Version classiqueVersion mobile

Jean Monnet

 | 
Gérard Bossuat
, 
Andreas Wilkens

Troisième partie. La part de Jean Monnet dans l’unité européenne

Jean Monnet, Charles de Gaulle et le projet d’Union politique (1958-1963)

Wilfried Loth

Texte intégral

  • 1 Cf. François Duchêne, Jean Monnet. The First Statesman of Interdependence, New York, London, Norton (...)
  • 2 Les recherches d’archives pour cette contribution ont été réalisées par Frank Bären-brinker. Nous r (...)

1 Dans la mémoire collective, Jean Monnet et Charles de Gaulle passent pour être des représentants de conceptions opposées sur l’Europe. Lorsque de Gaulle s’en prenait aux technocrates apatrides qui agissent dans l’intérêt des États-Unis, il visait à l’évidence en première ligne Monnet ; et, à partir d’un certain moment, Monnet travailla en effet contre le général. A l’occasion des élections présidentielles de 1965 il œuvra pour la désignation de candidats rivaux et soutint dans un premier temps Jean Lecanuet puis François Mitterrand1. En focalisant le regard sur cette opposition, on perd cependant de vue le fait qu’il y eut aussi une phase de coopération intensive entre Monnet et le premier président de la Ve République. C’est de cette coopération que l’on traitera ici car elle contribue à l’explication d’une phase importante de l’histoire de l’intégration européenne2.

I.

  • 3 Cf. Wilfried Loth, « De Gaulle und Europa. Eine Revision », in Historische Zeitschrift 253 (1991), (...)
  • 4 Voir par exemple sa conférence de presse du 21.12.1951 : Charles de Gaulle, Discours et messages, t (...)

2Lorsqu’on mai 1958 de Gaulle revint au pouvoir, Jean Monnet n’était pas vraiment enthousiaste sans toutefois être alarmé non plus. Les croisades du Général contre la CECA, la CED et les traités de Rome ne lui avaient pas fait oublier que celui-ci avait également une conception européenne. Celle-ci n’était peut-être pas accomplie à tout égard, mais concernant l’objectif d’une Europe capable d’agir, elle offrait un avenir aux Allemands et permettait aux Européens de jouer un rôle propre dans le conflit Est-Ouest. En cela il était d’accord avec Monnet3. Monnet connaissait suffisamment bien le Général pour le savoir et pour comprendre que les campagnes anti-européennes de de Gaulle avaient des raisons de politique intérieure. Elles allaient contre certaines formes de l’intégration européenne, non pas contre le principe de l’intégration. CECA et CED furent attaquées non pas en raison de leur caractère supranational mais au contraire en raison de leur manque de supranationalité4.

  • 5 Témoignage de Jacques Chaban-Delmas du 13.3.1991, cité chez Éric Roussel, Jean Monnet 1888-1979, Pa (...)
  • 6 Jean Monnet à André Meyer le 6.6.1958, Fondation Jean Monnet pour l’Europe (Lausanne), AMK Fonds Co (...)

3Monnet n’hésita donc pas à offrir son soutien à de Gaulle et à plaider pour une collaboration. « Le général, à sa manière, est pour l’Europe », déclarait-il au confident de de Gaulle, Jacques Chaban-Delmas, lors d’une première rencontre en mai 1958. « Il faut que nous nous entendions. Dites-lui qu’en aucun cas nous ne nous opposerons à lui ». Chaban-Delmas passa le message à de Gaulle et rencontra ensuite le président du Comité d’Action pour les États-Unis d’Europe à plusieurs reprises. Il lui assura alors que le futur président considérait l’Europe en effet comme « indispensable » et qu’il allait mettre tout en œuvre pour réaliser le Marché commun à temps5. Le 6 juin, dans une lettre adressée à André Meyer, Monnet montra un optimisme modéré : « En ce qui concerne l’Europe, je n’ai pas de doute que ce qui a été fait – CECA, Marché commun, Euratom – sera poursuivi et dans le texte des traités et dans leur esprit. Pour ce qui est d’autres initiatives [...], je ne peux encore rien dire. Mais je n’oublie pas que nous avons déjà connu une période bien plus difficile encore – en 1954 – et que nous l’avons surmontée »6.

  • 7 AMK 9/6/5, 20.10.1958.

4Comme étape suivante il croyait pouvoir proposer à de Gaulle le développement d’une relation de partenariat de la Communauté avec la zone de libre échange prévu par la Grande-Bretagne. « La France doit se mettre en mesure de tenir tous ses engagements dans les Communautés européennes », écrivait-il dans un « Mémorandum sur la situation de la France » du 20 octobre 1958. « Elle est d’accord que l’objectif final est l’unité politique ; elle est prête à une association avec cette Communauté de la Grande-Bretagne et des autres pays de l’Europe occidentale, sous une forme qui, d’une part comporte un équilibre entre les droits et les obligations et qui, d’autre part, maintienne l’unité et la réalité de la Communauté des Six ». Au-delà il plaidait pour une concertation régulière dans la politique étrangère : « Dans l’immédiat, et par consultations régulières entre les Gouvernements, unité d’action entre les pays de la Communauté européenne dans les affaires politiques du Monde. Cette liaison permettra, dans la solidarité atlantique, de faire entendre la voix de l’Europe, intéressée plus que toute autre région du monde à atténuer les conflits »7.

  • 8 Cf. Raymond Poidevin, « De Gaulle et l’Europe en 1958 », in De Gaulle en son siècle, t. V : L’Europ (...)

5Les points en commun essentiels des conceptions de l’Europe de de Gaulle et de Monnet étaient ainsi mentionnés, mais de possibles divergences dans la question de l’aménagement des institutions étaient écartées pour l’instant. Monnet regardait d’autant plus avec confiance l’avenir que la politique financière conservatrice projeté par Jacques Rueff, créait les conditions pour une entrée rapide de la France dans le Marché commun et que de Gaulle se montrait décidé à accélérer sa réalisation8. De Gaulle se montrait ouvert à des conseils et Monnet n’hésitait pas à les lui donner. Il se servait du ministre des Affaires étrangères, Maurice Couve de Murville, qu’il connaissait depuis leur travail en commun pour le gouvernement provisoire. C’est à lui qu’il envoyait des prises de position concernant des questions fondamentales et de nombreux détails dont il discutait souvent avec lui.

  • 9 Duchêne (voir n. 1), p. 317.

6Sa coopération avec de Gaulle eut des conséquences dès la fin de l’année 1958, quand Louis Armand abandonna la charge de président de la Commission d’Euratom. Monnet fut alors envisagé comme successeur ; il proposa cependant son proche collaborateur, Étienne Hirsch. Par le biais de Guy Mollet, qui appartenait au gouvernement de Gaulle en tant que ministre des Affaires européennes, la proposition arriva jusqu’au chef de gouvernement. Celui-ci accepta9 – visiblement attaché à soigner les relations avec Jean Monnet, lequel lui était utile pour ce qui était du maintien de la CEE face aux projets britanniques d’une zone de libre échange et pour la consolidation de la nouvelle majorité du gouvernement.

  • 10 Monnet à Couve de Murville, 2.3.1959, AMK C 14/3/144.
  • 11 Monnet à Couve de Murville, 19.6.1959, AMK C 14/3/152.
  • 12 Projet de résolution de mai 1959, AMK 10/4/14.

7Au mois de mars Monnet insista sur une proposition commune franco-allemande pour le renouvellement du collège de la Haute Autorité de la CECA10. Quand le gouvernement français développa à la place le projet d’une fusion des exécutifs des trois Communautés, il chercha à le coordonner avec le renouvellement attendu de la Haute Autorité. Les nouveaux membres de la Haute Autorité, écrivait-il le 19 juin 1959 à Couve de Murville, ne devraient être nommés que pour deux ans et demi, jusqu’à la fin 1961. « Au terme de cette période il faudra en tout état de cause procéder à la nomination de nouvelles commissions pour Euratom et le Marché commun. Si la nomination de la Haute Autorité intervenait au même temps, une opération de fusion de ces trois Communautés serait facilitée »11. Dans le principe une fusion des exécutifs lui semblait souhaitable, parce qu’elle pouvait servir de point de départ à un élargissement des compétences communautaires. Dans une résolution, le Comité d’Action énonçait une politique européenne de l’énergie et une politique monétaire commune comme de nouveaux champs d’action12.

II.

  • 13 Monnet à de Gaulle, 25.8.1959, AMK C 14/5/12.

8Dans l’été 1959, après la proposition faite par de Gaulle pour la première fois lors d’une visite d’État en Italie de tenir des rencontres ministérielles régulières et d’ériger un secrétariat permanent pour la coordination de la politique étrangère de la France, de l’Italie et de la République fédérale, Monnet pensa pouvoir faire un pas beaucoup plus important pour l’approfondissement de l’Union européenne. Avec raison, il supposa que la démarche de de Gaulle avait été déclenchée par le nombre croissant d’actions unilatérales de l’administration Eisenhower vers Khrouchtchev. Le mécontentement de de Gaulle en raison de la marginalisation des Européens lui paraissait suffisamment grande pour l’amener à un projet allant encore plus loin. Dans un courrier du 25 août 1959 il lui proposait de créer une union franco-allemande pouvant servir de noyau à une Europe indépendante13.

9 « C’est le moment où vous pouvez prendre de grandes initiatives », lui écrivait-il en se référant directement à la visite proche de Khrouchtchev chez Eisenhower. « La rencontre à deux entre le Président des États-Unis et le Chef de la Russie soviétique repose sur un fait : la masse et la puissance des pays qu’ils représentent. De ce fait il faut tirer une leçon. Il dépend de nous, Européens, de créer une masse du même ordre, et que nos pays ensemble pèsent à nouveau d’un poids décisif dans les affaires du monde ». Les divergences entre les États-Unis d’une part et la France et la République fédérale d’Allemagne de l’autre dans la question berlinoise et allemande étant devenu manifestes, Monnet voyait le moment venu pour agir : « Il faut maintenant un acte politique. Il faut que cet acte politique soit rapide. Il doit être celui que permet votre présence à la tête de la France, celle du Chancelier Adenauer en charge de l’Allemagne. Il devrait marquer que la France et l’Allemagne reconnaissaient qu’elles sont inévitablement entraînées dans un destin commun ».

10L’avancée devait résider en la formation d’un Conseil commun de la politique étrangère : « La France et l’Allemagne conviendraient de se présenter comme une unité dans les affaires internationales. Elles devraient se donner des instruments à la fois puissants et simples qui leur permettraient d’arrêter constamment une politique commune. On instituerait entre les deux pays un Conseil de politique étrangère comprenant le petit nombre de ministres directement intéressés et qui serait placé, pour une première période de deux ans, sous la présidence du Président de la République, pour une deuxième période de deux ans, sous celle du Chancelier Fédéral. Les délégations des deux parlements à l’Assemblée Parlementaire Européenne seraient, pour la discussion des problèmes de la politique étrangère, constituées en formation restreinte ».

11Pour l’amour de l’effet politique le nouvel établissement devait être approuvé par la voie du référendum tel que de Gaulle l’avait enraciné dans l’ordre constitutionnel de la Ve République en tant qu’élément de gouvernement moderne : « Au lieu d’un traité longuement négocié et ratifié suivant la procédure traditionnelle, il faudrait cette fois que cette décision annoncée conjointement par vous-même et par le Chancelier reçoive l’approbation des deux peuples dans un référendum solennel. » L’union devrait alors être ouverte à l’adhésion des autres États membres de la Communauté des Six : « Il serait proposé aux pays du Marché Commun d’adhérer à cette union en complétant dans la mesure nécessaire les règles de fonctionnement convenues entre la France et l’Allemagne. »

  • 14 Monnet à de Gaulle, ébauche du 19.8.1959, AMK C 14/5/4.
  • 15 Monnet à de Gaulle, 25.8.1959, voir n. 13.

12Monnet ne précisait pas davantage de quoi ces réglementations devaient avoir l’air. Dans la version définitive de la lettre, il ne maintenait pas la proposition de faire élire une « assemblée européenne », qui figurait dans une ébauche, une semaine auparavant. De même il renonçait à placer le projet dans le contexte « du développement graduel des pays d’Europe en Fédération Europe » comme il l’avait fait dans la première ébauche14. En revanche il suggérait, en tant que mesure supplémentaire, une concertation entre la CEE, les États-Unis et le bloc britannique : « On pourrait créer une organisation légère, avec participation directe des États-Unis, représentation du Marché commun en tant que tel, un siège pour la Grande-Bretagne agissant en son nom propre et au nom des pays du Commonwealth qui lui confieraient leur représentation, cependant que les autres pays européens et les pays en voie de développement se grouperaient pour élire un nombre restreint de représentants communs ». Entre autres, elle devrait s’attaquer au démantèlement des barrières commerciales, à la création de nouvelles ressources d’éducation et à l’aide aux pays sous-développés15.

13Ce qui plaisait à de Gaulle dans cette deuxième proposition était vraisemblablement la défense de l’identité du Marché commun face aux efforts britanniques de le dissoudre dans une grande zone de libre échange. Les relations avec la Grande-Bretagne, écrivait Monnet, devrait « aussi longtemps qu’elle n’est pas prête à adhérer à l’union européenne, être établies sur une autre base qu’avec les États-Unis eux-mêmes ». Au reste, l’aménagement des relations entre l’Europe des Six et les autres parties du monde occidental représentait un souci secondaire pour le Général. D’abord il importait d’assurer l’indépendance de l’Europe. Ce que Monnet proposait ici dans la première partie de sa lettre était le bienvenu.

  • 16 Rapport de Monnet, cité d’après Duchêne (voir n. 1), p. 318.

14Au cours d’un entretien le 16 septembre 1959, il dit à Monnet qu’il était d’accord en ce qui concernait l’objectif de l’Union européenne. Il ajouta cependant que, d’après son sentiment, ce projet allait trop loin par rapport à l’opinion publique et qu’il était encore trop lié par la guerre d’Algérie. Puis il demanda si le Comité d’Action était en mesure de préparer le chemin pour une union politique qui pouvait trouver son assentiment et si Monnet ne pouvait pas jouer un rôle « plus actif ». Lorsque ce dernier répondit qu’il était au service de la méthode supranationale, de Gaulle lui rétorqua : « Cela ne constitue pas un obstacle »16.

  • 17 Charles de Gaulle, Discours et messages, t. III, Paris, Plon, 1970, p. 220.
  • 18 Déclaration commune du Comité d’Action du 11.6.1960 (version imprimée), AMK 12/5/39.

15La répartition du travail que de Gaulle demandait ici ne pouvait pas être réalisée de suite. Pour cela les conceptions des forces représentés au sein du Comité d’Action furent trop hétérogènes. Par ailleurs la réussite de cette entreprise dépendait aussi en premier lieu d’une action que de Gaulle devait prendre de sa propre initiative. Dès qu’il s’apprêtait à agir, Monnet cherchait à lui ouvrir la voie. Le 31 mai 1960 le président français annonça au cours d’une allocution télévisée son intention de « contribuer à bâtir l’Europe occidentale en un groupement politique, économique, culturel et humain, organisé pour l’action, le progrès et la défense »17. Monnet fit alors passer une déclaration au Comité d’Action qui restait ouverte à des formes différentes de l’union politique : « Les formes que pourrait prendre une unification politique sont encore incertaines. Nous sommes toujours dans la période de transition vers une situation où de telles solutions pourront être proposées. Ainsi le Comité est-il convaincu que les progrès vers l’unité politique se feront d’autant plus vite que le mouvement général vers l’unité économique et la réalité du Marché commun s’accéléreront »18.

III.

  • 19 Témoignage du collaborateur de Adenauer, Franz Josef Bach, cité chez Hans-Peter Schwarz, Adenauer, (...)
  • 20 Wilfried Loth, « Adenauer und de Gaulle – Problème einer politischen Partnerschaft », in Klaus Schw (...)

16En effet, de Gaulle reprit alors à son compte la proposition d’une union franco-allemande faite par Monnet, à son compte et l’enrichissait même de substance supplémentaire. A l’occasion de la visite d’Adenauer au château de Rambouillet les 29 et 30 juillet 1960, il proposa au chancelier allemand la formation d’une sorte de confédération franco-allemande avec une citoyenneté commune. « Trois domaines, la politique étrangère, la défense et les finances, devaient être communs aux deux pays. Personne de la Communauté des Six », considérait de Gaulle, « n’allait alors pouvoir se soustraire à l’aspiration de la réorganisation politique si l’Allemagne et la France vont de l’avant »19. La réaction d’Adenauer fût cependant réservée : Compte tenu de son passé récent, la République fédérale ne pouvait participer à créer une situation de fait ne laissant aux autres peuples européens que l’alternative de la participation. A la suite de l’entretien il faisait enlever de l’ébauche du protocole les passages qui portaient sur le projet franco-allemand20.

  • 21 Voir l’injonction de De Gaulle à Couve de Murville du 1er août 1960, in Charles de Gaulle, Lettres, (...)
  • 22 Cité d’après Jean Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1976, p. 507.

17De Gaulle fut donc contraint à chercher la voie de l’union politique à travers une structure commune des Six. Il voulait toutefois s’attaquer immédiatement à celle-ci21. Monnet, qui l’avait appris par Couve de Murville, commença de suite à mobiliser les membres du Comité d’Action en faveur de l’initiative proche du Général. « Il est question », leur écrivait-il le 10 août 1960, « de créer une autorité politique au niveau des chefs de gouvernements des six pays de la Communauté. Ce serait à mon avis un pas en avant important. Jusqu’à présent, notre Comité a appuyé la création d’une unité économique européenne et s’est gardé volontairement de prendre position sur la question de la forme d’une autorité politique. Il est évident que nous devons échanger des vues sur cette importante question avant de décider de l’attitude du Comité »22.

  • 23 Ibid.
  • 24 de Gaulle, Discours, t. III, pp. 234-251.

18Au regret de Monnet, la conférence de presse du 5 septembre 1960, dans laquelle de Gaulle annonça publiquement son projet, avait été telle qu’elle « ne facilitait pas la mission de conviction telle que je l’avais en vue »23. Le président proposa « un concert organisé régulier des gouvernements responsables », complété par une « délibération périodique d’une assemblée qui soit formée par les délégués des parlements nationaux » et mise en scène par un « référendum européen solennel ». En même temps il laissait entendre que les nouveaux établissements devaient également servir à subordonner les institutions existantes à la « coopération régulière » des gouvernements : « Se figurer qu’on peut bâtir quelque chose qui soit efficace pour l’action et qui soit approuvé par les peuples en dehors et au-dessus des États, c’est une chimère »24. Cela soulevait le soupçon que de Gaulle voulait affaiblir les réglementations communautaires en place et affaiblir partout l’envie de s’embarquer avec lui.

  • 25 Monnet (voir n. 22), p. 551.
  • 26 Cité chez Pascal Fontaine, Le Comité d’action pour les États-Unis d’Europe de Jean Monnet, Lausanne (...)

19A contre-courant du refus général que la conférence de de Gaulle provoquait, Monnet chercha à persuader les membres du Comité « que l’ouverture pratiquée par la France permettrait de faire passer un projet qui serait alors susceptible d’évolution »25. « Il me semble », écrivait-il aux membres du Comité le 22 novembre 1960, « qu’au départ cette organisation de l’Europe doit passer par la forme d’une certaine coopération. Tant qu’une véritable fédération n’est pas réalisée, il est difficile pour nos pays de traiter ensemble les questions politiques, comme sont traitées dans les communautés politiques les questions matérielles. A propos de cette coopération politique, il m’apparaît qu’une partie des suggestions faites par le général de Gaulle pourraient être reprises : les six pays pourraient envisager des réunions assez régulières d’un conseil comprenant les chefs d’État et de gouvernement selon les règles constitutionnelles de chaque pays. Je crois que la proposition d’ajouter un conseil des ministres des Affaires étrangères au conseil des ministres de la Défense (pour développer la coopération sur les aspects techniques et logistiques de la défense) et un conseil des ministres de l’Éducation avec, pour préparer le travail des organisations permanentes, représenterait un progrès réel de l’organisation européenne. Une confédération européenne pourrait utilement être mise en place pour la préservation de l’acquis »26. Max Kohnstamm fût envoyé en voyage itinérant afin de gagner les membres du Comité un par un pour cette position.

  • 27 Ibid., p. 103.

20Avant tout, Monnet cherchait à gagner Adenauer à la proposition de de Gaulle. « Je suis troublé et inquiet », lui écrivait-il le 18 novembre 1960, « par ce qui me semble être le climat européen et aussi celui qui me semble en train de se développer entre nos deux pays. [...] Je dois vous dire que ma crainte la plus grande, aujourd’hui, est que nous arrêtions notre marche en avant dans l’organisation de l’Europe pour discuter longuement de questions importantes certes, mais qui ne devraient pas constituer de préalable à notre action : la question de l’OTAN doit-elle être réglée avant de poursuivre l’organisation de l’Europe ? L’Angleterre doit-elle faire partie des discussion politiques ? Les propositions du général de Gaulle ne sont-elles pas de la coopération et non du supranational ? A vouloir régler ces questions avant de progresser dans l’organisation européenne, nous risquons de ne rien faire et d’arrêter le mouvement réel de changement qui pousse nos peuples à s’unir »27.

  • 28 Reproduction partielle de la lettre du 21.11.1960 in Monnet (voir n. 22), p. 511 et sq.

21Il chercha à conjurer le danger de certaines propositions de de Gaulle : « Je pense que certaines des suggestions que vous avez discutées avec le général de Gaulle peuvent servir utilement au développement de l’Europe et que nous devons agir de suite et nous attacher à leur organisation concrète ». « Je crois », disait-il encore à Adenauer, « que la suggestion de tenir des réunions fréquentes et aussi régulières que possible des chefs de gouvernement pour discuter de la politique commune de nos six pays, et l’organisation de réunions de ministres des Affaires étrangères et aussi de la Défense et de l’Éducation, est utile. Temporairement, dans la situation actuelle, et pour ces questions politiques nouvelles, je pense que la coopération est une étape nécessaire. Elle représentera un progrès, surtout si l’ensemble européen, communautés intégrées et les organisations de coopération – quoique différentes – étaient inclues dans un même ensemble, une confédération européenne »28.

  • 29 Cf. Georges-Henri Soutou, « Le général de Gaulle et le plan Fouchet », in De Gaulle en son siècle, (...)
  • 30 Déclaration commune du Comité d’Action des 10./11.7.1961 (version imprimée), AMK 13/5/26.

22Monnet eut un certain succès auprès du chancelier allemand. Il le dut aussi à sa force de conviction si bien qu’Adenauer, après une phase de circonspection, se montra à nouveau disposé à la fin de l’année 1960 à négocier l’organisation politique de l’Europe et soutint alors de Gaulle contre l’opposition du gouvernement néerlandais. Monnet pouvait donc considérer comme étant aussi son succès la création d’une commission des Six sous la présidence de Christian Fouchet29. Dans les rangs du Comité d’Action toutes les résistances n’avaient pas pu être vaincues. La « déclaration commune » à l’occasion de la neuvième réunion du Comité les 10 et 11 juillet 1961 saluait « la coopération politique » et ajoutait cependant de suite qu’il était primordial « de définir » les liens entre le Conseil des chefs d’État et de gouvernement envisagé et les Communautés européennes en place. Elle soulignait ensuite la nécessité d’un renforcement du fondement démocratique des institutions ainsi que la désidérabilité de leur élargissement30. La position de négociation de de Gaulle n’en ressortait pas précisément renforcée.

  • 31 AMK 14/3/1, projet n° 1, 1er août 1961.

23Lorsque le Premier ministre britannique, Harold Macmillan, annonça le 31 juillet 1961 que son gouvernement voulait négocier l’adhésion au Marché, la campagne de Monnet prit un nouvel accent : à partir de là il se battit aussi pour une admission rapide de la Grande-Bretagne dans la Communauté. « Certains pensent et disent », notait-il en réaction à l’annonce de Macmillan, « que l’Angleterre une fois dans les institutions européenne [s] freinera tout naturellement le développement de l’Europe. Je ne le pense pas. Je crois que ce sera le contraire, au lieu d’être un frein, l’Angleterre sera un élément d’action. Ma raison est que le gouvernement anglais s’est rendu compte que les grands problèmes internationaux ne pourraient être influencés que par une force plus grande que la Grande-Bretagne. Cette force ne peut être que l’Europe, et l’Angleterre sera naturellement amenée, une fois qu’elle en fera partie, à développer l’unité européenne »31. Par ailleurs il se disait que la perspective d’une participation britannique pourrait aider à briser la résistance des Néerlandais et des Belges contre le projet de de Gaulle.

  • 32 Témoignage de André Rossi du 26.6.1991, communiqué chez Roussel (voir n. 5), p. 742.
  • 33 Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Dossier le Plan Fouchet, janvier-mars 62, « Note sur le projet (...)
  • 34 Monnet (voir n. 22), p. 558.

24De cette manière il se mettait cependant lui-même en distance par rapport à de Gaulle, lequel ne partageait pas son optimisme en vue du développement de la position britannique. Il essaya en vain de jouer le médiateur entre les deux positions qui s’éloignaient. De façon interne il critiqua fortement Joseph Luns et Paul-Henri Spaak, lesquels rendaient « tout compromis impossible »32. Avec retenue il nota les incohérences dans le projet modifié de de Gaulle du 17 janvier 1962 : double compétence des Communautés et de l’Union, divergence entre la continuité de l’appareil et changement permanent de la présidence33. Finalement il se plaignit qu’Adenauer « n’aurait pas entrepris les efforts nécessaires » afin de « sauver le plan Fouchet »34.

  • 35 Soutou (voir n. 29), p. 140 et sq.
  • 36 De Gaulle, Discours, t. III, pp. 401-416.
  • 37 Monnet à de Gaulle, 17.6.1962, AMK C 14/5/22.

25Pour Monnet, l’échec de la conférence des ministres des Affaires étrangères du 17 avril 1962, quand Luns et Spaak voulurent mettre en vigueur l’Union politique après l’adhésion britannique au Marché commun35, ne représentait cependant pas encore la fin de la lutte pour l’Union politique. Même les attaques féroces du président français contre les partisans d’une « Europe intégrée », dans la conférence de presse du 15 mai 1962, qui menèrent à la démission des ministres MRP36, ne constituaient pas encore une raison pour lui de rompre les relations avec de Gaulle. « Si les objectifs que vous poursuivez en ce qui concerne l’Europe », lui écrivait-il le 17 juin 1962 sans se plaindre du tout des soupçons injustifiés, « sont ceux dont je suis aussi convaincu, il y a des différences sur la méthode pour y parvenir ». A plusieurs égards il chercha encore une fois de gagner le président à ses conceptions : La participation de la Grande-Bretagne était nécessaire, car « l’union de la France et de l’Allemagne autrement que dans le contexte européen comprenant l’Angleterre trouverait les Allemands profondément divisés ». La « continuité de l’intégration économique déjà entreprise selon les nouvelles méthodes des Communautés européennes » ne devrait pas être mise en doute, car ces méthodes seraient « le véritable “fédérateur” de l’Europe ». Et, à l’égard de l’Union politique il faudrait « aboutir graduellement avec les adaptations nécessaires à la même méthode » ; la réunion régulière des chefs de gouvernement seule « ne créera pas l’Union »37.

  • 38 AMK 14/3/54, Déclaration commune du 26.6.1962 (version imprimée).

26Dans une déclaration du 26 juin 1962, le Comité d’Action disait sur le fond la même chose ; il se présentait cependant en même temps dans une position d’opposition claire par rapport à de Gaulle : « Le Comité d’Action pour les États-Unis d’Europe, qui comprend la très grande majorité des partis politiques de nos six pays, ainsi que les syndicats libres et les syndicats chrétiens qui représentent dix millions de travailleurs considère que l’unité économique et politique de l’Europe comprenant l’Angleterre et l’établissement de relations partenaires d’égal à égal entre l’Europe et les États-Unis, permettront seuls de consolider l’Occident et de créer ainsi les conditions d’une paix entre l’Ouest et l’Est. En dehors de ce cheminement difficile et peut-être lent, mais inéluctable et sûr, le Comité considère qu’il n’y a, pour nos pays séparés, qu’aventure et maintien de l’esprit de supériorité et de domination qui a failli hier entraîner l’Europe à sa perte et pourrait maintenant y entraîner le monde »38.

IV.

27L’agacement que les sottises de de Gaulle relatives aux partisans supposés d’un « volapük intégré » et aux pionniers d’une dépendance « de quelqu’un du dehors » avaient provoqué parmi les Européens convaincus, amenait donc Monnet à s’éloigner dans le débat publique davantage de de Gaulle qu’il ne le considérait comme nécessaire sur le fond. Ce n’était cependant que deux mois plus tard qu’il se transforma en opposant véritable du Général – sous la pression du nouveau rapprochement entre de Gaulle et Adenauer.

  • 39 Fondation Jean Monnet, Notes roses, 29.8.1962, cité par Roussel (voir n. 5), p. 742 et sq. Cf. auss (...)

28Le 29 août 1962 Monnet apprit de l’ambassadeur allemand à Paris, Herbert Blankenhom, que de Gaulle avait demandé à Adenauer lors de la dernière visite en France de celui-ci début juillet de commencer l’Union politique, même en tant que pacte bilatéral entre la France et la République fédérale. Cette fois-ci le chancelier s’était déclaré d’accord39. Jean-Marie Soutou, le directeur d’Europe au Quai d’Orsay, lui confirma cette information le 31 août et lui fournissait en même temps une nouvelle interprétation de la politique gaullienne : « De Gaulle pense que la coopération militaire franco-allemande est appelée à se développer, la France dirigeant cet ensemble uniquement continental, se préparant au départ des États-Unis et en fait l’encourageant. Le départ des États-Unis serait compensé, pour l’URSS, par l’acceptation de l’entrée dans l’Europe du Marché commun de pays comme la Pologne et cela jusqu’aux Carpates ! »

  • 40 note à compléter

29Impressionné par la fiabilité de ce collaborateur proche de de Gaulle et devenu incertain en raison du manque de logique dans le comportement du président, Monnet adopta cette interprétation extravagante de la phrase sur « l’Europe de l’Atlantique jusqu’à l’Oural Auprès du chancelier allemand ». « De Gaulle », retenait-il dans ses notes, « ignore le phénomène communiste et fonde tout sur la force des nations. Il est clair que cette conception est à l’opposé même du but que nous poursuivons : l’Ouest sera divisé, les États-Unis seront rejetés chez eux, l’Europe neutralisée et contrôlée par l’URSS. Dans cette perspective, le général de Gaulle apparaît comme le diviseur de l’Ouest »40.

  • 41 Notes roses du 1.9.1962, ibid., p. 744.

30Après qu’Hervé Alphand, à l’époque ambassadeur français à Washington, lui eut exposé le 1er septembre, que la position française était « négative » à tous égards, il insista sur la nouvelle évaluation de la politique du Général : « De Gaulle ne veut rien faire. Tout est bloqué. En même temps, il parle de l’Atlantique à l’Oural et, lui faisant écho, Adenauer évoque la très grande difficulté pour le Royaume-Uni de rentrer dans le Marché commun, le retrait des troupes américaines d’Europe, la nécessité de créer une défense propre de l’Europe. De tout cela je conclus que de Gaulle a dû faire miroiter à Adenauer la possibilité d’une alliance avec la France, le retrait des troupes américaines et un deal avec l’URSS débouchant sur une grande union européenne »41.

  • 42 Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Interview de Couve de Murville, mené par Antoine Marès le16.1. (...)

31Par là Monnet s’était mis dans la situation paradoxale de devoir combattre précisément ce qu’il avait imaginé et recommandé trois ans auparavant en tant que clef pour résoudre les problèmes de l’Europe : une union franco-allemande ouverte aux membres du Marché commun. Quand Gaulle déclara unilatéralement, le 13 janvier 1963, que les négociations avec la Grande-Bretagne avaient échoué, quand le traité franco-allemand fût signé neuf jours plus tard, Monnet fut littéralement hors de lui. « Je n’ai jamais vu Monnet dans cet état de fureur », rapporte Couve de Murville. « Il était vraiment dans un état de fureur extraordinaire comme si l’on avait commis un sacrilège ; rompre avec la Grande-Bretagne, amener l’Allemagne à traiter avec la France après cette rupture, ne tenir aucun compte des avertissements et des positions des Américains ! Je n’ai jamais vu Monnet davantage en colère qu’à ce propos là. Il faut croire que le “crime” était grave »42.

  • 43 Ibid., cf. aussi Duchêne (voir n. 1), p. 330.
  • 44 L’ami américain de Monnet, George Ball, voyait cependant le traité dans les mêmes perspectives somb (...)

32Adenauer a pu mesurer cette fureur lorsque Monnet mena une longue discussion avec lui quelques heures avant la signature du traité. Il ne se laissa cependant pas impressionner43. Que tout d’un coup l’on pouvait voir dans ce traité franco-allemand un instrument de la soviétisation de toute l’Europe était incompréhensible pour lui44Au sein de Y establishment politique à Bonn, les résistances contre l’éloignement par rapport aux alliés américains et britanniques furent cependant grandes. Cela amena Monnet à l’idée de porter un coup décisif contre la politique du Général : le lancement du préambule avec laquelle le Bundestag allemand neutraliserait largement le traité.

  • 45 Monnet (voir n. 22), p. 551.
  • 46 Ce qui laisse supposer une lettre de Kurt Birrenbach à Monnet du 16.3.1963 ; cf. Duchêne (voir n. 1 (...)
  • 47 Témoignage de Jacques Van Helmont chez Roussel (voir n. 5), p. 748.

33« Nous avions établi un texte interprétatif » écrit Monnet dans ses Mémoires, « que les stratèges parlementaires traduisirent en forme de préambule, qui fut voté à l’unanimité par le Bundestag le 25 avril »45. Il utilisa en effet les contacts dont il disposait par le biais du Comité d’Action afin de mettre en œuvre à Bonn une action au dessus des clivages partisans, devant laquelle Adenauer dut s’incliner. La forme que cette action prit en fin de compte remontait probablement à des constitutionnalistes allemands46, après que d’autres possibilités eurent été envisagées dans le cercle des collaborateurs de Monnet – tel qu’un article additionnel accompagné d’une déclaration franco-allemande47. Cette idée émanait sans équivoque de Monnet et c’était également lui qui dirigea la campagne jusqu’à son succès.

34Ainsi Jean Monnet n’avait pas seulement participé de façon décisive à l’émergence du projet d’une Union politique, il contribua aussi de façon tout aussi déterminante à son échec. L’origine de ce changement tragique des rôles fut une mutation dramatique dans l’appréciation de la politique de de Gaulle. Il avait été préparé par le fait que Monnet – à la suite du succès que représentait la demande d’adhésion britannique – cherchait à aller au delà du possible étant donné le niveau de conscience européenne des responsables à Londres et Paris : une Communauté élargie à la politique étrangère et la participation britannique. Que de Gaulle, dans sa colère relative au comportement des Néerlandais et des Belges, se laissât emporter par des attaques contre les partisans de l’intégration européenne en général, a naturellement favorisé ce tournant. L’opposition évidente entre de Gaulle et Monnet depuis 1962-1963 ne change cependant rien au fait que leurs objectifs dans la politique européenne étaient largement concordants.

Notes

1 Cf. François Duchêne, Jean Monnet. The First Statesman of Interdependence, New York, London, Norton, 1994, p. 332.

2 Les recherches d’archives pour cette contribution ont été réalisées par Frank Bären-brinker. Nous remercions très chaleureusement le professeur Henri Rieben pour avoir donné la permission de consulter les fonds dans la Fondation Jean Monnet pour l’Europe.

3 Cf. Wilfried Loth, « De Gaulle und Europa. Eine Revision », in Historische Zeitschrift 253 (1991), pp. 629-660 ; Idem, « De Gaulle et la construction européenne. La révision d’un mythe », in Francia 20/3 (1993), pp. 61-72.

4 Voir par exemple sa conférence de presse du 21.12.1951 : Charles de Gaulle, Discours et messages, t. II, Paris, Plon, pp. 480-493.

5 Témoignage de Jacques Chaban-Delmas du 13.3.1991, cité chez Éric Roussel, Jean Monnet 1888-1979, Paris, Fayard, 1996, p. 720.

6 Jean Monnet à André Meyer le 6.6.1958, Fondation Jean Monnet pour l’Europe (Lausanne), AMK Fonds Comité d’Action.

7 AMK 9/6/5, 20.10.1958.

8 Cf. Raymond Poidevin, « De Gaulle et l’Europe en 1958 », in De Gaulle en son siècle, t. V : L’Europe, Paris, Plon, 1992, pp. 79-87.

9 Duchêne (voir n. 1), p. 317.

10 Monnet à Couve de Murville, 2.3.1959, AMK C 14/3/144.

11 Monnet à Couve de Murville, 19.6.1959, AMK C 14/3/152.

12 Projet de résolution de mai 1959, AMK 10/4/14.

13 Monnet à de Gaulle, 25.8.1959, AMK C 14/5/12.

14 Monnet à de Gaulle, ébauche du 19.8.1959, AMK C 14/5/4.

15 Monnet à de Gaulle, 25.8.1959, voir n. 13.

16 Rapport de Monnet, cité d’après Duchêne (voir n. 1), p. 318.

17 Charles de Gaulle, Discours et messages, t. III, Paris, Plon, 1970, p. 220.

18 Déclaration commune du Comité d’Action du 11.6.1960 (version imprimée), AMK 12/5/39.

19 Témoignage du collaborateur de Adenauer, Franz Josef Bach, cité chez Hans-Peter Schwarz, Adenauer, t. 2 : Der Staatsmann 1952-1967, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1991, p. 567 et sq.

20 Wilfried Loth, « Adenauer und de Gaulle – Problème einer politischen Partnerschaft », in Klaus Schwabe, Francesca Schinzinger (éd.), Deutschland und der Westen im 19. und 20. Jahrhundert. Teil 2 : Deutschland und Westeuropa, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1994, pp. 159-171, spécialement p. 166.

21 Voir l’injonction de De Gaulle à Couve de Murville du 1er août 1960, in Charles de Gaulle, Lettres, Notes et Carnets, janvier 1961 -décembre 1963, Paris, Plon, 1986, p. 383 et sq.

22 Cité d’après Jean Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1976, p. 507.

23 Ibid.

24 de Gaulle, Discours, t. III, pp. 234-251.

25 Monnet (voir n. 22), p. 551.

26 Cité chez Pascal Fontaine, Le Comité d’action pour les États-Unis d’Europe de Jean Monnet, Lausanne 1974, p. 101.

27 Ibid., p. 103.

28 Reproduction partielle de la lettre du 21.11.1960 in Monnet (voir n. 22), p. 511 et sq.

29 Cf. Georges-Henri Soutou, « Le général de Gaulle et le plan Fouchet », in De Gaulle en son siècle, t. V, pp. 131-135.

30 Déclaration commune du Comité d’Action des 10./11.7.1961 (version imprimée), AMK 13/5/26.

31 AMK 14/3/1, projet n° 1, 1er août 1961.

32 Témoignage de André Rossi du 26.6.1991, communiqué chez Roussel (voir n. 5), p. 742.

33 Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Dossier le Plan Fouchet, janvier-mars 62, « Note sur le projet d’Union d’États », Fragment, s.d., sans auteur (manuscrit).

34 Monnet (voir n. 22), p. 558.

35 Soutou (voir n. 29), p. 140 et sq.

36 De Gaulle, Discours, t. III, pp. 401-416.

37 Monnet à de Gaulle, 17.6.1962, AMK C 14/5/22.

38 AMK 14/3/54, Déclaration commune du 26.6.1962 (version imprimée).

39 Fondation Jean Monnet, Notes roses, 29.8.1962, cité par Roussel (voir n. 5), p. 742 et sq. Cf. aussi le compte-rendu parallèle chez Horst Osterheld, « Ich gehe nicht leichten Herzens... » Adenauers letzte Kanzlerjahre – ein. dokumentarischer Bericht, Mayence, Matthias Grünewald Verlag, 1986, p. 111.

40 note à compléter

41 Notes roses du 1.9.1962, ibid., p. 744.

42 Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Interview de Couve de Murville, mené par Antoine Marès le16.1.1984.

43 Ibid., cf. aussi Duchêne (voir n. 1), p. 330.

44 L’ami américain de Monnet, George Ball, voyait cependant le traité dans les mêmes perspectives sombres. Cf. George W. Ball, The Past has another Pattern. Memoirs, New York, Norton, 1982, p. 271.

45 Monnet (voir n. 22), p. 551.

46 Ce qui laisse supposer une lettre de Kurt Birrenbach à Monnet du 16.3.1963 ; cf. Duchêne (voir n. 1), p. 331.

47 Témoignage de Jacques Van Helmont chez Roussel (voir n. 5), p. 748.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search