Version classiqueVersion mobile

Être historien des relations internationales

 | 
René Girault

I. Le poids de l’économie

Le difficile mariage de deux histoires

Économie et relations internationales dans le monde contemporain

Note de l’éditeur

Article publié dans la revue Relations internationales, n° 41, printemps 1985, p. 13-28. Ce numéro, ainsi que le suivant, publie les actes du colloque « Vingt ans d’histoire des relations internationales », colloque organisé par René Girault à Paris, en 1984, pour faire le point de la réflexion et de la pratique de l’histoire des relations internationales vingt ans après la publication du livre de Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, A. Colin, 1964.

Texte intégral

1L’historien est prisonnier de son temps. Les interrogations qu’il adresse au passé sont influencées par les conditions de sa vie personnelle et par les réflexes dominants de son environnement culturel. Ainsi, en période de crise – économique, sociale, politique – une propension naturelle chez bon nombre de chercheurs les pousse à scruter les périodes antérieures de crise, tandis que les « bonnes années » incitent les analystes à l’observation des moments fastes, à l’étude des apogées. Même si l’historien se veut un pur esprit scientifique, à l’écart des modes et des vicissitudes de la société dans laquelle il est obligatoirement plongé, il ne peut éviter l’interrogation de ceux qui, non-professionnels de l’histoire, cherchent en celle-ci des « leçons ». L’historien sait pertinemment qu’il ne peut être un devin ou un mage, mais l’attente de ses contemporains, surtout lorsque s’affaissent d’autres valeurs traditionnelles (philosophies, idéologies, religions, mythes), est orientée par les pressions ressenties par les autres hommes, ses voisins. On se souvient de la « popularité » de l’histoire de la décadence romaine au XVIIIe siècle ; la crise de la pensée française après la guerre 1870-1871 est liée à la défaite face à une Allemagne subitement triomphante ; les tensions internationales actuelles poussent certains à se tourner vers la guerre froide et à y chercher des références pour agir. En bref, les tendances dominantes de la recherche historique en un moment donné sont rarement neutres, même si les méthodes d’investigation respectent la règle d’or de l’historien véritable, l’objectivité. L’erreur des positivistes à la fin du siècle dernier fut sans doute de confondre les finalités et les moyens de l’histoire. Il fut nécessaire d’arracher l’histoire aux manipulations des docteurs de la foi, quelle que soit la religion embrassée ; il était déraisonnable de croire en une vérité de l’histoire, comme si elle était un juge impartial entre les hommes, alors que ses jugements sont prononcés par certains hommes, eux-mêmes soumis à influences.

2Cette relation entre le temps présent et le passé observé apparaît particulièrement évidente à celui qui cherche à comprendre pourquoi deux domaines de l’histoire, l’histoire économique et l’histoire des relations internationales, sont restés si longtemps autonomes, voire étrangers l’un à l’autre. Tentons de faire un peu l’histoire de cette incompréhension.

  • 1 Voir Pierre Rain, L’École libre des sciences politiques, 1871-1945, Paris, 1963, FNSP, p. 41 et sq.

3L’histoire diplomatique, au moment de son apogée (fin du XIXe siècle-années trente) ignore superbement l’intendance. Le fait est aisément explicable. D’une part, dans la vie même de la diplomatie, celle des diplomates de cette période, on est persuadé que les rapports entre les États sont réglés par des négociations politiques et par des décisions politiques. La diplomatie est un art qui obéit à des préceptes bien établis ; l’estimation juste des rapports de forces militaires et des potentialités géographiques nationales, jointe à la souplesse imaginative d’échafaudages temporaires, le respect des données juridiques codifiées dans un droit international public (« le Droit des Gens ») valable en tous lieux, sont nécessaires au « bon » diplomate. A titre d’exemple, on peut rappeler que la formation des diplomates français à la fin du XIXe siècle, telle qu’elle est donnée à l’École libre des sciences politiques, repose sur les cours d’histoire d’Albert Sorel, d’Albert Vandal et d’Émile Bourgeois, hérauts incontestés d’une histoire diplomatique faisant une large place à l’analyse « pointue » des secrets de chancellerie et à l’étude détaillée des grands hommes1 Des maîtres dans ce domaine sont révérés et leurs actions élevées au rang d’exemples : on citera Talleyrand, Palmerston, Cavour, et surtout Bismarck. Cette « personnalisation » de l’analyse grandit le genre biographique tandis qu’elle incite les chercheurs à « dénicher » dans quelque document ultra-secret ou dans quelque correspondance très privée l’explication convaincante du jeu mené par les brillants négociateurs. En forçant le trait, on pourrait assimiler l’histoire diplomatique à la rubrique des jeux d’échecs.

4D’autre part, la structure même des échanges économiques internationaux jusqu’à la Première Guerre mondiale paraît conforter la dédaigneuse attitude des diplomates pour tout ce qui touche au commerce et aux marchandises : l’État légifère pour contrôler les mouvements commerciaux grâce aux accords douaniers ou commerciaux ; mais cette souveraineté une fois reconnue, l’État n’intervient pas comme entrepreneur commercial à l’étranger. Le commerce appartient aux commerçants, aux entreprises privées qui ont à assumer risques et profits sans que les gouvernements se déclarent responsables des aléas du commerce à l’étranger. D’ailleurs, à l’époque, les commerçants espèrent obtenir la protection des autorités consulaires, seulement en cas de difficultés juridiques ou politiques ; ils seraient horrifiés si les autorités diplomatiques faisaient mine d’intervenir vraiment dans leur action commerciale. Dans ces conditions, les rapports plus ou moins réguliers des attachés commerciaux ou des consuls, le plus souvent réduits à de fastidieuses énumérations statistiques ou de sempiternelles lamentations sur les mentalités étroites des commerçants, sont à peine considérés comme pièces diplomatiques, dignes de l’intérêt des chancelleries.

  • 2 Boris Nolde, L’Alliance franco-russe, les origines du système diplomatique d’avant-guerre, Paris, D (...)

5Les tenants de l’histoire diplomatique poursuivent cette attitude en négligeant totalement (ou peu s’en faut) les archives commerciales ou les documents économiques. Prenons l’exemple d’un ouvrage important sur la politique extérieure russe entre 1871 et 1893, écrit par Boris Nolde, L’Alliance franco-russe, les origines du système diplomatique d’avant-guerre, publié en 19362. Ce livre fut longtemps un classique, car fort bien documenté, précis, réfléchi et « objectif ». Ancien diplomate, le baron Boris Nolde explique dans son introduction qu’il ne suffit pas, pour faire l’histoire de la politique extérieure d’un État, de suivre les appréciations, calculs et desseins des gouvernants et des « bureaux », mais qu’il convient de prendre en considération les courants de l’opinion publique et qu’il faut éviter de transformer les problèmes de la vie internationale en

« problèmes d’une espèce de mécanique politique pure dont la solution ne dépend que de l’application de certaines règles, plus ou moins immuables, de l’équilibre politique » (Introduction, p. 4).

Voici donc un historien-diplomate scrupuleux et prêt à tenir compte de facteurs nombreux et variés en politique extérieure. Or, sur un livre de près de 700 pages, l’auteur consacre 12 pages aux aspects économiques des relations extérieures de la Russie tsariste ! On pourrait appliquer ce jugement de Pierre Renouvin au travail de Boris Nolde :

  • 3 Introduction générale à l’histoire des relations internationales, t. I, Le Moyen-Age, Paris, Hachet (...)

« L’historien admet, ou paraît admettre, que l’évolution des rapports entre les États dépend surtout des vues personnelles des hommes, de leur caractère, de leur savoir-faire ou de leurs erreurs. En somme, il adopte l’horizon qui a été celui des chancelleries. Horizon trop restreint »3.

6Dès les années trente, au moment où Boris Nolde publie son livre, la remise en cause de l’histoire diplomatique est déjà commencée. A cet égard la double influence de l’école des Annales et de l’idéologie marxiste est déterminante. Il ne semble pas nécessaire de décrire ici par le détail comment ces deux courants, à partir de prémisses différentes, ont ébranlé l’historiographie « classique » antérieure. On se contentera de rappeler les critiques fondamentales venues de ces deux tendances et applicables à l’histoire des relations internationales.

7Lucien Febvre comme Fernand Braudel ne manquèrent jamais de souligner combien l’histoire des hommes d’État, faite comme si ceux-ci étaient de purs esprits, capables de mener leur « jeu » politique sans avoir à subir les contraintes économiques, sociales et culturelles de leur époque prise dans un sens large, c’est-à-dire replacée dans la « longue durée », était contraire à une vision exacte du passé. Pour eux, les accidents qui jalonnent le récit des négociations diplomatiques sont « agitation de surface », « croûte apparente, superficielle ». Les actes et les gestes des hommes d’État sont « poussière de faits divers », qui ne méritent pas de gros livres minutieux.

  • 4 Il s’agit du manuel de Pierre Renouvin, Histoire diplomatique de l’Europe. Manuel de politique euro (...)

8De leur côté, les auteurs influencés par l’idéologie marxiste soulignaient le caractère déterminant des infrastructures pour la compréhension du passé ; certes, l’analyse des superstructures de l’État et celle du rôle joué par les représentants des classes sociales dirigeantes, notamment de la bourgeoisie capitaliste, conservaient toute leur valeur, mais à la condition expresse d’être replacées dans leur rapport dialectique avec les rapports de production de l’époque et avec le développement de la lutte des classes au sein de la société considérée. En fait, les deux écoles de pensée aboutissaient à un même effet : souligner l’importance de « forces profondes », placées bien en deçà, ou en amont, de l’action des individus, notamment les conditions de la vie matérielle, les structures économiques et les caractères des civilisations. Pour comprendre l’action de Bismarck, il fallait d’abord connaître les traits du capitalisme allemand et les ressorts de la société allemande de la fin du XIXe siècle. Pour comprendre les origines de la Première Guerre mondiale, il fallait d’abord procéder à une analyse spectrale de l’Europe en s’appuyant sur la démographie, sur les analyses des rivalités commerciales, sur le poids de l’impérialisme économique, sur les forces du nationalisme et des nationalités (tels étaient le sens de la critique portée en 1932-1933 par Jules Isaac sur un livre de Pierre Renouvin publié en 1929 et la portée du livre publié par le même Jules Isaac en 1933)4.

  • 5 En 1961, d’après une enquête de Philippe Vigier, 38 thèses d’histoire des relations internationales (...)
  • 6 Pierre Renouvin lui-même incite peu les jeunes chercheurs à se tourner vers le passé proche, à l’in (...)

9Cependant, une conséquence imprévue procédait de cette double remise en cause de l’histoire diplomatique traditionnelle : auprès des jeunes historiens, désireux de commencer des recherches, le discrédit de la « diplomatie » devenait tel qu’ils préféraient abandonner ce secteur de l’histoire pour se tourner vers les études correspondant mieux aux concepts généraux de l’école des Annales ou de l’idéologie marxiste. De ce point de vue, malgré l’immensité du talent pédagogique de Pierre Renouvin, professeur exceptionnel, faisant de chacune de ses leçons un modèle de précision et de logique au point de rendre faciles les méandres de la question d’Orient ou proches les lointaines péripéties de l’Extrême-Orient, il faut reconnaître que l’histoire des relations internationales a durablement souffert de la « concurrence » de l’histoire économique et de l’histoire sociale. Une récapitulation des thèses entreprises et soutenues pendant les années de l’après-Seconde Guerre mondiale (environ 1945- 1960) montrerait la faiblesse marquée du secteur diplomatique5. Sans doute, les effets de la Seconde Guerre mondiale expliquèrent-ils aussi cette désaffection ; l’étude de la Première Guerre mondiale perd soudain de sa force à cause de la Seconde ; en outre, il est alors bien difficile d’obtenir l’accès aux sources d’archives postérieures à 1914, sauf pour les archives nazies, saisies par les autorités américaines ou publiées lors du procès de Nuremberg. Toutefois, alors que les années vingt avaient été marquées par les controverses entre historiens à propos des origines de la Grande Guerre, donc à propos d’une histoire « immédiate », pendant les années cinquante, du côté français, il existe peu de travaux scientifiques sur les conditions de la marche vers la Seconde Guerre mondiale6.

  • 7 Maurice Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la premièr (...)

10C’est au contraire le moment où se développe largement l’histoire économique en France. Certes, celle-ci aborde plutôt des périodes bien plus reculées dans le passé, meilleurs observatoires de la longue durée, mais la mode touche aussi le XIXe siècle sans que le lien entre histoire économique et histoire des relations internationales soit vraiment fait. On a le sentiment que l’histoire économique renouvelée dédaigne les mondes étrangers ; elle est en histoire contemporaine résolument franco-française (à l’exception notable de la thèse de Maurice Lévy-Leboyer)7. Les causes de ce phénomène sont au surplus aisément explicables. D’une part, la tendance dominante chez les jeunes chercheurs, souvent professeurs dans un lycée de province, consiste à choisir un sujet de recherche dont les sources sont proches de leur domicile, dans les archives départementales, donc lié à l’histoire régionale française ; seuls des Parisiens peuvent aller régulièrement au Quai d’Orsay. D’autre part, dans les publications de documents diplomatiques, notamment dans les séries françaises, le choix des pièces publiées continue à se faire sur des bases étroitement diplomatiques, parfois sans que les négociations financières soient du tout évoquées (seuls les tout derniers volumes publiés dans la série 1871- 1914, à la fin des années cinquante, corrigent un peu cette tendance).

11C’est à la fin des années cinquante qu’intervient la transformation fondamentale qui va mener vers un rapprochement entre histoire économique et histoire des relations internationales. Trois facteurs nous paraissent avoir conduit certains jeunes chercheurs à aborder un nouveau champ de recherches : le renouvellement de l’histoire économique à travers l’histoire des banques, le rôle de la recherche en histoire coloniale, la maturation de la pensée renouvinienne (si on me permet cette expression).

  • 8 Bertrand Gille, Histoire de la Maison Rothschild. Des origines à 1870, 2 vol., Genève, Droz, 1965 e (...)

12Sur le premier plan, il convient de rendre hommage à trois historiens qui ont modifié de fond en comble la connaissance de l’histoire des banques françaises du XIXe siècle. Maurice Lévy-Leboyer, Bertrand Gille et surtout Jean Bouvier ont apporté deux progrès décisifs pour la connaissance historique : à travers leurs thèses8 et par divers articles publiés dans des revues scientifiques (par exemple, celui de Jean Bouvier, « Les intérêts financiers et la question d’Égypte (1875-1876) », dans la Revue historique, juillet 1960), il est apparu comment les rythmes de la conjoncture vécus par les grandes banques avaient influencé leur stratégie de firmes et combien celle-ci avait pu peser sur certains choix politiques, internes et externes. Concrètement l’étude des grandes firmes faisait obligation de prendre en considération le « souffle puissant de la conjoncture », y compris sur des facteurs en apparence politique. Les leçons de Simiand et Labrousse devaient être intégrées à la réflexion sur l’action extérieure des grandes entreprises françaises. En outre, à partir de cas concrets, on abordait enfin le difficile problème de la négociation des emprunts extérieurs dans sa réalité véritable d’avant 1914, à savoir les exportations de capitaux par des banques avec ou sans l’accord de la puissance publique. Un mot ici d’explication technique : la discussion au sujet de prêts d’argent à des pays étrangers se déroule aussi au sein des instances gouvernementales, mais le prêt lui-même dépend, de toute manière, des possibilités bancaires, donc de la décision des banquiers. Toute analyse d’emprunt extérieur suppose la connaissance conjointe des archives d’État et des archives de banques. Le mérite des historiens de la banque était de nous éclairer sur ces réalités, d’apporter de nouvelles sources et d’inciter à une réflexion sur l’interrelation entre État et Banque.

13 Pierre Renouvin avait fort bien mesuré cette petite révolution. Dès 1953, avant l’achèvement de ces thèses, il avait écrit ces lignes qui me paraissent répondre, à l’avance, à cet élargissement de l’histoire des relations internationales :

  • 9 Introduction générale..., op. cit., p. XII-XIII.

« Ce n’est pas l’objet de l’histoire diplomatique qui prête à contestation ; c’est sa méthode, telle que ses adeptes la pratiquent trop souvent. Parce qu’il dispose de sources abondantes dont l’accès est facile, l’historien se laisse submerger par les documents, sans se résoudre à sacrifier dans sa recherche les menus incidents qui ont retenu pour un fugitif instant l’attention des chancelleries. Parce qu’il se trouve en face d’une série bien coordonnée d’instructions et de rapports, il éprouve une impression de sécurité. Or les instructions s’appliquent souvent à ne pas dire l’essentiel et les rapports qui donnent des informations au jour le jour, omettent tout aussi souvent la recherche des causes : même au XIXe siècle, la correspondance de nombreux ambassadeurs n’accorde qu’une place restreinte, parfois dérisoire, aux questions économiques et au problème des nationalités – à toutes les « forces profondes » – car pour le diplomate d’alors, la « grande politique » plane au-dessus de ces contingences. L’erreur de cet historien est de croire que les documents diplomatiques peuvent suffire à étudier l’histoire des relations internationales. Mais c’est une erreur d’exécutant9.

  • 10 Retenons la collection « Colonies et Empires » où sont publiées une série Les techniciens de la col (...)
  • 11 Jacques Freymond, Lénine et l’impérialisme, Lausanne, Payot, 1951.
  • 12 Publié chez Colin à Paris en 1960.
  • 13 Robert Schnerb, Le XIXe siècle, l’apogée de l’expansion européenne, 1815- 1914, in Histoire général (...)

14L’histoire coloniale a dû également influencer Pierre Renouvin. Il se trouve en effet que l’histoire de la colonisation française connaît pendant la IVe République un réel épanouissement, lié sans nul doute à l’attraction pour les territoires coloniaux dans les consciences françaises (y compris pour critiquer la colonisation). Sous l’impulsion de Charles-André Julien, titulaire d’une chaire d’histoire de la colonisation à la Sorbonne, et de Maurice Crouzet, de nombreux travaux sont publiés en ce domaine entre 1947 et 195510. Pierre Renouvin y contribue lui-même. Or bon nombre de ces travaux abordent la problématique de l’impérialisme colonial, des rapports existant entre la conquête coloniale et les contraintes du développement économique capitaliste. La problématique léniniste (exposée dans L’impérialisme, stade suprême du capitalisme) est au cœur des débats et combats (ce n’est pas un hasard si Jacques Freymond publie en 1951 une réflexion sur ce thème11). Cette vive discussion aboutira au livre fameux d’Henri Brunschwig, Mythes et réalités de l’impérialisme colonial français 12, objet lui-même de réactions vives. Plus que jamais l’interrogation sur les relations entre les conditions économiques et les décisions politiques est centrale, fondamentale. Quand on relit aujourd’hui le maître-livre sur le XIXe siècle de Robert Schnerb, publié en 1955 dans la célèbre Histoire des civilisations 13, on reste frappé par la place accordée au phénomène de l’impérialisme colonial dans le domaine des relations internationales ; de même que les transformations du capitalisme libéral, son extension au monde entier est considérée attentivement pour comprendre les transactions qui s’effectuent dans les relations entre les hommes. A sa manière, la décolonisation qui affecte si nettement la France à travers les guerres d’Indochine et d’Algérie, influence l’historiographie française, d’autant plus que bon nombre de jeunes historiens français sont alors personnellement concernés.

  • 14 Dans l’ordre chronologique, ce sont les thèses de Pierre Guillen, L’Allemagne et le Maroc de 1870 à (...)

15En somme, les conditions politiques, économiques et psychologiques ont beaucoup changé lorsqu’une équipe d’historiens français, travaillant individuellement, aborde pendant les années soixante le délicat problème des interrelations entre économie et politique internationales. Les conditions d’accès aux archives les ont conduits à concentrer leur attention sur la période entre 1870 et 1914 et sur les principaux domaines de l’expansion économico-politique de la France dite de la Belle Époque. Peu à peu, ils achèvent et publient leurs thèses entre 1967 et 1973, donc postérieurement à la publication de L’Introduction à l’histoire des relations internationales (1964)14. A leur manière, ils répondent ainsi aux interrogations multiples posées par Pierre Renouvin dans la partie de ce livre qu’il avait écrite à propos des questions économiques : chapitres 3 (les forces économiques, les concurrences et les conflits), 4 (les forces économiques, les ententes), 5 (les questions financières).

16Pierre Renouvin concluait son chapitre 5 sur l’impérialisme financier par une remarque de portée générale :

  • 15 Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, Colin, 1964, p. 168.

« La recherche historique peut aboutir à des résultats valables lorsqu’elle renonce au vain espoir de dégager une explication générale et lorsqu’elle se limite à l’étude de cas particuliers »15.

Sans doute, cette leçon de modestie était-elle nécessaire pour éviter des simplifications excessives alors qu’il s’agit de comprendre les actions passées des hommes, animaux rationnels et irrationnels. Toutefois, Pierre Renouvin lui-même dans le même ouvrage insistait, largement, sur ce qu’il appelait la primauté du politique sur l’économique. Dans le chapitre 3, à propos des concurrences et des conflits, que ce soit pour les politiques autarciques, pour la conquête de marchés d’exportation, pour l’établissement de zones d’influence, pour la recherche des matières premières (notamment à propos des pétroles), pour le contrôle des voies ferroviaires ou des canaux interocéaniques, à propos des guerres douanières, des embargos, des boycottages, la conclusion à laquelle parvient Pierre Renouvin est claire : si, « dans certains cas » les forces économiques ont été le mobile d’initiatives politiques, elles ont été « bien souvent » au service des desseins politiques (cf. p. 103). Même tendance dominante dans le chapitre 4 sur les ententes économiques où il privilégie les desseins politiques sur les autres causalités. Dans le chapitre 5, Pierre Renouvin conclut bien que l’arme financière est d’un maniement difficile (p. 153) et que la « politique » d’emprunts est délicate dans son maniement et dans ses fins, avant d’aboutir à un renvoi « dos à dos » des tenants de la primauté du politique et de ceux de la primauté de l’économique : « ni la finance, ni la politique ne peuvent prétendre à une relative primauté » (p. 168). En vérité, l’inclination de Pierre Renouvin vers la prédominance du politique transparaît au travers des exemples cités dans ce livre, tout comme les analyses des quatre volumes qu’il a écrits dans l’Histoire des relations internationales (tomes V à VIII) iront dans le même sens. Quoi qu’il en soit, l’analyse renouvinienne postule l’autonomie des deux acteurs et c’est là une distinction fondamentale qui fait, en elle-même, objet de controverse pour ceux qui depuis ont cherché à analyser ces relations État-secteurs économiques privés.

  • 16 La revue Relations internationales en donne de bons exemples dans ses numéros 1, 6 et 7, 13, 15 et  (...)

17Depuis un peu plus d’une vingtaine d’années, la cohabitation entre historiens de l’économie et historiens des relations internationales est donc une réalité. Elle se marque par la collaboration à des projets de recherche communs (sur les milieux des affaires, le protectionnisme, l’impérialisme, la notion de puissance, la crise économique en Afrique, les relations franco-allemandes et franco-britanniques avant la Seconde Guerre mondiale, l’économie française dans l’entre-deux-guerres, etc.)16. Elle incite les premiers à mieux considérer les ensembles internationaux, les seconds à toujours retenir les éléments économiques parmi les forces profondes qui sont les moteurs des politiques extérieures. Les uns comme les autres ont tout à gagner de ces rencontres. Il convient, dès lors, d’esquisser dans cette dernière partie les axes possibles de recherches mutuelles, même si elles sont menées séparément sur le terrain, quitte à être prises en compte conjointement dans des synthèses postérieures. De la cohabitation on passera vraiment au mariage (de raison).

  • 17 Aux quatre thèses déjà citées, on peut ajouter celles de J.-C. Allain (Agadir 1911), Y.M. Nouailhat (...)

18Une première remarque paraît s’imposer quant à l’analyse des réalités passées : la réflexion théorique, notamment chez Pierre Renouvin, était nourrie, pour l’essentiel, d’exemples pris dans la période antérieure à 1929. La plupart des thèses avaient pris comme champ chronologique la période entre 1880 et 193017. Il s’agissait donc d’un passé aux caractéristiques économiques bien définies : le protectionnisme est dominant, les échanges ne cessent de s’intensifier, le rôle des États est encore limité par rapport aux entrepreneurs (sauf en période de guerre), la croissance est un mouvement dominant, même si surgissent des crises à intervalles plus ou moins réguliers, l’Europe demeure la zone vitale de l’économie mondiale (Londres, Paris, Berlin puis New York dirigent l’économie mondiale). Cependant, la Grande Guerre de 1914-1918 a déjà suscité quelques transformations significatives : les grandes monnaies sont soumises à des aléas dangereux, les prêts se font pour des durées plus brèves, un État, l’URSS, se veut hors du jeu habituel des relations économiques, le centre de gravité économique passe de l’Europe vers les USA. Toutefois, alors que les échanges économiques tendent vers plus de complexités structurelles, on peut globalement considérer que, en nature, les questions fondamentales posées par l’analyse des réalités économiques entre 1880 et 1930 demeurent identiques. En particulier, le grand débat sur les relations entre’ le rôle de l’État national et l’action des milieux économiques de cet État continue à dominer la réflexion des historiens.

19Or, lorsqu’on aborde la période postérieure à 1929 – qui devient un passé désormais accessible aux chercheurs grâce à la loi de communication des archives, fixant le délai de non-communicabilité à 30 ans –, il faut envisager de porter la réflexion vers d’autres thèmes en fonction de réalités différentes. La crise économique mondiale de 1929, suivie de la Seconde Guerre mondiale, me paraît en effet avoir entraîné plusieurs mutations décisives.

  • 18 Voir par exemple R. Frank, Le prix du réarmement français, 1935-1939, Paris, Publications de la Sor (...)
  • 19 Sur ces aspects, on renvoie au livre III (« Les grandes épreuves, le capitalisme et l’État ») du vo (...)
  • 20 Citons, pour le cas français, le rôle du corps de l’inspection des finances. Voir les articles de R (...)
  • 21 Voir les articles de J.-C. Allain et Y.M. Nouailhat (Relations internationales, n° 32). Pour une vi (...)
  • 22 Cf. M. Merle, La politique étrangère, Paris, PUF, 1984.

20 Tout d’abord, on entre dans une période d’instabilité des monnaies (y compris les plus réputées), de variations des prix considérables, mais surtout on pénètre dans un monde où les rapports États-firmes privées sont posés en termes différents. A travers les autarcies, les contingentements, les contrôles des changes, les politiques de grands travaux ou d’armements18, les contrôles d’immigration, les nationalisations, l’intervention grandissantede l’État dans les circuits bancaires, la politique d’investissement de l’État dans les colonies, la naissance de l’investissement public international, la place de l’État dans le système capitaliste est singulièrement modifiée19. L’État se fait entrepreneur, banquier, commerçant. Même les relations humaines entre les représentants de l’État et les représentants des firmes privées connaissent des changements : non seulement le « pantouflage » des administrateurs dans les sociétés privées s’intensifie, mais à l’inverse, dans l’État, les fonctions d’autorité économique sont souvent assumées par des hommes de l’art, formés dans les mêmes institutions techniques, obéissant aux mêmes conceptions théoriques, capables en somme de passer indifféremment du service de l’État au service des affaires et réciproquement20. Il devient d’ailleurs indispensable d’être un bon technicien des affaires pour être un bon administrateur de l’État. Dans les ministères des Affaires étrangères de tous les pays, la place et le rôle des agents financiers, commerciaux, scientifiques et techniques ne cessent d’augmenter, non seulement dans les États où, comme aux USA, la tradition ne s’offusque pas du choix d’un ambassadeur parmi les dirigeants d’entreprise, mais dans les États où la séparation entre la carrière et les affaires est un axiome21. Au reste, la négociation diplomatique (en donnant à ce mot le simple sens d’une négociation entre représentants d’États différents) dépend de plus en plus d’acteurs venus de ministères indépendants du ministère des Affaires étrangères22. Ainsi, la discussion et la conclusion de prêts ou de dons entre États fait intervenir directement et parfois exclusivement des agents de la puissance publique dans un secteur où les banques privées avaient autrefois un rôle financier déterminant. Il convient donc de bien comprendre les nouveaux rapports nés entre un État à la fois joueur et arbitre du jeu économique et les joueurs professionnels de l’économie.

  • 23 Renvoyons aux numéros 39 et 40 de la revue Relations internationales.

21La seconde mutation a trait au rôle des organisations internationales, publiques et privées. De ce point de vue, la période de l’immédiat après-Seconde Guerre mondiale est cruciale. Sans doute, depuis la naissance de la SDN et de quelques grandes institutions internationales spécialisées (comme la Banque des Règlements internationaux créée en 1930), il existait des organismes internationaux qui jouaient un rôle particulier à côté des États, dans le système des relations internationales. Néanmoins, c’est surtout l’après-Seconde Guerre mondiale qui voit fleurir les instruments de la diplomatie multilatérale23. Tantôt naissent des institutions mondiales, autour de l’ONU notamment, tantôt surgissent des organisations « régionales », à l’échelle de continents ou de morceaux de continents. Comme on l’a fait remarquer, ces institutions « se dégagent des conférences diplomatiques du XIXe siècle » parce qu’elles

  • 24 A. Gandolfi, Institutions internationales, Paris, Masson, 2e édition, 1984, p. 149.

« deviennent permanentes, acquièrent une personnalité et une volonté propre, distinctes de celle des États et se manifestent par des organes propres, chargés d’exprimer leur volonté »24

Or, parmi ces institutions, existent des organisations proprement économiques, tel le FMI, la BIRD, l’OCDE, le « Club des 10 », dont le rôle politique est clair, tant leurs décisions ou injonctions ont de portée. Comment passer sous silence la tutelle qu’exerce ou l’autorité dont jouit le Fonds monétaire international sur les États à monnaie chancelante ou excessivement engagés par leur dette externe ? Dans ces conditions, le rapport des forces politiques et des forces économiques envisagé précédemment dans son contexte national (le pouvoir politique au service des intérêts financiers ou la puissance économique arme aux mains du gouvernement) doit être appréhendé à un autre niveau. Une organisation internationale ne réagit pas uniquement comme la somme de divers pouvoirs nationaux ; elle se rend plus ou moins indépendante de ces pouvoirs et comme bien des bureaucraties, obéit aux règlements, habitudes et modes de pensée de l’administration qui la rend permanente. L’exemple des Communautés occidentales, CECA ou CEE, est clair à cet égard ; lorsque l’accès aux archives de ces institutions sera effectif (ou bien en utilisant le fonds Jean Monnet), on percevra sans doute la mutation enregistrée.

  • 25 On retrouve cette mise sous « label » national dans les statistiques de classement annuel des firme (...)

22Une mutation parallèle est discernable dans le domaine des firmes privées. Les grandes unités interterritoriales, ou pour user d’un mot plus courant, les firmes multinationales ont une vie interne et une stratégie qui dépassent un plan national, par définition. Certes, le lieu du siège social, la composition du conseil d’administration ou celle de l’équipe directoriale, la répartition des entreprises dans le monde permettent, parfois, de rattacher telle ou telle de ces firmes à un État ou à une nation. La suprématie des États-Unis se matérialise par le caractère nettement américain (yankee) d’un grand nombre de multinationales25. Le géant Mitsubishi ou la firme Honda sont certainement japonais, comme Volkswagen est allemand, Peugeot-Talbot français, Olivetti italien etc... Mais jurerait-on que Nestlé est uniquement suisse, que Imperial Chemical Industries ou British Petroleum sont exclusivement britanniques, sans oublier les regroupements européens dans l’industrie chimique ou électronique, dans la fabrication d’avions ou de cargos ? La mondialisation de l’économie capitaliste, phénomène décisif du XXe siècle, nous oblige à appréhender différemment le jeu des acteurs privés.

  • 26 Sur la mondialisation de l’économie, la critique (ou la compréhension mise à jour) de la pensée lén (...)

23Comment, par exemple, aborder le lancinant problème de l’impérialisme, dont les formes ont varié dans le temps et dans l’espace, si on continue, pour la période postérieure à 1945 et pour l’époque de la décolonisation, à penser que l’impérialisme a seulement une réalité nationale ? L’impérialisme américain correspond-il à la stratégie d’un État, lui-même lié à de puissantes firmes yankees, selon la vieille formule « Ce qui est bon pour United Fruit est bon pour les États-Unis », ou est-il la forme, faussement référenciée à un État, d’un super-impérialisme, tel que Kautsky avait cru l’entrevoir pour le futur dès 1912 ? Notre interrogation ne vise pas à reprendre le vieux combat-débat entre Lénine et Kautsky, mais à montrer que les faits ayant eux-mêmes évolué depuis 1914-1916, il devient nécessaire de placer la réflexion sur des bases différentes, à la fois nationales comme autrefois et transnationales comme elles existent aujourd’hui26.

24On pourrait évidemment penser que les mutations précédentes sont affaire d’échelle et qu’elles modifient en grandeur et non en nature les rapports entre le politique et l’économique. Un État où le développement du capitalisme est très avancé et où sont constituées des firmes puissantes (oligopoles) reste un État avec ses responsabilités multiples, non économiques ; il se doit d’agir et de réagir aussi pour des raisons économiques ; simplement le caractère transnational de certaines formes élargit le champ géographique de ses responsabilités. Or, nous ne pensons pas que l’élargissement géographique des responsabilités soit sans conséquences structurelles. Pour étayer notre négation, attachons-nous à un exemple : celui des rapports au sein du monde capitaliste développé face aux pressions de la crise économique actuelle (au moins dans les douze dernières années). Les difficultés d’exporter pour les grands et vieux pays industriels depuis que de nouvelles puissances industrielles sont apparues (notamment en Asie) ont conduit États et firmes privées de ces vieux pays à adopter deux politiques complémentaires et contradictoires vis-à-vis des concurrents nouveaux : pratiquer un libéralisme « encadré », c’est-à-dire revenir sans le dire à des formes de protectionnisme, ou bien investir chez ces nouveaux pays industrialisés pour bénéficier de profits financiers à défaut de profits industriels. D’un côté le repli sur un nationalisme frileux, de l’autre côté le dépassement des frontières. Cette contradiction peut être levée pour les firmes qui cherchent à faire des profits par deux méthodes ; mais que dire de la politique des États protecteurs de l’économie nationale et soutiens indirects de l’expansion industrielle d’autres concurrents ? Si l’on s’en tient à la facile opposition entre Politiques et Économiques, on sera tenté d’écrire des phrases définitives sur la myopie des gouvernements ou leur faible sens national. Si, au contraire, on prend la mesure des contraintes internationales, dominantes actuellement, on comprendra que les gouvernements en question cherchent seulement à mener une politique adaptée aux réalités d’une économie fondamentalement mondialisée et obligatoirement solidaire en ses divers morceaux nationaux. Mais alors qu’est-ce que l’intérêt national et peut-on vraiment séparer deux aspects d’une même réalité ? De même le cas des organisations européennes où l’action des États est destinée à aider les tendances des entrepreneurs nationaux (cf. la défense des agriculteurs ou de secteurs industriels menacés), mais qui sont obligées de tenir compte de l’évolution dominante, c’est-à-dire celle d’une ouverture des frontières et d’une libération des échanges matériels, capitaux et des hommes. De ce point de vue, il y a action déterminante des organisations elles-mêmes, les gouvernements ne peuvent que suivre ou mener des actions d’arrière-garde.

  • 27 Les politiques d’autarcie, même chez Hitler ou chez Staline, ne procèdent pas de choix politiques. (...)

25Cette dernière remarque nous mène vers une troisième mutation contemporaine : celle des mentalités vis-à-vis des contraintes économiques. Avant la Première Guerre mondiale, les diplomates et les hommes politiques pouvaient se désintéresser des problèmes économiques et financiers. La guerre économique pendant la Grande Guerre, les délicats problèmes des dettes et des réparations, les conférences internationales chargées de trouver des solutions aux graves effets de la crise économique, les politiques d’autarcie placèrent au premier rang les préoccupations nées de la conjoncture économique27. La Seconde Guerre mondiale, menée aussi bien sur le plan économique que sur le plan militaire, les problèmes de la reconstruction, les plans économiques comme le plan Marshall, les constructions européennes à dominante économique, les grandes négociations sur les tarifs douaniers, les monnaies, les politiques économiques communes, les planifications concertées ou parallèles et bien d’autres contraintes économiques achevèrent de persuader les acteurs du jeu diplomatique que toute politique extérieure comporte un aspect économique. Actuellement, ne voit-on pas partout, en tout régime, en tout pays, dominer les négociations de type économique lorsqu’il faut aborder le concret et les réalités ? La presse ne cesse de présenter comme des succès diplomatiques la signature de gros contrats de ventes à l’étranger. Dans les rapports Est-Ouest, comme dans les rapports Nord-Sud, les relations commerciales, financières tiennent le premier rôle. Les chefs d’État évoquent désormais dans leurs déclarations publiques des notions aussi subtiles que balance des paiements, dévaluation, déflation, produit national. Tout concourt en somme à imposer partout la mesure économique comme un critère « objectif » de la position d’un État. « Le rang » d’un pays, la puissance d’une nation se trouvent aujourd’hui dans ses potentialités et dans ses réalisations économiques ; le classement des États se fonde le plus souvent sur le revenu par habitant ou sur le PNB... D’où la question fondamentale : peut-on continuer à séparer deux sphères autonomes, celle de la politique et celle de l’économie lorsqu’on étudie les relations internationales contemporaines ? Les contemporains font-ils cette distinction ?

  • 28 Voir J.-B. Duroselle, Tout Empire périra, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981.

26Si l’on admet que les grandes mutations précédemment évoquées ont radicalement transformé la nature des relations internationales dans les cinquante dernières années, on admettra de même qu’il convient d’orienter les recherches historiques selon des perspectives nouvelles. Chacun sait bien, qu’il n’est d’histoire que celle faite par les hommes, avec l’immense et changeante liberté des choix humains, rationnels ou irrationnels28. Mais ces choix où la capacité de l’individu est reine, ne sont pas fruits d’un hasard surnaturel ; ils se situent dans des « fourchettes » dictées par l’évolution antérieure. Parmi ces contingences, l’une des plus claires relève du champ économique. C’est là où il faut user des techniques et du vocabulaire apportés par les économistes et les historiens de l’économie. Les statistiques n’expliquent pas tout et encore moins peuvent-elles justifier tout, tant on peut les manipuler ; mais pourquoi ne pas chercher régulièrement à replacer l’événement étudié (crise, négociation, relation bilatérale) dans le mouvement long de la conjoncture économique dont nous pouvons mesurer (au sens exact du terme) la tendance (mot essentiel) ? Notre monde est trop marqué par le contexte économique pour que nous n’ayons pas beaucoup à gagner à cette recherche. De même, l’analyse microéconomique menée au niveau des grandes firmes peut et doit être utile à l’historien des relations internationales. La stratégie des oligopoles, des cartels, des ententes reste encore un domaine trop peu abordé ; or ceux-ci pèsent en politique extérieure. Il serait grand temps de combler cette lacune, d’autant plus que les mécanismes et les calculs de ces agents économiques pénètrent des secteurs importants des organismes étatiques et des organisations internationales. Ce type de recherche mènera vers un autre axe intéressant : essayer de comprendre, en les comparant, la perception des faits et les raisonnements des administrations, privées ou publiques ; ces « bureaucraties » n’obéissent évidemment pas aux mêmes intérêts, mais l’interdépendance grandissante entre les États, qui jouent souvent le rôle d’entrepreneurs, et les grandes firmes ne peut pas rester sans conséquences pratiques.

27Toutefois, ce recours aux méthodes et aux objectifs de l’histoire économique ne peut faire oublier ce qui restera le champ essentiel de la recherche dans le domaine des relations internationales : l’analyse des relations inter-étatiques. Or, de ce point de vue, l’évaluation des forces et faiblesses d’une économie nationale par les responsables politiques lorsqu’ils doivent agir, demeure une donnée fondamentale. On devra donc continuer à étudier des cas, des exemples, comme Pierre Renouvin nous y invitait il y a vingt ans. Mais comme les économistes cherchent à dégager des lois ou des schémas typiques en partant des exemples du passé, nous, historiens, devons bien admettre que l’évolution du capitalisme au cours du XXe siècle en suscitant des puissants, des riches face à des faibles, des pauvres sur l’ensemble du globe, conditionne la nature même des relations internationales. Naturellement d’autres influences jouent dans les relations internationales, mais tant qu’un système économique aux caractéristiques bien connues persiste à vivre et à s’adapter aux changements technologiques et aux nouvelles mentalités, on ne pourra guère se masquer son importance déterminante sur la vie des hommes et sur leurs relations. Il n’est peut-être pas de lois en histoire, si ce n’est la loi générale d’une forme économique dominante, le capitalisme.

Notes

1 Voir Pierre Rain, L’École libre des sciences politiques, 1871-1945, Paris, 1963, FNSP, p. 41 et sq.

2 Boris Nolde, L’Alliance franco-russe, les origines du système diplomatique d’avant-guerre, Paris, Droz, 1936, 703 pages.

3 Introduction générale à l’histoire des relations internationales, t. I, Le Moyen-Age, Paris, Hachette, 1953, page x.

4 Il s’agit du manuel de Pierre Renouvin, Histoire diplomatique de l’Europe. Manuel de politique européenne, PUF, 1929, et du livre de J. Isaac, Un débat historique : 1914, le problème des origines de la guerre, Paris, 1933. Cf. J. Thobie, « Jules Isaac et les origines de la Première Guerre mondiale », actes du colloque de Rennes, Classiques Hachette, 1977, p. 43-54.

5 En 1961, d’après une enquête de Philippe Vigier, 38 thèses d’histoire des relations internationales sont en cours de préparation, soit 20 % du total. Mais, sur ce nombre, il faut tenir compte des thèses portant sur l’histoire coloniale, qui souvent ne venaient pas à maturité. Cf. « L’orientation actuelle des études historiques », Revue historique, avril-juin 1961.

6 Pierre Renouvin lui-même incite peu les jeunes chercheurs à se tourner vers le passé proche, à l’inverse de ce qu’il avait lui-même fait pendant les années vingt.

7 Maurice Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du XIXe siècle, Paris, PUF, 1965.

8 Bertrand Gille, Histoire de la Maison Rothschild. Des origines à 1870, 2 vol., Genève, Droz, 1965 et 1967. Jean Bouvier, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882, les années de formation d’une banque de dépôts, Paris, SEVPEN, 1961. Il faut noter le décalage entre les dates de publication des thèses et leur soutenance. Jean Bouvier soutient sa thèse au printemps 1959.

9 Introduction générale..., op. cit., p. XII-XIII.

10 Retenons la collection « Colonies et Empires » où sont publiées une série Les techniciens de la colonisation, xlx e-XX e siècles (1947) et une série Les politiques d’expansion impérialiste : J. Ferry, Léopold II, Fr. Crispi, J. Chamberlain, Th. Roosevelt (1949), PUF.

11 Jacques Freymond, Lénine et l’impérialisme, Lausanne, Payot, 1951.

12 Publié chez Colin à Paris en 1960.

13 Robert Schnerb, Le XIXe siècle, l’apogée de l’expansion européenne, 1815- 1914, in Histoire générale des civilisations, t. VI, Paris, PUF, 1955.

14 Dans l’ordre chronologique, ce sont les thèses de Pierre Guillen, L’Allemagne et le Maroc de 1870 à 1905, Paris, PUF, 1967 et Les emprunts marocains de 1902 à 1904, Paris, 1972 ; Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898 à 1914, Paris, A. Colin, 1969 ; René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887-1914, Paris, A. Colin, 1973 ; Jacques Thobie, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman, 1895-1914, Paris, Publications de la Sorbonne, 1977. On trouve une synthèse sur les problèmes financiers et les exportations de capitaux dans M. Lévy-Leboyer (éd.), La position internationale de la France, aspects économiques et financiers, XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 1977. Le domaine de l’Amérique latine, pourtant « couvert » par d’autres chercheurs, reste cependant, à ce jour, partiellement traité.

15 Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, Colin, 1964, p. 168.

16 La revue Relations internationales en donne de bons exemples dans ses numéros 1, 6 et 7, 13, 15 et 16, 21, 29, 32 et 33.

17 Aux quatre thèses déjà citées, on peut ajouter celles de J.-C. Allain (Agadir 1911), Y.M. Nouailhat (France et États-Unis, août 1914, avril 1917), A. Kaspi (La France et le concours américain, février 1917-novembre 1918), J. Bariéty (Les relations franco-allemandes après la Première Guerre mondiale), D. Artaud (La question des dettes interalliées). Les contraintes de communication d’archives sont déterminantes.

18 Voir par exemple R. Frank, Le prix du réarmement français, 1935-1939, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982.

19 Sur ces aspects, on renvoie au livre III (« Les grandes épreuves, le capitalisme et l’État ») du volume consacré à la période 1914-1949, dans L’Histoire économique et sociale de la France, publiée aux PUF, Paris, 1980 (chapitres de Jean Bouvier, René Girault et François Caron). L’exemple français a ses spécificités mais les tendances dominantes se rencontrent dans bien d’autres nations.

20 Citons, pour le cas français, le rôle du corps de l’inspection des finances. Voir les articles de R. Frank et N. Carré de Malberg (Relations internationales, n °32 et n° 33). En Italie, la fondation Bocconi, à Milan, où se forment administrateurs et hommes d’affaires, vient d’être étudiée par D. Musiedlak, Université privée et formation de dirigeants en Italie (1902-1925), thèse dactylographiée, Paris, 1984.

21 Voir les articles de J.-C. Allain et Y.M. Nouailhat (Relations internationales, n° 32). Pour une vision critique, mais documentée, des transformations en France, H. Chambon, Mais qu’est-ce qui fait courir les diplomates entre deux tasses de thé ? Paris, Dalloz, 1983.

22 Cf. M. Merle, La politique étrangère, Paris, PUF, 1984.

23 Renvoyons aux numéros 39 et 40 de la revue Relations internationales.

24 A. Gandolfi, Institutions internationales, Paris, Masson, 2e édition, 1984, p. 149.

25 On retrouve cette mise sous « label » national dans les statistiques de classement annuel des firmes publiées dans les grandes revues spécialisées, comme Fortune. Peut-on les admettre sans discussion ?

26 Sur la mondialisation de l’économie, la critique (ou la compréhension mise à jour) de la pensée léniniste sur l’impérialisme, voir Ch. A. Michalet, Le capitalisme mondial, Paris, PUF, 1976.

27 Les politiques d’autarcie, même chez Hitler ou chez Staline, ne procèdent pas de choix politiques. Elles sont les réponses à des situations économiques spécifiques. Quand on n’a plus les moyens de commercer régulièrement avec l’étranger, on décide de se replier sur soi. Sinon, comme les Soviétiques en 1928-1929, on cherche à maintenir des liens avec l’étranger. Cf. notre article « Réflexions sur la politique extérieure de Staline devant la crise économique mondiale », in F. Conte et J.L. Marties (éd.), L’Union soviétique dans les relations internationales, Paris, Economica, 1982, p. 49.

28 Voir J.-B. Duroselle, Tout Empire périra, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search