Version classiqueVersion mobile

Être historien des relations internationales

 | 
René Girault

I. Le poids de l’économie

Les impérialismes de la première moitié du XXe siècle

Note de l’éditeur

Article publié dans la revue Relations internationales, 1976, n° 7, p. 193-209. Ce numéro, ainsi que le précédent, est consacré à l’étude de « l’impérialisme ».

Texte intégral

« L’impérialisme en tant que conduite tendant à la constitution d’un empire au sens classique et politique s’est retiré du devant de la scène, l’impérialisme en tant que relation inégalitaire entre États, en tant que volonté du Grand d’influer sur la vie intérieure et la conduite extérieure du Petit, n’a jamais été, autant qu’à notre époque, la chose du monde la mieux partagée. »
R. Aron, « République Impériale, les États-Unis dans le Monde », p. 265.

1L’élargissement considérable des relations internationales apparaît comme l’un des traits majeurs de l’histoire universelle depuis une centaine d’années : la diffusion des transports, leur accélération, le volume croissant des échanges commerciaux et financiers, la circulation plus facile, plus rapide, plus importante des hommes ont bouleversé les rapports entre les États et peuples du monde entier ; même si la connaissance exacte que chaque peuple peut avoir des autres n’a pas toujours progressé au même rythme, il reste que l’horizon quotidien d’une majorité d’habitants de notre planète est devenu mondial ; les moyens audiovisuels fondamentaux, comme la télévision ou le cinéma, ont contribué ou contribuent encore à montrer de manière quasi instantanée la vie des nations les plus éloignées. Or cette extraordinaire expansion a abouti à faire se rencontrer plus que jamais populations développées et sous-développées, États riches et États pauvres, puissances planétaires et petites puissances ; rapports inégaux, échanges inégaux sont très souvent les termes utilisés pour dépeindre les relations internationales dans leurs grandes lignes. Alors un mot commode vient sous la plume des commentateurs pour dépeindre ces rapports, le mot d’impérialisme.

2Ce mot est suffisamment vague et général pour que certains l’emploient indifféremment pour caractériser les liens entre les États-Unis et l’Amérique latine, ou ceux entre l’URSS et l’Europe orientale, ou bien encore entre la France et les pays africains d’expression française, voire entre États africains ayant accédé depuis 1960 à l’indépendance, etc. Le mot est passe-partout, chargé de malédictions, constamment associé à « à bas » et jamais à « vive ». Mais en vérité que signifie ce mot « magique » ? Quel sens peut-il avoir pour l’historien des relations internationales contemporaines ?

3Qu’on nous permette ici une brève digression : l’historien « contemporanéiste » (le mot est laid mais habituel), surtout lorsqu’il étudie le XXe siècle, est considéré avec quelque condescendance par ses collègues d’autres périodes car son travail consiste encore souvent à reconstituer l’événement sans toujours avoir accès aux archives ; dès lors, il est au mieux un vulgarisateur pédant, car on lui reconnaît rarement l’aisance du journaliste ; incapable de théoriser à la manière des philosophes, des sociologues ou des politologues, car il sait sûrement qu’il ne sait pas grand-chose d’établi au-delà de l’écume des apparences, on l’accuse d’être trop modeste (si l’on est indulgent) ou sans perspectives historiques (si l’on appartient à quelque Ecole célèbre). En réalité les données offertes à l’historien du XXe siècle sont tellement nombreuses, multiformes, rapidement changeantes, qu’il est toujours menacé d’être enseveli sous cette avalanche ; dès lors dégager des lignes générales, des forces profondes, explicatives se révèle ardu, dangereux, à moins de négliger les faits, ce que par essence nul historien ne peut envisager sereinement ; les philosophes marxistes ou non, les économistes, keynésiens ou non, les linguistes, structuralistes ou non, et bien d’autres techniciens des sciences humaines sont à ses côtés pour lui fournir des instruments de travail, des modèles de réflexion ; mais comment faire la synthèse de ces diverses sciences ? Parmi les sources abondantes dont l’historien dispose, les séries quantitatives qui se rapportent à l’évolution économique s’imposent à l’attention ; elles paraissent apporter le réel exact dans le mouvant et l’incertain ; un sou est un sou, une dévaluation ou une crise sont aisément repérables ; les structures économiques, la conjoncture préoccupent trop aujourd’hui tous les hommes politiques pour que ces éléments n’aient pas joué un rôle sensible, déterminant diront certains, dans l’élaboration des décisions politiques. Aussi les relations entre l’économique et le politique sont-elles placées aujourd’hui au centre des investigations des historiens contemporanéistes ; sans doute l’analyse marxiste a-t-elle également contribué à imposer ce type de recherche, mais même pour les non-marxistes, la liaison entre l’économique et le politique est l’objet d’études attentives. D’autres thèmes de recherches existent, mais jusqu’à ce jour ils n’ont pas acquis la « célébrité » du précédent.

4Dès lors l’attitude de l’historien des relations internationales contemporaines vis-à-vis de l’impérialisme apparaît clairement : sans se laisser prendre au vague du mot impérialisme (tel qu’il est souvent utilisé par d’autres), il va tout d’abord chercher à comprendre ce que recouvre ce mot, ici ou là, hier ou maintenant ; au départ, il n’existe pas un impérialisme, mais des exemples d’impérialisme dont il faudra dégager les principales caractéristiques ; ensuite, puisque l’impérialisme paraît définir les rapports entre Fort et Faible, Grand et Petit, quel rôle particulier les facteurs économiques jouent-ils dans l’élaboration de ces relations inégales ? En outre, puisque des impérialismes existent, derrière ces entités se « cachent » des hommes ; or qui sont les impérialistes ? Où les trouve-t-on, que représentent-ils ? Question simple à réponse difficile.

  • 1 Relations internationales, n° 6, été 1976 : Raymond Poidevin, « Aspects de l’impérialisme allemand (...)
  • 2 L’article de Mme Coquery est le seul dans ces numéros à évoquer l’impérialisme d’après 1945.

5Les articles présentés dans les deux numéros1 de cette revue consacrés à l’impérialisme ont trait en gros à la période qui s’étend de l’extrême fin du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres. Cette périodisation n’est pas fruit du hasard ; les deux extrémités de la période ont leurs raisons : le point final de l’impérialisme n’est évidemment pas mis par la Seconde Guerre mondiale, tant s’en faut, mais, à l’heure présente, les études d’historiens français sur l’après-Seconde Guerre mondiale sont encore rares2. En vérité à partir de 1945-1950, la bipolarisation dans les relations internationales, puis la décolonisation ont suscité des formes nouvelles de l’impérialisme qui sans aucun doute méritent analyse, mais force nous est de reconnaître que pour l’instant l’historien français peut à peine proposer des hypothèses de travail sur ce domaine. Au contraire le point de départ de la périodisation répond vraiment à l’observation technique historique.

  • 3 S.E. Crowe en conclut que Bismark est un grand Européen mais un piètre homme d’État colonial ; The (...)
  • 4 Cf. Platt, Finance, trade and politics. British foreign policy 1815-1914, Oxford, 1968. En 1886 Lor (...)

6Dès la fin du XIXe siècle (années 1880 et suivantes), les contemporains avaient remarqué l’élargissement du champ vrai des relations internationales. Certes les relations entre les États de l’hémisphère sud ou le continent africain noir d’une part, et l’Europe ou les États-Unis d’autre part, existaient dès les débuts de ce siècle, mais elles demeuraient parfaitement marginales pour l’élaboration de la grande politique ; le continent asiatique était déjà plus déterminant à cause de l’importance de l’empire des Indes pour les Britanniques, et dans une moindre mesure de la Sibérie et du Turkestan pour les Russes, tout comme le pourtour méditerranéen formait une entité pesant d’un certain poids sur la stratégie des grandes puissances ; toutefois on peut considérer que jusque vers les années 1880, ce qui prime pour les responsables politiques ou économiques européens, ce sont les problèmes (ou conflits) intérieurs à l’Europe ; la notion d’équilibre européen préoccupe les dirigeants plus que les conquêtes coloniales déjà entreprises : en 1885 lors de la conférence de Berlin, il est clair que Bismarck par exemple se soucie beaucoup plus d’objectifs européens que du sort de l’Afrique centrale3. Il n’est même pas sûr que les hauts fonctionnaires du Foreign Office, aristocrates dédaigneux des « affaires » ou sceptiques sur l’opportunité de développer la foi chrétienne dans les colonies aient eu jusqu’à ce moment un certain intérêt pour ces lointaines contrées4.

  • 5 Robinson and Gallagher, Africa and the Victorians, the official mind of imperialism, Londres, 1961.
  • 6 Cf. J.-L. Miège, Expansion européenne et décolonisation de 1870 à nos jours, Paris, PUF, 1973.
  • 7 Cf. J. Lowe, The reluctant Imperialists, British Foreign Policy 1878-1902, Londres, 1967.

7A partir des années 1880, la situation évolue : en Europe les zones conflictuelles paraissent être neutralisées, y compris dans les Balkans, et les points chauds portent des noms exotiques comme Fachoda, Khiva ou Cuba. Le scramble for Africa commence, la conférence de Berlin semble mettre un terme à la politique du Free Trade, pour lui substituer soit celle du Fair Trade, soit celle plus impériale du « trade with rule when necessary »5. Léopold II est-il l’initiateur de ce changement ou bien l’action de Brazza a-t-elle enflammé les Français au point de susciter une expansion coloniale renforcée, ou bien encore les initiatives anglaises vis-à-vis de l’Égypte ont-elles abouti à ce que le partage de l’Afrique apparaisse comme la conséquence inévitable d’une poussée impérialiste6 ? Au fond peu importe pour notre propos ; un fait est sûr, désormais chaque puissance européenne s’affirme prête à conquérir la plus grande partie des continents « coloniaux » ; non seulement on assiste au partage de l’Afrique, mais en Asie les désirs de partage sont également évidents ; si l’Empire turc ou la Chine ne sont pas rapidement dépecés, c’est sans doute parce qu’il vaut mieux laisser subsister les cadres politiques et administratifs traditionnels pour se réserver la réalité des pouvoirs, ceux que procurent l’argent et la corruption ; on étend à l’Asie une pratique déjà courante en Amérique latine ; même pour les Britanniques favorables au Fair Trade par intérêt bien compris, il faut en venir à la conquête coloniale7. Dès lors le partage du monde correspondrait bien à la description qu’en donnent les théoriciens socialistes ou marxistes de l’époque ; de Hobson à Lénine ils dépeignent l’impérialisme comme un stade supérieur de développement du capitalisme qui cherche à compenser par ces conquêtes la baisse tendancielle du taux de profit, en se réservant soit des marchés, soit des sources d’approvisionnement. Impérialisme et conquête coloniale sont assimilés, réunis, l’un expliquant l’autre ; la Première Guerre mondiale naîtrait de l’impossibilité pour les principaux concurrents européens de s’entendre pour un partage pacifique du monde.

8Quels sont en théorie les moyens dont dispose un État pour parvenir à faire reconnaître sa « supériorité » à un autre État ? L’État impérialiste dispose de quatre moyens essentiels, semble-t-il : la force pure, c’est-à-dire la puissance militaire ; la richesse relative, c’est-à-dire la possibilité économique et financière d’imposer à autrui ses intérêts propres ; l’influence idéologique qui fait du premier un modèle pour le second ; le poids politique qui incite les Petits à rejoindre la clientèle d’un Grand pour se protéger d’un autre Grand. Il n’est pas nécessaire de posséder tous ces atouts pour entreprendre, mais dans un monde où les relations économiques prennent une importance sans cesse accrue et où la force d’une nation dépend de sa croissance économique, il est clair qu’une absence de moyens économiques interdit une réelle politique impérialiste. La force pure permet la conquête impériale à la façon romaine ou arabe, à la façon des militaires coloniaux du XIXe siècle avides d’aventures et de promotions. Mais qui ne comprend la différence entre l’autorité d’un chef de poste en brousse représentant d’un État lointain et l’influence d’un homme d’affaires capable de soutenir le Trésor public déficient ou l’économie anémique de l’État pauvre ? A la limite on peut avoir un Empire sans être impérialiste, être impérialiste sans Empire.

9L’intensité des relations économiques entre État fort et État faible paraît être le critère distinctif de visées impérialistes. Si un État « riche » fait peu de commerce, envoie peu de capitaux, a peu d’échanges humains avec un État « pauvre », cela signifie l’absence de visées impérialistes du premier sur le second, ce qui n’interdit pas des ambitions impériales dues à d’autres causes. Prenons les exemples des grandes puissances coloniales avant 1914.

  • 8 Cf. D. Saul, Studies in British Overseas Trade, 1870-1914, Liverpool, 1961.

10La Grande-Bretagne est la plus largement orientée vers son Empire tant pour son commerce, ses envois de capitaux ou ses migrations de population ; le pourcentage des importations coloniales oscille à la fin du siècle (jusqu’en 1914) entre 21 % et 25 %, celui des exportations entre 32 % et 37 % ; le stock des capitaux britanniques exportés vers l’Empire serait en 1913 d’environ 45 milliards de francs, soit 48 % du total exporté. Mais il convient de remarquer que certaines parties de l’Empire sont des parentes pauvres, ignorées, à commencer par l’Afrique noire pour laquelle la Grande-Bretagne semble pourtant décidée à ne faire aucune concession politique (cf. Fachoda) : 5 % à 8 % des exportations britanniques y vont, 6 % des investissements s’y implantent (Afrique du Sud exclue) ; par comparaison les Indes occupent une place signalée (10 % à 12 % des exportations, 21 % des investissements), centrale pour le système économique et financier britannique ; on comprend l’âpreté avec laquelle l’Angleterre défend le système mis en place autour des Indes et vers les Indes8. A contrario les accords conclus avec l’Allemagne à la veille de la guerre à propos de l’Afrique centrale ne témoignent-ils pas de l’absence d’intérêts majeurs dans cette région, donc d’un certain réalisme impérial et non-impérialiste ? En Amérique latine, vers où partent 12 % à 14 % des exportations et où sont investis 20 % des capitaux britanniques, de tels « sacrifices » seraient sans doute plus difficiles ; les États-Unis l’ont compris, qui ne s’aventurent guère au-delà de l’Amérique centrale ou des Caraïbes malgré l’affirmation répétée de la doctrine de Monroe ; là, l’impérialisme yankee est apparent, mais une sorte de partage tacite existe ; l’impérialisme dominant en Amérique latine avant 1914 est britannique. Ainsi l’exemple britannique peut être retenu comme typique d’un impérialisme tourné partie vers l’Empire colonial, partie vers des zones indépendantes.

  • 9 J. Marseille, « Les relations commerciales entre la France... », art. cit.
  • 10 Proportionnellement la part de l’Europe a baissé dans le stock des capitaux exportés depuis 1902 ; (...)
  • 11 Cf. P. Guillen, Les emprunts marocains, 1902-1904, Paris, Éd. Richelieu-Publications de la Sorbonne (...)

11Le cas français est plus complexe ; comme l’a montré l’article de J. Marseille9, il serait excessif de considérer l’empire colonial comme une Cendrillon pour les exportateurs de capitaux ou comme une zone protégée inutilement pour le commerce français peu enclin à lui acheter ou à lui vendre ; vers 1910-1914 10 % des achats, 13 % des ventes sont faites avec l’Empire, 4,5 milliards de francs y sont investis sur un total de 43 milliards de capitaux exportés. Pour certains produits, pour certaines régions portuaires de France, les rapports coloniaux sont assez fondamentaux ; l’Afrique du Nord, y compris le dernier venu, le Maroc, l’Indochine ne manquent pas d’attraits pour les hommes d’affaires français. Pourtant les relations économiques externes de la France se situent beaucoup plus ailleurs : environ 40 % des exportations, 25 % à 30 % des importations se font avec nos cinq voisins continentaux et plus de 25 % des exportations et 15 % des importations avec la Grande-Bretagne ; la place de l’Europe apparaît ainsi comme primordiale pour le commerce français. Il en va de même pour les flux de capitaux : en 1914, 55 % des placements français s’y trouvent, dont 27 % pour la seule Russie10. Comment alors concilier un Empire colonial avec de faibles visées impérialistes (sauf dans quelques cas, comme le Maroc11) et de réelles possibilités impérialistes, en particulier grâce à l’extraordinaire puissance d’exportation des capitaux, vers des pays nominalement indépendants ? Empire sans impérialisme ou impérialisme sans Empire ?

  • 12 R. Poidevin, Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898 à 1914(...)

12Dans bon nombre de ces pays indépendants de nombreux heurts opposent capitalistes français et capitalistes allemands, surtout après 191112. Alors que l’Allemagne a connu à la fin du XIXe siècle une expansion économique sans égale (sauf les États-Unis), le commerce allemand avec les colonies allemandes n’atteint pas 1 % des ventes et achats allemands ; de même les capitaux exportés vers les colonies sont extrêmements faibles (à peine 1 % des 28 milliards de francs exportés). Les zones d’attrait pour les commerçants et les industriels allemands sont identiques : vers 1914 l’Europe attire 60 % des capitaux, fournit 56 % des importations, et reçoit 75 % des exportations allemandes ; plus spécialement l’Europe orientale, à laquelle il faut joindre l’Empire turc, fait figure de zone privilégiée pour le capitalisme allemand. Ainsi trente ans après la fameuse conférence de Berlin qui avait marqué l’insertion de l’Allemagne parmi les puissances coloniales africaines, l’empire colonial allemand restait parfaitement marginal pour l’économie allemande.

  • 13 P. Guillen, « L’impérialisme italien... », art. cité.

13Toutes proportions gardées le cas italien n’est guère différent, au moins jusqu’à ce nouveau départ de l’impérialisme consacré par la guerre de Libye en 1911 (cf. l’article de P. Guillen13) ; pour le commerce italien, pour les migrations humaines vers l’étranger, l’Empire reste très marginal. De plus l’Italie possède-t-elle à ce moment des forces économiques suffisantes pour développer un impérialisme puissant hors d’Europe ? Les autres puissances coloniales européennes éclairent moins sur le problème posé. D’un côté la Russie n’a pas encore atteint un niveau de développement économique tel qu’elle puisse exporter des capitaux nombreux et faire un commerce de pays hautement industrialisé ; son empire (continental) apparaît surtout comme une extension russe en territoire asiatique pour répondre à une faim de terres de sa paysannerie et comme le résultat d’initiatives de chefs militaires locaux ; ici la notion d’Empire prévaut sur celle d’impérialisme. Les cas belge, néerlandais, portugais sont également particuliers ; si à l’échelle africaine, asiatique ou océanienne, ces États sont puissants et retirent de substantiels bénéfices de leurs empires, replacés à l’échelle européenne ils ne sont pas de taille à imposer leurs vues ; la gestion impérialiste de leur empire colonial permet d’améliorer leur situation intérieure, mais les hésitations des Belges lorsqu’ils doivent accepter l’héritage de Léopold II montrent l’ambiguïté de ces Empires.

14En somme, avant la Première Guerre mondiale, à l’exception partielle de la Grande-Bretagne, les grandes puissances détentrices d’un empire colonial utilisent très peu leur expansion coloniale pour développer leur économie capitaliste. Le fait n’est pas étonnant puisque les continents coloniaux par excellence, Afrique, Asie, Océanie sont encore à l’époque très secondaires pour le développement économique mondial ; ainsi en 1913 ces trois continents fournissent 16,2 % des importations mondiales, 18,1 % des exportations mondiales (encore faut-il englober le Japon dans cet ensemble) ; l’Afrique seule représente 3,8 % et 4 % des exportations et importations mondiales. Certes des régions particulièrement riches en minerais (cuivre, fer) ou en métaux précieux (or et diamants) peuvent attirer l’attention et susciter des tensions, mais les crises marocaines d’avant 1914 sont-elles autre chose qu’un transfert des rivalités intra-européennes ? Des facteurs a-économiques expliquent davantage les conquêtes impériales que les facteurs économiques ; l’impérialisme colonial n’est-il pas plutôt pour plus tard ?

15Pourtant des impérialismes existent ; mais ils s’appliquent pour l’essentiel à des régions encore « indépendantes ». On a déjà noté l’importance de l’Amérique latine pour la Grande-Bretagne, celle de l’Amérique centrale-Caraïbes pour les États-Unis ; dans ce continent américain les colonies vraies ou fausses (comment désigner par exemple les « zones protégées » indépendantes à la façon de Panama, Haiti ou du Nicaragua ?) sont petites, peu nombreuses ; pourtant les expressions « impérialisme yankee », « impérialisme britannique » y sont fort naturellement utilisées. Les dirigeants de Washington sont plus francs, plus cyniques à l’image du secrétaire d’État Elihu Root en 1912 :

  • 14 Cité par L. Manigat, Évolution et révolutions en Amérique latine, Paris, Éd. Richelieu, 1973, p. 33 (...)

« Notre destinée manifeste comme contrôleur du destin de l’Amérique est un fait inévitable et logique »14.

  • 15 Exactement 4 975 millions de dollars investis contre 1 649 pour les États-Unis, 1 617 millions pour (...)

16Mais sans l’apport massif des capitaux britanniques en Argentine et au Brésil ces pays n’auraient pas amorcé les premiers changements qui les menèrent après la guerre à un premier décollage, de même que, sans la flotte britannique et la place de Londres, des productions comme le café, le cacao, le blé, le maïs ne pourraient atteindre facilement l’Europe ; en 1913, les investissements britanniques en Amérique latine représentent largement plus que ceux des trois autres puissances capitalistes réunies15 ; les banques, les compagnies ferroviaires, les sociétés minières dépendent étroitement de la City. Simplement la présence anglaise est diffuse, subtile, quitte à se manifester nettement lorsque la situation se tend devant les prétentions « nationalistes » de tel ou tel président sud-américain (ainsi en 1902 l’intervention conjointe avec l’Allemagne et l’Italie contre le président vénézuélien Cipriano Castro). Sur ce continent sud-américain la pax britannica règne, tolérante à l’égard des dirigeants locaux pourvu que ceux-ci ne remettent point en cause la « libre entreprise ». L’idéal du Fair Trade et du libre échangisme paraît s’être conservé en ces régions.

17En Europe, la situation est beaucoup plus préoccupante. En effet, là, divers impérialismes se mêlent, se chevauchent et en conséquence se heurtent. Comme on l’a vu pour la France et l’Allemagne, le commerce intra-européen est primordial ; il en va de même pour la Russie (80 % de son commerce avec l’Europe), pour l’Autriche-Hongrie (80 %) et même pour l’Italie. Ces pays connaissent tous à des degrés différents la conjoncture de hausse de la période 1895-1913, en particulier pour les années excellentes de l’immédiat avant-guerre. Sans doute les effets de cette expansion économique générale ne conduisent pas tous ces États à rechercher à l’extérieur une consolidation de leurs succès économiques internes ; les besoins d’exportation ou la recherche de matières premières n’ont pas la même intensité pour la France ou la Russie que pour l’Allemagne, mais justement les réactions des autres puissances européennes se déterminent face aux visées expansionnistes allemandes.

18L’économie allemande a besoin pour son développement de s’assurer des zones privilégiées, soit pour écouler ses produits finis, soit pour obtenir à bon compte des matières premières (agricoles surtout) ; en outre, comme l’a montré R. Poidevin, à côté de ces nécessités économiques qui poussent l’Allemagne impériale à une politique extérieure active, des obligations de politique intérieure, des considérations idéologiques conduisent les dirigeants allemands à préparer la construction d’une aire allemande en Europe. Pour des raisons économiques et non-économiques un impérialisme allemand axé sur l’Europe orientale et centrale est apparu ; il domine et consolide un mini-impérialisme austro-hongrois plus spécifiquement attaché à la péninsule balkanique ; la Mitteleuropa allemande englobe l’expansionnisme autrichien vers Salonique. Puisque cet impérialisme allemand est orienté pour l’essentiel à l’encontre de petits États d’Europe, ce sont ces États qui recherchent en Europe même un autre Grand susceptible d’empêcher cette hégémonie allemande ; Serbie, Roumanie, Grèce, Bulgarie, Belgique même ont le choix entre se lier à cet impérialisme, mais évidemment comme dépendants, ou obtenir la « protection » d’un autre Grand, mais avec des risques de dépendance presque similaires.

19La Grande-Bretagne semblant se désintéresser de l’Europe de l’Est, les autres Grands possibles sont évidemment la Russie et la France. La première dispose d’une force militaire conséquente, elle peut compter sur une certaine communion idéologique panslaviste, mais elle n’a pas encore de disponibilités économiques capables de se mesurer avec celles de l’Allemagne ; à sa manière la Russie tsariste peut offrir un « impérialisme du pauvre ». Aussi l’alliance française est-elle nécessaire pour épauler ce « pauvre » colosse. Les atouts français sont clairs : puissance en capitaux, forces militaires, avance technologique, un certain nouveau dynamisme économique. Sont-ils suffisants pour soutenir une politique extérieure active et pour aboutir en fin de compte à un impérialisme français ?

  • 16 Cf. R. Poidevin, Finances et relations internationales, 1887-1914, Paris, A. Colin, 1970, chapitre  (...)
  • 17 Cf. R. Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887- 1914, Paris, A. Colin, (...)

20La réponse est délicate. Au niveau de la puissance économique, la France de 1914 possède partiellement les moyens de l’impérialisme ; trois conditions existent pour un développement normal d’un impérialisme économique, la puissance industrielle, la puissance commerciale, la puissance financière. Si la force financière française est évidente, au point de faire de Paris le marché financier quasi obligatoire pour les Européens, on doit être beaucoup plus réservé au sujet de sa force commerciale ou industrielle ; commerçants et industriels français sont très rarement compétitifs à l’étranger, au grand désespoir des consuls et diplomates ; bien plus, les banquiers français qui pourraient les aider oublient souvent de manifester une solidarité nationale16. Si la France est insuffisamment armée dans le domaine économique, comment pourrait-elle répondre à l’impérialisme allemand ? Il faut reconnaître que les arguments purement économiques ne sont pas suffisants pour expliquer la position protectrice adoptée par la France et sa propension à l’impérialisme ; les conditions politiques, militaires, idéologiques interfèrent avec les conditions économiques. Lorsque la France se heurte sans cesse à l’Allemagne dans les Balkans, en Russie, en Turquie, surtout après 1911, c’est, semble-t-il, à la fois parce que certains secteurs du capitalisme français accèdent à un degré suffisant de compétitivité économique (Schneider contre Krupp, banques françaises contre groupes financiers allemands), mais aussi parce que le gouvernement prend en compte la poussée nationaliste intérieure, les revendications sur l’Alsace-Lorraine, plus les demandes d’aide des alliés russe ou serbe en sus des intérêts économiques nationaux. On dira qu’il ne s’agit pas là d’un impérialisme, mais au fond d’une réaction de défense vis-à-vis de l’hégémonie impériale allemande ; voire, car d’une attitude de défensive, respectueuse des intérêts des Petits, on en vient vite du côté français à la conception d’une autorité dominatrice sur ceux qui ont fait appel à vous : Serbes, Roumains, Grecs et même Bulgares n’ont droit à la bourse française ou à un équipement militaire ou ferroviaire que pour autant qu’ils obéissent aux directives et aux intérêts français ; même le nationalisme russe est jugé inopportun à l’intérieur de l’Empire tsariste lorsqu’il entre en conflit avec les firmes françaises implantées sur place17. La voie vers un impérialisme français est ouverte ; en 1914 le temps a encore manqué pour que la France ait un impérialisme comparable à l’impérialisme allemand ; les conditions économiques ne sont pas encore assez mûres pour une telle confrontation, mais la rapidité de l’essor français ne va-t-elle pas conduire à faire de l’élève français un égal du maître allemand ?

21Est-ce par prévoyance de cette proche maturité de l’impérialisme français que les dirigeants allemands ont accepté de courir le risque d’une guerre européenne ? On sait que bon nombre de considérations d’ordre militaire et de politique intérieure ont pesé sur la décision allemande de recours à la menace de guerre, en dehors des points de vue économiques ; mais comme l’a montré R. Poidevin, on est passé, entre 1909-1911 et 1913-1914, d’une éventuelle coopération économique franco-allemande à une quasi-rupture ; au fond, les responsables politiques et économiques des deux États envisagent bien que la rivalité franco-allemande se situe sur tous les plans, politique, économique, des mentalités. Ceux qui, d’un côté comme de l’autre, pensaient à un accord sont dans l’incapacité de faire prévaloir leurs vues ; ainsi, certains banquiers français habitués à partager opérations et bénéfices avec des confrères allemands, seront impuissants devant la montée des périls, Paribas ne pourra plus s’entendre avec la Deutsche Bank, la BUP devra distendre ses liens avec des banques austro-hongroises, même si en Turquie un accord conclu en 1914 paraissait indiquer des possibilités d’entente. En 1914 ce sont les représentants des groupes qui mêlent affaires et drapeau, comme Krupp ou Schneider, les « nationaux » qui l’emportent sur les « cosmopolites ».

  • 18 Cf. W.J. Mommsen, Der moderne Imperialismus, Stuttgart, 1971.
  • 19 Dans son ouvrage sur l’impérialisme, Lénine n-a-t-il pas étendu à l’ensemble des impérialismes la f (...)

22On peut donc conclure qu’un certain type d’impérialisme s’impose dans le monde de l’immédiat avant-guerre ; comme l’exemple allemand en est la forme la plus achevée, appelons-le impérialisme à l’allemande. Il mêle encore des traits de l’époque passée, propres aux Empires (notion impériale du droit de conquête, recours aux idéaux de race ou de nation, considérations de pure politique intérieure) à des formes plus modernes d’impérialisme, détermination de « zones réservées » soit pour se fournir soit pour vendre sans conquêtes territoriales absolues (la possession de type colonial n’est pas obligatoire), intérêt supérieur pour les régions en voie de développement, puissance navale subséquente à la volonté de mondialiser la politique extérieure. Pour notre propos peu importe la conception dominante de l’impérialisme allemand chez nos collègues d’outre-Rhin, Sozialimperialismus, nationalisme outrancier, captation au moyen de slogans nationalistes et d’une idéologie d’expansion coloniale d’une mutation fondamentale des structures sociales allemandes18 ; ce qui nous paraît le trait déterminant de cet impérialisme, c’est qu’il est à base profondément nationale : il veut établir son monopole économique sur des zones au nom des intérêts de ses nationaux ; s’il admet des partages régionaux, c’est pour réserver aux siens des ensembles compacts, cohérents d’où les autres impérialistes seront exclus ; comme ces partages sont de plus en plus difficiles à réaliser (malgré des exemples en Turquie ou en Afrique) l’ultima ratio entre normalement dans la panoplie des arguments ; c’est un impérialisme nationaliste et guerrier. La guerre de 1914-1918 peut lui être imputée19.

23La guerre de 1914-1918 n’a pas seulement porté un coup d’arrêt à l’impérialisme allemand, elle a assuré le succès d’autres formes d’impérialisme, d’un impérialisme plus évolué, auquel on pourrait donner le nom d’impérialisme anglo-saxon tant les exemples britannique et américain lui conviennent. Quelles en sont les principales caractéristiques et pourquoi son succès ?

  • 20 Cf. C. Coquery-Vidrovitch, « De l’impérialisme britannique à l’impérialisme contemporain : l’avatar (...)

24On a déjà remarqué que la Grande-Bretagne se distinguait des autres États par un mélange d’impérialisme colonial véritable et d’impérialisme du Fair Trade auquel, la réussite aidant, se mêle un « nationalisme victorien », c’est-à-dire la conscience d’être en avant du monde entier20. La guerre n’a fait qu’accentuer ces traits ; d’une part l’Empire britannique est sorti renforcé, élargi (au Moyen-Orient en particulier), plus lié à l’économie britannique que jamais, d’autre part grâce à la supériorité de sa monnaie, de sa flotte, de son organisation bancaire et commerciale, le Royaume-Uni peut maintenir seul ou presque le libre-échange, tandis que ses anciens rivaux européens renforcent leur protectionnisme. Certes un nouveau venu, les États-Unis, peut rivaliser avec lui, mais n’utilisera-t-il pas les techniques de domination élaborées par Londres ?

  • 21 The Problem of International Investment, Royal Institute of International Affairs, Londres, 1937.

25Ces techniques de domination sont doubles. D’un côté dans les régions coloniales non peuplées de Blancs, la puissance britannique use de l’inégal développement : avec l’aide de l’État les compagnies privées peuvent exploiter la ou les richesses locales sans aucune retenue ; ainsi dans les zones ex-turques du Moyen-Orient comme l’Irak, les pétroles sont extraits et obtenus au mieux des intérêts anglais qui peuvent compter sur la docilité (souvent monnayée) des chefs locaux ; les plantations d’hévéas en Malaisie, de cacao ou d’oléagineux en Afrique occidentale assurent aux sociétés exploitantes des bénéfices signalés, qui bientôt seront en mesure de faire prospérer de puissants monopoles où des capitaux non-britanniques peuvent également faire fortune ; la Royal Dutch Shell ou le groupe Unilever sont caractéristiques à cet égard. L’exploitation impérialiste des colonies se développe largement ; avant même la crise de 1929-1932 qui mènera à la conférence d’Ottawa et à l’organisation du Commonwealth, le commerce entre la Grande-Bretagne et son Empire a nettement progressé par rapport à l’avant-guerre (moyenne des années 1925-1929, 27,6 % des importations, 45,5 % des exportations contre 24,6 % et 35,2 % entre 1909 et 1913 ; on atteindra 31,3 % et 44,7 % dans les années 1930-1934). De plus, dès le milieu des années vingt, le gouvernement britannique incite ses nationaux à placer leurs fonds dans l’Empire en accordant aux valeurs impériales une garantie d’État : les fonds d’État et valeurs ferroviaires coloniaux qui représentaient 29,7 millions de livres sterling en 1913 atteignent 38,6 millions en 193021, Une sorte d’âge d’or de l’impérialisme colonial britannique s’établit pendant l’entre-deux-guerres ; il a commencé avant la crise mondiale et s’est naturellement amplifié lorsque celle-ci a suscité la « préférence impériale », après la dévaluation de la livre. Peut-être ce choix de renforcer les liens économiques et politiques avec l’Empire est-il dû à la crise industrielle intérieure déjà assez forte dans les années vingt, mais en tout cas il est un des éléments de la relative réussite britannique dans les années trente. Ce déclin industriel ne doit d’ailleurs pas masquer le maintien relatif de la puissance financière, mais la réaction de défense impériale provient aussi des premières difficultés commerciales en Asie et en Amérique latine face à la concurrence japonaise et américaine.

  • 22 D. Artaud, Les dettes de guerre et la reconstruction de l’Europe, 1919-1929, thèse multigraphiée, U (...)
  • 23 E. Moreau, Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France, Paris, 1954, en particulier les passag (...)

26L’autre aspect fondamental de l’impérialisme britannique, c’est la puissance de son marché financier ; malgré les avatars de la guerre la place de Londres a résisté et elle conserve la prééminence pour les placements à long terme, tandis que New York se consacre plutôt aux placements à court terme. Sans doute le capitalisme américain est-il plus dynamique, plus puissant, mais les structures anciennes du capitalisme britannique lui assurent encore de solides atouts, en particulier sur les plans bancaire et commercial. Or les destructions de la guerre, l’effondrement des monnaies européennes obligent les anciens rivaux de l’Angleterre à se tourner vers elle pour en obtenir l’aide, tandis que les Petits en Europe espèrent désormais en elle. Les attitudes anglaises concernant les dettes de guerre, tout comme les ambitions politiques du directeur de la Banque d’Angleterre, Montagu Norman, sont révélatrices : en 1920 le gouvernement de Londres envisage d’abandonner le paiement des dettes qui lui sont dues en Europe afin d’avoir barre sur les commerces des États concernés22 ; en 1923-1924 ou 1926-1927 la Banque d’Angleterre s’efforce de dicter des conditions politiques aux États d’Europe orientale désargentés avant de leur accorder des crédits et elle serait tout à fait prête à agir de même à l’encontre de la Banque de France23. Incontestablement la Grande-Bretagne possède encore les moyens économiques d’une politique impérialiste en Europe ; à la différence de l’avant-guerre elle est beaucoup plus disposée à se montrer active sur ce continent.

27Seulement est-elle en mesure de jouer seule un rôle dominateur hors de son Empire colonial ? Le problème des dettes de guerre et des réparations a montré les limites de la puissance britannique ; une entente était nécessaire avec le jeune géant d’outre-Atlantique ; pour l’exploitation des pétroles, pour l’utilisation des produits chimiques (où pourtant les forces anglaises sont grandes) mieux vaut s’entendre avec les Américains ou s’appuyer sur des capitalistes voisins comme les Néerlandais ; tout en conservant une apparence britannique, le capitalisme financier de ce pays n’est-il pas en train d’accentuer son caractère international ? Les sociétés ou compagnies qui sont les plus beaux fleurons de ce capitalisme, tel ICI, ou Lever Brothers, demeurent bien britanniques, mais dans bien des branches n’est-on pas en face de sociétés multinationales où des capitaux d’origines diverses se mêlent, sociétés à la limite sans nationalité ? Simplement une sorte de spécialisation dans la division internationale du travail ferait que pour tel ou tel produit le centre apparent de décision serait de « nationalité britannique » alors que pour tel autre il serait américain, néerlandais, suisse, etc. ; la multiplication des ententes internationales, des cartels irait dans ce sens, étant bien entendu que grâce à l’avance prise avant guerre ou pendant le conflit et grâce au rôle éminent des deux seules monnaies fortes de l’après-guerre (cf. le Gold Exchange Standard), la suprématie anglo-saxonne ne serait pas battue en brèche.

28Si l’on admet cet internationalisme du capital dans les sociétés privées, concevra-t-on qu’une politique impérialiste nationale puisse exister pour ces groupes et qu’ils joueront un rôle dans la prise de décision des politiques nationales ? Les « multinationaux » ne se contenteraient-ils pas d’une politique laissant se développer les libres lois de la concurrence, donc l’absence de chasses gardées, étant admis que ces groupes ou sociétés, plus évolués et plus puissants que leurs rivaux, basent leur stratégie d’affaires au niveau planétaire ; au besoin par de mutuelles concessions ils pourraient s’entendre entre eux pour se répartir pacifiquement les affaires à la manière des trois Grands du pétrole signant en 1928 les accords d’Achnacarry ?

  • 24 Cité par E.L. Woodward, Great Britain and the German Navy, Londres, 1934, p. 478
  • 25 Article publié dans Die Neue Zeit du 30 avril 1915.

29Ici la recherche historique achoppe sur la faiblesse de nos connaissances concernant les multinationales pendant l’entre-deux-guerres, sur leurs liens avec les gouvernements ; depuis quand ont-elles commencé à peser sur l’élaboration des relations internationales ? Qui sont les personnalités dominantes et agissent-elles selon leur intérêt d’affaires ou selon leur appartenance à une nation ? Des études d’entreprises, de personnalités comme Sir H. Deterding sont nécessaires. Quels rapports existent entre ces groupes et la SDN par exemple ? Sont-ils vraiment disposés à des accords pacifiques ? A la veille de la Première Guerre mondiale, Lloyd George considérait que les grands intérêts financiers du monde commençaient à réaliser que la course aux armements était une menace pour le capital, la propriété et la prospérité du monde (discours du 23 juillet 1914)24 ; ce « pacifisme » a-t-il subsisté ensuite, correspondant pleinement à cet « ultra-impérialisme » dont Kautsky donne la définition en 1915 : « la politique impérialiste actuelle ne peut-elle pas être supplantée par une politique nouvelle, ultra-impérialiste qui substituerait à la lutte entre les capitaux financiers nationaux l’exploitation de l’univers en commun par le capital financier uni à l’échelle internationale ? »25. L’ultra-impérialisme va-t-il prendre le pas sur l’impérialisme guerrier ? Il faudrait au moins qu’il puisse maîtriser les impérialismes restés « nationaux ».

  • 26 G. Soutou, « L’impérialisme du pauvre... », art. cité ; voir aussi G. Soutou,
    « La politique économ (...)
  • 27 Cf. J. Bonzon, L’ascension du Traitant, Paris, 1921.
  • 28 Cf. J. Bariéty, « Le rôle de la minette lorraine dans la sidérurgie allemande et la restructuration (...)
  • 29 Cf. J.-N Jeanneney, François de Wendel en République, 1914-1940, Paris, 1976.

30Or en Europe cette dernière forme paraît encore dominante dans les années vingt, à l’exemple de la France. Selon les analyses de G. Soutou26, il semble bien que certains gouvernants français aient vu dans la victoire de 1918 l’occasion d’imposer une loi française, au moins dans certaines zones d’Europe centrale et orientale, en s’appuyant sur la puissance militaire et en escomptant le soutien ferme des hommes d’affaires français. Or dans le milieu des dirigeants économiques, bien des reclassements sont en cours après la guerre. Pendant la guerre l’inflation a sérieusement atteint les banques françaises, tandis que les bénéfices de guerre donnaient de fortes possibilités à certains industriels (dans l’automobile et la transformation des métaux surtout) ; en souscrivant aux bons du Trésor, ceux-ci soutiennent l’équilibre bancaire et se donnent les moyens de pression vis-à-vis des gouvernements, en particulier puisque les finances publiques sont instables27. On peut tenir pour probable que les industriels français prennent une certaine revanche sur les banquiers ; le Comité des Forges, le Comité des Houillères sont désormais assez représentatifs des options et des buts des capitalistes français ; seulement ces organismes forment-ils un ensemble cohérent, aux vues semblables ? On peut en douter ; lorsque des responsables politiques aidés de hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay ou de la rue de Rivoli pensent à utiliser le traité de Versailles pour organiser un vaste projet de développement de la sidérurgie française28, ces plans ne rencontrent pas la sympathie de tous les sidérurgistes français ; Schneider et F. de Wendel n’ont pas les mêmes perspectives ; Loucheur, Millerand, Poincaré ne semblent pas recueillir les mêmes conseils ; au sein de la famille de Wendel les deux frères François et Humbert ont des vues parfois divergentes, au Comité des Forges H. de Peyerimhoff et R. Pinot se heurtent à F. de Wendel29. On ne peut donc parler d’une unité de vues des capitalistes français vis-à-vis de la politique extérieure, mais on doit reconnaître qu’il existe peu d’empressement de ce côté à défendre la politique active des hommes politiques.

31Cette réserve s’explique-t-elle parce que le pouvoir politique paraît divisé ? D’un côté Briand et P. Berthelot, de l’autre Poincaré ont des conceptions différentes de la stratégie extérieure de la France. Au moment de l’occupation de la Ruhr en 1923, les journalistes évoquent la création d’un « bloc latin » ou d’un « bloc continental » contre l’hégémonie anglo-saxonne ; l’ambassadeur américain en France, Myron T. Herrick, décrit ainsi cette politique :

  • 30 Dépêche du 28 février 1923, citée par D. Artaud, op. cit., p. 493.

« le fer français pour l’Italie, la main-d’œuvre italienne pour la France, une politique commune pour le charbon et le coke de la Ruhr, une politique pétrolière commune en Europe de l’Est, une politique commune à l’égard de la Turquie, une politique navale commune pour contrôler la Méditerranée contre la domination éventuelle de la seule autre puissance méditerranéenne, l’Angleterre. »30

Du point de vue anglo-saxon n’est-ce pas là l’impérialisme français qui ne veut pas composer et tend à organiser ses zones réservées ? Au contraire Briand semble prêt à s’entendre avec les Anglo-Saxons en 1921-1922, ou bien encore avec Stresemann en 1926 afin de rétablir le franc (entrevue de Thoiry). Le succès de Poincaré en ce domaine, lorsqu’il rétablit le franc avec, semble-t-il, l’appui de banquiers français, ne traduit-il pas enfin l’accession de la France à un impérialisme majeur parce qu’économiquement solide ?

  • 31 C. Coquery-Vidrovitch, « L’impérialisme français en Afrique noire... », art. cité.
  • 32 A. Nouschi, « L’État français et les pétroliers... », art. cité.

32Certains ont pu le croire, mais lorsque la crise mondiale atteint la France à son tour, à partir de 1931, l’alignement économique sur le centre de décision anglo-saxon est inévitable. Dès lors la France va suivre le modèle britannique : d’un côté l’impérialisme colonial va devenir une réalité dans l’Empire français (voir l’article de Catherine Coquery)31, de l’autre il faudra davantage s’insérer ou compter sur l’impérialisme anglo-saxon, c’est-à-dire pénétrer dans le système multinational en obligé, sinon en dépendant ; dans les années trente le capitalisme français ne paraît plus en mesure de pouvoir se tailler une zone réservée en Europe de l’Est ; il peut au mieux composer avec les Britanniques sans oublier qu’il doit faire la part du feu vis-à-vis des ambitions allemandes. Les diverses dévaluations du franc faites avec l’accord de Londres et de Washington, les reculs en Tchécoslovaquie et dans les Balkans sont des illustrations de ce déclin. En fait l’impérialisme français aurait-il pu vraiment exister dans l’entre-deux-guerres, compte tenu des forces réelles de l’économie française ? Le doute est permis, à voir les conditions dans lesquelles fut créée la CFP en 1924 (voir l’article de A. Nouschi)32.

33De la même manière l’impérialisme allemand dut composer avec les forces anglo-saxonnes. Tout d’abord les réparations avaient favorisé l’emprise anglo-saxonne ; cependant des dirigeants allemands comme Stresemann, pensaient pourvoir mener une stratégie plus individuelle, donc plus nationale ; cherchant à compenser la perte de son empire colonial, l’Allemagne de Weimar reprenait les vieux rêves d’une Mitteleuropa allemande, quitte à abandonner toute expansion à l’Ouest. La crise de 1929 vint ruiner non point ces espoirs, mais les possibilités pratiques de parvenir pacifiquement à ces fins. L’impérialisme allemand allait chausser les bottes nazies, formule exaspérée d’un impérialisme hypernational qui pour compenser certaines faiblesses économiques faisait des moyens militaires et idéologiques les ressorts de son action. Cette seconde version d’un impérialisme à l’allemande aboutissait inévitablement aux mêmes conséquences que la première version : fondé sur le sort des armes, il allait conduire à la guerre. Au début, certains secteurs dirigeants britanniques étaient prêts à de larges concessions avec l’hitlérisme (cf. la politique d’apaisement) au point de lui laisser des zones réservées (en Europe orientale), mais au fond il existait une incompatibilité de nature entre le système impérialiste allemand et son homologue anglo-saxon. Le premier était de base nationaliste, raciste même, revenait à la vieille formule impériale de domination, le second se situait déjà au niveau planétaire, appuyé sur les multinationales, pouvant au surplus compter sur ses fondements coloniaux, Empire pour la Grande-Bretagne, hémisphère américain pour les États-Unis.

34Les États-Unis étaient justement en train d’évoluer vers une formule plus avancée de domination politique et économique mondiale. Passant de l’adolescence à la maturité au travers des vicissitudes des réparations, des plans de reconstruction de l’Europe et surtout de la crise de 1929-1932, la puissance nord-américaine semblait se replier sur elle-même pendant les années trente. Or cet isolationnisme nouveau style allait se trouver condamné vers 1940 ; d’une part en Europe les succès hitlériens finissaient par battre en brèche les idéaux de libre concurrence du capitalisme américain, supérieur intrinsèquement au capitalisme allemand, d’autre part en Asie l’avance japonaise aboutissait aux mêmes conséquences. Après F.D. Roosevelt qui l’avait tôt compris, les responsables américains se devaient de mettre fin à ces impérialismes militaro-nationalistes, inutiles ou dépassés pour l’état de développement atteint par le capitalisme américain. La Charte de l’Atlantique du 14 août 1941 ne se donnait-elle pas pour objectif

« d’étendre aux États petits et grands, victorieux ou vaincus, la possibilité d’accès, à conditions égales, au commerce et aux matières premières qui sont nécessaires pour leur prospérité économique » (article 4) ?

35Les victoires alliées mettaient fin dans le monde capitaliste aux formes de l’impérialisme militaro-nationaliste si développées dans la première moitié du vingtième siècle. Elles semblaient consacrer le triomphe de l’autre forme d’impérialisme, l’ultra-impérialisme ; le modèle américain ouvert et pacifique du point de vue de la puissance dominante, universaliste pourvu qu’il soit partout imité, imposait ou voulait imposer le principe de la « porte ouverte » à tous les États moins forts au nom du libéralisme économique. Cet idéal n’était pas nouveau puisqu’il existait déjà chez Wilson et chez bon nombre de dirigeants américains en 1919- 1920, mais en 1945 le déséquilibre entre les États-Unis et le reste des nations du monde capitaliste était tel qu’ils pouvaient cette fois dicter leur point de vue.

36L’histoire des impérialismes ne se termine pas en 1945, évidemment. La décolonisation mit fin à l’impérialisme colonial seulement, quinze à vingt ans plus tard. Un impérialisme de type nouveau, fondé sur l’allégeance politique, idéologique et même militaire au modèle qu’est l’URSS, caractérise les rapports inégaux entre l’Europe de l’Est et l’URSS. Les relations entre États nés de la décolonisation ne sont pas empreints seulement du respect de la stricte égalité, etc. Cependant, pour ce qui concerne le monde à structure économique capitaliste, il semble qu’une évolution commencée à la fin du XIXe siècle parvient à son terme : l’impérialisme nationaliste à substrat militaire, à objectifs régionalement limités (fût-ce à l’échelle d’un continent) parce que s’appuyant sur un développement économique puissant au niveau continental, insuffisant au niveau mondial, bref l’impérialisme à l’allemande, a fini par être éliminé. En vérité cet impérialisme tient encore autant de l’Empire au sens classique du terme que de l’hégémonie économique. Une autre forme d’impérialisme, à la britannique, fondé sur l’impérialisme colonial d’une part, sur l’impérialisme financier d’autre part, a ouvert la voie vers la forme la plus évoluée, celle de l’ultra-impérialisme où la domination économique des sociétés multinationales est évidente ; dès lors les aspects purement nationalistes de l’impérialisme se diluent dans la notion de supériorité générale, politique, économique, morale même, qui appartiendrait à ceux qui ont réalisé au mieux le capitalisme à l’échelle mondiale ; les États-Unis étant incontestablement à la tête du monde capitaliste évolué, on parlera d’impérialisme américain, mais le ressort de son action est-il essentiellement américain ? Ne ferait-on pas mieux d’évoquer le superimpérialisme des sociétés multinationales ?

Notes

1 Relations internationales, n° 6, été 1976 : Raymond Poidevin, « Aspects de l’impérialisme allemand avant 1914 », p. 111-124 ; Pierre Guillen, « L’impérialisme italien à la veille de la Première Guerre mondiale », p. 125-144 ; Jacques Marseille, « Les relations commerciales entre la France et son empire colonial de 1880 à 1913 », p. 145-160 ; Jacques Thobie, « A propos des intérêts financiers et économiques français en Roumanie à la veille de la Première Guerre mondiale », p. 161-169 ; Jean-Claude Debeir, « Le problème des exportations de capitaux français de 1919 à 1930. Substitutions et concurrences », p. 171-182 ; Relations internationales, n° 7, automne 1976 : Jean Bouvier, « Sur l’investissement international : de l’économie à l’histoire », p. 211-218 ; Georges H. Soutou, « L’impérialisme du pauvre : la politique économique du gouvernement français en Europe centrale et orientale de 1918 à 1929 », p. 219-239 ; André Nouschi, « L’État français et les pétroliers anglo-saxons : la naissance de la Compagnie française des Pétroles (1923-1924) », p. 241-259 ; Catherine Coquery-Vidrovitch, « L’impérialisme français en Afrique noire : idéologie impériale et politique d’équipement, 1924-1975 », p. 261-282.

2 L’article de Mme Coquery est le seul dans ces numéros à évoquer l’impérialisme d’après 1945.

3 S.E. Crowe en conclut que Bismark est un grand Européen mais un piètre homme d’État colonial ; The Berlin West Africa Conférence 1885, Londres, 1942.

4 Cf. Platt, Finance, trade and politics. British foreign policy 1815-1914, Oxford, 1968. En 1886 Lord Rosebery prescrit la première enquête sur les nécessités d’une aide consulaire aux marchands britanniques.

5 Robinson and Gallagher, Africa and the Victorians, the official mind of imperialism, Londres, 1961.

6 Cf. J.-L. Miège, Expansion européenne et décolonisation de 1870 à nos jours, Paris, PUF, 1973.

7 Cf. J. Lowe, The reluctant Imperialists, British Foreign Policy 1878-1902, Londres, 1967.

8 Cf. D. Saul, Studies in British Overseas Trade, 1870-1914, Liverpool, 1961.

9 J. Marseille, « Les relations commerciales entre la France... », art. cit.

10 Proportionnellement la part de l’Europe a baissé dans le stock des capitaux exportés depuis 1902 ; elle était alors de 63 % ; le continent américain (qui passe de 12,7 % à 20,4 %) et les colonies (de 5 % à 10 %) en sont les bénéficiaires.

11 Cf. P. Guillen, Les emprunts marocains, 1902-1904, Paris, Éd. Richelieu-Publications de la Sorbonne, 1972. J.-C. Allain, J. Caillaux et la seconde crise marocaine, Paris, 1974 (thèse dactylographiée, 2e partie) ; voir aussi la version publiée : Agadir 1911. Une crise impérialiste en Europe pour la conquête du Maroc, Paris, Publications de la Sorbonne, 1976.

12 R. Poidevin, Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898 à 1914, Paris, A. Colin, 1969.

13 P. Guillen, « L’impérialisme italien... », art. cité.

14 Cité par L. Manigat, Évolution et révolutions en Amérique latine, Paris, Éd. Richelieu, 1973, p. 335.

15 Exactement 4 975 millions de dollars investis contre 1 649 pour les États-Unis, 1 617 millions pour la France, 836 millions pour l’Allemagne.

16 Cf. R. Poidevin, Finances et relations internationales, 1887-1914, Paris, A. Colin, 1970, chapitre 4 en particulier.

17 Cf. R. Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887- 1914, Paris, A. Colin, 1973, chapitre 11.

18 Cf. W.J. Mommsen, Der moderne Imperialismus, Stuttgart, 1971.

19 Dans son ouvrage sur l’impérialisme, Lénine n-a-t-il pas étendu à l’ensemble des impérialismes la forme particulière de l’impérialisme allemand ? Sa documentation, sa réflexion même semblent porter beaucoup plus sur le cas allemand que sur les autres ; à preuve les notes rassemblées dans les Cahiers de l’impérialisme, Œuvres complètes, tome 39, 1916.

20 Cf. C. Coquery-Vidrovitch, « De l’impérialisme britannique à l’impérialisme contemporain : l’avatar colonial », in J. Bouvier et R. Girault (éd.), L’impérialisme français d’avant 1914, Paris, Mouton, 1976.

21 The Problem of International Investment, Royal Institute of International Affairs, Londres, 1937.

22 D. Artaud, Les dettes de guerre et la reconstruction de l’Europe, 1919-1929, thèse multigraphiée, Université de Lille III, 1976.

23 E. Moreau, Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France, Paris, 1954, en particulier les passages sur les stabilisations des monnaies polonaise et roumaine.

24 Cité par E.L. Woodward, Great Britain and the German Navy, Londres, 1934, p. 478

25 Article publié dans Die Neue Zeit du 30 avril 1915.

26 G. Soutou, « L’impérialisme du pauvre... », art. cité ; voir aussi G. Soutou,
« La politique économique de la France en Pologne, 1920-1924 », Revue Historique, tome 509, janvier 1974.

27 Cf. J. Bonzon, L’ascension du Traitant, Paris, 1921.

28 Cf. J. Bariéty, « Le rôle de la minette lorraine dans la sidérurgie allemande et la restructuration de la sidérurgie allemande après le traité de Versailles », CRRI de l’Université de Metz, n° 3, 1972.

29 Cf. J.-N Jeanneney, François de Wendel en République, 1914-1940, Paris, 1976.

30 Dépêche du 28 février 1923, citée par D. Artaud, op. cit., p. 493.

31 C. Coquery-Vidrovitch, « L’impérialisme français en Afrique noire... », art. cité.

32 A. Nouschi, « L’État français et les pétroliers... », art. cité.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search