Version classiqueVersion mobile

Être historien des relations internationales

 | 
René Girault

V. La question de l’Europe

Construction européenne et conjoncture économique (1950-1959)

Note de l’éditeur

Communication au colloque de Luxembourg (mai 1989), publiée in Gilbert Trausch (éd.), The European Intégration from the Schuman Plan to the treaties of Rome, Baden Baden, Nomos V., 1993.

Texte intégral

1Étudier la conjoncture est aujourd’hui chose commune aussi bien pour les économistes, les politiques, que pour les hommes d’affaires, les journalistes, mais ces études sont le plus souvent faites pour déceler le futur immédiat à court ou moyen terme (d’un à cinq ans) afin de prévoir et préparer l’action quotidienne. Même en prenant du recul et beaucoup de précautions, on a souvent l’impression que l’incertitude ou l’obscurité du lendemain est dominante chez les observateurs. Or, pour les historiens, l’étude de la conjoncture du passé est établie sur d’autres bases : parce que nous connaissons le futur de ce passé, si on peut ainsi s’exprimer, nous avons tendance à expliquer logiquement, sereinement le déroulement des faits qui furent vécus confusément, avec de multiples interrogations par les contemporains. Quand nous évoquons la période des années cinquante aujourd’hui, nous la décryptons en sachant ce que furent les belles années soixante et l’entrée en période de dépression-crise à partir de 1973. Telle n’était pas la vision des contemporains qui avaient seulement les années de crise, les « trente », et de guerre-reconstruction, les « quarante », pour repères. Mon propos sera donc double :

  1. essayer, en utilisant les statistiques établies, de dégager les tendances majeures de la conjoncture, de manière aussi « objective » ou « neutre » que possible.
  2. tenter de mesurer la conjoncture « vécue » par les contemporains, afin de mieux comprendre les cadres à l’intérieur desquels ils ont pu inscrire leur action.

2La seconde tâche est plus difficile, car elle suppose une large enquête dans les papiers personnels, dans la presse, dans les archives, ce que je n’ai pas eu la capacité de faire vraiment ; toutefois il n’est pas impossible de dépeindre les tendances dominantes de l’époque à travers quelques exemples.

De quelle conjoncture sera-t-il question ?

3Il semble pertinent de retenir l’ensemble des années cinquante, jusqu’au moment où la CEE entrant en action, le 1er janvier 1959, les structures vont être modifiées. Le point de départ retenu est l’année 1951. Les raisons de ce choix sont doubles :

  1. on peut considérer que la période d’immédiat après-guerre est close ; au terme de cinq années très difficiles, les économies des pays développés ont quitté le rythme de la guerre mondiale pour entrer dans le rythme du développement d’économies de temps de paix. Car même si on est alors en pleine Guerre froide, on ne peut comparer la mobilisation économique renforcée, totale même dans certains États du temps de guerre, avec les efforts de réarmement ou d’armement des années cinquante. La guerre de Corée a des effets certains sur les prix de nombreux produits, elle ne domine pas l’économie mondiale.
  2. certains épisodes de l’année 1949, les uns politiques, naissance de la RFA, décolonisation pour les Pays-Bas, les autres économiques, dévaluation de la livre et d’autres monnaies européennes, ont « régularisé » la situation en Europe, qui sera notre principal champ d’observation. Chacun sait bien aussi le poids des choix faits en 1950 pour l’organisation de l’économie européenne1.
  • 2 Chiffres précis : URSS, exports de 3,6 % à 3,8 %, imports de 3 % à 3,7 % ; ensemble est-européen : (...)

4Ainsi la période scrutée couvre les années 1950 ou 1951-1959 inclus. Notre regard portera de manière délibérée sur la zone des pays développés, capitalistes, puisqu’il s’agit de brosser la toile de fond sur laquelle les diverses tentatives de créations européennes se fixent. D’un côté, les relations avec les économies communistes demeurent fragmentaires, squelettiques même (l’URSS représente entre 1955-1959, années de détente, moins de 4 % des exportations mondiales, l’ensemble de l’Europe orientale avec l’URSS entre 8 % et 9 %)2. D’un autre côté, les pays en voie de développement ou colonisés obéissent beaucoup plus aux fluctuations des marchés des pays développés qu’à la logique de leur propre développement. Cette remarque ne signifie point qu’ils soient sans aucune importance dans l’économie mondiale ; mais ils n’ont pas encore la capacité de peser fortement sur le destin européen en matière économique, même si la décolonisation politique, alors en pleine action, constitue un facteur de première grandeur dans les relations internationales.

5Un dernier mot d’introduction. L’analyse de la conjoncture économique fondée sur les statistiques aboutit parfois à gommer les « accidents » de la vie politique, à l’échelle nationale ou internationale, comme si les faits économiques obéissaient à une sorte de logique propre, autonome. C’est faire bon marché du poids de l’événementiel, si présent pour les contemporains. Il nous semble donc indispensable de mêler à l’analyse économique un certain nombre d’observations non-économiques, telles que les vicissitudes nées des conflits armés ou de la décolonisation, ou encore les réflexions que les contemporains pouvaient tirer de leur environnement culturel, entendu au sens large. Un seul exemple concret pour illustrer ce dernier point : si l’étude comparative de la consommation des ménages présente de l’intérêt, il faut tenir compte du fait qu’à l’époque les objectifs des consommateurs variaient beaucoup plus entre les divers pays européens qu’aujourd’hui ; la part accordée par les Français aux dépenses de nourriture et par les Italiens aux dépenses d’habillement explique peut-être que les dépenses pour la construction aient été alors dans ces pays proportionnellement plus faibles qu’en RFA ou Grande-Bretagne. Centralisation excessive en France, décentralisation et pôles régionaux en Grande-Bretagne ou en RFA sont des réalités qui pèsent sur la vie économique de ces pays, même si l’ensemble économique européen occidental semble marcher d’un même pas.

La conjoncture économique d’ensemble

A travers le PIB

  • 3 Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Paris, 1985, 2 volumes.

6Notre premier objectif consiste à dégager l’allure globale de la conjoncture de l’économie mondiale, surtout développée. Pour y parvenir, nous avons privilégié un instrument de mesure de base, celui des variations annuelles du produit intérieur brut des grands pays industrialisés entre 1951 et 1959 inclus (valeurs produites sur le territoire national par le travail et les capitaux des résidents, ce qui diffère du PNB qui englobe les valeurs produites par le travail et les capitaux de ces mêmes résidents à l’étranger). Les chiffres cités sont ceux indiqués dans les Comptes nationaux des pays de l’OCDE, publiés en 1981, utilisés dans des graphes évocateurs par Jean-Marcel Jeanneney et Elis Barbier-Jeanneney dans leur livre Les économies occidentales du 19e siècle à nos jours 3

7En retenant les chiffres de douze États (RFA, Belgique, Canada, Danemark, États-Unis, France, Italie, Japon, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède, Suisse), nous pouvons déceler les tendances moyennes suivantes. Après une bonne année 1951, une décélération apparaît en 1952, suivie en 1953 d’une reprise, très inégale selon les pays, de même qu’en 1954 une nouvelle baisse affecte les pays de manière variée. Par contre 1955 est l’année-record de la décennie, avec encore en 1956 une belle impulsion ; 1957 consacre un premier et net recul qui s’accentue lourdement en 1958, la médiocre année, avant que 1959 permette de retrouver les élans de 1955-1956.

Variations annuelles du PIB en %

Variations annuelles du PIB en %

Sources : Comptes Nationaux de l’OCDE. The National Income and Product Accounts of the United States 1929-1974. Bank of Japan.

8Cette présentation générale doit s’accompagner de plusieurs observations. Tout d’abord la tendance générale décrite se retrouve chez un nombre variable de pays selon les années. 1951 est une année exceptionnelle en RFA, France, États-Unis et Suisse, moyenne ailleurs, négative au Danemark. 1952 est excellent pour la RFA et le Canada, en moyenne basse ailleurs, relativement catastrophique pour la Suisse (elle passe de +8 % en 1951 à +0,9 % en 1952). En 1953, la catastrophe affecte le Royaume-Uni (-4,8 %) ; la récession touche la France (+2,4 % seulement), tandis que les autres États réalisent d’honnêtes performances, et même de remarquables exploits (+8 %) en RFA, en Italie et aux Pays-Bas. 1954 est une bonne année en Europe (entre +3,5 % (Italie) et 7,5 % (en RFA), mais la crise secoue les USA-Canada (-2 % et -1 %). 1955 est évidemment l’année pendant laquelle les différences se sont les plus atténuées, car seul le Danemark connaît un indice « pervers » (-0,2 %). L’année 1956 illustre bien la difficulté de tirer des conclusions d’un indice moyen : un premier groupe de trois pays (Canada, Japon et RFA) atteint un indice élevé (+7 %), un second groupe de quatre pays (Suisse, France, Italie et Pays-Bas) oscille entre 4,5 % et 6 %, un troisième groupe de cinq pays gravite entre 2 % et 3 % (Suède, Belgique, États-Unis, Danemark et Royaume-Uni) ; un chiffre moyen a-t-il ici encore un sens ? En 1957, Japon (+7,4 %), France (+6,1 %), RFA (+5,7 %) et Italie (+5,6 %) mènent un peloton où la médiocrité est générale par rapport à l’année précédente (sauf au Danemark). On souhaiterait trouver des années comme 1958 et 1959 car la tendance en ces années est quasi-générale (seul l’allant de l’Italie détonne en 1958 (+5,1 %) et la faiblesse de la France et de la Belgique en 1959 (+3,5 % et 3,2 %).

  • 4 Belgique et Japon sont laissés de côté, faute d’un nombre suffisant d’années pour lesquelles (sept (...)
  • 5 L’Irlande a un indice moyen annuel de +1,26 %, la Norvège de 3,5 %, la Belgique de +2,5 %.

9On doit donc compléter la tendance générale globale par l’analyse des indices moyens nationaux ; un pays qui connaît une croissance moyenne annuelle de +7 % est-il « en crise » s’il n’atteint que 5 %, alors que d’autres pays font de belles années avec +4 % parce que leur moyenne sur la décennie est de 2 % ? Le classement par pays est instructif4. La RFA arrive nettement en tête du groupe avec un indice de progression annuelle moyen de +7,3 % ; vient ensuite l’Italie (sur huit années) +5,5 % ; France et Canada (+4,5 %), Pays-Bas (+4,2 %), Suisse (+4,1 %) forment un premier groupe comparable ; États-Unis (+3,4 %), Suède (+3,2 %), Danemark (+3 %) constituent un second groupe ; le Royaume-Uni est nettement distancé (+1,7 %). De tels écarts posent évidemment problème ; on pourrait parler d’économies à plusieurs vitesses à l’intérieur d’un monde globalement en expansion. Faut-il aller vers une classification régionale à l’intérieur de l’Europe ? On peut remarquer que les deux États vaincus tiennent le haut du pavé ; effets de la défaite et de la reconstruction ? On peut également noter que l’Europe dite du Nord-Ouest, orientée autour de la Grande-Bretagne, connaît un certain retard dans sa progression (Grande-Bretagne, Danemark, Suède, Irlande, Norvège, Belgique)5 à l’exception des Pays-Bas qui gravitent nettement du côté germanique.

A travers le commerce

10Cette impression d’inégalité dans la croissance se retrouve lorsqu’on considère un second indicateur, celui du commerce des pays développés. Pourquoi le choix de cet indicateur ? Deux raisons nous paraissent valoir considération. D’une part, de manière générale, l’expansion des États européens ne peut se faire dans une perspective autarcique, rejetée par principe et inapplicable pour eux. Même si le commerce n’occupe pas la même place dans l’économie nationale de chaque État européen (+35 % du PIB pour les Pays-Bas, plus de 30 % en Belgique-Luxembourg, plus de 20 % en Suisse, à peine 10 % en Italie, 10 % à 11 % en France, 17 % en RFA), on imagine mal alors de ne pas entraîner l’économie nationale par une recherche de marchés extérieurs, d’autant qu’il faut solder des importations souvent indispensables pour le marché intérieur. D’autre part, puisque notre colloque a pour objectif de cerner les diverses tentatives de constructions européennes, celles-ci ont pour arrière-plan fondamental les relations commerciales inter-européennes et internationales, tout comme les mouvements de capitaux (beaucoup plus difficiles à connaître) ou les mouvements migratoires constituent d’autres indices de la conjoncture.

  • 6 En particulier celles du Manuel de Statistiques du Commerce international et du développement, 1969 (...)

11Utilisant les séries statistiques élaborées par les Nations Unies6 nous parvenons aux conclusions suivantes :

  1. dans la période 1951-1959, on repère à l’échelle mondiale les mêmes modifications que celles déterminées par la précédente statistique sur le PIB. L’année 1951 est marquée par une vive hausse des exportations mondiales (+34,6 % par rapport à 1950) et des importations (+36,3 %) ; les années 1952 à 1954 inclus marquent une sorte de palier, avec un léger fléchissement en 1952 pour les exportations (-2,6 %) et en 1953 pour les importations (-3,6 %)7. L’année 1955 caractérise le lancement d’une bonne série puisque pendant trois années, jusqu’en 1957 compris, les indices sont à la hausse (en 1957, +35,4 % par rapport à 1954 aux importations, 30,3 % par rapport à 1954 aux exportations). On retrouve naturellement la récession de 1958 (-0,5 % aux imports, -3,5 % aux exports), mais dès 1959 la marche en avant reprend.
  2. La participation nationale ou régionale dans cet ensemble varie sensiblement dans quelques cas. Ainsi, pour les exportations, la part de l’Amérique du Nord dans le marché mondial se tasse plutôt (21,4 % en 1950, 24,4 % en 1953 – maximum –, 21,3 % en 1955, 21,2 % en 1958, 19,9 % en 1959), alors que l’Europe occidentale est en progrès (pour les mêmes dates : 33,3 %, 34,8 %, 37,5 %, 38,8 %, 39 %). Plus intéressantes sans doute sont les modifications à l’intérieur du complexe européen : la part de l’Europe des Six dans les exportations passe de 15 % en 1950 à 20,1 % en 1955, 21,6 % en 1958, 21,9 % en 1959, tandis que l’Europe du Nord-Ouest glisse de 13,3 % à 12,5 %, puis à 12,8 % et à 11,5 %. (A noter que le Japon reste à moins de 3 % du commerce mondial d’exportations pendant toute la période). Des tendances identiques existent pour les importations (en 1950-1951 la seconde zone régionale accueille 16 % des importations mondiales, la première à peine plus, 17 % ; vers 1956-1957 l’écart entre les deux zones se creuse, 14 % contre 21 %).
  • 8 Dès 1952 la RFA exporte plus que la France ; dès 1954 elle importe plus qu’elle.

12Ces modifications sont aisément explicables si l’on considère un instant les réussites nationales. Pour aller à l’essentiel, on retiendra que la solide position britannique du début des années cinquante est de plus en plus contestée par ses voisins continentaux : en 1950-1951, le Royaume-Uni exporte à lui seul autant que les deux principaux rivaux (France et RFA) et importe autant que ceux-ci et l’Italie ; en 1958, la RFA à elle seule dépasse la Grande-Bretagne pour les exportations, situation qui ne s’inversera plus ensuite8 ; dès 1955, RFA et France sont, ensemble, de plus gros importateurs que la Grande-Bretagne (il faudra attendre 1965 pour que la RFA seule lui ravisse la première place de manière définitive pour les importations en Europe). France et Bénélux semblent animés d’une semblable progression.

  • 9 Cf. le témoignage de Robert Marjolin, Le travail d’une vie, mémoires 1911- 1986, R. Laffont, Paris, (...)

13Une troisième distinction peut être faite en considérant le taux de couverture des importations par les exportations. Le solde du commerce extérieur est constamment et largement négatif pour la Grande-Bretagne, pour l’Italie, pour les Pays-Bas (sauf en 1952) ; la Suisse, la Suède, la Belgique-Luxembourg, la France approchent davantage de l’équilibre, à partir de 1952-1953, tandis que la RFA dégagea constamment un large solde positif. Bien entendu, un solde négatif n’est pas synonyme d’économie en difficulté, surtout pour les pays qui jouent le rôle habituel de transitaires ou de régulateurs entre le continent européen et les mondes extra-européens. Cependant un fait global paraît inquiétant : entre 1950 et 1959 le solde du commerce extérieur de l’Europe occidentale (entendue au sens large) a toujours été largement négatif ; la moyenne décennale se situe à 5,1 milliards de $ en déficit annuel, soit un taux de couverture moyen de 87,3 %. Certaines années sont particulièrement difficiles : 1951 (-5,9 milliards de $), 1952 (-5,4), 1955 (-5,7), 1956 (-6,6), 1957 (-7,1). On remarquera que ces déficits correspondent tantôt à des périodes d’expansion (1951, 1955-1956) tantôt à des moments de stagnation (1952, 1957). Les causes de ces déficits sont donc variables. Une intéressante corrélation doit être ici soulignée : le commerce nord-américain, constamment positif (+2,92 milliards de $ par an) connaît des soldes créditeurs-record lorsque le déficit européen s’accentue ; pour le commerce, les années 1956-1957 marquent les plus grandes « réussites » (+4,1 et +5,3), les années 1952 à 1954 sont également au-dessus de la moyenne (+3,5 à 3,8). L’interdépendance des deux économies paraît évidente. Ce déséquilibre commercial est vivement ressenti par les contemporains9.

14Comment là encore ne pas être frappé par le rythme du développement commercial ouest-allemand et par la large capacité de couverture de ses importations à partir de 1956 (indice 111 en 1956, 114 en 1957, 119 en 1958, 116 en 1959). L’extraordinaire croissance du secteur industriel en RFA pendant les années cinquante (+11 % l’an en moyenne) devait nécessairement avoir des effets d’entraînement sur le commerce de ce pays, comme à l’inverse la lenteur de la croissance du secteur industriel britannique (+1 % par an) peut difficilement contribuer à un développement commercial important. Une fois encore au sein de l’Europe développée, on peut utiliser le terme de croissance à deux vitesses. La France qui connaît une progression annuelle de 11 % pour son secteur industriel entre 1953 et 1957, est-elle en train alors de ressembler à la RFA, malgré le handicap des guerres coloniales ?

15Quoi qu’il en soit, il nous semble maintenant suffisamment établi que la conjoncture d’ensemble peut être considérée comme globalement positive. Le contexte général est celui de l’expansion, et pour les pays les plus dynamiques par l’industrialisation rapide (l’industrie concourt à la formation du PIB à hauteur de 42,2 % en RFA en 1950, à hauteur de 51,1 % en 1960 ; les chiffres pour la France sont respectivement de 33,1 % et 36,6 % ; pour la Grande-Bretagne de 47,4 % et 47,8 % ; pour les États-Unis de 40,3 % et 38,7 % ; pour le Japon de 25,9 % à 34,4 %). Comment qualifier une économie européenne qui développe un commerce à un rythme de +59,8 % entre 1951 et 1959 pour les exportations (et même de plus 48,5 % si l’on prend 1958, l’année « médiocre », comme référence) et à +39,8 % pour les importations (+32,6 % en 1958) ! Sans doute fera-ton encore mieux dans les magnifiques années soixante, mais l’élan était déjà donné.

La stabilité des prix

  • 10 Ainsi en France en 1957 et 1958, d’où des écarts par rapport aux autres pays comparables. Profitons (...)

16Cet élan se développe dans un contexte d’inflation maîtrisée dans la plupart des pays. Si l’on s’en tient aux principaux indices des prix (prix mondiaux des matières premières, des produits particuliers – tels que blé, sucre, café, beurre, bœufs, cuivre, aluminium, pétrole –, des prix de gros, des prix à la consommation), on parvient à l’évaluation suivante : en 1950- 1951 une forte hausse générale secoue l’économie mondiale, suivie par une légère hausse d’ensemble très limitée pendant les années cinquante (1952-1960) : hausse des prix à la consommation de +1 % l’an en RFA, Belgique, Pays-Bas, Suisse, États-Unis, de 2 % en Italie, en Grande-Bretagne et au Japon, 3 % en Suède, 4 % en France, 5 % en Espagne ; prix de gros stabilisés, sauf lorsqu’un État pratique une dévaluation10 ; prix des matières premières stables en gros surtout le café, avec quelques accès de fièvre (produits alimentaires en hausse en 1954, métaux en baisse en 1954, poussée sur le cuivre en 1956, sur le sucre en 1957, le bœuf en 1958, etc.).

17Naturellement cette vision d’ensemble doit être fortement nuancée par les vicissitudes locales, celles qui sont vécues le plus intensément par les contemporains. Ainsi l’Espagne qui ne connaît pratiquement pas de hausse des prix entre le printemps 1951 et 1956 est affectée nettement en 1957- 1958 ; est-ce un effet de la dévaluation ? Le cas français est encore plus « détonnant » : touché comme les autres pays en 1950-1951 par la hausse mondiale, l’indice des prix à la consommation est fort stable entre 1952 et 1957. Les explications sont multiples : de bonnes récoltes agricoles entre 1952 et 1955, une baisse des prix des matières premières importées, la politique d’A. Pinay en 1952-1953 et surtout la manipulation des indices à partir de 1956 pour masquer l’inflation liée à la hausse des salaires et surtout à la guerre d’Algérie ; fin 1957 début 1958 on revient à la vérité des indices, on dévalue de fait en août 1957, en droit en juillet 1958, d’où une « inflation » galopante. Or, ces « anomalies » font douter hors de France de la réalité du développement économique français. Pays « truqueur » ou pays en véritable expansion ?

La conjoncture économico-sociale : grèves et emploi

18Il vaudrait mieux dire pays particulier, trop lié à la conjoncture de la décolonisation pour ne pas être un cas. On retrouve encore cette différence à propos d’un autre indicateur, celui des grèves et de l’emploi. Dans une Europe en expansion, les grands mouvements de grèves sont erratiques, distincts le plus souvent : la France est très atteinte en 1953, alors que le reste de l’Europe occidentale reste calme, mais en 1957 Belgique surtout et Grande-Bretagne, sont affectées, alors que l’Italie, les Pays-Bas ou la RFA restent calmes. Il devient difficile dans ces conditions de décrire une conjoncture d’ensemble. Les effets sociaux de l’expansion sont jugés différemment selon les pays, sans doute en relation avec le contexte politique local, avec les stratégies et méthodes différentes des syndicats ouvriers, avec les traditions culturelles des classes ouvrières ou des paysanneries, avec les capacités locales d’emploi.

19Le taux de chômage est assez inégal en Europe occidentale : l’Italie compte beaucoup de « disoccupati » jusqu’au début des années soixante, tandis que les autres pays industrialisés connaissent la même diminution progressive et rapide du chômage entre 1953 (Pays-Bas, Belgique, Grande-Bretagne) ou 1954 (France, RFA), mais avec des poussées de demandes d’emploi non satisfaites variables dans le temps selon les pays, lorsque survient la stagnation de 1958 (sauf en RFA). Il faudrait sans doute davantage d’études locales, par secteurs ou branches, pour y voir plus clair.

20De même, les analyses encore délicates des salaires réels par pays, afin de mener des comparaisons sur ce domaine, doivent être maniées avec précaution tant les situations « vraies » varient de manière locale, ou selon les branches économiques, ou selon même les termes de comparaison. Citons ici le commentaire de J.-M. Jeanneney à propos du cas français :

  • 11 J.-M. Jeanneney, op. cit., tome 2, p. 134.

« la date où les salaires réels rejoignent leur niveau maximum d’avant-guerre diffère assez sensiblement selon ceux que l’on considère. Ce fut dès 1954 dans les mines pour les salaires journaliers, car le besoin de main-d’œuvre y avait été grand après la guerre... Ce ne fut qu’en 1970 dans la métallurgie pour les salaires annuels... parce que le niveau de 1937 avait été particulièrement élevé dans cette branche où les syndicats étaient très puissants et où l’effort de réarmement gonflait les commandes. Plus généralement les salaires horaires moyens ne rejoignirent leur niveau de 1936 qu’en 1962 si l’on considère les salaires nets. Mais si l’on tient compte des charges sociales et des avantages sociaux, ce fut dès 1954 »11.

21Pour autant qu’on puisse en juger, il semble que les salaires réels dépassent leur plus haut niveau d’avant-guerre dès 1946 dans l’Europe du nord-ouest, sauf en Belgique où il faut attendre 1949, en Italie dès 1948, en RFA en 1953. Mais le genre de vie, les besoins sont-ils semblables ?

22Peut-on, de même, comparer des États où l’expansion économique plus ou moins rapide part de situations assez contrastées au point d’aboutir au terme de l’expansion à des résultats différents selon le point de départ ?

Le revenu par habitant

23On a souvent pris l’habitude d’élaborer la richesse relative des États par la référence au revenu moyen par habitant en dollars courants.

  • 12 Conférence de la CNCUCED, Genève, 1969, p. 167.

24En considérant les statistiques de 1953 et 195812 on peut formuler les remarques suivantes :

  • 13 Faut-il souligner que la faible progression du PIB des USA et de la Grande-Bretagne (en valeur rela (...)

25Si les revenus aux États-Unis et au Canada se situent nettement au-delà de celui des États européens (2 361$ et 1 766$ en 1958), deux groupes d’États « riches » peuvent être distingués, le premier (Suède, Luxembourg, Suisse, Australie et Nouvelle-Zélande) rassemblent des États relativement peu peuplés (autour de 1 300$ en 1958), le second des États plus importants (France, Royaume-Uni, RFA) ou plus denses sur le plan démographique (Belgique, Pays-Bas) (autour de 1 000$). Mais au sein de ces derniers groupes des vitesses diverses de progression sont décelables. Le record de progression est détenu par le revenu en Suède (+401$ par habitant) suivie de la RFA (+316), le Luxembourg (+300) et le Danemark (+299) ; le Royaume-Uni (+272) les États-Unis (+271) l’Australie (+267) constituent un second peloton13 ; à quelques unités près, Canada, France, Suisse, Norvège, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande vont ensemble (+249 à 238).

26Si nous rapportons ce classement à la seule Europe, ne voit-on pas apparaître, à nouveau, des zones régionales à vitesses diverses ? Une Europe du Nord-Ouest et une Europe de Centre-Continental en plein essor (Irlande et Belgique exceptés), se sépare d’une Europe du Sud, méditerranéenne, qui continue à connaître un relatif sous-développement (même le revenu de l’Italien progresse lentement (+170$), sans oublier la misère maintenue en Espagne (+92$) ou au Portugal (+51$). La conclusion est ici évidente : le legs du passé n’a pas disparu ; même si la croissance est générale, elle profite davantage aux habitants des pays qui avaient réalisé leur mutation économique et sociale avant la Seconde Guerre mondiale. Les constructions européennes peuvent-elles ignorer que la zone méditerranéenne est encore une zone à faible développement pendant les années cinquante ? N’est-il pas paradoxal que cet espace du Sud-Européen, spécialement cet axe de navigation constitué par la Méditerranée soit encore en difficulté alors que la décolonisation économique donne une singulière importance au Moyen-Orient, à l’Asie en général, d’autant que le pétrole devient la source d’énergie dominante ?

27Le sursaut anglo-français pour la suprématie sur le canal de Suez constituait-il un véritable combat d’arrière-garde, symbole d’un autre âge, vraiment révolu ? L’économie et la politique sont dans ce cas fort liées.

Quelques remarques sur la conjoncture « vécue »

28Tous les indicateurs que nous venons d’utiliser, sont-ils connus des contemporains ? Servent-ils pour l’élaboration des politiques menées par les gouvernements ? Ont-ils pesé dans les décisions prises lors des tentatives de construction européenne ? Sans aucun doute la réponse d’ensemble est affirmative. Avec une double immense réserve : l’une, déjà formulée selon laquelle l’inconnu du futur, même proche, interdit aux contemporains la capacité d’une large perspective d’ensemble ; la seconde réserve provenant du fait que les hommes politiques responsables ont alors bien davantage une préoccupation nationale qu’européenne lorsqu’il s’agit de gouverner l’économie de leur pays. S’ils pensent l’Europe, c’est au travers de leur destin national.

  • 14 Paul Bernot, Aux origines de la CEE, le Groupe d’Études pour l’Union douanière et l’OECE, mémoire d (...)
  • 15 G. Guindey, « Mythes et réalités de la Crise monétaire internationale », J. Delmas (éd.), Paris, 19 (...)

29Pourtant des observatoires vraiment européens existent, bien informés, capables de dégager des analyses globales. On peut en citer deux qui peuvent jouer un rôle certain : l’OECE et l’UEP. A travers les mémoires de R. Marjolin, qui fut le Secrétaire général de l’OECE depuis sa création jusqu’en avril 1955, on peut aisément mesurer le rôle d’informateur que pouvaient jouer les économistes et spécialistes de l’OECE auprès des instances gouvernementales. Une étude récente d’un jeune chercheur14 montre bien les méthodes et les structures utilisées par l’OECE pour informer, pour développer des missions d’études, des comités techniques, pour donner chaque année des rapports généraux ; il note cependant que l’élan des premières années (jusque vers 1955) a été suivi par un retour vers des perspectives nationales au sein des gouvernements, d’où un ton plus désabusé des rapports de l’OECE en 1956-1957. Ainsi, en avril 1957, le huitième rapport évoque les progrès substantiels accomplis grâce aux consultations mutuelles mais constate qu’« il reste beaucoup à faire » en matière de coopération. Le témoignage de Guillaume Guindey, qui fut directeur des Finances extérieures au ministère des Finances français de 1946 à 1953, et directeur de la Banque des Règlements internationaux de 1958 à 1963, illustre le rôle joué par l’UEP15. Les rapports et études de la CECA constituaient eux aussi des sources d’information utiles. En bref, le développement des organisations européennes permettait une prise de conscience des solidarités inter-européennes ; compte tenu des « dominantes » économiques de ces institutions, on ne peut douter de la qualité et de la quantité des informations sur la conjoncture d’ensemble. Mais décide-t-on sur ces bases internationales lorsqu’on détient le pouvoir politique ?

  • 16 Hervé Montjotin, Le rôle de la presse économique française dans la relance européenne et l’élaborat (...)

30Un argument qui semble montrer la prise de conscience en France de la nécessité d’une approche européenne pour régler les problèmes économiques, dérive de l’étude de la presse « spécialisée » dans les questions économiques, qui est souvent un reflet des milieux d’affaires. Trois études de jeunes chercheurs sur cette presse permettent de préciser le sens et la portée des réflexions de cette partie de la presse française16. Tout d’abord, les études de conjoncture y sont fort nombreuses ; elles révèlent le souci des professionnels de situer avec exactitude la place de la France au sein de l’Europe développée ; mais elles montrent la permanence des points de repère habituels et le maintien de quelques idées reçues. Les partenaires dont on parle, sont presque toujours les mêmes : en premier lieu, la RFA qui inquiète par son rapide développement, la Grande-Bretagne qui semble toujours se situer ailleurs, le Bénélux qui sert de référence pour les débats sociaux. La sur-puissance américaine est évidemment admise comme une réalité première. Mais dans l’ensemble, sauf aux moments de « crise » (comme par exemple après la publication du rapport Spaak en avril 1956), la presse spécialisée ne « vit » pas intensément la construction européenne, dans ces années cinquante ; le regard habituel est le plus souvent limité à l’horizon du petit groupe des voisins « concurrents », à travers des visions bilatérales.

31En conclusion, il paraît nécessaire de souligner combien le changement de rythme de la croissance à partir de 1955 a pu contribuer à faciliter les discussions concernant le Marché commun, alors que les relatives difficultés des années précédentes avaient pu freiner les tentatives, concrétisées telle la CECA ou l’UEP, inachevées comme le Pool vert, ou le Pool blanc, etc. Du même coup, ne pourrait-on pas s’interroger sur le sens du changement de conjoncture de l’année 1955 pour la construction européenne ? Ne rencontre-t-on pas alors une « nouvelle » Europe, avec une puissante République fédérale allemande, une Grande-Bretagne inquiète, une France prête à se rapprocher économiquement du partenaire le plus puissant ? Ces hypothèses de travail nécessitent d’autres recherches plus précises, avant que les historiens puissent se déterminer. Elles démontrent, s’il le fallait, que l’étude de la conjoncture économique permet de mieux situer l’importance des décisions et des choix d’apparence politique.

Notes

1 Faut-il ajouter que le livre d’Alan Milward, The Reconstruction of Western Europe 1945-1951, Londres, Methuen, 1984, évoque remarquablement la période antérieure.

2 Chiffres précis : URSS, exports de 3,6 % à 3,8 %, imports de 3 % à 3,7 % ; ensemble est-européen : exports de 8,4 % à 9,3 % ; imports de 7,6 % à 8,2 %.

3 Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Paris, 1985, 2 volumes.

4 Belgique et Japon sont laissés de côté, faute d’un nombre suffisant d’années pour lesquelles (sept pour le second, six pour le premier) nous avons des références statistiques.

5 L’Irlande a un indice moyen annuel de +1,26 %, la Norvège de 3,5 %, la Belgique de +2,5 %.

6 En particulier celles du Manuel de Statistiques du Commerce international et du développement, 1969, CNUCED, Genève.

7 Décalage normal puisque le ralentissement des exportations en 1952 entraîne la constitution des stocks et une atténuation consécutive de la demande.

8 Dès 1952 la RFA exporte plus que la France ; dès 1954 elle importe plus qu’elle.

9 Cf. le témoignage de Robert Marjolin, Le travail d’une vie, mémoires 1911- 1986, R. Laffont, Paris, 1986, p. 237.

10 Ainsi en France en 1957 et 1958, d’où des écarts par rapport aux autres pays comparables. Profitons de cette remarque pour souligner la grande stabilité des cours des changes pendant les années cinquante, les principaux réajustements ayant eu lieu en 1949. L’Espagne dévalue cependant en 1957.

11 J.-M. Jeanneney, op. cit., tome 2, p. 134.

12 Conférence de la CNCUCED, Genève, 1969, p. 167.

13 Faut-il souligner que la faible progression du PIB des USA et de la Grande-Bretagne (en valeur relative) pendant les années 1953-1958 n’empêche pas leurs habitants de connaître un enrichissement supérieur (en valeur absolue) à celui de la France et du Bénélux ?

14 Paul Bernot, Aux origines de la CEE, le Groupe d’Études pour l’Union douanière et l’OECE, mémoire de maîtrise, Paris I, 1988.

15 G. Guindey, « Mythes et réalités de la Crise monétaire internationale », J. Delmas (éd.), Paris, 1973, et interview dans Travaux et recherches de l’Institut P. Renouvin, n° 1.

16 Hervé Montjotin, Le rôle de la presse économique française dans la relance européenne et l’élaboration du Marché Commun, mémoire de maîtrise, Paris I, 1986, Nathalie Goldfarb, Les milieux d’affaires face à la création du Marché Commun : l’exemple des industries textiles et de l’automobile, 1985, Régine Perron, Les milieux d’affaires français face à la CECA, 1985.

Table des illustrations

Titre Variations annuelles du PIB en %
Crédits Sources : Comptes Nationaux de l’OCDE. The National Income and Product Accounts of the United States 1929-1974. Bank of Japan.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search