Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en U.R.S.S.

 | 
Jean-Paul Depretto

Chapitre II. La croissance de la classe ouvrière (1928-1940)

Texte intégral

Introduction

1Les pages qui suivent tentent de décrire, et d’expliquer, l’énorme augmentation des effectifs ouvriers observable entre 1928 et 1940, et plus particulièrement pendant le premier plan. Pour comprendre ce phénomène, il importe de le replacer dans un contexte plus large : la multiplication des emplois dans le secteur industriel. La classe ouvrière ne peut en effet être étudiée isolément, en ignorant les autres catégories de personnel existant dans l’entreprise. C’est pourquoi le premier paragraphe est consacré à l’essor de la main-d’œuvre industrielle dans ses diverses composantes (ouvriers, employés, « cadres », etc.) ; il fournit aussi quelques points de repère statistiques sur le niveau de formation des « spécialistes » soviétiques. Dans un second temps, une fois situé ce cadre général, la hausse du nombre d’ouvriers est examinée en détail : rythmes contrastés, selon les années, inégalités entre branches d’industrie, et entre régions.

2La classe ouvrière ne se réduit pas aux ouvriers d’industrie ; on ne saurait ignorer les travailleurs du bâtiment, surtout dans une période où la construction industrielle a pris une telle ampleur. Nous nous y arrêtons d’autant plus longuement qu’ils ont en général été négligés par les historiens. À tort, car les grands chantiers constituent des lieux d’observation privilégiés, qui permettent de saisir sur le vif les difficultés auxquelles s’est heurtée l’industrialisation soviétique.

3On sait que les grands travaux ont été en partie réalisés par des détenus. Au départ, il n’entrait pas dans nos intentions d’aborder cette question, mais l’analyse critique des statistiques concernant la main-d’œuvre employée dans le bâtiment montre que le rôle du travail forcé ne peut être laissé de côté. Contre toute attente, l’état des sources à ce sujet permet à l’historien de parvenir à quelques certitudes, tempérées il est vrai par l’étendue des incertitudes et des ignorances.

I. La main-d’œuvre industrielle : aperçu général

  • 1 En dépit de nos efforts, nous n’avons pu constituer de série cohérente sur les effectifs employés d (...)

4Les statistiques publiées à partir de 1956 permettent de retracer l’évolution numérique de la classe ouvrière pendant les trois premiers plans quinquennaux (cf. Annexe A, tableau I) : le nombre d’ouvriers est passé de 6,8 millions à 20 millions entre 1928 et 1940. Ces chiffres englobent toutes les branches relevant du secteur d’État, y compris une partie de l’agriculture (sovkhozes). Même définie de façon plus stricte, et limitée à l’industrie et au bâtiment1, la classe ouvrière a vu ses effectifs tripler, ou presque (x 2,7) :

  • 2 L’année 1928 est un point de repère commode : en 1928, le nombre d’ouvriers de la grande industrie, (...)

Nombre d’ouvriers (en milliers) ! 928-19402

1928 1932 1937 1940
Industrie 3124 6007 7924 8290
Bâtiment 630 2479 1875 1929
Total 3754 8486 9799 10219

Sources : cf. Annexe A, tableau I.

  • 3 A.I. Vdovin, V.Z. Drobižev, Rost rabočego klassa SSSR, 1917-1940 gg., M., Mysl’, 1976, p . 97.
  • 4 Cf. M. Lewin, The making of the Soviet System, Londres, Methuen, 1985, p. 166.

5Cette croissance est très inégalement répartie selon les périodes : très forte de 1928 à 1932, où les effectifs font plus que doubler (+ 126 %), elle se ralentit ensuite sensiblement : + 15,4 % de 1932 à 1937 et + 4,2 % de 1937 à 1940 (troisième plan inachevé). Il convient d’ailleurs d’être prudent à propos des chiffres de l’année 1940 : intègrent-ils les territoires annexés, comme l’affirment deux historiens soviétiques3 ? Ce point n’est pas clair, car les documents originaux sont muets : on sait que la même incertitude affecte les statistiques agricoles4.

6La croissance totale est le produit d’évolutions divergentes dans l’industrie et le bâtiment :

  • L’augmentation du nombre d’ouvriers est un peu plus forte dans le bâtiment (x 3) que dans l’industrie (x 2,6).
  • Surtout, l’allure des deux courbes est très différente. Les effectifs doublent presque dans l’industrie entre 1928 et 1932, augmentent d’un petit tiers entre 1932 et 1937, et très faiblement de 1937 à 1940 ; dans le bâtiment, ils quadruplent en gros de 1928 à 1932, baissent d’un quart de 1932 à 1937 et stagnent pratiquement de 1937 à
     1940.

7L’augmentation des effectifs ouvriers a lieu dans un contexte de gonflement de toute la population active vivant de l’industrie (cf. Annexe A, tableau II), de sorte que la proportion d’ouvriers dans le personnel total a reculé : 83 % en 1928, 76 % en 1940 ; 87 % en 1928, 79 % en 1940 si l’on inclut les apprentis, dont le nombre quadruple entre 1928 et 1932, où il dépasse le demi-million ; une baisse intervient ensuite, et le chiffre record de 1932 n’est plus jamais atteint. En somme, la croissance de la classe ouvrière est impressionnante, mais les catégories non ouvrières se développent encore plus vite (cf. tableau II). On note en 1937-1940 un renforcement des personnels de service et de sécurité, qu’il est tentant d’imputer à l’atmosphère politique de la fin des années trente, sans que l’on puisse conclure avec certitude faute de connaître l’évolution des diverses composantes de cette catégorie hétéroclite. Surtout, les « cadres » (ingénieurs et techniciens) et les employés voient leur poids relatif s’accroître : 9 % en 1928, 15,5 % en 1940. Il importe ici de prêter attention au contenu des découpages statistiques.

  • 5 C’est la formule soviétique. Sur tout ceci, cf. le recueil de documents Industrializacija SSSR, 193 (...)
  • 6 Cf. Lewin, op. cit., p. 234-235.

8La catégorie « ingénieurs et techniciens » (sigle russe : ITR) comprend à la fois des cadres « dans la production5 » (ateliers, laboratoires, bureaux d’études) et des cadres appartenant à l’administration (aux directions d’entreprises) ; elle inclut aussi les agents de maîtrise (mastera). Quant à la catégorie « employés », elle recouvre toute une gamme hiérarchisée de fonctions, depuis la haute administration jusqu’au personnel de secrétariat en passant par les services comptables : nous sommes en présence d’une construction statistique qui camoufle les réalités de la hiérarchie sociale – phénomène qui n’est pas limité à L’U.R.S.S. ; la notion d’intelligentsia est d’ailleurs passible des mêmes critiques6.

  • 7 D’après S.N. Ikonnikov, Sozdanie i dejatel’nost’ ob"edinennyx organov CKK-RKI1923-1934 gg., M., (...)
  • 8 Sur les plaintes d’Ordžonikidze à ce sujet, cf. Lewin, op. cit., p. 238. Les données sur l’évolutio (...)
  • 9 D’après Industrializacija SSSR, 1938-1941 gg., p. 252 et 257-258.

9Il était nécessaire d’apporter ces précisions afin de pouvoir interpréter les données statistiques. On constate des évolutions nettement divergentes (cf. tableau II) : en 1932 encore, les cadres, dont les effectifs étaient plutôt maigres en 1928 (3 % du total), sont moins nombreux que les employés qui constituent alors la seconde catégorie de l’industrie, après les ouvriers ; en revanche, en 1937-1940, le rapport s’est inversé en faveur des cadres. Le nombre d’employés a même diminué entre 1932 et 1937, avant de connaître une nouvelle hausse qui le porte au-dessus du maximum de 1932 ; il faut peut-être y voir l’effet des campagnes dont les employés de l’État font périodiquement les frais, dans le cadre de la « lutte contre le bureaucratisme » : ainsi, d’octobre 1932 à mars 1933, plus de 153 000 personnes ont été victimes de réductions du personnel décidées par le commissariat à l’Inspection ouvrière et paysanne, en vertu d’un décret gouvernemental du 8 octobre 19327. Ce n’est ni le premier ni le dernier exemple de ce genre. Toutefois, ces campagnes répétées, qui planifient des objectifs détaillés en matière de baisse des effectifs, se révèlent impuissantes à améliorer réellement le travail et à enrayer durablement le gonflement des appareils8 : de fait, le nombre d’employés dans l’industrie augmente de 15 % entre 1937 et 1939, le nombre d’ouvriers baissant au contraire de 2 %9. Le rapport du Gosplan qui constate et déplore ce phénomène fin 1940 énumère une série d’explications fort intéressantes :

  • Complexité de l’organigramme des entreprises, avec multiplication des services.
  • « Tutelle tatillonne » des échelons supérieurs, indices planifiés trop nombreux, d’où un flot de papiers à remplir, de rapports à rédiger : ainsi, la direction de l’usine moscovite « Prolétaire rouge » (construction de machines-outils) doit présenter périodiquement un compte rendu général comprenant quatre-vingt-douze rubriques ; pour le seul secteur « incendie-sécurité », il faut quatorze formulaires concernant la propagande « de masse », l’« émulation socialiste » chez les pompiers, le nombre de sanctions ou de récompenses distribuées au personnel, etc.!
  • Retards dans la mécanisation de la comptabilité.
  • Augmentation du nombre de pointeaux, liée sans doute au durcissement de la discipline à l’usine.
  • 10 Ibid., p. 254, et Lewin, op. cit., p. 246.

10On peut y ajouter la complexité des systèmes de salaires aux pièces, qui oblige à de laborieux calculs10.

  • 11 Industrializacija SSSP, 1938-1941 gg., p. 254-255.

11Le personnel affecté à ce travail de bureau est souvent peu qualifié, d’où le désordre dans la grille des qualifications et des traitements : on appelle « comptable », voire « économiste » tout employé sachant écrire et compter ; les secrétaires ne sont pas tenu(e) s de savoir taper à la machine, ni de connaître la sténographie. La hiérarchie des salaires trop resserrée empêche le directeur de recourir aux stimulants matériels et provoque le départ des plus compétents. En raison de cette pénurie de main-d’œuvre qualifiée, il arrive que les ingénieurs consacrent jusqu’à la moitié de leur journée à des travaux de comptabilité et de bureau11.

12Quant au nombre de cadres, il a connu une croissance régulière et a augmenté de (presque) huit fois entre 1928 et 1940. Au 1er novembre 1939, la répartition par catégories est la suivante :

(1) (2) (3)
Ingénieurs Techniciens Agents de maîtrise
37,8 % 31,7 % 30,3 %
  • 12 Ibid., p. 274 ; cf. aussi Sovetskaja intelligencija, dir. M.P. Kim, M., Mysl’, 1968, p. 196-197.
  • 13 S.L. Senjavskij, Izmenenija v social’noj strukture sovetskogo obščestva 1938-1970, M., Mysl’, 1973, (...)

13La seule lecture des colonnes (1) et (2) fait apparaître une évidente pénurie de techniciens : fin 1939, dans la grande industrie, ils sont moins nombreux que les ingénieurs ; au 1er janvier 1941, dans toute l’industrie, on compte un technicien pour un ingénieur12. C’est là un trait durable en U.R.S.S. : en 1954, le rapport n’est que de 1,4 à 1 ; une résolution conjointe du parti et du gouvernement annonce des mesures, visant à y remédier (août 1954). Mais fin 1966, en dépit des progrès réalisés, la question est toujours posée et les ingénieurs sont souvent obligés d’assurer eux-mêmes une partie du travail des techniciens13.

  • 14 Niveau d’études : école élémentaire ou enseignement secondaire général.
  • 15 Senjavskij, op. cit., p. 322, indique les mêmes tendances bien que les chiffres absolus divergent.
  • 16 Industrializacija SSS’Ij 1938-1941 gg., p. 272 et p. 276.
  • 17 Ibid., p. 273 : il s’agit bien sûr des praktiki. Données au 1er janvier 1941.
  • 18 Ibid., p. 274.

14Les données sur le niveau de formation montrent qu’en 1939 la moitié des cadres n’ont fréquenté ni l’enseignement secondaire technique (texnikum) ni l’enseignement supérieur ; ces praktiki sont donc dépourvus de formation spécialisée14. Ils prédominent parmi les agents de maîtrise (88,9 %) et les techniciens (60,6 %) ; ils constituent encore 41,1 % des ingénieurs15. Même chez les « ingénieurs en chef et directeurs techniques », le pourcentage de diplômés de l’enseignement supérieur n’est que de 52,2 % au 1er janvier 1941, avec 26,3 % de praktiki : encore le poids de ces derniers est-il supérieur dans l’industrie légère et alimentaire16. Certes, dans l’industrie, un « praticien » ayant du métier peut se révéler plus efficace qu’un diplômé frais émoulu de l’école, mais dans le cas présent l’absence de formation théorique n’est pas toujours compensée par une longue expérience de travail dans la branche considérée : plus du tiers des chefs d’ateliers et de leurs adjoints, des chefs d’équipes et d’unités, des ingénieurs des ateliers ont moins de cinq ans d’ancienneté17 ; on peut penser que les purges ont exercé une influence négative dans ce domaine. Quant aux contremaîtres, 35,8 % d’entre eux sont entrés dans l’industrie pendant les cinq dernières années (1936-1940), mais une proportion équivalente a plus de dix ans d’ancienneté18.

  • 19 Sovetskaja intelligencija, p. 217.

15C’est donc à juste titre que l’ouvrage collectif Sovetskaja intelligencija souligne la pénurie persistante de « spécialistes » qualifiés dans certaines branches d’industrie et dans les transports à la veille de la guerre19. L’industrie soviétique ne dispose alors que de 310 000 diplômés, issus pour moitié des universités, pour moitié du secondaire (technique). Pour expliquer l’insuffisance de ces effectifs, nous nous limiterons à trois remarques :

  • 20 Senjavskij, op. cit., p. 439. On entend ici par intelligentsia l’ensemble des diplômés (supérieur + (...)
  • 21 Industrializacija SSSR, 1938-1941 gg., p. 270.

161) Le nombre « d’intellectuels » en U.R.S.S. est encore modeste : il ne dépasse pas 2,4 millions au 1er janvier 1941, soit sept fois moins qu’en 1970 (16,8 millions)20. Notons au passage qu’à la veille de la guerre plus de 90 % des spécialistes issus de l’enseignement supérieur ont fait leurs études après la révolution ; la proportion de « l’ancienne intelligentsia » ne dépasse pas 8 %21.

  • 22 Senjavskij, op. cit., p. 439, p. 310 et p. 316.

172) Au 1er janvier 1941, plus des deux tiers de l’intelligentsia soviétique travaillent dans trois secteurs seulement22 :

18En revanche, les secteurs « productifs » n’emploient qu’un cinquième des intellectuels :

  • 23 Lewin, op. cit., p. 244.

19À ce sujet, M. Lewin note que les diplômés ont tendance à fuir l’industrie et, s’ils travaillent dans l’industrie, à préférer les bureaux aux ateliers23.

  • 24 Cf. Sovetskaja intelligencija, op. cit., p. 217.
  • 25 Pour les diplômés de l’enseignement secondaire technique, la proportion est de 50/50. Toutes ces do (...)
  • 26 Texte dans KPSS v rezoljucijax..., t. 7 : 1938-1945, M., Politizdat, 1985, p. 200. Repris dans Indu (...)
  • 27 Explication avancée dans Sovetskaja intelligencija, p. 217.

203) Les dirigeants se plaignent en effet de la mauvaise répartition et de la mauvaise utilisation des spécialistes. Le 31 mars 1940, une résolution commune du parti et du gouvernement à propos du Donbass24 déplore les insuffisances de la « direction technique » qui expliquent en partie le travail déficient des charbonnages : 964 ingénieurs seulement, sur un total de 3 095, sont employés dans les mines. Le cas n’est pas isolé : au 1er janvier 1941, dans l’industrie, 31,8 % seulement des diplômés de l’enseignement supérieur travaillent « dans la production » ; plus des deux tiers sont rattachés aux directions d’usines, aux trusts et commissariats, aux instituts de recherche scientifique, etc.25. Aussi, en février 1941, la dix-huitième Conférence du PC(b) décide-t-elle de muter dans les ateliers et les mines une partie des ingénieurs et techniciens affectés aux commissariats, trusts, directions de branches et d’entreprises, et autres « maillons non productifs26 ». Faute de documents, nous ne pouvons apprécier les effets exacts de ces mesures ; il est pourtant permis d’être sceptique sur leur efficacité, car la planification défectueuse de l’emploi des jeunes à la sortie des universités27 ne suffit pas à expliquer le gonflement des « appareils » déjà signalé plus haut.

  • 28 Pjatiletnij plan narodno-xozjajstvennogo stroitel’stva SSSR, 1.1, 3e éd., M., Planovoe Xozjajstvo, (...)

21Il est tentant d’essayer de mettre en rapport les évolutions de la main-d’œuvre employée et de la productivité du travail dans la grande industrie. Il existe diverses estimations de la croissance de la productivité du travail entre 1928 et 1940, établies en U.R.S.S. et en Occident : les résultats des calculs divergent évidemment, mais ils font tous ressortir un net contraste entre le premier plan et le second ; les données sur le troisième plan interrompu par la guerre sont très lacunaires. Le premier plan avait prévu une augmentation de la productivité de 85-110 % selon les variantes ; or, l’augmentation réelle à la fin de 1932 ne dépassait pas 41 %28. Encore ce chiffre est-il gonflé du fait que la production est évaluée sur la base des fameux « prix constants » de 1926/1927 ; en outre, les données officielles elles-mêmes enregistrent une décélération de la croissance de la productivité du travail pendant le premier plan quinquennal, avec un quasi-arrêt en 1932 :

1929 : + 12,9 % ; 1930 : + 9,7 % ; 1931 : + 7,6 % ; 1932 : + 2,6 %.
  • 29 Trud v SSSR, M., 1936, p. 2-3, 91, 106, 120, 142 et 184 ; selon Varga, l’ensemble de la grande indu (...)
  • 30 Trud v SSSR, n. l, p. 94.
  • 31 Itogi vypolnenija vtorogo pjatiletnego plana razvitija narodnogo xozjajstva SSSR, Gosplanizdat, M., (...)
  • 32 Vtoroj pjatiletnij plan..., p. 325, n. 4, et V. Molotov, rapport au XVIIIe Congrès du PC(b), 14-17  (...)

22Les mêmes statistiques signalent des baisses de la production moyenne par ouvrier dans les mines de fer et la sidérurgie en 1931, dans les charbonnages en 1931 et 1932, dans l’industrie cotonnière en 1930 et 1932, etc.29. Conséquence cruciale de ces déboires en matière de productivité du travail : pour augmenter la production, il a fallu embaucher beaucoup plus que prévu. Le plan avait envisagé une croissance de 30-40 % (selon les variantes) de la population salariée non agricole30 : en fait, en 1932, le nombre d’ouvriers d’industrie avait presque doublé. Effet en retour : l’arrivée en masse d’une main-d’œuvre nouvelle, non formée, a eu des répercussions négatives sur la productivité. La situation s’améliore pendant le second plan quinquennal : de 1932 à 1937, la productivité du travail dans la grande industrie croît plus vite (+ 82 %) que prévu (+ 63 %), contrairement à la période précédente31 ; en revanche, le nombre d’ouvriers et d’employés croît moins vite (+ 18 %) que prévu (+26 %)32. L’embauche s’est ralentie, l’industrie soviétique « digère » les nouvelles recrues du premier plan.

II. Les ouvriers d’industrie : une croissance déséquilibrée

  • 33 Galenson, op. cit., n. 29, p. 38-39, et D.R. Hodgman, Soviet industrial production, 1928-1951, Camb (...)

23Jusqu’à présent, nous avons examiné globalement les grandes étapes de la croissance de la classe ouvrière soviétique avant guerre : il faut maintenant essayer de préciser la chronologie, et d’analyser les différences selon les branches. À ce point, surgit une difficulté : les sources soviétiques donnent deux séries divergentes sur l’évolution de la main-d’œuvre dans la grande industrie à partir de 1928, émanant des deux divisions de la Direction centrale de la statistique économique (CUNXU) : la section « travail » et la section « industrie ». La section « travail » avait la responsabilité des statistiques sur l’emploi, les salaires, la durée du travail, la rotation du personnel, etc. ; la section « industrie » était chargée des données sur le volume et la valeur de la production industrielle, les coûts de production, etc. Or, chacune avait ses propres critères de définition statistique33 : d’où les différences constatées, qui varient beaucoup d’une industrie à l’autre : selon W. Galenson, l’écart est plus marqué dans l’industrie légère. Dans ce qui suit, nous donnerons la préférence aux chiffres de la division « travail », pour deux raisons :

  • Ils sont mieux adaptés à notre perspective d’histoire sociale ;
  • Ils forment une série continue de 1928 à 1936, avec répartition par branches ; en revanche, la statistique « industrielle » s’interrompt après 1934, et les données sur les diverses industries sont lacunaires.

24Pour information et comparaison, nous reproduisons cependant ici les deux séries de chiffres globaux (a et b) ; en dépit d’écarts numériques importants (plus de 40 % en 1934), elles dégagent des tendances convergentes ; nous y joignons (c) des données d’archives publiées au début des années 1970.

Nombre d’ouvriers d’industrie

Nombre d’ouvriers d’industrie

(a) Statistique du travail. Trud v SSSR, M. 1936, p. 91 et 94. Apprentis compris.
(b) Statistique industrielle. Soc. stroitel’stvo SSSR, M., 1936, p. 3. Apprentis compris en 1928-1930.
(c) Promyšlennost’ SSSR, M., 1964, p. 84-85 ; Industrializacija SSSR, 1933- 1937, M., 1971, p. 516 et Industrializacija SSSR, 1938-1941, M., 1973, p. 211 et 248-249. Les données excluent les coopératives industrielles, les entreprises industrielles des kolkhozes et les entreprises industrielles auxiliaires auprès des organisations non industrielles.
N.B. : pour interpréter ce tableau, il importe de savoir que la statistique du travail fournit des chiffres au 1er janvier, et non des moyennes annuelles.

25La lecture de ce tableau fait apparaître la forte croissance des effectifs pendant le premier plan, avec un taux annuel toujours supérieur à 10 %, qui dépasse même 20 % en 1930 et 1931 ; cette croissance est stoppée net en 1933, puis reprend à partir de 1934, mais sans plus jamais connaître les taux records du premier plan : l’augmentation d’une année sur l’autre est toujours inférieure à 10 %.

  • 34 Elle touche le travail des métaux, les charbonnages, les mines de fer et la sidérurgie, le coton. L (...)
  • 35 M. Dobb, Soviet economic development since 1917, Londres 1972, p. 271 ; A. Nove, An economic histor (...)

26La baisse de l’emploi industriel observée en 1933 est faible ( – 0,8 %, série b)34 : elle n’en est pas moins significative, après plusieurs années de forte croissance, et correspond à ce que l’on sait par ailleurs de cette année marquée par la famine en Ukraine et dans les Terres noires centrales : pour la première fois depuis la guerre civile, le niveau absolu des investissements industriels a fortement décliné ; la production industrielle brute, qui avait augmenté en moyenne de près de 20 % par an en 1929-1932, n’a progressé que de 5 %, soit le taux le plus faible de toute la décennie 193035.

27Arrêtons-nous un instant sur cette « césure » de 1933 ; la comparaison des deux séries (a) et (b) permet de préciser un peu la chronologie. Nous avons raisonné jusqu’à présent à partir de moyennes annuelles ; mais la courbe (a) suggère que la baisse des effectifs a commencé pendant l’année 1932, puisque les ouvriers sont moins nombreux en janvier 1933 qu’en janvier 1932 ; la reprise a dû s’effectuer au cours de l’année 1933, lentement d’ailleurs, puisqu’en janvier 1934 on est encore en dessous des chiffres de janvier 1932. Pour confirmer ces deux hypothèses, il faudrait connaître les variations saisonnières de l’emploi en 1932 et 1933 ; malheureusement, ces données manquent pour 1933 :

Évolution du nombre d’ouvriers de la grande industrie en 1923-1932, par trimestres. Changement (+, – ) par rapport au trimestre précédent, en %

I II III IV
1923 » + 4,3 + 2,8 + 1,7
1924 – 1,1 + 3,8 + 7,2 + 3,2
1925 – 5 + 5,4 + 9,9 + 11,7
1926 + 3,3 + 1,4 + 2,3 + 1,2
1927 – 0,8 + 3 + 4,1 + 0,7
1928 – 0,8 + 5 + 4,2 + 0,5
1929 – 0,2 + 2,6 + 4,7 + 2
1930 + 5,9 + 10,8 + 5,9 + 7,8
1931 + 2,7 + 3,4 + 9,5 + 9,2
1932 – 0,03 + 0,4 – 2,1 + 0,1

D’après A.G. Rašin, article in recueil collectif Izmenenija v čslennosti i sostave sovetskogo rabocego klassa, M., Izd. AN SSSR, 1961, p. 20.

  • 36 Les calculs effectués à partir de données qui excluent les apprentis aboutissent à des résultats un (...)
  • 37 C’est l’hypothèse que suggère une communication de R.W. Davies, qui étudie en détail la conjoncture (...)

28Ce tableau permet d’aller un peu plus loin dans l’analyse : il confirme à quel point les moyennes annuelles peuvent être trompeuses. Pendant le premier plan, les temps forts de la croissance se situent en 1930 (avec une accélération au second et au dernier trimestres) et dans la deuxième moitié de l’année 1931. En revanche, la progression s’interrompt en 1932 : après avoir stagné au premier semestre, les effectifs baissent pendant l’été, phénomène sans précédent dans la période 1923-1931 ; après quoi, ils restent au même niveau jusqu’à la fin de l’année36. Cette baisse semble liée aux difficultés économiques générales de l’été 193237 : en juillet, le plan mensuel de collecte des céréales n’a été réalisé qu’à 45 %, et les livraisons à l’État se montent à 424 000 tonnes contre 949 000 tonnes en juillet 1931.

  • 38 Davies, ibid., p. 11, et op. cit., p. 19, n. 35.

29En ville, les conditions de vie des ouvriers continuent à se détériorer : les rations alimentaires auxquelles ont droit les salariés ont été réduites, et les prix sur le marché libre se maintiennent tout l’été à un niveau environ deux fois plus élevé qu’au cours de l’été 1931 ; le reste de l’approvisionnement se dégrade aussi : en août, les cigarettes représentent les deux tiers des produits de consommation envoyés dans les villes ! Dans une telle situation, il n’est pas facile de trouver de la main-d’œuvre, et de la garder : les ouvriers quittent leur travail, et partent. Tous les rapports officiels s’accordent pour y voir la principale cause des difficultés de l’industrie. On sait que les autorités ont réagi à cette crise par des mesures visant à renforcer la discipline du travail et à contrôler les mouvements de la main-d’œuvre38 :

  • En vertu du décret du 15 novembre 1932, un seul jour d’absence injustifiée vaudra désormais le licenciement, avec retrait de la carte de rationnement ;
  • Le 27 décembre 1932, un autre décret annonce une mesure de plus grande portée à long terme : l’introduction d’un « système unifié de passeports à l’intérieur de l’U.R.S.S. ». Tous les citoyens âgés de 16 ans et plus dans les villes, les transports et les sovkhozes doivent dorénavant avoir des passeports et être obligatoirement enregistrés. Le lendemain, un article de la Pravda souligne la nécessité de chasser des villes les « éléments koulaks, criminels et autres antisociaux » qui s’y cachent ; il reproche à des gangs de spéculateurs issus de ces groupes de faire monter les prix des produits alimentaires vendus par les kolkhozes, et affirme que leur suppression diminuera la pression sur le logement.

30Revenons à notre sujet, pour conclure. Il est impossible de pousser plus loin l’analyse, faute de pouvoir suivre mois par mois l’évolution de l’emploi en 1933. Mais il paraît établi que la baisse des effectifs observée en 1933 s’est amorcée dès la seconde moitié de 1932, et qu’elle est imputable au « surmenage » général de l’économie à la fin du premier plan quinquennal.

31Très concentrée dans le temps, l’augmentation du nombre d’ouvriers a été aussi très inégale selon les branches d’industrie. Mais, ici, une remarque préalable s’impose : nos données, qui proviennent de la statistique du travail de la grande industrie, ne couvrent pas tous les secteurs d’activité et sous-estiment l’industrie légère.

  • 39 D’après A.G. Rašin, « Dinamika promyšlennyx kadrov SSSR za 1917- 1958 gg. », in Izmenenija v čislen (...)
  • 40 Nove, op. cit., p. 193.

32La construction mécanique et l’industrie textile offrent deux exemples extrêmes : dans l’industrie textile, les effectifs de 1935-1936 sont inférieurs à ceux de 1928-1929 ; entre 1929 et 1931, la baisse atteint 15,1 % et même 22,4 % pour le coton seul ; dans la construction mécanique, le nombre d’ouvriers fait plus que quadrupler de 1928 à 1936, il a triplé pendant le premier plan : après une baisse en 1932- 1933, la croissance reprend avec force en 1934. En 1930 et 1931, cette branche a gagné 845 000 ouvriers, absorbant à elle seule 39,2 % de l’accroissement des effectifs de la grande industrie : aussi emploie-telle dès 1932 plus du quart de tous les ouvriers d’industrie39. Il est vrai qu’il s’agit d’un secteur très vaste, incluant à la fois machines-outils, construction navale, automobile, aéronautique, matériel ferroviaire, tracteurs et machines agricoles. Jusque là, rien de bien étonnant, dira-t-on : cette branche a bénéficié d’une nette priorité dans les investissements, et sa production a augmenté à un rythme impressionnant, même si tous les chiffres sont sujets à caution. En revanche, dans le textile, la production a eu plutôt tendance à baisser pendant le premier plan, en raison de l’accent mis sur l’industrie lourde et de la pénurie de matières premières40.

  • 41 C’est l’explication avancée par P.M. Bogačev, « Rost rabočego klassa SSSR v gody pervoj pjatiletki  (...)
  • 42 Nove, op. cit., p. 192-193 ; Davies, « The Soviet economic crisis of 1931- 1933 », art. cit., p. 4, (...)

33Cependant, la construction mécanique n’est pas représentative de toute l’industrie lourde : la croissance est beaucoup plus modérée dans la sidérurgie et les charbonnages : après une hausse de plus des deux tiers pendant le premier plan, les effectifs augmentent lentement, ou baissent légèrement de 1932 à 1936. Inversement, la situation de l’industrie cotonnière ne doit pas être généralisée à l’ensemble de l’industrie légère : dans l’alimentation, le nombre d’ouvriers a été multiplié par 2,5 entre 1928 et 1936, fait surprenant à première vue. Cette hausse résulte du changement technologique intervenu dans ce domaine, avec le passage au stade de l’usine41, et le recul concomitant de la fabrication artisanale ou domestique : moins de pain cuit à la maison et plus de boulangeries industrielles, etc. Au total, la production n’a pas augmenté ; dans le cas de la viande, elle a même fortement diminué, à cause du déclin catastrophique du cheptel. Or, dans le cadre du rationnement, l’État doit nourrir une population urbaine en rapide expansion. D’où cette situation paradoxale : d’importants investissements dans l’industrie alimentaire, un gonflement de la main-d’œuvre et pourtant des pénuries aiguës42.

34Cette réserve faite, il reste que la croissance de la classe ouvrière a été très déséquilibrée, à l’image du modèle de développement des années trente. Conformément aux choix de la politique officielle, la part de l’industrie lourde dans l’emploi total s’est accrue :

Répartition des ouvriers de la grande industrie (apprentis compris), 1913-1936. En pourcentage du total

1913 1928 1932 1936
Groupe A (production des
moyens de production) 51,5 53,8 63,2 66
Groupe B (production des
moyens de consommation) 47,6 45,3 32,9 29,9

R.P. Dadykin, Istoričeskie zapiski, 1971, n° 87, p. 51, et A.G. Rašin, « Dinamika promyšlennyx kadrov... », p. 23. Le total n’atteint pas 100 % : toutes les entreprises ne sont pas réparties entre les deux secteurs, d’où une marge d’incertitude.

  • 43 La distinction entre groupe A et groupe B, à laquelle les économistes soviétiques attachent tant d’ (...)
  • 44 Ibid., p. 3 (série 1928-1934), et Rašin, art. cit., p. 35-36, n. 39 (série 1925- 1932).
  • 1

35Certes, ces chiffres appellent des réserves43, mais la tendance est nette : en 1928, comme en 1913, l’industrie lourde ne comptait qu’un peu plus de la moitié des ouvriers de la grande industrie ; dès 1932, elle employait presque les deux tiers de ces ouvriers. Cette progression du groupe A pendant le premier plan est confirmée par toutes les informations disponibles44 ; cette évolution s’est-elle poursuivie pendant le second plan ? Au vu de ce tableau, on serait tenté de répondre oui, mais d’autres données indiquent un léger renversement de la tendance entre 1933 et 193745. Il n’est pas possible de trancher.

36Le tableau III (cf. Annexe A) résume les bouleversements survenus dans la répartition de la classe ouvrière par branches d’industrie. En 1928, comme en 1913, l’industrie textile était le plus gros employeur, devant mines et métallurgie ; la construction mécanique ne venait qu’en troisième place, devant l’alimentation. Mais dès 1932 la hiérarchie a changé : le textile n’est plus qu’au troisième rang derrière mines et métallurgie ; la construction mécanique a maintenant la primauté. Elle accentue son avance en 1936 et compte à cette date autant d’ouvriers que l’ensemble des industries de consommation (≅ 30 % du total).

37Le premier plan a-t-il modifié sensiblement la répartition de la main-d’œuvre industrielle sur le territoire de l’U.R.S.S.? Le tableau IV (cf. Annexe A) apporte des éléments de réponse à cette question, en comparant l’évolution des effectifs dans les « vieilles » régions industrielles d’Europe, en Sibérie et en Asie centrale. Au début des années trente, la classe ouvrière connaît une expansion très rapide en Sibérie et en Asie centrale, avec des taux de croissance dépassant 150 %, sauf en Kirghizie. Pourtant, ces records ne doivent pas induire en erreur : parties de très bas, ces deux régions ont gagné du terrain, mais ne comptent en 1933 que 7,2 % des ouvriers de la grande industrie, contre 4,4 % en 1929. Si la hausse des effectifs est moins rapide dans les vieilles régions industrielles, elle reste forte, sauf dans l’oblast’ d’Ivanovo (industrie cotonnière) où elle n’est que de 8,1 %. Malgré un recul relatif, ces régions gardent donc leur place prépondérante : en 1933, elles concentrent 72,2 % de la classe ouvrière contre 77,3 % en 1929. Le géographe américain Emilo J. Stanley a étudié la répartition de la main-d’œuvre industrielle par grandes régions économiques en 1940 et en 1960 ; il a utilisé pour cela les annuaires statistiques centraux et régionaux publiés après 1956 et traité les données obtenues à l’aide d’un ordinateur. Ses recherches montrent (cf. carte et tableau infra) qu’à la veille de la guerre les vieux centres gardent une écrasante prépondérance, malgré les progrès des nouvelles régions industrielles.

Part des grandes régions économiques dans l’ensemble de l’U.R.S.S. (en %), 1913-1940

Part des grandes régions économiques dans l’ensemble de l’U.R.S.S. (en %), 1913-1940

.

D’après Emilo J. Stanley, Regional distribution of Soviet industrial manpower, 1940-1960, New York – Washington – Londres, F.A. Praeger, 1968, 208 p., p. 13

  • 46 En incluant l’Extrême-Orient et le Kazakhstan.
  • 47 Stanley, op. cit., p. 67-68.

38Le Centre, le Nord-Ouest et le Sud regroupent 62 % du personnel de l’industrie (70 % avec l’Oural) contre 11 % pour Sibérie et Asie centrale46 réunies. Avec 14,6 % de la main-d’œuvre, Moscou et sa région constituent le plus gros centre industriel de l’U.R.S.S.47. La concentration est extrême dans deux branches :

  • l’industrie légère : 40 % des effectifs dans le Centre (industrie textile, Moscou-Ivanovo).
  • l’énergie : 42 % des effectifs en Ukraine (charbon du Donbass).

III. Les ouvriers du bâtiment : les grands chantiers

39Au début de ce chapitre nous avons évoqué en passant l’évolution de l’emploi dans le bâtiment ; il est nécessaire d’y revenir plus longuement, pour préciser voire rectifier des notations sommaires, et pour analyser les changements intervenus pendant le premier plan quinquennal. Il sera évidemment question de la construction des usines, plus que des logements.

40Notre travail se heurte ici à plusieurs obstacles :

  1. À notre connaissance, il n’existe pas de monographie consacrée à l’histoire économique du bâtiment dans cette période. Il faut ajouter que l’historiographie soviétique, par prévention idéologique, ignore presque totalement les ouvriers de la construction : la vieille méfiance à l’égard de cette main-d’œuvre issue en majorité de la campagne joue toujours : ce ne sont pas de « vrais ouvriers », le « prolétaire pur » c’est le métallo... L’intéressant article de M.T. Gol’cman, déjà ancien, constitue l’exception qui confirme la règle48.
  2. Les sources sont moins riches que pour l’industrie : les annuaires statistiques des années trente sont fort chiches en renseignements sur le bâtiment49 : ainsi, Trud v SSSR (Moscou, 1936) ne donne, pour 1928-1931, que des chiffres portant sur l’ensemble de la main-d’œuvre sans distinguer entre catégories de personnel ; pour suivre les effectifs ouvriers entre 1928 et 1935, il a donc fallu raccorder par calcul deux séries différentes. Ici encore, les données nouvelles publiées à partir de 1956 ont été d’un grand secours. Un dépouillement systématique des revues spécialisées, techniques ou syndicales, permettrait sans doute d’approfondir la question.
  3. Les méthodes de classement statistique ont connu une modification qui risque d’induire en erreur. En 1928, on ne comptabilise dans le bâtiment que le personnel employé à la construction et au montage ; en 1932, comme en 1937 ou en 1940, on y inclut en outre la main-d’œuvre des « services » attachés aux chantiers (offices de transport et d’approvisionnement, entrepôts, logements, cantines, boutiques, etc.) et des « productions auxiliaires » : carrière, scierie, briqueterie, usine de béton, etc. En effet, pendant le premier plan, les chantiers couvrent une partie de leurs besoins en produisant sur place, par leurs propres moyens, à cause du retard de l’industrie des matériaux de construction, et des difficultés de transport (de nombreux chantiers sont situés dans des « zones pionnières » éloignées ou peu accessibles). Ces « productions auxiliaires », souvent de caractère artisanal, coûtent cher, et exigent beaucoup de personnel50. Le changement des procédures statistiques a donc pour résultat un gonflement sensible du nombre d’ouvriers : + 31 % en 1932, + 51 % en 1940 ; en toute rigueur, pour comparaison avec l’année 1928, les effectifs de la construction et du montage doivent seuls être pris en considération ; il faudrait donc réviser en baisse les chiffres donnés plus haut.
  • 51 Ce phénomène s’amorce au dernier trimestre 1932 ; après une forte baisse au premier semestre 1933, (...)
  • 52 Et non trois fois plus, comme il a été affirmé plus haut.

41Si l’on examine les courbes de l’évolution du nombre d’ouvriers dans l’industrie et de leur répartition par branches, on retrouve le même mouvement d’ensemble : effectif total et nombre d’ouvriers varient simultanément, et dans les mêmes proportions ; à l’évidence, l’emploi ouvrier, qui constitue plus de 80 % de la main-d’œuvre, joue un rôle moteur et entraîne le reste. Il a quadruplé pendant le premier plan, mais nous savons que ces chiffres (cités supra) sont gonflés par un artefact statistique : si l’on s’en tient à la construction et au montage, la croissance reste énorme : on passe de 630 000 ouvriers à 1,8 million, soit un triplement en quatre ans ! Les deux années de plus forte augmentation sont 1930 et 1931, comme dans l’industrie ; en 1933, le mouvement s’inverse, comme dans l’industrie, mais beaucoup plus brutalement : l’emploi est pratiquement amputé d’un quart51. Après cette date, à la différence de l’industrie, il ne se produit pas de reprise durable : l’élan de 1934 retombe dès 1935. Toutes les données disponibles convergent sur ce point : le niveau record de 1932 n’a jamais été retrouvé par la suite ; de 1937 à 1940, les effectifs sont stationnaires. En 1940, la construction et le montage emploient moins de main-d’œuvre qu’en 1932 (– 1/3 environ), mais deux fois plus qu’en 192852.

  • 53 Cf. Trud v SSS’R, M., 1936, p. 244 : ouvriers et employés du bâtiment au premier de chaque mois, 19 (...)
  • 54 Ginzburg, O prošlom..., p. 80, 146-147, et Gol’cman, art. cit., p. 142.

42Si l’on regarde les variations trimestrielles de l’emploi, on voit qu’entre 1928 et 1935 est intervenue une importante transformation que les moyennes annuelles ne permettent pas de déceler : l’atténuation des fluctuations au cours de l’année53. En 1928-1930, les effectifs varient fortement selon les saisons : entre les minima de janvier-mars et les maxima du 1er octobre ou du 1er novembre, l’écart est de 1 à plus de 2,5 . L’année 1931 marque un tournant de ce point de vue : l’écart se réduit à 1,7, puis tombe à 1,1-1,2 en 1932, 1934 et 1935 ; il remonte légèrement en 1933, à cause de la forte baisse de la main-d’œuvre entre janvier et avril. À la veille du premier plan, la construction obéissait aux rythmes de la nature : elle commençait au printemps, battait son plein en été et s’arrêtait presque entièrement en hiver. Les entreprises concluaient des contrats avec des artels saisonniers de terrassiers, de maçons, de charpentiers. À la morte saison, les ouvriers rentraient dans leurs villages ou exerçaient un autre métier : le recensement par sondage de septembre-octobre 1929 a trouvé sur les chantiers 57 % de « saisonniers » (otxodniki) contre 43 % de « permanents »54 .

  • 55 Ginzburg, O prošlom..., p. 87-88 ; Gol’cman, art. cit., p. 147-149 ; V.S. Lel’čuk, Industrializacij (...)
  • 56 V.S. Lel’čcuk précise que ce fut difficile (p. 133).
  • 57 Stroitel’stvo v SSSR, 1917-1967, M., 1967, p. 71.

43Le premier plan marque un tournant : on se met à construire toute l’année55 ; c’est le chantier de l’usine de tracteurs de Stalingrad qui a donné le signal dans l’hiver 1929-1930. À l’automne 1929, l’inquiétude règne sur ce chantier : si les saisonniers dont les contrats expirent le 1er novembre rentrent chez eux comme d’habitude, la construction ne pourra être achevée à la date prévue ; or, l’usine doit être mise en service dans les plus brefs délais, car l’augmentation de la production de tracteurs est un objectif prioritaire pour les autorités. Il faut donc convaincre les saisonniers de rester tout l’hiver, le comité du parti lance une campagne de propagande (« Le socialisme se construit par n’importe quel temps ! »). Le directeur du chantier, V.I. Ivanov, vieux bolchevik, ancien marin de la Baltique, s’adresse à l’assemblée des starostes (chefs) d’artels et lui explique la supériorité des tracteurs sur les bêtes de trait ; on promet des avantages matériels à ceux qui resteront tout l’hiver, et on propose à ceux qui le désirent de faire venir leur famille de la campagne. Finalement, beaucoup de saisonniers acceptent56 ; l’exemple de Stalingrad s’étend ensuite aux autres chantiers, et à la fin du premier plan c’est devenu la règle générale : les entreprises du bâtiment travaillent toute l’année. Il est facile d’imaginer les difficultés rencontrées pour opérer un changement aussi radical en une courte période : le personnel doit être logé et nourri toute l’année ; les otxodniki doivent s’adapter à un bouleversement de leurs habitudes, de leur mode de vie. Sans parler des aspects techniques : il a fallu mettre au point des méthodes spéciales permettant de faire face au gel, par exemple le chauffage du béton à la vapeur ou à l’électricité57.

44Si les chantiers soviétiques fonctionnent désormais douze mois sur douze, leur activité continue à connaître des fluctuations saisonnières. En voici un exemple, tiré des pages où S.Z. Ginzburg évoque la première Conférence « fédérale » sur la construction (10-14 décembre 1935), réunie à l’initiative du comité central du PC(b) :

4e trim. 1934 1er trim. 1935
Volume des travaux « capitaux »
réalisés (milliards de roubles) 6,7 3,4
  • 58 Gol’cman, art. cit., p. 150 ; Ginzburg, Oprošlom..., p. 160, 312, et Sovetskaja stroitel’naja indus (...)

45D’un trimestre à l’autre, le volume des travaux réalisés a été divisé par deux. Les grands froids ne sont pas seuls en cause : au dernier trimestre, on accélère le rythme afin de remplir le plan (šturmovščina). Arrive janvier : le plan pour la nouvelle année n’est pas ratifié, il faut encore « l’arranger » ; faute de recevoir à temps les matériaux nécessaires, le chantier travaille au ralenti, mais le directeur garde sous la main des réserves de main-d’œuvre en prévision des besoins futurs. C’est pourquoi le nombre d’ouvriers n’a diminué que de 21 % entre octobre 1934 et janvier 1935, alors que l’activité a baissé de moitié sur les chantiers : la productivité du travail est donc plus basse l’hiver58.

46Dans les paragraphes qui précèdent, nous avons décrit les variations des effectifs dans le bâtiment : forte augmentation pendant le premier plan, puis baisse entre 1932 et 1937-1940. Comment expliquer ce double mouvement ?

  • 59 M. Jasny, Soviet industrialization 1928-1952, The University of Chicago Press, 1961, p. 86, 137 et  (...)

47Pour une branche donnée, l’évolution de l’emploi dépend à la fois de l’évolution de l’activité et de l’évolution de la productivité du travail. Nous nous heurtons ici à des difficultés d’ordre statistique : les estimations divergent sur la hausse du coût de la construction ; il est donc difficile de suivre les modifications du volume réel des travaux dans les années trente. R.P. Powell a calculé un indice de la construction pour la période 1927/1928-1958, fondé sur les quantités et les valeurs des matériaux utilisés chaque année ; de son côté, N. Jasny a essayé de mesurer les taux de croissance de l’investissement net total (construction, installation comprise, et outillage). Ces évaluations59 ne donnent qu’une idée approchée de l’activité du bâtiment, mais les résultats obtenus sont très proches, sauf pour le premier plan, où l’écart est important :

48Deux conclusions s’imposent à la lecture de ce tableau :

  1. Première constatation, attendue : c’est pendant le premier plan que l’activité du bâtiment se développe le plus vite. Le gonflement des effectifs entre 1928 et 1932 résulte de cette forte progression.
  2. Mais cette explication est insuffisante : en effet, la croissance continue pendant le second plan, avant de laisser place à la stagnation en 1937-1940 : à cette date, le volume des travaux dépasse de moitié environ le niveau atteint en 1932. Or, le nombre d’ouvriers a diminué de 1932 à 1937-1940. Voilà qui incite à s’interroger sur la productivité du travail dans les années 1928-1940 : le tableau ci-dessous reproduit les données publiées en U.R.S.S. après 1956 :
  • 60 La productivité du travail est mesurée de la façon suivante : Valeur des travaux de construction et (...)

Productivité du travail dans le bâtiment60

Croissance dans la période 1928-1932 + 4 %
1932-1937 + 83 %
1937-1940 + 32 %

Sources : Narodnoe xozjajstvo v 1956 godu, M. 1957, p. 41 ; Dostiženija sov. vlasti za sorok let v cifrax, M., 1957, p. 218 ; Kapital’noe stroitel’stvo v SSSR, M., 1961, p. 252.

  • 61 Vs. Il’inskij, « Voprosy truda v stroitel’stve v 1934 g. », Voprosy profdviženija, 1935, n° 5-6, p. (...)

49Ces chiffres ne doivent pas être pris au pied de la lettre : en 1935, la revue des syndicats souligne que « pendant le premier plan, on n’a même pas élaboré de méthodes de calcul de la productivité du travail », d’où des divergences dans les estimations : pour certains chercheurs, l’augmentation ne dépasse pas 1-2 %, pour d’autres elle atteint 15-16 %61. Mais, quelle que soit l’estimation retenue, le résultat est le même : ce qui apparaît, c’est un net contraste entre deux périodes, plus accentué encore que dans l’industrie :

  • D’après l’indice officiel, la productivité du travail a pratiquement stagné pendant le premier plan ; en réalité, elle a probablement connu une forte baisse ( – 21 % entre 1929 et 1932, selon N. Jasny). Cette baisse a encore accentué le gonflement des effectifs lié à la multiplication des grands chantiers ; à son tour, l’arrivée en force d’une main-d’œuvre nouvelle a eu des effets négatifs sur la productivité.
  • Le mouvement s’inverse ensuite : la progression est rapide de 1932 à 1937 (en fait 1936)62 : on construit plus avec moins de bras63.

50Comment expliquer ces mauvais résultats du premier plan ? Comme l’a bien vu Chr. Rakovsky, la marche des chantiers a souffert des défauts de la planification et des déséquilibres économiques :

  • « Une grande proportion de la construction est commencée non seulement sans dessins de travail, mais même sans plan général. Quand le plan arrive, il devient alors nécessaire de tout changer, ou même de tout recommencer64. » V.A. Kravchenko est témoin de faits semblables, fin 1931, lorsque le comité régional du parti l’envoie enquêter à Nikopol, où la construction du combinat métallurgique traîne en longueur : le nouveau chef des travaux Pierre Brachko, qui l’accueille sur le chantier, se plaint : « À peine sommes-nous en train de construire quelque chose qu’un ordre nous arrive d’en haut, nous enjoignant de tout arrêter et de consacrer nos efforts à une autre partie de la besogne : les plans ont changé65. » Fin 1934, le gouvernement dut interdire de commencer les chantiers sans projets et devis ratifiés ; apparemment, ce problème n’était pas complètement réglé au premier semestre 1936, puisqu’un éditorial de la revue Plan mentionne « l’état défectueux » des projets et des devis66.
  • Les matériaux de construction manquent : le 17 juillet 1930, Za industrializaciju signale que la construction capitale en République de Russie ne reçoit que 50 % de ses matériaux de construction. La pénurie est aggravée par le mauvais fonctionnement des transports : toutes les livraisons arrivent en retard, au point que selon l’organe du Vesenkha ce délai est devenu partie intégrante de la planification67 ! C’est pourquoi la marche des chantiers est irrégulière, les arrêts fréquents : en 1935, S.Z. Ginzburg estimait à 10 % du temps de travail les pertes dues à ces interruptions ; on trouve des chiffres plus élevés pour 1937, « mauvaise année », il est vrai : de 20 % à 35 % selon les endroits68.
  • Sur tous les grands chantiers du premier plan (centrale hydraulique du Dniepr, usines de tracteurs de Stalingrad et de Čeljabinsk, Magnitogorsk), la mobilité de la main-d’œuvre est très forte en raison des conditions de travail et de vie : nourriture insuffisante, logement sommaire, froid. Alors que le manque d’ouvriers qualifiés est criant, cette rotation ne peut qu’entraver la formation du personnel et nuire au rendement69.
  • Enfin (surtout ?), l’industrie soviétique n’est pas en état de livrer l’équipement nécessaire à la construction. Les autorités ont préféré passer ce fait sous silence, et les publications statistiques des années trente sont d’une rare discrétion à ce sujet ; depuis 1956, le voile a été partiellement levé. Fin 1930, le parc de machines est dérisoire : ni bulldozers, ni grues mobiles ; 170 excavateurs, 300 décapeuses et pelles mécaniques seulement pour toute l’U.R.S.S.70. Encore ce matériel est-il d’origine étrangère : les statistiques du commerce extérieur font apparaître qu’à partir de 1926-1927 environ, les Soviétiques importent de l’équipement : ces importations atteignent un maximum en 1932, avant de retomber à un niveau très faible. En 1932, l’U.R.S.S. ne produit ni bulldozers, ni décapeuses ; la fabrication d’excavateurs ne commence qu’en 1931 (il s’agit de deux prototypes) ; elle atteint 85 unités en 1932. Compte tenu des achats à l’étranger, le pays dispose alors de 450 excavateurs au total71. Déjà insuffisantes en nombre, les machines sont sous-utilisées du fait de la mauvaise organisation du travail et du faible niveau technique de la main-d’œuvre. Sur le chantier de la centrale hydraulique du Dniepr (Dneprostroj), la première année (fin 1927 – fin 1928), la moitié des grues est employée à relever l’autre moitié que des ouvriers ont mal chargée et renversée ! À Kuzneck, on emporte la terre sur des brouettes ; les rubans transporteurs restent inutilisés, car on ne sait pas s’en servir ! Au premier trimestre 1932, le coefficient d’utilisation des machines dans sept trusts de « Sojuzstroj » ne dépassait pas 18,1 % en moyenne ; la situation ne semble pas s’être améliorée au cours de l’année 1932. Selon un recensement général de l’équipement des chantiers, 30 à 40 % des machines étaient à l’arrêt ou en réparation à la fin du premier plan72.
  • 73 Nous sommes conscient du caractère sommaire des indications qui suivent : elles ne couvrent qu’un n (...)
  • 74 Za industrializaciju, organe du Vesenxa, cité par Rakovsky, art. cit., p. 31.
  • 75 Ginzburg, Sovetskaja stroitel’naja industrija..., p. 34 et p. 53 ; Rassweiler, art. cit., p. 233.

51Tout cela explique la faible mécanisation du travail sur les chantiers du premier plan73. En 1930, un journal soviétique dresse ce sévère constat : « La mécanisation de la construction cette année est en ruines : il n’y a pas de mesures qui puissent aujourd’hui modifier radicalement cette situation74. » De fait, en 1932, les excavateurs n’ont assuré que 15 % du terrassement ; chargement et déchargement se font en général à la main ; les transports de matériaux sur le lieu de travail ne sont mécanisés qu’à 30 %, on emploie largement brouettes ou brancards. Pour le levage, en l’absence de grues, les autorités encouragent le recours à des dispositifs simples, qui peuvent être fabriqués sur place : certains hauts fourneaux ont été montés à l’aide de mâts, de treuils, et de palans. Camions et tracteurs ne jouent qu’un rôle secondaire : les chevaux assurent l’essentiel des livraisons sur les chantiers, les paysans des environs sont mobilisés à cette fin75.

  • 76 Un cas particulier : le Dneprostroj. Nous n’avons pu trancher entre des affirmations contradictoire (...)

52Avec des inégalités, partout les débuts des grands chantiers ont été difficiles76 :

  • Usine automobile de Gor’kij : lors du démarrage de la première tranche, en août 1929, le chantier ne dispose que de huit excavateurs ; pour 70 % le terrassement se fait à la main77.
  • Usine de tracteurs de Stalingrad, été 1929 : « La mécanisation était presque inexistante. Il n’y avait que des monte-charge à potence, des bétonnières et quelques autres dispositifs simples78 ».
  • Combinat de Magnitogorsk : les travaux préparatoires ont commencé en mars 1929 : en novembre 1929, le chantier compte en tout et pour tout une bétonnière et un concasseur ! La plupart du temps, il faut hisser les matériaux sur les échafaudages à la main. En 1929, et de janvier à septembre 1930, le terrassement est entièrement manuel ; les premiers excavateurs ne sont arrivés qu’en octobre 1930 ; dès lors, le niveau de mécanisation s’élève rapidement : 23,5 % au 4e trimestre 1930, 80-85 % en 1931-1932, contre 30 % pour les combinats chimiques de Berezniki et Solikamsk (Oural). Les deux premiers hauts fourneaux, en 1931-1932, ont été montés à l’aide de machines79. On pourrait ainsi multiplier les exemples à plaisir : sur la digue de Dneproges, les ouvriers, en bottes de caoutchouc, se tenant par les épaules, dament le béton avec leurs pieds : les vibrateurs se trouvaient encore au stade de l’élaboration et des essais80. En 1933, à propos d’Uralmaš, entrée en service le 15 juillet, un spécialiste allemand écrit (mais peut-être exagère-t-il un peu !) :
  • 81 Cité par Zujkov, op. cit., p. 166. Autre exemple : le rivetage manuel d’un haut fourneau à Kuzneck, (...)
  • 82 S.Z. Ginzburg fait allusion aux « humeurs antimécanisatrices [sic] qui existaient chez une série de (...)
  • 83 Sur ce point, cf. Stroitel’naja promyšlennost’, 1933, n° 6, p. 3.
  • 84 Par exemple chez V. Šukšin, « Je choisis de vivre à la campagne », in Conversations sous la lune cl (...)
  • 85 G. Ribeill, Les cheminots, La Découverte (Repères), 1984, p. 91-93 ; A. Chatelain « La main-d’œuvre (...)
  • 86 Cf. aussi les photos reproduites dans Istorija sovetskogo rabočego klassa, p. 352 ; Stroitel’stvo v (...)
  • 87 Cité par Zujkov, op. cit., p. 137.

C’était la première fois que je voyais un chantier de ce genre. Ce qui m’a frappé, c’est qu’une usine de cette taille ait été construite presque sans machines par des ouvriers non qualifiés, qui continuaient à travailler même par des froids de – 30°. Ce qui m’a frappé aussi, c’est que beaucoup de femmes travaillaient sur ce chantier81.
Les grands chantiers offrent ainsi un étonnant spectacle : la construction d’une industrie moderne y repose avant tout sur le travail manuel, ou plus exactement sur le travail physique pénible, et sur l’énergie animale ! En dépit de propos officiels tenus après coup, cette situation n’est pas due à un choix des directeurs de chantiers en faveur du travail manuel, et contre l’emploi de machines82 ; elle résulte des difficultés qui assaillent les chantiers. On manque de tout ; pour avancer les travaux, et faire face aux exigences des autorités, il n’est d’autre solution que de gonfler les effectifs, fût-ce aux dépens du rendement, sans parler de la qualité du travail83. Il était d’autant plus facile de recruter en masse que le village russe offrait d’abondantes réserves de main-d’œuvre bon marché, et que nombre de travaux exigeaient surtout une grande force physique. Beaucoup de paysans sont ainsi allés s’embaucher, et dans la langue du peuple une expression résume le souvenir du premier plan : « creuser des trous » (ryt’ kotlovany) ; la littérature en garde la trace84. Ce phénomène n’est pas propre à la Russie des années 1928-1932 : dans la France du XIXe siècle, les voies ferrées ont été construites par des ruraux ; à Paris, les entreprises du bâtiment employaient en grand nombre Auvergnats, Limousins et Normands (Calvados)85. Les auteurs soviétiques évoquent, non sans complaisance, ces ouvriers venus de la campagne, seuls ou en artel, parfois accompagnés de leur famille, avec leurs chevaux et leurs outils : pour les charpentiers, hache et scie, pour les terrassiers (grabari) pelle ordinaire et « grabarka » (chariot servant à transporter de la terre). Un ouvrier qualifié, F. Slesarev, a laissé une description haute en couleur de ces chantiers surpeuplés et encombrés86 ; il est question des débuts de la construction d’Uralmaš : Il y avait de plus en plus de travail. Tant de monde était arrivé d’un seul coup sur le chantier qu’on y était à l’étroit. Les gens étaient en majorité jeunes, pleins d’ardeur, mais sans qualification. Quelles nationalités n’y avait-il pas ici ! Russes, Ukrainiens, Tatars, Biélorusses, Bachkirs, des jeunes venus du Caucase et d’Asie centrale [...]. Dans ces années, le chantier présentait un spectacle inoubliable. Nous, les monteurs, qui travaillions souvent en hauteur, nous avons gardé le souvenir d’une grande fourmilière, toujours en ébullition. Quand on regardait autour de soi, on voyait d’un côté la barrière verte de la forêt, et autour de notre atelier d’énormes trous béants, des monceaux de terre retournée et de souches, des pierres, du bois, des briques entassés. Et partout on voyait s’affairer et remuer une mer agitée de gens. La terre était déplacée plusieurs fois d’un endroit à un autre. Il arrivait qu’on voie des colonnes de terrassiers qui attaquaient la terre au pic, à la pelle [...]. A cette époque, on faisait tout à la main87.

  • 88 Lors d’une mission de six mois (mai-novembre). Cf. Ginzburg, O prošlom..., p. 69.

53Quel contraste avec les chantiers que S.Z. Ginzburg a pu visiter en Allemagne, en 193088 :

[...] j’étais frappé par le petit nombre d’ouvriers et d’ingénieurs. Ni agitation, ni bruit, un travail régulier. Le chantier semblait avancer très lentement. Cependant, revenant une semaine après, je constatais que les travaux avaient beaucoup avancé. La productivité du travail et la qualification des ouvriers étaient très élevées. On amenait les matériaux sur le chantier en quantité limitée, pour une semaine au plus, et on les entreposait dans des endroits désignés à l’avance. On déchargeait les briques non pas en vrac, mais à l’unité ou par paquets. Je n’ai pas vu de casse de briques, de verre ou d’autres matériaux.

  • 89 Id., Sovetskaja stroitel’naja industrija, p. 125.
  • 90 Stroitel’stvo v SSSR..., p. 32, 71.
  • 91 Lel’čuk, Industrializacija SSSR..., p. 187 ; Ginzburg, Sovetskaja stroitel’naja industrija, p. 40-4 (...)
  • 92 Ginzburg, O prošlom..., p. 162.
  • 93 Décret du Conseil des commissaires du peuple de l’U.R.S.S. et du Comité central du PC(b), texte dan (...)
  • 94 La résolution du XVIe Congrès (26 juin-13 juillet 1930) parlait déjà de « mécanisation maximale » d (...)
  • 95 Ginzburg, Sovetskaja stroitel’naja industrija..., p. 47-48 et p. 53.
  • 96 Très douteux pour 1937 : un article de E. Vasiliev dans Planovoe xozjajstvo, 1938, n° 8, indique un (...)
  • 97 Ces constatations sont parfois liées à des accusations de « sabotage », cf. ibid., p. 320-321.
  • 98 Ibid., p. 236-258.
  • 99 En 1936, la production de machines destinées au bâtiment avait doublé, selon un document officiel d (...)
  • 100 Ibid., p. 53, et id., O prošlom..., p. 205 et 208.
  • 101 B. Lemoine, La tour de monsieur Eiffel, 1989, p. 38-39.

La prédominance du travail manuel a-t-elle persisté après 1932 ? Ici encore, l’état des sources ne permet pas de réponse catégorique. S.Z. Ginzburg attribue la hausse de la productivité du travail pendant le deuxième plan principalement à une mécanisation accrue89. De fait, les statistiques existantes vont dans ce sens : les excavateurs ont réalisé 43 % du terrassement en 1937, et 60 % en 1940, contre 20 % en 1934 ; on note aussi une progression pour le bétonnage et le concassage des pierres. En 1936, l’industrie soviétique a produit 573 excavateurs, soit 6,7 fois plus qu’en 1932. En dix ans (1930-1940), le parc de machines a connu une forte croissance, tout en demeurant modeste en chiffres absolus : en 1940, l’U.R.S.S. dispose de 2 086 excavateurs, 1 100 décapeuses et pelles mécaniques, 750 bulldozers et 1 135 grues mobiles. L’emploi des chevaux recule au profit des transports automobiles90. Les progrès accomplis ne doivent cependant pas être exagérés : les méthodes archaïques utilisées sur le chantier du métro de Moscou, et les inquiétudes exprimées par les autorités en 1935- 1936 en témoignent91. Fin 1935 (10-14 décembre) une conférence sur la construction, réunissant 350 hauts responsables, se tient à Moscou ; elle entend les rapports de V.I. Mežlauk, président du Gosplan, et de S.Z. Ginzburg, chef de la Direction principale de la construction (Commissariat de l’industrie lourde). La mécanisation occupe une place de choix parmi les sujets abordés. S.Z. Ginzburg critique les « méthodes artisanales » du bâtiment et souligne que les machines sont toujours aussi mal utilisées ; si la productivité du travail a augmenté en 1935, c’est à partir du niveau « exceptionnellement bas » des années précédentes : là où il faut 100 ouvriers aux États-Unis, l’U.R.S.S. en emploie 15592. Les travaux de cette conférence ont été utilisés pour préparer le décret « sur l’amélioration de la construction et la baisse des coûts » (11 février 1936)93. Constatant que la productivité du travail est « dans l’ensemble basse », ce texte appelle à passer « de l’artisanat et de la guerre de partisans [sic] à une grande industrie de la construction » ; le point 4 met l’accent sur « la mécanisation maximale de la construction94 », et fixe les objectifs à atteindre en 1936. Dans quelle mesure ces dispositions ont-elles été suivies d’effet ? Il est difficile de le dire. S.Z. Ginzburg95 présente la conférence de 1935, et les décisions qui l’ont suivie, comme un tournant ; il fait état de gains de productivité en 1936-193796 et de 1937 à 1940. Et pourtant... Analysant l’échec du plan d’investissements de 1937, la presse soviétique se plaint du caractère artisanal des méthodes de construction et de la mauvaise utilisation de l’équipement ; elle met aussi en cause l’éventail trop fermé des salaires ouvriers, et la forte mobilité de la main-d’œuvre97. La croissance de la mécanisation en 1936-1937 a été limitée. Entre 1937 et 1940, les difficultés économiques et la priorité donnée à la défense nationale ont provoqué une diminution de la production dans de nombreux secteurs des constructions mécaniques : tracteurs, camions, voitures de tourisme, moissonneuses-batteuses, locomotives à vapeur98. Les machines destinées au bâtiment ne font pas exception : pour les excavateurs, la baisse est supérieure à 50 % entre le maximum de 1936 et 1940 ; le commissariat à la Construction créé en 1939 dut en conséquence développer ses propres fabrications99. À la veille de la guerre, en dépit des progrès accomplis depuis le premier plan, le bâtiment gardait donc un net retard technique ; les chantiers manquaient de machines, et le travail manuel gardait une place importante100. À cet égard, l’U.R.S.S. des années trente peut être comparée à la France d’avant 1914 : en 1887, lorsque furent creusées les fondations de la tour Eiffel, pelles, pioches et charrettes hippomobiles formaient l’outillage de base101.

IV. … Et le travail forcé ?

  • 102 Les pages qui suivent examinent le travail forcé en camp de concentration ; elles excluent le cas d (...)

54Analysant l’évolution de l’emploi dans le bâtiment, nous avons été intrigué par la baisse des effectifs intervenue entre 1932 et 1937- 1940 (cf. supra). Cette baisse se poursuit à un moment où le volume des travaux continue à croître. Les gains de productivité peuvent-ils à eux seuls expliquer ce phénomène ? Ici encore, l’incertitude en matière statistique est trop grande pour qu’une réponse catégorique soit possible. Mais les progrès limités de la mécanisation inclinent à une réponse négative et orientent vers une autre hypothèse : cette diminution de la main-d’œuvre ne serait-elle pas liée au développement du travail forcé102 ?

  • 103 Pour tout ce paragraphe, cf. P.H. Solomon, Jr., « Soviet penal policy, 1917- 1934 : a reinterpretat (...)
  • 104 M. Heller, Le monde concentrationnaire et la littérature soviétique, Lausanne, L’Âge d’homme, 1974, (...)
  • 105 Cf. aussi les arrestations d’ingénieurs accusés de sabotage.
  • 106 Istorija SSSR, t. VIII, M„ Nauka, 1967, 725 p., p. 550.

55En 1918, la Tchéka organisa un certain nombre de camps de travail pour l’incarcération d’opposants au régime103 ; ces camps de la guerre civile furent fermés en 1922. Mais la Tchéka (GPU, puis OGPU) fut autorisée à maintenir un petit réseau d’institutions pénitentiaires, dont les plus connues sont les camps du Nord, surtout ceux des îles Solovki, ouverts en 1921-1922. Les estimations les plus élevées donnent 25-30 000 détenus en 1928 pour le système de l’OGPU ; la population moyenne des Solovki au milieu des années vingt était de 8 500 personnes. Les conditions de détention y étaient dures, la direction impitoyable, parfois sadique. Mais, pendant la plus grande partie des années vingt, les prisonniers de l’OGPU n’ont joué aucun rôle dans l’économie soviétique : aux Solovki, les condamnés ne travaillaient que pour entretenir le camp ; encore les politiques (SR, mencheviks, anarchistes, etc.) pouvaient-ils s’y refuser. Ce n’est qu’en 1928 que les Solovki commencèrent à effectuer de grands travaux pour l’État104. Si le nombre total des détenus était modeste en 1928 encore, il augmente très fortement pendant le premier plan, du fait de la collectivisation105. Les résolutions et instructions de janvier-février 1930 prévoient en effet l’isolement et l’envoi en camps de concentration des « koulaks » coupables d’« actes terroristes »106. Ces prisonniers sont mis au travail ; c’est à cette époque que se crée dans l’économie soviétique un important secteur de travail forcé. Nous n’avons nullement la prétention d’analyser en détail le développement des camps et leur place dans la société soviétique des années trente. À l’évidence, les fonctions de cet univers concentrationnaire sont multiples et ne se réduisent pas à des aspects économiques. Mais notre propos est limité : il concerne le rôle assigné aux zeks dans la réalisation des grands travaux de la période 1929-1941. Seront donc laissées de côté les visées punitives de l’institution, indéniables, qu’il s’agisse de criminels de droit commun, de paysans rétifs à la collectivisation, de victimes des campagnes antireligieuses, de membres des oppositions politiques, de représentants de minorités nationales, etc.

  • 107 Dans l’état actuel de la documentation, la question de la rentabilité des camps est insoluble : les (...)
  • 108 Le débat sur ce sujet, très animé pendant la guerre froide, en sommeil ensuite, a repris avec force (...)
  • 109 Pour l’estimation de A. Bergson, cf. The real national income of Soviet Russia since 1928, Cambridg (...)

56Sur ce sujet brûlant, la marge d’inconnu est grande ; les polémiques vont bon train sur le nombre de prisonniers et ses variations, sur la production ainsi obtenue107. Faute de chiffres officiels, chercheurs et témoins livrent des évaluations qui divergent très fortement108. Notons que, pour la fin de la période (1939-1940), les chiffres retenus par N. Jasny, A. Bergson et S. Wheatcroft sont assez convergents : 3,5-5 millions109. Malheureusement, les sources disponibles ne permettent pas de construire des séries chronologiques continues, ce qui interdit de suivre l’évolution de la fin des années vingt à la guerre.

  • 110 David J. Dallin, La vraie Russie des Soviets, Plon, 1948, 314 p., p. 157-158 ; Dallin et Nicolaevsk (...)

57D.J. Dallin et Boris I. Nicolaevsky, P. Barton, S. Swianiewicz ont tenté d’analyser la place du travail forcé dans l’industrialisation soviétique110. Plusieurs conclusions se dégagent de leurs travaux :

  1. Le développement des camps a diminué la demande de produits alimentaires, en écartant du marché, par la force, un grand nombre d’acheteurs potentiels. Il a contribué à réduire la consommation au profit de l’investissement et allégé le poids des privations subies par les travailleurs libres.
  2. Au début des années trente, le travail forcé a stimulé la mobilisation de la main-d’œuvre sous-employée des campagnes soviétiques ; il a ainsi favorisé la liquidation du chômage rural et l’entrée de l’U.R.S.S. dans l’ère du plein emploi, voire du suremploi111.
  3. Cette main-d’œuvre arrachée au village par la contrainte était dirigée vers les secteurs considérés comme prioritaires. Elle présentait pour l’État plusieurs avantages tangibles :
    • Son faible coût d’entretien permettait de réaliser des économies sur les investissements. Mais il est permis de s’interroger sur la productivité et la qualité de son travail112 et il faut ajouter les frais de transport et de garde.
    • Elle était soumise à une discipline impitoyable, et les autorités contrôlaient ses déplacements : à tout moment, elles pouvaient l’envoyer promptement là où le besoin s’en faisait sentir.
    • Elle travaillait souvent dans des régions éloignées, au climat rude, où il était difficile, sinon impossible, d’attirer des travailleurs libres : fronts pionniers du Grand Nord européen, de Sibérie ou du Kazakhstan.
  • 113 Soljénitsyne, op. cit., p. 442-444 donne une liste beaucoup plus longue ; nous nous en tenons aux c (...)

58Si ces analyses globales peuvent être contestées, ne serait-ce qu’en raison de l’étendue de nos ignorances, les témoignages disponibles attestent que les déportés ont été utilisés dans toutes sortes de domaines113 :

  • creusement des canaux mer Blanche-mer Baltique et Moscou-Volga ;
  • construction et entretien de voies ferrées (par exemple Dudinka-Norilsk) et de routes ;
  • édification de « villes nouvelles » comme Norilsk ou Magadan : maisons d’habitation, usines ou installations portuaires ;
  • abattage des arbres, flottage du bois et activités d’aval (scieries) ;
  • extraction de charbon (Karaganda, Kolyma, Vorkuta), de pierres à chaux et d’or (Kolyma) ;
  • chargement et déchargement de camions, trains ou navires : sacs de sucre, charbon, troncs d’arbres, etc. ;
  • mise en valeur de la steppe au Kazakhstan ; élevage expérimental de poulets sur la Kolyma !
  • emploi dans les secteurs les plus divers : carrières, briqueteries, travail des peaux, nettoyage urbain (Magadan), etc.
  • 114 Sur la C.I.C.R.C., cf. D. Rousset, La société éclatée, Grasset, 1973, 783 p., p. 759-765 ; à la sui (...)

59Dans la France d’aujourd’hui, le travail forcé en U.R.S.S. est en général connu à travers la « littérature concentrationnaire » (V. Chalamov, E. Guinzbourg, et surtout A. Soljénitsyne). Mais il faut souligner qu’en U.R.S.S., du moins jusqu’en 1937, l’existence des camps n’avait rien d’un secret ; de nombreux textes officiels y faisaient référence. La Commission internationale contre le régime concentrationnaire, créée en 1950 à l’appel de David Rousset, et le Comité spécial du travail forcé (ONU, 1951) ont abondamment cité ces documents dans leurs publications114. Nous nous limiterons à quelques textes :

  • En novembre 1929, E.G. Širvindt annonce la création de « camps de travail correctif » destinés aux personnes condamnées à des peines de trois ans ou plus : il explique sans ambages que ces camps fourniront la nombreuse main-d’œuvre non qualifiée dont l’Etat a tant besoin pour réaliser les grands travaux prévus par le premier plan115.
  • En 1930-1931 se développe en Grande-Bretagne et aux États-Unis une campagne en faveur de l’embargo sur les importations de bois soviétique. Répliquant à cette campagne, V. Molotov affirme en mars 1931 que les bûcherons des régions septentrionales sont tous des salariés libres et que le bois exporté par l’U.R.S.S. n’est pas produit par des forçats. Mais il reconnaît que son pays emploie des détenus, au nombre de 60 000 selon lui, dont il présente la situation sous un jour idyllique ; et d’énumérer routes et voies ferrées ainsi construites, sans oublier le canal mer Blanche-Baltique116.
  • En 1935, le manuel de B.S. Utevskij consacré à la « politique soviétique du travail correctif » reprend les mêmes exemples, en s’appuyant sur le discours de V. Molotov ; il cite aussi un dirigeant de l’OGPU, S. Firin :
  • 117 B.S. Utevskij, Sovetskaja ispravitel’no-trudovaja politika, M., 1935, 122 p., p. 63-64 (manuel pour (...)

Les camps de travail correctif de l’OGPU sont des pionniers de la mise en valeur culturelle de nos périphéries éloignées. Le travail des camps sur l’Oukhta [République autonome des Komis] transforme peu à peu ce pays de permafrost en région industrielle. On y extrait du pétrole et du charbon. Il n’y a pas longtemps, nos chercheurs ont découvert sur la Vorkouta [ibid.] des gisements de charbon. Sur l’île sauvage de Vajgač [Arrondissement national des Nenets], les camps de l’OGPU extraient du plomb et du zinc. Près de Jugorskij Šar [ibid.], tout à fait récemment, nous avons découvert du spath fluor, dont notre industrie a un besoin aigu, et nous commençons maintenant à l’exploiter à un rythme accéléré [...]. Les camps de Karaganda réalisent un grand travail culturel dans le domaine de l’agriculture au Kazakhstan [...]117.

  • 118 Ibid., p. 66-67 ; Grande encyclopédie soviétique, art. cit., p. 600 ; Ot tjurem k vospitatel’nym uč (...)
  • 119 Pravda, 5 août 1933 et 15 juil. 1937.
  • 120 Belomorsko-Baltijskij kanal inteni Stalina : istorija stroitel’stva, dir. M. Gor’kij, I. Averbax, S (...)
  • 121 B-B kanal...[infra : BBK], p. 251, 566-567 ; Averbax, op. cit., p. 192-194 ; Soljénitsyne, L’archip (...)

60– C’est sur les canaux mer Blanche-Baltique (1931-1933) et Moscou-Volga (1933-1937) que nous sommes le mieux renseignés : ces deux chantiers sont sans cesse évoqués quand il est question du travail des détenus118. Lors de leur achèvement, la Pravda a annoncé, en première page, les mesures prises en faveur des prisonniers : en 1933, 12 484 libérations anticipées et 59 516 réductions de peine ; en 1937, 55 000 libérations anticipées119. En 1934, sous la direction de M. Gorki, une « brigade » de trente-six écrivains (dont M. Zoščenko, Vs. Ivanov, V. Inber, V. Kataev, A. Tixonov, A. Tolstoj, V. Šklovskij...) a publié un gros volume sur le canal mer Blanche-Baltique : cette apologie du travail forcé célèbre la rééducation (le « reforgeage ») des condamnés par le travail. En 1936,1. L. Averbax développe le même thème à propos du camp de Dmitrov (Canal Moscou-Volga)120. Bien qu’écrits à des fins de propagande, les deux ouvrages manifestent une étonnante franchise : le mot « camp de concentration » est utilisé à plusieurs reprises ; les zeks sont montrés dans toute leur diversité : voleurs, prostituées, spéculateurs, « dilapidateurs de la propriété socialiste », « contre-révolutionnaires », ingénieurs accusés de sabotage, paysans dékoulakisés, etc. A. Soljénitsyne a beaucoup utilisé ces deux publications121.

  • 122 Gosudarstvennyj plan razvitija narodnogo xozjajstva SSSR na 1941 god, Baltimore, American Council o (...)

61Textes officiels et récits d’anciens déportés convergent donc : ils montrent que dans les années trente le travail forcé a pris une ampleur qu’aucune analyse sérieuse de l’industrialisation soviétique ne saurait ignorer. Il reste que ces sources, d’ordre avant tout qualitatif, ne permettent pas d’estimer le poids du travail forcé dans les diverses branches de l’économie nationale. N. Jasny s’y est essayé en s’appuyant sur un document comptable « confidentiel », parvenu en Occident par les mêmes voies que les Archives de Smolensk : il s’agit du « Plan économique pour 1941 », tombé aux mains des Allemands pendant la guerre, puis récupéré par les Américains et publié aux États-Unis122. Cet épais volume, destiné exclusivement aux responsables de l’administration économique, présente sous forme de tableaux les objectifs chiffrés à atteindre en 1941 : production (en valeur ou en unités physiques) et travaux à réaliser, commissariat par commissariat ; répartition régionale des activités ; personnel et « fonds de salaires » prévus dans les différentes branches. Le document n’indique ni le nombre des camps ni le nombre des détenus, mais le NKVD figure à plusieurs titres :

  • comme client d’autres entreprises : acheteur de deux turbines pour la centrale hydraulique de Rybinsk, de navires aussi ;
  • comme « entrepreneur » (transports, construction) et producteur (pétrole, bois et meubles ; cuillers !).

62Par définition, une telle source fait état de tâches à réaliser et ne dit rien de leur exécution. Mais ce que nous savons des méthodes soviétiques de planification incline à penser que les objectifs retenus pour 1941 donnent une bonne image de la situation en 1940. Hélas, l’interprétation de ces données laisse une large place à l’incertitude :

  • Le plan, tel qu’il est parvenu en Occident, est incomplet : il est amputé de tous les tableaux marqués « S » (secret) ; en outre, il ne contient aucune information sur la production de métaux précieux.
  • À deux exceptions près (marginales)123, la main-d’œuvre employée par le NKVD n’est pas indiquée ; seule la production est connue. Le nombre de travailleurs forcés ne peut être calculé qu’à partir d’hypothèses nécessairement arbitraires sur leur productivité par rapport aux travailleurs libres : en l’absence de bases statistiques sûres, les chercheurs ne peuvent manquer d’être en désaccord sur ce point124. Or, les résultats obtenus diffèrent très sensiblement selon l’hypothèse retenue.
  • Il faut prêter attention aux pratiques soviétiques de comptabilité, que nous connaissons mal et qui ont été diversement interprétées. C’est l’objet du débat entre N. Jasny et A.D. Redding125. N. Jasny est parti de l’idée que les grands travaux figurant sous la rubrique NKVD étaient tous réalisés par le NKVD. Mais, pour A.D. Redding, il s’agit en réalité des investissements financés par le NKVD : si les détenus assuraient évidemment la majorité de ces travaux, le NKVD en confiait une petite partie à des sous-traitants (par exemple le Commissariat de la construction, pour 1,5 % du total), qu’il devait rémunérer. Il est permis de négliger cet aspect mineur ; mais, inversement, le NKVD travaillait en sous-traitance pour d’autres organisations, et les statistiques mettaient ces activités au compte de l’entrepreneur principal : ainsi, une voie ferrée construite par le NKVD pour le Commissariat aux transports figurait dans les écritures sous la rubrique « Commissariat aux transports ». A.D. Redding conclut qu’en ignorant cette pratique, N. Jasny a probablement sous-estimé la place du travail forcé dans le secteur de la construction126. Dans sa réponse, N. Jasny admet dans le principe son erreur, mais nie que le phénomène ait eu une grande ampleur.
  • Enfin, une partie des zeks ne travaillait pas directement pour le NKVD : en effet, lorsqu’elles manquaient de bras, des entreprises « ordinaires » pouvaient louer (moyennant finance) de la main-d’œuvre à la police politique127. Dans ce cas, et dans ce cas seulement, les statistiques officielles les incluaient parmi les salariés libres128 et leur production n’était pas imputée au NKVD : elle était attribuée aux industries qui les embauchaient. Quant à leur nombre, on en est réduit à émettre des suppositions.
  • 129 Cf. l’avertissement de Jasny, ibid., p. 407.

63Pour toutes ces raisons, les calculs effectués à partir de cette source ne peuvent être que des estimations très approximatives129, visant à évaluer grossièrement le rôle du travail forcé dans les différents secteurs de l’économie. Les principaux résultats obtenus par N. Jasny sont résumés dans le tableau ci-dessous :

a) En valeur
b) En unités physiques
c) En unités physiques, pour deux kraj seulement : Primorskij et Xabarovskij (Extrême-Orient)
d) Y compris les scieries
e) Il s’agit des détenus affectés au travail (sans enfants, invalides, personnes trop âgées pour travailler). La main-d’œuvre totale prévue dans l’industrie et la construction (en excluant chantiers et entreprises du NKVD) était de 14 100 000.

64Deux conclusions ressortent de ce tableau :

  • La construction était l’activité la plus importante du NKVD, qui devait réaliser 17 % des travaux prévus en 1941 ; tous les chercheurs s’accordent pour le constater, même si les chiffres avancés divergent. Le plan de 1941 corrobore, à cet égard, l’image donnée par les témoignages d’anciens détenus.
  • Dans l’industrie, prise globalement, le rôle du NKVD était « presque négligeable130 ». Cette affirmation peut surprendre : c’est que le travail forcé était concentré pour l’essentiel dans quelques branches (travaux forestiers et production de meubles, industries extractives). Le chiffre donné pour l’abattage du bois, leitmotiv de la littérature concentrationnaire (cf. V. Chalamov, E.S. Guinzbourg, G. Herling, K. Štajner), semble relativement modeste, mais il cache de fortes différences régionales : le NKVD était absent de ce secteur dans de nombreuses régions de Russie centrale (Penza, Rjazan’, Tula) ; sa part n’était que de 5 % dans l’oblast’ de Leningrad, mais atteignait 26 % autour d’Arkhangelsk et dépassait 50 % dans la république des Komis131. Quant aux industries extractives, des doutes subsistent : selon S. Swianiewicz, N. Jasny minimise leur importance : il ignore les métaux non ferreux et sous-estime la production d’or soviétique, dont le montant est secret d’État132. Si cette critique est fondée, les mines passent au second rang, devant les travaux forestiers, dans les activités économiques du NKVD.
  • 133 Soljénitsyne, op. cit., p. 66, 68-69, 71-73, 78-79.
  • 134 Cf. références supra, p. 109, n. 5 ; les photos reproduites et commentées par A. Soljénitsyne aux p (...)

65Quel que soit le secteur où il est employé, le travail forcé présente une caractéristique commune : il s’agit, en général, de tâches répétitives, n’exigeant guère de qualification, mais physiquement pénibles. Vu l’absence ou la rareté des machines, tout ou presque se fait à la main : on dispose sur ce point d’indications concordantes. Dans l’Archipel du Goulag, A. Soljénitsyne a consacré à ce sujet des pages saisissantes, où les « brouettes bélomoriennes » reviennent comme un leitmotiv133 ; il cite abondamment les deux ouvrages qui racontent la construction des canaux mer Blanche-Baltique et Moscou-Volga134. De fait, le livre collectif sur le Belomorkanal souligne l’absence de toute technique moderne : lors d’une réunion des responsables du chantier, au début des travaux, surgit un conflit ouvert entre un détenu, l’ingénieur N.V. Mogilko, et deux dirigeants de l’OGPU :

  • 135 L.I. Kogan, chef de chantier.
  • 136 Chantier de la grande centrale sur le Dniepr (Zaporož’e), où N.V. Mogilo a travaillé auparavant.
  • 137 Chef des travaux.
  • 138 BBK, p. 176-177.

– Que voulez-vous ?, lui demanda Kogan135 sans ambages.
 – Avant tout réduire la main-d’œuvre. La main-d’œuvre revient plus cher que les machines [...]. II faut que les ouvriers aient en mains des outils, et non Dieu sait quoi.
 – Et où les prendre, ces outils ?, demanda Kogan [...]
 – Au Dneprostroj136 – continua Mogilko – fonctionnent 54 locomotives, des locomobiles et des caterpillars, mais ici ? La main-d’œuvre en excédent nous coûtera plus cher [...].
Naftalij Aronovič Frenkel137 prit la parole :
 – [...] Que signifient ces 54 locomotives et ces 1 400 wagons ? Il faut le dire tout de suite – personne ne nous les donnera. Il faut faire des demandes réalistes : donnez-nous trois excavateurs [...].
Kogan : – Nous ne sommes pas au Dneprostroj, auquel on avait donné de longs délais de construction et des devises. La construction du canal a été confiée à l’OGPU. Et on nous a dit : vous n’aurez pas un kopeck de devises [...]138.

66Si N.V. Mogilko se décide à intervenir, c’est que juste avant cette réunion il a inspecté le chantier :

  • 139 Ibid., p. 170-172 ; trad. partiellement dans A. Soljénitsyne, op. cit., p. 71-72.

Ils rencontrèrent un homme. Il traînait une poutre : un bout du futur club [...]. On venait de commencer à creuser une tranchée. Ce que voyait Mogilko n’avait pas le sens commun. L’horrible excavation couverte de neige fraîche était bondée de pierres et d’hommes. Les hommes allaient de-ci de-là, trébuchaient sur les pierres. Ils s’y mettaient à deux ou trois, se courbaient et, saisissant une roche erratique, tentaient de la soulever légèrement. Le roc ne bougeait pas. Alors ils en hélaient un quatrième, un cinquième [...]. Abandonnant la grosse pierre, ils s’emparaient d’une petite. Ils poussaient la brouette sur les planches humides, posées en désordre. Elle se dandinait, glissait de la planche et se renversait [...]. Il fallait une heure entière pour remplir une brouette139 [le sol étant gelé en profondeur, J-P.D.].

  • 140 Ibid., p. 318,435, 575 et 577.

67Nos auteurs mentionnent la présence de machines ici ou là140, mais les dispositifs bricolés sur place semblent prédominer

  • 141 Ibid., p. 246.

Les méthodes de travail étaient primitives : on portait les pierres dans des filets, des filets on les versait sur les « Fords ». Le « Ford » du Bélomor, c’est une lourde plate-forme posée sur quatre petites roues taillées dans des billes de bois. Ce « Ford » était tiré par deux chevaux [...]. Sur le chantier du Bélomor, la roue de brouette était le premier mécanisme. Avec les roues de brouette on faisait des wagonnets [...] ; avec une roue de brouette, on peut tout faire, sauf à manger, disaient les chefs d’équipe. La roue de brouette est quelque chose de simple, mais des brouettes il en fallait beaucoup, et on manquait de roues [...]. Les trous devenaient de plus en plus profonds. Le « Ford » du Bélomor et la brouette ne suffisaient plus. Il fallait construire des grues.
On décida de construire des grues-derricks en bois141.

  • 142 Études, 20 mars 1934, p. 717-718 (l’auteur est un déporté qui a réussi à s’enfuir via la Finlande). (...)

68La revue Études a publié en 1934 le témoignage d’un ancien détenu, qui abonde dans le même sens : « Au canal de la mer Blanche, les travaux étaient particulièrement pénibles, car les procédés techniques manquaient presque absolument. Tout se faisait à la main. Il suffit de mentionner, par exemple, que pour toute cette gigantesque entreprise, il n’y avait même pas cent camions !142 ».

  • 143 Op. cit., p. 116 ; A. Soljénitsyne, op. cit., p. 84 et 88-91.

69En allait-il de même lors de la construction du canal Moscou-Volga ? Les photographies, et les peintures de détenus qui illustrent l’ouvrage de I.L. Averbax Du crime au travail143 font apparaître la présence de camions, tracteurs à chenilles, excavatrices, d’une grue, d’un locotracteur. La mécanisation aurait donc progressé ; cette conclusion est compatible avec tout ce que nous savons par ailleurs sur le deuxième plan. Mais cet aspect ne doit pas être exagéré : ce chantier rappelle à plus d’un égard le Belomorkanal : longues files de femmes poussant des brouettes sur des chemins en planches, évacuation de la terre sur des chariots tirés par des chevaux.

70L’absence de machines (ou leur rareté) semble bien avoir été le cas général dans les camps ; tous les souvenirs de détenus abordent ce thème :

  • Sur le chantier de l’usine métallurgique BMS (Norilsk), les prisonniers brisent la terre éternellement gelée avec des outils primitifs ; en 1952, pour abattre des arbres dans la taïga sibérienne, ils ne disposent que de haches et de scies144.
  • Dans une carrière de Vladivostok, en 1939, le transport de lourdes pierres s’effectue sur des brancards ; évoquant la construction de Magadan, E.S. Guinzbourg écrit : « Moi aussi j’ai porté ici des charges de briques gelées en titubant sur des poutres branlantes145. »
  • M. Buber-Neumann, qui fut détenue au Kazakhstan, signale un important parc de machines agricoles (moissonneuses, batteuses, tracteurs, énormes charrues, semeuses et faucheuses), mais tous les travaux auxquels elle a participé se faisaient à la main146.
  • « Brouette, pic, pelle » : ces trois mots reviennent à plusieurs reprises sous la plume de V. Chalamov, lorsqu’il décrit le travail dans les mines d’or ou de charbon de la Kolyma ; l’un de ses récits s’intitule d’ailleurs L’artiste de la pelle147. « Elle s’étend et serpente sur deux mille kilomètres, la chaussée centrale de Kolyma, une piste carrossable parmi les monts, les gorges, les poteaux, les rails, les ponts [...]. Tout le chemin avait été construit au pic et à la pelle, avec des brouettes et des tarières...148 »
  • 149 Variante : dve ručki, odno koleso.
  • 150 V. Chalamov, Récits de Kolyma (en russe), Paris, YMCA-Press, 1982, 895 p., p. 311 et p. 438, et La (...)

71Rien ne résume mieux la situation que le surnom donné par les forçats à la brouette : « mašina OSSO : dve ručki i koleso149 » (la machine de l’OSSO : deux brancards et une roue)150.

  • 151 N. Petrov, « Des chameaux et des tracteurs », Critique communiste, n° 55, spécial U.R.S.S. (1986), (...)
  • 152 « Le travail forcé est par définition un travail sans équipement », Barton, op. cit., p. 207 ; cf. (...)
  • 153 Barton, op. cit., p. 265-266, 296, 351-353, et revue Saturne, n° 7, p. 16-17 et n° 9, p. 31.

72Tous ces récits rappellent de façon frappante ce que nous avons dit plus haut des grands chantiers du premier plan, qui n’étaient pas beaucoup mieux lotis. Évoquant dans ses Mémoires la construction de l’usine de tracteurs de Stalingrad, Nikolaï Petrov note cette similitude : « L’unique « technique » dont les hommes disposaient ne différait en rien de celle des détenus dans les camps du NKVD : « la voiture à une roue », le pic et la pelle »151. Depuis longtemps, les spécialistes soulignent que le travail forcé présente l’avantage de ne pas exiger de machines modernes, permettant ainsi à l’État de réaliser des économies de capital152. Mais, en réalité, la pénurie de matériel n’est pas propre aux camps, c’est le cas général : partout l’équipement des chantiers est primitif. Or, les projets industriels sont d’une ambition démesurée ; il en résulte une énorme croissance des besoins en main-d’œuvre. C’est ce contexte qui a favorisé l’utilisation massive de prisonniers, condamnés aux travaux les plus pénibles. Inversement, on peut penser que le développement de la mécanisation après la guerre a contribué pour une part au recul du travail forcé qui se manifeste dans les années 1950 : c’est en tout cas la thèse soutenue par P. Barton153. Faut-il déduire de tout cela que le système concentrationnaire jouait avant tout un rôle économique, qu’arrestations et déportations visaient surtout à se procurer de la main-d’œuvre ? Ce serait sans doute aller trop vite en besogne et biffer d’un trait de plume toute l’histoire politique, encore si obscure, de cette période.

73Concluons. Nous sommes parti de la constatation d’une « anomalie » statistique : le nombre d’ouvriers du bâtiment baisse entre 1932 et 1937-1940, sans que l’évolution de la productivité suffise à l’expliquer. D’où une interrogation sur le travail forcé. Les résultats obtenus sont affectés d’un coefficient d’incertitude, notamment parce que nous ne connaissons pas les variations de la population des camps entre 1929-1930 et 1941. Mais, selon toute probabilité, la diminution des effectifs dans le bâtiment n’est qu’apparente et s’explique par l’expansion du travail forcé : on sait, en effet, que les déportés étaient affectés en priorité aux grands chantiers.

Conclusion

74Rassembler des données chiffrées sur la croissance de la classe ouvrière n’est pas un but en soi ; le recours aux statistiques ne présente de l’intérêt que s’il aide à résoudre des problèmes historiques, et à poser de nouvelles questions. D’ores et déjà, les pages qui précèdent autorisent quelques conclusions fermes et dessinent des perspectives renouvelées :

  1. Pendant le premier plan, l’augmentation des effectifs employés a été beaucoup plus forte que prévu. En quelques années, l’industrie et la construction ont absorbé environ cinq millions de nouvelles recrues ; en réalité, compte tenu des départs (promotions, retraites, décès, etc.) et d’une forte rotation, les entreprises ont dû embaucher bien au-delà de ce chiffre. Dans cette période, la situation sur le marché du travail s’est rapidement inversée : non seulement le chômage a été liquidé, mais l’économie soviétique a même commencé à manquer de bras. Le constant besoin de main-d’œuvre permet aux ouvriers soviétiques de changer fréquemment d’emploi, pour manifester leur mécontentement, ou pour toute autre raison ; d’où l’instabilité du personnel, si souvent déplorée par la presse de l’époque, et la mise en place par les autorités de toute une législation visant à renforcer la discipline du travail.
  2. Par la force des choses, ces embauches massives ont modifié en profondeur la composition de la classe ouvrière. Qu’est-il advenu du personnel ancien ? Qui sont les nouveaux ouvriers ? D’où viennent-ils ? Ces questions seront examinées au chapitre suivant. En attendant, il faut souligner l’ampleur et la rapidité de transformations sociales qui ont bouleversé le sort de millions d’individus : passage de la campagne à la ville, apprentissage d’un nouveau métier, adaptation à un nouveau mode de vie. Les rythmes accélérés du changement ont aggravé les difficultés, et en ont créé de nouvelles : le ravitaillement n’a pu suivre, à un moment où la production alimentaire baissait ; dans un contexte d’explosion urbaine, la crise du logement s’est accentuée de façon tragique, l’inexpérience de la main-d’œuvre a été facteur de bas rendement.
  3. À propos des grands travaux du premier plan, nous avons longuement insisté sur l’absence de machines et le rôle prédominant du travail manuel. Si notre description de ces chantiers est bien exacte, elle présente un double intérêt :
    • Elle est fort instructive sur la condition des ouvriers du bâtiment ;
    • Elle débouche sur une vision plus concrète de l’industrialisation soviétique, qui invite à examiner d’un œil neuf l’histoire économique de la période. Il nous semble en effet que beaucoup de recherches savantes ont tendance à pécher par abstraction. À juste titre, les ouvrages spécialisés consacrent de longs développements aux investissements, à l’accumulation du capital ou au calcul des taux de croissance, mais leurs auteurs semblent ignorer à quel point l’équipement des chantiers était primitif. À faire abstraction de telles contraintes matérielles, peut-on comprendre véritablement l’industrialisation des années trente ?

Notes

1 En dépit de nos efforts, nous n’avons pu constituer de série cohérente sur les effectifs employés dans les transports.

2 L’année 1928 est un point de repère commode : en 1928, le nombre d’ouvriers de la grande industrie, dans les limites d’un territoire comparable, avait à peu près atteint le niveau de 1913. Cf. A.G. Rašin, « Dinamika promyšlennyx kadrov SSSR za 1917-1958 gg. », in Izmenenija v čislennosti i sostave sovetskogo rabočego klassa, M., Académie des sciences de l’U.R.S.S., 1961, p. 13.

3 A.I. Vdovin, V.Z. Drobižev, Rost rabočego klassa SSSR, 1917-1940 gg., M., Mysl’, 1976, p . 97.

4 Cf. M. Lewin, The making of the Soviet System, Londres, Methuen, 1985, p. 166.

5 C’est la formule soviétique. Sur tout ceci, cf. le recueil de documents Industrializacija SSSR, 1938-1941 gg„ M., Nauka, 1973, p. 218-219, 270, 277.

6 Cf. Lewin, op. cit., p. 234-235.

7 D’après S.N. Ikonnikov, Sozdanie i dejatel’nost’ ob"edinennyx organov CKK-RKI1923-1934 gg., M., Nauka, 1973, p. 211. Ces chiffres, « incomplets », concernent tout l’appareil d’État et non la seule industrie.

8 Sur les plaintes d’Ordžonikidze à ce sujet, cf. Lewin, op. cit., p. 238. Les données sur l’évolution du nombre d’employés peuvent être en partie trompeuses : pour être en règle avec le gouvernement qui leur ordonnait de réduire les effectifs, les administrations augmentaient le nombre d’« ingénieurs et techniciens » et confiaient à ces derniers du travail de bureau. Cf. Lewin, op. cit., p. 245-246.

9 D’après Industrializacija SSSR, 1938-1941 gg., p. 252 et 257-258.

10 Ibid., p. 254, et Lewin, op. cit., p. 246.

11 Industrializacija SSSP, 1938-1941 gg., p. 254-255.

12 Ibid., p. 274 ; cf. aussi Sovetskaja intelligencija, dir. M.P. Kim, M., Mysl’, 1968, p. 196-197.

13 S.L. Senjavskij, Izmenenija v social’noj strukture sovetskogo obščestva 1938-1970, M., Mysl’, 1973, p. 329. Bien entendu, il faudrait nuancer selon les branches d’industrie.

14 Niveau d’études : école élémentaire ou enseignement secondaire général.

15 Senjavskij, op. cit., p. 322, indique les mêmes tendances bien que les chiffres absolus divergent.

16 Industrializacija SSS’Ij 1938-1941 gg., p. 272 et p. 276.

17 Ibid., p. 273 : il s’agit bien sûr des praktiki. Données au 1er janvier 1941.

18 Ibid., p. 274.

19 Sovetskaja intelligencija, p. 217.

20 Senjavskij, op. cit., p. 439. On entend ici par intelligentsia l’ensemble des diplômés (supérieur + secondaire technique). Les purges n’ont bien entendu rien arrangé.

21 Industrializacija SSSR, 1938-1941 gg., p. 270.

22 Senjavskij, op. cit., p. 439, p. 310 et p. 316.

23 Lewin, op. cit., p. 244.

24 Cf. Sovetskaja intelligencija, op. cit., p. 217.

25 Pour les diplômés de l’enseignement secondaire technique, la proportion est de 50/50. Toutes ces données sont tirées d’un dénombrement des « dirigeants et spécialistes » de vingt-deux commissariats industriels fédéraux et fédéraux-républicains (républiques baltes exclues). Cf. ibid., p. 217, et Industrializacija SSSR, 1938-1941 gg., p. 269-271.

26 Texte dans KPSS v rezoljucijax..., t. 7 : 1938-1945, M., Politizdat, 1985, p. 200. Repris dans Industrializacija SSSR, 1938-1941 gg., p. 271 et p. 275. La conférence s’est tenue du 15 au 20 février 1941.

27 Explication avancée dans Sovetskaja intelligencija, p. 217.

28 Pjatiletnij plan narodno-xozjajstvennogo stroitel’stva SSSR, 1.1, 3e éd., M., Planovoe Xozjajstvo, 1930, p. 96, et Itogi vypolnenija pervogo pjatiletnego plana razvitija narodnogo xozjajstva SSSR, M., Izd. Gosplana SSSR, 1933, p. 27.

29 Trud v SSSR, M., 1936, p. 2-3, 91, 106, 120, 142 et 184 ; selon Varga, l’ensemble de la grande industrie est touché par une baisse de la productivité en 1931 et 1932, cf. W. Galenson, Labor productivity in Soviet and American industry, New York, Columbia U.P., 1955, p. 16, n. 15.

30 Trud v SSSR, n. l, p. 94.

31 Itogi vypolnenija vtorogo pjatiletnego plana razvitija narodnogo xozjajstva SSSR, Gosplanizdat, M., 1939, p. 27 ; Vtoroj pjatiletnij plan razvitija narodnogo xozjajstva SSSR (1933-1937), t. I, M., Izd. Gosplana SSSR, 1934, p. 508-509.

32 Vtoroj pjatiletnij plan..., p. 325, n. 4, et V. Molotov, rapport au XVIIIe Congrès du PC(b), 14-17 mars 1939, brochure en russe, M., 1939, 64 p., p. 9.

33 Galenson, op. cit., n. 29, p. 38-39, et D.R. Hodgman, Soviet industrial production, 1928-1951, Cambridge, Harvard U.P., 1954, p. 35-37.

34 Elle touche le travail des métaux, les charbonnages, les mines de fer et la sidérurgie, le coton. Le mouvement est beaucoup plus marqué dans le bâtiment : – 24,5 %, cf. Trud v SSSR, M., 1936, p. 244 (il s’agit des « ouvriers et employés »).

35 M. Dobb, Soviet economic development since 1917, Londres 1972, p. 271 ; A. Nove, An economic history of the USSR, Londres, Penguin Books, 1976, p. 224 ; Ch. Bettelheim, Les luttes de classes en U.R.S.S., 1930-1941 : les dominés, Maspéro – Seuil, 1982, p. 255, 281-282 ; R.W. Davies, The Soviet economic crisis of 1931-1933 = CREES Discussion Papers, Sériés SIPS, University of Birmingham, n° 4, 1976, p. 6.

36 Les calculs effectués à partir de données qui excluent les apprentis aboutissent à des résultats un peu divergents : cf. Narodnoe xozjajstvo SSSR, 1932, n° 5-6, p. 232 (exclut aussi le personnel de service), et Trud v SSSR, M., 1936, p. 93.

37 C’est l’hypothèse que suggère une communication de R.W. Davies, qui étudie en détail la conjoncture de l’année 1932, et les politiques gouvernementales successives : « The Soviet economic crisis of 1932 : the crisis in the towns », Annual Conférence of the National Association of Soviet and East European Studies, 23-25 mars 1985, notamment p. 10.

38 Davies, ibid., p. 11, et op. cit., p. 19, n. 35.

39 D’après A.G. Rašin, « Dinamika promyšlennyx kadrov SSSR za 1917- 1958 gg. », in Izmenenija v čislennosti i sostave sovetskogo rabočego klassa, recueil d’articles, M., Académie des sciences de l’U.R.S.S., 1961, p. 40.

40 Nove, op. cit., p. 193.

41 C’est l’explication avancée par P.M. Bogačev, « Rost rabočego klassa SSSR v gody pervoj pjatiletki », Voprosy istorii, 1953, n° 8, p. 6.

42 Nove, op. cit., p. 192-193 ; Davies, « The Soviet economic crisis of 1931- 1933 », art. cit., p. 4, 33.

43 La distinction entre groupe A et groupe B, à laquelle les économistes soviétiques attachent tant d’importance, est en fait mouvante, et ne correspond pas exactement à la distinction entre industrie lourde et industrie légère. Les branches d’industrie sont réparties en fonction de la destination prédominante de leur production. Mais l’industrie des métaux, par exemple, fabrique aussi des objets d’usage domestique ; c’est pourquoi, dans l’annuaire statistique de 1936, une partie de cette industrie a été incluse dans le groupe B ; les données des années antérieures ont été recalculées sur ces nouvelles bases ; cf. Soc. stroitel’stvo SSSR, M., 1936, p. 703-704.

44 Ibid., p. 3 (série 1928-1934), et Rašin, art. cit., p. 35-36, n. 39 (série 1925- 1932).

45 Industrializacija SSSR, 1933-1937 gg., M., 1971, p. 382 :
Nombre annuel moyen d’ouvriers (en %, y compris ouvriers à domicile)

Image

Ces données incluent les coopératives industrielles et les entreprises industrielles des kolkhozes.

46 En incluant l’Extrême-Orient et le Kazakhstan.

47 Stanley, op. cit., p. 67-68.

48 M.T. Gol’cman, « Sostav stroitel’nyx rabočix SSSR v gody pervoj pjatiletki (po materialam profsojuznyx perepisej 1929 i 1932 gg.) », in hmenenija v čislennosti i sostave sovetskogo rabočego klassa, M., 1961.

49 Aucune donnée sur emploi et productivité dans Soc. stroitel’stvo, M., 1936, 718 p., section III « Construction », p. 384-414 ; aucune donnée sur la productivité dans Trud v SSSR, M., 1936, 386 p., section IV, « Construction », p. 243-254.

50 Cf. S.Z. Ginzburg, O prošlom – dlja buduščego, M., 1983, p. 163. L’auteur de ces Mémoires, ingénieur du bâtiment, a été l’adjoint direct de G.K. Ordjo-nikidze de 1929 à 1937 (successivement à l’Inspection ouvrière et paysanne, au VSNX, au commissariat à l’industrie lourde).

51 Ce phénomène s’amorce au dernier trimestre 1932 ; après une forte baisse au premier semestre 1933, une reprise se produit dans la seconde moitié de l’année.

52 Et non trois fois plus, comme il a été affirmé plus haut.

53 Cf. Trud v SSS’R, M., 1936, p. 244 : ouvriers et employés du bâtiment au premier de chaque mois, 1928-1935.

54 Ginzburg, O prošlom..., p. 80, 146-147, et Gol’cman, art. cit., p. 142.

55 Ginzburg, O prošlom..., p. 87-88 ; Gol’cman, art. cit., p. 147-149 ; V.S. Lel’čuk, Industrializacija SSSR : istorija, opyt, problemy, M., Politizdat, 1984, p. 132-134 ; Istorija sovetskogo rabočego klassa, t. 2 : 1921-1937, M., Nauka, 1984, p. 156-157.

56 V.S. Lel’čcuk précise que ce fut difficile (p. 133).

57 Stroitel’stvo v SSSR, 1917-1967, M., 1967, p. 71.

58 Gol’cman, art. cit., p. 150 ; Ginzburg, Oprošlom..., p. 160, 312, et Sovetskaja stroitel’naja industrija za 40 let, M., 1957, p. 45.

59 M. Jasny, Soviet industrialization 1928-1952, The University of Chicago Press, 1961, p. 86, 137 et 444-445, et Essays on the Soviet economy, New York, F.A. Praeger, 1962, p. 74-75 ; sur les séries Powell, cf. R.W. Davies, Capital investment and capital stock in the USSR, 1928-1940 : Soviet and western estimates = CREES Discussion papers, Series SIPS, University of Birmingham, n° 22, 1982, p. 10-11 et tableau I en annexe.

60 La productivité du travail est mesurée de la façon suivante : Valeur des travaux de construction et de montage (en prix comparables)
Nombre d’ouvriers effectuant ces travaux.
Le personnel des « productions auxiliaires » est compté dans ce calcul ; en revanche, les travailleurs des « services » en sont exclus.

61 Vs. Il’inskij, « Voprosy truda v stroitel’stve v 1934 g. », Voprosy profdviženija, 1935, n° 5-6, p. 43-44.

62 Il est vrai que le niveau de départ, en 1932, est très bas. Cf. Jasny, Soviet industrialization..., p. 106, 146-148 ; Davies, Capital investment..., p. 10. En 1937, la productivité a baissé de 2,1 % par rapport à 1936, E. Zaleski, La planification stalinienne, Economica, 1984, p. 320. Selon toute vraisemblance, elle n’a pas progressé entre 1937 et 1940.

63 En matière d’emploi, le 2e plan quinquennal n’a pas été réalisé, surtout dans la construction, cf. Zaleski, op. cit., p. 196.

64 Chr. Rakovsky, « The five year plan in crisis », Critique, n° 13 (1981), p. 32. Traduction d’un article daté de juillet-août 1930, paru en nov.-déc. 1931 dans Bjulleten’ oppozicii.

65 V. Kravchenko, J’ai choisi la liberté !, rééd. Olivier Orban – Nouvelles Éditions Baudinière, 1980, p. 105-106. Cf. aussi Stroitel’naja promyšlennost’, n° 6, 1933, p. 3, et Lel’čuk, Industrializacija SSSR..., p. 187.

66 Istorija sovetskogo rabočego klassa p. 158, et Zaleski, op. cit., p. 312.

67 Rakovsky, art. cit., p. 31 ; T. Kirstein, « The Ural-Kuznetsk combine : a case-study in Soviet investment decisionmaking », in Soviet investment for planned industrialization, 1929-1937 : policy and practice, éd. R.W. Davies, Berkeley Slavic Specialities, 1984, p. 93.

68 Rien ne prouve que les données soient calculées de la même façon dans les deux cas. Sources : Ginzburg, O prošlom..., p. 162 ; Zaleski, op. cit., p. 320 (en 1937, les arrêts pour une journée entière représentaient à eux seuls 1,73 journée de travail ouvrier) et p. 550-553.

69 Kirstein, art. cit., p. 91 ; A.D. Rassweiler, « Soviet labor policy in the first Five-Year Plan : the Dneprostroi experience », Slavic review, été 1983, p. 235 ; V.N. Zujkov, Sozdanie tjaželoj industrii na Urale (1926-1932 gg.), M., 1971, p. 167.

70 Narodnoe xozjajstvo SSSR1958 g., M., 1959, p. 467.

71 La prudence s’impose, car les publications soviétiques fournissent des chiffres difficiles à concilier entre eux. Données tirées de : Lel’čuk, Industrializacija SSSR..., p. 189-190 ; Ginzburg, Sovetskaja stroitel’naja industrija..., p. 33 et 50 ; Stroitel’stvo v SSSR... p. 32 ; Zujkov, op. cil., p. 120. Pendant le premier plan, l’U.R.S.S. se lance dans la production de bétonnières, de convoyeurs, etc., mais la qualité laisse pour le moins à désirer (Ginzburg, op. cit., p. 136).

72 Rassweiler, art. cit., p. 237 ; Istorija sovetskogo rabočego klassa, op. cit., p. 156 ; Gol’cman, art. cit., p. 150 ; Stroitel’naja promyšlennost’, 1933, n° 6, p. 2 (« Bilan du travail des organisations de construction du commissariat à l’industrie lourde en 1932 ») ; Zujkov, op. cit., p. 120.

73 Nous sommes conscient du caractère sommaire des indications qui suivent : elles ne couvrent qu’un nombre limité de travaux, or le niveau de mécanisation varie beaucoup d’une activité à l’autre ; les données sur le terrassement ne concernent que les excavateurs (à l’exclusion par exemple des lances à eau). Malheureusement, l’état des sources interdit toute analyse approfondie.

74 Za industrializaciju, organe du Vesenxa, cité par Rakovsky, art. cit., p. 31.

75 Ginzburg, Sovetskaja stroitel’naja industrija..., p. 34 et p. 53 ; Rassweiler, art. cit., p. 233.

76 Un cas particulier : le Dneprostroj. Nous n’avons pu trancher entre des affirmations contradictoires. Pour les Soviétiques, le chantier était doté des moyens les plus modernes à l’époque, cf. Ginzburg, O prošlom..., p. 60 ; Stroitel’stvo v SSSR..., p. 462 (terrassement mécanisé à 85 %) ; Lel’čuk, Industrializacija SSSR..., p. 99 ; Rassweiler, art. cit., p. 233 insiste au contraire sur le bas degré de mécanisation.

77 Ginzburg, Sovetskaja stroitel’naja industrija..., p. 30-31.

78 Id., O prošlom..., p. 82.

79 Istorija sovetskogo rabočego klassa, p. 156 ; Stroitel’stvo v SSSR..., p. 69 et p. 463 ; Zujkov, op. cit., p. 121 ; Kirstein, art. cit., p. 93. À l’été 1931, un ingénieur fait assembler un concasseur de 260 tonnes à l’aide de treuils ordinaires (au lieu de grues spéciales), mais il s’agit plutôt de défier les « consultants » américains, cf. Ginzburg, O prošlom..., p. 95.

80 Ginzburg, op. cit., p. 60 ; Lel’čuk, Industrializacija SSSR..., p. 99.

81 Cité par Zujkov, op. cit., p. 166. Autre exemple : le rivetage manuel d’un haut fourneau à Kuzneck, faute de compresseurs, cf. Istorija sovetskogo rabočego klassa, p. 156.

82 S.Z. Ginzburg fait allusion aux « humeurs antimécanisatrices [sic] qui existaient chez une série de dirigeants de chantiers ». Ces critiques font écho à des propos tenus par Ordžonikidze lors d’une conférence sur la construction (décembre 1935) qui condamna précisément ces tendances hostiles à la mécanisation, Cf. Sovetskaja stroitel’naja industrija, p. 44, et Lel’čuk, Industrializacija SSSR..., p. 187.

83 Sur ce point, cf. Stroitel’naja promyšlennost’, 1933, n° 6, p. 3.

84 Par exemple chez V. Šukšin, « Je choisis de vivre à la campagne », in Conversations sous la lune claire, M., 1975 (en russe), p. 29. Cf. aussi Kotlovan, long récit écrit en 1929-1930, où le thème du creusement revient à plusieurs reprises. A. Platonov y décrit avec précision le travail des ouvriers sur un chantier ; ils manient la pelle et le pic, les machines sont inexistantes (éd. Ardis, en russe, 1979, p. 21-27, 31-32, 125-126).

85 G. Ribeill, Les cheminots, La Découverte (Repères), 1984, p. 91-93 ; A. Chatelain « La main-d’œuvre dans l’industrie française du bâtiment aux XIXe et XXe siècles », Technique, Art, Science, n° 101, 1956, p. 37-40, et « Une grande industrie motrice française attardée : le Bâtiment », Annales ESC, 1958, n° 3, p. 575-576.

86 Cf. aussi les photos reproduites dans Istorija sovetskogo rabočego klassa, p. 352 ; Stroitel’stvo v SSSR..., p. 68, 424, 462 ; Istorija SSSR..., t. VIII : 1921-1932, M„ 1967, p. 403.

87 Cité par Zujkov, op. cit., p. 137.

88 Lors d’une mission de six mois (mai-novembre). Cf. Ginzburg, O prošlom..., p. 69.

89 Id., Sovetskaja stroitel’naja industrija, p. 125.

90 Stroitel’stvo v SSSR..., p. 32, 71.

91 Lel’čuk, Industrializacija SSSR..., p. 187 ; Ginzburg, Sovetskaja stroitel’naja industrija, p. 40-48, et O prošlom..., p. 158-166. Sur le métro de Moscou, cf. J. Bouvard « Les palais souterrains du métropolitain », in Moscou 1918- 1941 : de « l’homme nouveau » au bonheur totalitaire, dir. C. Gousseff, Autrement, 1993, p. 109.

92 Ginzburg, O prošlom..., p. 162.

93 Décret du Conseil des commissaires du peuple de l’U.R.S.S. et du Comité central du PC(b), texte dans KPSS v rezoljucijax..., t. 6, 1933-1937, M. 1985, p. 316-331.

94 La résolution du XVIe Congrès (26 juin-13 juillet 1930) parlait déjà de « mécanisation maximale » de la construction (ibid., t. 5, 1929-1932, p. 152) ; elle n’avait guère eu de suites immédiates.

95 Ginzburg, Sovetskaja stroitel’naja industrija..., p. 47-48 et p. 53.

96 Très douteux pour 1937 : un article de E. Vasiliev dans Planovoe xozjajstvo, 1938, n° 8, indique une baisse de 2,1 % par rapport à 1936, cf. Zaleski, op. cit., p. 320.

97 Ces constatations sont parfois liées à des accusations de « sabotage », cf. ibid., p. 320-321.

98 Ibid., p. 236-258.

99 En 1936, la production de machines destinées au bâtiment avait doublé, selon un document officiel du 10 novembre 1936 (Industrializacija SSSR, ]933- 1937gg., M., 1971, p. 604). Ginzburg, Sovetskaja stroitel’naja industrija, p. 53-54, affirme que l’équipement des chantiers reste largement dépendant des importations ; or, le niveau absolu de celles-ci semble modeste, malgré la forte hausse observée en 1940 pour les excavateurs.

100 Ibid., p. 53, et id., O prošlom..., p. 205 et 208.

101 B. Lemoine, La tour de monsieur Eiffel, 1989, p. 38-39.

102 Les pages qui suivent examinent le travail forcé en camp de concentration ; elles excluent le cas des exilés et le travail forcé de non-détenus. L’importance du travail forcé des exilés, et particulièrement des « koulaks », a peut-être été beaucoup plus grande qu’on ne le dit habituellement. Un rapport récemment déclassé de l’ambassade américaine à Moscou (1938) montre qu’à Magnitogorsk 30 à 40 000 « koulaks » exilés ont été forcés d’« exécuter pratiquement tout le travail pénible de construction » et que 30 % environ du personnel de l’usine travaillait sous une forme ou une autre de contrainte. D’après S.G. Wheatcroft, Soviet studies, avr. 1981, p. 291, n. 1.

103 Pour tout ce paragraphe, cf. P.H. Solomon, Jr., « Soviet penal policy, 1917- 1934 : a reinterpretation », Slavic review, juin 1980, p. 200-203.

104 M. Heller, Le monde concentrationnaire et la littérature soviétique, Lausanne, L’Âge d’homme, 1974, 317 p., p. 65-66, situe ce tournant en 1925- 1926, et non en 1928. Idem chez David J. Dallin et Boris I. Nicolaevsky, Le travail forcé en U.R.S.S., A. Somogy, 1949, 382 p., p. 227-228. Toutefois, une note émanant de la « section spéciale » de l’OGPU (16 avril 1929) signale que depuis 1924 le camp gère des entreprises de pêche (mer Blanche, océan Glacial Arctique) où il emploie des prisonniers. Cf. Archives d’État de la Fédération de Russie, fonds 374, partie secrète (Inspection ouvrière et paysanne), inventaire n° 28 (secret), dossier n° 3123, p. 142.

105 Cf. aussi les arrestations d’ingénieurs accusés de sabotage.

106 Istorija SSSR, t. VIII, M„ Nauka, 1967, 725 p., p. 550.

107 Dans l’état actuel de la documentation, la question de la rentabilité des camps est insoluble : les hypothèses sur la productivité des détenus ne peuvent être qu’arbitraires ; il faudrait déduire les coûts de transport et de garde. Les camps utilisent des spécialistes qui font cruellement défaut par ailleurs. Enfin, l’utilité sociale d’une partie des travaux réalisés est douteuse.

108 Le débat sur ce sujet, très animé pendant la guerre froide, en sommeil ensuite, a repris avec force ces dernières années. Citons quelques pièces essentielles :
 – Dallin et Nicolaevsky, op. cit., 382 p.
 – N. Jasny, « Labor and output in Soviet concentration camps », The Journal of political economy, oct. 1951, p. 405-419. Critiques de David Redding et réponse de N. Jasny, ibid., n° 60 (1952), p. 337-342.
 – Ostprobleme, 15 déc. 1951 : « Sklavenarbeit und Produktion » de N. Jasny, p. 1553-1562, et critique de S.M. Schwarz, « Statistik und Sklaverei », p. 1562-1564.
 – Soviet studies : article de Steven Rosefielde, en janvier 1981 ; la réponse polémique de S.G. Wheatcroft en avril 1981 constitue une remarquable mise au point sur la question ; le débat s’est poursuivi dans la revue avec les interventions de R. Conquest, S.G. Wheatcroft, L. Van Rossum, S. Rosefielde, A. Maksudov en juil. 1982, janv., avr. et juil. 1983, avr., juil. et oct. 1984. Cf. aussi Slavic review, déc. 1980 : S. Rosefielde, H. Hunter, R.W. Davies et S.G. Wheatcroft, I. Birman, P. Gregory.

109 Pour l’estimation de A. Bergson, cf. The real national income of Soviet Russia since 1928, Cambridge, Harward U.P., 1961, p. 443.

110 David J. Dallin, La vraie Russie des Soviets, Plon, 1948, 314 p., p. 157-158 ; Dallin et Nicolaevsky, op. cit., p. 117-122 ; P. Barton, L’institution concentrationnaire en Russie (1930-1957), Plon, 1959, 515 p., p. 69-73, 75-77 et 371 ; S. Swianiewicz, Forced labour and economie development : an enquiry into the experience of Soviet industrialisation, Oxford U.P., 1965, 321 p. ; synthèse par William L. Blackwell, The industrialization of Russia : an historical perspective, Th. V. Crowell, 1970, 198 p., p. 112-115.

111 C’est-à-dire du manque de bras.

112 Discussion des avis contradictoires à ce sujet dans P. Barton, op. cit., p. 244- 252. Cf. aussi R. Brunet, « Géographie du Goulag », Hérodote, n° 47, p. 159- 161.

113 Soljénitsyne, op. cit., p. 442-444 donne une liste beaucoup plus longue ; nous nous en tenons aux cas pour lesquels nous disposons de témoignages d’anciens prisonniers. Cf. M. Buber-Neumann, Déportée en Sibérie, rééd. Seuil, 1986, 225 p. ; V. Chalamov, Récits de Kolyma, Denoël, 1969, 251 p., et « Article 58 », Gallimard – N.R.F., 1969, 260 p. ; E.S. Guinzbourg, Le vertige, Seuil, 1967, 423 p., et Le ciel de la Kolyma, Seuil, 1980, 508 p. ; G. Herling, Un monde à part, Denoël, 1985, 304 p. ; K. Štajner, 7 000 jours en Sibérie, Gallimard, 1983, 422 p. ; P. I. Negretov, « How Vorkuta began », Soviet studies, oct. 1977, p. 565-575.

114 Sur la C.I.C.R.C., cf. D. Rousset, La société éclatée, Grasset, 1973, 783 p., p. 759-765 ; à la suite d’une session publique tenue à Bruxelles en 1951, la CICRC a publié un Livre blanc sur les camps de concentration soviétiques, 256 p. (témoignages et rapports). La revue de la Commission, Saturne, parut de décembre 1954 à janvier-mars 1959 (19 numéros) ; tout ce travail a débouché sur le livre de P. Barton, L’institution concentrationnaire... Le Rapport du Comité spécial du travail forcé a été publié par le B.I.T. à Genève en 1953 (657 p.).

115 Eženedel’nik sovetskoj justicii, organe du commissariat à la Justice de RSFSR, 20 nov. 1929, p. 1087-1089. E.G. Širvindt était chef de l’administration pénitentiaire (NKVD). Dans le même sens, cf. Grande encyclopédie soviétique, t. 29, M., 1935, article « Politique du travail correctif », p. 600.

116 Dallin et Nicolaevsky, op. cit., p. 274-278 ; Pravda, 11 mars 1931, p. 2, col. 3 et 4 : rapport du gouvernement devant le VIe Congrès des Soviets.

117 B.S. Utevskij, Sovetskaja ispravitel’no-trudovaja politika, M., 1935, 122 p., p. 63-64 (manuel pour écoles de droit).

118 Ibid., p. 66-67 ; Grande encyclopédie soviétique, art. cit., p. 600 ; Ot tjurem k vospitatel’nym učreždenijam, M., 1934, 453 p., préface de A. Vyšinskij, p. 10.

119 Pravda, 5 août 1933 et 15 juil. 1937.

120 Belomorsko-Baltijskij kanal inteni Stalina : istorija stroitel’stva, dir. M. Gor’kij, I. Averbax, S. Firin, M., 1934, 615 p. ; analyse par M. Heller, op. cit., p. 104-116. I.L. Averbax, Ot prestuplenija k trudu, sous la direction de A. Ja. Vyšinskij, M., 1936, 226 p.

121 B-B kanal...[infra : BBK], p. 251, 566-567 ; Averbax, op. cit., p. 192-194 ; Soljénitsyne, L’archipel du Goulag, t. 2, chap. 3.

122 Gosudarstvennyj plan razvitija narodnogo xozjajstva SSSR na 1941 god, Baltimore, American Council of Learned Societies Reprints, s.d., 746 p. Présentation de ce document par J. Miller, Soviet studies, avr. 1952, p. 365- 386. Jasny, « Labor and output... ».

123 Il s’agit des entreprises industrielles du NKVD et de l’organisation d’État pour les grandes routes (NKVD) : respectivement 16 820 et 60 680 travailleurs. Ces chiffres correspondent apparemment au petit contingent de main-d’œuvre libre employé par le NKVD.

124 Cf. Jasny, art. cit., p. 410, 412 et 418 ; Dallin et Nicolaevsky, op. cit., p. 138.

125 Articles cités supra, p. 105-106, n. 5.

126 A.D. Redding n’essaie pas d’évaluer le nombre de déportés, mais il pense comme N. Jasny que « des chiffres de 10 à 15 millions [...] n’ont tout simplement pas de sens » (art. cit., p. 339).

127 Cette pratique est attestée par plusieurs témoignages émanant de directeurs d’usines ou de détenus. Cf. V.A. Kravchenko, J’ai choisi la liberté ! (1936), Olivier Orban, rééd., 1980, 628 p., p. 264 265, 380, 394. Livre blanc sur les camps... (CICRC), op. cit., p. 82-85 : déposition de G. Petrov, chef d’une grande entreprise de 1936 à 1940 ; p. 89-90 (V. Erchov, 1947). Cf. Barton, op. cit., p. 65-67.

128 C’est du moins la thèse de N. Jasny, suivi sur ce point par D. Redding ; D.J. Dallin pense au contraire que les détenus des camps étaient toujours inclus dans les statistiques concernant la main-d’œuvre. Cf. N. Jasny, art. cit., p. 408.

129 Cf. l’avertissement de Jasny, ibid., p. 407.

130 Ibid., p. 416.

131 Ibid., p. 410.

132 S. Swianiewicz, op. cit., Appendice, p. 292-296 : selon lui, il faut encore ajouter l’extraction de minerai de fer, de platine et de phosphates. S. Swianiewicz est un économiste polonais qui a été détenu en U.R.S.S. pendant trois ans ; il a corrigé et complété le travail de N. Jasny, en s’appuyant notamment sur les témoignages de ses compatriotes.

133 Soljénitsyne, op. cit., p. 66, 68-69, 71-73, 78-79.

134 Cf. références supra, p. 109, n. 5 ; les photos reproduites et commentées par A. Soljénitsyne aux pages 63, 66-67, 83-84, 86-91 sont aussi tirées de ces volumes.

135 L.I. Kogan, chef de chantier.

136 Chantier de la grande centrale sur le Dniepr (Zaporož’e), où N.V. Mogilo a travaillé auparavant.

137 Chef des travaux.

138 BBK, p. 176-177.

139 Ibid., p. 170-172 ; trad. partiellement dans A. Soljénitsyne, op. cit., p. 71-72.

140 Ibid., p. 318,435, 575 et 577.

141 Ibid., p. 246.

142 Études, 20 mars 1934, p. 717-718 (l’auteur est un déporté qui a réussi à s’enfuir via la Finlande). Plusieurs photographies figurant dans BBK attestent que le chantier utilisait des chevaux pour les transports ; curieusement, aucun camion n’apparaît sur ces clichés. Est-ce volonté de souligner davantage encore « l’exploit » du Belomorkanal ?

143 Op. cit., p. 116 ; A. Soljénitsyne, op. cit., p. 84 et 88-91.

144 K. Štajner, op. cit., p. 93, 215, 231-232, 255, 319-320, 338-339 ; sur les travaux forestiers, cf. aussi V. Chalamov, « Article 58 », p. 59 ; E.S. Guinzbourg, Le vertige, p. 381-386, et Le ciel de la Kolyma, p. 131 ; G. Herling, op. cit., p. 58.

145 Guinzbourg, Le vertige, p. 323-325 ; Le ciel de la Kolyma, p. 244.

146 M. Buber-Neumann, op. cit., p. 98, 105, 114, 129-131, 135, 158, 160 ; il s’agit parfois de servir une machine, cf. p. 130-131 et 133 : battage de l’orge.

147 V. Chalamov, Récits de Kolyma, p. 53, 96, 121, 157-158 (la trilogie « brouette, pic, pelle » est reprise par A. Soljénitsyne, op. cit., p. 73 et 433). Le témoignage de V. Chalamov contredit les affirmations de Dallin et Nicolaevsky, op. cit., p. 166-169 et 178-179, sur la mécanisation des mines d’or.

148 V. Chalamov, Kolyma, 1.1, Maspéro, 1980, 326 p., p. 68.

149 Variante : dve ručki, odno koleso.

150 V. Chalamov, Récits de Kolyma (en russe), Paris, YMCA-Press, 1982, 895 p., p. 311 et p. 438, et La Nuit. Kolyma, t. II, Maspéro, 1981, 382 p., p. 170. Cf. aussi Ju. Dombrovskij, La faculté des choses inutiles (en russe), YMCA-Press, 1978, 476 p., p. 160 : « On emmena le condamné et de ce moment commença pour lui le camp-brouette ». On retrouve la même association entre le camp de travail et la brouette dans le roman récemment publié de V. Ažaev, Vagon (Druž.ba narodov, n° 7, 1988, p. 154 et 155). OSSO, abréviation pour « Osoboe soveščanie » (Conférence spéciale). La « Conférence spéciale près le NKVD de l’U.R.S.S. », tribunal d’exception, a été créée début novembre 1934 : comprenant le commissaire du peuple, ses adjoints et le procureur de l’U.R.S.S., elle avait pouvoir de condamner sans appel.

151 N. Petrov, « Des chameaux et des tracteurs », Critique communiste, n° 55, spécial U.R.S.S. (1986), p. 86. Ouvrier communiste, déporté en Sibérie comme « trotskyste » en 1937, N. Petrov n’a retrouvé la liberté qu’après la mort de Staline, et a repris alors son travail de fraiseur. Au début des années 1970, il émigre en Autriche, où il sera encore ouvrier pendant plusieurs années ; retraité, il vit à Vienne.

152 « Le travail forcé est par définition un travail sans équipement », Barton, op. cit., p. 207 ; cf. Leonard E. Hubbard, Soviet labour and industry, Londres, Mac Millan, 1942, 315 p., p. 148-149 ; Dallin et Nicolaevsky, op. cit., p. 118- 120. Critique (peu convaincante) de cette thèse par N. Jasny, art. cit., p. 412.

153 Barton, op. cit., p. 265-266, 296, 351-353, et revue Saturne, n° 7, p. 16-17 et n° 9, p. 31.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k
Titre Nombre d’ouvriers d’industrie
Légende (a) Statistique du travail. Trud v SSSR, M. 1936, p. 91 et 94. Apprentis compris.(b) Statistique industrielle. Soc. stroitel’stvo SSSR, M., 1936, p. 3. Apprentis compris en 1928-1930.(c) Promyšlennost’ SSSR, M., 1964, p. 84-85 ; Industrializacija SSSR, 1933- 1937, M., 1971, p. 516 et Industrializacija SSSR, 1938-1941, M., 1973, p. 211 et 248-249. Les données excluent les coopératives industrielles, les entreprises industrielles des kolkhozes et les entreprises industrielles auxiliaires auprès des organisations non industrielles.N.B. : pour interpréter ce tableau, il importe de savoir que la statistique du travail fournit des chiffres au 1er janvier, et non des moyennes annuelles.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47836/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47836/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Part des grandes régions économiques dans l’ensemble de l’U.R.S.S. (en %), 1913-1940
Légende .
Crédits D’après Emilo J. Stanley, Regional distribution of Soviet industrial manpower, 1940-1960, New York – Washington – Londres, F.A. Praeger, 1968, 208 p., p. 13
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47836/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47836/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende a) En valeurb) En unités physiquesc) En unités physiques, pour deux kraj seulement : Primorskij et Xabarovskij (Extrême-Orient)d) Y compris les scieriese) Il s’agit des détenus affectés au travail (sans enfants, invalides, personnes trop âgées pour travailler). La main-d’œuvre totale prévue dans l’industrie et la construction (en excluant chantiers et entreprises du NKVD) était de 14 100 000.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47836/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search