Version classiqueVersion mobile

Les ouvriers en U.R.S.S.

 | 
Jean-Paul Depretto

Introduction

Texte intégral

  • 1 Chiffres arrondis.
  • 2 S. Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, M. Rivière, 1956.
  • 3 Ces dernières années, la situation s’est modifiée grâce à des spécialistes allemands ou anglo-saxon (...)
  • 4 B. Kerblay, Les marchés paysans en U.R.S.S., Mouton, 1968 ; id., Du mir aux agrovilles, Institut d’ (...)

1La politique d’industrialisation forcée menée en U.R.S.S. dans les années trente a provoqué une brusque transformation des structures sociales : entre 1926 et 1939, la population urbaine a plus que doublé ; en quatre ans (1928-1932), le nombre d’ouvriers d’usine est passé de trois à six millions1. Un bouleversement aussi rapide n’a guère d’équivalent dans l’histoire mondiale, et pourtant les chercheurs occidentaux ne s’y sont pas beaucoup intéressés : quand nous avons commencé ce travail, le livre déjà ancien de S. Schwarz2 constituait pratiquement la seule étude approfondie sur cette question3. Les campagnes sont mieux connues, grâce aux ouvrages de B. Kerblay, M. Lewin et N. Werth4.

2La classe ouvrière russe n’est certes pas née du Grand Tournant, mais à partir de 1928-1929 on change très vite d’échelle : son poids dans la société s’est considérablement accru. Avec la collectivisation, le gonflement subit du monde urbain représente le principal résultat de la seconde révolution. En dépit de sa brièveté, la période du premier plan a joué un rôle déterminant dans l’histoire de l’U.R.S.S. ; c’est à cette époque que s’est formé le « modèle soviétique », dont les principes essentiels devaient rester immuables jusqu’aux mutations entraînées par la perestroïka : bel exemple d’événements créateurs de structures du temps long ! Après la Deuxième Guerre mondiale, ce « modèle » a été imité ou imposé à l’étranger.

3Telles sont les raisons qui nous ont conduit à concentrer notre attention sur les années 1928-1932 ; de surcroît, à partir de 1933, la documentation s’appauvrit de façon sensible. Ce choix partait implicitement de l’idée communément admise que la politique de Staline avait fait table rase de la vieille Russie ; en fait, il s’est avéré que la révolution par en haut ne marquait pas une rupture totale avec les héritages du passé : le chercheur qui examine de près les réalités régionales constate avec étonnement la permanence de traits qui remontent aux débuts de la NEP, voire à l’Ancien Régime. Dès lors, la perspective de travail devait être corrigée : le premier plan demeurait au centre du tableau, mais il fallait, dans la mesure du possible, procéder à des incursions en amont (fin du XIXe siècle) ou en aval (1933-1941).

4L’étude du monde ouvrier présente déjà en soi un indéniable intérêt, mais notre objectif est plus large : il s’agit de s’interroger sur les soutiens dont bénéficiait le régime. Ce dernier était officiellement défini comme une « dictature du prolétariat » ; en principe, depuis Octobre, les travailleurs de l’industrie étaient traités en enfants chéris du système : ils étaient les « maîtres du pays », selon une formule chère aux propagandistes. Il est impossible de se prononcer sur le bien-fondé de cette théorie sans avoir au préalable examiné minutieusement la condition matérielle et morale de la « classe dirigeante », son rang dans la hiérarchie soviétique et ses relations avec le pouvoir.

  • 5 J.-P. Depretto, S.V. Schweitzer, Le communisme à l’usine : vie ouvrière et mouvement ouvrier chez R (...)
  • 6 P. Fridenson, Histoire des usines Renault, 1 : Naissance de la grande entreprise, 1898-1939, Seuil, (...)
  • 7 Pour une liste détaillée, cf. la bibliographie.
  • 8 M.G. Clark, The économies of Soviet Steel, Cambridge, Mass., 1956 ; D. Granick, Soviet metal-fabric (...)
  • 9 H. Chambre (dir.), « Le développement du bassin du Kuznetsk », Cahiers de l’I.S.E.A., série G : Éco (...)
  • 10 W. Galenson, Labor productivity in Soviet and American industry, New York, Columbia U.P., 1955 ; D. (...)

5Le lecteur attend sans doute quelques explications sur les principes qui ont guidé cette enquête ; la simple honnêteté exige de ne pas le décevoir sur ce point. Le regretté Pierre Léon, qui a dirigé nos premiers pas5, répétait volontiers à ses élèves que l’histoire économique et l’histoire sociale sont inséparables, témoignant ainsi de sa fidélité à l’enseignement de E. Labrousse. Cette indication de méthode ne signifie nullement que l’histoire sociale se réduise à un simple appendice de l’histoire économique, qui serait seule déterminante ; en revanche, elle implique qu’on ne saurait restituer correctement l’histoire d’une société sans une bonne connaissance des données économiques. Il aurait été impossible, par exemple, de décrire la vie ouvrière chez Renault si l’excellent livre de P. Fridenson6 n’avait déblayé le terrain au préalable. De même, s’agissant de l’U.R.S.S., les ouvrages des économistes français, anglais et américains7 rendent d’inappréciables services, surtout lorsqu’ils portent sur une branche (sidérurgie, construction mécanique8) ou une région (le Kuzbass9) ; les livres qui présentent une analyse critique des statistiques officielles font gagner un temps précieux10. Il est seulement dommage qu’il n’existe aucune monographie d’entreprise : cette lacune est probablement imputable à la fermeture des archives soviétiques.

  • 11 V.S. Lel’čuk, Industrializacija SSSR : istorija, opyt, problemy, M., 1984.
  • 12 M.G. Clark, op. cit. ; J.-M. Collette, Politique des investissements et calcul économique : l’expér (...)

6Si l’histoire sociale s’appuie sur les économistes, elle permet en retour une lecture renouvelée de l’industrialisation, plus sensible aux « facteurs humains », et qui éclaire certains aspects habituellement méconnus de ce processus. Ainsi, une étude précise des grands chantiers met en lumière une réalité occultée par tous les auteurs, à l’exception notable de V.S. Lel’čuk11 : l’absence presque totale de mécanisation. Des armées de manœuvres équipés de pelles et de pioches creusaient les fondtions ; le ciment était tassé avec les pieds, et des chariots tirés par des chevaux assuraient l’essentiel des transports. Les machines, rares, valaient cher, alors que la main-d’œuvre était bon marché : les décideurs ont choisi de substituer le travail au capital. Cette stratégie était compréhensible dans un pays où existait une forte surpopulation rurale ; les responsables se souciaient avant tout de maximiser le rendement du capital ; quant à la productivité du travail, elle leur importait peu en pratique12. C’est dans ce contexte que s’insère le développement des camps de concentration : s’ils avaient à l’évidence une fonction répressive, leur rôle économique ne peut être ignoré : les forçats ne coûtaient pratiquement rien et l’État pouvait les déplacer à sa guise, en fonction de ses besoins. À ce propos, les mencheviks ont parlé à juste titre d’industrialisation « pharaonique ».

  • 13 M. Ferro, Histoires de Russie et d’ailleurs, Balland, 1990, p. 209 ; dans le même sens, cf. M. Lewi (...)
  • 14 H. Arendt, Le système totalitaire, Seuil (Points, Politique), 1972.
  • 15 E.P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, École des hautes études en sciences soc (...)
  • 16 Selon la Constitution de juillet 1918, une voix ouvrière valait cinq voix paysannes.
  • 17 J. Golfin, La Chine et ses populations, Bruxelles, Complexe, 1982, p. 194- 198.

7La kremlinologie nous a habitués à examiner l’U.R.S.S. d’en haut, à travers le Who’s who, selon la formule de M. Ferro13 ; bien souvent, elle accepte, au moins implicitement, la théorie du totalitarisme développée par H. Arendt14. Cette école de pensée considère que, sous Staline (ou sous Hitler), l’État est devenu tout-puissant : il règne par ’idéologie et la terreur sur une société « atomisée », où les classes ont disparu. L’histoire sociale opère un déplacement du regard : elle délaisse les sommets du pouvoir, et cherche à saisir la réalité soviétique par en bas. Il apparaît alors que le peuple n’était pas aussi facile à gouverner que le veulent les idées reçues ; malgré la dureté de la répression, ouvriers et paysans n’étaient pas toujours dociles et obéissants, loin de là. En plus d’une occasion, ils ont empêché le régime d’atteindre ses fins ; ils l’ont forcé à accepter des concessions et à modifier sa conduite. L’historien qui choisit de concentrer son attention sur les simples citoyens ne saurait pour autant négliger l’action de l’État : il doit l’intégrer à son enquête. E.P. Thompson15 a brillamment montré que la formation de la classe ouvrière anglaise ne peut être analysée en dehors de son contexte politique : en l’occurrence, la peur des élites face à la Révolution française et les mesures préventives qui en découlèrent. Mutatis mutandis, la situation est semblable dans le cas qui nous occupe : pour comprendre la société soviétique de l’entre-deux-guerres, il importe par exemple de connaître le statut accordé par les autorités aux diverses catégories de la population. Les dirigeants considéraient les nepmen et les koulaks comme des adversaires et les ont traités en conséquence ; à l’inverse, dès 1918, la législation a octroyé des avantages symboliques et matériels aux ouvriers : surreprésentation au Congrès des soviets16, priorité pour l’attribution des logements ou l’admission à l’Université, indulgence des tribunaux. Ce sont là des faits significatifs ; cette manie de classer les gens en « amis » et en « ennemis » caractérise les systèmes socialistes, au moins dans leur première phase : elle a joué un grand rôle en Chine jusqu’au début des années 198017.

8Avant de présenter les documents utilisés, une dernière précision s’impose : le lecteur ne trouvera pas de théorisation dans les pages qui suivent. Aux concepts abstraits, nous avons préféré une approche concrète, soucieuse de faire vivre les hommes et, si possible, de les montrer en action, dans leur cadre de vie et de travail. Cette option a été dictée par deux considérations :

  1. Une bonne description vaut toujours mieux qu’une mauvaise théorie,
  2. L’histoire réelle de l’U.R.S.S. demeure mal connue : elle a alimenté tant de fantasmes et de mythes qu’en bien des domaines, les faits restent à établir : avant de prétendre aller plus loin, commençons par déblayer le terrain en dissipant quelques légendes.
  • 18 Cf. A.M. Gor’kij i sozdanie istorii fabrik i z.avodov, M., 1959.
  • 19 A.B. Bezborodov est docent à l’institut historique des archives (Moscou).
  • 20 A.B. Bezborodov, « Annual reports of industrial enterprises in Soviet archives as a historical sour (...)
  • 21 Cf. ibid., p. 98, 100-102.
  • 22 Ibid., p. 99, 100, 102.
  • 23 Ibid., p. 99.
  • 24 Ibid., p. 98, 103.
  • 25 Ju. M. Xazina, in Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1965), fasc. II, Kemerovo, 1966, p. 1 (...)

9 Quant aux sources disponibles, la principale limitation tient à la fermeture des archives soviétiques : elles ont été ouvertes trop tard pour que le présent ouvrage ait pu les utiliser. C’est l’impossibilité d’accéder aux archives d’entreprises qui a le plus gêné notre recherche. Il est certain qu’une partie d’entre elles ont été conservées18 ; en 1990, un Russe, A.B. Bezborodov19, a analysé de près un échantillon de dix-sept fonds, contenant les rapports annuels que des usines de Moscou (ou d’ailleurs) envoyaient aux instances supérieures20. Cet historien reste un peu perplexe, quand il s’agit d’évaluer l’intérêt de tels documents, et il a de bonnes raisons pour cela. Ces textes confirment un certain nombre de réalités déjà bien connues : ainsi, le mépris des besoins sociaux, les lacunes de la mécanisation, la pénurie aiguë de logements, ou l’ampleur du turnover jusqu’à la fin des années trente21. Mais il est difficile d’échapper au sentiment qu’à maintes reprises, les auteurs cherchent avant tout à complaire au ministère de tutelle : en 1937, par exemple, la direction de « Dynamo » (électrotechnique, Moscou) consacre un chapitre spécial à la « lutte contre les conséquences du sabotage » ; elle affirme que le nombre d’accidents du travail a diminué, mais rend les « saboteurs » responsables des « sérieux échecs » en matière de sécurité. De même, tous les chefs d’entreprise affirment avec une belle unanimité que le stakhanovisme a augmenté la productivité22. Enfin, que penser de l’exactitude des chiffres avancés lorsqu’on constate qu’ils sont souvent corrigés au crayon ?23 Il faut donc se garder de fétichiser les archives : il n’est pas facile d’estimer leur fiabilité24 ; en fait, elles posent les mêmes problèmes que les documents publiés. Les fichiers du personnel s’avéreront sans doute plus intéressants que les rapports annuels : à deux exceptions près25, ils ne semblent pas avoir été exploités par les Soviétiques.

  • 26 Fitzpatrick, op. cit., p. 176-177.
  • 27 J.-P. Depretto, « L’antisémitisme dans les villes soviétiques (1925-1935) », Matériaux pour l’histo (...)

10Par la force des choses, la presse constitue une de nos principales sources. Dans les années trente, les journaux nationaux étaient très nombreux ; depuis la fin de la NEP, ils étaient soumis à une censure renforcée, qui s’est traduite par un net déclin dans la qualité de l’information26 : propagande de plus en plus envahissante, goût pour les généralisations pesantes au détriment des détails concrets, exclusion des faits divers. Il en résulte que le « rendement » des dépouillements est bas : le chercheur doit lire un très grand nombre d’articles pour en extraire péniblement les données dont il a besoin. En U.R.S.S., tous les mass media sont aux mains de l’État-parti : ils servent à mobiliser la population, et partent constamment en campagne contre des « ennemis », dont la définition varie selon la conjoncture. Il faut garder ce fait présent à l’esprit, si l’on ne veut pas être dupe des discours officiels. L’exemple du combat contre l’antisémitisme illustre bien cette difficulté : dans la seconde moitié de la NEP, la presse dénonce souvent des agressions commises contre des Juifs ; à partir de 1930, ce thème tend à disparaître. Faut-il en conclure que la judéophobie a reculé, ou que les autorités ont changé de politique27 ?

  • 28 Bien entendu, il était interdit de discuter la « ligne générale ».
  • 29 R.W. Davies, « The socialist market : a debate in Soviet industry, 1932- 1933 », Slavic review, vol (...)
  • 30 Fitzpatrick, op. cit., p. 177.
  • 31 D. Filtzer, Soviet workers and stalinist industrialization, Londres, Pluto Press, 1986, p. 131-133.
  • 32 G.T. Rittersporn, Simplifications staliniennes et complications soviétiques : tensions sociales et (...)

11L’historien court donc le risque de voir son esprit critique pris en défaut, et d’accorder une confiance aveugle aux affirmations des gouvernants. Fort heureusement, il est possible de contourner en partie cette difficulté. Les journaux soviétiques de notre période ne sont pas aussi uniformes qu’on pourrait le penser, et ils polémiquent parfois ouvertement entre eux28 ; ils représentent des institutions différentes (gouvernement, syndicats, komsomol, parti communiste, etc.) dont les vues ne sont pas forcément identiques en tous points. Il est clair, par exemple, que le quotidien Za industrializaciju défendait les conceptions des milieux industriels : en 1932-1933, il a organisé un grand débat sur le « marché socialiste », impliquant des dizaines de participants29. G.K. Ordžonikidze y a mis fin d’autorité en révoquant le rédacteur en chef pour « fautes politiques » ; les partisans d’une réforme économique avaient néanmoins pu exposer leurs thèses publiquement pendant dix mois (juin 1932 – mars 1933). Les centres d’intérêt des journalistes variaient d’un titre à l’autre30 : la Komsomol’skaja pravda gardait un penchant pour les enquêtes sociologiques, à une époque où elles avaient pratiquement disparu en U.R.S.S. Plus surprenant encore, il arrivait que se fassent entendre des critiques des projets officiels : en 1936, l’organe des syndicats, Trud, a donné la parole à des femmes et à des hommes de toute condition sociale qui condamnaient la proposition de loi interdisant l’avortement31. La même année, la « discussion nationale » autour de la future Constitution a suscité tant de lettres dénonçant l’arbitraire qu’au bout de quelques semaines, la Pravda a dû renoncer à les publier, car elles soulevaient des problèmes que les autorités préféraient passer sous silence32.

  • 33 Socialističeskij vestnik.
  • 34 Bjulleten’oppozicii.
  • 35 Fr. Venturi, Les intellectuels, le peuple et la révolution, Gallimard (Bibliothèque des Histoires), (...)

12Les périodiques d’opposition, édités à l’étranger par des émigrés, complètent utilement la presse soviétique : il faut mentionner ici en particulier Le Courrier socialiste33 (menchevique) et Le Bulletin de l’opposition34 (trotskiste). Tous deux portaient un grand intérêt aux questions ouvrières et publiaient des informations uniques en leur genre sur des réalités occultées en U.R.S.S., comme les grèves : ils disposaient en effet d’un réseau de correspondants secrets à l’intérieur du pays. Face à la censure, ils jouaient un peu le même rôle que le Kolokol rédigé à Londres par A.I. Herzen et N.P. Ogarëv au temps d’Alexandre II : il s’agissait de rassembler et de diffuser le maximum d’informations sur la vie en Russie. Le Kolokol reste aujourd’hui encore un document précieux pour qui veut étudier les années 186035 ; de même, les spécialistes de l’U.R.S.S. ne sauraient ignorer les publications d’orientation trotskiste ou menchevique.

  • 36 Journal d’exil 1935, Gallimard (Folio), 1977, p. 134-136.

13Dans les années trente, le pouvoir contrôlait de très près la production littéraire ; pourtant, les romans écrits à cette époque, même médiocres, peuvent constituer des témoignages très révélateurs sur les relations humaines et les mentalités, parfois à l’insu des auteurs. Léon Trotsky l’a très bien montré en analysant La grande chaîne de montage, de l’écrivain « prolétarien » Yakov Ilyine36 :

14« Dans cet ouvrage « prolétarien », le prolétariat se trouve quelque part au fond, au second plan – le devant de la scène appartient aux organisateurs, aux administrateurs, aux techniciens, aux chefs d’équipe et aux machines-outils. Le fossé entre la couche supérieure et la masse traverse toute cette épopée d’une chaîne d’assemblage américaine sur la Volga...

  • 37 C’est-à-dire la norme de rendement.

15Et quand même, en dépit de ce caractère strictement bien intentionné, le roman rend par places le son d’une satire du régime stalinien... Le coefficient imparti37 ne sera de toute façon pas atteint, et si l’on s’en approche, ce sera au prix d’une qualité inférieure et de l’usure des vies ouvrières et de l’équipement. Tout cela transparaît chez Ilyine, malgré la dévotion officielle de l’auteur.

  • 38 Sous l’Ancien Régime, les officiers tutoyaient les soldats ; cette pratique, considérée comme humil (...)

16Certains détails choquent. Ordžonikidze... dit tu à un ouvrier, et celui-ci lui répond vous. C’est de la sorte qu’est mené tout le dialogue, et cela semble à l’auteur tout à fait dans l’ordre des choses38 ».

  • 39 V.S. Dunham, In Stalin’s time : middleclass values in Soviet fiction, Cambridge U.P., 1976 ; cf. Sh (...)
  • 40 Cf. chap. IV.

17Dans le même esprit, la sociologue américaine Vera Dunham a étudié le système de valeurs des « classes moyennes » en s’appuyant sur un ensemble d’œuvres « réalistes-socialistes39 ». À notre tour, nous avons tenté d’utiliser un roman de I. Ehrenbourg, Den’ vtoroj, consacré à la construction du Combinat de Kuzneck, pour mieux restituer les couleurs du temps, et donner plus de vie aux héros de cette entreprise40.

  • 41 Ces Souvenirs ont probablement été rédigés par des « nègres ».
  • 42 Kuromiya, in A researcher’s guide..., p. 240, 243.
  • 43 A. Stakhanov, Rasskaz o moej žizni, M., 1938 ; id., « Trud – rodine », Voprosy istorii, 1971, n° 3  (...)

18Ces remarques sur la littérature valent également pour les écrits autobiographiques, autre domaine où les censeurs se montraient très vigilants. Dans certains cas, cependant, l’existence de plusieurs versions successives permet de déjouer partiellement leur surveillance : il en va ainsi, par exemple, pour les Mémoires de A. Stakhanov et de ses émules (A. Busygin, I. Gudov)41 dont les diverses éditions comportent des variantes significatives, notamment sur la période des purges42. Nous possédons au moins trois récits différents du fameux record de A. Stakhanov (1938, 1971, 1975)43.

  • 44 A. Soboul, « Description et mesure en histoire sociale », L’Information historique, mai-juin 1966, (...)
  • 45 Kerblay, Du mir aux agrovilles, op. cit., p. 381.
  • 46 Wheatcroft, in A researcher’s guide..., p. 155-156.
  • 47 V.V. Alekseev, S.S. Bukin, Rost blagosostojanija rabočix Sibiri v uslovijax stroitel’stva razvitogo (...)

19Les sources énumérées ci-dessus présentent un point commun : elles fournissent avant tout des renseignements d’ordre qualitatif. Mais l’histoire sociale ne peut se contenter de ce type de données : elle doit savoir compter44 ; cette nécessité pose le redoutable problème des statistiques. Dans ce domaine, la situation était excellente sous la NEP : le régime bolchevique avait hérité du personnel spécialisé des zemstva45. La aussi, le Grand Tournant a eu de graves conséquences : en 1929-1930, plusieurs revues (Statistika i narodnoe xozjajstvo, Vestnik statistiki, Statistika truda, Statističeskoe obozrenie) ont été supprimées. La Direction centrale de la statistique a été liquidée en décembre 1929, et la plupart de ses fonctions ont été confiées à un service du Gosplan, institution qui s’occupait surtout d’économie : ce transfert a donc entraîné un appauvrissement des statistiques sociales. En décembre 1931, les autorités ont changé de politique : elles ont recréé une administration autonome. De ce fait, l’année 1932 a été marquée par une nette amélioration, mais cette embellie n’a pas duré46. Au total, les informations se sont raréfiées et leur qualité a baissé : confronté à une forte inflation, le pouvoir a préféré camoufler cette réalité gênante : l’administration a cessé de publier l’indice du coût de la vie. Les enquêtes sur les budgets ouvriers ont continué, mais leurs résultats étaient désormais tenus secrets ; les matériaux recueillis ont été conservés dans les archives47.

20L’historien doit pourtant se garder de dramatiser à l’excès : malgré la dégradation intervenue, nous disposons de nombreuses données chiffrées, du moins jusqu’au milieu des années trente. Il est possible de les utiliser, à condition de les soumettre à un examen critique, qui passe nécessairement par trois étapes :

  1. rassembler le maximum de statistiques,
  2. se demander comment elles ont été élaborées : les notes figurant à la fin d’annuaires tels que Trud v SSSR ou Socialističeskoe stroitel’stvo SSSR donnent de précieuses indications à ce sujet,
  3. confronter les chiffres obtenus entre eux, et avec les documents de nature « littéraire ».
  • 48 Dans le même sens, cf. E. Zaleski, La planification stalinienne, Economica, 1984. Sur « la confront (...)
  • 49 Soboul, art. cit., p. 108.

21Cette démarche conduit à contester les idées reçues, car elle permet de faire une constatation surprenante : en plus d’une occasion, les statistiques officielles démentent les mythes chers aux dirigeants48, et trop souvent pris pour argent comptant par les spécialistes de l’U.R.S.S. C’est le cas pour les recensements de la classe ouvrière (1929-1932/1933) menés sous la responsabilité des syndicats : ces deux sources, qui encadrent la période du premier plan, occupent une place centrale dans notre travail. Lorsque les données quantitatives ont été traitées, il devient fructueux de s’intéresser aux biographies individuelles : la trajectoire de telle personne, ou de telle famille, apparaît alors comme typique de tout un milieu social49. La documentation disponible sur Leningrad nous a permis d’essayer ce genre d’approche ; de même, l’itinéraire professionnel de A. Stakhanov a pu être replacé dans un cadre plus large : l’exode des paysans russes vers les mines du Donbass.

22Dans les pages qui suivent, on trouvera d’abondantes citations, et de nombreux tableaux de chiffres ; les annexes comportent des textes inédits en français, ou difficiles d’accès, qui restituent l’atmosphère de l’époque. Partisans et adversaires de l’U.R.S.S. ont si fréquemment falsifié son histoire que, par simple honnêteté, le chercheur doit ouvrir en grand la porte de son « atelier », et montrer les preuves de ses affirmations, permettant ainsi au lecteur de juger sur pièces et, si besoin, de critiquer l’auteur.

  • 50 Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 19, avr.-juin 1990, p. 1 (Éditorial).
  • 51 V.Z. Drobižev est décédé prématurément en 1989.
  • 52 Voprosy istorii, 1989, n° 4, p. 107.
  • 53 Ozerlag 1937-1964 : le système du Goulag : traces perdues, mémoires réveillées d’un camp sibérien, (...)
  • 54 Voprosy istorii, 1989, n° 4, p. 107-108.
  • 55 V.Z. Drobižev, E.I. Pivovar, A.K. Sokolov, « Perestroika and the study of sources on Soviet social (...)
  • 56 Pour une liste complète, cf. ibid., p. 220-232.

23Tout récemment, dans la revue de la B.D.I.C., René Girault insistait sur la nécessité de « reconstruire les matériaux pour l’histoire de l’est européen50 ». Cette prise de position rejoint, jusque dans la formulation, les dernières réflexions du regretté V.Z. Drobižev51 qui s’attachait à « reconstituer les sources » et à en « créer de nouvelles52 », susceptibles de combler les lacunes des archives : à cet égard, il attendait beaucoup de la société « Mémorial » qui, depuis quelques années, recueille les témoignages des victimes du stalinisme, avec la participation de spécialistes étrangers : des Français, des Italiens, etc. Ce travail sur la mémoire populaire a déjà donné lieu à des publications, concernant notamment Ozerlag53, ensemble de camps sibériens situés entre Taïchet et Bratsk : à vrai dire, les premiers résultats sont un peu décevants pour qui a lu V. Chalamov, E. Guinzburg ou A. Soljénitsyne. À notre avis, la connaissance de l’U.R.S.S. ne pourra guère progresser qu’en faisant appel aux méthodes quantitatives, qui exigent la création d’équipes de recherche disposant d’un ordinateur : tout cela coûte cher... Le mouvement est déjà enclenché : l’institut historique des archives (Moscou), dirigé par Ju. N. Afanas’ev, a mis au point une banque de données, contenant les biographies de 100 000 ouvriers et paysans, qui permettra d’étudier la mobilité sociale54 : des copies ont été transmises au Centre national d’échange automatisé de l’information (États-Unis). En janvier 1989, le même établissement disposait de trente-quatre bases de données lisibles sur machine, qui doivent en principe être ouvertes aux historiens occidentaux (moyennant finance55) ; elles incorporent des informations tirées des archives : questionnaires remplis par les délégués d’un congrès, fichiers du personnel, dossiers individuels. L’exploitation de ces sources se révélera sans doute du plus haut intérêt, car elles couvrent de nombreux thèmes choisis avec discernement : la classe ouvrière en 1918, les « cols blancs » de Moscou (1918, 1922), les budgets familiaux dans les années vingt, l’artisanat en 1925, les employés du Commissariat à l’industrie lourde (1932-1937), etc.56

  • 57 V.Z. Drobižev, Voprosy istorii, 1989, n° 4, p. 107.
  • 58 Archives centrales d’État de l’économie nationale (Moscou), fonds de la Direction centrale de la st (...)
  • 59 Ju. A. Poljakov, V.B. Žiromskaja, I.N. Kiselev, « Polveka molëanija », Sociologičeskie issledovanij (...)
  • 60 Maksudov, « Pertes subies par la population de l’U.R.S.S., 1918-1958 », Cahiers du monde russe et s (...)
  • 61 Sur ce débat, signalons quelques articles récents : V.V. Caplin, « Statistika žertv stalinizma v 30 (...)

24Dans les années qui viennent, la démographie historique constituera probablement une des priorités de la recherche : nos ignorances sur ce point constituent un handicap sérieux, qu’il est urgent de combler. Or, les obstacles existants viennent d’être levés : les Russes ont annoncé la publication des résultats du recensement de janvier 1939, qui n’étaient jusqu’alors connus que par fragments. De plus, les matériaux du recensement de janvier 1937, que l’on croyait détruits57, ont été retrouvés dans les archives58 et présentés dans trois articles de la revue Sociologičeskie issledovanijcfi 59. Jusqu’en 1990, un profond mystère a entouré ce recensement, qui a été annulé par Staline : les hauts fonctionnaires qui l’avaient organisé ont été accusés de « sabotage » et arrêtés en 1937. Le Guide leur reprochait d’avoir sous-évalué le chiffre de la population : il a donc été décidé de recommencer le travail en 193960. Les statistiques démographiques se prêtent bien à un traitement informatique : leur analyse critique devrait fournir de premiers éléments de réponse à une question ardemment discutée : quelle est l’ampleur des pertes humaines imputables à la répression et à la famine de 1932-193361 ?

25Ces quelques indications suffisent à montrer que le chantier à peine ouvert est immense : l’exploration ne fait que commencer. Pour l’instant, les points d’interrogation l’emportent sur les certitudes : bien que les travaux de valeur ne manquent pas, l’histoire sociale de l’U.R.S.S. est encore dans l’enfance ; dans ce domaine, plus qu’ailleurs, les conclusions sont fragiles et provisoires. Nous espérons avoir contribué à la « reconstruction des matériaux », et formons un seul vœu : que nos collègues russes multiplient les recherches, et nous obligent ainsi à réviser les points de vue exposés dans les pages qui suivent.

Notes

1 Chiffres arrondis.

2 S. Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, M. Rivière, 1956.

3 Ces dernières années, la situation s’est modifiée grâce à des spécialistes allemands ou anglo-saxons : V. Andrle, D. Filtzer, H. Kuromiya, H.-H. Schröder, L.H. Siegelbaum, W. Süss (pour des références précises, cf. la bibliographie).

4 B. Kerblay, Les marchés paysans en U.R.S.S., Mouton, 1968 ; id., Du mir aux agrovilles, Institut d’études slaves, 1985 ; M. Lewin, La paysannerie et le pouvoir soviétique 1928-1930, Mouton, 1966 ; N. Werth, La vie quotidienne des paysans russes de la révolution à la collectivisation (1917-1939), Hachette, 1984.

5 J.-P. Depretto, S.V. Schweitzer, Le communisme à l’usine : vie ouvrière et mouvement ouvrier chez Renault 1920-1939, Roubaix, Edires, 1984.

6 P. Fridenson, Histoire des usines Renault, 1 : Naissance de la grande entreprise, 1898-1939, Seuil, 1972.

7 Pour une liste détaillée, cf. la bibliographie.

8 M.G. Clark, The économies of Soviet Steel, Cambridge, Mass., 1956 ; D. Granick, Soviet metal-fabricating and economie development : Practice versus policy, The University of Wisconsin Press, 1967.

9 H. Chambre (dir.), « Le développement du bassin du Kuznetsk », Cahiers de l’I.S.E.A., série G : Économie planifiée, n° 100, avr. 1960.

10 W. Galenson, Labor productivity in Soviet and American industry, New York, Columbia U.P., 1955 ; D.R. Hodgman, Soviet industrial production 1928-1951, Cambridge, Harvard U.P., 1954 ; N. Jasny, Essays on the Soviet economy, New York, F.A. Praeger, 1962 ; E. Zaleski, Planification de la croissance et fluctuations économiques en U.R.S.S., t. 1 : 1918-1932, SEDES, 1962, et La planification stalinienne : croissance et fluctuations économiques en U.R.S.S., 1933-1952, Economica, 1984.

11 V.S. Lel’čuk, Industrializacija SSSR : istorija, opyt, problemy, M., 1984.

12 M.G. Clark, op. cit. ; J.-M. Collette, Politique des investissements et calcul économique : l’expérience soviétique, Cujas, 1965.

13 M. Ferro, Histoires de Russie et d’ailleurs, Balland, 1990, p. 209 ; dans le même sens, cf. M. Lewin, La formation du système soviétique, Gallimard, 1987, p. 10-11 ; N. Werth, Histoire de l’Union soviétique, P.U.F., 1990, p. 1- 7 et 510-512.

14 H. Arendt, Le système totalitaire, Seuil (Points, Politique), 1972.

15 E.P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, École des hautes études en sciences sociales – Gallimard – Seuil, 1988.

16 Selon la Constitution de juillet 1918, une voix ouvrière valait cinq voix paysannes.

17 J. Golfin, La Chine et ses populations, Bruxelles, Complexe, 1982, p. 194- 198.

18 Cf. A.M. Gor’kij i sozdanie istorii fabrik i z.avodov, M., 1959.

19 A.B. Bezborodov est docent à l’institut historique des archives (Moscou).

20 A.B. Bezborodov, « Annual reports of industrial enterprises in Soviet archives as a historical source for the 1930s », in Sh. Fitzpatrick et L. Viola (éd.), A researcher’s guide to sources on Soviet social history in the 1930s., New York – Londres, M.E. Sharpe, 1990, p. 97-104.

21 Cf. ibid., p. 98, 100-102.

22 Ibid., p. 99, 100, 102.

23 Ibid., p. 99.

24 Ibid., p. 98, 103.

25 Ju. M. Xazina, in Iz istorii rabočego klassa v Kuzbasse (1917-1965), fasc. II, Kemerovo, 1966, p. 146-155 (Combinat métallurgique de Kuzneck) ; Istočnikovedenie istorii sovetskogo obščestva, fasc. III, M., 1978, p. 76-113 (usine « Serp i Molot », sidérurgie, Moscou).

26 Fitzpatrick, op. cit., p. 176-177.

27 J.-P. Depretto, « L’antisémitisme dans les villes soviétiques (1925-1935) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 19, avr.-juin 1990, p. 14.

28 Bien entendu, il était interdit de discuter la « ligne générale ».

29 R.W. Davies, « The socialist market : a debate in Soviet industry, 1932- 1933 », Slavic review, vol. 43, n° 2 (été 1984).

30 Fitzpatrick, op. cit., p. 177.

31 D. Filtzer, Soviet workers and stalinist industrialization, Londres, Pluto Press, 1986, p. 131-133.

32 G.T. Rittersporn, Simplifications staliniennes et complications soviétiques : tensions sociales et conflits politiques en U.R.S. S, 1933-1953, Éd. des Archives contemporaines, 1988, p. 114-116.

33 Socialističeskij vestnik.

34 Bjulleten’oppozicii.

35 Fr. Venturi, Les intellectuels, le peuple et la révolution, Gallimard (Bibliothèque des Histoires), 1972, t. 1, p. 259.

36 Journal d’exil 1935, Gallimard (Folio), 1977, p. 134-136.

37 C’est-à-dire la norme de rendement.

38 Sous l’Ancien Régime, les officiers tutoyaient les soldats ; cette pratique, considérée comme humiliante, a été interdite par l’article 7 du célèbre Ordre n° 1 (1er mars 1917) : cf. M. Ferro, La Révolution de 1917, t. I : Février, Aubier-Montaigne, 1967, p. 198.

39 V.S. Dunham, In Stalin’s time : middleclass values in Soviet fiction, Cambridge U.P., 1976 ; cf. Sh. Fitzpatrick, « Middleclass values and Soviet life in the 1930s », in Soviet society and culture : essays in honor of Vera S. Dunham, Boulder – London, Westview Press, 1988, p. 20-21, 35-36.

40 Cf. chap. IV.

41 Ces Souvenirs ont probablement été rédigés par des « nègres ».

42 Kuromiya, in A researcher’s guide..., p. 240, 243.

43 A. Stakhanov, Rasskaz o moej žizni, M., 1938 ; id., « Trud – rodine », Voprosy istorii, 1971, n° 3 ; id., Žizn’šaxtërskaja, Kiev, 1975.

44 A. Soboul, « Description et mesure en histoire sociale », L’Information historique, mai-juin 1966, p. 106.

45 Kerblay, Du mir aux agrovilles, op. cit., p. 381.

46 Wheatcroft, in A researcher’s guide..., p. 155-156.

47 V.V. Alekseev, S.S. Bukin, Rost blagosostojanija rabočix Sibiri v uslovijax stroitel’stva razvitogo socializma, Novosibirsk, 1980 ; A.A. Tverdoxleb, Material’noe blagosostojanie rabočego klassa Moskvy v 1917-1937 gg., thèse dactylographiée, M., 1970.

48 Dans le même sens, cf. E. Zaleski, La planification stalinienne, Economica, 1984. Sur « la confrontation entre les statistiques et le mythe » dans le domaine de l’histoire sociale, cf. la magistrale démonstration de M. Confino « Autour d’un mythe : la “première génération” de l’intelligentsia russe », in Russes, Slaves et Soviétiques : pages d’histoire offertes à Roger Portal (textes réunis par C. Gervais-Francelle), Institut d’études slaves – Publications de la Sorbonne, 1992, p. 176.

49 Soboul, art. cit., p. 108.

50 Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 19, avr.-juin 1990, p. 1 (Éditorial).

51 V.Z. Drobižev est décédé prématurément en 1989.

52 Voprosy istorii, 1989, n° 4, p. 107.

53 Ozerlag 1937-1964 : le système du Goulag : traces perdues, mémoires réveillées d’un camp sibérien, Autrement, Série Mémoires, n° 11, 1991 ; cf. aussi À l’Est, la mémoire retrouvée, dir. A. Brossat, S. Combe, J.-Y. Potel, J.– Ch. Szurek, La Découverte, 1990.

54 Voprosy istorii, 1989, n° 4, p. 107-108.

55 V.Z. Drobižev, E.I. Pivovar, A.K. Sokolov, « Perestroika and the study of sources on Soviet social history », in A researcher’s guide..., op. cit., p. 218, 220.

56 Pour une liste complète, cf. ibid., p. 220-232.

57 V.Z. Drobižev, Voprosy istorii, 1989, n° 4, p. 107.

58 Archives centrales d’État de l’économie nationale (Moscou), fonds de la Direction centrale de la statistique.

59 Ju. A. Poljakov, V.B. Žiromskaja, I.N. Kiselev, « Polveka molëanija », Sociologičeskie issledovanija, 1990, n° 6, 7 et 8.

60 Maksudov, « Pertes subies par la population de l’U.R.S.S., 1918-1958 », Cahiers du monde russe et soviétique, juil.-sept. 1977, p. 245 (n. 20) et Poteri naselenija SSSR, Benson (Vermont), Chalidze Publications, 1989, p. 266- 282 ; V.Z. Drobižev, Istoriki sporjat, M., 1988, p. 470 ; Wheatcroft, in A researcher’s guide..., p. 156 et 158-159.

61 Sur ce débat, signalons quelques articles récents : V.V. Caplin, « Statistika žertv stalinizma v 30-e gody », Voprosy istorii, 1989, n° 4 ; A. Nove, « How many victims in the 1930s ? », I et II, Soviet studies, avr. et oct. 1990 ; S.G. Wheatcroft, « More light on the scale of repression and excess mortality in the Soviet Union in the 1930s », ibid., avr. 1990. Cf. aussi la thèse d’Alain Blum, Naître, vivre et mourir en U.R.S.S. : 1917-1991, Plon, 1994.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search