Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en U.R.S.S.

 | 
Jean-Paul Depretto

Chapitre III. Les transformations de la classe ouvrière (1929-1932/1933)

Texte intégral

1Dans ce troisième chapitre, nous tenterons de décrire les changements survenus dans la composition interne de la classe ouvrière, en centrant notre analyse sur la période du premier plan quinquennal, car, pour ces années-là, nous disposons d’une riche documentation ; les autorités avaient en effet lancé de nombreuses enquêtes sur cette question, pour des raisons politiques : le régime craignait que le prolétariat ne fût « envahi » par des éléments d’origine paysanne ; il y voyait une menace d’affaiblissement pour le présent et pour l’avenir. En revanche, après 1933, les données publiées se sont raréfiées au point que nous ne savons pratiquement rien : la croissance des effectifs était beaucoup plus lente et le pouvoir, apparemment rassuré, a cessé de procéder à des recensements réguliers de la classe ouvrière.

2Les sources utilisées sont présentées en Annexe B (pour 1929, cf. le chapitre premier) ; leur abondance ne doit pas cacher les difficultés auxquelles se heurte leur exploitation. Par définition, les recensements livrent des instantanés de la situation à un moment donné ; pour mettre en mouvement ces images statiques, et reconstituer le film des évolutions, il faut mettre bout à bout les clichés pris à des dates successives et les comparer systématiquement. Malheureusement, nos sources ne se prêtent à un tel traitement que dans un petit nombre de cas, pour deux raisons :

  1. Tantôt elles englobent toute la main-d’œuvre, tantôt elles se limitent aux nouveaux venus ;
  2. Les industries concernées varient d’une fois sur l’autre. Aussi avons-nous dû, parfois, nous contenter d’informations ponctuelles, sans qu’il soit possible de suivre la trajectoire des changements : il en va ainsi, par exemple, pour l’industrie légère.

3L’état des sources et la mauvaise qualité des statistiques dans les années trente obligent à redoubler de rigueur et de minutie, à avancer pas à pas pour mieux étayer l’argumentation, au risque de l’alourdir. Là, plus encore qu’ailleurs, les résultats ne peuvent être appréciés indépendamment des méthodes utilisées pour les obtenir. Il importe que le lecteur puisse juger notre démarche sur pièces ; nous avons donc choisi de respecter, en général, l’ordre chronologique : un tel plan permet des démonstrations détaillées, documents à l’appui, à chaque étape de la progression :

  • Le premier paragraphe sera consacré aux ouvriers de l’industrie légère en 1930 (textile exclu) ;
  • Le second examinera les nouvelles recrues embauchées en 1931 dans l’industrie et la construction ;
  • le troisième cherchera à déterminer dans quelle mesure les résultats obtenus pour 1931 valent aussi pour les années qui précèdent ou qui suivent ;
  • Enfin, à l’issue de ce long cheminement, nous essaierons de dresser un bilan et de répondre à l’interrogation qui a servi de point de départ à ce chapitre : que s’est-il passé pendant le premier plan ? La classe ouvrière de 1929 a-t-elle disparu, submergée par l’afflux de paysans ? en quoi les nouveaux venus ont-ils modifié son visage ?

I. Le recensement de l’industrie légère (1930)

  • 1 Sur ce recensement de 1930, cf. Trud v SSSR, M. – L., 1932, p. 20-22, 46 et 82-85.

4Dans le premier chapitre, nous avons analysé en détail les résultats du recensement syndical réalisé en 1929 dans trois branches de la grande industrie (métaux, textiles, mines) : ils montrent qu’à la fin des années vingt, contrairement aux idées reçues, il existait en U.R.S.S. une classe ouvrière « héréditaire » (de deuxième ou troisième génération), relativement âgée, ayant une longue expérience du travail industriel. Au printemps et à l’été 1930, la section « statistique du travail » du Gosplan a procédé à un nouveau recensement par sondage (235 000 ouvriers) portant sur des secteurs d’activité non couverts en 1929 : à l’exception de la « chimie de base (groupe A) », il s’agit de branches relevant surtout de l’industrie légère. Il est frappant de retrouver les caractéristiques dégagées en 19291.

  1. L’ancienneté du personnel : 42 % des ouvriers sont entrés dans la production avant 1918 (51 % en 1929)2. La moyenne d’âge atteint 30 ans (31,2 ans en 1929).
  2. Quant à l’origine sociale, les ouvriers de deuxième génération (au moins) prédominent nettement, sauf dans le travail du bois et la chimie lourde (cf. tableau a).
  3. Les ouvriers ne sont que 14 % environ à posséder de la terre (21 % en 1929) ; ce chiffre est peut-être sous-estimé3.

5Il est vrai que le pourcentage des nouvelles recrues d’origine ouvrière baisse régulièrement et passe en dessous de 50 % après 1926- 1927, mais en 1929 il dépasse encore un peu la part de la population paysanne en forte hausse (tableau b).

Tableau a. Origine sociale des ouvriers, 1930 (en %)

Tableau a. Origine sociale des ouvriers, 1930 (en %)

N.B. 1) C’est l’activité du père qui est prise en considération.
2) Pour l’industrie alimentaire, il s’agit en général d’entreprises urbaines, les
branches saisonnières (minoterie, production de beurre et d’huile) sont les plus faiblement représentées.

Source : Trud v SSSB, M. – L., 1932, p. 89-91.

Tableau b Origine sociale des nouvelles recrues en fonction de leur date d’entrée dans la production (en %). Recensement de 1930

Tableau b Origine sociale des nouvelles recrues en fonction de leur date d’entrée dans la production (en %). Recensement de 1930

D’après Trud v SSSR, M. – L„ 1932, p. 21-22.

6Ici encore le recensement de 1930 prolonge une tendance qui apparaissait déjà dans l’enquête de 1929 (à l’exception notable de l’industrie cotonnière) : le poids croissant de la paysannerie dans la formation de la classe ouvrière.

7Cette enquête de 1930 a d’autant plus de prix pour l’historien qu’elle porte sur des fractions de la classe ouvrière dont on ne parle pratiquement jamais ; fait remarquable, ses conclusions rejoignent les résultats du recensement de 1929, consacré essentiellement à l’industrie lourde. Après 1930, le Gosplan a cessé de s’intéresser aux travailleurs de l’industrie légère, de sorte que nous ignorons tout de leur destin ultérieur.

II. Les nouvelles recrues de 1931 (industrie et construction)

8Par définition, l’enquête sur l’industrie légère portait sur un nombre limité de branches ; en outre, elle a été menée vers le milieu de 1930, alors que les effectifs ouvriers connaissent une croissance record pendant les deux années 1930 et 1931 (cf. chap. II). Il faut donc se tourner vers une autre source : le recensement syndical de 1931.

9En 1931, les syndicats ont cherché à savoir qui étaient leurs nouveaux adhérents : dans l’industrie et la construction, ce dénombrement a englobé 742 975 personnes, qui se répartissent comme suit :

Industrie Construction
1er semestre 137 957 43 721
2e semestre 426 252 135 045
total 564 209 178 766

10On observe un net déséquilibre numérique entre les deux moitiés de l’année : cela signifie probablement que les entreprises ont embauché beaucoup plus au second semestre qu’au premier.

  • 4 L’adhésion au syndicat n’était pas obligatoire.
  • 5 Cf. le texte dactylographié de notre thèse, vol. II, p. 645-657.

11Si ce recensement peut être considéré comme une photographie des nouvelles recrues qui affluent dans l’industrie et la construction, c’est avec quelques réserves : en effet, les travailleurs n’étaient pas tous syndiqués4 (pour plus de détails, se reporter à l’Annexe B). Il a le mérite de couvrir les branches industrielles les plus diverses, des charbonnages à la confection en passant par la construction mécanique et le travail du bois. Hélas, ses auteurs ont compliqué le travail de l’historien : ils ont publié les résultats obtenus par semestre, en omettant de donner une vue synthétique de l’année 1931. Il fallait présenter ces chiffres de façon plus commode et plus parlante pour l’esprit : nous avons donc recalculé les pourcentages sur une base annuelle5.

  • 6 Ces chiffres ne concernent que le second semestre 1931.

12D’emblée, on est frappé par la place des femmes : dans l’industrie, elles constituent 40 % des effectifs, avec une remarquable stabilité d’un semestre à l’autre. Le pourcentage de femmes varie en fonction de l’âge : avant vingt-quatre ans, il dépasse 40 % ; à partir de vingt-quatre ans, il passe en dessous de ce chiffre moyen et s’abaisse à 31 % au-delà de trente ans6.

13À examiner la répartition par âges, une constatation s’impose : les jeunes l’emportent : huit personnes sur dix ont moins de trente ans, près de six sur dix moins de vingt-trois ans ; la situation change peu d’un semestre à l’autre. Ne concluons pas à la prépondérance des adolescents (moins de dix-huit ans) : ils ne représentent que 18 % du total, contre 41 % pour la classe d’âge de dix-huit – vingt-deux ans, et 21 % de vingt-trois à vingt-neuf ans. C’est le groupe médian des jeunes adultes (dix-huit – vingt-neuf ans) qui donne la tonalité dominante : il englobe plus de six personnes sur dix. Les femmes sont encore plus jeunes que les hommes.

  • 7 Idem.

14Dans la construction, les nouveaux venus présentent un profil différent : la part des femmes n’atteint pas 20 %, et baisse au second semestre ; elle diminue régulièrement à mesure que l’âge augmente7. Elle est cependant importante pour une activité traditionnellement masculine, qui comptait environ 5 % de femmes en 1929. L’âge moyen est un peu plus élevé que dans l’industrie : sept recrues sur dix n’ont pas trente ans ; les jeunes gens (moins de vingt-trois ans) ne forment plus qu’une majorité relative (48 %), en raison du petit nombre d’adolescents (5-7 %). Les femmes sont plus jeunes que les hommes, phénomène déjà noté dans l’industrie.

15Sur les origines de la main-d’œuvre, le recensement de 1931 fournit trois types d’informations :

  1. Origine sociale, définie par la profession du père,
  2. Lien avec l’agriculture : il s’agit des ouvriers « qui ont gardé à la campagne une exploitation où leur famille vit et travaille la terre, ou qui sont restés membres d’un kolkhoze8 »,
  3. Dernier emploi occupé avant l’entrée dans l’entreprise actuelle (où a eu lieu le recensement). Le mot emploi s’entend au sens le plus large : exercice d’une profession, mais aussi études, service militaire, travail domestique, chômage, etc.9.

16Avant d’en venir à l’examen de ces données, trois remarques s’imposent :

  1. Elles ne permettent pas de déterminer avec exactitude l’origine géographique (ville, campagne) de la main-d’œuvre : les personnes recensées n’ont été interrogées ni sur leur lieu de naissance, ni sur leurs migrations éventuelles. De ce fait, il est impossible d’analyser le rôle de l’exode rural avec toute la rigueur souhaitable.
  2. Les résultats obtenus seront donc des approximations ; dans le meilleur des cas, on pourra parler de forte probabilité, non de certitude. Par exemple, il est raisonnable de penser qu’en majorité les enfants d’ouvriers viennent de la ville, mais ce n’est pas vrai de tous, car il existait aussi une classe ouvrière rurale : origine sociale et origine géographique sont liées mais ne se confondent pas10.
  3. Les variables a) et b) ne donnent qu’une image grossière des nouveaux venus : en effet, pour retracer le parcours emprunté par un individu, il ne suffit pas de connaître la profession de son père. Selon leur âge, leur sexe, etc. des personnes ayant la même origine sociale ont pu suivre des itinéraires très divers avant d’entrer dans l’industrie (ou la construction) : les uns sont passés sans transition de l’école, ou de la maison, à l’usine ; les autres ont traversé une longue période de chômage, ou reviennent du service militaire ; d’autres encore ont déjà été salariés, ou travaillaient à leur compte (paysans individuels, artisans). C’est dire tout l’intérêt de (c), qui complète utilement (a) et (b) en réduisant la marge d’incertitude. Lorsqu’on connaît à la fois l’origine sociale et la profession antérieure des nouvelles recrues, les conclusions sont mieux assurées. Si un fils de paysan déclare qu’il travaillait dans l’agriculture, il est à peu près certain que son arrivée en ville est toute récente.
  • 1
  • 12 Cf. R.W. Davies, « The ending of mass unemployment in the USSR », in Labour and employment in the U (...)
  • 13 En 1926, au contraire, les responsables du recensement avaient précisé les critères utilisés : « So (...)

17Le personnel embauché dans l’industrie en 1931 est en majorité d’origine paysanne (53 %) ; plus du tiers (37 %) est d’origine ouvrière. Quatre personnes sur dix ont gardé des liens avec l’agriculture, plus de la moitié d’entre elles appartenant à un kolkhoze : cette proportion correspond en gros au niveau de collectivisation alors atteint11. Les deux moitiés de l’année offrent un net contraste : au premier semestre, enfants d’ouvriers et enfants de paysans arrivent à égalité (42 %) ; au second, ces derniers prennent le dessus : 57 % contre 35 %. Peut-être ce phénomène s’explique-t-il par la résorption du chômage urbain : le nombre de chômeurs enregistrés était de 236 000 au 1er janvier 1931, et de 205 700 (dont 57 200 adolescents) au 1er avril ; au 1er août 1931, il était tombé à 18 00012. Les autres catégories ne jouent qu’un rôle limité ; il faut cependant souligner un fait que nous avions déjà noté en 1929 : les enfants d’employés (6 %) devancent les enfants d’artisans (3 %) ; il est vrai que les auteurs du recensement n’indiquent pas comment ils ont défini les employés13. Quant aux commerçants (0,1 %), ils peuvent être négligés.

18Ces chiffres globaux cachent de fortes différences entre les hommes et les femmes. Sur dix hommes, six sont d’origine paysanne, trois d’origine ouvrière ; les fils de paysans prédominent au premier semestre, plus encore au second. Chez les femmes, en revanche, la tendance s’inverse, d’un semestre à l’autre : de janvier à juin 1931, plus d’une femme sur deux a un père ouvrier ; ensuite les ascendances paysannes l’emportent légèrement. Au total, sur l’année, les filles d’ouvriers sont un peu plus nombreuses que les filles de paysans (45 % et 44 % respectivement).

  • 14 Cf. supra, p. 125, n. 1.

19Dans la construction, les familles paysannes fournissent pratiquement les trois quarts de la main-d’œuvre recrutée en 1931 : six femmes sur dix, presque huit hommes sur dix. Une personne sur deux a gardé des liens avec l’agriculture ; 57 % d’entre elles appartiennent à un kolkhoze14. Un cinquième seulement des travailleurs est d’origine ouvrière : 30 % chez les femmes, 18 % chez les hommes ; les autres catégories occupent une place encore plus réduite que dans l’industrie. Cette prépondérance de la paysannerie, nette dès le premier semestre, s’accuse au second.

  • 15 Ses résultats ne peuvent être étendus sans précautions à toute l’année : les personnes recensées au (...)

20Nous avons déjà souligné les limites de ces statistiques sur l’origine sociale des nouveaux venus ; les données concernant le « dernier emploi occupé avant l’entrée dans l’entreprise où a eu lieu le recensement » apportent un complément bien venu. À partir de ces chiffres, publiés séparément pour chaque semestre, nous avons calculé des moyennes annuelles. En fait, elles se révèlent difficiles à utiliser : il ne s’en dégage qu’une image brouillée, même si les écarts entre hommes et femmes ressortent nettement ; c’est que les différences liées à l’âge sont ignorées. Pour déboucher sur des conclusions significatives, il faut combiner les deux variables, sexe et âge ; cette analyse détaillée n’est possible que pour le second semestre de 193115.

21Dans l’industrie, le profil des nouvelles recrues varie d’abord en fonction de l’âge :

  • Pour plus des deux tiers, les adolescents (moins de dix-huit ans) proviennent de catégories urbaines : 58 % ont un père ouvrier, 11 % un père employé. La plupart n’ont jamais été salariés : plus de six sur dix sortent du système scolaire, un sur cinq seulement travaillait dans l’agriculture, un sur dix était au chômage, ou à la charge de sa famille16. Chez les adolescentes, le rôle de la ville s’affirme davantage encore : 73 % d’entre elles sont filles d’ouvrier ou d’employé ; moins de 15 % cultivaient la terre, les deux tiers fréquentaient encore l’école.
  • À partir de dix-huit ans, on constate un brusque changement : 64 % des personnes recensées ont des ascendances paysannes17, 29 % des ascendances ouvrières. Mais les trajectoires professionnelles se modifient avec l’âge : entre dix-huit et vingt-trois ans, un individu sur deux travaillait dans l’agriculture ; après vingt-trois ans, ce pourcentage diminue, tout en restant supérieur à 40 %. Si l’exploitation individuelle prédomine nettement, il faut noter au passage la place non négligeable (6-8 %) des ouvriers agricoles, y compris parmi les femmes. Jusqu’à vingt-trois ans, les étudiants représentent encore 11,5 % du total ; au-delà, leur part devient négligeable : rien d’étonnant à cela. Quant aux chômeurs, leur nombre est presque aussi élevé entre dix-huit et vingt-trois ans (9 %) que chez les adolescents (10 %)18 ; à partir de vingt-quatre ans, il baisse de moitié (environ 5 %). En revanche, plus l’âge s’élève, plus l’expérience du travail salarié en dehors de l’agriculture devient fréquente : un petit quart de dix-huit à vingt-trois ans, un tiers après vingt-neuf ans. Ces salariés étaient employés dans les branches d’activité les plus diverses (construction, abattage du bois, extraction de tourbe, industrie, transports, administration), mais l’industrie l’emporte : au-dessus de vingt-neuf ans, plus d’une personne sur dix a déjà travaillé dans ce secteur. Globalement, les anciens artisans ne constituent qu’un faible pourcentage (4 %) des nouvelles recrues ; insignifiant avant dix-huit ans, leur poids s’élève ensuite régulièrement : chez les plus âgés, il atteint 10 %. Tout naturellement, leur présence se manifeste davantage dans le travail du cuir (9 %) et la confection (14 %), branches où l’artisanat était bien implanté de longue date : ces deux secteurs ont ainsi bénéficié de l’apport d’une main-d’œuvre qualifiée. Si ces artisans viennent s’embaucher dans l’industrie, c’est que de nombreux ateliers privés ont dû fermer leurs portes par suite de l’offensive des autorités contre les nepmen, et de la pénurie de matières premières et que, de plus, en 1930- 1931, les coopératives artisanales ont connu de graves difficultés19.
  • 20 L’existence de cette dernière catégorie complique l’analyse : entre 24 et 29 ans, 14 % des hommes r (...)
  • 21 Au 1er octobre 1929, les femmes représentaient 58,8 % des chômeurs inscrits dans les Bourses du tra (...)
  • 22 Aucun homme n’a déclaré cette profession lors du recensement.
  • 23 Sauf dans la dernière classe d’âge (> 30 ans).

22Ces moyennes recouvrent de notables différences entre les hommes et les femmes. Les hommes sont en écrasante majorité d’origine paysanne : 70 %, contre 54 % des femmes. Dans 85 % des cas, ils exerçaient déjà une activité professionnelle : entre dix-huit et vingt-trois ans, le pourcentage cumulé d’étudiants, de chômeurs et de démobilisés de l’Armée rouge20 est inférieur à 20 % ; passé cet âge, il tombe à 6 %. Il en va autrement pour les femmes : moins de 70 % d’entre elles exerçaient déjà une activité professionnelle. C’est que l’on compte 20 % de femmes au foyer dans la classe d’âges vingt-quatre – vingt-neuf ans, et 30 % après vingt-neuf ans ; de surcroît, la proportion de personnes sans emploi est deux fois plus forte que chez les hommes21. Pour plus de moitié, ces derniers travaillaient la terre : 55 % entre dix-huit et vingt-trois ans, 48 % après vingt-trois ans. Chez les femmes, la prédominance de l’agriculture est moindre : 40 % entre dix-huit et vingt-neuf ans ; à partir de trente ans, elle est battue en brèche (25 % seulement). Les anciens artisans sont surtout des hommes, appartenant plutôt à la tranche d’âge supérieure à trente ans. En revanche, l’expérience du travail salarié [en dehors de l’agriculture] apparaît presque aussi répandue parmi les femmes que parmi les hommes, mais la répartition par types d’activité diffère : si, pour les hommes, la grande industrie vient au premier rang (10 %), les femmes étaient plus souvent domestiques22 (9 %) qu’ouvrières d’usine (7 %)23. Résumons les résultats obtenus, qui ne valent que pour le second semestre de 1931. Cette analyse détaillée montre que les nouvelles recrues de l’industrie ne constituent pas une masse indifférenciée ; elle fait apparaître trois grandes catégories, représentant respectivement 18 %, 49 %, et 33 % des effectifs recensés :

  • Les adolescents, filles et garçons : les origines urbaines l’emportent probablement24 ; le plus souvent, il s’agit de leur premier emploi.
  • Les hommes, à partir de dix-huit ans : plus d’un sur deux vient directement de la campagne25 ; 52 % ont gardé des liens avec l’agriculture. Ici, le terme si galvaudé d’exode rural peut être utilisé sans hésitation ; en l’occurrence, c’est aussi un exode agricole26. Ces migrants sont jeunes ou très jeunes : les trois quarts ont entre dix-huit et vingt-neuf ans.
  • Les femmes, adolescentes exclues : la répartition entre villes et campagnes semble plus équilibrée, si l’on en juge d’après leur origine sociale et leur profession antérieure : 38 % sont issues d’un milieu ouvrier (contre 24 % des hommes) et moins de 40 % travaillaient dans l’agriculture. Mais la prudence s’impose, en raison des silences de notre source : que penser, par exemple, des employées de maison, ou des femmes au foyer ? Rien n’indique dans quelle proportion elles habitaient la ville ou la campagne27.

23Dans la construction, la main-d’œuvre recrutée en 1931 est plus homogène que dans l’industrie. La paysannerie domine sans conteste, comme le montrent l’origine sociale et la profession antérieure de ces nouveaux venus :

  • 77 % ont un père paysan, 60 % restent liés au village. Quel que soit leur âge, chez les femmes comme chez les hommes, les recrues de 1931 sont issues en majorité de familles paysannes,
  • 54 % travaillaient dans l’agriculture (45 % d’exploitants individuels et 9 % d’ouvriers agricoles). Plus du tiers a déjà acquis une expérience professionnelle hors de l’agriculture, dont 15 % dans la construction et 5 % dans l’industrie. Corollaire logique, 11 % seulement des personnes recensées occupent leur premier emploi, contre 31 % dans l’industrie : le poids des étudiants (5 %) et des chômeurs (2 %) est minime.

24Les adolescents, du reste peu nombreux, se distinguent moins nettement des adultes que dans l’industrie : 58 % d’entre eux sont originaires d’un milieu paysan, 56 % ont gardé des attaches au village ; 32 % seulement sortent de l’école, 6 % se trouvaient sans emploi. Sur cent adolescents, plus de soixante travaillaient déjà : 45 % cultivaient la terre, dont 8 % se louaient comme ouvriers agricoles ; 16 % étaient salariés en dehors de l’agriculture, la construction venant en tête des activités déclarées (7 %). Les écarts entre les adolescentes et les adolescents sont limités, à une exception près : on compte 8 % de domestiques parmi les filles, alors que les garçons ne mentionnent jamais cette profession.

25Chez les adultes, le profil des nouveaux venus se modifie progressivement à mesure que l’âge s’élève, phénomène que nous avons déjà constaté dans l’industrie ;

  • La proportion d’étudiants et de chômeurs baisse rapidement ; le nombre de femmes au foyer s’accroît, mais ne dépasse jamais 19 % : elles jouent donc un rôle plus faible que dans l’industrie.
  • La prépondérance des paysans connaît son maximum entre dix-huit et vingt-trois ans (59 %) ; après vingt-trois ans, elle persiste, un peu atténuée. Au total, 55 % des hommes adultes étaient employés dans le secteur agricole (47 % des femmes).
  • Le pourcentage d’anciens artisans augmente, tout en restant faible.
  • C’est surtout la part des salariés qui progresse, atteignant 43 % au-delà de vingt-neuf ans (38 % chez les femmes) : à cet âge, un homme sur cinq a déjà travaillé dans la construction ; en revanche, la domesticité est la profession la plus fréquemment citée par les femmes (11 %).

III. 1928-1940 : une marée paysanne ?

  • 28 Le recensement syndical de 1932/1933 fournit, indirectement, des données à ce sujet, puisque les ou (...)

26Grâce à l’enquête menée par les syndicats, les origines des nouvelles recrues de 1931 sont assez bien connues ; nous ne disposons pas, hélas, de sources du même type pour 1930 ou 193228. Or, ce qui est vrai en 1931 ne l’est pas forcément en 1930 ou en 1932 : la période que nous étudions se caractérise en effet par des changements très rapides. Les situations se modifient d’une année sur l’autre : en témoignent, par exemple, les très fortes fluctuations de l’exode rural entre 1928 et 1935 : le maximum atteint en 1931 dépasse le total des deux années précédentes :

Tableau c

Années Arrivées dans les villes Départs Solde : installations dans les villes
(en milliers)
1928 6 477 5 415 1 062
1929 6 958 5 566 1 392
1930 9 534 6 901 2 633
1931 10 810 6 710 4 100
1932 10 605 7 886 2 719
1933 7 416 6 644 772
1934 11 856 9 404 2 452
1935 13 732 11 176 2 556

Trud v SSSR, M„ 1936, p. 7.

  • 29 Chiffre brut, incluant le remplacement des partants (décès, invalidité, études, etc.), soit 1,3 mil (...)

27Faute de mieux, nous devrons nous contenter d’estimations, parfois contradictoires, et dont les modes de calcul ne sont pas connus. Selon le Gosplan, en 1928-1932, les diverses branches de l’économie ont au total embauché environ 12,5 millions d’ouvriers et d’employés29 . Ces nouveaux venus se répartissent de la façon suivante :

  • 8,5 millions (68 %) de paysans (bednjaki, serednjaki et kolkhoziens)30,
  • 4 millions (32 %) de citadins, soit 1,7 million (13,6 %) de jeunes, 500 000 promus (4 %) des établissements d’enseignement supérieur et des écoles techniques spécialisées (technicums), 1,4 million (11,2 %) de femmes au foyer, 400 000 artisans et autres (3,2 %).
  • 1

28Les paysans constitueraient donc les deux tiers des nouvelles recrues qui ont afflué dans les usines et les bureaux pendant le premier plan. Des calculs effectués par l’institut d’économie du travail montrent que les deux années 1931 et 1932 ont été décisives pour faire pencher la balance en faveur de la campagne31 :

« Sources » du recrutement des ouvriers et employés (en %)

« Réserves [de main-d’œuvre] urbaines » Campagne
1.1.1927- 1.2.1931 59,1 40,9
1927-1932 47,2 52,8
  • 32 Sur les dangers de cette démarche « régressive », cf. supra, p. 130, n. 1.
  • 33 B.L. Markus, Trud v socialističeskom obščestve, M., 1939, p. 214.
  • 34 Y compris les jeunes kolkhoziens sortant des écoles d’apprentissage industriel. Cf. M. Ja. Sonin, V (...)

29De même, le recensement de 1932/33 fait apparaître que les ouvriers entrés dans l’industrie (ou le bâtiment) en 1931, 1932 et début 1933 sont en majorité issus de la paysannerie, quelle que soit la branche considérée32. Après 1932, la croissance de l’emploi se ralentit sensiblement ; la prédominance des paysans cesse-t-elle pour autant ? Il est difficile de répondre à cette question : plus on s’éloigne du premier plan, plus l’information se raréfie, et plus les évaluations deviennent fragiles, voire hasardeuses. En 1939, B.L. Markus écrivait ceci : « [...] pendant le 2e plan quinquennal, les jeunes, les femmes et d’autres catégories de la population urbaine ont constitué la principale source de recrutement de la classe ouvrière »33. Mais aucune référence ne venait étayer cette affirmation. Vingt ans plus tard, l’économiste M. Ja. Sonin contestait cette thèse : selon lui, entre 1933 et 1937, le nombre total de ruraux devenus ouvriers ou employés se chiffre à 4,2 millions, soit 54 % des nouvelles recrues34. Bien que nous ignorions tout des méthodes utilisées, ces estimations doivent être prises au sérieux : leur auteur a participé à l’élaboration du second et du troisième plans et s’appuie probablement sur des documents internes du Gosplan. De fait, on lit dans un rapport d’août 1940, tiré des archives en 1973 :

  • 35 Industrializacija SSSR, 1938-1941 gg., M., 1973, p. 248. Ce texte émane du « service du travail » d (...)

Les besoins en ouvriers pendant le second plan ont été satisfaits grâce aux sources suivantes :
 – écoles d’apprentissage industriel [sigle russe : FZU] : 1,4 million,
 – femmes au foyer des villes et autres ressources urbaines : 1 million,
 – ressources en main-d’œuvre de la campagne (données calculées) : 2,5 millions35.

30Supposons un instant que tous les élèves des FZU soient des citadins (hypothèse fausse, de toute évidence) : même dans ce cas les ruraux constituent la majorité (2,5 : 4,9, soit 51 %).

  • 36 Op. cit., p. 143 ; curieusement, l’année 1937 est comptée deux fois.

31Sur l’immédiat avant-guerre, nous ne savons pratiquement rien. De 1937 à 1940, les entreprises et institutions d’État auraient embauché 7,7 millions de personnes, dont 3,1 millions venant de la campagne (40 %), mais nous n’avons pu trouver de document qui confirme (ou infirme) ces appréciations de M. Ja. Sonin36.

  • 37 A.I. Vdovin et V.Z. Drobižev, Rost rabočego klassa SSSR, 1917-1940 gg., M., 1976, p. 116-117. Pour  (...)

32Il subsiste trop d’inconnues pour qu’il soit facile de porter un jugement d’ensemble sur la période 1928-1940. Nous citerons, sous toutes réserves, les conclusions de deux historiens soviétiques : « Dans les années 1926-1937, la paysannerie a donné 59 % du total des nouveaux ouvriers et employés et les habitants des villes 41 %37. » Mais les parts respectives de la ville et de la campagne se sont modifiées : écrasante pendant le premier plan, la prépondérance des ruraux s’atténue ensuite ; elle disparaît, semble-t-il, à l’époque du troisième plan : à la veille de la guerre, ouvriers et employés se recrutent en majorité dans la population urbaine. Cette dernière, il est vrai, s’est fortement accrue :

Population urbaine

Population urbaine
  • 38 Cf. l’article de P. Carrière et M.-Cl. Maurel, in Bulletin de la Société languedocienne de géograph (...)

33Bon nombre de citadins de 1939 sont nés à la campagne et ne résident en ville que depuis peu de temps : l’augmentation constatée entre 1926 et 1939 (+ 29,8 millions) est en effet imputable pour 62 % à l’exode rural38.

  • 39 Cf. les références données par Ch. Bettelheim, Les luttes de classes en U.R.S.S., 1930-1941, t. I : (...)

34Les spécialistes se sont beaucoup interrogés sur la contribution de l’agriculture soviétique à l’accumulation du capital dans les années trente. Les nombreuses tentatives d’évaluation chiffrée de cet apport ont donné lieu à de chaudes polémiques39 : les résultats obtenus dépendent beaucoup des indices de prix utilisés. Malgré ces incertitudes, deux points au moins semblent acquis :

  • Les paysans ont nourri les villes, et l’Armée rouge, à des prix avantageux pour l’État ;
  • Comme nous l’avons montré, l’industrie et le bâtiment ont largement puisé dans la main-d’œuvre rurale. C’est à ce dernier aspect que pensait Nicolas Boukharine en 1920, lorsqu’au grand dam de Lénine il a emprunté à l’économiste V.M. Smirnov le terme d’« accumulation socialiste primitive » :
  • 40 N. Boukharine, Économique de la période de transition, trad. française, EDI, 1976, p. 138-139.

Mais le socialisme qui surgit des ruines doit inévitablement lui aussi débuter par la mobilisation des forces productives humaines. Cette mobilisation du travail constitue un moment fondamental de l’accumulation socialiste primitive Aux premiers stades du développement, lorsque le prolétariat hérite d’un équipement technique en machines cruellement endommagé, la force de travail humaine acquiert une importance particulière. C’est pourquoi le passage au système de l’obligation générale du travail, c’est-à-dire l’entrée des larges masses non prolétaires dans le processus du travail de l’État prolétarien, en premier lieu des masses paysannes, apparaît comme une nécessité impérieuse40.

IV. Les permanences régionales

  • 41 oprosy istorii, 1988, n° 1, p. 7-10. Dans le même esprit que V.S. Lel’čuk, O.I. Škaratan affirmait (...)

35Nous connaissons, en gros, l’origine des nouvelles recrues ; il faut maintenant se demander dans quelle mesure leur arrivée a modifié la composition de la classe ouvrière. La réponse qui sera apportée n’a pas que des enjeux académiques : en effet, cette question occupe une place centrale dans les débats entre historiens soviétiques sur le stalinisme. En témoigne l’échange suivant, qui a eu lieu en mai 1987, lors d’une « table ronde » organisée à l’institut d’histoire et des archives (Moscou)41 :

V.S. Lel’čuk : On a déjà dit ici que, dans les années trente, des millions de ruraux sont venus en ville. Pour la majorité d’entre eux, cela signifiait un apprentissage de la civilisation, un essor culturel, une rupture avec la propriété privée, etc. Mais dans quelle mesure le noyau antérieur de la classe ouvrière a-t-il tenu bon face à l’afflux de nouvelles recrues paysannes ? [...] À mon avis, les couches de la classe ouvrière originaires de la campagne n’avaient pas grand besoin de démocratie. Elles avaient plutôt besoin, dans une certaine mesure, de contrainte, de discipline [...]. Des phénomènes analogues à ce que nous avons connu dans les années trente se sont produits dans d’autres pays majoritairement paysans, qui ont emprunté une voie de développement socialiste [allusion à la Chine maoïste]. Le culte de la personnalité, visiblement, ne surgit pas par hasard dans certaines conditions historiques.
L.A. Gordon : V.S. Lel’čuk a abordé la question de la « paysannisation » de la classe ouvrière. [...] E.V. Klopov, A.K. Nazimova et moi-même avons souligné sans ambiguïté le lien entre l’affaiblissement de la démocratie dans le parti, l’instauration de méthodes autoritaires de gestion, d’une part, et l’entrée en masse d’éléments extérieurs dans la classe ouvrière dont la composition, est devenue moins « prolétarienne ». [...] I.V. Staline a souligné plus d’une fois que l’industrialisation supposait le paiement d’un « tribut », d’un super-impôt par la campagne. Dans ces conditions, un régime politique rigoureux devenait pratiquement inévitable, avec les méthodes de gestion correspondantes. Si séduisante que soit l’idée de « paysannisation » de la classe ouvrière pour expliquer les phénomènes négatifs des années trente, y compris l’apparition du culte de la personnalité, je pense qu’à cetégard le taux d’accumulation (presque la moitié du revenu national) a joué un rôle plus important.

36Autrement dit, la priorité donnée à l’industrie lourde impliquait de sévères privations qu’un régime despotique était seul en mesure d’imposer à la population ; il existe donc un lien étroit entre les choix économiques de Staline et ses pratiques répressives.

  • 42 J. Barber, The composition of the Soviet working class, 1928-1941 = CREES Discussion Papers, Series (...)

37Nous n’entrerons pas ici dans un examen détaillé de ces thèses et de leurs présupposés politiques ; nous ferons seulement remarquer que, par-delà leurs désaccords, les deux protagonistes s’entendent au moins sur un postulat implicite : ils parlent de la classe ouvrière au singulier, comme si son unité allait de soi. À notre sens, le problème est mal posé, et doit être reformulé autrement : faute de quoi les conclusions avancées ne seront guère satisfaisantes. Afin d’illustrer ce point, prenons un exemple : l’historien anglais J. Barber a voulu montrer que pendant le premier plan la composition interne de la classe ouvrière avait subi un « changement radical » ; à l’appui de sa thèse, il cite un calcul approximatif : « Si, en 1929, 43 % des ouvriers de la grande industrie étaient d’origine paysanne, et si, à la fin du premier plan, le nombre d’ouvriers avait à peu près doublé, la paysannerie fournissant au bas mot 60 % des nouveaux venus, les anciens paysans devaient prédominer parmi les ouvriers de la grande industrie en 193342. » Mais que penser d’une telle « moyenne » qui mêle des branches et des régions fort différentes entre elles ?

38Dans les pages qui suivent, nous tenterons de montrer que, pour comprendre les transformations intervenues, il faut renoncer aux approches globales et « descendre » au niveau de la branche et/ou de la région. Quatre cas seront examinés successivement (industrie cotonnière de la région de Moscou, sidérurgie ouralienne et industrie des métaux de Leningrad, charbonnages du Donbass). Pour les trois premiers, il a été établi une « fiche signalétique » comportant au moins les données suivantes : pourcentage de femmes, âge moyen et répartition par groupes d’âge, ancienneté dans la production (moyenne et répartition), origine sociale et lien avec l’agriculture. Ces fiches permettent de comparer en toute rigueur les situations de 1929 et de 1932/33.

39Pour les charbonnages du Donbass, la démarche suivie a été différente, car les résultats du recensement de 1932 n’ont pas été publiés ; en revanche, nous avons esquissé une comparaison avec l’avant-guerre.

1. L’industrie cotonnière (région de Moscou)

  • 43 Ch. Bettelheim, La planification soviétique, M. Rivière, 1945 (3e éd.), p. 290.
  • 44 Nous ne possédons pas de série statistique concernant l’oblast’ de Moscou ; pendant le premier plan (...)

40L’industrie cotonnière ne figurait pas parmi les priorités du régime et en 1933 la production de cotonnades (exprimée en mètres) se situait au-dessous du niveau de 192843. Les entreprises de la région moscovite ont probablement peu embauché dans cette même période44, ce qui explique le faible renouvellement du personnel (tableau d) :

  • La moyenne d’âge, déjà forte en 1929, a encore grimpé et s’élève à 33 ans ;
  • La répartition par groupes d’âge est remarquablement stable : elle laisse peu de place (12 %) aux plus jeunes ( : 20 ans) ; en revanche, 30 % des ouvriers ont plus de 39 ans ;
  • L’ancienneté moyenne dans la production45 a baissé depuis 1929, mais reste supérieure à dix ans. Les nouvelles recrues (0-2 ans) représentent plus du quart des ouvriers, mais 37 % de ces derniers travaillent dans l’industrie depuis plus de quinze ans (36 % en 1929) ;
  • En 1929, l’industrie cotonnière employait plus de 60 % de femmes ; cette prédominance de la main-d’œuvre féminine s’est encore accentuée en 1933 (72 %) ;
  • En 1933, comme en 1929, environ six ouvriers sur dix proviennent d’un milieu ouvrier : la place de la paysannerie s’est un peu accrue, passant de 36 % à 39 % ; les autres catégories sociales ne jouent qu’un rôle négligeable ;
  • Pour plus de la moitié (52 %), les ouvrières du textile ne travaillaient pas avant leur entrée à l’usine : elles étaient femmes au foyer, chômeuses à la charge de parents ou sur les bancs de l’école46. Quant aux autres, il ne s’agit pas de leur premier emploi : elles se répartissent, pour l’essentiel, entre paysannes (29 %) et femmes de ménage (15 %).

Tableau d. Industrie cotonnière (oblast’ de Moscou*)

Tableau d. Industrie cotonnière (oblast’ de Moscou*)

Tableau e. Industrie cotonnière : deux entreprises en 1933

Tableau e. Industrie cotonnière : deux entreprises en 1933

a) Oblast’ de Moscou.

41Ces chiffres ne constituent que des moyennes, qui recouvrent de sensibles différences entre les entreprises. Deux exemples suffiront (Tableau e) :

  • celui de la manufacture des Trois Montagnes (qui a appartenu à la famille Prokhorov)47, située dans le quartier ouvrier de la Presnja, à Moscou, dont les effectifs se montaient à 6 600 ouvriers au 1er janvier 1926 ;
  • celui de la fabrique Gluxovskaja (Noginsk, oblast’ de Moscou) fondée au milieu du XIXe siècle48.
  • 49 W.J. Chase, Workers, society, and the Soviet State : labor and life in Moscow 1918-1929, University (...)

42Les deux entreprises présentent des profils sensiblement divergents : à Noginsk, la main-d’œuvre féminine prédomine encore plus nettement, le personnel est aussi plus âgé et plus expérimenté : 48 % des personnes recensées ont une ancienneté supérieure à 15 ans ! C’est surtout le recrutement qui diffère : la Fabrique compte (presque) trois quarts d’ouvrièr(e)s « héréditaires », c’est-à-dire ayant un père ouvrier ; sept femmes sur dix ne travaillaient pas avant d’entrer dans l’industrie ; les autres, pour la plupart, cultivaient la terre. En revanche, à Moscou, un ouvrier sur deux est issu de la paysannerie ; 53 % des femmes travaillaient déjà avant leur arrivée à l’usine, soit dans l’agriculture (29 %), soit comme femmes de ménage (24 %). Ce dernier point appelle un commentaire. D’après le recensement de 1926, les domestiques, au nombre de 42 000 (99 000 en 1912), représentaient à Moscou 4 % de la population active. Ce métier, presque exclusivement féminin (99 %), était exercé le plus souvent par de jeunes paysannes venues des provinces de Moscou, Rjazan’, Tula, Orël. En général dépourvues de qualification, ces migrantes devenaient femmes de ménage en attendant de trouver un meilleur emploi49. En 1933, leur entrée à l’usine peut aussi s’expliquer par les récents bouleversements sociaux, qui ont frappé une partie de leurs employeurs (nepmen, professions libérales, etc.) : la disparition de ces catégories urbaines, lors du Grand Tournant, s’est sans doute traduite par le licenciement du personnel de maison, qui a dû aller gagner sa vie ailleurs. La situation variait donc fortement d’une entreprise à l’autre ; nous pouvons néanmoins affirmer qu’il existait dans l’industrie cotonnière un fort noyau d’ouvriers de deuxième ou de troisième génération. Il n’y a pas lieu de s’en étonner, si l’on se souvient que le travail du coton constitue la plus ancienne activité industrielle de la région : en 1858, il employait déjà 50 000 salariés. Des enquêtes réalisées dans les années 1880 montrent que, dès cette époque, la profession avait tendance à se transmettre de père en fils ; les données portent sur l’ensemble du textile, mais on sait que le coton tenait une place prédominante :

Ouvriers-hommes de l’industrie textile ayant un père ouvrier de fabrique

Ouvriers-hommes de l’industrie textile ayant un père ouvrier de fabrique

D’après A.G. Rašin, Formirovanie rabočego klassa Rossii, M., 1958, p. 532 et 534.

2. La sidérurgie de l’Oural

43Le cas de l’industrie cotonnière peut, après tout, être considéré comme exceptionnel, ou marginal dans le développement soviétique des années trente. Que se passe-t-il dans l’industrie lourde ?

44La sidérurgie ouralienne a connu un important renouvellement de son personnel (tableau f). En 1932/33, les femmes représentent un quart des ouvriers, contre 10 % seulement en 1929. Si la moyenne d’âge n’a baissé que d’un an, le rajeunissement de la main-d’œuvre ne fait pas de doute : 23 % des sidérurgistes ont moins de vingt ans (11 % en 1929). Mais la place des « anciens » (plus de quarante ans) n’a pratiquement pas diminué : elle se maintient aux alentours de 20 %. L’ancienneté moyenne est tombée de 12 à 7 ans : un travailleur sur deux n’a pas trois ans de présence dans la production. En 1929, la moitié du personnel comptait plus de dix ans d’expérience ; en 1932/1933, cette proportion est réduite à un quart. Lorsqu’on examine l’origine sociale de ces sidérurgistes, on constate avec surprise que les ouvriers « héréditaires » (ayant un père ouvrier) prédominent toujours, quoique moins nettement qu’en 1929 ; le pourcentage de paysans s’élève de 26 % à 37 % ; ils jouent un rôle croissant, mais restent minoritaires. Nous sommes donc en présence d’une classe ouvrière qui se reproduit avant tout sur ses propres bases : ce phénomène, avec quelques nuances, s’observe aussi bien chez les apprentis (13 % des effectifs), ou chez les femmes que chez les hommes :

Profession du père (en %)

Ouvrier Paysan Employé
Ouvriers 61,4 37 1,2
Apprentis 57 35,7 6,2
Ouvriers et apprentis 60,8 36,8 1,8
dont Hommes 61,8 35,8 1,8
Femmes 57,7 40,1 1,7

Tableau f. Sidérurgie de l’Oural

Tableau f. Sidérurgie de l’Oural

1929 : les chiffres portent sur la métallurgie et incluent les apprentis.
T : total, apprentis inclus
S : sans les apprentis.

  • 50 V. Ju. Krupjanskaja et al., Kul’tura i byt gornjakov i metallurgov Nižne go Tagila (1917-1970), M„ (...)
  • 51 Nous insistons surtout sur la métallurgie, car le recensement de 1932/33 est muet sur tout le secte (...)

45En 1929, les métallurgistes de l’Oural étaient fortement liés à l’agriculture ; ce lien s’est affaibli, sans doute du fait de la collectivisation. Par chance, nous disposons d’une enquête ethnographique sur un vieux centre industriel de l’Oural, Nižnij Tagil, qui permet de vérifier les résultats obtenus à partir du recensement syndical de 1932/1933. Elle est due à quatre chercheuses soviétiques50 qui ont résidé sur place pendant près de vingt ans, à partir de 1956 environ ; par ce travail, véritable manifeste, elles ont voulu montrer qu’il était possible d’appliquer à la classe ouvrière les méthodes de l’ethnographie, par tradition plutôt tournée vers la paysannerie. Leur recherche a porté sur deux entreprises qui existaient déjà avant la Révolution, mais qui ont été modernisées à l’époque soviétique : l’usine métallurgique et la mine de fer51. Les auteurs ont utilisé les sources et les méthodes les plus diverses :

  • observations personnelles et entretiens avec de vieux habitants de Nižnij Tagil ; diffusion de questionnaires,
  • dépouillement d’archives locales et de manuscrits conservés au musée d’histoire de la ville,
  • lecture de souvenirs et récits d’ouvriers (deux recueils imprimés), de journaux,
  • traitement de divers matériaux statistiques.

46L’ouvrage insiste surtout sur les années vingt d’une part, la fin des années cinquante et les années soixante d’autre part. Il souffre parfois d’un certain flou dans la chronologie, rançon du recours à l’histoire orale. Pourtant, il est possible d’en tirer quelques éléments concernant les années trente ; nous tentons de les résumer ci-dessous.

47Avant 1930, la mine et l’usine métallurgique employaient principalement des ouvriers « héréditaires » de Nižnij Tagil. Toutefois, au milieu des années vingt, l’activité de l’usine connaissait des variations saisonnières ; la production diminuait l’été. Chaque année, des lamineurs d’Alapaevsk, d’Irbit et de Nejvo-Šajtanskij venaient s’embaucher à Tagil ; ils y travaillaient habituellement pendant l’automne, l’hiver, une partie du printemps et rentraient chez eux pour les travaux des champs. Ces ouvriers ne trouvaient plus d’emploi sur place ; ils avaient été licenciés en raison de la fermeture par les autorités de nombreuses petites entreprises sidérurgiques dispersées. Mais, possédant maison et dépendances, ils ne voulaient pas déménager pour s’installer à Tagil.

48C’est en 1930-1931 que les habitants de la ville assistent à la première arrivée d’« étrangers » ; ils sont surtout attirés par les grands chantiers. Mais les vieilles usines avaient aussi besoin de main-d’œuvre : en 1930, sur 900 ouvriers embauchés dans la métallurgie, 38 % venaient de la campagne. Les archives n’indiquent pas l’origine régionale de ces « étrangers », mais un questionnaire distribué en 1956-1958 et des interviews d’ouvriers fournissent quelques données ; parmi les personnes arrivées à Tagil avant 1940, 58 % étaient originaires de l’Oural (presque exclusivement des oblasti de Sverdlovsk, Kurgan et Kirov). Mais une analyse plus détaillée montre qu’au fil des années, le pourcentage d’Ouraliens tend à baisser au profit d’autres régions de la Russie d’Europe. En général, les travailleurs de la campagne effectuaient d’abord les tâches qui n’exigeaient pas d’apprentissage ; comme auparavant, les ouvriers « héréditaires » de Tagil constituaient la base du personnel qualifié. Nos auteurs affirment que les ruraux s’adaptaient sans trop de heurts : ils venaient par petits groupes, souvent à l’invitation de « pays ».

49En revanche, à la mine, où les dékoulakisés étaient nombreux, les « étrangers » étaient mal acceptés dans les premiers temps, traités de « koulaks » ou affublés de sobriquets méprisants (« Laptis de Vjatka » ; Vjatka est l’ancien nom de Kirov). L’usine métallurgique n’employait en 1926 que 7 % de femmes ; en 1931, leur part s’élève à 16 % ; ensuite, elle reste stable. Dès les années vingt, le comité syndical a mené campagne en faveur du travail féminin ; il a organisé des réunions pour les femmes au foyer, destinées en priorité à celles qui avaient un ou plusieurs parents déjà employés dans l’entreprise. Des crèches, des salles pour les enfants ont été aménagées. Le tableau suivant indique la proportion de femmes parmi les ouvriers, selon le niveau de qualification (source : Krupjanskaja et al., op. cit., p. 47, d’après Archives d’État de l’oblast’ de Sverdlosk, filiale de Nižnij Tagil) :

1929/1930 1930/1931 1931/1932 1932/1933
Qualification élevée 0,4 0,6 0,5
Qualification moyenne 0,7 9,3 9,5 10
Ouvriers semi-qualifiés (durée d’apprentissage 6 mois) 18,5 29,4 29 29
Ouvriers non qualifiés 22,4 28 36 25

50Comme on pouvait s’y attendre, les femmes figurent massivement parmi les ouvriers non qualifiés et semi-qualifiés ; si elles parviennent à accéder aux échelons moyens de qualification, les emplois les plus qualifiés (tourneur, modeleur) leur restent pratiquement interdits. À leur arrivée à l’usine, elles assurent, par exemple, les travaux suivants : façonnage des briques (activité traditionnellement « féminine » à Tagil), calibrage et pesage du fer, roulage. L’entrée des femmes dans l’univers très masculin de la sidérurgie semble avoir provoqué des heurts : en 1929, au laminage des tôles, les rapports entre ouvriers et ouvrières étaient si mauvais que le bureau syndical de l’atelier dut consacrer plusieurs séances à cette question.

51L’usine de Tagil possédait une école d’apprentissage, comprenant deux sections : mécanique et métallurgie. Elle formait des ajusteurs, des tourneurs, des électriciens, et aussi des fondeurs au creuset, des aciéristes, etc. Les élèves étaient admis à quatorze ou quinze ans, avec une formation de niveau élémentaire (trois à cinq classes). Les études duraient 2,5 à 3 ans : pendant les deux premières années, les apprentis recevaient un enseignement général (en section « mécanique » ils travaillaient aussi en atelier) ; en troisième année, ils allaient à l’usine. Mais, malgré l’existence de ce centre, beaucoup de jeunes ne passaient pas par l’apprentissage et n’avaient aucune qualification.

52En 1931, 68 % des apprentis étaient issus d’un milieu ouvrier. Les établissements scolaires consentaient de gros efforts afin d’éveiller chez les jeunes de Tagil l’intérêt pour les métiers de l’industrie : visites guidées de l’entreprise, sous la direction d’un ingénieur ou d’un technicien, stages sur les lieux de production, installation dans les écoles de pièces spécialement équipées, où un ouvrier qualifié pouvait montrer aux enfants les gestes du travail.

53Au total, l’enquête de nos quatre ethnographes suggère qu’à Nižnij Tagil le développement de la sidérurgie a fait appel avant tout (mais non exclusivement) à la main-d’œuvre disponible sur place, en premier lieu dans les familles ouvrières (femmes, adolescents), les « étrangers » jouant un rôle second. Il s’agit pour l’instant d’une probabilité, non d’une certitude ; la vérification de cette hypothèse exigerait des recherches plus approfondies, qui supposent un élargissement des sources disponibles.

  • 52 D.V. Gavrilov, Rabočie Urala v period domonopolističeskogo kapitalizma, M., 1985, p. 73. L’extrait (...)
  • 53 R. Portal, L’Oural au XVIIIe siècle : étude d’histoire économique et sociale, Paris, Institut d’étu (...)

54Une telle conclusion nous conduit à souligner, là encore, le poids des héritages historiques. L’Oural est une région de vieille tradition industrielle ; à la fin du XIXe siècle, les ouvriers « héréditaires » constituaient plus de 80 % de la main-d’œuvre dans la métallurgie et le travail des métaux. Les métiers s’y transmettaient de père en fils : « l’ouvrier de l’Oural [...] travaille à l’usine à partir de 15-16 ans, et toujours dans l’atelier de son père ou de son frère, et pour cette raison il y a des familles entières de puddleurs, de soudeurs, de forgerons, d’ajusteurs, etc.52 ». La fortune de Nižnij Tagil remonte à l’époque de Pierre le Grand : l’entreprise, fondée en 1725, appartenait à la célèbre famille Demidov. En revanche, à Magnitogorsk, créé ex nihilo, les autorités ne disposaient pas d’un tel atout : le chantier a été peuplé par des villageois en provenance de régions extérieures à l’Oural, et en 1932-33, 57,2 % des sidérurgistes étaient d’origine paysanne53.

3. L’industrie des métaux de Leningrad

  • 54 Tout ce qui suit doit beaucoup aux travaux de O.I. Skaratan, Izmenenija v sostave fabrično-zavodski (...)

55Avant d’examiner la période du premier plan, il est nécessaire de rappeler comment la classe ouvrière de Leningrad s’est reconstituée après l’effondrement de la guerre civile54.

  • 55 Effectifs dans l’industrie « du cens » : 1.1.1914 : 242 600 1.1.1917 : 384 600 1.1.1921 : 95 600.
    D (...)
  • 56 66 700 ouvriers au 1.6.1922 contre 95 600 au 1.1.1921. Ces chiffres excluent les parcs de tramways.

56En janvier 1921, il ne restait plus à Petrograd que 96 000 ouvriers d’industrie soit 39 % des effectifs de 1914, mais quatre fois moins qu’en janvier 191755. Les usines comptaient trois catégories de personnel : des salariés libres, des mobilisés astreints au service du travail obligatoire (trudmobilizacija) et des soldats de l’Armée rouge affectés à la production (trudarmejey) ; la distinction entre ces deux derniers statuts était plus théorique que réelle. L’introduction de la NEP s’est traduite par un retour à la liberté d’embauche et de licenciement (législation de février-mars 1922) ; au cours de l’année 1921, militaires et « mobilisés du travail » ont été libérés ; le départ des soldats figurait d’ailleurs parmi les revendications avancées lors des grèves qui ont éclaté à Petrograd en février-mars 1921. En 1920, une grande partie des entreprises ne fonctionnait déjà plus ; les autres n’utilisaient qu’une faible partie de leurs capacités. La situation, déjà désastreuse, a empiré l’année suivante : au cours du printemps et de l’été 1921, la paralysie gagne au point de devenir presque totale. L’industrie de Petrograd souffrait à la fois du manque de combustibles et de la pénurie alimentaire ; la désorganisation des transports frappait de plein fouet l’ancienne capitale, dont l’approvisionnement en céréales, charbon, pétrole dépendait de régions éloignées. Les autorités ont réagi en réduisant encore le nombre d’usines en activité : de nouvelles fermetures ont eu lieu. Les effectifs ont continué à baisser : ce mouvement s’est poursuivi tant que la crise a duré, c’est-à-dire jusqu’en juin-juillet 1922 : la perte atteint 30 %56. La croissance reprend ensuite à un rythme rapide qui a permis de retrouver le niveau d’avant-guerre au cours de l’année 1928.

57En 1921-1922, les entreprises de Petrograd ont procédé à des débauchages massifs ; des commissions de « purge de la main-d’œuvre » ont été créées ; selon O.I. Škaratan, leurs décisions se fondaient sur deux types de critères :

  1. L’élimination des mécontents. Zinoviev avait combattu les mouvements de février-mars 1921 en recourant au lock-out (avec suppression des rations alimentaires). En vertu d’une résolution adoptée le 26 mars 1921 par le Bureau de la fraction communiste du syndicat des métaux, les animateurs des grèves n’ont pu retrouver leur travail : « Ne pas faire revenir dans les usines les ouvriers membres de partis politiques qui luttent contre le pouvoir des Soviets, ni les personnes qui prennent une part active à l’organisation des grèves57. » Quelle a été l’ampleur exacte de ces mesures ? qui ont-elles frappé ? Il est impossible, pour l’instant, de répondre à ces questions.
  2. L’exclusion des éléments « fortuits », « socialement étrangers à la classe ouvrière », citadins d’origine bourgeoise, ou petite-bourgeoise, venus dans l’industrie à la faveur de la guerre et de la révolution. Nous retrouvons là une attitude constante chez les bolcheviks : l’importance attribuée à « l’origine de classe », élément déterminant dans la définition du prolétaire « pur ». Les statistiques disponibles (tableau g) montrent qu’en pratique les licenciements de 1921-1922 ont touché en priorité les femmes et les jeunes, qui ont été les premières victimes du chômage58 : ce sont les deux catégories les plus exposées en cas de crise, en raison de leur faible qualification ; de plus, les avantages sociaux dont elles bénéficient pèsent sur les entreprises, à un moment où le passage au xozraščët (« gestion autonome » selon les principes commerciaux) contraint à réaliser des économies par tous les moyens. À la fin de la guerre civile, les femmes représentaient 44 % du personnel (contre un quart en 1913) ; ce pourcentage diminue régulièrement jusqu’en 1924. Au début de 1921, la proportion d’adolescents était plus faible qu’en 1913 ; elle fléchit encore et tombe au-dessous de 5 % au milieu des années vingt.

Tableau g. Industrie de Leningrad : répartition des ouvriers par sexe et par âge (en %)a

Tableau g. Industrie de Leningrad : répartition des ouvriers par sexe et par âge (en %)a

a) Pour éviter de surcharger le tableau, nous n’avons pas reproduit les données en valeurs absolues.
b) Limite d’âge retenue : moins de 17 ans en 1913 et 1917 ; moins de 18 ans à partir de 1920.
c) Données au 1er janvier pour les années 1920-1929.
D’après Z.V. Stepanov, Rabočie Petrograda v period podgotovki i provedenija oktjabr’skogo vooružennogo vosstanija, M. – L., Nauka, 1965, p. 34 ; L.I. Derevnina, Rabočie Leningrada v period vosstanovlenija narodnogo xozjajstva 1921-1925, L., Nauka, 1981, p. 95 ; O.L Skaratan, Izmenenija v sostave fabrično-zavodskix rabočix g. Leningrada (1917-1928 gg.), avto-referat dissertacii, L., 1958, p. 15.

N.B. Les chiffres concernant les adolescents sont difficiles à interpréter, car nous ne connaissons pas leur répartition par âges. Le décret du 29 octobre 1917 sur la journée de huit heures a interdit (art. 9) le travail des enfants au-dessous de 14 ans, mais cette clause n’a pu être respectée : en effet, beaucoup d’entre eux étaient soutiens de famille. Le Code du Travail de 1922 (art. 135) a élevé à 16 ans l’âge minimum requis, tout en autorisant des exceptions. A Leningrad, le recensement du 17 décembre 1926 n’a trouvé dans l’industrie que 0,8 % d’ouvriers ayant moins de 16 ans.

  • 59 Škaratan, art. cit., p. 30 ; Derevnina, op. cit., p. 66-69.

58En revanche, les hommes ont presque retrouvé leur prédominance d’avant-guerre : en 1924, ils constituent 65 % de l’effectif total. À partir de décembre 1920, on assiste au retour progressif des ouvriers qualifiés de Petrograd que la guerre civile avait dispersés dans toute la Russie : combattants de l’Armée rouge, membres des « détachements alimentaires », etc. Il s’agit le plus souvent de travailleurs expérimentés, dont l’ancienneté remonte avant 1914, et que les historiens soviétiques ont coutume d’appeler kadrovye rabočie (expression difficile à traduire : littéralement « ouvriers du cadre »). Jouissant d’une préférence à l’embauche, ils retrouvent une place dans leur ancienne usine, soit de leur propre initiative, soit à l’appel des syndicats qui envoient aux unités militaires des requêtes en ce sens59 ; ces retours s’achèvent, pour l’essentiel, au cours de l’été 1924. Dès lors, le sens de l’évolution s’inverse à nouveau (cf. tableau g) : la part des hommes commence à reculer ; celle des adolescents progresse légèrement et, surtout, l’industrie emploie un nombre croissant de femmes. Grâce au recensement syndical de 1929, nous connaissons l’origine sociale du personnel recruté dans les années vingt :

Origine sociale des ouvriers de Leningrad

Origine sociale des ouvriers de Leningrad

A.G. Rašin, Sostav fabrično-zavodskogo proletariata, M., 1930, p. 19 et 21.

59Il ressort de ce tableau que pendant la NEP les nouvelles recrues proviennent en majorité d’un milieu ouvrier. Les données concernant les jeunes (garçons et filles) confirment cette conclusion :

Ont un père ouvrier
1923 Ensemble des jeunes employés dans 70,0 %
l’industrie de Leningrad
1925 78,5 %
1927/28 Élèves des écoles d’apprentissage de fabriqu e
80 à 100 %
et d’usine (FZU) : promotion sortante.

D’après O.I. Škaratan, Istorija SSSR, art. cit., p. 37, et N.B. Lebina, Rabočaja molodëž’ Leningrada, L., Nauka, 1982, p. 67.

  • 60 Škaratan, art. cit., p. 35, qui mentionne un autre cas (1924-1927). Pour des pratiques comparables (...)

60Cette situation semble résulter, pour partie au moins, d’une politique délibérée visant à favoriser le prolétariat de l’ancienne capitale, en raison de son rôle dans la révolution d’octobre. Lorsqu’elles embauchaient des adolescents, les entreprises les choisissaient en fonction de critères sociaux : ainsi, quand, fin 1925, le trust du textile offrit 5 000 places d’apprentis, le présidium des syndicats de Leningrad précisa qu’elles seraient pour moitié réservées aux enfants d’ouvriers du textile ; les historiens soviétiques citent d’autres exemples de ce genre60.

  • 61 En 1924-1925, l’industrie textile de Leningrad emploie 65 % de femmes (adolescentes non comprises)  (...)
  • 62 Škaratan, art. cit., p. 34-35.
  • 63 S. Zagorsky, Les salaires et la réglementation des conditions du travail dans l’U.R.S.S., Genève, B (...)
  • 64 M. Reiman, Die Geburt des Stalinismus, Frankfurt/Main, Europäische Verlagsanstalt, 1979, chap. 5 «  (...)
  • 65 Lettre du Comité central du PC(b) « Sur l’élévation de la discipline du travail » (21 février 1929) (...)
  • 66 Un document syndical intitulé « Matériaux pour un rapport sur la situation de la classe ouvrière da (...)
  • 67 B. Rejn, Potomstvennye proletarii, M. – L., Priboj, 1930, p. 15 (d’après le recensement syndical de (...)

61C’est dans le textile, activité traditionnellement féminine61, que la tendance à la reproduction sociale s’affirme le plus nettement ; dans la construction mécanique, la paysannerie fournit presque un tiers des nouveaux venus. O.I. Škaratan a analysé l’origine géographique des migrants : il souligne la frappante continuité avec l’Ancien Régime : la région industrielle centrale et les provinces du Nord-Ouest envoient le gros des contingents, en 1926 comme en 1897 ou en 1910. La plupart de ces ruraux n’entrent pas d’emblée dans l’industrie : à leur arrivée en ville, ils deviennent d’abord terrassiers, débardeurs, etc. ; ensuite seulement, ils vont à l’usine62. En 1928-1929, les journaux soviétiques ont publié de nombreux articles déplorant l’affaiblissement de la discipline du travail : leurs auteurs fustigent l’augmentation des absences injustifiées et des congés de maladie, les ravages de l’alcoolisme. Parmi les exemples cités, figurent les mines du Donbass, la sidérurgie ukrainienne, le textile moscovite, les usines Putilov et l’industrie chimique de Leningrad. Il semble que les directeurs d’entreprises, soucieux de raffermir leur autorité sur le personnel, aient exagéré l’ampleur des maux qu’ils dénonçaient ; selon un dirigeant syndical, L.I. Ginzburg, ils ont abusivement généralisé des situations locales : de fait, si l’on considère l’industrie dans son ensemble, la productivité s’accroît constamment dans cette période et l’absentéisme diminue63. Il reste que le climat social s’est dégradé : au début de 1928, Le courrier socialiste, organe des mencheviks émigrés, signale des grèves dans une fabrique textile de Leningrad et chez Putilov, à Moscou (Serp i Molot), à Mytišči et Ljubercy (environs de Moscou), à Enakievo (Donbass)64. Les autorités n’ont pas tardé à donner leur version des causes de cette agitation : tout s’explique par « l’entrée dans la production de nouvelles couches d’ouvriers, en majorité liées à la campagne65 ». Cette analyse passe-partout laisse sceptique ; peut-être vaut-elle pour la région de Smolensk66, mais elle ne paraît pas correspondre à la réalité sociale d’une ville comme Leningrad où prédominent les « prolétaires héréditaires67 » : les enfants de paysans ne sont majoritaires que dans la génération la plus âgée (dont l’ancienneté remonte avant 1905).

  • 68 Cf. le remarquable article de Vera Aleksandrova intitulé « Novye rabočie », paru dans Socialističes (...)
  • 69 Ibid., p. 53 : phrase tirée de I. Žiga, Novye rabočie, M., 1928. Le principal « héros » de cet ouvr (...)
  • 70 Aleksandrova, art. cit., p. 52, citant Natalia Tarpova (1927-1929) de l’écrivain communiste S. Seme (...)

62Dans le langage officiel, le terme de « nouvel ouvrier » a perdu toute signification précise : il est devenu un sobriquet méprisant68. Cette figure mythique incarne tous les comportements « négatifs » combattus par le régime : les « nouveaux ouvriers » sont « simulateurs » (en russe : bjulleten’ščiki : ils abusent des feuilles de maladie), « absentéistes », « rouspéteurs », « ivrognes », « fainéants ». Leurs exigences inadmissibles ont contraint à augmenter les salaires : « affublés de blouses d’ouvriers, ils nous ont dicté leur volonté69 » ; s’ils s’entêtent, il faut les licencier. Par un glissement significatif, cette appellation péjorative finit par englober presque toute la classe : « En Russie, du point de vue idéologique, il n’existe pas d’ouvriers. Un ouvrier ayant des liens avec la terre – c’est un moujik du point de vue idéologique ! Il y a quelques millions d’ouvriers dans le pays : à peine 500 000 ont perdu leurs liens avec la terre...70 »

  • 71 Crise sociale diagnostiquée par M. Reiman, op. cit., chap. 5, p. 96-102 (sur les villes).

63À Leningrad, la montée du mécontentement ne peut être imputée à un afflux massif de paysans dans l’industrie ; elle trouve probablement son origine dans la crise sociale que traverse l’U.R.S.S. à la fin des années vingt71. Les motifs de protestation ne manquent pas :

  • Le ravitaillement s’est dégradé ; de longues queues se forment la nuit devant les boutiques. Depuis la fin de 1927, farine, gruau, lait, œufs, beurre et huile manquent dans le commerce d’État. Bientôt la pénurie touche aussi le pain, la viande, le thé, le café et les produits textiles : « comme en 1919 ! », dit la rumeur publique ;
  • Par ailleurs, la politique d’industrialisation impose aux travailleurs des efforts accrus : l’intensité du travail augmente. En vertu d’une directive d’octobre 1927, les normes de production ont été révisées à la hausse : pour certains, cette révision s’est traduite par un déclassement dans l’échelle des qualifications, avec baisse du salaire. Dans l’industrie textile, le passage au travail en trois équipes a sensiblement dégradé les conditions de vie72 ;
  • Le contexte politique, enfin, a joué un rôle non négligeable : le procès de Šaxty, annoncé en mars 1928, ne pouvait qu’envenimer les relations entre ouvriers et cadres techniques.
  • 73 Leningradskie rabočie v bor’be za socializm, 1926-1937, L., 1965, p. 154 : l’auteur a en vue unique (...)

64Dans quelle mesure la classe ouvrière de Leningrad s’est-elle transformée pendant le premier plan ? Pour répondre à cette question, nous confronterons les résultats des recensements syndicaux de 1929 et de 1932/33 ; l’enquête effectuée par le Gosplan en 1931 servira de témoin et permettra de contrôler les résultats obtenus (cf. l’Annexe B). Les recensements de 1931 et de 1932/33 ignorent le textile, de sorte que la comparaison portera exclusivement sur l’industrie des métaux ; il est vrai qu’à lui seul ce secteur emploie 36 % des ouvriers de l’ancienne capitale73. Nos trois sources ne sont pas strictement comparables entre elles : il n’est donc pas possible de mener des analyses détaillées et rigoureuses ; nous chercherons simplement à dégager les grands traits de l’évolution.

65Les principales données chiffrées ont été regroupées de façon synthétique dans les tableaux infra (h, i, j, k, l), auxquels le lecteur est invité à se reporter : leur examen met en évidence plusieurs phénomènes majeurs :

  1. Le rajeunissement du personnel, qui ne surprend guère : l’âge moyen a baissé de trois ans ; en 1932/33, un ouvrier sur cinq a moins de vingt ans ; six sur dix n’ont pas atteint trente ans ;
  2. Corollaire logique, l’ancienneté dans la production a baissé de quatre ans en moyenne ; un travailleur sur trois est entré dans l’industrie au cours des deux années précédentes. La majorité ne dépasse pas cinq ans d’ancienneté ; on note cependant le maintien d’un solide noyau de « vétérans », présents depuis plus de quinze ans ;
  3. Le renouvellement de la main-d’œuvre va de pair avec sa féminisation ; les femmes, embauchées tout récemment, sont encore plus jeunes que les hommes. Dans l’électrotechnique, elles représentent plus du tiers des effectifs74 ;
  4. Les statistiques sur l’origine sociale réservent quelques surprises : elles montrent en effet peu de changements par rapport à 1929. La place de la paysannerie n’a guère augmenté ; les liens avec la terre sont toujours aussi faibles75. Comme en 1929, les ouvriers proviennent pour 51-52 % de familles ouvrières ; les employés continuent à fournir un petit contingent ;
  5. Les recensements de 1931 et de 1932/33 fournissent en outre d’intéressantes précisions sur le « dernier emploi exercé » avant l’entrée à l’usine. Dans leur quasi-totalité, les nouveaux venus n’ont aucune expérience du travail salarié ; seule une minorité cultivait la terre. Les « inactifs » constituent la catégorie la plus nombreuse : elle regroupe tous ceux qui n’avaient pas de source indépendante de revenus : femmes au foyer, personnes à charge, chômeurs et surtout scolaires ; plus d’un ouvrier sur quatre est venu directement des bancs de l’école.

Tableau h. Ouvriers de l’industrie des métaux (Leningrad, hommes et femmes)

Tableau h. Ouvriers de l’industrie des métaux (Leningrad, hommes et femmes)

a) Travail des métaux et construction mécanique
b) Construction mécanique
c) Construction de machines pour les transports.
d) Électrotechnique

Tableau i. Industrie des métaux de Leningrad (hommes et femmes) 1931

Tableau i. Industrie des métaux de Leningrad (hommes et femmes) 1931

a) Apprentis exclus.
b) Inclut toutes les personnes qui, avant leur entrée dans la production, n’avaient pas de source indépendante de revenus : femmes au foyer, personnes à charge, chômeurs de longue durée, étudiants.

Tableau j Ouvriers de l’industrie des métaux (Leningrad, 1932-1933)

Tableau j Ouvriers de l’industrie des métaux (Leningrad, 1932-1933)

Tableau k Apprentis de l’industrie des métaux (Leningrad)

Tableau k Apprentis de l’industrie des métaux (Leningrad)

a) Construction de machines de transport
b) Electrotechnique

Tableau l. Ouvrières de l’industrie des métaux (Leningrad)

Tableau l. Ouvrières de l’industrie des métaux (Leningrad)

a) Travail des métaux et construction mécanique
b) Construction de machines pour les transports
c) Électrotechnique.

66Au terme de ces analyses, une constatation s’impose : à Leningrad, au début des années trente, la construction mécanique emploie une majorité d’ouvriers de seconde génération ; de ce point de vue, la continuité avec les années vingt l’emporte.

  • 76 Sigle russe signifiant « écoles d’apprentissage de fabrique et d’usine ». Chaque école FZU est liée (...)
  • 1
  • 78 Rabočaja ènciklopedija, 1921-1985 gody, L., 1986, p. 183, 85, 158, 162, 104, 187, 109 (il s’agit d’ (...)

67Ces phénomènes de reproduction sociale apparaissent avec netteté lorsqu’on examine la formation de la main-d’œuvre qualifiée. En 1932-1933, les trois quarts des apprentis sont des adolescents âgés de 16 à 18 ans (cf. tableau k) ; le pourcentage de jeunes filles, en augmentation, s’élève à un tiers. Deux apprentis sur trois ont un père ouvrier ; si l’on y ajoute les enfants d’employés, la prédominance des citadins (85 %) devient écrasante. La paysannerie (13 %) se trouve réduite à la portion congrue ; au même moment, au niveau national, c’est une tendance opposée qui l’emporte : pendant le premier plan, les écoles FZU76 ouvrent largement leurs portes aux élèves venus de la campagne77. L’encyclopédie ouvrière publiée en 1986 donne de nombreux exemples qui illustrent le rôle déterminant du milieu familial dans l’orientation professionnelle des jeunes78 ; voici quelques cas :

  • N. Ja. Dubinin, né en 1922 à Petrograd, dans une famille ouvrière. Après sept ans de formation générale, admis dans une école FZU dont il sort ajusteur-monteur (4e échelon), à la fin de 1939 ; embauché à l’usine Ja. M. Sverdlov (construction de machines-outils).
  • Gavrilov G.P., né en 1916 ; père ouvrier à Petrograd. Apprentissage à l’école FZU de l’usine « Kinap » ; ajusteur, travaille à l’entreprise « Bol’ševik » (ex-Obuxov) à partir de 1935.
  • K.V. Govorušin, né en 1916 à Petrograd ; père ouvrier chez Putilov. Après sept ans de formation générale, entre en 1931 à l’école FZU de « Krasnyj putilovec » (ex-Putilov) qui, son apprentissage terminé, l’embauche comme ajusteur à l’atelier des turbines. Nommé « brigadier » d’équipe en 1935.
  • P.N. Ivanov (1914-1976), né à Saint-Pétersbourg ; son grand-père et son père travaillaient chez Obuxov, où il est employé comme ajusteur-monteur à sa sortie de l’école FZU (1931).
  • I.N. Kolodkin (1913-1964), né à Saint-Pétersbourg ; pendant quarante-six ans, son père a été fraiseur aux établissements « Staryj Lessner » et « Novyj Lessner » (aujourd’hui K. Marx). Après six ans de classe, admis en 1929 à l’école FZU de l’usine K. Marx, qui l’embauche ensuite comme tourneur.
  • V.P. Korytnikov, né en 1914 ; de 1904 à 1941, son père a été ébéniste à l’Arsenal, où il entre comme ajusteur-monteur à sa sortie de l’école FZU (1932). Son frère aîné et sa sœur travaillent au même endroit.
  • N.K. Rozental’, né en 1911 à Saint-Pétersbourg, dans une famille ouvrière ; à partir de 1927, apprenti à l’école FZU de « Krasnaja zarja » (électrotechnique). Devient ensuite ajusteur-mécanicien dans l’atelier expérimental de cette entreprise.
  • 79 Sur ces critiques, émises dans les années vingt, cf. Anstett, op. cit., p. 82.
  • 80 Ibid., p. 128.
  • 81 Rabočaja ènciklopedija, op. cit., p. 51, 121, 128, 138, 165, 168, 171, 298.

68Les écoles FZU ne jouissent d’aucun monopole dans la transmission des savoirs : en dépit des critiques dont elle avait fait l’objet79, la formation « sur le tas » (sous la direction d’un contremaître ou d’un bon ouvrier) est demeurée bien vivante dans les années trente80, sans qu’il soit possible de mesurer son importance exacte. L’encyclopédie ouvrière, déjà citée, mentionne cette pratique à diverses reprises81. Nous avons aussi le témoignage d’un journaliste soviétique, qui a effectué un reportage à l’usine Metalličeskij :

À l’atelier des turbines, on « attache » souvent les jeunes à de vieux ouvriers « du cadre ». Déjà quarante-quatre personnes apprennent le métier de cette façon [...]. Les tourneurs Andreev et Anan’in ont pris chacun deux apprentis et Ostrinskij [tourneur lui aussi – J.– P.D.] a entrepris d’apprendre à deux-trois gars et à une fille, membre du komsomol [...]. On permet aux vieux ouvriers d’apprendre à leurs enfants sur leur propre machine-outil. Par exemple, au département n° 1, le tourneur II’in travaillait avec ses deux fils [...]. Maintenant, un des fils travaille tout seul.
 – Et chez vous, comment ça se passe ? – demandai-je à Ostrinskij.
 – [...] Vous avez vu mon apprentie – Raja Petkova ? Quand elle est arrivée, elle ne savait rien faire, pas même aiguiser une lame... Son père est tourneur sur bois, au département n° 7...
 – Et comment travaille-t-elle maintenant ?
 – Voici ce que je vais vous dire. Beaucoup de nos ouvriers aiment dire qu’une femme ne fera jamais un bon tourneur. J’en suis venu à haïr les hommes – Ostrinskij rit – Je suis déjà allé voir l’ingénieur Rušind, j’ai demandé qu’on me donne une fille de plus en apprentissage.

69Toutefois, une partie des anciens refuse de jouer ce rôle :

  • 82 B. Rejn, Potomstvennye proletarii, chap. « Veterany cexov », p. 32-34 et 41.

[...] certains cachent aux jeunes les secrets de leur spécialité. Si je te donne tout, disent-ils, alors tu pourras travailler tout seul, et ensuite tu prendras ma place.
Parfois, un jeune vient poser une question, et on lui répond avec brièveté et clarté : « Va au diable ! », ou pire82.

70Nous avons déjà signalé la féminisation de la main-d’œuvre intervenue pendant le premier plan ; il faut revenir sur ce point, en raison de son importance.

  • 83 7 % de femmes en 1913 ; 20,3 % en 1917, d’après S.A. Smith, Red Petrograd : Révolution in the facto (...)
  • 84 Derevnina, op. cit., p. 98-99 ; sur ce processus, cf. Voprosy truda, 1932, n° 11-12, p. 60-62.
  • 85 Les chiffres cités par nos sources divergent parfois dans le détail ; nous cherchons seulement à sa (...)

71À Saint-Pétersbourg, en 1913, l’industrie des métaux employait presque exclusivement des hommes ; à partir de 1914, comme dans tous les pays en guerre, les femmes sont entrées en masse dans les usines qui produisaient pour le front cartouches, obus, etc. : en 1917, elles représentaient un cinquième du personnel83. Mais cela n’a pas duré : dès le retour de la paix, le pourcentage de femmes a diminué : en 1924-1925, il se situe aux alentours de 10 %84 (contre 2,7 % en 1913). En 1932, il a retrouvé le niveau de 1917 ; cette progression est d’autant plus significative que les effectifs totaux de la branche ont plus que doublé pendant le premier plan. Les jeunes filles prédominent nettement : en 1932/1933, la majorité des ouvrières a moins de vingt-quatre ans ; 54 % d’entre elles viennent d’une famille ouvrière (tableau l). Le mouvement de féminisation se poursuit tout au long des années trente : en 1938, un travailleur sur trois est une travailleuse ; l’industrie des métaux reste cependant parmi les plus masculines de toutes85.

  • 86 Le mot russe samotëk signifie écoulement naturel des eaux ; au figuré, il désigne dans le vocabulai (...)
  • 87 Cf. par exemple Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 38 ; 1932, n° 11-12, p. 64 ; Udarnik, 1932, n° 10, p. (...)
  • 88 Cf. son grand livre La planification stalinienne, Economica, 1984.

72Les autorités n’avaient pas prévu un tel afflux de femmes aux portes des entreprises ; à leur grand dam, il s’est produit « spontanément » (samotëkom)86 : autrement dit, il n’a pas été organisé par l’État et a échappé à son contrôle. La presse officielle s’en plaint à maintes reprises87. Dans ce domaine, comme dans d’autres, la planification relève du mythe ; ici, nous rejoignons tout à fait les conclusions de E. Zaleski88.

  • 89 Nous nous appuyons ici sur l’enquête de S.M. Kingsburg et M. Fairchild, Factory, family and woman i (...)

73Si les usines embauchent en grand nombre les candidates qui se présentent, c’est qu’à partir de 1930 on manque de bras dans toute l’U.R.S.S. Quant aux motivations de ces femmes qui entrent dans l’industrie, nous sommes hélas réduit aux hypothèses, car les documents dont nous disposons ne leur donnent jamais la parole. Désirent-elles élargir leur horizon, acquérir leur indépendance financière ? Faut-il invoquer la pression sociale (rôle de l’entourage, de l’école) à une époque où la propagande officielle prône l’égalité des sexes et l’émancipation par le travail ? Les contraintes matérielles ont sans doute joué un rôle important : le salaire supplémentaire qui entre ainsi au foyer compense en partie les effets dévastateurs de l’inflation qui mange les revenus ouvriers89.

74À lire la presse soviétique, il apparaît que beaucoup d’hommes ont réagi avec hostilité à l’entrée des femmes dans leur domaine réservé :

  • Les préventions des directeurs d’usines s’appuient sur des arguments économiques. L’entreprise y perd à tous points de vue : les femmes travaillent moins bien, s’absentent (congés de maternité). Il est impossible de les garder : « elle se mariera et quittera la production »90.
  • Plus bas dans la hiérarchie, on observe les mêmes attitudes : chez Elektrosila, un membre du comité syndical déclare : « Il y a trop de femmes chez nous91. » Aux chantiers navals du Nord (atelier de traçage), en 1931, le « brigadier » Maslennikov refuse de prendre des femmes dans son équipe : « À quoi servent les femmes ? A faire la soupe aux choux à la maison, pas à travailler à l’usine92. » En 1934, G. N. Serebrennikov écrit ceci : « Dans certains cas, le plus important obstacle à l’extension du travail féminin est le conservatisme des ouvriers eux-mêmes... À Leningrad, une enquête syndicale [1931] a établi que dans les chantiers navals les chargeuses de fours travaillant en pantalon subissaient outrages et moqueries venant d’ouvriers arriérés...93 »

75Le prolétariat de Leningrad n’a pas le monopole de tels comportements : dans toutes les industries traditionnellement masculines, les femmes étaient rejetées de la même façon :

  • Dans les charbonnages, d’après la même enquête de 1931..., on accueillait les ouvrières par des moqueries, les communistes ne les soutenaient pas non plus...94
  • Chez nous, à la production, il n’y a pas de femmes et il ne peut y en avoir. Que peuvent faire les femmes ? Seulement vendre du chou à la coopérative ouvrière centrale95.
  • On n’a pas besoin de femmes [Podol’sk, usine de machines à coudre]96.

Sur ce point, l’attitude des ouvriers russes n’a rien d’original : il suffit de rappeler que, jusqu’en 1900 au moins, de larges secteurs du mouvement syndical français ont manifesté une opposition de principe au travail féminin.

  • 97 Ibid. ; Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 38-39 ; Serebrennikov, op. cit., p. 148- 149.

76À quels postes employait-on les femmes ? Comment se comportaient-elles au travail ? Leurs salaires étaient-ils égaux à ceux des hommes ? Toute tentative de réponse à ces questions se heurte à plusieurs obstacles97 :

  • Faute de données, une comparaison systématique entre hommes et femmes quant aux professions exercées et aux salaires est exclue ;
  • Les statistiques des entreprises concernant la productivité, le rebut (brak), la mobilité du personnel, l’absentéisme, etc., ne sont pas ventilées par sexe ; sur ces questions, il n’existe que des informations partielles ;
  • Les historiens connaissent mal l’organisation des ateliers et l’état des techniques : il est donc difficile de déterminer la nature exacte des tâches accomplies par les différentes catégories ouvrières ; le chercheur risque de demeurer prisonnier des classifications officielles98.
  • 99 B. Marševa, « L’utilisation du travail féminin dans la construction mécanique lourde, » Voprosy tru (...)
  • 100 Avant la Révolution, elle dépendait du ministère de la Marine.
  • 101 La construction mécanique lourde n’employait que 5 à 10 % de femmes, d’après Marševa, art. cit., p. (...)

77Nous savons bien qu’en U.R.S.S. la presse a pour fonction de mobiliser la population en faveur des objectifs fixés par les autorités ; les articles consacrés au travail féminin ne font pas exception à la règle : bien souvent, ils visent à obtenir que les directeurs d’entreprises embauchent davantage de femmes, accordent plus d’attention à leur formation, etc. Leurs auteurs expliquent en détail ce qui devrait être, mais se soucient moins d’exposer la situation réelle, de sorte que les descriptions concrètes sont rares. Pour la région de Leningrad, nous disposons d’une seule enquête détaillée ; encore n’offre-t-elle pas toujours les précisions souhaitées99. Menée en juillet 1931, elle porte sur l’usine d’Ižora100, sise à Kolpino (au sud-est de Leningrad) et spécialisée dans la construction mécanique lourde101.

  • 102 En 1930, environ 90 % des travailleuses sont classées en catégorie I ou II, cf. art. cit., p. 52.
  • 103 La liste n’est pas exhaustive : sur certains ateliers, l’enquête fournit des renseignements très pa (...)

78D’emblée, un fait brut s’impose : les hommes gardent le monopole des métiers exigeant une haute qualification : modeleur, rectifieur-polisseur, ajusteur-réparateur, tourneur-réparateur, et à plus forte raison régleur. Les ouvrières effectuent les travaux les moins qualifiés et les plus mal payés ; dans la grille des salaires, elles occupent les derniers échelons102. Leur présence se concentre dans quelques secteurs103 :

  • l’atelier de mécanique n° 1 (réparations) où leur arrivée est récente (un an ou deux) : les femmes chargent les fours à incandescence et surveillent leur température. Elles usinent aussi des pièces sur machines-outils spécialisées ; comme ce travail oblige à soulever de lourdes charges (96 kg !), leur brigade comprend des manœuvres-hommes,
  • l’atelier de mécanique n° 3 (petites pièces standardisées)
  • la fabrication de tuyaux standardisés de faible calibre104,
  • le coulage et le traitement du laiton,
  • les transports (comme aides-machinistes sur les grues).
  • 105 Op. cit., p. 110 et 119 ; cf. aussi p. 166. Dans le même sens, voir Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 3 (...)

79L’industrie des métaux constitue un très vaste ensemble marqué par une grande diversité interne ; l’exemple d’Ižora peut-il être considéré comme typique ? Tout indique que tel est bien le cas. « Le retard des femmes en matière de qualification n’est pas encore surmonté, loin de là », écrit G.N. Serebrennikov : au 1er juillet 1932, « comme avant, un pourcentage dérisoire de femmes était occupé à des travaux de moyenne et haute qualification »105 .

  • 106 Voprosy profdviženija, 1936, n° 2, p. 86 (situation au 1.10.1934).
  • 107 Kingsbury et Fairchild, op. cit., p. 27 : cet ouvrage américain repose sur une enquête menée dans 3 (...)
  • 108 Sur ce point, l’industrie des métaux soviétique a rejeté l’exemple des Etats-Unis, où l’usage des c (...)
  • 109 R. Lazarson, Nafronte industrializacii, 1934, n° 5-6, p. 58, et J.M. Collette, Politique des invest (...)
  • 110 Code du Travail de la RSFSR (nov. 1922), art. 129, in Les codes de la Russie soviétique, Paris, Mar (...)
  • 111 Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 34 et 36, d’après une enquête menée dans « une série d’entreprises » (...)
  • 112 Serebrennikov, op. cit., p. 74-75.

80Deux ans plus tard, M.T. Gol’cman fait la même constatation106. L’article sur Kolpino appelle toutefois des compléments : il ne met guère en évidence le rôle des femmes dans la manutention : chez Putilov, par exemple, elles approvisionnent en sable la fonderie et chargent les déchets107. On sait que les transports internes aux entreprises étaient très peu mécanisés : c’est en 1949 seulement que l’U.R.S.S. devait commencer à produire des chariots élévateurs à fourche108. Les manœuvres étaient donc beaucoup plus nombreux que dans les pays capitalistes109. En principe, les lois soviétiques interdisaient aux femmes les métiers exigeant des efforts physiques trop importants ; ces textes, inspirés par le souci de protéger la maternité, étaient mis au point par le commissariat au Travail, en accord avec le Conseil central des syndicats ; ils fixaient avec une grande précision les charges maximales que les femmes avaient le droit de soulever110. En pratique, ces normes-limites étaient fréquemment ignorées : « souvent les tâches de manœuvre, physiquement pénibles, sont exécutées par des femmes, alors que des hommes en bonne santé sont employés à des travaux faciles..., n’exigeant aucune qualification », note B. Marševa en 1931111 ; aux chantiers navals de Leningrad, « on met les femmes à des travaux plus durs que ceux des hommes112 ».

  • 113 Ibid., p. 140-141 ; Le statut légal des travailleuses, op. cit., p. 442-443.
  • 114 Serebrennikov, op. cit., p. 137.

81L’état de fait que nous venons de décrire peut sembler paradoxal dans la mesure où le gouvernement soviétique avait consenti de réels efforts en faveur de la formation professionnelle des femmes ; même si les objectifs fixés, fort ambitieux, n’ont pas été atteints113, les écoles FZU, de la construction mécanique comptaient une proportion croissante de jeunes filles114 :

1.1.1930 1.1.1933 1.7.1933
12,7 % 26,3 % 29 %

82Au vu de ces chiffres, comment expliquer le faible pourcentage d’ouvrières qualifiées ? Plusieurs facteurs interviennent ici :

  • La politique des autorités ne pouvait pas donner des résultats immédiats : la formation d’une promotion d’apprenti(e) s exige du temps, bien que la durée des études ait été réduite à deux reprises dans les années trente115 ;
  • Les filles sont, semble-t-il, un peu plus nombreuses que les garçons à ne pas terminer leur cursus116 ;
  • Enfin, « celles qui ont achevé leur apprentissage ne sont pas utilisées dans la production conformément à leur qualification », écrit une responsable du commissariat au Travail117.
  • 118 Puti industrializacii, 1931, n° 2, p. 43 ; Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 40.
  • 119 Serebrennikov, op. cit., p. 162-164 : salaires à la tâche dans dix-sept professions (industrie des (...)
  • 120 Qui affirme le principe « à travail égal, salaire égal », cf. Voprosy truda, 1932, n° 11-12, p. 59.
  • 121 Serebrennikov, op. cit., p. 74-75.
  • 122 Voprosy truda, 1932, n° 11-12, p. 66 : travail « sur des machines-outils semblables, et à autres co (...)
  • 123 Ibid., 1932, n° 11-12, p. 65 ; Udarnik, 1932, n° 10, p. 29-30 ; Lazarson, art. cit., p. 59.

83Cette dernière remarque amène à évoquer les discriminations subies par les femmes. Chez Putilov, elles sont condamnées à répéter pendant des années les mêmes gestes simples, alors que les hommes bénéficient de promotions118. À l’usine « Serp i Molot » (Xar’kov), lorsque se présente une occasion de gagner plus, ce sont les hommes qui en profitent ; il en va de même dans l’industrie des métaux de Leningrad. Ces discriminations résultent sans doute des réactions misogynes que nous avons déjà signalées. Dans ces conditions, le lecteur apprendra sans surprise qu’en 1931, à Leningrad, les salaires féminins accusaient « un certain retard » sur les salaires masculins119. Les chantiers navals violent ouvertement la législation soviétique120 : pour un même travail, une ouvrière est classée deux échelons plus bas qu’un ouvrier121. Mais il arrive aussi que les femmes soient mieux payées que les hommes, par exemple chez Putilov122 ; c’est le cas lorsqu’elles réussissent à obtenir des rendements plus élevés que les leurs. Cela suppose qu’elles aient acquis une certaine maîtrise de leur machine et puissent la mettre en marche sans attendre les instructions du contremaître123.

84Les experts officiels soulignent volontiers l’intérêt que présente la main-d’œuvre féminine pour les entreprises ; il est vrai qu’il s’agit de convaincre des directeurs d’usines plutôt réticents. Sans cesse, le même thème revient dans leurs articles : les femmes sont plus disciplinées. Nos auteurs en fournissent nombre d’illustrations :

  • L’ivrognerie, les petits vols sont beaucoup moins répandus que chez les hommes124,
  • Les absences injustifiées et le turnover atteignent un niveau moins élevé, car, à cause de leur faible qualification, les ouvrières se soucient davantage de garder leur emploi125,
  • Elles travaillent plus que les ouvriers, qui passent beaucoup de temps à bavarder, à fumer, à circuler d’atelier en atelier ou à lire le journal (on estime qu’un tiers de la journée est perdu de cette façon)126.

85La conclusion s’impose : embauchez des femmes !

4. Les charbonnages du Donbass

  • 127 Rašin, Formirovanie rabočego klassa Rossii, op. cit., p. 33-34, 65 et 445 ; Ju. I. Seryj, Rabočie J (...)

86De 1887 à 1913, les houillères du Donbass ont connu une croissance record, comme en témoignent les chiffres suivants qui retracent l’évolution des effectifs127 :

1887 19 000
1900 84 900
1913 168 400
  • 128 Seryj, op. cit., p. 9 et 66 ; S.P. Mac Caffray, « Origins of labor policy in the Russian coal and S (...)

87Le nombre d’ouvriers s’est accru de quatre.fois et demie entre 1887 et 1900 ; il a encore doublé entre 1900 et 1913 : au total, il a été multiplié par neuf en un quart de siècle ! Les périodes de crise (1902- 1903, 1909-1910) exceptées, les mines manquaient en permanence de bras ; les employeurs ont été constamment préoccupés par la question du recrutement : où trouver la main-d’œuvre nécessaire au développement de la production ? Le bassin du Donec était une région « frontière », récemment colonisée, à faible densité de population ; la terre ne manquait pas, et rien ne contraignait les paysans locaux à s’embaucher dans une industrie qui offrait des conditions de travail fort peu attractives128.

  • 129 Rašin, op. cit., p. 446.

88Aussi, avant le grand essor des années 1890, les travailleurs étaient en écrasante majorité étrangers à la région, si l’on en juge d’après les mines d’anthracite de Gruševaja (aujourd’hui Šaxty)129 :

Origine du personnel (novembre 1870)

Origine du personnel (novembre 1870)

89Aucun mineur ne venait de la province du Don ; l’Ukraine ne représentait qu’un quart du total ; en revanche, les Terres Noires de Russie centrale tenaient une place prédominante.

  • 130 S. Bensidoun, L’agitation paysanne en Russie de 1881 à 1902, Presses de la F.N.S.P., 1975, p. 276.

90En 1887, une enquête de police menée après une grève à la Société minière et industrielle (entreprise française sise à Lugansk) a donné des résultats voisins : la majorité des 1 500 personnes employées était issue des provinces de Tula, Orël, Kursk, Smolensk et Kaluga130. Écoutons un ouvrier agricole de la province d’Orël raconter son expérience :

  • 131 Souvenirs de K.I. Rusanov, né en 1861, in A.M. Pankratova (dir.), Istoriko-bytovye èkspedicii 1951- (...)

Je gagnais peu, je me tourmentais, je me tourmentais et, finalement, après avoir réuni neuf roubles, j’ai décidé de partir gagner ma vie [...]. J’ai voyagé à pied. J’ai marché pendant vingt-trois jours, huit cent quarante kilomètres. Je suis parti à la veille du Nouvel An, je suis arrivé à la mine le 23 janvier 1884131.

  • 132 Affairiste habile, actif et compétent, N.S. Avdakov est le futur président de Produgol’, cartel des (...)
  • 133 Rašin, op. cit., p. 446-447. « Étrangers » : en russe prišlye, littéralement « ceux qui sont venus  (...)
  • 134 Cette organisation patronale s’appelait « Association minière et métallurgique de la Russie méridio (...)

91Après 1890, ces tendances se sont perpétuées. Lors d’un Congrès de l’industrie minérale réuni à Xar’kov en décembre 1893, N.S. Avdakov132 notait dans son rapport : « On peut dire approximativement que dans le bassin houiller du Donec, les ouvriers locaux comptent environ pour 1/8 et les “étrangers” pour 7/8133. » Cette prépondérance des « étrangers » est confirmée par les données émanant du « Bureau statistique » de l’organisation patronale134 :

  • 135 B.V. Tixonov, Kamennougol’naja promyšlennost’ i čërnaja metallurgija Rossii vo vtoroj polovine XIX (...)

Origine des mineurs du Donbass (1900)135 (en %)

Origine des mineurs du Donbass (1900)135 (en %)
  • 136 Du point de vue administratif, le bassin houiller était divisé en deux : la partie occidentale (68, (...)
  • 137 Sans la province d’Ekaterinoslav.
  • 138 Il s’agit de la province, non de la ville ; il en va de même dans tout ce qui suit.

92136-137-138

  • 139 On pourrait y adjoindre la province de Penza.

93L’aire géographique de recrutement était très vaste et incluait des zones fort éloignées du Donbass (cf. carte n° 1). 16 % des mineurs seulement étaient originaires de la région ; au total, l’Ukraine ne fournissait qu’un quart de la main-d’œuvre. Pour les deux tiers, celle-ci venait de Russie ; au sein de cette dernière, le Černozëm central (Orël, Kursk, Voronež, Tula, Tambov)139 se détachait nettement : il donnait un travailleur sur deux.

  • 140 II s’agit d’une subdivision du Département des mines (ministère du Commerce et de l’Industrie) ; el (...)
  • 141 E.E. Kruze, Položenie rabočego klassa Rossii v 1900-1914 gg., L., 1976, p. 149.
  • 142 Juzovka s’appelle aujourd’hui Doneck.
  • 143 Kruze, op. cit., p. 149.

94Nous ne possédons pas de statistiques comparables pour les années postérieures à 1900, mais les quelques informations disponibles montrent que les houillères ont continué à recruter dans les mêmes régions. Le 20 février 1907, en réponse à une circulaire, l’ingénieur des mines de la circonscription Voronež-Don140 écrivait ceci : « Parmi eux, il y a relativement peu d’ouvriers locaux, pas plus de 25 %, les autres sont des “étrangers” venus des provinces intérieures de la Russie141. » Le 18 juin 1908, une explosion de gaz s’est produite à la mine Rykovskij (Juzovka)142 ; les familles des victimes ont demandé une indemnité. Les papiers qu’elles ont dû remplir ont été conservés dans les archives143 : les trente morts du puits n° 3 se répartissaient de la façon suivante :

Province d’origine :
Kursk 6
Smolensk 6
Orël 5
Mogilëv 4
Tula 2
Čemigov 2
(Autres : Kiev, Kaluga, Vitebsk, Voronež, Xar’kov) 5

95Ainsi, plus de 80 % d’entre eux venaient de Russie centrale ou occidentale.

  • 144 Seryj, op. cit., p. 85-91.
  • 145 Cité par Rašin, op. cit., p. 445.
  • 146 Seryj, op. cit., p. 88-89.

96Pour l’immédiat avant-guerre, les publications des zemstva fournissent des données qui vont dans le même sens144. En 1910-1912 le zemstvo de Tula a procédé à un recensement des familles (podvomaja perepis’) : 128 300 hommes et femmes étaient considérés comme « absents » de leur commune, parfois depuis dix ou quinze ans. Parmi ces « absents », dix mille environ étaient installés dans le Sud : 60 % à 70 % d’entre eux travaillaient dans les mines ou la sidérurgie. Le district de Novosil’ était particulièrement touché par ce phénomène : « Toutes les descriptions indiquent que les départs pour les mines et les usines augmentent chaque année, et qu’ils ont pour cause l’absence d’emploi sur place, et les salaires plus élevés qu’ici145. » En 1912, le zemstvo de Voronež a mené une enquête sur les migrations hors de la province : le service de santé a donc distribué dans les campagnes un questionnaire à ce sujet. Des réponses reçues, il ressort qu’en 1911 plus de 8 000 paysans étaient partis s’embaucher comme mineurs, souvent en emmenant femmes et enfants ; dans deux districts (Zadonsk et Zemljansk), cette pratique était si répandue qu’elle concernait, selon les endroits, de 23 % à 37 % de la population adulte146.

  • 147 Ce livre, publié à Moscou en 1958 sous la direction de P. I. Kušner, suit la vie d’une communauté p (...)
  • 148 Ibid., p. 38.

97L’étude, souvent citée, qu’un groupe d’ethnographes soviétiques a consacrée au village de Viriatino147 (district de Moršansk, province de Tambov) constate que l’exode a pris des dimensions massives dans tout le district à partir des années 1890 : « Après 1905, rare était l’exploitation qui n’avait pas au moins un travailleur dans les mines, et dans certaines localités il y avait deux ou trois migrants par foyer148. »

  • 149 Sur ce point, pour les années 1858-1897, cf. Bensidoun, op. cit., p. 53-80.
  • 150 Seryj, op. cit., p. 94-95.
  • 151 Mac Caffray, art. cit., p. 955.

98Le Čemozëm central connaissait alors une forte poussée démographique qui aggravait la « faim de terres » : nombre de familles ne disposaient pas d’un lot suffisant pour vivre, aussi la région offrait-elle d’abondantes réserves de main-d’œuvre en surplus149. Les entrepreneurs du Donbass le savaient bien : avant 1914, et pendant la guerre, beaucoup de grandes mines y envoyaient des agents recruteurs150. Or, les paysans ne pouvaient se déplacer sans l’autorisation de leur commune ; cette dernière ne délivrait le passeport qu’une fois réglés les arriérés d’impôts. De ce fait, l’agent recruteur devait, le cas échéant, régler les dettes de celui qu’il embauchait ; l’entreprise payait en outre le voyage en chemin de fer. Il n’est pas surprenant que les industriels de Russie méridionale se soient irrités du maintien d’une législation contraire à leurs intérêts ; ils n’ont cessé de réclamer l’abolition des passeports et la possibilité pour les paysans de circuler librement : ils pourraient ainsi répondre plus facilement aux sollicitations du marché du travail151.

  • 152 The village of Viriatino, op. cit., p. 38-40 (histoire d’une famille de « paysans moyens », les Dia (...)

99Le comportement de ces ouvriers restait fortement marqué par leurs origines rurales : souvent, ils regardaient le travail à la mine comme une activité d’appoint limitée à la morte-saison ; les beaux jours venus, ils retournaient dans leur village. Pendant l’hiver, ils économisaient le plus possible sur leur salaire : l’argent ainsi épargné était investi dans l’exploitation familiale. Il servait à acheter du bétail, à agrandir les bâtiments ; il permettait d’aider les jeunes à s’établir. Les plus aisés pouvaient acquérir un peu de confort en achetant des objets venus de la ville (lits en bois, pots et casseroles en fer, etc.) ; les migrations vers le Donbass contribuaient ainsi à la diffusion de goûts et de besoins nouveaux chez les paysans de Russie centrale152.

  • 153 Seryj, op. cit., p. 138-139. Cf. aussi un rapport du gouverneur d’Ekaterinoslav (1902), cité p. 132
  • 154 Ibid., p. 140.
  • 155 Kruze, op. cit., p. 149 ; les départs ont continué au mois de juin.
  • 156 K. Kautsky, La question agraire, 1900, p. 280-282.

100Les employeurs regardaient d’un mauvais œil ce maintien des liens avec l’agriculture, car ils le rendaient responsable de l’instabilité des mineurs. En 1900, N.S. Avdakov déplorait que les augmentations de salaires consenties en été (10 à 20 %) ne parviennent pas à retenir la main-d’œuvre153. À la veille de la guerre, les plaintes continuent à ce sujet : pour expliquer la forte baisse de la production de charbon pendant l’été 1913, les industriels invoquent le manque de personnel dû aux nombreux départs154. En 1914, les rapports des ingénieurs des mines abondent en notations du même genre : un document de synthèse adressé au ministère du Commerce et de l’Industrie (16 mai) estime que, selon les endroits, 25 à 40 % des ouvriers sont rentrés chez eux155. Ces « oiseaux migrateurs » cumulaient deux occupations : le travail de la terre et le métier de mineur. Cette pluriactivité n’était pas rare dans les bassins houillers : il suffit de songer à Carmaux dans les années 1860-1870 ou aux charbonnages allemands avant 1914 (Ruhr, Westphalie, Silésie)156.

  • 157 Seryj, op. cit., p. 131 : rapport au Département des mines (1913).
  • 158 Istorija rabočego klassa SSSR, t. 1, M., Nauka, 1983, p. 212 : vers 1885, la majorité des mines de (...)

101La proportion de saisonniers ne peut être chiffrée avec précision et variait probablement selon les années ; il semble qu’elle se soit accrue en 1913, en raison d’une récolte exceptionnelle. Il faut, en tout cas, se garder de prendre au pied de la lettre certaines affirmations officielles : le chef de la Direction des mines du Sud-Est exagérait beaucoup en écrivant que la Russie méridionale n’avait « presque pas » d’ouvriers permanents157. Si tel avait été le cas, il aurait fallu interrompre toute activité l’été, comme cela se faisait trente ans auparavant158. Néanmoins, dans les années 1906-1913, la courbe des effectifs mensuels obéissait à un rythme saisonnier bien marqué :

  • D’octobre à mars, elle se maintenait constamment au-dessus de la moyenne annuelle, avec deux maxima en novembre et janvier ;
  • D’avril à septembre, elle tombait en dessous de cette moyenne, le point le plus bas étant atteint en août.

102Dans les charbonnages, le tonnage extrait dépend directement de la main d’œuvre disponible : aussi retrouve-t-on le même mouvement saisonnier sur la courbe de la production mensuelle. Les variations observées au cours de l’année revêtaient cependant une plus grande ampleur ; pour expliquer ce fait, il faudrait disposer de données détaillées sur les diverses catégories de personnel : peut-être les départs à la belle saison touchaient-ils davantage les métiers du fond, qui jouent en l’occurrence un rôle déterminant.

  • 159 Seryj, op. cit., p. 88-90 : enquête déjà citée du zemstvo de Voronež (1912). Mac Kay, Pioneers for (...)

103Les retours périodiques au pays n’étaient pas tous commandés par les travaux agricoles : ils pouvaient obéir à d’autres motifs (désir de se marier, participation aux fêtes religieuses, etc.). En fait, tout au long de l’année, il existait un véritable va-et-vient entre la Russie centrale et le bassin houiller. Toutefois, grâce à une politique de logement familial, les compagnies ont réussi à fixer sur place des ouvriers permanents159.

104Essayons de résumer ce que nous avons appris sur les mineurs du Donbass avant 1914 ; pour les caractériser brièvement, on pourrait retenir les deux traits suivants :

  1. Il s’agissait d’hommes jeunes160, issus de la campagne et qui gardaient des liens multiples avec leur village natal ;
  2. Ils se recrutaient le plus souvent en dehors du Donbass, notamment dans le Černozëm central, en proie à la surpopulation agraire, qui alimentait une importante émigration, temporaire ou définitive.

105C’est pourquoi les Russes étaient très nettement majoritaires parmi eux :

  • 161 Données tirées du recensement de 1897, citées par B. Krawchenko, « Aperçu de la structure sociale d (...)

Province d’Ekaterinoslav161

  • 162 Aux Russes et aux Ukrainiens, il faut ajouter les Juifs (26 %).
Russes Ukrainiens en %
Population totale 17,3 68,9
Population urbaine162 41 27
Mineurs (charbon) 74 23
Métallurgistes et ouvriers des métaux 69 20,2
  • 163 M. Ferro, La révolution de 1917, Aubier – Montaigne, t. 1, 1967, p. 219 ; dans le même sens, cf. B. (...)

106Dans ces conditions, il n’est pas étonnant qu’en 1917 les ouvriers du Donbass aient manifesté une certaine indifférence à l’égard du mouvement national ukrainien : « C’est à Kiev et dans les campagnes que battait le cœur de la patrie ukrainienne163. »

107Tournons-nous maintenant vers les années 1920 : la continuité avec l’avant-guerre l’emporte à beaucoup d’égards.

  • 164 Rašin, Sostav fabrično-zavodskogo proletariata, M., 1930, p. 22.

108C’était toujours la campagne qui fournissait la majeure partie des nouvelles recrues, comme en témoigne le recensement syndical de 1929164 :

  • 165 Ja. P. Gerčuk, Sezonnye kolebanija v promyšlennosti, M. – L., 1930, p. 239 et 242. Ces indices ont (...)

109L’activité des mines subissait les mêmes fluctuations saisonnières qu’avant 1914 ; leur ampleur était cependant plus réduite. L’extraction du charbon battait son plein d’octobre à mars ; elle se ralentissait au printemps et en été. Ces rythmes étaient commandés par les mouvements de la main-d’œuvre ; nous avons la chance, pour les années 1920, de connaître les variations mensuelles du nombre de piqueurs165.

Mineurs toutes catégories

Moyenne annuelle = 100 Piqueurs
Octobre 100,6 99,8
Novembre 101,4 105,3
Décembre 101,9 106,6
Janvier 102,1 110,5
Février 104,4 110,2
Mars 100,1 106,4
Avril 95 100,9
Mai 96,5 93,4
Juin 100 96,3
Juillet 95,6 93,5
Août 98,8 88,7
Septembre 103,6 89,5
  • 166 P. Olešinskij, Pravda, 7 févr. 1930, p. 2, et Rašin, Sostav..., p. 25. Les deux pourcentages ne son (...)
  • 167 En 1925/1926, le niveau de mécanisation était très faible : le pic tenait une place prédominante (p (...)

110Il ressort de ce tableau que les piqueurs se distinguaient nettement de la moyenne des mineurs : leurs effectifs variaient beaucoup plus fortement au cours de l’année. En particulier, ils étaient beaucoup plus nombreux à quitter l’entreprise à la belle saison ; il est vrai qu’en 1929, 44 % d’entre eux possédaient de la terre (contre 26 % pour l’ensemble des mineurs)166. Vu le rôle stratégique de ces travailleurs167, leur départ retentissait immédiatement sur la production de charbon et ralentissait toute l’activité des houillères.

  • 168 Le premier écrit de Mine remonte à 1913 (il était alors étudiant à l’institut de commerce de Kiev)  (...)
  • 169 L.E. Mine, Otxod krest’janskogo naselenija na zarabotki v SSSR, M., 1926 et Agrarnoe perenaselenie (...)

111Il n’existe pas, à notre connaissance, de statistiques sur l’origine géographique des mineurs du Donbass dans les années 1920 ; les recherches de L.E. Minc sur les migrations paysannes comblent en partie cette lacune, mais pour les saisonniers uniquement. Né en 1893, ce statisticien était l’un des principaux collaborateurs du commissariat au Travail168 ; à partir de 1923-1924, ce dernier l’a chargé d’étudier ce qu’on appelle en Russie l’otxodničestvo, c’est-à-dire les migrations paysannes temporaires, liées à la recherche d’un emploi en ville. Cette commande répondait à des préoccupations politiques : les autorités s’inquiétaient de la croissance du chômage et avaient tendance à l’expliquer par l’afflux de ruraux dans les agglomérations urbaines ; peu importe ici que cette thèse soit probablement fausse. Les résultats de ces travaux ont été publiés dans trois recueils parus en 1926 et 1929169.

  • 170 Mine, Otxod..., p. 7 et p. 47-48. L’auteur précise que seuls les questionnaires comportant des répo (...)

112Les enquêtes ont été menées avec l’accord du commissariat à l’intérieur : des questionnaires imprimés ont été envoyés aux comités exécutifs de volost’ (canton) de trois républiques (Russie, Ukraine et Biélorussie) ; ce sont les réponses reçues des fonctionnaires locaux qui ont servi de base à l’élaboration des statistiques170. Les données ainsi obtenues sont assez massives pour que leur représentativité ne puisse être mise en doute. Le point 2 du formulaire comportait la question suivante :

  • 171 Ibid., p. 47 ; seuls les déplacements hors du canton étaient pris en considération.

2) Qui part à la recherche de travail et quel est leur nombre approximatif pour le canton (par exemple : maçons 50, charpentiers 100, scieurs 20, flotteurs, etc.) ?171

  • 172 En 1927, le Donbass comptait plus de 180 000 mineurs et assurait 90 % de la production charbonnière (...)
  • 173 NK truda SSSR : Otxod..., tabl. n° 3, 5, 6, cités d’après V.P. Danilov, Istoričeskie zapiski, n° 94 (...)

113On peut ainsi analyser les flux migratoires saisonniers, leur ampleur, leur orientation. Pour nous, cette source présente cependant un défaut : elle regroupe tous les mineurs (charbon, fer...) en une seule catégorie et n’indique pas leur répartition entre les différents bassins. Cet inconvénient ne doit pas être exagéré, car il ne fait aucun doute que le Donbass attirait la plus grande partie de la main-d’œuvre172. Le tableau ci-dessous résume les informations recueillies par L.E. Mine173 :

Mineurs saisonniers (Russie d’Europe)

  • 174 La baisse observée est sans doute imputable à la bonne récolte de 1926.
  • 175 Les paysans de la région de Vjatka et de l’Oural travaillaient probablement dans les mines de l’Our (...)
1925/1926 1926/1927
Nombre total 163 861 126 323174
Origine
Ukraine 20,4 % 19,3 %
Nord Caucase 1,9 % 1,7 %
Région centrale des Terres Noires 35,7 % 33,3 %
Russie occidentale 8,8 % 11,1 %
Biélorussie 9,8 % 11,2 %
Région industrielle centrale 2,6 % 2,8 %
Volga moyenne 11,8 % 14 %
Basse Volga 0,7 % 0,7 %
Vjatka 2,3 % 2 %
Oural (Bachkirie incluse)175 5,9 % 3,9 %
  • 176 The village of Viriatino..., p. 176-177.

114Pour l’essentiel, les travailleurs venaient des mêmes régions qu’en 1900 (cf. supra). La part de l’Ukraine ne dépassait pas un cinquième ; en revanche, la Russie centrale et occidentale fournissait presque la moitié des mineurs (56-57 %, en ajoutant la Biélorussie) ; avec plus du tiers du total, le Černozëm central tenait une place remarquable. En somme, tout se passe comme si les courants migratoires de l’avant-guerre s’étaient reconstitués. L’effondrement de l’industrie pendant la guerre civile avait provoqué un repli des ruraux sur les activités strictement agricoles, et la quasi-disparition de l’otxodničestvo ; on avait assisté, au contraire, à un exode des citadins vers les campagnes. Mais la révolution d’Octobre n’avait pas mis fin à la surpopulation agraire : aussi, la paix revenue, les paysans ont-ils repris leurs déplacements saisonniers. La monographie déjà citée sur Viriatino176 indique que les départs vers les mines ont recommencé à l’automne 1922 ; certains migrants devenaient ouvriers à plein temps ; au bout de quelques années, ils faisaient venir leur famille au Donbass.

115Ce que nous venons d’exposer sur l’origine géographique des saisonniers vaut-il pour l’ensemble du personnel ? Seul l’accès aux archives des entreprises permettrait de répondre avec certitude à cette question ; pour l’instant, il faut se contenter de deux constatations :

  1. La proportion d’Ukrainiens a augmenté dans la seconde moitié des années vingt ; elle est passée de 36 % des effectifs totaux en 1926 à 40 % en 1929177. Il est permis d’en conclure que les Russes étaient moins nombreux parmi les mineurs à temps plein que parmi les saisonniers ;
  2. En 1929, un piqueur sur deux était issu de la province centrale des Terres Noires178.

116La diversité nationale de la main-d’œuvre était facteur de division :

  • 179 V.A. Kravchenko, J’ai choisi la liberté !, Olivier Orban – Nouvelles Éditions Baudinière, 1980, p.  (...)

Naturellement, les Ukrainiens et les Russes proprement dits étaient chez nous en majorité, mais il y avait aussi des Tartares, des Arméniens et des Chinois, des montagnards caucasiens et des Cosaques venus des steppes d’Asie [....] . Les ouvriers des différentes races ne sympathisaient guère. Ils avaient tendance à vivre entre eux, et même à travailler entre eux. Les orientaux choisissaient les puits les plus profonds et les plus durs ; Ukrainiens et Russes, au contraire, se prononçaient en faveur de besognes moins pénibles179.

  • 180 Nous utilisons ici la dernière version parue du vivant de Stakhanov (qui est décédé en 1977) : Žizn (...)
  • 181 Cf. aussi le témoignage de V.A. Kravchenko, op. cit., p. 47 : « [...] la plupart des recrues avaien (...)
  • 182 Les migrations temporaires (otxod) étaient une tradition bien enracinée dans le village de Stakhano (...)

117Le début des Mémoires de A.G. Stakhanov180 constitue un témoignage du plus haut intérêt sur les paysans des Terres Noires devenus mineurs dans les années vingt ; le lecteur est invité à se reporter aux extraits traduits en Annexe C. Né en 1906 dans le gouvernement d’Orël, notre héros avait vingt-et-un ans lorsqu’il a décidé d’aller s’embaucher dans le Donbass : il était las de tirer le diable par la queue et espérait gagner assez d’argent pour réaliser le rêve de tous les pauvres : s’acheter un cheval181. Il est parti pour Kadievka, car il savait que plusieurs de ses « pays » y étaient déjà employés et comptait sur l’aide habituelle en pareil cas182 : à son arrivée, il a été hébergé chez l’un d’eux, qui a accepté de le prendre comme aide au fond. Sa carrière a suivi les étapes classiques de la formation d’un mineur :

  • Il a commencé par être manœuvre au roulage (freineur, conducteur de chevaux) ;
  • Il a ensuite exercé divers autres métiers, dont celui de boiseur, avant d’être promu piqueur en 1933 : il avait alors six ans d’ancienneté. Le récit de Stakhanov abonde en aperçus intéressants sur les sujets les plus divers : état des techniques, mode d’embauche, organisation du travail et rapports d’autorité, rôle des femmes, conditions de logement, loisirs, etc. Il montre très bien le désarroi d’un jeune de la campagne confronté à un univers nouveau pour lui, la peur que le « bagne » souterrain inspirait aux paysans ; l’influence de la religion était encore si forte que les termes d’« enfer » ou de « fournaise » ne doivent certainement pas être considérés comme de simples clichés littéraires. En Russie comme ailleurs, la mine provoquait une répulsion spontanée chez ces ruraux, habitués au grand air et à la lumière : seule la nécessité poussait à s’y embaucher183. Les plaisanteries parfois humiliantes qui accueillaient les nouvelles recrues n’étaient certes pas de nature à faciliter leur adaptation à ce milieu professionnel assez fermé. Pourtant, V.A. Kravchenko184 souligne la transformation rapide de ces ruraux « en chaussures d’écorce, vêtus de pantalons bouffants et de longues blouses paysannes taillés dans une étoffe grossière » :

[...] comme ils devenaient vite différents – sinon meilleurs – ces jeunes paysans ! Beaucoup d’entre eux revenaient de la ville habillés de costumes tout faits, rasés et parfumés, avec de belles chaussures neuves qui craquaient élégamment. Ils se faisaient photographier dans leurs nouveaux atours pour éblouir leurs amis restés au village [...].

118Les charbonnages du Donbass ont ressenti très vite les effets de la collectivisation. Dès le 8 avril 1930, la Pravda s’en est inquiétée :

Le départ de la main-d’œuvre saisonnière a commencé beaucoup plus tôt que d’habitude. Cet hiver (janvier-février) on a observé un reflux accentué des saisonniers... Ils prennent leur compte, rassemblent leurs quelques effets et s’en vont à la campagne, sans attendre le printemps.

  • 185 Ibid., 10 août 1930, p. 3. Au total, du 6 juillet au 6 août, le nombre de départs a atteint 27 000  (...)

119Pendant l’été, le phénomène s’est encore aggravé ; des milliers d’ouvriers sont partis, comme le montrent les chiffres suivants185 :

6-10 juillet 9 855
11-15 juillet 5 475
16-20 juillet 4 289
21-26 juillet 3 299
  • 186 A. Izrailovič, « Bor’ba za ugol’ », Bol’ševik, 1931, n° 18, p. 37.
  • 187 Pour toute l’U.R.S.S. ; nous n’avons pas de chiffre pour le Donbass seul. Cf. Industrializacija SSS (...)

120Fin juillet, dans les cinq trusts du Donbass, les piqueurs étaient au nombre de 30 000 : il en manquait 12 000. C’est en août que les effectifs totaux sont tombés à leur niveau le plus bas : par rapport à janvier, la baisse dépasse 20 %186 ; elle est très supérieure au déclin saisonnier normal. Le mouvement ne s’est inversé qu’au mois de septembre, où le nombre de mineurs a augmenté de 4 %187.

121Les retours précoces au village s’expliquent par les menaces liées à la dékoulakisation :

  • 188 Za industrializaciju, 22 mars 1930, cité par Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, p. 32-33.

Les mines se vident... Tous veulent aller aux champs, dans les kolkhozes. Comment pourrait-il en être autrement ? Ils y ont leurs familles. Et quiconque demeure en dehors des kolkhozes se voit menacé, par quelque imbécile d’employé local, d’être considéré comme un « koulak »188 .

  • 189 Trud, 15 avril 1930, cité par S. Schwarz, « The Five-Year Plan and the Régulation of the labour mar (...)

Dans leur zèle administratif, les réformateurs de la collectivisation ont oublié les 30 % de mineurs qui possèdent leur propre exploitation à la campagne ; et ils ont soumis les familles à une telle pression que celles-ci ont submergé leurs maris, frères ou pères, de lettres les conjurant de revenir d’urgence à la maison pour « sauver leurs biens ». Souvent les fermes des mineurs ont été purement et simplement expropriées comme appartenant à des koulaks ; dans ce cas, on a interdit à la famille d’entrer au kolkhoze. Il n’est pas surprenant que les mineurs affolés se soient enfuis chez eux en masse189.

  • 190 Pravda, 11 août 1930, p. 1 et 2 ; oct. 1930, p. 1 (discours de V. Molotov) ; R.W. Davies, The Sovie (...)
  • 191 Pravda, 22 août 1930, p. 1.
  • 192 Ibid., 8 avr. 1930, p. 4 ; 3 sept. 1930, p. 1.
  • 193 Ibid., 11 août 1930, p. 1 (Éditorial).
  • 194 Ibid., 8 avr. 1930, p. 4 ; 22 août 1930, p. 1.
  • 195 Ibid., 10 août 1930, p. 3. Ces pourcentages sont calculés par rapport aux normes fixées pour les pr (...)
  • 196 V. Molotov, ibid., 2 oct. 1930, p. 1. Cf. aussi 5 oct. 1930, p. 3 (résolution du Comité central du (...)
  • 197 Ibid., 11 août 1930, p. 1. Sur les coopératives, cf. aussi 22 août 1930, p. 1.
  • 198 Elle accuse certaines coopératives d’être animées « d’un esprit mercantile de nepman » : il s’agit, (...)

122Les beaux jours venus, les ouvriers ont été plus nombreux que d’habitude à participer aux travaux agricoles : la récolte de 1930 a été exceptionnelle, et en cette période incertaine de collectivisation chacun tenait à être présent afin de ne pas être lésé lors du partage de la moisson190. La presse officielle reconnaît que la pénurie de main-d’œuvre dans les houillères ne tenait pas seulement aux liens des travailleurs avec la campagne : elle résultait aussi de la détérioration des conditions de vie. On manque de logements et les investissements dans ce secteur sont insuffisants191. Les « casernes » qui hébergent les hommes seuls sont surpeuplées ; délabrées, sales, elles manquent souvent du confort le plus élémentaire192 : c’est d’ailleurs là que la rotation du personnel est la plus élevée193. Quant aux maisons individuelles, il s’agit de vieilles masures194. Le Donbass est mal approvisionné : en juillet 1930, le ravitaillement n’a été assuré qu’à 74 % pour les graisses, 48 % pour la viande195. Les coopératives ouvrières fonctionnent d’une manière « scandaleuse196 » ; alors que la récolte a été excellente, elles vendent du chou pourri197. Et la Pravda d’appeler à les épurer198...

123Cette dégradation de la situation alimentaire touchait toute l’U.R.S.S., mais elle revêtait une gravité particulière dans le Donbass, car la mine exige des hommes bien nourris, aptes à accomplir des travaux pénibles.

  • 199 Planovoe xozjajstvo, 1931, n° 4, p. 77-78.
  • 200 Davies, op. cit., tabl. 9 (a), p. 510.
  • 201 E. Zaleski, Planification de la croissance et fluctuations économiques en U.R.S.S., SEDES, 1962, p. (...)
  • 202 La Pravda le reconnaît (10 août 1930, p. 3).
  • 203 Zaleski, op. cit., p. 90-92 et 113.
  • 204 Pravda, 3 oct. 1930, p. 2 et 5 oct. 1930, p. 3 (résolution du comité central du Parti communiste uk (...)
  • 205 Un journaliste américain qui a voyagé dans le Donbass pendant l’automne 1930 écrit à propos de ces (...)

124Les départs massifs de l’été 1930, qui ont touché tous les bassins houillers du pays199, ont provoqué une baisse saisonnière de la production du charbon beaucoup plus prononcée qu’elle ne l’avait été en 1928 ou 1929200 ; à son tour, cette baisse s’est répercutée sur la sidérurgie201. Les gouvernants ne s’attendaient pas à cela202 : la surprise a été d’autant plus désagréable pour eux que la sidérurgie était considérée comme un secteur prioritaire et que ses objectifs de croissance avaient été majorés203. Aussi ont-ils réagi très vite : le 11 août 1930, un éditorial publié en première page de la Pravda appelait à aider le Donbass ; les autorités centrales étaient si préoccupées que V. Molotov est venu sur place. Après sa visite, les responsables de l’union fédérale du charbon (Sojuzugol’) ont été révoqués ; des sanctions ont également été prises au niveau local : à Stalino, le secrétaire du parti a été démis de ses fonctions ; l’ingénieur en chef de Lisičansk a été chassé de son poste204. En même temps, le comité central du parti communiste ukrainien a annoncé des mesures visant à améliorer l’approvisionnement205 ; des primes en nature devaient récompenser les mineurs qui obtenaient les rendements les plus élevés.

  • 206 Ce plan concerne la période juillet-septembre 1930 ; les chiffres valent pour toute l’U.R.S.S., et (...)
  • 207 70 600 personnes avaient été recrutées : 24 700 membres du Komsomol, 30 400 ouvriers agricoles et 1 (...)

125La crise a provoqué une intervention accrue de l’État : pour procurer aux houillères la main-d’œuvre qui leur manquait, les dirigeants ont lancé une grande campagne de mobilisation. Ils ont donné l’ordre à Sojuzugol’ de recruter 78 000 personnes réparties de la façon suivante206 : 30 000 membres du komsomol, 28 000 ouvriers agricoles et 20 000 kolkhoziens ; au 20 octobre, les objectifs fixés étaient presque atteints207. Nous examinerons successivement chacune de ces trois catégories.

  • 208 Pravda, 11 août 1930, p. 1. Komsomol’cy : membres du Komsomol.
  • 209 Trud v SSSR, M. – L., 1932, p. 95.

126Il était courant à cette époque de faire appel aux jeunes communistes là où surgissaient des difficultés. La Pravda avait indiqué le mot d’ordre : « les komsomol’cy dans la taille ! les komsomol’cy au secours du Donbass !208 » ; l’organisation de jeunesse a envoyé des « agitateurs » dans les campagnes pour y organiser des réunions de propagande. Le recensement de décembre 1930 fournit les données suivantes sur les nouvelles recrues209 :

  • 210 En décembre 1930, un quart seulement des exploitations paysannes était collectivisé. Istorija sovet (...)
  • 211 Les chiffres indiqués par la Pravda (10 août 1930, p. 3) pour ces contrats sont difficiles à concil (...)
  • 212 Schwarz, art. cit., p. 362.
  • 213 Pravda, 10 août 1930, p. 3 ; 11 août 1930, p. 1.
  • 214 Ibid., 22 août 1930, p. 1.
  • 215 Ibid., 3 sept. 1930, p. 1.

127On notera au passage la place importante des kolkhoziens, à une époque où le secteur « socialisé » était encore très minoritaire dans les campagnes210. L’offensive de l’État contre la petite exploitation a privé d’emploi de nombreux ouvriers agricoles. C’est dans ce contexte que Sojuzugol’ a conclu des contrats avec le syndicat des travailleurs de l’agriculture : ainsi, la branche ukrainienne de ce syndicat s’est engagée à fournir 15 000 ouvriers au Donbass211 ; ils seraient tenus de rester dans les mines pendant deux ans sous peine d’être regardés comme des « déserteurs » et exclus de l’organisation212. L’exécution de ces contrats s’est heurtée plus d’une fois à l’opposition des autorités locales, soucieuses de garder la main-d’œuvre sur place, car partout on manquait de bras : dans le Nord-Caucase, les services du commissariat au Travail ont interdit de recruter pour les houillères ; les envoyés de Sojuzugol’ à Rostov ont même été arrêtés !213. Pour convaincre les ouvriers agricoles de signer un engagement, les agents recruteurs ne reculaient pas devant les fausses promesses : ravitaillement amélioré, formation en surface pendant six mois, etc.214. Aussi la déception était-elle rude à l’arrivée, où bien souvent rien n’avait été prévu pour les accueillir : faute de logement, certains étaient contraints de passer la nuit à la gare ; il n’y avait pas de place à la cantine ; les « casernes » et foyers étaient dépourvus de literie, etc.215. Début septembre, plus de la moitié des 11 000 personnes recrutées avait déjà quitté les mines, en emportant les vêtements spéciaux qui leur avaient été distribués.

  • 216 Ibid., 8 avr. 1930, p. 4.
  • 217 Service du commissariat à l’Agriculture, qui coiffait l’ensemble des kolkhozes.
  • 218 Pravda, 22 août 1930, p. 1. Nous citons les principales clauses.

128Dès avril 1930, dans la Pravda216, I. Koškarev avait suggéré la conclusion d’accords entre charbonnages et kolkhozes : le kolkhoze devrait fournir un nombre déterminé d’ouvriers, qui seraient alors libérés des travaux agricoles ; en échange, l’entreprise s’engagerait à aider le kolkhoze en lui fournissant du combustible, en effectuant les réparations nécessaires, etc. Cet article, présenté comme une « contribution à la discussion », constituait visiblement un ballon d’essai de la part des autorités. Le dispositif proposé a été inauguré au mois d’août : le 22, le Kolxozcentr217 de l’U.R.S.S. a publié une directive intitulée : « Les kolkhozes doivent donner 20 000 personnes à l’industrie houillère. » Le texte précisait les points suivants218 :

  • Les kolkhoziens qui vont dans les mines, et leurs familles, gardent tous leurs droits en tant que membres du kolkhoze ;
  • Pour encourager les départs, le kolkhoze doit assurer aux migrants, et à leurs familles, une part de la récolte, à égalité avec ceux qui restent ;
  • Si cette part est insuffisante, le kolkhoze doit fournir des produits alimentaires en plus, au prix de collecte (donc à bon marché) ;
  • Le montant des déductions opérées par le kolkhoze sur le salaire des migrants ne doit pas dépasser 10 %, conformément au statut-type de l’artel agricole (mars 1930).
  • 219 A.M. Panfilova, Formirovanie rabočego klassa SSSR v gody pervoj pjatiletki (1928-1932), M., 1964, p (...)
  • 220 Les entreprises étaient, en principe, tenues de signer des contrats individuels avec chaque kolkhoz (...)

129C’est ainsi qu’on été jetées les bases de pratiques qui reçurent bientôt le nom d’orgnabor (« recrutement organisé »). Ce mode de recrutement ne s’est pas limité aux charbonnages : il s’est développé dans tous les secteurs employant un grand nombre de manœuvres, appréciés surtout pour leur force physique (bâtiment, extraction de la tourbe, abattage et flottage du bois, débardage, etc.). Officiellement, il reposait sur le principe du volontariat, mais il est clair qu’en pratique, la décision échappait souvent aux intéressés219 : la direction du kolkhoze désignait les partants qui, dans la majorité des cas, ne connaissaient ni l’existence ni le contenu des contrats conclus en leur nom220 !

  • 221 C’est le fameux discours sur les « six conditions » du développement de l’industrie. Ibid., 5 juil. (...)
  • 222 L’orgnabor englobait à la fois les kolkhoziens et les paysans individuels.
  • 223 Pravda, 1er juil. 1931, p. 1 (décret du 30 juin 1931).

130Le 23 juin 1931, lors d’une conférence réunissant des directeurs d’usines, Staline a insisté sur la nécessité de développer l’orgnabor, afin d’atteindre les objectifs du plan annuel, le plus ambitieux de toute l’histoire soviétique221 : grâce à ce système, l’État pourrait planifier l’exode des paysans222 vers les villes et diriger la main-d’œuvre vers les secteurs jugés prioritaires. Quelques jours plus tard, la Pravda223 a publié un décret visant à faciliter le recrutement dans les kolkhozes :

  • Les migrants étaient exemptés de l’impôt sur le lopin individuel ;
  • Les prélèvements sur leurs salaires, qui avaient donné lieu à tant d’abus224, étaient interdits : le statut de l’artel agricole a été modifié en conséquence.

131Pendant le second semestre de 1931, une grande campagne de presse a été lancée dans tout le pays pour généraliser l’orgnabor. Malgré l’énergie déployée par les autorités centrales, cette politique n’a obtenu qu’un demi-succès : elle s’est en effet heurtée à une résistance ouverte ou larvée des présidents de kolkhozes, de leurs administrés, et des responsables de l’industrie.

  • 225 Un paysan ne pouvait quitter son kolkhoze sans une attestation d’appartenance à ce dernier, établie (...)
  • 226 Les contrats duraient habituellement un ou deux ans. Cf. J. Barber, in Labour and employment..., p. (...)
  • 227 Pravda, 21 août 1931, p. 2-3 ; 31 août 1931, p. 1 ; 11 sept. 1931, p. 4 ; 14 sept. 1931, p. 1 ; 7 o (...)

132Soucieux de satisfaire les exigences de l’État en matière de livraisons obligatoires, les présidents de kolkhozes désiraient garder le maximum de travailleurs à leur disposition : aussi, quand ils le pouvaient, s’opposaient-ils aux départs en refusant de délivrer les papiers nécessaires225 ; ils punissaient ceux qui partaient quand même en les excluant du kolkhoze, et leurs familles se trouvaient alors privées de pain ; ou bien ils les rappelaient d’autorité avant la date d’expiration du contrat226. L’Inspection ouvrière et paysanne a mené une enquête à ce sujet, et un certain nombre de présidents de kolkhozes ont été poursuivis devant les tribunaux227.

133Beaucoup de directeurs d’entreprises préféraient l’embauche traditionnelle, non organisée (samotëk) pour deux raisons :

  • La première a été exposée sans fard par le chef du service du personnel d’une usine métallurgique de Dneprodzeržinsk : « Ceux qui viennent tout seuls n’exigent rien, et avec eux il n’y a pas de tapage, mais ceux qui arrivent de façon organisée présentent toutes sortes d’exigences228 » ;
  • L’orgnabor présentait en outre l’inconvénient de coûter cher : il était bien difficile de contrôler le travail des recruteurs envoyés dans les villages ; leur qualité humaine laissait beaucoup à désirer, et les cas d’ivrognerie, de prévarication, etc., n’étaient que trop fréquents229.
  • 230 Barber, in Labour and employment..., p. 55 ; id., The composition of the Soviet working class, 1928 (...)

134Quant aux paysans, ils restaient eux aussi attachés au samotëk qui leur laissait la liberté de partir où bon leur semblait, et de choisir leur emploi. Du fait de ces oppositions convergentes, bien qu’inspirées par des motifs différents, l’État soviétique n’a que partiellement réussi à implanter l’orgnabor : sauf exceptions, la migration libre est demeurée prédominante230.

  • 231 E. Zaleski, op. cit., t. 1, p. 151. L’accroissement réel obtenu a été de 19 % par rapport à 1929/19 (...)
  • 232 V.V. Kujbyšev, Izbrannye proizvedenija, t. 2, M., 1988, p. 212. Lors de son voyage au Donbass, à l’ (...)
  • 233 Bol’ševik, 1931, n° 18, 30 sept., p. 44 et 47 ; Staxanov, Žizn šaxtërskaja, p. 33-34. Sur les diffi (...)
  • 234 Narodnoe xozjajstvo SSSR, 1932, n° 3-4, p. 79 ; Planovoe xozjajstvo, 1931, n° 4, p. 78 ; Industrial (...)
  • 235 S.V. Kosior (1889-1939), d’origine polonaise, secrétaire général du parti communiste ukrainien de 1 (...)
  • 236 Pravda, 21 août 1931, p. 2-3 (sténogramme modifié d’un rapport présenté lors de réunions de militan (...)

135En raison de leurs énormes besoins en main-d’œuvre, les mines du Donbass étaient concernées au premier chef par la campagne pour l’orgnabor. Le plan annuel de 1931 fixait des objectifs très élevés : la production nationale de charbon devait progresser de 46,7 %231. Or, dans les premiers mois de l’année, les quantités extraites dans le Donbass ont stagné, malgré un accroissement du nombre de marteaux-piqueurs et de baveuses232 ; une grande partie de ces machines restait en effet inutilisée pour diverses raisons : main-d’œuvre trop peu qualifiée, manque de pièces détachées, puissance insuffisante des compresseurs, fuites des tuyaux d’air comprimé. La politique de mécanisation s’est heurtée à une résistance acharnée, et parfois violente des ouvriers, qui sabotaient le matériel233. Pour augmenter la production, il ne restait donc d’autre solution que d’embaucher en masse, d’autant plus que la rotation du personnel s’est maintenue à un niveau fort élevé, bien qu’inférieur à celui de 1930234 : il n’y a pas lieu de s’en étonner, car les mineurs vivaient dans des conditions déplorables. En août 1931, à l’issue d’une tournée dans le Donbass, S.V. Kosior235, secrétaire général du parti communiste ukrainien, affirmait que la situation s’était améliorée par rapport à 1930 ; il n’en dressait pas moins un bilan plutôt sombre236 :

  • Faute de matériaux, la construction de logements prend du retard sur le plan ;
  • Les queues dans les cantines durent une heure ou plus ; il y règne une saleté incroyable, on est « littéralement dévoré par les mouches ». La cuisine est monotone (pâtes ou orge perlé pendant dix jours d’affilée) et sa qualité « innommable ».
  • 237 Pravda, 4, 12 et 14 sept. 1931, p. 1 ; 15 sept. 1931, p. 3. Cf. aussi Bol’sevik, 1931, n° 18, p. 39 (...)

136Plusieurs articles publiés par la Pravda237 à la même époque confirment que le réquisitoire de S.V. Kosior n’avait rien d’exagéré :

  • Les cantines sont installées dans des locaux inadaptés, des couloirs, par exemple ; surchargées, elles ne peuvent servir de plats chauds aux équipes de nuit ; l’hygiène n’y est pas respectée ;
  • Les foyers sont surpeuplés et mal tenus : on y manque de lits, de literie ;
  • Les vêtements de travail ne sont pas distribués en nombre suffisant.
  • 238 Z.G. Lixolobova, Rabočie Donbassa v gody pervyx pjatiletok (1928- 1937 gg.), Doneck, 1973, p. 29 (d (...)
  • 239 Pravda, 18 sept. 1931, p. 1.

137C’est, semble-t-il, au troisième trimestre 1931 que l’orgnabor a pris sa plus grande extension : il assurait alors 43 % de l’embauche totale, contre 13 % au premier trimestre238. Le tableau ci-dessous indique le nombre de paysans recrutés et leur répartition régionale239 :

Républiques et régions Objectif fixé pour le 1er octobre Résultats au
1er septembre
Part de chaque république (région)
Terres Noires
centrales 20 000 15 353 31,9 %
Russie occidentale 6 000 5 246 10,9 %
Biélorussie 9 000 3 264 6,8 %
Ukraine 20 000 13 424 27,9 %
Tatarie 10 000 10 841 22,5 %
Total 65 000 48 128 100 %
  • 240 Revoljucija i nacional’nosti, 1932, n° 4, p. 57 ; 1933, n° 4, p. 75.

138Il est frappant de retrouver les zones traditionnelles de recrutement du Donbass (cf. supra) : une personne sur deux vient de Russie ou de Biélorussie ; les Terres Noires centrales devancent l’Ukraine. Plus surprenante, à première vue, est la place importante tenue par les paysans tatars ; en fait, leur présence n’est pas un fait entièrement nouveau. Le Donbass employait déjà des Tatars dans les années 1920, et même avant 1914 : dans les statistiques citées plus haut, ils sont dissimulés sous la rubrique « Volga moyenne ». Les rapports entre Russes et Tatars étaient marqués par une certaine hostilité : la presse soviétique fait état de rixes entre mineurs des deux nationalités, et d’agressions contre des femmes tatares dans les queues240.

139On est tenté de conclure qu’au début des années trente, les ouvriers du Donbass provenaient des mêmes régions que dans les années vingt, ou qu’en 1900, mais cette affirmation doit être présentée avec prudence, car les chiffres cités ci-dessus n’englobent pas toute la main-d’œuvre : ils excluent tous ceux qui ont été embauchés de manière inorganisée (samotëk).

  • 241 Il n’existe pas de données pour 1932 et les années suivantes ; pour 1931, les chiffres portent sur (...)
  • 242 Pour la comparaison avec la France, cf. Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), (...)

140En revanche, la continuité en matière d’origine sociale ne laisse place à aucun doute : en 1930 – 1931, les nouvelles recrues étaient issues à 80 % de la paysannerie241. Cet appel aux gens de la campagne n’est pas propre aux mines russes : on le retrouve à Saint-Étienne au milieu du XIXe siècle, à Carmaux et dans le Pas-de-Calais242.

Conclusion

141Essayons de renouer les fils dispersés de ce chapitre, et de dégager les principaux résultats obtenus, en observant la prudence nécessaire, compte tenu des incertitudes dues à la médiocre qualité des sources.

142Nous sommes parti d’un simple constat de fait : l’énorme gonflement de la main-d’œuvre industrielle pendant le premier plan (cf. supra, chap. II). Notre objectif était de déterminer dans quelle mesure cette croissance de l’emploi avait modifié la composition interne de la classe ouvrière ; pour cela, l’enquête s’est appuyée sur une série de photographies prises à des dates successives. Cette démarche a permis d’établir les points suivants :

  1. En 1930, dans l’industrie légère, les ouvriers de seconde (ou de troisième) génération prédominent le plus souvent ; l’ancienneté est élevée. La place de la paysannerie tend cependant à s’élargir.
  2. C’est en 1931 que se produit un véritable tournant, avec l’entrée massive de paysans243 dans les usines ; on se souvient (cf. supra, chap. II) que l’année 1931 a été marquée par une hausse record des effectifs, alors que le chômage avait officiellement disparu depuis octobre 1930244.
  3. Cet afflux s’est poursuivi en 1932, et au total les ruraux constituent la majorité des nouvelles recrues embauchées pendant le premier plan.
  • 245 V.P. Danilov, Sovetskaja dokolxoznaja derevnja, t. l, M., 1977, p. 21 (estimation pour 1930).

Un tel résultat ne constitue pas une surprise, mais plutôt une confirmation de ce que l’on croyait savoir : où l’industrie pouvait-elle trouver les travailleurs dont elle avait besoin, sinon à la campagne, où vivaient 80 % de la population245 ? Collectivisation forcée et dékoulakisation n’ont-elles pas entraîné une fuite éperdue vers les villes ? Il reste que nous avons progressé : ces conclusions reposent sur une base documentaire ; il ne s’agit plus simplement d’hypothèses découlant de raisonnements sur l’exode rural et l’essor des villes.

  • 246 Cf. en ce sens, tout récemment, Sh. Fitzpatrick, « L’usage bolchevique de la classe », Actes de la (...)
  • 247 Par ce terme, nous désignons ici les secteurs où les « ouvriers héréditaires » sont en majorité.

143L’arrivée en force des nouvelles recrues paysannes est souvent présentée comme un cataclysme qui aurait bouleversé en quelques années le visage de la classe ouvrière246. L’analyse de quatre exemples régionaux, pris dans quatre branches industrielles, nous a conduit à contester cette vision des choses. Elle nous a permis de montrer que les « forteresses ouvrières247 » des années vingt, si elles ont été érodées, n’ont pas été détruites par le Grand Tournant. Les tendances à l’hérédité sociale, manifestes sous la NEP, ont persisté : en 1932/33, comme en 1929, l’industrie cotonnière de Moscou, la sidérurgie de l’Oural et la construction mécanique de Leningrad recrutent leur personnel avant tout dans les familles ouvrières ; les travailleurs d’origine paysanne n’y occupent qu’une place secondaire (secondaire ne veut pas dire négligeable). A ces « forteresses ouvrières », on peut opposer les mines du Donbass : les paysans y prédominaient en 1929 ; ils sont devenus encore plus nombreux, et ils sont originaires des mêmes régions qu’avant la guerre.

  • 248 À la fin du XIXe siècle, les « ouvriers héréditaires » constituaient plus de 80 % de la main-d’œuvr (...)

144Les quatre cas que nous avons choisi d’examiner dans ce chapitre ne résument pas à eux seuls la classe ouvrière soviétique, mais ils suffisent à prouver que l’afflux de paysans dans les villes a affecté très inégalement les divers groupes professionnels (métallos, mineurs, etc.). En 1932, chacun d’eux gardait ses traits propres, venus du passé proche ou lointain248.

  • 249 Faut-il préciser que nous ne cherchons nullement à en minimiser l’importance ?

145Si cet accent mis sur les continuités peut surprendre, c’est que les travaux historiques consacrés à cette période les ignorent bien souvent, tant les ruptures liées à la « seconde révolution249 » ont accaparé l’attention des chercheurs. En fait, on ne peut pas comprendre les transformations sociales survenues pendant le premier plan en traitant la classe ouvrière comme une masse indifférenciée et en faisant abstraction du poids des héritages.

Notes

1 Sur ce recensement de 1930, cf. Trud v SSSR, M. – L., 1932, p. 20-22, 46 et 82-85.

2 La juxtaposition des chiffres de 1929 et de 1930 vise seulement à fournir des points de repère : il est impossible de retracer une évolution dans le temps, puisque les industries concernées diffèrent.

3 Plusieurs raisons incitent à le supposer :
 – Des ouvriers ont pu cacher qu’ils possédaient de la terre pour éviter d’être qualifiés de « koulaks » ;
 – Le recensement a eu lieu à la belle saison, au moment où les ouvriers les plus liés à la terre quittent leur emploi pour participer aux travaux agricoles ;
 – En 1930, la presse soviétique signale que des ouvriers rentrent à la campagne pour ne pas être oubliés lors de la collectivisation.

4 L’adhésion au syndicat n’était pas obligatoire.

5 Cf. le texte dactylographié de notre thèse, vol. II, p. 645-657.

6 Ces chiffres ne concernent que le second semestre 1931.

7 Idem.

8 Sostav novyx millionov členov profsojuzov, M., Profizdat, 1933, Introduction, P.17.

9 Ont été recensés les travailleurs embauchés par l’usine (le chantier) en 1931 : cela n’exclut nullement qu’ils aient déjà été salariés dans l’industrie ou la construction. En d’autres termes, ce sont des nouveaux venus pour l’entreprise considérée, mais pas forcément pour la branche correspondante.

D’après le recensement de 1926, ouvriers et employés se répartissaient de la façon suivante :
10

Image

Cf. L.I. Vas’kina, Rabočij klass SSSR nakanune socialističeskoj industria lizacii, M., Izd. MGU, 1981, p. 45.Pourcentage d’exploitations collectivisées :
11

Image

Moyennes calculées à partir de données mensuelles tirées des archives, citées par I.E. Zelenin, in Istorija sovetskogo krest’janstva, t. 2, fin 1927-1937, M., Nauka, 1986, p. 188.

12 Cf. R.W. Davies, « The ending of mass unemployment in the USSR », in Labour and employment in the USSR (éd. D. Lane), Brighton, 1986, p. 35, n. 64.

13 En 1926, au contraire, les responsables du recensement avaient précisé les critères utilisés : « Sont classées parmi les employés les personnes dont la participation à la production s’exprime sous forme de services non matériels, directement liés à la production (direction et organisation technique du procès de production, comptabilité et contrôle des travaux, conservation et répartition du produit) ou aux services rendus à la population (défense de la sécu – rité et de la santé de la population, culture et éducation, etc.) ». Sur cette base, les enquêteurs avaient dénombré 3,9 millions d’employés, travaillant dans les branches les plus diverses : administration, enseignement, médecine, commerce et crédit, etc. Ils résidaient le plus souvent en ville (voir supra, p. 124, n. 3). Cf. Vas’kina, op. cit., p. 18-19. Le terme russe de kustar’ (ici traduit par « artisan ») était souvent utilisé dans les années 1920 pour englober tous les types de métiers urbains et ruraux. En 1929, la petite industrie employait 4,4 millions de personnes, en écrasante majorité artisans et gens de métier ; 80 % d’entre elles vivaient à la campagne. Cf. E.H. Carr et R.W. Davies, Foundations ofa planned economy 1926-1929, vol. I, 1re part., Londres, 1969, p. 390-391.

14 Cf. supra, p. 125, n. 1.

15 Ses résultats ne peuvent être étendus sans précautions à toute l’année : les personnes recensées au second semestre représentent 75 % du total annuel, mais on constate de fortes différences entre les deux semestres.

16 Lors de la publication du recensement, chômeurs et retraités ont été regroupés en une seule colonne intitulée « sans emploi » ; de toute évidence, les chômeurs constituent l’essentiel de ces « sans emploi ».

17 La proportion dépasse 60 % dans toutes les classes d’âges, avec un léger recul à partir de 30 ans.

18 À la fin de la NEP, la proportion de jeunes parmi les chômeurs était très élevée : en 1928, 43,6 % des chômeurs avaient entre 18 et 24 ans, et 30,8 % entre 24 et 29 ans. Chez les adolescents, le chômage était un « mal criant ». D’après des sources syndicales, citées par Carr et Davies, Foundations..., vol. I, 2e part., p. 457-458 et p. 473.

19 A. Nove, An economie history of the USSR, Penguin Books, 1976, p. 192- 193 ; Istorija socialističeskoj èkonomiki SSSR, t. III (1926-1932), M., Nauka, 1977, p. 288-289 et 293.

20 L’existence de cette dernière catégorie complique l’analyse : entre 24 et 29 ans, 14 % des hommes reviennent du service militaire ; peut-être étaient-ils étudiants ou chômeurs avant d’être appelés sous les drapeaux, mais le recensement ne donne aucune indication à ce sujet.

21 Au 1er octobre 1929, les femmes représentaient 58,8 % des chômeurs inscrits dans les Bourses du travail, cf. Davies, in Labour and employment..., p. 24 et 44 (tabl. 3.5.).

22 Aucun homme n’a déclaré cette profession lors du recensement.

23 Sauf dans la dernière classe d’âge (> 30 ans).

24 Les résultats du recensement syndical de 1932/1933 vont dans le même sens : dans toutes les branches, le pourcentage d’ouvriers (c’est de l’origine sociale dont il est question) est plus fort parmi les apprentis que chez les adultes. Cf. Profsojuznaja perepis’ 1932-1933 gg., M., 1934, tabl. 2, colonne « profession du père ».

25 Rappelons les chiffres qui fondent cette affirmation : 70 % d’entre eux ont un père paysan ; 51 % travaillaient dans l’agriculture (43 % sur leur exploitation personnelle, 8 % comme ouvriers agricoles).

26 Sur cette distinction fondamentale entre exode rural et exode agricole, cf. la démonstration de J. Bouvier, in Histoire de la France (dir. G. Duby), Larousse, 1970, p. 417-420.

27 Au chapitre des regrets, il faut aussi mentionner que les données disponibles nous renseignent uniquement sur les individus, jamais sur leur famille : nous ignorons tout de la proportion de célibataires, de gens mariés, etc. Les auteurs du recensement eux-mêmes déplorent qu’il soit impossible de savoir combien de femmes ont un conjoint ouvrier. Cf. Sostav..., op. cit., p. 20.

28 Le recensement syndical de 1932/1933 fournit, indirectement, des données à ce sujet, puisque les ouvriers ont été répartis en huit groupes, en fonction de la date où ils sont entrés dans l’industrie (ou le bâtiment). Mais ces renseignements doivent être utilisés avec précaution : par définition, le recensement n’englobe pas tous les gens embauchés en 1930, ou en 1931, mais seulement ceux qui sont présents dans l’entreprise fin 1932 – début 1933. La forte mobilité du personnel interdit de négliger ce « biais », encore plus sensible pour les années éloignées.

29 Chiffre brut, incluant le remplacement des partants (décès, invalidité, études, etc.), soit 1,3 million de personnes, d’où une croissance nette de 11,2 millions. Cf. Itogi vypolnenija pervogo pjatiletnego plana razvitija narodnogo xozjajstva Sojuza SSR, M., 1933, p. 174.

30 Sans les jeunes kolkhoziens arrivés dans les entreprises par les écoles d’apprentissage industriel.

Ja. Mebel’, « Rost proletariata i podgotovka kadrov », 31 Udarnik (organe des syndicats), 1932, n° 17-18, p. 37. Les chiffres cités par R.P. Dadykin indiquent des tendances analogues :
D’après Archives centrales d’État de l’économie nationale, fonds 4372 (Gosplan ), cf. Istoričeskie zapiski, 1971, n° 87, p. 39.
Tels quels, ces pourcentages semblent incompatibles avec le bilan global du 1er plan publié par la même institution (le Gosplan).

Image

32 Sur les dangers de cette démarche « régressive », cf. supra, p. 130, n. 1.

33 B.L. Markus, Trud v socialističeskom obščestve, M., 1939, p. 214.

34 Y compris les jeunes kolkhoziens sortant des écoles d’apprentissage industriel. Cf. M. Ja. Sonin, Vosproizvodstvo rabočej sily v SSSR i balans truda, M., 1959, p. 143. Élève de S.G. Strumilin, M. Ja. Sonin est décédé en 1984, à l’âge de 74 ans ; entré au Gosplan en 1934, il y a travaillé pendant une quinzaine d’années (revue Èko, 1985, n° 2, p. 183-186).

35 Industrializacija SSSR, 1938-1941 gg., M., 1973, p. 248. Ce texte émane du « service du travail » du Gosplan.

36 Op. cit., p. 143 ; curieusement, l’année 1937 est comptée deux fois.

37 A.I. Vdovin et V.Z. Drobižev, Rost rabočego klassa SSSR, 1917-1940 gg., M., 1976, p. 116-117. Pour 1931-1940, M. Ja. Sonin donne des chiffres voisins (57 % et 43 %).

38 Cf. l’article de P. Carrière et M.-Cl. Maurel, in Bulletin de la Société languedocienne de géographie, janv.-mars 1971, p. 105.

39 Cf. les références données par Ch. Bettelheim, Les luttes de classes en U.R.S.S., 1930-1941, t. I : Les dominés, Maspéro – Seuil, 1982, p. 56-57.

40 N. Boukharine, Économique de la période de transition, trad. française, EDI, 1976, p. 138-139.

41 oprosy istorii, 1988, n° 1, p. 7-10. Dans le même esprit que V.S. Lel’čuk, O.I. Škaratan affirmait en octobre 1986 que le « culte de la personnalité » avait trouvé sa « base de masse » chez les « ouvriers-paysans » (intervention orale lors d’une soutenance de thèse à l’université de Moscou) ; sur ces derniers, il se référait aux travaux de sociologues polonais. Cette explication a suscité l’ironie de l’historienne A.M. Panfilova.

42 J. Barber, The composition of the Soviet working class, 1928-1941 = CREES Discussion Papers, Series SIPS, n° 16, University of Birmingham, 1978, 42 p., p. 18 : l’auteur signale brièvement l’existence de fortes variations selon la branche considérée.

43 Ch. Bettelheim, La planification soviétique, M. Rivière, 1945 (3e éd.), p. 290.

44 Nous ne possédons pas de série statistique concernant l’oblast’ de Moscou ; pendant le premier plan, le nombre d’ouvriers du textile à Moscou n’a augmenté que de 6,3 %, cf. A.A. Tverdoxleb, Vestnik MGU (série histoire), 1970, n° 1, p. 25.

45 Par travail « dans la production », on entend travail à l’usine, à la fabrique, dans un atelier, une mine ou sur un chantier. Les transports sont considérés comme un secteur non productif.

46 Il est difficile de délimiter strictement ces diverses catégories : les commentateurs du recensement font remarquer que des femmes au foyer ou des « étudiantes » peuvent figurer dans le groupe « À la charge de parents... chômeurs ».

47 Cf. R. Portal, « Industriels moscovites : le secteur cotonnier (1861-1914) », Cahiers du monde russe et soviétique, janv.-juin 1963, p. 18.

48 D’après Èkonomičeskaja žizn’ SSSR (dir. S.G. Strumilin), M., 1967, liv. I, p. 161 et 220.

49 W.J. Chase, Workers, society, and the Soviet State : labor and life in Moscow 1918-1929, University of Illinois Press, 1987, 344 p., p. 127-128.

50 V. Ju. Krupjanskaja et al., Kul’tura i byt gornjakov i metallurgov Nižne go Tagila (1917-1970), M„ Nauka, 1974, 319 p.

51 Nous insistons surtout sur la métallurgie, car le recensement de 1932/33 est muet sur tout le secteur minier.

52 D.V. Gavrilov, Rabočie Urala v period domonopolističeskogo kapitalizma, M., 1985, p. 73. L’extrait cité est tiré des archives de la Direction des mines de l’Oural : il concerne l’usine Serebrjanskij au début du XXe siècle, cf. A.G. Rašin, Formirovanie rabočego klassa Rossii, M., 1958, p. 544.

53 R. Portal, L’Oural au XVIIIe siècle : étude d’histoire économique et sociale, Paris, Institut d’études slaves, 1950, p. 22-23, 59, 157 ; S. Kotkin, « Peopling Magnitostroi : the politics of demography », in W.G. Rosenberg, L.H. Siegelbaum (éd.), Social dimensions of Soviet industrialisation, Indiana University Press, 1993, p. 72-74.

54 Tout ce qui suit doit beaucoup aux travaux de O.I. Skaratan, Izmenenija v sostave fabrično-zavodskix rabočix g. Leningrada (1917-1928 gg.), avtore-ferat dissertacii..., L., 1958 ; id., « Izmenenija v social’noj strukture fabrično-zavodskix rabočix Leningrada (1917-1928 gg.) », Istorija SSSR, 1959, n° 5 ; id., Problemy social’noj struktury rabočego klassa SSSR, M., Mysl’, 1970.

55 Effectifs dans l’industrie « du cens » : 1.1.1914 : 242 600 1.1.1917 : 384 600 1.1.1921 : 95 600.
D’après O.I. Škaratan, art. cit. L’industrie « du cens » comprend les établissements employant au moins 16 ouvriers, y compris les apprentis et la main-d’œuvre auxiliaire, et disposant d’un moteur mécanique ; en l’absence de moteur, le seuil minimal passe à trente ouvriers.

56 66 700 ouvriers au 1.6.1922 contre 95 600 au 1.1.1921. Ces chiffres excluent les parcs de tramways.

57 Texte tiré des archives et cité par Škaratan, Problemy social’noj struktury..., p. 239-240. La première partie de la phrase vise principalement les mencheviks et les socialistes-révolutionnaires, accusés par les autorités d’être à l’origine des événements ; à ce sujet, cf. P. Avrich, La tragédie de Cronstadt 1921, Seuil, 1975, p. 45 et 50-53 ; V. Serge, Mémoires d’un révolutionnaire 1901-1941, Seuil, 1978, p. 134 et 139 ; E. Goldman, L’épopée d’une anarchiste, Complexe, 1984, p. 277-278 ; A. Berkman, Le mythe bolchevik (journal 1920-1922), Quimperlé, La Digitale – Calligrammes, 1987, p. 260-261 (arrestations de grévistes par la Tcheka).

58 En 1923, lors de la « crise des ciseaux », ce phénomène s’est accentué au point que les suppressions d’emplois semblent avoir épargné les hommes.

59 Škaratan, art. cit., p. 30 ; Derevnina, op. cit., p. 66-69.

60 Škaratan, art. cit., p. 35, qui mentionne un autre cas (1924-1927). Pour des pratiques comparables en 1923-1924, cf. Lebina, op. cit., p. 42-43.

61 En 1924-1925, l’industrie textile de Leningrad emploie 65 % de femmes (adolescentes non comprises) ; au même moment, l’industrie des métaux compte environ 85 % d’hommes (sans les adolescents).

62 Škaratan, art. cit., p. 34-35.

63 S. Zagorsky, Les salaires et la réglementation des conditions du travail dans l’U.R.S.S., Genève, B.I.T., 1930, p. 16-24 ; Carr et Davies, Foundations..., vol. I, 2e part., p. 507-511.

64 M. Reiman, Die Geburt des Stalinismus, Frankfurt/Main, Europäische Verlagsanstalt, 1979, chap. 5 « Die Soziale Krise und die soziale Repression ». Les mines du Donbass sont touchées par ces mouvements depuis la fin de l’année 1927.

65 Lettre du Comité central du PC(b) « Sur l’élévation de la discipline du travail » (21 février 1929), envoyée à toutes les organisations du parti, in Rešenija partii i pravitel’stva po xozjajstvennym voprosam, t. 2 (1929-1940), M., 1967, p. 9. Cf. aussi le rapport de Tomskij au VIIIe Congrès des syndicats en décembre 1928, cité par Zagorsky, op. cit., p. 22.

66 Un document syndical intitulé « Matériaux pour un rapport sur la situation de la classe ouvrière dans la Région Ouest, à la date du 1er octobre 1929 » (Archives de Smolensk, WKP 300, p. 15) porte les mêmes accusations : « Il convient de souligner qu’un relâchement de la discipline du travail s’observe principalement dans les rangs des ouvriers non qualifiés, embauchés récemment, et qui ont en majorité des attaches avec les milieux agricoles. » (M. Fainsod, Smolensk à l’heure de Staline, Fayard 1967, p. 343). Mais les auteurs du texte reconnaissent (p. 9-10) qu’en fait la question des liens avec la terre n’a pas encore été étudiée et reste en grande partie obscure ; ce passage n’est pas cité par M. Fainsod.

67 B. Rejn, Potomstvennye proletarii, M. – L., Priboj, 1930, p. 15 (d’après le recensement syndical de 1929). Il en va de même dans le textile moscovite.

68 Cf. le remarquable article de Vera Aleksandrova intitulé « Novye rabočie », paru dans Socialističeskij vestnik (Le courrier socialiste), 11 sept. 1929, n° 16/17, et reproduit dans Literatura i žizn’, New York, 1969, p. 51-54.

69 Ibid., p. 53 : phrase tirée de I. Žiga, Novye rabočie, M., 1928. Le principal « héros » de cet ouvrage, Dubinin, résume tous les péchés du « nouvel ouvrier », d’où le néologisme de dubininščina. I. Žiga était rabkor (correspondant ouvrier).

70 Aleksandrova, art. cit., p. 52, citant Natalia Tarpova (1927-1929) de l’écrivain communiste S. Semenov (1893-1942) : il s’agit d’un roman consacré à la vie des ouvriers et des membres du Parti dans une usine.

71 Crise sociale diagnostiquée par M. Reiman, op. cit., chap. 5, p. 96-102 (sur les villes).

72 S. Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, M. Rivière, 1956, p. 320-332.

73 Leningradskie rabočie v bor’be za socializm, 1926-1937, L., 1965, p. 154 : l’auteur a en vue uniquement les ouvriers d’industrie.

74 En 1929, déjà, l’électrotechnique employait beaucoup plus de femmes que le reste de la construction mécanique : cf. les chiffres pour toute l’U.R.S.S. au 1.1.1929 cités par G. Serebrennikov, Voprosy truda, 1932, n° 11-12, p. 62.

75 Il est vrai que la collectivisation est intervenue entre-temps et que la question a perdu une partie de sa signification.

76 Sigle russe signifiant « écoles d’apprentissage de fabrique et d’usine ». Chaque école FZU est liée à une entreprise ; ses élèves font partie du personnel ouvrier de cette entreprise et sont payés comme tels. La durée des études varie selon la spécialité, et les fluctuations de la politique gouvernementale. Cf. M. Anstett, La formation de la main-d’œuvre qualifiée en Union soviétique, M. Rivière, 1958, et A.N. Veselov, Professional’no-texničeskoe obrazovanie v SSSR, M., 1961.

Recrues d’origine paysanne dans les écoles FZU (en %) :
77

Image

D’après A.N. Veselov, op. cit., p. 208 (années vingt) ; I. Kuz’minov, Probleniy èkonomiki, 1935, n° 5, p. 31 (1930-1932 : industrie lourde) ; A. Nele-pin, Voprosy profdviženija, 1934, n° 12, p. 67 (1930 et 1933).

78 Rabočaja ènciklopedija, 1921-1985 gody, L., 1986, p. 183, 85, 158, 162, 104, 187, 109 (il s’agit d’un recueil de biographies). Notre liste n’est pas exhaustive : pour d’autres exemples non cités ici, cf. p. 127, 137, 173, 182 et 279.

79 Sur ces critiques, émises dans les années vingt, cf. Anstett, op. cit., p. 82.

80 Ibid., p. 128.

81 Rabočaja ènciklopedija, op. cit., p. 51, 121, 128, 138, 165, 168, 171, 298.

82 B. Rejn, Potomstvennye proletarii, chap. « Veterany cexov », p. 32-34 et 41.

83 7 % de femmes en 1913 ; 20,3 % en 1917, d’après S.A. Smith, Red Petrograd : Révolution in the factories 1917-1918, Cambridge U.P., 1985, p. 23-25.

84 Derevnina, op. cit., p. 98-99 ; sur ce processus, cf. Voprosy truda, 1932, n° 11-12, p. 60-62.

85 Les chiffres cités par nos sources divergent parfois dans le détail ; nous cherchons seulement à saisir les grandes tendances. Cf. Rabočie Leningrada v bor’be za pobedu socializma, M. – L., 1963, p. 169-191 ; Leningradskie rabočie v bor’be za socializm, 1926-1937, L., 1965, p. 148-158 ; A.R. Dzeniskevič, Rabočie Leningrada nakanune Velikoj Otečestvennoj vojny 1938-1941, L., 1983, p. 26-27 : au 1erjuillet 1937, les femmes représentent 49,6 % des ouvriers et apprentis de Leningrad (toutes branches industrielles confondues).

86 Le mot russe samotëk signifie écoulement naturel des eaux ; au figuré, il désigne dans le vocabulaire officiel tout ce qui relève du « laisser-faire » honni par les dirigeants.

87 Cf. par exemple Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 38 ; 1932, n° 11-12, p. 64 ; Udarnik, 1932, n° 10, p. 26, et Voprosy profdviženija (ex. Udarnik, qui a changé de nom), 1934, n° 7, p. 55 et 57.

88 Cf. son grand livre La planification stalinienne, Economica, 1984.

89 Nous nous appuyons ici sur l’enquête de S.M. Kingsburg et M. Fairchild, Factory, family and woman in the Soviet Union, New York, Putnam’s Sons, 1935, p. 38.

90 Puti industrializacii, 1931, n° 2, p. 40 ; Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 33 et 39 ; 1932, n° 4, p. 57-58 ; n° 11-12, p. 64-65 ; Udarnik, 1932, n° 10, p. 26-27 et 29 ; G.N. Serebrennikov, ženskij trud v SSSR, M. – L., 1934, p. 74.

91 Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 40.

92 Serebrennikov, op. cit., p. 74, qui précise que d’autres brigades du même atelier emploient des femmes.

93 Eodloc.

94 Eod loc.

95 Ibid., propos tenus par le président du comité syndical de l’usine « Anžerka » (mécanique).

96 Puti industrializacii, 1931, n° 2, p. 38.

97 Ibid. ; Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 38-39 ; Serebrennikov, op. cit., p. 148- 149.

98 Un exemple pour illustrer ce point : dans les mines, certaines professions sont considérées comme qualifiées uniquement à cause de leur caractère pénible et insalubre. Ce classement permet de verser aux intéressés des salaires plus élevés. Cf. Serebrennikov, op. cit., p. 111.

99 B. Marševa, « L’utilisation du travail féminin dans la construction mécanique lourde, » Voprosy truda, 1932, n° 4, p. 51-60. L’article dresse un état des lieux et cherche à fixer des perspectives pour l’avenir.

100 Avant la Révolution, elle dépendait du ministère de la Marine.

101 La construction mécanique lourde n’employait que 5 à 10 % de femmes, d’après Marševa, art. cit., p. 51 ; il est regrettable que nous ne possédions pas d’enquête comparable sur l’électrotechnique, où les femmes tenaient une place plus importante.

102 En 1930, environ 90 % des travailleuses sont classées en catégorie I ou II, cf. art. cit., p. 52.

103 La liste n’est pas exhaustive : sur certains ateliers, l’enquête fournit des renseignements très pauvres ; dans ce cas, nous avons renoncé à en faire état.

104 Ce vieil atelier compte 18 % de femmes, contre 6 % seulement dans le nouvel atelier qui produit des tuyaux de gros calibre (76 à 180 kg).

105 Op. cit., p. 110 et 119 ; cf. aussi p. 166. Dans le même sens, voir Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 34 et 36 ; 1932, n° 2, p. 50 et n° 11-12, p. 64 ; 1933, n° 2, p. 64 ; Puti industrializacii, 1931, n° 2, p. 39 ; Udarnik, 1932, n° 10, p. 28-29 ; Voprosy profdviženija, 1933, n° 12, p. 68-70 ; 1934, n° 7, p. 54. Pour des constats analogues dans les années vingt, cf. A.G. Rašin, Ženskij trud v SSSR, M., 1928, p. 11, et Voprosy truda, 1929, n° 2, p. 41.

106 Voprosy profdviženija, 1936, n° 2, p. 86 (situation au 1.10.1934).

107 Kingsbury et Fairchild, op. cit., p. 27 : cet ouvrage américain repose sur une enquête menée dans 35 établissements industriels ; les auteurs ont séjourné neuf mois en U.R.S.S. en 1929-1930 et ont effectué une seconde visite en 1932. Outre la manutention, les femmes assurent le nettoyage des locaux, d’après B. Marševa, Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 39.

108 Sur ce point, l’industrie des métaux soviétique a rejeté l’exemple des Etats-Unis, où l’usage des chariots élévateurs avait révolutionné les transports internes : cf. D. Granick, « Economie development and productivity analysis : the case of Soviet metalworking », The quarterly journal of économics, mai 1957, n° 2, p. 220-221.

109 R. Lazarson, Nafronte industrializacii, 1934, n° 5-6, p. 58, et J.M. Collette, Politique des investissements et calcul économique : l’expérience soviétique, Cujas, 1965, p. 195-196.

110 Code du Travail de la RSFSR (nov. 1922), art. 129, in Les codes de la Russie soviétique, Paris, Marcel Giard, 1926, p. 41 ; arrêté n° 145 du 14 août 1932, limitant les charges portées, traînées ou poussées par des femmes, B.I.T., Le statut légal des travailleuses, Genève, 1938, p. 718 (détail de ces interdictions, p. 413). Notons le commentaire de Kingsbury et Fairchild, op. cit., p. 27 : « Ces limites, d’un point de vue américain, autorisent un travail relativement pénible. »

111 Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 34 et 36, d’après une enquête menée dans « une série d’entreprises » (sans autre précision) ; le seul exemple mentionné concerne une menuiserie industrielle. Cf. aussi Voprosy truda, 1929, n° 2, p. 41 ; 1931, n° 11, p. 167 ; Voprosy profdviženija, 1933, n° 12, p. 71 ; Serebrennikov, op. cit., p. 41.

112 Serebrennikov, op. cit., p. 74-75.

113 Ibid., p. 140-141 ; Le statut légal des travailleuses, op. cit., p. 442-443.

114 Serebrennikov, op. cit., p. 137.

115 De quatre ans dans les années vingt, elle est passée à deux ans maximum en juin 1931, puis à six mois (sept. 1933) : d’après Anstett, La formation de la main-d’œuvre qualifiée en Union soviétique, op.cit., p. 70, 110 et 112.

116 Serebrennikov, op. cit., p. 138 : données sur Èlektrozavod (Moscou) en 1931. Les raisons sont diverses : abandon dû à des difficultés matérielles, des raisons de santé ou au transfert dans une autre entreprise ; exclusion pour indiscipline (absentéisme). Il faut ajouter qu’à leur sortie de l’école, certains élèves cherchent à entrer dans l’administration ou l’enseignement supérieur pour éviter l’usine, cf. Anstett, op. cit., p. 112.

117 Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 34 (B. Marševa).

118 Puti industrializacii, 1931, n° 2, p. 43 ; Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 40.

119 Serebrennikov, op. cit., p. 162-164 : salaires à la tâche dans dix-sept professions (industrie des métaux) en janvier-mars 1931.

120 Qui affirme le principe « à travail égal, salaire égal », cf. Voprosy truda, 1932, n° 11-12, p. 59.

121 Serebrennikov, op. cit., p. 74-75.

122 Voprosy truda, 1932, n° 11-12, p. 66 : travail « sur des machines-outils semblables, et à autres conditions égales » (salaire à la tâche). Cf. aussi Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 33-34.

123 Ibid., 1932, n° 11-12, p. 65 ; Udarnik, 1932, n° 10, p. 29-30 ; Lazarson, art. cit., p. 59.

124 Serebrennikov, op. cit., p. 154 et 159-60 (Ižora, tribunaux de camarades, 1933).

125 Ibid., p. 154 et p. 167 : l’hypothèse avancée par Serebrennikov implique que la mobilité soit surtout le fait des plus qualifiés. Elle rompt avec les thèses officielles qui, en général, imputent le taux élevé de turnover à l’afflux de ruraux. Cf. aussi Voprosy truda, 1931, n° 1, p. 34 (Putilov) ; Puti industrializacii, 1931, n° 2, p. 40-41 (usine Staline) ; Udarnik, 1932, n° 10, p. 29-30.

126 Serebrennikov, op. cit., p. 153, 157 et 159 (analyse par photochronométrage), et Voprosy truda, 1932, n° 11-12, p. 65 : selon lui, ces avantages compensent, dans une large mesure, les inconvénients résultant des congés de maternité.

127 Rašin, Formirovanie rabočego klassa Rossii, op. cit., p. 33-34, 65 et 445 ; Ju. I. Seryj, Rabočie Juga Rossii v period imperializma (1900-1913), Rostov s/Don, 1971, p. 63.

128 Seryj, op. cit., p. 9 et 66 ; S.P. Mac Caffray, « Origins of labor policy in the Russian coal and Steel industry », The journal of économie history, déc. 1987, p. 956, 959 et 963. J.-P. MacKay, Pioneers for profit : foreign entrepreneurship and Russian industrialization, 1885-1913, The University of Chicago Press, 1970, p. 244-245.

129 Rašin, op. cit., p. 446.

130 S. Bensidoun, L’agitation paysanne en Russie de 1881 à 1902, Presses de la F.N.S.P., 1975, p. 276.

131 Souvenirs de K.I. Rusanov, né en 1861, in A.M. Pankratova (dir.), Istoriko-bytovye èkspedicii 1951-1953, M., 1955, p. 77.

132 Affairiste habile, actif et compétent, N.S. Avdakov est le futur président de Produgol’, cartel des charbonnages du Donec, créé en 1906. Cf. R. Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie 1887-1914, A. Colin, 1973, p. 226, 389 et 449. Ingénieur des mines, il était alors directeur commercial des charbonnages de Routchenko (Société Générale).

133 Rašin, op. cit., p. 446-447. « Étrangers » : en russe prišlye, littéralement « ceux qui sont venus ».

134 Cette organisation patronale s’appelait « Association minière et métallurgique de la Russie méridionale » ; elle était dominée par les cadres russes employés dans les entreprises appartenant au capital étranger (cf. Mac Caffray, art. cit., p. 954). À ce propos, rappelons que, vers 1900, les Français contrôlaient près de la moitié des charbonnages de la région. Girault, op. cit., p. 265.

135 B.V. Tixonov, Kamennougol’naja promyšlennost’ i čërnaja metallurgija Rossii vo vtoroj polovine XIX v., M., Nauka, 1988, p. 189. L’enquête a porté sur un effectif total de 57 000 personnes. Ces mineurs relevaient en quasi-totalité de l’« ordre paysan » ; à ce titre, ils étaient rattachés à une communauté rurale : c’est cette appartenance qui definit leur origine géographique.

136 Du point de vue administratif, le bassin houiller était divisé en deux : la partie occidentale (68,4 % des mineurs) relevait de la province ukrainienne d’Ekaterinoslav ; l’Est était rattaché à la province militaire du Don.

137 Sans la province d’Ekaterinoslav.

138 Il s’agit de la province, non de la ville ; il en va de même dans tout ce qui suit.

139 On pourrait y adjoindre la province de Penza.

140 II s’agit d’une subdivision du Département des mines (ministère du Commerce et de l’Industrie) ; elle comptait 106 entreprises employant 15 000 ouvriers.

141 E.E. Kruze, Položenie rabočego klassa Rossii v 1900-1914 gg., L., 1976, p. 149.

142 Juzovka s’appelle aujourd’hui Doneck.

143 Kruze, op. cit., p. 149.

144 Seryj, op. cit., p. 85-91.

145 Cité par Rašin, op. cit., p. 445.

146 Seryj, op. cit., p. 88-89.

147 Ce livre, publié à Moscou en 1958 sous la direction de P. I. Kušner, suit la vie d’une communauté paysanne sur un siècle environ (à partir de 1861) ; outre son intérêt propre, il doit sa notoriété à la rareté des monographies de ce genre. Nous utilisons ici la traduction due à S. Benet : The village of Viriatino : an ethnographie study of a Russian village from before the Revolution to the présent, New York, Anchor Books, 1970.

148 Ibid., p. 38.

149 Sur ce point, pour les années 1858-1897, cf. Bensidoun, op. cit., p. 53-80.

150 Seryj, op. cit., p. 94-95.

151 Mac Caffray, art. cit., p. 955.

152 The village of Viriatino, op. cit., p. 38-40 (histoire d’une famille de « paysans moyens », les Diakov).

153 Seryj, op. cit., p. 138-139. Cf. aussi un rapport du gouverneur d’Ekaterinoslav (1902), cité p. 132.

154 Ibid., p. 140.

155 Kruze, op. cit., p. 149 ; les départs ont continué au mois de juin.

156 K. Kautsky, La question agraire, 1900, p. 280-282.

157 Seryj, op. cit., p. 131 : rapport au Département des mines (1913).

158 Istorija rabočego klassa SSSR, t. 1, M., Nauka, 1983, p. 212 : vers 1885, la majorité des mines de la province d’Ekaterinoslav fermait l’été.

159 Seryj, op. cit., p. 88-90 : enquête déjà citée du zemstvo de Voronež (1912). Mac Kay, Pioneers for profit..., p. 265-266 : il est question des entreprises étrangères, qui assuraient au moins 60 % de la production du Donbass en 1899.

160 Les charbonnages employaient très peu de femmes ; elles ne représentaient que 4,5 % des effectifs en 1913 (contre 2,8 % en 1904) ; c’étaient, pour la plupart, des jeunes filles qui étaient utilisées en surface, à des travaux non qualifiés : tirage, roulage, chargement de wagons. Cf. Rašin, op. cit., p. 228- 229 ; Seryj, op. cit., p. 171 et 175-176 ; L.E. Mine, Trudovye resursy SSSR, M., Nauka, 1975, p. 51.

161 Données tirées du recensement de 1897, citées par B. Krawchenko, « Aperçu de la structure sociale de l’Ukraine avant la révolution de 1917 », Revue des pays de l’Est, Bruxelles, 1976, n° 1-2, p. 140-143 et 160 : c’est la langue maternelle qui a servi de critère pour définir la nationalité. Cf. aussi supra, p. 166, n. 2

162 Aux Russes et aux Ukrainiens, il faut ajouter les Juifs (26 %).

163 M. Ferro, La révolution de 1917, Aubier – Montaigne, t. 1, 1967, p. 219 ; dans le même sens, cf. B. Krawchenko, « La renaissance nationale de la classe laborieuse en Ukraine dans les années 1920 », Actes du colloque La renaissance nationale et culturelle en Ukraine de 1917 aux années 1930, Paris – Munich – Edmonton, 1986, p. 283-284.

164 Rašin, Sostav fabrično-zavodskogo proletariata, M., 1930, p. 22.

165 Ja. P. Gerčuk, Sezonnye kolebanija v promyšlennosti, M. – L., 1930, p. 239 et 242. Ces indices ont été établis à partir de données portant sur les années 1922/1923 à 1925/1926 ; pour les piqueurs, on a inclus en outre l’année 1921/1922. Cf. p. 64 et 248-249.

166 P. Olešinskij, Pravda, 7 févr. 1930, p. 2, et Rašin, Sostav..., p. 25. Les deux pourcentages ne sont pas tout a fait comparables. Le premier provient d’un recensement complet des haveurs du Donbass réalisé en mars 1929 par Donugol’ ; le second est tiré du recensement syndical de 1929 : il est probablement un peu sous-estimé, car la seconde enquête a été réalisée en avril-mai, à un moment où certains ouvriers liés à la campagne étaient déjà rentrés chez eux.

167 En 1925/1926, le niveau de mécanisation était très faible : le pic tenait une place prédominante (plus de 90 % du charbon abattu). Cf. Pravda, 3 oct. 1930, p. 2.

168 Le premier écrit de Mine remonte à 1913 (il était alors étudiant à l’institut de commerce de Kiev) ; il publiait encore en 1979. Mais, sous Staline, son activité scientifique a connu une longue interruption, à cause de son arrestation ; libéré par Khrouchtchev, il a repris ses recherches et soutenu une thèse (1966). Cf. le volume publié par l’institut central d’économie mathématique : L.E. Minc : Social’no-èkonomičeskie i sociologičeskie problemy balansa truda i bjudžeta vremeni, M., Nauka, 1979 (liste des travaux des années 1913- 1977, p. 195-212), et A. Aganbeguian, Soulever les montagnes, Laffont, 1990, p. 147.

169 L.E. Mine, Otxod krest’janskogo naselenija na zarabotki v SSSR, M., 1926 et Agrarnoe perenaselenie i rynok truda v SSSR, M. – L., 1929 ; NK truda SSSR : Otxod sel’skogo naselenija na zarabotki v SSSR1926/27 g., M., 1929. La B.D.I.C. ne possède que le premier ouvrage ; nous n’avons pu consulter les deux autres.

170 Mine, Otxod..., p. 7 et p. 47-48. L’auteur précise que seuls les questionnaires comportant des réponses « satisfaisantes » ont été traités, mais ne définit pas ses critères d’évaluation.

171 Ibid., p. 47 ; seuls les déplacements hors du canton étaient pris en considération.

172 En 1927, le Donbass comptait plus de 180 000 mineurs et assurait 90 % de la production charbonnière de la Russie d’Europe (Oural inclus) ; l’extraction des minerais en Ukraine (Krivoj Rog, Nikopol’) employait 25 000 ouvriers environ. Cf. Istorija socialističeskoj èkonomiki SSSR, t. II, M., Nauka, p. 274 ; Mine, Trudovye resursy SSSR, p. 51 ; Gerčuk, op. cit., p. 186.

173 NK truda SSSR : Otxod..., tabl. n° 3, 5, 6, cités d’après V.P. Danilov, Istoričeskie zapiski, n° 94, M., 1974, p. 74-80. En moyenne, en 1926/1927, les saisonniers étaient absents de chez eux pendant plus de six mois (ce chiffre vaut pour la République de Russie).

174 La baisse observée est sans doute imputable à la bonne récolte de 1926.

175 Les paysans de la région de Vjatka et de l’Oural travaillaient probablement dans les mines de l’Oural, plutôt que dans le Donbass.

176 The village of Viriatino..., p. 176-177.

177 D’après un recensement syndical d’octobre-novembre 1929 (qui inclut les employés) ; les chiffres ne couvrent que la partie ukrainienne du Donbass. Cf. B. Krawchenko, Social change and national consciousness in twentieth-century Ukraine, New York, s.d., p. 77 et 277.

178 P. Olešinskij, Pravda, 7 févr. 1930, p. 2.

179 V.A. Kravchenko, J’ai choisi la liberté !, Olivier Orban – Nouvelles Éditions Baudinière, 1980, p. 46-47. L’auteur a travaillé dans les mines du Donbass en 1922-1923.

180 Nous utilisons ici la dernière version parue du vivant de Stakhanov (qui est décédé en 1977) : Žizn šaxtërskaja, Kiev, 1975, p. 16-27 : « Je deviens mineur. »

181 Cf. aussi le témoignage de V.A. Kravchenko, op. cit., p. 47 : « [...] la plupart des recrues avaient été tout simplement attirées par le niveau des salaires, fort élevé pour l’optique villageoise. Des milliers d’ouvriers ne restaient à la mine que le temps nécessaire pour économiser de quoi acheter une vache, un cheval, ou se faire construire une maison [...]. »

182 Les migrations temporaires (otxod) étaient une tradition bien enracinée dans le village de Stakhanov : son grand-père et son père avaient l’habitude d’aller gagner leur vie en ville. Cf. Pervoe vsesojuznoe soveščanie rabočix i rabotnic staxanovcev, sténogramme, M., Partizdat, 1935, p. 14, et A. Staxanov, Rasskaz o moej žizni, M., Ogiz, 1938, p. 11.

183 Sur le déroulement de la carrière d’un mineur à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, cf. R. Trempé, Les mineurs de Carmaux, 1848-1914, Les Éditions ouvrières, 1971, 1.1, p. 115. Quant à la répulsion inspirée par la mine, cf. ibid., p. 181, et R. Trempé, Les trois batailles du charbon 1936-1947, 1989, p. 107-109.

184 Op. cit., p. 47.

185 Ibid., 10 août 1930, p. 3. Au total, du 6 juillet au 6 août, le nombre de départs a atteint 27 000 : ibid., 11 août 1930, p. 1.

186 A. Izrailovič, « Bor’ba za ugol’ », Bol’ševik, 1931, n° 18, p. 37.

187 Pour toute l’U.R.S.S. ; nous n’avons pas de chiffre pour le Donbass seul. Cf. Industrializacija SSSR, 1929-1932 gg., M., 1970, p. 376 (rapport du commissariat au Travail sur la réalisation du plan de 1929/30).

188 Za industrializaciju, 22 mars 1930, cité par Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, p. 32-33.

189 Trud, 15 avril 1930, cité par S. Schwarz, « The Five-Year Plan and the Régulation of the labour market in the USSR », International labour review, 1933, n° 3, p. 359. La Pravda mentionne ces appels au secours de façon plus voilée (8 avr. 1930, p. 4).

190 Pravda, 11 août 1930, p. 1 et 2 ; oct. 1930, p. 1 (discours de V. Molotov) ; R.W. Davies, The Soviet economy in turmoil, 1929-1930, Londres, Mac Millan, 1989, p. 361.

191 Pravda, 22 août 1930, p. 1.

192 Ibid., 8 avr. 1930, p. 4 ; 3 sept. 1930, p. 1.

193 Ibid., 11 août 1930, p. 1 (Éditorial).

194 Ibid., 8 avr. 1930, p. 4 ; 22 août 1930, p. 1.

195 Ibid., 10 août 1930, p. 3. Ces pourcentages sont calculés par rapport aux normes fixées pour les produits rationnés : cela signifie que chaque mineur n’a reçu que la moitié de la viande à laquelle il avait officiellement droit.

196 V. Molotov, ibid., 2 oct. 1930, p. 1. Cf. aussi 5 oct. 1930, p. 3 (résolution du Comité central du Parti communiste ukrainien).

197 Ibid., 11 août 1930, p. 1. Sur les coopératives, cf. aussi 22 août 1930, p. 1.

198 Elle accuse certaines coopératives d’être animées « d’un esprit mercantile de nepman » : il s’agit, pour les autorités, de trouver des boucs émissaires de manière à détourner la colère de la population.

199 Planovoe xozjajstvo, 1931, n° 4, p. 77-78.

200 Davies, op. cit., tabl. 9 (a), p. 510.

201 E. Zaleski, Planification de la croissance et fluctuations économiques en U.R.S.S., SEDES, 1962, p. 114-115 et p. 281. La baisse saisonnière de 1930 a marqué le début de la crise économique des années 1931-1933.

202 La Pravda le reconnaît (10 août 1930, p. 3).

203 Zaleski, op. cit., p. 90-92 et 113.

204 Pravda, 3 oct. 1930, p. 2 et 5 oct. 1930, p. 3 (résolution du comité central du Parti communiste ukrainien). Notons au passage que la police politique a été chargée de surveiller le déchargement du charbon dans les gares, afin que les délais fixés soient respectés.

205 Un journaliste américain qui a voyagé dans le Donbass pendant l’automne 1930 écrit à propos de ces mesures : « ... maintenant le bassin du Donets est le seul endroit en U.R.S.S. où les ouvriers peuvent acheter autant de cigarettes qu’ils veulent sans être limités, manger de la viande tous les jours et avoir huit mètres de drap par mois ». Mais rapporte-t-il ce qu’il a vu, ou ce que les fonctionnaires locaux lui ont affirmé ? Cf. H.R. Knickerbocker, Les progrès du plan quinquennal, Valois, 1931, p. 215.

206 Ce plan concerne la période juillet-septembre 1930 ; les chiffres valent pour toute l’U.R.S.S., et non pour le seul Donbass. Industrializacija SSSR, 1929- 1932 gg., p. 376.

207 70 600 personnes avaient été recrutées : 24 700 membres du Komsomol, 30 400 ouvriers agricoles et 15 000 kolkhoziens.

208 Pravda, 11 août 1930, p. 1. Komsomol’cy : membres du Komsomol.

209 Trud v SSSR, M. – L., 1932, p. 95.

210 En décembre 1930, un quart seulement des exploitations paysannes était collectivisé. Istorija sovetskogo krest’janstva, t. 2, M., Nauka, 1986, p. 190-191.

211 Les chiffres indiqués par la Pravda (10 août 1930, p. 3) pour ces contrats sont difficiles à concilier avec les données provenant des archives du commissariat au Travail (Industrializacija SSSR, 1929-1932 gg.).

212 Schwarz, art. cit., p. 362.

213 Pravda, 10 août 1930, p. 3 ; 11 août 1930, p. 1.

214 Ibid., 22 août 1930, p. 1.

215 Ibid., 3 sept. 1930, p. 1.

216 Ibid., 8 avr. 1930, p. 4.

217 Service du commissariat à l’Agriculture, qui coiffait l’ensemble des kolkhozes.

218 Pravda, 22 août 1930, p. 1. Nous citons les principales clauses.

219 A.M. Panfilova, Formirovanie rabočego klassa SSSR v gody pervoj pjatiletki (1928-1932), M., 1964, p. 88 ; J. Barber, in Labour and employment..., p. 54.

220 Les entreprises étaient, en principe, tenues de signer des contrats individuels avec chaque kolkhozien, mais il était rare qu’elles le fassent : elles se contentaient, en général, de passer un accord avec les kolkhozes ou les unions de kolkhozes. Pravda, 11 sept. 1931, p. 4, et 7 oct. 1931, p. 3.

221 C’est le fameux discours sur les « six conditions » du développement de l’industrie. Ibid., 5 juil. 1931, p. 1.

222 L’orgnabor englobait à la fois les kolkhoziens et les paysans individuels.

223 Pravda, 1er juil. 1931, p. 1 (décret du 30 juin 1931).

224 Il était fréquent que ces prélèvements dépassent de beaucoup les 10 % autorisés. Cf. le rapport du Gosplan (nov.-déc. 1930) publié par L.S. Rogačevskaja, Arxeografičeskij ežegodnik za 1967 god, M., 1969, p. 332-333. Il semble que ces pratiques aient persisté en dépit de l’interdiction des autorités (Panfilova, Formirovanie rabočego klassa SSSR..., p. 88 et 93-94).

225 Un paysan ne pouvait quitter son kolkhoze sans une attestation d’appartenance à ce dernier, établie par l’administration.

226 Les contrats duraient habituellement un ou deux ans. Cf. J. Barber, in Labour and employment..., p. 55.

227 Pravda, 21 août 1931, p. 2-3 ; 31 août 1931, p. 1 ; 11 sept. 1931, p. 4 ; 14 sept. 1931, p. 1 ; 7 oct. 1931, p. 3.

228 Panfilova, Formirovanie rabočego klassa SSSR..., op. cit., p. 115 (sur l’attitude des directeurs, cf. aussi Pravda, 17 août 1931, P- 1).

229 Panfilova, Formirovanie rabočego klassa SSSR..., p. 90-92 ; J. Barber, in Labour and employment..., p. 54 ; Industrializacija SSSR, 1929-1932 gg., M., 1970, p. 429-430 ; Pravda, 18 et 31 août 1931, p. 1.

230 Barber, in Labour and employment..., p. 55 ; id., The composition of the Soviet working class, 1928-1941, p. 30 ; R.P. Dadykin, in Voprosy istoriografii rabočego klassa SSSR, M., 1970, p. 185-186.

231 E. Zaleski, op. cit., t. 1, p. 151. L’accroissement réel obtenu a été de 19 % par rapport à 1929/1930. Ibid., p. 190.

232 V.V. Kujbyšev, Izbrannye proizvedenija, t. 2, M., 1988, p. 212. Lors de son voyage au Donbass, à l’automne 1930, V. Molotov avait mis l’accent sur la mécanisation comme solution à la crise (Pravda, 2 oct. 1930, p. 1).

233 Bol’ševik, 1931, n° 18, 30 sept., p. 44 et 47 ; Staxanov, Žizn šaxtërskaja, p. 33-34. Sur les difficultés de la mécanisation et les attitudes ouvrières, cf. H. Kuromiya, in W.G. Rosenberg, L.H. Siegelbaum (éd.), Social dimensions of Soviet industrialization, Indiana University Press, 1993, p. 150-151.

234 Narodnoe xozjajstvo SSSR, 1932, n° 3-4, p. 79 ; Planovoe xozjajstvo, 1931, n° 4, p. 78 ; Industrializacija SSSR, 1929-1932 gg., p. 436-440 (chiffres nationaux) ; Kuromiya, art. cit., p. 147-148.

235 S.V. Kosior (1889-1939), d’origine polonaise, secrétaire général du parti communiste ukrainien de 1928 à 1938. Victime de la répression stalinienne.

236 Pravda, 21 août 1931, p. 2-3 (sténogramme modifié d’un rapport présenté lors de réunions de militants communistes).

237 Pravda, 4, 12 et 14 sept. 1931, p. 1 ; 15 sept. 1931, p. 3. Cf. aussi Bol’sevik, 1931, n° 18, p. 39-41.

238 Z.G. Lixolobova, Rabočie Donbassa v gody pervyx pjatiletok (1928- 1937 gg.), Doneck, 1973, p. 29 (données tirées des archives). Dans les premiers mois de 1932, le samotëk a prédominé de manière écrasante (93,7 %) selon Kuromiya, art. cit., p. 149-150.

239 Pravda, 18 sept. 1931, p. 1.

240 Revoljucija i nacional’nosti, 1932, n° 4, p. 57 ; 1933, n° 4, p. 75.

241 Il n’existe pas de données pour 1932 et les années suivantes ; pour 1931, les chiffres portent sur le 2e semestre. Cf. Trud v SSSR, M. – L., 1932, p. 95 ; Sostav novyx millionov členov profsojuzov, M., 1933, p. 92-93. Kuromiya (art. cit., p. 149) aboutit à la même conclusion.

242 Pour la comparaison avec la France, cf. Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Presses Universitaires de Lyon, 1977, t. 1, p. 238 et 337 ; Trempé, Les mineurs de Carmaux, 1848-1914, t. 1, p. 167-190.

243 Sous ce terme, il faut comprendre à la fois paysans stricto sensu et enfants de paysans.

244 S. Schwarz a montré le caractère suspect de cette thèse officielle, cf. Les ouvriers en Union soviétique, p. 74-75. Les historiens soviétiques sont divisés à ce sujet : pour les uns, le chômage a été effectivement liquidé en 1930, pour d’autres en 1931 seulement, cf. R.W. Davies, in Labour and employment..., p. 31.

245 V.P. Danilov, Sovetskaja dokolxoznaja derevnja, t. l, M., 1977, p. 21 (estimation pour 1930).

246 Cf. en ce sens, tout récemment, Sh. Fitzpatrick, « L’usage bolchevique de la classe », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 85, nov. 1990, p. 74.

247 Par ce terme, nous désignons ici les secteurs où les « ouvriers héréditaires » sont en majorité.

248 À la fin du XIXe siècle, les « ouvriers héréditaires » constituaient plus de 80 % de la main-d’œuvre dans l’industrie ouralienne (métallurgie et travail des métaux) ; les métiers se transmettaient de père en fils.

249 Faut-il préciser que nous ne cherchons nullement à en minimiser l’importance ?

Table des illustrations

Titre Tableau a. Origine sociale des ouvriers, 1930 (en %)
Légende N.B. 1) C’est l’activité du père qui est prise en considération.2) Pour l’industrie alimentaire, il s’agit en général d’entreprises urbaines, lesbranches saisonnières (minoterie, production de beurre et d’huile) sont les plus faiblement représentées.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau b Origine sociale des nouvelles recrues en fonction de leur date d’entrée dans la production (en %). Recensement de 1930
Crédits D’après Trud v SSSR, M. – L„ 1932, p. 21-22.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Population urbaine
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 7,6k
Titre Tableau d. Industrie cotonnière (oblast’ de Moscou*)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Tableau e. Industrie cotonnière : deux entreprises en 1933
Légende a) Oblast’ de Moscou.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Ouvriers-hommes de l’industrie textile ayant un père ouvrier de fabrique
Crédits D’après A.G. Rašin, Formirovanie rabočego klassa Rossii, M., 1958, p. 532 et 534.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Tableau f. Sidérurgie de l’Oural
Légende 1929 : les chiffres portent sur la métallurgie et incluent les apprentis.T : total, apprentis inclusS : sans les apprentis.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Tableau g. Industrie de Leningrad : répartition des ouvriers par sexe et par âge (en %)a
Légende a) Pour éviter de surcharger le tableau, nous n’avons pas reproduit les données en valeurs absolues.b) Limite d’âge retenue : moins de 17 ans en 1913 et 1917 ; moins de 18 ans à partir de 1920.c) Données au 1er janvier pour les années 1920-1929.D’après Z.V. Stepanov, Rabočie Petrograda v period podgotovki i provedenija oktjabr’skogo vooružennogo vosstanija, M. – L., Nauka, 1965, p. 34 ; L.I. Derevnina, Rabočie Leningrada v period vosstanovlenija narodnogo xozjajstva 1921-1925, L., Nauka, 1981, p. 95 ; O.L Skaratan, Izmenenija v sostave fabrično-zavodskix rabočix g. Leningrada (1917-1928 gg.), avto-referat dissertacii, L., 1958, p. 15.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Origine sociale des ouvriers de Leningrad
Crédits A.G. Rašin, Sostav fabrično-zavodskogo proletariata, M., 1930, p. 19 et 21.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau h. Ouvriers de l’industrie des métaux (Leningrad, hommes et femmes)
Légende a) Travail des métaux et construction mécaniqueb) Construction mécaniquec) Construction de machines pour les transports.d) Électrotechnique
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau i. Industrie des métaux de Leningrad (hommes et femmes) 1931
Légende a) Apprentis exclus.b) Inclut toutes les personnes qui, avant leur entrée dans la production, n’avaient pas de source indépendante de revenus : femmes au foyer, personnes à charge, chômeurs de longue durée, étudiants.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Tableau j Ouvriers de l’industrie des métaux (Leningrad, 1932-1933)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Tableau k Apprentis de l’industrie des métaux (Leningrad)
Légende a) Construction de machines de transportb) Electrotechnique
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Tableau l. Ouvrières de l’industrie des métaux (Leningrad)
Légende a) Travail des métaux et construction mécaniqueb) Construction de machines pour les transportsc) Électrotechnique.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Origine du personnel (novembre 1870)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9k
Titre Origine des mineurs du Donbass (1900)135 (en %)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47841/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search