures pour l’élimination des exploitations de koulaks dans les districts de collectivisation intégrale » avait divisé les koulaks en trois catégories :
(I) « L’aktiv contre-révolutionnaire ». Les chefs de famille devaient être condamnés sur-le-champ (prison ou camp de concentration) ; les autres membres de la famille devaient être exilés (catégorie II).
(II) « Les autres éléments de l’aktiv koulak », surtout les koulaks les plus riches, les gros koulaks et les anciens semi-propriétaires fonciers. Ils devaient être exilés dans des zones éloignées du Nord, de la Sibérie, de l’Oural et du Kazakhstan, ou dans des districts éloignés de leur propre région : d’où l’appellation de « colons spéciaux ».
(III) Le reste des koulaks, « loyaux dans leur attitude à l’égard du pouvoir soviétique ». Ils devaient être réinstallés sur de nouvelles terres situées en dehors des limites du kolkhoze, mais à l’intérieur du district administratif. En fait, en Sibérie, même les koulaks de la catégorie III ont été déportés.
D’après R.W. Davies, The Socialist offensive : the collectivisation of Soviet agriculture, 1929-1930, Londres, Mac Millan, 1980, 491 p., p. 235-236 ; B. Kerblay, Du mir aux agrovilles, Institut d’études slaves, 1985, p. 163 ; Krest’janstvo Sibiri v period stroitel’stva socializma (1917-1937 gg.), Novosibirsk, 1983, p. 262-263 et 267.

31 Dokumenty svidetel’stvujut 1927-1932, dir. V.P. Danilov et N.A. Ivnickij, M., Politizdat, 1989, p. 46-47. La précision de certains chiffres est évidemment illusoire.

32 N. Ja. Guščin et V.A. Il’inyx, Klassovaja bor’ba v sibirskoj derevne, Novosibirsk, 1987, 332 p., p. 268-281 ; Istorija sovetskogo krest’janstva, t. 2 : fin 1927-1937, M„ 1986, 448 p., p. 226-230.

33 Ibid., N.A. Ivnickij, auteur de cette estimation, ne précise pas si elle inclut les familles.

34 Nous reprenons ici l’analyse critique de A.S. Moskovskij, Formirovanie i razvitie rabočego klassa Sibiri v period stroitel’stva socializma, Novosibirsk, Nauka, 1968, 308 p., p. 13. Pour une part, ces remarques s’appliquent à toute l’U.R.S.S.

35 Encore simplifions-nous ! Cf. Chambre, art. cit., Cahiers de l’I.S.E.A., p. 270-271, et Moskovskij et Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija..., p. 18-19.

36 Cf. son article paru dans le recueil collectif Formirovanie i razvitie sovetskogo rabočego klassa (1917-1961 gg.), M., Nauka, 1964, 402 p., p. 261- 272.

37 A.V. Volčenko, in Novokuzneck v prošlom i nastojaščem, Novokuzneck, 1971, p. 112, d’après Archives d’État de l’oblast’ de Kemerovo (filiale de Novokuzneck), fonds 143. La plus grande prudence s’impose, car en 1965 le même auteur donnait des chiffres sensiblement plus élevés pour 1930 et 1931, cf. Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1963), fasc. I, Kemerovo, 1965, p. 47 (avec référence au même fonds d’archives).

38 En fait, en Sibérie, le recensement de 1929 s’était limité aux mineurs ; cela ne doit pas étonner, car la grande industrie se réduisait pratiquement à l’extraction du charbon.

39 R. Trempé, Les trois batailles du charbon 1936-1947, Paris, 1989, p. 101- 102 et p. 123-124.

40 Zaleski, art. cit., Cahiers de l’I.S.E.A., p. 127 et 156-157.

41 Ibid., p. 127, et tableau n° 15, p. 136-137 (à partir d’autres sources).

42 Ibid., p. 157 : à la veille de la guerre, la progression annuelle ne dépassait pas 40 000 à 60 000 m2.

43 V.I. Isaev, Byt rabočix Sibiri 1926-1937 gg., Novosibirsk, Nauka, 1988, p. 41. Remarque d’ordre général : la notion de surface habitable/tête demande à être utilisée avec précaution. Nous ne savons pas toujours ce qu’elle recouvre : certains chiffres sont artificiellement gonflés, car ils excluent une partie de la population mal logée.

44 Ibid., p. 42. L’histoire officielle de la classe ouvrière sibérienne cite des chiffres qui indiquent une légère amélioration pour les ouvriers des entreprises sibériennes entre 1925/1926 et 1927/1928, mais n’explique pas comment elle a pu être obtenue. Cf. Rabočij klass Sibiri v period stroitel’stva socializma (1917-1937 gg.), Novosibirsk, Nauka, 1982, p. 292.

45 Ibid., p. 296.

46 Ibid., p. 302 : le pourcentage cité vaut pour le deuxième plan, les auteurs ne précisent pas pour quelle année.

47 Isaev, op. cit., p. 46 : il semble que ce chiffre porte sur l’ensemble des mineurs. En 1934, un quart des travailleurs logés par les entreprises vivaient dans des habitations temporaires et des baraques, cf. Zaleski, art. cit., p. 127.

48 Du mot russe zemlja, qui signifie « la terre ».

49 Cité par I. Ehrenbourg, Le deuxième jour de la Création, Gallimard, 1933, p. 52.

50 Ibid., p. 52 et 54, à propos de Novosibirsk ; cf. aussi p. 187 pour Sverdlovsk (Oural). Le terme est formé sur le mot russe naxal, qui signifie « personne mal élevée », d’où la traduction proposée par Madeleine Etard.

51 Op. cit., p. 47.

52 J. Scott, Au-delà de l’Oural : un travailleur américain dans la cité russe de l’acier, Lausanne, Marguerat, 1945, 250 p., p. 159.

53 Il s’agit de deux ingénieurs condamnés pour « sabotage », puis libérés et réintégrés.

54 Scott, op. cit., p. 224- 225 : le passage cité se rapporte à l’année 1938. Sur les abus des cadres, cf. aussi p. 180-181.

55 Chambre, art. cit., Cahiers de l’I.S.E. A, p. 306-307.

56 Revue du soviet des nationalités du CIK SSSR et de l’Académie communiste : le n° 1 a paru en mai 1930 ; la collection consultée à la B.D.I.C. couvre les années 1930-1936.

57 Abréviation utilisée à cette époque pour désigner les individus appartenant à des « minorités nationales » (nacional’nye men’šinstva, en russe).

58 Coin consacré à la propagande politique, orné d’un portrait de Lénine, où les ouvriers peuvent lire journaux et brochures.

59 Revoljucija i nacional’nosti, 1932, n° 4, p. 59-60. Le même article note que les jardins d’enfants destinés aux nacmen sont négligés et qu’on ne cherche guère à élever le taux d’activité et la qualification des femmes.

60 KPSS v rezoljucijax..., t. 5 : 1929-1932, M., 1984, p. 112.

61 Les études sur ce sujet ont commencé dès 1893, cf. F.D. Holzman, The quarterly journal of economics, août 1957, p. 371 et p. 375-378 (débats des années 1927-1930).

62 Thèse défendue par R.W. Davies, The Soviet economy in turmoil, 1929- 1930, Londres, MacMillan, 1989, p. 206-208 ; pour un avis contraire, cf. Holzman, art. cit., p. 401.

63 S. Frankfurt, Men and Steel : notes of a director of Soviet industry, M. – L., (Cooperative publishing society of foreign workers in the USSR), 1935, p. 222 : le décret mentionné, daté du 1erjuin 1930, ne semble pas avoir été publié.

64 Davies, op. cit., p. 498 (tableau 6) et 201-202 : le chiffre retenu correspond à la capacité standard d’une usine sidérurgique moderne aux États-Unis en 1929.

65 E. Zaleski, in Soviet investment for planned industrialisation, 1929-1937 : policy and practice, éd. R.W. Davies, Berkeley 1984, p. 71 ; Chambre, art. cit., Cahiers de l’I.S.E.A., p. 314. Les objectifs planifiés ont été à nouveau augmentés en 1936 et 1938.

66 Article paru en 1930 dans le Bulletin du Gipromez, cité par Davies, The Soviet economy..., p. 203.

67 Cité par I.P. Bardin, Žizn’ inženera, M., 1938, p. 128 (propos tenus en 1929). Même référence aux États-Unis chez Ordžonikidze en 1936, cf. ibid., p. 199- 200.

68 M.K. Kurako (1872-1920) – célèbre ingénieur russe qui a dirigé le département des hauts fourneaux dans plusieurs usines ukrainiennes (Kramatorsk, Juzovka, Enakievo). Il a été à l’origine de plusieurs innovations techniques et a formé un grand nombre de jeunes spécialistes. En 1917, à l’invitation de la société Kopikuz (mines du Kuzbass), il partit pour la Sibérie : il était déjà question d’y construire un complexe métallurgique « de type américain ». Mort du typhus à Kuzneck en 1920. D’après Bardin, op. cit., p. 31-38, 44-48 et 123 ; Bol’šaja sovetskaja ènciklopedija, t. 14, M., 1973, p. 21.

69 L’usine d’Enakievo appartenait à la Société Russo-Belge, qui s’appuyait sur la Société Générale de Belgique. Cf. R. Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887-1914, A. Colin, 1973, p. 279 et 371.

70 Les citations qui suivent sont extraites du recueil de souvenirs publié par l’institut de métallurgie de l’Académie des sciences pour le centième anniversaire de la naissance de Bardin : I.P. Bardin v vospominanijax sovremennikov, Nauka, 1985, p. 11, 30, 39 et 107.

71 C’est l’expression qu’il emploie dans son autobiographie, Žizn inženera, op. cit., p. 121.

72 Ibid., p. 187-188.

73 La ressemblance entre les deux biographies ne laisse aucun doute sur ce point : A. Bek n’a modifié que des détails, cf. l’édition française, Messidor, 1988 (trad. M. Gourg), p. 110 sq., 123-125, 164, 167 et 170-171. Ce roman, achevé en 1964, a été refusé par la censure soviétique ; il n’a été publié en U.R.S.S. qu’après la mort de Bek, dans la revue Znamja (nos 10-11 de 1986). Mais il avait paru en Allemagne de l’Ouest dès 1971 (Frankfurt am Main, Possev).

74 Frankfurt, Men and Steel..., p. 23. Il est possible que Frankfurt ait eu une formation d’ingénieur dans une autre spécialité : selon M. Ribardière (U.R.S.S. 1933, Malakoff – Paris, Th. Brugière, p. 82), il était ancien élève de l’école électrotechnique de Grenoble. Il a servi de modèle au personnage de Schaur dans Den’vtoroj de I. Ehrenbourg : cf. Le deuxième jour..., p. 97-109, et les Mémoires de I. Ehrenbourg (Les deux pôles, Gallimard, 1964, p. 295 ; Le sceau du temps, M., Éd. du Progrès, 1989, p. 198).

75 D. Granick, Management of the industrial firm in the USSR, New York, Columbia U.P., 1954, chap. III.

76 Récits convergents des deux protagonistes : Bardin, op. cit., p. 159-160, et Frankfurt, Men and Steel..., p. 206.

77 Novokuzneck v prošlom i nastojaščem, Novokuzneck, 1971, p. 130. Fils de paysan, d’abord ouvrier à Taganrog, I.P. Butenko fut envoyé en 1920 à l’institut polytechnique du Don (Novočerkassk) : ses études terminées, il travailla dans la métallurgie du Donbass. Il aurait été victime des purges, selon V.A. Kravchenko, J’ai choisi la liberté !, rééd., O. Orban – Nouvelles Éditions Baudinière, 1980, p. 339.

78 Si Frankfurt a été accusé d’être un espion français (plutôt que japonais ou allemand), c’est sans doute parce qu’il parlait couramment français ; à Kuzneck, il avait à plusieurs reprises reçu des Français chez lui.

79 Bardin, op. cit., p. 159.

80 Texte reproduit dans Ju. V. Feofanov, O vlasti i prave, M., 1989, p. 376-382.

81 Soit autant que les modèles américains les plus avancés, cf. Davies, op. cit., p. 203.

82 9,1 % de l’acier et 8,6 % des laminés, cf. A.S. Moskovskij, Promyšlennoe osvoenie Sibiri v period stroitel’stva socializma (1917-1937 gg.), Novosibirsk, Nauka, 1975, p. 227-228. En fait, les travaux ont dû se prolonger après 1937, puisque la commission d’État ne les a réceptionnés qu’en mars 1940, cf. A.V. Volčenko, dans le recueil collectif Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse, fasc. II, Kemerovo, 1966, p. 67.

83 Nous traduisons le terme russe stroiteli, qui désigne l’ensemble des travailleurs du bâtiment (ouvriers, contremaîtres, ingénieurs).

84 Frankfurt, Men and Steel..., p. 183 et 188.

85 Ibid., p. 132.

86 En poste à Magnitogorsk de l’automne 1933 au début de 1937.

87 Scott, op. cit., p. 83.

88 Rien ne prouve que tout le personnel ait été recensé.

89 D’après M. Ju. Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1965), fasc. II, Kemerovo 1966, p. 146 et 153. Cependant, les dossiers des années 1930-1931 ont été en grande partie perdus.

90 Voici les chiffres exacts pour l’ensemble de l’U.R.S.S. : construction industrielle-communale de logements – 29,6 ans ; construction de voies ferrées et de routes – 29,2 ans.

91 En Sibérie, le travail saisonnier était peu répandu dans le bâtiment : en revanche, il était pratiqué dans d’autres branches (abattage et flottage du bois, mines, transports). Cf. l’article de V.P. Danilov, Istoričeskie zapiski, n° 94 (1974), p. 77 (tableau 4) et p. 89.

92 Slavgorod et Barnaul dans l’Altaj ; Barabinsk dans l’actuelle oblast’ de Novosibirsk, à l’ouest de Novosibirsk.

93 Frankfurt, Men and Steel..., p. 35-36. Cf. aussi p. 32 : « Il nous faut des dizaines de milliers d’ouvriers [...]. Nous devons compter principalement sur les Sibériens. »

94 Novokuzneck v prošlom i nastojaščem, p. 114-115 (A.V. Volčenko, qui se réfère à des fonds d’archives).

95 Povest’ : récit intermédiaire, par sa longueur, entre la nouvelle et le roman.

96 On notera au passage la place prédominante des jeunes filles.

97 Sur ces catégories, cf. supra, p. 201, n. 2.

98 B. Kerblay, « Le paysan sibérien de la première moitié du XXe siècle (sur quelques travaux récents des historiens soviétiques) », article publié en 1970, repris dans Du mir aux agrovilles, Institut d’études slaves, 1985, p. 162-164 ; Aktual’nye problemy istorii sovetskoj Sibiri, Novosibirsk, 1990, p. 162 ; pour le texte de la résolution du comité central du parti bolchévique « Sur la socialisation forcée du bétail » (26 mars 1932), cf. KPSS v rezoljucijax..., t. 5, M., 1984, p. 406.

99 Leur nombre s’élèverait à une centaine en deux mois et demi (de janvier à la mi-mars 1930), d’après Aktual’nye problemy istorii sovetskoj Sibiri, p. 147.

100 En 1930, en Sibérie occidentale, la police politique a « liquidé » 537 bandes armées ; ces révoltes n’ont cessé que dans la seconde moitié de 1931. Krest’janstvo Sibiri... (1917-1937), p. 257-258 et 264-265.

101 Ibid., p. 291-294.

102 Tableau établi à partir des sources suivantes : Krestjanstvo Sibiri... (1917- 1937), p. 292 (qui ne fournit pas de données chiffrées pour les années postérieures à 1932) ; J.-L. Van Regemorter, D’une perestroïka à l’autre, SEDES, 1990, p. 265. En Sibérie, 1928 représente la meilleure année de la NEP ; pour toute l’U.R.S.S., c’est 1926.

103 La Sibérie occidentale a été frappée par la sécheresse en 1931.

104 Krest’janstvo Sibiri... (1917-1937), p. 292 (Archives centrales d’État de l’économie nationale, fonds 8040).

105 Ont été touchées, outre la Sibérie, les régions suivantes : Ukraine, Don et Nord Caucase, Basse et Moyenne Volga, Sud de l’Oural et Kazakhstan (d’après V.P. Danilov, « La collectivisation de l’agriculture en U.R.S.S. », Istorija SSSR, 1990, n° 5, p. 27). Jusqu’à une date toute récente, la famine de 1931-1933 était un sujet tabou pour les historiens soviétiques. Cette question n’était abordée que dans des œuvres littéraires : pour la Sibérie, cf. Victor Astafiev, « L’ange gardien » (1967), trad. française par F. Burgun, À l’écoute des villages soviétiques, La Table Ronde, 1986, p. 241-257 ; Valentin Raspoutine, Vis et n’oublie pas (1974), trad. française par N. Dombre, L’Âge d’homme, 1979, p. 13-14. Dans les deux cas, l’action se passe en Sibérie orientale.

106 V.P. Danilov, art. cit., p. 26 : il en allait de même en Ukraine, au Nord Caucase, dans la région de la Volga et au Kazakhstan.

107 Le terme de contrats ne doit pas induire en erreur : en fait, le montant des livraisons était fixé unilatéralement par l’État.

108 Extraits d’une lettre de V.G. Fejgin, membre de la commission centrale de contrôle du PC(b), à Ordžonikidze (9 avril 1932), Dokumenty svidetel’stvujut..., op. cit., p. 470-471 (Institut du marxisme-léninisme, Archives centrales du Parti, fonds 85).

109 Aktual’nye problemy istorii sovetskoj Sibiri, p. 162.

110 Krest’janstvo Sibiri... (1917-1937), p. 280 ; en Sibérie orientale, la population rurale n’a diminué que de 5 % (114 000 habitants).

111 Il faudrait aussi tenir compte de l’augmentation de la mortalité.

112 Kuzneckstroj a aussi servi de refuge à tous ceux qui, pour des raisons diverses, cherchaient à se faire oublier des autorités : paysans qui craignaient d’être « dékoulakisés » et déportés, « koulaks » qui avaient réussi à s’enfuir des lieux de relégation et, à l’occasion, criminels. Cf. Frankfurt, Men and Steel..., p. 25 et 38.

113 Ibid., p. 5. Il est vrai que le terme de Klondike doit également être pris au sens propre : certains espéraient trouver de l’or sur le chantier (ibid., p. 38).

114 À ce sujet, cf. V. Monteil, Les Musulmans soviétiques, Seuil, 1982, p. 140- 144, et I.E. Zelenin, Istorija SSSR, 1989, n° 2, p. 4-8. Nous ne savons pas si les Kazakhs ont été intégrés ou non dans le recensement syndical de 1932/1933 : tel qu’il a été publié, ce dernier ne fournit aucune donnée sur la composition ethnique de la main-d’œuvre.

115 Frankfurt, Men and Steel..., p. 173 ; I. Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 15.

116 Chantier et usine réunis.

117 Il représente une limite maximum, car il inclut aussi les travailleurs venus en mission ou dans le cadre des « mobilisations » décidées par le PC, le Komsomol ou le syndicat. Cf. Novokuzneck v prošlom i nastojascem, Novokuzneck, 1971, p. 116.

118 Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1965), fasc. II, Kemerovo, 1966, p. 154. Ici encore, les pourcentages cités incluent d’autres catégories (jeunes sortant des établissements d’enseignement).

119 Frankfurt, Men and Steel..., p. 126-127.

120 En fait, les « colons spéciaux » ne venaient pas tous de Russie d’Europe : il y avait aussi des Sibériens parmi eux, cf. ibid., p. 139-140.

121 Les déportés étaient transportés dans des wagons à bestiaux.

122 Ces habitations creusées à même le sol sont appelées en russe zemljanki (de zemlja, la terre).

123 Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 49.

124 Frankfurt, Men and Steel..., p. 143-144.

125 V.P. Danilov et S.A. Krasil’nikov (dir.), Specpereselency v Zapadnoj Sibiri : vesna 1930-načalo 1933 goda, Novosibirsk, Ekor, 1993, p. 148 et 248.

126 Ibid., p. 149-150, 428-249 et 306-307. À propos de la surmortalité, cf. aussi le témoignage de la veuve de S.M. Frankfurt, in Feofanov, O vlasti i prave, p. 378.

127 Frankfurt, Men and Steel..., p. 141-142.

128 V.N. Eliseeva, Iz istorii central’no-černozëmnyx oblastej, t. 63, Voronež, 1967, p. 65-66.

129 Frankfurt, Men and Steel..., p. 64-65.

130 Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 96.

131 Op. cit., p. 65, 139-140, 142 et 144 ; cf. aussi Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 15.

132 Specpereselency v Zapadnoj Sibiri..., op. cit., p. 147 et 150-151.

133 Tout le passage qui suit doit beaucoup à Anne D. Rassweiler, The generation of power : the history of Dneprostroi, New York – Oxford, Oxford U.P., 1988, p. 139-141.

134 M.T. Gol’cman in Izmenenija v čislennosti i sostave sovetskogo rabočego klassa, M., 1961, p. 180 et 182.

135 Souvenirs cités (d’après les archives) par M. Ju. Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1967), fasc. III, Kemerovo, 1968, p. 48. A. Adon’eva était une permanente du Komsomol : le Comité central de cette organisation l’a envoyée à Kuzneck en 1930.

136 À ce sujet, cf. les conclusions de l’enquête menée sur le chantier de l’usine de tracteurs de Xar’kov, Voprosy truda, 1931, n° 6, p. 89.

137 Une version antérieure, parue à Novosibirsk en 1936, disait : « L’Amérique en Sibérie – c’est tout simplement stupide ! ».

138 Ici, la version de 1936 comportait une phrase qui a été omise en 1938 : « Regardez, ils portent des laptis » (chaussure traditionnelle du paysan russe).

139 Bardin, Žizn inženera, p. 166. Pour d’autres déclarations allant dans le même sens, cf. Frankfurt, Men and Steel..., p. 108.

140 Dmitriev, arrivé à Kuzneck au printemps 1930, était ingénieur civil en chef. Il avait vingt ans d’expérience professionnelle.

141 Frankfurt, Men and Steel..., p. 32. Cf. aussi p. 36 : « Les nouveaux venus étaient regardés de travers par les anciens (ouvriers saisonniers et ingénieurs) : “Que peut-on tirer d’eux ? Ils ne font qu’abîmer le matériel.” ».

142 Frankfurt, Men and Steel..., p. 36 ; p. 169 (« Les femmes sibériennes travaillaient particulièrement bien. Petites, fortes, larges d’épaules et de hanches, elles manifestaient beaucoup de résistance et d’application ») ; Bardin, op. cit., p. 181.

143 Ju. M. Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1967), fasc. III, Kemerovo, 1968, p. 46.

144 A.S. Moskovskij, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1963), fasc. I, Kemerovo, 1965, p. 60.

145 Nous simplifions : en fait, A.K. Gastev avait créé dès 1920 un Institut du travail ; ce dernier est devenu Institut central du travail en 1921, par fusion avec l’institut d’étude expérimentale du travail vivant.

146 Istorija sovetskoj psixologii truda (textes), Izd. MGU, 1983, p. 276 (extrait de Kak nado rabotat’, 1921).

147 K.E. Bailes, « Alexei Gastev and the Soviet controversy over taylorism, 1918-24 », Soviet studies, 1977, n° 3, p. 383 et 389.

148 M. Anstett, La formation de la main-d’œuvre qualifiée en Union soviétique, M. Rivière, 1958, p. 227.

149 Dans le rapport d’activité présenté par Gastev en 1930, la « formation du personnel » figure en première place parmi les travaux de l’Institut. Cf. Istorija sovetskoj psixologii truda, p. 335-336.

150 Autobiographie publiée dans Dejateli SSSR i revoljucionnogo dviženija Rossii, t. 41 du Dictionnaire encyclopédique Granat, M., 1927-1929.

151 Notons au passage que ce thème était déjà présent dans les poèmes de Gastev écrits avant 1914 : « nerfs d’acier », « muscles comme des rails de fer ». Bailes, art. cit., p. 373-374.

152 « Trudovye ustanovki », Organizacija truda, 1924, n° 1, reproduit in U istokov NOT, Izd. LGU, 1990, p. 42-50 (ici p. 46).

153 Ibid., « machinisation » est un calque du néologisme russe mašinizirovanie.

154 Vestnik inženerov, 1925, n° 4, cité in U istokov NOT, p. 25. Cf. aussi les « thèses » du CIT (1928) : « Par culture, nous entendons non la formation, mais l’“habileté”, et par “habileté” un degré extrême de machinisation du travailleur. » A.N. Veselov, Professional’no-texničeskoe obrazovanie v SSSR, M., 1961, p. 254.

155 « Trudovye ustanovki », art. cit., p. 47.

156 G. Friedmann, Problèmes du machinisme en U.R.S.S. et dans les pays capitalistes, Paris, Éditions Sociales Internationales, 1934, p. 44-45. L’auteur ne précise pas la date exacte de cette observation. Pour plus de détails sur le rôle de la gymnastique dans les méthodes du CIT, cf. Anstett, op. cit., p. 227-228.

157 Sur les critiques précoces de A. Bogdanov, théoricien du Proletkult, cf. Bailes, art. cit., p. 379-381.

158 Archives du Comité central du Komsomol, fonds de la commission économique, 1928, dossier 23, f. 7, cf. Veselov, op. cit., p. 256.

159 En 1924, il fallait débourser 2 400 roubles pour former un ouvrier hautement qualifié en trois ou quatre ans dans une école d’apprentissage ; le CIT n’en demandait que 120, soit vingt fois moins, pour trois à six mois de cours (U istokov NOT, p. 24).

160 Anstett, op. cit., p. 229. En fait, à Kuzneck, la durée des études était de un ou deux mois (Moskovskij, h istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1963), p. 60).

161 Archives centrales d’État de la révolution d’Octobre, fonds 5469, inventaire 14, dossier 300, f. 92, d’après Veselov, op. cit., p. 256.

162 Voprosy truda, 1931, n° 6, p. 83-90 ; nous n’avons pas trouvé d’étude comparable sur Kuzneckstroj.

163 Il ne faut guère s’en étonner : la rationalisation coûte cher et exige du personnel qualifié. Aujourd’hui encore, l’organisation scientifique du travail ne touche que 20 % de la construction effectuée en U.R.S.S. (chiffre de 1975). Cf. D.A. Dyker, The process of investment in the Soviet Union, Cambridge U.P., 1983, p. 94.

164 Voprosy truda, art. cit., p. 90. Pour une appréciation similaire, cf. Rassweiler, The generation of power : the history of Dneprostroi, op. cit., p. 160.

165 Trop peu nombreux, les « régleurs » étaient souvent rappelés par leur « base » de rattachement, qui avait besoin d’eux.

166 En 1935, elles n’ont formé que 2 154 jeunes, d’après N.V. Miljakov, Načal’nyj ètap formirovanija investicionnogo kompleksa SSSR, M., 1988, p. 131 ; l’auteur ne donne pas de chiffres pour les années antérieures.

167 Ibid., p. 116-118 et 129-134.

168 Op. cit., p. 84-85 et 198 ; cf. aussi p. 68, 188 et 196-197.

169 À propos du travail inachevé, on parlait aussi d’« extrémités lâches », ibid., p. 96.

170 Il s’agissait souvent de primes en nature (un kilo de sucre, un coupon de tissu), cf. I. Ehrenbourg, Le sceau du temps, M., 1989, p. 197.

171 Frankfurt, Men and Steel..., p. 56 ; cf. aussi p. 69-70.

172 Ibid., p. 193 ; sur le contrôle technique, cf. p. 51 et p. 56.

173 Bardin, Žizn’ inženera, op. cit., p. 178-179. Cf. aussi Frankfurt, Men and Steel..., p. 86-88, 218 et 225.

174 Bardin, ibid., p. 189.

175 Ibid., p. 189-191 ; Frankfurt, Men and Steel..., p. 180 ; I.P. Bardin v vospominanijax sovremennikov, op. cit., p. 46.

176 Les pimy sont des bottes en cuir de renne.

177 Ces transferts ont touché 9 275 personnes en 1934, 2 262 en 1935 et 4 128 au premier trimestre 1936, d’après Xazina, Iz. istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1967), p. 53 ; l’auteur ne donne pas de chiffres pour les années antérieures. Cf. aussi Frankfurt, Men and Steel..., p. 184 et 198-199. Pour la comparaison avec la France, cf. G. Ribeill, Les cheminots, La Découverte (Repères), 1984, p. 91-93.

Selon S.G. Strumilin, 178 Istorija černoj metallurgii v SSSR, M., 1967, p. 417, les 246 900 ouvriers de la sidérurgie se répartissaient de la façon suivante à la fin de 1932 (en %) :

Image

179 A.S. Moskovskij, lz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1963), p. 60.

180 Frankfurt, Men and Steel..., p. 204 : « Lors d’un voyage à Moscou, je demandai au Comité central de nommer un responsable pour ce travail. Malgré la forte résistance des dirigeants de l’École technique supérieure de Moscou, Zlotnikov fut muté chez nous ».

181 I.P. Bardin v vospominanijax..., op. cit., p. 65 (souvenirs de A.N. Red’ko).

182 Il faut y ajouter une école d’apprentissage du bâtiment, dont nous ne savons rien.

183 Rassweiler, The generation of power, op. cit., p. 158-160.

184 Frankfurt, Men and Steel..., p. 205.

185 Eod. loc.

186 Quant aux statistiques sur la formation accélérée, elles se contredisent totalement : selon le recensement syndical de 1932-1933, 17,5 % des ouvriers participaient aux « cercles techniques de production », mais la direction de l’usine donnait le chiffre de 31 % (en janvier 1933) ; peut-être cet écart s’explique-t-il par un taux élevé d’absentéisme. Cf. Profsojuznaja perepis’ 1932- 1933 g., M., 1934, p. 219, et I. Kuz’minov, Problemy èkonomiki, 1935, n° 5, p. 43.

187 Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1967), p. 52-53.

188 M. Ju. Xazina, Iz. istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1963), Kemerovo, 1965, p. 239-243 ; même titre (1917-1965), 1966, p. 152.

189 Situation similaire à Magnitogorsk, cf. Scott, Au-delà de l’Oural, op. cit., p. 92-93.

190 Cf. le dossier de l’ajusteur-réparateur Franz Putscher (qui est resté à Kuzneck d’octobre 1931 à novembre 1936), cité d’après les archives par Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1963), p. 241.

191 Ibid., p. 240-241 : souvenirs de V.T. Sinicyn, qui a fait son apprentissage dans cet atelier en 1932.

192 Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1967), p. 44-45 et 50- 53 ; N.K. Ziza et Z.G. Lixolobova, Bratskoe sodružestvo rabočego klassa v bor’be za industrializaciju strany, Kiev – Odessa, 1984, p. 59-61.

193 En fait, certains sont restés définitivement à Kuzneck.

194 Frankfurt, Men and Steel..., p. 216-217 ; G.K. Ordžonikidze, Stat’i i reči, t. 2, M., 1956, p. 677 (à propos des transferts de cadres). Ordžonikidze (1886- 1937) a été président du Vesenkha de novembre 1930 à janvier 1932, puis commissaire du peuple à l’industrie lourde de janvier 1932 à sa mort.

195 Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1967), p. 51-52 (mise en service du train de laminoir « 500 »).

196 Selon l’historien soviétique A.V. Volčenko, ils auraient concerné, au total, « plus d’un millier d’ouvriers » (cf. Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1963), p. 49). Ziza et Lixolobova (op. cit.), qui ont eu accès à de nombreux fonds d’archives, ne fournissent aucune donnée chiffrée.

197 Frankfurt, Men and Steel..., p. 85 ; l’Oural a fourni des spécialistes des matériaux réfractaires.

198 Praktik, en russe : désigne un cadre qui n’a pas de diplôme et doit sa promotion à son expérience.

199 Frankfurt, Men and Steel..., p. 190-191 et 194 ; Ziza et Lixolobova, op. cit., p. 61 ; Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1967), p. 55 ; V.N. Lazarev, Kul’tura i byt rabočix Sibiri v period stroitel’stva socializma, Novosibirsk, 1980, p. 87.

200 Les transferts de main-d’œuvre ne suffisaient pas à satisfaire les besoins d’une entreprise gigantesque. Aussi, sur proposition d’Ordžonikidze, le comité central du Komsomol a-t-il décidé en 1933 qu’à la fin de leurs études, de jeunes ingénieurs ou de jeunes techniciens seraient affectés à des postes d’ouvriers : « Les jeunes spécialistes – sur les lieux de travail ! », tel était le mot d’ordre. À Kuzneck, soixante-sept d’entre eux ont été employés comme fondeurs au creuzet, gaziers, etc. Cf. Novokuzneck v prošlom i nastojaščem, Novokuzneck, 1971, p. 129.

201 Le parrain peut aussi être un contremaître, voire un ingénieur ; il a la charge d’une ou deux personnes.

202 I. Kuz’minov, Problemy èkonomiki, 1935, n° 5, p. 44. Ici encore, les chiffres diffèrent selon les sources.

203 Nous traduisons ainsi le mot russe nepoladki (littéralement « à-coups ») qui désigne toutes les interruptions survenant dans le fonctionnement des installations.

204 Xazina, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1967), p. 54 (tiré des Archives du parti de l’oblast’ de Kemerovo) ; en décembre 1933, L.V. Selickij était fondeur en chef, et membre du parti bolchevique.

205 Voici quelques points de repère sur la biographie de N.A. Izotov : né dans une famille paysanne de la gubernija d’Orel. A travaillé dans le Donbass à partir de 1914. Se fait connaître en 1932 en publiant dans la Pravda (11 mai) un article qui lance le mouvement « izotoviste ». Participe en novembre 1935 à la Première conférence nationale des stakhanovistes (Moscou, Kremlin) ; adhère au PC(b) en 1936. En 1935-1937, élève de l’Académie industrielle à Moscou. À partir de la fin de l’année 1937, occupe des postes de direction dans l’industrie houillère. Député au Soviet suprême en 1937. D’après BSÊ, 2e éd„ t. 17, 1952 et 3e éd„ t. 10, 1972.

206 Ce système faisait partie intégrante du KRO (combinat de formation ouvrière).

207 Le Conseil du travail et de la défense était un comité restreint du Conseil des commissaires du Peuple ; il exerçait en fait le véritable pouvoir de gestion. Cf. E. Zaleski, « La planification stalinienne », Economica, 1984, p. 15-16.

208 C’est-à-dire du matériel coûteux, souvent importé de l’étranger, et qui devait être protégé des mains inexpertes.

209 Moskovskij, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1963), p. 61 sqq. ; G. Friedmann, De la sainte Russie à l’U.R.S.S., Gallimard, 1938, p. 95-96.

210 Kuz’minov, art. cit., p. 45 ; fin 1935, 797 050 ouvriers avaient subi l’examen avec succès, d’après la résolution du plénum du Comité central sur le stakhanovisme (Pravda, 26 décembre 1935).

211 Novokuzneck v prošlom i nastojaščem, p. 129.

212 Nous citons un slogan de cette époque : « Na šturm krepostej texniki ! »

213 C’est le discours prononcé par le secrétaire général lors de la Conférence des dirigeants de l’industrie (23 juin 1931) qui a annoncé le changement d’attitude des autorités. Cf. J. Staline, Les questions du léninisme, t. II, Éditions sociales, 1947, p. 44-46.

214 Résolution du plénum du Vesenkha et du Conseil central des syndicats (20 septembre 1931) ; l’industrie houillère est également concernée. A. Bergson, The structure of Soviet wages, Cambridge, Harvard U.P., 1946, p. 179. Sur cette politique de différenciation des salaires, cf. aussi Scott, Au-delà de l’Oural, p. 54-55 et 211 ; G. Friedmann, Inventaires, Alcan, 1936, p. 93-99.

215 Moskovskij, Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1963), p. 66, d’après le journal d’usine (Bol’ševistskaja stal’, 29 mai 1935) et les archives.

216 Frankfurt, Men and Steel..., p. 221. Durant l’hiver 1932-1933 (où la température est descendue jusqu’à – 50° C), Kuzneck a travaillé « d’une manière abominable », selon Bardin, Žizn’ inženera, p. 198. Cf. aussi I.P. Bardin v vospominanijax..., p. 52-53 ; Frankfurt, Men and Steel..., p. 195 et 219.

217 Où il recevait les directeurs d’usines métallurgiques. Cf. I.V. Stalin, Sočinenija, t. I (XIV), 1934-1940, éd. R.H. MacNeal, Stanford (Calif.), 1967, p. 49.

218 Scott, op. cit., p. 144 (train de laminoir « 500 ») et p. 163-166 (fours Martin).

219 C’est le terme officiel (osvoenie, en russe).

220 G.K. Ordžonikidze, Stat’i i reči, t. 2, M., 1956, p. 587-588 (20 sept. 1934) et p. 676 (12 mai 1935).

221 Nous utilisons ce terme dans le sens que lui donnent les ergonomes : « par incident, on entend tous les “dysfonctionnements” qui viennent perturber l’accomplissement prévu (prescrit) de la tâche : pannes diverses, déviations anormales de la norme, événements imprévus, perturbations, etc. » ; l’accident est considéré comme un incident parmi d’autres. M. de Montmollin, L’ergonomie, La Découverte (Repères), nouv. éd., 1990, p. 115.

222 Les résultats ont été publiés dans le recueil Voprosy organizacii i ozdorovlenija truda v martenovskom proizvodstve, ONTI NKTP SSSR, M. – L., 1935. Reproduit, avec des coupures, dans Istorija sovetskoj psixologii truda, Izd. MGU, 1983, p. 181-187.

223 Frankfurt, Men and Steel..., p. 196 et 215.

224 Cf. les thèmes récemment développés à partir de l’examen des accidents survenus dans l’industrie chimique ou dans les centrales nucléaires. Montmollin, op. cit., p. 8-9 et 75-80.

225 E.M. Poljanskaja, article dans le recueil collectif Novokuzneck v prošlom i nastojaščem, Novokuzneck, 1971, p. 100-110. En 1929, pour les premiers constructeurs, il avait fallu acheter des tentes dotées de cuisines roulantes.

226 V.I. Isaev, Byt rabočix Sibiri 1926-1937 gg., Novosibirsk, Nauka, 1988, p. 44 : Archives d’histoire du KMK et Archives d’État de l’oblast’ de Kemerovo (filiale de Novokuzneck).

227 Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 8.

228 Ibid., p. 12 et 32-33.

229 Le passage qui suit s’appuie sur Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 14, 218, 300 ; Isaev, op. cit., p. 48-51 ; Poljanskaja, art. cit.

230 P. Frédérix, Machines en Asie : Oural et Sibérie soviétiques, Plon, 1934, p. 63 et p. 69-70.

231 Kravchenko, J’ai choisi la liberté !, p. 429.

232 Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 17, 305 et 333 ; cf. aussi p. 13, 37, 39, 109, 246, 302, 314.

233 Poljanskaja, art. cit., p. 103.

234 Ibid, (données pour 1930).

235 Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 17, 149, 255-256, 333, 361 ; p. 44 : « Les chtchi du réfectoire, autant dire de l’eau. »

236 Ibid., p. 34 et 37 ; p. 16 et 350.

237 Scott, Au-delà de l’Oural, passim.

238 Frédérix, op. cit., p. 67, et M. Ribardière, U.R.S.S. 1933, Malakoff- Paris, Théo Brugière, 83 p., p. 11-12 ; B. Pilniak, La Volga se jette dans la Caspienne (trad. du russe par G. Aucouturier), Éd. du Carrefour, 1931, p. 28 ; cf. aussi p. 52-53, 102-103, 195, 203, 206, 214, 242, 305-306, 338-339.

239 Souligné par l’auteur, cf. O. Lange, « The role of planning in a socialist economy », conférence prononcée à Belgrade en 1957, in O. Lange, Papers in économies and sociology, Pergamon Press – PWN, 1970, p. 102. Cf. aussi J. Sapir, L’économie mobilisée, Paris, 1990, p. 23-39.

240 Frankfurt, Men and Steel..., p. 102-104.

241 I.P. Bardin v vospominanijax sovremennikov, M., Nauka, 1985, p. 32.

242 Ehrenbourg, Le deuxième jour..., p. 97.

243 Frankfurt, Men and Steel..., p. 163-168.

244 J. Romains, Les hommes de bonne volonté, t. XVI : Verdun, Paris, 1938, p. 203-204.

Notes de fin

1 Cf. les discours prononcés par N.M. Švernik (secrétaire du Conseil central des syndicats) et A.M. Cixon (commissaire du peuple au Travail) au IXe Congrès des syndicats (20-29 avril 1932), reproduits in Der 9. Gewerk-schaftskongress der UdSSR, M., 1932, p. 48-51 et 150-153.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Population urbaine de la Sibérie
Crédits D’après A.S. Moskovskij et V.A. Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija Sibiri (1926-1939), Novosibirsk, Nauka, 1984, 168 p., p. 29.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Composantes de la croissance urbaine 1926-1939 5
Crédits Sources : pour l’U.R.S.S. entière, calculs du statisticien P. I. Popov, publiés en 1939 ; pour la Sibérie, diverses publications et articles. Reproduit d’après Moskovskij et Isupov, Formirovanie gorodskogo naselenija..., p. 57.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Villes du Kuzbass6
Légende D’après Moskovskij et Isupov, op. cit., p. 148.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Tableau n° 1
Légende a) Formée en 1928 par fusion d’Anžerka et de Sudženka.b) Sčeglovsk jusqu’en 1932.c) Kol’šugino jusqu’en 1925, puis Lenino.d) Gur’evskij zavod.e) Prokop’evskij rudnik.f) Kuzneck (1617-1932) et Novokuzneck (1929-1932) fusionnent en 1932 pour former Stalinsk (1932-1961), rebaptisée Novokuzneck lors de la déstalinisation.g) Gusevka (1894-1903) ; Novonikolaevsk (1903-1925).N.B. Nous avons indiqué entre parenthèses, après le nom de la ville, l’année où les autorités lui ont accordé le statut d’agglomération urbaine. En 1929, par exemple, Anžero-Sudžensk, Prokop’evsk, Stalinsk qui dépassent 10 000 habitants ne sont pas encore considérées comme des villes.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Durée de présence (en %) de la population active dans les villes du Kuzbass (1931)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Origine des personnes vivant dans les villes du Kuzbass depuis 0-3 ans
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Dernier emploi avant l’entrée dans la production (en %)
Crédits D’après Moskovskij, Formirovanie i razvitie rabočego klassa..., op. cit., p. 72.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Tableau n° 2 Mineurs du Kuzbass
Légende a) Oural et Sibérie– Pour 1926, 1932 et 1934, Volčenko, art. cit., in Formirovame i razvitie...
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Surface habitable par personne (en m2)
Légende a) Début 1932.b) Régions européennes de l’U.R.S.S. : 4,4 m2.c) Au 1.10.1930 (Donbass : 3,8 m2).d) Au 1.1.1931.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4k
Titre Tableau n° 6 Combinat métallurgique de Kuzneck (1932/1933) Sidérurgistes Dernier emploi exercé avant l’entrée dans la production (en %)
Légende a) Hommes et femmes (apprentis inclus)b) Femmes.c) Apprentis.d) Commerçantes : 0,1 %
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47846/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search