Version classiqueVersion mobile

Être historien des relations internationales

 | 
René Girault

IV. La problématique de la puissance

De la puissance et de la France d’aujourd’hui

Note de l’éditeur

Article publié dans la revue Relations internationales, n° 58, été 1989, p. 159- 167.

Texte intégral

1Dans le quotidien le Monde daté du 27 juin 1987 en page 2, Paul Marie Couteaux, secrétaire général de l’Association « France Grande Puissance » (sic) affirmait :

« Un inventaire impartial des cinq facteurs de la puissance selon la typologie de Morgenthau (Politics among Nations, 1948) fait de la France actuelle l’archétype de la grande puissance ».

Selon cet auteur, les critères géographique, politique, culturel, économique sont objectivement favorables à la reconnaissance d’un statut de grande puissance pour la France ; seule la capacité de mobilisation sociale « est notre vraie faiblesse », mais sur ce point l’avenir dépend de « nos seules volontés » ; avec de vrais gouvernants la France saura échapper aux revers de la fortune.

« Ce n’est pas la première fois que la France s’offre une suite de gouvernements nuls et une classe politique (il faudrait dire médiatique, car nous n’avons plus que des fous du roi autour d’un trône vide) qui s’amuse avec les affaires de l’Etat comme on joue aux billes : elle n’est pas devenue pour autant un petit pays ! ».

Je laisse bien entendu à M. Couteaux la responsabilité de telles affirmations, mais la permanence des réflexions sur la grande puissance française dans la presse, les déclarations répétées des responsables politiques (le président F. Mitterrand venait de déclarer lors d’un voyage en Basse-Normandie que « La France a les moyens de sa grandeur ») témoignent clairement que les Français restent, aujourd’hui comme hier, préoccupés de la place de leur pays dans le monde. Le fait d’avoir été autrefois une des grandes puissances en Europe, aussi bien lorsque les rois de France dominaient ce continent aux XVIIe et XVIIIe siècles, qu’au moment où la Révolution française prolongée par l’épopée napoléonienne se voulait universelle dans ses propositions et son action, peut expliquer cette nouvelle quête du Graal. Chaque Français a trop appris la grandeur passée à l’école pour ne point s’interroger sur le statut actuel de son pays. La défaite de 1940, la décolonisation, les changements de régime politique (IIIe, IVe, Ve République) qui ont affecté la France au XXe siècle, ont évidemment suscité des propos chagrins ou désabusés sur la décadence, le déclin de la France contemporaine ; les mutations économiques ou sociales réussies, le rang de « puissance nucléaire indépendante », le rôle joué par la France dans les constructions européennes ou dans les relations interafricaines ont fourni des motifs de satisfaction réciproques. La commémoration actuelle du bicentenaire de la Révolution française n’est-elle point un moyen habile de retrouver la source actuelle du rayonnement idéologique et culturel de la France dans ces grands moments du passé de l’histoire française ? En fait, les Français sont inquiets à propos de leur « rang » dans le monde à la manière d’une ancienne jolie femme qui consulte son miroir pour déceler l’étendue des ravages dus au temps. Miroir, mon beau miroir, qui suis-je aujourd’hui ?

2Les historiens, qui sont des citoyens comme les autres, n’échappent pas à cette inquiétude. Mais l’étude du passé même récent leur enseigne la relativité de la notion de puissance. La puissance en soi d’un pays n’existe pas ; elle est comprise par rapport à d’autres puissances, soit à l’échelle régionale, soit à l’échelle mondiale. Dans la période antérieure à 1914, la relativité d’une puissance s’établissait de manière régionale. En Europe, chacun étalonnait sa puissance par rapport aux autres puissances de ce continent ; de même la puissance chinoise ou japonaise à l’époque pouvait surtout se mesurer à l’échelle extrême-orientale. Seule la Grande-Bretagne voulait et pouvait alors se proclamer puissance mondiale au sens complet du terme, car elle comptait à tous égards sur les cinq continents, grâce à sa flotte, à son Empire et à sa puissance financière. La France et l’Allemagne suivaient en apparence cette perspective mondiale, avec des moyens plus faibles, mais en vérité, ni l’une ni l’autre n’avait des moyens suffisants afin de rivaliser partout sur le globe avec la Grande-Bretagne ; leurs ambitions se développaient sur certaines zones dans le monde (Europe bien sûr, Afrique, Moyen-Orient). Il en allait de même pour la Russie ou les États-Unis. Cette « modération » n’était pourtant pas entendue comme la marque d’une puissance seconde vis-à-vis des Britanniques, car le monde vrai aux yeux des Européens se limitait alors à l’Europe (Russie comprise) et à ses bordures méridionales autour de la Méditerranée. Les géopoliticiens de l’époque, tel l’Américain Mahan ou les Allemands Ratzel et Haushofer ou le Britannique Mackinder, raisonnaient sur le monde entier, mais celui-ci possédait un axe (ou une zone pivot, Heartland) en Europe. Les impérialismes coloniaux d’avant 1914 marquaient-ils vraiment une volonté et une possibilité d’action étendue au monde entier chez toutes les grandes puissances européennes ? Ou bien étaient-ils des prétextes à gesticulations de force avec pour dessein réel de marquer sa place en Europe ? Sauf dans le cas britannique on pourrait plutôt pencher vers la seconde hypothèse, à l’exemple de l’attitude allemande dans les crises marocaines.

3La mondialisation des relations politiques, économiques, culturelles, accélérée par les deux conflits mondiaux, créa des perspectives différentes après 1945. Le maintien de la qualité de grande puissance supposait désormais de posséder de réelles capacités mondiales et une stratégie conséquente. Pour des raisons bien connues, après 1945 seuls les États-Unis et l’URSS se situèrent dans cette catégorie. D’un côté, on parlait du monde libre et du monde de la tyrannie, de l’autre du monde socialiste et du monde impérialiste, avec à leur tête un État unique coordonnant les autres (doctrine Truman et doctrine Jdanov). Le terme de superpuissance ou de super-grand rendit hommage à cette nouvelle sorte de grandeur, ce qui autorisait les vieilles puissances à se penser et à se croire encore des puissances, à la manière ancienne. Question de degré relatif dans l’usage d’un vocabulaire traditionnel.

4On en vint par voie de conséquence à l’emploi de mots tels que « moyenne puissance » aussi peu convaincants que les mots de « Français moyen ». S’il est usuel dans le langage courant de considérer qu’il existe des grands, des moyens et des petits individus par la taille, il est fort difficile de dire à quelle hauteur on passe d’une catégorie dans l’autre, sauf à établir une moyenne arithmétique de la taille des individus d’un groupe donné et à classer les membres du groupe. Encore est-ce ici objectivement réalisable. Mais le « Français moyen » ne signifie-t-il pas davantage l’homme quelconque (homo qualinqus), qui parviendrait à se situer au milieu des échelles de valeur des multiples activités humaines ? Marié, bon père (1,5 enfant selon la moyenne nationale), citoyen sans passions politiques, contribuable honnête, aux revenus supérieurs au SMIG sans atteindre la richesse, catholique non pratiquant, ayant obtenu le brevet supérieur, regardant chaque jour la télévision pendant 48 min. 25 sec., etc. Les experts en sondages, qui n’hésitent pas à poser les questions les plus diverses à travers un « échantillon représentatif », ont renoncé à fabriquer un ou des Français moyens. En fait, le seul critère objectif consiste à comparer tel individu avec tel autre, sans souci de les caractériser dans l’absolu. L’évaluation de la puissance dans le monde actuel est tout aussi délicate ; de surcroît, l’affaire se complique car il faut fonder toute évaluation sur plusieurs critères variés et hétérogènes : superficie, population, forces économiques, militaires, cohésion politique, rayonnement culturel, etc. Au fond, est-il vraiment utile aujourd’hui de raisonner à la manière dont procédaient les hommes du début de ce siècle ? La multiplication des systèmes et sous-systèmes politiques ayant une tête (monde atlantique, monde soviétique), une organisation commune (la Communauté économique européenne, le monde arabe), une communauté de culture (États américano-latins, États africains de peuplement noir) modifie les données du problème : isolée, une nation peut ne pas être une puissance véritable, au sein d’un ensemble elle peut être renforcée par la solidarité du groupe. Les relations internationales ont tellement changé de nature pendant le XXe siècle qu’un même mot n’a pas la même définition, une semblable question ne peut recevoir une même réponse. L’histoire nous enseigne la relativité des choses.

5 Cette relativité, comprise par les historiens, échappe le plus souvent aux contemporains qui ont une tendance naturelle à comparer le présent avec le passé. Cette orientation est sans danger dès lors que les fondements sur lesquels s’établissent les comparaisons demeurent identiques. Mais si les mutations sont rapides et amples, voilà la relation faussée, l’interrogation quasi vaine ! Or, dans les années cinquante de ce siècle, la France, l’Europe et le monde subirent des transformations majeures. Sans entrer dans les détails, retenons trois modifications de grande signification dans les relations internationales.

6La première et sans doute la plus déterminante, fut l’arrivée sur la scène internationale de nombreux « jeunes » États, issus de la décolonisation et de la mondialisation des rapports internationaux ; jeunes au sens d’acteur disposant d’une vraie responsabilité internationale, car en vérité la Chine, l’Inde, l’Iran, l’Égypte avaient eu des histoires millénaires, mais dominés pendant si longtemps par les Européens qu’ils avaient été ravalés au rang d’objets sans capacités propres. Les voici désormais s’organisant, donnant de la voix, prouvant leur indépendance vis-à-vis des superpuissances lors de la conférence de Bandoung. « Gesticulations illusoires » pouvaient penser ceux qui raisonnaient en termes de puissance militaire ordinaire, puisque les armées de ces pays dépendaient des fournitures du monde développé ou en restaient au stade de milices très aptes à la guérilla, sans armes modernes telles que fusées, armes nucléaires. « Déclamations creuses » pouvaient estimer ceux pour lesquels il n’est point de puissance sans PNB rondelets, capitaux nombreux et fluides, industries performantes, commerce équilibré. En réalité, les nouveaux venus furent suffisamment observés, voire courtisés par les grandes anciennes puissances, malgré leurs faiblesses, pour que l’on puisse mettre en doute les références habituelles de la puissance. Du même coup, comme on le vit à l’ONU et dans les institutions internationales, il fallut envisager d’autres indicateurs de puissance.

7La seconde mutation procède de la précédente : puisque le monde entier forme un tout, la géographie des relations internationales se modifia et son application théorique, c’est-à-dire la géopolitique (souvent confondue, à tort, avec la géostratégie) dut obéir à des dispositions nouvelles. Les océans, plutôt zones creuses ou de faible poids dans les stratégies antérieures sauf à garantir certaines routes commerciales, devinrent des lieux majeurs de compétition. Ils sont en effet les espaces rêvés pour assurer des liaisons intercontinentales, économiques comme militaires. De ce point de vue, la transformation subie par le transport des produits pétroliers à partir de la crise de Suez fut exemplaire. Le canal de Suez, qui avait été pendant plus de 80 ans un des points essentiels de la carte du monde, qui attira encore en 1956 la « diplomatie de la canonnière », se trouva bientôt relégué au rang de moyen régional de communication, puisque la technique des supertankers donna un rôle essentiel à de nouvelles routes de navigation interocéaniques. En 1956, on se disputa un objet du passé plutôt qu’un gage d’avenir. Mais à l’époque qui pouvait vraiment le prévoir ? Qui pouvait prévoir, au même moment ou presque, la mutation décisive de la technique militaire avec l’emploi des fusées intercontinentales ? Le lancement du Spoutnik en 1957 consacra, de manière théâtrale, la course à l’espace, qu’il conviendrait plutôt d’appeler la course aux fusées. Du même coup l’océan Glacial arctique, sans grand intérêt jusque-là, devint un objet de considération puisque les fusées « rapprochent » les deux Grands par le pôle. Est-ce un hasard si l’URSS décida dans ces mêmes années de réaliser une grande flotte de guerre qui, au terme des quinze à vingt années nécessaires à la constitution de cette grande ambition, pourra lui conférer vraiment le statut de grande puissance ? L’art militaire subit alors des modifications manifestes. On quitte l’après-Seconde Guerre mondiale, c’est-à-dire la période pendant laquelle les leçons tirées de ce conflit suffisaient pour préparer le futur ; on entre dans une stratégie différente, dans l’ère du nucléaire gradué et de la fusée intercontinentale.

8La troisième mutation s’appelle la croissance. Le XIXe siècle avait déjà connu la croissance, mais avec des rythmes différents et sans entrée dans une société nouvelle, la société de consommation. La reconstruction rapide de l’Europe après 1945, la réussite de la reconversion économique américaine après la guerre, le démarrage du Japon de l’après-défaite, le boom pétrolier favorable au Moyen-Orient et à certains producteurs, les débuts, même modestes, du décollage économique de certains jeunes États, y compris au sein du monde communiste, lançèrent l’économie mondiale vers des sommets encore inégalés. Dans cette perspective, les résultats économiques obtenus par les États prirent une importance nouvelle ; pour être puissant, il fallut être en mesure d’obtenir une croissance assurée et significative du PNB accompagnée d’une distribution interne des revenus capable d’élargir les bénéfices de la croissance à l’ensemble de la société. La politique extérieure devenait tributaire des résultats économiques obtenus ; tout décideur politique devait prendre en considération les contraintes de l’environnement économique. La vieille distinction entre le politique et l’économique postulant l’autonomie, voire l’indépendance, de ces domaines l’un par rapport à l’autre, devenait caduque. La puissance politique et la puissance économique sont devenues indissociables. Tel est le monde d’aujourd’hui.

  • 1 Ces articles publient des communications présentées au colloque de Florence de septembre 1987 (« La (...)

9La France de la fin des années cinquante pouvait-elle et sut-elle s’adapter à ces trois mutations fondamentales afin de rester une puissance ? Les articles présentés dans les deux derniers numéros de Relations internationales1 permettent d’esquisser une réponse, encore trop peu étayée par des démonstrations multiformes pour que l’on puisse accorder une valeur définitive à cette réponse. Comme toutes les puissances colonisatrices, mais plus que d’autres, la France (ou plutôt les Français) eut les plus grandes peines à admettre la décolonisation, surtout à propos de l’Afrique du Nord qui constituait l’axe essentiel de l’Union française. La guerre d’Algérie fut non seulement un drame national, mais un véritable critère pour déterminer les capacités françaises à demeurer une puissance dans le monde moderne de demain. Les articles de Ch.– R. Ageron, P. Guillen, J. Marseille directement, ceux consacrés à l’armée, à la politique du général de Gaulle indirectement, montrent comment et combien les contemporains saisirent l’importance des enjeux en cause dans le conflit algérien. Pour certains, accrochés à la vision traditionnelle d’une grandeur française liée à la plus grande France, perdre l’Algérie, dernier bastion de l’ex-Empire colonial, « amener le drapeau », c’est réduire la France au rang d’un État européen de taille moyenne, sous dépendance américaine, sans possibilités d’expansion économique ; en bref, c’est le déclin garanti. Pour d’autres, sans doute majoritaires parmi les cercles économiques, notamment dans la banque (cf. l’exemple de la Cie de Suez), la séparation de l’Algérie, charge onéreuse, d’un profit inférieur aux coûts économiques et sociaux, constitue le test d’une mutation indispensable. Ils retrouvent chez de Gaulle le nécessaire concepteur-réalisateur politique (verbe et souffle en plus). Pour ces derniers, l’heure du repli vers l’Europe a enfin sonné, mais elle ne signifie pas déclin puisque l’Europe constitue un des grands pôles de la croissance dans le monde. De même, le choix de l’arme nucléaire aux dépens d’une armée « colonisatrice » manifeste l’entrée de la France dans la stratégie nouvelle. Du même élan, la France pourra retrouver face à ses alliés occidentaux, face à l’adversaire soviétique, une capacité de politique extérieure indépendante, suffisante pour que les autres sentent à nouveau qu’elle redevient une vraie puissance. Le renouveau est à ce prix. C’est bien là la pensée profonde du général de Gaulle.

10Mais pour en arriver là, encore faut-il que le régime politique puisse répondre aux impératifs de son temps. Le régime de la IVe République paraissait de moins en moins capable de faire face aux difficultés venues de l’extérieur. La guerre d’Algérie fournit, on le sait, le moyen de mettre fin à une expérience politique, impuissante pour gérer la fin de la décolonisation, mais déjà déterminée à faire de la France une puissance nucléaire et un pays modernisé sur le plan économique. Car l’impuissance n’était pas totale en cette IVe République et bien des continuités existèrent entre celle-ci et la Ve République (les domaines du nucléaire et des constructions européennes en fournissent des exemples patents). Toutefois, la manière dont la France passa brutalement d’une république à une autre ne donna point un lustre brillant à l’image de la France à l’étranger, au moins sur le moment. C’est ici que le regard des autres prend un singulier relief. La France, « république bananière », dominée par l’armée et par des « clans » hostiles à la démocratie ? Les réactions de la presse aux États-Unis, en Allemagne fédérale, celles de la petite Belgique, de la Grande-Bretagne, lorsque le général de Gaulle revint au pouvoir après le putsch d’une partie de l’armée en Algérie, furent fort significatives. Pendant plusieurs mois, souvent jusqu’à la fin de l’année 1958, les journalistes étrangers manifestèrent de l’inquiétude pour la démocratie en France. L’armée n’était-elle pas toute puissante, dès avant la mort de la IVe République (cf. le détournement de l’avion où les leaders du FLN algérien avaient pris place en 1956) et ne faisait-elle pas prévaloir ses ambitions politiques en ramenant le général de Gaulle au pouvoir ? Sans doute l’adhésion populaire au retour du général de Gaulle, démontrée par le référendum de la fin septembre 1958, le maintien des libertés fondamentales en France (censure militaire exclue), la politique même du général de Gaulle faisaient-ils bientôt changer d’avis les observateurs étrangers pessimistes. Mais pendant l’année 1958 les interrogations avaient subsisté parmi les étrangers : la vie politique en France à la merci des soubresauts de la guerre en Algérie ne démontrait pas la puissance. La France, l’homme malade de l’Europe ?

11Des étrangers et des Français le croyaient. En réalité, ils percevaient l’étendue des mutations qui déséquilibraient alors la France, sans être en mesure de distinguer nettement les points d’arrivée de la France de demain. A la fin des années cinquante la France d’aujourd’hui se dégage de la France d’hier comme un papillon quitte sa chrysalide. Ce n’est point la Ve République qui, seule, a donné naissance à un pays différent ; les vingt années qui ont suivi l’effondrement de la France en juin 1940 doivent être prises en considération. Les études menées par les historiens français depuis une dizaine d’années sur la perception de la puissance française par les contemporains, permettent de bien saisir ce phénomène fondamental de l’histoire française récente. A la veille de la Seconde Guerre mondiale, les Français raisonnaient encore selon leurs vieilles habitudes. La France, puissance incontestée depuis des lustres, possédait encore les attributs classiques de la puissance : elle disposait d’une forte armée ; elle se dépassait elle-même grâce à un vaste Empire colonial ; elle « rayonnait » sur l’Europe par sa culture, sa langue ; elle ne connaissait point la grande misère ou les déséquilibres des pays arriérés ; menacée par certains, elle pouvait s’appuyer sur d’autres. Inquiète car désunie, en perte de vitesse démographique, meurtrie par la Grande Guerre, la France se sentait vulnérable, mais point décadente.

12Vint la grande épreuve de la défaite, de l’occupation marquées par de profondes déchirures entre plusieurs France. Les Français, dans un premier moment, vers 1944-1946, mesurèrent mal les conditions nouvelles de leur statut ; le monde avait changé, la guerre avait accumulé des ruines, mais leur vision restait identique : l’Union française remplaçait l’Empire, les naissances étaient nombreuses, le rayonnement culturel subsistait, la reconstruction allait moderniser le pays, la démocratie était renforcée et l’abaissement de la force militaire ou de l’influence culturelle face aux deux nouveaux Grands était plus momentané que durable. En fait, on raisonnait alors en général par analogie avec le passé proche. La grande rupture de la Guerre froide, de la soumission obligatoire au leader du monde occidental auquel on appartenait par la géographie, par la pensée, par les idéaux, mit fin au confort intellectuel précédent. Vers 1948-1950, les Français commençaient à comprendre que leurs repères traditionnels étaient en voie de disparition ; ils devaient désormais chercher autrement les sources et les moyens de la puissance. Ils avaient à se guider dans un environnement en rapide et constant changement, avec des empires coloniaux en voie de disparition, des voisins européens aux images nouvelles (l’ennemi héréditaire allemand devenant plus proche que le vieil allié britannique) ; surtout, ils devaient admettre qu’ils étaient une parcelle d’un monde dont l’Europe avait cessé d’être le moteur. Comment vivre toutes ces mutations, y adapter les choix de politique intérieure et extérieure ?

13L’historien voit bien aujourd’hui que les contemporains, même les mieux armés pour embrasser le futur par leur génie personnel, tel un de Gaulle ou un Mendès France, tâtonnèrent lorsqu’il leur fallut marcher et faire marcher dans le bon sens. C’est que la vision est bien peu nette lorsque l’accélération des mutations impose à une même génération de raisonner et d’agir autrement, sans repères transmis par la génération précédente. Le personnage dominant des années 1958-1969, le général de Gaulle, marqué par toute sa formation antérieure à la Première Guerre mondiale, par l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, semble bien avoir élaboré « à tâtons » les voies nouvelles de la modernisation française, même si son génie propre, fait d’une rare capacité à prendre la mesure historique des choses, lui faisait percevoir les choix décisifs avant d’autres, mieux que d’autres. D’une certaine manière, la volonté délibérée chez un Guy Mollet de construire une certaine Europe alors que les débuts de la guerre d’Algérie préoccupaient bien davantage les Français, va dans le même sens. Mais est-on bien sûr que G. Mollet et les responsables français persuadés de la nécessité de construire l’Europe des six, avaient pour souci principal le futur lointain, celui que nous vivons aujourd’hui, trente ans plus tard ? Ou bien plutôt n’étaient-ils pas accrochés à la construction européenne à la façon d’une planche de salut temporaire, salut financier par l’aide allemande pour développer les TOM ou salut industriel venu d’un marché élargi ? L’historien aura toujours bien du mal à déterminer la grandeur réelle d’une manœuvre accomplie sous la pression des circonstances. Raison complémentaire pour tenter de décrypter les textes des contemporains avant que ceux-ci, retraités, éclairés par toute l’évolution ultérieure, ne se fassent (ou se croient) des visionnaires d’hier dans leurs copieux mémoires. Le texte écrit au moment de l’action reste le document essentiel pour l’historien si celui-ci parvient à le lire avec le mental de l’auteur. Est-ce la grande révérence à l’événementiel et au positivisme ?

14D’où une dernière réflexion méthodologique. L’histoire des relations internationales contemporaines a eu du mal (et a encore parfois du mal) à se dégager de la pure histoire diplomatique où le document des chancelleries était roi, l’analyse politique dominante, le contingent déterminant. On ne reviendra pas ici sur l’apport décisif des théories de P. Renouvin sur les « forces profondes ». On voudrait seulement souligner, en conclusion, la volonté des historiens qui se réclament de ces analyses « renouviniennes » à dépasser l’événementiel. Nous ne nous satisfaisons point d’une analyse des réflexions des décideurs, politiques ou autres, ou de l’étude de leurs actions, mémorables ou secondaires, même si souvent nous commençons par là même notre travail d’historiens. Nous savons bien que cette « écume des choses » doit être replacée dans les grands courants qui la portent. Depuis longtemps, en France nous avons eu le souci de replacer l’histoire des relations internationales dans le grand vent de la conjoncture économique, si éclairante pour déceler les capacités d’action des États ou des entreprises privées ; depuis même longtemps, grâce à une étroite collaboration avec les historiens « politistes », nous avons repris le vieux débat sur l’interrelation entre politique intérieure et politique extérieure ; depuis peu, l’histoire des mentalités est nôtre, en ce qu’elle nous permet d’intégrer les temps longs de la formation culturelle (entendue au sens large) dans les choix de l’instant. Nous savons bien que « nos » hommes d’État, « nos » diplomates, « nos » hommes d’affaires, « nos » constructeurs d’idéologie et tant d’autres responsables, sont témoins et sujets de leur milieu culturel, de leur société, locale ou nationale. C’est le temps long, à l’échelle du XXe siècle, c’est-à-dire sur une ou deux générations, qui forme l’arrière-plan de l’action du temps bref.

15C’est parce que nous cherchons à réaliser cette histoire profonde, totalisante, où nous inscrivons l’action ponctuelle du décideur dans les forces de la longue durée, que nous prétendons résoudre (ou essayer de résoudre) la grande question de l’histoire politique des relations internationales très contemporaines (au XXe siècle) en la mêlant aux autres champs ou chantiers de l’histoire. Nous ne craignons pas l’approche des questions politiques dans nos réflexions d’historiens, même s’il est toujours délicat de faire cette histoire pour le temps présent ; à la différence de ceux qui, contempteurs ou dédaigneux de l’histoire des relations internationales (qu’ils continuent d’appeler histoire diplomatique), évacuent ces mêmes questions en feignant de croire que l’histoire sociale libérée de la politique apporte davantage à la science historique. Notre revue, cette revue Relations internationales, qui depuis quinze ans poursuit son petit bonhomme de chemin, n’a jamais eu recours à l’anathème ou au jugement définitif à propos des travaux effectués dans les autres territoires de l’historien. Peut-être aurait-elle dû à son tour crier à certains « annalistes » que suffisance et insuffisance sont des mots bien proches l’un de l’autre. Nous avons préféré faire notre miel des méthodes et des questions d’autres historiens, sans tapage. Et au bout du compte, nous sommes en mesure de poser à tous ce grave problème : pourquoi, comment la France, malgré tant d’avatars, semble aujourd’hui capable d’aborder le monde du XXIe siècle avec les attributs de la puissance ?

Notes

1 Ces articles publient des communications présentées au colloque de Florence de septembre 1987 (« La perception de la puissance en Europe, 1952-1957 ») et au colloque de Paris de novembre 1988 (« La puissance française, 1958-1963 »), Relations internationales, n° 57, printemps 1989 : Serge Berstein et Pierre Milza « Les forces politiques françaises entre l’humiliation et la volonté de grandeur », p. 7-24 ; Gérard Bossuat, « Guy Mollet : la puissance française autrement », p. 25-48 ; Hubert Bonin, « La perception de la puissance économique française par les milieux d’affaires », p. 49-76 ; Jean Delmas, « A la recherche des signes de la puissance : l’Armée entre l’Algérie et la bombe A », p. 77-87 ; Henry Dutailly, « La Revue de la Défense nationale et la puissance militaire de la France », p. 89-101 ; Pierre Guillen, « L’avenir de l’Union française dans la négociation des traités de Rome », p. 103-112 ; Charles-Robert Ageron, « L’Algérie, dernière chance de la France : étude d’un mythe politique », p. 113-139 ; Relations internationales, n° 58, été 1989 : Jacques Marseille, « L’Algérie dans l’économie française (1954-1962) », p. 169-176 ; Klaus J. Müllier, « La guerre d’Algérie vue par la presse ouest-allemande », p. 177-185 ; Anthony Adamhwaite, « La France pendant la crise de Suez vue par la Grande-Bretagne », p. 187-194 ; Frédéric Bozo et Pierre Mélandri, « La France devant l’opinion américaine : le retour de De Gaulle », p. 195-215 ; Jacques Bariéty, « La perception de la puissance française par le chancelier Konrad Adenauer de 1958 à 1963 », p. 217- 225 ; Georges-H. Soutou, « Les problèmes de sécurité dans les rapports franco-allemands de 1956 à 1963 », p. 227-251 ; Maurice Vaïsse, « Aux origines du mémorandum de septembre 1958 », p. 253-268 ; Rémy Pithon, « Puissance et valeurs nationales dans le cinéma français. Les ambiguïtés d’une représentation (1958- 1965) », p. 269-284.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search