Version classiqueVersion mobile

Être historien des relations internationales

 | 
René Girault

Souvenirs et pratiques

Note de l’éditeur

Texte inédit de la conférence de René Girault prononcée lors de son « dernier séminaire » à la Sorbonne avant sa retraite, juin 1994.

Texte intégral

1Tout historien est homme de son temps. Non seulement il interroge le passé en fonction du présent qui l’entoure, attentif aux crises lorsqu’il vit dans un temps de crise, porté à l’analyse des guerres lorsqu’il en est menacé ou lorsqu’il en subit les effets, mais encore il décrit et il explique le passé comme sa formation et son éducation l’ont modelé, tels les historiens romantiques au XIXe siècle donnant vie à des entités comme la Nation à la façon d’un romancier, alors que les historiens « positivistes » de la fin du XIXe siècle se faisaient un devoir d’apparaître comme de purs hommes de sciences, neutres, quasi-aseptisés, voire asexués. Aussi me paraît-il indispensable lorsque l’on veut tenter une réflexion méthodologique sur l’histoire que l’on fait, avec le souci de prendre un suffisant recul, de se présenter comme « témoin » involontaire – ou non – de sa propre histoire personnelle. Après quarante années de « loyaux services » comme historien professionnel, il ne sera pas inutile de conter comment des études en Sorbonne au sortir de la Seconde Guerre mondiale ont pu conduire à concevoir un métier d’historien bien différent de ce qu’il était alors pour mes maîtres. C’est en partant d’une certaine pratique de l’histoire que l’on en vient à tenter de théoriser ses recherches.

Un itinéraire d’historien

Étudiant d’histoire à la Sorbonne au début des années cinquante

2En apparence, la Sorbonne n’a pas changé depuis le milieu du XXe siècle pour les étudiants d’histoire ; les locaux sont toujours situés dans le même escalier C (au moins pour les étudiants de Paris I), les tables des amphis sont toujours aussi étroites et inadaptées, la bibliothèque Lavisse a gardé sa même fonction pour les agrégatifs, les cours magistraux sont encore magistraux, etc. Et pourtant que de changements en profondeur entre l’étudiant d’histoire du début des années cinquante et celui d’aujourd’hui !

3Tout d’abord le nombre ; 100 à 150 étudiants d’histoire venaient écouter les cours de trois professeurs d’histoire contemporaine, période de l’histoire qui n’était pas la moins bien traitée en nombre d’enseignants ; deux groupes de travaux dirigés « suffisaient », le contrôle continu étant totalement ignoré, le sort de l’année se jouant en une fois à l’examen. Nous n’avions donc pas de problèmes de surnombre dans les couloirs ou dans les amphis, dans les derniers rangs desquels, en hiver, les rares SDF de l’époque pouvaient trouver un tranquille refuge, surtout lorsqu’un bon maître, parlant sans micro, avait un filet de voix... Par contre, pas question de travailler dans des bibliothèques spécialisées, inexistantes, ce qui rendait délicat de trouver une place à la BU, lieu de lecture obligatoire des ouvrages « recommandés » par les enseignants – sauf pour les agrégatifs disposant de la Lavisse ; on y trouvait aussi les revues spécialisées à vrai dire peu nombreuses, soit en contemporaine : la Revue Historique, les Annales, la Revue d’histoire moderne et contemporaine qui venait de reprendre sa publication. A part la collection « Que sais-je ? », il n’existait pas ou peu de livres dits de poches, les lectures les plus prisées étant celles de quelques grandes collections. « Peuples et Civilisations » ou « l’Histoire générale des Civilisations », ou encore les livres des « patrons » de la Sorbonne.

4Ceux-ci bénéficiaient d’une autorité considérable, chacun dans leur domaine propre ce qui entraînait des effets de mode pour certains sujets ou certaines périodes ; ainsi sous l’impulsion d’Ernest Labrousse le nombre de diplômes d’études supérieures (les actuelles maîtrises) orientés vers l’histoire économique et sociale du XIXe siècle était important pour l’époque, soit 7 ou 8 diplômes par an, le nombre total de ceux-ci ne dépassant guère annuellement une trentaine à la Sorbonne... Par contre, malgré – ou à cause de – la présence d’un titulaire d’une chaire sur la période napoléonienne, la recherche sur le Premier Empire était à peu près nulle parmi les étudiants. Les questions portées au programme embrassaient un champ assez vaste et nous devions connaître le « hors-programme » c’est-à-dire les lignes générales de toute l’histoire moderne et contemporaine ; du coup on était certainement moins formé à la recherche « pointue », mais on avait davantage des vues globales permettant des synthèses plus ou moins hardies (souvent celles suggérées par les maîtres). On était d’autant plus tenté d’aller vers la synthèse en histoire contemporaine que le patron incontesté dans ce domaine, Pierre Renouvin, nous donnait chaque semaine une démonstration remarquée et remarquable de l’esprit de synthèse, servi par une forte érudition pendant des leçons qui étaient des modèles de logique et d’exactitude horaire, la conclusion-réponse aux questions posées dans l’introduction du cours venant exactement dans les trois dernières minutes de ce cours.

5Au début des années cinquante les débats-combats entre historiens « positivistes » et les historiens des Annales battaient leur plein, mais plutôt hors des murs de la Sorbonne où Fernand Braudel n’avait pas été admis par ses pairs. Président du Jury d’Agrégation en grand seigneur, Braudel ne manquait point de souligner les « imperfections » de la préparation de ce concours par des enseignants « traditionalistes » ; en fait la lecture des Annales était quasi-obligatoire pour les candidats, beaucoup moins nombreux qu’aujourd’hui (environ 250 candidats à l’agrégation masculine et 200 à l’agrégation féminine ce qui fournissait 25 agrégés d’un côté et 15 de l’autre tandis que le CAPES, nouvellement créé – 1952 – était tenté par 350 « hommes » et 400 « femmes » pour une trentaine de reçus par concours). A l’écrit de l’agrégation trois épreuves d’histoire (une en Ancienne, une en Médiévale, une en Moderne et Contemporaine) et une de géographie permettaient d’être déclaré « sous-admissible » ; commençait alors un oral qui durait du 1er juillet jusqu’au 15 août !

6Fernand Braudel reprochait aux candidats de manquer d’audace « politique » au point de ne pas user du terme de capitalisme dans une leçon d’agrégation, mais on ne préparait guère à l’intérieur de l’Université à un quelconque engagement ; le marxisme nous parvenait davantage par la lecture de revues politiquement engagées (La Pensée, La Nouvelle Critique) ou tout simplement par le biais des luttes politiques notamment à l’intérieur du Groupe des étudiants d’histoire (GEH). Si tous les étudiants d’histoire n’étaient pas politisés, beaucoup l’étaient en ces temps de guerre froide, devenant très chaude à la sortie des cours ; vers midi, au 17 rue de la Sorbonne, assez régulièrement étudiants communistes et compagnons de route « empêchaient le fascisme de passer en Sorbonne » en gardant le passage de l’entrée pendant un quart d’heure tandis que leurs adversaires, installés sur le trottoir d’en face les invitaient fermement à « aller à Moscou ». Si nos maîtres gardaient toujours, au moins en apparence, une stricte neutralité dans le domaine politique, ce qui nous incitait à ne jamais poser de questions directes sur ces sujets (en vérité nous ne posions guère de questions, surtout pendant un cours magistral), nous percevions bien que les combats politiques dans la cité avaient des conséquences sur les méthodes des historiens.

7Peut-être les lectures politiques ou philosophiques compensaient-elles l’absence d’enseignements connexes dans la formation obligatoire des jeunes historiens ; l’obligation de la pluridisciplinarité – mot alors inconnu – se limitait à la géographie ; peu ou pas d’économie, de droit, de sociologie sauf pour ceux qui suivaient aussi les cours de « Sciences-Po » (une minorité). La géographie dite physique, alors fort prisée, répandait la terreur parmi les jeunes historiens qui suaient sang et eau sur les coupes géologiques, parfois pendant plusieurs années, car le certificat de géographie générale, obligatoire pour acquérir la licence d’enseignement d’histoire faisait figure d’épouvantail. L’étude des langues étrangères « vivantes » était fort délaissée, ce qui avait pour effet de limiter et nos connaissances des travaux étrangers et les recherches sur l’histoire des pays étrangers, à quelques exceptions près d’autant plus remarquées. En fait, nous demeurions dans la tradition « classique » alors si dominante dans les lycées et dans les khâgnes ; les études du latin et du grec formaient le socle d’une formation, tandis que notre perception des grands pays étrangers voisins se fondait sur la connaissance de leurs grands classiques (Shakespeare, Goethe et Schiller, Cervantes...) et fort peu sur leur évolution contemporaine. Culture et formation reçues en khâgne restaient déterminantes aussi bien pour la forme – le plan en trois parties dans les dissertations – que pour les références aux sources gréco-latines.

8Si l’autorité scientifique et morale de Pierre Renouvin, son ouverture vers l’étranger et vers le passé proche (l’Allemagne entre 1919 et 1933 sujet de licence en 1950 !) donnaient pourtant l’envie de se tourner dans ces directions, bien des problèmes restaient à résoudre pour se lancer dans l’étude des relations internationales contemporaines. Outre la connaissance de langues étrangères, il fallait tenir compte des difficultés pour obtenir des bourses à l’étranger – rarissimes – et du discrédit qui entourait alors l’histoire politique à laquelle on rattachait volontiers cette histoire des relations internationales, pourtant en plein renouvellement grâce à la parution de la monumentale Histoire des Relations Internationales dirigée par Pierre Renouvin (1953-1958). La communication des archives françaises, étroitement réglementée, soumise à un délai minimal de cinquante années, le fouillis pittoresque des archives coloniales au ministère de la France d’Outre-mer, le Secret-Défense strictement appliqué en ces temps d’espionnage de guerre froide, constituaient d’autre obstacles dirimants. Pourtant le contexte politique de l’époque, fait d’un possible affrontement armé Est/Ouest après une Seconde Guerre mondiale que nous avions tous vécue, et d’un cortège de guerres de décolonisation, notamment celle d’Algérie où beaucoup d’entre nous se trouvèrent engagés, poussait vers les analyses de relations internationales. Mais pouvait-on écrire l’histoire, même celle d’un passé assez proche – la fin du XIXe siècle jusqu’à 1914 – en prenant appui sur le présent ?

La première vague des thèses en histoire des relations internationales

9Le choix d’un sujet de thèse relève souvent d’influences mêlées. L’attrait personnel pour une période, un héros, un type d’histoire, une aire géographique, donne une première orientation ; puis vient l’effet de mode dû à l’enseignement d’un grand « patron », soit reçu lors de cours ou lors de lectures, soit véhiculé par les médias qui claironnent l’intérêt de sujets déclarés neufs ou significatifs. Sans oublier les plans de carrière conçus par les mieux introduits dans le sérail ; mais à l’époque, compte tenu du très faible nombre de postes dans l’enseignement supérieur, cette « motivation » existait peu. Au début des années soixante, l’histoire économique et sociale était à son zénith en France tant en histoire moderne qu’en histoire contemporaine. Ernest Labrousse à Paris, Pierre Léon à Lyon, plus tard Jean Bouvier à Lille savaient entraîner de jeunes thésards dans cette direction. Par comparaison l’histoire politique et la biographie souffraient d’un réel discrédit, quelle que pût être l’influence de René Rémond et de la Fondation des Sciences Politiques.

10L’histoire des relations internationales contemporaines devait cependant connaître alors un premier développement important. Pendant les années cinquante, alors qu’il élaborait sa fameuse théorie des « forces profondes », Pierre Renouvin avait peu encouragé des thèses en ce domaine ; or, en quelques années (1958-1962), il eut à diriger ou à encadrer plusieurs travaux portant sur l’interdépendance des faits politiques et des faits économiques dans le champ des relations internationales ; n’avait-il pas souligné l’importance de cette question dans ses travaux personnels et dans son Introduction à l’Histoire des relations internationales écrite en collaboration avec Jean-Baptiste Duroselle (publiée en 1964) ? « L’air du temps » poussait dans la même direction : alors que la France de la fin de la IVe République et des débuts de la Ve vivait les derniers et cruels soubresauts de la décolonisation mettant en cause la pertinence de la colonisation et suscitant des combats-débats sur « l’impérialisme colonial français », comment ne pas s’interroger sur le bien-fondé des analyses marxistes, spécialement « léninistes » (L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme) concernant le processus de la colonisation, à l’image d’Henri Brunschvig auteur en 1960 d’un livre très suggestif sur Mythes et Réalités de l’Impérialisme colonial français ? D’un autre côté, dans le contexte de la première détente, pendant que la super-puissance américaine, fondée sur une économie dominante et un armement atomique dominateur, imposait sa loi au monde occidental, tandis que l’autre super-puissance, soviétique, en faisait autant sur son monde avec d’autres moyens, comment ne pas suivre les interrogations d’un Raymond Aron réfléchissant en politiste et en historien sur Paix et Guerre entre les Nations, publié en 1962 ? Sans doute aussi les aspects spectaculaires de la politique extérieure du président de Gaulle, sa volonté de redonner un rôle directeur à la France, au moins en Europe, poussaient-ils, fût-ce inconsciemment, à rechercher le « rang » de la France d’autrefois.

11Ce n’est donc pas le seul hasard qui poussa plusieurs jeunes agrégés d’histoire à entreprendre des thèses sur l’interdépendance du politique et de l’économique dans la politique extérieure de la France vers la fin du XIXe siècle. Les cas allemand (Pierre Guillen, Raymond Poidevin), russe (René Girault), ottoman (Jacques Thobie), italien (Pierre Milza) et d’autres exemples qui ne furent pas l’objet de thèses terminées alors, allaient donner lieu à ce qu’il faut bien appeler la première vague de l’histoire des relations internationales en France. On peut y joindre les travaux parallèles de spécialistes en histoire coloniale comme Catherine Coquery-Vidrovitch, Charles-Robert Ageron, Jean Ganiage sans oublier ceux qui, tel Jean Bouvier, partant de l’histoire bancaire, retrouvaient cette problématique. A la fin des années soixante et au début des années soixante-dix ces thèses et ces travaux furent publiés.

12Le délai de « fabrication » d’une thèse d’État s’étendait normalement sur une dizaine d’années ; non seulement les sujets de recherche étaient plus vastes que ceux des actuelles thèses, mais la quasi-totalité des chercheurs en histoire enseignaient à plein temps dans les lycées-collèges. La vague d’entrée massive dans l’enseignement supérieur, liée, d’une part, à l’augmentation rapide du nombre des étudiants à partir du milieu des années soixante, d’autre part aux effets directs des « événements » de mai-juin 1968, modifia les conditions d’existence et de réflexion des chercheurs seulement vers la fin des années soixante. Je voudrais ici insister sur le tournant majeur intervenu alors dans la vie universitaire parce qu’il a bouleversé les réalités de la recherche et même ses finalités. En 1965-1967, l’afflux considérable dans l’université des jeunes nés à la Libération (baby-boom) se conjuguant avec une élévation globale du niveau de vie et du niveau de qualification qui allongeait la durée moyenne des études poussa les universitaires en poste à envisager l’instauration d’une sélection à l’entrée à l’université ; en juin 1967, le Comité des doyens des Facultés des Lettres (équivalent de l’actuelle Conférence des Présidents d’Université, limité aux disciplines « littéraires » dont l’histoire-géographie) se prononça à une très forte majorité pour l’établissement d’une sélection à l’entrée dans les universités ; le ministre de l’Éducation, Alain Peyrefitte, suivant l’avis de ces doyens, prévoyait alors que « l’introduction de dispositions sélectives » sera inévitable à la rentrée 1968... Interrogé par le Monde – Supplément Éducation du 27 juin 1967 – le Doyen de la Faculté des Lettres de Toulouse, Jacques Godechot, historien estimé et reconnu par ses pairs, commentait cette situation : « Jusque très récemment, la plupart des professeurs de la Faculté des Lettres de Toulouse étaient très hostiles à l’idée de pratiquer une sélection à l’entrée. Maintenant ils sont tous favorables parce que nous sommes placés devant un fait brutal : le ministère ne nous a pas accordé assez de postes d’assistants pour encadrer convenablement tous les étudiants qui se présentent et il ne nous les accordera pas. Et même s’il nous donnait tous les postes que nous réclamons, nous ne pourrions pas les pourvoir tous ».

13Il est bien vrai que le nombre de thèses entreprises alors était inférieur aux besoins d’encadrement d’une Université en rapide gonflement. La raison principale de cette situation me paraît devoir être cherchée dans les conditions de travail du jeune thésard. Première et principale condition, son isolement : pas de DEA, pas de séminaire de recherche, pas de laboratoire, très peu de colloques, les seules réunions régulières étant celles de la Société d’histoire moderne et contemporaine, une fois par mois le dimanche matin, où il fallait prendre son rang plusieurs mois à l’avance pour y communiquer, puisque toutes les tendances, tous les champs de l’histoire, française ou étrangère, depuis les débuts du XVIe siècle, devaient être présentés. Fondamentalement le travail du thésard relevait du travail artisanal, comparable à celui du compagnon réalisant un chef-d’œuvre à côté de ses occupations ordinaires.

14La rupture qui intervint après 1968, dès l’année 1969, qui vit d’un seul coup se gonfler les postes dans l’enseignement supérieur, aboutit très vite à de profondes modifications dans l’environnement du thésard. D’un côté, la nécessité d’entreprendre une thèse d’État demeurant pour faire carrière dans le Supérieur, poussa à la multiplication des thèses déposées, ce qui entraîna la constitution de groupes ou de courants travaillant sur des domaines assez proches pour que, fort naturellement, l’impression d’isolement s’estompe et que des rencontres « spécialisées » voient le jour. Ainsi, dans le domaine des relations internationales les séminaires du mardi après-midi de Jean-Baptiste Duroselle, ou, dans le domaine de l’histoire économique, les débats du samedi matin autour de Jean Bouvier et Maurice Lévy-Leboyer familiarisèrent les jeunes chercheurs avec les travaux entrepris ailleurs, qu’il fussent accomplis en France ou à l’étranger ; dans cette même logique, en 1974, intervint la réforme du DEA qui allait légitimer la pratique des rencontres régulières et pousser à des recherches collectives ou convergentes. Le travail en équipe pouvait être envisagé. Par contre, d’un autre côté, le choc de mai 1968 introduisant parfois violemment la politique dans l’Université au point d’aboutir à des universités séparées, pas seulement concurrentes dans une « saine émulation scientifique » mais agressivement hostiles pour des raisons souvent personnalisées, pouvait conduire à la constitution de chapelles violemment antagonistes. Si cette dérive exista dans certains secteurs de l’histoire, il n’en fut pas ainsi dans l’histoire des relations internationales sans aucun doute parce que Jean-Baptiste Duroselle, qui avait succédé à la Sorbonne à Pierre Renouvin en 1964, donnait l’exemple de la tolérance, ce qui ne l’empêchait pas de prendre parti scientifiquement. C’est bien cet état d’esprit qui prévalut lorsqu’on 1973, avec l’active collaboration de Jacques Freymond, alors directeur de l’Institut Universitaire de Hautes Études Internationales à Genève, il lança la pratique de rencontres annuelles franco-suisses, donnant ensuite, en 1974, la matière des numéros de la revue Relations Internationales. Relisons les lignes signées par ces deux créateurs de la revue (numéro 1, automne 1974) :

« Nous ne commencerons pas cette revue par un manifeste. Elle se place en effet sous le signe de la liberté. (...) A une époque où les sciences humaines en sont encore à leurs premiers balbutiements, nous pensons que le meilleur moyen de faire progresser la connaissance de la vérité réside dans la confrontation. (...) De même qu’il n’est pas interdit au théoricien de connaître avec précision les faits et les événements, de même le véritable historien ne peut être créateur s’il se dispense d’idées générales et se borne à la compilation... Dans un monde où foisonnent doctrines de démocratie libérale et écoles marxistes, notre localisation, la composition même de nos équipes nous rendent plus ouverts au marxisme que ceux qui vivent aux États-Unis, plus libres de le discuter qu’en URSS ou en Europe de l’Est ».

15Cette dernière remarque sur le marxisme n’était pas due au hasard ; outre qu’à l’époque les doctrines inspiratrices des « gauchismes » faisaient référence au marxisme, il existait parmi les jeunes historiens spécialistes des relations internationales un vrai débat sur la pertinence des analystes marxistes. Un débat retenait l’attention : la nature de l’impérialisme. Ce débat était ancien ; Jacques Freymond l’avait déjà illustré en 1951 (Lénine et l’Impérialisme) ; mais il reprenait de l’actualité et surtout il pouvait être illustré par les résultats des interrogations émises dans les récentes thèses publiées ; il rejoignait des controverses en cours dans les pays européens voisins, en Allemagne, en Italie, en Grande-Bretagne. Sans vouloir ici en évoquer les données scientifiques et en me limitant à la principale conclusion qui en fut tirée, à savoir que des impérialismes divers, à forme variable selon les grands États, avaient bien existé avant 1914, il convient de souligner plusieurs conséquences importantes pour la recherche qui en ressortirent :

  1. la nécessité d’approches nationales croisées pour cerner un problème global, donc la pertinence de travaux communs menés à l’échelle internationale, à condition d’aborder ces problèmes sans a priori « doctrinaires » (d’où un écart sensible avec des réflexions parallèles menées dans l’Est européen). On allait entrer dans le cycle des colloques internationaux multilatéraux entre historiens des relations internationales ;
  2. l’histoire diplomatique, encore dominante dans certains pays, devait céder la place à une véritable histoire des relations internationales, telles que Pierre Renouvin l’avait déjà dessinée ; sur ce plan « l’école française » tenait une place signalée, même si le terme d’école peut être récusé comme un peu grandiloquent ; parlons plutôt d’un groupe cohérent ;
  3. justement un nouvel objectif de recherches d’ensemble faisait alors son apparition : le rôle des groupes, des réseaux dans l’élaboration des décisions en politique extérieure, bien illustré dans la thèse de Jean-Claude Allain sur Agadir (1974), dernière thèse soutenue sous la présidence de Pierre Renouvin.

16La constitution d’un groupe cohérent d’historiens français des relations internationales n’était pas due seulement à la convergence des recherches entreprises ; elle devait beaucoup aussi à un phénomène général concernant l’Université française, la multiplication des postes d’enseignements. Or parmi les chaires ou les maîtrises créées, la mention « histoire des relations internationales » commença à apparaître ; Pierre Renouvin comme Jean-Baptiste Duroselle avaient occupé des chaires d’histoire contemporaine en Sorbonne ; la première chaire portant le libellé précis « d’histoire des relations internationales » fut créée à Paris X-Nanterre en 1973. D’autres devaient suivre. Ce mouvement favorable au développement de ce champ de recherche et à son enseignement fut complété par un autre mouvement d’ensemble, l’appel à des historiens « patentés » par des départements de langues étrangères, ou de DEA, pour y enseigner l’histoire contemporaine ; or souvent ces historiens étaient spécialistes des relations internationales. Ainsi dans l’Université française le poids de ce groupe augmenta sensiblement. Au début des années quatre-vingt, nul ne pouvait encore contester la spécificité de ce domaine en histoire contemporaine. Une page était tournée.

17Désormais la multiplicité des thèses soutenues, des articles publiés, le nombre grandissant des rencontres scientifiques, en particulier celles avec des collègues étrangers, qui avaient de leur côté suivi d’autres influences « théoriques » et connu d’autres pratiques de recherche, pouvaient conduire à un approfondissement de nos méthodes et à un élargissement de nos visions. A sa manière, avec son autorité, Jean-Baptiste Duroselle devait tirer une vaste synthèse de tous ces travaux : Tout Empire périra. Vision théorique des relations internationales (1981). De son côté, à propos de l’impérialisme, Jean Bouvier réfléchissait à la problématique de l’histoire des relations internationales (texte publié dans L’impérialisme à la française, publié en 1986, mais écrit deux ans plus tôt). En janvier 1985 un colloque tenu à Paris permettait à la « nouvelle vague » de l’histoire des relations internationales de dresser un premier bilan, vingt années après la publication de l’Introduction à l’histoire des relations internationales ; historiens allemands, belges, britanniques, espagnols, italiens, suisses confrontaient leurs expériences (voir les numéro 41 et 42 des Relations Internationales, printemps, été 1985). Les historiens des relations internationales prouvaient ainsi qu’ils étaient mieux que de purs érudits spécialistes d’un domaine mineur, l’événementiel diplomatique, même si certains recenseurs du CNRS mal informés ou influencés par les restes d’une mode dépassée, oubliaient d’en noter l’existence parmi les domaines vivants de l’histoire.

18L’histoire des relations internationales était entrée dans sa maturité.

Esquisse d’une théorie de l’histoire des relations internationales

Pourquoi théoriser ?

19Les collègues non-historiens évoluant dans le large domaine des sciences humaines reprochent volontiers aux historiens de rester collés aux événements ; selon eux notre goût du concret, notre attachement aux faits en ce qu’ils ont d’unique, nous pousseraient au refus de toute synthèse « théorisante ». En particulier nos voisins politistes, qui ont aussi l’histoire contemporaine comme matière première, mais qui se doivent de la faire entrer dans des schémas explicatifs du présent, ne sont pas loin de nous considérer comme de purs pragmatiques sans envergure ; les sociologues partagent en gros les mêmes sentiments. Il est vrai que la tentation de théoriser s’éloigne facilement chez l’historien devant la variété des situations concrètes, leur déroulement souvent imprévu et imprévisible qui fait penser au hasard ; une bonne connaissance du passé mène au doute et même à la frilosité tant la somme des variables qui interviennent dans « l’événementiel », incite à la prudence conceptuelle. Pourtant il convient de tenter de mettre un peu d’ordre dans cet apparent désordre. C’est souvent ce que l’on ressent lorsqu’on a longuement travaillé dans le domaine de l’histoire, quitte à proposer des visions partielles ou temporaires en sachant que les transformations des méthodes utilisées par les historiens, souvent en fonction de techniques nouvelles, pourront infirmer certaines conclusions.

20La querelle ancienne de la primauté du politique sur l’économique, ou vice-versa, a aujourd’hui beaucoup perdu de son acuité. La conclusion la plus admise maintenant est qu’il existe une multiplicité d’exemples ambivalents qui incitent à ne pas trancher globalement. Pourtant l’historien ne pourrait-il pas éclairer de manière nouvelle cette question en réfléchissant aux différences structurelles des relations qui existèrent entre acteurs politiques – ou diplomatiques – et acteurs de nature économique selon les périodes de l’histoire contemporaine ? Jusqu’au début du XXe siècle et même jusqu’à la Première Guerre mondiale, les diplomates sont rarement intéressés ou actifs par, ou dans, les affaires, banques, finances, entreprises industrielles ou commerciales ; leurs décisions proviennent pour l’essentiel de considérations politiques ou militaires. A partir de la Première Guerre mondiale et surtout avec les problèmes nés de la reconstruction européennes (dettes, réparations, emprunts, etc) et plus encore nés de la grande crise économique de 1929, une telle indifférence ou incompréhension devient impossible. Les structures internes des appareils diplomatiques portent témoignage de cette mutation avec la création des postes de conseillers financiers, commerciaux, avec l’intervention des ministères « techniques » comme les Finances-Trésor dans les négociations internationales. Après la Seconde Guerre mondiale cette tendance s’accentue, non seulement dans les relations bilatérales, mais dans la nouvelle diplomatie multilatérale. Peu à peu, les politiques en charge des affaires extérieures de l’État en viennent à se muer en véritables agents de prospection, voire de vente des produits « nationaux » sans que cette tâche nouvelle suscite l’irritation des entrepreneurs privés pour autant qu’elle les aide dans leurs affaires. A dire vrai, où commence et où finit le politique et l’économique ? La politique extérieure semble devenir la résultante d’une machine complexe où contraintes politiques comme économiques sont étroitement mêlées. En somme, ce qui pouvait poser problème lorsque les analyses des historiens portaient sur l’avant 1914 (au centre des analyses vers 1950-1970) devient un problème résolu par une modification des structures de la diplomatie existante ensuite. La réflexion épistémologique sur les processus décisionnels et le rôle des groupes dans la prise de décision, qui s’est développée depuis le début des années 80 sous l’influence de la science politique, semble nous conduire vers une même interprétation. Qui sont les « décideurs » et comment agissent-ils ? La publication sans cesse grandissante des « Mémoires » des acteurs, qui vivent de plus en plus longtemps, qui peuvent utiliser une documentation personnelle disparue ou incommunicable dans les archives publiques, la constitution de corpus d’archives orales par les institutions elles-mêmes afin de préparer leur propre histoire – Affaires étrangères, Finances, Guerre, Industrie, Électricité, etc. – ont accéléré un mouvement qui avait pris pour cible l’étude de la prise de décision. On ne se borne plus à analyser les textes des décisions, mais on s’efforce de reconstituer la genèse « bureaucratique » de ceux-ci, le mot bureaucratie étant ici pris dans son sens premier d’organisation administrative sans aucune nuance méprisante. Or, la composition des bureaux, ministériels ou autres, a beaucoup évolué pendant le XXe siècle tant pour le nombre d’agents que pour les circuits empruntés par les papiers en question ; cabinets ministériels, grandes directions ministérielles, parlementaires, collectivités régionales, entreprises étatisées, pour s’en tenir aux principaux rouages de l’État, multiplient les angles d’attaque d’un problème décisionnel. Cependant au-delà des « cultures » d’administrations ou d’entreprises qui semblent caractériser certaines d’entre elles, voire toutes, ne peut-on dégager des « cultures » plus larges qui auraient pour fondements les principaux courants des mentalités collectives d’un pays, d’une région, d’une aire culturelle ou religieuse ? Ces cultures « enveloppantes » qui peuvent être faites de nationalisme, de pacifisme, de sentiment de solidarité ethnique, religieuse, idéologique, de participation à un certain genre de vie, de références culturelles particulières – du gréco-latin à l’islamisme ou au judaïsme, du « classique » au « moderne » –, de la religion du progrès au pessimisme fondamental, etc., ont des origines, des manifestations, un poids, variables dans le temps. Là encore, il convient de périodiser.

21Pierre Renouvin nous avait déjà invité à le faire lorsqu’il s’interrogeait sur « les mobiles du nationalisme » dans son Introduction à l’histoire des relations internationales (chapitre 7, page 228) ; évoquant les traits du tempérament et du comportement d’un peuple dans les relations internationales, il remarquait : « Encore ne faut-il pas se dissimuler combien la valeur de ces constatations est relative, car le tempérament de chacun de ces peuples a varié dans le temps ; c’est une remarque à laquelle les observateurs de la psychologie collective n’attachent pas toujours l’importance qu’elle mérite ». Cette remarque a pris d’autant plus de valeur que, depuis environ une quinzaine d’années, la recherche scientifique s’est orientée vers l’étude des représentations, de l’imaginaire des peuples, groupes et individualités vis-à-vis des autres, peuples, groupes, individualités. Rappelons ici comme exemples de ce type d’analyse les deux grandes enquêtes internationales sur la « Perception de la Puissance en Europe occidentale autour de la Seconde Guerre mondiale, 1938 – 1948 – 1958 » (colloques de Sèvres, Augsburg, Florence 1982 – 1987) et sur « Identité et conscience européennes au XXe siècle » (colloque de Paris 1993).

22Etudier les mentalités collectives, c’est nécessairement introduire la longue durée dans l’explication de manifestations qui peuvent sembler liées au court terme. Pour s’en tenir à deux exemples dramatiques du XXe siècle, comment interpréter les violences barbares de la récente guerre en Bosnie-Herzégovine sans remonter aux antagonismes antérieurs à la constitution de la Yougoslavie et aux affrontements armés pendant la Seconde Guerre mondiale ; ou bien encore comment expliquer la permanence des craintes réciproques entre Polonais et Russes après quarante ans d’appartenance au même bloc – à moins que ce ne soit à cause de cette commune appartenance – si ce n’est en pensant au sort de la Pologne au XIXe siècle et à la guerre russo-polonaise de 1919-1921 ? Le cas des relations franco-allemandes au XXe siècle démontre aussi que les mentalités collectives sont susceptibles de transformations profondes : d’une image réciproque d’ennemi héréditaire les deux peuples en sont venus, dans l’ensemble, à l’image de deux voisins destinés à s’entendre pour leur bien commun ; le calendrier, les raisons, les limites de ce changement sont autant de sujets d’études passionnants.

23Pour y répondre il faut imaginer des instruments de mesure des mentalités, fort délicats appareils car destinés à mesurer le dit et le non-dit, le vécu et l’imaginaire. Conserve-t-on par exemple les images enregistrées dans sa jeunesse à l’école et en famille pendant une grande partie de son existence ? Quels chocs psychologiques peuvent transformer des mentalités collectives : guerres, occupations étrangères, explosions révolutionnaires ? La structure même des moyens d’information, depuis la presse régionale ou locale peu orientée vers « le grand large » jusqu’à la télévision actuelle qui projette le téléspectateur d’un bout à l’autre du monde en quelques minutes du journal télévisé, n’est-elle pas la principale responsable des modifications intervenues ? Une fois encore, afin d’apporter des réponses valables à toutes ces questions, il convient de reconstituer les conditions de la formation et de l’information des diverses générations, c’est à dire de périodiser les analyses. La notion même de génération qui s’impose de plus en plus dans l’histoire des idées et dans l’histoire politique, doit nous être familière. Lorsque des acteurs de l’expédition manquée de Suez en 1956 évoquaient pour justifier leur entreprise leur souvenir de la conférence de Munich en 1938, symbole d’une lâcheté qui avait conduit au triomphe des totalitarismes, il y eut peut-être manipulation de la psychologie collective, mais elle pouvait se faire, parce que pour les gens qui avaient vécu l’immédiat avant-guerre, Munich était une référence immédiatement comprise. Bien d’autres exemples pourraient être cités ici, la vraie difficulté étant de déterminer les limites chronologiques des générations ; à partir de quels grands repères, peut-on être classé dans telle ou telle génération ?

24Si l’on tente d’appliquer à l’histoire contemporaine des relations internationales les concepts de périodisation et de génération tels qu’on vient de les présenter, il semble que l’on pourrait organiser plusieurs étapes dans l’évolution de ces relations internationales. D’une certaine manière, Raymond Aron l’avait envisagé dans Paix et guerre entre les nations ; dans la troisième partie de son maître-livre, intitulée Histoire, il donne un titre significatif : « le système planétaire à l’âge thermonucléaire » : sa réflexion globale sur le rôle des guerres dans les relations internationales procède de vues sur le passé qui remontent bien au delà du thermonucléaire, mais les concepts dominants de ce sociologue des relations internationales sont bien marqués par le monde tel qu’il était dans les années 1960-1970 (le livre eut sa première édition en 1962), c’est à dire un monde divisé en deux blocs ayant deux super-puissances détentrices d’un pouvoir nucléaire absolu et agissant au nom d’idéologies antagonistes. Après la fin des communismes et l’éclatement de l’URSS pourrait-on prolonger la même analyse globale ? N’est-on pas entré dans une nouvelle étape, dans un autre système international ? Certes tout n’a pas brutalement changé en 1989/1991 ; bien des données précédentes subsistent ; mais les acteurs des relations internationales savent désormais que même un Empire aussi colossal que pouvait être – ou plutôt paraître – l’Empire soviétique est mortel, pour reprendre le titre du livre classique de Jean-Baptiste Duroselle Tout Empire périra publié bien avant la fin de cet Empire. La multiplicité des livres et articles des politistes, des économistes, des sociologues pour tenter de rationaliser le monde actuel afin de proposer des solutions adaptées aux acteurs principaux, en dit long sur l’intensité des changements survenus récemment ; une véritable révision culturelle semble s’imposer.

25Parfaitement conscient des risques que comporte toute tentative d’explication globale, forcément simplificatrice, je vais essayer de proposer une périodisation de l’histoire des relations internationales. Je la fonde sur un concept de base, celui qui postule l’existence de « stade culturel » différent selon les époques. Par stade culturel, j’entends l’existence d’époques distinctes pendant lesquelles l’ensemble des données objectives qui caractérisent les relations entre les hommes séparés par des frontières, sont prises en compte dans les consciences par des représentations propres à cette époque. Ces représentations procèdent elles-mêmes de la culture dominante à l’époque, celle-ci étant elle-même déterminée par les conditions technologiques, économiques, idéologiques, religieuses, sociales du moment mêlées en un complexe plus ou moins cohérent qui se manifeste dans le système politique global existant.

1°) Le stade de la culture nationale européenne, du début du XIXe siècle jusqu’aux années 1880

26Pendant cette période l’Europe entendue au sens large, Russie comprise, domine les relations internationales dans tous les domaines, politiques, économiques, culturels ; le reste du monde ou n’entre pas encore vraiment dans ces échanges, ou en subit les effets. Or, dans cette Europe, la création des États-Nations constitue le facteur essentiel dans les relations internationales. Soit en s’appuyant sur des États monarchiques antérieurement constitués, soit en en créant de nouveaux, des peuples sont réunis au nom de principes variables, adhésion volontaire fondée sur un passé commun, mythifié ou non, sur une communauté de destin entre provinces, ou bien réunion de petits États princiers selon des critères ethniques, linguistiques, religieux. Quelles que fussent les raisons avancées pour réaliser cette unité de peuples dans une même nation, le processus d’ensemble fut assez général : souvent précédé par la reconstitution d’un passé national par des intellectuels s’appuyant sur une culture « nationale », un mouvement fédérateur (Allemagne, Italie) ou destructeur (Empire d’Autriche, Empire ottoman, Empire Russe) des États déjà existants aboutit à l’existence d’un nouvel État-Nation. Ce processus s’accomplit souvent par une succession de guerres entrecoupées de paix suscitant des nationalismes largement répandus dans la population au point souvent de transcender les solidarités de classes sociales. L’orientation majeure de la politique de cet État-Nation consiste en la défense des intérêts nationaux, aussi bien dans le domaine économique (recours généralisé au protectionnisme) que dans la formation des esprits (écoles destinées à former le patriotisme national). Il faut avant tout affirmer l’existence de la Nation. Du même coup les moyens de la diplomatie sont mis au service de cet idéal, en fonction des techniques de l’époque, qui privilégient les forces militaires terrestres et maritimes, donnant déjà un avantage aux grands États et une place signalée aux états-majors dans le calcul des rapports de forces. Les grands acteurs des relations internationales, de Napoléon à Bismarck, de Mettemich à Cavour, de Palmerston à Gortchakov élaborent leur politique d’abord pour répondre à cette situation européenne.

2°) Le stade de la culture impéraliste moderne, de la fin du XIXe siècle jusqu’à la Seconde Guerre mondiale

27Les grands États européens, rejoints par deux exceptions hors d’Europe, États-Unis et Japon, vont passer du nationalisme d’existence au nationalisme de puissance ; celui-ci trouve un champ d’application soit en Europe même, soit surtout hors d’Europe, à travers le vaste mouvement de la colonisation.

28C’est cette extension au delà du vieux continent du réseau des relations internationales qui donne sa caractéristique principale à la période considérée. Le terme d’impérialisme alors employé n’est pas simplement une référence marxiste même si l’idéologie socialiste lui donne un lustre particulier ; il est employé par bien d’autres intellectuels, il passe même dans les consciences populaires, au moins dans certains pays, soit sous forme de ligues (coloniales ou pan-nationales), soit en suivant une propagande implicite ou explicite diffusée dans l’enseignement, dans les casernes, dans la presse, plus tard au cinéma, voire dans des expositions internationales. En particulier le processus de la colonisation, c’est-à-dire l’établissement de la domination européenne sur le reste du monde – avec les exceptions déjà citées – est parfaitement assumé par les Européens, même par ceux qui en blâment les excès, au nom du progrès de la « Civilisation » ; on en arrive en effet à considérer que la civilisation européenne est, et sera, la culture du monde entier.

29Aucune grande puissance européenne n’était cependant capable à elle seule d’imposer sa loi. Il faut donc recourir à un système d’alliances organisé pour maintenir un certain équilibre, mais qui est toujours difficile à gérer car l’évaluation des forces en présence devient un exercice très délicat ; les moyens de la politique extérieure sont eux-mêmes en mutation : certes les forces militaires restent au premier plan, mais les transformations techniques (aviation, armes blindées, gaz), dépendant d’une industrialisation accentuée, supposent désormais une capacité de mobilisation financière et industrielle totale en cas de guerre ; du coup la puissance économique – le mot est entendu ici au sens le plus large – devient un facteur essentiel de la diplomatie. Il faut aussi être en mesure de maintenir la cohésion nationale parmi la population dans la perspective d’un éventuel conflit majeur, contre une autre puissance. La mobilisation des esprits, même en temps de paix, devient une nécessité ; pour y répondre, gouvernements ou partis vont proposer, voire imposer, des idéologies nationales ou nationalistes ; dans certains États, la défaite ou la désillusion d’après la Première Guerre mondiale vont même mener à une idéologie « totalitaire » qui ajoute au culte de la Nation le culte du chef (nazisme, fascisme, stalinisme). On en arrive ainsi non seulement à la négation de la démocratie, mais à l’utilisation d’une diplomatie sans scrupules capable de volte-face soudaines, respectant seulement la force pure. Le recours à la guerre devient un moyen normal de la politique extérieure ; le pacifisme n’est plus qu’illusion ou rêve.

30Cette vaine quête de la sur-puissance d’un État européen va conduire à la perte de la puissance en Europe.

3°) Le stade de la culture super-impériale, de la Seconde Guerre mondiale à la fin de l’URSS

31A l’issue de la Seconde Guerre mondiale, le système international, à l’intérieur duquel l’Europe occupe seulement une place moyenne, doit obéir aux vues et aux volontés de deux superpuissances, États-Unis et URSS. Ces deux Super-Grands représentent deux conceptions, deux réalités antagonistes d’où le phénomène de la bipolarité. L’opposition entre les deux camps paraît totale, définitive, même si on en vient assez rapidement à une position médiane, à savoir que la possession de l’armement nucléaire et de vecteurs intercontinentaux rend impossible le conflit direct, mais n’interdit pas la lutte d’influences sur les parties du globe encore « indéterminées ». De toute manière, tous les calculs diplomatiques procèdent d’une évaluation simple : la supériorité des deux Grands est incontestable, mais il reste une marge de manœuvre pour les autres soit pour en tirer des avantages nationaux à l’intérieur d’un des deux camps, soit pour monnayer une neutralité plus théorique que réelle, à de très rares exceptions près.

32Le phénomène de la mondialisation caractérise aussi cette période. Mondialisation de l’économie, des relations culturelles, des idéologies, des moyens de communication, etc., qui conduit à envisager toute politique nationale à l’aune de cette mondialisation et surtout à s’insérer dans une diplomatie multilatérale sans cesse grandissante. On peut contester les pouvoirs des institutions internationales ou régionales, on est de plus en plus tenu d’y participer au risque d’un isolement dangereux. D’ailleurs les différents aspects des relations internationales sont insérés dans une série d’institutions spécialisées, du FMI à l’UNESCO, de la FAO à l’OCDE, sans oublier au sommet l’ONU. Toutefois seules les deux superpuissances semblent en mesure de jouer un rôle directeur à l’échelle mondiale. Les puissances de rang moyen, des anciens grands Européens à la Chine ou au Japon, possèdent des capacités surtout régionales. Deux phénomènes globaux, caractéristiques de cette période, influencent les relations internationales. D’une part, la population du globe croît à une vitesse sans cesse accrue – de 2,5 milliards à 5 milliards entre 1950 et 1985 – bouleversant le rang des États à forte population ; mais la puissance appartiendra-t-elle demain aux gros bataillons ? D’autre part, la croissance économique, au moins pendant une trentaine d’années – 1945-1975 –, a bouleversé les conditions de la vie des hommes dans l’ensemble du monde, mais en accentuant l’écart entre pays dits développés et pays en voie de développement ou sous-développés. Pour être puissant ne faut-il pas d’abord être riche ?

33Aux deux questions précédentes les deux superpuissances apportent des réponses contradictoires. Les États-Unis incarnent un monde capitaliste libéral où les entreprises multinationales font la loi sur les marchés, où l’initiative individuelle et la réussite individuelle sont estimées, où les inventions technologiques accroissent la productivité, transforment les relations entre les hommes, leur procurent plus de richesse, mais où les différences sociales demeurent vives. Sur le plan politique et culturel la démocratie américaine avec un président très puissant, mais élu régulièrement, avec un pouvoir parlementaire réel et une justice indépendante peut faire figure de modèle, d’autant plus « exporté » qu’il repose sur un réseau mondial de communications efficace, cinéma, télévision, câble, etc. En face, l’URSS communiste, ou en marche vers le communisme, veut être une société égalitaire, soucieuse d’une élévation générale du niveau de vie de la population, ce qui rend obligatoire la prééminence de l’État face à l’individu ; l’État prend totalement en charge les besoins des individus, c’est à dire qu’il les dirige totalement dans le travail, les loisirs, la vie quotidienne. La confusion entre État et parti communiste, où la règle dominante est celle du « centralisme démocratique » c’est-à-dire du pouvoir venu d’en haut, interdit à l’État d’être vraiment démocratique. Mais l’apparente réussite de l’URSS, capable de rivaliser avec les États-Unis dans des domaines comme ceux de la course à l’espace, de l’armement nucléaire, ne semble-t-elle pas démontrer aux pays sous-développés que la démocratie est un luxe de gens riches et que l’État totalitaire est efficace pour obtenir le développement ? En définitive, quels peuvent être les choix des pays nouveaux accédant à l’indépendance grâce à la décolonisation, autre phénomène majeur de cette période ?

34Un observateur de la lutte pour la suprématie mondiale entre les deux superpuissances aurait pu conclure vers 1980 à une partie nulle ; elles possédaient alors une puissance militaire de dissuasion suffisante pour interdire un affrontement direct ; elles conservaient dans le monde des zones « réservées » suffisantes pour ne pas avoir un complexe de l’enfermement ; elles pouvaient également agir sur, et par, les points faibles chez l’autre, y compris par le soutien indirect à de longues guerres localisées (Viêt-nam, Afghanistan). En bref, le monde s’était habitué à ce système bipolaire allant d’accès de guerre froide à des moments de coexistence pacifique. L’ensemble des relations internationales s’insérait dans ce système.

4°) Le stade actuel, depuis la fin de l’URSS

35L’éclatement de l’URSS a évidemment mis fin au système précédent puisque l’un des deux leaders a disparu en tant que tel, entraînant dans sa chute le communisme totalitaire (à de rares exceptions près). Est-on entré pour autant dans un monde unipolaire où les États-Unis feraient seuls la loi, seraient le seul modèle politique, économique, social possible, auraient la capacité de dicter l’organisation des relations internationales ? L’action menée par les États-Unis au moment de la guerre du Golfe ou dans d’autres conflits localisés pourrait donner à penser que telle est, et sera, organisé le monde actuel. En fait, la courte durée de la nouvelle période ne permet pas de répondre sûrement à la précédente question ; il est trop tôt pour conclure.

36Cependant deux phénomènes importants ont déjà retenu l’attention des observateurs et des acteurs des relations internationales : d’un côté, la permanence et même la recrudescence des réactions et des conflits « nationaux », de l’autre côté, la consolidation et la multiplication des ensembles « régionaux », politiques, économiques, militaires.

37Dans le premier cas, les poussées des nationalismes d’existence n’avaient pas cessé dans la période précédente, mais ils semblaient être subordonnés aux conditions de la bipolarité ; ainsi les conflits nationaux en Europe de l’Est, voire en URSS, étaient masqués par la commune appartenance au « camp de la paix » ; les fondamentalismes religieux étaient manipulés ou encadrés par les Grands en Asie ou en Afrique. Qu’en est-il aujourd’hui devant l’impuissance des institutions internationales dans le règlement des conflits armés ou des menaces à la paix régionale ?

38Dans le second cas, faut-il voir les organisations à fondements économiques mais aux réalités plus larges puisqu’elles finissent par imposer un certain système politique et social, telle l’Union Européenne, finir par constituer de nouveaux blocs destinés à se défendre face aux concurrents organisés dans d’autres parties du monde ? On parle actuellement de « globalisation » pour dépeindre les conditions des relations internationales. Comment les processus de régionalisation vont-ils s’intégrer dans ce système ? Dans la période précédente la compétition entre les deux superpuissances se fondait d’abord sur les forces militaires et sur les forces financières et industrielles sous-jacentes ; quels sont aujourd’hui les ressorts majeurs de la puissance ? militaires encore ? économique au sens large ? idéologiques ? religieux ? A quel stade culturel sommes-nous parvenus ?

39Établir une périodisation dans les relations internationales par le procédé des stades culturels conduit logiquement à s’interroger sur le pourquoi de tels cycles ? De même qu’on a pu parler de la naissance, de la vie, de la mort des Empires, peut-on définir les raisons de la naissance, de la vie, de la fin de ces stades ? Je veux bien confesser ici et maintenant mon incapacité à présenter une solution – ou des solutions – à cette question fondamentale. Les difficultés passées des historiens économistes pour expliquer les causes des cycles économiques, aujourd’hui bien admis, même si leur durée est sujet de discussions, incitent à la prudence. Sans doute des facteurs différents ont pu intervenir, soit dans toutes les périodes, soit pour certaines. Révolution dans les techniques ? Cycles économiques eux-mêmes ? Rôle des idéologies dominantes ? Bouleversements démographiques ? Développement de l’éducation de masse et poids de ces masses dans la vie politique ? Rôle des grands leaders politiques ou sociaux ? La liste des variables donne le vertige. Il vaut mieux s’arrêter là.

40Peut-être pourrait-on conclure par une remarque d’ensemble sur les acteurs de la vie internationale. Pendant le premier stade culturel, ceux-ci, politiques et diplomates, sont encore peu nombreux, représentants d’un État dont la fonction essentielle consiste à défendre la nation vis-à-vis de l’extérieur, dans des négociations bilatérales. Pendant le second stade, comme les pouvoirs de l’État se sont accrus pour répondre à ses nouvelles fonctions, économiques, sociales, culturelles, les acteurs se sont multipliés, diversifiés, afin d’imposer la puissance nationale vis-à-vis de l’extérieur, à des niveaux différents selon le rang du pays, mais toujours dans des négociations bilatérales. Pendant le troisième stade, si la nécessaire vision mondiale impose la multilatéralité à tous, l’insuffisance relative des moyens des États, hormis ceux des deux Super-Grands, limite la véritable négociation internationale aux acteurs américains et soviétiques ; les autres acteurs s’adaptent à cette réalité, tandis que la complexité grandissante des relations internationales démultiplie le rôle des techniciens-experts, nationaux et internationaux. Qu’en est-il aujourd’hui, à l’heure de la globalisation et de la régionalisation, tandis que la nation perdure ?

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search