Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps de l’oeuvre

 | 
Gérard Monnier

La cité d'expériences de Noisy-le-Sec (1945-1953) : l'essai du chantier court

Christine Giroud

Texte intégral

1La cité d'expériences du Merlan à Noisy-le-Sec, dans l'ancien département de la Seine, est construite entre 1945 et 1953 à l'initiative du Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme (M.R.U.). Elle apporte de nombreuses innovations dans la gestion du chantier dans les conditions de l'immédiat après-guerre. Laboratoire de la construction et de l'habitabilité de maisons individuelles, elle a en particulier fait l'expérience du temps de construction sur chacune des 56 maisons préfabriquées.

  • 1 Danièle Voldman, La reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954, Histoire d'une politique,(...)

2La ville de Noisy-le-Sec est gravement touchée par le bombardement allié du 18 avril 1944, qui visait son importante gare de triage. Elle devient alors un terrain privilégié de la Reconstruction : elle accueille le siège de la Fédération Nationale des Sinistrés, et son Plan de Reconstruction et d'Aménagement (PRA), lié au Plan général d'Aménagement de la Région Parisienne (PARP) doit servir d'exemple pour les autres villes sinistrées d'Ile-de-France1 Le Le Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme y accorde une large place aux chantiers expérimentaux : il décide d'y construire deux cités de logements individuels (la cité n° 1 ou cité du Fort de Noisy, et la cité n° 2 ou cité du Merlan), et un ensemble d'immeubles dans le quartier de la gare sur les plans des architectes Nelson, Gilbert et Sébillotte.

  • 2 Ibid., p. 310.

3Ces chantiers s'inscrivent dans la politique expérimentale engagée par le ministre de la Reconstruction et de l'Urbanisme, Raoul Dautry. De fait, dès la création du MRU en novembre 1944, il décide de poursuivre le projet du gouvernement de Vichy, qui, par le biais des concours « chantiers expérimentaux » de 1943, souhaitait faire passer à un stade d'industrialisation des solutions déjà existantes en matière de préfabrication de la construction2 .Il lance alors les premiers chantiers : celui d'Orléans en 1944, sur les plans de l'architecte Pol Abraham, puis dès 1945, les chantiers de Noisy-le-Sec.

4L'enjeu d'une construction rapide est en fait de donner une solution à la situation de pénurie et d'insalubrité du logement dans la France du milieu du xxe siècle, situation aggravée par la guerre. La brièveté du chantier, recherchée par le MRU dans les chantiers expérimentaux, est une réponse au nécessaire relogement des nombreux « sinistrés  », mais aussi au besoin croissant de logements à grande échelle. A Noisy-le-Sec, il s'agit bien de reloger les familles sinistrées de la commune, mais aussi d'élaborer un type de logement à bon marché pour les années à venir. Nous verrons à travers trois chantiers de maisons comment les entreprises se sont mobilisées pour gagner du temps, mais aussi que cette brièveté est restée bien en deçà des espoirs du MRU.

La cité du Merlan : un centre de recherche et d'information

5Les premiers chantiers de maisons dans la cité du Merlan, directement issus des concours de 1943, commencent en septembre 1945. Une période de prospection débouche sur une deuxième série de chantiers, en été 1946. Enfin, les dernières maisons, dont les contrats sont encore passés en 1950, sont achevées en 1953. Le premier objectif, immédiat, de la cité du Merlan, est de reloger les sinistrés de Noisy-le-Sec, c'est-à-dire les familles de la commune propriétaires d'une maison détruite par le bombardement. Son deuxième objectif, à plus long terme, est d'expérimenter des procédés et des matériaux nouveaux, des plans, des aménagements et des équipements novateurs. Enfin, en plus de cette mission de recherche, la cité du Merlan assume une vocation d'information, car il s'agit également de faire connaître toutes ses découvertes à un public large autant qu'à un public professionnel.

6Pour remplir sa double vocation de recherche et d'information, le MRU choisit la diversité. Diversité dans l'origine des cinquante-six maisons, qui proviennent de sept pays différents : France, États-Unis, Angleterre, Suède, Suisse, Canada et Finlande. Diversité dans les modes de fabrication : certaines sont entièrement préfabriquées, et livrées en kit en plusieurs caisses ou encore en plusieurs « tranches » prêtes à juxtaposer, d'autres sont préfabriquées en partie seulement, et restent soumises aux techniques traditionnelles de construction. Diversité, enfin, dans leur programme : simples ou jumelées, à 2, 3,4 ou 5 pièces, à un ou deux niveaux. Le MRU utilise également des outils d'expérimentation et d'information. Il confie au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), créé par lui, des expériences techniques sur quelques maisons de la cité, et leur publication dans les Cahiers du CSTB. De plus, une enquête auprès des locataires, mise en place en 1947, permet d'expérimenter l'habitabilité des maisons de manière précise. Enfin, la cité du Merlan est ouverte à la visite du public, deux après-midi par semaine, et le MRU exploite largement l'avis des visiteurs du « centre d'exposition de Noisy-le-Sec  », par le biais d'enquêtes qui portent sur les modes de construction et sur l'habitabilité des maisons.

7Le plan de la cité accorde une grande place à la nature. Il est enserré dans un trapèze défini par quatre rues (fig. n° 1). La cité est structurée par un axe principal rectiligne, l'avenue de la Renaissance Française (devenue l'avenue du Général Leclerc) et deux voies secondaires moins régulières qui délimitent chacune un espace vert. Enfin, des voies piétonnières donnent accès aux deux squares ou permettent de relier l'avenue Leclerc à l'avenue de Rosny. La surface des constructions occupe environ 20 % de la surface des parcelles, et toutes les maisons sont alignées par un retrait de 8 m par rapport à la rue. Ce plan très aéré hérite manifestement des cités- jardins du début du xixe siècle, et il apparaît que le souci d'innovation du MRU n'a pas porté sur le plan d'ensemble, mais sur les maisons elles-mêmes.

Fig. 1. - Plan de la cité du Merlan

8La durée du chantier de chaque maison est fixée dans le contrat à quelques mois (en général trois ou quatre), en accord avec l'entrepreneur. Le montant de chaque marché, en principe de 715 000 F, est réglé en plusieurs acomptes, au terme des différents étapes du chantier : fondations et soubassement, gros-œuvre, réception provisoire, et réception définitive. Enfin, des pénalités de retard sont prévues : 100 F pour les 15 premiers jours et 200 F pour chacun des jours suivants. En cas d'avance par rapport au délai contractuel, des bonifications sont offertes sur les mêmes bases de calcul.

La mise à l'essai d'un chantier court

9Nous étudierons les chantiers des trois maisons dont la chronologie nous est connue dans le détail : celui de la maison CIMAP, une maison française installée sur la parcelle n° 1, celui de la maison Gutton, une maison française également, installée sur la parcelle n° 42, et celui de la maison UK 100, commandée à une entreprise américaine en deux exemplaires pour les parcelles n° 49 et n° 50 (fig. n° 1).

  • 3 AN, AMRU, C 1687, C 1671, C 1695

10La maison CIMAP, construite par la Compagnie Industrielle de Maisons Préfabriquées (CIMAP) est une maison à ossature d'éléments en béton armé vibré, avec un remplissage de plaques de béton de bois et un parement en béton de bois enduit de ciment. Son chantier démarre au début du mois de septembre 1945, et son délai d'achèvement est fixé au 15 octobre suivant (voir chronologie du chantier en annexe n° 1). Mais dès le départ, de nombreuses complications ralentissent les travaux. La récupération des moellons d'une ancienne cave, nécessitée par le manque de matériaux, fait perdre deux jours au chantier. À la mi-octobre, le montage de la maison, à peine entamé, est gêné par des défauts de fabrication de certaines pièces ainsi que par l'irrégularité des transports par chemin de fer. Au début du mois de novembre, le montage des structures et de la charpente est terminé, et on peut poser les tuiles « en deux jours et demi avec sept hommes et un chef  ». À la moitié du mois de novembre, le gros œuvre est terminé. La finition de la maison demande ensuite une multitude d'opérations dont la pose d'un enduit sur les revêtements extérieurs et sur le côté intérieur des panneaux de remplissage. Elle est terminée grâce à des équipes de jour et de nuit en décembre 1945. Les retards repoussent le délai de construction de deux mois et demi. Cependant, le montant du marché est presque doublé et s'élève après révision à 807 222 F au lieu de 476800 F au départ. Si le temps de construction est allongé de peu, il faut donc constater que le montant du marché s'en ressent très sensiblement3.

  • 4 AN, AMRU, C 1666, C 1667, C 1671, C1693

11La maison Gutton, construite par l'Entreprise Nouvelle de Construction sur les plans de l'architecte Henri Gutton, est constituée de murs en pierres de taille, et de deux parois intermédiaires, l'une en béton de mâchefer et de ciment, et l'autre en carreaux de plâtre. Son chantier commence en août 1946. Au rythme d'une assise de pierre posée par jour, au début du mois de septembre, le gros œuvre est déjà terminé (voir chronologie du chantier en annexe n° 2). En revanche, les travaux de finition sont interrompus plusieurs fois entre les mois de novembre 1946 et de juin 1947 et ils ne sont pas encore achevés en juin 1948 : les approvisionnements se font attendre, les finitions et les mises au point traînent en longueur. Le temps gagné au montage est donc perdu à la phase de finition4.

  • 5 AN, AMRU, C 1668
  • 6 AN, AMRU, C 1687
  • 7 AN, AMRU, C 1687
  • 8 AN, AMRU, C1686, C 1687, C1697

12La maison UK 100, commandée à l'entreprise américaine « The City Lumber Company » en deux exemplaires, destinés aux parcelles n° 49 et n° 50, est une construction fabriquée en série, transportée en cinq caisses correspondant chacune à une opération de montage bien définie, du gros œuvre au mobilier en passant par la plomberie. Elle est constituée d'une ossature en bois, d'un revêtement extérieur en carton pressé, et d'un revêtement intérieur en isorel. Le choix d'une construction aussi légère par le MRU déroge à l'hostilité de Raoul Dautry « à l'édification de prototypes qui n'auraient qu'un but de démonstration » et à son désir « que tous les prototypes soient construits pour faire l'objet d'expériences réelles d'habitation »5 Ce choix tendait en fait à montrer l'exemple de constructions fabriquées en série, le prix et le confort qu'elles offrent, en « [donnant] une idée assez précise de l'ambiance des habitations américaines et du degré de confort qu'elles présentent pour leurs occupants »6 Le montage de la première maison, arrivée par le port de la Pallice, est piloté par un technicien américain aidé par une main-d’œuvre française et nombreuse. Cette gestion du travail était utilisée dans la construction de nombreuses maisons de la cité, en particulier pour les maisons étrangères. Le montage est entamé le 3 janvier 1946 (voir chronologie du chantier en annexe n° 3). Le 7 janvier, on a déjà posé les panneaux de couverture, on mène ensuite parallèlement les finitions, la pose des installations et l'étanchéité de la couverture. Le 18 janvier, la construction est terminée. Cet avancement très rapide des travaux est dû au commencement presque systématique d'une nouvelle opération chaque jour. Cependant, un rapport relatif aux améliorations susceptibles d'être apportées à l'installation sanitaire d'une maison américaine série U.K.l00, daté de février 19467 révèle révèle certaines imperfections dans la conception de la maison. Le trou d'évacuation des w.c. dans le plancher, par exemple, ne correspond pas aux dimensions de l'appareil et exige le percement d'un autre trou d'évacuation. Ces ajustements retardent l'emménagement, d'environ un mois. Ainsi, comme pour la maison Gutton, mais dans de moindres proportions, la phase de finition fait perdre le temps gagné pendant le montage8.

13La chronologie comparée des trois chantiers (ci-dessous) nous permet de mettre en évidence l'orchestration de leurs différentes étapes. Le chantier de la maison CIMAP et celui de la maison Gutton font se succéder à un rythme serré les différentes étapes, ce qui garantit un chantier de gros-œuvre sinon court, du moins rapide, d'une durée de deux à trois mois. Cependant, la dernière étape (le petit œuvre, la pose d'équipements et les finitions) prend un temps proportionnellement très long, de 7 à 8 mois. Ces deux constructions, de fabrication industrialisée mais non rationalisée, sont dépendantes des attributions de matériaux ou de finitions longues, liées à des techniques traditionnelles. Le chantier de la maison UK 100, quant à lui, fait également se succéder les différentes opérations, mais dans un temps plus serré encore. La légèreté des éléments, la préfabrication complète et le transport coordonné des pièces de la maison, mais aussi leur montage par une main-d’œuvre nombreuse encadrée par un technicien, semblent être les garants de cette rapidité.

Chronologie comparée de trois chantiers de maison

Légende :
1. Fondations et soubassements
2. Gros-œuvre
3. Toiture (couvrement et couverture)
4. Petit-œuvre, équipements et finitions,

Des retards systématiques

14Nous avons donc vu comment trois chantiers de maisons ont tenté de réduire les délais de construction des maisons, en dépassant les nombreuses contraintes. Aux différentes étapes du montage, on est parvenu à gagner du temps, par la préfabrication des éléments, leur expédition unique, un système de montage simple, le chevauchement des différentes étapes de construction, et la gestion optimale du travail, réalisée par une équipe nombreuse, encadrée par un technicien. Cependant, le chantier de la cité du Merlan ne s'avère pas à la hauteur des espérances du MRU. En effet, aux problèmes inhérents à tout chantier s'ajoutent les difficultés liées à l'après-guerre. Il s'agit de jongler avec la pénurie de matériaux, les difficultés d'approvisionnement, et la situation critique des entreprises. Mais il faut également reconnaître des problèmes nouveaux liés à la préfabrication : la mise au point imparfaite des procédés, les défauts de fabrication de certains éléments, l'absence d'une main-d’œuvre formée aux nouvelles techniques de construction, une préfabrication encore limitée aux éléments de gros œuvre, qui laisse le soubassement et le petit œuvre aux techniques traditionnelles du bâtiment. Ce dernier élément comporte un double inconvénient : les techniques traditionnelles sont d'une part incapables de rivaliser de vitesse avec la construction préfabriquée, et d'autre part elles n'ont pas encore trouvé les moyens de s'adapter aux matériaux et aux procédés nouveaux que celle-ci présente.

15Les retards systématiques mettent en jeu des pénalités, en fait jamais appliquées par le MRU. Cependant, les imperfections dans la conception des maisons et dans l'organisation du chantier entraînent des surcoûts importants : les maisons dont le montant ne devait pas dépasser 715 000 F, reviennent finalement à plus d'un million dans la plupart des cas. Ces retards impliquent enfin l'attente des locataires, à qui les maisons avaient été attribuées avant même leur construction.

  • 9 Ibid., p. 310.

16Cependant, ce temps perdu ne l'est qu'à court terme, car l'avancée des chantiers d'expérience est acquise pour la Reconstruction du deuxième après-guerre. Dans leur effort pour « pallier la pénurie de matériaux, remédier aux problèmes de main-d’œuvre, moderniser et industrialiser le secteur du bâtiment, abaisser les coûts de production, donner un coup de fouet à la construction du logement tout en favorisant celui des familles modestes »9, les chantiers expérimentaux ont permis en effet de mettre en œuvre à petite échelle de nombreux procédés. Celui de Prouvé, par exemple, validé à la cité du Merlan, est ensuite utilisé dans une série de cinquante maisons individuelles commandées à Prouvé par le MRU pour la ville de Meudon. De même, les logements collectifs profitent de ces innovations. D'abord produits à l'échelle d'une centaine de logements, dans le cadre de la politique expérimentale du ministère chargé de la Reconstruction, notamment à Strasbourg en 1951, les grands ensembles de l'après-guerre mettent en œuvre à grande échelle les procédés testés sur des maisons individuelles.

17L'expérience est cependant rendue tout à fait originale par l'utilisation du temps à deux échelles différentes : la recherche du temps court pour l'édification des maisons, et la nécessité du temps long pour leur expérimentation, autant technique que sociologique. Ces deux échelles, le MRU a bien su les distinguer, en maintenant son attention sur la cité pendant toute la durée du chantier. On pourrait croire que les éléments ont joué contre lui en retardant l'aboutissement de ses efforts, mais il semble bien qu'à l'inverse, le MRU a su jouer sur le temps, en exploitant toutes ses potentialités.

Sources : Archives Nationales, Centre des Archives Contemporaines, Fontainebleau.

Bibliographie

Bibliographie

1. Architecture de la Reconstruction

Gruppo Yves et al., Architecture et constructeurs, les politiques techniques face à la demande, coll. Anthologie, n° 8, IFA/SCIC, Paris, 1990.

Kopp Anatole, Boucher Frédérique et Pauly Danièle, L'architecture de la Reconstruction en France 1945-1953, Le Moniteur, Paris, 1982.

Rosen Jacques, 1941-1951, 10 années d'expérience, U.P.A. Nancy.

Vayssiere Bruno, Reconstruction-déconstruction, le hard french ou l'architecture française des trente glorieuses, Picard, Paris, 1988.

Vayssiere Bruno (dir.), Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme 1944- 1954. Une politique du logement, IFA/PCA, Paris, 1995.

Voldman Danièle, Histoire d'une politique : la reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954, thèse de doctorat, C.R.H.M.S.S., Paris I, 1994.

2. Histoire et architecture du logement social

Lucan Jacques (dir), Eau et gaz à tous les étages, Paris, 100 ans de logement, Picard/ Pavillon de l'Arsenal, Paris, 1992

Guerrand R.FL, « Aux origines de la cité radieuse : l'architecture phalanstérienne  », AMC, n° 12, 1969, pp. 18-24

3. Les chantiers expérimentaux et la cité du Merlan à Noisy-le-Sec :

a. Les chantiers expérimentaux :

Boutte Franck, Matériaux pour une réflexion critique sur l'industrialisation de la construction des logements, mémoire de fin d'études, E.N.P.C., Paris, 1992.

b. La Cité du Merlan à Noisy-le-Sec

Fressancourt Eric, La cité d'expériences à Noisy-Le-Sec, E.A. Paris-Belleville, 1992.

Rosen Jacques, « Premiers H.L.M., un patrimoine  », Monuments Historiques, n° 129, 1983.

Giroud Christine, La cité d'expériences de Noisy-le-Sec : chronologie d'un chantierexposition (1945-1953), mémoire de maîtrise, Université Paris I, 1995.

4. Documents

Gille-Delafon S., Petites maisons construites depuis la guerre, Ch. Massin, Paris, s.d. (vers 1948)

Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, Charte de l'urbanisme, Paris, 1943.

Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, Logements économiques familiaux, plans-types, juin 1953.

Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, « Notes sur les chantiers d'expériences du Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, réponse à la lettre du président de la Commission des Finances de l'Assemblée

Nationale  », février 1949, Archives du M.R.U., C835, in Epron Jean-Pierre, Architecture, une anthologie, Mardaga, Bruxelles-Liège, T. 1, p. 81.

Annexes

Annexe 1 : Chronologie du chantier de la maison CIMAP (France, Parcelle N° 1)

Annexe 2 : Chronologie du chantier de la maison GUTTON (France, Parcelle N° 42)

Annexe 3 : Chronologie du chantier d'une maison Uk 100 (Etats-Unis, Parcelles N° 49 et 50)

Notes

1 Danièle Voldman, La reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954, Histoire d'une politique, l'Harmattan, Paris, 1995, p. 308-309.

2 Ibid., p. 310.

3 AN, AMRU, C 1687, C 1671, C 1695

4 AN, AMRU, C 1666, C 1667, C 1671, C1693

5 AN, AMRU, C 1668

6 AN, AMRU, C 1687

7 AN, AMRU, C 1687

8 AN, AMRU, C1686, C 1687, C1697

9 Ibid., p. 310.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. - Plan de la cité du Merlan
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Légende :1. Fondations et soubassements2. Gros-œuvre3. Toiture (couvrement et couverture)4. Petit-œuvre, équipements et finitions,
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/472/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Sources : Archives Nationales, Centre des Archives Contemporaines, Fontainebleau.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/472/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/472/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/472/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/472/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/472/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/472/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/472/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540