Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps de l’oeuvre

 | 
Gérard Monnier

Le S.H.A.P.E. village (1951-1952) : chronologie comparée des projets Dumail et Dubuisson

Pascal Perris

Texte intégral

1Au mois de Mai 1951 le quartier général suprême des forces alliées en Europe pose au gouvernement Français les conditions de son installation. Il s'agit de construire un village susceptible d'accueillir les 300 familles des officiers et sous-officiers des 12 nations de l'état-major du SHAPE Les délais impartis pour la réalisation des 100 premiers logements étaient de cinq mois, la totalité de l'opération, soit 263 logements devait être livrée en moins d'un an.

  • 1 Abréviation de « Suprem Headquaters Allied Powers Europe », soit le quartier général Européen des (...)

2Le Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme (MRU), désireux de mettre en application ses thèses sur l'industrialisation du bâtiment, se saisit de l'opportunité de construire le « SHAPE1 village village ». Les conditions de réalisation du projet dans des délais extrêmement courts feront du facteur temps un élément essentiel de cette opération. Le temps ici, comme sur beaucoup de chantier, a une valeur négative qu'il faudra réduire.

3Le 13 Juin 1951 le site est choisi par le général Eisenhower, commandant des forces suprêmes de l'OTAN, il s'agit du parc du Château d'Hénnemont à Saint-Germain-en-Laye, parc à l'abandon depuis 1939. Le 14 Juin 1951 les géomètres sont au travail et le 15 Juin, Jean Dubuisson, remarqué au concours de Strasbourg, est convoqué dans le bureau de Claudius Petit au Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme.

1. Les conditions de la commande

4Jean Dubuisson est alors informé des conditions d'une éventuelle commande ; il devra utiliser un principe de construction faisant appel aux techniques de la préfabrication lourde, le procédé Camus. Il doit se rendre immédiatement au Havre voir une opération réalisée avec ce procédé et rendre compte de sa décision le lendemain au ministre.

5L'immeuble du Havre est construit avec des panneaux porteurs préfabriqués disposés en façade. Jean Dubuisson, très désappointé, rencontre Raymond Camus et lui demande toutes les informations nécessaires à la compréhension de l'emploi du procédé. Tard dans la nuit, Jean Dubuisson sait de quelle manière il utilisera le procédé Camus : il disposera les panneaux porteurs préfabriqués perpendiculairement aux façades. Assuré alors de pouvoir réaliser une belle opération, il accepte la commande du MRU. Il n'avait pas encore informé Raymond Camus de la manière dont il allait utiliser le procédé, la rapidité avec laquelle il devait faire part de sa décision au MRU l'obligeait à prendre ce risque. Première remarque, la compression du temps oblige a une prise de risque perpétuelle on le voit ici, le risque apparaît déjà dans la décision.

6Il mettra ensuite trois jours et trois nuits à convaincre Raymond Camus de bien vouloir utiliser son procédé de la manière dont il l'avait imaginé. Le « miracle » se produit un matin de juin 1951 où Raymond Camus lui téléphone pour lui dire : « Jean, on fera comme tu voudras ».

7Après la Deuxième Guerre mondiale la question de l'architecture était abordée dans sa dimension sociale, il fallait répondre aux besoins d'une population désireuse de trouver un logement. Même si le programme ne répond pas à la demande des Français puisqu'il s'agit d'une opération destinée aux seuls militaires étrangers, le MRU voit dans la réalisation de ce projet le moyen d'expérimenter des techniques qu'il pourra appliquer à d'autre programme. Jean Dubuisson lutte contre cette seule dimension sociale donnée à l'architecture, il entend aussi donner à son projet une dimension esthétique. Il intègre immédiatement les données techniques comme critères de conception mais il les fait évoluer au point que la technique serve l'esthétique du projet. En utilisant le procédé Camus perpendiculairement aux façades, il libère celles-ci, la séparation qu'il opère entre structure porteuse et façade est le moyen pour Jean Dubuisson à la fois de permettre à la technique d'évoluer au travers de l'industrialisation de la façade et par conséquent de générer une nouvelle esthétique mais elle devient aussi pour lui le moyen d'exprimer son art.

2. Le temps de l'étude. Un temps positif

8Jean Dubuisson commence l'étude seul, il propose un plan masse (fig. n° 1) : huit bâtiments implantés sur le haut du terrain à la cote 103 et un bâtiment courbe implanté à la cote 90. Ce plan masse est immédiatement accepté.

9Adrien Spinéta, alors directeur de la construction au MRU, adjoint à l'opération un autre architecte, Félix Dumail architecte expérimenté qui devra réaliser le bâtiment courbe (bât. 1), de 344 m de longueur, comprenant 100 logements. Ce bâtiment sera réalisé en construction traditionnelle évoluée. Jean Dubuisson de son côté réalisera les 8 bâtiments numérotés de 2 à 9 comprenant 163 logements de 7 types, ces bâtiments seront construits en utilisant le procédé de préfabrication lourde, le procédé Camus.

10Les architectes se mettent immédiatement au travail, le temps de l'étude est extrêmement court ; fin juin, les plans d'ensemble sont prêts, soit 15 jours après la visite de Jean Dubuisson à Claudius Petit. Un mois après les plans de montage sont terminés. Les fondations sont entreprises le 24 juillet et les sondages de sol ne sont entrepris que le 21 août, alors que les fouilles sont réalisées et que tous les plans de montage sont effectués. Les sondages font état d'un sol pas très bon, la contrainte admissible est de 1 kg/cm2 ce qui entraînera un coût supplémentaire pour la réalisation des fondations.

Fig. 1. – Plan de masse général.

11Dans ce type d'opération, le temps de l'étude doit être au moins cinq fois supérieure à ce qu'il a été. Les études précédent de très peu toutes les phases d'exécution, et les conditions d'exécution réagissant elles-mêmes sur les études ultérieures, Jean Dubuisson a été obligé de modifier et d'adapter ses plans à un rythme effréné.

12Le caractère urgent de l'opération permet de brûler les étapes. Le financement de l'opération est intervenu par décret du 5 juillet 1951 accordant à titre d'avance 1 400 000 000 frs à imputer sur le chapitre « constructions expérimentales par l'Etat d'immeubles d'habitation », et autorisant l'application de l'article 24 du décret du 6 avril 1942 qui permet la passation des marchés sur commande. Ce qui revient à dire qu'il n'y a pas eu d'appel d'offre.

13Les 100 logements réalisés par Dumail seront attribués à l'entreprise ESCA et les 163 logements réalisés par Dubuisson seront attribués à un groupement d'entreprise composé de Dumez, Froment-Clavier et Camus.

  • 2 Source MRU.

14Les marchés sont passés suivant des prix provisionnels établis d'après les adjudications les plus récentes et une surface approximative. Le prix retenu2 tait d'environ 20 000 (anciens) frs le m2.

3. Le temps du chantier, un temps négatif

Le principe de construction Dumail-ESCA

15Le principe de construction adopté pour le bâtiment Dumail-ESCA est un procédé traditionnel évolué : murs banchés, linteaux et planchers préfabriqués en place. Il s'agit d'un bâtiment d'un seul tenant, de 344 m de longueur à trois niveaux, il comprend seize cages d'escalier. Les moyens mécaniques et humains mis en œuvre sont très importants : cinq grues à portée variable capables de desservir les deux façades ont été utilisées (fig. n° 2), 500 personnes sont intervenues pour construire le bâtiment.

Fig. 2. – Les chemins de grues.

Chronologie du chantier Dumail-ESCA.

Chronologie du chantier Dumail-ESCA.

Fig. 3. – Graphique d'utilisation de la main-d’œuvre pour chacun des corps d'état secondaires.

Fig. 4. – Graphique d'achèvement des logements.

16Le planning prévoyait l'intervention simultanée de tous les corps d'état. Spinéta voulait démontrer que la coordination est un facteur déterminant dans la réduction du temps du chantier. Le chantier à été réalisé en 5 mois et demi. La démonstration est faite, le traditionnel évolué est capable d'une cadence très rapide, étant admis que les effectifs nécessaires aient pu être réunis.

Le principe de construction des immeubles Dubuisson-Camus

17Il s'agit ici d'utiliser un principe de préfabrication lourde, la mise en œuvre de panneaux porteur préfabriqués et de planchers préfabriqués.

18Une première remarque s'impose : le temps imparti à l'édification du chantier ne permet pas de réaliser l'opération entièrement avec le système de préfabrication. Les rez-de-chaussée formant soubassement au bâtiment seront réalisés avec des façades porteuses et un refend central parallèle à la façade en béton coulé en place. Ces murs portent des poutres en encorbellement perpendiculaires aux façades (fig. n° 5).

Fig. 5. – Principe de construction.

19Ces poutres, coulées sur place, servent d'appui à un plancher à poutrelles précontraintes et hourdis creux, et supportent les descentes de charge des étages réalisés en panneaux préfabriqués.

20Il est intéressant de noter que le système de construction adopté pour la construction du rez-de-chaussée est en complète contradiction avec les principes adoptés pour la construction des étages. Alors pourquoi ? La première raison, comme je l'évoquais précédemment, est une question de temps, Camus ne pouvait dans le temps imparti réaliser une chaîne de montage qui intégrerait un nombre d'éléments différents et capables de s'adapter à la configuration du terrain. Tous les acrotères des bâtiments sont parfaitement horizontaux, les dénivellations du terrain sont encaissées par les rez-de-chaussée qui n'ont pas la même altitude d'un bâtiment à l'autre. Ceci correspond à une volonté de Jean Dubuisson qui voulait avec l'horizontale blanche, « abstraite » des acrotères des bâtiments, mesurer les inflexions de la végétation environnante. Il voulait aussi que les étages des appartements soient posés sur un socle afin que les bâtiments apparaissent comme des prismes parfaits flottant au-dessus du cadre naturel.

21La deuxième raison est une raison technique, en effet le climat détestable qu'il a fait pendant la réalisation des fondations a obligé architecte et ingénieurs à mettre au point un procédé de coulage des fondations. C'est Jean Dubuisson qui a proposé à l'ingénieur de chez Dumez de couler les fondations au fur et à mesure de l'avancement des fouilles afin d'éviter que les pluies torrentielles ne remplissent les fouilles et ne provoquent des gonflements du terrain. Donc les fouilles ont été réalisées parallèlement aux façades, seule solution envisageable pour tenir les délais impartis.

22Si dans l'opération de Dumail le temps du chantier est celui de la réalisation du bâtiment, le temps du chantier pour l'opération Dubuisson comprend un temps invisible sur le chantier, c'est le temps de la fabrication. C'est le temps Bergsonien, où la multiplicité des temps vécus nécessaires à la préfabrication coexiste dans l'unité du temps réel du chantier.

Chronologie du chantier Dubuisson-Camus-Dumez-Froment-Clavier

23L'usine de fabrication est implantée à Colombes dans les locaux de l'ancienne usine Amiot ; je ne vais pas ici faire l'histoire de cette usine, mais rappeller que son installation ne fut pas sans quelque rebondissement. L'installation de l'usine durera trois mois de juillet à fin septembre.

24L'étude des plans fait apparaître 7 055 éléments à fabriquer. Ces éléments, en tenant compte de tous les accidents, trous pour passage de canalisations, taquets de scellement, revêtements différents, se répartissent en 467 types différents. La moyenne de répétition qui est de 16,5, est très faible mais cet inconvénient est compensé par les trames adoptées entre refends porteurs (3 m 85 et 2 m 85) qui permettent d'utiliser dans tous les cas deux sortes de coffrages standards pour les planchers et les allèges. Ceux-ci sont coulés à plat alors que les refends et les cloisons sont coulés dans des banches verticales.

25La surface de l'usine (2 000 m2) permet une production journalière de 18 planchers ce qui correspond à un programme de 360 m2 soit un ensemble de deux logements avec la cage d'escalier. Le temps de montage dépend essentiellement de la production de l'usine, il est nécessaire d'obtenir un synchronisme parfait entre la production et le montage qui doit absorber cette production, le transport des panneaux de l'usine au chantier a nécessité l'emplois de 200 camions pour assurer une bonne rotation, soit plus d'un par logement.

26L'usine utilise 185 hommes et jusqu'à 368 hommes ont été nécessaires au montage en période de pointe.

27Le 21 septembre 1951, les premiers éléments verticaux sont montés, les premiers logements seront livrés fin janvier 1952 (fig. n° 6).

28La totalité des logements est livrée fin mai 1952 soit moins d'un an après le démarrage de l'opération.

Fig. 6. – Montage des éléments verticaux.

4. L'analyse

Analyse comparée des deux opérations.

29L'analyse du graphique G1 donne la courbe de main-d’œuvre afférente à l'usine ; on peut distinguer trois phases dans l'activité de l'usine :

  • Une première phase d'installation de 3 mois du 5 juillet au 5 octobre.
  • Une deuxième phase de plein emploi de 3 mois et demi.
  • Une phase décroissante d'activité de 1 mois et demi.

30On peut remarquer une certaine discontinuité dans ces courbes qui traduisent une variation brutale de la main d'œuvre-fonction du planning de production.

31La courbe G2 montre aussi une discontinuité qui traduit elle l'adaptation des hommes aux techniques de montage. Les courbes de main-d'œuvre du chantier Dumail que l'on a vu auparavant montraient au contraire une parfaite continuité dûe à l'emploi d'une main-d’œuvre qualifiée qui venait de réaliser le même type de chantier.

32L'examen des courbes de production et de productivité, (graphiques G5 et G7) montre que les meilleurs rendements sont obtenus deux mois après le démarrage de la production pour rester constant pendant les deux mois suivants, du 20 novembre au 20 janvier. La courbe de productivité de l'usine de Colombes est éloquente, la période utile est de deux mois sur les cinq mois et demi de fonctionnement de l'usine. C'est au moment où sont normalisés les bons rendements que le chantier prend fin. Sur le chantier Dumail-ESCA, les bons rendements ont été atteints beaucoup plus rapidement, la période d'adaptation beaucoup plus brève.

Fig. 7. – Graphique représentatif de l'activité d'ensemble de l'usine et du chantier pour les bâtiments construits suivant le procédé Camus.

  • 3 Adrien Spinéta, « Le SHAPE Village, une expérience Française d'industrialisation », Techniques et (...)

33Adrien Spinéta en tirera un certain nombre de conclusions3 :

  1. Dans toute la période d'injection de main d'œuvre destinée à accroître les effectifs, en vue d'atteindre les objectifs d'une production, l'amélioration du rendement d'une fabrication industrielle est lente et difficile. L'amélioration de productivité est d'autant plus faible que l'injection de main d'œuvre est rapide.
  2. Dans le cadre d'une opération de courte durée, si les délais d'études ont été insuffisants, la période d'adaptation est tributaire à la fois de l'inaccoutumance des hommes et des mises au point de la fabrication. La période utile pendant laquelle on bénéficiera de bons rendements en sera d'autant plus réduite.
  3. Il sera possible de tirer des avantages de la préfabrication en usine que si la période utile est d'une durée au moins égale à 4 ou 5 fois la somme des périodes de mise en route et de fin de chantier. Pour une opération de la nature du Shape village, il eut fallu une période utile de 15 à 18 mois, c'est-à-dire un programme portant sur 150 000 m2 au lieu des 30 000 réalisés.

34Cette expérience du chantier du Shape sera pour Adrien Spinéta le moyen de mettre en œuvre le secteur industrialisé du MRU en 1952 et de mettre en application ses thèses sur la préfabrication en réalisant des projets de très grande envergure ; l'ère de l'architecture statistique était née et avec elle celle des grands ensembles.

Fig. 8 et 9. – Les bâtiments construits par Jean Dubuisson en utilisant le procédé Camus.

Conclusion

35Après cette analyse un peu « clinique » du chantier, je voudrais ne pas oublier la qualité architecturale du projet de Jean Dubuisson. Le souci que Jean Dubuisson a du détail, la générosité dont il fait preuve dans l'élaboration des plans, le grand intérêt qu'il porte à la qualité de l'exécution, feront de cette opération une opération exemplaire de la trop rare qualité qu'ont pu atteindre par la suite des constructions réalisées à partir d'éléments de préfabrication lourde.

  • 4 Anatole Kopp, Quand le moderne n'était pas un style mais une cause, éd. ENSBA Paris 1988, p. 321-3 (...)

36L'intérêt qu'il porte aux usages et donc à l'inscription sociale des projets, la culture technique qu'il intègre très vite dans son processus de conception au service d'une nouvelle esthétique feront de Jean Dubuisson un des grands architectes de l'après-guerre, capable de faire évoluer les thèses de la modernité dans le sens donné par Anatole Kopp4. « Une prise de position permanente fondée sur des principes et des méthodes établies par rapport aux problème du temps et prenant appui sur le développement scientifique et technique le plus avancé, et sur l'analyse des besoins comme des possibilités qu'a la société à les satisfaire ».

Notes

1 Abréviation de « Suprem Headquaters Allied Powers Europe », soit le quartier général Européen des forces alliées du pacte de l'Atlantique Nord, installé à Saint-Germain-en-Laye jusqu'en 1966, année du retrait de la France de l'OTAN.

2 Source MRU.

3 Adrien Spinéta, « Le SHAPE Village, une expérience Française d'industrialisation », Techniques et Architecture, n° 11/12 p. 6, 1952.

4 Anatole Kopp, Quand le moderne n'était pas un style mais une cause, éd. ENSBA Paris 1988, p. 321-322.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Plan de masse général.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig. 2. – Les chemins de grues.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/476/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Chronologie du chantier Dumail-ESCA.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/476/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/476/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 3. – Graphique d'utilisation de la main-d’œuvre pour chacun des corps d'état secondaires.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/476/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 4. – Graphique d'achèvement des logements.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/476/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Fig. 5. – Principe de construction.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/476/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 6. – Montage des éléments verticaux.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/476/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Fig. 7. – Graphique représentatif de l'activité d'ensemble de l'usine et du chantier pour les bâtiments construits suivant le procédé Camus.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/476/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 8 et 9. – Les bâtiments construits par Jean Dubuisson en utilisant le procédé Camus.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/476/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 636k

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site