Desktop versionMobile Version

Les ouvriers en U.R.S.S.

 | 
Jean-Paul Depretto

Préface

René Girault

Volltext

1 Depuis que le régime communiste soviétique a cessé d’exister, il est devenu banal d’évoquer le terme de « révisionnisme » pour qualifier les nouvelles perspectives des études d’histoire sur le passé de l’U.R.S.S. L’accès aux sources d’archives enfin permis, au moins pour les documents de la période considérée dans ce livre, l’entre-deux-guerres, devrait en effet aboutir à l’écriture d’ouvrages délivrés de tous les stéréotypes ou de tous les mythes qui ont encombré l’histoire de l’U.R.S.S. Nous allons enfin démêler le vrai du faux, connaître les vies des hommes et des femmes de cet immense « empire ». Toutefois ce n’est pas seulement l’ouverture des archives qui devrait faciliter la réécriture de cette histoire ; c’est la volonté délibérée des historiens d’aujourd’hui de considérer ce passé comme ils le font pour d’autres passés, c’est-à-dire sans vouloir « prouver » la véracité de théories marxistes, marxiennes, anti-marxistes, etc. – par une soi-disant analyse « objective » des conditions de la vie en Union soviétique. De ce point de vue, le travail de Jean-Paul Depretto se situe parfaitement dans la perspective d’une histoire « libérée » des présupposés idéologiques traditionnels. Et son mérite en est d’autant plus grand qu’il avait commencé ses recherches avant que la fin de l’empire soviétique ne fût intervenue. Dès ses premières enquêtes, J.-P. Depretto avait su utiliser les documents déjà publiés par les Soviétiques à la fin des années vingt, notamment le recensement syndical de 1929, pour tenter de faire une véritable histoire sociale du monde ouvrier soviétique ; car c’est bien d’histoire sociale qu’il s’agit ici.

2 Les enjeux d’une étude de la « classe ouvrière » en U.R.S.S. étaient – et sont encore importants. D’un côté, il fallait prouver que le régime nouveau en Russie était authentiquement au service de la classe ouvrière puisque la révolution d’Octobre avait été faite au nom de la révolution prolétarienne, nécessaire pour mettre fin à la lutte des classes ; la dictature du prolétariat, sous la conduite du « Parti de la classe ouvrière », avait pour but suprême de construire un État sans classes, au service des travailleurs et formé par ces travailleurs eux-mêmes. Connaître la classe ouvrière, c’était se connaître soi-même. D’un autre côté, chez ceux qui critiquaient l’évolution du régime, devenant selon eux une pure tyrannie stalinienne, tels les opposants trotskistes ou menchevistes, on avait recours à l’idée fondamentale selon laquelle les perversions politiques du régime provenaient avant tout d’une volonté délibérée des autorités de l’État de se couper de la classe ouvrière au profit de la bureaucratie, ou en fabriquant une nouvelle classe ouvrière d’essence paysanne, sans traditions ouvrières véritables, aisément acquise à un pouvoir tyrannique personnalisé.

3 J.-P. Depretto a su mener une enquête débarrassée des références politiques avouées ou masquées précédentes. En procédant selon les méthodes « classiques » de l’histoire sociale, spécialement celles utilisées par les historiens scrutant les mondes ouvriers occidentaux pendant la période contemporaine, telle Rolande Trempé, il nous fait découvrir les réalités de la vie quotidienne des mineurs du Kuzbass, des sidérurgistes de Leningrad ou de l’Oural, des ouvriers du textile de la région de’Moscou. On mesure bien les différences régionales, les spécificités sectorielles d’un monde beaucoup plus divers que ne le laissaient entendre les études globales sur la classe ouvrière soviétique. La variété des situations suggère plutôt des comparaisons entre par exemple les centres urbains ouvriers déjà anciens comme Moscou ou Leningrad et les zones neuves du Kuzbass qu’une assimilation factice entre tous les ouvriers d’une même branche à l’échelle de l’Union soviétique. Pourtant, malgré cette variété des situations, l’auteur est en mesure de dresser des constats généraux et de répondre à certains jugements péremptoires sur la composition de la classe ouvrière soviétique. Ainsi le vieux cliché sur la transformation de la classe ouvrière russe, au moment du premier plan quinquennal, selon lequel une entrée massive de paysans dans les rangs ouvriers avait transformé les mentalités ouvrières, notamment dans leurs rapports avec les autorités, résiste mal à l’examen : certes de nombreux paysans vinrent gonfler les cités ouvrières, surtout dans les nouveaux chantiers des zones pionnières, mais en s’appuyant sur le recensement de 1929. J.-P. Depretto démontre, d’une part, que les ouvriers, eux-mêmes fils ou petits-fils d’ouvriers, demeuraient majoritaires et, d’autre part, que l’entrée massive des paysans dans l’industrie restait une sorte de spécificité de secteurs particuliers de l’industrie, comme le bâtiment ou les charbonnages. Du même coup, il suggère une très intéressante recherche sur les permanences des usages d’emploi depuis la période tsariste et sur la permanence des mentalités ouvrières depuis cette période éloignée.

4 Peut-on dès lors, doit-on, considérer que la révolution d’Octobre a consacré une totale rupture pour le monde ouvrier russe (on englobe dans ce terme même les ouvriers qui n ’étaient pas stricto sensu de « nationalité » russe, mais qui habitaient dans l’Empire russe) ? J.-P. Depretto suggère avec finesse qu’il conviendrait de reprendre le problème de la modernisation de la Russie à travers l’industrialisation en suivant la longue durée, c’est-à-dire depuis le premier démarrage industriel de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1920-1930, afin de comprendre certaines permanences des mentalités et des pratiques ouvrières russes ; on saisirait sans doute mieux les réactions spontanées des ouvriers pendant les premiers plans quinquennaux et pendant la collectivisation des terres. Les traditions ouvrières furent plus marquées qu’on ne le supposait en pensant a priori que la rupture d’octobre 1917 avait fait naître un nouvel état d’esprit parmi les ouvriers comme si la révolution politique, venue d’en haut ou fruit des efforts d’une minorité agissante, avait pu bouleverser les habitudes des travailleurs. En fait, les conditions concrètes du travail dans les entreprises, fussent-elles gérées par l’État soviétique ou par des firmes privées, subsistaient dans une très large mesure ; du coup les moyens de la vie, ou plutôt de la survie après les désastres de la guerre civile et malgré le relèvement de la période entre 1923 et 1928, avaient-ils vraiment changé ? En analysant par exemple les systèmes de rotation du travail, le passage saisonnier de mineurs du Donbass entre la mine en hiver et le départ aux champs lorsqu’est venu le temps des semailles ou des moissons, les conditions du logement toujours si difficiles, comment ne pas être frappé par les permanences ? En lisant certaines descriptions faites de la vie des mineurs ou des sidérurgistes pendant les années 1920- 1930, il me semblait retrouver les descriptions faites avant la Révolution par les employeurs français de ces mêmes mines ou de ces mêmes hauts fourneaux ; les mêmes plaintes reviennent chez les employeurs d’État ou privés : absentéisme, peu de souci du rendement ou de la sécurité, alcoolisme effrayant.

5 Cependant la Révolution avait bien eu lieu et le pouvoir était aux mains du Parti de la classe ouvrière. Le chapitre V où l’auteur évoque les rapports entre l’État, le Parti d’une part, et les ouvriers d’autre part, va beaucoup retenir l’attention. J.P. Depretto part en effet des analyses sociales, c’est-à-dire des réflexes et des attitudes des ouvriers de telle ou telle région, de tel ou tel secteur d’activité, pour décrypter leurs relations avec le pouvoir politique ; il va du social au politique alors que trop souvent on procédait à l’inverse auparavant. Quels résultats retenir de cette étude ? Comme on l’avait déjà admis, la période du premier plan quinquennal fut « globalement négative » pour les conditions d’existence des ouvriers soviétiques ; augmentation des prix plus rapide que celle des salaires réels, rationnements renforcés et même véritables famines pendant le terrible hiver 1932-1933, incapacité de loger décemment les ouvriers des grands chantiers, pourtant vitrines des grandes réalisations du régime stalinien, la seule consolation possible pour les ouvriers étant peut-être de constater que leur sort était proportionnellement meilleur que celui des paysans emportés dans l’immense vague de la collectivisation forcée des terres. Comment, dans ces conditions, les ouvriers se seraient-ils vraiment attachés à ce régime politique incapable de transformer leur vie quotidienne, voire même capable de l’empirer par rapport à la période précédente de la N.E.P.?

6 « Dans la longue durée de l’histoire soviétique, la classe ouvrière apparaît comme une classe dominée et exploitée », écrit J.-P. Depretto. Et pourtant, de manière générale, celle-ci n’a pas tourné le dos au régime né de la révolution d’Octobre, revu et corrigé par Staline au début des années trente. Les raisons de cette adhésion – peut-être relative et souvent sous la contrainte – sont multiples, mais sans doute liées au fait fondamental que le passage par la classe ouvrière constituait pour tout habitant de l’U.R.S.S. le seul et véritable moyen d’une ascension sociale. Tout comme à la fin de la période tsariste, l’entrée dans la petite bourgeoisie à partir de l’artisanat, du commerce, de l’administration permettait l’ascension sociale (ce que l’on appelait alors le « troisième élément »), pendant les débuts de la planification (premier et deuxième plans) l’insertion dans le monde ouvrier donnait la possibilité de se sortir de la médiocrité dominante, pour peu que l’on ait la volonté, mais aussi les moyens physiques, de devenir ouvrier de choc, udarnik, stakhanoviste, ou bien encore en jouant le jeu officiel de membre du Parti, c’est-à-dire de servir d’exemple d’enthousiasme, d’abnégation et d’obéissance aux ordres venus d’en haut. En usant d’une propagande qui faisait de la classe ouvrière la classe « privilégiée » dans le système social soviétique, même si les réalités contredisaient ce postulat, et surtout en divisant habilement les solidarités ouvrières, par des avantages en nature pour les uns, par une législation discriminatoire favorisant l’origine ouvrière pour d’autres, volontaires pour se sortir de leur condition, le régime soviétique sut capter des minorités actives parmi les ouvriers et pousser à la résignation le plus grand nombre. En outre, comment le mécontentement ouvrier aurait-il pu vraiment s’exprimer franchement alors que les syndicats destinés dans le principe à organiser la défense des intérêts des ouvriers, au besoin par la grève, devenaient avant tout des machines à faire travailler encore plus et au moindre coût ? En 1932, on en vint même à considérer que le rôle des syndicats était de défendre la « discipline financière » des entreprises, c’est-à-dire de s’opposer aux augmentations de salaires accordées par des dirigeants d’entreprises soucieux de s’attacher leurs ouvriers – ou de débaucher ceux d’entreprises proches et concurrentes. Curieuse conception du syndicalisme ouvrier !

7 Un dernier point mérite d’être souligné : le rôle joué par l’enseignement technique dans le phénomène global de l’ascension sociale d’une partie du monde ouvrier. J.-P. Depretto montre bien comment la « prolétarisation » de l’Enseignement supérieur, due dans une large mesure au rapide développement des établissements d’enseignement technique supérieur et au culte de la figure de « l’ingénieur » parmi les jeunes ouvriers, a permis de constituer assez rapidement les cadres du régime stalinien ; désormais une nouvelle élite est en voie de constitution ; elle ne servira pas seulement dans les entreprises, sur les chantiers du socialisme, mais autant dans les administrations de l’État et parmi les cadres du Parti. Il fallait en effet remplacer ceux qui, soit étaient partis à l’étranger lors des grandes fuites des cerveaux du début des années vingt, soit étaient suspectés de fragiliser volontairement le régime soviétique. Une question mérite ici d’être posée : quelle était la valeur « technique » de ces nouvelles élites ? Le volontarisme peut-il suffire pour acquérir un niveau suffisant alors que la durée des études supérieures est réduite et que les études primaires et secondaires, même fort encouragées, restaient médiocres dans les milieux paysans et ouvriers ? Peut-on, dans ce domaine, brûler les étapes sans danger pour le niveau des connaissances ? Certains échecs de la planification et même certaines désillusions postérieures sur la qualité de l’industrie soviétique ne trouveraient-ils pas là leur origine ?

8 Le grand intérêt du livre de J.-P. Depretto provient autant de la somme importante d’informations qu’il nous donne sur les ouvriers soviétiques pendant les années de l’entre-deux-guerres, que des réflexions-interrogations qu’il nous suggère sur la totalité de l’histoire russe pendant le XXe siècle. Le champ de son étude se place en effet en un moment clef, celui de la seconde révolution soviétique, lorsqu’il fut question de construire l’homme nouveau en même temps qu’il était question de parfaire l’industrialisation de la Russie afin d’en faire une grande puissance. Parce que l’auteur a su brosser un tableau vrai de la classe ouvrière soviétique, débarrassé des mythes politiques ou idéologiques, ce livre va constituer un référence obligée pour tous ceux qui veulent essayer de comprendre l’évolution d’un pays passé du sous-développement à la toute-puissance, avant de revenir à la fragilité politique, économique et même culturelle. En s’interrogeant sur cette période en apparence lointaine, ne comprendrait-on pas mieux certaines transformations récentes ?

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search