Version classiqueVersion mobile

Être historien des relations internationales

 | 
René Girault

IV. La problématique de la puissance

Les décideurs français et la puissance française en 1938-1939

Note de l’éditeur

Texte publié dans René Girault et Robert Frank (éd.), La puissance en Europe, 1938-1940, Paris, Publications de la Sorbonne, 1984, p. 23-43 (actes du colloque de Sèvres, avril 1982, sur « La perception de la puissance en Europe, 1938-1940 »).

Texte intégral

1L’expression « décideurs français » est commode, même si elle heurte la langue française, pour désigner tous ceux qui, à des titres différents et sous des formes différentes, pouvaient contribuer à imposer des choix en politique extérieure. Mais, en vérité, qui sont ces décideurs ? Sans nul doute, toutes les décisions sont prises par le gouvernement de la République française, selon les règles constitutionnelles. Toutefois notre analyse resterait singulièrement vague si nous nous contentions de classer seulement les ministres responsables parmi les décideurs réels. Il nous paraît plus exact, plus conforme aux réalités de l’époque, de retenir non seulement les responsables politiques de haut niveau, mais les acteurs essentiels des « machines bureaucratiques » spécialisées en politique extérieure ainsi qu’un certain nombre d’experts susceptibles de peser sur les décisions. Nous tenterons d’en dresser la liste, en justifiant nos choix.

  • 1 Voir P. Gerbod, L’Europe culturelle et religieuse de 1815 à nos jours, Paris, PUF, 1977, p. 293.

2Ces décideurs ont-ils fondé leur action sur une évaluation de la puissance française ? Cette question simple doit être éclairée par quelques considérations préliminaires avant d’y apporter réponse. Si l’on veut se borner à rechercher dans les déclarations, les discours, les écrits des décideurs, les évocations des mots qui peuvent refléter la notion de puissance – tels que forces, rayonnement, place, rang, position, car le mot même de « puissance » semble rarement utilisé à l’époque – on limite la recherche à une technique bien élaborée aujourd’hui, l’analyse linguistique, qui a ses mérites et ses finalités1. Ainsi, par la fréquence de l’emploi de certains mots, on pourra comprendre un contexte socioculturel indispensable à une bonne appréhension de la question ; a contrario, l’absence de références nombreuses éclairera sur l’indifférence des contemporains envers une telle évaluation de la puissance. Toutefois, cette approche linguistique ne nous paraît pas suffisante sur le plan méthodologique. Si les mots doivent être repérés, car ils sont bien le reflet de la pensée, ils ne sont pas suffisants pour nous renseigner. Outre leur caractère parfois trompeur (use-t-on d’un même mot avec une même pensée ?), ils ont trop tendance à valoriser l’expression aux dépens de l’action. Or, justement, le décideur, quel que soit son niveau d’intervention dans le processus décisionnel, a pour fonction essentielle d’agir. Sans aller jusqu’à dire que le décideur agit et laisse parler les autres, force nous est de reconnaître sa relative discrétion sur les motifs de son intervention (au moins au moment de celle-ci, car, plus tard, il usera et abusera du verbe pour expliciter son action passée au travers de mémoires, souvenirs et autres confessions). Il nous semble donc indispensable d’employer une autre technique pour aboutir à une réponse valable. Nous l’appellerons « évaluation rétrospective du calcul du décideur ».

  • 2 Cf. J.-B. Duroselle, Tout empire périra, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, 2e partie, « Du (...)

3De quoi s’agit-il ? Reprenant les analyses théoriques de Jean-Baptiste Duroselle, qui fait du « calcul » des décideurs un des points essentiels de la compréhension de l’histoire des relations internationales2, nous pensons que le décideur exprime sa conception de la puissance par le choix des moyens employés. A travers les moyens de l’action apparaissent les conditions du calcul. Par exemple, si un décideur français estime que la puissance française repose en 1938 sur les forces d’une armée de terre, retranchée dans une ligne de fortifications et capable de mener une longue guerre d’usure, il aura naturellement tendance à faire cadrer les autres atouts dont il pense disposer, avec les moyens de ce type de guerre terrestre ; avoir un allié vraiment complémentaire, c’est-à-dire capable de l’épauler pour une guerre longue, lui paraîtra plus utile que de se préparer à une action lointaine et soudaine en portant secours à une autre armée de terre. En d’autres termes, tant pis pour la Pologne ou la Tchécoslovaquie pourvu que la Grande-Bretagne nous épaule ! Un autre décideur peut accorder une portée décisive à l’arme financière ; dès lors, il considérera que seul un trésor de guerre conséquent permettra une politique extérieure active ; dans ce but, il sacrifiera éventuellement d’autres moyens économiques comme une industrialisation accélérée. On pourrait multiplier les exemples. Contentons-nous de distinguer quelques-unes des principales forces utilisables, afin de dégager des axes du « calcul ». Le potentiel humain (présent et futur), les forces militaires, la production nationale (industrielle, agricole, commerciale), les capacités financières et monétaires, la cohésion politique interne, le rayonnement culturel ou idéologique, la situation géographique sont autant de facteurs possibles pour l’action du décideur. Celui-ci, en privilégiant tel ou tel facteur, nous renseigne donc sur sa propre manière d’envisager la puissance de son pays.

4La puissance d’un État est rarement évaluée dans l’absolu ; elle se conçoit bien dans sa relativité par rapport aux autres États. La France n’est pas puissante en soi ; elle est plus ou moins supérieure ou inférieure à l’Allemagne, à l’Italie, à la Grande-Bretagne, pour nous en tenir aux autres puissances voisines. Dans les mots comme dans l’action, les décideurs doivent prendre des points de comparaison avec le monde extérieur. Aussi nous semble-t-il nécessaire de nous interroger non seulement sur l’évaluation de la puissance nationale par les décideurs, mais encore sur celle qu’ils prêtaient aux adversaires ou alliés potentiels. Or, si certains facteurs évoqués plus haut sont aisément comparables, tels les effectifs militaires ou les ressources humaines, il devient plus délicat de mesurer l’influence relative du poids culturel ou idéologique. Où situer l’échelle de ces valeurs « morales » ? Ne sera-t-on pas tenté alors de recourir à une évaluation « forfaitaire », reposant sur des critères généraux du style : « La France, créatrice et défenseur des immortels droits de l’homme est un phare pour l’humanité tout entière », qui sont autant d’actes de foi non raisonnés ? Plus les concepts sont généraux, intellectualisés, faisant appel aux notions « classiques », mais combien vagues, du droit, de la justice, de la race, plus la relativisation de la force française en face des voisins devient impondérable. Or, comme nous le verrons, les décideurs français les prennent souvent en compte. S’agit-il en fait d’un aveu d’impuissance masqué par des grands mots ou croit-on vraiment à ces éléments dans le calcul de la puissance ? Peut-être trouverons-nous réponse à cette dernière question en tentant de mesurer l’adaptation concrète de la politique extérieure française aux perceptions théoriques de la puissance française, à la veille du second conflit mondial.

  • 3 P. Reynaud, dans son livre La France a sauvé l’Europe, Paris, Flammarion, 1947, t. 1 (p. 540 et sq. (...)

5La machinerie qui aboutit à faire prendre une décision en politique extérieure paraît simple dans la France de 1938-1939. Un nombre limité de ministres responsables, ayant recueilli les avis de leurs subordonnés directs, tranche sans laisser le temps ou offrir l’opportunité au Parlement français de réagir, sauf après-coup, ce qui, en temps de crise, n’a plus guère de portée réelle. Le pouvoir exécutif dispose donc seul de la liberté du choix3.

  • 4 Comme les responsabilités sur l’armée française sont divisées en trois domaines ministériels distin (...)
  • 5 Le président de la République pourrait, en théorie, intervenir dans la décision, mais la tradition (...)

6Bien plus, au sein du ministère, seuls les « techniciens de l’action à l’extérieur » sont vraiment en mesure d’influencer la décision. Au premier rang se situe le ministre des Affaires étrangères, disposant d’un réseau d’informateurs hautement spécialisés, les diplomates, et du pouvoir de s’exprimer vis-à-vis de l’étranger au nom du gouvernement. Comme les problèmes militaires et, à un moindre degré, les problèmes financiers sont essentiels dans une perspective de conflit armé, les deux ministres concernés, Guerre et Finances, font également partie de ce groupe des décideurs vrais4. Parfois le ministre des Colonies est sollicité lorsque les calculs font intervenir l’Empire colonial, mais ici la personnalité du ministre peut jouer pour expliquer sa place relative parmi les décideurs. Naturellement, coiffant le tout, un personnage tient un rôle essentiel, le président du Conseil. En somme, cinq ou six ministres sont en mesure d’agir5.

  • 6 Chiffre donné par J.-B. Duroselle, La Décadence, 1932-1939, Paris, Publications de la Sorbonne, 197 (...)

7Dans ces conditions, pour déterminer la liste des décideurs, il suffirait d’adjoindre à ces ministres la cohorte de leurs principaux collaborateurs, étant bien entendu que les administrations des ministères concernés sont beaucoup plus utilisées pour suivre la vie quotidienne des affaires que pour répondre aux besoins des ministres confrontés à des choix nationaux. Si le Quai d’Orsay compte en 1935 deux cent trente personnes environ travaillant « au Département », c’est-à-dire à Paris même6, il va sans dire que seuls les cadres supérieurs des divers services ont une chance d’intervenir, fût-ce très partiellement, dans la prise de décision. Au moment de la crise de Munich, on pourrait comptabiliser les possibles « décideurs » du Quai d’Orsay à environ une douzaine d’individualités : outre le ministre lui-même, le secrétaire général (A. Léger), le directeur du cabinet (J. Henry), le directeur et le sous-directeur des Affaires politiques (R. Massigli, E. Charvériat), le sous-directeur d’Europe (Ch. Rochat), le chef du service de Presse (P. Comert), les ambassadeurs à Londres (Ch. Corbin), à Berlin (A. François-Poncet), à Prague (V. de Lacroix), à Moscou (Coulondre), épaulés par un ou deux conseillers, tel R. de Margerie à Londres. Sans doute, par des conversations privées, des discussions, des notes brèves, les collaborateurs directs de ces individualités sont en mesure d’influencer ponctuellement le jugement de ces hommes, mais le poids de la responsabilité réelle est peu partagé au Quai d’Orsay.

  • 7 Voir lieutenant-colonel H. Dutailly, Les problèmes de l’armée de terre française, 1935-1939, Paris, (...)
  • 8 Depuis le 30 mars 1938, une conférence hebdomadaire réunit au Quai d’Orsay R. Massigli et un représ (...)

8Il semble que cette conclusion puisse être reprise pour ce qui concerne le ministère de la Défense nationale et de la Guerre. Lors de la même crise tchécoslovaque, les intervenants véritables paraissent à peine plus nombreux à l’état-major de l’armée de terre que chez les diplomates7. A côté du chef de l’état-major de l’armée, le général Gamelin, on peut retenir ses deux adjoints, les généraux Georges et Colson, les officiers de liaison avec le Quai d’Orsay (général Dentz)8, des officiers de son état-major particulier (Petibon et Poydenot), des officiers responsables du 2e bureau (Defrasne, Buisson), et les attachés militaires en poste dans les États directement concernés par la menace de guerre, comme Lelong à Londres, Renondeau à Berlin ou Faucher à Prague. En tout une vingtaine d’officiers sont en mesure d’influencer l’action du gouvernement. Naturellement, d’autres responsables du ministère de la Guerre jouent un rôle tel R. Jacomet, secrétaire général du ministère, ou bien les « proches » du ministre lui-même (Marcel Clapier, J. Daridan, R. Léonard, J. Kayser, le général Decamp, R. Génébrier); Ceux-ci dirigent également le cabinet du président du Conseil, puisque É. Daladier cumule les deux fonctions à partir du 10 avril 1938. Cependant, en ajoutant les noms des administrateurs qui, à des titres divers, pénètrent, fût-ce pour un bref moment et à propos de points particuliers, le cercle étroit des décideurs, il semble qu’on ne dépassera guère le chiffre d’une soixantaine de personnes. Dans ce groupe, nous englobons les hauts fonctionnaires des deux autres armes, ceux du ministère des Finances (en particulier Y. Bouthillier, secrétaire général, et J. Rueff, directeur du Mouvement général des fonds) et ceux des Colonies.

  • 9 Sur la mission Nécas et sa portée, voir « Munich, 1938. Mythes et réalités », Revue des études slav (...)

9Le pouvoir de décision paraît donc assez concentré. En réalité, il faut aller un peu plus loin pour délimiter la sphère de décision. Tout d’abord, par le fait même que les ministères connaissent une relative brièveté d’existence, il existe une augmentation du nombre des membres des cabinets ministériels. Les ministres influents ont souvent une petite équipe de fidèles, qui les suivent selon les vicissitudes de leur emploi et qui peuvent, de ce fait, se trouver à même d’intervenir parce qu’ils sont les véritables confidents du « patron ». Le cas de l’équipe Reynaud est le mieux connu parce qu’elle a rassemblé quelques fortes individualités et parce que P. Reynaud a occupé une place essentielle dans l’ultime période de la vie politique de la IIIe République. Toutefois cet exemple n’est pas unique ; il faudrait au moins penser aux « équipes » Daladier, Bonnet, Mandel, Campinchi, Guy La Chambre, sans oublier qu’en 1938 encore, des ministres de sensibilité plus à gauche ont été au pouvoir pour un bref moment, donc avec leur « équipe » (L. Blum ou Paul-Boncour) en mars 1938. Ces équipes nouent alors des relations avec des administrateurs français ou étrangers qui pourront servir le cas échéant. Ainsi, le 15 septembre 1938, la proposition (ou la manœuvre) d’E. Benes d’une cession limitée de terrains aux Allemands est apportée à Paris par un homme politique tchèque, J. Nécas, pour être présenté à L. Blum et à son ancien chef de cabinet A. Blumel, à charge pour ceux-ci d’alerter « l’équipe Daladier »9. Un milieu politique et administratif existe, composé par ces équipes des cabinets et par la haute administration. Il dépasse les frontières habituelles des partis ou des forces au pouvoir.

  • 10 « Ah ! Ces séances de la Chambre, tumultueuses, retentissantes de cris de haine, souvent interrompu (...)
  • 11 J.-B. Duroselle a bien montré les quatre pôles qui se constituent en France au moment de Munich : l (...)

10Sans que l’on puisse parler de solidarité entre les diverses composantes de ce milieu, on doit admettre que les informations mutuelles, les discussions informelles, les rencontres au détour des couloirs de la Chambre des députés et du Sénat, les communs dîners en ville permettent des délibérations conjointes à partir desquelles les choix sont faits. Ce phénomène n’est pas spécifique des cabinets ministériels ; sous d’autres formes, il se retrouve au sein du personnel politique, à l’exception des extrêmes que sont les communistes d’un côté, les ligueurs d’extrême-droite de l’autre côté. On s’est parfois gaussé de la « république des camarades » où les députés se retrouvaient unis malgré leurs apparentes oppositions10 ; mais il faut ajouter que cette convergence des cercles responsables, qui met à part les extrêmes, n’est pas sans offrir quelques avantages pour la prise de décision. D’une part, l’information est plus large qu’on ne le penserait à s’en tenir aux sources propres à chaque secteur politique ; en particulier, on connaît bien la psychologie de ses adversaires politiques et le raisonnement qui est à la base de leurs calculs. D’autre part, en politique extérieure, il peut exister un plus large accord sur les solutions possibles des problèmes stratégiques dans la mesure où l’évaluation des réalités procède d’une information commune ou largement partagée. Les critères de distinction de la politique intérieure s’estompent ou se dissolvent en face de situations communes. Au fond, en 1938, en politique extérieure, tous les partis sont transcendés par des options qui proviennent de convictions profondes, non-politiciennes : les « pacifistes » et les « bellicistes » se trouvent mêlés au sein de tous les partis de gouvernement, voire dans les partis extrêmes11. Munichois et antimunichois ne correspondent pas aux clivages politiques ordinaires. L’environnement des décideurs n’est donc pas fondamentalement de nature politique partisane, même si les oppositions politiques peuvent justifier certains choix. On peut être anticommuniste et partisan de l’alliance militaire avec l’URSS ; on peut être profranquiste et résolument antiallemand.

11Un autre élément vient confirmer la précédente constatation. Il s’agit de l’influence que le « corps social » peut avoir sur les décideurs. Parmi les décideurs des cabinets ministériels ou parmi ceux des hautes administrations, tous ou presque tous appartiennent à des catégories sociales proches au point que certains évoquent la notion de « classe politique » ou de « classe bureaucratique ». Le fait est que les décideurs repérés en 1938 procèdent en général d’une série restreinte de formations culturelles et techniques et qu’ils mènent une vie en société assez comparable. Deux exemples permettent d’éclairer ce point de vue. D’un côté, il est assez frappant de constater la similitude de la formation des décideurs ; d’autre part, il convient de constater la relative uniformisation des relations sociales entre les décideurs et la société civile.

  • 12 Statistiques publiées dans une brochure de l’école datée de 1934-1935, citée par P. Rain, L’École l (...)

12Au sein des décideurs français, diplomates, hauts fonctionnaires des finances, de la justice, des armées, existe une singulière uniformité dans la formation. Sans nous arrêter à des cas particuliers, on peut ainsi tracer le cursus scientifique des responsables civils : après des études secondaires classiques, menées dans de bons lycées ou des institutions religieuses solides, où l’enseignement des langues mortes prévaut sur les enseignements techniques, le succès est assuré par la réussite aux grands concours de l’État. Ceux-ci se préparent de la bonne manière, d’abord par la licence en droit ou en lettres, mais surtout par le passage à l’École libre des sciences politiques. Alors que l’École polytechnique ou les Écoles des mines sont des passages quasi obligatoires pour les responsables des secteurs économiques privés ou publics, il n’est guère pensable, pour devenir chef d’une bureaucratie administrative, d’être dépourvu du diplôme des Sciences politiques. Celui-ci sert de tremplin pour l’accession aux divers grands corps de l’État. Qu’on en juge par la statistique suivante : entre 1900 et 1934, sur 117 candidats reçus au Conseil d’État, 113 sont passés par l’École libre des sciences politiques, sur 211 candidats à l’Inspection des finances, 202 ont appartenu à cette école, de même que 82 sur 92 membres reçus à la Cour des comptes ; enfin, sur 280 candidats à l’entrée dans la carrière diplomatique par concours, 246 ont reçu la formation de la rue Saint-Guillaume12.

13Les raisons de ce succès triomphal sont simples : outre la qualité des enseignements reçus, on peut dire que la composition du corps professoral, qui rassemble nombre de hauts fonctionnaires en activité, est le gage du succès des futurs candidats à ces postes ; la bureaucratie française fabrique ses successeurs par une véritable cooptation intellectuelle et sociale. On constate en effet que le coût des études demeure élevé, ce qui exclut une réelle mutation des origines sociales des candidats. La situation est telle que le Front populaire a cherché, dès ses débuts, à modifier le recrutement des futurs hauts fonctionnaires. Dès le 1er août 1936, un projet de loi a été déposé pour créer une École nationale d’administration. En fait, ce projet ne parviendra pas à voir le jour, car, s’il fut voté à la Chambre des députés, à la fin de janvier 1938, par une large majorité, le Sénat l’enterra dans les cartons d’une commission jusqu’à la guerre. On peut cependant retenir qu’il prévoyait le maintien de concours spécifiques pour les entrées dans les grands corps de l’État, c’est-à-dire qu’il laissait à chaque administration le soin de s’auto-recruter. La diminution des frais de scolarité et le refus d’un quelconque monopole accordé à l’École libre des sciences politiques montraient la volonté de réforme, mais l’ENA verra le jour seulement après la Seconde Guerre mondiale.

  • 13 En 1938, 11 % seulement des officiers proviennent de l’École polytechnique. Cf. Dutailly, op. cit., (...)
  • 14 Cf. le volume du Centenaire de l’École supérieure de guerre, 1876-1976.
  • 15 Les grands problèmes généraux d’ordre économique, politique, financier, démographique sont étudiés (...)

14Pour les militaires, la formation reçue est plus mêlée, mais elle tend aussi vers l’uniformité. Le recrutement par les grandes écoles, surtout par Saint-Cyr13, redonne peu à peu une commune formation aux officiers, puisque ceux qui, sortis du rang, avaient été intégrés pour faits de guerre pendant le premier conflit mondial passent à la retraite. L’École supérieure de guerre, qui forme les cadres des états-majors, dispense à un petit nombre, environ 80 stagiaires par an, un enseignement marqué par la doctrine officielle, figée sur certains principes de la guerre de 1914- 191814. Le besoin d’un instrument encore mieux adapté « aux problèmes de stratégie nationale » aboutit à la création en juillet 1936 d’un Collège des hautes études de la Défense nationale où civils et militaires sont réunis sous l’autorité du vice-amiral Castex15. Le maréchal Pétain avait été partisan de cette création, mais il en critiquait ensuite l’orientation trop axée sur la lutte économique et les conférences générales ; mais n’était-ce pas une tendance logique dans la mesure où on prévoyait une guerre longue dans laquelle les atouts économiques joueraient un rôle majeur ? Une sorte de convergence dans les programmes des écoles civiles et militaires et plus encore dans le personnel chargé de former les cadres civils et militaires s’établissait dans ces années 1936-1939. A Sciences-po comme à l’École de guerre, Siegfried, Tardieu, Baumgartner étaient des maîtres ou des conférenciers réputés. Cependant, les idées professées dans ces institutions allaient-elles toutes dans une même direction ? Par exemple, l’amiral Castex réclamait depuis le début des années trente une concentration des forces françaises dans un ensemble Europe-Afrique qui abandonnerait les possessions impériales « marginales » comme l’Indochine. Était-ce un point de vue sacrilège ou une idée commune, nouvelle ? L’étude détaillée des cours enseignés dans ces diverses écoles serait éclairante à ce sujet.

  • 16 Nous empruntons ces mots au livre de J.-N. Jeanneney, L’argent caché. Milieux d’affaires et pouvoir (...)

15Si la formation reçue est convergente pour une grande partie des décideurs, il semble que cette convergence soit complétée, consolidée par les habitudes sociales. Bien que les connaissances historiques en ce domaine soient encore trop fragmentaires, on peut discerner l’existence d’une mini-société parisienne, composée soit en quelques salons fréquentés conjointement par les décideurs et par des personnalités des mondes politique, journalistique, patronal, soit par des réseaux constitués au sein de groupements confessionnels, culturels ou professionnels. Autour des cercles de décideurs, organisés par grands ensembles politiques et bureaucratiques, gravite une autre série de cercles sociaux sans pouvoirs réels mais non sans influence sur les décideurs. Deux problèmes connexes se posent à leur sujet. D’une part, peut-on conclure de la présence d’un décideur au sein d’un groupe ou d’un salon qu’il en subit l’influence, ou plus exactement qu’il intègre dans ses choix les informations reçues en ces lieux ? D’autre part, de manière plus large, les points de contact privilégiés entre milieux politiques et milieux d’affaires se situent naturellement en ces rencontres « privées » que sont les salons, ou en des associations formellement apolitiques ou non professionnelles ; c’est donc poser la délicate question des relations entre ces deux milieux. Quel est le pouvoir de l’« argent caché » sur les décideurs ?16. Nous ne pouvons répondre pleinement à ces deux interrogations ; on se contentera d’esquisser quelques éléments de réponse à partir de la situation en 1938- 1939.

  • 17 P. Lazareff, dans De Munich à Vichy, op. cit., et Pertinax, dans Les fossoyeurs, Sagittaire, 1946, (...)
  • 18 Voir S. Berstein, « Le parti radical-socialiste, arbitre du jeu politique français », in La France (...)

16Un fait paraît évident pour les contemporains initiés : à Paris, en 1938- 1939, quelques « salons » rassemblent régulièrement trois catégories sociales diverses, les politiques, les chefs d’entreprises, les journalistes. Il ne saurait être question de dresser une liste de ces salons, mais certains d’entre eux jouent alors un rôle signalé, d’autant plus net que les hommes politiques au pouvoir les fréquentent. Les salons de Jeanne de Crussol, de Hélène de Portes, de Marthe de Fels, de Marie-Laure de Noailles, de Louise Weiss, pour ne citer que les plus célèbres17, voient se côtoyer ministres, journalistes, banquiers. Des groupes de pression paraissent s’y constituer, notamment autour de quelques personnalités jugées comme incarnant des lignes politiques particulières. Par exemple la ligne politique de G. Bonnet, faite de rigueur financière classique, d’anticommunisme net, de volonté d’apaisement à l’égard de l’Allemagne et de l’Italie18, trouve des défenseurs ou des promoteurs dans certains cercles mondains où les divisions politiques classiques s’évanouissent et où les hommes d’affaires sont écoutés. Il faudrait évidemment pouvoir disposer des archives de la Banque Worms ou de celle de la Banque de l’Indochine pour mieux mesurer l’influence de ces banques sur les décideurs de l’époque. Des liens sociaux existaient par exemple entre G. Bonnet, Y. de Boisanger, son directeur de cabinet, des directeurs de banque comme J. Barnaud, G. Leroy-Ladurie, P. Baudouin et des administrateurs comme Y. Bouthillier, non seulement par la fréquentation commune des salons, mais aussi par l’intermédiaire de groupement comme celui de la rédaction des Nouveaux cahiers. Peut-on, dans ce cas, parler d’une tendance politique organisée ?

  • 19 Voir P. L. Bret, Au feu des événements. Mémoires d’un journaliste, 1929- 1944, Paris, Plon, 1959, p (...)
  • 20 Sur ces aspects, voir les Mémoires d’un ambassadeur, histoire d’une politique franco-allemande, par (...)
  • 21 Cf. la publication de documents en français, L’URSS dans la lutte pour la paix à la veille de la Se (...)

17Les relations du ministre des Affaires étrangères avec certains hommes de presse importants étaient peut-être facilitées par la disposition des fonds secrets, mais d’autres motivations plus politiques entraînaient des concertations efficaces. Ainsi le chef du service politique de l’agence Havas, Léon Bassée, qui informe G. Bonnet, son condisciple du lycée Henri IV, de sa nomination au poste de ministre en avril 1938 avant même que celui-ci ne pénètre dans le bureau de Daladier, a délibérément mis l’agence Havas au service de la « politique Bonnet » lors de la crise de Munich, au point de censurer un communiqué du Foreign Office, gênant pour la tactique de G. Bonnet. Lorsque le Foreign Office fait en effet savoir, le 26 septembre 1938, vers 18 heures, que, dans le cas d’une attaque allemande contre la Tchécoslovaquie, entraînant l’assistance de la France, la Grande-Bretagne soutiendrait la France, le communiqué est bien transmis par le correspondant d’Havas à Londres et par l’ambassade, mais ni Bonnet ni Bassée ne le laissent publier ; pour faire taire le correspondant d’Havas qui veut protester, on le fait chevalier de la Légion d’honneur19. Les différents mémoires des acteurs de ce temps témoignent également des relations étroites que les « grands » journalistes entretiennent avec les décideurs ; ces relations sont ambivalentes et ambiguës. D’un côté, les hommes politiques aiment à expliquer, à justifier leur politique par le canal des journaux, mais, de l’autre côté, l’information, souvent originale, parfois imprévue, glissée par les journalistes auprès des hommes politiques peut influencer ces derniers. Qui manipule l’autre ? En outre, dans le domaine de la politique extérieure, où l’usage des fonds secrets faits des ravages, l’intoxication des esprits est chose courante, régulière. En 1937-1939, le monde de la presse parisienne est « actionné » par des manipulateurs émérites, comme le célèbre Otto Abetz pour l’Allemagne, le permanent ministre tchécoslovaque à Paris Osusky, l’efficace Sir Charles Mendl pour la Grande-Bretagne, sans oublier les services du Minculpop italien représenté à Paris par le consul Landini20. Ces journalistes, intermédiaires officieux entre les politiques et les diplomates, sont moins compromettants pour nouer des rapports discrets, mais il ne faudrait pas pour autant négliger les rencontres directes entre les diplomates étrangers en poste à Paris et les responsables politiques. Ainsi, en lisant les dépêches de l’ambassadeur soviétique, Souritz, on se rend bien compte que bon nombre d’hommes politiques du centre ou même de droite « déjeunent » ou « dînent » avec le représentant de Moscou (Mandel, Patenôtre, Campinchi, Reynaud par exemple)21. Le décideur, quel qu’il soit, est donc constamment sollicité par cet entourage de publicistes, d’intermédiaires et de manipulateurs.

18Au bout du compte, que retenir de cette description schématique du monde des décideurs et de leur environnement ? Trois conclusions nous paraissent essentielles. Tout d’abord, si le nombre réel des décideurs est peu élevé, une soixantaine de personnes en temps de crise, il faut tenir compte des cercles qui les enserrent et les conditionnent : bureaucraties, salons, lieux de formation intellectuelle, presse. Même les esprits les plus indépendants plongent leurs racines dans ce terreau composite ; or l’indépendance de jugement n’est pas, semble-t-il, l’apanage des grands responsables du moment. Les systèmes de pensée et les points de référence seront donc communs à beaucoup, au-delà des divisions strictement techniques ou politiques. D’où une seconde conclusion : les calculs des décideurs reposent sur des bases simplifiées. Expliquons-nous : du côté français, les décideurs agissent régulièrement pour répondre aux coups de Hitler ou de Mussolini, ou encore aux initiatives de Chamberlain. A chaque fois, le souci du quotidien, de la réponse à faire au plus vite, contraint à des évaluations hâtives où le détail connu par les techniciens enfermés dans leur spécialisation ou par les intermédiaires, plus ou moins objectifs, prend une singulière résonance. En même temps, par esprit de logique, tant prôné chez les descendants de Descartes, on cherche à légitimer ces choix de détail par des considérations générales ; alors reviennent à l’esprit les cheminements traditionnels de la pensée, préconditionnée par la formation universitaire, symbolisée par l’École libre des sciences politiques ; la géopolitique, l’analyse des forces militaires alliées et ennemies, les stéréotypes des images de la France étemelle et des autres peuples deviennent les trois axes de la prise de décision. La dimension économique n’est pas absente du calcul, mais elle n’est pas comprise dans sa dimension réelle ; on la conçoit en termes vagues, inadaptés. Comme le dit l’historien Ph. Marguerat au terme d’une étude montrant la faiblesse de la stratégie économique française dans la zone de la petite Entente, il existe

  • 22 Ph. Marguerat, « Positions économiques de la France dans la zone de la Petite Entente au cours des (...)

« une incapacité des hommes d’État, diplomates et fonctionnaires français à saisir les failles du système commercial adverse et la puissance de leurs propres armes économiques »22.

  • 23 Je reprends ici les idées des rapports particuliers présentés par N. Carré de Malberg et R. Frank p (...)

Est-ce la raison pour laquelle les jugements des attachés financiers de l’époque sont peu ou mal compris par les décideurs ?23.

19Une troisième et dernière conclusion peut-être tirée : les « grands décideurs » sont surtout des hommes politiques, de Chautemps, Blum et Daladier à Bonnet, Reynaud et Mandel. Or leur classement en pacifistes et résistants, en munichois et antimunichois, n’obéit pas à une simple logique de parti politique, puisque au sein d’un même parti de gouvernement cohabitent des sensibilités diverses, opposées même. Est-ce à dire que la politique intérieure soit éliminée dans le calcul de ces décideurs ? Ce serait aller trop vite, en oubliant par exemple le poids de l’anticommunisme et de l’antifascisme dans ces déterminations. Toutefois, en 1938-1939, face à la menace allemande, considérée à juste titre comme primordiale pour la France, serait-il excessif de penser que le critère majeur de différenciation parmi les hommes politiques procède d’une vision non-politique de la puissance française, mais de concepts moraux, plus larges, d’idéaux dépassant les clivages politiques habituels ? Ceci peut rendre tel ou tel homme politique accessible aux argumentations de tel ou tel membre de son entourage, administrateur civil ou militaire, compagnon de salon ou de confrérie plutôt qu’à ses camarades de parti. Des reclassements politiques seraient ainsi en chemin, annonciateurs des engagements contraires pendant l’occupation et des positions d’après-guerre. Pour en juger, il convient maintenant d’observer la perception de la puissance chez ces décideurs.

  • 24 P. Reynaud est ministre de la Justice du cabinet Daladier jusqu’au 1er novembre 1938.

20 L’étude de la perception de la puissance française chez les décideurs est délicate dans le cas français car nous ne disposons pas, comme les Britanniques, des délibérations du Conseil des ministres tout en ayant disponibles les volumineux rapports des entourages des décideurs. Le vide d’un côté, le trop plein de l’autre côté. Par exemple que s’est-il véritablement dit lors de conseils décisifs comme à la veille de Munich et quels furent parmi les longs rapports de A. François-Poncet ceux qui furent véritablement lus par les ministres ? Comme les cas des responsables militaires et des hommes politiques sont abordés dans d’autres rapports de synthèse, je m’en tiendrai à une approche assez limitée de la question en considérant seulement des exemples particulièrement pertinents de quelques personnalités dominantes pour les choix de politique extérieure. J’ai principalement retenu le président É. Daladier, le ministre des Affaires étrangères G. Bonnet, le ministre de la Justice (puis des Finances) P. Reynaud24 et le ministre des Colonies G. Mandel. Naturellement, dans la mesure où d’autres personnalités interfèrent avec celles-ci, nous pourrons en tirer argument.

  • 25 Archives déposées à la Fondation nationale des sciences politiques après sa mort en 1970.
  • 26 Entre son Défense de la paix. De Washington au Quai d’Orsay, publié à Genève, en exil, en 1946 et s (...)
  • 27 Par exemple, le volume IX des Documents diplomatiques français 1932-1939 (DDF), 2e série, Paris, Im (...)

21Pour déterminer la perception de la puissance française chez les deux principaux responsables de la politique extérieure française, E. Daladier et G. Bonnet, nous disposons de sources assez volumineuses. Le président du Conseil, ministre de la Guerre depuis juin 1936, a laissé ses papiers personnels à la disposition des historiens25 ; après la Seconde Guerre mondiale, le ministre des Affaires étrangères a abondamment écrit sur son action en 1937-193926. Cependant, il nous paraît plus probant de consulter quelques documents d’époque non destinés à une immédiate publication, mais où on peut trouver une évaluation raisonnée de la puissance française : en avril 1938 d’abord, en septembre 1938 ensuite, en novembre 1938 enfin, les responsables britanniques et français se rencontrent pour établir, si possible, une commune politique concrète ; c’est aussi l’occasion de faire part de leurs visions générales de la situation. Dans la mesure où il faut alors convaincre le partenaire et justifier sa politique au cours de discussions secrètes, on peut estimer que les décideurs expriment, directement ou indirectement, leur conviction profonde ; en outre, avant ces réunions, ils ont pris connaissance des principaux points de vue des machines bureaucratiques27.

  • 28 Compte rendu de la rencontre dans DDF, t. IX, op. cit., p. 563 et p. 579.

22Les rencontres de Londres des 28 et 29 avril 1938 sont particulièrement éclairantes, car elles ont lieu alors que la pression des événements est moins forte et que l’on peut, des deux côtés, évoquer plus sereinement des conceptions d’ensemble. L’impression générale qui s’en dégage, à propos de la conception de la puissance française, est celle d’une estimation fondée sur deux critères, la force militaire et la force morale. A plusieurs reprises, le terme même de puissance (ou son contraire impuissance) est utilisé : dès les débuts de la rencontre, G. Bonnet évoque le rôle de la France en Méditerranée comme celui d’une « grande puissance musulmane et méditerranéenne », de même que É. Daladier parle des « deux puissances » (France et Grande-Bretagne) qui, dans leur action vis-à-vis de l’Allemagne, doivent faire preuve de décision et éviter des « déclarations qu’accompagnerait bientôt un aveu d’impuissance »28. Mais l’intérêt de ce texte réside davantage dans les concepts que l’on peut y déceler que dans les mots employés (faiblesse, force, fermeté, etc.). Chez Daladier, qui s’exprime plus longuement, deux idées fondamentales reviennent à plusieurs reprises : la puissance d’un État dépend de sa force militaire mais elle est aussi question de volonté et d’affirmation de principes.

  • 29 En outre, à la veille de son voyage à Londres, Daladier a reçu une note de Gamelin sur l’action pos (...)
  • 30 Id., p. 580.

23Bien entendu l’évocation de la puissance militaire est normale, puisque les dirigeants doivent évaluer leurs capacités d’un soutien effectif à la Tchécoslovaquie menacée. Sur ce plan, les conceptions de Daladier sont nettes, inspirées par l’état-major avec lequel il entretient d’étroites relations depuis plusieurs années29 : « la valeur considérable de la défensive » donne à la France une puissance militaire solide qui doit faire réfléchir l’Allemagne, d’autant plus qu’un grand effort de réarmement et d’achats massifs d’avions à l’étranger (aux USA et aux Pays-Bas) donnera bientôt à la France des moyens supérieurs ; en s’appuyant sur l’armée tchèque (qui « n’est pas à dédaigner ») et en faisant une pression sur d’autres États balkaniques (« Yougoslavie et peut-être Pologne ») sans omettre l’armée soviétique (« elle conserve l’aviation la plus forte du continent européen », « son potentiel de guerre et ses réserves de matières premières restent immenses »), les Occidentaux sont dans une situation militaire convenable. Daladier croit que « l’on exagère beaucoup le caractère avantageux de la situation allemande ». Or, et voici le point fondamental, « la situation militaire commande la situation politique et la volonté des hommes d’État peut exercer une influence décisive »30.

24Cette dernière affirmation signifie non point que les décisions politiques sont subordonnées aux conditions militaires, mais que les données militaires obéissent fondamentalement à la volonté des chefs de gouvernement. Lord Halifax l’a bien compris, puisqu’il revient à cette affirmation un peu plus tard en soulignant :

  • 31 Id., p. 583.

« M. Daladier a déclaré, et M. Bonnet s’est rangé à son avis, que la situation militaire dépend de la situation politique ; le gouvernement britannique croirait volontiers le contraire, et que la situation politique dépend de la situation militaire »31.

L’argumentation des dirigeants français tient compte des considérations militaires (comment pourrait-il en être autrement ?), mais Daladier considère aussi que la force d’un État repose sur la volonté réelle de se servir de ses moyens militaires et de ses moyens politiques. Or les moyens politiques sont de deux ordres au printemps 1938 : organiser un réseau d’alliances en Europe contre l’hégémonie allemande et évaluer les potentialités allemandes avec « sagesse et raison, mais aussi fermeté ». A cet égard, la puissance allemande est largement due à la faiblesse de ses adversaires.

  • 32 Id., p. 581. A noter au passage le dédain de Neville Chamberlain pour les Américains.

25Citons ici les phrases décisives du raisonnement de Daladier, énoncées à la fin de la matinée du 29 avril, après que Chamberlain eut froidement reproché à Daladier de « bluffer » comme « les Américains dans leurs jeux de cartes » [sic] en parlant un ferme langage à l’Allemagne et de spéculer, non « avec de l’argent, mais avec des êtres humains »32. Daladier éclate :

  • 33 Id., p. 583. Les mots-clés ont été soulignés par nous.

« Aussi ne peut-il laisser dire qu’il est partisan d’une guerre préventive, alors qu’il tient cette idée pour criminelle ; mais la France doit faire face à certaines obligations définies et respecter un traité qui, loin de menacer personne, ne fait que protéger une petite nation contre une agression non provoquée. Si la France et la Grande-Bretagne continuent de s’incliner devant les progrès de la violence, si l’esprit politique qui leur est commun est inspiré par la faiblesse, elles ne feront que précipiter les nouveaux appels à la force et en préparer le succès. Si, au contraire, l’esprit général de leur politique reste fait de sagesse et de raison, mais aussi de fermeté, M. Daladier est convaincu que les menaces de guerre reculeront au lieu de venir au devant des puissances occidentales comme c’est le cas depuis quelques mois. Une affirmation de fermeté entraînerait d’heureux effets partout et en particulier à Berlin. Le premier ministre a parlé de « bluff », s’il est un bluff évident, c’est celui auquel l’Allemagne a recours depuis plusieurs années ».
Daladier, un peu plus tard, ajoute :
« Il est encore temps aujourd’hui de dresser des obstacles pour barrer la voie aux projets allemands, sinon l’on rendra inévitable une prochaine guerre européenne que les puissances occidentales ne gagneront pas. Quand l’Allemagne aura établi sa domination sur tout le continent et quand elle disposera des nombreuses ressources qui lui manquent aujourd’hui, comment deviendra-t-il possible de résister à un tel Empire ? »33

26On est loin de l’apaisement et de l’esprit « munichois » ! Quelle prémonition ! Sous des termes variés, les concepts de puissance et impuissance transparaissent.

27A plusieurs reprises dans la discussion, Daladier, agrégé d’histoire dans sa jeunesse, a utilisé des rappels historiques pour caractériser le nazisme ; Hitler est jugé pire que Napoléon, mettant en marche la construction d’un Mitteleuropa auquel Guillaume II avait seulement rêvé. Simples réminiscences fortuites ? Il ne semble pas, car ces rappels se situent dans un ensemble raisonné où la puissance procède, comme dans toute l’Histoire, du respect du sens moral et du droit. Les valeurs généreuses de la « parole donnée », de la « signature à honorer » (G. Bonnet croit bon de rappeler que « la Grande-Bretagne enseigne aux enfants de ses écoles l’importance d’un tel devoir ») ne sont pas songes creux ; elles font partie de la panoplie des démocraties parce qu’elles permettent de solidifier une résistance multiple et parce qu’elles sont une réponse politique au bluff politique d’Hitler. Sans doute, chez Daladier, peut-on faire la part de l’entraînement verbal, du goût de l’éloquence tribunicienne, mais, à notre avis, il ne s’agit pas seulement d’un effet oratoire ; la puissance c’est aussi la volonté. Au fond, ce calcul n’est pas étonnant. Depuis mars 1936, les diplomates français en poste en Europe orientale ont souligné la perte du prestige français ; l’Anschluss de mars 1938 a ravivé le pessimisme de l’ensemble des informateurs diplomatiques quant au « rayonnement de la France ». Citons la conclusion de l’attaché militaire à Vienne écrivant à Daladier, ministre de la Guerre, le 21 mars 1938 :

  • 34 Dépêche secrète du lieutenant-colonel Salland du 21 mars 1938, DDF, t. IX, p. 19.

« Le prestige de la France en Europe centrale, déjà fortement entamé par les événements du 7 mars 1936, sort de l’affaire autrichienne, aussi prévue et inévitable qu’elle pût être, presque complètement annihilé, même chez nos amis qui disent être les plus fidèles. Pour tous ici, l’Allemagne est le grand vainqueur de la guerre ! »34.

Il devient donc normal de faire entrer en jeu la puissance morale dans l’évaluation des forces possibles. La puissance, ce peut être une certaine idée de la France.

28Cependant, lorsque la crise tchécoslovaque se précipite, à la fin de l’été 1938, les concepts sur la puissance française évoluent chez nos responsables. On voit apparaître des distinctions, des fêlures, puis des ruptures parmi eux, selon que le facteur jugé primordial pour prendre la décision est purement militaire ou politico-militaire à la manière précédente. En gros, on peut dire que Daladier demeure fidèle à sa conception précédente jusqu’à Munich, mais en menant un combat en retraite contre les Britanniques et contre G. Bonnet, converti à l’apaisement (ou décidé à jouer son propre jeu). C’est alors que les autres décideurs, comme Reynaud ou Mandel, entrent en scène plus directement, car, membres influents du gouvernement, ils expriment, sous des formes diverses, la volonté politique de résister à Hitler au nom des principes moraux. Ce faisant, ne sont-ils pas les tenants véritables d’une puissance fondée sur la volonté des chefs ?

  • 35 Procès-verbal de ces conversations avec annotations postérieures de Daladier dans les Archives Dala (...)
  • 36 Cf. A. Adamthwaite, « Le facteur militaire dans la prise de décision franco-britannique avant Munic (...)
  • 37 G. Bonnet a toujours prétendu que son choix personnel avait reposé sur la contestation de la faible (...)

29Le 18 septembre 1938, voici à nouveau Daladier et Bonnet à Londres. L’atmosphère a terriblement changé depuis avril. Chamberlain fait d’abord le récit de ses entretiens avec Hitler, dont il peint la surexcitation et le calme mélangés ; en particulier, Hitler demande habilement l’application du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes pour organiser des plébiscites parmi les minorités établies en Tchécoslovaquie. Daladier réplique qu’il s’agit pour Hitler de « faire disparaître l’État tchécoslovaque » et non d’un problème de plébiscite à organiser selon des principes acceptables ; donc « il ne peut être question pour la France de renoncer à sa parole », car « aucun Français n’aurait la lâcheté de se dérober »35. A nouveau, Daladier paraît ferme ; est-il toujours persuadé que la puissance morale complète, voire raffermit, la relative puissance militaire ? En réalité, le président du Conseil manœuvre pour obtenir la garantie britannique pour les territoires tchécoslovaques restants après que l’opération de découpage des zones frontalières prévues aura eu lieu. Il faut donc, tout à la fois, rester ferme et manœuvrer avec les Britanniques pour inciter les Tchécoslovaques à des concessions fortes. A ce jeu, dont les Britanniques ne sont pas dupes, il est évident que le réalisme va l’emporter sur les principes, quel que soit le talent manœuvrier du président du Conseil. Comme ce talent paraît en définitif limité, Daladier ne peut empêcher les Britanniques, épaulés discrètement par Bonnet, de faire porter le débat véritable sur la puissance militaire entendue dans son sens étroit. Certes, formellement on passa peu de temps à discuter des questions militaires, mais chacun avait présent à l’esprit les récents rapports du général Vuillemin et de l’aviateur américain Lindbergh sur l’effrayante supériorité aérienne des Allemands36. Daladier a encore quelques formules-choc (« Hitler est un chef religieux, comme Mahomet, et il ne s’arrêtera pas »), mais il cherche surtout à mettre sur pied une solution pratique pour éviter la guerre, preuve que son évaluation de la puissance le conduit également aux concessions. On peut penser que l’action de G. Bonnet et de son entourage, renforcée par celle des milieux politiques décidée depuis le printemps à ne rien faire pour la Tchécoslovaquie (comme les présidents des commissions des Affaires étrangères au Sénat et à la Chambre, Bérenger et Mistler, ou les ministres de Monzie, Pomaret, Chautemps), n’est pas sans portée sur la volonté du président du Conseil. Au moment décisif, l’évaluation de la puissance, qui, selon Bonnet, repose avant tout sur l’état des forces militaires, doit conduire à la conciliation avec Hitler37.

30Daladier hésite encore toutefois. Si le général Vuillemin est très pessimiste, il n’en va pas de même pour ses collègues, le général Gamelin et l’amiral Darlan. Ceux-ci affirment, avec sérénité, que la lutte est possible. Aussi, lorsqu’on se retrouve pour la troisième fois, le 25 septembre 1938, Daladier peut-il revenir à sa position antérieure. D’une part, en réponse à Sir John Simon, qui voudrait persuader les Français de leur faiblesse militaire, il affirme que l’on peut attaquer l’Allemagne par les airs, que la ligne Siegfried ne sera pas achevée avant plusieurs mois et que l’on ne va pas

  • 38 Compte rendu dans 2 DA 3, dr 2. C’est bien ce que l’on fera en septembre 1939 !

« se donner le ridicule de concentrer l’armée française pour l’immobiliser dans des fortifications et l’y laisser l’arme au pied » [sic]38.

D’autre part, la force morale refait surface :

« il [Daladier] voudrait moins parler pour le moment de guerre et de stratégie que des obligations morales de son pays, les discussions d’ordre militaire pouvant être remises à plus tard ».

Comme les Britanniques insistent lourdement sur les faiblesses militaires françaises dans le domaine aérien, Daladier réplique et, arme suprême, le 26 septembre, il fait venir le général Gamelin pour expliquer le sérieux de la puissance militaire française. Gamelin tient correctement son rôle, montrant et la « puissance militaire terrestre de la France » et les « faiblesses allemandes et italiennes ». En bref, contrairement aux assertions postérieures, on ne trouve pas dans les déclarations faites à l’époque par Daladier et Gamelin une conception pessimiste du sort de la guerre qui justifierait le renoncement et l’apaisement. Pour eux, la résistance militaire paraît possible. Alors pourquoi Daladier a-t-il accepté la tentative de médiation de Mussolini, qui allait mener à la conférence de Munich et à ses renoncements ?

31L’analyse précise de la perception de la puissance chez les décideurs nous paraît ici décisive. Parmi les décideurs, trois sensibilités différentes apparaissent. Aux deux extrêmes, la vision de Reynaud, Mandel face à la vision de Flandin, G. Bonnet, de Monzie, au centre la vision de Daladier, sans doute guidé par A. Léger.

32Pour les premiers, les choses sont simples ; il faut être résolu, préparé à la guerre non seulement militairement, mais en galvanisant l’opinion publique par une politique active en Europe. Dans un discours à la Chambre, le 26 février 1938, P. Reynaud s’en explique longuement. Il ne croit pas à la faiblesse de la France, qui doit jouer un rôle à sa mesure pour garder la paix.

  • 39 Texte partiel du discours dans La France a sauvé l’Europe, op. cit., p. 102 et sq. P. Reynaud répli (...)

« En dehors de cette enceinte, on a soutenu, depuis quelque temps, que la démission de la France, ce serait la paix. Je viens vous dire moi la démission de la France, c’est la guerre »39.

Reynaud estime d’abord que l’armée française, malgré des imperfections techniques, est à la hauteur de la stratégie défensive prévue. Il explique les raisons de sa confiance par ce commentaire postérieur écrit en 1946 :

  • 40 Id., p. 101. C’est bien le maréchal Pétain qui avançait ce dernier argument.

« Je croyais que ceux qui avaient pris la lourde responsabilité de repousser la réforme que je réclamais et qui ne cessaient d’affirmer que, sur la défensive, notre armée serait invincible, lui avaient du moins donné les armes modernes de la défensive. J’avais, je l’avoue, été impressionné aussi, dans une certaine mesure, par la thèse émanant des plus hautes autorités militaires qui soulignaient la supériorité que nous donnaient sur l’adversaire les millions d’hommes de nos réserves instruites et suivant qui la complexité des armes modernes ne permettait pas à l’adversaire d’improviser les cadres d’officiers et de sous-officiers »40.

33Puisque l’armée française est solide, c’est sur un autre plan qu’il faut consolider la puissance française :

« Ne vous y trompez pas, vous ne pouvez faire aucune politique étrangère, quelle qu’elle soit, la France ne peut pas jouer son rôle sur le continent – la paix ne peut être assurée avec certitude, si vous ne mettez, d’urgence, fin à l’effritement de notre économie, de nos finances et de notre monnaie ».

34 Le futur ministre des Finances, inquiet en février 1938, sera rassuré par sa propre action dès le printemps 1939 lorsque les capitaux enfuis rentreront et lorsque le futur trésor de guerre se reconstituera rapidement. La confiance des possédants envers le ministère Daladier, surtout après l’échec de la grève du 30 novembre 1938, permet alors de renforcer la puissance française.

35En attendant, dès février 1938, Reynaud marque bien une autre condition complémentaire de la puissance : après la force militaire et la force économique, il faut la volonté politique. L’atout du Droit lui semble en effet inutile dans les relations avec l’Allemagne nazie :

« Nous avons voulu que l’Allemagne nazie nous rencontre sur notre terrain à nous, qui est celui du Droit. Et nous comprenons enfin que nous ne pourrons nous entendre que sur son terrain à elle, qui est celui de la force ».

Il faut vouloir redonner confiance en soi au peuple français par l’affirmation d’une véritable résolution ; la volonté politique est la condition indispensable. Le 8 juillet, Reynaud écrit au président du Conseil :

  • 41 Lettre citée par Reynaud. Id., p. 558.

« J’ai la conviction qu’aujourd’hui comme le 21 mai, c’est la froide résolution de notre attitude, c’est aussi la rapidité et l’efficacité des résolutions prises qui, seules, peuvent barrer la route à la guerre en inspirant la confiance à nos alliés et l’inquiétude à nos adversaires »41.

Toutefois, cette résolution existe-t-elle et, notamment, peut-on compter sur une détermination réelle au sein des élites ? Le 28 janvier 1938, dans une conférence, Reynaud s’était écrié :

  • 42 Id., p. 132. Conférence prononcée à la « Société des Conférences ».

« A la base de notre déficience, il est trop commode de dire qu’il n’y a que la faute des ouvriers... Non ! Non ! il y a aussi notre faute à nous, qui sommes responsables de la politique générale de ce pays ; il y a une déficience dans l’intelligence française et dans la volonté de l’élite, il faut le constater aujourd’hui et nous mettre au travail »42.

36G. Mandel exprimait la même inquiétude face à la faiblesse des « élites » :

  • 43 Déclaration faite « bien avant Munich » à Georges Wormser. Georges Mandel l’homme politique, Paris, (...)

« D’abandon en abandon, la politique du pays, chez nous et vis-à-vis de nos adversaires ne peut plus être redressée. Savez-vous pourquoi ? Parce que la France est malade, malade de frousse, malade d’égoïsme, malade de vieillissement bourgeois. C’est la bourgeoisie qui par snobisme ou par étroitesse d’intelligence, a cru au Front populaire. On ne peut plus compter sur son bon sens encore moins sur son courage. Dites-vous bien qu’intellectuels mis à part, elle ressent, sans trop oser le dire, beaucoup d’admiration pour Hitler. Son vrai désir, c’est de s’entendre avec lui. Elle accepte tout »43.

37Au fond, la pensée de ces « décideurs décidés » repose sur la conviction que la puissance d’un État dépend certes de ses forces réelles, militaires, économiques, mais aussi de sa capacité à « prendre ses responsabilités », donc à vouloir.

38En face, le « réalisme » strict prévaut :

  • 44 Déclaration de P.É. Flandin devant la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés, (...)

« Une nation fait la politique que lui permettent son Armée et ses moyens militaires. Elle ne peut aller au-delà... Avez-vous l’armée, la marine, l’aviation, le matériel et les finances de cette diplomatie ? Si oui, marchons ! Si non, il faut le dire. Or je pense que vous n’avez ni l’armée, ni la marine, ni l’aviation, ni le matériel, ni les finances de cette politique »44.

39En février 1938, avant l’Anschluss, P.É. Flandin expose brutalement ses vues, qui sont, à des nuances près, celles de l’autre groupe extrême des décideurs. Elles sont mieux explicitées dans des articles de journaux pendant l’année 1938. Ainsi écrit-il :

  • 45 Extraits d’articles, cités par J. Michaud, « La puissance française vue par le personnel politique (...)

« Il faut savoir être forts, mais se garder d’être téméraires et... la meilleure manière de défendre son pays et de préparer son avenir, c’est de mesurer exactement sa force et les autres forces qui lui sont opposées... un tel patriotisme est un patriotisme d’équilibre qui vise à la paix »45.

L’exacte mesure du rapport des forces est donc la pierre de touche de la politique extérieure. Il ne faut pas y ajouter des considérations morales ; il faut régler nos actions sur nos intérêts stricts :

  • 46 Extraits d’articles, cités par J. Michaud, « La puissance française vue par le personnel politique (...)

« Elle [l’Allemagne] tend naturellement à s’étendre. Parmi les diverses formes d’expansion vers lesquelles elle se sent entraînée, en existe-t-il qui soient de nature à moins gêner que d’autres nos intérêts essentiels ? Voilà tout le problème ! C’est à lui que les Français devraient réfléchir... Nous ne nous en tirerons pas par de simples négations. Nous nous en tirerons encore moins, si nous laissons d’autres considérations, la question juive par exemple, la lutte contre les dictatures, obscurcir, fausser la question des rapports franco-allemands. Nous avons le droit et même le devoir de penser d’abord et avant tout à nous, aux autres ensuite. Nous n’avons pas été créés par la Providence pour entreprendre une sorte de croisade, dictée par des raisons sentimentales, idéologiques »46.

40On ne peut mieux exprimer l’égoïsme national. Le sort de la Tchécoslovaquie est, à l’avance, nettement tranché.

41 Mais, en allant plus au fond des choses, on décèle nettement la perception pessimiste de la puissance française, annonciatrice de renoncements et de collaboration avec les plus forts. Ce froid réalisme justifie l’abandon des alliances dans l’est de l’Europe, mais il témoigne aussi du type de raisonnement suivi par Flandin et par bon nombre d’hommes politiques français de ce temps. Implicitement, ils admettent le déclin de la France comme puissance face à la montée allemande. Ils seront prêts à la collaboration avec l’Allemagne dans les débuts de Vichy lorsque la défaite militaire de juin 1940 aura confirmé leur diagnostic. (S’agit-il d’une situation spécifique à l’Europe et peut-on trouver en Afrique, dans l’Empire colonial, le substitut à ce déclin ? Nous laissons aux spécialistes des problèmes de l’Empire le soin d’en débattre.) Un fait demeure : pour ceux qui suivent les idées de P.É. Flandin, la France de 1938 n’est plus considérée comme une puissance comparable à l’Allemagne.

  • 47 Cf. le portrait de G. Bonnet par R. Massigli dans son livre La Turquie devant la guerre, Paris, Plo (...)

42Flandin avait-il converti Bonnet à ses vues ? Bonnet, tenu à beaucoup plus de réserves à cause de ses fonctions ministérielles, mais apte à aller dans le sens lui paraissant politiquement « utile »47, nous semble avoir, en fait, adopté une semblable perception de la puissance française. On a déjà signalé sa méfiance vis-à-vis de la force militaire française ; or, pour Bonnet, d’autres faiblesses existent dans la France de 1938. Il faut ici citer le témoignage de P. Lazareff, invité à déjeuner par Bonnet, peu après la formation du ministère Daladier. Bonnet lui aurait dit :

  • 48 P. Lazareff, De Munich à Vichy, op. cit., p. 32.

« Ne faisons pas d’héroïsme, nous n’en sommes pas capables. Les Anglais ne nous suivront pas. C’est très joli de s’instituer le gendarme de l’Europe, mais encore faut-il avoir pour cela autre chose que des pistolets à amorce, des menottes en paille et des prisons en carton. En tant que ministre des Affaires étrangères, je suis résolu d’aller jusqu’au bout de mon rôle, qui est celui de trouver une solution avant que le ministre de la Guerre soit obligé d’en prendre une. La France ne peut plus se permettre une saignée comme celle de 1914. Notre démographie baisse tous les jours. Enfin le Front populaire a mis le pays dans un tel état qu’il doit sagement se préparer à une convalescence, une imprudence pourra lui être fatale »48.

43Deux arguments avancés complètent la perception pessimiste de la puissance française par Bonnet : démographie en baisse, maladie du corps social qui a besoin de convalescence. Comment bâtir une politique extérieure énergique sur de telles prémices ? La solution est évidente ; on doit transiger, négocier avec l’Allemagne, tout comme Chamberlain veut le faire. L’apaisement procède naturellement d’une évaluation des forces disponibles, en apparence « mathématique ». En réalité, l’objectivité en ce domaine est illusoire, car il faudrait pouvoir comptabiliser des données subjectives, comme la capacité de mobilisation d’un corps social ou bien encore la cohésion réelle d’un peuple derrière ses dirigeants.

44Au demeurant, même ces pessimistes de la tendance Bonnet-Flandin relativisent leur point de vue sur la puissance diminuée de la France. Par exemple, la stratégie de l’apaisement en Europe, au prix d’un abandon des alliances de revers contre l’Allemagne, n’implique pas un renoncement au rôle de puissance ailleurs, notamment en Afrique et en Méditerranée occidentale. L’ambassadeur soviétique à Paris le souligne dans un rapport à son gouvernement en décembre 1938 :

  • 49 Lettre de Souritz à Litvinov du 27 décembre 1938. L’URSS dans la lutte..., op. cit., p. 95.

« toute l’activité diplomatique est actuellement concentrée sur le secteur méditerranéen et se déroule sous le mot d’ordre de défense des intérêts de l’Empire français... « Pas un pouce de sol français », c’est là l’orgueilleux mot d’ordre dont s’inspire actuellement la diplomatie française »49.

  • 50 En mars 1938, l’un des sujets des épreuves écrites du Concours du Quai d’Orsay avait porté sur l’op (...)
  • 51 Voir plus haut l’article, « La politique extérieure française de l’après Munich (septembre 1938-avr (...)

Seulement cette politique suppose que l’Allemagne accepte de négocier sur la base du renoncement français en Europe centrale et orientale50. Après Munich, entre octobre 1938 et mars 1939, la France tente de mener cette politique d’entente avec l’Allemagne en supposant que celle-ci freinera les ambitions de son allié fasciste italien51. Cette stratégie se révèle impossible au printemps 1939, puisque les deux alliés fascistes se soutiennent étroitement et puisque l’Allemagne ne se sent pas tenue à un minimum de compréhension avec la France.

  • 52 A l’automne 1940, G. Bonnet rencontre encore O. Abetz qui, du côté allemand, encourageait cette pol (...)
  • 53 Éditorial daté du samedi 1er octobre 1938, vendu le 30 septembre.

45Or, après la défaite de juin 1940, n’est-ce pas vers un renouveau de cette politique de collaboration franco-allemande que les dirigeants de Vichy se dirigent ? Cette fois, la perception de l’impuissance française est nette chez les décideurs, elle les justifie de tenter à nouveau une même politique, avec de moins bonnes cartes. Le retour de Flandin à la direction des Affaires étrangères en décembre 1940 confirme bien que la logique demeure la même, fondée sur les mêmes prémices quant à la puissance française. Il ne peut être question ici de déborder du cadre chronologique de 1938-1939, toutefois nous n’hésitons pas à considérer que la continuité de stratégie entre ces réalistes-pessimistes de 1938 et les dirigeants du régime de Vichy en 1940-1941 n’est pas fortuite ; les hommes sont souvent les mêmes52 ; leurs idées subsistent avec, à la base, une perception négative de la puissance française face à la puissance allemande. Puisque la France est plus faible que l’Allemagne, il faut s’entendre avec elle ; la conférence de Munich en 1938 correspond donc parfaitement à cette conception. Elle n’est pas envisagée comme un moindre mal par les tenants de cette tendance ; elle est saluée comme un succès ! Citons ici l’éditorial de Paris-Soir, signé de Jean Prouvost (futur ministre de l’Information du premier gouvernement Pétain), le jour même de l’accord de Munich53 :

« Hommage aussi aux nôtres ! Hommage à Édouard Daladier, qui – on ne le dira jamais assez –, fut à l’origine de cette vigoureuse offensive pacifique ! A Georges Bonnet qui le seconda sans cesse de tous ses efforts et qui, malgré tous les obstacles, ne désespéra de la paix à aucun moment, quelque tragique qu’il fût ! A tous ceux qui, au gouvernement, ont su discerner clairement où était l’intérêt de la Patrie.
Car, de cette crise terrible, la France pouvait mourir ou sortir amoindrie. Elle en émerge la tête haute, avec ses amitiés d’hier renforcées, avec surtout l’amitié franco-britannique définitivement scellée, mais aussi avec l’amorce de collaborations nouvelles pour demain, [souligné par nous, R.G.].
Notre président du Conseil et notre ministre des Affaires étrangères nous ont gardé la paix. C’est bien. Ils ont conservé la paix dans l’honneur et la dignité. C’est mieux ».

46On comprend mieux dès lors l’attitude triomphante de G. Bonnet lors des manifestations d’enthousiasme qui saluent les deux « héros » entre le Bourget et le ministère de la Guerre, dans l’après-midi du 1er octobre. Ces manifestations ont d’ailleurs été fort « souhaitées » par le même journal qui, dans le même numéro, indique l’itinéraire que suivra le cortège, en ajoutant (p. 5) :

« Les Parisiens auront certainement à cœur d’aller nombreux applaudir sur le chemin du retour, entre le Bourget et Paris, le président du Conseil qui ramène la paix ».

47En fait, on le sait aujourd’hui, Daladier ne rentrait ni satisfait, ni persuadé de ramener la paix. Tout au contraire. Pourquoi cette différence d’attitude entre Daladier et Bonnet qui, ne l’oublions pas, ne fut pas convié à Munich ? Là encore, la conception de la puissance française est à la base du désaccord entre les deux hommes. Le point de vue personnel de Daladier transparaît sans doute dans les commentaires suggérés, le jour même de l’accord, à Jules Sauerwein, l’envoyé spécial de Paris-Soir à Munich ; le thème en est clair : « Chacun a cédé quelque chose. Il n’y eut ni vainqueur ni vaincu ». Pourquoi ce « succès » ?

« Parce que ces hommes [les quatre chefs d’État] sont arrivés bardés de fer, auréolés par la puissance de leur empire, par la confiance de leurs peuples et par la force de leurs armées... La force étalée n’a pas eu à s’employer parce qu’elle était trop bien équilibrée entre les divers camps ».

On constate combien la notion même de puissance et son corollaire, la notion de rapport relatif des forces, sont présentes dans ce texte. Il y aurait donc eu « équilibre des forces ». Citons encore la conclusion de l’article de Sauerwein :

« Disons-nous bien, comme conclusion de ces journées, que nous ne devons plus avoir qu’une seule devise, tout en collaborant sincèrement à une stabilisation européenne. Cette devise est veiller et travailler ».

Comme on le remarque, cette devise ne correspond guère à l’assurance de la paix future ; il s’agit bien plus de conserver l’équilibre des forces, ou mieux encore de renforcer la force française. Un autre témoignage nous éclaire sur la pensée de Daladier, celui de Paul Stehlin, attaché militaire de l’Air en Allemagne, qui dîne en tête-à-tête avec Daladier le soir même de la négociation. Daladier lui dit :

  • 54 P. Stehlin, Témoignage pour l’Histoire, Paris, Laffont, 1964, p. 104.

« Maintenant la partie est jouée, il n’y avait peut-être rien d’autre à faire. C’est à l’avenir qu’il faut penser. Nous devons rattraper le temps perdu, pour votre arme surtout, la plus mal préparée et la plus importante pourtant... »54.

Ainsi, le jour même de Munich, il apparaît nettement que Daladier et Bonnet n’ont pas la même politique ; gagner du temps pour le premier et se refaire, initier une autre stratégie pour le second.

  • 55 Les témoignages des ambassadeurs Massigli, Chauvel, Bérard sont concordants à ce sujet, de même que (...)
  • 56 Cf. le témoignage de P. de Villelume, dans Journal d’une défaite, août 1939- juin 1940, Paris, Faya (...)

48Mais le lendemain de Munich, après le bain de foule, et sans doute parce que les conditions de la vie politique intérieure, notamment au sein du parti radical, donne un net avantages aux « apaiseurs », Daladier opte pour la ligne Bonnet. Au demeurant, ni Reynaud ni Mandel n’offrent alors leur démission du gouvernement, comme Duff Cooper le fait au même moment en Grande-Bretagne. Chaque tendance reste persuadée que l’avenir lui rendra justice. Est-il toutefois avantageux de réunir au sein d’un même gouvernement des hommes politiques aussi divisés ? Est-il également opportun de s’appuyer sur une haute administration de décideurs, eux-mêmes divisés et opposés sur la tactique à suivre, à l’image d’un quai d’Orsay où les deux clans s’affrontent désormais sans concessions réelles, au delà des convenances rituelles ?55 La conséquence à court terme sera l’entrée en guerre en 1939 sans volonté profonde, « à la remorque » des Britanniques, et dans un profond pessimisme. Au sein de chaque équipe des décideurs qui entourent les ministres importants, ce ne sont que luttes sournoises entre « pacifistes » et « résistants »56. A la tête de l’État, le décideur n° 1 est lui-même indécis, poussé et repoussé par son entourage dans un sens, puis dans l’autre ; il finit par adopter la ligne de conduite qu’il avait condamnée en 1938 : mobiliser pour ne rien entreprendre véritablement. La drôle de guerre succède à la drôle de paix. Lorsque Reynaud prendra la succession de Daladier, en mars 1940, au fond rien ne changera vraiment au-delà de verbe. N’est-ce pas parce que la perception de la puissance française, commune à tous les décideurs, se fonde sur un profond sentiment d’impuissance ? La décadence est dans les esprits. On se prépare à la défaite.

49Pourquoi cette décadence ? Les décideurs avaient-ils finalement pris leur décision après un calcul des forces en présence, forces démographiques, forces militaires, forces économiques et financières ? Sans doute les évaluations des rapports de force ont pesé, mais il faut, nous semble-t-il, faire intervenir une autre donnée, fondamentale pour comprendre les choix faits. Nous avions évoqué la notion de volonté. La voici, exprimée par un autre protagoniste, Pierre Laval, en décembre 1938 :

  • 57 Conversation avec Bertrand de Jouvenel, Un voyageur..., op. cit., p. 348 (datée du 6 décembre 1938)

« Les hommes qui sont venus au pouvoir ont oublié que la prépondérance française en Europe n’était pas un fait de nature, mais le fruit d’un long effort. Nous sommes inférieurs en population et en industrie à l’Allemagne, dans des proportions considérables... Si l’on veut être déterministe, si l’on croit que tout est commandé par les chiffres, alors il faut dire que la prépondérance allemande est inévitable. Je crois moi, que c’est la volonté humaine, qui fait les événements. Je constate que nous avons occupé une position dominante jusqu’au moment où nous avons follement rompu les alliances que l’Histoire, la Géographie et le sentiment des peuples rendaient logiques et nécessaires ; jusqu’au moment aussi où nous avons oublié la nécessité du travail, de la discipline et de l’esprit de sacrifice, qui seuls, font et maintiennent la grandeur d’une nation »57.

50Laval a déjà expliqué au même interlocuteur les raisons de la faiblesse française en 1938 et la solution qu’il conviendrait d’adopter :

  • 58 Id., p. 344.

« Ils ne s’en tireront pas. Ils se débattent et s’enfoncent. Aucun redressement n’est possible, ni en diplomatie, ni en finances... Le remède, c’est la force, la FORCE... Ils ne se dégageront pas de la politique des groupes, ils continueront à essayer de concilier les opinions des groupes au lieu de fixer les yeux uniquement sur l’intérêt de la France »58.

51 On voit déjà poindre une solution adoptée trois années plus tard par le même Laval. Mais on peut retenir l’idée d’une nécessaire cohésion nationale pour pouvoir donner leur réelle efficacité aux autres forces.

52Or, cette cohésion fait défaut dans la France de 1938. La démonstration en est faite en mars 1938, lorsque Léon Blum a vainement proposé aux groupes politiques de droite d’entrer dans un gouvernement d’union. Parmi les arguments utilisés par Blum pour obtenir l’accord des droites, nous retrouvons la même idée :

  • 59 Texte de la déclaration de L. Blum aux groupes de la minorité, le 12 mars 1938, cité par G. Lefranc (...)

« Ne pensez-vous pas qu’aujourd’hui, une des garanties de la paix est dans l’impression que la France donnera de sa force et que ce serait un élément de la force française au dedans et au dehors que ce spectacle dont vous ne pouvez méconnaître la grandeur, d’un peuple entier, se rassemblant d’une extrémité de l’opinion républicaine à l’autre, d’un peuple... se redressant de toute sa taille, parce qu’il sent que l’heure est dure, difficile, et qu’on n’a pas le droit de laisser de côté une seule des énergies françaises républicaines »59.

53En réalité, les divisions de la politique intérieure ont pris alors le pas sur la nécessité d’une volonté unique en politique extérieure. Le choc psychologique du Front populaire, la peur des uns, la volonté de revanche d’autres, la violence des déclarations dans la presse concourent à accentuer les divisions entre Français. On ne peut guère l’ignorer à l’époque dans le calcul des forces ; les décideurs le savent et ils sont eux-mêmes souvent partisans. On pourrait parler de deux France, celle des uns n’étant pas celle des autres. Une de ces France peut faire une certaine politique extérieure, l’autre non : les uns acceptent l’alliance avec l’URSS, les autres pas ; les uns souhaitent l’entente avec l’Italie, les autres pas. Comment parler alors d’une volonté française ? Ainsi, l’un des atouts essentiels de la puissance d’une Nation a disparu.

« Notre pays donne l’impression d’un malade ; il semble atteint d’une profonde dépression nerveuse avec inhibition de la volonté, avec absence totale de conscience de sa propre force et de sa propre valeur, avec manque de foi dans son avenir et dans sa destinée »,

déclare un député alsacien, Oberkich, à la Chambre en mars 1938. Il n’est pas le seul à connaître ces carences. Hitler les connaît. Il saura en user.

Notes

1 Voir P. Gerbod, L’Europe culturelle et religieuse de 1815 à nos jours, Paris, PUF, 1977, p. 293.

2 Cf. J.-B. Duroselle, Tout empire périra, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, 2e partie, « Du calcul (système de finalité) ».

3 P. Reynaud, dans son livre La France a sauvé l’Europe, Paris, Flammarion, 1947, t. 1 (p. 540 et sq.) estime que l’une des causes de la défaite est due au non-fonctionnement du régime parlementaire.

4 Comme les responsabilités sur l’armée française sont divisées en trois domaines ministériels distincts, Terre, Mer et Air, en fait, ce sont le plus souvent trois ministres qui sont concernés.

5 Le président de la République pourrait, en théorie, intervenir dans la décision, mais la tradition depuis les débuts de la IIIe République et la faible personnalité d’Albert Lebrun laissent le premier personnage de l’État hors de la réalité des choix. Il est informé et il suit la volonté du gouvernement.

6 Chiffre donné par J.-B. Duroselle, La Décadence, 1932-1939, Paris, Publications de la Sorbonne, 1979, p. 270.

7 Voir lieutenant-colonel H. Dutailly, Les problèmes de l’armée de terre française, 1935-1939, Paris, Imprimerie nationale, 1980.

8 Depuis le 30 mars 1938, une conférence hebdomadaire réunit au Quai d’Orsay R. Massigli et un représentant des trois armes.

9 Sur la mission Nécas et sa portée, voir « Munich, 1938. Mythes et réalités », Revue des études slaves, LU, 1-2, 1979, p. 135.

10 « Ah ! Ces séances de la Chambre, tumultueuses, retentissantes de cris de haine, souvent interrompues par des pugilats, elles se terminaient à la buvette ou dans les couloirs par de grandes tapes dans le dos, des rires, des poignées de main. » P. Lazareff, De Munich à Vichy, Brentanos, New-York, 1944, p. 44.

11 J.-B. Duroselle a bien montré les quatre pôles qui se constituent en France au moment de Munich : les pacifistes traditionnels de la gauche, le nouveau pacifisme de droite, les antifascistes résistants de gauche, la droite nationaliste. La décadence, op. cit., p. 357 et sq.

12 Statistiques publiées dans une brochure de l’école datée de 1934-1935, citée par P. Rain, L’École libre des sciences politiques, Paris, FNSP, 1963, p. 90.

13 En 1938, 11 % seulement des officiers proviennent de l’École polytechnique. Cf. Dutailly, op. cit., p. 248.

14 Cf. le volume du Centenaire de l’École supérieure de guerre, 1876-1976.

15 Les grands problèmes généraux d’ordre économique, politique, financier, démographique sont étudiés dans leurs rapports avec la Défense nationale, de même que la politique extérieure. Cf. Dutailly, op. cit., p. 240.

16 Nous empruntons ces mots au livre de J.-N. Jeanneney, L’argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du XXe siècle, Paris, Fayard, 1981.

17 P. Lazareff, dans De Munich à Vichy, op. cit., et Pertinax, dans Les fossoyeurs, Sagittaire, 1946, ont donné d’utiles détails sur cette vie mondaine.

18 Voir S. Berstein, « Le parti radical-socialiste, arbitre du jeu politique français », in La France et les Français en 1938-1939, Paris, FNSP, 1978, p. 284.

19 Voir P. L. Bret, Au feu des événements. Mémoires d’un journaliste, 1929- 1944, Paris, Plon, 1959, p. 68.

20 Sur ces aspects, voir les Mémoires d’un ambassadeur, histoire d’une politique franco-allemande, par O. Abetz, Stock, 1953 ; l’article de B. Michel sur « L’action de Stefan Osusky » dans Munich 1938, op. cit., p. 126 ; le témoignage de Bertrand de Jouvenel, Un voyageur dans le siècle, Laffont, 1979, et M. Gallo, La Ve Colonne, Paris, Plon, 1970.

21 Cf. la publication de documents en français, L’URSS dans la lutte pour la paix à la veille de la Seconde Guerre mondiale, septembre 1938-août 1939, Éditions de Moscou, 1976.

22 Ph. Marguerat, « Positions économiques de la France dans la zone de la Petite Entente au cours des années trente », in L’historien et les relations internationales. Hommage à Jacques Freymond, Genève, IUHEI, 1981, p. 346.

23 Je reprends ici les idées des rapports particuliers présentés par N. Carré de Malberg et R. Frank publiés dans Relations internationales, n° 33, printemps 1983, p. 23 et p. 43.

24 P. Reynaud est ministre de la Justice du cabinet Daladier jusqu’au 1er novembre 1938.

25 Archives déposées à la Fondation nationale des sciences politiques après sa mort en 1970.

26 Entre son Défense de la paix. De Washington au Quai d’Orsay, publié à Genève, en exil, en 1946 et son Dans la tourmente, 1938-1948, Fayard, 1971, G. Bonnet, ancien avocat, a beaucoup plaidé pour défendre sa politique.

27 Par exemple, le volume IX des Documents diplomatiques français 1932-1939 (DDF), 2e série, Paris, Imprimerie nationale, 1974, qui publie les procès-verbaux des séances des 28 et 29 avril 1938, contient aussi des notes « préparatoires » à cette rencontre.

28 Compte rendu de la rencontre dans DDF, t. IX, op. cit., p. 563 et p. 579.

29 En outre, à la veille de son voyage à Londres, Daladier a reçu une note de Gamelin sur l’action possible de la France en faveur de la Tchécoslovaquie. DDF, op. cit., p. 538.

30 Id., p. 580.

31 Id., p. 583.

32 Id., p. 581. A noter au passage le dédain de Neville Chamberlain pour les Américains.

33 Id., p. 583. Les mots-clés ont été soulignés par nous.

34 Dépêche secrète du lieutenant-colonel Salland du 21 mars 1938, DDF, t. IX, p. 19.

35 Procès-verbal de ces conversations avec annotations postérieures de Daladier dans les Archives Daladier, à la FNSP, carton 2 DA 2, dr 7.

36 Cf. A. Adamthwaite, « Le facteur militaire dans la prise de décision franco-britannique avant Munich », in Munich 1938, op. cit., p. 63.

37 G. Bonnet a toujours prétendu que son choix personnel avait reposé sur la contestation de la faiblesse militaire française. Cf. « Les armées de la démocratie à la veille de la guerre (septembre 1938) » in Défense de la paix, op. cit., chap. 13.

38 Compte rendu dans 2 DA 3, dr 2. C’est bien ce que l’on fera en septembre 1939 !

39 Texte partiel du discours dans La France a sauvé l’Europe, op. cit., p. 102 et sq. P. Reynaud répliquait à P.É. Flandin, qui, surtout en commission, manifestait le plus sombre pessimisme.

40 Id., p. 101. C’est bien le maréchal Pétain qui avançait ce dernier argument.

41 Lettre citée par Reynaud. Id., p. 558.

42 Id., p. 132. Conférence prononcée à la « Société des Conférences ».

43 Déclaration faite « bien avant Munich » à Georges Wormser. Georges Mandel l’homme politique, Paris, Plon, 1967, p. 218.

44 Déclaration de P.É. Flandin devant la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés, le 16 février 1938. Procès-verbal, archives de l’Assemblée nationale.

45 Extraits d’articles, cités par J. Michaud, « La puissance française vue par le personnel politique français du centre : l’exemple de l’Alliance démocratique », mémoire de maîtrise, Nanterre, 1980, pp. 137-138.

46 Extraits d’articles, cités par J. Michaud, « La puissance française vue par le personnel politique français du centre : l’exemple de l’Alliance démocratique », mémoire de maîtrise, Nanterre, 1980, pp. 137-138.

47 Cf. le portrait de G. Bonnet par R. Massigli dans son livre La Turquie devant la guerre, Paris, Plon, 1964, p. 23.

48 P. Lazareff, De Munich à Vichy, op. cit., p. 32.

49 Lettre de Souritz à Litvinov du 27 décembre 1938. L’URSS dans la lutte..., op. cit., p. 95.

50 En mars 1938, l’un des sujets des épreuves écrites du Concours du Quai d’Orsay avait porté sur l’opportunité de laisser les mains libres à l’Allemagne en Europe orientale. Témoignage de L. de Guiringaud dans B. Massin et J. Descola (éd.), Il y a 40 ans, Munich, Paris, Plon, 1978, p. 264.

51 Voir plus haut l’article, « La politique extérieure française de l’après Munich (septembre 1938-avril 1939) ».

52 A l’automne 1940, G. Bonnet rencontre encore O. Abetz qui, du côté allemand, encourageait cette politique de collaboration. Cf. B. de Jouvenel, Un voyageur dans le siècle, op. cit., p. 400.

53 Éditorial daté du samedi 1er octobre 1938, vendu le 30 septembre.

54 P. Stehlin, Témoignage pour l’Histoire, Paris, Laffont, 1964, p. 104.

55 Les témoignages des ambassadeurs Massigli, Chauvel, Bérard sont concordants à ce sujet, de même que les notes personnelles de Daladier laissées dans ces dossiers. Cf. G.H. Soutou, « La perception de la puissance française par René Massigli en 1938 », Relations internationales, n° 33, p. 11.

56 Cf. le témoignage de P. de Villelume, dans Journal d’une défaite, août 1939- juin 1940, Paris, Fayard, 1976.

57 Conversation avec Bertrand de Jouvenel, Un voyageur..., op. cit., p. 348 (datée du 6 décembre 1938).

58 Id., p. 344.

59 Texte de la déclaration de L. Blum aux groupes de la minorité, le 12 mars 1938, cité par G. Lefranc, Histoire du Front populaire, Paris, Payot, 1965, annexe n° 21, p. 473.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search