Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en U.R.S.S.

 | 
Jean-Paul Depretto

Chapitre premier. La classe ouvrière de la grande industrie à la fin de la NEP1

Texte intégral

I. Le recensement syndical de 1929 : présentation de la source

  • 1 Dans les références bibliographiques données en note, lorsqu’un ouvrage en langue française a été p (...)
  • 1 M. Lewin, La paysannerie et le pouvoir soviétique, 1928-1930, Paris – La Haye, Mouton, rééd. 1976, (...)
  • 2 Du 23 au 29 avril 1929.

1Début 1929, le présidium du Conseil central des syndicats soviétiques décide de procéder à un recensement par sondage des ouvriers et employés de trois grands secteurs industriels : métallurgie, mines, y compris l’industrie pétrolière, textile. Nous sommes alors à la veille du Grand Tournant, en pleine « purge syndicale » : Tomskij est déposé définitivement sur décision d’une session du Comité central en avril 19291. La XVIe Conférence du PC(b) qui se tient juste après ce plénum2 approuve le premier plan quinquennal. Réalisé en avril-mai 1929, et achevé en juin 1929 dans quelques régions, ce recensement concerne 340 entreprises, et porte sur plus de 430 000 ouvriers et employés, soit 25 % du total des ouvriers et employés de ces branches (dont 382 000 ouvriers, ≅ 20 % de l’effectif). En septembre-octobre 1929, le Conseil central des syndicats et le Comité central du syndicat du bâtiment réalisent un recensement par échantillonnage des ouvriers du bâtiment : il englobe plus de 76 000 ouvriers occupés dans la construction de bâtiments industriels, d’appartements communautaires et de lignes de chemin de fer. Il s’agit du premier recensement à une large échelle des ouvriers du bâtiment jamais réalisé en U.R.S.S.

2Le Conseil central des syndicats estimait que les données de la statistique courante du travail (âge, sexe, profession) étaient trop limitées et ne permettaient pas de donner une « caractéristique » approfondie des ouvriers de fabrique et d’usine et, en particulier, des nouveaux ouvriers. Le recensement complet des membres des syndicats prévu pour 1927 aurait exigé des dépenses importantes : c’est pourquoi il n’a pas eu lieu. D’où le recours à la méthode du sondage. Lors du choix des entreprises à recenser, on a cherché à refléter les indices moyens de la branche considérée, en tenant compte :

  1. de la « structure productive » de la branche considérée,
  2. de la localisation des entreprises (région, ville, agglomération de type urbain, localité rurale),
  3. du niveau de satisfaction des ouvriers en logements,
  4. du niveau du salaire,
  5. de la croissance du nombre d’ouvriers dans les entreprises ces dernières années.
  • 3 S’agit-il des petites entreprises ?
  • 4 Seul le recueil statistique consacré à l’Oural est plus explicite : l’enquête a englobé 14 usines e (...)

3Aucune liste des entreprises étudiées n’a été publiée, et les critères exacts de choix de ces entreprises ne sont pas connus. Dans un petit nombre d’usines3, le recensement a été complet ; dans une partie considérable des grandes entreprises, les ouvriers ont été recensés à 50 % seulement, en prenant un ouvrier sur deux par ordre alphabétique, ou par ordre de numéro sur la liste du personnel4.

4Le programme de traitement des matériaux a été composé par une commission spéciale formée de responsables de la Statistique unifiée du travail (commune au Conseil central des syndicats, à la Direction statistique centrale et au commissariat au Travail), des départements statistiques des syndicats concernés, du parti bolchevique et du Komsomol : V.A. Zajcev, S.L. lozefovič, Ja. B. Kvaša, G.S. PoIjak, A.G. Rašin, E.G. Smitten, F.M. Šofman. Comme base de ce programme, on a adopté un projet mis au point par F.M. Šofman et Ja. B. Kvaša, dirigeants du secteur statistique du syndicat du textile. Le travail a été effectué en deux tours : le premier, limité aux principales productions et régions, et aux questions les plus actuelles, a été achevé début octobre 1929, et un rapport sur ces « résultats préliminaires » a été présenté à la session du Présidium du Conseil central des syndicats le 15 octobre 1929. Quant aux résultats détaillés et définitifs, dont l’élaboration devait être achevée début 1930, ils n’ont été publiés que pour les ouvriers des métaux. Le traitement du premier tour concerne environ 270 000 ouvriers, occupés dans 178 grandes entreprises, dont la répartition est la suivante :

Répartition des entreprises et des ouvriers recensés par branches.

Répartition des entreprises et des ouvriers recensés par branches.
  • 5 G. Meyer, Sozialstruktur sowjetischer Industriearbeiter Ende der zwanziger Jahre, Marburg, Arbeiter (...)
  • 6 Chiffre tiré des archives du département de statistique du Conseil central des syndicats, cité par (...)

5Pour l’industrie textile, n’ont été traitées à fond que les données concernant le coton, à l’exclusion du lin, de la laine, etc. mais toutes les entreprises recensées ont été incluses. Pour le travail des métaux-construction mécanique, la métallurgie et la principale production minérale – le charbon – le traitement inclut les principales zones de production ; pour le pétrole, il s’agit de Baku et Groznyj. Ainsi qu’un rapide calcul permet de le vérifier, la majorité des entreprises en cause sont de grandes entreprises : les résultats préliminaires du recensement reflètent la composition de la classe ouvrière d’entreprises où l’on comptait au moment du recensement environ un demi-million d’ouvriers. Il ne s’agit ici que de la grande industrie (ou industrie « du cens » : entreprises de plus de 15 ouvriers avec un moteur, ou de plus de 30 ouvriers, sans moteur), à l’exclusion donc des petites unités, et des chemins de fer. Mais, dans ce domaine, la représentativité de l’échantillon ne saurait faire de doute : si l’industrie « du cens » employait en 1928-1929 89 % des salariés de l’industrie, les trois branches étudiées concernaient au début de 1929 plus de 60 % des ouvriers de la grande industrie5. Or, au 1er octobre 1928, les syndicats soviétiques regroupaient 86,4 % des travailleurs6. Quant aux ouvriers du bâtiment, leur recensement a été traité séparément, mais sur la base des mêmes principes adaptés à la spécificité de la branche : les femmes ne représentant que 5 % environ du personnel, seules les données concernant les hommes ont été retenues ; la présentation des résultats distingue ouvriers permanents et ouvriers saisonniers. C’est précisément en raison des particularités de l’otxodničestvo et du travail saisonnier que nous réservons à un prochain chapitre l’analyse détaillée des traits spécifiques de la classe ouvrière dans le bâtiment.

  • 7 Cf. la tentative menée par des historiens soviétiques à partir des matériaux du recensement profess (...)
  • 8 Perepis’ raboči i služaščix 1929 goda, t. I : Metallisty SSSR, texte de A.G. Rašin, dir. N.N. Evrei (...)
  • 9 A.G. Rašin (1888-1960) : sort en 1915 de l’institut de commerce de Kiev ; après la Révolution, resp (...)
  • 10 A.G. Rašin, Sostav fabrično-zavodskogo proletariata SSSR, dir. N.N. Evreinov, auteur de l’article i (...)
  • 11 N.N. Evreinov, né en 1892, permanent syndical. Membre du présidium du Conseil central des syndicats (...)
  • 12 Déjà exposées brièvement dans son article « Lico sovremennogo fabrično-zavodskogo proletariata », P (...)
  • 13 Sostav fabrično-zavodskogo proletariata SSSR v diagrammax i tablicax, éd. N.N. Evreinov, dir. A.G. (...)

6À l’exception de ce dernier secteur, les matériaux primaires du recensement syndical de 1929 n’ont, jusqu’à présent, pas été retrouvés dans les archives. En l’absence des questionnaires originaux remplis par les ouvriers, qui auraient permis de reprendre et d’élargir l’analyse avec l’aide de l’ordinateur7, la recherche doit se contenter de publications partielles, livres ou articles : la publication d’ensemble annoncée par une résolution du présidium du Conseil central des syndicats (15 octobre 1929) s’est arrêtée après le tome I, consacré à l’industrie des métaux8. Fort heureusement, le célèbre statisticien soviétique A.G. Rašin9 a livré les résultats « préliminaires » dans un recueil de tableaux commentés dont les comptes rendus de l’époque soulignent l’intérêt et l’éminente valeur scientifique et qui demeure l’ouvrage de base sur le sujet10 ; dans une longue préface, N.N. Evreinov11, dirigeant du « secteur culture » des syndicats soviétiques et responsable de l’organe syndical Kul’turnaja revoljucija, tente de résumer les principales conclusions qui s’en dégagent12. A.G. Rašin a aussi dirigé la composition d’un volume de diagrammes et de tableaux13 qui complète le livre précédent en intégrant des données sur l’ensemble de l’industrie textile (coton, mais aussi lin, laine, etc.) et sur l’industrie minérale. Deux annuaires statistiques (Trud v SSSR : Spravočnik 1926-1930 gg., M., 1930, et Trud v SSSR, M. – L., 1932) donnent une présentation synthétique des résultats ; un annuaire régional fournit des indices détaillés sur l’Oural, descendant jusqu’au niveau de l’entreprise. Les chiffres cités dans ces publications ne sont pas totalement comparables : notamment, le nombre des questionnaires exploités varie ; néanmoins, malgré des divergences légères, les résultats concordent très largement.

7Les matériaux du recensement de 1929 ont en outre suscité divers types d’articles : Ja. B. Kvaša, F.M. Šofman et F. Zauzolkov analysent la composition interne de la classe ouvrière en s’appuyant essentiellement sur les résultats « préliminaires » ; E. Ljustix a traité plus de 75 000 cartes individuelles d’ouvriers des métaux – hommes de Leningrad, de l’oblast’ de Moscou et d’Ukraine pour déterminer l’influence de l’âge, de l’ancienneté et du niveau de formation scolaire sur le salaire, la qualification et l’efficacité du travail. Les périodiques Istorija proletariata SSSR, Za industrializaciju et Voprosy truda ont publié des comptes rendus critiques des travaux consacrés au recensement sur lesquels nous reviendrons en raison de leur signification politique.

  • 14 1931, n° 6, p. 235-239 : citations p. 236, 237, 238.

8Quant au traitement des données primaires de l’enquête sur les ouvriers du bâtiment, il a été dirigé par M.T. Gol’cman. Les résultats préalables pour Leningrad et l’oblast’ de Moscou ont été publiés dans Trud v SSSR, 1930, et les principaux indices pour l’ensemble de l’U.R.S.S. dans Trud v SSSR, 1932. En 1961, M.T. Gol’cman a pu effectuer une analyse détaillée de ce recensement à l’aide des archives conservées au Département des fonds manuscrits de l’institut d’histoire de l’U.R.S.S. de l’Académie des sciences. Enfin, il faut signaler qu’en 1931 un groupe de jeunes collaborateurs du Gosplan a publié une étude sur la jeunesse ouvrière, réalisée pour le IXe Congrès du Komsomol (janvier 1931) à partir de 87 000 questionnaires du recensement de 1929, concernant les jeunes de 14 à 24 ans. Malheureusement, la qualité de ce travail semble laisser beaucoup à désirer, si l’on en croit un compte rendu paru dans Istorija proletariata SSSR14 : une « grande partie du travail » porte « la marque de la hâte, d’une élaboration peu soignée des matériaux » ; il est parfois difficile de comprendre si un tableau ou un chiffre se rapporte aux branches d’industrie recensées ou à toute l’industrie ; les tableaux de chiffres sont composés avec négligence : erreurs dans les titres des colonnes, absence de titres, données rapportées sans indication de date (1929 ou 1931 ?). Pire, les auteurs « ne savent même pas sur quel matériau ils travaillent » : ils déclarent que les entreprise recensées employaient 430 000 ouvriers et que sur ces 430 000 ouvriers on en a recensé 178 000, en prenant un ouvrier sur deux, ce qui défie le lois les plus élémentaires de l’arithmétique ! « Le chiffre 178 figurait dans les résultats du recensement, mais pas là ou l’ont vu les auteurs du recueil » : en fait, sur 430 000 ouvriers et employés recensés, on a soumis à un « traitement préliminaire », au « 1er tour », les données concernant 270 000 ouvriers, occupés dans 178 grandes entreprises : voilà d’où vient le chiffre 178 ! Enfin, les auteurs indiquent qu’ils ont étudié en profondeur 87 000 questionnaires de jeunes ouvriers, mais sans dire comment ils arrivent à ce chiffre : pour le comprendre, il faut procéder par supposition et recoupements.

  • 15 Rašin, Sostav...

9L’enquête s’est intéressée à un large éventail de questions que A.G. Rašin15 a regroupées en cinq chapitres :

  1. « Caractéristique (xarakteristika) sociale des ouvriers de fabrique et d’usine » : date d’entrée dans l’industrie ; activité exercée pendant la guerre civile ; origine sociale ; lien avec l’agriculture ; typologie des exploitations agricoles appartenant à des ouvriers.
    IL « Structure par âge et caractéristique productive » : répartition par groupes d’âge ; âge moyen ; âge d’entrée dans la vie active ; ancienneté dans la production, et ancienneté au dernier lieu de travail ; qualification et salaire journalier moyen.
  2. « Alphabétisation et formation des ouvriers de fabrique et d’usine » : pourcentage d’illettrés ; durée moyenne des études, répartition selon la durée des études ; types d’études.
  3. « Appartenance au parti [communiste] et activité sociale des ouvriers » : pourcentage de communistes ; appartenance au parti selon le sexe, la branche d’industrie et la région ; exercice de fonctions dirigeantes dans les organisations sociales ; participation aux clubs et cercles ; lecture des journaux.
  4. « Caractéristique régionale des ouvriers de fabrique et d’usine » : tableau synthétique des principaux indices (ancienneté, origine sociale, etc.) par branche et par région.

10Nous nous attacherons ici aux rubriques I, II et V, qui renseignent à la fois sur la composition de la classe ouvrière soviétique en 1929 et sur l’histoire de sa formation. Avant de présenter les principaux résultats obtenus, il est nécessaire de s’interroger sur les objectifs de ce recensement. Ils sont sans doute liés au lancement du premier plan quinquennal : nous n’avons pu trouver de déclaration explicite à ce sujet, mais les publications et les commentaires consacrés au recensement éclairent a posteriori les intentions des organisateurs ; la lecture de discours et d’articles de dirigeants et de théoriciens permet d’approfondir l’analyse en situant le contexte idéologique.

II. Objectifs et contexte idéologique du recensement

1. Les buts de l’enquête

  • 16 5 octobre 1929, reproduite dans Bjulleteri VCSPS, 1929, n° 7, p. 3-4 : point 9, p. 4.

11En procédant à cette enquête, la direction des syndicats poursuit évidemment des buts pratiques. La résolution du présidium du Conseil central des syndicats « sur les résultats préliminaires du recensement des ouvriers de fabrique et d’usine16 » se conclut (point 9) par des instructions en vue de l’action :

Le présidium charge les services du Conseil central des syndicats, les Comités centraux des syndicats intéressés et les conseils régionaux des syndicats d’étudier à fond [...] les matériaux du recensement pour leur travail opérationnel afin d’assurer une approche différenciée envers les différents groupes d’ouvriers.
Le secrétariat du Conseil central des syndicats [...] est tenu de soumettre au présidium dans un délai de trois mois ses propositions, en tenant compte de l’importante différence de formation des ouvriers selon les régions, en particulier pour la formation technique professionnelle, ce qui peut être une entrave au développement ultérieur de notre industrie ; il est nécessaire que le service culturel et le service de l’économie et des salaires du Conseil central des syndicats élaborent d’urgence et soumettent à l’approbation du présidium des propositions de mesures complémentaires pour élever le niveau de formation des ouvriers déjà occupés dans la production.

  • 17 N. Evreinov, introd. à Rašin, Sostav..., p. IV-V.

12Ces visées pratiques sont signalées par N. Evreinov17.

13Mais ce recensement répond aussi à des intérêts politiques de plus vaste portée. Dans un discours prononcé devant le plénum du C.C. du P. C. de l’U.R.S.S. (Moscou, 16-24 septembre 1928), Molotov avait déclaré :

  • 18 Citation extraite de la traduction française, parue sous la forme d’une brochure intitulée Le recru (...)

Que représente notre parti par rapport à la composition de la classe ouvrière ? Pour répondre à cette question, il faut connaître non seulement la composition sociale du parti, mais aussi celle de la classe ouvrière elle-même. Malheureusement, sur ce dernier point, nous n’avons pas de données suffisantes. Nous vivons en État prolétarien, mais nous étudions encore mal la composition de la classe ouvrière. Par exemple, sur des questions telles que le stage [ancienneté, J.– P.D.] de travail des ouvriers, la liaison des ouvriers avec la campagne, l’existence au sein de la classe ouvrière d’éléments socialement étrangers, nous ne trouvons dans nos institutions et organisations aucune donnée sérieuse. Nous ne nous sommes pas encore occupés sérieusement d’étudier la composition de la classe ouvrière. C’est pourquoi ultérieurement, en analysant les différentes couches sociales du parti, nous ne pourrons pas utiliser des données parallèles sur la composition de la classe ouvrière. Évidemment, pour les principales déductions politiques, les données sur la composition des ouvriers dans le parti donnent des renseignements importants, quant à la composition de l’ensemble de la classe ouvrière18.

  • 19 Rašin, Sostav..., introd. de Evreinov, p. IV ; références à V. Molotov, ibid., p. III, et Pravda, 1 (...)

14Se référant à une intervention de V. Molotov à la XVIe Conférence du PC(b), en avril 1929, N. Evreinov souligne que le grand intérêt du livre de A.G. Rašin tient au fait que « jusqu’à présent nous n’avions pas de données exactes, fondées sur une exploration massive et approfondie de la composition de la classe ouvrière » : or, l’industrie qui se développe à un rythme rapide embauche de nouveaux ouvriers19.

  • 20 Evreinov, introd. à Rašin, Sostav..., p. III. Dans ce texte publié en 1930, N. Evreinov s’évertue à (...)

Qui sont ces ouvriers ? Qu’apportent-ils avec eux ? À quelle vitesse peuvent-ils être éduqués, « assimilés » par le personnel ancien ? Quelle est l’ampleur de cette couche d’ouvriers d’avant-garde qui est, selon l’expression de Lénine, la source la plus profonde de la dictature du prolétariat et la principale force motrice de la construction du socialisme ?20

2. La vision officielle de la classe ouvrière

15Pour situer la portée de ce recensement, il ne suffit pas de constater qu’il obéit à des visées pratiques et politiques : après tout, le fait est banal. Il faut encore examiner les conceptions qui président à l’étude de la classe ouvrière dans l’U.R.S.S. de la deuxième moitié des années vingt ; leur analyse nous éclairera sur les préoccupations des autorités.

  • 21 O.I. Škaratan, Problèmes de la structure sociale de la classe ouvrière de l’U.R.S.S. (recherche de (...)

Les statisticiens, économistes et sociologues des années vingt, explique O.I. Škaratan21 basaient leurs recherches sur l’idée exposée par J.V. Staline au VIIe plénum élargi du Comité exécutif de l’Internationale communiste en décembre 1926, dans son rapport « encore une fois à propos de la déviation social-démocrate dans notre parti » [...]. Dans les recherches publiées dans les années vingt et trente, l’analyse des données sur l’ancienneté, le lien avec la campagne, l’origine sociale de classe des ouvriers se bornait à confirmer ou à concrétiser cette conception et ne sortait pas de son cadre.

16Polémiquant contre l’Opposition unifiée, Staline expliquait que les contradictions et divergences dans les partis prolétariens ont une double origine :

  • 22 C’est le même terme, extrêmement vague, qui est employé pour désigner « les koulaks et les aisés » (...)
  • 23 I.V. Stalin, Œuvres (en russe), t. 9 (déc. 1926-juil. 1927), M., 1948, p. 9-11, rapport présenté le (...)

C’est, premièrement, la pression de la bourgeoisie et de l’idéologie bourgeoise sur le prolétariat et son parti dans le cadre de la lutte des classes [...].
C’est, deuxièmement, l’hétérogénéité de la classe ouvrière, l’existence de diverses couches à l’intérieur de la classe ouvrière. Je pense qu’on pourrait diviser le prolétariat, en tant que classe, en trois couches.
La première, c’est la masse essentielle du prolétariat, son noyau, sa partie permanente, c’est cette masse de prolétaires « pur sang » qui a depuis longtemps déjà rompu les liens avec la classe des capitalistes. Cette couche du prolétariat est l’appui le plus sûr du marxisme. La deuxième couche, ce sont les gens issus récemment de classes non prolétariennes, de la paysannerie, des rangs de la petite bourgeoisie, de l’intelligentsia. Ce sont des gens issus d’autres classes, qui ne sont entrés que récemment dans le prolétariat et qui ont apporté dans la classe ouvrière leurs pratiques, leurs habitudes, leurs hésitations, leurs flottements. Cette couche offre le terrain le plus propice à toutes sortes de groupements anarchistes, semi-anarchistes et « d’ultra-gauche ».
Enfin, la troisième couche, c’est l’aristocratie ouvrière, le sommet (verxuška22 de la classe ouvrière, la partie la plus aisée [sic] du prolétariat, avec sa tendance aux compromis à l’égard de la bourgeoisie, avec sa disposition dominante à s’adapter aux puissants du monde, à « faire son chemin » (vyjti v ljudi). Cette couche offre le terrain le plus propice aux francs réformistes et opportunistes.
Malgré leur différence extérieure, ces deux dernières couches de la classe ouvrière représentent un milieu plus ou moins commun, qui alimente l’opportunisme en général23.

  • 24 Idée suggérée par Škaratan, op. cit., p. 134, qui ajoute : « une telle explication était loin de tr (...)

17On est ici en présence d’un schéma de correspondance biunivoque entre couches sociales dans la classe ouvrière et comportements politiques, ou comportements au travail. En apparence, il s’agit de chercher dans la sociologie les racines des manifestations de mécontentement ou d’opposition ; en fait, une telle démarche aboutit plutôt à plaquer sur la classe ouvrière des catégories toutes faites, élaborées à partir de préoccupations politiques. Il s’agit d’expliquer les difficultés rencontrées par le mouvement révolutionnaire en Occident, et par le pouvoir soviétique en U.R.S.S., en invoquant la minceur de la couche sociale des « prolétaires purs », et le poids des ouvriers d’origine paysanne24.

  • 25 M. Brudnyj, « Nos désaccords et l’hétérogénéité du prolétariat », Bol’sevik, 1927, n° 19-20 (31 oct (...)
  • 26 Le terme figure p. 64.
  • 27 Dont il tente de montrer « l’extrême proximité de principe » sur les questions de politique interna (...)

18Sans que Staline soit cité, c’est une démarche du même type qui est l’œuvre en 1927 dans un article de la revue Bol’sevik, paru dans le même contexte de lutte contre l’Opposition unifiée25. Cet article est, à première vue, assez désordonné : M. Brudnyj plaide pour l’égalitarisme (uravnilovka)26 en matière de salaire, présenté comme « la meilleure garantie d’unité politique du prolétariat », mais évoque aussi pêle-mêle la formation des classes sociales, les « communistes de gauche » de 1918 et l’Opposition unifiée27, etc. Toutefois, c’est l’analyse des rapports entre composition du prolétariat et divergences dans le parti qui constitue l’axe de ses développements.

  • 28 Art. cit., p. 52-53. La dernière phrase est soulignée dans le texte. Cf. aussi p. 61 et 64.
  • 29 Ibid., p. 60.
  • 30 Ibid., p. 61.
  • 31 Ibid., p. 64.

Dans le prolétariat existent des groupes relativement stables, caractérisés par deux indices (priznaki) : communauté des conditions matérielles d’existence et même horizon politique. Les groupes relativement stables du prolétariat (aristocratie ouvrière ou couche d’ouvriers hautement qualifiés, et nouvelles couches d’ouvriers techniquement et politiquement arriérés) sont des groupes frontières [sic] du prolétariat, frontières avec deux classes étrangères au prolétariat. Un groupe est à la frontière de la bourgeoisie urbaine, petite ou même moyenne, l’autre de la paysannerie [...].
Le mécanisme de l’influence de la bourgeoisie sur le prolétariat devient tout à fait compréhensible, si l’on se représente le prolétariat pas seulement comme un corps homogène, mais comme un corps hétérogène. L’influence de la bourgeoisie sur le prolétariat passe justement par la contamination de ses détachements frontaliers [sic] [...]28.
La haine forcenée de la bourgeoisie et la méfiance du moujik « fort » (krepkij) [c.-à-d. « aisé », J.-P.D.] ont un écho parmi certains groupes du prolétariat.
Est-ce que cela va contre le parti ? Est-ce que cela infecte certains de ses éléments ? Oui, absolument [...]29.
C’est pourquoi l’existence de l’opposition et les possibles fluctuations dans les rangs du parti à l’avenir posent la question des différents groupes du prolétariat [...]30.
Et M. Brudnyj conclut ainsi :
L’existence de groupes au sein du prolétariat engendre des groupements au sein du parti aussi. L’hétérogénéité économique du prolétariat peut se transformer en regroupement politique de certains éléments du parti31,

  • 32 Les seules données concrètes de l’article concernent la hiérarchie des salaires en 1926-1927 (table (...)

d’où l’appel au nivellement des salaires, considéré comme une garantie contre l’apparition d’une opposition32.

19Un tel article n’est pas un fait isolé : en 1928, au VIe Congrès du Komintern, D. Manuil’skij explique de la même façon les divergences au sein du PC (b) :

  • 33 D. Manuil’skij, Classes, État, Parti pendant la dictature du prolétariat, brochure, M. – L., 1928, (...)

Et si en Europe occidentale l’existence de couches différentes dans le prolétariat est à la base de la formation de tendances différentes dans le mouvement ouvrier, chez nous, avec un seul parti politique [...], cette structure est la source de groupements et de courants différents dans notre parti33.

20C’est à l’Académie communiste que devait revenir la tâche de rassembler en une théorie d’ensemble des éléments jusque-là épars.

3. Le rôle de l’Académie communiste

  • 34 Cf. O.I. Škaratan, « Problèmes et méthodes d’étude de la composition sociale de la classe ouvrière (...)
  • 35 L.V. Badja, L’académicienne A.M. Pankratova, historienne de la classe ouvrière, M., Nauka, 1979, ci (...)
  • 36 Commission d’histoire du mouvement syndical en Russie, créée par le Conseil central des syndicats.
  • 37 On ne dispose à ce sujet que d’un sténogramme incomplet et des « thèses » distribuées aux participa (...)
  • 38 Archives de l’Académie des sciences de l’U.R.S.S., citées ibid., p. 62.

21Parmi les spécialistes du Parti, A.M. Pankratova fut la première à tracer un programme d’étude de la composition sociale du prolétariat en Russie, dans son intervention à la Conférence des historiens marxistes de toute l’U.R.S.S. (décembre 1928-janvier 1929)34 ; cet exposé part des « fabriques pétroviennes » du XVIIIe siècle, mais ne traite pas de la période postérieure à 191735. Le 30 mars 1929, elle participe à une conférence scientifique de l’Istprof36, où elle présente une communication sur « Les problèmes fondamentaux de l’étude du prolétariat de l’U.R.S.S.37 ». La discussion est animée : A.G. Rašin considère que le thème du rapport est trop large, et le programme de recherches irréalisable ; il propose de limiter l’enquête à la période postérieure à 1861 et de se borner à une collecte soigneuse des sources38. La dernière « thèse » de A.M. Pankratova concerne l’histoire de la classe ouvrière soviétique : elle indique que la question est complexe, et peu étudiée :

  • 39 Archives centrales d’État de la révolution d’Octobre, citées ibid., p. 60.

À propos de l’influence sur la classe ouvrière de la révolution prolétarienne et de la guerre civile, puis de la NEP [...] Tous ces faits économiques et politiques d’une énorme importance ont dû influer sur la composition quantitative du prolétariat, sur sa physionomie sociale et sur sa situation économique [...] Les problèmes d’ordre idéologique, qui ont actuellement une importance pratique pour le prolétariat, ne font presque pas l’objet d’une élaboration scientifique39.

  • 40 Plus exactement, organe de la section d’histoire du prolétariat de l’Institut d’histoire de l’Acadé (...)
  • 41 Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 1. Il s’agit d’une version remaniée du rapport présenté le 3 j (...)

22Un peu plus d’un an après cette conférence, le premier numéro de la revue Istorija proletariata SSSR, organe de l’Académie communiste40, publie son article-programme « Le problème de l’étude de l’histoire du prolétariat41 ». Elle y développe, à propos de la classe ouvrière de l’époque capitaliste, une typologie comparable, avec des variantes, à celle de Staline (qu’elle ne cite pas) :

  1. Les prolétaires purs », c’est-à-dire les ouvriers privés de moyens de production, issus du milieu ouvrier, ayant une grande ancienneté de travail, relativement qualifiés et développés, constituant le noyau essentiel de la classe ouvrière [souligné par l’auteur] ;
  2. Les ouvriers ayant une parcelle (rabočie s nadelom), selon la terminologie de Lénine, c’est-à-dire issus récemment du milieu paysan, et qui y gardent des liens économiques, moins qualifiés et moins développés, avec importante prédominance d’une psychologie petite-bourgeoise. Par la marche du développement historique, cette couche se rapproche de plus en plus de la masse essentielle, du noyau essentiel du prolétariat ;
  3. enfin, une troisième couche – la couche ouvrière supérieure (rabočaja verxuška), appelée habituellement aristocratie ouvrière. C’est une partie quantitativement peu importante des ouvriers, aux salaires élevés, hautement qualifiée, corrompue par la bourgeoisie, et plus proche d’elle par sa position, et ses aspirations, que de la classe ouvrière. Cette couche, s’opposant à la masse essentielle de la classe [ouvrière] est le principal véhicule de l’influence bourgeoise en milieu ouvrier42.

23A.M. Pankratova souligne l’importance « extraordinairement grande » de la composition sociale du prolétariat dans les conditions du capitalisme, car elle explique de « nombreuses particularités » du mouvement ouvrier.

  • 43 Ibid., p. 148-149. O.I. Škaratan (op. cit., introd., p. 8, et art. cit., p. 146) souligne que le pr (...)

Pour l’époque de la dictature du prolétariat, l’étude de la composition sociale du prolétariat de l’U.R.S.S. a non seulement un intérêt historique, mais aussi un grand intérêt pratique et politique. [De cette] composition sociale dépendent pour beaucoup un rythme réussi et rapide de réalisation des tâches de la dictature prolétarienne, la présence en milieu ouvrier des conditions favorables à la pénétration d’idéologies étrangères et hostiles, la composition sociale [du prolétariat] détermine la base sociale du parti et des déviations en son sein, la qualité du personnel qualifié nécessaire à la promotion (vydviženie) de masse [à des postes dirigeants], etc.43

  • 44 Archives de l’Académie des sciences de l’U.R.S.S., citées par Badja, op. cit., p. 67 : cette enquêt (...)
  • 45 Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 2, p. 23-71. O.I. Škaratan souligne qu’il s’agit de la premièr (...)
  • 46 Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 2, p. 25-26 et p. 28.
  • 47 Ibid., p. 42 ; cf. aussi p. 40-42.
  • 48 Ibid., p. 42-43.

24Malgré ces développements sur la période soviétique, l’article de A.M. Pankratova est consacré essentiellement aux ouvriers russes d’avant 1914. L’auteur a pourtant participé à l’été 1929 à l’enquête par sondage sur les usines de l’oblast’ de Moscou, organisée par le comité de parti de la capitale, afin de connaître la composition du prolétariat local44. Sur les années postérieures à 1917, il faut se référer à l’article de B.L. Markus : « À propos des méthodes d’étude de la composition sociale du prolétariat de l’U.R.S.S.45 ». B.L. Markus souligne l’importance politique et pratique de cette question, presque dans les mêmes termes que A.M. Pankratova46. Après avoir critiqué, conjoncture oblige, Boukharine et Trotsky (entre autres) pour leurs « raisonnements méthodologiquement vicieux47 », il reprend à son compte la formulation déjà citée de Staline (décembre 1926). Toutefois, celle-ci s’applique « à l’époque du capitalisme monopoliste48 ». Or, en U.R.S.S.,

  • 49 Ibid., p. 55 ; cf. aussi p. 49.

... l’éloignement de la bourgeoisie des fonctions de commandement dans l’économie nationale anéantit la possibilité de reproduction d’une aristocratie ouvrière, couche supérieure (verxuska) achetée par la bourgeoisie49.

  • 50 Ibid., p. 53-55. B.L. Markus signale p. 52 que « notre catégorique négation de l’existence [...] d’ (...)
  • 51 Ibid., p. 49.
  • 52 Ibid., p. 27-28. Tout ceci est à replacer dans le contexte de la collectivisation.
  • 53 Za industrializaciju, 6 juin 1930, p. 5.
  • 54 Istorija proletariata SSSR, art. cit., p. 27.

25En effet, les inégalités de salaire entre catégories d’ouvriers dans la période de transition [au socialisme, J.-P.D.] n’autorisent pas à parler d’aristocratie ouvrière50. « À la place de l’aristocratie ouvrière disparue » nous voyons une couche « d’agents de l’ennemi de classe dans le prolétariat »51 : le koulak pénètre non seulement dans le bâtiment et dans d’autres métiers saisonniers, mais aussi à la fabrique, à la mine52. B.L. Markus propose de « découvrir ces gens avec l’aide de l’opinion publique ouvrière » et de les chasser des entreprises53 : il cite à ce propos une brochure de Kapustin contenant des lettres de rabcors, parue en 1930, sous le titre Ne puskaj kulak na proizvodstvo (Ne laisse pas entrer le koulak à l’usine)54.

  • 55 Markus précise qu’il « existe toute une gamme de types transitoires » qui seront rattachés « avec u (...)

26L’aristocratie ouvrière ayant été remplacée terme pour terme, on obtient pour la période soviétique un schéma symétrique de la formulation de Staline ; là aussi, on distingue trois types principaux d’ouvriers55, dont les deux derniers sont politiquement suspects :

  • 56 Ibid., p. 57 ; cf. aussi p. 51 et p. 64.

271) La couche la plus importante, le prolétariat « pur », ou « pur sang » (« du cadre ») : origine ouvrière ; forte ancienneté, acquise surtout dans la grande industrie ; pas de lien avec la terre56 :

  • 57 Ibid., p. 63.

Cette couche d’ouvriers « du cadre » est la base sociale essentielle de notre parti, l’initiatrice et la propagatrice essentielle de toutes les initiatives révolutionnaires de l’émulation socialiste et du travail de choc (udarničestvo), de la lutte pour les cadences, pour la qualité, pour la discipline du travail57.

  • 58 Ibid., p. 57.

282) Beaucoup plus réduit en nombre, le prolétariat en voie de formation, ayant des restes de son passé petit-bourgeois, lié avec la terre ; origine non ouvrière, petite bourgeoise ; ancienneté insuffisante58.

  • 59 « Le cœur au village, mais le porte-monnaie à l’atelier », selon l’expression citée par Markus dans (...)
  • 60 Au début de 1929, a été lancé le « mouvement de masse » autour du mot d’ordre de « l’émulation soci (...)
  • 61 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 64.

Cette couche d’ouvriers [...] apporte à l’usine un esprit étroit, de petit propriétaire, désire utiliser la fabrique dans son propre intérêt59 ; ils opposent souvent leurs intérêts temporaires aux intérêts de la classe [...]. C’est justement cette couche d’ouvriers qui offre un certain aliment aux mots d’ordre trotskistes, et à toute sorte d’autres mots d’ordre, opportunistes, avides [sic], suivistes contre la rationalisation socialiste, contre le réexamen des normes de production et des taux [de salaire]60, pour une hausse illimitée, pour une rapide égalisation des salaires, etc., etc.61

  • 62 Le « prolétariat bourgeois », « si l’on peut s’exprimer ainsi », précise B.L. Markus. Sur ce point, (...)
  • 63 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 57 et 64.

293) Numériquement faible, mais « exigeant du fait de son rôle une sérieuse attention », « la couche des “ouvriers”, entre guillemets, immédiatement liés à la bourgeoisie »62, c’est-à-dire soit originaires des « classes capitalistes », soit ouvriers-koulaks, dirigeant une « ferme d’exploiteur »63.

  • 64 Au cours de l’été 1929, dans la presse soviétique, « les reproches s’amoncelèrent contre les ouvrie (...)
  • 65 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 64 : les « opportunistes de droite », ajoute B.L. (...)

Organiquement étrangers au prolétariat, ils viennent à l’usine pour saboter ; en majorité ils sont, ouvertement ou en cachette, à la tête des éléments avides [sic], du mécontentement, des tentatives pour briser les initiatives socialistes, de la persécution des ouvriers d’avant-garde64. Ils essaient d’acquérir de l’autorité avant tout auprès des ouvriers liés à la petite bourgeoisie, et donc plus facilement sujets à toute sorte d’hésitations et de fluctuations65.

  • 66 Markus, art. cit., Za industrializaciju.

30C’est pourquoi « ils ne doivent pas être tolérés dans la fabrique socialiste66 ».

  • 67 Plus un indice « indirect » : l’attitude au travail et dans la société, cf. Markus, art. cit., Isto (...)
  • 68 Ibid., p. 63.
  • 69 Ibid., p. 58.

31B.L. Markus a construit ce schéma à partir de trois indices principaux considérés comme des facteurs de différenciation sociale du prolétariat : origine « de classe », ancienneté au travail, lien avec la terre67. Il souligne que chacun de ces indices pris en lui-même, isolément, ne suffit pas : ils doivent être combinés entre eux68 ; en même temps, ils se compensent réciproquement : « En cas d’ancienneté faible, l’origine sociale a une importance décisive et, inversement, en cas de forte ancienneté, l’origine a une importance secondaire69. »

  • 70 Sauf s’il s’agit d’un ancien koulak !
  • 71 Ibid., p. 63.

32On voit tout l’intérêt idéologique de cette notion, que B.L. Markus exploite à plaisir : un ouvrier originaire de la campagne70 pourra effacer cette « tare » et sera considéré comme un ouvrier « du cadre » s’il a une grande ancienneté et n’a pas conservé d’exploitation agricole71, etc.

  • 72 S. Zagorsky, Les salaires et la réglementation des conditions du travail dans l’U.R.S.S., Genève, B (...)

33Cette analyse de la vision officielle de la classe ouvrière, poussée jusqu’en 1930, était nécessaire pour comprendre les raisons du choix de trois indices centraux du recensement de 1929 : origine sociale, lien avec la terre, ancienneté au travail. Certes, A.G. Rašin, qui se veut pur statisticien, ne se réfère à aucune autorité politique, sauf une fois, à Molotov (discours cité supra) et s’efforce de se tenir strictement sur le plan scientifique : son commentaire suit de très près les données chiffrées. Sa minutie n’a pas grand-chose de commun avec la passion idéologique et l’extrémisme de B.L. Markus, qui critique pêle-mêle Evreinov, Suxanov, Boukharine, Trotsky, Sombart, Kautsky, Tomskij, etc.! Il reste que ces trois indices ont une forte charge idéologique : les autorités craignent que les « ouvriers du cadre », principal « point d’appui » du pouvoir soviétique dans le prolétariat, ne soient écrasés sous un afflux de paysans. En 1928- 1929, le commissariat au Travail et les dirigeants syndicaux considèrent l’afflux de nouveaux ouvriers venus des campagnes comme une des causes du relâchement de la discipline du travail72.

4. Brèves remarques sur le marxisme russe

  • 73 Engels, La situation de la classe laborieuse en Angleterre, Éditions sociales, 1975, p. 395.
  • 74 Lettre à Marx, 7 oct. 1858, in Correspondance Marx – Engels, t. V, Éditions sociales, 1975, p. 222  (...)

34A l’évidence, ces représentations de la classe ouvrière n’ont pas été élaborées ex nihilo par Staline et ses épigones. Il suffit de songer à la notion d’aristocratie ouvrière : le terme a été forgé en 1892 par Engels dans sa préface à une réédition de La situation de la classe laborieuse en Angleterre73. C’est toutefois Lénine qui dans L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, lui a donné le retentissement que l’on connaît : dans ce texte, en s’appuyant sur des citations d’Engels74, Lénine explique le réformisme britannique par la corruption d’une fraction du prolétariat, bénéficiaire des miettes du festin impérialiste :

35Les causes :

  1. l’exploitation du monde par l’Angleterre.
  2. son monopole sur le marché mondial.
  3. son monopole colonial.

36Les conséquences :

  1. l’embourgeoisement d’une partie du prolétariat anglais
  2. une partie de ce prolétariat se laisse diriger par des hommes que la bourgeoisie a achetés ou que, tout au moins, elle entretient75.
  • 76 Cf. Critique de F. Poirier, « L’école historique anglaise : développement capitaliste et mouvement (...)
  • 77 Lénine, Œuvres, t. 29, Éditions sociales – Éd. du Progrès, 1976 : « La IIIe Internationale et sa pl (...)

37Thèse qui se heurte à des objections dans le cas anglais, et plus encore quand l’« aristocratie ouvrière » et le réformisme qu’elle entraîne sont présentés comme un phénomène international : que dire de la France76 ? Néanmoins, après octobre 1917, Lénine utilisa cette théorie pour expliquer l’échec de la révolution allemande dans l’hiver 1918-1919, dénonçant la IIe Internationale77. « L’analyse amenait une conclusion péremptoire et lourde de conséquences » pour l’avenir :

  • 78 E.H. Carr, La Révolution bolchevique, t. 3, Éd. de Minuit, 1974, p. 193.

Ainsi formulée, la théorie de « l’aristocratie ouvrière » faisait de tous les réformistes des hérétiques, des traîtres à leur classe et à la cause prolétarienne, convaincus non pas d’erreur intellectuelle mais d’ignominie morale78.

  • 79 Terme encore employé par les historiens soviétiques aujourd’hui. Cf. Škaratan, Problèmes de la stru (...)

38Ces quelques notations ne suffisent pas. En fait, une enquête détaillée devrait essayer de suivre la genèse et la transmission de ces notions (« ouvriers du cadre79 », aristocratie ouvrière, etc.) dans le marxisme russe ; le corpus analysé ne devrait pas se cantonner aux écrits des « ténors » (Staline, Lénine, Plekhanov...), mais englober aussi des théoriciens moins connus.

  • 80 Pseudonyme de M.A. Lur’e : « La composition du prolétariat » (sous-titre « physiologie sociale »), (...)
  • 81 Les employés (sauf leur couche supérieure) sont inclus dans le prolétariat.

39On est en effet frappé, à la lecture d’un article de Jurij Larin80 sur le prolétariat81 allemand, écrit en 1916, par la vertu explicative déterminante attribuée aux critères de l’origine sociale et de l’ancienneté : il divise en effet la classe ouvrière en deux parties :

  1. Le « noyau d’origine » (korennoe jadro), « épine dorsale et tête du prolétariat » : ouvriers « héréditaires » (nasledstvennye), ayant plus de huit ans d’ancienneté82, capables de « percevoir la vie sous un angle de vue prolétarien », de « résister à l’idéologie opportuniste bourgeoise de couleur feldgrau » [c’est-à-dire nationaliste, J.-P.D.]. C’est cette catégorie qui, avant la guerre, votait pour le parti social-démocrate, était organisée dans les syndicats sociaux-démocrates83.
  2. Les « éléments nettement bourgeois par leur psychologie », venus des rangs de la bourgeoisie (paysannerie indépendante, artisanat indépendant, petit commerce, etc.)84 dans les dix dernières années.
  • 85 Cf. p. 148-149, 136, 134.

C’est cette partie des ouvriers qui chaque année arrive dans le milieu prolétarien de l’extérieur et y apporte ses goûts [...] bourgeois. Ce n’est que peu à peu, avec le temps, par la vie commune avec la masse ouvrière « d’origine » [...] que ces ouvriers deviennent (parfois à la deuxième génération seulement) membres de la classe ouvrière par leur psychisme [...] et pas uniquement par leur situation de salariés85.

  • 86 Cf. p. 149-150 et 133.

40C’est le rétrécissement du « noyau d’origine » de la classe ouvrière, et l’afflux accru « d’éléments petits-bourgeois » qui sont censés expliquer les difficultés du mouvement ouvrier allemand pendant la guerre de 191486.

  • 87 Jusque dans le vocabulaire : ainsi p. 136, expliquant que le « noyau d’origine » doit assimiler les (...)

On aura remarqué au passage la proximité ou la similitude avec des formulations citées supra87, d’autant plus notable que Ju. Larin, ancien menchevik, n’a rejoint les rangs du parti bolchevique qu’en 1917.

  • 88 À condition de se souvenir qu’un facteur n’agit jamais seul.
  • 89 C. Thelot, Tel père, tel fils ? : position sociale et origine familiale, Dunod, 1982, p. 221. Cf. a (...)
  • 90 Cf. les pages consacrées à « la prolétarisation des mineurs », in R. Trempé, Les mineurs de Carmaux (...)

41L’examen du contexte idéologique du recensement de 1929 nous a amené à critiquer des schémas passe-partout, qui isolent un facteur explicatif pour lui conférer une portée démesurée : ainsi de l’« origine de classe », devenue une véritable obsession. L’intérêt scientifique des trois principaux indices retenus (ancienneté, origine sociale, lien avec la terre) n’est pas niable pour autant88. Les recherches récentes en témoignent. Des travaux de sociologues sur la France contemporaine ont bien montré que « le milieu d’origine a un impact manifeste » dans des domaines aussi différents que les projets professionnels des adolescents ou les options politiques des électeurs89 : ouvriers de père ouvrier et ouvriers de père paysan font des choix électoraux très différents. Autre exemple, historique cette fois : la longue et difficile adaptation d’une main-d’œuvre d’origine paysanne au travail industriel analysée par R. Trempé sur le cas de Carmaux90.

42Nous examinerons successivement ces trois indices.

III. Caractères de la classe ouvrière russe en 1929

1. Anciens et nouveaux ouvriers (starye i novye kadry)

43Le recensement a essayé de déterminer la proportion d’« anciens » et de « nouveaux » ouvriers dans l’industrie soviétique à l’aide d’un ensemble d’indices : âge, date d’entrée dans l’industrie, ancienneté.

  • 91 « Répartition des ouvriers par groupes d’âges en 1929 » et « Âge moyen des ouvriers d’industrie », (...)

44Les données démographiques91 font apparaître une classe ouvrière jeune. L’âge moyen est de 31,2 ans ; 53,6 % des ouvriers ont moins de 30 ans, et seulement 6,8 % plus de 50 ans (0,6 % plus de 60 ans) ; un quart à moins de 23 ans. La situation varie toutefois selon les branches d’industrie : si le travail des métaux se tient globalement dans la moyenne, le personnel est plus âgé dans l’industrie cotonnière et le pétrole, plus jeune au contraire dans la métallurgie et surtout les mines de charbon. Le tableau suivant en témoigne (source : Meyer, op. cit.) :

Âge moyen (années) < 30 ans % < 50 ans %
Industrie cotonnière 32 49,1 7,9
Industrie pétrolière 33,5 41 8,2
Métallurgie (Oural, Ukraine) 30,8 56,6 6,6
Charbonnages du Donbass 28,7 64,7 4,4

45Les contrastes sont encore plus accentués, si l’on considère le groupe le plus jeune : 12,3 % ont moins de 23 ans dans l’industrie pétrolière, contre 36 % dans les charbonnages du Donbass.

  • 92 « Âge moyen des ouvriers hommes et femmes », tableau, Meyer, op. cit., p. 141, et les deux tableaux (...)
  • 93 L’industrie pétrolière, à personnel presque exclusivement masculin, est hors de cause.
  • 94 Meyer, op. cit., p. 61-62.
  • 95 Part des femmes dans l’échantillon des ouvriers recensés : coton : 63,7 % ; travail des métaux : 9, (...)

Une comparaison entre hommes et femmes92 confirme ces différences entre branches. Dans toutes les industries et régions sans exception, les ouvrières sont plus jeunes que les ouvriers ; le groupe des plus de cinquante ans y est moins nombreux, et leur âge moyen est inférieur de cinq mois (30,9 ans, contre 31,4 ans). Il ne dépasse trente ans que dans l’industrie cotonnière qui a donc la moyenne d’âge la plus élevée à la fois chez les hommes (33,3 ans) et chez les femmes (31,5 ans) ; il tombe au-dessous de trente ans partout ailleurs : travail des métaux, métallurgie, charbonnages93. Dans ces branches, le pourcentage de jeunes (moins de vingt-trois ans) est beaucoup plus élevé parmi les femmes que parmi les hommes ; la part des plus de cinquante ans, au contraire, est beaucoup plus basse, partout inférieure à 3 %. Faut-il alors opposer, comme G. Meyer, le coton, domaine traditionnellement féminin, à l’industrie des moyens de production, où les femmes seraient entrées beaucoup plus récemment94 ? Ces jeunes ouvrières devaient être employées avant tout à des activités secondaires ou auxiliaires, car différents travaux dangereux ou physiquement pénibles (au fond, dans les mines ; près des hauts fourneaux) leur étaient interdits par le droit du travail. Le poids de l’emploi féminin dans ces secteurs ne doit de toute façon pas être surestimé95.

  • 96 F. Zauzolkov, art. dans Bol’ševik, 1929, n° 22, p. 31.
  • 97 Rašin, Sostav..., p. 53 et 55, d’après les recensements de la population de 1897 et 1926, le recens (...)

La classe ouvrière de 1929 est incontestablement une classe ouvrière jeune ; peut-on pour autant, comme F. Zauzolkov, parler d’« énorme rajeunissement96 » ? Il semble que non ; il est vrai que les données sur ce point sont fragmentaires ; l’évolution à long terme n’est perceptible que pour l’industrie cotonnière, où nous connaissons la structure par âges en 1897, 1918 et 192997. Deux mouvements d’ampleur inégale se dessinent : le pourcentage d’adolescents (moins de vingt ans) diminue constamment de 1897 à 1929, chez les hommes comme chez les femmes, passant de 23,3 % à 10,4 % ; le nombre des plus de soixante ans, déjà faible en 1897 (1,2 %), baisse encore : 0,5 % en 1929. La guerre introduit toutefois des influences perturbatrices : déficit chez les 20-39 ans en 1918, et hausse au-delà de quarante et de soixante ans.

  • 98 Tout ceci d’après Rašin, Sostav..., p. 54 et 56 ; Meyer, op. cit., p. 60.

46Les modifications de la législation du travail à la suite de la révolution d’Octobre expliquent sans doute pour partie ces évolutions démographiques : le « très fort élargissement » du nombre d’assurés recevant une indemnité pour invalidité ou vieillesse permet de sortir plus tôt de la vie active. Le Code du travail interdit d’embaucher des salariés avant l’âge de seize ans. Cependant, par dérogation, l’emploi d’auxiliaires de moins de seize ans est toléré dans l’agriculture ; de plus, des adolescents peuvent commencer à travailler dans l’industrie avant cet âge en qualité d’élèves d’une « école d’apprentissage de fabrique » (FZU), jointe à une usine. On ne peut exclure non plus la possibilité de violations de la législation du travail, même si leur nombre est « très limité ces dernières années à mesure de l’amélioration de l’organisation de l’inspection du travail » comme l’assure A.G. Rašin98.

  • 99 L’évolution de la législation du travail n’explique pas tout : le nombre d’adolescents mis au trava (...)
  • 100 Explication suggérée par Rašin, Sostav..., p. 56.
  • 101 Qui constitue un cas particulier : pourcentage record de 18,1 %, et déjà plus de 14 % parmi les ouv (...)
  • 102 Tout ceci d’après Meyer, op. cit., p. 62-63 et tableau reproduit p. 142 : « žge des ouvriers au pre (...)

47À peu près la moitié des ouvriers recensés ont été embauchés avant seize ans mais à mesure que le temps passe, l’entrée dans la production est de plus en plus tardive. Parmi les ouvriers qui ont commencé à travailler avant 1918, plus de 60 % (sauf dans l’industrie pétrolière : 46,8 %) avaient moins de seize ans au moment de leur premier emploi ; à partir de 1918-1921, on assiste à une brusque chute de ce pourcentage, sa tendance à la baisse se prolongeant jusqu’en 192999. Il demeure toutefois égal ou supérieur à 40 % en Ukraine dans le travail des métaux, la métallurgie et les charbonnages du Donbass, car une partie des ouvriers ont été salariés dans l’agriculture avant d’entrer dans l’industrie100. En même temps, de plus en plus nombreux sont ceux qui n’ont été embauchés qu’à vingt ans ou plus : leur proportion dépasse 10 % dans la métallurgie de l’Ukraine et de l’Oural, les charbonnages et l’industrie pétrolière101 ; A.G. Rašin pense qu’il s’agit d’ouvriers d’origine paysanne, venus directement de leur exploitation individuelle, sans expérience du travail salarié102.

48Ces précisions données, le « profil démographique » de la classe ouvrière russe en 1929 apparaît mieux : classe jeune, certes, qui compte de moins en moins de membres au-delà de cinquante ans, mais aussi de moins en moins d’adolescents : dans l’industrie des métaux comme dans l’industrie cotonnière, plus de 80 % des ouvriers ont entre vingt et cinquante-neuf ans.

  • 103 Trud v SSSR, M., 1930, p. XII distingue trois groupes parmi les ouvriers selon la période d’entrée (...)
  • 104 Evreinov, art. cit., Pravda, 14 déc. 1929, p. 4, et introd. à Rašin, Sostav..., p. V. Cf. aussi B. (...)
  • 105 Evreinov, introd. à Rašin, Sostav..., et Trud v SSSR, p. XII.
  • 106 Chiffres tirés du tableau reproduit par Meyer, op. cit., p. 129 ; cf. aussi Trud v SSSR, p. 26.
  • 107 Meyer, op. cit., p. 64, d’après tableau reproduit ibid., p. 143 « Répartition des ouvriers d’indust (...)

49Tout en signalant l’âge « relativement bas » des ouvriers, les auteurs de l’enquête constatent avec satisfaction que dans la grande industrie le « personnel ancien103 », venu à l’usine avant la révolution d’Octobre, « s’est maintenu dans une large mesure104 ». En effet, sur les 382 000 ouvriers recensés, 50,7 % sont entrés dans l’industrie avant 1918, dont plus d’un cinquième (21,3 %) avant 1906 et presque deux cinquièmes (38,5 %) avant 1914. L’autre moitié des ouvriers est entrée dans l’industrie après Octobre et, « fait politique très important, n’a pas connu la fabrique capitaliste105 » : 9,1 % en 1918-1921, malgré la forte réduction des effectifs pendant la guerre civile ; 20,3 % en 1922-1925 et 19,9 % en 1926-début 1929106. L’ancienneté moyenne dans l’industrie est relativement élevée (11,9 ans), si l’on songe que 53.6 % des intéressés ont moins de trente ans ; le tableau ci-dessous107 donne la répartition des ouvriers par ancienneté :

  • 108 Tout ce passage s’appuie sur les données suivantes : « Répartition des ouvriers d’industrie en fonc (...)
  • 109 Le personnel de l’industrie pétrolière est presque exclusivement masculin.
  • 110 Ils sont un peu plus élevés en Ukraine.

50Les différences sont sensibles selon les branches et les régions108. Les ouvriers des industries du pétrole et du coton (sauf à Leningrad) ont une ancienneté supérieure à la moyenne : respectivement 12,4 et 13.6 ans. C’est donc dans l’industrie cotonnière que l’ancienneté est la plus élevée : 59,3 % des ouvriers sont entrés dans l’industrie avant 1918, 46,2 % avant 1914 et 27 % avant 1906 ; plus d’un quart (26 %) dépasse vingt ans d’ancienneté. C’est la seule branche à prédominance féminine109 ; c’est aussi la seule branche où les ouvrières ont une ancienneté moyenne presque aussi élevée que les ouvriers : 13,2 ans contre 14,3 ans. Elles sont presque aussi nombreuses que les hommes à être entrées dans l’industrie avant 1917. Dans le travail des métaux-construction mécanique, et la métallurgie de l’Oural, les indices d’ancienneté110 se tiennent autour de la moyenne et dépassent onze ans. En revanche, la métallurgie ukrainienne et surtout les charbonnages du Donbass se distinguent nettement par un fort pourcentage de « personnel nouveau » :

(D’après Meyer, op. cit., p. 129 à 143 ; Trud v SSSR, M., 1930, p. 26).

  • 111 Meyer, op. cit., p. 37.

51Dans toutes les branches de l’industrie de base, l’ancienneté moyenne des ouvrières est inférieure de quatre, cinq ans à celle des ouvriers. Ceci semble confirmer l’hypothèse évoquée plus haut (cf. analyse de la structure par âge) : les femmes seraient entrées dans l’industrie lourde beaucoup plus tard que dans le textile. Ou plutôt, elles y seraient revenues récemment après en avoir été évincées en 1917-1918 et en 1921-1922111 : on sait en effet qu’en 1914-1917 l’industrie de guerre (par exemple le travail des métaux à Leningrad) avait connu un afflux de femmes dans ses rangs.

  • 112 Rašin, Sostav..., p. 85, et Evreinov, introd., ibid., p. VI ; Zauzolkov, art. cit., Bol’ševik, p. 3 (...)

52À quoi tiennent les différences d’ancienneté entre branches et régions ? Les commentateurs du recensement émettent diverses hypothèses qui ne sont malheureusement pas soutenues par des démonstrations chiffrées112 :

  • l’industrie des métaux a davantage souffert de la guerre civile que l’industrie textile : outre les victimes des combats, les métallos ont été absorbés en plus grand nombre dans l’appareil de direction politique et économique, en raison de leur niveau culturel plus élevé ;
  • après 1922, et surtout en 1926-1929, le travail des métaux et les mines ont connu un essor plus rapide que l’industrie textile ; l’ancienneté moyenne élevée dans l’industrie pétrolière serait liée à la stabilité des effectifs, dans les années qui précèdent 1929. Intervient aussi la nature du travail : dangereux, pénible et nuisible à la santé dans les charbonnages, où le pourcentage d’ouvriers dépassant vingt ans d’ancienneté est le plus bas : 12 %. Mais comment expliquer le décalage constaté dans la métallurgie entre l’Ukraine et l’Oural ?
  • 113 Rappelons qu’il s’agit de la date de la première embauche.
  • 114 Evreinov, introd. à Rašin, Sostav..., p. IX.

53Affirmer qu’en 1929 le « personnel ancien » (entré dans l’industrie avant 1918)113 demeurait en grande partie présent peut sembler étonnant, si l’on songe à toutes les épreuves traversées par la Russie : guerre et révolution, guerre civile et ruine économique. Le recensement syndical permet justement des analyses historiques rétrospectives : il s’est en effet intéressé aux ouvriers qui, après 1917, ont interrompu le travail dans l’industrie pendant au moins deux ans et sont revenus à l’usine sous la NEP. Ils représentent en moyenne 15,9 % des effectifs en 1929, avec de fortes différences entre branches : 21,8 % dans le coton, 16 % dans le travail des métaux-construction mécanique, mais seulement 11 % dans la métallurgie et le pétrole, 6 % dans les charbonnages. L’écrasante majorité de ce groupe d’ouvriers (plus de 80 %) est revenue dans l’industrie en 1922-1925 : dans la métallurgie ukrainienne et les charbonnages, les retours sont un peu plus échelonnés : plus de 20 % en 1926-1929. « En dépit de l’opinion répandue jusqu’ici114 », les départs en 1918-1921 n’ont pas touché seulement la main-d’œuvre embauchée pendant la guerre (1914- 1917), mais ont affecté toutes les « générations », y compris les plus « anciennes », entrées dans l’industrie avant 1906 : parmi ceux qui ont repris le travail après une longue interruption, 60 %, ou plus selon les branches et les régions, étaient déjà dans l’industrie avant 1914 ; la part des « nouveaux » de 1914-1917 ne dépasse 30 % que dans la métallurgie de l’Oural et l’industrie lourde du Sud : travail des métaux et métallurgie d’Ukraine, charbonnages du Donbass. Les causes de cette rupture avec l’industrie sont diverses :

  • arrêt de nombreuses entreprises par manque de matières premières et de combustibles ;
  • départ à la campagne et travail dans l’agriculture, qui permettent d’échapper à la famine des villes ;
  • service militaire et participation à la guerre civile ;
  • promotion à des postes de direction politique ou économique.
  • 115 Ibid., p. V.
  • 116 Toute cette analyse d’après Rašin, Sostav..., p. 10-16 ; Evreinov, introd., ibid., p. V et IX-X, et (...)

54Les données du recensement de 1929 sont nécessairement incomplètes : elles ignorent par exemple les ouvriers qui ne sont pas retournés dans l’industrie, mais ont été intégrés définitivement dans l’appareil d’État ; à l’inverse, les ouvriers revenus au début de la NEP n’étaient pas tous présents en 1929 (décès, départs, etc.), et ainsi n’ont pas tous été comptabilisés. Il est donc impossible de suivre tout le détail de ces mouvements d’entrée et de sortie, mais il est permis d’affirmer que « le personnel ancien a traversé la guerre civile et la ruine [économique] sans être dispersé pour l’essentiel ; après un certain temps d’éloignement, il est revenu dans la production115 ». Autrement dit, après s’être effondrée pendant la guerre civile, la vieille classe ouvrière russe s’est reconstituée sous la NEP, au moins en partie116.

55La stabilité de la main-d’œuvre ouvrière est tout aussi frappante au niveau de l’entreprise ; les commentateurs du recensement le soulignent avec force.

  • 117 Rašin, Sostav..., p. 68.
  • 118 Evreinov, introd., ibid., p. IV.

Sur une question encore, les matériaux du recensement obligent à refuser des affirmations largement répandues. On rencontre l’idée que dans notre industrie de fabrique et d’usine, on observerait une exceptionnelle fluidité (tekučest’) du personnel ouvrier, et que la majorité des ouvriers ne travaillerait dans la même entreprise qu’un temps relativement court. Les matériaux de l’enquête démontrent que dans une série de branches d’industrie l’essentiel des ouvriers ne change pas de lieu de travail pendant une période très longue117.
Ainsi l’affirmation selon laquelle tout le personnel ouvrier, ou peu s’en faut, changerait en un an dans certaines entreprises s’avère fausse, et en général les idées sur la mobilité des ouvriers se révèlent considérablement exagérées118.

56On trouve un écho de ces exagérations dans une étude déjà citée du Bureau international du travail, due à S. Zagorsky :

  • 119 Zagorsky, Les salaires et la réglementation des conditions du travail dans l’U.R.S.S., 1930, p. 23. (...)

... la fluctuation excessive [souligné dans le texte] de la main-d’œuvre qui atteint jusqu’à cent pour cent par an. Il n’est pas rare que le personnel des grandes entreprises change quatre ou cinq fois au cours de l’année119.

  • 120 Plus exactement « la durée de présence au dernier lieu de travail ».
  • 121 Evreinov, introd. à Rašin, Sostav..., p. IX.
  • 122 Tableau « Durée moyenne de présence des ouvriers au dernier lieu de travail », Meyer, op. cit., p.  (...)
  • 123 Sauf à Leningrad.
  • 124 Il est question dans tout ce passage de l’ancienneté dans l’entreprise.
  • 125 Sostav..., p. 73.
  • 126 Sauf dans le travail des métaux du gouvernement de Moscou.
  • 127 Rašin, Sostav..., p. 71-74.

57En fait, l’ancienneté moyenne dans l’entreprise120 s’élève à 6,6 ans, elle représente plus de la moitié de l’ancienneté moyenne dans l’industrie en général (11,9 ans)121. Il faut toutefois nuancer selon les branches et les régions122. L’industrie cotonnière123, l’industrie pétrolière et la métallurgie de l’Oural ont la main-d’œuvre la plus stable, avec une ancienneté dans l’entreprise supérieure à la moyenne : respectivement 7,8, 7,5 et 7,1 ans. En revanche, dans le travail des métaux et dans les charbonnages du Donbass, l’ancienneté124 est inférieure à la moyenne : 5,8 et 5,2 ans ; elle est particulièrement basse (4,7 ans) dans le travail des métaux de Leningrad, et la métallurgie d’Ukraine. L’industrie cotonnière est la seule branche où la durée moyenne d’appartenance à l’entreprise soit plus grande chez les femmes que chez les hommes ; A.G. Rašin125 attribue ce phénomène « principalement » aux mobilisations de la guerre de 1914-1917 et de la guerre civile. Dans l’industrie lourde au contraire126, les hommes ont une ancienneté supérieure, l’emploi de main-d’œuvre féminine étant récent127.

  • 128 Comme Evreinov tend implicitement à le faire, cf. introd. à Rašin, Sostav..., p. IX, et Pravda, 14  (...)
  • 129 Evreinov, ibid. ; Rašin, Sostav..., p. 68-70, 79, 82-83, 85 ; Meyer, op. cit., p. 68,71 et 73.
  • 130 Calculés d’après les tableaux reproduits par Meyer, op. cit., p. 143-144 et p. 152-153.

58En s’intéressant à l’ancienneté dans l’entreprise, les organisateurs du recensement cherchaient à déterminer le degré de rotation du personnel. Malheureusement, l’indicateur utilisé ne peut être assimilé à un indicateur de mobilité128. Certes, une forte ancienneté dans l’entreprise est bien signe de stabilité. Mais, à l’inverse, une faible ancienneté dans l’entreprise est susceptible de deux interprétations : elle peut être due à un turnover élevé ou à une entrée récente dans l’industrie : il est évident que l’ancienneté dans l’entreprise ne peut être supérieure à l’ancienneté tout court... Il importe donc d’être prudent. Pourtant il semble permis d’affirmer avec les commentateurs du recensement129 que la mobilité était élevée dans plusieurs secteurs de l’industrie lourde : travail des métaux, surtout à Leningrad, métallurgie d’Ukraine, charbonnages du Donbass. Les indices suivants en témoignent130 :

59Quelles sont les causes de cette rotation ? Les hypothèses émises à ce sujet distinguent deux cas différents :

  • 131 Rašin, Sostav..., p. 68-69. Dans l’industrie des métaux de Leningrad, 38 % des ouvriers ont une anc (...)

601) « Ce phénomène [de mobilité], vraisemblablement, s’explique par la qualification relativement élevée des métallos de Leningrad et en même temps par les importantes différences de salaires, pour des ouvriers de même qualification, selon les usines. Étant donné le manque d’ouvriers qualifiés qu’on observait à Leningrad, ces différences de salaires ont favorisé un roulement considérable de la main-d’œuvre dans les usines de Leningrad131. »

  • 132 Ceci vaut aussi, à un moindre degré, pour l’industrie du coton : à Leningrad, l’ancienneté dans l’e (...)
  • 133 Rašin, Sostav..., p. 82.
  • 134 On a distingué quatre groupes d’ouvriers : 1) hautement qualifiés ; 2) qualifiés ; 3) semi-qualifié (...)
  • 135 Rašin, ibid., p. 76-77 ; 80-81 ; 84 (tabl.).
  • 136 Ibid., p. 82.

61La présence d’une série d’entreprises proches par leur spécialité donne aux métallos de l’ancienne capitale la possibilité de passer d’un établissement à l’autre132. La mobilité propre à la grande cité industrielle, avec son offre de travail diversifiée, apparaît moins à Moscou, probablement parce que les données incluent des fabriques situées dans l’oblast’, hors de la ville133. Cette analyse appelle toutefois un correctif important : le turnover n’est pas l’apanage des ouvriers les plus qualifiés, c’est-à-dire les mieux payés134 ; au contraire, les ouvriers qualifiés ont à la fois la plus forte ancienneté dans l’entreprise, et dans l’industrie135. A.G. Rašin reconnaît d’ailleurs dans un autre passage de son livre136 que « les indices témoignent d’une plus grande mobilité (tekučest’) parmi les ouvriers non qualifiés ».

  • 137 Evreinov, Pravda, 14 déc. 1929, p. 4, et introd. cit., p. IX ; Rašin, Sostav..., p. 70 ; Meyer, op. (...)
  • 138 53,7 % dans la métallurgie ukrainienne, et 63,1 % dans les charbonnages du Donbass. Les résultats s (...)
  • 139 La part des femmes dans la main-d’œuvre est partout inférieure à 10 %, sauf dans l’industrie du cot (...)

622) La forte mobilité dans la métallurgie d’Ukraine et les charbonnages du Donbass est attribuée à la pénibilité du travail, aux conditions de salaire et de logement « relativement défavorables » et à « l’afflux de jeunes paysans137 ». Ces analyses semblent acceptables à défaut d’être démontrées, à condition de préciser qu’aucun facteur pris isolément n’est déterminant ; elles ne sont pas contredites, en tout cas, par les données dont nous disposons. Plus de 50 % des ouvriers de ces deux branches ont un père paysan138 ; sur les salaires, les données manquent pour la métallurgie du Sud, mais à considérer uniquement les salaires masculins139 les charbonnages viennent en queue du peloton :

Salaire journalier moyen (en roubles)

Moyenne 3,07
Travail des métaux et
construction mécanique 4,16
Métallurgie 3,18
dont métallurgie de l’Oural 2,67
Industrie cotonnière 2,53 hommes : 2,97
femmes : 2,28
Charbonnages dont 2,71
Charbonnages du Donbass 2,75-2,78
Industrie pétrolière 3,17

D’après Rašin, Sostav..., p. 36, 89 et 90 ; Trud v SSSR, M., 1930, p. 32-33 ; Meyer, op. cit., p. 155-158.

2. Origine sociale des ouvriers

  • 140 Pravda, 14 déc. 1929, p. 4, et préface au livre de Rašin, Sostav..., p. V.

63Par « origine sociale », on entend ici, en fait, la profession exercée par le père : il s’agit de déterminer la part des ouvriers enfants d’ouvriers, des « prolétaires héréditaires » (potomstvennye proletarii) de deuxième ou à plus forte raison de troisième génération. Les résultats obtenus ont surpris les organisateurs, comme le souligne N. Evreinov : « L’afflux dans la classe ouvrière de personnes issues du milieu paysan petit-bourgeois n’est pas aussi important qu’on le pense, même à l’heure actuelle140. »

  • 141 Trud v SSSR, M. 1930, p. 27 et 28-29.
  • 142 Evreinov, introd. à Rašin, Sostav..., p. X.
  • 143 Ibid., p. XI.

64En moyenne, en 1929, 52,2 % des ouvriers sont issus d’une famille ouvrière, 42,6 % d’une famille paysanne, 3,3 % d’une famille d’employés, et 1,9 % d’une famille de commerçants ou d’artisans141. C’est l’Oural (métallurgie et travail des métaux) qui a le pourcentage le plus élevé de « prolétaires héréditaires », environ 70 %, suivi de peu par l’Ukraine (travail des métaux et construction mécanique) avec 62,5 % : tout à l’opposé, les mines de charbon du Donbass et l’industrie pétrolière ne comptent qu’un tiers d’enfants d’ouvriers, et plus de 60 % du personnel est d’origine paysanne. La part des ouvriers originaires d’un milieu de commerçants, d’artisans, etc. est partout très peu importante, même si l’on peut considérer qu’une partie d’entre eux a caché ses origines de « petit capitaliste142 ». Enfin, le pourcentage, relativement petit, d’enfants d’employés est en hausse et atteint 7 % dans le travail des métaux et la construction mécanique à Leningrad et en Ukraine. N. Evreinov y voit la preuve de la « diminution du gouffre » entre ouvriers et employés au point de vue social, et dans la vie quotidienne. Cependant, une « hausse aussi rapide » s’explique, dans une certaine mesure, « sans aucun doute par le désir de certains groupes non prolétariens d’utiliser les droits et privilèges dont jouit la classe ouvrière en U.R.S.S. » (pour l’entrée dans l’enseignement supérieur, la promotion à des postes dirigeants, etc.)143. Peut-être faut-il invoquer aussi l’attrait des salaires relativement élevés de l’industrie des métaux.

  • 144 Rašin, Sostav..., p. 19, 21 et 22.

65Le tableau sur « L’origine sociale des ouvriers en fonction de leur date d’entrée dans l’industrie144 » renseigne sur les changements survenus en une génération dans le recrutement de la classe ouvrière. Les évolutions divergent selon les branches et régions :

  • Dans le textile (coton), on assiste à une baisse continue du poids des ouvriers d’origine paysanne, de presque 50 % avant 1905 à moins d’un tiers en 1926-1928 ; cette baisse profite en premier lieu aux ouvriers « héréditaires », dont la part dépasse 60 % chez les plus récents embauchés, et aussi aux enfants d’employés (6,2 % en 1926- 1928). Selon Ja. Kvaša et F. Šofman, ce moindre afflux d’éléments paysans s’expliquerait par la croissance ralentie des effectifs dans le textile (par comparaison avec l’industrie des métaux, par exemple) et par la tendance à utiliser toutes les « ressources en travail » de la famille ouvrière : femmes qui représentent plus de 60 % du personnel, et adolescents145 ;
  • À l’opposé, dans les charbonnages du Donbass, le pourcentage d’ouvriers de deuxième génération, en hausse avant 1917, sans jamais devenir majoritaire, est ensuite retombé au-dessous du tiers, son niveau d’origine ; le bassin houiller connaît un fort afflux de jeunes issus de la paysannerie, qui représentent 70,5 % des nouveaux venus en 1928, contre 64,3 % avant 1905 et 52,1 % (niveau minimum) en 1914-1917. Ce phénomène est fortement souligné par les responsables du recensement, qui s’en inquiètent et demandent des mesures pour y mettre fin146 ;
  • La situation dans l’industrie des métaux varie selon les secteurs. Dans la métallurgie ukrainienne, la part d’enfants d’ouvriers, montée à 51,8 % en 1918-1921, est retombée à 36,2 % en 1928 ; inversement, les enfants de paysans, 42,3 % en 1921, sont redevenus majoritaires : ils sont 57,3 % en 1928, soit davantage qu’avant 1905. Dans l’Oural, le pourcentage d’ouvriers « héréditaires » baisse de façon continue parmi les nouveaux venus, mais parti du niveau record de 83,5 % avant 1905, il demeure supérieur à 50 % en 1928, les enfants de paysans représentant alors 37,1 %. Dans le travail des métaux/construction mécanique147 la part des enfants d’ouvriers a tendance à baisser dans les années récentes, tout en demeurant majoritaire, et celle des enfants de paysans à remonter (sauf dans la gubernija de Moscou) ; ici, le fait le plus nouveau est la place non négligeable prise par les enfants d’employés : plus de 10 % à Leningrad et en Ukraine, près de 10 % dans la gubernija de Moscou ;
  • Enfin, dans l’industrie pétrolière, l’écrasante prédominance des origines paysannes (2 pour 1) ne recule pas vraiment.
  • 148 B. Meissner, Social change in the Soviet Union, Notre Dame – Londres, University of Notre Dame Pres (...)

66Le recensement utilisé ici a une limite évidente : il porte sur les ouvriers encore au travail en 1929, et non sur la totalité des effectifs embauchés jusqu’à cette date : le nombre de « disparitions » par décès, départs, etc. est inconnu. Il permet pourtant d’établir que, dans la plupart des branches et régions concernées, même les ouvriers les plus récemment embauchés étaient en majorité des ouvriers de « deuxième génération » au moins : la métallurgie ukrainienne, les charbonnages du Donbass et l’industrie pétrolière constituaient les principales exceptions. Sous la NEP, contrairement aux affirmations de Boris Meissner ou de Serge N. Prokopovicz, la classe ouvrière industrielle ne se recrutait pas en majorité dans la paysannerie, mais se reproduisait d’abord à partir de ses propres rangs148.

3. Lien des ouvriers avec la terre

  • 149 Meyer, op. cit., p. 59.
  • 150 Citations de l’article de F. Zauzolkov, Bol’ševik, 30 novembre 1929, p. 38.

67Jusqu’à quel point les ouvriers d’industrie restent-ils liés à la terre, à l’agriculture ? Ce problème était déjà vivement discuté au XIXe siècle dans l’intelligentsia russe, parce qu’il semblait d’une importance décisive pour les perspectives de la révolution149. Dans le contexte soviétique, la question garde son importance politique, avec un accent différent : « C’est justement dans ce milieu des ouvriers ayant leurs propres exploitations à la campagne [...] que sont les plus développées les humeurs de traînard [au travail, J.-P.D.], parfois même hostiles vis-à-vis des mesures du parti et du pouvoir soviétique » ; ces petits propriétaires constituent autant de « canaux » d’« influence petite-bourgeoise dans les rangs de la classe ouvrière elle-même »150. Par où l’on rejoint les préoccupations relatives à l’origine sociale des ouvriers...

  • 151 Trud v SSSR, M., 1930, p. 27 ; Rašin, Sostav..., p. 24, donne 22 % environ.
  • 152 Note de Kvaša et Šofman, art. cit., Puti industrializacii, p. 39 : mais, ajoutent les auteurs, ceci (...)
  • 153 Kvaša et Šofman, ibid., p. 38-39.
  • 154 Point souligné par Evreinov, Pravda, 15 déc. 1929, p. 2, et introd. à Rašin, Sostav..., p. XII.

68Au total, 20,6 % des ouvriers interrogés avaient de la terre, dont 10,4 % sur leur lieu d’habitation, et 10,2 % en dehors151. Ce chiffre a été contesté : en effet, le recensement a coïncidé avec d’importants licenciements dans l’industrie cotonnière, ce qui donne lieu de penser qu’une partie des ouvriers, possédant de la terre, ont caché ce fait, par crainte d’être sacrifiés en priorité, comme c’était l’habitude152. Ce point a son importance, car il touche à un aspect des résultats du recensement qui a fort surpris ses organisateurs. Il était universellement admis que les ouvriers du textile étaient les plus liés à l’agriculture, bon nombre d’usines étant installées dans des localités rurales ou des agglomérations de type urbain153 (posëlok gorodskogo tipa). Or, il s’est avéré qu’ils possédaient moins souvent de la terre que les ouvriers des métaux de la même région industrielle154 :

Leningrad Oblast’ de Moscou
Travail des métaux 12,4 % 31,7 %
Industrie cotonnière 4,3 % 22,8 %

69La moyenne globale de 20,6 % cache de fortes variations :

  • dans une même branche, entre régions : dans le travail des métaux, 31,7 % des ouvriers possèdent de la terre dans l’oblast’ de Moscou, et 24,8 % dans l’Oural, mais seulement 12,4 % à Leningrad et 5,7 % en Ukraine155. Même situation dans l’industrie cotonnière, où ce pourcentage varie de 22,8 % dans l’oblast’ de Moscou à 4,3 % à Leningrad (16,7 % dans l’oblasf d’Ivanovo)156 ;
  • entre entreprises de la même branche, dans une même région, comme en témoigne le tableau suivant157 :

Pourcentage d’ouvriers ayant de la terre

Pourcentage d’ouvriers ayant de la terre

70A.G. Rašin a tenté, sur l’exemple de l’industrie cotonnière des régions (oblasti) de Moscou et d’Ivanovo, d’analyser les facteurs de cette différenciation : un des plus importants est la localisation de l’entreprise ; jouent aussi son ancienneté, et l’origine de son personnel. A.G. Rašin distingue trois cas de figure :

  • villes-centres administratifs : le pourcentage d’ouvriers possédant de la terre est le plus souvent inférieur à 20 % (Trexgornaja manufaktura, Tverskaja, etc.) ;
  • agglomérations urbaines sans fonction administrative, mais où l’entreprise fonctionne déjà depuis 40-50 ans, ou plus, et compte dans son personnel une part importante d’ouvriers de 2e génération : le lien avec la terre est faible (fabriques d’Orexovo-Zuevo) ;
  • enfin, une série d’entreprises situées dans des localités rurales ont beaucoup grandi depuis la NEP, et le recrutement de la main-d’œuvre s’est fait dans la population rurale environnante : le lien avec la terre est fort158.
  • 159 Evreinov, introd. à Rasin, Sostav..., p. XII.

71De cet ensemble de données, retenons avec N. Evreinov que « la localisation de l’entreprise exerce une grande influence sur le lien avec l’agriculture159 ».

  • 160 Rašin, Sostav..., p. 35.
  • 161 Evreinov, introd. à Rašin, Sostav..., p. XIII.

72Qui sont les ouvriers liés à la terre160 ? Une première réponse, qui semble évidente, vient à l’esprit : ce sont les ouvriers d’origine paysanne. On s’attend donc à ce que les ouvriers sans terre soient concentrés parmi les « prolétaires héréditaires », et les propriétaires parmi les ouvriers d’origine paysanne ; à l’inverse, on trouverait les ouvriers de deuxième génération en premier lieu parmi les non-propriétaires, et les ouvriers d’origine paysanne parmi les propriétaires. C’est vrai en général ; pourtant l’origine sociale ne détermine pas automatiquement le lien avec l’agriculture. Globalement, le pourcentage de propriétaires est plus bas chez les ouvriers d’origine ouvrière que chez les ouvriers d’origine paysanne, mais 20-30 % des ouvriers ayant de la terre sont fils d’ouvriers161. Les différences régionales sont considérables :

  • dans le travail des métaux/construction mécanique de Leningrad, 5,3 % des fils d’ouvriers et 24,1 % des fils de paysans avaient de la terre contre respectivement 30,5 % et 44 % dans l’oblast’ de Moscou : donc, à Leningrad, les ouvriers d’origine paysanne étaient moins liés à la terre que les « prolétaires héréditaires » de l’oblast’ de Moscou : on retrouve ici l’influence de la localisation des entreprises162 ;
  • dans la métallurgie ukrainienne, et les charbonnages du Donbass, les ouvriers liés à la terre sont à plus de 80 % fils de paysans ; dans la métallurgie de l’Oural, au contraire, 80 % des ouvriers liés à la terre sont enfants d’ouvriers, et seulement 15 % enfants de paysans163. Aussi le prolétariat de l’Oural peut-il être à la fois le plus ouvrier (le moins « paysan ») par ses origines, et le plus lié à la terre. Cela tient à l’ancienneté de l’industrie ouralienne, qui s’est édifiée dans le cadre du servage : lors de la réforme de 1861, les maîtres de forges ont accordé aux serfs libérés des parcelles infimes pour les retenir à l’usine164. Ce lopin s’est transmis de père en fils, comme la tradition du travail industriel165.
  • 166 Trud v SSSR, M., 1930, p. 27.
  • 167 Op. cit., p. 41.
  • 168 D’après Trud v SSSR, Introd., p. XIV. Le total n’atteint pas 100 % : il faudrait ajouter les ouvrie (...)

73Origine sociale et lien avec la terre ne se recouvrent donc pas, comme on pouvait déjà le supposer en constatant le décalage entre les deux indices suivants : si 42,6 % des ouvriers sont d’origine paysanne, un sur cinq seulement possède de la terre166. Tous les « prolétaires héréditaires » n’étaient pas dépourvus de terre ; tous les ouvriers d’origine paysanne n’étaient pas propriétaires, il s’en faut. G. Meyer167 affirme même que globalement la majorité des ouvriers d’origine paysanne n’avait pas de terre : ceci peut se déduire des statistiques suivantes (en % du total)168 :

« Prolétaires héréditaires » n’ayant pas de terre 44,7
ayant de la terre 7,4
Ouvriers d’origine paysanne n’ayant pas de terre 29,6
ayant de la terre 13,1
  • 169 Ancienneté moyenne dans l’industrie (en années) des ouvriers avec et sans terre, Rašin, Sostav..., (...)
  • 170 En première approximation, entrés dans l’industrie avant 1917 ou après 1917 ; l’analyse peut ensuit (...)

74Le pourcentage d’ouvriers liés à la terre va-t-il croissant ou décroissant ? Le recensement de 1929 ne permet pas d’en juger directement, mais seulement par voie détournée, grâce à des tableaux qui mettent le lien à la terre en rapport avec trois variables : ancienneté moyenne, date d’entrée dans l’industrie et répartition par groupes d’âge169. Ces tableaux permettent de comparer le lien avec la terre, ou le degré de détachement chez les ouvriers récemment embauchés, et chez les plus « anciens170 ». Par exemple, quand le lien avec la terre recule dans les « générations » récentes, l’ancienneté moyenne des propriétaires est plus grande ; quand au contraire il se resserre chez les plus jeunes, l’ancienneté des ouvriers sans terre est plus élevée. Cet ensemble de données fait apparaître des évolutions contradictoires selon les branches et les régions :

  • les propriétaires de terre se concentrent chez les plus de 40 ans et les ouvriers ayant la plus forte ancienneté, et sont moins nombreux chez les nouveaux venus. C’est le cas de l’industrie cotonnière de Leningrad et de l’oblast’ d’Ivanovo, du travail des métaux de Leningrad et de l’oblast’ de Moscou. Dans la métallurgie de l’Oural, cette évolution est due à un recrutement de plus en plus paysan, et de moins en moins ouvrier : on sait que dans cette région les ouvriers d’origine paysanne sont moins liés à la terre que les « prolétaires héréditaires171 » ;
  • les propriétaires de terre sont plus nombreux parmi les jeunes de moins de 29 ans, et les ouvriers récemment embauchés : métallurgie d’Ukraine, charbonnages, pétrole. Le phénomène, modeste dans cette dernière branche, revêt une grande ampleur dans les mines du Donbass, où affluent des jeunes d’origine paysanne ; alors qu’au total 26,3 % des ouvriers ont de la terre, le pourcentage s’élève à 33,1 % dans le personnel entré en 1926-1927 et à 42,8 % dans le personnel entré en 1928-1929172 ;
  • enfin, on observe une stabilité d’ensemble, sans tendance bien nette, dans le travail des métaux d’Ukraine et l’industrie cotonnière de l’oblast’ de Moscou. Les propriétaires de terre (respectivement 5,7 % et 22,8 % de l’effectif) se répartissent à peu près également à tous les niveaux d’ancienneté et à tous les âges173.
  • 174 Evreinov, introd. à Rasin, Sostav..., p. XIII ; ibid., p. 30, 37, 40-42 et 167 ; Meyer, op. cit., p (...)

75Les ouvriers liés à la terre sont donc en premier lieu des ouvriers de plus de 40 ans, ayant une ancienneté dans l’industrie relativement élevée (antérieure à 1917). Font exception la métallurgie ukrainienne, et surtout les charbonnages du Donbass où l’on note un resserrement des liens avec la terre chez les plus jeunes (moins de 30 ans ; ancienneté faible)174.

  • 175 Texte du questionnaire reproduit dans Rašin, Sostav..., p. 24.
  • 176 Rašin, ibid., p. 42 ; cf. aussi N. Evreinov, introd. à Rasin, Sostav..., p. XII, et Kvaša et Šofman (...)

76Le recensement a tenté de caractériser les exploitations agricoles appartenant aux ouvriers en partant d’un questionnaire portant sur le bétail (animaux de trait, vaches), l’utilisation de la terre (champs ensemencés, prairies, potagers), l’emploi de salariés, l’impôt agricole, la participation aux travaux agricoles et l’appartenance à une coopérative175. Pourtant, les organisateurs de l’enquête insistent sur les limites de leur travail : un recensement d’ouvriers réalisé par la statistique du travail ne pouvait se fixer pour but d’étudier de près leurs exploitations agricoles, explique A.G. Rašin : seule la Direction statistique centrale (CSU) peut réaliser une telle tâche, en les comparant systématiquement aux exploitations dont l’unique source de revenu est l’agriculture176. En outre, les résultats détaillés n’ont été publiés que pour l’industrie des métaux ; il faut donc se contenter de chiffres généraux.

  • 177 Dont la signification aurait dû être nuancée selon les régions.
  • 178 Ibid., n° 1, p. 36 et 42-43 ; n° 2, p. 43. Les auteurs donnent l’exemple de l’industrie cotonnière, (...)
  • 179 Trud v SSSR, M., 1930, p. 27.

77En l’absence de données sur les surfaces177 et sur le degré de commercialisation des produits, la prudence s’impose pour juger de l’importance des exploitations. L’impôt agricole est un indice délicat à interpréter : Ja. Kvaša et F. Šofman soulignent à plusieurs reprises que le revenu imposé inclut une partie du salaire (mais laquelle ?) : il varie donc en fonction de celui-ci et du nombre de salariés dans la famille178. Compte tenu de ces réserves, une série de signes autorise à penser qu’il existait une différenciation relativement forte entre exploitations179 :

  • Au total, les quatre cinquièmes payaient l’impôt agricole, mais ce pourcentage dépassait 90 % dans l’oblast’ de Moscou (travail des métaux) et l’oblast’ d’Ivanovo (industrie cotonnière) et tombait au-dessous de 50 % dans l’industrie des métaux de l’Oural ;
  • L’impôt s’élevait en moyenne à 21,6 roubles, mais variait de 28,2 roubles dans le travail des métaux de l’oblast’ de Moscou à 10,5 roubles pour l’Oural, dans la même branche ;
  • Presque les deux tiers des exploitations acquittaient moins de dix roubles dans l’industrie pétrolière et dans la métallurgie de l’Oural, contre 16,5 % dans l’industrie cotonnière de Moscou. A l’opposé, plus d’une sur cinq dépassait quarante roubles d’imposition dans le travail des métaux du gouvernement de Moscou, alors que ce pourcentage était très faible pour l’industrie pétrolière et la métallurgie de l’Oural180.
  • 1
  • 182 Markus, Za industrializaciju, 6 juin 1930, p. 5.
  • 183 Meyer, op. cit., p. 56 (tableau) ; nous ne possédons de données détaillées que pour cette branche.
  • 184 Rašin, Sostav..., p. 43 (n. 1).
  • 185 Tout le développement sur l’Oural d’après Zauzolkov, Bol’ševik, nov. 1929, p. 37 ; Puti industriali (...)

78Sans doute ne faut-il pas exagérer cette différenciation des exploitations : si l’on constate avec surprise que des fermes appartenant à des ouvriers peuvent payer plus de cent roubles d’impôt181, leur part ne dépasse pas 1-2 % du total. En dépit de ses efforts pour gonfler leur nombre, B. Markus ne trouve que 3-4 % de « koulaks », soit 0,6- 0,8 % de l’ensemble des ouvriers puisque 1 sur 5 environ est lié à la terre182. G. Meyer a probablement raison de conclure que prédominaient les exploitations de taille modeste, destinées à l’autoconsommation : il s’appuie sur l’exemple de l’industrie des métaux, où moins de la moitié des fermes avaient à la fois des surfaces ensemencées et des animaux de trait, mais où environ 80 % d’entre elles possédaient des prairies, des vaches et des jardins potagers183. Enfin, toutes les analyses du recensement soulignent avec insistance les traits particuliers des exploitations dans la métallurgie de l’Oural, branche où les ouvriers étaient le plus liés à la terre (32 %) : plus de la moitié étaient exemptes d’impôt agricole ; le montant moyen de celui-ci n’était que de 12,7 roubles et les (presque) deux tiers des imposés payaient moins de dix roubles. C’est que 30,5 % seulement de ces fermes, vraisemblablement minuscules, avaient des surfaces ensemencées ; pour la plupart, elles ne se composaient que de jardins potagers, de prairies et de pâtures pour vaches et chevaux. Les matériaux d’autres enquêtes, écrit A.G. Rašin, indiquent aussi que les exploitations des ouvriers de l’Oural ne produisent dans la majorité des cas que pour l’autoconsommation184. Quant aux chevaux, ils sont utilisés en premier lieu hors de l’agriculture, pour les charrois de bois desservant les usines ; leur fréquente présence (60,8 % des cas) ne saurait donc être considérée comme un signe de richesse185 !

  • 186 Rašin, Sostav..., p. 43 (tableau).
  • 187 Kvaša et Šofman, art. cit., Puti industrializacii, 1930 n° 1, p. 36 et n° 2, p. 39 ; Meyer, op. cit (...)

79Dans la plupart des cas, la terre était travaillée par l’ouvrier et sa famille186. L’emploi de main-d’œuvre salariée était concentré dans les exploitations dépourvues d’animaux de trait, où pour les labours il fallait embaucher un paysan possédant des chevaux187. Mais il faut ici introduire une distinction :

  • Si la terre est située à proximité du lieu d’habitation, la participation aux travaux agricoles n’empêche pas une présence permanente à l’usine, même si l’on note une moindre intensité de travail et des oscillations saisonnières de la productivité du travail, et de la production188. C’est le cas, par exemple, de l’industrie cotonnière (oblasti de Moscou et d’Ivanovo) et de l’industrie des métaux de l’Oural ;
  • Au contraire, si la terre est éloignée du lieu d’habitation, le départ des ouvriers au moment des travaux des champs (printemps – été) risque de créer des baisses de la production. Ja. Kvaša et F. Šofman font allusion aux « difficultés bien connues », « répétées d’année en année » dans le travail du bassin houiller du Donbass. L’ampleur du phénomène semble tout de même limitée : en 1928, 13,7 % des ouvriers liés à la terre ont « quitté la production » pour participer aux travaux agricoles, soit 3,6 % de l’effectif total. Il est vrai que ce sont, à 80 %, des ouvriers du fond : Ja. Kvaša et F. Šofman soulignent les « lourdes conséquences » de ce fait sur l’extraction du charbon et la « dynamique des indices moyens de productivité du travail »189. La possession de terre avait-elle des répercussions sur la psychologie ouvrière ? Dans ce domaine, les résultats du recensement fournissent deux indices :
  • Le pourcentage d’ouvriers appartenant à des kolkhozes était très faible dans toutes les branches et régions ; il variait de 0,7 % à 7,1 %. En général190, il était plus élevé chez les membres du parti bolchevique et du Komsomol, mais même là le chiffre maximum n’atteignait que 17,5 %. Il est vrai qu’au printemps 1929 les exploitations collectives dans l’ensemble jouaient encore un rôle subordonné : au 1er juillet 1929, 3,9 % de toutes les fermes paysannes étaient collectivisées191 ;
  • Il ressort clairement des données chiffrées192 que les liens avec la terre influaient à la baisse sur le taux d’appartenance au parti bolchevique et au Komsomol. Sur l’exemple de l’industrie des métaux, G. Meyer a pu montrer que cette tendance était encore plus nette lorsque l’ouvrier vivait sur sa terre : « Les ouvriers chez qui lieu d’habitation et exploitation étaient confondus manifestaient donc une propension vraiment faible à adhérer au PC(b)193. »

80Ainsi, les liens avec la terre avaient des effets à la fois sur le travail et sur le comportement politique et social.

  • 194 Par exemple par S. Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, M. Rivière, 1956, p. 34-35, 57.
  • 195 Rappelons qu’il ne concerne que la grande industrie.

81Il reste que l’importance de ces liens à la fin de la NEP a été largement surestimée194. Les données du recensement syndical de 1929195 montrent combien est exagéré ce jugement de Manuil’skij :

  • 196 D. Manuil’skij, Classes, État, Parti pendant la dictature du prolétariat, M. – L., 1928, p. 87.

... il y a une couche très petite de prolétaires pur sang qui ont rompu avec la campagne, mais à côté d’eux il y a une masse énorme de prolétariat liée à la structure paysanne par le mode de vie, par la parenté, par les conditions économiques196.

IV. Portée du recensement de 1929

1. « Réception » en U.R.S.S.

  • 197 Voprosy truda, 1930, n° 3, p. 109-111 : recension de Rašin, Sostav... L’ouvrage montre « à quel poi (...)
  • 198 Ibid., p. 109.
  • 199 Ibid., Conclusion, p. 111.

82Avant de conclure sur l’intérêt historique du recensement de 1929, il n’est pas sans intérêt d’évoquer l’accueil qui lui a été réservé en U.R.S.S. lors de sa publication. En mars 1930, la revue du Commissariat du travail publie un compte rendu élogieux du livre de Rašin197 : tableau « si clair et à beaucoup d’égards si inattendu » ; « beaucoup de représentations courantes sont réfutées de la façon la plus impitoyable » : ainsi sur la mobilité du personnel, son origine sociale, ses liens avec l’agriculture. L’auteur déplore toutefois la « prudence » de Rašin qui se comporte « avant tout en statisticien, et non en homme politique » et « ne tire pas toutes les conclusions et généralisations suggérées par le matériau chiffré » : d’où une tendance à la « photographie », « propre d’ailleurs à toutes les recherches statistiques pures ». L’article introductif d’Evreinov ne comble pas cette lacune198. Il reste, conclut la revue, que ce travail « garde pleinement la valeur d’une recherche scientifique sérieuse199 ».

  • 200 1930, n° 1, p. 1-38.

83Avec l’organe de l’Académie communiste, Istorija proletariata SSSR, le ton change nettement. A. Pankratova, dans un long article200, se contente d’une allusion gênée aux

recensements contemporains qui, comme cela arrive actuellement avec les données du recensement syndical de 1929, mènent à une impasse ou obligent à soumettre – sans raisons visibles, semble-t-il – à un réexamen décisif beaucoup de représentations habituelles.

  • 201 Art. cit., p. 25.
  • 202 K. Sidorov, compte rendu de Sostav..., dans Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 1, p. 274 et p. 27 (...)
  • 203 Par exemple lorsque Markus, jouant sur les mots, accuse à tort Rašin d’oublier une vérité d’évidenc (...)

84C’est justement à cause des graves lacunes de la science historique dans l’étude de la composition sociale du prolétariat dans le passé que « le livre intéressant, mais discutable, de A.G. Rašin, Sostav..., provoque tant de questions embarrassées201. » En revanche, K. Sidorov et B. Markus sont vigoureusement critiques. Ils reconnaissent certes la qualité du travail de Rašin202, mais lui adressent toute une série de reproches, d’ordre technique et surtout d’ordre politique, sans reculer parfois devant les inexactitudes de fait203 :

  1. Aspects techniques : il n’est pas fourni de liste des entreprises où le recensement a eu lieu ; il n’est pas indiqué pourquoi, dans certaines entreprises, le recensement a été complet, tandis que dans d’autres on a opéré par sondage (un ouvrier sur deux)204.
  2. Aspects politiques : les critiques se concentrent sur trois points sensibles :
  • 205 Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 1, p. 274 et 276 ; n° 3-4, p. 228.
  • 206 Pravda, art. cit. Sur ce point, cf. supra.

85a) les chiffres cités par Rašin ne réfutent nullement les idées admises sur la forte mobilité de la main-d’œuvre. Sidorov oppose aux résultats globaux du recensement un exemple local, Nijnij Novgorod205. Plus sérieusement, Markus fait remarquer que cette enquête n’a pas cherché à saisir le turnover proprement dit206.

  • 207 Sidorov, art. cit., Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 1, p. 275.
  • 208 C’est Sidorov qui développe ce raisonnement ; Rašin n’aborde pas du tout ces questions idéologiques
  • 209 Sidorov, ibid. ; Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 2, p. 67, 68 ; id., dans Z (...)
  • 210 De même, en raison de la date tardive du recensement « dans une série de mines » (mai 1929), la par (...)
  • 211 K. Sidorov, art. dans Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 3-4, p. 229-230.

86b) Evreinov et Rašin affirment que dans une région donnée le pourcentage d’ouvriers ayant de la terre est plus élevé dans l’industrie des métaux que dans le textile. Or, les ouvriers ayant de la terre sont « moins cultivés, moins actifs dans la vie socio-politique, moins liés au parti » que les autres ; donc, les ouvriers des métaux devraient être considérés comme « les plus arriérés et les moins actifs207 », et non comme l’avant-garde que veulent y voir les autorités. Cette conclusion208 n’est pas fondée : en effet, au moment du recensement, d’importantes réductions d’effectifs avaient lieu dans le textile : craignant d’être licenciés en priorité, selon l’usage, les ouvriers possédant de la terre ont caché leurs liens avec la campagne209, d’où des indices sous-estimés210. En fait, « la psychologie de l’ouvrier-petit propriétaire est étrangère à l’ouvrier des métaux dans sa masse », d’où son rôle d’avant-garde lors de la révolution de 1905, dans la « période d’essor du mouvement ouvrier (1910-1914) » aussi bien qu’après octobre 1917211. Et d’appeler à la rescousse l’analyse par Lénine des grèves des années 1910-1914 :

  • 212 Souligné dans le texte.
  • 213 Lénine, Œuvres complètes (en russe), t. 24, p. 100-101, cité par A.I. Vdovin et V.Z. Drobižev, La c (...)

Il est connu que les ouvriers des métaux sont les ouvriers les plus développés et les plus avancés non seulement à Piter mais dans toute la Russie... Les ouvriers des métaux sont l’avant-garde212 (le détachement avancé) de tout le prolétariat de Russie213.

87c) enfin, le plus grave défaut de ce recensement, c’est l’insuffisance des « caractéristiques de classe » :

  • 214 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 2, p. 58, 66 et 67-68.
  • 215 Škaratan, Problèmes..., p. 172-173. Néanmoins, sous l’effet de la récente critique du recensement d (...)

Origine sociale : les catégories utilisées (« enfants de paysans », « enfants d’artisans, de commerçants, et autres ») ne donnent pas la possibilité de « distinguer avec précision le groupe originaire des classes capitalistes (paysans-koulaks, artisans-exploiteurs, etc.) »214. En fait, comme l’a noté O.I. Škaratan, cette accusation n’est pas fondée : le recensement de 1929 a eu lieu à la veille du Grand Tournant, au moment des « mesures extraordinaires contre les koulaks ». On peut imaginer l’exactitude des réponses à des questions sur l’appartenance sociale (« venez-vous d’une famille de koulaks ? ») dans ces conditions !215

  • 216 C’est-à-dire : ferme de koulak, de serednjak ou de bednjak.
  • 217 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 66 et p 68.

Lien avec la terre : les exploitations agricoles appartenant aux ouvriers n’ont pas été regroupées en fonction de leur « type de classe216 », ou au moins de leur « puissance » [importance économique, J.-P.D.]217.

  • 218 Ibid., p. 66.
  • 219 Ainsi lorsqu’il leur est reproché d’avoir mêlé « enfants d’artisans » et « enfants de commerçants » (...)
  • 220 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 67.
  • 221 Markus, ibid., qui parle de « toutes les insuffisances voulues du recensement ».
  • 222 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 28, et Za industrializaciju, art. cit. ; cf. auss (...)
  • 223 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 56 ; le texte visé est le rapport de Tomskij au V (...)

88On pourrait allonger la liste des griefs : les petits moyens de production non agricoles, appartenant à l’ouvrier ancien artisan, ont été omis, on ne distingue pas l’ancienneté acquise dans les grandes entreprises218. Certaines critiques témoignent surtout de la volonté de chercher querelle à tout prix aux organisateurs d’un recensement dont les résultats déplaisent219. Encore l’article paru dans Istorija proletariata SSSR concède-t-il que selon les spécialistes de statistique, les insuffisances relevées sont en partie inévitables lorsqu’on interroge en masse les ouvriers eux-mêmes, et ne peuvent être corrigées que par une étude monographique du personnel des entreprises220 ; mais ces réserves disparaissent dans Za industrializaciju221. B.L. Markus ne dissimule pas les motifs politiques de ses attaques : Evreinov, qui n’a pas vu la pénétration des « éléments de classe étrangers, hostiles » dans le milieu ouvrier de l’industrie, « endort la vigilance de classe222 » ; le traitement des données du recensement de 1929 a été influencé par les vues de Tomskij. Celui-ci, souffrant de « daltonisme politique », ne voit dans les ouvriers originaires de la campagne qu’une foule « monocolore », « une seule masse grise » et ne sépare pas « le bon grain de l’ivraie » [c’est-à-dire le batrak du koulak, J.-P.D.]223.

  • 224 Sidorov, art. cit., Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 1, p. 276 ; formule voisine dans Voprosy t (...)
  • 225 Souligné dans le texte : Markus, art. cit., Pravda. Cf. aussi la conclusion de cet article.
  • 226 Perepis’ rabočix i služaščix 1929 goda, t. I : Metallisty SSSR, éd. A.G. Rašin, dir. N.N. Evreinov, (...)

89En somme, A.G. Rašin est surtout coupable de ne pas s’intéresser aux « conclusions politiques » de ses recherches, de ne pas répéter les slogans du jour : « l’auteur a, en général, approché le problème non en homme politique, mais en statisticien224 » ; « ce travail a un caractère foncièrement statistique, ne prétend pas du tout à l’analyse économique, à la généralisation théorique225 ». Notre statisticien a probablement dû consentir à quelques concessions face à ces attaques. En effet, lorsque paraît pour le XVIe Congrès du PC(b) (26 juin-13 juillet 1930) le tome I des résultats détaillés du recensement, consacré aux ouvriers des métaux226, K. Sidorov le félicite d’avoir rectifié ses conclusions sur la mobilité de la main-d’œuvre, le lien avec la terre, etc. et d’avoir accordé davantage de place aux « tâches politiques d’actualité » :

  • 227 Sidorov, art. oit., Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 3-4, p. 228.

L’auteur a utilisé toute une série de résolutions du parti, d’interventions de dirigeants, etc. qui donnent aux conclusions une orientation plus précise et les rendent plus convaincantes227.

  • 228 À notre connaissance, aucune explication n’a été fournie à ce sujet, ni à l’époque, ni dans les tra (...)

90Ces concessions n’ont pas empêché l’arrêt définitif, après le tome I, de la publication des résultats détaillés d’un recensement qui avait eu le malheur de mettre à mal des idées reçues228.

  • 229 B.L. Markus, Le travail dans la société socialiste, M., 1939, chap. VI, p. 129-153.
  • 230 Formule consacrée qui désigne les années 1921-1925.
  • 231 Thèse inédite, Académie des sciences sociales auprès du Comité central du P. C. Citée par Škaratan, (...)
  • 232 Thèse inédite, soutenue à Leningrad en 1958. Cf. Škaratan, ibid., p. 205, et l’article de A.A. Matj (...)
  • 233 Cf. entre autres Škaratan, ibid., p. 167-168, 171-173, 176 ; Vdovin et Drobižev, La croissance de l (...)

91Suit un long purgatoire. Dans le livre de Markus, paru en 1939, et qui fit longtemps autorité, le chapitre consacré aux années 1926- 1929 ne mentionne même pas le recensement syndical229. En 1951, dans son travail intitulé « La classe ouvrière de l’U.R.S.S. dans la période de rétablissement [de l’économie nationale]230 », P. I. Ščelkunov s’appuie sur le livre de A.G. Rašin, Sostav..., mais reprend les critiques des années trente sur les indices de lien avec la campagne231. C’est, semble-t-il, O.I. Škaratan qui a été à l’origine de la pleine « réhabilitation » de cette source dans sa thèse consacrée aux ouvriers de Leningrad entre 1917 et 1928232. Elle est aujourd’hui constamment utilisée par les historiens soviétiques233.

2. Intérêt historique

  • 234 Ouvriers d’industrie (dans les frontières d’avant le 17 septembre 1939) : 3,4 millions en 1929 cont (...)
  • 235 Comme le fait Olga A. Narkiewicz en la qualifiant de « classe [...] de semi-paysans, semi-ouvriers  (...)
  • 236 Dès 1977, René Girault avait attiré l’attention sur ces faits, cf. sa contribution « Les voies sovi (...)
  • 237 E.H. Carr, Socialism in one country 1924-1926, vol. I, Londres, 1958, p. 89, 100-101 ; I. Deutscher (...)
  • 238 Carr, ibid., p. 103-106, et Foundations of a planned economy 1926-1929, vol. II, Londres, 1971, p.  (...)
  • 239 Dans Nos tâches politiques où figure la célèbre phrase : « Ces méthodes conduisent [...] l’organisa (...)

92Résumons les principaux résultats obtenus, en essayant de dégager l’intérêt historique du recensement syndical de 1929. Il existait en U.R.S.S. à la fin de la NEP, dans la grande industrie, une classe ouvrière aux effectifs modestes certes234, mais que ses caractéristiques interdisent de confondre avec la paysannerie235 : un ouvrier sur deux avait déjà un père ouvrier, un sur quatre seulement possédait de la terre. Elle était en bonne partie la continuatrice de la classe ouvrière russe d’avant Octobre : un ouvrier sur deux était entré dans l’industrie à l’époque tsariste236. Enfin, on a beaucoup exagéré la mobilité de cette main-d’œuvre. Tout ceci incite à mettre en question une vision classique de l’histoire sociale et politique de la NEP (E.H. Carr, I. Deutscher). Ces deux historiens partent d’une réalité indéniable, l’effondrement de la classe ouvrière russe pendant la guerre civile237, qui explique selon eux la substitution progressive du parti bolchevique à la classe qu’il entendait représenter238 : théorie bien connue du « substitutisme » inspirée des critiques adressées par Trotsky à Lénine dès 1904239. Mais ensuite l’analyse dérape : tout se passe comme si la classe ouvrière russe ne s’était jamais remise de la guerre civile :

  • 240 Carr, Foundations..., vol. I, part 2, Londres, 1969, p. 455, et vol. Il, p. 432.

Le noyau d’ouvriers industriels survivant de la période antérieure à la Révolution avait été décimé et dispersé dans la guerre civile, et jamais pleinement reconstitué.
[...] la masse du prolétariat à la fin des années vingt, décimée par l’impact de la Révolution et de la guerre civile, diluée dans le fort afflux de paysans sans formation venus de la campagne [...]240.

  • 241 I. Deutscher, Le prophète désarmé (2), 10/18, 1979, p. 310 et 383. Cf. aussi id., Le prophète hors- (...)
  • 242 Carr, Socialism..., I, p. 411.

93Au fur et à mesure du relèvement industriel, la classe ouvrière s’est reconstituée, mais à partir de la paysannerie : elle « [...] grossissait en absorbant des éléments neufs venus de la campagne » ; « les ouvriers, dont la plupart étaient issus de la campagne241 » ; « [...] une grande majorité des nouvelles recrues des usines étaient des paysans fraîchement venus de la campagne242 ».

94Débattre sur ce point n’est pas académisme ou goût de l’érudition. En effet, pour E.H. Carr et I. Deutscher, la disparition de l’ancienne classe ouvrière russe et l’origine paysanne des nouveaux ouvriers expliquent l’apathie politique des usines à la fin des années vingt, l’échec des appels de l’opposition trotskiste et le triomphe de Staline :

  • 243 Deutscher, Le prophète désarmé (2), p. 310-311 ; cf. aussi p. 355-356 et p. 585 ; Carr, Foundations (...)

Les éléments neufs venus de la campagne [...] apportaient avec eux dans les usines toutes les tendances politiques de la paysannerie, sa méfiance de tout ce qui est étranger, son intense loyalisme, ou chauvinisme, régional243.

  • 244 On peut penser, en outre, qu’elle postule un lien trop simple entre l’origine sociale et le comport (...)
  • 245 Carr, Socialism..., I, p. 411, et Foundations..., II, p. 432-434.
  • 246 Cf. nos remarques supra sur la vision officielle de la classe ouvrière.
  • 247 Lettre de Rakovsky à Valentinov (août 1928), citée par Carr, Foundations..., II, p. 433 ; traductio (...)

95Il est permis, pour le moins, de révoquer en doute une analyse dont l’hypothèse de départ sur l’origine sociale des ouvriers d’industrie se révèle fausse244. Les historiens n’ont-ils pas été trop enclins à reprendre à leur compte les discours des dirigeants soviétiques de toutes tendances ? Il est significatif que E.H. Carr et I. Deutscher s’appuient tous deux sur des citations de Boukharine ou de Rakovsky, par exemple245. En incriminant les origines paysannes de la main-d’œuvre, les bolcheviks de la fraction majoritaire comme les opposants tiennent une explication toute trouvée à leurs difficultés respectives : atteintes à la discipline du travail ou mécontentement à l’usine pour les premiers, échec dans la recherche d’un soutien ouvrier pour les seconds246. À l’été 1928, à la déclaration de Manuil’skij : « Notre prolétariat est lié à la paysannerie comme dans aucun autre pays européen », font écho les inquiétudes de Rakovsky exilé à Astrakhan sur l’« élément semi-prolétarien, semi-paysan247 ».

Notes

1 M. Lewin, La paysannerie et le pouvoir soviétique, 1928-1930, Paris – La Haye, Mouton, rééd. 1976, p. 281 ; cf. aussi S. Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, M. Rivière, 1956, p. 503-505, « La purge syndicale de 1929 » : les conflits dans les syndicats commencent en 1928 ; le 29 mars 1929, Trud annonce le remplacement du président du Conseil syndical de Leningrad.

2 Du 23 au 29 avril 1929.

3 S’agit-il des petites entreprises ?

4 Seul le recueil statistique consacré à l’Oural est plus explicite : l’enquête a englobé 14 usines et 12 mines. Le recensement est complet pour les petites entreprises (6 usines et 7 mines) ; il a été effectué à 50 % pour les autres (grandes) entreprises. Sont concernés 23,9 % des effectifs de l’industrie « du cens » de l’Oural. Cf. Ural’skoe xozjajstvo v cifrax 1930, fasc. 3 : Trud na Uraie, Sverdlovsk, Izd. Statsektora Uralplana, 1930, p. 294-295.

5 G. Meyer, Sozialstruktur sowjetischer Industriearbeiter Ende der zwanziger Jahre, Marburg, Arbeiterbewegung und Gesellschaftswissenschaft, 1981, p. 19-20.

6 Chiffre tiré des archives du département de statistique du Conseil central des syndicats, cité par I.I. Belonosov dans le recueil collectif, La classe ouvrière et le développement industriel de l’U.R.S.S., M., Nauka, 1975, p. 230.

7 Cf. la tentative menée par des historiens soviétiques à partir des matériaux du recensement professionnel de 1918 : V.Z. Drobižev, A.K. Sokolov, V.A. Ustinov, La classe ouvrière de la Russie soviétique pendant la première année de dictature du prolétariat (Essai d’analyse structurelle d’après les matériaux du recensement professionnel de 1918), M., Izd. MGU, 1975.

8 Perepis’ raboči i služaščix 1929 goda, t. I : Metallisty SSSR, texte de A.G. Rašin, dir. N.N. Evreinov, M., Izd. VCSPS, 1930, 233 p. ; sur la résolution du 15 oct. 1929, cf. Meyer, op. cit., p. 22-23.

9 A.G. Rašin (1888-1960) : sort en 1915 de l’institut de commerce de Kiev ; après la Révolution, responsable du département de statistique du Conseil central des syndicats et vice-président du bureau central de statistique du travail (1920-1930) ; membre de la section de statistique économique du Gosplan (1922-1925) ; rédacteur de la revue Statistika truda (1922-1929), où il publie de nombreux articles ; professeur de statistique à l’université de Moscou (1924-1926) et à l’institut d’économie G.V. Plekhanov (1926- 1927) ; rédacteur scientifique de la Grande encyclopédie technique (1934- 1936) ; collaborateur scientifique à l’institut de recherche F.F. Erisman (1943-1950). Connu pour ses travaux sur la population de la Russie au XIXe siècle et sur la formation de la classe ouvrière russe. Données biographiques d’après Meyer, op. cit., p. 19 ; liste de ses livres, ibid., p. 184.

10 A.G. Rašin, Sostav fabrično-zavodskogo proletariata SSSR, dir. N.N. Evreinov, auteur de l’article introductif, M., Izd. VCSPS, 1930, 170 p ; comptes rendus de Voprosy truda, 1930, n° 3, p. 109-111, et Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 1,p. 271-276.

11 N.N. Evreinov, né en 1892, permanent syndical. Membre du présidium du Conseil central des syndicats à partir de 1926 ; élu au secrétariat de ce Conseil central en mai 1929 lors du second plénum, qui démet de leurs fonctions Tomskij et ses partisans. Élu membre de la Commission centrale de contrôle du PC(b) aux XVe et XVIe Congrès (1927 et 1930). D’après la Grande encyclopédie soviétique, t. 24, 1932, p. 122.

12 Déjà exposées brièvement dans son article « Lico sovremennogo fabrično-zavodskogo proletariata », Pravda, 14 et 15 déc. 1929.

13 Sostav fabrično-zavodskogo proletariata SSSR v diagrammax i tablicax, éd. N.N. Evreinov, dir. A.G. Rašin, M., Izd. VCSPS, 1930, 112 p. Ces tableaux sont reproduits intégralement en allemand dans le livre déjà cité de Meyer, op. cit., p. 127-181.

14 1931, n° 6, p. 235-239 : citations p. 236, 237, 238.

15 Rašin, Sostav...

16 5 octobre 1929, reproduite dans Bjulleteri VCSPS, 1929, n° 7, p. 3-4 : point 9, p. 4.

17 N. Evreinov, introd. à Rašin, Sostav..., p. IV-V.

18 Citation extraite de la traduction française, parue sous la forme d’une brochure intitulée Le recrutement des ouvriers et la régularisation de la croissance du P. C., Paris, Bureau d’Éditions, 90 p., p. 26-27. À l’époque, le texte russe intégral n’a été publié ni par la Pravda, ni par la revue Bol’ševik. Il ne figure pas non plus dans le recueil d’articles et de discours de V. Molotov, V bor’be za socializm, Partizdat, 1935, 587 p.

19 Rašin, Sostav..., introd. de Evreinov, p. IV ; références à V. Molotov, ibid., p. III, et Pravda, 14 déc. 1929, p. 4.

20 Evreinov, introd. à Rašin, Sostav..., p. III. Dans ce texte publié en 1930, N. Evreinov s’évertue à montrer l’intérêt du recensement d’avril-mai 1929 du point de vue des « questions d’actualité » dans la politique du PC(b), aboutissant ainsi à des anachronismes : par exemple, à propos de l’envoi des « 25 000 » à la campagne, décidé en novembre 1929, donc postérieurement au recensement.

21 O.I. Škaratan, Problèmes de la structure sociale de la classe ouvrière de l’U.R.S.S. (recherche de sociologie historique), M., Mysl’, 1970, Introd. p. 11.

22 C’est le même terme, extrêmement vague, qui est employé pour désigner « les koulaks et les aisés » dans la paysannerie. Cf. Lewin, op. cit., p. 47-48.

23 I.V. Stalin, Œuvres (en russe), t. 9 (déc. 1926-juil. 1927), M., 1948, p. 9-11, rapport présenté le 7 déc. 1926 devant le Comité exécutif de l’internationale communiste.

24 Idée suggérée par Škaratan, op. cit., p. 134, qui ajoute : « une telle explication était loin de traduire la vraie complexité des processus réels ». Cf., sur le problème de la différenciation de la paysannerie, la remarque de Carr, citée par Lewin, op. cit., p. 65 : « Ce n’était plus vrai que l’analyse de classe déterminait la politique. C’est la politique qui déterminait quelle forme d’analyse de classe était la plus appropriée à une situation donnée. »

25 M. Brudnyj, « Nos désaccords et l’hétérogénéité du prolétariat », Bol’sevik, 1927, n° 19-20 (31 oct.), p. 50-64.

26 Le terme figure p. 64.

27 Dont il tente de montrer « l’extrême proximité de principe » sur les questions de politique internationale (p. 58).

28 Art. cit., p. 52-53. La dernière phrase est soulignée dans le texte. Cf. aussi p. 61 et 64.

29 Ibid., p. 60.

30 Ibid., p. 61.

31 Ibid., p. 64.

32 Les seules données concrètes de l’article concernent la hiérarchie des salaires en 1926-1927 (tableau p. 62, d’après l’enquête par sondage menée chaque année en mars par le Conseil central des syndicats). Mais M. Brudnyj n’explique pas quel lien il établit entre hiérarchie des salaires et différences de qualification, ou entre hiérarchie des salaires et origine sociale.

33 D. Manuil’skij, Classes, État, Parti pendant la dictature du prolétariat, brochure, M. – L., 1928, p. 88. Cf. aussi l’article de P. Berendelin, « Sur les nouvelles couches de la classe ouvrière », Pod znamenem kommunizma, 1927, n° 2, résumé dans A.I. Vdovin, V.Z. Drobižev, La croissance de la classe ouvrière de l’U.R.S.S., 1917-1940, M., Mysl’, 1976, p. 22.

34 Cf. O.I. Škaratan, « Problèmes et méthodes d’étude de la composition sociale de la classe ouvrière soviétique », in Iz istorii rabočego klassa SSSR, recueil d’articles, L., Izd. LGU, 1962, p. 144 ; A.M. Pankratova « Problèmes de l’étude de l’histoire de la classe ouvrière en Russie », in Trudy I Vsesojuznoj konferencii istorikov-marksistov, M., 1930, t. I.

35 L.V. Badja, L’académicienne A.M. Pankratova, historienne de la classe ouvrière, M., Nauka, 1979, cite qp. 52, n. 2, mais sans donner de référence précise, des explications postérieures de l’auteur à ce sujet : du point de vue de la méthodologie et des sources, l’histoire de la classe ouvrière soviétique en raison de sa. complexité exigerait une analyse particulière, toute une série de questions se posant un peu autrement [que pour l’époque du capitalisme].

36 Commission d’histoire du mouvement syndical en Russie, créée par le Conseil central des syndicats.

37 On ne dispose à ce sujet que d’un sténogramme incomplet et des « thèses » distribuées aux participants, cf. Badja, op. cit., p. 59, n. 33.

38 Archives de l’Académie des sciences de l’U.R.S.S., citées ibid., p. 62.

39 Archives centrales d’État de la révolution d’Octobre, citées ibid., p. 60.

40 Plus exactement, organe de la section d’histoire du prolétariat de l’Institut d’histoire de l’Académie communiste. A.M. Pankratova est l’un des fondateurs de la revue, dont elle est « rédacteur responsable », l’autre cheville ouvrière étant M.N. Pokrovskij. Vingt-deux numéros ont paru de 1930 à 1935, puis la publication fut interrompue.

41 Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 1. Il s’agit d’une version remaniée du rapport présenté le 3 janvier 1929 à la Conférence des historiens marxistes.

42 Ibid., aujourd’hui réédité dans A.M. Pankratova, La classe ouvrière de Russie : travaux choisis, M., Nauka, 1983, p. 149.

43 Ibid., p. 148-149. O.I. Škaratan (op. cit., introd., p. 8, et art. cit., p. 146) souligne que le présent article met davantage l’accent sur la période soviétique que le rapport présenté à la Conférence des historiens marxistes : il y voit la preuve de l’influence exercée par le recensement syndical du printemps 1929, intervenu entre-temps, sur les travaux scientifiques. A.M. Pankratova fait en effet allusion à ce recensement, mais le contexte politique nous semble en l’occurrence déterminant. Lors de la fondation de la revue Istorija proletariata SSSR, le présidium de l’Académie communiste adopte une résolution (6 juil. 1929) sur les tâches de la nouvelle publication : elle « doit être consacrée à l’étude non seulement du passé prérévolutionnaire de la classe ouvrière en U.R.S.S., mais aussi de son organisation de classe après Octobre. La revue doit être strictement marxiste et politiquement combative [...] ». Fin 1929, une lettre de la direction de l’institut d’histoire de l’Académie au Comité central du PC(b) proclame : « ... éclairer les problèmes de l’histoire du prolétariat représente une tâche politique très importante [...]. » La création de cette revue fut soutenue par L’Istprof, le Conseil central des syndicats et les plus grands syndicats du pays, y compris financièrement. Cf. Badja, op. cit., p. 69-70.

44 Archives de l’Académie des sciences de l’U.R.S.S., citées par Badja, op. cit., p. 67 : cette enquête, qui suit de peu le recensement syndical du printemps 1929, est révélatrice des préoccupations des autorités. À ce moment, la commission d’histoire du prolétariat auprès de la Société des historiens marxistes (président M.N. Pokrovskij, secrétaire scientifique A.M. Pankratova), créée officiellement en janvier 1929, collabore avec le conseil des syndicats de Moscou pour étudier l’histoire des entreprises industrielles de la région, cf. Badja, op. cit., p. 65-67.

45 Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 2, p. 23-71. O.I. Škaratan souligne qu’il s’agit de la première, et unique recherche théorique sur ce thème publiée avant le XXe Congrès, cf. livre cité, introd., p. 8 ; cf. aussi p. 131, et art. cit., p. 146.

46 Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 2, p. 25-26 et p. 28.

47 Ibid., p. 42 ; cf. aussi p. 40-42.

48 Ibid., p. 42-43.

49 Ibid., p. 55 ; cf. aussi p. 49.

50 Ibid., p. 53-55. B.L. Markus signale p. 52 que « notre catégorique négation de l’existence [...] d’une aristocratie ouvrière semble à quelques camarades un peu imprudente ».

51 Ibid., p. 49.

52 Ibid., p. 27-28. Tout ceci est à replacer dans le contexte de la collectivisation.

53 Za industrializaciju, 6 juin 1930, p. 5.

54 Istorija proletariata SSSR, art. cit., p. 27.

55 Markus précise qu’il « existe toute une gamme de types transitoires » qui seront rattachés « avec un certain degré de convention » aux trois principales couches sociales, ibid., p. 57.

56 Ibid., p. 57 ; cf. aussi p. 51 et p. 64.

57 Ibid., p. 63.

58 Ibid., p. 57.

59 « Le cœur au village, mais le porte-monnaie à l’atelier », selon l’expression citée par Markus dans Za industrializaciju, 6 juin 1930, p. 5.

60 Au début de 1929, a été lancé le « mouvement de masse » autour du mot d’ordre de « l’émulation socialiste ». « Les ouvriers qui s’engageaient dans la compétition réclamaient généralement l’établissement de normes plus élevées et, par conséquent, l’abaissement des taux de salaires. [...] Il arrivait fréquemment qu’une initiative prise par les “concurrents” fût mise à profit par la direction pour abaisser les taux de salaires aux pièces d’une façon générale, au-dessous même de ceux qui avaient été fixés par les “concurrents” ». Schwarz, op. cit., p. 436 ; cf. aussi p. 434.

61 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 64.

62 Le « prolétariat bourgeois », « si l’on peut s’exprimer ainsi », précise B.L. Markus. Sur ce point, critique par Škaratan, art. cit., p. 147, et op. cit., p. 133.

63 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 57 et 64.

64 Au cours de l’été 1929, dans la presse soviétique, « les reproches s’amoncelèrent contre les ouvriers qui, au lieu d’admirer les détenteurs des records de production, les accusaient d’être des “arrivistes”, des “lèche-bottes”, des “espions” et des “mouchards” ». Schwarz, op. cit., p. 508 ; cf. aussi p. 506.

65 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 64 : les « opportunistes de droite », ajoute B.L. Markus, « ne peuvent compter sur quelque soutien [...] que dans cette couche ».

66 Markus, art. cit., Za industrializaciju.

67 Plus un indice « indirect » : l’attitude au travail et dans la société, cf. Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 57.

68 Ibid., p. 63.

69 Ibid., p. 58.

70 Sauf s’il s’agit d’un ancien koulak !

71 Ibid., p. 63.

72 S. Zagorsky, Les salaires et la réglementation des conditions du travail dans l’U.R.S.S., Genève, B.I.T., 1930, p. 22 : p. ex., Tomskij, Trud, 13 déc. 1928.

73 Engels, La situation de la classe laborieuse en Angleterre, Éditions sociales, 1975, p. 395.

74 Lettre à Marx, 7 oct. 1858, in Correspondance Marx – Engels, t. V, Éditions sociales, 1975, p. 222 ; lettre à Kautsky, 12 sept. 1882, in Marx et Engels, Lettres sur « Le Capital », Éditions sociales, 1964, p. 319.

75 Lénine, L’impérialisme..., M., Éd. du Progrès, 1969, p. 139 ; cf. aussi p. 135 et p. 138. Cf. Dictionnaire critique du marxisme, dir. G. Labica, P.U.F., 1982, art. « Aristocratie ouvrière » par G. Caire, p. 59-60, et Marxism, Communism and Western society : a comparative encyclopedia, éd. C.D. Kernig, New York, Herder and Herder, 1972-1973, vol. VIII : art. « Working Class » par M. Dewar, p. 359 et 361.

76 Cf. Critique de F. Poirier, « L’école historique anglaise : développement capitaliste et mouvement ouvrier », in Les aventures du marxisme, Syros, 1984, p. 73 ; on trouvera dans cet article un exposé des débats entre historiens britanniques contemporains à propos de l’« aristocratie ouvrière » de l’époque victorienne.

77 Lénine, Œuvres, t. 29, Éditions sociales – Éd. du Progrès, 1976 : « La IIIe Internationale et sa place dans l’histoire » (15 avr. 1919), p. 312 ; cf. aussi « Les tâches de la IIIe Internationale » (14 juil. 1919), p. 506-507.

78 E.H. Carr, La Révolution bolchevique, t. 3, Éd. de Minuit, 1974, p. 193.

79 Terme encore employé par les historiens soviétiques aujourd’hui. Cf. Škaratan, Problèmes de la structure sociale..., p. 150, qui distingue « deux couches essentielles » dans la classe ouvrière :
 – Les « ouvriers du cadre », qui ne possèdent pas de moyens de production et n’ont pas d’autres sources de revenu que leur salaire et les rentrées venant des fonds sociaux de consommation ;
 – Les « ouvriers en voie de formation », qui sont encore propriétaires de moyens de production et ont donc, outre leur salaire, des revenus venant d’une propriété privée, en général une exploitation paysanne. Cf. aussi Conclusion, p. 457.

80 Pseudonyme de M.A. Lur’e : « La composition du prolétariat » (sous-titre « physiologie sociale »), fin mars 1916. Réédité en brochure séparée par le Soviet des députés ouvriers de Petrograd en février 1918. Inclus dans un recueil d’articles édité en 1928 sous le titre Le capitalisme d’État en Allemagne pendant la guerre de 1914-1918, M. – L, Giz, p. 125-151. Nous citons d’après cette édition.

81 Les employés (sauf leur couche supérieure) sont inclus dans le prolétariat.

82 Ou simplement ouvriers ayant plus de dix ans d’ancienneté, sans « hérédité ».

83 Cf. p. 136, 149 et 130-131.

84 Larin emploie indifféremment « bourgeoisie » et « petite bourgeoisie », qui désignent pratiquement toute la population active non ouvrière.

85 Cf. p. 148-149, 136, 134.

86 Cf. p. 149-150 et 133.

87 Jusque dans le vocabulaire : ainsi p. 136, expliquant que le « noyau d’origine » doit assimiler les nouvelles recrues, Ju. Larin emploie le verbe perevarit’ : comparer avec l’expression des années trente : perevarit’ v fabričnom kotle. Cf. aussi p. 148. Skaratan, op. cit., p. 134, présente Ju. Larin comme proche de B.L. Markus par ses positions théoriques ; il omet deux précisions :
a) l’article en question a été écrit en 1916, et non en 1928 ;
b) B.L. Markus critique avec vigueur Ju. Larin, notamment pour avoir « ignoré » l’aristocratie ouvrière : Istorija proletariata SSSR, art. cit., p. 40- 41. Ju. Larin avait eu des relations amicales avec Trotsky après 1917 ; son attitude envers l’opposition de 1923 fut ambiguë. Il finit par s’aligner sur les positions de Staline.

88 À condition de se souvenir qu’un facteur n’agit jamais seul.

89 C. Thelot, Tel père, tel fils ? : position sociale et origine familiale, Dunod, 1982, p. 221. Cf. aussi l’article de G. Michelat et M. Simon, Histoire, n° 2, juin 1979 (notamment p. 88-90), qui résume leurs recherches sur classe, religion et comportement politique.

90 Cf. les pages consacrées à « la prolétarisation des mineurs », in R. Trempé, Les mineurs de Carmaux, 1848-1914, Éditions ouvrières, 1971, t. 1, p. 107- 327-

91 « Répartition des ouvriers par groupes d’âges en 1929 » et « Âge moyen des ouvriers d’industrie », tableaux reproduits par Meyer, op. cit., p. 139-141.

92 « Âge moyen des ouvriers hommes et femmes », tableau, Meyer, op. cit., p. 141, et les deux tableaux de Rašin, Sostav..., p. 50-51 : répartition par groupes d’âges des ouvriers hommes et femmes en 1929.

93 L’industrie pétrolière, à personnel presque exclusivement masculin, est hors de cause.

94 Meyer, op. cit., p. 61-62.

95 Part des femmes dans l’échantillon des ouvriers recensés : coton : 63,7 % ; travail des métaux : 9,3 % ; métallurgie : 6,3 % ; charbonnages : 6,8 %.

96 F. Zauzolkov, art. dans Bol’ševik, 1929, n° 22, p. 31.

97 Rašin, Sostav..., p. 53 et 55, d’après les recensements de la population de 1897 et 1926, le recensement professionnel de 1918 et le recensement syndical de 1929. Ces données ne sont pas totalement comparables : en 1918, 1926 et 1929, elles incluent tous les ouvriers employés dans cette branche ; en 1897, elles excluent les ouvriers d’autres spécialités (métallos, menuisiers) employés dans l’industrie cotonnière, et les manœuvres. Mais dans ces catégories on comptait surtout des hommes, et leur nombre était assez limité.

98 Tout ceci d’après Rašin, Sostav..., p. 54 et 56 ; Meyer, op. cit., p. 60.

99 L’évolution de la législation du travail n’explique pas tout : le nombre d’adolescents mis au travail avant seize ans avait souvent reculé de 1906 à 1913 ; il remonte de 1914 à 1917, sans doute parce que dans cette période de forte croissance des effectifs, ils peuvent remplacer les hommes mobilisés, et arrondir ainsi les revenus familiaux.

100 Explication suggérée par Rašin, Sostav..., p. 56.

101 Qui constitue un cas particulier : pourcentage record de 18,1 %, et déjà plus de 14 % parmi les ouvriers dont l’ancienneté remonte à l’avant-guerre.

102 Tout ceci d’après Meyer, op. cit., p. 62-63 et tableau reproduit p. 142 : « žge des ouvriers au premier emploi salarié en fonction de la date d’entrée dans l’industrie » ; Rašin, Sostav..., p. 56-62 : tableaux « Âge au premier emploi salarié » (par branches et régions) p. 57, et « Date d’entrée dans l’industrie et âge au premier emploi salarié » (coton, métaux, mines) p. 58, 59-60, 61.

103 Trud v SSSR, M., 1930, p. XII distingue trois groupes parmi les ouvriers selon la période d’entrée dans l’industrie (il s’agit à chaque fois de la première entrée) :
a) le « personnel ancien » arrivé à la fabrique avant Octobre ;
b) le personnel venu à la production pendant la guerre civile et au début de la période de « reconstruction » (1918-1925) ;
c) le « personnel nouveau » qui a commencé à travailler en 1926, et après.

104 Evreinov, art. cit., Pravda, 14 déc. 1929, p. 4, et introd. à Rašin, Sostav..., p. V. Cf. aussi B. Rejn, Prolétaires héréditaires, Priboj, 1930, p. 10 : « Nos usines, nos fabriques sont littéralement pleines de vieux ouvriers » ; « [...] dans l’essentiel de l’industrie s’est maintenue une forte ossature ouvrière ». B. Rejn parle de kadroviki.

105 Evreinov, introd. à Rašin, Sostav..., et Trud v SSSR, p. XII.

106 Chiffres tirés du tableau reproduit par Meyer, op. cit., p. 129 ; cf. aussi Trud v SSSR, p. 26.

107 Meyer, op. cit., p. 64, d’après tableau reproduit ibid., p. 143 « Répartition des ouvriers d’industrie en fonction de l’ancienneté dans la production ».

108 Tout ce passage s’appuie sur les données suivantes : « Répartition des ouvriers d’industrie en fonction de leur période d’entrée dans la production », Meyer, op. cit., p. 129, et Trud v SSSR, M., 1930, p. 26 ; « Regroupement des ouvriers d’industrie par ancienneté », Meyer, op. cit., p. 143 ; « Répartition des ouvriers selon la date d’entrée dans l’industrie et le sexe », Rašin, Sostav..., p. 8. Cf. aussi les commentaires de Rašin, Sostav..., p. 7-9, 78, 83, 85 ; Evreinov, introd., ibid., p. VI-VIII ; Trud v SSSR, p. XII ; Zauzolkov, art. cit., Bol’ševik, p. 32 ; Ja. Kvaša et F. Šofman, art. dans Puti industrializacii, 1930, n° 1, p. 33, 37, et n° 2, p. 35, 39, 40 ; Meyer, op. cit., p. 36-37, 68, 70- 71.

109 Le personnel de l’industrie pétrolière est presque exclusivement masculin.

110 Ils sont un peu plus élevés en Ukraine.

111 Meyer, op. cit., p. 37.

112 Rašin, Sostav..., p. 85, et Evreinov, introd., ibid., p. VI ; Zauzolkov, art. cit., Bol’ševik, p. 32 ; Meyer, op. cit., p. 36, 70-71.

113 Rappelons qu’il s’agit de la date de la première embauche.

114 Evreinov, introd. à Rašin, Sostav..., p. IX.

115 Ibid., p. V.

116 Toute cette analyse d’après Rašin, Sostav..., p. 10-16 ; Evreinov, introd., ibid., p. V et IX-X, et Pravda, 14 déc. 1929, p. 4 ; Kvaša et Šofman, art. cit., Puti industrializacii, 1930 n° 1, p. 34,43 ; Meyer, op. cit., p. 39-40.

117 Rašin, Sostav..., p. 68.

118 Evreinov, introd., ibid., p. IV.

119 Zagorsky, Les salaires et la réglementation des conditions du travail dans l’U.R.S.S., 1930, p. 23. Affirmations analogues de S.N. Prokopovicz, Histoire économique de l’U.R.S.S., Flammarion, 1952, p. 280, nuancées il est vrai en fonction de l’ancienneté des ouvriers, de leur origine sociale et de la branche d’activité.

120 Plus exactement « la durée de présence au dernier lieu de travail ».

121 Evreinov, introd. à Rašin, Sostav..., p. IX.

122 Tableau « Durée moyenne de présence des ouvriers au dernier lieu de travail », Meyer, op. cit., p. 153.

123 Sauf à Leningrad.

124 Il est question dans tout ce passage de l’ancienneté dans l’entreprise.

125 Sostav..., p. 73.

126 Sauf dans le travail des métaux du gouvernement de Moscou.

127 Rašin, Sostav..., p. 71-74.

128 Comme Evreinov tend implicitement à le faire, cf. introd. à Rašin, Sostav..., p. IX, et Pravda, 14 déc. 1929, p. 4.

129 Evreinov, ibid. ; Rašin, Sostav..., p. 68-70, 79, 82-83, 85 ; Meyer, op. cit., p. 68,71 et 73.

130 Calculés d’après les tableaux reproduits par Meyer, op. cit., p. 143-144 et p. 152-153.

131 Rašin, Sostav..., p. 68-69. Dans l’industrie des métaux de Leningrad, 38 % des ouvriers ont une ancienneté dans leur entreprise inférieure à deux ans : il est, à l’évidence, impossible d’expliquer ce fait en invoquant la chute des effectifs survenue en 1917-1918, comme le fait Rašin, ibid., p. 70.

132 Ceci vaut aussi, à un moindre degré, pour l’industrie du coton : à Leningrad, l’ancienneté dans l’entreprise est très inférieure à la moyenne de la branche (6, 2 et 7, 8 ans).

133 Rašin, Sostav..., p. 82.

134 On a distingué quatre groupes d’ouvriers : 1) hautement qualifiés ; 2) qualifiés ; 3) semi-qualifiés ; 4) non qualifiés, en fonction de leur place dans l’échelle des salaires. Cf. Rašin, Sostav..., p. 74-75.

135 Rašin, ibid., p. 76-77 ; 80-81 ; 84 (tabl.).

136 Ibid., p. 82.

137 Evreinov, Pravda, 14 déc. 1929, p. 4, et introd. cit., p. IX ; Rašin, Sostav..., p. 70 ; Meyer, op. cit., p. 73. A.G. Rašin met en cause les liens avec l’agriculture, et non l’origine sociale, deux notions qui ne coincident pas toujours (cf. supra).

138 53,7 % dans la métallurgie ukrainienne, et 63,1 % dans les charbonnages du Donbass. Les résultats sont moins nets pour le lien avec l’agriculture : 26,3 % des mineurs ont de la terre, mais seulement 20,9 % des ouvriers de la métallurgie ukrainienne (moyenne générale 20,6 %) ; il est vrai que (presque) trois fois sur quatre, cette terre est située hors du lieu de résidence. Cf. Trud v SSSR, M., 1930, p. 27.

139 La part des femmes dans la main-d’œuvre est partout inférieure à 10 %, sauf dans l’industrie du coton.

140 Pravda, 14 déc. 1929, p. 4, et préface au livre de Rašin, Sostav..., p. V.

141 Trud v SSSR, M. 1930, p. 27 et 28-29.

142 Evreinov, introd. à Rašin, Sostav..., p. X.

143 Ibid., p. XI.

144 Rašin, Sostav..., p. 19, 21 et 22.

145 Kvaša et Šofman, art. cit., Puti industrializacii, 1930, n° 1, p. 38.

146 Evreinov, Pravda, 14 déc. 1929, p. 4, et introd. à Rašin, Sostav..., p. XII-XIII.

147 Leningrad, gouvernement de Moscou, Ukraine.

148 B. Meissner, Social change in the Soviet Union, Notre Dame – Londres, University of Notre Dame Press, 1972, p. 30. S.N. Prokopovicz, Histoire économique de l’U.R.S.S., Flammarion, 1952, p. 279-280, qui généralise à partir de deux exemples (métallurgie et houillères) favorables à sa thèse.

149 Meyer, op. cit., p. 59.

150 Citations de l’article de F. Zauzolkov, Bol’ševik, 30 novembre 1929, p. 38.

151 Trud v SSSR, M., 1930, p. 27 ; Rašin, Sostav..., p. 24, donne 22 % environ.

152 Note de Kvaša et Šofman, art. cit., Puti industrializacii, p. 39 : mais, ajoutent les auteurs, ceci est compensé par le licenciement prioritaire, déjà engagé, des possesseurs de terre.

153 Kvaša et Šofman, ibid., p. 38-39.

154 Point souligné par Evreinov, Pravda, 15 déc. 1929, p. 2, et introd. à Rašin, Sostav..., p. XII.

155 Trud v SSSR, M., 1930, p. 27.

156 Ibid.

157 Source : Rašin, Sostav..., p. 26.

158 Tout ce développement d’après Rašin, ibid., p. 27.

159 Evreinov, introd. à Rasin, Sostav..., p. XII.

160 Rašin, Sostav..., p. 35.

161 Evreinov, introd. à Rašin, Sostav..., p. XIII.

162 Kvaša et Šofman, art. cit., Puti industrializacii, 1930, n° 1, p. 32-33.

163 Rašin, Sostav..., p. 35 ; Puti industrializacii, 1930, n° 2, p. 44.

164 Le statut des paysans libérés du servage : 1861-1961, Paris – La Haye, Mouton, 1963, introd. de R. Portal, p. 15-20.

165 Kvaša et Šofman, art. cit., Puti industrializacii, 1930, n° 2, p. 41 ; Rašin, Sostav..., p. 34 ; Meyer, op. cit., p. 50.

166 Trud v SSSR, M., 1930, p. 27.

167 Op. cit., p. 41.

168 D’après Trud v SSSR, Introd., p. XIV. Le total n’atteint pas 100 % : il faudrait ajouter les ouvriers fils d’employés, d’artisans, de commerçants, etc.

169 Ancienneté moyenne dans l’industrie (en années) des ouvriers avec et sans terre, Rašin, Sostav..., p. 38 ; répartition par période d’entrée dans l’industrie des ouvriers ayant de la terre, ibid., p. 28 ; répartition par groupes d’âges des ouvriers avec et sans terre, ibid., p. 36 ; pourcentage d’ouvriers ayant de la terre en fonction de la période d’entrée dans l’industrie, ibid., p. 30.

170 En première approximation, entrés dans l’industrie avant 1917 ou après 1917 ; l’analyse peut ensuite être affinée en entrant dans le détail des périodes (avant 1913, 1914-1917..., etc.) ; les données sur l’âge (moins de 30 ans ; plus de 40 ans) servent de moyen de contrôle.

171 Kvaša et Šofman, art. cit., Puti industrializacii, 1930, n° 2 p. 41-42.

172 Ibid., p. 36-37, et Rašin, Sostav..., p. 30.

173 Rašin, Sostav..., p. 30.

174 Evreinov, introd. à Rasin, Sostav..., p. XIII ; ibid., p. 30, 37, 40-42 et 167 ; Meyer, op. cit., p. 52 et 59.

175 Texte du questionnaire reproduit dans Rašin, Sostav..., p. 24.

176 Rašin, ibid., p. 42 ; cf. aussi N. Evreinov, introd. à Rasin, Sostav..., p. XII, et Kvaša et Šofman, art. cit., Puti industrializacii, 1930 n° 1, p. 42, et n° 2, p. 43 (comparaisons dans une même région).

177 Dont la signification aurait dû être nuancée selon les régions.

178 Ibid., n° 1, p. 36 et 42-43 ; n° 2, p. 43. Les auteurs donnent l’exemple de l’industrie cotonnière, où « habituellement » deux membres de la famille travaillent à la fabrique.

179 Trud v SSSR, M., 1930, p. 27.

180 Tableau de Rašin, Sostav..., op. cit., p. 45.

Salaires journaliers moyens :
181

Image

D’après Meyer, op. cit., tableaux 27 à 30, p. 155-158.

182 Markus, Za industrializaciju, 6 juin 1930, p. 5.

183 Meyer, op. cit., p. 56 (tableau) ; nous ne possédons de données détaillées que pour cette branche.

184 Rašin, Sostav..., p. 43 (n. 1).

185 Tout le développement sur l’Oural d’après Zauzolkov, Bol’ševik, nov. 1929, p. 37 ; Puti industrializacii, 1930, n° 2, p. 42 ; Rašin, Sostav..., p. 43-44 ; Meyer, op. cit., p. 55-56.

186 Rašin, Sostav..., p. 43 (tableau).

187 Kvaša et Šofman, art. cit., Puti industrializacii, 1930 n° 1, p. 36 et n° 2, p. 39 ; Meyer, op. cit., p. 56-57 (se réfère à Ja. Jakovlev, Notre campagne, M., 1924). Apparaît une fois encore l’ambiguïté des indices de « puissance » (moščnost’) des exploitations : la possession d’un cheval différenciait le serednjak du bednjak ; l’emploi de main-d’œuvre salariée servait de critère de définition du koulak. Mais comment définir le paysan qui embauchait temporairement faute de posséder un cheval ? Cf. Lewin, La paysannerie et le pouvoir soviétique, p. 44, notamment n. 4.

188 Comme l’affirment, mais sans le démontrer, Kvaša et Šofman, art. cit., Puti industrializacii, 1930, n° 1, p. 33.

189 Tout ce développement, d’après Kvaša et Šofman, art. cit., Puti industrializacii, 1930, n° 2, p. 37-39 ; cf. aussi n° 1, p. 33 et 573. Les deux auteurs pensent que la mobilité de la main-d’œuvre est sous-estimée pour deux raisons :
1) dans une série de mines, le recensement s’est terminé avec du retard sur la date fixée (en mai 1929 au lieu de début avril), donc une partie des ouvriers liés à la terre avait déjà eu le temps de s’en aller, échappant ainsi au dénombrement ;
2) ne sont enregistrés en 1929 que ceux qui sont revenus après leur départ à l’été 1928.

190 Faisaient exception l’industrie cotonnière de Moscou-ville, les charbonnages de l’Oural et de Sibérie, l’industrie pétrolière.

191 Rašin, Sostav..., p. 45-46 (tableau) ; Meyer, op. cit., p. 58-59 ; Zauzolkov, art. cit., p. 38-39.

192 « Possession de terre et appartenance au parti chez les ouvriers de fabrique et d’usine » (tableau), Rašin, Sostav..., p. 139, et « Pourcentage d’ouvriers ayant de la terre parmi les membres et candidats du PC(b), du Komsomol et les sans parti », tableau reproduit par Meyer, op. cit., p. 176.

193 Meyer, op. cit., p. 100-101.

194 Par exemple par S. Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, M. Rivière, 1956, p. 34-35, 57.

195 Rappelons qu’il ne concerne que la grande industrie.

196 D. Manuil’skij, Classes, État, Parti pendant la dictature du prolétariat, M. – L., 1928, p. 87.

197 Voprosy truda, 1930, n° 3, p. 109-111 : recension de Rašin, Sostav... L’ouvrage montre « à quel point nos représentations étaient souvent superficielles et à quel point elles étaient éloignées de la réalité » (ibid., p. 109).

198 Ibid., p. 109.

199 Ibid., Conclusion, p. 111.

200 1930, n° 1, p. 1-38.

201 Art. cit., p. 25.

202 K. Sidorov, compte rendu de Sostav..., dans Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 1, p. 274 et p. 276 ; compte rendu de Metallisty SSSR, ibid., 1930, n° 3-4, p. 277 ; Markus, art. cit., ibid., et Pravda, 11 mai 1930, p. 6, compte rendu de Sostav... : « contribution de très grande valeur ».

203 Par exemple lorsque Markus, jouant sur les mots, accuse à tort Rašin d’oublier une vérité d’évidence : le fait d’être propriétaire d’une parcelle de terre n’implique pas nécessairement que l’ouvrier quitte l’usine ou la mine en été pour participer aux travaux des champs, Pravda, art. cit.

204 Sidorov, art. cit., Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 1, p. 274-275 et 276. Remarques exactes.

205 Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 1, p. 274 et 276 ; n° 3-4, p. 228.

206 Pravda, art. cit. Sur ce point, cf. supra.

207 Sidorov, art. cit., Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 1, p. 275.

208 C’est Sidorov qui développe ce raisonnement ; Rašin n’aborde pas du tout ces questions idéologiques.

209 Sidorov, ibid. ; Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 2, p. 67, 68 ; id., dans Za industrializaciju, 6 juin 1930, p. 5, et Pravda, art. cit. Ces critiques ne s’embarrassent pas de contradictions : après avoir, dans la Pravda, accusé à tort Rašin de ne pas évoquer ce phénomène, Markus lui reproche d’avoir corrigé l’indice « à vue de nez » pour en tenir compte. Cf. art. cit., Istorijaproletariata SSSR, p. 69, et Rašin, Sostav..., p. 25.

210 De même, en raison de la date tardive du recensement « dans une série de mines » (mai 1929), la participation aux travaux agricoles aurait été minimisée : Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 67, et art. cit., Za industrializaciju. Nous avons évoqué cette question supra.

211 K. Sidorov, art. dans Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 3-4, p. 229-230.

212 Souligné dans le texte.

213 Lénine, Œuvres complètes (en russe), t. 24, p. 100-101, cité par A.I. Vdovin et V.Z. Drobižev, La croissance de la classe ouvrière de l’U.R.S.S., p. 69 ; cf. aussi Œuvres complètes, t. 23, p. 391, et t. 30, p. 314, cité ibid., p. 9.

214 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 2, p. 58, 66 et 67-68.

215 Škaratan, Problèmes..., p. 172-173. Néanmoins, sous l’effet de la récente critique du recensement de 1929, les organisateurs des recensements de 1930-1933 ont posé ce genre de questions.

216 C’est-à-dire : ferme de koulak, de serednjak ou de bednjak.

217 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 66 et p 68.

218 Ibid., p. 66.

219 Ainsi lorsqu’il leur est reproché d’avoir mêlé « enfants d’artisans » et « enfants de commerçants », ou de ne pas avoir isolé les ouvriers appartenant à des kolkhozes (ibia., p. 67-68). À quoi bon diviser des catégories qui ne regroupent qu’un nombre très limité d’individus ?

220 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 67.

221 Markus, ibid., qui parle de « toutes les insuffisances voulues du recensement ».

222 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 28, et Za industrializaciju, art. cit. ; cf. aussi Pravda, art. cit.

223 Markus, art. cit., Istorija proletariata SSSR, p. 56 ; le texte visé est le rapport de Tomskij au VIIIe Congrès des syndicats en décembre 1928, cf. compte rendu sténographique complet, M., VCSPS, 1929.

224 Sidorov, art. cit., Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 1, p. 276 ; formule voisine dans Voprosy truda, 1930, n° 3, p. 109. Cf. supra.

225 Souligné dans le texte : Markus, art. cit., Pravda. Cf. aussi la conclusion de cet article.

226 Perepis’ rabočix i služaščix 1929 goda, t. I : Metallisty SSSR, éd. A.G. Rašin, dir. N.N. Evreinov, M., VCSPS, 1930.

227 Sidorov, art. oit., Istorija proletariata SSSR, 1930, n° 3-4, p. 228.

228 À notre connaissance, aucune explication n’a été fournie à ce sujet, ni à l’époque, ni dans les travaux ultérieurs d’historiens.

229 B.L. Markus, Le travail dans la société socialiste, M., 1939, chap. VI, p. 129-153.

230 Formule consacrée qui désigne les années 1921-1925.

231 Thèse inédite, Académie des sciences sociales auprès du Comité central du P. C. Citée par Škaratan, Problèmes..., p. 167.

232 Thèse inédite, soutenue à Leningrad en 1958. Cf. Škaratan, ibid., p. 205, et l’article de A.A. Matjugin dans le recueil collectif Izmenenija v čslennosti i sostave sovetskogo rabočego klassa, M., 1961, p. 94-95.

233 Cf. entre autres Škaratan, ibid., p. 167-168, 171-173, 176 ; Vdovin et Drobižev, La croissance de la classe ouvrière de l’U.R.S.S., p. 60, 89, 92-93, 114-115, 133, 137, 186-187, 193.

234 Ouvriers d’industrie (dans les frontières d’avant le 17 septembre 1939) : 3,4 millions en 1929 contre 3,6 en 1913, cf. B. Meissner (éd.), Social change in the Soviet Union, Notre Dame – Londres, University of Notre Dame Press, 1972, p. 92. Les familles paysannes étaient environ 25 millions.

235 Comme le fait Olga A. Narkiewicz en la qualifiant de « classe [...] de semi-paysans, semi-ouvriers », cf. The making of the Soviet State apparatus, Manchester, U.P., 1970, p. 152.

236 Dès 1977, René Girault avait attiré l’attention sur ces faits, cf. sa contribution « Les voies soviétiques », in P. Léon (dir.), Histoire économique et sociale du monde, t. 5 : Guerres et crises 1914-1947, A. Colin, 1977, p. 279.

237 E.H. Carr, Socialism in one country 1924-1926, vol. I, Londres, 1958, p. 89, 100-101 ; I. Deutscher, Trotsky, le prophète armé (2), 10/18, 1979, p. 414 et 435-436, et id., Le prophète désarmé (1), p. 25-27, 30 et 32.

238 Carr, ibid., p. 103-106, et Foundations of a planned economy 1926-1929, vol. II, Londres, 1971, p. 431.

239 Dans Nos tâches politiques où figure la célèbre phrase : « Ces méthodes conduisent [...] l’organisation du Parti à se “substituer” au Parti, le Comité central à l’organisation du Parti et finalement le dictateur à se substituer au Comité central », cf. Trotsky, Textes, Éditions sociales, 1984, p. 101.

240 Carr, Foundations..., vol. I, part 2, Londres, 1969, p. 455, et vol. Il, p. 432.

241 I. Deutscher, Le prophète désarmé (2), 10/18, 1979, p. 310 et 383. Cf. aussi id., Le prophète hors-la-loi (1), 1980, p. 105-106.

242 Carr, Socialism..., I, p. 411.

243 Deutscher, Le prophète désarmé (2), p. 310-311 ; cf. aussi p. 355-356 et p. 585 ; Carr, Foundations..., II, p. 432, qui souligne aussi le poids du chômage.

244 On peut penser, en outre, qu’elle postule un lien trop simple entre l’origine sociale et le comportement politique.

245 Carr, Socialism..., I, p. 411, et Foundations..., II, p. 432-434.

246 Cf. nos remarques supra sur la vision officielle de la classe ouvrière.

247 Lettre de Rakovsky à Valentinov (août 1928), citée par Carr, Foundations..., II, p. 433 ; traduction française de cette lettre in Les bolcheviks contre Staline, Paris, 1957. Discours de Manuil’skij au VIe Congrès du Komintern, paru sous forme de brochure séparée, M. – L., 1928, p. 87.

Notes de fin

1 Dans les références bibliographiques données en note, lorsqu’un ouvrage en langue française a été publié à Paris, le lieu d’édition n’est pas mentionné. Sauf indication contraire, les livres parus en U.R.S.S. sont en langue russe. Abréviations utilisées : M. = Moscou ; L. = Leningrad.

Table des illustrations

Titre Répartition des entreprises et des ouvriers recensés par branches.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1k
Crédits (D’après Meyer, op. cit., p. 129 à 143 ; Trud v SSSR, M., 1930, p. 26).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47831/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47831/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Pourcentage d’ouvriers ayant de la terre
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47831/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search