Version classiqueVersion mobile

Être historien des relations internationales

 | 
René Girault

I. Le poids de l’économie

Décollage économique et nationalisme : le cas russe

Note de l’éditeur

Article publié dans la revue Relations internationales, n° 29, printemps 1982, p. 89-105.

Texte intégral

1Les questions les plus simples sont souvent les plus difficiles. Quand la Russie tsariste a-t-elle connu son « décollage » ? Question simple ; réponse ardue. La difficulté provient de deux causes essentielles. D’une part, dans ce vaste pays à économie agraire encore largement dominante en 1914, peut-on considérer que le décollage soit réalisé lorsque les secteurs urbain et industriel progressent à grands pas, comme c’est le cas dans les années 1906-1914, sans que la croissance à la campagne connaisse un même élan (bien que les rythmes de progression y soient alors fort sensibles) ? D’autre part, les réponses apportées ensuite par les historiens ou par les économistes n’ont-elles pas été déformées par des considérations politiques ? D’un côté, les adversaires du régime bolchevique ont eu tendance à souligner, voire à surestimer, les rythmes du développement économique russe antérieur à 1914, afin de conclure en la médiocrité des réalisations soviétiques postérieures ; de l’autre côté, en insistant sur la faiblesse de l’économie tsariste, sur le « sous-développement » russe, ne justifiait-on pas le caractère inévitable et positif de la révolution bolchevique libératrice et créatrice ?

  • 1 Voir les travaux d’A. Gerschenkron, Economie Backwardness in Historical Perspective, Harvard Univer (...)

2Dans cet article nous ne chercherons pas à fixer avec précision le moment réel du décollage russe. Notre propos est plus circonscrit, plus lié à un aspect particulier de l’expression économique de la Russie dans sa relation avec le monde extérieur. En admettant la période 1895-1913 comme époque de référence1, nous voudrions insister sur les interférences entre décollage économique, accumulation nationale des capitaux, interventions économiques et technologiques étrangères et effets politiques ou culturels de ces interventions. Il paraît en effet intéressant de mêler l’analyse des conditions purement économiques avec ces facteurs non économiques mais combien influents que sont les relations politiques internationales et les mentalités collectives. L’exemple russe démontre clairement qu’un processus de développement économique réclame, pour être bien perçu dans sa réalité, d’être envisagé à la fois sous ses formes économiques, politiques et sociales, nationales et internationales. Rappelons la pensée de Pierre Léon :

  • 2 Extrait d’une lettre de Pierre Léon, citée dans l’avant-propos du dernier volume de XHistoire écono (...)

« L’Économie ne doit pas être seulement un ensemble de mécanismes, mais elle est légitimement faite par les Hommes et pour les Hommes. Si ces rouages doivent être l’objet d’analyses précises, si l’Histoire doit les envisager de l’abord, en eux-mêmes, et dans leur fonctionnement, elle ne doit pas oublier les relations qui les lient et les opposent aux structures sociales ambiantes. »2

  • 3 Chiffres cités par P.A. Khromov, Ekonomiceskoe razvitie Rossii, Moscou, 1967.
  • 4 Chiffres cités par A.M. Solovieva, Zeleznodorozn’ij transport Rossii vo vtoroj polovine XIX v., Mos (...)

3On sait que la décennie 1890-1900 a été fondamentale pour l’industrialisation de la Russie. Tous les indices statistiques le confirment. Pour s’en tenir aux plus éloquents, rappelons que la production de fonte est multipliée par 3,1, que celle de l’acier quadruple, tandis que l’extraction charbonnière passe d’un indice 100 à un indice 268. La construction des voies ferrées nouvelles portent le réseau de 30 600 km à 53 200 km, ce qui à l’échelle du continent russe demeure encore insuffisant, mais qui commence à réveiller bien des économies régionales, à l’image du Transsibérien pour l’Asie russe. En dix ans, la production des filés de coton progresse de 97,5 %, celle des tissés de 75,4 %3. Naturellement cette gigantesque progression n’affecte pas toute la Russie de la même manière. C’est le moment du formidable élan du Sud russe, notamment du bassin du Donets en Ukraine. En 1900, 52,5 % de la fonte provient du Sud contre 28,7 % de la vieille région métallurgiste de l’Oural et 10,3 % de la Pologne. L’industrie de transformation tend également à installer sur les zones nouvelles d’industrie lourde, ce qui renforce le poids du Sud : en 1891, le Sud produisait 50,4 % des rails vendus en Russie ; en 1899 ce pourcentage atteint 70,4 %, tandis que dans ce secteur le Centre (la région de Moscou) périclite en quatre années, de 20 % en 1891 à 0,6 % en 1894 !4

4Les effets sociaux de cette mutation industrielle sont tout aussi évidents ; le tableau ci-dessous sur les effectifs de la classe ouvrière russe (Finlande exclue) en témoigne.

  • 5 L’influence de la vie en ville sur certaines familles paysannes de la région de Moscou a été étudié (...)
  • 6 Selon l’Encyclopédie Granat, le chiffre de six millions de personnes pourrait être retenu pour la b (...)

5A l’échelle nationale, ces masses ouvrières paraissent marginales en face de l’océan de la paysannerie. Pourtant leur rapide augmentation numérique mérite de retenir l’attention. Tout d’abord le phénomène affecte spécialement certaines régions de l’Empire, comme les capitales, Saint-Pétersbourg et Moscou, ou les zones du textile (partie septentrionale de la région de Moscou, région du Lodz), les zones de la métallurgie et des mines (Donets, Oural), la zone du pétrole (Bakou) ; l’urbanisation progresse ponctuellement. Certes il s’agit plutôt de pôles de croissance circonscrits, distincts de l’immense terre russe où les paysans prédominent et où les bourgs ruraux ne ressemblent guère aux villes modernes nées de l’industrialisation accélérée. Toutefois, l’attirance de ces centres dynamiques est forte pour toutes les catégories sociales. Une frange importante de la population rurale prend l’habitude de venir travailler dans les usines à la morte saison agricole (de novembre à mars) ; certains s’y fixent pour des temps plus longs, migrants perpétuels, manœuvres mal payés, mais véhicules inconscient des « mœurs urbaines »5. Incontestablement la Russie industrielle avec ses retombées commerciales devient le facteur d’incitations au progrès et aux changements. Cette Russie-là est un ferment révolutionnaire non seulement parce que les partis révolutionnaires y cherchent et y trouvent leurs premiers militants, mais encore parce que la concentration urbaine déclenche des processus sociaux nouveaux : la naissance d’une bourgeoisie, petite et moyenne, mieux dégagée des corporations traditionnelles, et le développement d’une catégorie sociale spécifique d’employés et de « cols blancs ». Tous ces gens, dont il est très difficile d’apprécier le nombre exact6, mais qui peu à peu transforment le visage classique de la Russie tsariste, inquiètent les notables et les privilégiés dont la fortune ou l’autorité provenait de la puissance terrienne.

(En milliers) 1875 1890 1900
Ouvriers mineurs 22,6 40,6 109,2
Ouvriers métallurgistes 179,3 246 345,2
Ouvriers travaillant dans les métaux et la construction de machines 103,2 117,6 235,8
Ouvriers de la chimie 10,4 32,5 30,4
Ouvriers du textile 364,6 431,9 621,5
Ouvriers de l’industrie alimentaire 126,2 203 294,4
Employés des chemins de fer 184,5 242 554,4
Nombre total d’ouvriers et de cheminots 1 070 1 511,8 2 539,6
  • 7 Cf. T. Von Laue, Serguei Witte and the industrialization of Russia, Columbia University Press, 1963
  • 8 Archives de Leningrad, CGIAL, ministre des Finances, fonds 560, série 22.

6 L’industrialisation de la Russie devient donc un sujet d’inquiétude pour certains dirigeants et hommes politiques russes. A la fin du XIXe siècle l’industrialisation devient un problème spécifiquement politique. Dans ces conditions, celui qui incarne la volonté de l’industrialisation, le ministre des Finances Serguei Witte, concentre le feu des mécontents. L’attaque contre S. Witte est d’autant plus vive que l’homme est lui-même autoritaire, envahissant, tenace et habile à utiliser la presse pour se faire approuver7. Avec détermination et logique, S. Witte a décidé d’accélérer le processus économique qui doit permettre à la Russie tsariste de rattraper son retard sur l’Occident. Ce ministre agit de propos délibéré, attentif aux exemples de transformations économiques et technologiques venus de l’Occident. Non seulement il se réclame des théories de F. List pour justifier son action, mais en plus il se passionne pour les mutations techniques et culturelles annonciatrices du progrès. En ce sens il est profondément un homme du XIXe siècle. La correspondance qu’il entretient avec ses représentants personnels à l’étranger, en témoigne abondamment. Ainsi dans les lettres échangées avec Arthur Raffalovitch, attaché financier russe à Paris, on le voit à la fois s’inquiéter des conditions financières et politique de la place de Paris, et interroger son correspondant sur les innovations technologiques ou sur les nouveaux systèmes d’enseignement technique élaborés en Occident8. Industrialisation et occidentalisation vont de pair. Pour contre-attaquer, les adversaires de l’industrialisation à marches forcées vont alors porter leur attaque sur le terrain qui leur paraît le plus favorable : mêler le fait de s’adresser à l’étranger à l’idée de la dépendance. L’appel à l’étranger, notamment pour en recevoir des capitaux, conduit à une inévitable subordination de la Russie envers ses bailleurs de fonds. C’est l’indépendance nationale qui est en cause !

  • 9 L’historique de ce combat a été fait par I. Gindin, avec publication de documents, dans le volume V (...)

7Le combat s’engage vraiment en 1898-1899. Dans les milieux de la Cour et du gouvernement, deux tendances s’affrontent : d’un côté, S. Witte qui s’appuie sur des milieux d’affaires fort engagés dans une fructueuse collaboration avec les firmes étrangères, de l’autre côté, des ministres comme Mouraviev (Affaires étrangères) et Kouropatkin (Guerre) épaulés par les agrariens et les conservateurs9. La presse russe s’engage dans le débat à l’inspiration des ministres eux-mêmes ; La Gazette du commerce et de l’industrie (Torgovo-Prom’islennija Gazeta), Les nouvelles de la bourse (Birjevaja Vedomosti), Temps nouveaux (Novoe Vremija) polémiquent avec Les Nouvelles de Moscou (Moskovskie Vedomosti), Les Nouvelles de Saint-Pétersbourg, ou Le Travail Russe (Russkii Trud). Finalement en mars 1899, Nicolas II tranche en faveur de Witte après un conseil restreint des ministres (il n’existe pas alors de Conseil des ministres organisé) où les deux thèses se sont vigoureusement affrontées. L’empereur accepte, ou plutôt tolère, l’entrée massive des capitaux étrangers en Russie à condition que les intérêts des travailleurs russes soient pris en considération. Il semble que Witte l’ait emporté grâce à un volumineux rapport intitulé « Sur la nécessité de définir, puis d’adhérer fermement à un programme de politique commerciale et industrielle dans l’Empire ». Ce texte est spécialement intéressant pour notre propos, puisqu’il analyse les interférences entre développement économique, influences étrangères et indépendance nationale.

  • 10 Cf. René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887- 1914, Paris, Colin, (...)

8Witte commence par rappeler qu’il n’est pas le créateur du protectionnisme en Russie. Ses prédécesseurs aux Finances, Bunge puis I.A. Wichnegradski, avaient institué des lois douanières destinées à protéger la naissante industrie russe de la trop puissante concurrence du voisin allemand ; en 1891, un nouveau tarif avait été mis en application non sans incidences politiques importantes10. En devenant ministre en septembre 1892, Witte se borne à prolonger l’application d’une politique déjà engagée. Il en rappelle les défauts : ainsi les prix intérieurs sont grevés par le protectionnisme car la concurrence ne peut vraiment jouer, ce qui donne une rente de situation aux producteurs russes tandis que les produits importés deviennent plus chers. Toutefois cette situation est provisoire, car bientôt les producteurs russes devenus plus nombreux devront à leur tour faire jouer la concurrence interne pour s’assurer des ventes sur leur propre marché ; alors les prix baisseront au profit de tous (Witte oublie les moyens de défense que sont les cartels et les monopoles). Cependant pour développer l’industrie, le point essentiel selon Witte, c’est la faiblesse relative de l’accumulation nationale. En trente années, entre 1865 et 1896, la production industrielle a été multipliée par sept, l’arrivée des capitaux étrangers par cinq, mais comment répondre aux besoins futurs de la consommation nationale qui va progresser d’autant plus vite que la population russe augmente toujours plus vite ? Witte chiffre à 11 milliards de roubles la production industrielle nécessaire dans vingt années simplement pour conserver le niveau de vie acquis, alors qu’elle atteint 2,745 milliards en 1896. L’Empire russe dispose de main-d’œuvre abondante, de ressources naturelles convenables, seuls les capitaux sont insuffisants.

« Sans l’aide d’un capital étranger qui peut créer une industrie dans un pays entouré de hautes barrières douanières, le protectionnisme est seulement préventif et non créateur ; un tel protectionnisme peut détruire un pays. Le tarif de 1891 a été bénéfique seulement grâce aux traités de commerce et à l’afflux de capital étranger ».

Witte ajoute que cet afflux de capital étranger ne doit pas inspirer de craintes politiques, car l’Empire est suffisamment solide sur le terrain politique :

« Seule une nation qui se désagrège, peut avoir peur de l’esclavage par l’étranger. Or la Russie n’est pas la Chine » (sic).

La Russie a peut-être un cap difficile à franchir à la fin du siècle, puisqu’il lui faut importer des capitaux et de la technologie comme les colonies, mais elle est déjà une puissance politique :

« Il y a une différence radicale entre la Russie et les colonies ; la Russie est un pouvoir indépendant et fort... Elle est fière de sa grande puissance grâce à laquelle elle garde jalousement non seulement l’indépendance politique, mais aussi l’indépendance économique de son Empire ; elle-même désire devenir une métropole ! »

En somme, la solidité du pouvoir politique garantit la Russie contre la dépendance économique.

  • 11 Par comparaison avec les famines et les troubles graves des années 1891-1893 et 1901-1902, l’agitat (...)

9Dans les toutes dernières années du XIXe siècle (1895-1900), ce postulat de Witte paraît réalisé. L’Empire russe semble solide. La succession sur le trône s’est déroulé normalement en 1894, puisque le jeune Nicolas II a succédé à son père Alexandre III (mort de mort naturelle) sans révolution de palais ; la réforme du rouble en 1896 a été heureusement réalisée puisque le rouble a enfin trouvé sa parité avec l’or ; les récoltes de grains ont été convenables (sauf en 1897) ce qui a assuré une paix relative à la campagne11. La politique extérieure très active en Asie, peut s’appuyer sur une armée russe dont le nombre et la solidité proverbiale sont appréciés à l’extérieur. En bref, on ne conteste pas la puissance russe. Dans ces conditions, l’arrivée rapide de fonds étrangers devrait être absorbée sans trop de difficultés politiques. Naturellement, pour l’État russe il convient de rester le maître d’œuvre de cette arrivée de fonds et, de manière plus large, de la politique économique. Comme on l’a maintes fois souligné, le rôle de l’État dans un pays en voie de développement ou sur le point de décoller, comme la Russie de ce temps, est fondamentale.

  • 12 Des conférences passionnées ont eu lieu sur ce sujet entre historiens soviétiques vers 1958-1962. C (...)
  • 13 Tableau d’après V.I. Bovykin, « Problème der industiellen Entwicklung Russlands », in Deutschland u (...)

10Cependant cette situation fragile doit durer aussi peu que possible et, de l’avis du ministre, il faudra que les investissement nécessaires soient rapidement pris en compte par les capitalistes russes eux-mêmes. L’enrichissement de la bourgeoisie russe assurera l’indépendance autant que la force politique du tsarisme. Mais à quel moment ce relais pourra-t-il être passé ? Laissons de côté les estimations que les contemporains pouvaient faire sur cet aspect de la question ; plaçons-nous plutôt ici avec le regard de l’historien. Quand l’accumulation nationale a-t-elle été suffisante pour que la tutelle étrangère soit sinon impossible, du moins évitable ? La question du poids relatif de l’investissement étranger par rapport aux capitaux nationaux, essentielle au début du XXe siècle, en Russie n’a pas cessé de passionner les experts et les historiens russes, puis soviétiques. A l’époque, des économistes russes tentaient d’évaluer quantitativement le montant des apports étrangers. Puis, après la révolution d’octobre, pendant les années vingt, on reprit le problème, notamment pour déterminer quelle pouvait être l’influence acceptable du capitalisme étranger dans une économie nationale ; il fallait en effet mesurer les limites des concessions que la NEP pouvait faire aux capitalistes étrangers. Enfin, après la période stalinienne au cours de laquelle la question avait été tranchée « définitivement » en déclarant que la Russie tsariste était une « semi-colonie », ce qui imposait aux chercheurs de prouver la domination et la nocivité de l’investissement externe, les historiens soviétiques reconsidérèrent la question. Le dégel khrouchtchévien permit d’apprécier scientifiquement les divers aspects de l’impérialisme étranger en Russie12. L’appréciation actuelle repose sur des statistiques intéressantes, mais approchées (comment par exemple évaluer l’influence des capitaux étrangers dans une société travaillant en Russie avec des capitaux mixtes, russes et étrangers ?). Le fait le plus net paraît être l’augmentation rapide des participations étrangères pendant la fin du siècle (entre 1893 et 1900) et le renforcement concomitant de leur pesée sur l’économie russe. Puis pendant les années de crises, économique d’abord, politique ensuite (1902-1907), la présence étrangère se renforce sur le plan politique grâce à la semi-banqueroute où la Russie se trouve placée, mais elle ne se marque pas nettement au plan des investissement privés. Aussi lorsqu’une vive reprise économique se dessine après 1907, ce sont tout autant les capitalistes russes que les étrangers qui en profitent. Le tableau ci-dessous permet de mesurer cette évolution13.

1881 1893 1900 1914
Chemins de fer :
Total des investissements 2 097 M.R.* 2 918 3 856 4 816
Investissements étrangers 1 969 2 365 3 237 3 546
% des inv. étr. /total 94 % 81 % 85 % 74 %
% des inv. russes/total 6 % 19 % 15 % 26 %
Industrie :
Total des investissements 331 M.R. 502 1 508 3 224
Investissements étrangers 53 146 640 1 431
% des inv. étr./total 16 % 29 % 29 % 44 %
% des inv. russes/total 84 % 71 % 58 % 56 %
% de ces 2 types d’inv. dans le total des inv. étr. en Russie 76 % 77 % 82 % 65 %
% des inv. étrangers dans le volume total des investisse- 83,2 % 73,4 % 72,2 % 61,9 %
ments.

(* M.R. = millions de roubles-or).

11Il apparaît assez nettement que la période après 1900 correspond avec un renforcement sensible de la part russe dans l’investissement global. Sans aucun doute la subordination au capital étranger demeure ; sectoriellement elle peut être considérable, notamment dans les industries des moyens de production (mines, métallurgie, pétrole) ; toutefois, la tendance sur le long terme est évidente : le capitalisme russe est en train de prendre le relais du capitalisme étranger. Witte, qui l’avait souhaité, pouvait en être satisfaisant.

  • 14 Cf. Bovykin et divers, « Inostrannye obscestva v Rossii v nacale XX v. », in Vestnik Moskovkogo Uni (...)
  • 15 Cf. R. Girault, Emprunts russes..., op. cit., p. 430 et sq.

12On peut d’ailleurs remarquer que l’augmentation des participations étrangères dans les entreprises industrielles travaillant en Russie se nourrit d’elle-même à partir d’un certain moment et que l’apport d’argent frais étranger est moins nécessaire. Les revenus des entreprises déjà installées servent en effet à une augmentation des capitaux investis. Selon les travaux des économistes et des historiens soviétiques, pendant les années 1884- 1894 les revenus tirés des placements antérieurs étaient supérieurs aux nouveaux investissements, phénomène qui se reproduit entre 1902 et 190914. Pendant ces dernières années de crise, le montant total des revenus tirés des sociétés où des capitaux étrangers s’étaient investis dépasse le montant total des nouveaux investissements venus de l’étranger ; ainsi entre 1902 et 1906, les dividendes versés dans ces sociétés se montaient à 132 millions de roubles alors que les investissements nouveaux étaient réduits à 25 millions de roubles ; cas exceptionnel évidemment, mais ressenti alors par les Russes qui eurent tôt fait d’accuser les capitalistes étrangers de tondre la Russie au moment où celle-ci avait le plus grand besoin de garder toutes ses richesses. Il est vrai que les capitalistes russes n’avaient pas manifesté beaucoup de sens patriotique lorsque la bourrasque révolutionnaire avait failli emporter l’autocratie. En octobre-décembre 1905, la fuite des capitaux russes à l’étranger avait atteint une vitesse vertigineuse15. La bourgeoisie pensait naturellement à soigner son bien. Preuve de sa maturité ? Ne voulait-elle pas en même temps assurer sa place politique dans l’Empire ?

  • 16 Voir A.L. Sidorov, Finansovoe polozenie Rossii v god’i pervoj mirovoj vojn’i, Moscou, 1960.

13Les difficultés considérables devant lesquelles l’État russe avait été placé pendant les années de guerre contre le Japon, puis pendant la révolution de 1905, avaient amoindri sa puissance aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Sans doute dans les années suivantes un net rétablissement avait lieu ; la répression et l’habileté de Stolypin redonnaient à la monarchie une nouvelle autorité ; vers l’extérieur, l’appui décisif de la France « républicaine » sous forme d’un emprunt extérieur considérable avait permis d’éviter la banqueroute. Il est vrai que le créancier devait bien cela à son débiteur, puisque les revenus des emprunts précédemment souscrits avaient lourdement contribué à l’affaissement de l’équilibre budgétaire russe. Entre 1893 et 1900, les deux tiers des emprunts d’État avaient été réalisés à l’étranger (1 020 millions de roubles sur un total de 1 571 millions) ce qui entraînait le paiement à l’extérieur de plus de la moitié de la dette d’État ; au début du siècle, sur 275 millions de roubles à payer par l’État comme intérêts ou amortissements de ses emprunts antérieurs, 140 millions vont à l’étranger16. Witte avait joué à fond de la carte étrangère, non sans risques, puisque le sauvetage du régime tsariste était réalisé seulement grâce à l’aide étrangère sur le plan financier. La Russie de 1906 tendait à devenir la Chine.

  • 17 Chiffres tirés de l’article de Bovykin, « Problème der industriellen Entwicklung Russlands », op. c (...)

14Dans ces conditions, le ministre russe des Finances, successeur de Witte, Kokovtzov, devait pour retrouver sa liberté de manœuvre s’appuyer davantage sur l’accumulation nationale. Il put le faire grâce aux résultats de l’industrialisation précédente ; malgré la crise et par la crise qui avait poussé à un renforcement de la concentration des entreprises, l’industrie russe repartait fortement à partir de 1908. La demande intérieure reprenait, notamment à la campagne, où les réformes de Stolypin étaient en train de casser les structures traditionnelles. Les industries légères avaient d’ailleurs mieux supporté la crise, comme en témoignent les statistiques suivantes sur la valeur de la production industrielle russe17 :

Valeur totale Biens d’équipement Biens de consommation Indice de la valeur totale
1890 1 493,2 440 1 053 100
1900 3 083,3 1 208 1 874 206
1908 4 412,1 1 349 3 062 295
1913 6 549,9 2 489 4 060 438

15L’extraordinaire progression de l’industrie russe, marquée par ce saut de l’indice général de la valeur du produit industriel, donnait au gouvernement tsariste des possibilités nouvelles. Kokovtzov l’avait fort bien saisi ; il cherchait à en user face aux appétits étrangers. Mais, de son côté, la bourgeoisie russe n’allait-elle pas vouloir user de cette nouvelle vigueur ?

  • 18 Note du 15 juillet 1914, publiée dans les Documents diplomatiques français, 3e série, tome X, n° 50 (...)

16En juillet 1914 le président R. Poincaré doit accomplir un voyage à Saint-Pétersbourg ; naturellement les bureaux du Quai d’Orsay doivent préparer les conversations ; or, parmi les dossiers préparés en juin 1914 par la Direction des affaires politiques, figure toute une étude sur « le nationalisme industriel russe ». Cette note évoque les difficultés suscitées par des affaires en suspens, également placées en tête des dossiers à évoquer lors des entretiens : affaire Prodougol, affaire Poutilov, usine de Perm18. Une note de synthèse conclut le dossier de la Direction des affaires politiques ; elle est fort intéressante :

« Il semble difficile d’intervenir, sauf en cas exceptionnels comme celui de Prodougol, dans des affaires qui sont essentiellement du domaine de la politique intérieure. On ne peut méconnaître en outre que du point de vue de la politique extérieure le nationalisme nous est favorable. Il tend à diminuer l’influence des Baltes dont l’action s’est toujours exercée à notre détriment. »
« Peut-être pourrions-nous faciliter la conciliation de nos intérêts industriels et de nos intérêts politiques qui s’opposent dans une certaine mesure, en conseillant à nos compatriotes de donner à leurs entreprises les dehors les plus russes qu’ils pourraient leur prêter, tout en gardant la direction effective. »
« Il est d’ailleurs permis de penser que la crise nationaliste peut s’atténuer, tout au moins en ce qui concerne les industries à capitaux étrangers en Russie : l’insuffisance de la richesse acquise obligera encore pendant longtemps la Russie à faire appel à l’épargne étrangère. Elle ne l’attirerait guère si elle malmenait les entreprises étrangères fonctionnant sur son territoire. »

17Si nous avons fait cette longue citation, c’est que ce texte nous paraît refléter exactement les divergences et les difficultés des rapports entre un nationalisme russe grandissant parmi les dirigeants économiques russes et un impérialisme français lui-même en train de s’affirmer. Nous sommes au cœur d’un problème plus général, celui des oppositions conflictuelles entre impérialisme et nationalisme.

18Dans le cadre des relations franco-russes on peut formuler ainsi la question posée : à la veille de la guerre, alors que les rapports entre les deux États paraissent plus étroits que jamais, puisqu’ils viennent d’être renforcés par les conventions militaires entre les états-majors et par des visites régulières de chefs militaires, des fêlures indéniables apparaissent tant sur le plan économique que sur le plan des mentalités. Un nationalisme russe hostile à toute pénétration étrangère économique trouve des motifs importants d’animosité dans la présence des entreprises et des capitaux français. N’existe-t-il pas une contradiction entre ce point de vue économique et le point de vue politique caractérisé par l’alliance ? Sans aucun doute. Or, justement cette divergence d’intérêts, cette crainte des Français d’être dépossédés de leurs entreprises malgré l’alliance politique, rend ces observateurs français particulièrement attentifs à un phénomène souvent mal perçu, l’épanouissement du nationalisme bourgeois russe. Nous utiliserons donc d’abord leurs témoignages avant de revenir au problème des rapports entre décollage économique et nationalisme. Si les Français n’ont jamais été très nombreux en Russie par comparaison avec la minorité allemande établie dans l’Empire, si la majorité des francophones vivant en Russie relève de catégories sociales bien particulières (institutrices et dames de compagnie, coiffeurs, commerçants en produits de beauté ou de luxe), il n’en reste pas moins que la présence à la tête de nombreuses entreprises industrielles ou bancaires de capitalistes et ingénieurs français est bien connue des Russes et vivement ressentie par eux. Sans doute ces responsables économiques étrangers ne sont-ils pas seuls de leur espèce, car des Allemands en grand nombre, des Belges (mais ils sont souvent assimilés aux Français lorsqu’ils sont de langue française), des Britanniques, des Américains même vivent et travaillent aussi en Russie pour les mêmes raisons et dans les mêmes conditions ; cependant la situation des Français est un peu différente car ils sont en principe les représentants du « grand allié » de l’Empire tsariste ; donc ils devraient être plus à l’abri des manifestations du nationalisme russe. Or, leurs témoignages sont concordants pendant les dix années qui précèdent la Première Guerre mondiale : plus le temps passe et plus l’animosité des Russes à l’égard des dirigeants étrangers est manifeste.

  • 19 Archives des Affaires étrangères, Nouvelle série Russie, carton Industrie, nos 44- 47.

19Les plaintes des Français adressées aux consuls ne sont pas nouvelles ; la consultation des archives ne doit pas faire illusion ; on n’écrit pas à un consul pour lui dire que tout va bien, on s’adresse à lui lorsque les difficultés se présentent ; toutefois les rapports des consuls qui tentent des synthèses sur un état d’esprit à un moment donné, sont plus révélateurs car ils peuvent faire la somme des renseignements reçus. Si, dans la période 1904-1906, il est assez normal de constater un certain pessimisme des Français établis dans le Donets car ils craignent les retombées révolutionnaires, il est plus surprenant et donc plus révélateur de constater la persistance des doléances lorsque le calme politique est revenu et que les affaires ont repris. Or, la litanie des plaintes ne cesse pas après 1907-1909. On pourrait multiplier les citations. Prenons les plus significatives ; en mai 1908, le consul de France à Varsovie écrit : « Nous représentons le créancier qui selon les habitudes slaves est presque toujours l’ennemi » ; il poursuit en signalant que dans toutes les couches dirigeantes de la ville les vues à l’égard de l’alliance sont négatives, évoquant « la mésalliance dont il est de bon goût de ne pas parler »19. En novembre 1907, le directeur général de la Société Générale, L. Dorizon, dont la banque patronne de nombreuses entreprises installées dans le Donets, écrit à deux reprises au Quai d’Orsay pour signaler les difficultés, voire les dangers, qui menacent les ingénieurs et dirigeants français tant du fait des « émeutes ouvrières » que du nationalisme local. En effet, une constatation s’impose : l’hostilité manifestée par les Russes ne provient pas seulement du rapport de tension traditionnel entre patronat étranger et salariat indigène, mais aussi de l’animosité entre professionnels français et russes. « L’exclusivisme local » comme le surnomme un consul de France à Kharkov, Rabut, voudrait se débarrasser des concurrents étrangers qui prennent des places, qui ont de meilleurs salaires et qui, le plus souvent, ne s’intègrent pas au milieu ambiant. Phénomène classique, pensera-t-on, de rivalité professionnelle dans l’emploi des cadres ; les ingénieurs ou techniciens russes existent en nombre suffisant et avec une qualification technologique comparable le plus souvent, pour ne pas accepter facilement la présence de collègues étrangers ; le fait est clair, mais il nous paraît intéressant parce qu’il traduit à sa manière le développement structurel du capitalisme russe, la montée de la bourgeoisie en Russie.

20Analysant les divergences entre cadres des deux pays, les rapports consulaires fournissent des idées instructives, même si elles sont partielles et partiales. En effet, les consuls insistent souvent – en reprenant sur ce point les renseignements fournis par les ingénieurs français – sur les différences de mentalité à propos de la gestion des entreprises ; laissons de côté les accusations classiques d’indolence du personnel russe, d’habitude de prévarication et de passe-droits chez les fonctionnaires russes, auxquelles répondent du côté russe les accusations contre les appétits excessifs de gains personnels qui seraient le lot commun des Français venus travailler en Russie. Une distinction intéressante est faite entre les deux conceptions de travail des intéressés : du côté russe on compte excessivement sur l’État, sur sa protection, en essayant d’esquiver les strictes règles de la concurrence, tandis que du côté français on veut s’en tenir aux seules lois du rendement et du profit. On serait tenté de parler d’un capitalisme encore dans la jeunesse pour le premier, d’un capitalisme « sûr de lui et dominateur » pour le second. En fait, cette différence traduit, à sa manière, le niveau distinct du développement économique auquel chacun des deux pays est alors parvenu. Dans ces conditions l’entente profonde entre les deux alliés, pourtant intéressés pareillement par l’expansion économique en Russie, est illusoire ; tandis que pour les Français, la Russie est seulement un pôle de croissance offrant de substantiels bénéfices, pour les Russes, le problème du développement national marche de pair avec celui de leurs intérêts propres. Pour les premiers, l’expansion suffit, pour les seconds, à l’expansion il convient d’ajouter l’indépendance économique. La Russie d’alors connaît les difficultés de la dépendance propres à un État en voie de développement.

21Dans les dernières années de l’avant-guerre on a vu que l’économie russe connaît un extraordinaire élan. Cette poussée économique a évidemment sa traduction sur le plan bancaire et boursier ; une hausse marquée des titres se produit par exemple à la Bourse de Saint-Pétersbourg, surtout après 1909. Or ce phénomène s’accompagne d’un passage assez rapide des titres détenus par des étrangers entre des mains russes. Là encore la correspondance consulaire en porte témoignage, confirmé au surplus par la correspondance des entreprises privées (nous avons pu consulter sur ce point les archives de banques françaises, comme le Crédit Lyonnais ou la Banque de l’Union Parisienne, ou les banques russes dont les archives sont restées aux Archives Historiques Centrales de Leningrad). Ainsi en mai 1911, un rapport du chargé d’affaires français à Saint-Pétersbourg signale la fièvre d’affaires qui a saisi la Russie avec la création de nombreuses succursales et des augmentations du capital ; il insiste alors sur la tendance dominante du rachat de titres anciens par des nationaux russes ; les nouvelles introductions de valeurs, même lorsqu’elles sont faites sous les auspices de banques françaises, vont souvent dans des portefeuilles russes :

  • 20 Arch. ministère des Finances, série F30, n° 329, rapport du 20 mai 1911.

« Les capitalistes russes, favorisés par l’état florissant du pays et abondamment munis d’argent, ont entrepris la russification des affaires industrielles. Cette tendance est très énergiquement soutenue par le ministre des Finances russe qui n’a jamais fait mystère de se soustraire aux exigences des marchés étrangers »20.

  • 21 Archives de la Banque de l’Union Parisienne, dossier 237.

22Au même moment, le ministre français des Finances ayant réclamé auprès des banquiers français que la proportion des administrateurs français reste inchangée dans les sociétés industrielles russes à capitaux français, lors d’une élévation du capital, O. Homberg, administrateur de la Banque de l’Union à Moscou et également dirigeant de la Banque de l’Union Parisienne, répond à J. Caillaux que cet objectif serait bien difficile à réaliser devant « la tendance nationaliste qui se manifeste de plus en plus en Russie »21. Sans doute, même en ces années d’euphorie économique le capitalisme russe a-t-il encore besoin de l’appoint de capitaux venus de l’étranger (de 1908 à 1912 inclus, 29 % des capitaux investis dans de nouvelles émissions de valeurs en Russie proviennent de l’étranger), mais l’enrichissement en Russie même permet de « russifier » bon nombre de valeurs étrangères ; les fonds d’État russes placés à l’extérieur connaissent eux-mêmes un sort semblable ; dans un article du Novoe Vremja (Temps Nouveaux) de février 1913, le sous-directeur de la chancellerie de Crédit, A.I. Wichnegradski, démontrait que des parts importantes de l’emprunt international de 1906 avaient peu à peu été rachetées par des caisses d’épargne ou des sociétés d’assurances russes.

23Capitalistes russes et gouvernants tsaristes étaient d’accord quant à cette stratégie. On en trouve une preuve supplémentaire lors du changement ministériel de janvier 1914, trop souvent sous-estimé par les historiens ; le renvoi de Kokovtzov est suivi avec intérêt par l’Ambassade de France à Saint-Pétersbourg car on tient ce ministre pour favorable à la conciliation avec l’Allemagne et pour attaché à une politique de soutien aux forces économiques nationales. Or, le successeur au poste de ministre des Finances, Bark, qui avait été directeur de la Banque de la Volga-Kama pendant sept années, poursuivra cette politique de « russification » des valeurs industrielles. Sa carrière précédente, à la tête de la banque considérée comme la plus « russe » de toutes les maisons de banque, se trouve confirmées par ses premières déclarations ; l’ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg Paléologue ne s’y trompe pas ;

  • 22 Arch. Affaires étrangères, NS Russie, tome 58, emprunts.

« l’étranger comme collaborateur oui, comme maître du marché non, telle paraît devoir être la nouvelle formule »22.

Si Paléologue regrette cette attitude du point de vue des rapports économiques franco-russes, il s’en satisfait aisément sur le seul terrain politique, car ce nationalisme virulent trouve encore plus matière à s’exciter contre les Empires centraux, notamment contre l’Allemagne, que contre la présence française. A quelque chose malheur est bon ! Rappelons-nous le texte déjà cité de la note de la Direction des affaires politiques de juillet 1914 : « du point de vue de la politique extérieure le nationalisme nous est favorable ».

24Une sorte d’accord s’est en effet peu à peu réalisé au sein des classes dirigeantes russes, bourgeoisie comprise, à propos de la politique extérieure. Les vieux rêves d’expansion vers les Détroits, vers Constantinople, fondés autrefois sur des considérations religieuses, mystiques, idéologiques, se trouvent désormais étayés par des calculs économiques simples : l’élan essentiel de la nouvelle Russie économique provient des régions méridionales, productrices de fer et de charbon, d’acier, exportatrices de céréales ; les régions riveraines de la mer Méditerranée orientale étant des zones sans grandes industries, il apparaissait logique et profitable aux producteurs russes (et à leurs partenaires étrangers établis dans ces régions méridionales de l’Empire russe) d’écouler leur production vers cette partie du monde. Dès lors la possession, ou tout au moins l’autorité sur les lieux de passage était souhaitable. Qui pouvait s’y opposer ? Au fond les Alliés occidentaux de la Russie (France ou Grande-Bretagne) étaient très peu favorables à ces prétentions. La Turquie inquiète paraissait se rapprocher de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie. Or, celles-ci étaient déjà suspectes, car la seconde de ces puissances s’était toujours opposée à l’expansionnisme russe en direction des Balkans et la première était, sur le plan industriel, la principale menace concurrentielle pour la jeune industrie russe. On comprend donc facilement que l’irritation du nationalisme bourgeois russe se soit cristallisée contre les Empires centraux.

  • 23 I.V. Bestuzev, « Osnovnye aspekty vnesney politiki Rossii nakanune ijul’kogo krizisa », in Pervaja (...)

25Comme l’ont bien montré des travaux antérieurs, notamment ceux de I.V. Bestuzev, une vaste conjonction des intérêts politiques et économiques se produit ; à la Douma elle aboutit à des convergences larges et dans la presse à de véritables campagnes nationales23. Les représentants qualifiés des associations professionnelles patronales (comités boursiers, groupements professionnels sectoriels, représentants des grands propriétaires terriens) peuvent soutenir les vues officielles ou même les faire s’infléchir, puisque peu à peu les responsables politiques opposants ou réticents vis-à-vis de cette politique expansionniste se rallient à cette stratégie (c’est l’évolution de Sazonov et de Nicolas II lui-même). Au fond, n’est-ce pas la concrétisation tangible du passage de la Russie du stade de l’État sous-développé au stade de l’État en voie de développement qui, à son tour et comme les autres États riches, aspire à délimiter sa zone d’influence ? Witte dans son rapport avait souhaité que la Russie devienne une « métropole ». Les libéraux et les KD ne peuvent ni ne veulent aller contre cette tendance, non par trahison des intérêts du peuple russe, mais parce qu’ils sont eux-mêmes les représentants de cette force montante qu’est la Russie bourgeoise. Sans doute, existe-t-il encore en Russie une lourde ambiguïté entre la dépendance politique où se trouve la bourgeoisie russe en face du tsarisme depuis son impuissance à se saisir vraiment du pouvoir en 1905-1907 ; mais sa croissance en tant que force économique, particulièrement nette à partir de 1909, la renforce dans le domaine de la politique extérieure. Est-ce la bourgeoisie russe et ses représentants politiques qui se rallient au tsarisme ou n’est-ce point le contraire qui s’établit en politique extérieure ?

  • 24 L. Sepelev, « Akcionernoe ucreditel’sto v Rossii », in Izistorii imperializma v Rossii, Leningrad, (...)
  • 25 Entre 1908 et 1911 compris, 2 166 millions de roubles ont été fournis par des porteurs russes lors (...)
  • 26 Chiffres cités par Le Marché financier en 1913-1914, p. 316-317.

26Pour tenter de répondre à cette question, il conviendrait sans doute de mesurer exactement le poids social et politique de cette bourgeoisie russe ; cela dépasse notre propos. Simplement nous voudrions souligner combien les conditions économiques de la Russie des années 1909-1914 éclairent l’épanouissement du nationalisme dans la bourgeoisie russe. Comme on le sait, ces années correspondent à l’« âge d’or » du capitalisme russe ; entre 1908 et 1914, le montant du capital des sociétés par actions nouvellement créées représente 40,9 % de toutes les sociétés par actions créées depuis l’abolition du servage24. Or, l’accumulation nationale répond pour une très large part à cette poussée créatrice ; selon Kokovtzov, les deux tiers des valeurs nouvelles proviennent de fonds nationaux entre 1908 et 191125. Confirmant cette richesse, les dépôts dans les caisses d’épargne et dans les banques s’accentuent proportionnellement aux résultats des récoltes : les bons résultats des années 1909, 1910, 1912 et 1913 se traduisent par des hausses sensibles des dépôts, tandis que la maigre récolte de 1911 s’inscrit en creux. Toutefois, au total, l’augmentation de ces dépôts est de 2 348 millions de roubles entre 1908 et fin 1913, soit pratiquement le doublement de ces dépôts (ils passent de 2 221 millions à 4 569 millions)26. Sans doute cet enrichissement est inégalement réparti dans la population, mais tous les indices confirment la constitution d’une véritable classe moyenne, spécialement concentrée dans les centres urbains. Le gonflement des villes est dû pour une large part à la concentration ouvrière, mais il y aurait intérêt à étudier les transformations intervenues dans certains quartiers de Moscou ou de Pétrograd, ceux où le « tretij element » (« le troisième élément ») s’assemble ; des zones résidentielles comparables à celles de villes d’Europe centrale par leur goût architectural, par les formes d’habitation, se constituent dans les villes russes. Quels en sont les habitants ? Quels sont les mœurs et les idées de ces gens ? Notamment comment ressentent-ils la présence étrangère dans les secteurs d’activité où ils jouent un rôle grandissant ? L’historiographie est restée trop longtemps accrochée à des notions simplistes selon lesquelles ces enrichis, embryons de la classe moyenne, étaient de purs reflets du monde occidental, dépendant de celui-ci, oublieux des valeurs nationales, « bourgeoisie-compradore » pour reprendre une expression classique. La réalité semble bien différente aux Français établis en Russie, on l’a vu ; les accusations de chauvinisme ne manquent pas sous leur plume. Étaient-ils eux-mêmes simplement victimes de leur propre chauvinisme ? Nous ne le pensons pas.

27En fait, le processus de poussée nationaliste au sein de la bourgeoisie russe correspond parfaitement au stade de développement économique alors atteint. Pour autant qu’on en puisse juger – car la durée très restreinte des années analysables (1908-1913) limite singulièrement l’étude économico-sociale – on se trouve alors en Russie au point critique où l’émergence du sous-développement permet une prise de conscience de l’arriération, non seulement parmi les milieux intellectuels mais aussi parmi ceux qui sont directement confrontés à la concurrence étrangère. Le phénomène n’est pas spécifique à la Russie naturellement. Des exemples ponctuels pris dans les entreprises à capitaux étrangers utilisant du personnel russe de gestion et d’encadrement montreraient combien les frottements « épidermiques » entre ceux-ci et leurs collègues étrangers s’accentuent. Justement parce que les efforts de développement de l’instruction secondaire en Russie commencent à porter leurs fruits, la prise de conscience de la dépendance se réalise plus facilement ; l’avance technologique étrangère, réelle dans certains domaines spécialisés, n’existe plus pour la gestion ordinaire, telle que dans la pratique des agences de banque ou dans la comptabilité des entreprises ; dans certains domaines, la technologie russe se situe au même point que les mieux développés (dans les mines ou la métallurgie par exemple). Les cadres russes souffrent donc des différences salariales ou des subordinations hiérarchiques avec les étrangers travaillant dans une même entreprise ; cette animosité se retrouve même au niveau des contremaîtres, comme en témoignent les frictions entre employés de même fonction dans des entreprises textiles en Pologne russe ou dans des usines métallurgiques des rives de la mer d’Azov.

28Ici la micro-analyse permet de mieux comprendre un processus général, celui de la maturation d’une volonté d’indépendance économique. On serait tenté de parler à ce propos de « décolonisation » au risque d’être taxé du péché d’anachronisme ; mais, au fond, ce que nous constatons ici, n’est-il pas ce que l’on constatera trente ou quarante ans plus tard dans les pays asiatiques ou africains ? Seulement la différence, c’est que cette prise de conscience de la dépendance économique se situe à un moment particulier, celui d’une période de poussée nationaliste globale en Europe, liée à la course vers la guerre, et dans un État particulier, celui d’un Empire qui compte (peut-être à tort) parmi les grandes puissances de l’heure. Ce second facteur a sans doute facilité la prise de conscience dans la mesure où l’indépendance politique de la Russie existait déjà, même si des pressions étrangères pouvaient utiliser l’arme économique. Le passé, la civilisation, la culture et la religion russes fournissaient l’armature idéologique nécessaire à cette volonté d’indépendance ; le tsarisme lui-même a pu utiliser cette tendance « nationaliste » à son profit pour justifier une politique extérieure audacieuse, mais comme on l’a déjà dit, ce faisant, sert-il ses intérêts ou ceux de la bourgeoisie ?

  • 27 Dans son roman Août 1914, Soljénitsyne a montré cette transformation de la mentalité russe ; au moi (...)

29En vérité deux formes différentes de nationalisme se mêlent ici : le nationalisme tendu vers l’extérieur de la Russie, qu’on appelle panslavisme ou néo-slavisme ou impérialisme russe, manifeste déjà une volonté de conquête, d’expansion, tandis que le besoin de se dégager de l’emprise économique étrangère en Russie-même répond à une autre motivation. Économiquement, le premier est peut-être moins en situation que le second ; mais politiquement et idéologiquement ces deux formes de nationalisme se confondent ; elles s’épaulent dans la Russie de l’avant-guerre. Aussi lorsque la guerre éclate en août 1914, l’exaspération nationale contre l’Allemand comporte à la base les deux causes : d’un côté, le rappel du vieil antagonisme contre l’Allemagne, coupable de s’opposer depuis trop longtemps à l’expansion économique externe ; de l’autre côté, le sursaut contre l’Allemand établi sans vergogne dans de trop nombreuses entreprises industrielles ou commerçantes (et même dans de vastes secteurs agricoles) en Russie même. Dans une certaine mesure, la guerre qui commence peut apparaître comme une guerre d’indépendance ; on comprend en tout cas les raisons psychologiques de l’Union sacrée qui s’étend à la Russie en août 1914 (au moins dans le cas de la bourgeoisie)27.

30Un mot de conclusion : affirmer que la bourgeoisie russe était nationaliste à la veille de la Première Guerre mondiale ne présente aucune novation historique, mais il faudrait se défaire d’une vision trop orientée vers l’idée que ce nationalisme traduisait uniquement des vues réactionnaires ; il correspondait à un moment du développement économique russe, celui du passage vers l’indépendance réelle. Il conviendrait en tout cas de procéder à des études précises du comportement des cadres économiques, soit par l’analyse de la vie de certaines entreprises, soit par la lecture des revues professionnelles ; la micro-analyse est un bon moyen de pénétrer dans l’étude des mentalités, surtout si l’on veut sortir enfin du seul monde des intellectuels, révélateur certes, mais tout de même particulier, même dans un pays comme la Russie. Le seul but de cette rapide esquisse était simplement d’inciter les chercheurs à se tourner vers cette voie.

Notes

1 Voir les travaux d’A. Gerschenkron, Economie Backwardness in Historical Perspective, Harvard University Press, 1962, ou Europe in the Russian Mirror, Cambridge University Press, 1970. Également W. Rostow, Les étapes de la croissance économique, Paris, Le Seuil, 1963.

2 Extrait d’une lettre de Pierre Léon, citée dans l’avant-propos du dernier volume de XHistoire économique et sociale du monde, Paris, Colin, 1978, tome VI.

3 Chiffres cités par P.A. Khromov, Ekonomiceskoe razvitie Rossii, Moscou, 1967.

4 Chiffres cités par A.M. Solovieva, Zeleznodorozn’ij transport Rossii vo vtoroj polovine XIX v., Moscou, 1975.

5 L’influence de la vie en ville sur certaines familles paysannes de la région de Moscou a été étudiée par R.E. Johnson, dans le volume consacré à la famille dans la Russie impériale, publié par D.L. Ransel, Family in Impérial Russia, University of Illinois Press, 1978.

6 Selon l’Encyclopédie Granat, le chiffre de six millions de personnes pourrait être retenu pour la bourgeoisie russe avant 1914. Mais les évaluations scientifiques sont délicates. Cf. I. Gindin, « Russkaya burzuazia v period kapitalisma », Istorija SSSR, 1963, n° 2 et n° 3.

7 Cf. T. Von Laue, Serguei Witte and the industrialization of Russia, Columbia University Press, 1963.

8 Archives de Leningrad, CGIAL, ministre des Finances, fonds 560, série 22.

9 L’historique de ce combat a été fait par I. Gindin, avec publication de documents, dans le volume VI des Documents sur l’histoire de l’URSS, pour l’histoire du capitalisme monopolistique, Moscou, 1959, chap. 2 (en russe).

10 Cf. René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887- 1914, Paris, Colin, 1971, chap. 3. Sur la politique du ministre Wichnegradski vis-à-vis de l’Allemagne, voir Dietrich Geyer, Der russische Imperialismus, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1977.

11 Par comparaison avec les famines et les troubles graves des années 1891-1893 et 1901-1902, l’agitation paysanne est moins vive. Sylvain Bensidoun, L’agitation paysanne en Russie de 1881 à 1902, Paris, Presses de la FNSP, 1975.

12 Des conférences passionnées ont eu lieu sur ce sujet entre historiens soviétiques vers 1958-1962. Cf. K.N. Tarnovskij, Sovietskaja Istoriografia rossiskogo imperializma, Moscou, 1964.

13 Tableau d’après V.I. Bovykin, « Problème der industiellen Entwicklung Russlands », in Deutschland und Russland im Zeitalter des Kapitalismus 1861-1914, Wiesbaden, F. Steiner V., 1977.

14 Cf. Bovykin et divers, « Inostrannye obscestva v Rossii v nacale XX v. », in Vestnik Moskovkogo Univ., Istarija, 1968.

15 Cf. R. Girault, Emprunts russes..., op. cit., p. 430 et sq.

16 Voir A.L. Sidorov, Finansovoe polozenie Rossii v god’i pervoj mirovoj vojn’i, Moscou, 1960.

17 Chiffres tirés de l’article de Bovykin, « Problème der industriellen Entwicklung Russlands », op. cit., p. 117.

18 Note du 15 juillet 1914, publiée dans les Documents diplomatiques français, 3e série, tome X, n° 502.

19 Archives des Affaires étrangères, Nouvelle série Russie, carton Industrie, nos 44- 47.

20 Arch. ministère des Finances, série F30, n° 329, rapport du 20 mai 1911.

21 Archives de la Banque de l’Union Parisienne, dossier 237.

22 Arch. Affaires étrangères, NS Russie, tome 58, emprunts.

23 I.V. Bestuzev, « Osnovnye aspekty vnesney politiki Rossii nakanune ijul’kogo krizisa », in Pervaja mirovaja voyna, Moscou, 1968.

24 L. Sepelev, « Akcionernoe ucreditel’sto v Rossii », in Izistorii imperializma v Rossii, Leningrad, 1959.

25 Entre 1908 et 1911 compris, 2 166 millions de roubles ont été fournis par des porteurs russes lors des emprunts demandés par l’État, sur une somme totale de 3 365 millions, soit 64,3 %. Sidorov, op. cit., p. 36.

26 Chiffres cités par Le Marché financier en 1913-1914, p. 316-317.

27 Dans son roman Août 1914, Soljénitsyne a montré cette transformation de la mentalité russe ; au moins chez certains responsables militaires, on retrouvait une volonté d’aborder les temps nouveaux de la Russie : « Cette étroite confrérie des officiers brevetés d’état-major et peut-être aussi un petit clan d’ingénieurs étaient seuls à savoir que le monde et, avec le monde, la Russie – silencieusement, invisiblement, insensiblement – avaient passé le seuil des Temps nouveaux et changé en quelque sorte d’atmosphère, l’oxygène de la planète, le rythme de sa combustion et tous les ressorts de l’heure étant devenus différents ». Le Seuil, 1972, p. 93.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search