Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps de l’oeuvre

 | 
Gérard Monnier

Euralille, une opération d'urbanisme menée à très grande vitesse

Florence Wierre

Texte intégral

  • 1 Pierre Mauroy, Parole de Lillois, éd. Lieu Commun, Paris, 1994, p. 119.

1Depuis quelques années, Lille compte un nouveau quartier : Euralille. Cette opération, conçue comme « une turbine tertiaire »1, doit relancer l'économie de la région Nord. Entre la création d'une société d'études privée, Euralille-Métropole, chargée d'étudier la faisabilité du projet, et la livraison des derniers équipements, huit années seulement se sont écoulées. Quelles ambitions motivent cette opération ? Quels ont été les moyens mis en œuvre pour qu'elle naisse aussi rapidement ?

  • 2 Roubaix, Tourcoing, Villeneuve d'Ascq et Mons en Baroeul.

2L'étude de la chronologie d'Euralille révèle une rapidité d'exécution assez exceptionnelle pour un chantier de cette envergure (27 500 m2 de plancher construits en 1995). La construction d'une gare T.G.V. à proximité du centre ville est à la base du projet. Elle constitue la pièce maîtresse du centre d'affaires international puisque le T.G.V., moteur de ce nouveau quartier, doit donner une dimension européenne à la capitale du Nord en lui offrant un nouveau souffle. L'inauguration de Lille Europe, programmée initialement le 15 juin 1993, figure donc comme une contrainte importante pour la Ville qui n'a pas de temps à perdre. Pierre Mauroy, premier magistrat de la cité, sait alors convaincre pour que lui soit confié l'avenir de la Métropole lilloise. Il offre ainsi à son projet les meilleures conditions de mise en œuvre, ce qui n'était pas évident au départ. En effet, Arthur Notebart, président de la Communauté Urbaine de Lille (C.U.D.L.), ne partage pas les idées du maire de Lille. Même si les deux hommes ont la même sensibilité politique, ils voient le centre d'affaires international sous des angles différents. C'est pourquoi, quelques mois après l'annonce officielle du passage du T.G.V. à Lille, à l'initiative de la Mairie, naît Euralille-Métropole, société d'études privée, chargée d'établir la faisabilité du projet. La création d'une structure privée autorise Lille à se passer des services de la C.U.D.L. et de l'avis de son président. Dans une situation politique locale conflictuelle, le travail effectué par Euralille-Métropole permet de gagner du temps. Celle-ci établit un programme cadre et organise la sélection de l'architecte-urbaniste. Afin d'assurer l'avenir du projet, les maires de quatre grandes villes2 de de la Communauté Urbaine forment une coalition autour de Lille, juste avant l'annonce officielle du nom du concepteur d'Euralille. Ils signent une charte dans laquelle ils demandent que soit confiée à Pierre Mauroy la mise en place d'une société d'aménagement d'économie mixte (S.A.E.M.) chargée de la réalisation du centre d'affaires international, entraînant ainsi la C.U.D.L. vers une nouvelle ère. En 1989, Pierre Mauroy est renouvelé dans son mandat de maire et remplace Arthur Notebart à la présidence de la Communauté Urbaine. Euralille est alors porté par une puissante volonté politique, qui favorisera son développement. Si le calendrier de la S.N.C.F. s'impose aux décideurs, il faut aussi penser aux élections municipales de 1995 qui se profilent déjà à l'horizon. L'inauguration de la gare T.G.V., au milieu des grues et des bétonnières, ferait les choux gras de l'opposition municipale en période d'élection et le maire subirait certainement la sanction des électeurs. Dernier élément important, qui pousse les dirigeants à mener ce chantier dans les plus brefs délais, c'est l'aspect économique de l'opération. Lille doit offrir aux entreprises des équipements de niveau international si elle souhaite attirer des capitaux étrangers. L'aménageur envisage donc des programmes haut de gamme, sans perdre de vue l'intérêt économique du chantier : construire le plus de surface possible, à un coût minimum. Pour être compétitif et respecter un budget serré, il faut par conséquent suivre les délais, tout retard étant synonyme de coûts. Ainsi, Euralille-Métropole, puis la S.A.E.M. Euralille, développent une puissante mécanique de mise en œuvre qui résistera aux bourrasques secouant un chantier de cette envergure, évitant les dérapages.

3Tout le processus de mise en œuvre du projet est à mettre au profit de Jean-Paul Baïetto, ancien directeur de la S.C.E.T. (Société Centrale d'Equipement du Territoire), successivement directeur d'Euralille-Métropole puis de la S.A.E.M. Euralille. Ce dernier compose à Lille une opération où tous les acteurs impliqués forment un ensemble soudé, plus facile à manier, que le temps et l'argent mettent sous pression. Dès 1988, Euralille-Métropole réunit des capitaux et des idées. Lorsque le projet de centre d'affaires s'avère réalisable, les actionnaires de la société d'études deviennent ceux de la S.A.E.M.. Les partenaires potentiels sont donc impliqués très tôt. Pendant la période d'études, les décideurs évitent tous les débats qui fragiliseraient, ou ralentiraient, le processus de conception en recouvrant le projet d'un silence épais, jusqu'à la procédure de concertation lancée par la Ville en 1989. D'autre part, afin de garantir une certaine pérennité au centre d'affaires et lui donner toute sa puissance, Jean-Paul Baïetto tisse un réseau de liens, basé sur son propre réseau de connaissances. En 1989, il crée le Cercle de Qualité Urbaine et Architecturale, qui rassemble des personnalités importantes dans les domaines de la culture ou de l'aménagement, sur le plan national et régional. Il a pour fonction, entre autres, de préserver l'essence du projet de l'architecte-urbaniste, tout au long de sa mise en œuvre. La plupart de ses membres ont d'ailleurs fait partie du jury qui a sélectionné Rem Koolhaas. Armé du seul pouvoir de persuasion, le Cercle de Qualité agit comme contre-poids face aux opérateurs économiques qui pourraient dénaturer les ambitions de la maîtrise d'œuvre, en brandissant des raisons financières. Il offre également aux hommes (architecte, aménageur ou politique) un soutien, un regard extérieur, leur permettant de ne pas perdre de vue leurs objectifs devant le chantier imposant et complexe qui leur fait face.

  • 3 Les architectes présélectionnés sont : Norman Foster, Vittorio Gregotti, Rem Koolhaas, Oswald Matt (...)
  • 4 « L'urbanisme crée des potentiels tandis que l'architecture les exploite », propos de Rem Koolhaas (...)

4Afin de mieux comprendre l'élan qui porte la réalisation d'Euralille, il est nécessaire d'observer les bases de sa conception. Une longue période de réflexion précède la mise en œuvre du chantier. Les premières études, menées par Jean-Paul Baïetto de manière officieuse, dès 1987, deviennent officielles avec la création d'Euralille-Métropole, en février 1988. À l'époque, celui-ci ne veut fixer aucune image sur le centre d'affaires international. Il souhaite ne pas figer le projet. C'est pour cette raison qu'il n'organise pas un concours d'architecture traditionnel. Euralille-Métropole invite huit architectes3 à développer oralement leur vision de la ville, sans maquettes, ni dessins. Les candidats n'ont eu qu'un mois de réflexion, car l'aménageur ne s'intéresse pas à un plan masse ou à des perspectives. Il recherche une personnalité, un processus de fabrication, capables d'assumer l'évolution des programmes et les changements qui pourront subvenir tout au long du chantier. Rem Koolhaas et son agence l'O.M.A. (Office for Metropolitan Architecture) répondent à ces critères. Organisant les éléments du programme en fonction des contraintes du site, l'O.M.A. propose des volumes théoriques en essayant de rester le plus neutre possible et laisse les architectes d'opération livrer leur interprétation des programmes. Le plan urbain de Rem Koolhaas développe un concept fort reposant sur l'orchestration des infrastructures et l'utilisation des « potentialités »4 qu'elles qu'elles génèrent. Il est assez souple pour pouvoir absorber les changements en conservant sa cohérence. L'urbaniste assume les différences et les oppositions qui peuvent naître dans une opération de ce type. Ouvert au dialogue, l'O.M.A. travaillera en collaboration étroite avec l'aménageur durant toutes les phases du projet. Afin d'éviter les reproches et blocages qui pourraient apparaître lors du chantier, Euralille désigne les architectes d'opération en accord avec Rem Koolhaas et les investisseurs.

5En ce qui concerne la mise en œuvre du chantier, la construction des divers édifices a lieu de façon plus ou moins simultanée. Pour la coordination des opérations, la S.A.E.M. se fait aider par un ensemble de cabinets spécialisés que conduit son équipe, composée de 25 personnes. Un travail géré par un petit groupe permet de centraliser et de maîtriser au maximum une opération de cette ampleur. Pour mieux contrôler le développement du chantier, Euralille est le maître d'ouvrage des parkings, ce qui lui offre un droit de regard sur les opérations qui viendront s'y fixer. Notons qu'au début du chantier, la S.A.E.M. n'a pas perdu de temps à libérer les terrains sur lesquels allait être édifié le centre d'affaires, puisqu'ils avaient été classés « inconstructibles » jusqu'en 1985, et appartenaient à la Ville. Mais, à ce moment-là, personne ne savait quelle serait la forme définitive du nouveau quartier, situé au-dessus d'une nappe phréatique. Euralille garantit une marge de liberté au projet, en offrant au concepteur une base de travail homogène : une enceinte étanche, unique, construite sur tout le site. Dans ce contexte, la S.A.E.M. joue un rôle de locomotive, stimulant l'avancement des travaux. De plus, elle choisit des partenaires à la hauteur de l'échelle du chantier. En exigeant l'intervention d'architectes de renommée internationale, sur les équipements majeurs, elle sait que leurs agences auront assez d'expérience et de ressources pour mener à bien les chantiers qui leur seront confiés, dans les délais convenus.

6En 1995, la plupart des équipements inclus dans la première phase d'Euralille sont édifiés. Le bon déroulement de cette opération témoigne de l'entente de trois personnalités. Pierre Mauroy, Rem Koolhaas et Jean-Paul Baïetto, qui ont su allier leurs compétences respectives dans un climat de confiance. Après une période d'études importante, la S.A.E.M. a établi un processus de mise en œuvre à multiples facettes, tendu entre dialogues et contraintes, permettant l'éclosion, en quelques années, de ce centre d'affaires international. Sur le chantier, urbaniste et architectes ont dû faire des choix, déployant leur ingéniosité pour surmonter les contraintes techniques et financières imposées. Aujourd'hui l'expérience lilloise fait des émules en France et l'étranger, notamment au sein du Club des maîtres d'ouvrage d'opérations complexes créé à l'initiative de Jean-Paul Baïetto. Euralille souhaite devenir un chantier de référence pour les grandes opérations urbaines de demain.

Annexes

Chronologie succinte des événements

Notes

1 Pierre Mauroy, Parole de Lillois, éd. Lieu Commun, Paris, 1994, p. 119.

2 Roubaix, Tourcoing, Villeneuve d'Ascq et Mons en Baroeul.

3 Les architectes présélectionnés sont : Norman Foster, Vittorio Gregotti, Rem Koolhaas, Oswald Matthias Ungers, Yves Lion, Michel Marcary, Claude Vasconi, Jean-Paul Viguier.

4 « L'urbanisme crée des potentiels tandis que l'architecture les exploite », propos de Rem Koolhaas recueillis dans l'article de F. Michel, « Lille, métropole du Nord de l'Europe », in Crée, Architecture intérieure, n° 262, novembre-décembre 1994, p. 88.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site