Version classiqueVersion mobile

Être historien des relations internationales

 | 
René Girault

Préface

Texte intégral

1Pour René Girault, « être historien des relations internationales », ce n’est pas seulement faire de l’histoire des relations internationales ou développer des recherches dans ce domaine, c’est aussi se poser des questions d’historien ; c’est réfléchir sans cesse sur la validité et les méthodes de ce qui constitue sa propre discipline. Parce que cette préoccupation marque constamment et fructueusement son œuvre, René Girault s’inscrit dans la prestigieuse lignée de Pierre Renouvin et de Jean-Baptiste Duroselle.

2Ses nombreux disciples ont voulu lui rendre hommage en rassemblant certains de ses textes et en sélectionnant précisément ceux qui rendent le mieux compte de sa réflexion historique et de la façon dont il prolonge et renouvelle celle de Renouvin sur les « forces profondes » et celle de Duroselle sur les « processus de décision » en politique étrangère. Il eût été évidemment possible de prendre un autre parti et de mettre en perspective l’ampleur de sa palette et la diversité de ses champs de recherche, avec une mention toute particulière à l’histoire russe et soviétique à laquelle il a consacré tant de ses écrits. De fait, la Russie et l’URSS ne sont pas absentes de ce volume, mais il a paru plus opportun et plus utile – nous pensons aux jeunes chercheurs et aux étudiants – de donner à ce recueil une cohérence et une dimension méthodologique. De toute façon, c’est bien ce fil rouge de l’interrogation sur le métier d’historien qui fait l’unité de l’œuvre dont nous présentons ici quelques facettes.

  • 1 « Le difficile mariage de deux histoires. Économie et relations internationales dans le monde conte (...)

3En introduction au présent ouvrage a été placé un papier inédit, intitulé « Souvenirs et pratiques ». Il s’agit du texte de la conférence prononcée en Sorbonne par René Girault en mai 1994, lors de son dernier séminaire avant ce qu’il est coutume d’appeler, improprement, la « retraite ». Il y retrace son parcours intellectuel, en même temps qu’il esquisse une théorie de l’histoire des relations internationales contemporaines. La première phrase : « Tout historien est prisonnier de son temps » est significative. A un mot près, on la retrouve au début de l’article qui ouvre la première partie1. Tel un leit-motiv, cette idée traverse les écrits de René Girault et sonne comme une revendication et un avertissement à la fois. Il revendique sa part de citoyenneté ainsi que le droit de l’historien de scruter le passé en fonction des enjeux du temps présent, mais, dans le même mouvement, il met en garde, il se met en garde contre les effets de l’environnement culturel qui font voir les réalités, les attitudes, les perceptions d’hier à travers le miroir déformant des présupposés d’aujourd’hui. Au fond, la notion de « stade culturel » qu’il met en avant pour éclairer l’histoire des relations internationales vaut aussi dans une large mesure pour rendre compte de l’évolution de l’historiographie. Oui, il existe aussi des « stades historiographiques », et on peut dire que René Girault a joué et joue encore un rôle fondamental de précurseur et de « passeur » tant il a contribué au passage d’un stade à l’autre et initié de nombreuses générations d’historiens à ce voyage.

  • 2 Paris, Masson, 1re édition en 1979 (2e et 3e édition en 1995 et 1997, sous le titre nouveau de Dipl (...)

4La première étape du parcours paraît marquée par son époque, puisqu’elle pose des questions typiques des années soixante et dérivées de la période de décolonisation : celle du poids de l’économie dans les relations internationales et celle de « l’impérialisme ». En écrivant sa thèse sur Les emprunts russes et les investissements français en Russie, 1887-1914 – publiée en 1973 –, René Girault s’implique d’abord complètement dans cette problématique. Il y consacre de nombreux autres écrits, dont certains ont été sélectionnés ici pour constituer la première partie du présent ouvrage. Il explique lui-même que le marxisme était alors une référence si centrale dans les débats intellectuels français qu’un historien comme Pierre Renouvin, non-marxiste, avait lancé une cohorte de thésards pour décortiquer à l’aide de la méthode historique la question de l’impérialisme, c’est-à-dire vérifier concrètement, « cas par cas », le rôle des « forces profondes économiques », des milieux d’affaires, des industriels et des banquiers dans l’élaboration de la politique extérieure de la France avant 1914 et dans l’établissement de rapports d’hégémonie établis avec d’autres pays. La moisson fut riche et toutes les recherches entreprises aboutirent à une série de leçons impressionnantes et ambivalentes : oui, les contraintes et les intérêts économiques nourrissent les rapports de force et de domination à travers les frontières, et négliger cette dimension c’est passer à côté d’une des réalités essentielles des relations internationales ; il n’en reste pas moins vrai que l’autonomie du politique est considérable et que l’économique à lui seul ne façonne rien, pas même « l’impérialisme » qui, n’en déplaise à Lénine, n’est pas « le stade suprême du capitalisme ». L’apport personnel de René Girault est d’avoir montré non seulement la diversité des stratégies au sein des milieux industriels et bancaires au début du siècle, mais aussi la variété des impérialismes, le clivage entre partisans nationalistes du « partage des terres » et adeptes internationalistes du « partage des affaires ». Ce clivage prouve à tout le moins que le déclenchement de la Grande Guerre n’était ni automatique ni déterminé par l’attitude des cercles économiques, même si on ne peut plus négliger le rôle de ces derniers dans la vie internationale. Le lecteur verra, à travers les articles ici rassemblés, la naissance et le cheminement de ces conceptions, avant qu’elles ne soient exposées et synthétisées d’une façon aboutie dans le livre paru en 1979, Diplomatie européenne et impérialismes, 1871-1914 2. Très tôt, il est important de le noter, René Girault considère que l’histoire économique est à bien des égards inséparable de l’histoire des mentalités : ses études de milieux d’affaires sont aussi des analyses de la formation de ces décideurs, de leurs perceptions, de leur culture. Dès 1969, il ouvre une piste prometteuse pour la recherche en soulignant l’importance du critère « générationnel », à travers l’opposition de deux générations : celle du banquier Louis Dorizon de la Société Générale est, en matière d’investisements extérieurs, plus audacieuse que la précédente, incarnée par Henri Germain, le fondateur du Crédit Lyonnais.

5Cette approche perceptionniste et culturelle n’a cessé de se développer dans les travaux de René Girault. Elle a donné lieu à toute une série de publications, dont certaines sont réunies dans la deuxième partie du présent recueil. Cette nouvelle étape, décisive, est une notable contribution à ce qui sera bientôt appelé l’histoire des représentations et des imaginaires sociaux. On trouve là l’ébauche d’un nouveau stade historiographique, d’un nouvel « air du temps » pour historiens, que d’autres chercheurs ont aussi oxygéné, tels Jean-Jacques Becker, Pierre Laborie ou Pierre Milza. Ainsi s’amorce une nouvelle réflexion sur le rapport entre opinion publique et politique extérieure, qui a été développée lors de deux importants colloques organisés sur ce thème par Philippe Levillain et Brunello Vigezzi à l’École française de Rome en 1980 et en 1981. Les deux communications présentées par René Girault lors de ces deux manifestations sont reproduites dans le présent volume. La première, sur l’importance des « voyages officiels » dans les relations internationales, montre comment ces mises en scène et ces fêtes manipulent l’opinion et fabriquent des mythes, mais comment aussi ces derniers, parce qu’ils sont amenés à durer, peuvent avec le temps se mettre en discordance avec une nouvelle conjoncture politique et créer des chocs en retour par rapport aux intentions premières. « La conscience collective est perméable, mais également durable », écrit René Girault afin de souligner la nécessité pour l’historien de prendre en compte le temps vécu et les décalages temporels dans le fonctionnement et la mise en système des représentations. La seconde communication (« Réalités et images des crises extérieures chez les Français des années trente ») prolonge ces interrogations méthodologiques et l’appliquent d’une façon très originale à l’économie. Celle-ci n’est pas seulement réalité objective – et il est dommage que les économistes n’en prennent pas suffisamment conscience. Pour comprendre le déroulement de la crise des années trente et ses rapports au politique, il est indispensable de disséquer aussi la perception qu’en ont eue les contemporains. Car ces représentations collectives, avec leurs effets de prisme et de réfraction déformante, sont aussi productrices de réalités, dans la mesure où elles pèsent de tout leur poids sur les décisions des décideurs. Ces derniers, même s’ils sont capables de manipuler l’opinion, participent de l’imaginaire collectif. Ils en sont influencés, souvent à leur insu, et s’ils essaient à leur tour d’agir sur lui, ils doivent gérer le décalage des temporalités vécues et représentées, en particulier la contradiction entre les attentes du moment immédiat et des espérances pour l’avenir. Ainsi, les solutions du court terme à la crise économique des années trente, attendues dans l’urgence, parce qu’elles sont nationales et nationalistes, entrent en conflit avec les espoirs politiques de paix à moyen et à long terme. Cette contradiction est momentanément atténuée par le compromis éphémère et bancal de la diplomatie d’apaisement à l’égard de Hitler. Le choc des réalités peut faire voler en éclats, non seulement les politiques pratiquées, mais aussi, immédiatement ou à retardement, les systèmes de représentations et favoriser la reconstruction d’un nouvel imaginaire social, mélange de continuité et de changement par rapport à l’ancien. C’est, entre autres choses, ce que suggère éloquemment l’article : « L’imaginaire et les relations internationales » à propos du traumatisme de 1940 pour les Français. A l’origine, ce texte introduit un numéro de la revue Relations internationales sur le thème de la perception de la puissance. Il aurait pu être placé dans la quatrième partie du présent volume consacré à cette « problématique » ; de même l’article qui vient d’être mentionné sur les « réalités et images des crises extérieures » aurait également pu être inséré dans une autre partie, la troisième, rassemblant quelques travaux de René Girault sur la France des années trente. Mais il a paru préférable de « distinguer » ces deux textes, du fait de leur exemplarité sur la façon de penser la place de « l’imaginaire » dans les relations internationales.

6Si la première et la deuxième partie recueillent des travaux ayant une portée méthodologique générale, l’une sur l’économie, l’autre sur les aspects culturels, les trois parties suivantes ont pour objectif de montrer « la méthode Girault » en application : elle refuse précisément toute histoire unidimensionnelle et toute explication monocausale par le « tout-économique » ou le « tout-culturel », au gré des modes intellectuelles du moment.

7A ce titre, les écrits de René Girault sur la France dans les relations internationales pendant les années trente sont très significatifs. Importants, complémentaires, ils sont cependant dispersés, et il a semblé intéressant de les regrouper dans la troisième partie du présent ouvrage. La réflexion que leur auteur développe sur les rapports entre les crises qui affectent la France de l’intérieur et les périls qui la menacent de l’extérieur, éclaire bien sa tentative d’histoire totale. Nul doute aussi que l’analyse de l’ambivalence fondamentale des Français de l’époque, à savoir leur vive conscience du déclin de la France et, malgré tout, leur certitude ferme et concomitante de la grandeur de leur pays, a été pour beaucoup dans l’élaboration intellectuelle du programme de recherche sur la « puissance ».

  • 3 Pour les publications auxquelles ces colloques ont donné lieu, voir les indications fournies en not (...)

8Ce grand projet international marque certainement un tournant dans le parcours de René Girault à partir du début des années quatre-vingt. Créant un réseau de plusieurs dizaines d’historiens européens, il lance une problématique commune : comment quatre pays d’Europe, l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et l’Italie, perçoivent-ils leur propre puissance et celle des autres, à trois ou quatre époques différentes du siècle ? Comment s’articulent ensemble les composantes objectives et subjectives de la puissance et comment évolue cette alchimie au fur et à mesure de l’effacement de l’Europe ? de quelle façon ces quatre pays s’adaptent-ils finalement à la perte de leur statut de grande puissance ? Chacune des périodes envisagées a donné lieu à un colloque : le colloque de Sèvres en 1982 sur la veille de la Seconde Guerre mondiale, le colloque d’Augsbourg en 1984 sur l’après-guerre, le colloque de Florence en 1987 sur les années cinquante, un colloque complémentaire à Paris en 1989 sur la fin des années cinquante et le début des années soixante3. L’enquête collective a porté sur les regards croisés et parfois décalés entre les pays, et, à l’intérieur des pays, entre les différents milieux (petits groupes des décideurs, cercles militaires, milieux économiques, partis politiques, élites culturelles, opinion publique, etc.). Ici, ont été rassemblées les « contributions directes » et personnelles de René Girault à cet ambitieux programme.

  • 4 Une seconde étape, démarrée en 1994-1995, se terminera par un colloque final en 1999.
  • 5 Identité et conscience européennes au XXe siècle, Paris, Hachette, 1994.
  • 6 Cette réflexion sur le sentiment national et la nation a conduit René Girault à écrire son livre su (...)

9Ses interrogations sur la puissance en Europe l’ont conduit tout naturellement à la question de l’identité européenne au XXe siècle. Élargissant son réseau d’historiens européens (plus de cent cinquante chercheurs), il organise une dizaine de groupes transnationaux ; chacun étudie l’évolution de l’identité et de la conscience européennes à travers un milieu (cercles économiques, élites politiques, élites intellectuelles, les migrants), un vecteur (mémoire des guerres, culture de masse) ou un type de sociabilité (convergences de comportements sociaux entre les nations d’Europe ou microcosmes européens créés par les institutions internationales). Ce vaste chantier, commencé en 1989, a produit de nombreuses publications et a abouti au congrès de Paris en novembre 19934. Le bilan scientifique tiré par René Girault a déjà été publié dans le livre collectif qu’il a édité en 19945. Aussi a-t-il été jugé pertinent de recueillir ici, dans la cinquième et dernière partie, d’autres articles dispersés qu’il a écrits sur le sujet, en marge de cette ambitieuse entreprise. Il y est question de « l’Europe des historiens », ce qui laisse entrevoir une autre dimension de la « méthode Girault » : elle n’est pas seulement réflexion, elle est action, puisqu’elle a hautement contribué à créer une véritable communauté historique européenne, avec des chercheurs de presque toutes les nationalités du continent, désormais habitués à confronter, à comparer et à mettre en interaction leurs approches historiographiques. Cet « engagement européen » de René Girault n’affecte en rien sa lucidité et son esprit critique, bien au contraire. Sa recherche sur les identités européennes est avant tout scientifique, et elle le conduit à conclure que, si la dynamique de l’Europe en construction est puissante, il faut compter avec la force, la vivacité et la permanence des sentiments nationaux6. Significatif à ce titre est l’article qui clôt le présent recueil. Ce texte, paru dans le Monde en janvier 1990 et intitulé « L’automne des peuples », analyse à chaud les grands bouleversements de l’Est tout en les mettant « à distance » et en les comparant au « printemps » de 1848. L’objectif est de souligner le lien intime lors de ces deux révolutions entre la quête de la liberté et le processus d’identification nationale. La leçon de René Girault est là, celle d’un grand historien et d’un grand intellectuel en son siècle : la réflexion sur l’histoire est aussi une réflexion sur la démocratie.

Notes

1 « Le difficile mariage de deux histoires. Économie et relations internationales dans le monde contemporain ».

2 Paris, Masson, 1re édition en 1979 (2e et 3e édition en 1995 et 1997, sous le titre nouveau de Diplomatie européenne. Nations et impérialismes, 1871-1914).

3 Pour les publications auxquelles ces colloques ont donné lieu, voir les indications fournies en notes dans les textes de la quatrième partie du présent volume.

4 Une seconde étape, démarrée en 1994-1995, se terminera par un colloque final en 1999.

5 Identité et conscience européennes au XXe siècle, Paris, Hachette, 1994.

6 Cette réflexion sur le sentiment national et la nation a conduit René Girault à écrire son livre sur Peuples et nations en Europe au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1996.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search