Version classiqueVersion mobile

Être historien des relations internationales

 | 
René Girault

IV. La problématique de la puissance

La France est-elle une grande puissance en 1945 ?

Robert Frank

Note de l’éditeur

Article publié dans Maurice Vaïsse (éd.), 8 mai 1945 : la victoire en Europe, Lyon, La Manufacture, 1985.

Texte intégral

  • 1 Dans cette communication, nous utilisons les recherches faites et les travaux publiés par un groupe (...)

1Certaines expressions usuelles engendrent facilement la perplexité lorsqu’on veut s’efforcer de creuser leur signification réelle. Qu’est-ce qu’une grande puissance ? En apparence, rien de plus simple que de parler en général de la puissance d’un État, mais il est beaucoup plus malaisé de déterminer les critères qui caractérisent les niveaux de puissance des États. Grande puissance, petite puissance, puissance moyenne sont des termes ambigus et trompeurs. Tout d’abord, un pays peut-il être désigné par l’un de ces qualificatifs seulement en regard du niveau objectif de certains moyens en sa possession ou bien les doit-il à la comparaison qu’il peut soutenir avec ses voisins ou avec les autres États du globe ? La puissance est éminemment relative, en ce sens qu’elle dépend d’autrui autant que de soi-même. Toutefois, cette relativité est tempérée par l’existence de seuils au-dessous desquels la prétention à être puissant relève du volontarisme pur, de l’inconscience ou du mythe ; un pays, petit par la superficie et de faible population, rêve parfois de puissance, mais il n’est pas en mesure de réaliser ce rêve ; en temps de guerre, un pays sans armée forte est impuissant quelle que soit sa taille. Pour juger du bien-fondé d’une expression comme « grande puissance » appliquée à un pays, il convient donc de s’interroger à la fois sur le niveau réel des moyens dont dispose ce pays, et sur la perception par les contemporains des éléments de la puissance1.

2En 1945, à la fin de la guerre, quels sont les moyens nécessaires à un État pour être une grande puissance ? On peut, semble-t-il, en distinguer trois essentiels. Au premier rang, naturellement, la puissance militaire, caractérisée par une forte armée, imposante numériquement et techniquement moderne. Puis vient la force économique et financière qui soutient et, dans une certaine mesure, explique les résultats de l’effort de guerre. La cohésion politique et le moral de l’opinion publique confortent les moyens matériels, puisqu’il faut une volonté commune pour être en mesure de réaliser de grands desseins. Bien entendu une condition complémentaire existe (véritable lapalissade, diront certains, mais qu’il convient de rappeler), c’est d’appartenir au camp des vainqueurs de la guerre. L’Allemagne nazie ou le Japon, en mai 1945, constituent encore des grandes puissances et, à ce titre, peuvent être des puissances craintes par leurs voisins, mais l’Allemagne, État vaincu, devra attendre des années pour retrouver une stature de puissance, quels que soient les moyens matériels et humains qui demeurent sur son territoire malgré les désastres de la guerre.

3On devra donc tenter un rapide bilan des moyens militaires, économiques, humains et politiques dont dispose la France en mai 1945. Mais ce bilan « objectif » est lui-même apprécié de manière différente par les contemporains. On irait jusqu’à dire qu’il est « vécu » différemment selon que l’on est Français ou étranger, selon les options politiques des uns et des autres, enfin la relativité des critères de la puissance par rapport aux autres grands États victorieux. Car il ne fait point de doute que la France qui signe la capitulation à Reims et à Berlin, a statut de grande puissance. Mais est-ce une reconnaissance d’une stature passée ou la juste mesure d’un état présent ? Après avoir rappelé ce que sont les forces françaises en 1945, nous verrons qu’elles sont appréciées diversement tant en France qu’à l’extérieur de la France.

  • 2 Les éléments chiffrés cités dans ce paragraphe sont repris des articles du colonel Vernet, du génér (...)

4En mai 1945, l’armée française compte 1 300 000 hommes2. Ce chiffre englobe tous les effectifs qui sont sous les armes, quel que soit l’emploi de ces troupes. Sur un plan strictement numérique, le rétablissement en un an est considérable puisque l’armée française comptait seulement 550 000 hommes au printemps 1944. Non sans de grandes difficultés, politiques autant que techniques, et grâce à l’unanimité des Français pour la reconstitution d’une grande armée française, cet effort de guerre a pu être accompli en un temps relativement bref. L’Empire colonial ayant presque donné le maximum possible en 1943-1944, ce sont les forces puisées parmi les métropolitains, et notamment parmi les FFI, qui ont permis cet accroissement numérique : l’amalgame entre FFI et forces expéditionnaires a été réalisé sans trop de « bavures ». Si les ambitions françaises sont loin d’être réalisées quant à l’équipement complet de trente-six divisions (objectifs du CFLN en octobre 1943), huit grandes unités ont été effectivement créées au moment de la capitulation. La 2e DB et la Ire armée française qui combattent efficacement en Allemagne même, les forces engagées dans les Alpes ou contre les poches allemandes de l’Atlantique, l’action du régiment Normandie-Niémen sur le front de l’Est sont les aspects les plus retenus par la presse française à la victoire. Il apparaît donc normal aux Français que les généraux Sevez et de Lattre soient présents aux cérémonies de la capitulation allemande.

  • 3 Il s’agit des deux armées du premier front de Biélorussie et du premier front d’Ukraine qui, en jan (...)
  • 4 Chiffres tirés du Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale, tome 1, Paris, Larousse, 1979.
  • 5 Edward Stettinius, Yalta, Roosevelt et les Russes, Paris, Gallimard, 1951, p. 127. Séance plénière (...)
  • 6 L’incorporation des classes 1940, 1941 et 1942 en métropole peut avoir lieu seulement en avril 1945 (...)

5Et pourtant... Pour évaluer, il faut comparer. Si l’on peut bien admettre que le potentiel français interdit de toute façon à la France de rivaliser avec les douze ou treize millions d’Allemands ou d’Américains engagés aux combats et encore moins avec la formidable Armée rouge, capable de masser vingt-deux millions d’hommes pour le dernier assaut contre Berlin3, la comparaison s’impose avec des États voisins, aux populations comparables. Or, l’armée britannique compte en 1945 près de trois millions d’hommes (dont un million dans l’aviation et huit cent mille marins), et l’armée italienne au moment de l’armistice, en septembre 1943, avait près de trois millions d’hommes mobilisés4. En face de ces chiffres, on comprend mieux le dialogue entre Churchill et Staline, lors de la conférence à propos du « club » des Grands dans le monde : quand on eut ainsi proposé d’ajouter désormais la France aux trois Grands, Staline dit en souriant que « les trois Grands formaient un club extrêmement fermé, limité aux nations de cinq millions de soldats ». Churchill corrigea rapidement et dit : « Trois millions »5. L’armée française avait bien compté cinq millions d’hommes, mais en 1939-1940. En 1945, on est loin du compte6.

6Cette faiblesse numérique est renforcée par deux facteurs complémentaires dont l’un est bien perçu par les Français eux-mêmes tandis que l’autre leur échappe ou est évalué différemment en France et à l’étranger. La puissance d’une armée dépend de ses effectifs mais aussi de la qualité de son armement, de sa logistique et de la pratique du commandement dans les grandes opérations. Sur ces trois plans, la France en 1945 est dépendante de ses alliés. L’équipement des divisions, notamment des divisions blindées, prévu dès le plan d’Anfa (janvier 1943) n’est pas achevé deux ans plus tard ; sans les effets de la contre-attaque allemande dans les Ardennes en décembre 1944, qui démontre aux chefs militaires anglo-saxons la faiblesse de leurs réserves, on peut même se demander si un nouvel accord aurait pu être réalisé pour accélérer l’équipement des divisions françaises. La logistique, notamment pour les transports, dépend de l’aide américaine, qui permet ou non l’envoi de renforts en Extrême-Orient, voire en Méditerranée orientale lors des troubles au Levant. La marine française a en effet perdu la moitié de ses bâtiments (quatre cent mille tonnes en 1945 contre huit cent mille en 1939) et ceux qu’elle possède encore sont vétustes et techniquement surclassés (pas de porte-avions sauf le « Dixmude » prêté par les Américains et dix-sept sous-marins totalement périmés). L’aviation nous fournit deux autres exemples de la dépendance française. Non seulement la flotte aérienne française est numériquement très inférieure (33 groupes contre 500 esquadrons dans la RAF et 800 dans l’armée de l’air américaine), mais encore elle est intégrée sous commandement allié et, du même coup, aucun grand chef aérien français n’a conduit une bataille aérienne d’ensemble pendant la guerre. Lorsque le régiment Normandie-Niémen revient en France sur les Yaks donnés à la France par Staline en remerciement de l’héroïsme manifesté par les pilotes français sur le front russe, on constate très vite que ces avions ne pourront voler longtemps car la France ne dispose point des pièces de rechange pour ces appareils soviétiques. Combattre grâce aux surplus de ses alliés est une médiocre solution et surtout ne renforce pas l’impression de puissance du pays dépendant. Les destructions subies pendant la guerre, les progrès réalisés sur le plan technique par les belligérants, alors que la France est restée à l’heure de 1940, les priorités accordées légitimement aux nécessités de la reconstruction civile rendent l’industrie française des armements insuffisante pour répondre aux désirs de ceux qui, derrière le général de Gaulle, souhaitent la création rapide d’une armée moderne. Il faudra du temps pour rétablir une telle situation.

  • 7 Nous suivons ici le travail d’Yves Durand, La captivité, histoire des prisonniers de guerre françai (...)

7Il faudrait plus que du temps pour rétablir la crédibilité de l’étranger en la force morale de l’armée française. Il faudrait l’oubli par l’étranger du désastre militaire de 1940 ; une extraordinaire impression a été laissée dans le monde par le fait que près de deux millions de soldats français ont été faits prisonniers pendant le printemps 1940. Justement, en France, en mai 1945, se pose le problème du retour massif des prisonniers et de leur réinsertion parmi la population française. En quelques semaines, environ 700 000 hommes rentrent dans leurs foyers7. Or, si l’accueil des prisonniers par les autres Français a été globalement amical, au-delà des difficultés bureaucratiques et de la multiplicité des drames et joies personnelles, les prisonniers ont l’impression de compter assez peu dans la nation. On a organisé des élections municipales sans attendre leur retour ; on les estime nettement moins que les résistants et les déportés, en leur accordant avec parcimonie le titre de soldat.

« Cette masse de P.G. rappelle-t-elle par trop la défaite de 1940 à l’heure où l’opinion est toute à l’exaltation de la part prise par la France combattante à sa propre libération et à la victoire ? »

  • 8 Ibidem, p. 526.

s’interroge Y. Durand8.

  • 9 Les statistiques officielles françaises comptabilisent soixante-dix mille évadés entre 1940 et 1944 (...)

8Ces doutes parmi la population française deviennent des convictions chez les étrangers, adversaires ou alliés. Dans l’imaginaire de bon nombre d’étrangers, la défaite de 1940 a été due à la passivité, à la résignation des Français, à leur refus d’un combat ardent, attitude qui pourrait trouver sa confirmation dans le pourcentage relativement faible des évadés des camps de prisonniers, 4,37 % des prisonniers détenus en Allemagne9. On sait les phrases cruelles de Staline à Yalta sur la France qui avait ouvert ses portes à l’ennemi et qui a obligé la Russie et la Grande-Bretagne à subir tant de pertes et de destruction, ce qui entraînait cette concession de Churchill :

  • 10 Stettinius, op. cit., p. 126.

« Le Premier ministre convint que la France n’avait pas été d’un grand secours dans la guerre. »10

9Lorsque le général de Gaulle reçoit l’envoyé spécial de Roosevelt, Harry Hopkins, en janvier 1945, il déclare :

« Les Français veulent, cette fois, que la victoire consacre le retour de la France au rang de grande puissance. »

  • 11 Général de Gaulle, Mémoires de guerre, le Salut, 1944-1945, tome 3, Paris, Plon, 1959, p. 389 et sq (...)

Or, son interlocuteur revient à deux reprises sur la mauvaise impression laissée sur les Américains par le désastre français de 194011. Au fond, en 1945, même chez les alliés de la France, on ne considère pas que la France soit une grande puissance militaire. Lorsqu’à la fin de l’année 1945, le général Guillaume, nommé attaché militaire à Moscou, parlant le russe, fait à la demande du général de Gaulle une enquête auprès des officiers soviétiques pour comprendre les raisons de la victoire soviétique, il note que

  • 12 Général Guillaume, Homme de guerre, Paris, éditions France-Empire, 1977, p. 194.

« les officiers soviétiques ne me posaient aucune question sur l’armée française et sa participation à la défaite de l’Allemagne : visiblement le sujet ne les intéressait pas »12.

10S’il est permis d’utiliser le vocabulaire sportif, on peut conclure que pour ses alliés, l’armée française (et peut-être la France elle-même) avait été « repêchée » pour la poule finale.

11Sur le terrain économique, le bilan en mai 1945 ne suscite pas beaucoup plus d’allégresse, même si les Français, là encore, sont unanimes à vouloir réaliser de profonds changements pour mieux vivre. Pour dresser ce bilan, avec l’objectif de déterminer si la France a encore la capacité de redevenir une grande puissance, il ne peut être question de se limiter à un examen des statistiques économiques de mai 1945. Il est préférable de retenir la tendance exprimée en la matière, depuis la Libération jusqu’en 1946-1947. Chacun sait bien en effet que les destructions matérielles de la guerre assombrissent le tableau et que la puissance économique d’une nation s’apprécie davantage sur le moyen terme que sur le court terme.

12On trouvera dans le tableau ci-dessous quelques indices qui peuvent traduire les rythmes du redressement économique français.

  • 13 Voir Jacques Dalloz, La France de la Libération, 1944-1946, Paris, PUF, 1983 (Que sais-je ?, n° 210 (...)

13Si l’on prend comme référence les chiffres de production en 1938, année où la puissance française est encore admise par tous les contemporains, même si l’historien peut être plus réservé, on mesure facilement d’une part l’écart énorme qui existe en 1945 et, d’autre part, la rapidité avec laquelle la production industrielle rattrape son retard, puisqu’en 1947 on a presque rejoint le niveau de 1938 (et pourtant 1947 est une année socialement fort troublée). Les « batailles » de la production ont pu être gagnées grâce au vigoureux effort des ouvriers et des cadres, grâce aux mesures de rationalisation du travail et de planification organisatrice, grâce aux nationalisations des secteurs de base (énergie, transports), grâce enfin au potentiel industriel peu atteint dans les industries de base et rapidement utilisé à plein, puisque le chômage a rapidement tendance à s’amenuiser. La bataille des transports fut particulièrement difficile et importante. A la Libération, près de deux mille ouvrages d’art ont été détruits sur les voies ferrées et il ne subsiste plus que 3 000 locomotives en état de marche sur 17 000 en fonction en 1939. Les ports sont soit occupés, soit en grande partie inutilisables ; les canaux sont obstrués et comptent 300 écluses à remettre en état. Or, dix-huit mois plus tard, le réseau ferré a retrouvé son profil d’avant-guerre et, après deux années d’efforts, les ports français ont retrouvé leur capacité de réception13. Il est vrai que cette bataille a pu être rapidement gagnée, grâce au concours allié, puisque les communications, vitales pendant les combats militaires, importaient autant aux Alliés qu’aux Français, ce qui entraînait l’aide non négligeable des forces du génie américain. (Les ponts Bailey qui permirent le passage provisoire de nombreuses rivières en furent les témoins significatifs.) La remise en état des grands ouvrages d’art sonnait comme autant de victoires. En juillet 1945, la capacité de chargement des wagons avait été multipliée par 3,5 par rapport à octobre-novembre 1944. On était sur la bonne voie.

14En 1945, le secteur-clef sur lequel repose la capacité française à redevenir une puissance, c’est le secteur de la sidérurgie. Pour se redresser, il faut gagner la « bataille » du charbon. Hommes politiques et syndicalistes ne cessent de le répéter en 1945. En février 1945, Pierre Mendès France, alors ministre de l’Économie nationale, pourtant peu enclin à la grandiloquence, ne peut s’empêcher dans une de ses causeries hebdomadaires radiodiffusées, de mesurer la double bataille du charbon et de la sidérurgie à l’aune de la puissance. Ayant montré à ses auditeurs que le fer lorrain est un atout majeur pour la France et ayant prévu que le charbon français sera « doublé » demain par le charbon de la Sarre, de la Ruhr, le ministre évoque le programme d’une vaste sidérurgie française moderne, concentrée, nationalisée, ce qui le fait déboucher sur une vision assez gaullienne de la France future.

  • 14 Quinzième émission à la radio, 24 février 1945, documents publiés par le Comité d’histoire de la Se (...)

« Nous aurons à voir grand... quand ce programme national, élément essentiel du plan français en préparation, aura été réalisé, nous nous trouverons à la tête d’une des plus grandes puissances, non seulement parce que la sidérurgie est l’instrument fondamental de la défense nationale, mais parce que c’est d’elle que dépend la production de ce qui fait la richesse d’un pays.. Tout cela n’est pas un rêve. La réalisation, si elle réclame d’immenses efforts, en est moins difficile et plus proche que ne l’était en 1920 ou 1925 pour les Russes celle du plan qu’ils ont si magnifiquement exécuté depuis. Il nous appartiendra de montrer que, nous aussi, nous sommes capables de grandes choses. Et si nous le sommes, comme j’en ai la certitude, la récompense sera belle. »14

15Vision gaullienne puisque le chef du gouvernement met, lui aussi, l’accent sur l’absolue nécessité d’être économiquement puissant pour être entendu ; le 24 mai 1945, s’adressant aux Français par radio, afin d’évoquer les problèmes de la paix future, le général de Gaulle explique :

  • 15 Texte de cette allocution dans les annexes des Mémoires de guerre, op. cit., p. 576-577.

« Rien ne dépasse, pour la France, son droit et son devoir de prendre sa place et de jouer son rôle dans la mesure de ses moyens. Je dis bien : dans la mesure de ses moyens, car par le temps qui court, chacun n’est entendu que suivant ce qu’il pèse... C’est pourquoi à partir d’à présent, ce ne sont plus seulement les facilités d’existence, notre niveau de vie, mais bel et bien notre valeur et notre figure dans le monde qui dépendent de notre production. Hier, il n’y avait pas de devoir national qui l’emportât sur celui de combattre. Aujourd’hui il n’y en a pas qui l’emporte sur celui de produire. »15.

16Quelques semaines plus tard, ce n’est pas un hasard qui conduit le chef du gouvernement à Béthune, pour illustrer aux yeux de tous les Français les impératifs des batailles industrielles au cœur du pays minier ; le général revient sur la liaison étroite qui existe désormais entre production et puissance ; alors même que la France est, une fois encore, écartée des grandes conférences internationales (on est alors en pleine conférence de Potsdam), de Gaulle insiste :

  • 16 Discours à Béthune, le 11 août 1945. Ibidem, p. 595.

« Combien de Français ensevelis depuis deux mille ans dans la terre natale, ont frémi au fond de leur tombe (sic) lorsqu’il fut connu que le sort de l’Allemagne vaincue avait été en partie tranché sans que la France en ait eu la parole ? Loin de nous, d’ailleurs, l’idée de nous répandre en vaines récriminations. Nous savons bien que, par le temps qui court, chacun se fait entendre en proportion de sa puissance. »16

  • 17 M. Thorez fait remarguer dans Fils du peuple que les mines du Nord étaient intactes en 1944 et que (...)

Ce discours n’est-il pas d’ailleurs une sorte de réplique au discours, parallèle quant aux objectifs, de Maurice Thorez venu à Waziers, trois semaines auparavant, inciter les « gueules noires » à redoubler d’efforts pour gagner la bataille du charbon ? La ligne du PCF depuis janvier 1945 n’a-t-elle pas pour mots d’ordre « produire, travailler, combattre » ? En mai 1945, il est encore beaucoup trop tôt pour savoir si la France gagnera son pari industriel, mais les premiers indices du rétablissement ont commencé à poindre (dans ses entretiens radiophoniques, P. Mendès France note des signes encourageants à partir de mars 1945). L’unanimité politique qui entoure la volonté d’une forte production industrielle peut expliquer un relatif optimisme et la conscience d’être en mesure de retrouver bientôt un des moyens de la puissance, malgré les désastres de la guerre17.

17Par comparaison, la situation financière en 1945 est beaucoup plus alarmante. En décembre 1944, P. Mendès France rappelle aux Français le changement intervenu dans notre situation financière à l’échelle internationale :

  • 18 Huitième émission, 30 décembre 1944, ibidem, p. 79.

« On oublie trop souvent que la France n’est plus cet opulent pays, regorgeant de denrées, de marchandises, de stocks où il pouvait puiser sans limite, riche en or, en devises, en avoirs à l’étranger – énorme capital grâce auquel ce qui lui manquait, il pouvait aisément se le procurer au dehors. Aujourd’hui ce qui nous reste de marchandises, d’or ou de devises suffira tout juste à satisfaire quelques besoins immédiats et à amorcer la reconstruction. Ainsi nous voilà pauvres, je veux dire réduits aux seules ressources de notre travail. »18.

  • 19 Cf. André Piettre, Monnaie et économie internationale du XIXe siècle à nos jours, Paris, Éditions C (...)

La comptabilité nationale confirme le diagnostic. En 1945, notre balance commerciale accuse un déficit de 860 millions de dollars, notre poste des « services » une perte de 620 millions de dollars, qu’il faut combler soit par des ventes de capital (830 millions de dollars), soit par des sorties d’or et de devises (680 millions de dollars). En 1946, c’est encore pire, puisque le déficit global des paiements courants (balance commerciale et services) atteint plus de deux milliards de dollars. La reconstruction des ports a de ce point de vue un effet négatif, puisqu’elle facilite l’importation des marchandises étrangères : le déficit commercial double ou presque (1 S’il millions de dollars en 1946). On peut solder ce déficit par des ventes d’or, car le stock d’or de la Banque de France a pu être soustrait aux convoitises allemandes ; toutefois, la perte de 1 100 millions de dollars en or et devises en 1946, après celle de 1945, nous laisse exsangue en ce domaine. La réserve-or de la Banque de France qui s’élevait à 1 550 tonnes d’or en 1945 est tombée à 394 tonnes en 1947 !19 On ne peut sans dangers financiers graves faire fonctionner une économie avec un taux de couverture des importations égal à 32 % en 1945, 41 % en 1946 et 50 % en 1947 !

  • 20 Le terme d’aide réciproque s’explique par le fait que la France fait porter à son crédit des presta (...)

18En ce domaine, on ne peut espérer de miracles, à moins de considérer les dons américains comme des miracles. Ce n’est guère le cas en 1945. Le prêt-bail a été rapidement stoppé par les États-Unis dès la fin des hostilités (21 août 1945) et le crédit négocié en mars 1945 par Jean Monnet, sous forme « d’aide réciproque »20 et qui devait permettre une importation massive de biens de consommation et d’équipement doit être remplacé par un crédit de 550 millions de dollars accordé par l’Export-Import Bank le 4 décembre 1945, remboursable en trente ans à partir du 1er juillet 1946 ; ce prêt, peu onéreux, permet seulement de combler une partie des besoins vitaux de l’économie française. La Grande-Bretagne a, de son côté, octroyé à la France en mars 1945 un prêt de 100 millions de livres, remboursable en douze ans à compter de 1950, avec un intérêt minime de 0,5 % (soit 400 millions de dollars). Mais, à défaut d’équilibrer la balance commerciale, il faut attendre pour pouvoir retrouver des soldes positifs à la balance des paiements, puisque les postes des services, souvent positifs avant la guerre, sont maintenant déficitaires. Les emprunts sont indispensables, ce qui signifie à l’évidence une certaine dépendance à l’égard des créanciers. Qui, au surplus, hors des USA, pourrait jouer ce rôle ? C’est bien sur le terrain financier que la faiblesse française apparaît le plus cruellement.

19Seules des réparations importantes, prélevées sur l’Allemagne vaincue, pourraient combler le « trou ». On comprend dès lors l’attente inquiète des Français pour des réparations d’autant plus justifiées à leurs yeux que « les Allemands nous ont tout pris pendant quatre ans ». Sur ce point, une seule garantie paraît en 1945 rassurante : les Soviétiques sont bien décidés à obtenir des réparations et on peut les soutenir pour être soi-même entendu. Ce sont en tout cas les espérances françaises qui dureront au moins jusqu’à la conférence de Moscou, à l’automne 1945. En attendant, selon un strict point de vue quantitatif, le bilan de la situation des relations financières extérieures de la France est désastreux en 1945.

  • 21 Témoignage de Guillaume Guindey, directeur adjoint du Trésor en 1945, publié dans le Bulletin du Ce (...)

20La monnaie – le franc – n’a pas tardé à en subir les conséquences. Alors que la livre valait 176 francs en septembre 1939, elle en vaut encore 200 en novembre 1944, mais en décembre 1945 le cours officiel du change fixé par la Banque de France passe à 480 francs pour une livre. Le dollar n’est pas en reste, comme on le pense : coté à 43,8 francs en septembre 1939, à 49,6 francs en décembre 1944, le voici officiellement à 119 francs en décembre 1945. Peut-on encore parler de puissance ? En fait, même à ce niveau, le franc est encore surévalué par rapport à sa valeur intrinsèque. En décembre 1945, lorsqu’on fixe la nouvelle valeur du franc, pressé par la nécessité de l’entrée en vigueur du FMI et de ses règles concernant les manipulations des taux de change, le franc est coté sur le marché parallèle à 809 francs pour une livre et à 213 francs pour un dollar ! A cause de la guerre, les alliés anglo-saxons, non consultés par la France pour la fixation du taux de change n’ont pas réagi trop fortement devant un niveau officiel excessif du franc en 1944-1945, mais certains effets de cette surévaluation sont vivement ressentis par les GI qui payent beaucoup plus cher que chez eux les marchandises qu’ils achètent à titre personnel. Le général Eisenhower s’en plaint lui-même auprès des autorités françaises21.

  • 22 Voir les mémoires de Jacques de Fouchier, alors directeur-adjoint des Relations économiques extérie (...)

21Cependant, le cours officiel du franc, trop artificiel, s’il facilite les achats à l’extérieur, aboutit à grever l’économie française d’un handicap certain et à la mener vers des pratiques exceptionnelles. La direction des Relations économiques extérieures du ministère de l’Économie nationale « soutient » les exportations françaises en réduisant leur prix artificiellement, grâce à une caisse de péréquation créée pendant l’occupation pour répondre à la sous-évaluation du franc par rapport au mark et destinée à augmenter les gains à l’exportation ; quatre milliards de francs sont employés à cet effet22.

22On doit même, ce qui n’était jamais arrivé, donner trois valeurs différentes dans la zone franc pour le mettre en rapport avec les réalités régionales : le franc métropolitain a cours également en Afrique du Nord et dans les colonies d’Amérique centrale, le franc CFA (colonies françaises d’Afrique) qui vaut plus, est légal partout ailleurs, sauf dans le Pacifique où un troisième franc (CFP) existe.

23L’inflation galopante a sa source dans un déséquilibre prolongé (et même amplifié par des hausses de salaires supérieures aux hausses de la production) entre le volume des billets en circulation (5,5 en 1945 par rapport à 1938) et le volume de la production offerte à la consommation. Le pouvoir d’achat « supplémentaire » se reporte donc sur le marché clandestin, le « marché noir », qui continue de prospérer en mai 1945, malgré ou à cause du rationnement. A l’époque, la presse donne comme délai pour le retour à la normale une période minimale de six mois. Cette vision optimiste ne résistera pas longtemps. L’échange des billets qui a lieu en juin 1945, sans blocage, permet d’éponger une vingtaine de milliards de francs, mais c’est trop peu pour avoir un réel effet sur la circulation fiduciaire. Depuis que le gouvernement du général de Gaulle a opté pour la « solution Pleven » face à la « solution Mendès France » (entraînant la démission de ce dernier le 2 avril 1945), il ne peut se produire un effet de choc sur l’inflation, qui entraîne par conséquent revendications salariales et agitation sociale. Du même coup, les Français souvent persuadés au moment même de la Libération que leurs difficultés quotidiennes allaient rapidement s’estomper, ont perdu beaucoup de leurs illusions au printemps 1945. Chacun sent bien que la fin des combats en Europe n’entraînera pas immédiatement une sensible amélioration des conditions de vie. On est déjà entré dans l’ère du doute au moment de la capitulation allemande.

24Cette incertitude des Français se traduit nettement par un retour à une division politique intérieure, classique selon les observateurs de la vie politique française, mais un instant estompé lors de la grande période d’enthousiasme qui avait suivi la Libération elle-même.

25La personnalité du général de Gaulle, son immense prestige en 1944 ont regroupé les Français ; mais très vite l’autorité, voire l’autoritarisme selon certains, du général entraîne des critiques et des mouvements d’humeur au sein des partis, qui veulent retrouver leur influence au sein de la France nouvelle. Dès mars 1945, les divers groupes politiques de l’assemblée consultative viennent, en délégation, demander à de Gaulle de leur laisser jouer un rôle plus marqué dans la conduite des affaires ; le chef du gouvernement provisoire se refuse à partager la réalité du pouvoir, mais les fissures entre lui-même et certains partis commencent à s’élargir, notamment avec les partis de gauche. En apparence, l’union continue entre tous les résistants, gaullistes par définition ; en réalité, les divisions traditionnelles reprennent et l’on discerne déjà dans la presse française des éclairages et des prises de position divers.

26 Les élections municipales constituent un premier test du retour aux clivages politiques entre Français. Elles sont organisées sur deux tours, les dimanche 29 avril et dimanche 13 mai, donc exactement au moment de la capitulation allemande. Le mode de scrutin utilisé, l’imprécision politique de certaines listes et surtout le caractère local de ces élections ne permettent pas d’enregistrer avec exactitude le poids respectif des grands courants politiques ; pourtant, un fait majeur se dégage, la gauche progresse très largement et surtout le PCF. A Paris, où le scrutin proportionnel à un tour est appliqué, les résultats marquent bien cette poussée, puisque par comparaison avec 1935, les communistes passent de 8 à 27 sièges, la SFIO garde 13 sièges, les radicaux tombent de 13 à 6 sièges, mais si l’on ajoute les élus « résistants de gauche » (8 sièges) aux sièges précédents, les partis de la gauche totalisent 54 sièges contre 36 aux partis de droite, alors qu’en 1935 le rapport des mêmes forces était presque l’inverse (53 sièges à droite et 37 à gauche avec un autre type de scrutin). Dans Le Populaire, Daniel Mayer titre son article : « 1936 confirmé avec éclat ! » (numéro du 1er mai 1945) ; dans L’Humanité, le titre est également éloquent :

« La France patriote a voté pour le programme de la Résistance, pour la défense de la souveraineté du peuple, contre les survivances du fascisme » (numéro du 1er mai).

  • 23 Le procès Pétain va bientôt s’ouvrir devant la Haute-Cour de justice (le 23 juillet 1945). Quant à (...)

La référence à la souveraineté du peuple est claire à l’époque : il faut donner aux futures assemblées un pouvoir jusque-là resté aux mains de l’exécutif. Les défilés du 1er mai vont dans le même sens : malgré un froid vif (il a neigé dans la nuit) les manifestants très nombreux (un million de manifestants pour les deux journaux de gauche, une immense assistance, « une véritable mer humaine » pour Le Figaro), reprennent les mots d’ordre de nationalisations, de châtiment des traîtres, et de lutte antifasciste avec deux slogans très largement scandés « Pétain au poteau » et « Franco au poteau »23.

27Sans doute le prestige personnel du général de Gaulle, encore incontesté parmi une très grande partie de la population, évite d’avoir à affronter directement les effets des oppositions politiques, mais l’absence de tout remaniement ministériel après ces élections surprend les commentateurs de la presse parisienne. Ce scrutin comportait en effet une leçon politique : les partis de gauche avaient « le vent en poupe ». Léon Blum usera de cette expression pour caractériser les élections cantonales des 23 et 30 septembre 1945 (PCF : 21,2 % des suffrages exprimés, SFIO : 23,6 %). Dans l’Assemblée constituante élue le 21 octobre, ces deux partis représentent à eux seuls 50 % des suffrages exprimés (PCF : 26 %, SFIO : 24 %). Or, à bien des égards, de Gaulle et les partis de gauche commencent à s’écarter les uns de l’autre. La cohésion nationale, évidente pendant la durée des hostilités en Europe, ne risque-t-elle pas d’éclater une fois la paix revenue ?

28Il est un domaine où les vues du général de Gaulle et celles des partis de gauche contrastent singulièrement : en politique extérieure. Naturellement, le souci commun de faire payer l’Allemagne et d’assurer la sécurité de la France ne sont pas objets de discussions, mais à deux reprises l’action personnelle du chef du gouvernement a été incomprise, voire mal jugée. Lorsque le général refuse de se rendre à Alger pour y rencontrer le président Roosevelt à son retour de Yalta, en février 1945, son geste est jugé excessif : lorsqu’il s’oppose violemment à Churchill à propos des incidents du Liban au début juin, la classe politique est encore plus réticente. De Gaulle s’en souvient dans ses Mémoires de guerre :

« Sous le couvert de précautions dont on croyait encore devoir user vis-à-vis de moi ce furent tantôt le malaise et tantôt la réprobation que mon action suscita chez presque tous les gens d’influence et les personnages en place. »

Selon de Gaulle, ni les diplomates ni la presse ni l’Assemblée consultative ne le suivirent, en juin, à propos du Levant :

  • 24 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., p. 195 et p. 197.

« Cette occasion me fit mesurer la profondeur du désaccord qui, au-dessous des apparences, me séparait des catégories politiques quant aux affaires extérieures du pays »24.

  • 25 Citons Hervé Alphand qui, à son retour de San Francisco où il faisait partie de la délégation franç (...)

Les discordances qui vont mener à la désunion (pour reprendre les termes mêmes utilisés par de Gaulle pour les titres des chapitres qui suivent son chapitre sur la victoire), existent donc dès le printemps 194 525.

29A bien y regarder, on s’aperçoit qu’elles proviennent largement de deux conceptions différentes de la puissance française. Ces deux conceptions déterminent deux stratégies, deux politiques même. Dans l’une, la politique extérieure prévaut sur la politique intérieure, dans l’autre, existe le primat de la politique intérieure. Le général de Gaulle incarne la première, les partis de gauche agissent en fonction de la seconde. Or, en mai 1945, le débat entre ces deux conceptions entre dans une phase nouvelle, ouverte en quelque sorte puisque la guerre en Europe s’achève. Quelle politique faut-il mener désormais ?

  • 26 Texte du discours dans les Mémoires de guerre, op. cit., p. 448-457.

30Le président du gouvernement provisoire a parfaitement défini l’enjeu majeur de sa politique lors du grand discours prononcé devant l’Assemblée consultative le 2 mars 1945. Après avoir brossé un tableau sans complaisance des réalités de la France, encore en plein effort de guerre, à l’issue d’un hiver particulièrement rigoureux, de Gaulle en vient au cœur de son raisonnement et à la définition des objectifs à atteindre26 :

« Non seulement il est évident que retourner à la situation dans laquelle nous saisit le désastre serait nous condamner nous-mêmes à périr à la prochaine occasion, mais encore dans le monde à la fois actif et très rude que nous voyons se dessiner par-delà la victoire, il apparaît que ce que nous sommes et ce que nous voulons pour notre propre bien et pour le bien des autres ne pèserait pas lourd et ne pèserait pas longtemps si nous n’entreprenions pas, une fois de plus dans notre histoire, l’ascension vers la puissance. »

31Ayant reconnu, telle une banalité, le nécessaire renouveau économique et social de la France comme condition de sa puissance, ayant préconisé la constitution d’une « très puissante industrie métallurgique », d’une production agricole rénovée, et ayant fixé le développement de « notre Afrique occidentale et équatoriale », de « notre Indochine », de « nos Antilles » comme un but à l’effort enthousiaste de la France, le général de Gaulle revient sur ce qui lui tient le plus au cœur :

« Du moment qu’il s’agit de la France et quelle que soit temporairement sa situation, c’est la sagesse et la raison de voir grand et de viser haut. Nous avons de bons bras, de bonnes têtes, de bons coeurs et, à notre portée, de vastes trésors à tirer de terre. Il y faut un travail acharné, un long temps, beaucoup d’initiative. Mais la puissance est au bout, une puissance qui celle-là, n’écrasera personne et, au contraire, profitera à tous nos semblables. Cette puissance, ah !, puisse-t-elle devenir la grande ambition nationale ! »

Dans sa conclusion, le général se dit persuadé que les Français ont compris ce grand dessein :

« S’il arrivait que nous en fussions effrayés, il suffirait pour nous raffermir d’écouter la voix profonde de notre peuple, comme on entend la rumeur de la mer. Car, entre l’ombre doucereuse du déclin et la dure lumière du renouveau, nous connaissons le choix de la France ! »

32Or, il n’est pas excessif de soutenir que la plupart des Français au printemps 1945 n’ont pas cette ambition de la grandeur. Les difficultés quotidiennes, notamment celles du ravitaillement, les affectent trop depuis quatre ans pour qu’ils aient une vision élevée, mondiale, des lendemains. Cela ne signifie pas qu’ils se désintéressent de l’avenir de la France, tant s’en faut, en particulier parmi les résistants, les jeunes, les intellectuels. Mais leur horizon est plus national, au sens d’une transformation des structures internes, afin d’établir plus de justice sociale, sans doute dans le prolongement des réformes commencées en 1936 avec le cortège des nationalisations, de la Sécurité sociale, de l’aide à la famille, etc. Les inégalités de fortune, les privations, les multiples drames personnels accumulés pendant et à cause de la guerre les rendent attentifs à leur sort. Ils mesurent le monde extérieur à l’aune de la surpuissance américaine en France, au genre de vie si différent de leur propre civilisation, ou bien encore avec l’exemple (ou le modèle) de l’URSS, grande puissance militaire victorieuse ; si différente aussi par son système politique et économique. N’ont-ils pas le sentiment que les événements extérieurs les dépassent ?

33Dans un billet du Figaro publié au moment de la chute de Berlin, Georges Ravon écrit :

  • 27 Le Figaro, numéro du 23 avril 1945.

« Les Parisiens, comme tous les Français, ont passé hier leur dimanche à suivre sur la carte l’agonie de Berlin... Qu’un si total renversement de la situation se soit achevé en douze mois... explique peut-être pourquoi certaines gens ne réalisent pas leur chance inespérée. Les bouleversements de la carte d’Europe semblent moins les toucher que les rigueurs décevantes de la carte d’alimentation. Un miracle les a délivrés de leurs chaînes, mais non pas de leurs petits ennuis. Alors ils protestent et vous protestez et je proteste souvent avec eux. Nous ferions pourtant bien, au seuil des grandes heures qui vont enfiévrer le monde, d’oublier enfin ce rôle de miraculés récalcitrants »27.

Miraculés récalcitrants. Le mot est bien révélateur.

34Mais peut-il en être autrement alors que les informations venues du monde entier soulignent la nouvelle répartition des forces dans le monde ? André Siegfried est l’envoyé spécial du Figaro à la conférence de San Francisco. Il analyse la « topographie morale de la conférence de San Francisco » dans le numéro du 3 mai 1945. Il fait d’abord la « constatation angoissante » que l’Europe ne dirige plus la conférence.

« Elle y est représentée, elle y est écoutée, mais entre plusieurs colosses, on la sent en quelque sorte laminée et réduite. En effet, le monde est en train de changer de mesure, cent millions d’habitants, dix millions de kilomètres carrés, et voilà ce qui est devenu la mesure standard d’une puissance en état d’exercer une direction mondiale. Même l’empire britannique ne se classe pas exactement sur le même plan. »

Au fond, pour les Français, en 1945, les illusions ne sont plus permises : la France ne peut et ne pourra pas jouer le rôle d’une grande puissance mondiale. Même son empire colonial ne suffirait pas à lui redonner une stature suffisante.

35Là encore, les réalités commencent à se dessiner en mai 1945.

  • 28 Voir l’article de Ch.-R. Ageron, « La survivance d’un mythe, la puissance par l’empire colonial, 19 (...)
  • 29 Étude publiée dans International Affairs d’octobre 1945.
  • 30 En particulier, article-leader du numéro du 12 mai 1945, signé J.M.

36A la Libération, tous les responsables politiques et la presse française quasi-unanime célèbrent la puissance de l’empire français. Le « patriotisme impérial » transcende les partis et les hommes28. Personne ne met en cause, dans la France métropolitaine, la loyauté des colonies, d’où surgirent les bases de l’armée française et où les Français libres purent reprendre le combat. Quelques mois plus tard, si la propagande officielle continue à déverser des flots d’éloquence sur la force impériale, commencent à poindre les difficultés. En particulier, malgré la censure, certains s’interrogent sur les manifestations inquiétantes. Raymond Aron publie à l’étranger une étude sur les limites géographiques de notre puissance impériale29 ; des études, confidentielles, du ministère de la France d’Outre-mer reconnaissent que la colonisation est condamnée et que les élites locales aspirent à l’autonomie, voire à l’indépendance. Dans la presse, deux événements sont retenus. Les « incidents » de Sétif, en Algérie, au moment même de la capitulation allemande, sont analysés sérieusement. En général, on met en cause l’action d’agents allemands ou vichystes, mais on reconnaît que la misère des populations algériennes est une des causes réelles des manifestations musulmanes. Plusieurs articles du Populaire sonnent l’alarme (« Sauvons l’Afrique du Nord »)30. Dans Le Figaro, L.-G. Robinet conclut son article à propos du Conseil des ministres du 11 mai 1945 par cette phrase :

  • 31 Numéro du 12 mai 1945.

« Ces mesures (l’envoi de ravitaillement en Afrique du Nord) ne seront pas suffisantes si l’on ne veut pas se préoccuper sérieusement et sans délai du grand malaise qui règne dans bien d’autres domaines que celui de l’alimentation, sur tout le territoire nord-africain. »31.

Quelques semaines plus tard, les événements du Liban sont l’occasion de nouvelles réflexions ; dans l’ensemble, la presse de gauche prend ses distances avec de Gaulle. Dans Le Populaire du 23 mai, Ch.-A. Julien, expert de la SFIO en ce domaine, titre ainsi son article sur les troubles du Levant : « Syriens et Libanais attendent que la France tienne sa parole. » Il conclut cet article par ces mots, qui visent directement le général de Gaulle : « En pays arabe, plus qu’ailleurs, la grandeur ne se mesure pas à la force. »

  • 32 Voir le récit de la Libération de L. Blum et son entrevue avec de Gaulle, dans Jean Lacouture, Léon (...)

37Le terme même de « grandeur » se trouve en effet au centre d’une polémique à peine voilée entre de Gaulle et la SFIO, et plus précisément encore entre de Gaulle et Léon Blum qui vient juste de revenir de déportation. L’affaire est symptomatique et elle illustre parfaitement une conception de la puissance française opposée à la vision gaulliste. Le vieux leader socialiste a été libéré le 4 mai ; il arrive à Paris le 14 mai, rencontre de Gaulle qui lui offre en vain un ministère d’État32 ; il prend pour la première fois la parole en public le dimanche 20 mai. Or, son discours détonne à plusieurs titres : d’une part, il avoue sa déception de se retrouver au milieu d’un pays « corrompu ».

« J’ai le sentiment d’une espèce de convalescence fatiguée, nonchalante, paresseuse, qui est un milieu propre au développement de toutes les infections. »

Voilà qui ne peut guère satisfaire les Français ; mais d’autre part, Léon Blum évoque la Résistance et les « droits » que confèrent aux résistants leur passé et leur influence du moment.

  • 33 Discours de Montrouge devant les secrétaires des fédérations socialistes, 20 mai 1945.

« Je ne crois pas qu’elle ait créé au profit de qui que ce soit un droit au pouvoir. Il n’y a pas de droit préalable au pouvoir dans une démocratie. Et le peuple souverain a même le devoir de se montrer ingrat. Si les services rendus donnaient un droit au pouvoir, presque toutes les dictatures se justifieraient, car il n’y en a guère qui n’aient à l’origine la réalité ou l’apparence de grands services à la nation. »33

  • 34 Cf. S.-P. Kramer, « La stratégie socialiste à la libération de la France », Revue d’histoire de la (...)

Si l’on ajoute que Léon Blum trouve que le mot grandeur, à la radio notamment, est beaucoup trop employé et que l’on abuse de ce terme, il est bien évident que le général de Gaulle est visé directement. François Mauriac ne s’y trompe point qui répond vertement à Léon Blum dans un leader du Figaro (numéro du 24 mai) de même que divers journaux de droite (L’Epoque, France libre) ; L’Humanité se contente de reproduire, sans commentaires, la phrase citée ci-dessus (numéro du 23 mai, p. 2). La cassure entre la SFIO et le général, déjà sensible au moment de l’entrevue entre Daniel Mayer et de Gaulle en février 1945, marquée par les prises de position d’André Philip, s’élargit encore. La rupture interviendra plus tard, au moment des discussions sur le vote des crédits militaires en décembre 1945, mais elle est inévitable parce que les concepts fondamentaux qui font agir l’un et les autres diffèrent radicalement34.

  • 35 Cf. P. Buffotot, « La politique militaire de la SFIO aux lendemains de la Libération », Revue d’his (...)

38Le fond du débat porte sur la conception même de la grandeur de la France. Pour les dirigeants socialistes, la grandeur du pays proviendra de sa capacité à se moderniser, à être économiquement puissant et à jouer un rôle de leader moral dans un monde incertain. En particulier, vouloir maintenir une force armée importante, notamment une force d’intervention rapide, relève du volontarisme pur. La France doit plutôt profiter d’une période où la paix se rétablit pour désarmer. « S’il est une période où la France puisse envisager sans imprudence une pause militaire, c’est donc bien la période actuelle » écrit L. Blum dans Le Populaire du 11 février 194 635. La guerre froide n’est pas prévue ou elle est sous-estimée. Dans ces conditions, commence une sorte de guerre d’usure entre le général et la SFIO. Elle trouvera sa conclusion dans le fameux débat sur le vote des crédits militaires. Christian Pineau, alors rapporteur de la commission des Finances à l’Assemblée consultative, évoque de front le problème de la grandeur pour expliquer le dépôt d’un amendement qui vise à diminuer de 20 % les crédits demandés par le gouvernement.

  • 36 Cité par Robert Frank, « Le dilemme français : la modernisation sous influence ou l’indépendance da (...)

« Nous croyons à la grandeur de la France, et notre politique financière doit tendre tout entière à la restaurer. Mais la politique de la grandeur, ce n’est pas la politique de l’enflure ; ce n’est pas celle de la grenouille. Nous ne travaillons pas pour les images d’Epinal de l’avenir, mais pour le développement matériel et culturel d’un peuple qui a vu ses ressources détruites et sa culture menacée. »36

Un compromis est trouvé pour voter seulement une réduction, symbolique, de 5 % des crédits ; en réalité, de Gaulle est décidé à partir. Il sent bien qu’il est isolé dans son désir de donner la priorité à la recherche de la puissance française. Au fond, l’ambition des Français est ailleurs, dans la modernisation de leur pays. Consciemment ou non, ils ont admis et reconnu un statut de puissance seconde.

39De Gaulle lui-même est forcé de l’admettre. Laissons la parole à Hervé Alphand qui rencontre le général le 12 mars 1946. De Gaulle, dans une « conversation cataclysmique » (sic) se lamente :

  • 37 Hervé Alphand, L’étonnement d’être, op. cit., p. 194.

« Les Français, fatigués, ne réagissent plus. Ils assistent, sans protester, à la liquidation générale de nos intérêts : Syrie, Togo, Cameroun, Indochine. Pas un mot ne s’élève dans la presse. Tout le monde trouve cela parfait. Voyez-vous, j’ai quitté le pouvoir parce que j’étais seul et que je ne pouvais remonter pareil courant. Tous étaient contre moi... Les Français n’ont plus la force de réaction nécessaire. Une seule chose pourrait leur ouvrir les yeux : la peur. Mais ils ne conçoivent pas encore pleinement l’immensité des périls ; quand je vois que les socialistes, par exemple, s’imaginent qu’on pourra compter pour quelque chose dans le monde, avec l’expansion intellectuelle, l’internationalisme et la culture. Tout cela n’existe que dans la mesure où la force existe... Dans la France actuelle, nul ne prête plus, au dedans comme au dehors, la moindre attention à ses paroles. »37 ?

Un an plus tôt, le même homme d’État croyait entendre la voix profonde de notre peuple porter la France vers la dure lumière du renouveau !

40Ainsi la conclusion à la question que nous nous posions en introduction est claire : la France en 1945 n’a ni les moyens militaires, ni les moyens économiques ou financiers d’être une grande puissance ; en outre, dans sa majorité et contre les vœux ardents du général de Gaulle, les Français n’ont pas la volonté de se sacrifier pour la préparation d’un destin international grandiose. Plus exactement, ils sont d’abord préoccupés par la reconstruction intérieure qui suppose, pour se bien réaliser, des réformes intérieures profondes, sur tous les plans, politique, économique, social, culturel même. Un réalisme prosaïque semble l’emporter. A court terme, il ne paraît guère propre à amorcer de grands desseins. Pourtant ce sont bien les transformations intervenues en 1945-1947 qui donneront la possibilité à la France d’entrer dans un monde moderne avec une certaine réussite. En s’occupant d’abord d’eux-mêmes, les Français n’avaient peut-être pas conscience d’abandonner leur ancien statut de grande puissance, mais ils accordaient leur action à la position réelle de leur pays, alors que la capitulation de l’Allemagne était négociée par un général américain, grâce à la victoire soviétique dans Berlin.

Notes

1 Dans cette communication, nous utilisons les recherches faites et les travaux publiés par un groupe d’historiens français dans le cadre d’une recherche collective européenne, soit à propos de la perception de la puissance en Europe à la veille de la Seconde Guerre mondiale (cf. R. Girault et R. Frank, La puissance en Europe, 1938- 1940, Publications de la Sorbonne, Paris, 1984), soit à l’occasion d’un colloque tenu à Augsburg en 1984 sur la perception de la puissance en Europe vers 1948. Voir René Girault et Robert Frank (éd.), La Puissance française en question ! 1945-1949, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988.

2 Les éléments chiffrés cités dans ce paragraphe sont repris des articles du colonel Vernet, du général Christienne et de M. Masson publiés dans De Gaulle et la nation face aux problèmes de défense, 1945-1946, Institut Charles de Gaulle et IHTP, Plon, Paris, 1983.

3 Il s’agit des deux armées du premier front de Biélorussie et du premier front d’Ukraine qui, en janvier 1945, déclenchent la dernière grande bataille en Allemagne même.

4 Chiffres tirés du Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale, tome 1, Paris, Larousse, 1979.

5 Edward Stettinius, Yalta, Roosevelt et les Russes, Paris, Gallimard, 1951, p. 127. Séance plénière du 5 février 1945.

6 L’incorporation des classes 1940, 1941 et 1942 en métropole peut avoir lieu seulement en avril 1945. Seule la classe 1943 a déjà été mobilisée en décembre 1944.

7 Nous suivons ici le travail d’Yves Durand, La captivité, histoire des prisonniers de guerre français, 1939-1945, FNCPG, 1980.

8 Ibidem, p. 526.

9 Les statistiques officielles françaises comptabilisent soixante-dix mille évadés entre 1940 et 1944, sur un million cinq cent quatre-vingt mille prisonniers contraints d’aller en Allemagne. Il faudrait tenir compte des nombreuses tentatives qui ont échoué, pour dresser un réel bilan. Pendant la même période, quatre cent soixante quinze mille prisonniers sont libérés par les Allemands et rapatriés en France.

10 Stettinius, op. cit., p. 126.

11 Général de Gaulle, Mémoires de guerre, le Salut, 1944-1945, tome 3, Paris, Plon, 1959, p. 389 et sq. (entrevue du 27 janvier 1945).

12 Général Guillaume, Homme de guerre, Paris, éditions France-Empire, 1977, p. 194.

13 Voir Jacques Dalloz, La France de la Libération, 1944-1946, Paris, PUF, 1983 (Que sais-je ?, n° 2108).

14 Quinzième émission à la radio, 24 février 1945, documents publiés par le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, ex. multigraphié, p. 88.

15 Texte de cette allocution dans les annexes des Mémoires de guerre, op. cit., p. 576-577.

16 Discours à Béthune, le 11 août 1945. Ibidem, p. 595.

17 M. Thorez fait remarguer dans Fils du peuple que les mines du Nord étaient intactes en 1944 et que la sidérurgie lourde pouvait tourner à 90 % de sa capacité dès la Libération (p. 200), Éditions sociales, 1949.

18 Huitième émission, 30 décembre 1944, ibidem, p. 79.

19 Cf. André Piettre, Monnaie et économie internationale du XIXe siècle à nos jours, Paris, Éditions Cujas, 1967.

20 Le terme d’aide réciproque s’explique par le fait que la France fait porter à son crédit des prestations de travail et services faits sur son territoire pour les forces alliées en regard des prêts américains (il était prévu un don de 1 600 millions de dollars et un prêt de 900 millions à 0,37 % d’intérêt pour reconstituer l’infrastructure économique). Voir Jean Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1976.

21 Témoignage de Guillaume Guindey, directeur adjoint du Trésor en 1945, publié dans le Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine de Nanterre, n° 3, 1982.

22 Voir les mémoires de Jacques de Fouchier, alors directeur-adjoint des Relations économiques extérieures, Le goût de l’improbable, Paris, Fayard, 1984, p. 55, p. 244.

23 Le procès Pétain va bientôt s’ouvrir devant la Haute-Cour de justice (le 23 juillet 1945). Quant à Franco, on espère vivement à gauche que les fins de Mussolini et d’Hitler ne font que précéder le retour de l’Espagne à la République et à la démocratie.

24 Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., p. 195 et p. 197.

25 Citons Hervé Alphand qui, à son retour de San Francisco où il faisait partie de la délégation française à la conférence constitutive de l’ONU, écrit dans son journal : « A mon retour en France, je trouve ce pays déchiré, hésitant, terriblement appauvri et déprimé. » 3 juin 1945, L’étonnement d’être. Journal 1939-1973, Paris, Fayard, 1977, p. 185.

26 Texte du discours dans les Mémoires de guerre, op. cit., p. 448-457.

27 Le Figaro, numéro du 23 avril 1945.

28 Voir l’article de Ch.-R. Ageron, « La survivance d’un mythe, la puissance par l’empire colonial, 1944-1947 », communication pour le colloque d’Augsburg, avril 1984. Voir dans La Puissance française en question..., op. cit., p. 31-52.

29 Étude publiée dans International Affairs d’octobre 1945.

30 En particulier, article-leader du numéro du 12 mai 1945, signé J.M.

31 Numéro du 12 mai 1945.

32 Voir le récit de la Libération de L. Blum et son entrevue avec de Gaulle, dans Jean Lacouture, Léon Blum, Paris, Seuil, 1977, p. 506 et sq. Le refus de L. Blum entraîne cette sortie de De Gaulle : « Cela ne me fait pas de peine, cela me gêne. »

33 Discours de Montrouge devant les secrétaires des fédérations socialistes, 20 mai 1945.

34 Cf. S.-P. Kramer, « La stratégie socialiste à la libération de la France », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, n° 98, avril 1975.

35 Cf. P. Buffotot, « La politique militaire de la SFIO aux lendemains de la Libération », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, n° 110, avril 1978.

36 Cité par Robert Frank, « Le dilemme français : la modernisation sous influence ou l’indépendance dans la décadence ? », communication pour le colloque d’Augsburg avril 1984. Voir La Puissance française en question ! 1945-1949, op. cit., p. 137-156.

37 Hervé Alphand, L’étonnement d’être, op. cit., p. 194.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/47688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search